semestre 3 des Licences MISM annnée universitaire

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "semestre 3 des Licences MISM annnée universitaire 2004-2005"

Transcription

1 MATHÉMATIQUES 3 semestre 3 des Licences MISM nnnée universitire Driss BOULARAS

2 2

3 Tble des mtières Rppels 5. Ensembles et opértions sur les ensembles Prties d un ensemble Réunion Intersection Différence ensembliste Complémentire Produit crtésien Crdinl d un ensemble Applictions Définition et exemples Grphe d une ppliction Imge directe, imge réciproque Restriction et prolongement d une ppliction Injectivité, surjectivité et bijectivité Intégrles générlisées 3. Divers rppels Rppels sur l intégrle définie d une fonction continue Rppels sur les fonctions équivlentes Intégrle générlisée Position du problème Générlistion ux intervlles semi-ouverts Générlistion ux intervlles ouverts Propriétés des intégrles convergentes Intégrle générlisée de fonctions positives Critère de Cuchy Convergence bsolue Intégrbilité et équivlence de fonctions Cs d une fonction complexe de vrible réelle Exercices Séries numériques Rppels sur les suites numériques Position du problème, définitions, premières propriétés Prdoxe de Zénon Définitions, premières propriétés

4 4 TABLE DES MATIÈRES 2.3 Séries à termes positifs Séries à termes quelconques Séries bsolument convergentes D utres critères de convergence Produit de séries numériques Clcul pproché de l somme d une série lternée Note historique Exercices Suites et séries de fonctions Suites de fonctions Introduction Convergence simple d une suite de fonctions Convergence uniforme d une suite de fonctions Propriétés des suites uniformément convergentes Séries de fonctions Convergence simple, uniforme et bsolue Convergence normle Tbleu récpiltultif Autres propriétés Exercices Séries entières Disque et ryon de convergence Définitions et exemples Propriétés des séries entières Opértions sur les séries entières Série dérivée d une série entière Série intégrle d une série entière Propriétés de l fonction somme Dérivtion et intégrtion terme à terme Applictions Résolution d éqution différentielle Clcul d intégrles Séries trigonométriques Introduction et définitions Convergence des séries trigonométriques Propriétés de l fonction somme Coefficients et série de Fourier Cs des fonctions T -périodiques Interpréttion géométrique Produit sclire sur un espce vectoriel E Inéglité de Bessel, églité de Prsevl Note historique Exercices

5 Chpitre Rppels. Ensembles et opértions sur les ensembles L notion d ensemble est intuitive. S mnipultion est précisée pr les opértions définies ci-dessous. Les premiers exemples sont ceux des ensembles de nombres. Nottions usuelles des ensembles de nombres : N : ensemble des nombres entiers nturels, N : {x N; x }, Z : ensemble des nombres entiers reltifs, Q : ensemble des nombres rtionnels, R : ensemble des nombres réels, R : {x R; x }, C : ensemble des nombres complexes, C : {x C; x }, R : {x R; x }, R + : {x R; x }, R + : {x R; x>}, R : {x R; x<}. De mnière générle, les ensembles les plus cournts sont les ensembles de nombres, de points géométriques (du pln ou de l espce) ou de fonctions (dont l définition ser donnée plus trd). Exercice. Citer un élément de chcun des ensembles précédents.. Prties d un ensemble Soit E un ensemble quelconque. Une prtie de E est un ensemble dont les éléments pprtiennent à E. Exemples. On pose E = R 2. Les ensembles A = {(x, y) R 2 ; x < } et B = {(x, y) R 2 ; x = et y } sont bien des prties de E. 2. Si E désigne l ensemble des qudriltères du pln, l ensemble des rectngles en est une prtie. 3. Soit E l ensemble des fonctions définies dns R, à vleurs dns R et continues. L ensemble des fonctions polynomiles est une prtie de E. 5

6 6 CHAPITRE. RAPPELS Exercice.2 En représentnt R 2 pr un pln rpporté à un repère, dessiner les prties A et B de l exemple. Exercice.3 l ensemble des qudriltères est-il une prtie du pln? Exercice.4 L ensemble des fonctions rtionnelles n est ps une prtie de E de l exemple 3 ci-dessus. Pourquoi? On note P(E), l ensemble des prties de l ensemble E. Si A est une prtie de E, on note A E ou A P(E). Un cs prticulier de prtie de E est l ensemble vide. On le désigne pr...2 Réunion Soient A et B deux prties de E. On ppelle réunion de A et de B l prtie de E, notée A B, et définie pr A B = {x E; x A ou x B}. Exemple : E = R 2,A = {(x, y) R 2 ; x < }, B = {(x, y) R 2 ; x = et y }. Dessiner l prtie A B. Dns l suite l ensemble d indices I est une prtie de N ou Z, (en prticulier N ou Z tout entiers), tout en schnt que l on peut définir plus générlement cette notion. De fçon nlogue, on définit l réunion d une fmille de prties (A i ) i I de E, où I est un ensemble d indices donné. On ppelle réunion de l fmille (A i ) i I l prtie notée i I A i et égle à A i = {x E; i I vérifint x A i }. i I Exemple : Si E = R, I = N et A i =] i, i[, lors i I A i = R...3 Intersection Soient A et B deux prties de E. On ppelle intersection de A et de B, l prtie de E, notée A B, et égle à A B = {x E; x A et x B}. Exemple : E = R 2,A= {(x, y) R 2 ; x 2 + y 2 < }, B= {(, ), (, ), (, ), (, )}. A B =.

7 .. ENSEMBLES ET OPÉRATIONS SUR LES ENSEMBLES 7 De fçon nlogue, on définit l intersection d une fmille de prties (A i ) i I de E, où I est un ensemble d indices donné. On ppelle intersection de l fmille (A i ) i I l prtie notée A i et égle à i I A i = {x E; i I, x A i }. i I Exemple : E = R, I = N,A i =] i, i [,..4 Différence ensembliste A i = {}. Soient A et B deux prties de E. On ppelle différence ensembliste de A et de B, l prtie de E, notée A \ B, et égle à i I A \ B = {x A; x / B}. Exemple : On pose E = R 2, A = {(x, y) R 2 ; x 2 <y}, B = {(x, y) R 2 ; x =}, C = {(x, y) R 2 ; y =}. Les prties A \ B et A \ C sont l prtie du pln située u dessus de l prbole privée respectivement du demi-xe positif des ordonnées et du sommet (, ). Exercice.5 décrire A \ (B C) et A \ (B C)...5 Complémentire Un cs prticulier de l différence ensembliste est le pssge u complémentire. On ppelle complémentire de l prtie A dns E, l prtie de E, notée E \ A, et égle à E \ A = {x E; x A}. Exemple : E = R 2, A = {(x, y) R 2 ; x 2 + y 2 < }. E \ A = {(x, y) R 2 ; x 2 + y 2 }...6 Produit crtésien Soit E et F deux ensembles. On ppelle produit crtésien de E pr F, l ensemble noté E F constitué des éléments de l forme (, b) vec E, b F et qui vérifient l propriété (, b) = (,b ) ( = ) et (b = b ). On déduit pr récurrence sur n l définition du produit crtésien de n ensembles (n 2). C est insi que l on définit les ensembles déjà connus des n-uplets de nombres réels R n ou de nombres complexes C n.

8 8 CHAPITRE. RAPPELS..7 Crdinl d un ensemble Le crdinl d un ensemble est le nombre de ses éléments. On le note crd(e). Il peut être fini ou infini. Exercice.6 Montrer (pr récurrence) que si crd(e) =n, lors crd(p(e)) = 2 n. Exercice.7 Soit A et B deux ensembles finis. Clculer le crdinl de A B..2 Applictions.2. Définition et exemples On ppelle ppliction l objet mthémtique noté f : E F où E et F sont des ensembles et f l correspondnce qui, à tout élément x de E ssocie un et un seul élément f(x) de F. Les ensembles E et F sont respectivement ppelés domine de déprt et domine d rrivée de l ppliction. Les éléments de E sont ppelés objets ou ntécédents de l ppliction. Remrque : L définition que l on vient de donner n est ps stisfisnte cr elle fit référence à l notion de correspondnce qui n ps été définie. Une définition rigoureuse vous ser proposée plus trd. On pose lors y = f(x) et l lettre f indique l loi de correspondnce qui lie les éléments de E et ceux de F. Il s ensuit lors une nottion très utilisée : f : E F pour désigner une ppliction. C est celle-là que nous dopterons dns ce cours. Ainsi, les pplictions f : R R g : R R x x 2, + x x 2 h : R + R x x 2, l : R + R + x x 2. sont différentes. En fit, on déjà vu plusieurs clsses d pplictions. Ainsi, u premier semestre de l première nnée, les fonctions réelles de vrible réelle (E R et F R) sont des pplictions prticulières dont on pprofondi l étude. De même, u second semestre toujours de l première nnée, pour les suites de nombres réels où E N et F R et les pplictions linéires (E R n et F R m ). Cette nnée et plus trd, nous étudierons des clsses d pplictions plus générles. On utiliser les nottions suivntes :

9 .2. APPLICATIONS 9 F(I) : ensemble des fonctions réelles définies sur l intervlle I de R, C(I) : ensemble des fonctions réelles continues sur l intervlle I de R, C n (I) : ensemble des fonctions réelles n fois continûment dérivbles sur l intervlle I de R, C (I) : ensemble des fonctions indéfiniment dérivbles sur l intervlle I de R, P n : ensemble des fonctions polynomiles de degré inférieur ou égl à n, P : ensemble des fonctions polynomiles. Au cours de ce semestre, nous verrons en détil le cs où E est égl à N (éventuellement privé d un nombre fini d éléments), et F égl à l ensemble F(I) où I est un intervlle ou une réunion d intervlles de R. Ces pplictions seront ppelées suites de fonctions. Autres exemples :. E = {(x, y) R 2 ; x 2 + y 2 et y }, F = R et f(x) = x 2 y E = C([, ]) (ensemble des fonctions continues sur l intervlle [, ] et à vleurs dns R), F = R et f(x) = x(t) dt. 3. E = F = C et f(z) =zz, où z désigne le conjugué de z. Remrques :. Lorsqu il n y ps risque d mbiguïté sur les domines de déprt et d rrivée, on peut, pr bus de lngge, prler de l ppliction f u lieu de f : E F. 2. Pour nous, les mots ppliction et fonction sont des synonymes. Qund E est une prtie de R m ou de C m, on privilégie l terminologie de fonction. Eglité d pplictions : Deux pplictions f : E F et f 2 : E 2 F 2 sont égles si E = E 2, F = F 2 et x E, f (x) =f 2 (x). Lorsqu il n y ps risque d mbiguïté sur les domines de déprt et d rrivée, on écrit seulement f = f 2. Exercice.8 On définit les prties A = {f F([, ]); f soit bornée}, B = C([, ]) On remrque que B A (pourquoi?) et que l prtie A \ B est constituée de fonctions réelles bornées et non continues (donner un exemple d une telle fonction)..2.2 Grphe d une ppliction On ppelle grphe d une ppliction f : E F, l ensemble {(x, f(x)); x E}. Le grphe de l ppliction f : E F est donc une prtie du produit crtésien E F.

10 CHAPITRE. RAPPELS.2.3 Imge directe, imge réciproque Soit f : E F une ppliction. On ppelle imge directe d une prtie A de E pr l ppliction f, l prtie de F notée f(a) et égle à f(a) ={f(x); x A}. Soit f : E F une ppliction. On ppelle imge réciproque d une prtie B de F pr l ppliction f, l prtie de E notée f (B) et égle à f (B) ={x E; f(x) B}. Attention : cette nottion peut prêter à confusion. Elle git sur les prties de F et non sur les éléments de ce dernier. Exemples :. On reprend les exemples du début de ce prgrphe. f([, 2]) = [, 4], f ([, ]) = [, ], h ([, ]) = [, ], h ([, ]) = [, ]. 2. On considère l ppliction f : R 2 R définie pr f(x, y) = x 2 + y 2. On peut vérifier que f(r) =R + et f ([, ]) = {}..2.4 Restriction et prolongement d une ppliction Soit f : E F une ppliction et A une prtie de E. On ppelle restriction de l ppliction f à l prtie A, l ppliction notée f A : A F et définie pr x A, f A (x) =f(x). Ainsi, pr exemple, u début de ce prgrphe, l ppliction h est l restriction de f à R +. Soit f : E F une ppliction et A un ensemble qui inclut E : E A. On ppelle prolongement de l ppliction f à l ensemble A, toute ppliction f : A F qui vérifie : c est-à-dire, f E = f. x E, f(x) =f(x), Remrque : l restriction d une ppliction est définie de fçon unique tndis que le prolongement ne l est ps..2.5 Injectivité, surjectivité et bijectivité Une ppliction f : E F est injective si quels que soient deux éléments x et x de E, leurs imges f(x) et f(x ) sont différentes. En termes de logique élémentire, une ppliction f : E F est injective si quels que soient deux éléments x et x de E, l ssertion suivnte (qui dépend de x et de x ) est vrie : x x = f(x) f(x ).

11 .2. APPLICATIONS En pssnt à l contrposée, cel équivut à dire : f(x) =f(x )= x = x. Une ppliction f : E F est surjective si tout élément de F dmet un ntécédent dns E : y F, x E; y = f(x). Une ppliction f : E F est bijective si elle est à l fois injective et surjective. Exemples : si on revient ux exemples du début de ce prgrphe, on vérifie que :. h et l sont injectives et f et g ne le sont ps, 2. g et l sont surjectives et f et h ne le sont ps, 3. seule l ppliction l est bijective. Une ppliction f : E F bijective dmet une ppliction réciproque ou inverse notée f : F E définie pr y = f(x) x = f (y). Exemple : l ppliction l étnt bijective, s réciproque est définie pr : l : F E, où l (y) = y Remrque :. Lorsque f est bijective, f désigne une fonction. Elle s pplique ux éléments de F et de P(F ). Pr contre, si elle n est ps bijective, f ne s pplique qu ux éléments de P(F ). 2. pour exprimer l fonction l, on pouvit utiliser n importe quelle lettre et en prticulier x. Il n y ps risque de confusion cr dns l (x), x désigne un élément cournt de l ensemble de déprt de l. Autres exemples : nous connissons deux utres types d exemples d pplictions réciproques. Ce sont. les fonctions rc définies en M (comme rcsin, rccos,...), 2. et les isomorphismes d espces vectoriels, qui, rppelons le, sont des pplictions linéires bijectives. Dénombrbilité On dir qu un ensemble E est dénombrble s il existe une bijection entre une prtie de N et E. Cette notion est très importnte cr l distinction entre un ensemble fini (en bijection vec une prtie finie de N ), un ensemble dénombrble et un ensemble non dénombrble nous conduit à des types de démonstrtion très différents. Exemples : Z, Q, D sont des ensembles dénombrbles ; R, C ne le sont ps.

12 2 CHAPITRE. RAPPELS

13 Chpitre Intégrles générlisées. Divers rppels.. Rppels sur l intégrle définie d une fonction continue Soit [, b] un intervlle de R. On note E([, b]) l espce vectoriel des fonctions en esclier définies sur l intervlle [, b] et C([, b]) l espce vectoriel des fonctions réelles et continues sur l intervlle [, b]. Définitions Cs d une fonction en esclier Théorème (et définition) Soient ϕ une fonction en esclier sur [, b] et σ une subdivision : x = <x < <x n = b ssociée à ϕ telle que : Le nombre : ϕ(x) =c i pour x ]x i,x i+ [, i =,..., n. n c i (x i+ x i ), i= est indépendnt de l subdivision ssociée. Il est ppelé intégrle de ϕ sur l intervlle [, b] et est noté : b ϕ(x)dx. Cs d une fonction continue sur un intervlle [, b] Théorème 2 (et définition) Soient f une fonction continue sur [, b] et E f l ensemble des nombres défini pr : { b } E f = ϕ(x)dx ; ϕ E([, b]) et ϕ(x) f(x). L ensemble E f est mjoré. On ppelle intégrle de f sur le segment [, b] l borne supérieure de E f ; on l note b f(x)dx. 3

14 4 CHAPITRE. INTÉGRALES GÉNÉRALISÉES Exemples, dessins et commentires : en cours Exercices de révision Exercice. Soit f et g deux fonctions réelles et continues sur l intervlle [, b] (vec < b) et vérifint f g.. Étblir l inéglité : b f(x)dx b g(x)dx. () Montrer que f est bornée. On note m et M ses bornes inférieure et supérieure, respectivement. (b) En déduire l inéglité : (c) Montrer qu il existe c [, b] tel que : m b f(x)dx M b b f(x)dx =(b )f(c). Exercice.2 Soit f une fonction continue sur l intervlle [, b]. Montrer que b b f(x)dx f(x) dx. Dns quel cs l inéglité cesse-t-elle d être vrie? b b f(x)dx f(x) dx Lien vec les primitives Dns tout ce prgrphe I désigne un intervlle de R et un élément de I. Soit f : I R une fonction continue. Pour tout x I, l restriction de f à l intervlle [, x], si x, ou à [x, ], si x, est continue. Pr conséquent, à tout nombre x de I, on peut lui ssocier le nombre fonction F : I R pr x f(t) dt (qui est unique). On définit insi une nouvelle F (x) = x f(t) dt. Théorème 3 (et définition) L fonction F : I R définie pr F (x) = dérivble et F (x) =f(x). On l ppelle primitive de l fonction f : I R x f(t) dt est

15 .. DIVERS RAPPELS 5 Remrque usuelles. Exemple : x On ne pourr ps toujours expliciter les primitives à l ide des fonctions dt L primitive existe mis elle ne peut ps s exprimer à l ide des fonctions usuelles. 2 ln t L expression de l fonction F :], + [ R définie pr F (x) = x 2 dt ln t ne peut ps être dvntge simplifiée. Exercice.3 Démontrer le théorème 3. Exercice.4 L fonction F peut être définie à prtir d une fonction f en esclier et, dns ce cs, l définition de F reste vlble, mis ps le théorème. Donner un exemple. Exercice.5 Soit G : I R une fonction dérivble telle que G (x) = f(x). Montrer que les fonctions F et G ne différent que pr une constnte. Ainsi donc, les primitives d une fonction continue sur un intervlle I sont égles, à une constnte près. Exercice.6 Clculer les intégrles : t 2 e t dt, 2 ln t t dt, +x +x 2 dt...2 Rppels sur les fonctions équivlentes L équivlence de fonctions u voisisnge d un point est une procédure de simplifiction du problème d étude locle de fonction. Définition (et nottion) Deux fonctions f et g, définies u voisinge d un point sont équivlentes si ε>, δ> ; x ] δ, + δ[\{} f(x) g(x) <ε g(x). On écrit lors f g. Proposition (Crctéristion) Soient f et g deux fonctions définies u voisinge d un point. On suppose que g ne s nnule ps dns ce voisinge. Alors, elles sont équivlentes si, et seulement si, Preuve en cours. lim x f(x) g(x) =.

16 6 CHAPITRE. INTÉGRALES GÉNÉRALISÉES Exercices de révision Exercice.7 Écrire l définition de deux fonctions équivlentes u voisinge de ±. Exercice.8 Montrer que (équivlents remrqubles).2 Intégrle générlisée.2. Position du problème sin x x, ln( + x) x, e x +x. Jusqu à présent, pour nous, l intégrle (dite définie) est une notion qui ne concerne que les fonctions continues sur un intervlle fermé et borné. Ces fonctions sont en prticulier bornées (voir le cours de l première nnée). Exercice.9 Donner des exemples de fonctions bornées et non bornées sur des intervlles de type [, b[ et [, + [. Question En quoi consiste l générlistion de l intégrle définie? Réponse Elle consiste à ffiblir toutes les hypothèses qui ont servi à l définir. Dns le cdre de ce cours, nous grderons celle de l continuité et ssouplirons celles de l intervlle (fermé et borné). Autrement dit, nous voudrions donner un sens ux objets f(x) dx, b f(x) dx, + b f(x) dx, + f(x) dx où f est continue respectivement sur les intervlles ouverts ou semi-ouverts d extrémités les bornes correspondntes. Ces intégrles sont prfois ppelées intégrles impropres. Dns un premier temps, nous verrons le cs des intervlles semi-ouverts où nous distinguerons les cs des intervlles semi-ouverts bornés des intervlles semi-ouverts non bornés. Ensuite, nous étudierons les cs restnts comme des combinisons des premiers..2.2 Générlistion ux intervlles semi-ouverts Cs d un intervlle borné Les intervlles semi-ouverts bornés sont de l forme ], b] ou [, b[ où et b sont des nombres réels. Soit f :], b] R une fonction continue. Alors, pour tout c ], b], le nombre I(c) = b c f(x) dx est bien défini et cel, de fçon unique (pourquoi?). Définition 2 L fonction f :], b] R est intégrble (ou que b f(x) dx converge) si l limite de l fonction I existe lorsque c tend vers. Cette limite est lors ppelée intégrle de f sur l intervlle ], b] et on écrit b f(x) dx = lim c I(c).

17 .2. INTÉGRALE GÉNÉRALISÉE 7 Une intégrle qui ne converge ps diverge. Proposition 2 (fondmentle) Soit f :], ] R l fonction définie pr f(x) = x. α L intégrle x dx α converge si α< et diverge pour α. Preuve : elle es bsée sur le clcul I(c) = c x α dx = Exercice. Quelle est l nture de l intégrle c ln c si α =, α ( c α ) si α. x dx? Exercice. Trnsposer l définition (2) ux intervlles de l forme [, b[. Exercice.2 Donner un exemple de fonction continue, non bornée et intégrble sur un intervlle de type [, b[. Proposition 3 Soit f x. L intégrle Preuve : en cours. b Cs d un intervlle non borné :], b] R une fonction continue qui dmet une limite lorsque f(x) dx est convergente. Soit f :[, + [ R une fonction continue. Alors, pour tout c [, + [, le nombre I(c) = c f(x) dx est bien défini et cel, de fçon unique. Définition 3 L fonction f :[, + [ R est intégrble (ou que + f(x) dx converge) si l limite de l fonction I existe lorsque c tend vers +. Cette limite est lors ppelée intégrle de f sur l intervlle [, + [ et on écrit + f(x) dx = lim c I(c). Proposition 4 (fondmentle) Soit f : [, + ] R l fonction définie pr f(x) = x. L intégrle α x dx α converge si α> et diverge pour α. c

18 8 CHAPITRE. INTÉGRALES GÉNÉRALISÉES Preuve : voir l proposition (2). Exercice.3 Reprendre l définition précédente pour l intervlle de type ],]. Exercice.4 Trouver l nture de l intégrle x 2 ( x) dx..2.3 Générlistion ux intervlles ouverts Cs d un intervlle borné Un intervlle ouvert et borné est de l forme ], b[ où et b sont nombres réels. Définition 4 Soit f :], b[ R une fonction continue. Si pour un nombre c ], b[, les intégrles c f(x) dx et b c f(x) dx convergent, lors f est dite intégrble sur ], b[ et b f(x) dx = c f(x) dx + b c f(x) dx. Proposition 5 Cette définition ne dépend ps du choix du nombre c. Exemple L intégrle Cs d un intervlle non borné dx est convergente (pourquoi?). x 2 Un intervlle ouvert non borné est de l forme ],b[, ], + [ ou ], + [. Définition 5 Soit f :], + [ R une fonction continue. Si pour un nombre c ], + [, les intégrles ], + [ et c f(x) dx et + + c f(x) dx = f(x) dx convergent, lors f est dite intégrble sur c f(x) dx + + c f(x) dx. Proposition 6 Cette définition ne dépend ps du choix du nombre c. Exercice.5 Trnsposer cette définition ux cs des intervlles ],[ ou ], + [. Exemple L fonction f :], + [ R définie pr f(x) =e x est intégrble (cours). Exercice.6 Montrer que l intégrle l intégrle + e x dx? + dx converge. En est-il de même pour +x2 Terminologie Une fonction f : I R est dite intégrble sur l intervlle I (ouvert, fermé ou semi-ouvert) si son intégrle converge.

19 .3. PROPRIÉTÉS DES INTÉGRALES CONVERGENTES 9.3 Propriétés des intégrles convergentes.3. Intégrle générlisée de fonctions positives Rppelons qu une fonction continue et croissnte u :[, b[ R dmet une limite lorsque x tend vers b si, et seulement si, elle est mjorée (prouvez le). Ce rppel permet d étblir un critère de convergence des intégrles de fonctions positives. Lemme Soit f b :[, b[ R une fonction continue et positive. Pour que l intégrle f(x) dx converge, il fut et il suffit que l ensemble des nombres soit mjoré. Preuve en cours. t f(x) dx où t [, b[ Exercice.7 Trncrire le théorème précédent ux utres cs d intervlles semi-ouverts et ouverts. Théorème 4 Soient f, g f g. Alors,. Si l intégrle 2. Si l intégrle t t :[, b[ R deux fonctions continues et positives telles que g(x) dx converge, l intégrle f(x) dx diverge, l intégrle t t f(x) dx converge ussi. g(x) dx diverge ussi. Preuve : en cours Ce corollire est prfois ppelé critère de comprison. Exemples. On vérifie que pour tout x de l intervlle [, + [, e x2 e x. Donc, l intégrle + e x2 2. Pr illeurs, l intégrle dx où est un réel quelconque converge (à montrer rigoureusement)..3.2 Critère de Cuchy sin x dx diverge (pourquoi?). Ce prgrphe ne concerne que les étudints qui suivent en prllèle l unité d enseignement compléments de mthémtiques. Rppelons qu une fonction F : I R, définie sur l intervlle [, b[ dmet une limite l en b si quelle que soit l suite d éléments (x n ) [, b[ qui tend vers b, l suite imge (F (x n )) tend vers l. Ce critère de continuité (ppelé prfois continuité séquentielle) pour conséquence un utre critère (ppelé critère de Cuchy) qui présente un réel intérêt prtique. D bord, un complément sur les suites numériques.

20 2 CHAPITRE. INTÉGRALES GÉNÉRALISÉES Les suites de Cuchy Définition 6 Une suite de nombres réels (x n ) est de Cuchy si ε>, N N; p, q > N, on x p x q <ε Théorème 5 (dmis) Une suite de nombres réels converge dns R si, et seulement si, elle est de Cuchy. L importnce des suites de Cuchy réside dns deux fits :. L notion de convergence de suite de nombres est tributire de l ensemble uquel pprtient l limite (exemple de Q). 2. Dns R, les notions de convergence et de suite de Cuchy sont équivlentes (on dit que R est complet). Preuve du théorème en cours. Lemme 2 Une fonction F :[, b[ R, continue, dmet une limite en b si ε>, α> ; x, x ]b α, b[, on F (x) F (x ) < ε. Preuve en cours. Grâce à ce lemme, on peut étblir le théorème suivnt : Théorème 6 Soit f :[, b[ R une fonction continue. L intégrle si, et seulement si, b f(x) dx converge ε>, α> ; x, x ]b α, b[, on x x f(t) dt < ε. Exercice.8 Montrer que ce théorème reste vri si l on remplce l intervlle [, b[ pr l intervlle [, + [. Remrque Évidemment, on peut réecrire ce théorème pour les intervlles de type ], b] et ],b]. Corollire L intégrle de toute fonction continue et bornée sur un intervlle borné converge. est conver- Exemple L intégrle de l fonction f gente. :], ] R définie pr f(x) = sin x Exercice.9 Montrer que ce corollire cesse d être vri si l on remplce intervlle borné pr intervlle quelconque.

21 .4. CAS D UNE FONCTION COMPLEXE DE VARIABLE RÉELLE Convergence bsolue Définition 7 Soit I un intervlle ouvert ou semi-ouvert et f : I R une fonction continue. Son intégrle est dite bsolument convergente si l intégrle de l fonction f : I R est convergente. Dns cette définition, l intervlle I pourrit être borné ou non borné. Théorème 7 Soit f : I R une fonction continue sur l intervlle ouvert ou semi-ouvert I. Si son intégrle est bsolument convergente, lors elle est convergente. Preuve en cours. Exemple Ainsi, l intégrle sin x dx est bsolument convergente (à montrer). x 2 Exercice Montrer que l ensemble des fonctions continues et bsolument intégrbles sur un intervlle I est stble pr rpport à l ddition..3.4 Intégrbilité et équivlence de fonctions Théorème 8 Soit f, g : [, b[ R deux fonctions positives, continues. Si elles sont équivlentes équivlentes u voisinge du point b. Alors, les deux intégrles b f(x) dx, b g(x) dx sont de même nture (ou bien elles convergent toutes les deux, ou bien elles divergent toutes les deux). Preuve en cours Exemple l fonction f(x) = intégrle converge. 2x x5 + x + est équivlente à l infini à 2. Donc, son x3/2 Exercice.2 L intégrle + x cos dx est divergente (pourquoi?) x Remrque Le théorème précédent peut être étendu ux fonctions posistives f, g : [, b[ R telles que lim x x = f(x) g(x) = λ. Ceci se justifie pr le fit que l ensemble des fonctions intégrbles sur un intervlle (semi)- ouvert I est un espce vectoriel sur R..4 Cs d une fonction complexe de vrible réelle De telles fonctions sont définies sur une prtie I de R et prennent leurs vleurs dns C. Exemples. L imge de l fonction f : R C définie pr f(t) =e it est le cercle trigonométrique (ensemble des nombres complexes de module égl à.)

22 22 CHAPITRE. INTÉGRALES GÉNÉRALISÉES 2. L imge de l fonction g : R C définie pr g(t) = t( + i) est l première bissectrice du pln rpporté u repère usuel. Remrque Soit I un intervlle. L donnée d une fonction f : I C équivut à l donnée de deux fonctions f,f 2 : I R qui correspondent ux prties réelle et imginire de l première. On écrit : f = f + if 2. Définition 8 Soit I un intervlle quelconque. L fonction f : I C est dite continue si les prties réelle et imginire f et f 2 sont continues. Il suffit que l une des deux fonctions f ou f 2 soit discontinue pour que l fonction f le soit. Définition 9 Soit I un intervlle quelconque. L fonction f : I C, continue, est intégrble si les prties réelle et imginire f et f 2 sont intégrbles sur I et lors, f(x) dx = f (x) dx + i f 2 (x) dx. I I Cette définition regroupe tous les cs d intervlle. Elle concerne donc les intégrles définies comme les intégrles générlisées. Attention : il s git bien ici de fonctions complexes de vrible réelle cr pour les fonctions complexes de vrible complexe, l définition d intégrle est toute utre. Elle ser vue en troisième nnée. Les règles d intégrtion vues précédemment s ppliquent ux fonctions ussi bien réelles que complexes, mis de vrible réelle. I

23 .5. EXERCICES 23.5 Exercices Exercice.2 Étudier l nture des intégrles générlisées suivntes : + + ) e αx ln(x) dx (α R) ; b) dx ; x 2 + dx + ( c) (α R) ; d) +xα 2 x Arcsin( ) x ) dx ; + ( e) 2 x + + ) + dx ; f) xe ix3 dx ; x + e itx g) ( + x) dx, (t α R,α R + ). Exercice.22 Étudier l nture des intégrles générlisées suivntes : dx ) ; b) ln(x) ln(x) dx ; c) x 2 x dx ; d) π/2 tn(x) dx ; e) sin ( x ) dx. Exercice.23 Étudier l convergence des intégrles générlisées suivntes et trouver leurs vleurs éventuelles : ) c) + π/2 Arctn(x) dx ; b) x 2 ln(sin(x))dx et π/2 x n dx x 2 ln(cos(x))dx. (n Z) ; Exercice.24 Trouver l nture des intégrles suivntes : 2 2 ( ) ln x dx ; b) ln(x) ) dx ; c) x Exercice.25 Montrer que si l intégrle A + I, lors on : lim f(x)dx = I. A + A Prouver sur un exemple que l réciproque est fusse. + + dx x3 +. f(x)dx est convergente et pour vleur Exercice.26 Soit f continue sur [, + [, décroissnte et à vleurs dns R +, telle que l intégrle + Montrer que l on : f(x)dx soit convergente. lim f(x) =. x +

LICENCE DE MATHÉMATIQUES DEUXIÈME ANNÉE. Unité d enseignement LCMA 4U11 ANALYSE 3. Françoise GEANDIER

LICENCE DE MATHÉMATIQUES DEUXIÈME ANNÉE. Unité d enseignement LCMA 4U11 ANALYSE 3. Françoise GEANDIER LICENCE DE MATHÉMATIQUES DEUXIÈME ANNÉE Unité d enseignement LCMA 4U ANALYSE 3 Frnçoise GEANDIER Université Henri Poincré Nncy I Déprtement de Mthémtiques . Tble des mtières I Séries numériques. Séries

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mthémtiques nnée 2009-2010 Chpitre 2 Le prolème de l unicité des solutions 1 Le prolème et quelques réponses : 1.1 Un exemple Montrer que l éqution différentielle :

Plus en détail

Théorème de Poincaré - Formule de Green-Riemann

Théorème de Poincaré - Formule de Green-Riemann Chpitre 11 Théorème de Poincré - Formule de Green-Riemnn Ce chpitre s inscrit dns l continuité du précédent. On vu à l proposition 1.16 que les formes différentielles sont bien plus grébles à mnipuler

Plus en détail

Cours d Analyse IV Suites et Séries de fonctions

Cours d Analyse IV Suites et Séries de fonctions Université Clude Bernrd, Lyon I Licence Sciences, Technologies & Snté 43, boulevrd 11 novembre 1918 Spécilité Mthémtiques 69622 Villeurbnne cedex, Frnce L. Pujo-Menjouet pujo@mth.univ-lyon1.fr Cours d

Plus en détail

Théorème de Lax Milgram Application au problème de Dirichlet pour l équation de Sturm Liouville

Théorème de Lax Milgram Application au problème de Dirichlet pour l équation de Sturm Liouville Théorème de Lx Milgrm Appliction u problème de Dirichlet pour l éqution de Sturm Liouville Résumé du cours de MEDP Mîtrise de mthémtiques 2000 2001 2001nov18 (medp-lx-milgrm.tex) Dns ce chpitre, on se

Plus en détail

Synthèse de cours (Terminale S) Calcul intégral

Synthèse de cours (Terminale S) Calcul intégral Synthèse de cours (Terminle S) Clcul intégrl Intégrle d une onction continue positive sur un intervlle [;] Dns cette première prtie, on considère une onction continue positive sur un intervlle [ ; ] (

Plus en détail

Relations binaires. Table des matières. Marc SAGE. 18 octobre 2007. 1 Amuse gueule 2. 2 Combinatoire dans les quotients 2. 3 Problème d extréma 3

Relations binaires. Table des matières. Marc SAGE. 18 octobre 2007. 1 Amuse gueule 2. 2 Combinatoire dans les quotients 2. 3 Problème d extréma 3 Reltions binires Mrc SAGE 8 octobre 007 Tble des mtières Amuse gueule Combintoire dns les quotients 3 Problème d extrém 3 4 Un théorème de point xe 3 5 Sur l conjugisons dns R 3 6 Sur les corps totlement

Plus en détail

Tout ce qu il faut savoir en math

Tout ce qu il faut savoir en math Tout ce qu il fut svoir en mth 1 Pourcentge Prendre un pourcentge t % d un quntité : t Clculer le pourcentge d une quntité pr rpport à une quntité b : Le coefficient multiplicteur CM pour une ugmenttion

Plus en détail

Ecole Normale Supérieure de Cachan 61 avenue du président Wilson 94230 CACHAN. Concours d admission en 3 ème année Informatique.

Ecole Normale Supérieure de Cachan 61 avenue du président Wilson 94230 CACHAN. Concours d admission en 3 ème année Informatique. C39211 Ecole Normle Supérieure de Cchn 61 venue du président Wilson 94230 CACHAN Concours d dmission en 3 ème nnée Informtique Session 2009 INFORMATIQUE 1 Durée : 5 heures «Aucun document n est utorisé»

Plus en détail

COURS D ANALYSE. Licence d Informatique, première. Laurent Michel

COURS D ANALYSE. Licence d Informatique, première. Laurent Michel COURS D ANALYSE Licence d Informtique, première nnée Lurent Michel Printemps 2010 2 Tble des mtières 1 Éléments de logique 5 1.1 Fbriquer des énoncés........................ 5 1.1.1 Enoncés élémentires.....................

Plus en détail

Exercices corrigés 9325 = 2 4662 + 1 4662 = 2 2331 + 0 2331 = 2 1165 + 1

Exercices corrigés 9325 = 2 4662 + 1 4662 = 2 2331 + 0 2331 = 2 1165 + 1 Grenoble INP Pgor 1ère nnée Exercices corrigés Anlyse numérique NB : Les exercices corrigés ici sont les exercices proposés durnt les sénces de cours. Les corrections données sont des corrections plus

Plus en détail

Université Paris-Dauphine DUMI2E. UFR Mathématiques de la décision. Notes de cours. Analyse 2. Filippo SANTAMBROGIO

Université Paris-Dauphine DUMI2E. UFR Mathématiques de la décision. Notes de cours. Analyse 2. Filippo SANTAMBROGIO Université Pris-Duphine DUMI2E UFR Mthémtiques de l décision Notes de cours Anlyse 2 Filippo SANTAMBROGIO Année 2008 2 Tble des mtières 1 Optimistion de fonctions continues et dérivbles 5 1.1 Continuité........................................

Plus en détail

ANALYSE NUMERIQUE NON-LINEAIRE

ANALYSE NUMERIQUE NON-LINEAIRE Université de Metz Licence de Mthémtiques - 3ème nnée 1er semestre ANALYSE NUMERIQUE NON-LINEAIRE pr Rlph Chill Lbortoire de Mthémtiques et Applictions de Metz Année 010/11 1 Tble des mtières Chpitre

Plus en détail

Correction de l épreuve CCP 2001 PSI Maths 2 PREMIÈRE PARTIE ) (

Correction de l épreuve CCP 2001 PSI Maths 2 PREMIÈRE PARTIE ) ( Correction de l épreuve CCP PSI Mths PREMIÈRE PARTIE I- Soit t u voisinge de, t Alors ϕt t s = ϕt ρt s ρs Pr hypothèse, l fonction ϕt ϕt est lorsque t, il en est donc de même de ρt s ρt s ρs cr ρ s est

Plus en détail

Le Calcul Intégral. niveau maturité. Daniel Farquet

Le Calcul Intégral. niveau maturité. Daniel Farquet Le Clcul Intégrl niveu mturité Dniel Frquet Eté 8 Tble des mtières Introduction Intégrle indéfinie 3. Définitions et générlités................................ 3.. Déf. d une primitive..............................

Plus en détail

Licence M.A.S.S. Cours d Analyse S4

Licence M.A.S.S. Cours d Analyse S4 Université Pris I, Pnthéon - Sorbonne Licence MASS Cours d Anlyse S4 Jen-Mrc Brdet (Université Pris 1, SAMM) UFR 27 et Equipe SAMM (Sttistique, Anlyse et Modélistion Multidisiplinire) Université Pnthéon-Sorbonne,

Plus en détail

Chapitre 1 : Fonctions analytiques - introduction

Chapitre 1 : Fonctions analytiques - introduction 2e semestre 2/ UE 4 U : Abrégé de cours Anlyse 3: fonctions nlytiques Les notes suivntes, disponibles à l dresse http://www.iecn.u-nncy.fr/ bertrm/, contiennent les définitions et les résultts principux

Plus en détail

ANALYSE : FONCTIONS D UNE VARIABLE RÉELLE

ANALYSE : FONCTIONS D UNE VARIABLE RÉELLE Jen-Pierre Dedieu, Jen-Pierre Rymond ANALYSE : FONCTIONS D UNE VARIABLE RÉELLE Institut de Mthémtiques Université Pul Sbtier 31062 Toulouse cedex 09 jen-pierre.dedieu@mth.univ-toulouse.fr jen-pierre.rymond@mth.univ-toulouse.fr

Plus en détail

gfaubert septembre 2010 1

gfaubert septembre 2010 1 Notes de cours Pour l e secondire Compiltion et/ou crétion Guyline Fuert Septemre 00 gfuert septemre 00 Géométrie------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Préparation à l'examen écrit de maturité Mathématiques 2013

Préparation à l'examen écrit de maturité Mathématiques 2013 Wechter Loïc Mturité 2013 Mthémtiques Cours de M. Flcoz 2013 Préprtion à l'exmen écrit de mturité Mthémtiques 2013 1.Primitives et intégrles 1.1Primitives (CRM pp.77-80) Une primitive pourrit se définir

Plus en détail

MATHEMATIQUES GENERALES partim A

MATHEMATIQUES GENERALES partim A Fculté des Sciences MATHEMATIQUES GENERALES prtim A Première nnée de bchelier en Biologie, Chimie, Géogrphie, Géologie, Physique et Informtique, Philosophie Année cdémique 04-05 Frnçoise BASTIN Introduction

Plus en détail

Chapitre 11 : L inductance

Chapitre 11 : L inductance Chpitre : inductnce Exercices E. On donne A πr 4π 4 metn N 8 spires/m. () Selon l exemple., µ n A 4π 7 (8) 4π 4 (,5) 5 µh (b) À prtir de l éqution.4, on trouve ξ ξ 4 3 5 6 6,3 A/s E. On donne A πr,5π 4

Plus en détail

Séquence 8. Probabilité : lois à densité. Sommaire

Séquence 8. Probabilité : lois à densité. Sommaire Séquence 8 Proilité : lois à densité Sommire. Prérequis 2. Lois de proilité à densité sur un intervlle 3. Lois uniformes 4. Lois exponentielles 5. Synthèse de l séquence Dns cette séquence, on introduit

Plus en détail

Intégrale et primitives

Intégrale et primitives Chpitre 5 Intégrle et primitives 5. Ojetif On herhe dns e hpitre à onstruire l opérteur réiproue de l opérteur de dérivtion. Les deux uestions suivntes sont lors nturelles. Question : Soit f une pplition

Plus en détail

Les règles de Descartes et de Budan Fourier

Les règles de Descartes et de Budan Fourier Ojectifs de ce chpitre Mthémtiques ssistées pr ordinteur Chpitre 4 : Rcines des polynômes réels et complexes Michel Eisermnn Mt49, DLST LS4, Année 8-9 www-fourierujf-grenolefr/ eiserm/cours # mo Document

Plus en détail

Module 2 : Déterminant d une matrice

Module 2 : Déterminant d une matrice L Mth Stt Module les déterminnts M Module : Déterminnt d une mtrice Unité : Déterminnt d une mtrice x Soit une mtrice lignes et colonnes (,) c b d Pr définition, son déterminnt est le nombre réel noté

Plus en détail

/HVV\VWqPHVFRPELQDWRLUHV

/HVV\VWqPHVFRPELQDWRLUHV /HVV\VWqPHVFRPELQDWRLUHV I. Définition On ppelle système combintoire tout système numérique dont les sorties sont exclusivement définies à prtir des vribles d entrée (Figure ). = f(x, x 2,,, x n ) x x

Plus en détail

GLMA201 - ALGÈBRE LINÉAIRE ET ANALYSE 2-2013-2014 CONTRÔLE CONTINU 2

GLMA201 - ALGÈBRE LINÉAIRE ET ANALYSE 2-2013-2014 CONTRÔLE CONTINU 2 GLMA -4 GLMA - ALGÈBRE LINÉAIRE ET ANALYSE - -4 CONTRÔLE CONTINU Durée : h Tout doument ou lultrie est interdit Il ser tenu ompte de l lrté et de l préision de l rédtion Il est importnt de justifier hune

Plus en détail

LANGAGES - GRAMMAIRES - AUTOMATES

LANGAGES - GRAMMAIRES - AUTOMATES LANGAGES - GRAMMAIRES - AUTOMATES Mrie-Pule Muller Version du 14 juillet 2005 Ce cours présente et met en oeuvre quelques méthodes mthémtiques pour l informtique théorique. Ces notions de bse pourront

Plus en détail

Systèmes logiques combinatoires

Systèmes logiques combinatoires «'enseignement devrit être insi : celui qui le reçoit le recueille comme un don inestimle mis jmis comme une contrinte pénile.» Alert Einstein Systèmes logiques comintoires Définitions. es vriles inires

Plus en détail

STI2D Logique binaire SIN. L' Algèbre de BOOLE

STI2D Logique binaire SIN. L' Algèbre de BOOLE L' Algère de BOOLE L'lgère de Boole est l prtie des mthémtiques, de l logique et de l'électronique qui s'intéresse ux opértions et ux fonctions sur les vriles logiques. Le nom provient de George Boole.

Plus en détail

ESTIMER LA PRÉCISION DES MESURES

ESTIMER LA PRÉCISION DES MESURES ESTIMER LA PRÉCISION DES MESURES I. Précision d'une mesure directe Une mesure directe est une mesure lue sur un ppreil de mesure. Le résultt d'une mesure directe n'est jmis connu de fçon prfitement excte.

Plus en détail

Image d un intervalle par une fonction continue

Image d un intervalle par une fonction continue DOCUMENT 27 Image d un intervalle par une fonction continue La continuité d une fonction en un point est une propriété locale : une fonction est continue en un point x 0 si et seulement si sa restriction

Plus en détail

Microéconomie de l Incertitude M1 Banque et Marchés Financiers

Microéconomie de l Incertitude M1 Banque et Marchés Financiers Microéconomie de l Incertitude M1 Bnque et Mrchés Finnciers Emmnuel DUGUET Notes de Cours, V1 2 1 Concepts de bse 5 1.1 Les loteries................................ 6 1.2 Le critère d espérnce mthémtique..................

Plus en détail

SYSTEMES LOGIQUES LOGIQUE COMBINATOIRE

SYSTEMES LOGIQUES LOGIQUE COMBINATOIRE Ch.I Commnde des systèmes logiques ogique comintoire - p1 SYSTEMES OGIQUES OGIQUE COMBINATOIRE I Commnde des systèmes logiques 1. Structure des systèmes utomtisés Reprenons l structure étlie dns le cours

Plus en détail

REGLEMENT DU CLASSEMENT NATIONAL

REGLEMENT DU CLASSEMENT NATIONAL REGLEMET DU CLASSEMET ATIOAL / Les règles indiquées ici sont celles utilisées pour clculer les ttributions de points de l sison -. I. PRICIPES DE BASE Le clssement ntionl de l F.F.B. est le seul uquel

Plus en détail

Limites finies en un point

Limites finies en un point 8 Limites finies en un point Pour ce chapitre, sauf précision contraire, I désigne une partie non vide de R et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. Là encore, les fonctions usuelles,

Plus en détail

AUTOUR D UN MÉMOIRE INÉDIT : LA CONTRIBUTION D HERMITE AU DÉVELOPPEMENT DE LA THÉORIE DES FONCTIONS ELLIPTIQUES. Bruno BELHOSTE (*)

AUTOUR D UN MÉMOIRE INÉDIT : LA CONTRIBUTION D HERMITE AU DÉVELOPPEMENT DE LA THÉORIE DES FONCTIONS ELLIPTIQUES. Bruno BELHOSTE (*) Revue d histoire des mthémtiques, 2 (1996), p. 1 66. AUTOUR D UN MÉMOIRE INÉDIT : LA CONTRIBUTION D HERMITE AU DÉVELOPPEMENT DE LA THÉORIE DES FONCTIONS ELLIPTIQUES Bruno BELHOSTE (*) RÉSUMÉ. Dns cet rticle,

Plus en détail

3 LES OUTILS DE DESCRIPTION D UNE FONCTION LOGIQUE

3 LES OUTILS DE DESCRIPTION D UNE FONCTION LOGIQUE 1GEN ciences et Techniques Industrielles Pge 1 sur 7 Automtique et Informtiques Appliquées Génie Énergétique Première 1 - LA VARIABLE BINAIRE L électrotechnique, l électronique et l mécnique étudient et

Plus en détail

Baccalauréat S Asie 19 juin 2014 Corrigé

Baccalauréat S Asie 19 juin 2014 Corrigé Bcclurét S Asie 9 jui 24 Corrigé A. P. M. E. P. Exercice Commu à tous les cdidts 4 poits Questio - c. O peut élimier rpidemet les réposes. et d. cr les vecteurs directeurs des droites proposées e sot ps

Plus en détail

Notes de révision : Automates et langages

Notes de révision : Automates et langages Préprtion à l grégtion de mthémtiques 2011 2012 Notes de révision : Automtes et lngges Benjmin MONMEGE et Sylvin SCHMITZ LSV, ENS Cchn & CNRS Version du 24 octore 2011 (r66m) CC Cretive Commons y-nc-s

Plus en détail

Chapitre VI Contraintes holonomiques

Chapitre VI Contraintes holonomiques 55 Chpitre VI Contrintes holonomiques Les contrintes isopérimétriques vues u chpitre précéent ne sont qu un eemple prticulier e contrintes sur les fonctions y e notre espce e fonctions missibles. Dns ce

Plus en détail

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA)

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA) Agrégation interne de Mathématiques (et CAEPA Session 2009 Deuxième épreuve écrite 2 NOTATIONS ET PÉLIMINAIES On désigne par le corps des nombres réels et par C le corps des nombres complexes. Si f est

Plus en détail

I. Polynômes de Tchebychev

I. Polynômes de Tchebychev Première épreuve CCP filière MP I. Polynômes de Tchebychev ( ) 1.a) Tout réel θ vérifie cos(nθ) = Re ((cos θ + i sin θ) n ) = Re Cn k (cos θ) n k i k (sin θ) k Or i k est réel quand k est pair et imaginaire

Plus en détail

Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels

Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels Etb=MK2, Timbre=G430, TimbreDnsAdresse=Vri, Version=W2000/Chrte7, VersionTrvil=W2000/Chrte7 Direction des Études et Synthèses Économiques Déprtement des Comptes Ntionux Division des Comptes Trimestriels

Plus en détail

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Chapitre 7 Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Dans ce chapitre et le suivant, on montre deux applications importantes de la notion de différentiabilité : le théorème de l inversion

Plus en détail

CAP PRO E SCHEMA : LE MOTEUR

CAP PRO E SCHEMA : LE MOTEUR CAP PRO E SCHEMA : E MOTEUR folio folio folio folio folio folio folio 7 folio 8 folio 9 plque signlétique d un moteur puissnce sorée pr un moteur plque à ornes d un moteur triphsé e couplge étoile e couplge

Plus en détail

Techniques d analyse de circuits

Techniques d analyse de circuits Chpitre 3 Tehniques d nlyse de iruits Ce hpitre présente différentes méthodes d nlyse de iruits. Ces méthodes permettent de simplifier l nlyse de iruits ontennt plusieurs éléments. Bien qu on peut résoudre

Plus en détail

Chapitre 7 : Intégration sur un intervalle quelconque

Chapitre 7 : Intégration sur un intervalle quelconque Universités Paris 6 et Paris 7 M1 MEEF Analyse (UE 3) 2013-2014 Chapitre 7 : Intégration sur un intervalle quelconque 1 Fonctions intégrables Définition 1 Soit I R un intervalle et soit f : I R + une fonction

Plus en détail

Intégration et probabilités 2012-2013. TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé. 1 Petites questions. n hésitez pas à m envoyer un mail à

Intégration et probabilités 2012-2013. TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé. 1 Petites questions. n hésitez pas à m envoyer un mail à Intégration et probabilités 212-213 TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé xercice ayant été voué à être préparé xercice 1 (Mesure image). Soient (, A, µ) un espace mesuré, (F, B) un espace

Plus en détail

3- Les taux d'intérêt

3- Les taux d'intérêt 3- Les tux d'intérêt Mishkin (2007), Monnie, Bnque et mrchés finnciers, Person Eduction, ch. 4 et 6 Vernimmen (2005), Finnce d'entreprise, Dlloz, ch. 20 à 22 1- Mesurer les tux d'intérêt comprer les différents

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

Commun à tous les candidats

Commun à tous les candidats EXERCICE 3 (9 points ) Commun à tous les candidats On s intéresse à des courbes servant de modèle à la distribution de la masse salariale d une entreprise. Les fonctions f associées définies sur l intervalle

Plus en détail

Devoir de physique-chimie n 4bis (2H)

Devoir de physique-chimie n 4bis (2H) TS jn 2014 Devoir de physique-chimie n 4bis (2H) Nom:...... LES EXERIES SNT INDEPENDANTS ALULATRIE AUTRISEE PHYSIQUE : ETILE BINAIRE /20 1. Le télescope 8 Les 3 prties sont indépendntes. Document 1 : L

Plus en détail

NOMBRES COMPLEXES. Exercice 1 :

NOMBRES COMPLEXES. Exercice 1 : Exercice 1 : NOMBRES COMPLEXES On donne θ 0 un réel tel que : cos(θ 0 ) 5 et sin(θ 0 ) 1 5. Calculer le module et l'argument de chacun des nombres complexes suivants (en fonction de θ 0 ) : a i( )( )(1

Plus en détail

Baccalauréat S Antilles-Guyane 11 septembre 2014 Corrigé

Baccalauréat S Antilles-Guyane 11 septembre 2014 Corrigé Baccalauréat S ntilles-guyane 11 septembre 14 Corrigé EXERCICE 1 6 points Commun à tous les candidats Une entreprise de jouets en peluche souhaite commercialiser un nouveau produit et à cette fin, effectue

Plus en détail

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes Opérations sur les polynômes Exercice 1 - Carré - L1/Math Sup - Si P = Q est le carré d un polynôme, alors Q est nécessairement de degré, et son coefficient dominant est égal à 1. On peut donc écrire Q(X)

Plus en détail

Exercice autour de densité, fonction de répatition, espérance et variance de variables quelconques.

Exercice autour de densité, fonction de répatition, espérance et variance de variables quelconques. 14-3- 214 J.F.C. p. 1 I Exercice autour de densité, fonction de répatition, espérance et variance de variables quelconques. Exercice 1 Densité de probabilité. F { ln x si x ], 1] UN OVNI... On pose x R,

Plus en détail

Continuité en un point

Continuité en un point DOCUMENT 4 Continuité en un point En général, D f désigne l ensemble de définition de la fonction f et on supposera toujours que cet ensemble est inclus dans R. Toutes les fonctions considérées sont à

Plus en détail

2.1 Comment implanter en C un reconnaisseur de mots? Aut2 q 0 q 1

2.1 Comment implanter en C un reconnaisseur de mots? Aut2 q 0 q 1 Lngges Automtes Non-déterminisme Grmmires Attiuées et Génértives Expressions régulières Correction Prtielle de Progrmmes Ceci n'est ps un cours de Lngge C++ 2.1 Comment implnter en C un reconnisseur de

Plus en détail

L usage de la calculatrice n est pas autorisé.

L usage de la calculatrice n est pas autorisé. e3a Concours ENSAM - ESTP - EUCLIDE - ARCHIMÈDE Épreuve de Mathématiques A durée 4 heures MP L usage de la calculatrice n est pas autorisé. Si, au cours de l épreuve, un candidat repère ce qui lui semble

Plus en détail

CCP PSI - 2010 Mathématiques 1 : un corrigé

CCP PSI - 2010 Mathématiques 1 : un corrigé CCP PSI - 00 Mathématiques : un corrigé Première partie. Définition d une structure euclidienne sur R n [X]... B est clairement symétrique et linéaire par rapport à sa seconde variable. De plus B(P, P

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours Exo7 Continuité (étude globale). Diverses fonctions Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr * très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile *****

Plus en détail

CALCULATRICE AUTORISEE

CALCULATRICE AUTORISEE Lycée F. MISTRAL AVIGNON BAC BLANC 2012 Epreuve de MATHEMATIQUES Série S CALCULATRICE AUTORISEE DUREE : 4 heures Dès que le sujet vous est remis, assurez-vous qu il est complet Ce sujet comporte 3 pages

Plus en détail

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010 Applications 1 Introduction Une fonction f (plus précisément, une fonction réelle d une variable réelle) est une règle qui associe à tout réel x au

Plus en détail

L'algèbre de BOOLE ou algèbre logique est l'algèbre définie pour des variables ne pouvant prendre que deux états.

L'algèbre de BOOLE ou algèbre logique est l'algèbre définie pour des variables ne pouvant prendre que deux états. ciences Industrielles ystèmes comintoires Ppnicol Roert Lycée Jcques Amyot I - YTEME COMBINATOIRE A. Algère de Boole. Vriles logiques: Un signl réel est une grndeur physique en générl continue, on ssocie

Plus en détail

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1 . Sous-ensembles de R n et fonctions (suite) 1 Nappes paramétrées Si f une fonction de deux variables, son graphe est une surface incluse dans R 3 : {(x, y, f(x, y)) / (x, y) R 2 }. Une telle surface s

Plus en détail

Turbine hydraulique Girard simplifiée pour faibles et très faibles puissances

Turbine hydraulique Girard simplifiée pour faibles et très faibles puissances Turbine hydrulique Girrd simplifiée pour fibles et très fibles puissnces Prof. Ing. Zoltàn Hosszuréty, DrSc. Professeur à l'université technique de Kosice Les sites hydruliques disposnt de fibles débits

Plus en détail

Cours de «concepts avancés de compilation» Travaux pratiques. Auteur : F. Védrine

Cours de «concepts avancés de compilation» Travaux pratiques. Auteur : F. Védrine Cours de «onepts vnés de ompiltion» Trvux prtiques Auteur : F. Védrine Les utomtes et les expressions régulières Les utomtes sont onstitués d étts et de trnsitions. Un étt définit l vnée dns l reonnissne

Plus en détail

Moments des variables aléatoires réelles

Moments des variables aléatoires réelles Chapter 6 Moments des variables aléatoires réelles Sommaire 6.1 Espérance des variables aléatoires réelles................................ 46 6.1.1 Définition et calcul........................................

Plus en détail

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite Suites numériques 3 1 Convergence et limite d une suite Nous savons que les termes de certaines suites s approchent de plus en plus d une certaine valeur quand n augmente : par exemple, les nombres u n

Plus en détail

Influence du milieu d étude sur l activité (suite) Inhibition et activation

Influence du milieu d étude sur l activité (suite) Inhibition et activation Influence du milieu d étude sur l ctivité (suite) Inhibition et ctivtion Influence de l tempérture Influence du ph 1 Influence de l tempérture Si on chuffe une préprtion enzymtique, l ctivité ugmente jusqu

Plus en détail

Espaces vectoriels et applications

Espaces vectoriels et applications Espaces vectoriels et applications linéaires 1 Définitions On parle d espaces vectoriels sur le corps R ou sur le corps C. Les définitions sont les mêmes en substituant R à C ou vice versa. Définition

Plus en détail

Amphi 3: Espaces complets - Applications linéaires continues

Amphi 3: Espaces complets - Applications linéaires continues Amphi 3: Espaces complets - Applications linéaires continues Département de Mathématiques École polytechnique Remise en forme mathématique 2013 Suite de Cauchy Soit (X, d) un espace métrique. Une suite

Plus en détail

Continuité d une fonction de plusieurs variables

Continuité d une fonction de plusieurs variables Chapitre 2 Continuité d une fonction de plusieurs variables Maintenant qu on a défini la notion de limite pour des suites dans R n, la notion de continuité s étend sans problème à des fonctions de plusieurs

Plus en détail

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que Introduction. On suppose connus les ensembles N (des entiers naturels), Z des entiers relatifs et Q (des nombres rationnels). On s est rendu compte, depuis l antiquité, que l on ne peut pas tout mesurer

Plus en détail

Choix binaires avec influences sociales : mode d emploi et conséquences économiques

Choix binaires avec influences sociales : mode d emploi et conséquences économiques Choix binires vec influences sociles : mode d emploi et conséquences économiques Denis Phn * * CREM UMR CNRS 6, Université de Rennes /3/5 Résumé : Cette note propose une synthèse de quelques trvux conscrés

Plus en détail

(Chapitre 4) 3 La bourse ou la vie ou Comment faire des ronds

(Chapitre 4) 3 La bourse ou la vie ou Comment faire des ronds Φ (Chpitre 4) 3 L bourse ou l vie ou Comment fire des ronds Imginez que vous possédez un portefeuille de vleurs boursières. Voici le grphe de ses fluctutions en fonction du temps (bscisse, x) et de l rgent

Plus en détail

Le canal étroit du crédit : une analyse critique des fondements théoriques

Le canal étroit du crédit : une analyse critique des fondements théoriques Le cnl étroit du crédit : une nlyse critique des fondements théoriques Rfl Kierzenkowski 1 CREFED Université Pris Duphine Alloctire de Recherche Avril 2001 version provisoire Résumé A l suite des trvux

Plus en détail

Détermination des épaisseurs Formule générale

Détermination des épaisseurs Formule générale Formule générle Hors le cs des vitrges pour le bâtiment, trité pr l NF DTU 39 P4, on peut clculer à l ide des formules de Timoshenko : - l épisseur minimle à donner ux vitrges plns monolithiques soumis

Plus en détail

Méthodes de quadrature. Polytech Paris-UPMC. - p. 1/48

Méthodes de quadrature. Polytech Paris-UPMC. - p. 1/48 Méthodes de Polytech Paris-UPMC - p. 1/48 Polynôme d interpolation de Preuve et polynôme de Calcul de l erreur d interpolation Étude de la formule d erreur Autres méthodes - p. 2/48 Polynôme d interpolation

Plus en détail

4. PROTECTION À L OUVERTURE

4. PROTECTION À L OUVERTURE 42 4. PROTECTION À L OUVERTURE 4.1. Générlités Afin de lever l miguïté de l norme NF EN 16005 sur l exigence des prgrphes 4.6.2.1 et 4.6.3.1 (4) qunt à l définition de «lrge proportion», suf nlyse de risque

Plus en détail

3 Approximation de solutions d équations

3 Approximation de solutions d équations 3 Approximation de solutions d équations Une équation scalaire a la forme générale f(x) =0où f est une fonction de IR dans IR. Un système de n équations à n inconnues peut aussi se mettre sous une telle

Plus en détail

Créer des jeux avec GLUP

Créer des jeux avec GLUP Créer des jeux vec GLUP GLUP (générteur ludopédgogique) est un service en ligne du CRDP de l cdémie de Versilles. Il permet de trnsformer des exercices à se de texte en mini-jeux téléchrgeles. Les jeux

Plus en détail

Démonstrations exigibles au bac

Démonstrations exigibles au bac Démonstrations exigibles au bac On donne ici les 11 démonstrations de cours répertoriées comme exigibles dans le programme officiel. Toutes ces démonstrations peuvent donner lieu à une «restitution organisée

Plus en détail

Capes 2002 - Première épreuve

Capes 2002 - Première épreuve Cette correction a été rédigée par Frédéric Bayart. Si vous avez des remarques à faire, ou pour signaler des erreurs, n hésitez pas à écrire à : mathweb@free.fr Mots-clés : équation fonctionnelle, série

Plus en détail

Guide d'utilisation Easy Interactive Tools Ver. 2

Guide d'utilisation Easy Interactive Tools Ver. 2 Guide d'utilistion Esy Interctive Tools Ver. 2 Guide d'utilistion Esy Interctive Tools Ver.2 Présenttion de Esy Interctive Tools 3 Crctéristiques Fonction de dessin Vous pouvez utiliser Esy Interctive

Plus en détail

Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles

Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Filière : scientifique Voie : Biologie, chimie, physique et sciences de la Terre (BCPST) Discipline : Mathématiques Seconde année Préambule Programme

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre IUFM du Limousin 2009-10 PLC1 Mathématiques S. Vinatier Rappels de cours Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre 1 Fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

La fonction exponentielle

La fonction exponentielle DERNIÈRE IMPRESSION LE 2 novembre 204 à :07 La fonction exponentielle Table des matières La fonction exponentielle 2. Définition et théorèmes.......................... 2.2 Approche graphique de la fonction

Plus en détail

Programme de mathématiques TSI1

Programme de mathématiques TSI1 Programme de mathématiques TSI1 1. PROGRAMME DE DÉBUT D ANNÉE I. Nombres complexes et géométrie élémentaire 1. Nombres complexes 1 2. Géométrie élémentaire du plan 3 3. Géométrie élémentaire de l espace

Plus en détail

Menu outils de navigation mennavi.htm

Menu outils de navigation mennavi.htm Pge de lncement index.htm Voici l représenttion schémtique de l structure du site Wllonie, toutes les crtes en mins... Pge d ccueil win.htm nevs générl menwin.htm À propos de l structure des données :

Plus en détail

Toyota Assurances Toujours la meilleure solution

Toyota Assurances Toujours la meilleure solution Toyot Assurnces Toujours l meilleure solution De quelle ssurnce vez-vous besoin? Vous roulez déjà en Toyot ou vous ttendez s livrison. Votre voiture est neuve ou d occsion. Vous vlez les kilomètres ou

Plus en détail

Cours Fonctions de deux variables

Cours Fonctions de deux variables Cours Fonctions de deux variables par Pierre Veuillez 1 Support théorique 1.1 Représentation Plan et espace : Grâce à un repère cartésien ( ) O, i, j du plan, les couples (x, y) de R 2 peuvent être représenté

Plus en détail

Développement décimal d un réel

Développement décimal d un réel 4 Développement décimal d un réel On rappelle que le corps R des nombres réels est archimédien, ce qui permet d y définir la fonction partie entière. En utilisant cette partie entière on verra dans ce

Plus en détail

Corrigé de l examen partiel du 30 Octobre 2009 L2 Maths

Corrigé de l examen partiel du 30 Octobre 2009 L2 Maths Corrigé de l examen partiel du 30 Octobre 009 L Maths (a) Rappelons d abord le résultat suivant : Théorème 0.. Densité de Q dans R. QUESTIONS DE COURS. Preuve. Il nous faut nous montrer que tout réel est

Plus en détail

Partie 4 : La monnaie et l'inflation

Partie 4 : La monnaie et l'inflation Prtie 4 : L monnie et l'infltion Enseignnt A. Direr Licence 2, 1er semestre 2008-9 Université Pierre Mendès Frnce Cours de mcroéconomie suite 4.1 Introduction Nous vons vu dns l prtie introductive que

Plus en détail

Suites numériques 4. 1 Autres recettes pour calculer les limites

Suites numériques 4. 1 Autres recettes pour calculer les limites Suites numériques 4 1 Autres recettes pour calculer les limites La propriété suivante permet de calculer certaines limites comme on verra dans les exemples qui suivent. Propriété 1. Si u n l et fx) est

Plus en détail

16.1 Convergence simple et convergence uniforme. une suite de fonctions de I dans R ou C.

16.1 Convergence simple et convergence uniforme. une suite de fonctions de I dans R ou C. 16 Suites de foctios Suf précisio cotrire, I est u itervlle réel o réduit à u poit et les foctios cosidérées sot défiies sur I à vleurs réelles ou complexes. 16.1 Covergece simple et covergece uiforme

Plus en détail