Ateliers de culture scientifique et technique Science - Magie - Illusion Un texte de Auguste Lumière (1935)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Ateliers de culture scientifique et technique Science - Magie - Illusion Un texte de Auguste Lumière (1935)"

Transcription

1 Laboratoire associé à l École de la Deuxième Chance de Marseille Compétences Fondamentales et Redynamisation Cognitive Ateliers de culture scientifique et technique Science - Magie - Illusion Un texte de Auguste Lumière (1935) Document scanné OCR et vérifié par AB pour l'atelier Science-Magie-Illusion du CEDEC des coquilles peuvent subsister MANUEL PRATIQUE D'ILLUSIONNISME ET DE PRESTIDIGITATION Rémi Ceillier MEMBRE CORRESPONDANT DE L'ACADÉMIE DES SCIENCES ET DE L'ACADÉMIE DE MÉDECINE PAYOT, PARIS 1935 PREFACE DE M. AUGUSTE LUMIERE On trouvera sans doute singulier qu'un homme qui a consacré sa vie à la recherche scientifique et qui a écrit plus de six cents mémoires et une vingtaine de volumes sur des problèmes de la Chimie, de la Biologie et de la Médecine, se permette de préfacer un ouvrage de Prestidigitation. En considérant la mission qui lui échoit, en la circonstance, et qui reviendrait de droit à l'un des Maîtres en l'art de l'illusion, n'évoquera-t-on pas la célèbre phrase que Beaumarchais met dans la bouche de Figaro : «On pense de moi pour une place, mais par «malheur, j'y étais propre : il fallait un calculateur, ce fut un clown danseur qui l'obtint.» Eh bien! en me comparant au danseur de Beaumarchais, en pensant que je n'ai point qualité pour présenter au public le remarquable Traité de M. Ceillier, on n'aura peut-être pas tout à fait raison, car l'homme de laboratoire que je suis se voit aujourd'hui forcé d'avouer que, depuis son enfance, il est resté un fervent adepte de cette Magie blanche, bien à tort sous-estimée par ceux qui se croient des gens sérieux, parce qu'elle a été trop souvent exercée par des individus dont l'instruction et l'éducation n'étaient pas à la hauteur de leur belle profession. Auguste Lumière sur l éducation (1935) p 1/6 AB/30 juin 2012

2 Le manuel de M. Ceillier contribuera grandement à réhabiliter l'illusionnisme et la Prestidigitation, car il est écrit par un savant que nous ne saurions trop féliciter d'avoir mis sa vaste érudition au service de l'une des branches de nos connaissances dont la portée est généralement bien méconnue. Pour mon compte personnel, j'ai retiré de l'étude des exercices et des méthodes de l'art qui nous occupe, des avantages de première importance, ainsi que je compte le démontrer plus loin; mais en attendant, l'occasion qui m'est offerte d'écrire cette préface va me permettre de donner libre cours à une opinion qui m'est chère et que les circonstances ne m'ont pas permis d'exposer avec quelques détails, d'autres graves questions scientifiques ayant toujours accaparé mon activité. Et l'on va voir d'ailleurs comment cette opinion se rattache à notre sujet. J'estime que l'instruction classique, telle qu'elle est donnée à nos enfants, dans les Ecoles publiques ou privées, les Lycées, les Facultés, a pour première conséquence capitale d'annihiler les qualités natives de raisonnement, d'initiative et d'observation qui, spontanément, se manifestent chez l'enfant, alors que son cerveau n'a pas encore subi l'emprise des enseignements dogmatiques, destructeurs de l'esprit de curiosité. Que demande-t-on, en effet, à ces jeunes intelligences, essentiellement aptes à être développées? On ne demande pas, on exige qu'elles fixent, tout au moins pour un temps et jusqu'aux examens, un fatras incroyable de formules toutes faites, de pseudo-vérités qu'on présente comme intangibles. On fait à la seule mémoire un appel insensé, qui exige un effort incroyable toujours dirigé dans le même sens. La course aux situations officielles, administratives, est commandée par des concours où les programmes deviennent de plus en plus chargés, par suite de l'augmentation continuelle du nombre des candidats, et par les concurrences vitales accrues. Tous les cerveaux sont alors condamnés à emmagasiner un nombre colossal de notions dogmatiques en dehors desquelles il n'y a pas de salut. Que deviennent ainsi chez les étudiants, les facultés si nécessaires à la lutte pour la vie, à la découverte des faits nouveaux et au progrès de l'humanité? Quand et comment a-t-on développé l'initiative, le sens de l'observation, l'esprit de méthode, la clarté, l'adresse, etc... indispensables pour créer et agir utilement? Rien n'a été fait dans celle voie, en sorte que les sujets les mieux doués qui sortent des plus hautes institutions ont la tête farcie de formules, mais sont presque toujours dépourvus de toute initiative, n'ont pas acquis l'habitude d'observer par eux-mêmes, travaillent sans méthode, ou sont des maladroits. En leur faisant croire qu'on leur a infusé la science, on a détruit chez eux le sens de l'investigation si développé dans les premières années de la vie, sens qui ne demanderait qu'à être cultivé, alors qu'il est littéralement étouffé par les procédés pédagogiques classiques. On en arrive alors à enregistrer le paradoxe suivant, que l'éminent Professeur Nicolle a si bien fait ressortir dans son livre sur la Biologie de l'invention 1 : Les grandes découvertes, dans un domine déterminé, ne sont souvent point l'œuvre des savants particulièrement compétents dans ce domaine. L'un des plus beaux exemples de découvertes faites par des étrangers à la spécialité qu'ils éclairent de leur génie, est Pasteur, qui n'était pas médecin et qui a réformé la médecine. L'impuissance des savants se rencontre encore dans des circonstances où la raison ne croirait jamais la trouver «c'est, écrit Ch. Nicolle, avec une fréquence surprenante, en particulier, dans les Instituts qui ont été fondés, largement dotés, en vue de la solution d'un grand problème nouveau. Il semblerait que les conditions les plus favorables à préparer la découverte : richesse en matériaux d'étude, en moyens financiers, en appareils, en personnel, contrarient la capricieuse initiative du génie». Il en est de même des Comités, des Ligues, des Associations qui disposent quelquefois de capitaux considérables et peuvent, de ce fait, secourir bien des misères, mais ne font guère avancer le plus 1 Ch. NICOLLE, La Biologie de l'invention, Bibliothèque de Philosophie contemporaine, Félix Alcan, édit., Paris, Auguste Lumière sur l éducation (1935) p 2/6 AB/30 juin 2012

3 souvent les problèmes auxquels ces œuvres s'attachent. Comment cela peut-il se faire? On a cependant placé à la tête de ces Instituts et de ces Comités, les savants qui passent pour les plus réputés dans les questions qu'il s'agirait d'élucider. Il est effectivement fort rare que d'importantes découvertes émanent de ces organisations fondées au prix de grands sacrifices: elles sont trop souvent l'occasion unique de fort beaux discours, de l'accession de certaines personnalités à des situations plus élevées ou à des distinctions honorifiques; d'ailleurs ces avantages particuliers ne sont pas toujours étrangers à la fondation et à la vogue de ces institutions. En somme, pourquoi les découvertes scientifiques importantes ne sont-elles pas, en général, réalisées par ceux qui se sont consacrés pendant toute leur vie à l'étude de la branche dans laquelle ces découvertes surgissent? «C'est un fait certes piquant, estime Nicolle, mais qui s'explique, qu'à force de vivre en présence d'une difficulté, l'homme se trouve de moins en moins apte à la résoudre.» Peut-être y a-t-il une part de vérité dans cette explication, mais, à mon avis, c'est une autre raison majeure, d'une incomparable valeur qui peut seule nous faire comprendre le paradoxe auquel nous venons de faire allusion. Je me suis expliqué, sur ce point, dans un travail qui a eu pour objet de discuter la thèse soutenue par M. Nicolle, et je me contenterai de résumer ici, en quelques lignes, mon argumentation 2. Si les Grands Maîtres, dans les spécialités considérées, ne découvrent pas les solutions des problèmes qui leur sont soumis, c'est que leur instruction s'est poursuivie d'après des Traités, où ne sont affirmés que des principes dogmatiques dont il leur est interdit de s'écarter. En abordant l'élude de la médecine, par exemple, le futur savant devra s'imprégner des théories qui lui sont imposées et qui sont présentées comme des vérités définitives. Il doit accumuler dans sa mémoire de volumineux ouvrages toujours conçus dans la même systématique. Il lui est interdit de sortir du classicisme et s'il aspire au professorat, s'il veut parvenir aux hautes destinées qui lui confèreront la mission de diriger les Instituts et le mouvement médical, il devra pendant de longues années préparer des concours, ressasser et incruster dans sa mémoire des formules dogmatiques ne varietur. La méthode pédagogique aura détruit en lui toute velléité de sortir de la routine classique. Dans un ordre d'idées paradoxal parallèle, pourquoi la plupart des créations industrielles, commerciales ou autres, pourquoi la plupart des situations importantes, fruits d'efforts originaux, d'initiative, d'esprit inventif, en dehors des emplois officiels, ne sont-elles pas habituellement l' œuvre des anciens élèves des grandes Ecoles? Ces derniers devraient être mieux armés que leurs concitoyens moins instruits, et cependant ce ne sont pas, généralement des novateurs, heureux encore quand, placés à la tête d'entreprises qu'ils n'ont pas créées, ils ne les laissent pas péricliter, faute des qualités requises pour les conduire. C'est qu'ici encore les procédés de l'enseignement classique ont négligé de cultiver les facultés qui comptent dans la vie; ils n'ont cultivé que la mémoire, qui se perd, tandis que les habitudes d'ordre, de méthode, de clarté, l'adresse, l'esprit d'observation, d'initiative, une fois acquises subsistent chez l'individu pendant toute son existence. Aussi concevons-nous des Etablissements d'instruction dans lesquels les Maîtres enseigneraient des matières qui auraient précisément pour résultat de rendre les élèves observateurs, débrouillards, adroits, méthodiques, avec un esprit clair, s'assimilant facilement les choses et aptes à aborder tous les problèmes et à les résoudre, au lieu d'en faire de beaux perroquets. Et parmi ces matières qui pourraient être enseignées, la prestidigitation et l'illusionnisme auraient précisément leur place. 2 Auguste LUMIÈRE, Sur la Biologie de l'invention, Le Correspondant, t. Cry, 10 mars 1933, p Auguste Lumière sur l éducation (1935) p 3/6 AB/30 juin 2012

4 Nous possédons des mains qui sont de merveilleux instruments, et on ne nous apprend pas à nous en servir. Sur 100 individus il y en a 99 qui sont maladroits, ou tout au moins qui sont insuffisamment adroits, Mais ce n'est pas seulement de ce point de vue matériel que l'art dont nous nous occupons est susceptible de rendre des services. L'étude des procédés de l'illusionnisme nous fait apercevoir les points faibles d'une expérience, elle nous instruit sur les causes d'erreur, elle nous permet de discerner ce qui est réel de ce qui est artificiel. Elle développe l'esprit critique à un haut degré. L'illusion joue un rôle capital dans toutes les branches du savoir humain; innombrables sont les fausses vérités qui infestent nos connaissances et qui ne doivent leur existence qu'à l'illusion. C'est pour cela que l'examen approfondi de l'essence même de cette illusion, de ses modes d'infiltration dans nos esprits, pourrait avoir une incalculable portée dans les discussions scientifiques. Si certains savants réputés avaient pratiqué cet art, ils ne se seraient pas laissés aussi facilement tromper par les médiums et fabricants d'ectoplasme, qui ne doivent leur succès qu'à l'ignorance des spectateurs en ce qui regarde l'illusionnisme. L'un des caractères essentiels de la pédagogie moderne réside dans sa forme profondément ennuyeuse, pour les malheureux élèves condamnés à absorber tant de matériaux indigestes. Où sont les étudiants qui vont à l'école avec plaisir? Les programmes qu'on leur impose sont un monument d'ennui qui les dégoute de l'étude. Alors que le premier devoir du pédagogue serait d'inculquer à ses élèves l'amour du travail et le désir de s'instruire, les procédés auxquels ils font appel rebutent et fatiguent les étudiants, qui n'aspirent qu'aux vacances. De ce point de vue, l'enseignement de la prestidigitation et de l'illusionnisme apporterait une heureuse diversion au surmenage mnémonique qui devrait être remplacé, à notre avis, par des enseignements concourant au développement des facultés de l'individu, sur le plan que nous avons indiqué. Lorsqu'on vient à parler de prestidigitation devant des personnes ayant la prétention de s'élever par leur haute culture au-dessus de l homme de la rue, On les voit généralement sourire et considérer le sujet comme futile. Sans le savoir, ces personnes font preuve d'une noire ingratitude; elles oublient que, pendant des millénaires, l'humanité s'est trouvée sous le joug des sorciers, dont les méfaits ont été innombrables, et dont on n'a pu se libérer que grâce à la connaissance des moyens dont dispose la Magie blanche. La naïve croyance au merveilleux a dominé le monde, au cours des siècles passés; les pratiques des devins, des nécromants; des sibylles, des pythonisses, qui ont eu si souvent des conséquences funestes, n'ont cessé que du jour où ont été dévoilés les artifices sur lesquels les charlatans pouvaient s'appuyer. Robert-Houdin raconte, dans ses Confidences d'un prestidigitateur (1858), comment il a pu détruire les illusions des Arabes sur les prétendus miracles des Marabouts. Les services rendus par l'art de l'illusionniste ont été, de ce seul point de vue, éminemment précieux, et c'est avec son secours que l'on pourrait encore démasquer nombre de bateleurs, si l'on voulait bien y faire plus souvent appel. Au début de cette présentation, j'ai fait allusion aux avantages que j'avais moi-même retirés de l'étude de la prestidigitation, et bien que j'éprouve quelque gêne à exposer des faits d'ordre intime, susceptibles de faire porter un jugement trop bienveillant sur ma modeste personne, je ne vois pas de meilleur argument que de montrer, par des exemples vécus, le profit que l'homme en général et l'expérimentateur en particulier peuvent retirer de ces études. Tout d'abord, quand j'étais jeune, il y a longtemps de cela! J étais entouré d'enfants, de neveux et de nièces qui paraissaient avoir pour moi une toute spéciale affection, et je devais sans doute ce pouvoir d' attraction à l'habitude que j'avais prise de les intéresser par quelques tours de prestidigitation. Auguste Lumière sur l éducation (1935) p 4/6 AB/30 juin 2012

5 Souvent ils m'accueillaient par celle phrase suppliante, qui me remplissait de joie: «Tonton; tu nous feras encore un truc!» Pour celui qui aime les enfants, c'était là un premier bénéfice. Je reconnus ensuite que les exercices de manipulation des cartes et des pièces me permettaient de réaliser plus facilement certaines expériences réclamant une certaine dextérité. Je m'en suis aperçu, notamment, lorsque j'ai été appelé à pratiquer des fistules du canal thoracique chez la chèvre, opération passablement délicate pour la raison suivante: ' On sait que parmi les vaisseaux qui véhiculent les liquides de l'organisme, les artères ont une situation et des rapports avec les tissus de voisinage très constants, alors que les veines présentent des parcours beaucoup moins fixes et que les lymphatiques sont d'une irrégularité bien plus considérable encore. Pour recueillir la lymphe d'un animal, il faut l'aller chercher à la base du cou, dans une région peu accessible, au point où son canal principal, le canal thoracique, s'abouche avec la veine jugulaire interne gauche; or les dispositions de cette anastomose varient d un sujet à l'autre. Souvent le canal se divise en plusieurs branches, formant un delta, et les trajets du réseau veineux auxquels ces branches aboutissent sont encore différents suivant les animaux d'une même espèce; de plus on a affaire à des conduits d'une grande fragilité, en sorte que l'intervention exige habituellement plus d'une heure d'un travail très attentif et très minutieux. Grâce à l'entraînement manuel, l'opération était terminée généralement en une dizaine de minutes, et c'était là encore un deuxième bénéfice que la prestidigitation m'avait procuré. Enfin, dans un ordre d'idées tout à fait différent où la gymnastique intellectuelle se substitue à la gymnastique manuelle, l'étude des Techniques de l illusionniste doit permettre de découvrir souvent des causes d'erreur dans des raisonnements apparemment judicieux. Qu on m excuse d invoquer à l appui. un exemple concret qui m'est personnel (je n'en trouve pas, pour l'instant, de plus typique), je l'emprunte au problème de la contagiosité de la tuberculose conjugale. Si la tuberculose est contagieuse pour l'adulte, il est évident que le conjoint d'un phtisique qui pendant des mois et des années, dans la promiscuité incessante et dans les effusions maritales, respire et avale des bacilles en nombre énorme, devrait être infailliblement contaminé; or, les cliniciens ont été frappés de la rareté des doubles atteintes et ont cherché à déterminer la proportion des cas dans lesquels elles se produisaient. La Assemblée française de Médecine Générale, composée de l'élite des praticiens des divers départements de notre pays, avait porté cette question à son ordre du jour, le 5 mars 1933, à l'hôtel Dieu de Paris, ses débats ont abouti à la conclusion suivante: «De la longue et passionnante discussion à laquelle prirent part les meilleurs orateurs de la médecine française, il résulte que la tuberculose conjugale (contagion d'un conjoint par l'autre) existe, mais assez rarement, n'affectant pas plus de dix pour cent des époux exposés à la maladie durant de longues années.» On nous affirme, par conséquent, que sur cent ménages où l'un des conjoints est tuberculeux, on n'en rencontre pas plus de dix chez lesquels l'autre conjoint est également victime de la bacillose, et l'on attribue la maladie, dans ces dix cas, à la contamination. Or, les éminents membres de l'assemblée médicale qui ont formulé les conclusions transcrites plus haut, ont oublié que si les sujets qui ont épousé; des phtisiques ne s'étaient pas mariés, un certain nombre d'entre eux seraient fatalement devenus tuberculeux par le seul fait de facteurs de tuberculisation qui leur sont propres~ Il est absolument impossible de supposer que tous ces sujets auraient échappé à la maladie, car le fait de s'allier à un bacillaire ne saurait empêcher l'affection innée de se déclarer. Or, nous avons déterminé par le calcul des probabilités, vérifié expérimentalement, la proportion des conjoints de phtisiques qui doivent être atteints à leur tour, si la contagion ne joue aucun rôle, par le seul fait du hasard et étant donné que l'on connaît le rapport de la mortalité tuberculeuse à la mortalité totale; Auguste Lumière sur l éducation (1935) p 5/6 AB/30 juin 2012

6 cette proportion est de onze pour cent!! Ce qui prouve de la façon la plus formelle que la contagion conjugale est pratiquement inexistante. Comment se fait-il alors qu'une docte assemblée comprenant des centaines de personnalités hautement qualifiées, se soit laissé ainsi induire en erreur par l'apparence de la contagion, et que nous ayons réussi à dépister la raison de la fausse interprétation donnée aux constatations cliniques? J'attribue, pour une grande part, à l'étude des traités concernant l'illusionnisme, la possibilité de ne pas m'être laissé tromper par ces apparences, et maintes fois, dans ma longue carrière, il m'est arrivé, de redresser des notions classiques grâce aux disciplines que je dois à cette étude. Et c'est là le troisième grand bénéfice que j'en ai retiré. C'est pour ces diverses raisons que j'adresse à l auteur de cet ouvrage mes compliments les plus chaleureux. Il a compris toute l'importance de son Art, et ses connaissances approfondies des problèmes scientifiques lui ont permis de décrire les méthodes de l'illusionnisme avec l'autorité que lui confère son érudition. Il l'a fait avec une grande clarté et sous une forme littéraire fort agréable Son livre, non seulement rendra de signalés services aux spécialistes en la matière, mais il devrait être lu par tous les expérimentateurs quel que soit le domaine dans lequel s'exercent leurs investigations, et même par tous ceux qui veulent éviter de se laisser leurrer par les mirages dont l existence de l'homme est constamment entourée. AUGUSTE LUMIÈRE (1935) Auguste Lumière sur l éducation (1935) p 6/6 AB/30 juin 2012

Evaluation de votre conférence de méthode ou cours-séminaire

Evaluation de votre conférence de méthode ou cours-séminaire Enseignement : INTRODUCTION A LA SOCIOLOGIE 2 : CONCEPTS, METHODES, ET ENJEU ACTUELS Excellent Bon Moyen Insuffisant Comment évaluez-vous la préparation et l'organisation des séances? 6 (30%) 11 (55%)

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

I- Qu'est-ce que la Constante Macabre?

I- Qu'est-ce que la Constante Macabre? De la constante macabre à l évaluation par contrat de confiance Conférence d André ANTIBI le mercredi 28 novembre 2012 I- Qu'est-ce que la Constante Macabre? Situation de science-fiction : Un nouveau professeur

Plus en détail

ALLOCUTION D'ALAIN ANQUETIL

ALLOCUTION D'ALAIN ANQUETIL ALLOCUTION D'ALAIN ANQUETIL À L OCCASION DE LA REMISE DE SON TROPHEE DE L ENSEIGNEMENT DE L ÉTHIQUE LE 17 JUIN 2010 AU CNAM, PARIS Je tiens d'abord à vous dire combien je suis ravi et fier d'être le lauréat

Plus en détail

Christina 1994 - Quelqu'un m'attendait quelque part...

Christina 1994 - Quelqu'un m'attendait quelque part... Christina 1994 - Quelqu'un m'attendait quelque part... - Collection Littérature humoristique - Retrouvez cette oeuvre et beaucoup d'autres sur http://www.atramenta.net 1994 - Quelqu'un m'attendait quelque

Plus en détail

LE RAISONNEMENT LOGIQUE DANS L'ENSEIGNEMENT MATHÉMATIQUE SECONDAIRE ET UNIVERSITAIRE

LE RAISONNEMENT LOGIQUE DANS L'ENSEIGNEMENT MATHÉMATIQUE SECONDAIRE ET UNIVERSITAIRE LE RAISONNEMENT LOGIQUE DANS L'ENSEIGNEMENT MATHÉMATIQUE SECONDAIRE ET UNIVERSITAIRE PAR R. SUPPANTSCHITSCH. Il y a une dizaine d'années, l'on aurait jugé inutile de dire un mot sur le raisonnement logique

Plus en détail

GODEFROY RYCKEWAERT 26 ans Lille Du Campus... à une grande tournée internationale

GODEFROY RYCKEWAERT 26 ans Lille Du Campus... à une grande tournée internationale GODEFROY RYCKEWAERT 26 ans Lille Du Campus... à une grande tournée internationale Portrait de : GODEFROY RYCKEWAERT - 26 ANS - LILLE. Godefroy a entamé sa formation au Campus Univers Cascades en Novembre

Plus en détail

Le Crédit-bail mobilier dans les procédures collectives

Le Crédit-bail mobilier dans les procédures collectives Aimé Diaka Le Crédit-bail mobilier dans les procédures collectives Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook

Plus en détail

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Bruno Belzile Candidat au doctorat en génie mécanique, Polytechnique

Plus en détail

25 Le rythme du cours peut paraitre un peu lent sur les derniers amphis pour les élèves issus de la filière MP Info.

25 Le rythme du cours peut paraitre un peu lent sur les derniers amphis pour les élèves issus de la filière MP Info. 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 Le rythme du cours peut paraitre un peu lent sur les derniers amphis pour les élèves issus de la filière MP Info. 26 27 28 29 30 31 32

Plus en détail

INTERVIEW D'UN CHERCHEUR PAR DES ELEVES DU CYCLE 3

INTERVIEW D'UN CHERCHEUR PAR DES ELEVES DU CYCLE 3 INTERVIEW D'UN CHERCHEUR PAR DES ELEVES DU CYCLE 3 D'après le travail réalisé en 1996 pour son mémoire professionnel par Fabienne MARILL, professeur d'école. 1 Interview du chercheur par les C.E. 2 de

Plus en détail

LA ONZIÈME CAPITALE ALEXANDRA WOOD. Traduit de l anglais par Sarah Vermande. ouvrage publié avec le concours du centre national du livre

LA ONZIÈME CAPITALE ALEXANDRA WOOD. Traduit de l anglais par Sarah Vermande. ouvrage publié avec le concours du centre national du livre ALEXANDRA WOOD LA ONZIÈME CAPITALE Traduit de l anglais par Sarah Vermande ouvrage publié avec le concours du centre national du livre maison antoine vitez répertoire contemporain La collection Répertoire

Plus en détail

Correction des exercices et des projets personnels. Commentaires particuliers 6/5/2013 17:10:18 20 Très bons Très bonne Bonne ITIC

Correction des exercices et des projets personnels. Commentaires particuliers 6/5/2013 17:10:18 20 Très bons Très bonne Bonne ITIC Horodateur Note générale relative à l'enseignement de Pierre Vélon Supports de cours et travaux dirigés Correction des exercices et des projets personnels Disponibilité de Pierre Vélon en dehors des heures

Plus en détail

Explication de texte.

Explication de texte. Charlène Lozano TS1 «La science, dans son besoin d'achèvement comme dans son principe, s'oppose absolument à l'opinion. S'il lui arrive, sur un point particulier, de légitimer l'opinion, c'est pour d'autres

Plus en détail

ANNEXE 2 : Liste des questions entre le directeur et l étudiant

ANNEXE 2 : Liste des questions entre le directeur et l étudiant ANNEXE 2 : Liste des questions entre le directeur et l étudiant LES QUESTIONS PROPRES À L ÉTUDIANT 4 Ai-je bien identifié mes besoins de formation et d'encadrement et les objectifs que je désire atteindre

Plus en détail

Osez parler en public

Osez parler en public Préface «La parole n a pas été donnée à l homme; il l a prise», nous dit Louis Aragon. J ajouterais: encore faut-il savoir comment la prendre. L outil que vous avez entre les mains vous propose un mode

Plus en détail

Comment résoudre les sept problèmes les plus courants concernant les devoirs?

Comment résoudre les sept problèmes les plus courants concernant les devoirs? Comment résoudre les sept problèmes les plus courants concernant les devoirs? Problème No 1 : Votre enfant ne fait pas de son mieux Les enfants qui manquent de motivation ne fournissent qu un minimum d

Plus en détail

Vitro Paris. Ronde préliminaire Cas en comptabilité. Place à la jeunesse 2012

Vitro Paris. Ronde préliminaire Cas en comptabilité. Place à la jeunesse 2012 Vitro Paris Cas en comptabilité Place à la jeunesse 2012 Nous sommes le 1 er octobre 2012 et vous êtes à votre deuxième semaine de travail chez Vitro Paris. La fin d'année est le 31 juillet 2012 de ce

Plus en détail

Masson Erwan, L2 Sciences du Langage 02/02/15. Projet personnel personnalisé. Le métier de CPE, Conseiller principal d'éducation.

Masson Erwan, L2 Sciences du Langage 02/02/15. Projet personnel personnalisé. Le métier de CPE, Conseiller principal d'éducation. Masson Erwan, L2 Sciences du Langage 02/02/15 Projet personnel personnalisé Le métier de CPE, Conseiller principal d'éducation. Introduction : Dans le cadre du projet personnel, notre groupe s'est intéressé

Plus en détail

DÉCLARATION PUBLIQUE DE MONSIEUR ALEXANDRE ZOLLINGER

DÉCLARATION PUBLIQUE DE MONSIEUR ALEXANDRE ZOLLINGER DÉCLARATION PUBLIQUE DE MONSIEUR ALEXANDRE ZOLLINGER Relative au jugement du Tribunal de grande instance de LILLE en date du 10 mai 2011 rendu dans un litige l opposant au plagiaire de sa thèse de doctorat

Plus en détail

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la 1 Mon stage en résumé Je dois avouer avoir de la difficulté à faire un bilan qui va au-delà du déjà dit dans mes rapports antérieurs, parce que j ai l impression d y avoir presque tout écrit. Par contre,

Plus en détail

Euros «Or et Argent» Bilan de l émission des 5, 15 et 100 euro (compléments au rapport du 12 septembre)

Euros «Or et Argent» Bilan de l émission des 5, 15 et 100 euro (compléments au rapport du 12 septembre) Euros «Or et Argent» Bilan de l émission des 5, 15 et 100 euro (compléments au rapport du 12 septembre) À l attention de M. Christophe BEAUX, Président Directeur Général de la Monnaie de Paris Les Amis

Plus en détail

PLAN DE RÉUSSITE COLLÈGE INTERNATIONAL DES MARCELLINES

PLAN DE RÉUSSITE COLLÈGE INTERNATIONAL DES MARCELLINES PLAN DE RÉUSSITE COLLÈGE INTERNATIONAL DES MARCELLINES ANNÉE 2010-2011 TABLE DES MATIÈRES Page I. PRÉAMBULE 3 II. ANALYSE DE LA SITUATION 3 III. LES OBJECTIFS QUANTITATIFS 5 IV. LES MESURES ENVISAGÉES

Plus en détail

Le comportement humain

Le comportement humain Le comportement humain " Qu'est-ce que le comportement? C'est une action visible ou invisible et qui se passe à un moment donné. Le comportement est la résultante de 3 éléments : - les besoins, - les caractéristiques

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

Paroles «d anciens» des écoles européennes

Paroles «d anciens» des écoles européennes Paroles «d anciens» des écoles européennes 1) Présentation : Prénom, nom, nationalité(s), école/université fréquentée actuellement. Paulo R. Nationalités : Italienne et Brésilienne Université actuelle

Plus en détail

Bienvenue dans le monde de la construction logicielle

Bienvenue dans le monde de la construction logicielle Chapitre 1 Bienvenue dans le monde de la construction logicielle Sommaire : 1.1 La construction logicielle, qu est-ce que c est? : page 3 1.2 Pourquoi la construction logicielle est-elle importante? :

Plus en détail

Stéphane Beaulieu. L avenir de la formation universitaire en psychologie. Marie Girard-Hurtubise

Stéphane Beaulieu. L avenir de la formation universitaire en psychologie. Marie Girard-Hurtubise CHRONIQUE ENTREVUE Stéphane Beaulieu L avenir de la formation universitaire en psychologie Marie Girard-Hurtubise À l instar d autres universités québécoises, le département de psychologie de l Université

Plus en détail

EVALUATION DU STAGE MATHC2+ - OCTOBRE 2014

EVALUATION DU STAGE MATHC2+ - OCTOBRE 2014 EVALUATION DU STAGE MATHC2+ - OCTOBRE 2014 16 élèves (sur 27 au total) ont répondu au questionnaire à la fin du stage mathc2+. Voici quelques éléments qui sont ressortis de ce questionnaire (j ai laissé

Plus en détail

Discours d'adieu prononcé par M. K.-O. Steffe à l'occasion de la réception donnée par M. Formentini au Personnel de la Banque, le 29. juin 1970.

Discours d'adieu prononcé par M. K.-O. Steffe à l'occasion de la réception donnée par M. Formentini au Personnel de la Banque, le 29. juin 1970. Discours d'adieu prononcé par M. K.-O. Steffe à l'occasion de la réception donnée par M. Formentini au Personnel de la Banque, le 29. juin 1970. Madame Formentini, Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs,

Plus en détail

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Fiche pédagogique Le thème du 49 e épisode dirige l attention sur une question fondamentale lorsqu il s agit de développer la pensée des enfants,

Plus en détail

Le foyer fiscal (cours)

Le foyer fiscal (cours) Le foyer fiscal (cours) Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 3 I La composition du foyer fiscal... 4 Le contribuable... 4 Les personnes à charge... 5 1 - En ce qui concerne les personnes

Plus en détail

Cours de langue. Avant l ENSGSI. Pas motivant. Professeur. Ennuyant. Long. Trop scolaire. «Dégout» Tableau noir. Pas ludique.

Cours de langue. Avant l ENSGSI. Pas motivant. Professeur. Ennuyant. Long. Trop scolaire. «Dégout» Tableau noir. Pas ludique. Avant l ENSGSI Pas motivant Grammaire Liste de vocabulaire Professeur Trop scolaire Cours de langue Ennuyant Long Tableau noir «Dégout» Examens Pas ludique Souvent inintéressant 2AP et 1AI à l ENSGSI Plaisirs

Plus en détail

Rapport de mission : Mission éducation-animation à Noflaye, Sénégal.

Rapport de mission : Mission éducation-animation à Noflaye, Sénégal. Rapport de mission : Mission éducation-animation à Noflaye, Sénégal. 1 Je m'appelle Gabrielle, j'ai 20 ans et je suis partie en tant que bénévole pour Urgence Afrique au Sénégal à Noflaye dans la région

Plus en détail

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE PAR MADAME CHRISTINE LEROY COMMUNITY MANAGER, AGENCE NETPUB Tout d abord, je voudrais remercier le Professeur Drouot de m avoir invitée à cette passionnante table ronde.

Plus en détail

UN AN EN PROVENCE. ČECHOVÁ Veronika

UN AN EN PROVENCE. ČECHOVÁ Veronika UN AN EN PROVENCE ČECHOVÁ Veronika Depuis mon enfance, j ai eu un grand rêve. De partir en France et d apprendre la plus belle langue du monde. Grâce à ma professeur de français, Mme Drážďanská, qui m

Plus en détail

INTERVIEW DE M. PHILIP ENGLISH (économiste principal, Banque mondiale)

INTERVIEW DE M. PHILIP ENGLISH (économiste principal, Banque mondiale) INTERVIEW DE M. PHILIP ENGLISH (économiste principal, Banque mondiale) Pouvez-vous vous présenter? Je suis Philip English, économiste en chef pour 5 pays, notamment le Sénégal, la Gambie, la Mauritanie,

Plus en détail

Carnet de littérature

Carnet de littérature Carnet de littérature Instruction officielle 2002 «On peut aussi encourager les élèves à se doter d un carnet de littérature qu ils utilisent très librement pour conserver en mémoire les titres des œuvres

Plus en détail

INFLUENCE DE L APPARENCE DU CANDIDAT SUR LA DÉCISION D EMBAUCHE

INFLUENCE DE L APPARENCE DU CANDIDAT SUR LA DÉCISION D EMBAUCHE INFLUENCE DE L APPARENCE DU CANDIDAT SUR LA DÉCISION D EMBAUCHE Etude menée début 2012 auprès de 80 personnes réalisant des entretiens de recrutement en France Propriété intellectuelle de Karine Averseng.

Plus en détail

TOUTES LES QUESTIONS SUR DGEMC

TOUTES LES QUESTIONS SUR DGEMC TOUTES LES QUESTIONS SUR DGEMC DGEMC, c'est quoi? DGEMC peut-il être choisi en Première? Si je choisis DGEMC en Terminale, est-ce que je suis obligé(e) d'abandonner ma spécialité de Première? Est-ce que

Plus en détail

Introduction. Notre pratique quotidienne en tant qu'enseignants (universitaire ou secondaire) nous montre que

Introduction. Notre pratique quotidienne en tant qu'enseignants (universitaire ou secondaire) nous montre que Rapport sur les ateliers Raisonnement, logique et preuve dans les nouveaux programmes de fin de collège et lycée et Situations de recherche pour la classe, proposés aux journées nationales de l'apmep 2011

Plus en détail

Dossier d expatriation

Dossier d expatriation 3 ème année IPAG Alexis Keuleyan Dossier d expatriation Expatriation réalisée dans l université d Huddersfield en Angleterre. Arrivant à la fin de mon premier semestre de 3 ème année à l IPAG, que j ai

Plus en détail

Textes de référence : Table des matières. A. Nature de la responsabilité

Textes de référence : Table des matières. A. Nature de la responsabilité L INDEMNISATION DES VICTIMES D ACCIDENTS LIES AUX ACTES MEDICAUX EN ALLEMAGNE Textes de référence :! 611 et suivants du Code civil allemand (BGB)! 823 et suivants du Code civil (BGB)! 223 al. 2 du Code

Plus en détail

Et maintenant? Conseils.

Et maintenant? Conseils. Et maintenant? Conseils. Il y a quelques semaines, le docteur nous a renvoyé à la maison en nous annonçant : votre père souffre de démence. Mon frère et moi, nous nous demandons maintenant ce que nous

Plus en détail

SECTION 2 PERSONNES DOMICILIÉES EN FRANCE [DB

SECTION 2 PERSONNES DOMICILIÉES EN FRANCE [DB SECTION 2 PERSONNES DOMICILIÉES EN FRANCE [DB 5B112] Références du document 5B112 5B1121 Date du document 01/09/99 SECTION 2 Personnes domiciliées en France SOUS-SECTION 1 Personnes concernées A. DÉFINITION

Plus en détail

PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance)

PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance) partenaire de Créateurs d avenirs PREPAVOGT Yaoundé, le 28 mars 2015 B.P. : 765 Yaoundé Tél. : 22 01 63 72 / 96 16 46 86 E-mail. : prepavogt@yahoo.fr www.prepavogt.org PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance)

Plus en détail

Présentation au CONGRES MONDIAL de PSYCHIATRIE de l atelier théâtre de l ARAPS : «LES PLANCHES à PINS» (La Villette, PARIS, mai 2000)

Présentation au CONGRES MONDIAL de PSYCHIATRIE de l atelier théâtre de l ARAPS : «LES PLANCHES à PINS» (La Villette, PARIS, mai 2000) Présentation au CONGRES MONDIAL de PSYCHIATRIE de l atelier théâtre de l ARAPS : «LES PLANCHES à PINS» (La Villette, PARIS, mai 2000) Depuis Septembre 1997, un groupe composé de patients et de soignants

Plus en détail

RÉSUMÉ DU TRAVAIL DE DIPLÔME

RÉSUMÉ DU TRAVAIL DE DIPLÔME Filière d'informatique de gestion Travail de diplôme ÉTUDE ORACLE XE & APEX RÉSUMÉ DU TRAVAIL DE DIPLÔME AUTEUR: BRUNO DA COSTA RESPONSABLE DU PROJET: FABRICE CAMUS MANDANT: LABORATOIRE DE GÉNIE LOGICIEL

Plus en détail

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur Les Assessment Centers.

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur Les Assessment Centers. Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur Les Assessment Centers. Apparus dans les armées allemande et britannique durant la seconde guerre mondiale, puis développés aux USA et dans le Royaume- Uni

Plus en détail

GUIDE POUR L ENTRETIEN

GUIDE POUR L ENTRETIEN GUIDE POUR L ENTRETIEN PROFESSIONNEL 1 Ce guide s inscrit dans le cadre du décret du 17 septembre 2007 : il vise à faciliter la réalisation de l entretien professionnel, à la fois pour les agents et pour

Plus en détail

La Fréquentation du CDI

La Fréquentation du CDI La Fréquentation du CDI Nous n avons pas renouvelé le questionnaire d analyse de la fréquentation que nous avions réalisé l année dernière car cela représente un très lourd travail de dépouillement (rappelons

Plus en détail

G R E C A U Rapport sur le mémoire de thèse de doctorat ENSA de Toulouse, INSA, école doctorale MEGeP, Spécialité Génie Civil, En co-tutelle avec l'université de Laval, Québec, Canada présenté par Catherine

Plus en détail

Bilan Stage «Programme ton ordi en python»

Bilan Stage «Programme ton ordi en python» Bilan Stage «Programme ton ordi en python» Château de Ladoucette, 22-24 décembre 2014 A l'occasion de la manifestation «Ladoucette 3.0» qui s'est déroulée au Château de Ladoucette à Drancy du 6 décembre

Plus en détail

Monsieur le Président de l Ordre, Monsieur le Président et chef de la direction, Très chers Fellows, Mesdames, Messieurs,

Monsieur le Président de l Ordre, Monsieur le Président et chef de la direction, Très chers Fellows, Mesdames, Messieurs, Notes pour l allocution de Simon Brault, FCPA, FCGA, lauréat du Prix Hommage 2015 À l occasion de la Soirée des Fellows 2015 Hôtel Westin Montréal, le samedi 9 mai 2015 Monsieur le Président de l Ordre,

Plus en détail

Université d Aix-Marseille 2015 2016 Licence CUPGE COMPTE-RENDU DU SYSTÈME D INTERROGATIONS ORALES EN CUPGE ORGANISÉ EN 2015-2016.

Université d Aix-Marseille 2015 2016 Licence CUPGE COMPTE-RENDU DU SYSTÈME D INTERROGATIONS ORALES EN CUPGE ORGANISÉ EN 2015-2016. Université d Aix-Marseille 2015 2016 Licence CUPGE COMPTE-RENDU DU SYSTÈME D INTERROGATIONS ORALES EN CUPGE ORGANISÉ EN 2015-2016. PIERRE ARNOUX Comme les deux années précédentes, un système d interrogations

Plus en détail

Instrumentaliser les données?

Instrumentaliser les données? Instrumentaliser les données? Maïeutique en statistique Léo Sila Pièce en trois actes Acte I De quoi s agit-il? M. : J ai tracé ces histogrammes (il montre les histogrammes ci-dessous). Qu en dis-tu? Pourcent

Plus en détail

Jean.Louis Maubois et la valorisation Le brevet MMV sur l'ultrafiltration

Jean.Louis Maubois et la valorisation Le brevet MMV sur l'ultrafiltration Entretien de Jean-Louis Maubois réalisé en 1997, revu par le témoin en 2007 Jean.Louis Maubois et la valorisation Le brevet MMV sur l'ultrafiltration J ai vécu ou plutôt essuyé les plâtres dans ce domaine.

Plus en détail

18926 Contacts : François Kraus Tél : 01 72 34 94 64 francois.kraus@ifop.com. Technologie Dentaire POUR. Enquête auprès des dentistes libéraux

18926 Contacts : François Kraus Tél : 01 72 34 94 64 francois.kraus@ifop.com. Technologie Dentaire POUR. Enquête auprès des dentistes libéraux 18926 Contacts : François Kraus Tél : 01 72 34 94 64 francois.kraus@ifop.com POUR Technologie Dentaire Enquête auprès des dentistes libéraux Rapport complet 22 octobre 2010 Sommaire Pages -1- La méthodologie...

Plus en détail

12 principes de ce que l'amour n'est pas et ainsi vivre une relation amoureuse durable

12 principes de ce que l'amour n'est pas et ainsi vivre une relation amoureuse durable 12 principes de ce que l'amour n'est pas et ainsi vivre une relation amoureuse durable Sommaire Avant-propos De quelle façon êtes-vous tombé en amour? Les 12 principes ce que l'amour n'est pas Qu'est-ce

Plus en détail

18. CONVENTION SUR LA RECONNAISSANCE DES DIVORCES ET DES SÉPARATIONS DE CORPS 1. (Conclue le premier juin 1970)

18. CONVENTION SUR LA RECONNAISSANCE DES DIVORCES ET DES SÉPARATIONS DE CORPS 1. (Conclue le premier juin 1970) 18. CONVENTION SUR LA RECONNAISSANCE DES DIVORCES ET DES SÉPARATIONS DE CORPS 1 (Conclue le premier juin 1970) Les Etats signataires de la présente Convention, Désirant faciliter la reconnaissance des

Plus en détail

Evaluation du Stage MathC2+ - Vendredi 15 mai 2015

Evaluation du Stage MathC2+ - Vendredi 15 mai 2015 Evaluation du Stage MathC2+ - Vendredi 15 mai 2015 17 élèves sur 28 (dont 8 filles et 20 garçons) au total ont répondu au questionnaire à la fin du stage MathC2+ dont : - 2 élèves en 2 nde - 22 élèves

Plus en détail

La pratique des décisions dans les affaires

La pratique des décisions dans les affaires Association Française Edwards Deming Une philosophie de l action pour le XXIème siècle Conférence annuelle, Paris, 8 juin 1999 Jean-Marie Gogue, Président de l AFED La pratique des décisions dans les affaires

Plus en détail

Rapport de stage ANEMF

Rapport de stage ANEMF Rapport de stage ANEMF Introduction A l issue de ma 6ème année de médecine, j ai décidé de voir comment se passait la médecine ailleurs. Restait à choisir quelle destination, bien sur il était plus facile

Plus en détail

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger (Mai 1983) I. Introduction Ce rapport 1 expose certains principes qui, de l avis du Comité, devraient régir le contrôle, par les autorités

Plus en détail

Aimer Elle avait laissé sa phrase en suspens. Je rouvris les yeux, pour voir qu elle me regardait. Elle m observait. Elle allait dire quelque chose, et guettait ma réaction. Je n avais aucune idée de ce

Plus en détail

2. Formalisation ... Or les variables sont indépendantes. Donc si

2. Formalisation ... Or les variables sont indépendantes. Donc si L'estimation 1. Concrètement... Dernièrement un quotidien affichait en première page : en 30 ans les françaises ont grandi de... je ne sais plus exactement, disons 7,1 cm. C'est peut-être un peu moins

Plus en détail

Études du champ akashique

Études du champ akashique Études du champ akashique S'affranchir des schémas répétitifs et de l'échec! École Chrystel Rieder L'école - objectifs et concept Ayant grandi avec ma grand-mère guérisseuse, et forte d'une expérience

Plus en détail

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ----------

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Cher David Lasfargue, Mesdames, Messieurs, C est toujours un honneur et un plaisir pour un Ambassadeur

Plus en détail

ENTRETIEN AVEC JUSTINE ET DAMIEN

ENTRETIEN AVEC JUSTINE ET DAMIEN ENTRETIEN AVEC JUSTINE ET DAMIEN Damien et Justine, étudiants en Master IIA (promotion 2011) nous livrent ci-dessous leurs points de vue respectifs sur la formation et plus particulièrement sur le TP-Projet,

Plus en détail

Université de Sherbrooke. Rapport de stage. Présenté à : Alain Bergeron, coordonnateur de stage. Par : Anthony Labelle, stagiaire

Université de Sherbrooke. Rapport de stage. Présenté à : Alain Bergeron, coordonnateur de stage. Par : Anthony Labelle, stagiaire Université de Sherbrooke Rapport de stage Présenté à : Alain Bergeron, coordonnateur de stage Par : Anthony Labelle, stagiaire Laboratoire du Pr Spino Université de Sherbrooke T1 Revu par : Pr Claude Spino

Plus en détail

Lire pour préparer un travail

Lire pour préparer un travail Leçon LA LECTURE 5 Choisir ses sources documentaires 1 EFFICACE Lire pour préparer un travail Leçon 5 Choisir ses sources documentaires Avertissement Dans la présente leçon, on se préoccupe du choix adéquat

Plus en détail

Darshan de Sri Bhagavan avec Singapour, Malaisie et le Vietnam, le 26 Juillet, 2014

Darshan de Sri Bhagavan avec Singapour, Malaisie et le Vietnam, le 26 Juillet, 2014 Darshan de Sri Bhagavan avec Singapour, Malaisie et le Vietnam, le 26 Juillet, 2014 Q1. Cher Sri Bhagavan comment peut-on élever son niveau de conscience de richesse, afin de recevoir un flux continu de

Plus en détail

LES ASSURANCES SOCIALES CONDITIONS QUE DOIT REMPLIR UNE RÉGLEMENTATION COMMUNE A TOUTE LA FRANCE PAR M. LE COLONEL DE VILLE, MEMBRE TITULAIRE.

LES ASSURANCES SOCIALES CONDITIONS QUE DOIT REMPLIR UNE RÉGLEMENTATION COMMUNE A TOUTE LA FRANCE PAR M. LE COLONEL DE VILLE, MEMBRE TITULAIRE. LES ASSURANCES SOCIALES CONDITIONS QUE DOIT REMPLIR UNE RÉGLEMENTATION COMMUNE A TOUTE LA FRANCE PAR M. LE COLONEL DE VILLE, MEMBRE TITULAIRE. Parmi les nombreuses questions que soulève la réintégration

Plus en détail

Discours d ouverture du 2ème Forum international. des Travailleurs Sociaux de Rue. 26 octobre 2010

Discours d ouverture du 2ème Forum international. des Travailleurs Sociaux de Rue. 26 octobre 2010 Discours d ouverture du 2ème Forum international des Travailleurs Sociaux de Rue 26 octobre 2010 Jan Jařab, Représentant régional de la Haut-Commissaire de l ONU pour les Droits de l Homme Mesdames et

Plus en détail

Bilan Stage Fondamentales

Bilan Stage Fondamentales Bilan Stage Fondamentales Château de Ladoucette, 2223 décembre 2014 A l'occasion de la manifestation «Ladoucette 3.0» qui s'est déroulée au Château de Ladoucette à Drancy du 6 décembre 2014 au 4 janvier

Plus en détail

Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement

Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement INTRODUCTION : Le constat Le principe d une école destinée à former tous les magistrats

Plus en détail

Projet Personnel et Professionnel.

Projet Personnel et Professionnel. IUT INFORMATION COMMUNICATION Projet Personnel et Professionnel. Interview d Alexandra Schwartzbrod Astou-Maryème YAO 17/12/2012 LE METIER DE JOURNALISTE. «Une école extraordinaire» Alexandra Schwartzbrod

Plus en détail

PASI. L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5

PASI. L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5 PASI Collège Claude Le Lorrain NANCY L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5 1. Présentation de l aide aux devoirs pour les 5èmes page 2 2. Enquête menée auprès des élèves de 5 ème page 3 a.

Plus en détail

L A DÉFINITION DE LA BEAUTÉ U NE RELECTURE DE L HIPPIAS M AJEUR. Louis Brunet, professeur Cégep de Sainte-Foy Québec

L A DÉFINITION DE LA BEAUTÉ U NE RELECTURE DE L HIPPIAS M AJEUR. Louis Brunet, professeur Cégep de Sainte-Foy Québec L A DÉFINITION DE LA BEAUTÉ U NE RELECTURE DE L HIPPIAS M AJEUR EN COMPAGNIE D ARISTOTE Louis Brunet, professeur Cégep de Sainte-Foy Québec QUELLE EST LA DÉFINITION DE LA BEAUTÉ, pour Aristote? À parcourir

Plus en détail

«L'Homme et l'argent»

«L'Homme et l'argent» Extraits choisis du livre : «L'Homme et l'argent» De Jacques Elul La fuite de l'homme dans le système pour éviter la question personnele Concernant l'argent tout se passe comme si chacun n'avait absolument

Plus en détail

Le Chemin de Compostelle par Jean-Claude Bélanger avec les commentaires de Martin

Le Chemin de Compostelle par Jean-Claude Bélanger avec les commentaires de Martin Le Chemin de Compostelle par Jean-Claude Bélanger avec les commentaires de Martin C'était quoi, c'est devenu quoi aujourd'hui Qui n'a pas entendu parler aujourd'hui du Chemin de Compostelle? A l'étranger,

Plus en détail

Attitude à l égard des étudiants, intérêt pour l enseignement, disponibilité et commentaires

Attitude à l égard des étudiants, intérêt pour l enseignement, disponibilité et commentaires Catégories/Questions Attitude à l égard des étudiants, intérêt pour l enseignement, disponibilité et commentaires Le professeur témoignait de l intérêt envers les étudiants. Le professeur semblait se soucier

Plus en détail

Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège

Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège LASNIER, Monique. Plan institutionnel d'aide à la réussite et à la persistance.collège

Plus en détail

Page 1 of 9. et le Conseil de la Bermuda Bar Association.

Page 1 of 9. et le Conseil de la Bermuda Bar Association. Prise de position conjointe sur les communications avec les cabinets d'avocats au sujet des réclamations et des réclamations éventuelles lors de la préparation et de l'audit des états financiers La présente

Plus en détail

SAGE-FEMME HOMMES «OSEZ LE METIER DE» Entretien avec Pierre, Sage-Femme à Martigues. Pierre

SAGE-FEMME HOMMES «OSEZ LE METIER DE» Entretien avec Pierre, Sage-Femme à Martigues. Pierre Dossier n 11 HOMMES «OSEZ LE METIER DE» SAGE-FEMME Regards, témoignages et présentation de métiers fortement sexués Entretien avec Pierre, Sage-Femme à Martigues La biologie m a toujours intéressé. En

Plus en détail

Afeitom, la vie d'un "enfant maudit"

Afeitom, la vie d'un enfant maudit REPORTAGE Afeitom, la vie d'un "enfant maudit" Afeitom a 12 ans. Né avec une malformation, il n'a qu'une seule jambe. Cet "enfant maudit" selon certaines croyances a échappé à la mort, habituellement réservée

Plus en détail

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES Mise en contexte : Dans le cadre d une activité de formation basée sur une analyse en groupe de récits exemplaires de pratiques d enseignants expérimentés, des futurs enseignants du préscolaire/primaire

Plus en détail

2 DISCOURS DE MEHER BABA

2 DISCOURS DE MEHER BABA L'AVATAR Consciemment ou inconsciemment toute créature vivante est en quête de quelque chose. Sous les formes de vie les plus rudimentaires et chez les êtres humains les moins avancés, la recherche est

Plus en détail

Délires et tendances dans l Éducation nationale

Délires et tendances dans l Éducation nationale Dany-Jack Mercier Délires et tendances dans l Éducation nationale Filières scientifiques en péril Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte

Plus en détail

Baromètre ACTINEO France 2013 Tris croisés par Alain d Iribarne : Taille d entreprise

Baromètre ACTINEO France 2013 Tris croisés par Alain d Iribarne : Taille d entreprise Baromètre ACTINEO France 2013 Tris croisés par Alain d Iribarne : Taille d entreprise La répartition de l'échantillon par taille est assez intéressante dans la mesure où elle fait apparaître autant d'actifs

Plus en détail

Cet examen comprend 2 parties. Les réponses à ces deux parties doivent figurer sur des pages séparées. MERCI

Cet examen comprend 2 parties. Les réponses à ces deux parties doivent figurer sur des pages séparées. MERCI Cet examen comprend 2 parties. Les réponses à ces deux parties doivent figurer sur des pages séparées. MERCI!"#-t-! $!#%&'!( PARTIE I? Expliquez ses idées en vos propres mots et commentez-les (environ

Plus en détail

Stratégie Générale du Succès en Ligne. Livret de travail

Stratégie Générale du Succès en Ligne. Livret de travail Stratégie Générale du Succès en Ligne Livret de travail Par Dushan Jancik Remarque : Ce livret est un outil de travail utilisé dans les coachings en stratégie Internet proposés par Dushan Jancik. Vous

Plus en détail

Rapport d expérience. Julie Hammer Grenoble Ecole de Management. Stage 2012

Rapport d expérience. Julie Hammer Grenoble Ecole de Management. Stage 2012 Stage 2012 Grenoble Ecole de Management Stage 2012 I. Vie pratique Il y a six ans, Rotary International m a donné l opportunité d aller étudier un an à l étranger. Cette expérience a été la plus enrichissante

Plus en détail

Soutien scolaire au collège Michelet 2006-2007

Soutien scolaire au collège Michelet 2006-2007 Soutien scolaire au collège Michelet 2006-2007 Membres du PIF : DE BAZELAIRE Marc DUCASSE Marie-Laure GRIMAL Clément LAFFAYE Nicolas PAILLASSA David Marraine : Madame Danielle ANDREU (professeur à l'enseeiht)

Plus en détail

Discours d ouverture de Michèle Bourque présidente et première dirigeante Société d assurance-dépôts du Canada Ottawa mercredi 6 février 2013

Discours d ouverture de Michèle Bourque présidente et première dirigeante Société d assurance-dépôts du Canada Ottawa mercredi 6 février 2013 1 Première conférence du Comité régional de l AIAD (Association internationale des assureurs-dépôts) pour l Amérique du Nord sur les règlements transfrontières et les institutions-relais Discours d ouverture

Plus en détail

lundi 22 février 2010 Accueil > La jurisprudence judiciaire > Détail d'une décision Détail d'une jurisprudence judiciaire Imprimer

lundi 22 février 2010 Accueil > La jurisprudence judiciaire > Détail d'une décision Détail d'une jurisprudence judiciaire Imprimer lundi 22 février 2010 Accueil > La jurisprudence judiciaire > Détail d'une décision Détail d'une jurisprudence judiciaire Imprimer Cour de cassation Assemblée plénière Audience publique du vendredi 17

Plus en détail

Qu'est-ce que le cancer? Un guide pour les patients et les familles What is Cancer? A guide for patients and families Qu'est-ce que le cancer?

Qu'est-ce que le cancer? Un guide pour les patients et les familles What is Cancer? A guide for patients and families Qu'est-ce que le cancer? Qu'est-ce que le cancer? Un guide pour les patients et les familles What is Cancer? A guide for patients and families Qu'est-ce que le cancer? Le cancer peut apparaître à n'importe quel endroit du corps.

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

Cycle 1 : 7 étapes vers la sérénité. Une source de bien-être et d accomplissement

Cycle 1 : 7 étapes vers la sérénité. Une source de bien-être et d accomplissement Les bases indispensables du développement personnel Cycle 1 : 7 étapes vers la sérénité Découvrez les chemins de la connaissance et de la maîtrise de soi et de ses potentiels Une source de bien-être et

Plus en détail