HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE"

Transcription

1 BANQUE PRIVÉE HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE 2 JANVIER 215 CONCLUSIONS : Suisse : la BNS déterre la hache de guerre Marchés : comment en profiter? SUISSE LA BNS DETERRE LA HACHE DE GUERRE Le 15 janvier 215, la Banque Nationale Suisse (BNS) a choisi de porter des coups de hache dans le plancher qu elle avait bâti le 6 septembre 211 (cf. graphique de gauche). Les investisseurs ne sont désormais plus tenus d échanger leurs euros au-dessus de 1.2 franc suisse. Durant les minutes qui ont suivi cette annonce, le franc s est apprécié jusqu à 4% avant de se stabiliser autour de la parité dans les jours qui suivirent (cf. graphique de droite), c est-à-dire tout de même 2% plus haut qu avant l annonce de Thomas Jordan EUR/CHF Exchange Rate %/+2% EUR/CHF Exchange Rate %/+4% EDMOND DE ROTHSCHILD B. JACQUIER 1/1

2 Depuis cette décision, de nombreux commentaires ont été écrit sur le sujet. Certains intègres et excellents, d autres un peu moins. Au final, il est sans doute bon de replacer les choses à leur place. 1- Cette décision était une véritable surprise. Certes, au cours des trois dernières années, tout le monde avait anticipé l abolition de ce floor (cf. Hebdo du 26 mai 214). Mais soyons humbles, depuis quelques mois, personne n y croyait plus. A force de marteler leur intention de défendre le cours plancher, les gouverneurs de la BNS avaient fini par convaincre de leur détermination à appliquer cette politique monétaire. La veille de l annonce, aucun des économistes interrogés par Bloomberg n escomptait son abolition pour l ensemble de l année Le fait d agir par surprise a affaibli la crédibilité de la BNS. Le seul avantage à agir de la sorte est d ordre financier. Les spéculateurs n étant pas en embuscade, la BNS a pu stabiliser le cours de change dans la journée du 15 janvier, sans avoir à intervenir trop massivement. Enfin, c est ce que l on espère tous. 3- La BNS avait le choix. Elle pouvait soit accroître ses réserves de change de manière illimitée, comme elle l avait fait au cours des six dernières années (cf. graphique de gauche), soit abandonner sa politique de cours plancher. Elle a tranché pour la deuxième option. Si la Banque Centrale Européenne (BCE) a décidé d acheter des obligations étrangères pour accroître son bilan, y compris en CHF, la BNS se devait d agir promptement. Réponse prochainement 5 4 SNB Foreign Currency Reserves (bns CHF - L.H.S.) SNB Foreign Currency Reserves (%GDP - R.H.S.) Impossible Trinity Les gouverneurs de la BNS ont raison de dire que cette politique était pertinente à court terme mais qu elle était vouée à l échec au-delà. "Si la BNS avait poursuivi cette politique, elle risquait de perdre le contrôle de sa politique monétaire de long terme" (cf. graphique de droite & Hebdo du 26 2/1 EDMOND DE ROTHSCHILD B. JACQUIER

3 mai 214). Ils auraient toutefois pu abolir cette politique il y a un an, lorsqu ils n intervenaient plus sur le marché des devises, ou positionner un cours plancher plus bas, avec l intention de l abandonner dans un second temps. Procéder par étapes aurait amorti le choc. 5- La question clef qui subsiste, et dont personne ne parle, est de savoir si la BNS souhaite toujours intervenir sur le marché des changes, pour freiner l appréciation excessive du franc, ou si elle ne veut plus injecter un seul centime, afin de laisser l offre et le demande de francs suisses s équilibrer naturellement. La BNS indique dans son communiqué que l abandon du floor ne doit pas entrainer un "durcissement inopportun des conditions monétaires", sinon elle "interviendra sur le marché des changes". Peut-on la croire? Dans le cas opposé, le franc pourrait continuer de s apprécier face à l euro, avec la grande volatilité qu implique les situations où les investisseurs agissent de manière épidermique. 6- D un point de vue purement économique, la BNS ne devrait pas laisser le franc s apprécier durablement de plus de 15% à 2%, notamment contre l euro. Dans le cas contraire, les entreprises auront un mal fou à préserver un brin de compétitivité. Les secteurs exportateurs et touristiques seront les plus en danger. N oublions pas que la Zone Euro absorbe approximativement 46% des ventes helvétiques (cf. graphique de gauche). Quant au tourisme, il représente 4.2% des emplois et bien plus encore si l on comptabilise les effets indirects. 59% 57% Swiss Exports (% Total) 9% 8% 7 6 Inflation (CPI, %YoY) Core Inflation (CPI, %YoY) % 7% % 51% 49% 6% 5% 4% % 45% Euro Area China (with Hong Kong) 43% % 2% 1% Si la BNS souhaite éviter que la Suisse ne dérape en déflation, elle doit absolument éviter la récession. Dans un environnement où les prix des matières premières sont déjà en forte contraction, un recul de l activité forcerait les entreprises à couper les salaires, favorisant la spirale d une baisse généralisée et irrémédiable des prix (cf. graphique de droite). Que les prix se EDMOND DE ROTHSCHILD B. JACQUIER 3/1

4 contractent temporairement à cause des prix énergétiques est une chose, qu ils reculent durablement en lien avec les rémunérations en est une autre. 8- La BNS explique que le franc est "nettement surévalué par rapport au dollar et à l'euro". Elle a tort concernant le billet vert et n a raison que sous condition vis-à-vis de la monnaie unique. Le taux de change d équilibre entre le dollar et le franc se situe à.91, à quelques centimes du cours actuel de.88. Difficile de parler de surévaluation. Entre l euro et le franc l histoire est un peu différente avec des cours théorique et réel à respectivement 1.28 et 1.2. De deux choses l une : soit l euro est sous-évalué de 2%, soit les cambistes estiment que la valeur fondamentale du franc, la fameuse Parité des Pouvoirs d Achat (PPP), s appréciera à mesure que la déflation s intensifiera en Suisse. L euro est donc bien surévalué à condition que la déflation soit évitée USD/CHF Exchange Rate USD/CHF Fair-Value (PPP approach) EUR/CHF Exchange Rate EUR/CHF Fair-Value (PPP approach) Baisser les taux directeurs risque de ne pas suffire à freiner l engouement pour le franc suisse. Ce phénomène sera d autant plus vrai que la volatilité sera forte sur le marché des changes. Les traders pourront largement compenser le coût de détention du franc, de -.75%, si cedernier s apprécie fréquemment, de +5% à +1%. Pour être dissuasive, la BNS devra certainement abaisser davantage ses taux en territoire négatif. Elle n est pas prête de pouvoir enterrer la hache de guerre et fumer le calumet de la paix avec les cambistes. 1- Les établissements financiers devront trouver des parades à cette situation de taux négatifs, qui pourrait finir par leur être très coûteuse. Thomas Jordan en a pleinement conscience puisqu il estime que "les banques devront répercuter la mesure auprès des grands clients". 4/1 EDMOND DE ROTHSCHILD B. JACQUIER

5 MARCHES COMMENT EN PROFITER? Les décisions des autres banques centrales devront être surveillées de prêt au cours des prochains jours. Les rumeurs vont bon train. À quoi fait référence la BNS lorsqu elle indique que "les disparités entre les politiques monétaires menées dans les principales zones monétaires ont fortement augmenté ces derniers temps et pourraient même s accentuer"? La décision de la cour de justice européenne, qui valide le programme OMT de rachat de dette, ouvre clairement la voie à la BCE pour agir avec un Quantitative Easing plus massif que prévu, dès sa réunion de jeudi 22 janvier. De l autre côté de l Atlantique, la Fed n acceptera probablement pas de voir le dollar s apprécier trop rapidement, pénalisant la croissance et l inflation américaine. Janet Yellen pourrait ainsi décider d adoucir sa communication, voire évoquer un report de la première hausse des Fed Funds, actuellement prévue pour le début du deuxième semestre. En termes d investissements, la décision de la BNS implique un renforcement des protections mais génère également des opportunités. Tout ne s est pas encore ajusté sur les marchés financiers. Voici donc quelques pistes pour tirer profit de cette situation. 1- La prudence requiert de rester dans sa devise de référence. L incertitude ayant augmentée sur le marché des devises, il serait déraisonnable de se positionner sur un nouveau mouvement du taux de change EUR/CHF. Le risque d erreur est trop fort. Une hausse de l euro au-delà de 1.1 franc semble peu probable tant les investisseurs étaient collés au floor jusqu au 14 janvier. À l inverse, une hausse additionnelle du franc parait économiquement inconcevable, si la BNS veut éviter la récession et la déflation. Le scénario le plus probable est donc une oscillation du cours de l euro entre 1. et 1.1 franc lors des prochains mois..6%.4%.2%.% CHF Switzerland Sovereign Yield Curve.% -.8% -.15%.15%.28%.31%.35%.44%.4% -.2% -.27% -.35% -.4% -.48% -.57% -.6% -.71% -.8% -.95% -.9% -.82% -1.% -1.2% 1Y 2Y 3Y 4Y 5Y 6Y 7Y 8Y 9Y 1Y 12Y 15Y 2Y 25Y 3Y 4Y 5Y EDMOND DE ROTHSCHILD B. JACQUIER 5/1

6 2- Acheter des obligations longues. La BNS pourrait décider de réduire davantage les taux de dépôts des banques, en-dessous de -.75%. Cette décision aurait des conséquences sur l ensemble de la courbe des rendements obligataires, bien que ces derniers soient déjà en territoire négatifs jusqu à 12 ans (cf. graphique en page précédente). Les obligations en profiteront. 3- Acheter de l immobilier suisse. Il devrait profiter de la faiblesse des taux d intérêts pour continuer de s apprécier (cf. graphiques ci-dessous). Le bas niveau des taux hypothécaires continuera d inciter les entreprises et les ménages à investir davantage dans la pierre Bubble UBS Swiss Real Estate Bubble Index 3 2 House Price Inflation - %YoY House Price Index - Log. Sc. 2 1 Risk 1 2 Boom Sur ce point, la BNS tente de minimiser les effets collatéraux de sa politique de taux négatifs, déclarant qu elle ne prévoit "pas d impact majeur". Elle espère sans doute que les banques suisses suivront l exemple de leurs consœurs danoises en pareille circonstance. Pour éviter d avoir à répercuter les taux négatifs à leurs clients, elles avaient augmenté leurs marges sur les taux hypothécaires. Elles atteignaient ainsi un double objectif. Elles compensaient leurs frais de dépôts auprès de la banque centrale et modéraient l emballement des prix immobiliers. Cette solution est-elle transposable au cas suisse? Rien n est moins sûr, car la taille du système bancaire est bien plus grande que celle de son homologue danois. Cette mesure de compensation semble donc dérisoire vue des Alpes. Le marché immobilier en CHF a définitivement de beaux jours devant lui. 4- Vendre les actions suisses, mais pas toutes. Les titres cotés en francs ont enregistré une forte correction ces derniers jours. Toutefois, elle a été plus que positivement compensée par l appréciation du franc dans les portefeuilles en euros et en dollars (cf. graphique de gauche ci-après). C est la preuve, s il en faut, que ces entreprises sont globalement de très bonne qualité. Il peut toutefois être judicieux pour ces investisseurs de prendre leurs bénéfices. Pour les autres, ceux dont la devise de 6/1 EDMOND DE ROTHSCHILD B. JACQUIER

7 référence est en franc suisse, tout n est pas aussi terne qu il n y parait. Une partie des sociétés suisses parviendra à profiter de cet évènement, soit parce que leurs coûts de production sont en euros, soit parce qu elles consolident leur résultats en euros ou en dollars. Enfin, dans un environnement de taux négatifs, les dividendes gagnent en attractivité. Plus que jamais, il faudra s appuyer sur le stock-picking pour générer de la performance avec les actions suisses en Prendre temporairement des profits sur le dollar. Bien qu il puisse grimper encore un peu avec la décision de la Banque Centrale Européenne de créer davantage de monnaie, jeudi 22 janvier, le billet vert pourrait ensuite perdre 6 à 11 centimes, par simple repli technique (cf. Hebdo du 12 janvier 215). Les traders sont actuellement acheteurs nets de dollar, à un niveau record depuis plus de 15 ans. Le simple débouclement de ces positions est susceptible de faire chuter temporairement mais fortement le greenback. Si tel devait être le cas, il serait à nouveau temps de se repositionner pour la deuxième vague haussière du billet vert. N oublions pas que la tendance haussière est structurelle. Elle est amenée à durer plusieurs années. --- SMI Index in USD --- SMI Index in CHF --- Gold Price Index (USD per Troy Ounce) +4% -1% 6- L or physique peut être accumulé. Délaissé depuis deux ans car il n offre pas de rendement, il redevient un centre d intérêt à mesure que les taux passent en territoire négatif. Qui plus est, il n y a pas que la faiblesse des rendements obligataires qui lui confèrent un avantage comparatif. La création monétaire internationale, la hausse du stress, et une éventuelle correction passagère du dollar lui sont favorables. Depuis le début de l année, il progresse de 8%, pour atteindre 128 dollars l once (cf. graphique de droite). Et cette tendance rémunératrice devrait se poursuivre. 7- Prudence vis-à-vis de la dette en francs suisses dans certains pays étrangers. La dette des ménages polonais, hongrois ou croates, libellée en francs, va devenir difficile à honorer. Leurs Etats devront probablement leur venir en aide. C est également le cas pour certaines collectivités locales en France qui ont souscrit des emprunts adossés au franc suisse. EDMOND DE ROTHSCHILD B. JACQUIER 7/1

8 PREVISIONS ECONOMIQUES Contributions à la croissance de l'activité économique mondiale Economic Activity GDP 213 GDP 214 Economist Estimates GDP 215 Economist Estimates Country Weights Contribution 214 United States 1.9% 2.4% 3.2% 21.8%.52% Canada 1.8% 2.4% 2.4% 2.1%.5% Euro Area -.4%.8% 1.1% 15.4%.12% United Kingdom 1.8% 2.9% 2.6% 3.7%.11% Switzerland 1.9% 1.8% 1.8%.7%.1% Russia 1.3%.5% -3.2% 2.6%.1% Japan 1.7%.2% 1.% 5.4%.1% China 7.7% 7.3% 7.% 15.3% 1.12% India 5.% 5.4% 5.5% 3.1%.17% Brazil 2.2%.2%.8% 2.9%.1% Mexico 1.2% 2.2% 3.4% 1.7%.4% Others 5.% 4.5% 6.% 25.4% 1.14% WORLD 3.3% 3.3% 3.8% 1% 3.3% Source : Bloomberg Momentum (vs Last Estimates) Performance (Over \ Under) Remarques : Croissance du Produit Intérieur Brut (PIB) en 213. Prévisions en 214 et 215. Le poids de chaque pays est calculé à partir de son PIB en USD, sur la base des chiffres de la Banque Mondiale. La contribution à la croissance mondiale est calculée de la manière suivante : croissance du PIB de chaque pays multiplié par son poids. La somme des contributions donne 3.8%, soit une bonne estimation de la progression du PIB mondial en /1 EDMOND DE ROTHSCHILD B. JACQUIER

9 MARCHES FINANCIERS Performances des principaux indices internationaux Markets Performances (local currencies) Last Price 1-Week (%) 1-Month (%) Year-to-Date (%) Last Year (%) Equities World (MSCI) 411.3% -1.6% -1.4% 4.8% United States (S&P 5) 2'19-1.2% 2.5% -1.8% 13.7% Euro Area (DJ EuroStoxx) % 3.4% 3.% 5.% United Kingdom (FTSE 1) 6' %.7%.4% 1.% Switzerland (SMI) 8' % -9.2% -9.2% 12.% Japan (NIKKEI) 17' % -3.4% -2.5% 8.9% Emerging (MSCI) %.9% -.4% -2.1% Bonds (Bloomberg/EFFAS) United States (7-1 Yr) 1.81%.6% 2.8% 2.8% 8.9% Euro Area (7-1 Yr) 1.42%.8% 1.7% 1.5% 14.% Germany (7-1 Yr).45%.5% 1.3%.9% 12.% United Kingdom (7-1 Yr) 1.53%.3% 2.3% 1.6% 11.7% Switzerland (7-1 Yr) -.5% 2.4% 3.3% 3.6% 7.2% Japan (7-1 Yr).22%.5% 1.1%.9% 5.% Emerging (5-1 Yr) 4.47% 1.%.9%.8% 7.7% United States (IG Corp.) 2.9%.2% 2.% 1.7% 7.6% Euro Area (IG Corp.).9%.2%.7%.4% 8.1% Emerging (IG Corp.) 4.6%.3%.7%.4% 5.7% United States (HY Corp.) 7.8% -.3%.3% -.4% 1.6% Euro Area (HY Corp.) 4.1%.%.3%.3% 5.5% Emerging (HY Corp.) 1.83% -.9% -2.2% -2.7% -2.6% United States (Convert. Barclays) 46-1.% 1.4% -1.% 7.7% Euro Area (Convert. Exane) 7'87 1.7% 3.7% 1.7% 4.5% Real Estate World (MSCI) % 4.9% 4.5% 15.2% United States (MSCI) % 9.9% 6.6% 28.1% Euro Area (MSCI) % 11.% 9.1% 19.1% United Kingdom (FTSE) 6'3.1%.7%.1% 19.7% Switzerland (DBRB) 3' % 2.% 1.8% 14.6% Japan (MSCI) % -2.% -2.7% -6.3% Emerging (MSCI) % 5.6% 1.9% -1.7% Hedge Funds (Dow Jones) Hedge Funds Industry 554 n.a..% n.a. 4.1% Distressed 768 n.a. -.5% n.a. 2.6% Event Driven 633 n.a. -.6% n.a. 1.6% Fixed Income 31 n.a. -.1% n.a. 4.4% Global Macro 883 n.a. -.3% n.a. 3.1% Long/Short 654 n.a..4% n.a. 5.6% Managed Futures (CTA's) 32 n.a. 1.7% n.a. 18.4% Market Neutral 265 n.a. -.7% n.a. -1.2% Multi-Strategy 52 n.a..4% n.a. 6.1% Short Bias 3 n.a..9% n.a. -5.6% Commodities Commodities (CRB) % -3.2% -.6% -11.9% Gold (Troy Ounce) 1' % 9.1% 8.4% -1.1% Oil (Brent, Barrel) % -23.1% -15.5% -49.7% Currencies USD % 3.5% 2.7% 12.8% EUR % -5.3% -4.2% -12.% GBP 1.52.% -2.8% -2.7% -5.9% CHF % 12.6% 13.8% -1.2% JPY % 1.3% 1.1% -12.1% Source : Bloomberg Momentum (1-week / 1-month / 3-month) Performance (Negative \ Positive) EDMOND DE ROTHSCHILD B. JACQUIER 9/1

10 INFORMATION JURIDIQUE IMPORTANTE Ce document a été préparé par EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) S.A., 18 rue de Hesse, 124 Genève, Suisse, une banque suisse agréée et réglementée par l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers FINMA. Il vous est remis à titre d information uniquement et ne constitue ni ne contient aucune incitation ou offre d achat ou de cession de quelque valeur mobilière ou instrument financier que ce soit et ne saurait vous délier de la nécessité de former votre propre jugement en fonction de vos objectifs spécifiques d investissement. EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) S.A. ne fournit aucune garantie quant à l exactitude et à l exhaustivité du présent document. Les données chiffrées, commentaires, analyses et les travaux de recherche en investissement figurant dans ce document reflètent le sentiment de EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) S.A. quant à l évolution des marchés compte tenu de son expertise, des analyses économiques et des informations en sa possession. Le contenu de ce document peut s avérer ne plus être actuel ou pertinent au moment où vous en prenez connaissance, notamment eu égard à la date de publication de ce document ou en raison de l évolution des marchés. Tout placement comporte des risques, en particulier des risques de fluctuation des cours et des rendements. Les performances et les volatilités passées ne préjugent pas des performances et des volatilités futures et ne sont pas constantes dans le temps. Nous vous recommandons d examiner le contenu de ce document avec votre conseiller financier, afin de vous assurer de sa possible adéquation avec votre situation, compte tenu de vos objectifs d investissement, de votre profil de risque, de votre situation personnelle, financière, réglementaire et fiscale, et afin de vous permettre de vous forger une opinion autorisée. Ce document ne s adresse pas aux personnes soumises à une législation leur interdisant l accès à de telles informations du fait de leur nationalité ou de leur domicile. Chaque analyste mentionné dans le présent document certifie que les points de vue qui y sont exprimés à l endroit des entreprises et des titres qu il est amené à évaluer reflètent précisément son opinion personnelle. Sa rémunération n est pas liée directement ou indirectement à des recommandations et opinions particulières émises dans ce document. Des détails sur la méthodologie de notation de EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) S.A. sont disponibles gratuitement sur simple demande. En aucun cas, la responsabilité de EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) S.A. ne saurait être engagée pour une décision d investissement, de désinvestissement ou de conservation prise sur la base des commentaires et analyses contenus dans le présent document, ou en cas de réclamations ou de poursuite judiciaire de la part d un tiers fondé sur l utilisation ou la distribution de ce document. La reproduction intégrale ou partielle de ce document, ou sa distribution à tout tiers, sans l accord écrit préalable de EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) S.A. est interdite. Copyright EDMOND DE ROTHSCHILD (Suisse) S.A. Tous droits réservés. EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) S.A. Rue de Hesse GENÈVE Suisse - T Avenue Agassiz 2 13 LAUSANNE Suisse T Rue de Morat FRIBOURG Suisse T /1 EDMOND DE ROTHSCHILD B. JACQUIER

Le marché immobilier a de beaux jours devant lui!

Le marché immobilier a de beaux jours devant lui! Point de vue macroéconomique Le marché immobilier a de beaux jours devant lui! par Bruno Jacquier Bonne surprise pour l économie Suisse! Alors que nous redoutions une stagnation, le Produit Intérieur Brut

Plus en détail

GENÈVE, LE 25 MARS 2015

GENÈVE, LE 25 MARS 2015 BANQUE PRIVÉE BENOIT CLIVIO DIRECTEUR, RESPONSABLE DU MARCHÉ SUISSE GENÈVE, LE 25 MARS 2015 EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) S.A. BANQUE PRIVÉE BRUNO JACQUIER CHEF ÉCONOMISTE EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE)

Plus en détail

HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE

HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE 17 th November Interconnection BANQUE PRIVÉE HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE 23 FEVRIER 215 CONCLUSIONS : Marchés : les investisseurs regardent la bourse chinoise avec des lunettes roses Chine : l économie ralentit

Plus en détail

1.7 1.6 1.5 1.4 1.3 1.2 1.1

1.7 1.6 1.5 1.4 1.3 1.2 1.1 EUR USD JPY GBP CAD Other Gvt bonds Equities Other bonds AAA-rated AA-rated A-rated Other BANQUE PRIVÉE HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE 9 FEVRIER 215 CONCLUSIONS : Marchés : comptes d apothicaire autour du franc

Plus en détail

HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE

HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE BANQUE PRIVÉE HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE 1 FEVRIER 15 CONCLUSIONS : Marchés : les investisseurs sont-ils en phase avec la croissance? Europe : faut-il croire au miracle? Japon : que reste-t-il dans le carquois?

Plus en détail

ÉCONOMIE & STRATÉGIE

ÉCONOMIE & STRATÉGIE BANQUE PRIVÉE ÉCONOMIE & STRATÉGIE HEBDOMADAIRE DU ER JUIN 5 CONCLUSIONS : Suisse : un pied en récession, l autre en expansion Emergents : les revers d une devise forte SUISSE UN PIED EN RÉCESSION, L AUTRE

Plus en détail

HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE

HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE EUR USD JPY GBP CAD Other Gvt bonds Equities Other bonds AAA-rated AA-rated A-rated Other BANQUE PRIVÉE HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE 9 FEVRIER 215 CONCLUSIONS : Marchés : comptes d apothicaire autour du franc

Plus en détail

ÉCONOMIE & STRATÉGIE

ÉCONOMIE & STRATÉGIE BANQUE PRIVÉE ÉCONOMIE & STRATÉGIE HEBDOMADAIRE DU 24 AOUT 2015 CONCLUSIONS : Marchés : l épineuse question d acheter ou vendre Chine : vent de panique, vente panique États-Unis : attendons la Fed, pour

Plus en détail

66 65.8 64.0 63.5 61.0 58.5 58.4 8/31/2013 = 63.2% 63.2 60.1 59.6 58.8 57.1 56.2 55.8

66 65.8 64.0 63.5 61.0 58.5 58.4 8/31/2013 = 63.2% 63.2 60.1 59.6 58.8 57.1 56.2 55.8 HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE 9 SEPTEMBRE 213 CONCLUSIONS : États-Unis : les rendements du Trésor à 3%! L'euro est affaibli par les inquiétudes de Mario Draghi et par la situation géopolitique en Syrie Le franc

Plus en détail

ÉCONOMIE & STRATÉGIE

ÉCONOMIE & STRATÉGIE BANQUE PRIVÉE ÉCONOMIE & STRATÉGIE HEBDOMADAIRE DU 14 DECEMBRE 215 CONCLUSIONS : Marchés : l heure du dénouement approche Chine : le yuan s affranchit progressivement du dollar États-Unis : l investissement

Plus en détail

ÉCONOMIE & STRATÉGIE

ÉCONOMIE & STRATÉGIE BANQUE PRIVÉE ÉCONOMIE & STRATÉGIE HEBDOMADAIRE DU 5 OCTOBRE 15 CONCLUSIONS : États-Unis : aurons-nous droit à la révolution d octobre? Emergents : comparaison est raison ÉTATS-UNIS AURONS-NOUS DROIT A

Plus en détail

HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE

HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE BANQUE PRIVÉE HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE 1 JUILLET 1 CONCLUSIONS : Marchés : c'est au tour de la Réserve Fédérale de relever la complaisance excessive des investisseurs Europe : la croissance est montrée

Plus en détail

POLITIQUE DE PLACEMENT

POLITIQUE DE PLACEMENT BANQUE PRIVÉE NOVEMBRE 215 POLITIQUE DE PLACEMENT MENSUEL D INVESTISSEMENT EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) SA 1/12 EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) SA - COMITÉ D INVESTISSEMENT 2/12 SOMMAIRE Synthèse... 4 Conjoncture

Plus en détail

HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE

HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE BANQUE PRIVÉE HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE 11 MAI 2015 CONCLUSIONS : Marchés : Janet Yellen dans les pas d Alan Greenspan Obligations : comment expliquer la récente hausse des taux? Emergents : la relation

Plus en détail

QUEL AVENIR POUR LE FRANC SUISSE?

QUEL AVENIR POUR LE FRANC SUISSE? QUEL AVENIR POUR LE FRANC SUISSE? GENÈVE, LE 11 AVRIL 2013 BRUNO JACQUIER BANQUE PRIVÉE PARTIE 1 LA PARITÉ DES POUVOIRS D ACHAT BANQUE PRIVÉE EDMOND DE ROTHSCHILD S.A. 2 EXPLICATION THÉORIQUE ÉQUILIBRE

Plus en détail

POLITIQUE DE PLACEMENT

POLITIQUE DE PLACEMENT BANQUE PRIVÉE - FÉVRIER 2015 POLITIQUE DE PLACEMENT MENSUEL DES INVESTISSEMENTS EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) S.A. - COMITÉ D INVESTISSEMENT EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) SA - COMITÉ D INVESTISSEMENT 2/12

Plus en détail

Perspectives économiques et boursières

Perspectives économiques et boursières Perspectives économiques et boursières Michel Lagier Chief Investment Strategist BANQUE PRIVÉE Monnaie virtuelle: franc succès, 2 milliards de dollars de Bitcoins en circulation $194 Tulipomanie Hollande

Plus en détail

ÉCONOMIE & STRATÉGIE

ÉCONOMIE & STRATÉGIE BANQUE PRIVÉE ÉCONOMIE & STRATÉGIE HEBDOMADAIRE DU JUILLET CONCLUSIONS : Marchés : la crise grecque monte d un cran Zone Euro : aussi incroyable que cela puisse paraitre, la croissance s accélère! Emergents

Plus en détail

ÉCONOMIE & STRATÉGIE

ÉCONOMIE & STRATÉGIE BANQUE PRIVÉE ÉCONOMIE & STRATÉGIE HEBDOMADAIRE DU 4 JANVIER 2016 CONCLUSIONS : Marchés : en 2016, il sera préférable d avoir la santé Scénario macroéconomique : 2016, une transition économique à haut

Plus en détail

ÉCONOMIE & STRATÉGIE

ÉCONOMIE & STRATÉGIE BANQUE PRIVÉE ÉCONOMIE & STRATÉGIE HEBDOMADAIRE DU 17 AOUT 2015 CONCLUSIONS : Marchés : au-delà de la Grèce, les matières premières inquiètent Zone Euro : il faut persévérer dans l effort Turquie : les

Plus en détail

Assemblée générale de la Caisse de Pensions des Interprètes et Traducteurs de Conférence (CPIT)

Assemblée générale de la Caisse de Pensions des Interprètes et Traducteurs de Conférence (CPIT) Réservé aux investisseurs professionnels Assemblée générale de la Caisse de Pensions des Interprètes et Traducteurs de Conférence (CPIT) Asset management Stéphane Scherer Client Relationship Manager 18

Plus en détail

POLITIQUE DE PLACEMENT

POLITIQUE DE PLACEMENT POLITIQUE DE PLACEMENT AOUT 2015 POLITIQUE DE PLACEMENT MENSUEL D INVESTISSEMENT EDMOND DE ROTHSCHILD (EUROPE) 1/10 EDMOND DE ROTHSCHILD (EUROPE) 2/10 SOMMAIRE Synthèse... 4 Conjoncture internationale...

Plus en détail

POLITIQUE DE PLACEMENT

POLITIQUE DE PLACEMENT BANQUE PRIVÉE - MARS 2015 POLITIQUE DE PLACEMENT MENSUEL DES INVESTISSEMENTS EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) S.A. - COMITÉ D INVESTISSEMENT EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) SA - COMITE D INVESTISSEMENT 2/12

Plus en détail

STRATEGIE INVESTISEMENT 29 JUIN 2015

STRATEGIE INVESTISEMENT 29 JUIN 2015 STRATEGIE D INVESTISSEMENT COMMENTAIRES A PROPOS DE LA GRECE EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) SA - COMITÉ D INVESTISSEMENT 1/8 EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) SA - COMITÉ D INVESTISSEMENT 2/8 SYNTHÈSE Une fois

Plus en détail

Stratégie d investissement 2015 AUTOMOBILE CLUB DE FRANCE MARDI 13 JANVIER 2015

Stratégie d investissement 2015 AUTOMOBILE CLUB DE FRANCE MARDI 13 JANVIER 2015 Stratégie d investissement 2015 AUTOMOBILE CLUB DE FRANCE MARDI 13 JANVIER 2015 PERFORMANCE DES MARCHÉS ACTIONS EN 2014 (EN EURO) PERFORMANCE DES MARCHÉS OBLIGATAIRES EN 2014 (DEVISES LOCALES) Monde 19,5%

Plus en détail

Market Flash. 3 décembre 2010. Banque et Caisse d Epargne de l Etat, Luxembourg. Lux-Investment Advisors

Market Flash. 3 décembre 2010. Banque et Caisse d Epargne de l Etat, Luxembourg. Lux-Investment Advisors Market Flash 3 décembre 2010 Banque et Caisse d Epargne de l Etat, Luxembourg Lux-Investment Advisors Market Flash : La BCE en route vers un programme «Quantitative Easing» à l américaine? Depuis la crise

Plus en détail

Pictet-Absolute Return Fixed Income

Pictet-Absolute Return Fixed Income Pictet-Absolute Return Fixed Income Une bonne couverture pour un hiver volatil Frédéric Rollin Janvier 2015 Les taux des obligations souveraines européennes ont enfoncé leurs plus bas : le taux de l OAT

Plus en détail

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA)

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA) La BNS capitule: Fin du taux plancher Alain Freymond (BBGI Group SA) Changement radical de politique monétaire le 15/1/2015 Les taux d intérêt négatifs remplacent le taux plancher 1. Abandon du taux plancher

Plus en détail

POLITIQUE DE PLACEMENT

POLITIQUE DE PLACEMENT BANQUE PRIVEE ETUDES FINANCIERES POLITIQUE DE PLACEMENT NOVEMBRE 2014 EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) SA 1/12 EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) SA - COMITÉ D INVESTISSEMENT 2/12 SOMMAIRE Synthèse... 4 Conjoncture

Plus en détail

POLITIQUE DE PLACEMENT

POLITIQUE DE PLACEMENT BANQUE PRIVEE DECEMBRE 2014 POLITIQUE DE PLACEMENT MENSUEL DES INVESTISSEMENTS EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) SA - COMITÉ D INVESTISSEMENT 1/9 SOMMAIRE Synthèse... 4 Conjoncture internationale... 5 Obligations...

Plus en détail

Guidés par les politiques monétaires expansionnistes, l année 2013 est marquée par une reprise modeste de la croissance.

Guidés par les politiques monétaires expansionnistes, l année 2013 est marquée par une reprise modeste de la croissance. PARAMETRES DE MARCHE Rapport au 31 décembre 2013 Paramètres de marché au 31 décembre 2013 Guidés par les politiques monétaires expansionnistes, l année 2013 est marquée par une reprise modeste de la croissance.

Plus en détail

Perspectives 2015 Divergences

Perspectives 2015 Divergences NOVEMBRE 2014 Perspectives 2015 Divergences Jean-Sylvain Perrig, CIO Union Bancaire Privée, UBP SA Rue du Rhône 96-98 CP 1320 1211 Genève 1, Suisse Tél. +4158 819 21 11 Fax +4158 819 22 00 ubp@ubp.com

Plus en détail

POLITIQUE DE PLACEMENT

POLITIQUE DE PLACEMENT BANQUE PRIVÉE - JANVIER 2015 POLITIQUE DE PLACEMENT MENSUEL DES INVESTISSEMENTS EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) S.A. - COMITÉ D INVESTISSEMENT EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) SA - COMITÉ D INVESTISSEMENT 2/12

Plus en détail

Comment prendre soin de son argent? Séminaire de préparation à la retraite ONU 11 avril 2014 Marie-Pierre Fleury

Comment prendre soin de son argent? Séminaire de préparation à la retraite ONU 11 avril 2014 Marie-Pierre Fleury Comment prendre soin de son argent? Séminaire de préparation à la retraite ONU 11 avril 2014 Marie-Pierre Fleury Introduction Devises Taux d intérêt Immobilier Obligations Actions Fonds de placement Emprunts

Plus en détail

Perspectives et stratégie de placement

Perspectives et stratégie de placement Perspectives et stratégie de placement 26 mars 2015 Independent Asset Managers since 1982 Environnement macro-économique Au niveau macro-économique, les chiffres de l économie américaine sont relativement

Plus en détail

Comment prendre soin de son argent? Programme de préparation à la retraite 26 mars 2010 Marie-Pierre Fleury

Comment prendre soin de son argent? Programme de préparation à la retraite 26 mars 2010 Marie-Pierre Fleury Comment prendre soin de son argent? Programme de préparation à la retraite 26 mars 2010 Marie-Pierre Fleury Menu Introduction Devises Taux d intérêt Immobilier Obligations Actions Fonds de placement Fiscalité

Plus en détail

Conjoncture économique et marchés financiers. Octobre 2015

Conjoncture économique et marchés financiers. Octobre 2015 Conjoncture économique et marchés financiers Octobre 215 Page 1 l 6/1/215 Une croissance mondiale pénalisée par les émergents Prévisions de croissance mondiale du FMI de 3,3% en 215 et 3,8% en 216 La croissance

Plus en détail

Rétrospective 2014. Performance des principaux indices en 2014 12.01.2014

Rétrospective 2014. Performance des principaux indices en 2014 12.01.2014 Rétrospective 2014 Comme attendu, l année 2014 n a pas été de tout repos pour les investisseurs. Une fois de plus les bonnes et surtout les moins bonnes surprises auront mis nos nerfs à rude épreuve en

Plus en détail

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite)

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) 2 ème partie : La baisse de l euro Nous avons fréquemment souligné sur ce blog (encore dernièrement le 29 septembre 2014) l

Plus en détail

Comment prendre soin de son argent? Séminaire de préparation à la retraite ONU 27 mars 2015 Marie-Pierre Fleury Patrick Humair

Comment prendre soin de son argent? Séminaire de préparation à la retraite ONU 27 mars 2015 Marie-Pierre Fleury Patrick Humair Comment prendre soin de son argent? Séminaire de préparation à la retraite ONU 27 mars 2015 Marie-Pierre Fleury Patrick Humair Introduction Devises Taux d intérêt Immobilier Obligations Actions Fonds de

Plus en détail

Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses

Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses Global Custody Solutions Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses Performance des caisses de pension suisses au 31 mars 2010 Résultats positifs pour le quatrième trimestre consécutif Rendement

Plus en détail

mars COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mars COMMENTAIRE DE MARCHÉ mars 2015 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 Contexte de marché en Europe 4 INTRODUCTION Après une courte accalmie sur le marché des taux en février, la chute des rendements a repris

Plus en détail

Vontobel Investment Banking. Vontobel Voncash Optimiser les placements sur le marché monétaire avec des devises et de l or

Vontobel Investment Banking. Vontobel Voncash Optimiser les placements sur le marché monétaire avec des devises et de l or Vontobel Investment Banking Vontobel Voncash Optimiser les placements sur le marché monétaire avec des devises et de l or Optimiser les placements sur le marché monétaire avec des devises et de l or La

Plus en détail

L OBSERVATEUR FINANCIER

L OBSERVATEUR FINANCIER L OBSERVATEUR FINANCIER Services économiques TD TURBULENCES SUR LES MARCHÉS ÉMERGENTS: POSSIBLE REPORT DU RELÈVEMENT DU TAUX DIRECTEUR DE LA FED Faits saillants Pour un deuxième mois consécutif, les mouvements

Plus en détail

STRATEGIE D INVESTISSEMENT 4ème trimestre 2014

STRATEGIE D INVESTISSEMENT 4ème trimestre 2014 STRATEGIE D INVESTISSEMENT 4ème trimestre 2014 Allocations d actifs Conseil en Investissements Financiers ORIAS 07 006 343 CIF E001949 1 Conjoncture déprimée en Europe, mais soutenue dans les zones US

Plus en détail

End of the floor on EURCHF

End of the floor on EURCHF Les marchés financiers en toute sérénité End of the floor on EURCHF 11 March 2015 Need to revise risk management and hedging strategies? 15 January: was this a black swan? What hints helped anticipating

Plus en détail

Boussole. Divergence des indicateurs avancés. Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue!

Boussole. Divergence des indicateurs avancés. Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue! Boussole Juin 2015 Divergence des indicateurs avancés Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue! Les règles du placement financier - Partie III Votre patrimoine,

Plus en détail

Boussole. Global Macro Risk Indicator Un environnement prometteur pour les actions. Optimisme conjoncturel grâce à la baisse des prix du pétrole brut

Boussole. Global Macro Risk Indicator Un environnement prometteur pour les actions. Optimisme conjoncturel grâce à la baisse des prix du pétrole brut Boussole Mars 2015 Global Macro Risk Indicator Un environnement prometteur pour les actions Optimisme conjoncturel grâce à la baisse des prix du pétrole brut La décision de la BNS - et ce qu elle signifie

Plus en détail

Crise des marchés : 5 choses que les investisseurs semblent ignorer

Crise des marchés : 5 choses que les investisseurs semblent ignorer janvier 8 - N Patrick ARTUS patrick.artus@natixis.com Crise des marchés : choses que les investisseurs semblent ignorer La chute des marchés (crédit, actions) au début de 8 est justifiée dans certains

Plus en détail

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ mai 2014 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 INTRODUCTION L heure semble au découplage entre les Etats-Unis et l Europe. Alors que de l autre côté de l Atlantique, certains plaident

Plus en détail

HSBC World Selection Diversifier vos investissements en un seul placement

HSBC World Selection Diversifier vos investissements en un seul placement HSBC World Selection Diversifier vos investissements en un seul placement Une gamme composée de 5 fonds diversifiés La gamme HSBC World Selection (1) est composée de 5 fonds afin de correspondre aux différents

Plus en détail

Métaux industriels. Pétrole

Métaux industriels. Pétrole Nous sous-pondérons les matières premières les plus cycliques (métaux industriels et pétrole). Mais nous considérons toujours l or et les autres métaux précieux comme des valeurs refuge. Les matières premières

Plus en détail

LE COMITÉ D INVESTISSEMENT DE LA GESTION PRIVÉE

LE COMITÉ D INVESTISSEMENT DE LA GESTION PRIVÉE DE LA GESTION PRIVÉE COMPTE RENDU DAVID DESOLNEUX DIRECTEUR DE LA GESTION SCÉNARIO ÉCONOMIQUE ACTIVITÉS La croissance économique redémarre, portée par les pays développés. Aux Etats-Unis, après une croissance

Plus en détail

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité?

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Introduction On se souvient que le dollar canadien avait dépassé le seuil de la parité en 2008 avant la crise financière sous l impulsion de

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse KOF Konjunkturforschungsstelle KOF Swiss Economic Institute ETH Zurich LEE G 6 Leonhardstrasse 89 Zurich Tél.: + 6 9 kofcc@kof.ethz.ch Communiqué de presse Zurich, juin, 9h Prévisions d été : relance dans

Plus en détail

Aperçu du Comité de répartition des actifs de Gestion de patrimoine TD

Aperçu du Comité de répartition des actifs de Gestion de patrimoine TD Deuxième trimestre de 2014 Aperçu du Comité de répartition des actifs de Gestion de patrimoine TD Le Comité de répartition des actifs de Gestion de patrimoine TD («nous») juge toujours que malgré les politiques

Plus en détail

Zoom Sur Prosperity Note

Zoom Sur Prosperity Note Prosperity Un panier diversifié composé de fonds gérés par des sociétés de gestion renommées Une protection à tout moment de 80% de la plus haute valeur du Portefeuille de Référence Titre de créance non

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

Rapport semestriel au 30 juin 2015

Rapport semestriel au 30 juin 2015 A nthologie Rapport semestriel au 30 juin 2015 Le fonds 1. L environnement économique et financier 2015 Au premier semestre 2015, l économie mondiale a globalement évolué à des niveaux légèrement inférieurs

Plus en détail

Rentabilité des actifs et allocation stratégique

Rentabilité des actifs et allocation stratégique Rentabilité des actifs et allocation stratégique LE CERCLE INVESCO : SESSION 2007 Eric Tazé-Bernard Directeur de la Gestion INVESCO Asset Management 2 Section 01 Section 02 Section 03 Un modèle de description

Plus en détail

A PLUS FINANCE FONDS DE FONDS

A PLUS FINANCE FONDS DE FONDS FINANCE FONDS DE FONDS A PLUS DYNAMIQUE A PLUS PATRIMOINE A PLUS TALENTS A PLUS OBLIGATIONS RAPPORT DE AU 31-12-2014 COMMENTAIRE DE 2 e SEMESTRE 2014 L année 2014 aura été marquée par des performances

Plus en détail

Rétrospective 2015. Mais qu avons-nous donc appris durant cette année qui s achève?

Rétrospective 2015. Mais qu avons-nous donc appris durant cette année qui s achève? Rétrospective 2015 L année 2015 n a pas seulement été exceptionnelle en termes de conditions météorologiques. Cette année qui s achève nous a également réservé bien des surprises sur des thèmes tels que

Plus en détail

MMR Monthly Market Report Octobre 2010

MMR Monthly Market Report Octobre 2010 Contexte économique mondial Le ralentissement de l économie mondiale reste modéré L économie mondiale traverse actuellement une phase de ralentissement après la forte reprise initiée par les plans gouvernementaux

Plus en détail

DIRECTIVES DE PLACEMENT RISK BUDGETING LINE 5

DIRECTIVES DE PLACEMENT RISK BUDGETING LINE 5 DIRECTIVES DE PLACEMENT RISK BUDGETING LINE 5 29.06.2011 Groupe de placement Prisma Risk Budgeting Line 5 (RBL 5) Caractéristiques du groupe de placement 1. Le RBL 5 est un fonds composé d actifs susceptibles

Plus en détail

Taux: quatre idées d investissement après la Grèce

Taux: quatre idées d investissement après la Grèce Taux: quatre idées d investissement après la Grèce La crise grecque est passée du stade aigu au stade chronique et les investisseurs obligataires européens repartent à la chasse au rendement, avec à la

Plus en détail

PRISMA Credit Allocation Europe

PRISMA Credit Allocation Europe PRISMA Credit Allocation Europe Directives de placement Entrée en vigueur le 19 juin 2015 PRISMA Fondation Place Saint-Louis 1 Case postale 1110 Morges 1 www.prisma-fondation.ch info@prisma-fondation.ch

Plus en détail

Perspectives et stratégie de placement

Perspectives et stratégie de placement Perspectives et stratégie de placement Mars 2014 Independent Asset Managers since 1982 Environnement macro-économique Au niveau macro-économique, les chiffres économiques récents aux Etats-Unis indiquent

Plus en détail

BANQUE PRIVEE CHÂTEAU DE VULLIERENS 10 SEPTEMBRE 2014 PIERRE-YVES BRACK EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) S.A.

BANQUE PRIVEE CHÂTEAU DE VULLIERENS 10 SEPTEMBRE 2014 PIERRE-YVES BRACK EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) S.A. BANQUE PRIVEE CHÂTEAU DE VULLIERENS 10 SEPTEMBRE 2014 PIERRE-YVES BRACK EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) S.A. Trésor 10 ans Once d or Pétrole WTI S&P500-5% -17% -20% -11% EDMOND DE ROTHSCHILD Source Graphiques:

Plus en détail

Direction des Etudes et des Prévisions Financières N 04/08- avril 2008 DENI/SCI. Tableau de bord. ( variations en % sauf indication contraire)

Direction des Etudes et des Prévisions Financières N 04/08- avril 2008 DENI/SCI. Tableau de bord. ( variations en % sauf indication contraire) Royaume du Maroc N 04/08- avril 2008 DENI/SCI Synthèse En matière de politique monétaire, la Fed, a baissé son taux directeur de 75 pb pour le ramener à 2,25%, lors de sa réunion du 18 mars 2008, dans

Plus en détail

Fonds Granite Financière Sun Life multirisques axés sur une date d échéance

Fonds Granite Financière Sun Life multirisques axés sur une date d échéance Fonds Granite Financière Sun Life multirisques axés sur une date d échéance REVUE DES FONDS, T1 2015 - Opinions au 7 avril 2015 POINTS SAILLANTS SOCIÉTÉ DE GESTION Placements mondiaux Sun Life inc. GESTIONNAIRES

Plus en détail

Market Flash. 11 novembre 2010. Banque et Caisse d Epargne de l Etat, Luxembourg. Lux-Investment Advisors

Market Flash. 11 novembre 2010. Banque et Caisse d Epargne de l Etat, Luxembourg. Lux-Investment Advisors Market Flash 11 novembre 2010 Banque et Caisse d Epargne de l Etat, Luxembourg Lux-Investment Advisors Market Flash : Les marchés financiers : entre attentes et réalités Ce soir le 5ème sommet des pays

Plus en détail

France : Kiss WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY

France : Kiss WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY 5 Novembre 212 6A, rue Goethe, L-1637 Luxembourg, Tel.: (+352) 26 895-1, Fax: (+352) 26 895-24 e-mail: secretariat@bcee-am.lu, www.bcee-assetmanagement.lu France : Kiss 6 France - Croissance du PIB vs.

Plus en détail

FINANCE & RISK MANAGEMENT TRAVAIL INDIVIDUEL I

FINANCE & RISK MANAGEMENT TRAVAIL INDIVIDUEL I FINANCE & RISK MANAGEMENT TRAVAIL INDIVIDUEL I ()*( TABLE DES MATIERES 1. EXERCICE I 3 2. EXERCICE II 3 3. EXERCICE III 4 4. EXERCICE IV 4 5. EXERCICE V 5 6. EXERCICE VI 5 7. SOURCES 6 (#*( 1. EXERCICE

Plus en détail

Un bilan mitigé : Performance des catégories de fonds spéculatifs avant et après la crise financière

Un bilan mitigé : Performance des catégories de fonds spéculatifs avant et après la crise financière Un bilan mitigé : Performance des catégories de fonds spéculatifs avant et après la crise financière Une étude menée par Vanguard 2012 Sommaire. Au cours d une étude précédente examinant diverses catégories

Plus en détail

La situation économique

La situation économique La situation économique Assemblée Générale U.N.M.I Le 2 octobre 2013 J-F BOUILLON Directeur Associé La situation économique en 2013 3 AG UNMI 2 Octobre 2013 La croissance Les chiffres des principaux pays

Plus en détail

L allocation, c est comme une boîte de chocolats...

L allocation, c est comme une boîte de chocolats... L allocation, c est comme une boîte de chocolats... Pictet Asset Management : Nos choix pour 2015 Frédéric Rollin Janvier 2015 Les marchés du cœur de la zone euro ont connu des performances exceptionnelles

Plus en détail

Perspectives 2014 : le principal risque consiste à ne s exposer à aucun risque

Perspectives 2014 : le principal risque consiste à ne s exposer à aucun risque Perspectives Perspectives 2014 : le principal risque consiste à ne s exposer à aucun risque Une approche mesurée du risque s impose : la prise de risque maitrisée est la solution AUTEUR : STEFAN HOFRICHTER

Plus en détail

JPMorgan Investment Funds Income Opportunity Fund

JPMorgan Investment Funds Income Opportunity Fund JPMorgan Investment Funds Income Opportunity Fund Un placement obligataire flexible et une exposition pilotée aux taux d intérêt Insight + Process = Results Sortir de la gestion obligataire classique Après

Plus en détail

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD 1. Balance des paiements 1.1. Bases comptable ˆ Transactions internationales entre résident et non-résident

Plus en détail

COMMENTAIRE LE MARCHÉ HAUSSIER DE L OR EST RÉSOLUMENT CHOSE DU PASSÉ. Services économiques TD

COMMENTAIRE LE MARCHÉ HAUSSIER DE L OR EST RÉSOLUMENT CHOSE DU PASSÉ. Services économiques TD COMMENTAIRE Services économiques TD LE MARCHÉ HAUSSIER DE L OR EST RÉSOLUMENT CHOSE DU PASSÉ Faits saillants L effondrement du cours de l or observé en 2013, celui-ci ayant affiché un recul de 29 % au

Plus en détail

abcdefg Remarques introductives de Thomas Jordan Conférence de presse

abcdefg Remarques introductives de Thomas Jordan Conférence de presse abcdefg Conférence de presse Zurich, le 11 décembre 2008 Remarques introductives de Thomas Jordan La situation sur les marchés financiers La situation dans laquelle nous nous trouvons actuellement eu égard

Plus en détail

L allocation d actifs dans un environnement de taux bas

L allocation d actifs dans un environnement de taux bas L allocation d actifs dans un environnement de taux bas Novembre 2015 Christophe Belhomme, Head of Investment Office Sandra Craignou, Head of Investments (France) Aberdeen Asset Management Réservé aux

Plus en détail

Perspectives économiques 2013-2014

Perspectives économiques 2013-2014 Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2013-2014 L amélioration de l économie atténuée par l incertitude politique Prix du pétrole:

Plus en détail

Lettre hebdomadaire OFP

Lettre hebdomadaire OFP Lettre hebdomadaire OFP 06/11/ - 13/11/ Novembre - Semaine 388 Performances des Fonds et Grandes classes d'actifs 1 sem 1 mois 3 mois 6 mois 1 an Creation Valeur Fonds OFP et Indices de Référence OFP 150

Plus en détail

Perspectives d investissement 2015

Perspectives d investissement 2015 Perspectives d investissement 2015 Henri Ghosn Président Club Finance HEC Laurent Geronimi Directeur de la Gestion taux SwissLife Banque Privée Auditorium de SCOR 12 décembre 2014 Perspectives d investissement

Plus en détail

Economie et marchés. Editorial. Nos évaluations en bref

Economie et marchés. Editorial. Nos évaluations en bref Investment Strategy & Research Economie et marchés Août 21 Editorial Les tragédies financières ne manquent pas cet été: à peine le dernier acte de la crise grecque terminé, la Chine est ébranlée par un

Plus en détail

PRIVATE EQUITY. La solidité et la prospérité du marché suisse. Un rendement stable et durable dans l immobilier locatif et hôtelier

PRIVATE EQUITY. La solidité et la prospérité du marché suisse. Un rendement stable et durable dans l immobilier locatif et hôtelier VIRGIN REAL ESTATE INVEST PRIVATE EQUITY La solidité et la prospérité du marché suisse Un rendement stable et durable dans l immobilier locatif et hôtelier L excellence de la place luxembourgeoise. ADEJE

Plus en détail

Directives de placement

Directives de placement Directives de placement Valables dès le 1 er novembre 2014 Page 1 de 12 Directives de placement Les directives de placement suivantes sont édictées sur la base de l art. 12, al. 4 des statuts de VZ Fondation

Plus en détail

Misez sur l indice représentatif de la bourse suisse.

Misez sur l indice représentatif de la bourse suisse. ING Bank (NL) (A+/Aa3) À QUOI VOUS ATTENDRE? ING Bank (NL) est un titre de dette structuré. Le produit est émis par ING Bank N.V. et vous permet de miser sur l évolution du SMI (Swiss Market Index), l

Plus en détail

1. L environnement financier et macroeconomique international, europeen et national

1. L environnement financier et macroeconomique international, europeen et national 1. L environnement financier et macroeconomique international, europeen et national 1 L environnement financier et macroeconomique international, europeen et national 10 1.1 L environnement macroéconomique

Plus en détail

VERS PLUS DE SIMPLICITE POUR NOS CLIENTS

VERS PLUS DE SIMPLICITE POUR NOS CLIENTS A l attention des investisseurs professionnels - OCTOBRE 2012 VERS PLUS DE SIMPLICITE POUR NOS CLIENTS VERS PLUS DE SIMPLICITE ET DE SERVICES Dans un environnement économique et financier en pleine évolution,

Plus en détail

Parmi les douze produits de base les plus prisés par les investisseurs, on retrouve l argent (+20% en euro), le zinc (+11%) ou le cuivre (+8,5%).

Parmi les douze produits de base les plus prisés par les investisseurs, on retrouve l argent (+20% en euro), le zinc (+11%) ou le cuivre (+8,5%). => Nous restons neutre sur les ressources naturelles. L indice composite des 24 principales ressources naturelles concocté par S&P et Goldman Sachs a atteint le 24 février un nouveau sommet inédit depuis

Plus en détail

Stratégie de placement

Stratégie de placement Très défensif ingsstrategie Climat d investissement Taux directeur : évolution et prévisions États-Unis 1,5 UEM 0,5 10-2010 10-2011 10-2012 10-2013 10-2014 10-2015 Taux à dix ans : évolution et prévisions

Plus en détail

BLACKROCK GLOBAL FUNDS

BLACKROCK GLOBAL FUNDS CE DOCUMENT EST IMPORTANT ET REQUIERT VOTRE ATTENTION IMMÉDIATE. En cas de doute quant aux mesures à prendre, consultez immédiatement votre courtier, votre conseiller bancaire, votre conseiller juridique,

Plus en détail

La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse

La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse Iconomix Journée d économie politique Lausanne, 22 novembre 2013 Michel Peytrignet, Consultant Ancien chef

Plus en détail

EDMOND DE ROTHSCHILD BOND ALLOCATION (EdR Bond Allocation)

EDMOND DE ROTHSCHILD BOND ALLOCATION (EdR Bond Allocation) INFORMATIONS CLES POUR L'INVESTISSEUR Ce document fournit des informations essentielles aux investisseurs de cet OPCVM. Il ne s agit pas d un document promotionnel. Les informations qu il contient vous

Plus en détail

Forex Equities Options

Forex Equities Options La BCE devra se battre avec la déflation Comme nous l écrivions à plusieurs reprises dans nos analyses, nous estimons que le spread FRA permet de juger de l évolution et de la juste valeur du marché des

Plus en détail