La récidive de la maladie initiale après transplantation hépatique LA RECIDIVE DE LA MALADIE INITIALE APRES TRANSPLANTATION HEPATIQUE.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La récidive de la maladie initiale après transplantation hépatique LA RECIDIVE DE LA MALADIE INITIALE APRES TRANSPLANTATION HEPATIQUE."

Transcription

1 La récidive de la maladie initiale après transplantation hépatique LA RECIDIVE DE LA MALADIE INITIALE APRES TRANSPLANTATION HEPATIQUE Didier SAMUEL Centre Hépatobiliaire, Hôpital Paul Brousse.Villejuif. Correspondance: Professeur Didier Samuel, Centre Hépatobiliaire, Hôpital Paul Brousse, 12 Av. PV. Couturier, Villejuif. Tel ; FAX ; E Mail :

2 Les résultats de la transplantation hépatique s améliorent régulièrement et les résultats à long terme c est à dire au delà de 10 ans doivent maintenant être pris en compte. La récidive de la maladie initiale est actuellement la première cause d agression du greffon devant le rejet chronique. Nous allons discuter dans ce chapitre les différentes causes de récidive, leur manifestation biologique, histologique et leur prise en charge. La récidive des maladies cholestatiques 1) La cirrhose biliaire primitive La cirrhose biliaire primitive (CBP) est apparue très tôt comme une excellente indication à la transplantation hépatique : l'histoire naturelle de cette maladie est bien connue et les facteurs pronostiques sont bien codifiés (1). La survie à 10 ans des patients transplantés pour CBP est de 78 % à 10 ans en Europe (2). À l'heure actuelle, la plupart des équipes estiment réel le risque de récidive de la maladie sur le greffon hépatique. Une telle récidive avait été débattue par le passé bien que bien démontrée par plusieurs équipes (3,4), en effet d autres équipes dont la nôtre n avaient pas mis en évidence ce risque de récidive (5-7). Ceci est dû à plusieurs facteurs : a) le suivi nécessite d être long (supérieur à 5 ans) dans la plupart des cas, bien que quelque cas de récidive histologique précoce aient été décrits, b) le diagnostic de récidive histologique est parfois difficile à affirmer et à différencier d un rejet aigu ou chronique ; c) le rôle joué par l immunosuppression dans la

3 récidive de la CBP sur le greffon n est pas nul. Certains ont évoqué une meilleure prophylaxie de la récidive de la CBP avec la ciclosporine par rapport au tacrolimus, des cas de récidive de CBP ont été décrits à l arrêt de la corticothérapie, et à la réduction drastique de l immunosuppression. La tendance actuelle d arrêter précocement les corticoïdes, de maintenir les patients à long terme sous monothérapie ciclosporine ou tacrolimus à faibles doses pourrait favoriser la récidive de la CBP. Récemment nous avons montré que la présence d un infiltrat plasmocytaire portal sur les biopsies hépatiques à un an était prédictif d une récidive de la CBP (8). Les manifestations immunologiques extra hépatiques de cette maladie persistent le plus souvent après la transplantation, avec persistance ou réapparition des anticorps antimitochondries dans le sérum (9) (et persistance du syndrome de Raynaud, du syndrome sec ou des autres manifestations extra hépatiques). Les anticorps antimitochondries ne sont pas un outil dans le diagnostic de récidive puisque leur présence est constante et leur taux n a pas de valeur indicative. Le diagnostic de la récidive peut être suspecté en cas de cholestase biologique, cette cholestérol n est cependant pas constante. Le diagnostic de récidive sera

4 affirmé par l analyse histologique. Le risque de récidive de la CBP paraît proche de 10 % dans un délai de 5 ans après la greffe et n'affecte pas la survie du greffon à moyen terme. Une étude récente a montré que le taux de récidive histologique augmente avec le temps post-transplantation pour atteindre 30 % à 10 ans (10) A l heure actuelle, une patiente parmi les 101 patients transplantés pour CBP à Paul Brousse depuis 1984 a été retransplantée pour récidive 14 ans après la transplantation. Au plan thérapeutique, en cas de récidive histologique, l administration d acide ursodésoxycholique est logique, mais n est pas supportée par des éléments scientifiques, de même que la prescription d acide ursodésoxycholique à titre prophylactique n a jamais été étudiée. Comme il a été dit plus haut, on ne connaît pas l immunosuppression idéale pour prévenir ou ralentir la récidive. Il semble cependant que des cas de récidive aient été révélés à l arrêt de certains immunosuppresseurs, la supériorité de la ciclosporine sur le tacrolimus dans ce contexte a été évoquée, mais n a jamais été prouvée. b) La cholangite sclérosante primitive La survie après transplantation hépatique pour cholangite sclérosante primitive est de % à un an et de % à 10 ans (2). Il n'y a pas de preuve de récidive de la cholangite sclérosante sur le greffon mais de plus en plus d éléments plaident pour une récidive de la

5 cholangite dans certains cas. Le diagnostic de récidive de cholangite sclérosante n est pas simple car il existe d authentiques cholangites sclérosantes sur le greffon en dehors de toute récidive (11). En effet des cholangites sclérosantes du greffon ont été décrites au cours de certains rejets chroniques dont l atteinte prédomine sur les grosses voies biliaires, après transplantation en groupe sanguin incompatible, en raison d une thrombose de l artère hépatique ou d une ischémie artérielle (par exemple au cours du prélèvement du greffon). Finalement si dans certains cas bien documentés le diagnostic de récidive est très probable, il y a encore peu de cas décrits de retransplantation décrits pour récidive de cholangite sclérosante primitive (12-13). Parmi les complications spécifiques à la CSP pouvant survenir après la transplantation 2 doivent être individualisées : a) le développement d un cancer colique sur RCH. Pour cette raison, une surveillance du colon doit être maintenue. b) la survenue d un cholangiocarcinome sur le moignon biliaire résiduel, complication rare mais observée 2 fois dans notre expérience. Pour cette raison, nous préconisons une surveillance du taux de CA 19-9, des échographies régulières et une échoendoscopie à intervalle régulier afin de surveiller le moignon biliaire résiduel. Habituellement les patients transplantés pour CSP ont une anastomose bilio-digestive, ce qui empêche une surveillance par cholangiographie rétrograde et rend difficile la surveillance par echoendoscopie. Le diagnostic de récidive doit être suspecté en cas d angiocholites inexpliquées, de cholestase biologique. Dans ces cas une cholangioirm et/ou une cholangiographie par voie percutanée sous antibiotiques aidera au diagnostic. La biopsie hépatique peut apporter des éléments du diagnostic s il existe une fibrose pericanalaire inflammatoire. Dans tous les cas le diagnostic ne peut être affirmé que si l artère hépatique est perméable. L hépatite auto-immune Il est maintenant prouvé que l hépatite auto-immune (HAI) peut récidiver après la transplantation(13,14). Le taux de récidive est variable selon les séries de 10 à 30 % et variable selon le délai post-transplantation (15-19). Les éléments favorisant la récidive sont le délai post-transplantation, la baisse de l immunosuppression et notamment l arrêt de la corticothérapie. Le diagnostic de récidive est évoqué par l augmentation des transaminases, l augmentation du taux d immunoglobuline G, les auto-anticorps anti-tissus ont peu de valeur car ils persistent de façon constante après la greffe, leur taux n a pas non plus de valeur prédictive. Le diagnostic sera affirmé ou suspecté sur l analyse de la biopsie hépatique qui montre les aspects d une hépatite auto-immune, et l absence de rejet ; le diagnostic est

6 difficile s il existe une infection virale C associée (essentiellement cas des patients transplantés avant 1990 contaminés par les transfusions sanguines). Le traitement est identique au non transplanté et comprend la corticothérapie. Dans les cas de récidives sévères, des bolus de methylprednisolone peuvent être utilisé. Dans le cas de réinfection sévère sous ciclosporine, la mise au tacrolimus est parfois suivie de succès (20). Dans tous les cas, un consensus se dégage maintenant pour suggérer le maintien d une corticothérapie chez les patients transplantés pour HAI (16). La surveillance histologique, systématique est un élément majeur de surveillance, nous avons en effet montré que les lésions histologiques peuvent précéder de plusieurs années la récidive clinique (Duclos-Vallee JC, série personnelle). La maladie alcoolique La récidive de l alcoolisme après la transplantation peut bien sur entraîner une maladie alcoolique sur le greffon. Pour éviter cela, les patients atteints de cirrhose alcoolique sont sélectionnés sur des critères stricts : compliance attendue au traitement post-transplantation, assiduité aux consultations pre-transplantation, abstinence de 6 mois minimum avant transplantation., contexte psychosocial favorable (21-31). Cependant, malgré ces critères, le pourcentage de récidive de la prise d alcool varie entre 10 et 40 %. Il n a pas été prouvé scientifiquement que la durée de l abstinence pré transplantation était prédictive de l absence de récidive. Le délai minimum de 6 mois a été fixé de façon empirique, mais a été critiqué par certains auteurs (24). La récidive de l alcoolisme est heureusement le plus souvent peu sévère et les conséquences à moyen terme faibles bien que la présence d une stéatose à la biopsie puisse préfigurer des lésions plus sévères à long terme. Il est possible que le greffon soit plus sensible à une prise d alcool donnée qu un patient non transplanté, mais ceci n a pas été étudié. Dans 10 % des cas, la récidive est sévère et l atteinte hépatique alors constante avec constitution de lésions de stéatofibrose alcoolique, d hépatite alcoolique, de cirrhose. Certains ont retrouvé chez ces patients des lésions concomitantes de rejet chronique suggérant une mauvaise compliance au traitement immunosuppresseur dans ce contexte de récidive massive (M Hurtova communication personnelle). La constitution de lésions d hépatite alcoolique et de cirrhose dans un délai inférieur à 2 ans en cas de récidive massive est en faveur d une susceptibilité plus grande du greffon hépatique par rapport à un foie non greffé.

7 La prévention de la récidive de l alcoolisme par une prise en charge pluridisciplinaire spécialisée est essentielle. La récidive du carcinome hépatocellulaire Elle doit être recherchée systématiquement après transplantation pour carcinome hépatocellulaire (CHC). C est la première cause de décès des patients transplantés pour CHC (32). Les éléments prédictifs de la récidive après transplantation pour CHC sur cirrhose sont connus : plus de 3 nodules de plus de 3 cm de diamètre, un nodule de plus de 5 cm, la présence d un envahissement vasculaire portal macroscopique et vasculaire microscopique, et bien sûr la présence de tumeur extra hépatique (33,34). La récidive peut se faire au niveau du foie greffé, mais des métastases peuvent apparaître, au niveau des poumons, des os, du cerveau, de la surrénale, parfois en sous cutané ou au niveau du péritoine. Il n y a pas de protocole standardisé de prévention et de surveillance de la récidive. Nous effectuons un scanner thoraco abdominal tous les 4 mois pendant 5 ans. Des cas de récidive au delà de 5 ans ont été décrits. Mais cette surveillance et son rythme sont déterminés de manière empirique. La réalisation d une chimiothérapie post-opératoire a été préconisée par certains, mais aucune étude randomisée n a été réalisée et l efficacité d une chimiothérapie adjuvante n a pas été prouvée. Certains ont proposé de n effectuer une chimiothérapie adjuvante que chez les patients à risque de récidive. De même, l efficacité de cette stratégie n a pas été prouvée ; Il est possible que l effet bénéfique de la chimiothérapie sur la récidive soit contrebalancé par le risque d aplasie et de complications infectieuses. La récidive de l infection par le virus de l hépatite B En l absence de prophylaxie, le taux de réinfection virale B est de 80% (35). Les patients chez lesquels l antigène HBs se repositive, réinfectent constamment leur greffon. Cette réinfection du greffon est sévère puisque les patients développent une hépatite aiguë puis chronique puis une cirrhose sur le greffon. L évolution est souvent rapide et dans quelques cas, l évolution se fait rapidement vers une insuffisance hépatique aigue. La réinfection du greffon est associée à une baisse de la survie par rapport à une population non réinfectée (35). Le diagnostic de la récidive B est en général facile, l Ag HBs est positif dans le sérum, l ADN VHB est également détecté à taux élevé. Les transaminases s élèvent quelques semaines après la réapparition de l AgHBS et la biopsie hépatique montre des lésions

8 d hépatite. La présence de lésions de rejet concomitantes est assez rare et ne pose pas de problème de diagnostic différentiel. L immunohistochimie sur le foie prélevé lors de la biopsie est de grande valeur et montre une positivité de l antigène HBs, de l antigène HBc et de l antigène pre S1. La récidive virale B est maintenant efficacement prévenue dans la plupart des cas par l administration au long cours des immunoglobulines polyclonales anti-hbs (Ig anti-hbs) de façon à maintenir un taux protecteur anti-hbs dans le sérum minimum de UI/l (36). Cette protection est cependant insuffisante chez les patients ADN VHB positifs au moment de la transplantation. L administration de fortes doses d'ig anti-hbs permettant de maintenir un taux d'anticorps anti-hbs dans le sérum au dessus de 500 UI/I a permis de réduire le taux de récidive virale B chez les patients avec réplication virale aux alentours de 20-35% (36). La tendance actuelle est de prévenir la récidive virale par l administration concomitante d Ig anti-hbs et de lamivudine en post-transplantation (36-39). En cas de réplication virale B préexistante à la transplantation, la lamivudine est habituellement administrée en pretransplantation hépatique. Cette prophylaxie combinée Ig anti-hbs et lamivudine est actuellement recommandée pour les patients avec réplication virale, elle peut être également administrée aux patients ayant une cirrhose virale B, il n est pas certain qu elle amène un bénéfice aux patients ayant une cirrhose virale B-delta ou une hépatite fulminante B par rapport à un traitement par immunoglobulines seul. La prophylaxie par lamivudine seule n est pas recommandée en raison d un taux d échappement élevé augmentant avec le temps. Le taux de récidive virale B est de 40 % à 4 ans (40). Traitement de la réinfection du greffon par le VHB après transplantation hépatique. La réinfection virale B est caractérisée par son évolution sévère et par une replication virale forte chez des patients sous traitement immunosuppresseur. Le traitement est nécessaire: il doit comprendre une baisse de l'immunosuppression avec si possible un arrêt progressif des corticoides et un traitement antiviral. L'interféron a peu d'efficacité dans le traitement des réinfections du greffon par le VHB (41). Il n est plus utilisé. Le traitement va dépendre du fait que le patient a une réinfection avec un

9 virus sensible ou résistant à la lamivudine. Si le patient a une réinfection B sans avoir reçu de lamivudine au préalable, le traitement de première intention sera la lamivudine. Perillo et col (42) dans une étude multicentrique, ont traité 48 transplantés avec récidive B. Une négativation de l'adn VHB a été noté dans 100 p. 100 des cas après 2 mois de traitement et une séroconversion HBe dans 21 p. 100 des cas. Après 6 mois de traitement, l'adn VHB est réapparu chez 25 p. 100 des patients en rapport avec une mutation YMDD du gene de l ADN polymérase. Des travaux récents montrent un taux d échappement viral proche de 50 % à 3 ans (43). La stratégie future sera probablement de combiner la lamivudine avec l adéfovir (44) lorsque ce médicament sera disponible. En cas de réinfection virale par un virus résistant à la lamivudine, le seul traitement actuel est l utilisation d adefovir qui à ce jour n a pas l autorisation de mise sur le marché en France mais est disponible par autorisation temporaire d utilisation dans ce cas. Retransplantation pour réinfection virale B La réinfection virale B était habituellement considérée comme une contreindication à la retransplantation en raison d'un taux constant de récidive sur le second greffon, d'une évolution accélérée de la récidive, et d'un mauvais pronostic. Cependant des améliorations significatives des résultats ont été notées en utilisant les nouveaux antiviraux et de très fortes doses d'ig anti-hbs (45). La réinfection par le virus de l'hépatite Delta La récidive de l'infection par le VHB est plus rare chez les patients. La plupart des patients atteints de cirrhose virale B-Delta sont en arrêt de la réplication virale B au moment de la transplantation (ADN VHB négatif). Sans immunoprophylaxie anti-hbs, le taux de récidive virale B oscille entre 50 p. 100 et 70 p. 100 avec une immunoprophylaxie par les Ig anti-hbs ce taux de récidive virale b est de %. La récidive de l infection par le virus de l hépatite delta dépend de la présence ou non de l Ag HBs. Lorsque les patients deviennent AgHBs négatifs après la transplantation, on détecte la présence du virus de l'hépatite delta soit dans le sérum (sous forme d'arn) soit dans le foie (sous forme d'antigène ou d'arn) dans 80% des cas; cette situation tout à fait particulière à la transplantation hépatique (le VHD étant un virus défectif ne devrait être détecté qu'en présence de l'aghbs) n'entraîne pas de conséquence sur le greffon qui reste normal, d'autre part avec le recul le virus de l'hépatite delta finit par

10 disparaître et n'est plus retrouvé à long terme (46); e) dans les cas rares de réapparition de l'aghbs, on note l'apparition d'une réactivation du VHB et du VHD (ADN VHB et ARN VHD positifs) et la survenue d'une hépatite sur le greffon avec évolution vers une hépatite chronique. Les cas de réinfection du greffon par VHB et VHD semblent moins sévères que ceux observés après réinfection par le VHB, bien que la plupart des cas évoluent vers la chronicité et que quelques rares cas d'insuffisance hépatique aigue aient été décrits. 50% des ptarmigan avec réinfection virale BD vont secondairement négativer l AgHBs sous traitement antiviral dans notre expérience. La récidive de l infection par le virus de l hépatite C La détection de l ARN du VHC dans le sérum a permis de démontrer la persistance de l infection chez près de 90 % des sujets transplantés pour une cirrhose liée au VHC dans le sérum (47,48). L ARN VHC est détecté dans le sérum dès les premiers jours posttransplantation % des patients vont développer des lésions d hépatite sur le greffon. Dans 75% des cas cette hépatite évoluera vers une hépatite chronique. Le risque d évolution vers la cirrhose est estimé dans une étude Européenne à 10% à 5 ans (49). En Espagne, des taux de cirrhose de 28-40% à 5 ans ont été décrits (50). Le taux des transaminases ne doit pas être l élément de surveillance. L élévation des transaminases est suggestive de la survenue d une hépatite, mais chez le transplanté hépatique une hépatite peut évoluer sans élévation des transaminases, ceci justifiant une surveillance histologique systématique. La prévention de la réinfection virale C est encore au stade d'étude. Il n'est pas certain qu'un traitement antiviral avant la transplantation diminue le taux de récidive, de plus le traitement par Interféron des patients ayant une cirrhose décompensée est difficile et le taux de réponse antivirale faible à ce stade (51). Il n'y a pas d'expérience de la ribavirine chez ces patients. L'autre option est de donner un traitement prophylactique immédiatement post-transplantation soit avec l'interféron soit avec la ribavirine soit avec les 2, il n'y a actuellement que des données fragmentaires à ce stade. L obstacle principal est la mauvaise tolérance des patients à un traitement interféron ribavirine en post-transplantation précoce. Le traitement des hépatites chroniques C sur le greffon est difficile: l'interféron est un agent immunostimulant, les expériences du traitement à l'interféron ont montré un faible taux de réponse antivirale et surtout un risque non négligeable de survenue de rejet (52, 53), il doit

11 donc être utilisé avec la plus grande prudence. De meilleurs résultats ont été rapportés avec l'association interféron-ribavirine (54) cette dernière association permet d obtenir des taux de réponse virologique soutenue de Nous n avons pas d information sur l utilisation de l interféron pegylé dans cette population. il est nécessaire de définir quels patients doivent être traités et à quel moment par rapport à l infection virale. Conclusion La récidive de la maladie initiale sur le greffon après la transplantation est devenu un problème important particulièrement pour la survie à long terme des patients.et des greffons. Cette récidive constitue en soi une pathologie propre. Elle justifie une surveillance spécialisée sur le long terme en collaboration avec les médecins traitants, et souligne l importance de la réalisation de biopsie hépatiques systématiques au cours du suivi. Il est important de rappeler que le devenir histologique du greffon au delà de 10 ans n est pas connu et doit donc être étudié. REFERENCES 1)Benhamou JP. Indications for liver transplantation in primary biliary cirrhosis. Hepatology 1994; 20: 11 S-13 S 2) Rapport du Registre Européen de Transplantation Hépatique; Updating Decembre 2001, Hopital Paul Brousse, Villejuif France 3)Neuberger J, Portmann B, Macdougall BRD,Calne R, Williams R. Recurrence of primary biliary cirrhosis after liver transplantation. N Eng J Med 1982; 306: 1-4 4) Polson RJ, Portmann B, Neuberger J,Calne RY, Williams R. Evidence for disease recurrence after liver transplantation for primary biliary cirrhosis. Clinical and histologic follow-up studies. Gastroenterology 1989; 97: ) Samuel D, Gugenheim J, Mentha G, Castaing D, Degos F, Benhamou J.P, Bismuth H. Liver transplantation for primary biliary cirrhosis. Transplant Proc 1990; 22: )Esquivel CO, Van Thiel DH, Demetris AJ, Bernados A, Iwatzuki S, Markus B, Gordon RD, Marsh JW, Makowka L, Tzakis AG, Todo S, Gavaler JS, Starzl TE. Transplantation for primary biliary cirrhosis. Gastroenterology 1988; 94 : ,.

12 7) Gouw ASH, Haagsma EB, Manns M, Klompnaker IJ, Sloof MJ, Gerber MA. Is there recurrence of primary biliary cirrhosis after liver transplantation? A clinical pathologic study in long-term survivors. J Hepatol 1994; 230: ) Sebagh M, Farges O, Dubel L, Samuel D, Bismuth H, Reynes M. Histological features predictive of recurrence of primary biliary cirrhosis after liver transplantation. Transplantation 1998; 65: ) Dubel L, Farges O, Bismuth H, Sebagh M, Homberg JC, Johanet C. Kinetics of anti-m2 antibodies after liver transplantation for primary biliary cirrhosis. J Hepatol 1995; 23: ) Liermann Garcia RF, Evangelista Garcia C, McMaster P, Neuberger J. Transplantation for primary biliary cirrhosis : retrospective analysis of 400 patients in a single center. Hepatology 2001 ; 33 : ) Sebagh M, Farges O, Kalil A, Samuel D, Bismuth H, Reynes M.Sclerosing cholangitis following human orthotopic liver transplantation. Am J Surg Pathol 1995; 19: ) Grazadei IW, Wiesner RH, Batts KP, Marotta PJ, LaRusso NF, Porayko MK, Hay JE et al. Recurrence of primary sclerosant cholangitis following liver transplantation. Hepatology 1999 ; 29 : 1O ) Grazadei IW, Wiesner RH, Marotta PJ, Porayko MK, Hay JH, Charlton MR, Poterucha JJ, et al.. Long-term results of patients undegoing liver transplantation for primary sclerosing cholangitis. Hepatology 1999 ; 30 : ) Neuberger J, Portmann B, Calne R, Williams R. Recurrence of autoimmune chronic active hepatitis following liver grafting. Transplantation 1984; 37: ) Ratziu V, Samuel D, Sebagh M, Farges O, Saliba F, Ichai P, Farahmand H, Gigou M, Feray C, Reynes M, Bismuth H. Long-term follow-up after liver transplantation for autoimmune hepatitis: evidence of recurrence of primary disease. J Hepatol Jan;30(1): ) Vergani D, Mieli-Vergani G. Autoimmunity after liver transplantation. Hepatology 2002 ; 36 :

13 17) Hubscher SG. Recurrent autoimmune heptamètres after liver transplantation. Diagnostic criteria, risk fac tors and outcome. Liver Transplant 2001 ; 7 : ) Milkiewicz P, Hubscher SG, Skiba G, Hattaway M, Elias E. Recurrence of autoimmune hepatitis after liver transplantation Transplantation 1999 ; 68 : : ) Gonzalez-Koch A, Czaja AJ, Carpenter HA, Roberts SK, Charlton MR, Porayko MK, Rosen CB, Wiesner RH. Recurrent autoimmune heptamètres after orthotopic liver transplantation Liver Transplant 2001 ; 7 : ) Hurtova M, Duclos-vallée JC, Johanet C, Emile JF, Roque-Afonso AM, Feray C, Bismuth H, Samuel D.Sucessful therapy for a severe recurrence of type 1 autoimmune hepatitis in a liver graft recipient. Liver Transplantation 2001 ; 7 : ) Di Martini AF, Jain A, Irish W, Fitzgerald MG, Fung JJ. Liver transplantation in alcoholic and non-alcoholic cirrhosis :Survival according to UNOS status, medical variables, and sobriety. Transplantation 1998 ;66 : ) Beresford TP, Everson GT. Liver transplantation for alcoholic liver disease :Bias,beliefs,6-month rule,and relapse-but where are the data? Liver transplantation 2000 ;6 : ) Foster PF, Fabrega F, Karademir S, Sankary HN, Mital D, Wiliams J. Prediction of abstinence from ethanol in alcoholic recipients following liver transplantation. Hepatology 1997;6: ) Pageaux G-P, Michel J, Coste V, Perney P, Possoz P, et al. Alcoholic cirrhosis is a good indication for liver transplantation, even for cases of recidivism. Gut 1999 ;45: ) Everson G, Bharadhway G, House R, Talamantes M, et al. Long-term follow-up of patients with alcoholic liver disease who underwent hepatic transplantation. Liver Transplant Surg 1997 ;3 : ) Wiesner R, Lombardero M, Lake J, Everhart J, Detre K. Liver transplantation for endstage alcoholic liver disease : an assessment of outcomes. Liver Transplant Surg 1997 ;3 :

14 27) Tang H,Boulton R, Gunson B, Hubscherv S, Neuberger J. Patterns of alcohol consumption after liver transplantation. Gut 1998 ;43 : ) Jain A, DiMartini A, Kashyap R, Youk A, Rohal S, Fung J. Long-term follow-up after liver transplantation for alcoholic liver disease under tacrolimus. Transplantation 2000 ;9 : ) Lucey M, Carr K, Beresford T, Fisher L, Shieck V, Brown K, Campbell D, Appelman H. Alcohol use after liver transplantation in alcoholics : a clinical cohort follow-up study. Hepatology 1997;5 : ) Gerhardt T, Goldstein R, Urschel H, Tripp L, et al. Alcohol use following liver transplantation for alcoholic cirrhosis. Transplantation 1996 ;8 : ) Burra P, Mioni D, Cecchetto A, Cillo U, Zanus G, Fagiuoli S, Naccarato R, Martines D. Histological features after liver transplantation in alcoholic cirrhotics. J Hepatol 2001 ;34 : ) Klintmalm GB.Liver transplantation for hepatocellular carcinoma: a registry report of the impact of tumor characteristics on outcome. Ann Surg Oct;228(4): ) BISMUTH H, CHICHE L, ADAM R, CASTAING D, DIAMOND T, DENNISSON A. Liver resection versus transplantation for hepatocellular carcinoma in cirrhotic patients. Ann Surg 1993; 218: ) Mazzafero V, Regalia E, Doci R, Andreola S, Pulvirenti A, Bozzetti F, Montalto F, Ammatuna M, Morabito A, Gennari L. Liver transplantation for the treatment of small hepatocellular carcinomas in patients with cirrhosis. N Engl J Med 1996 ; 334 : ) Samuel D, Muller R, Alexander G, Fassati L, Ducot B, Benhamou JP et al. Liver transplantation in European patients with the hepatitis B surface antigen. New Engl J Med 1993; 329: ) Shouval D, Samuel D. Hepatitis B immune globulin to prevent HBV graft reinfection following liver transplantation: a concise review. Hepatology 2000;32:

15 37) Marzano A, Salizzoni M, Debernardi-Venon W, Smedile A, Franchello A, Ciancio A et al. Prevention of hepatitis B virus recurrence after liver transplantation in cirrhotic patients treated with Lamivudine and passive immunoprophylaxis. J Hepatol 2001;34: ) Rosenau J, Bahr M, Tillmann HL, Trautwein C, Klempnauer J, Manns MP et al. Lamivudine and low-dose hepatitis B immune globulin for prophylaxis of hepatitis B reinfection after liver transplantation. Possible role of mutations in the YMDD motif prior to transplantation as a risk factor for reinfection. J Hepatol 2001;34: ) Markowitz JS, Martin P, Conrad AJ, Markmann JF, Seu P, Yersiz H et al. Prophylaxis against hepatitis B recurrence following liver transplantation using combination Lamivudine and hepatitis B immune globulin. Hepatology 1998;28: ) Mutimer D, Pillay D, Dragon E, Tany H, Ahmed M, O Donnell K et al. High pretreatment serum hepatitis B titre predicts failure of Lamivudine prophylaxis and graft reinfection after liver transplantation. J Hepatol 1999;30: ) Terrault NA, Combs Holland C, Ferrel L, Hahn JA, Lake JR, Roberts JP et al. Interferon alpha for recurrent hepatitis B infection after liver transplantation. Liver Transplant Surg 1996;2: ) Perrillo R, Rakela J, Dienstag J, Levy G, Martin P, Wright T et al. Multicenter study of Lamivudine therapy for Hepatitis B after liver transplantation. Hepatology 1999;29: ) 43) Ben-Ari Z, Mor E, Shapira Z, Tur-Kaspa R. Long-term experience with Lamivudine therapy for hepatitis B virus infection after liver transplantation. Liver Transplant 2001;7: ) Perrillo R, Schiff E, Yoshida E, Statler A, Hirsch K, Wright T et al. Adefovir dipivoxil for the treatment of Lamivudine-resistant hepatitis B mutants. Hepatology 2000;32: ) Roche B, Samuel D, Feray C, Majno P, Gigou M, Reynes M et al. Retransplantation of the liver for recurrent hepatitis B virus infection : the Paul Brousse experience. Liver Transplant Surg 1999;5:

16 46) Samuel D. Zignego AL, Reynes M, Feray C, Arulnaden JL, David MF et al. Long-term clinical and virologic outcome after liver transplantation for cirrhosis due to chronic delta hepatitis. Hepatology 1995;21: ) Feray C, Gigou M, Samuel D, David MF, Paradis V, Reynes M, Brechot C, Bismuth H. The course of hepatitis C virus infection after liver transplantation. Hepatology 1994: 20: ) Gane E, Portmann BC, Naoumov NV, Smith HM, Underhill JA, Donaldson PT, Maertens G, Williams R. Long-term outcome of hepatitis C virus infection after liver transplantation. N Engl J Med 1996; 334: ) Feray C, Caccamo L, Alexander GJM, Ducot B, Gugenheim J, Casanovas T, Loinaz C, Gigou M, Burra P, Barkholt L, Esteban R, Bizollon T, Lerut J, Minello-Franza A, Bernard PH, Nachbaur K, Botta-Fridlund D, Bismuth H, Schalm SW, Samuel D and the investigators of the European Concerted Action on viral Hepatitis. European collaborative study on factors influencing outcome after liver transplantation for hepatitis C. Gastroenterology 1999; 117: ) Berenguer M, Ferrell L, Watson J, Prieto M, Kim M, Rayon M et al. HCV-related fibrosis progression following liver transplantation increase in recent years. J Hepatol 2000;32: ) Sheiner PA, Boros P, Klion FM, Thung SN, Schluger LK, Lau JYN et al. The efficacy of prophylactic interferon alfa-2b in preventing recurrent hepatitis C after liver transplantation. Hepatology 1998;28: ) Feray C, Samuel D, Gigou M, Paradis V, Lemonnier C, Reynes M, Bismuth H. An open trial. An open trial of interferon recombinant alpha for hepatitis C after liver transplantation: antiviral effects and risk of rejection. Hepatology 1995; 22: ) BIZOLLON T,MUTIMER D, DUCERF C, et al. Hepatitis C virus recurrence after liver transplantation. Gut 1999; 44:

17 54) Bizollon T, Palazzo U, Ducerf C, Chevallier M, Elliot M, Baulieux J et al. Pilot study of the combination of Interferon alfa and Ribavirin as therapy of recurrent hepatitis C after liver transplantation. Hepatology 1997;26: ) Lavezzo B, Franchello A, Smedile A, David E, Barbuz A, Torrani M, et al. Treatment of recurrent hepatitis C in liver transplants : efficacy of a six versus a twelve month course of interferon alpha 2b with ribavirin. J Hepatol 2002 (in press)

Virus de l hépatite B

Virus de l hépatite B Virus de l hépatite B Virus de l hépatite B Hépatite aiguë B Virus de l hépatite B Hépatite aiguë B Persistance de l antigène HBs 10% - 90% Virus de l hépatite B Hépatite aiguë B faible ou absente Persistance

Plus en détail

Traitements de l hépatite B

Traitements de l hépatite B Traitements de l hépatite B S Matheron Service des maladies infectieuses et tropicales A Hôpital Bichat-Claude Bernard Virus de l hépatite B: histoire naturelle Contage Hépatite aigüe 70% asymptomatique

Plus en détail

Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin

Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin Objectifs thérapeutiques Inhibition de la réplication virale Négativation

Plus en détail

Christian TREPO, MD, PhD

Christian TREPO, MD, PhD PEG INTERFERON MONOTHERAPI E Christian TREPO, MD, PhD Unmet medical needs in chronic HBV infection Inhibition of viral replication Normalisation of ALT Improvement in liver necroinflammation Improvement

Plus en détail

Traitement des hépatites virales B et C

Traitement des hépatites virales B et C Traitement des hépatites virales B et C GFMER Yaoundé 26 Novembre 2007 Dr José M Bengoa foie cirrhotique foie normal Vitesse de développement de la fibrose fibrose VHD VHB VHC années Indications au traitement

Plus en détail

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas HEPATITES VIRALES 22/09/09 Mme Daumas Infectieux Introduction I. Hépatite aigu II. Hépatite chronique III. Les différents types d hépatites A. Hépatite A 1. Prévention de la transmission 2. Vaccination

Plus en détail

TRAITEMENT DE L HÉPATITE B

TRAITEMENT DE L HÉPATITE B TRAITEMENT DE L HÉPATITE B P Mathurin Service d Hépatogastroentérologie Pr Paris Hôpital Claude Hurriez CHRU Lille CRITERES VIROLOGIQUES ET HISTOIRE NATURELLE 1 OBJECTIF THERAPEUTIQUE: Séroconversion HBe

Plus en détail

Place de l interféron dans le traitement de l hépatite B chez le patient co-infecté VIH

Place de l interféron dans le traitement de l hépatite B chez le patient co-infecté VIH Place de l interféron dans le traitement de l hépatite B chez le patient co-infecté VIH Lionel PIROTH CHU Dijon, Université de Bourgogne Tours juin 2012 Un problème? VIH-VHB Piroth L et al, J Hepatol,

Plus en détail

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B Actualisation février 2009 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication

Plus en détail

Diagnostic des hépatites autoimmunes. Constance BERTHAULT 10/02/2012

Diagnostic des hépatites autoimmunes. Constance BERTHAULT 10/02/2012 Diagnostic des hépatites autoimmunes Constance BERTHAULT 10/02/2012 Les Hépatites auto immunes 0,1 à 0,2 pour 100 000 personnes (pays occidentaux) Cause indéterminée Manifestations complexes è Le diagnostic

Plus en détail

Prise en Charge des Hépatites Auto-Immunes Difficiles Olivier CHAZOUILLERES

Prise en Charge des Hépatites Auto-Immunes Difficiles Olivier CHAZOUILLERES Prise en Charge des Hépatites Auto-Immunes Difficiles Olivier CHAZOUILLERES Service d Hépatologie Centre de référence des maladies inflammatoires des voies biliaires Paris Saint Antoine HAI - Prise en

Plus en détail

Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté. Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin

Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté. Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin Introduction Le prélèvement d une partie du foie chez une personne «vivante» et apparentée

Plus en détail

F ZOULIM. Traitement du VHB : Interféron ou anti-viraux

F ZOULIM. Traitement du VHB : Interféron ou anti-viraux F ZOULIM Traitement du VHB : Interféron ou anti-viraux - Connaître les objectifs du traitement - Connaître les résultats immédiats et à long terme des traitements - Savoir choisir une option thérapeutique

Plus en détail

Hépatite B. Le virus Structure et caractéristiques 07/02/2013

Hépatite B. Le virus Structure et caractéristiques 07/02/2013 Hépatite B Le virus Structure et caractéristiques o o o Famille des Hepadnaviridae Genre orthohepadnavirus Enveloppé, capside icosaédrique, 42 nm 1 Le virus Structure et caractéristiques En microscopie

Plus en détail

ACTUALITES EN HEPATO-GASTRO- ENTEROLOGIE

ACTUALITES EN HEPATO-GASTRO- ENTEROLOGIE ACTUALITES EN HEPATO-GASTRO- ENTEROLOGIE Dr Bernard WILLEMIN Hépato-Gastro-Entérologue CHG Haguenau Dr Pierre OSWALD Radiologie CHG Haguenau MESSAGE SONORE DU DR BERNARD WILLEMIN NOUS EXPLIQUANT QUELS

Plus en détail

Avis 20 février 2013

Avis 20 février 2013 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 20 février 2013 PEGASYS 135 microgrammes, solution injectable en seringue préremplie Boîte de 1 (CIP 34009 359 958 1 0) Boîte de 4 (CIP 34009 359 959 8 8) PEGASYS 135

Plus en détail

Best of Hépatologie 2010. Dr Anais VALLET-PICHARD Hépatologie Hôpital Cochin

Best of Hépatologie 2010. Dr Anais VALLET-PICHARD Hépatologie Hôpital Cochin Best of Hépatologie 2010 Dr Anais VALLET-PICHARD Hépatologie Hôpital Cochin Evaluation de la fibrose Analyse des échecs de l élastométrie impulsionnelle Castera L et al. Hepatology 2010;51 (3): 828-35

Plus en détail

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic des Hépatites virales B et C P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic VHC Dépistage: pourquoi? Maladie fréquente (Ac anti VHC chez 0,84% de la population soit 367 055

Plus en détail

Dépistage, diagnostic et traitement du carcinome hépatocellulaire

Dépistage, diagnostic et traitement du carcinome hépatocellulaire Dépistage, diagnostic et traitement du carcinome hépatocellulaire Jean-Marie Péron Service d Hépato-Gastro-Entérologie Fédération Digestive Hôpital Purpan et INSERM U531 Toulouse 38 Japon 30 Incidence

Plus en détail

Innovations thérapeutiques en transplantation

Innovations thérapeutiques en transplantation Innovations thérapeutiques en transplantation 3èmes Assises de transplantation pulmonaire de la région Est Le 16 octobre 2010 Dr Armelle Schuller CHU Strasbourg Etat des lieux en transplantation : 2010

Plus en détail

Hépatite C une maladie silencieuse..

Hépatite C une maladie silencieuse.. Hépatite C une maladie silencieuse.. F. Bally Centre de Maladies Infectieuses et Epidémiologie Institut Central des Hôpitaux Valaisans Histoire Années 70 Hépatite non-a-non-b = hépatite post-transfusionelle

Plus en détail

Traitement de l hépatite C: données récentes

Traitement de l hépatite C: données récentes Traitement de l hépatite C: données récentes J.-P. BRONOWICKI (Vandœuvre-lès-Nancy) Tirés à part : Jean-Pierre Bronowicki Service d Hépatogastroentérologie, CHU de Nancy, 54500 Vandœuvre-lès-Nancy. Le

Plus en détail

La vaccination contre le VHB à l heure du consensus. Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin

La vaccination contre le VHB à l heure du consensus. Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin La vaccination contre le VHB à l heure du consensus Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin Pourquoi vacciner? Epidémiologie du VHB 370.000.000 de porteurs chroniques du VHB

Plus en détail

Suivi du transplanté hépatique à long terme Séminaire de formation en hépatologie 12-13 Janvier 2011. nabildebzi@yahoo.fr

Suivi du transplanté hépatique à long terme Séminaire de formation en hépatologie 12-13 Janvier 2011. nabildebzi@yahoo.fr Suivi du transplanté hépatique à long terme Séminaire de formation en hépatologie 12-13 Janvier 2011 nabildebzi@yahoo.fr Evolution des contre-indications 1983 (Washington ) : thérapeutique reconnue 1993

Plus en détail

Hépatites Auto-Immunes. Critères et Scores Diagnostiques

Hépatites Auto-Immunes. Critères et Scores Diagnostiques Hépatites Auto-Immunes Critères et Scores Diagnostiques Olivier CHAZOUILLERES Service d Hépatologie Centre de référence des maladies inflammatoires des voies biliaires Paris Saint Antoine HAI: Modes de

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 10 octobre 2001 VIRAFERONPEG 50 µg 80 µg 100 µg 120 µg 150 µg, poudre et solvant pour solution injectable B/1 B/4 Laboratoires SCHERING PLOUGH Peginterféron

Plus en détail

HépatiteC n 7. Hépatite chronique B : onseil. quelques notions pour mieux connaître ma maladie

HépatiteC n 7. Hépatite chronique B : onseil. quelques notions pour mieux connaître ma maladie HépatiteC n 7 onseil Ma maladie Mon traitement Ma vie sociale Hépatite chronique B : quelques notions pour mieux connaître ma maladie Sommaire Après plusieurs prises de sang, mon médecin me confirme que

Plus en détail

Bonne lecture!! et si vous souhaitez consulter le document de l AFEF dans son intégralité, c est ici

Bonne lecture!! et si vous souhaitez consulter le document de l AFEF dans son intégralité, c est ici Un résumé des recommandations éditées par l AFEF le 1 er juin 2015 Les recommandations de l AFEF vont plus loin que celles de l EASL. Le Pr Victor De Lédinghen, du CHU de Bordeaux, et secrétaire général

Plus en détail

Traitement standard des GBM: ASTRO 2010: - Nombreuses études rétrospectives - Quelques études cliniques préliminaires

Traitement standard des GBM: ASTRO 2010: - Nombreuses études rétrospectives - Quelques études cliniques préliminaires Tumeurs primitives Traitement standard des GBM: - Résection aussi complète que possible - Bénéfice de la RCT postopératoire - Patients les plus âgés?? (50% > 65 ans) - Quid du TMZ?? ASTRO 2010: - Nombreuses

Plus en détail

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 Objectifs de la présentation Décrire l évolution clinique et la prise en charge d

Plus en détail

La greffe solidaire entre séropositifs

La greffe solidaire entre séropositifs La greffe solidaire entre séropositifs 1. la greffe de foie liée aux hépatites virales La greffe de foie consiste à remplacer le foie chez un malade dont le foie est en très mauvais état et ne fonctionne

Plus en détail

Surveillance des patients VHC non traités. Julia ATTALI 15/12/2012

Surveillance des patients VHC non traités. Julia ATTALI 15/12/2012 Surveillance des patients VHC non traités Julia ATTALI 15/12/2012 Patients non traités Absence d indication au traitement: patients F0/F1 Echec traitement Contre-indication au traitement Refus du patient

Plus en détail

Diagnostic virologiques des hépatites virales B et C. H. Barth Laboratoire de Virologie, CHU de Strasbourg

Diagnostic virologiques des hépatites virales B et C. H. Barth Laboratoire de Virologie, CHU de Strasbourg Diagnostic virologiques des hépatites virales B et C H. Barth Laboratoire de Virologie, CHU de Strasbourg Objectifs 1. Connaître pour chaque virus des hépatites la cinétique des marqueurs virologiques

Plus en détail

Cholangite Sclérosante Primitive

Cholangite Sclérosante Primitive Cholangite Sclérosante Primitive C. Corpechot Centre de Référence des Maladies Inflammatoires des Voies Biliaires Hôpital Saint- Antoine, APHP, Paris Evaluer la progression de l hépatopathie Dépister les

Plus en détail

Les hépatites virales chroniques B et C

Les hépatites virales chroniques B et C Les hépatites virales chroniques B et C www.aqodad.ma Service d hépato-gastroentérologie CHU HASSAN II; Fès 6èmes journées médicales d Al Hoceima; Le 28 09 2013 1 Introduction Problème majeur de santé

Plus en détail

Vaccin contre l Hépatite A. Points clés

Vaccin contre l Hépatite A. Points clés Vaccin contre l Hépatite A Vaccin contre l Hépatite A Jean-Pierre Bronowicki Hépato-gastroentérologie, CHU de Nancy 54500 Vandoeuvre les Nancy Points clés Du fait de l augmentation de la morbidité et peut

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. 10 décembre 2008

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. 10 décembre 2008 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 décembre 2008 VIRAFERONPEG 50 µg/ 0.5 ml, poudre et solvant pour solution injectable B/1 : code CIP 355 189.3 B/4 : code CIP 355 191.8 VIRAFERONPEG, stylo pré-rempli

Plus en détail

Devenir des soignants non-répondeurs à la vaccination anti-vhb. Dominique Abiteboul - GERES Jean-François Gehanno Michel Branger

Devenir des soignants non-répondeurs à la vaccination anti-vhb. Dominique Abiteboul - GERES Jean-François Gehanno Michel Branger Devenir des soignants non-répondeurs à la vaccination anti-vhb Dominique Abiteboul - GERES Jean-François Gehanno Michel Branger Contexte Hépatite B = risque professionnel pour les soignants Passé futur

Plus en détail

Table des matières I. LA PONCTION BIOPSIE HÉPATIQUE (PBH) 15

Table des matières I. LA PONCTION BIOPSIE HÉPATIQUE (PBH) 15 Table des matières CHAPITRE 1 EXPLORATIONS EN HÉPATOLOGIE 15 I. LA PONCTION BIOPSIE HÉPATIQUE (PBH) 15 II. TIPS (TRANSJUGULAR INTRAHEPATIC PORTOSYSTEMIC SHUNT 17 OU SHUNT INTRA-HÉPATIQUE PORTO-SYSTÉMIQUE)

Plus en détail

o.3 Éditorial L actualité en hépatologie Septembre 2005 >SUPPLÉMENT À LA LETTRE DU CREGG

o.3 Éditorial L actualité en hépatologie Septembre 2005 >SUPPLÉMENT À LA LETTRE DU CREGG Septembre 2005 o.3 ISSN :1261-7458 L actualité en hépatologie >SUPPLÉMENT À LA LETTRE DU CREGG Éditorial Le troisième forum d hépatologie du CREGG a de nouveau réuni plus de cent cinquante hépatogastroentérologues

Plus en détail

Traitement des hépatites h chroniques virales B et C

Traitement des hépatites h chroniques virales B et C Traitement des hépatites h chroniques virales B et C Dr Joanna POFELSKI Service d hépatod pato-gastroentérologierologie CH d Annecyd Particularités? Virus hépatotropes / cytopathogènes : lésions hépatiques

Plus en détail

GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite Chronique C

GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite Chronique C GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE Hépatite Chronique C Mai 2006 Ce guide médecin est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication 2 avenue du Stade de France F 93218

Plus en détail

Hépatite B autant prevoir...

Hépatite B autant prevoir... Hépatite B Autant PREVOIR... Qu est ce que L hépatite B est une inflammation du foie. Elle est provoquée par un virus : le VHB. Elle se transmet par les relations sexuelles mais elle peut aussi se transmettre

Plus en détail

NOUVEAUTÉS EN TRANSPLANTATION HÉPATIQUE EN 2015. Thomas Decaens tdecaens@chu-grenoble.fr

NOUVEAUTÉS EN TRANSPLANTATION HÉPATIQUE EN 2015. Thomas Decaens tdecaens@chu-grenoble.fr NOUVEAUTÉS EN TRANSPLANTATION HÉPATIQUE EN 2015 Thomas Decaens tdecaens@chu-grenoble.fr Principes de la transplantation hépatique? Ressource rare Sélection des malades Principe d équité Principe d attribution

Plus en détail

GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique B

GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique B GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE Hépatite chronique B Octobre 2006 Ce guide médecin est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication 2 avenue du Stade de France F 93218

Plus en détail

Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique C

Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique C Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE Hépatite chronique C Juillet 2015 ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE N 6 HÉPATITE CHRONIQUE C Ce document est

Plus en détail

Pr Bernard Combe. Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de Montpellier

Pr Bernard Combe. Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de Montpellier Journal de L ANDAR (Association Nationale de Défense contre l Arthrite Rhumatoîde) octobre2008 Le Mabthéra dans la polyarthrite rhumatoïde Pr Bernard Combe Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de

Plus en détail

Co-infection HVB HVC CO-infection VIH HVB et HVC

Co-infection HVB HVC CO-infection VIH HVB et HVC Co-infection HVB HVC CO-infection VIH HVB et HVC Abdelfattah CHAKIB Faculté de médecine et de pharmacie de Casablanca Service des maladies infectieuses, CHU Ibn Rochd 06 61 42 91 64 afchakib@gmail.com

Plus en détail

LES ANTICORPS ANTI-ANTIGENES SOLUBLES DU FOIE (anti-sla)

LES ANTICORPS ANTI-ANTIGENES SOLUBLES DU FOIE (anti-sla) LES ANTICORPS ANTI-ANTIGENES SOLUBLES DU FOIE (anti-sla) 18 ième journée de biologie de Marseille, 27 ième colloque IBS-Corata Septembre 2010 Catherine JOHANET Unité d Immunologie, CHU Saint-Antoine, Paris

Plus en détail

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Dr Olfa BAHRI Laboratoire de Virologie Clinique Institut Pasteur de Tunis INTRODUCTION Plus de 300. 10 6 porteurs chroniques de VHB dans le monde Hépatite chronique

Plus en détail

Vaccination contre l hépatite B des personnes vivant avec le VIH

Vaccination contre l hépatite B des personnes vivant avec le VIH Vaccination contre l hépatite B des personnes vivant avec le VIH Odile Launay CIC de vaccinologie Cochin Pasteur Hôpital Cochin, Paris 6 ème journée de vaccinologie clinique JG Guillet Mardi 4 juin 2013

Plus en détail

Stratégies de dépistage biologique des hépatites virales B et C

Stratégies de dépistage biologique des hépatites virales B et C RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE Stratégies de dépistage biologique des hépatites virales B et C Synthèse avis des groupes de travail et de lecture Et recommandation de la HAS mars 2011 sur La synthèse

Plus en détail

Virus BK et transplantation rénale

Virus BK et transplantation rénale Virus BK et transplantation rénale B Hurault de Ligny CHU Caen Infections à vbk en transplantation rénale Infection virale fréquente 30-40% Gravité: néphropathie à vbk prévalence: 5% (1 à 10%) perte du

Plus en détail

Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique B

Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique B Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE Hépatite chronique B Février 2015 Ce document est téléchargeable sur : www.has-sante.fr Haute Autorité de Santé Service des

Plus en détail

Bénéfices du sevrage tabagique L exemple de la greffe hépatique. A Abergel Médecine digestive CHU Estaing Clermont Ferrand. SFT, 25 Octobre 2013

Bénéfices du sevrage tabagique L exemple de la greffe hépatique. A Abergel Médecine digestive CHU Estaing Clermont Ferrand. SFT, 25 Octobre 2013 Bénéfices du sevrage tabagique L exemple de la greffe hépatique A Abergel Médecine digestive CHU Estaing Clermont Ferrand SFT, 25 Octobre 2013 Les principales maladies hépatiques -Hépatopathies dues au

Plus en détail

Risque de lymphomes au cours des traitements par immunosuppresseurs et anti-tnf dans les maladies inflammatoires

Risque de lymphomes au cours des traitements par immunosuppresseurs et anti-tnf dans les maladies inflammatoires Risque de lymphomes au cours des traitements par immunosuppresseurs et anti-tnf dans les maladies inflammatoires Laurent Beaugerie Pôle digestif Hôpital Saint-Antoine Paris Traitement de fond des MICI

Plus en détail

FOIE, CHIMIOTHERAPIE ET CHIRURGIE

FOIE, CHIMIOTHERAPIE ET CHIRURGIE 63 FOIE, CHIMIOTHERAPIE ET CHIRURGIE Alain Sauvanet Pôle des Maladies de l Appareil Digestif, Service de Chirurgie Hépatique et Pancréatique, Hôpital Beaujon, Clichy Des métastases hépatiques se développent

Plus en détail

CAT devant un ictère cholestatique

CAT devant un ictère cholestatique CAT devant un ictère cholestatique Dr N.Annane, L.Abid Service de chirurgie viscérale. Pr. L.Abid Hôpital de Bologhine Introduction, définition L ictère est un symptôme clinique coloration jaune des téguments

Plus en détail

Tumeurs du foie. Item 151. GRANDVALLET Céline DCEM3

Tumeurs du foie. Item 151. GRANDVALLET Céline DCEM3 Tumeurs du foie Item 151 GRANDVALLET Céline DCEM3 - Le foie peut être le siège de différentes tumeurs : bénignes ou malignes. - Les différents examens d imagerie sont des outils performants qui nous permettent

Plus en détail

GASTRO-ENTEROLOGIE. Variabilité. A des entrées. B des sites anatomiques. C inter-individuelle. D intra-individuelle

GASTRO-ENTEROLOGIE. Variabilité. A des entrées. B des sites anatomiques. C inter-individuelle. D intra-individuelle GASTRO-ENTEROLOGIE Variabilité A des entrées B des sites anatomiques 2 l externe + 2 l interne 15 litres sécrétion-absorption entrée 2 l duodénum 4 l grêle 3 l côlon 0,3 l anus 0,3 l œsophage 10" estomac

Plus en détail

MALADIES AUTOIMMUNES AU COURS DE L INFECTION PAR LE VIH: 62 OBSERVATIONS

MALADIES AUTOIMMUNES AU COURS DE L INFECTION PAR LE VIH: 62 OBSERVATIONS M-38 Journées Nationales d Infectiologie 2013 MALADIES AUTOIMMUNES AU COURS DE L INFECTION PAR LE VIH: 62 OBSERVATIONS L IORDACHE, P CACOUB, O LAUNAY, L GUILLEVIN, O BOUCHAUD, L WEISS, V JEANTILS, C GOUJARD,

Plus en détail

HEPATITE VIRALE B ET GROSSESSE

HEPATITE VIRALE B ET GROSSESSE HEPATITE VIRALE B ET GROSSESSE D r Yannick BACQ Pas de conflit d'intérêt Influence du VHB sur la grossesse et vice versa Influence de l'infection par le VHB sur le déroulement de la grossesse Augmentation

Plus en détail

TRAITEMENT DES HÉPATITES AUTO- IMMUNES

TRAITEMENT DES HÉPATITES AUTO- IMMUNES TRAITEMENT DES HÉPATITES AUTO- IMMUNES 10/02/12 Aymeric BECQ SOMMAIRE 1. Pourquoi traiter 2. Traitement inieal 3. Traitement au long cours 4. Cas de la grossesse 5. HAI et TH 6. Conclusion 1. POURQUOI

Plus en détail

Ariane MALLAT. Tabac, cannabis et foie

Ariane MALLAT. Tabac, cannabis et foie Ariane MALLAT Tabac, cannabis et foie Connaître le rôle du tabac et du cannabis dans le développement de la fibrose Savoir l évaluer Connaître les conséquences pratiques chez un malade porteur d une hépatopathie

Plus en détail

Recommanda)ons+ECCO+ Nouveautés+2014?+

Recommanda)ons+ECCO+ Nouveautés+2014?+ Recommanda)ons+ECCO+ Nouveautés+2014?+ - Enfants! - Adolescents! - Grossesse! Recommanda)ons+à+part+en)ère++ Maladie+de+Crohn++ GT1+:+diagnos)c+et+classifica)on++ L imagerie en coupe (IRM/scanner) et

Plus en détail

Maladies auto-immunes du foie

Maladies auto-immunes du foie Maladies auto-immunes du foie Ouvrage réalisé sous la direction du Docteur Bach-Nga PHAM Ce cahier de formation est dédié à Annie, Catherine, Geneviève, Myrtha, Ouiza, Patricia et Régine 3 SOMMAIRE CHAPITRE

Plus en détail

Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie. Recommandations générales

Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie. Recommandations générales Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie La diversité des étiologies et la variété des traitements utilisés en hépatologie rendent difficile la

Plus en détail

LES CO-INFECTIONS VIH-VHC. EPIDEMIOLOGIE, INTERFERENCES. Patrice CACOUB La Pitié Salpêtrière, Paris

LES CO-INFECTIONS VIH-VHC. EPIDEMIOLOGIE, INTERFERENCES. Patrice CACOUB La Pitié Salpêtrière, Paris LES CO-INFECTIONS VIH-VHC. EPIDEMIOLOGIE, INTERFERENCES Patrice CACOUB La Pitié Salpêtrière, Paris 8 Avant l introduction des traitements antirétroviraux hautement actifs (HAART), la majorité des patients

Plus en détail

Le titrage de l AgHBs: un témoin du statut du patient et de la réponse au traitement. Denis Ouzan Institut Arnault Tzanck, Saint-Laurent-du-Var

Le titrage de l AgHBs: un témoin du statut du patient et de la réponse au traitement. Denis Ouzan Institut Arnault Tzanck, Saint-Laurent-du-Var Le titrage de l AgHBs: un témoin du statut du patient et de la réponse au traitement Denis Ouzan Institut Arnault Tzanck, Saint-Laurent-du-Var Objectifs pédagogiques Connaitre les problèmes pratiques posés

Plus en détail

Quantification de l AgHBs Pouquoi? Quand?

Quantification de l AgHBs Pouquoi? Quand? Quantification de l AgHBs Pouquoi? Quand? Michelle Martinot-Peignoux Service d Hépatologie Hôpital Beaujon Université Paris-Diderot INSERM U-773/CRB3 Clichy-France Plan Introduction Applications Cliniques

Plus en détail

Compte rendu d hospitalisation hépatite C. À partir de la IIème année MG, IIIème années MD et Pharmacie

Compte rendu d hospitalisation hépatite C. À partir de la IIème année MG, IIIème années MD et Pharmacie Compte rendu d hospitalisation hépatite C À partir de la IIème année MG, IIIème années MD et Pharmacie ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS HOPITAL DU BON SECOURS Service d HEPATHOLOGIE du Professeur

Plus en détail

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin Thérapeutique anti-vhc et travail maritime O. Farret HIA Bégin Introduction «L hépatite C est une maladie le plus souvent mineure, mais potentiellement cancérigène, qu on peut ne pas traiter et surveiller

Plus en détail

Recommandation de traitement pour les patientes souffrant d un cancer du sein à récepteur hormonal positif : Influence du test Oncotype DX.

Recommandation de traitement pour les patientes souffrant d un cancer du sein à récepteur hormonal positif : Influence du test Oncotype DX. En-tête Résumé du protocole d étude Titre de la demande : Recommandation de traitement pour les patientes souffrant d un cancer du sein à récepteur hormonal positif : Influence du test Oncotype DX. No

Plus en détail

Document de synthèse : Hépatite B et hépatite C. Sommaire :

Document de synthèse : Hépatite B et hépatite C. Sommaire : Document de synthèse : Hépatite B et hépatite C Sommaire : Au Canada, l hépatite B et l hépatite C demeurent de graves enjeux de santé publique en raison de taux de prévalence élevés, de coûts élevés pour

Plus en détail

Place du médecin généraliste dans la gestion du traitement de l hépatite C C. Buffet*

Place du médecin généraliste dans la gestion du traitement de l hépatite C C. Buffet* Entretiens de Bichat 26 sept. 2013 Salle 352 A 17 h 30 18 h 30 Place du médecin généraliste dans la gestion du traitement de l hépatite C C. Buffet* * Hépatologue, Université Paris XI, Centre de compétence

Plus en détail

Traitement des Hépatites Chroniques Virales B et C

Traitement des Hépatites Chroniques Virales B et C Réunion Tunisienne de Consensus Organisée par La Société Tunisienne de Gastro-entérologie Sous l égide de La Société Tunisienne des Sciences Médicales Traitement des Hépatites Chroniques Virales B et C

Plus en détail

Maladies Autoimmunes du foie

Maladies Autoimmunes du foie Maladies Autoimmunes du foie Pr Jean- Dominique de Korwin Département de Médecine interne CHU Nancy- Hôpitaux de Brabois- BPC Université de Lorraine AMMPU Faulquemont, Saint- Avold 17-09- 2014 Maladies

Plus en détail

APPROCHE BIOLOGIQUE DES PATHOLOGIES HEPATO- BILIAIRES EN MEDECINE GENERALE

APPROCHE BIOLOGIQUE DES PATHOLOGIES HEPATO- BILIAIRES EN MEDECINE GENERALE Page 1 de 4 APPROCHE BIOLOGIQUE DES PATHOLOGIES HEPATO- BILIAIRES EN MEDECINE GENERALE Une anamnèse personnelle et familiale détaillée ainsi qu un examen clinique approfondi sont indispensables avant toute

Plus en détail

Cholangite sclerosante primitive Diagnostic et therapeutique

Cholangite sclerosante primitive Diagnostic et therapeutique XIV Seminaire atelier d alger EPH Bologhine Annee 2010-2011 Cholangite sclerosante primitive Diagnostic et therapeutique Dr.Bahloul DÉFINITION Hépatopathie chronique cholestatique Atteinte inflammatoire

Plus en détail

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE DIAGNOSTIC DES RECIDIVES LOCOREGIONALES GENERALITES VIVIANE FEILLEL INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE Evaluation des séquelles post-thérapeutiques Diagnostic précoce des récidives

Plus en détail

Implication étiologique du temps d ischémie froide sur le risque de survenue d un échec de greffe ou d un décès chez des patients transplantés rénaux

Implication étiologique du temps d ischémie froide sur le risque de survenue d un échec de greffe ou d un décès chez des patients transplantés rénaux July 4, 2013 Proposition de stage (Master 2 en Biostatistique/Epidémiologie): Implication étiologique du temps d ischémie froide sur le risque de survenue d un échec de greffe ou d un décès chez des patients

Plus en détail

Item 83 : Hépatites virales. Anomalies biologiques hépatiques chez un sujet asymptomatique

Item 83 : Hépatites virales. Anomalies biologiques hépatiques chez un sujet asymptomatique Item 83 : Hépatites virales. Anomalies biologiques hépatiques chez un sujet asymptomatique Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Généralités... 1 1. 1 Diagnostic... 1 1. 2 Conduite

Plus en détail

Anticorps anti F-actine d isotype IgG dans l hépatite auto-immune type 1 : Fréquence et intérêt diagnostique

Anticorps anti F-actine d isotype IgG dans l hépatite auto-immune type 1 : Fréquence et intérêt diagnostique XXVIe journées nationales d'hépato Gastroentérologie Anticorps anti F-actine d isotype IgG dans l hépatite auto-immune type 1 : Fréquence et intérêt diagnostique Benrokia K 1, Djidjik R 1, Tahiat A 1,

Plus en détail

Santé Canada approuve INCIVEK MC (télaprévir) pour le traitement des personnes atteintes d hépatite C

Santé Canada approuve INCIVEK MC (télaprévir) pour le traitement des personnes atteintes d hépatite C Santé Canada approuve INCIVEK MC (télaprévir) pour le traitement des personnes atteintes d hépatite C - Près de quatre personnes sur cinq ayant reçu pour la première fois un traitement d association à

Plus en détail

Cirrhoses et étiologie des cirrhoses (228) Professeur Jean-Pierre ZARSKI Avril 2003 (Mise à jour Mars 2005)

Cirrhoses et étiologie des cirrhoses (228) Professeur Jean-Pierre ZARSKI Avril 2003 (Mise à jour Mars 2005) Pré-Requis : Cirrhoses et étiologie des cirrhoses (228) Professeur Jean-Pierre ZARSKI Avril 2003 (Mise à jour Mars 2005) Clinique : o Diagnostic d'une ascite PCEM2 o Insuffisance hépatocellulaire PCEM2

Plus en détail

Traitement des hépatites virales C. Avis d experts 5 janvier 2015

Traitement des hépatites virales C. Avis d experts 5 janvier 2015 AFEFoie @AFEFoie Association reconnue d utilité publique Traitement des hépatites virales C Avis d experts 5 janvier 2015 M. Bourlière (Marseille) JP. Bronowicki (Nancy) Ch. Hézode (Créteil) D. Larrey

Plus en détail

Utilisation des anti- TNF chez les patients transplantés rénaux

Utilisation des anti- TNF chez les patients transplantés rénaux Utilisation des anti- TNF chez les patients transplantés rénaux LE PATIENT Nom Prénom Date de naissance / / Sexe Poids lors de la cure Taille LA TRANSPLANTATION Date de Tx / / Néphropathie initiale GNC

Plus en détail

+ Questions et réponses

+ Questions et réponses HÉPATITE B L hépatite B c est quoi? L hépatite B est un type de maladie du foie causée par le virus de l hépatite B, une des formes les plus courantes de l hépatite virale (les autres sont le virus de

Plus en détail

Chirurgie palliative des cancers du sein

Chirurgie palliative des cancers du sein Chirurgie palliative des cancers du sein Dr MARTIN-FRANCOISE Sandrine Centre François Baclesse CAEN 1 / xx Cancers du sein métastatiques Cancer du sein d emblée métastatique : 1 à 2% Puis cancer devenant

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 mai 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 mai 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 19 mai 2010 AVAXIM 160 U ADULTES, suspension injectable en seringue préremplie. Vaccin de l'hépatite A (inactivé, adsorbé) Boîte de 1 seringue préremplie en verre de

Plus en détail

Que faire pour mieux préciser la nature et la répartition des anomalies

Que faire pour mieux préciser la nature et la répartition des anomalies Homme 60 ans. Pas d ATCD. Origine française; vit au Gabon. Découverte récente d une infection VIH avec immunodépression sévère (CD4+ à 50/mm3) Pancytopénie et fièvre Scanner initial. Quels sont les éléments

Plus en détail

Mythes et Réalités en Transplantation

Mythes et Réalités en Transplantation Mythes et Réalités en Transplantation Michel R. Pâquet, MD, PhD Steven Paraskevas, MD, PhD Cours de transplantation d'organes Université de Montréal et Université McGill Montréal le 14 avril 2012 Éligibilité

Plus en détail

Conduite à tenir devant une cholestase

Conduite à tenir devant une cholestase XI journée de l AGERT Conduite à tenir devant une cholestase Pr Ass Diffaa Azeddine Service de gastroenterologie CHU Mohamed VI Introduction Définition: diminution ou arrêt de passage de la bile vers le

Plus en détail

Pathologie du Foie et des voies biliaires. Gérard ABADJIAN Réf.: Robbins Anatomie Pathologique 3 ème Ed. Française (6th Ed.)

Pathologie du Foie et des voies biliaires. Gérard ABADJIAN Réf.: Robbins Anatomie Pathologique 3 ème Ed. Française (6th Ed.) Pathologie du Foie et des voies biliaires Gérard ABADJIAN Réf.: Robbins Anatomie Pathologique 3 ème Ed. Française (6th Ed.) Le foie normal Le foie normal Pathologie du métabolisme de la bilirubine Ictère

Plus en détail

Prise en charge médicale des cancers du hile. Fabien Fumex Hôpital Jean Mermoz Lyon

Prise en charge médicale des cancers du hile. Fabien Fumex Hôpital Jean Mermoz Lyon Prise en charge médicale des cancers du hile Fabien Fumex Hôpital Jean Mermoz Lyon Sténoses biliaires Multiples causes mais dominées par les sténoses malignes Le niveau de sténose est toujours un élément

Plus en détail

1. Différentes hépatites/ différents traitements

1. Différentes hépatites/ différents traitements III. Traitements 55 1. Différentes hépatites/ différents traitements Se faire soigner 1.1 Traitements des hépatites virales D après les expériences pratiques et la littérature scientifique, le traitement

Plus en détail

Communiqué de presse. Direction Communication Externe/Interne Sylvie Nectoux TEL : 01 44 34 65 73 Email : sylvie.nectoux@boehringeringelheim.

Communiqué de presse. Direction Communication Externe/Interne Sylvie Nectoux TEL : 01 44 34 65 73 Email : sylvie.nectoux@boehringeringelheim. Les données des études pivots de phase III STARTVerso démontrent l'efficacité du faldaprevir * dans des populations de patients difficiles à guérir telles que celles co-infectées par le VIH et celles avec

Plus en détail

La voie de l autophagie est altérée in vivo, dans le foie de malades atteints

La voie de l autophagie est altérée in vivo, dans le foie de malades atteints La voie de l autophagie est altérée in vivo, dans le foie de malades atteints d hépatite C Pierre-Emmanuel RAUTOU, Dominique CAZALS-HATEM, Gérard FELDMANN, Tarik ASSELAH, Alain GRODET, Abdel MANSOURI,

Plus en détail

Attitudes thérapeutiques au cours des vascularites

Attitudes thérapeutiques au cours des vascularites Attitudes thérapeutiques au cours des vascularites Benjamin Terrier Service de Médecine Interne Centre de Référence Maladies Systémiques et Autoimmunes Hôpital Cochin Université Paris Descartes Classification

Plus en détail

Le suivi d un malade transplanté hépatique A distance de la greffe. Le suivi d un malade transplanté hépatique. A distance de la greffe

Le suivi d un malade transplanté hépatique A distance de la greffe. Le suivi d un malade transplanté hépatique. A distance de la greffe Le suivi d un malade transplanté hépatique A distance de la greffe Le suivi d un malade transplanté hépatique A distance de la greffe Georges Philippe PAGEAUX Service d'hépato-gastro-entérologie Hôpital

Plus en détail