BILAN DE LA SECTION «COMMERCE ET TOURISME» DANS LE CADRE DU XXI ème MANDAT ANNEES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "BILAN DE LA SECTION «COMMERCE ET TOURISME» DANS LE CADRE DU XXI ème MANDAT ANNEES 2009 2012"

Transcription

1 BILAN DE LA SECTION «COMMERCE ET TOURISME» DANS LE CADRE DU XXI ème MANDAT ANNEES La section «Commerce et tourisme», présidée par M. Henri LEIZE, s est saisie, en début de mandat, des questions suivantes : l e-commerce, le droit de la consommation, la carte de fidélité nationale, la visite médicale des ressortissants CAMTI, le statut des stagiaires, l urbanisme commercial (extension de la galerie de Fontvieille), les taxis (constat de changement), le dossier relatif à la circulation (envisagé sous l aspect d activité économique), la CAMTI-CARTI (analyse de la situation), les croisiéristes (analyse de la situation), la situation actuelle du commerce en Principauté. I- SAISINE GOUVERNEMENTALE Il n y a pas eu de saisine gouvernementale au cours de ce mandat. II- AUTOSAISINE 1) VOEU N RELATIF A L E-COMMERCE Réunion du 12 avril 2010 Un rapport sur ce sujet a été fait et envoyé aux membres de la section. Il ressort de ce document six questions principales sur lesquelles la section a été amenée à se pencher : - la TVA sur les biens vendus en ligne, - la protection des cyberconsommateurs, - la reconnaissance de l écrit et de la signature électronique ainsi que la dématérialisation des actes, - les noms de domaines, - les conflits de loi et la compétence des tribunaux, - la sécurité des transactions (lutte contre la fraude informatique). Septembre 2012 Page 1 sur 9

2 Les deux aspects de l e-commerce La section rappelle que l e-commerce peut être envisagé selon deux angles différents. En effet, l e-commerce peut constituer soit une activité à part entière, soit une activité complémentaire pour les boutiques déjà existantes. Dans le premier cas il s agit de la création d une activité et dans le second il s agit de l extension d une activité déjà créée. La T.V.A Les membres ont longuement discuté du problème de la T.V.A engendrée par l ecommerce. En effet, en vertu de la législation européenne (Directive 2006/112/CE du 28 novembre 2006) en cas d achat en ligne, la T.V.A est facturée par le pays de départ des biens (pays d origine). Cependant, des seuils existent, au-delà desquels la T.V.A est facturée par le pays d arrivée (pays de livraison) des biens. Ce seuil est de euros pour le territoire francomonégasque. Les membres soulignent que la réglementation européenne relative à la T.V.A a été modifiée et qu à partir du 1 er janvier 2015, la T.V.A sera facturée par le pays d arrivée des biens, ce qui ne sera pas très favorable pour les sites de vente en ligne de la Principauté. Les avantages du e-commerce pour les boutiques déjà existantes La section est consciente que malgré le moindre intérêt du e-commerce du point de vue de la T.V.A, ce mode de vente revêt de nombreux avantages pour les commerçants et pour l Etat monégasque. Parmi ces avantages, sont notamment cités : - la création de richesses, - la création d emplois, - la visibilité accrue des boutiques, - l ouverture 24h/24h et 7 jours/7 La création d un immeuble du e-commerce Les membres de la Section s interrogent sur l opportunité de créer un immeuble consacré aux gérants des sites de e-commerce. Les locaux de cet immeuble pourraient être mis à la disposition des gérants pour des loyers modérés. Ainsi, ce dispositif permettrait de faciliter les démarches des commerçants désirant faire de la vente en ligne et d inciter les gérants de sites du monde entier à s installer en Principauté. Les lieux de stockage La section a abordé la question très importante du stockage des biens vendus par e- commerce. La Principauté ayant un territoire exigu, il est très probable que les lieux de stockage des biens vendus en ligne se situent sur le sol français. Cela ne pose aucune difficulté d ordre fiscal : - en ce qui concerne la T.V.A - en ce qui concerne l impôt sur les bénéfices français. Septembre 2012 Page 2 sur 9

3 L extension de l objet social Un commerçant souhaitant vendre en ligne doit entamer auprès de la Direction de l Expansion Economique une procédure d extension d objet social. Pour pouvoir demander cette extension, l autorisation du propriétaire des murs est indispensable. L élaboration d un dépliant sur l e-commerce Les membres pensent qu une communication efficace est nécessaire pour développer le e-commerce en Principauté. C est pourquoi, ils préconisent d étudier la possibilité de créer un dépliant consacré à l e-commerce et contenant des informations sur tous les aspects de ce mode de vente : les possibilités de stockage hors de la Principauté, l extension nécessaire de l objet social, les avantages du commerce en ligne... La législation à mettre en place Pour favoriser le développement du e-commerce en Principauté, il convient de mettre en place un cadre juridique sûr. Ainsi, il serait opportun de se doter d une loi en matière de «ventes à distance», applicable au e-commerce, destinée à protéger les consommateurs. De plus, il conviendrait de mettre en place une législation réglementant et/ou interdisant certaines pratiques commerciales (publicités mensongères et comparatives, ventes sans commandes préalables...). Adopté à l unanimité en Séance Plénière du 9 novembre 2010 VOEU Etant donné l essor du e-commerce dans le monde et les nombreux avantages qu il est susceptible de revêtir dans la dynamisation du commerce monégasque et de la création d emplois, la Principauté se doit de se doter de structures modernes d échanges commerciaux afin de prendre une part active à l ère technologique actuelle ; aussi, le Conseil Economique et Social émet le vœu qu une législation soit créée en matière de ventes à distance et que toutes mesures soient prises pour faciliter le développement de la vente en ligne en Principauté. Il est à noter que ce vœu a été repris pour partie par la proposition de loi n 204 du Conseil National, déposée le 26 septembre Septembre 2012 Page 3 sur 9

4 2- VOEU N VISANT A INSTAURER UN LABEL DE QUALITE DANS LA RESTAURATION EN PRINCIPAUTE EN VUE D UNE MEILLEURE INFORMATION DU CONSOMMATEUR SUR LA QUALITE DES PRODUITS UTILISES Bilan : Réunion du 11 octobre 2012 De nos jours, les restaurateurs ont de plus en plus tendance à limiter les risques et à favoriser la traçabilité, en employant des produits tout prêts proposés par l industrie agroalimentaire, ce qui risque d engendrer une standardisation du goût et de la restauration. Les restaurateurs jugent les différences de statut au sein de la profession comme une concurrence déloyale (structure, produit, personnel, coût...). Il conviendrait donc de mieux valoriser les bons professionnels en se donnant les moyens de mettre en avant les véritables cuisiniers traditionnels proposant des produits de qualité afin de mieux les distinguer des simples réchauffeurs de plats sous vide. Le consommateur souhaite plus de transparence et d information sur les aliments qu il trouve dans son assiette. De nombreuses enquêtes et sondages le confirment : selon un récent sondage (de la radio Europe 1) 96% des consommateurs ne sont pas d accord pour payer le même prix pour un plat «préfabriqué» que pour un plat «fait maison». La position des Autorités en la matière s avère foncièrement libérale (notamment en matière d autorisation de création d activité) et non interventionniste en dehors des mesures de contrôle d hygiène, celles-ci préférant retenir le principe de libre concurrence. Objectifs : En l absence de moratoire sur le métier de restaurateur, le secteur concerné doit prendre des résolutions claires permettant de valoriser la cuisine faite sur place et le travail des restaurateurs qui s attachent à maintenir la grande exigence de la gastronomie. Il conviendrait donc de mettre en avant ce savoir-faire de la cuisine, afin que cette restauration de qualité qui fait notre fierté puisse être identifiée clairement par les touristes étrangers et les consommateurs locaux, ces derniers étant susceptibles de faire (et défaire) la réputation de ce secteur de l économie locale. Des points pourraient être améliorés en matière d indications pouvant concourir à une meilleure information de la clientèle. Il faudrait pour cela engager de façon plus nette la responsabilité des établissements concernés, à l image du projet de loi français renforçant les droits, la protection et l information des consommateurs avec une norme et un Label «Haute qualité alimentaire, une alimentation, propre et juste». En outre, il serait souhaitable de : Défendre la biodiversité alimentaire, S'opposer aux effets qui standardisent les goûts, Promouvoir les effets bénéfiques de la consommation délibérée d'une alimentation locale et de nourriture indigène, Promouvoir une philosophie de plaisir, Septembre 2012 Page 4 sur 9

5 Encourager le tourisme attentif et respectueux de l'environnement (voire aussi l écotourisme), Réaliser des programmes d'éducation du goût pour les adultes et les enfants, Travailler à la sauvegarde et à la promotion d'une conscience publique des traditions culinaires et des mœurs, Aider les producteurs-artisans de l'agroalimentaire qui font des produits de qualité. Mise en place d une structure dédiée : Concernant le choix de l organisation la plus à même de pouvoir prendre en charge l application de cette charte et son contrôle, le Conseil Economique et Social estime qu il convient de confier une telle mission à un organisme professionnel représentatif qui devra également mettre en place une politique de communication efficace. Afin que son impartialité ne puisse être mise en doute, la composition de cette commission ad hoc devrait comporter, en sus des professionnels locaux, des professionnels extérieurs à la Principauté reconnus pour leurs compétences. Enfin, le Conseil Economique et Social invite les pouvoirs publics à mettre en place en collaboration avec les représentants du secteur concerné un système de classement incitatif mettant en avant les bonnes pratiques telles que celles retenues dans les chartes de Maîtrerestaurateur et du Slow Food. Adopté à l unanimité en Séance Plénière du 13 novembre 2012 VŒU Le Conseil Economique et Social invite le Gouvernement à instaurer, en collaboration avec les représentants du secteur concerné, un système incitatif, tel qu un label de qualité, mettant en avant les bonnes pratiques, l utilisation de produits régionaux et la bonne information des consommateurs, afin de garantir la qualité des repas dans la restauration traditionnelle, en prenant en considération les attentes formulées ci-dessus. 2) RECEPTION I - RECEPTION DE MM. CHRISTIAN SCARLOT ET JEAN-PHILIPPE AUGUSTIN, PRESIDENT et VICE-PRESIDENT DE L ASSOCIATION DES EXPLOITANTS DE TAXIS INDEPENDANTS DE MONACO (AETIM) A l issue de cette rencontre, la section a fait le constat suivant : - Une situation en nette amélioration, - Renforcement de la flotte, - Prochaine évolution réglementaire, - Une circulation intra-muros fluidifiée, - Type de véhicules plus confortable, - Tarifs mieux adaptés. La Section s est tenue informée de l évolution de ce dossier ; elle reste attentive à ce qu une solution soit trouvée qui donne satisfaction à la fois aux utilisateurs et à la profession. Septembre 2012 Page 5 sur 9

6 II - RECEPTION DE MONSIEUR FREDERIC KAPPLER, REPRESENTANT MONSIEUR JEAN-MICHEL MANZONE, DIRECTEUR DE LA PROSPECTIVE, DE L URBANISME ET DE LA MOBILITE, RELATIVE A LA PRESENTATION DU «PLAN DE DEPLACEMENT URBAIN DE LA PRINCIPAUTE» (REUNION COMMUNE DES SECTIONS URBANISME ET TOURISME) Dans un premier temps, la section évoque les diverses propositions provenant de différentes sources mais s interroge sur la position du Gouvernement en la matière. Une hypothèse est cependant évoquée concernant la possibilité que soit réalisée une liaison entre la Turbie et Monaco. Cette solution présenterait un désavantage pour le commerce monégasque en ce sens qu il pourrait être installé une zone commerciale à proximité du ou des nouveaux parkings d une part, et d autre part qu il serait difficilement envisageable d imaginer que des personnes venant malgré tout faire des achats de quelque nature qu ils soient, repartent avec leurs paquets rejoindre leur véhicule sur les parkings de «dissuasion». Sur le plan technique ce choix semblerait s avérer être une bonne idée, par contre sur le plan du commerce, de sérieux doutes sont émis. L objectif d un tel Plan viserait-il au «désengorgement» de la Cité ou bien consisterait-il à tendre vers une circulation urbaine très réduite, comme cela a déjà été évoqué à de nombreuses reprises? Au cours d un échange de vues différentes interrogations sont abordées, notamment concernant la desserte de la Tour Odéon ainsi que la ZAC Saint Antoine avec sa sortie sur Fontvieille et les difficultés susceptibles de se poser, notamment pour les poids lourds. Les membres de la section estiment qu il conviendra, dans un premier temps, d écouter Monsieur MANZONE et de l interpeller par la suite sur les différents points qu il aura abordés lors de son exposé. 3) REUNIONS Réunion du 8 mars Etablissement du programme annuel. Réunion du 12 avril l e-commerce, - le droit de la consommation, - la carte de fidélité nationale, - la visite médicale des ressortissants CAMTI, - le statut des stagiaires, - l urbanisme commercial (extension de la galerie de Fontvieille), - les taxis (constat de changement), - le dossier relatif à la circulation (envisagé sous l aspect d activité économique), Septembre 2012 Page 6 sur 9

7 - la CAMTI-CARTI (analyse de la situation), - les croisiéristes (analyse de la situation), - la situation actuelle du commerce en Principauté. Réunion du 10 mai Point sur la rencontre avec Mme Sophie THEVENOUX, Conseiller de Gouvernement pour les Finances et l Economie, le 22 avril 2010, - Point sur les dossiers en cours : * E-commerce, * Carte de fidélité nationale, * Médecine préventive pour les adhérents CAMTI, - Proposition de Mme Alberte ESCANDE d un travail sur une technologie : «Near Field Communication» (NFC). Réunion du 23 juin Elaboration d un projet de vœu sur l e-commerce, - Discussion relative à la carte de fidélité nationale, - Discussion au sujet de la technologie NFC. Réunion du 13 septembre Validation du projet de vœu sur l e-commerce, - Etat d avancement des autres dossiers. Réunion du 22 mars Réflexion sur l urbanisation et le développement économique de la Principauté. Réunion du 28 mars 2011 Réflexion sur l urbanisme industriel et commercial. Réunion du 9 janvier Réception de MM. Christian SCARLOT, et Jean-Philippe AUGUSTIN, respectivement Président et Vice-président de l Association des Exploitants de Taxis Indépendants de Monaco (AETIM), - Réflexion sur la transformation du marché de la Condamine, - Opportunité d un indicateur du moral du chef d entreprise, - Chantiers en cours. Septembre 2012 Page 7 sur 9

8 Réunion du 13 février Préparation de la réception de Monsieur Jean-Michel MANZONE, Directeur de la Prospective, de l Urbanisme et de la Mobilité, relative à la présentation du «Plan de déplacement urbain de la Principauté» le mercredi 22 février prochain, - Suite de la réflexion sur la transformation du marché de la Condamine, - Suite de la réflexion sur les taxis, Réunion du 11 juin Réception de personnalités sur le thème des Maîtres Restaurateurs : - M. Francis POIDEVIN gérant du restaurant «Le Quai des Artistes» - Mme Marina GIARDINA, Responsable de la maison des Entreprises de Menton (CCI de Nice) - M. Matteo MANSI, restaurateur et Président de l Association des Maîtres Restaurateurs de la région PACA, - M. Jacques BERNARD, Président de l Union Patronale des Cafetiers et Restaurateurs, Métiers de la Nuit de Menton et du Pays Mentonnais. Réunion du 11 octobre Validation du projet de vœu n visant à instaurer un label de qualité dans la restauration. Septembre 2012 Page 8 sur 9

9 BILAN DU 21 EME MANDAT Réunions de sections 11 Vœux 2 Invités reçus par la section 4 THEMES Vœu n sur l e-commerce, Vœu n visant à instaurer un label de qualité dans la restauration. Rencontre avec Mme Sophie THEVENOUX - Conseiller de Gouvernement pour les Finances et l Economie, Rencontre avec MM. Christian SCARLOT & Jean-Philippe AUGUSTIN sur les questions des Taxis, Rencontre avec M. Frédéric KAPPLER, représentant de M. Jean-Michel MANZONE, Directeur de la Prospective, de l Urbanisme et de la Mobilité, relative à la présentation du «Plan de déplacement urbain de la Principauté», Rencontre avec les Maîtres Restaurateurs : - M. Francis POIDEVIN gérant du restaurant «Le Quai des Artistes» - Mme Marina GIARDINA, Responsable de la maison des Entreprises de Menton (CCI de Nice) - M. Matteo MANSI, restaurateur et Président de l Association des Maîtres Restaurateurs de la région PACA, - M. Jacques BERNARD, Président de l Union Patronale des Cafetiers et Restaurateurs, Métiers de la Nuit de Menton et du Pays Mentonnais. DATES Septembre 2012 Page 9 sur 9

choucroute Dossier de presse d lsace La Choucroute d Alsace comme vous ne l avez jamais goûtée DU 17 AU 25 janvier 2015

choucroute Dossier de presse d lsace La Choucroute d Alsace comme vous ne l avez jamais goûtée DU 17 AU 25 janvier 2015 La Choucroute d Alsace comme vous ne l avez jamais goûtée Dossier de presse Création graphique : Musiconair Pendant 9 jours, les Chefs d Alsace et les Maîtres Restaurateurs d Alsace vous font découvrir

Plus en détail

manifeste, chartes, conventions.

manifeste, chartes, conventions. manifeste, chartes, conventions. MANIFESTE POUR L ACCÈS À UNE HAUTE QUALITÉ ALIMENTAIRE AU QUOTIDIEN Slow Food veut promouvoir une nouvelle manière d aborder l alimentation, indissociable de l identité

Plus en détail

Monaco s engage contre la déforestation

Monaco s engage contre la déforestation Compte rendu des deux réunions sur l élaboration de la Charte sur le Bois en Principauté Contexte des réunions Deux réunions de travail ont été organisées le jeudi 1 er juin et le mercredi 6 juin 2011

Plus en détail

Règlement intérieur. Document de travail non mis en forme GRAND GENEVE FORUM D AGGLOMERATION FRANCO-VALDO-GENEVOIS

Règlement intérieur. Document de travail non mis en forme GRAND GENEVE FORUM D AGGLOMERATION FRANCO-VALDO-GENEVOIS Règlement intérieur Introduction Document de travail non mis en forme Le 28 juin 2012 a été signé le Projet d agglomération 2012 au travers duquel les partenaires français, genevois et vaudois ont renforcé

Plus en détail

BLANC MIQUEL IMMOBILIER

BLANC MIQUEL IMMOBILIER Achat - Vente - Location - Gestion - Syndic - SALES - RENTAL - MANAGEMENT - TRUSTEE www.bordeaux-agence-immobilier.com UN CABINET DES MOYENS ET DES VALEURS Depuis 1972, le Cabinet Miquel gère un portefeuille

Plus en détail

LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015

LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015 LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015 Table des matières Message du président-directeur général 3 Orientation gouvernementale 1 : Informer, sensibiliser, éduquer,

Plus en détail

l Art Grandes Cuisines

l Art Grandes Cuisines l Art des Grandes Cuisines Un strict Respect des Normes Norme XP U 60-010 : Norme NF EN 60335-2-50 : 1998 U 60-010 1992 C 73-850 Matériels agro-alimentaires : Principes de conception pour assurer l aptitude

Plus en détail

Etat des lieux, Moratoire, Propositions sur la réforme du diagnostic.

Etat des lieux, Moratoire, Propositions sur la réforme du diagnostic. Etat des lieux, Moratoire, Propositions sur la réforme du diagnostic. Afin que le diagnostic technique immobilier continue de répondre aux attentes des consommateurs et des Pouvoirs Publics, qu il remplisse

Plus en détail

Le Chef-Gérant LES MÉTIERS DE LA RESTAURATION CHEZ RESTALLIANCE

Le Chef-Gérant LES MÉTIERS DE LA RESTAURATION CHEZ RESTALLIANCE Le Chef-Gérant Assurer la production des repas et la qualité de la prestation Encadrer, former, organiser et coordonner le travail de l équipe S occuper de l approvisionnement et de la bonne gestion des

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 529 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2012-2013 Enregistré à la Présidence du Sénat le 18 avril 2013 PROPOSITION DE LOI portant création d une appellation d «Artisan restaurateur», PRÉSENTÉE Par M. Christian

Plus en détail

29DEPARTEMENT DES VOSGES

29DEPARTEMENT DES VOSGES Direction du Développement des Activités Economiques Mission agriculture et forêt 29DEPARTEMENT DES VOSGES Extrait des délibérations du Conseil général Réunion du 14 décembre 2011 Programme 20: organisation

Plus en détail

Questionnaire sur les nouveaux rythmes scolaires

Questionnaire sur les nouveaux rythmes scolaires Questionnaire sur les nouveaux rythmes scolaires Un questionnaire a été remis aux familles courant décembre avec le double objectif de relayer le ressenti des parents sur les nouveaux rythmes scolaires

Plus en détail

RENCONTRES DU TOURISME

RENCONTRES DU TOURISME RENCONTRES DU TOURISME SAINT ANTONIN NOBLE VAL VENDREDI 21 NOVEMBRE 2014 L OFFICE DE TOURISME DE ST ANTONIN Association Loi 1901 Avec une Convention d Objectifs avec la Mairie (2014-2017) Composée d un

Plus en détail

ETUDE MARKETING: LE PORTRAIT ROBOT DU TOURISTE DURABLE - Le Journal de l'ecotourisme Dimanche, 09 Mai 2010 22:15

ETUDE MARKETING: LE PORTRAIT ROBOT DU TOURISTE DURABLE - Le Journal de l'ecotourisme Dimanche, 09 Mai 2010 22:15 Avis aux agences de voyages, entre autres! Au cours de la 9ème conférence internationale marketing & marché, qui se tenait en janvier dernier en Italie, fut présentée une étude qualitative sur les attitudes

Plus en détail

MAIRIE de LACANAU REPUBLIQUE FRANÇAISE EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL DE LA COMMUNE DE LACANAU

MAIRIE de LACANAU REPUBLIQUE FRANÇAISE EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL DE LA COMMUNE DE LACANAU MAIRIE de LACANAU REPUBLIQUE FRANÇAISE EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL DE LA COMMUNE DE LACANAU Département de la Gironde Arrondissement de Lesparre Canton de Castelnau de Médoc

Plus en détail

Votre Prestataire. Nom : CRM. Activité : Elaboration de menus, fabrication, vente et livraison de repas pour. collectivités.

Votre Prestataire. Nom : CRM. Activité : Elaboration de menus, fabrication, vente et livraison de repas pour. collectivités. L esprit qualité De la gestion sur site aux repas livrés avec ou sans personnel, des repas quotidiens aux repas d affaires. CRM propose une large gamme de services. Concepteur, partenaire dans les projets

Plus en détail

DORDOGNE-PERIGORD. Le label d excellence

DORDOGNE-PERIGORD. Le label d excellence DORDOGNE-PERIGORD Le label d excellence Les Gîtes de France, c est la force d un réseau bien établi et bien structure, qui oeuvre depuis 55 ans au service des propriétaires et des clients : Premier réseau

Plus en détail

DISPOSITIONS FISCALES DE LA LOI DE FINANCES 2015

DISPOSITIONS FISCALES DE LA LOI DE FINANCES 2015 DISPOSITIONS FISCALES DE LA LOI DE FINANCES 2015 Abdellatif ZAGHNOUN Directeur Général des Impôts OEC, 22 janvier 2015 Contexte d élaboration de la LF 2015 Recommandations des Assises Nationales sur la

Plus en détail

72% des Français prêts à payer plus cher un produit fabriqué en France. Mais pas à n importe quel prix!

72% des Français prêts à payer plus cher un produit fabriqué en France. Mais pas à n importe quel prix! Communiqué de presse 21 novembre 2011 Une étude CEDRE/Ifop 1 propose le regard croisé des consommateurs et des chefs d entreprises français sur le «Made in France» 72% des Français prêts à payer plus cher

Plus en détail

Créer ou reprendre dans la restauration. Valérie HUTTEAU CCI DE NÎMES

Créer ou reprendre dans la restauration. Valérie HUTTEAU CCI DE NÎMES Créer ou reprendre dans la restauration Valérie HUTTEAU CCI DE NÎMES Partie 1 : Les chiffres clés de la restauration Une approche administrative avec les codes NAF 56 Restauration 5610A Restauration traditionnelle

Plus en détail

Transition Numérique Organisation du programme et proposition de valeur aux partenaires privés. DGCIS le 23/3/2012

Transition Numérique Organisation du programme et proposition de valeur aux partenaires privés. DGCIS le 23/3/2012 Transition Numérique Organisation du programme et proposition de valeur aux partenaires privés DGCIS le 23/3/2012 Compte-rendu des échanges de la réunion des partenaires du 5 mars 2012 à la DGCIS. Liste

Plus en détail

avis CCE 2013-1270 La mise sur le marché des substances manufacturées à l état nanoparticulaire

avis CCE 2013-1270 La mise sur le marché des substances manufacturées à l état nanoparticulaire avis CCE 2013-1270 La mise sur le marché des substances manufacturées à l état nanoparticulaire CCE 2013-1270 DEF Avis concernant un projet d arrêté royal relatif à la mise sur le marché des substances

Plus en détail

Guide du Tuteur Banque et Assurance

Guide du Tuteur Banque et Assurance Guide du Tuteur Banque et Assurance QU EST-CE QUE LE BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES? Il s agit d une formation en 2 ans proposée aux titulaires d un baccalauréat technologique ou général. Elle

Plus en détail

La considération et la reconnaissance de la profession par les pouvoirs publics apparaissent déficitaires :

La considération et la reconnaissance de la profession par les pouvoirs publics apparaissent déficitaires : Note détaillée Le regard des masseurs-kinésithérapeutes sur leur profession Etude Harris Interactive pour L Ordre National des Masseurs-Kinésithérapeutes Les résultats sont issus d une enquête réalisée

Plus en détail

En collaboration avec LA GESTION DES RISQUES AU SEIN DU SECTEUR PUBLIC LOCAL EN 2013

En collaboration avec LA GESTION DES RISQUES AU SEIN DU SECTEUR PUBLIC LOCAL EN 2013 En collaboration avec LA GESTION DES RISQUES AU SEIN DU SECTEUR PUBLIC LOCAL EN 2013 MARS 2013 INTRODUCTION, METHODOLOGIE Primo France, association dédiée à la gouvernance et à la gestion du risque public,

Plus en détail

Concours citoyen international «Agite Ta Terre!»

Concours citoyen international «Agite Ta Terre!» Concours citoyen international «Agite Ta Terre!» «Mon climat aujourd hui, mon climat dans 20 ans, et moi?» Qu est-ce que «Agite Ta Terre!»? Lancée en 2012 par l association ENERGIES 2050, l initiative

Plus en détail

COMMUNE DE LADINHAC I. APPROBATION DU COMPTE RENDU DE LA SEANCE DU 27 FEVRIER 2015

COMMUNE DE LADINHAC I. APPROBATION DU COMPTE RENDU DE LA SEANCE DU 27 FEVRIER 2015 COMPTE-RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 1 er AVRIL 2015 Le conseil municipal de LADINHAC s est réuni le mercredi 1 er Avril 2015 à 20H30 à la mairie de LADINHAC sur la convocation de Monsieur Clément ROUET,

Plus en détail

ANALYSE «CONCURRENTS»

ANALYSE «CONCURRENTS» ANALYSE «CONCURRENTS» ANALYSE DES CONCURRENTS DEFINITION L analyse de la concurrence est un outil d évaluation de la compétitivité des entreprises sur un secteur d activité ou sur un domaine d activités

Plus en détail

Qu est ce que le coaching professionnel? 08/07/2008

Qu est ce que le coaching professionnel? 08/07/2008 Qu est ce que le coaching professionnel? 08/07/2008 Organisation de la soirée Faisons connaissance Le coaching professionnel : qu est ce que c est? Témoignage de Laurent BESSE Questions / réponses, partage

Plus en détail

LES CHIFFRES CLES 2013

LES CHIFFRES CLES 2013 LES MISSIONS développer la notoriété de la destination Pézenas Val d Hérault et les retombées économiques sur le territoire, fédérer et animer les acteurs du tourisme, faire connaître et animer la destination,

Plus en détail

FORMATIONS CONSEIL & RESTAURATION COLLECTIVE CUISINE CCI FORMATION. 2014-2015 www.audit-formation-restauration.com

FORMATIONS CONSEIL & RESTAURATION COLLECTIVE CUISINE CCI FORMATION. 2014-2015 www.audit-formation-restauration.com CUISINE & RESTAURATION COLLECTIVE FORMATIONS CONSEIL CCI FORMATION 201-201 www.audit-formation-restauration.com HYGIÈNE & QUALITÉ BONNES PRATIQUES D HYGIÈNE Sensibilisation à l'hygiène, responsabilités

Plus en détail

1. Critères de choix relatifs à l état civil. Qu est-ce?

1. Critères de choix relatifs à l état civil. Qu est-ce? Qu est-ce? Créés en 2011 dans le cadre du "package jeunes entrepreneurs" du gouvernement monégasque, les chéquiers conseils sont des bons de prise en charge, délivrés par le JCEM, à destination de jeunes

Plus en détail

FISCALITE APPLICABLE A L ASSURANCE : CAS DE L IMPOSITION A LA TAXE SUR LA VALEUR AJOUTEE (TVA) DES COMMISSIONS DES INTERMEDIAIRES D ASSURANCES Présenté par : Ida ABLOUTAN Inspecteur des Impôts PLAN Introduction

Plus en détail

Implantation économique, foncier et immobilier d entreprise

Implantation économique, foncier et immobilier d entreprise Septembre 2014 Implantation économique, foncier et immobilier d entreprise Quelles sont les attentes des entreprises en Loire-Atlantique? Afin de mieux cerner globalement la demande des entreprises de

Plus en détail

Objet : Appel à participation / Festival 2 Pays, Samedi 14 et Dimanche 15 septembre 2013, à Baccarat

Objet : Appel à participation / Festival 2 Pays, Samedi 14 et Dimanche 15 septembre 2013, à Baccarat Objet : Appel à participation / Festival 2 Pays, Samedi 14 et Dimanche 15 septembre 2013, à Baccarat Madame, Monsieur, «Territoires 2 vie, territoires d initiatives» est un projet de coopération lancé

Plus en détail

Succès commercial avec la Russie Les 10 Principes de Base

Succès commercial avec la Russie Les 10 Principes de Base Succès commercial avec la Russie Les 10 Principes de Base Les 10 Principes de Base Introduction Tout d abord, une bonne nouvelle: vendre en Russie n exige en général pas plus de préparation ni d informations

Plus en détail

Créer et gérer un site de e-commerce

Créer et gérer un site de e-commerce 2015 Créer et gérer un site de e-commerce Assistant-juridique.fr Sommaire I Création d un site de e-commerce... 5 A) Toutes les activités sont-elles permises?... 5 B) Qui peut créer un site de e-commerce?...

Plus en détail

ADMINISTRATEUR DE BIENS

ADMINISTRATEUR DE BIENS ADMINISTRATEUR DE BIENS SOMMAIRE LE MARCHÉ DE L'ADMINISTRATEUR DE BIENS... 2 LA RÉGLEMENTATION DE L'ADMINISTRATEUR DE BIENS... 5 L'ACTIVITÉ DE L'ADMINISTRATEUR DE BIENS... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DE

Plus en détail

Réunion d information du samedi 13 juin 2015 à Etretat

Réunion d information du samedi 13 juin 2015 à Etretat Projet de parc éolien en mer de Fécamp Réunion d information du samedi 13 juin 2015 à Etretat ************************* OUVERTURE DE LA REUNION Plus d une vingtaine de personnes étaient réunies le samedi

Plus en détail

Qualité. Sécurité Alimentaire

Qualité. Sécurité Alimentaire Le service Qualité Présentation du Service Démarche Qualité Qualité Réalisation des dossiers d agrément sanitaire pour les cuisines centrales >60 affermés API Réalisation des dossiers d accréditation en

Plus en détail

COMPTE RENDU COMITE DE DIRECTION

COMPTE RENDU COMITE DE DIRECTION COMPTE RENDU COMITE DE DIRECTION Présents : FAUCHON Patrick, CANOVILLE Michel, COTTEBRUNE Bruno, AUCHER Philippe, CHEVEREAU Gérard, BONNISSENT Yves-Marie, BEAUMONT Denis, CAUVIN Christian Excusé : LEROUVILLOIS

Plus en détail

Bordeaux, le 22 mars 2010. Le Président Références à rappeler : Ch.R//CB/ROD II/ /033017992. Monsieur le Président,

Bordeaux, le 22 mars 2010. Le Président Références à rappeler : Ch.R//CB/ROD II/ /033017992. Monsieur le Président, Le Président Références à rappeler : Ch.R//CB/ROD II/ /033017992 Bordeaux, le 22 mars 2010 Monsieur le Président, Par lettre du 9 septembre 2008, vous avez été informé que la Chambre régionale des comptes

Plus en détail

REGLEMENT D USAGE DE LA MARQUE COLLECTIVE QUALITE TOURISME

REGLEMENT D USAGE DE LA MARQUE COLLECTIVE QUALITE TOURISME REGLEMENT D USAGE DE LA MARQUE COLLECTIVE QUALITE TOURISME Version du 17/04/2014 Approuvée par le comité de pilotage de la Marque QUALITE TOURISME Déposée à l'inpi le 07/07/2014 et publiée au BOPI n 2014-32

Plus en détail

Clara Bove & Ophélie Le Bras

Clara Bove & Ophélie Le Bras L objectif du projet Mon Producteur Bien Aimé (MPBA) est un service collaboratif ayant pour objet de promouvoir les agriculteurs de petites et moyennes tailles locaux, en faisant la promotion d une consommation

Plus en détail

Mairie de SAINT DIDIER SOUS RIVERIE 69440. Téléphone : 04 78 81 84 26 Télécopie : 04 78 81 87 57 MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES

Mairie de SAINT DIDIER SOUS RIVERIE 69440. Téléphone : 04 78 81 84 26 Télécopie : 04 78 81 87 57 MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES Mairie de SAINT DIDIER SOUS RIVERIE 69440 Téléphone : 04 78 81 84 26 Télécopie : 04 78 81 87 57 MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES Maître d ouvrage

Plus en détail

PROJET DE LOI LOGEMENT ET URBANISME

PROJET DE LOI LOGEMENT ET URBANISME PROJET DE LOI LOGEMENT ET URBANISME Décryptage : ce qui pourrait changer pour les propriétaires et les locataires Jean-François BUET Président de la FNAIM Etienne GINOT Président de l UNIS Point presse

Plus en détail

ANNEE 2015 Centre de Découverte du Monde Marin Juillet Août 2015

ANNEE 2015 Centre de Découverte du Monde Marin Juillet Août 2015 ANNEE 2015 Centre de Découverte du Monde Marin Juillet Août 2015 SOMMAIRE BIBLIOMER, UNE BIBLIOTHEQUE ITINERANTE 2 LES OBJECTIFS LE MODE DE FONCTIONNEMENT LE CONTENU PEDAGOGIQUE UNE COMMUNICATION IMPORTANTE

Plus en détail

CODE DE CONDUITE DES AGENTS IMMOBILIERS CHARTE DE DÉONTOLOGIE

CODE DE CONDUITE DES AGENTS IMMOBILIERS CHARTE DE DÉONTOLOGIE CODE DE CONDUITE DES AGENTS IMMOBILIERS ET CHARTE DE DÉONTOLOGIE 26 AVENUE VICTOR HUGO 75116 PARIS Tél.: 01-53-64-91-91 Fax.: 01-53-64-91-92 www.snpi.com PRÉAMBULE Le SNPI, organisme professionnel national

Plus en détail

2- AFFIRMER ET ASSURER UN DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE EQUILIBRE ET DURABLE DU TERRITOIRE COMMUNAL

2- AFFIRMER ET ASSURER UN DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE EQUILIBRE ET DURABLE DU TERRITOIRE COMMUNAL 2- AFFIRMER ET ASSURER UN DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE EQUILIBRE ET DURABLE DU TERRITOIRE COMMUNAL Projet d Aménagement et de Développement Durable Dossier de PLU approuvé 13/26 Face à l augmentation du prix

Plus en détail

VACANCES VERTES EN LOIR ET CHER

VACANCES VERTES EN LOIR ET CHER VACANCES VERTES EN LOIR ET CHER Nous vous remercions de l intérêt que vous portez au label Gîtes de France Nous avons le plaisir de vous adresser les informations utiles pour vous accompagner dans votre

Plus en détail

La réglementation applicable aux Meublés de Tourisme

La réglementation applicable aux Meublés de Tourisme La réglementation applicable aux Meublés de Tourisme L article D. 324-1 du Code de tourisme définit les meublés de tourisme comme étant : «Des villas, appartements, ou studios meublés, à l'usage exclusif

Plus en détail

33 ème Réunion Plénière 3 décembre 2009

33 ème Réunion Plénière 3 décembre 2009 33 ème Réunion Plénière 3 décembre 2009 Ordre du jour Intronisation des nouveaux membres Présentation du mécénat de compétences,henri BEGUINOT, CA2I Actions en cours Supports de communication Nouveau catalogue

Plus en détail

PROPRETÉ & NETTOYAGE. Tél : 09 51 55 12 18-108, rue de Bellevue -92100 Boulogne - Billancourt contact@lionservices.fr - www.lionservices.fr L.S.G.

PROPRETÉ & NETTOYAGE. Tél : 09 51 55 12 18-108, rue de Bellevue -92100 Boulogne - Billancourt contact@lionservices.fr - www.lionservices.fr L.S.G. PROPRETÉ & NETTOYAGE Tél : 09 51 55 12 18-108, rue de Bellevue -92100 Boulogne - Billancourt contact@lionservices.fr - www.lionservices.fr L.S.G. Présentation Depuis ses débuts. Lion Services Group est

Plus en détail

ÉDUCATION Côtes d Armor. Collèges publics. Charte de la restauration collective DIRECTION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER

ÉDUCATION Côtes d Armor. Collèges publics. Charte de la restauration collective DIRECTION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER ÉDUCATION Côtes d Armor Collèges publics DIRECTION ÉDUCATION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER Charte de la restauration collective Préambule Dans le cadre de l article 82 de la loi du 13 août 2004, le Département

Plus en détail

PLACER LES ÉNERGIES RENOUVELABLES AU CŒUR DU BÂTIMENT ET COMBATTRE LA PRÉCARITE ÉNERGÉTIQUE

PLACER LES ÉNERGIES RENOUVELABLES AU CŒUR DU BÂTIMENT ET COMBATTRE LA PRÉCARITE ÉNERGÉTIQUE PLACER LES ÉNERGIES RENOUVELABLES AU CŒUR DU BÂTIMENT ET COMBATTRE LA PRÉCARITE ÉNERGÉTIQUE Contribution du SER au Plan de performance énergétique des logements 2 ( ) «La rénovation thermique des logements

Plus en détail

Georgette Josserand, lassée du comportement de son mari, qui refuse désormais de lui adresser la parole, décide de demander le divorce.

Georgette Josserand, lassée du comportement de son mari, qui refuse désormais de lui adresser la parole, décide de demander le divorce. Cas pratique sur un sujet de droit civil ou de procédure civile (1 er concours) Note : 17/20 Enoncé du cas pratique : Lors d une passionnante conférence sur L influence de la pensée pré-socratique sur

Plus en détail

14.13.4 Interventions dignes de mention en développement durable

14.13.4 Interventions dignes de mention en développement durable Procès-verbal de la réunion 14-13 du conseil local du patrimoine, tenue le 3 décembre 2014 à 18 h 30, à la salle de conférence D-343, à l Hôtel de Ville, 4250, chemin de la Savane, Longueuil, sous la présidence

Plus en détail

Hygiène alimentaire. Introduction

Hygiène alimentaire. Introduction Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) Hygiène alimentaire Introduction Le temps de travail ne permet pas souvent aux salariés de déjeuner chez eux

Plus en détail

Etude Harris Interactive pour la Chambre Nationale des Services d Ambulances (CNSA)

Etude Harris Interactive pour la Chambre Nationale des Services d Ambulances (CNSA) Note détaillée L image des ambulanciers Etude Harris Interactive pour la Chambre Nationale des Services d Ambulances (CNSA) Enquête réalisée en ligne du 17 au 19 septembre 2013. Echantillon de 985 personnes

Plus en détail

Avec vous, pour vous. Vienne. pour. Avec vous, construisons une ville encore plus dynamique et attractive. avec Thierry Kovacs

Avec vous, pour vous. Vienne. pour. Avec vous, construisons une ville encore plus dynamique et attractive. avec Thierry Kovacs élections municipales 23 et 30 mars 2014 Avec vous, pour vous pour Vienne Chapitre 01 Avec vous, construisons une ville encore plus dynamique et attractive avec Thierry Kovacs Édito Chère Madame, Cher

Plus en détail

La qualité totale CONTENU DU MODULE

La qualité totale CONTENU DU MODULE La qualité totale CONTENU DU MODULE 1. Introduction 2. Les différentes notions et composantes de la qualité 2.1. La qualité peut avoir plusieurs sens 2.2. Les constituants de la qualité totale 3. Les intérêts

Plus en détail

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ;

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ; DELIBERATION N 2012-54 DU 16 AVRIL 2012 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE SUR LA DEMANDE PRESENTEE PAR LE MINISTRE D ETAT RELATIVE A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT

Plus en détail

La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions

La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions La réforme de la politique agricole commune doit intervenir d ici 2013. Une consultation publique officielle sur la PAC de

Plus en détail

PASSEPORT POUR LA MISE EN SITUATION PROFESSIONNELLE -MSP- HABILITATION DE L ARCHITECTE DIPLÔMÉ D ÉTAT À EXERCER LA MAITRISE D ŒUVRE EN SON NOM PROPRE

PASSEPORT POUR LA MISE EN SITUATION PROFESSIONNELLE -MSP- HABILITATION DE L ARCHITECTE DIPLÔMÉ D ÉTAT À EXERCER LA MAITRISE D ŒUVRE EN SON NOM PROPRE École nationale supérieure d architecture Montpellier PASSEPORT POUR LA MISE EN SITUATION PROFESSIONNELLE -MSP- HABILITATION DE L ARCHITECTE DIPLÔMÉ D ÉTAT À EXERCER LA MAITRISE D ŒUVRE EN SON NOM PROPRE

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERÊTS

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERÊTS POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERÊTS Nom : Politique de gestion des conflits d intérêts Création : 21 février 2008 Mise à jour : 26/ Février 2008 Mise à jour : 21 Octobre 2009 Mise à jour : 22

Plus en détail

Le numérique est au cœur de la stratégie de développement de notre territoire.

Le numérique est au cœur de la stratégie de développement de notre territoire. Les organisateurs et les partenaires Le numérique est au cœur de la stratégie de développement de notre territoire. Depuis plus de 10 ans, Roannais Agglomération, la CCI Roanne Loire Nord et Numélink œuvrent

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. CCI Nice Côte d Azur LE COMMERCE : UN METIER PASSION, VERITABLE ATOUT POUR LES ALPES MARITIMES CONTACTS PRESSE

DOSSIER DE PRESSE. CCI Nice Côte d Azur LE COMMERCE : UN METIER PASSION, VERITABLE ATOUT POUR LES ALPES MARITIMES CONTACTS PRESSE CCI Nice Côte d Azur DOSSIER DE PRESSE LE COMMERCE : UN METIER PASSION, VERITABLE ATOUT POUR LES ALPES MARITIMES CONTACTS PRESSE Audrey SCOFFIÉ - 04 93 13 74 08 audrey.scoffie@cote-azur.cci.fr Catherine

Plus en détail

Communauté De Communes du Trièves

Communauté De Communes du Trièves Communauté De Communes du Trièves CONSEIL DE COMMUNAUTE DU 26 novembre 2012 18h30- Saint Martin de Clelles Ordre du jour Secrétaire de séance- Désignation Approbation du compte rendu du conseil de communauté

Plus en détail

TAXE DE SEJOUR GUIDE PRATIQUE.

TAXE DE SEJOUR GUIDE PRATIQUE. TAXE DE SEJOUR GUIDE PRATIQUE. 1 Champs d application. - Modalités générales d application Conformément à l article L 2 333 26 et suivant du CGCT, la Ville du Teich a institué la taxe séjour : o pour réaliser

Plus en détail

La librairie de toutes les cuisines

La librairie de toutes les cuisines R a p p o r t Emilie Gschwind 2007/2008 EFAP 3 d e S t a g e La librairie de toutes les cuisines Sommaire Introduction... p1 I- l entrée : Esprit Badiane... p2 1) Son histoire... p3 2) Les associées...

Plus en détail

Proposer le paiement par carte a mes clients

Proposer le paiement par carte a mes clients Proposer le paiement par carte a mes clients Commerçant, artisan, profession libérale vous souhaitez proposer à vos clients de régler par carte bancaire? Les besoins sont différents selon l activité professionnelle.

Plus en détail

Futurs chefs d entreprise, v ous allez aimer le Discount de proximité!

Futurs chefs d entreprise, v ous allez aimer le Discount de proximité! Futurs chefs d entreprise, v ous allez aimer le Discount de proximité! La franchise DIA, deux opportunités Pour parfaire votre parcours d intégration dans le réseau, vous rejoindrez un centre de formation

Plus en détail

Loi de Finance 2010: Nouveautés en Fiscalité Automobile

Loi de Finance 2010: Nouveautés en Fiscalité Automobile Loi de Finance 2010: Nouveautés en Fiscalité Automobile Introduction Présentation des évolution de la loi de finance 2010 impactant la location longue durée: Suppression de la taxe professionnelle (art.

Plus en détail

POLITIQUE EN MATIERE DE CONFLITS D INTERÊTS 2. IDENTIFICATION DES CAS DE CONFLITS D INTERÊTS POTENTIELS ET POLITIQUE DE GESTION DE NOTRE BUREAU

POLITIQUE EN MATIERE DE CONFLITS D INTERÊTS 2. IDENTIFICATION DES CAS DE CONFLITS D INTERÊTS POTENTIELS ET POLITIQUE DE GESTION DE NOTRE BUREAU 1. CADRE GENERAL 1.1. L arrêté royal du 21 février 2014 relatif aux règles de conduite et aux règles relatives à la gestion des conflits d'intérêts, fixées en vertu de la loi, en ce qui concerne le secteur

Plus en détail

ACCORD DE PLACE SUR LA MEDIATION DU CREDIT AUX ENTREPRISES

ACCORD DE PLACE SUR LA MEDIATION DU CREDIT AUX ENTREPRISES ACCORD DE PLACE SUR LA MEDIATION DU CREDIT AUX ENTREPRISES Entre : - L Etat, représenté par Madame Christine LAGARDE, Ministre de l économie, de l industrie et de l emploi, - La Médiation du crédit aux

Plus en détail

L ENTREPRISE FACE A LA CRISE. Entreprises en difficulté 2009

L ENTREPRISE FACE A LA CRISE. Entreprises en difficulté 2009 L ENTREPRISE FACE A LA CRISE 1 I] Les outils pour réagirr #La mensualisation des remboursements de crédit de TVA #Le remboursement anticipé des créances de carry back #Le remboursement accéléré des excédents

Plus en détail

AUTO ENTREPRENEURS NOUVEAUTES 2015

AUTO ENTREPRENEURS NOUVEAUTES 2015 AUTO ENTREPRENEURS NOUVEAUTES 2015 Introduction A compter du 1 er janvier 2015, certaines conditions de l auto entreprise changent : un seul statut unique immatriculation obligatoire aux chambres consulaires

Plus en détail

Les atouts de la France pour surmonter la crise

Les atouts de la France pour surmonter la crise Les atouts de la France pour surmonter la crise Institut CSA pour RTL Juin 01 Fiche technique Sondage exclusif CSA / RTL réalisé par Internet du 1 au mai 01. Echantillon national représentatif de 100 personnes

Plus en détail

Au-delà du commerce lui-même, l'urbanisme

Au-delà du commerce lui-même, l'urbanisme Grand Angle Au-delà du commerce lui-même, l'urbanisme commercial touche aussi fortement les consommateurs, qu ils soient résidents ou de passage, et plus largement toute l économie de notre territoire,

Plus en détail

Position recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI

Position recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI Textes de référence : articles 313-18 à 313-22 du règlement général de l AMF

Plus en détail

COMPTE - RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 8 MARS 2012

COMPTE - RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 8 MARS 2012 COMPTE - RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 8 MARS 2012 Etaient présents : Mrs BLEVIN Pierre ; BONNET Claude ; GODERE Yannick ; MOUE Philippe ; MORICEAU Bertrand ; QUELVEN Jacques ; SEITZ Alfred ; SUISSE Michel

Plus en détail

REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL D AMFREVILLE DU VENDREDI 15 NOVEMBRE 2013

REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL D AMFREVILLE DU VENDREDI 15 NOVEMBRE 2013 REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL D AMFREVILLE DU VENDREDI 15 NOVEMBRE 2013 PRESENTS : M. X. MADELAINE, Maire, P. GOUPIL, R. FOLTETE, B NUYTEN, N. DUPUIS, C. LECHARPENTIER, B. JEAN, L. PARDOEN, DELAUNAY Elodie,

Plus en détail

APPEL À MANIFESTATION D INTÉRÊT

APPEL À MANIFESTATION D INTÉRÊT APPEL À MANIFESTATION D INTÉRÊT Valorisez vos produits agroalimentaires avec la marque collective «So Goût» portée par le Réseau Gesat 1 Sommaire Pourquoi avoir créé la marque «So Goût»? Quels sont les

Plus en détail

PROCES VERBAL DU CONSEIL MUNICIPAL DU 07 OCTOBRE 2011

PROCES VERBAL DU CONSEIL MUNICIPAL DU 07 OCTOBRE 2011 PROCES VERBAL DU CONSEIL MUNICIPAL DU 07 OCTOBRE 2011 ETAIENT PRESENTS : M.GUILLON, M.PIRONON, M. MAROL, M. MOULHAUD, M. CHEMINAT, M me BELETTE, M me TREVIS, M. CHARPIN, M me CALCHÉRA, M. VAURE, M me AUDENOT,

Plus en détail

LE GOÛT DE LA FORMATION

LE GOÛT DE LA FORMATION LE GOÛT DE LA INFRES Institut de Formation en Restauration ZI Roubaix Est Rue de le Papinerie 59390 Lys Lez Lannoy Tel 03.20.999.888 Fax : 03.20.800.585 www.infres-formation.com SÉCURITÉ ALIMENTAIRE HÔTELLERIE

Plus en détail

FIDEXCO France RAPPORT DE TRANSPARENCE ETABLI EN APPLICATION DE L ARTICLE R 823-21 ET PUBLIE SUR LE SITE INTERNET LE 31 MARS 2015

FIDEXCO France RAPPORT DE TRANSPARENCE ETABLI EN APPLICATION DE L ARTICLE R 823-21 ET PUBLIE SUR LE SITE INTERNET LE 31 MARS 2015 FIDEXCO France RAPPORT DE TRANSPARENCE ETABLI EN APPLICATION DE L ARTICLE R 823-21 ET PUBLIE SUR LE SITE INTERNET LE 31 MARS 2015 FIDEXCO France Page 1 sur 11 SOMMAIRE 1. PRESENTATION DE FIDEXCO FRANCE...

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Services de change et de gestion des paiements internationaux

DOSSIER DE PRESSE. Services de change et de gestion des paiements internationaux DOSSIER DE PRESSE Services de change et de gestion des paiements internationaux Janvier 2014 Fiche d identité de FX4Biz Date de création 2012 : FX4Biz Belgique Type de société SA de droit Belge au capital

Plus en détail

PRÉPARATION ET LIVRAISON DE REPAS EN LIAISON FROIDE POUR LE RESTAURANT SCOLAIRE

PRÉPARATION ET LIVRAISON DE REPAS EN LIAISON FROIDE POUR LE RESTAURANT SCOLAIRE COMMUNE DE BRETTEVILLE SUR ODON PROCÉDURE ADAPTÉE PRÉPARATION ET LIVRAISON DE REPAS EN LIAISON FROIDE POUR LE RESTAURANT SCOLAIRE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES C.C.T.P X:\CANTINE\CONSULTATION

Plus en détail

Le Groupe Casino p. 4 Casino restauration p. 5 Notre organisation p. 6 L idée p. 8 Résultats de l étude clients p. 10 Le concept p.

Le Groupe Casino p. 4 Casino restauration p. 5 Notre organisation p. 6 L idée p. 8 Résultats de l étude clients p. 10 Le concept p. UN CONCEPT NOVATEUR 2 Le Groupe Casino p. 4 Casino restauration p. 5 Notre organisation p. 6 L idée p. 8 Résultats de l étude clients p. 10 Le concept p. 12 A l heure des comptes p. 14 Mes notes p. 16

Plus en détail

Le premier bilan de la médiation bancaire

Le premier bilan de la médiation bancaire Depuis plusieurs années, certains établissements avaient désigné, de leur propre initiative, des médiateurs pour régler les différends avec leur clientèle. La médiation bancaire, qui a été généralisée

Plus en détail

Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs»

Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs» Conseil National de la Consommation 12 mai 2015 Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs» N NOR : EINC1511480V Trouver un produit, comparer

Plus en détail

Compte rendu de la réunion du 13 novembre 2014 Restauration scolaire et hygiène buccodentaire.

Compte rendu de la réunion du 13 novembre 2014 Restauration scolaire et hygiène buccodentaire. Compte rendu de la réunion du 13 novembre 2014 Restauration scolaire et hygiène buccodentaire. Personnes présentes : M. le Maire, Guillaume MATHELIER, M. Quentin MAYERAT, Adjoint à l'éducation et à la

Plus en détail

Atelier Guy Martin. Formation Professionnelle, Stages de cuisine et de pâtisserie 2015/2016

Atelier Guy Martin. Formation Professionnelle, Stages de cuisine et de pâtisserie 2015/2016 Atelier Guy Martin Formation Professionnelle, Stages de cuisine et de pâtisserie 2015/2016 Atelier Guy Martin 35/37 rue de Miromesnil 75008 Paris www.atelierguymartin.com Idéalement situés, en plein cœur

Plus en détail

Table ronde «Prévoyance»

Table ronde «Prévoyance» Table ronde «Prévoyance» La couverture santé minimale obligatoire pour tous, c est demain : quel impact pour mon entreprise? Laurent BUCHHOLTZER Responsable animation commerciale, région sud-est, Harmonie

Plus en détail

Dénomination :. Activité principale. Depuis: Activité secondaire.. Depuis: Nom et prénom :. né en : Niveau d'étude : Qualification professionnelle :

Dénomination :. Activité principale. Depuis: Activité secondaire.. Depuis: Nom et prénom :. né en : Niveau d'étude : Qualification professionnelle : Coordonnées de l'entreprise Dénomination :. Adresse :. Code postal : Commune :. Téléphone : Adresse mail :. Typologie de l'entreprise Activité principale. Depuis: Activité secondaire.. Depuis: Effectif

Plus en détail

LCEN, loi Chatel et LME : quelles conséquences pour les PME?

LCEN, loi Chatel et LME : quelles conséquences pour les PME? Conférence APECA : La dématérialisation, réelle opportunité pour les PME? LCEN, loi Chatel et LME : quelles conséquences pour les PME? 7 avril 2009 Denise Lebeau-Marianna Avocat, Baker & McKenzie SCP denise.lebeau_marianna@bakernet.com

Plus en détail

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015 Dossier de presse PLANÈTE COURTIER, Juin 2015 Contact presse Agence C3M - Tél. : 01 47 34 01 15 Michelle AMIARD - 06 60 97 24 00 - michelle@agence-c3m.com Laurence DELVAL - laurence@agence-c3m.com Sommaire

Plus en détail

Plan d action. Présenté par. Nadine Maire, Brigitte Corbeil et Johanne Bellemare

Plan d action. Présenté par. Nadine Maire, Brigitte Corbeil et Johanne Bellemare Plan d action Présenté par Nadine Maire, Brigitte Corbeil et Johanne Bellemare 1837, chemin Alfred Desrochers Orford J1X 6J4 Québec Tél : 1-819-437-8812 info@poseungeste.com www.poseungeste.com Missions

Plus en détail

DELIBERATION N 2010-15 DU 3 MAI 2010

DELIBERATION N 2010-15 DU 3 MAI 2010 DELIBERATION N 2010-15 DU 3 MAI 2010 PORTANT AVIS FAVORABLE SUR LA DEMANDE PRESENTEE PAR LA COMPAGNIE DES AUTOBUS DE MONACO RELATIVE AU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR FINALITE

Plus en détail

LA MAISON DES PETITES LUCIOLES PLANIFICATION STRATÉGIQUE 2015-2018 DOCUMENT-SYNTHÈSE

LA MAISON DES PETITES LUCIOLES PLANIFICATION STRATÉGIQUE 2015-2018 DOCUMENT-SYNTHÈSE LA MAISON DES PETITES LUCIOLES PLANIFICATION STRATÉGIQUE - DOCUMENT-SYNTHÈSE 8 MAI 1 TABLE DES MATIÈRES MISE EN CONTEXTE... 3 DÉMARCHE ET ÉTAPES..... 3 RÉSULTATS DE LA PLANIFICATION STRATÉGIQUE..4 MISSION...4

Plus en détail