UNIVERSITE IBN ZOHR Faculté des sciences Agadir. Filière SMA & SMI. Semestre 1. Module : Algèbre 1

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "UNIVERSITE IBN ZOHR Faculté des sciences Agadir. Filière SMA & SMI. Semestre 1. Module : Algèbre 1"

Transcription

1 UNIVERSITE IBN ZOHR Faculté des sciences Agadir Filière SMA & SMI Semestre 1 Module : Algèbre 1 Année universitaire : A. Redouani & E. Elqorachi 1

2 Contenu du Module : Chapitre 1 : Introduction Logique Ensembles Applications Relations binaires Dénombrement & Dénombrabilité Chapitre : Structures algébriques Lois de composition interne Groupes Anneaux Corps Chapitre 3 : Arithmétique dans Z Division euclidienne dans Z PGCD Nombres premiers Congruences Chapitre 4 : Polynômes & Fractions rationnelles Définition formelle des polynômes Divisibilité, pgcd, Irréductibilité, racines Fractions rationnelles, Décomposition en éléments simples N.B : le contenu de ce polycopié sera enrichi, développé par d autres exemples, d autres résultats,, donc la présence aux séances du cours magistral est obligatoire!!!

3 Chapitre I : Introduction en Algèbre. I. Notion de Logique : On appelle assertion ou proposition simple un énoncé dont on peut affirmer sans ambiguïté s il est vrai ou s il est faux. Exemple : «3 < 10» est une assertion vraie ; «5 <» est une assertion fausse. Par deux points distincts il passe une droite et une seule : est une assertion vraie. On appelle prédicat ou proposition fonctionnelle un énoncé contenant des variables, qui sera vrai pour certaines valeurs attribuées aux variables, faux pour les autres variables. Exemple : «P(x) : x > 10» est vraie pour les réels strictement supérieurs à 10, fausse pour les autres. La négation d une proposition «P» que l on note «non P» est vraie lorsque P est fausse, fausse lorsque P est vraie. Exemple : La négation d une fonction f paire est une fonction f telle qu il existe x 0 R vérifiant f ( x0) f ( x0). Connecteurs : Définitions : La conjonction de deux propositions P, Q qu on note «P et Q» est vraie ssi P et Q sont vraies simultanément et fausses dans tous les autres cas. La disjonction (inclusive) de deux propositions P et Q que l on note par «P ou Q» est vraie si au moins l une des propositions P ou Q est vraie et fausse dans les autres cas. La disjonction exclusive de deux propositions P et Q est «ou bien P ou bien Q» est vraie ssi l une des propositions est vraie et l autre fausse. En mathématique, le sens du mot «ou» est toujours le ou inclusive!!! L implication : la proposition P Q est fausse si P est vraie et Q fausse, elle est vraie dans tous les autres cas ; sa réciproque est Q P ; sa contraposée est nonq nonp. L équivalence : la proposition P Q est vraie si les deux propositions P et Q sont vraies toutes les deux ou fausses toutes les deux. Propriétés : A l aide de la table de vérité, on vérifie que : 1. ( P Q) ( nonp ou Q ) ( nonq nonp). non( PouQ ) ( nonp) et( nonq).. Quantificateurs : Le symbole s appelle le quantificateur universel, il signifie «pour tout», «quel que soit» ; par exemple : x R x 0. Le symbole s appelle le quantificateur existentiel, il signifie «il existe au moins» ; si on a l unicité de l existence on écrit! ; par exemple :! x R tel que x

4 La négation de ( x E P (x) ) est ( x E nonp (x) ) ; par exemple la négation de (( x R x > 0) est ( x R x 0). La négation de ( x E P (x) ) est ( x E nonp (x) ) ; exemple!!! Remarque : Si dans une expression on a les symboles et, il ne faut pas les permuter ; comme le montre l exemple suivant : x R n N / x n est vrai mais n N x R x n est faux. Méthodes de raisonnement mathématique : Raisonnement par récurrence : il consiste à montrer qu une propriété P(n) est vraie pour tout entier n no ; on vérifie que P ( n 0 ) est vraie puis on montre que P ( n) P( n 1) pour tout n n0. Exemple : 1) montrons que n n n 5. 5 On a 3 5 5, ensuite supposons n n 1 n et montrons que ( n 1). De n ( n 1) pour même n 3 n n on obtient. n. n, comme., on a le résultat. ) Trouver l erreur dans la démonstration de l assertion suivante : Tout groupe de personnes qui contient (au moins) une femme ne contient que des femmes. Démonstration : 1. P(1) est vraie.. Supposons que P(n) est vraie et montrons qu alors P(n + 1) est vraie. Soit un groupe de (n + 1) personnes qui contient une femme. Notons (e 1, e,, e n+1 ) ce groupe, e 1 désignant une femme. Le groupe (e 1,, e n ) de n personnes contient une femme : e 1 ; P(n) étant supposée vraie, ce groupe ne contient que des femmes. On en déduit que le groupe (e,, e n+1 ) est un groupe de n personnes qui contient au moins une femme (e n, par exemple). Il ne contient donc que des femmes (puisque P(n) est vraie). Par suite e n+1 est une femme et donc P(n + 1) est vraie. Conclusion : Par récurrence, P(n) est vraie pour tout nεn. Raisonnement par contraposée : Il consiste à montrer que P Q est vraie en montrant que sa contraposée nonq nonp est vraie. Exemple : On montre facilement que n est pair n est pair à l aide de la contraposée. Raisonnement par l absurde : Pour montrer qu un énoncé est vrai on suppose le contraire et on aboutit à une contradiction, par exemple pour montrer que P Q est vraie on suppose que P est vraie et Q fausse et on aboutit à une contradiction car la négation de P Q est (P et non Q). Exemple : a Montrons que ( a R, 0 a ) ( a 0), en effet : sinon a 0, alors pour a on aurait a, absurde. D où le résultat. Raisonnement par déduction directe : comme son nom l indique!! Exemple : montrons que : le trinôme ax bx c possède une racine réelle x0 le b discriminant b 4ac 0 ; ( ax0 bx0 c 0... ( x0 ), donc 0 ) a 4a. 4

5 II. Notion d Ensembles : La notion d ensemble est une notion élémentaire en mathématique qui n est donc pas définissable par d autres notions plus simples. Par ensemble on entend une collection d éléments possédant les mêmes propriétés caractéristiques. Pour indiquer qu un élément x appartient à un ensemble E on écrit x E, dans le cas contraire x E. Exemples d ensembles : N, Z, Q, R, C, F E, F.. ;!!!!! Définitions : Partie ou sous-ensemble d un ensemble : on dit que A est un sous ensemble de E si tout élément de A est aussi élément de E, on écrit A E. Intersection de deux ensembles : A B = {x A et x B}. Réunion de deux ensembles : A B = {x A ou x B}. Le complémentaire d un sous-ensemble dans un ensemble : C A E = {x E et x A}. La différence de deux ensembles : A\B = x A et x B. La différence symétrique de deux ensembles : A B = A\B B\A. L ensemble des parties d un ensemble : P E = A tel que A E, φ E. Le produit cartésien de deux ensembles : E F = x, y tel que x E et y F. Généralisation de l intersection et de la réunion d une famille de parties d un ensemble : Soient E un ensemble et (A iεi ) une famille de parties de E, on appelle réunion des A i l ensemble noté iεi A i = {xεe tq i I avec x A i } (de même l intersection) III. Notion d Applications : Définitions : Soient E et F deux ensembles non vides. a. On appelle application f de E dans F et l on note par f : E F une règle qui associe à chaque élément x E un élément unique y F appelé image de x ; E est dit ensemble de départ, F ensemble d arrivée et x l antécédent de y. b. L application f est dite injective si tout élément de F est image d au plus un élément de E ; elle est dite surjective tout élément de F est image d au moins un élément de E. Elle est dite bijective si elle est injective et surjective, i,e : tout élément de F est image d un élément unique de E. c. Soit g : F G une application, on appelle le composé de f et g que l on note par gof l application gof : E G définie par gof ( x) g( f ( x)). d. On dit que l application f : E F admet comme application réciproque 1 h : F E si on a : hof id E et foh id F, on note h par f. e. Soient A E, B F et f : E F une application ; on appelle image directe de A par f l ensemble f ( A) f ( x) / x A, l image réciproque de 1 B par f l ensemble f ( B) x E / f ( x) B Exemples : L application identique : id E : x E x E. L injection canonique : Soit A E, i : x A x A E, l application i : A E. L application f: Z N définie par f ( n) n si n 0 et f ( n) n 1 si n 0 est bijective. Encore des exemples!!! 5

6 Expression de l application, l injection, la surjection et de la bijection à l aide des symboles : Une application : x = y f x = f y. Une injection : f x = f y x = y ou x y f x f y. Une surjection : yεf x E tel que y = f x. Une bijection : yεf! x E tel que y = f x. Théorème : Une application est bijective ssi elle admet une réciproque. Pour la démonstration on utilise les deux lemmes suivants. Lemme 1 : si gof est injective alors f est injective. Lemme : si gof est surjective alors g est surjective. IV. Relations binaires : Relation d équivalence & relation d ordre. Définitions : Une relation binaire R sur un ensemble E est une règle qui permet de lier certains éléments de E entre eux. La relation R est dite réflexive si xεe on a xrx. La relation R est dite symétrique si xry yrx. La relation R est dite antisymétrique si xry et yrx x = y. La relation R est dite transitive si x Ry et yrz xrz. La relation R est dite d équivalence si elle est réflexive, symétrique et transitive. La relation R est dite d ordre si elle est réflexive, antisymétrique et transitive. Exemples : L inclusion dans P(E) est une relation d ordre. L égalité dans P(E) est une relation d équivalence. Dans R la relation xry si x y = x y est une relation d équivalence ; cl(x) =?!!!!!! Soit R une relation d équivalence sur un ensemble E et x E, on appelle classe d équivalence de x l ensemble x = yεe tel que xr y. L ensemble des classes s appelle l ensemble quotient et l on note par E R. Exemple : Sur Z la relation R définie par nrm si n m est un multiple de p où p N et p est une relation d équivalence et on a Z R = {0, 1,, p 1 }, on le note par Z pz. Propriété : La famille des classes d équivalence forme une partition de E,i,e : les classes d équivalence sont disjointes deux à deux et leur réunion est égale à E. Il suffit de montrer que si x, yεe on a: ou bien x = y ou bien x y =, en effet : Si x y, z x y donc xrz et zry, par la transitivité on a xry donc x = y. Réciproquement : soit (A i ) iεi une partition de E, alors il existe une relation d équivalence R sur E tel que E R soit l ensemble des A i, iεi. On considère xry s il existe iεi tq x, yεa i. (vérification simple!) Décomposition canonique d une application : Soit f: E F une application ; la relation R sur E définie par xry si f x = f(y) est une relation d équivalence, appelée relation d équivalence associée à f. Théorème : 6

7 Il existe une application unique f: E R f(e) telle que f = iofos où s: E E R est la surjection canonique définie par s x = x et i: f(e) F est l injection canonique définie par i y = y. De plus f est bijective. V. Dénombrement & Dénombrabilité : Permutations : On note F n = {1,, n}, on appelle permutation de F n toute bijection de F n dans lui-même. On note par exemple par σ = ( ) la permutation de F 5 définie par σ 1 =, σ = 5, σ 3 = 4, σ 4 = 3 et σ 5 = 1. L ensemble des permutations de F n est noté S n. La donnée d un élément σ ε S n est définie par les données successives de σ 1 εf n, σ ε F n σ 1,, σ n. On en déduit : cards n = n n 1 1 = n! car on a n possibiltés pour le choix de σ(1) dans F n et une fois σ(1) choisie il reste (n 1) possibilités pour le choix de σ() dans F n σ 1 et ainsi de suite. Arrangements : Soient n, pεn avec p n. On appelle arrangement de p éléments de F n (ou parmi n éléments) tout p uplet x 1,, x p de (F n ) p tel que x 1,, x p soient distincts deux à deux. La donnée d un arrangement (x 1,, x p ) revient aux données successives de x 1 dans F n (donc n choix), de x dans F n {x 1 } (donc (n 1) choix),,x p dans F n {x 1,, x p 1 } (donc n p + 1) choix. On en déduit que le nombre d arrangements de p éléments de F n est : n! A p n = n n 1 n p + 1 =. C est aussi le nombre des injections de F n p! p dans F n. Combinaisons : Soit (n, p)εn. Si p n, on appelle combinaison de p éléments de F n toute partie de F n de cardinal p. A chaque partie {x 1,, x p } de F n correspond p! arrangements, donc A p p n = p! C n où C n p est le nombre des combinaisons de p éléments de F n. On a : C n p = 7 n! p! n p!. Formule fondamentale : C p n + C p+1 n = C p+1 n+1. (la vérifier!) Triangle de Pascal : le dessiner! Formule du binôme de Newton : l écrire et la prouver par récurrence! Application : si carde = n, alors cardp E = n (partir de (1 + 1) n = ) Un ensemble E est dit fini si le nombre de ses éléments est fini, on le note carde. Il est infini dans le cas contraire. Proposition : Soient E un ensemble fini et f: E E une application, alors f est bijective ssi elle est injective ssi elle est surjective. Un ensemble E infini est dit dénombrable s il existe une bijection f: N E. Théorème : Toute partie de N est finie ou dénombrable. soit A une partie N infinie, on définit une application n N x n A ainsi : x 0 est le plus petit élément de A, x 1 le plus petit élément de A {x 0 }. Supposons x n défini, on pose x n+1 = le plus petit élément de A {x 0, x 1,, x n }. Comme par construction on a : i < j x i < x j alors cette application est injective. Montrons qu elle est surjective : soit aεa, si a = x 0 pas de problème (a est image), sinon, soit m le plus grand entier tq x m < a, donc a = x m+1 car aεa {x 0, x 1,, x m } et si a x m +1 on aurait x m +1 < a, ce qui contredit la définition de m.

8 Corollaire : Toute partie d un ensemble dénombrable est finie ou dénombrable. S il existe f: N E surjective alors E est fini ou dénombrable. S il existe f: E N injective alors E est fini ou dénombrable. Théorème : La réunion finie d ensembles dénombrables est dénombrable. il suffit de le prouver pour deux ensembles dénombrables E et F ; soient deux bijections : n N x n E et n N y n F, alors l application f: N E F définie par f n = x n et f n + 1 = y n est surjective, comme E F est infini alors il est dénombrable. Corollaire : Z = N Z est dénombrable. Théorème : Tout produit fini d ensembles dénombrables est dénombrable. Si f: N E et g: N F sont deux bijections alors l application : N N E F définie par n, m = (f n, g(m)) est une bijection, donc il suffit de trouver une bijection entre N N et N. Soit f: N N N définie par f n, m = n+m (n+m+1) + n, c est une bijection en effet : Pour vérifier l injection : on montre n + m < s + t f n, m < f(s, t) en utilisant le fait suivant a, bεn et a < b a + 1 b. Pour la surjection : soit nεn on pose A n = {kεn tq n = 1,,3, 6. En posant p = n m(m +1) k k+1 n}, expliciter A n pour, q = m p où m est le plus grand élément de A n, montrer que p, qεn et f p, q = n. Faire un schéma de ce procédé d énumération des éléments N N. Application : déterminer n, m tq f n, m = 010. Corollaire : Q est dénombrable. L application p, q ε Z Z p ε Q est surjective. q Série de Travaux dirigés N 0 1 Exercice 1 : On souhaite démontrer par récurrence que pour tout entier naturel n et tout réel > 0, on a (1 + x) n 1 + nx. 1. La récurrence porte-elle sur n? sur x? sur les deux?. Enoncer l hypothèse de récurrence. 3. Vérifier que 1 + nx 1 + x = 1 + n + 1 x + nx. 4. Rédiger la démonstration. Exercice : Montrer que pour tout entier naturel non nul n on a : n ( 1) k k = 1 n n+1 1 k=1 4 8

9 Exercice 3 : Démontrez que si vous rangez (n + 1) paires de chaussettes dans n tiroirs distincts, il y a au moins un tiroir contenant deux paires de chaussettes. Exercice 4 : Soit f: E F. 1. Montrer que f est injective ssi pour tous A, B E on a f A B = f(a) f(b).. Montrer que f est bijective ssi pour tout A E on a f C A = C f(a). 3. Justifier les inclusions f f 1 B B et A f 1 f A où A E et B F. A-ton égalité en général? Exercice 5 : Soit trois applications f: E F, g: F G, : G E telles que gof et og soient bijectives, démontrer que f, g, sont bijectives. Exercice 6 : y si y est pair Soient f, g: N N définies par f x = x et g y = y 1 si y est impair. Etudier l injectivité, la surjectivité, la bijectivité de f et g; préciser gof etfog. Exercice 7 : On définit sur Z la relation xry ssi x + y est pair. Montrer qu on définit ainsi une relation d équivalence puis expliciter ses classes d équivalence. Exercice 8 : On définit sur R la relation xry ssi xe y = ye x. Montrer qu on définit ainsi une relation d équivalence puis expliciter ses classes d équivalence. Exercice 9 : Une relation R sur un ensemble E est dite circulaire si arb et brc cra. Montrer qu une relation est une relation d équivalence ssi elle est réflexive et circulaire. Donner un exemple de relation circulaire qui ne soit pas une relation d équivalence. Exercice 10 : On considère R muni de l ordre usuel. 1. Soit R la relation définie sur R par x, y R x, y ssi x x et y y. Vérifier que c est une relation d ordre ; l ordre est-il total? Est-ce que (R ) admet une borne supérieure dans R, si oui, quelle est-elle? (ordre produit). Mêmes questions si on considère la relation S définie sur R par x, y S x, y ssi x x ou (x = x et y y ) (ordre lexicographie) Exercice 11 : Soit n un entier naturel. On se donne (n + 1) réels x 0, x 1,..., x n de [0, 1] vérifiant : x 0 x 1 x n. On veut démontrer par l'absurde la propriété suivante : «Il y a deux de ces réels qui sont distants de moins de 1/n» a) Ecrire à l'aide de quantificateurs et des valeurs x i x i 1 une formule logique équivalente à la propriété. b) Ecrire la négation de cette formule logique. c) Rédiger une démonstration par l'absurde de la propriété.(on montrera que x n x 0 > 1) Exercice 1 : Soient f: A B et g, : B A trois applications telles que : gof = id A et fo = id B. Montrer que f est bijective et que g = = f 1. 9

10 Exercice 13 : Montrer qu un ensemble est infini ssi il est en bijection avec l un de ses sous-ensembles propres. Exercice 14 : Soit f: NXN N définie par f p, q = p (q + 1). Montrer qu elle est bijective. 10

11 Chapitre II : Structures algébriques (Groupes - Anneaux Corps) I. Lois de composition interne : On appelle loi de composition interne (lci) sur un ensemble E, notée ici par le signe, une application : E E E, qui à tout couple (x, y) d éléments de E, associe un unique élément z noté x y, appelé le composé de x et y. Exemples : L addition et la multiplication sur N, Z, Q, R, C. La soustraction n est pas une lci sur N, la division n est pas aussi une lci sur Z. La réunion, l intersection et la différence symétrique d ensembles sont des lci sur l ensemble des parties d un ensemble. La composition des fonctions est une lci sur l ensemble des fonctions numériques F(R, R). L addition et le produit aussi. Propriétés des lci : Associativité : Cette propriété exprime que le composé de trois éléments ne dépend pas des parenthèses ; a, b, c E a b c = a b c. Conséquence : il est possible de définir le composé de 3 éléments, a b c, et de proche en proche de n éléments, si la loi est associative. Comme exemples de lois associatives on cite l addition et la multiplication sur les ensembles N, Z, Q, R, C. ainsi que l addition, la multiplication et la composition sur F(R, R), la réunion, l intersection et la différence symétrique d ensembles dans P E. Commutativité : Le composé de deux éléments ne dépend pas de l ordre. a, b E on a: a b = b a. Exemples : 1) L addition et la multiplication dans N, Z, Q, R, C. ) La soustraction n est pas commutative sur Z, Q, R, C. 3) La réunion, l intersection et la différence symétrique d ensembles sont commutatives. 4) La composition des applications n est pas commutatives. Elément neutre : e est élément neutre pour la lci si x E e x = x e = x. Exemples : 1) 0 est neutre pour l addition dans N, Z, Q, R, C ; ) 1 neutre pour la multiplication dans N, Z, Q, R, C. 3) Id A neutre pour la composée des applications dans F(A, A). 4) Chercher l élément neutre ( s il en existe) pour les lci : intersection, réunion, différence symétrique dans P E. propriété1 : Si une lci possède un élément neutre celui-ci est unique. ( la preuve est facile!) 11

12 propriété : Si une lci possède un élément neutre à droite e (i,e : xεe x e = x), (1) et un élément neutre à gauche e" (i,e: xϵe e" x = x) () alors e = e". il suffit de faire x = e dans la (1) et x = e dans la (). Symétrique d un élément : Soit une lci sur un ensemble E ayant un élément neutre e, on dit qu un élément xεe admet un symétrique x εe si x x = x x = e. Si la loi est l addition, le symétrique s appelle l opposé. Si la loi est la multiplication, le symétrique s appelle l inverse. Pour la composition des fonctions dans F(R, R), les fonctions qui ont un symétrique sont les bijections et le symétrique d une fonction bijective est la bijection réciproque. Propriété1 : Soit une lci sur un ensemble E associative et ayant un élément neutre e, si un élément xεe admet un symétrique, celui-ci est unique. Supposons que x possède deux symétriques x et x", alors on a grâce à l associativité : x = x e = x (x x" )=(x' *x) * x"=e * x" = x", d où le résultat. Remarque : La preuve précédente montre aussi que si on a une lci sur un ensemble E associative et ayant un élément neutre e, et si un élément xεe admet un symétrique x à gauche (x * x = e) et un symétrique x à droite (x * x = e) alors x = x. Propriété : Soit une lci sur un ensemble E associative et ayant un élément neutre e, si un élément a ε E admet un symétrique a alors l équation a x = b possède une solution unique x = a b. Propriété3 : Soit une lci sur un ensemble E associative et ayant un élément neutre e, si les éléments x, yεe admettent des symétriques x et y alors le symétrique de x y est y x. Remarque : On connaît déjà cette propriété dans le cas où f et g sont des bijections (fog) -1 = g -1 of -1. Dans la suite on va étudier des exemples de structures. Ce sont des ensembles avec des lci ayant de «bonnes propriétés.» II. Groupes : On appelle groupe un ensemble G muni d une lci notée vérifiant les axiomes suivants : L associativité, l existence d un élément neutre et l existence de l élément symétrique pour tout élément de G. Si de plus la lci est commutative G est dit groupe commutatif. Exemples : Z, Q, R, C pour l addition. Z, Q, R, C pour la multiplication.(on retire 0 car il n est pas inversible) F(R, R) pour l addition. P(E) muni de la différence symétrique d ensembles. L ensemble des bijections de E dans E muni de la composition des applications. 1

13 Soit G un groupe pour la loi, et F un sous-ensemble de G. On dit que F est un sous-groupe de G si : F est stable par la loi i,e : x, y F x yεf. L élément neutre appartient à F Le symétrique de tout élément de F est dans F. Remarque : Un sous-groupe F d un groupe G est lui-même un groupe. Exemple : - e et G sont des sous-groupes triviaux de G. - L ensemble des fonctions dérivables sur R est un sous-groupe de F(R, R) pour l addition. - Z, Q sont des sous-groupes de R pour l addition. Propriété : Les sous-groupes de (Z, +) sont n Z = {nk, k parcourt Z }, où n est un entier naturel. a) On vérifie facilement que nz est bien un sous-groupe de Z. b) Réciproque : soit F un sous-groupe de Z. Si ce sous-groupe est 0, on a 0 = 0Z. Sinon, il existe a F, a 0, a > 0 (car aεf) ; soit n le plus petit entier non nul dans F. Soit x > o, et xεf la division euclidienne de x par n donne : x = nq + r et 0 r < n, comme nq = n + + n q fois, nεf nq, nq εf donc r = x nqεf. Puisque n est le plus petit entier non nul de F, on en conclut r = 0, d où F nz. Pour l inclusion inverse, elle résulte du fait que n F et kn = n + + n k fois F. Propriété : On vérifie facilement que l intersection de deux sous-groupes est un sous-groupe. Remarque : Si on prend H = Z et G = 3Z on a H G n est pas un sous-groupe de (Z, +). Morphisme d un groupe : Soient G,., (G, ) deux groupes et f: G G une application. On dit que f est un homomorphisme de groupe si : x, y ε G on a f x. y = f x f y. c-à-d : l image du composé de deux éléments de G par f est le composé de leur image) Exemple : ln: (R +,. ) (R, +). Propriété : Soit f: G G un homomorphisme de groupe, alors on a : 1. f e = e où e (resp. e ) est l élément neutre de G (resp.g ).. Le symétrique de f(x) est l image du symétrique de x. 3. L image réciproque par f de l élément neutre de G est un sous-groupe de G. Il est dit noyau de f et noté Kerf. 4. f est injective ssi le noyau de f est réduit à {e}. 5. L image d un sous-groupe de G par f est un sous-groupe de G. 1) Soit xεg, f x = f xe = f x f e, donc f e = e. ) Soient xεg, x 1 son symétrique alors f x f x 1 = f x. x 1 = f e = e, d où. 3) Le noyau de f se par N(f) ou kerf, il contient e l élément neutre de G ; on vérifie facilement que c est un sous-groupe. 13

14 4) Supposons f injective ; puisque f(e) = e on a bien Kerf = {e}. Réciproquement, si Kerf = {e} alors f x = f y f x f y 1 = e = f xy 1 xy 1 = e x = y. 5) Vérification simple. Groupe quotient : Soient G un groupe dont la loi est notée multiplicativement, H un sous-groupe de G et R la relation entre les éléments de G définie par xry si x 1 yεh ; alors les propriétés suivantes sont faciles à vérifier : i) R est une relation d équivalence. ii) La classe de x est xh. iii) L application y xy de H dans xh est bijective. Remarque : Si l on considère la relation xy 1 H on a des propriétés analogues aux précédentes, avec Hx au lieu de xh. Les ensembles de la forme xh (resp. Hx ) s appellent classes à gauche (resp. à droite) suivant H ; si G est commutatif on parle seulement de classe suivant H. Conséquence de iii) : (théorème de Lagrange) Si G est un groupe fini (card(g) fini), H un sous-groupe de G, alors card(h) divise card(g) Supposons maintenant que G est commutatif, on va définir une lci sur l ensemble quotient G/R par x. y = xy où x désigne la classe d équivalence de x. Il faut voir que la classe de xy ne dépend pas du choix des représentants des classes de x et de y ; soient x 1 ε x, y 1 ε y, on a x 1 = xs, y 1= yt, où s, tεh donc x 1 y 1 = xsyt = xy st, avec st ε H, car le groupe est supposé commutatif, ce qui prouve que la lci est bien définie. Théorème : L ensemble quotient G/R muni de cette loi est un groupe commutatif, on le note par G/H. De plus la surjection canonique s: x ε G x ε G/H est un homomorphisme de groupes. La preuve : On vérifie que l élément neutre est H, l inverse de xh est x -1 H, l associativité et la commutativité découlent de celles de la loi du groupe G ; la propriété d homomorphisme résulte de la définition de la loi de G/H. Exemple : S i G = Z, +, H = pz on a: xry si x y ε pz et Z pz = {0, 1,, (p 1)}. Dresser les tables des groupes ( Z pz, +) avec p = 4, 5, 6. Remarque : Si G n est pas un groupe commutatif, on obtient un groupe quotient en supposant que H soit un sous-groupe distingué i,e : x ε G on a xh = Hx (ce qui est équivalent à xhx 1 = H). III. Anneaux : On appelle anneau un ensemble A muni de deux lci, la 1 ère notée + et fait de A un groupe commutatif, la ème notée (.) et vérifie l associativité et la distributivité par rapport à la loi + i,e : a, b, c ε A on a: a. b + c = a. b + a. c et b + c. a = b. a + c. a, de plus si la loi (.) est commutative (resp. admet un élément unité) on dit que l anneau A est commutatif (resp. unitaire). Exemples : Z, +,. est un anneau, de même Q, R, C. 14

15 F R, R, +,.. P E,,. F R, R, +, o où o est la composition des applications n est pas un anneau par manque de la distribution de la loi o pa rapport à l addition. Règles de calcul dans un anneau : Soit (A, +,. ) un anneau. 1) a, b, c ε A on a: a b c = ab ac et b c a = bc ca. ) a ε A on a: a. 0 = O. a = 0, où 0 est l élément neutre pour la loi +. 3) a, b ϵ A, on a: a b = ab = a b. 4) Si A est commutatif la formule du binôme de Newton est encore valable. 1. a b c + ac = a b c + c = ab, donc a b c = ab ac; de même pour l autre. a0 = a b b = ab ab = 0; de même pour 0a = a b = a 0 b = a0 ab = 0 ab = ab; 4. Par récurrence sur n, on montre (a + b) n p=n = C p p=0 n a n p b p. La formule du binôme reste valable dans le cas où l anneau n est pas commutatif à condition que a et b commutent. Soient (A, +,. ) un anneau et B une partie de A. on dit que B est un sous-anneau de A, si (B,+) est sous-groupe de (A,+) et B stable pour la loi. c-à-d : x, y B x. y ε B. On dit que B est un idéal de A, si (B,+) est sous-groupe de (A,+) et on a : xεa, yεb xy et yx εb. Remarque : un idéal est bien un sous-anneau, mais la réciproque est fausse ; comme le montre l exemple suivant : Z, +,. est un sous-anneau de Q, +,. mais pas un idéal. Propriété : Si (A, +,.) est anneau commutatif, unitaire et B une partie de A stable pour la loi + et vérifie x ε A, y ε B xy ε B, alors B est un idéal de A. (à vérifier) Propriété : Soit (A, +,.) est anneau commutatif et aεa. Alors a = aa = {ax, xεa} est un idéal de A, appelé idéal engendré par a. (à vérifier) Un anneau A est dit principal si tout idéal de A est de cette forme, par exemple Z, K[X] l ensemble des polynômes à coefficients dans un corps K (on le verra dans le chapitre des polynômes!). Soient maintenant (A, +,. ) un anneau commutatif et I un idéal de A ; puisque (I, +) est un sous-groupe du groupe commutatif (A, +) on a formé le groupe quotient A I ; on définit une multiplication par : x. y = xy ( elle est bien définie grâce au fait que I est un idéal ) Théorème : ( A I, +,. ) est un anneau commutatif. L application canonique s: xεa x ε A I est un homomorphisme d anneaux i,e : s x + y = s x + s y et s xy = s x s y. La démonstration est analogue à celle du groupe quotient. Exemple : Dresser les tables de multiplications de ( Z pz, +,. ) pour p = 5, 6. 15

16 Un anneau A est dit intègre si la relation ab = 0 entraine a = 0 ou b = 0. Z pz est intègre ssi p est premier Dans un anneau A un élément non nul a est dit diviseur de zéro s il existe b non nul dans A tel que ab = 0 ; donc un anneau intègre n a pas de diviseur de zéro. On a.3 = 0 dans Z 6Z. Corps : Un anneau unitaire est un corps si tout élément non nul (i,e différent de l élément neutre pour la première loi) est inversible. Comme exemple on cite Q, R, C, Z pz (p premier). On parle de sous-corps, d homomorphisme de corps,.. Série N de TD STRUCTURES ALGEBRIQUES EXERCICE 1: Soit la loi de composition interne définie sur R par : x y = xy + x 1 (y 1). Vérifier que cette loi est commutative, non associative, et admet un élément neutre. EXERCICE : Soit E un ensemble fini muni d une loi associative notée multiplicativement, possédant un élément neutre. Démontrer que tout élément régulier admet un symétrique. A l aide d un contre-exemple, montrer que ce résultat est faux si E est infini. EXERCICE 3: (Axiomes faibles d un groupe) Soit G un monoïde (c-à-d la lci est associative) vérifiant les conditions suivantes : 1) Il existe dans G au moins un élément neutre à droite, e. ) Par rapport à e, tout xεg admet au moins un inverse à droite x. On va montrer que G est un groupe : a) Soit xεg, on pose y = x x. montrer que y = y puis y = e (utiliser son inverse à droite y ). Conclusion. b) Montrer que e est aussi élément neutre à gauche. Conclusion. EXERCICE 4: Déterminer tous les groupes possibles à 1,,3,4 éléments. EXERCICE 5: On définit sur R la loi par x y = x + y xy. Est-ce une loi de groupe? EXERCICE 6: On considère sur 1, +1 la loi x y = x+y, montrer que ( 1, +1, ) est un groupe. 1+xy 16

17 EXERCICE 7: Soit G,. un groupe tel que x G, x. x = e G. Montrer que G est un groupe commutatif. EXERCICE 8: Montrer qu un sous-ensemble H d un groupe G, est un sous-groupe ssi x, y H on a x y H où y est le symétrique de y. EXERCICE 9: Montrer que la réunion de deux sous-groupes d un groupe est un sous groupe ssi l un est inclus dans l autre. EXERCICE 10: On pose G = R et on définit la loi suivante x, y εg G xτy = xy x + y Montrer que (G, τ) est un groupe commutatif.. Montrer que f: x x est un isomorphisme de (G, τ) sur (R, ). 3. Montrer que (, +, τ) est un sous-groupe de (G, τ). EXERCICE 11 : Démontrer que tout homomorphisme de (Q, +) dans (Z, +) est nul. EXERCICE 1: On munit R des lois τ et de la façon suivante : xτy = x + y 1 et x y = x + y xy. Cela en fait-il un anneau? EXERCICE 13: Soit E un ensemble. Montrer que (P E,, ) est un anneau. En préciser les éléments neutres, les éléments inversibles (et leur inverse) pour chacune des deux lois. Cet anneau est-il intègre? Si FCE, (P F,, ) est-il un sous-anneau de P(E)? EXERCICE 14: Un anneau A est dit booléien ( ou anneau de Boole) si xεa, x = x. Montrer que xεa, x = 0 et que A est commutatif (indication : considérer (x + y) ). Vérifier que (P E,, ) est un tel anneau. EXERCICE 15: Montrer que dans un anneau à élément unité, l ensemble des éléments inversibles est un groupe pour la multiplication. EXERCICE 16: Montrer qu un anneau fini intègre unitaire commutatif est un corps. EXERCICE 17: Dans R on définit une addition et une multiplication par : a, b + c, d = (a + c, b + d) et a, b c, d = (ac, ad + bc). Montrer qu on obtient un anneau commutatif unitaire non intègre. 17

18 EXERCICE 18: Soit (G, ) un groupe d élément neutre e et H une partie de G, non vide, finie et stable pour la loi. Pour aεh on considère l application f: x H a x H. Montrer que f est injective puis surjective ; en déduire que H est un sous-groupe de G. EXERCICE 19 : On admettra que Q. Soit H = a + b, a, b Z. 1. Montrer que H muni de l addition usuelle est un sous-groupe de R, +.. Montrer que 0, + muni de la multiplication usuelle est sous-groupe de R,.. 3. Soit x H. Montrer qu il existe un unique couple a, b Z tel que x = a + b. 4. Soit f: H 0, + définie par f a + b = 3 a+b. Montrer que f est un homomorphisme de groupes, déterminer kerf & imf, f est-il injectif, surjectif? EXERCICE 0 : (facultatif mais conseillé!!) On se propose de munir R 4 d une structure de corps. Pour cela, on définit une addition et une multiplication par : a, b, c, d + a, b, c, d = (a + a, b + b, c + c, d + d ) (1) et a, b, c, d a, b, c, d = (aa bb cc dd, ab + ba + cd dc, ac + ca + db bd, ad + da + bc cb ) () 1) Vérifier que (R 4, +) est groupe abélien. ) On pose : 1 = 1,0,0,0, i = 0,1,0,0, j = 0,0,1,0, k = (0,0,0,1) ; vérifier que G = 1, i, j, k, 1, i, j, k muni de la multiplication définie par () est un groupe non commutatif (dresser sa table, on trouvera : i = j = k = 1, et j = ji; jk = kj = i; ki = ik = j.) 3) On identifie R 4 à l ensemble H = a + bi + cj + dk, a, b, c, dεr ( penser à l identification R à C). Pour α = (a, b, c, d)εr 4, on peut l écrire donc α = a + bi + cj + dk. Soit α = a + b i + c j + d k, écrire le produit αα en fonction de i, j, k. 4) On pose α = (a, b, c, d) (le conjugué de α = (a, b, c, d)) et N α = a + b + c + d, montrer que N α = αα, et que N αβ = N α N(β). ( un réel x est identifié à (x, 0,0,0)!!!) 5) En déduire que tout élément non nul de R 4 est inversible. 6) Montrer que R 4 est un corps non commutatif 18

19 Chapitre III : Arithmétique dans Z I. Divisibilité : Théorème de la division euclidienne : Soient a et b deux éléments de Z, avec b 0. Il existe un couple unique (q, r) Z vérifiant a = bq + r et 0 r < b. On dit que q est le quotient et r le reste de la division euclidienne de a par b. - Existence : On suppose d abord b > 0 : L ensemble A = {a bk, kε Z} N n est pas vide, en effet si a 0, on prend k = 0, et si a 1, il suffit de prendre k = a, de sorte que a bk = a(1 b) 0. Soit r le plus petit élément de A et l entier q de Z défini par l égalité r = a bq, alors le couple (q, r) convient. Sinon r b, on écrit alors 0 r b = a bq b = a b(q + 1)ϵA, mais 0 r b < r, ce qui est contredit le fait que r est le plus petit élément de A. Ensuite : Si b < 0, on effectue la division euclidienne de a par ( b), on obtient : a = b q + r où 0 r < b = b, donc a = b( q) + r où 0 r < b Unicité : Supposons a = bq + r = bq + r avec 0 r < b et 0 r < b. Si q q, supposons par exemple q q 1, on écrit alors b b q q = r r r, ce qui contredit l hypothèse r < b. On en déduit q = q et il s ensuit que r = r. Exemples : - 15 =. 7 1 n est pas une division euclidienne. - Division euclidienne de 17 par 5 : 17 = 5 3 +, q = 3 et r =. - Division euclidienne de 17 par 5 : 17 = 5 ( 4) + 3, q = 4 et r = 3. - Division euclidienne de 18 par 4 : 18 = = ( 4) ( 4) +. - Division euclidienne de 15 par 4 : 15 = 4 ( 4) + 1 = ( 4) Remarque importante : Dans tous les cas le reste r est positif ou nul. Si a, b ε Z, on dit que a divise b, et on note a b s il existe k ε Z tel que b = ak, i,e le reste de la division euclidienne de b par a est nul. On dit que a est un diviseur de b ou que b est un multiple de a. Dans le cas contraire, on dit que a ne divise pas b et on note a b. Exemples : Tout entier relatif divise 0. Les diviseurs de 0 sont :... Propriétés : Si a b, alors a bc, cεz. Si a b et b c, alors a c. Si a b et a c, alors a bk + c, k, ε Z. Si a b et b a, alors a = ±b. 19

20 Si a b et b 0, alors a b. Proposition et définition : Soient a et b deux éléments de Z, l ensemble des diviseurs communs à a et b dans N admet un plus grand élément appelé pgcd(a, b). En effet, les diviseurs de a et b dans N sont majorés par a et b, donc sont en nombre fini. Algorithme d Euclide (recherche du pgcd) : Puisque pgcd a, b = pgcd( a, b ), il suffit de prendre a, bεn. On utilisera les lemmes suivants faciles à démontrer : Lemme 1 : Soient a, bεn, si a = bq + r est le résultat de la division euclidienne de a par b, alors pgcd (a, b) = pgcd (b, r). Lemme : Soient a, bεn, si a b alors pgcd a, b = b. Théorème (Algorithme d Euclide ) : Soient a, bεn, avec a b; en appliquant successivement et jusqu`à obtenir un reste nul, le théorème de la division euclidienne, on obtient la suite d équations: a = bq 1 + r 1, 0 < r 1 < b b = r 1 q + r, 0 < r < r 1 r 1 = r q 3 + r 3, 0 < r 3 < r r j = r j 1 q j + r j, 0 < r j < r j 1 r j 1 = r j q j +1 Alors le pgcd a, b = r j : le dernier reste non nul. Exemple : pgcd 17,144 = 4 et 4 = = Théorème : Soient a, bεn, alors d = pgcd(a, b) ssi : 1. d divise a etb. u, v Z tel que au + bv = d Si d = pgcd(a, b), on a bien d divise a etb. Les entiers u et v sont obtenus par substitution des restes r j 1, r j,, r 1 de la suite d équations lors de l algorithme d Euclide. (exemple!!) Réciproquement : si d vérifie 1) et ) montrons qu il est le plus grand diviseur de a et b. Soit c un diviseur commun à a et b dans N, a 1, b 1 ϵ Z tq a = a 1 c, b = b 1 c, d après ), on a d = au + bv = a 1 u + b 1 v c, donc c divise d. Remarque : Il faut absolument que d vérifie 1) et ) : = 5 mais 5 ne divise ni 8 ni 9. Nombres premiers entre eux : Soient a, b ε Z, a et b sont dits premiers entre eux si pgcd a, b = 1. Donc a et b sont premiers entre eux ssi leurs seuls diviseurs communs sont (-1) et 1. Théorème de Bézout: a et b sont premiers entre eux ssi u, v Z tq au + bv = 1. La preuve résulte du théorème précédent. Corollaire1 :(Théorème de Gauss) Soient a, b, c ε Z, si a est premier avec b et divise le produit bc, alors a divise c. Démonstration : a divise bc donc il existe k Z tel que bc = ka ; a est premier avec b donc il existe u, v Z tq au + bv = 1. On multiplie cette égalité par c on obtient auc + bvc = c, puis on remplace bc par ka on obtient a(uc + kv) = c ; d où a divise c. 0

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes Opérations sur les polynômes Exercice 1 - Carré - L1/Math Sup - Si P = Q est le carré d un polynôme, alors Q est nécessairement de degré, et son coefficient dominant est égal à 1. On peut donc écrire Q(X)

Plus en détail

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que Introduction. On suppose connus les ensembles N (des entiers naturels), Z des entiers relatifs et Q (des nombres rationnels). On s est rendu compte, depuis l antiquité, que l on ne peut pas tout mesurer

Plus en détail

Anneaux, algèbres. Chapitre 2. 2.1 Structures

Anneaux, algèbres. Chapitre 2. 2.1 Structures Chapitre 2 Anneaux, algèbres 2.1 Structures Un anneau est un ensemble A muni de deux opérations internes + et et d éléments 0 A et 1 A qui vérifient : associativité de l addition : commutativité de l addition

Plus en détail

Structures algébriques

Structures algébriques Structures algébriques 1. Lois de composition s Soit E un ensemble. Une loi de composition interne sur E est une application de E E dans E. Soient E et F deux ensembles. Une loi de composition externe

Plus en détail

Leçon 6. Savoir compter

Leçon 6. Savoir compter Leçon 6. Savoir compter Cette leçon est une introduction aux questions de dénombrements. Il s agit, d une part, de compter certains objets mathématiques (éléments, parties, applications,...) et, d autre

Plus en détail

Cours d algèbre. Maths1 LMD Sciences et Techniques. Par M. Mechab

Cours d algèbre. Maths1 LMD Sciences et Techniques. Par M. Mechab Cours d algèbre Maths1 LMD Sciences et Techniques Par M. Mechab 2 Avant Propos Ceci est un avant projet d un manuel de la partie Algèbre du cours de Mathématiques de premières années LMD Sciences et techniques

Plus en détail

Développement décimal d un réel

Développement décimal d un réel 4 Développement décimal d un réel On rappelle que le corps R des nombres réels est archimédien, ce qui permet d y définir la fonction partie entière. En utilisant cette partie entière on verra dans ce

Plus en détail

Université Joseph Fourier MAT231 2008-2009

Université Joseph Fourier MAT231 2008-2009 Université Joseph Fourier MAT231 2008-2009 mat231-exo-03.tex (29 septembre 2008) Feuille d exercices n o 3 Exercice 3.1 Soit K un corps commutatif et soit {P 0, P 1,... P n } une famille de polynômes de

Plus en détail

1 Définition et premières propriétés des congruences

1 Définition et premières propriétés des congruences Université Paris 13, Institut Galilée Département de Mathématiques Licence 2ème année Informatique 2013-2014 Cours de Mathématiques pour l Informatique Des nombres aux structures Sylviane R. Schwer Leçon

Plus en détail

Fiche n 2: Morphisme, sous-groupe distingué, quotient

Fiche n 2: Morphisme, sous-groupe distingué, quotient Université Lille 1 Algèbre 2010/11 M51.MIMP Fiche n 2: Morphisme, sous-groupe distingué, quotient Exercice 1 Soient G, G deux groupes et f un homomorphisme de G dans G. Montrer que si A G, alors f( A )

Plus en détail

Premiers exercices d Algèbre. Anne-Marie Simon

Premiers exercices d Algèbre. Anne-Marie Simon Premiers exercices d Algèbre Anne-Marie Simon première version: 17 août 2005 version corrigée et complétée le 12 octobre 2010 ii Table des matières 1 Quelques structures ensemblistes 1 1.0 Ensembles, relations,

Plus en détail

Cours arithmétique et groupes. Licence première année, premier semestre

Cours arithmétique et groupes. Licence première année, premier semestre Cours arithmétique et groupes. Licence première année, premier semestre Raphaël Danchin, Rejeb Hadiji, Stéphane Jaffard, Eva Löcherbach, Jacques Printems, Stéphane Seuret Année 2006-2007 2 Table des matières

Plus en détail

Cours de mathématiques

Cours de mathématiques DEUG MIAS premier niveau Cours de mathématiques année 2003/2004 Guillaume Legendre (version révisée du 3 avril 2015) Table des matières 1 Éléments de logique 1 1.1 Assertions...............................................

Plus en détail

Groupe symétrique. Chapitre II. 1 Définitions et généralités

Groupe symétrique. Chapitre II. 1 Définitions et généralités Chapitre II Groupe symétrique 1 Définitions et généralités Définition. Soient n et X l ensemble 1,..., n. On appelle permutation de X toute application bijective f : X X. On note S n l ensemble des permutations

Plus en détail

Mathématiques Algèbre et géométrie

Mathématiques Algèbre et géométrie Daniel FREDON Myriam MAUMY-BERTRAND Frédéric BERTRAND Mathématiques Algèbre et géométrie en 30 fiches Daniel FREDON Myriam MAUMY-BERTRAND Frédéric BERTRAND Mathématiques Algèbre et géométrie en 30 fiches

Plus en détail

Extrait du poly de Stage de Grésillon 1, août 2010

Extrait du poly de Stage de Grésillon 1, août 2010 MINI-COURS SUR LES POLYNÔMES À UNE VARIABLE Extrait du poly de Stage de Grésillon 1, août 2010 Table des matières I Opérations sur les polynômes 3 II Division euclidienne et racines 5 1 Division euclidienne

Plus en détail

Olivier Debarre ALGÈBRE 2 ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE

Olivier Debarre ALGÈBRE 2 ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE Olivier Debarre ALGÈBRE 2 ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE 2012 2013 Olivier Debarre ALGÈBRE 2 ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE 2012 2013 Olivier Debarre TABLE DES MATIÈRES I. Extensions de corps......................................................................

Plus en détail

Programme de mathématiques TSI1

Programme de mathématiques TSI1 Programme de mathématiques TSI1 1. PROGRAMME DE DÉBUT D ANNÉE I. Nombres complexes et géométrie élémentaire 1. Nombres complexes 1 2. Géométrie élémentaire du plan 3 3. Géométrie élémentaire de l espace

Plus en détail

BJ - RELATIONS BINAIRES

BJ - RELATIONS BINAIRES BJ - RELATIONS BINAIRES Définitions Soit A et B deux ensembles non vides, et G une partie de A B. On dit qu un élément x de A est relié à un élément y de B par une relation binaire de graphe G, si le couple

Plus en détail

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes.

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. 1 Définitions, notations Calcul matriciel Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. On utilise aussi la notation m n pour le

Plus en détail

Mathématiques pour l Informatique Relations binaires Jérôme Gensel

Mathématiques pour l Informatique Relations binaires Jérôme Gensel Master ICA Spécialité IHS Année 2007/2008 Mathématiques pour l Informatique Relations binaires Jérôme Gensel I) Relations binaires 1. Généralités Définition 1 : Une relation binaire d un ensemble E vers

Plus en détail

La Licence Mathématiques et Economie-MASS Université de Sciences Sociales de Toulouse 1

La Licence Mathématiques et Economie-MASS Université de Sciences Sociales de Toulouse 1 La Licence Mathématiques et Economie-MASS Université de Sciences Sociales de Toulouse 1 La licence Mathématiques et Economie-MASS de l Université des Sciences Sociales de Toulouse propose sur les trois

Plus en détail

Jusqu'à présent. Au programme. Cardinalité Ensembles nis Ensembles dénombrables. Relations Opérations Relations. Conclusions. Nous avons déjà abordé

Jusqu'à présent. Au programme. Cardinalité Ensembles nis Ensembles dénombrables. Relations Opérations Relations. Conclusions. Nous avons déjà abordé Jusqu'à présent Nous avons déjà abordé Vers l'inni David Teller 23/01/2007 Les ensembles Le regroupement de valeurs caractérisées par des critères. Informatique Types. Physique Unités. Logique Domaines.

Plus en détail

Introduction à l étude des Corps Finis

Introduction à l étude des Corps Finis Introduction à l étude des Corps Finis Robert Rolland (Résumé) 1 Introduction La structure de corps fini intervient dans divers domaines des mathématiques, en particulier dans la théorie de Galois sur

Plus en détail

Contrôle de mathématiques

Contrôle de mathématiques Contrôle de mathématiques Correction du Lundi 18 octobre 2010 Exercice 1 Diviseurs (5 points) 1) Trouver dans N tous les diviseurs de 810. D 810 = {1; 2; 3; 5; 6; 9; 10; 15; 18; 27; 30; 45; 54; 81; 90;

Plus en détail

Probabilités sur un univers fini

Probabilités sur un univers fini [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 7 août 204 Enoncés Probabilités sur un univers fini Evènements et langage ensembliste A quelle condition sur (a, b, c, d) ]0, [ 4 existe-t-il une probabilité P sur

Plus en détail

Problèmes de Mathématiques Filtres et ultrafiltres

Problèmes de Mathématiques Filtres et ultrafiltres Énoncé Soit E un ensemble non vide. On dit qu un sous-ensemble F de P(E) est un filtre sur E si (P 0 ) F. (P 1 ) (X, Y ) F 2, X Y F. (P 2 ) X F, Y P(E) : X Y Y F. (P 3 ) / F. Première Partie 1. Que dire

Plus en détail

Proposition. Si G est un groupe simple d ordre 60 alors G est isomorphe à A 5.

Proposition. Si G est un groupe simple d ordre 60 alors G est isomorphe à A 5. DÉVELOPPEMENT 32 A 5 EST LE SEUL GROUPE SIMPLE D ORDRE 60 Proposition. Si G est un groupe simple d ordre 60 alors G est isomorphe à A 5. Démonstration. On considère un groupe G d ordre 60 = 2 2 3 5 et

Plus en détail

Axiomatique de N, construction de Z

Axiomatique de N, construction de Z Axiomatique de N, construction de Z Table des matières 1 Axiomatique de N 2 1.1 Axiomatique ordinale.................................. 2 1.2 Propriété fondamentale : Le principe de récurrence.................

Plus en détail

Cours d arithmétique Première partie

Cours d arithmétique Première partie Cours d arithmétique Première partie Pierre Bornsztein Xavier Caruso Pierre Nolin Mehdi Tibouchi Décembre 2004 Ce document est la première partie d un cours d arithmétique écrit pour les élèves préparant

Plus en détail

Ensembles et applications. Motivations. Exo7

Ensembles et applications. Motivations. Exo7 o7 nsembles et applications Vidéo partie 1. nsembles Vidéo partie 2. Applications Vidéo partie 3. Injection, surjection, bijection Vidéo partie 4. nsembles finis Vidéo partie 5. Relation d'équivalence

Plus en détail

Mathématiques autour de la cryptographie.

Mathématiques autour de la cryptographie. Mathématiques autour de la cryptographie. Index Codage par division Codage série Code cyclique Code dual Code linéaire Corps de Galois Elément primitif m séquence Matrice génératrice Matrice de contrôle

Plus en détail

Mathématiques assistées par ordinateur

Mathématiques assistées par ordinateur Mathématiques assistées par ordinateur Chapitre 4 : Racines des polynômes réels et complexes Michael Eisermann Mat249, DLST L2S4, Année 2008-2009 www-fourier.ujf-grenoble.fr/ eiserm/cours # mao Document

Plus en détail

Groupes symétriques et alternés

Groupes symétriques et alternés Groupes symétriques et alternés Table des matières 1 Groupe S n 2 2 Cycles 4 2.1 Dénition.................................. 4 2.2 Décomposition d'une permutation..................... 5 3 Classes de conjugaison

Plus en détail

I. Ensemble de définition d'une fonction

I. Ensemble de définition d'une fonction Chapitre 2 Généralités sur les fonctions Fonctions de références et fonctions associées Ce que dit le programme : Étude de fonctions Fonctions de référence x x et x x Connaître les variations de ces deux

Plus en détail

ÉLÉMENTS D ANALYSE ET D ALGÈBRE. Pierre COLMEZ

ÉLÉMENTS D ANALYSE ET D ALGÈBRE. Pierre COLMEZ ÉLÉMENTS D ANALYSE ET D ALGÈBRE Pierre COLMEZ Pierre COLMEZ C.M.L.S., École Polytechnique, 91128 Palaiseau Cedex, France. ÉLÉMENTS D ANALYSE ET D ALGÈBRE Pierre COLMEZ TABLE DES MATIÈRES Vocabulaire Mathématique....................................................................

Plus en détail

Espaces vectoriels et applications

Espaces vectoriels et applications Espaces vectoriels et applications linéaires 1 Définitions On parle d espaces vectoriels sur le corps R ou sur le corps C. Les définitions sont les mêmes en substituant R à C ou vice versa. Définition

Plus en détail

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé 2012-2013 1 Petites questions 1 Est-ce que l ensemble des ouverts de R est une tribu? Réponse : Non, car le complémentaire de ], 0[ n est pas ouvert.

Plus en détail

RÉVISION DE CALCUL NUMÉRIQUE

RÉVISION DE CALCUL NUMÉRIQUE RÉVISION DE CALCUL NUMÉRIQUE. Les ensembles numériques. Propriétés des nombres réels. Ordre des opérations. Nombres premiers. Opérations sur les fractions 7. Puissances entières 0.7 Notation scientifique.8

Plus en détail

Bibliothèque d exercices

Bibliothèque d exercices Bibliothèque d exercices version 3, janvier 00 recueil réalisé par Arnaud Bodin Introduction Afin de faciliter le travail de tous, voici la troisième mouture de ce recueil d exercices. L esprit n a pas

Plus en détail

UNIVERSITE D ORLEANS SL01MA11, Groupes 1 et 5 Département de Mathématiques 2009-2010. N. El Hage Hassan S EXPRIMER EN MATHÉMATIQUES

UNIVERSITE D ORLEANS SL01MA11, Groupes 1 et 5 Département de Mathématiques 2009-2010. N. El Hage Hassan S EXPRIMER EN MATHÉMATIQUES UNIVERSITE D ORLEANS SL01MA11, Groupes 1 et 5 Département de Mathématiques 2009-2010 N. El Hage Hassan S EXPRIMER EN MATHÉMATIQUES 1 Les énoncés La plupart des phrases que l on rencontre dans un livre

Plus en détail

1 Codes linéaires. G = [I k A]. Dans ce cas on constate que la matrice. H = [ t A I n k ] est une matrice de contrôle de C. Le syndrome de x F n q

1 Codes linéaires. G = [I k A]. Dans ce cas on constate que la matrice. H = [ t A I n k ] est une matrice de contrôle de C. Le syndrome de x F n q 1 Codes linéaires Un code de longueur n est une partie de F n q. Un code linéaire C de longueur n sur le corps ni F q est un sous-espace vectoriel de F n q. Par défaut, un code sera supposé linéaire. La

Plus en détail

À propos des matrices échelonnées

À propos des matrices échelonnées À propos des matrices échelonnées Antoine Ducros appendice au cours de Géométrie affine et euclidienne dispensé à l Université Paris 6 Année universitaire 2011-2012 Introduction Soit k un corps, soit E

Plus en détail

Les calculatrices, téléphones, tablettes, ordinateurs et autres appareils électroniques similaires, ainsi que les documents sont interdits.

Les calculatrices, téléphones, tablettes, ordinateurs et autres appareils électroniques similaires, ainsi que les documents sont interdits. Les calculatrices, téléphones, tablettes, ordinateurs et autres appareils électroniques similaires, ainsi que les documents sont interdits 1 La qualité de la rédaction est un facteur important dans l appréciation

Plus en détail

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010 Applications 1 Introduction Une fonction f (plus précisément, une fonction réelle d une variable réelle) est une règle qui associe à tout réel x au

Plus en détail

Le produit semi-direct

Le produit semi-direct Le produit semi-direct Préparation à l agrégation de mathématiques Université de Nice - Sophia Antipolis Antoine Ducros Octobre 2007 Ce texte est consacré, comme son titre l indique, au produit semi-direct.

Plus en détail

Pour l épreuve d algèbre, les calculatrices sont interdites.

Pour l épreuve d algèbre, les calculatrices sont interdites. Les pages qui suivent comportent, à titre d exemples, les questions d algèbre depuis juillet 003 jusqu à juillet 015, avec leurs solutions. Pour l épreuve d algèbre, les calculatrices sont interdites.

Plus en détail

avec des nombres entiers

avec des nombres entiers Calculer avec des nombres entiers Effectuez les calculs suivants.. + 9 + 9. Calculez. 9 9 Calculez le quotient et le rest. : : : : 0 :. : : 9 : : 9 0 : 0. 9 9 0 9. Calculez. 9 0 9. : : 0 : 9 : :. : : 0

Plus en détail

Espaces vectoriels. Université d Orléans Année 2009-2010 Espaces vectoriels et applications linéaires. 2MA01-Licence de Mathématiques

Espaces vectoriels. Université d Orléans Année 2009-2010 Espaces vectoriels et applications linéaires. 2MA01-Licence de Mathématiques Université d Orléans Année 2009-2010 Espaces vectoriels et applications linéaires 2MA01-Licence de Mathématiques Espaces vectoriels Exercice 1 Soit E un espace vectoriel. Pour x, y E et λ, µ K, montrer

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours Exo7 Continuité (étude globale). Diverses fonctions Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr * très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile *****

Plus en détail

Chapitre 2. Matrices

Chapitre 2. Matrices Département de mathématiques et informatique L1S1, module A ou B Chapitre 2 Matrices Emmanuel Royer emmanuelroyer@mathuniv-bpclermontfr Ce texte mis gratuitement à votre disposition a été rédigé grâce

Plus en détail

Polynômes à plusieurs variables. Résultant

Polynômes à plusieurs variables. Résultant Polynômes à plusieurs variables. Résultant Christophe Ritzenthaler 1 Relations coefficients-racines. Polynômes symétriques Issu de [MS] et de [Goz]. Soit A un anneau intègre. Définition 1.1. Soit a A \

Plus en détail

XI- Division euclidienne, pgcd et algorithme d Euclide

XI- Division euclidienne, pgcd et algorithme d Euclide XI- Division euclidienne, pgcd et algorithme d Euclide L arithmétique consiste à travailler exclusivement avec des nombres entiers. Quand on additionne deux nombres entiers, on obtient un nombre entier,

Plus en détail

Relation d ordre. Manipulation des relations d ordre. Lycée Pierre de Fermat 2012/2013 Feuille d exercices

Relation d ordre. Manipulation des relations d ordre. Lycée Pierre de Fermat 2012/2013 Feuille d exercices Lycée Pierre de Fermat 2012/2013 MPSI 1 Feuille d exercices Manipulation des relations d ordre. Relation d ordre Exercice 1. Soit E un ensemble fixé contenant au moins deux éléments. On considère la relation

Plus en détail

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables Cours d Analyse Fonctions de plusieurs variables Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université de Marne-la-Vallée Table des matières 1 Notions de géométrie dans l espace et fonctions à deux variables........

Plus en détail

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Chapitre 7 Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Dans ce chapitre et le suivant, on montre deux applications importantes de la notion de différentiabilité : le théorème de l inversion

Plus en détail

Eléments de théorie des corps finis.

Eléments de théorie des corps finis. Université de Rouen Agrégation de mathématiques 2005-2006 Eléments de théorie des corps finis. Application : les codes correcteurs. Nicolas Bruyère Table des matières I Les corps finis 1 1 Corps finis

Plus en détail

Cours de Probabilités et de Statistique

Cours de Probabilités et de Statistique Cours de Probabilités et de Statistique Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université Paris-Est Cours de Proba-Stat 2 L1.2 Science-Éco Chapitre Notions de théorie des ensembles 1 1.1 Ensembles

Plus en détail

Marc HINDRY. Introduction et présentation. page 2. 1 Le langage mathématique page 4. 2 Ensembles et applications page 8

Marc HINDRY. Introduction et présentation. page 2. 1 Le langage mathématique page 4. 2 Ensembles et applications page 8 COURS DE MATHÉMATIQUES PREMIÈRE ANNÉE (L1) UNIVERSITÉ DENIS DIDEROT PARIS 7 Marc HINDRY Introduction et présentation. page 2 1 Le langage mathématique page 4 2 Ensembles et applications page 8 3 Groupes,

Plus en détail

P (X) = (X a) 2 T (X)

P (X) = (X a) 2 T (X) Université Bordeaux I - année 00-0 MHT0 Structures Algébriques Correction du devoir maison Exercice. Soit P (X) Q[X]\Q.. Soit D(X) := pgcd(p (X), P (X)). a) Montrer que si deg D alors il existe α C tel

Plus en détail

GEL-7064 : Théorie et pratique des codes correcteurs Codes cycliques Notes de cours

GEL-7064 : Théorie et pratique des codes correcteurs Codes cycliques Notes de cours linéaires GEL-7064 : Théorie et pratique des codes correcteurs Notes de cours Département de génie électrique et de génie informatique Université Laval jean-yves.chouinard@gel.ulaval.ca 12 février 2013

Plus en détail

Logique. Plan du chapitre

Logique. Plan du chapitre Logique Ce chapitre est assez abstrait en première lecture, mais est (avec le chapitre suivant «Ensembles») probablement le plus important de l année car il est à la base de tous les raisonnements usuels

Plus en détail

DOCM 2013 http://docm.math.ca/ Solutions officielles. 1 2 10 + 1 2 9 + 1 2 8 = n 2 10.

DOCM 2013 http://docm.math.ca/ Solutions officielles. 1 2 10 + 1 2 9 + 1 2 8 = n 2 10. A1 Trouvez l entier positif n qui satisfait l équation suivante: Solution 1 2 10 + 1 2 9 + 1 2 8 = n 2 10. En additionnant les termes du côté gauche de l équation en les mettant sur le même dénominateur

Plus en détail

Résumé du cours d algèbre 1, 2013-2014. Sandra Rozensztajn. UMPA, ENS de Lyon, sandra.rozensztajn@ens-lyon.fr

Résumé du cours d algèbre 1, 2013-2014. Sandra Rozensztajn. UMPA, ENS de Lyon, sandra.rozensztajn@ens-lyon.fr Résumé du cours d algèbre 1, 2013-2014 Sandra Rozensztajn UMPA, ENS de Lyon, sandra.rozensztajn@ens-lyon.fr CHAPITRE 0 Relations d équivalence et classes d équivalence 1. Relation d équivalence Définition

Plus en détail

X-ENS PSI - 2009 Un corrigé

X-ENS PSI - 2009 Un corrigé X-ENS PSI - 009 Un corrigé Première partie.. Des calculs élémentaires donnent χ A(α) = χ B(α) = X X + et χ A(α)+B(α) = X X + 4α + 4 On en déduit que Sp(A(α)) = Sp(B(α)) = {j, j } où j = e iπ 3 Sp(A(α)

Plus en détail

6. Les différents types de démonstrations

6. Les différents types de démonstrations LES DIFFÉRENTS TYPES DE DÉMONSTRATIONS 33 6. Les différents types de démonstrations 6.1. Un peu de logique En mathématiques, une démonstration est un raisonnement qui permet, à partir de certains axiomes,

Plus en détail

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015 Énoncé Soit V un espace vectoriel réel. L espace vectoriel des endomorphismes de V est désigné par L(V ). Lorsque f L(V ) et k N, on désigne par f 0 = Id V, f k = f k f la composée de f avec lui même k

Plus en détail

Chapitre 2. Eléments pour comprendre un énoncé

Chapitre 2. Eléments pour comprendre un énoncé Chapitre 2 Eléments pour comprendre un énoncé Ce chapitre est consacré à la compréhension d un énoncé. Pour démontrer un énoncé donné, il faut se reporter au chapitre suivant. Les tables de vérité données

Plus en détail

Capes 2002 - Première épreuve

Capes 2002 - Première épreuve Cette correction a été rédigée par Frédéric Bayart. Si vous avez des remarques à faire, ou pour signaler des erreurs, n hésitez pas à écrire à : mathweb@free.fr Mots-clés : équation fonctionnelle, série

Plus en détail

COMPOSITION DE MATHÉMATIQUES

COMPOSITION DE MATHÉMATIQUES CONCOURS GÉNÉRAL DES LYCÉES SESSION DE 2001 COMPOSITION DE MATHÉMATIQUES (Classe terminale S) Durée : 5 heures La calculatrice de poche est autorisée. La clarté et la précision de la rédaction seront prises

Plus en détail

Université de Nantes Année 2009-2010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques. Topologie et calculs différentiel Liste n 5

Université de Nantes Année 2009-2010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques. Topologie et calculs différentiel Liste n 5 Université de Nantes Année 009-010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques Topologie et calculs différentiel Liste n 5 Applications Différentiables Exercice 1. Soit f : R n

Plus en détail

M2 EFM TD MATHÉMATIQUES APPLIQUÉES : ARITHMÉTIQUE CHRISTOPHE RITZENTHALER

M2 EFM TD MATHÉMATIQUES APPLIQUÉES : ARITHMÉTIQUE CHRISTOPHE RITZENTHALER M2 EFM TD MATHÉMATIQUES APPLIQUÉES : ARITHMÉTIQUE CHRISTOPHE RITZENTHALER 1. Euclide, relation de Bézout, gcd Exercice 1. [DKM94,.14] Montrer que 6 n 3 n our tout entier n ositif. Exercice 2. [DKM94,.15]

Plus en détail

Raisonnement par récurrence Suites numériques

Raisonnement par récurrence Suites numériques Chapitre 1 Raisonnement par récurrence Suites numériques Terminale S Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Raisonnement par récurrence. Limite finie ou infinie d une suite.

Plus en détail

Un K-espace vectoriel est un ensemble non vide E muni : d une loi de composition interne, c est-à-dire d une application de E E dans E : E E E

Un K-espace vectoriel est un ensemble non vide E muni : d une loi de composition interne, c est-à-dire d une application de E E dans E : E E E Exo7 Espaces vectoriels Vidéo partie 1. Espace vectoriel (début Vidéo partie 2. Espace vectoriel (fin Vidéo partie 3. Sous-espace vectoriel (début Vidéo partie 4. Sous-espace vectoriel (milieu Vidéo partie

Plus en détail

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés 2012-2013 1 Petites questions 1) Est-ce que l ensemble des ouverts de R est une tribu? 2) Si F et G sont deux tribus, est-ce que F G est toujours une tribu?

Plus en détail

COURS EULER: PROGRAMME DE LA PREMIÈRE ANNÉE

COURS EULER: PROGRAMME DE LA PREMIÈRE ANNÉE COURS EULER: PROGRAMME DE LA PREMIÈRE ANNÉE Le cours de la première année concerne les sujets de 9ème et 10ème années scolaires. Il y a bien sûr des différences puisque nous commençons par exemple par

Plus en détail

Démonstrations exigibles au bac

Démonstrations exigibles au bac Démonstrations exigibles au bac On donne ici les 11 démonstrations de cours répertoriées comme exigibles dans le programme officiel. Toutes ces démonstrations peuvent donner lieu à une «restitution organisée

Plus en détail

Introduction à l algèbre pour les Codes cycliques

Introduction à l algèbre pour les Codes cycliques Introduction à l algèbre pour les Codes cycliques A. Bonnecaze 2006-2007 Contents 1 Notes sur ce support de cours 2 2 Rappels algébriques 3 2.1 Groupes................................................ 3

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables : dérivés partielles, diérentielle. Fonctions composées. Fonctions de classe C 1. Exemples

Fonctions de plusieurs variables : dérivés partielles, diérentielle. Fonctions composées. Fonctions de classe C 1. Exemples 45 Fonctions de plusieurs variables : dérivés partielles, diérentielle. Fonctions composées. Fonctions de classe C 1. Exemples Les espaces vectoriels considérés sont réels, non réduits au vecteur nul et

Plus en détail

COURS DE MATHÉMATIQUES

COURS DE MATHÉMATIQUES COURS DE MATHÉMATIQUES Première S Valère BONNET valere.bonnet@gmail.com 0 juin 009 Lycée PONTUS DE TYARD 3 rue des Gaillardons 700 CHALON SUR SAÔNE Tél. : 33 03 85 46 85 40 Fax : 33 03 85 46 85 59 FRANCE

Plus en détail

Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach

Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach Chapitre 7 Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach L objet de ce chapitre est de définir un calcul fonctionnel holomorphe qui prolonge le calcul fonctionnel polynômial et qui respecte

Plus en détail

Master de mathématiques Analyse numérique matricielle

Master de mathématiques Analyse numérique matricielle Master de mathématiques Analyse numérique matricielle 2009 2010 CHAPITRE 1 Méthodes itératives de résolution de systèmes linéaires On veut résoudre un système linéaire Ax = b, où A est une matrice inversible

Plus en détail

Chapitre VI - Méthodes de factorisation

Chapitre VI - Méthodes de factorisation Université Pierre et Marie Curie Cours de cryptographie MM067-2012/13 Alain Kraus Chapitre VI - Méthodes de factorisation Le problème de la factorisation des grands entiers est a priori très difficile.

Plus en détail

www.h-k.fr/publications/objectif-agregation

www.h-k.fr/publications/objectif-agregation «Sur C, tout est connexe!» www.h-k.fr/publications/objectif-agregation L idée de cette note est de montrer que, contrairement à ce qui se passe sur R, «sur C, tout est connexe». Cet abus de langage se

Plus en détail

Quelques tests de primalité

Quelques tests de primalité Quelques tests de primalité J.-M. Couveignes (merci à T. Ezome et R. Lercier) Institut de Mathématiques de Bordeaux & INRIA Bordeaux Sud-Ouest Jean-Marc.Couveignes@u-bordeaux.fr École de printemps C2 Mars

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications

Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications A. Optimisation sans contrainte.... Généralités.... Condition nécessaire et condition suffisante

Plus en détail

Introduction aux inégalités

Introduction aux inégalités Introduction aux inégalités -cours- Razvan Barbulescu ENS, 8 février 0 Inégalité des moyennes Faisons d abord la liste des propritétés simples des inégalités: a a et b b a + b a + b ; s 0 et a a sa sa

Plus en détail

Image d un intervalle par une fonction continue

Image d un intervalle par une fonction continue DOCUMENT 27 Image d un intervalle par une fonction continue La continuité d une fonction en un point est une propriété locale : une fonction est continue en un point x 0 si et seulement si sa restriction

Plus en détail

Probabilités sur un univers fini

Probabilités sur un univers fini [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 10 août 2015 Enoncés 1 Proailités sur un univers fini Evènements et langage ensemliste A quelle condition sur (a,, c, d) ]0, 1[ 4 existe-t-il une proailité P sur

Plus en détail

Rappels et compléments, première partie : Nombres complexes et applications à la géométrie

Rappels et compléments, première partie : Nombres complexes et applications à la géométrie Rappels et compléments, première partie : Nombres complexes et applications à la géométrie 1 Définition des nombres complexes On définit sur les couples de réels une loi d addition comme suit : (x; y)

Plus en détail

Programme de la classe de première année MPSI

Programme de la classe de première année MPSI Objectifs Programme de la classe de première année MPSI I - Introduction à l analyse L objectif de cette partie est d amener les étudiants vers des problèmes effectifs d analyse élémentaire, d introduire

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

Exo7. Matrice d une application linéaire. Corrections d Arnaud Bodin.

Exo7. Matrice d une application linéaire. Corrections d Arnaud Bodin. Exo7 Matrice d une application linéaire Corrections d Arnaud odin. Exercice Soit R muni de la base canonique = ( i, j). Soit f : R R la projection sur l axe des abscisses R i parallèlement à R( i + j).

Plus en détail

CONCOURS GÉNÉRAL DES LYCÉES SESSION DE 2009 COMPOSITION DE MATHÉMATIQUES. (Classe terminale S)

CONCOURS GÉNÉRAL DES LYCÉES SESSION DE 2009 COMPOSITION DE MATHÉMATIQUES. (Classe terminale S) MA 09 CONCOURS GÉNÉRAL DES LYCÉES SESSION DE 009 COMPOSITION DE MATHÉMATIQUES (Classe terminale S) DURÉE : 5 heures La calculatrice de poche est autorisée, conformément à la réglementation. La clarté et

Plus en détail

Continuité d une fonction de plusieurs variables

Continuité d une fonction de plusieurs variables Chapitre 2 Continuité d une fonction de plusieurs variables Maintenant qu on a défini la notion de limite pour des suites dans R n, la notion de continuité s étend sans problème à des fonctions de plusieurs

Plus en détail

Théorie spectrale. Stéphane Maingot & David Manceau

Théorie spectrale. Stéphane Maingot & David Manceau Théorie spectrale Stéphane Maingot & David Manceau 2 Théorie spectrale 3 Table des matières Introduction 5 1 Spectre d un opérateur 7 1.1 Inversibilité d un opérateur........................... 7 1.2 Définitions

Plus en détail

Nombres premiers. Comment reconnaître un nombre premier? Mais...

Nombres premiers. Comment reconnaître un nombre premier? Mais... Introduction Nombres premiers Nombres premiers Rutger Noot IRMA Université de Strasbourg et CNRS Le 19 janvier 2011 IREM Strasbourg Definition Un nombre premier est un entier naturel p > 1 ayant exactement

Plus en détail

Utiliser les propriétés Savoir réduire un radical savoir +,-,x,: Utiliser les propriétés des puissances Calculer avec des puissances

Utiliser les propriétés Savoir réduire un radical savoir +,-,x,: Utiliser les propriétés des puissances Calculer avec des puissances ARITHMETIQUE 1 C B A Numération Ecrire en lettres et en chiffres Poser des questions fermées autour d un document simple (message, consigne, planning ) Connaître le système décimal Déterminer la position

Plus en détail

Complément d information concernant la fiche de concordance

Complément d information concernant la fiche de concordance Sommaire SAMEDI 0 DÉCEMBRE 20 Vous trouverez dans ce dossier les documents correspondants à ce que nous allons travailler aujourd hui : La fiche de concordance pour le DAEU ; Page 2 Un rappel de cours

Plus en détail