Rapport mondial sur le commerce de detail

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport mondial sur le commerce de detail"

Transcription

1 Rapport mondial sur le commerce de detail Stephanie Luce Octobre 2013 Un rapport d UNI Global Union

2 Table des matières Introduction 4 Importance du commerce de détail dans l économie mondiale 4 Impact de la crise économique mondiale.7 Principales tendances dans le secteur.9 Le modèle d emploi paupérisant..10 Enquête syndicale..17 Recommandations..19 Conclusion 26 2

3 Introduction Ces dernières décennies, le secteur du commerce de détail a subi des mutations importantes. Par suite de la déréglementation des investissements étrangers, de la politique de concurrence/monopole, en parallèle à des réformes néolibérales plus larges affectant les marchés des consommateurs et le commerce, les grands détaillants ont réussi à consolider leur pouvoir et à s étendre de par le monde. Alors que les petits commerces restent dominants dans de nombreuses régions du monde, les entreprises transnationales sont en train de conquérir des parts croissantes du marché. Parce qu elles cherchent à accroître leurs bénéfices, les grandes entreprises ont réduit le risque des investissements en recourant à la sous-traitance et aux franchises. Ces tendances ont eu un impact sur les entreprises plus petites ainsi que sur les fournisseurs, les consommateurs et les employés. Ces changements affectant le secteur du commerce de détail sont intervenus parallèlement à des tendances plus larges du marché du travail, où les employeurs tentent de basculer les risques de l emploi sur les travailleurs en adoptant des pratiques de travail «flexibles». Cela inclut la réduction du nombre de postes à temps plein et l accroissement du travail à temps partiel, temporaire et sur appel. Davantage de travailleurs du commerce de détail sont devenus des «travailleurs précaires» ayant une faible sécurité de l emploi, des salaires médiocres et une durée de travail insuffisante. La crise économique mondiale a donné aux employeurs une certaine latitude pour intensifier leurs initiatives en faveur de pratiques d emploi flexibles et paupérisantes. La hausse du travail précaire n est pas née de la crise, mais a accéléré une tendance qui existait déjà. 1 Les syndicats doivent trouver des moyens de réagir à ces tendances dans le commerce de détail et syndiquer les travailleurs précaires. Alors que la densité syndicale a baissé dans de nombreux pays, il existe quelques petites lueurs d espoir parmi les syndicats qui s adaptent à l environnement actuel. Importance du commerce de détail dans l économie mondiale Le commerce de détail est l un des plus importants secteurs de nombreuses économies nationales. Les pays ne lui donnent pas tous la même définition, mais selon l OIT, «le commerce de détail est universellement compris comme l étape finale du processus de distribution où les détaillants s organisent pour vendre la marchandise en petites quantités au public.» Cela s oppose au commerce de gros, où les entreprises vendent à d autres entreprises. 2 Le secteur du commerce de détail représente plus de US$15 trillions de recettes mondiales, et devrait conserver une croissance forte. 3 Ce secteur est très diversifié : les petits commerçants sont toujours présents dans les pays en développement, mais la domination des grandes entreprises est de plus en plus fréquente. La société de consultance Deloitte estime qu en 2011, les 250 plus grands détaillants du monde ont enregistré des recettes de ventes au détail, pondérées en fonction des ventes et ajustées sur le plan des devises, de US $4,3 trillions en 2011, soit 5,1% de plus qu en Cela signifie que les 250 principales entreprises étaient responsables d environ 40% des recettes du commerce de détail en En 2011, un grand détaillant moyen avait des recettes de $17 milliards. Ce secteur est fortement mondialisé et comporte des grands détaillants actifs dans pratiquement tous les pays. Les 250 principaux détaillants sont basés dans toutes les régions (malgré une domination des entreprises européennes et américaines). Alors que c est dans les économies les moins développées que le secteur a enregistré sa croissance la plus forte, l essentiel des marchandises continue à se vendre en Europe et en Amérique du Nord. Selon l OIT, 60% des marchandises sont vendues dans ces deux régions, bien qu elles ne représentent qu un cinquième de la population mondiale. 4 Bien que les petits magasins restent importants dans certaines régions, le secteur connaît une concentration de plus en plus marquée, car les grandes entreprises en ont acheté des plus petites et les chaînes de distribution ont remplacé les petits magasins indépendants. 5 Le tableau 1 montre que les 10 plus grands détaillants à eux seuls représentent 29% du total des recettes de la vente au détail. Walmart continue à dominer ce secteur, avec des recettes en 2011 presque quatre fois plus élevées que le numéro deux, Carrefour. Des analystes de ce secteur affirment qu il secteur continuera à se développer et à se concentrer. Les fusions et acquisitions restent une tendance importante, en particulier en Amérique latine, et les plus grandes entreprises offrent de plus en plus des formats multiples (hypermarchés, grands centres et magasins plus petits). Les nouvelles sociétés arrivées parmi les 250 premières en 2011 étaient essentiellement des scissions de maisons mères, dont Dia (spin-off de Carrefour) et E-MART (spin-off de Shinsegae en Corée du Sud). 3

4 Tableau 1: les 10 plus grands détaillants (2011) Société Pays d origine Recettes de détail (US$mil) Croissance des recettes de détail Marge bénéficiaire nette Rendement sur les actifs # de pays d opération % des recettes de ventes venant des opérations à l étranger Wal-Mart Etats-Unis ,0% 3,7% 8,5% 28 28,4% Carrefour France ,80% 0,50% 0,80% 33 56,70% Royaume- Tesco Uni ,80% 4,40% 5,50% 13 34,50% Metro Allemagne ,80% 1,10% 2,20% 33 61,10% Kroger Etats-Unis ,00% 0,70% 2,50% 1 0,00% Costco Etats-Unis ,10% 1,70% 5,80% 9 27,00% Schwarz Allemagne ,80% n/d n/d 26 55,80% Aldi Allemagne ,70% n/d n/d 17 57,10% Walgreen Etats-Unis ,10% 3,80% 9,90% 2 1,50% The Home Etats-Unis Depot ,50% 5,50% 9,60% 5 11,40% Top 10* ,40% 2,90% 6,20% 16,7** 32,90% Top 250* ,10% 3,80% 5,90% 9,0** 23,80% Part des Top 10 aux Top ,0% Source: Deloitte La concentration accrue dans ce secteur a donné à petit nombre d entreprises le contrôle sur une grande part de marché dans de nombreux pays. Ainsi, les cinq principaux détaillants dominent 88% de la vente des produits alimentaires en Suède, 85% au Danemark et 84% en Finlande; les quatre principales chaînes de supermarchés contrôlent les deux tiers des ventes d épicerie au Royaume-Uni; et les quatre plus grands magasins discount contrôlent un peu plus de 86% du marché en Corée. 6 L emploi dans le commerce de détail représente souvent de 10 à 15% du total de l emploi dans l économie, en moyenne, bien que cela soit difficile à mesurer dans des pays où le secteur informel est important. 7 Selon les données relatives à l année la plus récente disponible, environ 142 millions de personnes étaient employées dans le secteur de la vente au détail dans 82 pays, dont la Chine et l Inde. 8 Le commerce de détail représente également une part importante du PIB de nombreux pays, de 8% aux Etats-Unis à 14% en Inde. 9 La vente au détail et en gros est le troisième plus grand secteur économique en Allemagne, où elle représente 9,4% du total de la valeur ajoutée brute. 10 Certains pays ont observé une croissance de l importance de la vente au détail par rapport à l économie, mais cette tendance n est pas valable partout. Ainsi en Australie, le volume total des recettes des ventes a augmenté, mais le secteur ne représentait que 4,1% du PIB en contre 5% en Une partie de la croissance et des mutations du secteur s explique par le fait que les grands détaillants basés dans des pays riches ont atteint une certaine saturation du marché national, et que la consolidation du secteur offre une plus grande capacité d expansion mondiale. Mais les changements politiques qui ont permis cette transformation sont tout aussi importants, en particulier les politiques de libéralisation dans les marchés émergents, souvent appliquées de concert avec l aide du FMI. Diverses réglementations ont une incidence sur la vente au détail, depuis les lois sur la concurrence et le zonage jusqu aux restrictions aux investissements directs étrangers. 12 Par exemple, l Asie du Sud-est a été dominée pendant presque tout le XXe siècle par des détaillants locaux, mais suite à la crise financière asiatique, l Indonésie a accepté de libéraliser sa politique de vente au détail et aux consommateurs en 1998 à titre de condition pour bénéficier de l aide du FMI. A peu près à la même époque, la Malaisie et la Thaïlande ont assoupli leurs réglementations en matière de fusions, d acquisitions et de coentreprises. 13 Depuis lors, certains de ces pays ont pris des mesures pour re-réglementer la vente au détail afin de défendre les petites entreprises locales, alors que d autres pays, tels que l Inde, sont encore en train de déréglementer, ce qui facilite l entrée dans le pays des détaillants appartenant à l étranger. 4

5 Impact de la crise économique mondiale Le secteur a connu un grave déclin au milieu de la crise économique mondiale, mais a commencé à rebondir en 2010 bien que de manière inégale d un pays à l autre et même au sein d un même pays. La reprise du commerce de détail est modeste aux Etats-Unis mais limitée dans une certaine mesure par la confiance vacillante des investisseurs, le chômage persistant et le sousemploi ainsi que la faible croissance en Europe. L UE connaît depuis plusieurs années une crise de l euro et des mesures d austérité, accompagnées d un chômage élevé et du sous-emploi dans certains pays. Cependant, la plupart des mesures pour 2011 révèle une croissance globale modeste pour le secteur à l échelle mondiale, et une marge bénéficiaire nette composite de 3,8% pour les 250 plus grandes entreprises. 14 Il n en reste pas moins que les détaillants sont concentrés sur la croissance, et que les «marchés émergents» sont la source de la progression la plus rapide des recettes. Les détaillants moyens parmi ceux du Top 250 ont des opérations dans neuf pays et en 2011, près d un quart de leurs recettes de leurs affaires à l étranger. L expansion mondiale est particulièrement importante dans la vente au détail, car les grands marchés nationaux établis offrent moins de possibilités de croissance et les consommateurs sont très sensibles aux prix. C est pourquoi les détaillants sont désireux de capturer une population croissante d acheteurs de classe moyenne et jeunes en Amérique latine, en Asie, en Afrique/au Moyen-Orient et en Europe centrale. En 2011, la croissance des recettes du commerce de détail n a été que de 3,4% dans l UE et 6,3% aux Etats-Unis, mais de 29% en Afrique/au Moyen-Orient et de 21,3% en Amérique latine. Deloitte affirme que ces régions connaissent une «flexibilité de tarification légèrement plus grande» qui permet une rentabilité supérieure à la moyenne. Comme ils estiment ne pas pouvoir augmenter les prix dans de nombreux marchés, les détaillants se sont mis en quête d autres moyens de réduire les coûts. Bien que ce secteur soit marqué par une forte concentration, les entreprises sont extrêmement compétitives et prêtent une vive attention aux prix proposés dans les autres magasins, mais aussi en ligne et dans les marchés émergents. Les détaillants cherchent à conserver leurs marges bénéficiaires par rapport à leurs concurrents par des tactiques innovantes et une surveillance étroite des chaînes d approvisionnement, des stocks et des employés. Alors que les fabricants jouaient jadis le rôle principal dans de nombreuses chaînes d approvisionnement, cette relation a changé au fur et à mesure que les détaillants individuels gagnaient en parts de marché et en puissance. Cela a permis à un grand détaillant de dicter les termes d un contrat de fournisseur dans une chaîne d approvisionnement «pilotée par les acheteurs». Cette transformation a également modifié les relations entre les différentes entreprises, et dans certains pays, a réduit le rôle des grossistes. Ainsi, Walmart achète désormais bon nombre de ses produits directement auprès de petits producteurs, y compris des agriculteurs. Cela peut apporter des avantages, tels que des bénéfices éventuellement plus élevés, mais en réalité, la relation est source de nombreux problèmes pour les fournisseurs. Comme le relève une étude : «Les achats directs exposent les producteurs à petite échelle aux exigences des chaînes de supermarchés nationales et internationales, telles que la contrainte de réfrigérer les envois afin de réduire autant que possible le gaspillage ou les pratiques de comptabilité commerciale qui payent les fournisseurs de 7 à 45 jours après la livraison.» 15 Les grands distributeurs pourraient acheter une plus grande part des produits du fournisseur, et ainsi avoir le pouvoir d abaisser unilatéralement les prix payés, ainsi que répercuter les frais d emballage et de transport sur les producteurs. Walmart, par exemple, tient les fournisseurs pour financièrement responsables des coûts de tout stock invendu ou gâché. 16 Principales tendances dans le secteur Parallèlement à l expansion mondiale et à la concentration des entreprises, il existe au moins trois autres grandes tendances dans le secteur qui ont un impact sur le commerce de détail: la vente en ligne, la baisse de la densité syndicale et l adoption du modèle d emploi américain «précarisant». Vente en ligne Une des principales tendances du secteur est la croissance du commerce en ligne, réalisé par ordinateur ou smartphone. Cela inclut certains détaillants qui ne sont présents qu en ligne, tels qu Amazon.com, mais aussi de plus en plus, les ventes en ligne réalisées par les détaillants traditionnels. Le consultant sectoriel Deloitte affirme qu un peu plus de 5% du total des ventes au détail se fait aujourd hui par mobile, mais que ce chiffre devrait atteindre 17-21% (soit $628 à $752 milliards) d ici De nombreux clients continuent à se rendre physiquement dans le magasin, mais pour ensuite acheter en ligne. 17 C est pourquoi Deloitte conseille aux détaillants de former leurs employés à être des «ambassadeurs de la marque» capables d aider les clients à faire leurs courses dans le magasin tout en utilisant les technologies pour acheter en ligne. Cette tendance pourrait indiquer que les détaillants vont commencer à basculer certains de leurs emplois du magasin vers les centres d appels, ce qui accroîtra davantage le pouvoir des détaillants de déplacer des emplois. 18 5

6 Des premières recherches donnent à penser que l impact de l extension du commerce en ligne est marginal et inégal sur la performance financière des détaillants. 19 Les ventes en ligne dépendent de la force de la marque et de la solidité des relations avec les fournisseurs pour une livraison rapide et précise, ce qui donne à penser que les détaillants cherchant à étendre leurs opérations de commerce en ligne pourraient être vulnérables dans ces domaines. 20 Faible densité syndicale Une autre tendance du commerce mondial de détail a trait au déclin de la puissance des syndicats. Dans la plupart des pays, mais pas partout, les syndicats subissent une baisse constante du nombre de membres depuis plusieurs décennies. Cela est vrai pour l adhésion aux syndicats en général ; bien que de nombreux pays ne recueillent pas les données sur les syndicats du commerce de détail, les données disponibles laissent supposer, là aussi, une chute. Quant aux syndicats du commerce de détail en particulier, aux Etats-Unis, le nombre de leurs membres est passé de 1,2 million en 1983 à en 2012, alors même que l emploi dans ce secteur progressait aboutissant à une baisse de la densité syndicale de 8,6 à 4,7% sur la même période. 21 Le pourcentage des travailleurs du commerce de gros et de détail couverts par des conventions collectives en Allemagne est passé de 70,9% en 1998 à 59,7% en En Corée, la densité syndicale de la main d œuvre totale est de 11%, mais n est que de 3,6% dans le commerce de détail. 23 D un autre côté, il semble que la densité syndicale dans le commerce de détail ait légèrement progressé dans quelques pays, bien que les données ne soient pas disponibles pour les mêmes années. Ainsi, au Royaume-Uni, bien que la densité dans le commerce de détail soit plus faible dans ce secteur que dans de nombreux autres, on a observé une légère augmentation de 11% en 1995 à 11,8% en Le Canada a lui aussi connu une certaine progression de la densité syndicale globale, puisque le taux pour le commerce de détail est passé de 13,6% en 1997 à 14,2% en La Suède reste une exception, car la densité syndicale y est élevée partout, y compris dans le commerce de détail à environ 70% pour les travailleurs non temporaires. Les syndicats suédois du commerce de détail couvrent également la plupart des cadres de ce secteur. 26 Le modèle d emploi paupérisant Une autre tendance principale du secteur est la domination croissante du modèle d emploi «paupérisant». Les employeurs «paupérisants» ont tendance à payer des salaires peu élevés, à offrir des prestations faibles voire inexistantes et à considérer les employés comme des coûts plutôt que comme des actifs. Les employeurs paupérisants ont tendance à déqualifier le travail et à opérer avec un taux de rotation du personnel élevé. Les employeurs paupérisants ne sont pas un phénomène nouveau. Le tout premier discounter, Woolworth s, avait déqualifié ses vendeurs et recruté de très jeunes femmes. Il exigeait de ses employés qu ils travaillent pendent des horaires prolongés et restent debout tout le temps pour des salaires relativement faibles. 27 Mais le secteur comportait également de nombreux employeurs «valorisants», souvent syndiqués, qui versaient des salaires plus élevés et offraient un emploi à long terme. Avec la consolidation du secteur et l émergence de grands acteurs mondiaux, le modèle paupérisant joue désormais un rôle bien plus important, au point d évincer les entreprises valorisantes. Le chercheur Chris Tilly affirme qu il existe deux tendances majeures qui ont encouragé le développement du modèle paupérisant: la «supermarchisation» et le développement des discounters. 28 La «supermarchisation» - le remplacement de nombreux marchés traditionnels et petites boutiques par de grands supermarchés a tout d abord commencé aux Etats-Unis, s est propagée en Europe occidentale et au Japon dans le cadre du boom qui a suivi la Deuxième guerre mondiale, et s est produite plus récemment à peu près dans tout le reste du monde. Cette tendance a ouvert la voie à la domination des grandes multinationales sur certaines parties du marché du commerce de détail tout en affaiblissant le pouvoir des petits commerçants. L expansion des discounters est plus récente, bien que le modèle des discounters remonte au XIXe siècle aux Etats- Unis et à la fondation de Woolworth s. Ce modèle s appuie sur des gros volumes qui permettent au magasin de vendre à des prix plus bas. Mais au fur et à mesure qu un nombre croissant de pays a commencé à adopter la réforme néolibérale et la déréglementation, et avec l affaiblissement des lois du travail et de leur application, les conditions sont devenues plus favorables pour des grands discounters tels que Walmart. Ces 30 dernières années, Walmart a acquis un pouvoir considérable aux Etats- Unis et sur le marché mondial du commerce de détail. Mais d autres grands discounters, tels que Target, basée aux Etats-Unis, ou les Allemands Lidl et Aldi, ont connu une croissance énorme. De plus, les discounters ont commencé à empiéter sur le territoire des supermarchés sous la forme d hypermarchés, ce qui a rendu floue la ligne de démarcation entre ces formes de vente au détail. 6

7 Bon nombre des discounters et des hypermarchés sont des employeurs paupérisants. Walmart a tout d abord commencé sa croissance dans une région relativement peu syndiquée, puis a particulièrement réussi dans les endroits dotés d une législation du travail plus faible ou d une application de celle-ci moins rigoureuse. Walmart est bien connu pour ses bas salaires et ses médiocres conditions de travail, et a fait l objet de nombreuses poursuites en justice, allant du vol des salaires à la discrimination salariale. Néanmoins, Walmart est loin d être le seul employeur paupérisant. Les discounters et les hypermarchés ne sont pas nécessairement des employeurs paupérisants: il existe quelques exceptions. Cependant, la tendance croissante est à un modèle paupérisant où la rotation des effectifs est élevée. En général, la rotation est la plus élevée parmi les travailleurs horaires et les travailleurs les plus récemment recrutés. Ainsi, une étude de la pharmacie britannique Livingston s a constaté que les taux de rotation présentaient une forte corrélation avec l ancienneté, le taux de rotation le plus élevé se trouvant parmi les personnes travaillant 16 heures ou moins dans le magasin. 29 Susan Lambert, experte du commerce de détail, signale que la rotation pourrait «atteindre chez les travailleurs ayant moins d un an d ancienneté 200% de plus que chez les personnes en place depuis plus longtemps.» 30 Les taux de rotation varient largement d un magasin à l autre, car des pratiques d emploi différentes peuvent les influencer considérablement. Par exemple, une enquête portant sur les commerces de détail en Australie a révélé des taux de rotation allant de 13% à 95%. 31 L expansion du modèle paupérisant à taux de rotation élevé a jeté les bases de la montée de l emploi précaire, dont nous allons maintenant parler plus en détails. Précarité de l emploi dans le commerce de détail Les changements dans la vente au détail sont survenus parallèlement à un accroissement du travail précaire dans son ensemble. Cela est partiellement dû aux pratiques des entreprises et à la restructuration, à la déréglementation des normes du travail, aux attaques lancées contre les syndicats et à une large augmentation de la main d œuvre mondiale. Le problème du travail précaire est généralisé et touche la plupart des régions du monde. Bien qu il existe des différences nationales et même certaines exceptions au sein de certains pays, le schéma général est celui de la perte de qualification et du passage au travail occasionnel. Dans la vente au détail, la précarisation prend de nombreuses formes, dont le sous-emploi et le travail à temps partiel involontaire, les salaires peu élevés et des pratiques de «flexibilité» telles que le travail «sur appel» ou la programmation automatique. Comme l indique un rapport: «la pression à l hyperflexibilité a entraîné une stratégie du personnel basée sur une absence totale de compétences, de qualifications, de formation et de carrière, ce qui explique pourquoi le travail dans le commerce de détail est dominé par des postes à temps partiel mal rémunérés.» 32 Le travail précaire a également progressé par suite d un recours accru à l externalisation, à la sous-traitance et aux franchises. Cette pratique permet aux grandes multinationales de basculer le travail sur des sous-traitants et des fournisseurs, rendant ainsi floues les lignes de responsabilité juridique. Détaillons quelque peu ces tendances. Sous-emploi Une part importante du travail précaire est due au travail à temps partiel. En 2012, l OIT a signalé que l emploi à temps partiel avait augmenté dans les deux tiers des pays riches. 33 Bien que cette tendance générale soit valable pour les pays de l OCDE, elle semble particulièrement forte dans le commerce de détail. 34 Cette évolution s est produite en partie alors qu un certain nombre de pays assouplissait les heures d ouverture des magasins au-delà d une journée de huit heures. 35 Cela permet aux détaillants d augmenter leurs heures d ouverture, y compris les grandes surfaces qui sont ouvertes 24 heures par jour. 36 Les détaillants ont également abandonné les emplois à temps plein au profit des emplois à temps partiel en tant que moyen de réduire les coûts face à une concurrence accrue des discounters et de la vente en ligne. Malgré certains indices montrant que cela peut leur nuire à long terme, les directeurs de magasins sont souvent évalués en fonction de leurs coûts de main d œuvre. S ils peuvent comprimer ces coûts à court terme, cela semble bon pour le directeur et pour le magasin. 37 Un troisième facteur pertinent est l augmentation du nombre de personnes qui veulent travailler à temps partiel, notamment les étudiants et les femmes ayant des enfants. Le secteur emploie désormais plus de jeunes étudiants qui veulent travailler à temps partiel que naguère. Cela s explique en partie par le fait que davantage de jeunes vont à l université et ont besoin de travailler à temps partiel, mais aussi par le fait que l université devient plus chère et que davantage d étudiants sont obligés de travailler pour payer leurs frais. Les détaillants sont en mesure de tirer profit du besoin des étudiants d occuper un emploi à temps partiel et s appuient de plus en plus sur ce pool de travailleurs. 38 Bien que les données ne soient pas cohérentes d un pays à l autre, les enquêtes et les données des gouvernements semblent montrer qu il existe une vaste main d œuvre à temps partiel dans le commerce de détail, et qui croît. Dans une enquête relative aux travailleurs du détail à New York, près de 60% des travailleurs ont signalé avoir été recrutés à temps partiel, à titre temporaire, pour les vacances, ou en «temps plein flexible.» 39 Une étude dans 11 pays de l UE a constaté qu à peine plus d un tiers de tous les travailleurs des ventes et des magasins travaillait à temps partiel, ce qui est le chiffre le plus élevé, toutes 7

8 professions confondues. 40 Environ 70% de tous les nouveaux emplois créés au Japon entre 1987 et 1997 étaient des emplois à temps partiel, ce qui était particulièrement vrai pour le secteur de la vente en gros et au détail. 41 Au Canada, le commerce de détail représente la part la plus élevée du travail à temps partiel et occasionnel. 42 Le travail précaire a rapidement progressé ces dernières années en Europe centrale et orientale. Ainsi, un rapport montre que la part des travailleurs de détail recrutés comme employés temporaires est passée de 7% en 2000 à 34% en 2008 en Pologne, et de 12,5% à 20% en Slovénie sur la même période. La part des employés du commerce de détail travaillant à temps partiel a également connu une hausse spectaculaire pendant cette période en Estonie et en Slovénie. 43 De plus, on dispose de preuves montant que les détaillants diminuent la prévisibilité des heures de travail. Une étude faite auprès de 17 grandes entreprises américaines a révélé qu aucune d elles ne garantissait un nombre minimum d heures de travail par semaine aux travailleurs à temps partiel. 44 Ainsi, il peut arriver qu un travailleur à temps partiel ne soit même pas un travailleur régulier ou standardisé à temps partiel avec des heures prévisibles. En fait, un récent article du Guardian signale qu une entreprise britannique, Sports Direct, compte employés à temps partiel, soit 90% de ses effectifs, au titre de «contrats zéro heures.» Cela signifie que les travailleurs n ont aucune garantie d un nombre d heures minimum d une semaine à l autre. Même lorsque les travailleurs ont une tranche horaire programmée, celle-ci peut être supprimée avec un préavis de moins d un jour. 45 Une enquête auprès des grands employeurs britanniques constate que cette pratique s est fortement répandue, puisque 11% utilisaient des contrats zéro heures en 2005, et qu ils étaient 23% en Certains rapports suggèrent qu au moins travailleurs sont touchés, principalement dans le commerce de détail, les services de restauration et les soins de santé. 46 Une étude relève qu en moyenne, les femmes des pays de l UE ont plus de chances de préférer le travail à temps partiel que leurs homologues des Etats-Unis, ce qui suggère que le travail à temps partiel involontaire n est pas un aussi grand problème dans l UE. Cependant, ce constat est atténué en partie par la gamme des politiques sociales qui soutiennent les femmes, et certains chercheurs notent des variations entre pays et entre divers groupes de femmes. Ainsi, une étude relève que les femmes au Royaume-Uni bénéficient d un faible soutien institutionnel pour la garde des enfants, ce qui rend plus difficile pour elles le passage d un travail à temps partiel à un travail à temps plein. 47 Une autre étude constate qu en Finlande, les femmes d un certain âge et celles qui sont moins qualifiées ont plus de probabilités d occuper un travail à temps partiel involontaire que les autres femmes. 48 Les travailleurs à temps partiel sont également confrontés à des obstacles qui les empêchent de passer à des emplois permanents ou de progresser dans une carrière. Une étude de la main d œuvre australienne a observé que les conditions de travail sont sans doute encore moins bonnes qu on ne s y attendrait dans le commerce de détail, du fait que de nombreux travailleurs occupent des emplois à temps partiel «occasionnels», non standard et dépourvus de sécurité. On dispose de peu d observations suggérant que les travailleurs au détail occasionnels passent à du travail à temps partiel permanent, et en fait, de peu de preuves que des emplois à temps partiel permanents bénéficient de meilleurs salaires et de meilleures conditions de travail que les emplois à temps partiel occasionnels. 49 Une étude portant sur 11 pays d Europe a constaté que le travail à temps partiel servait de tremplin à un travail à temps plein pour moins de 5% des individus. 50 Faibles salaires Alors que le travail à temps plein se transforme en travail à temps partiel, les salaires moyens diminuent. Aux Etats- Unis, les plus importantes professions du commerce de détail (caissier, vendeur et magasinier) sont parmi celles où le salaire horaire moyen est le plus faible, toutes professions confondues. Les chercheurs ont étudié cinq pays les Etats-Unis, le Royaume-Uni, la France, l Allemagne et les Pays-Bas et ont constaté que le travail dans le commerce de détail entraîne des salaires sensiblement plus faibles dans ces cinq pays. Le travailleur moyen du commerce de détail dans chaque pays gagne entre 24% et 56% de moins que le travailleur moyen de l économie nationale. 51 Cela donne à penser que même dans les pays où la régulation du marché de l emploi est forte, le secteur lui-même paye des salaires moins élevés que d autres secteurs. Il est intéressant de relever que la pénalité salariale semble la plus grande pour les travailleurs du commerce de détail aux Etats-Unis situés plus haut sur l échelle que les travailleurs tout juste entrés dans la branche, ce qui donne à penser que les cadres moyens dans le commerce de détail aux Etats-Unis peuvent connaître la plus grande pénalité salariale par rapport à leurs pairs. «Flexibilité» Une autre grande tendance de la vente au détail se manifeste parallèlement à une politique plus large et à une stratégie des entreprises: le passage à la «flexibilité» de la main d œuvre. Depuis plusieurs décennies, les décideurs politiques et les employeurs plaident en faveur de réformes permettant aux employeurs d avoir plus de liberté pour recruter et licencier les 8

9 travailleurs à leur gré, et pour transférer les risques de l emploi de l entreprise à l employé. 52 Qualifiées de «flexibilité», ces mesures ont été vantées comme un moyen pour les employeurs d abaisser les coûts et de rester compétitifs dans un marché mondial. Avec une main d œuvre «flexible», les employeurs sont en mesure de comprimer les coûts du travail autant que possible: en réduisant l emploi dans les périodes creuses et en l augmentant dans les périodes porteuses. Cela peut vouloir dire changer de niveaux d emploi du jour au lendemain ou d une semaine à l autre; modifier le nombre d heures travaillées d une semaine à l autre; changer de tranches horaires chaque semaine; et plus encore. Une bonne partie de cette évolution a été rendue possible par la déréglementation du marché du travail, avec les réformes en Angleterre, en France, en Allemagne et en Espagne dans les années 1980, pour autoriser les contrats de travail temporaires, ou des réformes du travail en Corée du Sud et au Japon dans les années 1990 qui ont créé des travailleurs «non standard» ou «irréguliers.» 53 Des pays d Europe centrale et orientale ont réformé leur code du travail dans les années 2000 de manière à faciliter pour les employeurs le recours à des contrats temporaires ou à court terme, ce qui est notamment le cas des réformes en Pologne en , en Slovénie en 2006 et en Estonie en Parallèlement aux changements de politique, les entreprises ont adopté de nouvelles pratiques pour renforcer leur propre flexibilité. Deux de ces mesures sont la croissance du travail «sur appel» et de la programmation automatisée. Certains chercheurs ont qualifié cette évolution de «dotation à flux tendus», tout comme on parle de «production à flux tendus», pratiques qui visent à abaisser les coûts en réduisant les stocks superflus. 54 La technologie de programmation permet à une entreprise de suivre la demande des consommateurs. Par exemple, la société Apex Optimization GmbH a conçu un outil de programmation pour les détaillants suisses qui «cherche à faire correspondre la demande escomptée des consommateurs au nombre de vendeurs en optimisant les tranches de travail.» 55 Cependant, il n est pas facile d automatiser complètement la programmation, car cela exige des prévisions précises du flux de clients or, des facteurs tels que le mauvais temps ou les conditions du trafic peuvent impacter le commerce de détail au quotidien. Il n en reste pas moins que les chercheurs s efforcent de perfectionner cette technologie. Susan Lambert signale que la plupart des cadres qu elle a étudiés étaient tenus d analyser tous les jours les chiffres de flux de clients afin de rééquilibrer les horaires de travail en conséquence pour le lendemain.» 56 Externalisation/sous-traitance & franchises Un autre facteur qui provoque la précarité est le développement de l externalisation et des franchises. Au fur et à mesure de leur expansion et de leur consolidation dans les années 1980 et 1990, les détaillants ont cherché des stratégies pour réduire les coûts et le risque d investissement. Une méthode qu ils ont appliquée pour réduire les coûts et basculer le risque d investissement et la responsabilité juridique consiste à externaliser vers d autres entreprises, nationales ou situées dans d autres pays certaines parties du travail normalement effectuées en interne. Par exemple, dans le commerce de détail, les entreprises ont commencé à externaliser la production de marchandises, la publicité, le stockage, les ressources humaines, l emballage et l affichage, et bien d autres choses encore. En théorie, cette pratique permettrait à l entreprise de profiter de producteurs de niche et d économies d échelle. Mais elle a également permis à l entreprise de transformer ses frais fixes en frais variables et de rechercher une production à plus faible coût par exemple en basculant sur des travailleurs sous-traités non syndiqués du travail réalisé jusque là par des employés internes syndiqués; ou en confiant du travail effectué par des salariés nationaux aux salaires élevés à des travailleurs moins payés d autres pays. Une étude constate que les économies de coûts à court terme sont la raison la plus courante invoquée par les détaillants pour externaliser le travail. 57 Une autre méthode est le franchisage, qui permet aux entreprises d ouvrir davantage de magasins sans courir beaucoup de risques. 58 Bien que le concept de la franchise remonte aux années 1800, sa popularité est allée croissant ces dernières décennies, surtout en tant que méthode pour se développer au plan international. Ces pratiques l externalisation et les franchises ont quelques effets similaires pour les travailleurs. Elles aboutissent toutes les deux à des relations plus complexes entre travailleurs et employeurs, car elles ont été conçues en partie pour déplacer la responsabilité juridique pour l entreprise. Par exemple, un employé peut travailler pour une société franchisée qui s appuie sur un modèle de faibles salaires et de rotation élevée. Le propriétaire de la franchise peut se lancer dans des pratiques d emploi qui «coincent» le travailleur, telles que des horaires irréguliers, voire le non paiement des salaires. L employé peut tenter d engager des recours juridiques contre l entreprise, mais la responsabilité de la société est limitée. En outre, en termes de recherche de salaires plus élevés ou d arriérés de rémunérations, l essentiel des bénéfices tombe généralement dans l escarcelle du siège central et non de la franchise ce qui signifie que les entreprises sont dans une certaine mesure capables de protéger leurs actifs contre les revendications des employés. 59 9

10 Enquête syndicale Pour examiner de plus près les tendances dans les pratiques du commerce de détail et du travail précaire, nous avons réalisé une enquête auprès des affiliés d UNI en mai et en juin Cette enquête était conçue pour rassembler davantage d informations sur les tendances du commerce de détail et de l emploi pays par pays. Elle a été administrée électroniquement en cinq langues et envoyée aux affiliés d UNI. Nous avons reçu au total 32 réponses venant de 23 pays. Alors que tous les syndicats représentent quelques travailleurs du commerce de détail, les secteurs que les syndicats couvrent sont assez variés. 60 Les résultats détaillés de l enquête sont disponibles dans un autre rapport, mais nous en résumons ici les principaux constats. Près de 80% des syndicats ayant répondu déclarent que les formes de travail précaire se sont accrues dans leur pays ces cinq dernières années. Parmi ceux qui signalent une hausse, la majorité indique que le travail précaire a pu augmenter de 50%. Ceux qui signalent les augmentations les plus fortes (plus de 50%) sont la République démocratique du Congo, la Slovaquie et les Etats-Unis. 70% des syndicats ayant répondu signale que les tranches horaires de travail varient souvent d une semaine à l autre, et plus de la moitié déclarent que les travailleurs du commerce de détail sont fréquemment recrutés par des agences. Les syndicats ayant répondu venant de République démocratique du Congo, de Pologne, de Suède et des Etats-Unis signalent que les tranches de travail sur appel sont un phénomène fréquent. Près de 70% disent que les détaillants utilisent la programmation automatique dans leur pays. La majorité signale que le stress au travail, les faibles salaires, l insuffisance des heures et l absence de prestations sont des problèmes graves pour les travailleurs précaires. Les syndicats ayant répondu signalent que les travailleurs ayant des qualifications limitées ont le plus de probabilités d occuper des postes précaires, suivis par les jeunes. Environ un tiers des réponses révèlent que ce sont les femmes et les travailleurs migrants qui occupent le plus souvent des emplois précaires. Presque tous les syndicats étudiés ont des travailleurs précaires comme membres, bien que pour la plupart d entre eux, les travailleurs précaires représentent moins de 20% de leurs effectifs. Par exemple, Handel s en Suède a abaissé ses cotisations pour les travailleurs à bas salaires et à horaires indéfinis; SYNTRACOM au Niger a organisé des réunions de sensibilisation dans de grands débouchés de vente au détail; et UA ZENSEN au Japon s est fixé pour objectifs d avoir «50%, voire 75%, de densité syndicale dans chaque société.» Près de 30% de syndicats ayant répondu ont récemment modifié leur politique syndicale afin de faciliter l adhésion des travailleurs précaires. Les deux tiers des réponses révèlent que la législation nationale a récemment été modifiée pour les travailleurs précaires. Sur celles-ci, 60% signalent que la loi a dégradé les conditions applicables aux travailleurs précaires, alors que 25% affirment que les récents changements légaux ont amélioré les conditions. Les autres indiquent que la loi a amélioré certains points et en a détérioré d autres. La Finlande, le Japon, le Lesotho, la Malaisie et la Thaïlande ont adopté des lois qui améliorent la situation. Ainsi, la Finlande a étendu la couverture des travailleurs précaires en matière de vacances et de soins de santé. La Malaisie a fixé un salaire minimum pour tous les travailleurs, y compris les travailleurs précaires. Au Japon, la loi sur le contrat de travail et la loi couvrant les travailleurs intérimaires ont été amendées d une manière qui améliore les droits des travailleurs précaires. La loi thaïlandaise sur la protection des travailleurs stipule que les travailleurs précaires ont droit à la même rémunération et aux mêmes avantages que les travailleurs réguliers. Dans le même temps, des lois en Argentine, en Belgique, au Danemark, en France, en Irlande, en Espagne, en Suède, au Royaume-Uni et aux Etats-Unis ont détérioré les conditions. Pour l essentiel, ces changements sont survenus dans des pays qui avaient initialement de plus fortes protections de la main d œuvre et une meilleure couverture sociale.

11 Les syndicats qui ont répondu voient de nombreux obstacles à la syndicalisation des travailleurs précaires, le principal problème étant que ces travailleurs vivent dans la crainte d être licenciés ou de subir d autres formes de harcèlement. La faiblesse de la législation gouvernementale ou de l application des lois existantes constitue également un obstacle majeur. Les réponses suggèrent des moyens pour UNI d apporter éventuellement ce soutien, grâce à son réseau international. Les syndicats citent un certain nombre d idées spécifiques y compris la conclusion d accords cadres avec les grands distributeurs tels que Walmart, et des campagnes de solidarité accrues mettant en lumière les problèmes du travail précaire. Recommandations L avancée du travail précaire dans le commerce de détail est inégale dans les divers pays où UNI compte des affiliés, mais les tendances mondiales et les pratiques des entreprises donnent à penser que la situation va sans doute de dégrader. Les pays où les travailleurs et les syndicats jouissent historiquement de protections fortes ont récemment connu des changements juridiques qui permettent plus facilement aux employeurs de recruter des travailleurs précaires. Certains changements législatifs positifs sont intervenus dans des pays d Asie qui commencent à s attaquer aux problèmes des contrats à court terme et de la disparité salariale entre travailleurs réguliers et non réguliers. Le présent chapitre offre quelques recommandations qu UNI et ses affiliés pourraient appliquer pour s attaquer aux problèmes liés au travail précaire. Les solutions ne seront pas faciles, car les tendances aboutissant à la montée du travail précaire sont complexes. Comme le note un rapport d ACTRAV, pour aborder la question, il faudra «des interventions dans les politiques économiques et sociales, y compris une sécurité sociale solide, un salaire de subsistance, la réduction de la volatilité des marchés financiers, le renforcement de la base fiscale, des services publics et des investissements publics pour des sociétés inclusives, productives et durables sur le plan de l environnement, la préservation du parallélisme entre la progression des salaires et la croissance de la productivité, et la prévention de la concurrence déloyale sur le marché du travail.» 61 Cela signifie qu une approche globale est nécessaire. Voici une liste de quelques recommandations. Accroissement de la densité syndicale La meilleure stratégie pour inverser la tendance au travail précaire consiste à accroître la densité syndicale dans le secteur du commerce de détail, y compris des employés de vente au détail à temps plein à diverses fonctions, ainsi que des employés à temps partiel, saisonniers et temporaires. Malgré les nombreux obstacles, il est impératif que les syndicats trouvent des moyens de syndiquer les travailleurs précaires. Au Japon, le syndicat du commerce de détail UI ZENSEN a lancé un effort pour syndiquer les travailleurs à temps partiel dans les années Les travailleurs à temps partiel représentent désormais environ la moitié de ses membres. 137 fonctionnaires et employés au niveau régional s occupent de syndicalisation, et 7 recruteurs nationaux travaillent au siège central. 62 Le syndicat britannique du commerce de détail USDAW a fait adhérer nouveaux membres en 2008, en partie en nouant des partenariats formels avec des employeurs tels que Tesco et d autres détaillants alimentaires. Les syndicats du commerce de détail en Estonie, en Pologne et en Slovénie ont appliqué une série de tactiques, allant des campagnes d éducation publique aux initiatives législatives. En Estonie, les syndicats ont eu recours à des recruteurs pour qu ils fassent adhérer des membres individuels dans des micro-entreprises, ce qui était autorisé par des amendements antérieurs à leurs statuts. En Pologne, le secteur commerce de NSZZ Solidarnosc a lancé une campagne contre un hypermarché en 2010, ce qui lui a permis d attirer nouveaux membres. De plus, ce syndicat a obtenu une augmentation de salaire et des contrats à durée indéterminée pour tous les employés en remplacement de contrats temporaires. 63 Programmes innovants Outre le renforcement des efforts de syndicalisation traditionnels en direction des travailleurs précaires, le syndicat peut explorer des programmes innovants tels que le Retail Action Project (RAP) à New York. Le RAP est un projet rassemblant les travailleurs engagé par le Retail, Wholesale and Department Store Union (RWDSU, TUAC). Il fournit des services aux membres, depuis la formation aux qualifications et l aide à la carrière jusqu à la lutte contre le vol des salaires. Le RAP coopère également avec des alliés de la collectivité et d autres syndicats pour soutenir des campagnes législatives, telles que l ordonnance sur le salaire de subsistance à New York, ou l ordonnance sur les congés maladie payés. Le RAP aide en outre les travailleurs qui se lancent dans des activités de syndicalisation sur leur lieu de travail. Réseaux de chaîne d approvisionnement D autres syndicats poursuivent de nouveaux types de recrutement en établissant des réseaux nationaux et, dans certains cas, internationaux, de travailleurs du commerce de détail et de travailleurs de la chaîne d approvisionnement du commerce de détail. Citons avant tout les réseaux autour de Walmart. En 2012, les syndicats représentant les travailleurs de Walmart en Argentine ont constitué un réseau national pour échanger des informations et travailler ensemble à des campagnes communes, y compris 11

12 en s attaquant à la part croissante des travailleurs temporaires sur le terrain. Les syndicats travaillent ensemble et avec des partenaires de la communauté pour syndiquer chez Walmart ou contester les pratiques abusives de Walmart dans des dizaines de pays. Ces quelques dernières années, ces réseaux se sont étendus pour inclure des alliances plus étroites entre employés des magasins de détail, travailleurs des entrepôts et de la logistique et travailleurs de la production (par ex. les femmes qui cousent des vêtements pour Walmart au Bangladesh). Campagnes de sensibilisation du public Parallèlement aux efforts de syndicalisation, les syndicats d un certain nombre de pays ont renforcé leurs campagnes de sensibilisation du public portant sur le problème du travail précaire. Cela inclut le recours aux réseaux sociaux, à des manifestations, à des journées d action, à des auditions publiques et autres. 64 Par exemple, les innovations les plus importantes utilisées par les pays d Europe centrale et orientale contre le travail précaire ont été des campagnes dans les médias et des campagnes politiques. Les syndicats luttent contre les «emplois pourris» en Pologne et les «mini-emplois» en Slovénie, en soulignant que ce n est pas pour cause de difficultés financières que les employeurs les développent. 65 Stratégies valorisantes Les employeurs n adoptent pas tous une position hostile aux travailleurs et aux syndicats. Les affiliés d UNI peuvent être en mesure de proposer des stratégies valorisantes aux employeurs ou aux associations patronales, qui pourraient profiter aussi bien à l entreprise qu aux travailleurs. Il existe un certain nombre d études qui montrent que les employeurs qui augmentent les salaires récupèrent une partie des coûts de ces salaires par le biais d autres gains en particulier une rotation moins élevée, une productivité supérieure et une baisse de l absentéisme, et donc une réduction des coûts liés au recrutement, à la formation et à la surveillance. Par exemple, le discounter Costco consacre des dépenses plus élevées aux salaires et aux prestations que son concurrent Sam s Club (détenu par Walmart), mais a un taux de rotation nettement moindre. Costco dépense environ $244 millions par an pour la rotation. Si son taux de rotation était celui de Sam s Club, ces coûts passeraient à $631 millions. Costco économise donc environ $387 millions par an en coûts de rotation. 66 Outre les salaires, les autres conditions de travail peuvent affecter la rotation, la productivité et l absentéisme. Citons notamment les points suivants: Augmentation des effectifs. Des études ont constaté que chaque dollar consacré à des salaires supplémentaires par de grands distributeurs américains entraînait une hausse des ventes de $4 à $28. Lorsque les magasins ont un personnel insuffisant, les clients ont tendance à moins y acheter. Les clients ont besoin de personnel pour les aider à trouver des produits, les aider à faire des achats et veiller à ce que les files d attente à la caisse ne soient pas trop longues. 67 Dans une étude portant sur quatre détaillants à bas prix (Costco, Trader Joe s, QuikTrip et Mercadona), le professeur Zeynep Ton a découvert que bien que ces quatre sociétés aient des coûts de main d œuvre bien plus élevés que leurs concurrents, elles étaient plus rentables et avaient un chiffre d affaires par employé et par mètre carré plus élevé. 68 Formation aux compétences et carrières. La formation peut apporter aux employés un jeu de qualifications polyvalentes requis dans l environnement de ventes moderne qui combine la vente personnelle et les connaissances techniques en ligne. La formation professionnelle peut également être associée à de meilleures possibilités de carrière, permettant ainsi aux travailleurs du commerce de détail qui viennent d entrer dans ce secteur d y rester et éventuellement de rester dans la même entreprise. La formation polyvalente permet également aux travailleurs de changer de tâches et de professions, ce qui les met en mesure de faire carrière dans le secteur et de rester plus longtemps dans une entreprise donnée. De nombreux détaillants consacrent beaucoup de ressources à développer des programmes de fidélisation de la clientèle, mais n investissent pas assez dans la formation de leur personnel, bien que la recherche montre que le succès du marketing «dépend dans une large mesure des vendeurs» surtout dans les entreprises qui emploient des tactiques «de vente axée sur les clients.» 69 Bien que la formation soit une dépense pour les employeurs, elle peut aboutir à une plus grande productivité et à une hausse du chiffre d affaires. Dans une étude couvrant les entreprises britanniques de divers secteurs, les chercheurs ont constaté qu une augmentation de 5% de la proportion de travailleurs formés dans un secteur entraînait une valeur ajoutée de 4% supérieure par travailleur et des salaires de 1,6% plus élevés. 70 Les détaillants français réclament que leurs travailleurs aient des qualifications plus poussées, en particulier des niveaux élevés de connaissances techniques et de produits. 71 La formation professionnelle est courante pour les travailleurs du commerce de détail en Allemagne, où 81% des travailleurs suivent un programme de formation sur deux ou trois ans. 72 Ces travailleurs gagnent des qualifications dans une vaste gamme de travail de commerce de détail, de sorte qu il leur est facile de passer d une tâche à une autre. 12

13 Employeurs valorisants Les employeurs ci-dessous ont tendance à verser des salaires plus élevés et à fournir des prestations meilleures que leurs concurrents. Aucune de ces entreprises n est un employeur valorisant sur tous les plans. Seuls certains magasins Costco sont syndicalisés, et quelques magasins Carrefour ont adopté des pratiques anti-syndicales. Certains détaillants sont des employeurs «valorisants» dans un pays, mais «paupérisants» dans un autre. Il n en reste pas moins que ces exemples suggèrent qu une alternative à la «paupérisation» est possible pour les détaillants multinationaux. Costco, discounter basé aux Etats-Unis et désormais présent dans huit pays, se classe souvent comme l un des meilleurs employeurs selon la revue Fortune, ainsi que l une des «entreprises les plus admirées au monde». Alors que le salaire national moyen pour les caissiers est de $9,12 de l heure, Costco les paye $15,63 de l heure (en moyenne). En 2005, les employés de Costco gagnaient un salaire annuel moyen de $ nettement plus que la moyenne annuelle chez Sam s Club - $ Les employés bénéficient également d une prime de $2.000 à $3.000 deux fois par an ainsi que d avantages sociaux généreux. Ils restent plus longtemps chez Costco, où le taux de rotation est en moyenne de 17% (bien moins que chez Walmart où il est de 44%). 1 Les employés de Costco sont plus productifs que ceux des entreprises concurrentes. Costco génère un bénéfice d exploitation sensiblement plus élevé par employé et par heure, et davantage de ventes par mètre carré; les frais de main d œuvre et frais généraux exprimés en pourcentage des ventes sont bien moins élevés. Carrefour est une chaîne de distribution multinationale dont le siège est en France. La société a un syndicat fort et une tradition de négociations portant sur les salaires et les conditions de travail. Dans certains pays, les travailleurs de Carrefour sont rémunérés selon les conventions salariales de l entreprise qui sont supérieures aux conventions salariales sectorielles minimales. 73 En 2001, la société a signé un accord cadre international avec UNI qui garantit qu elle respectera les principes de l OIT et reconnaît le droit des employés d adhérer à des syndicats de leur choix, partout où l entreprise est présente. Bien que cet accord ait été appliqué de façon inégale, des progrès ont été enregistrés dans plusieurs pays dont la Roumanie, la Turquie et la Colombie. Sous les auspices de l accord, Carrefour a reconnu le syndicat des travailleurs colombiens de Carrefour chez Carrefour Colombie en 2011, et a signé la première convention collective en Solutions législatives Alors que certains employeurs ont adopté volontairement des pratiques valorisantes, d autres ont résisté et préféré conserver un modèle de paupérisation à taux de rotation élevé. Dans ces cas, les affiliés d UNI pourraient avoir à chercher à modifier la loi afin de relever la barre dans le commerce de détail. Salaires minimum. Tous les pays n ont pas de salaire minimum ou de loi sur la rémunération, et parmi ceux qui en ont, de nombreux maintiennent les niveaux minimum bien en deçà de ce qui est nécessaire pour sortir de la pauvreté. Du fait que le commerce de détail a tendance à verser des salaires peu élevés, un salaire minimum supérieur peut faire une grande différence pour le revenu de l employé. Par exemple, la France et le Danemark ont des salaires minimum plus élevés. Et de ce fait, seulement environ 20% des travailleurs du commerce de détail font partie des bas salaires dans ces pays, contre 42% aux Etats-Unis, pays où le salaire minimum est faible. 74 Kesatuan Pekerja Pekerja Ikano PTE LTD., affilié d UNI en Malaisie, indique que le pays a adopté une législation sur le salaire minimum pour la première fois en Le gouvernement a déclaré que cela s inscrivait dans un effort visant à transformer le pays en une nation à salaires élevés d ici Le Conseil des syndicats de Malaisie réclamait 1200 ringgit par mois mais l accord final a été conclu pour 900. Il n en reste pas moins que la loi devrait profiter à quelque 3,2 millions de travailleurs. 75 Le Cambodge, Hong Kong, l Indonésie, la Thaïlande et le Vietnam ont également adopté ces dernières années des lois sur le salaire minimum. Politiques de salaires de subsistance. Dans les pays où les syndicats n ont pas suffisamment de pouvoir politique pour relever les salaires au plan national, des militants ont poursuivi des politiques de salaires de subsistance («living wages») au niveau des municipalités ou des entreprises à titre de stratégie alternative pour augmenter les salaires. Cela peut prendre diverses formes, mais au Royaume-Uni, des campagnes pour le salaire de subsistance ont fait pression sur les grands employeurs pour qu ils acceptent de payer des salaires plus élevés. Plus de travailleurs ont bénéficié d une hausse de salaire grâce à cette initiative. La grande chaîne cosmétique Lush a récemment accepté de payer un salaire de subsistance, bien que la plupart

14 des grands distributeurs n aient pas encore accepté de signer. Aux Etats-Unis, un certain nombre d ordonnances sur le salaire de subsistance couvre les travailleurs du commerce de détail. Un modèle consiste à appliquer ces politiques aux biens détenus par le secteur public, tels que les aéroports, les ports et les stades sportifs. Ainsi, tous les employés de l aéroport international de Los Angeles sont couverts par une ordonnance sur le salaire de subsistance qui fixe leur salaire minimum à $10,91 avec prestations santé, ou $12,16 de l heure si l employeur n offre pas de prestations santé. Washington D.C. a récemment adopté une ordonnance similaire la «loi sur la responsabilité des grands distributeurs» - qui exige que les détaillants ayant des recettes brutes de plus de $1 milliard payent $12,50 de l heure. 76 Tranches horaires de travail minimum et horaires minimum. Le problème des horaires insuffisants est plus répandu que les heures supplémentaires. Ici, les affiliés d UNI pourraient s efforcer de faire adopter une législation sur la durée minimum du travail. Par exemple, le Canada impose que les tranches horaires soient d au moins trois heures. En Colombie britannique, la loi provinciale est encore plus rigoureuse en imposant un minimum de quatre heures de rémunération pour toute tranche programmée jusqu à quatre heures, et huit heures de rémunération pour toute tranche programmée jusqu à huit heures. 77 Sept Etats des Etats-Unis plus le District de Colombie ont des lois similaires qui imposent une rémunération par tranches de trois ou quatre heures. L Oregon avait une loi dans ce sens mais l a presque entièrement abrogée en 1990; il ne l applique désormais qu aux travailleurs de moins de 18 ans. Des responsables politiques britanniques tentent de mettre hors la loi les contrats zéro heures. Trois députés travaillistes ont récemment publié un rapport sur cette pratique et ont déposé un projet de loi. 78 Une approche consisterait à accorder aux entreprises des incitations fiscales ou des préférences pour les contrats gouvernementaux si elles acceptent de garantir des heures cohérentes d un mois sur l autre. 79 Extension des protections sociales. Les travailleurs précaires voient leur situation rendue encore plus instable dans les pays où des prestations sont assorties à l emploi. L extension des protections sociales réduit quelque peu cette crainte et cette vulnérabilité. Un petit nombre de pays a modifié sa politique nationale pour améliorer l accès des travailleurs précaires aux prestations sociales. Comme indiqué, la Thaïlande s efforce de régulariser les conditions applicables aux travailleurs migrants, qui sont désormais en mesure de bénéficier de prestations de sécurité sociale et d assurance maladie, et la loi sur la protection de la main d œuvre stipule que les travailleurs précaires ont droit à la même rémunération et aux mêmes avantages que les travailleurs réguliers. Les syndicats indonésiens luttent depuis plus de dix ans pour étendre les protections sociales à tous les travailleurs. Après d énormes efforts, ils ont pu faire adopter en 2004 une loi sur le système national de sécurité sociale qui établirait un niveau de vie minimum pour tous et étendrait les protections aux travailleurs précaires. Ce système n a pas encore été entièrement mis en œuvre, malgré des protestations massives. Cependant, la cour suprême a jugé le gouvernement et huit ministres coupables de ne pas avoir mis en œuvre la loi et leur a ordonné d adopter les règlements permettant de créer ce nouveau système. 80 Certains chercheurs estiment que le travail précaire n est pas aussi répandu en Europe parce que les protections sociales sont plus universelles, ce qui réduit en partie les incitations des détaillants à réduire le travail à temps plein. Comme dit plus haut, certaines lois américaines excluent les travailleurs à temps partiel. Ainsi, les employés doivent travailler au moins heures en 12 mois pour avoir le droit de bénéficier de congés médicaux familiaux, et la majorité des Etats ont des règles qui excluent bon nombre des travailleurs à temps partiel de l assurance chômage. 81 Si ces politiques étaient étendues à tous les employeurs, quels que soient les horaires, les employeurs auraient moins d incitation à recruter des travailleurs à temps partiel pour éviter ces coûts. 82 Régulation des détaillants et de l investissement. Une autre approche afin de protéger les travailleurs du commerce de détail consiste à adopter, étendre et appliquer des règles concernant les détaillants. Comme dit, de nombreux pays ont emprunté la direction opposée en déréglementant les secteurs de la vente au détail et de la consommation de façon à donner un plus grand pouvoir aux multinationales et à réduire le pouvoir des travailleurs et des syndicats. Néanmoins, il existe encore des occasions de profiter des réglementations existantes ou peut-être d en adopter de nouvelles au profit des travailleurs précaires. La Corée du Sud conserve des restrictions imposées aux grands détaillants qui protègent les petits. Les grandes surfaces doivent obtenir l accord des marchands locaux pour ouvrir un magasin et sont passibles d une amende s ils ne le font pas. Malgré cela, elles ne sont pas autorisées à vendre certains articles, tels que certains produits laitiers ou alimentaires vendus par les marchands locaux. Le pays conserve des lois de zonage rigoureuses qui interdisent d ouvrir des grands magasins à proximité des marchés existants, et restreignent également les horaires d ouverture. 83 Les réglementations antimonopolistiques ou le droit de la concurrence pourraient être renforcés afin de remédier au problème de la domination des distributeurs sur les marchés et sur les fournisseurs. Aux Etats-Unis, les règles sur les monopoles ont été remaniées au début des années 1980 d une façon qui concentre l essentiel des enquêtes sur l impact sur le consommateur. La 14

15 commission britannique de la concurrence a pris des mesures pour brider le pouvoir des grands supermarchés britanniques envers leurs fournisseurs alimentaires, en établissant un médiateur sectoriel chargé de surveiller les contrats. Les syndicats sud-africains ont tenté d utiliser leur commission de la concurrence pour empêcher Walmart d entrer dans le pays en fusionnant avec Massmart. Cette tentative a échoué, mais la commission a statué que 503 travailleurs qui avaient perdu leur emploi lors de la fusion devaient être réintégrés. Conclusion L enquête auprès des affiliés d UNI confirme que le travail précaire est un problème dans le secteur du commerce de détail. Alors que certaines pratiques, telles que les horaires sur appel, ne sont pas répandues dans tous les pays, 80% des syndicats ayant répondu signalent que les formes de travail précaire se sont accrues ces cinq dernières années. La majorité des réponses signalent que les employeurs du commerce de détail modifient souvent les tranches de travail d une semaine à l autre, recrutent des travailleurs par le biais d agences ou d intermédiaires, et ont recours à des travailleurs à temps partiel. Plus de 40% signalent que les employeurs recrutent souvent des travailleurs à temps partiel au bénéfice de contrats temporaires, emploient des travailleurs sur des contrats individuels et ont recours à des contrats déguisés de formation ou de stage pour ne pas offrir d emplois à temps plein. Les distributeurs transnationaux renforcent leur présence dans les pays du monde entier, et les détaillants réalisent des fusions et des acquisitions d une manière qui a fortement accru la part de marché d un petit nombre de grandes entreprises par rapport aux petits commerces. Il ne s agit pas là d un effet secondaire accidentel de la mondialisation. Au contraire, c est le résultat d une vaste déréglementation des secteurs du commerce de détail, de la finance et de la consommation, et de changements dans la politique d occupation des sols et la législation sur les monopoles. Grâce à ces évolutions, il est plus facile et plus attrayant pour les entreprises de poursuivre des pratiques d emploi «paupérisantes» qui traitent les travailleurs comme une source de passif ou des coûts à réduire, plutôt que comme un actif. Il existe des exceptions à ce schéma, et un petit nombre de détaillants ont réussi à être rentables et à connaître le succès tout en versant des salaires relativement élevés, en fournissant des prestations aux travailleurs et en coopérant avec les syndicats. Les syndicats vont devoir entreprendre un effort vaste, exhaustif et coordonné pour inverser ces tendances dans le secteur du commerce de détail, qui ont mis les travailleurs dans des positions vulnérables. Cela exigera de changer les législations nationales, d utiliser des approches de recrutement novatrices, de mettre en place des réseaux mondiaux et des campagnes coordonnées. Bien entendu, les syndicats sont quelque peu restreints dans leur capacité de réaction en fonction de la nature de leurs relations avec le patronat et de la législation nationale. Mais étant donné que la plupart des grands distributeurs opèrent par-delà les frontières, en tentant de généraliser les pratiques d emploi paupérisantes et les conditions qui rendent possible la «flexibilité», les syndicats doivent trouver des moyens de coordonner également leurs stratégies à l échelle internationale 15

16 Références 1 Les détaillants ont étendu leur recours au travail précaire malgré le fait que «la crise n a qu un impact limité sur les bénéfices des principales entreprises de détail, le plus souvent multinationales» dans les pays d Europe centrale et orientale. Voir Adam Mrozowicki, Adam, Triin Roosalu et Tatiana Bajuk Sencar Precarious Work in the Retail Sector in Estonia, Poland and Slovenia: Trade Union Responses in a Time of Economic Crisis. European Review of Labour and Research. Vol 19(2): Citation page L ONU connaît neuf catégories de commerce de détail: magasins non spécialisés; denrées alimentaires, boissons et tabac; carburants automobiles; équipements d information et de communications; équipements ménagers; biens culturels et récréatifs; autres marchandises; vente sur éventaires et marchés; et commerce de détail ne faisant pas appel à des magasins, des éventaires ou des marchés. D autres systèmes de classification, tels que le North American Industrial Classification System, utilisent des catégories différentes Report on the $4 Trillion US Retail Sector Investment Weekly News. Vol 64. Business Insights: Essentials. Web. 26 août OIT Global Dialogue Forum on the Needs of Older Workers in relation to Changing Processes and the Working Environment in Retail Commerce. Genève, septembre Joachim Zentes, Dirk. Morschett et Hanna Schramm-Klein Strategic Retail Management: Text and International Cases. Springer; S.R. Kalliappan, Rokiah Alavi, Kalthom Abdullah et Muhammad Arif, Liberalization of Retail Sector and the Economic Impact of the Entry of Foreign Hypermarkets on Local Retailers in Klang Valley, Malaysia. International Journal of Economics and Management. Vol 2 (2): Alan Felstead, Alan, Alison Fuller, Nick Jewson et Lorna Unwin Following the Retail Chain: Sandwiches, Supermarkets, and the Potential for Workplace Learning. In Irena Grugulis et Ödül Bozkurt, éds. Retail Work (Critical Perspectives on Work and Employment). Palgrave Macmillan; Boon L. Lee. 2012a. Output and Productivity Comparisons of the Singapore and Hong Kong Wholesale and Retail Trade Sectors, The Australian National University and Wiley Publishing Asia Pty Ltd: Crawford School of Public Policy. 7 L emploi dans le commerce de détail est difficile à mesurer, étant donné les divergences de définitions concernant les données et les incohérences entre les pays, et dans les pays en développement, l essentiel de la main d œuvre du détail a un statut d indépendant. De plus, de nombreux pays combinent les données concernant le commerce de gros et le commerce de détail. 8 La base de données LABORSTA de l OIT (tableau 1E) indique que 80 pays employaient au total 177 millions de travailleurs dans le commerce de gros et de détail en 2008 ou lors de l année la plus récente disponible. Si l on utilise les Etats-Unis et le Royaume-Uni comme référence, l emploi dans le détail comprend environ 73% de l emploi de gros et de détail combiné. (voir U.S. Department of Labor, Bureau of Labor Statistics, Employment Situation Summary April 2013, et Chambre des communes britannique, The Retail Industry, 29 avril 2013). Les données pour la Chine viennent de Sheng Lu Understanding China s Retail Market. China Business Review. 1 er mai. Les données pour l Inde viennent de Mohammad Amin Challenges of Retailing in India. World Bank Group, Enterprise Surveys. Enterprise Survey Note n Les données américaines viennent de la National Retail Federation, les données de l Inde viennent d Amin Certaines sources signalent que le chiffre de 14% pour l Inde inclut le commerce de gros ainsi que le commerce de détail. Voir Mohan Guruswamy, Mohan, Kamal Sharma, Jeevan Prakash Mohanty et Thomas J. Korah FDI in India s Retail Sector: More Bad than Good? Economic and Political Weekly. Vol. 40, No. 7, pp Metro Group Metro Retail Compendium 2012/ ailcompendium-2013-en.pdf 11 Productivity Commission Economic Structure and Performance of the Australian Retail Industry. Inquiry Report No. 56, 4 November Melbourne: Commonwealth of Australia. 12 Anuradha Kalhan et Martin Franz Regulation of Retail: Comparative Experience. Economic & Political Weekly. Vol xliv(32). 8 août. 13 Kalliappan et al Deloitte Global Powers of Retailing 2013: Retail Beyond. Australia/Local%20Assets/Documents/Industries/Consumer%20business/Deloitte_Global_Powers_of_Retail_2013.pdf 15 James J. Biles, Kevin Brehm, Amanda Enrico, Cheray Kiendl, Emily Morgan, Alexandra Booth, Simon, Kristian Hamer Labour Turnover in the Retail Industry: Predicting the Role of Individual, Organisational and Environmental Factors.

17 International Journal of Retail & Distribution Management. Vol 35(4): Citation de la page Aaron Brenner, Barry Eidlin et Kerry Candaele Wal-mart Stores Inc. Préparé pour la Conférence internationale sur les sociétés mondiales, les syndicats mondiaux, la recherche mondiale, les campagnes mondiales. 17 Deloitte (2013) signale que 60% des utilisateurs de smartphones affirment utiliser leur téléphone pour faire des achats dans les magasins. 18 Une récente étude a constaté que 73% des acheteurs américains continuent à préférer faire leurs courses dans des magasins plutôt qu en ligne, ce qui donne à penser que même si le commerce électronique se développe, les magasins physiques restent toujours le lieu le plus important des achats. Voir Business Insights: Essentials "Instant.ly U.S. Retail Survey: Two Thirds of Consumers Prefer Brick and Mortar Stores Over Online Shopping." Entertainment Close-up 19 mai. 19 Luvai Motiwalla et M. Riaz Khan Financial Impact of E-Business Initiatives in the Retail Industry. Journal of Electronic Commerce in Organizations. Volume 1(1): Deborah A. Colton, Martin S. Roth et William O. Bearden Drivers of International E-Tail Performance: The Complexities of Orientations and Resources. Journal of International Marketing. Volume 18(1): Barry T. Hirsch et David A. Macpherson Compilation de données syndicales du CPS de 2012 postées le 26 janvier Unionstats.com. 22 John T. Addison, Alex Bryson, Paulino Teixeria and Andre Pahnke Slip Sliding Away: Further Union Decline in Germany and Britain. Document de discussion IZA n Bonn, Allemagne. 23 Joohee Lee A Renewal of Solidarity or Continued Decline? The Korean Retail Workers Struggles against Neoliberalism. In Suzuki, Akira, éditeur. Cross-National Comparisons of Social Movement Unionism: Diversities of Labour Movement Revitalization in Japan, Korea and the United States. Vol. 18. Oxford, UK: Peter Lang. 24 Le taux de densité vaut pour «le commerce de gros, le commerce de détail et les réparations automobiles.» James Achur Trade Union Membership Londres: UK Statistics Authority. 25 Andrew Jackson Rowing Against the Tide: The Struggle to Raise Union Density in a Hostile Environment. Canadian Labour Congress. Saint-Lazare, Québec. 26 Irena Grugulis et Ödül Bozkurt Retail Work (Critical Perspectives on Work and Employment). Palgrave Macmillan. 27 Howard Zinn, Robin D.G. Kelly et Dana Frank Three Strikes: Miners, Musicians, Salesgirls, and the Fighting Spirit of Labor's Last Century. Beacon Press. 28 Chris Tilly Global Restructuring in Retail: What Impact on Labor? Department of Regional Economic and Social Development, University of Massachusetts Lowell. 29 James Hendrie "A Review of a Multiple Retailer's Labour Turnover." International Journal of Retail & Distribution Management, Vol. 32(9): Susan J. Lambert Passing the Buck: Labor flexibility Practices that Transfer Risk onto Hourly Workers. Human Relations. Vol 61(9): Page Trak Recruiting Fashion & Retail Employee Staff Turnover. 22 septembre. 32 Thomas Andersson, Ali Kazemi, Stefan Tengblad et Mikael Wickelgren Not the Inevitable Bleak House? The Positive Experience of Workers and Mangers in Retail Employment in Sweden. In Irena Grugulis et Ödül Bozkurt, éds. Retail Work (Critical Perspectives on Work and Employment). Palgrave Macmillan. Page OIT «Rapport 2012 sur le travail dans le monde: de meilleurs emplois pour une économie meilleure.» Genève: Bureau international du travail. 34 Les pays n ont pas tous la même définition du «temps partiel» : certains s appuient sur les heures travaillées et d autres sur l évaluation de l employé. Pour ceux qui utilisent les heures, la définition la plus courante est soit de moins de 35 heures par semaine, soit de moins de 30 heures. Selon diverses définitions, les professions du commerce ont une proportion relativement élevée de travailleurs à temps partiel dans une bonne partie de l OCDE. Voir Alois van Bastelaer, Georges Lemaître et Pascal Marianna The Definition of Part-Time Work for the Purpose of International Comparisons. Labour Market And Social Policy Occasional Papers N 22. Paris: OCDE. 35 Tobias Wenzel Deregulation of Shopping Hours: The Impact on Independent Retailers and Chain Stores, document de discussion DICE, n Kris Maher More People Pushed into Part-Time Work Force, Wall Street Journal, 8 mars. 37 James Surowiecki The More the Merrier. The New York. 26 mars. 38 Prue Huddleston It s All Right for Saturdays, but Not Forever. The Employment of Part-time Student Staff Within the Retail Sector. In Grugulis and Bozkurt Stephanie Luce and Naoki Fujita Discounted Jobs: How Retailers Sell Workers Short. New York: Retail Action Project. 17

18 40 Hielke Buddlemeyer, Gilles Mourre et Melanie Ward-Warmedinger Part-time Work in EU Countries: Labour Market Mobility, Entry and Exit. Germany: European Central Bank. 41 Noel Gaston et Tomoko Kishi Part-time workers doing full-time work in Japan. Journal of the Japanese and International Economies. Vol. 21(4): Isik U. Zeytinoglu, Waheeda Lillevik, M. Bianca Seaton et Josefina Moruz Part-Time and Casual Work in Retail Trade Stress and other Factors Affecting the Workplace. Relations industrielles / Industrial Relations. Vol 59(3): Mrozowicki et al Lambert Simon Neville Sports Direct: 90% of Staff on Zero-hour Contracts. The Guardian. 28 juillet. 46 Phillip Inman Zero-hours Contracts Need Code of Practice, Says Lib Dem MP. The Guardian. 4 juillet. 47 Vanessa Gash Preference or Constraint? Part-time Workers' Transitions in Denmark, France and the United Kingdom. Work Employment Society. Volume 22(4): Merja Kauhanen Part-Time Work and Involuntary Part-Time Work in the Private Service Sector in Finland. Economic and Industrial Democracy. Vol 29(2): Gillian Whitehouse, George Lafferty et Paul Boreham From Casual to Permanent Part-Time? Non-Standard Employment in Retail and Hospitality. Labour & Industry: a Journal of the Social and Economic Relations of Work. Vol 8(2): Buddlemeyer, Mourre et Ward-Warmedinger Wiemer Salverda, Joachim Moeller et Michel Sollogoub Retail Employment and Wage Rigidities. In Ive Marx and Wiemer Salverda, éds. Low-wage Employment in Europe: Perspectives for Improvement. Leuven: ACCO. 52 Jacob S. Hacker The Great Risk Shift: The Assault on American Jobs, Families and Retirement, and How You Can Fight Back. Oxford: Oxford University Press. 53 Adrianna D. Kugler The Effect of Job Security Regulations on Labor Market Flexibility Evidence from the Colombian Labor Market Reform. In James J. Heckman et Carmen Pagés, éditeurs. Law and Employment: Lessons from Latin American and the Caribbean. Chicago, IL: University of Chicago Press. 54 Nancy K. Cauthen Scheduling Hourly Workers: How Last Minute, Just-In-Time Scheduling Practices Are Bad for Workers, Families and Business. New York: Demos.; Lambert C.N.Jones et K. Nolde Demand Driven Employee Scheduling for the Swiss Market. 56 Lambert David Jennings Thorntons: the Vertically Integrated Retailer, Questioning the Strategy. International Journal of Retail & Distribution Management. Vol 29(4): Dhruv Grewal, Gopalkrishnan R. Iver, Javalgi Raishekhar (Raj) G. et Lori Radulovich Franchise Partnership and International Expansion: A Conceptual Framework and Research Propositions. Entrepreneurship: Theory and Practice. Vol 35(3): Krueger a constaté que les salaires étaient plus élevés dans les magasins appartenant à des entreprises que dans les franchises, et que leur «profil des revenus y était également plus fort», ce qui donne à penser que ceux qui travaillent pour des franchises disposent d une échelle de carrière moins intéressante. Voir Alan Krueger Ownership, Agency, and Wages: An Examination of Franchising in the Fast Food Industry. Quarterly Journal of Economics 106(1): Dont 14 en anglais, 10 en français, 4 en espagnol, 3 en suédois et 2 en allemand. 61 ACTRAV «Du travail précaire au travail décent.» Document final du colloque des travailleurs sur les politiques et réglementations destinées à lutter contre l emploi précaire. Genève: Organisation internationale du travail. 62 Charles Weathers Organizing Marginalized and Non-Regular Workers A US-Japan Comparison. Center for Research on Economic Inequality. Discussion Paper Series. Osaka City University. 63 Mrozowicki et al ACTRAV Mrozowicki et al Wayne F. Cascio Decency Means More than Always Low Prices : A Comparison of Costco to Wal-Mart s Sam s Club. Academy of Management Perspectives, août. 67 Marshall L. Fisher, Jayanth Krishnan et Serguei Netessine Retail Store Execution: An Empirical Study. Operations and Information Management Department. The Wharton School, University of Pennsylvania; James Surowiecki The More the Merrier. The New York. 26 mars. 68 Zeynep Ton Why Good Jobs are Good for Retailers. Harvard Business Review. Vol 90 (1-2): Charles E. Pettijohn, Linda S Pettijohn et A.J. Taylor The Influence of Salesperson Skill, Motivation, and Training on the Practice of Customer-Oriented Selling. Psychology & Marketing, Vol. 19(9):

19 70 Lorraine Dearden, Howard Reed et John Van Reenen Who Gains When Workers Train? Training and Corporate Productivity in a Panel of British industries. Londres. The Institute for Fiscal Studies. WP 00/ Anne-Marie McGauran Masculine, Feminine or Neutral? In-company Equal Opportunities Policies in Irish and French MNC retailing. International Journal of Human Resource Management. Vol 12(5): Françoise Carré, Chris Tilly et Lauren D. Applebaum Competitive Strategies and Worker Outcomes in the US Retail Industry. UCLA Institute for Research on Labor and Employment. Research and Policy Brief. 73 EiroOnline. 74 Carré, Tilly et Applebaum Notons que le Danemark ne connaît pas de salaire minimum fédéral. A la place, le salaire minimum est établi par des négociations entre les syndicats et les associations patronales. 75 Liz Gooch Malaysia Enacts Minimum Wage. New York Times. 1 er mai. 76 Les ordonnances sur le salaire de subsistance (living wage) sont une stratégie parmi d autres pour influencer la politique de développement économique. Aux Etats-Unis, des coalitions entre syndicats et collectivités ont conclu des «accords sur les avantages pour la collectivité» qui ne correspondent pas toujours à la politique municipale, mais sont des accords négociés avec les promoteurs en vue de fixer des salaires plus élevés, d établir la neutralité des syndicats, de respecter des normes environnementales et souvent, de fournir d autres prestations telles que logements à loyer modéré ou garderies pour enfants. Ces accords sont conclus en s appuyant sur le gouvernement municipal. Etant donné que les projets de développement économique exigent généralement des autorisations de zonage, et incluent souvent toute une gamme de subventions économiques (allant de prêts à bas taux jusqu à des abattements fiscaux), ces coalitions font pression sur la municipalité pour assortir les projets d aménagements de contraintes. Dans d autres cas, les conditions sont attachées aux programmes de développement économique des villes ou des Etats, passant d accords par sites à des accords sectoriels. Ainsi, Los Angeles, en Californie, a adopté une politique de salaire de subsistance qui couvre tous les projets de l Agence de réaménagement de la communauté. Les promoteurs, plus les entreprises et les sous-traitants qui travaillent pour eux, sont tenus de payer le salaire de subsistance de la ville. En outre, tous les hôtels et les tiers locataires y compris le commerce doivent payer le salaire de subsistance sur les terrains détenus ou loués par l Agence. 77 Haley-Lock a constaté que les cadres des restaurants américains renvoient les travailleurs tôt dans leurs foyers si la clientèle est peu nombreuse, alors que les cadres des mêmes chaînes de restaurants en Colombie britannique ne le font pas. Elle en conclut que l évolution de la législation sur la tranche horaire minimum de travail est un facteur. Anna Haley-Lock Place- Bound Jobs at the Intersection of Policy and Management: Employer Practices in Seattle, Chicago and Vancouver Restaurant Chains. American Behavioral Scientist. Vol 55(7): Neville Cauthen CSI Annual Survey of Violations of Trade Union Rights. 81 National Employment Law Project Rebuilding a Good Jobs Economy: A Blueprint for Recovery and Reform. 82 Susan J. Lambert, Anna Haley-Lock et Julia R. Henly Schedule Flexibility in Hourly Jobs: Unanticipated Consequences and Promising Directions. Community, Work & Family, 15(3): Marc Castro South Korea Squeezes Big Box Retailers. International Venture Capital Post. 14 avril. 19

20 20

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

Généralités. La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu

Généralités. La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu Généralités La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu l environnement dans lequel opèrent les pays en développement plus difficile et incertain. Depuis quelques mois, la

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

Perspectives des migrations internationales: SOPEMI 2010

Perspectives des migrations internationales: SOPEMI 2010 International Migration Outlook: SOPEMI 2010 Summary in French Perspectives des migrations internationales: SOPEMI 2010 Résumé en français Les migrations internationales restent au cœur des préoccupations

Plus en détail

Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation

Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation Deux chocs importants ont affecté le comportement des prix de détail des principaux pays

Plus en détail

L impact du choc démographique sur l économie du Québec. Il faudra rehausser notre productivité afin d atténuer les bouleversements à venir

L impact du choc démographique sur l économie du Québec. Il faudra rehausser notre productivité afin d atténuer les bouleversements à venir SÉMINAIRE DE LA RÉGIE DES RENTES DU QUÉBEC Québec, 27 novembre 2009 L impact du choc démographique sur l économie du Québec Il faudra rehausser notre productivité afin d atténuer les bouleversements à

Plus en détail

Quel est le temps de travail des enseignants?

Quel est le temps de travail des enseignants? Quel est le temps de travail des enseignants? Dans les établissements publics, les enseignants donnent, en moyenne et par an, 779 heures de cours dans l enseignement primaire, 701 heures de cours dans

Plus en détail

Couverture des régimes de retraite privés

Couverture des régimes de retraite privés Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Couverture des régimes de retraite privés Merci

Plus en détail

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire génère presque 1% du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse; il représente ainsi une branche essentielle de

Plus en détail

Tendances mondiales des salaires: la grande convergence?

Tendances mondiales des salaires: la grande convergence? Tendances mondiales des salaires: la grande convergence? Patrick Belser Salaires moyens La crise financière et économique a approximativement réduit de moitié la croissance des salaires à l échelle mondiale

Plus en détail

Réforme des retraites, marchés financiers et gouvernement d entreprise

Réforme des retraites, marchés financiers et gouvernement d entreprise Chapitre 2. Le financement au service du développement Réforme des retraites, marchés financiers et gouvernement d entreprise Dans le monde en développement, l Amérique latine fait figure de pionnière

Plus en détail

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne»

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» UNI Europa Commerce Aller de l avant MADRID 9 & 10 JUIN 2011 Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» (Resolution 3) Objectif stratégique 1

Plus en détail

Chapitre 2 : La logistique. Pour le commerce international, les modes de transport utilisés sont :

Chapitre 2 : La logistique. Pour le commerce international, les modes de transport utilisés sont : I) La chaine logistique internationale. A. Le concept de logistique. Chapitre 2 : La logistique. Les activités de logistique et de transport permettent de gérer l ensemble des flux de matières et de produits,

Plus en détail

Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales»

Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales» Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales» Les chaînes d activité mondiales (CAM) Les chaînes d activité recouvrent la gamme complète des fonctions et des tâches

Plus en détail

la performance au travail

la performance au travail kelly Global workforce index la performance au travail 120,000 répondants JUILLET 2013 31 pays Selon vous, êtes-vous suffisamment bien payé? pensez-vous Que vous êtes suffisamment bien payé? (% de oui

Plus en détail

Conseil d administration 320 e session, Genève, 13-27 mars 2014 GB.320/POL/INF/2

Conseil d administration 320 e session, Genève, 13-27 mars 2014 GB.320/POL/INF/2 BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL Conseil d administration 320 e session, Genève, 13-27 mars 2014 GB.320/POL/INF/2 Section de l élaboration des politiques POL POUR INFORMATION Résultats du Colloque des employeurs

Plus en détail

FIN-INTER-01 LE CONTEXTE

FIN-INTER-01 LE CONTEXTE FIN-INTER-01 LE CONTEXTE Public concerné : Etudiants niveau Bac + 2. Durée indicative : 2 heures Objectifs : Positionner le domaine de la finance internationale dans son contexte. Pré requis : Néant. Modalités

Plus en détail

L innovation dans le commerce

L innovation dans le commerce L innovation dans le commerce Xavier Reif* Pour une entreprise commerciale, l innovation est un levier servant à consolider sa position par rapport à ses concurrentes. Elle contribue à conquérir de nouveaux

Plus en détail

Trois solutions au paradoxe des retraites

Trois solutions au paradoxe des retraites Extrait de : Panorama des pensions 2011 Les systèmes de retraites dans les pays de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2011-fr Trois solutions au paradoxe

Plus en détail

Proposition pour le site de UD CGT 35 La CGT propose la conquête d un nouveau statut du travail salarié (NSTS)

Proposition pour le site de UD CGT 35 La CGT propose la conquête d un nouveau statut du travail salarié (NSTS) Proposition pour le site de UD CGT 35 la conquête d un nouveau statut du travail salarié (NSTS) L insécurité dans et au travail est une réalité qui affecte un nombre sans cesse grandissant de salariés.

Plus en détail

CHAPITRE IV. 4.1 Stratégies d internationalisation des enseignes françaises

CHAPITRE IV. 4.1 Stratégies d internationalisation des enseignes françaises 72 CHAPITRE IV 1. La grande distribution française 4.1 Stratégies d internationalisation des enseignes françaises La distribution française est une des plus importantes au niveau mondial, en raison de

Plus en détail

2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé

2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé 2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé Si les dépenses de protection sociale pendant la crise ont joué globalement un rôle de stabilisateur automatique (cf. fiche

Plus en détail

2014-2015. Perspectives économiques

2014-2015. Perspectives économiques 2014-2015 Perspectives économiques Publié par : Ministère des Finances Province du Nouveau-Brunswick Case postale 6000 Fredericton (Nouveau-Brunswick) E3B 5H1 Canada Internet : www.gnb.ca/0024/index-f.asp

Plus en détail

Le commerce extérieur de la Belgique

Le commerce extérieur de la Belgique Le commerce extérieur de la Belgique janvier-septembre 2010 Le commerce extérieur de la Belgique à l issue des 9 premiers mois de 2010 (Source: BNB concept communautaire*) Analyse des chiffres des 9 premiers

Plus en détail

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-117F Le 20 décembre 2004 Le dollar canadien Le dollar canadien évolue selon

Plus en détail

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, )

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, ) Chap 12 : Les firmes multinationales dans l économie mondiale Les entreprises qui produisaient et se concurrençaient autrefois sur leur marché national agissent désormais au niveau mondial. La plupart

Plus en détail

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation?

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? Indicateur Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? En 2008, les pays de l OCDE ont consacré 6.1 % de leur PIB cumulé au financement de leurs établissements d enseignement.

Plus en détail

Tendances en matière de retraite et d'activité pour les seniors

Tendances en matière de retraite et d'activité pour les seniors Extrait de : Panorama des pensions 2011 Les systèmes de retraites dans les pays de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2011-fr Tendances en matière de

Plus en détail

2 e CONGRÈS MONDIAL RÉSOLUTION L ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL

2 e CONGRÈS MONDIAL RÉSOLUTION L ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL 2CO/F/6.8 (définitif) CONFÉDÉRATION SYNDICALE INTERNATIONALE 2 e CONGRÈS MONDIAL Vancouver, du 21 au 25 juin 2010 RÉSOLUTION L ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL 1. Le Congrès s engage à appuyer le

Plus en détail

La sous-traitance des tâches liées aux nouvelles technologies : peu de recours aux sociétés étrangères

La sous-traitance des tâches liées aux nouvelles technologies : peu de recours aux sociétés étrangères La sous-traitance des tâches liées aux nouvelles technologies : peu de recours aux sociétés étrangères Mahmoud Jlassi et Xavier Niel* En 26, 29 % des entreprises d au moins dix salariés confient à des

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2015. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2015. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2015 asdf Nations Unies New York, 2015 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial La croissance mondiale progressera légèrement

Plus en détail

Sections communautaires d Unifor

Sections communautaires d Unifor Sections communautaires d Unifor Guide des membres potentiels Unifor offre une nouvelle manière d aider les travailleuses et travailleurs à améliorer leur vie par l action collective. Sections communautaires

Plus en détail

kelly Global workforce index Développement de carrière et de compétences

kelly Global workforce index Développement de carrière et de compétences kelly Global workforce index Développement de carrière et de compétences UN OUTIL PROMOTIONNEL IDÉAL EMEA Améliorer ses connaissances et son savoir-faire participent aux nombreuses possibilités d évolution

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 17 décembre 2013 à 14h30 «Etat des lieux sur l épargne en prévision de la retraite» Document N 13 Document de travail, n engage pas le Conseil Le

Plus en détail

Défis du tourisme canadien et occasions à saisir

Défis du tourisme canadien et occasions à saisir Défis du tourisme canadien et occasions à saisir Présentation dans le cadre du Symposium sur les mesures de performance et les contributions économiques du tourisme Le 25 septembre 2012 Que signifie le

Plus en détail

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail

PARTIE III L espace mondial

PARTIE III L espace mondial PARTIE III L espace mondial SOUS-PARTIE I LE MONDE : LES GRANDES ZONES GÉOGRAPHIQUES 370 CHAPITRE 1 LES DÉPENSES DE R&D 371 CHAPITRE 2 LES COMPÉTENCES SCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES 374 CHAPITRE 3 LA PRODUCTION

Plus en détail

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances August 2014 ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances Résumé L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises membres

Plus en détail

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance 9% services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services ont progressé en 2013. Les services financiers, qui avaient

Plus en détail

Examen par les pairs: l économie sociale préparer le terrain pour des réponses innovantes face aux défis actuels

Examen par les pairs: l économie sociale préparer le terrain pour des réponses innovantes face aux défis actuels Add title 2 préparer le terrain pour des réponses innovantes face aux défis actuels L examen par les pairs tenu à Paris (France) les 10 et 11 décembre 2012 était organisé par la Direction générale française

Plus en détail

Les défis du deuxième pilier pour les salariés

Les défis du deuxième pilier pour les salariés Jean-Michel Kupper Administrateur Directeur AG Employee Benefits & HC Les défis du deuxième pilier pour les salariés 1 29/04/2015 Ordre du jour Les défis de la pension légale Les défis du deuxième pilier

Plus en détail

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul Le nombre de dépôts de demandes en matière de propriété intellectuelle a poursuivi sur sa lancée d avant la crise, celui des dépôts de demandes de brevet augmentant à son rythme le plus fort en près de

Plus en détail

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres LE POINT SUR LES INÉGALITÉS DE REVENU Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres Résultats issus de la Base de données de l OCDE sur la distribution des revenus

Plus en détail

Réduction des droits de douane

Réduction des droits de douane Nos enjeux clés Les pages qui suivent fournissent des renseignements précis sur des enjeux importants que le CCCD mettra de l avant pendant les élections Réduction des droits de douane Réduction des frais

Plus en détail

COMMERCE DE MATÉRIEL AGRICOLE

COMMERCE DE MATÉRIEL AGRICOLE COMMERCE DE MATÉRIEL AGRICOLE SOMMAIRE LE MARCHÉ DU COMMERCE DE MATÉRIEL AGRICOLE... 2 LA RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DE MATÉRIEL AGRICOLE... 5 L'ACTIVITÉ DU COMMERCE DE MATÉRIEL AGRICOLE... 6 LES POINTS

Plus en détail

30 ans de présence de Carrefour au Brésil: le cas des filières qualité. Groupe Carrefour

30 ans de présence de Carrefour au Brésil: le cas des filières qualité. Groupe Carrefour ! Université d Automne 2003! Enseignants de Sciences Economiques et Sociales - Entreprises 30 ans de présence de Carrefour au Brésil: le cas des filières qualité Groupe Carrefour 1 30 ans de présence au

Plus en détail

DES PAROLES ET DES ACTES : LES 4 MENSONGES DE MONSIEUR LENGLET

DES PAROLES ET DES ACTES : LES 4 MENSONGES DE MONSIEUR LENGLET Cette fiche élaborée par la commission économie du Parti de Gauche révèle les 4 "erreurs" fondamentales issues de l'argumentaire que Monsieur Lenglet a opposé à Jean-Luc Mélenchon lors de l'émission des

Plus en détail

Association canadienne de la construction. Mémoire prébudgétaire 2015

Association canadienne de la construction. Mémoire prébudgétaire 2015 Association canadienne de la construction Mémoire prébudgétaire 2015 Synopsis L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises de construction non résidentielle au Canada.

Plus en détail

Améliorer la gouvernance des Services Publics d'emploi pour de meilleurs résultats sur l'emploi

Améliorer la gouvernance des Services Publics d'emploi pour de meilleurs résultats sur l'emploi Améliorer la gouvernance des Services Publics d'emploi pour de meilleurs résultats sur l'emploi Congrès Mondial de l AMSEP Istanbul, 6 mai 2015 Sylvain Giguère, Directeur de la division LEED, OCDE Pourquoi

Plus en détail

ECONOMIE DE LA SANTE

ECONOMIE DE LA SANTE ECONOMIE DE LA SANTE Isabelle HIRTZLIN UNIVERSITE DE PARIS 1 PANTHEON-SORBONNE 30 septembre 2015 Créé par : Isabelle HIRTZLIN ECONOMIE DE LA SANTE Isabelle HIRTZLIN ASSURANCE SOCIALE OU COMMERCIALE : QUELLES

Plus en détail

Quel est le niveau de salaire des enseignants?

Quel est le niveau de salaire des enseignants? Quel est le niveau de salaire des enseignants? Indicateur Le salaire statutaire des enseignants ayant au moins 15 ans d exercice à leur actif s établit, en moyenne, à 38 914 USD dans l enseignement primaire,

Plus en détail

II. Commerce des marchandise

II. Commerce des marchandise II. Commerce des marchandise En, le commerce des marchandises a augmenté de 14 pour cent en volume. Parmi les grands groupes recensés, ce sont les produits manufacturés qui affichent la croissance la plus

Plus en détail

En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique

En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique NOUS CONNAISSONS LA CULTURE LOCALE, LES GENS, LES ENTREPRISES UN MONDE D OCCASIONS VOUS ATTEND Pourquoi investir à l échelle mondiale? Plus

Plus en détail

N. Delorme, V. Deroubaix, W. Kooli

N. Delorme, V. Deroubaix, W. Kooli Analyse du Marketing Stratégique de la GMS en Argentine L Argentine en statistiques Portrait du consommateur Argentin Faits économiques marquants Considérations pour les investisseurs désireux de s implanter

Plus en détail

Le cours mondial du coût du chercheur d entreprise devient une réalité. Les Etats-Unis continuent à faire «cavalier seul».

Le cours mondial du coût du chercheur d entreprise devient une réalité. Les Etats-Unis continuent à faire «cavalier seul». COMPARAISON INTERNATIONALE SUR LE COURS DU CHERCHEUR COMPTABILISÉ PAR LES GROUPES BÉNÉFICIAIRES DU CIR EN 2014 ANRT, 1 er septembre 2015 Le cours mondial du coût du chercheur d entreprise devient une réalité.

Plus en détail

M06/3/BUSMT/HP2/FRE/TZ0/XX+ COMMERCE ET Gestion. Mercredi 17 mai 2006 (matin) 2 heures 30 minutes

M06/3/BUSMT/HP2/FRE/TZ0/XX+ COMMERCE ET Gestion. Mercredi 17 mai 2006 (matin) 2 heures 30 minutes IB DIPLOMA PROGRAMME PROGRAMME DU DIPLÔME DU BI PROGRAMA DEL DIPLOMA DEL BI COMMERCE ET Gestion Niveau supérieur ÉPREUVE 2 22065024 Mercredi 17 mai 2006 (matin) 2 heures 30 minutes Instructions destinées

Plus en détail

La pénurie de talents. Continue Comment les RH, en constante évolution, apportent-elles des réponses aux déficits de compétences

La pénurie de talents. Continue Comment les RH, en constante évolution, apportent-elles des réponses aux déficits de compétences La pénurie de talents Continue Comment les RH, en constante évolution, apportent-elles des réponses aux déficits de compétences La neuvième enquête annuelle de ManpowerGroup a révélé que Synthèse 60% 45%

Plus en détail

Observatoire des PME exportatrices d Ile-de-France

Observatoire des PME exportatrices d Ile-de-France Observatoire des PME exportatrices d Ile-de-France Enquête 2015 Réalisation : ACTEL Données source : Direction régionale des douanes Ile-de-France Ouest 1 Observatoire des PME exportatrices d Ile-de-France

Plus en détail

information Flux internationaux d étudiants : note d quatre fois plus nombreux qu en 1975 11.11 Enseignement supérieur & Recherche JUILLET

information Flux internationaux d étudiants : note d quatre fois plus nombreux qu en 1975 11.11 Enseignement supérieur & Recherche JUILLET note d information Enseignement supérieur & Recherche 11.11 JUILLET En 27-28, 3,3 millions d étudiants suivent une formation hors de leur pays d origine dont 2,7 dans un pays de l OCDE. Leur nombre a quadruplé

Plus en détail

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005.

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005. Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005 Summary in French Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005 Résumé Le soutien accordé aux producteurs

Plus en détail

Il est temps de réinventer l assurance emploi

Il est temps de réinventer l assurance emploi 1 Conférence IRPP de Diane Bellemare Is it time to reinvent employment insurance? Introduction Au Canada, l assurance chômage a subi plusieurs réformes depuis son adoption en 1940. L objectif du régime

Plus en détail

Baromètre Manpower des perspectives d emploi *

Baromètre Manpower des perspectives d emploi * Sous embargo jusqu au 12 mars 00h01 Communiqué de presse Nanterre, le 12 mars 2013 Baromètre Manpower des perspectives d emploi * LES EMPLOYEURS FRANÇAIS S ATTENDENT À DES PERSPECTIVES D EMPLOI STABLES

Plus en détail

Croissance du secteur passagers et décroissance du fret aérien en 2012

Croissance du secteur passagers et décroissance du fret aérien en 2012 COMMUNIQUÉ N o : 2 Croissance du secteur passagers et décroissance du fret aérien en 2012 31 janvier 2013 (Genève) L Association du transport aérien international (IATA) a publié ses statistiques de trafic

Plus en détail

Chiffre d affaires de Casino unité : million d euros / Source : Casino

Chiffre d affaires de Casino unité : million d euros / Source : Casino Septembre 2012 / TBI&LMO / BPE 2ENT18 Chiffre d affaires de Casino unité : million d euros / Source : Casino 40 000 34 361 NAF rév.2, 2008 : Chiffres clés 2011 47.11CDEF 47.91B 30 000 20 000 20 390 22

Plus en détail

Modèles d activité dans les couples, partage des tâches et garde des enfants

Modèles d activité dans les couples, partage des tâches et garde des enfants Département fédéral de l intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Actualités OFS Embargo: 03.09.2009, 9:15 20 Situation économique et sociale de la population Neuchâtel, septembre 2009 Modèles

Plus en détail

L impératif des gains de productivité

L impératif des gains de productivité COLLOQUE ANNUEL DE L ASDEQ MONTRÉAL Plan de présentation Montréal, 9 décembre 9 L impératif des gains de productivité Partie L importance de rehausser notre productivité La diminution du bassin de main-d

Plus en détail

LES RÉGIMES SUPPLÉMENTAIRES DE RETRAITE POUR LES CADRES SUPÉRIEURS AU CANADA

LES RÉGIMES SUPPLÉMENTAIRES DE RETRAITE POUR LES CADRES SUPÉRIEURS AU CANADA SANTÉ AVOIRS CARRIÈRE LES RÉGIMES SUPPLÉMENTAIRES DE RETRAITE POUR LES CADRES SUPÉRIEURS AU CANADA PRINCIPAUX RÉSULTATS OBTENUS AVEC LA BASE DE DONNÉES MERCER SUR LES RSR (MISE À JOUR DE 2014) AVRIL 2015

Plus en détail

Dépenses et personnel de recherche et développement des entreprises privées en Suisse 2012

Dépenses et personnel de recherche et développement des entreprises privées en Suisse 2012 Département fédéral de l intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Actualités OFS Embargo: 19.12.2013, 9:15 4 Economie nationale Neuchâtel, décembre 2013 Dépenses et personnel de recherche et

Plus en détail

Procédure des déséquilibres macroéconomiques: Bilan approfondi pour le Luxembourg

Procédure des déséquilibres macroéconomiques: Bilan approfondi pour le Luxembourg Procédure des déséquilibres macroéconomiques: Bilan approfondi pour le Luxembourg Commentaires de la Chambre des salariés 25 février 2014 Semestre européen Arsenal de six résolutions législatives («six

Plus en détail

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Janone Ong, département des Marchés financiers La Banque du Canada a créé un nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien,

Plus en détail

Baromètre Manpower des perspectives d emploi * p o u r l e 3 e t r i m e s t r e 2 0 1 3

Baromètre Manpower des perspectives d emploi * p o u r l e 3 e t r i m e s t r e 2 0 1 3 Communiqué de presse Nanterre, le 11 juin 2013 Baromètre Manpower des perspectives d emploi * p o u r l e 3 e t r i m e s t r e 2 0 1 3 LE SOLDE NET D EMPLOI DE LA FRANCE REDEVIENT NEGATIF POUR LA 1 ERE

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

Données internationales relatives au cumul emploi-retraite -------------------------

Données internationales relatives au cumul emploi-retraite ------------------------- (Document de travail pour les intervenants) Données internationales relatives au cumul emploi-retraite ------------------------- Ce document de travail peut être remis aux intervenants mais ne peut être

Plus en détail

De meilleurs salaires et plus d emplois: comment le Brésil a obtenu les deux

De meilleurs salaires et plus d emplois: comment le Brésil a obtenu les deux De meilleurs salaires et plus d emplois: comment le Brésil a obtenu les deux Paulo Eduardo de Andrade Baltar Jusqu ici, le XXI e siècle a été favorable à un grand nombre de Brésiliens. L emploi formel

Plus en détail

Se préparer pour le défi des retraites. Sebastian Paris-Horvitz Directeur de la Stratégie d Investissement

Se préparer pour le défi des retraites. Sebastian Paris-Horvitz Directeur de la Stratégie d Investissement Se préparer pour le défi des retraites. Sebastian Paris-Horvitz Directeur de la Stratégie d Investissement Le Défi des retraites S. PARIS-HORVITZ - 26/04/2006 1 Sommaire Le défi démographique Le défi des

Plus en détail

L adoption des politiques de rémunération en entreprise : un choix sous contrainte

L adoption des politiques de rémunération en entreprise : un choix sous contrainte D. Brochard Université Paris I L adoption des politiques de rémunération en entreprise : un choix sous contrainte Contexte théorique et empirique Depuis le début des années 80, dans un contexte de mutations

Plus en détail

COMBIEN NOUS COÛTE L APPRÉCIATION DE L EURO?

COMBIEN NOUS COÛTE L APPRÉCIATION DE L EURO? COMBIEN NOUS COÛTE L APPRÉCIATION DE L EURO? Département analyse et prévision de l OFCE L année 2003 aura été assez désastreuse pour la zone euro sur le plan des échanges extérieurs, qui ont contribué

Plus en détail

La crise et son impact sur les migrations et l emploi des immigrés

La crise et son impact sur les migrations et l emploi des immigrés Société et culture Migrations La crise et son impact sur les migrations et l emploi des immigrés 292 Med.2010 Bilan Jean-Christophe Dumont Administrateur principal dans la Division des migrations internationales

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

Formation et emploi : relever le défi de la réussite résumé et messages

Formation et emploi : relever le défi de la réussite résumé et messages Formation et emploi : relever le défi de la réussite résumé et messages Le message de Formation et emploi : relever le défi de la réussite La formation professionnelle a été négligée L éducation et la

Plus en détail

UPSKILL : Un test crédible de la formation en littératie et compétences essentielles en milieu de travail

UPSKILL : Un test crédible de la formation en littératie et compétences essentielles en milieu de travail UPSKILL : Un test crédible de la formation en littératie et compétences essentielles en milieu de travail Points saillants UPSKILL propose une évaluation rigoureuse de la formation en compétences essentielles

Plus en détail

Rôle de Banques de céréales dans le dispositif de stockage de céréales au Mali. Par : Dr. Niama N. DEMBELE et Salifou B. DIARRA

Rôle de Banques de céréales dans le dispositif de stockage de céréales au Mali. Par : Dr. Niama N. DEMBELE et Salifou B. DIARRA Rôle de Banques de céréales dans le dispositif de stockage de céréales au Mali Par : Dr. Niama N. DEMBELE et Salifou B. DIARRA Novembre 2007 1 Introduction Depuis la libéralisation du marché céréalier

Plus en détail

CENTRE DE POLITIQUE ET D ADMINISTRATION FISCALES

CENTRE DE POLITIQUE ET D ADMINISTRATION FISCALES ORGANISATION DE COOPÉRATION ET DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUES MÉTHODES DE DÉTERMINATION DES PRIX DE TRANSFERT JUILLET 2010 Avertissement: Ce document, préparé par le Secrétariat de l OCDE, n a pas de valeur

Plus en détail

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE A LA MARTINIQUE : un secteur très féminisé qui représente 9 % de l emploi salarié total

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE A LA MARTINIQUE : un secteur très féminisé qui représente 9 % de l emploi salarié total Panorama de l Economie Sociale et Solidaire à la Martinique L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE A LA MARTINIQUE : un secteur très féminisé qui représente 9 % de l emploi salarié total Février 2012 En 2009,

Plus en détail

Mise à jour sur l Irlande T2 2015. Les atouts de l Irlande font de l Irlande un grand pays pour les affaires

Mise à jour sur l Irlande T2 2015. Les atouts de l Irlande font de l Irlande un grand pays pour les affaires Mise à jour sur l Irlande T2 2015 Les atouts de l Irlande font de l Irlande un grand pays pour les affaires Pourquoi l Irlande? Les entreprises sont attirées par l Irlande pour diverses raisons Irlande,

Plus en détail

Utiliser l informatique en nuage pour stimuler les revenus des détaillants Alliance Fujitsu-salesforce.com

Utiliser l informatique en nuage pour stimuler les revenus des détaillants Alliance Fujitsu-salesforce.com Utiliser l informatique en nuage pour stimuler les revenus des détaillants Alliance Fujitsu-salesforce.com Pourquoi Fujitsu? Fujitsu est une grande société qui a réussi à l échelle mondiale... sans en

Plus en détail

La place bancaire de Zurich. Faits et chiffres

La place bancaire de Zurich. Faits et chiffres La place bancaire de Zurich Faits et chiffres Avant-propos Pour l agglomération du grand Zurich, la place bancaire revêt une importance économique et sociale tout à fait centrale. En particulier parce

Plus en détail

En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique

En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique Investissements En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique NOUS CONNAISSONS LA CULTURE LOCALE, LES GENS, LES ENTREPRISES UN MONDE D OCCASIONS VOUS ATTEND Pourquoi investir à l échelle

Plus en détail

Association de l industrie touristique du Canada (AITC) Mémoire présenté au Comité des finances de la Chambre des communes, avril 2014

Association de l industrie touristique du Canada (AITC) Mémoire présenté au Comité des finances de la Chambre des communes, avril 2014 Association de l industrie touristique du Canada (AITC) Mémoire présenté au Comité des finances de la Chambre des communes, avril 2014 Par David Goldstein, président directeur général de l AITC 2 Association

Plus en détail

Envoyé par e-mail: jacques.barrot@ec.europa.eu; vladimir.spidla@ec.europa.eu; jose-manuel.barroso@ec.europa.eu

Envoyé par e-mail: jacques.barrot@ec.europa.eu; vladimir.spidla@ec.europa.eu; jose-manuel.barroso@ec.europa.eu Bruxelles, le 7 août 2009 CP/em/lw A l attention de: M. Jacques Barrot Vice-président de la Commission européenne Chargé de la Justice, Liberté et Sécurité et M. Vladimír Špidla Commissaire à l Emploi,

Plus en détail

Garantie contre les risques à l exportation

Garantie contre les risques à l exportation Garantie contre les risques à l exportation Révision totale de la loi de 1958 28 janvier 2004 Numéro 4 La révision de la garantie contre les risques à l exportation (GRE) en consultation Le Conseil fédéral

Plus en détail

D Environnement pédagogique

D Environnement pédagogique Chapitre D Environnement pédagogique et organisation scolaire Regards sur l éducation OCDE 2011 407 Combien de temps les élèves passent-ils en classe? Dans les pays de l OCDE, les élèves sont censés suivre

Plus en détail

Investissements privés en actions et travail: tendances et difficultés récentes pour les syndicats

Investissements privés en actions et travail: tendances et difficultés récentes pour les syndicats Investissements privés en actions et travail: tendances et difficultés récentes pour les syndicats Maria Alejandra Caporale Madi et José Ricardo Barbosa Gonçalves La récente crise économique mondiale a

Plus en détail

CHAPITRE 3 : MARCHE DU TRAVAIL ET CHÔMAGE

CHAPITRE 3 : MARCHE DU TRAVAIL ET CHÔMAGE TABE DES MATIERES Durée... 2 Objectif spécifique... 2 Résumé... 2 I. offre et la demande de travail... 2 1. offre de travail et choix loisir - travail... 2 2. Demande de travail, productivité et salaire

Plus en détail

SUJET INÉDIT 1. Dossier 1. Charges et choix d une unité d œuvre 4 points 45 minutes CHAPITRES 1 et 4

SUJET INÉDIT 1. Dossier 1. Charges et choix d une unité d œuvre 4 points 45 minutes CHAPITRES 1 et 4 SUJET INÉDIT 1 La société Coupe & Shampoing Coupe & Shampoing est un salon de coiffure indépendant. Afin de faire face à la concurrence de salons de coiffure franchisés, son dirigeant, Kamel, aimerait

Plus en détail

Faire de la liberté d'investissement un vecteur de croissance verte Table ronde sur la liberté d'investissement Avril 2011

Faire de la liberté d'investissement un vecteur de croissance verte Table ronde sur la liberté d'investissement Avril 2011 Faire de la liberté d'investissement un vecteur de croissance verte Table ronde sur la liberté d'investissement Avril 2011 Organisation de coopération et de développement économiques Division de l'investissement,

Plus en détail