Fiche n VII-2 "Fabrication des bétons en centrale Transport et réception sur chantier"

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Fiche n VII-2 "Fabrication des bétons en centrale Transport et réception sur chantier""

Transcription

1 Fiche n VII-2 "Fabrication des bétons en centrale Transport et réception sur chantier" La fabrication en centrale et le transport par bétonnière portée (toupie) sont de la responsabilité du fournisseur de béton, tandis que la réception du béton sur chantier est de celle de l entreprise de Génie Civil. 1. Objet de la présente fiche et rappels Cette fiche concerne la fabrication en centrale de Béton Prêt à l Emploi (BPE) et en centrale sur site, le transport et la réception du béton avant sa mise en œuvre. Il faut rappeler que la fabrication du béton est une phase délicate. Il s agit en effet de malaxer des constituants (ciment, granulats, eau, adjuvants) de caractéristiques très différentes afin d obtenir un mélange homogène et de rhéologie conforme aux spécifications. Nota : le cas particulier de la préfabrication n est pas abordé dans cette fiche bien que les principales exigences soient les mêmes (Cf. fiche n VI-1). 2. Points importants à examiner Avant le démarrage des travaux (faire appel à un spécialiste du réseau des LPC) PA : Point d arrêt PC : Point critique Vérification de l'existence du PAQ particulier (formulation, fabrication et transport du béton) On vérifiera que le Plan Qualité est bien visé (après analyse selon la fiche n I-1). En plus de la centrale principale, une centrale de secours et éventuellement une centrale d appoint sont préconisées sauf dispositions particulières. Si les formules n ont pas de références probantes, elles doivent alors faire l objet d épreuves d étude, et de convenance en centrale, pour toutes les centrales BPE identifiées dans le Plan Qualité. Toutes les centrales doivent être inscrites à la marque NF-BPE. Dans le cas, où il n y aurait pas de centrale BPE NF à proximité du chantier, la procédure particulière doit être appliquée (exigences du règlement de la marque NF 033). Une disposition consiste à fabriquer tout le béton nécessaire avant de commencer la mise en œuvre. Article 85.1 du fasc. 65 du CCTG. Attention, même si les formules ont des références, elles doivent faire l objet de convenance. Chapitre VII : Le bétonnage 1/5 Fiche n VII-2 : Fabrication des bétons en centrale

2 Visite de la centrale (préalable au bétonnage) Cf. Annexe B contractuelle au fasc. 65 du CCTG (Equipement des centrales à béton) vérifier que tous les constituants sont effectivement approvisionnés en quantité suffisante sur toutes les centrales susceptibles de livrer le chantier ; vérifier que les formules sont saisies dans les automates et plus généralement que les dispositions de stockage, de fabrication, et de contrôle qualité, sont conformes au Plan Qualité ; vérifier le nombre et l état des toupies ; vérifier la tenue des registres des jours précédents ; effectuer éventuellement une visite sommaire du laboratoire de contrôle ; vérifier les dispositions particulières prises pour les bétonnages par temps chaud ou froid. Vérification des caractéristiques et des conditions de stockage des matériaux les caractéristiques des matériaux doivent être conformes au Plan Qualité ; les moyens de stockage doivent notamment prévenir tout risque de pollution ou mélange des matériaux. les granulats Pour chaque classe granulaire, vérifier l identification, et l absence de pollution ou mélange. les liants Sur chaque colonne montante, vérifier la présence de plaque d identification, et de système de sécurité ("détrompeur" ou autre système de sécurité). les adjuvants Vérifier les conditions de stockage (local) ; Vérifier sur chaque fût ou cuve, la présence de l étiquette NF avec date limite d emploi, ainsi que thermomètre si exigences particulières de conservation Cette visite (qui ne relève pas de l agrément de la centrale) peut se faire lors de l épreuve de convenance de fabrication des bétons Ne pas oublier que la centrale de secours doit être prévenue des dates de bétonnage Cette vérification se fait à l aide des fiches produits Cf. Annexe B contractuelle au fasc. 65 du CCTG (Equipement des centrales à béton) Cette vérification se réalise sur les stockages «primaire» et «secondaire» Les ciments sont stockés dans des silos indépendants (une qualité de ciment par silo) Ces opérations se font avec l aide des fiches produits des adjuvants, ainsi que des procédures de la centrale Il est à noter que les agents de viscosité (utilisés pour les BAP) ne Chapitre VII : Le bétonnage 2/5 Fiche n VII-2 : Fabrication des bétons en centrale

3 la présence d un dispositif de verrouillage des contenants, et d agitation des adjuvants si cela est nécessaire. font pas l objet d un droit d usage de la marque NF l'eau de gâchage Dans tous les cas, vérifier que les eaux utilisées sont conformes à celles prévues au Plan Qualité. Les eaux employées peuvent provenir du réseau d eau potable, d un puits ou d un système de recyclage ; aussi, vérifier sur les bons de livraison du béton si le type d eau est bien identifié Vérification du matériel de fabrication le matériel de dosage Contrôler la date de la vérification de toutes les bascules (sur poinçon ou certificat d étalonnage) ; Vérifier le contrôle effectif des doseurs volumétriques (documents de contrôle). le malaxeur Vérifier la présence de toutes les pales, l état du blindage et l absence de couronne de béton dans le malaxeur après vidange de ce dernier ; S assurer également de l étanchéité du malaxeur. les équipements d aide à la fabrication Vérifier le fonctionnement des sondes de teneur en eau des sables ; Contrôler le fonctionnement du wattmètre enregistreur (état de marche). Les bascules doivent être vérifiées 1 fois par an par un organisme habilité Les doseurs volumétriques d adjuvant doivent être vérifiés 1 fois par mois La présence de béton dans le malaxeur après vidange peut nécessiter un simple réglage de pale ou le remplacement des pales et/ou des blindages Vérifier dans les documents de contrôle le suivi et l étalonnage régulier de ces instruments ou, en cas de doute, faire réaliser un contrôle par séchage d échantillon Pendant la fabrication et le transport (faire appel à un spécialiste du réseau des LPC) Il convient ici de s'assurer que les dispositions préétablies et décrites dans les Plans Qualité et Procédures d'exécution sont effectivement appliquées, et de nature à assurer la qualité requise. Suivi de la fabrication, en centrale Le suivi de fabrication se fait surtout en début de bétonnage vérifier la conformité de la formule saisie dans l automate ; Chapitre VII : Le bétonnage 3/5 Fiche n VII-2 : Fabrication des bétons en centrale

4 contrôler les paramètres de fabrication (humidité des granulats, temps de malaxage). Le temps de malaxage doit permettre l atteinte du palier de stabilisation du wattmètre Vérification des moyens de transport vérifier l état des toupies et leur fonctionnement (pales, vitesse de rotation des cuves - lente pour le transport, rapide avant déchargement -) ainsi que l état des compteurs à eau) ; vérifier le temps de transport du béton (début de fabrication à fin de déchargement) qui doit rester proche du temps prévu lors de l épreuve de convenance. Le transport se fait par bétonnière portée (toupie) afin d assurer le maintien de l homogénéité du béton Lavage des toupies et vidange totale avant chargement Ajout d eau interdit après chargement du béton Contrôles de réception Réception du béton sur chantier La réception du béton sur chantier est de la responsabilité de l Entreprise de Génie Civil. vérifier que les contrôles, tant en nature qu en fréquence, tels que décrits dans la procédure d'exécution "mise en œuvre du béton", sont appliqués Vérification des bons de livraison et de pesée identifier la formule ; vérifier la nature de tous les composants ; vérifier les rapports E/C ; vérifier les valeurs des corrections d eau en centrale ; vérifier le respect des tolérances de dosage ; vérifier l heure de début de fabrication et temps de transport, afin de connaître l âge du béton. Vérifier le Cmin (dosage minimal de ciment) sur la moyenne de la charge Sauf cas particulier, l ajout d adjuvant dans les toupies est à proscrire ; si cela est toutefois nécessaire, se référer à l étude préalable fournie dans le Plan Qualité N formule conforme à celle de la procédure d exécution E (efficace)/c Le règlement de la marque NF 033 précise une fourchette maximale de ± 20 litres d eau par mètre cube, dans le respect du E/C. Cette correction sert à compenser les incertitudes sur la teneur en eau des granulats Tolérances conformes au tableau de l'article 3 de l'annexe B au fasc. 65 du CCTG Âge du béton à 20 C < 1h 30 (en l absence de dispositions particulières) Chapitre VII : Le bétonnage 4/5 Fiche n VII-2 : Fabrication des bétons en centrale

5 Contrôle de la conformité des caractéristiques du béton frais s assurer de la présence et du bon état du matériel de contrôle, de la qualification des opérateurs, du respect des modes opératoires et du respect des fréquences de contrôle ; consistance du béton frais ; teneur en air occlus (si exigence particulière). affaissement étalement aéromètre à béton Les matériels courants sont le cône d Abrams et la table d étalement Valeurs mesurées conformes aux spécifications. Ces contrôles sont effectués selon la fréquence définie dans le Plan Qualité Valeurs mesurées conformes aux spécifications au début de bétonnage 3. Documents à fournir au maître d œuvre Plan Qualité "Formulation, Fabrication et transport du béton" ; Procédure d Exécution "Mise en œuvre du béton" par partie d ouvrage ; bons de livraisons du béton (bons de pesée inclus obligatoirement) ; fiche de suivi de bétonnage ; Fiches de Non Conformités éventuelles. 4. Pour en savoir plus, consulter : le fascicule 65 du CCTG : Exécution des ouvrages de Génie Civil en béton armé ou précontraint (2008) - art. 83 et annexe B ; la norme NF EN : Béton - Partie 1 : spécification, performances, production et conformité) ; la liste des centrales admises à la marque NF-BPE (téléchargeable sur site ; le règlement de certification de la marque NF 033 "Béton prêt à l'emploi" ; la liste des adjuvants pour bétons admis à la marque (www.marque-nf.com) ; la liste des liants hydrauliques admis à la marque NF (www.marque-nf.com) ; les fiches techniques de CIMBETON (site ; la maîtrise de l eau dans les bétons. Guide technique. LCPC, mai 2001, 91 p. Chapitre VII : Le bétonnage 5/5 Fiche n VII-2 : Fabrication des bétons en centrale

Règles particulières de la marque NM BPE (NM 019)

Règles particulières de la marque NM BPE (NM 019) Règles de certification NM BPE 1 Référentiels Règles générales de la marque NM Règles particulières de la marque NM BPE (NM 019) La norme NM 10.1.008 et les normes auxquelles elle se réfère (Annexe I des

Plus en détail

NF EN 13670 / CN février 2013 Exécution des structures en béton

NF EN 13670 / CN février 2013 Exécution des structures en béton NF EN 13670 / CN février 2013 Exécution des structures en béton Norme NF EN 206-1 / CN décembre 2012 Béton Spécification, performance, production et conformité Complément national à la norme NF EN 206-1

Plus en détail

Appel d offre N 02/2016 Pour la fourniture de matériels de laboratoire Lot N 5-4: Matériels de diagnostic thermique du bâtiment

Appel d offre N 02/2016 Pour la fourniture de matériels de laboratoire Lot N 5-4: Matériels de diagnostic thermique du bâtiment Appel d Offres: Acquisition de matériel de Laboratoire Appel d offre N 02/206 Pour la fourniture de matériels de laboratoire Lot N 5-4: Matériels de diagnostic thermique du bâtiment Cahier des prescriptions

Plus en détail

Fiche n II-1 "Réalisation des fouilles de fondations superficielles et des blindages"

Fiche n II-1 Réalisation des fouilles de fondations superficielles et des blindages Fiche n II-1 "Réalisation des fouilles de fondations superficielles et des blindages" 1. Objet de la présente fiche Cette fiche concerne la réalisation des fouilles de fondations superficielles des ouvrages

Plus en détail

Qualification des équipements

Qualification des équipements Qualification des équipements Assurance qualité appliquée aux OMCLs, Rabat, 27&28 Novembre 2007 L. Lempereur, Coordinateur Qualité DLC Normes et guides Recommandations et définitions : PA/PH/OMCL (07)

Plus en détail

Instructions pour le travail pratique prescrit (TPP)

Instructions pour le travail pratique prescrit (TPP) Instructions pour le travail pratique prescrit (TPP) Domaine spécifique "produits secs" Technologue en denrées alimentaires CFC conformément à l'ordonnance sur la formation professionnelle initiale et

Plus en détail

Image de début avec nom

Image de début avec nom Image de début avec nom Le bon usage de mon équipement de travail Alain HIRTH Ingénieur Conseil Mars 2014 Quelques définitions (Selon code du travail) Équipements de travail : Machines, appareils, outils,

Plus en détail

CONTEXTE REGLEMENTAIRE

CONTEXTE REGLEMENTAIRE CONTEXTE REGLEMENTAIRE Obligations générales de l employeur Art. L. 233-5.. : Fournir aux salariés les matériels de prévention adaptés au risque Obligations spécifiques de l employeur liées à la ventilation

Plus en détail

ANNEXE I RÉFÉRENTIELS DU DIPLÔME

ANNEXE I RÉFÉRENTIELS DU DIPLÔME ANNEXE I RÉFÉRENTIELS DU DIPLÔME - 7 - ANNEXE I a RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES - 8 - PRÉSENTATION DU MÉTIER La modernisation des systèmes de production, liée à une recherche de plus grande

Plus en détail

Cahier des clauses techniques particulières applicables aux diagnostics de fonctionnement d installations de mesure de volumes d eau prélevée

Cahier des clauses techniques particulières applicables aux diagnostics de fonctionnement d installations de mesure de volumes d eau prélevée Cahier des clauses techniques particulières applicables aux diagnostics de fonctionnement d installations de mesure de volumes d eau prélevée PRESCRIPTIONS GENERALES 1. CADRE D INTERVENTION Le diagnostic

Plus en détail

PROCÉDÉS ET MISE EN FORME

PROCÉDÉS ET MISE EN FORME PROCÉDÉS ET MISE EN FORME DES MATÉRIAUX: BÉTONS TECHNOLOGIE DES BÉTONS Fait par: SAFI Brahim I.1. Définition: Le béton est un matériau composite aggloméré constitué ; squelette (granulats) et une colle

Plus en détail

COTITA Sud-Ouest CLARSO

COTITA Sud-Ouest CLARSO COTITA Sud-Ouest CLARSO Présentation d un laboratoire d une collectivité : La Cellule Expertise Qualité et Dimensionnement Du Conseil Général de la Charente Maritime Journée technique «entretien et expertise»

Plus en détail

CIMENTS CPJ - CEM II/B

CIMENTS CPJ - CEM II/B CIMENTS Classification et types de ciment Les ciments doivent être identifiés au moins par leur type et par unchiffre indiquant la classe de résistance. Si l'on doit indiquer que leciment a une résistance

Plus en détail

5.1 - Pompage du béton 5.2 - Mise en œuvre des Bétons Autoplaçants 5.3 - Mise en œuvre des Bétons à Hautes Performances

5.1 - Pompage du béton 5.2 - Mise en œuvre des Bétons Autoplaçants 5.3 - Mise en œuvre des Bétons à Hautes Performances Chapitre5 Techniques de mise en œuvre 5.1 - Pompage du béton 5.2 - Mise en œuvre des Bétons Autoplaçants 5.3 - Mise en œuvre des Bétons à Hautes Performances 55 Chapitre 5 Techniques de mise en œuvre 5.1

Plus en détail

28, rue de Liège - 75008 PARIS tél. : 01 44 90 88 80 fax : 01 44 90 00 57 CERTIFICATION NF ARMATURES : CONTROLES APPLICABLES AU SOUDAGE

28, rue de Liège - 75008 PARIS tél. : 01 44 90 88 80 fax : 01 44 90 00 57 CERTIFICATION NF ARMATURES : CONTROLES APPLICABLES AU SOUDAGE PROCEDURE E15 Rév. 0 Novembre 2008 Page 1/5 ASSOCIATION 28, rue de Liège - 75008 PARIS tél. : 01 44 90 88 80 fax : 01 44 90 00 57 PROCEDURE E15 : CERTIFICATION NF ARMATURES : CONTROLES APPLICABLES AU SOUDAGE

Plus en détail

Encadrements. Préparé par. Réseau aérien. Validé par. Réseau aérien SOMMAIRE

Encadrements. Préparé par. Réseau aérien. Validé par. Réseau aérien SOMMAIRE Encadrements Page 1 de 6 Norme Titre MAINTENANCE PRÉVENTIVE DES ÉQUIPEMENTS DE PROTECTION DANS LES CENTRALES DES PRODUCTEURS Unité concernée Préparé par Émis le Août 1996 En vigueur le janvier 2002 Révisé

Plus en détail

Production du béton en pratique. On a discuté. Le pratique

Production du béton en pratique. On a discuté. Le pratique Production du béton en pratique On a discuté Composants du béton Le processus de durcissement L importance de l eau ajouté e/c Propritées à jeune âge Resistance mechanique Changement de dimension et fissuration

Plus en détail

Marquage CE et marque NF des boisseaux terre cuite

Marquage CE et marque NF des boisseaux terre cuite et marque NF des boisseaux terre cuite Mode d emploi à l heure de l Europe # Qu est-ce que le marquage CE? # Quelle est la valeur ajoutée de la marque NF? # Quels sont les contrôles effectués sur les produits

Plus en détail

Valide au jour de l'impression

Valide au jour de l'impression TABLEAU COMPARATIF DES EXIGENCES DE LA NORME NF EN ISO/CEI 17025 ET DU REFERENTIEL DE METROLOGIE LEGALE LAB ML REF 02 Document N LAB ML Inf 02 Révision 00 - Février 2007 SOMMMAIRE I. OBJET DU DOCUMENT...

Plus en détail

Fiche n VIII-3 "Bossages des appareils d'appui"

Fiche n VIII-3 Bossages des appareils d'appui Fiche n VIII-3 "Bossages des appareils d'appui" par la partie en béton fretté solidaire du sommier ou du chevêtre (cas des petits appareils d'appui en élastomère fretté) ; ou par le mortier de calage lorsque

Plus en détail

Les Hydrofuges. Les Hydrofuges liquides. Les Hydrofuges poudres

Les Hydrofuges. Les Hydrofuges liquides. Les Hydrofuges poudres Les Hydrofuges Un hydrofuge de masse est un adjuvant qui réduit l absorption capillaire du béton durci. Les Hydrofuges liquides CIMFUGE SP 110 CIMFLUID 231 (HYDROFUGE) 112 Les Hydrofuges poudres CIMFUGE

Plus en détail

Le carnet sanitaire du bloc opératoire :

Le carnet sanitaire du bloc opératoire : Le carnet sanitaire du bloc opératoire : un outil de gestion des risques Journée e d éd échanges du réseau r ISO Sud-est 5 Avril 2012 Contexte Certification V2010 Conférence de consensus sur la gestion

Plus en détail

ANNEXE II. a UNITÉS PROFESSIONNELLES

ANNEXE II. a UNITÉS PROFESSIONNELLES ANNEXE II. a UNITÉS PROFESSIONNELLES La définition du contenu des unités professionnelles du diplôme a pour but de préciser, pour chacune d'elles, quelles tâches et compétences professionnelles sont concernées

Plus en détail

LIVRET D EVALUATION de la Période de Formation en Milieu Professionnel BAC PRO MEI

LIVRET D EVALUATION de la Période de Formation en Milieu Professionnel BAC PRO MEI LIVRET D de la Période de Formation en Milieu Professionnel BAC PRO MEI sous épreuve E31 Coefficient : 2 Candidat... Prénoms :... Académie :... Etablissement :... Page 1/7 FICHE DE SUIVI DE SECONDE BAC

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Le titulaire de la qualification agit au sein d un environnement de production industrielle.

REFERENTIEL DU CQPM. Le titulaire de la qualification agit au sein d un environnement de production industrielle. COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification : 2000 04 59/35 0186 Catégorie : A Dernière modification : 01/10/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Agent de contrôle qualité

Plus en détail

Fiche n VII-3 "Mise en œuvre des bétons"

Fiche n VII-3 Mise en œuvre des bétons Fiche n VII-3 "Mise en œuvre des bétons" 1. Objet de la présente fiche et rappels Cette fiche concerne la mise en œuvre des bétons. Elle définit les vérifications à effectuer sur les moyens utilisés (pompe,

Plus en détail

sable 0-8 gravier 8-32

sable 0-8 gravier 8-32 CHAPITRE 10 Dans ce chapitre, tu vas apprendre à calculer les quantités de matériaux nécessaire à l'exécution d'un objet en béton. A la fin de ce chapitre, tu seras capable de calculer les quantités de

Plus en détail

Recommandation n 1 1997 >>

Recommandation n 1 1997 >> Recommandation n 1 1997 >> Stabilité des fouilles en pleine masse recommandations aux Maîtres d ouvrage, maîtres d Œuvre et entreprises Constat Objet Champ d application Mesures techniques Remarques Annexe

Plus en détail

Certificat de Qualification Professionnelle. CQP Conducteur de machines du secteur alimentaire

Certificat de Qualification Professionnelle. CQP Conducteur de machines du secteur alimentaire Certificat de Qualification Professionnelle CQP Conducteur de machines du secteur alimentaire 1 Les différentes relations fonctionnelles Les ressources Service entretien et maintenance Service qualité

Plus en détail

PLAN PARTICULIER DE SECURITE ET DE PROTECTION DE LA SANTE (PPSPS)

PLAN PARTICULIER DE SECURITE ET DE PROTECTION DE LA SANTE (PPSPS) PLAN PARTICULIER DE SECURITE ET DE PROTECTION DE LA SANTE (PPSPS) (A rédiger par l entreprise après avoir pris connaissance de la loi, du PGC, et effectué obligatoirement la visite préalable d'inspection

Plus en détail

Nouveau fascicule 65. Club OA du 16/10/08. Cyrille CORDIER LRPC Aix / service MCOA. Centre d'études Techniques de l'équipement Méditerranée

Nouveau fascicule 65. Club OA du 16/10/08. Cyrille CORDIER LRPC Aix / service MCOA. Centre d'études Techniques de l'équipement Méditerranée Nouveau fascicule 65 Cyrille CORDIER LRPC Aix / service MCOA Club OA du 16/10/08 Centre d'études Techniques de l'équipement Méditerranée www.cete-mediterranee.fr SOMMAIRE Présentation générale Chapitre

Plus en détail

Viscosité. Coupes de viscosité et coupes consistométriques. Laboratoire

Viscosité. Coupes de viscosité et coupes consistométriques. Laboratoire Viscosité Coupes de viscosité et coupes consistométriques Introduction Les coupes de viscosité, conçues à l origine pour réaliser des évaluations rapides de viscosité et de consistance de produits Newtoniens,

Plus en détail

Concevoir, construire et gérer des structures durables en béton

Concevoir, construire et gérer des structures durables en béton Concevoir, construire et gérer des structures durables en béton Approche performantielle et évolutions normatives Normes d exécution des ouvrages en béton La révision du fascicule 65 Eric OLLINGER, Sétra

Plus en détail

ASSOCIATION POUR LA CERTIFICATION DES MATERIAUX ISOLANTS

ASSOCIATION POUR LA CERTIFICATION DES MATERIAUX ISOLANTS Indice de Révision Date de mise en application B 01/09/2014 Référentiel Produit nº14 ASSOCIATION POUR LA CERTIFICATION DES MATERIAUX ISOLANTS 4, avenue du Recteur-Poincarré, 75782 Paris Cedex 16 Tel. 33.(0)1.64.68.84.97

Plus en détail

Apprenti ébéniste Compétences professionnelles

Apprenti ébéniste Compétences professionnelles Compétences professionnelles COMPÉTENCE 1 Être capable de planifier son travail. -En respectant le budget horaire et les délais. 1.1 Lire des plans. Faire la distinction entre les différents éléments descriptifs

Plus en détail

OPERATION DE TRAVAUX

OPERATION DE TRAVAUX Maîtrise d Œuvre : C3C 21 rue Normande 28230 EPERNON Tél : 06.32.89.12.95 Fax : 09.58.83.45.69 E-mail : c3c.capelle@gmail.com Maître d Ouvrage LYCEE LAKANAL 3, avenue du Président Roosevelt 92330 SCEAUX

Plus en détail

Commission Européenne - DG III

Commission Européenne - DG III Commission Européenne - DG III DOCUMENT GUIDE B (concernant la Directive Produits de Construction 89/106/CE) DÉFINITION DU CONTRÔLE DE LA PRODUCTION EN USINE DANS LES SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES POUR LES

Plus en détail

Ministère de l'éducation Nationale - Direction de l'enseignement Scolaire

Ministère de l'éducation Nationale - Direction de l'enseignement Scolaire Dossier d évaluation Certificat d Aptitude professionnelle Réalisation en Chaudronnerie Industrielle MAI 2009 Fiches d évaluation. Fiches bilan savoir-être et comportement en entreprise. Attestations de

Plus en détail

Programme MOUSSANADA Axe : Organisation Action d accompagnement à la certification ISO 17020 V1998 TERMES DE RÉFÉRENCE

Programme MOUSSANADA Axe : Organisation Action d accompagnement à la certification ISO 17020 V1998 TERMES DE RÉFÉRENCE Programme MOUSSANADA Axe : Organisation Action d accompagnement à la certification ISO 17020 V1998 TERMES DE RÉFÉRENCE OBJECTIFS... 2 CIBLE... 2 RESULTATS... 2 INDICATEURS D IMPACT... 2 PRE-REQUIS... 2

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX MAÎTRE D OUVRAGE COMMUNE DE MORESTEL 38510 MORESTEL OBJET DU MARCHE RENOVATION DES BUREAUX DE LA GENDARMERIE MAPA (Marché Public à Procédure Adaptée) CADRE DE MEMOIRE TECHNIQUE

Plus en détail

Présenté par : Dominic Sabourin, tech. chef d équipe

Présenté par : Dominic Sabourin, tech. chef d équipe Contrôle de la qualité du retraitement en place à froid (externe donneur d ouvrage ou laboratoire) Présenté par : Dominic Sabourin, tech. chef d équipe SUJETS ABORDÉS 1. Introduction 2. Contrôle au chantier

Plus en détail

Définition du poste. Missions : Attributions. Poste : Responsable télécoms. Entité de rattachement :Exploitation et maintenance des infrastructures

Définition du poste. Missions : Attributions. Poste : Responsable télécoms. Entité de rattachement :Exploitation et maintenance des infrastructures Définition du poste Responsable de l'exploitation et de la et des équipements de télécommunications dès leur mise en service au sein du complexe solaire; eten charge du développement d'une expertise liée

Plus en détail

L AUTOSURVEILLANCE DES RESEAUX D ASSAINISSEMENT

L AUTOSURVEILLANCE DES RESEAUX D ASSAINISSEMENT L AUTOSURVEILLANCE DES RESEAUX D ASSAINISSEMENT Une obligation réglementaire Jean Marc THERY Direction de l'eau et de la Biodiversité Sous-direction de la protection et de la gestion des ressources en

Plus en détail

PLAN PARTICULIER DE SECURITE ET DE PROTECTION DE LA SANTE (PPSPS)

PLAN PARTICULIER DE SECURITE ET DE PROTECTION DE LA SANTE (PPSPS) PLAN PARTICULIER DE SECURITE ET DE PROTECTION DE LA SANTE (PPSPS) (A rédiger par l entreprise après avoir pris connaissance de la loi, du PGC et effectué obligatoirement la visite préalable d'inspection

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires 22 octobre 2011 JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Texte 9 sur 170 Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX COMMUNAUTE DE COMMUNES DE LA LOMAGNE GERSOISE

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX COMMUNAUTE DE COMMUNES DE LA LOMAGNE GERSOISE MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX CAHIER DES CLAUSES PARTICULIERES (CCP) COMMUNAUTE DE COMMUNES DE LA LOMAGNE GERSOISE Objet du marché Travaux d entretien de la voirie communautaire Programme 2012 Lot N 1 Chaussée

Plus en détail

Référentiel activités

Référentiel activités Référentiel métier Inter bloc. Tome II, n 4, décembre 2003 Référentiel activités Fiche activité type (FAT) - 1 Assurer la conformité et l opérationnalité de l environnement opératoire. Fiche activité type

Plus en détail

4 4.2. PRODUCTION Béton hydraulique

4 4.2. PRODUCTION Béton hydraulique LA FO.200 Adresse actuelle de la centrale DESCRIPTIF de l UNITÉ de CENTRALE AMMANN «JUSTWHITE» Fabricant : Centrale à béton Lachat SA Rue / case postale : Route de Milandre 15 NP / localité : CH 2926 Boncourt

Plus en détail

DIRECTIVE POUR L IMPORTATION ET LA MISE EN CIRCULATION DE PRODUITS MEDICAUX EXPERIMENTAUX

DIRECTIVE POUR L IMPORTATION ET LA MISE EN CIRCULATION DE PRODUITS MEDICAUX EXPERIMENTAUX PROJET MODELE [NOM DE L AUTORITE NATIONALE DE REGLEMENTATION] DIRECTIVE POUR L IMPORTATION ET LA MISE EN CIRCULATION Pour les essais cliniques à mener à/au/en (NOM DU PAYS) 2 TABLE DES MATIERES Pages 1.

Plus en détail

MARCHES PUBLICS DE TRAVAUX. Mairie de Boisseron 56 avenue Frédéric Mistral BP n 9 34160 BOISSERON Tél. : 04 67 86 62 08

MARCHES PUBLICS DE TRAVAUX. Mairie de Boisseron 56 avenue Frédéric Mistral BP n 9 34160 BOISSERON Tél. : 04 67 86 62 08 MARCHES PUBLICS DE TRAVAUX Mairie de Boisseron 56 avenue Frédéric Mistral BP n 9 34160 BOISSERON Tél. : 04 67 86 62 08 MARCHE A BONS DE COMMANDE DE VOIRIE Mairie de Boisseron Cahier des Clauses Techniques

Plus en détail

Dispositif de secours

Dispositif de secours Référentiels EPSF Recommandation Recommandation Matériel Matériel SAM C 304 Applicable sur : RFN Edition du 16/11/2007 Version n 2. du 31/03/2014 Applicable à partir du : 31/03/2014 06/06/2014 : 10:17

Plus en détail

Informations à l attention du personnel technique et des entreprises utilisant des équipements contenant des gaz à effet de serre fluorés

Informations à l attention du personnel technique et des entreprises utilisant des équipements contenant des gaz à effet de serre fluorés Informations à l attention du personnel technique et des entreprises utilisant des équipements contenant des gaz à effet de serre fluorés Équipements de réfrigération, de climatisation et de pompes à chaleur

Plus en détail

S0 Electrotechnique Expérimentation scientifique et technique Dimensionnement LE MALAXEUR. 1ére BAC PRO EEEC professionnelles

S0 Electrotechnique Expérimentation scientifique et technique Dimensionnement LE MALAXEUR. 1ére BAC PRO EEEC professionnelles Nom : Prénom : Date : Note : / 20 Malaxeur Habilis Temps maximum alloué : 4h 1- Mise en situation Suite à des travaux dans le garage P.J Laurent, le système de mélangeur de peinture doit être remis en

Plus en détail

Contributions des industriels à la démarche d accréditation des laboratoires

Contributions des industriels à la démarche d accréditation des laboratoires Contributions des industriels à la démarche d accréditation des laboratoires Mardi 29 septembre 2009 38 e Colloque National des Biologistes des Hôpitaux 08/02/2006-1 I. Contexte II. Organisation III. Marquage

Plus en détail

Liant autopercolant pour enrobés

Liant autopercolant pour enrobés P R O D U I T S S P É C I A U X Liant autopercolant pour enrobés Percocem Liant autopercolant pour enrobés domaines d application Percocem est un produit permettant de réaliser des sols à très hautes performances.

Plus en détail

Textes de référence :articles L. 253-7-1 et D. 253-45-1 du code rural et de la pêche maritime

Textes de référence :articles L. 253-7-1 et D. 253-45-1 du code rural et de la pêche maritime Ordre de méthode Direction générale de l'alimentation Service des actions sanitaires en production primaire Sous-direction de la qualité et de la protection des végétaux Bureau des intrants et du biocontrôle

Plus en détail

LES PROCÉDÉS DE STABILISATION POUR AMÉNAGEMENTS

LES PROCÉDÉS DE STABILISATION POUR AMÉNAGEMENTS LES PROCÉDÉS DE STABILISATION POUR AMÉNAGEMENTS La stabilisation des sols est une technique très ancienne, certaines voies romaines sont encore là pour en témoigner! Aujourd hui, ce procédé est remis au

Plus en détail

BT-12 Exécution des audits internes

BT-12 Exécution des audits internes Deel B Partie B BT-12 Exécution des audits internes asbl vzw Gasthuisstraat 31 31, Rue de l Hôpital B-1000 BRUSSEL B-1000 BRUXELLES T: +32 (0)2 514 01 86 Fax: +32 (0)2 514 05 29 Web: www.ovocom.be Historique

Plus en détail

RAPPORT D ESSAI N SC 11 00 69

RAPPORT D ESSAI N SC 11 00 69 Pôle européen de sécurité CNPP-Vernon Département Feu et Environnement Route de la Chapelle Réanville CD 64 - BP 2265 F 27950 SAINT MARCEL Téléphone 33 (0)2 32 53 64 33 Télécopie 33 (0)2 32 53 64 68 RAPPORT

Plus en détail

MARQUE NF ROBINETTERIE DE REGLAGE ET DE SECURITE. Document technique 06 : Siphons pour groupes de sécurité

MARQUE NF ROBINETTERIE DE REGLAGE ET DE SECURITE. Document technique 06 : Siphons pour groupes de sécurité CENTRE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE DU BATIMENT Organisme certificateur mandaté par AFNOR Certification 84 avenue Jean Jaurès CHAMPS-SUR-MARNE F 77447 MARNE LA VALLEE CEDEX 2 www.cstb.fr MARQUE NF ROBINETTERIE

Plus en détail

Décision d'approbation de modèle ne 01.00.690.005.1 du 6 mai 2001

Décision d'approbation de modèle ne 01.00.690.005.1 du 6 mai 2001 DIRECTION DE L ACTION RÉGIONALE ET DE LA PETITE ET MOYENNE INDUSTRIE SOUS-DIRECTION DE LA MÉTROLOGIE 20, AVENUE DE SÉGUR F-75353 PARIS 07 SP Décision d'approbation de modèle ne 01.00.690.005.1 du 6 mai

Plus en détail

PROCEDURE DE SELECTION ET EVALUATION DES FOURNISSEURS ET DES SOUS-TRAITANTS (1er exemple)

PROCEDURE DE SELECTION ET EVALUATION DES FOURNISSEURS ET DES SOUS-TRAITANTS (1er exemple) PROCEDURE DE SELECTION ET EVALUATION DES FOURNISSEURS ET DES SOUS-TRAITANTS (1er exemple) Procédure Page : 1/4 Rédigé par : Validé par : DATE LISTE DE DIFFUSION : Responsable des achats et de la logistique

Plus en détail

Prévention des désordres dus à la réaction alcalisgranulats

Prévention des désordres dus à la réaction alcalisgranulats Strength. Performance. Passion. Prévention des désordres dus à la réaction alcalisgranulats (RAG) Introduction La réaction alcalis-granulats est un mécanisme d endommagement affectant sur le long terme

Plus en détail

Schéma National de Formation des Sapeurs-Pompiers

Schéma National de Formation des Sapeurs-Pompiers Schéma National de Formation des Sapeurs-Pompiers Direction de la Défense et de la Sécurité Civiles - Sous-Direction des Services de Secours et des Sapeurs-Pompiers - DDSC 9 - JANVIER 1999 Date de mise

Plus en détail

C.C.T.P. Cahier des Clauses Techniques Particulières

C.C.T.P. Cahier des Clauses Techniques Particulières SCI RUE DE LILLE - MONT SAINT MARTIN 102C rue Amelot 75011 PARIS 11 Construction d'un établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes de 100 lits et places Rue de Lille 54350 MONT SAINT MARTIN

Plus en détail

OPERATEUR/TRICE LOGISTIQUE GUIDE DE L'EVALUATION DES BESOINS DE FORMATION

OPERATEUR/TRICE LOGISTIQUE GUIDE DE L'EVALUATION DES BESOINS DE FORMATION OPERATEUR/TRICE LOGISTIQUE GUIDE DE L'EVALUATION DES BESOINS DE FORMATION Convention Collective Nationale de l Expédition-Exportation de fruits et légumes (CCN N 3233) COMPETENCES «CŒUR DE METIER» Les

Plus en détail

Pour comprendre une norme Base d une relation partenaires économiques / scientifiques / techniques D application volontaire Texte règlementaire peut r

Pour comprendre une norme Base d une relation partenaires économiques / scientifiques / techniques D application volontaire Texte règlementaire peut r REPH - Jeudi 7 novembre 2013, Saint-Etienne Pour comprendre une norme Base d une relation partenaires économiques / scientifiques / techniques D application volontaire Texte règlementaire peut rendre tout

Plus en détail

III: L'ENSEIGNEMENT ET LA RECHERCHE

III: L'ENSEIGNEMENT ET LA RECHERCHE CHAPITRE III: L'ENSEIGNEMENT ET LA RECHERCHE SECTION 3.1: L'ENSEIGNEMENT SOUS-SECTION 3.1.1: LES ÉTUDES DE PREMIER CYCLE PROCÉDURE RELATIVE AU PLAN DE COURS PAGE : 1 Adoptée : CET-3407 (08 06 93) Modifiée

Plus en détail

TRAVAUX DE SECURISATION D UN MUR DE SOUTENEMENT

TRAVAUX DE SECURISATION D UN MUR DE SOUTENEMENT COMMUNE D HERBEYS 27 chemin du Villard 38320 HERBEYS 04 76 73 63 76 Fax : 04 76 72 09 65 commune.herbeys@wanadoo.fr TRAVAUX DE SECURISATION D UN MUR DE SOUTENEMENT BORDEREAU DES PRIX UNITAIRE (BPU) BPU

Plus en détail

Les adjuvants stabilisateurs d affaissement

Les adjuvants stabilisateurs d affaissement Les stabilisateurs d affaissement Congrès Été Lac Leamy 21 août 2014 Bruce Labrie, ing. Conseiller technique BASF Canada Inc. Contenu de la présentation Les avantages d un béton stable Efficacité des opérations

Plus en détail

SQ 908 Indice E. Application Ferroviaire Spécification Qualité. REVUE DE FOURNITURE de produits industriels ou de services

SQ 908 Indice E. Application Ferroviaire Spécification Qualité. REVUE DE FOURNITURE de produits industriels ou de services SQ 908 Indice E Application Ferroviaire Spécification Qualité OBTENTION DE LA QUALITE DES PRODUITS ACHETES PAR LA SNCF REVUE DE FOURNITURE de produits industriels ou de services Édition de novembre 2009

Plus en détail

Le carnet sanitaire du bloc opératoire :

Le carnet sanitaire du bloc opératoire : Le carnet sanitaire du bloc opératoire : un outil de gestion des risques N Loukili 1, L Cauchy 1, C Berneron 2, C Lestrez 3, A Lechat 3, B Lazzari 4, JP Dupuis 4, B Grandbastien 1 1 : Service de Gestion

Plus en détail

AUTORISATION DE DEVERSEMENT ET ENTRETIEN DES INSTALLATIONS DE PRETRAITEMENT

AUTORISATION DE DEVERSEMENT ET ENTRETIEN DES INSTALLATIONS DE PRETRAITEMENT DEPARTEMENT DE LA SECURITE ET DE L ENVIRONNEMENT DCPE 510 SERVICE DES EAUX, SOLS ET ASSAINISSEMENT JUIN 2008 DIRECTIVE CANTONALE AUTORISATION DE DEVERSEMENT ET ENTRETIEN DES INSTALLATIONS DE PRETRAITEMENT

Plus en détail

A ) DECLARATION D OPERATION RELATIVE A UN MOYEN DE CRYPTOLOGIE

A ) DECLARATION D OPERATION RELATIVE A UN MOYEN DE CRYPTOLOGIE R E P U B L I Q U E D U S E N E G A L UN PEUPLE - UN BUT - UNE FOI -------------- PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE --------------- S E C R E T A R I A T G E N E R A L --------------- ANNEXE II Forme et contenu

Plus en détail

- Pour des activités professionnelles données, identification des risques de contamination et de leurs origines

- Pour des activités professionnelles données, identification des risques de contamination et de leurs origines Hygiène Recensement des sites pédagogiquement exploitables CAP APR : NB : ressources exploitables aussi en BEP CSS et BEP Bioservices ATA Site Ressource : http://www.asept.fr/pages/dossiers/haccp/la-me9thode-haccp-et-la-se9curite9-alimentaire.php

Plus en détail

Godets Malaxeurs & Bétonnières Auto-Chargeuses

Godets Malaxeurs & Bétonnières Auto-Chargeuses Godets Malaxeurs & Bétonnières Auto-Chargeuses Godets Malaxeurs à Spires Godets malaxeurs à Spires GMSR 550 Générales Adaptation : Sur tous types de porteurs grâce à l attache boulonnée sur le godet. Energie

Plus en détail

REFERENTIEL TREMPLIN ACERMI pour les Bétons

REFERENTIEL TREMPLIN ACERMI pour les Bétons REFERENTIEL TREMPLIN ACERMI pour les Bétons 1 GENERALITES Le présent document définit les règles de base : Des contrôles effectués sur la fabrication des bétons revendiquant une valeur thermique certifiée

Plus en détail

Fiche n V-1 "Stabilité des coffrages"

Fiche n V-1 Stabilité des coffrages Fiche n V-1 "Stabilité des coffrages" l étanchéité pour éviter les pertes de laitance, causes d une modification locale des propriétés du béton. Pour répondre à ces nécessités, le coffrage des parties

Plus en détail

Présentation du système de bonification sur le prix du terrain

Présentation du système de bonification sur le prix du terrain Extension de Technoland Présentation du système de bonification sur le prix du terrain inciter les entreprises à aller au-delà de la réglementation Version du 21/05/2014 Sommaire Le contexte Le principe

Plus en détail

Pesée de poudres : risques et prévention. Les journées de l ADHYS Vendredi 18 mars 2005

Pesée de poudres : risques et prévention. Les journées de l ADHYS Vendredi 18 mars 2005 Pesée de poudres : risques et prévention Les journées de l ADHYS Vendredi 18 mars 2005 1 introduction pourquoi pèse t on? connaître le poids d une préparation mesurer une quantité voulue d un réactif deux

Plus en détail

La nouvelle réglementation des fluides frigorigènes

La nouvelle réglementation des fluides frigorigènes La nouvelle réglementation des fluides frigorigènes Spécifique à la Catégorie V Climatisation véhicule (pour les autres catégories nous consulter) Tout savoir sur l attestation de capacité par ESC- Mémo

Plus en détail

REGLEMENT TECHNIQUE CHALLENGE N2 SERIE 2016

REGLEMENT TECHNIQUE CHALLENGE N2 SERIE 2016 REGLEMENT TECHNIQUE CHALLENGE N2 SERIE 2016 Tout ce qui n est pas explicitement autorisé : - dans le présent règlement, - dans la fiche d homologation 206 N2 SERIE, - dans l annexe J FIA, - dans les bulletins

Plus en détail

CIMENT FONDU BATIMENT / TRAVAUX PUBLICS / INDUSTRIES

CIMENT FONDU BATIMENT / TRAVAUX PUBLICS / INDUSTRIES Fiche commerciale CIMENT FONDU BATIMENT / TRAVAUX PUBLICS / INDUSTRIES Référence FC-CFL-GE-FR-LAF-11/04 Description Ciment à durcissement rapide qui permet la mise en service des bétons entre 6 et 24 h

Plus en détail

REGLEMENT TECHNIQUE 2013

REGLEMENT TECHNIQUE 2013 REGLEMENT TECHNIQUE 2013 Tout ce qui n est pas explicitement autorisé : - dans le présent règlement - dans la fiche d homologation de Twingo R2 (A-5731 extensions valables en VR2B hors 13/02-ET) - dans

Plus en détail

Fiche Pratique DEMARCHE QUALITE. Normes de référence : ISO 9001 : 2008 Systèmes de Management de la Qualité [Exigences]

Fiche Pratique DEMARCHE QUALITE. Normes de référence : ISO 9001 : 2008 Systèmes de Management de la Qualité [Exigences] Fiche Pratique DEMARCHE QUALITE Normes de référence : ISO 9001 : 2008 Systèmes de Management de la Qualité [Exigences] 1. Définir l objet de l organisme La première étape consiste à se poser les questions

Plus en détail

RAPPORT D ESSAI N SC 11 00 68

RAPPORT D ESSAI N SC 11 00 68 Pôle européen de sécurité CNPP-Vernon Département Feu et Environnement Route de la Chapelle Réanville CD 64 - BP 2265 F 27950 SAINT MARCEL Téléphone 33 (0)2 32 53 64 33 Télécopie 33 (0)2 32 53 64 68 RAPPORT

Plus en détail

AJUSTEMENTS. Noguet Lycée Blaise Pascal Colmar Ajustements cours. 24/03/2009 1/6

AJUSTEMENTS. Noguet Lycée Blaise Pascal Colmar Ajustements cours. 24/03/2009 1/6 AJUSTEMENTS 1.- Domaine d application : Un ajustement concerne toujours deux pièces : le contenu et le contenant. Le cas le plus fréquemment rencontré est celui de l arbre et de l alésage (pièces cylindriques)

Plus en détail

SOUDAGE DES CANALISATIONS ET BRANCHEMENTS EN ACIER SOMMAIRE

SOUDAGE DES CANALISATIONS ET BRANCHEMENTS EN ACIER SOMMAIRE CAHIER DES CHARGES AFG SOUDAGE DES CANALISATIONS ET BRANCHEMENTS EN ACIER RSDG 3.1 30 juin 2003 SOMMAIRE 1. - OBJET DU CAHIER DES CHARGES 2 2. - DOMAINE D APPLICATION 2 3. - NORMES DE REFERENCE 3 4. -

Plus en détail

Association suisse pour la construction agricole (ALB-CH)

Association suisse pour la construction agricole (ALB-CH) Gebr. Hunziker AG Ingenieurunternehmung Responsabilité du maître d oeuvre en cas de non respect des normes SIA (exemple: fosses à lisier) Formation continue en construction rurale à la station de recherche

Plus en détail

Introduction Domaines d application du guide Contexte de l opération Conception, dimensionnement Classes d exécution

Introduction Domaines d application du guide Contexte de l opération Conception, dimensionnement Classes d exécution SOMMAIRE 7 Introduction 9 Domaines d application du guide 11 Contexte de l opération 11 1. Intervenants 11 2. Types d opération 12 3. Phasage de l opération 13 4. Interfaces 15 Conception, dimensionnement

Plus en détail

Avis et communications

Avis et communications Avis et communications AVIS DIVERS MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DE L ÉNERGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE LA MER, EN CHARGE DES TECHNOLOGIES VERTES ET DES NÉGOCIATIONS SUR LE CLIMAT Avis relatif à l agrément

Plus en détail

Axe numérique. Notice technique

Axe numérique. Notice technique Notice technique Notice technique AVERTISSEMENTS Tous les exemples développés dans ce manuel sont d'ordre pédagogique, et peuvent à ce titre ne pas représenter totalement la réalité. Ils ne doivent en

Plus en détail

Cuve Blanche Système RASCOR

Cuve Blanche Système RASCOR Cuve Blanche Système RASCOR Cuve Blanche Le système Dans une cuve blanche, le béton assume, outre sa fonction de soutien, également la fonction d étanchement. EVOLUTION HISTORIQUE DE LA CUVE BLANCHE Les

Plus en détail

Guide de l utilisateur d un Moyen d Accès en Hauteur

Guide de l utilisateur d un Moyen d Accès en Hauteur Guide de l utilisateur d un Moyen d Accès en Hauteur NF 093 06/01/01 NF 093 06/01/01 LNE AFNOR Certification Norme EN 131-1.2.3 Caractéristiques certifiées : o Résistance mécanique des différents composants

Plus en détail

Transports INSTRUCTION TECHNIQUE G 1/6 ORGANISATION ET DEROULEMENT DES OPERATIONS DE CONTROLE DES VEHICULES SOMMAIRE

Transports INSTRUCTION TECHNIQUE G 1/6 ORGANISATION ET DEROULEMENT DES OPERATIONS DE CONTROLE DES VEHICULES SOMMAIRE Transports INSTRUCTION TECHNIQUE G 1/6 SOMMAIRE 1 OBJET ET DOMAINE D APPLICATION... 1 2 REFERENCES NORMATIVES ET REGLEMENTAIRES... 1 3 DEFINITIONS ET ABREVIATIONS... 2 4 PRESCRIPTIONS... 2 4.1 UTILISATION

Plus en détail

A C H A T D E M A T E R I E L S P O U R L E S A T E L I E R S M U N I C I P A U X C.C.P CAHIER DES CLAUSES PARTICULIERES

A C H A T D E M A T E R I E L S P O U R L E S A T E L I E R S M U N I C I P A U X C.C.P CAHIER DES CLAUSES PARTICULIERES A C H A T D E M A T E R I E L S P O U R L E S A T E L I E R S M U N I C I P A U X C.C.P CAHIER DES CLAUSES PARTICULIERES 1 ACHAT DE MATERIELS POUR LES ATELIERS -------------------- ARTICLE 1.1 - OBJET

Plus en détail

CONVENTION D HABILITATION INDIVIDUELLE «Office d huissiers de justice»

CONVENTION D HABILITATION INDIVIDUELLE «Office d huissiers de justice» CONVENTION D HABILITATION INDIVIDUELLE «Office d huissiers de justice» Les parties à la convention Préambule - Le ministre de l intérieur, représenté par le préfet de - L office d huissiers de justice

Plus en détail

DÉCLARATION DES PERFORMANCES

DÉCLARATION DES PERFORMANCES ETAG 029 12 0679 DÉCLARATION DES PERFORMANCES Sika AnchorFix -1 02 04 03 01 001 0 000001 5034408 1. Produit Type: Code d identification unique du produit type: 2. Numéro de type, de lot ou de série ou

Plus en détail

FICHE D'IDENTITE DE LA QUALIFICATION VALIDEE OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDÉE

FICHE D'IDENTITE DE LA QUALIFICATION VALIDEE OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDÉE Commission paritaire nationale de l'emploi de la métallurgie Qualification : MQ 2004 10 31 0234 FICHE D'IDENTITE DE LA QUALIFICATION VALIDEE TITRE DE LA QUALIFICATION : Opérateur en traitement de surface

Plus en détail

Signalisation des. Une démarche vers l implantation d une procédure de signalisation des. travaux routiers. Septembre 2009

Signalisation des. Une démarche vers l implantation d une procédure de signalisation des. travaux routiers. Septembre 2009 Signalisation des travaux routiers Une démarche vers l implantation d une procédure de signalisation des travaux routiers Septembre 2009 Avant d établir une procédure de signalisation des travaux routiers,

Plus en détail