Risques et opportunités 2014

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Risques et opportunités 2014"

Transcription

1 Dossier spécial Québec Province francophone de la technologie Risques et opportunités 2014 Une interview de Thierry Apoteker sur ce qu il faut attendre de l année nouvelle. Entre espoir et réalité. N Bimensuel - Du 9 au 22 janvier ISSN :

2 PAYS & MARCHÉS Spécial Québec Québec Province francophone de la technologie La Première ministre québécoise Pauline Marois a fixé les priorités : l emploi et l investissement dans les technologies de pointe, notamment dans l aéronautique, la santé, les TIC et l électrification des transports. À cet égard, l accord économique très large que le Canada vient de signer avec l Union européenne tombe à pic. Étroitement liée aux États-Unis, la Belle Province francophone de la confédération canadienne va pouvoir attirer plus d investisseurs de l UE et renforcer son commerce avec les 28. Lotharingia - Fotolia.com En 2015 ou 2016, le premier accord économique et commercial global (AECG) conclu par l Union européenne (UE) avec un pays développé en l occurrence, le 18 octobre, avec le Canada devrait entrer en vigueur. Au sein de la confédération canadienne, la province du Québec a été «le plus fervent promoteur de l ouverture des négociations», affirmait Pauline Marois, sa Première minis- tre de passage à Bruxelles le 16 décembre (voir ci contre). «Les flux commerciaux entrent pour près de 44 % dans le produit intérieur brut (PIB) de la province canadienne», commente Axel Baroux, directeur du bureau Ubifrance au Canada. Mais jusqu à présent, les échanges commerciaux s effectuent principalement avec les États-Unis, les deux nations étant liées avec le Mexique par l Accord de libre-échange nord-américain (Alena). Pendant les dix premiers mois de 2013, l Institut statistique du Québec établit que sur un volume global d exportations de 54,442 milliards de dollars canadiens (37,2 milliards d euros), 66,9 % ont été absorbés par le pays de l Oncle Sam. Quant aux importations, sur un chiffre de 74,121 milliards de dollars canadiens (50,65 milliards d euros), 22 LE MOCI - N janvier 2014

3 Le Québec, partenaire stratégique des Européens «Au Canada, c est le Québec qui a été l initiateur et le plus fervent promoteur de l ouverture des négociations», a souligné Pauline Marois, lors de son passage à Bruxelles le 16 décembre, à l occasion d une tournée européenne. Avant même la ratification finale de l accord de libre-échange conclu entre l UE et le Canada le 18 octobre dernier, la Première ministre cherche déjà à positionner le Québec comme partenaire stratégique des Européens. Deuxième marché cible de la Belle Province après les États-Unis, l Europe lui offre de nouvelles opportunités. Étroitement associées aux négociations, et désormais acteurs incontournables dans la mise en œuvre de cet accord économique et commercial, les autorités québécoises se sont fixées des objectifs ambitieux. Alors que les exportations de marchandises ont déjà connu, en une décennie, une augmentation de 10 % représentant 12 % du total de ses exportations le gouvernement provincial espère profiter de l accord de libre-échange pour booster de 10 % supplémentaires les ventes vers l UE au cours des cinq prochaines années. «Nous sommes ici pour faire en sorte que les entreprises se préparent à l ouverture accrue de nos marchés», a indiqué Pauline Marois, précisant que Le Québec a été l initiateur de l accord de libre-échange avec l Union européenne. D.R. les retombées économiques, estimées pour le Québec, étaient de l ordre de 2,2 milliards de dollars canadiens (1,5 milliard d euros) par an en termes de produit intérieur brut (PIB) et susceptibles de générer la création de emplois. Au-delà de l ouverture de l espace communautaire, la Province mise sur le renforcement des liens bilatéraux avec certains Etats membres, ses principaux partenaires étant la France, la Belgique, l Allemagne et le Royaume-Uni. Parmi les secteurs porteurs pour des collaborations conjointes, figurent notamment l aéronautique, les textiles techniques ou le multimédia. Autre priorité stratégique : l électrification des transports, un domaine qui a fait l objet, à Paris le 13 décembre, de la création d un groupe d experts franco-québécois, chargés de veiller à favoriser la collaboration entre les milieux industriels et la recherche des deux côtés de l Atlantique. Plus globalement ce sont tous les secteurs innovants que le Québec entend développer, notamment via des partenariats ciblés. Un volet prioritaire du programme du gouvernement provincial vise à ce que les dépenses de R&D atteignent 3 % du PIB. K.L., à Bruxelles Le gouvernement de Pauline Marois fait reposer une partie de sa «vision économique» sur l investissement privé 32,2 % provenaient de ce voisin nordaméricain. Par ailleurs, les États-Unis représentent également la principale source de l investissement direct étranger (IDE) au Canada (plus de 50 %). Selon le ministre des Finances et de l économie du Québec, Nicolas Marceau, la hausse des exportations québécoises dans l UE augmenteraient d environ 2,3 milliards de dollars canadiens (1,57 milliard d euros) et généreraient emplois. Côté européen, on s attend plus modestement à une hausse des échanges dans les deux sens avec l ensemble du Canada de l ordre d un milliard d euros. Le gouvernement de Pauline Marois faisant reposer une partie de sa «vision économique» sur l investissement privé, les IDE devraient aussi profiter du nouvel accord avec les 28 Etatsmembres de l UE. «L AECG est un accord très large (12 chapitres), touchant non seulement à l élimination de la quasitotalité des droits de douane dès le départ, mais aussi aux grands contrats et à l investissement, l ouverture des marchés publics, la simplification réglementaire et même la reconnaissance des diplômes, puisque 120 professions ont été reconnues de part et d autre», détaille Frédéric Kaplan, le chef des Services économiques au Canada. Pour attirer les IDE, la Belle Province s est dotée d outils adaptés. C est ainsi que, le 1er avril 2011, l organisme public Investissement Québec a été fusionné à la Société générale de financement du Québec (SGF). Depuis, Investissement Québec est à la fois une société d appui, de financement des projets internationaux et de développement économique au service des secteurs d activité et des bassins d emploi de la province. Outre cette entreprise fédérale, qui possède des bureaux à l étranger, notamment à Paris (voir rubrique Pratique à la fin du dossier), la capitale est dotée de son propre bras armé en matière d investissement, Montréal International, une structure chargée d accompagner «gratuitement» les opérateurs étrangers. Montréal n est pas le premier centre financier du Canada, c est Toronto. En LE MOCI - N janvier

4 PAYS & MARCHÉS Spécial Québec revanche, la métropole francophone est le principal pôle aéronautique dans le monde avec Toulouse et Seattle. D après le ministère de l Économie et des finances de la province, «plus de travailleurs hautement qualifiés» étaient ainsi employés dans «212 entreprises» en Avec une forte présence française, précise-t-on à Montréal International (voir page 34). Outre les grands noms de l aérospatiale (Bombardier, Bell, Rolls-Royce, Aerolia ), la Belle Province abrite des établissements de pointe en matière de formation, comme l Ecole des métiers de l aérospatiale de Montréal (EMAM) et l Ecole nationale d aérotechnique (ENA), l Agence spatiale canadienne (ASC) et le Consortium de recherche et d innovation en aérospatiale du Québec (CRIAQ). «Industrie et recherche sont très intégrées, ce qui contribue à ce que l aéronautique soit devenu le premier poste d exportation du Québec», commente Axel Baroux, directeur du bureau d Ubifrance au Canada. Dans le total des livraisons du Québec dans le monde, les postes «aéronefs» et «aluminium et alliages d aluminium sous forme brute» ont ainsi représenté respectivement des parts de 8,3 % et 8 %. Le Québec, avec un total de 88,6 %, se taille ainsi la part du lion dans les exportations canadiennes d aéronefs. Dans les secteurs de haute technologie comme l aéronautique, les technologies de l information et de la communication (TIC) et la santé, les autorités n hésitent pas à délivrer des aides, parfois spécifiques (voir jeux vidéo, page 35). Dans les TIC, en 2011 d après l Institut de la statistique du Québec, «plus de employés qualifiés» étaient répartis dans «près de organisations». Installé depuis 1997, le champion français du jeu vidéo Ubisoft emploie salariés sur place et d autres grands noms du secteur sont implantés : Electronics Arts, Eidos, Activision, etc. «Le jeu vidéo est une industrie en profonde transformation. Les sociétés de plus petite taille parviennent à se faire une place, grâce aux nouveaux outils comme l ipad, la Xbox Live, la PlayStation Network, et les nouvelles technologies appliquées aux téléviseurs comme la 3D, la reconnaissance du mouvement ou encore les jeux stéréoscopiques», CHIFFRES CLÉS Superficie : km2 Population (au 1er janvier 2013) : personnes Produit intérieur brut (11 mois 2013) : 305,867 milliards de dollars canadiens ( milliards d euros) Chômage (fin novembre 2013) : 7,6 % Taux de change : 1 dollar canadien (CAD) = 0,6833 euro Source : Institut statistique du Québec La métropole francophone est le principal pôle aéronautique dans le monde avec Toulouse et Seattle. explique Raphaëlle Mandelbaum, directrice Canada de Salvéo, une société d accompagnement à l international (SAI). Des propos qui recoupent ceux de Frédéric Kaplan, selon lequel «de nombreuses PME technologiques, notamment françaises, s implantent dans la zone de Montréal». Le Québec est aussi très actif dans les sciences de la vie et les technologies de la santé (SVTS). «La santé est un secteur porteur pour nos entreprises sur l ensemble du Canada. Il y a une demande de dispositifs médicaux pour soigner notamment les maladies cardiovasculaires. En outre, le Québec est le deuxième centre, après l Ontario, pour la biotechnologie et la recherche pharmaceutique», expose Axel Baroux. Pour appuyer cette course aux technologies de pointe, des clusters, appelés «grappes technologiques», ont été constitués dans sept secteurs : technologies propres (voir page 35), santé, aéronautique, TIC, finance, logistique et audiovisuel. Pauline Marois a aussi fait le choix d engager son pays dans la course au véhicule électrique. Dans la nouvelle politique économique provinciale présentée en octobre sous le titre de «Priorité emploi», le gouvernement réserve ainsi 516 millions de dollars canadiens (353 millions d euros) sur 2 milliards (près de 1, 37 milliard) au total à l électrification des transports. Un groupe de travail a, d ailleurs, été constitué, dès le 13 décembre, avec la France, à l occasion de la visite de la Première ministre socialiste, qui a été reçue par François Hollande et a rencontré le ministre de l Économie et des finances Pierre Moscovici (voir article sur la coopération bilatérale page 33). L objectif de «Priorité emploi» est de créer postes supplémentaires d ici à 2017, ce qui porterait les prévisions de départ à un total de , et d injecter 13 milliards de dollars canadiens (8,88 milliards d euros) d investissement dans l économie d ici dix ans. Comme toutes les économies des pays développés, l activité au Québec a souffert de la crise mondiale. En septembre dernier, la Banque royale du Canada (RBC) a, toutefois, annoncé une embellie, avec un relèvement de la croissance économique au Québec à 1,3 % en 2013, à 1,9 % cette année et une réduction du chômage à 6,6 % au Canada également fin À son tour, en décembre, le Conference Board of Canada (CBOC), un institut de recherche indépendant, prévoyait un produit intérieur brut (PIB) en progression au Québec de 0,9 % en 2013 et 2,1 % l année suivante. Les mesures du gouvernement Marois en faveur de l investissement et le redressement de l économique aux États-Unis et la zone euro justifieraient cet optimisme. Le rebond des exportations dans les domaines forestier et aéronautique contribueraient aussi à la reprise des embauches. Une bonne nouvelle pour l équipe de la Première ministre. Une enquête réalisée par François Pargny avec Kattalin Landaburu, à Bruxelles 24 LE MOCI - N janvier 2014

5

6 PAYS & MARCHÉS Spécial Québec Présence française Les trois clés du marché québécois S implanter et investir, gagner des grands contrats et utiliser au mieux le contenu de l accord de coopération entre le Canada et l Union européenne peuvent s avérer particulièrement bénéfiques. Démonstration. La France au «Canada français» aura vécu un mois de septembre radieux. Ainsi, les producteurs français Onyx Films et canadien Kaibou Studio, séduits par l environnement francophone et le système de financement du Québec, ont décidé de confier la conception du film d animation en 3D «Le Petit Prince» au studio à Montréal du français Mikros Image. À la même époque, Servier Canada a choisi d engager plus de 11 millions d euros dans un nouveau centre d excellence en recherche clinique sur les maladies cardiovasculaires, la cancérologie et la neuropsychiatrie. Pour réaliser ce projet à la Cité de la Biotech, à Laval, il a reçu une contribution financière non remboursable du Québec de euros. Le gouvernement québécois n a pas non plus hésité à délivrer à Danone un prêt sans intérêt de plus de 3,4 millions d euros pour favoriser un investissement de 27,3 millions d euros, visant à doter l usine du groupe d équipements de pointe dans la fabrication et le conditionnement de yaourts. Il a encore accordé euros pour que Technicolor, l ex-thomson Multimédias, ouvre son deuxième studio canadien d effets visuels à Montréal, après celui de Vancouver (Colombie Britannique), et y regroupe ses capacités de postproduction. Aerolia s installe aussi sur le site de Mirabel pour assembler le fuselage central des nouveaux biréacteurs Global et de Bombardier. Pour attirer la filiale d EADS, les gouvernements provincial et fédéral ont également délié leur bourse : à hauteur de 10,25 millions d euros pour le premier et plus de 1,9 million pour le second. Le champion français des jeux vidéo, Ubisoft, a, pour sa part, confirmé injecter près de 255 millions d euros dans son nouveau studio devant lui permettre d aborder le segment du jeu en ligne. Pour le persuader de s engager au Québec, le gou- vernement provincial a dû accepter, en plus d une aide financière de 6,76 millions d euros, d élargir le crédit d impôt pour la production de titres multimédias. De tels investissements sont généralement accompagnés de créations d emplois. Ubisoft emploie ainsi personnes au Québec, dont 85 % de locaux. Autre canal pour conquérir le marché québécois, gagner des grands contrats. C est ainsi que vainqueur d un appel d offres d Hydro-Québec, la filiale canadienne d EDF Energies Nouvelles va investir 600 millions d euros et recruter 320 employés au total pour construire et opérer un parc éolien de 350 mégawatts. Avec près de 8,2 milliards d euros de grands contrats au total attribués à la France, «2013 a été une bonne année», juge le chef des Services économiques au Canada, Frédéric Kaplan, qui incite D.R. Frédéric Kaplan, chef des Services économiques au Canada. les entreprises françaises à s intéresser à l immense chantier de 2 à 3,5 milliards d euros, portant sur le remplacement du pont Champlain à Montréal. Outre les ouvrages associés (échangeurs, autoroutes), il s agit d un pont avec un étage dévolu au passage d un tramway ou d un train, devant se substituer au transport public par bus plus polluant. Troisième clé pour s ouvrir le marché québécois, tirer profit de l accord économique et commercial global (AECG) entre le Canada et l Union européenne. Par exemple, pour les produits laitiers, essentiellement les fromages, le quota d admission à droit nul au Canada est doublé. Dans le vin, si la Société des alcools du Québec (SAQ) conserve son monopole, il ne pourra plus réexporter les produits européens vers des pays tiers. De plus, les autorités canadiennes se sont engagées à réduire l écart existant entre les taxes locales appliquées aux vins canadiens et celles, plus élevées, imposées aux produits étrangers. Enfin, dans la viande, Ottawa devrait décider prochainement la levée de l embargo sur le bœuf. Et des possibilités de vente existeraient aussi dans le veau et surtout la génétique. François Pargny Le Québec, 6 e terre d accueil des VIE Fin 2013, 200 VIE (Volontaire international en entreprise), sur un total de 266 au Canada, étaient employés au Québec, un record : ils n étaient que 108 début 2012, «ce qui place cette province au sixième rang, derrière l Allemagne, les États- Unis, le Royaume-Uni, la Belgique et la Chine», détaille Kevin Courtin, responsable VIE au bureau d Ubifrance Canada. Même s il ne prévoit pas d évolution dans les deux à trois mois à venir, la procédure des VIE, gérée par Ubifrance, n étant pas encore connue de toutes les entreprises françaises, «il y a encore un potentiel à réaliser», estime Kevin Courtin. F. P. 26 LE MOCI - N janvier 2014

7

8

9

10 PAYS & MARCHÉS Spécial Québec Entreprises Comment allier francophonie et comportement nord-américain Les Québécois sont des Nord-américains francophones. Les hommes d affaires développent ainsi les mêmes caractéristiques que leurs homologues des États-Unis : relations professionnelles informelles et peu hiérarchisées, prise de risque plus grande, pragmatisme, réactivité, esprit d entreprise. Bien que francophone, le Québec, ce n est pas la France. Dans le monde des affaires, «le tutoiement n est pas rare, même au téléphone. «C est aussi au départ une façon de casser la glace», rapporte Raphaëlle Mandelbaum, directrice générale du bureau Canada de la société d accompagnement à l international (SAI) Salvéo. «Un jour, je devais rencontrer le président d une belle compagnie aéronautique d une centaine de millions de dollars. Et bien, il était venu en moto, des drapeaux étaient accrochés à l arrière et il portait une longue barbe et un t-shirt avec une tête de mort au dos», se souvient Thibaud Toitot, responsable du Développement des affaires de la SAI. Ainsi, dans les PME de moins de 200 millions d euros, l aspect informel est souvent prisé, ce qui est moins le cas dans les plus grandes entreprises et surtout dans le milieu des institutions, où «le côté costume-cravate» est respecté. Le Québec, ce n est pas la France. «Les relations en entreprises sont peu hiérarchisées. Les dirigeants sont proches des employés. Et comme le travail est ici très flexible, embaucher demande deux jours. De même, un salarié peut choisir de quitter la société en quinze jours, tout comme il peut être licencié en 10 minutes», souligne Raphaëlle Mandelbaum. Le CDI (contrat à durée indéterminée) n existe pas, la durée étant décidée par la direction. Pour autant, «même à 45 ans on retrouve du travail, car l expérience est très prisée au Québec et les entreprises n ont pas peur d embaucher», observe Thibaud Toitot. «De même, obtenir un rendez-vous d une heure avec le directeur d une entreprise est relativement aisé», constate Daniel Coya, le directeur général de Blue Way (éditeur de logiciels). Toutefois, les Français n ayant pas généralement la réputation d être totalement fiables, il faut se montrer rigoureux et «faire exactement ce que l on a dit que l on ferait», préciset-il. Créer une société demande en moyenne une semaine. «En ce qui me concerne, je me suis entretenu avec un avocat d affaires pendant une heure à Montréal. Et çà m a coûté à euros, frais d avocat compris», souligne, ravi, Daniel Coya. «Il ne faudrait pas croire que parce que le marché du travail est très flexible, le Code du travail ne doit pas être respecté», prévient Serge Lombard, directeur général d Ecorec Inc (recyclage de produits informatiques), qui cite, notamment la durée de travail hebdomadaire. «Elle est fixée à 40 heures et est appliquée. Au-delà, ce sont des heures supplémentaires», avertit Serge Lombard. Flexibilité du travail et qualité de l environnement des affaires ne signifie pas non plus que le chômage est nul. Il est de 7 à 8 %. Pour autant, certains métiers ou profils manquent, comme les infirmières. D autres sont toujours très recherchés en raison de l évolution du marché. Dans l aéronautique, les besoins D.R. Raphaëlle Mandelbaum, directrice générale du bureau Canada de la société d accompagnement à l international (SAI) Salvéo. de main-d œuvre qualifiée sont toujours importants, ce qui amène des organismes nationaux et régionaux à monter des missions de recrutement à l étranger (France, Belgique ) ou des rencontres virtuelles (Brésil, Mexique ). Le Québec, ce n est pas la France. Globalement, le comportement des affaires rejoint celui des autres Canadiens et donc de l ensemble de l Amérique du Nord. «Les Canadiens sont extrêmement gentils, mais aussi extrêmement pragmatiques, ce qui rend parfois la lecture un peu difficile. Mais globalement, si un produit intéresse votre interlocuteur et qu il offre un retour sur investissement rapide, il achètera vite. En revanche, s il ne veut pas s engager, il dira a priori que votre produit est intéressant, mais aucune phase de suivi de la rencontre ne sera prévue», expose Daniel Coya. «La prise de risque est plus grande au Québec, la négociation plus pragmatique, la réactivité plus forte et le court terme est privilégié», confirme Raphaëlle Mandelbaum. Dans la Belle Province, «l esprit d entreprise est très développé, confirme Thibaud Toitot. Et ici, au Québec encore plus que dans le reste du Canada, la femme tient sa place, ayant des responsabilités jusqu au plus haut niveau». Une spécificité que les hommes d affaires de l Hexagone ne doivent pas non plus oublier. François Pargny «Même à 45 ans on retrouve du travail, car l expérience est très prisée au Québec et les entreprises n ont pas peur d embaucher» 30 LE MOCI - N janvier 2014

11 BlueWay Innover sur le marché de l édition de logiciels En février 2013, BlueWay, un éditeur de progiciels BPM (Business Process Management) utilisés pour la gestion quotidienne de données et le transport d informations en entreprise a créé une filiale à Montréal, appelée Les logiciels BlueWay. Cette PME lyonnaise de 27 salariés, dont 8 dans la recherche et développement (R&D), à l époque, souhaitait, dans le cadre de son développement international (plus de 20 % sur un chiffre d affaires global de 4,1 millions d euros en 2013), s implanter dans un pays francophone pour aborder le continent américain. «Nous voulions faciliter le lien avec notre R & D en France, ce qui nous paraissait la meilleure stratégie pour faire nos preuves au Canada, avant de chercher à nous étendre aux États-Unis», précise le directeur général, Daniel Coya. Pour limiter les risques, BlueWay a opté pour une structure légère et la vente indirecte. Dans la pratique, un technicien, détaché du siège social à Lyon, assure le lien et la formation du réseau des intégrateurs québécois, chargés de l installation des produits, de leur maintenance et du suivi des affaires sur place. «Comme en France, précise Daniel Coya, nous opérons avec plusieurs intégrateurs, certains d entre eux se spécialisant dans la vente de licences dans la sphère publique, l industrie ou les laboratoires, voire en distribuant notre solution en complément d'un ERP (progiciel de gestion intégré) ou d'un CRM (progiciel de gestion de la relation client). Comme le marché est segmenté et les populations cibles ne sont pas les mêmes, c est cette solution que Blue Way a adoptée pour couvrir le marché le plus largement possible.» L objectif à terme est que la filiale soit pilotée par un technico-commercial et deux consultants. Pour l heure, Daniel Coya opère 20 jours par mois dans la Belle Province. Déjà implanté au Benelux, en Italie, en Allemagne, en Suisse et au Maghreb, l éditeur lyonnais ne craint pas particulièrement ses concurrents américains. «Ils sont tous présents en Europe et donc on les connaît bien», lâche, très serein, le directeur général de BlueWay. C est pourquoi, expose-t-il, «nous n avons pas hésité à mener en mai 2012, avec l ap- D.R. Daniel Coya, directeur général de BlueWay. pui de la société d accompagnement à l international Salvéo, une mission qui nous a permis de confirmer qu il n existait pas au Canada de produits américains directement concurrents et que nos capacités de production pouvaient répondre aux besoins locaux. On y est retourné en octobre-novembre pour valider deux points essentiels : d abord, que le marché nord-américain a des besoins similaires à ceux de l Europe, ensuite, que l ergonomie de notre système y est inconnu et que nos outils étant plus tactiques et plus agiles BlueWay offrait une technicité assurant un meilleur rendement en matière de gestion et d organisation dans l entreprise». Hébergée chez Salvéo, la filiale de support des intégrateurs à Montréal a décroché quatre affaires en quelque mois, dont un contrat avec la maison de prêt-àporter française Façonnable à New York. «Nous avons aussi des clients dans la téléphonie et l aéronautique», se félicite Daniel Coya, qui qualifie de «bon» le démarrage de sa filiale. Et surtout, il annonce «une accélération des ventes en janvier». F. P. «BlueWay offre une technicité assurant un meilleur rendement en matière de gestion et d organisation dans l entreprise» LE MOCI - N janvier

12 PAYS & MARCHÉS Spécial Québec Ecorec Profiter de l alignement du Québec sur l Europe dans le recyclage C est à la faveur d un changement de législation au Québec en juillet 2012 qu Ecorec, spécialiste de la récupération, du démantèlement, du tri et du recyclage de produits électroniques à Sarcelles, a choisi de s introduire sur le marché québécois, en créant, peu après, en septembre, une filiale à Montréal, appelé Ecorec Inc. Six mois à un an de réflexion auront été nécessaires. Mais pour cette PME d une dizaine de salariés, l alignement de la réglementation au Québec sur celle en vigueur en Europe était une opportunité qu elle ne voulait pas laisser s envoler. En effet, en rendant les fabricants de produits électroniques responsables du recyclage, les autorités de la Belle Province ont offert la possibilité aux sociétés détenant déjà un savoir-faire dans le recyclage et la valorisation des matières de proposer leurs services au Québec. Au départ, la petite société française, représentée par un Volontaire international en entreprise (VIE), était hébergée dans les locaux de la Chambre de Commerce française au Canada à Montréal. Puis, un an plus tard, ayant finalisé son étude de marché et réalisé un premier travail de prospection approfondie, elle a acquis un site à une demi-heure, à Sorel-Tracy. Le VIE, Serge Lombard, est devenu le directeur général d Ecorec Inc, société qui n emploie que des Québécois. «Nous avons choisi d être une D.R. Serge Lombard, directeur général d Ecorec Inc. société québécoise et de former sur place. On ne transfère de France que le savoir-faire», souligne Serge Lombard. Ecorec a choisi de s implanter malgré la concurrence. «Le marché était assez grand pour nous offrir une porte d entrée. Et de fait, la compétition est rude, en termes de prix et de solutions proposées, mais nous obtenons toujours de nouveaux clients depuis notre arrivée», se félicite le jeune dirigeant de la filiale. Ecorec a pu investir toute une série de secteurs, allant du domaine hospitalier à celui du bricolage, en passant par l activité bancaire. F. P. «Nous avons choisi d être une société québécoise et de former sur place. On ne transfère de France que le savoir-faire» Intactis Devenir l accélérateur des PME du pôle Aerospace Valley Intactis est une société canadienne fondée à Montréal aux lendemains d une mission que le pôle de compétitivité Aerospace Valley a pilotée au Québec début À l époque, Arnaud Seigne était volontaire international en administration (VIA) du pôle spécialisé des régions Midi-Pyrénées et Aquitaine. Il préside aujourd hui Intactis, qui est chargé du développement de quatre PME dans l aéronautique et l automobile : Jedo (découpe par jet d eau), Nexio (compatibilité électromagnétique), Orme (acquisition et traitement de signaux, logiciels d images) et, depuis six mois, FusiA (impression du métal en 3 D). «Ces quatre PME avaient peu ou n avaient pas de clients au départ. Intactis en dénombre 30 au total aujourd hui», se félicite Arnaud Seigne. Montréal étant le troisième bassin aéronautique mondial, derrière Toulouse et Seattle, ces petites et moyennes entreprises, installées sur des niches, possèdent un savoir-faire et une technologie qu elles maîtrisent. «Elles investissent 10 % de leurs chiffres d affaires en moyenne dans la recherche et développement, ce qui est rare pour des PME en Europe», souligne le président d Intactis. Attaquer les États-Unis? «Le Québec peut être, en effet, une étape et nous avons déjà des marchés aux États-Unis, mais il ne faut pas aller trop vite. Il est primordial auparavant de se faire un nom au Québec et au Canada», assure Arnaud Seigne. À l heure actuelle, l objectif est de développer des implantations locales, d abord commerciales et, ensuite, en fonction des résultats, industrielles. F. P. Le Québec peut être, en effet, une étape et nous avons déjà des marchés aux États-Unis, mais il ne faut pas aller trop vite 32 LE MOCI - N janvier 2014

13 Coopération bilatérale entre Paris et Montréal Le partenariat entre la France et le Québec est intense et associe tous les acteurs politiques, économiques, sociaux : les gouvernements, les régions, les entreprises, notamment. A la longue liste des collaborations, vient ainsi de s ajouter tout récemment l électrification des transports. Explication. Le 13 décembre dernier, Pauline Marois, Première ministre du Québec, et Pierre Moscovici, ministre français de l Économie et des finances, ont annoncé la création d un groupe de travail bilatéral sur l électrification des transports. Une initiative qui renforce des liens étroits noués et développés depuis longtemps au sein du Groupe franco-québécois de coopération économique (GFQCE). Pierre Moscovici s est félicité d une entente visant à «trouver des solutions pour accroître les performances énergétiques et rendre les technologies plus sûres et moins polluantes». En retour, Pauline Marois a estimé que cette «collaboration» allait permettre aux deux parties de se positionner «parmi les leaders du secteur des véhicules électriques» sur leurs «continents respectifs et de développer les meilleures pratiques mondiales». «Pauline Marois a annoncé qu elle suivrait directement les progrès du groupe de travail, dont le pilotage a été confié, côté québécois, au député Daniel Breton, et s agissant de la France, au sénateur du Doubs Martial Bourquin», indiquait alors au Moci Frédéric Kaplan, chef du Service économique au Canada. Échanges d informations, projets communs de transport public et individuel, infrastructures urbaines, les thèmes de réflexion ne manquent pas. Une analyse des possibilités qui sera facilitée par la présence au Québec des Français Bolloré, PSA et Renault. De façon concrète, il convient de déterminer les outils de mobilité (bus, voiture ), les systèmes de recharge électrique ou de batteries, les clusters et les centres d étude à développer et, bien sûr, les normes en matière de sécurité, de fiscalité ou encore de recyclage. L électrification électrique s ajoute ainsi à toute série de sujets de coopération économique et technologique développés au sein du CFQCE par les régions ou les clusters (grappes technologiques au Québec et pôles de compétitivité en France). Parmi les secteurs de coopération, figure aussi en bonne place le numérique. L économie sociale et solidaire a aussi été retenue, parce que le Québec possède une forte tradition en matière de coopérative. Enfin, dans le cadre du programme Entreprenariat et jeunesse, une cinquantaine d entrepreneurs des deux côtés de l Atlantique, âgés de moins de 30 ans, se rencontrent tous les ans. Des partenariats sont encore recherchés dans le cadre du développement du nord du Québec. «Il y a 120 potentiels d exploitation minière, ce qui peut nous ouvrir des possibilités dans toute une série d activités, comme l environnement et les télécommunications», délivre Frédéric Kaplan. «Ce vaste plan de développement, voulu par Pauline Marois, représente un investissement de l ordre de 615 millions d euros sur cinq ans, mais il faut aussi des infrastructures routières ou des centres de formation», complète Axel Baroux, directeur Canada d Ubifrance. Les ressources minières (terres rares ) existent. «Il faut maintenant lancer les travaux pour arriver à un véritable plan de financement et à des travaux concrets», ajoute le représentant de l agence publique française. François Pargny La France, deuxième investisseur et dixième fournisseur «La France est le deuxième investisseur étranger au Québec, après les États- Unis», annonce Axel Baroux, directeur Canada d Ubifrance. Son stock d investissements approchait ainsi 11,8 milliards d euros en «Sur les 550 entreprises françaises présentes au Canada, 70 % sont installées au Québec, dont une grande majorité dans la région de Montréal», ajoute Frédéric Kaplan, chef des Services économiques au Canada. Quant au commerce bilatéral, il se caractérise par un envol croissant des échanges dans l aéronautique. Par ailleurs, sur un volume global de 2,6 millions d euros en 2012, près des deux tiers (1,7 milliard) sont des exportations françaises, dont 20 % dans l agroalimentaire. Dixième fournisseur, l Hexagone détenait ainsi une part de marché de 2,7 % en F. P. D.R. Pierre Moscovici et Pauline Marois, le 13 décembre 2013 à Paris. LE MOCI - N janvier

14 PAYS & MARCHÉS Spécial Québec Secteurs porteurs Aéronautique, bois, environnement, TIC Dans le bois et les technologies propres, les entreprises françaises peuvent bénéficier des coopérations développées des deux côtés de l Atlantique. Quant à l aéronautique et les technologies de l information et de la communication, les autorités québécoises les ont hissés au rang de priorités provinciales. Aéronautique Suivre l envol de Montréal dans le Top 3 mondial Impossible de parler du Québec en omettant l envol de l aéronautique à Montréal, principal pôle mondial dans l aéronautique avec Toulouse et Seattle. Pierre Moscovici, le ministre français de l Économie et des finances, n a-t-il pas accompagné la Première ministre Pauline Marois lors de l inauguration, le 27 septembre, de l usine d assemblage d Aerolia dans le parc industriel de l aéroport international Montréal-Mirabel. La filiale d EADS, «plutôt que de fabriquer, est chargée de designer les fuselages des avions pour Bombardier, de façon à les intégrer ensuite avec les portes ou les hublots», détaille Pierre Brouillard, le «Monsieur aéronautique» de Montréal International, l organisme du Grand Montréal qui accompagne les investisseurs étrangers. Toute la profession dans l Hexagone semble mobilisée. Ce sont encore trois sociétés françaises, pendant le salon du Bourget, qui ont annoncé leur intention, de se poser au Québec : Sogeclair (ingénierie), qui installe une filiale à Montréal, Loiretech (pièces et moules) qui crée une co-entreprise et AHE (fourniture de pièces aux entreprises aéronautiques) qui se dote d une plateforme de distribution. «Bombardier développe un avion tous les ans», rappelle Pierre Brouillard, ancien directeur des Achats de la compagnie canadienne, qui se félicite que la France «compte pour 70 % de sa clientèle». Non seulement la France est «son D.R. Bombardier développe un avion tous les ans. premier client mondial», mais elle est représentée «à la fois par des multinationales, des PME et même des très petites entreprises». Aujourd hui, Montréal International cible les segments dans lesquels le Québec doit encore décoller : systèmes embarqués, systèmes de tests très avancés et chaudronnerie. «Dans ce domaine, avoue Pierre Brouillard, nous ne nous sommes jamais développés et donc importons énormément». Au Québec, précise-t-il, «on fait de l usinage conventionnel. Bien sûr, si un de nos patrons part à la retraite, on accueillera à bras ouverts l opérateur qui veut reprendre son entreprise, mais ce que nous recherchons avant tout pour une implantation c est de la valeur ajoutée». Bois Nouer des partenariats pour se diversifier Le Canada est connu dans le monde entier pour ses grands espaces, ses parcs naturels et ses massifs forestiers. «Sauf le Québec! En revanche, la Franche-Comté a conservé ses forêts», se félicite Jérôme Thévenot, en charge du Développement au sein de Pays Montbéliard Agglomération. Ainsi, début décembre, des promoteurs immobiliers québécois ont été accueillis à Montbéliard. La ville et ses alentours pourraient alors recevoir des investissements de la Belle Province dans la construction de maisons et d immeubles à étages en bois. Fin 2009, suite à un déplacement à Montréal en début d année de son président, Pierre Moscovici, l ex-communauté d agglomération du pays de Montbéliard (CPAM) et l Association régionale pour le développement de la forêt et des industries du bois en Franche-Comté (Adib) ont signé une «convention de partenariat en vue de la création d échanges commerciaux» avec Signature Bois Laurentides, homologue de l Adib, «mais plus orienté business», selon Jérôme Thévenot, et la CRE (Conférence régionale des élus) des Laurentides, instance de conseil et de développement de cette région au nord du fleuve Saint-Laurent. «Pour la Franche- Jérôme Thévenot, en charge du Développement au sein de Pays Montbéliard Agglomération. Comté, cet accord est l occasion de mener une diversification, en valorisant nos ressources naturelles», se réjouit encore le responsable du Développement. Quatre ans après, cette convention, qui a bénéficié du soutien du Fonds franco-québécois pour a coopération décentralisée (FFQCD), a permis, paradoxalement, à des opérateurs franc- D.R. 34 LE MOCI - N janvier 2014

15 comtois, plutôt solitaires, de mieux se connaître. «Trois d entre eux ont, par exemple, décidé de coopérer, en créant Technoferm, un producteur de fenêtres en bois de haute qualité. Et, dans quelques mois, cette entreprise, qui apporte son savoir-faire dans l isolation thermique, va nouer un partenariat avec une entreprise du Québec pour y développer une société de fabrication de fenêtres», relate Jérôme Thévenot. Mieux encore, Technoferm et sa partenaire envisagent de se lancer dans l industrialisation de maisons en bois en pays de Montbéliard. Comme le mentionne la convention de partenariat, dans les Laurentides, «compte tenu d une très forte diminution des marchés vers les États-Unis, les industriels de la filière bois Environnement Intégrer les coopérations dans les technologies propres Eau, air, déchets ou électricité d origine renouvelable, l environnement est un sujet vaste dans la Belle Province. Parmi les «grappes technologiques» ou clusters fondés au Québec, Ecotech (500 entreprises membres et 200 centres de recherche ou laboratoires) fonctionne depuis trois ans sous la responsabilité de Denis Leclerc, un ancien vice-président, chargé du Développement durable et de l environnement à la société internationale de produits forestiers AbitibiBowater. En France, Ecotech a noué des liens avec Ubifrance et l Ademe, mais aussi dans les régions de Grenoble et de Lille. «Notre rôle est de mettre en relation, d identifier les possibilités d affaires, de recherche et de partenariat pour que les sociétés françaises accèdent au marché nord-américain et que leurs homologues québécoises trouvent des occasions d affaires et de recherche collaborative», explique Denis Leclerc. De façon concrète, la grappe dans les technologies propres envisage de coopérer dans la mobilité urbaine avec le pôle de compétitivité Ternerrdis dans la région de Grenoble. Autre coopération, dans l écologie industrielle, la gestion des déchets réutilisables entre le pôle d excellence lillois Création de développement éco-entreprises (CD2E) et le Centre de transfert technologique en écologie industrielle (CTTÉI) à Sorel- Tracy en Montérégie, région s étendant du fleuve Saint-Laurent à la frontière avec TIC Profiter des incitations fiscales pour s implanter sont à la recherche de diversifications et d ouvertures de marchés». À cet égard, l accord de libre-échange, conclu entre le Québec et l Union européenne, tombe à pic. De passage à Paris le 16 décembre, la Première ministre Pauline Marois a cité l industrie du bois parmi les secteurs qui profiteront de l accès privilégié au marché européen. Denis Leclerc, président et chef de direction d Ecotech. les États-Unis. Le CD2E, le CTTEI et le Technocentre en écologie industrielle (TÉI), également basé à Sorel- Tracy, ont décidé en 2010 de collaborer, le Nord-Pas de Calais et la Montérégie acceptant de partager leurs outils et compétences. Ecotech envisage encore avec l Ademe de déposer des propositions pour renforcer la coopération. «L efficacité énergétique et la gestion des déchets nous intéressent plus particulièrement, car, dans ces domaines, la demande est grande au Québec», précise Daniel Leclerc. «Dans le sillage d Ubisoft, de nombreux acteurs du jeu vidéo, notamment français, se sont établis au Québec», observe Axel Baroux, directeur d Ubifrance au Canada. En juin dernier, l éditeur de jeux vidéo Ankama a ainsi annoncé son implantation future à Montréal, avec à la clé la création de 40 emplois sur trois ans, pour développer un nouveau jeu dit massivement multi-joueurs (MMO). Déjà exportateur de livres au Québec, il s agirait cette fois de créer dans un environnement francophone le plus important bureau extérieur de la société pour opérer sur l ensemble de l Amérique du Nord. Les aides financières dans les technologies de l information et la communication (TIC), notamment les jeux vidéo, sont particulièrement importantes. Ainsi, le Crédit d impôt remboursable pour le développement des affaires électroniques (CDAE) couvre 30 % des salaires jusqu à concurrence de euros par emploi et par année ( euros à compter du 1 er janvier 2016) dans des domaines aussi différents que la fabrication de matériel informatique, de semi-conducteurs, l édition de logiciels, le traitement de données ou encore la location de personnel. Autre incitation mise en place par le gouvernement du Québec, le crédit d impôt remboursable pour la production de titres multimédias couvre au minimum 26,25 % des coûts de main-d œuvre. Cette part peut être portée jusqu à 37,5 %, ce qui est le cas pour l implantation du nouveau studio d Ubisoft que les autorités provinciales tenaient à accueillir. «Les mesures fiscales, comme le CDAE et le CTMM, constituent un facteur stratégique qui permet à une région comme le Grand Montréal d accroître sa compétitivité et sa capacité à attirer des entreprises et des investissements étrangers», juge Elie Farah, vice-président chez Montréal International, l organisme qui soutient gratuitement les entreprises étrangères dans leurs projets d investissement dans la métropole. Financé par le Canada, le Québec, la communauté métropolitaine de Montréal et les entreprises, Montréal International a encore contribué en 2013, à l implantation des groupes français Alten, leader européen de l ingénierie et du conseil en technologies, et Adetel, spécialiste de la conception d équipements électroniques, de logiciels et systèmes embarqués. François Pargny LE MOCI - N janvier

16 PAYS & MARCHÉS Spécial Québec Pratique Contacts utiles Service économique au Canada Tél. : Ubifrance Toronto Tél. : Montréal Tél. : Vancouver Tél. : Chambre de commerce française au Canada Montréal Tél. : Investissement Québec (IQ) Paris Tél. : Direction générale du Québec Paris Tél. : Montréal International Pierre Brouillard, directeur développement des affaires - aérospatial Tél. : Ecotech Québec Denis Leclerc, président et chef de la direction Tél. : Pays Montbéliard Agglomération Jérôme Thévenot, responsable du développement Tél. : Sites de référence La nouvelle politique économique «Priorité emploi» Institut statistique du Québec Manifestations d Ubifrance en 2014 Rencontres industrielles et commerciales France-Québec 24 au 26 mars - Canada, Montréal et Vancouver Organisateur : Ubifrance Montréal Contact : Elodie Relier Tél. : Vendre des circuits embarqués en Amérique du Nord 25 au 28 mars - Canada, Mexique, États-Unis Organisateur : Ubifrance Houston Contact : Marie-Hélène Crouhade Tél. : Pavillon France à l occasion du Sial Canada 2 au 4 avril - Canada, Montréal Organisateur : Sopexa Contact : Tiphaine Piriou-Solas Tél. : Rencontres professionnelles French Tech Tour Canada 2 au 6 juin - Canada, Toronto, Montréal Organisateur : Ubifrance Toronto Contact : Anne-Laure Gervais Tél. : Mission Canada TIC juin - Canada, Montréal, Toronto, Québec, Vancouver Organisateur : Chambre de Commerce et d Industrie Paris Ile-de-France Contact : Fahima Sadaoui-Ramos Rencontres acheteurs en Amérique du Nord lors du Global Petroleum Show 10 au 12 juin - Canada, États-Unis, Calgary Organisateur : Ubifrance Montréal Contact : Loïc Leroux Tél. : rabbit75_fot - Fotolia.com 36 LE MOCI - N janvier 2014

17

Café pays USA. Un événement organisé par CCI International Franche-Comté, avec le soutien de Business France et de la Région

Café pays USA. Un événement organisé par CCI International Franche-Comté, avec le soutien de Business France et de la Région Café pays USA 10èmes Clés de l International Un événement organisé par CCI International Franche-Comté, avec le soutien de Business France et de la Région Avec la participation de : Arnaud LERETOUR, Directeur

Plus en détail

Franck CHAULVET - 22 juin 2010

Franck CHAULVET - 22 juin 2010 Franck CHAULVET - 22 juin 2010 1 Le Québec, c'est Un endroit stratégique entre l'europe et les Amériques : ALENA Un marché de 130 millions de consommateurs dans un rayon de 1000 km : Montréal/Toronto/Boston/New-York/Chicago

Plus en détail

Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers

Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers U Etude réalisée sous la direction d IDEFIE par Charline Jacob-Nassimian Juillet 2010 UI. La situation économique

Plus en détail

EXPORTER, INVESTIR, S INTERNATIONALISER...

EXPORTER, INVESTIR, S INTERNATIONALISER... EXPORTER, INVESTIR, S INTERNATIONALISER... SIMPLIFIER ET ACCÉLÉRER LA RÉALISATION DE VOS PROJETS WWW.BUSINESSFRANCE.FR CHIFFRES-CLÉS 1 500 collaborateurs expérimentés à votre écoute et prêts à se mobiliser

Plus en détail

Allocution de Mme Françoise Bertrand Présidente directrice générale Fédération des chambres de commerce du Québec

Allocution de Mme Françoise Bertrand Présidente directrice générale Fédération des chambres de commerce du Québec Allocution de Mme Françoise Bertrand Présidente directrice générale Fédération des chambres de commerce du Québec Salon des Entrepreneurs Conférence technique Le Québec, Porte d entrée sur le marché nord-américain

Plus en détail

USA / New York, Chicago, Atlanta, Nouvelle-Orléans et San Francisco Canada / Montréal, Toronto* et Vancouver Le 6 octobre 2015 *Le 30 septembre 2015

USA / New York, Chicago, Atlanta, Nouvelle-Orléans et San Francisco Canada / Montréal, Toronto* et Vancouver Le 6 octobre 2015 *Le 30 septembre 2015 A la recherche d un importateur ou agent sur l Amérique du Nord? Faites connaître votre entreprise et votre offre aux décideurs IMPORTATEURS ET AGENTS DANS 8 VILLES MAJEURES USA / New York, Chicago, Atlanta,

Plus en détail

Accompagnement et développement des entreprises à l'international sur un marché cible : Le CANADA

Accompagnement et développement des entreprises à l'international sur un marché cible : Le CANADA Dispositif HORIZON EXPORT Accompagnement et développement des entreprises à l'international sur un marché cible : Le CANADA PROCAMEX Avenue de la 1ère Division France Libre BP 10 039 13633 ARLES cedex

Plus en détail

Priorités de l ACIC. pour le budget fédéral de 2015. La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie

Priorités de l ACIC. pour le budget fédéral de 2015. La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie Priorités de l ACIC pour le budget fédéral de 2015 La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie Mémoire présenté au Comité permanent des finances Association

Plus en détail

Avis sur le Groupe de travail sur les aides fiscales (GTAF) Aux régions ressources et à la nouvelle économie

Avis sur le Groupe de travail sur les aides fiscales (GTAF) Aux régions ressources et à la nouvelle économie Avis sur le Groupe de travail sur les aides fiscales (GTAF) Aux régions ressources et à la nouvelle économie Octobre 2007 1. Contexte et historique des mesures fiscales du Québec Le gouvernement du Québec,

Plus en détail

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Crise économique mondiale et impacts réels sur les entreprises manufacturières québécoises et canadiennes EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Agenda I Crises et conséquences

Plus en détail

L impact du choc démographique sur l économie du Québec. Il faudra rehausser notre productivité afin d atténuer les bouleversements à venir

L impact du choc démographique sur l économie du Québec. Il faudra rehausser notre productivité afin d atténuer les bouleversements à venir SÉMINAIRE DE LA RÉGIE DES RENTES DU QUÉBEC Québec, 27 novembre 2009 L impact du choc démographique sur l économie du Québec Il faudra rehausser notre productivité afin d atténuer les bouleversements à

Plus en détail

RELATIONS ÉCONOMIQUES CANADA BRÉSIL: CE QUE LES ENTREPRENEURS CANADIENS DOIVENT SAVOIR

RELATIONS ÉCONOMIQUES CANADA BRÉSIL: CE QUE LES ENTREPRENEURS CANADIENS DOIVENT SAVOIR RELATIONS ÉCONOMIQUES CANADA BRÉSIL: CE QUE LES ENTREPRENEURS CANADIENS DOIVENT SAVOIR WWW.CEI.ULAVAL.CA Les commentaires et recommandations qui suivent sont issus de recherches et d entrevues réalisées

Plus en détail

Session Number GS 155 Presenter s/author s Name

Session Number GS 155 Presenter s/author s Name Session Number GS 155 Presenter s/author s Name Presenter s Institution or City, State, Country Pierre L Heureux, École de technologie supérieure, Montréal, Québec, Canada Line Dubé, École Polytechnique

Plus en détail

Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé

Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé Cabinet du ministre Communiqué de presse BUDGET 2013-2014 COMMUNIQUÉ N 2 BUDGET 2013-2014 Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé Québec, le 20 novembre 2012 «Pour accélérer la croissance

Plus en détail

entreprendre et réussir en seine-et-marne

entreprendre et réussir en seine-et-marne entreprendre et réussir en seine-et-marne 3 métiers : informer Etre informé, c est pouvoir agir en connaissance de cause. Alimentée par son réseau de partenaires, l agence recueille toutes les informations

Plus en détail

Sommaire des recommandations Commission de révision de la fiscalité québécoise

Sommaire des recommandations Commission de révision de la fiscalité québécoise Sommaire des recommandations Commission de révision de la fiscalité québécoise Implanté à Montréal depuis 25 ans, Technicolor est le leader technologique mondial dans le secteur du média et du divertissement.

Plus en détail

ingénieur Profession Les stages : des expériences inoubliables!

ingénieur Profession Les stages : des expériences inoubliables! Profession ingénieur Les stages : des expériences inoubliables! Le Service des stages et emplois a pour mandat d assurer le lien entre les entreprises et les étudiants. Il vise à favoriser l intégration

Plus en détail

Click to edit Master title style

Click to edit Master title style Le Service des délégués commerciaux MAECI: Orientation et rôle Investissement étranger direct (IED) Anderson Blanc Délégué commercial Click to edit Master title style Investissement & Innovation Coordonnateur

Plus en détail

Observatoire des PME exportatrices d Ile-de-France

Observatoire des PME exportatrices d Ile-de-France Observatoire des PME exportatrices d Ile-de-France Enquête 2015 Réalisation : ACTEL Données source : Direction régionale des douanes Ile-de-France Ouest 1 Observatoire des PME exportatrices d Ile-de-France

Plus en détail

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE CARREFOUR EUROPE 6 NOVEMBRE 2013 Présenté par: Équipe internationale, Banque Nationale du Canada 1 Contexte Situation

Plus en détail

Le commerce extérieur du Canada en 2013 Balance des biens

Le commerce extérieur du Canada en 2013 Balance des biens Le commerce extérieur du Canada en 2013 Balance des biens Résumé En 2013, la balance commerciale canadienne a enregistré un déficit réduit de 38% par rapport à 2012 à 7,4 MdCAD (0,4% du PIB), sous l effet

Plus en détail

L industrie automobile au Maroc

L industrie automobile au Maroc المملكة المغربية Royaume du Maroc Département des Statistiques des Echanges Extérieurs L industrie automobile au Maroc -Performance à l export- -Décembre 203- Introduction L ouverture commerciale et la

Plus en détail

SOMMAIRE DOSSIER DE PRESSE COMMUNIQUE DE PRESSE LISTE DES EXPOSANTS L INDUSTRIE AUTOMOBILE AU MAROC

SOMMAIRE DOSSIER DE PRESSE COMMUNIQUE DE PRESSE LISTE DES EXPOSANTS L INDUSTRIE AUTOMOBILE AU MAROC DOSSIER DE PRESSE SOMMAIRE COMMUNIQUE DE PRESSE LISTE DES EXPOSANTS L INDUSTRIE AUTOMOBILE AU MAROC 1. Un cadre sectoriel prometteur 4 2. Principaux indicateurs 4 3. Chiffres clés du secteur 5 3.1. Une

Plus en détail

MISSION D AFFAIRES AU CANADA

MISSION D AFFAIRES AU CANADA MISSION D AFFAIRES AU CANADA 1 MISSION, 2 POSSIBILITÉS - DES RENDEZ-VOUS PERSONNALISÉS À MONTREAL ET DANS LA REGION DU QUEBEC EN PARTENARIAT AVEC LA CCI MONTREAL ET ERAI - LE FORUM DE LA VALLÉE DE L ALUMINIUM

Plus en détail

2014-2015. Perspectives économiques

2014-2015. Perspectives économiques 2014-2015 Perspectives économiques Publié par : Ministère des Finances Province du Nouveau-Brunswick Case postale 6000 Fredericton (Nouveau-Brunswick) E3B 5H1 Canada Internet : www.gnb.ca/0024/index-f.asp

Plus en détail

Attirer les travailleurs ressortissants de pays tiers hautement qualifiés et qualifiés au Luxembourg

Attirer les travailleurs ressortissants de pays tiers hautement qualifiés et qualifiés au Luxembourg European Migration Network National Contact Point Luxembourg (LU EMN NCP) Attirer les travailleurs ressortissants de pays tiers hautement qualifiés et qualifiés au Luxembourg European Migration Network

Plus en détail

Catalogue du réseau UBIFRANCE et les Missions Economiques

Catalogue du réseau UBIFRANCE et les Missions Economiques Catalogue du réseau UBIFRANCE et les Missions Economiques UBIFRANCE et les Missions Economiques constituent ensemble le réseau public d appui au développement international des entreprises françaises,

Plus en détail

La Fédération des Les Industries Mécaniques

La Fédération des Les Industries Mécaniques La Fédération des Industries Mécaniques Les Industries Mécaniques Chi fres clés 2010 et enjeux Les Industries Mécaniques en chiffres 11 000 Entreprises* 101,2 milliards d euros de Chiffre d affaires 6

Plus en détail

Sommet pleines voiles / Groupe de travail sur l autosuffisance : domaines d intérêt communs

Sommet pleines voiles / Groupe de travail sur l autosuffisance : domaines d intérêt communs Sommet pleines voiles / Groupe de travail sur l autosuffisance : domaines d intérêt communs Lors du Sommet pleines voiles en janvier 2007, la Commission des valeurs mobilières du Nouveau-Brunswick a publié

Plus en détail

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, )

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, ) Chap 12 : Les firmes multinationales dans l économie mondiale Les entreprises qui produisaient et se concurrençaient autrefois sur leur marché national agissent désormais au niveau mondial. La plupart

Plus en détail

Les concepts clés : 1- Présentation du secteur offshoring au maroc :

Les concepts clés : 1- Présentation du secteur offshoring au maroc : Déclenchées dans les années 60, principalement par les firmes transnationales, les délocalisations se sont développées d'abord dans les secteurs des produits de grande consommation, demandant une forte

Plus en détail

entreprendre et réussir en seine-et-marne

entreprendre et réussir en seine-et-marne entreprendre et réussir en seine-et-marne 3 métiers : informer Etre informé, c est pouvoir agir en connaissance de cause. Alimentée par son réseau de partenaires, l agence recueille toutes les informations

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Sommaire Communiqué de presse... 3 Le Nord-Pas de Calais se mobilise pour réussir la transition écologique de son économie. 5 Economie verte : définition... 5 Economie verte : la région Nord-Pas de Calais,

Plus en détail

Les accords internationaux du Canada en matière de commerce et d investissement : une diversité d options

Les accords internationaux du Canada en matière de commerce et d investissement : une diversité d options Les accords internationaux du Canada en matière de commerce et d investissement : une diversité d options Publication n o 2012-32-F Le 19 juillet 2012 Katie Meredith Alexandre Gauthier Division des affaires

Plus en détail

LE PROCESSUS D INVESTISSEMENT ET LA STRATÉGIE CANADIENNE. Ministère des Affaires étrangères et du Commerce international du Canada 14 juin 2011

LE PROCESSUS D INVESTISSEMENT ET LA STRATÉGIE CANADIENNE. Ministère des Affaires étrangères et du Commerce international du Canada 14 juin 2011 LE PROCESSUS D INVESTISSEMENT ET LA STRATÉGIE CANADIENNE Ministère des Affaires étrangères et du Commerce international du Canada 14 juin 2011 Le processus d investissement Organismes /Agences Analyse

Plus en détail

Moving forward together

Moving forward together M i s s i o n P r o s p e c t i o n c a n a d a I Jeux vidéo & Transmedia I Montréal, du 11 au 13 Novembre 2015 Moving forward together Contacts unterval Véronique RADOVIC / Georges CATTE 01 47 72 62 38

Plus en détail

Le contenu numérique original : un atout de taille pour la société canadienne

Le contenu numérique original : un atout de taille pour la société canadienne Le contenu numérique original : un atout de taille pour la société canadienne Mémoire du Regroupement des producteurs multimédia (RPM) Déposé dans le cadre de la Consultation sur l économie numérique du

Plus en détail

DU NORD-PAS DE CALAIS ET L INTERNATIONAL

DU NORD-PAS DE CALAIS ET L INTERNATIONAL / LES ENTREPRISES 2008 DU NORD-PAS DE CALAIS ET L INTERNATIONAL /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////2008 Observatoire

Plus en détail

L APPAREIL EXPORTATEUR AUVERGNAT

L APPAREIL EXPORTATEUR AUVERGNAT L APPAREIL EXPORTATEUR AUVERGNAT Des gisements de progrès Avril 2011 LES CONSTATS Les PME auvergnates n exportent pas assez : 2% des entreprises contre 3% au niveau national à l origine que d un tiers

Plus en détail

MISSION DE PROSPECTION. Côte Est Amérique du Nord Canada - USA

MISSION DE PROSPECTION. Côte Est Amérique du Nord Canada - USA MISSION DE PROSPECTION Côte Est Amérique du Nord Canada - USA 31 janvier 6 Février 2016 Date limite d'inscription : 31 octobre 2015 Vos interlocuteurs : Manon BROCHEC Conseiller en Développement International

Plus en détail

INDUSTRIE : AMENAGEMENT URBAIN, ENVIRONNEMENT, TECHNOLOGIES

INDUSTRIE : AMENAGEMENT URBAIN, ENVIRONNEMENT, TECHNOLOGIES MISSION DE PROSPECTION CANADA INDUSTRIE : AMENAGEMENT URBAIN, ENVIRONNEMENT, TECHNOLOGIES Du 28 Septembre au 2 Octobre 2015 TORONTO & MONTREAL POTENTIEL MARCHE Avec un taux de chômage à 6,8%, un budget

Plus en détail

Une porte d entrée sûre, durable et compétitive

Une porte d entrée sûre, durable et compétitive LA PORTE LA PORTE CONTINENTALE ET ET LE LE CORRIDOR DE DE COMMERCE ONTARIO-QUÉBEC LA LA PORTE CONTINENTALE ONTARIO-QUÉBEC Une porte d entrée sûre, durable et compétitive Le 30 juillet 2007, les gouvernements

Plus en détail

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Budget 2015 Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Ordre du jour Le Canada et l économie mondiale L incertitude économique mondiale Les finances provinciales et la situation financière du Manitoba

Plus en détail

Tendances récentes dans les industries automobiles canadiennes

Tendances récentes dans les industries automobiles canadiennes N o 11 626 X au catalogue N o 26 ISSN 1927-548 ISBN 978--66-2984-5 Document analytique Aperçus économiques Tendances récentes dans les industries automobiles canadiennes par André Bernard Direction des

Plus en détail

Monsieur ou Madame la présidente, Monsieur le ministre, Mesdames et messieurs les députés,

Monsieur ou Madame la présidente, Monsieur le ministre, Mesdames et messieurs les députés, MÉMOIRE présenté à la Commission des finances publiques dans le cadre de l étude du projet de loi no 123 Loi sur la fusion de la Société générale de financement du Québec et d Investissement Québec préparé

Plus en détail

Revenu par habitant le plus élevé de toutes les grandes économies de la région (9.670 dollars en 2007).

Revenu par habitant le plus élevé de toutes les grandes économies de la région (9.670 dollars en 2007). Sandra Fuentes-Berain Ambassadeur Ambassade du Mexique en Belgique et au Luxembourg Mission du Mexique auprès de l Union européenne. I. Introduction Mexique : 13 ème économie du monde (PIB), 8 ème importateur,

Plus en détail

IFA BENELUX Intervention Luxembourg 24 mai 2012

IFA BENELUX Intervention Luxembourg 24 mai 2012 IFA BENELUX Intervention Luxembourg 24 mai 2012 Invest in France Agency Benelux Stadionweg 137 avenue Louise, 475 1077 SL Amsterdam 1050 Bruxelles Tel.+31(0)20 662 20 39 Tel+32 2646 59 40 1 Sommaire I.

Plus en détail

Recruter et intégrer des étrangers dans les entreprises du Québec - Contexte, enjeux & pratiques.

Recruter et intégrer des étrangers dans les entreprises du Québec - Contexte, enjeux & pratiques. Recruter et intégrer des étrangers dans les entreprises du Québec - Contexte, enjeux & pratiques. 1 - Présentation générale du contexte démographique et entrepreneurial du Québec Le Québec est un vaste

Plus en détail

Dossier de presse. 16 janvier 2015 I. LES MISSIONS DE LA NOUVELLE AGENCE

Dossier de presse. 16 janvier 2015 I. LES MISSIONS DE LA NOUVELLE AGENCE 16 janvier 2015 Dossier de presse I. LES MISSIONS DE LA NOUVELLE AGENCE Les missions respectives actuelles des deux agences, quoique par nature différentes, tendent vers un même objectif : celui de l internationalisation

Plus en détail

M. Godin fait partie des bâtisseurs de l industrie des technologies de l information. Il a pavé la voie pour de nombreux autres entrepreneurs

M. Godin fait partie des bâtisseurs de l industrie des technologies de l information. Il a pavé la voie pour de nombreux autres entrepreneurs Monsieur l Ambassadeur, Monsieur le Délégué général, Monsieur Maynard - Président la Chambre de commerce France-Canada, Monsieur Godin, Distingués invités, Mesdames et Messieurs, Mon nom est Eric Lemieux,

Plus en détail

Les mesures en faveur de

Les mesures en faveur de Les mesures en faveur de l attractivité Invest in France La France est une destination de premier ordre pour les investissements directs étrangers. Elle accueille sur son sol plus de 0 000 entreprises

Plus en détail

LES SECRETS DU SUCCÈS

LES SECRETS DU SUCCÈS Investir - Pour un Québec résolument moderne et innovateur Colloque organisé par le Conseil du patronat du Québec Montréal, le jeudi 11 novembre 2004 POINTS SAILLANTS DU COLLOQUE LES SECRETS DU SUCCÈS

Plus en détail

Impacts économiques. un aéroport en plein essor. faits saillants. des employés. Approche Quantifier le pouvoir d achat

Impacts économiques. un aéroport en plein essor. faits saillants. des employés. Approche Quantifier le pouvoir d achat Cartographie des employés, un aéroport en plein essor faits saillants Organismes et entreprises Près de 30 entreprises et organismes établis sur le site de l aéroport 3 700 emplois directs au sein de ces

Plus en détail

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

Compte rendu. Jeudi 11 septembre 2014 Séance de 11 heures. Mission d information sur le crédit d impôt pour la compétitivité et l emploi

Compte rendu. Jeudi 11 septembre 2014 Séance de 11 heures. Mission d information sur le crédit d impôt pour la compétitivité et l emploi Compte rendu Mission d information sur le crédit d impôt pour la compétitivité et l emploi Jeudi 11 septembre 2014 Séance de 11 heures Compte rendu n 21 SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2013-2014 Audition, ouverte

Plus en détail

Présidentielle 2012 : Vos propositions pour l industrie Réponses de François Hollande

Présidentielle 2012 : Vos propositions pour l industrie Réponses de François Hollande Présidentielle 2012 : Vos propositions pour l industrie Réponses de François Hollande 1. L industrie est-elle une de vos priorités? Pourquoi? L industrie figure en première page de mon programme parce

Plus en détail

Canada-Inde Profil et perspective

Canada-Inde Profil et perspective Canada-Inde Profil et perspective Mars 2009 0 L Inde et le Canada : un bref profil Vancouver Calgary Montréal Toronto INDE 3 287 263 km² 1,12 milliard 1 181 milliards $US 1 051 $US Source : Fiche d information

Plus en détail

Allocution de. Serge Leclerc. Président de SIPAR Société d Investissements en Participations Inc.

Allocution de. Serge Leclerc. Président de SIPAR Société d Investissements en Participations Inc. Allocution de Serge Leclerc Président de SIPAR Société d Investissements en Participations Inc. Deuxième conférence annuelle de L Association de Planification Fiscale et Financière (APFF) Sur le thème

Plus en détail

COMMERCE INTERNATIONAL à référentiel commun européen

COMMERCE INTERNATIONAL à référentiel commun européen Session 2013 Brevet de Technicien Supérieur COMMERCE INTERNATIONAL à référentiel commun européen U41 Analyse diagnostique des marchés étrangers CORRIGÉ CORNILLEAU 1. Identifiez, parmi les sources documentaires

Plus en détail

Marché chinois : quelles opportunités pour les entreprises étrangères?

Marché chinois : quelles opportunités pour les entreprises étrangères? MAI 2012 Marché chinois : quelles opportunités pour les entreprises étrangères? Chunxia Zhu, Manager «Réussir sur les marchés chinois implique au préalable d en maîtriser tant les ressorts économiques

Plus en détail

Montréal, le 12 juillet 2013. Cap Finance 4200, rue Adam, Montréal (QC), H1V 1S9

Montréal, le 12 juillet 2013. Cap Finance 4200, rue Adam, Montréal (QC), H1V 1S9 MÉMOIRE DÉPOSÉ AUPRÈS DU GOUVERNEMENT FÉDÉRAL DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PORTANT SUR LA SUPPRESSION PROGRESSIVE DES CRÉDITS D IMPÔT ATTACHÉS AUX FONDS DE TRAVAILLEURS CAP finance appuie les fonds

Plus en détail

guide du créateur d entreprise 53

guide du créateur d entreprise 53 05 Faire appel à des subsides guide du créateur d entreprise 53 Il est important de savoir qu il existe toute une série d incitants auxquels vous pouvez faire appel lors du lancement de votre affaire.

Plus en détail

SOMMAIRE. 2-1. Déduction de l impôt sur le revenu à partir de 120 jours à l étranger

SOMMAIRE. 2-1. Déduction de l impôt sur le revenu à partir de 120 jours à l étranger SOMMAIRE Cap Export : Pour Mieux Exporter 1. Favoriser l emploi des jeunes à l export Un crédit d impôt export étendu 2. Partir gagner des marchés à l étranger 2-1. Déduction de l impôt sur le revenu à

Plus en détail

Documents de travail 1/5

Documents de travail 1/5 Documents de travail 1/5 La prospection des investissements directs étrangers (IDE) Préambule Les organismes de prospection d investissement étranger définissent différemment l investissement direct étranger

Plus en détail

Créer une filiale à l étranger Approche & Exemples LE TOUR DU MONDE EN 8H - 21 JUIN 2011

Créer une filiale à l étranger Approche & Exemples LE TOUR DU MONDE EN 8H - 21 JUIN 2011 Créer une filiale à l étranger Approche & Exemples LE TOUR DU MONDE EN 8H - 21 JUIN 2011 PRESENTATION Le groupe ALTIOS International Une société leader dans le conseil et le développement opérationnel

Plus en détail

PARLEMENT COMMUNAUTÉ FRANÇAISE

PARLEMENT COMMUNAUTÉ FRANÇAISE 161 (2014-2015) N o 1 161 (2014-2015) N o 1 PARLEMENT DE LA COMMUNAUTÉ FRANÇAISE Session 2014-2015 17 JUILLET 2015 PROPOSITION DE RÉSOLUTION VISANT LE SOUTIEN ET LE DÉVELOPPEMENT DU CROWDFUNDING EN FÉDÉRATION

Plus en détail

QU EST-CE QUE LE V.I.E?

QU EST-CE QUE LE V.I.E? QU EST-CE QUE LE V.I.E? Le V.I.E. permet de confier à un jeune jusqu à ses 28 ans, une mission professionnelle à l étranger d une durée modulable de 6 à 24 mois. De statut public, le contrat V.I.E. est

Plus en détail

OPPORTUNITES D AFFAIRES ET MITIGATION DES RISQUES AU MEXIQUE

OPPORTUNITES D AFFAIRES ET MITIGATION DES RISQUES AU MEXIQUE OPPORTUNITES D AFFAIRES ET MITIGATION DES RISQUES AU MEXIQUE Jorge A. Rave Directeur régional, Développement des marchés internationaux Mexique AVRIL 2015 QUELQUES MOTS SUR EDC Organisme de crédit à l

Plus en détail

En allant à l international, vous choisissez la voie de la croissance!

En allant à l international, vous choisissez la voie de la croissance! oseo.fr OSEO Document non contractuel Conception-Réalisation : W & CIE Réf. : 6519-05 Juin 2010 Ce document est imprimé avec des encres végétales sur du papier issu de forêts gérées durablement certifié

Plus en détail

LA VOIE MARITIME DU SAINT-LAURENT

LA VOIE MARITIME DU SAINT-LAURENT SOMMAIRE LA VOIE MARITIME DU SAINT-LAURENT... 1 SÉCURITÉ, FIABILITÉ ET EFFICACITÉ... 2 PRINCIPALES MARCHANDISES TRANSPORTÉES SUR LES GRANDS LACS ET LA VOIE MARITIME DU SAINT-LAURENT... 3 LE COEUR DE L

Plus en détail

Mémoire de l Association québécoise de l industrie touristique (AQIT)

Mémoire de l Association québécoise de l industrie touristique (AQIT) Québec, le jeudi 4 août 2011 L Honorable James H. Flaherty Ministre des Finances du Canada Objet : Consultations pré-budgétaires fédérales Mémoire de l Association québécoise de l industrie touristique

Plus en détail

Mémoire. CTE 003M C.P. P.L. 48 Véhicules automobiles. Rehausser la performance environnementale de notre parc automobile.

Mémoire. CTE 003M C.P. P.L. 48 Véhicules automobiles. Rehausser la performance environnementale de notre parc automobile. Rehausser la performance environnementale de notre parc automobile CTE 003M C.P. P.L. 48 Véhicules automobiles Mémoire Présenté par l Association des recycleurs de pièces d autos et de camions du Québec

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. TABLE DES MATIÈRES... ii. PRÉSENTATION DE L UNION DES MUNICIPALITÉS DU QUÉBEC...iii INTRODUCTION... 1

TABLE DES MATIÈRES. TABLE DES MATIÈRES... ii. PRÉSENTATION DE L UNION DES MUNICIPALITÉS DU QUÉBEC...iii INTRODUCTION... 1 MÉMOIRE Consultations sur le rétablissement de l équilibre fiscal au Canada Consultations sur le soutien financier immédiat et à long terme pour l infrastructure Présenté au Ministre des Finances et au

Plus en détail

État des lieux Constats et réflexions Politique nationale de la recherche et de l innovation

État des lieux Constats et réflexions Politique nationale de la recherche et de l innovation État des lieux Constats et réflexions Politique nationale de la recherche et de l innovation 32 e colloque de l ADARUQ, 18 novembre 2015, Montréal Marie-Josée Blais Directrice générale Secteur de l innovation,

Plus en détail

La Tunisie. une supply-chain aéronautique performante. new opportunities

La Tunisie. une supply-chain aéronautique performante. new opportunities La Tunisie une supply-chain aéronautique performante new TUNISIA new opportunities Une industrie en pleine expansion avec un palmarès de success stories Le secteur aéronautique en Tunisie a connu, en une

Plus en détail

Les partenariats chez Accor : une stratégie de développement originale

Les partenariats chez Accor : une stratégie de développement originale Les partenariats chez Accor : une stratégie de développement originale Accor est une entreprise d origine française, mais dont le capital et l activité se sont largement internationalisés. Premier hôtelier

Plus en détail

signature de l Opération Campus entre la République française et la Banque européenne d investissement

signature de l Opération Campus entre la République française et la Banque européenne d investissement signature de l Opération Campus entre la République française et la Banque européenne d investissement 3 Février 2014 Pierre Moscovici, ministre de l économie et des finances «Avec le Pacte européen pour

Plus en détail

Ecotaxe poids lourds

Ecotaxe poids lourds Ecotaxe poids lourds Une exonération indispensable pour les filières bétail et viandes ARGUMENTAIRE CHIFFRE Mission d information sur l écotaxe poids lourds Audition du 16/01/14 L écotaxe poids lourds,

Plus en détail

Présentée par: Heny Fitahiana Andrianjatovo Raharinoro Houcine Chraibi Virginie Doutrepont Paul Steinwede

Présentée par: Heny Fitahiana Andrianjatovo Raharinoro Houcine Chraibi Virginie Doutrepont Paul Steinwede Présentée par: Heny Fitahiana Andrianjatovo Raharinoro Houcine Chraibi Virginie Doutrepont Paul Steinwede 3 OBJECTIFS 1 Présenter les CARACTÉRISTIQUES du MARCHÉ AMÉRICAIN et identifier les ATOUTS des PME

Plus en détail

Identification d Opportunités d EXportation pour les PME du Québec (IOEX) 30 janvier 2014

Identification d Opportunités d EXportation pour les PME du Québec (IOEX) 30 janvier 2014 Identification d Opportunités d EXportation pour les PME du Québec (IOEX) 30 janvier 2014 Identification d Opportunités d EXportation Questionnement Si, aujourd hui, vous voulez savoir exactement : le

Plus en détail

Enfin, nous avons convenu que le Canada sera l hôte de la prochaine réunion de la Commission du libre-échange de l ALÉNA.

Enfin, nous avons convenu que le Canada sera l hôte de la prochaine réunion de la Commission du libre-échange de l ALÉNA. Le secrétaire à l Économie du Mexique, M. Bruno Ferrari, le ministre du Commerce international du Canada, l honorable Peter Van Loan, et le représentant au Commerce des États-Unis, l ambassadeur Ron Kirk,

Plus en détail

Transaction proposée entre Groupe TMX inc. et London Stock Exchange Group plc

Transaction proposée entre Groupe TMX inc. et London Stock Exchange Group plc Transaction proposée entre Groupe TMX inc. et London Stock Exchange Group plc Position de la FCCQ dans le cadre de la consultation publique tenue par l Autorité des marchés financiers 29 juin 2011 555,

Plus en détail

Québec. Chef de file en édition de logiciels. Aperçu de l industrie. Les logiciels applicatifs

Québec. Chef de file en édition de logiciels. Aperçu de l industrie. Les logiciels applicatifs Québec Chef de file en édition de logiciels Développement économique Innovation Exportation Aperçu de l industrie L industrie de l édition de logiciels compte plus de 200 établissements et procure de l

Plus en détail

Votre implantation à l étranger

Votre implantation à l étranger Votre implantation à l étranger Afin de déterminer la forme de présence la plus adaptée à la commercialisation de vos produits et de vos services, un choix est nécessaire entre quelques grandes options

Plus en détail

Rencontres d affaires franco italiennes à l occasion du salon SOLAR EXPO de Milan (Milan, 08 09/05/2013) Un évènement de «The Innovation Cloud»

Rencontres d affaires franco italiennes à l occasion du salon SOLAR EXPO de Milan (Milan, 08 09/05/2013) Un évènement de «The Innovation Cloud» Rencontres d affaires franco italiennes à l occasion du salon SOLAR EXPO de Milan (Milan, 08 09/05/2013) Un évènement de «The Innovation Cloud» Votre contact UBIFRANCE : Davide Goruppi Infrastructures

Plus en détail

Accord de libre échanges Maroc-USA Maroc/USA

Accord de libre échanges Maroc-USA Maroc/USA Conseil National du Commerce Extérieur Accord de libre échanges Maroc-USA Maroc/USA Anticiper Partager Agir 2006 www.cnce.org.ma SOMMAIRE A. Vers une importante ouverture du marché marocain des produits

Plus en détail

Rendement des entreprises et appartenance

Rendement des entreprises et appartenance Rendement des entreprises et appartenance 22 Les données sur le rendement des entreprises exploitées au Canada confirment la forte baisse des résultats concrets au dernier trimestre de 2008 et les années

Plus en détail

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 1211122 GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 RAPPORT SOMMAIRE Cette proposition présente les recommandations de Genworth Financial Canada («Genworth») au Comité permanent des

Plus en détail

Flash économique. Agglomération de Montréal. Faits saillants. Septembre 2011

Flash économique. Agglomération de Montréal. Faits saillants. Septembre 2011 Septembre 2011 Faits saillants Selon les données émises par la Chambre immobilière du Grand Montréal, la revente de résidences dans l agglomération de Montréal a atteint les 16 609 transactions en 2010,

Plus en détail

Fusions et acquisitions au Québec

Fusions et acquisitions au Québec Formation APDEQ Fusions et acquisitions au Québec Rôles, mandats et services du MDEIE par Benoît Descôteaux Direction de la coordination de la promotion des investissements et des missions ministérielles

Plus en détail

Produits alimentaires et de consommation du Canada Proposition en vue de la préparation du budget Le 6 août 2014

Produits alimentaires et de consommation du Canada Proposition en vue de la préparation du budget Le 6 août 2014 Produits alimentaires et de consommation du Canada Proposition en vue de la préparation du budget Le 6 août 2014 Résumé L industrie des produits alimentaires et des produits de consommation est le principal

Plus en détail

Investir dans notre avenir

Investir dans notre avenir Investir dans notre avenir Consultations sur le budget fédéral 2013-14 Analyse et recommandations Association canadienne du transport urbain 1 er novembre 2012 1 Investir dans notre avenir Au cours de

Plus en détail

La reconnaissance mutuelle

La reconnaissance mutuelle La reconnaissance mutuelle des qualifications professionnelles Entente Québec-France Une nouvelle passerelle entre le Québec et la France L Entente Québec-France Introduction Lever les obstacles à l attraction

Plus en détail

SUBvENTION CANADIENNE LA NOUVELLE POUR L EMPLOI

SUBvENTION CANADIENNE LA NOUVELLE POUR L EMPLOI SUBvENTION CANADIENNE LA NOUVELLE POUR L EMPLOI LE PLAN D ACTION ÉCONOMIQUE DE 2013 Le Plan d action économique de 2013 représente le prochain volet du plan à long terme du gouvernement pour renforcer

Plus en détail

Prospective des dispositifs médicauxm. : diagnostic et potentialités s de la filière dans la concurrence international

Prospective des dispositifs médicauxm. : diagnostic et potentialités s de la filière dans la concurrence international Prospective des dispositifs médicauxm : diagnostic et potentialités s de la filière dans la concurrence international Dominique Carlac h - Directrice Générale D&C LYON 19 Bd Deruelle 69 003 Lyon Tél :

Plus en détail

Mémoire d AluQuébec à la Commission de révision permanente des programmes du gouvernement du Québec

Mémoire d AluQuébec à la Commission de révision permanente des programmes du gouvernement du Québec Mémoire d AluQuébec à la Commission de révision permanente des programmes du gouvernement du Québec Février 2015 AluQuébec : vision, mission et objectifs Mission Favoriser la synergie et l arrimage entre

Plus en détail

demandez plus à votre Banque Privée

demandez plus à votre Banque Privée demandez plus à votre Banque Privée 2009125E LCL_COUV_brochure.qxd 21/09/09 10:35 Page 2 Nos implantations Lcl Banque Privée Vous êtes unique demandez plus à votre Banque Privée Chez LCL Banque Privée,

Plus en détail

COMMUNIQUÉ. Un partenariat et un nouveau site Web pour recruter des élèves

COMMUNIQUÉ. Un partenariat et un nouveau site Web pour recruter des élèves COMMUNIQUÉ Pour diffusion immédiate L industrie aérospatiale invite les jeunes et les adultes à miser sur leur avenir. Inscrivez vous dès maintenant à une formation spécialisée en aéronautique! Montréal,

Plus en détail

Évolution des recettes et de l emploi Industrie des services de télécommunication, 2001-2009

Évolution des recettes et de l emploi Industrie des services de télécommunication, 2001-2009 Chef de file en services de Avec plus de 640 établissements, des recettes de plus de 11 milliards de dollars et près de 30 000 emplois en 2009, l industrie québécoise des services de offre des services

Plus en détail