Les formes de psoriasis à menace vitale: Psoriasis érythrodermique et Psoriasis pustuleux généralisé

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les formes de psoriasis à menace vitale: Psoriasis érythrodermique et Psoriasis pustuleux généralisé"

Transcription

1 Les formes de psoriasis à menace vitale: Psoriasis érythrodermique et Psoriasis pustuleux généralisé Hervé Bachelez, Service de Dermatologie, Hôpital Saint-Louis, Paris, France

2 Differents Phénotypes de Psoriasis Localized Widespread Or Flexural/intertriginous Facial/seborrhoeic Scalp Palms/soles (nonpustular) Limbs Truncal Other forms of widespread psoriasis: Guttate Generalized pustular Erythroderma: body surface involvement, 90% ± systemic symptoms, unstable and thin Stable/unstable Thin/thick 1 Small plaque/large plaque 2 Type I/II psoriasis 3 ± Nail involvement Follicular 1. Thin, 0.75 mm; thick, > 0.75 mm 2. Small plaque, 3 cm diameter; large plaque, > 3 cm diameter 3. Type I psoriasis, onset 40 years of age; type II psoriasis, onset > 40 years of age Griffiths CEM et al. Br J Dermatol 2007;156:

3 Erythrodermie psoriasique % de la surface corporelle atteinte. Aiguë (complication) ou chronique. Antécédents de psoriasis (en plaques) Parfois révélateur Histologie: peu spécifique Éliminer autre cause (toxidermie, lymphome T)

4 PPG Examen dermatologique: érythème, pustules aseptiques Signes généraux (Fièvre) Histologie: pustule spongiforme (Kogoj) non spécifique Biologie: leucocytose, CRP Poussées récurrentes Formes cliniques: enfant, femme enceinte (impetigo herpetiforme) Éliminer PEAG Kawada A et al. J Dermatol Sci 2003;31:59-64

5 Psoriasis Pustuleux Psoriasis pustuleux généralisé (forme de von Zumbusch) Psoriasis pustuleux localisé (palmo-plantaire notamment) psoriasis en plaques psoriasis pustuleux..mais 30 à 50% des patients atteints de PPG ont également un Psoriasis en plaques, au moins dans leurs ATCD personnels. Kawada A et al. J Dermatol Sci 2003;31:59-64

6 Psoriasis érythrodermiques et PPG Données épidémiologiques PsoE: soit complication aiguë, soit forme chronique Age de début: adulte, très variable Etude nationale au Japon sur cas de psoriasis : 0.8% des cas. 1 PPG : Etude japonaise: 0.9% de l ensemble des psoriasis 1 Etude marocaine: 17% des pso sévères hospitaliers 2 Enquête nationale française 3 multicentrique+cnam (2004): incidence 0.64/10 6 et prévalence 1.76/10 6 Cas sporadiques ou familiaux; Sex ratio M/F: Age moyen de début: ans; Séries de cas pédiatriques rares 4 1. Kawada A et al. J Dermatol Sci 2003;31: Jalal O et al. Ann Derm Venereol 2003;132: Augey F, et al. Eur J Dermatol 2006;16: Zelickson BD et al. J Am Acad Dermatol 1991;24:186-94

7 Manifestations extracutanées au cours du Psoriasis Pustuleux Insuffisance hémodynamique, choc, syndrome de fuite capillaire potentiellement fatal. Atteintes articulaires, uvéite. Plus récemment décrits: Atteinte pulmonaire Atteinte hépato-biliaire: cholangite neutrophilique Abou-Samra T et al. Br J Dermatol 2004 Viguier M et al. Hepatology 2004

8 Atteinte Pulmonaire au cours du PPG Syndrome de détresse respiratoire aigüe. Fièvre, Dyspnée, hypoxie. Parfois détérioration hémodynamique majeure, syndrome de fuite capillaire. Radio pulmonaire: infiltrat intersticiel bilatéral. Bactériologie et virologie négatives. Diagnostic différentiel : Infection Hypersensibilité médicamenteuse Abou-Samra T et al. Br J Dermatol 2004

9 Evaluer la sévérité du PPG Fièvre, asthénie Surface: érythème, pustules Biologie: leucocytose, CRP, calcémie Atteintes extracutanées (pulmonaires++) Score à valider Umezawa Y et al. Arch Dermatol Res 2003

10 Evaluer la sévérité du PsoE Signes généraux, Hémodynamique PASI Hypoprotidémie, insuffisance rénale, ionogramme Co-morbidités (métaboliques, cardiovasculaires)

11 Psoriasis érythrodermiques et PPG complications PsoE: infection++, métabolique, défaillance viscérale (cardiaque). PPG : Infection Atteintes hépatobiliaires fréquentes (aspect de cholangite sclérosante possible) Plus rares Jalal O et al. Ann Derm Venereol 2005 Augey F, et al. Eur J Dermatol 2006;16:669-73

12 Psoriasis érythrodermiques et PPG Données de Mortalité PsoE: Aucune donnée spécifique récente. PPG : Ryan et al (1969): 17/104 (16%) Zelickson et al (1991): 2/35 (5.7%) Augey et al (2004): 2/99 (2%) Ryan TJ et al. Br J Dermatol 1969;81: Zelickson BD et al. Arch Dermatol 1991;137: Augey F, et al. Eur J Dermatol 2006;16:669-73

13 Traitement du PPG Phase aiguë: Pas de menace vitale: corticothérapie locale, acitrétine, ciclosporine, biologiques (anti-tnf) Menace vitale: corticothérapie par voie générale, anti-tnf? Traitement d entretien : acitrétine méthotrexate Umezawa Y et al. Arch Dermatol Res 2003

14 Traitement du PsoE Acitretine faibles doses (10mg/j) Méthotrexate Ciclosporine (éliminer lymphome cutané) Biologiques: Infliximab, adalimumab Kawada A et al. J Dermatol Sci 2003;31:59-64

15 Biologiques et PPG (von Zumbusch) Hors AMM Séries de cas Efficacité rapportée avec les inhibiteurs du TNF, surtout les anticorps monoclonaux (efficacité, rapidité d action) : Infliximab: 3 cas parmi une série observationnelle de 28 psoriasis sévères Adalimumab: cas isolés Eyanercept: cas isolés Poulalhon N et al. Br J Dermatol 2007 Zangrilli A, et al. J Dermatolog Treat. 2008;19:185-7

16 Biologiques et PPG (von Zumbusch) Mais évaluation de l efficacité des traitements très difficile (poussées spontanément résolutives) Et aucune démonstration formelle d implication du TNF comme cytokine pro-inflammatoire-clé au cours du PPG Poulalhon N et al. Br J Dermatol 2007 Zangrilli A, et al. J Dermatol Treat. 2008;19:185-7

17 Biologiques et PsoE Pas de série homogène Données fragmentaires sur des séries observationnelles ou des cas isolés: 5 cas traités par infliximab avec efficacité >50% Poulalhon N et al. Br J Dermatol 2007

18 Conclusion Formes rares mais graves de psoriasis Relation épidémiologique avec le psoriasis en plaques. Mortalité sans doute diminuée par les interventions thérapeutiques mais cela reste à préciser Nécessité d études contrôlées afin d évaluer efficacité et tolérance des traitements d action rapide Les biothérapies restent à évaluer dans ces 2 indications (études en cours du groupe psoriasis de la SFD)

Foie et Psoriasis. Dominique Valla Service d Hépatologie, Hôpital Beaujon

Foie et Psoriasis. Dominique Valla Service d Hépatologie, Hôpital Beaujon Foie et Psoriasis Dominique Valla Service d Hépatologie, Hôpital Beaujon Foie et Psoriasis Hépatopathies chroniques Psoriasis Médicaments Atteinte Hépatique Foie et Psoriasis Hépatopathies chroniques Psoriasis

Plus en détail

Généralités - 1. Anomalies génétiques dans 50 à 80 % des cas (caryotype) Évolution possible vers une leucémie aigüe (état préleucémique)

Généralités - 1. Anomalies génétiques dans 50 à 80 % des cas (caryotype) Évolution possible vers une leucémie aigüe (état préleucémique) Les Myélodysplasies Généralités - 1 Anomalies qualitatives et quantitatives des cellules de la moëlle osseuse (dysmyélopoïèse) baisse du nombre de cellules sanguines circulantes Anomalies génétiques dans

Plus en détail

23/11/2010. Garnier Delamare, dictionnaire de médecine

23/11/2010. Garnier Delamare, dictionnaire de médecine Symptômes fonctionnels extra-articulaires articulaires chez les patients atteints de psoriasis : étude cas-témoin Séance du 18 novembre de la SMFC Sandrine PEULTIER Directeur de Mémoire : Eve PUZENAT Service

Plus en détail

Psoriasis de l enfantl. Dr Emmanuel Mahé Argenteuil

Psoriasis de l enfantl. Dr Emmanuel Mahé Argenteuil Psoriasis de l enfantl Dr Emmanuel Mahé Argenteuil Conflits d intd intérêt Activités de conseil Abbott Janssen-Cilag Invitations en qualité d'intervenant et/ou d auditeur Abbott Janssen-Cilag Schering-Plough

Plus en détail

Apport des biothérapies dans le traitement du psoriasis

Apport des biothérapies dans le traitement du psoriasis Apport des biothérapies dans le traitement du psoriasis Journée Mondiale du psoriasis-23 octobre 2008 H ô p i t a u x d e T o u l o us e Carle Paul, Dermatologue, Hôpital Purpan Université Paul Sabatier

Plus en détail

Journée mondiale du psoriasis Cas cliniques. Hervé Bachelez, Service de Dermatologie, Hôpital Saint-Louis, Paris

Journée mondiale du psoriasis Cas cliniques. Hervé Bachelez, Service de Dermatologie, Hôpital Saint-Louis, Paris Journée mondiale du psoriasis 2010 Cas cliniques Hervé Bachelez, Service de Dermatologie, Hôpital Saint-Louis, Paris Cas 1 Homme de 34 ans Psoriasis en plaques depuis 15 ans Traitements topiques, PUVAthérapie,

Plus en détail

L Erythème facial peut avoir différentes étiologies, voilà deux cas pour illustrer:

L Erythème facial peut avoir différentes étiologies, voilà deux cas pour illustrer: Erythème facial L Erythème facial peut avoir différentes étiologies, voilà deux cas pour illustrer: Le premier cas est un sujet fatigué et fébrile; le deuxième voit sa lésion s étendre avec un prurit féroce.

Plus en détail

Vaccination du voyageur infecté par le VIH

Vaccination du voyageur infecté par le VIH Vaccination du voyageur infecté par le VIH Dr Odile Launay CIC de vaccinologie Cochin Pasteur Hôpital Cochin, Paris X ème Congrès National de la S.F.L.S 29 octobre 2009 COCHIN SAINT-VINCENT DE PAUL Vaccination

Plus en détail

IMMUNOSUPPRESSEURS EN RHUMATOLOGIE. ENBREL étanercept

IMMUNOSUPPRESSEURS EN RHUMATOLOGIE. ENBREL étanercept 25 mg/flacon verre Présentation 100 mg/flacon (poudre à reconstituer 40 mg/seringue pré-remplie 100 mg/seringue pré-remplie de (à diluer pour perfusion) avec 1 ml d'eau ppi) de 0,8 ml 0,67ml Conditionnement

Plus en détail

Effet antalgique du pamidronate au cours de l ostéite récurrente multifocale chronique chez un enfant de 6 ans

Effet antalgique du pamidronate au cours de l ostéite récurrente multifocale chronique chez un enfant de 6 ans Sixième congrès national de lutte contre la douleur 19 et 20 Mars 2010 Hôtel El Aurassi Alger Effet antalgique du pamidronate au cours de l ostéite récurrente multifocale chronique chez un enfant de 6

Plus en détail

Recommandation HAS Polyarthrite rhumatoïde

Recommandation HAS Polyarthrite rhumatoïde Recommandation HAS Polyarthrite rhumatoïde 18 Mars -15 h Intervenants : Dr Milka Maravic (Paris) Dr Gaël Mouterde (Montpellier) Dr J. Favre-Bonté (HAS) Diagnostic et prise en charge de la PR Introduction

Plus en détail

Tolérance aux biothérapies. David Laharie, Service de Gastroentérologie, CHU de Bordeaux

Tolérance aux biothérapies. David Laharie, Service de Gastroentérologie, CHU de Bordeaux Tolérance aux biothérapies David Laharie, Service de Gastroentérologie, CHU de Bordeaux FMC-HGE, JFHOD 2012 Journées Francophones d Hépato-gastroentérologie et d Oncologie Digestive 2012 CONFLITS D INTÉRÊT

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 22 janvier 2003

AVIS DE LA COMMISSION. 22 janvier 2003 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 22 janvier 2003 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 3 ans par arrêté du 4 mai 1999 (JO du 7 mai 1999)

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 28 mai 2008

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 28 mai 2008 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 28 mai 2008 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 5 juin 2002 (JO du 27 novembre 2002) RUBOZINC 15 mg, gélule Boîte de 30 (CIP

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE L HEPATITE B CHRONIQUE

PRISE EN CHARGE DE L HEPATITE B CHRONIQUE ÉPIDÉMIOLOGIE : PRISE EN CHARGE DE L HEPATITE B CHRONIQUE Le VHB : Une forte prévalence dans le monde. 2 milliards de personnes exposées au virus. Environ25 % meurent d une cirrhose ou d un cancer du foie.

Plus en détail

Avant-Propos Chapitre 1 - Historique Chapitre 2 - Physiopathologie du psoriasis Chapitre 3 - La clinique et ses variations...

Avant-Propos Chapitre 1 - Historique Chapitre 2 - Physiopathologie du psoriasis Chapitre 3 - La clinique et ses variations... Avant-Propos... 5 Chapitre 1 - Historique... 17 Chapitre 2 - Physiopathologie du psoriasis... 19 1. Le psoriasis est une maladie génétique... 19 2. Le psoriasis : une cicatrisation qui n'en finit pas...

Plus en détail

L ASTHME DU SUJET ÂGÉ. Dr Samy KAMMOUN SFAX

L ASTHME DU SUJET ÂGÉ. Dr Samy KAMMOUN SFAX L ASTHME DU SUJET ÂGÉ Dr Samy KAMMOUN SFAX Asthme: fréquent chez le sujet âgé Problèmes diagnostiques Difficultés de prise en charge DÉFINITION DE L ASTHME Une dyspnée sifflante paroxystique Un trouble

Plus en détail

INFLAMMATIONS ORBITAIRES NON-SPECIFIQUES

INFLAMMATIONS ORBITAIRES NON-SPECIFIQUES INFLAMMATIONS ORBITAIRES NON-SPECIFIQUES Mehrad HAMEDANI Hôpital Ophtalmique Jules-Gonin Université de Lausanne Comment se présente une inflammation orbitaire? Qu entend-on par non-spécifique? INFLAMMATION

Plus en détail

N 92. Rachialgie. Diagnostiquer une rachialgie. Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient.

N 92. Rachialgie. Diagnostiquer une rachialgie. Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient. N 92. Rachialgie Diagnostiquer une rachialgie. Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient. 6 N 92. Rachialgie A. Questions de cours 1. La(les) principale(s) étiologie(s) de rachialgies

Plus en détail

VISITE 1 : BILAN D INCLUSION

VISITE 1 : BILAN D INCLUSION VISITE 1 : BILAN D INCLUSION COLLER l étiquette de traçabilité de l anneau Ou préciser : - la référence de l anneau posé - le numéro de lot - le fournisseur Centre n Date de la visite Coordonnées du médecin

Plus en détail

Les psoriasis pustuleux sont-ils des maladies auto-inflammatoires?

Les psoriasis pustuleux sont-ils des maladies auto-inflammatoires? Les psoriasis pustuleux sont-ils des maladies auto-inflammatoires? Hervé Bachelez, PhD, Service de Dermatologie, Hôpital Saint- Louis et INSERM U781, Hôpital Necker-Enfants Malades, Paris Différents phénotypes

Plus en détail

Cac clinique infection oculaire. Audrey Giocanti, Lise Qu Avicenne

Cac clinique infection oculaire. Audrey Giocanti, Lise Qu Avicenne Cac clinique infection oculaire Audrey Giocanti, Lise Qu Avicenne Homme de 79 ans ATCD: Psoriasis sous Metoject DNID HTA BAV OD rouge et douleur Etat de choc dans un contexte fébrile traitée par ATB probabiliste

Plus en détail

TRANSFUSION SANGUINE INDICATIONS, SPECIFICITES GERIATRIQUES. Dr Lélia MARI, Dr Caroline FRANQUI Centre Gérontologique Départemental

TRANSFUSION SANGUINE INDICATIONS, SPECIFICITES GERIATRIQUES. Dr Lélia MARI, Dr Caroline FRANQUI Centre Gérontologique Départemental TRANSFUSION SANGUINE INDICATIONS, SPECIFICITES GERIATRIQUES Dr Lélia MARI, Dr Caroline FRANQUI Centre Gérontologique Départemental 1 I-INTRODUCTIONINTRODUCTION Anémie : probablement le problème hématologique

Plus en détail

Psoriasis. Dre Guylaine Alain Dermatologue. Types de psoriasis. Épidémiologie du psoriasis. Présentation du psoriasis

Psoriasis. Dre Guylaine Alain Dermatologue. Types de psoriasis. Épidémiologie du psoriasis. Présentation du psoriasis Épidémiologie du psoriasis Psoriasis Dre Guylaine Alain Dermatologue Le psoriasis est une maladie de la peau chronique, inflammatoire et hyperproliférative d origine génétique Présent partout dans le monde

Plus en détail

CIRCUIT DU MALADE DANS LE PSORIASIS. Marie Beylot-Barry Michel Le Maître

CIRCUIT DU MALADE DANS LE PSORIASIS. Marie Beylot-Barry Michel Le Maître CIRCUIT DU MALADE DANS LE PSORIASIS Marie Beylot-Barry Michel Le Maître Patrick R 45 ans Psoriasis depuis l âge de 25 ans A eu des traitements locaux multiples > 250 séances de PUVA et UVB Essai de Soriatane

Plus en détail

Biothérapies du Psoriasis: Données de Tolérance. Pr Hervé Bachelez, Service de Dermatologie, Hôpital Saint-Louis, Paris

Biothérapies du Psoriasis: Données de Tolérance. Pr Hervé Bachelez, Service de Dermatologie, Hôpital Saint-Louis, Paris Biothérapies du Psoriasis: Données de Tolérance Pr Hervé Bachelez, Service de Dermatologie, Hôpital Saint-Louis, Paris Traitements Biologiques du Psoriasis CD11a TNFα Souris 3% Anticorps humanisé anti-cd

Plus en détail

Foie et psoriasis. Pr Matthieu Allez Service de Gastroentérologie et équipe Avenir INSERM U.662 Hôpital Saint-Louis et Université Diderot - Paris 7

Foie et psoriasis. Pr Matthieu Allez Service de Gastroentérologie et équipe Avenir INSERM U.662 Hôpital Saint-Louis et Université Diderot - Paris 7 Foie et psoriasis Pr Matthieu Allez Service de Gastroentérologie et équipe Avenir INSERM U.662 Hôpital Saint-Louis et Université Diderot - Paris 7 Foie et psoriasis 1. Manifestations hépatobiliaires associées

Plus en détail

PNEUMONIE TUBERCULEUSE

PNEUMONIE TUBERCULEUSE PNEUMONIE TUBERCULEUSE Pneumonie tuberculeuse (1) C est une image alvéolaire : Floue, non homogène mal limitée sauf au contact d une scissure avec un bronchogramme aérique L association avec d autres lésions

Plus en détail

Effets dysimmunitaires des biothérapies. Pr Hervé Bachelez, Service de Dermatologie, Hôpital Saint-Louis, Paris

Effets dysimmunitaires des biothérapies. Pr Hervé Bachelez, Service de Dermatologie, Hôpital Saint-Louis, Paris Effets dysimmunitaires des biothérapies Pr Hervé Bachelez, Service de Dermatologie, Hôpital Saint-Louis, Paris Déclaration de conflits d intérêts Activités de consultant : Abbott Centocor Janssen-Cilag

Plus en détail

Les 7 principales toxidermies sévères et démarche diagnostique

Les 7 principales toxidermies sévères et démarche diagnostique Séminaire Allergie au Médicament 20-21 Janvier 2011 Les 7 principales toxidermies sévères et démarche diagnostique Audrey Nosbaum Allergologie et Immunologie Clinique CHU Lyon-Sud Pierre Bénite France

Plus en détail

LES INCONTOURNABLES UE 2.7 S4 : «Processus dégénératifs et Défaillances organiques».

LES INCONTOURNABLES UE 2.7 S4 : «Processus dégénératifs et Défaillances organiques». IFSI ROCKEFELLER Promotion 2011/2014 2 ème année LES INCONTOURNABLES UE 2.7 S4 : «Processus dégénératifs et Défaillances organiques». I. NEPHROLOGIE Schéma du rein. Schéma du néphron. Physiologie du rein.

Plus en détail

Les organophosphorés ont une action systémique prédominante, dont le mécanisme d action principal est de bloquer la dégradation de l acétylcholine au

Les organophosphorés ont une action systémique prédominante, dont le mécanisme d action principal est de bloquer la dégradation de l acétylcholine au INTOXICATION PAR LES ORGANOPHOSPHORES ET ATTEINTE CARDIAQUE: : A PROPOS D UN CAS Y. Ammar, A. Khelil, C. Ben Salah, M. Belhadj Ali, N. Mtaoua, A. Selmene, E. Rbia, Y. Kalai, K. Mehrez. Service des Urgences

Plus en détail

La Colique néphrétique : Quelle prise en charge au CHU?

La Colique néphrétique : Quelle prise en charge au CHU? La Colique néphrétique : Quelle prise en charge au CHU? 5 AVRIL 2014 Défini&on Syndrome douloureux lomboabdominal aigu résultant de la mise en tension brutale de la voie excrétrice du haut appareil quelle

Plus en détail

Fiche n 2 "Charbon" Le charbon pulmonaire n est pas contagieux.

Fiche n 2 Charbon Le charbon pulmonaire n est pas contagieux. Fiche thérapeutique Fiche n 2 "Charbon" Le charbon (anthrax dans les pays anglo-saxons) est une maladie provoquée par une bactérie : Bacillus anthracis. Son nom vient de l aspect des lésions cutanées,

Plus en détail

ECTASIE KYSTIQUE DES VOIES BILIAIRES MALADIECAROLI ASPECTS DIAGNOSTIQUES ET THERAPEUTIQUES A PROPOS DE 13 CAS

ECTASIE KYSTIQUE DES VOIES BILIAIRES MALADIECAROLI ASPECTS DIAGNOSTIQUES ET THERAPEUTIQUES A PROPOS DE 13 CAS ECTASIE KYSTIQUE DES VOIES BILIAIRES MALADIECAROLI ASPECTS DIAGNOSTIQUES ET THERAPEUTIQUES A PROPOS DE 13 CAS MEMOIRE DE DESC Présenté le 12 janvier 2006 Christine VIEUILLE Service de Chirurgie Viscérale

Plus en détail

Endocardite à Coxiella burnetii : à propos de 10 cas

Endocardite à Coxiella burnetii : à propos de 10 cas L/O/G/O S-02 Endocardite à Coxiella burnetii : à propos de 10 cas M. Koubaa 1, S. Ben Kahla 2, L. Abid 1, A. Znazen 3, A. Hammami 3, S. Kammoun 2, M. Ben Jemaa 1 1. Service des Maladies Infectieuses, CHU

Plus en détail

L insuffisance rénale chronique chez le chat TRAITEMENT DES REINS. au jour le jour

L insuffisance rénale chronique chez le chat TRAITEMENT DES REINS. au jour le jour L insuffisance rénale chronique chez le chat TRAITEMENT DES REINS au jour le jour Le traitement des reins au jour le jour Lorsque votre chat souffre d insuffisance rénale TRAITEMENT L insuffisance rénale

Plus en détail

Confusion aigüe chez la personne âgée. Confusion aiguë chez la personne âgée

Confusion aigüe chez la personne âgée. Confusion aiguë chez la personne âgée Confusion aiguë chez la personne âgée Définition Altération globale, fluctuante et réversible des fonctions cognitives L existence de troubles cognitifs rend difficile la distinction entre confusion et

Plus en détail

DANS L AMBIANCE DU PSORIASIS, QUAND PENSER A UNE MALADIE AUTOINFLAMMATOIRE?

DANS L AMBIANCE DU PSORIASIS, QUAND PENSER A UNE MALADIE AUTOINFLAMMATOIRE? DANS L AMBIANCE DU PSORIASIS, QUAND PENSER A UNE MALADIE AUTOINFLAMMATOIRE? Dr Maryam PIRAM Dermatologie pédiatrique Service de Rhumatologie pédiatrique, Centre de Référence des maladies auto-inflammatoires

Plus en détail

Modalités pratiques du traitement par les biologiques. D. Jullien, Lyon

Modalités pratiques du traitement par les biologiques. D. Jullien, Lyon Modalités pratiques du traitement par les biologiques D. Jullien, Lyon Indications Initiation du traitement Bilan pré-thérapeutique Choix de la molécule Traitements associés Surveillance Adaptation du

Plus en détail

Il en a gros sur l estomac. Dr Karim AZIZ Service d Hépato-gastro-entérologie Pr Jean-Marie Péron CHU Purpan Toulouse

Il en a gros sur l estomac. Dr Karim AZIZ Service d Hépato-gastro-entérologie Pr Jean-Marie Péron CHU Purpan Toulouse Il en a gros sur l estomac Dr Karim AZIZ Service d Hépato-gastro-entérologie Pr Jean-Marie Péron CHU Purpan Toulouse Le 31 mars 2011 Mr B. 38 ans, se présente aux urgences pour des douleurs abdominales

Plus en détail

Prise en charge des complications osseuses chez les patients infectés par le VIH

Prise en charge des complications osseuses chez les patients infectés par le VIH Prise en charge des complications osseuses chez les patients infectés par le VIH Click to edit Master subtitle style Docteur Lucie Lemeunier Service de Rhumatologie du Professeur FLIPO Hopital Salengro

Plus en détail

CHAPITRE 1. L état de santé des populations : une approche de la contribution du médicament à l amélioration de l espérance de vie

CHAPITRE 1. L état de santé des populations : une approche de la contribution du médicament à l amélioration de l espérance de vie CHAPITRE 1 L état de santé des populations : une approche de la contribution du médicament à l amélioration de l espérance de vie 1 L état de santé des populations: une vision de la contribution du médicament

Plus en détail

Le Psoriasis : le point de vue du dermatologue

Le Psoriasis : le point de vue du dermatologue Le Psoriasis : le point de vue du dermatologue Nathalie Quiles Tsimaratos Service de Dermatologie Hôpital Saint Joseph Marseille Les formes cliniques cutanées En plaques : dermatose érythématosquameuse

Plus en détail

Insuffisance rénale aiguë. Vienne 20.3.2014 Dr P. HALLONET

Insuffisance rénale aiguë. Vienne 20.3.2014 Dr P. HALLONET Insuffisance rénale aiguë Vienne 20.3.2014 Dr P. HALLONET Cas clinique Mr D. âgé de 75ans 1,75m et 82kg Antécédents : HTA, dyslipidémie, insuffisance rénale chronique (créatinine 180 µmol/l soit MDRD 34

Plus en détail

Dr Heintzelmann Chrystelle Service des Urgences médico-chirurgicales Hôpital Civil

Dr Heintzelmann Chrystelle Service des Urgences médico-chirurgicales Hôpital Civil Dr Heintzelmann Chrystelle Service des Urgences médico-chirurgicales Hôpital Civil Mode d acheminement du patient au SAU : SAMU +++ SOS Médecins Médecin traitant Admission spontanée Janvier à juin 2007

Plus en détail

Pancréatites Aigues. Pancréatites nécroticohémorragiques. Pancréatites Aigues Définition. Pancréatites Aigues Les causes.

Pancréatites Aigues. Pancréatites nécroticohémorragiques. Pancréatites Aigues Définition. Pancréatites Aigues Les causes. Introduction Pancréatites nécroticohémorragiques étendues Mme Gandossi Yannick Infirmière Service Réanimation Chirurgicale Digestive Hôpital Saint Antoine. Paris Les pancréatites aigues sévères sont une

Plus en détail

RISQUES INFECTIEUX RESPIRATOIRES EN MILIEU DE SOINS VARICELLE

RISQUES INFECTIEUX RESPIRATOIRES EN MILIEU DE SOINS VARICELLE RISQUES INFECTIEUX RESPIRATOIRES EN MILIEU DE SOINS VARICELLE S. TOUCHE Médecine et Santé au Travail C.H.U. de Reims Groupes de travail G.E.R.E.S. I.N.R.S. Santé au Travail C.H.U. de Reims VARICELLE :

Plus en détail

Pathologies thyroïdiennes

Pathologies thyroïdiennes Pathologies thyroïdiennes Suivi des traitements, Effets indésirables Surveillance clinique = amélioration et disparition des symptômes Surveillance biologique : quels marqueurs? À quelle fréquence? Modalités

Plus en détail

.SOTTO, JP.LAVIGNE. (Mise ligne 03/11/09 LIPCOM-RM) Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes

.SOTTO, JP.LAVIGNE. (Mise ligne 03/11/09 LIPCOM-RM) Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes Infections urinaires de l adulte Épidémiologie, physiopathologie, histoire i naturelle ECN 93 Albert Sotto Jean Philippe Lavigne octobre 2009 Terminologie Épidémiologie Écologie Physiopathologie Diagnostic

Plus en détail

LUPUS ET GROSSESSE. La consultation préconceptionnelle

LUPUS ET GROSSESSE. La consultation préconceptionnelle LUPUS ET GROSSESSE La consultation préconceptionnelle Dr Véronique Le Guern Médecine Interne- Hôpital COCHIN Centre de référence Maladies Auto-immunes Rares Lupus Grossesse Début de la maladie le + souvent

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 10 novembre 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 10 novembre 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 10 novembre 2004 ARAVA 10 mg, comprimés pelliculés (B/30 et B/100) ARAVA 20 mg, comprimés pelliculés (B/30 et B/100) ARAVA 100 mg,

Plus en détail

Aspects radiologiques de la TB thoracique

Aspects radiologiques de la TB thoracique Aspects radiologiques de la TB thoracique TB pulmonaire, principaux aspects principaux aspects radiologiques et diagnostics différentiels TB commune de l adulte Miliaire TB ganglionnaire TB pleurale et

Plus en détail

Pourquoi développer des aides à la prescription chez le sujet très âgé? Sylvie LEGRAIN

Pourquoi développer des aides à la prescription chez le sujet très âgé? Sylvie LEGRAIN Pourquoi développer des aides à la prescription chez le sujet très âgé? Sylvie LEGRAIN Pr Sylvie LEGRAIN -jullet 2008 Quelles spécificités dans la prise en charge d un sujet octogénaire? (1) Le sujet âgé

Plus en détail

Indications d une primo prescription de benzodiazépines. Alessandra PUIG 12/09/2013

Indications d une primo prescription de benzodiazépines. Alessandra PUIG 12/09/2013 Indications d une primo prescription de benzodiazépines Alessandra PUIG 12/09/2013 Indications d une primo-prescription de Benzodiazépines Troubles anxieux (associés aux antidépresseurs et psycothérapie):

Plus en détail

Prévention de la grippe chez le patient immunocompromis: vaccination et autres mesures. Dr. Oriol Manuel MIN/CTO Forum Hygiène 28.10.

Prévention de la grippe chez le patient immunocompromis: vaccination et autres mesures. Dr. Oriol Manuel MIN/CTO Forum Hygiène 28.10. Prévention de la grippe chez le patient immunocompromis: vaccination et autres mesures Dr. Oriol Manuel MIN/CTO Forum Hygiène 28.10.2008 Plan de la présentation Introduction Épidémiologie et clinique Transplantation

Plus en détail

Gaz du sang : interprétation des analyses

Gaz du sang : interprétation des analyses Gaz du sang : interprétation des analyses Conditions d interprétation Pour évaluer correctement une anomalie des gaz du sang, il faut connaître : 1. Gazométrie artérielle : ph, PaO 2, PaCO 2. HCO 3, BE

Plus en détail

Nutrition et pied diabétique infecté

Nutrition et pied diabétique infecté Nutrition et pied diabétique infecté 13 DÉCEMBRE 2013 DR AMANDINE BEHAGUE MÉDECIN NUTRITIONNISTE DR CHRISTINE LEMAIRE SERVICE DE DIABÉTOLOGIE - ENDOCRINOLOGIE- MALADIES DE LA NUTRITION CENTRE HOSPITALIER

Plus en détail

Rappels. Fascia de Gerota

Rappels. Fascia de Gerota Le cancer du rein Rappels Rappels Fascia de Gerota Epidémiologie Incidence : Monde en 2012 : 14.5 / 100 000 personnes-années (poumon 51, prostate 99) chez l homme et 5.8/100 000 chez la femme France en

Plus en détail

Crise myasthénique Analyse rétrospective de 16 observations

Crise myasthénique Analyse rétrospective de 16 observations 21 ème CONGRÉS NATIONAL DE LA SOCIÉTÉ ALGERIENNE DE MÉDECINE INTERNE Tlemcen, 15 17 mai 2015 Crise myasthénique Analyse rétrospective de 16 observations M. AMMI et coll Urgences Médicales - CHU Beni Messous.

Plus en détail

Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis?

Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis? Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis? Nathalie QUILES TSIMARATOS Service de Dermatologie Hôpital Saint Joseph Marseille Ce que nous savons Le psoriasis Affection dermatologique très fréquente,

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 er février 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 er février 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 1 er février 2006 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée limitée conformément au décret du 27 octobre 1999 (JO du 30 octobre 1999) et à l arrêté du

Plus en détail

FACTEURS DE MAUVAIS PRONOSTIC RÉNAL AU COURS DU PURPURA RHUMATOÏDE HSPronostic

FACTEURS DE MAUVAIS PRONOSTIC RÉNAL AU COURS DU PURPURA RHUMATOÏDE HSPronostic FACTEURS DE MAUVAIS PRONOSTIC RÉNAL AU COURS DU PURPURA RHUMATOÏDE HSPronostic E. Pillebout, Néphrologie St Louis R. Monteiro INSERM U699 H. Bruzzoni-Giovanelli, CIC St Louis Etude financée par Inserm/

Plus en détail

Dyspnée: définition. Etymologie : δυσ (difficulté) + πνειν (respirer)

Dyspnée: définition. Etymologie : δυσ (difficulté) + πνειν (respirer) Dyspnée: définition Etymologie : δυσ (difficulté) + πνειν (respirer) Difficulté à respirer Sensation d une respiration anormale et désagréable comprenant à la fois une perception de cette sensation et

Plus en détail

Le syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA) (193a) Docteur Dominique FALCON Août 2002

Le syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA) (193a) Docteur Dominique FALCON Août 2002 Le syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA) (193a) Docteur Dominique FALCON Août 2002 Pré-Requis : Physiopathologie respiratoire Résumé : Le SDRA est un œdème pulmonaire lésionnel du à une atteinte

Plus en détail

Item 314 : Érythrodermie

Item 314 : Érythrodermie Item 314 : Érythrodermie Collège National des Enseignants de Dermatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières OBJECTIFS... 3 I Reconnaître l'érythrodermie... 3 II Diagnostic étiologique

Plus en détail

Effets secondaires dermatologiques des antibiotiques. Dr Hélène Durox

Effets secondaires dermatologiques des antibiotiques. Dr Hélène Durox Effets secondaires dermatologiques des antibiotiques Dr Hélène Durox 1 Déclaration de liens d intérêt avec les industries de santé en rapport avec le thème de la présentation (loi du 04/03/2002) : Intervenant

Plus en détail

Rappel. formes plus sévères, fréquence des localisations pulmonaires.

Rappel. formes plus sévères, fréquence des localisations pulmonaires. VACCIN VARICELLE Rappel Le réservoir de la varicelle est exclusivement humain. La transmission interhumaine se fait par les vésicules et surtout par la voie oropharyngée. La contagiosité commence 24 à

Plus en détail

Point épidémiologique : rougeole et

Point épidémiologique : rougeole et Point épidémiologique : rougeole et oreillons Daniel Lévy-Bruhl, Isabelle Parent du Châtelet, Denise Antona Institut de Veille Sanitaire / Département des maladies infectieuses CNNSE, 12/06/12 1 Historique

Plus en détail

Actualités thérapeutiques dans les VAA. Pr Mohamed HAMIDOU Médecine Interne, CHU Nantes mohamed.hamidou@chu-nantes.fr

Actualités thérapeutiques dans les VAA. Pr Mohamed HAMIDOU Médecine Interne, CHU Nantes mohamed.hamidou@chu-nantes.fr Actualités thérapeutiques dans les VAA Pr Mohamed HAMIDOU Médecine Interne, CHU Nantes mohamed.hamidou@chu-nantes.fr SAMI, Tlemcen 16 Mai 2015 Problématiques Maladies hétérogènes Phénotypes cliniques Formes

Plus en détail

Épidémiologie et pronostic des différents cancers de l enfant

Épidémiologie et pronostic des différents cancers de l enfant Épidémiologie et pronostic des différents cancers de l enfant Docteur P. BOUTARD Onco-Hématologie Pédiatrique CHU CAEN Source des données Données nationales pour les moins de 15 ans - registre national

Plus en détail

Divulgation de conflits d intérêts potentiels

Divulgation de conflits d intérêts potentiels Les antipsychotiques atypiques en monothérapie: au-delà de la psychose Nancy Légaré, B.Pharm., M.Sc., Pharm.D., BCPP, BCPS Institut Philippe-Pinel de Montréal Professeure adjointe, faculté de médecine

Plus en détail

Retour veineux pulmonaire anormal. V.Gournay, CHU de Nantes

Retour veineux pulmonaire anormal. V.Gournay, CHU de Nantes Retour veineux pulmonaire anormal V.Gournay, CHU de Nantes Généralités Cardiopathie relativement rare Variabilité extrême de la présentation clinique en fonction de l anatomie Diagnostic difficile Pronostic

Plus en détail

Corticothérapie, immunosuppresseurs et maladie de Crohn. Séminaire de DES 12/12/2009 Olivier ROUX

Corticothérapie, immunosuppresseurs et maladie de Crohn. Séminaire de DES 12/12/2009 Olivier ROUX Corticothérapie, immunosuppresseurs et maladie de Crohn. Séminaire de DES 12/12/2009 Olivier ROUX Introduction Objectif des traitements : Traitement des poussées Traitement de fond Contrôle de la maladie

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 9 mai 2001 27 juin 2001

AVIS DE LA COMMISSION. 9 mai 2001 27 juin 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 9 mai 2001 27 juin 2001 AREDIA 15 mg/5 ml, lyophilisat et solution pour perfusion Boîte de 4 AREDIA 60 mg/10 ml, lyophilisat et solution pour perfusion

Plus en détail

Psoriasis et grossesse

Psoriasis et grossesse Psoriasis et grossesse Sélim Arac+ngi Service de dermatologie Hôpital Tenon, ApHp Laboratoire des cellules souches fœtales Université Paris 6 Pierre et Marie Curie Inserm UMRS 938 Influence de la grossesse

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 18 juin 2003. ACICLOVIR AGUETTANT 250 mg - 500 mg, poudre pour solution pour perfusion, flacon (B/5)

AVIS DE LA COMMISSION. 18 juin 2003. ACICLOVIR AGUETTANT 250 mg - 500 mg, poudre pour solution pour perfusion, flacon (B/5) COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 18 juin 2003 ACICLOVIR AGUETTANT 250 mg - 500 mg, poudre pour solution pour perfusion, flacon (B/5) Laboratoires AGUETTANT aciclovir

Plus en détail

CAS CLINIQUE: UN PURPURA INOPPORTUN

CAS CLINIQUE: UN PURPURA INOPPORTUN CAS CLINIQUE: UN PURPURA INOPPORTUN Claire Laresche CHU Besançon, Pr Humbert Nancy, 28/10/2010 Mr M., 44ans Antécédents: Rectocolite hémorragique (RCH), diagnostiquée en 2002: Corticothérapie Ciclosporine

Plus en détail

Item 85 : Infection à VIH : manifestations cutanéomuqueuses de la primo-infection à VIH

Item 85 : Infection à VIH : manifestations cutanéomuqueuses de la primo-infection à VIH Item 85 : Infection à VIH : manifestations cutanéomuqueuses de la primo-infection à VIH Collège National des Enseignants de Dermatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières OBJECTIFS...

Plus en détail

Quand proposer une surveillance du cancer de la prostate? Dr. Alexandre de la Taille

Quand proposer une surveillance du cancer de la prostate? Dr. Alexandre de la Taille Quand proposer une surveillance du cancer de la prostate? Dr. Alexandre de la Taille CHU Mondor, Créteil Recommandations des instances scientifiques Surveillance est admise si : Cancer cliniquement localisé

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES URTICAIRES CHRONIQUES EN ECHEC THERAPEUTIQUE

PRISE EN CHARGE DES URTICAIRES CHRONIQUES EN ECHEC THERAPEUTIQUE Journée Urticaire Chronique Actualités et Controverses Centre Hospitalier Lyon-Sud Jeudi 21 Janvier 2010 PRISE EN CHARGE DES URTICAIRES CHRONIQUES EN ECHEC THERAPEUTIQUE Dr Audrey NOSBAUM Service d Allergologie

Plus en détail

Les Syndromes en Néphrologie

Les Syndromes en Néphrologie Les Syndromes en Néphrologie Définition Ensemble de signes et de symptômes (modifications morphologiques, fonctionnelles et/ou biochimiques) relevant de plusieurs étiologies rénales Type de néphropathies

Plus en détail

Les troubles respiratoires

Les troubles respiratoires Les troubles respiratoires La dyspnée Définition, incidence, mécanisme physio pathogénique Dyspnée: définition Etymologie : δυσ (difficulté) + πνειν (respirer) Difficulté à respirer Sensation d une respiration

Plus en détail

DOSAGE DU PEPTIDE NATRIURETIQUE DE TYPE B DANS LES DYSPNEES AIGUES DU SUJET AGE

DOSAGE DU PEPTIDE NATRIURETIQUE DE TYPE B DANS LES DYSPNEES AIGUES DU SUJET AGE DOSAGE DU PEPTIDE NATRIURETIQUE DE TYPE B DANS LES DYSPNEES AIGUES DU SUJET AGE A propos de 73 patients admis au service d accueil des urgences de l Hôpital d Instruction des Armées Legouest C. Lecoanet

Plus en détail

BPCO : Phénotype des exacerbateurs fréquents. E. Giroux Leprieur DES Pneumologie 16/12/06

BPCO : Phénotype des exacerbateurs fréquents. E. Giroux Leprieur DES Pneumologie 16/12/06 BPCO : Phénotype des exacerbateurs fréquents E. Giroux Leprieur DES Pneumologie 16/12/06 Définitions Phénotype = ensemble des caractéristiques du patient qui lui sont propres, et influencées par le milieu

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 24 avril 2002

AVIS DE LA COMMISSION. 24 avril 2002 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 24 avril 2002 FLECAINE LP 50 mg, gélule à libération modifiée FLECAINE LP 100 mg, gélule à libération modifiée FLECAINE LP 150 mg,

Plus en détail

(BPCO) DIU Pathologie du sommeil Janvier 2008

(BPCO) DIU Pathologie du sommeil Janvier 2008 Pathologies bronchopulmonaires et sommeil (BPCO) DIU Pathologie du sommeil Janvier 2008 Hypoxémie liée au sommeil ou désaturation nocturne Trask et Cree N Eng J Med 1962 Définitions de la désaturation

Plus en détail

Buts et objet de ces recommandations

Buts et objet de ces recommandations Buts et objet de ces recommandations Revoir les recommandations de l IDSA l parues en 1999 En intégrant les changements survenus entre 1997-2008 Uniquement les cystites et pyélon lonéphrites non compliquées

Plus en détail

Sclérose en plaques et troubles psychiatriques

Sclérose en plaques et troubles psychiatriques Sclérose en plaques et troubles psychiatriques Une compréhension multifactorielle Dr Elise Lelarge Médecin psychiatre Psychothérapeute e.lelarge@citi44.com Passer d un système Simple (simpliste) Linéaire

Plus en détail

Différents stades de l insuffisance rénale chronique chez l adulte

Différents stades de l insuffisance rénale chronique chez l adulte Différents stades de l insuffisance rénale chronique chez l adulte Recommandations de l ANAES de 2002 17/09/10 1 Objectifs Aider le praticien à reconnaître -l insuffisance rénale -les marqueurs d atteinte

Plus en détail

Quelle prise en charge pour les éruptions paradoxales induites par les inhibiteurs du TNF? Pr François AUBIN, Besançon

Quelle prise en charge pour les éruptions paradoxales induites par les inhibiteurs du TNF? Pr François AUBIN, Besançon Vendredi 7 Octobre 2011 Institut Pasteur, Paris Quelle prise en charge pour les éruptions paradoxales induites par les inhibiteurs du TNF? Pr François AUBIN, Besançon Eruptions paradoxales induites par

Plus en détail

Cas clinique 1 petite fille, née le 29/09/1997 polyarthrite début à l age de 3 ans, douleurs articulaires, boiterie, gonflement des genoux fièvre en

Cas clinique 1 petite fille, née le 29/09/1997 polyarthrite début à l age de 3 ans, douleurs articulaires, boiterie, gonflement des genoux fièvre en Cas clinique 1 petite fille, née le 29/09/1997 polyarthrite début à l age de 3 ans, douleurs articulaires, boiterie, gonflement des genoux fièvre en plateau 38, rash cutané, Evolution polyarticulaire en

Plus en détail

Les traitements de l insuffisance cardiaque du sujet âgé

Les traitements de l insuffisance cardiaque du sujet âgé Les traitements de l insuffisance cardiaque du sujet âgé IC FEVG altérée Juin 2014 Réduction de la mortalité : IEC Etude Consensus patients NYHA IV Age moyen: 70 ans MORTALITE Réduction 40% 6 mois Réduction

Plus en détail

Le psoriasis : au sujet d une dermatose chronique

Le psoriasis : au sujet d une dermatose chronique DERMATOLOGIE Le psoriasis : au sujet d une dermatose chronique Psoriasis : about a chronic skin disease F. Benhadou et F. Willaert Service de Dermatologie, Hôpital Erasme RESUME Le psoriasis est une dermatose

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 30 juin 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 30 juin 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 30 juin 2004 Suite à la demande du ministre chargé de la santé et de la sécurité sociale, la Commission réexamine la spécialité

Plus en détail

Hémovigilance et sécurité transfusionnelle : incidents, accidents immédiats

Hémovigilance et sécurité transfusionnelle : incidents, accidents immédiats Hémovigilance et sécurité transfusionnelle : incidents, accidents immédiats La Transfusion en France 3 millions de produits sanguins transfusés chaque année À 500 000 receveurs 1,5 millions de donneurs

Plus en détail

Avis 18 septembre 2013

Avis 18 septembre 2013 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 18 septembre 2013 DIPROSALIC, pommade Tube de 30 g (CIP : 34009 323 092 4 5) DIPROSALIC, lotion Flacon de 30 g (CIP : 34009 323 991 9 2) Laboratoire MSD FRANCE DCI Code

Plus en détail

Consommation médicamenteuse et iatrogénie chez les sujets âgés. Jean-Laurent LE QUINTREC Service de gérontologie I Hôpital Sainte Périne,AP/HP,Paris

Consommation médicamenteuse et iatrogénie chez les sujets âgés. Jean-Laurent LE QUINTREC Service de gérontologie I Hôpital Sainte Périne,AP/HP,Paris Consommation médicamenteuse et iatrogénie chez les sujets âgés Jean-Laurent LE QUINTREC Service de gérontologie I Hôpital Sainte Périne,AP/HP,Paris Introduction Sujets âgés (S.A.): 65 ans et plus S.A.:

Plus en détail

QUELS SCORES SONT UTILES EN CONSULTATION? JLAR 2 et 3 avril 2009. Objectifs (1)

QUELS SCORES SONT UTILES EN CONSULTATION? JLAR 2 et 3 avril 2009. Objectifs (1) Session Anesthésie Consultation Marie-Dominique BESSE Centre Hospitalier Universitaire de Lille France QUELS SCORES SONT UTILES EN CONSULTATION Diapositive 1 QUELS SCORES SONT UTILES EN CONSULTATION? JLAR

Plus en détail

Avis 18 septembre 2013

Avis 18 septembre 2013 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 18 septembre 2013 TRIDESONIT 0,05%, crème Tube de 30 g (CIP : 34009 315 857 5 6) Laboratoire SINCLAIR PHARMA DCI désonide Code ATC (2012) D07AB08 (Corticoïdes d activité

Plus en détail