FLASH INFOS. L édito. Devant l évolution de chacune de nos règles nationa- Sommaire. Les professionnels de la Sécurité et des réseaux de communication

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "FLASH INFOS. L édito. Devant l évolution de chacune de nos règles nationa- Sommaire. Les professionnels de la Sécurité et des réseaux de communication"

Transcription

1 Les professionnels de la Sécurité et des réseaux de communication FLASH INFOS Le flash d informations sur l activité des réseaux communications et la vie du numéro 19 Septembre-Octobre 2008 L édito A noter Du 4 au 7 novembre 2008 en partenariat avec la FFIE sera présent au salon Expoprotection au Parc des Expositions de Villepinte Hall 5 Allée L N 41 Le 27 novembre 2008 à 8h30 Symposium Sur le thème de : «La performance Energétique : Un formidable enjeu pour nos entreprises» Les Partenaires : Devant l évolution de chacune de nos règles nationa- les en matière de prévention des risques d incendie dans les constructions (code du travail, code de la construction et code de l environnement et l ensemble de leurs textes d application), le respect des dispositions constructives règlementaires devient de plus en plus complexe. les C est ce qui a amené certains de nos métiers traditionnels à se spécialiser dans la dimension «incendie» de leur métier. C est le cas par exemple des installateurs d exutoires de désenfumage qui dorénavant n interviennent que pour ce type d ouvrage généralement en sous-traitance du couvreur. Il en est de même pour d autres corps de métiers comme certains menuisiers qui ne posent que des portes coupe feu asservies au système de sécurité incendie muni de détecteurs automatiques, ou comme certains électriciens qui ne posent que des centralisateurs SSI munis de détecteurs d incendie ou alarme sonore (). Si le domaine de l incendie concerne plusieurs des métiers du bâtiment. Les électriciens en sont la charnière indispensable. Ce métier est en effet la véritable colonne vertébrale d un système complet de SSI. En effet, les équipements composant un système de sécurité incendie sont mis en relation par un même centra- lisateur, qui commande automatiquement et à distance, au travers des câbles mis en œuvre par ces électriciens spécialistes, tous les dispositifs suivants : Sommaire Vie de 2 à 3 Offres des industriels 4 à 5 Du côté des membres 6 Club du 20 mai Club du 26 juin Clapet auto commandé et clapet télécommandé de ventilation. Volet de désenfumage pour conduit collectif et de transfert. Exutoire de désenfumage et de cage d escalier. Ouvrant télécommandé en façade. Ouvrant pour désenfumage de secours en immeuble de grande hauteur. Porte battante et coulissante à fermeture automatique. Rideau et porte à dévêtissement vertical. Coffret de relayage de ventilateur de désenfumage. Dispositif de verrouillage pour issue de secours 10, rue du Débarcadère PARIS Tél : Fax : Les rapprochements et partenariat entre le GIMSSI-FFB et le sont donc évidents, manifestes et indispensables pour notre profession. Claude Barbier Président du GIMSSI

2 La Vie de Le Conseil d Administration réunit le 19 juin a entériné l adhésion des entreprises suivantes : En tant que membres installateurs : - DETECT PRO SECURITE (77) - MULTI RESEAUX (95) En tant que membres associés partenaires : - REISCHLE & DE MASSARI (R&M ) Et le Conseil d Administration du 18 septembre, a entériné l adhésion en tant que membres installateurs de : - ADIITECH (77) - CAP SECURITE (69) - SSI SERVICES (91) Nous leur souhaitons la bienvenue au sein de AREF Paris / AGEFIPH L AREF de Paris a signé cette année une convention partenariale avec l AGEFIPH ILE DE FRANCE pour vous permettre une prise en charge à 100% du coût des formations afin d établir le maintien ou l accompagnement de vos salariés handicapés ou à aptitudes et capacités professionnelles réduites. L ECHEANCE DE 2010 Les entreprises d au moins 20 salariés ont l obligation d employer l équivalent de 6% de travailleurs handicapés. Dès 2010, en cas de non respect de cette obligation, chaque entreprise pourra être sanctionnée d une pénalité de : x SMIC quel que soit sa taille avec une rétroactivité sur trois ans. Une réunion d informations spécifique est programmée le 2 décembre à 17h à la FFB. Amelle MIRA, après avoir réussi brillament son diplôme, a rejoint une société d évènementiel. Mathilde ALLAIN reprend donc le poste de chargée de communication au sein de l équipe des permanents de. 2 Flash Infos Septembre Mai-Juillet 2008 Octobre 2008 Rencontre à Lyon Plusieurs entreprises ont assisté le 3 juin dernier au lancement du groupe régional en Rhône-Alpes avec à sa tête le délégué régional de : Jean Marc BOUYSSONIE, Dirigeant de l entreprise ESCRIMES, Délégué régional de et Membre du Bureau du BTP Rhône spécialisé dans les courants faibles (sécurité / sûreté). Organisée dans les locaux de la FFB départementale, cette manifestation régionale avait pour objectif la rencontre des professionnels de la filière des courants faibles. Mission accomplie puisque étaient présents des Installateurs, mais également des Industriels, des Bureaux de Contrôle et des Bureaux d Etudes. Les présentations de : Christophe JORIS (ESSER NOVAR HONEYWELL) sur les évolutions technologiques des SSI Philippe ABBAS (CHUBB SECURITE) sur les évolutions technologiques en sûreté ont apporté une information de qualité sur les perspectives d évolution des métiers dans ces domaines Jean Claude ALBARRAN (Président de la Commission CMD de ) est intervenu pour expliquer les actions mises en place par pour accompagner les entreprises dans cette évolution de métier et agir ensemble pour la qualité Enfin, Renaud COLLARD de SOUCY (Président de la CSEE Haute Savoie) a clôturé cette réunion par une présentation du Club Qualité Maintenance mis en place par la FFIE pour développer les activités et services liés à la maintenance. remercie M. Bernard ATTIAS (Président FFIE de la Région Rhône-Alpes) et M. Philippe BONI (Président de la CSEE du Rhône) pour leur présence et leur soutien lors de cette manifestation. Le signe un partenariat avec le GIMSSI Philippe BLIN, Président de (professionnels de la Sécurité Voix Données Images) et Claude BARBIER, Président du GIMSSI (Groupement des Installateurs et Mainteneurs des Systèmes de Sécurité Incendie) ont signé le 24 juillet 2008, une convention de partenariat afin de défendre les intérêts de leurs membres Installateurs et/ou Mainteneurs, vis-à-vis des administrations publiques nationales, des organismes de certification et de normalisation intervenant dans la sécurité incendie. Conclue pour une durée de trois ans renouvelables, cette convention de partenariat témoigne des efforts déployés par les professionnels afin de faire reconnaître et valoriser l ensemble des installateurs mainteneurs dans le domaine de la Sécurité Incendie requérant un professionnalisme spécifique compte tenu des nombreuses particularités réglementaires. Guide Pratique de Sécurité Incendie dans les Hôtels de 5e Catégorie, élaboré par le GIMSSI disponible sur demande au (tarif préférentiel)

3 Rapprochement entre et GIMELEC (Groupement des Industries de l Equipement Electrique, du Contrôle- commande et des Services associés) et le GIMELEC ont décidé de se rencontrer afin d examiner les points de convergence et d avancer, dans l intérêt des professionnels, sur des sujets de préoccupations communes. C est ainsi que le Président BLIN a été invité au comité sectoriel «Bâtiment, Automatismes et Réseaux VDI». Le GIMELEC a accepté d intervenir lors du prochain Symposium du 27 novembre 2008, sur le thème: Performance énergétique : un formidable enjeu pour nos entreprises. Directive Service L objectif de cette directive est de favoriser la croissance économique et l emploi dans l Union européenne, de réaliser un véritable marché intérieur r des services par l élimination des obstacles juridiques et administratifs au développement des activités de services, de renforcer les droits des consommateurs en tant qu utilisateurs de services, ainsi que d établir des obligations juridiquement contraignantes pour une coopération administrative effective entre les États membres. Cette directive s inscrit dans le cadre de la «stratégie de Lisbonne» et propose quatre objectifs principaux en vue de réaliser un marché intérieur des services: -Faciliter la liberté de prestation de services au sein de l UE, -Renforcer les droits des destinataires des services en tant qu utilisateurs de ses services, -Promouvoir la qualité des services, -Etablir une coopération administrative effective entre les Etats membres. La Vie de Décembre 2009 : Ouverture du marché européen pour toutes les activités de services. Cette directive établit un cadre juridique général favorisant l exercice de la liberté d établissement des prestataires de services ainsi que la libre circulation des services, tout en garantissant un niveau de qualité élevé pour les services. La notion de service n étant pas réellement définie elle s entend comme toutes activités contre rémunération autre que la vente de produits. En particulier, la directive prévoit: -la mise en place de guichets uniques auprès desquels un prestataire pourrait accomplir toutes les formalités necessaires pour exercer son activité, -l obligation de rendre possible l accomplissement de ces procédures par voie électronique, -l élimination des obstacles juridiques et administratifs au développement des activités de services, -la facilité de la libre prestation temporaire de services transfrontaliers en garantissant le libre accès à l activité de service ainsi que son libre exercice sur son territoire, -le renforcement des droits des consommateurs en tant qu utilisateurs de services, -l établissement d une coopérative administrative effective entre Etats membres par le biais d une obligation légale contraignante pour les Etats membres de coopérer avec les autorités d autres Etats membres, afin d assurer un contrôle efficace des activités de services au sein de l Union tout en évitant une multiplication des contrôles ; ainsi qu en constituant la base de développement d un système électronique d échanges d informations entre Etats membres. -l assurance de la qualité des services par le renforcement de celle-ci : -en encourageant par exemple la certification volontaire des activités ou l élaboration de charte graphique -ainsi qu en favorisant l élaboration de codes de conduite européens, en particulier par des organismes ou associations professionnelles. les. Cette directive s inscrit dans la volonté affichée du gouvernement français d ouverture et de libéralisation des marchés y compris en autorisant des personnes à effectuer des travaux jusqu à concurrence de euros par an exonérés. Nouvelle collaboration : et le GESI (Groupement Français des Industries Electroniques de Sécurité Incendie) a participé, en tant qu invité, à la dernière Assemblée Plénière de l activité Service du GESI. Il a été notamment question d unir nos efforts pour valoriser les compétences de nos adhérents exerçant significativement leur activité dans le domaine du S.S.I.. C est dans cet objectif qu un rendez-vous commun est fixé en Novembre avec le CNPP. La FFIE et le SERCE sont également invités autour de la table des discussions. Un groupe de travail commun s est constitué pour traiter du problème représenté par la législation sur le transport des détecteurs ioniques. Nous remercions Michel ROSSI de THEMISS et Jean SOYER de DPS représentants dans ce groupe de travail. A suivre... 3 Flash Infos Septembre-Octobre 2008

4 Publi-reportage LCS PRO : configurez facilement une baie VDI! Le nouveau logiciel LCS PRO de Legrand conçoit, configure et visualise les baies VDI en quelques clics. Une simplification des études d armoires VDI pour les bureaux d études, les installateurs, la maintenance. LCS PRO est le premier logiciel du marché à offrir toutes les fonctionnalités qui permettent de réaliser des études exhaustives pour la conception de baies VDI. Il garantit aux bureaux d études et aux installateurs une solution système complète : armoires, blocs LCS, cordons, panneaux de brassage, switchs, serveurs, composants actifs jusqu aux prises terminales. LCS PRO pense à tout! Il dispose d une fonction Assistant qui détermine les besoins de l installation et calcule automatiquement toutes les références entrant dans la composition de la baie VDI. L utilisateur peut visualiser en temps réel son armoire, les produits implantés, de face et de côté. UTH Pack de Chubb Sécurité : désenfumage pour immeubles à usage d habitations en 3ème famille B et 4ème famille. «L UTH.Pack» est un système de détection à technologie bus nouvelle génération spécialement conçu pour réaliser le désenfumage des circulations horizontales communes des immeubles d habitation collectifs. Il est composé d un tableau ergonomique et intuitif et d interfaces d étage qui lui sont reliées de façon à simplifier le câblage. Il permet de gérer jusqu à 16 niveaux de désenfumage sur 2 cantons distincts. Ses détecteurs optiques de fumée à réglage de seuil de sensibilité de type C.Scan+ O assurent une détection optimum en circulations horizontales communes. L ensemble répond aux objectifs fixés en la matière par l Arrêté du 31 janvier 1986 portant sur la sécurité incendie des immeubles d habitation, et notamment son article 36. Contact: Joel MERCEALAT Tel: Fax: Contact: Alain LECLUSE Tel: Fax: Flash Infos Septembre-Octobre 2008

5 Publi-reportage Contact: Ludovic GRIMALDI Tel: Fax: DETECTEUR LASER OPTEX Portée 60 m (30 m sur 180 ) Montage vertical et horizontal 4 sorties pour Ptz caméras Auto apprentissage du site Résolution à 0,25 Le RED SCAN LS-3060 est un détecteur laser innovant. Il peut détecter le mouvement, la vitesse et la distance et analyser l information algoritmiquement rendant ainsi la détection très fiable. RED SCAN est une nouvelle génération de détecteurs augmentant la fiabilité et réduisant les coûts d installation. CAE GROUPE présente son connecteur MK6A Connecteur Keystone RJ45 Catégorie 6A Deux ans après la sortie du document IEEE 802.3an définissant le 10 Gigabit Ethernet sur paires torsadées, l organisation américaine EIA/TIA a ratifié, en mars dernier, le standard 568-B.2-10 qui caractérise les systèmes de câblage Catégorie 6A. Désormais figé, le standard ne sera disponible au public qu au second semestre Pour répondre à ce nouveau standard, CAE Groupe a développé le MK6 «A» comme «Augmented», qui traduit le passage de la bande passante de 250 à 500 MHz. Le développement d un connecteur RJ45 apte à supporter les exigences de la nouvelle norme implique la parfaite maîtrise de nombreux procédés. Chaque composant et matériau du connecteur MK6A ont été sélectionnés pour leurs réponses spécifiques à toutes les contraintes d aboutissement d un tel niveau de performances. Contact: Philippe AUSTRUY Tel: Fax: Avec la Catégorie 6A une nouvelle méthodologie de test particulièrement exigeante a vu le jour : le Direct Probing qui repousse encore plus loin la notion d interopérabilité (14 cas). 5- Flash Infos Septembre-Octobre 2008

6 Du côté des membres Comment percevez-vous l évolution de votre métier? Le contexte de la mise en place du Grenelle de l Environnement doit être considéré comme une «Révolution» par rapport à l approche traditionnelle de toute notre «Filière Bâtiment». Nous ne pouvons plus rester positionnés verticalement sur nos métiers de l Electrotechnique, il en est de même pour nos collègues du Thermique. Il n y a plus de frontières... Nous devons, comme nos clients, nous positionner de façon transversale sur l approche «Energétique» des Bâtiments. Quel message souhaiteriez-vous faire passer à vos collègues? Eric PAIN, Dirigeant de Team Réseaux, Président de la Chambre Syndicale des Electriciens de l Eure (membre FFIE) a rejoint et s y implique activement En quoi ces changements influenceront-ils les domaines de? Cette révolution sera salutaire, car plus les puissances seront réduites dans les courants forts, plus l intelligence des bâtiments sera mise en perspective. Les GTB /GTC vont se développer de façon exponentielle. Que diriez-vous à vos collègues pour qu ils rejoignent? Tous les électriciens, artisans, TPE, PME, doivent s engager dans cette mutation profonde et il ne faut surtout pas que nous restions isolés, par rapport à ce formidable enjeu. Nous avons le regret de vous faire part du décès de Monsieur Jean-Pierre MORET qui dirigeait la Société CGS. Dès son entrée au, Monsieur MORET s était distingué par sa volonté de former ses collaborateurs et avait obtenu le prix de la formation en Il nous a tous marqués par son professionnalisme, sa courtoisie et sa gentillesse. Prochaine Formation 12 novembre 2008 Technicien d éxécution Contrôle d accès - Détection Intrusion - Vidéo Surveillance Contacter AFORELEC Tel: Nous devons être moteur dans la promotion de l Offre Globale, même si nous avons l impression d être marginalisés, car nous installerons de moins en moins de puissance, les convecteurs électriques sont appelés à disparaitre, une pompe à chaleur de 1kw et une VMC thermodynamique suffiront pour chauffer un petit pavillon conçu avec la norme BBC (Bâtiment Basse consommation). Les trois années passées en tant que représentant de la FFIE, au sein du Groupe Performances Energétiques de la FFB m ont conforté dans l idée que nous devons évoluer vers un statut d «Intégrateur» afin de démontrer notre capacité à conseiller nos clients et ensuite de fédérer des compétences pour aller vers les obligations de résultats imposées par le Grenelle de l Environnement à l échéance de 2012 (Approche BBC). L approche sera la même pour l artisan vis à vis du particulier, que la TPE ou la PME dans le tertiaire ou les logements collectifs. L intelligence des bâtiments sera la clé de voute de la réussite de ces projets. est armé aujourd hui pour accompagner ses adhérents à relever ce formidable défi. La FFIE change de dénomination en : «FEDERATION FRANCAISE DES ENTREPRISES DE GENIE ELECTRIQUE ET ENERGETIQUE» Le sigle de la fédérarion, FFIE, reste cependant inchangé. La CSEEE A CELEBRE 30 ANS DE VISION D AVENIR En organisant son colloque annuel autour d exposés sur les perspectives d évolution de la filière électrique dans l amphithéatre mythique de l Université de la Sorbonne. 6 Flash 2 Flash Infos Infos Septembre-Octobre Mai-Juillet

7 Club du 20 mai 2008 Monsieur LABOURIE de la société TREND CONTROL est intervenu lors du Club du 20 mai 2008 sur le thème de la GTB. Les fonctions de la GTB sont aussi bien de réguler, conduire les équipements automatiquement que d optimiser les usages notamment en ce qui concerne les délestages et les démarrages. Elles doivent également adapter la production à la demande ainsi que le partage des informations. L acquisition et la transmission des alarmes, l analyse des performances sont des fonctions que la GTB doit remplir. L enregistrement et la constitution des bases de données et historique sont des fonctions importantes pour la GTB. L ensemble du marché français de la régulation et de la GTB est en augmentation de 4,1 % ce qui représente : 314,3 M (source ACR). Ceci est notamment le fruit de la standardisation des protocoles de communication ouverts devenue effective, à la croissance des unités locales multi-techniques et leurs modules de traitement s imposent. Cependant le marché des services reste modérément positif dû à la bonne maîtrise des utilisateurs formés par les constructeurs. La GTB surveille, commande, régule et optimise tous les équipements de bâtiments afin de garantir les performances énergétiques, avec des contrats de performances publics ou privés. Elle est appuyée par les normalisations et les certifications qui favorisent son développement dont les quatre arrêtés qui font références : -Un DPE obligatoire pour les bâtiments neufs, -Obligation d affichage du DPE, -Une étude obligatoire pour choisir le bon système énergétique (Bâtiments neufs >1000m²), -Respect des objectifs de performance énergétique (optimisation des installations pour la rénovation des bâtiments). Le RT 2005 exige une comparaison du projet constructif à un projet de référence avec des exigences minimales de performance de certains matériaux et équipements. Pour cela elle impose une méthode de calcul global basée sur un principe de compensation entre différents postes de déperdition d énergie en recourant à l isolation technique. L EN (projet de loi) concernent les maîtres d ouvrage, les maîtres d œuvre, les autorités publiques ainsi que les développeurs et concepteur de logiciels. L objectif est d atteindre le niveau BEPOS en 2020 et d ici à 5ans 1/3 des bâtiments neufs en BBC ou mieux. L EN (projet de loi) donne une liste de régulations, d automatismes et de fonctions de gestion qui ont un impact sur la performance énergétique des bâtiments. Elle définit des exigences minimales de performances énergétiques pour la régulation, les automatismes et les fonctions de gestion. Elle exige ensuite soit par l utilisateur d une méthode simplifiée ou détaillée l estimation de l impact de cette performance. Les constructeurs proposent différentes prestations comme par exemple une assistance à l élaboration des projets. Que ce soit dans l industrie, le tertiaire ou le résidentiel à chaque bâtiment sa gestion technique. L installateur doit impérativement se positionner dans ce marché comme l interlocuteur capable de coordonner l ensemble des fonctions de la GTB. Pour cela il doit se former pour acquérir des compétences techniques et ainsi valoriser son savoir faire grâce à une forte volonté stratégique et commerciale. L intégralite de cette intervention est disponible sur demande au AGENDA 22 octobre 2008 Présentation du projet FFB sur la lutte contre les vols sur chantier 28 octobre 2008 Pôle Sureté 30 octobre 2008 Réunion Régionale à Elbeuf 3 novembre 2008 Bureau 4 au 7 novembre 2008 Salon Expoprotection 7 novembre 2008 Conférence à Expoprotection 13 novembre 2008 Club 18 novembre 2008 Commission Communication Marketing Développement 27 novembre 2008 Symposium 7 Flash Infos Septembre-Octobre2008

8 Club du 26 juin 2008 Intervention de Michel ROSSI (THEMISS) sur la mission de coordination SSI : EXPOPROTECTION 4 au 7 novembre 2008 Généralités SSI : Les systèmes de sécurité incendie (S.S.I.) doivent satisfaire : - d une part aux dispositions des normes en vigueur : NF S (1993) FD S (1995) NF S (2004) NF S (2007) pour SI cat.a - d autre part, aux exigences règlementaires (code du travail, ERP, IGH, habitations, attendus des permis de construire ou d autorisations de travaux,...). Les systèmes de sécurité incendie sont classés en cinq catégories par ordre de sévérité décroissante, appelées A, B, C, D et E. Les bases de la création de la fonction de coordinateur SSI : La mission de coordinateur SSI trouve son origine dans les normes NF S et NF S Cette fonction doit être couplée à la fonction de maîtrise d œuvre générale tout au long de l affaire traitée (de l analyse des besoins jusqu à la réception), ce qui en fait le correspondant privilégié de l installateur de SSI. Une lettre du 9 février 2004 du ministre de l équipement, des transports et du logement relative à la limite de l incompatibilité de l activité des contrôleurs techniques stipule que : La mission de coordination des systèmes de sécurité incendie ne peut être confiée aux contrôleurs techniques compte tenu de l incompatibilité de l exercice de leur activité avec celle de maîtrise d œuvre. Rôle du coordinateur SSI dans la phase de conception : Recense les besoins Rédige le Cahier des Charges Fonctionnel Définit : - La localisation des matériels centraux et déportés -Les constituants du SSI Spécifie : -Le principe de câblage -L ergonomie attendue du CMSI -Les procédures de réception technique Fait valider le C.C.F. par les commissions de sécurité Fait intégrer le C.C.F - Soit dans les D.C.E. - Soit lors de l écriture des C.C.T.P. - dans les C.C.A.P. Rôle du coordinateur SSI dans la phase de réalisation : Valide des plans d exécution Visite le Chantier Anime des réunions techniques «SSI» avec les corps d états concernés S assure de la cohérence entre les différents équipements du S.S.I. S assure du respect du cahier des charges et de la réalisation des essais fonctionnels du S.S.I. Rôle du coordinateur SSI en phase de réception : Réalise la réception technique du SSI après avoir reçu des installateurs les enregistrements des autocontrôles Rédige le Procès-verbal de Réception Technique du SSI Crée et/ou met à jour du dossier d identité du S.S.I. tel que visé par la norme NF S Stand 5 Allée 5 N 41 Parc d expositions de Villepinte Invitation sur demande 7 novembre 2008 à 13h45 Conférence sur le Salon «Sécurité electronique : l évolution technologique au service de la protection de votre entreprise» SYMPOSIUM 27 novembre 2008 Au Salle Pradeau Niveau -1 «La performance énergétique : un formidable enjeu pour nos entreprises» En tout état de cause, dans la mission de réalisation du SSI, l installateur (au sens large) se doit d en référer au coordinateur SSI désigné par le donneur d ordre. Une Instruction Technique spécifique est en cours de rédaction. Elle donnera les précisions manquantes à ce jour quant au contour exact de cette fonction rendue obligatoire depuis le 18 juin L intégralite de cette intervention est disponible sur demande au 8 Flash Infos Septembre-Octobre 2008

Bâtiment ÉLECTRICIEN

Bâtiment ÉLECTRICIEN Bâtiment ÉLECTRICIEN ÉLECTRICIEN L électricien effectue tous les travaux d installations électriques et de raccordement d appareils électriques dans diverses spécialités : éclairage, confort thermique,

Plus en détail

Réussir en électricité

Réussir en électricité CENTRE DE FORMATION D APPRENTIS DE L ÉQUIPEMENT ÉLECTRIQUE CAP PROELEC BP IEE BAC PRO ELEEC BTS Électrotechnique Installations Énergie Réseaux Réussir en électricité Entièrement dédié aux métiers de l

Plus en détail

Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil

Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil Notice de sécurité Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil Cette notice a été établie à l'attention des exploitants d Etablissements Recevant du Public (ERP), afin

Plus en détail

Il est nécessaire de mettre en place un système de sécurité incendie (SSI) permettant de détecter le plus rapidement possible un début de sinistre.

Il est nécessaire de mettre en place un système de sécurité incendie (SSI) permettant de détecter le plus rapidement possible un début de sinistre. PAGE : 1 Situation : Les établissements doivent être protégés contre les incendies. Suivant leur catégorie, les systèmes de sécurité incendie (SSI) à mettre en place sont plus ou moins complexes. A l issue

Plus en détail

Gestion active des bâtiments. Classification des niveaux d intégration de la sécurité

Gestion active des bâtiments. Classification des niveaux d intégration de la sécurité Gestion active des bâtiments Classification des niveaux d intégration de la sécurité L évaluation de la performance d un bâtiment tient compte de sa consommation énergétique et de son empreinte environnementale

Plus en détail

Classification des actions d efficacité énergétique

Classification des actions d efficacité énergétique Gestion active des bâtiments Classification des actions d efficacité énergétique dans le cadre de la rénovation des bâtiments existants Les bâtiments représentent à eux seuls 4% de la consommation d énergie

Plus en détail

Guide pour le Raccordement des Logements Neufs à la Fibre Optique. Novembre 2011

Guide pour le Raccordement des Logements Neufs à la Fibre Optique. Novembre 2011 Guide pour le Raccordement des Logements Neufs à la Fibre Optique Novembre 2011 Préambule Ce document est destiné à la Filière, c est à dire les installateurs, prescripteurs, promoteurs, opérateurs, fabricants,

Plus en détail

Classification des actions d efficacité énergétique

Classification des actions d efficacité énergétique Gestion active des bâtiments Classification des actions d efficacité énergétique dans le cadre de la rénovation des bâtiments existants Les bâtiments représentent à eux seuls 43% de la consommation d énergie

Plus en détail

COUR DE JUSTICE DE L'UNION EUROPEENNE APPEL D'OFFRES CJ 04/2014 ASSURANCE TOUS RISQUES ELECTRONIQUE CLARIFICATION Q&A #1

COUR DE JUSTICE DE L'UNION EUROPEENNE APPEL D'OFFRES CJ 04/2014 ASSURANCE TOUS RISQUES ELECTRONIQUE CLARIFICATION Q&A #1 COUR DE JUSTICE DE L'UNION EUROPEENNE APPEL D'OFFRES CJ 04/2014 ASSURANCE TOUS RISQUES ELECTRONIQUE CLARIFICATION Q&A #1 Référence: CJ-04-2014-Q&A-1 Page 1/5 Q 1 Concernant le marché dont question en rubrique

Plus en détail

PASSEPORT POUR LA MISE EN SITUATION PROFESSIONNELLE -MSP- HABILITATION DE L ARCHITECTE DIPLÔMÉ D ÉTAT À EXERCER LA MAITRISE D ŒUVRE EN SON NOM PROPRE

PASSEPORT POUR LA MISE EN SITUATION PROFESSIONNELLE -MSP- HABILITATION DE L ARCHITECTE DIPLÔMÉ D ÉTAT À EXERCER LA MAITRISE D ŒUVRE EN SON NOM PROPRE École nationale supérieure d architecture Montpellier PASSEPORT POUR LA MISE EN SITUATION PROFESSIONNELLE -MSP- HABILITATION DE L ARCHITECTE DIPLÔMÉ D ÉTAT À EXERCER LA MAITRISE D ŒUVRE EN SON NOM PROPRE

Plus en détail

Entretien et maintenance des installations techniques Hôtel tertiaire Numerica ZAC des Portes du Jura

Entretien et maintenance des installations techniques Hôtel tertiaire Numerica ZAC des Portes du Jura Entretien et maintenance des installations techniques Hôtel tertiaire Numerica ZAC des Portes du Jura Prestations Alarme intrusionalarme incendie et contrôle d accès Sommaire 1 OBJET ET ETENDUE... 02 1.1.

Plus en détail

Votre sérénité, c est notre proximité Notre performance, c est votre sécurité

Votre sérénité, c est notre proximité Notre performance, c est votre sécurité Votre sérénité, c est notre proximité Notre performance, c est votre sécurité Les applications d entreprise les plus évoluées transitent sur les réseaux et leurs infrastructures de câblage. La qualité

Plus en détail

MARCHE SUR LA MAINTENANCE DU SYSTEME D INCENDIE, INTRUSION

MARCHE SUR LA MAINTENANCE DU SYSTEME D INCENDIE, INTRUSION CUFR JF CHAMPOLLION Place de Verdun 81000 ALBI CAHIER DES CHARGES MARCHE SUR LA MAINTENANCE DU SYSTEME D INCENDIE, INTRUSION N 103-2011 Place de Verdun, 81000 ALBI 1/12 SOMMAIRE 1-OBJET DU MARCHE.. 2-LIEU

Plus en détail

Gamme SECURIDYS. Equipements biomédicaux / Surveillance gaz médicaux

Gamme SECURIDYS. Equipements biomédicaux / Surveillance gaz médicaux Gamme SECURIDYS Equipements biomédicaux / Surveillance gaz médicaux Signalisation & alarmes GAZ MÉDICAUX Gaz Médicaux Gaz Médicaux SIGNALISATION & ALARMES Dotées du marquage CE Dispositif Médical, Dotées

Plus en détail

Chantier de la fibre optique : un potentiel de mobilisation de plus de 19 000 emplois d ici à 2022

Chantier de la fibre optique : un potentiel de mobilisation de plus de 19 000 emplois d ici à 2022 DOSSIER DE PRESSE Appui Technique Prospectif relatif aux besoins en formation, emplois et compétences liés au déploiement de la fibre optique Chantier de la fibre optique : un potentiel de mobilisation

Plus en détail

LOT N 12 - ELECTRICITE CFO/CFA-SSI

LOT N 12 - ELECTRICITE CFO/CFA-SSI LOT N 12 - ELECTRICITE CFO/CFA-SSI 1/15 LOT N 12 - ELECTRICITE CFO/CFA-SSI 12.3. CADRE DE DECOMPOSITION DU PRIX GLOBAL ET FORFAITAIRE A Généralités 1 Installations Electriques de chantier - Disjoncteur

Plus en détail

EQUIPEMENTS DE SECURITE DANS LES BATIMENTS

EQUIPEMENTS DE SECURITE DANS LES BATIMENTS EQUIPEMENTS DE SECURITE DANS LES BATIMENTS La réglementation : C est la loi Les supports réglementairesr Le règlement de sécurité : C est l ensemble des textes relatifs à la sécurité applicables aux Établissements

Plus en détail

EXAPROBE-ECS. Présentation ENERGIE, CABLING & SURETE BY DEVOTEAM

EXAPROBE-ECS. Présentation ENERGIE, CABLING & SURETE BY DEVOTEAM EXAPROBE-ECS Présentation ENERGIE, CABLING & SURETE BY DEVOTEAM NOTRE MISSION La Technologie au service de la performance de votre entreprise 2 DU CONSEIL À L INTÉGRATION ET MAINTENANCE Partenaire de confiance

Plus en détail

Communauté de communes du Pays de St Gilles Croix de Vie BP 30669 GIVRAND 85808 ST GILLES CROIX DE VIE

Communauté de communes du Pays de St Gilles Croix de Vie BP 30669 GIVRAND 85808 ST GILLES CROIX DE VIE Communauté de communes du Pays de St Gilles Croix de Vie BP 30669 GIVRAND 85808 ST GILLES CROIX DE VIE EXTENSION DU SIEGE ADMINISTRATIF (Modification de l existant et extension) CADRE DE BORDEREAU DE DECOMPOSITION

Plus en détail

FRANCE : Towards Nearly Zero Energy Building

FRANCE : Towards Nearly Zero Energy Building FRANCE : Towards Nearly Zero Energy Building Bruxelles - 13 avril 2011 David JUIN Chef de projet réglementation thermique Ministère de l écologie, du développement durable, des transports et du logement

Plus en détail

Travaux en cours. Diaporama réalisé par Thierry MARBEHAN Avec la collaboration de la société SIEMENS CERBERUS

Travaux en cours. Diaporama réalisé par Thierry MARBEHAN Avec la collaboration de la société SIEMENS CERBERUS Travaux en cours Diaporama réalisé par Thierry MARBEHAN Avec la collaboration de la société SIEMENS CERBERUS Triangle du feu Que ce soit un feu controlé ou un incendie, la combustion est une réaction chimique

Plus en détail

L article R 123-2 du Code de

L article R 123-2 du Code de ÉTANCHÉITÉ.INFO #40 décembre 2013 TECHNIQUE 29 Réglementation ERP Désenfumage des ERP : des règles générales complétées par des spécificités liées au type d exploitation Selon la taille et la nature de

Plus en détail

somfy.fr TaHoma, Une nouvelle histoire entre Somfy, ma maison et moi

somfy.fr TaHoma, Une nouvelle histoire entre Somfy, ma maison et moi somfy.fr TaHoma, Une nouvelle histoire entre Somfy, ma maison et moi Avec TaHoma, entre ma maison et moi, c est une histoire de...... confort Je gère toute ma maison depuis un ordinateur ou un smartphone.

Plus en détail

Remplacement du système de contrôle d accès de l Enssat

Remplacement du système de contrôle d accès de l Enssat Remplacement du système de contrôle d accès de l Enssat Cahier des Clauses Techniques Particulières (CCTP) Dossier 0955 W ENSSAT 17 juin 2009 Page 1/8 Table des matières I. Présentation de l environnement...

Plus en détail

Technicien - Expert en performance thermique de bâtiments neufs ou existants

Technicien - Expert en performance thermique de bâtiments neufs ou existants PARCOURS COMPLET DE PROFESSIONNALISATION Technicien - Expert en performance thermique de bâtiments neufs ou existants proposer un ensemble de prestations liées à l amélioration de la performance thermique

Plus en détail

Quelles actions pour réduire les consommations d énergie et générer un retour sur investissement rapide?

Quelles actions pour réduire les consommations d énergie et générer un retour sur investissement rapide? Quelles actions pour réduire les consommations d énergie et générer un retour sur investissement rapide? 3 niveaux d actions d efficacité énergétique La gestion d énergie, les systèmes de comptage et d

Plus en détail

L'habitat communicant

L'habitat communicant L'habitat résidentiel intègre de plus en plus, dans son infrastructure, les réseaux de communication (téléphone, Internet, multimédia), au même titre que le réseau électrique Le terme VDI (Voix, Données,

Plus en détail

OUVERTURE D UN COMMERCE

OUVERTURE D UN COMMERCE OUVERTURE D UN COMMERCE Les règles de sécurité d un ERP : Etablissement Recevant du Public Création de la boutique Installation des systèmes de sécurité Ouverture du commerce Photo : La fausse boutique,

Plus en détail

/ 20. Installation Caméra Vidéosurveillance Trendnet-IP422WN. Lycée Edouard Branly. Bac professionnel Systèmes Electronique et Numériques

/ 20. Installation Caméra Vidéosurveillance Trendnet-IP422WN. Lycée Edouard Branly. Bac professionnel Systèmes Electronique et Numériques Date : ACTIVITÉ : Installation Caméra Vidéosurveillance Trendnet-IP422WN CONDITIONS D EXERCICE - Moyens et Ressources @ Internet Logiciel Doc. PC Outillages Matériels Niveau de maîtrise des savoirs 1 2

Plus en détail

RESEAUX DE TELECOMMUNICATIONS

RESEAUX DE TELECOMMUNICATIONS RESEAUX DE TELECOMMUNICATIONS Lamas-Technologies Siège social 27, avenue de l Opéra 75001 Paris France Tél:+33 (0) 611 532 281 - Fax: +33 (0) 170 247 109 Email : info@lamas-tech.com Eurl au capital de

Plus en détail

Sécurité incendie. dans les petits hôtels. Mémento. (de 5 e catégorie)

Sécurité incendie. dans les petits hôtels. Mémento. (de 5 e catégorie) Mémento Sécurité incendie dans les petits hôtels (de 5 e catégorie) Les grands principes de la prévention incendie Le cadre réglementaire Les contacts utiles Les grands principes de la prévention incendie

Plus en détail

FICHE DE SEQUENCE TOTAL : / 170. LOGICIEL «Legrand» : VDI. Lieu d activité : Atelier. Système : Ordinateur VOUS AVEZ APPRIS: VOUS AVEZ:

FICHE DE SEQUENCE TOTAL : / 170. LOGICIEL «Legrand» : VDI. Lieu d activité : Atelier. Système : Ordinateur VOUS AVEZ APPRIS: VOUS AVEZ: FICHE DE SEQUENCE Repère : Logiciel VDI LOGICIEL «Legrand» : VDI Système : Ordinateur Lieu d activité : Atelier OBJECTIF : Introduction à la VDI. Comprendre un câblage VDI. Pourquoi un faire un câblage

Plus en détail

Les entretiens de Télécom ParisTech & Le colloque TIC Santé 2011. Atelier 1 :«TIC et pratiques innovantes au

Les entretiens de Télécom ParisTech & Le colloque TIC Santé 2011. Atelier 1 :«TIC et pratiques innovantes au Les entretiens de Télécom ParisTech & Le colloque TIC Santé 2011 Atelier 1 :«TIC et pratiques innovantes au sein des structures de santé» L opération VDI du nouvel hôpital du CHAC ParisTech les 8 et 9

Plus en détail

Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie. Le règlement de Sécurité contre les risques d incendie. ERP et IGH de Type O

Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie. Le règlement de Sécurité contre les risques d incendie. ERP et IGH de Type O Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie JURIDIQUE Date : 31/01/2012 N : 04.12 Le règlement de Sécurité contre les risques d incendie ERP et IGH de Type O L arrêté du 25 octobre 2011 portant

Plus en détail

La Gestion Technique de Bâtiment Pour des bâtiments intelligents

La Gestion Technique de Bâtiment Pour des bâtiments intelligents La Gestion Technique de Bâtiment Pour des bâtiments intelligents Un levier important de la réduction des consommations d un bâtiment est la bonne gestion de ses équipements. En effet, la façon dont un

Plus en détail

Sécurité incendie, législation du travail

Sécurité incendie, législation du travail GUIDE PRATIQUE Hôteliers Quelles sont vos obligations? Guide des bonnes pratiques pour les hôteliers Sécurité incendie, législation du travail DOCUMENT DE TRAVAIL Novembre 2012 1 Sommaire p. 3 p. 3 p.

Plus en détail

V D I.(Voix Donnée Image)

V D I.(Voix Donnée Image) V D I.(Voix Donnée Image) Objectifs: Définir les principes de la VDI. Énoncer et définir les principes de mise en oeuvre A - La VDI. 1-Introduction. Le premier réseau courant faible fut sans aucun doute

Plus en détail

LES RESEAUX DE COMMUNICATION

LES RESEAUX DE COMMUNICATION 1 LES RESEAUX DE COMMUNICATION L arrivée d internet, des chaînes numériques et d autres technologies numériques dans l habitat ont fait évoluer nos habitudes. Comment accéder à ces données? Quelles sont

Plus en détail

NOTICE TECHNIQUE DE SECURITE

NOTICE TECHNIQUE DE SECURITE MODELE N 2 Document disponible sur http://www.auvergne.pref.gouv.fr/protection_civile/etablissements _recevant_public/sec_incendie_erp/procedure.php NOTICE TECHNIQUE DE SECURITE Etablissement Recevant

Plus en détail

Anticipez les nouveaux usages du réseau domestique nodeis

Anticipez les nouveaux usages du réseau domestique nodeis Anticipez les nouveaux usages du réseau domestique nodeis nodeis, un brassage conçu pour durer Le déploiement rapide de la fibre optique favorise l émergence de nouveaux comportements numériques. Avec

Plus en détail

PRÉVISIONS DE DEMANDES D ÉQUIPEMENT AU 30/01/2004

PRÉVISIONS DE DEMANDES D ÉQUIPEMENT AU 30/01/2004 PÉVISIONS DE DEMANDES D ÉQUIPEMENT AU 30/01/2004 Effectifs Équipements Activités Local technique Système de distribution (TGBT Pédagogique) Environnement permettant de travailler au voisinage d intervention

Plus en détail

La Gestion Technique Centralisée. Qu est ce que c est? A quoi ça sert?

La Gestion Technique Centralisée. Qu est ce que c est? A quoi ça sert? La Gestion Technique Centralisée. Qu est ce que c est? A quoi ça sert? Cet article a pour objectif de rappeler les notions principales relatives à la Gestion Technique Centralisée. Mais qu entend on par

Plus en détail

gamme JM La solution adaptée

gamme JM La solution adaptée gamme JM La solution adaptée écran tactile boucle magnétique Communication mains libres ou combiné zoom 9 zones écran 7 0 0 gamme JM La solution adaptée voyant d état alarme active, appel en cours, images

Plus en détail

TSM EVOLUTION > SYSTÈME DE DÉTECTION INCENDIE ADRESSABLE ET CONVENTIONNEL ADR

TSM EVOLUTION > SYSTÈME DE DÉTECTION INCENDIE ADRESSABLE ET CONVENTIONNEL ADR SYSTÈME DE SÉCURITÉ INCENDIE www.marque-nf.com ADR > SYSTÈME DE DÉTECTION INCENDIE ADRESSABLE ET CONVENTIONNEL TSM EVOLUTION LA SOLUTION ÉVOLU > 3 versions pré-équipées d ECS (Equipement de Contrôle et

Plus en détail

Réussir son installation domotique et multimédia

Réussir son installation domotique et multimédia La maison communicante Réussir son installation domotique et multimédia François-Xavier Jeuland Avec la contribution de Olivier Salvatori 2 e édition Groupe Eyrolles, 2005, 2008, ISBN : 978-2-212-12153-7

Plus en détail

STRUCTURE ET PERSPECTIVES DES MARCHES DE LA METALLERIE SYNTHESE

STRUCTURE ET PERSPECTIVES DES MARCHES DE LA METALLERIE SYNTHESE Union des Métalliers 10, rue du Débarcadère 75017 Paris Tél. 01 40 55 13 00 Fax. 01 40 55 13 01 Union@metallerie.ffbatiment.fr STRUCTURE ET PERSPECTIVES DES MARCHES DE LA METALLERIE SYNTHESE NOVEMBRE 2012

Plus en détail

protection incendie Ouvrant de façade : Orcades

protection incendie Ouvrant de façade : Orcades protection incendie Ouvrant de façade : Orcades FTE 502 130 D Mai 2011 Orcades ouvrant de façade d amenée d air Avantages Esthétique soignée (grille Cyclades en façade intérieure en option). Bonne isolation

Plus en détail

REDINGER ENERGIES. EURL REDINGER ENERGIES, Siège social 185 Allée Kennedy, 62110 Hénin-Beaumont,

REDINGER ENERGIES. EURL REDINGER ENERGIES, Siège social 185 Allée Kennedy, 62110 Hénin-Beaumont, REDINGER ENERGIES Votre partenaire pour une solution globale et durable en Gestion Technique des Bâtiments. Ingénierie en système de sécurité des biens et des personnes dans tous types de locaux, Domotique,

Plus en détail

Pour un habitat sûr. Assurer la sécurité de son installation électrique, c est simple quand on nous guide!

Pour un habitat sûr. Assurer la sécurité de son installation électrique, c est simple quand on nous guide! Pour un habitat sûr Assurer la sécurité de son installation électrique, c est simple quand on nous guide! Bien connaître la réglementation Votre installation électrique doit être à la norme Qu est-ce qu

Plus en détail

Copropriétés. Financez vos travaux d économies d énergie avec les Certificats d Economies d Energie. Formation ARC 6 mai 2014 CONFIDENTIEL

Copropriétés. Financez vos travaux d économies d énergie avec les Certificats d Economies d Energie. Formation ARC 6 mai 2014 CONFIDENTIEL Ceelium 2014 CONFIDENTIEL Formation ARC 6 mai 2014 Copropriétés Financez vos travaux d économies d énergie avec les Certificats d Economies d Energie Intervenant : Jérémy LAUER-STUMM, responsable marketing,

Plus en détail

Soumise à l effet du vent, à la différence

Soumise à l effet du vent, à la différence CVC N 871 NOV./DÉC. 2011 13 PROFESSION ÉTUDE Infiltrométrie Vers un résultat d étanchéité à l air des bâtiments La réglementation thermique 2012 impose un niveau élevé d étanchéité à l air des nouveaux

Plus en détail

DÉTECTION ET PROTECTION CONTRE L'INCENDIE L'INTÉGRALE DE LA SÉCURITÉ Maintenance des SSI

DÉTECTION ET PROTECTION CONTRE L'INCENDIE L'INTÉGRALE DE LA SÉCURITÉ Maintenance des SSI DÉTECTION ET PROTECTION CONTRE L'INCENDIE L'INTÉGRALE DE LA SÉCURITÉ Maintenance des SSI Maintenance des Systèmes de Sécurité Incendie Extraits commentés des textes réglementaires DE L EXCELLENCE NAÎT

Plus en détail

L émergence du Logement Multimédia

L émergence du Logement Multimédia 1. Le Très s Haut Débit D (THD) 2. Réglementation 3. Contexte de déploiement d du THD Sommaire 4. Axes de développement d majeurs dans le résidentiel r (Hors logements) 5. Le THD & HD résidentiel Pour

Plus en détail

Le câblage VDI. V: Voix D: Données I: Images

Le câblage VDI. V: Voix D: Données I: Images Le câblage VDI D après le catalogue Legrand 1 ) Introduction : Les moyens actuels de communication sont en évolution permanente. Là où le téléphone était le seul système de communication, de nouveaux moyens

Plus en détail

Coffret Distributeur de DJ10: Distributeur de jetons (Avec PC embarqué Siemens et suite logicielle)

Coffret Distributeur de DJ10: Distributeur de jetons (Avec PC embarqué Siemens et suite logicielle) Distributeur de jetons & Point de vente Etudes des solutions électroniques d un point de vente avec distributeur de jetons Le Distributeur de jetons en un clin d œil Sections Electronique, Informatique

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 12 JUILLET 2013

DOSSIER DE PRESSE 12 JUILLET 2013 DOSSIER DE PRESSE 12 JUILLET 2013 De l intelligence dans le bâtiment pour sensibiliser les habitants à leur consommation énergétique à Cachan. Après une première expérience réussie à Aubervilliers en 2012,

Plus en détail

Présentation. Histoire...3 Moyens humains & matériels.4 Situation géographique..5 Références...6. Instrumentation...7

Présentation. Histoire...3 Moyens humains & matériels.4 Situation géographique..5 Références...6. Instrumentation...7 Sommaire Présentation Histoire...3 Moyens humains & matériels.4 Situation géographique..5 Références...6 Activités Instrumentation...7 Electricité.8 Génie électrique. 9 Courant faible.10 Maîtrise de l

Plus en détail

Proximité Simplicité Efficacité. Une gamme complète de produits d alarme conçus pour vous simplifier la vie

Proximité Simplicité Efficacité. Une gamme complète de produits d alarme conçus pour vous simplifier la vie Concepteur & fabricant de systèmes d alarme sans fil Une gamme complète de produits d alarme conçus pour vous simplifier la vie SurTec conçoit et fabrique une gamme complète de produits d alarme sans fil

Plus en détail

DETECTION ET ALARME INCENDIE DANS LES E.R.P

DETECTION ET ALARME INCENDIE DANS LES E.R.P DETECTION ET ALARME INCENDIE DANS LES E.R.P Le système d'alarme incendie doit permettre de signaler un sinistre et de le localiser. Il fonctionne sur une source autonome en l'absence de courant. L'action

Plus en détail

= Sécurité + performance + fiabilité des appareils d éclairage à LED

= Sécurité + performance + fiabilité des appareils d éclairage à LED Dossier de Presse Octobre 2014 LCIE Bureau Veritas + PISEO + Serma Technologies = Sécurité + performance + fiabilité des appareils d éclairage à LED ForumLED Europe Grande Halle de La Villette 211 avenue

Plus en détail

Manuel d installation. AXCITY ZAC des Hauts de Wissous «Air Park de Paris» Bâtiment le Cormoran 3 rue Jeanne Garnerin 91320 Wissous

Manuel d installation. AXCITY ZAC des Hauts de Wissous «Air Park de Paris» Bâtiment le Cormoran 3 rue Jeanne Garnerin 91320 Wissous Manuel d installation du OFFICE PACK XL AXCITY ZAC des Hauts de Wissous «Air Park de Paris» Bâtiment le Cormoran 3 rue Jeanne Garnerin 91320 Wissous ABSNEP0401 n 1 2012 Sommaire Manuel d installation du

Plus en détail

PREPARER SA VISITE AUX «COULISSES DU BATIMENT» Livret destiné aux collégiens et lycéens visitant les chantiers et ateliers

PREPARER SA VISITE AUX «COULISSES DU BATIMENT» Livret destiné aux collégiens et lycéens visitant les chantiers et ateliers PREPARER SA VISITE AUX «COULISSES DU BATIMENT» Livret destiné aux collégiens et lycéens visitant les chantiers et ateliers Rendez-vous le 11 octobre 2012 pour visiter le chantier GROUPE SCOLAIRE ILOT DE

Plus en détail

AQUACIAT2 HYBRID LA SOLUTION BI-ÉNERGIES COMPACTE PAC & CHAUDIÈRE GAZ. Puissances frigorifiques et calorifiques de 45 à 80 kw

AQUACIAT2 HYBRID LA SOLUTION BI-ÉNERGIES COMPACTE PAC & CHAUDIÈRE GAZ. Puissances frigorifiques et calorifiques de 45 à 80 kw COMMERCIALISATION 2 ÈME TRIMESTRE 2014 C O N F O R T Q U A L I T É D A I R O P T I M I S A T I O N É N E R G É T I Q U E PAC & CHAUDIÈRE GAZ AQUACIAT2 HYBRID Puissances frigorifiques et calorifiques de

Plus en détail

SOMMAIRE. Annexe 2 Modèle de demande d autorisation de construire (PC) --------------------- p. 8 à 12

SOMMAIRE. Annexe 2 Modèle de demande d autorisation de construire (PC) --------------------- p. 8 à 12 SOMMAIRE Annexe 1 Composition d un dossier à soumettre à l avis des sous-commissions de sécurité et d accessibilité Autorisation de Travaux) ---------------------------- p. 3 à 7 Annexe 2 Modèle de demande

Plus en détail

Directive Aération des cages d ascenseur

Directive Aération des cages d ascenseur Directive Aération des cages d ascenseur 1 OBJET DE CETTE DIRECTIVE Les installations d ascenseurs dans des immeubles chauffés provoquent souvent des pertes thermiques supplémentaires du fait de lacunes

Plus en détail

La qualité au service de. vos exigences

La qualité au service de. vos exigences La qualité au service de vos exigences Edito La qualité, la réactivité, l investissement humain dans chaque projet ont fait de ERI un acteur incontournable dans l acte de construire. ERI dispose, depuis

Plus en détail

Département de l Hérault

Département de l Hérault Du diagnostic à l opérationnel, quelles priorités? Le cas des collèges de l Hérault Jean-Pierre Quentin, directeur d exploitation du pôle éducation Patrimoine Conseil général de l Hérault mai 2009 AUDIT

Plus en détail

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat Objectifs : Être au plus près des entreprises et de leurs salariés en proposant des services et outils adaptés à leurs besoins. 12 fiches «service» synthétiques, répertoriées en 5 grands thèmes : PROFESSIONNALISATION

Plus en détail

AVANT-PROPOS. Est-ce un énorme investissement? Quels sont les avantages concrets de la VoIP?

AVANT-PROPOS. Est-ce un énorme investissement? Quels sont les avantages concrets de la VoIP? AVANT-PROPOS Ces dernières années, le fort développement d un Internet à Très Haut Débit dans les entreprises s est traduit par la migration d une téléphonie dite traditionnelle à une téléphonie utilisant

Plus en détail

A4 BÂTIMENTS : RECEVOIR TOUS LES PUBLICS

A4 BÂTIMENTS : RECEVOIR TOUS LES PUBLICS A4 BÂTIMENTS : RECEVOIR TOUS LES PUBLICS Organisateur INSET DE MONTPELLIER Animateur Serge MASSIS, Directeur des Études urbaines, Ville de Cannes, AITF (Association des ingénieurs territoriaux de France)

Plus en détail

VITODATA VITOCOM. bien plus que la chaleur. Télésurveillance et télégestion d installations de chauffage par Internet. Internet TeleControl

VITODATA VITOCOM. bien plus que la chaleur. Télésurveillance et télégestion d installations de chauffage par Internet. Internet TeleControl bien plus que la chaleur VITODATA VITOCOM Internet TeleControl Télésurveillance et télégestion d installations de chauffage par Internet Viessmann S.A. Z.I. - B.P. 59-57380 Faulquemont Tél. : 03 87 29

Plus en détail

GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION

GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION sécurité incendie Réglementation et mise en sécurité incendie des bâtiments d habitation > Bâtiments d habitation > Parcs de stationnement > s - foyers Sécurité incendie dans

Plus en détail

Mesure tension arrivée EDF. Mesure tension point le plus éloigné. Plans armoires. Contrôle des serrages armoires. Mise en services des horloges

Mesure tension arrivée EDF. Mesure tension point le plus éloigné. Plans armoires. Contrôle des serrages armoires. Mise en services des horloges COURANTS FORTS Mesure terre principale ( indiquer valeur) Contrôle des laisons équipotentielles et continuité de terre Contôles ou mesure isolement (indiquer la valeur) Mesure tension arrivée EDF Mesure

Plus en détail

GESCO, expert en électricité. www.expert-electricite.com/

GESCO, expert en électricité. www.expert-electricite.com/ GESCO, expert en électricité www.expert-electricite.com/ L organisation Branche Environnement Branches Energie Expert en électricité Effectif 2008 : 135 personnes C.A. 2008 : 14 Millions d euros 2 www.expert-electricite.com/

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR L INSTALLATION D UN SYSTEME DE VIDEO SURVEILLANCE ET DE CONTROLE D ACCES AU SIEGE DE L OAPI

TERMES DE REFERENCE POUR L INSTALLATION D UN SYSTEME DE VIDEO SURVEILLANCE ET DE CONTROLE D ACCES AU SIEGE DE L OAPI TERMES DE REFERENCE POUR L INSTALLATION D UN SYSTEME DE VIDEO SURVEILLANCE ET DE CONTROLE D ACCES AU SIEGE DE L OAPI Novembre 2014 1 1- Contexte L Organisation Africaine de la Propriété Intellectuelle

Plus en détail

VIPA Green Solution. Conformément à la norme DIN EN ISO 50001

VIPA Green Solution. Conformément à la norme DIN EN ISO 50001 VIPA Green Solution Conformément à la norme DIN EN ISO 50001 VIPA GREEN SOLUTION Consommations élevées Activités intensives Rendements Depuis 2011 la certifi cation ISO 50001 fournit un cadre permettant

Plus en détail

Maîtrise de la demande dans le bâtiment résidentiel. Un grand programme de rénovation. Octobre 2012

Maîtrise de la demande dans le bâtiment résidentiel. Un grand programme de rénovation. Octobre 2012 Maîtrise de la demande dans le bâtiment résidentiel. Un grand programme de rénovation Octobre 2012 Messages clés Ciblage et diagnostic Incitations, aides, financement Organisation des filières Maîtrise

Plus en détail

Livret destiné aux collégiens

Livret destiné aux collégiens PREPARER SA VISITE AUX «COULISSES DU BTP» Livret destiné aux collégiens Rendez-vous les Visite du chantier de Sommaire 1. Qu est-ce que le batiment?... 3 Qu entend-on concrètement par «bâtiment»?... 3

Plus en détail

CCTP 07.TVX.02 Page N 1

CCTP 07.TVX.02 Page N 1 CCTP 07.TVX.02 Page N 1 SOMMAIRE A EXPOSE GENERAL DE L OPERATION A.01 OPERATION Page : 3 A.02 INTERVENANTS Page : 3 A.03 DOCUMENTS REMIS Page : 3 B GENERALITES TOUS CORPS D ETAT B.01 OBJET DU C.C.T.P.

Plus en détail

Essais de résistance au feu

Essais de résistance au feu Essais de résistance au feu Cloisons 98-48 avec plaques de plâtre EI60 (coupe feu 1heure) DTU 25-41 Livret technique 4 - Octobre 2009 Le Service Recherche & Développement SOMMAIRE Préambule page 3 Construire

Plus en détail

+ + Construction en bottes de paille. Professionnaliser. pourquoi, pour qui, comment? Réseau Français de la Construction en Paille

+ + Construction en bottes de paille. Professionnaliser. pourquoi, pour qui, comment? Réseau Français de la Construction en Paille Réseau Français de la Construction en Paille Construction en bottes de paille Professionnaliser pourquoi, pour qui, comment? Caractériser le matériau: des essais étrangers ou de partenaires Essais acoustiques

Plus en détail

Bâtiment et développement durable

Bâtiment et développement durable Bâtiment MAÇON MAÇON Le maçon construit le gros œuvre des bâtiments. Il met en place les fondations puis monte les structures porteuses : murs, poutrelles et planchers. Métier Le maçon réalise des travaux

Plus en détail

Welcome to PHOENIX CONTACT. Building Automation. Solutions pour la gestion énergétique de vos bâtiments

Welcome to PHOENIX CONTACT. Building Automation. Solutions pour la gestion énergétique de vos bâtiments Welcome to PHOENIX CONTACT Building Automation Solutions pour la gestion énergétique de vos bâtiments Corporate Structure AUJOURD HUI Phoenix Contact représente 1,3milliards de CA et 11000 personnes Bad

Plus en détail

La VDI : le câblage structuré

La VDI : le câblage structuré La VDI : le câblage structuré Objectif : réaliser la liaison de tous les utilisateurs à tous les réseaux Assurer souplesse, fiabilité, évolutions entre des utilisateurs des terminaux divers des réseaux

Plus en détail

Guide sur les initiatives RSE sectorielles Fiche n 6 Engagements RSE dans le secteur des industries électriques, électroniques et de communication

Guide sur les initiatives RSE sectorielles Fiche n 6 Engagements RSE dans le secteur des industries électriques, électroniques et de communication MEDEF - ORSE octobre 2014 Guide sur les initiatives RSE sectorielles Fiche n 6 dans le secteur des industries électriques, électroniques et de communication Fédération des Industries Electriques, Electroniques

Plus en détail

Environnement du bloc opératoire

Environnement du bloc opératoire La gestion du risque infectieux au bloc opératoire Environnement du bloc opératoire Salles propres et environnements maîtrisés apparentés dans les établissements de santé : une norme. Alain GUEY, Dépt.

Plus en détail

Ingénieur patrimoine immobilier et logistique

Ingénieur patrimoine immobilier et logistique Ingénieur patrimoine immobilier et logistique G1X21 Patrimoine : travaux et maintenance immobilière / Logistique et service - IR L ingénieur du patrimoine immobilier et logistique conduit : Le management

Plus en détail

SOMMAIRE. 1. Architecture proposée. 2. Constituants de la solution. 3. Supervision DATA CENTER OPTION SERVICE

SOMMAIRE. 1. Architecture proposée. 2. Constituants de la solution. 3. Supervision DATA CENTER OPTION SERVICE SOMMAIRE DATA CENTER OPTION SERVICE 1. Architecture proposée 2. Constituants de la solution 3. Supervision 1 1 ARCHITECTURE GENERALE 2 Implantation Plan du site et localisation de la salle informatique

Plus en détail

Attestations, mesures, DPE, études réglementaires : de nouvelles prestations obligatoires s imposent aux maitres d ouvrage

Attestations, mesures, DPE, études réglementaires : de nouvelles prestations obligatoires s imposent aux maitres d ouvrage Attestations, mesures, DPE, études réglementaires : de nouvelles prestations obligatoires s imposent aux maitres d ouvrage Jean-Michel Desoutter 18 juin 2014 Les prestations connexes au contrôle technique

Plus en détail

REFERENTIEL POUR L ATTRIBUTION DE LA MENTION RGE :

REFERENTIEL POUR L ATTRIBUTION DE LA MENTION RGE : REFERENTIEL POUR L ATTRIBUTION DE LA MENTION RGE : RECONNU GARANT DE L ENVIRONNEMENT Date de mise en application : 20/02/2014 QUALIFELEC RE/0010 indice A 1 SOMMAIRE 1. DOMAINE D APPLICATION... 4 1.1 Objet...

Plus en détail

Votre Partenaire pour vos projets d Automatismes de bâtiments Tertiaires et Industriels

Votre Partenaire pour vos projets d Automatismes de bâtiments Tertiaires et Industriels Votre Partenaire pour vos projets d Automatismes de bâtiments Tertiaires et Industriels Spécialisée dans le domaine de la gestion technique des bâtiments tertiaires et industriels, notre société développe

Plus en détail

Proposition d amendements. ARC Association des Responsables de Copropriété

Proposition d amendements. ARC Association des Responsables de Copropriété Projet de loi relatif à la transition énergétique pour la croissance verte Proposition d amendements ARC Association des Responsables de Copropriété 17 septembre 2014 1 Table des matières Amendement n

Plus en détail

Protecn@ Protection des biens et des personnes

Protecn@ Protection des biens et des personnes Protection des biens et des personnes Ensemble construisons votre solution de Sécurité Protecn@ est un Bureau d Etudes Sécurité / Sûreté spécialisé dans la lutte contre la Malveillance et l Insécurité.

Plus en détail

Devenez Expert Tertiaire Somfy. Et engagez vous sur la voie du succès!

Devenez Expert Tertiaire Somfy. Et engagez vous sur la voie du succès! Devenez Expert Tertiaire Somfy Et engagez vous sur la voie du succès! Valorisez votre savoir-faire et vos compétences avec l appui des chargés d affaires tertiaire Somfy qui s engagent à vos côtés. Votre

Plus en détail

DISPOSITIF RÉGIONAL ET DEPARTEMENTAL EN FAVEUR DES PÉPINIÈRES D ENTREPRISES

DISPOSITIF RÉGIONAL ET DEPARTEMENTAL EN FAVEUR DES PÉPINIÈRES D ENTREPRISES CAHIER DES CHARGES DISPOSITIF RÉGIONAL ET DEPARTEMENTAL EN FAVEUR DES PÉPINIÈRES D ENTREPRISES Rappel du cadre général d intervention des 3 collectivités : Dans le prolongement du Schéma Régional de Développement

Plus en détail

SOLUTIONS COMMANDES À DISTANCE

SOLUTIONS COMMANDES À DISTANCE www.sih.fr DOCUMENT N 54304-06-15 SOLUTIONS COMMANDES À DISTANCE ORGANES DE COMMANDE La mise en place d un dispositif de commandes à distance est un impératif pour le bon fonctionnement d un Système de

Plus en détail

L ENTREPRISE GÉNÉRALE DANS LE BÂTIMENT : UN CHEF D ORCHESTRE AUX MULTIPLES FACETTES

L ENTREPRISE GÉNÉRALE DANS LE BÂTIMENT : UN CHEF D ORCHESTRE AUX MULTIPLES FACETTES L Entreprise générale dans le bâtiment : un chef d orchestre aux multiples facettes L Entreprise générale n a pas de définition légale ou réglementaire ; elle est seulement identifiée dans un certain nombre

Plus en détail

Le bâtiment, nouvel outil de performance pour l entreprise. Solutions STIBIL et GILIF

Le bâtiment, nouvel outil de performance pour l entreprise. Solutions STIBIL et GILIF Le bâtiment, nouvel outil de performance pour l entreprise Solutions STIBIL et GILIF Un immeuble tertiaire à réinventer Les entreprises sont régulièrement confrontées à de profonds changements de leur

Plus en détail

Réussir son installation domotique et multimédia

Réussir son installation domotique et multimédia La maison communicante Réussir son installation domotique et multimédia François-Xavier Jeuland Avec la contribution de Olivier Salvatori 2 e édition Groupe Eyrolles, 2005, 2008, ISBN : 978-2-212-12153-7

Plus en détail

Installation intérieure de télécommunications d un logement

Installation intérieure de télécommunications d un logement Installation intérieure de télécommunications d un logement 1 Installation intérieure de télécommunications d un logement Les besoins en termes de connectivité évoluent rapidement, c est pourquoi il est

Plus en détail