Matinale du 19 janvier 2012 Actualités du droit de l'internet : Revue de jurisprudence sur le commerce électronique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Matinale du 19 janvier 2012 Actualités du droit de l'internet : Revue de jurisprudence sur le commerce électronique"

Transcription

1 Matinale du 19 janvier 2012 Actualités du droit de l'internet : Revue de jurisprudence sur le commerce électronique Les grandes décisions de 2011 Anne-Sophie Lampe, Collaboratrice Marie Hindré-Guéguen, Associée DLA Piper

2 PARTIE 1 : Les enseignements de l'arrêt ebay c/ L'Oreal de la CJUE du 12 juillet 2011 sur la qualification et le régime applicable aux places de marché

3 Le contexte de l'affaire ebay / L'Oreal Actions de L'Oréal à l'encontre d'ebay dans 4 pays de l UE dont la France et le Royaume-Uni : Afin notamment de faire constater qu ebay est responsable de l utilisation, sans son autorisation, de marques de L Oréal sur ses sites ebay peut-il se prévaloir de la qualité d'hébergeur à l'égard des annonces litigieuses mises en ligne par des tiers, et donc bénéficier du régime de responsabilité aménagée des hébergeurs? 19 janvier

4 La position des juridictions nationales TGI Paris, 13 mai 2009 : ebay : hébergeur pour l'activité de stockage et de mise en ligne des annonces Mais pas pour les "moyens de promotion qu elle met en œuvre sur son site pour inciter les internautes à visiter son site" High Court of Justice, 16 juillet 2009 : sursis à statuer et questions préjudicielles à la CJUE, notamment : Le service fourni par l exploitant d une place de marché en ligne relève-t-il de l article 14-1 ("hébergement") de la directive e- commerce? 19 janvier

5 Rappel de l'article 14-1 directive e-commerce En cas de fourniture d'un service consistant à stocker des informations fournies par un destinataire du service (i.e. un tiers), le prestataire n'est pas responsable des informations stockées à la demande de ces tiers à condition que : le prestataire n'ait pas effectivement connaissance de l'activité ou de l'information illicites ; ou le prestataire, dès le moment où il a de telles connaissances, agisse promptement pour retirer les informations ou rendre l'accès à celles-ci impossible. 19 janvier

6 Position de la CJUE sur la question de la qualification d'ebay La CJUE n'exclut pas, en soi, qu'ebay puisse être qualifié d'hébergeur mais semble "durcir" le contrôle : 1. La qualification doit être écartée "si le prestataire du service, au lieu de se limiter à une fourniture neutre de celui-ci au moyen d un traitement purement technique et automatique des données fournies par ses clients, joue un rôle actif de nature à lui confier une connaissance ou un contrôle de ces données". 2. Et si la qualification d'hébergeur est possible, il convient alors de vérifier si en l'espèce, le prestataire avait connaissance des contenus litigieux stockés. NB: Confirme la position des arrêts Google AdWords de la CJUE du 23 mars janvier

7 Critiques de l'interprétation de la CJUE L'application discutée d'un principe de neutralité à l'article 14 de la directive difficultés d'interprétation : qu'est ce qu'une activité de stockage non neutre impliquant la connaissance ou le contrôle des données stockées? La Cour estime que lorsqu' ebay "a prêté une assistance laquelle a notamment consisté à optimiser la présentation des offres à la vente en cause ou à promouvoir ces offres, il y a lieu de considérer qu il a non pas occupé une position neutre entre le client vendeur concerné et les acheteurs potentiels, mais joué un rôle actif de nature à lui conférer une connaissance ou un contrôle des données relatives à ces offres. Il ne saurait alors se prévaloir, s agissant desdites données, de la dérogation en matière de responsabilité visée à l article 14 de la directive 2000/31" 19 janvier

8 Impact du nouveau critère de neutralité Premier bilan de la jurisprudence française à la suite des arrêts Google AdWords de la CJUE sur les places de marchés (ebay) sur les services de référencement payant (Google AdWords) sur les plateformes video 2.0 (Dailymotion) 19 janvier

9 Conclusions La CJUE ne semble pas avoir clarifié les critères applicables pour retenir la qualification d'hébergeur au sens de l'article 14 de la directive e-commerce ; Risque de disparités dans les décisions en fonction des pays et des juridictions pour les mêmes services ; Risque d'insécurité juridique 19 janvier

10 PARTIE II : CONCURRENCE ET DISTRIBUTION EN LIGNE

11 PLAN Quels enseignements tirer de l'arrêt Pierre Fabre du 13 octobre 2011? Quelles indications sur l'enquête sectorielle de l'autorité de la concurrence (ADLC) sur la distribution en ligne

12 LES ENSEIGNEMENTS DE L'ARRET PIERRE FABRE

13 Les enseignements de l'arrêt Pierre Fabre du 13 octobre 2011 Rappel du contexte dans lequel cet arrêt est intervenu (1/2) Relations fournisseur-distributeurs Réseau de distribution sélective Cadre juridique encadrant les restrictions verticales Règlement n 2790/1999 Développement de la revente en ligne Vide juridique et pratiques corrélatives Décisions de l'adlc (Festina, Pierre Fabre) Intégration de cette évolution du marché dans le cadre juridique Règlement n 330/ janvier

14 Les enseignements de l'arrêt Pierre Fabre du 13 octobre 2011 Rappel du contexte dans lequel cet arrêt est intervenu (2/2) Distribution sélective et revente en ligne des produits: Sous couvert de justifications essentiellement liées à la qualité et l'image de marque des produits (horlogerie de luxe par ex.) la nécessité d'essayer les produits, de bénéficier de conseils d'un revendeur la qualité du service après-vente Parmi les critères de sélection/d'agrément des distributeurs ont progressivement été insérées des obligations incompatibles avec la revente en ligne et notamment la revente exclusive en ligne (pureplayers) nécessité d'avoir un point de vente physique interdiction pure et simple de proposer en ligne la revente des produits clause de localisation 19 janvier

15 Les enseignements de l'arrêt Pierre Fabre du 13 octobre 2011 Pour mémoire: les principes posés par le Règlement n 330/2010 (1/3) Passage d'un régime de liberté à celui de l'autorisation: Les revendeurs doivent être autorisés à utiliser Internet pour revendre leurs produits Conforme à la position de l'adlc (Décision n 06-D-28 Festina) Aucune autorisation générale et absolue n'est cependant affirmée L'interdiction absolue faite à un distributeur de revendre ses produits sur Internet constitue toujours une restriction caractérisée de concurrence contraire à l'article 101 TFUE 19 janvier

16 Les enseignements de l'arrêt Pierre Fabre du 13 octobre 2011 Pour mémoire: les principes posés par le Règlement n 330/2010 (2/3) Restrictions caractérisées à l'usage d'internet peuvent être tolérées: Lorsqu'elles sont objectivement nécessaires et non seulement "nécessaires" ou "objectivement justifiées" Effet probable sur des justifications tenant à l'image de marque d'un produit ou encore la "sensation de luxe" liée à certains produits (reste valable pour les ventes à bas prix) A titre de comparaison, l'adlc est allée plus loin: L'interdiction de la revente des produits sur Internet est possible mais limitée à des circonstances exceptionnelles (Décision Festina) Exclue en matière de distribution sélective, seulement possible en matière de distribution exclusive (Décision n 08-D-25 Hygiène corporelle) 19 janvier

17 Les enseignements de l'arrêt Pierre Fabre du 13 octobre 2011 Pour mémoire: les principes posés par le Règlement n 330/2010 (3/3) Illustrations très restrictives: interdiction générale de vente de substances dangereuses pour des raisons de sécurité ou de santé interdiction temporaire liée à la mise sur le marché de nouveaux produits pendant 2 ans (à rapprocher de la pratique décisionnelle française qui autorise la restriction du lancement de nouveaux produits aux seuls points de vente physique pendant 1 an) 19 janvier

18 Les enseignements de l'arrêt Pierre Fabre du 13 octobre 2011 Les imperfections de la règlementation Passage d'un régime de liberté à celui de l'autorisation: Renforcement significatif des droits des distributeurs Mais ne va pas jusqu'à poser le principe de l'illégalité d'une interdiction générale de revente en ligne des produits Ne figure que dans les Lignes Directrices (et non dans le Règlement lui-même) Attente légitime du marché de l'affaire Pierre Fabre et de la position de principe demandée à la CJUE dans ce cadre 19 janvier

19 Les enseignements de l'arrêt Pierre Fabre du 13 octobre 2011 La question préjudicielle posée à la CJUE Contexte: Les conditions générales de vente et de distribution de PFDC prévoyaient que "le distributeur agréé doit s'engager à ne délivrer les produits [ ] que dans un point de vente matérialisé et individualisé". Exclut toute forme de vente par internet Clause reconnue illicite par l'adlc Appel de la société Pierre Fabre Dermo-Cosmétique (PFDC) contre la décision Hygiène Corporelle de l'adlc Question: L'interdiction générale et absolue de vendre sur internet les produits ( ) aux utilisateurs finals imposée aux distributeurs agréés dans le cadre d'un réseau de distribution sélective constitue-t-elle une restriction caractérisée de la concurrence par objet au sens de l'article 101 TFUE ( )? 19 janvier

20 Les enseignements de l'arrêt Pierre Fabre du 13 octobre 2011 Remarques préalables Décision très décevante, pas à la hauteur de l'enjeu 2 pages de motivation lapidaire N'apporte aucune précision concrète de nature à compléter/expliquer le dispositif des Lignes Directrices de 2010 (ni même à éclairer la Cour d'appel de Paris qui l'avait saisie ) Sur le plan des principes, la CJUE semble plutôt favorable aux distributeurs en laissant peu de place à la mise en œuvre d'exceptions au principe d'autorisation de la revente en ligne posé et peu de marge de manœuvre à la Cour d'appel de Paris, "coincée" entre cet arrêt et la pratique décisionnelle très ferme de l'adlc. 19 janvier

21 Les enseignements de l'arrêt Pierre Fabre du 13 octobre 2011 Sur le fond la clause qui interdit par principe la revente en ligne de produits dans le cadre d'un réseau de distribution sélective est une restriction caractérisée de concurrence contraire aux dispositions de l'article 101 TFUE SI, après un "examen individuel et concret" de sa "teneur" et de son "objectif" et du "contexte économique et juridique dans lequel elle s'inscrit" il apparaît que, "eu égard aux propriétés des produits" concernés cette clause n'est pas objectivement justifiée. 19 janvier

22 Les enseignements de l'arrêt Pierre Fabre du 13 octobre 2011 Quelle analyse? Formule abstraite Ne donne aucun détail pratique pour permettre d'apprécier si la clause est "objectivement justifiée" notamment en termes d'analyse de sa teneur et de ses objectifs La CJUE se retranche derrière les Lignes Directrices de la Commission N'apporte pas l'éclairage pratique et précis attendu dans le cadre d'une question préjudicielle 19 janvier

23 Les enseignements de l'arrêt Pierre Fabre du 13 octobre 2011 Seul commencement d'explication: "la clause ( ) en excluant de facto un mode de commercialisation de produits ne requérant pas de déplacement physique du client réduit considérablement la possibilité du distributeur agréé de vendre les produits à des clients situés en dehors de son territoire contractuel" ce qui est donc susceptible (et seulement susceptible) de restreindre la concurrence dans ce secteur 19 janvier

24 Les enseignements de l'arrêt Pierre Fabre du 13 octobre 2011 Cette conclusion s'imposait-elle vraiment? Pas vraiment, au regard des éléments de contexte (dont disposait la CJUE, mais qu'elle n'a pas pris la peine d'exploiter): PFDC: 20% de parts de marché L'ensemble de ses concurrents ont pris des engagements en vue d'autoriser la revente en ligne de leurs produits Réseau de distribution PFDC est un réseau sélectif (et non exclusif) Les distributeurs PFDC ne sont donc liés par aucune exclusivité à ce fournisseur et avaient tout le loisir de distribuer en ligne les produits des autres concurrents 19 janvier

25 Les enseignements de l'arrêt Pierre Fabre du 13 octobre 2011 La CJUE aurait pu (aurait du?) nuancer sa conclusion Probablement au regard des rares éléments de contexte qu'elle a retenus pour son appréciation (comparés à ceux qui lui étaient soumis) Cela aurait du la conduire à refuser d'établir un lien de causalité nécessaire entre la limitation de la possibilité pour le distributeur de revendre en dehors de son territoire contractuel ET l'existence d'une possible restriction de concurrence Désintérêt pour la question soumise? Service minimum rendu à l'enrichissement du débat juridique dans le cadre duquel elle était saisie 19 janvier

26 Les enseignements de l'arrêt Pierre Fabre du 13 octobre 2011 Seul échappatoire à la qualification de restriction caractérisée: la justification objective Renvoie l'examen de la question à la Cour d'appel de Paris Sans pour autant lui donner de "clés" pour y parvenir Seule indication semble renvoyer à l'examen des caractéristiques intrinsèques des produits (le fait que les produits nécessitent, pour en préserver la qualité et en assurer le bon usage, un réseau de distribution excluant la revente en ligne) 19 janvier

27 Les enseignements de l'arrêt Pierre Fabre du 13 octobre 2011 Une décision pleine de contradictions Une fois le principe posé, la CJUE referme immédiatement la porte de l'exemption entrouverte, En indiquant qu'elle a déjà refusé de considérer comme justifiant la restriction, les arguments relatifs à la nécessité: de fournir un conseil personnalisé au client d'assurer la protection du consommateur contre une utilisation incorrecte des produits de préserver l'image de marque des produits La CJUE ne laisse guère de chance au rachat de la clause au regard d'une éventuelle justification objective, qu'elle se garde bien de définir. 19 janvier

28 Les enseignements de l'arrêt Pierre Fabre du 13 octobre 2011 et de lacunes Dernier manquement de la CJUE dans le débat juridique qui lui est soumis Elle ne s'attache même pas à vérifier si au-delà des justifications objectives évoquées, la clause qui lui est soumise pourrait bénéficier d'une exemption individuelle au titre de l'article TFUE Pour mémoire: 101-1: interdiction des ententes 101-2: possibilité d'exemption par catégorie (Règlement sur les restrictions verticales par ex.) 101-3: possibilité d'exemption individuelle si 4 conditions cumulatives sont remplies 19 janvier

29 Les enseignements de l'arrêt Pierre Fabre du 13 octobre 2011 La CJUE écarte le bénéfice de l'exemption par catégorie (conforme au Règlement): exclusion des ventes sur Internet constitue une restriction aux ventes passives Elle refuse aussi de considérer que l'interdiction de revente en ligne s'apparenterait à une clause d'interdiction de revente à partir d'un lieu d'établissement non autorisé Au motif qu'une entreprise a toujours la possibilité de soulever le bénéfice d'une exemption individuelle, la CJUE refuse de procéder à une interprétation extensive des dispositions relatives aux exemptions par catégorie Cependant, dans le même temps, elle ne fait le moindre commencement d'analyse s'agissant de l'exemption individuelle, considérant ne pas disposer de suffisamment d'éléments pour cela Renvoie l'analyse à la Cour d'appel de Paris, qui l'a saisie pour être éclairée notamment sur cette question 19 janvier

30 QUELQUES INDICATIONS SUR L'ENQUETE SECTORIELLE DE L'ADLC

31 La procédure d'avis à l'instruction devant l'adlc Communiqué de presse du 4 juillet 2011 Contexte: Constatant la forte progression du commerce électronique en France, l'autorité de la concurrence lance une vaste étude sectorielle concernant le fonctionnement de la concurrence dans ce secteur, Objet: L'impact de la vente en ligne sur les circuits de distribution traditionnels Les comportements adoptés par les fabricants et les distributeurs face à ce nouveau mode de distribution Le rôle joué par les intermédiaires du commerce en ligne 19 janvier

32 La procédure d'avis à l'instruction devant l'adlc Constats Questionnaires et demandes de documents très larges (conforme aux tendances déjà observées lors des précédentes procédures d'avis) Procédure pas complètement encadrée Nécessité d'être assisté (préparation des réponses et des auditions) Procédure de protection des secrets d'affaires Sur le fond: Evaluation des différences de traitement pouvant exister entre les distributeurs traditionnels et les revendeurs en ligne (notamment les pure players) et les risques d'éviction corrélatifs 19 janvier

33 La procédure d'avis à l'instruction devant l'adlc La suite? Procédure en cours Avis qui sera rendu, ne sera pas contraignant Peut poser des recommandations "impératives" (ex: avis sur la distribution alimentaire à Paris) Risques: Communication spontanée étendue de documents et d'informations par les entreprises consultées Substitution à une enquête en bonne et due forme de l'adlc pour collecter des informations sur un marché (des entreprises et des pratiques) Peut déboucher sur une procédure contentieuse si des pratiques illicites sont mises en évidence 19 janvier

34 FIN

Internet, distribution de détail et concurrence : Etienne Pfister Chef économiste Autorité de la concurrence (France)

Internet, distribution de détail et concurrence : Etienne Pfister Chef économiste Autorité de la concurrence (France) Internet, distribution de détail et concurrence : Etienne Pfister Chef économiste Autorité de la concurrence (France) 1 Les effets d Internet sur la concurrence et le surplus des consommateurs Effet réduction

Plus en détail

E-commerce : l'interdiction de vente en ligne de produits Pierre Fabre viole la libre concurrence

E-commerce : l'interdiction de vente en ligne de produits Pierre Fabre viole la libre concurrence E-commerce : l'interdiction de vente en ligne de produits Pierre Fabre viole la libre concurrence Article juridique publié le 14/10/2011, vu 3780 fois, Auteur : MAITRE ANTHONY BEM J'envisagerai ci-après

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTES EUROPEEN A MONSIEUR LE PRESIDENT ET AUX MEMBRES DE LA COUR D'APPEL DE PARIS POLE 5 - CHAMBRE 5-7

COMMISSION DES COMMUNAUTES EUROPEEN A MONSIEUR LE PRESIDENT ET AUX MEMBRES DE LA COUR D'APPEL DE PARIS POLE 5 - CHAMBRE 5-7 & & COMMISSION DES COMMUNAUTES EUROPEEN ORIGINAL es- A MONSIEUR LE PRESIDENT ET AUX MEMBRES DE LA COUR D'APPEL DE PARIS POLE 5 - CHAMBRE 5-7 Bruxelles, le 11 juin 2009 JURM (2009) 4123 ABo/XL/GIP OBSERVATIONS

Plus en détail

QUESTION 37. Incidence sur les droits de propriété industrielle des règles nationales ou internationales garantissant la liberté de la concurrence

QUESTION 37. Incidence sur les droits de propriété industrielle des règles nationales ou internationales garantissant la liberté de la concurrence Annuaire 1960, Nouvelle Série N 10, 2 ème Partie, 63 e Année, page 21 24 e Congrès de Londres, 30 mai - 4 juin 1960 Le Congrès, considérant que les droits de propriété industrielle sont institués et protégés

Plus en détail

CONCURRENCE DISTRIBUTION PROPRIETE INTELLECTUELLE TECHNOLOGIES DE L INFORMATION

CONCURRENCE DISTRIBUTION PROPRIETE INTELLECTUELLE TECHNOLOGIES DE L INFORMATION N 5 12 février 2013 Réseaux de distribution : confirmation de l interdiction d interdire la vente sur internet Cour d appel de Paris, 31 janvier 2013, n 2008/23812, Pierre Fabre Décision de l Autorité

Plus en détail

La Publicité écologique trompeuse de l art. 23 1 LPC, et l entrave à la libre circulation des biens au niveau européen.

La Publicité écologique trompeuse de l art. 23 1 LPC, et l entrave à la libre circulation des biens au niveau européen. La Publicité écologique trompeuse de l art. 23 1 LPC, et l entrave à la libre circulation des biens au niveau européen. La question s est posée à plusieurs reprises au sein de la Commission Etiquetage

Plus en détail

Historique de la législation européenne sur l'égalité dans l'accès aux biens et aux services

Historique de la législation européenne sur l'égalité dans l'accès aux biens et aux services L'égalité de traitement en dehors du travail : l'accès aux biens et aux services Rossen Grozev Commission européenne Historique de la législation européenne sur l'égalité dans l'accès aux biens et aux

Plus en détail

La nouvelle loi sur la vente aux enchères et ses conséquences sur Internet

La nouvelle loi sur la vente aux enchères et ses conséquences sur Internet Fermer la fenêtre La nouvelle loi sur la vente aux enchères et ses conséquences sur Internet Lancer l'impression La nouvelle loi du 20 juillet 2011 de libéralisation des ventes volontaires de meubles aux

Plus en détail

CEDH FRANGY c. FRANCE DU 1 ER FEVRIER 2005

CEDH FRANGY c. FRANCE DU 1 ER FEVRIER 2005 CEDH FRANGY c. FRANCE DU 1 ER FEVRIER 2005 L article 11 du Code de procédure civile énonce que la procédure au cours de l'enquête et de l'instruction est secrète. La divulgation des informations contenues

Plus en détail

Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet 2004

Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet 2004 COMITÉ D AVIS ET DE CONTRÔLE DE L INDÉPENDANCE DU COMMISSAIRE Ref: Accom INTERPRETATION 2004/1 Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet

Plus en détail

2 Avril 2009. Société comité d'entreprise de la société dimension data France

2 Avril 2009. Société comité d'entreprise de la société dimension data France Page 1 Document 1 de 1 Cour de cassation Chambre civile 1 2 Avril 2009 Cassation - renvoi Evry Sélectionné N 08-11.231 Société slg canal ce Société comité d'entreprise de la société dimension data France

Plus en détail

VENTES PROMOTIONNELLES

VENTES PROMOTIONNELLES VENTES PROMOTIONNELLES 13/04/2012 Elle consiste pour le commerçant à accorder une réduction (rabais, remise ou ristourne) aux consommateurs, sur l'un ou l'autre des articles mis en vente. Une telle pratique

Plus en détail

Newsletter 9 Juin 2011 Du nouveau chez les acteurs du Web

Newsletter 9 Juin 2011 Du nouveau chez les acteurs du Web Newsletter 9 Juin 2011 Du nouveau chez les acteurs du Web 2.0 Deux évènements récents ont marqué l'actualité des acteurs du web 2.0 : (i) les trois arrêts rendus par la Cour de cassation le 17 février

Plus en détail

PROPRIETE INTELLECTUELLE

PROPRIETE INTELLECTUELLE PROPRIETE INTELLECTUELLE CONFIRMATION PAR LA COUR DE CASSATION DE L EXCEPTION A LA NOTION D EPUISEMENT DES DROITS DU TITULAIRE D UNE MARQUE Stéphanie YAVORDIOS Septembre 2011 La Cour de cassation a, dans

Plus en détail

Représentée par Me Hervé-Jean POUGNAND (avoué à la Cour) Assistée de Me CHAPUIS (avocat au barreau de GRENOBLE) LORS DES DEBA TS ET DU DELmERE

Représentée par Me Hervé-Jean POUGNAND (avoué à la Cour) Assistée de Me CHAPUIS (avocat au barreau de GRENOBLE) LORS DES DEBA TS ET DU DELmERE APPELANT: R.G. N 99/00770 - N Minute: g 31 AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS COUR D' APPEL DE GRENOBLE ftre CHAMBRE CIVILE ARRET DU LUNDI 13 NOVEMBRE 2000 AFFAIRE: B. c/ C Appel d'une décision (No R 11-97-003302)

Plus en détail

CONTRAT DE PARTENARIAT

CONTRAT DE PARTENARIAT CONTRAT DE PARTENARIAT Entre: ODIMAT, SARL au capital de 8700 dont le siège social est situé rue de l'abregain, 62800 Liévin, immatriculée au registre du commerce de Béthune sous le numéro 493 754 824

Plus en détail

INFORMATIONS BREVES JURISPRUDENCES RECENTES EN SANTE AU TRAVAIL

INFORMATIONS BREVES JURISPRUDENCES RECENTES EN SANTE AU TRAVAIL INFORMATIONS BREVES JURISPRUDENCES RECENTES EN SANTE AU TRAVAIL Docteur Anne Gillet Docteur Jacques Darmon INTRODUCTION Une judiciarisation de plus en plus importante des relations sociales avec interventions

Plus en détail

DROIT ECONOMIQUE. En préambule, le versement d une indemnité de rupture à l agent commercial à la

DROIT ECONOMIQUE. En préambule, le versement d une indemnité de rupture à l agent commercial à la DROIT ECONOMIQUE LE DROIT DE L AGENT COMMERCIAL AU VERSEMENT D UNE INDEMNITE DE RUPTURE : REVUE DE LA JURISPRUDENCE RECENTE Stéphanie YAVORDIOS Février 2011 En préambule, le versement d une indemnité de

Plus en détail

(b) les effets sur la concurrence intermarques, notamment au niveau d un concessionnaire multimarque;

(b) les effets sur la concurrence intermarques, notamment au niveau d un concessionnaire multimarque; Description des tâches à réaliser pour l'étude de l'impact, sur toutes les parties intéressées, des futurs scénarios législatifs possibles en matière de distribution de véhicules automobiles 1. PROBLEMES

Plus en détail

Français - Or. Français DIRECTION DES AFFAIRES FINANCIÈRES ET DES ENTREPRISES COMITÉ DE LA CONCURRENCE

Français - Or. Français DIRECTION DES AFFAIRES FINANCIÈRES ET DES ENTREPRISES COMITÉ DE LA CONCURRENCE A usage officiel DAF/COMP/WD(2013)8 DAF/COMP/WD(2013)8 A usage officiel Organisation de Coopération et de Développement Économiques Organisation for Economic Co-operation and Development 18-Feb-2013 Français

Plus en détail

DEONTOLOGIE. Règles de bonne conduite. professionnelle et personnelle

DEONTOLOGIE. Règles de bonne conduite. professionnelle et personnelle DEONTOLOGIE Règles de bonne conduite professionnelle et personnelle Fonds de Réserve pour les Retraites 56 rue de Lille 75007 Paris Tel : 01 58 50 99 12 Fax : 01 58 50 05 33 www.fondsdereserve.fr Le Président

Plus en détail

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale des entreprises et de l industrie Document d orientation 1 Bruxelles, le 1 er février 2010 - L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures

Plus en détail

La prise d'acte de la rupture du CDI : mise à jour du Code du travail

La prise d'acte de la rupture du CDI : mise à jour du Code du travail La prise d'acte de la rupture du CDI : mise à jour du Code du travail Cette nouvelle forme de rupture de la relation contractuelle fait son entrée (par la petite porte) dans le Code du travail. Selon une

Plus en détail

L 129/52 Journal officiel de l Union européenne 28.5.2010

L 129/52 Journal officiel de l Union européenne 28.5.2010 L 129/52 Journal officiel de l Union européenne 28.5.2010 RÈGLEMENT (UE) N o 461/2010 DE LA COMMISSION du 27 mai 2010 concernant l application de l article 101, paragraphe 3, du traité sur le fonctionnement

Plus en détail

Cour de justice de l Union européenne COMMUNIQUE DE PRESSE n 70/14

Cour de justice de l Union européenne COMMUNIQUE DE PRESSE n 70/14 Cour de justice de l Union européenne COMMUNIQUE DE PRESSE n 70/14 Luxembourg, le 13 mai 2014 Presse et Information Arrêt dans l'affaire C-131/12 Google Spain SL, Google Inc. / Agencia Española de Protección

Plus en détail

ALCOOL AU TRAVAIL. Sources :

ALCOOL AU TRAVAIL. Sources : 1 ALCOOL AU TRAVAIL Sources : http://www.service-public.fr/actualites/003191.html?xtor=epr-140 http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/f32177.xhtml L'employeur peut autoriser ses salariés à boire

Plus en détail

T : +33 1 47 38 55 00 F : +33 1 47 38 55 55 info@cms-bfl.com www.cms-bfl.com Neuilly-sur-Seine, le 14 décembre 2011

T : +33 1 47 38 55 00 F : +33 1 47 38 55 55 info@cms-bfl.com www.cms-bfl.com Neuilly-sur-Seine, le 14 décembre 2011 CMS Bureau Francis Lefebvre 1-3 Villa Emile Bergerat, 92522 Neuilly-sur-Seine Cedex, France T : +33 1 47 38 55 00 F : +33 1 47 38 55 55 info@cms-bfl.com www.cms-bfl.com Neuilly-sur-Seine, le 14 décembre

Plus en détail

1Q9 Projet de décret n du pris pour l'application de la loi no 20-13 relative au Conseil de la concurrence. Le Chef du gouvernement ; Pour contreseing

1Q9 Projet de décret n du pris pour l'application de la loi no 20-13 relative au Conseil de la concurrence. Le Chef du gouvernement ; Pour contreseing 1Q9 Projet de décret n du pris pour l'application de la loi no 20-13 relative au Conseil de la concurrence Pour contreseing Le Ministre Délégué auprès du Chef du gouvernement chargé des Affaires Générales

Plus en détail

Loi pour la confiance dans l économie numérique Un nouveau cadre juridique pour l Internet

Loi pour la confiance dans l économie numérique Un nouveau cadre juridique pour l Internet LCEN BPC/DAJ_3 novembre 2004 Loi pour la confiance dans l économie numérique Un nouveau cadre juridique pour l Internet Sélection des articles de la loi qui concernent le développement de l administration

Plus en détail

Marques de distributeurs et accès au marché des fournisseurs de la grande distribution

Marques de distributeurs et accès au marché des fournisseurs de la grande distribution Marques de distributeurs et accès au marché des fournisseurs de la grande distribution Patrice Reis, Maître de conférences en droit privé UNS, CREDECO-IGREDEG-CNRS email reis@gredeg.cnrs.fr La grande distribution

Plus en détail

Surfer au travail : prudence est mère de sureté

Surfer au travail : prudence est mère de sureté Surfer au travail : prudence est mère de sureté Rares sont aujourd hui les salariés qui ne disposent pas d une connexion Internet sur leur lieu de travail. Internet constitue en effet un outil indispensable

Plus en détail

Droit commercial et économique

Droit commercial et économique Droit commercial et économique MEMO Actualités législatives et réglementaires 2008 A jour au 1 er janvier 2009 TABLE DES MATIERES 1. DISPOSITIONS EN MATIERE DE DROIT ECONOMIQUE ET COMMERCIAL 3 1.1. Délais

Plus en détail

COUR DE CASSATION DE BELGIQUE

COUR DE CASSATION DE BELGIQUE 28 AVRIL 2003 S.01.0184.F/1 COUR DE CASSATION DE BELGIQUE Arrêt N S.01.0184.F CORA, société anonyme se trouvant aux droits et obligations de la société anonyme Frabelmar-Distrimas, dont le siège social

Plus en détail

A. Introduction. Chapitre 4 : Encadrer les services et produits proposés. Editions ENI - All rights reserved

A. Introduction. Chapitre 4 : Encadrer les services et produits proposés. Editions ENI - All rights reserved Chapitre 4 : Encadrer les services et produits proposés 65 A. Introduction Chapitre 4 : Encadrer les services et produits proposés Editions ENI - All rights reserved Acheter en ligne présente des risques

Plus en détail

Chronique VERS UNE RÉGLEMENTATION DE LA VENTE DE PRODUITS D'OPTIQUE-LUNETTERIE SUR INTERNET DROIT DES NOUVELLES TECHNOLOGIES

Chronique VERS UNE RÉGLEMENTATION DE LA VENTE DE PRODUITS D'OPTIQUE-LUNETTERIE SUR INTERNET DROIT DES NOUVELLES TECHNOLOGIES Chronique DROIT DES NOUVELLES TECHNOLOGIES VERS UNE RÉGLEMENTATION DE LA VENTE DE PRODUITS D'OPTIQUE-LUNETTERIE SUR INTERNET PAR HENRI ALTERMAN* ET FABRICE PERBOST** La vente de produits d'optique-lunetterie

Plus en détail

DIRECTIVE CONCERNANT LA GESTION DES CONTRATS D APPROVISIONNEMENT, DE SERVICES ET DE TRAVAUX DE CONSTRUCTION DES ORGANISMES PUBLICS

DIRECTIVE CONCERNANT LA GESTION DES CONTRATS D APPROVISIONNEMENT, DE SERVICES ET DE TRAVAUX DE CONSTRUCTION DES ORGANISMES PUBLICS C.T. 215340 du 13 juillet 2015 DIRECTIVE CONCERNANT LA GESTION DES CONTRATS D APPROVISIONNEMENT, DE SERVICES ET DE TRAVAUX DE CONSTRUCTION DES ORGANISMES PUBLICS Loi sur les contrats des organismes publics

Plus en détail

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection. Ville d ANGOULÊME

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection. Ville d ANGOULÊME Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection Ville d ANGOULÊME Souhaitant améliorer la sûreté des personnes et la sécurité des biens, afin de lutter contre les actes de malveillance, la ville

Plus en détail

Constructibilité en zones agricole et naturelle

Constructibilité en zones agricole et naturelle Constructibilité en zones agricole et naturelle La loi pour l accès au logement et un urbanisme rénové (ALUR) a modifié l article L. 123-1- 5 du code de l urbanisme pour y insérer de nouvelles dispositions

Plus en détail

Les deux catégories de pratiques restrictives. Règles spéciales du droit antitrust américain et du droit européen de la concurrence

Les deux catégories de pratiques restrictives. Règles spéciales du droit antitrust américain et du droit européen de la concurrence Les deux catégories de pratiques restrictives Règles spéciales du droit antitrust américain et du droit européen de la concurrence 1. Prohibition des ententes restrictives Section 1 du Sherman Act: interdiction

Plus en détail

A V I S N 1.613 ----------------------- Séance du jeudi 31 mai 2007 ---------------------------------------

A V I S N 1.613 ----------------------- Séance du jeudi 31 mai 2007 --------------------------------------- A V I S N 1.613 ----------------------- Séance du jeudi 31 mai 2007 --------------------------------------- Projet d'arrêté royal en exécution des articles 5 à 14 de la loi du portant des dispositions

Plus en détail

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, lutter contre le sentiment d insécurité, la ville de CASTRES a décidé de

Plus en détail

Mieux connaître le licenciement économique. 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique

Mieux connaître le licenciement économique. 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique Mieux connaître le licenciement économique 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique I. L obligation préalable d adaptation et de reclassement «Le licenciement pour motif économique

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-219

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-219 Paris, le 22 septembre 2015 Décision du Défenseur des droits MLD-2015-219 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011

Plus en détail

CONTRAT DE MANDAT de COMMERCIALISATION de BIENS IMMOBILIERS

CONTRAT DE MANDAT de COMMERCIALISATION de BIENS IMMOBILIERS CONTRAT DE MANDAT de COMMERCIALISATION de BIENS IMMOBILIERS Entre les soussignés La société NOVAXIA, Société à Responsabilité Limitée, au capital de 2 739 000 Euros, immatriculée au Registre du commerce

Plus en détail

DIRECTIVE 98/20/CE DU CONSEIL

DIRECTIVE 98/20/CE DU CONSEIL Directive 98/20/CE du Conseil du 30 mars 1998 modifiant la directive 92/14/CEE relative à la limitation de l'exploitation des avions relevant du volume 1, deuxième partie, chapitre 2 de l'annexe 16 de

Plus en détail

La protection des pièces détachées en droit communautaire

La protection des pièces détachées en droit communautaire MODÈLE I Historique La protection des pièces détachées en droit communautaire Le processus d harmonisation du droit européen sur la protection juridique des modèles industriels a été lancé par le Livre

Plus en détail

(Actes non législatifs) RÈGLEMENTS

(Actes non législatifs) RÈGLEMENTS 23.4.2010 Journal officiel de l Union européenne L 102/1 II (Actes non législatifs) RÈGLEMENTS RÈGLEMENT (UE) N o 330/2010 DE LA COMMISSION du 20 avril 2010 concernant l'application de l'article 101, paragraphe

Plus en détail

Les délits de presse appliqués à Internet (La responsabilité des hébergeurs et des éditeurs)

Les délits de presse appliqués à Internet (La responsabilité des hébergeurs et des éditeurs) Les délits de presse appliqués à Internet (La responsabilité des hébergeurs et des éditeurs) Article juridique publié le 21/11/2014, vu 923 fois, Auteur : Fabrice R. LUCIANI Loi n 86-1067 du 30 septembre

Plus en détail

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ;

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ; DELIBERATION N 2012-118 DU 16 JUILLET 2012 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT RECOMMANDATION SUR LES DISPOSITIFS D ENREGISTREMENT DES CONVERSATIONS TELEPHONIQUES MIS EN ŒUVRE

Plus en détail

LE COMITE DE REGLEMENT DES DIFFERENDS STATUANT EN COMMISSION LITIGES,

LE COMITE DE REGLEMENT DES DIFFERENDS STATUANT EN COMMISSION LITIGES, AVIS N 017/10/ARMP/CRD DU 11 AOUT 2010 DU COMITE DE REGLEMENT DES DIFFERENDS STATUANT EN COMMISSION LITIGES SUR LA SAISINE DE LA SOCIETE UNIVERSAL AUTO DENONCANT LA PRATIQUE QUI CONSISTE A EXIGER DES CANDIDATS

Plus en détail

DU DEPARTEMENT PROPRIETE INTELLECTUELLE ET TECHNOLOGIES DE L INFORMATION

DU DEPARTEMENT PROPRIETE INTELLECTUELLE ET TECHNOLOGIES DE L INFORMATION LETTRE DU DEPARTEMENT PROPRIETE INTELLECTUELLE ET TECHNOLOGIES DE L INFORMATION OCTOBRE 2010 P 2 Cour de cassation, Chambre Commerciale 13 juillet 2010 Dernier épisode de l affaire GOOGLE ADWORDS? BREVES

Plus en détail

Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009

Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009 Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009 Emploi privé- âge- procédure de recrutement-rejet de la candidature sans entretien profil surdimensionné- diplôme- compétences managériales expérience professionnelle

Plus en détail

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats La solution La contestation d une candidature, quels qu en soient les motifs, se rattache à la régularité

Plus en détail

Rapport du Conseil d Etat au Grand Conseil sur le rapport annuel de la médiatrice pour l'année 2004-2005

Rapport du Conseil d Etat au Grand Conseil sur le rapport annuel de la médiatrice pour l'année 2004-2005 Secrétariat du Grand Conseil RD 643 Date de dépôt: 14 août 2006 Messagerie Rapport du Conseil d Etat au Grand Conseil sur le rapport annuel de la médiatrice pour l'année 2004-2005 Mesdames et Messieurs

Plus en détail

CHARTE D'ETHIQUE VIDEO-PROTECTION

CHARTE D'ETHIQUE VIDEO-PROTECTION Préambule : CHARTE D'ETHIQUE VIDEO-PROTECTION La vidéo protection est un outil au service de la politique de sécurité et de prévention de la Ville de THIERS. Ses objectifs sont de prévenir l'atteinte aux

Plus en détail

LE DROIT DES MARQUES A L'EPREUVE D'INTERNET : UTILISATION DE LA MARQUE D'UN CONCURRENT DANS LE CADRE D'UN SERVICE DE REFERENCEMENT PAYANT

LE DROIT DES MARQUES A L'EPREUVE D'INTERNET : UTILISATION DE LA MARQUE D'UN CONCURRENT DANS LE CADRE D'UN SERVICE DE REFERENCEMENT PAYANT DROIT DES MARQUES LE DROIT DES MARQUES A L'EPREUVE D'INTERNET : UTILISATION Claire PEREZ Decembre 2011 Le droit des marques et le droit commercial doivent sans cesse s adapter et appréhender les nouvelles

Plus en détail

Questions de droit international. Sommaire :

Questions de droit international. Sommaire : Version 2 du 21/05/2013 Questions de droit international Sommaire : I- La juridiction compétente...2 A-La juridiction compétente pour connaitre d'un litige entièrement national...3 1-Les règles de compétence

Plus en détail

Les restrictions de vente dans les contrats de licence Lépuisement des droits. Paris, 27 novembre 2008 Tanguy de Haan

Les restrictions de vente dans les contrats de licence Lépuisement des droits. Paris, 27 novembre 2008 Tanguy de Haan Les restrictions de vente dans les contrats de licence Lépuisement des droits Paris, 27 novembre 2008 Tanguy de Haan Cadre légal Epuisement Principe de lépuisement communautaire Art. 7, 1 er, Directive

Plus en détail

Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014

Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014 Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014 Préambule La vidéo protection est un outil de gestion de l espace public au service

Plus en détail

Avis du 18 juillet 2005 rendu sur base de l'article 133, alinéa 10 du Code des sociétés

Avis du 18 juillet 2005 rendu sur base de l'article 133, alinéa 10 du Code des sociétés COMITÉ D AVIS ET DE CONTRÔLE DE L INDÉPENDANCE DU COMMISSAIRE Réf: Accom AVIS 2005/1 Avis du 18 juillet 2005 rendu sur base de l'article 133, alinéa 10 du Code des sociétés Principaux éléments du dossier

Plus en détail

N 305 CONSEIL DE LA RÉPUBLIQUE

N 305 CONSEIL DE LA RÉPUBLIQUE N 305 CONSEIL DE LA RÉPUBLIQUE SESSION ORDINAIRE DE 1957-1958 Annexe au procès-verbal de la séance du 4 mars 1958. AVIS PRÉSENTÉ au nom de la Commission du travail et de la sécurité sociale ( 1) sur la

Plus en détail

Importations parallèles: intérêt du consommateur et intégration communautaire

Importations parallèles: intérêt du consommateur et intégration communautaire «Le traitement des restrictions verticales en droit comparé de la concurrence» Université Paris II Panthéon Assas & University College London Paris, le 23 mai 2008 Importations parallèles: intérêt du consommateur

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS Date : Mmes et MM. les Directeurs 12/04/85 des Caisses Primaires d'assurance Maladie Origine : DGR AC

Plus en détail

Votre implantation à l étranger

Votre implantation à l étranger Votre implantation à l étranger Afin de déterminer la forme de présence la plus adaptée à la commercialisation de vos produits et de vos services, un choix est nécessaire entre quelques grandes options

Plus en détail

SCP Piwnica et Molinié, SCP de Chaisemartin et Courjon, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Piwnica et Molinié, SCP de Chaisemartin et Courjon, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 23 juin 2015 N de pourvoi: 14-17894 ECLI:FR:CCASS:2015:CO00604 Publié au bulletin Cassation partielle Mme Mouillard (président), président SCP

Plus en détail

Communication concernant les accords verticaux dans le domaine de la distribution automobile Décision de la Commission de la concurrence du 21

Communication concernant les accords verticaux dans le domaine de la distribution automobile Décision de la Commission de la concurrence du 21 Communication concernant les accords verticaux dans le domaine de la distribution automobile Décision de la Commission de la concurrence du 21 octobre 2002 Au vu des raisons évoquées ci-après, la Commission

Plus en détail

Droit des marchés publics

Droit des marchés publics série 1 - champ D application Du code Des marchés publics et principes fondamentaux 1. la notion de La MarChÉ notion de public marché public Le Code des marchés publics de 2006 distingue, en les intégrant

Plus en détail

CONDITIONS PARTICULIERES POUR LE PRE-PAIEMENT. Dernière mise à jour le 12 Mai 2005

CONDITIONS PARTICULIERES POUR LE PRE-PAIEMENT. Dernière mise à jour le 12 Mai 2005 CONDITIONS PARTICULIERES POUR LE PRE-PAIEMENT ARTICLE 1 : OBJET Dernière mise à jour le 12 Mai 2005 Le service de pré-paiement consiste à ouvrir, pour le Client, un compte pré-payé (Portefeuille) dans

Plus en détail

Ministère des affaires sociales et de la santé Centre National de Gestion

Ministère des affaires sociales et de la santé Centre National de Gestion Ministère des affaires sociales et de la santé Centre National de Gestion Département de la gestion des directeurs Unité des directeurs d établissements sanitaires sociaux et médico-sociaux Dossier suivi

Plus en détail

LA COUR DES COMPTES a rendu l arrêt suivant :

LA COUR DES COMPTES a rendu l arrêt suivant : COUR DES COMPTES ------- QUATRIEME CHAMBRE ------- PREMIERE SECTION ------- Arrêt n 68514 COMMUNE DE POISSY (YVELINES) Appel d un jugement de la Chambre régionale des comptes d Ile-de-France Rapport n

Plus en détail

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (90) 19 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (90) 19 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (90) 19 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES SUR LA PROTECTION DES DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL UTILISÉES À DES FINS DE PAIEMENT ET AUTRES

Plus en détail

Ville de Bures sur Yvette. Vidéo-protection Charte d éthique

Ville de Bures sur Yvette. Vidéo-protection Charte d éthique Ville de Bures sur Yvette Vidéo-protection Charte d éthique La vidéo-protection est un outil au service de la politique de prévention et de sécurité de la Ville de Bures sur Yvette. Ses objectifs sont

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

Thème I Qu est-ce que le droit?

Thème I Qu est-ce que le droit? Objectifs du chapitre : - Identifier les sources de droit - Comprendre la hiérarchie des sources de droit Découverte 1 : les sources communautaires du droit Les femmes paieront bientôt leur assurance auto

Plus en détail

Table des matières. B. La plateforme d échanges d informations 46

Table des matières. B. La plateforme d échanges d informations 46 Table des matières Préface 7 Remerciements 13 Sommaire 17 Introduction générale 19 Prélude 29 Introduction 31 Chapitre I. L e gouvernement 33 Introduction 33 Section 1. Des techniques nouvelles 38 I. De

Plus en détail

Maison de l'economie & du Développement Solidaires Réseau pour la promotion de l'economie Sociale et Solidaire

Maison de l'economie & du Développement Solidaires Réseau pour la promotion de l'economie Sociale et Solidaire Conditions générales d utilisation de la CENTRALE D ACHATS RESPONSABLES ET SOLIDAIRES Conditions générales d'utilisation - Définitions Lorsqu ils seront utilisés dans le corps des présentes Conditions

Plus en détail

1. Instruction des demandes de permis de construire et des demandes de dérogation aux règles constructives

1. Instruction des demandes de permis de construire et des demandes de dérogation aux règles constructives ORDONNANCE N 2013-889 du 3 octobre 2013 relative au développement de la construction de logement FICHE N 6 : Instruction et motivation des demandes de dérogation 1. Instruction des demandes de permis de

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2014-438 QPC du 16 janvier 2015. SELARL GPF Claeys

Commentaire. Décision n 2014-438 QPC du 16 janvier 2015. SELARL GPF Claeys Commentaire Décision n 2014-438 QPC du 16 janvier 2015 SELARL GPF Claeys (Conversion d office de la procédure de sauvegarde en une procédure de redressement judiciaire) Le Conseil constitutionnel a été

Plus en détail

CONDITIONS PARTICULIERES COMPTE INDIVIDUEL DE MESSAGERIE COLLABORATIVE

CONDITIONS PARTICULIERES COMPTE INDIVIDUEL DE MESSAGERIE COLLABORATIVE CONDITIONS PARTICULIERES COMPTE INDIVIDUEL DE MESSAGERIE COLLABORATIVE Définitions : Dernière version en date du 21 Avril 2011 Activation du Service : L activation du Service intervient à compter de la

Plus en détail

Numéro du rôle : 2670. Arrêt n 6/2004 du 14 janvier 2004 A R R E T

Numéro du rôle : 2670. Arrêt n 6/2004 du 14 janvier 2004 A R R E T Numéro du rôle : 2670 Arrêt n 6/2004 du 14 janvier 2004 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l'article 3, 2, de la loi du 13 avril 1995 relative au contrat d'agence commerciale, avant

Plus en détail

ROYAUME DE BELGIQUE 1000 Bruxelles, Ministère de la Justice Place Poelaert, 3 Tel. : 02/504.66.21 à 23 Fax : 02/504.70.00

ROYAUME DE BELGIQUE 1000 Bruxelles, Ministère de la Justice Place Poelaert, 3 Tel. : 02/504.66.21 à 23 Fax : 02/504.70.00 ROYAUME DE BELGIQUE 1000 Bruxelles, Siège : Ministère de la Justice Place Poelaert, 3 Tel. : 02/504.66.21 à 23 Fax : 02/504.70.00 COMMISSION DE LA PROTECTION DE LA VIE PRIVEE RECOMMANDATION NE 03 / 93

Plus en détail

LES ENJEUX DU MULTICANAL POUR LES RESEAUX DE FRANCHISE

LES ENJEUX DU MULTICANAL POUR LES RESEAUX DE FRANCHISE LES ENJEUX DU MULTICANAL POUR LES RESEAUX DE FRANCHISE Conférence sur la distribution multicanal 3 novembre 2011 Guy Gras ENSTA, 32 bd Victor, 75015 03/11/2011 1 2 Quelques repères préalables sur la Franchise.

Plus en détail

Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013

Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 1 Obligation de négocier au niveau des branches... 3 2 Durée minimale de travail... 3 2.1 Dérogations...

Plus en détail

Actualité Distribution / Concurrence / Consommation Février 2015

Actualité Distribution / Concurrence / Consommation Février 2015 Actualité Distribution / Concurrence / Consommation Février 2015 FOCUS SUR L'aménagement conventionnel de la prescription PRATIQUES RESTRICTIVES DE CONCURRENCE Rupture brutale de relations: enfin un peu

Plus en détail

AVIS SUR UNE CLAUSE PORTANT MODIFICATION UNILATÉRALE D UNE PRIME DE POLICE D ASSURANCE PROTECTION JURIDIQUE

AVIS SUR UNE CLAUSE PORTANT MODIFICATION UNILATÉRALE D UNE PRIME DE POLICE D ASSURANCE PROTECTION JURIDIQUE C.C.A. 12 COMMISSION DES CLAUSES ABUSIVES AVIS SUR UNE CLAUSE PORTANT MODIFICATION UNILATÉRALE D UNE PRIME DE POLICE D ASSURANCE PROTECTION JURIDIQUE Bruxelles, le 21 octobre 2003 2 Avis sur une clause

Plus en détail

QU EST CE QU UN MARCHÉ PUBLIC?

QU EST CE QU UN MARCHÉ PUBLIC? QU EST CE QU UN MARCHÉ PUBLIC? - Un marché public est un contrat conclu à titre onéreux entre un pouvoir adjudicateur (collectivité territoriale, Etat ) et un opérateur économique public ou privé pour

Plus en détail

L A C O M M I S S I O N C O N C O R D A T A I R E C O N C E R N A N T L E S E N T R E P R I S E S D E S E C U R I T E ( C E S )

L A C O M M I S S I O N C O N C O R D A T A I R E C O N C E R N A N T L E S E N T R E P R I S E S D E S E C U R I T E ( C E S ) L A C O M M I S S I O N C O N C O R D A T A I R E C O N C E R N A N T L E S E N T R E P R I S E S D E S E C U R I T E ( C E S ) Directives du 3 juin 2004 concernant l'examen portant sur la connaissance

Plus en détail

Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données (article 32)

Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données (article 32) www.coe.int/tcy Strasbourg, 19 février 2013 (projet pour examen) T-CY (2013) 7 F Comité de la Convention sur la Cybercriminalité (T-CY) Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données

Plus en détail

Renseignements pratiques sur les formalités préalables à la création d un fichier de recherche médicale

Renseignements pratiques sur les formalités préalables à la création d un fichier de recherche médicale Renseignements pratiques sur les formalités préalables à la création d un fichier de recherche médicale CHAPITRE IX Edition : Août 2007 Les procédures de déclaration des traitements de données à caractère

Plus en détail

DÉCISION Nº223 du 11 juillet 2002

DÉCISION Nº223 du 11 juillet 2002 DÉCISION Nº223 du 11 juillet 2002 relative à l exception d inconstitutionnalité des dispositions de l article 14 du Décret nº92/1976 concernant le livret de travail Publiée au Journal Officiel ( Monitorul

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie En application de l article L 316-1 du Code Monétaire et Financier, et afin de favoriser le règlement amiable des différents avec ses clients

Plus en détail

La franchise présente des avantages pour les deux partenaires. Pour le franchiseur :

La franchise présente des avantages pour les deux partenaires. Pour le franchiseur : 1 Qu est-ce que la franchise? La franchise est un contrat liant deux personnes juridiquement indépendantes : le franchiseur, propriétaire ou détenteur des droits d une marque ou d une enseigne, transmet

Plus en détail

TEXTES (LOIS, REGLEMENTS, CIRCULAIRES ET INSTRUCTIONS) CONCERNANT LE DROIT AU SEJOUR POUR RAISON MEDICALE

TEXTES (LOIS, REGLEMENTS, CIRCULAIRES ET INSTRUCTIONS) CONCERNANT LE DROIT AU SEJOUR POUR RAISON MEDICALE TEXTES (LOIS, REGLEMENTS, CIRCULAIRES ET INSTRUCTIONS) CONCERNANT LE DROIT AU SEJOUR POUR RAISON MEDICALE Partie législative du CESEDA Article L313-11 11 du CESEDA (droit au séjour pour raisons médicales)

Plus en détail

République française. Tribunal de Grande Instance de Paris

République française. Tribunal de Grande Instance de Paris République française Au nom du Peuple français Tribunal de Grande Instance de Paris 28eme chambre N d'affaire : Jugement du : 27 septembre 2010, 9h n : 3 NATURE DES INFRACTIONS : CONDUITE DE VEHICULE SOUS

Plus en détail

Direction générale de l offre de soins

Direction générale de l offre de soins Direction générale de l offre de soins Guide pratique de facturation des prestations pour exigence particulière du patient à destination des établissements de santé MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES, DE

Plus en détail

Vu la loi du 15 juin 2006 relative aux marchés publics et à certains marchés de travaux, de fournitures et de services ;

Vu la loi du 15 juin 2006 relative aux marchés publics et à certains marchés de travaux, de fournitures et de services ; Règlement général de la Centrale de marchés de l intercommunale Interfin pour l achat d énergie au profit des Pouvoirs locaux de la Région de Bruxelles-Capitale Vu la loi du 15 juin 2006 relative aux marchés

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis

Commentaire. Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis Commentaire Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis (Exonération de cotisation d assurance vieillesse en matière d aide à domicile) Le Conseil constitutionnel a été saisi

Plus en détail

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (97) 5 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (97) 5 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (97) 5 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES RELATIVE À LA PROTECTION DES DONNÉES MÉDICALES (adoptée par le Comité des ministres le 13 février

Plus en détail

76 Bd de la Villette - 75940 Paris Cedex 19 23 août 2012 PROCEDURE DE REGULARISATION DE PERSONNES MIGRANTES EN SITUATION IRREGULIERE EN FRANCE

76 Bd de la Villette - 75940 Paris Cedex 19 23 août 2012 PROCEDURE DE REGULARISATION DE PERSONNES MIGRANTES EN SITUATION IRREGULIERE EN FRANCE Section Française SF12-C2-12 76 Bd de la Villette - 75940 Paris Cedex 19 23 août 2012 PROCEDURE DE REGULARISATION DE PERSONNES MIGRANTES EN SITUATION IRREGULIERE EN FRANCE COMPTE RENDU DE LA COMMISSION

Plus en détail

DES GOUVERNEMENTS DES ETATS MEMBRES Secrétariat CONF 3980/96

DES GOUVERNEMENTS DES ETATS MEMBRES Secrétariat CONF 3980/96 CONFERENCE DES REPRESENTANTS DES GOUVERNEMENTS DES ETATS MEMBRES Secrétariat CONF 3980/96 Bruxelles, l (OR.dk) LIMITE NOTE DE TRANSMISSION Objet : Protection des consommateurs Les délégations trouveront

Plus en détail