Nom : Electriciens sans Frontières

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Nom : Electriciens sans Frontières"

Transcription

1 Page 1 sur 40 Nom : Electriciens sans Frontières Activité principale : Mettre nos compétences au service des projets de solidarité internationale, en utilisant l accès à l énergie et à l eau comme leviers de développement. Adresse : 9, avenue Percier Code postal : Ville : Paris Région :Ile-de-France Tél. : Télécopie : Site Internet : Nom de la personne chargée du projet et rédacteur de la note : Marc Gratton Fonction dans l organisme : Responsable de la Maîtrise des Risques Tél. Bureau : GSM : Nom et site du programme : Eclairage de camps de réfugiés à Leogane et Carrefour Nom du responsable local du programme : Marc Charret Fonctions dans l organisme : adhérent de l association, responsable de mission GSM : ( ) Date du rapport : 30/09/2011 Hervé Gouyet Président d Electriciens sans frontières

2 Page 2 sur 40 1 Contexte local : Synthèse générale Depuis le rapport d étape de mi-octobre, les conditions de réalisation du projet ont fluctué au gré des évènements politiques et sanitaires dont les impacts sur la population et sur les ONG ont été significatifs (les élections présidentielles avec les manifestations, les tensions dans la population, et les questions de sécurité ; l épidémie de choléra avec les restrictions sur la circulation des personnes ). Concernant les aspects administratifs et logistiques, la sortie, courant novembre, des 120 lampadaires bloqués en douane a constitué une étape importante pour l avancement de notre projet. Les perturbations du rythme d avancement du projet ont pu être limitées grâce à la bonne coordination avec les entreprises haïtiennes chargées de l implantation des lampadaires. La distribution des lampes portables s est également poursuivie avec le concours des comités de gestion des camps de réfugiés, d autres ONG, les pouvoirs publics haïtiens 2 Les autorités locales : Mairies : la collaboration s est poursuivie avec les trois mairies concernées. Cela a permis de suivre au plus près l évolution des camps (démantèlement, extension ) et son impact sur le déploiement ou le redéploiement des lampadaires. 3 Principales avancées et difficultés : Pour compléter la première tranche de 220 lampadaires photovoltaïques commandés avant l été 2010 et livrés entre septembre et novembre, une commande de 130 lampadaires supplémentaires a été passée en décembre. Pour cette dernière tranche du projet, un troisième fournisseur a été choisi. Il s agit de l entreprise AXXIUM, implantée en Haïti, dont la maison mère se trouve au Québec. AXXIUM intervient en Haïti depuis plusieurs années et y propose divers équipements photovoltaïques (lampadaires, feux de signalisation ). Cette entreprise a assuré elle-même, sous le contrôle d Electriciens sans frontières, la pose de ses lampadaires aux emplacements souhaités dans chacun des camps. A mi-avril, 350 lampadaires ont été posés. Environ 95 % des lampes portables ont été distribuées dans des camps ou à des équipes d intervention et de sécurisation des collectivités locales. Outre la nécessaire prudence imposée par l épidémie de choléra, les principales difficultés rencontrées ont été d ordre technique. Elles ont concerné la durée de fonctionnement de certains lampadaires. L entreprise SUNTECH ayant livré des lampadaires dont les panneaux se sont révélés insuffisants, la durée d éclairage s est trouvé réduite à quelques heures au bout de plusieurs jours d utilisation. Les panneaux incriminés ont été changés.

3 Page 3 sur 40 Un problème proche, quoique d impact plus limité, a également été détecté sur les lampadaires ALTERPRO au bout de plusieurs semaines d utilisation. Le problème a été résolu via l achat de boîtiers de régulation à la société SUNTECH qui les a installés dans le cadre des opérations de maintenance. De même, des cas de vandalisme et de vol de matériel ont été détectés (voir chapitre Evaluation) et ont donné lieu à la commande de dispositifs de sécurisation à la société AXXIUM, toujours dans le cadre des opérations de maintenance. 4 Auto-évaluation du projet : La mission d évaluation réalisée en août 2011 a permis de confirmer la satisfaction des bénéficiaires et des partenaires municipaux et de mesurer l impact de l implantation de lampadaires dans les camps en termes de sécurité, mais aussi de conditions de vie sociale et d activités économiques. Cela a conduit aussi à constater que, si leur distribution avait eu un effet positif immédiat en terme de sécurité et conditions d actions des comités de gestion de camps, ONG, autorités au service de la population, les lampes portables soulevaient plusieurs questions en termes de suivi (détournement d usage, disparition ) et de durabilité (pannes, pas de SAV organisé ). Ces difficultés ont touché d autres organismes et conduisent à s interroger sur la pertinence de la distribution de ce genre de matériel lorsque les relais locaux en termes de maintenance et suivi n existent pas. Enfin, plusieurs problèmes techniques et liés à la sécurisation des lampadaires implantés ont été mis à jour, conduisant à des recommandations à court-terme (nécessité de sécuriser le matériel existant) et à moyen / long-terme (spécification du matériel pour les projets futurs).

4 Page 4 sur 40 Bilan de l opération 1 Réalisation des activités 1. Rappels : L objectif principal du projet est d améliorer les conditions de vie dans les camps de réfugiés concernés. Les deux objectifs spécifiques associés sont l amélioration de la sécurité et l amélioration des conditions d éclairage. Les deux activités principales du projet sont l installation des lampadaires et la distribution des lampes portables. 2. Etapes concernant l activité d installation de lampadaires : Approvisionnement, pose : Approvisionnement : il avait été décidé de n approvisionner initialement que 220 lampadaires sur les 350 prévus par le projet afin de choisir les modalités d approvisionnement et de pose des 130 lampadaires restants en fonction du retour d expérience de la première tranche. Compte tenu des problèmes douaniers posés par l approvisionnement en direct de lampadaires en provenance de Chine, des délais de livraison des entreprises haïtiennes et des quelques problèmes techniques rencontrés sur les lampadaires de l une d entre elles, il a été décidé de se tourner vers un troisième fournisseur dont les lampadaires ont pu être observés sur le terrain en octobre 2010 par les équipes d Electriciens sans frontières : AXXIUM. La qualité de fonctionnement de ces équipements, leur disponibilité immédiate en Haïti et leur prix, comparable (pose comprise) à celui des lampadaires de la première tranche a convaincu Electriciens sans frontières de faire appel à cette entreprise implantée à Port au Prince, dont la maison mère se trouve au Canada. Une commande de 130 lampadaires posés lui a été passée. Pose : les deux entreprises haïtiennes en charge de la pose des 220 premiers lampadaires ont mené les chantiers sous la coordination d Electriciens sans frontières. Début février, l entreprise SUNTECH avait installé la totalité des lampadaires, soit 107 lampadaires. L entreprise ENERSA a également terminé ses chantiers début avril. L entreprise AXXIUM a démarré la pose de ses lampadaires début décembre, et a posé l intégralité de ses lampadaires. Dans quelques camps plus précaires, la pose a été suivie d un démontage quelques semaines plus tard, les mairies ayant eu l occasion grâce à d autres ONG de reloger les réfugiés dans des habitation en dur. Les lampadaires ont donc été déplacés pour être installés dans ces nouvelles zones d habitation semi-pérennes. Résultats : Pose de 350 lampadaires dans environ 70 camps de réfugiés. Le détail des implantations de lampadaires est donné en Annexe 1

5 Page 5 sur Etapes concernant les lampes portables Distribution des lampes portables : La distribution de lampes s est poursuivie à un rythme soutenu. Les lampes ont été distribuées soit directement à des comités de gestion de camp, soit à des ONG en charge de la gestion de certains camps, soit aux autorités locales ou à certaines structures lorsqu elles mènent une mission spécifique de soutien à la population des réfugiés (cellule de crise choléra, maternité ) Résultats : distribution d environ lampes portables dans de bonnes conditions de transparence et de sécurité. Certificats de don transmis systématiquement par l équipe Haïti à Paris. La liste des camps, ONG, structures destinataires de lampes portables est jointe en Annexe 2. 2 Echéances : 1. Planning : Contraintes logistiques et administratives depuis le démarrage du projet : Depuis le problème de dédouanement entre septembre et novembre, le projet n a plus connu de difficulté administrative ou logistique majeure Autres contraintes externes : La tenue des élections a perturbé pendant quelques temps les déplacements des équipes de bénévoles, ainsi que l activité des entreprises haïtiennes. Les consignes de prudence délivrés en raison de l épidémie de choléra ont également restreint les déplacements Mise à jour du planning : Compte tenu de ce qui a déjà été réalisé et des éléments ci-dessus, le planning du projet est le suivant : Du 1 er août 2010 à fin 2015 Etapes Activités Du 1 er au 31 Août Calage de l organisation du travail sur place avec les entreprises locales, confirmation de la liste des camps, repérage détaillé de leur géographie, repérages pour l implantation des lampadaires et réalisation des travaux de terrassement. Réception et dédouanement des premières Du 23 août au 10 septembre 2 cargaisons de lampadaires et des lampes solaires 2010 portables. Poursuite des démarches de dédouanement de la Du 10 septembre à minovembre Supervision de l installation des lampadaires livrés deuxième cargaison de lampadaires. 3 et distribution des lampes portables. Mi-novembre début mai Poursuite de l installation des lampadaires,

6 Page 6 sur 40 Mai Juin ajustements des lieux d implantation avec les mairies, commande et installation des 130 lampadaires de la seconde tranche, gestion des aléas, contrôle inventaire, réception finale... Premières opérations de maintenance, remplacement des régulateurs Début Août Mi Août Mission d auto-évaluation du projet Septembre 2011 à Fin Maintenance des lampadaires installés, changement des batteries en , visites de suivi / évaluation en 2013 et Relations avec les bénéficiaires : Rappel : les bénéficiaires du projet sont les familles des camps de réfugiés, représentées par les comités de gestion des camps. 1. Adhésion au projet et implication L adhésion des réfugiés au projet ne s est jamais démentie. Elle a pu être constatée dans les relations avec les Comités de gestion des camps qui ont participé à l organisation des travaux de terrassement, ont signalé à Electriciens sans frontières les éventuels problèmes rencontrés (durée d éclairage de certains lampadaires, vol de quelques panneaux solaires ). Les réfugiés euxmêmes se sont impliqués dans les travaux de terrassement et de levage des lampadaires, dans tous les camps. De leur côté, les mairies sont toujours extrêmement motivées par ce projet. Leurs services ont continué de travailler avec Electriciens sans frontières pour mettre à jour la liste des camps ciblés, prévenir le démantèlement de certains camps et la relocalisation des réfugiés nécessitant le déplacement de certains lampadaires, etc. 2. Nombre de bénéficiaires à ce jour Les lampadaires ont été posés dans environ 70 implantations. Lors des visites d implantation avec les Comités de gestion, la population moyenne de ces camps a été estimée entre 2000 et 3000 personnes environ. On peut donc estimer qu il y a environ 150 à personnes bénéficiant des lampadaires du projet d Electriciens sans frontières aujourd hui en Haïti (ce qui représente un peu moins de familles). Concernant les lampes portables, les bénéficiaires directs sont les personnes qui pourront utiliser ces lampes dans le cadre de leur activité de surveillance, sécurisation, soutien aux populations Il y a donc aujourd hui bénéficiaires directs de la distribution des lampes portables. Les bénéficiaires indirects sont les réfugiés qui pourront bénéficier de ces interventions de sécurisation et de soutien nocturne. Dans ce cas, le nombre de camps dans lesquels des lampes ont été distribuées étant de 146, on arrivé à un total d environ bénéficiaires indirects de la distribution de lampes portables.

7 Page 7 sur Retours obtenus : Outre les témoignages directs et verbaux recueillis sur place auprès des réfugiés, l impact du projet a été salué par les autorités locales comme nationales. Dernier exemple en date, au cours du Colloque sur la reconstruction d Haïti organisé par le Ministère de l Intérieur haïtien le 11 février, l hommage rendu à Electriciens sans frontières identifié comme un acteur clef dans le domaine de l énergie solaire au service de la reconstruction en Cet hommage a été rendu par M Sainatus, représentant du Ministère de l intérieur haïtien, auquel s est joint le Maire de Leogâne. Le représentant d Electriciens sans frontières a ensuite été invité à s exprimer devant l ensemble des maires présents et représentants d entreprises. Au delà de la satisfaction d une reconnaissance locale de l efficacité et de l impact du projet mené, ce type d échange permet de nouer de nouveaux contacts et de mesurer l étendue des besoins existants en terme d éclairage, au delà des camps de réfugiés et au delà du périmètre des trois communes concernées par notre projet. 4 Etats des partenariats réalisés / prévus : Médecins sans Frontières : depuis le dédouanement du matériel, MSF n a plus été sollicitée pour l avancement de ce projet. Mairies des communes concernées : dans la ligne des protocoles élaborés avec les mairies, celles-ci ont continué de soutenir le projet et de s y investir à tous les niveaux (des services techniques jusqu aux maires). La propriété des lampadaires a été systématiquement transféré aux mairies via la signature de PV de remise par un représentant d Electriciens dans frontières et un représentant de la mairie lors de leur installation. 5 Difficultés : 1. Sécurité : Les élections ont eu pour conséquence le déclenchement de mouvements de protestation et de revendication. Dans ce contexte, les consignes de sécurité ont été renforcées, interrompant l avancement du projet pendant plusieurs jours. Les équipes d Electriciens sans frontières sont restées bloquées dans leur camp de base, ainsi que les entreprises intervenant pour le projet. 2. Situation sanitaire : L épidémie de choléra a eu pour conséquence de restreindre également les déplacements, au moins le temps que le contrôle de la situation s améliore. Les équipes d Electriciens sans frontières ont suivi les consignes en vigueur sur place, relayées notamment par l Ambassade de France. Ces restrictions ont eu pour effet de ralentir un peu le planning. 3. Ajustements techniques : Les lampadaires montés et posés par l entreprise SUNTECH se sont avérés légèrement sousdimensionnés en terme de panneaux solaires compte tenu de l ensoleillement réel et de la poussière ambiante qui diminue l efficacité des installations. En quelques semaines, une

8 Page 8 sur 40 diminution de la durée d éclairage a été notée par l équipe d Electriciens sans frontières grâce aux points réguliers qui sont faits avec les services techniques des mairies, impliquant les comités de gestion de camps. Il a été convenu avec l entreprise SUNTECH de remplacer les panneaux sur la trentaine de lampadaires qu elle avait fournis. Cette intervention a ralenti le planning du projet mais a permis de corriger le problème. Un problème d ajustement entre la durée d éclairage programmée et la capacité des panneaux solaires des lampadaires ALTERPRO a également été détecté, le problème est en cours de résolution avec l installation de régulateurs achetés à l entreprise SUNTECH. Il s agit d assurer un bon niveau de recharge des batteries. 6 Ajustements réalisés et envisagés : Planning : les derniers ajustements de planning tiennent compte des aléas qui ont perturbé le déroulement du projet. Cela a conduit à décaler de quelques semaines la date de fin de la pose de l intégralité des lampadaires. Camps ciblés : la liste des camps proposés et priorisés par les mairies a évolué depuis le démarrage du projet. Par ailleurs, comme indiqué précédemment, plusieurs camps ont été démantelés, les réfugiés ayant été relocalisés grâce à des projets de construction d habitations semi-pérennes menés par d autres ONG. La liste des modifications de camps intervenues en cours de projet est donnée en Annexe 3. 7 Evaluation du projet : Comme prévu dans le projet, une mission d auto-évaluation a été organisée en août. Cette mission avait pour objectif de mesurer l état de fonctionnement du matériel installé, les problèmes rencontrés, et d évaluer l impact du projet. La mission avait également pour but de dresser la liste des enseignements à tirer de ce projet, et de faire des propositions, à la fois pour ce projet et pour les éventuels projets à venir. Les principales conclusions de ce rapport font l objet de ce chapitre. Les détails et données sur lesquels elles s appuient se trouvent en annexe. La mission d évaluation a été menée du 2 au 18 août 2011 par deux membres d Electriciens sans frontières, avec l appui du responsable de mission en Haïti. Ses conclusions reposent sur les observations effectuées au cours de la mission et les informations collectées auprès des acteurs clé du projet dans les trois communes concernées. 1. Contexte et situation sur place en août 2011 : L état des camps est très disparate : quelques uns (assez rares) ont fait l objet d une réhabilitation (sols rehaussés et aménagés, tentes neuves et plus grandes ou shelters en dur), et sont aménagés autour de larges allées. D autres (les plus nombreux) ne disposent que d habitations précaires positionnées le long de cheminements tortueux et étroits au milieu desquels les eaux usées s écoulent mal. Dans les plus «riches» des camps les petits commerces sont plus nombreux. Très rarement quelques habitations bénéficient de

9 Page 9 sur 40 l électricité provenant du réseau EDH et/ou d antennes de télévision. Certains de ces camps peuvent être très propres, plus que les rues avoisinantes. L organisation mise en place dans les camps est plus ou moins effective et efficace ; certains camps sont capables d organiser un système de tours de garde destiné a assurer la sécurité du camp (et à veiller sur les lampadaires), quelques uns disposent même d une permanence dans un bureau dédié à cet usage, et un camp tient un registre des visiteurs et de l objet de leur visite. Le degré d organisation du camp et son efficacité semblent corrélés avec sa relative «richesse», notamment pour les camps réhabilités. Les premiers camps ont été démantelés, notamment à Léogâne, leurs habitants relogés dans des habitats en dur (shelters en bois), et les LPV ont été déplacés sauf quand la population avoisinante, en conflit avec les autorités, s y est opposée. 2. Constats et bilan : Rappels : quelques chiffres : Au total, 350 lampadaires photovoltaïques ont été installés dans les camps et environ 3800 lampes solaires portables ont été distribuées aux comités de gestion ou aux ONG en charge des camps. Lors de la mission d évaluation, 17 camps ont été visités, soit environ 25 % du nombre de camps concernés par le projet. A cette occasion, le cas de 131 lampadaires a pu être abordé, ce qui représente 37 % du total de lampadaires installés Enseignements : Impact du projet : Les visites et entretiens sur place ont permis de recenser les effets de l implantation de lampadaires dans les différents camps qui sont résumés dans le tableau ci-dessous (le détail est donné dans le tableau de l annexe 5). Témoignage d un impact en termes de sécurité Témoignage d un impact en termes de sociabilité (jeux, activités des enfants, etc.) Témoignage d un impact en termes d activité économique (commerces) Nombre de Pourcentage camps (sur 17 camps visités) % % 7 40 % Les types d usage répertoriés dans le tableau ci-dessus reflètent les aspects cités par les responsables des camps au cours des entretiens ; ils ne constituent donc pas un reflet objectif de l ensemble des usages, mais de ce qu il est apparu important aux représentants des bénéficiaires de mettre en valeur.

10 Page 10 sur 40 Le thème de la sécurité a été abordé quasiment à chaque fois et son amélioration constitue un point de vue unanime, reflétant une importante diminution des agressions et des vols de toute nature. De ce point de vue l objectif visé par le projet peut être considéré comme parfaitement atteint. Des thématiques plus précises concernant la sécurité sont également abordées : la sécurisation des entrées de camp (8 fois), celle des sanitaires (9 fois), celle d endroits dangereux (4 fois). Le second effet de l éclairage dans les camps concerne la vie collective : jeux d adultes (dominos, cartes) sont fréquemment cités (11 fois), jeux d enfants (12 fois), réunions (11 fois). L effet sur l éducation est également très sensible (devoirs, lecture pour des écoliers de tous âges et même des étudiants). La possibilité de faire du sport (panneaux de basket) a été constatée deux fois. Enfin le développement de petits commerces est également assez fréquent. Les choix d implantation des lampadaires ont presque toujours été faits en concertation entre les responsables des camps et les mairies et de ce fait ont permis de traiter les zones à risque. Naturellement la plupart sont demandeurs de lampadaires supplémentaires pour améliorer les conditions de vie. On peut donc dire que la vie des camps livrés à l obscurité a été fondamentalement transformée par l éclairage fourni par les LPV. Outre une forme de sécurité retrouvée, la vie sociale renaît sous de multiples formes - qui contribuent à atténuer l exclusion à laquelle conduit l absence de lumière - et devrait avoir également des retombées sur le plan économique et sur celui de l éducation. Par ailleurs, la taille et la durée du projet ont permis d élargir la gamme des fournisseurs, de stabiliser les spécifications techniques de produits plus fiables, aussi bien adaptés au contexte des camps que de l éclairage public de sites urbains ou ruraux. Les maires estiment qu ESF, contrairement à la majorité des autres ONG ou acteurs de l urgence ou de la reconstruction, les a associés aux décisions, les a considérés comme de véritables partenaires, et le sollicite aujourd hui comme expert. Les maires sont donc très satisfaits de la réussite du projet ; ils souhaitent installer plus de LPV dans leur commune, et ont une vision politique de leur répartition et de leur utilisation. Problèmes et questions soulevées : - Vol et dégradation des installations : La situation globale constatée ou rapportée par les responsables locaux dans les camps est la suivante (le détail se trouve dans les tableaux qui figurent en annexe) : Lampadaires hors d usage pour cause de dégradation ou vol Lampadaires souffrant de dysfonctionnement Nombre Pourcentage % %

11 Page 11 sur 40 Le principal problème constaté est bien aujourd hui le vol des panneaux, des batteries ou des lampadaires eux-mêmes, phénomène qui est récent mais en rapide développement, et a affecté 26 LPV sur les 131 inspectés. Les vols sont probablement corrélés au lieu d implantation des LPV : - 12 sur 43 à Port au Prince - 8 sur 39 à Léogâne - 5 sur 49 à Carrefour Dans les camps, les vols ont lieu plus fréquemment dans ceux qui sont les plus pauvres, qui ne sont pas structurés autour d allées larges, ou dont la clôture n est pas efficace. L efficacité des comités de sécurité est également une variable déterminante, et la capacité à renforcer celle-ci lorsque des vols sont constatés. Par exemple, dans le seul camp de Carrefour où des vols ont été constatés, le comité de sécurité a enchaîné et cadenassé les panneaux restants et renforcé les rondes. Pour des lampadaires installés dans des lieux publics, le degré d isolement est une variable déterminante ; les sites qui ne sont plus fréquentés la nuit sont facilement sujets à des tentatives de vol de panneaux qui, si elles ne se soldent pas par une réussite, conduisent les voleurs à démonter les LPV et à les emporter ou à les dégrader pour se venger. Dans un contexte de post-urgence, le pilotage du projet a insuffisamment mesuré ces risques de vol et dégradation du matériel liés notamment à l évolution du contexte (passage de l urgence à la post-urgence). - Dysfonctionnement des installations : En ce qui concerne les dysfonctionnements, c est bien le fournisseur qui est à prendre en considération ; sur les 131 LPV inspectés, les 26 dysfonctionnements constatés l ont été sur du matériel Enersol, le matériel des autres fournisseurs ayant donné satisfaction. L origine des dysfonctionnements a été diagnostiquée dans les régulateurs. Electriciens sans frontières a lancé une opération de remplacement de ces équipements qui est actuellement en cours Même après le remplacement des régulateurs, des dysfonctionnements subsistent sur quelques exemplaires. De nouveaux remplacements pourront être à prévoir lors des opérations ultérieures de maintenance. - Maintenance et gestion du parc : A la question de savoir à qui s adresser en cas de problème, les réponses des bénéficiaires vont d une totale ignorance (3 fois sur 16) à un contact bien identifié au sein de la mairie (8 fois), ESF ou l installateur. Dans 2 cas sur 16 seulement ont pu être observés la prise en charge du nettoyage des panneaux par le comité de gestion du camp : dans un cas, où les suies provenant d une rhumerie encrassent fortement deux panneaux, une échelle a été fabriquée et ceux-ci sont nettoyés lorsque les lampadaires s éteignent ; dans un autre camp, il est procédé à un nettoyage régulier des panneaux grâce à des balais à long manche fabriqués à cet effet.

12 Page 12 sur 40 Si les responsables des camps ont du mal à identifier leurs interlocuteurs, L organisation de la gestion du parc de lampadaires par les mairies reste à clarifier et les compétences doivent être acquises : Il faut reconnaître que les mairies sont, sur ce thème, confrontées à une double difficulté : - d une part, elles ne sont pas habituées à gérer l éclairage public, qui l était jusqu à présent par EDH ; - d autre part la provision de moyens pour faire face aux charges de maintenance est loin de leurs pratiques (il faudra pourtant que cette question soit réglée avant la fin de la période de maintenance préfinancée par Electriciens sans frontières) Dans ce contexte, des évolutions sont en cours dont on n est pas assuré aujourd hui qu elles puissent avoir un effet sur la problématique de la gestion de l éclairage public, mais qu il ne faut pas négliger pour autant : - la décentralisation en cours dont les transferts de compétences n ont pour l instant pas été accompagnés de transferts financiers ; - la reprise de l éclairage public géré par EDH par les mairies. Il faut également prendre en compte les nouvelles orientations du gouvernement concernant l implantation des LPV qui ne doit plus se faire dans les camps, ainsi que les nouveaux besoins exprimés par les maires qui donnent une place équivalente à celle accordée aux lieux publics des centres villes aux sections communales (zones essentiellement rurales, la plupart du temps hors réseau, et quelquefois situées à plusieurs heures de marche des centres ville). Tenant compte de ces nouvelles priorités, il importe d y adapter l organisation, au-delà de la maintenance des LPV, de la gestion de l éclairage public. Outre les décideurs, qui devront être sensibilisés à cette nouvelle responsabilité des mairies, on peut définir trois types d acteurs : Les interlocuteurs éclairage public dans les sections communales (2 à 3 selon la taille et l étendue des sections communales), membres ou choisis par les CASEC (conseil d administration des sections communales, dont les membres sont élus), et qui seraient en charge de veiller à la sécurité des installations, d assurer la propreté des panneaux, d avertir la mairie en cas de problème, de gérer la recharge des téléphones portables si ce service est adjoint à l éclairage. Les coordonnateurs en mairie, chargés du suivi global du parc, de l animation du réseau des interlocuteurs CASEC, de la relation avec les fournisseurs sélectionnés pour la maintenance, de la passation et du suivi des contrats. Les fournisseurs sélectionnés pour la réalisation de la maintenance. - Les D Light : Dans le cadre du projet, a été financé l achat de 4000 lampes solaires portables individuelles (D Light). L objectif initial visait à éclairer chaque tente. L ampleur des besoins a rapidement amené à reconsidérer cet objectif.

13 Page 13 sur 40 Compte tenu des graves problèmes d insécurité (violences nocturnes notamment à l égard des femmes) il a été décidé de doter les comités de sécurité des camps des 3 communes partenaires. Cette répartition s est faite en concertation avec les ONG (OIM, Croix Rouge Américaine, Oxfam, etc ) et les Mairies qui ont sollicité ESF. L épidémie de choléra a conduit à répondre à une nouvelle urgence et environ 500 D Light ont été confiées à MSF, MDM, au ministère de l intérieur. Neuf mois après leur distribution et lors du passage dans les camps il n a pas été possible de les voir. Au dire de nos interlocuteurs un nombre conséquent ne fonctionnent plus. Celles qui subsistent servent parfois à la recharge de téléphones portables et aux membres des comités de sécurité. Il semble qu un bon nombre de lampes aient été dévolues à un usage privé. Dès le départ il a été impossible d indiquer la durée estimée de vie, la procédure de SAV, le remplacement des batteries. Par ailleurs, la Banque Mondiale avait choisi de son côté de stocker chez EDH (Electricité de Haïti) des batteries de rechange. Elles y sont toujours mais ne sont plus utilisables (source : fournisseur). C est la première fois que la Banque Mondiale agit de cette sorte, ayant considéré que les autorités politiques du moment n étaient pas en mesure de gérer cette affaire. Le fournisseur n a pas été associé à ce choix, toutefois il recherche actuellement une solution locale pour assurer un SAV. Autres points : - Management du projet : Le pilotage du projet a été assuré par l équipe parisienne. Le management opérationnel a été assuré par les responsables de mission qui se sont succédés jusqu en novembre ; ils affirment avoir eu une connaissance précise des objectifs de leur mission et ont fortement apprécié la permanence du pilotage, le support au quotidien, et la très grande disponibilité de l équipe parisienne. Malgré la rotation des équipes et toutes les vicissitudes (complexité des démarches administratives liées aux conteneurs, aux retards inhérents, aux changements nombreux de lieux d affectation des LPV demandés par les mairies, camp de base détruit par une tornade...) le cap a été tenu. Cette période de 4 à 5 mois, intense en actes techniques et administratifs a fait avancer le projet mais n a pas permis de développer un réseau structuré en Haïti. Dès décembre et la présence à Port au Prince d un responsable de mission permanent (libéré des contraintes liées au dédouanement et à l approvisionnement des LPV), le fonctionnement du projet a considérablement évolué. Les entreprises, les partenaires, les mairies ont mentionné un meilleur suivi des affaires en cours, la qualité de la relation inhérente à la permanence de l interlocuteur ESF. Aujourd hui ESF fait partie des ONG reconnues, visibles. Si le problème de la sécurisation des LPV avait bien été anticipé, les mesures garantissant le matériel contre le vol (par exemple, implantation des batteries en tête de mat sur le matériel Enersol) se sont révélées très insuffisantes. Le développement des vols de panneaux, de batteries et même dans certains cas des LPV eux-mêmes entraîne non seulement une vive déception des bénéficiaires, mais également des coûts importants de remplacement d une part et de mesures techniques destinées à sécuriser le matériel en place (qui, pour la sécurisation des panneaux doit être démonté et modifié chez l installateur).

14 Page 14 sur 40 De même, en matière de management des risques, la résistance des LPV aux vents violents ne semble pas connue avec certitude et précision par les fournisseurs. Il est vrai qu il s agit d une question difficile. Le REX montre toutefois que les LPV déjà en place ont résisté aux différentes tempêtes tropicales qui ont frappé l île. 3. Recommandations : Actions urgentes destinées à sécuriser le matériel en place Dans les camps où les conditions de sécurisation sont réunies (comité de sécurité efficace) remplacer une quinzaine de panneaux manquants en les rendant inviolables (cadres soudés) action en cours Sécuriser tous les panneaux en place quand ils ne sont pas soudés action en cours Cercler tous les coffres de batterie action en cours Bétonner le pied des LPV posés sur crosse dans les lieux exposés action en cours Dés qu un camp est démantelé, démonter sans attendre les réverbères, puis les stocker ou les réinstaller dans des lieux contribuant à l éclairage public des quartiers ou des sections communales définis avec les mairies Plus impliquer les camps dans la sécurisation des lampadaires Actions à court terme (à prendre en compte pour les futurs projets de ce type) Renforcer les compétences des techniciens employés par les fournisseurs/installateurs de LPV en définissant avec les entreprises de la filière un cursus de professionnalisation aux métiers du photovoltaïque, ainsi que des modules de formation continue pour le personnel en place et en contribuant à la réalisation des formations correspondantes (formation des formateurs, conception et fourniture d outils pédagogiques). Accompagner les mairies dans la mise en œuvre de la responsabilité nouvelle pour elles de la gestion de l éclairage public en définissant de manière précise le rôle des différents acteurs et en les formant, avec trois cibles : - les décideurs ; - les coordonnateurs, au sein des services de génie technique ; - les interlocuteurs des sections communales (principalement rurales). Etre attentif et comparer les différents produits, leur performance (notamment d éclairement), leur qualité (notamment étanchéité, résistance aux vents violents), leur durabilité (notamment durée de vie des batteries) et leur prix. Sur la base des spécifications techniques définies pour le ou les types de modèle retenus, lancer une procédure d appel d offres incluant également la prise en compte de critères tels que la part de conception et de fabrication locale, la responsabilité sociale (engagement dans la formation pour le développement de l ensemble de la filière, prévention/sécurité).

15 Page 15 sur Actions à moyen terme Contribuer à mettre au point une solution technique permettant la recharge des téléphones portables au pied des lampadaires installés dans les lieux isolés. Réfléchir aux autres besoins des populations rurales isolées en matière de communication (radio, téléphone public, ) et les expérimenter afin de proposer, associé à l éclairage, d autres services utiles. Contribuer, avec les fournisseurs, à la recherche développement sur les LPV afin d améliorer leur performance (par exemple, mise en place de capteurs de mouvement dans les lieux qui nécessitent un éclairage occasionnel).

16 Page 16 sur 40 Annexes Annexe 1 : liste des camps et lampadaires implantés par commune NOM DU SITE NOMBRE DE LAMPADAIRES TAPIS ROUGE 5 TRENTIN 3 T SAVANN 4 CASTEL D HAITI 4 ASILE COMMUNAL 4 T SOURCE DUCAMEL 2 T SOURCE H CROIX ROUGE NADER 2 LAKOU MANGO 4 FORTUNA GUERIE 4 THEATRE NATIONAL 4 PARC DOMINIQUE 3 ECOLE NATIONALE NICARAGUA 3 MARTISSANT CFEF 3 ECOLE NATIONALE DU PEROU 2 MARTISSANT CSDSM 3 MARTISSANT 2A 3 MARTISSANT 2B 3 MARTISSANT 23 3 MARTISSANT 25 3 CAROUSSEL 4 TELECO SANS FIL 4 PLACE ST ANNE 2 LYCEE TOUSSAINT LOUVERTURE 2 CITE CHARITE 4 EMPEREUR MAXO 2 VILLAGE ANACAONA 5 CIMETIERE P A P 12 PLACE DE LA MAIRIE 6 MARASSA 14 Commune de Port au Prince MARASSA 9 7 CARREFOUR FEUILLE BEAU MARCHE 3 TOTAL LAMPADAIRES

17 Page 17 sur 40 Commune de Carrefour NOM DU SITE NOM DU SITE NOMBRE DE LAMPADAIRES JERUSALEM 12 JERICHO 11 VILLAGE ALPHA 5 DE MICHEL 6 TRUITIER 1 8 TRUITIER FJ 4 GASTON MAGRON 10 PETIT CAJOU 12 DOS EDH VILLAGE BOIS 10 RIVIERE FROIDE 5 DOS EDH 11 SAPOTILLE 2 PALOMA 2 COMMISSARIAT CENTRAL 4 GRACE VILLAGE 19 GHERGER DIQUINI 63 1 TOTAL LAMPADAIRES 129 Commune de Leogâne NOMBRE DE LAMPADAIRES SORBUSSE 7 CASSAGNE 7 BOULEVARD 12 JANVIER 4 FEMMES VIGILANTES 2 ASSO JEUNES NOVICES 6 VILLA MONTHA 2 BOIS L AME 1 6 BOIS L AME 2 3 BINEAU 3 LA VOIX DES SANS VOIX 5 MENELAS 6 PAKAJWILAWI 5 COTIN 1 3 COTIN 2 2 RUE KERNIZAN 2 LACUL RN2 3 BELLE FORTUNE 1 3 BELLE FORTUNE 2 2 PLACE SAINTE ROSE 8 NOUVELLE GARE RN 2 3 MEMORIAL 12 JANVIER 2 GARE BUS ET TAXIS 3 TOTAL LAMPADAIRES 87

18 Page 18 sur 40 Annexe 2 : liste des structures bénéficiaires des distributions de lampes portables Commune Camp O/N Nom Lieu Nbre de Dlight PaP O Automeca 35 PaP O Bas Georges 15 Leogane O Bd 12 janvier 12 Leogane O Bineau 12 Leogane O Bois de l'ame 12 Leogane O Bois de l'ame 2 13 Leogane O Carrefour Vert Novilos 2 15 Leogane O Route Carrefour vers Novilos 13 Leogane O Cassagne 15 Leogane O Cité Adrien 12 Leogane O CUCE 24 Leogane O CUIRN 9 Leogane O Marché Dabonne 15 Leogane O Tenace Sonson 15 Leogane O Route La Viebon 13 Leogane O Lantimo 12 Leogane O Bas Lompre 16 Leogane O Saint Marcel 16 PaP O Martissant SAC 11 PaP O Martissant CSDCM 9 PaP O Martissant CSDSM 12 Carrefour O Mon Repos Carrefour O Mon Repos 40 6 Carrefour O Arcachon Carrefour O Arcachon Carrefour O Lamentin PaP O Log Bas OIM 108 PaP O OIM pour 114 camps 400 Delmas O American Refugee Committee 50 Delmas O OXFAM Quebec (14 camps) 63 Delmas O Cineas 250?? Desroches 46 PaP N Ecole Professionnelle SJR Tabarre 18 PaP O Enfraza 30 PaP O Haut Georges 12 Leogane N Hôpital MSF 24 Carrefour O Jericho 20 Carrefour O Jerusalem 16 Leogane O Kaboulos 11 Leogane O Kapiti 12 PaP O Kay Pe 18 PaP O La Grotte 15 Leogane O La voix des sans voix 12 Leogane N Mairie Leogane 72 PaP N Maternité SOG 12 PaP O Mega 4 34 Leogane O Menelas 25 Leogane O Novilos 2 15 Leogane O Paka Jwi Lawi 15 PaP O Parc Colofé 27 Leogane O Petit Paradis 15 Leogane O Route Neuve 16 Leogane O Rue Lacroix 46 Leogane O Sorbusse 11 Leogane O Site Tête Ensemble 12 Leogane N Techniciens Enersa vivant ds des camps 5 Leogane O Village Montha 20 PaP N Ministère de l'intérieur 108 PaP N Mairie PaP 2 PaP O Tapis Rouge 15 PaP O Trentin 10 PaP O Ti Savanh 10 PaP O Castel 15 PaP O Ti Source 10 PaP O Haut Croix Rouge Nader 10 PaP O Savanh Pistache 20 PaP O Lajou Mango Martissant 10 PaP O Fortuna Guerry 10 PaP O Théâtre National 10 PaP O Parc Dominique 10 PaP O Ecole Nationale Nicaragua 10 PaP O 9, a v e n u e P e r cmartissant i e r 7 5CFEF P a r i s 15 PaP T é l. O: Ecole 6 9 Nationale F a x : du 3 3 Perou

19 Page 19 sur 40 Commune Camp O/N Nom Lieu Nbre de Dlight PaP O Martissant 2B 15 PaP O Martissant 2B 10 PaP O Martissant PaP O Martissant 25 4 PaP O Martissant PaP O Ecole Martissant 4 PaP O Carroussel 10 PaP O Teleco Sans Fil 20 PaP O Place Sainte Anne 10 PaP O Lycée Toussaint Louverture 10 PaP O Place Fontanamara PaP O Bas Fond Brache 10 PaP O Village Anacaona 10 PaP O Cité Charité 1&3 20 PaP O Lakou Mango 10 PaP O Lakou Mango Font PaP O Cineas 250 PaP O Comités de vigilance ARC - Place Boyer 17 PaP O Comités de vigilance ARC - UTEPDB 20 PaP O Comités de vigilance ARC - Boben 30 PaP O Comités de vigilance ARC - Sitron 15 PaP O Comités de vigilance ARC - Kano 10 PaP O Comités de vigilance ARC - Neptune 10 PaP O Comités de vigilance ARC - Sant Akra 3 10 PaP O Comités de vigilance ARC - Sant Akra 2 10 PaP O Comités de vigilance ARC - Sant Akra 1 10 PaP O Comités de vigilance ARC - Resevwa Bourdon 15 PaP O Comités de vigilance ARC - Morne Séminaire 5 PaP O Comités de vigilance ARC - Madame Delmas 5 PaP O Comités de vigilance ARC - Cité Théard 22 PaP O Comités de vigilance ARC - AVS Bord 10 PaP O Comités de vigilance ARC - Place Saint Pierre 20 PaP O Comités de vigilance ARC - Bristou 30 PaP O Comités de vigilance ARC - Guercy + Tif 20 PaP O Comités de vigilance ARC - Cité Saint-Hilaire 20 PaP O Comités de vigilance ARC - Sainte Marie 4 + Rav. Ocha 15 PaP O Comités de vigilance ARC - Pengue 15 PaP O Comités de vigilance ARC - Tapis Rouge 20 PaP O Comités de vigilance ARC - Gawout 10 PaP O Comités de vigilance ARC - Juvena 7 15 PaP O Comités de vigilance ARC - Camp Djobel 4 5 PaP O Mellier 15 Carrefour O Jean-Baptiste 44 Carrefour O Gaston Margron 41 Carrefour O Grace Village 36 Carrefour O Lycée H. Christophe 36 Carrefour O Ambamapou 36 Carrefour O Ecole communale Louverture 36 Carrefour O Food for the poors 36 Carrefour O Centre de prière d'evangélisation et d'assistance sociale 36 Carrefour O Eglise missionnaire de dieu 12 Carrefour O Lycée Louis Joseph Janvier 60 Carrefour O Mère de le sagesse 36 Carrefour O Sant Napoléon 12 Carrefour O Moula 48 Carrefour O Rivière froide 11 Carrefour O Dos cimetière 10 Carrefour O Dos EDH 3 Carrefour N Mairie 2 Carrefour O DARE Vive à Dieu 3 Leogane N Mairie 60 Leogane O Haut Lacul 11 Leogane O Haut Lacul - 2 (janvier 2011) 12 Leogane O Cottin 1 15 Leogane O Cottin 2 10 Leogane O Bineau 15 Leogane O Morel 11 Leogane O Cassagne 3 13 Leogane O Pandou 10 Leogane O Sihmochal 15 Leogane O Petit Paradis 15 Leogane O Belle Fortune 1 et Belle Fortune 2 28 Leogane N Coordination Mairie 1

20 Page 20 sur 40 Commune Camp O/N Nom Lieu Nbre de Dlight Leogane O Marché Chatulet 15 Leogane O Pointe Betton 9 Leogane O Longpré 15 Leogane O Parc Montpellier 27 Leogane O Lantimo 2 10 Leogane O Cité Jean-Marie 15 Leogane O Bossan solidarité 12 Leogane O Bossan tirailleurs 9 Leogane O Bossan44 8 Leogane O Victoria 10 Leogane O Bossier 15 Croix des Bouquets N Orphelinats Nid d'amour et Nid d'espoir 12 PaP N Asile de Tiquiné 29 PaP N Service civil ambassade 13 TOTAL 3792 * Lorsque la structure bénéficiaire n est pas un camp, il s agit de services en charge d actions de protection, de sécurisation, de soutien aux populations, de formation, d actions sanitaires (ex : Ministère de l intérieur : il s agit de la cellule de crise choléra).

Solidarité Haïti : un an de mobilisation

Solidarité Haïti : un an de mobilisation Solidarité Haïti : un an de mobilisation Le 12 janvier 2010, un violent séisme frappe Haïti. Le bilan est effroyable : 220 000 morts, 300 000 blessés et 1.5 million de sans-abri. Une semaine après le désastre,

Plus en détail

PLAN COMMUNAL DE SAUVEGARDE COMMUNE DE PUNAAUIA PARTIE 2: OPERATIONNELLE

PLAN COMMUNAL DE SAUVEGARDE COMMUNE DE PUNAAUIA PARTIE 2: OPERATIONNELLE 2011 PLAN COMMUNAL DE SAUVEGARDE COMMUNE DE PUNAAUIA PARTIE 2: OPERATIONNELLE SOMMAIRE SOMMAIRE 2 DECLENCHEMENT DU PCS 3.1 ROLE ET OBJECTIFS DU PLAN 3.2 MODALITES DE DECLENCHEMENT DES DIFFERENTES ALERTES

Plus en détail

COMMUNIQUER SUR LES TRANSFERTS MONÉTAIRES

COMMUNIQUER SUR LES TRANSFERTS MONÉTAIRES COMMUNIQUER SUR LES TRANSFERTS MONÉTAIRES GUIDE PRATIQUE DE SENSIBILISATION COMMUNAUTAIRE POUR LES PROGRAMMES DE TRANSFERTS MONÉTAIRES THE CASH LEARNING PARTNERSHIP www.cashlearning.org AU SOMMAIRE DE

Plus en détail

Maintenance des installations d éclairage public. Rapport annuel consolidé 2013. sur 163 communes. Syndicat Départemental d Energie

Maintenance des installations d éclairage public. Rapport annuel consolidé 2013. sur 163 communes. Syndicat Départemental d Energie Maintenance des installations d éclairage public Rapport annuel consolidé 2013 sur 163 communes Syndicat Départemental d Energie Sommaire Sommaire... 1 I Préambule... 2 L entretien préventif annuel...

Plus en détail

Contribution de Médecins du Monde

Contribution de Médecins du Monde Contribution de Médecins du Monde Conférence nationale de lutte contre la pauvreté et les exclusions des 10 et 11/12/12 Thématique Hébergement / logement Cette contribution fait suite à la participation

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE RAPPORT PUBLIC DE LA COUR DES COMPTES

COMMUNIQUE DE PRESSE RAPPORT PUBLIC DE LA COUR DES COMPTES COMMUNIQUE DE PRESSE RAPPORT PUBLIC DE LA COUR DES COMPTES SUR LES ENSEIGNEMENTS DES INONDATIONS DE 2010 SUR LE LITTORAL ATLANTIQUE (XYNTHIA) ET DANS LE VAR La Cour des comptes et les trois chambres régionales

Plus en détail

Présentation du projet

Présentation du projet Présentation du projet «L énergie solaire, un moteur pour le centre de santé de Dioumanzana» au Mali Pays Lieu d intervention Début du projet Durée du projet Objectif : Nombre de bénéficiaires Budget :

Plus en détail

Programme d aménagement intégré de quartiers informels de Port-au-Prince : Martissant et Baillergeau (AIQIP)

Programme d aménagement intégré de quartiers informels de Port-au-Prince : Martissant et Baillergeau (AIQIP) Programme d aménagement intégré de quartiers informels de Port-au-Prince : Martissant et Baillergeau (AIQIP) 1. Synthèse + plan Programme d aménagement intégré de quartiers informels de Port-au-Prince

Plus en détail

SEISME EN HAITI, 6 MOIS APRES BILAN DES ACTIONS DE CARE

SEISME EN HAITI, 6 MOIS APRES BILAN DES ACTIONS DE CARE SEISME EN HAITI, 6 MOIS APRES BILAN DES ACTIONS DE CARE L intervention d urgence Au 29 juin, CARE continue de concentrer ses activités d urgence sur trois secteurs géographiques: Pétion-ville, Carrefour,

Plus en détail

1 - Qu est-ce qu une mission, comment déterminer son contenu et qui va les accomplir?

1 - Qu est-ce qu une mission, comment déterminer son contenu et qui va les accomplir? FICHE N 20 : LES MISSIONS DE TERRAIN À ASSURER Pour assurer la mise en œuvre des missions de sauvegarde, il est nécessaire de disposer d intervenants de terrain. En fonction des phénomènes, de la situation,

Plus en détail

Le niveau 3 - alerte canicule correspond à une vigilance météorologique orange pour le paramètre canicule.

Le niveau 3 - alerte canicule correspond à une vigilance météorologique orange pour le paramètre canicule. ANNEXE FICHE 10 : NIVEAU 3 - ALERTE CANICULE Le niveau 3 - alerte canicule correspond à une vigilance météorologique orange pour le paramètre canicule. I. MESURES PRISES AU NIVEAU 3 - ALERTE CANICULE 1.

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS

ENQUÊTE SUR LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS ENQUÊTE SUR LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS Cette étude a été réalisée auprès de six entreprises de transport urbain de voyageurs, sur le territoire de la CINOR, sur la base des déclarations des

Plus en détail

EVALUATION DU POINT FORT 1 «LANGUE ET FORMATION» : RAPPORT INTERMEDIAIRE

EVALUATION DU POINT FORT 1 «LANGUE ET FORMATION» : RAPPORT INTERMEDIAIRE OFFICE FEDERAL DES MIGRATIONS (ODM) MESURES D ENCOURAGEMENT DE L INTEGRATION PRISES PAR LA CONFEDERATION : PROGRAMME DES POINTS FORTS 2008-2011 EVALUATION DU POINT FORT 1 «LANGUE ET FORMATION» : RAPPORT

Plus en détail

Titre : La Mutuelle Communautaire de Santé de Yaoundé : Un mécanisme solidaire de financement collectif d accès aux soins de santé de qualité.

Titre : La Mutuelle Communautaire de Santé de Yaoundé : Un mécanisme solidaire de financement collectif d accès aux soins de santé de qualité. Titre : La Mutuelle Communautaire de Santé de Yaoundé : Un mécanisme solidaire de financement collectif d accès aux soins de santé de qualité. Sous titre: Projet d appui aux mutuelles de santé et incidence

Plus en détail

Mise en œuvre d'un dispositif de vidéosurveillance nocturne du cœur de ville

Mise en œuvre d'un dispositif de vidéosurveillance nocturne du cœur de ville CONSEIL MUNICIPAL 1 Séance du 06 décembre 2012 Mise en œuvre d'un dispositif de vidéosurveillance nocturne du cœur de ville Direction Solidarité Urbaine - Tranquillité Publique - Rapporteur(s) M. Christophe

Plus en détail

guide de rapide démarrage INCLUS! découverte 24h

guide de rapide démarrage INCLUS! découverte 24h guide de démarrage rapide découverte 24h INCLUS! 1 Merci d avoir choisi Coyote à la carte! Coyote à la carte, l avertisseur Coyote sans engagement, est un Assistant d Aide à la Conduite qui vous aide à

Plus en détail

Intervention de MR BEDEK PATRICK, maire de CERNAY LES REIMS

Intervention de MR BEDEK PATRICK, maire de CERNAY LES REIMS Intervention de MR BEDEK PATRICK, maire de CERNAY LES REIMS UN MAIRE. DANS LA TOURMENTE.LES INFORMATIONS CAPITALES POUR RASSURER UNE EQUIPE MUNICIPALE QUI SE RESSERRRE (ELUS ET AGENTS ) Des décisions rapides

Plus en détail

Energies Sans Frontières A TANGHIN BURKINA FASO

Energies Sans Frontières A TANGHIN BURKINA FASO Energies Sans Frontières A TANGHIN BURKINA FASO Présentation de la mission de réalisation du 16 Octobre au 10 Décembre 2010 Electrification des écoles et formation au métier d électricien en installations

Plus en détail

La BOULANGERIE. Rapport de mission n 1. Georges Gestionnaire Fondation Haïtienne pour le Relèvement et le Développement (FHRD) Adresse : HAÏTI

La BOULANGERIE. Rapport de mission n 1. Georges Gestionnaire Fondation Haïtienne pour le Relèvement et le Développement (FHRD) Adresse : HAÏTI Georges Gestionnaire Fondation Haïtienne pour le Relèvement et le Développement (FHRD) 91 boulevard Auguste Blanqui 75013 Paris - France Tél.: +33 (0)1 58 10 74 80 Courriel : contact@fidesco.fr www.fidesco-international.org

Plus en détail

Cahier de l OPEQ n 136 Avril 2007. OPEQ Chambre Régionale de Commerce et d'industrie Champagne-Ardenne 10 rue de Chastillon BP 537

Cahier de l OPEQ n 136 Avril 2007. OPEQ Chambre Régionale de Commerce et d'industrie Champagne-Ardenne 10 rue de Chastillon BP 537 LA PROFESSION D AMBULANCIER EN CHAMPAGNE-ARDENNE Cahier de l OPEQ n 136 Avril 2007 OPEQ Chambre Régionale de Commerce et d'industrie Champagne-Ardenne 10 rue de Chastillon BP 537 51011 Châlons en Champagne

Plus en détail

GUIDE DU BENEVOLE. Mai 2011

GUIDE DU BENEVOLE. Mai 2011 Mai 2011 GUIDE DU BENEVOLE Le présent document précise les engagements de tout adhérent 1 à Electriciens sans frontières. Ces engagements déclinent de manière opérationnelle les valeurs et principes énoncées

Plus en détail

Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques?

Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques? Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques? Rencontre professionnelle 4 Ont participé à cet atelier : David ALCAUD,

Plus en détail

Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11734-5

Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11734-5 Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11734-5 Chapitre 6 La gestion des incidents Quelles que soient la qualité du système d information mis en place dans l entreprise ou les compétences des techniciens

Plus en détail

Concours "Électrification durable à

Concours Électrification durable à Concours "Électrification durable à Madagascar" Elèves des lycées techniques et professionnels de l'académie de Rouen : BTS électrotechnique, Bac technologique STI - génie électrotechnique Sciences et

Plus en détail

Rapport pour la commission permanente du conseil régional

Rapport pour la commission permanente du conseil régional Rapport pour la commission permanente du conseil régional NOVEMBRE 2012 Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france CONVENTION QUADRIPARTITE RELATIVE A LA MUTUALISATION

Plus en détail

Réussir un grand projet de transformation : 20 bonnes pratiques pour changer l entreprise

Réussir un grand projet de transformation : 20 bonnes pratiques pour changer l entreprise David Autissier et Thierry Meslin Réussir un grand projet de transformation : 20 bonnes pratiques pour changer l entreprise Le projet OEEI du parc nucléaire d EDF Préface de Dominique Minière et de Philippe

Plus en détail

COMMUNE D EPERLECQUES. Cahier des Clauses Techniques Particulières

COMMUNE D EPERLECQUES. Cahier des Clauses Techniques Particulières COMMUNE D EPERLECQUES Entretien et rénovation du parc d Eclairage Public - Location, pose et dépose des motifs d illuminations des fêtes de fin d année Cahier des Clauses Techniques Particulières Maître

Plus en détail

Organisation de la gestion de crise à Mayotte. Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011

Organisation de la gestion de crise à Mayotte. Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011 Organisation de la gestion de crise à Mayotte Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION AVANT LA CRISE PENDANT LA CRISE APRES LA CRISE 2 Service interministériel de défense

Plus en détail

Annexe I b. Référentiel de certification

Annexe I b. Référentiel de certification Annexe I b Référentiel de certification Page 15 sur 45 CORRESPONDANCE ENTRE ACTIVITÉS ET COMPÉTENCES ACTIVITÉS ET TÂCHES A1. S ORGANISER, S INTEGRER à une EQUIPE A1-T1 Préparer son intervention et/ou la

Plus en détail

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Compte-rendu de l atelier 5 : Santé et numérique

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Compte-rendu de l atelier 5 : Santé et numérique JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 4ème journée Compte-rendu de l atelier 5 : Santé et numérique Thème de la journée contributive : Junior ESSEC 04/02/2015

Plus en détail

Que faire en cas: > d un événement pouvant survenir dans votre environnement quotidien

Que faire en cas: > d un événement pouvant survenir dans votre environnement quotidien Tous droits réservés Design Spirale Communication visuelle Que faire en cas: > d un événement pouvant survenir dans votre environnement quotidien > d un événement majeur Alerte à la bombe Violentes intempéries

Plus en détail

PREAMBULE INSCRIPTION AUX SERVICES RESPONSABILITÉ - ASSURANCE HYGIENE ET SANTE

PREAMBULE INSCRIPTION AUX SERVICES RESPONSABILITÉ - ASSURANCE HYGIENE ET SANTE LES REGLEMENTS INTERIEURS RESTAURANT SCOLAIRE ACCUEIL PERISCOLAIRE ACTIVITES PERI-EDUCATIVES Délibéré en Conseil Municipal du 05 Juin 2014 PREAMBULE Les services périscolaires sont des prestations volontairement

Plus en détail

CARITAS ITALIANA. pour la présentation des Micro Projets de Développement. à Caritas Italiana

CARITAS ITALIANA. pour la présentation des Micro Projets de Développement. à Caritas Italiana CARITAS ITALIANA L I G N E S D I R E C T R I C E S pour la présentation des Micro Projets de Développement à Caritas Italiana A DRESS ET CONTACT Les MicroProjets doivent être adressés à Caritas Italiana

Plus en détail

SOMMAIRE PLUSIEURS TYPES DE MODULES ET DE SYSTÈMES DE MONTAGE DES CHANTIERS DE TAILLES TRÈS DIFFÉRENTES

SOMMAIRE PLUSIEURS TYPES DE MODULES ET DE SYSTÈMES DE MONTAGE DES CHANTIERS DE TAILLES TRÈS DIFFÉRENTES Ce document s adresse à l exploitant ou futur exploitant d une installation de production d électricité photovoltaïque pour lui permettre de prendre en compte les risques inhérents à cette activité, notamment

Plus en détail

La charte parisienne de la participation Dix clefs pour la participation des Parisiennes et des Parisiens

La charte parisienne de la participation Dix clefs pour la participation des Parisiennes et des Parisiens La charte parisienne de la participation Dix clefs pour la participation des Parisiennes et des Parisiens Page 1 Première clef La démocratie participative est une aide à la prise de décision publique.

Plus en détail

Groupe Banque européenne d investissement. Politique de vidéosurveillance

Groupe Banque européenne d investissement. Politique de vidéosurveillance Groupe Banque européenne d investissement TABLE DES MATIERES 1. Objet et champ d application de la politique de vidéosurveillance... 2 2. Respect de la vie privée, protection des données et conformité

Plus en détail

Mission Madagascar 2012 Compte-rendu d un projet hors du commun

Mission Madagascar 2012 Compte-rendu d un projet hors du commun Mission Madagascar 2012 Compte-rendu d un projet hors du commun Jeudi 21 avril : Arrivée à l aéroport de Tamatave vers 16h 28 Accueil et prise de contact avec : Jean Pierre, CCS Tamatave Alain Lefèvre,

Plus en détail

Commande radio pour stores vénitiens GFJ006 GFJ007 GFJ009. Instructions de montage et d utilisation

Commande radio pour stores vénitiens GFJ006 GFJ007 GFJ009. Instructions de montage et d utilisation GEIGER-Funk Commandes pour la protection solaire Commande radio pour stores vénitiens Pour moteurs 230 V GFJ006 GFJ007 GFJ009 Instructions de montage et d utilisation Pour systèmes pré-codés Contenu 1

Plus en détail

Organiser et réaliser la formation en interne

Organiser et réaliser la formation en interne Vous voulez favoriser le transfert de savoir-faire maison au sein de vos équipes. Certaines compétences sont spécifiques à votre entreprise et détenues par des salariés experts. Vous ne trouvez par sur

Plus en détail

LILLE METROPOLE : «Minidéchets»

LILLE METROPOLE : «Minidéchets» LILLE METROPOLE : «Minidéchets» Le programme transfrontalier franco-belge «minidéchets» s inscrit dans le cadre du programme européen INTERREG III. Il a démarré en octobre 00 et s étend sur 5 ans (00-007.

Plus en détail

Les règles d utilisation de la vidéosurveillance avec enregistrement dans les lieux publics par les organismes publics

Les règles d utilisation de la vidéosurveillance avec enregistrement dans les lieux publics par les organismes publics Les règles d utilisation de la vidéosurveillance avec enregistrement dans les lieux publics par les organismes publics Juin 2004 TABLE DES MATIÈRES PRÉSENTATION... 1 LE CHAMP D APPLICATION... 1 LA JUSTIFICATION...

Plus en détail

COUR DES COMPTES. Synthèse. du rapport sur les organismes faisant appel à la générosité publique

COUR DES COMPTES. Synthèse. du rapport sur les organismes faisant appel à la générosité publique COUR DES COMPTES Synthèse du rapport sur les organismes faisant appel à la générosité publique Janvier 2011 L emploi des fonds collectés par les associations en faveur des victimes du Tsunami du 26 décembre

Plus en détail

le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs

le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs LIVRET D ACCUEIL le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs 23, rue du docteur potain 75019 Paris 01 53 38 62 50 Portraits des membres du groupe d expression du SAVS par Catel

Plus en détail

Evaluation du Projet «Pour un service d hydraulique pérenne» dans l Atacora au Bénin

Evaluation du Projet «Pour un service d hydraulique pérenne» dans l Atacora au Bénin Evaluation réalisée avec l appui du F3E pour ELECTRICIENS SANS FRONTIERES (257 Ev) Evaluation du Projet «Pour un service d hydraulique pérenne» dans l Atacora au Bénin Date : Mai 2008 Auteur : Daniel THIEBA

Plus en détail

agence locale pour l'emploi Association Sans But Lucratif Place du Champs de Mars, 4 1050 BRUXELLES Tel: 02. 515 79 30 Fax: 02.

agence locale pour l'emploi Association Sans But Lucratif Place du Champs de Mars, 4 1050 BRUXELLES Tel: 02. 515 79 30 Fax: 02. Listes des activites autorisees EN ETABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENTS 2 AU PROFIT DES PERSONNES PHYSIQUES 3 EN ASBL, ASSOCIATION DE FAIT 5 1 POUR LES POUVOIRS COMMUNAUX 7 Activités ALE autorisées en ETABLISSEMENTS

Plus en détail

Appel a candidatures

Appel a candidatures Appel a candidatures «Nouveau Grand Paris Travaux Publics» 1 - CONTEXTE Entre 2012 et 2013, l Etat (DIRECCTE Ile-de-France), associé à la Fédération Régionale des Travaux Publics (FRTP IDF) Ile-de-France

Plus en détail

Notre offre de service : un accompagnement par des experts sur l ensemble des problématiques liées au diagnostic financier

Notre offre de service : un accompagnement par des experts sur l ensemble des problématiques liées au diagnostic financier SANTE Diagnostic financier et aide à l élaboration d un plan de redressement Comment s approprier la démarche de diagnostic? Les enjeux Depuis la mise en place de la T2A, les établissements de santé sont

Plus en détail

74 ème Congrès Annuel des Directeurs Généraux des Collectivités Territoriales

74 ème Congrès Annuel des Directeurs Généraux des Collectivités Territoriales 74 ème Congrès Annuel des Directeurs Généraux des Collectivités Territoriales Introduction Une politique des Ressources Humaines est au cœur de défis majeurs. Un réel levier de performance publique. L

Plus en détail

Critères MPE de l UE pour la robinetterie sanitaire

Critères MPE de l UE pour la robinetterie sanitaire Critères MPE de l UE pour la robinetterie sanitaire Les marchés publics écologiques (MPE) constituent un instrument non contraignant. Le présent document récapitule les critères MPE de l UE mis au point

Plus en détail

FACTSHEET HAITI DEUX ANS APRES

FACTSHEET HAITI DEUX ANS APRES HAITI DEUX ANS APRES Les actions de la Commission européenne pour reconstruire le pays Janvier 2012 Table of contents 1 L aide de l UE en bref 3 2 L aide humanitaire de la Commission européenne à Haïti.

Plus en détail

PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE

PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE SYNTHESE Le 15 septembre 2003, Madame Anne D HAUTEVILLE, professeur

Plus en détail

Contacts. www.mdl-champagneardenne.com. la Ligue de l'enseignem. de votre MDL. Ardennes. Aube. Marne. Haute-Marne

Contacts. www.mdl-champagneardenne.com. la Ligue de l'enseignem. de votre MDL. Ardennes. Aube. Marne. Haute-Marne ... en Junior Asso Vers qui puis-je me renseigner si je veux créer une MDL? - Mon chef d établissement et/ou le référent vie lycéenne de mon établissement. - Délégué(e) académique à la vie lycéenne. -

Plus en détail

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT Introduction Frédéric PETITBON Directeur général délégué, IDRH Les collectivités doivent à la fois respecter des engagements vis-à-vis des citoyens, poursuivre des démarches managériales et tenir compte

Plus en détail

HosmaT - ciculaire DHOS/O1 n 2005-256

HosmaT - ciculaire DHOS/O1 n 2005-256 Circulaire DHOS/E 4 n 2005-256 du 30 mai 2005 relative aux conditions techniques d alimentation électrique des établissements de santé publics et privés NOR : SANH0530245C Date d application : immédiate.

Plus en détail

LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES

LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES Il décline les activités/compétences qui peuvent être partagées par d autres métiers et d autres familles

Plus en détail

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales.

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales. Chapitre 11 LA FONCTION CONTRÔLE DE GESTION REPORTING AUDIT INTERNE Un système de reporting homogène dans toutes les filiales permet un contrôle de gestion efficace et la production d un tableau de bord

Plus en détail

GROUPE SCOLAIRE GUYOT DESSAIGNE REGLEMENT INTERIEUR DU RESTAURANT SCOLAIRE

GROUPE SCOLAIRE GUYOT DESSAIGNE REGLEMENT INTERIEUR DU RESTAURANT SCOLAIRE GROUPE SCOLAIRE GUYOT DESSAIGNE REGLEMENT INTERIEUR DU RESTAURANT SCOLAIRE PREAMBULE Le restaurant scolaire n a pas un caractère obligatoire, il a pour objet d assurer, dans les meilleures conditions d

Plus en détail

L évolution des techniques d information

L évolution des techniques d information Les automates d appel en masse : quel système pour ma collectivité? Marion Hébert, ingénieur à l Institut des Risques Majeurs L évolution des techniques d information a vu naître dès le début des années

Plus en détail

MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte

MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte Projet de permanence des soins gériatriques en EHPAD dans le sud de l Essonne MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte Le Sud de l Essonne accueille environ 3000 résidents en Etablissement d Hébergement

Plus en détail

Pour pouvoir fréquenter le restaurant scolaire, l inscription préalable est obligatoire.

Pour pouvoir fréquenter le restaurant scolaire, l inscription préalable est obligatoire. Chaque famille demandant l inscription de son ou de ses enfants en restauration scolaire s engage à respecter tous les points du présent règlement, notamment les modalités d inscription, de facturation

Plus en détail

16/6 ou passer de anba tant à aba tant. Le Nouvelliste Publié le : 04 septembre 2012.

16/6 ou passer de anba tant à aba tant. Le Nouvelliste Publié le : 04 septembre 2012. 16/6 ou passer de anba tant à aba tant. Le Nouvelliste Publié le : 04 septembre 2012. Propos recueillis par Frantz Duval Le gouvernement veut en finir avec les logements précaires. Le programme 16/6 se

Plus en détail

Au niveau des recettes :

Au niveau des recettes : Extrait du bulletin communal de décembre 2013 Au cours de sa séance du 23 octobre 2013, le conseil communal a examiné et approuvé à l unanimité la seconde modification budgétaire de l année. 1. Budget

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Direction de la ville et de la cohésion urbaine CONTRATT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Proposition d architecture Novembre 2014 Les contrats de ville de nouvelle génération qui succèderont, à compter

Plus en détail

ASSOCIATION et Chantiers d Insertion par l Activité Economique. Michel Boudol Responsable Atelier DEEE

ASSOCIATION et Chantiers d Insertion par l Activité Economique. Michel Boudol Responsable Atelier DEEE ASSOCIATION et Chantiers d Insertion par l Activité Economique Michel Boudol Responsable Atelier DEEE 1 Créée en 1985 Implantée dans une ZUS de l agglomération Grenobloise Action Sociale, Environnementale

Plus en détail

ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 21

ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 21 ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 21 HYGIENE ET SÉCURITÉ JUIN 2001 Francis MINIER Inspecteur d Hygiène et de Sécurité Correspondant académique à la sécurité Tel : 02 38 79 46 64 Secrétariat

Plus en détail

Présentation ED portable le 10 septembre 2014

Présentation ED portable le 10 septembre 2014 1 Présentation ED portable le 10 septembre 2014 Je vais m appuyer sur une séquence pour le cycle d orientation qui entre dans les thèmes de géographie du PER au 10 ème degré «De la production à la consommation

Plus en détail

www.rhonealpes.fr PLAN RÉGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI

www.rhonealpes.fr PLAN RÉGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI www.rhonealpes.fr PLAN RÉGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI PLAN REGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI Lors de son assemblée

Plus en détail

Centre International de Développement et de Recherche

Centre International de Développement et de Recherche Publication UNGANA 1096 CIDR Tous droits de reproduction réservés Centre International de Développement et de Recherche PROMOTION DE DEVELOPPEMENT LOCAL ET D APPUI AU PROCESSUS DE DECENTRALISATION AU TOGO

Plus en détail

Lycéens... page 2 Devoirs des lycéens... page 2 Droit des lycéens... page 7

Lycéens... page 2 Devoirs des lycéens... page 2 Droit des lycéens... page 7 RÈGLEMENT INTÉRIEUR Lycéens... page 2 Devoirs des lycéens... page 2 Droit des lycéens... page 7 Étudiants... page 9 Devoirs des étudiants... page 9 Droit des étudiants... page 13 5 rue de la Motte Brûlon

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION Octobre 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

Guide de préparation aux situations d urgence

Guide de préparation aux situations d urgence Guide de préparation aux situations d urgence Soyez Prêts! disponible sur le portail interministériel de prévention des risques majeurs http://www.risques.gouv.fr Faire face en attendant les équipes de

Plus en détail

LES AMIS DE DESMOND TUTU 10, av potopoto commune de kasuku ville de Kindu Email : lesamisdedesmondtutu@yahoo.fr Tél. : +243(0) 9 97 70 41 46

LES AMIS DE DESMOND TUTU 10, av potopoto commune de kasuku ville de Kindu Email : lesamisdedesmondtutu@yahoo.fr Tél. : +243(0) 9 97 70 41 46 TITRE DU PROJET Campagne de sensibilisation d inscription des enfants à l Etat civil 1. ONG soumettant le projet LES AMIS DE DESMOND TUTU 10, av potopoto commune de kasuku ville de Kindu Email : lesamisdedesmondtutu@yahoo.fr

Plus en détail

PRÉSENTE. Alimentée par GUIDE DES CHAUFFEURS

PRÉSENTE. Alimentée par GUIDE DES CHAUFFEURS PRÉSENTE Alimentée par GUIDE DES CHAUFFEURS LA COURSE DU GRAND DÉFI PIERRE LAVOIE ÉDITION 2015 TABLE DES MATIÈRES Mission... 4 Contexte de l évènement... 4 Horaire... 5 La Course de nuit vendredi 8 mai...

Plus en détail

SOMMAIRE DU RAPPORT ANNUEL 2013 DU VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL

SOMMAIRE DU RAPPORT ANNUEL 2013 DU VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL SOMMAIRE DU RAPPORT ANNUEL 2013 DU VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL Avertissement : LE PRÉSENT DOCUMENT CONSTITUE UN CONDENSÉ DU RAPPORT ANNUEL DU VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL. VOUS ÊTES INVITÉ À CONSULTER LA VERSION INTÉGRALE

Plus en détail

PERMANENCE DES SOINS AMBULATOIRES : PRÉSENTATION DU NOUVEAU DISPOSITIF ET DE LA CAMPAGNE DE COMMUNICATION RÉGIONALE

PERMANENCE DES SOINS AMBULATOIRES : PRÉSENTATION DU NOUVEAU DISPOSITIF ET DE LA CAMPAGNE DE COMMUNICATION RÉGIONALE PERMANENCE DES SOINS AMBULATOIRES : PRÉSENTATION DU NOUVEAU DISPOSITIF ET DE LA CAMPAGNE DE COMMUNICATION RÉGIONALE DOSSIER DE PRESSE 12 DÉCEMBRE 2012 Contact Presse : Agathe LOBET Courriel : agathe.lobet@ars.sante.fr

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR du RESTAURANT SCOLAIRE de la COMMUNE de LINXE 05.58.73.89.58

REGLEMENT INTERIEUR du RESTAURANT SCOLAIRE de la COMMUNE de LINXE 05.58.73.89.58 REGLEMENT INTERIEUR du RESTAURANT SCOLAIRE de la COMMUNE de LINXE 05.58.73.89.58 Préambule La Commune de Linxe, organise un service de restauration pour son groupe scolaire. Ce service est ouvert à tous

Plus en détail

la pauvreté 33 ses lutte contre territorial. création.cette n ne doit pas d insertion. 1. UNE Accompagner la Participation travaux sont évidemment

la pauvreté 33 ses lutte contre territorial. création.cette n ne doit pas d insertion. 1. UNE Accompagner la Participation travaux sont évidemment Accompagner la participation des allocataires Par Marion Drouault, responsable de projets à l (Version courte) Participation et RSA : «Accompagner la l participation des allocataires» S appuyant en particulier

Plus en détail

L ENTREPRISE GÉNÉRALE DANS LE BÂTIMENT : UN CHEF D ORCHESTRE AUX MULTIPLES FACETTES

L ENTREPRISE GÉNÉRALE DANS LE BÂTIMENT : UN CHEF D ORCHESTRE AUX MULTIPLES FACETTES L Entreprise générale dans le bâtiment : un chef d orchestre aux multiples facettes L Entreprise générale n a pas de définition légale ou réglementaire ; elle est seulement identifiée dans un certain nombre

Plus en détail

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre Bac+4 certifié Niveau II J.O du 09 Août 2014 - code NSF 312

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre Bac+4 certifié Niveau II J.O du 09 Août 2014 - code NSF 312 REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre Bac+4 certifié Niveau II J.O du 09 Août 2014 - code NSF 312 1 REFERENTIEL DE FORMATION CHEF(FE) DE PROJETS MARKETING ET COMMERCIALE TITRE CERTIFIE

Plus en détail

Le transport actif : marcher pour se rendre à l école

Le transport actif : marcher pour se rendre à l école Le transport actif : marcher pour se rendre à l école Date : le 7 février 2005 Le transport scolaire Dans les politiques des commissions scolaires sur le transport scolaire, on établit une distance entre

Plus en détail

Rappelons d abord l événement dans ses grandes lignes.

Rappelons d abord l événement dans ses grandes lignes. Étude de cas : Hydro-Québec et la tempête de verglas par Steve Flanagan Présenté au colloque «Les communications en temps de crise» Organisé par l Université du Québec à Montréal janvier 1999 L analyse

Plus en détail

Maîtrise des Fournisseurs. La CAEAR. Commission d Acceptation des Entreprises en Assainissement Radioactif

Maîtrise des Fournisseurs. La CAEAR. Commission d Acceptation des Entreprises en Assainissement Radioactif Maîtrise des Fournisseurs La CAEAR Commission d Acceptation des Entreprises en Assainissement Radioactif 1 La CAEAR : Définition Commission interne au CEA, Elle a pour mission la présélection des entreprises

Plus en détail

La Réhabilitation Psychosociale : philosophie et enjeux

La Réhabilitation Psychosociale : philosophie et enjeux La Réhabilitation Psychosociale : philosophie et enjeux La réhabilitation psychosociale est à la mode. Ce n est jamais bon signe. Cela risque de conduire à perdre le sens initial de cette démarche. La

Plus en détail

ADOPTION DU PROCÈS-VERBAL DE LA DERNIÈRE SÉANCE

ADOPTION DU PROCÈS-VERBAL DE LA DERNIÈRE SÉANCE Conseil municipal Procès-verbal Séance du 18 janvier 2013 2013/1 CONSEIL MUNICIPAL DE ST-AGNAN 89340 Séance du 18 janvier 2013 J'ai l'honneur de vous inviter à assister à la réunion du Conseil Municipal

Plus en détail

Bilan de la concertation sur le PEDT

Bilan de la concertation sur le PEDT les périscolaires Bilan de la concertation sur le PEDT J www.ville-cergy.fr Sommaire 1. Préambule 4 2. Le cadre de la démarche 5 2.1. Les objectifs 6 2.2. Les sujets du débat 6 2.3. Le déroulé de la démarche

Plus en détail

Chantier-Formation PARTENARIAT ENTRE UNE ENTREPRISE PRIVÉE ET 2 STRUCTURES D INSERTION POUR LA RÉPONSE À UNE CLAUSE ART.14 DANS UN MARCHÉ PUBLIC

Chantier-Formation PARTENARIAT ENTRE UNE ENTREPRISE PRIVÉE ET 2 STRUCTURES D INSERTION POUR LA RÉPONSE À UNE CLAUSE ART.14 DANS UN MARCHÉ PUBLIC Chantier-Formation PARTENARIAT ENTRE UNE ENTREPRISE PRIVÉE ET 2 STRUCTURES D INSERTION POUR LA RÉPONSE À UNE CLAUSE ART.14 DANS UN MARCHÉ PUBLIC LOCALISATION : Quartier des bassins à Cherbourg-Octeville

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Le tableau de bord, outil de pilotage de l association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône-Alpes) Difficile d imaginer la conduite d un bateau sans boussole

Plus en détail

Manuel de l utilisateur

Manuel de l utilisateur Manuel de l utilisateur 1 Prenez le temps de lire ce manuel afin de profiter au mieux de votre matériel. Le Wikango XL est un assistant d aide à la conduite : il doit vous inciter à respecter le Code de

Plus en détail

LE METIER DE SYNDIC. I) - Le cadre légal :

LE METIER DE SYNDIC. I) - Le cadre légal : 1 LE METIER DE SYNDIC Avec près de 8 millions de logements en Copropriété, la plupart des Français sont en relation avec un Syndic qui administre les parties communes de leur habitat collectif. Ils payent

Plus en détail

FICHE D'IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE. TITRE DE LA QUALIFICATION : Gestionnaire de flux de commandes à l international

FICHE D'IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE. TITRE DE LA QUALIFICATION : Gestionnaire de flux de commandes à l international Commission paritaire nationale de l'emploi de la métallurgie Qualification : MQ 90 12 38 0079 (Cette fiche annule et remplace, à compter du 6 juin 2007, la précédente fiche d identité) FICHE D'IDENTITÉ

Plus en détail

Base de données sociales sur Paris

Base de données sociales sur Paris Base de données sociales sur Paris Fiches d identité sociale des 20 arrondissements - 2012 Apur - David Boureau Étude réalisée en collaboration avec le Centre d Action Sociale de la Ville de Paris (CASVP)

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012

Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012 Direction Générale Finances et Gestion Direction du Contrôle Interne Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012 Sociétés publiques locales et sociétés publiques locales d aménagement - Dispositif

Plus en détail

EVALUATION FINALE SEN/024. Programme d Appui à la Mise en Œuvre de la Réforme de l Enseignement technique et Formation professionnelle

EVALUATION FINALE SEN/024. Programme d Appui à la Mise en Œuvre de la Réforme de l Enseignement technique et Formation professionnelle EVALUATION FINALE SEN/024 Programme d Appui à la Mise en Œuvre de la Réforme de l Enseignement technique et Formation professionnelle FICHE SYNTHETIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code

Plus en détail

Conditions de Réservation

Conditions de Réservation Conditions de Réservation Caution : bracelet pour la piscine et les activités + carte de la barrière : 100. Taxe de séjour : 0.50 par pers. /nuit (à partir de 12 ans). Frais de réservation : 25 (maximum

Plus en détail

Demande d informationservices d aide temporaire (SAT) Questionnaire à l intention des ministères clients

Demande d informationservices d aide temporaire (SAT) Questionnaire à l intention des ministères clients Demande d informationservices d aide temporaire (SAT) Questionnaire à l intention des ministères clients Contexte Travaux publics et Services gouvernementaux Canada (TPSGC) souscrit aux principes d Approvisionnement

Plus en détail

VOLANT 2012 REGLEMENT

VOLANT 2012 REGLEMENT VOLANT 2012 REGLEMENT L école de pilotage (l organisateur) organise une opération de détection de pilotes, sur deux circuits, afin de leur faire découvrir le sport automobile et plus particulièrement la

Plus en détail

LES ASSURANCES A J&S

LES ASSURANCES A J&S LES ASSURANCES A J&S 1. INTRODUCTION Jeunesse & Santé asbl est souscripteur de polices d assurances destinées principalement à couvrir : Quoi? Les dommages corporels et la responsabilité civile Qui? Des

Plus en détail

Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse. réalisée pour l Office fédéral de la culture

Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse. réalisée pour l Office fédéral de la culture Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la culture OFC Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse réalisée pour l Office fédéral de la culture Juillet 2014 Table des matières 1.

Plus en détail