Métiers d art et vente aux enchères : une nouvelle donne?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Métiers d art et vente aux enchères : une nouvelle donne?"

Transcription

1 COMPTE-RENDU DE LA CONFÉRENCE DU SAMEDI 14 SEPTEMBRE 10H30-11H30 Métiers d art et vente aux enchères : une nouvelle donne? Intervenants Maître Fabien Mirabaud, Commissaire-Priseur habilité chez Audap & Mirabaud, maison de ventes aux enchères Côme Rémy, Expert agréé par le Conseil des Ventes Volontaires Charlotte du Vivier, Chargée du département des Arts décoratifs du XX e siècle Modérateur Armelle Malvoisin, Journaliste chez Beaux-Arts Magazine et blogueuse. Armelle Malvoisin ouvre cette conférence consacrée à la place des métiers d'art dans les ventes aux enchères. Depuis une dizaine d années, les métiers d art y ont fait leur apparition. Ce mouvement s est intensifié et aujourd hui, il existe même des ventes aux enchères spécialisées. Elle présente les intervenants présents à ses côtés en commençant par M e Fabien Mirabaud, commissaire-priseur, cofondateur de la maison de ventes aux enchères Audap & Mirabaud. Passionné par les objets d art contemporain, il a créé des ventes aux enchères spécialisées sur la céramique. Fabien Mirabaud confirme que si Audap & Mirabaud est une maison de vente généraliste, solidement ancrée dans la tradition, elle a aussi souhaité se positionner en tant que révélatrice de talents dans le domaine des Arts décoratifs. Dans cet esprit, elle a organisé une vente aux enchères d'objets d'art appelée «vente savoir-faire», unique dans l'univers de Drouot, qui a été un grand succès. Lui-même collectionneur de céramique contemporaine, Fabien Mirabaud s'est attaché à créer des spécialités en ce domaine à la maison de vente, avec le concours de Charlotte du Vivier. Chaque année, des ventes sont organisées au début de l'été à l'occasion de salons, notamment la foire de Saint-Sulpice. Fabien Mirabaud souligne que les maisons de vente ne peuvent pas intervenir seules ; selon lui, elles doivent se faire l'écho de la tendance générale. Aussi, Audap & Mirabaud essaie de créer une synergie avec d'autres institutions et, à son échelle, de donner une impulsion pour que les objets d'arts décoratifs soient reconnus à part entière sur le marché de l'art. Fabien Mirabaud tient à décloisonner les genres et dans cette optique, il se refuse à intituler une vente «Arts décoratifs contemporains». Il considère qu'aujourd'hui, tous les créateurs sont des artistes qui utilisent des moyens d'expression différents. Aussi, établir une distinction entre les Arts décoratifs et les Beaux-Arts est une vision désuète. Il signale par ailleurs que certains collectionneurs, qui n'ont pas forcément les moyens d'acheter des

2 peintures ou des sculptures, peuvent se tourner plus facilement vers des objets d'art, plus accessibles. Armelle Malvoisin se tourne vers Côme Rémy, expert reconnu dans le domaine des Arts décoratifs et des Arts appliqués, et lui demande de décrire son rôle en matière de ventes aux enchères. Pour lui expliquer sa profession, Côme Rémy la compare au monde médical : le commissaire-priseur s'apparente au médecin généraliste et l'expert est le spécialiste. Il aide le généraliste à définir l'objet et à le priser, après avoir établi des éléments d identification. Le commissaire-priseur et l'expert travaillent en équipe, car l'intervention de chacun est nécessaire pour faire une bonne vente. Armelle Malvoisin l'interroge sur les métiers d'art représentés à travers les objets dans les ventes aux enchères. Côme Rémy explique que les Arts décoratifs recouvrent tous les objets qui ne s'accrochent pas sur les murs d'une maison : les lustres, la vaisselle, les meubles, les tapis, les lampes Bien qu elles puissent s'accrocher sur un mur, les tapisseries en font partie. Armelle Malvoisin s'enquiert de la provenance des objets qui sont présentés dans les ventes aux enchères. Fabien Mirabaud souligne qu'une maison de vente aux enchères n'achète pas les œuvres, contrairement aux marchands d'art. Il s'agit de faire l'intermédiaire entre l'offre et la demande, par le biais de la salle des marchés, en garantissant une estimation objective et juste du prix de l'objet. Il existe divers canaux de provenance. Tout d'abord, il peut s'agir d'inventaires dans le cadre d'une succession. Les collectionneurs qui souhaitent se séparer de leurs pièces prennent également contact avec la maison de vente. En l'occurrence, il s'agit donc d'un second marché, visant à redonner une nouvelle chance à l'objet. Côme Rémy classe les causes de vente des objets en «quatre D» : divorce, déménagement, dettes et décès. Quelle que soit la raison, c'est toujours l'objet qui prime. Il précise que le premier marché est l'apanage des galeries, qui sont de véritables partenaires pour les maisons de vente. Aussi, il ne s'agit pas de leur faire concurrence. Toutefois, depuis quelques années, le commissaire-priseur a également le droit de vendre directement pour le compte des artistes. Quel que soit le canal de vente, Fabien Mirabaud revendique la position de la maison de vente comme révélatrice de talents. Pour lui, certains créateurs d'aujourd'hui sont des futurs grands noms de demain et il s'attache à essayer de leur donner une place dans le marché de l'art, afin qu ils soient référencés sur la scène internationale. Cependant, il insiste sur le fait qu'il s'agit de vente volontaire : le commissaire-priseur ne force jamais l'artiste à vendre. Fabien Mirabaud rappelle par ailleurs que le véritable métier des artistes est de créer et non de vendre. Lorsqu'ils s essaient à la vente directe, ils n'ont pas de véritable stratégie et ne savent pas se mettre en valeur. Généralement, les galeristes parviennent à vendre les pièces à des prix bien meilleurs, jouant ainsi un véritable rôle de promotion de l'artiste. Le commissaire-priseur agit à un niveau encore différent. S'il ne fait pas la promotion d'un seul artiste via une vente monographique, il permet de replacer la création contemporaine dans son contexte grâce à des œuvres d'autres jeunes créateurs. Armelle Malvoisin demande à Fabien Mirabaud et Côme Rémy de lui détailler le processus d'expertise et de mise en vente d'un objet apporté par un particulier. 2

3 Fabien Mirabaud indique que lorsqu'il voit arriver un client à son bureau avec un objet d'art, il commence par essayer de l'identifier. Il fait appel à son expert pour authentifier la signature de l'artiste. Côme Rémy cherche alors sur l'objet la signature ainsi que le numéro de l'édition. Il insiste pour que les artistes contemporains signent lisiblement leurs œuvres, ce qui permet d'authentifier celles-ci beaucoup plus facilement. La numérotation sur l'objet permet de savoir s'il fait partie d'une édition et d'avoir une date de réalisation. En effet, pour lutter contre la contrefaçon, l'artiste tient un cahier dans lequel il consigne les éditions, le nombre de tirages et le nom des acheteurs. Il existe ainsi une traçabilité de chaque œuvre. L'identification du parcours de chacune d elles accroît sa valeur. Elle représente 30 % de son prix final en vente aux enchères. Côme Rémy cite une anecdote pour prouver que la numérotation permet de protéger l'artiste. Récemment, quelqu'un lui a apporté une tapisserie de Le Corbusier numérotée 6/6. En vérifiant dans les archives de la Fondation Le Corbusier, il s'est rendu compte qu'il existait trois tapisseries numérotées ainsi, car des retirages non autorisés par l'artiste avaient été réalisés dans l'atelier. À la demande de la Fondation, les tapisseries ont été saisies et détruites. En l'occurrence, l'exemplaire qui avait été présenté à Côme Rémy était un faux, puisque la tapisserie 6/6 autorisée avait été vendue à un musée, mais parfois, il est très difficile de savoir si l'objet que l'on a dans les mains fait partie des tirages autorisés ou non. Le public demande si, dans ce cas, le propriétaire qui apporte l'objet en toute bonne foi au commissaire-priseur peut être indemnisé. Fabien Mirabaud répond que lorsqu un objet d'art qui se révèle être un faux a été vendu lors d'une vente publique, l'acheteur bénéficie d'une garantie : le commissaire-priseur lui rembourse l'objet. En revanche, un commissaire-priseur ne peut pas savoir si l'objet qu'on lui présente provient initialement d'un vol. Le mécanisme de vente aux enchères promet de protéger les parties ; l'ancien propriétaire peut récupérer l'objet en indemnisant le nouvel acheteur, puis se faire rembourser par l assurance. Toutefois, si l'ouvrage a été acquis via des galeries ou s'il a transité entre particuliers de la main à la main, aucun recours n'est possible. Seules les ventes aux enchères offrent des garanties supplémentaires. Côme Rémy précise que lorsque l'artiste est toujours vivant ou qu'il existe une fondation qui gère les œuvres d'un artiste décédé, les archives sont déposées au Musée des Arts décoratifs, ce qui facilite considérablement l'authentification. Ensuite, l'expert doit fixer un prix. Pour cela, il s'appuie sur les tarifs pratiqués par les galeries auparavant et sur les archives des ventes publiques. L'idéal est de retrouver trois objets similaires vendus dans les cinq dernières années ; cela permet de fixer un prix moyen. S'y ajoute la valeur donnée par l appréciation personnelle de l'expert et par la tendance du moment. Côme Rémy souligne que la valeur finale qui est attribuée à l'objet ne sera pas celle qui servira à déterminer le prix de départ des enchères. En effet, les gens viennent aux ventes aux enchères pour faire une bonne affaire. Il faut donc appâter les acheteurs avec un prix de départ plus bas que la valeur initiale. Cela permet d'attirer le maximum de clients potentiels et donc de faire réellement monter les enchères, par le jeu de la concurrence entre les candidats à l'achat. En général, un objet qui vaut 100 et qui est proposé à 80 a de bonnes chances d'être vendu 110 à 120. S'il est mis en vente à 100, donc à sa valeur réelle, il y a gros à parier qu'un seul acheteur se présentera ; il sera donc vendu à 100, pas davantage. 3

4 Armelle Malvoisin demande s'il existe un système certifiant aux vendeurs que l'objet ne sera pas bradé. Fabien Mirabaud répond que depuis quinze ans, il existe un outil légal offrant une garantie au vendeur : c'est le prix de réserve qui ne peut être supérieur à l'estimation basse fixée par le commissaire-priseur. Afin qu'une relation de confiance soit établie, le vendeur doit donner un mandat clair au commissaire-priseur. De toute façon, même si le prix est toujours fixé par le commissairepriseur assisté par son expert et non par le vendeur, les deux protagonistes ont le même intérêt : vendre l'objet le plus cher possible tout en garantissant l'honnêteté de la transaction à l'acheteur. Armelle Malvoisin s'enquiert des frais dont doivent s'acquitter le vendeur et l'acheteur. Fabien Mirabaud indique que le commissaire-priseur prélève une commission à l'acheteur comme au vendeur afin de couvrir son fonctionnement courant, les frais inhérents à la vente (location de salle, catalogue, etc.), de payer son équipe et de se rémunérer lui-même. Les maisons de vente demandent généralement au vendeur 15 à 20 % du prix de l'objet mis en vente. Fabien Mirabaud précise qu'il s'agit d'une moyenne ; lors de la vente d'une œuvre très coûteuse, ces frais sont négociables. Ils relèvent d'une relation privée avec le vendeur et en tant que tels, ils restent confidentiels. En revanche, les frais que l'acheteur doit verser sont publics : au moment des enchères, les personnes intéressées doivent en connaître à l'avance le montant pour l intégrer au prix final à payer. Ces frais sont donc indiqués dans les catalogues de vente. De plus, le commissaire-priseur prend toujours soin de les rappeler en début de vente. Ils oscillent en moyenne aux alentours de 25 %. Même si toutes les maisons de vente n en font pas usage, il peut exister une autre pratique appelée le prix de rachat. Il s'agit d'un pourcentage de participation aux débours demandé au vendeur en cas de non-adjudication. Pour sa part, lorsqu'un objet n'est pas vendu, Fabien Mirabaud a pour habitude de lui laisser une deuxième chance et de le proposer à nouveau lors d'une vente ultérieure. Armelle Malvoisin demande s'il est possible d'acheter aux enchères sans être présent physiquement dans la salle. Fabien Mirabaud lui confirme que l'acheteur peut enchérir par téléphone ou par Internet. Il peut aussi confier un mandat d'achat au commissaire-priseur luimême ou à l'expert. Fabien Mirabaud fait remarquer que tous ces dispositifs sont très encadrés par le code déontologique des commissaires-priseurs, sachant que ceux-ci sont assujettis à un ordre professionnel. Armelle Malvoisin s interroge sur les avantages et les inconvénients d'une vente publique pour les objets d'art. Fabien Mirabaud y voit des avantages multiples. Tout d'abord, cela permet une nouvelle diffusion des œuvres d'art sur des créneaux très différents, ce qui leur donne une grande visibilité. Ensuite, les créateurs y gagnent une cote sur le marché international. Enfin, grâce aux droits de suite prélevés par pourcentage sur chaque objet vendu par des galeristes ou des commissaires-priseurs, les artistes peuvent constituer un patrimoine pour leurs héritiers. Armelle Malvoisin relève que ces droits de suite sont exigibles à partir de 750. Ils représentent alors 4 % du prix de vente et sont dégressifs au fur et à mesure que le prix augmente. Au-delà de , ils correspondent à 0,25 % du prix de vente. Fabien Mirabaud signale que ce mécanisme ne fonctionne que dans le cadre du second marché ; lorsque l'artiste vend lui-même, il ne touche pas de droits de suite puisque c'est lui 4

5 qui perçoit directement le bénéfice de la vente, diminué des frais de commission. Seuls les héritiers peuvent bénéficier des droits de suite à condition que l'œuvre soit produite en France, par un artiste français (ou étranger résidant en France depuis au moins cinq ans). En effet, les droits de suite sont régis par une loi française datant de Certains pays comme les États-Unis ne reconnaissent pas les droits de suite. Néanmoins, il existe parfois des conventions entre certains États, via des organismes collecteurs. Le dispositif de droits de suite n'est pas automatique. Pour que leurs héritiers puissent les percevoir, les artistes doivent se faire référencer auprès d'organismes collecteurs, le plus grand en France étant la Société des Auteurs dans les Arts graphiques et plastiques (ADAGP). À l'issue de la vente aux enchères, le pourcentage est reversé à cet organisme collecteur qui se charge ensuite de le transmettre aux héritiers, moyennant des frais de gestion. Fabien Mirabaud précise que ce dispositif s'applique également aux Arts appliqués et décoratifs. Récemment, une maison de vente qui ne voulait pas payer les droits de suite sur des objets d'art décoratif a été condamnée. En effet, un céramiste d art est considéré comme un artiste au même titre qu'un peintre ou un sculpteur. Côme Rémy explique que l ADAGP fait cependant une distinction entre l'objet unique et l'objet à grande diffusion. Jusqu'à une époque récente, elle considérait que jusqu'à douze exemplaires, il s'agissait d'une œuvre originale soumise à droits de suite, à condition que ces exemplaires soient numérotés et signés. Un texte récent validé par les pouvoirs publics a assoupli cette notion ; dorénavant, le nombre d'exemplaires peut aller au-delà de douze, mais il doit rester limité et contrôlé par l'artiste lui-même. Armelle Malvoisin est curieuse de savoir si les ventes aux enchères ont créé de nouveaux acheteurs d'objets d'art. Fabien Mirabaud répond par l'affirmative. Il est appuyé par Côme Rémy qui rappelle que certaines personnes n'achètent que dans les ventes publiques et ne vont jamais dans les galeries. Il s'agit d'un contexte porteur, car beaucoup d'acheteurs qui viennent avec l'idée d'acheter le meuble d'un créateur peuvent se laisser séduire par une céramique d'un artisan d'art dont ils n'avaient jamais entendu parler. Dans le même ordre d'idées, cela peut amener un collectionneur d'objets du XVIII e siècle à s'intéresser à la création contemporaine. Aussi, les ventes aux enchères permettent aux artistes d'avoir des opportunités nouvelles sur le marché. Armelle Malvoisin y voit aussi l'opportunité de créer des passerelles entre les différents acteurs du marché de l art contemporain décoratif, car après les ventes publiques, il arrive souvent aux acheteurs d'aller découvrir le travail des artistes en atelier ou en galerie. Pour illustrer ces propos, Côme Rémy présente des diapositives d'œuvres de Jérôme Cordier, d Erwan Boulloud et de Christel Sadde. Charlotte du Vivier souligne que par ailleurs, la salle des ventes Drouot voit passer 6000 personnes par jour. Compte tenu du flot important de visiteurs, il peut s'avérer plus facile pour un néophyte d'entrer à Drouot que de pousser la porte d'une galerie. Avec ses dix salles de ventes aux enchères simultanées, Drouot constitue à lui seul un outil de communication extraordinaire. Charlotte du Vivier ajoute que Drouot s'est largement approprié les nouvelles technologies. Toutes les ventes peuvent être réalisées en ligne, avec des enchères sur Internet. Les résultats sont publiés, permettant ainsi une traçabilité. Les catalogues sont également diffusés sur Internet pour que le public dispose de tous les éléments avant chaque vente. Charlotte du Vivier évoque les ventes «savoir-faire» qui sont des ventes dédiées faisant l'objet d une communication particulière. Par conséquent, elles sont susceptibles 5

6 d attirer un autre public. Elle observe qu aujourd hui, les habitués des ventes aux enchères recherchent plutôt des objets exceptionnels. La qualité et la créativité qu offrent les objets réalisés par les artisans d art seront donc mises à l honneur dans une salle des ventes. Par ailleurs, Charlotte du Vivier revient sur la relation de la maison Audap & Mirabaud avec les galeristes. Elle souligne que cette collaboration régulière est incontournable et qu elle contribue largement à la notoriété des artistes. Bien souvent, les galeristes jouent le jeu et viennent soutenir les œuvres dans les ventes aux enchères. Armelle Malvoisin l interroge sur la date de la prochaine vente «savoir-faire». Charlotte du Vivier répond que cet événement demande beaucoup de temps de préparation. La dernière a eu lieu en Elle espère que la prochaine sera en Chaque année, en juin, la maison dédie une vente à la céramique contemporaine. Elle ambitionne d alterner des ventes «savoir-faire» et des ventes spécialisées sur le bijou contemporain. Charlotte du Vivier signale que dès la mi-septembre, commenceront les Circuits Bijoux organisés par Ateliers d Art de France, avec cinquante événements se déroulant à Paris dans des boutiques, des ateliers, des musées ou des salons. Ce parcours s achèvera par une vente aux enchères de bijoux, trois jours avant la Saint-Valentin, précédée de cinq jours d exposition. Charlotte du Vivier souhaite vivement qu à cette occasion, la dimension créative du bijou contemporain soit mise en avant à Drouot. Armelle Malvoisin remercie les intervenants et ouvre le débat au public. Isabelle Brunelin, responsable de la Galerie de l'ancienne Poste (Yonne), spécialisée depuis seize ans dans la céramique contemporaine, ne partage pas totalement le point de vue de Fabien Mirabaud, Côme Rémy et Charlotte du Vivier. Comme assez peu de galeries exposent de l'art décoratif, le second marché souffre d'une pénurie d'offres. Du coup, elle constate que les artistes qu'elle suit depuis plusieurs années sont de plus en plus sollicités par les commissaires-priseurs pour vendre directement leurs pièces aux enchères. Or, comme leurs plus belles œuvres ont été choisies par les galeries, les pièces confiées aux maisons de vente sont souvent de moindre qualité. Pour sa part, Isabelle Brunelin trouve ce phénomène gênant, car cela ne présente pas la meilleure image du travail de l artiste. Le danger principal est la baisse de la cote d'un artiste sur le marché. À terme, un créateur risque de voir ses pièces refusées par toutes les galeries. Fabien Mirabaud objecte qu'en dehors des galeries et des salles de vente, il existe beaucoup de lieux dans lesquels les artistes vendent directement leurs pièces : foires, expositions, boutiques, etc. Il reconnaît cependant que sans les galeries, il serait difficile de faire exister le second marché. Pour sa part, il fait son possible, à son niveau, pour contribuer à créer un véritable centre d'intérêt autour de la céramique contemporaine, car en ce domaine, la France accuse trente ans de retard par rapport à l'angleterre ou aux Pays-Bas. Concernant la qualité inégale des pièces qui sont confiées aux maisons de vente par les créateurs, Charlotte du Vivier estime que cela relève de l'exigence personnelle des artistes. Isabelle Brunelin fait observer que ceux-ci connaissent rarement les lois du marché. Armelle Malvoisin souligne que les professionnels ici présents ne donnent pas dans le démarchage excessif vis-à-vis des artistes pour leur faire vendre leurs pièces aux enchères. Elle engage les responsables de galerie à jouer un rôle préventif en conseillant aux créateurs de ne pas s adresser à n importe quelle maison de vente. Charlotte du Vivier signale que les ventes aux enchères peuvent représenter une véritable opportunité pour certains artistes. Elle cite le cas du céramiste Antoine de Vinck qui a suscité un regain d intérêt lorsqu une exposition sur ses œuvres a été organisée à Paris ; par 6

7 la suite, les amateurs se sont remis à s intéresser à son travail et les collectionneurs ont ressorti certaines de leurs pièces signées par Antoine de Vinck pour les vendre aux enchères. Charlotte du Vivier fait valoir que lorsque beaucoup de pièces circulent en salle de vente, cela signifie que la cote de l artiste existe. C est la marque d un marché sain et dynamique. Elle ajoute que la maison Audap & Mirabaud essaie aussi de mettre en avant des œuvres de créateurs peu connus, mais auxquels elle croit, avec des résultats souvent surprenants. Côme Rémy ajoute que si l équipe s entend bien avec un artiste, elle peut parfois tenter la vente de quelques pièces un peu moins belles. Il faut toutefois veiller à ce que cela ne se répète pas trop souvent, car depuis la fin des années 90, les résultats des ventes sont enregistrés ; des pièces vendues trop bas contribuent à faire descendre la cote d un artiste. Parfois, cela fluctue en fonction des modes : par moments, certains aspects ne sont pas du tout appréciés (dimensions, couleurs, etc.). Une spectatrice demande comment un créateur de bijoux peut signer sa pièce. Côme Rémy distingue deux sortes de créateurs : ceux qui dessinent les bijoux, mais qui ne les fabriquent pas, et ceux qui les réalisent. Il existe donc deux systèmes : la signature de l artiste qui dessine les bijoux et le poinçon de maître de celui qui a exécuté la pièce, l idéal étant de faire les deux et d apposer à la fois son poinçon et sa signature. Côme Rémy précise que des archives existent lorsque le bijou sort de l atelier, car en France, les réalisations en métaux précieux doivent faire l objet d une description exhaustive comportant notamment leur poids. Certains créateurs moulant leurs bijoux, il existe même des moules permettant d authentifier les pièces en plus des archives, des dessins, des photos et des numérotations. Armelle Malvoisin remercie la salle d avoir participé à ce débat et salue les intervenants. (Applaudissements.) 7

POUR LES ARTISTES DE DEMAIN

POUR LES ARTISTES DE DEMAIN Concours Double S POUR LES ARTISTES DE DEMAIN 15 Rue Guénégaud 75006 PARIS Tél : 09 73 16 57 00 www.galeriedoubles.com concours.doubles@gmail.com LE CONCOURS La Galerie Double S, idéalement située au cœur

Plus en détail

LA DEFISCALISATION PAR L ART

LA DEFISCALISATION PAR L ART LA DEFISCALISATION PAR L ART LA DEFISCALISATION PAR L ART EXCO ECAF Novembre 2009 2 L AVANTAGE FISCAL OFFERT AUX ENTREPRISES EXCO ECAF Novembre 2009 3 ACQUISITION D ŒUVRES ORIGINALES D ARTISTES VIVANTS

Plus en détail

SYNTHESE D INSPECTIONS

SYNTHESE D INSPECTIONS Direction de l Inspection et des Etablissements Département Inspection en Contrôle du Marché Unité Inspection des dispositifs médicaux SYNTHESE D INSPECTIONS THEME : Prothèses Dentaires Il importe de souligner

Plus en détail

PALLOC FEDE Thierry. hôtel des ventes dante. 15, r u e DANTE 06000 NICE

PALLOC FEDE Thierry. hôtel des ventes dante. 15, r u e DANTE 06000 NICE ACHAT GUIDE PRATIQUE VENTE EXPER Philippe Robert PALLOC FEDE Thierry COURCHET COMMISSAIRES-PRISEURS JUDICIAIRES ASSOCIÉS Société de ventes volontaires aux enchères publiques (s.a.r.l.) N d Agrément 2002-201

Plus en détail

Appel à projet Jeune Création Métiers d Art Exposition

Appel à projet Jeune Création Métiers d Art Exposition Les modalités : 17 grande rue 58310 Saint-Amand-en-Puisaye tél. : 06 62 63 27 76/03 86 39 63 72 mail. : galeriesaintam@gmail.com mail : contact@galerielartetlamatiere.com Appel à projet Jeune Création

Plus en détail

Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport Ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine

Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport Ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport Ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine Table des matières Introduction... 3 Objectifs du programme... 3 Écoles visées...

Plus en détail

Animations : Intermèdes musicaux, etc (programme en cours d élaboration et susceptible d évoluer)

Animations : Intermèdes musicaux, etc (programme en cours d élaboration et susceptible d évoluer) Besançon, le 14 janvier 2014 «Bijoux de Création» EXPOSITION VENTE à BESANCON (25) Cour du Palais Granvelle (actuel Musée du Temps) 24 et 25 mai 2014 Madame, Monsieur, Amis(es) bijoutiers - joailliers,

Plus en détail

CONCEPT EXPO - PHOTOS. Expo-Photos, exposition et vente en ligne de photographies

CONCEPT EXPO - PHOTOS. Expo-Photos, exposition et vente en ligne de photographies CONCEPT Expo-Photos, exposition et vente en ligne de photographies Expo-photos.com a pour but premier de démocratiser l Art photographique. Tout d abord en mettant en ligne une galerie photos accessible

Plus en détail

Commission de récolement des dépôts d oeuvres d art. Base CDOA

Commission de récolement des dépôts d oeuvres d art. Base CDOA Commission de récolement des dépôts d oeuvres d art Base CDOA Mai 2012 1 2 Table des matières 1. Historique de la base...5 1.1 Pourquoi une base de données sur les dépôts...5 1.2 Mise en place de la base

Plus en détail

«Bijoux de Création»

«Bijoux de Création» «Bijoux de Création» EXPOSITION VENTE à BESANCON (25) - Cour du Musée du Temps (Palais Granvelle) les 28 et 29 mai 2016 Madame, Monsieur, Amis(es) bijoutiers - joailliers, créateurs, «METIERS D ART EN

Plus en détail

Maîtriser la diffusion de son catalogue e-commerce

Maîtriser la diffusion de son catalogue e-commerce Maîtriser la diffusion de son catalogue e-commerce Lorraine Un site marchand est sans cesse en recherche de moyens pour développer son activité. Au-delà de l optimisation de la boutique, il est possible

Plus en détail

Arts Plastiques et visuels

Arts Plastiques et visuels Royaume du Maroc Ministère de la Culture Appel à projets culturels Arts Plastiques et visuels 2015 Arts plastiques et visuels 1 2 Arts plastiques et visuels Appel à projets culturels Arts Plastiques et

Plus en détail

CONCOURS D'ART CONTEMPORAIN URBAIN " UNE VILLE EN VITRINE " 2ème ÉDITION 2016.

CONCOURS D'ART CONTEMPORAIN URBAIN  UNE VILLE EN VITRINE  2ème ÉDITION 2016. RÈGLEMENT CONCOURS D'ART CONTEMPORAIN URBAIN " UNE VILLE EN VITRINE " 2ème ÉDITION 2016. Article 1 : Objectif du concours La Ville de Nantua (Ain) organise un concours annuel d'art urbain ouvert à tous

Plus en détail

Exposition Salle Olympe de Gouges Paris 11e novembre 2013 Dossier d'inscription

Exposition Salle Olympe de Gouges Paris 11e novembre 2013 Dossier d'inscription Exposition Salle Olympe de Gouges Paris 11e novembre 2013 Dossier d'inscription Nom :. Prénom :. Adresse : Téléphone : Mail :. Site Web :. RAPPEL Le salon Matières et Sens n'est accessible qu'à des candidats,

Plus en détail

VEFA : Vente en l état futur d achèvement

VEFA : Vente en l état futur d achèvement VEFA : Vente en l état futur d achèvement La vente en l'état futur d'achèvement est le contrat par lequel le vendeur transfère immédiatement à l'acquéreur ses droits sur le sol ainsi que la propriété des

Plus en détail

Les 10 règles indispensables pour réussir vos achats immobiliers. http://www.investir et immobilier.com

Les 10 règles indispensables pour réussir vos achats immobiliers. http://www.investir et immobilier.com Les 10 règles indispensables pour réussir vos achats immobiliers http://www.investir et immobilier.com Sommaire Sommaire... 2 1. Bien définir son objectif et sa stratégie... 3 2. Acheter dans un secteur

Plus en détail

OS NOUVEAU COURTIERS EN TRAVAUX : BATI GRATUIT PROS. DEC/JAN 11 Mensuel OJD : 101654. Surface approx. (cm²) : 1587. Page 1/8

OS NOUVEAU COURTIERS EN TRAVAUX : BATI GRATUIT PROS. DEC/JAN 11 Mensuel OJD : 101654. Surface approx. (cm²) : 1587. Page 1/8 Page 1/8 COURTIERS EN TRAVAUX : OS NOUVEAU o Page 2/8 LES PLUS DU COURTAGE Apporteur d'affaires Clarificateur des relations entre les clients finaux et les entreprises Qualité d'écoute au service du sens

Plus en détail

REGLEMENT DE DEONTOLOGIE SPECIFIQUE AUX SOCIETES DE GESTION D OPCVM D EPARGNE SALARIALE (FCPE ET SICAVAS)

REGLEMENT DE DEONTOLOGIE SPECIFIQUE AUX SOCIETES DE GESTION D OPCVM D EPARGNE SALARIALE (FCPE ET SICAVAS) REGLEMENT DE DEONTOLOGIE SPECIFIQUE AUX SOCIETES DE GESTION D OPCVM D EPARGNE SALARIALE (FCPE ET SICAVAS) Page 1 PREAMBULE Le présent Règlement de Déontologie spécifique aux sociétés de gestion d OPCVM

Plus en détail

Prix «Le Créateur» 2015 Règlement

Prix «Le Créateur» 2015 Règlement Article 1- Objet du Prix «Le Créateur» La (ci-après «la Fondation»), sous l égide de la Fondation du Patrimoine, a pour objet la sauvegarde, la promotion et le développement des métiers d art, de création,

Plus en détail

Prix ARTYMETAL de la Sculpture Règlement 2014

Prix ARTYMETAL de la Sculpture Règlement 2014 Prix ARTYMETAL de la Sculpture Règlement 2014 ARTICLE 1 : SOCIÉTÉ ORGANISATRICE ARTYMETAL, fonderie d art, située 6, rue des maisons romanes à Vézénobres 30360, ci-après dénommée «l Organisateur». ARTICLE

Plus en détail

De Particulier à Particulier

De Particulier à Particulier De Particulier à Particulier Mon Aide Immobilière en quelques mots Nous sommes une société de CONSEIL et de COMMUNICATION IMMOBILIERE née en 2013 à Bordeaux. A la différence d une agence immobilière, nous

Plus en détail

Article. «Pour lire le dessin d un enfant» Lise Blanchard. Vie des Arts, vol. 38, n 151, 1993, p. 46-49.

Article. «Pour lire le dessin d un enfant» Lise Blanchard. Vie des Arts, vol. 38, n 151, 1993, p. 46-49. Article «Pour lire le dessin d un enfant» Lise Blanchard Vie des Arts, vol. 38, n 151, 1993, p. 46-49. Pour citer cet article, utiliser l'information suivante : http://id.erudit.org/iderudit/53598ac Note

Plus en détail

FICHE DE SYNTHESE LA RÉDUCTION D'IMPÔT LIEE AUX DONS FAITS AU PROFIT D'UN ORGANISME D'UTILITÉ PUBLIQUE, D'INTERET GENERAL OU A UN PARTI POLITIQUE

FICHE DE SYNTHESE LA RÉDUCTION D'IMPÔT LIEE AUX DONS FAITS AU PROFIT D'UN ORGANISME D'UTILITÉ PUBLIQUE, D'INTERET GENERAL OU A UN PARTI POLITIQUE documentissime www.modele lettre contrat.fr FICHE DE SYNTHESE LA RÉDUCTION D'IMPÔT LIEE AUX DONS FAITS AU PROFIT D'UN ORGANISME D'UTILITÉ PUBLIQUE, D'INTERET GENERAL OU A UN PARTI POLITIQUE ϖ INTRODUCTION

Plus en détail

DOSSIER de PRESSE. SACA organisé par DEPECHE Events. PREMIER SALON D'ART CONTEMPORAIN D AUVERGNE A CLERMONT-FERRAND 13,14 & 15 Novembre 2015

DOSSIER de PRESSE. SACA organisé par DEPECHE Events. PREMIER SALON D'ART CONTEMPORAIN D AUVERGNE A CLERMONT-FERRAND 13,14 & 15 Novembre 2015 DOSSIER de PRESSE SACA organisé par DEPECHE Events PREMIER SALON D'ART CONTEMPORAIN D AUVERGNE A CLERMONT-FERRAND 13,14 & 15 Novembre 2015 www.salonartcontemporainauvergne.com contact : Frédéric PINSON-MEILHAC

Plus en détail

1er site. d annonces immobilières qui permet de qualifier les contacts et de négocier le meilleur prix! Dossier de presse 21/07/2009.

1er site. d annonces immobilières qui permet de qualifier les contacts et de négocier le meilleur prix! Dossier de presse 21/07/2009. JJ Mois Année 1er site d annonces immobilières qui permet de qualifier les contacts et de négocier le meilleur prix! Appart-Maison.fr en quelques mots Appart-Maison.fr est le 1er site Internet d annonces

Plus en détail

Introduction. Portrait des métiers du marché de l'art

Introduction. Portrait des métiers du marché de l'art Introduction Portrait des métiers du marché de l'art Cet ouvrage dresse un inventaire des principaux métiers et acteurs qui font le marché de l art aujourd hui. Il brosse le portrait, métier par métier,

Plus en détail

Comparaison du Règlement de dépôt ancien et nouvel de Credit Suisse AG

Comparaison du Règlement de dépôt ancien et nouvel de Credit Suisse AG Comparaison du Règlement de dépôt ancien et nouvel de Credit Suisse AG Règlement de dépôt ancien (12.2011) Règlement de dépôt nouveau (12.2013) Règlement de dépôt Dispositions générales Art. 1 Champ d

Plus en détail

NOTICE DE L ANNONCEUR

NOTICE DE L ANNONCEUR NOTICE DE L ANNONCEUR La Marketplace Caradeals.com, c est la solution pour booster votre activité! SOMMAIRE Qu est-ce que Caradeals.com? 1) PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT... 2 2) LES AVANTAGES... 2 3) PREPARER

Plus en détail

Les mardis, entre 10 h et 11 h 30, du 7 janvier au 25 mars 2014 I Tarif. 600

Les mardis, entre 10 h et 11 h 30, du 7 janvier au 25 mars 2014 I Tarif. 600 DROUOT FORMATION CYCLES COURTS HIVER 2013 Les Grands Ateliers d art À travers la visite d une sélection de 10 ateliers parisiens parmi les plus prestigieux tels que Brazet, Féau ou Gohard, venez découvrir

Plus en détail

I. DISPOSITIONS GÉNÉRALES 02

I. DISPOSITIONS GÉNÉRALES 02 RÈGLEMENT I. DISPOSITIONS GÉNÉRALES 02 Art. 1 - Organisateur 02 Art. 2 - Objectif 02 Art. 3 - Le parcours d expositions 02 Art. 4 - Dates 02 Art. 5 - Présentation 02 Art. 6 - Catalogue 03 Art. 7 - Droits

Plus en détail

L expert, l œuvre d art et la chimie

L expert, l œuvre d art et la chimie L expert, l œuvre d art et la chimie Gérard Sousi Gérard Sousi est président de l Institut Art & Droit 1. 1 Les œuvres d art font l objet d examens et d analyses dans différentes situations et par différents

Plus en détail

Le contrat de licence

Le contrat de licence Le contrat de licence Check-list pour la négociation d un contrat de licence AVERTISSEMENT : Nos check-lists ont pour but de vous aider à formuler certaines questions à se poser lorsque vous négociez des

Plus en détail

Document de vente en automobile

Document de vente en automobile Document de vente en automobile Introduction Le guide de la réparation automobile signé avec le ministère de la consommation le 21/01/1993 a défini plusieurs points qui sont des devoirs du réparateur.

Plus en détail

Prix Avenir Métiers d Art INMA en partenariat avec La Fondation Michelle et Antoine RIBOUD et la Banque Populaire

Prix Avenir Métiers d Art INMA en partenariat avec La Fondation Michelle et Antoine RIBOUD et la Banque Populaire Prix Avenir Métiers d Art INMA en partenariat avec La Fondation Michelle et Antoine RIBOUD et la Banque Populaire Règlement édition 2015-2016 Le Prix Avenir Métiers d Art INMA a pour objectif d encourager

Plus en détail

ésultats RÉ/USSISSEZ tous vos projets avec les courtiers les plus performants de l industrie!

ésultats RÉ/USSISSEZ tous vos projets avec les courtiers les plus performants de l industrie! RE/NOMMÉS pour leurs performances, leur efficacité et leur implication, les courtiers RE/MAX se distinguent également par leur connaissance approfondie du marché, et le grand nombre d outils et de ressources

Plus en détail

Règlement du PRIX JEUNES TALENTS COTE-D OR- création contemporaine

Règlement du PRIX JEUNES TALENTS COTE-D OR- création contemporaine Règlement du PRIX JEUNES TALENTS COTE-D OR- création contemporaine Article 1 : Dans le cadre de son programme AmbitionS Côte-d Or, le Département s est fixé pour objectif de soutenir la création contemporaine

Plus en détail

Dossier PME. Positionnement salarial

Dossier PME. Positionnement salarial Dossier PME Positionnement salarial Imaginons la situation suivante: l'entreprise X, active dans le secteur des services, compte 40 collaborateurs et est située en région bruxelloise. La société se développe

Plus en détail

Les artistes-auteurs indépendants bénéficient d un régime de protection sociale spécifique.

Les artistes-auteurs indépendants bénéficient d un régime de protection sociale spécifique. Rémunérer un artiste-auteur indépendant (graphiste, plasticien, photographe...) Les obligations de l entreprise ou de la collectivité publique qui achète ou utilise l oeuvre (diffuseur) Les artistes-auteurs

Plus en détail

N 50729#02. L invention. REPèREs. de salarié. Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié

N 50729#02. L invention. REPèREs. de salarié. Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié N 50729#02 L invention de salarié REPèREs Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié titre chapitre L invention de salarié Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE AUX ENCHERES PUBLIQUES

CONDITIONS GENERALES DE VENTE AUX ENCHERES PUBLIQUES du Tarn CONDITIONS GENERALES DE VENTE AUX ENCHERES PUBLIQUES L Hôtel des du Tarn agit comme opérateur de ventes volontaires de meubles aux enchères publiques régie par les articles L 312-4 et suivants

Plus en détail

Étude sur le recyclage des consommables aux États-Unis - 2014

Étude sur le recyclage des consommables aux États-Unis - 2014 Ce document est la version traduite du rapport d'origine rédigé en anglais par InfoTrends. En cas de conflit entre les deux versions, c'est la version anglaise qui fait foi. Étude sur le recyclage des

Plus en détail

AUTOPORTRAITS DE REMBRANDT AU SELFIE DOSSIER DE PRESSE

AUTOPORTRAITS DE REMBRANDT AU SELFIE DOSSIER DE PRESSE AUTOPORTRAITS DE REMBRANDT AU SELFIE DOSSIER DE PRESSE EXPOSITION DU 26 MARS AU 26 JUIN 2016 UN PARTENARIAT ENTRE TROIS GRANDS MUSÉES EUROPÉENS Autoportraits, de Rembrandt au selfie est la première exposition

Plus en détail

ion des Nations Unies cation, la science et la culture Conseil exécutif ex

ion des Nations Unies cation, la science et la culture Conseil exécutif ex ion des Nations Unies cation, la science et la culture Conseil exécutif ex Cent trente-septième session 137 EX/2 PARIS, le 27 septembre 1991 Original français Point 3.1.1 de l'ordre du jour provisoire

Plus en détail

MARCHE DE L ART ET MANAGEMENT

MARCHE DE L ART ET MANAGEMENT Faculté d Administration &Gestion Université Montpellier 1 UNIVERSITE MONTPELLIER I FACULTE D ADMINISTRATION ET GESTION MASTER ECONOMIE GESTION Mention : marketing Commerce Spécialité : Marketing Sectoriel

Plus en détail

Vu le rapport d auditorat de la Banque Carrefour de la sécurité sociale du 21 décembre 2006;

Vu le rapport d auditorat de la Banque Carrefour de la sécurité sociale du 21 décembre 2006; CSSS/07/005 DÉLIBÉRATION N 07/003 DU 9 JANVIER 2007 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL PAR LES ORGANISMES ASSUREURS AUX DISPENSATEURS DE SOINS EN VUE DE LA DÉTERMINATION DU STATUT

Plus en détail

Cahier des charges : création de l identité visuelle du Salon des Solidarités 2012

Cahier des charges : création de l identité visuelle du Salon des Solidarités 2012 Cahier des charges : création de l identité visuelle du Salon des Solidarités 2012 Salon des Solidarités 2012 Création de l identité visuelle Page 1 Sommaire 1. CONTEXTE GENERAL ----------------------------------------------------------

Plus en détail

Memo: Comment évaluer la valeur de marché d un bateau d occasion

Memo: Comment évaluer la valeur de marché d un bateau d occasion Memo: Comment évaluer la valeur de marché d un bateau d occasion (Mis à jour en janvier 2015) Pour avoir une idée sérieuse de la valeur de marché d un bateau d occasion, on ne devrait considérer que les

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

AVERTISSEMENT SUR LES RISQUES LIES A LA NEGOCIATION DES CONTRATS A TERME CLIENTS NON PROFESSIONNELS

AVERTISSEMENT SUR LES RISQUES LIES A LA NEGOCIATION DES CONTRATS A TERME CLIENTS NON PROFESSIONNELS Avant d utiliser un contrat à terme (produits dérivés, contrat à terme ferme ou contrat d option) le client (l investisseur) doit apprécier les risques liés a l utilisation de contrats à terme. Il doit

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE Levallois-Perret, le dimanche 3 mai 2015

COMMUNIQUE DE PRESSE Levallois-Perret, le dimanche 3 mai 2015 COMMUNIQUE DE PRESSE Levallois-Perret, le dimanche 3 mai 2015 LES FRANCAIS IGNORENT TOUJOURS LEUR DROIT D AUTOMOBILISTE A CHOISIR LIBREMENT SON CARROSSIER Selon une étude menée par IPSOS pour Zerofranchise.com,

Plus en détail

Cocktail de recrutement des entreprises et du secteur public 2015 Plan de partenariat

Cocktail de recrutement des entreprises et du secteur public 2015 Plan de partenariat COMITÉ ÉTUDIANT CPA DE L ESG UQAM WWW.COMITECPAESG.COM COMITÉ ÉTUDIANT CPA DU HEC Cocktail de recrutement des entreprises et du secteur public 2015 Plan de partenariat Nos comités étudiants En tant que

Plus en détail

Animer un SEL. Questions juridiques. SEL et réglementation fiscale et sociale. Légalité des activités dans le SEL :

Animer un SEL. Questions juridiques. SEL et réglementation fiscale et sociale. Légalité des activités dans le SEL : Questions juridiques Animer un SEL Légalité des activités dans le SEL : À condition de ne pas être illicites (contraires à l ordre public : prostitution, images pornographiques...), les échanges qui respectent

Plus en détail

Droit et Fiscalité des Œuvres d Art. Achat d œuvres d art d artistes vivants

Droit et Fiscalité des Œuvres d Art. Achat d œuvres d art d artistes vivants Droit et Fiscalité des Œuvres d Art Achat d œuvres d art d artistes vivants Chaque année, 800 000 objets passent à Drouot, mais au fait qu est-ce qu un objet d art? En droit français, il n existe pas de

Plus en détail

Niveau V (Niveau équivalent au brevet d'études professionnelles - BEP, au certificat d'aptitude professionnelle - CAP)

Niveau V (Niveau équivalent au brevet d'études professionnelles - BEP, au certificat d'aptitude professionnelle - CAP) ÉMAILLEUR SUR MÉTAL ÉMAILLEUR SUR MÉTAL MÉTIER L émail est un mélange d oxyde de plomb, de silice, de minium, de potasse et de soude. Par une fusion à haute température de ces différents composants, on

Plus en détail

Ventes sur offres et ventes aux enchères

Ventes sur offres et ventes aux enchères Ventes sur offres et ventes aux enchères Comment ça marche? Amédée Roueche Présentation devant le club philatélique de Delémont et environs le jeudi 27 janvier 2009 1. Préambule 2. Les ventes sur offres,

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Cahier des charges. pour la réalisation d une étude. Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D

Cahier des charges. pour la réalisation d une étude. Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D Cahier des charges pour la réalisation d une étude Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D Sommaire Sommaire...2 Article 1 Objet du marché...3 Article 2 Contexte...3

Plus en détail

Une vision d avenir pour le développement culturel de Montréal en ce qui a trait aux arts visuels

Une vision d avenir pour le développement culturel de Montréal en ce qui a trait aux arts visuels Une vision d avenir pour le développement culturel de Montréal en ce qui a trait aux arts visuels Mémoire présenté par le Regroupement des artistes en arts visuels du Québec à L Office de consultation

Plus en détail

la première chaîne de dépôt-vente

la première chaîne de dépôt-vente la première chaîne de dépôt-vente EncherExpert la première chaîne de Dépôt-Vente ebay en France Vous changez de téléviseur? Bébé a grandi et n a plus le goût des voyages en poussette? Votre ancien sac

Plus en détail

Le statut social. L agessa. p. 67

Le statut social. L agessa. p. 67 Le statut social L agessa p. 67 Les auteurs bénéficient d une couverture sociale sur les droits d auteur depuis 1977. En effet, les droits d auteur font l objet de prélèvements de cotisations sociales

Plus en détail

Secrétariat du Grand Conseil M 1114-B

Secrétariat du Grand Conseil M 1114-B Secrétariat du Grand Conseil M 1114-B Date de dépôt: 19 janvier 2000 Messagerie Rapport du Conseil d Etat au Grand Conseil sur la motion de M mes et M. Chaïm Nissim, Fabienne Bugnon et Sylvia Leuenberger

Plus en détail

Mesures de contrôle interne en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme

Mesures de contrôle interne en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme Mesures de contrôle interne en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme 1. Organisation interne de l opérateur. L opérateur de ventes volontaires doit mettre en

Plus en détail

APPEL À CANDIDATURE ET INFORMATIONS SUPPLÉMENTAIRES : WWW.DAUPHINEARTCONTEMPORAIN.COM - 5 BINÔMES SÉLECTIONNÉS PAR UN JURY DE PROFESSIONNELS DU MONDE

APPEL À CANDIDATURE ET INFORMATIONS SUPPLÉMENTAIRES : WWW.DAUPHINEARTCONTEMPORAIN.COM - 5 BINÔMES SÉLECTIONNÉS PAR UN JURY DE PROFESSIONNELS DU MONDE APPEL À CANDIDATURE ET INFORMATIONS SUPPLÉMENTAIRES : WWW.DAUPHINEARTCONTEMPORAIN.COM - 5 BINÔMES SÉLECTIONNÉS PAR UN JURY DE PROFESSIONNELS DU MONDE DE L ART 2 LIEUX / 2 EXPOSITIONS (MARS & JUIN) - 2

Plus en détail

Saisine F 1284. L'industrie du cinéma en France présente plusieurs singularités par rapport aux autres secteurs de l'économie :

Saisine F 1284. L'industrie du cinéma en France présente plusieurs singularités par rapport aux autres secteurs de l'économie : Saisine F 1284 Engagements de la Fédération Nationale des Distributeurs de Films, de la Fédération Nationale des Cinémas Français, de la Chambre Syndicale des Producteurs de Films et du Syndicat des Producteurs

Plus en détail

TITRE 3 LA SAISIE DES BIENS PLACES DANS UN COFFRE-FORT

TITRE 3 LA SAISIE DES BIENS PLACES DANS UN COFFRE-FORT 158 TITRE 3 LA SAISIE DES BIENS PLACES DANS UN COFFRE-FORT 159 LA SAISIE DES BIENS PLACES DANS UN COFFRE-FORT...en bref... Cette procédure permet d'appréhender les biens placés dans un coffre-fort appartenant

Plus en détail

Les conseils pour bien vendre

Les conseils pour bien vendre Les conseils pour bien vendre Pour vendre au meilleur prix sur internet, certains points sont à connaître. La bonne connaissance du produit et de l'état du marché permet de réaliser de très bonnes affaires.

Plus en détail

PARTICIPER À UNE VENTE AUX ENCHÈRES D ŒUVRES D ART

PARTICIPER À UNE VENTE AUX ENCHÈRES D ŒUVRES D ART Activités éducatives pour les élèves de 10 à 11 ans PARTICIPER À UNE VENTE AUX ENCHÈRES D ŒUVRES D ART NIVEAU : PRIMAIRE GROUPE D ÂGE : ÉLÈVES DE 10 À 11 ANS SOMMAIRE DE L ACTIVITÉ Les élèves observent

Plus en détail

Cabinet Philippe de LA CHAISE Expert Comptable Commissaire Aux Comptes

Cabinet Philippe de LA CHAISE Expert Comptable Commissaire Aux Comptes Expert Comptable Commissaire Aux Comptes 07/12/2015 Opérations sur les biens Généralités Acquisitions intracommunautaires : L acquisition par un assujetti d un Etat membre, d un bien meuble corporel qui

Plus en détail

POLITIQUE D ACQUISITION ET

POLITIQUE D ACQUISITION ET POLITIQUE D ACQUISITION ET DE GESTION D OEUVRES D ART VILLE DE LÉVIS RÉSOLUTION CV-2010-13-14 Le préambule Le 9 février 2004, le conseil de la Ville adoptait la nouvelle Politique culturelle de la Ville

Plus en détail

INFORMATIONS GÉNÉRALES SUR LES DESSINS

INFORMATIONS GÉNÉRALES SUR LES DESSINS INFORMATIONS GÉNÉRALES SUR LES DESSINS INDUSTRIELS Qu'est-ce qu'un dessin industriel? On appelle dessin industriel les caractéristiques visuelles touchant la forme, la configuration, le motif ou les éléments

Plus en détail

GARANTIE DE RACHAT ET RELOGEMENT (Vente de patrimoine ancien)

GARANTIE DE RACHAT ET RELOGEMENT (Vente de patrimoine ancien) GARANTIE DE RACHAT ET RELOGEMENT (Vente de patrimoine ancien) TITRE 1 : NATURE DE LA GARANTIE DE RACHAT Article 1 er : Nature et portée de la garantie Une garantie de rachat est offerte par l organisme

Plus en détail

Bulletin Commerce international et droit douanier

Bulletin Commerce international et droit douanier Bulletin Commerce international et droit douanier Août 2009 Fasken Martineau DuMoulin S.E.N.C.R.L., s.r.l. Le Canada cherche à imposer des droits de douane sur les frais de gestion et les paiements de

Plus en détail

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Texte allemand : EQM/Misereor, janvier 2012 Traduction : Service des langues de MISEROR, mars 2012 Ce document

Plus en détail

Déroulement de l'opération de vente

Déroulement de l'opération de vente Déroulement de l'opération de vente Table des matières Modes de paiement... 2 Facturation par le vendeur... 3 Etapes... 4 1. Prospection... 4 2. Rencontre avec le prospect... 4 3. Présentation de la proposition

Plus en détail

Convention de cession d actions (modèle simple / SA)

Convention de cession d actions (modèle simple / SA) http://www.droitbelge.net infos@droitbelge.net Convention de cession d actions (modèle simple / SA) Auteur: Me Frédéric Dechamps, avocat AVERTISSEMENT Ce document est une version d évaluation du contrat.

Plus en détail

Les tendances alimentaires sous la loupe Une initiative de Coop réalisée avec le soutien technique de la Société Suisse de Nutrition

Les tendances alimentaires sous la loupe Une initiative de Coop réalisée avec le soutien technique de la Société Suisse de Nutrition Les tendances alimentaires sous la loupe Une initiative de Coop réalisée avec le soutien technique de la Société Suisse de Nutrition Sujet «Manger rapidement et sainement» juin 2009 Coop Thiersteinerallee

Plus en détail

Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques : une réforme réalisée

Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques : une réforme réalisée 4 Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques : une réforme réalisée PRESENTATION Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques, est un organisme chargé, par

Plus en détail

Le contrat de management

Le contrat de management Le contrat de management Check-list pour la négociation d un contrat de management AVERTISSEMENT : Nos check-lists ont pour but de vous aider à formuler certaines questions à se poser lorsque vous négociez

Plus en détail

Forum jeunesse de l île de Montréal. Avis sur la proposition de politique de développement culturel pour la Ville de Montréal

Forum jeunesse de l île de Montréal. Avis sur la proposition de politique de développement culturel pour la Ville de Montréal Forum jeunesse de l île de Montréal Avis sur la proposition de politique de développement culturel pour la Ville de Montréal Adopté le 17 janvier 2005 Avant-propos Le Forum jeunesse de l île de Montréal

Plus en détail

Chapitre 21 Les objectifs de la distribution et le rôle du réseau I. Les finalités de la distribution

Chapitre 21 Les objectifs de la distribution et le rôle du réseau I. Les finalités de la distribution I. Les finalités de la distribution 1. La maîtrise des flux La mise à disposition des produits au consommateur final est réalisée par un enchaînement d opérations qui se matérialisent par des flux. Schématiquement,

Plus en détail

LA POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DES COLLECTIONS DE LA BIBLIOTHÈQUE ET DES ARCHIVES

LA POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DES COLLECTIONS DE LA BIBLIOTHÈQUE ET DES ARCHIVES LA POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DES COLLECTIONS DE LA BIBLIOTHÈQUE ET DES ARCHIVES JUIN 2011 Le conseil d administration a approuvé la politique le 21 juin 2011 LA POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DES COLLECTIONS

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS Date : 29/01/99 Origine : AC Mmes et MM. les Directeurs Mmes et MM. les Agents Comptables. des Caisses

Plus en détail

POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW

POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW Adoptée le 18 mai 2006 par le Conseil d administration ATTENDU que les archives sont la propriété du Conseil de la Nation Atikamekw

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Médiations des sciences Médiation des risques en santé

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Médiations des sciences Médiation des risques en santé www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Médiations des sciences Médiation des risques en santé Former des spécialistes en médiations des sciences et de la santé Ce master professionnel s adresse à des

Plus en détail

Vision des jeunes de l entrepreneuriat

Vision des jeunes de l entrepreneuriat Vision des jeunes de l entrepreneuriat Enquête réalisée auprès de 300 jeunes de 14 à 18 ans présents du 21 au 24 novembre 2013 sur le salon européen de l éducation. L étude porte sur deux points : l entrepreneuriat

Plus en détail

Objet : Archives de l intercommunalité. Modèles de convention P.J. : 3

Objet : Archives de l intercommunalité. Modèles de convention P.J. : 3 Paris, le 21 juillet 2009 Le ministre de la culture et de la communication à Mesdames et Messieurs les préfets de régions Mesdames et Messieurs les préfets de départements Mesdames et Messieurs les présidents

Plus en détail

ACHAT DANS UN MÉGACENTRE D AUTOS USAGÉES

ACHAT DANS UN MÉGACENTRE D AUTOS USAGÉES ACHAT DANS UN MÉGACENTRE D AUTOS USAGÉES Traditionnellement, pour acheter un véhicule d occasion, on allait chez un concessionnaire de voitures neuves, un marchand spécialisé ou encore, on achetait d un

Plus en détail

Présentation du média salon

Présentation du média salon Présentation du média salon ll existe plusieurs type de salons : les salons professionnels, les salons grand public, les salons mixtes et les foires commerciales. Les salons professionnels sont des événements

Plus en détail

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet *

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet * culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 75033 Paris cedex 01 01 40 15

Plus en détail

MONOPOLY Règles de Tournoi:

MONOPOLY Règles de Tournoi: MONOPOLY Règles de Tournoi: OBJECTIF L'objectif du jeu est de devenir le joueur le plus riche en achetant, en louant et en vendant des propriétés. Essayez d acheter toutes les propriétés appartenant à

Plus en détail

Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs»

Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs» Conseil National de la Consommation 12 mai 2015 Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs» N NOR : EINC1511480V Trouver un produit, comparer

Plus en détail

9119-5982 Québec inc. «Mikes-Lasalle»

9119-5982 Québec inc. «Mikes-Lasalle» 9119-5982 Québec inc. «Mikes-Lasalle» MODALITÉS ET CONDITIONS DE VENTE À : NATHALIE BRAULT SYNDIC INC.., es-qualités de syndic à la faillite de 9119-5982 Québec inc. (ci-après désigné par le «Syndic»).

Plus en détail

I Stratégie de création et développement, objectif(s) et justification

I Stratégie de création et développement, objectif(s) et justification Le concept Illustrabank Illustrabank est un site proposant des illustrations libres de droits à télécharger sur Internet dans différents thèmes et styles. Le concept est donc de créer une banque sur Internet

Plus en détail

Une image cohérente avec sa production

Une image cohérente avec sa production Une image cohérente avec sa production Une image de marque peut être définie comme une représentation que se donne une entreprise vis-à-vis du public, de ses produits et de ses marques commerciales. Il

Plus en détail

Monaco s engage contre la déforestation

Monaco s engage contre la déforestation Compte rendu des deux réunions sur l élaboration de la Charte sur le Bois en Principauté Contexte des réunions Deux réunions de travail ont été organisées le jeudi 1 er juin et le mercredi 6 juin 2011

Plus en détail

Cahier des charges APJ 2015 2016

Cahier des charges APJ 2015 2016 Cahier des charges APJ 2015 2016 Dossier de candidature pour le 1 er février 2016 Dossier de candidature complet avec pièces justificatives pour le 7 mars 2016 www.msa-beauce-coeurdeloire.fr www.msa.fr

Plus en détail

VENDRE EN LIGNE SUR UNE PLACE DE MARCHE

VENDRE EN LIGNE SUR UNE PLACE DE MARCHE Les places de marché sur Internet (ou «marketplaces») existent depuis le début des années 1990. Le développement du e-commerce a néanmoins créé un nouveau modèle de place de marché au début des années

Plus en détail

LISTE DE PIÈCES JUSTIFIATIVES POUR LE CONTRÔLE DE PREMIER NIVEAU

LISTE DE PIÈCES JUSTIFIATIVES POUR LE CONTRÔLE DE PREMIER NIVEAU LISTE DE PIÈCES JUSTIFIATIVES POUR LE CONTRÔLE DE PREMIER NIVEAU Cette liste définit les documents que vous devez nous présenter dans le cadre du contrôle de premier niveau des dépenses (contrôle de 1er

Plus en détail