Mémento sécurité à l usage des salariés d E.ON en France. Ensemble, instaurons une culture sécurité.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mémento sécurité à l usage des salariés d E.ON en France. Ensemble, instaurons une culture sécurité."

Transcription

1 Mémento sécurité à l usage des salariés d E.ON en France. Ensemble, instaurons une culture sécurité.

2 2 Introduction / sommaire Ce mémento, destiné à l ensemble des salariés d E.ON en France, regroupe les prescriptions essentielles à respecter dans le domaine de la sécurité. Il se divise en 7 parties : 1 - Les principales règles de sécurité permanentes applicables par tous. > Pages 3 à 5 Les 7 règles d or. Ce qu il ne faut pas faire. Ce qu il faut faire. 2 - Comment améliorer la sécurité?...> Pages 6 à 12 Les 5 minutes sécurité. Avis de sécurité. Auto-évaluation sécurité d une tâche. Penser sécurité. 3 - La sécurité au quotidien....> Pages 13 à 29 Préserver sa santé. La sécurité dans les actes quotidiens (trajets, déplacements, rangement, balisage, équipements de protection collectifs et individuels, manutention manuelle, opérations en hauteur, contrôle des matériels, habilitations et autorisations). Poste de travail mobile et poste de travail fixe. Réaction en cas d accident et en cas d incendie. 4 - La prise en compte de la sécurité dans les travaux....> Pages 30 à 41 La sécurité dans la réalisation des travaux (risques liés à l environnement de l intervention, risques liés à l intervention elle-même, mesures de prévention et de protection adaptées, consignations). Gestion des entreprises extérieures (travaux et prestations de service, opérations de chargement ou de déchargement). 5 - Les risques majeurs à prendre en compte....> Pages 42 à 49 Risque électrique, fluides chauds et sous pression, les risques liés aux installations de combustion, aux accumulateurs de matières et aux convoyeurs, risque bruit, risque asphyxie, risque incendie, risque explosion, risque bactériologique, risque chimique, risque amiante, risque d interférence, risque circulation, risque manutention. 6 - Les pictogrammes sécurité....> Pages 50 et L organisation sécurité et le système de management de la sécurité (SMS). > Pages 52 à 59 Règles de sécurité + Comportement + Organisation, moyens = Culture sécurité Mieux vaut se penser en danger que se croire en sécurité! Attention, ceci n est qu un mémento qui doit vous encourager à vous reporter à la documentation sécurité disponible sur la borne!

3 Les principales règles de sécurité permanentes applicables par tous Les 7 règles d or de la sécurité 3 Connaître et appliquer les consignes en vigueur. Identifier les risques propres à chaque action. Prendre des mesures adaptées, chacun à son niveau. Rendre compte des problèmes rencontrés à sa hiérarchie. N agir que lorsque l on est en sécurité. Être attentif à la sécurité des autres. Toujours intervenir lorsque la sécurité est en jeu. Il faut tout mettre en œuvre pour tendre vers le zéro accident. Je réfléchis avant d agir. Je porte mes équipements de sécurité adaptés.

4 4 Les principales règles de sécurité permanentes applicables par tous Ce qu il faut faire Connaître et respecter les consignes de sécurité : permanentes ; propres au travail à réaliser. Prendre le temps de la réflexion face aux situations de travail. Évaluer les risques dans toutes les situations de travail. Se protéger, protéger son équipe, protéger les autres contre les risques identifiés. Organiser son poste de travail et son équipe. Baliser la zone de travail. S assurer que l on détient l habilitation ou l autorisation correspondante pour tous les travaux spécifiques (électriques, conduite d engins ). S assurer, avant toute intervention, que les consignations ont été mises en place. (Attestation de consignation à récupérer auprès du chargé de consignation). S assurer de détenir les autorisations particulières chaque fois que cela est nécessaire (permis de feu, permis de fouille, ouverture de plancher ). Intervenir à chaque fois que la sécurité est en cause. Alerter en cas d incident ou d accident. Nettoyer, ranger le chantier en fin d intervention. Toujours prévenir lorsque l intervention est terminée. Rendre compte de tous les problèmes de sécurité rencontrés. Habilitations La sécurité est l affaire de chacun, j en fais une affaire personnelle.

5 Les principales règles de sécurité permanentes applicables par tous Ce qu il ne faut pas faire 5 Ignorer les consignes de sécurité. Ne pas respecter les consignes de sécurité. Ne pas mettre ses EPI. Utiliser ou consommer des substances interdites. S exposer inutilement à un risque connu. Minimiser ou ignorer volontairement les risques. Encombrer les voies de circulation. Déranger inutilement une équipe au travail. Toucher à une partie quelconque d un équipement sans y être autorisé. Pénétrer dans des zones qui ne concernent pas votre intervention ou votre habilitation sans y être autorisé. Se précipiter dans la réalisation de son travail sans réfléchir. Les comportements à risques sont générés par : l habitude ; l insouciance ; l ignorance ; l improvisation ; la fatigue ; le stress ; l inconfort ; l alcool ; le tabagisme.

6 6 Comment améliorer la sécurité Pour développer une véritable culture sécurité dans l entreprise il faut : penser sécurité ; réfléchir avant d agir (5 minutes sécurité et auto-évaluation sécurité d une tâche) ; observer les situations sous l angle sécurité et rendre-compte des problèmes (avis de sécurité).

7 Comment améliorer la sécurité Les 5 minutes sécurité 7 Je consacre toujours 5 minutes à la sécurité avant d accomplir une tâche et je me pose les bonnes questions. Que dois je faire? La tâche qu on m a donnée est-elle claire? Est-ce que j arrive à identifier les équipements sur lesquels je dois intervenir? NON Je demande des précisions sur la tâche et/ou les équipements. Ai-je les bons outils? Les outils à ma disposition sont-ils conformes au travail demandé? Sont-ils en bon état de marche? NON Je me procure les équipements et outils adaptés. Je consigne ou fais consigner ceux qui sont endommagés. Ai-je toutes les autorisations nécessaires? Consignation? Permis de feu? Permis de pénétrer? Autorisation de conduite? Habilitation?... NON Je fais établir les permis nécessaires. Je demande l aide d une personne habilitée ou en possession d une autorisation de conduite. OUI OUI OUI Quels sont les risques? Liés à l environnement de travail? Liés à la tâche elle-même? Liés aux autres? Est-ce que je les maîtrise? Les mesures d organisation à prendre sont-elles claires? Ai-je les équipements de protection nécessaires? OUI OUI OUI NON NON NON Je me renseigne sur les risques que je maîtrise mal. Je me rapproche de mon responsable pour déterminer avec lui comment mettre en oeuvre les mesures nécessaires. Je me rapproche de mon responsable pour obtenir les moyens de protection nécessaires. Je commence le travail.

8 8 Comment améliorer la sécurité Auto-évaluation sécurité d une tâche Auto-évaluation sécurité Tâche : Date : 1. Je visualise mon travail et j établis un plan clair dans ma tête. oui non Est-ce que je comprends la tâche à réaliser? Ai-je pris connaissance des procédures pour cette tâche? Ai-je tous les permis / autorisations requis(es)? Ai-je tous les EPI, équipements, matériaux et outils nécessaires? Mes EPI, équipements, matériaux et outils sont-ils en bon état? Est-ce que mon environnement de travail est propre et en ordre? 2. J identifie les dangers / risques et les zones rouges. Électricité (contact avec courant, explosion) Pression (vapeur, hydraulique, pneumatique) Mécanique (pièce mobile, point de coincement, entraînement, écrasement) Thermique (chaleur radiante, vapeur, produits chauds) Chute (charges suspendues, travail en hauteur, ouvertures dans le sol) Incendie / Explosion (charbon pulvérisé, fioul, produits inflammables ou explosifs) Espace confiné (qualité de l air, isolement, incendie, explosion, chaleur, chute, ensevelissement) Ergonomie (effort, posture, mouvement répétitif, vibration, éclairage) Chimique (produits dangereux, projection, contact) Rayonnement (rayonnement ionisant, arc électrique) Émanations toxiques (fumées, gaz, vapeur, poussières) Mon état d esprit (pression, frustration, fatigue, banalisation) Contrainte thermique (chaud, froid) Bruit (machines, équipement, opération bruyante) Environnement (propreté, déchets, déversement) Co-activité (circulation, travaux simultanés de natures différentes) Effort physique excessif (manutention de charges lourdes, perte de contrôle) Outillages (projection, entraînement, cisaillement) Autres (à préciser)

9 Comment améliorer la sécurité Auto-évaluation sécurité d une tâche 9 Je sécurise mon milieu de travail en réfléchissant aux moyens de prévention. Les cases rouges de l étape 1. ( avec mon responsable. ) nécessitent une discussion complémentaire Moyens de prévention individuels (EPI, information ) : Moyens de prévention collectifs : Organisation : 3. J évalue le niveau de risque résiduel et je prends ma décision. Faible J accomplis le travail. Moyen Je partage et j affine mon analyse avant de faire le travail. Élevé Je réévalue le dispositif de sécurité avec mon supérieur. Critique Je n effectue pas le travail. 4. Je mets en place les moyens de prévention choisis. 5. J effectue mon travail en toute sécurité tout en restant vigilant.

10 10 Comment améliorer la sécurité Avis de sécurité L avis de sécurité est le moyen accessible à tous les employés pour rendre compte d un problème de sécurité. Carte d avis de sécurité Problème sécurité q Proposition d amélioration q Incident q Non-conformité Date, heure et emplacement du problème : Que s est-il passé? Qu avez-vous constaté? Qu aurait-il pu se passer? (conséquences probables du problème) Lieu et service : Date : Nom du salarié ayant procédé à l identification du problème (facultatif) : Ensemble, instaurons une culture sécurité.

11 Comment améliorer la sécurité Avis de sécurité 11 Sur chacun des sites, les problèmes sécurité identifiés grâce aux avis de sécurité sont suivis dans un tableau de synthèse dans le but de faciliter et d accélérer leur règlement. Carte d avis de sécurité Quelles mesures immédiates ont été prises pour améliorer la situation? Que faut-il faire pour que ce type de problème ne se reproduise plus? Merci pour votre aide! Transmettez cette carte à votre chef de service. Commentaires et nom du chef de service : Ensemble, instaurons une culture sécurité.

12 12 Comment améliorer la sécurité Comment penser sécurité au quotidien? À la base de l amélioration de la sécurité, il y a la conscience du risque : Règles, procédures et consignes Compétence, savoir faire Perception du risque Réduire les risques Évaluation du risque Le Document Unique (DU) d évaluation des risques : tenu à jour par le service prévention ; disponible pour tous les salariés : borne sécurité ; vue globale sur tous les risques : par zone, par poste de travail. Consultez-le! Pour chaque tâche à effectuer, je respecte les 5 étapes pour agir en sécurité : Retour d expérience : échanges ; bonnes pratiques ; amélioration continue. Préparation : analyse de la situation ; évaluation des risques ; mon rôle dans le travail à réaliser. Prévention : mode opératoire ; organisation du travail ; préparation du chantier ; information des équipes. Action : vigilance ; balisage ; co-activité ; réaction en cas d incident. Protection : EPI ; équipements collectifs ; protection des installations.

13 13 La sécurité au quotidien La plupart des accidents surviennent dans les actions quotidiennes, il est donc essentiel de : acquérir les gestes qui préservent la santé et la sécurité ; penser «sécurité» dans la réalisation des tâches habituelles ; combattre les mauvaises habitudes.

14 14 La sécurité au quotidien Préservation de la santé Afin de préserver sa santé, chacun doit suivre au quotidien les règles suivantes : Alcool, drogues et tabac L alcool, les drogues et certains médicaments altèrent grandement la vigilance. Aussi, avant la prise de poste et sur le lieu de travail, il est interdit de boire et/ou de consommer de l alcool ou des substances illicites. Restez attentifs aux médicaments que vous prenez. Il est bien sûr interdit de fumer dans toutes les installations industrielles. Des lieux à l extérieur des locaux sont prévus à cet effet. Hygiène Pour votre santé et celle des autres adoptez une bonne hygiène. Lavez-vous les mains avant de manger, boire ou fumer et en quittant votre poste de travail. N entreposez pas de nourriture dans les vestiaires. Laissez les toilettes et les douches propres. Avec vos collègues, participez à l hygiène des salles communes (micro-ondes, réfrigérateur), de réunion et des vestiaires. Visite médicale Rendez vous à la visite médicale à laquelle vous êtes convoqués. Cette visite obligatoire permet un suivi de la santé au regard des conditions de travail. Elle détermine l aptitude pour le poste occupé ou pour la réalisation de certains travaux. Au travail comme à la maison, adoptez une hygiène de vie qui permette de rester en bonne condition physique. S A H B Q D W X K I R ATH F N T P M R G J F E I K EON Exposition aux risques Ne vous exposez pas inutilement aux risques et en particulier aux produits chimiques. Consultez les FDS (Fiches de Données de Sécurité) afin de connaître leurs risques et de vous conformer aux précautions d utilisation.

15 La sécurité au quotidien Trajet domicile / travail 15 La prise de poste commence dès la montée dans son véhicule ou dans les transports en commun pour se rendre au travail. En voiture Avant de partir : je vérifie l état de mon véhicule ; je m assure que je suis bien en état de conduire : l alcool, la drogue et certains médicaments altèrent la vigilance ; je vérifie les conditions météo et les conditions de circulation. Pendant le trajet : je reste attentif et concentré même si je connais le trajet par cœur ; je respecte le code de la route ; je respecte les distances de sécurité ; je respecte les limitations de vitesse ; je n utilise pas mon téléphone portable. Sur le site : Le code de la route s applique sur mon lieu de travail. Je respecte : la limitation de vitesse ; le sens de circulation ; les panneaux de signalisation ; je me gare aux emplacements réservés et, de préférence, en marche arrière pour avoir la vue bien dégagée en repartant. En transport en commun Je me déplace sans courir pour rejoindre mon arrêt ou ma station. Je circule sur les voies réservées aux piétons en arrivant sur le site.

16 16 La sécurité au quotidien Les déplacements Au cours de la journée, les déplacements sont nombreux. Ils ne sont pas sans risque et sont la première cause des accidents du travail chez E.ON en France : pertes d équilibre ; trébuchements ; torsions de cheville ; chutes de plain-pied ; chutes dans les escaliers Ces accidents sont loin d être anodins. Il peuvent être évités par quelques attitudes simples. Vigilance Pas de précipitation dans les déplacements : je marche, je ne cours pas. Je suis vigilant et attentif à toutes les irrégularités du sol : trou ; dénivellation ; marche ; obstacle ; sol glissant ; hauteur de la tête ; portes et accès et particulièrement quand la visibilité est moindre (aube, crépuscule, temps gris ). J ouvre et je passe les portes avec prudence. Je prends garde aussi aux chutes d objets et aux engins de manutention : à pied, j emprunte les voies de circulation réservées aux piétons ; en voiture je respecte le sens de circulation et la limitation de vitesse ; je respecte les déviations mises en place en cas de travaux. Anticipation Avant de déplacer une charge, je veille à avoir la vision dégagée pour voir les obstacles sur mon trajet. En me déplaçant, j évite les autres chantiers, les zones d échafaudage et je respecte scrupuleusement les balisages. Ça fait 20 ans que je descends ces escaliers mais aujourd hui, je trouve qu ils ont changé! Ou c est moi qui ai changé?

17 La sécurité au quotidien Les déplacements 17 Prévention - protection Dans les escaliers je tiens toujours la rampe : mieux vaut des gants sales qu une mauvaise chute! Je porte mes chaussures de sécurité : je les choisis en fonction des risques de mon poste de travail et de ma morphologie. Je porte toujours un casque. Réactivité Je me mets tout de suite en sécurité lorsque le danger est immédiat. Participation active Je signale : toute anomalie des caillebotis (escaliers, plate forme) et des gardes corps ; tout éclairage défectueux. Je participe au maintien en sécurité des allées de circulation : je place les câbles hors des voies de passage ou les suspends ; je stocke dans des emplacements prévus et balisés tout ce qui peut encombrer et gêner la circulation (matériel, échafaudages, déchets ) et je l évacue régulièrement ; je nettoie les endroits rendus glissants ; je sale ou je sable les zones verglacées.

18 18 La sécurité au quotidien Rangement & propreté L ordre, la propreté et le rangement sont des éléments essentiels du quotidien. Ils garantissent un environnement de travail agréable et plus sûr. J identifie des emplacements adaptés pour ranger le matériel et je les respecte. Je nettoie régulièrement mon poste de travail et j évacue les déchets au fur et à mesure. Je n encombre jamais : les zones de circulation ; les issues de secours ; le matériel incendie. Je trie et j archive régulièrement dans mon espace de travail. Nettoyer et entretenir son outil de travail est la marque du professionnalisme. Tous les jours, agissons collectivement pour avoir un outil de travail propre dont nous sommes fiers.

19 La sécurité au quotidien Le balisage 19 Le balisage est essentiel dans la prévention des accidents. Il permet à la fois : de se protéger et de protéger les autres ; d interdire le passage et d avertir du danger. Je balise : les ouvertures de planchers et les fouilles par des garde-corps rigides ; les ouvertures d espaces confinés ; les autres zones de travaux, si nécessaire ; les déviations de circulation mises en place pour éviter les zones de travaux ; j identifie les risques sur le lieu du balisage par exemple : risque de chute d objet, risque d asphyxie, risque de chute de hauteur Je préfère un balisage rigide au balisage souple. Je choisis la rubalise en dernier recours. Le balisage est obligatoire pour tous les chantiers

20 20 La sécurité au quotidien Équipement de protection collective Un équipement de protection collective protège le personnel contre les risques susceptibles de menacer leur santé ou leur sécurité. Il permet de limiter ou de confiner le risque. Quand c est techniquement possible, la protection collective est prioritaire sur l équipement de protection individuelle (EPI). Un équipement de protection collective peut être : fixe (ex. carter de sécurité) ou mobile (ex. bras d aspiration de vapeur) ; permanent (ex. exploitation) ou occasionnel (ex. travaux de maintenance). Quand un équipement de protection collective doit être retiré : des mesures compensatoires doivent être prises : balisage pour avertir du danger et/ou interdire l accès ; dans certains cas, il pourra être consigné ; après intervention, il devra être remis en place et testé. Au quotidien, je m assure que : les équipements de protections collectives existants sont bien en place ; les portes coupe-feu se referment bien seules ; les portillons sont refermés ; le balisage est remis. Exemples de mise en œuvre de protection collective : pour l ouverture d une cavité (caillebotis, fouille), la mise en place d un gardecorps est obligatoire ; en cas de travail en hauteur, il peut être utile de mettre des filets contre les chutes d objet ou de prolonger les garde-corps ; une passerelle adaptée est mise en place pour franchir une tranchée.

21 La sécurité au quotidien Équipement de protection individuelle (EPI) 21 Les EPI sont mis en oeuvre pour se protéger d un ou plusieurs risques. Ils doivent être utilisés en dernier recours si toutes les autres mesures déjà mises en place ne suffisent pas à se préserver d un danger. En toute circonstance, je porte une tenue adaptée aux risques de mon travail, à minima : vêtements de travail ; chaussures de sécurité ; Des pictogrammes indiquent quels sont casque. les EPI obligatoires au poste de travail. Je dois toujours avoir sur moi : (et je les porte quand c est nécessaire) lunettes de sécurité ; protections auditives ; gants. D autres EPI peuvent être nécessaires : harnais de sécurité ; masque anti-poussière ; Appareil Respiratoire Isolant (ARI). Je complète mes EPI en fonction du risque. Avant d utiliser un EPI, je vérifie son état. Tout EPI défectueux doit être remplacé. Certains EPI ne s utilisent qu une seule fois (ex. masques anti-poussière, gants jetables ). Certains EPI sont soumis à des vérifications périodiques obligatoires : ex. Appareils Respiratoires Isolants, harnais de sécurité, cartouches, détecteurs de gaz ; je m assure que les vérifications périodiques ont bien été faites avant utilisation. On ne s habitue pas au bruit, on devient sourd!

22 22 La sécurité au quotidien Manutention manuelle Toute opération de transport ou de soutien d une charge qui exige un effort physique est une manutention manuelle (ex. le levage, la pose, la poussée, la traction, le port ou le déplacement). Dans la mesure du possible, il faut toujours utiliser un équipement approprié plutôt que de porter une charge : chariot, diable, palan Si le recours à la manutention manuelle est inévitable, je prends les mesures suivantes : je m assure que le champ de vision est dégagé et que les voies de passage ne sont pas encombrées ; je m assure que la charge peut être posée dans un endroit sûr sans risque de pincement pour les pieds ou les mains. Soulever correctement une charge : adopter une position stable et sûre ; être accroupi(e) en évitant de se baisser plus bas que nécessaire ; garder le dos droit ; empoigner la charge le plus près possible du corps, en gardant les bras tendus ; lever par l unique poussée des jambes ; ne pas la soulever par à-coups ; ne jamais exercer un mouvement de torsion avec le haut du corps. Charge limite : 55 kg pour les hommes (maxi 105 kg si aptitude reconnue par le médecin du travail) ; 25 kg pour les femmes. Si la charge est longue ou encombrante, je me fais aider. J utilise des gants de manutention pour éviter les blessures et assurer une bonne prise. Manutention manuelle associée à la manutention mécanique : si l utilisation d un moyen mécanique de levage nécessite l intervention d une personne sur les objets à manutentionner (chargement, arrimage ), il est indispensable d avoir une excellente coordination de la phase de manutention. La manutention mécanique et la manutention manuelle se font en alternance ; quand le moyen de manutention est en action, la personne réalisant la manutention manuelle doit obligatoirement sortir de la zone d évolution de l engin ; quand une personne réalise des opérations de manutention manuelle, l équipement de manutention est à l arrêt.

23 La sécurité au quotidien Les opérations en hauteur 23 Plusieurs moyens peuvent être utilisés pour travailler en hauteur et chacun a sa spécificité. Les échelles : les échelles ne sont pas des postes de travail ; les échelles sont des moyens d accès ; on s en sert pour les travaux de courte durée et non répétitifs ; elles doivent être fixées ou tenues par un collègue. Les échafaudages : le montage et le démontage s effectuent par une personne formée ; le montage doit être fait en toute sécurité ; une fiche de contrôle initial est obligatoire pour formaliser la réception de l échafaudage ; contrôler l échafaudage avant de monter et viser la fiche de contrôle journalier. les échafaudages roulant doivent être correctement stabilisés avant toute utilisation. Les plates-formes : les garde-corps doivent être en bon état ; positionner des garde-corps pour toute ouverture de plancher et baliser ; mettre en place des filets de protection en cas de risque de chute d objet. Les nacelles : la conduite de nacelle élévatrice de personnes est réservée aux personnes formées et munies d une autorisation de conduite ; avant utilisation, vérifier l état du sol et l environnement de la zone d intervention ; respecter le plan de circulation ; baliser la zone d évolution ; prévoir un surveillant. Les harnais : la bonne utilisation du harnais nécessite une petite formation préalable ; vérifier l état du harnais avant utilisation ; ajuster le harnais et l attacher solidement même pour une courte durée. Le port du harnais est obligatoire pour tous les travaux en hauteur présentant des risques de chute. Ne jamais utiliser de moyens non conformes ou non homologués pour les travaux en hauteur.

24 24 La sécurité au quotidien Le contrôle des matériels Les EPI (équipements de protection individuelle) : je contrôle l état de mes EPI avant toute utilisation ; je change d équipement s il est défectueux. Les matériels et outillages : Je contrôle l état du matériel que je vais utiliser : aspect général, état du câble d alimentation et de la fiche pour les appareils électriques, fonctionnement, avant d aller dans la zone d intervention et de commencer le travail, certificat de visite périodique, le cas échéant, consultation de la notice technique, état des roues pour les chariots à main, état des échelons et des montants de l échelle Les moyens de manutention : je contrôle visuellement l état de l engin avant usage ; je consulte le carnet de maintenance de l équipement ; je contrôle le niveau de charge des batteries de carburant ; une vérification semestrielle est réalisée par une personne compétente. Incident, défectuosité : je rends compte de tout dommage du matériel après utilisation ; je le note sur le cahier de maintenance pour les engins de manutention ; je consigne ou fais consigner l équipement s il est devenu dangereux.

25 La sécurité au quotidien Les habilitations et les autorisations 25 La réalisation de certains travaux nécessite d avoir suivi une formation et/ou un contrôle de connaissances. L habilitation est la reconnaissance par l employeur de la capacité d un agent à accomplir en sécurité le travail confié. Travaux d ordre électrique - Titre d habilitation : Le titre d habilitation est délivré par l employeur en fonction : des connaissances techniques de la personne à habiliter, de l aptitude médicale, de l attestation du formateur ; seuls les agents en possession d un titre d habilitation électrique sont autorisés à intervenir sur les ouvrages électriques ou dans leur voisinage (V). Travaux d ordre mécanique - Titre d habilitation : Habilitation Hors tension Domaine BT ou HT Travaux Sous tension Intervention Électricien non habilité B0 ou H0 / / Exécutant électricien B1 ou H1 B1T ou H1T BR Chargé d intervention / / BR Chargé de travaux B2 ou H2 B2T ou H2T / Chargé de consignation BC ou HC / BC Agent de nettoyage sous tension / BN ou HN / B = domaine basse tension - H = domaine haute tension C est la reconnaissance par l employeur de l aptitude à accéder à des emplacements habituellement réservés à un personnel spécifique ou à accomplir des interventions de maintenance sur des équipements de travail présentant des risques d énergie mécanique. Travaux d ordre chimique - Titre d habilitation : C est la reconnaissance par l employeur des compétences techniques (dépotage, utilisation, manutention, stockage) et de la capacité d une personne à accomplir en sécurité un travail présentant des risques chimiques. Moyens de manutention mécaniques - Autorisation de conduite : l autorisation de conduite est délivrée par l employeur après la prise en compte : de l aptitude médicale, des connaissances et savoir-faire pour la conduite en sécurité, de la connaissance des lieux et des instructions à respecter ; elle est obligatoire pour la conduite des : Plates-formes Élévatrices Mobiles de Personnes (nacelles ), chariots élévateurs à conducteur porté, ponts roulants, grues auxiliaires de chargement de véhicules. Montage et démontage d échafaudage : Une habilitation est délivrée par l employeur aux personnes chargées de monter, démonter, modifier et vérifier les échafaudages.

26 26 La sécurité au quotidien Mon poste de travail mobile Le fait de ne pas avoir de poste de travail fixe n affranchit pas de créer, à chaque intervention, un environnement de travail sûr et organisé. A l atelier - Préparation du travail Préparer le matériel nécessaire et le vérifier visuellement. Vérifier les conditions météorologiques pour les travaux en extérieur. Préparer les EPI nécessaires dans la zone de travail. Si nécessaire, utiliser un chariot à main pour transporter le matériel et les fournitures. Suivre les voies réservées aux piétons. Marcher sans précipitation. Sur place Vérifier l éclairage et utiliser un éclairage d appoint adapté à la zone, si nécessaire. Les câbles des appareils électriques ne doivent pas présenter de danger pour les piétons. S équiper des EPI obligatoires. Demander une consignation d équipement, si nécessaire. Baliser la zone si l intervention génère des risques pour le voisinage ou si l exploitation génère des risques pour les intervenants. Fin de l intervention Ranger et nettoyer la zone de travail : jeter les déchets, remettre en place les éléments déplacés, récupérer tous les outils. Demander la déconsignation des équipements. Retourner sans précipitation à l atelier.

27 La sécurité au quotidien Mon poste de travail fixe 27 Pour me sentir bien à mon poste de travail et pour qu il soit sûr, j accorde une attention particulière à : L aspect général : de sorte que mon bureau me paraisse agréable. La propreté : je nettoie régulièrement mon bureau, mon écran, mon téléphone et je vide les poubelles ; je nettoie ou je fais nettoyer le sol s il est glissant ou si quelque chose s est renversé. L aération : j aère régulièrement mon bureau. L éclairage : j utilise un éclairage d appoint si j en ressens le besoin ; j évite d être ébloui(e). Le chauffage : je veille à ce qu il soit bien réglé pour m avoir ni chaud ni froid. Le bruit : je veille à ne pas être dérangé par le bruit ; je ferme la porte ou la fenêtre. Le rangement : je range les cartons ou dossiers dans les endroits prévus à cet effet ; je ne stocke pas de produits chimiques dans mon bureau ; je laisse les issues et moyens de secours libres ; je ferme correctement les tiroirs du bureau ou les classeurs ; j archive ou j élimine les dossiers qui ne sont plus en cours ; pour accéder aux dossiers en hauteur j utilise un moyen adapté (marchepied, escabeau), je n utilise ni chaise ni carton. Les branchements électriques : je signale toute fiche ou prise électrique dénudée ; je ne surcharge pas les multiprises. L ergonomie du bureau : je règle la hauteur de mon siège ; je m aménage des pauses pour réaliser quelques mouvements de détente ; j évite les mauvaises postures (dos courbé, bras trop tendus ) ; j adapte mon poste informatique comme indiqué sur le schéma ci-contre. Hauteur ajustable 90 Repose-pied Hauteur ajustable

Plan de prévention. Quoi?

Plan de prévention. Quoi? 2 Plan de prévention Quoi? Ce document a pour objectif d évaluer les risques inhérents à la coactivité entre les agents d'une collectivité et les salariés d'une Entreprise Extérieure (). Cette coactivité

Plus en détail

PLAN DE PRÉVENTION Modèle de Plan de prévention proposé par le CDG41 Service Prévention Version 1 janvier 2015

PLAN DE PRÉVENTION Modèle de Plan de prévention proposé par le CDG41 Service Prévention Version 1 janvier 2015 PLAN DE PRÉVENTION PLAN DE PREVENTION Qu est-ce qu un plan de prévention? C est un document dans lequel sont notifiées les mesures de coordination générales prises pour prévenir les risques liés à l interférence

Plus en détail

FONTAINIER AGENT D EXPLOITATION D EAU POTABLE SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL

FONTAINIER AGENT D EXPLOITATION D EAU POTABLE SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL FONTAINIER AGENT D EXPLOITATION D EAU POTABLE SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL REGLEMENTATION PREVENTION PROTECTION Les sources de dangers : L électricité Le travail en hauteur Le travail en espace confiné

Plus en détail

ALCOOL DROGUE PERTE DE VIGILANCE DIMINUTION DES RÉFLEXES. Ne pas conduire de véhicule sous l emprise d alcool ou de drogue

ALCOOL DROGUE PERTE DE VIGILANCE DIMINUTION DES RÉFLEXES. Ne pas conduire de véhicule sous l emprise d alcool ou de drogue MÉMENTO PRÉVENTION ALCOOL DROGUE PERTE DE VIGILANCE DIMINUTION DES RÉFLEXES Ne pas conduire de véhicule sous l emprise d alcool ou de drogue Lors d un contrôle, si le taux d alcool par litre de sang est

Plus en détail

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE de en Martinik NOTICE HYGIENE ET SECURITE BUREAU VERITAS ASEM Dossier n 6078462 Révision 2 Octobre 2014 Page 1 de en Martinik SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 1.1 OBJET DE LA NOTICE... 3 1.2 CADRE REGLEMENTAIRE...

Plus en détail

Individuels - équipement de protection auditive adaptée et en bon état

Individuels - équipement de protection auditive adaptée et en bon état AMBIANCES : BRUIT Source de bruit du type : - matériels, machines, outils - signaux sonores - conversation - Exposition à des amplitudes sonores trop importantes - intégration à la conception des locaux

Plus en détail

Service Prévention des Risques Professionnels. 26, rue d Aubigny - 69436 Lyon cedex 03 téléphone : 04 72 91 96 96 - télécopie : 04 72 91 97 09

Service Prévention des Risques Professionnels. 26, rue d Aubigny - 69436 Lyon cedex 03 téléphone : 04 72 91 96 96 - télécopie : 04 72 91 97 09 CAISSE RÉGIONALE D ASSURANCE MALADIE RHÔNE -ALPES Service Prévention des Risques Professionnels 26, rue d Aubigny - 69436 Lyon cedex 03 téléphone : 04 72 91 96 96 - télécopie : 04 72 91 97 09 FT 1022 OCTOBRE

Plus en détail

RISQUE INCENDIE DANS LES PETITES ENTREPRISES. Comment repérer les risques Comment éviter l incendie Quelle prévention faut-il mettre en place

RISQUE INCENDIE DANS LES PETITES ENTREPRISES. Comment repérer les risques Comment éviter l incendie Quelle prévention faut-il mettre en place RISQUE INCENDIE DANS LES PETITES ENTREPRISES 5 800 incendies par an dans les locaux industriels 1 incendie sur 4 est dû à une installation électrique défectueuse La plupart des incendies se déclarent la

Plus en détail

Passeport sécurité. Bâtiment et Travaux publics. La sécurité, parce qu une vie n a pas de prix!

Passeport sécurité. Bâtiment et Travaux publics. La sécurité, parce qu une vie n a pas de prix! Passeport sécurité Bâtiment et Travaux publics La sécurité, parce qu une vie n a pas de prix! Nom :... Prénom :... J atteste avoir reçu par la société Sad s Group le passeport sécurité, le Signature du

Plus en détail

ÉLECTRICIEN Livret du nouvel arrivant

ÉLECTRICIEN Livret du nouvel arrivant ÉLECTRICIEN Livret du nouvel arrivant OUI! ACCUEIL ÉLECTRICIEN Livret du nouvel arrivant Nom de l entreprise : Nom du responsable de l accueil : Nom de l accueilli : Nom de la personne à contacter en

Plus en détail

Fiche Hygiène et Sécurité

Fiche Hygiène et Sécurité Fiche Hygiène et Sécurité N 15 01/13 I nterventions d entreprises extérieures Définition - Généralités On appelle entreprise extérieure toute entreprise amenée à faire travailler son personnel pour la

Plus en détail

Dans quels cas réaliser un plan de prévention?

Dans quels cas réaliser un plan de prévention? Dans quels cas réaliser un plan de prévention? «L opération» peut être de différentes natures : chantiers, travaux de bâtiment, entretien de locaux, prestations intellectuelles Planification d une opération

Plus en détail

ASFETM Travail sécuritaire en espace clos

ASFETM Travail sécuritaire en espace clos Colloque, CSST Sherbrooke, 22 mai 2013 ASFETM Travail sécuritaire en espace clos par Charbel Mouawad, M.Sc. Hygiéniste industriel/ergonome, ASFETM 1 Objectifs À la fin de la session, les participants seront

Plus en détail

Programme de prévention Service de sécurité incendie

Programme de prévention Service de sécurité incendie Général ACCÈS AUX BÂTIMENTS diverses, chutes et glissades Prévenir le supérieur immédiat lorsque l accès au bâtiment n est pas sécuritaire. Installer un système d éclairage aux entrées et dans le stationnement

Plus en détail

PLAN DE PRÉVENTION. Conseiller les collectivités d'ille-et-vilaine dans le domaine de l'hygiène et de la sécurité ACTIVITÉ PRÉVENTION

PLAN DE PRÉVENTION. Conseiller les collectivités d'ille-et-vilaine dans le domaine de l'hygiène et de la sécurité ACTIVITÉ PRÉVENTION CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE PLAN DE PRÉVENTION Conseiller les collectivités d'ille-et-vilaine dans le domaine de l'hygiène et de la sécurité ACTIVITÉ PRÉVENTION Responsable :

Plus en détail

Décret n 92-158 du 20 février 1992 Travaux effectués dans la collectivité par une entreprise extérieure OPÉRATION ... ... FICHES SIGNALÉTIQUES

Décret n 92-158 du 20 février 1992 Travaux effectués dans la collectivité par une entreprise extérieure OPÉRATION ... ... FICHES SIGNALÉTIQUES Décret n 92-158 du 20 février 1992 Travaux effectués dans la collectivité par une entreprise extérieure OPÉRATION Lieu de l intervention :... Service, local, secteur ou atelier :... Nature de l opération

Plus en détail

Il devra adapter son discours et ses exemples au niveau et à l activité prépondérante des stagiaires de son groupe.

Il devra adapter son discours et ses exemples au niveau et à l activité prépondérante des stagiaires de son groupe. Face à face pédagogique en français et en langue étrangère : 7 heures 1. Tour de table Introduction 2. Contexte et enjeux de la sécurité 3. Les risques et moyens de prévention/protection 4. Organisation

Plus en détail

PLAN DE PREVENTION 1. CONTEXTE DE MISE EN ŒUVRE DU PLAN DE PREVENTION 2. LES DIFFERENTES ETAPES DE LA COORDINATION

PLAN DE PREVENTION 1. CONTEXTE DE MISE EN ŒUVRE DU PLAN DE PREVENTION 2. LES DIFFERENTES ETAPES DE LA COORDINATION PLAN DE PREVENTION 1. CONTEXTE DE MISE EN ŒUVRE DU PLAN DE PREVENTION Pour toute opération de travaux ou prestation de service réalisée par une ou plusieurs entreprises extérieures sur les sites de l ANSES

Plus en détail

Exemple de document unique

Exemple de document unique Exemple de document unique Tableau 1 Identification, par unité de travail, des risques professionnels (des dangers liés à un équipement, une substance, une méthode de travail susceptible de causer un dommage

Plus en détail

PLAN DE PREVENTION. OPERATION N du. Responsables des Entreprises

PLAN DE PREVENTION. OPERATION N du. Responsables des Entreprises PLAN DE PREVENTION Décret N 92-158 du 20 février 1992 : Travaux effectués dans un établissement par une entreprise extérieure Arrêté du 19 mars 1993 : Liste des dangereux - Code du travail articles R.237-1

Plus en détail

Lycée des Métiers du Bâtiment, des Travaux Publics et de la Topographie RENE CAILLIE. Livret d accueil LA SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL

Lycée des Métiers du Bâtiment, des Travaux Publics et de la Topographie RENE CAILLIE. Livret d accueil LA SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL Livret d accueil LA SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL LA SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL Toute personne au travail, quel que soit son statut, effectuera avec d autant plus d efficacité, les tâches confiées si

Plus en détail

PLAN DE PREVENTION MAINTENANCE CLIMATISATION VENTILATION

PLAN DE PREVENTION MAINTENANCE CLIMATISATION VENTILATION Association des Directeurs et Responsables de Services Généraux Facilities Managers Association PLAN DE PREVENTION MAINTENANCE CLIMATISATION VENTILATION Avertissement : ce document est un exemple établi

Plus en détail

GESTION DE LA CO- ACTIVITÉ

GESTION DE LA CO- ACTIVITÉ 16 A GESTION DE LA CO- ACTIVITÉ Plan de prévention - Protocole de sécurité pour le chargement ou le déchargement de véhicule Permis de feu - Dossier des plans de prévention, protocoles de sécurité pour

Plus en détail

Évaluation des risques et programme d actions de prévention dans le BTP Article L 230.2 du code du travail FEUILLET 1 Entreprise ou établissement Raison sociale : Coordonnées : Activité(s) : Correspondant

Plus en détail

Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1.

Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1. Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1 Juin 2015 NOTICE D HYGIENE ET DE SECURITE P. 2 sur 8 SOMMAIRE 1 Hygiène...

Plus en détail

DIRECTION QUALITE & HSE CONSIGNE GENERALE DE SECURITE

DIRECTION QUALITE & HSE CONSIGNE GENERALE DE SECURITE DIRECTION QUALITE & HSE Sommaire 1. DISPOSITION GENERALES... 1 2. REGLES A OBSERVER :... 1 4. CONDUITE A TENIR SUR LES CHANTIERS OU LES INSTALLATIONS PETROLIERES.... 2 5. CONDUITE A TENIR POUR EVITER LA

Plus en détail

Santé au Travail en Pays de Fougères PLAN DE PREVENTION. Art R.4511-1 à R.4514-10 du code du travail. Localisation de l intervention :

Santé au Travail en Pays de Fougères PLAN DE PREVENTION. Art R.4511-1 à R.4514-10 du code du travail. Localisation de l intervention : Santé au Travail en Pays de Fougères PLAN DE PREVENTION Art R.4511-1 à R.4514-10 du code du travail Entreprise utilisatrice (client) Raison sociale : Représentée par : Coordonnées : Téléphone : Entreprise

Plus en détail

PROTOCOLE DE SECURITE En application des articles R237-1 et suivants du Code du Travail

PROTOCOLE DE SECURITE En application des articles R237-1 et suivants du Code du Travail 1- ENTREPRISE D ACCUEIL (E.A.) Entreprise : Adresse postale : GCS Cité Sanitaire Georges Charpak 11 Boulevard Georges Charpak BP 414 44606 SAINT-NAZAIRE CEDEX : 02 72 27 86 40 Fax : 02 72 27 86 41 Référent

Plus en détail

LE TRAVAIL EN HAUTEUR

LE TRAVAIL EN HAUTEUR F I C H E P R E V E N T I O N N 0 2 «H Y G I E N E S E C U R I T E» LE TRAVAIL EN HAUTEUR STATISTIQUES Avec près d une centaine d agent victime de chutes de hauteur durant les 5 dernières années dans les

Plus en détail

LESI LIVRET POUR L ENTRETIEN EN SÉCURITÉ DES INSTALLATIONS

LESI LIVRET POUR L ENTRETIEN EN SÉCURITÉ DES INSTALLATIONS LESI LIVRET POUR L ENTRETIEN EN SÉCURITÉ DES INSTALLATIONS Département fédéral de l économie DFE Secrétariat d Etat à l économie SECO Commission fédérale de coordination pour la sécurité au travail (CFST)

Plus en détail

Le travail en hauteur

Le travail en hauteur peut engendrer des risques - c est d ailleurs l un des premiers cas d accident de travail. Vous trouverez dans ce document des mesures de sécurité générales ainsi que des indications concrètes liées à

Plus en détail

Notice hygiène et sécurité Engagement de l entreprise

Notice hygiène et sécurité Engagement de l entreprise BATIMENT TRAVAUX PUBLIC S.A.S au Capital de 500 000 Tél : 04 90 60 00 94 - Fax : 04 90 63 05 01 Préambule Notice hygiène et sécurité Engagement de l entreprise La note ci jointe décrit les engagements

Plus en détail

Centre de Production Thermique EDF BOUCHAIN Page 1

Centre de Production Thermique EDF BOUCHAIN Page 1 CONSERVEZ CE DOCUMENT Fait à Bouchain, le : / / Centre de Production Thermique EDF BOUCHAIN Page 1 SOMMAIRE CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR PLAN DU SITE PAGE 3 CONSIGNES GÉNÉRALES PAGE 4 ÉQUIPEMENTS DE PROTECTION

Plus en détail

LE PROTOCOLE DE SECURITE

LE PROTOCOLE DE SECURITE Fiche outil n 7 LE PROTOCOLE DE SECURITE Dans le cadre des opérations de chargement et de déchargement La présente fiche outil est constituée des éléments suivants : - Une fiche explicative concernant

Plus en détail

PLAN DE PRÉVENTION. 1 Entreprise utilisatrice... Nature :... Lieu :... Début des travaux :... Fin des travaux :...

PLAN DE PRÉVENTION. 1 Entreprise utilisatrice... Nature :... Lieu :... Début des travaux :... Fin des travaux :... PLAN DE PRÉVENTION Objectif : Le plan de prévention permet de limiter les risques liés à la coactivité des personnes présentes sur le lieu d une intervention. Il est réalisé à l issue d une visite préalable

Plus en détail

L'INSPECTION EN USINE: PREVENIR LES RISQUES CHR 103. Philippe Malouines, 10 Avril 2008

L'INSPECTION EN USINE: PREVENIR LES RISQUES CHR 103. Philippe Malouines, 10 Avril 2008 L'INSPECTION EN USINE: PREVENIR LES RISQUES CHR 103 Philippe Malouines, 10 Avril 2008 Le Décret du 20 février 1992 Champ d application Le décret du 20 février 1992 est applicable lorsque du personnel d

Plus en détail

LIVRET DE CONSIGNES DE SÉCURITÉ. Agents réalisant la collecte des déchets

LIVRET DE CONSIGNES DE SÉCURITÉ. Agents réalisant la collecte des déchets LIVRET DE CONSIGNES DE SÉCURITÉ Agents réalisant la collecte des déchets Sommaire 1- Enjeux et objectifs de ce livret... 3 2- Au départ (Avant la collecte)... 4 2.1 Les équipements de protection individuelle

Plus en détail

IDENTIFICATION PRÉLIMINAIRE DES RISQUES

IDENTIFICATION PRÉLIMINAIRE DES RISQUES 1. Pièce mobile en mouvement (courroie, convoyeur, ventilateur, etc.) 1. 1. Cisaillement 1. 2. Entraînement 1. 3. Coincement 1. 4. Frappé par 1. 5. Frapper contre 1. 6. Écrasement 2. Courant électrique

Plus en détail

PIECE V - NOTICE D HYGIENE ET DE SECURITE

PIECE V - NOTICE D HYGIENE ET DE SECURITE PIECE V - NOTICE D HYGIENE ET DE SECURITE Pièce V Notice d hygiène et de sécurité Page 344 SOMMAIRE I. ORGANISATION GENERALE... 346 A- Effectif et rythme de travail... 346 B- C.H.S.C.T.... 346 C- Formation

Plus en détail

PLAN. Introduction Quand Avec quoi Protection Les chantiers Rôle du CHS Rôle de l ACMO

PLAN. Introduction Quand Avec quoi Protection Les chantiers Rôle du CHS Rôle de l ACMO PLAN Introduction Quand Avec quoi Protection Les chantiers Rôle du CHS Rôle de l ACMO INTRODUCTION La protection contre les chutes de hauteur est trop souvent réduite à une question d'équipements de protection

Plus en détail

Formation ACMO / CHS 26 mai 2011. Intervention d entreprises extérieures. Plan de Prévention Protocole de Sécurité. Brochure ED 941 INRS

Formation ACMO / CHS 26 mai 2011. Intervention d entreprises extérieures. Plan de Prévention Protocole de Sécurité. Brochure ED 941 INRS Formation ACMO / CHS 26 mai 2011 Intervention d entreprises extérieures Brochure ED 941 INRS Plan de Prévention Protocole de Sécurité PLAN Introduction Réglementation Démarche globale Cas particulier du

Plus en détail

CENTRE de GESTION du HAUT-RHIN

CENTRE de GESTION du HAUT-RHIN Circulaire n 14/2008 Cl. C 44 Colmar, le 3 avril 2008 Màj juin 2012 CENTRE de GESTION du HAUT-RHIN FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE 22, rue Wilson - 68027 COLMAR Cedex 03 89 20 36 00-03 89 20 36 29 - cdg68@calixo.net

Plus en détail

- Hygiène et sécurité - Le travail en hauteur

- Hygiène et sécurité - Le travail en hauteur - Hygiène et sécurité - Le travail en hauteur La présente fiche rappelle les différentes mesures concernant la prévention des risques liés au travail en hauteur. 1. De nouvelles dispositions réglementaires

Plus en détail

LES RÈGLES D OR DE TOTAL

LES RÈGLES D OR DE TOTAL rendez-vous sur www.total.com Direction de la Sécurité Industrielle TOTAL S.A. Siège social : 2, place Jean Millier La Défense 6 92078 Paris-La Défense Cedex France Tel. +33 (0)1 47 44 45 46 Capital social

Plus en détail

Guide d évaluation des risques

Guide d évaluation des risques Guide d évaluation des risques Pressing SR 108 PREV 04/2015 Ce guide a été réalisé par la Carsat Pays de la Loire et les Services de Santé au Travail de la Loire Atlantique et du Maine et Loire. Il comprend

Plus en détail

Carrefour ARRAS. Expertise réalisée par : Vincent Cordonnier

Carrefour ARRAS. Expertise réalisée par : Vincent Cordonnier Carrefour ARRAS Expertise réalisée par : Vincent Cordonnier Page / 4 Site : Carrefour ARRAS Expertise Identité complète Responsable : M. Bidon Paul rue des Sachets 600 ARRAS Date d'audit : 06/05/00 Consultant

Plus en détail

Liste de contrôle Soudage, coupage, brasage et chauffage (travaux à la flamme)

Liste de contrôle Soudage, coupage, brasage et chauffage (travaux à la flamme) La sécurité, c est réalisable Liste de contrôle Soudage, coupage, brasage et chauffage (travaux à la flamme) Les installations de soudage au gaz de votre entreprise sontelles en parfait état de fonctionnement?

Plus en détail

POLITIQUE EN MATIERE DE SANTE SECURITE AU TRAVAIL (SST)

POLITIQUE EN MATIERE DE SANTE SECURITE AU TRAVAIL (SST) POLITIQUE EN MATIERE DE SANTE SECURITE AU TRAVAIL (SST) Etapes Actions Pilote de l action Description et type de documents 1 Définition d une politique Santé Sécurité au Travail Top Management + externe

Plus en détail

Statistiques des accidents du travail et des maladies professionnelles RASSCT 2013

Statistiques des accidents du travail et des maladies professionnelles RASSCT 2013 Centre de Gestion du Haut-Rhin Fonction Publique Territoriale 22 rue Wilson - 68027 COLMAR Cedex Tél. : 03 89 20 36 00 - Fax : 03 89 20 36 29 - cdg68@calixo.net - www.cdg68.fr Circulaire n 10/2015 Cl.

Plus en détail

PrÉvention sécurité. environnement. Environnement. Prévention Sécurité Environnement. Manutention pages 70-71. Sécurité pages 72-81

PrÉvention sécurité. environnement. Environnement. Prévention Sécurité Environnement. Manutention pages 70-71. Sécurité pages 72-81 SOMMAIRE PrÉvention sécurité Environnement Prévention Sécurité Environnement Manutention pages 70-71 Sécurité pages 72-81 école PSE pages 82-85 Environnement page 86 PrÉvention sécurité Environnement les

Plus en détail

Annexe 1: bases de conception des signaux de sécurité et des signaux auxiliaires

Annexe 1: bases de conception des signaux de sécurité et des signaux auxiliaires Annexes à la règle CIPA n 22 Annexe 1: bases de conception des signaux de sécurité et des signaux auxiliaires 1.1 Signaux de sécurité Forme géométrique Signification Couleur de sécurité Couleur de contraste

Plus en détail

ENTRETIEN DES LOCAUX Date de dernière mise à jour : 20/11/06

ENTRETIEN DES LOCAUX Date de dernière mise à jour : 20/11/06 Page 1 sur 8 ENTRETIEN DES LOCAUX ASPECT REGLEMENTAIRE En matière d entretien et de nettoyage des locaux, la règlementation impose à l autorité territoriale certaines opérations : Tenir en état constant

Plus en détail

VCA Sécurité de Base

VCA Sécurité de Base VCA Sécurité de Base CHAPITRE 1: LÉGISLATION 1. A qui la loi sur le bien-être au travail impose-t-elle des obligations? a. A l employeur et au travailleur. b. A l employeur uniquement. c. Au travailleur

Plus en détail

Entreprises de travail à façon de la viande. Plan de prévention

Entreprises de travail à façon de la viande. Plan de prévention Entreprises de travail à façon de la viande Plan de prévention L intervention dans l entreprise du donneur d ordre ajoute aux risques propres au travail de la viande des risques d interférences avec l

Plus en détail

SENSIBILISATION AUX RISQUES ELECTRIQUES

SENSIBILISATION AUX RISQUES ELECTRIQUES SENSIBILISATION AUX RISQUES ELECTRIQUES L ACCIDENT DU TRAVAIL «Est considéré comme accident du travail, quelle qu en soit la cause, l accident survenu par le fait ou à l occasion du travail à toute personne

Plus en détail

Objectif: Mettre en place une politique santé et sécurité au travail. Stratégie: Recenser les risques professionnels Donner un caractère de priorité aux risques recensés Proposer des actions en vue de

Plus en détail

GRILLE D AUTODIAGNOSTIC. en santé et en sécurité du travail. Chariots élévateurs

GRILLE D AUTODIAGNOSTIC. en santé et en sécurité du travail. Chariots élévateurs Identification de l équipement: Date: Chariots élévateurs 3 Éléments du chariot 1 Mât d élévation 2 Vérin 3 Fourches 4 Tablier du porte-fourches 5 Roues motrices 6 Roues de direction 7 Châssis 8 Frein

Plus en détail

Prévenir le risque d explosion

Prévenir le risque d explosion bouteilles d acétylène, d oxygène & de gaz inflammables : Prévenir le risque d explosion Transport en véhicule léger Stockage hors véhicule Association Française 14, rue de la République 92800 Puteaux

Plus en détail

Stockage de produits chimiques

Stockage de produits chimiques Conseils prévention Santé au travail Crée le 28/04/2011 par VK Mise à jour 28/04/2011 par VK Stockage de produits chimiques 1 Risques liés au stockage de produits chimiques...2 2 Règles générales...2 3

Plus en détail

Compagnie minière IOC Santé, sécurité et environnement

Compagnie minière IOC Santé, sécurité et environnement Santé, sécurité et environnement Travail à chaud 1 BUT La pratique sur le travail à chaud a pour but : d établir un système efficace de gestion du travail à chaud pouvant contribuer à prévenir un incendie,

Plus en détail

Santé et sécurité au travail

Santé et sécurité au travail l SANTE ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL DIRECTIVE POUR LES TRAVAUX EFFECTUÉS SUR LE SITE DE L AÉROPORT 1. Principes directeurs Préambule But Champ d application La sécurité du trafic aérien, des passagers et des

Plus en détail

ACCUEILLIR. un jeune dans le BTP ACCUEIL

ACCUEILLIR. un jeune dans le BTP ACCUEIL ACCUEILLIR un jeune dans le BTP ACCUEIL ACCUEILLIR un jeune dans le BTP Complétez votre démarche d accueil en commandant le coffret accueil de votre métier ou en le téléchargeant sur www.oppbtp.fr Coffrets

Plus en détail

Mémento des formations en C.N.P.E.

Mémento des formations en C.N.P.E. 1/23 Mémento des formations en C.N.P.E. Pour toutes ces formations, vous pouvez contacter l Assistante de Direction du GIM Est ou les ingénieurs sécurité du GIM Est afin de définir les modalités de mise

Plus en détail

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG Version 1.0 1 Avant-propos Ce guide de bonnes pratiques a été préparé pour fournir des informations concernant la collecte

Plus en détail

La santé de vos soudeurs vous concerne. Santé, Sécurité et Soudage 24 juin 2010

La santé de vos soudeurs vous concerne. Santé, Sécurité et Soudage 24 juin 2010 1 La santé de vos soudeurs vous concerne Santé, Sécurité et Soudage 24 juin 2010 2 Sommaire - Accueil au centre de formation - Principe de la sécurité du soudage - Différents risques et dangers du soudage

Plus en détail

Règlement général d hygiène et de sécurité en vigueur au sein de la Société des Carrières de Hautes Provence.

Règlement général d hygiène et de sécurité en vigueur au sein de la Société des Carrières de Hautes Provence. Règlement général d hygiène et de sécurité en vigueur au sein de la Société des Carrières de Hautes Provence. 1 REGLES GENERALES 1.1 Disposition générale Le personnel est tenu de se conformer strictement

Plus en détail

CQP Technicien(ne) de maintenance industrielle des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

CQP Technicien(ne) de maintenance industrielle des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Technicien(ne) de maintenance industrielle des industries chimiques Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des composantes du métier en lien

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ Décret n o 2008-1325 du 15 décembre 2008 relatif à la sécurité des ascenseurs,

Plus en détail

PROTOCOLE DE CHARGEMENT ET DE DECHARGEMENT

PROTOCOLE DE CHARGEMENT ET DE DECHARGEMENT PROTOCOLE DE CHARGEMENT ET DE DECHARGEMENT -Arrêté du 26 avril 1996 1. OBJECTIF PROTOCOLE DE SÉCURITÉ Adaptation des règles de sécurité prévues par le décret de 1992 (92-158 du 20.02.92) pour les opérations

Plus en détail

LE RISQUE CHIMIQUE. Au travail... ... comme à la maison

LE RISQUE CHIMIQUE. Au travail... ... comme à la maison LE RISQUE CHIMIQUE Un agent chimique dangereux est une substance ou un mélange dont la composition est susceptible de porter atteinte à la sécurité et à la santé des salariés exposés ou des utilisateurs.

Plus en détail

Consignes de sécurité

Consignes de sécurité Consignes de sécurité Toute personne travaillant chez et pour E.ON Benelux doit tout mettre en œuvre pour éviter tous les accidents (et donc les blessures et les dommages); doit tout mettre en œuvre pour

Plus en détail

Aide à domicile. Recommandations du Service de Santé au Travail : Principaux risques professionnels :

Aide à domicile. Recommandations du Service de Santé au Travail : Principaux risques professionnels : AIDE A DOMICILE Aide à domicile Recommandations du Service de Santé au Travail : Principaux risques professionnels : L évaluation des risques (décret du 05 nov. 2001) doit être une démarche collective

Plus en détail

La prévention dans les collectivités territoriales

La prévention dans les collectivités territoriales Note HYGIENE & SECURITE 002 2007 La prévention dans les collectivités territoriales L autorité territoriale a dans l obligation d organiser la prévention en matière d Hygiène et de Sécurité, afin que dans

Plus en détail

Comment remplir. Votre. Document Unique? SERVICE HYGIENE ET SECURITE EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS AIDE A LA REDACTION DU DOCUMENT UNIQUE

Comment remplir. Votre. Document Unique? SERVICE HYGIENE ET SECURITE EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS AIDE A LA REDACTION DU DOCUMENT UNIQUE Comment remplir Votre Document Unique? Page 1 sur 17 Ce support a été réalisé par le (SHS). L objectif est d harmoniser les réponses de chaque unité, en vue de faciliter l exploitation de l ensemble des

Plus en détail

comment remplir le plan de prévention?

comment remplir le plan de prévention? n comment remplir le plan de prévention? Plan de Prévention (décret du 20 février 1992 - R 4532-1 à R 4535-10) (à communiquer à toutes les entreprises concernées par cette tâche) Entreprise utilisatrice

Plus en détail

Signaux. Lutte contre l Incendie. Registres de sécurité. Consignes. Classes de feux : consigne d utilisation d un extincteur.

Signaux. Lutte contre l Incendie. Registres de sécurité. Consignes. Classes de feux : consigne d utilisation d un extincteur. Registres de sécurité Existe en français et en bilingue Classes de feux : consigne d utilisation d un extincteur Indiquent sur quelles classes de feux chaque extincteur est efficace. A afficher à hauteur

Plus en détail

Page 1. Le Plan de Prévention

Page 1. Le Plan de Prévention Page 1 Le Plan de Prévention 01 LA REGLEMENTATION Rappel : Le document Unique d Evaluation des Risques Dans toute entreprise, le chef d entreprise a pour obligation d assurer la sécurité et la santé de

Plus en détail

LIVRET DE CONSIGNES DE SÉCURITÉ. Agents réalisant la collecte avec polybenne-grue

LIVRET DE CONSIGNES DE SÉCURITÉ. Agents réalisant la collecte avec polybenne-grue LIVRET DE CONSIGNES DE SÉCURITÉ Agents réalisant la collecte avec polybenne-grue Sommaire 1- Enjeux et objectifs de ce livret... 3 2- Rappel sur les obligations des agents en hygiène et sécurité... 3 3-

Plus en détail

Document unique d évaluation des risques professionnels

Document unique d évaluation des risques professionnels Document unique d évaluation des risques professionnels La loi n 91-1414 du 31 décembre 1991 (article L.230-2 du Code du travail), demande au chef d établissement de prendre toutes les mesures nécessaires

Plus en détail

FORMATION / CONSEIL / SECURITÉ

FORMATION / CONSEIL / SECURITÉ FORMATION / CONSEIL / SECURITÉ ENGINS DE CHANTIER / GRUE À TOUR / GRUE MOBILE / PEMP / CHARIOTS ÉLÈVATEURS / GRUE AUXILIAIRE / PONT ROULANT ÉLINGUEUR / TRAVAIL EN HAUTEUR / ÉCHAFAUDAGE / HABILITATION ÉLECTRIQUE

Plus en détail

à l inspecteur de la CSST ; à l inspecteur de la prévention incendie ; à l inspecteur à la prévention ; au Comité SST.

à l inspecteur de la CSST ; à l inspecteur de la prévention incendie ; à l inspecteur à la prévention ; au Comité SST. GRILLE D AUTO-ÉVALUATION EN SANTÉ SÉCURITÉ AU TRAVAIL COMMISSION SCOLAIRE DES PATRIOTES GÉNÉRALE Juin 2002 DOCUMENT À CONSERVER ET À FOURNIR SUR DEMANDE : à l inspecteur de la CSST ; à l inspecteur de

Plus en détail

ESSENTIEL PREVENTION AFFICHAGE SECURITE ET SANTE AU TRAVAIL DANS LES ENTREPRISES

ESSENTIEL PREVENTION AFFICHAGE SECURITE ET SANTE AU TRAVAIL DANS LES ENTREPRISES ESSENTIEL PREVENTION AFFICHAGE SECURITE ET SANTE AU TRAVAIL DANS LES ENTREPRISES Définition Une signalisation ou un affichage sécurité doit être mise en place dans l entreprise lorsqu un risque ne peut

Plus en détail

Le livret d accueil du BTP vous est proposé par

Le livret d accueil du BTP vous est proposé par Le livret d accueil du BTP vous est proposé par ',5(&7,21 '(6 (175(35,6(6 '( /$ &21&855(1&( '( /$ &216200$7,21 '8 75$9$,/ (7 '( / (03/2, '( /$ *8$'(/283( ',5(&7,21 '(6 (175(35,6(6 '( /$ &21&855(1&( '(

Plus en détail

Principaux éléments de l emploi en particulier la filière professionnelle, le cadre d emplois correspondant au poste, la durée de travail, etc

Principaux éléments de l emploi en particulier la filière professionnelle, le cadre d emplois correspondant au poste, la durée de travail, etc MODELE DE FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE : AGENT POLYVALENT DES SERVICES TECHNIQUES OBJECTIF PRINCIPAL DU POSTE : Principaux éléments de l emploi en particulier la filière professionnelle, le cadre d

Plus en détail

Sécurité de la clientèle dans les magasins

Sécurité de la clientèle dans les magasins AD/BS 06.227 5 Septembre 2006 Sécurité de la clientèle dans les magasins CONSEIL DU COMMERCE DE FRANCE 40, Bd Malesherbes 75008 Paris Tél : 01 40 15 03 03 Fax : 01 40 15 97 22 Email : conseilducommerce@cdcf.com

Plus en détail

Prévention des risques professionnels Secourisme Electricité Santé et sécurité au travail Levage Manutention Incendie Amiante

Prévention des risques professionnels Secourisme Electricité Santé et sécurité au travail Levage Manutention Incendie Amiante C A T A L O G U E 2016 Management de la sécurité F O R M A T I O N S Elaborer son document unique Formation du référent sécurité Formation à l analyse des AT : L arbre des causes Formation des membres

Plus en détail

Dangers des gaz NATURE : TEMPERATURE : PRESSION : Transport de gaz dans des véhicules non ADR (Qté transportée < Qté définies par le 1.1.3.

Dangers des gaz NATURE : TEMPERATURE : PRESSION : Transport de gaz dans des véhicules non ADR (Qté transportée < Qté définies par le 1.1.3. Dangers des gaz NATURE : Gaz inerte : Azote, Argon, CO2, Hélium Gaz comburant : Oxygène, Protoxyde d azote Gaz inflammable : Hydrogène, Acétylène, Propane Gaz toxique : Ammoniac, Chlore, Fluor, SO2 Risque

Plus en détail

5. INSPECTION COMMUNE PREALABLE ET PLAN DE PREVENTION

5. INSPECTION COMMUNE PREALABLE ET PLAN DE PREVENTION 1. OBJET Le décret n 92-158 du 20 février 1992 s'applique dès lors qu'une entreprise extérieure intervient dans un établissement d'une collectivité ou dans ses dépendances ou chantiers. 2. REGLEMENTATION

Plus en détail

S3.4 La prévention des risques professionnels

S3.4 La prévention des risques professionnels CERTIFICAT D APTITUDE PROFESSIONNEL RÉPARATION DES CARROSSERIES Classe de seconde Document professeur SAVOIRS ASSOCIÉS DÉVELOPPÉS Savoirs S3.4.1 Les enjeux sociaux des accidents du travail. S3.4.2 Le processus

Plus en détail

Préambule.... 2 Chapitre 1 : Rappel des quelques obligations législatives et réglementaires... 2

Préambule.... 2 Chapitre 1 : Rappel des quelques obligations législatives et réglementaires... 2 Charte professionnelle visant à organiser et assurer l hygiène et la sécurité des salariés en situation de coactivité pendant les opérations de montage et de démontage des manifestations commerciales Préambule....

Plus en détail

7. Ponts élévateurs. 125, route d Esch L-1471 LUXEMBOURG Tél.: (+352) 26 19 15-2201 Fax: (+352) 40 12 47 Web: www.aaa.lu E-mail: prevention@secu.

7. Ponts élévateurs. 125, route d Esch L-1471 LUXEMBOURG Tél.: (+352) 26 19 15-2201 Fax: (+352) 40 12 47 Web: www.aaa.lu E-mail: prevention@secu. 7. Ponts élévateurs Version: 10/2012 Texte original en langue allemande 125, route d Esch L-1471 LUXEMBOURG Tél.: (+352) 26 19 15-2201 Fax: (+352) 40 12 47 Web: www.aaa.lu E-mail: prevention@secu.lu Association

Plus en détail

Vous êtes artisan PLOMBIER CHAUFFAGISTE

Vous êtes artisan PLOMBIER CHAUFFAGISTE Vous êtes artisan PLOMBIER CHAUFFAGISTE Le mot des Présidents Le décret du 5 novembre 2001 impose une nouvelle obligation aux entreprises : formaliser les risques de l entreprise sur un document unique.

Plus en détail

Calendrier Prévisionnel des Formations Inter-Entreprises 2015 Agence de BORDEAUX (Saint Aubin) (dernière mise à jour : 31/08/15)

Calendrier Prévisionnel des Formations Inter-Entreprises 2015 Agence de BORDEAUX (Saint Aubin) (dernière mise à jour : 31/08/15) Préparations à l'habilitation électrique Electricien B1 B2 B1V B2V BT BR Initial Electricien B1 B2 B1V B2V BT BR Recyclage (1,5 jours) Non électricien exécutant B0 H0 Initial / Recyclage Non électricien

Plus en détail

Note. Charte Hygiène et Sécurité

Note. Charte Hygiène et Sécurité 1/5 Préambule L ENSCMu est un ERP (Etablissement Recevant du Public) de 3 ème catégorie, de type R (enseignement et recherche). Dans ce cadre, l école est soumise au respect de différentes réglementations

Plus en détail

Modèle de règlement intérieur

Modèle de règlement intérieur Modèle de règlement intérieur Article 1 er : Objet Le présent règlement est destiné à organiser la vie et les conditions d exécution du travail dans la collectivité. Il est complété, le cas échéant, par

Plus en détail