Qui sème en vacances, récolte la conscience. Les activités sociales, c est l avenir! Culture. Événement. Portrait

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Qui sème en vacances, récolte la conscience. Les activités sociales, c est l avenir! www.ccas.fr. Culture. Événement. Portrait"

Transcription

1 Événement Robert Comparon > Rédacteur en chef de CCAS Information de 1973 à 1982, il revient sur les premiers temps forts d un magazine déjà offensif, qui connecta les bénéficiaires, leurs activités sociales et les élus. Culture Yolande Moreau > César 2009 de la meilleure actrice, Yolande Moreau sera la marraine de Visions sociales, organisé par la CCAS à La Napoule du 16 au 24 mai, parallèlement au Festival de Cannes. Portrait Claude Bec > Administrateur de la CMCAS Le Havre, ancien électricien, il est féru d histoire ; sur celle des gaziers et électriciens, il a initié un ouvrage : Quelque part, ça laisse des traces. mensuel d information du personnel des industries électrique et gazière. 1,5 euros n Juillet-Août avril Les activités sociales, c est l avenir! Qui sème en vacances, récolte la conscience

2 Photos couverture : Didier Le Scour / CCAS, Emmanuel Robert / Opale. Mensuel d information du per sonnel des Industries électrique et gazière. Immeuble René- Le Guen, 8, rue de Rosny, BP 629, Montreuil Cedex Tél. : Fax : Directrice de la publication : ƒ velyne Valentin. Rédacteur en chef : Pierre Chaillan. Assistante : Nathalie HarlŽ. Ré dac tion : Samy Archim de, ƒ lž onore Gratiet-Taicher, Pierre Michaud, Philippe Poupard, La la Sa di, Jean Santon, Marie-Line Vitu. Se cré tariat de rédaction : Aude BrŽ dy Comtown Productions. Pho togra phie : Carole LÕ Hermitte, Christine Lemore. Chef de fa bri cation : Domi nique BrŽ gier. Ont collaboré à ce numéro : Audrey Bernard, Nicolas Chevassus, Bernard Giusti, Didier Jacob, Claire Simon. Con ce p tion graphi que et réalisation : Comtown Productions. Photo gra vure, im pres sion, ex pé di tio n : Rivet, 24-27, rue Claude-Henri-Gorceix, BP 1577, Limoges Cede x 9. ISSN Commission pa ri tai re : N 1111 M ÉLISE REBIFFÉ / CCAS UN JOURNAL POUR L AVENIR Ce numéro 300 de CCAS INFOS n est pas anodin car il coïncide avec les 40 années d existence de votre journal. Au mois de janvier 1969 paraissait le premier numéro de CCAS INFORMATION, «le prélude à l envoi d informations plus régulières sur la vie de la CCAS», selon l expression employée par René Le Guen. Le président de la CCAS signait alors l éditorial de ce numéro historique. Nous n en sommes plus aujourd hui au prélude. CCAS INFOS est le «mensuel d information du personnel des industries électrique et gazière». Il est le lien entre vous et vos activités sociales, entre vous et vos représentants élus. Il est un vecteur d informations maintenant connu et reconnu par les agents actifs et inactifs de la branche des IEG. Il est pour moi un dialogue permanent avec vous. ÉVELYNE VALENTIN, PRÉSIDENTE DE LA CCAS Depuis 40 ans (et 300 numéros!), le journal CCAS INFOS est donc le témoin actif des évolutions des activités sociales, des organismes sociaux mais aussi des entreprises de la branche. Il vous donne la parole, vous informe sur les orientations politiques adoptées et les nouveautés en termes d activités culturelles et sportives, de séjours, sur la restauration, l action sanitaire et sociale, etc. Dernière évolution importante, en obtenant en mai 1997 un «numéro de Commission paritaire des publications de presse», CCAS INFOS est maintenant considéré pour son professionnalisme et garant - comme tout titre de presse - du pluralisme des idées. Autant de temps forts qui donnent du sens à l action et sont l occasion de mesurer le chemin parcouru et de se projeter dans l avenir. Dans la vie de toute collectivité humaine, les anniversaires, surtout lorsqu il s agit d un nombre à chiffre rond, permettent de se retrouver autour de l être aimé, de le remercier pour l attention et le soutien qu il nous a toujours portés dans les moments difficiles de la vie. Et pour CCAS INFOS, toujours avec fidélité et en accompagnement de vos activités sociales. CCAS INFOS fête aujourd hui ses quarante ans. Non, ce n est pas la crise de la quarantaine, mais c est au contraire «l âge de tous les possibles»! Notre mensuel s inscrit pleinement dans la transformation des activités sociales. Et, je n en doute pas, participera lui-même à cette évolution. Longue vie à notre fidèle CCAS INFOS, le journal de vos activités sociales! Avec ce numéro 300, CCAS INFOS fête ses 40 ans, «l âge de tous les possibles»! Il s inscrit pleinement dans la transformation des activités sociales. Et participera lui-même à cette évolution. édito Abon ne ment : 12,20 euros (individuel), 6,10 euros (collectif). Site internet : CCASinfos Avril

3 Dossier Deux élections d importance se tiendront en juin prochain : celle des administrateurs des CMCAS, qui détermine la composition des conseils d administration ; et celle des administrateurs de la Camieg. En jeu, l avenir de vos activités sociales. Lire page 14 Vos activités Ski alpin, raquettes, patinage, luge, voici les activités auxquelles s adonnèrent 73 enfants, âgés de 9 à 11 ans, au centre CCAS de Gèdre dans les Hautes-Pyrénées pendant les vacances de février. Sans oublier de franches parties de rigolade et la découverte de produits biologiques. Lire page 24 Vos activités Aborder le Mali différemment, apporter aux habitants du village de Djindjini du matériel scolaire, médical ou pratique, telle était la teneur du deuxième voyage solidaire effectué par Christine Lemore, jeune agent encore émue des manifestations de solidarité et d humanité éprouvées là-bas. Lire page 28 CCASinfos Avril 2009 CHRISTINE LEMORE DIDIER LE SCOUR / CCAS THIERRY NECTOUX / CCAS L ÉDITO d Évelyne Valentin 3 Un journal pour l avenir ACTUALITÉ événement 6 De CCAS Information à CCAS INFOS Quelle histoire! Ces pionniers de l information ACTUALITÉ en bref 10 Handicap Solidarité Sport Avis de recherche Solution des mots croisés du n 299 Culture Campeurs libres VU À Paris 12 «Faits minimes», «faits divers»? INITIATIVES 13 Séjours bleus, instants chaleureux DOSSIER 14 L avenir des activités sociales en jeu POINT de vue sur 20 Syndicats : l énergie des manifs VOS activités 24 À fond la neige et le bio Séjours de proximité : la solidarité n a pas d âge Voyage solidaire : sur les traces d une jeune agent au Mali Du tourisme à l engagement solidaire Les activités sociales prennent le large VOS droits 32 Comment créer une association? Le mandat de protection future SCIENCES et environnement 34 Il y a 50 ans, la course à la Lune Le retour sur la Lune a du plomb dans l aile PORTRAIT Claude Bec 36 Les traces de l Histoire HISTOIRE 37 Pour Mémoire CINÉMA Le pays à l envers 38 Un film de Sylvaine Dampierre SPORT événement 39 Une «belle expérience humaine» CULTURE Visions sociales 40 «Un rassemblement d énergies qui vise à valoriser un cinéma d auteur, un cinéma différent.» LIVRES Danièle Sallenave 42 Lire, c est vivre NOUVELLE Le rêve minéral 44 Par Bernard Giusti JEUX et jardin 46 Côté jardin : entretien naturel Jeux : mots croisés et échecs sommaire 5

4 événement DE CCAS INFORMATION À CCAS INFOS Quelle histoire! Ce mois-ci, nous fêtons avec vous la sortie du 300 e numéro d un journal pas comme les autres : VOTRE journal. Né en 1969, CCAS Information devenu CCAS INFOS a été le témoin attentif et critique de la mutation des industries électrique et gazière, vous informant sur les orientations politiques prises par les élus, sur vos droits aux vacances, à la culture, à la santé. Une histoire sociale pleine de rebondissements. Une histoire toujours en marche. Janvier 1969, CCAS Information n 1 Cent onze pages en bichromie, presque toutes consacrées à «Vos vacances». Ce premier numéro, bourré d informations pratiques, parsemé de cartes par région et par centre de vacances, est l ancêtre des catalogues Séjours. Au cours de ses premières années d existence, CCAS Information est centré sur l ouverture de nouvelles institutions ainsi que l accès aux vacances, aux loisirs et à la culture. Informer avant tout sur les droits, mais aussi sur les responsabilités des bénéficiaires Une page intitulée «Au tableau noir» dénonce les incivilités et autres dégradations constatées dans certains centres de vacances. Janvier 1977, n 41 : «Vacances, crise et pouvoir d achat» «Vacances d été 1977, oui, mais» Les effets dévastateurs du premier choc pétrolier sur le pouvoir d achat des agents (1973) continuent à se faire sentir. La une présente un montage où se côtoient des photos de vacances, de l ANPE, d une personne remplissant son réservoir d essence, ainsi qu un extrait de fiche de paye. Un montage «à l esprit quelque peu polémique», concède Robert Gaillard. Dans son éditorial, le président de la CCAS fustige «la régression du pouvoir d achat que veut imposer le gouvernement, mais aussi les attaques contre les avantages statutaires si chèrement acquis». Mars 1981, n 63 : Numéro spécial «Dossier fonds du 1 %» Dans son rapport d octobre 1979, la Cour des comptes demande «l établissement d un bilan de l ensemble des avantages sociaux» afin de permettre «une meilleure évaluation des charges globales de personnel». En outre, elle juge «trop avantageuses» les dispositions du Statut national. Successeur de Robert Gaillard à la présidence de la CCAS, Pierre Rumeau riposte en publiant ce numéro spécial de 31 pages. Documents officiels à l appui, les arguments des contempteurs de la gestion ouvrière des activités sociales sont démontés point par point. «Ce qui est justement insupportable aux puissances industrielles et financières et à leurs représentants, c est bien la capacité des organisations syndicales représentatives du personnel à gérer les sommes allouées, au mieux des intérêts du plus grand nombre. ( ) À leur hargne, tous les électriciens et gaziers opposeront leur volonté de maintenir cet acquis social de haute valeur», conclut Pierre Rumeau. Mars 1987, n 100 : «Jusqu où iront-ils?» CCAS Information fête son 100 e numéro. Un anniversaire au goût amer et un numéro à double entrée. Pour la première fois, le «salaire social» des électriciens et gaziers est à la baisse. «Jusqu où irontils?», titre le magazine. Pour l exercice , «il manque à la CCAS 188 millions de francs sur un budget pourtant réduit au minimum». Prévue au statut, la demande d avance sur les prochains budgets, faite auprès des directeurs des 6 CCASinfos Avril 2009

5 deux industries, reste lettre morte. «Vat-on continuer à subir? Ne faut-il pas exiger notre dû? Toute la question est là, la réponse vous appartient», entonne Pierre Rumeau. Deuxième volet de ce numéro : la déconcentration, c est-àdire la décentralisation des activités sociales qui sera opérée en 1987 et Objectif principal : alléger les structures nationales et donner plus de pouvoir d initiatives aux régions. Juin 1988, n 109 : «Action sociale : que font les directions des IEG?» Dans un dossier consacré à l action sanitaire et sociale, CCAS Information dénonce le scandale du refus des directions d assumer leurs responsabilités en la matière. «Aide solidarité, aides ménagères, prestations familiales, etc. : ce sont les CAS et la CCAS qui paient. Ces aides devraient cependant être prises sur le Fonds d action sanitaire et sociale à hauteur de 417 millions de francs!, explique la rédaction. Un scandale de plus qui s ajoute à celui de la restauration méridienne (transfert de charges indues de l ordre de 130 millions)», poursuit-elle. Autre sujet : les prolongements de la consultation réalisée en 1987 auprès des enfants et des adolescents à l occasion de l Année de la jeunesse. Pour la première fois en 1988, les 16/17 ans se voient proposer des voyages à l étranger. Avril 1996, n 159 : «50 e anniversaire de la nationalisation du gaz et de l électricité» Maquette modernisée. Votre journal, devenu CCAS INFOS, nous remet en mémoire l esprit de la loi de nationalisation de l électricité et du gaz initiée par Marcel Paul, alors ministre de la Production industrielle, et adoptée en Témoignages de ceux qui vécurent le débat fondateur, réflexions des acteurs dénonçant les atteintes au statut, combat des élus des comités d entreprise au niveau européen, regard d un sociologue et d un médecin-conseil, point de vue des fédérations syndicales En tout, vingt pages pour mesurer la portée de ce qui restera comme «la réponse la plus achevée aux intérêts de la Nation», loin des critères étriqués imposés par les lois du marché. Mai 2000, n 202 : «Nouveaux embauchés, nouvelles énergies» Le 25 janvier 1999, EDF-GDF et les syndicats signent l Accord sur la réduction du temps de travail prévoyant à embauches dans les 3 années qui suivent. Dans un contexte d ouverture à la concurrence du marché de l énergie, «l intégration de ces jeunes agents, appelés à jouer un rôle moteur dans l évolution des entreprises, fait l objet de toute l attention des directions d EDF-GDF. La CCAS, porteuse de valeurs fondées sur des garanties sociales fortes, sur la solidarité, sur le service public, perçoit elle aussi l accueil des nouveaux embauchés comme un enjeu essentiel», écrit le rédacteur en chef Valère Staraselski. Octobre 2001, n 217 : «Pour un monde plus humain» «Septembre 2001 : New York et Washington frappés par la folie meurtrière du terrorisme. 21 septembre 2001 : Toulouse frappée par la folie du profit des multinationales de la chimie.» Magazine des activités sociales, CCAS INFOS n est jamais déconnecté de l actualité internationale quand elle touche les hommes et heurte les valeurs de solidarité, de justice et de dignité que défend la CCAS. Jean Lavielle le rappelle dans son éditorial. Tout en évitant de se livrer à un parallèle simpliste entre les deux catastrophes, le président de la CCAS y voit les conséquences désastreuses du «pouvoir occulte de l argent». Il rejette dos à dos les tentatives aveugles de représailles contre «tout ce qui diffère d un certain modèle occidental» et «l obscurantisme qui nie l évolution des sociétés, des sciences et des techniques». Dans ce contexte dramatique, Jean Lavielle invite les agents à participer massivement au renouvellement des conseils d administration des CMCAS. «La dimension sociale n est-elle pas indispensable à toute démocratie digne de ce nom?», interroge-t-il. Mai 2008, n 290 : Mai 2008 en héritage Zoom sur ce qui fut à la fois «un grand mouvement social et une exigence d actualisation des mœurs». Témoignages d électriciens et de gaziers qui ont vécu ou participé à ces événements. Retour aussi sur les nombreuses avancées salariales et syndicales obtenues grâce à «ces luttes, ces grèves, ces espoirs qui ont secoué et empli toute une génération en plusieurs endroits de la planète», comme le rappelle Évelyne Valentin, présidente de la CCAS et directrice de la publication. «Mai est en devenir», conclut-elle. CCASinfos Avril

6 événement DR Ces PIONNIERS de l information Robert Comparon fut rédacteur en chef du journal entre 1973 et Une période marquée par l éclosion d un magazine au ton offensif, lien quasi viscéral entre les bénéficiaires, leurs activités sociales et les élus des organismes. Entre 1973 et 1982, comment fonctionnait le journal? Il y avait une osmose totale entre le journal et le conseil d administration. CCAS Information était un bimestriel. C était l émanation du CA, l organe politique de diffusion de ses orientations. Les CAS s exprimaient directement dans CCAS Information. Je faisais pratiquement tout tout seul, y compris la photo à un moment donné! Avant la sortie de chaque numéro, je me déplaçais chez l imprimeur, souvent de nuit, en alternance avec la secrétaire de rédaction, pour donner le «bon à rouler». On utilisait de vieilles rotatives équipées d un système de séchage de l encre avec des becs à gaz. Plusieurs fois, j ai vu le papier s enflammer, les machines prendre feu, les gars courir tout autour comme des abeilles! C était très artisanal et quelquefois héroïque. Les moyens humains sont arrivés plus tard, vers 1982, lorsque j ai quitté le journal. On s est mis à faire appel à des rédacteurs extérieurs. Quand j ai repris la rédaction en chef en , j ai pu m appuyer sur une équipe interne de journalistes et sur un service photo très structuré. Quel était son contenu? Par rapport au contenu actuel, nous faisions davantage intervenir les agents, les associations, les CMCAS. Nous faisions parler régulièrement l Aneg 1, le RCN-EG 2, Philat eg 3 national, qui ont été créés dans les premières années 1 L Aéroclub national des électriciens et gaziers. 2 Radio club national du personnel des IEG. 3 Groupement philatélique national du personnel des IEG. de CCAS Information. La CCAS était pionnière dans de nombreux domaines et c était le rôle du journal de le relayer. Nous parlions beaucoup de nos centres de santé, de nos maisons de retraite. Nous étions davantage tournés vers les activités sociales qu aujourd hui, me semble-t-il. Nous publiions aussi, en lien avec la direction générale de la CCAS, les résultats de gestion, le projet de budget, toutes choses qui ont complètement disparu. Dans chacun des numéros de l année 1974, dixième anniversaire de la «reprise» des activités sociales par les électriciens et gaziers, nous avions également publié vingt pages entièrement illustrées consacrées aux «conquêtes sociales» depuis Ces dossiers servaient même de base de cours pour des universitaires ou des formateurs syndicaux. Ceci dit, la qualité de CCAS INFOS est très bonne aujourd hui. Le journal a davantage l aspect d un magazine. Il fallait que cette évolution se fasse pour que la CCAS puisse bénéficier, entre autres, des tarifs d expédition accordés à la presse. Textes : Samy Archimède CCAS INFOS ET VOUS Il y a dix ans, une première enquête de lectorat était réalisée afin de mieux prendre en compte les attentes des bénéficiaires tant au niveau de la forme que du fond. Cette étude avait permis de confirmer le fort lien affectif existant entre le journal et ses lecteurs. CCAS INFOS était perçu comme facile et agréable à lire par une large majorité de sondés particulièrement attachés aux rubriques «Vos droits» et «Région». Parmi les points à améliorer : l information sur l accès aux vacances et les droits des retraités. Une nouvelle consultation, actuellement à l étude, devrait être réalisée d ici la fin de l année. Le magazine est aujourd hui distribué dans quelque foyers. 8 CCASinfos Avril 2009

7 PUB CCASinfos Avril

8 10en bref HANDICAP LA CCAS RÉCOMPENSÉE À Perpignan, le 12 mars dernier, le préfet des Pyrénées-Orientales a remis un trophée à la CCAS, représentée par Michel Lebouc et Martial Savel, administrateurs, et Laurent Boiron, directeur du SO Aude Pyrénées-Orientales. Cette récompense a été attribuée à la CCAS pour son action en faveur des travailleurs handicapés de l Ésat (Établissement et service d aide par le travail) Charles de Menditte, situé à Bompas. SPORT CONCENTRATION MOTOS La CMCAS Tulle Aurillac organise les 30, 31 mai et 1 er juin une concentration de motos de route à Pleaux (Cantal). Outre le partage d une passion commune, ce rassemblement sera l occasion pour les amoureux de moto d apprécier les plus beaux sites du Cantal. À noter, la présence de l Association handicap solidarité motards, qui aura à cœur de balader les résidents de la Maison d accueil spécialisée de Servières-le-Château toute proche. Participation financière de 70 euros par ouvrant ou ayantdroit et 90 euros par invité (limité à un couple par agent). Accueil des participants à partir de 15 h le 30 mai. Formulaire d inscription auprès de la CMCAS Tulle-Aurillac cité Cazeau BP Tulle cedex avant le 14 mai. Tél. : AVIS DE RECHERCHE SAINTE-TULLE 1969 Jean-Pierre Roy cherche à reprendre contact avec ses camarades de la 18 e promotion «HAIR» de l école de métiers de Sainte-Tulle ( ). Rejoignez vite ceux qui se sont déjà fait connaître. Écrire à l adresse suivante : Jean-Pierre Roy, Salans, Courtetain-et-Salans, ou par courriel à SOLIDARITÉ FORUM ATD QUART MONDE Le mouvement ATD Quart Monde organise les 17, 18 et 19 avril prochains un forum «Pour un monde sans misère rencontres et engagements» au Centre des congrès de la Villette à Paris (19 e arrondissement) en partenariat avec la Cité des sciences et de l industrie. Expositions photos, projections de films, ateliers, débats, et échanges avec les membres d ATD Quart Monde ont pour objectif de mieux comprendre la grande pauvreté, de connaître les moyens de lutter concrètement contre la misère. Contact : Coralie Godfroid au et à SOLUTION DES MOTS CROISÉS DU N Horizontalement : I. Terminales. II. Ameutèrent. III. Rosso. Âcre. IV. Tuteur. Ho. V. Ève. Arabe. VI. Lanière. An. VII. Entôlerait. VIII. Tt. Nus. Mer. IX. Terse. Aine. X. ESE. Saleté. Verticalement : 1. Tartelette. 2. Émouvantes. 3. Restent. Ré. 4. Muse. Ions. 5. Itou. Élues. 6. Ne. Rares. 7. Ara. RER. AI. 8. Lécha. Amie. 9. Enrobaient. 10. Ste. Entrée. RETROUVEZ TOUTES LES INFOS SUR LE SITE INTERNET DE LA CCAS : ccas.fr 10 CCASinfos Avril 2009 PIERRE MICHAUD

9 CALENDRIER & RÈGLEMENT FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM DE LA ROCHELLE C est dans une douzaine de salles de cinéma, regroupées autour du vieux port, que se déroulera du 26 juin au 6 juillet 2009 la 37 e édition du Festival international du film de La Rochelle, dont l objectif est de présenter, de manière non compétitive, plus de 200 films et leurs réalisateurs. Grâce au partenariat avec la CCAS et la CMCAS La Rochelle, les agents bénéficient de 30 % de réductions sur la billetterie, sur présentation de la carte Activ. Une soirée spéciale pour les bénéficiaires est organisée autour de la projection du film L enfer des anges de Christian Jaque, suivie de la venue de Jean Guidoni. Au travers de rétrospectives, d hommages et d avant-premières, le festival s affiche également comme une plate-forme de rencontres professionnelles accessibles à tous les cinéphiles. Programmation sur le site : JULIEN MILLET / CCAS SALON DU LIVRE D ARRAS Rendez-vous dans le Pas-de-Calais le 1 er mai pour le 8 e Salon du Livre d expression populaire d Arras. Venez échanger autour d une rencontre joviale et militante, où seront présents tous les acteurs du livre, de l auteur au libraire et des associations aux comités d entreprises. La CMCAS Arras- Béthune, qui est partenaire avec le salon, organise cette année un débat sur les retraites avec la participation de Patrick Pelloux, Gérard Filoche et Charb. Le salon est organisé par l Association colères du présent, qui a pour volonté de promouvoir l écriture et la littérature d expression populaire et de lutter contre l exclusion culturelle. Un hommage sera rendu à l auteur de néo-polars et livres historiques, Frédéric Fajardie, qui avait beaucoup collaboré avec l association. Renseignements au et sur le site de l association : CULTURE FESTIVAL JAZZ SOUS LES POMMIERS Venez vous enivrer de jazz à l occasion du 28 e festival de Jazz sous les Pommiers de Coutances. La CMCAS Normandie organise un séjour à Coutances qui se déroulera du 19 au 24 mai, et dont le programme sera riche : soirées jazz, concerts de rue, rencontres d artistes, visite des monuments historiques de la ville (cathédrales, musées ) et découverte de la ville de Granville. Ce séjour vous plongera au cœur du festival devenu immanquable avec un hébergement au centre de Coutances. Les inscriptions sont limitées à 20 personnes et se font via le site de la CCAS : Rendez-vous sur le site du festival pour le programme complet. FESTIVAL CONTRE COURANT À AVIGNON La CCAS organise la 8 e édition du Festival Contre Courant du 10 au 18 juillet, sur l île de la Barthelasse et en partenariat avec le Festival d Avignon. L objectif? Proposer un regard original sur le spectacle vivant et la création contemporaine. Une programmation indépendante mêlée de danse, théâtre, cirque et musique vous fera découvrir une palette d univers singuliers. Entre spectacles, rencontres et débats, venez découvrir ces animations devenues incontournables, l entrée est libre. Contact : CAMPEURS LIBRES v3:mise en page 1 3/03/09 12:29 Page 1 CCAS campeurs libres 2009 é Le Guen I 8 rue de Rosny BP 629 I Montreuil Cedex I Fax : I ccas.fr la plus belle définition des vacances, la vôtre CALENDRIER ET RÈGLEMENT Un seul et même guide réunit désormais le calendrier et le règlement des campeurs libres. Le calendrier répertorie la liste des centres accessibles, leurs dates d ouverture et numéros de téléphone, le nombre de places disponibles et, le cas échéant, l accès aux plats cuisinés. Le règlement, quant à lui, stipule les conditions et les modalités d accès (participation financière, durée du séjour, superficie de l emplacement, animaux de compagnie ). À retirer dans les SLV et CMCAS ou à télécharger sur le site Internet de la CCAS, rubrique «kiosque». ÉRIC RAZ / CCAS CCASinfos Avril

10 12vu à Paris «Faits minimes», «faits divers»? Faits minimes est la pièce de théâtre commandée à la Compagnie Naje par le groupe de travail «Égalité hommes-femmes» de la CCAS. Jouée le 9 mars à Paris pour la Journée internationale des femmes, elle met en scène des témoignages de collègues. Un défilé de mode. Une jeune femme en robe de mariée. Une voix off accompagne : «Harmonie des tissus et légèreté des couleurs. La femme est une princesse. L homme est un spectateur, il la prend dans ses bras. Elle attend qu il la demande en mariage.» Plusieurs femmes défilent : infirmière, cadre, électricienne, en bleu de travail, en blouse blanche puis en parure, en bas résille, «elles sont d ici, parfois d ailleurs, d Inde où la femme est vénérée» Les hommes ont mesuré «tantôt leur travail, tantôt leur force», commente la voix. Puis le ton change. Mal à l aise Amélie est cadre dans une grande entreprise, «il y a 5 ans, son mari l a frappée. Depuis il y a eu d autres fois». Vient une scène qui met mal à l aise. Doris est lasse. Elle a 28 ans, 2 enfants. Son mari la touche : «J ai envie.» Doris le repousse : «Je suis fatiguée.» Il insiste : «Laisse-toi faire. Tu es ma femme! Tu sers à ça, pauvre conne!» Il la bouscule. Elle crie. On imagine la suite. Elle reste à terre. Seule. Le noir. Lâchetés dans l entreprise Retour à l entreprise, aux petites lâchetés, à l indifférence. Hortense est en CDD sur un plateau clientèle EDF. Un matin, elle arrive avec un bras dans le plâtre. Ses collègues sont affairés. Mais son amie Farida comprend : «C est ton mari?» Hortense nie : «Je suis tombée.» Farida interpelle son supérieur : «Il faut la stabiliser avec un CDI.» Longue hésitation du chef. De leur côté, les collègues susurrent des maladresses sur le compte d Hortense. Le chef évoque des «problèmes familiaux» devant sa «supérieure». Choix des maux pour ignorer le problème? La supérieure pousse l insensibilité à son paroxysme : «Cela ne fait pas partie de nos critères de recrutement.» Plaques d eczéma Caroline, elle, doit gérer la restructuration du personnel. Elle est agent de maîtrise, mais occupe une fonction de cadre. «Vous me prouvez que vous pouvez être cadre. Après on en reparle», lui lance son chef. Caroline rassure, recase le personnel et s oublie. Chez elle, aucun soutien. De son mari elle reçoit un «t es trop conne, t es nulle!» Caroline sous la pression, craque, des plaques d eczéma envahissent son corps. Elle s effondre. Le noir. Violée par les mots Tout le monde en prend pour son grade, c est le tour des syndicats. Elle a un mandat. Elle participe à sa première réunion. Très vite, les choses dérapent et les mots ne dépassent plus le haut de la ceinture. «Stop!», crie une spectatrice quand la scène est rejouée. C est le principe du théâtreforum. En deuxième partie, les spectateurs sont invités à incarner un des personnages. Comment éviter ce qui est réellement arrivé à cette femme? Elle a démissionné de son mandat avec la sensation d être «dégueulasse». Elle qui ne croyait pas «qu on pouvait être violée par des mots». Des femmes mais aussi quelques hommes iront sur les planches apporter leur solution. Commission égalité hommes-femmes Ainsi, un intervenant a voulu montrer que «la solidarité dans l entreprise peut représenter une dynamique, une pression sur les directions». Son ex-femme a beaucoup souffert. «Dans un premier temps, je l ai pris à la légère. En réalité, je ne savais pas comment l aider, explique-t-il. Elle a fini par échapper à cela en étant déléguée syndicale et en intégrant la Commission égalité hommes-femmes de son syndicat.» Ne rien laisser passer La violence mise en lumière ici n est pas une découverte pour Évelyne Valentin, présidente de la CCAS. «Cette violence menée par les hommes, mais qui s exerce aussi de femmes à femmes, me rappelle des souvenirs. J ai travaillé pendant 23 ans sur un plateau clientèle. Si aujourd hui les violences ont pris une autre forme avec le management, elles restent les mêmes. Il faut beaucoup de courage pour affronter certaines situations, parfois de l humour et surtout ne rien laisser passer. Cet événement doit donc susciter la création de réseaux dans les CMCAS pour aider à faire émerger cette parole.» 12 CCASinfos Avril 2009 YANN ÉTIENNE / CCAS

11 YANN ÉTIENNE / CCAS Séjours bleus, INSTANTS CHALEUREUX Emmener ses ressortissants âgés de plus de 75 ans au centre CCAS du Brusc (Var) afin de leur donner l envie de s inscrire en séjour bleu, telle est l initiative de la CMCAS Alpes du Sud (Gap). Les 3 et 4 mars derniers, dix-sept pensionnés (veuves ou agents en inactivité de service) partent à la découverte de vacances qui leur sont dédiées. Gap, huit heures pétantes : Arlette, Josette, Jeanine et Alix, accompagnée de sa fille, ou encore William et Robert... tous ont pris place dans le car affrété par la CMCAS Alpes du Sud, pour un petit voyage pas comme les autres en direction de la Côte d Azur. Une première pour la CMCAS qui a proposé à ses pensionnés de plus de 75 ans vivant seuls d apprécier, de l intérieur, l ambiance et le contenu d un séjour bleu. «Ces séjours nationaux organisés par la CCAS et destinés aux personnes isolées ont pour vocation de rompre l isolement, la solitude en facilitant les échanges et les rencontres, notamment avec les agents en séjour vert», explique Daniel Presse, trésorier général de la CMCAS, responsable du réseau solidaire, à l origine de cette initiative. «Au Brusc, vous aurez l occasion de voir comment se déroule ce type de séjour, de juger sur place les activités. C est l objet de notre invitation : vous rendre compte par vous-mêmes de ce que ces vacances peuvent vous apporter», insiste l élu. Les quelques heures de route qui séparent la montagne de la grande bleue défilent rapidement. William, brillant joueur d harmonica, assure l animation dans le car : il entonne des airs repris en chœur par l ensemble des participants. Arrivés au Brusc vers midi, ils sont chaleureusement accueillis par Christian Cabrol qui leur présente l ensemble des animations ainsi que la philosophie de ces vacances spécialement conçues pour les seniors. «Ici, on ne «Plus on vieillit, plus on est confronté à la solitude. Un séjour pour pensionnés, c est un moyen d y pallier en rencontrant d autres gens.» Jeanine, 72 ans, agent EDF en inactivité vous laissera pas seuls une seconde. On est là pour vous chouchouter, pour partager avec vous. Nous encourageons l intergénération et favorisons le mélange des populations grâce aux activités communes. Au même titre que tous les autres bénéficiaires, vous êtes acteurs de vos vacances», souligne le responsable principal. Jeanine, 72 ans, agent EDF en inactivité, est enchantée de ce voyage découverte. «C est intéressant cette façon d appréhender les choses. De cette façon, je peux mieux juger l atmosphère d un séjour pour pensionnés, m en faire une idée plus précise. Les activités sociales doivent continuer à les développer car plus on vieillit, plus on est confronté à la solitude. C est un moyen d y pallier en rencontrant d autres gens», témoigne Jeanine. À peine mille personnes (au national) profitent chaque année des séjours bleus. Trop peu, selon Daniel Presse qui a l ambition de mieux les faire connaître, de persuader les intéressés qu ils peuvent partir en couple. Et enfin, de faire jouer la solidarité à fond, en accompagnant les personnes âgées de leur domicile au lieu de villégiature (et vice-versa), également en allouant des aides financières, notamment aux veuves dont les pensions de réversion suffisent à peine à vivre. Bref, de faire en sorte que le séjour bleu soit associé à un moment convivial, à une sympathique respiration dans un quotidien pas forcément rose. YANN ÉTIENNE / CCAS initiatives CCASinfos Avril

12 L avenir des ACTIVITÉS dossier Pour la première fois, deux élections vont se tenir en juin prochain : celle des administrateurs des CMCAS, qui détermine la composition des conseils d administration des CMCAS ; et celle des administrateurs de la Camieg. Coup de projecteur sur le pourquoi et le comment de ces élections. 14 CCASinfos Avril 2009

13 SOCIALES en jeu MÉMOIRES ARCHIVES / CCAS La CCAS, EXPRESSION DE LA JUSTICE SOCIALE OLIVIER CLÉMENT / CCAS MÉMOIRES ARCHIVES / CCAS Les activités sociales, imaginées par le Conseil national de la Résistance, mises en place depuis la Libération, s adaptent sans cesse aux besoins des bénéficiaires. La CCAS, tout comme les comités d entreprise, doit son existence aux valeurs de justice sociale et de solidarité défendues par le Conseil national de la Résistance (CNR). Élaboré par les grands mouvements de la Résistance, le programme du CNR fut adopté le 15 mars 1944 et comportait explicitement la création de grands services publics. Il énonçait notamment «le retour à la Nation des grands moyens de production, des sources d énergie, des richesses du sous-sol, des compagnies d assurance, des grandes banques» et aussi d instaurer «dès la Libération, un ordre social plus juste». L idée de nationaliser les industries de l énergie avait été lancée par la CGT à la fin de la Première guerre mondiale, puis proposée à nouveau durant le Front populaire. À la Libération, la Reconstruction de la France s effectue selon les trois grands thèmes économiques et sociaux du CNR : démocratiser, moderniser, internationaliser avec un encadrement de la croissance par l État. La première étape de nationalisations concerne l énergie, le sous-sol, l argent, les transports. En avril 1946, les assurances sont nationalisées et la loi portant nationalisation des industries électrique et gazière est promulguée le 8, après d âpres discussions, donnant ainsi naissance à EDF et à Gaz de France. Le rôle de Marcel Paul, ministre de la Production industrielle dans le premier gouvernement du général de Gaulle, fut déterminant en ce domaine. Dans le même temps, les réformes sociales s inscrivent dans le prolongement des réformes de 1936 : retour aux 40 heures hebdomadaires de travail, lois sur les conventions collectives, création des comités d entreprise, liberté syndicale, abolition de la Charte du travail. Outre la nationalisation des entreprises, le statut du personnel est adopté (décret paru le 22 juin 1946). Ce statut porte déjà en gestation les grandes lignes de ce qui deviendra plus tard la CCAS : création des œuvres sociales gérées par les représentants élus des salariés, «financement assuré par les recettes de l entreprise à hauteur de 1 % au minimum». Rappelons à ce propos que ce fameux pourcentage vient en contrepartie d un autre 1 %, celui d une centaine de propriétaires des entreprises alors nationalisées et dont ils ont bénéficié pendant 50 ans. CCASinfos Avril

14 dossier Du CCOS à la CCAS, MISE EN ŒUVRE DU PAR ET DU POUR Quarante-cinq ans de gestion sociale ont montré que les salariés et leurs mandatés sont les mieux placés pour satisfaire leurs besoins et leurs désirs sociaux. En 1947, le Conseil central des œuvres sociales (CCOS) est élu et Marcel Paul devient son président. Gestion des centres de soins, organisation des départs en vacances des enfants de 6 à 14 ans, coopératives, mise en place du réseau de restaurants d entreprises subventionnés par EDF sont les principales missions octroyées au CCOS. La même année, des élections sont organisées pour les conseils d administration des CMCAS. Quatre ans plus tard, le CCOS est dissous et une délégation, désignée par le gouvernement et les directions des entreprises, restera en place jusqu en Entre-temps, le 1 % des recettes des établissements est ramené à 1 % maximum au lieu de 1 % minimum prévu à l origine par le statut. Voici donc 45 ans, les personnels des industries électrique et gazière reprenaient effectivement la gestion de leurs activités sociales. THIERRY NECTOUX / CCAS Aujourd hui, elles contribuent aux départs en vacances des jeunes et des adultes, à la prévoyance, à la restauration méridienne, à l accès aux loisirs et à la culture, à l action sanitaire et sociale, et à l aide d urgence. Les évolutions familiales (familles recomposées, couples homosexuels ) sont désormais prises en compte. Élément fort du statut, l accès aux activités sociales permet à plus de personnes d en bénéficier. Les agents et leur famille peuvent ainsi partir vers 297 destinations en France, dont 109 centres de vacances, patrimoine des salariés de l énergie. De même, les administrateurs de la CCAS s efforcent d adapter les offres aux besoins nouveaux et à l évolution de la société. De nouvelles formules de vacances sont mises en place (séjours alternatifs, solidaires en France et à l étranger). Les séjours à thème permettent, toute l année, de découvrir une discipline culturelle, sportive ou de loisirs. Sans oublier, évidemment, la multitude des week-ends et séjours proposés par les Les activités sociales contribuent aux départs en vacances de tous, à la prévoyance, à la restauration méridienne, à l accès aux loisirs et à la culture, à l action sanitaire et sociale, à l aide d urgence. CMCAS. Dans un souci de justice sociale, la tarification est établie en fonction des revenus. En ce qui concerne les jeunes, ce ne sont pas moins de 10 centres de vacances, gérés directement par la CCAS, qui leur sont dédiés. La restauration constitue un enjeu social et de santé pour tous les salariés de la branche énergie, qui peuvent prendre leurs repas dans 199 restaurants d entreprise gérés par la CCAS, auxquels il faut ajouter 95 conventions de restaurants interentreprises. Les produits issus de l agriculture biologique entrent de plus en plus dans la composition des menus, aussi bien dans les restaurants méridiens que dans ceux des centres de vacances. La santé et la prévention demeurent des priorités pour les élus, notamment avec la mise en œuvre du projet santé des électriciens et gaziers orienté sur la prévention et l éducation à la santé. L action sanitaire et sociale (voir page 17) constitue un outil concret contre les inégalités. Le sport et la culture continuent d occuper une place considérable au sein des activités sociales. ÉLISE REBIFFÉ / CCAS 16 CCASinfos Avril 2009

15 L ACTION SANITAIRE ET SOCIALE LES ORGANISMES SOCIAUX EN CHIFFRES LES BÉNÉFICIAIRES personnes salariés actifs ou inactifs des IEG agents en inactivité de service enfants et conjoint(e)s. YANN ETIENNE / CCAS Pour les organismes (votre CMCAS et la CCAS), la solidarité reste la priorité de la démarche de proximité au service du lien social. Afin d aller vers plus de justice sociale, des aides multiples sont prévues 1 : aides aux personnes âgées et isolées pour favoriser le maintien à domicile ; versement d indemnités de moyens d existence lors des maladies de longue durée ; prestations extralégales pour les familles en charge d enfants scolarisés ; aide mensuelle pour les personnes atteintes de handicap ; aide ménagère en sortie d hospitalisation. Le 1 % participe aussi, avec les employeurs de la branche des industries électriques et gazières qui souscrivent au dispositif, au financement d un Cesu (Chèque emploi service universel), à la garde d enfants. Des commissions «solidarités» sont mises en place dans les CMCAS pour venir ponctuellement en aide à des salariés en difficulté. De même, les réseaux solidaires, composés d élus et de professionnels, se développent. Dans le cadre de la transformation des activités sociales, de nouveaux métiers des activités sociales dédiés à l Action sanitaire et sociale (ASS) sont créés. 1 Pour plus d informations, consulter la brochure L action sociale, vos droits qui accompagnait le numéro 299 de CCAS INFOS. ÉLISE REBIFFÉ / CCAS LES VACANCES 297 destinations en France : toiles, gîtes, maisons familiales, campings. 109 centres de vacances représentant le patrimoine des salariés de l énergie. 188 centres de vacances, en partenariat avec des acteurs du tourisme social ou privé. LES VACANCES JEUNES 106 centres de vacances jeunes gérés directement par la CCAS. 5 tranches d âge de 6 à 20 ans. Des partenariats (partir avec son copain/sa copine). LA RESTAURATION 119 restaurants d entreprise gérés par la CCAS. 95 conventions interentreprises. LA SANTÉ ET LA PRÉVENTION Accueil de bénéficiaires atteints de handicaps et/ou de maladies chroniques, pour les adultes, ou d allergies alimentaires, pour les enfants dans 100 centres jeunes et 37 centres adultes. MONTANT DU 1 % POUR L EXERCICE millions d euros. 26 millions sont dédiés au fonds d action sanitaire et sociale. 25 millions sont dédiés au fonds santé. 5 millions ont été affectés à la participation des activités sociales pour la garde d enfants (cofinancement entreprises pour le Cesu). 320 millions sont affectés à la CCAS. Le reste est dédié aux CMCAS. CCASinfos Avril

16 CHRISTINE LEMORE En juin vont se dérouler deux élections distinctes : celle des membres des conseils d administration des CMCAS et celle des membres du conseil d administration de la Camieg. Les 24 administrateurs de chaque CMCAS seront élus pour un mandat de 3 ans. Pour la première fois, le conseil d administration de chaque CMCAS est responsable de la constitution de la liste des électeurs. Le collègue unique est composé des agents statutaires des IEG en activité, rattachés à la CMCAS où ils exercent leur activité, et des agents statutaires en inactivité, rattachés à la CMCAS de leur domicile. La liste des CMCAS (69 au total) a été arrêtée par le Comité de coordination. Cette liste tient compte des CMCAS ayant fusionné et de la réorganisation des CMCAS de la région parisienne. Il y aura donc 69 élections en tout. Les élus des CMCAS voteront ensuite pour élire le Comité de coordination. Réuni en session, ce dernier a pour mission principale de répartir ensuite le fonds du 1 % (pourcentage des ventes d énergie en France versé par les entreprises de la branche). Le 1 % est réparti tout d abord pour les fonds nationaux : santé (pour le paiement du forfait hospitalier notamment), ASS (cf. le livret paru avec le numéro 299), Petite enfance (pour le cofinancement du Cesu). Ensuite, il est reversé à la CCAS (vacances, restauration, etc.) et aux CMCAS (en fonction du nombre de bénéficiaires pour les activités au quotidien). dossier Deux élections AU LIEU D UNE Les membres du conseil d administration de la Camieg seront élus pour un mandat de 6 ans, au cours d une élection nationale unique. La Camieg reste seule responsable de la constitution de la liste des électeurs. Les deux élections se déroulent aux mêmes dates. Textes : Pierre Michaud LES MODALITÉS PRATIQUES DU VOTE Pour les deux élections, il n y aura pas de vote physique, donc pas d urne ni de bulletin. Pour les agents en activité de service, le vote se fera uniquement par voie électronique. Quant aux pensionnés, ils pourront voter soit par correspondance soit par voie électronique. Le vote électronique primera sur le vote par correspondance. Une adresse postale unique va être créée pour la réception des votes par correspondance. Une fois les listes électorales validées (le 29 mai), le matériel de vote sera envoyé aux électeurs à partir du 2 juin. Pour le vote électronique, actifs et pensionnés recevront leurs identifiants et mots de passe qui sont obligatoires pour exprimer sa voix. Les pensionnés recevront le matériel de vote par correspondance. Les opérations de vote électronique débuteront le lundi 22 juin à 10 h et prendront fin le vendredi 26 juin à 12 h. Si vous êtes en vacances au moment du vote, n oubliez pas vos identifiants. Après dépouillement, les résultats seront proclamés et les nouveaux conseils d administration des CMCAS seront mis en place le 24 septembre au plus tard. Précisons que les agents conventionnés actifs et retraités, les pensionnés titulaires d une pension de réversion ou d orphelin ne votent pas. 18 CCASinfos Avril 2009

17 PUB CCASinfos Avril

18 l énergie des MANIFS Après la journée du 19 mars, quelle est votre analyse de la mobilisation? Quelles suites votre organisation syndicale entend donner à ce mouvement social? Telles sont les 2 questions que nous avons posées aux représentants des 5 fédérations syndicales de l énergie : CFE-CGC, CGT, CFDT, FO et CFTC lors de notre table ronde. Voici leurs réponses. point de vue sur SYNDICATS : 20 CCASinfos Avril 2009

19 JOSEPH MARANDO / CCAS DR DOMINIQUE LORIEUX / CCAS Notre table ronde : les participants Marc Bretel, CFE-CGC secrétaire général adjoint de la branche IEG Virginie Gensel, FNME-CGT secrétaire générale adjointe de la fédération Catherine Guichardan- Philippon, FCE-CFDT déléguée fédérale chargée de l animation de la branche IEG APRÈS LA JOURNÉE DU 19 MARS, QUELLE EST VOTRE ANALYSE DE LA MOBILISATION? Marc Bretel, CFE-CGC La traduction de ce mouvement va bien au-delà d une contestation ou d une expression de mécontentement. La réussite de cette journée, par l ampleur de ses actions et l implication massive du monde salarial, ne saurait rester sans réponse. Les acteurs économiques et politiques devront y apporter des réponses. Pour la CFE-CGC, les salariés mettent la défense de l emploi, le pouvoir d achat et les augmentations générales au cœur de leurs revendications. Virginie Gensel, FNME-CGT Manifestement, les agents actifs et inactifs des IEG ont massivement répondu présents le 19 mars à l appel des 5 fédérations syndicales des IEG. Par leur participation, encore plus importante que le 29 janvier, ils ont exprimé fortement leurs revendications. Cette mobilisation est le prolongement des nombreuses actions revendicatives engagées dans les différents secteurs d activités et entreprises de la branche des IEG. Elle s est également appuyée sur les centaines d assemblées générales du personnel initiées par la FNME-CGT, en favorisant l unité syndicale dans leur préparation. Les électriciens et gaziers réclament leur dû!!! 10 milliards d euros de bénéfices pour les entreprises de la branche, alors que les négociations salariales (2008, 2009 et avancements au choix) sont dans l impasse.les moyens du service public (emploi, proximité, investissements) ainsi que la reconnaissance des pénibilités et contraintes liées à l exercice des missions du service public de l électricité et du gaz, sont également des revendications fortement portées par les agents lors de cette mobilisation. Catherine Guichardan-Philippon, FCE-CFDT La FCE-CFDT se félicite de la réussite de la journée d action du 19 mars. Plus de monde dans les cortèges partout en France et surtout plus de salariés du secteur privé. Cela illustre l angoisse des salariés de France face à l ampleur de la crise économique. Les salariés des industries électriques et gazières sont également venus nombreux pour défendre leur pouvoir d achat, mais aussi par solidarité avec les salariés du privé confrontés encore plus durement à la crise économique. Jean-Paul Nembi, FNEM-FO Pour le gouvernement, qui se considère ni coupable ni responsable de la crise qui frappe aujourd hui notre pays, le seul moyen proposé aux Français pour DR Jean-Paul Nembi, FNEM-FO porte-parole de la fédération DR Olivier Paulet, CFTC président de la branche IEG CCASinfos Avril

20 point de vue sur relancer l économie est de soutenir sans compter les banques et les grands patrons de la finance. Pour cela, il n hésite pas à instaurer un plan de rigueur sans précédent sur le dos des salariés et des retraités. Dans nos industries, qui font des profits exceptionnels, la rigueur est également de mise (sans doute une façon pour nos dirigeants d être solidaires avec les grands patrons du CAC 40 depuis leur adhésion au Medef). Pour FO Énergie et Mines, le seul moyen de sortir de la crise est de relancer l économie française par une augmentation significative du pouvoir d achat des salariés et des retraités. Dans les IEG, où les bénéfices se chiffrent en milliards d euros, les actionnaires ont vu leurs dividendes fortement augmenter alors que les salariés voient au quotidien leur pouvoir d achat diminuer. Olivier Paulet, CFTC La mobilisation du 19 mars démontre l inquiétude et l incompréhension grandissante des salariés. Pendant des mois et des années, le discours unique de nos dirigeants a été de ringardiser les organisations syndicales et de refuser toute approche sociale de l économie. Moins de règles, moins de protection, voilà les solutions géniales qui devaient résoudre tous nos problèmes. PSE, chômage, absence de justice sociale, précarisation, sont les seuls résultats tangibles de cette politique. Des salariés, qui par leur travail participent à la réussite financière de leurs entreprises, sont aujourd hui en grande difficulté sur des besoins essentiels comme la santé ou le logement. QUELLES SUITES VOTRE ORGANISATION SYNDICALE ENTEND DONNER À CE MOUVEMENT SOCIAL? Marc Bretel, CFE-CGC Devant cette crise inédite, la CFE-CGC demande au gouvernement et aux entreprises que les mesures d investissement soient couplées avec la relance de la consommation, donc l augmentation des salaires. Cette relance, bien loin d être utopique, est prônée par bon nombre de spécialistes. En ce qui concerne notre branche des IEG, la CFE-CGC exige une reprise du dialogue social avec les employeurs sur la base de véritables propositions salariales et d engagements. Les salariés des IEG qui nous font confiance, et tout particulièrement l encadrement, constatent amèrement que leur revenu net disponible est en constante baisse. Dans ce contexte, comment accepter que les avancements au choix de 2009 soient encore au point mort? La CFE-CGC des IEG portera de nouveau ses propositions, qui devront se traduire par une redistribution plus équitable pour les salariés qui sont les premiers contributeurs de la prospérité des entreprises de la branche des IEG. Virginie Gensel, FNME-CGT Dès le soir du 19 mars, la FNME-CGT a proposé aux salariés actifs et inactifs de se réunir en assemblées générales unitaires pour porter et faire avancer leurs revendications auprès des employeurs et des pouvoirs publics. Dans les IEG, les 5 fédérations syndicales ont décidé de maintenir leurs rencontres régulières, une réunion s est tenue le 23 mars. La FNME-CGT proposera de nouvelles initiatives permettant l expression et la mobilisation des salariés et retraités. Plus que jamais, la FNME-CGT considère que le débat avec les salariés, dans l unité syndicale, est nécessaire et elle s engage à en créer toutes les conditions. Catherine Guichardan-Philippon, FCE-CFDT La FCE-CFDT attend maintenant des réponses concrètes du patronat et du gouvernement à ses trois principales propositions. Le financement du fonds d investissement social par la suspension du bouclier fiscal et la fin de la défiscalisation des heures supplémentaires. Que les allègements de charges pour les entreprises soient conditionnés à des négociations d entreprise sur la formation professionnelle et sur le déroulement 22 CCASinfos Avril 2009

Livret d accueil. Sommaire. Présentation Pages 1 à 3. Nos services Pages 4 à 9. Vos intérêts Page 10

Livret d accueil. Sommaire. Présentation Pages 1 à 3. Nos services Pages 4 à 9. Vos intérêts Page 10 Fédération Indépendante du Rail et des Syndicats des Transports Livret d accueil Sommaire Présentation Pages 1 à 3 Nos services Pages 4 à 9 Vos intérêts Page 10 FiRST, notre histoire La Fédération Indépendante

Plus en détail

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT www.cfdt.fr SOMMAIRE 4 5 6 7 8 9 10 11 ADHÉRER ME REPRÉSENTER ME DÉFENDRE COTISER / VOTER Rédaction, création et réalisation graphiques :

Plus en détail

Assurance et prévoyance

Assurance et prévoyance Assurance et prévoyance Assistance famille en cas d accident. IDCP Des prestations d assistance sont prévues en cas d accident par le contrat IDCP. Elles peuvent être déclenchées après appel préalable

Plus en détail

UGICT - CGT Ingénieurs Cadres Techs La Lettre N 489 - Austérité n ayons pas peur des mots

UGICT - CGT Ingénieurs Cadres Techs La Lettre N 489 - Austérité n ayons pas peur des mots UGICT - CGT Ingénieurs Cadres Techs La Lettre N 489 - Austérité n ayons pas peur des mots N 489 - Semaine du 22 avril 2014 Austérité n ayons pas peur des mots Tout son poids dans la balance François Hollande

Plus en détail

Complémentaire santé PQSR (Pas de Question Sans Réponse) Questions sur la négociation de l accord :

Complémentaire santé PQSR (Pas de Question Sans Réponse) Questions sur la négociation de l accord : Complémentaire santé PQSR (Pas de Question Sans Réponse) Date de création : 31/03/2014 Date de mise à jour : 25/09/2014 SOMMAIRE : Questions sur la négociation de l accord : LEGENDE : rouge : question

Plus en détail

mission Le conflit des «gars de Lapalme»,

mission Le conflit des «gars de Lapalme», composition Le conflit des «gars de Lapalme», à l origine du CIMM Le 1 er mai 1970, la CSN, la CEQ et la FTQ organisaient, à Montréal, une manifestation en appui aux travailleurs et à la travailleuse de

Plus en détail

Discours d ouverture du Forum des Associations 2009. Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h

Discours d ouverture du Forum des Associations 2009. Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h Discours d ouverture du Forum des Associations 2009 Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h Mesdames et Messieurs les élus, Mesdames et Messieurs les responsables associatifs,

Plus en détail

Base de données. économiques. et sociales. vigilance, exigences. et conquêtes. élus et mandatés. guide pratique

Base de données. économiques. et sociales. vigilance, exigences. et conquêtes. élus et mandatés. guide pratique Base de données économiques et sociales vigilance, exigences et conquêtes guide pratique élus et mandatés L article 8 de la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 a introduit un nouveau dispositif

Plus en détail

La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille!

La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille! La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille! La protection sociale est un terme générique qui recouvre, la Sécurité Sociale (régime général obligatoire solidaire, géré

Plus en détail

Discours. Monsieur le Ministre, cher Michel, Mesdames et Messieurs, chers amis,

Discours. Monsieur le Ministre, cher Michel, Mesdames et Messieurs, chers amis, Discours Discours de Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication, prononcé à l occasion du lancement du comité de suivi des bonnes pratiques dans les moyens de paiement en ligne pour

Plus en détail

Comment faire calculer votre QF? Tarifs. Quotient Familial 2011-2012. www.colombes.fr

Comment faire calculer votre QF? Tarifs. Quotient Familial 2011-2012. www.colombes.fr Comment faire calculer votre QF? Tarifs Quotient Familial 2011-2012 www.colombes.fr Edito Madame, monsieur, Vous avez entre les mains la plauette des tarifs municipaux pour l année scolaire 2011-20112.

Plus en détail

LA RÉMUNERATION GLOBALE À EDF SA REPÈRES - EDITION 2013 -

LA RÉMUNERATION GLOBALE À EDF SA REPÈRES - EDITION 2013 - LA RÉMUNERATION GLOBALE À EDF SA REPÈRES - EDITION 2013 - Sommaire 1 - Les principes de la rémunération 2 - Les composantes de la rémunération globale 3 - Le salaire 4 - La performance individuelle 5 -

Plus en détail

le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs

le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs LIVRET D ACCUEIL le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs 23, rue du docteur potain 75019 Paris 01 53 38 62 50 Portraits des membres du groupe d expression du SAVS par Catel

Plus en détail

Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire,

Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire, Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire, Paris, le Grand Véfour, mardi 3 février 2004 Messieurs

Plus en détail

REGLEMENT PARTICULIER DE LA CAISSE MUTUELLE COMPLEMENTAIRE ET D ACTION SOCIALE MARSEILLE

REGLEMENT PARTICULIER DE LA CAISSE MUTUELLE COMPLEMENTAIRE ET D ACTION SOCIALE MARSEILLE REGLEMENT PARTICULIER DE LA CAISSE MUTUELLE COMPLEMENTAIRE ET D ACTION SOCIALE MARSEILLE Article 1....3 Dispositions générales...3 Titre I : Organisation de la C.M.C.A.S...3 Article 2....3 Composition

Plus en détail

Convention d assurance chômage

Convention d assurance chômage Aux Union Départementales Aux Fédérations Nationales Paris, le 28 mars 2014 Secteur Formation Professionnelle Emploi/Assurance chômage Réf. : JCM/SL/DD Circ. : n 058-2014 Convention d assurance chômage

Plus en détail

CAHIER REVENDICATIF DES PERSONNELS DU CONSEIL GENERAL DU PUY DE DÔME

CAHIER REVENDICATIF DES PERSONNELS DU CONSEIL GENERAL DU PUY DE DÔME SYNDICAT LA CGT DU PERSONNEL DÉPARTEMENTAL Clermont-Ferrand, le 16 décembre 2010 CAHIER REVENDICATIF DES PERSONNELS DU CONSEIL GENERAL DU PUY DE DÔME Validé par la Commission Exécutive du 7 décembre 2010

Plus en détail

ACCORDS DE BERCY SUR LE DIALOGUE SOCIAL DANS LA FONCTION PUBLIQUE MAI 2008

ACCORDS DE BERCY SUR LE DIALOGUE SOCIAL DANS LA FONCTION PUBLIQUE MAI 2008 ACCORDS DE BERCY SUR LE DIALOGUE SOCIAL DANS LA FONCTION PUBLIQUE MAI 2008 Eric WOERTH Ministre du Budget, des Comptes publics et de la Fonction publique et André SANTINI Secrétaire d État chargé de la

Plus en détail

Editorial Elus de CE, délégués du personnel, membres

Editorial Elus de CE, délégués du personnel, membres Sommaire Le droit à formation 1 - Droit à la formation 2 des représentants du personnel Des élus titulaires du CE................................ 2 Des membres du CHSCT............................... 2

Plus en détail

Le contrat de travail. ... en survol

Le contrat de travail. ... en survol Le contrat de travail... en survol AVERTISSEMENT Cette brochure de vulgarisation expose des réglementations parfois complexes. Dès lors, il se pourrait que certains cas spécifiques n y soient pas traités.

Plus en détail

CHAPITRE I ER NÉGOCIATION DE BRANCHE

CHAPITRE I ER NÉGOCIATION DE BRANCHE MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective IDCC : 1468. CRÉDIT MUTUEL (29 juin 1987) AVENANT DU 24 SEPTEMBRE

Plus en détail

Hommes et femmes au travail Ni tout à fait les mêmes, ni tout à fait des autres. Etude Ipsos pour ELLE

Hommes et femmes au travail Ni tout à fait les mêmes, ni tout à fait des autres. Etude Ipsos pour ELLE Hommes et femmes au travail Ni tout à fait les mêmes, ni tout à fait des autres Etude Ipsos pour ELLE Pourquoi cette étude? Croiser le regard des hommes et des femmes sur le travail aujourd hui Le travail

Plus en détail

Édition 2013. Guide de l alternance dans les IEG. Retrouvez FO Énergie et Mines sur www.fnem-fo.org

Édition 2013. Guide de l alternance dans les IEG. Retrouvez FO Énergie et Mines sur www.fnem-fo.org Édition 2013 Retrouvez FO Énergie et Mines sur www.fnem-fo.org Laurine Eugénie Secrétaire Fédérale L objectif est double : FO Énergie et Mines vous souhaite la bienvenue dans les entreprises des Industries

Plus en détail

Veille sociale au 12 septembre 2014

Veille sociale au 12 septembre 2014 ( Veille sociale au 12 septembre 2014 La veille sociale présentée dans cette revue actualise la veille présentée le mois dernier. Les sujets qui n ont pas évolué ne sont pas repris. ( I ) Projets sociaux

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

Retraite du Service public! Préfon-Retraite : la retraite complémentaire du service public

Retraite du Service public! Préfon-Retraite : la retraite complémentaire du service public Retraite du Service public! Préfon-Retraite : la retraite complémentaire du service public Préfon-Retraite : la retraite complémentaire du service public Préfon (Caisse nationale de prévoyance de la fonction

Plus en détail

CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE

CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE REPUBLIQUE FRANÇAISE CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE Ville de Cagnes-sur-Mer LOGEMENT-FOYER «LA FRATERNELLE» Livret d accueil Vous avez choisi le Logement Foyer «La Fraternelle». Nous vous remercions

Plus en détail

COMMENTAIRE DU FORMULAIRE DE DEMANDE 2015

COMMENTAIRE DU FORMULAIRE DE DEMANDE 2015 COMMENTAIRE DU FORMULAIRE DE DEMANDE 2015 Après avoir lu la circulaire, nous vous invitons à suivre le présent guide pour vous aider à remplir les différentes rubriques de votre (vos) formulaire(s) de

Plus en détail

Intervention de Marisol TOURAINE. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des. femmes. Maison de Santé Pluridisciplinaire

Intervention de Marisol TOURAINE. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des. femmes. Maison de Santé Pluridisciplinaire 1 Intervention de Marisol TOURAINE Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Maison de Santé Pluridisciplinaire Magny-en-Vexin Vendredi 20 février 2015 Seul le prononcé fait

Plus en détail

Il est constitué entre les soussignés une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901 ayant pour titre : Gixe.

Il est constitué entre les soussignés une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901 ayant pour titre : Gixe. Gixe Statuts d association conforme à la loi du 1er juillet 1901 1 Constitution Il est constitué entre les soussignés une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901 ayant

Plus en détail

LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012

LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012 LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012 FICHE N 1 UN COLLECTIF BUDGÉTAIRE POUR REDRESSER NOS FINANCES PUBLIQUES L e projet de loi de Finances

Plus en détail

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.»

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» 39 e Congrès de la Mutualité Française Résolution générale «La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» La crise financière, économique, sociale et écologique frappe durement notre pays,

Plus en détail

TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES

TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES Article 1 er CONSTITUTION Il est fondé entre les personnes physiques adhérant aux présents statuts un parti politique dénommé «L Union pour un Mouvement Populaire» (UMP),

Plus en détail

E. Avantages alloués par le comité d entreprise

E. Avantages alloués par le comité d entreprise E. Avantages alloués par le comité d entreprise 1) Bons d achat et cadeaux Les bons d achat et cadeaux alloués par le comité d entreprise doivent en principe être assujettis aux cotisations de Sécurité

Plus en détail

Accueils de Loisirs REGLEMENT INTERIEUR

Accueils de Loisirs REGLEMENT INTERIEUR Accueils de Loisirs REGLEMENT INTERIEUR portail-animation.ufcv.fr Plaine des Tilles portail-animation.ufcv.fr Ufcv Délégation régionale de Bourgogne 29 rue Jean-Baptiste BAUDIN 21000 Dijon Mis à jour le

Plus en détail

Guide des. interventions Personnes en difficulté Personnes âgées de 60 ans et plus Personnes handicapées

Guide des. interventions Personnes en difficulté Personnes âgées de 60 ans et plus Personnes handicapées Guide des interventions Edition 2010 Mot du président Le Centre Communal d Action Sociale de Saint-Yrieix-sur-Charente est un outil majeur de la politique sociale de la municipalité. Au delà des aides

Plus en détail

PROPOSITIONS EN VUE DE LA TENUE DU CONGRÈS DE LA FSSS 2009 «POUR LE MEILLEUR ET POUR L AVENIR»

PROPOSITIONS EN VUE DE LA TENUE DU CONGRÈS DE LA FSSS 2009 «POUR LE MEILLEUR ET POUR L AVENIR» PROPOSITIONS EN VUE DE LA TENUE DU CONGRÈS DE LA FSSS 2009 «POUR LE MEILLEUR ET POUR L AVENIR» I - Pour la défense et la promotion des services sociaux et de santé publics pour les personnes aînées en

Plus en détail

Gaziers au 141 Bd de Valmy 92700 COLOMBES. A proximité de l A86, le complexe dispose d un parking interne.

Gaziers au 141 Bd de Valmy 92700 COLOMBES. A proximité de l A86, le complexe dispose d un parking interne. La CMCAS des Hauts de Seine et les CMCAS de la Région Parisienne vous présentent le programme de la SECTION MUL TI-ACTIVITES RETRAITES SAISON 4 ACTIVITES CLASSIQUES ACTIVITES A THEMES Cette Section est

Plus en détail

9 Référentiel de missions de l agence du service civique

9 Référentiel de missions de l agence du service civique BINOME 21 PROJET ASSOCIATIF 2011-2013 Pour une solidarité intergénérationnelle Erard Marie-Françoise Sommaire 1 Objectifs 2 Chartes 3 Fonctionnement de l association 4 Etude préalable 5 Projet actuel 6

Plus en détail

Dans ce nouveau siècle, aussi inégalitaire que le précédent mais aussi riche

Dans ce nouveau siècle, aussi inégalitaire que le précédent mais aussi riche ÉDITORIAL Pour la Corse et pour la France, une démocratie politique et sociale vraiment neuve Dans ce nouveau siècle, aussi inégalitaire que le précédent mais aussi riche de réalisations possibles, la

Plus en détail

E D I T O L A L E T T R E N 3 0. De l intérêt d un syndicat employeur

E D I T O L A L E T T R E N 3 0. De l intérêt d un syndicat employeur E D I T O Sommaire P1 L édito P2 Révision des classifications et rémunérations minimales : Accord à l unanimité P3 Suite révision des classifications P4 Accord sur la sécurisation de l emploi et le temps

Plus en détail

VILLE DE MANDRES LES ROSES

VILLE DE MANDRES LES ROSES Service Enfance Jeunesse 01 45 98 66 08 Service.enfance@ville-mandres-les-roses.fr VILLE DE MANDRES LES ROSES SOMMAIRE Inscriptions page 3 Restauration scolaire page 4 Accueils périscolaires page 5 Accueils

Plus en détail

l info S engager avec sa banque, ça compte!

l info S engager avec sa banque, ça compte! La lettre d information des clients qui ont choisi d agir l info S engager avec sa banque, ça compte! Grâce à l engagement des clients du Crédit Coopératif, plus de 4,3 millions d euros de dons ont été

Plus en détail

Action sociale. Nos actions dans le domaine du handicap. L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie

Action sociale. Nos actions dans le domaine du handicap. L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie Action sociale Nos actions dans le domaine du handicap L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie Assumer au quotidien une situation de handicap est difficile pour une famille

Plus en détail

LA MISSION DE L APER EST DE REPRÉSENTER ET DE DÉFENDRE LES DROITS DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU RÉSEAU DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DU QUÉBEC

LA MISSION DE L APER EST DE REPRÉSENTER ET DE DÉFENDRE LES DROITS DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU RÉSEAU DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DU QUÉBEC LA MISSION DE L APER EST DE REPRÉSENTER ET DE DÉFENDRE LES DROITS DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU RÉSEAU DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DU QUÉBEC SOUTIEN, DÉVELOPPEMENT, REPRÉSENTATION L APER EST LA

Plus en détail

Décembre 2012. Sylvie Louis. Biographie

Décembre 2012. Sylvie Louis. Biographie Décembre 2012 Biographie Sylvie Louis Sylvie Louis a toujours ADORÉ les livres, surtout ceux que ses parents lui racontaient, le soir, quand elle était toute petite. Ensuite, apprendre à lire a constitué

Plus en détail

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc Bienvenue à l âge de la majorité! l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes fondamentaux de la République à travers «Le Livret du Citoyen» Nom... Prénom... Date de naissance...

Plus en détail

Bilan de la concertation sur le PEDT

Bilan de la concertation sur le PEDT les périscolaires Bilan de la concertation sur le PEDT J www.ville-cergy.fr Sommaire 1. Préambule 4 2. Le cadre de la démarche 5 2.1. Les objectifs 6 2.2. Les sujets du débat 6 2.3. Le déroulé de la démarche

Plus en détail

L été arrive et les grandes vacances

L été arrive et les grandes vacances www.narbonne.fr L été arrive et les grandes vacances s annoncent. Durant cette période, il est important de proposer aux jeunes des activités et séjours leur permettant de vivre des expériences collectives

Plus en détail

Mes droits aux vacances. ... en survol

Mes droits aux vacances. ... en survol Mes droits aux vacances... en survol AVERTISSEMENT Cette brochure de vulgarisation expose des réglementations parfois complexes. Dès lors, il se pourrait que certains cas spécifiques n y soient pas traités.

Plus en détail

Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui.

Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui. Mesdames et Messieurs, 1 Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui. Le but de ce moment d échange est de mieux faire connaissance. Il est aussi

Plus en détail

ÉDITO. Regards croisés. s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e

ÉDITO. Regards croisés. s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e Regards croisés s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e N 49-25 juillet 2014 Serge Lavagna Secrétaire national de la CFE-CGC Protection sociale ÉDITO Contact : Mireille Dispot Expert protection sociale

Plus en détail

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION DOSSIER RETRAITES: MAI 2003 SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION 1. LE SYSTEME DE RETRAITES PAR REPARTITION 1.1. INTRODUCTION Les régimes de retraites des travailleurs

Plus en détail

Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15

Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15 Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15 Mesdames, Messieurs, Chers collègues, Je suis particulièrement heureux de vous compter aussi nombreux

Plus en détail

CAMPAGNE NATIONALE MUTUELLES DE FRANCE. En France. 10 millions. de personnes ne peuvent pas se soigner. Débattonsen. www.unemutuel lepourtous.

CAMPAGNE NATIONALE MUTUELLES DE FRANCE. En France. 10 millions. de personnes ne peuvent pas se soigner. Débattonsen. www.unemutuel lepourtous. 1 9 S E P T E M B R E 2 0 1 3 CAMPAGNE NATIONALE MUTUELLES DE FRANCE En France 10 millions de personnes ne peuvent pas se soigner. www.unemutuel lepourtous.com Débattonsen! Affiche40x60.indd 1 10/09/13

Plus en détail

LES REPONSES À VOS QUESTIONS. ZOOM Qu est-ce que la contribution au FNCIP-HT ACTUALITÉ AGENDA

LES REPONSES À VOS QUESTIONS. ZOOM Qu est-ce que la contribution au FNCIP-HT ACTUALITÉ AGENDA Le magazine des informations sociales de la Fédération Nationale de l Habillement LES REPONSES À VOS QUESTIONS Complémentaire santé : une nouvelle obligation pour les employeurs janvier février mars 2015

Plus en détail

Dossier de presse. «Choisissez l offre qui va avec votre vie»

Dossier de presse. «Choisissez l offre qui va avec votre vie» Dossier de presse «Choisissez l offre qui va avec votre vie» SOMMAIRE Renouveler l offre, un enjeu stratégique pour le groupe p.03, mutuelle professionnelle p.03 Un environnement économique, réglementaire

Plus en détail

SEQUENCE 06 THEME 1 : LES REPONSES DU DROIT DU TRAVAIL AU PROBLEME DE L EMPLOI... 292 I. EMPLOI : PERCEPTION DE LA SITUATION...

SEQUENCE 06 THEME 1 : LES REPONSES DU DROIT DU TRAVAIL AU PROBLEME DE L EMPLOI... 292 I. EMPLOI : PERCEPTION DE LA SITUATION... P9703-F1/2 291 SEQUENCE 06 THEME 1 : LES REPONSES DU DROIT DU TRAVAIL AU PROBLEME DE L EMPLOI... 292 I. EMPLOI : PERCEPTION DE LA SITUATION... 292 II. L URGENCE : LEGIFERER PAR ORDONNANCES... 295 III.

Plus en détail

enmodesocial LES REPONSES À VOS QUESTIONS Régime de prévoyance : les impacts de la loi du 14 juin 2013

enmodesocial LES REPONSES À VOS QUESTIONS Régime de prévoyance : les impacts de la loi du 14 juin 2013 enmodesocial Le magazine des informations sociales de la Fédération Nationale de l Habillement LES REPONSES À VOS QUESTIONS Régime de prévoyance : les impacts de la loi du 14 juin 2013 octobre novembre

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL De la maison d enfants Brun Pain. Géré par le Home des Flandres

LIVRET D ACCUEIL De la maison d enfants Brun Pain. Géré par le Home des Flandres HOME DES FLANDRES 355, Boulevard Gambetta 59200 TOURCOING 03.20.24.75.78 Fax : 03.20.11.02.49 LIVRET D ACCUEIL De la maison d enfants Brun Pain Géré par le Home des Flandres 337 bis rue du Brun Pain 59200

Plus en détail

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples!

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! Comité pour l annulation de la dette du tiers monde http://www.cadtm.org/ensemble-pour-imposer-une-autre La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! L argument de la dette publique

Plus en détail

Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans) 2014-2015

Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans) 2014-2015 Maison de l Enfance et de la Jeunesse 2 route de Keroumen 29480 Le Relecq Kerhuon 02 98.28.38.38 02.98.28.41.11 E-Mail : mej@mairie-relecq-kerhuon.fr Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans)

Plus en détail

Lorsqu un couple se sépare : D R O I T S E T R E S P O N S A B I L I T É S

Lorsqu un couple se sépare : D R O I T S E T R E S P O N S A B I L I T É S Lorsqu un couple se sépare : D R O I T S E T R E S P O N S A B I L I T É S Service public d éducation et d information juridiques du Nouveau-Brunswick Le Service public d éducation et d information juridiques

Plus en détail

Envoyé en préfecture le 13/07/2015 Reçu en préfecture le 13/07/2015 Affiché le ID : 091-219102282-20150625-CM20150625_08-DE

Envoyé en préfecture le 13/07/2015 Reçu en préfecture le 13/07/2015 Affiché le ID : 091-219102282-20150625-CM20150625_08-DE 1 Préambule Chaque usager doit être conscient des droits et devoirs qu entraîne son inscription et la fréquentation à des activités municipales. Ce règlement intérieur a été adopté en conseil municipal

Plus en détail

II. - Dispositions du projet de loi

II. - Dispositions du projet de loi Le développement de l économie passe en priorité par la réhabilitation du travail comme moyen de procurer aux salariés un meilleur confort de vie et de relancer la machine économique. Le confort de vie,

Plus en détail

Association Ensemble pour les jeunes du 13, Complexe sportif du Val de l Arc Direction des Sports Chemins des Infirmeries 13100 Aix en Provence.

Association Ensemble pour les jeunes du 13, Complexe sportif du Val de l Arc Direction des Sports Chemins des Infirmeries 13100 Aix en Provence. 1 1-PRESENTATION DE L ASSOCIATION 2-ACTIVITES 2-1 Le club de basket «GOLGOTHS 13», 2-2 EJ13 Football, 2-3 Actions Sport/Proximité, 3-EVENEMENTS 3-1 Le «CERCLE BASKET CONTEST», 3-2 Nos autres Manifestations.

Plus en détail

Discours 1 er mai 2014 Fleurier et Yverdon

Discours 1 er mai 2014 Fleurier et Yverdon Alain Carrupt, Président syndicom, syndicat des médias et de la communication Fleurier 11.30 et Yverdon 18.30 Discours 1 er mai 2014 Fleurier et Yverdon (Seul le texte parlé fait foi!) Les travailleuses

Plus en détail

Bernier Léa 3 1. Rapport de stage. Sallard immobilier. Photo de Sallard immobilier

Bernier Léa 3 1. Rapport de stage. Sallard immobilier. Photo de Sallard immobilier Bernier Léa 3 1 Rapport de stage Sallard immobilier Photo de Sallard immobilier 1 Sommaire 1 e partie : Enquête sur l entreprise 1) Présentation de l entreprise... p.3 2) Situation de l entreprise... p3-4

Plus en détail

NOTRE ACTION SOCIALE PREND SOIN DE VOUS

NOTRE ACTION SOCIALE PREND SOIN DE VOUS NOTRE ACTION SOCIALE PREND SOIN DE VOUS NOTRE ACTION SOCIALE EN QUELQUES CHIFFRES * 35 délégations régionales 218 collaborateurs dédiés, dont 154 sur le terrain 12 500 membres d associations bénévoles

Plus en détail

LE PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ DANS L EURE

LE PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ DANS L EURE 1 LE PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ DANS L EURE DÉCEMBRE 2014 2 Sommaire: Editorial du préfet de l Eure Le pacte est au service des entreprises et des ménages Le pacte allège les coûts de fonctionnement

Plus en détail

1. La famille d accueil de Nadja est composée de combien de personnes? 2. Un membre de la famille de Mme Millet n est pas Français. Qui est-ce?

1. La famille d accueil de Nadja est composée de combien de personnes? 2. Un membre de la famille de Mme Millet n est pas Français. Qui est-ce? 1 LA FAMILLE 1.1 Lecture premier texte Nadja va passer quatre mois de la prochaine année scolaire en France. Aujourd hui, elle a reçu cette lettre de sa famille d accueil. Chère Nadja, Je m appelle Martine

Plus en détail

QUESTION 1 : Êtes-vous pour ou contre la «contribution santé»?

QUESTION 1 : Êtes-vous pour ou contre la «contribution santé»? Neuf questions pour les partis politiques : les réponses du Parti Québécois QUESTION 1 : Êtes-vous pour ou contre la «contribution santé»? Depuis 2009, l immense majorité des contribuables québécois doivent

Plus en détail

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat Conseil Municipal des Enfants à Thionville Livret de l électeur et du candidat Elections du vendredi 18 novembre 2011 Mot du Maire Le Conseil Municipal des Enfants fait sa rentrée. Il joue un rôle essentiel

Plus en détail

VACANCES VERTES EN LOIR ET CHER

VACANCES VERTES EN LOIR ET CHER VACANCES VERTES EN LOIR ET CHER Nous vous remercions de l intérêt que vous portez au label Gîtes de France Nous avons le plaisir de vous adresser les informations utiles pour vous accompagner dans votre

Plus en détail

DEVENEZ LES ACTEURS DE VOTRE BANQUE!

DEVENEZ LES ACTEURS DE VOTRE BANQUE! La lettre d information des clients qui ont choisi d agir L INFO DEVENEZ LES ACTEURS DE VOTRE BANQUE! * Au Crédit Coopératif, être client associé de sa banque, c est participer à sa vie coopérative et

Plus en détail

Mécénat intergénérationnel : l Ircantec lance son appel à projets pour l année 2014

Mécénat intergénérationnel : l Ircantec lance son appel à projets pour l année 2014 Mécénat intergénérationnel : l Ircantec lance son appel à projets pour l année 2014 Contact presse Isabelle Vergeat-Achaintre Responsable de la communication Tél. 33 (0)2 41 05 21 74 ou 33 (0)6 07 70 13

Plus en détail

PASS CULTURE SPORT REGLEMENT D INTERVENTION

PASS CULTURE SPORT REGLEMENT D INTERVENTION PASS CULTURE SPORT REGLEMENT D INTERVENTION OBJET A travers ce dispositif, la Région souhaite : Démocratiser l accès à la culture Faire du dispositif un véritable outil d ouverture culturelle Valoriser

Plus en détail

Compte rendu : Bourse Explora Sup

Compte rendu : Bourse Explora Sup Compte rendu : Bourse Explora Sup J ai effectué un stage d un mois et demi passionnant au sein de l école de langue anglaise LTC à Brighton. J ai eu par la suite la chance d être embauchée durant un mois

Plus en détail

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Alors que les concertations sur la réforme des retraites sont actuellement en cours, l Assurance retraite, premier

Plus en détail

NOUVEAUXSTATUTS MAI 2015. Éditions de l Union

NOUVEAUXSTATUTS MAI 2015. Éditions de l Union NOUVEAUXSTATUTS Éditions de l Union TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES ARTICLE 1 ER CONSTITUTION Il est fondé entre les personnes physiques adhérant aux présents statuts un parti politique dénommé «Les Républicains»,

Plus en détail

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse P R O J E T E D U C AT I F Association Espace Jeunesse I N T R O D U C T I O N Ce projet éducatif expose les orientations éducatives de l Association ESPACE JEUNESSE, chargée par la municipalité du Séquestre

Plus en détail

RESONANCES EDITO : Une feuille de route déjà bien pleine! Alors, bonne rentrée à toutes et à tous! Mickaël MANZONI

RESONANCES EDITO : Une feuille de route déjà bien pleine! Alors, bonne rentrée à toutes et à tous! Mickaël MANZONI RESONANCES Section Syndicale CFDT Adapei 35 17, rue Kérautret Botmel CS 74428-35044 Rennes cedex sectioncfdt.adapei@laposte.net Site: cfdtadapei35 Tél. 02 99 22 76 65 Permanence le mardi Journal de section

Plus en détail

Circulaire du 22 avril 2014 relative au chèque-vacances au bénéfice des agents de l État NOR : RDFF1404604C

Circulaire du 22 avril 2014 relative au chèque-vacances au bénéfice des agents de l État NOR : RDFF1404604C RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la décentralisation, de la réforme de l État et de la fonction publique Circulaire du 22 avril 2014 relative au chèque-vacances au bénéfice des agents de l État NOR :

Plus en détail

Aux côtés des salariés et des entreprises, tout au long de l activité professionnelle et à l heure de la retraite

Aux côtés des salariés et des entreprises, tout au long de l activité professionnelle et à l heure de la retraite accompagnement social compte individuel - données sociales prévention des accidents du travail Accompagnement de la retraite dématérialisation - efficacité prévention de la dépendance des seniors accessibilité

Plus en détail

Semaine de la finance pour les enfants et les jeunes Journées portes ouvertes du 10 au 14 mars 2014

Semaine de la finance pour les enfants et les jeunes Journées portes ouvertes du 10 au 14 mars 2014 Semaine de la finance pour les enfants et les jeunes Journées portes ouvertes du 10 au 14 mars 2014 La monnaie Les moyens de paiement La banque La bourse Qui protège l épargne et les dépôts du public dans

Plus en détail

VOTRE PROGRAMME DE FORMATION SYNDICALE. WWW.CFTC-SANTESOCIAUX.FR facebook/cftcsantesoc - twitter :@CFTCsantesoc SYNDICAT

VOTRE PROGRAMME DE FORMATION SYNDICALE. WWW.CFTC-SANTESOCIAUX.FR facebook/cftcsantesoc - twitter :@CFTCsantesoc SYNDICAT SYNDICAT SANTÉ SOCIAUX Pour améliorer la vie, défendons la vôtre VOTRE PROGRAMME DE FORMATION SYNDICALE 2014 WWW.CFTC-SANTESOCIAUX.FR facebook/cftcsantesoc - twitter :@CFTCsantesoc formation syndicale

Plus en détail

HISTORIQUE DE LA POSITION FNEEQ SUR LES ÉTABLISSEMENTS PRIVÉS

HISTORIQUE DE LA POSITION FNEEQ SUR LES ÉTABLISSEMENTS PRIVÉS HISTORIQUE DE LA POSITION FNEEQ SUR LES ÉTABLISSEMENTS PRIVÉS TABLE DES MATIÈRES PORTRAIT DU REGROUPEMENT DES ÉTABLISSEMENTS PRIVÉS... 3 Situation de l emploi dans le regroupement privé... 3 La position

Plus en détail

Assemblée générale C.F.D.T. Unis, nombreux et combatifs!

Assemblée générale C.F.D.T. Unis, nombreux et combatifs! n spécial décembre 2011 Éditorial Un virage salutaire pour 2012? La CFDT Pôle emploi Midi-Pyrénées a tenu son Assemblée Annuelle des Adhérents (un triple A!) vendredi 16 décembre 2011. Une Assemblée fournie,

Plus en détail

Le CDI intermittent (CDII) Extrait du Guide Pratique Animation - décembre 2012

Le CDI intermittent (CDII) Extrait du Guide Pratique Animation - décembre 2012 Le CDI intermittent (CDII) Extrait du Guide Pratique Animation - décembre 2012 CNEA 88 rue Marcel Bourdarias CS 70014 94146 Alfortville cedex Tél. 01 41 79 59 59 courriel : cnea@cnea-syn.org adresse internet

Plus en détail

Maréchal Ardans-Vilain. Denis. "Nos priorités : la jeunesse, la solidarité et le développement économique." Programme. Michel Petiot.

Maréchal Ardans-Vilain. Denis. Nos priorités : la jeunesse, la solidarité et le développement économique. Programme. Michel Petiot. Canton Meudon - Chaville élections départementales Denis Cécile Maréchal Ardans-Vilain Alice Carton Michel Petiot Programme "Nos priorités : la jeunesse, la solidarité et le développement économique."

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR. Association régie par les dispositions de la loi du 1 er juillet 1901 SIÈGE SOCIAL ZA LE BOIS ARDENT 50000 SAINT LO ARTICLE 4

REGLEMENT INTERIEUR. Association régie par les dispositions de la loi du 1 er juillet 1901 SIÈGE SOCIAL ZA LE BOIS ARDENT 50000 SAINT LO ARTICLE 4 REGLEMENT INTERIEUR «SERVICE INTERPROFESSIONNEL DE SANTÉ AU TRAVAIL DE LA MANCHE» Association régie par les dispositions de la loi du 1 er juillet 1901 SIÈGE SOCIAL ZA LE BOIS ARDENT 50000 SAINT LO PREAMBULE

Plus en détail

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ----------

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Cher David Lasfargue, Mesdames, Messieurs, C est toujours un honneur et un plaisir pour un Ambassadeur

Plus en détail

QUESTIONNAIRE SUR L ADMISSIBILITÉ AU SARPA

QUESTIONNAIRE SUR L ADMISSIBILITÉ AU SARPA QUESTIONNAIRE SUR L ADMISSIBILITÉ AU SARPA Ce questionnaire vous permet d explorer si, dans votre situation, vous pouvez obtenir les services du SARPA. Pour plus d information, nous vous invitons à visiter

Plus en détail

Procès-Verbal N 144 du 27/09/2013

Procès-Verbal N 144 du 27/09/2013 Procès-Verbal N 144 du 27/09/2013 Acceptation du compte rendu N 143 du 22 juillet 2013 QUESTIONS DIRECTION Consultation du CE sur le plan d action du contrat de génération Mme Hareng nous explique que

Plus en détail

Abréviations Préambule Art. 1 Nom, siège Art. 2 Buts Art. 3 Tâches

Abréviations Préambule Art. 1 Nom, siège Art. 2 Buts Art. 3 Tâches Statuts Abréviations AD Assemblée des délégués CAS Club Alpin Suisse (association centrale) CC Comité central CG Commission de gestion CP Conférence des présidents CSFA Club Suisse des femmes alpinistes

Plus en détail

A l écoute de ses aînés, Paris mène des actions dynamiques et solidaires pour valoriser leur implication dans la cité et accompagner les plus fragiles

A l écoute de ses aînés, Paris mène des actions dynamiques et solidaires pour valoriser leur implication dans la cité et accompagner les plus fragiles DOSSIER DE PRESSE Février 2011 A l écoute de ses aînés, Paris mène des actions dynamiques et solidaires pour valoriser leur implication dans la cité et accompagner les plus fragiles Contact presse Service

Plus en détail

L organisation du programme «Jeunes pousses» Rapport

L organisation du programme «Jeunes pousses» Rapport L organisation du programme «Jeunes pousses» Rapport Présenté par M. Pascal Terrasse Député de la République française Secrétaire général parlementaire Berne (Suisse) ( 6 juillet 2015 I/ Le programme,

Plus en détail

Consultant indépendant en portage salarial

Consultant indépendant en portage salarial Consultant indépendant en portage salarial AD Missions met à votre disposition un éventail de services efficaces destinés à simplifier la gestion de votre activité et stimuler son développement. Un accompagnement

Plus en détail

PEGC Académie de Rennes

PEGC Académie de Rennes Septembre 2014 SNUipp-FSU CONTACTS Sections départementales SNUipp Côtes d'armor snu22@snuipp.fr Tél : 02 96 61 88 24 Finistère snu29@snuipp.fr Tél : 02 98 53 76 77 Ille et Vilaine snu35@snuipp.fr Tél

Plus en détail

Cartes sur table. Pour une justice. sociale. et fiscale. Quatre propositions concrètes

Cartes sur table. Pour une justice. sociale. et fiscale. Quatre propositions concrètes Cartes sur table Pour une justice sociale et fiscale Quatre propositions concrètes AVERTISSEMENT La mission de la Fondation Jean-Jaurès est de faire vivre le débat public et de concourir ainsi à la rénovation

Plus en détail