Mémento sécurité à l usage des salariés d E.ON en France. Ensemble, instaurons une culture sécurité.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mémento sécurité à l usage des salariés d E.ON en France. Ensemble, instaurons une culture sécurité."

Transcription

1 Mémento sécurité à l usage des salariés d E.ON en France. Ensemble, instaurons une culture sécurité.

2 2 Introduction / sommaire Ce mémento, destiné à l ensemble des salariés d E.ON en France, regroupe les prescriptions essentielles à respecter dans le domaine de la sécurité. Il se divise en 7 parties : 1 - Les principales règles de sécurité permanentes applicables par tous. > Pages 3 à 5 Les 7 règles d or. Ce qu il ne faut pas faire. Ce qu il faut faire. 2 - Comment améliorer la sécurité?...> Pages 6 à 12 Les 5 minutes sécurité. Avis de sécurité. Auto-évaluation sécurité d une tâche. Penser sécurité. 3 - La sécurité au quotidien....> Pages 13 à 29 Préserver sa santé. La sécurité dans les actes quotidiens (trajets, déplacements, rangement, balisage, équipements de protection collectifs et individuels, manutention manuelle, opérations en hauteur, contrôle des matériels, habilitations et autorisations). Poste de travail mobile et poste de travail fixe. Réaction en cas d accident et en cas d incendie. 4 - La prise en compte de la sécurité dans les travaux....> Pages 30 à 41 La sécurité dans la réalisation des travaux (risques liés à l environnement de l intervention, risques liés à l intervention elle-même, mesures de prévention et de protection adaptées, consignations). Gestion des entreprises extérieures (travaux et prestations de service, opérations de chargement ou de déchargement). 5 - Les risques majeurs à prendre en compte....> Pages 42 à 49 Risque électrique, fluides chauds et sous pression, les risques liés aux installations de combustion, aux accumulateurs de matières et aux convoyeurs, risque bruit, risque asphyxie, risque incendie, risque explosion, risque bactériologique, risque chimique, risque amiante, risque d interférence, risque circulation, risque manutention. 6 - Les pictogrammes sécurité....> Pages 50 et L organisation sécurité et le système de management de la sécurité (SMS). > Pages 52 à 59 Règles de sécurité + Comportement + Organisation, moyens = Culture sécurité Mieux vaut se penser en danger que se croire en sécurité! Attention, ceci n est qu un mémento qui doit vous encourager à vous reporter à la documentation sécurité disponible sur la borne!

3 Les principales règles de sécurité permanentes applicables par tous Les 7 règles d or de la sécurité 3 Connaître et appliquer les consignes en vigueur. Identifier les risques propres à chaque action. Prendre des mesures adaptées, chacun à son niveau. Rendre compte des problèmes rencontrés à sa hiérarchie. N agir que lorsque l on est en sécurité. Être attentif à la sécurité des autres. Toujours intervenir lorsque la sécurité est en jeu. Il faut tout mettre en œuvre pour tendre vers le zéro accident. Je réfléchis avant d agir. Je porte mes équipements de sécurité adaptés.

4 4 Les principales règles de sécurité permanentes applicables par tous Ce qu il faut faire Connaître et respecter les consignes de sécurité : permanentes ; propres au travail à réaliser. Prendre le temps de la réflexion face aux situations de travail. Évaluer les risques dans toutes les situations de travail. Se protéger, protéger son équipe, protéger les autres contre les risques identifiés. Organiser son poste de travail et son équipe. Baliser la zone de travail. S assurer que l on détient l habilitation ou l autorisation correspondante pour tous les travaux spécifiques (électriques, conduite d engins ). S assurer, avant toute intervention, que les consignations ont été mises en place. (Attestation de consignation à récupérer auprès du chargé de consignation). S assurer de détenir les autorisations particulières chaque fois que cela est nécessaire (permis de feu, permis de fouille, ouverture de plancher ). Intervenir à chaque fois que la sécurité est en cause. Alerter en cas d incident ou d accident. Nettoyer, ranger le chantier en fin d intervention. Toujours prévenir lorsque l intervention est terminée. Rendre compte de tous les problèmes de sécurité rencontrés. Habilitations La sécurité est l affaire de chacun, j en fais une affaire personnelle.

5 Les principales règles de sécurité permanentes applicables par tous Ce qu il ne faut pas faire 5 Ignorer les consignes de sécurité. Ne pas respecter les consignes de sécurité. Ne pas mettre ses EPI. Utiliser ou consommer des substances interdites. S exposer inutilement à un risque connu. Minimiser ou ignorer volontairement les risques. Encombrer les voies de circulation. Déranger inutilement une équipe au travail. Toucher à une partie quelconque d un équipement sans y être autorisé. Pénétrer dans des zones qui ne concernent pas votre intervention ou votre habilitation sans y être autorisé. Se précipiter dans la réalisation de son travail sans réfléchir. Les comportements à risques sont générés par : l habitude ; l insouciance ; l ignorance ; l improvisation ; la fatigue ; le stress ; l inconfort ; l alcool ; le tabagisme.

6 6 Comment améliorer la sécurité Pour développer une véritable culture sécurité dans l entreprise il faut : penser sécurité ; réfléchir avant d agir (5 minutes sécurité et auto-évaluation sécurité d une tâche) ; observer les situations sous l angle sécurité et rendre-compte des problèmes (avis de sécurité).

7 Comment améliorer la sécurité Les 5 minutes sécurité 7 Je consacre toujours 5 minutes à la sécurité avant d accomplir une tâche et je me pose les bonnes questions. Que dois je faire? La tâche qu on m a donnée est-elle claire? Est-ce que j arrive à identifier les équipements sur lesquels je dois intervenir? NON Je demande des précisions sur la tâche et/ou les équipements. Ai-je les bons outils? Les outils à ma disposition sont-ils conformes au travail demandé? Sont-ils en bon état de marche? NON Je me procure les équipements et outils adaptés. Je consigne ou fais consigner ceux qui sont endommagés. Ai-je toutes les autorisations nécessaires? Consignation? Permis de feu? Permis de pénétrer? Autorisation de conduite? Habilitation?... NON Je fais établir les permis nécessaires. Je demande l aide d une personne habilitée ou en possession d une autorisation de conduite. OUI OUI OUI Quels sont les risques? Liés à l environnement de travail? Liés à la tâche elle-même? Liés aux autres? Est-ce que je les maîtrise? Les mesures d organisation à prendre sont-elles claires? Ai-je les équipements de protection nécessaires? OUI OUI OUI NON NON NON Je me renseigne sur les risques que je maîtrise mal. Je me rapproche de mon responsable pour déterminer avec lui comment mettre en oeuvre les mesures nécessaires. Je me rapproche de mon responsable pour obtenir les moyens de protection nécessaires. Je commence le travail.

8 8 Comment améliorer la sécurité Auto-évaluation sécurité d une tâche Auto-évaluation sécurité Tâche : Date : 1. Je visualise mon travail et j établis un plan clair dans ma tête. oui non Est-ce que je comprends la tâche à réaliser? Ai-je pris connaissance des procédures pour cette tâche? Ai-je tous les permis / autorisations requis(es)? Ai-je tous les EPI, équipements, matériaux et outils nécessaires? Mes EPI, équipements, matériaux et outils sont-ils en bon état? Est-ce que mon environnement de travail est propre et en ordre? 2. J identifie les dangers / risques et les zones rouges. Électricité (contact avec courant, explosion) Pression (vapeur, hydraulique, pneumatique) Mécanique (pièce mobile, point de coincement, entraînement, écrasement) Thermique (chaleur radiante, vapeur, produits chauds) Chute (charges suspendues, travail en hauteur, ouvertures dans le sol) Incendie / Explosion (charbon pulvérisé, fioul, produits inflammables ou explosifs) Espace confiné (qualité de l air, isolement, incendie, explosion, chaleur, chute, ensevelissement) Ergonomie (effort, posture, mouvement répétitif, vibration, éclairage) Chimique (produits dangereux, projection, contact) Rayonnement (rayonnement ionisant, arc électrique) Émanations toxiques (fumées, gaz, vapeur, poussières) Mon état d esprit (pression, frustration, fatigue, banalisation) Contrainte thermique (chaud, froid) Bruit (machines, équipement, opération bruyante) Environnement (propreté, déchets, déversement) Co-activité (circulation, travaux simultanés de natures différentes) Effort physique excessif (manutention de charges lourdes, perte de contrôle) Outillages (projection, entraînement, cisaillement) Autres (à préciser)

9 Comment améliorer la sécurité Auto-évaluation sécurité d une tâche 9 Je sécurise mon milieu de travail en réfléchissant aux moyens de prévention. Les cases rouges de l étape 1. ( avec mon responsable. ) nécessitent une discussion complémentaire Moyens de prévention individuels (EPI, information ) : Moyens de prévention collectifs : Organisation : 3. J évalue le niveau de risque résiduel et je prends ma décision. Faible J accomplis le travail. Moyen Je partage et j affine mon analyse avant de faire le travail. Élevé Je réévalue le dispositif de sécurité avec mon supérieur. Critique Je n effectue pas le travail. 4. Je mets en place les moyens de prévention choisis. 5. J effectue mon travail en toute sécurité tout en restant vigilant.

10 10 Comment améliorer la sécurité Avis de sécurité L avis de sécurité est le moyen accessible à tous les employés pour rendre compte d un problème de sécurité. Carte d avis de sécurité Problème sécurité q Proposition d amélioration q Incident q Non-conformité Date, heure et emplacement du problème : Que s est-il passé? Qu avez-vous constaté? Qu aurait-il pu se passer? (conséquences probables du problème) Lieu et service : Date : Nom du salarié ayant procédé à l identification du problème (facultatif) : Ensemble, instaurons une culture sécurité.

11 Comment améliorer la sécurité Avis de sécurité 11 Sur chacun des sites, les problèmes sécurité identifiés grâce aux avis de sécurité sont suivis dans un tableau de synthèse dans le but de faciliter et d accélérer leur règlement. Carte d avis de sécurité Quelles mesures immédiates ont été prises pour améliorer la situation? Que faut-il faire pour que ce type de problème ne se reproduise plus? Merci pour votre aide! Transmettez cette carte à votre chef de service. Commentaires et nom du chef de service : Ensemble, instaurons une culture sécurité.

12 12 Comment améliorer la sécurité Comment penser sécurité au quotidien? À la base de l amélioration de la sécurité, il y a la conscience du risque : Règles, procédures et consignes Compétence, savoir faire Perception du risque Réduire les risques Évaluation du risque Le Document Unique (DU) d évaluation des risques : tenu à jour par le service prévention ; disponible pour tous les salariés : borne sécurité ; vue globale sur tous les risques : par zone, par poste de travail. Consultez-le! Pour chaque tâche à effectuer, je respecte les 5 étapes pour agir en sécurité : Retour d expérience : échanges ; bonnes pratiques ; amélioration continue. Préparation : analyse de la situation ; évaluation des risques ; mon rôle dans le travail à réaliser. Prévention : mode opératoire ; organisation du travail ; préparation du chantier ; information des équipes. Action : vigilance ; balisage ; co-activité ; réaction en cas d incident. Protection : EPI ; équipements collectifs ; protection des installations.

13 13 La sécurité au quotidien La plupart des accidents surviennent dans les actions quotidiennes, il est donc essentiel de : acquérir les gestes qui préservent la santé et la sécurité ; penser «sécurité» dans la réalisation des tâches habituelles ; combattre les mauvaises habitudes.

14 14 La sécurité au quotidien Préservation de la santé Afin de préserver sa santé, chacun doit suivre au quotidien les règles suivantes : Alcool, drogues et tabac L alcool, les drogues et certains médicaments altèrent grandement la vigilance. Aussi, avant la prise de poste et sur le lieu de travail, il est interdit de boire et/ou de consommer de l alcool ou des substances illicites. Restez attentifs aux médicaments que vous prenez. Il est bien sûr interdit de fumer dans toutes les installations industrielles. Des lieux à l extérieur des locaux sont prévus à cet effet. Hygiène Pour votre santé et celle des autres adoptez une bonne hygiène. Lavez-vous les mains avant de manger, boire ou fumer et en quittant votre poste de travail. N entreposez pas de nourriture dans les vestiaires. Laissez les toilettes et les douches propres. Avec vos collègues, participez à l hygiène des salles communes (micro-ondes, réfrigérateur), de réunion et des vestiaires. Visite médicale Rendez vous à la visite médicale à laquelle vous êtes convoqués. Cette visite obligatoire permet un suivi de la santé au regard des conditions de travail. Elle détermine l aptitude pour le poste occupé ou pour la réalisation de certains travaux. Au travail comme à la maison, adoptez une hygiène de vie qui permette de rester en bonne condition physique. S A H B Q D W X K I R ATH F N T P M R G J F E I K EON Exposition aux risques Ne vous exposez pas inutilement aux risques et en particulier aux produits chimiques. Consultez les FDS (Fiches de Données de Sécurité) afin de connaître leurs risques et de vous conformer aux précautions d utilisation.

15 La sécurité au quotidien Trajet domicile / travail 15 La prise de poste commence dès la montée dans son véhicule ou dans les transports en commun pour se rendre au travail. En voiture Avant de partir : je vérifie l état de mon véhicule ; je m assure que je suis bien en état de conduire : l alcool, la drogue et certains médicaments altèrent la vigilance ; je vérifie les conditions météo et les conditions de circulation. Pendant le trajet : je reste attentif et concentré même si je connais le trajet par cœur ; je respecte le code de la route ; je respecte les distances de sécurité ; je respecte les limitations de vitesse ; je n utilise pas mon téléphone portable. Sur le site : Le code de la route s applique sur mon lieu de travail. Je respecte : la limitation de vitesse ; le sens de circulation ; les panneaux de signalisation ; je me gare aux emplacements réservés et, de préférence, en marche arrière pour avoir la vue bien dégagée en repartant. En transport en commun Je me déplace sans courir pour rejoindre mon arrêt ou ma station. Je circule sur les voies réservées aux piétons en arrivant sur le site.

16 16 La sécurité au quotidien Les déplacements Au cours de la journée, les déplacements sont nombreux. Ils ne sont pas sans risque et sont la première cause des accidents du travail chez E.ON en France : pertes d équilibre ; trébuchements ; torsions de cheville ; chutes de plain-pied ; chutes dans les escaliers Ces accidents sont loin d être anodins. Il peuvent être évités par quelques attitudes simples. Vigilance Pas de précipitation dans les déplacements : je marche, je ne cours pas. Je suis vigilant et attentif à toutes les irrégularités du sol : trou ; dénivellation ; marche ; obstacle ; sol glissant ; hauteur de la tête ; portes et accès et particulièrement quand la visibilité est moindre (aube, crépuscule, temps gris ). J ouvre et je passe les portes avec prudence. Je prends garde aussi aux chutes d objets et aux engins de manutention : à pied, j emprunte les voies de circulation réservées aux piétons ; en voiture je respecte le sens de circulation et la limitation de vitesse ; je respecte les déviations mises en place en cas de travaux. Anticipation Avant de déplacer une charge, je veille à avoir la vision dégagée pour voir les obstacles sur mon trajet. En me déplaçant, j évite les autres chantiers, les zones d échafaudage et je respecte scrupuleusement les balisages. Ça fait 20 ans que je descends ces escaliers mais aujourd hui, je trouve qu ils ont changé! Ou c est moi qui ai changé?

17 La sécurité au quotidien Les déplacements 17 Prévention - protection Dans les escaliers je tiens toujours la rampe : mieux vaut des gants sales qu une mauvaise chute! Je porte mes chaussures de sécurité : je les choisis en fonction des risques de mon poste de travail et de ma morphologie. Je porte toujours un casque. Réactivité Je me mets tout de suite en sécurité lorsque le danger est immédiat. Participation active Je signale : toute anomalie des caillebotis (escaliers, plate forme) et des gardes corps ; tout éclairage défectueux. Je participe au maintien en sécurité des allées de circulation : je place les câbles hors des voies de passage ou les suspends ; je stocke dans des emplacements prévus et balisés tout ce qui peut encombrer et gêner la circulation (matériel, échafaudages, déchets ) et je l évacue régulièrement ; je nettoie les endroits rendus glissants ; je sale ou je sable les zones verglacées.

18 18 La sécurité au quotidien Rangement & propreté L ordre, la propreté et le rangement sont des éléments essentiels du quotidien. Ils garantissent un environnement de travail agréable et plus sûr. J identifie des emplacements adaptés pour ranger le matériel et je les respecte. Je nettoie régulièrement mon poste de travail et j évacue les déchets au fur et à mesure. Je n encombre jamais : les zones de circulation ; les issues de secours ; le matériel incendie. Je trie et j archive régulièrement dans mon espace de travail. Nettoyer et entretenir son outil de travail est la marque du professionnalisme. Tous les jours, agissons collectivement pour avoir un outil de travail propre dont nous sommes fiers.

19 La sécurité au quotidien Le balisage 19 Le balisage est essentiel dans la prévention des accidents. Il permet à la fois : de se protéger et de protéger les autres ; d interdire le passage et d avertir du danger. Je balise : les ouvertures de planchers et les fouilles par des garde-corps rigides ; les ouvertures d espaces confinés ; les autres zones de travaux, si nécessaire ; les déviations de circulation mises en place pour éviter les zones de travaux ; j identifie les risques sur le lieu du balisage par exemple : risque de chute d objet, risque d asphyxie, risque de chute de hauteur Je préfère un balisage rigide au balisage souple. Je choisis la rubalise en dernier recours. Le balisage est obligatoire pour tous les chantiers

20 20 La sécurité au quotidien Équipement de protection collective Un équipement de protection collective protège le personnel contre les risques susceptibles de menacer leur santé ou leur sécurité. Il permet de limiter ou de confiner le risque. Quand c est techniquement possible, la protection collective est prioritaire sur l équipement de protection individuelle (EPI). Un équipement de protection collective peut être : fixe (ex. carter de sécurité) ou mobile (ex. bras d aspiration de vapeur) ; permanent (ex. exploitation) ou occasionnel (ex. travaux de maintenance). Quand un équipement de protection collective doit être retiré : des mesures compensatoires doivent être prises : balisage pour avertir du danger et/ou interdire l accès ; dans certains cas, il pourra être consigné ; après intervention, il devra être remis en place et testé. Au quotidien, je m assure que : les équipements de protections collectives existants sont bien en place ; les portes coupe-feu se referment bien seules ; les portillons sont refermés ; le balisage est remis. Exemples de mise en œuvre de protection collective : pour l ouverture d une cavité (caillebotis, fouille), la mise en place d un gardecorps est obligatoire ; en cas de travail en hauteur, il peut être utile de mettre des filets contre les chutes d objet ou de prolonger les garde-corps ; une passerelle adaptée est mise en place pour franchir une tranchée.

21 La sécurité au quotidien Équipement de protection individuelle (EPI) 21 Les EPI sont mis en oeuvre pour se protéger d un ou plusieurs risques. Ils doivent être utilisés en dernier recours si toutes les autres mesures déjà mises en place ne suffisent pas à se préserver d un danger. En toute circonstance, je porte une tenue adaptée aux risques de mon travail, à minima : vêtements de travail ; chaussures de sécurité ; Des pictogrammes indiquent quels sont casque. les EPI obligatoires au poste de travail. Je dois toujours avoir sur moi : (et je les porte quand c est nécessaire) lunettes de sécurité ; protections auditives ; gants. D autres EPI peuvent être nécessaires : harnais de sécurité ; masque anti-poussière ; Appareil Respiratoire Isolant (ARI). Je complète mes EPI en fonction du risque. Avant d utiliser un EPI, je vérifie son état. Tout EPI défectueux doit être remplacé. Certains EPI ne s utilisent qu une seule fois (ex. masques anti-poussière, gants jetables ). Certains EPI sont soumis à des vérifications périodiques obligatoires : ex. Appareils Respiratoires Isolants, harnais de sécurité, cartouches, détecteurs de gaz ; je m assure que les vérifications périodiques ont bien été faites avant utilisation. On ne s habitue pas au bruit, on devient sourd!

22 22 La sécurité au quotidien Manutention manuelle Toute opération de transport ou de soutien d une charge qui exige un effort physique est une manutention manuelle (ex. le levage, la pose, la poussée, la traction, le port ou le déplacement). Dans la mesure du possible, il faut toujours utiliser un équipement approprié plutôt que de porter une charge : chariot, diable, palan Si le recours à la manutention manuelle est inévitable, je prends les mesures suivantes : je m assure que le champ de vision est dégagé et que les voies de passage ne sont pas encombrées ; je m assure que la charge peut être posée dans un endroit sûr sans risque de pincement pour les pieds ou les mains. Soulever correctement une charge : adopter une position stable et sûre ; être accroupi(e) en évitant de se baisser plus bas que nécessaire ; garder le dos droit ; empoigner la charge le plus près possible du corps, en gardant les bras tendus ; lever par l unique poussée des jambes ; ne pas la soulever par à-coups ; ne jamais exercer un mouvement de torsion avec le haut du corps. Charge limite : 55 kg pour les hommes (maxi 105 kg si aptitude reconnue par le médecin du travail) ; 25 kg pour les femmes. Si la charge est longue ou encombrante, je me fais aider. J utilise des gants de manutention pour éviter les blessures et assurer une bonne prise. Manutention manuelle associée à la manutention mécanique : si l utilisation d un moyen mécanique de levage nécessite l intervention d une personne sur les objets à manutentionner (chargement, arrimage ), il est indispensable d avoir une excellente coordination de la phase de manutention. La manutention mécanique et la manutention manuelle se font en alternance ; quand le moyen de manutention est en action, la personne réalisant la manutention manuelle doit obligatoirement sortir de la zone d évolution de l engin ; quand une personne réalise des opérations de manutention manuelle, l équipement de manutention est à l arrêt.

23 La sécurité au quotidien Les opérations en hauteur 23 Plusieurs moyens peuvent être utilisés pour travailler en hauteur et chacun a sa spécificité. Les échelles : les échelles ne sont pas des postes de travail ; les échelles sont des moyens d accès ; on s en sert pour les travaux de courte durée et non répétitifs ; elles doivent être fixées ou tenues par un collègue. Les échafaudages : le montage et le démontage s effectuent par une personne formée ; le montage doit être fait en toute sécurité ; une fiche de contrôle initial est obligatoire pour formaliser la réception de l échafaudage ; contrôler l échafaudage avant de monter et viser la fiche de contrôle journalier. les échafaudages roulant doivent être correctement stabilisés avant toute utilisation. Les plates-formes : les garde-corps doivent être en bon état ; positionner des garde-corps pour toute ouverture de plancher et baliser ; mettre en place des filets de protection en cas de risque de chute d objet. Les nacelles : la conduite de nacelle élévatrice de personnes est réservée aux personnes formées et munies d une autorisation de conduite ; avant utilisation, vérifier l état du sol et l environnement de la zone d intervention ; respecter le plan de circulation ; baliser la zone d évolution ; prévoir un surveillant. Les harnais : la bonne utilisation du harnais nécessite une petite formation préalable ; vérifier l état du harnais avant utilisation ; ajuster le harnais et l attacher solidement même pour une courte durée. Le port du harnais est obligatoire pour tous les travaux en hauteur présentant des risques de chute. Ne jamais utiliser de moyens non conformes ou non homologués pour les travaux en hauteur.

24 24 La sécurité au quotidien Le contrôle des matériels Les EPI (équipements de protection individuelle) : je contrôle l état de mes EPI avant toute utilisation ; je change d équipement s il est défectueux. Les matériels et outillages : Je contrôle l état du matériel que je vais utiliser : aspect général, état du câble d alimentation et de la fiche pour les appareils électriques, fonctionnement, avant d aller dans la zone d intervention et de commencer le travail, certificat de visite périodique, le cas échéant, consultation de la notice technique, état des roues pour les chariots à main, état des échelons et des montants de l échelle Les moyens de manutention : je contrôle visuellement l état de l engin avant usage ; je consulte le carnet de maintenance de l équipement ; je contrôle le niveau de charge des batteries de carburant ; une vérification semestrielle est réalisée par une personne compétente. Incident, défectuosité : je rends compte de tout dommage du matériel après utilisation ; je le note sur le cahier de maintenance pour les engins de manutention ; je consigne ou fais consigner l équipement s il est devenu dangereux.

25 La sécurité au quotidien Les habilitations et les autorisations 25 La réalisation de certains travaux nécessite d avoir suivi une formation et/ou un contrôle de connaissances. L habilitation est la reconnaissance par l employeur de la capacité d un agent à accomplir en sécurité le travail confié. Travaux d ordre électrique - Titre d habilitation : Le titre d habilitation est délivré par l employeur en fonction : des connaissances techniques de la personne à habiliter, de l aptitude médicale, de l attestation du formateur ; seuls les agents en possession d un titre d habilitation électrique sont autorisés à intervenir sur les ouvrages électriques ou dans leur voisinage (V). Travaux d ordre mécanique - Titre d habilitation : Habilitation Hors tension Domaine BT ou HT Travaux Sous tension Intervention Électricien non habilité B0 ou H0 / / Exécutant électricien B1 ou H1 B1T ou H1T BR Chargé d intervention / / BR Chargé de travaux B2 ou H2 B2T ou H2T / Chargé de consignation BC ou HC / BC Agent de nettoyage sous tension / BN ou HN / B = domaine basse tension - H = domaine haute tension C est la reconnaissance par l employeur de l aptitude à accéder à des emplacements habituellement réservés à un personnel spécifique ou à accomplir des interventions de maintenance sur des équipements de travail présentant des risques d énergie mécanique. Travaux d ordre chimique - Titre d habilitation : C est la reconnaissance par l employeur des compétences techniques (dépotage, utilisation, manutention, stockage) et de la capacité d une personne à accomplir en sécurité un travail présentant des risques chimiques. Moyens de manutention mécaniques - Autorisation de conduite : l autorisation de conduite est délivrée par l employeur après la prise en compte : de l aptitude médicale, des connaissances et savoir-faire pour la conduite en sécurité, de la connaissance des lieux et des instructions à respecter ; elle est obligatoire pour la conduite des : Plates-formes Élévatrices Mobiles de Personnes (nacelles ), chariots élévateurs à conducteur porté, ponts roulants, grues auxiliaires de chargement de véhicules. Montage et démontage d échafaudage : Une habilitation est délivrée par l employeur aux personnes chargées de monter, démonter, modifier et vérifier les échafaudages.

26 26 La sécurité au quotidien Mon poste de travail mobile Le fait de ne pas avoir de poste de travail fixe n affranchit pas de créer, à chaque intervention, un environnement de travail sûr et organisé. A l atelier - Préparation du travail Préparer le matériel nécessaire et le vérifier visuellement. Vérifier les conditions météorologiques pour les travaux en extérieur. Préparer les EPI nécessaires dans la zone de travail. Si nécessaire, utiliser un chariot à main pour transporter le matériel et les fournitures. Suivre les voies réservées aux piétons. Marcher sans précipitation. Sur place Vérifier l éclairage et utiliser un éclairage d appoint adapté à la zone, si nécessaire. Les câbles des appareils électriques ne doivent pas présenter de danger pour les piétons. S équiper des EPI obligatoires. Demander une consignation d équipement, si nécessaire. Baliser la zone si l intervention génère des risques pour le voisinage ou si l exploitation génère des risques pour les intervenants. Fin de l intervention Ranger et nettoyer la zone de travail : jeter les déchets, remettre en place les éléments déplacés, récupérer tous les outils. Demander la déconsignation des équipements. Retourner sans précipitation à l atelier.

27 La sécurité au quotidien Mon poste de travail fixe 27 Pour me sentir bien à mon poste de travail et pour qu il soit sûr, j accorde une attention particulière à : L aspect général : de sorte que mon bureau me paraisse agréable. La propreté : je nettoie régulièrement mon bureau, mon écran, mon téléphone et je vide les poubelles ; je nettoie ou je fais nettoyer le sol s il est glissant ou si quelque chose s est renversé. L aération : j aère régulièrement mon bureau. L éclairage : j utilise un éclairage d appoint si j en ressens le besoin ; j évite d être ébloui(e). Le chauffage : je veille à ce qu il soit bien réglé pour m avoir ni chaud ni froid. Le bruit : je veille à ne pas être dérangé par le bruit ; je ferme la porte ou la fenêtre. Le rangement : je range les cartons ou dossiers dans les endroits prévus à cet effet ; je ne stocke pas de produits chimiques dans mon bureau ; je laisse les issues et moyens de secours libres ; je ferme correctement les tiroirs du bureau ou les classeurs ; j archive ou j élimine les dossiers qui ne sont plus en cours ; pour accéder aux dossiers en hauteur j utilise un moyen adapté (marchepied, escabeau), je n utilise ni chaise ni carton. Les branchements électriques : je signale toute fiche ou prise électrique dénudée ; je ne surcharge pas les multiprises. L ergonomie du bureau : je règle la hauteur de mon siège ; je m aménage des pauses pour réaliser quelques mouvements de détente ; j évite les mauvaises postures (dos courbé, bras trop tendus ) ; j adapte mon poste informatique comme indiqué sur le schéma ci-contre. Hauteur ajustable 90 Repose-pied Hauteur ajustable

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE de en Martinik NOTICE HYGIENE ET SECURITE BUREAU VERITAS ASEM Dossier n 6078462 Révision 2 Octobre 2014 Page 1 de en Martinik SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 1.1 OBJET DE LA NOTICE... 3 1.2 CADRE REGLEMENTAIRE...

Plus en détail

Service Prévention des Risques Professionnels. 26, rue d Aubigny - 69436 Lyon cedex 03 téléphone : 04 72 91 96 96 - télécopie : 04 72 91 97 09

Service Prévention des Risques Professionnels. 26, rue d Aubigny - 69436 Lyon cedex 03 téléphone : 04 72 91 96 96 - télécopie : 04 72 91 97 09 CAISSE RÉGIONALE D ASSURANCE MALADIE RHÔNE -ALPES Service Prévention des Risques Professionnels 26, rue d Aubigny - 69436 Lyon cedex 03 téléphone : 04 72 91 96 96 - télécopie : 04 72 91 97 09 FT 1022 OCTOBRE

Plus en détail

Décret n 92-158 du 20 février 1992 Travaux effectués dans la collectivité par une entreprise extérieure OPÉRATION ... ... FICHES SIGNALÉTIQUES

Décret n 92-158 du 20 février 1992 Travaux effectués dans la collectivité par une entreprise extérieure OPÉRATION ... ... FICHES SIGNALÉTIQUES Décret n 92-158 du 20 février 1992 Travaux effectués dans la collectivité par une entreprise extérieure OPÉRATION Lieu de l intervention :... Service, local, secteur ou atelier :... Nature de l opération

Plus en détail

LE TRAVAIL EN HAUTEUR

LE TRAVAIL EN HAUTEUR F I C H E P R E V E N T I O N N 0 2 «H Y G I E N E S E C U R I T E» LE TRAVAIL EN HAUTEUR STATISTIQUES Avec près d une centaine d agent victime de chutes de hauteur durant les 5 dernières années dans les

Plus en détail

LES RÈGLES D OR DE TOTAL

LES RÈGLES D OR DE TOTAL rendez-vous sur www.total.com Direction de la Sécurité Industrielle TOTAL S.A. Siège social : 2, place Jean Millier La Défense 6 92078 Paris-La Défense Cedex France Tel. +33 (0)1 47 44 45 46 Capital social

Plus en détail

Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1.

Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1. Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1 Juin 2015 NOTICE D HYGIENE ET DE SECURITE P. 2 sur 8 SOMMAIRE 1 Hygiène...

Plus en détail

GRILLE D AUTODIAGNOSTIC. en santé et en sécurité du travail. Chariots élévateurs

GRILLE D AUTODIAGNOSTIC. en santé et en sécurité du travail. Chariots élévateurs Identification de l équipement: Date: Chariots élévateurs 3 Éléments du chariot 1 Mât d élévation 2 Vérin 3 Fourches 4 Tablier du porte-fourches 5 Roues motrices 6 Roues de direction 7 Châssis 8 Frein

Plus en détail

POLITIQUE EN MATIERE DE SANTE SECURITE AU TRAVAIL (SST)

POLITIQUE EN MATIERE DE SANTE SECURITE AU TRAVAIL (SST) POLITIQUE EN MATIERE DE SANTE SECURITE AU TRAVAIL (SST) Etapes Actions Pilote de l action Description et type de documents 1 Définition d une politique Santé Sécurité au Travail Top Management + externe

Plus en détail

Carrefour ARRAS. Expertise réalisée par : Vincent Cordonnier

Carrefour ARRAS. Expertise réalisée par : Vincent Cordonnier Carrefour ARRAS Expertise réalisée par : Vincent Cordonnier Page / 4 Site : Carrefour ARRAS Expertise Identité complète Responsable : M. Bidon Paul rue des Sachets 600 ARRAS Date d'audit : 06/05/00 Consultant

Plus en détail

Centre de Production Thermique EDF BOUCHAIN Page 1

Centre de Production Thermique EDF BOUCHAIN Page 1 CONSERVEZ CE DOCUMENT Fait à Bouchain, le : / / Centre de Production Thermique EDF BOUCHAIN Page 1 SOMMAIRE CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR PLAN DU SITE PAGE 3 CONSIGNES GÉNÉRALES PAGE 4 ÉQUIPEMENTS DE PROTECTION

Plus en détail

LIVRET DE CONSIGNES DE SÉCURITÉ. Agents réalisant la collecte des déchets

LIVRET DE CONSIGNES DE SÉCURITÉ. Agents réalisant la collecte des déchets LIVRET DE CONSIGNES DE SÉCURITÉ Agents réalisant la collecte des déchets Sommaire 1- Enjeux et objectifs de ce livret... 3 2- Au départ (Avant la collecte)... 4 2.1 Les équipements de protection individuelle

Plus en détail

Prévenir le risque d explosion

Prévenir le risque d explosion bouteilles d acétylène, d oxygène & de gaz inflammables : Prévenir le risque d explosion Transport en véhicule léger Stockage hors véhicule Association Française 14, rue de la République 92800 Puteaux

Plus en détail

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG Version 1.0 1 Avant-propos Ce guide de bonnes pratiques a été préparé pour fournir des informations concernant la collecte

Plus en détail

à l inspecteur de la CSST ; à l inspecteur de la prévention incendie ; à l inspecteur à la prévention ; au Comité SST.

à l inspecteur de la CSST ; à l inspecteur de la prévention incendie ; à l inspecteur à la prévention ; au Comité SST. GRILLE D AUTO-ÉVALUATION EN SANTÉ SÉCURITÉ AU TRAVAIL COMMISSION SCOLAIRE DES PATRIOTES GÉNÉRALE Juin 2002 DOCUMENT À CONSERVER ET À FOURNIR SUR DEMANDE : à l inspecteur de la CSST ; à l inspecteur de

Plus en détail

Règles Générales de Sécurité et Santé

Règles Générales de Sécurité et Santé R.G.S.S. destinées aux entreprises extérieures devant intervenir sur les bâtiments et installations de la Banque Internationale à Luxembourg S.A. Les Règles Générales de Sécurité et Sûreté (R.G.S.S.) ont

Plus en détail

Principaux éléments de l emploi en particulier la filière professionnelle, le cadre d emplois correspondant au poste, la durée de travail, etc

Principaux éléments de l emploi en particulier la filière professionnelle, le cadre d emplois correspondant au poste, la durée de travail, etc MODELE DE FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE : AGENT POLYVALENT DES SERVICES TECHNIQUES OBJECTIF PRINCIPAL DU POSTE : Principaux éléments de l emploi en particulier la filière professionnelle, le cadre d

Plus en détail

Préambule.... 2 Chapitre 1 : Rappel des quelques obligations législatives et réglementaires... 2

Préambule.... 2 Chapitre 1 : Rappel des quelques obligations législatives et réglementaires... 2 Charte professionnelle visant à organiser et assurer l hygiène et la sécurité des salariés en situation de coactivité pendant les opérations de montage et de démontage des manifestations commerciales Préambule....

Plus en détail

Page 1. Le Plan de Prévention

Page 1. Le Plan de Prévention Page 1 Le Plan de Prévention 01 LA REGLEMENTATION Rappel : Le document Unique d Evaluation des Risques Dans toute entreprise, le chef d entreprise a pour obligation d assurer la sécurité et la santé de

Plus en détail

Les blessures avec la tondeuse à gazon

Les blessures avec la tondeuse à gazon Les blessures avec la tondeuse à gazon En cas de problème avec sa tondeuse, il faut : Arrêter le moteur Débrancher le courant Attendre la fin complète de la rotation En cas de blessures légères : Nettoyer

Plus en détail

Calendrier Prévisionnel des Formations Inter-Entreprises 2015 Agence de BORDEAUX (Saint Aubin) (dernière mise à jour : 31/08/15)

Calendrier Prévisionnel des Formations Inter-Entreprises 2015 Agence de BORDEAUX (Saint Aubin) (dernière mise à jour : 31/08/15) Préparations à l'habilitation électrique Electricien B1 B2 B1V B2V BT BR Initial Electricien B1 B2 B1V B2V BT BR Recyclage (1,5 jours) Non électricien exécutant B0 H0 Initial / Recyclage Non électricien

Plus en détail

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE DU PERSONNEL

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE DU PERSONNEL PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE DU PERSONNEL SOMMAIRE 1. CONSTRUCTION... 3 1.1 MESURES D HYGIENE... 3 1.1.1 Eclairage Art. R.4213-2 et suivants / Art. R.4223-1 et suivants... 3 1.1.2 Aération - assainissement

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ Décret n o 2008-1325 du 15 décembre 2008 relatif à la sécurité des ascenseurs,

Plus en détail

Vous êtes artisan PLOMBIER CHAUFFAGISTE

Vous êtes artisan PLOMBIER CHAUFFAGISTE Vous êtes artisan PLOMBIER CHAUFFAGISTE Le mot des Présidents Le décret du 5 novembre 2001 impose une nouvelle obligation aux entreprises : formaliser les risques de l entreprise sur un document unique.

Plus en détail

Fiche de données de sécurité

Fiche de données de sécurité Produit 2T QUAD R BIODEGRADABLE Page 1/5 Etiquette du produit ETIQUETAGE (d usage ou CE) Phrases de risque Conseils de prudence ETIQUETAGE TRANSPORT Non concerné Néant Néant Non concerné 1. IDENTIFICATION

Plus en détail

Document unique d évaluation des risques professionnels

Document unique d évaluation des risques professionnels Document unique d évaluation des risques professionnels La loi n 91-1414 du 31 décembre 1991 (article L.230-2 du Code du travail), demande au chef d établissement de prendre toutes les mesures nécessaires

Plus en détail

DU COMITÉ TECHNIQUE NATIONAL DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS

DU COMITÉ TECHNIQUE NATIONAL DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS RECO DU COMITÉ TECHNIQUE NATIONAL DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS Pose, maintenance et dépose des panneaux solaires thermiques et photovoltaïques en sécurité Guillaume J.Plisson - pour l'inrs Des préconisations

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS

ENQUÊTE SUR LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS ENQUÊTE SUR LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS Cette étude a été réalisée auprès de six entreprises de transport urbain de voyageurs, sur le territoire de la CINOR, sur la base des déclarations des

Plus en détail

la SÉCURITÉ Livret Sécurité sur chantier à l attention des Nouveaux arrivants MÉTIERS DES TRAVAUX PUBLICS

la SÉCURITÉ Livret Sécurité sur chantier à l attention des Nouveaux arrivants MÉTIERS DES TRAVAUX PUBLICS la SÉCURITÉ MÉTIERS DES TRAVAUX PUBLICS Livret Sécurité sur chantier à l attention des Nouveaux arrivants SOMMAIRE Équipement de protection individuelle 02 Gants, casque, bottes, tenue, gilet, lunettes.

Plus en détail

DU COMITÉ TECHNIQUE NATIONAL DES INDUSTRIES DES TRANSPORTS, DE L EAU, DU GAZ, DE L ÉLECTRICITÉ, DU LIVRE ET DE LA COMMUNICATION

DU COMITÉ TECHNIQUE NATIONAL DES INDUSTRIES DES TRANSPORTS, DE L EAU, DU GAZ, DE L ÉLECTRICITÉ, DU LIVRE ET DE LA COMMUNICATION RECO DU COMITÉ TECHNIQUE NATIONAL DES INDUSTRIES DES TRANSPORTS, DE L EAU, DU GAZ, DE L ÉLECTRICITÉ, DU LIVRE ET DE LA COMMUNICATION Démenagement d objets lourds et encombrants : un outil = le monte-meubles

Plus en détail

Annexe I b. Référentiel de certification

Annexe I b. Référentiel de certification Annexe I b Référentiel de certification Page 15 sur 45 CORRESPONDANCE ENTRE ACTIVITÉS ET COMPÉTENCES ACTIVITÉS ET TÂCHES A1. S ORGANISER, S INTEGRER à une EQUIPE A1-T1 Préparer son intervention et/ou la

Plus en détail

Sécurité des machines CE neuves è Grille de détection d anomalies

Sécurité des machines CE neuves è Grille de détection d anomalies Sécurité des machines CE neuves Grille de détection d anomalies ED 4450 Document uniquement téléchargeable sur www.inrs.fr Afin de ne pas exposer les opérateurs à des risques d accident ou de maladie professionnelle,

Plus en détail

Manutention et Levage

Manutention et Levage Manutention et Levage Manutentions Manuelles : la norme NF X35-109 La masse unitaire maximale acceptable est fixée à 15kg pour le soulever/ tirer Pour les hommes et les femmes. Et ce, dans des conditions

Plus en détail

«CLIENT» CHANTIER DESIGNATION LOT : PPSPS CEMLOC SERVICES Version 2 Page 1 sur 10

«CLIENT» CHANTIER DESIGNATION LOT : PPSPS CEMLOC SERVICES Version 2 Page 1 sur 10 CEMLOC Services 4 Avenue des Roses Zac des petits Carreaux 94380 - Bonneuil sur Marne Téléphone : 09 67 46 51 09 - Fax : 01 43 99 51 09 www.cemloc-services.fr «CLIENT» CHANTIER DESIGNATION LOT : PPSPS

Plus en détail

1. REGLEMENTATION : 2. INTRODUCTION :

1. REGLEMENTATION : 2. INTRODUCTION : 1. REGLEMENTATION : Décret n 65-48 du 8 janvier 1965 modifié portant règlement d'administration publique pour l'exécution des dispositions de la partie IV du Code du travail en ce qui concerne les mesures

Plus en détail

Prévention des accidents lors des travaux en espaces confinés R 447 RECOMMANDATION

Prévention des accidents lors des travaux en espaces confinés R 447 RECOMMANDATION RECOMMANDATION R 447 Recommandation adoptée par le comité technique national du transport, de l eau, du gaz, de l électricité, du livre et de la communication lors de sa réunion du 25 juin 2009. CNAMTS

Plus en détail

RECOMMANDATIONS POUR LA CONCEPTION DE FOSSES DE VISITE POUR VEHICULES ROUTIERS ET ENGINS DE CHANTIER

RECOMMANDATIONS POUR LA CONCEPTION DE FOSSES DE VISITE POUR VEHICULES ROUTIERS ET ENGINS DE CHANTIER RECOMMANDATIONS POUR LA CONCEPTION DE FOSSES DE VISITE POUR VEHICULES ROUTIERS ET ENGINS DE CHANTIER Adoptée par le Comité Technique National des industries de la Métallurgie (CTN A) le 09 octobre 2012,

Plus en détail

PROTOCOLE DE SECURITE POUR LE CHARGEMENT ET DECHARGEMENT DE MARCHANDISES A L USINE DE SAILLAT

PROTOCOLE DE SECURITE POUR LE CHARGEMENT ET DECHARGEMENT DE MARCHANDISES A L USINE DE SAILLAT Réf. : 1997021 30/05/2012 Usine de Saillat PROTOCOLE DE SECURITE POUR LE CHARGEMENT ET DECHARGEMENT DE MARCHANDISES A L USINE DE SAILLAT Date d établissement : Nature des opérations : Chargement Déchargement

Plus en détail

LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE

LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE Circulaire d'informations n 2009/17 du 15 septembre 2009 LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE Références : - Loi n 84-594 du 12 juillet 1984 modifiée relative à la formation des agents de

Plus en détail

Conduire : un acte de travail Prévention du risque routier

Conduire : un acte de travail Prévention du risque routier Santé, Sécurité, Environnement Conduire : un acte de travail Prévention du risque routier Formation initiale AP Formation ACMO 2010 Le risque routier : un risque professionnel majeur Les accidents de la

Plus en détail

FORMATIONS. IDC PRO FORMATION 2012 Page 1 CENTRE DE FORMATION BÂTIMENT

FORMATIONS. IDC PRO FORMATION 2012 Page 1 CENTRE DE FORMATION BÂTIMENT 2012 FORMATIONS CENTRE DE FORMATION BÂTIMENT Z.A du Libraire 24100 BERGERAC Tél. : 05 53 73 32 57 / Fax : 05 53 22 77 89 www.idcpro.fr Numéro RCS : 453 989 626 - SARL A CAPITAL DE 8000 EUROS - N TVA intracommunautaire

Plus en détail

«Première journée franco-marocaine de médecine du travail» Organisée :

«Première journée franco-marocaine de médecine du travail» Organisée : «Première journée franco-marocaine de médecine du travail» Organisée : En partenariat, entre l Association Nationale de Médecine du Travail et d Ergonomie du Personnel des Hôpitaux et la Société Marocaine

Plus en détail

Les Essentiels COLLECTION. Les règles de sécurité. pour le dépannage. des véhicules électriques. & hybrides. Commission

Les Essentiels COLLECTION. Les règles de sécurité. pour le dépannage. des véhicules électriques. & hybrides. Commission COLLECTION Les Essentiels Commission Mai 2013 Président : Eric Faucheux Véhicules électriques & hybrides Les règles de sécurité pour le dépannage des véhicules électriques & hybrides 1 Sommaire I. Les

Plus en détail

7 bis impasse Denis Dulac - 94700 Maisons-Alfort FRANCE Tél. : 01 43 68 06 13 / Fax : 01 43 68 66 09 @ : promattex@promattex.com www.promattex.

7 bis impasse Denis Dulac - 94700 Maisons-Alfort FRANCE Tél. : 01 43 68 06 13 / Fax : 01 43 68 66 09 @ : promattex@promattex.com www.promattex. 7 bis impasse Denis Dulac - 94700 Maisons-Alfort FRANCE Tél. : 01 43 68 06 13 / Fax : 01 43 68 66 09 @ : promattex@promattex.com www.promattex.com NOTICE DB-30 Ce manuel de montage contient les éléments

Plus en détail

reco Chargement, transport et déchargement de combustibles solides, fioul domestique et gazole R.452

reco Chargement, transport et déchargement de combustibles solides, fioul domestique et gazole R.452 reco du comité technique national des commerces non alimentaires Chargement, transport et déchargement de combustibles solides, fioul domestique et gazole Pour vous aider à prévenir les accidents, des

Plus en détail

NOTICE D UTILISATION. Masque de soudage protecteur de vision

NOTICE D UTILISATION. Masque de soudage protecteur de vision NOTICE D UTILISATION Masque de soudage protecteur de vision Attention : Lire attentivement le présent manuel dans son intégralité avant d utiliser le masque de soudage. Table des matières GUIDE DE L UTILISATEUR

Plus en détail

Parties communes et services

Parties communes et services Parties communes et services Ergonomie pratique en 128 points CHECKPOINT 95 Mettre des vestiaires et des sanitaires à la disposition des employés pour garantir un bon niveau d'hygiène et de propreté. POURQUOI

Plus en détail

Que faire en cas: > d un événement pouvant survenir dans votre environnement quotidien

Que faire en cas: > d un événement pouvant survenir dans votre environnement quotidien Tous droits réservés Design Spirale Communication visuelle Que faire en cas: > d un événement pouvant survenir dans votre environnement quotidien > d un événement majeur Alerte à la bombe Violentes intempéries

Plus en détail

/ kit camping-car - modèle avec 2 panneaux

/ kit camping-car - modèle avec 2 panneaux / En quelques mots / Exemple de composition de kit (100W) : Merci pour l achat de ce kit solaire pour camping-car. Ce kit est composé de : -2 panneaux solaires -1 régulateur solaire surveillant la charge

Plus en détail

Livret d accueil du nouveau salarié et de l apprenti. 2 ème transformation du bois

Livret d accueil du nouveau salarié et de l apprenti. 2 ème transformation du bois Prévention des risques professionnels les métiers de la filière bois à la Réunion Livret d accueil du nouveau salarié et de l apprenti 2 ème transformation du bois Metrag Ce livret m est offert par la

Plus en détail

OBLIGATIONS DE LA COLLECTIVITE AVANT INTERVENTION D ENTREPRISES EXTERIEURES PLAN DE PREVENTION

OBLIGATIONS DE LA COLLECTIVITE AVANT INTERVENTION D ENTREPRISES EXTERIEURES PLAN DE PREVENTION OBLIGATIONS DE LA COLLECTIVITE AVANT INTERVENTION D ENTREPRISES EXTERIEURES PLAN DE PREVENTION Service Santé Sécurité au Travail Maison des Communes Cité Administrative Rue Renoir BP 609 64006 PAU Cedex

Plus en détail

Quel est le document principal qui vous précise les instructions de sécurité

Quel est le document principal qui vous précise les instructions de sécurité TEST HABILITATION Quizz 1 Textes et Normes Quel est le document principal qui vous précise les instructions de sécurité La norme NFC 15-100 Les prescriptions UTE C18 510 Le règlement interne de l'entreprise

Plus en détail

Présentation de l entreprise l postes de travail. Illustration du guide SOBANE Risques d incendie d. Présentation des postes de travail: Bureau

Présentation de l entreprise l postes de travail. Illustration du guide SOBANE Risques d incendie d. Présentation des postes de travail: Bureau Illustration du guide SOBANE Risques d incendie d ou d explosiond Caroline Pirotte Ergonome Présentation de l entreprise l et des postes de travail Hôtel situé à Bruxelles Ville +/- 90 travailleurs +/-

Plus en détail

FORMATIONS EN MATIERE DE SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL

FORMATIONS EN MATIERE DE SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL FORMATIONS EN MATIERE DE SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL Prévention et Sécurité au Travail Fiche Santé et Travail n 111 Date : 01/09/2014 "Un homme averti en vaut deux" Ce proverbe souligne que l on est plus

Plus en détail

Normes CE Equipements de Protection Individuelle

Normes CE Equipements de Protection Individuelle E. P. I D O C U M E N T D I N F O R M A T I O N Normes CE Equipements de Protection Individuelle Normes CE EQUIPEMENTS DE PROTECTION INDIVIDUELLE Définitions : E.P.I : Tout dispositif ou moyen destiné

Plus en détail

Ingrédients No cas % Contrôlé par SIMDUT. Propane 74-98-6 >90 Oui Propylène 115-07-1 <5 Oui Hydrocarbures, C4+ 68476-44-8 <2.5 Oui

Ingrédients No cas % Contrôlé par SIMDUT. Propane 74-98-6 >90 Oui Propylène 115-07-1 <5 Oui Hydrocarbures, C4+ 68476-44-8 <2.5 Oui FICHE SIGNALÉTIQUE 1. IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA COMPAGNIE NOM COMMERCIAL : PROPANE SYNONYMES : Diméthylméthane UTILISATION DU PRODUIT : Carburant NUMÉRO DE LA FS : 251-300 NOM DU FOURNISSEUR NUMÉROS

Plus en détail

1. Identification de la substance ou préparation et de la Société. 2. Composition/ informations sur les composants

1. Identification de la substance ou préparation et de la Société. 2. Composition/ informations sur les composants Date d impression : 23/08/02 Valable à partir du : 08.08.01 Page: 1/7 1. Identification de la substance ou préparation et de la Société Données relatives au produit : Nom commercial : KNAUF ZADUR Mortier

Plus en détail

Prévention des risques professionnels Date : Classe : Séquence 5 : Les risques professionnels dans l activité de travail.

Prévention des risques professionnels Date : Classe : Séquence 5 : Les risques professionnels dans l activité de travail. Nom : Prénom : Prévention des risques professionnels Date : Classe : Séquence 5 : Les risques professionnels dans l activité de travail. Objectif : Analyser une situation de travail à partir des dangers

Plus en détail

Mise en œuvre des filets de sécurité en grandes nappes

Mise en œuvre des filets de sécurité en grandes nappes RECOMMANDATION R 446 Recommandation adoptée par le comité technique national du bâtiment et des travaux publics lors de sa réunion du 14 mai 2009. Cette recommandation annule et remplace la recommandation

Plus en détail

L HABILITATION EN ÉLECTRICITÉ Démarche en vue de l habilitation du personnel

L HABILITATION EN ÉLECTRICITÉ Démarche en vue de l habilitation du personnel Prévention et Gestion des Risques Professionnels Sécurité Sociale Caisse régionale d assurance maladie Alsace-Moselle L HABILITATION EN ÉLECTRICITÉ Démarche en vue de l habilitation du personnel Note Technique

Plus en détail

Auteurs Index alphabétique n o 2002/1 15 04 2002 n o 2001/1 30 01 2001

Auteurs Index alphabétique n o 2002/1 15 04 2002 n o 2001/1 30 01 2001 Table des matières 1. Généralités Introduction Table des matières Auteurs Index alphabétique n o 2002/1 15 04 2002 n o 2001/1 30 01 2001 2. Politique de sécurité Accueil et formation des nouveaux engagés

Plus en détail

Dr Geoffroy LALLEMANT Emilien JOUANNO Alexandre ROUSSELLE

Dr Geoffroy LALLEMANT Emilien JOUANNO Alexandre ROUSSELLE Dr Geoffroy LALLEMANT Emilien JOUANNO Alexandre ROUSSELLE Définitions Electrisation : Différentes manifestations physiopathologiques dues au passage du courant électrique à travers le corps Electrocution

Plus en détail

PLAN DE PREVENTION N.. INFORMATIONS GENERALES

PLAN DE PREVENTION N.. INFORMATIONS GENERALES PLAN DE PREVENTION N.. Travaux effectués dans un établissement de l ONEE-BE Entreprise Utilisatrice par une Entreprise Extérieure INFORMATIONS GENERALES Entité Utilisatrice (EU) Entreprise Extérieure1

Plus en détail

Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif)

Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif) Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif) Contenu de la formation PSE1 LE SECOURISTE : 1 h 30 Indiquer le rôle et les responsabilités d un secouriste. Indiquer les connaissances

Plus en détail

les CABINETS COMPTABLES 25 octobre 2012

les CABINETS COMPTABLES 25 octobre 2012 PAUSE-CAFE les CABINETS COMPTABLES 25 octobre 2012 Plan de la réunion Missions de votre service de santé au travail L élaboration du Document Unique Les risques du métier de comptable Conclusion et échanges

Plus en détail

PLAN DE PREVENTION. N Indice 0

PLAN DE PREVENTION. N Indice 0 EDF - DIVISION PRODUCTION INGENIERIE THERMIQUE UNITE DE PRODUCTION THERMIQUE INTE RREGIONALE CPT BOUCHAIN VERSION 26/11/ 2012 PLAN DE PREVENTION N Indice 0 Application du Décret du 20 février 1992. Pers.

Plus en détail

Formation analyse des accidents du travail avec l arbre des causes

Formation analyse des accidents du travail avec l arbre des causes Formation analyse des accidents du travail avec l arbre des causes Rappel: définitions Accident: - événement soudain Permet de distinguer l accident de la maladie, et en particulier de la maladie professionnelle

Plus en détail

Plan Canicule. En été, les périodes de canicule sont particulièrement propices aux coups de chaleur et plusieurs facteurs peuvent y contribuer.

Plan Canicule. En été, les périodes de canicule sont particulièrement propices aux coups de chaleur et plusieurs facteurs peuvent y contribuer. Plan Canicule Fiche 3.2 : Les travailleurs En été, les périodes de canicule sont particulièrement propices aux coups de chaleur et plusieurs facteurs peuvent y contribuer. Facteurs environnementaux Ensoleillement

Plus en détail

Ordonnance relative à la prévention des accidents et des maladies professionnelles lors de travaux de peinture par pulvérisation au pistolet

Ordonnance relative à la prévention des accidents et des maladies professionnelles lors de travaux de peinture par pulvérisation au pistolet Ordonnance relative à la prévention des accidents et des maladies professionnelles lors de travaux de peinture par pulvérisation au pistolet 832.314.12 du 5 avril 1966 (Etat le 1 er mai 1966) Le Conseil

Plus en détail

LES TRANSPALETTES ET TRANSPALETTES GERBEURS A CONDUCTEUR ACCOMPAGNANT

LES TRANSPALETTES ET TRANSPALETTES GERBEURS A CONDUCTEUR ACCOMPAGNANT N ewsletter N 24 mai 2010 Tous les éléments cités sur cette lettre d informations sont donnés à titre indicatif. Ils ne constituent en aucune façon une reproduction exhaustive ou littérale des prescriptions

Plus en détail

Le Code du Travail, les E.R.P., Autres Décrets & Arrêtés S.D.I.

Le Code du Travail, les E.R.P., Autres Décrets & Arrêtés S.D.I. Le Code du Travail, les E.R.P., Autres Décrets & Arrêtés Le Code du Travail R 232-1-13: La signalisation relative à la sécurité et à la santé au travail doit être conforme à des modalités déterminés par

Plus en détail

Mode d emploi de la table lift eq II à réglage en hauteur électrique

Mode d emploi de la table lift eq II à réglage en hauteur électrique Mode d emploi de la table lift eq II à réglage en hauteur électrique Sommaire Caractéristiques techniques 2 Consignes générales 3 4 Symboles 3 Utilisation conforme 3 Contenu de la livraison 3 Transport

Plus en détail

Protocole de sécurité chargement déchargement

Protocole de sécurité chargement déchargement Protocole de sécurité chargement déchargement Note pratique de prévention N.P.P.-01/2007 CRAM Centre Ouest Caisse Régionale d Assurance Maladie Centre Ouest 37 avenue du Président René Coty - 87048 LIMOGES

Plus en détail

MEMENTO SECURITE INCENDIE

MEMENTO SECURITE INCENDIE ETABLISSEMENT MEMENTO SECURITE INCENDIE La commission de sécurité vous a prescrit la réalisation d un mémento sécurité Ce document est un modèle pour tout type d établissements en dehors des U et J Il

Plus en détail

Lecteur éditeur de chèques. i2200. Manuel utilisateur. Solutions de transactions et de paiement sécurisées

Lecteur éditeur de chèques. i2200. Manuel utilisateur. Solutions de transactions et de paiement sécurisées Manuel utilisateur Lecteur éditeur de chèques i2200 Solutions de transactions et de paiement sécurisées Ingenico 2200 Avant Propos Merci d avoir choisi le Lecteur Editeur de chèque nouvelle génération

Plus en détail

A-MIP 200 Manuel d installation et de fonctionnement

A-MIP 200 Manuel d installation et de fonctionnement 00 A-MIP 00 Manuel d installation et de fonctionnement Informations Générales Important Lisez ce mode d'emploi avant l installation et l utilisation de l Aivia. Lisez attentivement cette section et suivez

Plus en détail

LES DOUCHES ET LES BASSINS OCULAIRES D URGENCE

LES DOUCHES ET LES BASSINS OCULAIRES D URGENCE LES DOUCHES ET LES BASSINS OCULAIRES D URGENCE LES DOUCHES ET LES BASSINS OCULAIRES D URGENCE Tous les jours, des milliers de Néo-Brunswickois travaillent près de produits chimiques dangereux. Même si

Plus en détail

Type 0400. Operating Instructions. Bedienungsanleitung Manuel d utilisation. 2/2-way solenoid valve 2/2-Wege-Magnetventil Électrovanne 2/2 voies

Type 0400. Operating Instructions. Bedienungsanleitung Manuel d utilisation. 2/2-way solenoid valve 2/2-Wege-Magnetventil Électrovanne 2/2 voies Type 0400 2/2-way solenoid valve 2/2-Wege-Magnetventil Électrovanne 2/2 voies Operating Instructions Bedienungsanleitung Manuel d utilisation Sommaire 1 Le manuel d utilisation...22 2 Utilisation conforme...23

Plus en détail

CENTRE NUMERIQUE DU JURA REGLEMENTS, CONDITIONS ET ACCES AUX SERVICES

CENTRE NUMERIQUE DU JURA REGLEMENTS, CONDITIONS ET ACCES AUX SERVICES CENTRE NUMERIQUE DU JURA REGLEMENTS, CONDITIONS ET ACCES AUX SERVICES L ensemble des règles définies ci-après constitue le Règlement Intérieur du Centre nécessaire à sa bonne marche et à la satisfaction

Plus en détail

Agent d entretien des locaux

Agent d entretien des locaux Agent d entretien des locaux L entretien des locaux (bureaux, écoles, salles polyvalentes, structures sanitaires, gymnases ) nécessite l emploi de techniques, de produits et de matériels spécifiques qui

Plus en détail

SOMMAIRE PLUSIEURS TYPES DE MODULES ET DE SYSTÈMES DE MONTAGE DES CHANTIERS DE TAILLES TRÈS DIFFÉRENTES

SOMMAIRE PLUSIEURS TYPES DE MODULES ET DE SYSTÈMES DE MONTAGE DES CHANTIERS DE TAILLES TRÈS DIFFÉRENTES Ce document s adresse à l exploitant ou futur exploitant d une installation de production d électricité photovoltaïque pour lui permettre de prendre en compte les risques inhérents à cette activité, notamment

Plus en détail

Solvants au Travail. Guide pour travailler en sécurité avec les solvants.

Solvants au Travail. Guide pour travailler en sécurité avec les solvants. Solvants au Travail Guide pour travailler en sécurité avec les solvants. Qu est-ce qu un solvant? De nombreux produits chimiques utilisés pour dissoudre ou diluer d autres produits ou matériaux sont appelés

Plus en détail

MASTER PREVENTION DES RISQUES ET NUISANCES TECHNOLOGIQUES

MASTER PREVENTION DES RISQUES ET NUISANCES TECHNOLOGIQUES MASTER PREVENTION DES RISQUES ET NUISANCES TECHNOLOGIQUES 1 I. Les textes applicables Décret du 8 janvier 1965 modifié qui concerne les mesures de protection applicables aux établissements dont le personnel

Plus en détail

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ conformément au Règlement (CE) nº1907/2006 REACH Nom : KR-G KR-G

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ conformément au Règlement (CE) nº1907/2006 REACH Nom : KR-G KR-G KR-G Page 1 de 5 1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ/ENTREPRISE 1.1 Identificateur de produit : Nom du produit : KR-G 1.2 Utilisations identifiées pertinentes de la substance

Plus en détail

EDITIONS TISSOT. Plan général de l ouvrage

EDITIONS TISSOT. Plan général de l ouvrage DOSSIER PRATIQUE BTP Evaluation des risques professionnels EDITIONS TISSOT Textes à jour au 1 er septembre 2006 Plan général de l ouvrage 1 re partie : A propos d évaluation des risques... 101 2 e partie

Plus en détail

agissons ensemble Octobre 2013 Fiche d information sur la gestion des risques d accidents industriels majeurs

agissons ensemble Octobre 2013 Fiche d information sur la gestion des risques d accidents industriels majeurs Fiche d information sur la gestion des risques d accidents industriels majeurs Octobre 2013 Scénarios impliquant un produit toxique : Ammoniac La Brasserie Labatt du Canada, Montréal (Québec) Partenaire

Plus en détail

reco Prévention des risques liés aux batteries de traction et de servitude au plomb / acide

reco Prévention des risques liés aux batteries de traction et de servitude au plomb / acide reco du comité technique national des industries de LA MÉTALLURGIE Prévention des risques liés aux batteries de traction et de servitude au plomb / acide Pour vous aider à : connaître les principaux risques

Plus en détail

16 Transport, stockage et traçabilité

16 Transport, stockage et traçabilité F - Produits phytosanitaires : les bons réflexes! 16 Transport, stockage et traçabilité OBJECTIF Connaître les obligations à respecter dans le cadre du transport et du stockage de produits phytosanitaires,

Plus en détail

Recours aux entreprises extérieures

Recours aux entreprises extérieures RECOMMANDATION R429 Recommandations adoptées par le Comité technique national de la chimie, du caoutchouc et de la plasturgie le 21 novembre 2006. Cette recommandation annule et remplace la recommandation

Plus en détail

CONCOURS EXTERNE 2012 POUR LE RECRUTEMENT D'AGENTS D'EXPLOITATION SPECIALISES 19 septembre 2012

CONCOURS EXTERNE 2012 POUR LE RECRUTEMENT D'AGENTS D'EXPLOITATION SPECIALISES 19 septembre 2012 N IDENTIFICATION : CONCOURS EXTERNE 2012 POUR LE RECRUTEMENT D'AGENTS D'EXPLOITATION SPECIALISES 19 septembre 2012 AGENTS D'EXPLOITATION SPECIALISES DES TRAVAUX PUBLICS DE L'ETAT spécialité «routes, bases

Plus en détail

Acides et bases. Acides et bases Page 1 sur 6

Acides et bases. Acides et bases Page 1 sur 6 Acides et bases Acides et bases Page 1 sur 6 Introduction Sont réputés acides et bases au sens des règles de sécurité en vigueur en Suisse, les solides ou liquides qui ont une réaction acide ou alcaline

Plus en détail

Fiches risques des techniciens du spectacle : une démarche concertée avec les partenaires sociaux

Fiches risques des techniciens du spectacle : une démarche concertée avec les partenaires sociaux Fiches risques des techniciens du spectacle : une démarche concertée avec les partenaires sociaux Le CMB, service interentreprises de santé au travail, et la Commission «Structuration» du CNPS (Conseil

Plus en détail

LORS DE MANIFESTATIONS TEMPORAIRES TELLES QUE CONCERTS, THEATRES ET AUTRES

LORS DE MANIFESTATIONS TEMPORAIRES TELLES QUE CONCERTS, THEATRES ET AUTRES RESUME DES EXIGENCES EN MATIERE DE PREVENTION DES INCENDIES LORS DE MANIFESTATIONS TEMPORAIRES TELLES QUE CONCERTS, THEATRES ET AUTRES 1. Base Les prescriptions de protection incendie AEAI sont la base

Plus en détail

Travaux d adaptation du logement pour les personnes âgées

Travaux d adaptation du logement pour les personnes âgées Fiche pratique Personnes âgées Travaux d adaptation du logement pour les personnes âgées Accéder à son logement - utiliser les escaliers - prendre l ascenseur - accéder aux équipements Profiter de son

Plus en détail

cyclomoteur Non autorisé En général non autorisé sinon 45 45 45

cyclomoteur Non autorisé En général non autorisé sinon 45 45 45 L ATTESTATION SCOLAIRE DE SECURITE ROUTIERE NIVEAU 3 L attestation scolaire de sécurité routière comporte : - une attestation scolaire de sécurité routière (ASSR) de premier niveau qui se passe en 5 e

Plus en détail

SERRURIERS-MÉTALLIERS

SERRURIERS-MÉTALLIERS SERRURIERS-MÉTALLIERS Cet AUTO-QUESTIONNAIRE a pour but d aider votre médecin traitant à identifier d éventuels risques ou problèmes de santé liés à votre activité professionnelle. Il est donc essentiel

Plus en détail

Liste d inspection des lieux (CFMA)

Liste d inspection des lieux (CFMA) Liste d inspection des lieux (CFMA) Basée sur le Règlement sur la santé et la sécurité du travail (adopté en mai 2010) Atelier ou lieu: Inspecté par : Date de l inspection : Page 1 sur 5 Liste des lieux

Plus en détail

Livraison de boissons dans les cafés, hôtels, restaurants et discothèques

Livraison de boissons dans les cafés, hôtels, restaurants et discothèques Livraison de boissons dans les cafés, hôtels, restaurants et discothèques Auteurs Christophe BALLUE (CRAMIF) Gérard LAVERGNE (CRAMIF) Guy VERNOIS (INRS) Ont collaboré à cette fiche La Fédération nationale

Plus en détail

RECOMENDATIONS AUX DISTRIBUTEURS POUR LE TRANSPORT ET LE STOCKAGE DU CHEMTANE 2

RECOMENDATIONS AUX DISTRIBUTEURS POUR LE TRANSPORT ET LE STOCKAGE DU CHEMTANE 2 RECOMENDATIONS AUX DISTRIBUTEURS POUR LE TRANSPORT ET LE STOCKAGE DU CHEMTANE 2 TRANSPORT: Classement du produit pour le transporteur Le classement du produit Chemtane 2 pour le transporteur est le suivant:

Plus en détail

GRUES ET ÉQUIPEMENTS DE LEVAGE

GRUES ET ÉQUIPEMENTS DE LEVAGE / Hygiène et sécurité NORMES D EXPLOITATION Réf. : Aperam Safety ST 007 Grues et équipements de levage Publication : 15.05.2012 Version : v0 Rév. : AM Safety 007 v2 10.11.2010 GRUES ET ÉQUIPEMENTS DE LEVAGE

Plus en détail

BEPECASER ÉPREUVE DE CONTRÔLE DES CONNAISSANCES. 16 mai 2012

BEPECASER ÉPREUVE DE CONTRÔLE DES CONNAISSANCES. 16 mai 2012 J. 121300 MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR, DE L OUTRE-MER, DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES ET DE L IMMIGRATION BEPECASER ÉPREUVE DE CONTRÔLE DES CONNAISSANCES 16 mai 2012 Question 1 Le fait pour un conducteur

Plus en détail