SYNDICAT SECONDAIRE DE COPROPRIETE RESIDENCE DU PARC DE LA NOUE BAT BAGNOLET

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SYNDICAT SECONDAIRE DE COPROPRIETE RESIDENCE DU PARC DE LA NOUE BAT 4 93170 BAGNOLET"

Transcription

1 SYNDICAT SECONDAIRE DE COPROPRIETE RESIDENCE DU PARC DE LA NOUE BAT BAGNOLET DIAGNOSTIC FINANCIER ET DE GESTION EXERCICE RÉALISÉ PAR M JOSE BRAYANT ET BERNARD BEAUCOURT AVEC LE CONSEIL SYNDICAL LE 05/11/ 2004 DE 9 H 00 A 13 H LE 01/12/2004 DE 14H A 18H15 LE 17/12/2004 DE 9 H 30 A 12 H 30 AU CABINET LOISELET DAIGREMONT ARC - J.B. 05/09/08 Page 1

2 Avant-propos Les contrôleurs ont été accompagnés dans leur travail d'audit par Monsieur DEMAZEAU, Président depuis le 28 octobre 2004et Monsieur FERGO, membre du Conseil syndical. Les pièces demandées au syndic ont été fournies. Le Responsable d'agence Monsieur Colin, le Gestionnaire, Monsieur Herbreteau, la Chef Comptable, Madame N'Guyen, la Comptable Madame Mentouri et le personnel du cabinet ont apporté les réponses aux questions posées. L'immeuble date de Le syndicat secondaire (229 lots) est gérée depuis 1992 par le cabinet LOISELET DAIGREMONT après une gestion du cabinet BEAUVOIS. Le syndic a été réélu en 2002 pour 2 années et vient d'être réélu le 14 octobre 2004 pour une seule année. Bien entendu, à ce stade, le compte-rendu de l'assemblée générale n'est pas disponible. Les comptes de l'exercice 2003 (du 01/07/2002 au 30/06/2003) et les comptes de l'exercice 2004 (du 01/07/2003 au 30 juin 2004) ont été approuvés respectivement lors des assemblée générales du 25 novembre 2003 et du 14 Octobre La copropriété fait partie d'un ensemble immobilier comportant 7 bâtiments et des entrepôts. Chacun des bâtiments est géré dans le cadre d'un syndicat secondaire. Le syndicat principal gère aujourd'hui partiellement le chauffage et l'eau chaude sanitaire (sauf le bâtiment concerné par ce rapport), l'eau froide, les parkings et les espaces verts. Le syndicat secondaire est un Immeuble de Grande Hauteur, inclus dans la copropriété de La Noue. Il comporte 229 lots sur 30 étages et est imbriqué avec le bâtiment 5, constitué également en syndicat secondaire (48 lots principaux) dont le mandat de gestion est accordé à la Gestrim SA et est géré par l'antenne Gestrim Gare du Nord. La spécificité IGH de ce syndicat secondaire la rend plus impliquée dans la gestion avec le syndicat principal puisque certains postes de charges sont affectés en partie au syndicat secondaire et en partie au syndicat principal représentant la totalité de l'ensemble immobilier. Ils sont également partiellement localisés dans le bâtiment 4 (poste central de sécurité, report d'alarmes, local du Maître chien). Rappelons que la gestion de l'eau a été modifiée par l'introduction d'un mode de facturation par bâtiment depuis fin août 2003 (sauf pour le bâtiment 7 qui est complètement autonome). Les premières factures sont arrivées en novembre Pour autant, il ne s'agit pas d'une individualisation des contrats d'eau, comme nous pourrions le croire au sens de l'art. 93 de la loi SRU (loi n du 13/12/2000). En effet, le projet de convention préalable à cette facturation par bâtiment, qui semble n'avoir jamais été signé, ne dégage pas le syndicat principal et les autres bâtiments en cas de non paiement d'une facture sur l'un d'entre eux. Précisions également que ce syndicat secondaire bénéficie de ressources de location d'espace en toitures pour divers antenniste ou gérants d'émetteurs. Au jour de rédaction de cette étude, 3 opérateurs sont débiteurs de leurs loyers pour plus de ! Nous y reviendrons. Notons par ailleurs que les règles d'imputations comptables utilisées par le cabinet Loiselet Daigremont ainsi que la présentation des comptes sont particulièrement difficiles d'accès. Il est évident qu'un effort de présentation doit être réalisé en attendant la sortie du décret comptable et de son arrêté qui devraient largement faciliter l'harmonisation des pratiques. Enfin, signalons que le taux d'impayés du syndicat secondaire est de % (impayés actifs / réalisé ) auquel se rajoute le montant des créances irrécouvrables de issus de la gestion Beauvois représentant %. A partir des comptes fournis à la date de l'audit, le présent diagnostic s'est attaché à : ARC - J.B. 05/09/08 Page 2

3 Réaliser une étude des évolutions de charges entre les exercices 2003 et 2004 ; Faire une analyse des comptes de charges ; Faire une analyse de la situation des dettes et créances ainsi que la situation de trésorerie ; Examiner des dossiers contentieux ; Faire des préconisations. I. Analyse de l'évolution des charges entre les exercices 2003 et 2004 L'évolution de charges par rapport à l'exercice précédent se présente comme suit : 2003 ( TTC) 2004 ( TTC) % 2004 Évolution Dépenses chauffage % +2.0% Conciergerie / nettoyage % -0.5% Eau Froide (6 mois en 2003) % +51.6% Autres Dépenses communes générales % +2.8% Honoraires de syndic % +23.2% Assurance % +70.2% Ascenseurs % -5.0% Contentieux / procédures % -22.0% Contrat LER compteurs EF et ECS % +2.0% Autres charges particulières % -66.0% Total % +7.9% La colonne % 2004 nous indique le poids de chaque poste par rapport au coût total de l exercice Les postes sont présentés par ordre décroissant d importance. La colonne "Évolution" du tableau nous indique les taux d'augmentation les plus élevés par rapport à l'exercice précédent. L'exercice est marqué par un dépassement de 0.5 % ( / ) du budget prévisionnel voté à l'assemblée générale du 25/11/2003 de , soit Nous observons que le réalisé est en augmentation de 7.9 % ( / ) par rapport au réalisé de l'exercice précédent de , soit Le coût de l exercice (eau privative comprise) rapporté à chaque lot principal est en moyenne de TTC (229 lots), ce qui est considérable, mais l'immeuble en temps qu'immeuble de Grande Hauteur doit respecter une réglementation plus contraignante. De plus, les copropriétaires doivent également contribuer aux charges du syndicat principal, non reprises ici! Les six premiers postes du tableau représentent presque 90 % des dépenses de l'exercice (colonne "2004 %"). C'est donc sur ces postes qu'il faut centrer prioritairement l'analyse. ARC - J.B. 05/09/08 Page 3

4 II. Analyse des comptes de charges Précisons en introduction, concernant le syndicat principal, qu'un jugement du 2 juillet 2003, non frappé d'appel, précise une nouvelle répartition des charges de trois postes relatifs à la sécurité : 1. Gardiennage : Contrat avec la société de gardiennage (géré par le SDC principal) : Contrat de gardiennage : 48 % pour le SDC Principal et 52 % pour le bâtiment 4 ; Service de Maître chien : 65 % pour le parc de stationnement, % pour les entrepôts, % pour la dalle et 6.67 % pour le bâtiment 4 ; Contrat de travail du Chef d'équipe IGH (géré par le bâtiment 4) : 55 % pour le bâtiment 4 et 45 % pour le SDC Principal. 2. Ilot de sécurité (géré par le Syndicat principal) : 1. Réparti entre tous les copropriétaires du syndicat principal 3. Box et emplacement pour voitures (géré par le SDC principal) : Charges relatives aux parties communes : réparties entre tous les emplacements de voitures au prorata de leurs quotes-parts de charges générales ; Charges relatives aux équipements : réparties entre tous les emplacements de voitures à raison d'un tantième. Précisons que le jugement a été notifié à la partie adverse, composée d'un collectif de copropriétaires. Signalons enfin que le règlement de copropriété à été complété par ces dispositions, conformément au jugement par publication à la conservation des hypothèque le 6 juillet 2004, ce qui rend la décision opposable aux tiers. De l'analyse des factures et contrats effectuée avec le Conseil Syndical, il ressort les points suivants : Chauffage et réchauffement ECS C'est le 1er poste de dépenses de la copropriété avec , représentant presque 29 % du coût de l'exercice en hausse de 2 % en un an par le fait d'une plus forte consommation et du nombre de Degrés jours unifiés (DJU= dureté de l'hiver). 1. R1C / RFA énergie : La puissance souscrite pour le chauffage est de Kw dans la police d'abonnement signée le 1 er juillet Il est évoqué également dans un courrier SDCB du 21/01/2004 de ramener cette puissance à 1344 Kw. Puis un avenant 1 à la Police d'abonnement avait établi la puissance souscrite pour le chauffage à 1060 Kw, mais cet avenant du 12/02/2004 (lettre d'accompagnement) n'est pas signé du cabinet Loiselet. L'avenant signé fait état d'une remise commerciale pour les exercice et , par anticipation aux améliorations qui seront apportées aux bâtiments. 1 L'énergie consommée pour le chauffage par le bâtiment 4 a été en 2003 est, selon la SDCB, de 1995 Mwh pour 2210 DJU (2061 Mwh en 2000 pour 2009 DJU,1869 Mwh en 2001 pour 2233 DJU, 1709 Mwh en 1 Remise "d'un montant qui calculé pour plafonner le coût du chauffage et de l'eau chaude sanitaire à 75 % du coût total constaté en 2003, soit HTVA pour Mwh de chauffage et m 3 d'eau chaude sanitaire. Ce montant sera ajusté des consommations effectivement constatées et des ajustements du tarif de vente de la chaleur selon les conditions économiques." ARC - J.B. 05/09/08 Page 4

5 2002 pour 2041 DJU). Comparativement, pour l'eau chaude sanitaire, il faut environ 104 kwh 2 d'énergie pour réchauffer 1 m 3 d'eau chaude sanitaire. Le syndicat secondaire en a consommé m3. Nous avons donc une consommation de 1361 Mwh. L'énergie pour le chauffage représente environ 59.4 % (1995/( )) de l'énergie totale fournie par la SDCB,, ce qui est légèrement en dessous du ratio d'environ 2/3 de la consommation d'énergie totale affectée au chauffage.. Le coût du Mwh TTC a été, pour 2003, de TTC, soit un montant de TTC pour le chauffage (base SDCB). Le coût moyen estimé du m² chauffé par an et par saison est d environ 5.40 à 6.10 pour le R1 / R2 TTC. La surface étant de m² de laquelle il convient de retirer environ 20 % pour les parties communes non chauffées, nous avons environ m² chauffés. Avec ce calcul, nous arrivons à / m2, ce qui est extrêmement élevé. La conclusion est très simple : le coût de ce poste est trop élevé. Cela tient à la fois à la mauvaise enveloppe thermique du bâtiment, mais également au coût de l'énergie facturée par la SDBC. Nous sommes à 4.37 / m² avec le GIE à Évry, à / m² (R1 / R2) avec le Syndicat Mixte de Géothermie de la Courneuve (qui a revu sa proposition suite à l'audit). La renégociation de la police d'abonnement est donc une bonne chose. P2 maintenance La maintenance P2 est assurée par l'entreprise Brisset pour tous bâtiments, gérée par le syndicat principal. Le coût est réparti sur le principal, les secondaires, les entrepôts et le centre Toffoletti (bâtiment 7 à part). 2. Eau chaude sanitaire La puissance souscrite pour l'eau chaude sanitaire est de Kw dans la nouvelle police d'abonnement signée le 1 er juillet Un avenant 1 à la Police d'abonnement avait établi la puissance souscrite pour le chauffage à 268 Kw, mais cet avenant du 12/02/2004 (lettre d'accompagnement) n'est pas signé du cabinet Loiselet. Une remise commerciale est prévue (voir poste chauffage). La consommation globale d'eau chaude sanitaire sur a été de m 3 pour 229 lots, soit m 3 / lot en moyenne, ce qui est beaucoup mais peu s'expliquer par l'occupation. Elle est cohérente avec la consommation globale puisqu'elle représente un peu moins de 1/3 généralement admis. Le syndicat secondaire est titulaire de 2 contrats (signés les 27 et 28 août 2003) de fourniture d'eau froide destinée à fournir de l'eau chaude (réchauffeurs) avec la CGE : Compteur n en Z2 (du 11è au 20è) Compteur n en Z3 (du 21è au 30è) Par ailleurs, un 3 ième compteur n en Z1 (jusqu'au 10è) est utilisé pour préparer de l'eau chaude sanitaire pour les bâtiments 4 et 5 (échangeur commun). Ce contrat est géré par le syndicat principal. Cette gestion par le principal devait cesser dès la séparation définitive des réseaux eau chaude des deux bâtiments. En effet, sous la gestion Villa, le syndicat principal a engagé une prestation d'individualisation de ces réseaux pour permettre une individualisation du bâtiment 5 qui aurait alors souscrit un contrat d'eau à son nom et le syndicat secondaire du bâtiment 4 aurait alors repris le contrat actuel. Ces équipements sont en place mais n'ont jamais été raccordés par le fait que Villa aurait engagé cette 2 C'est l'indice "e" ou "q" quantité d'énergie théoriquement nécessaire pour assurer la production et la distribution de 1 m3 d'ecs à 55 ± 5 au point le plus éloigné. ARC - J.B. 05/09/08 Page 5

6 prestation sans être décidée par l'assemblée générale. La prestation aurait été payée, mais jamais appelée auprès des copropriétaires. Elle reste donc en compte d'attente du principal pour environ Cette consommation est facturée au principal qui la répercute aux deux syndicats secondaires à hauteur de 1/3 pour le bâtiment 5 et 2/3 pour le bâtiment 4 (justification de cette règle non trouvée). Cette consommation correspond pourtant à 70 appartements du bâtiment 4 et 48 appartements du bâtiment 5, soit une proportion de % pour le bâtiment 4. Les deux bâtiments ne parviennent pas à s'entendre sur la répartition. En 2003 nous notons une consommation totale sur ce compteur de 5513 m 3.pour un montant de TTC, apparemment de janvier 2003 (date de changement de ce compteur) au 20 octobre Enfin, nous nous demandons s'il y a une relation entre l'eau froide consommée en amont de l'échangeur (payée par le syndicat principal) et l'eau Chaude Sanitaire facturée en aval (chaque Syndicat secondaire). Les factures R1 ECN Eau chaude sanitaire SDCB adressées au cabinet Loiselet & Daigremont font également état explicitement de 3 compteurs de facturation (différents des compteurs d'eau froide) dont l'un en Z1 par le bâtiment 4 et 5. Le réchauffement de l'eau froide de ce compteur, qui est le frère "thermique" du 6 ième compteur CGE évoqué précédemment est donc facturé au bâtiment 4 et au bâtiment 5, chacun selon un ratio spécifique : 18.8 % du total de la facture (les trois compteurs) au bâtiment 5 et % au bâtiment 4! Le bâtiment 5 paie donc, à travers ses 18.8 %, % du coût du réchauffement de l'eau du compteur commun. La SDCB interrogée sur ce point, nous fait savoir par l'intermédiaire de M. Douvry qu'il s'agit d'une "répartition contractuelle". Il n'a été constaté dans la police d'abonnement aucune clause de répartition contractuelle. Les bâtiments ne savent pas non plus. Ce point reste sensible. On comprend pourquoi le cabinet Villa voulait individualiser. Le syndicat secondaire facture l'eau chaude sanitaire aux copropriétaires non pas au coût de revient, mais à un coût unique et stable depuis : 6.40 / m3. En fait, il semble qu'il y ait confusion entre le coût du réchauffement facturé, le coût forfaitaire appliqué et le coût réel qui n'est pas calculé. En tout cas, le seul coût du réchauffement de l'eau facturé par la SDCB est déjà de 4.78 HT, soit 5.71 TTC au 1 er juillet Il faut logiquement y rajouter : Le coût de l'eau froide réchauffée (3.20 / m 3 ) ; une quote-part de la Redevance forfaitaire annuelle (RFA) d'environ / m 3 ; Une quote-part de l'entretien (P2) ; Une quote-part de l'entretien des surpresseurs d'eau chaude ; Une quote-part d'électricité qui d'ailleurs n'est pas répartie par bâtiment puisqu'il n'existe aucun poste EDF sur le syndicat secondaire. Comme nous le voyons, le coût de l'eau chaude sanitaire répercuté sur les copropriétaires dans le cadre des charges privatives est sous-estimé au moins 20 %, constituant un transfert important vers le poste du chauffage qui lui est réparti aux tantièmes chauffage. Cette situation est d'autant plus inquiétante que les copropriétaires attentifs ont plus prise sur leur consommation facturée d'eau chaude que sur la répartition aux tantièmes du chauffage. L'injustice se double donc d'une dépossession d'un moyen de maîtrise des charges. Par ailleurs, cela signifie aussi que le coût de l'eau froide non facturée dans le coût de l'eau chaude est répartie en charges communes générales, c'est-à-dire encore en tantièmes Donc une incitation à une forte consommation d'eau chaude puisqu'elle est bon marché. Conclusion 3 basée par exemple sur la puissance souscrite (268 Kw/1328 Kw soit 20 %) dont (moyenne annuelle) x 20 % = 7500 pour m 3 sur l'exercice , soit / m 3 à rajouter. ARC - J.B. 05/09/08 Page 6

7 La consommation d'eau chaude est trop importante : il faut communiquer pour sensibiliser davantage les résidents ; Le coût de l'eau chaude sanitaire est trop faible : il faut le calculer chaque année en fonction d'éléments objectifs votés en assemblée générale dans le respect du règlement de copropriété ; L'évaluation de l'eau chaude résiduelle, différence entre l'eau froide facturée par la CGE sur les 3 compteurs en sous-station et l'eau récupérée sur la somme des divisionnaires n'est pas appréhendée de manière rationnelle : il est nécessaire de surveiller ce résiduel en partant de date des relèves identiques (CGE, SDCB et CIS) ; Personnel C'est le 2ième poste de dépenses de la copropriété avec , représentant presque 25 % du coût de l'exercice Le syndicat secondaire emploie cinq collaborateurs, ce qui représente un taux d'encadrement de un salarié pour 50 lots de l'igh en tenant compte de la quote-part du poste de M. Deroeux sur le syndicat principal. Cette proportion est correcte : 3 Employés d'immeuble : Mme Lopes, Mme Ferreira et M. Djeghali à temps complet. Ils sont tous les trois au niveau 2, coefficient 255. Il est surprenant que les salaire complémentaires ne soient pas les mêmes pour chacun de ces trois employés dans la mesure ou ils font tous le même nombre d'heures et sont tous sur la même grille indiciaire. Notons également que des primes (éloignement ) sont accordées et que des majorations pour heures supplémentaires (10 % à 50 % selon les cas) viennent augmenter le salaire brut. La prime d'ancienneté est à son maximum pour Mme Ferreira et Mme Lopez. 2 Gardiens M. et Mme Deroeux, présents sur la copropriété depuis le 15 octobre 1978 : Mme Deroeux est gardienne, coefficient 255 pour unités de valeur. Son ancienneté est au maximum (18 %). Le dernier avenant correspondant à son taux d'emploi de 74 % n'a pas été fourni. Ses tâches sont essentiellement la permanence en loge, la surveillance pendant l'exécution des tâches, le contrôle et la coordination des employés d'immeuble, le contrôle des tâches de préposés d'entreprise extérieures et le service du courrier. M. Deroeux a la double qualification de Régisseur du bâtiment 4 et de Chef d'équipements de sécurité de l'igh, coefficient 340, niveau 4 pour unités de valeur (soit 60 % sur l'igh et 40 % sur le syndicat secondaire, si l'on considère le maximum de UV prévu par la convention collective). Son contrat n'a pas été fourni. Notons qu'il n'est en possession que d'un seul contrat de travail (avec le syndicat secondaire) et qu'il ne reçoit donc qu'un bulletin de paie intégrant la quote-part de rémunération liée à son activité pour le syndicat principal. Le mode de calcul de cette quote-part reste à justifier. Il s'avère que le bâtiment 4 avance à 100 % le poste de M. Deroeux relatif à un contrat de Chef d'équipe IGH (et son remplacement assuré par la société de Gardiennage SECOM de manière distincte de sa prestation spécifique) et en demande le remboursement, non pas à 45 % comme le prévoit le dispositif de jugement, mais à hauteur de 40 %, comme auparavant. Une régularisation est donc nécessaire à ce niveau comme au niveau des autres postes, notamment SECOM GARDE. Le cabinet Loiselet & Daigremont n'a pas pris la dimension de ce dispositif de jugement. À l'inverse, le syndicat principal, qui gère tous les autres postes présentés dans le dispositif de jugement, doit récupérer du bâtiment 4 : ARC - J.B. 05/09/08 Page 7

8 Les 52 % du contrat de la société de Gardiennage ; Les 6.67 % du Service de Maître chien ; Les congés payés acquis et non pris au 31/12/2003 représentaient, pour le solde et l'acquis jours pour les 5 salariés. Bien que nous n'ayons pas la situation du solde de ces congés au 3006/2004, date d'arrêt des comptes, il est probable que le nombre de jours restant à prendre à cette date doit être significatif. Il est donc nécessaire de procéder à leur valorisation au bilan en provisions pour congés payés non pris. Globalement, il n'apparaît pas d'économie évidente à faire sur ce poste, malgré son poids dans les charges. Sinon d'appliquer le dispositif de jugement déjà mentionné. Eau C'est le 3ième poste de dépenses de la copropriété avec , représentant presque % du coût de l'exercice , en hausse de 51.6 % sur 1 an par le jeu des provisions de seulement en Historique N'oublions pas qu'avant les premières factures d'eau CGE personnalisée de novembre 2003 (hors bâtiment 7 déjà autonomisé et surpresseurs), les contrats de charges d'eau froide, étaient gérées par syndicat principal pour le compte des bâtiments. Ces contrats faisaient l'objet d'une option Grand compte permettant une réduction de 20 % sur le prix de l'eau HT. Cet avantage a été perdu dans le cadre de la facturation par bâtiment (qui n'est pas une vraie individualisation, apparemment impossible), ce qui est injuste puisque la solidarité des bâtiments est par ailleurs maintenue par la CGE. Ainsi, le coût moyen TTC du m 3 est passé de 2.88 en à 3.20 en , soit 11 % de hausse! Les dépenses d'eau froide faisaient l'objet d'une répartition très spéciale : 1- Les factures d'eau étaient toutes reçues par le syndicat principal. Les provisions d'eau étaient appelées à chaque copropriétaire sur la clé des charges générales de chaque bâtiment (qui est heureusement la même que la clé des charges générales du syndicat principal) ; 2- Les copropriétaires payaient donc ces charges au syndicat principal ; 3- Lors de la régularisation de ces charges d'eau, les syndicats secondaires imputaient au débit du compte de chaque copropriétaire du bâtiment concerné la consommation réelle d'eau (froide et chaude) consommée, sur la base des relevés de compteurs divisionnaires. 4- Puis ce même syndicat secondaire créditait dans sa comptabilité un compte de charges du montant de la somme des divisionnaires, sur la base d'un coût du m 3 d'eau froide qui, normalement, devait être fourni par le syndicat principal, sur reddition de l'ensemble des factures (coût total TTC / nbre de m 3 total facturés) ; Pour compliquer la situation, mentionnons que le SDC principal est en année civile et que le bâtiment 4 arrête ses comptes au 30 juin! Par ailleurs, le sort du compteur général n R201FH de la rue de la Noue (source A) n'est pas réglé : celui-ci alimente, selon la CGE, trois réseaux secondaires d'eau froide surpressée pour l'eau froide et l'eau chaude sanitaire. Il est toujours actif et la prise en charge de la différence entre le cubage de ce compteur et la somme des 24 divisionnaires est quérable auprès du SDC principal (factures non repérées). Trois autres compteurs généraux sont répertoriés pour les surpresseurs incendie de IGH, les bornes incendies Activités - entrepôts et dalle et enfin les sprinklers voies 110,5 et 105. ARC - J.B. 05/09/08 Page 8

9 Enfin, la source B, rue Ch. Delescluze alimente en directe 4 autres compteurs (Bâtiment 7, Ilôt R, Sprinklers voies 110,5 et 105 et Bornes incendies. Situation du bâtiment 4 Le syndicat secondaire est maintenant titulaire de 5 contrats (signés les 27 et 28 août 2003) de fourniture d'eau froide avec la CGE : 3 concernent l'eau froide : compteur n a priori pour la zone de surpression 1 du sous-sol au 10 ième étage compteur n a priori pour la zone de surpression 2 du 11 ième étage au 20 ième étage compteur n a priori pour la zone de surpression 3 du 21 ième étage au 30 ième étage. Ce compteur a été remplacé par le autres compteurs dont la consommation est facturée au bâtiment 4 concernent l'eau froide destinée à être réchauffée. Consommation d'eau froide et globale : La consommation d'eau froide (hors eau chaude sanitaire) récupérée auprès des copropriétaires en est de m 3, soit en moyenne 127 m 3 pour chacun des 229 lots. Il reste difficile de comparer cette consommation privative à la consommation facturée par le CGE, car les périodes disponibles ne sont pas les mêmes (tableau ci-dessous). Il est confirmé qu'aucun des 6 abonnement CGE relatifs à l'alimentation du bâtiment 4 ne fait l'objet d'un contrat Grand compte, ce qui est une aberration quand on sait que la consommation annuelle 2003 s'est située à m 3 ( m 3 au total 1/3 du compteur commun bât 4 et 5) représentant un cubage journalier de m 3 comme suit : Eau froide Eau chaude sanitaire Compteur CGE 2003 Compteur Compteur Compteur Compteur Compteur Z Z Z2 Bât 4 /5 ** 1er trim e trim e trim e trim Total Total Montant Moyenne / m ** Il faut retirer 1/3 de la consommation de ce compteur qui est affecté par le principal au bâtiment 5. L'économie dont est privé le syndicat secondaire par l'absence de grand compte est d'environ 10 à 13 %. Il faut absolument revenir sur ce point et négocier un forfait avec la CGE. La consommation d'eau chaude étant de m 3 / lot en moyenne (comme nous allons le voir plus loin), nous avons donc une consommation globale de d'environ 180 m 3 / lot, ce qui est très important. En effet, il faut compter environ 30 m3 par an et par personne en appartement. En remontant sur 2002, les comptes de cet exercice faisaient apparaître une consommation d'eau qui était égale à la somme des consommations privatives et non la consommation réelle. Par ailleurs, la somme des divisionnaires relevés est valorisée à 3,03 le m3 (pour un chiffre calculé de 3,18 sur les factures d'eau de la CGE). Les copropriétaires paient cette eau privative environ 5% en dessous du prix facturé par la ARC - J.B. 05/09/08 Page 9

10 Compagnie au syndicat secondaire et sont crédités du même montant, en millièmes cette fois. Cette manière de procéder ne permet pas aux copropriétaires de comparer le crédit qui leur est fait avec le paiement au syndicat principal. Une provision de pour la période du 1er Janvier 2003 au 30 Juin 2003, calculée à partir d'une estimation donnée par le syndic du syndicat principal a été constituée dans les comptes La première conclusion est l'absence de transparence pour les copropriétaires qui avaient l'impression de payer deux fois l'eau : une fois au principal et une autre fois au secondaire. La seconde conclusion est que la consommation moyenne par lot est trop élevée et qu'elle génère de l'endettement. Nous verrons en fait qu'une partie de la consommation privative d'eau chaude est transférée en charge chauffage ou en charge bâtiment par la faiblesse du coût du m 3 d'ecs. Autres Dépenses communes générales C'est le 4ième poste de dépenses de la copropriété avec , représentant presque 7.7 % du coût de l'exercice , en hausse de 2.8 % sur 1 an. Honoraires de syndic C'est le 5ième poste de dépenses de la copropriété avec , représentant presque 6.13 % du coût de l'exercice Le syndic bénéficie d'un contrat d'une année pour un montant de TTC (avec l'option retenue de compte bancaire commun). Un bon nombre de prestations font l'objet de facturations complémentaires pour le reste. Il en est ainsi du recouvrement des charges où la première lettre (dite lettre ordinaire de rappel) est facturée 9.20, le recommandé à 41, et la simple ouverture du dossier contentieux (mention peu précise) facturée à 82. Le syndic a soumis à l'assemblée générale un contrat de tenue des archives dormantes auprès de la société PRO-ARCHIVES. Enfin, le syndic a décrit les modalités de fonctionnement des accords GOLD (Gestion Optimale Loiselet & Daigremont) à ne pas confondre (sic) avec la charte GOLD. Il a été décrit comme un moyen de faire bénéficier les copropriétaires de prix négociés entre le cabinet et les prestataires. Entrent dans cette catégorie les contrats avec DEP, d'hygiène (3D), Schlumberger, Proxiserve, Kone. Trois remarques doivent être apportées : 1. Ces accords préférentiels ne sont pas connus du conseil syndical qui ne peut vérifier la concordance entre les prix fixés aux contrats et les factures appelées, souvent inférieures. Le syndic nous déclare fixer lui-même les revalorisations, mais ne les communique pas au conseil qui doit avoir accès à tous les contrats ; 2. Ces accords GOLD avec certains fournisseurs risquent de limiter la mise en concurrence aux seuls membres de l'accord ; 3. Les explications sur le fonctionnement de l'accord ne correspondant pas aux définitions du contrat de syndic qui met l'accent sur la qualité du service, la déontologie du prestataire et des garanties dans l'exécution des prestations. Assurance Multirisque immeuble C'est le 6ième poste de dépenses de la copropriété avec , représentant presque 6.13 % du coût de l'exercice Ce contrat est en hausse anormal, ce qui s'explique par un changement d'assureur alors que la prime précédente était déjà sur l'exercice. ARC - J.B. 05/09/08 Page 10

11 Le contrat d'assurance multirisque immeuble est souscrit auprès la compagnie AXA. Il est daté du 20/08/2004 et souscrit pour une année reconductible tacitement. Son coût est de en 2004 pour une surface développée de m² (soit un coût de 1.95 TTC du m²) pour des risques, garanties et franchises standard. Ce montant est très élevé, puisque les coût observable sont de 0.80 à 1 pour des copropriétés à sinistralité raisonnable. Cependant, l'immeuble est un IGH, ce qui a une forte incidence sur la prime. Le cabinet Loiselet et Daigrement fait jouer les accords GOLD sur ce contrat comme sur d'autres. Il y a lieu de surveiller étroitement ce contrat qui doit être remis en concurrence fréquemment. Ascenseur C'est le 7ième poste de dépenses de la copropriété avec , représentant presque 4.31 % du coût de l'exercice Le contrat passé avec Koné ascenseurs a fait l'objet d'un avenant qui date de septembre Le contrat de maintenance date du 1 er octobre 1996 (date postérieure à celle de l'avenant qui porte le même numéro). Il s'agit d'un contrat d'entretien complet avec délai d'intervention de 4 heures. La rédaction de l'avenant a été motivée par l'introduction dans la législation d'une obligation de réalisation d'une étude de Sécurité (décret du 30 Juin 1995). L'étude de sécurité doit être réalisée tous les 5 ans. Lors de l'audit, le syndic n'a pas pu produire cette étude car il ne savait pas si elle avait été réalisée. Il est nécessaire de vérifier que cette étude a été commandée et réalisée. Dans le cas contraire, le syndicat des copropriétaires pourrait voir sa responsabilité engagée pour n'avoir pas fait réaliser les travaux de mise en sécurité des installations. Compte tenu de l'ancienneté de ce contrat et de l'évolution récente de la réglementation, une nouvelle mise en concurrence s'impose. EDF Aucune facture EDF sur la copropriété, tant pour les escaliers que pour l'alimentation des ascenseurs, que pour l'alimentation des pompes des chaufferies et eau chaude sanitaire. Ces charges se retrouvent au niveau du syndicat principal : elles ne sont donc pas réparties en fonction des critères de répartition des charges concernées (chauffage, ascenseurs, VMC, charges générales ). Il reste très difficile d'appréhender le réseau électrique et sa distribution, notamment en vue d'une refacturation qui éviterait les transferts de charges. Autres contrats ou prestations ponctuelles En sa qualité d'immeuble de Grande Hauteur, la copropriété est soumise à une réglementation spécifique, notamment sur l'incendie. Un contrat d'assistance en tant que mandataire sécurité a été souscrit en septembre 2001 avec le cabinet GIFFARD. La mission annuelle est chiffrée à 4375,90 (valeur 2001). Le syndic procédera à une nouvelle mise en concurrence, le marché s'étant largement ouvert depuis cette période. Il veillera aux modalités de paiement de la prestation : en effet, l'actuel contrat prévoit un paiement de la totalité en terme à échoir, alors que la prestation n'a pas débuté et un taux d'intérêt de retard (15%) bien trop élevé. Le contrat d'abonnement entretien en garantie totale des groupes de Ventilation Mécanique Contrôlée avec PROXIMA-RESIDENCE date du 3 mai Il doit être remis en concurrence Un contrat a été conclu avec DEP Parasitis en date d'août 2002 pour un montant de 187,63 HT par an. La facturation est différente (voir rubrique syndic). Ce contrat, tel qu'il est souscrit n'est pas utile. Le syndic devra procédera à sa résiliation en prêtant une attention particulière à la date d'effet. Le contrat passé avec Véritas pour les vérifications réglementaires des installations électriques, des moyens de secours et des équipements concourant à la sécurité incendie dans le bâtiment, ARC - J.B. 05/09/08 Page 11

12 vérification des ascenseurs ainsi que de la protection contre la foudre vient d'être renégocié. Le précédent contrat était trop ancien. Enfin, signalons que le syndicat secondaire procède chaque année à des campagnes de travaux. C'est dans ce cadre que le syndicat a récupéré en 2004 de la CARPA une somme de dans le cadre d'une procédure (sur RCP de l'entreprise) pour malfaçon sur les travaux d'étanchéité de la terrasse. III. Analyse de l'état des dettes et créances et de la situation de trésorerie État des dettes et des créances et situation de trésorerie après répartition au 30/06/2003 Actif Passif Fonds de roulement Fonds de prévoyance Fournisseurs à payer Copropriétaires actifs Débiteurs / créditeurs Créances copropriétaires irrécouvrables Provisions sur exercice Charges constatées d'avance Produits constatés d'avance Produits à recevoir Recettes loyers antennes Intérêts de retard Rompus de répartition 0.73 Travaux à répartir & honoraires sur Travaux Comptes financiers caisse (Trésorerie) Comptes financiers (Trésorerie) Total Rappelons que les créances figurant à l'actif de ce tableau sont dues au syndicat de copropriété par les tiers (y compris copropriétaires) et que les dettes figurant au Passif sont dues par le syndicat de copropriété aux tiers. Sur cette situation, qui est plus saine à l'heure où ce rapport est rédigé, nous pouvons apporter les commentaires suivants : Notons d'abord que ce bilan a été recomposé pour être un peu plus lisible par les copropriétaires. Les comptes copropriétaires ont, par exemple, été présentés non pas en un solde débiteur de , mais avec au Débit, dette réelle des copropriétaires en comptes et au crédit, dette du syndicat auprès des copropriétaires créditeurs après répartition. Le terme "après répartition" signifie que les provisions appelées et les charges constatées pour l'exercice (comptes d'exploitation) ont été balancés pour en extraire le résultat, lui-même affecté sur les copropriétaires en fonction de leurs quote-part de charges dans chaque catégorie de dépenses. Notons ensuite qu'il ne comporte pas les dettes et créances propres au syndicat principal, comme, par exemple, la quote-part du dispositif de jugement du 01/06/2004 dans l'affaire Général Frigorifique France (GFF) d'un montant total de Fonds de roulement Cette avance de trésorerie représente 69 jours de fonctionnement sur la base du dernier prévisionnel voté, ce qui est trop important, même compte-tenu des dettes des copropriétaires ( rappel: le montant des dettes des ARC - J.B. 05/09/08 Page 12

13 copropriétaires correspondant à 63 % des dépenses d'un exercice). Rappelons que les dispositions du récent décret du 27 mai 2004 (Art. 35 & 1), pris en application de la loi "SRU" du 13 décembre 2000 prévoient que cette avance doit être au maximum de 1 / 6ième (soit deux mois) du montant du budget prévisionnel. Cette disposition sont entrées en vigueur à partir le 1 er septembre: l'avance doit être portée à Toutefois, l'excédent pourra alimenter le fonds de prévoyance ou un fonds de solidarité sur décision de l'assemblée générale. Fonds de prévoyance Ce fonds de prévoyance, ambigu dans sa définition telle que décrite dans la résolution n 7 de l'ag du 30/10/ est abondé par les recettes de loyers sur antennes. L'ambiguïté de sa définition tient au fait qu'il s'agit sur le principe d'un fonds de l'art de a loi du 10 juillet Or, ce type de fonds concerne exclusivement des travaux non encore votés, la dévolution de ces fonds en cas de vente est toujours sujette à interprétation par les tribunaux et surtout, on voit mal comment ponctionner sur ce fonds pour éponger des irrécouvrables. Nous attendons une sécurité juridique plus forte dans les décisions adoptées par un cabinet historique comme Loiselet & Daigremont. Pour les fonds d'antennistes, le circuit est complexe et nous réserve quelques surprises que nous étudierons dans le chapitre relatif aux loyers d'antennistes, plus loin. Disons que le circuit normalement suivi par les flux financiers d'antennistes est le suivant : Les loyers sont appelés et réglés sur un compte fictif (l'immeuble 161). Périodiquement, l'argent perçu est transféré dans les comptes du syndicat secondaire, d'abord sur un compte d'attente "Recettes diverses" n 4580, puis crédité au compte de prévoyance ; De là, il sera utilisé pour financer tout ou partie de travaux, en fonction des décisions d'assemblées générales. Alors qu'il serait si simple de considérer les antennistes comme autant de clients (compte 411), en classe 4, comme les copropriétaires (450) et les fournisseurs (401) Les membres du conseil syndical doivent passer leur expertise comptable! Précédemment, les travaux en cours étaient directement basculés sur le fonds de prévoyance qui permettait en partie de les financer. Ils restent maintenant en compte de charges Travaux pour plus de clarté, ce qui est une bonne chose. Le Fonds de prévoyance sert également à éponger très progressivement les irrécouvrables, comme nous le verrons. 4 Voici le texte de la résolution : Existence et création d'un fonds de prévoyance pour les travaux (redevance des loyers Antennes) l'assemblée générale, après en avoir délibéré, adopte le principe d'un fonds de réserve pour gros travaux, conformément à l'article 18 de la loi du 10 juillet 65 modifiés par la loi du 21 juillet Les sommes versées au titre des loyers Antennes constitueront ce fonds de prévoyance. Par ailleurs, l'assemblée générale décide que le fonds de prévoyance ne fera pas l'objet d'un remboursement entre acquéreurs et vendeurs le jour de la vente dans la mesure où celui-ci est alimenté par le biais des loyers Antennes et qu'à ce titre, il ne fait pas l'objet d'un appel de fonds auprès des copropriétaires. 5 Art. 18 alinéa 6 loi du 10/07/1965, modifiée pat la Loi du 27/07/1994, (Art. 36) - De soumettre, lors de sa première désignation et au moins tous les trois ans, au vote de l'assemblée générale la décision de constituer des provisions spéciales en vue de faire face aux travaux d'entretien ou de conservation des parties communes et des éléments d'équipement commun, susceptible d'être nécessaires dans les trois années à échoir et non encore décidés par l'assemblée générale. Cette décision est prise à la majorité mentionnée à l'article 25 de la présente loi ;" Remarquons que la décision prise, comme le projet de résolution ne mentionnait pas la majorité requise ARC - J.B. 05/09/08 Page 13

14 Fournisseurs à payer / Au débit : Il s'agit du compte 4550 "Mitoyenneté", relatif au solde de la dette du syndicat principal pour ce qui concerne la quote-part que ce dernier doit payer dans le cadre de sa participation aux divers postes de gardiennage et de sécurité. La règle du "jeu" est maintenant parfaitement claire puisque le jugement rendu le 2 juillet 2003 précise les postes, clés et modalités d'imputation de ces dépenses entre les divers protagonistes. Nous avons d'un côté la dette du cabinet mail composée d'un report à nouveau de et d'un montant de sur l'année ; Et de l'autre composés de la quote-part des bâtiments 4/5, zone 1 pour l'eau froide payée par le syndicat principal et due par le secondaire. Les représentent donc la dette du cabinet Mail auprès du syndicat secondaire. Signalons au passage que la répartition continue de se faire sur une ancienne base, le cabinet Loiselet Daigremont n'ayant pas pris la mesure de ce jugement qui pourtant a du lui être notifié. Il convient donc de régulariser ce compte dans le cadre d'un travail conjoint avec le cabinet Mail. Cette dette du syndicat principal est évidemment très importante. Elle fait pendant à la dette du syndicat secondaire auprès du principal, notamment sur les postes de l'eau. Au crédit : Il s'agit de la dette du syndicat secondaire auprès de ses fournisseurs à la date d'arrêt des comptes. Nous y trouvons notamment : La somme de pour le compte 4585 "Fournisseurs" (hors syndicat principal déjà vu). Sur cette masse, nous avons d'abord : o un premier lot de factures pour présentées au point 4 du "registre des comptes". Nous pouvons y voir que la dette à la SDCB est de , suivi de la dette Kone pour ( de travaux et d'entretien), pour la société Bechet, pour les travaux de GIR étanchéité, pour le SEDIF (CGE), pour le chauffagiste Brisset o un second lot de la différence entre les et le premier lot de , soit non retrouvé dans le "magma" comptable et qui reste à justifier. La somme de pour le compte 4802 "Charges à payer" nnulation d'intérêts de retard, pour la SECOM Les intitulés sont très difficiles à décrypter. Un effort de lisibilité doit être fait si l'on souhaite impliquer d'avantage le conseil syndical. La somme de pour le compte 4803 "Honoraires à prélever". Il s'agit de 22 lignes d'honoraires de syndic à prélever pour des travaux et autres prestations particulières, hors honoraires pour prestations courantes. Il est impératif que le cabinet Loiselet & Daigremont fournisse un effort substantiel pour fournir des comptes lisibles au conseil syndical et aux copropriétaires. Copropriétaires actifs Débiteurs / créditeurs Débiteurs : Il apparaît qu'il n'existe pas de n de compte racine pour les copropriétaires dans la nomenclature comptable du cabinet (après vérification du plan comptable et question à Madame Mentouri). Les débiteurs représentent % du réalisé , hors le compte d'attente 4520 que nous étudierons plus loin. Cette situation est préoccupante, d'autant que la trésorerie est négative et que les dettes aux fournisseurs sont importantes. ARC - J.B. 05/09/08 Page 14

15 Il se peut qu'il y ait des créances douteuses ou même irrécouvrables de la gestion Loiselet dans ces copropriétaires. Par exemple : Vente adjudication Refaat du 03/06/2003 débiteur de Vente adjudication Mbogo du 11/10/2003 débiteur de Vente adjudication Azoulay du 10/06/2003 débiteur de Vente adjudication Kamalanathan du 07/11/2000 débiteur de Vente adjudication Lessani du 03/07/2001 débiteur de Vente adjudication Martin Gilles du 28/10/2003 débiteur de Vente Boulade non datée débiteur de Dont il convient d'évaluer le caractère plus ou moins douteux de la créance et, normalement, de porter une provision évaluée selon le niveau de risque en compte de charges. Notons par ailleurs que l'assemblée générale du 14/01/2004 a voté la vente de deux lots : Lots Société Sofrimob M. Khalil et lots M. ou Mme Baldev Raj avec des mises à prix de Analyse détaillée a. Structure de la dette. Sur les 229 copropriétaires, 70 présentent un compte débiteur significatif au 30/12/04 soit 30.56%. Le solde débiteur se monte à au Il était de au 30.06/03. Détail des 10 plus gros débiteurs au 18/01/05.(hors ceux pour lesquels une vente judiciaire a été prononcée) : Muzzafar Bailleur Baldev Raj Sofrimaob bailleur Ramandraibe Andrianjohary Mina Rochegude Dursun bailleur Sci du château bailleur Nadjapoorhiri Zhang Total Les 10 plus gros débiteurs, qui représentent 4.3% des copropriétaires, totalisent 25% du débit total. Le premier débiteur représente 4,6% de la dette. Le débit est concentré sur un petit nombre de débiteur bien identifié. Une dizaine d entre eux dépassent de dette. Une quarantaine de copropriétaires présentent un compte fluctuant en fonction de la pression conjointe des deux syndicats, des accords pris ou des remboursements partiels. Sur les dix plus gros débiteurs, 4 sont des bailleurs, il totalisent 32% de la dette des plus gros. On ne note pas de sur représentation de cette population parmi les débiteurs. b. Evolution de la dette. ARC - J.B. 05/09/08 Page 15

16 Certains gros débiteurs voient leur dette refluer entre le 30/06/03 et 30/12/04. Mais cela peut cacher un changement de répartition de la dette entre le principal et le secondaire. Par exemple : Nzoukeu : Au 30/06/03 au 04/11/04 % Principal % Secondaire % Globalement, le débit qui avait augmenté fortement entre le 30/06/03 et le 30/06/04 reflue sur les 5 derniers mois. c. Méthodologie de recouvrement et de gestion des impayés. La phase pré-judiciaire se déroule théoriquement de la façon suivante : 1 Phase : Rappel systématique le 10 jour suivant la date d échéance. Mise en demeure un mois après, suivie de l ouverture d un compte contentieux. Dés lors, les intérêts de retard au cours légal courent. On peut noter que ces intérêts ne sont pas affectés à l apurement d un compte en particulier. Une lettre comminatoire est adressée par l avocat à qui a été confié le dossier. Un seul avocat centralise les dossiers, il s agit de Maître Hervé Cassel, 84 rue d Amsterdam Paris. Actions Coût Lettre de rappel 9.2 Lettre RAR 41 Ouverture dossier contentieux 82 Lettre comminatoire par avocat 107 Suivi dossier taux horaire 71 2 Phase : Assignation, suivie d un jugement donnant lieu à un titre d exécution. Sont utilisés selon le cas : Saisie des loyers, saisie du compte bancaire, saisie immobilière en dernier recours. Les saisies mobilières ne sont jamais utilisées. Des échéanciers sont proposés dans certains cas : Exemple Andrianjohary qui bénéficie d un plan d apurement( élaboré par le Pact Arim) de sa créance de 80 par mois. Un titre d exécution est cependant détenu par le cabinet. Il ne sera exécuté qu en cas de défaillance. L action au contentieux ne tarde pas. On peut regretter l absence de procédures sans avocat, peu coûteuses pour la copropriété. (Comme l injonction de payer par exemple). Le système est rodé, des ventes judiciaires sont donc régulièrement proposées à l approbation de l assemblée : Les dernières en date : Lots Pour un solde débiteur de : Mbogo Azoulay ARC - J.B. 05/09/08 Page 16

17 Kamalanathan Lessani Martin Gilles Boulade Refaat On peut noter qu aucune provision pour créances irrécouvrables n ont été portées. Au 18/01/05, le compte de Boulade est créditeur de L'assemblée générale du 14/10/2002 a procédé au vote de plusieurs ventes judiciaires. Voici le point sur les ventes judiciaires soumises au vote : Lots Débit au Commentaires 18/01/05 Rochegude La saisie n est plus à l ordre du jour. Un protocole a été établi après paiement de 7500 en décembre suivi de 1800 en janvier et en février. L avocat a consenti à la remise gracieuse de ses frais. (598 ) Rabah Il s agit d un cas où le locataire ne paye pas ses loyers. M Rabah a déposé des chèques qui seront encaissé après expulsion du contrevenant à la fin de la trêve hivernale. Cependant, un titre d exécution a été pris. Muzzafar ali zafaz L affaire sera porté au tribunal. La vente judiciaire sera effective avant la fin de l année. Baldev raj A pris contact avec le pact arim. Un jugement du 22 mars 2004 contraint à la saisie du compte bancaire. Kbm Limited Credit La vente judiciaire n a plus lieu d être. Une vente amiable est intervenue mais le notaire a envoyé le questionnaire d usage uniquement à Mail qui ne s est pas rapproché de Loiselet. Sofrimob L affaire est portée au tribunal. Sofrimob a acheté en 2002 et n a jamais payé ses charges. Délit de fausse déclaration d adresse ; A été rayée du registre du commerce. L affaire KBM illustre bien les conséquences du manque de coordination entre les différents syndics. L autre effet pervers constaté est le déplacement de la dette en fonction de la pression des syndics. Le report des décisions radicales est préjudiciable dans le cas de copropriété en difficulté. Point sur les autres affaires plaidées le 05/01/05 et mises en délibéré au 09/02/05. Dai Shaodi La dette a été payée dés l assignation ; la procédure continue pour l'article 700. Dursun A proposé un échéancier suite à l assignation ; Zhang A assigné Loiselet pour contestation de charges relatives à l eau. L année de l achat, le relevé d eau n a pas été établi entre l acheteur et le vendeur.. Plusieurs contestations à ce sujet. Malgré des actions régulières et une pression constante sur les copropriétaires débiteurs, la situation reste préoccupante d'autant que la trésorerie est négative et que les dettes aux fournisseurs sont importantes. Créditeurs : ARC - J.B. 05/09/08 Page 17

18 Il s'agit pour l'essentiel de copropriétaires présents et donc transitoirement créditeur du fait de la régularisation des charges, avec l'effet des consommations d'eau privatives. Créances copropriétaires irrécouvrables Il s'agit du solde du compte d'attente 4520 relatif aux créances irrécouvrables. Ils sont liés à plusieurs causes possibles : Faillite de SCI ; Régularisation très tardive avec provisions insuffisantes ; Fin de procédures d'ordre avec solde irrécupérable ; Oubli de la dette du secondaire lors de l'instruction du questionnaire de vente par le principal. À ce niveau, il convient de mettre en place une véritable procédure d'information mutuelle des notaires. Cependant, les notaires et les syndics, tant du principal que du secondaire pourraient être conjointement recherchés en responsabilité par le fait que le notaire doit vérifier la structure juridique du syndicat dans le règlement de copropriété et que les syndics ont un devoir d'information lors de l'instruction du questionnaire ou de l'opposition à la vente de préciser leur statut d'intervenant (syndic du principal ou du secondaire). Notons qu'il serait également possible de trouver les modalités de compensation entre un solde créditeur sur l'une des entités et débiteur sur l'autre, pour les vendeurs. Plusieurs commentaires sont à formuler sur l'historique de ce compte : Ce compte commence à apparaître au bilan de l'exercice , où la dette des copropriétaires est scindée en deux, selon une logique qui semble être la suivante : les copropriétaires de la gestion Loiselet en compte (présents ou vendeurs) et les dettes relatifs aux copropriétaires sous la gestion Beauvois pour un montant de Nous n'avons pas su pourquoi cette scission s'est opérée en 2000 alors que la reprise a eu lieu en la Comptable n'est pas en mesure de répondre à cette question ; Ce qui est certain, c'est que la même année, l'assemblée générale du 30/10/2000 a voté une décision 6 (pas un échéancier) de baisse (et non pas d'apurement) de ce compte d'irrécouvrable par le versement annuel de ( francs), prélevés sur le fonds de prévoyance. Au 30/06/2001, francs ont été versés (1 er versement). Cependant, dans le même temps, francs ( ), consitués d'un remboursement du cabinet Beauvois sont également déduit de la dette en janvier 2001 passant dès lors à Frs (écart de 8 centimes) au bilan du 30/06/2001 ( ). Nous ignorons tout de la raison de ce versement effectué par le cabinet Beauvois à la suite d'un audit interne. Notons que le PV de l'ag du 14/10/2002 (résolution n 11) avait décidé d'affecter ce remboursement au crédit du compte de charges des dépenses courantes et non en diminution de la dette Ce compte est ensuite mouvementé en euros : des Frs, il est soustrait au 30/06/2002, conformément à la résolution de résorption. Son solde est donc de ; Nouvel avatar avec la reprise des qui sont réimputés au débit de ce compte le 18/10/2002 et recrédités en compte de charges pour être en conformité avec le vote d'ag vu précédemment! Aucune information en AG sur cette situation au 30/06/2003. Dès lors, le solde du compte est porté à ( ) ; Puis au 01/07/2004, donc sur l'exercice en cours (rien en 2003 et rien sur l'exercice 2004), nous trouvons deux fois pour les exercices 2003 et Notons qu'à ce rythme, il faudra donc 19 ans pour solder ces irrécouvrables à versement constant! Le caractère irrécouvrable de ces créances ne semble pas avoir fait l'objet de votes en assemblée générale sous la gestion Beauvois après avoir rendu compte, dossier par dossier des diligences 6 Voici le texte de la décision n 9, votée à l'art. 24, relative aux soldes irrécouvrables : L'assemblée générale décide de prendre sur le solde des copropriétaires irrécouvrables pour un montant de [francs]. Une somme de Frs par an sera pris sur le fonds de prévoyance afin de réduire cette dette. Ce montant est révisable annuellement suivant la situation des loyers antennes." ARC - J.B. 05/09/08 Page 18

19 effectuées par le syndic et de l'insolvabilité totale des débiteurs, sur les lots concernés ou par ailleurs. Il ne doit y avoir aucun transfert de solde débiteur de copropriétaire vers ce compte sans que le syndic ait justifié de la situation. la liste de ces débiteurs a été fournie. Notons que les dettes générées sous Loiselet sont toujours gérées dans le cadre du compte des copropriétaires. Il sera là aussi nécessaire de clarifier la situation réelle des créances douteuses et ou irrécouvrables et de basculer, après vote d'ag les comptes vendeurs débiteurs concernés dans un compte d'attente (par exemple un 45201). Provisions sur exercice Il s'agit du solde créditeur du compte 4200 relatif à des provisions effectuées sur factures non parvenues. Les écritures commencent par un report à nouveau de ! Ce report doit être explicité ligne par ligne. Les écritures de règlements (ou de reprises) partiels qui s'y rapportent sont d'un total de (dont pour l'eau sur 6 mois). Ce compte concerne des charges à constater, normalement compte 408. Nous y trouvons également une provision Géréco de pour contrat LER dont la facture n'était pas parvenue à la date de clôture. Charges constatées d'avance Il s'agit du solde du compte 4804, démarrant avec un report de au débit. Rappelons que les charges constatées d'avance correspondent à des charges (ou ne quote-part de factures) comptabilisées au cours d'un exercice comptable alors qu'elles concernent un exercice ultérieur. Elles sont normalement en débit du compte 486. L'écriture consiste donc à créditer le compte de charges et à débiter le compte d'attente dans l'exerce N, puis à faire la manœuvre inverse dans l'exercice N+1. Il est donc normal que ce compte soit débiteur. Les sommes les plus significatives sont Kone pour , puis Pro Archives pour , SNES Parners pour et enfin DEP Diagnosti pour Produits constatés d'avance Il s'agit du compte 4801 concernant les provisions pour charges payées par les copropriétaires dans un exercice, mais relatif à l'exercice suivant. Ils sont normalement en crédit du compte 487. Nous y trouvons 5 règlement de charges concernant le 1 er trimestre de l'exercice Produits à recevoir Il s'agit du solde du compte Le report à nouveau est de Rappelons que les produits à recevoir (normalement compte 409) consistent en des produits qui concernent l'exercice et qui ne sont pas encore versés (constatés en comptabilité). Nous y trouvons logiquement les avoirs, fournisseurs débiteurs, notamment la SDCB pour un montant de dont l'objet reste imprécis et 4 autres imputations relatifves à des mises en demeures (720 ) et des annulations d'honoraires de syndic pour travaux ( sur travaux SEDE vidoirs et sur Kone). Recettes loyers antennes Il s'agit du solde du compte Le bâtiment 4 loue en toiture des espaces d'antennes de radiocommunications. Vortex (skyrock ) Techniques Transmissioins équipements (TTE) Towercast D'autres antennistes (comme Easynet) ont pu par le passé louer des espaces mais leurs contrats sont terminés. ARC - J.B. 05/09/08 Page 19

20 Les correspondent aux recettes reprises en report à nouveau à l'ouverture de l'exercice Aucune ressource de 2004 n'est présente au bilan. Dans les comptes du syndic, deux immeubles distincts ont été crées: l'immeuble 61 retraçant les comptes de la copropriété et un immeuble 161 ne reprenant que les comptes des antennistes. En réalité les antennistes sont suivis dans un compte de gérance, ils sont considérés en qualité de locataires de la copropriété. Cet artifice complexifie et opacifie la gestion : en effet les comptes de l'immeuble 161 étant à part, ils n'ont pas été soldés en fin d'exercice 2003/2004 (par oubli) pour être repris dans les comptes de l'immeuble 61. Au , le compte de l'immeuble 161 présente un solde débiteur de (donc un crédit de trésorerie) non repris dans les comptes de la copropriété. Ainsi, les comptes approuvés en assemblée générale ne sont ni exhaustifs, ni représentatifs du patrimoine financier de la copropriété. Les comptes de l'immeuble fictif 161 ne sont, bien sûr, pas sujet à approbation, mais ils doivent être notifiés en même temps que les comptes du syndicat secondaire aux assemblées générales appelées à approuver les comptes, ce qui n'est pas fait. C'est encore plus vrai de l'état des dettes et créances du syndicat secondaire qui ne comprend pas les dettes suivantes au 30/06/2004 : Dette Vortex de ( à la situation au 05/11/2004). Ce dossier a fait l'objet de plusieurs procédures à la suite de la convention de location signée en En janvier 1998, un jugement aurait été rendu, mais ne semble pas présent au dossier : des recherches sont en cours par le Gestionnaire. Une seconde décision de justice aurait été rendue en avril 1990 concernant le montant que doit effectivement payer l'antenniste qui sous-loue l'espace en terrasse. Ce jugement rabaisserait les prétentions de la copropriété de F / mois à F / mois, compte tenu d'un transfert d'antennes vers la Tour Effel. L'avocat alors chargé du dossier est Maître Philippe Lamotte. Deux procédures d'appels (mars 96 et 1998) sont également citées dans les courriers de l'avocat, dont le résultat aurait été une homologation de cette réduction de loyers. La prime, payable trimestriellement à échoir était donc de 4 572, réajustée progressivement à / trimestre. Or, le cabinet Loiselet et Daigrement appelle depuis octobre 2003, sans en connaître la raison (recherche en cours), ce qui est contesté par Vortex qui en profite pour ne rien payer depuis le dernier versement de effectué le 27/09/2002 ; Dette Towercast de ( à la situation au 05/11/2004) ; Dette TTE de ( à la situation au 05/11/2004). Il faut donc conclure que l'ensemble des antennistes doit à la date du 30/06/2004 et au 05/11/2004. Il est surprenant de remarquer que les loyers de janvier à juin 2004 n'ont pas été appelés par le syndic sur ce premier semestre. Remarquons que la situation de trésorerie du l'immeuble fictif présente deux comptes pour les appels de loyers auprès des antennistes : le compte 4210 et La copropriété était en procédure avec Vortex. Voir si cette créance n'est pas dans le compte 4585 Fournisseurs Remarquons également que la fiscalité de ces recettes d'antennes n'est pas complètement clarifiée. Il convient de prendre contact avec le centre des impôts pour clarifier ce point qui pourrait bien revenir en boumerang sur le syndicat secondaire. On a du mal à comprendre comment la Comptabilité peut gérer les opérations de régularisation que nous avons étudié précédemment et comment dans le même temps, elle peut oublier de consolider les finances du syndicat secondaire. L'argument avancé consiste à faire valoir que le système comptable ne permet pas la création d'un compte client! Le Responsable d'agence nous vante pourtant la puissance logistique du service informatique du cabinet ARC - J.B. 05/09/08 Page 20

La comptabilité des copropriétés Formation du 16 octobre 2010

La comptabilité des copropriétés Formation du 16 octobre 2010 La comptabilité des copropriétés Formation du 16 octobre 2010 1 Le règlement de copropriété Le règlement de copropriété est avant tout un contrat interne, dont les copropriétaires sont les parties contractantes.

Plus en détail

1.1 La comptabilité pour un syndicat de copropriétaires : qu est-ce que c est?

1.1 La comptabilité pour un syndicat de copropriétaires : qu est-ce que c est? On a souvent tendance à voir la comptabilité comme quelque chose d inaccessible ou d inutile «parce que çà marche bien dans sa copropriété jusqu à présent». Il est cependant nécessaire de plus de rigueur

Plus en détail

Le décret comptable. Quelques repères... ...pour mieux comprendre. Guide d information pour les copropriétaires

Le décret comptable. Quelques repères... ...pour mieux comprendre. Guide d information pour les copropriétaires direction générale de l Urbanisme de l Habitat et de la Construction Guide d information pour les copropriétaires Le décret comptable Quelques repères......pour mieux comprendre Juin 2007 Plan du guide

Plus en détail

IL A ÉTÉ CONVENU ET ARRÊTÉ CE QUI SUIT :

IL A ÉTÉ CONVENU ET ARRÊTÉ CE QUI SUIT : CONTRAT DE SYNDIC Mandat n.. ENTRE LES SOUSSIGNÉS : «Le syndicat des copropriétaires» du... Représenté par le Président de Séance... Agissant en exécution de la décision de l assemblée générale du... Ci-après

Plus en détail

SYNDICAT DE COPROPRIETE RESIDENCE DU PARC DE LA NOUE BAT 7 93 BAGNOLET

SYNDICAT DE COPROPRIETE RESIDENCE DU PARC DE LA NOUE BAT 7 93 BAGNOLET SYNDICAT DE COPROPRIETE RESIDENCE DU PARC DE LA NOUE BAT 7 93 BAGNOLET CONTRÔLE DES COMPTES EXERCICE 2003 RÉALISÉ PAR LE CONSEIL SYNDICAL ASSISTE DE M JOSE BRAYANT ET BERNARD BEAUCOURT LE 18 OCTOBRE 2004

Plus en détail

guide du copropriétaire

guide du copropriétaire guide du copropriétaire 2 sommaire 6 Comment fonctionne la copropriété? 3 Edito 11 Vous êtes copropriétaires, vous devez... 14 Lexique 4 Qu est-ce que la copropriété? 12 Foire aux questions 10 La vie de

Plus en détail

LE GUIDE DU COPROPRIÉTAIRE

LE GUIDE DU COPROPRIÉTAIRE LE GUIDE DU COPROPRIÉTAIRE Avant-propos Cher copropriétaire, Vous venez d acquérir un logement dans un immeuble en copropriété. Nous sommes heureux de vous accueillir et nous vous souhaitons d y vivre

Plus en détail

CONTRAT DE SYNDIC n Conforme à l'avis du Conseil National de la Consommation du 27 septembre 2007 et arrêté NOVELLI du 19 mars 2010

CONTRAT DE SYNDIC n Conforme à l'avis du Conseil National de la Consommation du 27 septembre 2007 et arrêté NOVELLI du 19 mars 2010 DIRECTION COPROPRIETE 51 rue Louis Blanc 92917 PARIS LA DEFENSE Cedex 01 46 91 25 25 ENTRE LES SOUSSIGNES : CONTRAT DE SYNDIC n Conforme à l'avis du Conseil National de la Consommation du 27 septembre

Plus en détail

ENTRE LES SOUSSIGNÉS :

ENTRE LES SOUSSIGNÉS : ENTRE LES SOUSSIGNÉS : D une part 1 Le Syndicat de la copropriété de l immeuble sis Représenté par désigné par le vote de la résolution de l Assemblée du 2 et d autre part La Société André DEGUELDRE, Philippe

Plus en détail

Guide. de la copropriété

Guide. de la copropriété Guide de la copropriété 3F acteur majeur de l'habitat social 3F construit et gère des logements sociaux. Son parc s élève à près de 190 000 logements dont plus de 100 000 en Île-de-France. 3F est composé

Plus en détail

La loi ALUR (accès au logement et urbanisme

La loi ALUR (accès au logement et urbanisme La loi ALUR réforme notamment la loi fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis. En voici les principales nouveautés. ALUR et statut de la copropriété Par Séverine Antunes, consultante à la

Plus en détail

Le compteur d eau individuel

Le compteur d eau individuel Le compteur d eau individuel Le comptage individuel, qui peut être une source d'économies, peut aussi être une source de complications s'il ne fait pas l'objet d'une mise en oeuvre rigoureuse. Avant de

Plus en détail

Recommandation n 11-01 relative aux contrats de syndics de copropriété

Recommandation n 11-01 relative aux contrats de syndics de copropriété C.N.E.C. - Brève... octobre 2011 Contrats de syndics de copropriété Recommandation de la Commission des clauses abusives adoptée le 15 septembre 2011 sur le rapport de Mme Raphaëlle PETIT-MACUR Recommandation

Plus en détail

Feuille de route du copropriétaire

Feuille de route du copropriétaire Feuille de route du copropriétaire Que vous soyez déjà copropriétaire dans un immeuble géré par le cabinet IFNOR ou que vous veniez juste de faire l acquisition d un bien immobilier, nous avons voulu au

Plus en détail

Réponse aux questions du comité de clôture du Plan de sauvegarde du syndicat principal QUI INTERVIENT SUR LE SYNDICAT DU PRINCIPAL EN LIQUIDATION?

Réponse aux questions du comité de clôture du Plan de sauvegarde du syndicat principal QUI INTERVIENT SUR LE SYNDICAT DU PRINCIPAL EN LIQUIDATION? Réponse aux questions du comité de clôture du Plan de sauvegarde du syndicat principal QUI INTERVIENT SUR LE SYNDICAT DU PRINCIPAL EN LIQUIDATION? Le liquidateur, Maître BLERIOT et son assistant le cabinet

Plus en détail

Le déroulement de l'enquête

Le déroulement de l'enquête Le déroulement de l'enquête Nous vous remercions de participer à notre enquête sur les charges de copropriété, dont nous publierons les résultats, dans notre mensuel et sur notre site, fin 2010, dès que

Plus en détail

«Le salon indépendant de la Copropriété» 4 ème édition du salon de l ARC LE SUIVI DES IMPAYES PAR LE CONSEIL SYNDICAL

«Le salon indépendant de la Copropriété» 4 ème édition du salon de l ARC LE SUIVI DES IMPAYES PAR LE CONSEIL SYNDICAL «Le salon indépendant de la Copropriété» 4 ème édition du salon de l ARC LE SUIVI DES IMPAYES PAR LE CONSEIL SYNDICAL Pourquoi un suivi? Les conséquences d un manque de suivi des impayés par le CS Frais

Plus en détail

Vanves le 26 mars 2012. Madame Castagnet, bat 48 Monsieur Pellé, bat 48 Madame Olive, bat 48 14 avenue Pasteur 92170 Vanves

Vanves le 26 mars 2012. Madame Castagnet, bat 48 Monsieur Pellé, bat 48 Madame Olive, bat 48 14 avenue Pasteur 92170 Vanves Madame Castagnet, bat 48 Monsieur Pellé, bat 48 Madame Olive, bat 48 14 avenue Pasteur 92170 Vanves Madame Chauvelot, bat 49 Madame Croiset, bat 49 Monsieur Szojchert, bat 49 Madame Zapater, bat 49 Madame

Plus en détail

GUIDE DU CO- PROPRIéTAIRE

GUIDE DU CO- PROPRIéTAIRE GUIDE DU CO- PROPRIéTAIRE Avril 2013 Sommaire SYNDIC DE COPROPRIÉTÉ 6 FONCTIONNEMENT ET VIE DE LA COPROPRIÉTÉ Quel est son rôle? Comment est rémunéré votre syndic? Les différents acteurs Assemblée Générale

Plus en détail

CONTRAT DE SYNDIC Conforme à l arrêté du 19 mars 2010

CONTRAT DE SYNDIC Conforme à l arrêté du 19 mars 2010 CONTRAT DE SYNDIC Conforme à l arrêté du 19 mars 2010 ENTRE LES SOUSSIGNES 1. SYNDICAT DES COPROPRIÉTAIRES Le syndicat PRINCIPAL de l immeuble sis à 4/40 rue du Commandant René Mouchotte, représenté par

Plus en détail

Convocation à l'assemblée Générale

Convocation à l'assemblée Générale RECOMMANDEE A.R. IMMEUBLE LE SQUARE DES ARTS II 59/61RUE DU CHATEAU DES RENTIERS 75013 PARIS Convocation à l'assemblée Générale Madame, Mademoiselle, Monsieur, Nous vous remercions de bien vouloir participer

Plus en détail

CONTRAT DE SYNDIC. Le présent contrat est consenti pour une durée de. an qui entrera en vigueur le Jour de l Assemblée générale et se terminera le...

CONTRAT DE SYNDIC. Le présent contrat est consenti pour une durée de. an qui entrera en vigueur le Jour de l Assemblée générale et se terminera le... CONTRAT DE SYNDIC ENTRE LES SOUSSIGNES : Le Syndicat des copropriétaires du représenté par M ayant été désigné par le vote de la résolution de l Assemblée générale en date du.., ci-après dénommé «le Syndicat

Plus en détail

SÉNAT 5 novembre 1985 PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1985-1986

SÉNAT 5 novembre 1985 PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1985-1986 PROPOSITION DE LOI adoptée le N 18 SÉNAT 5 novembre 1985 PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1985-1986 PROPOSITION DE LOI MODIFIÉE PAR LE SÉNAT modifiant la loi n 65-557 du 10 juillet 1965 fixant le statut de

Plus en détail

MANDAT DE GESTION CEGEREM Sérénité

MANDAT DE GESTION CEGEREM Sérénité MANDAT DE GESTION CEGEREM Sérénité Mandat n ENTRE LES SOUSSIGNES : 1 ) La Société D'UNE PART, Ci-après dénommée «le Mandant» ET : 2 ) La Société CEGEREM, société par actions simplifiée au capital de 100

Plus en détail

La C.N.A.B Confédération Nationale des Administrateurs de Biens et Syndics de Copropriété. vous informe

La C.N.A.B Confédération Nationale des Administrateurs de Biens et Syndics de Copropriété. vous informe La C.N.A.B Confédération Nationale des Administrateurs de Biens et Syndics de Copropriété vous informe COPROPRIETE : Décret n 2004-479 du 27 mai 2004 modifiant le décret n 67-223 du 17 mars 1967 Principaux

Plus en détail

LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER. Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. TABLE DES MATIERES

LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER. Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. TABLE DES MATIERES LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER Objectif(s) : o Pré-requis : o Modalités : o o o Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. Connaissances juridiques.

Plus en détail

COPROPRIETE : LES COMPTES DU SYNDICAT

COPROPRIETE : LES COMPTES DU SYNDICAT INC document FICHE PRATIQUE J255/ 03-09 COPROPRIETE : LES COMPTES DU SYNDICAT Chaque année, les copropriétaires votent un budget de fonctionnement pour les dépenses courantes et éventuellement des travaux

Plus en détail

MORVAN & EDGAR QUINET SA

MORVAN & EDGAR QUINET SA MORVAN & EDGAR QUINET SA SP/MEQ/102014 FONDEE EN 1933 Mandat n 14 CONTRAT DE SYNDIC (LOI ALUR) - IMM... AG././2014 ENTRE LES SOUSSIGNES Le SYNDICAT DES COPROPRIETAIRES de l'immeuble sis :...... Représenté

Plus en détail

FICHE N 14 - INDIVISION, USUFRUIT, DROIT D USAGE D UN LOT DE COPROPRIETE

FICHE N 14 - INDIVISION, USUFRUIT, DROIT D USAGE D UN LOT DE COPROPRIETE FICHE N 14 - INDIVISION, USUFRUIT, DROIT D USAGE D UN LOT DE COPROPRIETE Les règles de gestion posées par la loi du 10 juillet 1965 fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis sont à compléter

Plus en détail

GARANTIES LOCATIVES. Le Cabinet ATI GESTION gère aujourd hui environ 800 lots en gérance et 1000 en copropriété.

GARANTIES LOCATIVES. Le Cabinet ATI GESTION gère aujourd hui environ 800 lots en gérance et 1000 en copropriété. GARANTIES LOCATIVES LES SERVICES D ATI GESTION LA GESTION LOCATIVE (quittancement, reddition mensuelle des comptes, suivi des travaux ) LE SYNDIC DE COPROPRIETE LA MISE EN LOCATION (sélection des locataires,

Plus en détail

Sous forme de tableau, nous revenons pas à pas, tant sur le contenu même de l arrêté, que sur celui de son Annexe.

Sous forme de tableau, nous revenons pas à pas, tant sur le contenu même de l arrêté, que sur celui de son Annexe. ARC / ABUS N 2247 / 24 03 10 / www.unarc.asso.fr ARRETE NOVELLI DU 19 MARS 2010 SUR LES CONTRATS DE SYNDIC UNE ANALYSE LIGNE A LIGNE NOS CONSEILS AUX COPROPRIETAIRES Comme nous l indiquons dans nos articles

Plus en détail

MANDAT DE GESTION IMMOBILIERE

MANDAT DE GESTION IMMOBILIERE N de registre : MANDAT DE GESTION IMMOBILIERE CONTRAT DE DIRECTEUR D'UNE ASSOCIATION SYNDICALE LIBRE Conforme aux dispositions de la loi n 70-9 du 2 janvier 1970 et du décret n 72-678 du 20 juillet 1972

Plus en détail

Droit de la copropriété

Droit de la copropriété Le règlement de la copropriété Généralités Le règlement de copropriété a pour objet de fixer les droits et les obligations des copropriétaires. Il régit également la vie de la copropriété. Il a un caractère

Plus en détail

Les archives du Syndicat de copropriété

Les archives du Syndicat de copropriété ARCNA FORMATION adhérents 2014 - YV N 10 Les archives du Syndicat de copropriété Les règles juridiques en copropriété Article 33: (Décret N 86-768 du 9 juin 1986) Le syndic détient les archives du syndicat

Plus en détail

CONTRAT DE MANDAT DE SYNDIC

CONTRAT DE MANDAT DE SYNDIC CONTRAT DE MANDAT DE SYNDIC ENTRE LES SOUSSIGNES : Le syndicat des copropriétaires de l immeuble sis : Spécialement représenté par Générale du Appelé ci-après «le syndicat» ET mandaté à cet effet par l

Plus en détail

Le cabinet est situé à Uccle à proximité de l Observatoire, au numéro 35 Avenue Houzeau.

Le cabinet est situé à Uccle à proximité de l Observatoire, au numéro 35 Avenue Houzeau. Syndic d immeuble Présentation : En tant que professionnel du chiffre et agrée comptable fiscaliste, notre société prend en charge la gestion administrative, financière et technique, de votre bien en privilégiant

Plus en détail

LE JOURNAL DE BORD DU LOCATAIRE. Immo Online: Représente la nouvelle méthode de gestion locative, la gestion locative interactive.

LE JOURNAL DE BORD DU LOCATAIRE. Immo Online: Représente la nouvelle méthode de gestion locative, la gestion locative interactive. LE JOURNAL DE BORD DU LOCATAIRE Immo Online: Représente la nouvelle méthode de gestion locative, la gestion locative interactive. Moderne et pratique, nous remplaçons définitivement l'envoi traditionnel

Plus en détail

Copropriété : contrat type et rémunération du syndic

Copropriété : contrat type et rémunération du syndic Accueil >Analyses et commentaires >Analyses juridiques >Analyses juridiques 2015 >Copropriété : contrat type et rémunération du syndic >p.1 Copropriété : contrat type et rémunération du syndic N 2015-07

Plus en détail

Recommandation n 2010-300/PG en application de l article 43-1 de la loi n 2000-108 et du décret n 2007-1504

Recommandation n 2010-300/PG en application de l article 43-1 de la loi n 2000-108 et du décret n 2007-1504 N de saisine : 480718-170856752 / YM Date de la saisine : 11 juin 2008 Recommandation n 2010-300/PG en application de l article 43-1 de la loi n 2000-108 et du décret n 2007-1504 Consommateur: Mme H. Fournisseur(s)

Plus en détail

Les coûts de la chaleur issue d une chaudière collective au gaz et d un réseau de chaleur au bois

Les coûts de la chaleur issue d une chaudière collective au gaz et d un réseau de chaleur au bois Les coûts de la chaleur issue d une chaudière collective au gaz et d un réseau de chaleur au bois La question des charges récupérables et non récupérables dans les logements collectifs CIBE Commission

Plus en détail

CONTRAT TYPE DE LOCATION OU DE COLOCATION DE LOGEMENT MEUBLÉ

CONTRAT TYPE DE LOCATION OU DE COLOCATION DE LOGEMENT MEUBLÉ CONTRAT TYPE DE LOCATION OU DE COLOCATION DE LOGEMENT MEUBLÉ (Soumis au titre Ier bis de la loi du 6 juillet 1989 tendant à améliorer les rapports locatifs et portant modification de la loi n 86-1290 du

Plus en détail

CONTRAT DE MANDAT DE GESTION IMMOBILIERE - :- :- :- :- (Loi 70-09 du 2-1-1970, art. 6 et 7 Décret 72-678. du 20-7-1972, art.

CONTRAT DE MANDAT DE GESTION IMMOBILIERE - :- :- :- :- (Loi 70-09 du 2-1-1970, art. 6 et 7 Décret 72-678. du 20-7-1972, art. CONTRAT DE MANDAT DE GESTION IMMOBILIERE - :- :- :- :- (Loi 70-09 du 2-1-1970, art. 6 et 7 Décret 72-678 du 20-7-1972, art. 64, 66 et 67) Numéro du registre : Numéro de l immeuble : OBJET du MANDAT : Des

Plus en détail

CONTRAT DE SYNDIC N. 96-98, rue du Théâtre (Angle avenue Emile Zola) - 75015 PARIS - Tél. : 01 45 79 89 49 - Fax : 01 45 79 98 29

CONTRAT DE SYNDIC N. 96-98, rue du Théâtre (Angle avenue Emile Zola) - 75015 PARIS - Tél. : 01 45 79 89 49 - Fax : 01 45 79 98 29 GESTION DE PATRIMOINE SYNDIC DE COPROPRIETE TRANSACTION FONDS DE COMMERCE EXPERTISE LOCATION 1 CONTRAT DE SYNDIC N ENTRE LES SOUSSIGNES : Le SYNDICAT DES COPROPRIETAIRES de l immeuble : RESIDENCE VASCO

Plus en détail

Arrêtons. Chapitre I er. - Les assemblées générales de copropriétaires

Arrêtons. Chapitre I er. - Les assemblées générales de copropriétaires Règlement grand-ducal du 13 juin 1975 prescrivant les mesures d'exécution de la loi du 16 mai 1975 portant statut de la copropriété des immeubles. - base juridique: L du 16 mai 1975 (Mém. A - 28 du 23

Plus en détail

Rappel chronologique. Projet de loi présenté au Conseil des ministres du 26 juin 2013. Loi votée les 20 et 21 février 2014.

Rappel chronologique. Projet de loi présenté au Conseil des ministres du 26 juin 2013. Loi votée les 20 et 21 février 2014. Information Atelier PLH Grand Avignon 7 octobre 2014 Rappel chronologique Projet de loi présenté au Conseil des ministres du 26 juin 2013. Loi votée les 20 et 21 février 2014. Décision du Conseil constitutionnel

Plus en détail

GUIDE D UTILISATION SIMPLY SYNDIC

GUIDE D UTILISATION SIMPLY SYNDIC GUIDE D UTILISATION SIMPLY SYNDIC NOVEMBRE 2014 1 SOMMAIRE Installation Page 4 Démarrage et mise en route Page 5 1. CREATION DE LA COPROPRIETE 1.1 L IMMEUBLE Page 6 1.2 LES LOTS Page 7 1.3 LES COPROPRIETAIRES

Plus en détail

PREPARATION DES COMPTES ANNUELS. Contrôler et justifier le solde des comptes suivants :

PREPARATION DES COMPTES ANNUELS. Contrôler et justifier le solde des comptes suivants : 1 http://www.boutique.afnor.org/livre/la-comptabilite-en-pratique-des-ecritures-comptables-a-l-interpretation-des-comptes-annuels/article/674901/fa092236 PREPARATION DES COMPTES ANNUELS Contrôler et justifier

Plus en détail

ANNEXE AU CONTRAT DE SYNDIC LISTE NON LIMITATIVE DES PRESTATIONS INCLUSES DANS LE FORFAIT

ANNEXE AU CONTRAT DE SYNDIC LISTE NON LIMITATIVE DES PRESTATIONS INCLUSES DANS LE FORFAIT ANNEXE AU CONTRAT DE SYNDIC LISTE NON LIMITATIVE DES PRESTATIONS INCLUSES DANS LE FORFAIT PRESTATIONS DÉTAILS I. Assemblée générale I. 1 Préparation de l assemblée générale. a) Etablissement de l ordre

Plus en détail

LOI ALUR : Quoi de nouveau dans les copropriétés?

LOI ALUR : Quoi de nouveau dans les copropriétés? LOI ALUR : Quoi de nouveau dans les copropriétés? La loi du 24 Mars 2014 dite «loi ALUR», publiée au J.O. du 26/03/2014 a apporté quelques modifications notables dans le domaine du droit de la copropriété.

Plus en détail

CONTRAT DE LOCATION MEUBLÉ

CONTRAT DE LOCATION MEUBLÉ CONTRAT DE LOCATION MEUBLÉ Rappel des dispositions légales : loi nº 2005-32 du 18 janvier 2005 art. 115 Journal Officiel du 19 janvier 2005, art. L. 632-1 du Code de le construction et de l'habitation

Plus en détail

COPROPRIETE. Principales dispositions du décret 27 mai 2004 (JO du 4.6.04)

COPROPRIETE. Principales dispositions du décret 27 mai 2004 (JO du 4.6.04) COPROPRIETE Principales dispositions du décret 27 mai 2004 (JO du 4.6.04) La loi SRU du 13 décembre 2000 contient de nouvelles dispositions qui ont modifié la loi du 10 juillet 1965 : elles visent à améliorer

Plus en détail

Chapitre 5 : les immobilisations

Chapitre 5 : les immobilisations Chapitre 5 : les immobilisations Définition des immobilisations Nous avons vu que l'entreprise achète des marchandises pour les revendre et des matières premières pour les consommer dans son processus

Plus en détail

MANDAT DE SYNDIC (no.. )

MANDAT DE SYNDIC (no.. ) MANDAT DE SYNDIC (no.. ) Syndicat des Copropriétaires - RESIDENCE - Contrat type prévu à l article 18-1 A de la loi n 65-557 du 10 juillet 1965 modifiée fixant le statut de la copropriété des immeubles

Plus en détail

Parc de la Noue, Bagnolet

Parc de la Noue, Bagnolet PLAN DE SAUVEGARDE des syndicats secondaires 5 & 7 Parc de la Noue, Bagnolet 20 avril 2006 Plan de sauvegarde des Syndicats secondaires 5 et 7 Le Parc de La Noue Le contexte La Résidence «Le Parc de la

Plus en détail

CONVENTION TYPE D INDIVIDUALISATION DES CONTRATS DE FOURNITURE D EAU SERVICE PUBLIC DE DISTRIBUTION DE L EAU POTABLE DE LILLE METROPOLE

CONVENTION TYPE D INDIVIDUALISATION DES CONTRATS DE FOURNITURE D EAU SERVICE PUBLIC DE DISTRIBUTION DE L EAU POTABLE DE LILLE METROPOLE CONVENTION TYPE D INDIVIDUALISATION DES CONTRATS DE FOURNITURE D EAU SERVICE PUBLIC DE DISTRIBUTION DE L EAU POTABLE DE LILLE METROPOLE COMMUNAUTE URBAINE A ADAPTER POUR CHAQUE IMMEUBLE COLLECTIF D HABITATION

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES SYNDIC DE COPROPRIETE

CAHIER DES CHARGES SYNDIC DE COPROPRIETE CAHIER DES CHARGES SYNDIC DE COPROPRIETE Le cahier des charges du syndic de copropriété de la résidence. annexé au contrat conclu entre l'"association des copropriétaires" et le syndic dd.. et qui en fait

Plus en détail

50 Fonds placés 102 Provisions pour travaux

50 Fonds placés 102 Provisions pour travaux ANNEXE 1 Cela veut dire que ce tableau doit correspondre aux comptes établis «après répartition» des excédents ou insuffisances budgétaires Vérifiez que la date correspond bien à votre fin d exercice.

Plus en détail

Gestion des appartements

Gestion des appartements DOLE : Place Grévy Gestion des appartements Syndic de copropriété Mandat de gestion Attestation du Gestionnaire Prestations CORNHILL E Syndic de copropriété Il sera confiée à la société : SARL GESTIA domiciliée,

Plus en détail

Contrat Syndic de Droit

Contrat Syndic de Droit Pour le Syndicat des copropriétaires de la Résidence.. Contrat Syndic de Droit XX février 2015 Office public de l habitat des communes de l Oise 4 rue du Général Leclerc CS 10105-60106 Creil Cedex 1 T.

Plus en détail

LAVIGNE & ZAVANI. Administration de biens Syndics de Copropriété. - page 1 -

LAVIGNE & ZAVANI. Administration de biens Syndics de Copropriété. - page 1 - LAVIGNE & ZAVANI Administration de biens Syndics de Copropriété - page 1 - CONTRAT DE GESTION IMMOBILIERE (Mandant : personne physique) Loi n 70-09 du 2 Janvier 1970, décret n 72-678 du 20 Juillet 1972)

Plus en détail

40 points à contrôler dans un contrat de syndic pour éviter d être mangé tout cru

40 points à contrôler dans un contrat de syndic pour éviter d être mangé tout cru ARC Abus n 1767: 25 03 09/ 40 points à contrôler dans un contrat de syndic pour éviter d être mangé tout cru retour abus Comment faire pour étudier facilement son contrat de syndic, savoir s il est «correct»

Plus en détail

CONTRAT DE SYNDIC N : COPROPRIÉTÉ

CONTRAT DE SYNDIC N : COPROPRIÉTÉ SARL IMMO EXPRESS COPROPRIÉTÉ 128, Rue du Chevaleret - 75013 PARIS TEL: 01.45.70.73.72 FAX : 01.45.70.96.99 RCP ASSURANCE DU SUD RCS PARIS B 445 207 657 NAF 703 A Gestion garantie par CNP CAUTION 1 100

Plus en détail

Copropriété. Syndical en. Je veux entrer au Conseil Syndical

Copropriété. Syndical en. Je veux entrer au Conseil Syndical Copropriété Le Conseil Syndical en 10 Questions Je veux entrer au Conseil Syndical Association des Responsables de Copropriété 29, rue Joseph Python 75020 PARIS Tél. : 01 40 30 12 82 Fax : 01 40 30 12

Plus en détail

IMMOBILIER. ACHETEUR VENDEUR : qui paye quoi?

IMMOBILIER. ACHETEUR VENDEUR : qui paye quoi? Conférence débat Jeudi 5 juin 2014 IMMOBILIER ACHETEUR VENDEUR : qui paye quoi? La vente d un bien immobilier doit être constatée par acte authentique. L intervention d un notaire est donc obligatoire.

Plus en détail

TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DE GRENOBLE Jugement du 18 mai 2009

TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DE GRENOBLE Jugement du 18 mai 2009 TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DE GRENOBLE Jugement du 18 mai 2009 Consulter le jugement du tribunal (fichier PDF image, 1 570 Ko) Numéro : tgig090518.pdf ANALYSE 1 copropriété, clause relative à la durée

Plus en détail

Le recouvrement judiciaire des créances

Le recouvrement judiciaire des créances «Le Salon Indépendant de la Copropriété» 6 ème édition du salon de l ARC et de l UNARC CONDITIONS PREALABLES : 1/ DEFINIR LE MONTANT PRECIS DE LA CREANCE (de quand à quand? 2/ AVOIR UNE CRÉANCE QUI RÉPONDE

Plus en détail

CONTRAT DE SYNDIC de COPROPRIETE

CONTRAT DE SYNDIC de COPROPRIETE CONTRAT DE SYNDIC de COPROPRIETE Entre les parties soussignées : A.1. L association des copropriétaires de la résidence inscrite à la BCE sous le n dont le siège est situé Ici représentée par agissant

Plus en détail

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31 Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31 Objectif de la norme 01 L entreprise d assurance et/ou de réassurance doit disposer à son actif, en couverture

Plus en détail

Les répartiteurs de frais de chauffage dans les immeubles collectifs

Les répartiteurs de frais de chauffage dans les immeubles collectifs Septembre 2012 Les répartiteurs de frais de chauffage dans les immeubles collectifs Immeubles collectifs (gérance et copropriété) Depuis une ordonnance n 2011-504 du 9 mai 2011, l article L 241-9 du Code

Plus en détail

I. Les droits du conseil syndical améliorés et précisés

I. Les droits du conseil syndical améliorés et précisés ARC / ACTUALITE / www.unarc.asso.fr 28.04.10 15 Des modifications apportées par le décret du 20 avril 2010 modifiant le décret du 17 mars 1967 I. Les droits du conseil syndical améliorés et précisés 1.

Plus en détail

1 Les outils du contrôle des comptes.

1 Les outils du contrôle des comptes. LE CONTRÔLE DES COMPTES DE LA COPROPRIÉTÉ La comptabilité de la copropriété est tenue par le syndic (bénévole, coopératif ou professionnel) pour rendre compte de l activité économique du syndicat des copropriétaires.

Plus en détail

17/03/67, Loi du 31/12/85 et 21/07/94 et du 13/12/2000.(Loi SRU). Conseil pour tout litige concernant la Copropriété.

17/03/67, Loi du 31/12/85 et 21/07/94 et du 13/12/2000.(Loi SRU). Conseil pour tout litige concernant la Copropriété. œ- FFlmmobili a - FNAIM W TVA intracommunautaire FR 60310601679 Code FNAIM, 89 rue de la Boétie, APE 703A Madame, ensemble immobilier «Le Jardin Madame Le suivi des affaires, (technique, administratif

Plus en détail

LOI ALUR SYNTHÈSE ENTRÉES EN VIGUEUR SNPI INFORMATIONS ISSN : 1270-0894

LOI ALUR SYNTHÈSE ENTRÉES EN VIGUEUR SNPI INFORMATIONS ISSN : 1270-0894 LOI ALUR SYNTHÈSE ENTRÉES EN VIGUEUR ISSN : 1270-0894 SNPI INFORMATIONS Mai 2014 LOI ALUR ET LOI HOGUET Principales dispositions de la loi ALUR modifiant la loi du 2 janvier 1970 Applicables immédiatement

Plus en détail

PROCES-VERBAL DE SEANCE DE L ASSEMBLEE GENERALE ANNUELLE DES COPROPRIETAIRES. Résidence 1 ALLEE DES EMPLES (5101)

PROCES-VERBAL DE SEANCE DE L ASSEMBLEE GENERALE ANNUELLE DES COPROPRIETAIRES. Résidence 1 ALLEE DES EMPLES (5101) CABINET BETTI 21 rue Georges Clémenceau 95110 SANNOIS 01.30.25.71.30. 01.30.25.36.81. : Location/Vente 01.34.05.10.12. 01.34.05.10.15. : cabinet.betti@orange.fr PROCES-VERBAL DE SEANCE DE L ASSEMBLEE GENERALE

Plus en détail

A. Ce cahier a deux vocations principales : 1) Vous permettre de lire les annexes

A. Ce cahier a deux vocations principales : 1) Vous permettre de lire les annexes 1 Le cahier intitulé «contrôle des annexes» a été élaboré par l ARC suite à l obligation issue du décret comptable de retranscrire la situation financière de la copropriété sur cinq annexes. Ces documents

Plus en détail

GdsCompta. Logiciel de comptabilité générale

GdsCompta. Logiciel de comptabilité générale GdsCompta Logiciel de comptabilité générale CARACTERISTIQUES Logiciel sous Windows Fonctionne sous Windows XP, Vista, 7 et 8 Multi-dossier De la saisie des écritures au bilan, une comptabilité complète.

Plus en détail

CABINET-MARUANI.com SYNDIC DE COPROPRIETES - GESTION LOCATIVE

CABINET-MARUANI.com SYNDIC DE COPROPRIETES - GESTION LOCATIVE CABINET-MARUANI.com SYNDIC DE COPROPRIETES - GESTION LOCATIVE Contrat Type Contrat type à titre indicatif. Vous pouvez contacter le cabinet pour avoir plus d'informations au 01.40.26.35.67 ou par notre

Plus en détail

Les dispositions de la loi ALUR

Les dispositions de la loi ALUR Les dispositions de la loi ALUR Actualité juridique publié le 23/04/2014, vu 1176 fois, Auteur : JurisConseils Le Conseil constitutionnel avait été saisi sur plusieurs dispositions de la loi Alur. On attendait

Plus en détail

Le mandat en vue de la location d un bien et la location

Le mandat en vue de la location d un bien et la location FICHE DE SYNTHÈSE Module 4 Le mandat en vue de la location d un bien et la location - MODULE SEMAINE 4 - SOMMAIRE : I) Le Mandat en vue de la location...2 1) Rappel de la règlementation sur le démarchage

Plus en détail

MEMO A L USAGE DES LOCATAIRES ET DES PROPRIETAIRES

MEMO A L USAGE DES LOCATAIRES ET DES PROPRIETAIRES MEMO A L USAGE DES LOCATAIRES ET DES PROPRIETAIRES Association Villeurbannaise pour le Droit au Logement 277, rue du 4 août 69 100 Villeurbanne Téléphone : 04 72 65 35 90 Télécopie : 04 78 85 40 53 avdl.asso@wanadoo.fr

Plus en détail

CONTRAT DE GESTION IMMOBILIERE. (Loi n 70-09 du 02 Janvier 1970, décret n 72-678 du 20 juillet 1972) N du registre des mandats :

CONTRAT DE GESTION IMMOBILIERE. (Loi n 70-09 du 02 Janvier 1970, décret n 72-678 du 20 juillet 1972) N du registre des mandats : 1 CONTRAT DE GESTION IMMOBILIERE (Loi n 70-09 du 02 Janvier 1970, décret n 72-678 du 20 juillet 1972) N du registre des mandats : ENTRE LES SOUSSIGNES ET Usufruitiers des droits immobiliers ci-après énoncés,

Plus en détail

LOCAUX VIDES A USAGE D HABITATION ... ...

LOCAUX VIDES A USAGE D HABITATION ... ... Contrat de location Soumis au titre Ier de la loi du 6 juillet 1989 tendant à améliorer les rapports locatifs et portant modification de la loi n 86-1290 du 23 décembre 1986 LOCAUX VIDES A USAGE D HABITATION

Plus en détail

MANUEL D UTILISATION LOCKIMMO SYNDIC

MANUEL D UTILISATION LOCKIMMO SYNDIC MANUEL D UTILISATION LOCKIMMO SYNDIC LOCKimmo Logiciels de gestion immobilière Table des matières Paramétrage de votre copropriété...4 1ère Étape : Création de votre fiche Syndic...4 2ème Étape : Création

Plus en détail

Chapitre 4 : les stocks

Chapitre 4 : les stocks Chapitre 4 : les stocks Stocks et actifs Une entreprise achète généralement des biens pour les utiliser dans son processus de production, ce sont les matières premières et les fournitures, elle peut également

Plus en détail

Contrat de mandat de syndic de copropriété

Contrat de mandat de syndic de copropriété Contrat de mandat de syndic de copropriété 1. Parties au contrat... 3 2. Fonctions... 3 3. Durée du contrat... 3 4. Disposition fiscale... 3 5. Liste des prestations de gestion courante... 4 6. Forfait

Plus en détail

Résidence des Badinières

Résidence des Badinières Résidence des Badinières Bienvenue à la 2 ème réunion d information et d échange «chauffage et eau chaude sanitaire» 22 janvier 2010 Réunion "chauffage" des Badinières 1 Sommaire Le contexte général (national)

Plus en détail

Le rôle du syndic. Introduction

Le rôle du syndic. Introduction Le rôle du syndic Introduction Le syndic constitue un concept nouveau dans la société marocaine. Il est apparu avec l apparition de la copropriété. Celle ci a été régie pendant longtemps par le Dahir de

Plus en détail

LES AJUSTEMENTS OU REGULARISATIONS DES COMPTES DE CHARGES ET DE PRODUITS

LES AJUSTEMENTS OU REGULARISATIONS DES COMPTES DE CHARGES ET DE PRODUITS LES AJUSTEMENTS OU REGULARISATIONS DES COMPTES DE CHARGES ET DE PRODUITS Objectif(s) : o Traitement comptable des régularisations des charges et des produits. Pré-requis : o Principes généraux de la comptabilité,

Plus en détail

- le cas échéant, représenté par le mandataire [nom ou raison sociale et adresse du mandataire ainsi que l activité exercée] :

- le cas échéant, représenté par le mandataire [nom ou raison sociale et adresse du mandataire ainsi que l activité exercée] : CONTRAT DE LOCATION (Soumis au titre Ier bis de la loi du 6 juillet 1989 tendant à améliorer les rapports locatifs et portant modification de la loi n 86-1290 du 23 décembre 1986) LOCAUX MEUBLES A USAGE

Plus en détail

Module Syndic Version 4.3.7

Module Syndic Version 4.3.7 Le nouveau module Syndic - 4 me trimestre 2005 Le décret n 2005-240 du 14 mars 2005 et l arrêté associé, fixent les bases de la comptabilité d un syndicat de copropriété. Nous allons évoquer les points

Plus en détail

Le suivi des règlements clients. Céline MONNIER Rapport de stage UE 7 Relations professionnelles DCG Session 2009

Le suivi des règlements clients. Céline MONNIER Rapport de stage UE 7 Relations professionnelles DCG Session 2009 Le suivi des règlements clients Céline MONNIER Rapport de stage UE 7 Relations professionnelles DCG Session 2009 SOMMAIRE La mise en relation des parties La facturation Les délais de règlement Le paiement

Plus en détail

La Loi ALUR : les éléments importants. concernant la copropriété. et leurs délais d application

La Loi ALUR : les éléments importants. concernant la copropriété. et leurs délais d application La Loi ALUR : les éléments importants concernant la copropriété et leurs délais d application La loi ALUR a été signée par le Président de la République le 24 mars 2014 et publiée au Journal Officiel le

Plus en détail

OFFRE DE SERVICE. Référence : GA/NT/P.180613593

OFFRE DE SERVICE. Référence : GA/NT/P.180613593 Etudes & Contrôles thermiques 38, avenue du Midi - 91760 ITTEVILLE Tél. : 01 69 90 86 10 - Fax : 01 69 90 91 59 Adresse postale: BP 70017-91610- BALLANCOURT E-mail : bet.ecic@wanadoo.fr - Site : www.bet-ecic.fr

Plus en détail

LE METIER DE SYNDIC. I) - Le cadre légal :

LE METIER DE SYNDIC. I) - Le cadre légal : 1 LE METIER DE SYNDIC Avec près de 8 millions de logements en Copropriété, la plupart des Français sont en relation avec un Syndic qui administre les parties communes de leur habitat collectif. Ils payent

Plus en détail

LES MAJORITES EN COPROPRIETE

LES MAJORITES EN COPROPRIETE LES MAJORITES EN COPROPRIETE Mise à jour : 08/09/2008 MAJORITE - Majorité dite de droit commun qui s applique s il n en est autrement ordonné par la loi Art. 24 alinéa 1 loi 10.07.1965 - Extension de l

Plus en détail

Copropriété JE SUIS COPROPRIETAIRE QU EST-CE QUE LE CONSEIL SYNDICAL?

Copropriété JE SUIS COPROPRIETAIRE QU EST-CE QUE LE CONSEIL SYNDICAL? Copropriété Le Conseil Syndical en 10 Questions JE SUIS COPROPRIETAIRE QU EST-CE QUE LE CONSEIL SYNDICAL? Association des Responsables de Copropriété 29, rue Joseph Python 75020 PARIS Tél. : 01 40 30 12

Plus en détail

I - SITUATION FINANCIERE ET TRESORERIE Exercice précédent approuvé

I - SITUATION FINANCIERE ET TRESORERIE Exercice précédent approuvé Etat financier après répartition au 31/12/2010 (date de clôture de l'exercice) ANNEXE 1 I - SITUATION FINANCIERE ET TRESORERIE Trésorerie Provisions et avances 50 Fonds placés 51 Banques ou fonds disponibles

Plus en détail

CONTRAT DE SYNDIC : CONDITIONS GENERALES

CONTRAT DE SYNDIC : CONDITIONS GENERALES - 1 - Article 1 : Hiérarchie des documents de référence En cas de conflits entre les Statuts et les présentes conditions, il convient de se référer aux dispositions légales en vigueur. De la même manière

Plus en détail

Etre. syndic bénévole. en toute sécurité avec l ARC ;:> Association des Responsables de Copropriété

Etre. syndic bénévole. en toute sécurité avec l ARC ;:> Association des Responsables de Copropriété Etre syndic bénévole en toute sécurité avec l ARC ;:> Association des Responsables de Copropriété SOMMAIRE I- Pourquoi devient-on syndic bénévole? 1. Les raisons économiques. 2. Les raisons liées à la

Plus en détail

Facturation individuelle de l eau aux copropriétaires

Facturation individuelle de l eau aux copropriétaires Facturation individuelle de l eau aux copropriétaires La facturation des consommations individuelles de l eau en copropriété avec votre logiciel de gestion de syndic VILOGI, présente pour le gestionnaire

Plus en détail