Les ateliers de pratique réflexive lieu d intégration des données probantes, moteur de changement de la pratique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les ateliers de pratique réflexive lieu d intégration des données probantes, moteur de changement de la pratique"

Transcription

1 Les ateliers de pratique réflexive lieu d intégration des données probantes, moteur de changement de la pratique Préparé par: Rose-Anne Buteau, Inf. Ph D. (c) Sylvie Garand-Rochette, M.Sc.. Monique Thibault, inf. Bacc. Johanne Tremblay, inf. Bacc.

2 Plan de présentation Définition de la pratique réflexive Étapes de la pratique réflexive Processus de recherche des données probantes Modèle de concertation professionnelle Le projet de l adhésion à la médication

3 Définitions de pratique réflexive Démarche qui utilise l interaction, le questionnement et la réflexion pour apporter des ajustements à la pratique infirmière. Selon St-Arnaud (1992) et Schön (1994), la pratique réflexive est une activité de recherche, nommée science-action, par laquelle la professionnelle (l infirmière étant le chercheur principal) expérimente différentes nouvelles interventions, recueille et analyse des données sur sa pratique, pour ensuite vérifier l efficacité de ses actions. Il s agit d un processus de réflexion systématique et rigoureux sur les interventions infirmières.

4 Les assises de la démarche Repose sur la remise en question des soins, des routines, des façons de faire et la recherche d amélioration de l intervention. Susciter l échange et le questionnement Un noyau de travail Facilitateur: anime, questionne, agit sur le climat d échange. Buts: Trouver une réponse aux préoccupations cliniques. Définir une pratique de qualité appuyée sur les données probantes.

5 La mise en projet de changement Phase descriptive Centrée sur les caractéristiques des situations cliniques: actions, intentions et sentiments Conduit à la découverte de stratégies de pratiques efficaces et utiles ou à des pistes d amélioration; Phase réflexive Vise l identification des connaissances, des croyances, les expertises qui sous-tendent les actions. Analyse les situations à la lumière des fondements scientifiques. Phase de la critique et de l émancipation Identifie les facteurs qui facilitent ou contraignent l atteinte de résultats. Identifie les changements de pratique requis. Définit l expérimentation de nouvelles pratiques leur faisabilité et leur pertinence.

6 Nos étapes de démarche Cadre théorique: Modèle Stettler-Marram d utilisation des résultats de la recherche dans la pratique infirmière Étapes: Observation des documents de soins et description de la pratique infirmière; Formulation d une question de recherche; Recherche des écrits scientifiques et résultats probants; Analyse des écrits comparée à la pratique clinique; Prise de décision et élaboration de recommandations; Établissement de la ligne directrice de pratique.

7 SYNTHÈSE DES DONNÉES Transformation de la pratique Question de recherche Transfert des connaissances : Enseignement et plan d action Experts de terrain Respect Réciprocité Responsabilité Champion chercheur Recherche de données : Pratique Écrits ANALYSE DES DONNÉES Recommandations et développement des connaissances Préciser la question de recherche COLLECTE DE DONNÉES

8 Les outils Tableau synthèse des discussions des écrits; Tableau synthèse des discussions de la pratique; Grille d analyse critique des écrits; Grilles de lecture; Guide méthodologique recherche documentaire; Guide d animation.

9 Le questionnement Identifier un thème central de questionnement : Préoccupation Action infirmière Problématique de la clientèle Adhésion au traitement médicamenteux

10 Questionnement des écrits Qualité: méthodologique et solidité preuve Correspondance avec la clientèle Utilisable par les infirmières Ce que cela apporte de plus Acceptable pour tous Écart entre la pratique actuelle Impacts à prévoir si fait le changement de pratique Décision

11 Thèmes de questionnement de nos rencontres Que fait-on avec la fiche d information concernant la médication remis à l admission? Qui sont les clients non fidèles et comment les identifie-t-on? Comment retrouve-t-on la non fidélité dans nos outils de documentation de soins? Que doit comprendre le dépistage et l évaluation du problème de non adhésion à la médication? Ce qui est fait lorsqu un client est non fidèle à la médication; Comment doit-on intervenir lorsqu un client demande un PRN? Quelles sont les interventions efficaces pour répondre à la problématique de non adhésion à la médication? Quelle est la terminologie à adopter pour parler de non fidélité à la médication? Que fait-on avec l enseignement à la médication? Qu est-ce que l entrevue motivationnelle? Quelle forme donner à un appel téléphonique posthospitalisation?

12 La recherche des données probantes Buts: Établir la base des connaissances disponibles concernant une préoccupation de soins. Guider la prise de décision. Étapes: Identifier les situations difficiles ou les préoccupations de soins; Mettre sous forme de question de recherche: PICO Traduction, synonymes, thésaurus Trouver les données probantes: bases de données, sites internet, guides de pratique, rapports de recherche, manuels, experts

13 Notre recherche Bases de données: Cochrane library, Embase, Psyclit, CINALH, Medline Sites internet: SERPSY, RNAO, NZAO, Thèse Canada Mots clé: Compliance, médication, intervention, évaluation, psychiatrie, schizophrénie, dépression

14 La prise de décision Établir le niveau de preuve scientifique Comparer les résultats avec le milieu: Population, ressource, faisabilité, accord professionnel, adaptation nécessaire, coût Émettre des recommandations de pratique ou procéder à un essai cibler un milieu agent de changement mesurer les résultats

15 Nos prises de décision Consultation des collègues infirmières; Observation de certains éléments de la pratique; Comparaison aux résultats de la recension des écrits; Discussion sur contenu de la recension des écrits et les résultats d observation de la pratique; Révision et élaboration d outils cliniques; Élaboration de recommandations de pratique.

16 Définition ligne directrice de pratique C est une déclaration élaborée d une manière méthodique, appuyée sur les résultats probants, visant à faciliter les décisions de l infirmière et du patient concernant les soins infirmiers adéquats dans une situation clinique.

17 Ligne directrice S adresse à l ensemble des infirmières en interne et en externe Identifie pour chaque recommandation le niveau d évidence scientifique associé Émet une vingtaine de recommandations de pratique afin d identifier: L approche à adopter Les indicateurs de risque lors de l évaluation Les interventions à privilégier Les moments de l intervention

18 Les recommandations Le dépistage des clients à risque de non adhésion; L évaluation de la non adhésion L administration de la médication L intervention auprès des clients à risque non adhésion intentionnelle L intervention auprès des clients à risque non adhésion non intentionnelle L information et l enseignement La documentation et le suivi concernant l intervention Le suivi post-hospitalier auprès des clients à risque

19 Exemples de recommandations Recommandation #3: Que les infirmières identifient les risques de non adhésion à la médication au départ à partir des indicateurs suivants : Histoire antérieure de non adhésion Difficulté à reconnaître les symptômes Alliance fragile lors de l hospitalisation Refus d implication de la famille

20 Exemples de recommandations Recommandation # 9: Que les infirmières utilisent la distribution de la médication pour en faire un moment d échange avec le patient à risque de non adhésion à la médication Recommandation # 20 : Que les infirmières effectuent au cours du premier mois, de façon systématique, un appel téléphonique post-hospitalisation afin de vérifier la prise de la médication auprès des patients identifiés à risque de non adhésion lors du départ

21 Le projet de la non adhésion à la médication

22 Notre question Quelle est la stratégie d interventions contemporaine pour augmenter l adhésion à la médication de la clientèle psychiatrique (schizophrénie et dépression) qui quitte l hôpital.

23 Situation à l origine du projet Dans la schizophrénie, 50%cessent Rx dans les premiers six mois et 18,2% la prennent partiellement; Dans la dépression, 35% cessent Rx après 1 mois; Augmente le risque de rechute, de réhospitalisation et intervient sur le seuil d efficacité; Raisons d arrêt de la Rx: Apparition d effets adverses et effets de la Rx Difficulté avec l horaire de Rx et activités de vie Difficulté à reconnaître les symptômes Phase asymptomatique des RX Constat: importance de la relation infirmière-patient sur l adhésion à la Rx.

24 Début du projet Consultation des infirmières Recherche d une préoccupation commune; Diversité des secteurs cliniques Diversité de l expertise Consensus autour d une question: Quelle stratégie d interventions contemporaine favorise l adhésion à la médication? Évidence scientifique issue des recensions systématiques des écrits : Identifie peu d effet de l enseignement à la médication sur l adhésion au traitement médicamenteux

25 Rechute, Augmentation des symptômes ou désorganisation Qui nécessitent une consultation OUI Suivi particulier : PTI Évaluation initiale en soins infirmiers Dépistage des facteurs de risques et des indicateurs de non adhésion à la médication pour la dépression pour la schizophrénie NON Suivi régulier ANNEXE A Déterminer la forme de non adhésion à la médication Non adhésion non intentionnelle : Liste de stratégie d action Suivi particulier en hospitalisation : - Fiche d information de la médication - Auto responsabilisation de la prise de médication - Administration de la médication centrée - Surveillance des effets secondaires et indésirables - Dépistage du risque de non adhésion en post hospitalisation -Enseignement sur la médication -Entrevue motivationnelle : ambivalence, balance décisionnelle, choix, engagement Non adhésion intentionnelle : Entrevue motivationnelle - Croyances envers la médication - Ambivalence pour décider - Comportement adaptation à la prise de médication - Bienfaits de la médication - Liens entre médication et symptômes Relance téléphonique post hospitalisation Engagement à la prise de sa médication Journal d auto administration Suivi externe : Surveillance signe de sevrage des antidépresseurs ou signes de rechute ou exacerbation des symptômes Vérification des effets secondaires Vérification de l auto administration et l intégration à la vie quotidienne Discussion sur la décision de la prise de médication et l ambivalence

26 Évaluation initiale Introduction de questions visant l identification des facteurs de risques dans le questionnaire fait à l admission; Schizophrénie: Faible autonomie fonctionnelle Faible autocritique Faible reconnaissance des symptômes Consommation de drogue ou alcool Isolement social Dépression: Difficulté de perception de la maladie Difficulté de perception de l utilité de la médication Implication négative des proches

27 Évaluation complémentaire But: Différencier la non adhésion intentionnelle à la médication de la non adhésion non intentionnelle Il s agit d identifier les obstacles à la prise régulière de la médication Moyen: Un questionnaire autocomplété: Ex: Votre médication vous fait-elle plus de tort que de bien? Jamais, quelques fois, souvent Étape de validation de la compréhension du contenu auprès de la clientèle cible: Test de Closure (test de lisibilité)

28 Fiche médicament Instaurée dès l admission En réponse au besoin d information et à l intérêt manifesté par les patients Médium pour soutenir et mettre l emphase sur la relation lors de l administration des médicaments; Moyen de transmission des connaissances de la médication;

29 Intervention lors de l hospitalisation Première intervention non adhésion non intentionnelle: Aide mémoire de stratégies d interventions Entrevue motivationnelle comme approche dans la non adhésion intentionnelle: Enseignement pour le premier épisode d hospitalisation; Prise en charge de la responsabilité de l administration des médicaments par le patient

30 Relance téléphonique Appel au domicile entre la 10 e et la 30 e hospitalisation Patients à risque: Histoire antérieure de non adhésion Difficulté à reconnaître les symptômes Alliance fragile lors de l hospitalisation Refus de l entourage immédiat de s impliquer journée post Questionnaire structuré et prédéfini Identification des interventions pour solutionner les obstacles et relancer l adhésion à la médication

31 Journal d auto-administration Vise l identification des effets secondaires, des symptômes, des obstacles, des remises en question de l adhésion; Établir un contrat d engagement d adhésion à la médication Il s agit d une évaluation subjective par le patient Outil d évaluation de l adhésion à la médication Outil de discussion pour le suivi en externe En partenariat avec la famille, les proches, la communauté Mesure de l efficacité de l intervention hospitalière sur l adhésion à la médication (projet de recherche)

32 Conclusion Démystifie la recherche au quotidien Rend accessible et intéressante la recherche Met en évidence le rôle important de l infirmière dans sa relation avec le patient Donne une signification au rôle de l infirmière Donne de l importance à la remise en question de nos gestes infirmiers

33 Remerciements CHUQ, particulièrement la Direction des regroupements de clientèles FRESIQ pour la subvention à l utilisation des résultats de recherche dans la pratique ORIIQ pour le soutien financier pour la présentation du projet ORIICA pour le soutien financier pour la présention du projet Le SIDIIEF pour l occasion de présenter nos résultats

34 Comment nous joindre

Maryse Grégoire, inf., M.A. Cécile Michaud, inf., Ph.D. Avec la collaboration de: Patrice Laplante, MD et Martine Proulx, inf., M.Sc.

Maryse Grégoire, inf., M.A. Cécile Michaud, inf., Ph.D. Avec la collaboration de: Patrice Laplante, MD et Martine Proulx, inf., M.Sc. Regards d infirmières sur le délirium : contribution de la recherche dans la mise en place du dépistage systématique du délirium en soins de courte durée Maryse Grégoire, inf., M.A. Cécile Michaud, inf.,

Plus en détail

Le centre d excellence d infirmiers : dix x ans de leadership et d innovation

Le centre d excellence d infirmiers : dix x ans de leadership et d innovation Le centre d excellence d en soins infirmiers : dix x ans de leadership et d innovation Odette Roy, inf., MSc., MAP, PhD. Adjointe à la directrice des soins infirmiers et de la prestation sécuritaire des

Plus en détail

2015-05-19. Contenu de la présentation. Approche par compétences

2015-05-19. Contenu de la présentation. Approche par compétences Développement d un programme d intégration et d orientation en santé mentale par une approche par compétences Mathieu Brouillette, conseiller en soins infirmiers Philippe Asselin, conseiller en soins spécialisés

Plus en détail

L auto-médication: un défi vers l autonomie

L auto-médication: un défi vers l autonomie L auto-médication: un défi vers l autonomie Par Carla Di Lalla Éric Tremblay Fabien Villeneuve Direction des services de réadaptation et d hébergement dans la communauté Hôpital Louis-H. Lafontaine Plan

Plus en détail

Mesure du transfert des connaissances dans les pratiques cliniques suite à un e-learning douleur

Mesure du transfert des connaissances dans les pratiques cliniques suite à un e-learning douleur Congrès SIDIIEF 2015 Montréal Mesure du transfert des connaissances dans les pratiques cliniques suite à un e-learning douleur Yolande KOTTELAT, inf, ICL Jenny GENTIZON, inf, MScSI Martine ROESSLI, responsable

Plus en détail

L approche de collaboration: une voie de contournement des facteurs entraînant les troubles graves de comportement.

L approche de collaboration: une voie de contournement des facteurs entraînant les troubles graves de comportement. L approche de collaboration: une voie de contournement des facteurs entraînant les troubles graves de comportement. Présenté par: Lyne Roberge, chef en réadaptation Rina Dupont, coordonnatrice clinique

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

Relier l apprentissage à la pratique Comment faire un exercice de réflexion sur la pratique pour obtenir des crédits MAINPRO-C

Relier l apprentissage à la pratique Comment faire un exercice de réflexion sur la pratique pour obtenir des crédits MAINPRO-C Lien à la version électronique de le formulaire l Apprentissage à la Pratique : https://www.formrouter.net/forms@cfpc/mainpro_linking_learning_practice_fr.html Relier l apprentissage à la pratique Comment

Plus en détail

RÈGLE DE SOINS INFIRMIERS

RÈGLE DE SOINS INFIRMIERS TITRE Dépistage et évaluation de la douleur - Hospitalier DÉFINITION RSI.006 Février 2008 Page 1 de 6 La douleur étant une donnée subjective, seul le résident peut signifier sa douleur. Si un usager exprime

Plus en détail

EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT

EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT Fiche descriptive d un programme d éducation thérapeutique à l auto-sondage intermittent Thème du programme: l amélioration et la conservation de son

Plus en détail

L utilisation des savoirs scientifiques dans le domaine du bloc ope ratoire

L utilisation des savoirs scientifiques dans le domaine du bloc ope ratoire JNEP 2015, Lyon L utilisation des savoirs scientifiques dans le domaine du bloc ope ratoire C. Debout Inf PhD Directeur de l Institut de Soins Infirmiers Supérieurs Membre de la Chaire Santé Sciences-Po/IDS

Plus en détail

Le rôle de l infirmière dans l évaluation du donneur vivant de rein

Le rôle de l infirmière dans l évaluation du donneur vivant de rein Le rôle de l infirmière dans l évaluation du donneur vivant de rein Julie Guertin, Inf., BACC Scs. Inf., Infirmière clinicienne en don vivant rénale, Hôpital Notre-Dame, CHUM Collaboration de Isabelle

Plus en détail

Les meilleures pratiques de promotion et de prévention en contexte scolaire québécois. Catherine Martin 14 mai 2009

Les meilleures pratiques de promotion et de prévention en contexte scolaire québécois. Catherine Martin 14 mai 2009 Les meilleures pratiques de promotion et de prévention en contexte scolaire québécois Catherine Martin 14 mai 2009 Sommaire de la présentation 1. Comment définir les meilleures pratiques et les inscrire

Plus en détail

PAPRICA Petite enfance

PAPRICA Petite enfance PAPRICA PETITE ENFANCE PHYSICAL ACTIVITY PROMOTION IN PRIMARY CARE PAPRICA Petite enfance Concept de formation La sédentarité du jeune enfant augmente de manière inquiétante. Or, la promotion du mouvement

Plus en détail

PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES. Sommaire de la démarche de réorganisation

PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES. Sommaire de la démarche de réorganisation PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES Sommaire de la démarche de réorganisation SOMMAIRE Le programme régional Traité santé offre des services de réadaptation

Plus en détail

La certification V 2010 des établissements de santé : son impact constaté et son impact recherché par la Haute autorité de santé

La certification V 2010 des établissements de santé : son impact constaté et son impact recherché par la Haute autorité de santé La certification V 2010 des établissements de santé : son impact constaté et son impact recherché par la Haute autorité de santé Thomas LE LUDEC Directeur délégué, Directeur de l'amélioration de la qualité

Plus en détail

La recherche et vous. Pourquoi accepter ou refuser de participer à un projet de recherche?

La recherche et vous. Pourquoi accepter ou refuser de participer à un projet de recherche? La recherche et vous Pourquoi accepter ou refuser de participer à un projet de recherche? La recherche et vous Dépôt légal - octobre 2012 Bibliothèque et archives nationales du Québec Bibliothèque et archives

Plus en détail

17 janvier 2014. Jean-François Desbiens, inf., Ph.D Gabrielle Fortin, T.S., étudiante au doctorat

17 janvier 2014. Jean-François Desbiens, inf., Ph.D Gabrielle Fortin, T.S., étudiante au doctorat 17 janvier 2014 Jean-François Desbiens, inf., Ph.D Gabrielle Fortin, T.S., étudiante au doctorat 1. Introduction o Mieux comprendre comment la formation continue peut contribuer au développement des compétences

Plus en détail

Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise

Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise Maud PERENNES interne en pharmacie Axel CARDE pharmacien chef de service Hôpital d Instruction d des Armées de Brest 17 novembre 2011 Centre Hospitalier

Plus en détail

Les remontées du terrain. Dr Roland HAIZE Centre hospitalier PICAUVILLE

Les remontées du terrain. Dr Roland HAIZE Centre hospitalier PICAUVILLE Les remontées du terrain Dr Roland HAIZE Centre hospitalier PICAUVILLE Les programmes d Evaluation des Pratiques Professionnelles Pertinence des hospitalisations en HDT HO *Formalisation de certificats

Plus en détail

La participation d un pair aidant au retour. post-isolement : les principaux enjeux

La participation d un pair aidant au retour. post-isolement : les principaux enjeux La participation d un pair aidant au retour + post-isolement : les principaux enjeux Marie-Hélène Goulet, inf., Ph.D.(c), UdM Patricia Clavet, paire aidante Caroline Larue, Ph.D, UdM + Problématique Plus

Plus en détail

Rôle et place de l infirmière référente dans le suivi de la maladie de Parkinson à ses différents stades d évolution

Rôle et place de l infirmière référente dans le suivi de la maladie de Parkinson à ses différents stades d évolution Rôle et place de l infirmière référente dans le suivi de la maladie de Parkinson à ses différents stades d évolution Cheffe de projet Brigitte itt Victor, infirmière iè responsable d unité, service de

Plus en détail

Organisation du travail 2 PTI. Plan thérapeutique infirmier. Un nouveau levier syndical : le PTI

Organisation du travail 2 PTI. Plan thérapeutique infirmier. Un nouveau levier syndical : le PTI Organisation du travail 2 PTI Plan thérapeutique infirmier Un nouveau levier syndical : le PTI brochure s adresse aux équipes locales de la FIQ. Elle a été réalisée par le service Communication- Information

Plus en détail

La prévention, un travail d éd. équipe. Le programme PEC, une intervention multimodale. et de leurs parents. Martin Gendron, Ph.D.

La prévention, un travail d éd. équipe. Le programme PEC, une intervention multimodale. et de leurs parents. Martin Gendron, Ph.D. La prévention, un travail d éd équipe : Le programme PEC, une intervention multimodale auprès s d adolescents d en difficulté de comportement et de leurs parents. Martin Gendron, Ph.D. Université du Québec

Plus en détail

PRÉSENTATION. L évaluation sensorielle par les consommateurs, un outil stratégique en innovation. Sophie Vincent, 22 janvier 2015

PRÉSENTATION. L évaluation sensorielle par les consommateurs, un outil stratégique en innovation. Sophie Vincent, 22 janvier 2015 PRÉSENTATION L évaluation sensorielle par les consommateurs, un outil stratégique en innovation Sophie Vincent, Spécialiste en recherche consommateurs et évaluation sensorielle 22 janvier 2015 CINTECH

Plus en détail

ÉVALUATION DES COMPÉTENCES niveau 2 ème année bachelor

ÉVALUATION DES COMPÉTENCES niveau 2 ème année bachelor Semestre automne printemps Répétition Lieu de période de formation pratique Institution : Nom de l'étudiant-e : Service : Promotion : Site de formation : Période du / au : PFP 3 PFP 4 ÉVALUATION DES COMPÉTENCES

Plus en détail

Onzième colloque annuel de la Société québécoise d évaluation de programme La pratique de l évaluation de programme: quoi de neuf depuis 10 ans?

Onzième colloque annuel de la Société québécoise d évaluation de programme La pratique de l évaluation de programme: quoi de neuf depuis 10 ans? Onzième colloque annuel de la Société québécoise d évaluation de programme La pratique de l évaluation de programme: quoi de neuf depuis 10 ans? L évaluation formative d une intervention interdisciplinaire

Plus en détail

DESCRIPTION DE FONCTIONS INFIRMIÈRE CLINICIENNE

DESCRIPTION DE FONCTIONS INFIRMIÈRE CLINICIENNE DESCRIPTION DE FONCTIONS INFIRMIÈRE CLINICIENNE Description sommaire Article 36 de la Loi sur les infirmières et les infirmiers «L exercice infirmier consiste à évaluer l état de santé d une personne,

Plus en détail

Quelques conseils pour le choix des indicateurs

Quelques conseils pour le choix des indicateurs IDENTIFIER LES INDICATEURS ET LES CIBLES Pourquoi se doter d indicateurs de suivi Étant donné l aspect dynamique du contexte dans lequel s inscrit votre projet, il est important de mesurer de façon continue

Plus en détail

Avec l histoire de la mise en œuvre par la D re Megan Ward, du Bureau de santé de la région de Peel

Avec l histoire de la mise en œuvre par la D re Megan Ward, du Bureau de santé de la région de Peel Utiliser l outil d évaluation de l applicabilité et de la transférabilité des données probantes du Centre de collaboration nationale des méthodes et outils Avec l histoire de la mise en œuvre par la D

Plus en détail

STRATÉGIE RÉGIONALE D EXAMEN Présentation à la Société canadienne d évaluation Charlottetown, 5 juin 2006 Daniel Gagnon, Gestionnaire int.

STRATÉGIE RÉGIONALE D EXAMEN Présentation à la Société canadienne d évaluation Charlottetown, 5 juin 2006 Daniel Gagnon, Gestionnaire int. STRATÉGIE RÉGIONALE D EXAMEN Présentation à la Société canadienne d évaluation Charlottetown, 5 juin 2006 Daniel Gagnon, Gestionnaire int. planification et examen Plan de la présentation Introduction Contexte

Plus en détail

LE RÔLE DE LA DIRECTION DES SOINS INFIRMIERS EN CONTEXTE DE RÉORGANISATION DU RÉSEAU

LE RÔLE DE LA DIRECTION DES SOINS INFIRMIERS EN CONTEXTE DE RÉORGANISATION DU RÉSEAU LE RÔLE DE LA DIRECTION DES SOINS INFIRMIERS EN CONTEXTE DE RÉORGANISATION DU RÉSEAU Geneviève MÉNARD, inf., M.Sc., inf., M.Sc. (A.) Directrice-conseil, Affaires externes Ordre des infirmières et infirmiers

Plus en détail

UNE DÉMARCHE NOVATRICE EN ORGANISATION DES SOINS ET DU TRAVAIL EN SANTÉ MENTALE. Institut universitaire en santé mentale de Québec

UNE DÉMARCHE NOVATRICE EN ORGANISATION DES SOINS ET DU TRAVAIL EN SANTÉ MENTALE. Institut universitaire en santé mentale de Québec UNE DÉMARCHE NOVATRICE EN ORGANISATION DES SOINS ET DU TRAVAIL EN SANTÉ MENTALE Institut universitaire en santé mentale de Québec Madame Lorraine Guillemette Directrice des soins et services cliniques

Plus en détail

Recherche documentaire et autoformation. Lecture critique d un article médical. Recommandations pour la pratique. Les maladies orphelines

Recherche documentaire et autoformation. Lecture critique d un article médical. Recommandations pour la pratique. Les maladies orphelines 18. Recherche documentaire et autoformation. Lecture critique d un article médical. Recommandations pour la pratique. Les maladies orphelines KARILA LAURENT - APPRENTISSAGE DE L EXERCICE MÉDICAL + Objectifs

Plus en détail

RECUEIL OFFICIEL RÈGLEMENTS, DIRECTIVES, POLITIQUES ET PROCÉDURES

RECUEIL OFFICIEL RÈGLEMENTS, DIRECTIVES, POLITIQUES ET PROCÉDURES ADMINISTRATION Numéro : 10.45 Page 1 de 6 PRÉAMBULE L application systématique d un cadre de gestion intégrée des risques s inscrit dans un processus d amélioration continue de la gouvernance et de la

Plus en détail

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique?

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les sociétés savantes et organisations

Plus en détail

"Formation et évaluation de la compétence du pharmacien clinicien expérience suisse"

Formation et évaluation de la compétence du pharmacien clinicien expérience suisse "Formation et évaluation de la compétence du pharmacien clinicien expérience suisse" Journées Franco-Suisses de Pharmacie Hospitalière 23 avril 2015, Mâcon Dr Vera Jordan-von Gunten Pharmacien d hôpital,

Plus en détail

Présentation de l outil. En collaboration avec : Union Nationale de l Aide, des Soins et des Services aux Domiciles

Présentation de l outil. En collaboration avec : Union Nationale de l Aide, des Soins et des Services aux Domiciles Présentation de l outil En collaboration avec : Union Nationale de l Aide, des Soins et des Services aux Domiciles Constats La dépression est très fréquente chez la personne âgée, mais négligée, méconnue

Plus en détail

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration Re sume de l e valuation pe riodique de la maı trise en administration: concentrations en finance, en intervention et changement organisationnel, en gestion du commerce e lectronique et en marketing Description

Plus en détail

Séminaire d intégration

Séminaire d intégration Séminaire d intégration Le processus de transition, d un milieu de vie à un autre, chez la personne âgée. Présenté par : Joanie Dufour Marc-André Fleurent Audrey Hébert-Semco Audrey Lanoie Marie-Pier Martel

Plus en détail

COMPETENCES INFIRMIERES 1

COMPETENCES INFIRMIERES 1 COMPETENCES INFIRMIERES 1 Evaluer une situation clinique et établir un diagnostic dans le domaine des soins infirmiers Communiquer et conduire une relation dans un contexte de soins Concevoir et conduire

Plus en détail

Plan thérapeutique infirmier et stratégies pédagogiques

Plan thérapeutique infirmier et stratégies pédagogiques Plan thérapeutique infirmier et stratégies pédagogiques Jacinthe Savard, inf. M. Sc. Andrée-Anne Picard, inf. B. Sc. AEESICQ St-Jean-sur-Richelieu 2009 Plan de présentation Activités d apprentissage et

Plus en détail

Revalorisation de la pratique et rehaussement de la compétence en soins de longue durée

Revalorisation de la pratique et rehaussement de la compétence en soins de longue durée Revalorisation de la pratique et rehaussement de la compétence en soins de longue durée Marie-Josée Béliveau, inf. Gaétane Boucher, inf. B. Sc. Monique Bourque, inf. M.A. Carole Brousseau, inf. B. Sc.

Plus en détail

SEVRAGE TABAGIQUE EN CENTRE DE READAPTATION VASCULAIRE

SEVRAGE TABAGIQUE EN CENTRE DE READAPTATION VASCULAIRE SEVRAGE TABAGIQUE EN CENTRE DE READAPTATION VASCULAIRE SFT-Paris 6-11-2014 Dr Voyer Cardiologue et tabacologue Centre de réadaptation cardiovasculaire Bois Gibert Tabacologue CHU Tours La réadaptation

Plus en détail

Appel de demandes de subventions communautaires pour services à la famille 2015

Appel de demandes de subventions communautaires pour services à la famille 2015 Appel de demandes de subventions communautaires pour services à la famille Introduction Autism Speaks Canada est fière de verser une aide financière aux fournisseurs de services de différentes régions

Plus en détail

La prévention des chutes: du domicile à l hébergement

La prévention des chutes: du domicile à l hébergement La prévention des chutes: du domicile à l hébergement CSSS de la Vieille-Capitale 8 centres d hébergement (1315 lits) 5 cliniques réseaux 4 unités de médecine familiale Serv. gériatriques spécialisés (SGS):

Plus en détail

Conseil. en Organisation et Gestion de Bloc Opératoire. www.adessa-software.com. tel : +32 (0)10 841 921 fax : +32 (0)10 227 657

Conseil. en Organisation et Gestion de Bloc Opératoire. www.adessa-software.com. tel : +32 (0)10 841 921 fax : +32 (0)10 227 657 Conseil en Organisation et Gestion de Bloc Opératoire tel : +32 (0)10 841 921 fax : +32 (0)10 227 657 www.adessa-software.com Avant-Propos De part sa nature complexe et évolutive, le bloc opératoire est

Plus en détail

Qualité et sécurité des soins Rôle de la direction des soins infirmiers- au Québec

Qualité et sécurité des soins Rôle de la direction des soins infirmiers- au Québec Qualité et sécurité des soins Rôle de la direction des soins infirmiers- au Québec Josée F. Breton, B.Sc.inf., MBA, Conseillère senior en organisation des soins et du travail, Direction des soins infirmiers

Plus en détail

DIRECTION QUÉBÉCOISE. Programme de formation en ligne pour les infirmières pivots en oncologie. Devis pédagogique 2014-2015

DIRECTION QUÉBÉCOISE. Programme de formation en ligne pour les infirmières pivots en oncologie. Devis pédagogique 2014-2015 DIRECTION QUÉBÉCOISE de cancérologie Programme de formation en ligne pour les infirmières pivots en oncologie Devis pédagogique 2014-2015 Édition : La Direction des communications du ministère de la Santé

Plus en détail

Étape 2: Collecte et analyse des données

Étape 2: Collecte et analyse des données Étape 2: Collecte et analyse des données Méthode ancrée sur les consultations du Comité sur les guides de pratique dans le secteur des services sociaux Sylvie Beauchamp, Ph. D. Chercheure à l INESSS Montréal,

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Bureau du vérificateur général du Canada Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Revues des pratiques effectuées au cours de l exercice 2011-2012 Juillet 2012 Revue des pratiques et audit

Plus en détail

Objectifs d apprentissage

Objectifs d apprentissage Formation continue OIIQ 2010-2011 9 novembre 2010 Sylvie Gendron, Ph.D. Faculté des sciences infirmières Université de Montréal Objectifs d apprentissage Différencier les finalités de chacune de cinq approches

Plus en détail

Objet : Réponse à la lettre et pétition reçues le 5 avril 2013 des professionnels du SAD membres de l APTS

Objet : Réponse à la lettre et pétition reçues le 5 avril 2013 des professionnels du SAD membres de l APTS Le 2 mai 2013 Aux professionnels du SAD membres de l APTS, Objet : Réponse à la lettre et pétition reçues le 5 avril 2013 des professionnels du SAD membres de l APTS Madame, Monsieur, Nous accusons réception

Plus en détail

Salon Préventica Lille 2013

Salon Préventica Lille 2013 Centre de gestion de la Fonction Publique Territoriale du Nord www.cdg59.fr Risques psychosociaux : méthodologie d intervention pluridisciplinaire du pôle prévention du CDG 59 Salon Préventica Lille 2013

Plus en détail

Présentation Stratégie de prévention des chutes. CSSS Antoine Labelle Juin 2010

Présentation Stratégie de prévention des chutes. CSSS Antoine Labelle Juin 2010 Présentation Stratégie de prévention des chutes CSSS Antoine Labelle Juin 2010 1 L équipe de la présentation : Nathalie Maurais, directrice des soins infirmiers Mireille Beaulieu, conseillère cadre à la

Plus en détail

* 1 L entretien motivationnel: objectifs. * 2 Rappel de la psychologie de la personne alcoolique * 3 Les méthodes approfondies

* 1 L entretien motivationnel: objectifs. * 2 Rappel de la psychologie de la personne alcoolique * 3 Les méthodes approfondies * 1 L entretien motivationnel: objectifs * a - Définition * b - Les deux phases techniques * 2 Rappel de la psychologie de la personne alcoolique * 3 Les méthodes approfondies * a - Les 4R, la grille SECA

Plus en détail

La pratique basée e sur les données probantes : améliorer la pratique pour être plus efficace. en collaboration avec

La pratique basée e sur les données probantes : améliorer la pratique pour être plus efficace. en collaboration avec La pratique basée e sur les données probantes : améliorer la pratique pour être plus efficace Brigitte Vachon, PhD(c), erg. en collaboration avec M-J Durand, PhD & J LeBlanc, PhD Plan de la présentation

Plus en détail

RECHERCHE ET ANALYSE QUALITATIVE :

RECHERCHE ET ANALYSE QUALITATIVE : RECHERCHE ET ANALYSE QUALITATIVE : LE TRAIT D UNION ENTRE L ÉVALUATION DES TECHNOLOGIES EN SANTÉ ET L ÉVALUATION DE PROGRAMME DANS LA PRODUCTION D UNE REVUE DE LA LITTÉRATURE MIXTE 1 Débora Merveille NGO

Plus en détail

RPS : du processus de détection des risques à la mise en œuvre des moyens d actions

RPS : du processus de détection des risques à la mise en œuvre des moyens d actions RPS : du processus de détection des risques à la mise en œuvre des moyens d actions C. Benoist, Chef du personnel FAI D. Pouchard, Chargé de Mission Afpa Transitions Les étapes de la mise en œuvre de la

Plus en détail

Personnes avec un problème de toxicomanie et de santé mentale

Personnes avec un problème de toxicomanie et de santé mentale Intervention de réadaptationr Personnes avec un problème de toxicomanie et de santé mentale Équipe d appariement d toxico/santé mentale Le plan d action d ministériel en dépendanced Le cheminement d un

Plus en détail

Formation Programme psychoéducatif de gestion du stress destiné aux proches aidants d un parent âgé à domicile

Formation Programme psychoéducatif de gestion du stress destiné aux proches aidants d un parent âgé à domicile Formation Programme psychoéducatif de gestion du stress destiné aux proches aidants d un parent âgé à domicile Avril 2014 Table des matières 1. La Chaire Desjardins en soins infirmiers à la personne âgée

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES

POLITIQUE DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES RÈGLEMENTS POLITIQUES PROCÉDURES POLITIQUE DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES PRÉAMBULE La politique de gestion des programmes d études propose une démarche intégrée des différentes actions du Collège

Plus en détail

Soutenir les communautés des Premières Nations du Québec qui traversent des périodes de crises sociales.

Soutenir les communautés des Premières Nations du Québec qui traversent des périodes de crises sociales. TABLE DE CONCERTATION SUR LES PROBLÉMATIQUES DE CRISES SOCIALES DANS LES COMMUNAUTÉS DES PREMIÈRES NATIONS DU QUÉBEC TERMES DE RÉFÉRENCE INTRODUCTION La Table de concertation est le résultat d un partenariat

Plus en détail

Comment engager une personne durablement dans une activité physique

Comment engager une personne durablement dans une activité physique Comment engager une personne durablement dans une activité physique Christine LE SCANFF «PSYCHOLOGIE DES PRATIQUES PHYSIQUES» Université Paris-Sud 11, UFR STAPS OBJECTIFS Quels sont les modèles théoriques

Plus en détail

TNS Behaviour Change. Accompagner les changements de comportement TNS 2014 TNS

TNS Behaviour Change. Accompagner les changements de comportement TNS 2014 TNS Accompagner les changements de comportement TNS 2014 Comprendre et accompagner les changements de comportement Inciter et accompagner les changements de comportements des individus est un enjeu fondamental

Plus en détail

Communiquer autrement Pour transformer vos relations professionnelles

Communiquer autrement Pour transformer vos relations professionnelles CONGRÈS DE L ACSQ 2014 Communiquer autrement Pour transformer vos relations professionnelles Manon Deschênes, M.Ps., CRHA Directrice principale Gestion de carrière et psychologie du travail MAI 2014 PLAN

Plus en détail

Santé et sécurité des travailleurs qui cumulent des précarités liées au statut d emploi ou au statut migratoire 37e congrès de l AQHSST 21 mai 2015

Santé et sécurité des travailleurs qui cumulent des précarités liées au statut d emploi ou au statut migratoire 37e congrès de l AQHSST 21 mai 2015 Santé et sécurité des travailleurs qui cumulent des précarités liées au statut d emploi ou au statut migratoire 37e congrès de l AQHSST 21 mai 2015 Par: Jessica Dubé, UQAM Jean-François Ducharme-Varin,

Plus en détail

Formation continue Le cas du Québec

Formation continue Le cas du Québec Assemblée générale de la CIOPF Paris, France 20 novembre 2013 Formation continue Le cas du Québec Diane Lamarre, pharmacienne, M.Sc. Présidente de l Ordre des pharrmaciens du Québec Professeure titulaire

Plus en détail

D. I.U. Gestionnaire de cas 1 er avril 2015

D. I.U. Gestionnaire de cas 1 er avril 2015 D. I.U. Gestionnaire de cas 1 er avril 2015 Claire ASTIER Pilote MAIA Paris Est 1 En2009,MAIAinitiéedansle PlannationalAlzheimer:unemaladiequitouche toutes les dimensions de la «santé» (OMS) où les réponses

Plus en détail

qualité DES SOINS ET CONSEILS

qualité DES SOINS ET CONSEILS qualité DES SOINS ET CONSEILS Certificate of Advanced Studies (CAS) - 2016 Développer des compétences relatives à la qualité des soins et aux conseils Concept général Le CAS «Qualité des Soins et Conseils»

Plus en détail

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : NUMÉRO : DRH-006. Direction des ressources humaines OBJET : EN VIGUEUR :

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : NUMÉRO : DRH-006. Direction des ressources humaines OBJET : EN VIGUEUR : MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : Direction des ressources humaines OBJET : Formation et développement des ressources humaines (excluant le personnel cadre) NUMÉRO : DRH-006 EN VIGUEUR :

Plus en détail

PHP 2 Pratique en santé publique fondée sur des données probantes

PHP 2 Pratique en santé publique fondée sur des données probantes PHP 2 Pratique en santé publique fondée sur des données probantes But Les professionnels de la santé publique suivent de plus en plus une approche fondée sur des données probantes lorsqu il s agit de planifier,

Plus en détail

Recherche sur le Burnout en Belgique

Recherche sur le Burnout en Belgique Recherche sur le Burnout en Belgique Outil de détection précoce STRAETMANS Mélanie, psychologue melanie.straetmans@emploi.belgique.be SPF Emploi, Travail et Concertation sociale Direction générale Humanisation

Plus en détail

«Accompagnement du recrutement et de l intégration de personnes en situation de handicap»

«Accompagnement du recrutement et de l intégration de personnes en situation de handicap» : Solutions stratégiques pour l emploi des publics sensibles : Solutions stratégiques pour l emploi des publics sensibles 1 CENTRE NATIONAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE FORMATION «Accompagnement du recrutement

Plus en détail

GUIDE DE PRATIQUE. «L intervention précoce. auprès des enfants de 2. à 5 ans présentant un. retard global de. développement»

GUIDE DE PRATIQUE. «L intervention précoce. auprès des enfants de 2. à 5 ans présentant un. retard global de. développement» GUIDE DE PRATIQUE «L intervention précoce auprès des enfants de 2 à 5 ans présentant un retard global de développement» Ce GUIDE DE PRATIQUE (GP) «L intervention précoce auprès des enfants de 2 à 5 ans

Plus en détail

Conférence plénière Un réseau intégré au service de l urgence. Michèle Dussault et Louise Potvin

Conférence plénière Un réseau intégré au service de l urgence. Michèle Dussault et Louise Potvin Conférence plénière Un réseau intégré au service de l urgence Michèle Dussault et Louise Potvin Un réseau intégré au service de l Urgence Michèle Dussault, MD B.Sc. Chef intérimaire Département d Urgence

Plus en détail

Pour une meilleure prise en compte de la santé mentale et de ses troubles

Pour une meilleure prise en compte de la santé mentale et de ses troubles 1 Pour une meilleure prise en compte de la santé mentale et de ses troubles En inter établissements à Montpellier plusieurs modules de formation à destination des travailleurs sociaux, éducateurs, psychologues,

Plus en détail

RÔLE DU GESTIONNAIRE ET CHEF D ÉQUIPE SI

RÔLE DU GESTIONNAIRE ET CHEF D ÉQUIPE SI RÔLE DU GESTIONNAIRE ET CHEF D ÉQUIPE SI GESTIONNAIRE SI CHEF D ÉQUIPE SI Vision et connaissance du modèle Vision et connaissance du modèle Établit la structure et la vision du programme en fonction des

Plus en détail

CEVBGEQ-RÉADAPTATION SURSPÉCIALISÉE 22 septembre 2015

CEVBGEQ-RÉADAPTATION SURSPÉCIALISÉE 22 septembre 2015 CEVBGEQ-RÉADAPTATION SURSPÉCIALISÉE 22 septembre 2015 PLAN DE LA PRÉSENTATION Présentation des formateurs Cheminement de l usager à l IRDPQ Équipe et rôles des intervenants Plans d intervention Ergothérapie

Plus en détail

Procédure. BCM (bilan comparatif des médicaments) des usagers à l admission, au transfert et au congé.

Procédure. BCM (bilan comparatif des médicaments) des usagers à l admission, au transfert et au congé. Cote DSPD-13-14 Réservé à la Direction général Procédure Titre : BCM (bilan comparatif des médicaments) des usagers à l admission, au transfert et au congé. Destinataires : Direction de l hébergement Direction

Plus en détail

Ensemble pour une meilleure transition vers la vie adulte pour la clientèle de 12 à 25 ans Présentant un trouble primaire du langage

Ensemble pour une meilleure transition vers la vie adulte pour la clientèle de 12 à 25 ans Présentant un trouble primaire du langage Pratique de pointe Ensemble pour une meilleure transition vers la vie adulte pour la clientèle de 12 à 25 ans Présentant un trouble primaire du langage Présenté par les Programmes de Soutien à l intégration

Plus en détail

AVIS de l Association des centres de réadaptation en dépendance du Québec

AVIS de l Association des centres de réadaptation en dépendance du Québec AVIS de l Association des centres de réadaptation en dépendance du Québec EN RÉACTION AU DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LE PLAN D ACTION EN SANTÉ MENTALE 2014-2020 Déposé dans le cadre du Forum national

Plus en détail

Education Thérapeutique pour les patients coronariens et insuffisants cardiaques

Education Thérapeutique pour les patients coronariens et insuffisants cardiaques Education Thérapeutique pour les patients coronariens et insuffisants cardiaques L expérience de l équipe de Rééducation cardiaque du C.H.U. de Nîmes Intervention du 22/03/2012 à la Réunion de l Association

Plus en détail

OBJET : APPEL AUX FORMATEURS LES TOURS DE REFROIDISSEMENT À L EAU ET LEURS CONSÉQUENCES SUR LA SANTÉ ET SUR L ENVIRONNEMENT

OBJET : APPEL AUX FORMATEURS LES TOURS DE REFROIDISSEMENT À L EAU ET LEURS CONSÉQUENCES SUR LA SANTÉ ET SUR L ENVIRONNEMENT Formation continue OBJET : APPEL AUX FORMATEURS LES TOURS DE REFROIDISSEMENT À L EAU ET LEURS CONSÉQUENCES SUR LA SANTÉ ET SUR L ENVIRONNEMENT MISE EN CONTEXTE DE LA FORMATION L Ordre des chimistes du

Plus en détail

Laurier Fortin, Ph. D., professeur, Université de Sherbrooke Titulaire de la Chaire de recherche de la Commission Scolaire de la Région de Sherbrooke.

Laurier Fortin, Ph. D., professeur, Université de Sherbrooke Titulaire de la Chaire de recherche de la Commission Scolaire de la Région de Sherbrooke. Engagement scolaire et persévérance rance au secondaire : Modèle théorique, types, évaluation et intervention Laurier Fortin, Ph. D., professeur, Université de Sherbrooke Titulaire de la Chaire de recherche

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES POUR LA NOTIFICATION DES EIG

LIGNES DIRECTRICES POUR LA NOTIFICATION DES EIG LIGNES DIRECTRICES POUR LA NOTIFICATION DES EIG 1. Introduction Le règlement (CE) n 1223/2009 relatif aux produits cosmétiques («règlement Cosmétiques») 1 a jeté les fondements d une gestion uniforme des

Plus en détail

L expertise médicale : une ressource de gestion à connaître. Jean Mireault, M.D., M.Sc.

L expertise médicale : une ressource de gestion à connaître. Jean Mireault, M.D., M.Sc. L expertise médicale : une ressource de gestion à connaître Jean Mireault, M.D., M.Sc. Objectifs de la présentation Démontrer l importance de l utilisation des données dans l engagement médical Présenter

Plus en détail

OPTIMISATION DE L UTILISATION DES RESSOURCES EN SANTÉ : PROJETS LEAN HEALTHCARE DÉMYSTIFIÉS

OPTIMISATION DE L UTILISATION DES RESSOURCES EN SANTÉ : PROJETS LEAN HEALTHCARE DÉMYSTIFIÉS OPTIMISATION DE L UTILISATION DES RESSOURCES EN SANTÉ : PROJETS LEAN HEALTHCARE DÉMYSTIFIÉS Liette St-Pierre, inf. Ph. D. Université ité du Québec à Trois-Rivières iè Liette.St-Pierre@uqtr.ca But de la

Plus en détail

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU Institut de leadership en éducation OUTIL D AUTOÉVALUATION DU L EADERSHIP Instructions Ministère de l Éducation INSTRUCTIONS ET RECOMMANDATIONS POUR L UTILISATION EFFICACE DE L OUTIL Les recherches montrent

Plus en détail

MANUEL DE GESTION TITRE : PLANIFICATION ET SUIVI DES MESURES DE CONTRÔLE

MANUEL DE GESTION TITRE : PLANIFICATION ET SUIVI DES MESURES DE CONTRÔLE DSC-DIR-04-01 MANUEL DE GESTION TITRE : PLANIFICATION ET SUIVI DES MESURES DE CONTRÔLE TYPE DE DOCUMENT : DIRECTIVE Expéditeur : Directrice des services à la clientèle Destinataires : Tout le personnel

Plus en détail

MESURES DE REDRESSEMENT

MESURES DE REDRESSEMENT 1 LES MESURES pour l intégration des personnes handicapées au programme d accès à l égalité Le présent document propose des exemples de mesures qui peuvent faire partie du rapport d élaboration pour l

Plus en détail

Direction réseau personne perte d autonomie

Direction réseau personne perte d autonomie Mai 2012 Véronique Fortin, Arh CSSS du Suroît CLSC Salaberry-de-Valleyfield Direction réseau personne perte d autonomie Suivi préventif dans le cadre d une relocalisation en résidence privée pour personnes

Plus en détail

Les défis de la formation face aux nouvelles exigences de qualité et de sécurité des URDM

Les défis de la formation face aux nouvelles exigences de qualité et de sécurité des URDM Les défis de la formation face aux nouvelles exigences de qualité et de sécurité des URDM Plan de la présentation Partie 1 : Répondre au besoin d une relève pour une main-d œuvre qualifiée dans les URDM

Plus en détail

Bilan du concours pilote de bourses de recherche du printemps 2013 tenu dans le cadre de la réforme des programmes ouverts

Bilan du concours pilote de bourses de recherche du printemps 2013 tenu dans le cadre de la réforme des programmes ouverts Bilan du concours pilote de bourses de recherche du printemps 2013 tenu dans le cadre de la réforme des programmes ouverts Table des matières Introduction... 3 Méthodes... 4 Résumé des résultats... 5 Conclusion

Plus en détail

Le toucher au cœur des soins Phase 1

Le toucher au cœur des soins Phase 1 Groupe national Toucher S.F.A.P. Société Française d Accompagnement et de Soins Palliatifs Pôle Qualité de vie, des soins et de l accompagnement Le toucher au cœur des soins Phase 1 Guide pour la pratique,

Plus en détail

DESCRIPTION DE POSTE

DESCRIPTION DE POSTE DESCRIPTION DE POSTE 1. IDENTIFICATION DE L'EMPLOI 1.1 Titre d'emploi : Agente ou agent de planification, de programmation et de recherche 1.2 Direction : Direction de la santé publique 1.3 Supérieur immédiat

Plus en détail

Fondements et étapes du processus de recherche, 3 e édition

Fondements et étapes du processus de recherche, 3 e édition Fondements et étapes du processus de recherche, 3 e édition Nouveauté Méthodes quantitatives et qualitatives Prix : 81,95 $ Auteurs : Marie-Fabienne Fortin, Johanne Gagnon ISBN13 : 9782765050063 Nombre

Plus en détail

MON04FR01. 1. Objectif. 2. Portée. Évaluation de la faisabilité d une étude. Pages 10. Entrée en vigueur (jj-mmm-aaaa) 03-sep-2013. Approbation du MON

MON04FR01. 1. Objectif. 2. Portée. Évaluation de la faisabilité d une étude. Pages 10. Entrée en vigueur (jj-mmm-aaaa) 03-sep-2013. Approbation du MON Titre Codification Évaluation de la faisabilité d une étude MON04FR01 Pages 10 Entrée en vigueur (jj-mmm-aaaa) 03-sep-2013 Approbation du MON Nom et titre (Inscrire en lettres moulées) PAUL FORTIN, MD

Plus en détail

Mais où est donc passée l équipe mobile?

Mais où est donc passée l équipe mobile? 12e journée genevoise d addictologie 26 septembre 2013 Mais où est donc passée l équipe mobile? Dr Stéphane Morandi Unité de psychiatrie mobile Service de psychiatrie communautaire D OU VIENT-ELLE? Contexte

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail