ELEMENTS DE SYNTHESE DES PRINCIPAUX INSTRUMENTS FINANCIERS SUR LE CLIMAT ET POSITIONNEMENT DE LA FISP-CLIMAT...

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ELEMENTS DE SYNTHESE DES PRINCIPAUX INSTRUMENTS FINANCIERS SUR LE CLIMAT ET POSITIONNEMENT DE LA FISP-CLIMAT..."

Transcription

1 FACILITE D INNOVATION POUR LE SECTEUR PRIVE DANS LE DOMAINE DU CHANGEMENT CLIMATIQUE FISP - CLIMAT SECRETARIAT DU FONDS FRANÇAIS POUR L ENVIRONNEMENT MONDIAL Annexe 1 : Feuille Route SOMMAIRE INTRODUCTION I ELEMENTS DE SYNTHESE DES PRINCIPAUX INSTRUMENTS FINANCIERS SUR LE CLIMAT ET POSITIONNEMENT DE LA FISP-CLIMAT... 3 I.1 UN SCHEMA COMPLEXE D INSTRUMENTS DE FINANCEMENT CLIMAT... 3 I.2 PRESENTATION D UNE SELECTION D INSTRUMENTS MULTILATERAUX ET BILATERAUX DE FINANCEMENT CLIMAT 6 I.2.1 Présentation d instruments bilatéraux climat... 6 I.2.2 Présentation d instruments multilatéraux climat... 8 I.3 COMPARAISON DES PRINCIPAUX OUTILS PRESENTES ET POSITIONNEMENT DE LA FISP II LA FISP-CLIMAT : UNE FACILITE PERMETTANT DE LEVER DES FREINS ET REPONDANT AUX BESOINS DES PAYS HOTE II.1 LES PRINCIPAUX FREINS AUX INVESTISSEMENTS DANS LES PAYS EN DEVELOPPEMENT DANS LE DOMAINE DU CHANGEMENT CLIMATIQUE II.1.1 Les freins liés au II.1.2 Les freins liés à l incertitu sur le fonctionnement la technologie dans les conditions du pays hôte II.1.3 Les freins liés au contexte politique réglementaire du pays hôte II.1.4 Le besoin d une présence locale à tous les stas du proj II.1.5 Bilan l impact potentiel la FISP-CLIMAT sur les principaux freins II.2 IDENTIFICATION DES BESOINS EN MATIERE DE TRANSFERT TECHNOLOGIQUE DANS LES PAYS VISES II.2.1 Les sources d émissions GES dans les pays en développement II.2.2 La vulnérabilité aux impacts changement climatique pour les pays en développement II.2.3 Les besoin technologique s pays en développement II.2.4 Les thématiques renues par la FISP-CLIMAT pour répondre à ces besoins CONCLUSION 1/17

2 INTRODUCTION Pour lutter contre les changements climatiques, s adapter à leurs conséquences, les investissements nécessaires au développement au transfert technologies vertes dans les pays en voie développement sont encore insuffisants. On attribue en partie cte situation au manque coopération entre les acteurs du public les entreprises privées. L enjeu est permtre aux pays en développement bénéficier technologies innovantes permtant lutter contre les changements climatiques, sans passer par le sta développement fortement émteur qu ont emprunté les pays développés. Le FFEM souhaite contribuer à la facilitation ce transfert technologies innovantes en mtant en place une nouvelle facilité : «Facilité d Innovation pour le Secteur Privé» dans le domaine du changement climatique (FISP-Climat). Du fait ses compétences opérationnelles, son réservoir d innovation sa capacité à diffuser à gran échelle ses innovations, le secteur privé constitue un partenaire incontournable du FFEM, qui souhaite soutenir encourager les entreprises mtant leurs compétences au service du développement s pays du Sud la protection l environnement. Cte feuille route vise à : - confronter la FISP-Climat aux divers instruments climat existant afin d intifier le positionnement cte nouvelle facilité ; - comprendre dans quelle mesure la FISP peut lever les barrières auxquelles sont confrontés les développeurs projs ; - intifier les thématiques renues pas la FISP pour répondre à s besoins intifiés dans les pays en développement visés. 2/17

3 I ELEMENTS DE SYNTHESE DES PRINCIPAUX INSTRUMENTS FINANCIERS SUR LE CLIMAT ET POSITIONNEMENT DE LA FIS P -CLIMAT Depuis la conférence s parties Copenhague en 2009, les négociations internationales sur le changement climatique ont abouti à une nouvelle architecture financière mondiale. Les pays développés se sont notamment accordés sur la création d un fonds projs d adaptation atténuation dans les pays en voie développement $100 milliards par an d ici L ensemble s moyens innovants la finance du climat sont articulés autour quatre notions piliers, définies dans le rapport la Climate Policy Initiative, «Landscape of Climate Finance, 2011» présentées dans la figure suivante. Sources d alimentation s fonds Intermédiaires s Portée Revenus du marché Carbone Bilat éraux Polit ique d invest issement dans le climat At t énuat ion Revenus t axes Multilatéraux Marché volont aire compensat ion Adapt at ion Compensation Carbone Fonds Subvent ions Marchés Capitaux Mondiaux Philant hropie Prêts concessionnels Capit al Figure 1: Présentation s piliers la finance climat I.1 Un schéma complexe d instruments climat Aujourd hui, les s existants pour soutenir la lutte contre le changement climatique dans les pays en développement sont délivrés par un panel d acteurs diversifiés (institutions multilatérales bilatérales, fonds privés c.). La figure ci-ssous illustre les flux capitaux qui sont in-fine utilisés dans s projs d atténuation ou d adaptation du changement climatique. Figure 2: Flux financiers dans le cadre la lutte contre le changement climatique (Source : CPI, 2011), sur la base s rniers chiffres disponibles (2010 ou 2009), en milliards dollars 3/17

4 Un grand nombre d instruments ont été créés par ces institutions financières bilatérales multilatérales, parfois seules parfois en coopération. Ainsi, sur l ensemble s s publics internationaux, 57% s s sont mis en œuvre manière bilatérale essentiellement au travers s grans banques bilatérales développement (KFW, la JICA l AFD), 36% par les banques développement multilatérales environ 7% par les fonds spécialisés (FEM, CIF, fonds adaptation...). Source Total** (millions $) Adaptation (%) Mitigation (%) Adaptation (millions $) Mitigation (millions $) Bilatérale % 84% Multilatérale % 97% Fonds % 97% Offss * % 100% Philanthropie*** % 53% Finance Privée % 100% Total % 95% * le fond d adaptation «adaptation fund» est inclus dans la catégorie «Fonds» ** Cte colonne contient s estimations mi-parcours disponibles ***Cela inclut $240 millions issus marché volontaires du carbone Tableau 1 : Les sources la lutte contre le changement climatique (source: CPI, 2011) Sur la base du Tableau 1, on estime qu environ 97 milliards dollars sont utilisés dans les pays en développement pour financer s projs d atténuation ou d adaptation au changement climatique. Sur ces $97 milliards, plus la moitié serait issue s privés. Le chiffre atteint semble proche l engagement pris à Copenhague, mais ces s ne sont pas uniquement issus sources publiques il est difficile savoir quelle part ces s est vraiment additionnelle par rapport à la situation antérieure à l accord Copenhague. Le public s projs climat passe en majorité par s banques bilatérales. Les trois banques bilatérales qui agissent le plus dans le domaine du climat sont présentées dans le tableau ci-ssous. Organismes Bilatéraux AFD Description «La mission l AFD est réaliser s opérations financières toute nature, en vue contribuer à la mise en œuvre la politique d ai au développement l État à l étranger, au développement s départements s collectivités d outre mer ainsi que la Nouvelle Calédonie. À cte fin, l AFD finance s opérations développement économique dans le respect l environnement peut conduire d autres activités prestations service se rattachant à sa mission. L AFD est en particulier chargée d assurer, directement ou indirectement, s prestations d expertise technique stinées aux bénéficiaires ses concours.»1 Financements dans le domaine du climat millions en 2010 KfW Entwicklungsbank JICA Au nom du gouvernement fédéral allemand, KfW Entwicklungsbank est en charge la coopération financière, l'un s instruments les plus importants la coopération bilatérale alleman. La mission KfW Entwicklungsbank est d air le gouvernement fédéral allemand à mtre en œuvre ses objectifs coopération internationale avec les pays en développement émergents d orienter les activités pour répondre aux besoins ces pays à ceux leurs populations La JICA m en œuvre la politique d ai au développement du gouvernement japonais, à travers s programmes d assistance tels que la coopération technique, les prêts d APD l ai financière non remboursable. $3 451 millions en 2010 $7 200 millions en 2010 Tableau 2 Description s instruments bilatéraux montants impliqués dans le climat en faveur s pays en développement Ces institutions bilatérales financent s projs lutte contre le changement climatique en utilisant la tte principalement. Ces ttes concessionnelles peuvent être directement attribuées par les banques bilatérales, ou bien distribuées par l intermédiaire banques locales qui viennent puiser dans s lignes crédit développées par l institution bilatérale. Les ONG, les fondations l ensemble s institutions philanthropiques qui financent s projs développement dans les pays en développement prennent également part au transfert technologies dans le domaine du changement climatique. Ces s «philanthropiques» dans le domaine du changement climatique dans les pays en développement représenteraient environ $450 millions annuellement (CPI, 2011). A l opposé s institutions bilatérales multilatérales, ces fonds sont le plus souvent utilisés pour s projs taille assez moste dans un objectif affiché lutte contre la 1 Source : Document référence l AFD. Exercice /17

5 pauvré. Ces projs ont le plus souvent pour objectif d atteindre s populations très pauvres qui n ont pas accès à s services base. Ces s type philanthropique utilisent aussi le marché du carbone volontaire, quand cte démarche s inscrit dans s objectifs réductions gaz à eff serre volontaires. Globalement, les projs d adaptation représentent une partie assez négligeable s s, avec seulement $4 milliards sur un total $97 milliards. Les projs d adaptation étant financés en gran majorité par s institutions bilatérales. millions USD Bilateral Multilateral Figure 3: Contribution s institutions bilatérales multilatérales dans le contre le changement climatique en 2010 (Source: CPI, 2011) D après la figure ci-ssus, c est en gran majorité par la tte concessionnelle non-concessionnelle que les institutions bilatérales multilatérales financent les projs. Les institutions multilatérales offrent en gran majorité la tte non-concessionnelle, tandis que les institutions bilatérales offrent davantage tte concessionnelle, mais aussi s subventions. Parmi les instruments financiers lutte contre le changement climatique impliquant les pays en développement, il convient également citer les mécanismes flexibilité du Protocole Kyoto, ou Mécanismes Développement Propre (MDP). Les projs éligibles au MDP engendrent s réductions d émissions gaz à eff serre dans les pays en développement par rapport à un scénario référence, notamment via le développement d une technologie propre non utilisée dans le pays concerné, contribuent donc au transfert technologie. Le MDP a fortement profité aux pays émergents en particulier à la Chine, alors que les pays du continent africain ont peu bénéficié ce mécanisme. Les projs MDP les plus faciles à réaliser étaient ceux dans les pays fortement émteurs industrialisés, ce qui n est pas le cas l Afrique. Le bilan en terme transfert technologie est difficile à estimer, même s il est clair que le MDP a permis une diffusion plus rapi certaines technologies visant à limiter les émissions GES. Sans accord international donnant suite au protocole Kyoto, dans un contexte forte baisse la man s crédits MDP sur le marché européen, l avenir du MDP est menacé, il est nécessaire trouver d autres mécanismes s projs réductions s GES dans les pays en développement, au moins pendant une pério transition avant qu un nouvel accord international soit trouvé. 5/17

6 I.2 Présentation d une sélection d instruments multilatéraux bilatéraux climat Une sélection d instruments issus d organismes multilatéraux, bilatéraux, d initiatives fonds internationaux est présentée dans les tableaux suivants. I.2.1 Présentation d instruments bilatéraux climat Nordic Climate Facility NEFCO - Nordic Environment Finance Corporation and NDF Nordic Development Fund Le programme Nordic Climate Facility finance sous forme subventions s projs développement qui permtent lutter contre le changement climatique ou s adapter. Seules les entités nordiques peuvent répondre à l appel à proj. Le critère «Innovation transfert savoir-faire» est un élément important dans la sélection s projs. Subventions comprises entre millions ont été attribués entre octobre 2009 octobre DKTI - German Climate Technology Initiative Initiative s ministères allemands BMU & BMZ Agences d'exécution: GIZ, KfW, DEG Le DKTI favorise la diffusion s technologies dans les pays émergents en développement dans le but réduire les gaz à eff serre. Les entreprises allemans sont les cibles cte initiative. Cte initiative est financée par 32% s rectes perçues lors s enchères EU ETS. Le tick par proj est l ordre 100 millions d euros versé sous forme prêts à taux réduit, distribué par Appel à Manifestation d Intérêt. 780 millions en Initiative Internationale sur le Climat (ICI) Porté par le ministère allemand BMU, majoritairement déployé par GIZ KfW Soutien financier porté par le ministère allemand BMU stiné à s programmes internationaux dans l'atténuation du changement climatique, l'adaptation, le REDD + la conservation la biodiversité. Ce Fonds est alimenté par la mise aux enchères s quotas d'émission. Dans ses programmes, la GIZ utilise la subvention pour fournir une assistance technique, tandis que la KfW l utilise pour fournir s prêts à taux concessionnel. En moyenne 2 millions par proj. 717 millions puis son lancement en /17

7 Global Climate Partnership Fund (GLUCF) Le ministère allemand BMU, le gouvernement Danois, l IFC la KfW Partenariat public-privé innovant stiné à s actions d atténuation du changement climatique par la réduction s émissions GES dans les marchés s pays émergents. Il m l'accent sur l'efficacité énergétique le s projs d'énergies renouvelables principalement en coopération avec les institutions financières locales, créant ainsi un impact positif sur l'environnement l'économie locale. - Financement par l intermédiaire d institutions financières sous forme tte concessionnelle - Investissement direct dans s ESCO $50 millions en 2011 sous forme ttes aux institutions financières. DeveloPPP BMZ dans le cadre la coopération internationale bilatérale, en coopération avec la GIZ, la DEG la SEQUA Partenariat Public-Privé du Ministère fédéral allemand pour la coopération économique le Développement (BMZ) vise à allier les objectifs développement du pays avec les engagements s entreprises privées (allemans européennes) dans les pays en développement. Subvention euros par proj. 24,1 millions issus fonds publics 37,5 millions fonds privés en Fast-start financing SFS- ou initiative Hatoyama JICA Apporter l assistance financière aux pays en développement dans le cadre la lutte contre le changement climatique, à travers s partenariats public-privé. Ce FSF prend la suite du «Cool Earth Partnership» Les s Fast-Start comprennent ux types d'ai : - l ai publique au développement, dispensée sous forme bourses, coopération technique, prêts concessionnels contributions aux fonds multilatéraux ($7,2 milliards). - les autres flux financiers consistent au gouvernemental officiel en collaboration avec le secteur privé, comme le prêt à taux préférentiel JICA ($7,8 milliards). $15 milliards annoncés au total par JICA en 2010 à attribuer jusqu en /17

8 I.2.2 Présentation d instruments multilatéraux climat Facilité euro-méditerranéenne d'investissement partenariat (FEMIP) BEI Banque Européenne d Investissement Appui au secteur privé à la création d un environnement favorable à l investissement pour favoriser le renforcement du secteur privé. La BEI propose s prêts, intermédiés aux micro-entreprises PME, ou directs aux promoteurs s secteurs publics privés pour développer s infrastructures. Une partie seulement s s attribués par cte facilité couvrent s projs luttant contre les changements climatiques. - Dte pour s projs d infrastructures (moyenne supérieure à 50 M ) ; - Financement d assistance technique pour la mise en œuvre proj ; - Investissement en capital - Financement par ligne crédit PME. La Tunisie, le Maroc Israël sont les principaux pays bénéficiaires. Entre sa création, en octobre 2002, décembre 2011, la FEMIP a investi 13 milliards d'euros. FIV - Facilité d'investissement pour le Voisinage Fond la Commission Européenne (CE) pour s projs portés par s institutions financières multilatérales européennes bilatérales du développement l'ue. Mécanisme financier innovant visant à mobiliser s ressources additionnelles issues la CE, ses membres autres institutions financières, sous forme combinaison subventions prêts pour couvrir les besoins d'investissement en infrastructure. Une partie seulement s s attribués par cte facilité couvrent s projs luttant contre les changements climatiques. 142,3 millions pour 15 projs, soit en moyenne 9,5 millions par projs. 64% s montants sont attribués sous forme subvention à l investissement, 30% sous forme d assistance technique 6 % sous forme capital-risque. 417,7 millions au total ont déjà été attribués puis son lancement. La CE souhaite allouer 745 millions sur la pério GEREEF - Fonds mondial pour la promotion l efficacité énergétique s énergies renouvelables UE "Fond fonds", passant par un partenariat public-privé dont le but est mobiliser s investissements privés en faveur projs dans les domaines l efficacité énergétique s énergies renouvelables dans les pays régions émergents Investissements en capital moins 10 millions, pour s entreprises qui disposent d un pipeline plusieurs projs dans les énergies renouvelables l efficacité énergétique. En 2009, le GEREEF s est fixé un objectif millions avait sécurisé 108 millions à investir dans s fonds. 8/17

9 REEEP - Partenariat pour les Energies Renouvelables l Efficacité Energétique 400 partenaires (45 gouvernements, entreprises privées, organisation internationales, c.) L objectif REEEP est d encourager le développement projs d énergies renouvelables d efficacité énergétique. Les Appels à Manifestations d Intérêt (AMI) sont ouverts aux gouvernements, aux régulateurs, aux entreprises, aux institutions financières locales, aux ONG aux autres partenaires REEEP. Les projs doivent permtre lutter contre les freins au développement s projs d énergies renouvelables d efficacité énergétique. Financement sous forme d AMI subvention maximum. La subvention ne peut être utilisée pour s dépenses matériel. 14,4 millions pour 154 projs puis sa création. Facilité ACP UE co pour soutenir s projs améliorant l accès aux services énergétiques durables abordables en milieu rural périurbain dans les pays d Afrique, s Caraïbes du Pacifique (ACP) millions concernent 3 appels à proposition : d Assistance Technique (subvention en moyenne 2,6 millions pour le premier appel à proposition) millions pour le mécanisme pooling qui finance s projs matures taille moyenne qui n entrent pas dans le cadre s possibilités offertes par les appels à proposition. Un mix d instruments est proposé, les subventions la uxième facilité énergie sont associées à s prêts issus s institutions financières bilatérales multilatérales millions pour s activités en préparation du partenariat Afrique-UE pour les infrastructures. - 3,5 million pour la facilité dialogue partenariat, qui supporte la gouvernance énergétique dans les pays ACP. 420 millions pour la pério PVMTI IFC FEM L objectif PVMTI est d air le développement du marché PV dans les pays en développement. Le programme PVMTI a reçu $30 millions du FEM, pour s investissements concessionnels développement du marché PV en In, au Kenya au Maroc. L initiative fournit s garanties prêts, fonds propres ou ttes aux promoteurs projs. Enveloppe unitaire moyenne 2 millions. A la fin du Programme, en 2010, $18 millions ont été déboursés sur les $30 millions prévus. 9/17

10 Plate-forme fonds pour la Terre l IFC, «IFC Earth Fund Plateform» IFC FEM Créée suite à la mise en place du Fonds pour la Terre du FEM, l objectif cte plateforme est permtre au secteur privé bénéficiaire du Fonds pour la Terre d accélérer l émergence la réplication projs qui produisent s bénéfices environnementaux locaux dans le domaine du changement climatique la biodiversité. Fonds sous forme prêts concessionnels nature incitative. En 2012, $12,41 millions mobilisés pour 7 projs, soit 1,8 millions par proj en moyenne. Le capital initial la plateforme IFC est $40 millions dont $30 millions proviennent du Fonds pour la Terre du FEM $10 millions l IFC. Environmental Business Finance Programme (EBFP) IFC FEM Développement s pites entreprises actives dans les énergies renouvelables, l efficacité énergétique ou d autres domaines sociaux environnementaux. Le programme engage spécifiquement s Intermédiaires Financiers domestiques pour développer s programmes pour les PMEs éligibles (satisfaisant aux conditions du FEM). prêt direct, ligne crédits garantie partielle pour s PME. Le capital initial l EBFP est $20 millions, financé par le FEM. Fonds pour les Technologies Propres (FTP) le Fonds Climatique d'investissement stratégique (SCF) Banques multilatérales développement. Soutien s projs programmes qui contribuent à la démonstration, au déploiement au transfert s technologies sobres en carbone disposant d un fort potentiel pour limiter les émissions gaz à eff serre sur le long terme. Les propositions du secteur privé sont soumises sous la forme programmes qui pourraient être s projs individuels «d envergure» ou bien s ensembles microprojs agrégés autour problématiques communes. Dte concessionnelle, moyenne $70 millions par proj. Le FTP a financé à hauteur $197 millions le proj CSP Ouarzazate au Maroc. Le budg total du FTP est $4,8 milliards $2,2 milliards pour SCF. 10/17

11 I.3 Comparaison s principaux outils présentés positionnement la FISP La figure suivante présente le positionnent s instruments présentés dans la partie 1.2 en fonction du type soutien final au près du bénéficiaire (Assistance technique, Subvention, Dte Capital), la taille s montants unitaires, la cible du ( projs (infrastructures ou non), ou d entreprise). D un point vue général, la majorité s instruments bilatéraux multilatéraux analysés utilise la tte concessionnelle. Quand il s agit d investissements sous forme tte directement pour un proj ou une entreprise, les montants vont quelques millions à plusieurs dizaine millions d euros. Les projs dont les coûts avoisinent 1 million ont accès à moins ces institutions. Les coûts gestion chaque proj (rédaction s documents, due-diligence, process sélection) sont souvent incompressibles pour ces institutions, ce qui a pour conséquences d exclure les pits projs pour lesquels les coûts transaction sont prohibitifs par rapport à la taille du. Les instruments bilatéraux multilatéraux ont recours à s intermédiaires financiers locaux (ligne crédit) pour fournir la tte taille plus réduite (inférieure à euros). Les s sous forme subventions sont plus rares concernent en générale la partie «hors infrastructure» s projs : étus faisabilité, coûts s ressources humaines C est le cas notamment la «Nordic Climate Facility» «REEEP». De plus, ces ux initiatives ne sont pas focalisées sur le secteur privé. L instrument allemand «DevelopPPP» perm financer s infrastructures par s subventions d un montant maximum En revanche, ce mécanisme se concentre uniquement sur les Partenariats Public-Privé. Il convient noter qu il existe s initiatives philanthropiques qui financent s projs ou s entreprises innovantes dans le domaine du changement climatique, dont les ticks sont le plus souvent inférieurs à 10 M. Elles investissent souvent sous forme tte ou capital. Elles se substituent alors au secteur privé du qui juge ces projs trop risqués ou pas assez rentables. Ces initiatives philanthropiques ne sont pas présentées dans la figure suivante, qui regroupe uniquement les instruments bilatéraux multilatéraux. Néanmoins, la part ces initiatives philanthropiques reste négligeable (<1% la finance climat selon CPI, 2011). La facilité FISP-CLIMAT, dont le positionnement correspond à la case verte dans la figure suivante, ne rentre pas en compétition directe avec les mécanismes existants intifiés. Il s agit d une facilité réellement innovante. financés Assistance Technique Subvention Dte Capital 0 0,5 M Nordic Climate Facility DeveloPPP REEEP ICI GLUCF FEMIP FEMIP PVMTI GLUCF 0,5 5 M Facilité ACP ICI Plate-forme fonds pour la Terre FEMIP PVMTI EBFP GEREEF DKTI DKTI > 5 M FEMIP FTP FIV Page Financement 3 s infrastructures projs Financement projs (hors infrastructures) Financement d entreprises Figure 4 : Positionnement s instruments bilatéraux multilatéraux présentés dans la partie 1.2 (Source: Ernst & Young) 11/17

12 II LA FIS P -CLIMAT : UNE FACILITE P ERMETTANT DE LEVER DES FREINS ET REPONDANT AUX BESOINS DES PAYS HOTE II.1 Les principaux freins aux investissements dans les pays en développement dans le domaine du changement climatique II.1.1 Les freins liés au Les freins les plus bloquants selon les acteurs privés publics sont ceux liés au s projs dans les pays en développement, particulièrement en Afrique. Les PME sont davantage touchées par ces freins liés au que les grands groupes. En eff, beaucoup PME européennes n ont pas assez fonds propre pour développer s projs à l international. Même s il existe s outils pour les phases prospection pour les phases d étu faisabilité dans certains pays européens, ces s se révèlent souvent insuffisants pour s démarches qui sont longues incertaines. Plus largement, les acteurs soulignent qu il existe un manque d investissement en capital dans les projs taille moyenne (0,5 5 M ). Alors que les projs plus gran taille peuvent être financés par les bailleurs bilatéraux, ou multilatéraux ou même les financeurs privés, les projs taille intermédiaire sont moins intéressants pour ces acteurs. A l opposé, les pits projs peuvent bénéficier s outils la micro-finance. Les problèmes s projs dans les pays en développement, en particulier en Afrique sont aussi liés au manque solidité stabilité s donneurs d ordre (publics ou privés). La solvabilité du client final est un véritable frein pour les projs dans les pays en développement. Une facilité qui délivrerait une subvention répondrait donc à un véritable besoin, en particulier en Afrique où les besoins sont les plus forts. La subvention vrait être délivrée à la société qui apporte sa technologie innovante afin d en diminuer son prix vente, pas à l entité locale afin simplifier les problèmes liés à l utilisation la subvention. II.1.2 Les freins liés à l incertitu sur le fonctionnement la technologie dans les conditions du pays hôte Les entreprises qui souhaitent exporter leurs technologies dans les pays en développement sont toujours questionnées sur les capacités leurs technologies à fonctionner dans les conditions spécifiques du pays hôte. La première man s donneurs d ordre s financeurs est voir la technologie fonctionner quelque part (à minima sous forme démonstrateur). Les technologies très innovantes, qui doivent faire face à une man dans les pays développés assez faible (marché déjà bien équipé, potentiel ressources renouvelables pas assez important ) peuvent se rrouver alors en difficulté si elles ne disposent pas d un proj «vitrine» à montrer à ces potentiels investisseurs. Il y a donc un besoin favoriser ces premières expériences à taille industrielle, afin donner confiance aux donneurs d ordre aux financeurs. De plus, quand ces technologies ont été développées pour le marché européen, il est souvent nécessaire d adapter ces technologies pour qu elles puissent fonctionner façon optimale dans le pays hôte. Or ces adaptations mannt également s investissements supplémentaires. II.1.3 Les freins liés au contexte politique réglementaire du pays hôte Beaucoup pays en développement, en particulier en Afrique sont s pays politiquement instables. Les événements qui se sont déroulés ces rnières années en Tunisie, en Lybie, en Egypte, en Côte d Ivoire, au Mali, au Niger, dans l est la RDC sont quelques exemples. Il existe s outils couverture délivrés par les «Agences Crédit Export» pour les entreprises qui exportent dans ces pays. D autres outils couverture pays sont délivrés par la Banque Mondiale (MIGA, Partial Risk Guarantees ). Cependant ces outils restent relativement peu utilisés, car ils sont jugés relativement chers n apporteraient pas suffisamment garanties. Au-là du risque d instabilité politique, il existe également une problématique liée à l instabilité juridique réglementaire. Ce risque contrepartie non fiable a pour conséquence décourager les entreprises qui souhaiteraient exporter leurs technologies, mais aussi les pourvoyeurs tte commerciale. Dans les pays les moins avancés, le cadre réglementaire n est souvent pas satisfaisant, souvent à cause d un manque d expertise locale. Le renforcement capacités locales est donc indispensable pour mtre en 12/17

13 place un cadre réglementaire efficace stable afin favoriser les investissements privés, notamment étrangers. II.1.4 Le besoin d une présence locale à tous les stas du proj Durant la phase prospection, les entreprises exportatrices ont besoin d être très présentes sur place, afin trouver les partenaires locaux, d établir s relations commerciales efficaces. Cependant, beaucoup d entreprises n ont pas les moyens financiers suffisants pour réaliser cte prospection. De plus, certains acteurs estiment que les entreprises exportatrices manquent souvent d information sur les entreprises présentes dans le pays. Leur fournir plus efficacement ces informations pourrait faciliter leurs démarches prospection. Puis, durant la mise en œuvre du proj, la présence sur place est requise afin suivre la bonne avancée du proj. Même dans le cas d un partenariat avec une entité locale, il est préférable que l entreprise exportatrice soit présente localement. Cte présence est parfois difficile pour les pites moyennes entreprises, qui ne disposent toujours pas ressources humaines suffisantes. Enfin, la phase suivi du proj ne doit pas être délaissée. Celle-ci est un critère important réussite du proj dans la durée. La structure qui s occupera du suivi du proj doit être composée ressources locales qui auront été formées pour suivre le proj. Il est important s assurer que l organisation locale qui s occupe du suivi du proj soit pérenne, soit toujours composée personnes compétentes, ce qui est parfois délicat dans les pays où les personnes qualifiées sont fortement recherchées. Dans les pays en développement, un certain nombre d initiatives ont vu le jour pour promouvoir le développement technologies / démonstrateurs s énergies renouvelables, notamment pour fournir un accès à l énergie. Cependant, ces projs sont souvent confrontés au problème maintenance suivi localement. En cas panne ou dysfonctionnement même minime, le système à l arrêt est laissé en l état victime pillage matériel. Il ressort donc une nécessité s assurer la pérennité s projs. Le suivi peut être réalisé par s équipes qualifiées sur place s systèmes automatisés contrôle/gestion. La valeur ajoutée s projs financés par la facilité pourrait également en partie résir dans le service suivi («Service après vente») la technologie innovante installée. Une autre manière d assurer cte pérennité est vendre le service fournit par la technologie innovante pas la technologie elle-même. Dans ce schéma, l entreprise qui fournit le service reste propriétaire la technologie assure sur toute la durée du proj l exploitation ou seulement la maintenance. II.1.5 Bilan l impact potentiel la FISP-CLIMAT sur les principaux freins Principaux freins Niveau d impact la FISP- CLIMAT Commentaires Les freins liés au Elevé L ai la FISP sous forme subvention est complémentaire s instruments existants perm lever les barrières projs innovants sur s pits ticks. Les freins liés à l incertitu sur le fonctionnement la technologie dans les conditions du pays hôte Les freins liés au contexte politique réglementaire du pays hôte Le besoin d une présence locale à tous les stas du proj Elevé Limité Elevé Le démonstrateur technologies innovantes, est une vitrine commerciale qui perm lever plus facilement s fonds pour reproduire à plus gran échelle le premier proj industriel qui a fait ses preuves dans le contexte local. La FISP-Climat ne vise pas un renforcement du contexte politique réglementaire local mais couvre en partie les risques financiers associés. Elle peut cependant contribuer à alimenter la réflexion quant aux barrières à l investissement dans les pays les mesures politiques publiques à soutenir. La pérennité s projs est un élément clef s critères sélection la facilité, via un suivi par s équipes locales qualifiées s partenariats forts entre l entreprise exportatrice une organisation locale. Tableau 3 : Bilan l impact la FISP-CLIMAT pour lutter contre les freins développement technologie innovante 13/17

14 La FISP-Climat vrait contribuer à lutter contre une gran partie s principaux freins au développement technologies innovantes dans le domaine du climat dans les pays en développement. La facilité, telle qu elle prévoit fonctionner, vrait permtre réduire les freins liés au, à l incertitu sur la fonctionnement la technologie dans le pays hôte, au besoin d une suivi important localement à tous les stas du proj. II.2 Intification s besoins en matière transfert technologique dans les pays visés II.2.1 Les sources d émissions GES dans les pays en développement Dans le mon, la production d électricité l industrie sont les principaux secteurs émteurs GES. Néanmoins, selon les régions les pays, la répartition s émissions par secteur varie sensiblement. Le tableau ci-ssous dresse un bilan général s évolutions s émissions GES par secteur dans les pays en voie développement. Transport Bâtiments Industrie Agriculture Forêt Pays d Afrique Pays d Asie du Sud Pays d Asie l Est Pays latine d Amérique + : faible croissance / ++++ : très forte croissance Tableau 4 : L'évolution s émissions GES d ici 2020 dans les pays en développement par région (source: Ernst & Young d après les évolutions prospectives s émissions GES par secteur, IPCC 2007) Dans tous les secteurs, pour l ensemble s pays en développement, les émissions GES vraient être en croissance. Cte hausse s émissions s explique par la forte croissance économique démographique dans ces pays, notamment pour rattraper leur rard développement. En Afrique en Amérique latine, ce sont principalement les secteurs l agriculture la forêt qui vont contribuer à l augmentation s émissions GES. Dans les pays l Asie l Est (fortement représentés par la Chine), les émissions s secteurs l industrie du bâtiment seront en forte croissance, ainsi que les émissions du secteur agricole. Les émissions GES s pays l Asie du Sud vont surtout progresser dans le secteur forestier, mais aussi dans les secteurs agricole industriel. II.2.2 La vulnérabilité aux impacts changement climatique pour les pays en développement Les pays en développement seront les pays à priori les plus touchés par les impacts s changements climatiques. Ces changements climatiques vraient notamment se matérialiser par une modification la pluviosité s phénomènes climatiques extrêmes. La disponibilité en eau en 2050 vrait ainsi être fortement modifiée, même s il est difficile d estimer avec précision s modifications. En Afrique notamment, les changements climatiques vraient avoir s impacts importants sur la disponibilité en eau douce sur la production agricole. Les mesures d adaptation dans ce continent vront donc s attaquer à ces ux problématiques : - la gestion l eau douce : accès à une ressource qualité en quantité suffisante sur l ensemble l année ; - la production agricole : mise en place cultures adaptées aux modifications climatiques pouvant fournir s renments suffisants pour alimenter la population. Dans les régions côtières, notamment dans les caraïbes le pacifique, la montée s eaux l augmentation la fréquence la puissance s phénomènes météorologiques extrêmes (cyclones, tempêtes, inondations ) risquent détruire s zones à forte concentration population. C est notamment le cas sur le continent asiatique, où jusqu à 7 millions personnes pourraient faire face à s inondations chaque année. II.2.3 Les besoins technologiques s pays en développement L accès à l énergie a été fortement mis en avant par le Secrétaire Général s Nations Unies en tant que besoin humain élémentaire, à travers l initiative «Sustainable Energy for All». L accès à l énergie est une problématique complexe qui nécessite s approches adaptées à chaque situation l implication d un certain nombre d acteurs. Les besoins en termes transfert technologique vont varier selon les pays les populations visées. Les besoins technologiques dans le domaine l énergie ne seront pas les mêmes dans 14/17

15 les zones urbaines ou industrialisées, que dans les zones rurales non-connectées au réseau distribution d électricité. Les solutions technologiques renouvelables pouvant répondre aux besoins s populations dans s zones non-connectées au réseau distribution d électricité sont nombreuses. Elles incluent notamment les solutions technologiques pit (ou micro) hydraulique; production biogaz par digestion anaérobie déchs fermentescibles ; photovoltaïque (production d électricité) ou éolien (production d électricité, pompage l eau). La production d électricité dans s zones non raccordées au réseau doit être complétée par s solutions stockage. Les plus adaptés pour ces usages ces faibles puissances sont type électrochimique. La principale source d énergie utilisée est la biomasse, le principal problème lié à cte ressource est son caractère généralement non durable car provenant ressources qui ne sont pas renouvelées. L enjeu rési donc dans la sauvegar s stocks forestiers sur pied tout en fournissant les ressources nécessaires aux populations locales. Les zones urbaines industrialisées sont pour la plupart connectées à un réseau électrique. Cependant, la fourniture d électricité dans certains centres urbains est caractérisée par nombreuses coupures en raison d une consommation supérieure à la production, ou problèmes d approvisionnement en ressources fossiles (pétrole, gaz). En plus du manque fiabilité du réseau, l électricité est souvent assez onéreuse en comparaison s moyens s ménages, ce qui entraine nombreux branchements illégaux. En conséquence, beaucoup d entreprises, bâtiments publics d habitations ont recours à s générateurs alimentés en gasoil ou en essence. Face à cte situation, il existe une man potentielle pour s solutions d énergies renouvelables couplées avec s solutions stockage. Par ailleurs, en Afrique du Nord, en Afrique du Sud, en Asie, le recours au chauffe-eau solaire perm réaliser s économies substantielles consommation d électricité. La moitié s chauffe-eau solaire installés dans le mon sont en Chine. Dans le bâtiment, la diminution s besoins énergétiques passe en priorité par s normes construction ambitieuse. D autant que contrairement au pays développés où le renouvellement du parc immobilier n est que quelques pourcents par an, les pays en développement, en pleine croissance, construisent beaucoup nouveaux logements. Enfin, dans les industries, en particulier celles qui ont s fortes consommations énergétiques (ciment, verre, acier), s solutions production d électricité ou chaleur renouvelables d efficacité énergétique pourrait être développées. Ces projs pourraient aussi permtre soulager le réseau en consommant moins d électricité, mais aussi fournir l électricité dans les sites isolés aux populations environnantes. Par ailleurs, au-là la problématique énergétique, la problématique la gestion s déchs mérite d être soulevée. II.2.4 Les thématiques renues par la FISP-CLIMAT pour répondre à ces besoins En conclusion, les thématiques, les technologies s inscrivant dans le positionnement la FISP que le FFEM souhaite inclure dans ses Appels à Manifestation d Intérêt ont été sélectionnées en fonction s critères suivants : - Existe-il s technologies innovantes? - S'agit-il projs qui réponnt à un véritable besoin s pays hôtes? - S'agit-il projs qui s'inscrivent dans les axes du cadre programmation stratégique du FFEM? - S'agit-il projs dont les CAPEX peuvent être inférieurs à 2,5 M? Le tableau suivant propose les thématiques renues par la facilité, sans exclure pour autant d autres solutions innovantes dans le domaine du changement climatique proposées par les candidats. 15/17

16 Thématique Catégorie Transport Exemple sous-catégorie éligible Production biocarburants Atténuation Adaptation Production d électricité chaleur froid Gestion optimisée la consommation d énergie par l industrie Gestion optimisée la consommation d énergie par les particuliers le secteur commercial Gestion s émissions GES non liées à la consommation d'énergie (hors agriculture) Gestion optimisée s réseaux d'énergie Eau Système d information à partir Biomasse (notamment déchs agricoles) à partir ressources solaires (PV, CPV, CSP, SWH) à partir ressources éoliennes à partir ressources hydro Efficacité énergétique dans la production d électricité, chaleur froid Modifications s techniques production visant à produire en consommant moins d énergie en émtant moins GES Bâtiments neufs à forte performance énergétique Captage s émissions méthane issu s déchs solis liquis valorisation énergétique Création micro-réseaux Gestion l'eau dans l'industrie Optimisation du traitement s eaux usées s réseaux distribution l eau Production/pompage d'eau potable à partir ressources renouvelables Gestion l eau agricole Cartographie côtière, surveillance côtière, prévention contre les risques liés au changement climatique : incendies, inondations, submersion, c. Tableau 5 : Thématiques envisagées pour les projs éligibles aux subventions la facilité. 16/17

17 CONCLUSION L analyse s instruments dans le domaine du climat, déployés par s agences bilatérales ou multilatérales, révèle qu il n existe pas mécanisme équivalent à celui la FISP-Climat. Les s alimentent principalement s projs dont les montants d investissement dépassent 10 millions ou s projs plus pite taille mais qui ne sont pas très innovants peu risqués. Le don ou la subvention sont rarement employés. La FISP-Climat s inscrit dans un créneau manquant à ce maillage complexe d instruments financiers, en apportant une ai directe au secteur privé pour s projs d adaptation d atténuation du changement climatique dont les montants n excènt pas quelques millions d euros. Les modalités d intervention la FISP-climat apportent s solutions pour lever certains s freins majeurs auxquels sont confrontés les développeurs projs sur s thématiques sélectionnées afin répondre à un besoin technologique s pays hôtes. En eff, la facilité ciblera en priorité les pays la zone ACP, vulnérables aux effs du changement climatique, dont les besoins en technologies innovantes sont conséquents. L intervention la FISP-Climat a été conçue pour favoriser s projs reproductibles pérennes, ce qui permtra stimuler un marché pour s technologies ou s services d atténuation /ou adaptation aux changements climatiques dans les pays en développement. L expérience la FISP-Climat alimentera la réflexion sur les modalités soutien financier au secteur privé dans les projs climat. A l avenir, le Fonds Vert pourrait par exemple s en inspirer pour développer à plus gran échelle un mécanisme soutien au secteur privé. 17/17

Environment and more GTZ Conference Funding and Financing Issues Casablanca, May 18th, 2010 Dr. Joachim Richter

Environment and more GTZ Conference Funding and Financing Issues Casablanca, May 18th, 2010 Dr. Joachim Richter Environment and more GTZ Conference Funding and Financing Issues Casablanca, May 18th, 2010 Dr. Joachim Richter 28.04.2010 0 Profile de l entreprise Project Finance International Entreprise de conseil

Plus en détail

La stratégie d intervention de l AFD dans l énergie. Journée PEXE 20 novembre 2013

La stratégie d intervention de l AFD dans l énergie. Journée PEXE 20 novembre 2013 La stratégie d intervention de l AFD dans l énergie Journée PEXE 20 novembre 2013 MEUR 3 axes Stratégie et Activités sur l Energie de l AFD (2007-2011) Energie sobre (renouvelable, efficace et économe

Plus en détail

Energies renouvelables et développement durable

Energies renouvelables et développement durable Energies renouvelables et développement durable Christian de Gromard AFD/TED, Transport et Energie Durable «Les Energies Renouvelables au service de l humanité» 40 ème anniversaire du congrès international

Plus en détail

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DES FORETS ------------- STRATEGIE NATIONALE DU MECANISME DE DEVELOPPEMENT PROPRE A MADAGASCAR

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DES FORETS ------------- STRATEGIE NATIONALE DU MECANISME DE DEVELOPPEMENT PROPRE A MADAGASCAR MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DES FORETS ------------- STRATEGIE NATIONALE DU MECANISME DE DEVELOPPEMENT PROPRE A MADAGASCAR 1 Acronymes AND MDP CBD CCNUCC CLD GES MDP PK SN MDP : Autorité Nationale

Plus en détail

Plan Solaire Méditerranéen : Le financement de projets novateurs

Plan Solaire Méditerranéen : Le financement de projets novateurs Conférence sur le plan solaire méditerranéen Paris, 22 novembre 2008 Plan Solaire Méditerranéen : Le financement de projets novateurs Etienne VIARD Directeur Département Méditerranée et Moyen Orient AFD,

Plus en détail

Side Event for German Pavilion. The role of Solar Power in Mitigation Strategies in the MENA Region:

Side Event for German Pavilion. The role of Solar Power in Mitigation Strategies in the MENA Region: Side Event for German Pavilion The role of Solar Power in Mitigation Strategies in the MENA Region: The Moroccan Solar Plan and its role in bridging the nexus between climate and energy policies **** Intervention

Plus en détail

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Un aperçu du nouveau sous-programme LIFE Action pour le climat 2014-2020 istock Action pour le climat Qu est-ce que le nouveau sous-programme LIFE

Plus en détail

Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers

Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers U Etude réalisée sous la direction d IDEFIE par Charline Jacob-Nassimian Juillet 2010 UI. La situation économique

Plus en détail

Climat et développement une responsabilité commune COOPÉRATION AVEC LES PAYS EN DÉVELOPPEMENT

Climat et développement une responsabilité commune COOPÉRATION AVEC LES PAYS EN DÉVELOPPEMENT Climat et développement une responsabilité commune COOPÉRATION AVEC LES PAYS EN DÉVELOPPEMENT Le défi du changement climatique Glaciers en fonte, élévation du niveau de la mer, diminution des ressources

Plus en détail

Les technologies des énergies renouvelables: solutions pour le développement rural. L expérience de la Banque Africaine de Développement

Les technologies des énergies renouvelables: solutions pour le développement rural. L expérience de la Banque Africaine de Développement Les technologies des énergies renouvelables: solutions pour le développement rural L expérience de la Banque Africaine de Développement Dr Nogoye THIAM Unité du Genre, Changement Climatique et Développement

Plus en détail

LETTRE OUVERTE AU BRÉSIL AU SUJET DU CHANGEMENT CLIMATIQUE 2015

LETTRE OUVERTE AU BRÉSIL AU SUJET DU CHANGEMENT CLIMATIQUE 2015 ATTENTION : AVANT DE SIGNER LA LETTRE, MERCI DE BIEN VOULOIR LA LIRE JUSQU A LA FIN ET DE CLIQUER SUR LE LIEN ASSOCIE. FORUM D ACTION DES ENTREPRISES POUR LE CHANGEMENT CLIMATIQUE LETTRE OUVERTE AU BRÉSIL

Plus en détail

Énergie, technologie et politique climatique : les perspectives mondiales à l horizon 2030 MESSAGES CLÉS

Énergie, technologie et politique climatique : les perspectives mondiales à l horizon 2030 MESSAGES CLÉS Énergie, technologie et politique climatique : les perspectives mondiales à l horizon 2030 MESSAGES CLÉS Le scénario de référence L'étude WETO (World energy, technology and climate policy outlook) présente

Plus en détail

Le mécanisme de Changement climatique. développement propre (MDP) du protocole de Kyoto

Le mécanisme de Changement climatique. développement propre (MDP) du protocole de Kyoto Le mécanisme de Changement climatique développement propre (MDP) du protocole de Kyoto Quelles opportunités offrent le MDP? Quels instruments français d appui? Franck Jésus, Conseiller Environnement, DGTPE

Plus en détail

Investir dans la recherche écologique de pointe

Investir dans la recherche écologique de pointe Investir dans la recherche écologique de pointe Laboratoire national d énergie renouvelable Partenariat public-privé Investir dans l innovation environnementale Aux partenaires éventuels : La dégradation

Plus en détail

Les mécanismes de projet

Les mécanismes de projet Les mécanismes de projet Changement climatique du protocole de Kyoto Franck Jésus Conseiller Environment du Directeur des Relations Internationales DGTPE MINEFI 04 juillet 2005 Le protocole de Kyoto: limiter

Plus en détail

«Résultats et financements» Les opérations de la BEI à l extérieur de l UE

«Résultats et financements» Les opérations de la BEI à l extérieur de l UE «Résultats et financements» Les opérations de la BEI à l extérieur de l UE La Banque européenne d investissement (BEI) est la banque de l Union européenne. Elle appuie les objectifs prioritaires de l UE

Plus en détail

Promouvoir une énergie sûre, compétitive et durable en Europe

Promouvoir une énergie sûre, compétitive et durable en Europe Promouvoir une énergie sûre, compétitive et durable en Europe L une des priorités stratégiques de l Union européenne consiste à promouvoir une énergie sûre, compétitive et durable pour l Europe. La BEI

Plus en détail

Développement durable en Afrique Centrale. Lier l atténuation des changements climatiques à l accès à l énergie

Développement durable en Afrique Centrale. Lier l atténuation des changements climatiques à l accès à l énergie Développement durable en Afrique Centrale Lier l atténuation des changements climatiques à l accès à l énergie Appels à projets pour le soutien du marché carbone Yaoundé, Cameroun, 22-24 juillet 2014 Evolution

Plus en détail

Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne?

Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne? Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne? Les récentes inondations au Pakistan illustrent les effets dévastateurs que les événements naturels peuvent avoir sur

Plus en détail

L AFD ET LA TURQUIE. Pont du Bosphore à Istanbul, Turquie Fotolia. Partenaires pour un développement durable

L AFD ET LA TURQUIE. Pont du Bosphore à Istanbul, Turquie Fotolia. Partenaires pour un développement durable L AFD ET LA TURQUIE Pont du Bosphore à Istanbul, Turquie Fotolia Partenaires pour un développement durable LA TURQUIE Puissance émergente de la région euro-méditerranéenne, la Turquie connaît un développement

Plus en détail

Financements innovants pour l agriculture, la sécurité alimentaire et la nutrition. Synthèse du projet de rapport. (travaux en cours)

Financements innovants pour l agriculture, la sécurité alimentaire et la nutrition. Synthèse du projet de rapport. (travaux en cours) Financements innovants pour l agriculture, la sécurité alimentaire et la nutrition Synthèse du projet de rapport (travaux en cours) Au vu de l urgente nécessité d accroître les investissements dans l agriculture,

Plus en détail

LE MÉCANISME DE DÉVELOPPEMENT PROPRE LE MDP EN AFRIQUE FINANCEMENT ET SOUTIEN

LE MÉCANISME DE DÉVELOPPEMENT PROPRE LE MDP EN AFRIQUE FINANCEMENT ET SOUTIEN LE MÉCANISME DE DÉVELOPPEMENT PROPRE LE MDP EN AFRIQUE FINANCEMENT ET SOUTIEN INTRODUCTION Dès 2006, les parties au protocole de Kyoto ont reconnu l'importance d'une répartition équilibrée des projets

Plus en détail

Changement climatique. un programme global de la DDC

Changement climatique. un programme global de la DDC Changement climatique un programme global de la DDC Pourquoi la DDC considère le changement climatique comme une priorité majeure Le changement climatique et ses effets ne connaissent pas de frontières.

Plus en détail

Atelier «énergie, climat et développement durable : quels rôles pour les collectivités locales?» Eléments de contexte et de débat

Atelier «énergie, climat et développement durable : quels rôles pour les collectivités locales?» Eléments de contexte et de débat 1 INTRODUCTION Par la loi du 13 juillet 2005, la France s est dotée d une nouvelle stratégie énergétique. Dès 2010, 10% de ses besoins devront être couverts par des sources renouvelables, contre 7% aujourd

Plus en détail

Etude de marché de la gazéification en Languedoc Roussillon Présentation Séminaire BioénergieSud du 26 Novembre 2013

Etude de marché de la gazéification en Languedoc Roussillon Présentation Séminaire BioénergieSud du 26 Novembre 2013 Présentation Séminaire BioénergieSud du 26 Novembre 2013 Document produit par ENEA Consulting I 89 rue Réaumur, 75002 Paris I +33 (0) 1 82 83 83 83 I www.enea-consulting.com Sommaire ENEA : qui sommes-nous?

Plus en détail

The Vision Scenario for the European Union 2011 Update for the EU-27. Résumé en Français

The Vision Scenario for the European Union 2011 Update for the EU-27. Résumé en Français The Vision Scenario for the European Union 2011 Update for the EU-27 Résumé en Français Project sponsored by Greens/EFA Group in the European Parliament Berlin, January 2011 Berlin, January 2011 Dr. Felix

Plus en détail

L appui au Plan Solaire Marocain l approche de la KfW

L appui au Plan Solaire Marocain l approche de la KfW L appui au Plan Solaire Marocain l approche de la KfW Journée débat sur le financement des projets d énergie solaire Rabat 12 avril 2010 Kurt Hildebrand, KfW Entwicklungsbank Le rôle de la KfW dans le

Plus en détail

Une vision énergétiquement soutenable pour le Danemark Abandon progressif des énergies fossiles d ici 2030

Une vision énergétiquement soutenable pour le Danemark Abandon progressif des énergies fossiles d ici 2030 Une vision énergétiquement soutenable pour le Danemark Abandon progressif des énergies fossiles d ici 2030 Gunnar Boye Olesen, International Network for Sustainable Energy - Europe 1 (Réseau International

Plus en détail

Qu est-ce que la Banque européenne d investissement?

Qu est-ce que la Banque européenne d investissement? Qu est-ce que la Banque européenne d investissement? Légende: Dépliant expliquant le rôle de la BEI, ses missions, son activité, son fonctionnement. Source: Banque européenne d investissement, Qu est-ce

Plus en détail

La Chine et le marché international des crédits carbone

La Chine et le marché international des crédits carbone La Chine et le marché international des crédits carbone Xuan Wang Économie Avril 2010 Le China Institute est un groupe de réflexion français qui se consacre aux questions de civilisation, d économie, de

Plus en détail

Dii Le réseau d entreprises pour l électricité des deserts Faciliter la création de marchés du solaire et de l éolien en Europe, en Afrique du Nord

Dii Le réseau d entreprises pour l électricité des deserts Faciliter la création de marchés du solaire et de l éolien en Europe, en Afrique du Nord Dii Le réseau d entreprises pour l électricité des deserts Faciliter la création de marchés du solaire et de l éolien en Europe, en Afrique du Nord et au Moyen-Orient Dii Le réseau d entreprises pour l

Plus en détail

La politique énergétique européenne

La politique énergétique européenne La politique énergétique européenne Résolution adoptée par le Comité exécutif de la CES lors de sa réunion des 14-15 mars 2006 à Bruxelles 170.EC Préambule Le Livre vert sur l énergie jette les bases d

Plus en détail

Connecting Leaders Accelerating Action Pioneering Solutions

Connecting Leaders Accelerating Action Pioneering Solutions AFRICA Steven Bland ICLEI Africa Project Manager: Urban Low Emission Development Strategies Steven.bland@iclei.org Connecting Leaders Accelerating Action Pioneering Solutions Énergies renouvelables en

Plus en détail

LES ÉNERGIES RENOUVELABLES EN FRANCE ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL

LES ÉNERGIES RENOUVELABLES EN FRANCE ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL LES ÉNERGIES RENOUVELABLES EN FRANCE ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL 2 Sommaire Le développement des EnR en France enregistre un ralentissement, imputable à des causes multiples,

Plus en détail

4 pour 1 000. rejoignez L initiative. Les sols pour la sécurité alimentaire et le climat

4 pour 1 000. rejoignez L initiative. Les sols pour la sécurité alimentaire et le climat rejoignez L initiative 4 pour 1 000 Les sols pour la sécurité alimentaire et le climat En s appuyant sur une documentation scientifique solide et des actions concrètes sur le terrain, l initiative «4 pour

Plus en détail

Un objectif majeur : la réduction des gaz à effet de serre. Cinq scénarios envisagés 1

Un objectif majeur : la réduction des gaz à effet de serre. Cinq scénarios envisagés 1 FEUILLE DE ROUTE CEE POUR L ENERGIE 2050 PRESENTATION Un objectif majeur : la réduction des gaz à effet de serre L'Union Européenne s'est fixé comme objectif d'ici à 2050 de réduire les émissions de gaz

Plus en détail

CONCESSION D ELECTRIFICATION RURALE AU SENEGAL

CONCESSION D ELECTRIFICATION RURALE AU SENEGAL The Africa Electrification Initiative (AEI) Workshop Maputo, Mozambique 9-12 Juin 2009 CONCESSION D ELECTRIFICATION RURALE AU SENEGAL «L Électricité Partout et pour Tous, pour un développement rural durable»

Plus en détail

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Instruments novateurs en matière de politique et de financement pour les pays voisins au sud et à l est de l Union européenne

Plus en détail

Améliorer les investissements

Améliorer les investissements Synthèse des discussions du 4 ème Forum annuel Convergences 2015 Hôtel de Ville de Paris 3, 4 et 5 mai 2011 Troisième partie Améliorer les investissements + d efficacité +d impact + d investissement Impact

Plus en détail

: énergie, conversion photovoltaïque, solaire

: énergie, conversion photovoltaïque, solaire Ambassade de France au Japon Service pour la Science et la Technologie 4-11-44, Minami-Azabu, Minato-ku, Tokyo, 106-8514, Japon Tél. : 81-3-5798-6034 Fax : 81-3-5798-6050 http://www.ambafrance-jp.org Domaine

Plus en détail

LE SOLAIRE PHOTOVOLTAÏQUE AU MAROC - BILAN ET PERSPECTIVES - M.BAKRI Directeur des Opérations

LE SOLAIRE PHOTOVOLTAÏQUE AU MAROC - BILAN ET PERSPECTIVES - M.BAKRI Directeur des Opérations LE SOLAIRE PHOTOVOLTAÏQUE AU MAROC - BILAN ET PERSPECTIVES - M.BAKRI Directeur des Opérations PRESENTATION DU CDER Institution publique sous la tutelle du Ministère de l Énergie et des Mines Création du

Plus en détail

Cadre d Intervention Transversal 2013-2016

Cadre d Intervention Transversal 2013-2016 Cadre d Intervention Transversal 2013-2016 BIODIVERSITE Présentation aux parties prenantes françaises 10 juin 2013 Calendrier Elaboration inter services AFD Discussion avec les administrations françaises

Plus en détail

Le mécanisme d incitation du FEM en faveur des forêts Un nouveau programme de financement multilatéral au titre de REDD+

Le mécanisme d incitation du FEM en faveur des forêts Un nouveau programme de financement multilatéral au titre de REDD+ Le mécanisme d incitation du FEM en faveur des forêts Un nouveau programme de financement multilatéral au titre de REDD+ Gestion durable des forêts et programme d investissement dans l initiative REDD+

Plus en détail

Tarification du carbone: Exploration des possibilitésd action ambitieuse en matière de lutte contre le changement climatique

Tarification du carbone: Exploration des possibilitésd action ambitieuse en matière de lutte contre le changement climatique Tarification du carbone: Exploration des possibilitésd action ambitieuse en matière de lutte contre le changement climatique L ambition de la communauté internationale est d orienter le monde vers une

Plus en détail

Informations fournies par CLIMACT au titre de l Annexe 1 de la Charte dela compensation volontaire de CO2 d IEW

Informations fournies par CLIMACT au titre de l Annexe 1 de la Charte dela compensation volontaire de CO2 d IEW Informations fournies par CLIMACT au titre de l Annexe 1 de la Charte dela compensation volontaire de CO2 d IEW Nom de l opérateur : CLIMACT Statut (association, entreprise, ) : entreprise Description

Plus en détail

Casablanca Lundi 21 avril 2014 0/6

Casablanca Lundi 21 avril 2014 0/6 Allocution du Dr. Abdelkader AMARA Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement A l occasion de la Cérémonie de lancement du Cluster Solaire Casablanca Lundi 21 avril 2014 0/6 Monsieur

Plus en détail

Participation du secteur privé dans les infrastructures hydrauliques au Liban 8-9 Mars 2010 Beyrouth

Participation du secteur privé dans les infrastructures hydrauliques au Liban 8-9 Mars 2010 Beyrouth Participation du secteur privé dans les infrastructures hydrauliques au Liban 8-9 Mars 2010 Beyrouth «Offrir les meilleures garanties aux PPP» Morgan Mozas Chargé de projet développement durable Les Pré-requis

Plus en détail

et la promotion de l action en faveur du climat

et la promotion de l action en faveur du climat La Banque européenne d investissement et la promotion de l action en faveur du climat Les changements climatiques constituent l une des principales menaces d un point de vue environnemental, social et

Plus en détail

Traité de Copenhague nécessaire

Traité de Copenhague nécessaire Traité de Copenhague nécessaire version 1.0 Une proposition des ONG pour un protocole de Copenhague Résumé A4-TraiteResume.indd 1 6/07/09 17:58:38 Une proposition des ONG pour un protocole de Copenhague

Plus en détail

La Banque européenne d investissement. en Afrique, dans les Caraïbes et le Pacifique ainsi que dans les pays et territoires d outre-mer

La Banque européenne d investissement. en Afrique, dans les Caraïbes et le Pacifique ainsi que dans les pays et territoires d outre-mer La Banque européenne d investissement en Afrique, dans les Caraïbes et le Pacifique ainsi que dans les pays et territoires d outre-mer La banque de l UE La Banque européenne d investissement, la banque

Plus en détail

9 ème REUNION DU COMITE CONSULTATIF REGIONAL DU PARTENARIAT POUR LES FORÊTS DU BASSIN DU CONGO (PFBC)

9 ème REUNION DU COMITE CONSULTATIF REGIONAL DU PARTENARIAT POUR LES FORÊTS DU BASSIN DU CONGO (PFBC) Banque de Développement des Etats de l Afrqiue Centrale 9 ème REUNION DU COMITE CONSULTATIF REGIONAL DU PARTENARIAT POUR LES FORÊTS DU BASSIN DU CONGO (PFBC) «Mise en place d un Fonds pour l Economie Verte

Plus en détail

LES FINANCEMENTS CLIMAT

LES FINANCEMENTS CLIMAT LES FINANCEMENTS CLIMAT Parent pauvre ou clé d un accord après 2012? Atelier de décryptage de la Francophonie Présentation d Alix Mazounie, chargée du dossier Financements au RAC-France INTRODUCTION BESOINS

Plus en détail

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS»

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» 5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» Le marché du recyclage est en croissance constante depuis 2002 en France et a atteint un chiffre d affaires de 13 Mds, avec 30 000 personnes employées en

Plus en détail

Possibilités de financement pour projets d énergie renouvelable. Joachim Schnurr, GFA ENVEST Casablanca, Novembre 2010

Possibilités de financement pour projets d énergie renouvelable. Joachim Schnurr, GFA ENVEST Casablanca, Novembre 2010 Possibilités de financement pour projets d énergie renouvelable Joachim Schnurr, GFA ENVEST Casablanca, Novembre 2010 Le module de financement de l Initiative d Exportation du Ministère d Economie et Technologie

Plus en détail

Compte rendu d activité 2007 sur la loi sur les énergies renouvelables (EEG)

Compte rendu d activité 2007 sur la loi sur les énergies renouvelables (EEG) Compte rendu d activité 2007 sur la loi sur les énergies renouvelables (EEG) conformément à l article 20 de la loi EEG - Projet du BMU - Résumé 5.7.2007 1 Résumé du projet du BMU de compte rendu d activité

Plus en détail

Vision énergétique soutenable pour l Union Européenne des 27

Vision énergétique soutenable pour l Union Européenne des 27 Vision énergétique soutenable pour l Union Européenne des 27 Auteur: International Network for Sustainable Energy Europe (INFORSE-Europe), Juin 2010. Dans le cadre du développement d un «Vision Globale»

Plus en détail

Consultation sur le livre blanc du financement de la TEE Préparation de la conférence bancaire et financière : Contribution de la Caisse des Dépôts

Consultation sur le livre blanc du financement de la TEE Préparation de la conférence bancaire et financière : Contribution de la Caisse des Dépôts 24 janvier 2014 Consultation sur le livre blanc du financement de la TEE Préparation de la conférence bancaire et financière : Contribution de la La place sa priorité stratégique «Transition Énergétique

Plus en détail

Soutenir la microf inance. responsable

Soutenir la microf inance. responsable Soutenir la microf inance responsable L ACCÈS AU CRÉDIT POUR TOUS : UN SECTEUR PRIORITAIRE Dans de nombreux pays, la grande majorité de la population est exclue du système bancaire. L accès aux services

Plus en détail

Le modèle BACKUP de la CD Allemande

Le modèle BACKUP de la CD Allemande Publié par Le modèle BACKUP de la CD Allemande Contributions apportées par la coopération allemande au développement à l amélioration de l efficacité des financements mondiaux dans les secteurs de la santé,

Plus en détail

CONCILIER. le changement climatique. développement et lutte contre. plan d actions. agence française de développement

CONCILIER. le changement climatique. développement et lutte contre. plan d actions. agence française de développement CONCILIER développement et lutte contre le changement climatique plan d actions 2012 2016 agence française de développement sommaire À RETENIR 04 i. Le changement climatique, une dimension à part entière

Plus en détail

Banque européenne d investissement

Banque européenne d investissement Banque européenne d investissement La banque de l Union Européenne Pierre-Etienne Bouchaud Chef de Représentation BEI à Rabat 13/09/2015 Port Finance International Casablanca - 16/17 Septembre 2015 1 La

Plus en détail

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes El Dahr H. in Abis S. (coord.), Blanc P. (coord.), Lerin F. (coord.), Mezouaghi M. (coord.). Perspectives des politiques agricoles en Afrique du

Plus en détail

Contenu de la Présentation Que faut-il au niveau national Architecture Mondiale sur la Finance Climat Préparation a l acces a la Finance Climat et

Contenu de la Présentation Que faut-il au niveau national Architecture Mondiale sur la Finance Climat Préparation a l acces a la Finance Climat et 1 Contenu de la Présentation Que faut-il au niveau national Architecture Mondiale sur la Finance Climat Préparation a l acces a la Finance Climat et les PAN 2 Les Defis du Financement Climat a l echelle

Plus en détail

Expérience de la BAD dans le financement de la chaîne de valeur agricole

Expérience de la BAD dans le financement de la chaîne de valeur agricole Expérience de la BAD dans le financement de la chaîne de valeur agricole Agri Food Chains: Opportunities and challenges Bruxelles 10 avril 2013 La BAD en bref Mission: Promouvoir le développement économique

Plus en détail

Quel rôle pour les biocarburants dans la demande globale d énergie. Introduction

Quel rôle pour les biocarburants dans la demande globale d énergie. Introduction Revue n 425 Dossier : LES BIOCARBURANTS Traduction de l article What Role for Biofuels in the Global Energy Scene? de Claude MANDIL et Fatih BIROL de l Agence Internationale de l Energie (AIE/IEA) Quel

Plus en détail

Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique»

Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique» Justine BERTHEAU Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique» Intervenants : - Yann Gauthier, directeur du Centre International du

Plus en détail

Opportunités de développement d un marché de carbone dans le secteur de l agroforesterie

Opportunités de développement d un marché de carbone dans le secteur de l agroforesterie Opportunités de développement d un marché de carbone dans le secteur de l agroforesterie M. Simone Targetti Ferri PHD University of Basilicata Consultant FAO Maroc Prof. Severino Romano School of Agricultural,

Plus en détail

Mesures centrales relatives à la Transition énergétique pour la 18e législature

Mesures centrales relatives à la Transition énergétique pour la 18e législature Mesures centrales relatives à la Transition énergétique pour la 18e législature (L Agenda Énergie en 10 points du Ministère fédéral de l Économie et de l Énergie [BMWi]) 1. Énergies renouvelables, loi

Plus en détail

Fonds pour l environnement mondial. 20 avril 2000 PROGRAMME D OPÉRATIONS N 12 GESTION INTÉGRÉE DES ÉCOSYSTÈMES

Fonds pour l environnement mondial. 20 avril 2000 PROGRAMME D OPÉRATIONS N 12 GESTION INTÉGRÉE DES ÉCOSYSTÈMES Fonds pour l environnement mondial 20 avril 2000 PROGRAMME D OPÉRATIONS N 12 GESTION INTÉGRÉE DES ÉCOSYSTÈMES INTRODUCTION 1. Les systèmes écologiques ou écosystèmes sont responsables des fonctions de

Plus en détail

Programme d'efficacité énergétique dans les bâtiments

Programme d'efficacité énergétique dans les bâtiments Programme d'efficacité énergétique dans les bâtiments Vincent Kitio Chef, Unité Énergie Urbaine Département des Services Urbains de Base ONU-Habitat Sommaire de la présentation Le Mandat d'onu-habitat;

Plus en détail

La Banque européenne d investissement en bref

La Banque européenne d investissement en bref La Banque européenne d investissement en bref En tant que banque de l Union européenne (UE), la Banque européenne d investissement (BEI) apporte ses financements et son savoir-faire à l appui de projets

Plus en détail

Mesure de l intensité carbone des fonds actions de LBPAM - Engagement du Montréal Carbon Pledge

Mesure de l intensité carbone des fonds actions de LBPAM - Engagement du Montréal Carbon Pledge Mesure de l intensité carbone des fonds actions de LBPAM - Engagement du Montréal Carbon Pledge Le 1 er décembre 2015 La Banque Postale Asset Management - 34, rue de la Fédération - 75737 Paris Cedex 15

Plus en détail

SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE

SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE FOURNIR UNE ÉNERGIE ABORDABLE, FIABLE ET DURABLE ÉNERGIE DURABLE POUR TOUS Vision de l Initiative «Énergie durable pour tous» Quelque 590 millions de personnes en Afrique subsaharienne

Plus en détail

Le gaz naturel est-il une bonne solution pour contrer le changement climatique au Canada? Matthew Bramley Directeur de la recherche Institut Pembina

Le gaz naturel est-il une bonne solution pour contrer le changement climatique au Canada? Matthew Bramley Directeur de la recherche Institut Pembina Le gaz naturel est-il une bonne solution pour contrer le changement climatique au Canada? Matthew Bramley Directeur de la recherche Institut Pembina À propos de ce projet Comment les gouvernements fédéral

Plus en détail

Communiqué de presse Paris, 5 mars 2015

Communiqué de presse Paris, 5 mars 2015 Ne pas diffuser, publier ou distribuer, directement ou indirectement, aux États-Unis, au Canada, en Australie ou au Japon Communiqué de presse Paris, 5 mars 2015 Solairedirect enregistre son document de

Plus en détail

6 ème Forum Mondial de l Eau

6 ème Forum Mondial de l Eau 6 ème Forum Mondial de l Eau LE RECOUVREMENT DURABLE DES COUTS D ASSAINISSEMENT L EXPERIENCE DE LA TUNISIE ABID NEJIB ONAS Marseille, 12-17 Mars 2012 1 SOMMAIRE I- Le secteur de l assainissement des eaux

Plus en détail

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

DE LA LOI (LTECV) A LA COP21 : LES ENTREPRISES FRANÇAISES EN ORDRE DE MARCHE

DE LA LOI (LTECV) A LA COP21 : LES ENTREPRISES FRANÇAISES EN ORDRE DE MARCHE DE LA LOI (LTECV) A LA COP21 : LES ENTREPRISES FRANÇAISES EN ORDRE DE MARCHE Septembre 2015 1 La loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte vient de donner aux acteurs des énergies

Plus en détail

D un G8 à l autre : suivi des engagements de l Aquila sur la sécurité alimentaire

D un G8 à l autre : suivi des engagements de l Aquila sur la sécurité alimentaire Note Oxfam France juin 2010 D un G8 à l autre : suivi des engagements de l Aquila sur la sécurité alimentaire Analyse de l APD française au secteur agriculture et sécurité alimentaire La crise alimentaire

Plus en détail

Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal

Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal Note d orientation Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal Évaluer comment l adaptation aux changements climatiques contribue à la réduction de la pauvreté

Plus en détail

L AFD ET LA MICROFINANCE

L AFD ET LA MICROFINANCE L AFD ET LA MICROFINANCE 1988 2008 Vingt ans déjà! Paul Kabre LA MICROFINANCE, POURQUOI? Dans de nombreux pays, l immense majorité de la population n a pas accès au secteur bancaire classique : sa capacité

Plus en détail

Activités de la Banque mondiale en Tunisie

Activités de la Banque mondiale en Tunisie Activités de la Banque mondiale en Tunisie Stratégie de coopération La Stratégie de coopération de la Banque mondiale pour la période de juillet 2004 à juin 2008 (exercices budgétaires 2005-2008) propose

Plus en détail

Cadre de Partenariat Stratégique 2014-2017 entre la Banque mondiale et le gouvernement du Maroc. Cadre proposé du CPS

Cadre de Partenariat Stratégique 2014-2017 entre la Banque mondiale et le gouvernement du Maroc. Cadre proposé du CPS Cadre de Partenariat Stratégique 2014-2017 entre la Banque mondiale et le gouvernement du Maroc Cadre proposé du CPS Introduction Le Cadre de Partenariat Stratégique (CPS) définit les priorités de développement

Plus en détail

L entreprise face aux défis de l énergie et du changement. climatique. un prodigieux déferlement d énergie. Philippe Delaisse. par

L entreprise face aux défis de l énergie et du changement. climatique. un prodigieux déferlement d énergie. Philippe Delaisse. par L entreprise face aux défis de l énergie et du changement climatique par Philippe Delaisse LE BIG BANG un prodigieux déferlement d énergie LE SOLEIL. 20 milliards de milliards de centrales nucléaires 4.10

Plus en détail

INVESTIR DANS LES ÉNERGIES RENOUVELABLES AU MAROC. www.siem.ma

INVESTIR DANS LES ÉNERGIES RENOUVELABLES AU MAROC. www.siem.ma INVESTIR DANS LES ÉNERGIES RENOUVELABLES AU MAROC www.siem.ma «Compte tenu du développement considérable que ces nouveaux gisements énergétiques seront appelés à connaître, ils doivent être dès aujourd

Plus en détail

1 Description de la personne morale concernée

1 Description de la personne morale concernée BILAN D EMISSIONS DE GES ARTICLE 75 GDF SUEZ ÉNERGIE SERVICES 1 1 Description de la personne morale concernée Raison sociale : GDF SUEZ Energie Services S.A. Code NAF : 3530 Z Code SIREN : 552 046 955

Plus en détail

Les possibilités de financement dans le domaine de l énergie de cuisson

Les possibilités de financement dans le domaine de l énergie de cuisson Les possibilités de financement dans le domaine de l énergie de cuisson Etudes de cas Atelier WACCA, 26 avril 2013 Ouagadougou, Burkina Faso GERES Unité Climat 1 Introduction Deux problématiques pour analyser,

Plus en détail

Développement des marchés «Bâtiment Durable» : quels enjeux? Zoom sur deux marchés : France et Chine

Développement des marchés «Bâtiment Durable» : quels enjeux? Zoom sur deux marchés : France et Chine Développement des marchés «Bâtiment Durable» : quels enjeux? Zoom sur deux marchés : France et Chine Lundi 18 avril 2011, de 9h30 à 10h45 Cette réunion permettra de faire un point et d'étudier les perspectives

Plus en détail

Activités de la Banque mondiale en Tunisie

Activités de la Banque mondiale en Tunisie Activités de la Banque mondiale en Tunisie Cadre de Partenariat Stratégique (CPS) Les principes essentiels pour la période allant de 2010 à 2013 sont alignés sur le XI Plan National de Développement avec

Plus en détail

SOLVÉO ENERGIE, producteur d énergie verte. Contact Presse : Mia Com Sandrine BEAULIEU contact@mia-com.com +33(0) 6 23 43 65 41

SOLVÉO ENERGIE, producteur d énergie verte. Contact Presse : Mia Com Sandrine BEAULIEU contact@mia-com.com +33(0) 6 23 43 65 41 Dossier de presse - 2012 SOLVÉO ENERGIE, producteur d énergie verte. Contact Presse : Mia Com Sandrine BEAULIEU contact@mia-com.com +33(0) 6 23 43 65 41 SOMMAIRE Edito.. p.3 2 Le développement des énergies

Plus en détail

RIO+20 Pour l accès à l énergie en Afrique. grâce au développement des énergies renouvelables

RIO+20 Pour l accès à l énergie en Afrique. grâce au développement des énergies renouvelables RIO+20 Pour l accès à l énergie en Afrique grâce au développement des énergies renouvelables p. 1/6 Le prochain sommet de la terre à Rio sera l occasion de faire un bilan sur les politiques énergétiques

Plus en détail

Préparation de la conférence bancaire et financière de la transition énergétique

Préparation de la conférence bancaire et financière de la transition énergétique Préparation de la conférence bancaire et financière de la transition énergétique A l occasion de ses vœux pour 2014, le Président de la République a réaffirmé sa décision stratégique d engager la France

Plus en détail

Evaluation du projet FAIR Mali Rapport de mission

Evaluation du projet FAIR Mali Rapport de mission Evaluation du projet FAIR Mali Rapport de mission pg 1/5 1 Fact sheet (français) Contexte de l évaluation Objectifs du mandat Durée du projet Type évaluation Budget planifié Budget estimatif de réalisation

Plus en détail

Allocution d ouverture du Dr. Abdelkader AMARA, Ministre de l Energie des Mines, de l Eau et de l Environnement à l occasion de la 4 ème Conférence

Allocution d ouverture du Dr. Abdelkader AMARA, Ministre de l Energie des Mines, de l Eau et de l Environnement à l occasion de la 4 ème Conférence Allocution d ouverture du Dr. Abdelkader AMARA, Ministre de l Energie des Mines, de l Eau et de l Environnement à l occasion de la 4 ème Conférence Dii Rabat, le 30/10/2013 1 Monsieur l Ambassadeur de

Plus en détail

Conseil Interrégional des Chambres des Métiers de la GR 2

Conseil Interrégional des Chambres des Métiers de la GR 2 Initiative du CICM Proposition au Sommet de la GR "Green Deal en vue d une politique énergétique et climatique efficiente dans la GR en coopération avec les PME de l artisanat" L Artisanat de la Grande

Plus en détail

Atelier sur l investissement des migrants en milieu rural au Sénégal

Atelier sur l investissement des migrants en milieu rural au Sénégal Atelier sur l investissement des migrants en milieu rural au Sénégal Session plénière : Séance introductive De l'importance de l'investissement productif des migrants en milieu rural Stéphane Gallet (Ministère

Plus en détail

Amélioration de l environnement des affaires dans la région sud de la Méditerranée Pour: le Maroc

Amélioration de l environnement des affaires dans la région sud de la Méditerranée Pour: le Maroc Amélioration de l environnement des affaires dans la région sud de la Méditerranée Pour: le Maroc Un projet financé par l Union Européenne Réunion de Travail des Coordonnateurs du SBA et des Conseillers

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 19 mars 2015 GDF SUEZ. et le projet GAZ du Maroc

DOSSIER DE PRESSE 19 mars 2015 GDF SUEZ. et le projet GAZ du Maroc DOSSIER DE PRESSE 19 mars 2015 GDF SUEZ et le projet GAZ du Maroc Le groupe GDF SUEZ a suivi avec grand intérêt l annonce de la feuille de route GAZ du Maroc par Monsieur le Ministre de l Energie Abdelkader

Plus en détail

Etat des lieux du cadre politique et juridique des énergies renouvelables au Cameroun, rapprochement avec la situation dans d autres pays

Etat des lieux du cadre politique et juridique des énergies renouvelables au Cameroun, rapprochement avec la situation dans d autres pays Etat des lieux du cadre politique et juridique des énergies renouvelables au Cameroun, rapprochement avec la situation dans d autres pays Constats, problématiques, hypothèses Principaux constats: Déficit

Plus en détail