Source Graphique : Konk (Albin Michel)) Δ(E+mc 2 )=0. Hubert Flocard CNRS/IN2P3/CSNSM

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Source Graphique : Konk (Albin Michel)) Δ(E+mc 2 )=0. Hubert Flocard CNRS/IN2P3/CSNSM"

Transcription

1 Source Graphique : Konk (Albin Michel)) Δ(E+mc 2 )=0 Hubert Flocard CNRS/IN2P3/CSNSM

2 Introduction Déterminants Géopolitiques (que vont faire, la Chine, les USA, l Inde, la RAU, ) Déterminants Sociétaux (quel mode de vie, quel cadre de vie, quelle vision politique? ) Déterminants Socio-Economiques (population, croissance, prix, concurrence) Déterminants Scientifiques & Techniques Lois de la Nature «elles permettent et elles contraignent» Réserves naturelles et leurs limites Impacts environnementaux globaux Compétence des Scientifiques et Ingénieurs Capacités de déploiement industriel Ce ne sont pas les déterminants scientifiques et techniques qui en général sont les plus décisifs. Cependant ils fixent un cadre général qui limite les choix.

3 D où vient l énergie? - Pour le grand public et les médias il existe des - Producteurs d énergie : EDF, Total, Gasprom, Suez, - Consommateurs d énergie : l industrie, les transport, les citoyens, - Pour les physiciens, chimistes et ingénieurs, il n existe que des - Transformateurs d énergie l énergie ni ne se crée ni ne disparaît. Au commencement de l Univers, il y a ~15 milliard d années Une seule énergie : celle du «BigBang» Au commencement de la Terre, il y a ~4,5milliards d années L énergie thermonucléaire du Soleil La radioactivité ou l instabilité nucléaire stockée dans la Terre L énergie mécanique du système solaire Aujourd hui, les énergies «primaires» de notre Société Solaire Eolien Biocarburants Combustibles fossiles Hydraulique Energie animale Houle Nucléaire fission Nucléaire fusion Géothermie Marées

4 Energies Primaires et Vecteurs - Energie primaire existe à l état «naturel» (soleil, vent, hydraulique, bois, pétrole, minerais nucléaires (U, Th), marées, vagues, géothermie ) - Vecteur - facilite le transport de l énergie produite ailleurs que là où elle est consommée ( Pétrole, Gaz, Electricité, Chimie, Chaleur) - hydrogène (H2) : de façon incompréhensible souvent implicitement confondu pour une énergie primaire par les médias. Une Energie primaire -Peut être un vecteur ; excellent (pétrole) ; bon (gaz), ; médiocre (charbon, bois) -Peut ne pas être un vecteur (soleil, vent, combustible nucléaire, marées, déchets) Un Vecteur - Peut être excellent (pétrole, électricité) ; médiocre (chaleur) - Peut être d usage limité (charbon, mécanique [courroies et engrenages]) - Peut avoir toutes les qualités des systèmes pas encore testés (H2)

5 Critères de qualité des énergies Contrôlabilité d utilisation (Energie_quand_la_Société_la_veut) Capacité de transformation (Energie_sous_forme_1 -> Energie_sous_forme_2) Mobilité (Energie_ici -> Energie_la_bas) Capacité à être stockée (Energie_aujourd hui->energie_plus_tard) Autres critères importants Coûts de production Disponibilité (ressources naturelles; géopolitique) Impacts secondaires, nuisances

6 L énergie se mesure ; quelles unités? Il y a de nombreuses unités d énergie : - le Joule (J) est l unité internationale (unité SI), - la Calorie (C), l électron-volt (ev), la «british thermal unit» (BTU), et bien sûr tous leurs multiples Dans les discussions sur l énergie deux unités s imposent : - la Tonne-équivalent-pétrole ou la TeP (en anglais toe). Une TeP est l énergie dégagée par la combustion de 1T de pétrole - Pour un pays on parlera de MTep (million), pour le monde de GTep (milliard) «Les français ont consommé ~110MTeP de combustibles fossiles en 2005» - Une quantité annexe mais dont on parle beaucoup est le baril (de pétrole) Il faut 7,33 barils pour obtenir une TeP - le kilowatt.heure (kwh) pour la production électrique surtout. - Il équivaut une dépense énergétique de mille Joules par seconde pendant une heure. (NB : les factures de Gaz de France sont en kwh). - Pour le monde ou un pays, on utilisera plutôt un multiple le TWh. Il correspond à un milliard de kwh. «La France a consommé ~500TWh d électricité en 2003» - La correspondance «physique» entre TWh et Tep est 1GWh=86TeP Attention : parfois, pour tenir compte des rendements de transformation on trouvera des correspondances comme 1GWh nucléaire = 26TeP

7 Energies primaire, finale et «utile» La quantité d énergie primaire «brûlée» pour assurer notre consommation 44 % Ce que les utilisateurs Français payent aux fournisseurs d énergie Energie primaire 252 Mtep 63 % Energie finale 158,5 Mtep 70 % Energie utile (estimation) 111,5 Mtep 37 % 30 % Pertes (production, transports) 93 Mtep Pertes (utilisation) 47,5 Mtep La fraction énergétique effectivement utilisée pour nos besoins France 2001 Fraction totale Perdue! 56 % Source : J.P. Lallemand CNRS

8 Déterminants pour les choix énergétiques «The triple E challenge» (le défi des trois E) - Energy Security of Supply (Sécurité de l approvisionnement) - Volume des réserves (Pétrole, Charbon, Gaz, Uranium) - Localisation des réservoirs (impact du politique) - Disponibilité naturelle (vent, pluviométrie, ensoleillement, ) - Economic Efficiency (Efficacité économique) - Coût de la TeP, (ou coût du KWh) au consommateur - Volume d investissement (technique, financier) de mise en oeuvre - Condition de mise en œuvre disponibilité - stockage - Logistique (transport, réseaux, pertes) - Retombées (emploi nature & volume, export technologique) - Environment Protection (Protection de l environnement) - Production gaz à effet de serre/tep (CO2, CH4,..) - Production d autres polluants (chimiques, radioactifs, ) - Impact environnemental (résidus miniers, vallées noyées, déforestation ) - Nature des risques (public, travailleurs, générations futures, )

9 Consommation énergétique mondiale Pour le Monde 2005 (Données IEA) Consommation énergétique totale ~11.4 GTeP/an Consommation par habitant ~1,77 TeP/an (6.43Ghab) Données IEA2007 1) Enorme dominance des énergies fossiles 81% (1/3 est du charbon) 2) La biomasse solide (bois à brûler) + déchets n est pas négligeable 10,0% 3) L hydraulique et le nucléaire pèsent peu ~ 2,2 % et 6,3 % 1972 : 6.1 Gtoe; 2003 : 10.6 GToe OCDE 2005 : 5.5MToe OCDE % 2005 : 48.5% 4) Les renouvelables (Other**) (DECHETS, solaire, éolien, géothermie, biocarburants pèsent très peu <1 %

10 Consommation électrique mondiale 2005 Donnée IEA 2007 L électricité n est pas une énergie primaire. Elle ne se stocke pratiquement pas On la produit quand on la consomme On en perd ~8% en transport C est le vecteur énergétique qui domine de très loin et dominera pendant très longtemps tous les autres vecteurs (hors fossiles) : chaleur, H2 La production électrique croît : PWh ( PWh) +300% Part OCDE % En 2005, 2/3 de l électricité est obtenue à partir des énergies fossiles, (dont 40% à partir de charbon; France 4-5%). Les sources hors CO2 qui comptent sont Hydro, Nucléaire, Biomasse+Déchets La consommation 2005 électrique par humain correspond à une ampoule de 300W brûlant en permanence. Géographiquement, elle est très inégalement répartie sur la planète (pour l OCDE 954W; pour l Afrique 64W)

11 Facteurs tendanciels mondiaux 1) Facteur Population La population mondiale s accroît de h/jour (2002, data WRI). Le besoin «énergétique supplémentaire» par jour de ~1000 TeP équivaudrait à la construction d une centrale de 450MW par jour (soit 224 éoliennes de 2MW effectif par jour = 900 éoliennes de 2MW nominal par jour; Bien sûr ce n est pas ce qui se passe!) Les accroissements de population concernent surtout des pays sous développés (Afrique) ou certains qui sont en phase de fort développement (Inde) 2) Facteur Rattrapage Economique Désir d égalisation des modes de vie au plus haut niveau possible. Pour ce facteur, Chine et Inde sont les acteurs majeurs (l Asie du Sud Est aussi). 3) Facteur Modèle Economique La croissance du PIB est encore considérée comme une condition nécessaire de la santé des économies (quelle corellation avec la notion de «plein» emploi par exemple?) Tous ces facteurs poussent dans le même sens ; celui d une augmentation des besoins énergétiques!

12 Contributions à l effet de serre Carte du monde pondérée par La contribution à l effet de serre Carte géographique normale Correlation (France ) entre les émissions de CO2 et la consommation d énergie fossile Source DGEMP Une banalité à répéter : Les émissions de CO2 responsables en grande part de l effet de serre sont directement liées à l utilisation de combustibles fossiles

13 Données IEA Contributions CO2 à l effet de serre L essentiel (99.7%) des contributions «comptabilisables» de CO2 à l effet de serre vient des combustibles fossiles La partie non comptabilisable correspond au bois brûlé de déforestation. La production mondiale 2005 de CO2 est de 27.14GT ( GT) +74% La part du charbon est passée de 35% à 41%. Evolution des parts :OCDE de 66% à 48% --Chine+Inde+ de 9% à 28% Aviation + marine de 4% à 3%

14 Emissions CO2/habitant La France un des trois pays de l OCDE qui émet le moins de CO2 (avec la Suède et la Suisse). Emission CO2/hab par rapport au niveau d émission recommandé par le GIEC pour 6 Milliard d habitants France : 4 fois trop Allemagne, Danemark: 6-7 fois trop USA, Canada, Australie: fois trop Chine: 1.8 fois trop Monde: 2 fois trop En 2005, la situation mondiale «CO2» est pire que celle de 2000, qui était plus mauvaise qu en 1990.

15 Emissions CO2 Quel rôle pour la France? - La notion de «CO2 émis par habitant» a une connotation éthique : Elle renvoie à la notion d égalité entre les humains «un Africain, un Asiatique valent autant qu un Européen ou un Américain du Nord!» - Mais la planète Terre ne s intéresse pas aux questions éthiques! Pour elle la seule chose qui compte est le «CO2 TOTAL» émis par l humanité. Donc même si on doit garder présent à l esprit les notions éthiques (ici l égalité entre les humains), - Il ne faut pas perdre de vue que les lois de la Nature IMPLIQUENT que l efficacité de l action d un pays sur le réchauffement climatique sera en proportion directe de la quantité TOTALE de CO2 qu il émet. - Conclusions (banales) pour le bilan planétaire global : - Il vaut mieux améliorer les «gros mauvais» que les «petits mauvais» et donc que les «petits qui, faute d être bons, sont moins mauvais». - Dans ce domaine comme souvent, c est le premier pas qui coûte le moins

16 Les cinq premiers émetteurs de CO2 émettaient 55% du CO2 en Les deux premiers (USA+Chine) 40% Emissions CO2 Quel rôle pour la France? (%) 25,0 20,0 15,0 10,0 5,0 0,0 Pourcentage des émissions En 2005, mondiales la France de était CO2 (2005, le 13ème rapport émetteur IEA 2007) de CO2 du monde avec 1.4% (le 4ème européen). Depuis elle a reculé dans le classement de pollution CO2. Ceci veut dire que si la France agit pour baisser ses émissions CO2/habitant ce ne peut pas être par ce qu elle pense agir sur le réchauffement climatique mondial. Les seules justifications possibles sont : - soit une volonté de posture altruiste on veut donner l exemple (si on nous regarde bien sûr!) -soit l égoïsme national: - indépendance énergétique - brevets de technologies énergétiques nouvelles - prendre place sur un marché porteur USA Chine Russie Japon Inde Afrique Allemagne Canada UK Italie Corée Iran Mexique France Australie Espagne Indonésie Afrique Sud Brésil Arabie Saoudite Ukraine Pologne Taiwan

17 Bref état des lieux pour la France Rappel Pour le Monde 2005 (Données IEA) Energie consommée par habitant ~1,77 TeP/an/hab (en TeP/an/hab) dont électrique ~300W en permanence Données Pour la France (2005) La consommation par habitant ~ 2,7 TeP/an dont - transport ~0,9 TeP/an - électrique ~1000W L énergie «brûlée» pour assurer cette consommation est ~4TeP/an/hab soit ~ 28,6 barils/an ou 4 /j pour un baril à 50 Pour ajuster sa production de carbone à la capacité moyenne de résorption du CO2 par la planète, la France devrait la diminuer d un facteur ~4 Nom de code «officiel» : Plan Facteur 4!

18 Evolution de la consommation finale énergétique française (I) (corrigée climat, DGEMP) MTeP Attention l échelle des dates est irrégulière! Renouvelables thermique Electricité Gaz naturel Pétrole Charbon NB1 : l électricité nucléaire est ici convertie au taux «physique» 1MWh=0;086 TeP NB2 : pour le pétrole et Le gaz, ce diagramme ne prend pas en compte les pertes au raffinage, au transport (~20%) et les stocks

19 La consommation énergétique totale française a cru entre 1973 et Depuis elle est stable à 160MTeP - La part du charbon qui baissait de façon continue se stabilise. - Passé le choc pétrolier de 1973 et le rebond des années 80, la consommation de pétrole se stabilise (légère décrue en 2006). - Le gaz a pris le relai par une forte croissance. - Electricité = Nucléaire+ Hydraulique (> à 90%) après avoir cru dans les années est stable depuis La biomasse (bois) est en (très) légère croissance En 2005, la France consomme autant de combustibles fossiles qu en 1973 et produit donc autant de CO2. La part des combustibles fossiles (n )à décru (que) de 85% à 69% Evolution de la consommation finale énergétique française (II) (corrigée climat, DGEMP) La montée du nucléaire dans les années a certes d abord conduit à une réduction de la consommation en pétrole. Aujourd hui on peut dire que cette montée a juste servi à absorber la croissance de nos besoins énergétiques. Il y a eu transfert.

20 - En 32 ans l industrie a fait un effort de réduction de sa consommation qui est passée de 35,5 MTeP->33,6MTeP - La sidérurgie a divisé sa contribution par un facteur 2,3. Sa consommation énergétique est passée de 12,5MTeP à 5,5MTeP, pour une production d acier stable voire en très légère croissance depuis La consommation énergétique de l agriculture est en légère décroissance elle est passée de 3MTeP à 2.9MTeP. Tous ces gains ont été surcompensés par une croissance de - la consommation du résidentiel-tertiaire de 58,6MTeP à 68MTeP - la consommation dans les transports de 26,3MTeP à 50,3MTeP (dont 57% pour les seuls véhicules particuliers en 2005) On peut donc estimer qu en 2005 entre chauffage domestique et transport les seuls particuliers consomment entre 45 et 50 % de l énergie du pays. Evolution de la consommation d énergie finale française par secteur économique (non corrigée du climat, DGEMP)

21 Ventilation Emissions CO2/PIB France Allemagne UK Europe15 OCDE Données IEA Si la France a une meilleure «efficacité économique CO2» que des pays d économie comparable, c est uniquement à cause de son système de production d électricité. Pour le reste, on n est pas différent.

22 Panorama rapide des énergies primaires Disponibilité, Potentiel

23 Quelques données sur les énergies fossiles (I) Consommation Annuelle Données IEA Pétrole : (2005, 3936 MToe) (1973, 2867MToe) +37% Gaz : ( 2005, 2977Bcm) (1973, 1227 Bcm) +142% part OCDE 71,4% (1973) -> 37,6% (2005) La croissance de la consommation de charbon s accèlere surtout en Asie Charbon (2005, 5370MT) (1973, 2335MT) +130% % fossiles % Le charbon sera l énergie fossile du XXIème siècle!

24 Quelques données sur les énergies fossiles (II) Réserves énergétiques mondiales «prouvées + probables + possibles»(01/01/03) Unités GTeP Gaz Pétrole Charbon Amérique Nord 6,6 7,5 130,1 Amérique Sud 6,5 13,0 10,5 Europe 25+Turquie 5,3 4,0 61,0 Ex-URSS 50,8 6,9 114,0 Moyen Orient 51,5 90,8 0 Asie-Pacifique 11,6 5,1 159,0 Afrique 10,9 12,7 34,2 Total 142, ,8 Source : Observatoire énergie d après BP AMOCO, Cons. Mond. Energ.DIREM Commentaires : 1) Le charbon est bien plus abondant que le pétrole et le gaz 2) Le charbon est bien mieux réparti. Moyen Orient + Ex-Urss possèdent 72% du gaz et 70% du pétrole 3) Le gaz et le pétrole ne se trouvent pas dans les pays qui les consomment (USA, Europe, Chine, Inde) 4) L Europe n a presque rien (4% gaz, 3% pétrole, 12% charbon)

25 Mais pourquoi donc y a-t-il un problème énergétique? - Est-ce parce qu il n y aura plus assez de pétrole d ici ans?? - Ou alors plus assez de gaz à une échéance de ans?? - Mais non, il y du charbon sur terre, en quantité et plutôt bien réparti. A partir de charbon on peut même faire du pétrole de façon économique si le prix du baril dépasse les 100$ (ex: Allemagne seconde guerre mondiale) Le problème essentiel est donc plutôt celui posé par le troisième défi en «E» : «Environment protection» Coke lignite, Charbon (moy) Coke Pétrole Fuel Lourd Diesel Kérosène Pétrole GPL Gaz Hydroélecticité Nucléaire Photovoltaïque Solaire thermique Éolien (Moy) Biomasse (repl.) géothermie Kg-equivalent-C émis par TeP pour diverses énergies. Pour les énergies Produisant de l électricité, la conversion a été le taux physique (1TeP=42GJ=11,6MWh) Sources Manicore, ADEME, EDF

26 Panorama des énergies faiblement productrices de CO2 J évoquerai : - Le nucléaire de fission - L hydroélectricité - Les biocarburants (pour la France seulement) - L éolien - Le solaire photovoltaïque (électricité) - Le solaire thermique (électricité & chauffage maison) ENR Je ne parlerai pas - du nucléaire de fusion (trop lointain ; fin du XXIème siècle?) - des marées, vagues et courants (trop marginal en France) - de la biomasse standard (important pour la France pourtant) - des déchets (important mais c est une «ENR» qui produit du CO2) - de la géothermie chaude (marginal en France métropolitaine) - des biocarburants 2 ème génération (situation pas claire)

27 Nucléaire I- Atouts - Peut fournir de l énergie en quantités requises (fournissait 82% électricité de la France en 2005 et 15.2% de celle du monde) - Fournit électricité économiquement compétitive et souple compétitif dès que le prix du baril > 30-40$. Ajustable à la demande des consommateurs (cycle été-hiver et même des fluctuations journalière de températures; peut s ajuster de 10% en 1 heure) - La France a un bon contrôle du cycle d approvisionnement (mines, usines de séparation, de fabrication, de retraitement). - La technologie a été maîtrisée par la France Réacteurs à neutrons lents et à neutrons rapides - Produit peu de CO2 Grâce à lui, la France est parmi les trois pays d Europe et de l OCDE dont la production de CO2 par habitant, ou par unité de PIB, est la plus faible (avec la Suède dont l électricité est nucléaire à 51% ; pour la Suisse 41%). - Déployable assez rapidement La Françe a mis en place son parc en environ deux décennies de 1975 à Potentiel énergétique au-delà de l électricité il pourrait, dans le futur, servir à produire de la chaleur (chauffage, co-génération, schistes bitumineux, biocarburants de seconde génération) ou de l hydrogène.

28 Nucléaire II-Inconvénients - Déchets radioactifs de Haute Activité (déchets HA). Certains vivent «très vieux». Pour 40 ans d exploitation de tous les réacteurs du parc français actuel, les déchets HA (97% de la radiotoxicité) s élèveront à 7400m3 (NB : 7400m3 = «un cube de 20m de coté» ; par an un français «produit» plus 0.5T de déchets industriels et 10g de déchets nucléaires HA) - Forte mobilisation capitalistique il faut compter 3G pour construire un EPR qui fournit ~2% de l électricité française. Retours sur investissements répartis sur une longue période (20-30 ans pour un EPR). (NB 1: La comparaison reste très favorable par rapport à l éolien et au solaire. NB 2: Le budget de communication annuel de LOREAL est de l ordre de 4.5G ) - Besoin de (re)mise en place d un «nucléaire durable» au delà des réacteurs actuels et de l EPR, construction de réacteurs à neutrons rapides pour assurer une durabilité des ressources en Uranium naturel tout en diminuant de façon significative la quantité et la nocivité des déchets. C est le programme international «Génération IV» qui vise un facteur de réduction > Accidents du cycle Phase d enrichissement, Exploitation des centrales : voir échelle INES de l IAEA [0 à 7] pour accidents nucléaires civils (NB tous les cycles ont des accidents) - Prolifération malheureusement, on n a pas besoin du plutonium d une centrale nucléaire si on veut faire une bombe (exemples : Chine, Iran, ) (NB on ne «désinventera» pas le nucléaire)

29 La production d électricité engendre 40% des émissions CO2 des pays de l OCDE (2005) La structure de production d électricité Française est originale avec 89,9% (nucléaire+hydro+déchets) Emissions de CO2 pour la production d électricité CO2 (MT) 6000,0 5000,0 4000,0 3000,0 2000,0 1000,0 0,0 Impact CO2 du Nucléaire Nucléaire +hydro Gaz Pétrole Charbon 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% OCDE France Si l OCDE avait choisi la même structure De production électrique que la France «OCDE Francisé» Ses émissions de CO2 auraient été inférieure de 4.5GT. Sur son TOTAL d émission CO2 la réduction aurait été de 33% (mieux que son engagement Kyoto) OCDE OCDE «Francisé» Référence S.L.C.

30 Nucléaire : un avis Allemand (E.ON Netz) - E.ON Netz est un gros producteur d électricité allemand il exploite des centrales nucléaires des centrales à gaz des centrales à charbon des centrales à lignite des champ éoliennes (aujourd hui 40% du potentiel éolien allemand) Section «Nuclear Energy» du «Efficiency Engagement Report 2005» (ma traduction) : «L énergie nucléaire compte pour une fraction considérable de la production d électricité de E.ON en Allemagne et en Suède et nous insistons sur les améliorations de l efficacité et la disponibilité de nos centrales nucléaires. La seule centrale Isar 2 a produit 12.3TWh, soit environ l électricité produite par éoliennes. Au total EON a produit 86TWh dans ses installations nucléaires. Si la même quantité d énergie avait été produite en utilisant un «mix» de charbon, de lignite et de gaz, les émissions de CO2 auraient été presque 70M Tonnes plus élevées correspondant à approximativement 10% des émissions allemandes.» Dans le même rapport on peut lire que l énergie nucléaire comptait pour 38% de la capacité de EON en Europe et que le taux de production de CO2 par kwh électrique pour l ensemble européen de EON Netz était de 450g. Par comparaison celui de l électricité française, (essentiellement nucléaire plus Hydraulique et moins de 10% de charbon) oscille entre 70 et 80g.

31 Etat des lieux des énergies renouvelables en France+DOM Année 2003 (hors fossiles et nucléaire donc) Les énergies renouvelables correspondent à 18,2MTeP soit 7% du total Hors hydraulique,biomasse déchets, ENR «autres» pèsent 1,1MTep soit 0,4% L éolien et le solaire ne pèsent que 5% de ces 0,4%, c.a.d. RIEN! Energies renouvelables primaires Déchets urbains 12% Autres 6% Géothermie 11% Résidus 7% Solaire 2% Eolien 3% ENR «autres» Biocarburant 29% Hydraulique 31% Bois 51% Pompes chaleur 21% Biogaz 27% Source DGEMP

32 Hydraulique - Pour obtenir 1kW.h il faut faire chuter 10m3 d eau de 40m (rdmt 85%). La production électrique française est de 550 milliards de kw.h Un hydraulique significatif réclame soit gros débits soit grandes dénivellées. - Barrages hydroélectriques certains «au fil de l eau» -> électricité en «base». En pratique, on la met sur le réseau sans chercher à la contrôler! -Barrage de montagne -> électricité«àla demande». Elément essentiel de souplesse pour ajuster en temps réel «Production» et «Demande». - France, Hydraulique ~ 9 % production électrique ~50% «fil de l eau» et ~50% «barrage d altitude». - Monde; Hydroélectricité pèse 16% soit 3% de l énergie primaire. Europe ; L Autriche 53% de son électricité (22% de son énergie) - Europe de l ouest, potentiel hydroélectrique est quasi saturé. - Monde ; on peut espérer un doublement du potentiel de production. Le coût écologique peut ne pas être nul; ex: barrage des Trois Gorges en Chine >1000km2. Noyer ~ 50km2 de vallée pour 5% électricité France. Gros hydraulique peut encore être mis en œuvre dans pays du tiers monde. France, a atteint ses limites (+0.4GWe sans impact écologique). Pourrait même décroître dans certains pays sous l effet d un changement climatique.

33 Biocarburants 1 ère Génération Biocarburant = carburant d origine végétale qui résulte de énergie solaire + engrais + transformation chlorophyllienne + post traitement - Oléagineux (Colza & tournesol) + pressurage -> huile utilisable diesel + tranesterification -> EHMV (additif diesel 5% à 30%) - Substances fermentables (Betterave & blé) -> alcools ou isobutène pour moteurs modifiés - Biogaz (fermentation anaerobie) -> méthane(gaz naturel véhicule) ou essence par procédé Fischer-Tropsch Surface pour juste 10% du seul carburant TRANSPORT français 2005? Source Manicore Filière Culture initiale Energie Brute/Ha TeP Energie engrais, culture distillation TeP Energie nette/ha TeP Surface Pour 10% Transport =5MTeP km2 % France % Surfaces Cultivées 1997 Huile Colza 1,37 0,50 0, ,4% 36,5% Huile Tournesol 1,06 0,29 0, ,8% 41,3% Ethanol Betterave 3,98 3,22 0, ,0% 42,0% Ethanol Blé 1,76 1,72 0, ! 270% 940%! Conclusion: pour couvrir 10% des besoins de transport par du biocarburant, il faut >1/3 des surfaces cultivées -> réorganisation massive de l agriculture. NB: (engrais+post-traitement) -> GES et aussi s il faut cultiver des jachères

34 Eolien : l Exemple Danois (I) Danemark : Champion d Europe de l éolien en valeur relative. En 2006, 14.2% de son électricité nette (2% de son énergie) pour 3.13 GWh installés Implantations d éoliennes (source Energinet.dk environnemental report) Note : l Allemagne fait plus en volume (20.6 GW en 2006) devant l Espagne (11.6GW). Ensuite, en Europe viennent DK, I, Po et la France qui avait 1.6GW en Effort considérable accompli en un peu plus de dix ans. Faire mieux? Il semble que la croissance sature - Effort absorbé par un an de croissance des besoins du pays. - Sur la même période, le pays a augmenté sa production de CO2 +8,8% de 1990 à 2003 (Agence Européenne Environnement) «CO2 électrique» L «environnemental report 2006» de Energinet.dk montre que la croissance du parc éolien n est correlée à aucune diminution de production de CO2 Années

35 Eolien : l exemple danois (II) - Production électricité danoise 2003 (données IEA) à 77% «fossiles» 11% de biomasse et 12% d éolien. - Mais, le Danemark exporte 18% de son électricité (plus que son éolien donc). Pour assurer le service public en dépit du caractère imprévisible de l éolien Le Danemark s est doté d une surcapacité de production à partir de «fossiles»! L éolien danois n est pas pour les danois! Il est entièrement exporté (Norvège) 10 jours - Le Danemark produit plus de CO2 par habitant (1.8 fois plus ) ou unité de PIB que la France Ref: ELTRA

36 L éolien : l exemple Allemand (I) Capacité éolienne par région (MW) BWE data 2006 En 2007 C.Grotz du consortium allemand pour la promotion de l éolien «German Wind Association» annonçait que : En 2006 la puissance installée allemande était de 20.6GW et la production électrique associée était de 30.5TWh NB : Ceci correspond à une efficacité moyenne des centrales éoliennes de 17% (comme si elles ne produisaient qu un jour sur six) En Allemagne l électricité éolienne terreste fait l objet d un achat obligatoire pour environ 90 le MW.h. ce chiffre va descendre à 81 le MW.h en Le chiffre «demandé» par BWE à l état Allemand pour valeur d achat garantie pour l électricité éolienne produite en mer est de 130 le MWh.

37 Evolution sur un an Puissance éolienne Électricien E-ON (P installée: 7,558 GW) Puissance installée: 33.2 GW dont éolien 7, 6 GW (23%) Production énergétique: 271,3 TWh dont éolien 11,3 TWh (4,16%) L éolien : l exemple Allemand (II) E.On Netz Wind Report 2005 Des fluctuations incontrôlées de la puissance fournie: Ex 1 Puissance Max (82%) 6, 234 GW Puissance Min (0.1%) 8 MW

38 L éolien : l exemple Allemand (III) Electricien Vattenfall Données 2003 Des fluctuations incontrôlées de la puissance fournie : Ex 2 En rouge les fluctuations journalières des maxima En vert les fluctuations journalières des minima Conclusion 1: fortes fluctuations de jour à jour, fortes fluctuations dans un jour Conclusion 2 : Si on compare à la courbe E.ON Netz pour 2004, fortes fluctuations d un mois à l autre et d une année à l autre.

39 L éolien : l exemple Allemand (V) E.ON Netz Wind Report 2005 ( traduit de l anglais) Les fermes éoliennes ne dispensent pas de construire des centrales «Pour garantir la fourniture d électricité quand les fermes éoliennes produisent peu ou pas de puissance c.a.d. dans les périodes de calme ou les arrêts tempêtes, il faut disposer de capacité de puissance traditionnelle de remplacement. Ceci veut dire que le remplacement de ces capacités par de l éolien est limité En 2004 deux études majeures allemandes sont arrivées indépendamment aux mêmes conclusions : alors que la capacité éolienne va croissant, la faible disponibilité de production des fermes éoliennes fixe la dépendance du système. Le résultat sera que la contribution De l éolien à la capacité garantie de notre système d approvisionnement va chuter continument jusqu en 2020 pour atteindre la valeur de 4%» «En termes concrets, ceci veut dire qu en 2020 si la prédiction d une capacité installée d éolien de 48GW est tenue, ces 48GW ne pourront remplacer que 2GW de centrales conventionnelles» NB : en Allemagne «conventionnelles» veut dire à charbon ou à lignite. En France cela veut dire nucléaire.

40 L éolien : l exemple Allemand (VI) E.ON Netz Wind Report 2005 ( traduit de l anglais) On ne sait pas bien prédire la puissance éolienne huit heures à l avance «En 2004 l erreur sur la prévision de production éolienne pour la zone EON a varié entre -2.5GW et +4GW» NB La capacité éolienne installée de E.ON fin 2004 était de 7 GW L erreur moyenne de prévision par E.ON a été de -0.45GW en 2004 soit une demi-centrale nucléaire française typique. Un petit retour au Danemark Integration of Wind Farms in the Danish electricity Network A. Sunnarawat, B. Bak-Jensen, Zhe Chen Aout 2007 «compagnie Energinet.dk» La prédiction est donc surtout bonne quand il n y a pas de vent Puissance MW Mesure Prédiction Temps (secondes)

41 L éolien : l exemple Allemand (VII) E.ON Netz Wind Report 2005 ( traduit de l anglais) La puissance éolienne fragilise le réseau de distribution et réclame la constructions de nouvelles lignes : «Alors que la consommation en Frise du Nord varie entre 40 et 120MW, les fermes éoliennes ont une capacité de 500MW. En conséquence même aux périodes de grande consommation, il peut y avoir environ 4 fois trop d énergie de vent. Ce surplus doit être évacué à grandes distances vers d autres consommateurs. Il faut adapter le réseau pour éviter la surcharge des lignes et les ruptures de distribution» «E.ON Netz va construire 110km de nouvelle lignes de 110kV au Schlewig-Holstein dont le coût est estimé à 70M. Pour remédier à la congestion créée par l éolien environ 180km de ligne haute tension et très haute tension sont en préparation en basse saxe Le coût estimé à 120M» La puissance éolienne est elle-même particulièrement sensible : «Même de simples problèmes de réseau peuvent conduire à des effondrements significatifs de la production éolienne. qui mettent en péril la sécurité de l approvisionnement aux clients : le 29 janvier 2004, une déficience d une ligne bi-pasée sur le réseau 220kV dans la région de Oldenburg qui a crée un creux de voltage d une fraction de seconde dans cette région a engendré la perte soudaine de 1.1GW de puissance électrique. Le 15 septembre 2004, etc.

La Géothermie D.Madet

La Géothermie D.Madet La Géothermie D.Madet La chaleur de la terre augmente avec la profondeur. Les mesures récentes de l accroissement de la température avec la profondeur, appelée gradient géothermique, ont montré que cette

Plus en détail

Le stockage de l énergie : le point faible de la filière énergétique

Le stockage de l énergie : le point faible de la filière énergétique Le stockage de l énergie : le point faible de la filière énergétique Christian Ngo Résumé Stocker de l'énergie (électricité ou chaleur) pour l'utiliser quand on en a besoin est une nécessité. Le stockage

Plus en détail

La place du charbon dans le mix électrique

La place du charbon dans le mix électrique La place du charbon dans le mix électrique Présentation au colloque 7 février 2008 Gérard Mestrallet, PDG de SUEZ «Les nouveaux débouchés du charbon : quels risques pour le changement climatique?» Outline

Plus en détail

Production électrique : la place de l énergie éolienne

Production électrique : la place de l énergie éolienne Production électrique : la place de l énergie éolienne I Production électrique : principes de base L énergie électrique n est pas un fluide que l on pourrait «mettre en conserve», l énergie électrique

Plus en détail

L ENERGIE CORRECTION

L ENERGIE CORRECTION Technologie Lis attentivement le document ressource mis à ta disposition et recopie les questions posées sur une feuille de cours (réponds au crayon) : 1. Quelles sont les deux catégories d énergie que

Plus en détail

Energie Nucléaire. Principes, Applications & Enjeux. 6 ème - 2014/2015

Energie Nucléaire. Principes, Applications & Enjeux. 6 ème - 2014/2015 Energie Nucléaire Principes, Applications & Enjeux 6 ème - 2014/2015 Quelques constats Le belge consomme 3 fois plus d énergie que le terrien moyen; (0,56% de la consommation mondiale pour 0,17% de la

Plus en détail

Chapitre 8 production de l'énergie électrique

Chapitre 8 production de l'énergie électrique Chapitre 8 production de l'énergie électrique Activité 1 p 116 But Montrer que chaque centrale électrique possède un alternateur. Réponses aux questions 1. Les centrales représentées sont les centrales

Plus en détail

Energie photovoltaïque. Filière Physique des Composants Nanostructurés. PHELMA Septembre 2010

Energie photovoltaïque. Filière Physique des Composants Nanostructurés. PHELMA Septembre 2010 Energie photovoltaïque Filière Physique des Composants Nanostructurés PHELMA Septembre 2010 Anne Kaminski 1, Mathieu Monville 2 1 INP Grenoble - INSA Lyon 2 Solarforce 1 PLAN DU COURS 1- Panorama de l

Plus en détail

Transition énergétique Les enjeux pour les entreprises

Transition énergétique Les enjeux pour les entreprises Transition énergétique Les enjeux pour les entreprises Alain Grandjean Le 26 novembre 2014 Contact : alain.grandjean@carbone4.com Le menu du jour L énergie dans l économie : quelques rappels Les scénarios

Plus en détail

L énergie nucléaire fait partie de la solution pour lutter contre le changement climatique

L énergie nucléaire fait partie de la solution pour lutter contre le changement climatique FORUM NUCLEAIRE BELGE POSITION PAPER 24 JUIN 2015 L énergie nucléaire fait partie de la solution pour lutter contre le changement climatique La demande en électricité ne cesse d augmenter. Entre 1965 et

Plus en détail

Evolution du mix électrique en France - Qui paiera?

Evolution du mix électrique en France - Qui paiera? Evolution du mix électrique en France - Qui paiera? Par Julien Deleuze Senior Manager, Estin & Co Des options environnementales, énergétiques, économiques majeures La France fait face à cinq options environnementales,

Plus en détail

La fée électricité sous le capot?

La fée électricité sous le capot? La fée électricité sous le capot? Quand on analyse les nouvelles motorisations proposées pour les véhicules on s aperçoit vite qu elles reposent pratiquement toutes sur l emploi de moteurs électriques

Plus en détail

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR CPTF et CSC CYCLES COMBINES A GAZ (CCG) COGÉNÉRATION DÉVELOPPEMENT DES RENOUVELABLES SOLUTIONS DE STOCKAGE CPTF ET CSC Le parc thermique est un outil essentiel pour ajuster l offre et la demande, indispensable

Plus en détail

Les définitions utilisées par l'observatoire de l'énergie (DGEMP- Observatoire de l'énergie, septembre 2003)

Les définitions utilisées par l'observatoire de l'énergie (DGEMP- Observatoire de l'énergie, septembre 2003) Les définitions utilisées par l'observatoire de l'énergie (DGEMP- Observatoire de l'énergie, septembre 2003) Consommation Taux d'indépendance énergétique Energie Electricité Pouvoir calorifique Consommation

Plus en détail

Les énergies fossiles et renouvelables

Les énergies fossiles et renouvelables Les énergies fossiles et renouvelables Plan : Introduction : définition 1) En quoi consiste les deux sortes d'énergies? Sous quelle forme les trouve t-on? 2) Quels sont les avantages et les inconvénients?

Plus en détail

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons L énergie en France et en Allemagne : comparaisons En matière de consommation d énergie, de structure du système électrique, de recours aux énergies renouvelables, d émission de gaz à effet de serre, les

Plus en détail

I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable.

I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable. DE3: I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable. Aujourd hui, nous obtenons cette énergie électrique en grande partie

Plus en détail

L énergie sous toutes ses formes : définitions

L énergie sous toutes ses formes : définitions L énergie sous toutes ses formes : définitions primaire, énergie secondaire, utile ou finale. Quelles sont les formes et les déclinaisons de l énergie? D après le dictionnaire de l Académie française,

Plus en détail

LES ENERGIES RENOUVELABLES. Dr Marwan JARKAS

LES ENERGIES RENOUVELABLES. Dr Marwan JARKAS LES ENERGIES RENOUVELABLES Dr Marwan JARKAS Plan de l exposée : I - Définition de l énergie renouvelable II - Différentes types de l énergie renouvelable 1. Energie éolienne 2. Energie solaire 3. Energie

Plus en détail

Plate-forme énergie. Filière de la biomasse forestière

Plate-forme énergie. Filière de la biomasse forestière Plate-forme énergie Filière de la biomasse forestière Mars 2013 Table des matières 1. Principes généraux... 0 2. Ce qu on entend par économie d énergie... 1 3. Réflexion sur les sources d énergie à privilégier...

Plus en détail

1. La production d électricité dans le monde : perspectives générales

1. La production d électricité dans le monde : perspectives générales Quinzième inventaire Édition 2013 La production d électricité d origine renouvelable dans le monde Collection chiffres et statistiques Cet inventaire a été réalisé par Observ ER et la Fondation Énergies

Plus en détail

CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE. Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières

CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE. Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières 1. CONSOMMATION FINALE D ELECTRICITE...2 1.1 EVOLUTION SUR LA PERIODE 2000-2013... 2 1.2 ENTRE 2010

Plus en détail

Origine du courant électrique Constitution d un atome

Origine du courant électrique Constitution d un atome Origine du courant électrique Constitution d un atome Electron - Neutron ORIGINE DU COURANT Proton + ELECTRIQUE MATERIAUX CONDUCTEURS Électrons libres CORPS ISOLANTS ET CORPS CONDUCTEURS L électricité

Plus en détail

U N I O N D E S P R O F E S S E U R S D E P H Y S I Q U E E T D E C H I M I E 719 Les voitures électriques

U N I O N D E S P R O F E S S E U R S D E P H Y S I Q U E E T D E C H I M I E 719 Les voitures électriques U N I O N D E S P R O F E S S E U R S D E P H Y S I Q U E E T D E C H I M I E 719 Les voitures électriques par 78310 Maurepas michel.meallet@orange.fr RÉSUMÉ Pourquoi se poser des questions sur les voitures

Plus en détail

SENSIBILISATION À LA PROBLÉMATIQUE ÉNERGÉTIQUE

SENSIBILISATION À LA PROBLÉMATIQUE ÉNERGÉTIQUE Diapositive 1 SENSIBILISATION À LA PROBLÉMATIQUE ÉNERGÉTIQUE Mastère OSE janvier2011 Diapositive 2 LA FILIÈRE ÉNERGÉTIQUE, CAS DE L ÉLECTRICITÉ EN FRANCE Diapositive 3 La filière énergétique Pour quels

Plus en détail

Les sources d énergie D où vient l énergie? 52 non renouvelables, renouvelables

Les sources d énergie D où vient l énergie? 52 non renouvelables, renouvelables Les sources d énergie D où vient l énergie? 52 non renouvelables, renouvelables Objectifs Matériel Matériel Découvrir Connaître les la différentes signification sources du mot d énergie.. Fiche image 1

Plus en détail

Panorama des bioénergies en Europe. Colloque Bioénergies

Panorama des bioénergies en Europe. Colloque Bioénergies Panorama des bioénergies en Europe Panorama des bioénergies en Europe Synthèse des informations existantes sur le sujet des bioénergies en Europe Sources : législation : Europa, portail de l Union européenne

Plus en détail

Pointe et chauffage électrique

Pointe et chauffage électrique Pointe et chauffage électrique Enquête et décryptage sur une bien curieuse singularité française Association négawatt 1 er déc 2009 011209e Pour commencer, un petit lexique Pour caractériser la puissance,

Plus en détail

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES CHAPITRE 1 NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1 suite Chapitre 1 : NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1.1 Généralités 1.2 L'énergie dans le monde 1.2.1 Qu'est-ce que l'énergie? 1.2.2 Aperçu sur

Plus en détail

Bilan électrique français ÉDITION 2014

Bilan électrique français ÉDITION 2014 Bilan électrique français ÉDITION 2014 Dossier de presse Sommaire 1. La baisse de la consommation 6 2. Le développement des ENR 8 3. Le recul de la production thermique fossile 9 4. La baisse des émissions

Plus en détail

ENJEUX ENERGETIQUES. Le Monde et la France. L énergie dans les territoires

ENJEUX ENERGETIQUES. Le Monde et la France. L énergie dans les territoires ENJEUX ENERGETIQUES Le Monde et la France L énergie dans les territoires * Bernard LAPONCHE (Données statistiques : Enerdata) 1 Monde : Consommation d énergie primaire (2008 : 12,2 milliards de tep) Energies

Plus en détail

CENTRALES HYDRAULIQUES

CENTRALES HYDRAULIQUES CENTRALES HYDRAULIQUES FONCTIONNEMENT Les différentes centrales hydrauliques Les centrales hydrauliques utilisent la force de l eau en mouvement, autrement dit l énergie hydraulique des courants ou des

Plus en détail

«Résoudre les problèmes de l'énergie, une clé pour la survie de l'humanité»

«Résoudre les problèmes de l'énergie, une clé pour la survie de l'humanité» Fédération mondiale des travailleurs scientifiques World Federation of scientifique Workers 85ème session du Conseil exécutif Symposium «Résoudre les problèmes de l'énergie, une clé pour la survie de l'humanité»

Plus en détail

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B2. Les énergies

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B2. Les énergies ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE Niveau B2 Les énergies Le dossier comprend : - une fiche apprenant - une fiche enseignant - le document support Auteurs-concepteurs : Isabelle Barrière, Martine Corsain Fiche

Plus en détail

Production mondiale d énergie

Production mondiale d énergie Chapitre 14: Autres sources d énergie Énergie nucléaire Énergie solaire Énergie géothermale Hydro-électricité Énergie éolienne Production mondiale d énergie 23% 39% 27% Coal Nuclear Hydro Geothermal Petroleum

Plus en détail

L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015

L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015 L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015 Synthèse Juin 2015 Sommaire Analyse globale 4 1. Prévision de consommation 5 2. Disponibilité du parc de production 7 3. Étude du risque

Plus en détail

RESEAUX DE CHALEUR FLEXIBILITE ENERGETIQUE ET DEVELOPPEMENT

RESEAUX DE CHALEUR FLEXIBILITE ENERGETIQUE ET DEVELOPPEMENT RESEAUX DE CHALEUR FLEXIBILITE ENERGETIQUE ET DEVELOPPEMENT Dans un avenir marqué par : des incertitudes importantes de nature économique, énergétique et technologique, à l échelle mondiale, européenne

Plus en détail

de bord l énergie Énergie renouvelables 95-val-d oise Électricité 75-paris kwh % 94-val-de-marne Agriculture édition 2014

de bord l énergie Énergie renouvelables 95-val-d oise Électricité 75-paris kwh % 94-val-de-marne Agriculture édition 2014 DE TABLEAU de bord l énergie en île-de-france Énergies renouvelables Superficie Produits pétroliers Habitat 78-yvelines 95-val-d oise Électricité 92-hauts-de-seine m 2 93-seine-saint-denis Tep 75-paris

Plus en détail

Contribution des industries chimiques

Contribution des industries chimiques Contribution des industries chimiques au débat national sur la transition énergétique Les entreprises de l industrie chimique sont des acteurs clés de la transition énergétique à double titre. D une part,

Plus en détail

Les Perspectives Énergétiques à l horizon 2040

Les Perspectives Énergétiques à l horizon 2040 The Outlook for Energy: A View to 24 highlights Les Perspectives Énergétiques à l horizon 24 ExxonMobil vous présente dans ses Perspectives Énergétiques sa vision à long terme de notre avenir énergétique.

Plus en détail

Sortir du nucléaire? Contraintes et opportunités

Sortir du nucléaire? Contraintes et opportunités Sortir du nucléaire? Contraintes et opportunités Michel Bonvin michel.bonvin@hevs.ch bom / Forum Business VS / 25 oct. 2011 Sortir du nucléaire 1 Nucléaire : on parle de quoi? 0.90 0.80 Energies primaires

Plus en détail

C3. Produire de l électricité

C3. Produire de l électricité C3. Produire de l électricité a. Electricité : définition et génération i. Définition La matière est constituée d. Au centre de l atome, se trouve un noyau constitué de charges positives (.) et neutres

Plus en détail

A / LES FAMILLES DE SOURCES D ENERGIE B / LES CARACTERISTIQUES D UNE SOURCE D ENERGIE C / LES CRITERES DE CHOIX D UNE SOURCE D ENERGIE

A / LES FAMILLES DE SOURCES D ENERGIE B / LES CARACTERISTIQUES D UNE SOURCE D ENERGIE C / LES CRITERES DE CHOIX D UNE SOURCE D ENERGIE A / LES FAMILLES DE SOURCES D ENERGIE B / LES CARACTERISTIQUES D UNE SOURCE D ENERGIE C / LES CRITERES DE CHOIX D UNE SOURCE D ENERGIE A la Fin de cette activité, je saurai -Identifier les grandes familles

Plus en détail

L ÉNERGIE C EST QUOI?

L ÉNERGIE C EST QUOI? L ÉNERGIE C EST QUOI? L énergie c est la vie! Pourquoi à chaque fois qu on fait quelque chose on dit qu on a besoin d énergie? Parce que l énergie est à l origine de tout! Rien ne peut se faire sans elle.

Plus en détail

Avertissement. Version 2.3. Juin 2003. Les objectifs poursuivis. Les principes du régime des certificats verts

Avertissement. Version 2.3. Juin 2003. Les objectifs poursuivis. Les principes du régime des certificats verts Commission Wallonne Pour l Energie Version 2.3. Juin 2003 LE REGIME DES CERTIFICATS VERTS dans le cadre de l ouverture du Marché de l Electricité en Wallonie Sommaire Les objectifs poursuivis Les principes

Plus en détail

La fin (annoncée) des énergies fossiles

La fin (annoncée) des énergies fossiles La fin (annoncée) des énergies fossiles Consommation annuelle et prévisions Pétrole, la production et la demande Avantages et utilisation du pétrole Réserves mondiales de pétrole et gaz naturel La fin

Plus en détail

LA CONSOMMATION D ENERGIE EN ALLEMAGNE ET EN FRANCE : UNE COMPARAISON INSTRUCTIVE

LA CONSOMMATION D ENERGIE EN ALLEMAGNE ET EN FRANCE : UNE COMPARAISON INSTRUCTIVE LA CONSOMMATION D ENERGIE EN ALLEMAGNE ET EN FRANCE : UNE COMPARAISON INSTRUCTIVE Bernard LAPONCHE 18 mai 2011 www.global-chance.org LA CONSOMMATION D ENERGIE EN ALLEMAGNE ET EN FRANCE UNE COMPARAISON

Plus en détail

LE TOUR DU MONDE DES ÉNERGIES

LE TOUR DU MONDE DES ÉNERGIES Blandine Antoine Élodie Renaud LE TOUR DU MONDE DES ÉNERGIES Sommaire Préface... 11 Introduction... 15 I. LA PRODUCTION D ÉNERGIE Introduction à la production d énergie... 31 Thème 1 Énergies Fossiles...

Plus en détail

La transition énergétique L Energiewende allemande. 7 Conclusions clés. Une initiative de la Fondation Heinrich Böll Publié le 28 novembre 2012

La transition énergétique L Energiewende allemande. 7 Conclusions clés. Une initiative de la Fondation Heinrich Böll Publié le 28 novembre 2012 7 Conclusions clés La transition énergétique L Energiewende allemande Par Craig Morris et Martin Pehnt Une initiative de la Fondation Heinrich Böll Publié le 28 novembre 2012 www. 7 Conclusions clés La

Plus en détail

Points de repère n 4 8ème session du Forum économique et financier franco-vietnamien. Assistance Technique France. 17-18 novembre 2009 à Ha Long

Points de repère n 4 8ème session du Forum économique et financier franco-vietnamien. Assistance Technique France. 17-18 novembre 2009 à Ha Long Points de repère n 4 8ème session du Forum économique et financier franco-vietnamien Assistance Technique France public experts in economics & finan La politique vietnamienne de l énergie dans une stratégie

Plus en détail

2. L offre et la demande d énergie: tendances et perspectives

2. L offre et la demande d énergie: tendances et perspectives 5 2. L offre et la demande d énergie: tendances et perspectives La demande d énergie devrait s accroître considérablement dans les années à venir à cause de l augmentation de la population et du développement

Plus en détail

Les tendances du marché de. la production d électricité. dans le monde. participation d entreprises privées locales ou internationales

Les tendances du marché de. la production d électricité. dans le monde. participation d entreprises privées locales ou internationales Les tendances du marché de la production d électricité dans le monde Samir Allal La globalisation économique a favorisé une plus grande expression des mécanismes concurrentiels. Désormais la concurrence

Plus en détail

Traçant le chemin vers l Electrification de l Automobile - Les Véhicules à Pile à Combustible de GM

Traçant le chemin vers l Electrification de l Automobile - Les Véhicules à Pile à Combustible de GM Traçant le chemin vers l Electrification de l Automobile - Les Véhicules à Pile à Combustible de GM Congrès SATW, Yverdon 29-30 août 2008 G. Planche Directeur Déploiement HydroGen4, Berlin 1 Agenda La

Plus en détail

Comparaison avec quelques sources d'énergie : Les systèmes non thermodynamiques : Comparaison avec le photovoltaïque : Comparaison avec l'éolien :

Comparaison avec quelques sources d'énergie : Les systèmes non thermodynamiques : Comparaison avec le photovoltaïque : Comparaison avec l'éolien : Comparaison avec quelques sources d'énergie : Toutes les énergies renouvelables ont pour origine l énergie solaire, mais elle est sous une forme de plus en plus dégradée et de moins en moins dense, par

Plus en détail

Le pétrole fournit 40% de l énergie mondiale. C est lui qui a régulé jusqu à présent le prix de l énergie.

Le pétrole fournit 40% de l énergie mondiale. C est lui qui a régulé jusqu à présent le prix de l énergie. ² Le pétrole fournit 40% de l énergie mondiale. C est lui qui a régulé jusqu à présent le prix de l énergie. La production mondiale d énergie exprimée en équivalent tonnes de pétrole (TEP) est de plus

Plus en détail

Feuille d information

Feuille d information Feuille d information Janvier 2009 Ecobilan de l énergie nucléaire: efficacité et préservation de l environnement Le terme de «courant vert» est souvent utilisé dans la discussion publique. Il faut généralement

Plus en détail

Le contenu en CO2 du kwh électrique : Avantages comparés du contenu marginal et du contenu par usages sur la base de l historique.

Le contenu en CO2 du kwh électrique : Avantages comparés du contenu marginal et du contenu par usages sur la base de l historique. Final le 08/10/2007 Le contenu en CO2 du kwh électrique : Avantages comparés du contenu marginal et du contenu par usages sur la base de l historique. - NOTE DETAILLEE - 1- Le contexte Le calcul du contenu

Plus en détail

DETERMINATION DU BESOIN CALORIFIQUE ANNUEL

DETERMINATION DU BESOIN CALORIFIQUE ANNUEL DETERMINATION DU BESOIN CALORIFIQUE ANNUEL ) Les degrés jour unifiés : Les degrés jour unifiés ou DJU permettent de réaliser des estimations de consommation d'énergie thermique pour le chauffage d un bâtiment

Plus en détail

tél. 02 277 51 11 Pour les appels en provenance de l étranger : tél. + 32 2 277 51 11

tél. 02 277 51 11 Pour les appels en provenance de l étranger : tél. + 32 2 277 51 11 Le marché de l énergie en 2010 Service public fédéral Economie, P.M.E., Classes moyennes et Energie Rue du Progrès 50 1210 Bruxelles N d entreprise : 0314.595.348 http://economie.fgov.be tél. 02 277 51

Plus en détail

EnR : les grands objectifs

EnR : les grands objectifs Les Energies Renouvelables Enjeux Pour le secteur du bâtiment à l horizon 2010 Virginie Schwarz Directrice Energie Air Bruit ADEME EnR : les grands objectifs Le Livre Blanc sur les énergies (septembre

Plus en détail

L offre d énergie: une comparaison France, Allemagne et Japon. Par Pierre Lasserre, Sciences économiques Université du Québec à Montréal

L offre d énergie: une comparaison France, Allemagne et Japon. Par Pierre Lasserre, Sciences économiques Université du Québec à Montréal L offre d énergie: une comparaison France, Allemagne et Japon Par Pierre Lasserre, Sciences économiques Université du Québec à Montréal Plan Quelques faits stylisés caractéristiques de la France, de l

Plus en détail

Renouvellement à 50000MW étalé sur 20 ans (2020-2040) rythme de construction nucléaire: 2500MW/an

Renouvellement à 50000MW étalé sur 20 ans (2020-2040) rythme de construction nucléaire: 2500MW/an L uranium dans le monde 1 Demande et production d Uranium en Occident U naturel extrait / année 40.000 tonnes Consommation mondiale : 65.000 tonnes La différence est prise sur les stocks constitués dans

Plus en détail

L Allemagne championne des énergies propres?

L Allemagne championne des énergies propres? L Allemagne championne des énergies propres? La chancelière allemande a tranché, l Allemagne sera la première grande puissance industrielle européenne à sortir du nucléaire. Et ceci rapidement puisque

Plus en détail

LES COUTS DE DIFFERENTES FILIERES DE PRODUCTION ET D ECONOMIE D ELECTRICITE. B. Dessus, Global Chance 8 avril 2012

LES COUTS DE DIFFERENTES FILIERES DE PRODUCTION ET D ECONOMIE D ELECTRICITE. B. Dessus, Global Chance 8 avril 2012 LES COUTS DE DIFFERENTES FILIERES DE PRODUCTION ET D ECONOMIE D ELECTRICITE B. Dessus, Global Chance 8 avril 2012 * INTRODUCTION Le récent rapport de la Cour des comptes sur les coûts de la filière nucléaire

Plus en détail

Que sont les sources d énergie renouvelable?

Que sont les sources d énergie renouvelable? Que sont les sources d énergie renouvelable? Comme leur nom l indique, il s agit de sources qui se renouvellent et ne s épuiseront donc jamais à l échelle du temps humain! Les sources non renouvelables

Plus en détail

Jörg Mühlenhoff Agentur für Erneuerbare Energien Agence pour les Energies Renouvelables Paris, ENS, 14 avril 2011

Jörg Mühlenhoff Agentur für Erneuerbare Energien Agence pour les Energies Renouvelables Paris, ENS, 14 avril 2011 Energies renouvelables en Allemagne : succès et défis Jörg Mühlenhoff Agentur für Erneuerbare Energien Agence pour les Energies Renouvelables Paris, ENS, 14 avril 2011 L Agence pour les Energies Renouvelables

Plus en détail

L ÉNERGIE EN MAYENNE. Citoyens Responsables associatifs Élus locaux Usagers. Acteurs. de la transition énergétique. en Mayenne

L ÉNERGIE EN MAYENNE. Citoyens Responsables associatifs Élus locaux Usagers. Acteurs. de la transition énergétique. en Mayenne Citoyens Responsables associatifs Élus locaux Usagers Acteurs de la transition énergétique en Mayenne Les dépenses énergétiques en Mayenne sont de 1.5 million d euros par jour ou 550 millions d euros par

Plus en détail

Quelques chiffres clés de l énergie et de l environnement

Quelques chiffres clés de l énergie et de l environnement Quelques chiffres clés de l énergie et de l environnement GSE 2011-2012 I.1 Que représente : - 1 kcal en kj? : 1 kcal = 4,187 kj - 1 frigorie (fg) en kcal? : 1 fg = 1 kcal - 1 thermie (th) en kcal? : 1

Plus en détail

Cap sur la croissance!

Cap sur la croissance! Cap sur la croissance! EDORA Qui sommes-nous? Fédération de producteurs ER Plus de 85 Membres: Toutes les filières ER (éolien, biomasse, hydro, solaire) De la (très) grande et la (toute) petite entreprises

Plus en détail

GROUPE DE TRAVAIL ELUS: Quelles sont les actions pour atténuer l impact et adapter les collectivités s locales aux changements climatiques et

GROUPE DE TRAVAIL ELUS: Quelles sont les actions pour atténuer l impact et adapter les collectivités s locales aux changements climatiques et Plan Climat Energie Territorial GROUPE DE TRAVAIL ELUS: Quelles sont les actions pour atténuer l impact et adapter les collectivités s locales aux changements climatiques et énergétiques? Plan de la réunion

Plus en détail

Quel avenir pour l énergie énergie nucléaire?

Quel avenir pour l énergie énergie nucléaire? Quel avenir pour lénergie l énergie nucléaire? Origine de l énergie nucléaire État critique du réacteur Utilité des neutrons retardés Quel avenir pour le nucléiare? 2 Composant des centrales nucléaires

Plus en détail

Une stratégie Bas Carbone

Une stratégie Bas Carbone Colloque UFE - Mardi 17 juin 2014 Une stratégie Bas Carbone au service de la Transition énergétique Comment réussir la Transition énergétique à moindre coût? 1 12 Contexte A la veille de la présentation

Plus en détail

Energie nucléaire. Quelques éléments de physique

Energie nucléaire. Quelques éléments de physique Energie nucléaire Quelques éléments de physique Comment produire 1 GW électrique Nucléaire (rendement 33%) Thermique (38%) Hydraulique (85%) Solaire (10%) Vent : 27t d uranium par an : 170 t de fuel par

Plus en détail

XXVII ème rencontre du Sausseron Nesles la vallée le 14-11-09. Les énergies renouvelables : mythes et réalités

XXVII ème rencontre du Sausseron Nesles la vallée le 14-11-09. Les énergies renouvelables : mythes et réalités Ludovic THIEBAUX ludovic@elan-herblay.fr XXVII ème rencontre du Sausseron Nesles la vallée le 14-11-09 Les énergies renouvelables : mythes et réalités L impact sur l environnement COMBUSTIBLE Émissions

Plus en détail

INNOV ECO. "Les nouveaux challenges du stockage d'énergie" Jeudi 11 juin 2015, Paris

INNOV ECO. Les nouveaux challenges du stockage d'énergie Jeudi 11 juin 2015, Paris INNOV ECO "Les nouveaux challenges du stockage d'énergie" Jeudi 11 juin 2015, Paris Le stockage, c est l anticipation d un besoin. Ce n est pas le propre des humains Le stockage de l énergie est très ancien

Plus en détail

dena Les associés de la Deutsche Energie-Agentur. 8 % 8 % 8 % Direction République fédérale d Allemagne Allianz SE Deutsche Bank AG DZ BANK AG

dena Les associés de la Deutsche Energie-Agentur. 8 % 8 % 8 % Direction République fédérale d Allemagne Allianz SE Deutsche Bank AG DZ BANK AG Stephan Kohler Le «tournant énergétique» en Allemagne : Centrales à cycle combiné adaptables et efficaces dans le contexte d une production d électricité fluctuante issue des énergies renouvelables. Perspectives

Plus en détail

Le biogaz en France et en Allemagne Une comparaison. Journées méthanisation, 4 novembre 2014, Chambéry

Le biogaz en France et en Allemagne Une comparaison. Journées méthanisation, 4 novembre 2014, Chambéry Le biogaz en France et en Allemagne Une comparaison Journées méthanisation, 4 novembre 2014, Chambéry L OFAEnR Origines & Objectifs Crée en 2006 par les gouvernements français & allemand Bureau au ministère

Plus en détail

Jean-Yves RICHARD ADEME

Jean-Yves RICHARD ADEME «Matériau de structure,isolant et biocombustible, le bois, une matière au service de la construction durable» - le 12 janvier 2009 Les enjeux environnementaux du bâtiment Jean-Yves RICHARD ADEME Le réchauffement

Plus en détail

État et perspectives énergétiques mondiales et québécoises

État et perspectives énergétiques mondiales et québécoises État et perspectives énergétiques mondiales et québécoises Rendez-vous de l énergie Agents socio-économiques, Côte-Nord 23 février 2011 Patrick Déry, B.Sc., M.Sc. physicien, spécialiste en énergétique

Plus en détail

Vendredi 18 mars 2011 ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES DE DEVELOPPEMENT DES ENERGIES RENOUVELABLES FOCUS SUR L ELECTRICITE

Vendredi 18 mars 2011 ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES DE DEVELOPPEMENT DES ENERGIES RENOUVELABLES FOCUS SUR L ELECTRICITE 2011 Vendredi 18 mars 2011 ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES DE DEVELOPPEMENT DES ENERGIES RENOUVELABLES FOCUS SUR L ELECTRICITE TABLE DES MATIÈRES Le cas de la France... 3 Le mix électrique en 2010... 3

Plus en détail

la Contribution Climat Energie

la Contribution Climat Energie Paris le 05/09/2009 la Contribution Climat Energie 1. Quelle assiette aura la CCE? a. Assiette : La CCE serait une contribution additionnelle aux taxes intérieures (TIPP, TICGN, TICC), assise sur l ensemble

Plus en détail

Les énergies renouvelables (éolien, solaire)

Les énergies renouvelables (éolien, solaire) Les énergies renouvelables (éolien, solaire) Une solution d avenir? Ou une arnaque? Et quel coût pour la collectivité? Jacky Ruste Ingénieur INSA Génie Physique Docteur-ingénieur de l université Nancy1

Plus en détail

Portrait énergétique de la Chaudière-Appalaches

Portrait énergétique de la Chaudière-Appalaches Portrait énergétique de la Chaudière-Appalaches Présenté par : Joël Leblond et Martin Loiselle 19 novembre 2010 Plan de la présentation Introduction Objectifs des Rendez-vous de l énergie Constats nationaux

Plus en détail

électricité Et développement

électricité Et développement électricité Et développement DUrable 1 Thalès (Grec) En frottant de l ambre jaune sur sa toge, il constate qu il est possible d attirer de petits objets. Il découvre le phénomène de l électricité statique.

Plus en détail

Provence 4 Centrale thermique à Biomasse Bilan économique, énergétique, climatique de cette unité de production d électricité

Provence 4 Centrale thermique à Biomasse Bilan économique, énergétique, climatique de cette unité de production d électricité Provence 4 Centrale thermique à Biomasse Bilan économique, énergétique, climatique de cette unité de production d électricité Résumé Le bureau d étude ECO-MESURE a été par le collectif citoyen de vigilance

Plus en détail

Le gaz de schiste «pertubateur» du marché de l électricité? Jacques PERCEBOIS Directeur du CREDEN Professeur à l Université de Montpellier I

Le gaz de schiste «pertubateur» du marché de l électricité? Jacques PERCEBOIS Directeur du CREDEN Professeur à l Université de Montpellier I Le gaz de schiste «pertubateur» du marché de l électricité? Jacques PERCEBOIS Directeur du CREDEN Professeur à l Université de Montpellier I CLUB DE NICE 5/12/2012 Le gaz naturel dans l Union Européenne

Plus en détail

Introduction... 9. L après-pétrole. Une technologie du futur? Un enjeu environnemental. Conclusion...119. Annexes

Introduction... 9. L après-pétrole. Une technologie du futur? Un enjeu environnemental. Conclusion...119. Annexes Introduction... 9 L après-pétrole «Les biocarburants sont la seule réponse crédible au pic pétrolier.»...15 «Produire ses propres biocarburants, c est accroître sa sécurité d approvisionnement en énergie.»...23

Plus en détail

Oléagineux, Corps Gras, Lipides. Volume 9, Numéro 5, 296-8, Septembre - Octobre 2002, La filière

Oléagineux, Corps Gras, Lipides. Volume 9, Numéro 5, 296-8, Septembre - Octobre 2002, La filière L'impact des biocarburants sur l'effet de serre Oléagineux, Corps Gras, Lipides. Volume 9, Numéro 5, 296-8, Septembre - Octobre 2002, La filière Auteur(s) : Etienne POITRAT, ADEME (Agence de l'environnement

Plus en détail

la micro-cogénération au bois sort de l ombre

la micro-cogénération au bois sort de l ombre Références Biomasse : la micro-cogénération au bois sort de l ombre Le contexte énergétique actuel, favorable aux énergies renouvelables, amène un regain d intérêt pour le bois-énergie, comme en témoigne

Plus en détail

Coût du nucléaire existant et futur : critique de la note «Fiche sur les coûts du nucléaire actuel et futur» de Paul Lucchese au CNDTE

Coût du nucléaire existant et futur : critique de la note «Fiche sur les coûts du nucléaire actuel et futur» de Paul Lucchese au CNDTE Coût du nucléaire existant et futur : critique de la note «Fiche sur les coûts du nucléaire actuel et futur» de Paul Lucchese au CNDTE Benjamin Dessus 10 mars 2013 www.global-chance.org 10 mars 2013 Coût

Plus en détail

Sur les 14 000 Gigawatts thermiques que l humanité

Sur les 14 000 Gigawatts thermiques que l humanité Comment je vois le monde Quelles sources d énergie pour demain? Réchauffement global de la Terre, ou déchets nucléaires? A l aube du XX e siècle, tel semble être le dilemme auquel notre société se heurte.

Plus en détail

Source des données : statistiques et cas réels. Découvrez les sources et les exemples ayant servi à définir les données chiffrées d Ecoville.

Source des données : statistiques et cas réels. Découvrez les sources et les exemples ayant servi à définir les données chiffrées d Ecoville. Source des données : statistiques et cas réels Découvrez les sources et les exemples ayant servi à définir les données chiffrées d Ecoville. Logements Surfaces et nombre d habitants Logements : surface

Plus en détail

Aperçu du marché des énergies renouvelables en Allemagne en 2013

Aperçu du marché des énergies renouvelables en Allemagne en 2013 Aperçu du marché des énergies renouvelables en Allemagne en 2013 Roman Buss, Renewables Academy (RENAC) AG Voyage d affaires de la CCI allemande Energies renouvelables pour la consommation propre dans

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

Dispositifs incitatifs pour la production d électricité renouvelable. Philippe MENANTEAU Univ. de Grenoble / CNRS Strasbourg 18-19 sept.

Dispositifs incitatifs pour la production d électricité renouvelable. Philippe MENANTEAU Univ. de Grenoble / CNRS Strasbourg 18-19 sept. Dispositifs incitatifs pour la production d électricité renouvelable Philippe MENANTEAU Univ. de Grenoble / CNRS Strasbourg 18-19 sept. 2007 Sommaire Objectifs et justification des politiques de soutien

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

Pourtant, les économies pourraient représenter le quart de la demande actuelle en eau

Pourtant, les économies pourraient représenter le quart de la demande actuelle en eau Eau et énergie Énergie et CO2 PLAN Changement climatique Un scénario alternatif est possible L Union Pour la Méditerranée Le Plan Solaire pour la Méditerranée IMEDER Beyrouth, Forum de l Energie, 30 septembre-1

Plus en détail

et moins chère pour l énergie belge par Laurent Minguet

et moins chère pour l énergie belge par Laurent Minguet Cogénération à la biomasse Une solution renouvelable et moins chère pour l énergie belge par Laurent Minguet Octobre 2006 ABSTRACT Aujourd hui, la Belgique consomme chaque année près de 60 millions de

Plus en détail

La situation en matière de pension privées et de fonds de pension dans les pays de l OCDE

La situation en matière de pension privées et de fonds de pension dans les pays de l OCDE La situation en matière de pension privées et de fonds de pension dans les pays de l OCDE Colloque Protection sociale d entreprise Paris, 26 mars 2010 http://www.irdes.fr/espacerecherche/colloques/protectionsocialeentreprise

Plus en détail

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort.

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort. A B C Accélérateur Egalement appelé pompe de circulation ou circulateur, l accélérateur assure la circulation de l eau de chauffage entre la chaudière et les pièces à chauffer. Les installations très anciennes

Plus en détail