Chaînes logistiques et modèles d affaires du commerce électroniquele cas de la vente en ligne de produits informatiques

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Chaînes logistiques et modèles d affaires du commerce électroniquele cas de la vente en ligne de produits informatiques"

Transcription

1 Chaînes logistiques et modèles d affaires du commerce électroniquele cas de la vente en ligne de produits informatiques Mathieu Detchessahar, Benoit Journe, Emmanuel Kessous To cite this version: Mathieu Detchessahar, Benoit Journe, Emmanuel Kessous. Chaînes logistiques et modèles d affaires du commerce électroniquele cas de la vente en ligne de produits informatiques. Revue Française de Gestion, Lavoisier, 2003, 2 (143), pp <halshs > HAL Id: halshs https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs Submitted on 23 Feb 2009 HAL is a multi-disciplinary open access archive for the deposit and dissemination of scientific research documents, whether they are published or not. The documents may come from teaching and research institutions in France or abroad, or from public or private research centers. L archive ouverte pluridisciplinaire HAL, est destinée au dépôt et à la diffusion de documents scientifiques de niveau recherche, publiés ou non, émanant des établissements d enseignement et de recherche français ou étrangers, des laboratoires publics ou privés.

2 Le cas Chaînes de la vente du logistiques commerce en ligne et de électronique modèles produits d affaires informatiques Résumé Mathieu Benoît Detchessahar Journé (Université (Université de Nantes, de Nantes, LAGON-CRGNA) L'étude classiques montre Emmanuel que les Kessous commerçants (France en Télécom ligne ne peuvent R&D, laboratoire pas échapper UCE) des supply chaque le site relations pour chain site du créer agence avec commerce de leurs ces la valeur. les ressources partenaires. que modèles sont: Trois de le types Ces d'affaires stock, base quelques de traduit la modèles gamme, des la variables commerçants compétence d'affaires la mise clefs à sont disposition centrale structurent ainsi ligne. repérés. sur du La en laquelle client, profondeur aux manière questions la s'appuie nature dont les Version remaniée à paraître Version dans la Revue préliminaire Française de Gestion, n 143, 2003 Faculté Chemin 44 Tel: mathieu.detchessahar(a)sc-eco.univ-nantes.fr Benoit.journe(a)sc-eco.univ-nantes.fr Nantes des la sciences Censive cedex / économiques 3 du tertre - BP et gestion emmanuel.kessous(a)orange-ftgroup.com ,40, Issy-les-Moulineaux rue France du Général Télécom cedex Leclerc R&D 9 0

3 Introduction Malgré particuliers tout portables, particulièrement un représente chiffre d affaires un vrai enjeu dans encore stratégique le domaine faible, réel le de pour commerce la un vente nombre électronique produits croissant informatiques d entreprises. à destination C est (PC, des un secteurs Ce taux industriels de PDA ) croissance aujourd hui qui est qui aujourd hui reste moins très avancés élevé. l un des Il dans pourrait secteurs le domaine donc leaders préfigurer de la commerce vente l évolution par internet. ligne, d autres avec présence commerce sur texte et vise en à ligne comprendre un double (Kessous, objectif1. la manière 2001, 2003), Le dont premier est la prise logistique, consiste charge. véritable à repérer Nous «les nous épreuve business interrogerons de réalité models alors» du en de ressources comme «les mailler ressources» clés ressources, mobilisées seul par ou les partenariat sites (Benghozi, avec d autres 2001) et acteurs. sur les différentes L accent mis manières d une place la notion de compétence au cœur l analyse. Elle doit être entendue sur les compétences offre la capacité de commerce de mobilisation électronique. et d articulation L importance des de ressources la place donnée nécessaires aux ressources au déploiement et aux ici organisationnelles évolutionnistes de positionne «resource clairement based cette»(grant, étude dans 1991) le et cadre plus théorique largement des des approches d affaires celle retenue entreprises de par la P.-J. firme. Benghozi Par ligne ailleurs, à (2001, partir notre p ) de étude la manière se qui positionne dont propose elles dans de articulent caractériser une perspective trois les ressources modèles théories proche 1 clés 2001et Cette :(1) étude des sur le structures secteur informatique de localisation constitue et un des des formes de coopération associées ;(2) des (co-coordinateur) Pour alimentaires. plus 2002 détail, pour Elle a le et cf. été Prédit Muriel Brousseau réalisée (ministère Faverie avec et Kessous le de et soutien l équipement portant (2003). de FTR&D également et 1 des dans trois transports) sur volets deux cadre d une autres de à laquelle son recherche programme filières, ont participé plus le de textile vaste recherche Éric réalisée et Brousseau les Ecotic. biens entre

4 informations requises L hypothèse des en matière centrale sur les de biens, de production notre les marchés étude et de part gestion et du les principe transactions des systèmes qu une ; et d information. part (3) des déterminante compétences des techniques constituées offreurs par de produits les sites. et C est services effectivement peut être appréhendée à travers ces à travers supply l étude chain des que supply se stratégies déploie chain clients entendons concrètement le la système plupart des ressources circulation nécessaires physique à des la vente produits en ligne. et Par l ensemble supply chain, des nous vente d information associés. Elle se déploie tout long la filière qui va des constructeurs flux modèles finals et permet donc de repérer tous les acteurs qui interviennent dans le processus (les activités en d affaires ligne qui et sont les dans ressources conservées la mesure dont et celles où ils elles sont qui traduisent détenteurs. sont sous-traitées), la Les structure supply l organisation d investissements chain donnent du service, accès du aux site les de ligne stratégies s agit déploient donc concrètement concurrentielles de travailler à sur travers des la acteurs manière la construction à dont l intérieur les de stratégies d une supply même de chain vente chaîne conçues en ou ligne pour entre des la chaînes. firmes vente en se Il électronique idéal-typiques. L'étude et sur ce de qu elles produits nous informatiques. permettent de Il dire s agira des différents finalement modèles d en reconstituer d affaires du les commerce d acteurs portant sur un phénomène en cours de structuration, mettant en jeu un grand nombre formes basée fait mal sur aux l étude stratégies de cas peu significatifs. stabilisées, Ce s inscrit choix méthodologique dans une démarche trouve de sa recherche justification exploratoire priori que connu (1); il (2) permet il permet de répondre de ne pas à un enfermer besoin d information fine sur un phénomène dans encore le Cette qui méthodologie ne rendraient s est pas d ailleurs compte des imposée comportements 2 le dans phénomène la plupart originaux dans des des et études innovants catégories portant des retenues acteurs. sur le a

5 Pour commerce commerce Licoppe, mener 2001)2. en électronique à ligne, bien ce puis projet (cf. nous par de avons recherche, exemple reconstitué en nous France, le sommes parcours Benghozi, partis d une de 2001 commande l'analyse ; Kessous, type. des sites Cela 2001 de a ; catégories face un permis second (33 de entretiens faire temps, apparaître les en opérateurs face-à-face les ressources clefs enregistrés3). des et supply les acteurs Ceci chain nous impliqués ont a fait conduit l'objet dans à d'entretiens la rencontrer supply chain. différentes face-à- Dans fabricants grossistes ) fait d'acteurs ou et distributeurs de travailler du commerce d'origine avec eux ligne -, sur des de la prestataires manière produits dont électroniques logistiques, développement (à des savoir infomédiaires, : du des e-commerce vendeurs des - Le les en texte évoluer se leur présentera métier. saturation ligne enjeux constitue du (1). commerce Dans un des un sous électronique deuxième relais forme croissance temps, suivante de produits nous possible : dans informatiques repèrerons un dans premier un marché en temps, différents montrant qui nous entre points reviendrons quoi en clefs phase la vente des sur que à mobilise chaînes effectuer logistiques, les des ressources choix c'est-à-dire stratégiques. nécessaires les variables Chaque au commerce variable sensibles électronique nous sur lesquelles renseigne (2). sur les Enfin, cyber-marchands la façon nous dont montrerons site d'affaires. produire 2 les choix Trois logistiques grandes logiques opérés par de création les sites de peuvent valeur être sont rapportés repérées et aux conduisent différents les modèles Licoppe phonographique Benghozi des s appuie services ; Kessous principalement s appuie qualité sur différente sur l étude des cas d un (au issus sens de d Eymard-Duvernay, l industrie l habillement 1986,1989). et de Il l industrie s'agira sites à 3 travaux, prévisions concernant Les entretiens dans s appuie Internet. économiques le secteur ayant sur des des servis cas ont produits à depuis secteur construire informatiques. fortement de la cette grande analyse évoluées distribution. 3 vépéciste ont et été des réalisés Notre et sites d un étude ont sur nouvel largement s inscrit période entrant dans modifié en la agroalimentaire continuité leur Certaines stratégie de ces ;

6 1. ici d'approfondissement de présenter un premier de cette essai typologie. de typologie (3). des modèles d'affaires et de repérer des pistes Certains redéploiement peu Enjeux constructeurs stratégiques informatiques du commerce ont électronique fait de la vente de produits en ligne un informatiques leaders important au moment où secteur l'informatique des entre axes peu de sites en crise. de la vente Néanmoins, de produits modèle informatiques de la vente directe demeurent marginal les distributeurs et, France, (1.1). Les les à des développent difficultés commerce une opérationnelles offre électronique spécifique liées rationalisent au à e-commerce, la vente leurs en ligne. processus ils construisent En s'alliant d'affaires différents avec et prennent des types prestataires conscience de chaînes qui Le logistiques 1.1. pour Le soutenir marché leurs de l'informatique processus d'affaires (1.2) moins France tassement marché porteur. de la Après micro-informatique une fin des années devient 90 particulièrement tendanciellement dynamique un marché (les de ventes renouvellement, Après ont de augmenté la demande. 90% entre 1996 et 1999), on assiste depuis l'année 2000 à un de très PC net premiers troisième (portables, un début mois), trimestre. serveurs ) d'année le Cependant marché et 2002 a été de confirmant cette portée la micro-informatique croissance par largement d'importantes ne la concerne déprime enregistre baisses que (-16,1% de certains une prix en reprise qui volume types viennent de de pour 5,4% produits encore les au 6 4 diminuer période, Source: Note IDC les de marges, enregistre conjoncture déjà une IDC faibles, décroissance France, des 22 constructeurs octobre en valeur 2002 et des distributeurs. En effet, sur la même 4 du marché de plus de 5%4.

7 Face recherche exploitées les au ralentissement de par nouveaux les acteurs des relais du ventes secteur de croissance. et : à (1) la le baisse développement Deux des voies marges, de du développement les pôle acteurs service, du moins secteur stratégique touché sont sont à que la distribution. (1) développement IBM matériels est le par symbole ralentissement des réorientations de l'activité, stratégiques et (2) vers la reconfiguration le domaine des services systèmes avec de était désengagement à l'origine d'ibm également Global fabricant Services, de composants, aujourd'hui a numéro poussé 1 encore mondial plus des loin SSII. la logique IBM, qui de le de disques durs des au mois activités d'avril industrielles 2002 puis en renonçant rachetant au à son mois activité de juillet historique le cabinet de fabrication de conseil delà PriceWaterhouseCoopers 000 Services. personnes) La sera du intégré rachat Consulting. dans de Compaq Business PwC Computer Consulting Innovation par (4,9 Service, Hewlett milliards une Packard de branche dollars vise d'ibm également, de CA Global et 30 renforcer d'une la logique position d'économie du groupe d'échelle dans le qui domaine devrait des conduire services. à supprimer C'est également 10% des dans emplois, cette au à continuité perspective de Comdisco Comdisco, (440 après Hewlett-Packard millions l'échec de dollars de a sa racheté de tentative CA et 1300 juillet de fusion salariés) 2002 avec majorité est spécialisé Pwc des en activités sur les L'américain services de services Le constructeurs, ralentissement d'activité, de d'hébergement l'activité de et d'administration vente de matériel web. touche bien entendu, outre les de derniers ajoutée: d'accompagnement la tentent logistique, les de principaux global diversifier la formation, des grossistes. revendeurs leur activité les Devant systèmes souhaitant de le négoce tassement vers des leur services activité à traditionnelle, plus forte valeur ces 5 d'information vendre en ligne notamment dans une logique

8 (2) misé notamment le À sur côté la de refonte par la le stratégie canal de leur web. de système développement Cette stratégie de distribution des est activités délicate, en tentant de particulièrement service, de développer certains parce constructeurs la vente qu'elle directe, place ont (revendeurs acteurs activité constructeur et grossistes). en porte-à-faux Nous vis-à-vis verrons dans des acteurs la suite de son l'étude canal que, de pour distribution ces raisons, traditionnel peut s'avérer ont vente fait payante le directe choix compte de après ne tenu un pas essai du développer potentiel malheureux. la de vente réduction Pourtant, directe de ou coût stratégie ont qu'elle même de permet. la abandonné vente Dans certains directe leur ce Cependant, domaine directe, l'autorisant la réussite à proposer de l'américain des prix Dell inférieurs Computer à ceux est de exemplaire. ses concurrents, Son système lui a permis de vente on hisser en quelques le modèle années de la au vente rang de directe 1er fabricant des constructeurs de PC. reste, France, très marginal. de Si se provoquerait du constatées commerce, a longtemps une cette cru désintermédiation question le commerce semble en désormais supprimant électronique avoir quelques-uns menacerait trouvé une des le réponse commerce intermédiaires dans traditionnel les évolutions classiques et Ni leurs les constructeurs des modes ni de les distribution distributeurs qui suggère n'ont réellement plus la complémentarité tenté de substituer que le la canal substitution. web à Les 1.2. canaux traditionnels. à même constructeurs Vente et surtout ligne les de grands produits de la informatiques distribution ont et ajouté compétences un nouveau logistiques compétences ceux qu ils à montrer possédaient que la déjà maîtrise pour développer des canaux une de offre distribution complète. traditionnels Certains exemples canal est de une tendent vente premiers sites nécessaires de e-commerce au développement en B to C en de des 6 France, sites de vente trouve en trois ligne. grands Ainsi, leaders parmi les de 10 la

9 (110 distribution tangibles non traditionnelle numériques, (FNAC.com, c est-à-dire dont La Redoute, la livraison Darty). ne peut Dans pas se le faire domaine directement des biens une ligne sites (contrairement de vente à ligne un logiciel dont Fnac, ou une Redoute, vidéo Verbaudet, des services Surcouf ) bancaires), occupe le Groupe aujourd'hui PPR sites complémentarité électronique. des création toutes premières récente (Surcouf, places du Grosbill, classement LDLC ) des sites ont propriétaires. fondé leur modèle Par ailleurs, d affaires certains synergies Cette entre hybridation des structures des canaux physiques de distribution possédées leur en propre permet et alors un site de faire de commerce jouer sur des la Les conscience consommateurs entre que les process conditions comme liés de les à chaque viabilité professionnels canal. et de performance du domaine du ont e-commerce d'ailleurs ne pris reposaient peu à peu pas distribution seulement (gestion faire assurant marketing sur la quelques bonne du front maîtrise compétences office, de promotion/publicité la aval, totalité certes de la très supply ), visibles chain, mais pour sur quel un le que consommateur ensemble soit de canal savoir- final Nous alimenté (que canal soit le téléphone, le minitel, un catalogue, un magasin ). de stockage, proposons de regrouper l'ensemble des ressources mobilisées autour de trois pôles: place pôle de ressources logistiques qui s incarne dans des arbitrages relatifs au systèmes au transport (détention d entrepôts, de véhicules...). électroniques...). Un par pôle de de site communication ressources pour accéder informationnelles, et à l information d information c est-à-dire pertinente : fax, téléphone, et différents la faire face-à-face, circuler dispositifs (choix réseaux mis des en 7

10 On Un pôle ressources commerciales qui s incarne dans des arbitrages relatifs à la informatiques constitution de tarification, de la politique gamme de de produits communication... proposés, l offre de services connexes, politique l'information, suppose comprend stockage, en que particulier, le commerce livraison, implique électronique gestion l articulation du catalogue en général, de de ressources et produits la vente et multiples en ligne la gamme ). (gestion de produits de Il différentes caractérise ressources le le modèle cyber-marchand puis d affaires les combiner. effectue du site des Le mais choix traduit sur de la bien manière combinaison souvent dont une il des entend compétence ressources maîtriser mise clefs ces acteurs sites oeuvre conçoit de la dans une chaîne. articulation supply Par conséquent, chain. spécifique En effet, la des pérennité même ressources, si, des lorsqu il modèles celles-ci définit d affaires sont sa portées logique développés par d affaires, différents par les Nous fonction commerce est verrons étroitement par ailleurs liée à question cette question du partage se pose de la avec valeur une créée plus entre ou moins les différents grande acuité acteurs. ressources du électronique type de compétence et stratégies mise des en opérateurs place par impliqués, site. Comprendre c est finalement l économie repérer ces du en 2. Dans Identification et les modalités des variables de leur articulation. clefs La la construction leurs modèles clefs d'affaires, de la chaîne les sites logistique de mise : une en ressource œuvre de logistique, telles ressources une ressource matérialise informationnelle sur le doivent terrain et une par combiner ressource un ensemble trois commerciale. ressources par élémentaires pratiques le biais concrètes, du d interviews site (et directement de de la supply leurs observables responsables. chain tout par consultation des sites-web ou recueillies très vaste 8 entière) Ces pratiques en matière reflètent (1) de stockage, donc les (2) choix de

11 gestion (4) descripteurs lien d intégration d un à portefeuille ces informationnelle. quatre plus domaines ou moins Nous de choix large avons stratégiques de donné références, statut et (3) organisationnels, de de variables livraison intermédiaires au afin client faire final ou et précisément définir entre les sur ressources variables et intermédiaires les pratiques observables acteurs (cf procèdent schéma à ci-dessous). arbitrages C est pour le long (c'est-à-dire informationnelle de leurs ce paragraphe, modèles la gamme d'affaires. en de examinant produits) Elles nous dans (2.2), serviront l ordre la livraison : donc le stock de (2.3) porte (2.1), et d entrée le le nombre niveau et guide d'intégration références tout au Pratiques Entreposage, de la chaîne (2.4). docking, zéro Positionnement Variété Stockage Variables spécialiste/généraliste des stock sites dropshipment, cross- intermédiaires descripteurs références ou logistique Ressources Choix La fait question 2.1. les communication EDI, Politique livraison Niveau d intégration informationnelle Livraison commerciale Ressource informationnelle face-à-face...) (variété livraison, tarification) systèmes sont centrale à distinguer La téléphone, effectués des pratiques modes question (liaison dans fax, de au de moment la : propriété du de stockage l'élaboration du stock au apparaît cœur des des supply au problématiques terme de l'étude comme une question tout à 9 chain du commerce électronique. Trois cas

12 le le de fabricant modèle stock cross-docking: en (ou zéro propre. le stock: grossiste), dans En l'entreprise un ce mot, et modèle, client elle n'a se plus final. le résumerait web-marchand de points à un de simple vente gère physiques relais une plate-forme d'information et ne possède logistique entre plus le - le destinée porter vide un le à stock organiser matin temporaire. et les soir, opérations elle fonctionne de groupage/dégroupage sur un modèle de des flux) produits et éventuellement (la Plate-forme grand modèle avec stock: le cybermarchand possède l'intégralité du stock, ou tout cas un de (entrepôts, nombre équipes des références de manutention ). vendues en Porter stock, le stock et les est structures alors d'autant logistiques moins associées coûteux En que mutualiser 2.2. Le le cybermarchand nombre les compétences, des références possède les une coûts structure et les infrastructures de magasins liés physiques au stockage. avec lesquels il peut proposer la logistique politique complément au client. commerciale de Le la choix question de du ce nombre du dernier stock de mais références se pose il est la proposées fortement question par du contraint nombre le site par résulte de la références complexité d abord de à L'étude regard maximum montre induite que et la deux capacité grands de types l'entreprise de stratégies à y faire sont face. volontairement du nombre références. On trouve des sites dont adoptés la volonté par les sites est de marchands proposer au logistique et de ne références pas le nombre prendre à leurs de risque références clients, de dégrader dans de manière une leur logique image à simplifier commerciale auprès des processus et clients. d'autres d'exploitation qui limitent le 10

13 La largeur politique 2.3. de La l'offre politique de de livraison livraison de livraison pose proposée au moins et la deux question types de de la tarification: questions aux web-marchands, la - La La offres solutions largeur ne de proposant de livraison l'offre qu'un dans de livraison type leur stratégie de prestation varie marketing. considérablement jusqu'à des sites d'un intégrant site à l'autre, la multiplicité depuis comme question de la tarification est apparue dès le démarrage du commerce électronique des effectivement d afficher Ce une des prix question mal de acceptée vente particulièrement attrayants du client et particulier de délicate. se rattraper qui La soupçonnait ensuite tarification sur les prix du sites transport de la marchands livraison. était les contraintes sentiment opérations et est les logistiques renforcé coûts liés par à dans ces le fait opérations. ses que achats le client Sa quotidiens, propension grand public, connaît à payer habitué finalement est à d autant réaliser très plus lui-même mal faible les La question que des 2.4. prix l un Le niveau meilleurs de des l intégration attraits d intégration marchés initiaux informationnelle que du informationnelle dans commerce le commerce liée sur Internet au traditionnel. commerce réside électronique dans sa capacité se pose à proposer à deux - niveaux autour relations L intégration du : interentreprises celui site de l intégration commerce le long électronique de des la supply différentes chain. et celui fonctions de l intégration de gestion interne informationnelle à l entreprise d'automatiser informationnelle des différentes fonctions l entreprise a pour des d'importants gains et de de productivité. fluidifier le processus but 11 complet de commande et d'obtenir ainsi

14 - L'intégration fluidifier en plus coût et les en échanges qualité. informationnelle Parmi d'information les acteurs avec tout les clefs partenaires long concernés, de la supply vise on trouve à chain automatiser, dans client le final but fiabiliser qui de gagner fait de et web-edi informationnel. en plus et d'opérations surtout Un les tel par grossistes mouvement lui-même, qui les d'intégration jouent prestataires bien souvent pose logistiques néanmoins un rôle via des pivot la liaisons question d'intégrateur EDI ou de Le l'indépendance niveau leurs fournisseurs. d'intégration stratégique pour préserver des différents leurs acteurs. marges Ainsi de négociation certains sites au refusent coup par un coup trop avec fort ressources Tableau: tableau Positionnements de ci-dessous base et en résume propose possibles l'ensemble une évaluation des sites des sur critique. choix les ressources opérés par clefs les sites sur chacune des 12

15 Ressource RESSOURCES logistique DESCRIPTEURS Stockage PRATIQUES Cross-docking Zéro stock Pas d'immobilisation risque AVANTAGES d'obsolescence en capital, pas de Dépendance fournisseurs INCONVENIENTS Stockage Parfaite Minimisation opérations qualité disponibilité, maîtrise finale du commerciale techniques service du du des stock, produit indépendance produits transport maîtrise d'adaptation et et de des leur la Maîtrise liés à complexification Coûts l'exploitation des et savoir-faire stratégique en risques particulier d'une financiers, de opérationnels vis-à-vis la plate-forme grossistes GRH des Ressource commerciale Nombre de références Tarification Faible Elevé de la Simplicité rupture Affirmer Image comme par de de le la logistique, stock, service valeur interlocuteur spécialiste, livraison respect apportée peu livraison positionné des unique au risque délais client de Complexité Solution Pas de positionnement partenaire mal logistique, rétention acceptée final global par stockage en tant client que Livraison Gratuité de la livraison Argument client final commercial demande) (forte élasticité fort pour de la le économique Remise cause du business de la viabilité model de informationnelle Ressource Niveau informationnelle d'intégration (absence Modalités de multiples unique choix Faible pour de de livraison le client) Maintien Solution Adaptation de éducation accessible coup marges aux par besoins du aux coup négociations client petits du client sites. ; au partenariats Exploitation Peu Manque de gains multiples logistique de souplesse productivité en complexe, Fort Redéploiement rapidité, Industrialisation fiabilité, des ressources baisse des échanges, des coûts. vers des livraison tâches à forte VA coup Perte par de marges coup. Dépendance de négociation accrue au

16 3. Trois modèles dans la constitution des chaînes logistiques coordination Les distinguer traduisent critères trois différentes de stables groupes choix et stratégiques «d'entreprises généralisés. logiques d'action et au Ces organisationnels comportement derniers», qui traduisent relativement repérés conforment par manière homogène. l'étude à des dont permettent principes Ces la firme choix de Pour entend 3.1 Présentation créer de la valeur. travaux Thévenot, définir la cartographie des modèles des types permettant de 1991). Luc Boltanski Pour ces et auteurs, Laurent modèles Thévenot acteurs d entreprises, disposent sur les économies de plusieurs nous nous de principes la sommes grandeur conventionnels inspirés (Boltanski, des interrogée mondes personnes qui ou de forment remise justifier en des la cause. pertinence ensembles Ces principes et cohérents la validité supérieurs permettant de leur communs action de juger lorsque se rattachent leur la grandeur légitimité à différents des est en ces et œuvre telles et des quelle objets. dans Ces constructions entreprises. conventionnelles La plupart du temps sont ces rarement dernières mobilisées composent et mises Dans leur principes positionnement. pour élaborer Différentes un modèle logiques hybride peuvent cohérence donc parfois avec entrer leur passé, en tension. leurs ressources avec inscrivent cités trouve une leurs première actions approximation, trois logiques il apparaît différentes. que Les les deux sites premières de commerce correspondent électronique un marchandes et industrielles décrites par Boltanski et Thévenot, le troisième modèle aux et mixte pas entre d'équivalent la rationalisation dans les des cités processus repérées dans les économies de la grandeur il constitue ne «nouveau de la demande monde (logique industriel marchande).»(veltz, 2000) Il se et 14 rapproche (logique d autres industrielle) de le modèle ce que certains de et «l ajustement production auteurs appelle flexible de l offre le»

17 ou correspond dont manière «chaque modèle un site de modèle combine service d'affaires.» les (Gadrey ressources Par et modèle Zarifian, commerciales, d'affaires, 2002). nous logistiques A chacune entendons et des informationnelles la façon logiques particulière d'action - parfaite Dans à la créer logique de la valeur. industrielle, la création de valeur (le modèle d'affaires) repose sur de bien Au en interne maîtrise qu'en et l'industrialisation externe. L'outil des l'industrialisation processus de traitement des process de la est commande l'informatique. aussi la toutes processus principe les sont opérations de formalisés l efficacité et base économique standardisés assurant des la ce «qui sites grandeur permet empruntant» leur dans automatisation cette le monde logique, industriel et on assure retrouve : leur les - Dans prévisibilité. ensemble Boltanski et de Thévenot, Dans relais le techniques, monde pp ). industriel, ici l informatique le rapport et aux l instrumentation êtres et aux choses gestionnaire passe par (voir, un demandes marges concurrence la logique du client marchande, ainsi que sur la la création négociation de valeur permanente repose sur avec l'écoute les partenaires et l'adaptation (source aux pas commerciales, en particulier en matière d'achat). Dans monde marchand, de opportunistes une mise est en défaut mode comme coordination dans le monde essentiel. industriel L instabilité mais permettent qu elle génère au contraire n implique aux la négociateur, sont possibilités donc deux conserver de enjeux faire son des stratégiques indépendance coups (idem, majeurs stratégique pp. pour ). à les l'intérieur entreprises Avoir des des chaînes marchandes, compétences logistiques leurs de dépendant. En d'arbitrage l absence entre d une les rigoureuse différents partenaires et de saisie des opportunités en 15 construction instrumentale l action (peu

18 d outils entretient et un de rapport dispositifs direct de avec gestion, les évènements. systèmes d information assez frustes), le marchand traitements À associant modèle côté de que des ces nous ressources deux appellerons modèles, empruntées on modèle voit aux de industriel-flexible plus deux en logiques plus se développer précédentes. ou modèle un Dans troisième de service, troisième modèle l optimisation front en à back tout office prix et tendent poussant à se rapprocher toujours plus de ceux loin les monde principes industriel de rationalisation. en recherchant les clientèle intrinsèque office versatile. au contraire De ce est fait, organisé est facile pour répondre, à comprendre sur le que spectre ce plus contient large possible, une tension à une Le fournit l environnement entre une qui capacité à est la fois instable. d adaptabilité déstabilise En contre-partie, (les bien réorganisations meilleure les entreprises que sont qui le constantes) modèle arrivent le mais industriel mieux également à traduire lorsque lui Ces stratégique, sites. logiques elles des logiques d'action a sont priori des incompatibles "types" qui en caractérisent retirent le plus au grand plus profit. visent sans néanmoins rendre compte de la variété "réelle" des juste choix chaque opérés groupe existants, Chacun des trois modèles doit être considéré comme un idéal-type wéberien. par Ils les l'ordonner. ni mais à la représentativité à produire une meilleure statistique, compréhension ni à la correspondance du réel et à parfaite se doter avec d'outils des pour sites ne correspondant Le à tableau chaque ci-dessous modèle. reprend les «combinaisons-types» de choix stratégiques 16

19 Détention du stock Non Modèle industriel PRINCIPES (industriel-flexible) Modèle Oui de PRINCIPES service Faible Modèle marchand PRINCIPES Tarification Politique Nombre Références livraisons de des (Interne) Pas Faible choix Oui de rationalisation (unique) Mutualisation Flux tendu (Interne/ externe) qualité Choix Selon Fort de (Externe) Moyen Intégration service (négociable) Choix Informationnelle Forte Coordination des achats standardisés standards Produits par les Moyenne construction Diversité l offre de Co- de «coup» relation complexe Produit service de Non Oui coordination faible par structure légère marge produit «les sans prix La 3.2 Les sites d inspiration industrielle qualité» l'acteur autre modèle logique en a industrielle l'occasion, il est choisira marquée de ne par pas l'absence porter le de stock, détention le du transférant, stock. A si chaque possible fois sur que risque acteur d affaire. de la Le chaîne stock logistique. est ici perçu La maîtrise comme du une source ne d'immobilisation constitue donc pas et un de enjeu prise du un nombre rationalisation qui de ne références crée pas de n'est valeur pas - discriminant du "gras" dans dans un système modèle. insuffisamment Ce qui importe, maîtrisé. c'est Le de restreint. La politique du flux, de qu'il livraison s'applique est orientée à une grande par le souci variété de la maîtrise produits opérationnelle, ou à un choix plus la politique la par la volonté gratuité), tarification de mais s'adapter des correspond livraisons à la variété n'est à la volonté pas des utilisée besoins de couvrir comme des les clients. une coûts arme Dans logistiques commerciale cette logique, induits (pas par de la industrielle. commerce commande électronique. C'est du elle client. qui L'effort permet Enfin, d'intégration les l'intégration gains de porte informationnelle est au cœur de la logique 17 productivité à la fois et sur la les fiabilisation flux d'information des processus internes du

20 comme sur les flux d'information avec les partenaires de la chaîne logistique. La logique économique industrielle d électronisation Les exemples a donc emblématiques du tendance commerce à de (Rallet, inscrire sites suivant 2001). le commerce cette logique en ligne sont dans Orange5 une stratégie et Vert. Le plus modèle large relations forte des intégration interentreprises de ces des sites échanges est (très essentiellement forte avec intégration un logisticien fondée des pour échanges sur Orange. l'informatisation avec Dans un grossiste les des deux processus pour cas la Vert, gestion et très des aux tarification des stocks besoins est du externalisée client. Ces et sites la distribution ne proposent doit qu'un être seul maîtrisée mode de et standardisée, livraison et ne plus font qu'adaptée contrairement coûts réels un argument pour Orange. commercial: Enfin, pas ces de sites politique proposent gratuité peu de et services tarification à valeur au plus pas ajoutée de près la le qualité avec service et ont à des développé sites concurrents très tôt des qui structures ont fondé grande services partie et conseil. leur modèle Vert insiste d'affaires sur sur A un d'infomédiaire, modèle d affaires de spécialiste reposant sur du des traitement préceptes de de l'information, type industriel. ce qui est assez cohérent sa industrielle semblent peut l'examen, avoir soient il opté semble assez pour que peu un les nombreux tel modèles en (Microsoft, d'affaires France, fondées alors le site que informatique sur plus une de compétence sites d'amazon ). aux États-Unis de nature traditionnelles d'atteindre expliquer ce de faible la chaîne développement logistique par du le site fait (grossistes que modèle et logisticiens) suppose que soient les partenaires capables On d'information. français Cela a conduit pour un la Sur même double les ces grossistes points, niveau raison le que d'industrialisation à marché proposer le commerce américain des des apparaît process comme et d'intégration plus mature que des le systèmes marché 18 prestations électronique adaptées en B to au C y commerce est plus développé. en ligne

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Application Services France the way we do it Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Chaque direction informatique

Plus en détail

Fiche méthodologique Qu'est-ce que l'e-business?

Fiche méthodologique Qu'est-ce que l'e-business? Fiche méthodologique Qu'est-ce que l'e-business? Plan de la fiche : 1 : Présentation de la fiche 2 : Définition de l'e-business 3 : Les moteurs de l'e-business 4 : Choix stratégique et la proposition de

Plus en détail

CONSÉQUENCES LOGISTIQUES DU MARKETING ÉLECTRONIQUE.

CONSÉQUENCES LOGISTIQUES DU MARKETING ÉLECTRONIQUE. CONSÉQUENCES LOGISTIQUES DU MARKETING ÉLECTRONIQUE. Jacques Picard School of Business Administration, Netanya Academic College École des Sciences de la Gestion, Université du Québec à Montréal I Introduction.

Plus en détail

RÉFLEXION STRATÉGIQUE QUANT À LA MISE EN PLACE D'UN PROJET E-BUSINESS

RÉFLEXION STRATÉGIQUE QUANT À LA MISE EN PLACE D'UN PROJET E-BUSINESS RÉFLEXION STRATÉGIQUE QUANT À LA MISE EN PLACE D'UN PROJET E-BUSINESS REMARQUES PRÉLIMINAIRES Ces questions ont un double objectif. D'une part, mieux cerner les tenants et aboutissants de votre projet

Plus en détail

Choix méthodologiques pour une analyse de conversation en situation de jeux vidéo

Choix méthodologiques pour une analyse de conversation en situation de jeux vidéo Choix méthodologiques pour une analyse de conversation en situation de jeux vidéo Isabel Colón de Carvajal To cite this version: Isabel Colón de Carvajal. Choix méthodologiques pour une analyse de conversation

Plus en détail

CONFÉRENCE DE PRESSE

CONFÉRENCE DE PRESSE CONFÉRENCE DE PRESSE Marie-Claire Capobianco, Membre du Comité Exécutif de BNP Paribas et Directeur des Réseaux France Bernard Roy, Directeur de la Stratégie de La Banque Postale Laurent Goutard, Directeur

Plus en détail

Fiche de l'awt Qu'est-ce que l'e-business?

Fiche de l'awt Qu'est-ce que l'e-business? Fiche de l'awt Qu'est-ce que l'e-business? Que recouvre exactement la notion d'e-business? Les moteurs de l'e-business (gestion orientée client et TIC), proposition de valeur d'une stratégie e-business,

Plus en détail

Advisory, le conseil durable Conseil en Management. Améliorer votre performance, maîtriser vos risques, réussir vos projets de transformation*

Advisory, le conseil durable Conseil en Management. Améliorer votre performance, maîtriser vos risques, réussir vos projets de transformation* Advisory, le conseil durable Conseil en Management Améliorer votre performance, maîtriser vos risques, réussir vos projets de transformation* Une capacité unique à combiner compétences sectorielles et

Plus en détail

Soyez plus réactifs que vos concurrents, optimisez votre chaîne logistique

Soyez plus réactifs que vos concurrents, optimisez votre chaîne logistique IBM Global Services Soyez plus réactifs que vos concurrents, optimisez votre chaîne logistique Supply Chain Management Services Supply Chain Mananagement Services Votre entreprise peut-elle s adapter au

Plus en détail

Le client centrisme, une nouvelle forme de relation entre l État et les citoyens : introduction

Le client centrisme, une nouvelle forme de relation entre l État et les citoyens : introduction Le client centrisme, une nouvelle forme de relation entre l État et les citoyens : introduction Pierre Muller To cite this version: Pierre Muller. Le client centrisme, une nouvelle forme de relation entre

Plus en détail

Didier Taormina Christophe Piard

Didier Taormina Christophe Piard COMMENT AU QUOTIDIEN LA E-LOGISTIQUE RENFORCE LE LIEN CHARGEUR E-COMMERCANT/LOGISTICIEN PRÉPARATEUR/TRANSPORTEUR LIVREUR? DE LA THÉORIE À LA PRATIQUE INDUSTRIELLE Didier Taormina Christophe Piard Sommaire

Plus en détail

Les nouvelles tours de Londres comme marqueurs des mutations d une métropole globale

Les nouvelles tours de Londres comme marqueurs des mutations d une métropole globale Les nouvelles tours de Londres comme marqueurs des mutations d une métropole globale Manuel Appert To cite this version: Manuel Appert. Les nouvelles tours de Londres comme marqueurs des mutations d une

Plus en détail

Thème Sens et portée de l étude Notions Thème EM 3 - Les principes de fonctionnement d une organisation 3.3 Les stratégies de l organisation

Thème Sens et portée de l étude Notions Thème EM 3 - Les principes de fonctionnement d une organisation 3.3 Les stratégies de l organisation Thème Sens et portée de l étude Notions Thème EM 3 - Les principes de fonctionnement d une organisation 3.3 Les stratégies de l organisation Les stratégies sont globales ou de domaine. Les stratégies globales

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

La partie production + vente est principalement concernée par l optimisation et la rationalisation des transports qui représentent l enjeu principal

La partie production + vente est principalement concernée par l optimisation et la rationalisation des transports qui représentent l enjeu principal Chapitre 9 LA FONCTION SUPPLY CHAIN 9.1 Les bases du plan de performance Supply chain et Logistique La Direction de la Supply chain est née récemment des nouveaux enjeux internes liés à l évolution du

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

Votre implantation à l étranger

Votre implantation à l étranger Votre implantation à l étranger Afin de déterminer la forme de présence la plus adaptée à la commercialisation de vos produits et de vos services, un choix est nécessaire entre quelques grandes options

Plus en détail

STRATÉGIE MARKETING VO - COMMENT DÉTERMINER LE STOCK IDÉAL DE VOTRE AFFAIRE

STRATÉGIE MARKETING VO - COMMENT DÉTERMINER LE STOCK IDÉAL DE VOTRE AFFAIRE CHAPITRE 1 STRATÉGIE MARKETING VO - COMMENT DÉTERMINER LE STOCK IDÉAL DE VOTRE AFFAIRE Ce que vous apprendrez dans ce chapitre Réunir les informations indispensables pour établir votre stratégie marketing

Plus en détail

ITSM - Gestion des Services informatiques

ITSM - Gestion des Services informatiques Chapitre 1 - COMPRENDRE LE MARCHÉ ITSM - Gestion des Services informatiques Copyright 2011 CXP. 1 ITSM - Gestion des Services informatiques L'étude a été réalisée par : Dalila Souiah OBJECTIF DU DOCUMENT.

Plus en détail

Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché

Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché INFO # 28 Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché CONTEXTE ACTUEL DE LA DÉLÉGATION DE GESTION Une accélération sensible des mutations autour de l activité de délégation

Plus en détail

LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL :

LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL : LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL : ANALYSE CONCURRENTIELLE ET STRATEGIE MARKETING INTERNATIONAL : L entreprise a le choix entre 3 grands types de stratégie : La standardisation

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

Etude. du metier de responsable clientele

Etude. du metier de responsable clientele Etude du metier de responsable clientele decembre 2008 Sommaire Creation de l observatoire Outils de l observatoire prospectif des metiers et des qualifications... [ 3 ] Rappel des objectifs Logique de

Plus en détail

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise?

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Les décideurs ont beaucoup à gagner de l intégration des données de gestion externes et internes, afin d assurer la disponibilité des informations

Plus en détail

L emploi dans les activités de vente à distance et d e-commerce

L emploi dans les activités de vente à distance et d e-commerce L emploi dans les activités de vente à distance et d e-commerce Etude réalisée pour le compte de la Fédération des Entreprises de Vente A Distance (FEVAD) Synthèse des résultats L emploi dans la VAD et

Plus en détail

Protester sur le web chinois (1994-2011)

Protester sur le web chinois (1994-2011) Protester sur le web chinois (1994-2011) Séverine Arsène To cite this version: Séverine Arsène. Protester sur le web chinois (1994-2011). Le Temps des médias, 2012, pp.99-110. HAL Id: hal-00773738

Plus en détail

Bilan 2007-2008 et perspectives 2009

Bilan 2007-2008 et perspectives 2009 Communiqué de presse E t u d e I D C : L a d é p e n s e i n f o r m a t i q u e d e s a d m i n i s t r a t i o n s p u b l i q u e s e n F r a n c e IDC France, 13 Rue Paul Valéry 75116 Paris Téléphone

Plus en détail

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312)

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL DE FORMATION CHEF(FE) DE PROJETS MARKETING ET COMMERCIAL TITRE CERTIFIE

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR D ADMINISTRATION DES ENTREPRISES DE GAFSA Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 6 : PGI : Progiciels de Gestion Intégrés ERP : Enterprise

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 Première partie : Analyse du contexte : 1. Justifiez, en mobilisant les références théoriques pertinentes, pourquoi la démarche suivie par Octave

Plus en détail

Ensemble mobilisons nos énergies

Ensemble mobilisons nos énergies Ensemble mobilisons nos énergies «Lancé en Juin 2005, SIRIUS est désormais un projet au cœur de notre entreprise, au service des ambitions et des objectifs qui s inscrivent dans le cadre de notre stratégie

Plus en détail

Dissertation. Introduction. I - Les relations de sous-traitance traditionnelles

Dissertation. Introduction. I - Les relations de sous-traitance traditionnelles Dissertation Introduction Les différents liens que les entreprises peuvent établir entre elles sont indispensables pour leur expansion et leur compétitivité. L organisation de tels liens est capitale et

Plus en détail

La conduite du changement

La conduite du changement point de vue stratégie et gouvernance des systèmes d'information La conduite du changement dans les projets SI 1 En préambule Devant les mutations économiques, sociales et technologiques engagées depuis

Plus en détail

La voix en images : comment l évaluation objectivée par logiciel permet d optimiser la prise en charge vocale

La voix en images : comment l évaluation objectivée par logiciel permet d optimiser la prise en charge vocale La voix en images : comment l évaluation objectivée par logiciel permet d optimiser la prise en charge vocale Stéphanie Perriere To cite this version: Stéphanie Perriere. La voix en images : comment l

Plus en détail

Sage CRM SalesLogix. Gagnez en compétitivité. Sage CRM Solutions

Sage CRM SalesLogix. Gagnez en compétitivité. Sage CRM Solutions Sage CRM Solutions Sage CRM SalesLogix Gagnez en compétitivité Sage CRM SalesLogix est une solution complète, conçue pour permettre à vos équipes commerciales, marketing et service d optimiser la gestion

Plus en détail

Système d'information Page 1 / 7

Système d'information Page 1 / 7 Système d'information Page 1 / 7 Sommaire 1 Définition... 1 2 Fonctions du système d information... 4 2.1 Recueil de l information... 4 2.2 Mémorisation de l information... 4 2.3 Traitement de l information...

Plus en détail

- Deuxième vague - 7 juin 2011

- Deuxième vague - 7 juin 2011 Le Baromètre e-commerce des petites entreprises - Deuxième vague - 7 juin 2011 Méthodologie Cible : L échantillon du «Baromètre e-commerce des petites entreprises» a été constitué selon la méthode des

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail

STRATÉGIE ET SI SI EN ENTREPRISE

STRATÉGIE ET SI SI EN ENTREPRISE STRATÉGIE ET SI SI EN ENTREPRISE Plan de la présentation SI pour les niveaux hiérarchiques Types de décision Systèmes opérationnels Systèmes du management opérationnel Systèmes stratégiques Article de

Plus en détail

SEMMARIS. Société d'economie Mixte du Marché de RUNGIS. 1, Rue de la Tour B.P. 40316 94152 RUNGIS CEDEX TEL : 01.41.80.80.00

SEMMARIS. Société d'economie Mixte du Marché de RUNGIS. 1, Rue de la Tour B.P. 40316 94152 RUNGIS CEDEX TEL : 01.41.80.80.00 SEMMARIS Société d'economie Mixte du Marché de RUNGIS 1, Rue de la Tour B.P. 40316 94152 RUNGIS CEDEX TEL : 01.41.80.80.00 Consultation pour le cadrage du projet de Marketplace du Marché International

Plus en détail

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques 2328 DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques I ENJEU SOCIAL : UN DEBAT DANS LE CHAMP PROFESSIONNEL Il existe un débat récurrent

Plus en détail

aux entreprises textiles Le parte n aire dédié www.sc-2.com Mail : commercial@sc-2.com

aux entreprises textiles Le parte n aire dédié www.sc-2.com Mail : commercial@sc-2.com 8 rue des 2 communes 94300 Vincennes, France Fax : +33 (0)1 70 70 21 30 SC-2 accompagne les entreprises textiles en leur apportant ses compétences multiples et significatives acquises au sein d enseignes

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

Réalités de l outsourcing/bpo bancaire : indicateurs, performances, stratégies. Présentation et sommaire détaillé de l étude Juillet 2012

Réalités de l outsourcing/bpo bancaire : indicateurs, performances, stratégies. Présentation et sommaire détaillé de l étude Juillet 2012 Réalités de l outsourcing/bpo bancaire : indicateurs, performances, stratégies. Présentation et sommaire détaillé de l étude Juillet 2012 http://scoreadvisor.com De quoi parle-t-on précisément? Une fonction

Plus en détail

Projet : Réalisation d une base de. données. Sujet : Gestion des ressources humaines. Logiciel : Microsoft Access

Projet : Réalisation d une base de. données. Sujet : Gestion des ressources humaines. Logiciel : Microsoft Access Projet : Réalisation d une base de données Sujet : Gestion des ressources humaines Logiciel : Microsoft Access Encadré par : M. Mohamed Saïd ZERRADSAHLI Réalisé par : Ben Abdelmoumen Ibtissam Challaoui

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

V 1 Février Mars Avril

V 1 Février Mars Avril Brevet de Technicien Supérieur Assistant de gestion PME-PMI A1.1 Recherche de clientèle et contacts Définir et mettre en place une méthode de prospection Repérer et qualifier les prospects Veiller à la

Plus en détail

De l assistance technique au forfait, un nouveau «business model»

De l assistance technique au forfait, un nouveau «business model» DESPROGES Consulting Janvier 2009 LE CONSEIL EN TECHNOLOGIE AUJOURD HUI D une manière générale, les activités des entreprises de conseil en technologie recouvrent, en totalité ou en partie, le conseil

Plus en détail

Le Baromètre e-commerce des petites entreprises

Le Baromètre e-commerce des petites entreprises Le Baromètre e-commerce des petites entreprises - Première vague - 30 juin 2010 Méthodologie Étude réalisée auprès d un échantillon de 500 entreprises, représentatif des entreprises de moins de 50 salariés,

Plus en détail

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales Introduction! Dans un contexte de mondialisation croissante des affaires et de forte demande de création de valeur de la part des dirigeants, l acheteur doit non seulement parfaitement maîtriser ses techniques

Plus en détail

Management de la chaîne logistique. Professeur Mohamed Reghioui

Management de la chaîne logistique. Professeur Mohamed Reghioui Management de la chaîne logistique Professeur Mohamed Reghioui M.Reghioui - 2012 1 Informations générales sur le module Intervenants: Mohamed Reghioui(m.reghioui@gmail.com) Informations générales Répartition

Plus en détail

Sorthong Banjongsawat. To cite this version: HAL Id: tel-00771422 https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00771422

Sorthong Banjongsawat. To cite this version: HAL Id: tel-00771422 https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00771422 La Thaïlande, pays aux deux visages : Approches sémiologiques d une identité culturelle ambiguë à travers le miroir de la presse et autres discours publics Sorthong Banjongsawat To cite this version: Sorthong

Plus en détail

Pour une sociologie du réalisme politique : Le cas du Parti socialiste

Pour une sociologie du réalisme politique : Le cas du Parti socialiste Pour une sociologie du réalisme politique : Le cas du Parti socialiste Pierre-Alexis Tchernoïvanoff To cite this version: Pierre-Alexis Tchernoïvanoff. Pour une sociologie du réalisme politique : Le cas

Plus en détail

CHARGE DE RELATION MS MDSI ATOS Consulting

CHARGE DE RELATION MS MDSI ATOS Consulting CHARGE DE RELATION MS MDSI ATOS Consulting Mathis BAKARY 11/01/2013 Sommaire I. Présentation... 3 1. Activités... 3 2. Objectifs... 4 3. Localisation en Europe... 4 4. Localisation en France... 5 II. Stratégie...

Plus en détail

Périmètre des activités et des acteurs

Périmètre des activités et des acteurs Périmètre des activités et des acteurs ETUDES CONSEILS PRODUCTION AUDIOVISUELLE NUMERIQUE IMPRIMERIE & INDUSTRIES GRAPHIQUES TRANSPORTS ROUTAGE LOGISTIQUE INFORMATIQUE CREDIT CONSOMMAT. PUBLICITE CENTR

Plus en détail

CRM et GRC, la gestion de la relation client R A LLER PL US L OI

CRM et GRC, la gestion de la relation client R A LLER PL US L OI 3 R A LLER PL US L OI CRM et GRC, la gestion de la relation client Comment exploiter et déployer une solution de relation client dans votre entreprise? Les usages d une CRM Les fonctionnalités d une CRM

Plus en détail

1. QU'EST-CE QUE L'INNOVATION

1. QU'EST-CE QUE L'INNOVATION 1. QU'EST-CE QUE L'INNOVATION L'innovation, étymologiquement, signifie «renouveler». L'innovation caractérise l'acte de déploiement du potentiel économique d'un résultat produit dans le champ de la connaissance

Plus en détail

(Dakar, du 18 au 21 avril 2005) LA PLACE DE LA STATISTIQUE DANS LES ACTIVITES DE LA BCEAO : PRODUCTION ET UTILISATIONS

(Dakar, du 18 au 21 avril 2005) LA PLACE DE LA STATISTIQUE DANS LES ACTIVITES DE LA BCEAO : PRODUCTION ET UTILISATIONS BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L AFRIQUE DE L OUEST SEMINAIRE D INFORMATION ORGANISE PAR PARIS21 POUR LES CONSULTANTS FRANCOPHONES SUR LA STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE DANS LES PAYS

Plus en détail

CHAPITRE 5 COMPTABILITÈ ANALYTIQUE D EXPLOITATION ( CAE) COÛTS COMPLETS ET PARTIELS

CHAPITRE 5 COMPTABILITÈ ANALYTIQUE D EXPLOITATION ( CAE) COÛTS COMPLETS ET PARTIELS CHAPITRE 5 COMPTABILITÈ ANALYTIQUE D EXPLOITATION ( CAE) COÛTS COMPLETS ET PARTIELS LE PASSAGE DES CHARGES DE LA CG AUX CHARGES DE LA CAE La CAE doit fournir des informations économiquement significatives

Plus en détail

Horizons. L'impact financier du BYOD. 10 points clés de l'étude Cisco IBSG Horizons. Introduction

Horizons. L'impact financier du BYOD. 10 points clés de l'étude Cisco IBSG Horizons. Introduction L'impact financier du BYOD 10 points clés de l'étude Jeff Loucks/Richard Medcalf Lauren Buckalew/Fabio Faria Entre 2013 et 2016, le nombre d'appareils personnels utilisés pour le travail dans les six pays

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 6 : Customer Relationship Management (CRM) Sommaire Introduction... 1 Les enjeux

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

Evaluation et prise en charge des processus de récupération en mémoire dans la maladie d Alzheimer

Evaluation et prise en charge des processus de récupération en mémoire dans la maladie d Alzheimer Evaluation et prise en charge des processus de récupération en mémoire dans la maladie d Alzheimer Benjamin Boller To cite this version: Benjamin Boller. Evaluation et prise en charge des processus de

Plus en détail

Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement :

Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement : Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement : Outils et produits financiers pour le Maghreb et la Zone franc RÉSUMÉ EXÉCUTIF Naceur Bourenane Saïd

Plus en détail

A - Quatre stratégies de sous-traitance

A - Quatre stratégies de sous-traitance Enjeux du secteur Les nouveaux enjeux de la sous-traitance A - Quatre stratégies de sous-traitance B - Des exigences spécifiques selon les clients C - Trois critères de positionnement des activités des

Plus en détail

3 Les premiers résultats des plans d'actions

3 Les premiers résultats des plans d'actions 3 Les premiers résultats des plans d'actions Les résultats que nous avons obtenus en ce qui concerne les plans d'action, résultent de l'analyse de 48 entreprises seulement. Revenons sur notre échantillon.

Plus en détail

SGPNB au Nouveau-Brunswick. Le développement de l industrie des services financiers et des marchés boursiers dans la province

SGPNB au Nouveau-Brunswick. Le développement de l industrie des services financiers et des marchés boursiers dans la province SGPNB au Nouveau-Brunswick Le développement de l industrie des services financiers et des marchés boursiers dans la province Mise à jour juillet 2013 1 Préambule L information suivante décrit les différents

Plus en détail

PARCOURS TREMPLIN MANAGER Tout employé d un site logistique ayant dans le cadre de son activité professionnelle la responsabilité quotidienne du management d une équipe 10 jours 7,5 heures 8 à 14 Professionnaliser

Plus en détail

Zoom études : Commerce et gestion Auditorium de l Institut Français du Bénin

Zoom études : Commerce et gestion Auditorium de l Institut Français du Bénin Zoom études : Commerce et gestion Auditorium de l Institut Français du Bénin Samedi 23 Novembre 2013 Introduction : le commerce en quelques chiffres 590 000 entreprises Commerce de gros Commerce de détail

Plus en détail

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins Qu une entreprise cherche à s adapter à son environnement et/ou à exploiter au mieux ses capacités distinctives pour développer un avantage concurrentiel, son pilotage stratégique concerne ses orientations

Plus en détail

Conception d un convertisseur de puissance pour véhicules électriques multi-sources

Conception d un convertisseur de puissance pour véhicules électriques multi-sources Conception d un convertisseur de puissance pour véhicules électriques multi-sources Ahmed Boucherit To cite this version: Ahmed Boucherit. Conception d un convertisseur de puissance pour véhicules électriques

Plus en détail

Dossier de Presse INSEAD OEE Data Services. Jeudi 27 Janvier 2011

Dossier de Presse INSEAD OEE Data Services. Jeudi 27 Janvier 2011 Dossier de Presse INSEAD OEE Data Services Jeudi 27 Janvier 2011 Prélude en économie. De nombreuses initiatives associant entreprises et institutions académiques ont été déficit persistant d Celleci comparable

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

E-commerce B2B en France : un secteur méconnu mais au fort potentiel de croissance

E-commerce B2B en France : un secteur méconnu mais au fort potentiel de croissance Bureau de Paris 18, boulevard Montmartre 75009 Paris Tel : (33) 1 42 77 76 17 Internet : www.sia-partners.com Paris Lyon Bruxelles Amsterdam Roma Milano Casablanca Dubaï New-York E-commerce B2B en France

Plus en détail

Enjeux et perspectives des Centres de Services Partagés. Nos convictions et notre approche

Enjeux et perspectives des Centres de Services Partagés. Nos convictions et notre approche Enjeux et perspectives des Centres de Services Partagés Nos convictions et notre approche Cédric Damiens Directeur - ALDEA ALDEA - www.aldea.fr Enjeux et perspectives des Centres de Services Partagés :

Plus en détail

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan 1. Le diagnostic stratégique: un pré-requis à la prise de décision Définition du diagnostic stratégique = Analyse conjointe de l entreprise (ses forces / ses faiblesses)

Plus en détail

L analyse de la Chaîne de Valeur

L analyse de la Chaîne de Valeur L analyse de la Chaîne de Valeur Présentation de la chaîne de valeur En principe, une entreprise cherche à obtenir un avantage concurrentiel et se donne pour mission de créer de la valeur pour ses clients.

Plus en détail

La planification financière

La planification financière La planification financière La planification financière est une phase fondamentale dans le processus de gestion de l entreprise qui lui permet de limiter l incertitude et d anticiper l évolution de l environnement.

Plus en détail

Rationalisez vos processus et gagnez en visibilité grâce au cloud

Rationalisez vos processus et gagnez en visibilité grâce au cloud Présentation de la solution SAP s SAP pour les PME SAP Business One Cloud Objectifs Rationalisez vos processus et gagnez en visibilité grâce au cloud Favorisez une croissance rentable simplement et à moindre

Plus en détail

MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT

MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE BOURGOGNE Place des Nations Unies - B.P. 87009-21070 DIJON CEDEX Téléphone : 03 80 60 40 20 - Fax : 03 80 60 40 21 MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT Préambule

Plus en détail

Diagnostic commercial

Diagnostic commercial Diagnostic commercial Si elle veut réussir, l entreprise doit avant tout vendre son produit. Pour cela, la fonction commerciale en son sein lui est d une grande utilité. Ceci est dû à la finalité même

Plus en détail

- 09 - Les ratios d'analyse de l'activité et du résultat. Méthodologie et interprétation des ratios. Etre capable de retrouver les éléments de calcul.

- 09 - Les ratios d'analyse de l'activité et du résultat. Méthodologie et interprétation des ratios. Etre capable de retrouver les éléments de calcul. - 09 - Les ratios d'analyse de l'activité et du résultat Objectif(s) : o Pré-requis : o Modalités : o Méthodologie et interprétation des ratios. Etre capable de retrouver les éléments de calcul. Définition

Plus en détail

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013 Se rapprocher Faciliter Optimiser Voici un résumé de la modification au Plan de la Société 2009-2013 approuvée par le Conseil d administration d EDC en mai

Plus en détail

Chapitre V La mise en œuvre des stratégies

Chapitre V La mise en œuvre des stratégies Chapitre V La mise en œuvre des stratégies 1 Les forces dynamiques dans l évolution de l entreprise Base Base de de l l avantage concurrentiel dans dans l industrie Action stratégique Environnement de

Plus en détail

Le e-business. Simple canal de vente ou véritable opportunité de conquête de nouveaux marchés?

Le e-business. Simple canal de vente ou véritable opportunité de conquête de nouveaux marchés? Le e-business Simple canal de vente ou véritable opportunité de conquête de nouveaux marchés? Philippe Delaide Spécialiste e-business Les Spécialistes du Cabinet TOPS Consult est une Direction Développement

Plus en détail

GRETA du VELAY. Conseiller en formation continue : Catherine ESPENEL c.espenel@velay.greta.fr

GRETA du VELAY. Conseiller en formation continue : Catherine ESPENEL c.espenel@velay.greta.fr Conseiller en formation continue : Catherine ESPENEL c.espenel@velay.greta.fr Référent pédagogique : Fabienne VIDAL f.vidal@velay.greta.fr Assistante administrative : Annie NAVELET a.navelet@velay.greta.fr

Plus en détail

Mutualisation des moyens héliportés sur la région Bourgogne. Etude initiale 06.06.2013 V1.2

Mutualisation des moyens héliportés sur la région Bourgogne. Etude initiale 06.06.2013 V1.2 sur la région Bourgogne Etude initiale 06.06.2013 V1.2 Contenu 1. Contexte...3 1.1. Objectifs...3 1.2. Descriptif de l existant...3 2. Etude des solutions...3 2.1. Solution n 1 : uniformisation du système

Plus en détail

Articuler les politiques de GRH et les stratégies d Innovation : Proposition d un modèle

Articuler les politiques de GRH et les stratégies d Innovation : Proposition d un modèle Articuler les politiques de GRH et les stratégies d Innovation : Proposition d un modèle C. Defelix, I. Mazzilli, Alain Gosselin To cite this version: C. Defelix, I. Mazzilli, Alain Gosselin. Articuler

Plus en détail

Conférence LSA - Préparez vos négociations commerciales 2012! Maîtriser les coûts d achat des matières premières

Conférence LSA - Préparez vos négociations commerciales 2012! Maîtriser les coûts d achat des matières premières www.pwc.com Octobre 2011 Conférence LSA - Préparez vos négociations commerciales 2012! Maîtriser les coûts d achat des matières premières Présentée par François Soubien Partner PwC Strategy Croissance

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français

Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français Copyright Copyright 2010 2010 Accenture All Rights All Rights Reserved. Accenture, its logo, and High Performance Delivered are trademarks

Plus en détail

www.breizhconsulting.fr Centre de formation digital et communication : www. Komelya.fr

www.breizhconsulting.fr Centre de formation digital et communication : www. Komelya.fr «Comment bien choisir sa plateforme e-commerce» Merci de mettre votre portable en mode silencieux Mais vous pouvez twitter C est au programme - Les solutions open source - Les plateformes en mode SAAS

Plus en détail

Club Supply Chain et distribution

Club Supply Chain et distribution Club Supply Chain et distribution Fabrice Lajugie de la Renaudie Association des diplômés de Reims Management School 91 rue de Miromesnil 75008 Paris http://www.rms-network.com Sommaire Constats 3 composantes

Plus en détail

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie.

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie. Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres-Energivie dans la mise en œuvre du service d accompagnement BIM IN ACTION auprès des équipes de Maitrise d Œuvre Cette consultation a pour objectif d

Plus en détail

dans les entreprises en pays de la loire Réalité, besoins & perspectives

dans les entreprises en pays de la loire Réalité, besoins & perspectives Les USAGES DES TIC dans les entreprises en pays de la loire Réalité, besoins & perspectives é d i t i o n 2 0 0 9 1 Des ÉQUIPEMENTS qui se sont généralisés Une informatisation qui a atteint un seuil L

Plus en détail

L équilibre Macro-Economique

L équilibre Macro-Economique L équilibre Macro-Economique Jean-Pierre Damon, octobre 1985. La position de départ des théoriciens est la situation d équilibre qui permet à la totalité de la production d être soit consommée, soit utilisée

Plus en détail

CAVES COOPERATIVES VITI- VINICOLES,

CAVES COOPERATIVES VITI- VINICOLES, CAVES COOPERATIVES VITI- VINICOLES, ET SI NOUS ADOPTIONS UN PILOTAGE INNOVANT? La problématique pour les dirigeants de caves est de trouver un outil capable de lier les politiques d investissement, de

Plus en détail

Le marché français des logiciels et services ERP poursuit sa croissance

Le marché français des logiciels et services ERP poursuit sa croissance COMMUNIQUE DE PRESSE Le marché français des logiciels et services ERP poursuit sa croissance Paris, février 2008 Le marché des logiciels et services ERP est resté dynamique et en progression en 2006 et

Plus en détail