Liberté Egalité Fraternité RÉPUBLIQUE FRANÇAISE PRÉFECTURE DES HAUTES ALPES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Liberté Egalité Fraternité RÉPUBLIQUE FRANÇAISE PRÉFECTURE DES HAUTES ALPES"

Transcription

1 Liberté Egalité Fraternité RÉPUBLIQUE FRANÇAISE PRÉFECTURE DES HAUTES ALPES DIRECTION DES LIBERTES PUBLIQUES Gap, le 11 mars 2009 ET DES COLLECTIVITES LOCALES LA PREFETE DES HAUTES-ALPES BUREAU DES RELATIONS AVEC LES COLLECTIVITES LOCALES Affaire suivie par : Aurélie BOMPAR Tel : Fax : à Monsieur le Président du Conseil Général Mesdames et Messieurs les Présidents d'epci Mesdames et Messieurs les Maires Monsieur le Président du S.D.I.S. En communication à : Madame la Sous-Préfète de Briançon Monsieur le Trésorier-payeur général OBJET : Consultation obligatoire du service des domaines (ou France Domaine) en matière d'opérations immobilières. (Abroge et remplace la circulaire du 20 février 2008 sur le même objet) REFERENCES : Loi n du 11 décembre 2001 portant mesures urgentes de réformes à caractère économique et financier (dite loi MURCEF), notamment son article 23 Code général des collectivités territoriales (CGCT) Code général de la propriété des personnes publiques (CGPPP) Décret n du 14 mars 1986 relatif à la suppression des commissions des opérations immobilières et de l'architecture et modalités de consultation du service des domaines Arrêté du 17 décembre 2001 modifiant l'arrêté du 5 septembre 1986 relatif aux opérations immobilières poursuivies par les collectivités et organismes publics CHAMP D'APPLICATION : La présente circulaire a vocation à s'appliquer aux opérations immobilières relatives à votre domaine privé. En effet, les biens du domaine public 1 des collectivités territoriales, de leurs établissements publics et de leurs groupements sont inaliénables (article L du CGPPP), 1 C'est à dire ceux qui sont soit affectés à l'usage direct du public, soit affectés à un service public et ayant fait dans ce cas l'objet d'une aménagement indispensable à l'exécution des missions de service public (article L du CGPPP) 1

2 ce qui fait obstacle à toute cession d'un bien de celui-ci 2. L'examen d'opérations immobilières réalisées par des collectivités locales du département a permis de révéler à plusieurs reprises un défaut de consultation préalable du service des domaines. Je me dois donc de vous rappeler que cette procédure de consultation doit obligatoirement être suivie en vue de la réalisation de certaines opérations immobilières. En effet, le code général de la propriété des personnes publiques et le code général des collectivités territoriales disposent qu'il appartient aux collectivités territoriales, à leurs établissements publics et à leurs groupements, de recueillir l'avis du service des domaines sur les conditions financières des opérations suivantes : I - Les opérations immobilières soumises à l'avis du service des domaines quelle que soit la taille de la collectivité (articles L à L du CGCT, et articles L et L du CGPPP) A Les acquisitions à l'amiable et opérations immobilières assimilées Les acquisitions à l'amiable (par voie d'achat ou d'échange) d'immeubles, de droits réels immobiliers (telles que les servitudes), de fonds de commerce, et de droits sociaux doivent être précédées de l'avis du service des domaines, dès lors que ces opérations portent sur des biens dont la valeur est égale ou supérieure à HT 3, ainsi que les tranches d'acquisition d'un montant inférieur, mais faisant partie d'une opération d'ensemble d'un montant égal ou supérieur. En application des dispositions combinées de l'article 23 de la loi n du 11 décembre 2001 portant mesures urgentes de réformes à caractère économique et financier, et des articles 3 à 5 du décret n du 14 mars 1986 fixant les conditions de consultation du service des domaines, les sociétés d'économie mixte sont tenues de recueillir l'avis du service des domaines avant toute acquisition à l'amiable de droits immobiliers donnant vocation à l'attribution en pleine propriété d'immeubles d'une valeur totale égale ou supérieure à Les acquisitions par exercice du droit de préemption ou d'expropriation : -Les projets d'acquisition à réaliser par exercice du droit de préemption doivent faire l'objet d'une consultation obligatoire du service des domaines si le prix figurant dans la déclaration d'aliéner est supérieur à dans les zones de droit de préemption urbain, dans les espaces naturels sensibles et dans les espaces naturels boisés, classés. -Les acquisitions réalisées en zones d'aménagement différé (ZAD) sont soumises à la consultation obligatoire de France Domaine quelque soit le montant de l'opération. -Les projets d'acquisition à réaliser sous déclaration d'utilité publique (DUP) et les accords 2 À moins que ce bien ait fait l'objet d'une désaffectation matérielle et d'une délibération de déclassement, et exception faite des cas posés par les articles L et L du CGPPP (cession à l'amiable et échange de biens entre personnes publiques) 3 Somme fixée, en application du décret n du 14 mars 1986, par arrêté du ministre de l'économie, des finances et du budget du 5 septembre 1986, modifié par l'arrêté du 17 décembre 2001 (textes visés en référence) 2

3 amiables de la procédure d'expropriation sont soumis à la consultation du service des domaines quel que soit le montant de l'opération. B Les baux, accords amiables et conventions de prise en location d'immeubles Les baux, accords amiables et conventions quelconques ayant pour objet la prise en location d'immeubles, sont soumis à l'avis du service des domaines. Ces dispositions sont applicables aux baux stricto sensu ainsi qu'à toutes les conventions de prise en location d'immeubles, quelle qu'en soit la forme, d'un loyer annuel, charges comprises, égal ou supérieur à REMARQUE : La consultation du service des domaines est possible en dessous de ces limites. Elle revêt alors un caractère facultatif et officieux. II - Les opérations immobilières soumises à l'avis du service des domaines à l'exception de celles engagées par les communes de moins de 2000 habitants - articles L (région), L (département), L (commune), L (EPCI), L (syndicat mixte ouvert) du CGCT, et article L du CGPPP. Les cessions d'immeubles et droits réels immobiliers : Les ventes de gré à gré, à terme, d'immeubles à construire, les locations ventes, les adjudications volontaires, les ventes volontaires aux enchères publiques, les cessions de droits indivis d'immeubles ou partie d'immeubles, les promesses de vente valant vente dès la levée de l'option, les échanges, les apports en société d'immeubles ou de droits réels immobiliers, les baux à construction, les baux à réhabilitation, les baux emphytéotiques administratifs consentis sur le domaine public sont soumis à l'avis préalable du service des domaines. Pour l'ensemble des collectivités et établissements publics, et s'agissant des communes, celles comptant plus de 2000 habitants, l'avis doit être recueilli quelle que soit la valeur du bien ou du loyer. La consultation des domaines trouve à s'appliquer même si les immeubles dont la cession est envisagée sont d'un faible coût (TA Amiens, 18 septembre 2007, Bawel, n ). A contrario, les communes de moins de 2000 habitants n'ont pas à décider de la cession d'immeuble par délibération motivée. Elles n'en doivent toutefois pas moins délibérer et ont la faculté de consulter le service des domaines, sans qu'il s'agisse d'une obligation. 3

4 Cas particulier de l'échange (article L CGPPP) : L'opération d'échange s'analyse juridiquement à la fois comme l'acquisition du bien fourni par le coéchangiste et l'aliénation du bien cédé en contrepartie. Il conviendra donc pour la collectivité territoriale ou l'établissement public de respecter à la fois les dispositions relatives aux acquisitions amiables et celles applicables aux ventes. Exemple : une commune décide d'échanger avec un particulier une parcelle de terre agricole. La valeur de la parcelle reçue en échange étant inférieure à , il n'y a pas lieu de consulter le service des domaines. Toutefois, la commune devra procéder à cette consultation si elle connaît une population supérieure à 2000 habitants, seuil à partir duquel la consultation des domaines devient obligatoire en matière de vente. III Modalités de saisine et caractéristiques de l'avis du service des domaines Pour permettre au service des domaines de se prononcer sur l'opération immobilière, il convient de lui fournir par courrier, dans toute la mesure du possible, les renseignements suivants : -la nature, le but, les motifs et délais de réalisation de l'opération envisagée ; -la situation du bien au regard des règles d'urbanisme (PLU, terrain constructible ou non...) ; -la situation juridique du bien (situation locative en précisant la nature du bail ou du titre d'occupation, sa date, son terme et le montant des loyers) ; -les prétentions des propriétaires ou des acquéreurs si elles sont connues, la situation locative et le nom des éventuels occupants ; -l'utilisation éventuelle par la commune de son droit de préemption urbain ; -la mention que l'expropriation est le cas échéant envisagée avec la date de la déclaration d'utilité publique ou de l'ouverture de l'enquête préalable ; -l'indication des jours de permanence de la collectivité ou de l'établissement et coordonnées de la personne la ou le représentant pour la visite des lieux. Cette demande doit en outre comporter, notamment, et selon la nature de la demande : -les noms et adresses des propriétaires ou de leurs mandataires (il est recommandé de joindre un extrait de la matrice cadastrale) ; -l'identification précise (références cadastrales, lieu de situation du bien, rue, numéro, étage) et la description sommaire des biens à évaluer (superficie réelle des terrains, constructions ou appartements, consistance des locaux) -le plan de situation (qui peut être un extrait du plan cadastral), avec indication de la surface d'emprise et des équipements. Le service des domaines se prononce sur les conditions financières de l'opération et non sur l'opportunité de l'acquisition ou de la cession. En tout état de cause, vos services doivent délibérer sur les décisions relatives aux opérations précitées au vu de l'avis du service des domaines, celui-ci étant réputé donné un mois après la saisine de cette autorité (articles L et L du CGCT). Cet avis est donné à partir d'un dossier complet. Lorsque le dossier est incomplet, le point de départ 4

5 de ce délai d'un mois est constitué par la date de réception des documents ou renseignements manquants. REMARQUE : Après délibération, au vu de l'avis du service des domaines, l'exécutif des collectivités territoriales, de leurs établissements publics et de leurs groupements, est chargé d'appliquer la décision permettant l'acquisition ou la cession du bien immobilier. Il arrive que l'acte d'acquisition ou de cession soit réalisé quelques mois après la réception de l'avis des domaines et l'adoption de la délibération par l'assemblée délibérante. Une pratique administrative limite parfois la durée de validité de l'avis à un an. Cette pratique ne repose néanmoins sur aucun texte et un nouvel avis ne devrait être requis qu'en cas de changement de circonstances de droit ou de fait concernant les conditions financières de l'opération envisagée (telle l'évolution du marché immobilier, ou la dépréciation du bien suite à un événement particulier...) IV Le contrôle du respect de l'avis du service des domaines (service du contrôle de légalité) L'obtention de l'avis du service des domaines, qui doit être expressément visé dans vos délibérations 4 est obligatoire et constitue une formalité substantielle dont la méconnaissance entache d'illégalité vos décisions (CE, 22 novembre 1995, commune de Ville-La-Grand). J'ajoute que si vous pouvez procéder à l'acquisition ou à l'aliénation d'un bien en retenant un prix différent de celui évalué par le service des domaines, mes services chargés du contrôle de légalité vérifient que le montant de la transaction arrêté par vos soins n'est pas disproportionné au regard de la valeur vénale du bien. En effet, le montant du bien doit être déterminé en fonction, d'une part, de sa valeur foncière, et, d'autre part, de l'intérêt public local que revêt son acquisition ou sa cession pour votre collectivité ou établissement. En matière d'acquisition immobilière : S'il est envisageable de retenir un prix différent de la valeur déterminée par le service des domaines, vous devez savoir qu'un prix anormalement bas ou excessivement supérieur à l'évaluation domaniale est susceptible d'être sanctionné par le juge. Dans de telles hypothèses, la décision doit pouvoir se justifier au regard des principes suivants : le principe d'égalité (l'acquéreur privé d'un bien relevant d'une collectivité ou d'un établissement public ne devant pas bénéficier d'un traitement privilégié), le respect de l'intérêt public local (tel que l'intérêt communal pour la commune), le respect du principe de la liberté du commerce et de 4 Voir en annexe un modèle de délibération d'un conseil municipal portant sur la cession d'un bien immobilier dans une commune de plus de 2000 habitants 5

6 l'industrie (votre initiative ne devant pas entrer, à ce titre, en concurrence avec l'initiative privée) Dans le cas où votre structure s'éloignerait de l'avis des domaines, vous devrez prendre une décision motivée sur les conditions de l'acquisition et ses caractéristiques essentielles. La motivation portera sur la décision d'acquérir, la situation physique (référence cadastrale, description sommaire...) et juridique (notamment situation locative) du bien, le prix, les droits et obligations respectifs du cédant et du cessionnaire. A défaut, la délibération autorisant une telle opération pourrait être considérée comme entachée d'une erreur manifeste d'appréciation, et censurée comme telle par le juge administratif. Celui-ci a eu l'occasion d'annuler l'acquisition par une commune de terrains pour un prix de Francs, alors que le service du domaine avait évalué la valeur vénale des biens à 5000 Francs, sur le fondement de l'erreur manifeste d'appréciation ( TA de Grenoble, 06/05/1998, Ferrand). En matière de cession immobilière : Le CGCT (art. L , L , L ) dispose que toute cession d'immeubles ou de droits réels immobiliers (...) donne lieu à délibération motivée (...) portant sur les conditions de la vente et ses caractéristiques essentielles. Le conseil municipal délibère au vu de l'avis de l'autorité compétente de l'etat.» Si un prix différent de la valeur déterminée par le service des domaines est retenu par la collectivité, celle ci doit impérativement détailler les raisons de son choix dans la délibération correspondante. Les cessions immobilières au profit de personnes privées : Bien que l'organe délibérant soit en principe libre de vendre le bien suivant la procédure de son choix, il doit toutefois veiller, lorsque la cession intervient au profit de personnes poursuivant des fins d'intérêt privé, à ce que le prix corresponde à la valeur du bien (Conseil constitutionnel, décision n , juin 1986, Privatisations). Le juge administratif sanctionne en la matière l'erreur manifeste d'appréciation, dans le sens où il s'attachera essentiellement à vérifier que le prix fixé n'est pas trop bas (CE, 8 février 1999, Ville de Lourdes), ou bien à l'inverse, trop élevé. J'attire particulièrement votre attention sur le fait que toute cession d'un élément de votre patrimoine à une entreprise à un prix inférieur à la valeur estimée par le service des domaines, est identifiée à l'article L du CGCT 5 comme une aide économique qui est légale sous conditions. Le rabais sur le prix de vente ou sur la location de biens immobiliers est clairement identifié à l'article L du CGCT comme une aide économique. Pour que la cession du bien par la personne publique à un prix inférieur aux conditions du marché soit légale, elle doit respecter 5 Le montant des aides que les collectivités territoriales et leurs groupements peuvent attribuer, seuls ou conjointement, sous forme de subventions, de rabais sur le prix de vente, de location ou de location-vente de terrains nus ou aménagés ou de bâtiments neufs ou rénovés est calculé par référence aux conditions du marché, selon des règles de plafond et de zone déterminées par décret en Conseil d'etat. Ces aides donnent lieu à l'établissement d'une convention et sont versées soit directement à l'entreprise bénéficiaire, soit au maître d'ouvrage, public ou privé, qui en fait alors bénéficier intégralement l'entreprise. 6

7 les conditions fixées aux articles R à R du CGCT issus du décret n du 28 août qui précisent le régime d'octroi des aides à l'investissement immobilier et à la location d'immeubles accordées aux entreprises, et notamment les règles de plafond et de zonage 7. Le juge administratif a ainsi censuré la vente d'un bien communal consentie à un prix 30 % inférieur à l'évaluation du service des domaines, au motif que le conseil municipal avait consenti au candidat acquéreur retenu un avantage injustifié (CAA Nantes, 6 juin 2006, Soc. Parmentier SA c/ commune de Courtenay) Si votre collectivité ou établissement passe outre l'avis du service des domaines, il devra justifier dans sa délibération l'écart de prix, et respecter les conditions fixées par les dispositions précitées du CGCT relatives aux aides à l'immobilier d'entreprise. Enfin, si vous décidez de vendre un bien immobilier au profit d'un particulier à un prix inférieur à la valeur estimée par le service du domaine, mes services s'attacheront à contrôler que cette opération est justifiée par des motifs d'intérêt général. La jurisprudence a par exemple précisé qu'une commune pouvait vendre légalement un bien de son domaine privé, à un prix inférieur à sa valeur vénale, dans le but de favoriser l'accession à la propriété des locataires (cf. CAA de Nantes, 30/06/2000, Préfet de Vendée). Les cessions immobilières au profit de personnes publiques : La jurisprudence actuelle semble admettre la possibilité de céder des biens à un prix inférieur à la valeur estimée par France Domaine, lorsque cette cession est justifiée par des motifs d'intérêt général. Le juge administratif considère que le prix de vente de parcelles entre deux communes peut être réduit dès lors qu'un intérêt communal s'attache à la cession (CAA Bordeaux, 24 février 2005, Commune de Saint-Lary-Soulan, n 00BX01192). REMARQUE : Il convient de noter que les opérations relatives aux biens mobiliers relevant de votre domaine privé (acquisition ou cession de véhicules, de matériels bureautique, informatique...) ne nécessitent pas une consultation préalable du service des domaines, l'organe délibérant en fixant librement le prix de cession ou d'acquisition. 6 Vous pouvez vous reporter à la circulaire préfectorale du 19 février 2009 en ligne sur le site internet de la Préfecture des Hautes- Alpes, qui présente les dispositions transitoires applicables en matière d'aides à l'immobilier d'entreprise jusqu'à la publication du nouveau décret qui prendra en compte les dernières évolutions du droit communautaire en matière d'aides d'etat. 7 Vous pouvez utilement consulter les sites internet suivants : et 7

8 V Les coordonnées du service des domaines dans le département des Hautes-Alpes Le service des domaines doit être consulté par écrit à l'adresse suivante : Service du Domaine Trésorerie générale des Hautes-Alpes Immeuble les Cordeliers 4, cours Ladoucette GAP cedex. Pour tout renseignement pratique, ce service peut être consulté par téléphone : - M. Jean-Claude Cobus : Mme Jacqueline Bucher : M. David Bourgeat-Lami : ***** Afin d'éviter la survenue de toute irrégularité dans les opérations immobilières évoquées ci dessus, je vous prie donc de veiller désormais à la bonne application de l'ensemble de ces prescriptions. Mes services demeurent à votre disposition pour tout complément d'information utile. LA PREFETE Nicole KLEIN 8

9 ANNEXE MODELE DE DELIBERATION PORTANT SUR LA CESSION D'UN BIEN IMMOBILIER COMMUNE DE PLUS DE 2000 HABITANTS Vu l'article L du code général des collectivités territoriales, en vertu duquel toute cession d'immeubles ou de droits réels immobiliers par une commune de plus de 2000 habitants donne lieu à délibération motivée du conseil municipal portant sur les conditions de la vente et ses caractéristiques essentielles. Le conseil municipal délibère au vu de l'avis de l'autorité compétente de l'etat, Vu l'article L du code général de la propriété des personnes publiques, Vu les dispositions du livre III, du titre VI du code civil relatif à la vente, Vu l'avis du service des domaines rendu le ou réputé donné le, Considérant le bien immobilier sis à, propriété de la commune de, Considérant que toute cession d'un bien immobilier d'une commune de plus de 2000 habitants doit être précédé de l'avis de l'autorité compétente de l'etat, Considérant que l'avis du service des domaines en date du vénale dudit bien à euros,, estime la valeur Monsieur le Maire informe le conseil municipal de la règlementation applicable en matière de cession d'immeubles. Après en avoir délibéré, le conseil municipal (sens du vote à préciser) : -décide la cession de la propriété immobilière sise à (références cadastrales), moyennant euros, -autorise le Maire à signer tout acte, administratif ou notarié, à intervenir ainsi que tout document se rapportant à cette affaire, Ainsi fait et délibéré les jours, mois et an susdits. 9

CIRCULAIRE N Mesdames et Messieurs les préfets de régions et de départements

CIRCULAIRE N Mesdames et Messieurs les préfets de régions et de départements Paris le, Le ministre de l'intérieur, le ministre de l'économie, des finances et de l'industrie et la ministre de l'aménagement du territoire et de l'environnement CIRCULAIRE N Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

Zone d Aménagement Concerté et Lotissement

Zone d Aménagement Concerté et Lotissement ZAC et Lotissement - Version 1 - Juin 2012 Zone d Aménagement Concerté et Lotissement Définition générale : Il existe deux procédures différentes permettant de réaliser une opération d aménagement : la

Plus en détail

PREFECTURE DE L OISE. Beauvais, le 2 mai 2006. Objet : modification du régime juridique des biens vacants sans maître

PREFECTURE DE L OISE. Beauvais, le 2 mai 2006. Objet : modification du régime juridique des biens vacants sans maître PREFECTURE DE L OISE Direction des Relations avec les Collectivités Locales Bureau de l'urbanisme, des affaires foncières et scolaires Affaire suivie par : M. ABDELLATIF Mme LENGLIN Tel : 03 44 06 12 76/

Plus en détail

Ce principe interdit de céder, vendre et même exproprier les biens incorporés naturellement ou volontairement au domaine public.

Ce principe interdit de céder, vendre et même exproprier les biens incorporés naturellement ou volontairement au domaine public. Chapitre III : CESSION Les cessions des biens relevant du domaine public des collectivités territoriales sont normalement illégales, le domaine public étant inaliénable et imprescriptible. Toutefois, le

Plus en détail

Guide des procédures de classement / déclassement des voies communales

Guide des procédures de classement / déclassement des voies communales Guide des procédures de classement / déclassement des voies communales Sommaire I CLASSEMENT / DECLASSEMENT GÉNÉRALITÉS 2 I.1 - Les textes règlementaires : 2 I.2 - Principes : 3 II LES PROCEDURES 3 II.1

Plus en détail

Circulaire Marchés publics Art. 30 CTM

Circulaire Marchés publics Art. 30 CTM Circulaire. - Marchés publics. - Chantiers temporaires ou mobiles. - Plan de sécurité et de santé - Directives pratiques portant sur les documents à joindre à l'offre en application de l'article 30, alinéa

Plus en détail

Il est accompagné de la réponse reçue à la Chambre dans le délai prévu par l'article L. 241-11, alinéa 4, du Code des juridictions financières.

Il est accompagné de la réponse reçue à la Chambre dans le délai prévu par l'article L. 241-11, alinéa 4, du Code des juridictions financières. Le Président N /G/150/06-0655 E NOISIEL, le 30 mai 2006 N 06-0210 R RECOMMANDE AVEC A.R. Monsieur le Maire, Je vous prie de bien vouloir trouver ci-joint le rapport comportant les observations définitives

Plus en détail

Namur, le. Il en est ainsi notamment du choix de la procédure (vente publique ou gré à gré), de l enquête publique ou de l estimation.

Namur, le. Il en est ainsi notamment du choix de la procédure (vente publique ou gré à gré), de l enquête publique ou de l estimation. A Mesdames et Messieurs - Les Présidents et Membres des Députations permanentes - Les Bourgmestres et Echevins - Les Présidents des Conseils de l aide sociale - Les Secrétaires Namur, le Objet : Ventes

Plus en détail

Loi sur l'aide au logement (LAL2) 1)

Loi sur l'aide au logement (LAL2) 1) 30 janvier 2008 Loi sur l'aide au logement (LAL2) 1) Etat au 1 er janvier 2015 Le Grand Conseil de la République et Canton de Neuchâtel, vu l'initiative législative populaire cantonale "Pour la construction

Plus en détail

BIENS SANS MAITRE. Qu'est ce qu'un bien sans maître?

BIENS SANS MAITRE. Qu'est ce qu'un bien sans maître? BIENS SANS MAITRE Qu'est ce qu'un bien sans maître? Il ne peut s'agir que de biens immobiliers. Ces immeubles par leur nature sont susceptibles de propriété privée mais ils ne font l'objet d'aucune appropriation

Plus en détail

BIC Amortissements Régimes particuliers - Amortissement des biens dans le cadre d'opérations de crédit-bail mobilier et immobilier

BIC Amortissements Régimes particuliers - Amortissement des biens dans le cadre d'opérations de crédit-bail mobilier et immobilier Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-BIC-AMT-20-40-20-20120912 DGFIP BIC Amortissements Régimes particuliers

Plus en détail

Loi (10008) pour la construction de logements d'utilité publique

Loi (10008) pour la construction de logements d'utilité publique Loi (10008) pour la construction de logements d'utilité publique Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit : Art. 1 But et définitions 1 Dans un délai de 10 ans dès l'entrée

Plus en détail

Déclaration d intention d aliéner ou demande d acquisition d un bien soumis à l un des droits de préemption prévus par le code de l urbanisme

Déclaration d intention d aliéner ou demande d acquisition d un bien soumis à l un des droits de préemption prévus par le code de l urbanisme Ministère chargé de l urbanisme Déclaration d intention d aliéner un bien (1) Demande d acquisition d'un bien (1) Déclaration d intention d aliéner ou demande d acquisition d un bien soumis à l un des

Plus en détail

(CGI, article 1586 A extrait) (CGI, article 1384)

(CGI, article 1586 A extrait) (CGI, article 1384) TAXE FONCIERE SUR LES PROPRIETES BATIES Prolongation par les départements de la durée d exonération des logements à usage locatif appartenant aux organismes HLM et SEM. (CGI, article 1586 A extrait) "Pour

Plus en détail

SECTION 5 VENTES D'IMMOBILISATIONS RÉALISÉES PAR LE SERVICE DES DOMAINES [DB 3A125]

SECTION 5 VENTES D'IMMOBILISATIONS RÉALISÉES PAR LE SERVICE DES DOMAINES [DB 3A125] SECTION 5 VENTES D'IMMOBILISATIONS RÉALISÉES PAR LE SERVICE DES Références du document 3A125 Date du document 20/10/99 SECTION 5 Ventes d'immobilisations réalisées par le service des domaines 1Certains

Plus en détail

FASCICULE IV : LE VOTE DES TAUX DES DÉPARTEMENTS. I. Taux départemental de taxe foncière sur les propriétés bâties... 2

FASCICULE IV : LE VOTE DES TAUX DES DÉPARTEMENTS. I. Taux départemental de taxe foncière sur les propriétés bâties... 2 FASCICULE IV : LE VOTE DES TAUX DES DÉPARTEMENTS I. Taux départemental de taxe foncière sur les propriétés bâties... 2 II. Droit départemental d enregistrement et taxe départementale de publicité foncière

Plus en détail

SOUS-SECTION 4 DISPOSITIF D'ÉPARGNE SALARIALE ET D'ACTIONNARIAT SALARIÉ [DB 5F1154]

SOUS-SECTION 4 DISPOSITIF D'ÉPARGNE SALARIALE ET D'ACTIONNARIAT SALARIÉ [DB 5F1154] Références du document 5F1154 Date du document 10/02/99 ANNEXE IX Loi n 86-912 du 6 août 1986 relative aux modalités d'application des privatisations décidées par la loi n 86-793 du 2 juillet 1986 autorisant

Plus en détail

Cahier des charges Rétrocession du droit au bail pour le local commercial situé 2 route de Proméry à Metz-Tessy

Cahier des charges Rétrocession du droit au bail pour le local commercial situé 2 route de Proméry à Metz-Tessy Cahier des charges Rétrocession du droit au bail pour le local commercial situé 2 route de Proméry à Metz-Tessy I. Contexte urbain : La commune de Metz-Tessy se situe à proximité de la ville d Annecy et

Plus en détail

FONDEMENTS JURIDIQUES

FONDEMENTS JURIDIQUES PREFECTURE DE L ALLIER DIRECTION DES RELATIONS AVEC LES COLLECTIVITES TERRITORIALES Bureau du Conseil et du contrôle de légalité LA COMMISSION DE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC (CDSP) élection, constitution,

Plus en détail

Applicabilité du plafonnement du loyer de renouvellement dans le cas de loyers à paliers

Applicabilité du plafonnement du loyer de renouvellement dans le cas de loyers à paliers e-bulletin Droit immobilier, n 16, mai 2013 BAUX COMMERCIAUX Applicabilité du plafonnement du loyer de renouvellement dans le cas de loyers à paliers La fixation d un loyer à paliers n est pas un obstacle

Plus en détail

MARCHAND DE BIENS I. DEFINITION 02/08/2011

MARCHAND DE BIENS I. DEFINITION 02/08/2011 MARCHAND DE BIENS 02/08/2011 Sont considérés comme marchands de biens les personnes qui effectuent habituellement des achats en vue de la revente d'immeubles, fonds de commerce, parts ou actions de sociétés

Plus en détail

A R R E T E - portant déclaration d'utilité publique les travaux d'aménagement de la ZAC des Guettes à Ingré

A R R E T E - portant déclaration d'utilité publique les travaux d'aménagement de la ZAC des Guettes à Ingré Préfecture Direction des collectivités locales et de l'aménagement Bureau de l'aménagement et de l'urbanisme A R R E T E - portant déclaration d'utilité publique les travaux d'aménagement de la ZAC des

Plus en détail

CONVENTION RELATIVE AU VOLET HABITAT DU PROGRAMME D'ACTION FONCIÈRE COMMUNAUTAIRE NOM DE LA COMMUNE / CODAH

CONVENTION RELATIVE AU VOLET HABITAT DU PROGRAMME D'ACTION FONCIÈRE COMMUNAUTAIRE NOM DE LA COMMUNE / CODAH CONVENTION RELATIVE AU VOLET HABITAT DU PROGRAMME D'ACTION FONCIÈRE COMMUNAUTAIRE NOM DE LA COMMUNE / CODAH ENTRE LES SOUSSIGNES La Communauté de l Agglomération Havraise (CODAH), 19 rue Georges Braque

Plus en détail

Décret du 18 mars 1924 portant règlement d'administration publique pour l'application de la loi du 31 décembre 1913 sur les Monuments Historiques

Décret du 18 mars 1924 portant règlement d'administration publique pour l'application de la loi du 31 décembre 1913 sur les Monuments Historiques Décret du 18 mars 1924 portant règlement d'administration publique pour l'application de la loi du 31 décembre 1913 sur les Monuments Historiques Article 1 Modifié par Décret 88-199 1988-02-29 art. 1 JORF

Plus en détail

E T A T S D E C L A R A T I F S F. C. T. V. A 2 0 1 6 - d r o i t c o m m u n

E T A T S D E C L A R A T I F S F. C. T. V. A 2 0 1 6 - d r o i t c o m m u n E T A T S D E C L A R A T I F S F. C. T. V. A 2 0 1 6 - d r o i t c o m m u n Compte administratif 2014 ETAT N 1 Nom de la collectivité : Trésorerie de : Montant A BUDGET PRINCIPAL BUDGETS ANNEXES (préciser

Plus en détail

N 130 SENAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1983-1984 MODIFIÉ PAR LE SÉNAT EN DEUXIÈME LECTURE

N 130 SENAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1983-1984 MODIFIÉ PAR LE SÉNAT EN DEUXIÈME LECTURE PROJET DE LOI adopté le 13 juin 1984 N 130 SENAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1983-1984 PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT EN DEUXIÈME LECTURE tendant à faciliter l'accession à la propriété immobilière

Plus en détail

Sur le domaine privé de la personne publique, les dispositions prévues par le PPRT peuvent s appliquer sans contrainte spécifique.

Sur le domaine privé de la personne publique, les dispositions prévues par le PPRT peuvent s appliquer sans contrainte spécifique. PPRT Application de la doctrine PPRT dans les zones portuaires Janvier 2012 1 PREAMBULE Les Plans de Prévention des Risques Technologiques (PPRT) sont élaborés autour des sites industriels visés par la

Plus en détail

Annexe. Les états déclaratifs

Annexe. Les états déclaratifs Annexe Les états déclaratifs Retour souhaité en Préfecture ou en Sous-Préfecture avant le 30 octobre 2014 NOTICE EXPLICATIVE Les collectivités et établissements bénéficiaires du fonds doivent adresser

Plus en détail

L'EXPLOITATION COMMERCIALE DES BIENS COMMUNAUX

L'EXPLOITATION COMMERCIALE DES BIENS COMMUNAUX L'EXPLOITATION COMMERCIALE DES BIENS COMMUNAUX PROBLEME Les communes sont parfois propriétaires d'un patrimoine important et susceptible de leur procurer des ressources qu'elles doivent gérer selon les

Plus en détail

Messieurs les Sous-Préfets de St-Amand-Montrond et de Vierzon pour information

Messieurs les Sous-Préfets de St-Amand-Montrond et de Vierzon pour information Préfecture du Cher Direction des Collectivités Locales et des Affaires Financières Bureau des Affaires Budgétaires et Financières PREFET DU CHER Affaire suivie par Mme VOLUT - 02 48 67 36 29 Bourges, le

Plus en détail

2 ) d'enjoindre à l'etat de lui transférer la propriété des biens immobiliers affectés à la direction régionale de l'afp A ; ...

2 ) d'enjoindre à l'etat de lui transférer la propriété des biens immobiliers affectés à la direction régionale de l'afp A ; ... CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux N 326332 REPUBLIQUE FRANÇAISE REGION CENTRE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Mme Emilie Bokdam-Tognetti Rapporteur Le Conseil d'etat statuant au contentieux (Section du

Plus en détail

SOMMAIRE. Annexe 2 Modèle de demande d autorisation de construire (PC) --------------------- p. 8 à 12

SOMMAIRE. Annexe 2 Modèle de demande d autorisation de construire (PC) --------------------- p. 8 à 12 SOMMAIRE Annexe 1 Composition d un dossier à soumettre à l avis des sous-commissions de sécurité et d accessibilité Autorisation de Travaux) ---------------------------- p. 3 à 7 Annexe 2 Modèle de demande

Plus en détail

CENTRE DE FORMATION DES MAIRES ET ELUS LOCAUX LE DOMAINE COMMUNAL SEPTEMBRE 1999 C F M E L 09/1999 0

CENTRE DE FORMATION DES MAIRES ET ELUS LOCAUX LE DOMAINE COMMUNAL SEPTEMBRE 1999 C F M E L 09/1999 0 CENTRE DE FORMATION DES MAIRES ET ELUS LOCAUX LE DOMAINE COMMUNAL SEPTEMBRE 1999 C F M E L 09/1999 0 La commune est une personne morale qui possède des biens et des droits immobiliers, constituant son

Plus en détail

Contrat de partenariat et domaine public

Contrat de partenariat et domaine public Contrat de partenariat et domaine public Le titulaire d un contrat de partenariat est souvent dans la situation d un occupant du domaine public, ce qui conduit à s interroger sur l articulation des régimes

Plus en détail

Mise en place d un dispositif de soutien fiscal en faveur de l investissement locatif intermédiaire

Mise en place d un dispositif de soutien fiscal en faveur de l investissement locatif intermédiaire Mise en place d un dispositif de soutien fiscal en faveur de l investissement locatif intermédiaire I. Après l article 199 octovicies du code général des impôts, il est inséré un article 199 novovicies

Plus en détail

Actualités. Les taux immobiliers à leur plus bas historique. Le droit de préemption des S.A.F.E.R.

Actualités. Les taux immobiliers à leur plus bas historique. Le droit de préemption des S.A.F.E.R. Actualités Les taux immobiliers à leur plus bas historique Le droit de préemption des S.A.F.E.R. Bail d habitation : Si vous ne chauffez pas vos locataires, il vous en coûtera Les taux immobiliers à leur

Plus en détail

LE PROJET URBAIN PARTENARIAL (PUP) :

LE PROJET URBAIN PARTENARIAL (PUP) : Paris, le 30 mars 2015 LE PROJET URBAIN PARTENARIAL (PUP) : UN OUTIL DE FINANCEMENT DES EQUIPEMENTS PUBLICS Le projet urbain partenarial -PUP-, outil de financement des équipements publics, créé en 2009,

Plus en détail

Dahir portant loi n 1-93-51 (22 rebia I 1414) Instituant les agences urbaines (B.O. 15 septembre 1993).

Dahir portant loi n 1-93-51 (22 rebia I 1414) Instituant les agences urbaines (B.O. 15 septembre 1993). Dahir portant loi n 1-93-51 (22 rebia I 1414) Instituant les agences urbaines (B.O. 15 septembre 1993). Vu la Constitution, notamment son article 101 ; Après examen par le conseil des ministres réuni le

Plus en détail

Biens vacants et sans maitre, biens en état d abandon manifeste. Comment récupérer du foncier pas cher et lutter contre vacance et friches urbaines.

Biens vacants et sans maitre, biens en état d abandon manifeste. Comment récupérer du foncier pas cher et lutter contre vacance et friches urbaines. Biens vacants et sans maitre, biens en état d abandon manifeste Comment récupérer du foncier pas cher et lutter contre vacance et friches urbaines. Bouche Double - dec 2012 Biens vacants et sans maitre

Plus en détail

Fasc. 653-20 II. GESTION DE L'INSTRUCTION DES AUTORISATIONS D'URBANISME : 1. 7. Délibération relative à l'instruction des autorisations d'urbanisme

Fasc. 653-20 II. GESTION DE L'INSTRUCTION DES AUTORISATIONS D'URBANISME : 1. 7. Délibération relative à l'instruction des autorisations d'urbanisme Formulaire des Maires Fasc. 653-20 SOMMAIRE PRÉSENTATION GÉNÉRALE I. CERTIFICAT D'URBANISME : 1. 1. Certificat d'urbanisme 2. Certificat d'urbanisme d'information 3. Certificat d'urbanisme détaillé 4.

Plus en détail

PRESENTATION DU 26-6-2012 AU SYNDICAT DES ARCHITECTES

PRESENTATION DU 26-6-2012 AU SYNDICAT DES ARCHITECTES PRESENTATION DU 26-6-2012 AU SYNDICAT DES ARCHITECTES «LES DERNIERES REFORMES EN MATIERE D URBANISME» DIRECTION DU DEVELOPPEMENT URBAIN SERVICE DES AUTORISATIONS D URBANISME LE LOTISSEMENT TEXTES Ordonnance

Plus en détail

Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES

Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-BIC-BASE-60-30-20-20150603 DGFIP BIC - Base d'imposition - Opérations de

Plus en détail

Projet d ordonnance relative à la procédure intégrée pour l immobilier d entreprise NOR :

Projet d ordonnance relative à la procédure intégrée pour l immobilier d entreprise NOR : Projet d ordonnance relative à la procédure intégrée pour l immobilier d entreprise NOR : Le Président de la République, Sur le rapport du Premier ministre et du ministre de l économie, du redressement

Plus en détail

Article 102 LOI n 2008-776 du 4 août 2008 de modernisation de l'économie JORF n 0181 du 5 août 2008 page 12471 AUTORISATION D AMENAGEMENT COMMERCIAL

Article 102 LOI n 2008-776 du 4 août 2008 de modernisation de l'économie JORF n 0181 du 5 août 2008 page 12471 AUTORISATION D AMENAGEMENT COMMERCIAL Article 102 LOI n 2008-776 du 4 août 2008 de modernisation de l'économie JORF n 0181 du 5 août 2008 page 12471 L'Assemblée Nationale et le Sénat ont adopté, Le Président de la République promulgue la loi

Plus en détail

PROCEDURE DE MISE EN VENTE D UN LOGEMENT HLM

PROCEDURE DE MISE EN VENTE D UN LOGEMENT HLM NOTE JURIDIQUE 5 février 2004 PROCEDURE DE MISE EN VENTE D UN LOGEMENT HLM Loi du 23.12.86 (CCH : art. L. 443-7 et suivants modifiés par la loi du 21.7.94 et par la loi SRU du 13 décembre 2000), Décret

Plus en détail

PRÉFET DE LA VIENNE FICHE N 1 PROCEDURE DE CREATION DE LA COMMUNE NOUVELLE

PRÉFET DE LA VIENNE FICHE N 1 PROCEDURE DE CREATION DE LA COMMUNE NOUVELLE FICHE N 1 PROCEDURE DE CREATION DE LA COMMUNE NOUVELLE Les communes nouvelles sont soumises aux dispositions du CGCT applicable aux communes, sous réserve des dispositions dérogatoires des articles L.2113-1

Plus en détail

TAXE FONCIERE SUR LES PROPRIETES BÂTIES

TAXE FONCIERE SUR LES PROPRIETES BÂTIES TFB-13 2014 TAXE FONCIERE SUR LES PROPRIETES BÂTIES EXONÉRATION EN FAVEUR DES ENTREPRISES NOUVELLES POUR LES ETABLISSEMENTS QU ELLES ONT CREES OU REPRIS A UNE ENTREPRISE EN DIFFICULTÉ Code Général des

Plus en détail

(Loi nº 2000-1208 du 13 décembre 2000 art. 176 I Journal Officiel du 14 décembre 2000)

(Loi nº 2000-1208 du 13 décembre 2000 art. 176 I Journal Officiel du 14 décembre 2000) Article L1334-1 (Loi nº 2004-806 du 9 août 2004 art. 72 Journal Officiel du 11 août 2004) Le médecin qui dépiste un cas de saturnisme chez une personne mineure doit, après information de la personne exerçant

Plus en détail

ALPHA M.O.S. Société anonyme au capital de 4.573.674,80 euros. Siège social : 20 avenue Didier Daurat 31400 TOULOUSE

ALPHA M.O.S. Société anonyme au capital de 4.573.674,80 euros. Siège social : 20 avenue Didier Daurat 31400 TOULOUSE ALPHA M.O.S. Société anonyme au capital de 4.573.674,80 euros Siège social : 20 avenue Didier Daurat 31400 TOULOUSE RCS TOULOUSE B.389.274.846 SIRET N 389.274.846.00036 Avis de réunion Les actionnaires

Plus en détail

TITRES D OCCUPATION PRIVATIVE DU DOMAINE PUBLIC DES PERSONNES PUBLIQUES TABLEAU DE SYNTHESE

TITRES D OCCUPATION PRIVATIVE DU DOMAINE PUBLIC DES PERSONNES PUBLIQUES TABLEAU DE SYNTHESE TITRES D OCCUPATION PRIVATIVE DU DOMAINE PUBLIC DES PERSONNES PUBLIQUES TABLEAU DE SYNTHESE 77 BOULEVARD MALESHERBES BP179 75363 PARIS CEDEX 08 TEL. + 33 1 44 90 14 14 WWW.CHEUVREUX-NOTAIRES.FR 1 DUREE

Plus en détail

Publication au JORF du 24 septembre 1959. Décret n 59-1091 du 23 septembre 1959. Décret portant statut de la Régie autonome des transports parisiens.

Publication au JORF du 24 septembre 1959. Décret n 59-1091 du 23 septembre 1959. Décret portant statut de la Régie autonome des transports parisiens. Publication au JORF du 24 septembre 1959 Décret n 59-1091 du 23 septembre 1959 le Premier ministre, Décret portant statut de la Régie autonome des transports parisiens. version consolidée au 27 décembre

Plus en détail

., APJB REPUBLIQUE DU BENIN Fralomll''':u.lIc!..rnlvall

., APJB REPUBLIQUE DU BENIN Fralomll''':u.lIc!..rnlvall ., APJB REPUBLIQUE DU BENIN Fralomll''':u.lIc!..rnlvall PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE DECRET N " 2015-009 DU 29 JANVIER 2015 fixant les modalités d'exercice du droit de préemption et de location-vente des

Plus en détail

CONVENTION DE PORTAGE FONCIER VILLE DE SAINT-BRIEUC / SAINT-BRIEUC AGGLOMERATION OPERATION RUE DU GOELO NOTE DE SYNTHESE. Mesdames, Messieurs,

CONVENTION DE PORTAGE FONCIER VILLE DE SAINT-BRIEUC / SAINT-BRIEUC AGGLOMERATION OPERATION RUE DU GOELO NOTE DE SYNTHESE. Mesdames, Messieurs, Ville de SAINT-BRIEUC ------------------------------- Conseil Municipal ---------------------- Séance du 29 septembre 2009 ----------------- Rapporteur : Mme DIOURON ----------------- N 10 CONVENTION DE

Plus en détail

Annexe Modèles d'états à communiquer aux bénéficiaires

Annexe Modèles d'états à communiquer aux bénéficiaires Annexe Modèles d'états à communiquer aux bénéficiaires Les collectivités et établissements bénéficiaires du fonds doivent vous adresser l'ensemble des états ci-joints ainsi que toutes les pièces nécessaires

Plus en détail

Servitudes de protection des installations sportives privées dont le financement a été assuré par une ou des personnes morales de droit public.

Servitudes de protection des installations sportives privées dont le financement a été assuré par une ou des personnes morales de droit public. JS 1 Le patrimoine sportif Servitudes de protection des installations sportives privées dont le financement a été assuré par une ou des personnes morales de droit public. - Ce titre contient successivement

Plus en détail

INVESTIR DANS UN DISPOSITIF PINEL Ne pas négliger les obligations déclaratives

INVESTIR DANS UN DISPOSITIF PINEL Ne pas négliger les obligations déclaratives INVESTIR DANS UN DISPOSITIF PINEL Ne pas négliger les obligations déclaratives NEWSLETTER 15 280 du 11 MAI 2015 Analyse par JACQUES DUHEM La loi de finances pour 2015 a modifié les modalités d'application

Plus en détail

30 AVRIL 1999 - Loi relative à l'occupation des travailleurs étrangers (M.B. 21 mai 1999) - coordination officieuse au 1 er juillet 2011

30 AVRIL 1999 - Loi relative à l'occupation des travailleurs étrangers (M.B. 21 mai 1999) - coordination officieuse au 1 er juillet 2011 30 AVRIL 1999 - Loi relative à l'occupation des travailleurs étrangers (M.B. 21 mai 1999) (coordination officieuse au 1 er juillet 2011 ; modifié par l arrêté royal du 20 juillet 2000 introduction de l

Plus en détail

Dalloz jurisprudence Valeur constitutionnelle de la Chartre de l'environnement et droit à l'information. Conseil d'etat Assemblée

Dalloz jurisprudence Valeur constitutionnelle de la Chartre de l'environnement et droit à l'information. Conseil d'etat Assemblée Dalloz jurisprudence Valeur constitutionnelle de la Chartre de l'environnement et droit à l'information Conseil d'etat Assemblée 3 octobre 2008 n 297931 Citations Dalloz Codes : Code de l'environnement,

Plus en détail

Sommaire. Les lotissements à partir du 1er mars 2012. Février 2012. Caractéristiques d un lotissement...2. Constitue un lotissement...

Sommaire. Les lotissements à partir du 1er mars 2012. Février 2012. Caractéristiques d un lotissement...2. Constitue un lotissement... Les lotissements à partir du 1er mars 2012 Février 2012 Sommaire Caractéristiques d un lotissement...2 Constitue un lotissement...2 Ne constitue pas un lotissement...2 Les procédures applicables et leur

Plus en détail

Lettre d actualité de l urbanisme

Lettre d actualité de l urbanisme n 3 Février 2010 Lettre d actualité de l urbanisme de la Direction Départementale des Territoires et de la Mer du Calvados 1- ACTUALITÉ DES DÉCISIONS DU CONSEIL D'ÉTAT Décision du conseil d'etat (CE) n

Plus en détail

RECUEIL DES ACTES ADMINISTRATIFS RECUEIL SPECIAL. DU 5 août 2015

RECUEIL DES ACTES ADMINISTRATIFS RECUEIL SPECIAL. DU 5 août 2015 PREFET DU VAL DE MARNE ISSN 0980-7683 RECUEIL DES ACTES ADMINISTRATIFS RECUEIL SPECIAL DU 5 août 2015 AVENUE DU GENERAL DE GAULLE - 94038 CRETEIL CEDEX - 01 49 56 60 00 PREFET DU VAL-DE-MARNE RECUEIL

Plus en détail

COMPTE-RENDU REUNION du CONSEIL MUNICIPAL de LATHUILE DU 19 AVRIL 2011

COMPTE-RENDU REUNION du CONSEIL MUNICIPAL de LATHUILE DU 19 AVRIL 2011 COMPTE-RENDU REUNION du CONSEIL MUNICIPAL de LATHUILE DU 19 AVRIL 2011 Le Conseil Municipal de LATHUILE, convoqué le 1 er avril 2011, s est réuni, à la mairie, le MARDI 19 AVRIL 2011, à 20 H, sous la présidence

Plus en détail

Les observations provisoires retenues par la Chambre vous ont été communiquées par lettre du 5 juin 2001.

Les observations provisoires retenues par la Chambre vous ont été communiquées par lettre du 5 juin 2001. Monsieur le Maire, Dans le cadre d'une enquête nationale interjuridictions portant sur les relations entre les collectivités publiques et les casinos, la Chambre régionale des comptes de Picardie a examiné

Plus en détail

LOI DUFLOT ACTE I : PLUS DE TERRAINS DISPONIBLES POUR PLUS DE LOGEMENTS SOCIAUX

LOI DUFLOT ACTE I : PLUS DE TERRAINS DISPONIBLES POUR PLUS DE LOGEMENTS SOCIAUX LOI DUFLOT ACTE I : PLUS DE TERRAINS DISPONIBLES POUR PLUS DE LOGEMENTS SOCIAUX DROIT PUBLIC IMMOBILIER Premier acte de l intervention du législateur en faveur de la construction de logements, la loi n

Plus en détail

concernant la gestion de l'office public d'habitations à loyers modérés La Chambre a pris acte des informations contenues dans votre réponse

concernant la gestion de l'office public d'habitations à loyers modérés La Chambre a pris acte des informations contenues dans votre réponse M. Jean-Claude LAURENT Président du conseil d'administration de l'ophlm de VALENCE 16, rue Georges Bizet BP 736 26007 - VALENCE Cedex Monsieur le Président, Par lettre en date du 24 octobre 1997, j'ai

Plus en détail

La Lettre de l Et@t en Dordogne 10 juillet 2015

La Lettre de l Et@t en Dordogne 10 juillet 2015 10 juillet 2015 Edito Cette nouvelle lettre de l Etat est spécifique et a pour thème : La Commune Nouvelle. Elle a pour objectif d expliquer ce qu est cette entité territoriale, de vous présenter les modalités

Plus en détail

LOI N 98-750 DU 23 DECEMBRE 1998 RELATIVE AU DOMAINE FONCIER RURAL Modifiée par la loi n 2004-412 du 14 août 2004

LOI N 98-750 DU 23 DECEMBRE 1998 RELATIVE AU DOMAINE FONCIER RURAL Modifiée par la loi n 2004-412 du 14 août 2004 LOI N 98-750 DU 23 DECEMBRE 1998 RELATIVE AU DOMAINE FONCIER RURAL Modifiée par la loi n 2004-412 du 14 août 2004 CHAPITRE PREMIER - DEFINITION ET COMPOSITION DU DOMAINE FONCIER RURAL Section première

Plus en détail

sur 5 10/12/2014 10:31

sur 5 10/12/2014 10:31 Références Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du jeudi 13 novembre 2014 N de pourvoi: 13-24027 Publié au bulletin Rejet M. Terrier (président), président Me Foussard, SCP Piwnica et Molinié,

Plus en détail

2. DROIT DE PREEMPTION P.

2. DROIT DE PREEMPTION P. SOMMAIRE 1. PLANIFICATION P. 2 - Un PLU est exécutoire même en l absence de publication au recueil des actes administratifs de la délibération l approuvant 2. DROIT DE PREEMPTION P. 2 - L avis des domaines

Plus en détail

B.O.I. N 72 du 13 AVRIL 1994 [BOI 3A-3-94]

B.O.I. N 72 du 13 AVRIL 1994 [BOI 3A-3-94] B.O.I. N 72 du 13 AVRIL 1994 [BOI 3A-3-94] Références du document 3A-3-94 Date du document 13/04/94 BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS 3 A-3-94 N 72 du 13 AVRIL 1994 3 C.A. / 21 - B 1112 INSTRUCTION DU 1er AVRIL

Plus en détail

P R E A V I S No 62. Vente de la parcelle communale No 504 - Rue de la Mèbre 10

P R E A V I S No 62. Vente de la parcelle communale No 504 - Rue de la Mèbre 10 P R E A V I S No 62 Vente de la parcelle communale No 504 - Rue de la Mèbre 10 Renens, le 29 août 2005 mh/cch AU CONSEIL COMMUNAL DE R E N E N S, Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs, Le présent

Plus en détail

DECRET N 2004-453 du 6 avril 2004. fixant les conditions d'application de la loi n 2003-036 du 30 janvier 2004 sur les sociétés commerciales PARTIE I

DECRET N 2004-453 du 6 avril 2004. fixant les conditions d'application de la loi n 2003-036 du 30 janvier 2004 sur les sociétés commerciales PARTIE I DECRET N 2004-453 du 6 avril 2004 fixant les conditions d'application de la loi n 2003-036 du 30 janvier 2004 sur les sociétés commerciales (JO n 2908 du 14.06.04, p.2218) modifié par le décret n 2005-151

Plus en détail

Les règles d urbanisme p68 - Les aides aux propriétaires p70.

Les règles d urbanisme p68 - Les aides aux propriétaires p70. Les règles d urbanisme p68 - Les aides aux propriétaires p70. 67 aménagement et urbanisme Les règles d urbanisme Direction du Développement et de la Stratégie Urbaine (DDSU) g2, rue Victor-Hugo - Place

Plus en détail

Loi Girardin (investissement locatif)

Loi Girardin (investissement locatif) Loi Girardin (investissement locatif) Afin de promouvoir le développement économique des territoires d'outre-mer, l investissement dans l immobilier pour les particuliers est encouragé par l'état français

Plus en détail

-21- TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi

-21- TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi -21- TABLEAU COMPARATIF Proposition de loi tendant à créer une possibilité de recours à l'égard des décisions des architectes des Proposition de loi relative à l'instruction des autorisations de travaux

Plus en détail

Pour les interventions des régions : article L.4211-1 du Code général des collectivités territoriales

Pour les interventions des régions : article L.4211-1 du Code général des collectivités territoriales Régime cadre exempté de notification N X59/2008 relatif aux aides sous forme de capital-investissement en faveur des PME Les autorités françaises ont informé la Commission de la mise en œuvre d un régime

Plus en détail

CAHIER DES CONDITIONS DE VENTE

CAHIER DES CONDITIONS DE VENTE SCP ROUDET BOISSEAU LEROY - DEVAINE AVOCATS Siège : 87 avenue Gambetta 17100 SAINTES Tél : 05.46.74.23.40 - Fax : 05.46.74.23.50 roudet.boisseau@wanadoo.fr 2130838 - PB/EB CAHIER DES CONDITIONS DE VENTE

Plus en détail

Etablissement et dépôt des comptes consolidés et du rapport de gestion consolidé

Etablissement et dépôt des comptes consolidés et du rapport de gestion consolidé Département Informations micro-économiques Service Centrale des bilans boulevard de Berlaimont 14 - BE-1000 Bruxelles tél. 02 221 30 01 - fax 02 221 32 66 e-mail: centraledesbilans@nbb.be - site Internet:

Plus en détail

DOMAINE DOMANIAL ET FONCIER

DOMAINE DOMANIAL ET FONCIER DOMAINE DOMANIAL ET FONCIER ACTES DE LA RÉPUBLIQUE DU MALI PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE LOIS LOI N 02-008/ DU 12 FÉVRIER 2002 PORTANT MODIFICA TION ET RATIFICATION DE L'ORDONNANCE N 00-027/P-RM DU 22 MARS

Plus en détail

SERVITUDES DE TYPE EL7

SERVITUDES DE TYPE EL7 SERVITUDES DE TYPE EL7 SERVITUDES D'ALIGNEMENT DES VOIES PUBLIQUES Servitudes reportées en annexe de l'article R. 126-1 du Code de l'urbanisme dans les rubriques : I Servitudes relatives à l'utilisation

Plus en détail

Le Dispositif Duflot 2013

Le Dispositif Duflot 2013 TRANSACTION & CONSEIL Le Dispositif Duflot 2013 Investir pour construire son patrimoine IMMOBILIER RÉSIDENTIEL NEUF LE DISPOSITIF DUFLOT LA REDUCTION D IMPOT EST LIMITEE ChAQUE ANNEE A L AChAT DE DEUx

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION AU TITRE DU FOND DE PRÉVENTION DES RISQUES NATURELS MAJEURS

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION AU TITRE DU FOND DE PRÉVENTION DES RISQUES NATURELS MAJEURS DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION AU TITRE DU FOND DE PRÉVENTION DES RISQUES NATURELS MAJEURS RAPPEL DES MESURES FINANCABLES DANS LE CADRE DE LA REDUCTION DE LA VULNERABILITE FACE AU RISQUE INONDATION:

Plus en détail

La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon www.facdedroit-lyon3.com

La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon www.facdedroit-lyon3.com La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon www.facdedroit-lyon3.com Fiche à jour au 1 er novembre 2008 FIICHE PEDAGOGIIQUE VIIRTUELLE Diplôme : Licence,

Plus en détail

Les principales mesures de la loi Pinel en matière de bail commercial

Les principales mesures de la loi Pinel en matière de bail commercial Les principales mesures de la loi Pinel en matière de bail commercial Article juridique publié le 13/03/2015, vu 1511 fois, Auteur : Avocat David MICHEL La loi relative à l'artisanat, aux commerces et

Plus en détail

Madame FRAYSSE KOUKOUI Chef de bureau. Service permis de conduire Préfecture de la Haute Garonne. 1 rue Saint Anne 31000 Toulouse

Madame FRAYSSE KOUKOUI Chef de bureau. Service permis de conduire Préfecture de la Haute Garonne. 1 rue Saint Anne 31000 Toulouse Monsieur LABORIE André 2 rue de la Forge 31650 Saint Orens Tél : 05-61-25-10-97. Saint Orens le 9 octobre 2007 Madame FRAYSSE KOUKOUI Chef de bureau. Service permis de conduire Préfecture de la Haute Garonne.

Plus en détail

CODE GENERAL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES (Partie Législative) PREMIÈRE PARTIE DISPOSITIONS GÉNÉRALES

CODE GENERAL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES (Partie Législative) PREMIÈRE PARTIE DISPOSITIONS GÉNÉRALES CODE GENERAL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES (Partie Législative) PREMIÈRE PARTIE DISPOSITIONS GÉNÉRALES LIVRE VI DISPOSITIONS FINANCIÈRES ET COMPTABLES TITRE UNIQUE CHAPITRE II ADOPTION ET EXECUTION DES

Plus en détail

Le Permis de construire valant division en 50 Questions/Réponses

Le Permis de construire valant division en 50 Questions/Réponses Q/R n 24 Le Permis de construire valant division en 50 Questions/Réponses Question/Réponse n 24 : Le projet doit-il nécessairement être établi par un architecte? RESUME : Le recours à l architecte est

Plus en détail

LOI 840.11 sur le logement (LL)

LOI 840.11 sur le logement (LL) Adopté le 09.09.1975, entrée en vigueur le 01.01.1978 - Etat au 01.01.2013 (en vigueur) LOI 840.11 sur le logement (LL) du 9 septembre 1975 LE GRAND CONSEIL DU CANTON DE VAUD vu la loi fédérale encourageant

Plus en détail

La prise illégale d'intérêts. > Observatoire Smacl des risques de la vie territoriale

La prise illégale d'intérêts. > Observatoire Smacl des risques de la vie territoriale La prise illégale d'intérêts 1.Eléments statistiques 2.Eléments constitutifs du délit 2. Eléments constitutifs de l'infraction > Les personnes concernées Les personnes dépositaires de l'autorité publique

Plus en détail

SANTÉ ET PRÉVOYANCE DES AGENTS TERRITORIAUX

SANTÉ ET PRÉVOYANCE DES AGENTS TERRITORIAUX Circulaire n 23/2012 Cl. C 451 / C 456 Colmar, le 05 juin 2012 CENTRE de GESTION du HAUT-RHIN FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE 22, rue Wilson - 68027 COLMAR CEDEX 03 89 20 36 00-03 89 20 36 29 - cdg68@calixo.net

Plus en détail

Instruction du 26 octobre 1993 (BOI 7 G-6-93)

Instruction du 26 octobre 1993 (BOI 7 G-6-93) G MTG EXEMPTION 1 EXEONERATION+ TB1 abt 3 Instruction du 26 octobre 1993 (BOI 7 G-6-93) I. CHAMP D'APPLICATION DE L ARTICLE 21 DE LA LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 1993 A. LES BIENS CONCERNÉS PAR LE

Plus en détail

Transfert de personnel

Transfert de personnel Transfert de personnel 85 Bd de la République 17076 La Rochelle cedex 9 Tel. 05.46.27.47.00 Fax. 05.46.27.47.08 Courriel. cdg17@cdg17.fr Note d information du 18 août 2010 Mise à jour le 8 juillet 2011

Plus en détail

PRÉFÈTE DU CHER. La Préfète du Cher

PRÉFÈTE DU CHER. La Préfète du Cher PRÉFÈTE DU CHER Préfecture Direction des Collectivités Locales et des Affaires Financières Bureau des Affaires Financières et de l'intercommunalité Affaire suivie par : Mme BOYER 02 48 67 36 46 02 48 67

Plus en détail

Délais d application des dispositions de la loi ALUR qui n entrent pas en vigueur immédiatement

Délais d application des dispositions de la loi ALUR qui n entrent pas en vigueur immédiatement ARC 04 2014 www.unarc.asso.fr Délais d application des dispositions de la loi ALUR qui n entrent pas en vigueur immédiatement La loi ALUR a été signée par le Président de la République le 24 mars 2014

Plus en détail

Le Conseil Municipal est désireux de faire bénéficier la Commune de Soultz-les-Bains d'un service public de distribution de gaz.

Le Conseil Municipal est désireux de faire bénéficier la Commune de Soultz-les-Bains d'un service public de distribution de gaz. REPUBLIQUE FRANÇAISE DEPARTEMENT DU BAS-RHIN COMMUNE DE SOULTZ-LES- BAINS Délégation de service public de distribution de gaz sous la forme d'une concession de travaux et de service publics Le Conseil

Plus en détail

CIRCULAIRE N 2008-38 LE PREFET DE L ISERE. OBJET : Mise en place d une information sur les règles relatives à la commande publique

CIRCULAIRE N 2008-38 LE PREFET DE L ISERE. OBJET : Mise en place d une information sur les règles relatives à la commande publique DIRECTION DES RELATIONS AVEC LES COLLECTIVITES LOCALES GRENOBLE, LE 24 OCTOBRE 2008 BUREAU DU CONTROLE DE LEGALITE ET DES AFFAIRES JURIDIQUES RÉFÉRENCES A RAPPELER : AFFAIRE SUIVIE PAR : Gaëlle ISAMBERT

Plus en détail

Texte de l'arrêté "Site e-business"

Texte de l'arrêté Site e-business Texte de l'arrêté "Site e-business" Arrêté relatif à l'octroi d'une prime aux entreprises qui créent un site e-business tel que modifié par l'arrêté du 15 juin 2006 (MB 12.07.2006) Le Gouvernement wallon,

Plus en détail