Métiers d art et vente aux enchères : une nouvelle donne?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Métiers d art et vente aux enchères : une nouvelle donne?"

Transcription

1 COMPTE-RENDU DE LA CONFÉRENCE DU SAMEDI 14 SEPTEMBRE 10H30-11H30 Métiers d art et vente aux enchères : une nouvelle donne? Intervenants Maître Fabien Mirabaud, Commissaire-Priseur habilité chez Audap & Mirabaud, maison de ventes aux enchères Côme Rémy, Expert agréé par le Conseil des Ventes Volontaires Charlotte du Vivier, Chargée du département des Arts décoratifs du XX e siècle Modérateur Armelle Malvoisin, Journaliste chez Beaux-Arts Magazine et blogueuse. Armelle Malvoisin ouvre cette conférence consacrée à la place des métiers d'art dans les ventes aux enchères. Depuis une dizaine d années, les métiers d art y ont fait leur apparition. Ce mouvement s est intensifié et aujourd hui, il existe même des ventes aux enchères spécialisées. Elle présente les intervenants présents à ses côtés en commençant par M e Fabien Mirabaud, commissaire-priseur, cofondateur de la maison de ventes aux enchères Audap & Mirabaud. Passionné par les objets d art contemporain, il a créé des ventes aux enchères spécialisées sur la céramique. Fabien Mirabaud confirme que si Audap & Mirabaud est une maison de vente généraliste, solidement ancrée dans la tradition, elle a aussi souhaité se positionner en tant que révélatrice de talents dans le domaine des Arts décoratifs. Dans cet esprit, elle a organisé une vente aux enchères d'objets d'art appelée «vente savoir-faire», unique dans l'univers de Drouot, qui a été un grand succès. Lui-même collectionneur de céramique contemporaine, Fabien Mirabaud s'est attaché à créer des spécialités en ce domaine à la maison de vente, avec le concours de Charlotte du Vivier. Chaque année, des ventes sont organisées au début de l'été à l'occasion de salons, notamment la foire de Saint-Sulpice. Fabien Mirabaud souligne que les maisons de vente ne peuvent pas intervenir seules ; selon lui, elles doivent se faire l'écho de la tendance générale. Aussi, Audap & Mirabaud essaie de créer une synergie avec d'autres institutions et, à son échelle, de donner une impulsion pour que les objets d'arts décoratifs soient reconnus à part entière sur le marché de l'art. Fabien Mirabaud tient à décloisonner les genres et dans cette optique, il se refuse à intituler une vente «Arts décoratifs contemporains». Il considère qu'aujourd'hui, tous les créateurs sont des artistes qui utilisent des moyens d'expression différents. Aussi, établir une distinction entre les Arts décoratifs et les Beaux-Arts est une vision désuète. Il signale par ailleurs que certains collectionneurs, qui n'ont pas forcément les moyens d'acheter des

2 peintures ou des sculptures, peuvent se tourner plus facilement vers des objets d'art, plus accessibles. Armelle Malvoisin se tourne vers Côme Rémy, expert reconnu dans le domaine des Arts décoratifs et des Arts appliqués, et lui demande de décrire son rôle en matière de ventes aux enchères. Pour lui expliquer sa profession, Côme Rémy la compare au monde médical : le commissaire-priseur s'apparente au médecin généraliste et l'expert est le spécialiste. Il aide le généraliste à définir l'objet et à le priser, après avoir établi des éléments d identification. Le commissaire-priseur et l'expert travaillent en équipe, car l'intervention de chacun est nécessaire pour faire une bonne vente. Armelle Malvoisin l'interroge sur les métiers d'art représentés à travers les objets dans les ventes aux enchères. Côme Rémy explique que les Arts décoratifs recouvrent tous les objets qui ne s'accrochent pas sur les murs d'une maison : les lustres, la vaisselle, les meubles, les tapis, les lampes Bien qu elles puissent s'accrocher sur un mur, les tapisseries en font partie. Armelle Malvoisin s'enquiert de la provenance des objets qui sont présentés dans les ventes aux enchères. Fabien Mirabaud souligne qu'une maison de vente aux enchères n'achète pas les œuvres, contrairement aux marchands d'art. Il s'agit de faire l'intermédiaire entre l'offre et la demande, par le biais de la salle des marchés, en garantissant une estimation objective et juste du prix de l'objet. Il existe divers canaux de provenance. Tout d'abord, il peut s'agir d'inventaires dans le cadre d'une succession. Les collectionneurs qui souhaitent se séparer de leurs pièces prennent également contact avec la maison de vente. En l'occurrence, il s'agit donc d'un second marché, visant à redonner une nouvelle chance à l'objet. Côme Rémy classe les causes de vente des objets en «quatre D» : divorce, déménagement, dettes et décès. Quelle que soit la raison, c'est toujours l'objet qui prime. Il précise que le premier marché est l'apanage des galeries, qui sont de véritables partenaires pour les maisons de vente. Aussi, il ne s'agit pas de leur faire concurrence. Toutefois, depuis quelques années, le commissaire-priseur a également le droit de vendre directement pour le compte des artistes. Quel que soit le canal de vente, Fabien Mirabaud revendique la position de la maison de vente comme révélatrice de talents. Pour lui, certains créateurs d'aujourd'hui sont des futurs grands noms de demain et il s'attache à essayer de leur donner une place dans le marché de l'art, afin qu ils soient référencés sur la scène internationale. Cependant, il insiste sur le fait qu'il s'agit de vente volontaire : le commissaire-priseur ne force jamais l'artiste à vendre. Fabien Mirabaud rappelle par ailleurs que le véritable métier des artistes est de créer et non de vendre. Lorsqu'ils s essaient à la vente directe, ils n'ont pas de véritable stratégie et ne savent pas se mettre en valeur. Généralement, les galeristes parviennent à vendre les pièces à des prix bien meilleurs, jouant ainsi un véritable rôle de promotion de l'artiste. Le commissaire-priseur agit à un niveau encore différent. S'il ne fait pas la promotion d'un seul artiste via une vente monographique, il permet de replacer la création contemporaine dans son contexte grâce à des œuvres d'autres jeunes créateurs. Armelle Malvoisin demande à Fabien Mirabaud et Côme Rémy de lui détailler le processus d'expertise et de mise en vente d'un objet apporté par un particulier. 2

3 Fabien Mirabaud indique que lorsqu'il voit arriver un client à son bureau avec un objet d'art, il commence par essayer de l'identifier. Il fait appel à son expert pour authentifier la signature de l'artiste. Côme Rémy cherche alors sur l'objet la signature ainsi que le numéro de l'édition. Il insiste pour que les artistes contemporains signent lisiblement leurs œuvres, ce qui permet d'authentifier celles-ci beaucoup plus facilement. La numérotation sur l'objet permet de savoir s'il fait partie d'une édition et d'avoir une date de réalisation. En effet, pour lutter contre la contrefaçon, l'artiste tient un cahier dans lequel il consigne les éditions, le nombre de tirages et le nom des acheteurs. Il existe ainsi une traçabilité de chaque œuvre. L'identification du parcours de chacune d elles accroît sa valeur. Elle représente 30 % de son prix final en vente aux enchères. Côme Rémy cite une anecdote pour prouver que la numérotation permet de protéger l'artiste. Récemment, quelqu'un lui a apporté une tapisserie de Le Corbusier numérotée 6/6. En vérifiant dans les archives de la Fondation Le Corbusier, il s'est rendu compte qu'il existait trois tapisseries numérotées ainsi, car des retirages non autorisés par l'artiste avaient été réalisés dans l'atelier. À la demande de la Fondation, les tapisseries ont été saisies et détruites. En l'occurrence, l'exemplaire qui avait été présenté à Côme Rémy était un faux, puisque la tapisserie 6/6 autorisée avait été vendue à un musée, mais parfois, il est très difficile de savoir si l'objet que l'on a dans les mains fait partie des tirages autorisés ou non. Le public demande si, dans ce cas, le propriétaire qui apporte l'objet en toute bonne foi au commissaire-priseur peut être indemnisé. Fabien Mirabaud répond que lorsqu un objet d'art qui se révèle être un faux a été vendu lors d'une vente publique, l'acheteur bénéficie d'une garantie : le commissaire-priseur lui rembourse l'objet. En revanche, un commissaire-priseur ne peut pas savoir si l'objet qu'on lui présente provient initialement d'un vol. Le mécanisme de vente aux enchères promet de protéger les parties ; l'ancien propriétaire peut récupérer l'objet en indemnisant le nouvel acheteur, puis se faire rembourser par l assurance. Toutefois, si l'ouvrage a été acquis via des galeries ou s'il a transité entre particuliers de la main à la main, aucun recours n'est possible. Seules les ventes aux enchères offrent des garanties supplémentaires. Côme Rémy précise que lorsque l'artiste est toujours vivant ou qu'il existe une fondation qui gère les œuvres d'un artiste décédé, les archives sont déposées au Musée des Arts décoratifs, ce qui facilite considérablement l'authentification. Ensuite, l'expert doit fixer un prix. Pour cela, il s'appuie sur les tarifs pratiqués par les galeries auparavant et sur les archives des ventes publiques. L'idéal est de retrouver trois objets similaires vendus dans les cinq dernières années ; cela permet de fixer un prix moyen. S'y ajoute la valeur donnée par l appréciation personnelle de l'expert et par la tendance du moment. Côme Rémy souligne que la valeur finale qui est attribuée à l'objet ne sera pas celle qui servira à déterminer le prix de départ des enchères. En effet, les gens viennent aux ventes aux enchères pour faire une bonne affaire. Il faut donc appâter les acheteurs avec un prix de départ plus bas que la valeur initiale. Cela permet d'attirer le maximum de clients potentiels et donc de faire réellement monter les enchères, par le jeu de la concurrence entre les candidats à l'achat. En général, un objet qui vaut 100 et qui est proposé à 80 a de bonnes chances d'être vendu 110 à 120. S'il est mis en vente à 100, donc à sa valeur réelle, il y a gros à parier qu'un seul acheteur se présentera ; il sera donc vendu à 100, pas davantage. 3

4 Armelle Malvoisin demande s'il existe un système certifiant aux vendeurs que l'objet ne sera pas bradé. Fabien Mirabaud répond que depuis quinze ans, il existe un outil légal offrant une garantie au vendeur : c'est le prix de réserve qui ne peut être supérieur à l'estimation basse fixée par le commissaire-priseur. Afin qu'une relation de confiance soit établie, le vendeur doit donner un mandat clair au commissaire-priseur. De toute façon, même si le prix est toujours fixé par le commissairepriseur assisté par son expert et non par le vendeur, les deux protagonistes ont le même intérêt : vendre l'objet le plus cher possible tout en garantissant l'honnêteté de la transaction à l'acheteur. Armelle Malvoisin s'enquiert des frais dont doivent s'acquitter le vendeur et l'acheteur. Fabien Mirabaud indique que le commissaire-priseur prélève une commission à l'acheteur comme au vendeur afin de couvrir son fonctionnement courant, les frais inhérents à la vente (location de salle, catalogue, etc.), de payer son équipe et de se rémunérer lui-même. Les maisons de vente demandent généralement au vendeur 15 à 20 % du prix de l'objet mis en vente. Fabien Mirabaud précise qu'il s'agit d'une moyenne ; lors de la vente d'une œuvre très coûteuse, ces frais sont négociables. Ils relèvent d'une relation privée avec le vendeur et en tant que tels, ils restent confidentiels. En revanche, les frais que l'acheteur doit verser sont publics : au moment des enchères, les personnes intéressées doivent en connaître à l'avance le montant pour l intégrer au prix final à payer. Ces frais sont donc indiqués dans les catalogues de vente. De plus, le commissaire-priseur prend toujours soin de les rappeler en début de vente. Ils oscillent en moyenne aux alentours de 25 %. Même si toutes les maisons de vente n en font pas usage, il peut exister une autre pratique appelée le prix de rachat. Il s'agit d'un pourcentage de participation aux débours demandé au vendeur en cas de non-adjudication. Pour sa part, lorsqu'un objet n'est pas vendu, Fabien Mirabaud a pour habitude de lui laisser une deuxième chance et de le proposer à nouveau lors d'une vente ultérieure. Armelle Malvoisin demande s'il est possible d'acheter aux enchères sans être présent physiquement dans la salle. Fabien Mirabaud lui confirme que l'acheteur peut enchérir par téléphone ou par Internet. Il peut aussi confier un mandat d'achat au commissaire-priseur luimême ou à l'expert. Fabien Mirabaud fait remarquer que tous ces dispositifs sont très encadrés par le code déontologique des commissaires-priseurs, sachant que ceux-ci sont assujettis à un ordre professionnel. Armelle Malvoisin s interroge sur les avantages et les inconvénients d'une vente publique pour les objets d'art. Fabien Mirabaud y voit des avantages multiples. Tout d'abord, cela permet une nouvelle diffusion des œuvres d'art sur des créneaux très différents, ce qui leur donne une grande visibilité. Ensuite, les créateurs y gagnent une cote sur le marché international. Enfin, grâce aux droits de suite prélevés par pourcentage sur chaque objet vendu par des galeristes ou des commissaires-priseurs, les artistes peuvent constituer un patrimoine pour leurs héritiers. Armelle Malvoisin relève que ces droits de suite sont exigibles à partir de 750. Ils représentent alors 4 % du prix de vente et sont dégressifs au fur et à mesure que le prix augmente. Au-delà de , ils correspondent à 0,25 % du prix de vente. Fabien Mirabaud signale que ce mécanisme ne fonctionne que dans le cadre du second marché ; lorsque l'artiste vend lui-même, il ne touche pas de droits de suite puisque c'est lui 4

5 qui perçoit directement le bénéfice de la vente, diminué des frais de commission. Seuls les héritiers peuvent bénéficier des droits de suite à condition que l'œuvre soit produite en France, par un artiste français (ou étranger résidant en France depuis au moins cinq ans). En effet, les droits de suite sont régis par une loi française datant de Certains pays comme les États-Unis ne reconnaissent pas les droits de suite. Néanmoins, il existe parfois des conventions entre certains États, via des organismes collecteurs. Le dispositif de droits de suite n'est pas automatique. Pour que leurs héritiers puissent les percevoir, les artistes doivent se faire référencer auprès d'organismes collecteurs, le plus grand en France étant la Société des Auteurs dans les Arts graphiques et plastiques (ADAGP). À l'issue de la vente aux enchères, le pourcentage est reversé à cet organisme collecteur qui se charge ensuite de le transmettre aux héritiers, moyennant des frais de gestion. Fabien Mirabaud précise que ce dispositif s'applique également aux Arts appliqués et décoratifs. Récemment, une maison de vente qui ne voulait pas payer les droits de suite sur des objets d'art décoratif a été condamnée. En effet, un céramiste d art est considéré comme un artiste au même titre qu'un peintre ou un sculpteur. Côme Rémy explique que l ADAGP fait cependant une distinction entre l'objet unique et l'objet à grande diffusion. Jusqu'à une époque récente, elle considérait que jusqu'à douze exemplaires, il s'agissait d'une œuvre originale soumise à droits de suite, à condition que ces exemplaires soient numérotés et signés. Un texte récent validé par les pouvoirs publics a assoupli cette notion ; dorénavant, le nombre d'exemplaires peut aller au-delà de douze, mais il doit rester limité et contrôlé par l'artiste lui-même. Armelle Malvoisin est curieuse de savoir si les ventes aux enchères ont créé de nouveaux acheteurs d'objets d'art. Fabien Mirabaud répond par l'affirmative. Il est appuyé par Côme Rémy qui rappelle que certaines personnes n'achètent que dans les ventes publiques et ne vont jamais dans les galeries. Il s'agit d'un contexte porteur, car beaucoup d'acheteurs qui viennent avec l'idée d'acheter le meuble d'un créateur peuvent se laisser séduire par une céramique d'un artisan d'art dont ils n'avaient jamais entendu parler. Dans le même ordre d'idées, cela peut amener un collectionneur d'objets du XVIII e siècle à s'intéresser à la création contemporaine. Aussi, les ventes aux enchères permettent aux artistes d'avoir des opportunités nouvelles sur le marché. Armelle Malvoisin y voit aussi l'opportunité de créer des passerelles entre les différents acteurs du marché de l art contemporain décoratif, car après les ventes publiques, il arrive souvent aux acheteurs d'aller découvrir le travail des artistes en atelier ou en galerie. Pour illustrer ces propos, Côme Rémy présente des diapositives d'œuvres de Jérôme Cordier, d Erwan Boulloud et de Christel Sadde. Charlotte du Vivier souligne que par ailleurs, la salle des ventes Drouot voit passer 6000 personnes par jour. Compte tenu du flot important de visiteurs, il peut s'avérer plus facile pour un néophyte d'entrer à Drouot que de pousser la porte d'une galerie. Avec ses dix salles de ventes aux enchères simultanées, Drouot constitue à lui seul un outil de communication extraordinaire. Charlotte du Vivier ajoute que Drouot s'est largement approprié les nouvelles technologies. Toutes les ventes peuvent être réalisées en ligne, avec des enchères sur Internet. Les résultats sont publiés, permettant ainsi une traçabilité. Les catalogues sont également diffusés sur Internet pour que le public dispose de tous les éléments avant chaque vente. Charlotte du Vivier évoque les ventes «savoir-faire» qui sont des ventes dédiées faisant l'objet d une communication particulière. Par conséquent, elles sont susceptibles 5

6 d attirer un autre public. Elle observe qu aujourd hui, les habitués des ventes aux enchères recherchent plutôt des objets exceptionnels. La qualité et la créativité qu offrent les objets réalisés par les artisans d art seront donc mises à l honneur dans une salle des ventes. Par ailleurs, Charlotte du Vivier revient sur la relation de la maison Audap & Mirabaud avec les galeristes. Elle souligne que cette collaboration régulière est incontournable et qu elle contribue largement à la notoriété des artistes. Bien souvent, les galeristes jouent le jeu et viennent soutenir les œuvres dans les ventes aux enchères. Armelle Malvoisin l interroge sur la date de la prochaine vente «savoir-faire». Charlotte du Vivier répond que cet événement demande beaucoup de temps de préparation. La dernière a eu lieu en Elle espère que la prochaine sera en Chaque année, en juin, la maison dédie une vente à la céramique contemporaine. Elle ambitionne d alterner des ventes «savoir-faire» et des ventes spécialisées sur le bijou contemporain. Charlotte du Vivier signale que dès la mi-septembre, commenceront les Circuits Bijoux organisés par Ateliers d Art de France, avec cinquante événements se déroulant à Paris dans des boutiques, des ateliers, des musées ou des salons. Ce parcours s achèvera par une vente aux enchères de bijoux, trois jours avant la Saint-Valentin, précédée de cinq jours d exposition. Charlotte du Vivier souhaite vivement qu à cette occasion, la dimension créative du bijou contemporain soit mise en avant à Drouot. Armelle Malvoisin remercie les intervenants et ouvre le débat au public. Isabelle Brunelin, responsable de la Galerie de l'ancienne Poste (Yonne), spécialisée depuis seize ans dans la céramique contemporaine, ne partage pas totalement le point de vue de Fabien Mirabaud, Côme Rémy et Charlotte du Vivier. Comme assez peu de galeries exposent de l'art décoratif, le second marché souffre d'une pénurie d'offres. Du coup, elle constate que les artistes qu'elle suit depuis plusieurs années sont de plus en plus sollicités par les commissaires-priseurs pour vendre directement leurs pièces aux enchères. Or, comme leurs plus belles œuvres ont été choisies par les galeries, les pièces confiées aux maisons de vente sont souvent de moindre qualité. Pour sa part, Isabelle Brunelin trouve ce phénomène gênant, car cela ne présente pas la meilleure image du travail de l artiste. Le danger principal est la baisse de la cote d'un artiste sur le marché. À terme, un créateur risque de voir ses pièces refusées par toutes les galeries. Fabien Mirabaud objecte qu'en dehors des galeries et des salles de vente, il existe beaucoup de lieux dans lesquels les artistes vendent directement leurs pièces : foires, expositions, boutiques, etc. Il reconnaît cependant que sans les galeries, il serait difficile de faire exister le second marché. Pour sa part, il fait son possible, à son niveau, pour contribuer à créer un véritable centre d'intérêt autour de la céramique contemporaine, car en ce domaine, la France accuse trente ans de retard par rapport à l'angleterre ou aux Pays-Bas. Concernant la qualité inégale des pièces qui sont confiées aux maisons de vente par les créateurs, Charlotte du Vivier estime que cela relève de l'exigence personnelle des artistes. Isabelle Brunelin fait observer que ceux-ci connaissent rarement les lois du marché. Armelle Malvoisin souligne que les professionnels ici présents ne donnent pas dans le démarchage excessif vis-à-vis des artistes pour leur faire vendre leurs pièces aux enchères. Elle engage les responsables de galerie à jouer un rôle préventif en conseillant aux créateurs de ne pas s adresser à n importe quelle maison de vente. Charlotte du Vivier signale que les ventes aux enchères peuvent représenter une véritable opportunité pour certains artistes. Elle cite le cas du céramiste Antoine de Vinck qui a suscité un regain d intérêt lorsqu une exposition sur ses œuvres a été organisée à Paris ; par 6

7 la suite, les amateurs se sont remis à s intéresser à son travail et les collectionneurs ont ressorti certaines de leurs pièces signées par Antoine de Vinck pour les vendre aux enchères. Charlotte du Vivier fait valoir que lorsque beaucoup de pièces circulent en salle de vente, cela signifie que la cote de l artiste existe. C est la marque d un marché sain et dynamique. Elle ajoute que la maison Audap & Mirabaud essaie aussi de mettre en avant des œuvres de créateurs peu connus, mais auxquels elle croit, avec des résultats souvent surprenants. Côme Rémy ajoute que si l équipe s entend bien avec un artiste, elle peut parfois tenter la vente de quelques pièces un peu moins belles. Il faut toutefois veiller à ce que cela ne se répète pas trop souvent, car depuis la fin des années 90, les résultats des ventes sont enregistrés ; des pièces vendues trop bas contribuent à faire descendre la cote d un artiste. Parfois, cela fluctue en fonction des modes : par moments, certains aspects ne sont pas du tout appréciés (dimensions, couleurs, etc.). Une spectatrice demande comment un créateur de bijoux peut signer sa pièce. Côme Rémy distingue deux sortes de créateurs : ceux qui dessinent les bijoux, mais qui ne les fabriquent pas, et ceux qui les réalisent. Il existe donc deux systèmes : la signature de l artiste qui dessine les bijoux et le poinçon de maître de celui qui a exécuté la pièce, l idéal étant de faire les deux et d apposer à la fois son poinçon et sa signature. Côme Rémy précise que des archives existent lorsque le bijou sort de l atelier, car en France, les réalisations en métaux précieux doivent faire l objet d une description exhaustive comportant notamment leur poids. Certains créateurs moulant leurs bijoux, il existe même des moules permettant d authentifier les pièces en plus des archives, des dessins, des photos et des numérotations. Armelle Malvoisin remercie la salle d avoir participé à ce débat et salue les intervenants. (Applaudissements.) 7

LA DEFISCALISATION PAR L ART

LA DEFISCALISATION PAR L ART LA DEFISCALISATION PAR L ART LA DEFISCALISATION PAR L ART EXCO ECAF Novembre 2009 2 L AVANTAGE FISCAL OFFERT AUX ENTREPRISES EXCO ECAF Novembre 2009 3 ACQUISITION D ŒUVRES ORIGINALES D ARTISTES VIVANTS

Plus en détail

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME F REGL PROF - Qualifications prof. A2 Bruxelles, 26 mai 2011 MH/JC/JP A V I S sur LA REFORME DE LA DIRECTIVE RELATIVE A LA RECONNAISSANCE DES QUALIFICATIONS

Plus en détail

Statuts et Usages de l'association des Commerçants d'art de Suisse

Statuts et Usages de l'association des Commerçants d'art de Suisse Statuts et Usages de l'association des Commerçants d'art de Suisse Statuts de l'association des Commerçants d'art de Suisse Association selon l article 60 et suivants du Code des obligations 1. L Association

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE GOOD MORNING DESIGN

DOSSIER DE PRESSE GOOD MORNING DESIGN SOMMAIRE LE DOSSIER DE PRESSE Le concept Page 3 Une place de marché pour les passionnés du design Page 3 Nouvelle Vague : une place de marché pour les designers indépendants et les marques avant-gardistes

Plus en détail

INSTRUCTION GÉNÉRALE Q-22

INSTRUCTION GÉNÉRALE Q-22 INSTRUCTION GÉNÉRALE Q-22 DOCUMENTS D'INFORMATION SUR LES CONTRATS À TERME, SUR LES OPTIONS NÉGOCIABLES SUR UN MARCHÉ RECONNU ET SUR LES OPTIONS NÉGOCIABLES SUR CONTRATS À TERME 1. Dans le cas de contrats

Plus en détail

YICCA 2015 Young International Contest of Contemporary Art

YICCA 2015 Young International Contest of Contemporary Art YICCA 2015 Young International Contest of Contemporary Art Art. 1 BUTS L'objectif de ce concours est de promouvoir les artistes inscrits, en leur donnant la possibilité de s'introduire dans le marché de

Plus en détail

Fiscalité et émission des reçus pour fins d impôt

Fiscalité et émission des reçus pour fins d impôt Fiscalité et émission des reçus pour fins d impôt AFÉSAQ Audioconférence 18 mars 2013 Mélissa Rioux Conseillère principale Service de fiscalité (514) 878-2691 poste 1839 rioux.melissa@rcgt.com Objectifs

Plus en détail

Textes de référence :

Textes de référence : STATUT JURIDIQUE DE L'EQUIVALENT DU COMMISSAIRE-PRISEUR EN ALLEMAGNE Synthèse Textes de référence :! Code des professions industrielles et commerciales ( 34b Gewerbeordnung) issu de la loi du 5 février

Plus en détail

(La Société ARISTOPHIL collectionne et détient la plus grande collection Française de lettres et manuscrits de renommée mondiale)

(La Société ARISTOPHIL collectionne et détient la plus grande collection Française de lettres et manuscrits de renommée mondiale) Société ART COURTAGE 30 rue de la République 69292 LYON cedex 02 Bj M..MM de la Société ARISTOPHIL (La Société ARISTOPHIL collectionne et détient la plus grande collection Française de lettres et manuscrits

Plus en détail

CONVENTION ENTRE ACTIONNAIRES

CONVENTION ENTRE ACTIONNAIRES CONVENTION ENTRE ACTIONNAIRES La convention entre actionnaires est un contrat écrit, conclu entre tous les actionnaires d une entreprise incorporée et régissant les droits, pouvoirs et obligations de ceux-ci

Plus en détail

Code des Usages de la Publicité sur le Lieu de Vente

Code des Usages de la Publicité sur le Lieu de Vente Code des Usages de la Publicité sur le Lieu de Vente Le présent CODE des USAGES a pour objet de rassembler les usages et de préciser les conditions de vente et de prestations des PROFESSIONNELS qui créent,

Plus en détail

The Deciding Factor : Big Data et l aide à la décision

The Deciding Factor : Big Data et l aide à la décision Business Analytics The way we see it The Deciding Factor : Big Data et l aide à la décision Ecrit par A propos de l'étude À la demande de Capgemini, l'economist Intelligence Unit a rédigé le rapport intitulé

Plus en détail

CODE DES USAGES POUR LA TRADUCTION D'UNE ŒUVRE DE LITTÉRATURE GÉNÉRALE

CODE DES USAGES POUR LA TRADUCTION D'UNE ŒUVRE DE LITTÉRATURE GÉNÉRALE CODE DES USAGES POUR LA TRADUCTION D'UNE ŒUVRE DE LITTÉRATURE GÉNÉRALE Entre : LA SOCIÉTÉ DES GENS DE LETTRES DE FRANCE, représentée par son Président, Monsieur Paul FOURNEL, L'ASSOCIATION DES TRADUCTEURS

Plus en détail

DOSSIER DE PARTENARIAT

DOSSIER DE PARTENARIAT DOSSIER DE PARTENARIAT A P R O P O S Art Contemporain & Antiquité à Villefranche-Sur-Mer du 3 au 6 septembre 2015 V i l l e f r a n c h e - s u r - Me r a toujours été une commune tournée vers la culture.

Plus en détail

2/ Dispositions issues de la loi du 17 mars 2014 (*ces nouvelles dispositions ne s appliquent qu aux contrats conclus après le 13 juin 2014)

2/ Dispositions issues de la loi du 17 mars 2014 (*ces nouvelles dispositions ne s appliquent qu aux contrats conclus après le 13 juin 2014) CONTRATS A DISTANCE/ CONTRATS HORS ETABLISSEMENT/DEMARCHAGE TELEPHONIQUE Nouvelles dispositions issues de la loi n 2014-344 du 17 mars 2014 1/ Dispositions antérieures à la loi du 17 mars 2014 Rappel :

Plus en détail

Crédit photo : Troyes Expo Cube

Crédit photo : Troyes Expo Cube DOSSIER DE PRESSE Crédit photo : Troyes Expo Cube Le Salon DES ARTISANS D ART vous ouvre ses portes du 22 au 25 janvier 2015 pour sa 30 ème édition Pour la 30ème année consécutive, le salon des ARTISANS

Plus en détail

Lot 1 Lot de mobilier de salon de coiffure comprenant: 6 fauteuils de coiffure; 3 fauteuils pour évier de coiffure et 3 éviers de coiffure.

Lot 1 Lot de mobilier de salon de coiffure comprenant: 6 fauteuils de coiffure; 3 fauteuils pour évier de coiffure et 3 éviers de coiffure. DEMANDE DE SOUMISSIONS BELHUMEUR PRONOVOST INC., syndic de l actif de, requiert, à l égard des biens ci-après décrits, des offres d achat ou des offres de les vendre pour le compte de l actif (les «soumissions»).

Plus en détail

La procédure V.E.I. (Véhicules Economiquement Irréparables) Renforcer la sécurité routière en empêchant un véhicule ayant subi des dommages importants

La procédure V.E.I. (Véhicules Economiquement Irréparables) Renforcer la sécurité routière en empêchant un véhicule ayant subi des dommages importants La procédure V.E.I. (Véhicules Economiquement Irréparables) Objectifs de la procédure Renforcer la sécurité routière en empêchant un véhicule ayant subi des dommages importants d'utiliser sans contrôle

Plus en détail

ATELIERS D ARTS à Paris

ATELIERS D ARTS à Paris ATELIERS D ARTS à Paris cours et stages pour adultes enfants ados privatisation de l espace les ateliers d arts Rrose Sélavy Marie-Lorraine Benzacar > Créatrice du concept Au cœur du 9ème arrondissement

Plus en détail

COGECO CÂBLE INC. RÉGIME D OPTIONS D ACHAT D ACTIONS. 17 juin 1993

COGECO CÂBLE INC. RÉGIME D OPTIONS D ACHAT D ACTIONS. 17 juin 1993 COGECO CÂBLE INC. RÉGIME D OPTIONS D ACHAT D ACTIONS 17 juin 1993 Modifié le 20 octobre 2000, le 19 octobre 2001, le 18 octobre 2002, le 17 octobre 2003, le 13 octobre 2006, le 26 octobre 2007, le 29 octobre

Plus en détail

CONTRAT TYPE DE CESSION DE DROITS D AUTEUR

CONTRAT TYPE DE CESSION DE DROITS D AUTEUR CONTRAT TYPE DE CESSION DE DROITS D AUTEUR ENTRE LES SOUSSIGNES : L'AGENCE XXX dont le siège est situé représentée aux fins des présentes par CI-APRES DENOMMEE : " L'Agence" D'une part, ET : «NOM» Photographe,

Plus en détail

Présentation du média salon

Présentation du média salon Présentation du média salon ll existe plusieurs type de salons : les salons professionnels, les salons grand public, les salons mixtes et les foires commerciales. Les salons professionnels sont des événements

Plus en détail

Circulaire de la Commission fédérale des banques : Commentaires du terme de négociant en valeurs mobilières

Circulaire de la Commission fédérale des banques : Commentaires du terme de négociant en valeurs mobilières Circ.-CFB 98/2 Négociant Page 1 Circulaire de la Commission fédérale des banques : Commentaires du terme de négociant en valeurs mobilières (Négociant) du 1 er juillet 1998 Sommaire 1 But 2 Situation de

Plus en détail

19 e édition du Salon Museum Expressions 22 et 23 janvier 2014 Paris Porte de Versailles

19 e édition du Salon Museum Expressions 22 et 23 janvier 2014 Paris Porte de Versailles 19 e édition du Salon Museum Expressions 22 et 23 janvier 2014 Paris Porte de Versailles Un salon Reconnu depuis plus de 18ans comme l unique salon professionnel dédié aux produits dérivés culturels, Face

Plus en détail

Contrats sur différence (CFD)

Contrats sur différence (CFD) Avertissement à l attention des investisseurs 28/02/2013 Contrats sur différence (CFD) Principales recommandations Les contrats sur différence (CFD) sont des produits complexes qui ne sont pas adaptés

Plus en détail

La lutte contre le trafic illicite de biens culturels sur Internet : L UNESCO et la réponse de ses partenaires

La lutte contre le trafic illicite de biens culturels sur Internet : L UNESCO et la réponse de ses partenaires La lutte contre le trafic illicite de biens culturels sur Internet : L UNESCO et la réponse de ses partenaires Introduction L'UNESCO est un acteur majeur dans la lutte contre le trafic illicite d objets

Plus en détail

Un nouvel art de vivre est né!

Un nouvel art de vivre est né! Actu F. Sur Cour MDM116fzdéf0107.qxd:Pêle Mêle MdM65 01/07/15 02:46 Page52 ACTUS IOUVERTURE CONCEPT-STORE Un nouvel art de vivre est né! LE 28 MAI DERNIER, A ÉTÉ INAUGURÉ LE NOUVEAU CONCEPT-STORE DE FENÊTRE

Plus en détail

votre partenaire commercial en 10 questions / réponses

votre partenaire commercial en 10 questions / réponses votre partenaire commercial en 10 questions / réponses votre PARTENAIRE COMMERCIAL en 10 questions / réponses 2 / 12 votre partenaire commercial 10 en questions / réponses Vous souhaitez louer un hébergement

Plus en détail

Maîtriser la diffusion de son catalogue e-commerce

Maîtriser la diffusion de son catalogue e-commerce Maîtriser la diffusion de son catalogue e-commerce Lorraine Un site marchand est sans cesse en recherche de moyens pour développer son activité. Au-delà de l optimisation de la boutique, il est possible

Plus en détail

2 les prestations d'un expert nommé en justice ou désigné comme tel par les parties en exécution d'une décision judiciaire ordonnant l'expertise;

2 les prestations d'un expert nommé en justice ou désigné comme tel par les parties en exécution d'une décision judiciaire ordonnant l'expertise; Page 1 of 7 Taxe sur la Valeur Ajoutée >> Commentaire TVA III.- Opérations visées Numéro 18/1125 La réquisition doit bien entendu porter sur une prestation prévue par le C.TVA pour être visée par l'art.

Plus en détail

Position recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI

Position recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI Textes de référence : articles 313-18 à 313-22 du règlement général de l AMF

Plus en détail

La responsabilité civile et l'entreprise

La responsabilité civile et l'entreprise La responsabilité civile et l'entreprise Dans la présente rubrique, nous poursuivons notre étude de la responsabilité civile, cette fois-ci du point de vue d'un commerce ou d'une entreprise. Les questions

Plus en détail

la première chaîne de dépôt-vente

la première chaîne de dépôt-vente la première chaîne de dépôt-vente EncherExpert la première chaîne de Dépôt-Vente ebay en France Vous changez de téléviseur? Bébé a grandi et n a plus le goût des voyages en poussette? Votre ancien sac

Plus en détail

Les mardis, entre 10 h et 11 h 30, du 7 janvier au 25 mars 2014 I Tarif. 600

Les mardis, entre 10 h et 11 h 30, du 7 janvier au 25 mars 2014 I Tarif. 600 DROUOT FORMATION CYCLES COURTS HIVER 2013 Les Grands Ateliers d art À travers la visite d une sélection de 10 ateliers parisiens parmi les plus prestigieux tels que Brazet, Féau ou Gohard, venez découvrir

Plus en détail

Solutions d assurance pour les propriétaires de petite entreprise

Solutions d assurance pour les propriétaires de petite entreprise Solutions d assurance pour les propriétaires de petite entreprise Les petites entreprises échouent pour diverses raisons : manque de planification, gestion déficiente, financement inadéquat, ralentissement

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE SUCCESSION

GUIDE PRATIQUE SUCCESSION GUIDE PRATIQUE SUCCESSION Vous venez d'hériter. Il s'agit d'une situation difficile et douloureuse pour laquelle diverses démarches doivent être faites. Les questions que vous vous posez sont nombreuses

Plus en détail

VENTE DE PRESTIGE D ART DECO. 28 mai 2013

VENTE DE PRESTIGE D ART DECO. 28 mai 2013 Communiqué VENTE DE PRESTIGE D ART DECO 28 mai 2013 La vente, qui se tiendra le 28 mai sous le marteau de François Tajan, propose un vaste panorama des Arts décoratifs, de l Art nouveau à la grande décoration

Plus en détail

A propos de la médiation

A propos de la médiation A propos de la médiation La médiation, une démarche volontaire mais spécifique Si toute personne peut, en principe, être médiateur, il faut avoir suivi avec un succès une formation d'un minimum de 90 heures

Plus en détail

Aménager. son point de vente

Aménager. son point de vente Aménager son point de vente L aménagement du point de vente est l un des principaux piliers de la réussite d une entreprise commerciale. La conception de l espace marchand doit permettre : une identification

Plus en détail

TRAVAILLER COMME ARTISTE

TRAVAILLER COMME ARTISTE ARTISTE Qui est artiste?... 1 Travailler comme artiste... 2 Travailler par l'intermédiaire de Tentoo... 2 Le régime des petites indemnités... 2 Prestation artistique versus statut d'artiste... 3 Le statut

Plus en détail

Immobilier confidentiel www.iconfidentiel.org

Immobilier confidentiel www.iconfidentiel.org Pour ceux qui cherchent Notre Moteur Spécifique : recherche pour vous vous mets en relation confidentielle avec des Propriétaires et des Professionnels, sans vous dévoiler. Sommaire Vous ne faites pas

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION ET CAHIER DES CHARGES. Mise en œuvre de la Préparation Opérationnelle à l'emploi Collective

APPEL A PROPOSITION ET CAHIER DES CHARGES. Mise en œuvre de la Préparation Opérationnelle à l'emploi Collective APPEL A PROPOSITION ET CAHIER DES CHARGES Mise en œuvre de la Préparation Opérationnelle à l'emploi Collective POEC CONSULTANT D ENTREPRISE EN PORTAGE SALARIAL Une opération cofinancée par le FPSPP Date

Plus en détail

Acte de vente : Document juridique qui transmet le titre de propriété de l'immeuble du vendeur à l'acheteur et en fait foi.

Acte de vente : Document juridique qui transmet le titre de propriété de l'immeuble du vendeur à l'acheteur et en fait foi. Glossaire des prêts Acompte : Montant en espèces que l'acheteur doit verser au vendeur pour prouver sa bonne foi. Si l'offre est acceptée, l'acompte est affecté à la mise de fonds. Si l'offre est subséquemment

Plus en détail

Conditions Générales de Vente

Conditions Générales de Vente Conditions Générales de Vente VENTES AUX ENCHERES PHYSIQUES La société Mercier Automobiles organise et réalise des ventes aux enchères publiques de véhicules et d autres matériels auxquelles sont applicables

Plus en détail

LE PETIT PROPRIETAIRE

LE PETIT PROPRIETAIRE Prospectus concernant les prêts hypothécaires sociaux accordés par la s.a. LE PETIT PROPRIETAIRE agréée par la région Bruxelles-Capitale inscrite en vertu d'une décision de la Commission bancaire, financière

Plus en détail

Dossier d'informations précontractuel Franchise Eric Léturgie Coiffure

Dossier d'informations précontractuel Franchise Eric Léturgie Coiffure Dossier d'informations précontractuel Franchise Eric Léturgie Coiffure 1/ Préambule p.2 2/ Concept de la franchise p.2 3/ Formule de la franchise A/ Aide au démarrage p.3 B/ Gestion au quotidien p.4 C/

Plus en détail

A V I S N 1.680 ---------------------- Séance du mercredi 1er avril 2009 -------------------------------------------

A V I S N 1.680 ---------------------- Séance du mercredi 1er avril 2009 ------------------------------------------- A V I S N 1.680 ---------------------- Séance du mercredi 1er avril 2009 ------------------------------------------- Utilisation de titres-repas électroniques : projet d'arrêté royal adapté modifiant l'article

Plus en détail

Niveau V (Niveau équivalent au brevet d'études professionnelles - BEP, au certificat d'aptitude professionnelle - CAP)

Niveau V (Niveau équivalent au brevet d'études professionnelles - BEP, au certificat d'aptitude professionnelle - CAP) ÉMAILLEUR SUR MÉTAL ÉMAILLEUR SUR MÉTAL MÉTIER L émail est un mélange d oxyde de plomb, de silice, de minium, de potasse et de soude. Par une fusion à haute température de ces différents composants, on

Plus en détail

CONTRAT D'EXPOSITION

CONTRAT D'EXPOSITION CONTRAT D'EXPOSITION 1. Nom des parties L'artiste (auteur ou auteure) : ou sa représentante ou son représentant autorisé-e : Adresse : Téléphone Télécopieur Courriel : N de SIRET : N Maison Des Artistes

Plus en détail

3 Les premiers résultats des plans d'actions

3 Les premiers résultats des plans d'actions 3 Les premiers résultats des plans d'actions Les résultats que nous avons obtenus en ce qui concerne les plans d'action, résultent de l'analyse de 48 entreprises seulement. Revenons sur notre échantillon.

Plus en détail

Copyright Serge Brocteur Tous droits réservés Tarif mai jiun 2009 Hors TVA

Copyright Serge Brocteur Tous droits réservés Tarif mai jiun 2009 Hors TVA Pourquoi un réseau social? Fédérer une profession ou un groupe de gens Communiquer vers votre cible (commerces) et vers vos membres (associations) Articles, Evénements, Petites annonces, Forums, Sondages,

Plus en détail

Une société de capital-risque, comment ça marche?

Une société de capital-risque, comment ça marche? Première partie Une société de capital-risque, comment ça marche? L objet de cette première partie est de présenter le fonctionnement global d une société de capital-risque. L objectif est de permettre

Plus en détail

Comment bien magasiner votre hypothèque Le prêt hypothécaire est la plus grosse dépense que vous ferez durant toute votre vie.

Comment bien magasiner votre hypothèque Le prêt hypothécaire est la plus grosse dépense que vous ferez durant toute votre vie. Comment bien magasiner votre hypothèque Le prêt hypothécaire est la plus grosse dépense que vous ferez durant toute votre vie. Cela vaut la peine de prendre le temps de choisir et de négocier les conditions.

Plus en détail

OS NOUVEAU COURTIERS EN TRAVAUX : BATI GRATUIT PROS. DEC/JAN 11 Mensuel OJD : 101654. Surface approx. (cm²) : 1587. Page 1/8

OS NOUVEAU COURTIERS EN TRAVAUX : BATI GRATUIT PROS. DEC/JAN 11 Mensuel OJD : 101654. Surface approx. (cm²) : 1587. Page 1/8 Page 1/8 COURTIERS EN TRAVAUX : OS NOUVEAU o Page 2/8 LES PLUS DU COURTAGE Apporteur d'affaires Clarificateur des relations entre les clients finaux et les entreprises Qualité d'écoute au service du sens

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

CONSTRUIRE UN PROJET DANS LE SECTEUR CULTUREL

CONSTRUIRE UN PROJET DANS LE SECTEUR CULTUREL CONSTRUIRE UN PROJET DANS LE SECTEUR CULTUREL Public : les responsables associatifs, salariés ou non, qui souhaitent insérer dans ce secteur professionnel un projet (action culturelle, festival ). 2 modules

Plus en détail

Synthèse e-commerce Les facteurs clés de succès MAI 2006. Stéphane Brossard www.amomenti.com

Synthèse e-commerce Les facteurs clés de succès MAI 2006. Stéphane Brossard www.amomenti.com Synthèse e-commerce Les facteurs clés de succès MAI 2006 Stéphane Brossard www.amomenti.com Un marché en pleine croissance 2/14 En 2006, 57% des internautes français ont déjà acheté en ligne soit plus

Plus en détail

Définir des frais justes pour les hedge funds Mai 2015

Définir des frais justes pour les hedge funds Mai 2015 PERSPECTIVES Définir des frais justes pour les hedge funds Mai 2015 Ces six dernières années, marquées par des s long only solides, les investisseurs se sont interrogés sur la valeur de la performance

Plus en détail

Faites-vous «pré-approuvé»

Faites-vous «pré-approuvé» Faites-vous «pré-approuvé» Être pré-approuvé veut dire que votre banque ou institution financière est déjà prête à vous endosser jusqu'à une limite déterminé par vos revenus et vos dépenses. Il y a de

Plus en détail

Faites vos achats en ligne en toute confiance

Faites vos achats en ligne en toute confiance Faites vos achats en ligne en toute confiance Table des matières Introduction 3 Avantages et désavantages des achats en ligne Avantages Désavantages 5 6 Conseils pour faire ses achats en ligne en toute

Plus en détail

Conditions générales de vente

Conditions générales de vente Conditions générales de vente VENTES AUX ENCHERES PHYSIQUES La société Mercier Automobiles organise et réalise des ventes aux enchères publiques de véhicules et d?autres matériels auxquelles sont applicables

Plus en détail

DEMANDE DE SOUMISSIONS

DEMANDE DE SOUMISSIONS DEMANDE DE SOUMISSIONS Pierre Roy & Associés inc. (ci-après le «Séquestre») a été nommée séquestre aux biens de 7319983 Canada inc. (Système APM 2010) (ci-après «APM») par le tribunal en vertu d une ordonnance

Plus en détail

IMPOSITION DES DIVIDENDES DISTRIBUES EN 2012

IMPOSITION DES DIVIDENDES DISTRIBUES EN 2012 IMPOSITION DES DIVIDENDES DISTRIBUES EN 2012 Les lois de finances de la fin 2012 ont modifié sur de nombreux points le mode d'imposition des dividendes des SARL et des EURL à l'i.s S'agissant des dividendes

Plus en détail

Demande de soumissions

Demande de soumissions Demande de soumissions Dans l affaire de la faillite de 43-1861735, Cliche Madore inc., syndic, requiert des soumissions à l'égard de l actif décrit ci-dessous. Description de l actif Bâtiments et terrain

Plus en détail

SUJET ET CONTENU EN BREF

SUJET ET CONTENU EN BREF D O S S I E R D E P R E S S E La photographie est un art, donnons lui sa vraie place SUJET ET CONTENU EN BREF Lancement d une galerie d art de photographies contemporaines en ligne. Vente d œuvres photographiques.

Plus en détail

Présentation Générale

Présentation Générale Présentation Générale moteur expert de simulation paramètres interactifs Comme dans la réalité, la chance existe mais elle n'a pas de rôle prépondérant. Si votre entreprise vend mal, c'est parce que vous

Plus en détail

Bien acheter sur l Internet. EPN de Côte de Nacre 13 décembre 2011. Gérard Becher Président de l UFC Que Choisir de CAEN

Bien acheter sur l Internet. EPN de Côte de Nacre 13 décembre 2011. Gérard Becher Président de l UFC Que Choisir de CAEN Bien acheter sur l Internet EPN de Côte de Nacre 13 décembre 2011 Gérard Becher Président de l UFC Que Choisir de CAEN De quoi parlons-nous? La vente en ligne : Le fait d acheter un produit ou un service

Plus en détail

S'informer sur l'adoption. Le Conseil général et vous. p3 L'adoption dans l'aube en 2000. p4 Deux modes d'adoption : simple ou plénière

S'informer sur l'adoption. Le Conseil général et vous. p3 L'adoption dans l'aube en 2000. p4 Deux modes d'adoption : simple ou plénière Sommaire p1 p2 p3 S'informer sur l'adoption Le Conseil général et vous L'adoption en France p3 L'adoption dans l'aube en 2000 p4 Deux modes d'adoption : simple ou plénière p5 Qui peut demander à adopter

Plus en détail

AUTRES CONDITIONS ET RÉSERVES SE RAPPORTANT À LA VENTE DES BIENS

AUTRES CONDITIONS ET RÉSERVES SE RAPPORTANT À LA VENTE DES BIENS LES ENTREPRISES HGD INC. AVIS DE VENTE PAR SOUMISSIONS Belhumeur syndics inc., à titre de syndic de l actif de Les Entreprises HGD inc. fait appel à des soumissions pour la vente des actifs ci-après décrits

Plus en détail

FACTURES : MENTIONS OBLIGATOIRES

FACTURES : MENTIONS OBLIGATOIRES FACTURES : MENTIONS OBLIGATOIRES 30/01/2014 La délivrance d'une facture est obligatoire entre professionnels sous peine de sanctions pénales et fiscales. Si le format du document, sa couleur, le fait qu'il

Plus en détail

Crédit à la consommation: Principes généraux

Crédit à la consommation: Principes généraux Crédit à la consommation: Principes généraux Protection du consommateur: Pour tout achat faisant appel à un crédit, vous bénéficiez de la protection prévue dans le droit de la consommation (obligation

Plus en détail

S T A T U T S (Association loi 1901)

S T A T U T S (Association loi 1901) CERCLE DAMIEN KONDOLO (La Fraternelle de la République Démocratique du Congo en Europe) S T A T U T S (Association loi 1901) Nous, membres de diverses institutions philanthropiques, réunis en Assemblée

Plus en détail

Document de vente en automobile

Document de vente en automobile Document de vente en automobile Introduction Le guide de la réparation automobile signé avec le ministère de la consommation le 21/01/1993 a défini plusieurs points qui sont des devoirs du réparateur.

Plus en détail

Conditions générales pour l'assurance-vie individuelle

Conditions générales pour l'assurance-vie individuelle Conditions générales pour l'assurance-vie individuelle (Édition 2011 EEL008F5) Tables des matières 1 Bases du contrat 2 Déclaration obligatoire 2.1 Conséquences d'une réticence 3 Droit de révocation 4

Plus en détail

Guide pour les investisseurs

Guide pour les investisseurs 19 octobre 2012 Guide pour les investisseurs Qu est-ce que l AEMF? L AEMF est l Autorité européenne des marchés financiers. Il s agit d une autorité de régulation indépendante de l Union européenne dont

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE D AIDE INDIVIDUELLE A LA CREATION

DOSSIER DE DEMANDE D AIDE INDIVIDUELLE A LA CREATION PRÉFET DE LA RÉUNION Direction des affaires culturelles océan Indien Service du développement culturel Affaire suivie par Service Arts-plastiques Poste 02 62 21 90 69 Références AIC 2015 DOSSIER DE DEMANDE

Plus en détail

DOSSIER DE PARTENARIAT

DOSSIER DE PARTENARIAT DOSSIER DE PARTENARIAT 3-4 - 5-6 septembre 2015 A P R O P O S 5 ème Salon d Art Contemporain à Villefranche-Sur-Mer du 3 au 6 septembre 2015 Après le succès des précédentes éditions du salon d art contemporain,

Plus en détail

Génie logiciel pour le commerce électronique Hiver 2003 Prof.: Julie Vachon

Génie logiciel pour le commerce électronique Hiver 2003 Prof.: Julie Vachon Génie logiciel pour le commerce électronique Hiver 2003 Prof.: Julie Vachon Travail pratique #1 «Réalisation d'une plateforme de vente aux enchères électronique» À réaliser individuellement ou en équipe

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES SYNDIC DE COPROPRIETE

CAHIER DES CHARGES SYNDIC DE COPROPRIETE CAHIER DES CHARGES SYNDIC DE COPROPRIETE Le cahier des charges du syndic de copropriété de la résidence. annexé au contrat conclu entre l'"association des copropriétaires" et le syndic dd.. et qui en fait

Plus en détail

Lors de l assemblée générale de l ULR CFDT, du secteur de Fontenay-le-Comte

Lors de l assemblée générale de l ULR CFDT, du secteur de Fontenay-le-Comte Exposé sur les successions du 26 février 2015 Lors de l assemblée générale de l ULR CFDT, du secteur de Fontenay-le-Comte «Les formalités bancaires formalités diverses et déclaration fiscale de succession»

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES VENTE

CONDITIONS GENERALES VENTE CONDITIONS GENERALES DE VENTE 1 Article 1. AUTOEASY.FR : AutoEasy.fr est une marque déposée, toute contrefaçon ou utilisation non autorisée peut faire l'objet de poursuites pénales. Les conditions générales

Plus en détail

Les publics de l art contemporain

Les publics de l art contemporain Direction générale de la création artistique Les publics de l art contemporain Première approche Exploitation de la base d enquête du DEPS «Les pratiques culturelles des Français à l ère du numérique -

Plus en détail

Dites NON aux idées gratuites

Dites NON aux idées gratuites Dites NON aux idées gratuites Dites NON aux idées gratuites Designers, l Alliance française des designers vous incite à ne pas participer aux concours et appels d offres qui ne prévoient pas de dédommagements

Plus en détail

ésultats RÉ/USSISSEZ tous vos projets avec les courtiers les plus performants de l industrie!

ésultats RÉ/USSISSEZ tous vos projets avec les courtiers les plus performants de l industrie! RE/NOMMÉS pour leurs performances, leur efficacité et leur implication, les courtiers RE/MAX se distinguent également par leur connaissance approfondie du marché, et le grand nombre d outils et de ressources

Plus en détail

Champagne-Ardenne. Période du 1 er décembre 2009 au 31 mars 2010

Champagne-Ardenne. Période du 1 er décembre 2009 au 31 mars 2010 Champagne-Ardenne Période du 1 er décembre 2009 au 31 mars 2010 Champagne-Ardenne : 5 articles trouvés -- Tirage connu : 245684 exemplaires Date de publication Nom du média Support de publication Tirage

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE CONDITIONS GENERALES DE VENTE 2015 A) COMMANDES 1. L'acceptation des commandes est soumise aux présentes conditions générales de vente qui régiront seules nos ventes à l'exclusion expresse des clauses

Plus en détail

organisé par le Comité Equestre de Saumur DOSSIER MÉCÉNAT

organisé par le Comité Equestre de Saumur DOSSIER MÉCÉNAT 1 organisé par le Comité Equestre de Saumur DOSSIER MECENAT DOSSIER MÉCÉNAT Sommaire Saumur, capitale de l équitation p. 3 Le Comité Equestre de Saumur p. 3, Salon international de Saumur p. 4 Les enjeux

Plus en détail

DÉCLARATION DES RISQUES

DÉCLARATION DES RISQUES DÉCLARATION DES RISQUES Tenant compte du fait que CM Marketing Associates Ltd accepte de conclure, à la base de gré à gré ( OTC ) des contrats financiers pour différences ( CFD ) et contrats de change

Plus en détail

L assurance en temps réel

L assurance en temps réel L assurance en temps réel LASSUREUR Meix Colas 21200 MEURSANGES N de Siret 482 645 694 00019 Convention de Courtage Protocole d'accord Entre Lassureur.com Gestion Meix Colas 21200 MEURSANGES Et Mentions

Plus en détail

WIPO Training of trainers Program on Effective Intellectual Property Asset Management by Small and Medium-Sized Enterprises (SMEs)

WIPO Training of trainers Program on Effective Intellectual Property Asset Management by Small and Medium-Sized Enterprises (SMEs) Creative Expression Benefiting From Your Copyright and Using the Copyright Works of Others in Your Business Edouard Treppoz, Professeur à l Université Jean Moulin Lyon 3 WIPO Training of trainers Program

Plus en détail

A. LA VENTE A DISTANCE

A. LA VENTE A DISTANCE LES REGLES APPLICABLES AUX VENTES A DISTANCE ET AUX OFFRES PROMOTIONNELLES Ventes par Internet, vente par correspondance, opérations commerciales promotionnelles, soldes..., les obligations en matière

Plus en détail

Ordonnance du Tribunal fédéral 281.41 concernant la saisie et la réalisation de parts de communautés

Ordonnance du Tribunal fédéral 281.41 concernant la saisie et la réalisation de parts de communautés Ordonnance du Tribunal fédéral 281.41 concernant la saisie et la réalisation de parts de communautés (OPC 1) ) du 17 janvier 1923 (Etat le 1 er janvier 1997) Le Tribunal fédéral suisse, en application

Plus en détail

La Commission de la concurrence (ci-après: Comco) a adopté le 21 octobre 2002 une

La Commission de la concurrence (ci-après: Comco) a adopté le 21 octobre 2002 une Wettbewerbskommission WEKO Commission de la concurrence COMCO Commissione della concorrenza COMCO Competition Commission COMCO Note explicative de la Commission de la concurrence se rapportant à la Communication

Plus en détail

Transfert d'un contrat d'assurance-vie à une société par actions

Transfert d'un contrat d'assurance-vie à une société par actions Transfert d'un contrat d'assurance-vie à une société par actions Avril 2014 Lorsqu'une société par actions a besoin d'assurance-vie sur la tête d'un actionnaire qui a un lien de dépendance avec la société,

Plus en détail

OUVERTURE DU CONCOURS 2014

OUVERTURE DU CONCOURS 2014 OUVERTURE DU CONCOURS COMMUNIQUÉ DE PRESSE www.andam.fr Présidée par Pierre Bergé, l ANDAM s attache à fédérer FONDÉE EN 1989 PAR NATHALIE DUFOUR et coordonner tous les acteurs du monde de la mode, tant

Plus en détail

Showroom 2006 Journées Portes Ouvertes des Ateliers des Artistes Lyonnais DOSSIER DE

Showroom 2006 Journées Portes Ouvertes des Ateliers des Artistes Lyonnais DOSSIER DE 2006 PRESENTATION DU PROJET DOSSIER DE PRESSE Showroom (association loi 1901) Siège social 109, allée 8 E, rue Francis de Pressensé 69100 Villeurbanne mail : association.showroom@free.fr site : http://association.showroom.free.fr

Plus en détail

LA DISPARITION PROGRAMMÉE DE LA CONVENTION FRANCO-SUISSE DU 31 DÉCEMBRE 1953 EN MATIÈRE D IMPÔTS SUR LES SUCCESSIONS ET SON REMPLACEMENT PAR

LA DISPARITION PROGRAMMÉE DE LA CONVENTION FRANCO-SUISSE DU 31 DÉCEMBRE 1953 EN MATIÈRE D IMPÔTS SUR LES SUCCESSIONS ET SON REMPLACEMENT PAR DROIT INTERNATIONAL PRIVÉ 65/2012 LA DISPARITION PROGRAMMÉE DE LA CONVENTION FRANCO-SUISSE DU 31 DÉCEMBRE 1953 EN MATIÈRE D IMPÔTS SUR LES SUCCESSIONS ET SON REMPLACEMENT PAR Dès 2011, la France avait

Plus en détail

2. Fractions et pourcentages

2. Fractions et pourcentages FRACTIONS ET POURCENTAGES. Fractions et pourcentages.. Définitions Certaines divisions tombent justes. C'est par exemple le cas de la division 4 8 qui donne.. D'autres ne s'arrêtent jamais. C'est ce qui

Plus en détail

Emprunt bancaire immobilier

Emprunt bancaire immobilier - 1 - Emprunt bancaire immobilier Résumé : Quels sont les éléments nécessaires pour contracter un emprunt immobilier auprès d'un organisme bancaire? Ce Chapitre insiste particulièrement sur les modes de

Plus en détail