La Loi Copie Privée Marie BASTIAN et Justine PATE KOENIG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La Loi Copie Privée Marie BASTIAN et Justine PATE KOENIG"

Transcription

1 UNIVERSITE PARIS X, MASTER 2 NTSI La Loi Copie Privée Marie BASTIAN et Justine PATE KOENIG 2013/2014

2 INTRODUCTION La nécessité d une protection juridique des créateurs est une idée des temps modernes. C est au XVIIIème siècle que naît le droit d auteur. Avant cela, le talent des artistes était mis au service du pouvoir, et la notion de protection était, de fait, inexistante. Au Moyen âge, les œuvres des artistes ne sont reliées à aucun droit, les artistes travaillaient seuls et répondaient à des commandes. La Renaissance voit apparaître quelques figures d artistes individuels, tels que Michel Ange ou Leonard de Vinci. Aux XVIIIème et au XIXème siècle, le droit d auteur commence à être reconnu par la société. Avec l invention de l imprimerie et surtout la mise en place de la société marchande, l art est devenu un bien économique. Après la disparition des Mécènes, l auteur a dû demander un statut de travailleur et des droits sur ses œuvres qui étaient alors devenues des objets du commerce. L évaluation du talent s est mise en place. Au XXème siècle, l auteur a un statut véritable, des législations nationales et européennes prolifèrent sur le droit d auteur. Les droits voisins sont définis. C est pendant cette période qu on voit naître les prémices de la licence légale. La mise en place de la protection des œuvres de l artiste apparaît comme nécessaire avec l invention du gramophone. La fixation des interprétations engendre la création d un système de protection. Les 30 glorieuses sont marquées par une accélération des processus de la propriété intellectuelle. Le 26 octobre 1961, la Convention de Rome reconnaît des droits de propriété intellectuelle au profit des artistes interprètes. En particulier, l article 12 de la Convention instaure le système de la licence légale, assurant une rémunération à l artiste interprète. Ce mécanisme avait alors été conçu comme un compromis permettant d allier les intérêts des artistes interprètes et ceux des producteurs de phonogrammes. En France, c est avec la loi du 3 juillet 1985, dite «Loi Lang», que les droits voisins du droit d auteur sont consacrés 1. La licence légale constitue une limitation aux droits exclusifs des titulaires de droits voisins, mais cette atteinte est compensée par le versement d une rémunération équitable et d une redevance pour copie privée. A la fin du XXème siècle, tout est remis en question. Les «Geeks» apparaissent, mettant le marché de la musique enregistrée sous pression. En 2000, le disque représente 90% des supports de disponibilités des œuvres. Il n en représente plus que 45% en Le marché est profondément transformé avec l ère du numérique et menace les cercles vertueux défendus par les sociétés de perception et de répartition des droits (SPRD), aussi appelées sociétés de gestion collective, chargées de collecter les sommes dues au titre de la licence légale. 1 Article L du Code de la propriété intellectuelle. 2

3 70 ans après l arrivée de l informatique dans notre société, 30 ans après la naissance des premiers réseaux universels d échange d information, nous sommes encore loin d avoir compris l importance de ces mutations. Beaumarchais affirmait : «L usage est souvent un abus». Ainsi, si on peut aujourd hui écouter de la musique aisément, il nous arrive aussi d en abuser. Si certains considèrent la musique comme un business plutôt qu une œuvre de l esprit, elle doit toutefois être protégée de ces dérives. Depuis l avènement d internet et de la technologie numérique le nombre de copies de fichiers (musicaux ou cinématographiques) effectuées par les utilisateurs a abondement augmenté, sachant que la moitiles é de ces copies proviennent du réseau Internet. Cette évolution des pratiques au niveau de la copie de fichiers est due aux nouveaux moyens de reproduction mis à disposition par Internet et aux avantages offerts par la technologie numérique par rapport à l analogique. La vitesse de transmission, la compression des fichiers et le développement de réseaux d échange entre internautes permettent désormais un accès permanent à des bibliothèques de données gratuites à une échelle planétaire et ce, de manière quasi instantanée. De plus les habitudes des utilisateurs à l égard de la copie privée se sont considérablement modifiées au regard du développement de technologies de reproduction de fichiers en ligne. Désormais les utilisateurs souhaitent accéder gratuitement à tous les fichiers qu ils désirent et pensent pouvoir en bénéficier grâce à la reproduction en ligne de copies privées, leur permettant de copier n importe quel fichier à des fins personnelles. Pour la plupart des titulaires de droits d auteur le téléchargement en ligne est à l origine des pertes subies par l industrie musicale ou cinématographique ces dix dernières années. Selon eux Internet renforce et accroît les risques liés à la protection de leurs droits ce qui met en lumière la question des pratiques de reproduction d œuvres rendues possibles par Internet. Ce régime devrait il être modifié? Ces nouveaux supports devraient ils être soumis aux redevances? Parallèlement à ces interrogations les titulaires des droits d auteur ont réagit en mettant en place d autres mesures de protection dans l objectif de mieux contrôler l accès et la copie des œuvres numériques. Or la légitimité de ces procédés reste controversée car portant atteinte directement à l exception de copie privée instaurée par le Code de la Propriété Intellectuelle et au principe de l utilisation normale des œuvres. L objet de cet exposé est de mettre en lumière le régime actuel de la copie privée face à Internet et déterminer les nouveaux enjeux auxquels doivent faire face les acteurs. 3

4 PREMIERE PARTIE : L évolution législative de l exception de copie privée. La redevance pour copie privée fut crée par la loi Lang de 1985, en même temps que la rémunération équitable. La loi garantit aux ayants droit d une œuvre (créateurs, artistes interprètes et producteurs) un contrôle exclusif sur son exploitation. Cela implique que toute reproduction ou représentation d une œuvre ou d une prestation doit être soumise à l accord préalable de ses ayants droit. Toutefois, la loi prévoit quelques exceptions où leur autorisation préalable n est pas nécessaire, dont notamment l exception pour copie privée. En 2010, la redevance sur la copie privée a rapporté 189 millions d euros à l institution Copie France 2. Plus de artistes, qu ils soient créateurs ou interprètes, bénéficient de la copie privée chaque année. De ces 189 millions d Euros, 47 millions d euros sont consacrés à l action artistique. Cette redevance évolue avec la loi du 20 décembre 2011 qui se place dans le prolongement d une jurisprudence plutôt dense en la matière. A) Instauration de la redevance pour copie privée par la loi du 3 juillet La notion de «copie privée» au sens de la loi Lang. En France, la rémunération pour copie privée a été instaurée par la loi du 3 juillet 1985, aussi appelée «Loi Lang» sur les droits voisins du droit d auteur pour la copie privée sonore et audiovisuelle. L expression couramment employée de «copie privée» vise, au sens de la loi (article L du CPI) «les copies ou reproductions strictement réservées à l usage du copiste et non destinées à une utilisation collective» (voir également l article L du CPI en ce qui concerne les droits voisins). La jurisprudence définit la notion d usage privé comme un usage non commercial et personnel, ce qui exclut l utilisation collective de la copie (en entreprise par exemple). Cela signifie qu un particulier est autorisé à copier une œuvre fixée sur un support sur un autre support, pourvu que la destination et l utilisation de cette copie lui soient strictement personnelles. 2 Dossier de presse Copie France du 22 novembre

5 Ce principe a été réaffirmé lors de la transposition en droit français (loi du 1 er août 2006) de la Directive européenne de 2001 relative au droit d auteur à l ère numérique. Puis, une loi du 20 décembre 2011 tire les conséquences d une décision du Conseil d Etat du 11 juillet 2008 en précisant que seules les copies réalisées à partir d une source licite ouvrent droit à rémunération au profit des titulaires de droits 3. Aujourd hui, cette loi se trouve codifiée dans le titre premier du livre III du Code de la Propriété Intellectuelle, aux articles L et suivants, elle a été réformée par la loi du 17 juin 2001 qui inclut désormais les auteurs et éditeurs d œuvres graphiques. 2. L évolution des supports de stockage. Cette redevance, créée à l origine pour la copie privée sonore et audiovisuelle, a d abord été prélevée sur les cassettes audio et vidéo puis étendue, depuis 2000, aux supports d enregistrements numériques tels que les CD R, les DVD R, les baladeurs MP3 et les décodeurs numériques de téléviseurs comportant des disques durs permettant la copie de films. Cette rémunération vise à compenser la faculté donnée aux consommateurs de copier, pour un usage privé et strictement personnel, de la musique, des œuvres audiovisuelles ou encore des livres ou des images. Les supports assujettis à cette redevance et ses montants sont fixés par une Commission Administrative ad hoc. Le montant de la rémunération varie en fonction de la capacité de stockage, du taux de compression utilisé par le particulier pour la reproduction de l œuvre et du taux copiage observé par la Commission sur ces supports à partir des études d usage conduites par un institut de sondage auprès d un échantillon représentatif de consommateurs français. En 1986, seuls les supports analogiques, comme les cassettes sonores et vidéo, étaient concernés mais face au développement des nouvelles technologies favorisant la copie numérique des œuvres, la commission Copie privée a décidé, en 2000, d élargir les supports et a fixé de nouvelles rémunérations sur les CD R (0,33 centimes d uro pour 650 Mo), les DVD R (1,27 uros pour 4,7 Go). Pour réduire partiellement les pertes de revenus subies par les auteurs de l écrit et de l image fixe, les auteurs et les éditeurs nouveaux bénéficiaires de la rémunération ont obtenu 1,25 centime d uro par CD R vendu et 1,50 centime d uro par disquette vendue. 3 5

6 3. Le système de répartition des droits. La répartition des droits doit nécessairement intervenir dans le cadre d une société de gestion collective qui doit reverser ces sommes selon le partage prévu par la loi, c est àdire à parts égales entre l auteur et l éditeur du livre copié. A noter que s agissant d une rémunération légale, la loi prévoit que 25% des sommes perçues sont redistribuées en faveur de l aide à la création, de la diffusion du spectacle vivant et des actions de formation d artiste. Les sociétés Copie France, pour la copie privée audiovisuelle, et SORECOP, pour la copie privée sonore, perçoivent et répartissent aux sociétés qui représentent les diverses catégories d ayants droit la rémunération pour la copie privée sonore et audiovisuelle selon les clés de répartition fixées par la loi. 75% des sommes collectées sont directement reversées aux ayants droits et 25% sont utilisées, selon la loi, «à des actions d aides à la création, à la diffusion du spectacle vivant et à des actions de formation d artistes». Lorsqu on achète des supports vierges ou du matériel servant à copier de la musique et/ou des images (disque dur externe, DVD, Smartphone, clé USB, CD vierge ), on paie depuis 1985 une rémunération pour copie privée incluse dans le prix d achat. L exception pour copie privée est un pacte entre le créateur et son public. Le Code de la Propriété intellectuelle prévoit que «toute reproduction d une œuvre de l esprit ou d un enregistrement doit, au préalable, être autorisée par ceux qui l ont créé, interprété et produit» 4. Avec l exception pour copie privée, on peut reproduire une œuvre protégée pour son usage privé sans avoir à obtenir au préalable l autorisation de l ayant droit sur cette œuvre. En contrepartie, on s acquitte lors de l achat du matériel servant à la stocker de la rémunération pour copie privée, afin de compenser le préjudice causé aux auteurs, artistes et producteurs par la reproduction de leurs œuvres. Prenons l exemple de la répartition de la copie privée sonore. Celle ci est répartie selon la clé de répartition suivante : 50% aux sociétés d auteurs, 25% aux sociétés d artistes interprètes et 25% aux sociétés de producteurs de phonogrammes. La copie privée audiovisuelle fonctionne avec une clé de répartition différente puisqu elle est de 33,33%. Le premier tiers allant aux sociétés d auteurs, le second aux sociétés d artistes interprètes, en enfin le dernier aux sociétés de producteurs audiovisuels. 4 Article L du Code de la propriété intellectuelle. 6

7 Schéma de la perception et de la redistribution de la rémunération copie privée par Copie France (2010) 5. B) Les apports de la loi du 20 décembre 2011 : les conséquences du contentieux juridique relatif à l article L du CPI. 1. Exposition des faits du litige. Le Conseil d Etat fut saisi par plusieurs sociétés et syndicats professionnels représentant les fabricants et vendeurs de matériel de requêtes tendant à l annulation de la décision du 17 décembre 2008 par laquelle la Commission avait étendu à certains supports la rémunération pour copie privée et fixé les taux de rémunération pour ces supports. La première contestation concernait l inclusion, dans le champ de la rémunération, de produits acquis par des professionnels dans un but autre que la copie privée. 5 7

8 L article L du code de la propriété intellectuelle prévoit le remboursement de la rémunération à certains acquéreurs, professionnels, pour les supports destinés à leur propre usage ou production. La commission, par ses décisions successives, a exclu également certains supports qui, par leurs spécificités techniques, sont manifestement dédiés à un usage exclusivement professionnel. Pour autant, certains supports inclus par la commission dans le champ de la rémunération ne présentaient pas de spécificités techniques et pouvaient donc faire l objet à la fois d un usage pour copie privée et d un usage professionnel. 2. Le raisonnement du Conseil d Etat. En premier lieu, le conseil d Etat rappelle les principes gouvernant la rémunération pour copie privée. Puis, il rappelle que dans son arrêt du 21 octobre 2010 «Padawan SL», la Cour de Justice de l Union Européenne (CJUE) a répondu à une question préjudicielle portant sur l interprétation de la directive du 22 mai Dans cette décision, la CJUE explique que «l application sans distinction de la redevance pour copie privée, notamment à l égard d équipements, d appareils ainsi que de supports de reproduction numérique non mis à la disposition d utilisateurs privés et manifestement réservés à des usages autres que la réalisation de copies à usage privé, n est pas conforme» à cette directive. Le Conseil d Etat a alors jugé qu en décidant que l ensemble des supports concernés par la rémunération pour copie privée seraient soumis à la rémunération, sans prévoir la possibilité d exonérer ceux des supports acquis, à des fins professionnelles, dont les conditions d utilisation ne permettent pas de présumer un usage de ces matériels à des fins de copie privée, la commission avait méconnu les principes ainsi énoncés. Le Conseil d Etat a estimé qu «un système d abattement forfaitaire et général par type de support ne serait pas de nature à répondre à l exigence d exonération des usages autres que la copie privée». Par conséquent, le Conseil d Etat a annulé la décision contestée par les fabricants et les vendeurs de supports. 3. Les conséquences de l annulation de la décision. Cette annulation repose exclusivement sur l interprétation donnée par la CJUE dans son arrêt du 21 octobre 2010 relatif aux modalités du non assujettissement des usages professionnels à la redevance pour copie privée. Cet arrêt ne saurait être analysé comme un rejet des travaux effectués par la Commission pour exclure du calcul de la taxe pour copie privée les copies de sources illicites conformément à l arrêt du 11 juillet Les ayantsdroits soulignent en outre que le motif d annulation retenu par le Conseil d Etat a trait à une question complexe, sur laquelle la CJUE ne s est prononcée que récemment, après de longs 8

9 débats, par un arrêt qui a fait l objet de diverses interprétations et alors que les dispositions du Code de la propriété intellectuelle ne suggéraient pas la solution adoptée par la Cour. Le Conseil d Etat a eu le souci, à juste titre, de ne pas remettre en cause la continuité du dispositif de la rémunération pour copie privée en ne donnant pas d effet rétroactif à l annulation prononcée et en laissant aux parties intéressées un délai de 6 mois, pendant lequel la décision du 17 décembre 2008 doit ainsi continuer à s appliquer, pour tirer les conséquences de l arrêt qui venait d être rendu. «Il appartient désormais aux pouvoirs publics et à la Commission de la copie privée d apporter au mécanisme de rémunération pour copie privée, tout en préservant la juste rémunération des ayants droit, les adaptations nécessaires» 6. Suite à ces décisions, c est bien la validité des décisions de la Commission Copie privée qui sont remises en cause. Les précisions apportées par ces arrêts sont les suivantes : La redevance pour copie privée ne peut servir à compenser que les «copies réalisées à partir d une source acquise licitement» (CE, 11 juillet 2008) ; Les supports d enregistrement, acquis notamment à des fins professionnelles, dont les conditions d utilisation ne permettent pas de présumer un usage de ces matériels à des fins de copie privée, doivent être exclus du champ de cette rémunération (CE 17 juin 2011). En conséquence, la loi du 20 décembre 2011 vise à inscrire ces précisions jurisprudentielles dans le CPI, et remédie au risque d une interruption ou d une remise en cause des versements effectivement dus au titre de la copie privée d œuvres ainsi qu aux effets d aubaine liés à la décision du Conseil d Etat du 17 juin Elle assure à cet effet la rémunération des auteurs et des titulaires de droits voisins, la pérennité des actions d aide à la création, à la diffusion du spectacle vivant et à la formation des artistes financées par l intermédiaire de la rémunération pour copie privée, et l information de l acquéreur du support, du montant de la rémunération pour copie privée auquel il est assujetti, en fonction de sa qualité. A compter de 2012, lorsque le support d enregistrement sera acquis pour un usage professionnel, la redevance pour copie privée ne sera pas due. La rémunération acquittée donnera lieu à «remboursement pour les supports d enregistrement acquis notamment à des fins professionnelles, dont les conditions d utilisation ne permettent pas de présumer un usage à des fins de copie privée». 6 Communiqué de presse du 17 juin 2011 de Sorecop, Copie France, Sofia et Sorimage soutenu par l ADAMI. 7 9

10 4. La question prioritaire de constitutionnalité du 17 octobre Le 17 octobre 2012, la première chambre civile de la Cour de cassation a saisi le Conseil constitutionnel d une question prioritaire de constitutionnalité concernant l article 6 2 de la loi du 20 décembre 2011 : «Les rémunération perçues ou réclamées en application de la décision n 11 du 17 décembre 2008 de la Commission (ndlr : commission copie privée) prévue à l article L du CPI au titre des supports autres que ceux acquis notamment à des fins professionnelles dont les conditions d utilisation ne permettent pas de présumer un usage à des fins de copie privée, qui ont fait l objet d une action contentieuse introduite avant le 18 juin 2011 et n ont pas donné lieu, à la date de promulgation de la présente loi, à une décision de justice passée en force de chose jugée sont validées en tant qu elles seraient contestées par les moyens par lesquels le Conseil d Etat a, par sa décision du 17 juin 2011, annulé cette décision de la commission ou par des moyens tirés de ce que ces rémunération seraient privées de base légale par suite de cette annulation» 8. Cette question avait été soulevée par la société SFR qui émettait des doutes sur la licéité des factures des disques durs présents dans ses box. SFR contestait la licéité des factures émises et à émettre par Copie France sur le fondement de la décision n 11 annulée par le Conseil d Etat. Or, l article 6 2 serait inconstitutionnel car il permet la validation rétroactive de la décision n 11 de la Commission, ce qui avait été considéré comme illégale par le Conseil d Etat. C est la raison pour laquelle SFR pose la question prioritaire de constitutionnalité suivante : «L article 6 2 de la loi du 20 décembre 2011 peut il être regardé comme portant atteinte au principe de la séparation des pouvoirs et au droit à un recours juridictionnel effectif garantis par l article 16 DDHC de 1789?». Dans sa décision rendue le 15 janvier 2013, le Conseil constitutionnel rappelle que si le législateur peut modifier rétroactivement une règle de droit ou valider un acte administratif ou privé, c est à la condition de poursuivre un intérêt général. C est cette absence d intérêt général qui a conduit à l annulation de la disposition de l article 6 2 de la loi. Il considère notamment que le législateur peut modifier rétroactivement une règle de droit pour ce motif et qu il «doit respecter tant les décisions de justice ayant force de chose jugée que le principe de rétroactivité des peines et sanctions». Le Conseil considère que «les motifs financiers invoqués à l appui de la validation des rémunérations faisant l objet d une instance en cours le 18 juin 2011, qui portent sur des sommes dont l importance n est pas établis, ne peuvent être regarder comme suffisant pour 8 _3?cidTexte=JORFTEXT &categorieLien=id 10

11 justifier une telle atteinte aux droits des personnes qui avaient engagé une procédure contentieuse avant cette date». Par conséquent, l indemnisation du préjudice subi par le titulaire des droits du fait d avoir la possibilité de copier une œuvre pour l usage personnel ne constitue pas un tel intérêt général. De plus, le Conseil constitutionnel fait référence à l arrêt du Conseil d Etat qui se fonde lui même sur la jurisprudence communautaire et plus particulièrement sur l arrêt PADAWAN. Mettant ainsi en lumière la jurisprudence de la CJUE, le Conseil Constitutionnel confirme la décision du Conseil d Etat 9. S agissant de SFR, le Conseil Constitutionnel relève que «les sommes validées n étaient pas d un montant dont l importance était suffisante pour permettre l anéantissement des instances pendantes». Ainsi, l opérateur de téléphonie mobile a été libéré du paiement de redevances pour les disques durs intégrés dans les box

12 DEUXIEME PARTIE : La redevance copie privée, un équilibre menacé à l ère du numérique. La redevance pour copie privée est en réalité déficiente. Alors que certains pays optent pour la fiscalisation de la redevance, en France c est le rapport VITORINO, qui suggérait la suppression totale de la redevance, qui a mis le feu aux poudres, notamment en provoquant une forte inquiétude des ayants droit et des sociétés de gestion collective. Avec l arrivée des nouvelles technologies, notamment du Cloud Computing, la menace ne cesse d augmenter. Comment prélever des sommes sur un système dont on ignore l emplacement? C est toute la difficulté à laquelle les acteurs doivent faire face. A) Vers une suppression de la copie privée? 1. Une redevance déficiente. Cet équilibre n est qu une façade. En réalité, la rémunération pour copie privée est déficiente. En Espagne, la rémunération pour copie privée est passée de 115 millions d euros en 2011 à 5 millions d euros en La perte est énorme mais s explique par l adoption du modèle norvégien de fiscalisation de la copie privée (la redevance devient une taxe). Si ce modèle venait à être adopté en France, il aurait pour assiette le chiffre d affaires des entreprises du numérique, ce qui reviendrait à supprimer la copie privée. Une fiscalisation de la copie privée en France mettrait fin à la Commission copie privée, ce qui pourrait arranger certains acteurs de la filière puisque des dysfonctionnements au sein de cette Commission ont déjà été pointé du doigt par le passé (en effet, certains pensent que cette Commission adopte un fonctionnement anti démocratique, partant du principe que les bénéficiaires décident eux mêmes du montant des sommes qu ils collectent) 10. D un autre côté, la requalification en taxe imposerait la prise en compte des normes européennes relatives aux obligations d harmonisation, ce qui mettrait fin à toute forme de clientélisme. Enfin, la taxe reviendrait sous la forme de subvention, cela lui redonnerait sa fonction première qui consistait à couvrir un préjudice, et non pas à assurer un revenu alimentaire aux Sociétés de Perception et de Répartition des Droits (SPRD) et aux ayants droit. 10 Critique énoncée par le secrétaire général du syndicat de l électronique. 12

13 Le président de la SPEDIDAM, Jean Paul BAZIN, propose de travailler sur une adaptation du système supervisé par Copie France, plus vraiment rémunérateur et source de conflit entre les fabricants et la Commission sur la copie privée, jusqu à provoquer une politique de la chaise vide par les premiers. Dans les propositions que l ADAMI a faite à la mission Lescure en octobre 2012, celle ci propose une réforme de la commission copie privée afin de donner toute leur place aux consommateurs qui sont les seuls véritables redevables de la copie privée. «Les entreprises de l électronique, membres de cette commission, qui d une part pratiquent l obstruction systématique aux débats et décisions et, d autre part, ne sont que des intermédiaires de paiement de la rémunération, y sont légitimes à titre d experts mais avec voix consultative». Enfin, les produits soumis à la redevance pour la copie privée tels que des CD vierges (pour la plupart réinscriptibles), des clés USB ou des DVD constituent des achats ponctuels. Nous n achetons pas des clés USB tous les jours. Précisons que les disques durs incorporés aux ordinateurs sont exemptés de la redevance copie privée. Nous payons donc la redevance pour copie privée une fois de temps en temps. De plus, la numérisation des œuvres les rend infiniment reproductibles, rien ne différencie plus l original de la copie, le coût marginal de la reproduction ne cesse de se réduire. L œuvre se duplique à l infini, de ce fait, la consommation par un agent économique ne diminue plus celle d un autre, ou, pour parler comme les économistes, les biens perdent leur «propriété de rivalité», perturbant ainsi les modèles économiques traditionnels. La compression numérique démultiplie les capacités de stockage, les baladeurs numériques en sont l illustration frappante. La numérisation facilite également, grâce au développement parallèle du haut débit, leur transmission facile, rapide et peu coûteuse grâce aux réseaux numériques. L essor des réseaux de «Peer to Peer» (P2P) ou du streaming profite de ces nouvelles potentialités Le rapport VITORINO du 5 février Face à la crise que connaît la rémunération pour copie privée en France et en Europe, Michel Barnier, membre de la Commission européenne en charge du marché intérieur, a confié à Antonio Vitorino, également Commissaire européen, un rôle de médiation sur les rémunérations pour copie privée en Europe. Celui ci a rendu un communiqué le 5 février dernier suite auquel les sociétés de gestion de droits se sont soulevées. Parmi elles l ADAMI, la SACEM, la SACD ou encore Copie France. En effet, le médiateur européen a joint sa voix à ceux qui œuvrent pour la disparition de la rémunération pour copie privée, que le rapport suggère de supprimer pour les 11 Rapport du Sénat sur le Projet de loi relatif au droit d auteur et aux droits voisins dans la société de l information, 10 décembre

14 exploitations en ligne. Selon les sociétés de gestion de droits, une telle suppression porterait atteinte au droit des auteurs, artistes interprètes et producteurs, d être justement rémunérés pour la copie privée de leurs œuvres par les particuliers. Elle priverait ces derniers de la faculté qui leur est actuellement reconnue de réaliser librement des copies pour leur usage privé et conduirait à la réintroduction de mesures techniques de protection que les consommateurs ont rejetées dans le passé. Et lorsqu Antonio VITORINO n en propose pas la suppression, il suggère certaines modifications du système de la redevance pour copie privée qui semblent être de nature à compromettre sérieusement son fonctionnement. On pense notamment au transfert du paiement de la rémunération à des milliers de détaillants plutôt qu aux importateurs, ce qui compliquerait gravement la perception de la rémunération et favoriserait la fraude ; et à l exonération pour les entreprises du paiement de la rémunération pour copie privée qui oublie qu un support acquis par une entreprise peut aussi être utilisé à des fins privées par son personnel. Selon les sociétés de gestion collective, la rémunération pour copie privée demeure en réalité le seul moyen de concilier l intérêt des consommateurs (qui peuvent effectuer des copies privées), des créateurs (qui sont rémunérés), et la situation des fabricants et importateurs (dont les produits seraient d une faible valeur s ils ne permettaient pas de copier des œuvres protégées). Le rapport semble avantager les importateurs et fabricants de supports, malheureusement plus préoccupés par le développement et l augmentation de leurs marges que par les droits des auteurs. Les consommateurs ne verront probablement pas le prix de ces supports diminuer, l exemple le plus frappant étant celui de l Espagne où la quasidisparition de la copie privée n a pas entraîné de baisse des prix pour les consommateurs. B) Les nouvelles menaces : le Cloud computing. 1. Qu est ce que «l informatique en nuage»? Depuis 2010, le Cloud Computing a été massivement médiatisé et adopté par la société internationale. Amazon fut l une des premières sociétés à utiliser de ce système. «L informatique en nuage» est un concept fondamental dans l évolution informatique des dernières années. L expression «Cloud computing» recouvre «une variété de services fondés sur un aménagement du mode de fonctionnement des systèmes informatiques et de communication, qui se caractérise par le stockage à distance de données dans le but de permettre la consultation et/ou la reproduction sur une pluralité d appareils, connectés à 14

BAREMES DE REMUNERATION POUR COPIE PRIVEE APPLICABLES AU 1er JANVIER 2014 (MONTANTS HORS TAXES)

BAREMES DE REMUNERATION POUR COPIE PRIVEE APPLICABLES AU 1er JANVIER 2014 (MONTANTS HORS TAXES) BAREMES DE REMUNERATION POUR COPIE PRIVEE APPLICABLES AU 1er JANVIER 2014 (MONTANTS HORS TAXES) Supports d'enregistrement analogiques Support Durée d'enregistrement Rémunération pour copie privée Cassette

Plus en détail

Les artistes interprètes et les droits de propriété intellectuelle

Les artistes interprètes et les droits de propriété intellectuelle Droits Syndicat français des artistes interprètes Les artistes interprètes et les droits de propriété intellectuelle Les droits des artistes interprètes sont des droits de propriété littéraire et artistique,

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2013-348 QPC du 11 octobre 2013. Mme Henriette B.

Commentaire. Décision n 2013-348 QPC du 11 octobre 2013. Mme Henriette B. Commentaire Décision n 2013-348 QPC du 11 octobre 2013 Mme Henriette B. (Répartition de la pension de réversion entre ayants cause de lits différents) Le Conseil d État a renvoyé au Conseil constitutionnel

Plus en détail

Le droit de prêt en bibliothèque

Le droit de prêt en bibliothèque Les droits collectifs Le droit de prêt en bibliothèque p. 45 Le principe La loi du 18 juin 2003 relative à la «rémunération au titre du prêt en bibliothèque et renforçant la protection sociale des auteurs»

Plus en détail

Les droits familiaux dans la fonction publique : réglementation. et évolutions récentes

Les droits familiaux dans la fonction publique : réglementation. et évolutions récentes CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 mai 2011 à 9 h 30 «Les redistributions au sein du système de retraite» Document N 4 Document de travail, n engage pas le Conseil Les droits familiaux

Plus en détail

Rapport sur les usages professionnels et le dispositif de rémunération pour copie privée

Rapport sur les usages professionnels et le dispositif de rémunération pour copie privée Rapport sur les usages professionnels et le dispositif de rémunération pour copie privée Commission portant sur la copie privée Conformément aux termes de la lettre de mission du 4 février 2002 du président

Plus en détail

Commission spécialisée «Informatique dans les nuages» Résumé du rapport

Commission spécialisée «Informatique dans les nuages» Résumé du rapport Commission spécialisée «Informatique dans les nuages» Résumé du rapport Le Conseil supérieur de la propriété littéraire et artistique est une instance consultative indépendante, chargée de conseiller le

Plus en détail

Société française des intérêts des auteurs de l écrit

Société française des intérêts des auteurs de l écrit Découvrez la Sofia Le droit de prêt La rémunération pour copie privée numérique La retraite complémentaire des écrivains et des traducteurs L action culturelle Société française des intérêts des auteurs

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30. Décision n 2010-44 QPC 29 septembre 2010. Époux M.

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30. Décision n 2010-44 QPC 29 septembre 2010. Époux M. Décision n 2010-44 QPC 29 septembre 2010 Époux M. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 12 juillet 2010 par le Conseil d État d une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) portant sur les

Plus en détail

Scam* La redevance pour copie privée

Scam* La redevance pour copie privée Scam* La redevance pour copie privée novembre 2005 Le 3 juillet 1985, la loi a instauré la rémunération pour copie privée au bénéfice des auteurs, artistesinterprètes et producteurs pour leurs oeuvres

Plus en détail

REMUNERATION POUR COPIE PRIVEE

REMUNERATION POUR COPIE PRIVEE SONDAGE SUR LA REMUNERATION POUR COPIE PRIVEE Date: 27 juin 2011 Etude menée par Opinion Way pour les industriels du GITEP TICS Méthodologie Méthodologie Sondage quantitatif mené sur un échantillon de

Plus en détail

Recommandation de la Commission du 18 mai 2005 relative à la gestion collective transfrontière du droit d auteur et des droits voisins dans le

Recommandation de la Commission du 18 mai 2005 relative à la gestion collective transfrontière du droit d auteur et des droits voisins dans le Recommandation de la Commission du 18 mai 2005 relative à la gestion collective transfrontière du droit d auteur et des droits voisins dans le domaine des services licites de musique en ligne (Texte présentant

Plus en détail

N 937 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 937 ASSEMBLÉE NATIONALE Document mis en distribution le 19 juin 2008 N 937 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 4 juin 2008. PROPOSITION

Plus en détail

NEWSLETTER I CASABLANCA

NEWSLETTER I CASABLANCA NEWSLETTER I CASABLANCA Mars 2014 SOMMAIRE ENTREE EN VIGUEUR DU DECRET Nº 2-12-349 DU 20 MARS 2013 RELATIF AUX MARCHES PUBLICS 2 ADOPTION PAR LE PARLEMENT DU PROJET DE LOI Nº86-12 RELATIVE AUX CONTRATS

Plus en détail

REGLES GENERALES D AUTORISATION ET DE TARIFICATION ETABLISSEMENTS DE SANTE

REGLES GENERALES D AUTORISATION ET DE TARIFICATION ETABLISSEMENTS DE SANTE REGLES GENERALES D AUTORISATION ET DE TARIFICATION ETABLISSEMENTS DE SANTE ETABLISSEMENTS CONCERNES Établissements de santé assurant, avec ou sans hébergement, des soins de courte durée, des soins de suite

Plus en détail

COM (2015) 289 final

COM (2015) 289 final COM (2015) 289 final ASSEMBLÉE NATIONALE QUATORZIEME LÉGISLATURE SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2014-2015 Reçu à la Présidence de l Assemblée nationale le 22 juin 2015 Enregistré à la Présidence du Sénat le

Plus en détail

b) Mais avant d exposer ces deux sujets, il convient de se pencher sur la notion même des «BUSINESS METHODS».

b) Mais avant d exposer ces deux sujets, il convient de se pencher sur la notion même des «BUSINESS METHODS». 1 LA BREVETABILITÉ DES «BUSINESS METHODS» INTRODUCTION: a) La question qui sera traitée dans le cadre de mon exposé c est le problème de la protection en Europe, c est-à-dire dans les pays du brevet européen

Plus en détail

Avis n 2014-1 relatif à l exception de copie privée des programmes télévisés.

Avis n 2014-1 relatif à l exception de copie privée des programmes télévisés. Avis n 2014-1 relatif à l exception de copie privée des programmes télévisés. Le Collège de la Haute Autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur internet, Vu la directive 2001/29/CE

Plus en détail

LE DROIT D AUTEUR, LES NORMES ET INTERNET

LE DROIT D AUTEUR, LES NORMES ET INTERNET LES NORMES ET INTERNET Comment profiter de la disponibilité des normes frança ises, européennes, internationales et étrangères sur Internet, sans tomber dans les pièges de la violation du droit d auteur

Plus en détail

Société française des intérêts des auteurs de l écrit

Société française des intérêts des auteurs de l écrit Société française des intérêts des auteurs de l écrit Le droit de prêt La rémunération pour copie privée numérique La retraite complémentaire des écrivains et des traducteurs L action culturelle Les livres

Plus en détail

Commission des affaires européennes

Commission des affaires européennes X I V e L É G I S L A T U R E Communication Mardi 14 janvier 2014 17 heures Commission des affaires européennes Communication de la Présidente Danielle Auroi sur la proposition de directive relative à

Plus en détail

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE A COMPTER DU 1ER JANVIER 2009 Par Sarah TEMPLE-BOYER (Décembre 2008) La nouvelle Autorité de concurrence, créée par l article 95 de la Loi du 4 août 2008 de modernisation

Plus en détail

1-Taxe sur la publicité en ligne

1-Taxe sur la publicité en ligne 1-Taxe sur la publicité en ligne Proposition du Sénateur Philippe Marini : La taxe serait due par les régies de publicité et assise sur les sommes payées par les annonceurs pour les services de publicité

Plus en détail

Protection de la propriété intellectuelle et accès aux médicaments. Dr. Othman Mellouk ALCS Maroc o.mellouk@gmail.com

Protection de la propriété intellectuelle et accès aux médicaments. Dr. Othman Mellouk ALCS Maroc o.mellouk@gmail.com Protection de la propriété intellectuelle et accès aux médicaments Dr. Othman Mellouk ALCS Maroc o.mellouk@gmail.com Réunion du Réseau parlementaire de lutte contre le sida, Casablanca le 27 mars Introduction

Plus en détail

LES OBJECTIFS DE LA LOI

LES OBJECTIFS DE LA LOI Jean-Pierre STOULS Avocat AIPPI - 17 juin 2009 LES OBJECTIFS DE LA LOI Constat d une indemnisation de la victime souvent trop faible : système antérieur fondé sur le principe de la responsabilité civile

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2012-287 QPC du 15 janvier 2013. Société française du radiotéléphone -SFR

Commentaire. Décision n 2012-287 QPC du 15 janvier 2013. Société française du radiotéléphone -SFR Commentaire Décision n 2012-287 QPC du 15 janvier 2013 Société française du radiotéléphone -SFR (Validation législative et rémunération pour copie privée II) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 17

Plus en détail

EURO, AUGMENTATION DU CAPITAL SOCIAL ET EPARGNE SALARIALE : UNE INTERFERENCE LEGISLATIVE A SUPPRIMER

EURO, AUGMENTATION DU CAPITAL SOCIAL ET EPARGNE SALARIALE : UNE INTERFERENCE LEGISLATIVE A SUPPRIMER EURO, AUGMENTATION DU CAPITAL SOCIAL ET EPARGNE SALARIALE : UNE INTERFERENCE LEGISLATIVE A SUPPRIMER Rapport présenté par Mme BOUILLET-LAROUSSE au nom des Commissions juridique et du travail et des questions

Plus en détail

ANNEXE N 3. Médiateur de la Société générale. Historique du dispositif de médiation. Description. Fonctionnement

ANNEXE N 3. Médiateur de la Société générale. Historique du dispositif de médiation. Description. Fonctionnement ANNEXE N 3 Médiateur de la Société générale Le rapport d activité de la médiation est uniquement interne, nous n avons donc pas pu en avoir connaissance Historique du dispositif de médiation C est le 15

Plus en détail

Obs. : Assurance vie et irrévocabilité de l option pour le prélèvement libératoire

Obs. : Assurance vie et irrévocabilité de l option pour le prélèvement libératoire CE, 24 octobre 2014, n 366962 Assurance vie - Rachat -Prélèvement libératoire - Option - Irrévocabilité (oui) - Après l encaissement des revenus (non) Obs. : Assurance vie et irrévocabilité de l option

Plus en détail

Développement du numérique LA REMUNERATION POUR COPIE PRIVEE POSITION DE LA FIEEC

Développement du numérique LA REMUNERATION POUR COPIE PRIVEE POSITION DE LA FIEEC Développement du numérique LA REMUNERATION POUR COPIE PRIVEE POSITION DE LA FIEEC Novembre 2012 La FIEEC est une Fédération de l'industrie qui rassemble 29 syndicats professionnels dans les secteurs de

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

LA RÉFORME DES BAUX COMMERCIAUX PAR

LA RÉFORME DES BAUX COMMERCIAUX PAR LA RÉFORME DES BAUX COMMERCIAUX PAR LA LOI N 2014-626 DU 18 JUIN 2014 RELATIVE À L ARTISANAT, AU COMMERCE ET AUX TRÈS PETITES ENTREPRISES DITE «LOI PINEL» Liste des mesures Modification des dispositions

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

Lancement d un comité de suivi des bonnes pratiques dans les moyens de paiement en ligne pour le respect du droit d auteur et des droits voisins

Lancement d un comité de suivi des bonnes pratiques dans les moyens de paiement en ligne pour le respect du droit d auteur et des droits voisins Lancement d un comité de suivi des bonnes pratiques dans les moyens de paiement en ligne pour le respect du droit d auteur et des droits voisins Jeudi 10 septembre 2015 Contacts presse Cabinet de Michel

Plus en détail

COMMUNICATION RELATIVE A LA PROCHAINE MODIFICATION DU CODE DE LA PROPRIETE INTELLECTUELLE

COMMUNICATION RELATIVE A LA PROCHAINE MODIFICATION DU CODE DE LA PROPRIETE INTELLECTUELLE COMMUNICATION RELATIVE A LA PROCHAINE MODIFICATION DU CODE DE LA PROPRIETE INTELLECTUELLE Le Code de la propriété intellectuelle doit prochainement être modifié par un décret dont la publication et l entrée

Plus en détail

Direction de l Administration Générale Service Juridique SOMMAIRE - LE DROIT DE COPIE -

Direction de l Administration Générale Service Juridique SOMMAIRE - LE DROIT DE COPIE - Direction de l Administration Générale Service Juridique BULLETIN D INFORMATIONS JURIDIQUES SOMMAIRE - LE DROIT DE COPIE - N 2 - Février 2006 DROIT DE COPIE DROIT D AUTEUR ET DROIT DE COPIE Tout auteur

Plus en détail

Fiscal : TVA et frais de restaurant

Fiscal : TVA et frais de restaurant NOTE D INFORMATION 2013/16 du 20 septembre 2013 Fiscal : TVA et frais de restaurant La récupération de la TVA sur les factures relatives aux frais de représentation et de réception est subordonnée à un

Plus en détail

Mission Création et Internet Réponses de la CSDEM (Chambre Syndicale de l Edition musicale, représentant plus de 80 entreprises et 80% du marché 1 )

Mission Création et Internet Réponses de la CSDEM (Chambre Syndicale de l Edition musicale, représentant plus de 80 entreprises et 80% du marché 1 ) MissionCréationetInternet RéponsesdelaCSDEM (ChambreSyndicaledel Editionmusicale, représentantplusde80entrepriseset80%dumarché 1 ) Préambule:leséditeursdemusiquetiennentàrappelerleurprofondattachementaudroitexclusif

Plus en détail

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile»

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile» Conférence Le Point «Maison connectée et intelligente» Paris, 28 mars 2013 Peter Hustinx Contrôleur européen de la protection des données «Le partage des données à caractère personnel et le respect de

Plus en détail

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 25.11.2011 COM(2011) 832 final 2007/0229 (COD) COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN conformément à l'article 294, paragraphe 6, du traité sur le fonctionnement

Plus en détail

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique Notions générales INTRODUCTION L assurance fait partie de notre quotidien. Technique de protection contre les aléas de la vie (incendie, vol, dégât des eaux...) elle répond à un besoin viscéral de sécurité.

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2013-362 QPC du 6 février 2014 Société TF1 SA (Taxe sur les éditeurs et distributeurs de services de télévision)

Commentaire. Décision n 2013-362 QPC du 6 février 2014 Société TF1 SA (Taxe sur les éditeurs et distributeurs de services de télévision) Commentaire Décision n 2013-362 QPC du 6 février 2014 Société TF1 SA (Taxe sur les éditeurs et distributeurs de services de télévision) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 6 novembre 2013 par le

Plus en détail

1. La base de données économiques et sociales : un nouveau support d information

1. La base de données économiques et sociales : un nouveau support d information LOI DE SECURISATION DE L'EMPLOI AVRIL 2014 LA CONSULTATION DU COMITE D ENTREPRISE SUR LES ORIENTATIONS STRATEGIQUES ET LA BASE DE DONNEES ECONOMIQUES ET SOCIALES (BDES) Loi de sécurisation de l emploi

Plus en détail

Rapport d information sur LE BILAN ET LES PERSPECTIVES

Rapport d information sur LE BILAN ET LES PERSPECTIVES RÉPUBLIQUE FRANÇAISE COMMISSION DES AFFAIRES CULTURELLES ET DE L ÉDUCATION PARIS, le 15 juillet 2015 Rapport d information sur LE BILAN ET LES PERSPECTIVES DE TRENTE ANS DE COPIE PRIVÉE Adopté par la mission

Plus en détail

LE REGIME FISCAL DU CNRS EN MATIERE DE TVA

LE REGIME FISCAL DU CNRS EN MATIERE DE TVA Secrétariat Général Direction des finances LE REGIME FISCAL DU CNRS EN MATIERE DE TVA L ASSUJETTISSEMENT DES RECETTES A LA TVA Depuis le 1 er janvier 2005, le CNRS est considéré par la Direction de la

Plus en détail

Convention ou accord collectif

Convention ou accord collectif ENGAGEMENT INTERNE A L ENTREPRISE DIFFERENTES METHODES DE MISE EN PLACE UN CONTRAT L article L.911-1 du Code de la sécurité sociale précise que les garanties collectives relevant de la protection sociale

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE ET D UTILISATION A DISTANCE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE ET D UTILISATION A DISTANCE CONDITIONS GENERALES DE VENTE ET D UTILISATION A DISTANCE ARTICLE 1 Champ d application En préliminaire, il est stipulé que la réglementation de la vente et d utilisation à distance s applique «à toute

Plus en détail

Conférence de presse. Jeudi 23 avril 2009 LIVRE BLANC. pour développer les enchères électroniques et protéger le consommateur

Conférence de presse. Jeudi 23 avril 2009 LIVRE BLANC. pour développer les enchères électroniques et protéger le consommateur Conférence de presse Jeudi 23 avril 2009 LIVRE BLANC pour développer les enchères électroniques et protéger le consommateur Les enchères électroniques : de vrais enjeux économiques Selon une étude du BIPE,

Plus en détail

Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire

Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire Article 1 : Objet Les présentes conditions générales de vente ont pour objet de définir les conditions de mise à disposition par Free au profit d un annonceur

Plus en détail

ANNEXE VII, PJ n 5, page 1 ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 5 RISQUES D OPTIMISATION DE LA VALEUR AJOUTEE

ANNEXE VII, PJ n 5, page 1 ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 5 RISQUES D OPTIMISATION DE LA VALEUR AJOUTEE ANNEXE VII, PJ n 5, page 1 ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 5 RISQUES D OPTIMISATION DE LA VALEUR AJOUTEE ANNEXE VII, PJ n 5, page 2 Cette pièce jointe résume l exposé de

Plus en détail

Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public

Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public Le Conseil de la concurrence (commission

Plus en détail

PROPOSITIONS POUR LES ARTISTES INTERPRÈTES

PROPOSITIONS POUR LES ARTISTES INTERPRÈTES PROPOSITIONS POUR LES ARTISTES INTERPRÈTES www.spedidam.fr communication@spedidam.fr 16 rue Amélie - 75007 PARIS Tél : 01 44 18 58 58 Fax: 01 44 18 58 59 PRÉSENTATION DE LA SPEDIDAM 1 2 3 4 QU EST-CE QUE

Plus en détail

Cour de justice de l Union européenne COMMUNIQUE DE PRESSE n 70/14

Cour de justice de l Union européenne COMMUNIQUE DE PRESSE n 70/14 Cour de justice de l Union européenne COMMUNIQUE DE PRESSE n 70/14 Luxembourg, le 13 mai 2014 Presse et Information Arrêt dans l'affaire C-131/12 Google Spain SL, Google Inc. / Agencia Española de Protección

Plus en détail

Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs»

Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs» Conseil National de la Consommation 12 mai 2015 Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs» N NOR : EINC1511480V Trouver un produit, comparer

Plus en détail

Par Eve d Onorio di Méo, Avocat - jeudi 22 octobre 2015. Avocat spécialiste en Droit Fiscal. ed@donorio.com - www.donorio.com

Par Eve d Onorio di Méo, Avocat - jeudi 22 octobre 2015. Avocat spécialiste en Droit Fiscal. ed@donorio.com - www.donorio.com Par Eve d Onorio di Méo, Avocat - jeudi 22 octobre 2015 Avocat spécialiste en Droit Fiscal ed@donorio.com - www.donorio.com Membre ANACOFI-CIF N E001954 La législation française relative à l assujettissement

Plus en détail

MARCHE DE LA MUSIQUE ENREGISTREE 9 PREMIERS MOIS 2010 millions d'euros 2009 2010 évolution

MARCHE DE LA MUSIQUE ENREGISTREE 9 PREMIERS MOIS 2010 millions d'euros 2009 2010 évolution LE MARCHE DE GROS DE LA MUSIQUE ENREGISTREE 9 PREMIERS MOIS 2010 (Valeur gros H.T. nette de remises et retours) 340.2 millions d euros : -2.2 % par rapport aux 9 premiers mois 2009 Au cours des 9 premier

Plus en détail

Le contrat d édition à l ère du numérique

Le contrat d édition à l ère du numérique Le contrat d édition à l ère du numérique Présentation de l accord-cadre entre le Syndicat national de l édition et le Conseil permanent des écrivains Assises du livre numérique SNE 2013 Liliane de Carvalho

Plus en détail

Le Comité d Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail

Le Comité d Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail DROIT SOCIAL CHSCT : RECENTES EVOLUTIONS LEGALES ET JURISPRUDENTIELLES Véronique VINCENT Septembre 2013 Le Comité d Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail (CHSCT), partenaire social au domaine

Plus en détail

(Document adopté par la Commission le 19 janvier 2006)

(Document adopté par la Commission le 19 janvier 2006) Bilan de l application de la recommandation de la Commission nationale de l informatique et des libertés du 29 novembre 2001 sur la diffusion de données personnelles sur Internet par les banques de données

Plus en détail

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions pratiques [comité d entreprise] Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions Les effets de la reconnaissance d une unité économique et sociale sont progressivement affinés

Plus en détail

Le contrat de management

Le contrat de management Le contrat de management Check-list pour la négociation d un contrat de management AVERTISSEMENT : Nos check-lists ont pour but de vous aider à formuler certaines questions à se poser lorsque vous négociez

Plus en détail

Conditions générales d utilisation du portail web de FranceAgriMer et de ses e-services (téléservices)

Conditions générales d utilisation du portail web de FranceAgriMer et de ses e-services (téléservices) Conditions générales d utilisation du portail web de FranceAgriMer et de ses e-services (téléservices) 1. Les conditions générales d utilisation (CGU) décrites ci-dessous peuvent être complétées par les

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012. M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise)

Commentaire. Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012. M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise) Commentaire Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012 M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise) La Cour de cassation a renvoyé au Conseil constitutionnel le 18 novembre

Plus en détail

L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES

L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES 1/ La mention de l indemnité sur les conditions générales de vente (CGV) et les factures et son versement en cas de retard sont-ils

Plus en détail

Les Nouvelles Prérogatives des IRP. Synthèse

Les Nouvelles Prérogatives des IRP. Synthèse Les Nouvelles Prérogatives des IRP Synthèse Renforcement de l information et de la consultation des RP sur les orientations stratégiques de l entreprise. Délais de consultation des RP encadrés, en contrepartie.

Plus en détail

Les attentes des consommateurs sont-elles satisfaites?

Les attentes des consommateurs sont-elles satisfaites? Les attentes des consommateurs sont-elles satisfaites? Point de vue européen Intro Prise en compte des intérêts des consommateurs, par les autorités publiques, n est pas récente, même si différences importantes

Plus en détail

Le compte épargne temps

Le compte épargne temps Le compte épargne temps La loi n 2008 789 du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps de travail procède à une profonde clarification des modalités de mise en place

Plus en détail

Schuler (M.), «Vers un épuisement des droits d auteur sur Internet?», publié le 6 novembre 2014, www.journaldunet.com, consulté le 25 novembre 2014.

Schuler (M.), «Vers un épuisement des droits d auteur sur Internet?», publié le 6 novembre 2014, www.journaldunet.com, consulté le 25 novembre 2014. 1 COUR DE JUSTICE DE L UNION EUROPEENNE - ORDONNANCE, 21 OCTOBRE 2014, BESTWATER INTERNATIONAL GMBH C/ MM. MEBES ET POTSCH MOTS CLEFS : droit d auteur contrefaçon transclusion framing vidéo communication

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis

Commentaire. Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis Commentaire Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis (Exonération de cotisation d assurance vieillesse en matière d aide à domicile) Le Conseil constitutionnel a été saisi

Plus en détail

Relative aux obligations comptables des centres de formation des apprentis (CFA)

Relative aux obligations comptables des centres de formation des apprentis (CFA) CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Note de présentation - Avis n 2003-04 du 1 er avril 2003 Relative aux obligations comptables des centres de formation des apprentis (CFA) Sommaire 1 - Le dispositif

Plus en détail

table des matières (Les chiffres renvoient aux numéros de pages)

table des matières (Les chiffres renvoient aux numéros de pages) table des matières (Les chiffres renvoient aux numéros de pages) SOMMAIRE... liste des abréviations... VII XI INTRODUCTION GÉNÉRALE... 1 PREMIÈRE PARTIE Fiscalité directe (impôt sur le revenu et impôt

Plus en détail

Loi pour la confiance dans l économie numérique Un nouveau cadre juridique pour l Internet

Loi pour la confiance dans l économie numérique Un nouveau cadre juridique pour l Internet LCEN BPC/DAJ_3 novembre 2004 Loi pour la confiance dans l économie numérique Un nouveau cadre juridique pour l Internet Sélection des articles de la loi qui concernent le développement de l administration

Plus en détail

Avis n 12-A-08 du 20 mars 2012 relatif au cadre réglementaire concernant l appel à candidature des attributions de fréquences «4 G»

Avis n 12-A-08 du 20 mars 2012 relatif au cadre réglementaire concernant l appel à candidature des attributions de fréquences «4 G» RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Avis n 12-A-08 du 20 mars 2012 relatif au cadre réglementaire concernant l appel à candidature des attributions de fréquences «4 G» L Autorité de la concurrence (commission permanente),

Plus en détail

Paris, le 18 novembre 2010 RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE N 1

Paris, le 18 novembre 2010 RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE N 1 COMITE DE CONCERTATION POUR LA DIFFUSION NUMERIQUE EN SALLES Paris, le 18 novembre 2010 RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE N 1 relative à la définition, au regard des usages professionnels, de la date de

Plus en détail

POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS

POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS 1. OBJET La présente politique a pour but de préciser l encadrement de l acquisition

Plus en détail

AVIS A.1231 SUR LES AVANT- PROJETS DE DÉCRETS CONJOINTS RELATIFS À LA RÉUTILISATION DES INFORMATIONS DU SECTEUR PUBLIC

AVIS A.1231 SUR LES AVANT- PROJETS DE DÉCRETS CONJOINTS RELATIFS À LA RÉUTILISATION DES INFORMATIONS DU SECTEUR PUBLIC AVIS A.1231 SUR LES AVANT- PROJETS DE DÉCRETS CONJOINTS RELATIFS À LA RÉUTILISATION DES INFORMATIONS DU SECTEUR PUBLIC ADOPTÉ PAR LE BUREAU DU CESW LE 7 SEPTEMBRE 2015 2015/A.1231 I. Introduction Le 4

Plus en détail

A C S E L L'ASSOCIATION DE L'ECONOMIE NUMERIQUE

A C S E L L'ASSOCIATION DE L'ECONOMIE NUMERIQUE Consultation ARCEP (janvier 2011) «Propositions afin d améliorer les offres faites aux consommateurs de services de communications électroniques» Les réponses de l ACSEL Préambule En réponse à la consultation

Plus en détail

INTRODUCTION Nouvelle Loi

INTRODUCTION Nouvelle Loi INTRODUCTION Suite à une série de contentieux au sujet de la légalité de la cotisation annuelle à la Chambre de Commerce, le gouvernement luxembourgeois avait proposé un nouveau cadre législatif relatif,

Plus en détail

Le contrat de licence

Le contrat de licence Le contrat de licence Check-list pour la négociation d un contrat de licence AVERTISSEMENT : Nos check-lists ont pour but de vous aider à formuler certaines questions à se poser lorsque vous négociez des

Plus en détail

N 50729#02. L invention. REPèREs. de salarié. Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié

N 50729#02. L invention. REPèREs. de salarié. Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié N 50729#02 L invention de salarié REPèREs Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié titre chapitre L invention de salarié Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de

Plus en détail

Rapport de la commission portant sur la rémunération pour copie privée. 1. Statut des logiciels au regard de la rémunération pour copie privée

Rapport de la commission portant sur la rémunération pour copie privée. 1. Statut des logiciels au regard de la rémunération pour copie privée Rapport de la commission portant sur la rémunération pour copie privée «Le présent rapport est un document préparatoire qui retrace les travaux et les conclusions de la commission spécialisée. Seul les

Plus en détail

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006 AVIS Réf. : CWEDD/06/AV.371 Liège, le 06 avril 2006 Objet : - Avant-projet de décret portant transposition de la Directive 2003/98/CE du Parlement européen et du Conseil du 17 novembre 2003 concernant

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie En application de l article L 316-1 du Code Monétaire et Financier, et afin de favoriser le règlement amiable des différents avec ses clients

Plus en détail

Droit d auteur, utilisation équitable et salle de classe

Droit d auteur, utilisation équitable et salle de classe Droit d auteur, utilisation équitable et salle de classe Ce que le personnel enseignant peut faire et ce qu il ne peut pas faire Janvier 2015 Au sujet de cette présentation Cette présentation : 1. explique

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C.

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C. Commentaire Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011 Consorts C. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 11 mars 2011 par la Cour de cassation d une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) relative

Plus en détail

Comment choisir son lecteur MP3?

Comment choisir son lecteur MP3? Comment choisir son lecteur MP3? Sommaire Ø Critère n 1 : le type et le nombre de formats supportés Ø Critère n 2 : la capacité de mémoire et de stockage Ø Critère n 3 : la connectique Ø Critère n 4 :

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION

NOTE DE PRESENTATION 27/03/2012 NOTE DE PRESENTATION 11/11/2008 Dans de nombreux pays du monde, le système de copie privée permet aux consommateurs de reproduire des œuvres protégées à des fins privées sans autorisation préalable

Plus en détail

1 «Les services de médias audiovisuels à la demande diffèrent de la radiodiffusion télévisuelle eu égard au

1 «Les services de médias audiovisuels à la demande diffèrent de la radiodiffusion télévisuelle eu égard au Réponse de la Fédération française des télécoms à la consultation publique sur le projet de décret relatif aux services de média audiovisuel à la demande La loi du 30 septembre 1986 modifiée par la loi

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE SERVICE EN LIGNE. 1 Objet

CONDITIONS GENERALES DE SERVICE EN LIGNE. 1 Objet MENTIONS LEGALES Consonnances.fr a fait l'objet d'une déclaration auprès de la Commission Nationale de l'informatique et des Libertés, sous le numéro 1595804. Conformément aux articles 39 et suivants de

Plus en détail

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Gens du voyage - Schéma départemental exemptant une commune de ses obligations en matière d accueil des gens du voyage - Violation de la Loi Besson Recommandations.

Plus en détail

La Régie des rentes du Québec

La Régie des rentes du Québec La Régie des rentes du Québec La Régie des rentes du Québec est chargée d appliquer la Loi sur le régime de rentes du Québec et la Loi sur les régimes complémentaires de retraite. De plus, elle administre

Plus en détail

Les particularités des rémunérations des réservistes militaires

Les particularités des rémunérations des réservistes militaires Les particularités des rémunérations des réservistes militaires PRESENTATION Pour favoriser le développement et l attractivité de la réserve militaire, les rémunérations versées aux réservistes sont exonérées

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MSP-2014-26

Décision du Défenseur des droits MSP-2014-26 Décision du Défenseur des droits MSP-2014-26 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à des observations en justice Domaine(s) de compétence de l Institution : Droits des usagers des services

Plus en détail

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats La solution La contestation d une candidature, quels qu en soient les motifs, se rattache à la régularité

Plus en détail

DELIBERATION N 2014-55 DU 12 MARS 2014 DE LA COMMISSION DE CONTRÔLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION À LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT

DELIBERATION N 2014-55 DU 12 MARS 2014 DE LA COMMISSION DE CONTRÔLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION À LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT DELIBERATION N 2014-55 DU 12 MARS 2014 DE LA COMMISSION DE CONTRÔLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION À LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR FINALITE

Plus en détail

Décisions n 2014-6 LOM du 7 novembre 2014. Dispositions du droit de la propriété intellectuelle applicables en Polynésie française

Décisions n 2014-6 LOM du 7 novembre 2014. Dispositions du droit de la propriété intellectuelle applicables en Polynésie française Commentaire Décisions n 2014-6 LOM du 7 novembre 2014 Dispositions du droit de la propriété intellectuelle applicables en Polynésie française Le Conseil constitutionnel a été saisi le 18 août 2014, par

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 309 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2010-2011 Enregistré à la Présidence du Sénat le 16 février 2011 PROPOSITION DE LOI MODIFIÉE PAR L ASSEMBLÉE NATIONALE, relative au prix du livre numérique, TRANSMISE PAR

Plus en détail

HOPITECH 2011. Loi NOME, quels sont les nouveaux enjeux?

HOPITECH 2011. Loi NOME, quels sont les nouveaux enjeux? 1 HOPITECH 2011 Loi NOME, quels sont les nouveaux enjeux? 1. Présentation de la Loi NOME 2. La constitution du prix pour un consommateur: - Sensibilité aux prix de marché - Sensibilité à la variation du

Plus en détail

Prévoyance AUDIENS du spectacle

Prévoyance AUDIENS du spectacle Pégase 3 Prévoyance AUDIENS du spectacle Dernière révision le 26/02/2009 http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr Sommaire Principe... 4 Pour les cadres... 5 Pour les non-cadres intermittents...

Plus en détail

Photos et Droit à l image

Photos et Droit à l image Photos et Droit à l image 1) Le droit à l image (photos-vidéos) L atteinte au droit à l image n est pas caractérisée dès lors que la personne photographiée n est pas identifiable et que sa vie privée n

Plus en détail