IRM APRES TRAITEMENT RADICAL OU FOCAL du cancer de prostate. Raphaële Renard Penna Emmanuel Banayan Hôpital Pitié Salpétrière

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "IRM APRES TRAITEMENT RADICAL OU FOCAL du cancer de prostate. Raphaële Renard Penna Emmanuel Banayan Hôpital Pitié Salpétrière"

Transcription

1 IRM APRES TRAITEMENT RADICAL OU FOCAL du cancer de prostate Raphaële Renard Penna Emmanuel Banayan Hôpital Pitié Salpétrière

2 Prise en charge du cancer de prostate patients 7% active surveillance 50% prostatectomie radicale 14% hormonothérapie 12% radiothérapie 13% curiethérapie 4% cryothérapie?% HIFU Cooperberg et all. J Clin Onco, 2010

3 Imagerie post thérapeutique? Traitement radical PR RT Traitement focal HiFU Cryothérapie Laser Curiethérapie. Surveillance active Imagerie si récidive biologique Imagerie systématique Monitoring Détection des récidivess Imagerie systématique

4 Récidive biologique Ré-ascencion du PSA après traitement Définition variable selon le traitement initial Traitement «global» Traitement «focal» Précède l apparition des métastases cliniques Environ 8 ans après prostatectomie radicale Environ 7 ans après radiothérapie

5 Détection précoce des récidives = enjeu majeur de l imagerie Récidive Biologique Locale Distance Métastases Ganglionnaires IRM Fonctionnelle TEP Ch/TDM Scintigraphie IRM corps entier

6 Local vs métastatique? Absence d extension métastatique = traitement local 1/ Traitement «globaux» :Traitement de rattrapage 2/ Traitement «focaux» : Nouvelle session

7 Récidive locorégionale après traitement radical Après prostatectomie radicale Apres radiothérapie

8 Récidive après PR «20 à 50% de récidive locale dans les 10 ans» Freedland SJ, JAMA 2005 Roehl KA, Han M, Ramos CG, et al.. J Urol 2004

9 Récidive biologique? «rising PSA»= PSA> 0.2ng/ml (2 valeurs consécutives) PSA Indétectable à partir du 1 er mois post opératoire (<0.1ng/ml) PSA indétectable pendant 5 à 7 ans peu de risque de récidive European Association of Urology (2012) Guidelines on prostate cancer. EAU, Arnhem

10 Récidive après PR Le traitement de rattrapage = Radiothérapie (66 Gray : 2,5 Gy par jour pendant six semaines) Si bon état général, espérance de vie > 10ans D autant plus efficace que commencer précocement (PSA < 1ng/mL)

11 Récidive après PR Objectifs de l imagerie : Détecter et localiser les récidives locales Cibler les biopsies (diminuer les complications) Cartographie précise pour le champ d irradiation (IMRT)

12 Récidive locale après PR : Biopsies? Biopsies échoguidées : Indication d une biopsie discutée (rentabilité discutée, biopsie négative n élimine pas une récidive locale) Biopsies guidées par l imagerie ++ (IRM) Leventis Radiology 2001 Deliviolotis World J Urol 2007

13 Récidive locale après PR : échographie endo-rectale Aspect normal : Aspect hypoéchogène de la fibrose péri-anastomotique, prédominant antérieurement. Régulier, sans excroissance. Persistance partielle de vésicules séminales (normales ou pathologiques) Aspect Pathologique : Epaississement asymétrique du tissu péri-anastomotique Nodule irrégulier au contact de l anastomose ou du col vésical Perte de l intégrité de la graisse rétro-anastomotique Récidive au niveau des vésicules séminales restantes

14 Récidive locale après PR : IRM séquence morphologique Aspect normal de la loge de PR Fibrose péri-anastomotique = manchon péri uréthral en hyposignal T1 et T2, régulier, non nodulaire Persistance de tissu prostatique VS : architecture partiellement conservée (20%) en hypersignal T2, ou structure linéaire en hyposignal évoquant un tissu fibreux résiduel Allen. Eur Radiol 2008

15 Récidive après PR : où la chercher? 40 à 55% anastomose urétro-vésicale (col vésical / urètre membraneux) Sur la berge antérieure ou latérale du lit chirurgical (releveur de l anus) Entre la vessie et le rectum Au niveau des vésicules séminales restantes Cirillo S Eur radiol 2009

16 Aspect de la récidive Séquences morphologiques: Signal intermédiaire plus haut que le muscle ou la fibrose, Isointense en T1 et Discrètement hyper-intense en T2 Rouvière O. Eur radiol 2011.

17 Augmentation du PSA à 1 ng/ml

18 Augmentation du PSA à 2ng/mL

19 IRM : Performance Sella 2004 Cirillo 2009 Casciani 2008 Panebianco 2012 Nb Patient Diamètre maximum cm ( ) ( ) cm (0.4-4) 28 6mm (5-7.2mm) PSA Se DCE IRM Sp DCE IRM % 100% 1,23± % 89.3% % 100% 1.1 ( ) 89% 75% Sella Radiology 2004 Cirillo Eur radiol 2009 Casciani AJR 2008 Eur j Radiol 2012

20 Récidive locale après PR : IRM fonctionnelle: séquence de perfusion PSA: 1.9ng/ml ( ) Diamètre: 10.8± 5.7 mm Piyaporn Boonsirikamchai AJR:198, March 2012

21 Augmentation du PSA à 0.5 ng/ml

22 Augmentation du PSA à 1.2 ng/ml

23 Augmentation du PSA à 0.4 ng/ml

24 Loge de PR et diffusion?

25 IRM après PR 126 patients Mean PSA 1.3 ng/ml (range ng/ml) 5 ± 0.6 mm average tumour size (range 4 8 mm) c Se Sp PPV NPV Accuracy T2 +DCE 98% 94% 97% 96% 93% T2W (b2000) 97% 95% 96% 95% 92% T2W(b1000) 93% 89% 94% 91% 88% Panebianco et all. Prostate cancer recurrence after radical prostatectomy: the role of 3-T diffusion imaging in multi-parametric magnetic resonance imaging. Eur Radiol 2013

26 Récidive après PR: diffusion T2 DCE B 2000

27 MR (3T MRSI/DCE) et PET Ch Récidive locale A: 28 patients. Mean PSA 1.1 ng/ml ( ), Size 6mm±0.5 B: 56 patients, Mean PSA 1.9 ng/ml ( ), Size 13.3 mm( ) Panebianco V,. Prostate cancer: 1HMRSDCEMR at 3T versus [(18)F]choline PET/CT in the detection of local prostate cancer recurrence in men with biochemical progression after radical retropubic prostatectomy (RRP). Eur J Radiol 2011

28 TEP choline: performance Taux de Détection fonction du taux de PSA PSA <1 = 36% PSA 1-2 = 43% PSA 2-3 = 62% PSA > 3 = 73% Krause et al. The detection rate of (11C) Choline PET/CT depends on the serum PSA Value in patients with biochemeical recurrence of prostate cancer». European Journal of Nuclear Medecine and Molecular Imaging Sensibilité 75,4% (66,9-82,6) Spécificité 82% (68,6-91,4) Evangeslista et al. Choline PET or PET/CT and biochemical relapse of prostate cancer. A systematic review and meta-analysis. Clin Nuc Med. 2013

29 Récidive après Radiothérapie Taux de rechute entre 25 et 32% Touma NJ, Izawa JI, Chin JL. Current status of local salvage therapies following radiation failure for prostate cancer. J Urol 2005;173:373-9.

30 Récidive après radiothérapie

31 Récidive après Radiothérapie Définition : Critères de l ASTRO (American Society for Therapeutic Radiology and Oncology Augmentation du PSA à 3 reprises successives après le Nadir Critères de Phoenix 2006 Augmentation du PSA > 2ng/ml ou plus par rapport au Nadir

32 Prise en charge des récidives après radiothérapie Prostatectomie Pourquoi les détecter? - Haute morbidité - Équipe entraînée Hormonothérapie Thérapie focale : HIFU, Cryothérapie

33 Récidive après radiothérapie : intérêt des biopsies Dg d une récidive locale par des biopsies incertain : Défaut d échantillonnage Délai pour l anatomopathologie (tumeur viable à non viable, biopsies d interprétation délicate dans les 18 premiers mois) 20% de faux négatifs pour les premières biopsies après RT Prostate biopsy status and PSA nadir level as early surrogates for treatment failure: analysis of a prostate cancer randomized radiation dose escalation trial. Int. J. Radiation Oncology Biol. Phys. 2002,

34 Récidive après Radiothérapie Rôle de l imagerie : Cibler les biopsies ++ Identifier les patients candidats à un traitement de rattrapage par chirurgie ou thérapie focale (HIFU, cryothérapie)

35 Récidive après radiothérapie : Où la chercher? Récurrence sur le site de la lésion index

36 Séquence morphologique T2 Diminution du volume prostatique Hyposignal T2 diffus Perte de l anatomie zonale Irrégularité de la capsule Vésicules séminales en hyposignal Épaississement de la paroi vésicale /rectale Modification du signal musculaire /osseux

37 Après radiothérapie Séquence morphologique: aspect de la récidive Hyposignal nodulaire parfois individualisable, site de la lésion index Déformation des contours, effet de masse Cependant hyposignal franc nodulaire non synonyme de récidive Pucar and coll.radiology 2005

38 Après radiothérapie Séquence de perfusion Prise de contraste intense précoce avec wash out Important différentiel de rehaussement entre la fibrose et la récidive Rouvière O et al. Urology, 2004

39

40 IRM : après RT Séquence de diffusion : DWI sensible et spécifique pour détection des récidives Seuil ADC 1200* 10-6 optimal pour la détection des récidives Morgan VA, Riches SF, Giles S, Dearnaley D, desouza NM. Diffusion-weighted MRI for locally recurrent prostate cancer after external beam radiotherapy. AJR Am J Roentgenol. 2012;198(3):

41 T2 et diffusion : Se de 94% et Sp de 75% pour une lésion de 0.4 cc. AJR:198, March 2012 AJR:198, March 2012 Morgan VA, Riches SF, Giles S, Dearnaley D, desouza NM. Diffusion-weighted MRI for locally recurrent prostate cancer after external beam radiotherapy. AJR Am J Roentgenol. 2012;198(3):

42 Récidive après radiothérapie

43 Après RT :séquence de diffusion? T2 + diffusion: Association la plus performante DCE MR : performance moindre Donati et all Radiology March 2013

44 Augmentation du PSA > 3 ng au dessus du nadir T2 DCE b1000

45 Récidive après PR et RT Traitement de rattrapage par HIFU

46 Détection des récidive après RT : PET-TDM Se 81%, PPV 100%, NPV 44%, précision 84% (attention faux positif inflammation post irradiation) «Intraprostatic characterization of recurrent prostate cancer after EBRT with 11C-choline PET is feasible at present but shows a moderate concordance with routine transrectal prostate biopsies (unilateral/vs bilateral). The accuracy is too low for the routine use of this modality in the present scenario» The utility of C Choline PET/CT for imaging Prostate cancer: A pictorial Guide AJR [11C]choline PET for the intraprostatic tumor characterization and localization in recurrent prostate cancer after EBRT. The Quaterly J. Nuclear Med and Molecular Imaging ; Mar 09

47 Récidive après hormonothérapie Modification du signal de la prostate : Dépendant du type et de la durée du traitement Semblable à un aspect post radique Pas de modification des organes de voisinage

48 Récidive après thérapie focale Type de traitement : HIFU Cryothérapie PDT Laser

49 Intérêt de l imagerie Prise en charge : Nouvelle session Ou changement de stratégie Place de l imagerie Détection précoce Guider les biopsies / Cartographie tumorale Guider une nouvelle procédure

50 HIFU Ultrasons focalisés de haute Ablation thermique = destruction par la chaleur d'un tissu biologique pathologique (tumeur) Convergence ondes ultrasonores de haute intensité en un point (effet loupe avec les rayons du soleil), échauffement brutal et intense du tissu (jusqu à 85 C). Abord transrectal.

51 Imagerie après HIFU Localisation de la tumeur influe sur l efficacité du traitement Limite de HIFU : Pas de destruction des lésions situées à distance du transducer (lésion antérieure, même pour petite prostate de moins de 40cc Région apicale proximité du sphincter urétral (marge de 6mm, déterminée en écho, opérateur dépendant...) Récidive potentielle située à la périphérie de la nécrose

52 Monitoring PSA Evolution : Décroissance rapide du PSA Nadir dans les 6 mois Récidive Critère de Phoenix ou PSA > 2ng/ml au dessus du Nadir Mais dépends de l importance du traitement (complet /hémi ablation / focal).

53 Monitoring / biopsies Tous les 3 à 6 mois, ou en cas de réascencion du PSA Manquent de sensibilité pour détecter les petites récidives Intérêt des biopsies ciblées par l imagerie

54 HIFU Imagerie précoce 5 à 10j post op

55 Récidive après HIFU : imagerie précoce IRM J10 évaluation initiale : Perfusion Zone traitée non rehaussée, dimensions fonction du volume traité Entourée d une couronne de 2 à 8 mm, hypervasculaire (médian 4mm), continue, suit la capsule

56 HIFU IRM précoce Evaluation de la nécrose: Localisation/cible initiale Volume Aspect Extension (urèthre, sphincter, rectum,vs..)

57 Récidive après HIFU : imagerie précoce J0 J10 J10 Hémi-ablation gauche

58 Récidive après HIFU : imagerie précoce J0 J10

59 IRM Précoce : évaluation initiale Perfusion Persistance de zones rehaussées au niveau de l apex, la base, extrémité antérieure ou postérieure 1/Prédictive du volume prostatique à 6 mois 2/ Nadir du PSA Kirkham APS et al. Radiology, 2008;246:

60 Imagerie à 6 Mois

61 HIFU Global: imagerie à 6 mois Séquence morphologique T2 : Perte de volume > de plus de 45% Aspect globalement hypointense de la prostate avec une perte de l anatomie zonale (idem cryo et photodynamique thérapie) Présence d une cavité en continuité avec l urètre (identique à celle d une résection transurétrale) Epaississement de la capsule/paroi antérieure du rectum Hyposignal des vésicules séminales PJ de Visschere. Role of MRI in Follow-Up After Focal Therapy for Prostate Carcinoma (AJR june 2010)

62 HIFU Focal : imagerie à 6 mois Zone traitée : Hyposignal T2, atrophie, rétraction, effacement de la capsule. Absence de modification de la zone controlatérale

63 HIFU : évaluation à 6 mois Imagerie MP Distinguer un hyposignal tumoral / zone de fibrose post HIFU Perfusion plus sensible et moins spécifique que T2 diffusion Se > 63-70% et Sp < 74-78% Rouvière Eur Radio; 2008 Kim. AJR, 2008

64 HIFU : évaluation à 6mois Détection d une récidive

65 HIFU : évaluation à 6mois M0 M6

66 Imagerie après HIFU IRM initiale : prédictive de l évolution du PSA et du volume prostatique, évalue la précision du traitement. IRM à 6 mois : détection des récidives, biopsies ciblées, guidage d une seconde ligne de traitement

67 Cryothérapie

68 Après curiethérapie Implantation de grains radioactifs dans la prostate Peu de traitement de rattrapage (HIFU, ) Élévation du PSA: critères de Phoenix IRM dynamique?

69 Conclusion Eliminer une localisation métastatique Détection des récidives locales IRM multiparamétriques Multiples traitements de rattrapage quel que soit le traitement initial

70 Après une prostatectomie radicale pour cancer prostatique, ou sont majoritairement localisées les récidives? A/ La paroi rectale B/ La paroi vésicale C/ L espace rétro vésical D/ Les fonds de vésicules séminales E/ L anastomose uréthro- vésicale

71 Après une prostatectomie radicale pour cancer prostatique, ou sont majoritairement localisées les récidives? A/ La paroi rectale B/ La paroi vésicale C/ L espace rétro vésical D/ Les fonds de vésicules séminales E/ L anastomose uréthro- vésicale

72 Après une thérapie focale, quel est le délai idéal pour la détection des récidives en IRM A/ 10j B/ 2 mois C/ 4 mois D/ 6mois E/ 12mois

73 Après une thérapie focale, quel est le délai idéal pour la détection des récidives en IRM A/ 10j B/ 2 mois C/ 4 mois D/ 6mois E/ 12mois

74 Récidive: quelle imagerie? PSA Dt > 6 mois : risque locale IRM (250 ) PSA Dt < 6 mois : risque métastatique ( ) PSA >1 TEP F Cho (taux de détection de 50 à 85%) PSA < 1 PSA Dt <3 mois TEP F cho PSA Dt >3 mois = Tep peu rentable

L. Sbihi, L. Glas, R. Boutier, N. Girouin, A. Bencheikh, A. Gelet, D. Lyonnet, O. Rouvière Hôpital Ed. Herriot, Lyon - France

L. Sbihi, L. Glas, R. Boutier, N. Girouin, A. Bencheikh, A. Gelet, D. Lyonnet, O. Rouvière Hôpital Ed. Herriot, Lyon - France L. Sbihi, L. Glas, R. Boutier, N. Girouin, A. Bencheikh, A. Gelet, D. Lyonnet, O. Rouvière Hôpital Ed. Herriot, Lyon - France Pré-requis Principe des ultrasons focalisés ou HIFU (High Intensity Focal Ultrasound)

Plus en détail

La prise en charge des patients en récidive de cancer de la prostate : l'enjeu et les moyens pour sa localisation et la re-stadification.

La prise en charge des patients en récidive de cancer de la prostate : l'enjeu et les moyens pour sa localisation et la re-stadification. La prise en charge des patients en récidive de cancer de la prostate : l'enjeu et les moyens pour sa localisation et la re-stadification. Pierre CONORT Service d Urologie Groupe Hospitalier Pitié-Salpêtrière

Plus en détail

Cancer de la Prostate Quoi de neuf?

Cancer de la Prostate Quoi de neuf? Cancer de la Prostate Quoi de neuf? CAFCIM -10 décembre 2011 Y. LE BRAS Imagerie Diagnostique et Thérapeutique de L adulte CHU Bordeaux Généralités 350 000 nouveaux cas/an en Europe 25% des cancers chez

Plus en détail

du cancer de prostate

du cancer de prostate Imagerie des récidives r locales du cancer de prostate Pourquoi? Comment? Pr Olivier Rouvière Service d'imagerie urinaire et vasculaire Hôpital E. Herriot - Lyon Rappels Rappels préliminaires Pourquoi

Plus en détail

IRM du cancer de la prostate. François CORNUD, Paris

IRM du cancer de la prostate. François CORNUD, Paris IRM du cancer de la prostate François CORNUD, Paris IRM du CaP en 2009 1990-2000 : détection des T3 occultes 2000-2010 : évolution technologique IRM fonctionnelle : localiser la tumeur lympho-irm : méts

Plus en détail

Cancer de la prostate

Cancer de la prostate Cancer de la prostate 17 juin 2003 Luc Cormier Prostatectomie radicale Prostatectomie radicale Technique chirurgicale Vésiculo-prostatectomie Prostatectomie radicale Indications pt1c, T2a et T2b Gleason

Plus en détail

Diagnostic du cancer de prostate et de sa récidive Le point de vue du radiologue

Diagnostic du cancer de prostate et de sa récidive Le point de vue du radiologue Diagnostic du cancer de prostate et de sa récidive Le point de vue du radiologue O. Rouvière Service d imagerie urinaire et vasculaire Hôpital E. Herriot, Lyon Plan 1. Détection du cancer avant biopsie

Plus en détail

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE DIAGNOSTIC DES RECIDIVES LOCOREGIONALES GENERALITES VIVIANE FEILLEL INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE Evaluation des séquelles post-thérapeutiques Diagnostic précoce des récidives

Plus en détail

Indications de la radiothérapie

Indications de la radiothérapie traitements, soins et innovation MAI 2009 Indications de la radiothérapie CANCER De la prostate COLLECTION recommandations & référentiels OUTIL D AIDE À LA DÉCISION CONSENSUS D EXPERTS À PARTIR DE RECOMMANDATIONS

Plus en détail

Cancer prostatique traité par ultrasons focalisés s de haute intensité:

Cancer prostatique traité par ultrasons focalisés s de haute intensité: Cancer prostatique traité par ultrasons focalisés s de haute intensité: détection des récidives r locales par IRM O Rouvière, N Girouin, L Glas, A Ben Cheikh, A Gelet, F Mège-Lechevallier, D Lyonnet Hôpital

Plus en détail

Evaluation individuelle Du 22 24 mars 2013

Evaluation individuelle Du 22 24 mars 2013 PRINTEMPS DE L AFCOR Le Cancer de la Prostate Evaluation individuelle Du 22 24 mars 2013 QCM CaP à haut risque Place de la chirurgie Pr Michel SOULIE Question 1 Parmi les propositions suivantes concernant

Plus en détail

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris Cancer du rectum France : 15000 décès/an : 1ère cause. Pronostic souvent réservé Métastases

Plus en détail

Indications thérapeutiques dans le cancer de la prostate non métastatique selon les critères pronostiques- Recommandations et choix du malade

Indications thérapeutiques dans le cancer de la prostate non métastatique selon les critères pronostiques- Recommandations et choix du malade Indications thérapeutiques dans le cancer de la prostate non métastatique selon les critères pronostiques- Recommandations et choix du malade Marine CABOURG - Pr DUBRAY Centre Henri Becquerel - ROUEN 27

Plus en détail

RTC 3D prostate post opératoire. Principes du traitement

RTC 3D prostate post opératoire. Principes du traitement RTC 3D prostate post opératoire Principes du traitement En salle de consultation Examen clinique, symptômes urinaires Attendre récupération urinaire pour traiter PSA pré et post op, vélocité Compte rendu

Plus en détail

Evaluation précoce de la chimiothérapie néo-adjuvante par IRM. P Taourel, E Pages, C Alili (CHU Montpellier)

Evaluation précoce de la chimiothérapie néo-adjuvante par IRM. P Taourel, E Pages, C Alili (CHU Montpellier) Evaluation précoce de la chimiothérapie néo-adjuvante par IRM P Taourel, E Pages, C Alili (CHU Montpellier) Pourquoi? Prise en charge personnalisée du cancer du sein Morbidité et coût d une chimiothérapie

Plus en détail

UNIVERSITE CHEIKH ANTA DIOP DE DAKAR FACULTE DE MEDECINE, DE PHARMACIE ET D ODONTOLOGIE. Dr LAFDAL. SA Dr AKPO Geraud

UNIVERSITE CHEIKH ANTA DIOP DE DAKAR FACULTE DE MEDECINE, DE PHARMACIE ET D ODONTOLOGIE. Dr LAFDAL. SA Dr AKPO Geraud UNIVERSITE CHEIKH ANTA DIOP DE DAKAR FACULTE DE MEDECINE, DE PHARMACIE ET D ODONTOLOGIE Dr LAFDAL. SA Dr AKPO Geraud OBJECTIFS Décrire les différents aspects échographiques des cancers de la prostate Préciser

Plus en détail

Apport du couple IRM - échographie de contraste avant biopsie de prostate

Apport du couple IRM - échographie de contraste avant biopsie de prostate Apport du couple IRM - échographie de contraste avant biopsie de prostate X. Coutouly, V. Perot, G. Rigou, G. Robert, C. Calvet, N Grenier - hôpital Pellegrin CHU Bordeaux -FRANCE- BUT DE L ETUDE Déterminer

Plus en détail

Imagerie: intérêt du PETscan en Urologie Congres Francophone d Oncologie Multidisciplinaire: session urologie octobre 2016

Imagerie: intérêt du PETscan en Urologie Congres Francophone d Oncologie Multidisciplinaire: session urologie octobre 2016 Imagerie: intérêt du PETscan en Urologie Congres Francophone d Oncologie Multidisciplinaire: session urologie 13-15 octobre 2016 Dr Isabelle Brenot-Rossi Institut Paoli-Calmettes plan Cancers des voies

Plus en détail

Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux. Jeudi 25 Septembre 2008

Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux. Jeudi 25 Septembre 2008 Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux Jeudi 25 Septembre 2008 Indications oncologiques Indications issues des SOR (standards, options et recommandations).

Plus en détail

Pilotez le progrès dans le traitement du cancer localisé de la prostate

Pilotez le progrès dans le traitement du cancer localisé de la prostate Pilotez le progrès dans le traitement du cancer localisé de la prostate - High Intensity Focused Ultrasound www.edap-tms.com Ablatherm Prenez les commandes de votre nouvel assistant opératoire High Intensity

Plus en détail

Cancer Prostatique Localement Avancé (T3) Pr. Vincent RAVERY

Cancer Prostatique Localement Avancé (T3) Pr. Vincent RAVERY Cancer Prostatique Localement Avancé (T3) Pr. Vincent RAVERY Introduction Diagnostic précoce / Dépistage Nombre relatif stable de cancers de la prostate (CaP) localement avancés Meilleure stadification

Plus en détail

Yves Gandon CANCER DU RECTUM

Yves Gandon CANCER DU RECTUM Yves Gandon CANCER DU RECTUM Enjeux Problème de santé publique: 2 nd K pays développés, 1/3 des CCR 15000 nouveaux cas/ an en France Mauvais pronostic selon : extension locale T, CRM et lymphonoeuds N

Plus en détail

Tumeurs du foie. Item 151. GRANDVALLET Céline DCEM3

Tumeurs du foie. Item 151. GRANDVALLET Céline DCEM3 Tumeurs du foie Item 151 GRANDVALLET Céline DCEM3 - Le foie peut être le siège de différentes tumeurs : bénignes ou malignes. - Les différents examens d imagerie sont des outils performants qui nous permettent

Plus en détail

IRM du Cancer du Rectum

IRM du Cancer du Rectum IRM du Cancer du Rectum quels CHOIX TECHNIQUES pour quels OBJECTIFS THERAPEUTIQUES? Frank Boudghène, T. Andre, A. Stivalet, I. Frey, L. Paslaru, V. Ganthier, M. Tassart Hopital Tenon - Université Paris

Plus en détail

TEP Choline et cancer de la prostate

TEP Choline et cancer de la prostate TEP Choline et cancer de la prostate Eric ZERBIB CIMEN Centre Chirurgical Val d Or, 92210 Saint-Cloud, eric.zerbib@cimen.fr Pas de conflit d intérêt pour cette communication Médecins Nucléaires et Urologues

Plus en détail

IRM pelvienne Cancer de la prostate

IRM pelvienne Cancer de la prostate IRM pelvienne Cancer de la prostate Dr Jean-Yves Meuwly Service de Radiodiagnostic et Radiologie Interventionnelle,, CHUV-Lausanne Cancer de la prostate Tumeur la plus fréquente chez l homme Troisième

Plus en détail

Actualités du traitement du cancer Radiothérapie

Actualités du traitement du cancer Radiothérapie Actualités du traitement du cancer Radiothérapie Véronique Vendrely Service d oncologie radiothérapie Hôpital Saint André Bordeaux Club des jeunes néphrologues 20 Mai 2006 Introduction Quelques bases pour

Plus en détail

INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN

INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN Calformed, 09/02/2007, Dr J.M Loez, Calais INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN I - RAPPEL DE LA CLASSIFICATION CLINIQUE DES CANCERS DU SEIN A - TUMEUR PRIMITIVE Tx non déterminé To pas de

Plus en détail

Imagerie mammaire: et après le cancer? S.Dechoux, A. Morel, I.Thomassin-Naggara, J.Chopier

Imagerie mammaire: et après le cancer? S.Dechoux, A. Morel, I.Thomassin-Naggara, J.Chopier Imagerie mammaire: et après le cancer? S.Dechoux, A. Morel, I.Thomassin-Naggara, J.Chopier Les problématiques rencontrées Détection de reliquat tumoral Detection récidive Patiente asymptomatique Patiente

Plus en détail

Dr David LUSSATO Dr Mathieu QUENEAU. 14 Octobre 2010

Dr David LUSSATO Dr Mathieu QUENEAU. 14 Octobre 2010 Dr David LUSSATO Dr Mathieu QUENEAU 14 Octobre 2010 Indication (B2) - Suspicion de récidive locale ou métastatique Bourguet P, Hitzel A, Houvenaeghel G, Vinatier D, Bosquet L, Bonichon F,Corone C, Giard-Lefevre

Plus en détail

T3 T N 58 : : - 2009 3 2M

T3 T N 58 : : - 2009 3 2M CAS CLINIQUE Monsieur M âgé de 58 ans MOTIF D HOSPITALISATION : découverte d un nodule pulmonaire unique chez un patient avec ATCD de néoplasie pulmonaire ANTECEDENT : - pneumonectomie G en 2009 pour un

Plus en détail

PLACE DE LA CHIRURGIE EN ONCO-UROLOGIE

PLACE DE LA CHIRURGIE EN ONCO-UROLOGIE PLACE DE LA CHIRURGIE EN ONCO-UROLOGIE Pr François Kleinclauss Service d Urologie et Transplantation Rénale CHU de Besançon FACTEURS DE CHOIX DU TRAITEMENT Classification pronostique de d Amico - PSA -

Plus en détail

Cancer de prostate T3 La part du radiothérapeute. Pierre Blanchard/Alberto Bossi Institut Gustave Roussy

Cancer de prostate T3 La part du radiothérapeute. Pierre Blanchard/Alberto Bossi Institut Gustave Roussy Cancer de prostate T3 La part du radiothérapeute Pierre Blanchard/Alberto Bossi Institut Gustave Roussy Il y a T3 et T3 T2b? T3 Il y a T3 et T3 et T3 Il y a T3 et T3 et T3 et T3 Bilan d extension TDM AP

Plus en détail

B Gallix, Montpellier/Fr

B Gallix, Montpellier/Fr 1/64 IRM du cancer du rectum Pré / Post radiothérapie rapie B Gallix, Montpellier/Fr 2/64 IRM du rectum: Rappel radio- n Rectum n Fascias n Releveur de l anusl n Sphincters anatomique 3/64 Rappel radio-anatomique

Plus en détail

Bilan d extension locale d une tumeur rectale. François Jausset, Radiologie Brabois Adultes

Bilan d extension locale d une tumeur rectale. François Jausset, Radiologie Brabois Adultes Bilan d extension locale d une tumeur rectale François Jausset, Radiologie Brabois Adultes Introduction - Déterminer l extension locale précise d une tumeur rectale est un enjeu majeur pour le radiologue

Plus en détail

Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein

Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein Docteur Maryannick Bryselbout, Hôpital d Aix en Provence Docteur Olivier Marpeau, Clinique de l Étoile Cancer le plus fréquent de la femme En France,

Plus en détail

Cancer du rectum, ce qui va changer et pourquoi. Excision du mésorectum: par en haut ou par en bas?

Cancer du rectum, ce qui va changer et pourquoi. Excision du mésorectum: par en haut ou par en bas? Cancer du rectum, ce qui va changer et pourquoi. Excision du mésorectum: par en haut ou par en bas? Michel RIVOIRE, Valeria BASSO Département de Chirurgie Oncologique Centre Léon Bérard, INSERM 1032 69

Plus en détail

Cancers Digestifs : Philippe Soyer. Service de Radiologie. ti Hôpital Lariboisière GRIVIL

Cancers Digestifs : Philippe Soyer. Service de Radiologie. ti Hôpital Lariboisière GRIVIL Cancers Digestifs : Quelle Imagerie? Philippe Soyer Service de Radiologie Viscérale et Interventionnelle ti Hôpital Lariboisière GRIVIL Détection ti tumorale Extension locale Extension à distance Surveillance

Plus en détail

Traitement du Cancer Prostatique Quel traitement curatif?

Traitement du Cancer Prostatique Quel traitement curatif? Traitement du Cancer Prostatique Quel traitement curatif? Guideline for the Management of Clically Localized Prostate Cancer : 2007 update. From the American Urological Association Education and Research,

Plus en détail

Second cancer après radiothérapie mammaire

Second cancer après radiothérapie mammaire Second cancer après radiothérapie mammaire Sophie Guillerm, service de radiothérapie, Hôpital St Louis Florence Coussy, service d oncologie, Institut Curie Vendredi 25/09/2015 Introduction incidence nombre

Plus en détail

CANCER DE LA PROSTATE

CANCER DE LA PROSTATE CANCER DE LA PROSTATE Il peut se présenter sous la forme d une tumeur localisée (circonscrite à la prostate) ou sous une forme évoluée, avec des métastases ganglionnaires et osseuses. La prostate est une

Plus en détail

BILAN D EXTENSION ET SUIVI DANS LE TRAITEMENT DES LYMPHOMES

BILAN D EXTENSION ET SUIVI DANS LE TRAITEMENT DES LYMPHOMES BILAN D EXTENSION ET SUIVI DANS LE TRAITEMENT DES LYMPHOMES Fourati.H, Feki.W, Hentati.Y, Kaddour.I, Mdhaffar.M*, Daoud.E, Mnif.Z Service d Imagerie médicale CHU Hédi Chaker Sfax, Tunisie *Service d Hématologie

Plus en détail

CARCINOME PAPILLAIRE DE LA

CARCINOME PAPILLAIRE DE LA CARCINOME PAPILLAIRE DE LA THYROIDE NIVEAU DU RISQUE DEFINI DANS LE CONSENSUS Epidémiologie: carcinomes papillaires(85-90%) vésiculaires (5-8%) et peu différenciés (3-5%) Très faible niveau de risque:

Plus en détail

Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT

Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT ANAMACaP Association Nationale des Malades du Cancer de la Prostate 17, bis Avenue Poincaré. 57400 SARREBOURG Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT Place des nouvelles techniques d imagerie

Plus en détail

IRM dans le bilan initial d extension local des tumeurs rectales. Valérie CROISE-LAURENT Service de Radiologie Adultes Hôpitaux de Brabois CHU-Nancy

IRM dans le bilan initial d extension local des tumeurs rectales. Valérie CROISE-LAURENT Service de Radiologie Adultes Hôpitaux de Brabois CHU-Nancy IRM dans le bilan initial d extension local des tumeurs rectales Valérie CROISE-LAURENT Service de Radiologie Adultes Hôpitaux de Brabois CHU-Nancy Spécificités prise en charge thérapeutique d un cancer

Plus en détail

Limitations. N est pas conçu pour

Limitations. N est pas conçu pour PI RADS V2 Objectifs 2012 PI RADS V1 2015 PI RADS V2 Établir les paramètres minimum acceptables pour mpmri Simplifier et standardiser la terminologie et le compte-rendu radiologique Faciliter l utilisation

Plus en détail

Après traitement du cancer localisé de la prostate

Après traitement du cancer localisé de la prostate Radiothérapie du cancer de la prostate localisé dossier thématique Thérapeutiques focales en traitement de rattrapage des cancers de la prostate traités par radiothérapie ou curiethérapie Focal salvage

Plus en détail

CANCER DE PROSTATE LOCALISE. Référentiel RCP ONCO-UROLOGIE DE BASSE-NORMANDIE

CANCER DE PROSTATE LOCALISE. Référentiel RCP ONCO-UROLOGIE DE BASSE-NORMANDIE CANCER DE PROSTATE LOCALISE Référentiel RCP ONCO-UROLOGIE DE BASSE-NORMANDIE La mise à jour à jour a été effectuée à partir des recommandations 2010 en onco-urologie (AFU, EAU, ESMO, INCA), et de publications

Plus en détail

Traitement du cancer localisé de la prostate. par Ultrasons Focalisés de Haute Intensité. Information patient

Traitement du cancer localisé de la prostate. par Ultrasons Focalisés de Haute Intensité. Information patient Traitement du cancer localisé de la prostate par Ultrasons Focalisés de Haute Intensité Information patient www.hifu-planet.fr Un site internet riche en informations est à votre disposition pour tout savoir

Plus en détail

Tumeurs rectales. Bilan d extension A.OLIVER F.JAUSSET 2013

Tumeurs rectales. Bilan d extension A.OLIVER F.JAUSSET 2013 Tumeurs rectales. Bilan d extension A.OLIVER F.JAUSSET 2013 Introduction - Déterminer l extension locale précise d une tumeur rectale est un enjeu majeur pour le radiologue - Le bilan local s associe à

Plus en détail

Performance de l IRM Multi-Paramétrique et de l Elastographie ShearWave dans le Diagnostic du Cancer de la Prostate

Performance de l IRM Multi-Paramétrique et de l Elastographie ShearWave dans le Diagnostic du Cancer de la Prostate JFR 2013 Performance de l IRM Multi-Paramétrique et de l Elastographie ShearWave dans le Diagnostic du Cancer de la Prostate JM Correas 1+2+3, A Khairoune 1, AM Tissier 1, G Khoury 1+2, O Hélénon 1+2 1:

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES METASTASES HEPATIQUES PAR RF DES CANCERS DU SEIN ET DES CANCERS COLO- RECTAUX. ETUDE COMPARATIVE

PRISE EN CHARGE DES METASTASES HEPATIQUES PAR RF DES CANCERS DU SEIN ET DES CANCERS COLO- RECTAUX. ETUDE COMPARATIVE PRISE EN CHARGE DES METASTASES HEPATIQUES PAR RF DES CANCERS DU SEIN ET DES CANCERS COLO- RECTAUX. ETUDE COMPARATIVE PRISE EN CHARGE DES METASTASES HEPATIQUES Chirurgie. Chimiothérapie. Techniques de destruction

Plus en détail

Bases de la radiothérapie externe Particularités du sujet âgé. Dr Françoise Pêne

Bases de la radiothérapie externe Particularités du sujet âgé. Dr Françoise Pêne Bases de la radiothérapie externe Particularités du sujet âgé Dr Françoise Pêne 10 FEVRIER 2012 Bases de la Radiothérapie Historique - 1895 : rayons X (Röntgen) - 1896 : radioactivité (Becquerel) - 1898

Plus en détail

Indications de l IRM préopératoire. Dr. A. Coessens CHU St. Pierre Clinique du Sein ISALA

Indications de l IRM préopératoire. Dr. A. Coessens CHU St. Pierre Clinique du Sein ISALA Indications de l IRM préopératoire. Dr. A. Coessens CHU St. Pierre Clinique du Sein ISALA 1 IRM du sein: généralités Sensibilité - spécificité bilan sénologique classique : mammographie, échographie indications

Plus en détail

IRM Mammaire Quelles indications en 2014? Dr Marie Hélène CARACO

IRM Mammaire Quelles indications en 2014? Dr Marie Hélène CARACO IRM Mammaire Quelles indications en 2014? Dr Marie Hélène CARACO 1 Introduction a IRM : imagerie de l angiogénèse tumorale améliore la sensibilité de détection (> 90 %) par contre faible spécificité (70

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE PREVENTION ET DIAGNOSTIC PRECOCE. * Dépistage individuel après information du patient chez des hommes âgés de 45 à 70 ans.

EPIDEMIOLOGIE PREVENTION ET DIAGNOSTIC PRECOCE. * Dépistage individuel après information du patient chez des hommes âgés de 45 à 70 ans. EPIDEMIOLOGIE Le cancer de la prostate est le cancer le plus fréquent chez l homme en France, mais aussi en Martinique (54% des cancers masculins enregistrés par le Registre des cancers*) où le taux standardisé

Plus en détail

Valeur de l IRM endorectale dans la stadification du cancer de prostate localisé

Valeur de l IRM endorectale dans la stadification du cancer de prostate localisé Progrès en Urologie (1997), 7, 449-454 Valeur de l IRM endorectale dans la stadification du cancer de prostate localisé Jean-Louis PARIENTE (1), François JACOB (1), Hervé TRILLAUD (2), Colette DEMINIERE

Plus en détail

Valeur prédictive négative de l IRM : quand et comment l utiliser?

Valeur prédictive négative de l IRM : quand et comment l utiliser? Valeur prédictive négative de l IRM : quand et comment l utiliser? MRI negative predictive negative: when and how to use it? M. Asad-syed, S. Ferron, M. Boisserie-Lacroix et G. Hurtevent 3 Mots clés :

Plus en détail

Christelle Tychyj, CHLS

Christelle Tychyj, CHLS Christelle Tychyj, CHLS Estimation du VOLUME TUMORAL sur des critères morphologiques +++ qui ont fait lobjet de consensus internationnaux RECIST 1.1 tumeurs solides CHESON lymphomes Essais thérapeutiques

Plus en détail

Dr Alexis HUGENTOBLER Médecin Nucléaire Hôpital Privé de la Louvière Lille NordTEP - Lille TEP de l Union- Roubaix

Dr Alexis HUGENTOBLER Médecin Nucléaire Hôpital Privé de la Louvière Lille NordTEP - Lille TEP de l Union- Roubaix Dr Alexis HUGENTOBLER Médecin Nucléaire Hôpital Privé de la Louvière Lille NordTEP - Lille TEP de l Union- Roubaix Oncomel le 2 juillet 2014 Indication AMM : - Recherche de maladie résiduelle : Diminution

Plus en détail

Prise en charge chirurgicale du cancer de la prostate. Hervé Baumert

Prise en charge chirurgicale du cancer de la prostate. Hervé Baumert Prise en charge chirurgicale du cancer de la prostate Hervé Baumert 1 70 000 nouveaux cas/ an EPIDEMIOLOGIE 1 er cancer en fréquence 1 homme sur 6 entre 60-80 ans 3éme cause de décès par cancer : 9000

Plus en détail

Prise en charge thérapeutique des Cancers de Prostate stades T1 - T2 - T3 - No

Prise en charge thérapeutique des Cancers de Prostate stades T1 - T2 - T3 - No Prise en charge thérapeutique des Cancers de Prostate stades T1 - T2 - T3 - No Radiothérapie et Cancer Prostatique Radiothérapie conventionnelle (1) Techniques et complications 65-72 Gy (~ 2 Gy/j - 7 semaines)

Plus en détail

Radiothérapie de la tumeur primitive (GTV) Extension loco-régionale 01/04/2011. Quelles images pour les nouvelles techniques de radiothérapie?

Radiothérapie de la tumeur primitive (GTV) Extension loco-régionale 01/04/2011. Quelles images pour les nouvelles techniques de radiothérapie? Quelles images pour les nouvelles techniques de radiothérapie? Le point de vue du radiologue Valeur diagnostique des différentes méthodes d imagerie (CT,IRM,TEP) Plan : Valeur diagnostique des différentes

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET BILAN D EXTENSION DU CANCER DU TESTICULE A. TOUIMER M. BOUBRIT IMAGERIE MEDICALE CHU BENI MESSOUS

DIAGNOSTIC ET BILAN D EXTENSION DU CANCER DU TESTICULE A. TOUIMER M. BOUBRIT IMAGERIE MEDICALE CHU BENI MESSOUS DIAGNOSTIC ET BILAN D EXTENSION DU CANCER DU TESTICULE A. TOUIMER M. BOUBRIT IMAGERIE MEDICALE CHU BENI MESSOUS INTRODUCTION Rare Tumeurs germinales (95%) -TG séminomateuse (35-45ans) -TG non séminomateuse

Plus en détail

Sémiologie en imagerie

Sémiologie en imagerie Sémiologie en imagerie gynécologique et obstétricale Pr Alain Le Blanche Université de Picardie Jules Verne le_blanche.alain@chu-amiens.fr 03 22 66 84 07 Amphithéâtres Sylvius_Riolan lundi 28 septembre

Plus en détail

Chirurgie palliative des cancers du sein

Chirurgie palliative des cancers du sein Chirurgie palliative des cancers du sein Dr MARTIN-FRANCOISE Sandrine Centre François Baclesse CAEN 1 / xx Cancers du sein métastatiques Cancer du sein d emblée métastatique : 1 à 2% Puis cancer devenant

Plus en détail

UN AGENT DE CONTRASTE CELLULAIRE POUR LA RMN DOTE D UN ÉNORME POTENTIEL CLINIQUE

UN AGENT DE CONTRASTE CELLULAIRE POUR LA RMN DOTE D UN ÉNORME POTENTIEL CLINIQUE UN AGENT DE CONTRASTE CELLULAIRE POUR LA RMN DOTE D UN ÉNORME POTENTIEL CLINIQUE (Traduit et adapté d après Barentsz J. 2005. Intra Venous cellular MR contrast agent with an enormous clinical potential.

Plus en détail

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Nader Khaouam MD Laurie Archambault 28 mars 2014 Présentation du cas H - 20 ans, monteur et soudeur d acier Aucun antécédent X 2

Plus en détail

EVALUATION PAR IRM DU CANCER DE L ENDOMETRE : VERS UNE CLASSIFICATION «FIGO-IRM»?

EVALUATION PAR IRM DU CANCER DE L ENDOMETRE : VERS UNE CLASSIFICATION «FIGO-IRM»? EVALUATION PAR IRM DU CANCER DE L ENDOMETRE : VERS UNE CLASSIFICATION «FIGO-IRM»? I Jammet (1), E Decroisette (1), M Pouquet (1), Y Aubard (1), JP Rouanet (2), A Maubon (1) (1) Limoges France, (2) Montpellier

Plus en détail

TEP A LA FLUOROMETHYLCHOLINE -(18F) ET CANCER DE LA PROSTATE. Médecine Nucléaire Hôpital Tenon

TEP A LA FLUOROMETHYLCHOLINE -(18F) ET CANCER DE LA PROSTATE. Médecine Nucléaire Hôpital Tenon TEP A LA FLUOROMETHYLCHOLINE -(18F) ET CANCER DE LA PROSTATE Médecine Nucléaire Hôpital Tenon FDG ET CANCER DE LA PROSTATE Utilisation non recommandée: Faible activité glycolytique de ce cancer Forte excrétion

Plus en détail

Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire

Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire Ramona ITTI, physicienne médicale Service de Cancérologie - Radiothérapie hôpital St. Louis Les Matinées de l Innovation, 27 septembre 2013

Plus en détail

INTERET DIAGNOSTIQUE DES SEQUENCES IRM DYNAMIQUES DE PERFUSION ET DE DIFFUSION DANS LE BILAN DES TUMEURS PAROTIDIENNES

INTERET DIAGNOSTIQUE DES SEQUENCES IRM DYNAMIQUES DE PERFUSION ET DE DIFFUSION DANS LE BILAN DES TUMEURS PAROTIDIENNES INTERET DIAGNOSTIQUE DES SEQUENCES IRM DYNAMIQUES DE PERFUSION ET DE DIFFUSION DANS LE BILAN DES TUMEURS PAROTIDIENNES ETUDE RETROSPECTIVE CHEZ 30 PATIENTS N. Hoarau, J. Gabrillargues, B. Claise, B. Jean,

Plus en détail

Aspect en IRM des lésions kystiques du pancréas

Aspect en IRM des lésions kystiques du pancréas Aspect en IRM des lésions kystiques du pancréas G.Piana (1), O.Turrini (2), M.Giovannini (3), J-R.Delpero (2), A.Sarran (1) (1) Service d imagerie médicale (2) Service de chirurgie digestive (3) Service

Plus en détail

RTC 3D ENDOMETRE POST OPERATOIRE. Principes généraux

RTC 3D ENDOMETRE POST OPERATOIRE. Principes généraux RTC 3D ENDOMETRE POST OPERATOIRE Principes généraux Données cliniques Me C, Age, OMS 0 Antécédents Métrorragies post ménopausique? Ex complémentaires = hystéroscopie curetage et TDM TAP Chirurgie: hystérectomie

Plus en détail

Cas clinique Sein N 1 M. ESPIE

Cas clinique Sein N 1 M. ESPIE Cas clinique Sein N 1 M. ESPIE Cas clinique Patiente âgée de 46 ans Antécédents familiaux: Mère décédée d un cancer du sein à l âge de 41 ans (2 ans post-diagnostic) Grand-mère: cancer du sein à 45 ans,

Plus en détail

Traitements néoadjuvants des cancers du rectum. Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse

Traitements néoadjuvants des cancers du rectum. Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse Traitements néoadjuvants des cancers du rectum Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse Journées Francophones d Hépato-gastroentérologie et d Oncologie Digestive 2010 CONFLITS D INTÉRÊT Pas de conflit d intérêt

Plus en détail

L adénocarcinome. Le cancer de la prostate : ce que vous devez savoir. Mise à

L adénocarcinome. Le cancer de la prostate : ce que vous devez savoir. Mise à Le cancer de la prostate : ce que vous devez savoir Mise à j our Jean-Baptiste Lattouf, MD, FRCS et Fred Saad, MD, FRCS Présenté dans le cadre de la conférence : Urologie néphrologie sexologie, Université

Plus en détail

Impact de l IRM sur la prise en charge d un cancer de prostate

Impact de l IRM sur la prise en charge d un cancer de prostate Le point de vue d une autre spécialité Impact de l IRM sur la prise en charge d un cancer de prostate Impact of MRI in the work up of prostate cancer François Cornud 1, Frédéric Lecouvet 2, Daniel Portalez

Plus en détail

CANCER DE PROSTATE. Diagnostic. Anapath FDR. Dépistage : recos AFU Modes de révélation PSA. > 50 ans : Premier K de l H > 50 ans

CANCER DE PROSTATE. Diagnostic. Anapath FDR. Dépistage : recos AFU Modes de révélation PSA. > 50 ans : Premier K de l H > 50 ans CANCER DE PROSTATE FDR > 50 ans : Premier K de l H > 50 ans Hérédité : 2 parents au 1er degré 1 parent avant 55 ans Ethnie : Afro-antillais +++ Anapath ADK ++++++ (90%) Hormono-dépendant ++ 2 caractéristiques

Plus en détail

Le cancer de la prostate à haut risque : les controverses de la prise en charge M.HAROUNI/ K.CHETTIBI

Le cancer de la prostate à haut risque : les controverses de la prise en charge M.HAROUNI/ K.CHETTIBI Le cancer de la prostate à haut risque : les controverses de la prise en charge M.HAROUNI/ K.CHETTIBI AAU, Hôtel El Auras si 13 Décembre 2014 Pourquoi le cancer de la prostate à haut risque est sujet à

Plus en détail

Le cancer de prostate. AMPPU du 25/09/2004 J.P.Pellerin A.Six J.M.Suty

Le cancer de prostate. AMPPU du 25/09/2004 J.P.Pellerin A.Six J.M.Suty Le cancer de prostate AMPPU du 25/09/2004 J.P.Pellerin A.Six J.M.Suty Cas clinique n 1 50 ans asymptomatique PSA = 2,35 ng/ml L/T = 11% TR normal echo normale Cas clinique n 1 50 ans asymptomatique PSA

Plus en détail

CANCER DE LA PROSTATE

CANCER DE LA PROSTATE CANCER DE LA PROSTATE X. REBILLARD, A. VILLERS, A. RUFFION, P. BEUZEBOC, A. SOULIE, P. RICHAUD, B. BARRE, P. ESCHWEGE, E. FONTAINE, V. MOLINIE, J.L. MOREAU, M. PENEAU, V. RAVERY, F. STAERMAN 29 30 Progrès

Plus en détail

Imagerie des cancers bronchiques

Imagerie des cancers bronchiques Imagerie des cancers bronchiques Quoi de neuf en 2012? V Servois - Institut Curie Paris AFCOR 2012 Objectif du staging Rôles - Sélectionner les candidats à la chirurgie - Planifier l intervention - Planifier

Plus en détail

14/ Tumeurs de la prostate

14/ Tumeurs de la prostate SEMESTRE 5 UE 2.9.S5 Processus tumoraux 14/ Tumeurs de la prostate Carcinogénèse Conversion d'une cellule normale vers une cellule tumorale Cellule normale: division cellulaire, apoptose Cellule tumorale:

Plus en détail

Traitement néo adjuvant par Cyberknife du cancer du sein: aspect en IRM

Traitement néo adjuvant par Cyberknife du cancer du sein: aspect en IRM Traitement néo adjuvant par Cyberknife du cancer du sein: aspect en IRM C. Marcotte Bloch (1), C. Chapellier (1), C Maestro (1), PY. Bondiau (2) (1) Service de Radiodiagnostic et (2) Service de Radiothérapie

Plus en détail

- Effets secondaires des traitements - Métastases - Second cancer après cancer du sein - Qualité de vie BENEFICES ET MODALITES DE SURVEILLANCE

- Effets secondaires des traitements - Métastases - Second cancer après cancer du sein - Qualité de vie BENEFICES ET MODALITES DE SURVEILLANCE SURVEILLANCE DU CANCER DU SEIN TRAITE ( VIVIANE FEILLEL) SURVEILLANCE LOCOREGIONALE - Séquelles post-thérapeutiques - Récidive homolatérale - Cancer du sein controlatéral SURVEILLANCE GENERALE - Effets

Plus en détail

IRM mammaire : quelles indications?

IRM mammaire : quelles indications? JIM.fr 05 mars 2015 IRM mammaire : quelles indications? Centre d imagerie médicale JURAS, Paris Service de radiodiagnosic, Hôpital René Huguenin, Institut CURIE L'IRM améliore la détection des tumeurs

Plus en détail

CANCER DE LA PROSTATE

CANCER DE LA PROSTATE CANCER DE LA PROSTATE QUEL TRAITEMENT POUR QUEL PATIENT? Pr M. ZERBIB Hôpital Cochin, Paris Cancer localisé de la prostate: les acquis d une décennie Diagnostic précoce Evaluation plus précise : biopsies,

Plus en détail

UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire

UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire Imagerie Imagerie de Gamma Caméra Tomographie d émission monophotoniqueou TEMP: radiopharmaceutiqueémetteurs de rayonnement Gamma Imagerie de Caméra TEP

Plus en détail

Généralités. Imagerie du cancer de l endomètre. Diagnostic. Echographie pelvienne. Métrorragies : étiologie? Echographie pelvienne

Généralités. Imagerie du cancer de l endomètre. Diagnostic. Echographie pelvienne. Métrorragies : étiologie? Echographie pelvienne Généralités Imagerie du cancer de DES de gynécologie 09 février 2007 Edouard Poncelet, Pr D Vinatier Service d Imagerie médicale, JDF Service de Chirurgie gynécologique, JDF 3 cancer chez la femme (sein,

Plus en détail

Réseau Onco Poitou-Charentes Mise à jour du référentiel régional des tumeurs de l endomètre (Décembre 2013) ******* ******* Sous la conduite de :

Réseau Onco Poitou-Charentes Mise à jour du référentiel régional des tumeurs de l endomètre (Décembre 2013) ******* ******* Sous la conduite de : 1 Les référentiels de bonnes pratiques cliniques des tumeurs de l endomètre. Version 2013 Sous la conduite de : Cédric NADEAU Service de Gynécologie - Obstétrique - CHU de Poitiers & Yannick THIROUARD

Plus en détail

IMAGERIE DU CANCER DE LA PROSTATE. Le 27/02/2015 Dr SAMIR Samar Radiologie CLCC François Baclesse - CAEN

IMAGERIE DU CANCER DE LA PROSTATE. Le 27/02/2015 Dr SAMIR Samar Radiologie CLCC François Baclesse - CAEN IMAGERIE DU CANCER DE LA PROSTATE Le 27/02/2015 Dr SAMIR Samar Radiologie CLCC François Baclesse - CAEN GENERALITES SUR LE CANCER DE LA PROSTATE 1 er rang des cancers incidents et 3 ème cause de décès

Plus en détail

CHIRURGIE DANS LES CANCERS DU SEIN

CHIRURGIE DANS LES CANCERS DU SEIN CHIRURGIE DANS LES CANCERS DU SEIN FORMATION IDE ONCOLOGIE-HÉMATOLOGIE «Connaissance de la maladie cancéreuse» T. de Lapparent, unité de pathologie mammaire, CHBM PLAN Définitions Place de la chirurgie

Plus en détail

Atelier 1: Oncogénétique. O. Cohen-Haguenauer, M. Albiter, N. Espié, L. Cahen-Doidy

Atelier 1: Oncogénétique. O. Cohen-Haguenauer, M. Albiter, N. Espié, L. Cahen-Doidy Atelier 1: Oncogénétique O. Cohen-Haguenauer, M. Albiter, N. Espié, L. Cahen-Doidy 2 Cas clinique Mme L C Historique Patiente âgée de 61 ans 1998 -Traitement conservateur d un CLI (carcinome lobulaire

Plus en détail

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Le Cancer du rein

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Le Cancer du rein CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN Le Cancer du rein Le cancer du rein représente 3% des cancers de l adulte. Il s agit du troisième cancer urologique après le cancer de prostate et celui de la vessie. L

Plus en détail

Evaluation de la qualité du contenu De la RCP Enquête du réseau ONCOPIC et du Registre du Cancer de la Somme

Evaluation de la qualité du contenu De la RCP Enquête du réseau ONCOPIC et du Registre du Cancer de la Somme Evaluation de la qualité du contenu De la RCP Enquête du réseau ONCOPIC du Registre du Cancer de la Somme Etat des lieux en 2003 Enquête de la CNAM QUALITE DE LA PRISE EN CHARGE RCP «théorique» (Enquête

Plus en détail

LESIONS ACR3 EN MAMMOGRAPHIE ET ECHOGRAPHIE: définition, conduite àtenir. Dr M GAYET, Dr M FONSECA, Dr V CALMELS CHU Bicêtre

LESIONS ACR3 EN MAMMOGRAPHIE ET ECHOGRAPHIE: définition, conduite àtenir. Dr M GAYET, Dr M FONSECA, Dr V CALMELS CHU Bicêtre LESIONS ACR3 EN MAMMOGRAPHIE ET ECHOGRAPHIE: définition, conduite àtenir Dr M GAYET, Dr M FONSECA, Dr V CALMELS CHU Bicêtre Définition ACR 3: Anomalie probablement bénigne Risque de malignité inférieur

Plus en détail

Cancers des sinus et des fosses nasales

Cancers des sinus et des fosses nasales Chapitre 8 Cancers des sinus et des fosses nasales Les cancers du cavum, sinus et glandes salivaires sont des tumeurs rares selon la définition du REFCOR. Les cancers des sinus de la face représentent

Plus en détail

Nouvelles approches radiologiques du traitement percutané du CHC

Nouvelles approches radiologiques du traitement percutané du CHC Nouvelles approches radiologiques du traitement percutané du CHC O. Seror 1,2,3 1 Radiologie, Hospital Jean Verdier, APHP, Bondy, France 2 Université Paris 13, Sorbonne Paris Cité, UFRSMBH, Bobigny, France

Plus en détail

Prise en charge initiale d un sarcome des tissus mous de l adulte

Prise en charge initiale d un sarcome des tissus mous de l adulte Prise en charge initiale d un sarcome des tissus mous de l adulte Les indications actuelles de la radiothérapie rapie 27 novembre 2009 / DIJON Gilles Truc Rationnel de la radiothérapie dans les sarcomes

Plus en détail