CHARTE DE CHANTIER A FAIBLE IMPACT ENVIRONNEMENTAL

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CHARTE DE CHANTIER A FAIBLE IMPACT ENVIRONNEMENTAL"

Transcription

1 GUIDE METHODOLOGIQUE POUR UNE CONSTRUCTION DURABLE CHARTE DE CHANTIER A FAIBLE IMPACT ENVIRONNEMENTAL Guide méthodologique pour une construction durable février DBL 1

2 SOMMAIRE PREAMBULE ARTICLE 1 DEFINITION DES OBJECTIFS ET DES MOYENS... 4 RESPONSABILITES... 5 ARTICLE 2 MODALITES DE MISE EN PLACE ET DE SIGNATURE... 6 ARTICLE 3 ROLE ET RESPONSABILITE DES INTERVENANTS... 6 ARTICLE 4 CONTROLE ET SUIVI DE LA DEMARCHE... 7 ARTICLE 5 RESPECT DE LA REGLEMENTATION... 9 ORGANISATION DU CHANTIER ARTICLE 6 ORGANISATION DU CHANTIER COMMUNICATION ARTICLE 7 INFORMATION DES RIVERAINS DU SITE ARTICLE 8 INFORMATION DU PERSONNEL DE CHANTIER GESTION DES NUISANCES ARTICLE 9 LIMITATION DES RISQUES POUR LE PERSONNEL ARTICLE 10 LIMITATION DES RISQUES POUR LES OCCUPANTS ARTICLE 11 LIMITATION DES NUISANCES POUR LES RIVERAINS ARTICLE 12 LIMITATION DES RISQUES DE POLLUTIONS DE PROXIMITE SOLS/AIR/EAUX ARTICLE 13 PROTECTION DES VEGETAUX ARTICLE 14 GESTION ET COLLECTE SELECTIVE DES DECHETS ARTICLE 15 DECLARATION ENVIRONNEMENTALE DES MATERIAUX PENALITES ET ENGAGEMENTS ARTICLE 16 PENALITES ET ENGAGEMENTS ANNEXES Guide méthodologique pour une construction durable février DBL 2

3 PREAMBULE Guide méthodologique pour une construction durable février DBL 3

4 ARTICLE 1 DEFINITION DES OBJECTIFS ET DES MOYENS Article 1.1. Les objectifs de la charte Convaincu de sa nécessaire exemplarité, le Département de la Seine-Saint-Denis a mis au cœur de son action le développement durable. Limiter les impacts environnementaux et les nuisances dus au chantier est le prolongement naturel des démarches d Agenda 21 et de Qualité Environnementale, exigences qui s appliquent dans toutes les opérations de travaux que le Département entreprend dans les bâtiments à sa charge. La charte a pour objectifs : - d améliorer la gestion du chantier afin d en limiter les nuisances : pollutions, trafic, bruits - d améliorer les conditions de travail : acoustique, poussière et boue - de gérer efficacement les déchets par leur diminution à la source et la valorisation des déchets générés - de limiter l impact du chantier : réduction des consommations, traitement des effluents, récupération des eaux de pluie Ces exigences peuvent répondre à une simple traduction de la réglementation en vigueur ; d autres traduisent la volonté du Maître d ouvrage de s inscrire dans une démarche plus volontaire de réduction des nuisances. D autres exigences pourront être ajoutées si la configuration du chantier le nécessite. L intérêt de développer une charte vise également à optimiser les coûts de gestion de l environnement sur un chantier grâce à une réflexion et une préparation du chantier en amont. Cela nécessite d impliquer l ensemble des acteurs de la construction dans cette voie. Leurs rôles doivent être redéfinis de façon à partager les responsabilités, qu elles soient techniques ou économiques. Article 1.2. Les moyens définis Tout en restant compatibles avec les exigences liées aux pratiques professionnelles du bâtiment, la charte définit : - le niveau de sécurité physique et sanitaire optimal pour l ensemble des intervenants sur le chantier et les usagers du site ; - les moyens pour limiter les nuisances causées à l environnement et aux riverains du chantier ; - les moyens pour limiter les perturbations sur les activités dans le cadre de chantier en site occupé ; - les moyens pour limiter les problèmes de circulation et de stationnement ; - les moyens pour limiter les pollutions des sols et des eaux et l émission de poussières sur le chantier ; - les moyens pour limiter la quantité de déchets de chantier mis en décharge, optimiser leur élimination et leur valorisation particulièrement lors d opérations de curage Guide méthodologique pour une construction durable février DBL 4

5 RESPONSABILITES Guide méthodologique pour une construction durable février DBL 5

6 ARTICLE 2 MODALITES DE MISE EN PLACE ET DE SIGNATURE La charte chantier à faible impact environnemental fait partie des pièces contractuelles du marché. Elle s impose au titulaire du marché, à ses cotraitants éventuels et à ses sous-traitants. L engagement des signataires de la présente charte traduit leur volonté de réduire les nuisances de chantier par le respect des objectifs définis dans l article 1. C est un engagement signé par tous les intervenants du chantier, qu ils soient en relation contractuelle directe ou indirecte avec le maître d ouvrage. ARTICLE 3 ROLE ET RESPONSABILITE DES INTERVENANTS Article 3.1 : Implication de l ensemble des intervenants L ensemble des intervenants sur le chantier est concerné. Toute personne se doit d être vigilante, dans la mesure de ses compétences, et doit informer la personne responsable de la mission «chantier à faible impact environnemental» en cas de doute ou de non respect de la charte. Maître d Ouvrage Il influe fortement sur le déroulement du chantier. Il doit clairement afficher ses engagements et les soutenir par l attribution des moyens nécessaires (cahier des charges, programme et documents contractuels). Maîtrise d Œuvre EIle accompagne le maître d ouvrage et a le rôle de relais entre celui-ci et les entreprises. Elle émet un avis concernant les différents éléments proposés par les entreprises. Entreprises Elles sont responsables de la réalisation des travaux qui leurs sont confiés et au bon déroulement du chantier suivant les critères décrit dans la présente charte. Les entreprises doivent mettre en oeuvre toutes les solutions techniques propres à réduire les gênes à l environnement. Le coordonnateur santé-sécurité Définie par la Loi du 31 décembre 1993 et par le Décret d application du 26 décembre 1994, la mission du coordonnateur "SPS" intègre des préoccupations environnementales. Il coordonne : - la mise en place de la circulation des véhicules et des personnes sur le chantier, - les conditions de stockage et d élimination ou d évacuation des déchets, - la maîtrise des nuisances pouvant porter atteinte à la santé des travailleurs, telles que bruit, émanations et poussières, substances et produits toxiques ou dangereux, etc. Conducteur d opération, bureau de contrôle Ils doivent être des forces de proposition et de validation de solutions. Coordinateur «charte à faible impact environnemental» Responsable environnement du chantier, il veille au respect de la charte sur le chantier par le personnel des entreprise sous traitante. Il devra présenter l évolution du chantier lors des rendez vous de suivi de chantier. La fréquence de ses réunions sera au minimum mensuelle. Guide méthodologique pour une construction durable février DBL 6

7 Article 3.2 : Responsabilités des entreprises dans la gestion des déchets Chaque entreprise est responsable du devenir de ses déchets jusqu en bout de chaîne. Les obligations qui incombent aux entreprises dans le cadre de la gestion des déchets sont décrites à l article 14 de la présente charte, concernant spécifiquement la gestion et la collecte sélective des déchets. Article 3.3 : Pénalités en cas de manquements aux obligations Les entreprises sont concernées en tout premier lieu par la charte de «à faible impact environnemental», en particulier pour ce qui est de la gestion des déchets. Aussi, il est précisé que les entreprises s exposent à des pénalités en cas de manquements aux obligations énoncées dans la présente charte. En particulier, au cas où des déchets seraient déposés dans des bennes inappropriées, les bennes mélangées seront éliminées en totalité aux frais de l entreprise responsable. ARTICLE 4 CONTROLE ET SUIVI DE LA DEMARCHE Il sera prévu lors de chaque démarrage de chantier, une réunion d information générale à destination du titulaire du marché ainsi qu à ses éventuels sous-traitants, pour rappeler la démarche mise en place par le Maître d ouvrage et les exigences définies dans la présente charte. La présence, à minima, d un responsable de chaque entreprise à cette réunion est obligatoire. Un responsable chantier à faible impact environnemental sera désigné par l entreprise titulaire du marché. Il doit être désigné au démarrage du chantier parmi les intervenants. Il doit être présent dès la préparation du chantier et assurer une permanence sur le chantier, jusqu à la livraison Ses coordonnées et ses qualifications doivent être communiquées au Maître d ouvrage avant l ouverture du chantier. Il sera responsable des engagements relatifs à la charte et de l information de tout le personnel. Il est présent pour la durée totale du chantier, et en cas d absence pour une durée limitée (congés, maladie), son remplacement par une personne de niveau hiérarchique équivalent ou supérieur est immédiat. Il devra s assurer de l application des dispositions relatives à la Charte de chantier à faible impact environnemental et à la bonne organisation du chantier sur le plan environnemental : organisation du tri, de l information sur le chantier, du respect des niveaux sonores préconisés, etc. Il devra collecter les données environnementales du chantier (consommations d énergie, bordereaux de suivi de déchets, incidents, plaintes, etc.) et consigner les informations dans un tableau de bord. Il sera chargé d élaborer le bilan en fin de chantier (voir données à obligatoirement faire apparaître dans le bilan de fin de chantier en annexe) Il participe à l organisation de l information des riverains de la zone avec le Maître d Ouvrage ; Il organise l accueil des entreprises et des intervenants et notamment : - la diffusion d une brochure d information à chaque intervenant, - l information et la sensibilisation du personnel de l entreprise, - la signature de la charte «chantier à faible impact environnemental» par les intervenants. Il effectue le contrôle des engagements contenus dans la charte «chantier à faible impact environnemental» : Guide méthodologique pour une construction durable février DBL 7

8 - propreté du chantier, - exécution correcte des procédures de livraison, - gestion des bennes (tri, rotation, bordereau de suivi ), - aménagement du chantier (aires de nettoyage, itinéraires des camions, signalisation ), - relevé des compteurs pour suivi des consommations. Il fait la synthèse des documents à fournir par toutes les entreprises : - fiche matériaux, - fiches sécurité, Il se doit recueillir les bordereaux de suivi des déchets. Il vérifie que les bordereaux sont remplis correctement et alerte en cas de manquements. Un tableau de bord quotidien, dans lequel sont consignés les événements survenus sur le chantier, doit être tenu par le coordinateur «chantier à faible impact environnemental». Le responsable chantier à faible impact environnemental doit prévoir dans sa mission et pour la durée totale des travaux, les reportages photographiques suivants, concernant l avancement hebdomadaire : aires des bennes, aires de stockage des produits (rétention, matériaux), entrée du chantier, palissades. Guide méthodologique pour une construction durable février DBL 8

9 ARTICLE 5 RESPECT DE LA REGLEMENTATION Toute entreprise intervenant sur le chantier s engage à se conformer à la réglementation en vigueur. Parmi ces textes figurent notamment les textes repris dans la liste non exhaustive fournie ciaprès : Cadre général Salissures et poussières Palissades Objet Textes Responsabilité ou remarques Code du travail relatif à la protection des travailleurs contre le bruit sur les chantiers Article 99.7 du Règlement sanitaire départemental type (Circulaire du 9 août 1978) concernant les abords des chantiers Article 96 du Règlement sanitaire départemental type (Circulaire du 9 août 1978) concernant la protection des lieux publics contre la poussière Article 99.7 du Règlement sanitaire départemental type (Circulaire du 9 août 1978) concernant les abords des chantiers Maître d ouvrage, maîtrise d oeuvre, entreprises Le chef de chantier est également responsable des abords du chantier Chef de chantier Stationnement Néant (voir avec municipalité) Coordinateur SPS Matériels et engins de chantier Bruit Arrêtés du 12 mai 1997 article R et R du Code de la santé publique résultant du Décret n du 31 août 2006 relatif à la lutte contre les bruits de voisinage, à l occasion de chantiers de travaux publics ou privés et de travaux intéressant les bâtiments et leurs équipements soumis à une procédure de déclaration ou d autorisation. La réglementation nationale relative à la limitation des émissions sonores des matériels et engins de chantier est constituée par l Arrêté du 11 avril Arrêté du 4 novembre 1975 relatif aux brise-béton et marteaux piqueurs ; Arrêté du 26 novembre 1975 relatif aux groupes électrogènes de soudage ; Arrêté du 18 septembre 1987 relatif aux engins de terrassement. Loi du 31 décembre 1992, relative à la lutte contre le bruit. Décret d application du 23 janvier 1995, concernant les objets bruyants et les dispositifs d insonorisation Décret n du 19 juillet 2006 Le coordinateur SPS portera une,attention particulière au fonctionnement des différents engins Le maître d ouvrage valide le choix des entreprises retenues pour la construction de l ouvrage. Il s informera tant que possible si celle-ci utilise des engins aux normes et leur demandera de fournir une attestation «constructeur» avant le début du chantier Le Coordinateur SPS pourra effectuer des vérifications pendant toute la durée du chantier. Niveaux de bruit Nocivité des produits et techniques Les dispositions du Code du travail s appliquent en matière de protection des travailleurs contre le bruit sur les chantiers, en particulier l article et les articles R à R Article R Code de la sécurité sociale et Décret n du 1 7 juin 1955 Dans le cas d une dépose, le Décret n du 7 Février 1996, relatif à la protection des travailleurs contre les risques liés à l inhalation de poussières d amiante Coordinateur SPS Maître d ouvrage Guide méthodologique pour une construction durable février DBL 9

10 Objet Textes Responsabilité ou remarques L article L35-8 du Code de la Santé Publique Décret n du 8 mars 1977 relatif au déversement des huiles et lubrifiants neufs ou usagés dans les eaux superficielles, souterraines et de mer ; Pollution des sols et des eaux Décret n du 21 novembre 1979 concernant les détenteurs d huiles minérales ou synthétiques usagées ; Décret n du 7 février 1996, relatif à la protection des travailleurs contre les risques liés à l inhalation de poussières d amiante ; Le chef de chantier ainsi que le coordinateur SPS vérifient ensemble qu aucune installation ne présente de danger potentiel Directive n 2003/10/CE du 6 février 2003 concernant les prescriptions minimales de sécurité et de santé relatives à l exposition des travailleurs aux risques dus aux agents physiques. Le Règlement sanitaire départemental type (Circulaire du 9 août 1978) Huiles de décoffrage Déchets de chantier, élimination et récupération des matériaux Nomenclature des déchets Transport de déchets inertes Décret n du 8 mars Article 2 du Décret n du 21 novembre 1979 La Loi n du 13 juillet 1992 (modifiant la Loi du 15 juillet 1975 relative à l élimination des déchets et à la récupération des matériaux) Circulaire du Ministère de l Environnement du 15 février 2000 relative à la planification de la gestion des déchets de chantier du bâtiment et des travaux publics. Recommandation T relative à la gestion des déchets de chantier du bâtiment, adoptée par la section technique de la commission centrale des marchés ; Décrets de 18 avril 2002, circulaire du 3 octobre 2002 Circulaire du 21 décembre 2000 Transport de déchets dangereux Entreprises Le chef de chantier doit s assurer que les entreprises de grosoeuvres suivent bien la réglementation Gestion globale des déchets prévus par le coordinateur SPS A afficher dans la salle de réunion Entreprises Flux entrants néant Chef de chantier Flux sortants du chantier néant Chef de chantier Transport de déchets dangereux Décret n du 30 mai 2005 relatif au contrôle des circuits de traitement des déchets Arrêté du 29 juillet 2005 fixant le formulaire du bordereau de suivi des déchets dangereux mentionné à l'article 4 du décret n du 30 mai 2005 Arrêté du 5 décembre 1996 (arrêté ADR) Arrêté du 28 janvier 2008 modifiant l'arrêté du 1er juin 2001 modifié relatif au transport de marchandises dangereuses par route (dit «arrêté ADR») Coordinateur SPS Coordinateur SPS Stockage de déchets Décret du 13 juilet 1994 relatif aux déchets d'emballage et dont les détenteurs ne sont pas les ménages Coordinateur SPS Brûlage des déchets sur le chantier ou en dehors Valorisation des déchets de chantier article 84 du Règlement sanitaire départemental type et article 7 de la Loi du 15 juillet 1975 modifié. décret du 13/07/94 Chef de chantier Guide méthodologique pour une construction durable février DBL 10

11 ORGANISATION DU CHANTIER Guide méthodologique pour une construction durable février DBL 11

12 ARTICLE 6 ORGANISATION DU CHANTIER L organisation du chantier prend en compte la protection de l environnement. Un plan délimitant les différentes zones ainsi que les modalités d organisation de chaque zone devra être mis au point par le responsable chantier propre de l entreprise, lors des phases préparatoires du chantier. ARTICLE 6.1 : GESTION DES RESSOURCES La gestion des ressources requiert un suivi des consommations et la mise en place d appareils économes, en particulier pour l éclairage, pour le chauffage et la distribution d eau potable. En accord avec la maîtrise d ouvrage, une stratégie de récupération des eaux de pluie peut être adoptée notamment pour l arrosage des surfaces, le nettoyage du matériel et le lessivage des sols. Des bacs de décantation et de traitement des eaux de ruissellement seront alors nécessaires pour préserver les sols des pollutions. ARTICLE 6.2 : PROPRETE Lors de la préparation du chantier, sont définies et délimitées les différentes zones du chantier : - stationnements, - cantonnements, - aires de livraisons et stockages des approvisionnements, - aires de fabrication ou livraison du béton, - aires de manoeuvre des grues, - aires de tri et stockage des déchets. Il est indispensable de prévoir des toilettes à plusieurs emplacements sur le chantier. Ceux-ci devront être nettoyés et alimentés en papier régulièrement. Des moyens sont mis à disposition pour assurer la propreté du chantier : (bacs de rétention, bacs de décantation, protection par filets des bennes pour le tri des déchets ) - étude des possibilités d imperméabilisation des zones - traitement des pollutions éventuelles Le nettoyage des cantonnements intérieurs et extérieurs, des accès et des zones de passages, ainsi que des zones de travail, est effectué régulièrement. Ces responsabilités incombent à chaque intervenant sur le chantier. Le brûlage des déchets sur le chantier est interdit. Une aire de nettoyage des roues des camions doit être aménagée avant la sortie du chantier, afin de limiter les salissures causées par le chantier aux abords immédiats du site. ARTICLE 6.3 : STATIONNEMENT DES VEHICULES DU PERSONNEL DE CHANTIER Le stationnement des véhicules du personnel devra être réduit et optimisé afin de produire le moins de gêne dans les rues voisines ; une réflexion sur l acheminement du personnel sur le chantier devra être menée par les entreprises ou par le coordinateur «chantier à faible impact environnemental». Guide méthodologique pour une construction durable février DBL 12

13 Le plan d organisation du chantier prévoit une aire de stationnement des véhicules du personnel. ARTICLE 6.4 : ACCES DES VEHICULES DE LIVRAISON Les entreprises chargées des approvisionnements doivent être tenues informées de la démarche de qualité environnementale du chantier. Un plan d accès au chantier doit leur être fourni. Dans la mesure où le site de l opération le permet, le cheminement prévu devrait permettre que les camions aient le moins de marches arrière à effectuer, afin d éviter de déclencher le signal sonore de recul. Les approvisionnements doivent être planifiés sur la journée afin d éviter les livraisons aux heures de pointe ou à des heures susceptibles de créer des nuisances au voisinage. Des panneaux doivent indiquer l itinéraire pour le chantier et les accès livraison. Guide méthodologique pour une construction durable février DBL 13

14 COMMUNICATION Guide méthodologique pour une construction durable février DBL 14

15 ARTICLE 7 INFORMATION DES RIVERAINS DU SITE Les riverains doivent être informés préalablement au démarrage du chantier, pour présenter la démarche «Chantier à faible impact environnemental». Les informations concernant les horaires de travaux ou encore les durées des phases de travaux bruyants sont à communiquer aux riverains. L information des riverains du chantier est sous la responsabilité du maître d ouvrage. Une information permanente doit être affichée sur la démarche environnementale du chantier et l organisation du tri des déchets. Sous réserve de l accord du Maître d Ouvrage et sous son impulsion, certaines dispositions peuvent être prises pour assurer une information des riverains : - Affichages du projet - Affichages du bulletin mensuel de l avancement du chantier - Mise en place de point de vue panoramique du chantier - Visites de chantier qui donneront lieu à une présentation de l'avancement et à un recueil des remarques des riverains. ARTICLE 8 INFORMATION DU PERSONNEL DE CHANTIER Une brochure d information doit être distribuée à toutes les personnes travaillant sur le chantier. Elle présente le chantier ainsi que les démarches de qualité environnementale et de sécurité. Une réunion d information doit être organisée à l arrivée de nouvelles entreprises ou de nouveaux corps de métier sur le chantier. L information doit être transmise à toutes les personnes travaillant sur le chantier. Par ailleurs, le Maître d Ouvrage doit disposer à l entrée du chantier, sur les lieux de passage et à proximité des cantonnements des panneaux rappelant les consignes de la charte et les principales exigences relatives au bruit, au tri des déchets et aux économies d eau. Ces panneaux doivent être maintenus en bon état de propreté durant la totalité du chantier par les entreprises. La sensibilisation du personnel associé à la réduction des nuisances garanti de meilleures conditions de travail. Chaque entreprise précisera ses modes opératoires pour assurer la sensibilisation de l ensemble de son personnel. Guide méthodologique pour une construction durable février DBL 15

16 GESTION DES NUISANCES Guide méthodologique pour une construction durable février DBL 16

17 ARTICLE 9 LIMITATION DES RISQUES POUR LE PERSONNEL Le personnel de chantier sera équipé de protections individuelles adéquates (protections auditives, visuelles, casques, gants, pantalons et chaussures de protections, etc.). L entreprise titulaire du marché devra vérifier que ces protections sont bien portées. Les entreprises mettront tout en œuvre pour éviter les chutes de matériel et pour prévenir tout risque de chute pour le personnel. Article 9.1 Niveaux sonores des outils et engins Les matériels de chantier devront être conformes à la réglementation en vigueur. Les entreprises devront veiller au maintien en bon état de leur matériel afin de respecter la réglementation sur la durée du chantier. Un contrôle de conformité des bruits émis par les outils et engins doit être effectué. Les engins et appareils fixes doivent être insonorisés. Il est interdit d'utiliser du matériel pneumatique quand celui-ci est remplaçable par un appareil non pneumatique assurant la même fonction. Article 9.2 Risques sur la santé L utilisation de produits étiquetés avec l un des classements suivants sera interdite : - R20 à R29, R31 à R33, R40, R45 à 49 des phases R de la CEE - Xn (nocif), T (toxique) et T+ (très toxique) dans la réglementation française Les produits moins nocifs (Xi, irritants) seront tolérés sous réserve que leur utilisation soit signalée avant usage, que toutes les précautions soient prises lors de leur mise en œuvre et qu ils ne soient pas à l origine d émissions ultérieures susceptibles de gêner les occupants. Ils devront être stockés dans un local bien ventilé et fermé à clef où les règles de sécurité et les clefs de lecture des pictogrammes seront rappelées par affichage. La fiche de donnée de sécurité de chaque produit polluant ou dangereux sur le chantier sera fournie à l arrivée sur le chantier au responsable du chantier qui les fournira au responsable de la maîtrise d oeuvre et de la Maîtrise d ouvrage et sera conservée sur le chantier. Les prescriptions inscrites sur les fiches sécurité devront être respectées et mises à la disposition de tous. De la même façon, les fiches environnement sont à fournir pour tous matériaux soit la Fiche de Déclaration Environnementale et Sanitaires (FDES suivant NFP ) soit la fiche matériaux fournie par la Maîtrise d ouvrage et à remplir par l entreprise. Les intervenants seront sensibilisés aux risques sanitaires liés à la manipulation de certains produits et matériaux, ainsi que sur les règles de sécurité élémentaires. La dépose de produits et de matériaux dangereux sera effectuée dans le respect le plus strict de la réglementation en vigueur et des recommandations de la CRAM et de l INRS. Il est rappelé que pour l amiante, le Maître d ouvrage met à disposition des entreprises le Dossier Technique Amiante. Il est rappelé que des sanctions peuvent être prises contre les corps d état ne respectant pas la réglementation. Guide méthodologique pour une construction durable février DBL 17

18 ARTICLE 10 LIMITATION DES RISQUES POUR LES OCCUPANTS L entreprise devra prendre l ensemble des précautions nécessaires pour protéger les occupants, en cas de travaux en site occupé. En concertation avec le Maître d ouvrage, il devra veiller à présenter aux occupants, et ce avant le démarrage du chantier, l organisation retenue pour limiter les impacts sanitaires et environnementaux du chantier : limitation des émissions de poussières, nettoyage du site, circulation du personnel dans les locaux, entreposage du matériel et des produits à risques, dispositions pour limiter les nuisances sonores, etc. ARTICLE 11 LIMITATION DES NUISANCES POUR LES RIVERAINS Article Nuisances sonores Les interventions seront pour la plupart réalisées en site occupées et sur les établissements scolaires, par exemple, les cours continueront à être dispensés pendant toute la durée des travaux. Pour chaque chantier, une analyse sur l impact sonore des travaux devra être réalisée et l organisation adaptée. Les limitations suivantes, conformément à la réglementation, seront respectées : Niveau sonore maximum des engins : 80 db(a) à 10 m de distance ; Niveau sonore maximum des bruits aériens de l ordre de 75 db(a) entre 7h00 et 19h00. A défaut de restriction plus contraignante, notamment pour le bon fonctionnement des écoles, l émergence par rapport aux bruits ambiants ne devra être conforme à la réglementation relative aux bruits de voisinage (décret du 31 août 2006) et à l article Art. R du code de la santé publique : Les valeurs limites de l émergence (1 ) sont de : 5 db(a) en période diurne (de 7 heures à 22 heures) 3 db (A) en période nocturne (de 22 heures à 7 heures), Valeurs auxquelles s ajoute un terme correctif en db (A), fonction de la durée cumulée d apparition du bruit particulier : 6 db(a) pour une durée inférieure ou égale à 1 minute 5 db(a) pour une durée supérieure à 1 minute et inférieure ou égale à 5 minutes 4 db(a) pour une durée supérieure à 5 minutes et inférieure ou égale à 20 minutes 3 db(a) pour une durée supérieure à 20 minutes et inférieure ou égale à 2 heures 2 db(a) pour une durée supérieure à 2 heures et inférieure ou égale à 4 heures 1 db(a) pour une durée supérieure à 4 heures et inférieure ou égale à 8 heures 0 db(a) pour une durée supérieure à 8 heures. Un maximum de précautions pour limiter le bruit sera pris par les entreprises présentes sur le chantier. En matière d organisation Identification et regroupement des tâches génératrices de bruit en dehors des horaires de fréquentation du site (tôt le matin ou en fin de journée) ; Doublement des équipes pour réduire les temps d exécution des tâches bruyantes ; 1 L émergence globale dans un lieu donné est définie par la différence entre le niveau de bruit ambiant, comportant le bruit particulier en cause, et le niveau du bruit résiduel constitué par l ensemble des bruits habituels, extérieurs et intérieurs, correspondant à l occupation normale des locaux et au fonctionnement habituel des équipements, en l absence du bruit particulier en cause. Guide méthodologique pour une construction durable février DBL 18

19 Information des occupants et recherche de solutions partagées (éloignement de certaines activités sensibles, définition de périodes moins génératrices de nuisances, etc.) ; Information des riverains du site si nécessaire (en lien avec le Maître d ouvrage) ; Planification et organisation des livraisons dans l objectif de réduire les nuisances. Sur les engins et matériels de chantier Les entreprises ont pour obligation de travailler avec du matériel en bon état, conforme à la réglementation. Des engins insonorisés devront être utilisés. En cas de besoin, l entrepreneur devra être à même de présenter au Maître d ouvrage les documents attestant de la conformité des engins et matériels de chantier, matériel de location y compris. Des arrêtés interministériels ont fixé pour chaque catégorie de matériels, les niveaux sonores admissibles et les procédures d homologation des dispositifs d insonorisation. En fonction des caractéristiques du chantier, les entreprises devront : Mettre en place un plan d utilisation des engins bruyants (vibreurs, marteau piqueur) qui stipulera les emplacements des engins bruyants afin d éviter les réverbérations et les transmissions de vibrations. Utiliser des talkies-walkies pour communiquer afin d éviter les cris et sifflements ; Eviter au maximum les reprises au marteau piqueur sur du béton sec ; Eviter les chutes de matériels quels qu ils soient ; Préférer les engins électriques à ceux qui sont pneumatiques, à service rendu équivalent ; Ne pas utiliser des groupes électrogènes autonomes ; Organiser le chantier pour éviter la marche arrière des camions ou toupies de béton ; Interdire tout stationnement de camions et de véhicules moteur allumé. Il est porté à la connaissance de l entreprise que : Des contrôles des niveaux de bruit et de vibrations pourront être imposés aux entreprises durant le chantier, à la demande du Maître d ouvrage ; Des sanctions à la charge de l entreprise peuvent être prises, conformément au décret du 31/08/2006 sur la lutte contre les bruits de voisinage. Les sanctions prévues par ce décret peuvent être prises à l encontre de l entreprise, lorsqu il est porté atteinte à la tranquillité des riverains. Les conséquences pécuniaires de ces sanctions sont entièrement à la charge de l entrepreneur sanctionné. Article 11.2 Limitation des nuisances visuelles et des émissions de poussières Les entreprises doivent veiller au maximum à la propreté et à l aspect général du site et à limiter autant que possible les salissures de boue à l extérieur du chantier. Entretien du chantier et de ses abords : Pendant toute la durée du chantier, l entrepreneur prend toutes les mesures nécessaires pour que le site du chantier ainsi que chaussées et trottoirs à proximité ne soient souillés par l exécution des travaux. Un entretien quotidien du chantier et de ses abords sera effectué. Les aires bétonnées et les abords du chantier seront régulièrement balayés en évitant toutefois les émissions de poussières importantes. Les entreprises veilleront donc à contrôler la propreté des véhicules avant le départ du chantier et des dispositifs de nettoyage seront si nécessaire prévus en sortie de site. Guide méthodologique pour une construction durable février DBL 19

20 En période de pluie, la circulation des engins sur des voies non revêtues sera limitée au strict minimum. En cas de salissures sur la voie publique, les entreprises assureront un nettoyage de la voie soit par leur propre moyen, soit en faisant appel à une prestation extérieure, aux frais des entreprises concernées. Dispositions pour limiter les émissions de poussières : Tout matériel produisant de la poussière sera obligatoirement muni de dispositifs limitant sa diffusion (aspirateur pour le matériel de ponçage par exemple). Des aspersions régulières du sol, en période sèche, seront pratiquées afin d éviter la production de poussières. Les bennes à déchets légers seront équipées de façon à éviter l envol de poussières et de déchets. Des bâches, filets ou grilles devront être disposées sur la zone de stockage. Le déballage des matériaux devra se faire à proximité d un moyen de collecte interne au chantier ou d une benne appropriée. Des protections doivent être mises en place contre les clôtures de chantier en treillis soudés pour éviter les projections sur les voiries. Le brûlage des déchets est interdit sur le chantier. Article Perturbation du trafic L entreprise prendra les dispositions nécessaires, tant auprès des autorités locales, des concessionnaires que des usagers, pour éviter toute perturbation du trafic routier, piéton ou cycliste. Les responsables de chantier veilleront à faire respecter les plans de circulation mis en place. ARTICLE 12 LIMITATION DES RISQUES DE POLLUTIONS DE PROXIMITE SOLS/AIR/EAUX Tout rejet, brûlage ou enfouissement dans le milieu naturel de produits polluants est formellement interdit. Le rejet d huiles, lubrifiants, solvants et de tout autre produit susceptible de générer une pollution du réseau d assainissement ou du milieu naturel et un risque pour la santé des égoutiers est strictement interdit. Les entreprises prendront les dispositions permettant d éviter ce type de rejet : récupération et traitement dans un centre agréé notamment. Aucun dépôt de déblais, de déchets divers ou de matériel n est toléré en dehors des emprises autorisées. Article 12.1 Eaux de lavage Des moyens de récupération des eaux de lavage devront être mis en place : - Bacs de rétention pour le nettoyage des outils. Le lavage des outils souillés (béton, plâtre, enduits) se fera exclusivement sur l aire de lavage spécialement aménagée et équipée de bacs de décantation. Les eaux souillées ne devront pas être évacuées au réseau d assainissement. - Bacs de décantation des eaux de lavage de bennes à béton, chaque matin, l eau claire sera réutilisée (lavage d outils, humidification des sols) et le dépôt béton ira dans la benne à gravats inertes. Guide méthodologique pour une construction durable février DBL 20

C A H I E R D E S C H A R G E S C H A N T I E R P R O P R E

C A H I E R D E S C H A R G E S C H A N T I E R P R O P R E C A H I E R D E S C H A R G E S C H A N T I E R P R O P R E La SIEMP, en accord avec la Ville de Paris, s est engagée dans une démarche de Développement Durable dans ses opérations de construction ou de

Plus en détail

CHANTIER PROPRE. cahier de. recommandations. Le Havre, agissons durablement

CHANTIER PROPRE. cahier de. recommandations. Le Havre, agissons durablement CHANTIER PROPRE cahier de recommandations Le Havre, agissons durablement cahier de recommandations Sommaire Article 1: Définition des objectifs 4 Article 2: Engagements des signataires 4 Article 3: Organisation

Plus en détail

chantier & environnement Guide pratique DÉMARCHE ISO 14001

chantier & environnement Guide pratique DÉMARCHE ISO 14001 chantier & environnement Guide pratique DÉMARCHE ISO 14001 Introduction Les principales nuisances susceptibles d être rencontrées sur un chantier proviennent de la gestion des déchets, du bruit et des

Plus en détail

LA GESTION DES DECHETS

LA GESTION DES DECHETS LA GESTION DES DECHETS AML BATIMENT Ensemble contribuons à protéger l environnement AML Bâtiment Page 1 LA GESTION DES DECHETS SUR LES CHANTIERS AML BATIMENT AML Bâtiment Page 2 SOMMAIRE POURQUOI CONNAITRE

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES D UN CHANTIER A FAIBLE NUISANCES

CAHIER DES CHARGES D UN CHANTIER A FAIBLE NUISANCES COMMUNE DE MAGNY EN VEXIN VAL D OISE REQUALIFICATION DE VOIRIE Rue de Beauvais 95420 MAGNY EN VEXIN CAHIER DES CHARGES D UN CHANTIER A FAIBLE NUISANCES Bureau d Etudes E.V.A Page 1 SOMMAIRE Article 1 -

Plus en détail

Mémoire technique Aide à la rédaction

Mémoire technique Aide à la rédaction Mémoire technique Aide à la rédaction Pour apprécier la valeur technique de l offre, le maître d ouvrage peut exiger des candidats la fourniture d un mémoire technique. Deux cas de figure s offrent alors

Plus en détail

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel N 38 Développement durable n 2 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 19/02/2013 ISSN 1769-4000 CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L

Plus en détail

Version initiale : Franck BOELHY (QSE Région Nord Est)

Version initiale : Franck BOELHY (QSE Région Nord Est) GUIDE DES DÉCHETS Version initiale : Franck BOELHY (QSE Région Nord Est) Référence : 10QSE1103 mise à jour Novembre 2010 PRÉAMBULE L aspect gestion des déchets, (Papier, Cartons, Cartouches d encres, Piles,

Plus en détail

Emis le : 5/08/2011 Mis à jour : 10/2014

Emis le : 5/08/2011 Mis à jour : 10/2014 Emetteur : CRMA Limousin Page 1 sur 6 1. Quelle réglementation s applique à mon entreprise? Emis le : 5/08/2011 Toute entreprise artisanale ou industrielle est soumise au règlement sanitaire départemental.

Plus en détail

Mécanique automobile. Les déchets. Déchets banals (DIB) Déchets dangereux (DIS)

Mécanique automobile. Les déchets. Déchets banals (DIB) Déchets dangereux (DIS) Si vous réalisez également des activités de démontage des voitures ou des travaux sur la carrosserie, reportez-vous également aux fiches correspondantes. 1 Les déchets Les déchets issus de votre activité

Plus en détail

ENGAGEMENTS ISO 14001 ET GESTION DES DECHETS. L exemple de l agence 13/84. Service Hygiène et Sécurité Agence 13/84

ENGAGEMENTS ISO 14001 ET GESTION DES DECHETS. L exemple de l agence 13/84. Service Hygiène et Sécurité Agence 13/84 ENGAGEMENTS ISO 14001 ET GESTION DES DECHETS L exemple de l agence 13/84 Service Hygiène et Sécurité Agence 13/84 Présentation Rappel de l engagement ISO 14001 de l ONF Quelques généralités sur la gestion

Plus en détail

19- LA COLLECTE ET LE TRAITEMENT DES DECHETS

19- LA COLLECTE ET LE TRAITEMENT DES DECHETS 19- LA COLLECTE ET LE TRAITEMENT DES DECHETS Rapport de présentation / Diagnostic Dossier de PLU approuvé 255 19.1 LES ORDURES MENAGERES ET EMBALLAGES MENAGERS RECYCLABLES La prestation de collecte des

Plus en détail

Métallerie / Serrurerie

Métallerie / Serrurerie Votre activité peut être liée à celles de traitement de surface/polissage et de décapage. Si vous êtes dans ce cas, reportezvous aux fiches correspondantes. 1 Les déchets Les déchets issus de votre activité

Plus en détail

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE de en Martinik NOTICE HYGIENE ET SECURITE BUREAU VERITAS ASEM Dossier n 6078462 Révision 2 Octobre 2014 Page 1 de en Martinik SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 1.1 OBJET DE LA NOTICE... 3 1.2 CADRE REGLEMENTAIRE...

Plus en détail

Votre expert-comptable vous accompagne dans cette thématique

Votre expert-comptable vous accompagne dans cette thématique Téléchargez l'intégralité des supports du programme technique du congrès 2007 sur www.experts-comptables.org/62/ De l'0rdre des Experts-Comptables Votre expert-comptable vous accompagne dans cette thématique

Plus en détail

COLLECTE DES DECHETS MENAGERS : Recommandations techniques applicables lors de la conception de voiries, lotissements et immeubles

COLLECTE DES DECHETS MENAGERS : Recommandations techniques applicables lors de la conception de voiries, lotissements et immeubles COLLECTE DES DECHETS MENAGERS : Recommandations techniques applicables lors de la conception de voiries, lotissements et immeubles Rappel : Organisation de la collecte des déchets sur le secteur de SAINT-BRIEUC

Plus en détail

L environnement dans les formations et les activités professionnelles automobiles

L environnement dans les formations et les activités professionnelles automobiles H. Bonnes pratiques environnementales 1. Déchets La gestion des déchets est régie par : des grands principes définissant, par exemple, les responsabilités du producteur ou détenteur de déchets ou la prise

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES

RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES Définition de l emploi Le titulaire de la spécialité gestion des pollutions et protection de l environnement de baccalauréat professionnel est un professionnel

Plus en détail

MEMOIRE TECHNIQUE & METHODOLOGIQUE

MEMOIRE TECHNIQUE & METHODOLOGIQUE République Française Institut National de la Recherche Agronomique Centre de Recherche de Clermont-Ferrand Theix Lyon MARCHES PUBLICS DE TRAVAUX MEMOIRE TECHNIQUE & METHODOLOGIQUE Document à remplir et

Plus en détail

C R E S C E N D O. 102 rue Amelot 75011 Paris. Aménagement d une crèche de 80 berceaux dans un bâtiment existant 8 rue de Bellevue 75019 Paris

C R E S C E N D O. 102 rue Amelot 75011 Paris. Aménagement d une crèche de 80 berceaux dans un bâtiment existant 8 rue de Bellevue 75019 Paris C R E S C E N D O 102 rue Amelot 75011 Paris Aménagement d une crèche de 80 berceaux dans un bâtiment existant 8 rue de Bellevue 75019 Paris CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) LOT 01

Plus en détail

PROLOGIS France V. Projet de bâtiment logistique sis ZAC du Mitra commune de Saint-Gilles (30)

PROLOGIS France V. Projet de bâtiment logistique sis ZAC du Mitra commune de Saint-Gilles (30) Projet de bâtiment logistique sis ZAC du Mitra commune de Partie II RESUME NON TECHNIQUE ETUDE D IMPACT FEVRIER 2014 RAPPORT CON/13/084/CD/V2 SOMMAIRE I PRESENTATION DU PROJET ET DE SON ENVIRONNEMENT...

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières

Cahier des Clauses Techniques Particulières Cahier des Clauses Techniques Particulières Curage hydrodynamique du réseau intérieur ORIGINAL SOMMAIRE 1. OBJET DU MARCHE 1 2. NATURE DES INSTALLATIONS 1 3. NATURE DES PRESTATIONS 2 3.1. Consistance des

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE SERVICE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (CCTP) Maître de l ouvrage

MARCHE PUBLIC DE SERVICE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (CCTP) Maître de l ouvrage 1.3 MARCHE PUBLIC DE SERVICE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (CCTP) Maître de l ouvrage Commune de TRAINOU 1103, rue de la République 45470 TRAINOU Objet de la consultation Curage de l ensemble

Plus en détail

EPLEFPA "LES SARDIERES" 79 AVENUE DE JASSERON 01 000 BOURG EN BRESSE Tel : 04.74.45.50.80

EPLEFPA LES SARDIERES 79 AVENUE DE JASSERON 01 000 BOURG EN BRESSE Tel : 04.74.45.50.80 Maître d'ouvrage : EPLEFPA "LES SARDIERES" 79 AVENUE DE JASSERON 01 000 BOURG EN BRESSE Tel : 04.74.45.50.80 Objet : Récupération des eaux pluviales pour le jardin partagé des Sardières CAHIER DES CHARGES

Plus en détail

Déchets spécifiques de type F, stockés en alvéole spécifique mono matériaux, dans un centre de stockage d inertes

Déchets spécifiques de type F, stockés en alvéole spécifique mono matériaux, dans un centre de stockage d inertes Les déchets actuellement considérés comme inertes en France et stockés comme tels sont des déchets suivants : (1) Stockage en classe III, recyclage, 17 01 01 Béton (armé ou non) 17 01 02 Briques (1) Stockage

Plus en détail

L ENVIRONNEMENT DANS L ARTISANAT

L ENVIRONNEMENT DANS L ARTISANAT L ENVIRONNEMENT DANS L ARTISANAT PLOMBERIE / CHAUFFAGE COMMENT ELIMINER VOS DECHETS? Le Code de l Environnement stipule que tout producteur ou détenteur de déchets est responsable de l élimination de ses

Plus en détail

Déchèteries du SYELOM. Mode d emploi pour les professionnels

Déchèteries du SYELOM. Mode d emploi pour les professionnels Déchèteries du SYELOM Mode d emploi pour les professionnels Sommaire Page Edito du Président 3 Qu est ce que le SYELOM? 4 Quels sont les professionnels 6 acceptés? Vous êtes professionnels? 7 Vous devez

Plus en détail

CCTP 07.TVX.02 Page N 1

CCTP 07.TVX.02 Page N 1 CCTP 07.TVX.02 Page N 1 SOMMAIRE A EXPOSE GENERAL DE L OPERATION A.01 OPERATION Page : 3 A.02 INTERVENANTS Page : 3 A.03 DOCUMENTS REMIS Page : 3 B GENERALITES TOUS CORPS D ETAT B.01 OBJET DU C.C.T.P.

Plus en détail

Réflexe Prévention Déchets

Réflexe Prévention Déchets Réflexe Prévention Déchets Secteur des Travaux Publics 2 ème ½ journée Plan de la présentation 1. La prévention, de quoi parle-t-on? Concept, bénéfices attendu, illustrations 2. Produits innovants et retours

Plus en détail

Notice explicative du formulaire CERFA n 12571*01 relatif au bordereau de suivi des déchets dangereux

Notice explicative du formulaire CERFA n 12571*01 relatif au bordereau de suivi des déchets dangereux Notice explicative du formulaire CERFA n 12571*01 Décret n 2005-635 du 30 mai 2005 Arrêté du 29 juillet 2005 Notice explicative du formulaire CERFA n 12571*01 relatif au bordereau de suivi des déchets

Plus en détail

MAINTENANCE PREVENTIVE ET CORRECTIVE DES INSTALLATIONS D EAUX USEES ET PLUVIALES ET DES INSTALLATIONS ATTENANTES DU CENTRE HOSPITALIER DE MEAUX

MAINTENANCE PREVENTIVE ET CORRECTIVE DES INSTALLATIONS D EAUX USEES ET PLUVIALES ET DES INSTALLATIONS ATTENANTES DU CENTRE HOSPITALIER DE MEAUX . MAINTENANCE PREVENTIVE ET CORRECTIVE DES INSTALLATIONS D EAUX USEES ET PLUVIALES ET DES INSTALLATIONS ATTENANTES DU CENTRE HOSPITALIER DE MEAUX NOMENCLATURE : 81-17 CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

Plus en détail

RECOMMANDATIONS POUR LA CONCEPTION DE FOSSES DE VISITE POUR VEHICULES ROUTIERS ET ENGINS DE CHANTIER

RECOMMANDATIONS POUR LA CONCEPTION DE FOSSES DE VISITE POUR VEHICULES ROUTIERS ET ENGINS DE CHANTIER RECOMMANDATIONS POUR LA CONCEPTION DE FOSSES DE VISITE POUR VEHICULES ROUTIERS ET ENGINS DE CHANTIER Adoptée par le Comité Technique National des industries de la Métallurgie (CTN A) le 09 octobre 2012,

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES : ENLEVEMENT ET ELIMINATION DE DECHETS INDUSTRIELS SPECIAUX SUR LE SITE DE L INRA DE JOUY-EN-JOSAS ET DOMAINES RATTACHES

CAHIER DES CHARGES : ENLEVEMENT ET ELIMINATION DE DECHETS INDUSTRIELS SPECIAUX SUR LE SITE DE L INRA DE JOUY-EN-JOSAS ET DOMAINES RATTACHES CAHIER DES CHARGES : ENLEVEMENT ET ELIMINATION DE DECHETS INDUSTRIELS SPECIAUX SUR LE SITE DE L INRA DE JOUY-EN-JOSAS ET DOMAINES RATTACHES DECEMBRE 2006 1. OBJET DE LA PRESTATION L activité du centre

Plus en détail

INDUSTRIES AGRICOLES ET AGROALIMENTAIRES RÉDUIRE ET VALORISER LES DÉCHETS,

INDUSTRIES AGRICOLES ET AGROALIMENTAIRES RÉDUIRE ET VALORISER LES DÉCHETS, INDUSTRIES AGRICOLES ET AGROALIMENTAIRES RÉDUIRE ET VALORISER LES DÉCHETS, les choix gagnants INDUSTRIES AGRICOLES ET AGROALIMENTAIRES PRÉVENIR ET VALORISER LES DÉCHETS UNE STRATÉGIE TRIPLEMENT RENTABLE

Plus en détail

ECO-GESTES. ECO-Guide PROFESSIONNEL. Chantiers du Bâtiment. ECO-GESTES de nouveaux réflexes pour préserver l environnement. Les

ECO-GESTES. ECO-Guide PROFESSIONNEL. Chantiers du Bâtiment. ECO-GESTES de nouveaux réflexes pour préserver l environnement. Les ECO-GESTES ECO-Guide PROFESSIONNEL Chantiers du Bâtiment Les ECO-GESTES de nouveaux réflexes pour préserver l environnement remerciements Un comité de pilotage a été constitué pour engager une opération

Plus en détail

levenok.com Identification du lot sur le document four ni par le demandeur

levenok.com Identification du lot sur le document four ni par le demandeur levenok.com Architectes D.P.L.G. RAPPORT DE MISSION DE REPERAGE des matériaux et produits contenant de l'amiante pour l'établissement du constat établi à l'occasion de la vente d'un immeuble bâti REFERENCES

Plus en détail

CAP Serrurier-métallier REFERENTIEL D ACTIVITES PROFESSIONNELLES PRESENTATION DES ACTIVITES ET TACHES

CAP Serrurier-métallier REFERENTIEL D ACTIVITES PROFESSIONNELLES PRESENTATION DES ACTIVITES ET TACHES REFERENTIEL D ACTIVITES PROFESSIONNELLES PRESENTATION DES ACTIVITES ET TACHES ACTIVITES : TACHES 1 - Prendre connaissance des documents, des consignes écrites et orales. 2 - Relever des cotes pour l'exécution

Plus en détail

Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1.

Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1. Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1 Juin 2015 NOTICE D HYGIENE ET DE SECURITE P. 2 sur 8 SOMMAIRE 1 Hygiène...

Plus en détail

Intitulé du stage. Initiation à l'environnement industriel Jeudi 15 et vendredi 16 septembre 2011

Intitulé du stage. Initiation à l'environnement industriel Jeudi 15 et vendredi 16 septembre 2011 Intitulé du stage Dates Initiation à l'environnement industriel Jeudi 15 et vendredi 16 septembre 2011 Recherche et réduction des rejets de Substances Dangereuses dans l'eau Mardi 20 septembre 2011 Mardi

Plus en détail

Gestion des déchets dangereux dans les entreprises

Gestion des déchets dangereux dans les entreprises Actualités Gestion des déchets dangereux dans les entreprises Avril 2012 - Fiche n 1 Rédigée par Margot Liatard CCIR Champagne-Ardenne Qu est ce qu un déchet dangereux? Les déchets dangereux sont des déchets

Plus en détail

REGLES D ATTRIBUTION ET DE SUIVI DE LA CERTIFICATION AMIANTE 1552

REGLES D ATTRIBUTION ET DE SUIVI DE LA CERTIFICATION AMIANTE 1552 REGLES D ATTRIBUTION ET DE SUIVI DE LA CERTIFICATION AMIANTE 1552 Date d application : 4 février 2013 DOC-PC 024 version 02 1/13 SOMMAIRE PAGES 1 OBJET 3 2 TERMINOLOGIE 3 et 4 3 DOCUMENTS DE REFERENCE

Plus en détail

GUIDE DE L'ENTREPRISE : ENVIRONNEMENT / HYGIENE / SECURITE. Déménagement

GUIDE DE L'ENTREPRISE : ENVIRONNEMENT / HYGIENE / SECURITE. Déménagement Vous voulez démarrer une activité de déménagement. Cette fiche rassemble l essentiel de la réglementation en matière d'environnement et de sécurité et quelques conseils importants pour être en conformité

Plus en détail

PROGRAMME DE RÉCUPÉRATION ET DE VALORISATION DES LAMPES AU MERCURE APPEL DE DEMANDE D EXPRESSION D INTÉRÊT (ADEI)

PROGRAMME DE RÉCUPÉRATION ET DE VALORISATION DES LAMPES AU MERCURE APPEL DE DEMANDE D EXPRESSION D INTÉRÊT (ADEI) PROGRAMME DE RÉCUPÉRATION ET DE VALORISATION DES LAMPES AU MERCURE APPEL DE DEMANDE D EXPRESSION D INTÉRÊT (ADEI) 1. Introduction. 1.1. L Association des Producteurs Responsables (l APR) développe un programme

Plus en détail

Principaux éléments de l emploi en particulier la filière professionnelle, le cadre d emplois correspondant au poste, la durée de travail, etc

Principaux éléments de l emploi en particulier la filière professionnelle, le cadre d emplois correspondant au poste, la durée de travail, etc MODELE DE FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE : AGENT POLYVALENT DES SERVICES TECHNIQUES OBJECTIF PRINCIPAL DU POSTE : Principaux éléments de l emploi en particulier la filière professionnelle, le cadre d

Plus en détail

Table des matières... i. Liste des figures...fehler! Textmarke nicht definiert. Liste des tableaux...fehler! Textmarke nicht definiert.

Table des matières... i. Liste des figures...fehler! Textmarke nicht definiert. Liste des tableaux...fehler! Textmarke nicht definiert. Table des matières Table des matières... i Liste des figures...fehler! Textmarke nicht definiert. Liste des tableaux...fehler! Textmarke nicht definiert. Liste des annexes... iv Liste des abréviations

Plus en détail

Déchets dangereux dans l entreprise

Déchets dangereux dans l entreprise Déchets dangereux dans l entreprise Pe! é t i r u c é s z e s n Déchets dangereux Les déchets dangereux sont présents dans toutes les activités industrielles! Chaque année, les entreprises industrielles,

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DES DECHETTERIES INTERCOMMUNALES DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU VAL DE DROME (CCVD) N 10/03-02-04/B

REGLEMENT INTERIEUR DES DECHETTERIES INTERCOMMUNALES DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU VAL DE DROME (CCVD) N 10/03-02-04/B REGLEMENT INTERIEUR DES DECHETTERIES INTERCOMMUNALES DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU VAL DE DROME (CCVD) N 10/03-02-04/B Les déchetteries intercommunales de la CCVD s inscrivent dans le rôle des collectivités

Plus en détail

Votre expert-comptable vous accompagne dans cette thématique

Votre expert-comptable vous accompagne dans cette thématique Téléchargez l'intégralité des supports du programme technique du congrès 2007 sur www.experts-comptables.org/62/ De l'0rdre des Experts-Comptables Votre expert-comptable vous accompagne dans cette thématique

Plus en détail

Plan National d Action Coordonné BTP

Plan National d Action Coordonné BTP Plan National d Action Coordonné BTP SOCLE COMMUN EXIGENCES FONDAMENTALES EN MATIERE DE MESURES DE PREVENTION A METTRE EN ŒUVRE POUR LA PASSATION DES MARCHES ET LA REALISATION DES CHANTIERS DE CONSTRUCTION

Plus en détail

GUIDE DE L'ENTREPRISE : ENVIRONNEMENT / HYGIENE / SECURITE. Poissonnerie

GUIDE DE L'ENTREPRISE : ENVIRONNEMENT / HYGIENE / SECURITE. Poissonnerie Vous voulez démarrer une activité de poissonnerie. Cette fiche rassemble l essentiel de la réglementation en matière d'environnement d hygiène et de sécurité et quelques conseils importants pour être en

Plus en détail

1 QUALITÉ ENVIRONNEMENTALE Responsable Environnemental et gestion pendant le chantier

1 QUALITÉ ENVIRONNEMENTALE Responsable Environnemental et gestion pendant le chantier EXEMPLE DE DÉCOMPOSITION DU PRIX GLOBAL ET FORFAITAIRE Collection les Essentiels Fiche n 20 - Septembre 2012 1 QUALITÉ ENVIRONNEMENTALE 1.1 Responsable Environnemental et gestion pendant le chantier Total

Plus en détail

EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON

EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON REPUBLIQUE FRANCAISE DEPARTEMENT DU RHONE EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON ARRETE N 2013-07-15-R-0287 commune(s) : Villeurbanne objet : Autorisation de déversement

Plus en détail

L ENVIRONNEMENT DANS L ARTISANAT

L ENVIRONNEMENT DANS L ARTISANAT L ENVIRONNEMENT DANS L ARTISANAT METALLERIE / SERRURERIE / CHAUDRONNERIE QUELLE DEMARCHES ADMINISTRATIVES EFFECTUER? Votre entreprise peut être soumise à des formalités particulières, notamment à la législation

Plus en détail

Professionnels de la peinture, Agissons ensemble pour notre environnement LES BONS GESTES ET LES AIDES À L'INVESTISSEMENT

Professionnels de la peinture, Agissons ensemble pour notre environnement LES BONS GESTES ET LES AIDES À L'INVESTISSEMENT Professionnels de la peinture, Agissons ensemble pour notre environnement LES BONS GESTES ET LES AIDES À L'INVESTISSEMENT 3 types de peinture Peintures solvantées Composées de liants alkydes, vinyls, acryliques,

Plus en détail

TOULOUSE : ZAC de Garonne - Chemin de Chantelle - 31200 - Tél : 05 34 51 12 00

TOULOUSE : ZAC de Garonne - Chemin de Chantelle - 31200 - Tél : 05 34 51 12 00 TOULOUSE : ZAC de Garonne - Chemin de Chantelle - 31200 - Tél : 05 34 51 12 00 L entreprise Professionnel dans la collecte, le traitement et la valorisation de déchets industriels depuis plus de 80 ans

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR 2009

REGLEMENT INTERIEUR 2009 CIRCUIT DU MAS DU CLOS LES PUIDS 23200 SAINT AVIT DE TARDES- AUBUSSON REGLEMENT INTERIEUR 2009 L utilisation de la piste et des infrastructures du Circuit du Mas du Clos entraîne automatiquement l acceptation

Plus en détail

Elimination sur mesure

Elimination sur mesure La qualité couche après couche Elimination sur mesure Solutions sectorielles pour peintres et applicateurs de peinture. Nous vous aidons à éliminer ou recycler dans les règles de l art pour le bien d une

Plus en détail

Système Management Environnemental

Système Management Environnemental Système Management Environnemental Laboratoire de Touraine Laboratoire de Touraine Laboratoire de Touraine - Bassin Eaux Pluviales Environnemental Politique Qualité Sécurité Environnement Sommaire Norme

Plus en détail

HISTORIQUE et EXPLOITATION DETRIVAL I. ISDI et déchets d amiante lié à des matériaux inertes (amiante ciment) Commune de VIGNOC 35

HISTORIQUE et EXPLOITATION DETRIVAL I. ISDI et déchets d amiante lié à des matériaux inertes (amiante ciment) Commune de VIGNOC 35 HISTORIQUE et EXPLOITATION DETRIVAL I ISDI et déchets d amiante lié à des matériaux inertes (amiante ciment) Commune de VIGNOC 35 Vue aérienne du site de stockage amiante ciment Page 1-6 DETRIVAL I : ISDI

Plus en détail

Stockage des Marchandises Dangereuses 1 Jour Transport Route 2 jours

Stockage des Marchandises Dangereuses 1 Jour Transport Route 2 jours Stockage des Marchandises Dangereuses 1 Jour Transport Route 2 jours Objectif Être capable : - d'appliquer la réglementation relative au transport des marchandises dangereuses et au stockage. - de rechercher

Plus en détail

I LA PROFESSION. - Le nombre d entreprises de couverture est d environ 10 000, le nombre de salariés employés est d environ 30 000.

I LA PROFESSION. - Le nombre d entreprises de couverture est d environ 10 000, le nombre de salariés employés est d environ 30 000. Réferentiel des activités professionnelles INTRODUCTION I LA PROFESSION La couverture et les techniques du toit consistent à assurer l étanchéité des toitures (mettre hors d eau les différentes formes

Plus en détail

Protocole de sécurité chargement déchargement

Protocole de sécurité chargement déchargement Protocole de sécurité chargement déchargement Note pratique de prévention N.P.P.-01/2007 CRAM Centre Ouest Caisse Régionale d Assurance Maladie Centre Ouest 37 avenue du Président René Coty - 87048 LIMOGES

Plus en détail

reco Chargement, transport et déchargement de combustibles solides, fioul domestique et gazole R.452

reco Chargement, transport et déchargement de combustibles solides, fioul domestique et gazole R.452 reco du comité technique national des commerces non alimentaires Chargement, transport et déchargement de combustibles solides, fioul domestique et gazole Pour vous aider à prévenir les accidents, des

Plus en détail

S.O.P.A.Q. Cadre du Schéma Organisationnel du Plan d Assurance Qualité

S.O.P.A.Q. Cadre du Schéma Organisationnel du Plan d Assurance Qualité PIECE N 3.3.1 POUVOIR ADJUDICATEUR CONSEIL GENERAL - DEPARTEMENT DU NORD DIRECTION GENERALE AMENAGEMENT DURABLE DIRECTION DE LA VOIRIE DEPARTEMENTALE Hôtel du Département 51, rue Gustave Delory 59047 LILLE

Plus en détail

L ENVIRONNEMENT DANS L ARTISANAT

L ENVIRONNEMENT DANS L ARTISANAT L ENVIRONNEMENT DANS L ARTISANAT FABRICATION ET CONDITIONNEMENT DE BOISSONS QUELLE DEMARCHES ADMINISTRATIVES EFFECTUER? 1. Vous devez déclarer votre activité à la Direction de la Protection des Populations.

Plus en détail

Résumé non technique de l étude d impact

Résumé non technique de l étude d impact de l étude d impact 2 2.1 Contexte environnant 2.1.1 Faune et flore La proximité de zones artificialisées, d infrastructures routières majeures et l exploitation antérieures des terres agricoles qui constituent

Plus en détail

CONTENU TYPE DE L EVALUATION FINALE

CONTENU TYPE DE L EVALUATION FINALE CONTENU TYPE DE L EVALUATION FINALE 1. OBJECTIF L évaluation finale a pour objectif d évaluer : les mesures de gestion du risque ; les travaux d assainissement ; ou les travaux d assainissement limité,

Plus en détail

Règles et prescriptions à respecter pour les permis de construire

Règles et prescriptions à respecter pour les permis de construire Collecte et valorisation des déchets dans le pays de Gex Permis de construire Édition 2013 Règles et prescriptions à respecter pour les permis de construire Prévoir la voirie, les équipements et les zones

Plus en détail

16 Transport, stockage et traçabilité

16 Transport, stockage et traçabilité F - Produits phytosanitaires : les bons réflexes! 16 Transport, stockage et traçabilité OBJECTIF Connaître les obligations à respecter dans le cadre du transport et du stockage de produits phytosanitaires,

Plus en détail

SECTEUR D ACTIVITE : GARAGE

SECTEUR D ACTIVITE : GARAGE SECTEUR D ACTIVITE : GARAGE Que dit la loi? Règlementation : - Article L.1331-1 du Code de la Santé Publique «Les immeubles non raccordés au réseau public de collecte des eaux usées sont équipés d'une

Plus en détail

GUIDE. éco. Pour la réduction des déchets dans vos événements. Plan de prévention des déchets. Vendée

GUIDE. éco. Pour la réduction des déchets dans vos événements. Plan de prévention des déchets. Vendée Pour la réduction dans vos événements Vers l éco-responsabilité des événements en matière de gestion Des dizaines de manifestations musicales, sportives ou culturelles sont organisées chaque année en.

Plus en détail

LE PLAN DE PREVENTION

LE PLAN DE PREVENTION 1 Association des Directeurs et Responsables de Services Généraux Facilities Manag ers Association LE PLAN DE PREVENTION Avertissement : ce document est un exemple établi pour un besoin particulier. Il

Plus en détail

NOR : RDFF1503959C. La ministre de la décentralisation et de la fonction publique

NOR : RDFF1503959C. La ministre de la décentralisation et de la fonction publique RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la décentralisation et de la fonction publique Circulaire du 28 juillet 2015 relative aux dispositions applicables en matière de prévention du risque d exposition à l

Plus en détail

PROTOCOLE DE SECURITE POUR LE CHARGEMENT ET DECHARGEMENT DE MARCHANDISES A L USINE DE SAILLAT

PROTOCOLE DE SECURITE POUR LE CHARGEMENT ET DECHARGEMENT DE MARCHANDISES A L USINE DE SAILLAT Réf. : 1997021 30/05/2012 Usine de Saillat PROTOCOLE DE SECURITE POUR LE CHARGEMENT ET DECHARGEMENT DE MARCHANDISES A L USINE DE SAILLAT Date d établissement : Nature des opérations : Chargement Déchargement

Plus en détail

Vidange et curage des ouvrages et des réseaux d assainissement collectif

Vidange et curage des ouvrages et des réseaux d assainissement collectif 74, chemin du Moriot 38 490 LE PASSAGE Tél : 04 74 88 14 64 Fax : 04 74 88 71 06 E-Mail : smeahb@haute-bourbre.fr Vidange et curage des ouvrages et des réseaux d assainissement Dossier de Consultation

Plus en détail

Programme des épreuves des concours externes de recrutement des personnels techniques et administratifs de recherche et de formation

Programme des épreuves des concours externes de recrutement des personnels techniques et administratifs de recherche et de formation G1 Recrutements des assistants de recherche et de formation...2 G1.1 Assistant gestion de données patrimoniales...2 G1.2 Assistant technique en génie climatique...2 G1.3 Assistant technique en électricité...2

Plus en détail

4.6 C.C.T.P. GROUPE SCOLAIRE LES GENETS RENOVATION DES SANITAIRES INTERIEURS. Cahier des Clauses Techniques Particulières LOT 6 : NETTOYAGE

4.6 C.C.T.P. GROUPE SCOLAIRE LES GENETS RENOVATION DES SANITAIRES INTERIEURS. Cahier des Clauses Techniques Particulières LOT 6 : NETTOYAGE MAITRE D OUVRAGE / MAITRE D OEUVRE : VILLE DE NICE DIRECTION GENERALE DES SERVICES TECHNIQUES, DE L AMENAGEMENT, DES TRAVAUX, ET DU DEVELLOPEMENT DURABLE DIRECTION DES BATIMENTS COMMUNAUX SERVICE MAINTENANCE

Plus en détail

P R É F E C T U R E D E L A S E I N E - M A R I T I M E DIRECTION DE L'ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE

P R É F E C T U R E D E L A S E I N E - M A R I T I M E DIRECTION DE L'ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE P R É F E C T U R E D E L A S E I N E - M A R I T I M E DIRECTION DE L'ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE Affaire suivie par : Mme Gisèle ATOUBA 02 32 76 53 91 mél : 02 32 76 54 60 gisele.atouba@seine-maritime.pref.gouv.fr

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires 1 er juin 2011 JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Texte 8 sur 152 Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT

Plus en détail

Entreprises de travaux, sécurisez vos chantiers à proximité des réseaux

Entreprises de travaux, sécurisez vos chantiers à proximité des réseaux Entreprises de travaux, sécurisez vos chantiers à proximité des réseaux obligation depuis le 1 er juillet 2012 Un nouveau téléservice pour construire sans détruire www.reseaux-et-canalisations.gouv.fr

Plus en détail

RENOVATION DES LOCAUX DU BATIMENT CITADELLE SIS 8, RUE DE LA CITADELLE A METZ

RENOVATION DES LOCAUX DU BATIMENT CITADELLE SIS 8, RUE DE LA CITADELLE A METZ MINISTERE DE L INTERIEUR, PREFECTURE DE LA MOSELLE DIRECTION DES RESSOURCES ET DES MOYENS MUTUALISES Bureau des Affaires Immobilières et du soutien 9, Place de la Préfecture 57034 METZ CEDEX Tél. 03.87.34.88.06

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières

Cahier des Clauses Techniques Particulières MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES INRA Centre de Recherche ANGERS - NANTES SERVICES DECONCENTRES D APPUI A LA RECHERCHE () Service des Marchés 42, Rue Georges Morel BP 60057 49071 BEAUCOUZE

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ Décret n o 2008-1325 du 15 décembre 2008 relatif à la sécurité des ascenseurs,

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières

Cahier des Clauses Techniques Particulières MARCHE DE NETTOYAGE ET DE CURAGE DES CANALISATIONS ET BACS A GRAISSE DES EQUIPEMENTS COMMUNAUX PROCEDURE ADAPTEE EN APPLICATION DE L'ARTICLE 28 DU CODE DES MARCHES PUBLICS Cahier des Clauses Techniques

Plus en détail

Pour LE TRI ET la réduction des déchets lors de vos événements

Pour LE TRI ET la réduction des déchets lors de vos événements Pour LE TRI ET la réduction des déchets lors de vos événements Vers l éco-responsabilité des événements en matière de gestion des déchets Des dizaines de manifestations musicales, sportives ou culturelles

Plus en détail

RENOVATION DE LOCAUX CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES. Cahier des charges techniques Rénovation de locaux Services techniques - Page 1

RENOVATION DE LOCAUX CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES. Cahier des charges techniques Rénovation de locaux Services techniques - Page 1 RENOVATION DE LOCAUX CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES Cahier des charges techniques Rénovation de locaux Services techniques - Page 1 SOMMAIRE 1 - CLAUSES COMMUNES A TOUS LES LOTS P. 3 1.1 DEFINITION

Plus en détail

Le développement durable clé en main

Le développement durable clé en main Le développement durable clé en main Le développement durable au cœur de la stratégie d Assa Abloy 2 de la sécurité est un marché dynamique, tiré par les évolutions sociétales (besoins de sécurité grandissants,

Plus en détail

REGLEMENTATION ENVIRONNEMENTALE APPLICABLE DANS LES GARAGES ET CARROSSERIES AUTOMOBILE

REGLEMENTATION ENVIRONNEMENTALE APPLICABLE DANS LES GARAGES ET CARROSSERIES AUTOMOBILE SERVICE ENVIRONNEMENT - NOTE DE VEILLE REGLEMENTAIRE N 1 2009 REGLEMENTATION ENVIRONNEMENTALE APPLICABLE DANS LES GARAGES ET CARROSSERIES AUTOMOBILE Rédacteur : A.CHEVILLARD Date : 22/04/09 1) Nomenclature

Plus en détail

VDIAGNOSTICS IMMOBILIER 9 rue Henri Matisse 76120 GRAND QUEVILLY Télécopie : 09 55 32 26 60 Portable : 06 18 60 62 96 Email : vdiagimmo@free.

VDIAGNOSTICS IMMOBILIER 9 rue Henri Matisse 76120 GRAND QUEVILLY Télécopie : 09 55 32 26 60 Portable : 06 18 60 62 96 Email : vdiagimmo@free. VDIAGNOSTICS IMMOBILIER 9 rue Henri Matisse 76120 GRAND QUEVILLY Télécopie : 09 55 32 26 60 Portable : 06 18 60 62 96 Email : vdiagimmo@free.fr RAPPORT DE MISSION DE REPERAGE DES MATERIAUX ET PRODUITS

Plus en détail

Un point de récupération situé et équipé de façon adéquate est attractif pour ses utilisateurs et donc favorise le recyclage.

Un point de récupération situé et équipé de façon adéquate est attractif pour ses utilisateurs et donc favorise le recyclage. COLLECTES SELECTIVES FICHE D'INFORMATION GEDEC N 4 (août 2006) Un point de récupération situé et équipé de façon adéquate est attractif pour ses utilisateurs et donc favorise le recyclage. L aménagement

Plus en détail

La gestion durable du chantier en pratique

La gestion durable du chantier en pratique Formation Bâtiment Durable : La gestion durable du chantier en pratique Bruxelles Environnement Le coût de la gestion durable du chantier Marc Vanderick Les Entreprises Louis De Waele Le coût de la gestion

Plus en détail

Règlement de réception

Règlement de réception Gestion des déchets Règlement de réception des déchets dans les déchetteries www.annemasse-agglo.fr SOMMAIRE... 1 SOMMAIRE... 2 Chapitre I - Généralités... 3 Article 1 : Définition de la déchetterie...

Plus en détail

GUIDE DE L'ENTREPRISE : ENVIRONNEMENT / HYGIENE / SECURITE. Plomberie Chauffage

GUIDE DE L'ENTREPRISE : ENVIRONNEMENT / HYGIENE / SECURITE. Plomberie Chauffage Vous voulez démarrer une activité de plombier chauffagiste. Cette fiche rassemble l essentiel de la réglementation en matière d'environnement et de sécurité et quelques conseils importants pour être en

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 21 septembre 2015 N/Réf. : CODEP-PRS-2015-035472 Hôpital Robert Debré 48 boulevard Sérurier 75019 PARIS Objet : Inspection sur le thème de la radioprotection

Plus en détail

Extraits du Code du Travail

Extraits du Code du Travail Extraits du Code du Travail Bruit au travail - Santé auditive QUATRIÈME PARTIE : SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL LIVRE IV : PRÉVENTION DE CERTAINS RISQUES D EXPOSITION TITRE III : PRÉVENTION DES RISQUES D

Plus en détail

JARDECOR. 15, rue de La Grande Maison 45 380 La-Chapelle-Saint-Mesmin

JARDECOR. 15, rue de La Grande Maison 45 380 La-Chapelle-Saint-Mesmin DOSSIER DE PRESENTATION JARDECOR 15, rue de La Grande Maison 45 380 La-Chapelle-Saint-Mesmin Téléphone / Fax : 02 38 43 30 67 Messagerie : guy.champavert@jardecor.fr SITE : http://www.jardecor.fr Forme

Plus en détail

1. Identification de la substance ou préparation et de la Société. 2. Composition/ informations sur les composants

1. Identification de la substance ou préparation et de la Société. 2. Composition/ informations sur les composants Date d impression : 23/08/02 Valable à partir du : 08.08.01 Page: 1/7 1. Identification de la substance ou préparation et de la Société Données relatives au produit : Nom commercial : KNAUF ZADUR Mortier

Plus en détail

reco Du moulin à la boulangerie artisanale Prévention des risques liés aux manutentions manuelles des sacs de farine R.454

reco Du moulin à la boulangerie artisanale Prévention des risques liés aux manutentions manuelles des sacs de farine R.454 reco du comité technique national des services, commerces et industries de l'alimentation Du moulin à la boulangerie artisanale Prévention des risques liés aux manutentions manuelles des sacs de farine

Plus en détail

Conditions d intervention sur l amiante pour les professionnels du bâtiment

Conditions d intervention sur l amiante pour les professionnels du bâtiment SERVICE ENVIRONNEMENT - NOTE DE VEILLE REGLEMENTAIRE N 3 2009 Conditions d intervention sur l amiante pour les professionnels du bâtiment Rédacteur : A.CHEVILLARD Date : 08/12/2009 PREAMBULE : Cette note

Plus en détail