Concerne : UBD/EW/ART/VENTE EN LIGNE DE MEDICAMENTS EN FRANCE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Concerne : UBD/EW/ART/VENTE EN LIGNE DE MEDICAMENTS EN FRANCE"

Transcription

1 Expertise Areas : > New Technologies, Privacy & ICT > E-payment, E-finance & Internet Banking > Intellectual Property > E-health & Telemedicine > Cinema, Media, Entertainment, Sport & Gaming > Commercial & Company law, Competition law Concerne : UBD/EW/ART/VENTE EN LIGNE DE MEDICAMENTS EN FRANCE LA VENTE EN LIGNE DE MÉDICAMENTS EN FRANCE Etienne WERY Associé Avocat au Barreau de Bruxelles Avocat au Barreau de Paris (toque R 296) Camille Bourguignon Avocat au Barreau de Paris N. Ref. : 13/00149 V. Ref. : Note de synthèse sur le droit applicable à la vente en ligne de médicaments en ligne en France suite à l'adoption la modification du code de la santé publique et l'adoption de l'arrêté relatif aux «bonnes pratiques» Mise à jour : 5 septembre 2013 Final BRUXELLES 224, av. de la Couronne 1050 Bruxelles Tél (0) Fax + 32 (0) Société civile à forme de SCRL RPM Bruxelles TVA : BE PARIS (succursale) 33, rue Galilée Paris Tél (0) Fax + 33 (0)

2 Page 2 TABLE DES MATIÈRES 1 LE MÉDICAMENT, UNE MARCHANDISE PARTICULIÈRE Une définition harmonisée au niveau européen Le principe de l autorisation préalable de mise sur le marché La prescription : summa divisio des médicaments Le régime européen Une spécificité française : les médicaments de médication officinale Schémas de synthèse 6 2 LE MÉDICAMENT, UNE MARCHANDISE APPRÉHENDÉE PAR LE DROIT DE L UNION Le cadre antérieur à la directive 2011/62/UE Les Traités fondateurs et la libre circulation des marchandises L application jurisprudentielle aux médicaments L harmonisation de la directive 2011/62/UE Le monopole pharmaceutique La vente en ligne de médicaments La publicité et l information 14 3 LA VENTE EN LIGNE DANS UN CADRE FRANCO-FRANÇAIS Qui est qui? Qui fait quoi? Le nouveau cadre juridique La définition du commerce électronique de médicaments Des sites très encadrés Le rattachement du site internet à une officine pharmaceutique physique Quels médicaments peuvent être vendus? Le régime d autorisation, d information et de sanctions Les bonnes pratiques de dispensation Une information renforcée Mentions obligatoires Information sur le produit information sur les conditions générales Un devoir de conseil spécifique Une activité très encadrée Les limitations concernant les produits en vente Les règles techniques concernant le site L encadrement de la publicité Le cadre posé concernant la commande et la livraison, et leur suivi La protection des données et la confidentialité Des interdictions spécifiques 30 4 LA VENTE EN LIGNE EN PROVENANCE D UN AUTRE ETAT MEMBRE Un commerce à la croisée de plusieurs directives 31

3 Page Directive dite «Contrats à distance» Directive dite «Commerce électronique» Clause de marché intérieur : principe Clause de marché intérieur : exception Les certitudes La légalité des sites étrangers Quels sont les médicaments qui peuvent être vendus? L'autorisation préalable La notification à l'état d'origine Les informations qui doivent figurer sur le site La publicité et l'information Les incertitudes Les «bonnes pratiques» françaises s'appliquent-elle? La discrimination à rebours dont sont victimes les entrepreneurs français Le code de déontologie Les obligations relatives à la livraison Les obligations relatives au produit 44

4 Page 4 1 LE MÉDICAMENT, UNE MARCHANDISE PARTICULIÈRE 1.1 Une définition harmonisée au niveau européen Le médicament est appréhendé par le droit de l Union européenne et fait l objet d une définition et d une appréhension juridique commune au sein de l Union. L article 1 er de la directive 2001/83/CE instituant un code communautaire relatif aux médicaments à usage humain 1 le définit dans les termes suivants : «On entend par [ ] médicament : a) Toute substance ou composition présentée comme possédant des propriétés curatives ou préventives à l'égard des maladies humaines ; ou b) Toute substance ou composition pouvant être utilisée chez l homme ou pouvant lui être administrée en vue soit de restaurer, de corriger ou de modifier des fonctions physiologiques en exerçant une action pharmacologique, immunologique ou métabolique, soit d établir un diagnostic médical.» 1.2 Le principe de l autorisation préalable de mise sur le marché La directive 65/65/CEE 2 subordonnait déjà la mise sur le marché des médicaments à une autorisation préalable. Cette directive a depuis lors été abrogée et remplacée par le code communautaire relatif aux médicaments à usage humain, mais le principe demeure et est énoncé à l article 6 1 du code communautaire relatif aux médicaments à usage humain, dans les termes suivants : «Aucun médicament ne peut être mis sur le marché d'un État membre sans qu'une autorisation de mise sur le marché n'ait été délivrée par l'autorité compétente de cet État membre, conformément à la présente directive, ou qu'une autorisation n'ait été délivrée ( ).» L autorisation de mise sur le marché d un Etat membre d un médicament relève donc de la compétence des autorités de cet Etat membre. Dans le commerce européen, cela ne manque pas de poser problème lorsque la même spécialité se retrouve commercialisée sous un nom et/ou un emballage différents dans deux pays voisins, et que ces divergences répondent plus au désir de certains industriels de compartimenter les marchés qu'à une raison de santé publique. 1 Directive 2001/83/CE du Parlement européen et du Conseil du 6 novembre 2001 instituant un code communautaire relatif aux médicaments à usage humain, telle que modifiée par la Directive 2004/27/CE du 31 mars Directive 65/65/CEE du Conseil, du 26 janvier 1965, concernant le rapprochement des dispositions législatives, réglementaires et administratives, relatives aux spécialités pharmaceutiques.

5 Page La prescription : summa divisio des médicaments LE RÉGIME EUROPÉEN L article 70 du code communautaire reprend le principe déjà énoncé dans la directive 92/26/CEE 3 (abrogée et remplacée par ledit code) selon lequel : «Lorsqu'elles autorisent la mise sur le marché d'un médicament, les autorités compétentes précisent la classification du médicament en : - médicament soumis à prescription médicale, - médicament non soumis à prescription.» Les autorités appliquent à cette fin les critères énumérés à l'article 71, 1 er du code communautaire : «Les médicaments sont soumis à prescription médicale lorsqu'ils : - sont susceptibles de présenter un danger, directement ou indirectement, même dans des conditions normales d'emploi, s'ils sont utilisés sans surveillance médicale, ou - sont utilisés souvent, et dans une très large mesure, dans des conditions anormales d'emploi et que cela risque de mettre en danger directement ou indirectement la santé, ou - contiennent des substances ou des préparations à base de ces substances, dont il est indispensable d'approfondir l'activité et/ou les effets indésirables, ou - sont, sauf exception, prescrits par un médecin pour être administrés par voie parentérale.» Le choix de la classification du médicament, dans un Etat membre, relève donc des autorités compétentes de cet Etat membre mais celles-ci sont tenues d appliquer des critères harmonisés. On verra que cette frontière entre les médicaments tracée sur la base de la prescription médicale, revêt une importance majeure pour appréhender la question du commerce électronique entre Etats membres UNE SPÉCIFICITÉ FRANÇAISE : LES MÉDICAMENTS DE MÉDICATION OFFICINALE Le décret n du 27 avril est venu insérer dans le Code de la santé publique (ci-après «CSP») une nouvelle catégorie de médicaments parmi les médicaments non soumis à prescription médicale : il s agit des médicaments dits de médication officinale. Ces médicaments ont la particu- 3 Directive 92/26/CEE du Conseil, du 31 mars 1992, concernant la classification en matière de délivrance des médicaments à usage humain. 4 Décret n du 27 avril 2012 relatif à l'agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé.

6 Page 6 larité de pouvoir être présentés par le pharmacien d officine devant son comptoir et être ainsi en accès direct au public. L article R du CSP, modifié par le décret du 27 avril 2012, donne compétence au Directeur général de l Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ci-après «l ANSM») pour fixer la liste desdits médicaments de médication officinale. Cette disposition permet l inscription sur la liste des médicaments de médication officinale des médicaments suivants : «1 L'autorisation de mise sur le marché n'indique pas qu'ils sont soumis à prescription au titre d'une des catégories prévues à l'article R ; 2 Les indications thérapeutiques, la durée de traitement et les informations figurant dans la notice permettent leur utilisation, avec le conseil particulier du pharmacien d'officine prévu à l'article R , sans qu'une prescription médicale n'ait été établie ; 3 Le contenu du conditionnement en poids, en volume ou en nombre d'unités de prise est adapté à la posologie et à la durée de traitement recommandées dans la notice ; 4 L'autorisation de mise sur le marché ou la décision d'enregistrement ne comporte pas d'interdiction ou de restriction en matière de publicité auprès du public en raison d'un risque possible pour la santé publique.» Il est à noter que l inscription d un médicament sur ladite liste dépend d une demande préalable en ce sens du titulaire de l'autorisation de mise sur le marché ou de la personne ayant procédé à l'enregistrement prévu à l'article L La classification en médicament de médication officinale, en plus d être une classification franco-française, est conditionnée par les éléments suivants ce qui la rend particulièrement contingente : Le respect de critères définis par décret, dont le respect est laissé à l appréciation du Directeur général de l ANSM. La définition des médicaments de médication officinale n a, à ce titre, pas une valeur législative mais réglementaire ; Une demande préalable du titulaire de l'autorisation de mise sur le marché ou de la personne ayant procédé à l'enregistrement prévu à l'article L On verra que malgré la contingence d une telle classification, le gouvernement a souhaité lui attribuer une place fondamentale dans la réglementation du commerce électronique de médicaments en France actuellement mise en place SCHÉMAS DE SYNTHÈSE Au niveau européen :

7 Page 7 N est pas un médicament Soumis à prescription Est un médicament Non-soumis à prescription Au niveau français : Est un médicament N est pas un médicament Soumis à prescription Non-soumis à prescription Régime ordinaire Médication officinale

8 Page 8 2 LE MÉDICAMENT, UNE MARCHANDISE APPRÉHENDÉE PAR LE DROIT DE L UNION Que le médicament soit une marchandise réglementée n'étonnera personne et réjouira tout le monde. Qu'il s'agisse de protéger la population contre les faux, de veiller à la santé publique et à la lutte contre les effets secondaires, de s'assurer de la bonne utilisation de substances toxiques qui peuvent entrer dans leur composition ou encore de permettre l'utilisation contrôlée de substances illégales, il n'y a que de bons motifs de réglementer cette marchandise très particulière. 2.1 Le cadre antérieur à la directive 2011/62/UE Très rapidement, l'union européenne s'est saisie du dossier afin d'assurer une harmonisation jugée nécessaire. Ce cadre juridique a pris un tournant nouveau en novembre 2001, suite à l'adoption de la directive instituant un code communautaire relatif aux médicaments à usage humain. Ce code a lui-même été modifié à de multiples reprises depuis lors 5. Nous n'abordons pas ce code in extenso et renvoyons aux études qui existent en droit pharmaceutique, sauf lorsqu'il est important par rapport à la commercialisation en ligne. Au-delà des textes spécifiques qui visent le médicament pour ce qu'il est au niveau de la santé publique, il faut également tenir compte du commerce auquel il donne lieu en tant que marchandise soumise en tant que telle aux principes énoncés dans les Traités fondateurs et les directives relatives à la commercialisation à distance LES TRAITÉS FONDATEURS ET LA LIBRE CIRCULATION DES MAR- CHANDISES L article 34 du Traité sur le Fonctionnement de l Union européenne (ciaprès «TFUE») (anciennement article 28 du Traité instituant la Communauté européenne, ci-après le «TCE») pose le principe de l interdiction des restrictions à la libre circulation des marchandises entre Etats membres, et ce dans les termes suivants : «Les restrictions quantitatives à l'importation 5 Directive 2002/98/CE du Parlement européen et du Conseil du 27 janvier 2003 ; Directive 2003/63/CE de la Commission du 25 juin 2003 ; Directive 2004/24/CE du Parlement européen et du Conseil du 31 mars 2004 ; Directive 2004/27/CE du Parlement européen et du Conseil du 31 mars 2004 ; Règlement (CE) n 1901/2006 du Parlement européen et du Conseil du 12 décembre 2006 ; Règlement (CE) n 1394/2007 du Parlement européen et du Conseil du 13 novembre 2007 ; Directive 2008/29/CE du Parlement européen et du Conseil du 11 mars 2008 ; Directive 2009/53/CE du Parlement européen et du Conseil du 18 juin 2009 ; Directive 2009/120/CE de la Commission du 14 septembre 2009 ; Directive 2010/84/UE du Parlement européen et du Conseil du 15 décembre 2010 ; Directive 2011/62/UE du Parlement européen et du Conseil du 8 juin 2011 ; Directive 2012/26/UE du Parlement européen et du Conseil du 25 octobre 2012.

9 Page 9 ainsi que toutes mesures d'effet équivalent, sont interdites entre les États membres.» Est une mesure d effet équivalent à une restriction quantitative «toute réglementation commerciale des Etats membres susceptible d entraver directement ou indirectement, actuellement ou potentiellement, le commerce intracommunautaire» 6. Toutefois, tant l article 36 TFUE (ex article 30 TCE) que la jurisprudence de la Cour de justice des communautés européennes, sont venus tempérer ce principe en permettant aux Etats membres de justifier de telles restrictions et par là de les maintenir. L article 36 TFUE se lit, en effet, comme suit : «Les dispositions des articles 34 et 35 ne font pas obstacle aux interdictions ou restrictions d'importation, d'exportation ou de transit, justifiées par des raisons de [ ] de protection de la santé et de la vie des personnes [ ]. Toutefois, ces interdictions ou restrictions ne doivent constituer ni un moyen de discrimination arbitraire ni une restriction déguisée dans le commerce entre les États membres.» A cet égard et dans le même sens, la Cour de justice a admis que : «Les obstacles à la circulation intracommunautaire résultant de disparités des législations nationales relatives à la commercialisation des produits en cause doivent être acceptées dans la mesure où ces prescriptions peuvent être reconnues comme étant nécessaires pour satisfaire à des exigences impératives tenant, notamment, à l efficacité des contrôles fiscaux, à la protection des la santé publique, à la loyauté des transactions commerciales et à la défense des consommateurs» 7. Une restriction au principe de libre circulation des marchandises peut être justifiée dès lors qu elle répond à un objectif d intérêt général, notamment la protection de la santé ou la protection du consommateur, et si elle est nécessaire pour atteindre cet objectif et proportionnée L APPLICATION JURISPRUDENTIELLE AUX MÉDICAMENTS Dans une première affaire, la Cour de justice des Communautés européennes (devenue depuis la Cour de justice de l Union européenne) a reconnu aux Etats membres la possibilité de réserver aux pharmaciens la vente au détail des médicaments. Elle a en ce sens affirmé que : «Compte tenu de la faculté reconnue aux États membres de décider du niveau de protection de la santé publique, il y a lieu d admettre que ces derniers peuvent exiger que les médicaments soient distribués par des pharmaciens jouissant d une indépendance professionnelle réelle. Ils peuvent également prendre des mesures susceptibles d éliminer ou de réduire un risque d atteinte à cette indépendance dès lors qu une telle atteinte serait 6 CJCE, 11 juillet 74, Aff. 8/74, Procureur du Roi contre Benoît et Gustave Dassonville. 7 En ce sens voir l arrêt de principe : Arrêt de la Cour du 20 février 1979, Rewe-Zentral AG contre Bundesmonopolverwaltung für Branntwein, Affaire 120/78, point 8.

10 Page 10 de nature à affecter le niveau de la sûreté et de la qualité de l approvisionnement en médicaments de la population.» 8 Dans l arrêt Doc Morris du 11 décembre , la Cour de justice a appliqué le principe de libre circulation des marchandises au cas spécifique de la vente en ligne de médicaments. Les faits étaient relativement simples. Une société dont le siège était au Pays-Bas ayant une officine pharmaceutique physique aux Pays Bas, se plaignait de l interdiction qui lui était opposée par l Etat allemand de vendre via internet sur le territoire allemand, aux personnes résidant en Allemagne, les médicaments qu elle proposait. Elle avait fait l objet aux Pays-Bas de tous les contrôles nécessaires préalables à la vente de médicaments (agrément de l officine, autorisation de mise sur le marché des médicaments notamment). La suivante question préjudicielle a alors été posée à la Cour de justice : «Une législation nationale qui interdit l'importation commerciale de médicaments à usage humain en vente exclusive en pharmacie, réalisée par la voie de la vente par correspondance par des pharmacies agréées dans d'autres États membres, à la suite de commandes individuelles passées via Internet par le consommateur final, viole-telle les principes de la libre circulation des marchandises au sens des articles 28 CE?» 10 La Cour a établi une première ligne de partage selon que le médicament a fait ou non, dans l Etat membre destination, l objet d une autorisation de mise sur le marché : 1. Si le médicament n est pas autorisé sur le marché de l Etat de destination, ce dernier est en droit d opposer ce défaut d autorisation de mise sur le marché, et d en interdire sur son marché, l importation et la vente. Il est en droit, à ce titre, de refuser que des médicaments, même s ils ont fait l objet, dans l Etat d origine (Etat où est établie la personne désirant vendre les médicaments via internet), d une autorisation de mise sur le marché, soient vendus, via internet à des personnes résidant sur son territoire. Une telle limitation ne constitue pas une restriction quantitative aux échanges au sens de l article 34 TFUE (ex article 28 TCE) Si le médicament a fait l objet d une autorisation de mise sur le marché dans l Etat membre de destination, l analyse de l interdiction, opposée par ce dernier, de la vente en ligne sur son territoire de tels médicaments, se fait en plusieurs temps. S interrogeant sur la possibilité de déroger aux directives «contrats à distance» 12 et «commerce électronique» 13 qui forment l épine 8 Arrêt du 19 mai 2009 dans les affaires jointes C-171/07 et C-172/07, Apothekerkammer des Saarlandes et autres/saarland, Recueil 2009, p. I-4171, points CJCE, 11 déc. 2003, Aff. C-322/01, Deutscher Apothekerverband/Doc Morris NV et Jacques Waterval. 10 CJCE, 11 déc. 2003, Aff. C-322/01, préc., point CJCE, 11 déc. 2003, Aff. C-322/01, préc., points 52 à Voy. Infra. 13 Voy. Infra.

11 Page 11 dorsale du cadre juridique de la vente en ligne, la Cour répond que s agissant des médicaments les Etats membres peuvent notamment invoquer l article 14 de la directive première nommée, selon lequel : «Les États membres peuvent adopter ou maintenir, dans le domaine régi par la présente directive, des dispositions plus strictes compatibles avec le traité, pour assurer un niveau de protection plus élevé au consommateur. Ces dispositions comprennent, le cas échéant, l'interdiction, pour des raisons d'intérêt général, de la commercialisation sur leur territoire par voie de contrats à distance de certains biens ou services, notamment des médicaments, dans le respect du traité.» Mais la Cour souligne que dans cette hypothèse, l Etat membre doit agir dans les limites du droit primaire (les Traités et particulièrement les articles 34 et 36 TFUE - ex articles 28 et 30 TCE). Après avoir qualifié les mesures prises sur pied de l article 14 précité de restriction à la libre circulation au sens du droit primaire, la Cour, fidèle à son habitude, vérifie ensuite si cette limitation est justifiée par un motif légitime la rendant malgré tout compatible avec le droit de l Union européenne. C est à ce stade que l exigence ou non de prescription médicale prend tout son sens : Pour la Cour l objectif de protection de la santé publique peut être invoqué par l Etat allemand «pour justifier une interdiction nationale de vente par correspondance de médicaments dont la vente est réservée exclusivement aux pharmacies dans l Etat membre concerné, pour autant qu elle vise les médicaments sur prescription médicale» 14. En revanche, a contrario, une telle justification ne peut être invoquée «pour justifier une interdiction absolue de vente par correspondance de médicaments qui ne sont pas soumis à prescription médicale dans l Etat membre concerné 15». La doctrine française a déduit de cet arrêt qu «une personne installée dans un pays de la Communauté pouvait exporter par correspondance des médicaments, si cette personne exerçait la profession de pharmacien virtuel en conformité avec la législation de l Etat dans lequel elle est établie et sous le contrôle des autorités de ce pays membre, si les médicaments étaient autorisés dans l Etat où le pharmacien était établi et dans l Etat où les consommateurs finaux résidaient et, enfin, si l usage des médicaments n était pas soumis à prescription médicale» CJCE, 11 déc. 2003, Aff. C-322/01, préc., point Idem. 16 JCP Comm. Com. électr., 2013, comm. 25 «La vente de médicaments en ligne autorisée en France», A. Debret et G. Loiseau ; JCP Comm. Com. électr. 2004, comm. 61, CJCE, 11 déc. 2003, aff. C- 322/01 Deutscher Apothekerverband/Doc Morris NV et Jacques Waterval, G. Decocq.

12 Page L harmonisation de la directive 2011/62/UE Le législateur européen est intervenu pour codifier les principes antérieurs issus des directives et de la jurisprudence de la Cour de justice et a adopté la directive 2011/62/UE du Parlement européen et du Conseil du 8 juin 2011 modifiant la directive 2001/83/CE instituant un code communautaire relatif aux médicaments à usage humain, en ce qui concerne la prévention de l introduction dans la chaîne d approvisionnement légale de médicaments falsifiés LE MONOPOLE PHARMACEUTIQUE Dans son considérant n 23, la directive 2011/62 rappelle la position de la Cour de justice concernant le monopole pharmaceutique, et continue de reconnaître une certaine marge de manœuvre aux Etats quant à l organisation de la vente au détail des médicaments : «Au regard des risques pour la santé publique et compte tenu du pouvoir accordé aux États membres de déterminer le niveau de protection de la santé publique, la jurisprudence de la Cour de justice a reconnu que les États membres peuvent réserver la vente de médicaments au détail, en principe, aux seuls pharmaciens» LA VENTE EN LIGNE DE MÉDICAMENTS Le code communautaire relatif aux médicaments à usage humain prévoit désormais, en son article 85 quarter, 1, que : «Sans préjudice des législations nationales qui interdisent l offre à la vente à distance au public de médicaments soumis à prescription, au moyen de services de la société de l information, les États membres veillent à ce que les médicaments soient offerts à la vente à distance au public au moyen de services de la société de l information tels que définis dans la directive 98/34/CE du Parlement européen et du Conseil du 22 juin 1998 prévoyant une procédure d information dans le domaine des normes et réglementations techniques et des règles relatives aux services de la société de l information ( )». Les médicaments sont ici abordés sous l angle de leur commerce, qui peut avoir lieu à distance dans le cadre des textes existants (certains diront que permettre ce commerce en ligne est plus une obligation à charge des Etats qu une possibilité qui leur est laissée, vu la tournure de la phrase : «les Etats membres veillent à ce que»). Ayant posé ce principe, la même disposition précise les conditions auxquelles la vente à distance a lieu : La personne physique ou morale offrant des médicaments est autorisée ou habilitée à délivrer des médicaments au public, également à distance, conformément à la législation nationale de l État membre dans lequel cette personne est établie ; La personne évoquée au tiret précédent a notifié à l Etat membre dans lequel elle est établie un certain nombre d informations ;

13 Page 13 Les médicaments respectent la législation nationale de l Etat membre de destination, conformément à l article 6, 1 er du code communautaire (disposition qui vise l autorisation de mise sur le marché) ; sans préjudice des obligations d information énoncées dans la directive sur le commerce électronique, le site internet offrant des médicaments contient au minimum les éléments visés dans la disposition. L article 85 quarter, 2, réserve toutefois une marge de manœuvre aux Etats membres et dispose que : «Les Etats membres peuvent imposer des conditions, justifiées par la protection de la santé publique, pour la délivrance au détail, sur leur territoire, de médicaments offerts à la vente à distance au public au moyen de services de la société de l information.» La portée de cette disposition n est pas encore parfaitement claire. Pour autant, il est probable que vu le terme employé («conditions» au lieu de termes plus radicaux comme «dispositions plus strictes» ou «dérogation») et le lien qui est fait avec les exigences de santé publique, la marge de manœuvre des Etat membres est limitée et ne pourrait remettre en cause les principes fondamentaux de la matière. Le code met aussi des obligations à charge de la Commission européenne, des Etats membres et de l Agence européenne des médicaments instituée par le règlement (CE) n 726/2004 : La Commission doit assurer la mise au point d un logo commun, reconnaissable à travers l Union tout en permettant l identification de l État membre dans lequel est établie la personne offrant à la vente à distance des médicaments au public. Elle doit aussi, en coopération avec l Agence et avec les autorités des États membres, mener ou soutenir des campagnes d information visant le grand public sur les dangers des médicaments falsifiés, notamment afin de sensibiliser les consommateurs aux risques liés aux médicaments fournis illégalement sur l internet ; Les États membres doivent mettre en place un site fournissant au minimum les éléments prévus à l article 85 quarter, 4, du code communautaire (dont : informations sur la législation nationale ; informations sur la finalité du logo commun ; la liste des personnes offrant à la vente à distance des médicaments au public au moyen de services de la société de l information conformément au paragraphe 1 et l adresse de leur site internet ; informations générales sur les risques liés aux médicaments fournis illégalement). Les États membres doivent aussi prendre les mesures nécessaires pour empêcher l offre illégale de médicaments sur leur territoire grâce à des sanctions efficaces, proportionnées et dissuasives ; L Agence doit quant à elle mettre en place un site internet fournissant également des informations prescrites à l article 85, quarter, 5, du code communautaire (dont : informations sur la finalité du logo commun ; informations générales sur les risques liés aux

14 Page 14 médicaments fournis illégalement ; informations sur la législation de l Union applicable aux médicaments falsifiés ; lien vers les sites des Etats membres évoqués au tiret précédent) LA PUBLICITÉ ET L INFORMATION Il ne peut décemment y avoir de vente en ligne sans publicité. Le code communautaire n élude pas la question et contient un régime qui s ajoute à ceux issus des directives sur les contrats à distance et sur le commerce électronique (voir infra le chapitre relatif à la vente en ligne à partir d un autre Etat membre). Vu les spécificités du produit et habitudes du secteur, le code communautaire définit la «publicité pour des médicaments» comme «toute forme de démarchage d'information, de prospection ou d'incitation qui vise à promouvoir la prescription, la délivrance, la vente ou la consommation de médicaments.» D'après le code, cela comprend en particulier : la publicité pour les médicaments auprès du public, la publicité pour les médicaments auprès des personnes habilitées à les prescrire ou à les délivrer, la visite des délégués médicaux auprès de personnes habilitées à prescrire ou à délivrer des médicaments, la fourniture d'échantillons, les incitations à prescrire ou à délivrer des médicaments par l'octroi, l'offre ou la promesse d'avantages, pécuniaires ou en nature, sauf lorsque leur valeur intrinsèque est minime, le parrainage de réunions promotionnelles auxquelles assistent des personnes habilitées à prescrire ou à délivrer des médicaments, le parrainage des congrès scientifiques auxquels participent des personnes habilitées à prescrire ou à délivrer des médicaments, et notamment la prise en charge de leurs frais de déplacement et de séjour à cette occasion. Le code communautaire précise toutefois que les éléments suivants ne sont pas de la publicité : l'étiquetage et la notice du médicament, la correspondance, accompagnée le cas échéant de tout document non publicitaire, nécessaire pour répondre à une question précise sur un médicament particulier, les informations concrètes et les documents de référence relatifs, par exemple, aux changements d'emballages, aux mises en garde

15 Page 15 concernant les effets indésirables dans le cadre de la pharmacovigilance, ainsi qu'aux catalogues de vente et aux listes de prix pour autant que n'y figure aucune information sur le médicament, les informations relatives à la santé humaine ou à des maladies humaines, pour autant qu'il n'y ait pas de référence, même indirecte, à un médicament. Le dernier point peut poser un certain nombre de problèmes pratiques. Certains acteurs de l'industrie ont en effet pour habitude d'éditer des supports, électroniques ou non, dédiés à une ou plusieurs maladies spécifiques, sur lesquels il n'y a aucune référence même indirecte à un médicament, mais qui sont néanmoins taillés sur mesure pour un médicament précis, qu'il s'agisse des questions posées, de la façon dont la maladie est présentée, ou de la manière dont on suggère de la soigner. Parfois, la suggestion va jusqu'à l'utilisation d'une charte graphique qui fait penser aux médicaments en question. Gageons qu'il ne faudra pas longtemps pour que les pharmacies en ligne développent des mini-sites consacrés à la migraine, les règles douloureuses ou les maux de ventre, autant de désagréments largement couverts par des médicaments non soumis à prescription, qui serviront utilement au référencement du site. Certaines publicités sont interdites ou réglementées : Est interdite, la publicité pour un médicament qui ne dispose pas d'autorisation de mise sur le marché ; Est également interdite, la publicité à l'égard des médicaments qui ne peuvent être délivrés que sur prescription médicale, ou qui contiennent des substances définies comme des psychotropes ou des stupéfiants ; Peut-être interdite par les Etats membres, sur leur territoire, la publicité auprès du public et fait à l'égard des médicaments qui sont remboursables. Par contre, le code communautaire énonce clairement à l'article 88, 2, que «les médicaments qui, par leur composition et leur objectif, sont destinés à être utilisés sans intervention d'un médecin pour le diagnostic, la prescription ou la surveillance du traitement, au besoin avec le conseil du pharmacien, et conçus dans cette optique, peuvent faire l'objet d'une publicité auprès du grand public.» Il s'agit véritablement d'une consécration de la publicité pour ces médicaments là, notamment dans le but d'harmoniser les pratiques nationales très différentes en la matière (pratiques restrictives souvent issues du secteur lui-même et plus particulièrement des ordres compétents). Contraints d'admettre le principe de la publicité, les ordres professionnels qui y étaient réticents jusqu'alors ont néanmoins reçu une forme de compensation puisque l'article 97 du code communautaire stipule que «les États membres veillent à ce qu'il existe des moyens adéquats et efficaces pour contrôler la publicité faite à l'égard des médicaments. Ces moyens, qui peuvent se fonder sur un

16 Page 16 système de contrôle préalable, doivent en tous cas comporter des dispositions selon lesquelles les personnes ou organisations ayant, selon la législation nationale, un intérêt légitime à l'interdiction d'une publicité incompatible avec le présent titre peuvent intenter une action en justice contre cette publicité ou porter cette publicité devant un organe administratif compétent soit pour statuer sur les plaintes, soit pour engager les poursuites judiciaires appropriées.» Le contenu de la publicité n'est pas libre : Les éléments de la publicité d'un médicament doivent être conformes aux renseignements figurant dans le résumé des caractéristiques du produit ; La publicité faite à l'égard d'un médicament doit favoriser l'usage rationnel du médicament, en le présentant de façon objective et sans en exagérer les propriétés, et elle ne peut pas être trompeuse ; Sauf dérogation, la publicité doit comporter au moins : le nom du médicament, ainsi que la dénomination commune lorsque le médicament ne contient qu'une seule substance active ; les informations indispensables pour un bon usage du médicament ; une invitation expresse et lisible à lire attentivement les instructions figurant sur la notice ou sur l'emballage extérieur, selon le cas. Conformément à l'article 90 du code communautaire, «la publicité auprès du public faite à l'égard d'un médicament ne peut comporter aucun élément qui : a) ferait apparaître la consultation médicale ou l'intervention chirurgicale comme superflue, en particulier en offrant un diagnostic ou en préconisant un traitement par correspondance; b) suggérerait que l'effet du médicament est assuré, sans effets indésirables, supérieur ou égal à celui d'un autre traitement ou d'un autre médicament; c) suggérerait que la bonne santé normale du sujet puisse être améliorée par l'utilisation du médicament; d) suggérerait que la bonne santé normale du sujet puisse être affectée en cas de non-utilisation du médicament; cette interdiction ne s'applique pas aux campagnes de vaccination visées à l'article 88, paragraphe 4; e) s'adresserait exclusivement ou principalement aux enfants; f) se référerait à une recommandation émanant de scientifiques, de professionnels de la santé ou de personnes qui, bien que n'étant ni des scientifiques ni des professionnels de la santé, peuvent, de par leur notoriété, inciter à la consommation de médicaments; g) assimilerait le médicament à une denrée alimentaire, à un produit cosmétique ou à un autre produit de consommation;

17 Page 17 h) suggérerait que la sécurité ou l'efficacité du médicament est due au fait qu'il s'agit d'une substance naturelle; i) pourrait induire, par une description ou une figuration détaillée de l'anamnèse à un faux autodiagnostic; j) se référerait de manière abusive, effrayante ou trompeuse à des attestations de guérison; k) utiliserait de manière abusive, effrayante ou trompeuse des représentations visuelles des altérations du corps humain dues à des maladies ou à des lésions, ou l'action d'un médicament dans le corps humain ou des parties de celui-ci.» S'agissant de la forme, toute publicité auprès du public faite à l'égard d'un médicament doit être conçue de façon à ce que le caractère publicitaire du message soit évident et que le produit soit clairement identifié comme médicament. Signalons enfin qu'il existe en outre des règles supplémentaires visant la publicité faite à l'égard d'un médicament auprès des personnes habilitées à le prescrire ou à le délivrer.

18 Page 18 3 LA VENTE EN LIGNE DANS UN CADRE FRANCO-FRANÇAIS 3.1 Qui est qui? Qui fait quoi? Plusieurs autorités jouent un rôle et ont un impact dans la mise en place du cadre juridique de la vente en ligne de médicaments en France. Ces autorités et leurs rôles respectifs sont présentés dans le tableau suivant : Le Gouvernement - Ministère de la Santé Adoption d actes de valeur réglementaire dans le champ de sa compétence (création des normes) : - Ordonnance n ; - Décret n ; - Arrêté du 20 juin 2013 relatif aux bonnes pratiques de dispensation des médicaments par voie électronique 19. Le Conseil d Etat Rôle consultatif : Rend des avis en amont sur certains actes (notamment le Conseil d Etat a été entendu sur les projets d ordonnance 20 et de décret 21 avant leur adoption avis à notre connaissance non publiés) Rôle contentieux : - Connaît du recours pour excès de pouvoir (recours en annulation) intenté à l encontre d un acte de nature réglementaire. En l espèce, le Conseil d'etat connaît du recours pour excès de pouvoir intenté contre l Ordonnance n Le Conseil d Etat a statué, au fond, sur ce recours, par une décision du 17 juillet 2013, par laquelle il a annulé l article 7 de l ordonnance en tant 17 Ordonnance n du 19 décembre 2012 relative au renforcement de la sécurité de la chaîne d'approvisionnement des médicaments, à l'encadrement de la vente de médicaments sur internet et à la lutte contre la falsification de médicaments. 18 Décret n du 31 décembre 2012 relatif au renforcement de la sécurité de la chaîne d'approvisionnement des médicaments et à l'encadrement de la vente de médicaments sur internet. 19 L adoption de cet arrêté était prévue par l article L CSP, auquel l article L renvoie. 20 L article 38, alinéa 2, de la Constitution du 4 octobre 1958 prévoit en effet que : «Les ordonnances sont prises en Conseil des ministres après avis du Conseil d État.» 21 L article L tel qu inséré dans le Code de la santé publique par l Ordonnance n prévoyait, en effet, que les modalités d'application du chapitre concernant le commerce électronique de médicaments par une pharmacie devaient être déterminées par décret en Conseil d'etat. 22 Ordonnance n , préc.

19 Page 19 qu il ne limite pas l interdiction de commerce en ligne aux seuls médicaments soumis à prescription obligatoire 23. ; - Connaît du recours en référé-suspension (contentieux d urgence) engagé à l encontre d un acte de nature réglementaire. En l espèce, un tel recours a donné lieu à la décision du Conseil d Etat en référé, venant suspendre l exécution de l article L en tant qu il limite la vente en ligne de médicaments aux seuls médicaments de médication officinale 24. L Autorité de la concurrence La Commission nationale de l Informatique et des Libertés (CNIL) Rôle consultatif : rend des avis en amont avant l adoption de certains actes. En l espèce, l Autorité de la concurrence a été consultée, sur le fondement de l article L du Code de commerce 25, et a rendu un avis sur les projets d Ordonnance et de Décret transposant la directive n 2011/62/UE avis 12-A-23 26, ainsi que sur le projet d arrêté relatif aux bonnes pratiques de dispensation par voie électronique des médicaments Avis 13-A Les avis rendus en l espèce par l Autorité de la concurrence, sur le fondement de l article L du Code de commerce, ne lient pas les pouvoirs publics 28, qui peuvent ou non en tenir compte dans leur décision finale. Rôle consultatif : la CNIL a été consultée à propos du projet d arrêté sur les bonnes pratiques et a rendu son avis le 28 mars 2013 Avis à notre connaissance non publié. 23 CE, 17 juillet 2013, M. L. et autres, n s , , CE, Juge des référés, ordonnance n du 14 février Selon lequel : «L'Autorité est obligatoirement consultée par le Gouvernement sur tout projet de texte réglementaire instituant un régime nouveau ayant directement pour effet : 3 D'imposer des pratiques uniformes en matière de prix ou de conditions de vente.» 26 Avis n 12-A-23 du 13 décembre 2012 relatif à un projet d ordonnance et un projet de décret transposant la directive n 2011/62/UE du Parlement européen et du Conseil du 8 juin 2011 modifiant la directive n 2011/83/CE instituant un code communautaire relatif aux médicaments à usage humain, en ce qui concerne la prévention de l introduction dans la chaîne d approvisionnement légale de médicaments falsifiés. 27 Avis n 13-A-12 du 10 avril 2013 relatif à un projet d arrêté de la ministre des affaires sociales et de la santé relatif aux bonnes pratiques de dispensation des médicaments par voie électronique. 28 Concurrences n , Doctrine, P. Spiliaert, Les avis de l Autorité de la Concurrence, point 10.

20 Page 20 Le Parlement (Assemblée nationale + Sénat) Adoption des lois, en l espèce : - Loi d habilitation : en vertu de l article 38 de la Constitution française 29, le Parlement a habilité le gouvernement à intervenir, dans le domaine réservé de la loi et donc dans le domaine de compétence du seul Parlement, par la voie de l ordonnance, pour poser le cadre du commerce électronique de médicaments, par la loi n du 29 décembre 2011 relative au renforcement de la sécurité sanitaire du médicament et des produits de santé, en particulier par l article 38 de cette loi 30 ; - Loi de ratification : en vertu toujours de l article 38 de la Constitution française, une ordonnance doit être ratifiée par le Parlement, par une loi de ratification. Dans cette optique, un projet de loi de ratification doit être déposé dans un délai déterminé sous peine de caducité de l ordonnance 31. Cette loi de ratification permet aux normes adoptées par le biais de l ordonnance d être «replacées» dans leur domaine naturel, à savoir le domaine législatif (qui doit rester in fine de la compétence du seul Parlement). En l espèce, la loi d habilitation prévoyait que le gouvernement devait déposer un projet de loi de ratification dans un délai de 3 mois à compter de la publication de l ordonnance. Dans le respect de ces dispositions, le gouvernement a présenté le 13 mars 2013 un projet de loi ratifiant l ordonnance L alinéa 1 de l article 38 de la Constitution française du 4 octobre 1958 se lit précisément comme suit : «Le Gouvernement peut, pour l exécution de son programme, demander au Parlement l autorisation de prendre par ordonnances, pendant un délai limité, des mesures qui sont normalement du domaine de la loi.» 30 Ledit article 38 de la loi n se lit comme suit : «le Gouvernement est autorisé à prendre par ordonnance, dans un délai de douze mois à compter de la promulgation de la présente loi, les mesures relevant du domaine de la loi qui ont pour objet de transposer la directive 2011/62/UE du Parlement européen et du Conseil, du 8 juin 2011, modifiant la directive 2001/83/CE instituant un code communautaire relatif aux médicaments à usage humain, en ce qui concerne la prévention de l'introduction dans la chaîne d'approvisionnement légale de médicaments falsifiés ainsi que les mesures tendant à modifier la législation applicable aux autres produits de santé mentionnés à l'article L du code de la santé publique afin d'encadrer, en ce qui les concerne, l'information et le commerce électroniques.» 31 Précisément, l article 38, alinéas 2 et 3 prévoient que les ordonnances deviennent «caduques si le projet de loi de ratification n est pas déposé devant le Parlement avant la date fixée par la loi d habilitation. Elles ne peuvent être ratifiées que de manière expresse. À l expiration du délai mentionné au premier alinéa du présent article, les ordonnances ne peuvent plus être modifiées que par la loi dans les matières qui sont du domaine législatif.». 32 Projet de loi ratifiant l ordonnance n du 19 décembre 2012 relative au renforcement de la sécurité de la chaîne d'approvisionnement des médicaments, à l'encadrement de la vente de médicaments sur internet et à la lutte contre la falsification de médicaments (AFSX L).

E-PHARMA LUNCH CONFÉRENCE - 21/11/2013. Orateurs: Me Etienne Wéry Me Cathie-Rosalie JOLY Associés Cabinet ULYS

E-PHARMA LUNCH CONFÉRENCE - 21/11/2013. Orateurs: Me Etienne Wéry Me Cathie-Rosalie JOLY Associés Cabinet ULYS E-PHARMA LUNCH CONFÉRENCE - 21/11/2013 Orateurs: Me Etienne Wéry Me Cathie-Rosalie JOLY Associés Cabinet ULYS 22/11/2013 www.ulys.net - www.droit-technologie.org - ULYS 2012 1 E-PHARMACIE: QUEL CADRE JURIDIQUE

Plus en détail

La vente de médicaments en ligne

La vente de médicaments en ligne Bruxelles 04/12/2015 La vente de médicaments en ligne Camille Bourguignon Avocat au barreau de Paris camille.bourguignon@ulys.net www.ulys.net 1 Ulys, en quelques mots 2 Table des matières QUOI? QUI? COMMENT?

Plus en détail

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale des entreprises et de l industrie Document d orientation 1 Bruxelles, le 1 er février 2010 - L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures

Plus en détail

SCHEMA DE CONTRAT POUR UN MEDECIN DU SPORT SUIVI ET APTITUDE

SCHEMA DE CONTRAT POUR UN MEDECIN DU SPORT SUIVI ET APTITUDE SCHEMA DE CONTRAT POUR UN MEDECIN DU SPORT SUIVI ET APTITUDE Adopté lors de la session d'avril 1999 ENTRE l Etat la Collectivité territoriale L Association (club ou fédération) représenté par M. le Centre

Plus en détail

Instruction interministérielle

Instruction interministérielle Paris, le 14 Août 2007 La directrice des Archives de France du ministère de la Culture et de la Communication à Mesdames et Messieurs les préfets Archives départementales La directrice de l hospitalisation

Plus en détail

PROGRAMME S15-2 : LEGISLATION PHARMACEUTIQUE

PROGRAMME S15-2 : LEGISLATION PHARMACEUTIQUE PROGRAMME S15-2 : LEGISLATION PHARMACEUTIQUE Les références des textes législatifs et réglementaires devront être actualisées 1- LA PHARMACIE - Le livre V du code de la santé publique - Article L.568,L.595-1,

Plus en détail

DOSSIER-TYPE DE DEMANDE D AUTORISATION DE CREATION D UN SITE INTERNET DE COMMERCE ELECTRONIQUE DE MEDICAMENTS

DOSSIER-TYPE DE DEMANDE D AUTORISATION DE CREATION D UN SITE INTERNET DE COMMERCE ELECTRONIQUE DE MEDICAMENTS DOSSIER-TYPE DE DEMANDE D AUTORISATION DE CREATION D UN SITE INTERNET DE COMMERCE ELECTRONIQUE DE MEDICAMENTS N.B. : la règlementation relative à la vente de médicaments par internet est susceptible de

Plus en détail

La Publicité écologique trompeuse de l art. 23 1 LPC, et l entrave à la libre circulation des biens au niveau européen.

La Publicité écologique trompeuse de l art. 23 1 LPC, et l entrave à la libre circulation des biens au niveau européen. La Publicité écologique trompeuse de l art. 23 1 LPC, et l entrave à la libre circulation des biens au niveau européen. La question s est posée à plusieurs reprises au sein de la Commission Etiquetage

Plus en détail

RGD du 20 juin 1996 (Mém. n 42 du 28 juin 1996, p.1296)

RGD du 20 juin 1996 (Mém. n 42 du 28 juin 1996, p.1296) Règlement grand-ducal du 20 juin 1996 relatif aux médicaments homéopathiques. - base juridique: L du 18 décembre 1985 (Mém. A - 83 du 27 décembre 1985, p. 1835) L du 11 avril 1983 (Mém. A - 27 du 25 avril

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT Décret n o 2015-215 du 25 février 2015 relatif aux conditions et modalités d agrément des groupements

Plus en détail

C. N. E. E. TRANSCRIPTION DES DIRECTIVES 92/49/CEE 92/96/CEE et 92/50/CEE. Titre II Article 6

C. N. E. E. TRANSCRIPTION DES DIRECTIVES 92/49/CEE 92/96/CEE et 92/50/CEE. Titre II Article 6 C. N. E. E. TRANSCRIPTION DES DIRECTIVES 92/49/CEE 92/96/CEE et 92/50/CEE Assurances vie et non vie. La Directive 92/49/CEE du Conseil du 18 juin 1992 porte coordination des dispositions législatives,

Plus en détail

Saisine : Ministre de la Santé (11 juillet 2012) AVIS DE LA CHAMBRE DE COMMERCE

Saisine : Ministre de la Santé (11 juillet 2012) AVIS DE LA CHAMBRE DE COMMERCE Luxembourg, le 23 juillet 2012 Objet : Avant-projet de règlement grand-ducal modifiant le règlement grand-ducal modifié du 15 décembre 1992 relatif à la mise sur le marché des médicaments et le règlement

Plus en détail

La commercialisation des médicaments et de dispositifs médicaux par Internet

La commercialisation des médicaments et de dispositifs médicaux par Internet CMS Adonnino Ascoli & Cavasola Scamoni CMS Albiñana & Suárez de Lezo CMS Bureau Francis Lefebvre CMS Cameron McKenna CMS DeBacker CMS Derks Star Busmann CMS von Erlach Henrici CMS Hasche Sigle CMS Reich-Rohrwig

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE Décret n o 2008-321 du 4 avril 2008 relatif à l examen des caractéristiques génétiques

Plus en détail

http://doc.intranet.sante.gouv.fr/textoffi/circulair/pages07/07_322t.htm

http://doc.intranet.sante.gouv.fr/textoffi/circulair/pages07/07_322t.htm Page 1 sur 5 Ministère de la santé, de la jeunesse et des sports Ministère de la culture et de la communication Direction de l hospitalisation et de l organisation des soins Sous-direction de la qualité

Plus en détail

Recommandation sur les conventions concernant la distribution des contrats d assurance vie

Recommandation sur les conventions concernant la distribution des contrats d assurance vie Recommandation sur les conventions concernant la distribution des contrats d assurance vie 2014-R-01 du 3 juillet 2014 1. Contexte L analyse des pratiques et des conventions observées sur le marché de

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

Marie-Paule Serre. Université Pierre et Marie Curie

Marie-Paule Serre. Université Pierre et Marie Curie Marie-Paule Serre Université Pierre et Marie Curie Plan 2 1. Panorama des circuits légaux de distribution des médicaments en relation avec Internet 2. Faux médicaments et Internet : enjeux économiques

Plus en détail

Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet 2004

Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet 2004 COMITÉ D AVIS ET DE CONTRÔLE DE L INDÉPENDANCE DU COMMISSAIRE Ref: Accom INTERPRETATION 2004/1 Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet

Plus en détail

La version papier du Recueil des Actes Administratifs peut être consulté sur simple demande aux guichets d accueil de la Préfecture de région

La version papier du Recueil des Actes Administratifs peut être consulté sur simple demande aux guichets d accueil de la Préfecture de région Recueil des Actes Administratifs La version papier du Recueil des Actes Administratifs peut être consulté sur simple demande aux guichets d accueil de la Préfecture de région Poitou-Charentes, Préfecture

Plus en détail

Mise sur le marché des engrais en Europe. Paris, le 9 septembre 2009. Vincent Delvaux

Mise sur le marché des engrais en Europe. Paris, le 9 septembre 2009. Vincent Delvaux Mise sur le marché des engrais en Europe Paris, le 9 septembre 2009 Vincent Delvaux Implémentation pratique des Articles 28 et 30 et 95 du Traité CE Législation harmonisée garantit que les produits sont

Plus en détail

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 25.11.2011 COM(2011) 832 final 2007/0229 (COD) COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN conformément à l'article 294, paragraphe 6, du traité sur le fonctionnement

Plus en détail

18. CONVENTION SUR LA RECONNAISSANCE DES DIVORCES ET DES SÉPARATIONS DE CORPS 1. (Conclue le premier juin 1970)

18. CONVENTION SUR LA RECONNAISSANCE DES DIVORCES ET DES SÉPARATIONS DE CORPS 1. (Conclue le premier juin 1970) 18. CONVENTION SUR LA RECONNAISSANCE DES DIVORCES ET DES SÉPARATIONS DE CORPS 1 (Conclue le premier juin 1970) Les Etats signataires de la présente Convention, Désirant faciliter la reconnaissance des

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

SERVICE PUBLIC FEDERAL SANTE PUBLIQUE, SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT

SERVICE PUBLIC FEDERAL SANTE PUBLIQUE, SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT Publié le : 2006-12-22 Numac : 2006023298 SERVICE PUBLIC FEDERAL SANTE PUBLIQUE, SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT 14 DECEMBRE 2006. - Arrêté royal relatif aux médicaments à usage humain

Plus en détail

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006 AVIS Réf. : CWEDD/06/AV.371 Liège, le 06 avril 2006 Objet : - Avant-projet de décret portant transposition de la Directive 2003/98/CE du Parlement européen et du Conseil du 17 novembre 2003 concernant

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2010-148 du 16 février 2010 portant application de la loi organique n o 2009-1523 du 10 décembre 2009 relative

Plus en détail

L EXTERNALISATION DE SERVICES AU MAROC ASPECTS CONTRACTUELS ET LEGAUX

L EXTERNALISATION DE SERVICES AU MAROC ASPECTS CONTRACTUELS ET LEGAUX Commission Droit & Pratiques du Commerce International SEMINAIRE L EXTERNALISATION DE SERVICES AU MAROC ASPECTS CONTRACTUELS ET LEGAUX Sujet de l exposé : Le contrat d externalisation de services & La

Plus en détail

Note de présentation

Note de présentation Note de présentation Objet : Projet de décret d application de la loi n 24-09 relative à la sécurité des produits et des services et complétant le dahir du 9 ramadan 1331 (12 aout 1913) formant code des

Plus en détail

F Planificateur financier A2 Bruxelles, le 27 mars 2014 MH/SL-EDJ/JP 717-2014 AVIS. sur

F Planificateur financier A2 Bruxelles, le 27 mars 2014 MH/SL-EDJ/JP 717-2014 AVIS. sur F Planificateur financier A2 Bruxelles, le 27 mars 2014 MH/SL-EDJ/JP 717-2014 AVIS sur UN PROJET DE LOI RELATIF AU STATUT ET AU CONTRÔLE DES PLANIFICATEURS FINANCIERS INDEPENDANTS ET A LA FOURNITURE DE

Plus en détail

CODE PROFESSIONNEL. déontologie. Code de déontologie sur les bases de données comportementales

CODE PROFESSIONNEL. déontologie. Code de déontologie sur les bases de données comportementales déontologie Code de déontologie sur les bases de données comportementales 1 Code de déontologie sur les bases de données comportementales Préambule Les bases de données comportementales constituées principalement

Plus en détail

PROJET D'ORDONNANCE relatif au droit des usagers de saisir l administration par voie électronique - PRMX1423175R. Projet

PROJET D'ORDONNANCE relatif au droit des usagers de saisir l administration par voie électronique - PRMX1423175R. Projet Ordonnance n 2005-1516 du 8 décembre 2005 relative aux échanges électroniques entre les usagers et les autorités administratives et entre les autorités administratives. Chapitre Ier : Définitions. Projet

Plus en détail

008322/EU XXIII.GP Eingelangt am 22/02/07

008322/EU XXIII.GP Eingelangt am 22/02/07 COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES 008322/EU XXIII.GP Eingelangt am 22/02/07 Bruxelles, le 22.2.2007 COM(2007)80 final 2004/0048 (COD) AVIS DE LA COMMISSION conformément à l'article 251, paragraphe

Plus en détail

RÈGLEMENTS. 16.6.2009 Journal officiel de l Union européenne L 152/1

RÈGLEMENTS. 16.6.2009 Journal officiel de l Union européenne L 152/1 16.6.2009 Journal officiel de l Union européenne L 152/1 I (Actes pris en application des traités CE/Euratom dont la publication est obligatoire) RÈGLEMENTS RÈGLEMENT (CE) N o 469/2009 DU PARLEMENT EUROPÉEN

Plus en détail

QUESTION 37. Incidence sur les droits de propriété industrielle des règles nationales ou internationales garantissant la liberté de la concurrence

QUESTION 37. Incidence sur les droits de propriété industrielle des règles nationales ou internationales garantissant la liberté de la concurrence Annuaire 1960, Nouvelle Série N 10, 2 ème Partie, 63 e Année, page 21 24 e Congrès de Londres, 30 mai - 4 juin 1960 Le Congrès, considérant que les droits de propriété industrielle sont institués et protégés

Plus en détail

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ;

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ; DELIBERATION N 2012-118 DU 16 JUILLET 2012 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT RECOMMANDATION SUR LES DISPOSITIFS D ENREGISTREMENT DES CONVERSATIONS TELEPHONIQUES MIS EN ŒUVRE

Plus en détail

Circuit du médicament informatisé

Circuit du médicament informatisé Circuit du médicament informatisé Aide pratique à la veille réglementaire Sommaire 1. PREAMBULE... 2 2. GLOSSAIRE JURIDIQUE... 2 3. PRINCIPAUX TEXTES DE REFERENCE... 4 4. MISE A NIVEAU... 4 1 1. Préambule

Plus en détail

DECISION DE LA COMMISSION TUNISIENNE DES ANALYSES FINANCIERES N 2006-2 DU 20 AVRIL

DECISION DE LA COMMISSION TUNISIENNE DES ANALYSES FINANCIERES N 2006-2 DU 20 AVRIL DECISION DE LA COMMISSION TUNISIENNE DES ANALYSES FINANCIERES N 2006-2 DU 20 AVRIL 2006, PORTANT DIRECTIVES GENERALES AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT, AUX BANQUES NON RESIDENTES ET A L OFFICE NATIONAL DES

Plus en détail

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE A COMPTER DU 1ER JANVIER 2009 Par Sarah TEMPLE-BOYER (Décembre 2008) La nouvelle Autorité de concurrence, créée par l article 95 de la Loi du 4 août 2008 de modernisation

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE Décret n o 2009-1789 du 30 décembre 2009 relatif au diplôme d expertise comptable NOR : ESRS0905375D

Plus en détail

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans

Plus en détail

Entreprises étrangères travaillant en France

Entreprises étrangères travaillant en France Entreprises étrangères travaillant en France QUELLES SONT LEURS OBLIGATIONS? Si les entreprises sont établies sur le territoire de l Union européenne, elles peuvent «librement» effectuer des travaux en

Plus en détail

La Carpa, outil d auto-régulation de la profession d avocat et de lutte contre le blanchiment d argent

La Carpa, outil d auto-régulation de la profession d avocat et de lutte contre le blanchiment d argent La Carpa, outil d auto-régulation de la profession d avocat et de lutte contre le blanchiment d argent Tout avocat peut être confronté, dans le cadre de son exercice professionnel, à la question du blanchiment

Plus en détail

Projet de loi n o 58 (2015, chapitre 20)

Projet de loi n o 58 (2015, chapitre 20) PREMIÈrE SESSION QUARANTE ET UNièmE LéGISLATURE Projet de loi n o 58 (2015, chapitre 20) Loi regroupant la Commission administrative des régimes de retraite et d assurances et la Régie des rentes du Québec

Plus en détail

Son objectif clair est donc de fournir transparence et sécurité juridique tant aux travailleurs qu aux employeurs.

Son objectif clair est donc de fournir transparence et sécurité juridique tant aux travailleurs qu aux employeurs. Convention collective de travail n 81 relative à la protection de la vie privée des travailleurs à l égard du contrôle des données de communication électroniques en réseau Commentaires Synthèse Le 26 avril

Plus en détail

Maître Cathie-Rosalie JOLY, ULYS Monsieur Alain BRECKLER, ORDRE NATIONAL DES PHARMACIENS Monsieur Charles RABILLER, PHARMADOMICILE

Maître Cathie-Rosalie JOLY, ULYS Monsieur Alain BRECKLER, ORDRE NATIONAL DES PHARMACIENS Monsieur Charles RABILLER, PHARMADOMICILE CONFÉRENCE DÉJEUNER ULYS, 7 MARS 2013 Intervenants: Maître Cathie-Rosalie JOLY, ULYS Monsieur Alain BRECKLER, ORDRE NATIONAL DES PHARMACIENS Monsieur Charles RABILLER, PHARMADOMICILE 13/03/2013 www.ulys.net

Plus en détail

ACTIVITE DE CONSULTATION JURIDIQUE ET DE REDACTION D ACTES SOUS SEING PRIVE

ACTIVITE DE CONSULTATION JURIDIQUE ET DE REDACTION D ACTES SOUS SEING PRIVE ACTIVITE DE CONSULTATION JURIDIQUE ET DE REDACTION D ACTES SOUS SEING PRIVE REGLEMENTATION DE FOND DELIBERATION n 2002-162 APF du 5 décembre 2002 portant réglementation de la consultation juridique et

Plus en détail

Direction générale de l offre de soins

Direction générale de l offre de soins Direction générale de l offre de soins Guide pratique de facturation des prestations pour exigence particulière du patient à destination des établissements de santé MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES, DE

Plus en détail

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, lutter contre le sentiment d insécurité, la ville de CASTRES a décidé de

Plus en détail

Luxembourg, le 22 octobre 2001

Luxembourg, le 22 octobre 2001 Luxembourg, le 22 octobre 2001 Lettre circulaire 01/7 du Commissariat aux Assurances relative au dépôt des actifs représentatifs des provisions techniques des entreprises d'assurances directes et des fonds

Plus en détail

- 93 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi

- 93 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi - 93 - Loi n 94-665 du 4 août 1994 relative à l'emploi de la langue française TABLEAU COMPARATIF Proposition de loi complétant la loi n 94-665 du 4 août 1994 relative à l'emploi de la langue française

Plus en détail

AVIS SUR UNE CLAUSE PORTANT MODIFICATION UNILATÉRALE D UNE PRIME DE POLICE D ASSURANCE PROTECTION JURIDIQUE

AVIS SUR UNE CLAUSE PORTANT MODIFICATION UNILATÉRALE D UNE PRIME DE POLICE D ASSURANCE PROTECTION JURIDIQUE C.C.A. 12 COMMISSION DES CLAUSES ABUSIVES AVIS SUR UNE CLAUSE PORTANT MODIFICATION UNILATÉRALE D UNE PRIME DE POLICE D ASSURANCE PROTECTION JURIDIQUE Bruxelles, le 21 octobre 2003 2 Avis sur une clause

Plus en détail

ATELIER SUR LE COMMERCE DES SERVICES: AUDIT REGLEMENTAIRE SERVICES FINANCIERS

ATELIER SUR LE COMMERCE DES SERVICES: AUDIT REGLEMENTAIRE SERVICES FINANCIERS ATELIER SUR LE COMMERCE DES SERVICES: AUDIT REGLEMENTAIRE SERVICES FINANCIERS Présenté par : YEO SIONLE Date : 4 au 6 novembre 2009 Lieu : CCT/BNETD Département des Etudes Economiques et Financières Plan

Plus en détail

Proposition de DÉCISION DU CONSEIL

Proposition de DÉCISION DU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 4.5.2015 COM(2015) 194 final 2015/0101 (NLE) Proposition de DÉCISION DU CONSEIL relative à la conclusion, au nom de l'union européenne, du protocole pour éliminer le

Plus en détail

DISPOSITIONS GENERALES

DISPOSITIONS GENERALES Loi n 09-04 du 14 Chaâbane 1430 correspondant au 5 août 2009 portant règles particulières relatives à la prévention et à la lutte contre les infractions liées aux technologies de l information et de la

Plus en détail

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Ce document vous est offert par la Banque Carrefour de la sécurité sociale. Il peut être diffusé librement, à condition de mentionner la source et l URL Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Chaussée

Plus en détail

TEXTES (LOIS, REGLEMENTS, CIRCULAIRES ET INSTRUCTIONS) CONCERNANT LE DROIT AU SEJOUR POUR RAISON MEDICALE

TEXTES (LOIS, REGLEMENTS, CIRCULAIRES ET INSTRUCTIONS) CONCERNANT LE DROIT AU SEJOUR POUR RAISON MEDICALE TEXTES (LOIS, REGLEMENTS, CIRCULAIRES ET INSTRUCTIONS) CONCERNANT LE DROIT AU SEJOUR POUR RAISON MEDICALE Partie législative du CESEDA Article L313-11 11 du CESEDA (droit au séjour pour raisons médicales)

Plus en détail

CODE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE *

CODE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE * 511 CODE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE * LIVRE VI PROTECTION DES INVENTIONS ET DES CONNAISSANCES TECHNIQUES TITRE 1ER BREVETS D INVENTION Section 1. Généralités Article L611-1 (Loi núm. 96-1106 du 18

Plus en détail

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires:

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: - A quelles conditions une convention de forfait en jours annuels est elle valable? - Les manquements de

Plus en détail

EXTRAITS DU CODE DE L ENVIRONNEMENT. Partie législative. Section 2: Conception, production et distribution de produits générateurs de déchets

EXTRAITS DU CODE DE L ENVIRONNEMENT. Partie législative. Section 2: Conception, production et distribution de produits générateurs de déchets le Code de l Environnement p. 1 EXTRAITS DU CODE DE L ENVIRONNEMENT Partie législative Section 2: Conception, production et distribution de produits générateurs de déchets des déchets issus de leurs produits

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : ERNI1408943D Intitulé du texte : projet de décret relatif à la mise à disposition du public, pour un usage de réutilisation, d informations publiques

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DE L AGAPLR

REGLEMENT INTERIEUR DE L AGAPLR REGLEMENT INTERIEUR DE L AGAPLR Mise à jour du 01 août 2012 Page 1 sur 6 Préambule Le présent règlement intérieur est établi par le Conseil d Administration conformément aux termes de l article 33 des

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-70

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-70 Décision du Défenseur des droits MLD-2014-70 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative au caractère discriminatoire des mentions faisant référence aux absences pour raisons de santé sur les bulletins

Plus en détail

5 juin 2013 LES SANCTIONS FINANCIERES INTERNATIONALES

5 juin 2013 LES SANCTIONS FINANCIERES INTERNATIONALES 5 juin 2013 LES SANCTIONS FINANCIERES INTERNATIONALES Qu est est-ce que la DG Trésor? La direction générale du Trésor est au service du ministre pour lui proposer et conduire sous son autorité la politique

Plus en détail

JORF n 0115 du 20 mai 2010. Texte n 51

JORF n 0115 du 20 mai 2010. Texte n 51 JORF n 0115 du 20 mai 2010 Texte n 51 DECRET Décret n 2010-518 du 19 mai 2010 relatif à la mise à disposition de l offre de jeux et de paris par les opérateurs agréés de jeux ou de paris en ligne NOR:

Plus en détail

1/ L obligation générale de conformité

1/ L obligation générale de conformité LES GARANTIES DU VENDEUR A la suite de l achat de divers biens de consommation courante (canapé, véhicule, frigidaire, machine à laver, téléviseur ), il peut arriver que le consommateur ait besoin d invoquer

Plus en détail

Vu le décret n 2005-1225 du 29 septembre 2005 instituant une aide au financement de la formation à la conduite et à la sécurité routière ;

Vu le décret n 2005-1225 du 29 septembre 2005 instituant une aide au financement de la formation à la conduite et à la sécurité routière ; Convention entre l Etat et l établissement d enseignement relative aux prêts ne portant pas intérêt destinés aux formations à la conduite de véhicules de catégorie B et à la sécurité routière Vu le code

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE ET CONSOMMATION Arrêté du 31 décembre 2013 relatif aux factures des services de communications

Plus en détail

Loi sur les contrats des organismes publics (2006, c. 29, a. 26)

Loi sur les contrats des organismes publics (2006, c. 29, a. 26) POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE CONCERNANT LA CONCLUSION DES CONTRATS D APPROVISIONNEMENT, DE SERVICES ET DE TRAVAUX DE CONSTRUCTION DES ORGANISMES PUBLICS Loi sur les contrats des organismes publics

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

Convention ou accord collectif

Convention ou accord collectif ENGAGEMENT INTERNE A L ENTREPRISE DIFFERENTES METHODES DE MISE EN PLACE UN CONTRAT L article L.911-1 du Code de la sécurité sociale précise que les garanties collectives relevant de la protection sociale

Plus en détail

République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère du Commerce Direction du Commerce Wilaya de Skikda. Service de la qualité

République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère du Commerce Direction du Commerce Wilaya de Skikda. Service de la qualité République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère du Commerce Direction du Commerce Wilaya de Skikda Service de la qualité Produits Chimiques L'action entreprise par la Communauté européenne dans

Plus en détail

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection. Ville d ANGOULÊME

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection. Ville d ANGOULÊME Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection Ville d ANGOULÊME Souhaitant améliorer la sûreté des personnes et la sécurité des biens, afin de lutter contre les actes de malveillance, la ville

Plus en détail

TITRE PREMIER DEFINITION

TITRE PREMIER DEFINITION REPUBLIQUE TUNISIENNE TEXTES D APPLICATION DU CODE DES DOUANES ECHANGE STANDARD DES MARCHANDISES Arrêté du ministre de l'économie et des finances du 9 novembre 1990, fixant le régime de l'échange standard

Plus en détail

CONSEIL D'ETAT ============== No 48.255 Projet de loi

CONSEIL D'ETAT ============== No 48.255 Projet de loi CONSEIL D'ETAT ============== No 48.255 Projet de loi relative au retrait obligatoire et au rachat obligatoire portant sur les titres de sociétés anonymes admis ou ayant été admis à la négociation sur

Plus en détail

DECRET Décret n 2009-1789 du 30 décembre 2009 relatif au diplôme d expertise comptable NOR: ESRS0905375D

DECRET Décret n 2009-1789 du 30 décembre 2009 relatif au diplôme d expertise comptable NOR: ESRS0905375D DECRET Décret n 2009-1789 du 30 décembre 2009 relatif au diplôme d expertise comptable NOR: ESRS0905375D Le Premier ministre, Sur le rapport de la ministre de l enseignement supérieur et de la recherche,

Plus en détail

REPUBLIQUE DU CONGO Ministère de la Santé, des Affaires Sociales et de la Famille CHARTE DES DONS DE PRODUITS PHARMACEUTIQUES

REPUBLIQUE DU CONGO Ministère de la Santé, des Affaires Sociales et de la Famille CHARTE DES DONS DE PRODUITS PHARMACEUTIQUES REPUBLIQUE DU CONGO Ministère de la Santé, des Affaires Sociales et de la Famille CHARTE DES DONS DE PRODUITS PHARMACEUTIQUES Septembre 2007 La présente publication a été élaborée avec l appui financier

Plus en détail

Agrément des associations de protection de l environnement

Agrément des associations de protection de l environnement 1 Agrément des associations de protection de l environnement (Articles L 141-1 et R 141-1 à R 141-20 du code de l environnement). Le cadre général Les conditions pour qu une association soit agréée Le

Plus en détail

BUREAU BELGE DES ASSUREURS AUTOMOBILES

BUREAU BELGE DES ASSUREURS AUTOMOBILES AGREMENT DES CORRESPONDANTS REGLEMENT Préambule Conformément à l article 4 du Règlement Général 1 du Conseil des Bureaux qui a pour objet de régir les relations entre les Bureaux nationaux d assurance

Plus en détail

UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS

UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS INTERNATIONAL ASSOCIATION OF LAWYERS INTERNATIONALE ANWALTS-UNION UNION INTERNACIONAL DE ABOGADOS UNIONE INTERNAZIONALE DEGLI AVVOCATI PRINCIPES POUR LES AVOCATS ETABLISSANT

Plus en détail

Le Délégué à la Sécurité du Personnel

Le Délégué à la Sécurité du Personnel GRAND-DUCHE DE LUXEMBOURG Luxembourg, le 30 novembre 1995 ITM-AM 153.1 Le Délégué à la Sécurité du Personnel Bases: - Loi modifiée du 18 mai 1979 portant réforme des délégations du personnel. - Loi du

Plus en détail

La pharmacie en ligne, enjeux juridiques! Me Gérard CHEMLA!!

La pharmacie en ligne, enjeux juridiques! Me Gérard CHEMLA!! La pharmacie en ligne, enjeux juridiques Me Gérard CHEMLA Sommaire 1. Les règles posées par l arrêt DocMorris" 2. Sont mise en œuvre en Europe" 3. Mais la France reste sourde à l évolution" 4. Jusqu à

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Ministère de la réforme de l État, de la décentralisation et de la fonction publique

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Ministère de la réforme de l État, de la décentralisation et de la fonction publique RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la réforme de l État, de la décentralisation et de la fonction publique Décret n [xxx] du [xxx] modifiant le décret n 82-453 du 28 mai 1982 relatif à l'hygiène et à la

Plus en détail

Article L5126-1. (Loi nº 2002-303 du 4 mars 2002 art. 55 Journal Officiel du 5 mars 2002)

Article L5126-1. (Loi nº 2002-303 du 4 mars 2002 art. 55 Journal Officiel du 5 mars 2002) Article L5126-1 (Loi nº 2002-303 du 4 mars 2002 art. 55 Journal Officiel du 5 mars 2002) (Ordonnance nº 2003-850 du 4 septembre 2003 art. 19 Journal Officiel du 6 septembre 2003) (Loi nº 2004-806 du 9

Plus en détail

CONSEIL D'ETAT REPUBLIQUE FRANÇAISE N 315441 M. S. Mme Delphine Hedary Rapporteur

CONSEIL D'ETAT REPUBLIQUE FRANÇAISE N 315441 M. S. Mme Delphine Hedary Rapporteur CONSEIL D'ETAT N 315441 REPUBLIQUE FRANÇAISE M. S. Mme Delphine Hedary Rapporteur M. Mattias Guyomar Commissaire du Gouvernement Le Conseil d'etat, (Section du contentieux, 6 ème et 1 ère sous-sections

Plus en détail

Le financement de l enseignement privé par les collectivités territoriales

Le financement de l enseignement privé par les collectivités territoriales www.jeanclaudegaudin.net Juillet 2006 Le financement de l enseignement privé par les collectivités territoriales Une polémique a récemment surgi à propos du financement de l enseignement privé par les

Plus en détail

RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS

RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS Dernière modification en vigueur le 1 er mars 2014 Ce document a valeur officielle chapitre V-1.1, r. 7.1 RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS A.M.

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 224 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2009-2010 Enregistré à la Présidence du Sénat le 21 janvier 2010 PROPOSITION DE LOI ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE NATIONALE, visant à renforcer la protection des consommateurs

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DE LA PROTECTION SOCIALE Décret n o 2004-486 du 28 mai 2004 relatif aux règles prudentielles applicables aux mutuelles et unions pratiquant

Plus en détail

Question Q 151. L'influence des mesures restrictives dans le domaine de la publicité sur les marques

Question Q 151. L'influence des mesures restrictives dans le domaine de la publicité sur les marques Question Q 151 L'influence des mesures restrictives dans le domaine de la publicité sur les marques Il s'agit d'une question nouvelle dans les travaux de l'aippi. L'AIPPI a depuis longtemps étudié les

Plus en détail

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ Rue Saint-Jean 32-38 à 1000 Bruxelles Table des matières 1. Introduction 3 2. Réglementation 3 3. Rappel

Plus en détail

Quelles signatures pour quels effets?

Quelles signatures pour quels effets? Quelles signatures pour quels effets? KEYNECTIS et la signature électronique Signature électronique en Algérie Signature électronique en Europe La Directive Européenne France Signature électronique avec

Plus en détail

CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT)

CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT) CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT) à partir du 1 er août 2014 Entre le BCF des sociétés d assurances contre les accidents d automobile, 1 Rue Jules Lefebvre, 75431 PARIS CEDEX 09, et,

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE 22.2.2014 Journal officiel de l Union européenne C 51/3 III (Actes préparatoires) BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 19 novembre 2013 sur une proposition de directive du

Plus en détail

DES GOUVERNEMENTS DES ETATS MEMBRES Secrétariat CONF 3980/96

DES GOUVERNEMENTS DES ETATS MEMBRES Secrétariat CONF 3980/96 CONFERENCE DES REPRESENTANTS DES GOUVERNEMENTS DES ETATS MEMBRES Secrétariat CONF 3980/96 Bruxelles, l (OR.dk) LIMITE NOTE DE TRANSMISSION Objet : Protection des consommateurs Les délégations trouveront

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT ET DE L AMÉNAGEMENT DURABLES Décret n o 2007-1743 du 11 décembre 2007 modifiant certaines dispositions relatives

Plus en détail

COM (2015) 289 final

COM (2015) 289 final COM (2015) 289 final ASSEMBLÉE NATIONALE QUATORZIEME LÉGISLATURE SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2014-2015 Reçu à la Présidence de l Assemblée nationale le 22 juin 2015 Enregistré à la Présidence du Sénat le

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie En application de l article L 316-1 du Code Monétaire et Financier, et afin de favoriser le règlement amiable des différents avec ses clients

Plus en détail

L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010

L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010 L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010 RÈGLEMENT (UE) N o 1259/2010 DU CONSEIL du 20 décembre 2010 mettant en œuvre une coopération renforcée dans le domaine de la loi applicable au

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ ADMINISTRATION. Commission nationale de l informatique et des libertés

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ ADMINISTRATION. Commission nationale de l informatique et des libertés ADMINISTRATION Autorités administratives indépendantes et établissements sous tutelle CNIL Commission nationale de l informatique et des libertés _ Délibération n o 2013-255 du 19 septembre 2013 portant

Plus en détail