BILAN DE LA SECTION «COMMERCE ET TOURISME» DANS LE CADRE DU XXI ème MANDAT ANNEES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "BILAN DE LA SECTION «COMMERCE ET TOURISME» DANS LE CADRE DU XXI ème MANDAT ANNEES 2009 2012"

Transcription

1 BILAN DE LA SECTION «COMMERCE ET TOURISME» DANS LE CADRE DU XXI ème MANDAT ANNEES La section «Commerce et tourisme», présidée par M. Henri LEIZE, s est saisie, en début de mandat, des questions suivantes : l e-commerce, le droit de la consommation, la carte de fidélité nationale, la visite médicale des ressortissants CAMTI, le statut des stagiaires, l urbanisme commercial (extension de la galerie de Fontvieille), les taxis (constat de changement), le dossier relatif à la circulation (envisagé sous l aspect d activité économique), la CAMTI-CARTI (analyse de la situation), les croisiéristes (analyse de la situation), la situation actuelle du commerce en Principauté. I- SAISINE GOUVERNEMENTALE Il n y a pas eu de saisine gouvernementale au cours de ce mandat. II- AUTOSAISINE 1) VOEU N RELATIF A L E-COMMERCE Réunion du 12 avril 2010 Un rapport sur ce sujet a été fait et envoyé aux membres de la section. Il ressort de ce document six questions principales sur lesquelles la section a été amenée à se pencher : - la TVA sur les biens vendus en ligne, - la protection des cyberconsommateurs, - la reconnaissance de l écrit et de la signature électronique ainsi que la dématérialisation des actes, - les noms de domaines, - les conflits de loi et la compétence des tribunaux, - la sécurité des transactions (lutte contre la fraude informatique). Septembre 2012 Page 1 sur 9

2 Les deux aspects de l e-commerce La section rappelle que l e-commerce peut être envisagé selon deux angles différents. En effet, l e-commerce peut constituer soit une activité à part entière, soit une activité complémentaire pour les boutiques déjà existantes. Dans le premier cas il s agit de la création d une activité et dans le second il s agit de l extension d une activité déjà créée. La T.V.A Les membres ont longuement discuté du problème de la T.V.A engendrée par l ecommerce. En effet, en vertu de la législation européenne (Directive 2006/112/CE du 28 novembre 2006) en cas d achat en ligne, la T.V.A est facturée par le pays de départ des biens (pays d origine). Cependant, des seuils existent, au-delà desquels la T.V.A est facturée par le pays d arrivée (pays de livraison) des biens. Ce seuil est de euros pour le territoire francomonégasque. Les membres soulignent que la réglementation européenne relative à la T.V.A a été modifiée et qu à partir du 1 er janvier 2015, la T.V.A sera facturée par le pays d arrivée des biens, ce qui ne sera pas très favorable pour les sites de vente en ligne de la Principauté. Les avantages du e-commerce pour les boutiques déjà existantes La section est consciente que malgré le moindre intérêt du e-commerce du point de vue de la T.V.A, ce mode de vente revêt de nombreux avantages pour les commerçants et pour l Etat monégasque. Parmi ces avantages, sont notamment cités : - la création de richesses, - la création d emplois, - la visibilité accrue des boutiques, - l ouverture 24h/24h et 7 jours/7 La création d un immeuble du e-commerce Les membres de la Section s interrogent sur l opportunité de créer un immeuble consacré aux gérants des sites de e-commerce. Les locaux de cet immeuble pourraient être mis à la disposition des gérants pour des loyers modérés. Ainsi, ce dispositif permettrait de faciliter les démarches des commerçants désirant faire de la vente en ligne et d inciter les gérants de sites du monde entier à s installer en Principauté. Les lieux de stockage La section a abordé la question très importante du stockage des biens vendus par e- commerce. La Principauté ayant un territoire exigu, il est très probable que les lieux de stockage des biens vendus en ligne se situent sur le sol français. Cela ne pose aucune difficulté d ordre fiscal : - en ce qui concerne la T.V.A - en ce qui concerne l impôt sur les bénéfices français. Septembre 2012 Page 2 sur 9

3 L extension de l objet social Un commerçant souhaitant vendre en ligne doit entamer auprès de la Direction de l Expansion Economique une procédure d extension d objet social. Pour pouvoir demander cette extension, l autorisation du propriétaire des murs est indispensable. L élaboration d un dépliant sur l e-commerce Les membres pensent qu une communication efficace est nécessaire pour développer le e-commerce en Principauté. C est pourquoi, ils préconisent d étudier la possibilité de créer un dépliant consacré à l e-commerce et contenant des informations sur tous les aspects de ce mode de vente : les possibilités de stockage hors de la Principauté, l extension nécessaire de l objet social, les avantages du commerce en ligne... La législation à mettre en place Pour favoriser le développement du e-commerce en Principauté, il convient de mettre en place un cadre juridique sûr. Ainsi, il serait opportun de se doter d une loi en matière de «ventes à distance», applicable au e-commerce, destinée à protéger les consommateurs. De plus, il conviendrait de mettre en place une législation réglementant et/ou interdisant certaines pratiques commerciales (publicités mensongères et comparatives, ventes sans commandes préalables...). Adopté à l unanimité en Séance Plénière du 9 novembre 2010 VOEU Etant donné l essor du e-commerce dans le monde et les nombreux avantages qu il est susceptible de revêtir dans la dynamisation du commerce monégasque et de la création d emplois, la Principauté se doit de se doter de structures modernes d échanges commerciaux afin de prendre une part active à l ère technologique actuelle ; aussi, le Conseil Economique et Social émet le vœu qu une législation soit créée en matière de ventes à distance et que toutes mesures soient prises pour faciliter le développement de la vente en ligne en Principauté. Il est à noter que ce vœu a été repris pour partie par la proposition de loi n 204 du Conseil National, déposée le 26 septembre Septembre 2012 Page 3 sur 9

4 2- VOEU N VISANT A INSTAURER UN LABEL DE QUALITE DANS LA RESTAURATION EN PRINCIPAUTE EN VUE D UNE MEILLEURE INFORMATION DU CONSOMMATEUR SUR LA QUALITE DES PRODUITS UTILISES Bilan : Réunion du 11 octobre 2012 De nos jours, les restaurateurs ont de plus en plus tendance à limiter les risques et à favoriser la traçabilité, en employant des produits tout prêts proposés par l industrie agroalimentaire, ce qui risque d engendrer une standardisation du goût et de la restauration. Les restaurateurs jugent les différences de statut au sein de la profession comme une concurrence déloyale (structure, produit, personnel, coût...). Il conviendrait donc de mieux valoriser les bons professionnels en se donnant les moyens de mettre en avant les véritables cuisiniers traditionnels proposant des produits de qualité afin de mieux les distinguer des simples réchauffeurs de plats sous vide. Le consommateur souhaite plus de transparence et d information sur les aliments qu il trouve dans son assiette. De nombreuses enquêtes et sondages le confirment : selon un récent sondage (de la radio Europe 1) 96% des consommateurs ne sont pas d accord pour payer le même prix pour un plat «préfabriqué» que pour un plat «fait maison». La position des Autorités en la matière s avère foncièrement libérale (notamment en matière d autorisation de création d activité) et non interventionniste en dehors des mesures de contrôle d hygiène, celles-ci préférant retenir le principe de libre concurrence. Objectifs : En l absence de moratoire sur le métier de restaurateur, le secteur concerné doit prendre des résolutions claires permettant de valoriser la cuisine faite sur place et le travail des restaurateurs qui s attachent à maintenir la grande exigence de la gastronomie. Il conviendrait donc de mettre en avant ce savoir-faire de la cuisine, afin que cette restauration de qualité qui fait notre fierté puisse être identifiée clairement par les touristes étrangers et les consommateurs locaux, ces derniers étant susceptibles de faire (et défaire) la réputation de ce secteur de l économie locale. Des points pourraient être améliorés en matière d indications pouvant concourir à une meilleure information de la clientèle. Il faudrait pour cela engager de façon plus nette la responsabilité des établissements concernés, à l image du projet de loi français renforçant les droits, la protection et l information des consommateurs avec une norme et un Label «Haute qualité alimentaire, une alimentation, propre et juste». En outre, il serait souhaitable de : Défendre la biodiversité alimentaire, S'opposer aux effets qui standardisent les goûts, Promouvoir les effets bénéfiques de la consommation délibérée d'une alimentation locale et de nourriture indigène, Promouvoir une philosophie de plaisir, Septembre 2012 Page 4 sur 9

5 Encourager le tourisme attentif et respectueux de l'environnement (voire aussi l écotourisme), Réaliser des programmes d'éducation du goût pour les adultes et les enfants, Travailler à la sauvegarde et à la promotion d'une conscience publique des traditions culinaires et des mœurs, Aider les producteurs-artisans de l'agroalimentaire qui font des produits de qualité. Mise en place d une structure dédiée : Concernant le choix de l organisation la plus à même de pouvoir prendre en charge l application de cette charte et son contrôle, le Conseil Economique et Social estime qu il convient de confier une telle mission à un organisme professionnel représentatif qui devra également mettre en place une politique de communication efficace. Afin que son impartialité ne puisse être mise en doute, la composition de cette commission ad hoc devrait comporter, en sus des professionnels locaux, des professionnels extérieurs à la Principauté reconnus pour leurs compétences. Enfin, le Conseil Economique et Social invite les pouvoirs publics à mettre en place en collaboration avec les représentants du secteur concerné un système de classement incitatif mettant en avant les bonnes pratiques telles que celles retenues dans les chartes de Maîtrerestaurateur et du Slow Food. Adopté à l unanimité en Séance Plénière du 13 novembre 2012 VŒU Le Conseil Economique et Social invite le Gouvernement à instaurer, en collaboration avec les représentants du secteur concerné, un système incitatif, tel qu un label de qualité, mettant en avant les bonnes pratiques, l utilisation de produits régionaux et la bonne information des consommateurs, afin de garantir la qualité des repas dans la restauration traditionnelle, en prenant en considération les attentes formulées ci-dessus. 2) RECEPTION I - RECEPTION DE MM. CHRISTIAN SCARLOT ET JEAN-PHILIPPE AUGUSTIN, PRESIDENT et VICE-PRESIDENT DE L ASSOCIATION DES EXPLOITANTS DE TAXIS INDEPENDANTS DE MONACO (AETIM) A l issue de cette rencontre, la section a fait le constat suivant : - Une situation en nette amélioration, - Renforcement de la flotte, - Prochaine évolution réglementaire, - Une circulation intra-muros fluidifiée, - Type de véhicules plus confortable, - Tarifs mieux adaptés. La Section s est tenue informée de l évolution de ce dossier ; elle reste attentive à ce qu une solution soit trouvée qui donne satisfaction à la fois aux utilisateurs et à la profession. Septembre 2012 Page 5 sur 9

6 II - RECEPTION DE MONSIEUR FREDERIC KAPPLER, REPRESENTANT MONSIEUR JEAN-MICHEL MANZONE, DIRECTEUR DE LA PROSPECTIVE, DE L URBANISME ET DE LA MOBILITE, RELATIVE A LA PRESENTATION DU «PLAN DE DEPLACEMENT URBAIN DE LA PRINCIPAUTE» (REUNION COMMUNE DES SECTIONS URBANISME ET TOURISME) Dans un premier temps, la section évoque les diverses propositions provenant de différentes sources mais s interroge sur la position du Gouvernement en la matière. Une hypothèse est cependant évoquée concernant la possibilité que soit réalisée une liaison entre la Turbie et Monaco. Cette solution présenterait un désavantage pour le commerce monégasque en ce sens qu il pourrait être installé une zone commerciale à proximité du ou des nouveaux parkings d une part, et d autre part qu il serait difficilement envisageable d imaginer que des personnes venant malgré tout faire des achats de quelque nature qu ils soient, repartent avec leurs paquets rejoindre leur véhicule sur les parkings de «dissuasion». Sur le plan technique ce choix semblerait s avérer être une bonne idée, par contre sur le plan du commerce, de sérieux doutes sont émis. L objectif d un tel Plan viserait-il au «désengorgement» de la Cité ou bien consisterait-il à tendre vers une circulation urbaine très réduite, comme cela a déjà été évoqué à de nombreuses reprises? Au cours d un échange de vues différentes interrogations sont abordées, notamment concernant la desserte de la Tour Odéon ainsi que la ZAC Saint Antoine avec sa sortie sur Fontvieille et les difficultés susceptibles de se poser, notamment pour les poids lourds. Les membres de la section estiment qu il conviendra, dans un premier temps, d écouter Monsieur MANZONE et de l interpeller par la suite sur les différents points qu il aura abordés lors de son exposé. 3) REUNIONS Réunion du 8 mars Etablissement du programme annuel. Réunion du 12 avril l e-commerce, - le droit de la consommation, - la carte de fidélité nationale, - la visite médicale des ressortissants CAMTI, - le statut des stagiaires, - l urbanisme commercial (extension de la galerie de Fontvieille), - les taxis (constat de changement), - le dossier relatif à la circulation (envisagé sous l aspect d activité économique), Septembre 2012 Page 6 sur 9

7 - la CAMTI-CARTI (analyse de la situation), - les croisiéristes (analyse de la situation), - la situation actuelle du commerce en Principauté. Réunion du 10 mai Point sur la rencontre avec Mme Sophie THEVENOUX, Conseiller de Gouvernement pour les Finances et l Economie, le 22 avril 2010, - Point sur les dossiers en cours : * E-commerce, * Carte de fidélité nationale, * Médecine préventive pour les adhérents CAMTI, - Proposition de Mme Alberte ESCANDE d un travail sur une technologie : «Near Field Communication» (NFC). Réunion du 23 juin Elaboration d un projet de vœu sur l e-commerce, - Discussion relative à la carte de fidélité nationale, - Discussion au sujet de la technologie NFC. Réunion du 13 septembre Validation du projet de vœu sur l e-commerce, - Etat d avancement des autres dossiers. Réunion du 22 mars Réflexion sur l urbanisation et le développement économique de la Principauté. Réunion du 28 mars 2011 Réflexion sur l urbanisme industriel et commercial. Réunion du 9 janvier Réception de MM. Christian SCARLOT, et Jean-Philippe AUGUSTIN, respectivement Président et Vice-président de l Association des Exploitants de Taxis Indépendants de Monaco (AETIM), - Réflexion sur la transformation du marché de la Condamine, - Opportunité d un indicateur du moral du chef d entreprise, - Chantiers en cours. Septembre 2012 Page 7 sur 9

8 Réunion du 13 février Préparation de la réception de Monsieur Jean-Michel MANZONE, Directeur de la Prospective, de l Urbanisme et de la Mobilité, relative à la présentation du «Plan de déplacement urbain de la Principauté» le mercredi 22 février prochain, - Suite de la réflexion sur la transformation du marché de la Condamine, - Suite de la réflexion sur les taxis, Réunion du 11 juin Réception de personnalités sur le thème des Maîtres Restaurateurs : - M. Francis POIDEVIN gérant du restaurant «Le Quai des Artistes» - Mme Marina GIARDINA, Responsable de la maison des Entreprises de Menton (CCI de Nice) - M. Matteo MANSI, restaurateur et Président de l Association des Maîtres Restaurateurs de la région PACA, - M. Jacques BERNARD, Président de l Union Patronale des Cafetiers et Restaurateurs, Métiers de la Nuit de Menton et du Pays Mentonnais. Réunion du 11 octobre Validation du projet de vœu n visant à instaurer un label de qualité dans la restauration. Septembre 2012 Page 8 sur 9

9 BILAN DU 21 EME MANDAT Réunions de sections 11 Vœux 2 Invités reçus par la section 4 THEMES Vœu n sur l e-commerce, Vœu n visant à instaurer un label de qualité dans la restauration. Rencontre avec Mme Sophie THEVENOUX - Conseiller de Gouvernement pour les Finances et l Economie, Rencontre avec MM. Christian SCARLOT & Jean-Philippe AUGUSTIN sur les questions des Taxis, Rencontre avec M. Frédéric KAPPLER, représentant de M. Jean-Michel MANZONE, Directeur de la Prospective, de l Urbanisme et de la Mobilité, relative à la présentation du «Plan de déplacement urbain de la Principauté», Rencontre avec les Maîtres Restaurateurs : - M. Francis POIDEVIN gérant du restaurant «Le Quai des Artistes» - Mme Marina GIARDINA, Responsable de la maison des Entreprises de Menton (CCI de Nice) - M. Matteo MANSI, restaurateur et Président de l Association des Maîtres Restaurateurs de la région PACA, - M. Jacques BERNARD, Président de l Union Patronale des Cafetiers et Restaurateurs, Métiers de la Nuit de Menton et du Pays Mentonnais. DATES Septembre 2012 Page 9 sur 9

BILAN DE LA SECTION «AFFAIRES FINANCIERES ET PROSPECTIVE» DANS LE CADRE DU XIX ème MANDAT ANNEES 2004 2006

BILAN DE LA SECTION «AFFAIRES FINANCIERES ET PROSPECTIVE» DANS LE CADRE DU XIX ème MANDAT ANNEES 2004 2006 BILAN DE LA SECTION «AFFAIRES FINANCIERES ET PROSPECTIVE» DANS LE CADRE DU XIX ème MANDAT ANNEES 2004 2006 Les membres de la section "Affaires Financières et Prospective", nouvellement présidée par Monsieur

Plus en détail

Avis de la Chambre des Métiers

Avis de la Chambre des Métiers CdM/18/04/2012-133-11 Proposition de Directive relative au règlement extrajudiciaire des litiges de consommation. Proposition de Règlement relatif au règlement en ligne des litiges de consommation. Avis

Plus en détail

Monaco s engage contre la déforestation

Monaco s engage contre la déforestation Compte rendu des deux réunions sur l élaboration de la Charte sur le Bois en Principauté Contexte des réunions Deux réunions de travail ont été organisées le jeudi 1 er juin et le mercredi 6 juin 2011

Plus en détail

Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs»

Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs» Conseil National de la Consommation 12 mai 2015 Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs» N NOR : EINC1511480V Trouver un produit, comparer

Plus en détail

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée contributive : Transformation numérique de l action publique Junior ESSEC 19/01/2015

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée contributive : Transformation numérique de l action publique Junior ESSEC 19/01/2015 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 3ème journée Synthèse de l atelier 5 : La souveraineté numérique Thème de la journée contributive : Transformation numérique

Plus en détail

Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur

Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur Vu le décret n 2006-672 du 8 juin 2006 relatif à la création, à la composition et au fonctionnement de commissions

Plus en détail

LOI N 2006-029 du 24 novembre 2006. portant organisation de la Chambre de Commerce et d Industrie. (J.O. n 3 102 du 23/04/08, pages 2803 à 2809)

LOI N 2006-029 du 24 novembre 2006. portant organisation de la Chambre de Commerce et d Industrie. (J.O. n 3 102 du 23/04/08, pages 2803 à 2809) LOI N 2006-029 du 24 novembre 2006 portant organisation de la Chambre de Commerce et d Industrie (J.O. n 3 102 du 23/04/08, pages 2803 à 2809) L Assemblée nationale et le Sénat ont adopté en leur séance

Plus en détail

DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES

DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES COMMENTAIRES DU CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE LA

Plus en détail

Référentiel des activités

Référentiel des activités Référentiel des activités professionnelles Annexe I Arrêté du 29 juillet 1998 1. Appellation du diplôme Baccalauréat professionnel Spécialité restauration. 2. Champ d activités Définition Le titulaire

Plus en détail

PROFESSION : Traiteur Organisateur de Réception (T.O.R)

PROFESSION : Traiteur Organisateur de Réception (T.O.R) PROFESSION : Traiteur Organisateur de Réception (T.O.R) TOUT CONNAITRE DE CET ACTEUR INCONTOURNABLE DE VOS EVENEMENTS ET MANIFESTATIONS GUIDE D INFORMATION ET CONSEILS A L USAGE DES ENTREPRISES, PARTICULIERS,

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

FORMATIONS CONSEIL & RESTAURATION COLLECTIVE CUISINE CCI FORMATION. 2014-2015 www.audit-formation-restauration.com

FORMATIONS CONSEIL & RESTAURATION COLLECTIVE CUISINE CCI FORMATION. 2014-2015 www.audit-formation-restauration.com CUISINE & RESTAURATION COLLECTIVE FORMATIONS CONSEIL CCI FORMATION 201-201 www.audit-formation-restauration.com HYGIÈNE & QUALITÉ BONNES PRATIQUES D HYGIÈNE Sensibilisation à l'hygiène, responsabilités

Plus en détail

UPU UNION POSTALE UNIVERSELLE. CA C 2 EPDCE 2010.2 Doc 6a. Original: anglais CONSEIL D ADMINISTRATION/CONSEIL D EXPLOITATION POSTALE

UPU UNION POSTALE UNIVERSELLE. CA C 2 EPDCE 2010.2 Doc 6a. Original: anglais CONSEIL D ADMINISTRATION/CONSEIL D EXPLOITATION POSTALE UPU UNION POSTALE UNIVERSELLE CA C 2 EPDCE 2010.2 Doc 6a Original: anglais CONSEIL D ADMINISTRATION/CONSEIL D EXPLOITATION POSTALE Commission mixte 2 (Développement et coopération) Equipe de projet «Développement

Plus en détail

Qualité. Sécurité Alimentaire

Qualité. Sécurité Alimentaire Le service Qualité Présentation du Service Démarche Qualité Qualité Réalisation des dossiers d agrément sanitaire pour les cuisines centrales >60 affermés API Réalisation des dossiers d accréditation en

Plus en détail

Position d origin sur le futur de la PAC

Position d origin sur le futur de la PAC Position d origin sur le futur de la PAC Ce document constitue la position d origin, Organisation pour un Réseau International d'indications Géographiques, aux questions posées par Dacian Cioloș, Commissaire

Plus en détail

Mercredi 28 février 2007 A 11h30

Mercredi 28 février 2007 A 11h30 MINISTRE DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES, DU COMMERCE, DE L ARTISANAT ET DES PROFESSIONS LIBERALES Mercredi 28 février 2007 A 11h30 Renaud DUTREIL et Léon BERTRAND détaillent les mesures du contrat

Plus en détail

Les métiers qui recrutent en 2010, quelles perspectives?

Les métiers qui recrutent en 2010, quelles perspectives? Villeneuve sur Lot, 17 MARS 2010 Les métiers qui recrutent en 2010, quelles perspectives? Olivier Béral, Directeur Maison de l emploi du Villeneuvois et du Fumélois, Sébastien Rafaneau, Directeur Pôle

Plus en détail

Synthèse 5. Présentation de la profession 7. 1. Définition... 7. 2. Accès à la profession... 7. 3. Typologie des intervenants... 9

Synthèse 5. Présentation de la profession 7. 1. Définition... 7. 2. Accès à la profession... 7. 3. Typologie des intervenants... 9 Restaurant 2013-2014 Cette analyse a été réalisée avec les données statistiques de la FCGA et de l ANPRECEGA, membres de l UNPCOGA, et de la base DIANE du Bureau Van Dijk. Sommaire Synthèse 5 Présentation

Plus en détail

LA RÉFORME DU CLASSEMENT DES MEUBLES DE TOURISME

LA RÉFORME DU CLASSEMENT DES MEUBLES DE TOURISME LA RÉFORME DU CLASSEMENT DES MEUBLES DE TOURISME Direction de la réglementation des métiers du tourisme, des classements et de la qualité 18 août 2010 SOMMAIRE PRÉSENTATION DE ATOUT FRANCE 1. LES GRANDS

Plus en détail

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION Depuis quelques années, on constate une grande évolution de la fonction vente ; avec le passage de la notion de l acte de vente à

Plus en détail

Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir. Dossier de presse

Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir. Dossier de presse Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir Dossier de presse Vendredi 23 novembre 2012 Contact presse : Cabinet de Sylvia PINEL Nadhéra BELETRECHE 01

Plus en détail

Dossier d inscription Collectif Franche-Comté

Dossier d inscription Collectif Franche-Comté SALON FOOD AND HOTEL ASIA 2016 Du 12 au 15 avril - Singapour Dossier d inscription Collectif Franche-Comté SALON PROFESSIONNEL INTERNATIONAL DE LA RESTAURATION ET DE L HOTELLERIE BULLETIN D INSCRIPTION

Plus en détail

Commission e-entreprise de la CGEM : le pari de la labellisation des sites e-commerce

Commission e-entreprise de la CGEM : le pari de la labellisation des sites e-commerce Commission e-entreprise de la CGEM : le pari de la labellisation des sites e-commerce 7 mars 203 Mehdi KETTANI Vice-président de la Commission R&D, e-entreprise et relation avec l Université Commission

Plus en détail

AXES MAJEURS DU RENFORCEMENT DE L INTEGRITÉ DANS LES MARCHES PUBLICS AU HAMID BENABBOU, EXPERT DES MARCHES PUBLICS, TGR, MAROC

AXES MAJEURS DU RENFORCEMENT DE L INTEGRITÉ DANS LES MARCHES PUBLICS AU HAMID BENABBOU, EXPERT DES MARCHES PUBLICS, TGR, MAROC AXES MAJEURS DU RENFORCEMENT DE L INTEGRITÉ DANS LES MARCHES PUBLICS AU MAROC HAMID BENABBOU, EXPERT DES MARCHES PUBLICS, TGR, MAROC Axes majeurs 2 Données essentielles sur la commande publique; Les principaux

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 781 SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2010-2011 Enregistré à la Présidence du Sénat le 18 août 2011 PROPOSITION DE LOI relative à la création d un ordre professionnel des mandataires judiciaires à la protection

Plus en détail

BACCALAUREAT PROFESSIONNEL RESTAURATION

BACCALAUREAT PROFESSIONNEL RESTAURATION I - APPELLATION DU DIPLOME Baccalauréat professionnel Restauration. II - LE CHAMP D'ACTIVITE Définition Le titulaire du baccalauréat professionnel Restauration est un professionnel très qualifié, immédiatement

Plus en détail

Monsieur le Maire de la Ville de Toulouse, représentant de ladite ville

Monsieur le Maire de la Ville de Toulouse, représentant de ladite ville CONVENTION D OBJECTIF ET DE PARTENARIAT CENTRE DE LOISIRS ASSOCIATIF ELEMENTAIRE ENTRE LES SOUSSIGNES Monsieur le Maire de la Ville de Toulouse, représentant de ladite ville ET Madame Sous le n l organisateur)

Plus en détail

INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION

INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION (En application du paragraphe 2 sur la Résolution 1/8 relative

Plus en détail

Aujourd hui le chef vous propose: menus

Aujourd hui le chef vous propose: menus Aujourd hui le chef vous propose: La commission des menus Aude Massoulard Médecin coordonnateur Réseau LINUT Quelles recommandations? Outil Angélique Repas Attentes et souhaits Existe t-il un dispositif

Plus en détail

ANNEXE I RÉFÉRENTIELS DU DIPLÔME. Mention complémentaire Organisateur de réceptions 5

ANNEXE I RÉFÉRENTIELS DU DIPLÔME. Mention complémentaire Organisateur de réceptions 5 ANNEXE I RÉFÉRENTIELS DU DIPLÔME Mention complémentaire Organisateur de réceptions 5 RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES Définition Le titulaire de la mention complémentaire Organisateur de réceptions

Plus en détail

Parcours développement stratégique commercial

Parcours développement stratégique commercial P01 Parcours professionnalisant de formation Parcours développement stratégique commercial Partenaires : Avec le soutien de : P02 Parcours professionnalisant de formation INTERVENANTS Sophie DESCHAMPS

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

MUNICIPALITE DE PORRENTRUY. Description de poste

MUNICIPALITE DE PORRENTRUY. Description de poste Page 1 / 5 Description de poste 1. Indentification Intitulé de la fonction : Classification de la fonction : assistant-e administratif-ve urbanisme Fonction de référence : 02- employé-e CFC Classes : 2

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES ETUDE DE FAISABILITE POUR LA CREATION D UNE ACTIVITE DE RESTAURATION SUR LA COMMUNE DE SAZOS

CAHIER DES CHARGES ETUDE DE FAISABILITE POUR LA CREATION D UNE ACTIVITE DE RESTAURATION SUR LA COMMUNE DE SAZOS CAHIER DES CHARGES ETUDE DE FAISABILITE POUR LA CREATION D UNE ACTIVITE DE RESTAURATION SUR LA COMMUNE DE SAZOS Le contexte : La commune de Sazos située dans le canton de Luz Saint Sauveur sur la route

Plus en détail

RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION JOINT AU RAPPORT DE GESTION

RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION JOINT AU RAPPORT DE GESTION RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION JOINT AU RAPPORT DE GESTION rendant compte des conditions de préparation et d organisation des travaux du Conseil ainsi que des procédures de contrôle interne

Plus en détail

Charte des fournisseurs d électricité

Charte des fournisseurs d électricité Charte des fournisseurs d électricité dans le cadre de leur relation avec une clientèle professionnelle Depuis le 1er juillet 2004, tous les clients professionnels peuvent choisir librement leur fournisseur

Plus en détail

Fédération Régionale de l Hôtellerie de plein air (FRHPA)

Fédération Régionale de l Hôtellerie de plein air (FRHPA) Fédération Régionale de l Hôtellerie de plein air (FRHPA) Règlementation et enjeux de la sécurité alimentaire PRA 1128 A AMB SPI Mai 2011 Ce document constitue la réponse du Groupe Formation - Chambre

Plus en détail

Avis n 12-A-08 du 20 mars 2012 relatif au cadre réglementaire concernant l appel à candidature des attributions de fréquences «4 G»

Avis n 12-A-08 du 20 mars 2012 relatif au cadre réglementaire concernant l appel à candidature des attributions de fréquences «4 G» RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Avis n 12-A-08 du 20 mars 2012 relatif au cadre réglementaire concernant l appel à candidature des attributions de fréquences «4 G» L Autorité de la concurrence (commission permanente),

Plus en détail

Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public

Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public Le Conseil de la concurrence (commission

Plus en détail

Conférence de presse. Jeudi 23 avril 2009 LIVRE BLANC. pour développer les enchères électroniques et protéger le consommateur

Conférence de presse. Jeudi 23 avril 2009 LIVRE BLANC. pour développer les enchères électroniques et protéger le consommateur Conférence de presse Jeudi 23 avril 2009 LIVRE BLANC pour développer les enchères électroniques et protéger le consommateur Les enchères électroniques : de vrais enjeux économiques Selon une étude du BIPE,

Plus en détail

Par Michel Aujean, Associé, Michel Guichard, Avocat Associé, et Marie Manuelli, Avocat Directeur

Par Michel Aujean, Associé, Michel Guichard, Avocat Associé, et Marie Manuelli, Avocat Directeur PROPOSITION DE CONTRIBUTION GROUPE NUMERIQUE DE LA COMMISSION DES FINANCES DU SENAT Par Michel Aujean, Associé, Michel Guichard, Avocat Associé, et Marie Manuelli, Avocat Directeur Le commerce numérique

Plus en détail

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015 Dossier de presse PLANÈTE COURTIER, Juin 2015 Contact presse Agence C3M - Tél. : 01 47 34 01 15 Michelle AMIARD - 06 60 97 24 00 - michelle@agence-c3m.com Laurence DELVAL - laurence@agence-c3m.com Sommaire

Plus en détail

Particuliers ou Professionnels

Particuliers ou Professionnels Particuliers ou Professionnels ABSOLUT SECURITE est une société spécialisée dans le gardiennage et la sécurité des biens et des personnes. La prévention, la sécurité et la protection sont les devises de

Plus en détail

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE Charte du réseau «boutique métiers d art» PREAMBULE La FNAA, soutenue par des institutionnels publics, a lancé un réseau de

Plus en détail

Votre implantation à l étranger

Votre implantation à l étranger Votre implantation à l étranger Afin de déterminer la forme de présence la plus adaptée à la commercialisation de vos produits et de vos services, un choix est nécessaire entre quelques grandes options

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 22 9 février 2012. S o m m a i r e RÈGLEMENT GRAND-DUCAL EN MATIÈRE DE DROIT D ÉTABLISSEMENT

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 22 9 février 2012. S o m m a i r e RÈGLEMENT GRAND-DUCAL EN MATIÈRE DE DROIT D ÉTABLISSEMENT MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 255 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 22 9 février 2012 S o m m a i r e RÈGLEMENT GRAND-DUCAL EN MATIÈRE

Plus en détail

ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC»

ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC» ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC» Par Pierre-Claver NZOHABONAYO SECRETAIRE GENERAL ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES «OPC» 1. OBJECTIFS Dès sa création, l OPC vise une régulation articulée

Plus en détail

ACCORD NATIONAL DU 22 JANVIER 1985 SUR LES OBJECTIFS ET LES MOYENS DE LA FORMATION DANS LA MÉTALLURGIE

ACCORD NATIONAL DU 22 JANVIER 1985 SUR LES OBJECTIFS ET LES MOYENS DE LA FORMATION DANS LA MÉTALLURGIE ACCORD NATIONAL DU 22 JANVIER 1985 SUR LES OBJECTIFS ET LES MOYENS DE LA FORMATION DANS LA MÉTALLURGIE Entre : - l Union des Industries Métallurgiques et Minières, d une part, et - les Organisations syndicales

Plus en détail

Commission permanente sur le développement économique et urbain et. qui lui ont fait part de leurs commentaires, suggestions et

Commission permanente sur le développement économique et urbain et. qui lui ont fait part de leurs commentaires, suggestions et Commission permanente sur le développement économique et urbain et Recommandations sur la v LA COMMISSION PERMANENTE SUR LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET URBAIN ET La commission remercie vivement les citoyens

Plus en détail

Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4168e séance, le 5 juillet 2000

Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4168e séance, le 5 juillet 2000 Nations Unies S/RES/1306 (2000) Conseil de sécurité Distr. générale 5 juillet 2000 Résolution 1306 (2000) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4168e séance, le 5 juillet 2000 Le Conseil de sécurité,

Plus en détail

CLIC Issoire Bassin Montagne Nathalie Maury Diététicienne

CLIC Issoire Bassin Montagne Nathalie Maury Diététicienne CLIC Issoire Bassin Montagne Nathalie Maury Diététicienne Démarche qualité Initiée en 2008 dans le cadre du mémoire d études d Alexandra Gatel, diététicienne. Etat des lieux au début de l étude : Etude

Plus en détail

Finance, audit, conseil, industrie, grande consommation, distribution

Finance, audit, conseil, industrie, grande consommation, distribution Les secteurs qui recrutent Finance, audit, conseil, industrie, grande consommation, distribution On trouve des diplômés des écoles de commerce dans tous les secteurs d activité. C est l avantage qu offrent

Plus en détail

LISTE DES QUESTIONS ADRESSEES AUX CANDIDATS AUX ELECTIONS EUROPEENNES

LISTE DES QUESTIONS ADRESSEES AUX CANDIDATS AUX ELECTIONS EUROPEENNES LISTE DES QUESTIONS ADRESSEES AUX CANDIDATS AUX ELECTIONS EUROPEENNES 1) Renforcer la consultation du secteur de l hôtellerie-restauration par le Parlement Européen Au cours de la précédente législature

Plus en détail

«La Poste Monaco se modernise»

«La Poste Monaco se modernise» 1 «La Poste Monaco se modernise» «et prend en compte les modifications structurelles et économiques de La Principauté» Historique La dernière «réorganisation» générale de l ensemble des tournées de distribution

Plus en détail

Impact sur l emploi, les métiers et les compétences Observatoire des Métiers de l Expertise comptable du Commissariat aux comptes et de l Audit

Impact sur l emploi, les métiers et les compétences Observatoire des Métiers de l Expertise comptable du Commissariat aux comptes et de l Audit EXPERTISE COMPTABLE (1/3) Les cabinets de grande taille sont affectés par des évolutions similaires à celles qui touchent les cabinets de petite taille. Cette page reprend la description donnée pour les

Plus en détail

«Cette femme réduit le grain en farine grâce à une pierre à moudre (metate) et un broyeur cylindrique (mano)». 1 LA PROBLEMATIQUE

«Cette femme réduit le grain en farine grâce à une pierre à moudre (metate) et un broyeur cylindrique (mano)». 1 LA PROBLEMATIQUE Proposition de réglementation spécifique de la production et de la commercialisation de produits agricoles et alimentaires traditionnels en Amérique latine ( ) - Propositions «Metate» - Marlen LEON GUZMAN

Plus en détail

APPEL À MANIFESTATION D INTÉRÊT

APPEL À MANIFESTATION D INTÉRÊT APPEL À MANIFESTATION D INTÉRÊT Valorisez vos produits agroalimentaires avec la marque collective «So Goût» portée par le Réseau Gesat 1 Sommaire Pourquoi avoir créé la marque «So Goût»? Quels sont les

Plus en détail

REGLEMENT INTERNE DES CLEVACANCES VAL-D OISE

REGLEMENT INTERNE DES CLEVACANCES VAL-D OISE REGLEMENT INTERNE DES CLEVACANCES VAL-D OISE Préambule Le règlement interne des Clévacances concerne essentiellement l organisation au niveau départemental de l activité liée au label Clévacances. Il contient

Plus en détail

OPTIMISATION DE LA PRISE EN CHARGE ALIMENTAIRE A L HOPITAL : DU CAHIER DES CHARGES A L ASSIETTE

OPTIMISATION DE LA PRISE EN CHARGE ALIMENTAIRE A L HOPITAL : DU CAHIER DES CHARGES A L ASSIETTE OPTIMISATION DE LA PRISE EN CHARGE ALIMENTAIRE A L HOPITAL : DU CAHIER DES CHARGES A L ASSIETTE Didier LAFAGE : Directeur du Pôle Equipements, Hôtellerie, Logistique CHU TOULOUSE 1 Optimisation de la prise

Plus en détail

RÉFORMER LES PROFESSIONS AUJOURD HUI RÉGLEMENTÉES

RÉFORMER LES PROFESSIONS AUJOURD HUI RÉGLEMENTÉES Des acteurs mobiles et sécurisés. La mobilité économique doit s étendre à tous les abus de position dominante, quelle que soit leur origine. RÉFORMER LES PROFESSIONS AUJOURD HUI RÉGLEMENTÉES Le champ des

Plus en détail

PREMIERE PARTIE ANNEXE 1 RENSEIGNEMENTS RELATIFS AU DEMANDEUR ET AU PROJET

PREMIERE PARTIE ANNEXE 1 RENSEIGNEMENTS RELATIFS AU DEMANDEUR ET AU PROJET Composition du dossier (Arrêté Ministériel du 21 août 2009) Transmis en douze exemplaires ou par voie électronique, plus deux exemplaires supplémentaires par département limitrophe concerné par le projet

Plus en détail

Le contrat d apprentissage

Le contrat d apprentissage Mai 2009 contrats et mesures Le contrat d apprentissage Vous recrutez un jeune tout en bénéficiant d avantages financiers. Vous le préparez à un métier de votre entreprise et à une qualification professionnelle

Plus en détail

Participation aux groupements de consommateurs SwissElectricity, ci-après «le groupe» ou «groupement»

Participation aux groupements de consommateurs SwissElectricity, ci-après «le groupe» ou «groupement» Participation aux groupements de consommateurs SwissElectricity, ci-après «le groupe» ou «groupement» Résultat : 1. Obtenir les meilleures conditions d approvisionnement possibles, en termes de prix, de

Plus en détail

CONTRAT DE MANDATAIRE

CONTRAT DE MANDATAIRE CONTRAT DE MANDATAIRE Entre : la Société AXEVA, dûment mandatée Villa Camus 30 Avenue Camus 44000 NANTES Tél : 02.28.07.41.46 Fax : 02.28.07.25.88 E-Mail : contact@axeva.fr R.C.S. NANTES 451 230 965 Code

Plus en détail

DELIBERATION N 2014-48 DU 12 MARS 2014 DE LA COMMISSION DE CONTRÔLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT UN AVIS FAVORABLE À LA MISE EN ŒUVRE

DELIBERATION N 2014-48 DU 12 MARS 2014 DE LA COMMISSION DE CONTRÔLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT UN AVIS FAVORABLE À LA MISE EN ŒUVRE DELIBERATION N 2014-48 DU 12 MARS 2014 DE LA COMMISSION DE CONTRÔLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT UN AVIS FAVORABLE À LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

La Financière agricole du Québec

La Financière agricole du Québec La Financière agricole du Québec Plan d action de développement durable 2013-2015 Table des matières Message du président-directeur général... 3 Orientation gouvernementale 1 : Informer, sensibiliser,

Plus en détail

DISPOSITIFS PARTICULIERS A LA LABEL SOCIAL SECTEUR DES TRANSPORTS DE MARCHANDISES ET ACTIVITES DE LOGISTIQUE DE BRETAGNE

DISPOSITIFS PARTICULIERS A LA LABEL SOCIAL SECTEUR DES TRANSPORTS DE MARCHANDISES ET ACTIVITES DE LOGISTIQUE DE BRETAGNE A DISPOSITIFS PARTICULIERS A LA charte QUALITÉ LABEL SOCIAL Label Sokial an Trañsportoù e Breizh SECTEUR DES TRANSPORTS DE MARCHANDISES ET ACTIVITES DE LOGISTIQUE DE BRETAGNE DISPOSITIFS PARTICULIERS TRANSPORTS

Plus en détail

table ronde La part de la production locale dans la restauration collective

table ronde La part de la production locale dans la restauration collective LA RÉUNION, TERRE D AVENIR table ronde La part de la production locale dans la restauration collective dossier de presse 12 décembre 2014 table ronde - enjeux et perspectives Préambule La Réunion est riche

Plus en détail

VILLE D ESSEY-LES-NANCY REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS

VILLE D ESSEY-LES-NANCY REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS VILLE D ESSEY-LES-NANCY REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS Séance du 19 septembre 2012 OBJET : Convention de partenariat avec la DDFIP Rapporteur : Mme MERCIER Délibération

Plus en détail

CONSEIL CONSULTATIF CITOYEN. 5 Mars 2013

CONSEIL CONSULTATIF CITOYEN. 5 Mars 2013 CONSEIL CONSULTATIF CITOYEN 5 Mars 2013 Compte rendu délibératif final de l auto saisine «Démocratie locale et de proximité : Projet de redynamisation de la démocratie participative à Digne-les-Bains»

Plus en détail

Guide pour e-commerçants

Guide pour e-commerçants Guide pour e-commerçants Explications claires des obligations légales des e-commerçants Conseils pratiques pour mettre votre site en conformité Modèles de textes faciles à adapter Mars 2015 Glynnis Makoundou

Plus en détail

Concertation sur le projet d aménagement «Route de Toulouse»

Concertation sur le projet d aménagement «Route de Toulouse» Concertation sur le projet d aménagement «Route de Toulouse» Compte-rendu de la 2 e du groupe de travail I. Rappel du contexte général Société Publique Locale, la Fabrique Métropolitaine de La Cub («La

Plus en détail

financières de Pôle Emploi Mme LE CALLONEC Sophie / M LERAY Jean Paul

financières de Pôle Emploi Mme LE CALLONEC Sophie / M LERAY Jean Paul Accompagnement Construire son site e-commerce et pas aides à pas! Mme LE CALLONEC Sophie / M LERAY Jean Paul 2- Site Internet : moyen de communication indispensable Hausse du marché e- commerce 13% (2013)

Plus en détail

ANNEXE I. RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES (arrêté du 3 septembre 1997)

ANNEXE I. RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES (arrêté du 3 septembre 1997) ANNEXE I RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES (arrêté du 3 septembre 1997) L hôtellerie-restauration, au sens large du terme, regroupe l ensemble des activités qui répondent aux besoins de la clientèle

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3015 Convention collective nationale IDCC : 1561. CORDONNERIE MULTISERVICE ACCORD

Plus en détail

A. Introduction. Chapitre 4 : Encadrer les services et produits proposés. Editions ENI - All rights reserved

A. Introduction. Chapitre 4 : Encadrer les services et produits proposés. Editions ENI - All rights reserved Chapitre 4 : Encadrer les services et produits proposés 65 A. Introduction Chapitre 4 : Encadrer les services et produits proposés Editions ENI - All rights reserved Acheter en ligne présente des risques

Plus en détail

Réunion d information La Maison des Artistes Montpellier 20 octobre 2011

Réunion d information La Maison des Artistes Montpellier 20 octobre 2011 Montpellier 20 octobre 2011 Résumé Plus de 150 personnes ont participé à la réunion d information sur La Maison des Artistes, organisée le 20 octobre dernier à Montpellier : artistes professionnels ou

Plus en détail

Rapport de transparence. Exercice clos le 30 juin 2014 Cabinet EXCO COTE D'AZUR

Rapport de transparence. Exercice clos le 30 juin 2014 Cabinet EXCO COTE D'AZUR Rapport de transparence Exercice clos le 30 juin 2014 Cabinet EXCO COTE D'AZUR Table des matières Préambule... 1 Présentation de Kreston International LTD... 2 Structure juridique et principaux chiffres...

Plus en détail

Anticiper l'évolution des compétences pour ajuster les besoins en formation : Expérimentation d'une enquête qualitative participative

Anticiper l'évolution des compétences pour ajuster les besoins en formation : Expérimentation d'une enquête qualitative participative Anticiper l'évolution des compétences pour ajuster les besoins en formation : Expérimentation d'une enquête qualitative participative 18 mai 2011 14h Un projet mené dans le cadre du CPRDF GT 1 «Prospective

Plus en détail

Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats

Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats Description de l étude Depuis 10 ans, la CCI de Troyes et de l Aube s est résolument engagée dans une démarche de progrès, concrétisée par une

Plus en détail

PROPRETÉ & NETTOYAGE. Tél : 09 51 55 12 18-108, rue de Bellevue -92100 Boulogne - Billancourt contact@lionservices.fr - www.lionservices.fr L.S.G.

PROPRETÉ & NETTOYAGE. Tél : 09 51 55 12 18-108, rue de Bellevue -92100 Boulogne - Billancourt contact@lionservices.fr - www.lionservices.fr L.S.G. PROPRETÉ & NETTOYAGE Tél : 09 51 55 12 18-108, rue de Bellevue -92100 Boulogne - Billancourt contact@lionservices.fr - www.lionservices.fr L.S.G. Présentation Depuis ses débuts. Lion Services Group est

Plus en détail

Les Français et le transport partagé

Les Français et le transport partagé Les Français et le transport partagé Institut CSA pour Uber Novembre 2014 Fiche technique Interrogation Echantillon national représentatif de 1000 personnes âgées de 18 ans et plus Constitution de l échantillon

Plus en détail

A l'international. et des sociétés holding. Gestion & vie des sociétés

A l'international. et des sociétés holding. Gestion & vie des sociétés La réglementation et des sociétés holding Comme nous l avons vu dans notre précédente livraison, le Portugal propose une fiscalité particulièrement attractive pour les retraités disposant d un pouvoir

Plus en détail

POUR MIEUX ORGANISER LE TRAVAIL SÉNATORIAL NOUVELLES RÈGLES, NOUVELLES HABITUDES

POUR MIEUX ORGANISER LE TRAVAIL SÉNATORIAL NOUVELLES RÈGLES, NOUVELLES HABITUDES POUR MIEUX ORGANISER LE TRAVAIL SÉNATORIAL NOUVELLES RÈGLES, NOUVELLES HABITUDES VADEMECUM - JUIN 2015 Le bicamérisme est indispensable à l'équilibre des institutions de la République, car c'est plus de

Plus en détail

Labels, certifications

Labels, certifications Labels, certifications..... Interet pour l ameublement..... Labels, certifications..... sommaire..... introduction L intervenant definitions Termes utiles exemples Cas concrets A retenir Points importants

Plus en détail

Les salariés des TPE-PME

Les salariés des TPE-PME Les salariés des Les ouvriers, qualifiés et non qualifiés, sont majoritaires dans les (50%) et TPE (42,5%), comme dans les grandes (49,1%). Les ouvriers représentent un salarié sur deux dans les Les concentrent

Plus en détail

Communiqué de presse. Ouverture du nouveau magasin Promocash À SAINT LÔ Jeudi 12 juin

Communiqué de presse. Ouverture du nouveau magasin Promocash À SAINT LÔ Jeudi 12 juin Communiqué de presse Ouverture du nouveau magasin Promocash À SAINT LÔ Jeudi 12 juin Promocash ouvre son nouveau magasin à SAINT LÔ jeudi 12 juin Ce site a pour objectif d offrir à sa clientèle de professionnels

Plus en détail

Classification et accords de salaires pour les salariés des entreprises du paysage CCN du 10 octobre 2008 étendue le 25 mars 2009

Classification et accords de salaires pour les salariés des entreprises du paysage CCN du 10 octobre 2008 étendue le 25 mars 2009 Classification et accords de salaires pour les salariés des entreprises du paysage CCN du 10 octobre 2008 étendue le 25 mars 2009 Les entreprises du paysage de la CNATP ont 6 mois après la date d extension

Plus en détail

DÉCOUVRIR L AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL ET DE RÉSOLUTION

DÉCOUVRIR L AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL ET DE RÉSOLUTION DÉCOUVRIR L AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL ET DE RÉSOLUTION Autorité administrative indépendante adossée à la Banque de France, l Autorité de contrôle prudentiel et de résolution est en charge de l agrément

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 RESUMÉ ANONYMISÉ DE LA DÉCISION Décision relative à une Recommandation Domaines de compétence de l Institution : Défense des droits de l'enfant, Droits

Plus en détail

Charte de Compliance ERGO Insurance sa

Charte de Compliance ERGO Insurance sa Charte de Compliance ERGO Insurance sa Introduction Sur la base de la circulaire PPB/D. 255 du 10 mars 2005 sur la compliance adressée aux entreprises d assurances, une obligation légale a été imposée

Plus en détail

Charte des fournisseurs de gaz naturel

Charte des fournisseurs de gaz naturel Charte des fournisseurs de gaz naturel dans le cadre de leur relation avec une clientèle professionnelle Depuis le 1er juillet 2004, tous les clients professionnels peuvent choisir librement leur fournisseur

Plus en détail

Prise de position du CNUE concernant la proposition de directive horizontale relative aux droits des consommateurs

Prise de position du CNUE concernant la proposition de directive horizontale relative aux droits des consommateurs Prise de position du CNUE concernant la proposition de directive horizontale relative aux droits des consommateurs Les notaires d Europe réunis au sein du CNUE suivent avec grand intérêt les travaux des

Plus en détail

ANNEXE I RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION Compétences et savoir-faire Savoirs associés

ANNEXE I RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION Compétences et savoir-faire Savoirs associés ANNEXE I RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION Compétences et savoir-faire Savoirs associés UNITÉS CONSTITUTIVES DU RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION CAP Employé de vente spécialisé

Plus en détail

A V I S N 1.855 ----------------------- Séance du mardi 25 juin 2013 ----------------------------------------

A V I S N 1.855 ----------------------- Séance du mardi 25 juin 2013 ---------------------------------------- A V I S N 1.855 ----------------------- Séance du mardi 25 juin 2013 ---------------------------------------- Projet de loi modifiant le Chapitre 8 du Titre IV de la loi-programme (I) du 27 décembre 2006

Plus en détail

LE CODE DE BONNE CONDUITE D ELENGY

LE CODE DE BONNE CONDUITE D ELENGY LE CODE DE BONNE CONDUITE D ELENGY I. Introduction I.1. L objectif du Code de bonne conduite I.2. La réglementation applicable I.3. Les engagements I.4. Contractualisation avec les prestataires II. Règles

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION VLS France JCDecaux

CHARTE DE LA MEDIATION VLS France JCDecaux CHARTE DE LA MEDIATION VLS France JCDecaux 1. Définition de la médiation institutionnelle La médiation institutionnelle est un processus structuré par lequel des consommateurs tentent, en dehors de leur

Plus en détail

PLAN DE VISIBILITÉ SOIRÉE «MÉRITE À L ENTREPRENEURIAT»

PLAN DE VISIBILITÉ SOIRÉE «MÉRITE À L ENTREPRENEURIAT» PLAN DE VISIBILITÉ SOIRÉE «MÉRITE À L ENTREPRENEURIAT» Partenariat Soirée «Mérite à l entrepreneuriat» de la Chambre de commerce et d industrie d Argenteuil avec la collaboration du CLD d Argenteuil Cher

Plus en détail

Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012

Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012 Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012 Les facteurs de succès de l entreprise Francis DAVID Présentation Parcours Professionnel

Plus en détail

PRESENTATION CERTIFICATION DE SERVICE «Centres de formation pour les activités privées de sécurité et de sûreté»

PRESENTATION CERTIFICATION DE SERVICE «Centres de formation pour les activités privées de sécurité et de sûreté» PRESENTATION CERTIFICATION DE SERVICE «Centres de formation pour les activités privées de sécurité et de sûreté» Ce référentiel s adresse à toutes les actions de formation pouvant être dispensées dans

Plus en détail