Les festivals : moteurs de la valorisation du patrimoine et de l attractivité touristique d un territoire

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les festivals : moteurs de la valorisation du patrimoine et de l attractivité touristique d un territoire"

Transcription

1 UNIVERSITE DE PARIS 1 - PANTHEON SORBONNE INSTITUT DE RECHERCHE ET D'ETUDES SUPERIEURES DU TOURISME Les festivals : moteurs de la valorisation du patrimoine et de l attractivité touristique d un territoire «Le Festival de la Photographie Les Rencontres d Arles et la ville d Arles» Mémoire professionnel présenté pour l'obtention du Diplôme de Paris 1 - Panthéon Sorbonne MASTER PROFESSIONNEL "TOURISME" (2e année) Spécialité Valorisation Touristique des Sites Culturels Par DIAMANTAKI Garyfallia Directeur du mémoire : TIARD Michel JURY Membres du jury :... :... :... Session de. IREST septembre

2 Remerciements Je me tiens à exprimer ma reconnaissance d abord à mon directeur de mémoire, M. Michel TIARD, pour ses conseils avis, son orientation, sa patience et sa disponibilité. Je souhaiterais remercier toutes les personnes qui ont bien contribué à cette étude avec leur réponses et leur compétences et notamment, Alice MARTIN, administratrice générale du Festival, Agnès BENICHOU, adjoint administratrice, François HEBEL, directeur du Festival des Rencontres d Arles, Eléna FERTIL, coordinatrice du Photo Folio Review & Gallery 2010, Florence ROUMY, responsable Communication &Presse Festival Les SUDS Arles Emmanuelle CARRIE,responsable de la communication et coordination festival ARELATE Odile CAYLOUX, animatrice de l architecture et du patrimoine de la ville d Arles, Service du Patrimoine Francine RIOU, directrice adjoint Office de Tourisme d Arles, Claire NYS, responsable vie étudiante à l Antenne Universitaire de la ville d Arles Je pense toute particulièrement également pour l équipe du festival des Rencontres d Arles pour leur accueil et leur soutien et plus spécifiquement : Pamela Naiman Chaine, responsable des boutiques et de la billetterie, Isabelle Saussol, responsable des activités pédagogiques, Monique Lopez, responsable des agents d accueil et des gardiens, Elise Valluet responsable de la première édition du Village des Rencontres, Emilie Le Bourhis, stagiaire responsable de la billetterie et des visites guidées, Aude Bolechala, stagiaire responsable de la billetterie et librairie, Hélène Molmerret stagiaire Protocole et Pauline Bouchet, stagiaire pour la Rentrée en images et aux activités pédagogiques. Merci aussi à ceux qui de près ou de loin m ont aidé dans la rédaction de ce travail. Enfin, un remerciement à tous les acteurs et les habitants d Arles qui contribuent à faire cette ville une destination incontournable. 1

3 Sommaire Préface...6 Introduction..9 Première partie : Potentiel touristique de la ville d Arles Arles et son territoire : carte d identité Données géographiques Accessibilité Paysage économique Paysage politique Paysage culturel Un patrimoine culturel exceptionnel Un patrimoine naturel reconnu Une offre culturelle précieuse Des festivals reconnus et un événementiel riche Etablissements éducatifs Une région touristique forte La culture et le tourisme au centre de son développement local Culture, tourisme et développement local : Quels bénéfices? Une politique culturelle dynamique Historique de protection et de mise en valeur du patrimoine Le service du patrimoine de la ville d Arles La révision du secteur sauvegardé L actualité culturelle Une stratégie touristique renouvelée L étude de public de 2007 et ses résultats Une politique d aménagements Conclusion première partie : patrimoine, tourisme, volonté politique : l effet du cercle vertueux.34 Deuxième partie : Le festival de la photographie Les Rencontres d Arles : impacts culturels, touristiques et sur le développement local 4. Le festival : définition, fonctionnement Le Festival des Rencontres d Arles et son impact au territoire Histoire des nouveautés Semaine d ouverture et autres activités principales La fréquentation et le public du festival L'impact culturel et la valorisation du patrimoine arlésien Le projet de réhabilitation des ateliers SNCF et la fondation LUMA L'impact économique & touristique 5.3.1Retombées directes Retombées indirectes L'impact sur l'attractivité touristique Retombées médiatiques L'impact social et la question de l'intégration au territoire

4 6. Les festivals : Les Suds Arles et Arelate : deux cas intéressants Le festival Les Suds Arles Le public du festival Le tourisme au service social et du développement territoriale Le festival Arelate : Une structure associative intéressante Un public familial important Une politique tarifaire pour le grand public Les bénéfices de l association Implication des locaux & impact touristique Conclusion deuxième partie..65 Troisième partie Quel avenir pour le festival et la ville d Arles? Les enjeux et défis des festivals Fidélisation et renouvèlement du public Les synergies avec les acteurs touristiques Une nécessaire intégration au territoire L enjeu financier La mise en réseau et la mutualisation des moyens Comment Le Festival des Rencontres peut-il pérenniser son développement? Un équilibre financier fragile Autres sources de financement : le mécénat& ressources propres Un budget «expositions» incompressible Le public au cœur du développement du festival Une grande capacité d accueil & le potentiel de développement du public Satisfaction & fidélisation du public Le potentiel du public touristique : un travail avec les acteurs touristiques & patrimoniaux Autres publics à approcher Synergies avec d autres festivals Le public local & les pratiques pour renforcer l intégration au territoire Les outils de communication pour attirer un grand public Responsabilité développement durable : les festivals pour l agenda 21? Communication interne & l équipe Le projet Marseille Provence 2013 : une grande opportunité de développement..83 Conclusion...84 Bibliographie Annexes/Gallérie des photos "L'Université n'entend donner aucune approbation ou improbation aux opinions émises dans les mémoires et thèses. Ces opinions doivent être considérées comme propres à leurs auteurs" 3

5 RÉSUMÉ Mots clefs : culture et développement, festivals, tourisme culturel, développement local, attractivité touristique, Arles, festival Rencontres d Arles Le festival est un secteur de l activité culturelle qui rencontre ces dernières années une croissance fulgurante. La France en dénombre à elle seule environ 2000, chiffre lui-même difficile à établir. Le phénomène festivalier, qui n est pas encore assez étudié, commence à faire l objet d un discours initié par les professionnels du milieu, qui essaient de le définir et de déterminer les éléments qui le composent, afin de pouvoir l analyser et tracer de bonnes pratiques pour son futur fonctionnement. En Arles, ville de habitants de la région Provence-Alpes-Côte-D azur, l une des plus touristiques de France, les festivals jouent un rôle important dans le développement culturel. De début mai à fin août, les festivals se succèdent, animant la période estivale. Arles est une ville qui vit de sa culture et son tourisme. La ville d Arles est un cas particulier. Cette petite ville, qui a charmé van Gogh, a un patrimoine exceptionnel de 8 monuments datant de son époque romaine et romane, tous inscrits au Patrimoine Mondial de l Unesco (depuis 1981) et de nombreux bâtiments classés monuments historiques. De plus, elle abrite trois musées importants (le Musée Départemental de l Art Antique, le Musée Réattu de l art contemporain et le Muséon Arlaten de l art populaire), ainsi qu un grand nombre d associations culturelles offrant une grande diversité d expositions, de spectacles et de conférences. Elle est aussi le siège des éditions Actes Sud et d Harmonia Mundi, maisons de renommée internationale. Sise au carrefour de différentes populations, elle profite des traditions provençales mais aussi de celles des corridas et des ferias. De plus, elle jouit aussi d une richesse naturelle, étant située près du delta du Rhône et entourée du parc naturel de la Camargue au sud, des Alpilles au nord et de la réserve naturelle du Crau à l est. Ainsi, ces dernières années, Arles a connu un essor important et s est transformée en l une des villes culturelles les plus attractives de France. Cet accomplissement est le résultat d une politique culturelle dynamique qui a entrepris une série d actions pour mettre en valeur ce patrimoine et le diffuser. Dans cette démarche, le Festival de Photographie «Les Rencontres d Arles» a joué un rôle fondateur. Dès son apparition à la fin des années 60, il a suscité un dynamisme qui a bouleversé le paysage culturel en faisant du mieux la, la ville de la photo et de l image. Ayant attiré visiteurs en 2009, le festival se trouve, avec ce chiffre record, dans une nouvelle période de croissance. Après déjà 41 ans d existence, il se projette dans le futur en attaquant de front l instabilité financière à laquelle les festivals sont toujours sujets, ainsi qu au besoin de se renouveler tout en conservant sa qualité et sa notoriété. Dans cette optique, des entreprises favorisant une meilleure connaissance par le public et une meilleure coopération avec les acteurs touristiques et culturels sont des alliés importants. Le nouveau projet de réhabilitation du site des anciens ateliers de la SNCF, entamé par le festival, va changer le paysage de la ville d Arles et son futur, en la propulsant parmi les principales villes de culture de l avenir. En cette époque de crise économique où la culture est reléguée au second plan, Arles montre l exemple d une ville qui investit dans son patrimoine et dans le tourisme pour un développement durable. Dans cette démarche, le festival des Rencontres d Arles joue un rôle primordial. 4

6 SUMMARY Key words : culture and development, festivals, cultural tourism, sustainable tourism, Arles, photo festival Les Rencontres d Arles The festival is a branch of the cultural activity which these last year s meets a radical growth. France only counts 2000 festivals, number which is not confirmed. The festival phenomenon hasn t been studied yet enough, is in the center of the debate, initiated by professionals of the field, who try to define it, and to see the elements that compose it, in order to be able to analyze it and trace good practices for its future operation. In Arles, a city of inhabitants in the south of France, in the region of Provence-Alpes-Cote d Azue, one of the most tourist areas of France, the festivals plays an important role in its cultural development. Form May until the end August, the festivals follow one another, thus animating the summer period. As a result, the festivals contribute to its cultural rise and its tourist attraction. In fact Arles is a city which lives from its culture and its tourism. The town of Arles is a particular case. This small city which charmed Van Gogh has an exceptional cultural heritage, having 8 monuments, of its Roman and Romanesque period, included in the World heritage list of UNESCO (1981) and a great number of its buildings classified within the national list of protection of cultural heritage. Moreover, it shelters three important museums (Museum of Antiquities, Musée Réattu of contemporary art, Muséon Arlaten of popular art), a great number of cultural organizations, which offer a great diversity of exhibitions, spectacles, conferences. The publishing house, Actes Sud is also installed in Arles, as well as the record company Harmonia Mundi, both of international repute. Moreover, Arles, being in the crossroad of various populations, it benefits both from regional traditions as well as those like bullfights and Férias. Arles also benefits from a natural wealth being located near the delta of the Rhone and being surrounded by the natural park of the Camargue in the south, Alpilles in north and the protected area of Crau in the east. Arles thus has seen the last years an important rise while being transformed in one of the most important cultural cities in France. This achievement is the result of a dynamic cultural policy undertaken by the local government and the affected services that launched a series of actions to preserve and diffuse this cultural heritage. In this evolution the Festival of Photography of the Rencontres d Arles played a vital role. With its appearance at the end of the Sixties, it caused a dynamism which upset the cultural landscape by making Arles, city of photography and the image. Attracting visitors in 2009, a record number in its history, the festival, is going into a new era. Being already 41 years old, it is moving forward, having to confront a financial instability, always present within the field of festivals and the need to renew and keep its quality and notoriety. In this process, a better knowledge of the public and a better co-operation with the tourist and cultural actors can prove vital allies. The new project of the rehabilitation of the old railroad site, mobilized by the festival, will change the Arles future, by putting her at the center of the cultural cities of the future. In this time of the economic crisis where culture is put at a second plan, Arles presents the example of a city which invested in its heritage and tourism for a sustainable development. And in this step the festivals plays a primary part. 5

7 Préface «Placer la culture au cœur du développement est un investissement capital dans l avenir du monde, la condition du succès d une mondialisation bien comprise qui prenne en compte les principes de la diversité culturelle» L Unesco La culture n est pas encore considérée par les acteurs politiques et économiques comme un «véritable» facteur de développement. Pourtant, celle-ci est de plus en plus prise en compte au niveau local ou par les ONG. Acted 1, par exemple, en a notamment fait un de ces pôles de développement. Nous envisageons ici la culture comme l ensemble des traits distinctifs, spirituels et matériels, intellectuels et affectifs, qui caractérisent une société ou un groupe social. Elle englobe, outre les arts et les lettres, les modes de vie, les droits fondamentaux de l être humain, les systèmes de valeurs, les traditions et les croyances 2 et le développement comme une action de croissance d une société, dans tous ses facteurs en gardant la cohésion sociale et le bien être de la population. En France, pays pionnier du discours autour des politiques culturelles, la culture, a depuis , été considérée comme composante du gouvernement et comme outil pour le rayonnement du pays. C est pour cette raison que des actions et des lois pour la sauvegarde du patrimoine, pour la promotion de l activité artistique et pour la décentralisation de la création culturelle ont été promues, afin d assurer l essor culturel et le développement économique à travers cette voie. Au cours des dernières années, la culture a plus particulièrement été mobilisée par le tourisme : des associations entre ces deux activités sont montées sur l ensemble du territoire dans l objectif d un développement durable : «un développement qui répond aux besoins des générations du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs 4». La nécessité d ancrer les démarches actuelles tant au niveau culturel que touristique dans ce type de développement reste au centre du débat actuel et est soulignée dans de nombreux documents officiels des gouvernements nationaux et des organisations internationales (ex. : Agenda 21 de la culture). 1 Agence d Aide à la coopération technique et au développement (ACTED) est une ONG qui intervient dans les pays en difficulté en lançant des programmes (260 par an) qui aident à la reconstruction de leur économie et du tissu social. Ses programmes, voyant le développement d une façon globale, se basent sur le patrimoine, l artisanat et le tourisme pour favoriser un développement durable. 2 Définition de l Unesco. 3 En 1959, le ministère de la Culture (dont la dénomination officielle est, depuis 1997, ministère de la Culture et de la Communication) a été créé en France par le général de Gaulle, et attribué à André Malraux sous le nom de ministère des Affaires culturelles, en affirmant l importance de pérenniser la tradition de la protection de la culture du pays. Depuis, de nombreux pays se sont également dotés d un ministère de la Culture. 4 «Deux concepts sont inhérents à cette notion : le concept de «besoins» à qui il convient d accorder la plus grande priorité, et l idée des limitations que l état de nos techniques et de notre organisation sociale impose sur la capacité de l environnement à répondre aux besoins actuels et à venir», définition de 1987 de la Commission mondiale sur l environnement et le développement. 6

8 La culture et le tourisme peuvent jouer un rôle important dans la réalisation des objectifs d une croissance économique durable. Ils peuvent être utilisés ensemble et s influencer l un l autre pour développer les retombées économiques d un territoire. Plusieurs villes ayant investi dans la valorisation de leur patrimoine ont trouvé dans le tourisme un allié important à cette démarche. La coopération de ces deux secteurs permet d orienter le tourisme vers une protection du patrimoine naturel ou architectural et de canaliser les impacts négatifs du tourisme de masse. Déjà, dans le milieu touristique quelques mouvements se dirigent vers un autre type de tourisme, l appelant tourisme durable. Selon l Organisation mondiale du tourisme 5 «on entend par développement du tourisme durable toute forme de développement de cette activité touristique qui respecte, préserve et mette en valeur à long terme les ressources naturelles, culturelles et sociales d un territoire. Le développement du tourisme durable doit s inscrire dans une dynamique qui articule des modes de production et de consommation responsables, tout en offrant aux populations qui vivent, travaillent ou séjournent sur cet espace des avantages socioéconomiques équitablement répartis. Ce développement suppose un aménagement et une gestion intégrée des ressources ainsi que la participation des acteurs locaux, afin de concilier sa mise en œuvre avec les besoins et capacités du territoire.» Le tourisme durable porte ainsi en faveur du touriste-visiteur plutôt que du touristeconsommateur. En effet, suite aux conséquences négatives du tourisme de masse des années 70 (bétonisation du littoral, altération architecturale et patrimoniale dans certaines régions et dans des pays touristiques comme la Grèce, l Italie, l Espagne, etc.), une partie des acteurs et professionnels du milieu touristique a réorienté les priorités du tourisme en proposant d «autres destinations». Le tourisme contenait en lui une connotation négative, selon laquelle elle serait une activité qui épuise les territoires. Les dernières années ont renversé la tendance en montrant un autre visage, plus responsable, du tourisme, se fixant sur de nouveaux objectifs et conscient des nécessités de protection du patrimoine et des ressources. Ces modifications sont également engendrées par les attentes d un public de plus en plus impliqué dans l esprit d un tourisme durable et d un développement raisonné. Dans ce contexte, le tourisme durable, qui inclut l écotourisme et le tourisme culturel, est mis au centre de la stratégie touristique des régions d une forte attractivité touristique 6. De plus, l Organisation mondiale du tourisme des Nations unies place ce type de développement touristique au centre de l offre touristique future, parce qu il permet aux pays 5 L Organisation mondiale du tourisme (OMT) est une institution spécialisée du système des Nations unies et la principale organisation internationale dans son domaine de compétences. Elle fait office de tribune mondiale pour les questions de politique touristique et elle est une source de savoir-faire. Ses membres comprennent 154 pays et 7 territoires et plus de 400 membres affiliés représentant le secteur privé, des établissements d enseignement, des associations de tourisme et des autorités touristiques locales. Des actions directes qui renforcent et soutiennent les efforts des Administrations nationales du tourisme sont menées par les représentants régionaux de l OMT (Afrique, Amériques, Asie de l Est et Pacifique, Europe, le Moyen-Orient et Asie du Sud) qui ont leurs bureaux au siège de l OMT, à Madrid. L OMT joue un rôle central et décisif dans la promotion du développement du tourisme responsable, durable et accessible à tous, en veillant tout particulièrement aux intérêts des pays en développement. L Organisation encourage l application du Code mondial d éthique du tourisme pour s assurer que les pays membres, les destinations touristiques et les entreprises du secteur maximisent les effets économiques, sociaux et culturels positifs de cette activité et en recueillent tous les fruits tout en en réduisant au minimum les répercussions négatives sur la société et sur l environnement. L OMT s est engagée à atteindre les objectifs du Millénaire pour le développement des Nations unies, conçus pour faire reculer la pauvreté et favoriser le développement durable. 6 Comité départemental du tourisme PACA, schéma régional de développement touristique , p

9 destinataires et aux compagnies impliquées de diminuer les impacts négatifs du tourisme sur l environnement et le patrimoine en augmentant en même temps ses bienfaits économiques et sociaux. Dans les objectifs du Millénaire pour le développement ( ) fixés par l Assemblée générale des Nations unies en 2000, le tourisme durable est défini comme un des acteurs primordiaux pour le futur économique 7. La Convention de l Unesco de 1972 pour la Protection du patrimoine mondial, culturel et naturel intègre également la notion du tourisme durable dans sa démarche. Ainsi, si culture et tourisme ont pu viser des objectifs divergents, il est aujourd hui jugé préférable qu ils jouent un rôle complémentaire l un pour l autre. La culture profite du public touristique, et le tourisme du public culturel. En France par exemple, le troisième pays du monde sur l échelle de la fréquentation touristique, les séjours à dominante culturelle «demeurent le principal facteur d attractivité du pays en tant que destination touristique, pour la quasi-totalité des personnes interrogées 8». Cet avant-propos nous permet de poser les bases de notre étude de cas car la ville d Arles semble en effet avoir fait le choix de se développer de manière «durable». Sous plusieurs aspects, Arles est une ville modèle du développement par la culture et le tourisme. C est dans cette optique que s inscrivent ses politiques culturelles et touristiques. Et c est dans ce paysage qui réagit ses festivals. Introduction Notre étude traite de la question du phénomène du festival en tant qu activité culturelle ayant connu une croissance radicale ces dernières années. A l exception de quelques grands festivals comme ceux de Cannes, d Avignon, des Rencontres d Arles, issus de la volonté d artistes de monter des événements pour promouvoir leur discipline, la majorité des festivals proviennent de l initiative de collectivités locales d animer leurs territoires et leurs 7 Dans cette optique, le programme STEP (Sustainable Tourism for the Elimination of Poverty), initiative née au sein de la Conférence mondiale sur le développement durable à Johannesburg en 2002, a été mise en place afin d affirmer le rôle du tourisme comme moteur du développement durable. A ce jour, 90 projets ont été réalisés dans 30 pays économiquement défavorisés. 8 Synthèse de l Analyse de l image touristique de la France et de son positionnement à l étranger, IPSOS Public Affairs/Maison de la France, 18 janvier 2007 p.g 3 8

10 monuments. Il faut noter que c est la loi de décentralisation de 1982, donnant le pouvoir et l indépendance financière et administrative aux collectivités territoriales pour monter leurs propres programmes et gérer leurs monuments, qui a permis la genèse des festivals. La France accueille un grand nombre de festivals, difficiles à recenser dans leur totalité. En 2000, environ 2000 festivals étaient dénombrés en France, tandis qu en même temps la seule région Provence-Alpes-Côte d Azur en dénombre 2000 sur son seul territoire 9. Nous n avons cependant pas besoin d avoir un nombre fixe pour pouvoir affirmer leur rôle dans l offre culturelle des territoires français. La programmation culturelle de chaque région laisse facilement constater leur forte présence dans les activités proposées. Le phénomène festivalier a évolué pendant toutes ces années et continue à se développer en posant des difficultés quant à sa définition même. Nous voyons que la définition du festival donnée au début de son apparition comme «une manifestation musicale se déroulant sur quelques jours dans un lieu particulier» semble insuffisante à décrire la diversité et la complexité de l offre actuelle. Le ministère de la Culture et de la Communication le définit comme «une manifestation où la référence à la fête, aux réjouissances éphémères, événementielles et renouvelées s inscrivant dans la triple unité de temps, de lieu et d action». Dans l actualité, les festivals présentent une offre vaste dont nous pouvons classer les différents indicateurs : fréquentation, tarif, art présenté, période, lieu, activités. Ainsi se distinguent des festivals de musique, de danse, de photographie, hors saison, de pleine saison, dans les grandes villes, en milieu rural, des festivals gratuits, de moyen budget, de haut budget etc. L offre se multiplie chaque année, et une grande partie des festivals regroupent plusieurs activités dans leur programmation. Les festivals exercent une série d impacts sur les territoires où ils s inscrivent. Au niveau artistique, ils encouragent la création et l innovation et, de plus, «assument plus volontiers le risque artistique que les institutions permanentes, favorisant l éclosion des jeunes talents 10». Ils contribuent ainsi au développement culturel des communautés humaines dans lesquelles ils se déroulent, offrant la possibilité d assister à des expositions et des spectacles vivants. La dispersion, le caractère festif et éphémère des festivals permettent sans aucun doute d attirer nombre de spectateurs qui ne se seraient, peut-être, jamais rendus à ce type de représentation. En outre, plusieurs festivals ont redonné une forme de vie et d activité à des villes ou des régions totalement démunies culturellement. De même, par la diversité des genres des spectacles offerts, les festivals apportent à un public nouveau des représentations traditionnellement réservées aux seules grandes villes : certaines expositions d art contemporain, des mises en scène par de grands noms du spectacle vivant qui n auraient pas, dans d autres conditions, de motif pour se déplacer dans les régions. Les festivals jouent également un rôle non négligeable dans la réhabilitation et l animation des lieux patrimoniaux. La réutilisation des espaces patrimoniaux pour la tenue de spectacles ou d expositions est une pratique qui a fleuri au sein des festivals ; elle fait revivre des monuments délaissés. Les exemples sont nombreux : le Palais des Papes à Avignon, les Ateliers SNCF à Arles et d autres. 9 France Festivals (2006), Les Nouveaux Territoires des festivals, Actes du colloque, éd. La Scène-Magazine des professionnels du spectacle, Paris, p BENITO L., (2002), «Les Festivals, entre événement et manifestation culturelle», in «Evénements, tourisme et loisirs», Cahier Espaces, n 74, éd. Espaces Tourisme & Loisirs, pg.26. 9

11 Les festivals participent au développement économique des collectivités qui les accueillent en générant des retombées économiques directes mais aussi indirectes. De la même manière, ils contribuent à la création d emplois directs mais aussi induits. Sur le plan touristique, les festivals attirent un grand nombre de visiteurs, soit fidèles, soit occasionnels, en animant la vie de la commune ou de la région. Ils donnent un coup de projeteur sur le territoire à un moment donné. Aussi, l impact sur l image d une ville accueillant un festival réussi et la notoriété qu elle en retire jouent un rôle déterminant concernant l attractivité touristique de la région et suscitent, qui plus est, l intérêt des entreprises et autres investisseurs. En outre, ce dynamisme et cette valeur ajoutée permettent de retenir les habitants sur le territoire, de prévenir la désertification, voire d en attirer de nouveaux. Sur un plan social, les festivals apportent beaucoup aux territoires hôtes en renouvelant le tissu social et l esprit des habitants en accueillant des gens de différents milieux socioéconomiques, en favorisant les échanges culturels et les rencontres, en éduquant le public et en mobilisant l esprit créatif des populations avec les spectacles présentés. Nombreux sont donc les impacts des festivals sur ces territoires. Ces dernières années, les festivals, qui ne suscitaient pas jusque là une analyse profonde, sont devenus un sujet de discours entre les organisateurs et les autres acteurs impliqués dans leur mise en place. D un coté leur importance multiple sur le territoire (apport culturel, touristique, social, économique) et de l autre les interrogations qui émergent relatives à leur fonctionnement et à leur développement futur ont généré un dialogue entre ces différents acteurs afin de pouvoir analyser et tracer leur propre avenir. Leur présence grandissante a ainsi appelé une approche plus concrète. Des questions sur leur programmation, leur public, leur rapport à la communauté, les difficultés de leur financement sont posées afin de mieux comprendre cette activité dont les impacts sont nombreux et variés sur les territoires où elle s inscrit. Leur essor et leur croissance justifient l importance de leur étude. Le festival de la Photographie Les Rencontres d Arles et la ville d Arles: cas d étude Nous avons choisi comme exemple le festival de la photographie Les Rencontres d Arles et la ville d Arles pour de multiples raisons. D abord parce qu Arles est une ville modèle au niveau de la valorisation de son patrimoine et de sa fréquentation touristique. Bien que, nous le verrons, certains points restent à améliorer, Arles et les Arlésiens mettent en œuvre de nombreuses initiatives, dans un objectif global de promotion de la culture, de développement du tourisme et d investissement au niveau local. C est une ville exemplaire dans l animation de son patrimoine, dans la qualité et la diversité de son offre culturelle et dans sa stratégie touristique orientée vers la notion de développement durable, profitant de toutes ces activités culturelles pour se promouvoir en tant que destination incontournable. De plus, le choix de la ville d Arles réside surtout dans sa variété de festivals qui constituent l essentiel de son offre culturelle. Tous contribuent, à leur échelle, au développement de la ville et à son rayonnement. En attirant un public divers, les festivals jettent un coup de projecteur sur la ville d Arles pendant les périodes où ils se déroulent. L été arlésien est clairement bien plus vivant que les autres périodes de l année. Il s agira ici d étudier plus particulièrement le Festival de la Photographie Les Rencontres d Arles pour de multiples raisons. Tout d abord, parce que c est un des plus grands festivals de la photographie du monde ainsi que le premier festival de la photographie 10

12 en France. De plus, le festival des Rencontres d Arles, dès sa naissance a changé le paysage culturel de la ville d Arles en suscitant un dynamisme sans équivoque qui perdure jusqu à présent. En effet, le festival a donné une autre image à la ville d Arles, qui est connue aujourd hui comme ville de la photographie. Le festival depuis sa création a contribué radicalement à la mise en valeur de la ville d Arles et de sa richesse patrimoniale, en donnant vie à tous ces lieux précieux. Par sa notoriété au monde de la photographie le festival a fait venir à Arles un grand public, tant européen qu internationale, en augmentant son attractivité touristique. Le festival depuis 2002 connait un succès sans équivoque, ayant accueilli en visiteurs. Aujourd hui, à son 41eme édition, le festival les Rencontres d Arles se trouve dans une nouvelle phase de développement où il doit réfléchir à nouveau sa politique pour se pérenniser et continuer à s agrandir. Son futur se trouve dans une gestion plus adaptée aux exigences actuelles mais aussi à sa relation avec la ville d Arles et ses acteurs culturels, touristiques, économiques et sociaux. Le grand potentiel de développement qui apparait avec le projet de Marseille Provence 2013-Capitale Européenne de la Culture et la réhabilitation des anciens ateliers de SNCF d Arles par la Fondation LUMA, pour y créer un nouveau pôle culturel dédié à la photographie et l image, est une opportunité sans équivoque, à la fois pour le festival et la ville d Arles. Le festival peut jouer un rôle primordial dans cette nouvelle phase de croissance qui semble démarrer pour Arles et son territoire. Problématique Notre recherche vise à étudier l événement festival comme moteur de la valorisation du patrimoine et du développement touristique d un territoire. Quels impacts la seule donnée «festival» a-t-elle sur le territoire d Arles et sa région? De quelle manière contribue-t-elle à son développement? Nous verrons comment, tant par la région dans laquelle ils s inscrivent que par la notoriété dont ils bénéficient aujourd hui, les festivals donnent un exemple de développement d un territoire par la culture à eux tout seuls, comment ils ont posé les bases et créé le tissu pour les nombreuses initiatives qui y fleurissent à présent. Ayant une attractivité forte les festivals drainent un grand public, en apportant beaucoup sur le développement touristique du territoire dans laquelle ils s inscrivent. Cette étude, traite le cas du Festival de la Photographie des Rencontres d Arles, festival qui exerce un impact énorme sur le territoire d Arles, tant au niveau culturel et de l animation du patrimoine qu au niveau de l attractivité touristique. A ça, nous pouvons ajouter l impact économique qu exerce le festival sur le territoire ainsi que les retombées médiatiques et en termes d image et de notoriété de la ville d Arles. Notre objectif serait d analyser les bonnes pratiques qui était mises en place par le festival et d envisager les défis futurs sur le plan culturel mais en relation avec le tourisme. Nous prenons comme base de réflexion le discours autour le futur des festivals comme ceci est illustré aux différents études et colloques portés par des professionnels du milieu culturel. Comment ce festival a réussi de se perdurer à travers ses années? Quelles synergies ont été mises en place avec les autres acteurs de la ville d Arles pour assurer cette réussite? Comment peut-il pérenniser son futur développement? Même si notre étude se focalise sur le festival de la photographie des Rencontres d Arles, nous avons senti indispensable de présenter brièvement l impact sur le plan culturel et touristique, de deux autres festivals de la ville d Arles ; le festival Les Suds Arles et le 11

13 festival Arelate, afin de montrer la diversité de l offre festivalière de la ville d Arles. Nous avons également voulu montrer les différents impacts que chacun exerce sur la ville d Arles et montrer comment ils contribuent à son offre culturelle. Chaque apporte quelque chose de plus dans la problématique du fonctionnement des festivals et leur rapport au territoire hôte. Enfin, à travers l étude du festival et son rapport à la ville d Arles, plusieurs questions se posent concernant les possibilités de développement à travers la culture et le tourisme. Quelles synergies entre les acteurs culturels et touristiques pourraient être envisagées afin de favoriser une croissance économique, touristique, culturelle au service du développement durable? Comment celles-ci pourraient être un modèle de développement durable pour le futur. Arles semble de donner l exemple en plaçant la valorisation de son patrimoine au centre de sa politique touristique afin d assurer son futur développement. Méthodologie Afin de répondre à cette problématique, nous avons mené des recherches dans les archives des festivals, dans ceux de la ville d Arles et de la région : bilans financiers, études touristiques, études de publics, évolutions historiques, etc. Nous avons également conduit des interviews auprès des différents acteurs clés de notre étude (responsables du tourisme et du patrimoine de la ville d Arles, organisateurs des festivals étudiés, habitants et associations culturelles), mais aussi consulté une large bibliographie portant sur les stratégies de développement, le marketing de la culture, le tourisme culturel, les caractéristiques et la mise en œuvre des festivals, sur la photographie et son histoire, sur l histoire de la ville d Arles, etc. Les sites internet officiels des acteurs impliqués et les textes officiels ont également été une grande source d information. La mise en relation et la synthèse de ces sources d information nous ont permis d approfondir notre étude. Plan de travail Premièrement, nous allons présenter le territoire dans lequel s inscrit notre étude des festivals, la ville d Arles et la région, en donnant un regard global sur ses différents aspects : économique, géographique, social, outils de développement. Nous considérons qu il est indispensable de bien connaître le territoire dans laquelle s inscrit notre étude. De plus, nous croyons que le cas de la ville d Arles est exceptionnel, grâce à une coopération de tous les acteurs sous l objectif de faire d Arles une ville de culture et du tourisme durable. Pensant que cette volonté commune est indispensable pour toute type de développement ; Notre deuxième partie porte sur l étude du phénomène festivalier, à travers notre étude du festival de la Photographie des Rencontres d Arles et son apport au territoire de la ville d Arles. En ayant comme source les questions actuelles qui se posent autour du fonctionnement et du futur des festivals, nous montrerons comment le festival des Rencontres d Arles s articule, quelle est ses stratégies de développement, comment il organise ses partenariats, quel type de public il attire et nous parlerons de son impact sur le territoire au niveau culturel, touristique, social et économique. Afin d enrichir notre étude et montrer la diversité de l offre festivalière d Arles, nous présenterons deux autres festivals importants qui drainent un grand nombre des festivaliers et qui apportent aussi de façon multiple sur le développement culturel et touristique de la ville d Arles et son territoire. En troisième lieu, nous nous arrêtons sur les futurs projets, en essayant de montrer les moyens que le festival des Rencontres pourrait continuer à évoluer et se pérenniser. Pour cela, 12

14 nous présenterons aussi des solutions, fruits de notre réflexion sur le festival et son impact à son territoire. 13

15 Première Partie Le potentiel touristique de la ville d Arles 14

16 1. Arles et son territoire : Carte d identité 1.1 Données géographiques Arles se situe dans la région Provence-Alpes-Côte d Azur, dans le département des Bouches-du-Rhône (13). Sa superficie d environ 759 km² en fait la plus grande commune de France. Arles est la troisième ville des Bouches-du-Rhône, après Marseille et Aix-en- Provence, avec habitants 11. Sa population se répartit entre l agglomération centrale et onze villages (Albaron, Gimeaux, Mas-Thibert, Moulès, Raphèle-lès-Arles, Saliers, Salin-de-Giraud, etc.), dont le plus éloigné se trouve à près de 40 kilomètres du centre-ville (figure 1). Figure 1 Son territoire comprend trois espaces naturels remarquables : au nord les Alpilles, au sud la Camargue qui occupe la plus grande partie de la superficie (avec les Saintes-Mariesde-la-Mer, deuxième plus vaste commune de France métropolitaine, moitié moins étendue qu Arles), et à l est la Crau avec Saint-Martin-de-Crau qui a fait partie de la commune d Arles jusqu en 1925 (annexe 1). 11 Source INSEE,

17 La Camargue, espace naturel protégé entre les deux bras du Rhône, limité au sud par la Méditerranée, est considérée comme un des plus beaux sites naturels d Europe. Zone humide d importance exceptionnelle, elle est depuis 1970 protégée par le Parc Naturel Régional de Camargue 12 ; la Crau, située entre le massif des Alpilles au nord et l étang de Berre au sud, ancien delta de la Durance, constitue le territoire minéral d Arles, comme la Camargue celui de l eau. Depuis 1987, la plaine de la Crau 13 (annexe 2) est une réserve naturelle et depuis 1991 elle est également une zone de protection spéciale. Les Alpilles 14, situées à 15 kilomètres d Arles, vers le nord, forment une chaîne de calcaire qui s élève au cœur de la Provence entre le Lubéron et la mer. Ce massif est également réputé pour sa faune ornithologique. Très arboré, il est traversé par de nombreux chemins de randonnées et domine de nombreux villages pittoresques : Les Baux-de-Provence, Fontvieille, Maussane-les- Alpilles, Saint-Rémy-de-Provence. La ville d Arles et évidemment marquée par la présence du Rhône, qui coupe la ville en deux. Le Rhône reste, même de nos jours, une menace lors des crues, comme celle de Au niveau administratif, Arles se réunit depuis 2004 avec les communes de Boulbon, Saint-Martin-de-Crau, Saint-Pierre-de-Mezoargue et Tarascon dans une communauté d agglomération appelée Arles-Crau-Camargue-Montagnette (ACCM), dont le but principal est de regrouper leurs ressources financières, techniques et humaines pour développer certaines compétences (développement économique, aménagement de l espace communautaire, équilibre social de l habitat, politique de la ville dans la communauté). Ce regroupement permet notamment de mettre en place un réel projet de développement touristique, culturel, économique et social cohérent et répondant à une problématique commune aux villes adhérentes. Enfin, le pays d Arles se compose de 36 communes (annexe 1). 12 Le Parc Naturel Régional de Camargue fait partie des 45 parcs naturels régionaux de France, étant un territoire ouvert et habité reconnu pour sa qualité exceptionnelle. Le cœur du Parc habrite le Musée de la Camargue, aménagé dans une ancienne bergerie qui retrace l évolution des activités humaines dans le delta du Rhône du XIX e siècle jusqu à nos jours. Dans le Parc se trouve aussi la Maison de la Camargue, arbitrant une exposition vivante qui permet de mieux appréhender les réalités de la Camargue, de découvrir les lieux à visiter et de comprendre les mesures de protection des milieux naturels. Dans le parc est également implanté l Observatoire de la Camargue, une association du Parc avec 5 autres structures qui agissent en Camargue. Initié en 2001, l Observatoire est un outil qui a pour mission de construire une connaissance «objective», globale et partagée du territoire pour alimenter les débats, les réflexions, les concertations autour d actions et de projets conduits par le Parc et ainsi contribuer à une gestion intégrée du territoire. Son territoire d action est le delta du Rhône, soit environ hectares en zone terrestre, ainsi que la zone marine de trois milles. Ses thématiques d observation prioritaires sont : la gestion de l eau, le littoral et les milieux marins, l agriculture, l élevage et le développement durable, les habitats, les espèces, le tourisme et loisirs, le patrimoine culturel. L Observatoire collecte les données ou informations existantes sur ces thématiques et les organise dans des bases de données. Il peut permettre l accès à certaines de ces données. Il réalise également des analyses et des synthèses de données grâce au travail de réflexion des groupes thématiques mis en place, qui mobilisent au total une quarantaine d organismes différents. 13 La région accueille aussi l Ecomusée de Saint-Martin-de-Crau, situé dans une ancienne bergerie et qui a pour but la mise en valeur et la sauvegarde du patrimoine naturel et humain de la Crau. 14 Le petit train des Alpilles propose une promenade bucolique et paisible d Arles à Fontvieille en passant au pied de l abbaye de Montmajour (monument historique classé, situé au pied des Alpilles, un de premiers lieux utilisés par le festival des Rencontres d Arles). 16

18 1.2 Accessibilité Arles se situant au cœur de la Provence est à proximité de nombreuses villes. Ses voisines sont Avignon au nord-est (34 km), Nîmes au nord-ouest (27 km), Aix-en-Provence. Au sud-est, Marseille est distante de 96 km. Sa situation près de la Méditerranée et au carrefour de nombreuses capitales européennes est un réel atout (à seulement deux heures et demie de l Espagne en voiture). Les axes qui permettent de rejoindre la région sont très développés, et les moyens de transports variés. Le train reste un des moyens le plus utilisés pour y arriver. Même si Arles n était pas incluse dans le tracé TGV Paris-Marseille, qui dessert Avignon et Aix, elle est seulement à quatre heures de Paris (ligne directe). Elle est aussi desservie par la ligne TGV Paris-Avignon, qui fait le voyage en deux heures. Le chemin de fer met Arles à une courte distance des autres métropoles importantes, comme Lyon, Montpellier. Le train régional (TER) effectue plusieurs trajets entre Arles et des villes du Sud, Avignon, Marseille, Toulouse etc. Le fait de ne pas avoir besoin de réserver à l avance ajoute à la souplesse permise par les prix bon marché. La ville dispose de plusieurs accès aux lignes aériennes. Elle n est en effet située qu à 25 km de Garons (aéroport de Nîmes), 65 km de Marignane (aéroport de Marseille) et 75 km de Fréjorgues (aéroport de Montpellier). L accès à tous ces aéroports est très pratique car ne nécessitant aucune passage par les villes. De plus, le fait que deux compagnies «low cost», Easy Jet et Ryanair, réalisent des vols dans la région (Ryanair pour Nîmes, Easy Jet pour Montpellier et Marseille) est un atout supplémentaire pour le jeune public, les vacanciers en séjour court ou au budget modeste. Le bus est moyennement utilisé pour les longues distances, mais les trajets locaux sont bon marché (utilisés par les jeunes voyageurs). Eventuellement, une amélioration des horaires ou des trajets pourrait être envisagée. Finalement, Arles est bien desservie au niveau des axes routiers. La voiture étant un moyen populaire pour les vacanciers de la région. 17

19 1.3 Paysage économique Arles est l une des villes les plus pauvres de la région Provence-Alpes-Côte d Azur. Elle se trouve dans une situation économique délicate, avec un taux de chômage largement au-dessus de la moyenne régionale et même nationale : 11,1 % de la population active locale est à la recherche d un emploi, contre 8,8 % au niveau hexagonal ; les non-diplômés représentent 27,3 % de la population et 50 % des Arlésiens sont exonérés d impôts 15. Sa population active s élève à personnes. Les emplois arlésiens sont en grande majorité des emplois de services 16. Presque emplois sont liés aux services marchands. Pour aider la recherche d emploi et le renforcement de l entreprenariat, plusieurs programmes ont été mis en place sur des initiatives locales et régionales comme : le PAIL 17, un réseau de chefs d entreprise et autres professionnels (banquiers, experts-comptables, avocats, techniciens) qui se mobilisent afin d aider des porteurs de projets de création d entreprise ; le Prides 18 (Pôle régional d innovation et de développement économique), création suscitée par la région PACA. A Arles le Prides se mobilise autour de la filière livre et disques ; le Plie (Plan local pour l insertion et l emploi) 19 et l Antenne 20, une initiative de la ville d Arles, qui offre un lieu d accueil et d aide pour les porteurs de nouveaux projets économiques et culturels qui veulent s installer en centre-ville. La commune d Arles suit de près d autres champs d activité, comme l agriculture et l industrie. L agriculture est un pôle économique non négligeable à Arles, qui bénéficie de conditions climatiques exceptionnelles et d un savoir-faire hérité d une longue tradition. Elle s organise principalement autour des productions suivantes : les fruits et légumes, le riz et les 15 La Provence, le 3/3/ Depuis plus dix ans, cette initiative locale d Arles (PAIL) a aidé à la création ou à la reprise de 300 entreprises. Cet outil est porté par la Ville, l ACCM, le Conseil général et le Conseil régional ainsi que par la Caisse des dépôts. Le processus de création comporte plusieurs phases : repérer les besoins, les croiser avec des projets d activité, monter un dossier de faisabilité, réunir des compétences pour le lancement, préparer le financement. En 2008 un service d amorçage de projets (SAP)a été créé pour inciter à la création de services dans les quartiers de Trébon, Barriol et Griffeuille (quartier en difficulté sociale d Arles), grâce au concours de professionnels qui apportent gratuitement leur savoir-faire pour le démarrage de l entreprise. Le PAIL, partenaire de la communauté d agglomération, propose également des aides financières sous forme de subventions et de prêts à taux zéro. 18 Le Prides d Arles réunit les premiers éditeurs intéressés à un regroupement qui vise à partager des moyens logistiques, favoriser la formation et bénéficier d outils de communication et de promotion pour leurs sociétés respectives. Parmi celles-ci, on trouve les éditions Picquier, La Cuisine (éditrice de l agenda culturel Taca), Isabelle Gremillet (éditeur d ouvrages pour le Maghreb), Edinéos (portail Job Ingénieur), CyberNostra (les organisateurs du festival MAIN), le Pagivore (vente de livres anciens), La Fabrique sensible (ouvrages d art), Où sont les enfants, spécialiste d ouvrages pour la jeunesse intégrant la photographie. 19 Entre 2005 et 2009, le Plie a suivi contractuellement personnes en recherche d emploi. Après une mise à niveau personnalisée, 545 d entre eux ont retrouvé un emploi durable. Devant ce bilan positif, les partenaires publics associés au Plie ont décidé sa reconduction pour la période Piloté au départ par la commune d Arles, le Plie dépend aujourd hui de la communauté d agglomération ACCM. Le financement du premier Plie ( ) a été assuré par l Europe à travers le Fonds social européen (FSE), l Etat, le Conseil régional (lutte contre l exclusion), le Conseil général (programme départemental d insertion), l ACCM (gestion et animation du Plie) et la Chambre de commerce (actions de communication et de promotion). 20 Un nouveau pôle culturel du centre-ville, avec de galeries, magasins d artisanat, cafés artistiques, autour des rues Jouvène et de la Liberté, où se trouve le bureau de l Antenne, vise à valoriser l artisanat et la création artistique en augmentant en même temps l attractivité de la ville. L Antenne essaie de convaincre les propriétaires de proposer des baux intéressants à une clientèle d artistes, artisans, commerçants d art, etc. Sa mission consiste aussi à inventer des événements pour mettre en valeur ce renouveau, attirer le chaland et les touristes, et donner un cadre aux initiatives des commerçants et des divers collectifs. 18

20 céréales, le foin de Crau, la viande (taureaux, ovins), la transformation et la conservation. En Camargue, des efforts sont menés pour labelliser et qualifier les productions. Arles, dans le cadre de la communauté d agglomération Arles-Crau-Camargue-Montagnette, propose également des productions agricoles complémentaires telles que celles associées aux olives (variétés, huiles) ou au vignoble de la vallée des Baux. Arles accueille aussi un des plus grands marchés de Provence. Deux fois par semaine, mercredi et samedi, des commerçants et des producteurs locaux étalent leurs marchandises le long de deux boulevards principaux de la ville. Le marché du samedi, le plus grand, s étend dans l intégralité du boulevard des Lices (un des axes principaux du centre) offrant plus de 2,5 kilomètres de marchandises. Les activités industrielles d Arles, qui représentent environ emplois salariés 21, concernent principalement les secteurs de la chimie, de la construction mécanique, de la papeterie et de l industrie alimentaire. Le village de Salin-de-Giraud et ses salins, avec Solvay et le groupe Salins, est le pôle chimique d Arles. Cependant, la fermeture de la papeterie Saint-Etienne et la perte de vitesse de la production du sel de Salin posent des problèmes sérieux pour l économie arlésienne. 1.4 Paysage politique Arles s inscrit dans la tradition politique socialiste du département du Bouches-du- Rhône. Actuellement le Parti socialiste gagne dans le territoire : Michel Vauzelle, président du Conseil régional de la région Provence-Alpes-Côte-D azur, et Jean-Noël Guérini, président du Conseil général du Bouches-du-Rhône, sont membres du Parti socialiste. De plus, Hervé Schiavetti, maire d Arles et vice-président du Conseil général du département, est au Parti communiste. Arles est une des rares communautés en France de plus de habitants ayant un maire communiste. En effet, les politiques décidés par les acteurs politiques, sont traversée par certains principes de l idéologie du gauche. Ainsi, la priorité est donnée aux politiques sociaux, au développement culturel, à la lutte contre l exclusion social, au développement durable. 1.5 Paysage culturel Un patrimoine culturel reconnu Arles, ville d une histoire riche, offre une abondance au niveau du patrimoine culturel, matériel 22 et immatériel Idem. 22 «Le Patrimoine matériel se réfère à des sites consacrés à la culture, réalisations de la main de l homme : musées, monuments, villes et villages d art ou de caractère, sites archéologiques et préhistoriques, jardins, édifices religieux, militaires» Claude Origet du Cluzeau, (2008) Le Tourisme culturel, «Que sais-je?», éd. Presses universitaires de France,.p.g 4 23 «On entend par patrimoine culturel immatériel ou patrimoine vivant les pratiques, représentations, expressions, connaissances et savoir-faire ainsi que les instruments, objets, artefacts et espaces culturels qui leur sont associés que les communautés, les groupes et, le cas échéant, les individus reconnaissent comme faisant partie de leur patrimoine culturel. Ce patrimoine culturel immatériel, transmis de génération en génération, est recréé en permanence par les communautés et groupes en fonction de leur milieu, de leur interaction avec la nature et de leur histoire, et leur procure un sentiment d identité et de continuité, contribuant ainsi à promouvoir le respect de la diversité culturelle et la créativité humaine. Aux fins de la présente Convention, seul sera pris en considération le patrimoine culturel immatériel conforme aux instruments internationaux existants relatifs aux droits de l homme, ainsi qu à l exigence du respect mutuel entre 19

21 Au niveau du patrimoine matériel, Arles abrite une abondance de monuments témoins de sa longue histoire. 24 Plusieurs peuples ont laissé leur trace à la ville d Arles. Comme le décrit le Centre du patrimoine mondiale de l Unesco : «Arles offre un exemple intéressant d adaptation d une cité antique à la civilisation de l Europe médiévale. Elle conserve d impressionnants monuments romains dont les plus anciens arènes, théâtre antique, cryptoportiques remontent au I er siècle av. J.-C. Elle connut au IV e siècle un second âge d or dont témoignent les thermes de Constantin et la nécropole des Alyscamps. Aux XI e et XII e siècles, Arles redevint une des plus belles villes du monde méditerranéen. A l intérieur des murs, Saint-Trophime avec son cloître est un des monuments majeurs de l art roman provençal.» Arles dénombre huit monuments de son histoire romaine et romane, inscrits sur la liste du patrimoine mondiale de l Unesco en Ceux-ci sont : l amphithéâtre, le théâtre antique, les cryptoportiques et le forum romain, les thermes de Constantin, les remparts du castrum, les Alyscamps, l église Saint-Trophime et l exèdre romain (Muséon Arlaten). En plus, Arles compte une douzaine de monuments classés sur la liste de 1840 des monuments historiques 25. Parmi eux, nous trouvons l abbaye de Montmajour (Moyen Age) au pied des Alpilles, l obélisque d Arles, la chapelle Saint-Jean-de-Moustiers d Arles (XI e siècle). Sur le territoire d Arles on compte également 44 monuments historiques classés et 48 monuments inscrits à l inventaire supplémentaire. La grande majorité de ces édifices sont situés dans le centre historique. Au niveau du patrimoine immatériel, Arles présente également une grande tradition, qui se compose des fêtes folkloriques et des coutumes locaux provençaux (fête du Costume, élection de la reine d Arles, Feria du riz, etc.), de l artisanat (poterie, costumes, dentelles arlésiennes, etc.), des traditions taurines (elle est membre de l Association des villes taurines) comme les corridas, les courses camarguaises. Elle a aussi une importante tradition issue de Fréderic Mistral, le félibrige 26 et le provençale, sa langue de plume. La culture provençale, avec ses produits et son art de vivre, fait aussi partie de ce patrimoine précieux, donnant une forte identité à la région. communautés, groupes et individus, et d un développement durable.» Définition donnée par la Convention de l Unesco pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, ratifiée le 20 juin 2007 par plus de 78 Etats. 24 «Le delta du Rhône est occupé par les Ligures dès le I er millénaire av. J-C. et connaît très tôt des échanges commerciaux avec les peuples de Méditerranée orientale et avec les Celtes. Les Phocéens, qui ont fondé Marseille au VII e siècle av. J-C., développent un comptoir commercial important à Théliné, premier nom d Arles. Les Romains sont également très tôt présents dans la région et, en 102 av.j-c., le général Marius fait creuser par ses soldats un grand canal, les fosses mariennes, qui relie le golfe de Fos au sud d Arles, facilitant ainsi la navigation. La victoire de Jules César, aidé des Arlésiens, sur Pompée, soutenu par Marseille, permet à Arles de se doter d une partie importante du territoire de sa rivale. Erigée en colonie romaine, la ville voit son port se développer et ses fertiles terres alluvionnaires attribuées à des vétérans romains qui les font fructifier. L économie mise en place à l époque romaine perdure jusqu à l époque moderne. Le développement de grands domaines agricoles favorise à partir du Moyen Age l émergence d une riche aristocratie terrienne. Celle-ci construit à travers la campagne de grands et beaux mas groupant maisons d habitation et bâtiments agricoles. Quoique globalement peu peuplée, la commune d Arles est émaillée de villages et hameaux. Au début du XX e siècle, certains d entre eux se séparent d Arles, se constituant en communes : Fontvieille en 1790, Port- Saint-Louis en 1904, Saint-Martin-de-Crau en 1924». Site du Service du patrimoine de la Ville d Arles, 25 Première liste publiée par la Commission des monuments historiques pour la protection et sauvegarde des monuments d une valeur patrimoniale importante qui ont besoin de travaux. 26 Le félibrige est un mouvement régionaliste créé en 1854 par Fréderic Mistral pour favoriser et organiser la sauvegarde et la promotion de la langue et de la culture spécifique des pays de langue d oc. 20

22 1.5.2 Patrimoine naturel Comme nous l avons mentionné ci-dessus, Arles est entourée par un paysage naturel exceptionnel. Le Parc naturel régional de la Camargue, les Alpilles et la plaine de la Crau sont des territoires protégés pour leur habitat exceptionnel et leur biodiversité. Le delta du Rhône, ayant un intérêt et une importance ornithologiques significatifs, est un lieu d habitat et de passage pour plusieurs espèces protégées et rares. Par exemple, le delta du Rhône est l une de seules régions en Méditerranée et en Europe où niche le flamant rose. De plus, il faut souligner ici que le paysage agricole de la région, et surtout les rizières 27 de la Camargue, donne une part de son originalité naturelle à cette région et à son patrimoine naturel. De plus, le paysage naturel des salins est aussi un lieu important. Accompagnant ce patrimoine naturel, nous trouvons un nombre important de musées : le musée de la Camargue,(ref.2), l Observatoire de Camargue,(re.2), l écomusée de la Crau(ref.3) et le musée du Riz Une offre culturelle précieuse La culture est à Arles un des secteurs qui ont vu une croissance verticale ses dernières années. A Arles il y a un grand nombre d établissements culturels : Le Musée départemental de l Arles antique 28, consacré au patrimoine antique d Arles, accueille un grand nombre d ateliers, de conférences et autres événements en faveur d un public ciblé. Son exposition récente sur le buste de César a attiré visiteurs jusqu à septembre Le musée Réattu 29 est consacré à l œuvre du peintre arlésien Jacques Réattu (grand prix de Rome, à la photographie et à l architecture). Le musée abrite également des collections d art moderne et une collection de dessins de Picasso. C est un des premiers musées à avoir ouvert ses portes aux expositions de photographie. La Fondation Van Gogh présente une collection d art contemporain. 27 Si l histoire du riz remonte à la plus haute Antiquité en Orient, il ne fait son apparition dans le Sud de la France qu à la fin du XIII e siècle. A partir du XIV e siècle, on fait état dans la littérature de l extension de la culture du riz en Provence. La riziculture moderne, elle, date de 1830, avec l endiguement complet de la Camargue (celui-ci avait commencé dès le Moyen Age) et la maîtrise relative des caprices du Rhône. La submersion des terres permet en outre d empêcher les remontées de sel de la nappe phréatique. Aujourd hui le riz de Camargue, de par sa faible production, sa qualité et l environnement naturel dans lequel il est produit, semble avoir trouvé une niche commerciale ; en outre il a obtenu l IPG (indication géographique protégée), une garantie qualité et origine avec l appellation Riz de Camargue. Les rizicultures ont créé un label : Riz Cap Camargue. Chaque année au mois de septembre, le riz est célébré en Arles dans une grande fête populaire qui voit bénir les premières gerbes récoltées. 28 Le musée de l Arles et de la Provence antiques a été construit en 1995, dans un bâtiment moderne conçu par l architecte Henri Ciriani, sur la presqu île où se trouvait l ancien cirque romain, pour abriter les collections archéologiques particulièrement riches de la ville. Il contient de nombreux sarcophages, en particulier la deuxième collection de sarcophages paléochrétiens après celle des musées du Vatican. 29 Musée situé sur les quais du Rhône (10, rue du Grand-Prieuré) et passé en 1868 dans le patrimoine municipal, il a reçu en 2007 le premier fonds d art sonore dans un musée des beaux-arts, en collaboration avec l association Phonurgia Nova. En 2008, le musée fut le cadre d une manifestation organisée par Christian Lacroix qui s approprie le musée de son enfance en offrant au public une occasion unique de partager son univers créatif. 21

23 Le Museon Arlaten 30, fondé par la figure emblématique de la Provence Fréderic Mistral, abrite des collections représentatives des arts, de l ethnologie et de l histoire du pays d Arles. L Espace Van Gogh est l ancien hôpital-dieu qui a accueilli Van Gogh au cours du fameux épisode de l oreille coupée. C est ainsi que le jardin de cet espace, aujourd hui baptisé Vincent Van Gogh, met en avant un superbe jardin peint par l artiste hollandais à la fin du XIX e siècle et restitué dans le moindre détail. Aujourd hui l Espace Van Gogh abrite la médiathèque d Arles, les Archives municipales, la bibliothèque de l antenne universitaire ainsi que des espaces qui servent de lieux d exposition. Arles compte aussi deux théâtres : le théâtre de la Ville d Arles et le théâtre de la Calade, avec une programmation de qualité pendant toute l année et organisant plusieurs débats et séminaires autour de l art du théâtre mais aussi autour de la vie culturelle et du futur de la culture à Arles ; et une salle de concert, qui offre une programmation de musiques du monde mais aussi actuelles. La ville est aussi le siège d une des plus importantes maisons d édition françaises, les éditions Actes Sud, créées en 1969 par Hubert Nyssen et Jean-Philippe Gautier et qui, depuis 1983, sont installées à Arles dans le centre-ville, au Méjan. La maison arlésienne emploie 170 personnes dont 120 à Arles. Actes Sud publie plus de 500 livres par an (chiffre d affaires 2009 : millions d euros). Dans ce pôle des éditions Actes Sud a aussi été créée une autre association, l Association du Mejan. Fondée en 1984 par Jean-Paul Capitani et Françoise Nyssen (directrice actuelle des éditions), l Association du Méjan organise différentes activités culturelles pendant toute l année à la chapelle Saint-Martin du Méjan 31 : les Matinées et Soirées musicales d Arles, la Semaine sainte en Arles, Jazz in Arles (pendant le mois de mai), Lectures en Arles, des expositions d art. De plus, l association fait fonctionner une salle de cinéma, avec une sélection de films d art et d essai contemporains et classiques, non commerciaux, organisant aussi des soirées cinéma thématiques et des débats. Le cinéma du 30 Son nom signifie en provençal «musée d Arles». Il est situé dans le centre-ville d Arles, dans l ancien hôtel particulier Laval-Castellane. Fondé par Frédéric Mistral, après qu il eut reçu le prix Nobel de littérature, en 1904, le musée est considéré comme le premier écomusée. Fermé depuis octobre 2009, pour quatre ans, il va bénéficier de travaux de rénovation, financés à 50 % par le Conseil général des-bouches-du-rhône, sur volonté de Jean-Noël Guérini, Christian Lacroix. Le musée rouvrira complètement ses portes en 2014, et pour partie en 2013 pour l inauguration de Marseille Provence Les Matinées et Soirées musicales d Arles (saison de concerts de musique de chambre, d octobre à juin, sous la direction artistique de Jean-François Heisser). La Semaine sainte en Arles : festival de musique sacrée et baroque Jazz in Arles : festival de jazz (une semaine en mai). Lectures en Arles : avec la participation de grands comédiens, ces lectures sont proposées tout au long de l année (un rendez-vous par mois), à la chapelle du Méjan, et en juin, durant une semaine, elles sont «délocalisées» dans le magnifique cloître de l église Saint- Trophime à Arles. Initiées par Claude Santelli, elles sont à présent, depuis le décès de ce dernier, pérennisées sous la direction artistique d Hubert Nyssen. Les expositions du Méjan : les œuvres de peintres, sculpteurs, photographes contemporains sont présentées régulièrement dans la chapelle Saint-Martin du Méjan. L été, en parallèle des Rencontres internationales de la photographie, plusieurs expositions consacrées à la photographie sont organisées par l Association dans différents lieux (chapelle Saint-Martin du Méjan, chapelle Saint-Laurent- Le Capitole et hall du Méjan). 22

24 Méjan avec Le Femina, qui présente des films contemporains commerciaux, sont les deux cinémas d Arles. Dans la région d Arles est installé aussi le siège d un des plus importants labels de musique classique (actuellement ouvert aussi aux musiques du monde), Harmonia Mundi. Cette maison exceptionnelle, connue mondialement pour la qualité de ses éditions, enrichit le paysage culturel de la ville en contribuant profondément à ses retombées économiques. Avec 170 salariés, et un chiffre d affaires important, cette maison renforce l image de la ville par sa renommée. Elle possède également une librairie dans le centre historique de la ville. D autres éditeurs se sont implantés à Arles, comme La Phonurgia Nova, Picquier, les éditions «Où sont les enfants?», spécialiste d ouvrages pour la jeunesse intégrant la photographie. Vu du Méjan par Trinquetaille(photo association du Méjan) Des festivals reconnus et un événementiel riche Arles, en complément des événements proposés par ses établissements culturels comme les théâtres, les musées, etc., présente une offre d événements très large et très riche : fêtes traditionnelles et festivals (Annexe 3). La plus grande partie de ses événements ont lieu durant la période touristique c est-à-dire d avril jusqu au octobre, mais quelques-uns se déroulent pendant l hiver. La saison se lance avec la Feria de Pâques, puis une série d événements s enchaîne, jusqu au pic de la saison que sont les trois mois d été. A part de ses événements, plusieurs autres soirées et manifestations contribue à un été plein d attractions. La saison se termine avec la Feria du Riz en septembre et les Journées du Patrimoine. Les festivals protagonistes de cette offre dominant le champ estival en envahissant tous les lieux de la ville d Arles et en attirant un très grand public. Arles a la particularité d être le lieu où se passent plusieurs festivals d une renommée nationale et internationale. Un des principaux, le Festival international de la photographie, connu aujourd hui sous l appellation Les Rencontres d Arles, a fêté cette année sa 41 e édition et anime la ville depuis 23

25 toutes ces années, jouant un rôle primordial dans son attractivité internationale et son identité. D ailleurs, Arles est aussi connue maintenant comme ville de l image. Dans cette catégorie, le festival Les Suds Arles (15 e édition cette année) est un des plus grands festivals des musiques du monde en France, attirant un grand nombre des festivaliers chaque année ( en 2010). Le festival Arelate, plus récent avec 4 ans d existence, a intégré le festival du Peplum et a réussi à drainer un large public ( en 2009) en remplissant le paysage festivalier de la fin août. Ainsi, la saison festivalière commence de début mai avec le Festival des photos de nu et continue jusqu à la fin août avec le festival Arelate. D autres festivals sont reconnus : le festival du Costume, le festival Voies Off, le festival Art Court Vidéo, le festival Main, portant sur l animation graphique. Les festivals apportent dans divers domaines à la ville d Arles, que nous allons analyser par la suite. 1.6 Etablissements éducatifs Arles compte 40 écoles primaires, 4 collèges publics et 1 collège privé, 3 lycées publics et 1 lycée privé. Au niveau de l éducation supérieure, avec 1300 étudiants, Arles est un pôle universitaire important. L Antenne universitaire d Arles encadre des enseignements généralistes et des formations spécialistes telles que le droit, l environnement, la photographie, l image numérique, le patrimoine et le tourisme. Entre autres, nous trouvons à Arles une licence professionnelle «Conservation et Restauration du patrimoine bâti», un IUP «Administration des institutions culturelles», un Master 2 «Zones humides méditerranéennes». Se trouve également à Arles l école de Supinfocom, spécialisée à l infographie 3D et l IUT de l université de Provence sur les métiers informatiques. A Arles se trouve aussi l Ecole Nationale Supérieure de la photographie (ENSP), la seule école publique de la photographie en France, créée en 1983, fruit des influences des Rencontres d Arles, comme nous le verrons ultérieurement. Au niveau de la formation touristique, nous trouvons à Arles, un CFA «Animation et gestion touristique et locale». 1.7 Une région touristique Le tourisme est une source économique fondamentale pour Arles et sa région, en soutenant l économie et l absorption professionnelle d une grande partie de la population. Arles, inscrite dans une des régions les plus touristiques de France, ne pouvait qu en profiter : la région Provence-Alpes-Côte d Azur attire des visiteurs non seulement européens mais également internationaux, étant la première région d accueil pour les touristes français et la seconde pour les touristes étrangers après l Ile-de-France 32 (selon le Comité départemental du tourisme de PACA, 35 millions chaque année). Leurs dépenses s élèvent à 10 milliards d euros. La moitié des touristes qui fréquentent la région sont français, un quart étrangers, principalement européens, et un quart sont résidents de PACA. Les dépenses des touristes s élèvent en moyenne à 43 par jour et par personne. Ainsi, le tourisme, avec un chiffre d affaires qui représente 11,4 % du PIB 33, est une des plus importantes «industries» pour ce territoire et la région se présente comme un leader du tourisme français. 32 Comité départemental du tourisme des Bouches-du-Rhône (2009) Le Tourisme, secteur clé du département, 3 e schéma départemental de développement du tourisme et des loisirs réalisé par le CDT des Bouches-du-Rhône, p Comité départemental du tourisme PACA, schéma régional de développement touristique , pg.11 24

26 Dans la région, le département du Bouches-du-Rhône, attirant 9 millions de visiteurs par an, se classe au premier rang au niveau des visiteurs et au troisième en termes de nuitées annuelles enregistrées (44 millions), après le département du Var et des Alpes- Maritimes 34. La destination Bouches-du-Rhône est avant tout une destination de loisirs et de vacances. L offre culturelle (musées, festivals, centres d interprétation, etc.) joue un rôle important dans l attractivité touristique de la région 35. Toutefois, le poids du tourisme d affaires n est pas négligeable puisque plus de 8 % des séjours sont réalisés par une clientèle venue pour affaires dans le département. La durée moyenne du séjour est de 4,7 jours pour l ensemble des touristes : de 4,8 jours pour la clientèle française et de 4,7 pour la clientèle étrangère. Chaque touriste dépense en moyenne 42 euros par jour. On estime que emplois sont liés, directement ou indirectement, au tourisme dans les Bouches-du-Rhône. Le tourisme génère près de 1,37 milliard d euros, étant un facteur fondateur de l économie du département. Arles a son tour attire chaque année un grand nombre de touristes. En 2009, la fréquentation est répartie sur toute l année, avec une plus forte concentration durant la période estivale (38 % en juillet et en août). Les touristes d Arles sont pour 58 % des Français et pour 42 % des étrangers. La clientèle française vient surtout des régions PACA, Languedoc- Roussillon, Rhône-Alpes et Ile-de-France. La clientèle étrangère vient d Italie, d Allemagne, des Etats-Unis, de Grande-Bretagne, d Espagne, de Belgique, du Canada et des Pays-Bas. Le tourisme est un élément prépondérant du développement de la région. 2. La Culture et le Tourisme au centre du développement local 2.1 Culture, tourisme & développement local: quels bénéfices? «Le développement local est un processus de diversification et d enrichissement des activités économiques et sociales sur un territoire à partir de la mobilisation et de la coordination de ses ressources et de ses énergies Un produit des efforts de sa population, qui mettra en cause l existence d un projet de développement intégrant ses composantes économiques, sociales et culturelles et il fera d un espace de continuité un espace de solidarités actives.» Selon cette définition de Xavier Greffe, le développement local est un processus qui se base sur la valorisation des ressources locales et des forces endogènes d un territoire pour sa croissance économique, sociale et culturelle. Comment Arles envisage-t-elle son développement? Arles a choisi de mettre au centre de sa stratégie de développement local la valorisation de son patrimoine et le renforcement de son attractivité touristique. Elle a mis en place une série de pratiques qui ont fait évoluer ces secteurs et tous les autres domaines liés à ces activités, en mobilisant les acteurs locaux (entreprises, associations, citoyens). Dans le même temps, elle a attiré de nouvelles entreprises, qui s y sont installées. Le choix est stratégique mais découle aussi de la réalité. Arles est une des villes les plus pauvres de la région PACA. Comme nous l avons cité ci-dessus, le taux de chômage est largement au-dessus de la moyenne régionale et même nationale : 11,1 % de la population active locale est à la recherche d un emploi. Ayant une activité industrielle qui se limite 34 Idem et Bilan 2009 de la Comité départemental du Tourisme des Bouches-du-Rhône, p.g pg

27 progressivement, elle se retrouve dans une situation économique délicate. Il faut rappeler aussi qu avec la fermeture récente des papeteries Etienne 36 le territoire se confronte à de sérieux problèmes d emploi. (Il faut y ajouter les cas des salins, en perte de vitesse, l agriculture, déjà intensifié, le domaine de la construction, en ralentissement à cause de la crise économique). N ayant pas d autre ressource économique forte, elle n aurait pas pu faire autrement que renforcer son atout doté d avoir un patrimoine et une histoire riche et un paysage naturel rare. Comme l explique son maire, Hervé Schiavetti, «Arles, cité classée au Patrimoine mondial de l Unesco, voit son avenir et son développement de toute évidence fondés sur la culture, l image et le patrimoine La cité, ne produisant pas autant de richesses que le pays d Aix, ne peut se passer de soutien public. Elle a su offrir un écrin privilégié aux initiatives privées d Actes Sud, Harmonia Mundi, Groupe F, etc,. qui ont choisi de s y implanter, tout comme récemment la Fondation LUMA. Ainsi, aujourd hui la culture emploie plus de 1000 personnes, dont la moitié dans le privé.» Le patrimoine ainsi mis en valeur joue un rôle essentiel dans le développement de la ville en redynamisant l activité économique et en développant l attractivité touristique du territoire. D ailleurs, on dénombre plusieurs cas de villes qui ont misé sur leur patrimoine et sur l activité culturelle pour sortir de crises économiques, sociales et pour donner une autre image d elles-mêmes : Nantes, Lille, Roubaix, sont quelques entres les villes françaises qui ont investi à cette direction de développement. Ces villes ont pratiqué des politiques culturelles de valorisation et de réhabilitation de leur patrimoine, de promotion et de subvention et ont réussi à changer leur paysage économique et social. Elles sont parvenues à mobiliser la majorité des acteurs locaux pour une politique commune de développement local. Avec le soutien de plusieurs acteurs économiques et sociaux et surtout une volonté politique, elles sont devenues des pôles culturels forts, des points de référence, attirant des investissements nationaux et internationaux. Elles ont pu prouver que l investissement dans la culture permet de donner un nouveau souffle à ces territoires, en affirmant que la culture n est pas un effet du développement économique, comme il est coutume de le considérer, mais bien une source et un outil. Le tourisme, dans cette démarche, joue un rôle fort en mobilisant d autres sources économiques. Il encadre l offre culturelle et en profite pour attirer de nouveaux visiteurs et faire marcher le secteur touristique. Malgré la connotation commerciale et les impacts négatifs qui lui sont accordés, le tourisme peut contribuer au développement culturel, par la mise en œuvre de synergies constructives et inspirées d un esprit de développement local. Il est intéressant de voir comment cette notion est traitée dans la Charte internationale du tourisme culturel de l ICOMOS 37 : «Le tourisme national et international est reconnu comme une force positive qui favorise la conservation du patrimoine naturel et culturel. Le tourisme peut saisir les caractéristiques économiques du patrimoine et les utiliser pour sa conservation en créant des ressources, en développant l éducation et en infléchissant la politique. Il représente un enjeu économique essentiel pour de nombreux pays et de nombreuses régions, et peut être un facteur important de développement, lorsqu il est géré avec succès.» Plus loin : «Le tourisme est porteur d avantages pour les communautés d accueil et leur procure des moyens importants et des justifications pour prendre en charge et maintenir 36 «La fermeture des papeteries Etienne est un drame pour nous tous. Cette entreprise restera comme l une des plus formidables aventures humaines de l histoire d Arles. Le tissu économique arlésien et ses nombreuses petites entreprises sont un atout pour sortir de la crise. Notre ambition, c est que chaque Arlésien ait un emploi.» Interview d Hervé Schiavetti dans un communiqué de la brochure de la ville d Arles. 37 Charte internationale du tourisme culturel, adopté au sein de la 12 e assemblée générale de l ICOMOS au Mexique en octobre 1999, consulté le juin

28 leur patrimoine et leurs pratiques culturelles. La participation et la coopération entre les communautés d accueil représentatives, les conservateurs, les opérateurs touristiques, les propriétaires privés, les responsables politiques, les concepteurs et les gestionnaires des programmes de planification et les gestionnaires de sites sont nécessaires pour mettre en œuvre une industrie touristique durable et favoriser la protection des ressources patrimoniales pour les générations futures. L interaction entre les ressources patrimoniales et le tourisme est dynamique et en constante évolution, générant à la fois des opportunités, des défis et des potentialités de conflits. Les projets, activités et développement touristiques doivent parvenir à des résultats positifs et limiter les impacts négatifs qui pourraient nuire au patrimoine et aux modes de vie des communautés d accueil, tout en répondant au mieux aux besoins et aux aspirations des visiteurs.» Pour la ville d Arles, le tourisme étant un élément vital dans son économie. La ville accompagne les initiatives culturelles en essayant de promouvoir ce type de tourisme durable. Le tourisme culturel 38 et l écotourisme sont les deux formes de tourisme qui domine l offre à Arles. A cela s ajoute, un tourisme d affaires et des conférences, liés à la fois avec le secteur de la culture et/ou de l environnement. Si de bonnes pratiques sont mises en réseau, la culture et le tourisme peuvent coopérer productivement pour permettre un développement mutuel et aussi valable pour la communauté. La culture est ainsi mise au cœur de la stratégie de l attractivité touristique de la ville d Arles et tous les deux sont mis au service du développement social et de la communauté. A Arles, la notion de communauté est très importante et l objectif de développement économique est accompagné par une importante politique sociale et une volonté de faire d Arles et du territoire un lieu agréable à vivre. Ce climat de communauté joue un rôle important dans l identité de ce lieu. Il favorise l implication des acteurs locaux dans la prise des décisions et dans la réalisation des projets. D ailleurs, la mobilisation de l ensemble des forces vives de la micro-société locale (acteurs institutionnels, entrepreneurs, hommes politiques, associations, habitants...) est indispensable pour assurer la réussite du développement locale. Le choix d Arles d investir dans son patrimoine et son tourisme pour se développer semble un choix stratégique. Toutefois, cette ville qui a charmé de nombreuses figures emblématiques du milieu de la culture et des lettres, comme Van Gogh, Picasso, Cézanne, Fréderic Mistral et beaucoup autres ; ne peut s appuyer que sur son patrimoine pour poursuivre son évolution ; 2.2 Une politique culturelle dynamique Historique de protection et de mise en valeur du patrimoine Dès les années 80 et plus activement dans les années 90, la ville d Arles a mis en œuvre une politique culturelle plus organisée et orientée vers des actions permettant la valorisation et l animation du patrimoine ainsi que le soutien de la création artistique et 38 Le tourisme culturel est un déplacement (d au moins une nuitée) dont la motivation principale est d élargir ses horizons, de rechercher des connaissances et des émotions au travers de la découverte d un patrimoine et de son territoire. Par extension, on y inclut les autres formes de tourisme (sportif, balnéaire ) où interviennent des séquences culturelles, sans en être la motivation principale, mais où le fait d être en vacances en favorise une pratique occasionnelle. Le tourisme culturel est donc une pratique culturelle qui nécessite un déplacement d au moins une nuitée, ou que le déplacement va favoriser., Claude Origet du Cluzeau (1998), Que sais-je? Le tourisme culturel, Ed. Presses Universitaires de France, Paris pg.3 27

29 culturelle. Cette politique était incarnée et se perpétue à travers une série des pratiques de protections et mises en valeur de cette richesse patrimoniale : la conservation et/ou consolidation des monuments, leur labellisation et leur ouverture au public pour leur diffusion, la mise en œuvre d une animation correspondant à l esprit du lieu et ce, pour un public ciblé. De plus, les actions de sensibilisation des habitants locaux envers leur patrimoine et l élaboration des outils de communication utilisés pour informer le public font partie de la démarche. Arles jouie d or et déjà des actions de protection de son patrimoine. Nous trouvons par exemple, des monuments de la ville d Arles dans la liste de Prosper Mérimée de La première divulguée par la commission des Monuments Historiques, qui comprenait 1034 monuments, préhistoriques, antiques et médiévaux (V e au XVI e siècle) qui méritaient d être conservés. Arles avait 9 monuments inscrits sur cette liste, parmi lesquels l Abbaye de Montmajour, les Arènes, l Obélisque, le Théâtre Antique, les Thermes de Constantin. A la même époque, nous trouvons le premier musée ethnographique en France, le Muséon Arlaten 39. Inauguré à Arles en 1899 par Fréderic Mistral, ce «Panthéon de la Provence, comme il l appela, est dédié aux traditions de la Provence. Il est aujourd hui l une des plus importantes institutions culturelles d Arles. Quelques années plus tard, dans les années 60, Arles réalise les premiers grands travaux de conservation de ces monuments. En 1981, Arles voit son patrimoine entrer dans la liste du patrimoine mondial de l humanité de l Unesco, un de plus importants labels d affirmation de l importance d un patrimoine. Cette inscription a évidemment influencé la notoriété de la ville en diffusant sa renommée à l échelle mondiale. A la fin des années 80, l importance de regrouper les forces pour la promotion du patrimoine arlésien se fait ressentir et le besoin de mettre en place un service de patrimoine est alors envisagé. A ce moment là, plusieurs services municipaux se partageaient la gestion du patrimoine de la ville. Le patrimoine bâti était géré par la Direction de l Urbanisme et de l Habitat. Cependant, avant la création du service actuel une autre action a déjà préparé le terrain. En 1986, la ville d Arles et le Ministère de la Culture ont signé la convention Arles Ville d Art et d Histoire 40 pour garantir la qualité de l animation du patrimoine et la sensibilisation auprès du grand public. Un poste d animatrice du patrimoine, qualifié et agréé par le Ministère, est crée. En 1999, l annonce d un plan «généreux» va changer le paysage. Le 23 juillet 1999, à l occasion du Comité Interministériel d Aménagement et de développement du Territoire (CIADT) qui s est tenu à Arles, le premier ministre annonçait le lancement d un plan ambitieux de conservation et de mise en valeur du patrimoine antique avec, à la clé, une enveloppe de 91,47 millions d euros (600 millions de francs), engageant à hauteur de 50 % l Etat et pour le reste la région PACA, les conseils généraux et les communes (la contribution de ces dernières ne dépassant pas les 5%). Une dizaine de sites classés Monuments 39 Fermé depuis Octobre 2009, pour des travaux de restauration, il rouvrira définitivement ses portes en 2014 alors qu une partie du Musée sera ouverte en 2013 à l occasion du projet Marseille Capitale Européenne La ville d Arles et le département des Bouches du Rhône ont investi la moitié des fonds nécessaire à la restauration du musée. 40 Le réseau de Villes d Art et Pays d histoire, animé par la Ministère de la Culture et la Communication, la Direction de l architecture et du patrimoine, regroupe 137 villes françaises avec comme objectif la valorisation et l animation du patrimoine et de l architecture. Pour cela, il met en place des outils pour leur découverte (visites guidées, ateliers éducatifs, expositions etc.), en mobilisant aussi un tourisme culturel. 28

30 Historiques et appartenant à des collectivités de la région sont concernés. Les sites retenus l ont été en fonction de leurs importances au sein du patrimoine de la région, de leur état de conservation, des besoins en travaux et de leur place dans la politique touristique dans les départements et communes concernés. La mise en place de ce plan donne également l occasion d engager une collaboration avec les pays riverains de la Méditerranée, mission confiée à l agence pour le Patrimoine Antique de la Région Provence-Alpes-Côte-D azur. Au sein de ce projet, la ville d Arles tient une place considérable car elle possède 20% des monuments du département classés Monuments Historiques et reçoit chaque année plus de visiteurs. Ses deux principaux édifices romains sont donc concernés par le contrat : l Amphithéâtre et le Théâtre Antique. Aujourd hui, les travaux de restauration du théâtre antique sont terminés et les travaux de l amphithéâtre le sont presque. De plus, la ville d Arles consacre chaque année 4,2 millions d euros pour entretenir et restaurer ces monuments, fait qui atteste leur importance dans la vie culturelle et économique Le service du patrimoine Le service du patrimoine a vu le jour en 1999, ayant pour fonction de mettre en œuvre les directives politiques, administratives, financières de la municipalité pour la conservation et la mise en valeur du patrimoine Arlésien. Aujourd hui, sous la direction de Bouzid SABEG, ce service sera intégré à la Direction de l Action Culturelle et du Patrimoine de la ville d Arles. Le Service du Patrimoine est composé d à peu près 30 personnes et il est divisé en différents secteurs : -Le secteur de la Restauration/Conservation du patrimoine qui s occupe de tous les travaux dans les monuments historiques. -le secteur de Régie des monuments, billetterie, personnel aux boutiques/accueil -le secteur du Secteur Sauvegardé de la ville (bâtiments anciens, restauration des maisons, réglementation qui doit être suivie etc.) -le secteur de l animation du patrimoine, secteur Ville et pays d Art qui s occupe des ateliers pédagogiques, des publications, des expositions, des journées du patrimoine, de la signalétique, et de tout ce qui a trait à la médiation culturelle. Le secteur est dirigé par Odile Caylux, animatrice de l architecture et du patrimoine de la ville d Arles et son équipe : une animatrice adjointe, une guide conférencière chargée des animations et actions pédagogiques, son assistante, une personne chargée de la documentation et enfin une autre de la base de données Patrimoine et du site Internet. Depuis sa création, le service du patrimoine de la ville d Arles, a effectué une série d interventions dans le but de valoriser et d animer le patrimoine arlésien et sa mise à disposition du public. La philosophie du service est de «faire vivre le patrimoine» et le rendre accessible à tous, en créant les outils accessibles à son appréhension. Comme nous décrit Madame Odile Caylux, «En parallèle à la restauration des monuments, l idée est de rendre ce patrimoine vivant, d accueillir des manifestations ; bien entendu en protégeant les lieux. La politique patrimoniale et touristique est au cœur du développement de la ville d Arles : Travaux de restauration, événements pour les touristes (par exemple créer des animations à l amphithéâtre, comme des spectacles de gladiateurs). En fonction des budgets annuels, de nouveaux événements sont petit à petit créés autour des lieux patrimoniaux». 29

31 Pour la diffusion et la sensibilisation auprès du public, différents moyens sont mis en disposition : Le Centre d Interprétation de l Architecture et du Patrimoine (C.I.A.P) à la chapelle des Trinitaires, propose des expositions temporaires sur la culture et les traditions régionales (Exposition : Habiter la Méditerranée en mars 2010) ; des actions pédagogiques, l édition de brochures sur l actualité du patrimoine, l édition de mini guides touristiques, et autres dépliants, ainsi que des ouvrages sur l histoire, les monuments et la culture traditionnelle arlésienne («Le Théâtre Antique d Arles» édité en 2010 aux éditions FAGE - «Arles, histoire, territoires et cultures» édité en 2009 aux éditions Actes Sud). De plus, le service organise des conférences avec des acteurs nationaux et internationaux (Réunion Européenne de l ICOMOS, Arles 9-10 juin 2010) Sans oublier, des ateliers pédagogiques offerts tout au long de l année. Le service éducatif est un secteur en plein essor. Il offre une série d ateliers pour un public ciblé (écoles primaires, étudiants en collèges, lycées, ou en études supérieures). Au niveau de l animation des monuments, le service du patrimoine a mis en place quelques événements pendant la période estivale qui a connu un vif succès. (Les courses camarguaises qui ont lieu chaque mercredi et vendredi aux Arènes, la reconstitution des jeux olympiques chaque mardi et jeudi matin aux Arènes et au Théâtre Antique, ainsi que des spectacles de gladiateurs les après- midi des mêmes jours). Ces spectacles ayant permis d augmenter de 18% la fréquentation des monuments, (selon le service du patrimoine), montre l attente du public pour ce type d événements et réaffirme aussi la pertinence des animations dans les milieux patrimoniaux afin d y attirer le public. En plus, le service offre, en coordination avec l office de tourisme, une série de visites guidées. Concernant son besoin de toucher le public et de diffuser le patrimoine de la ville d Arles, le service du patrimoine met à disposition un site Internet, régulièrement mis à jour, contenant des données historiques sur la ville d Arles, et des informations sur toutes ses activités. Il participe chaque année, et ce dans ce but, au Salon du patrimoine, qui se tient en Novembre au Carrousel du Louvre à Paris. Salon qui regroupe une grande partie des acteurs des différents métiers du domaine patrimonial La révision du secteur sauvegardé Un autre atout majeur dans la politique de protection du patrimoine architectural arlésien réside dans le fait que tout son centre historique est considéré comme secteur sauvegardé Un secteur sauvegardé est une mesure de protection portant, selon la loi, sur un «secteur présentant un caractère historique, esthétique ou de nature à justifier la conservation, la restauration et la mise en valeur de tout ou partie d un ensemble d immeubles». Les secteurs sauvegardés ont en effet été spécialement introduits par la loi, dite «Malraux», du 4 août 1962, pour la sauvegarde des centres urbains historiques et plus largement d ensembles urbains d intérêt patrimonial. Il s agissait, à l époque, d éviter leur destruction systématique par la politique de rénovation urbaine qui consistait en la démolition du tissu bâti ancien au bénéfice d une reconstruction sans aucun rapport avec la ville traditionnelle. Il est à noter que, depuis, un nouveau dispositif est venu s ajouter aux instruments de protection d ensembles notamment urbains, celui des zones de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager (ZPPAUP), institué dans le cadre de la loi du 7 janvier 1983 relative à la décentralisation des compétences dans le domaine de l urbanisme. Le plan d urbanisme du secteur sauvegardé est le plan de sauvegarde et de mise en valeur (PSMV). Le secteur sauvegardé est une démarche d urbanisme qualitatif dont l objectif est autant de conserver le cadre urbain et l architecture ancienne que d en permettre l évolution harmonieuse au regard des fonctions urbaines contemporaines et en relation avec l ensemble de la ville. Il s agit, à l aide de règles et prescriptions spéciales, d inscrire tout acte d aménagement, de transformation ou de construction dans le respect de l existant, ce qui ne 30

32 (annexe 4). Créé en 1966, rendu public en 1977 et approuvé par le conseil d Etat en 1993, le secteur sauvegardé d Arles couvre la totalité de la surface du centre historique, soit 54 hectares. Récemment, le secteur sauvegardé était remis en étude et une équipe pluridisciplinaire, composée d architectes du patrimoine, d archéologues, d une paysagiste, d une urbaniste, d une historienne, et d un juriste spécialisé dans la protection du patrimoine, était mise en place pour réaliser ce travail 42. Il faut aussi noter qu un projet de création d une zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager est actuellement à l étude pour le village des Salin-de- Giraud Actualité culturel «Petit à petit, la cité camarguaise multiplie les pôles d art. Et devient une place forte du grand Sud» Arts Magazine classant Arles en 3ème position dans son palmarès des villes ( habitants) les plus artistiques Ayant augmenté de 2,3% son budget pour la culture, la ville démontre son ambition de faire vivre la culture à Arles. Le service culturel, en coopération avec les autres acteurs de la ville, met en place plusieurs manifestations pendant l année et plus particulièrement pendant la période estivale. Entre autres : un été au ciné (cinéma en plein air), les rues en musique (trois semaines de programmation musicale gratuite dans les rues), sculptures en été (exposition de sculptures dans le jardin d été) etc. Cette volonté de faire vivre la culture à Arles, est aussi visible dans le renouvellement des expositions dans les musées d Arles, tant le musée Réattu que le MDAA (Musée de l Arles Antique). Ils offrent un vaste choix de conférences, ateliers, collaborations avec des étudiants de différents pays (projets pendant la période hivernale). D ailleurs, grâce à l exposition au MDAA de «César, le Rhône pour mémoire», le nombre de visites a augmenté signifie pas copier le patrimoine ancien, mais le prendre en compte sans porter atteinte à ses qualités historiques, morphologiques, architecturales. Les mesures de sauvegarde et de mise en valeur s appliquent dès la création du secteur sauvegardé et indéfiniment par la suite. En effet, «à compter de la décision (...) délimitant un secteur sauvegardé, tout travail ayant pour effet de modifier l état des immeubles est soumis soit à autorisation dans les conditions et formes prévues pour le permis de construire, soit à autorisation spéciale pour les travaux qui ne ressortissent pas au permis de construire» (article L du code de l urbanisme). In SERVICE DU PATRIMOINE DE LA VILLE D ARLES, Mise en révision du secteur sauvegarder de la ville d Arles, présentation du projet, fiche à télécharger sur consulté le 21 juillet A l avenir, sa mission sera d inventorier toutes les constructions incluses dans le périmètre initial (centre ancien) et élargi, et d en relever tous les éléments d intérêt patrimonial. L opération devrait durer deux ou trois ans, après quoi l approbation du nouveau secteur sauvegardé sera soumise à la commission nationale en charge de ce domaine. Ce travail, conduit sous la maîtrise d ouvrage de la Direction Régionale des Affaires Culturelles, a pour objet d améliorer sensiblement les conditions de connaissance et de gestion de la ville ancienne. Elle est considérée comme un progrès nécessaire par rapport au plan de sauvegarde et de mise en valeur actuel (approuvé en 1993) qui fige souvent la totalité de la parcelle alors que seuls quelques éléments sont remarquables. Idem. 31

33 de 205%, ayant reçu jusqu au septembre Un nombre incroyable si nous pensons aux visiteurs en Une stratégie touristique renouvelée L étude du public 2007 & le profil du tourisme d Arles Le tourisme, va de pair avec cette démarche de mise en valeur du patrimoine et du renforcement du pôle culturel d Arles, en essayant de renouveler et d améliorer ses services, de favoriser les pratiques qui fidéliserons le public d Arles et en attireront un nouveau. Dans le cadre de sa politique visant à mieux connaître ses visiteurs, il a mené en 2007, avec le cabinet d études Public & Culture, une étude du public de des musées et sites. Celle-ci a dévoilé d intéressants résultats pour le type de tourisme qui vient à Arles, sa provenance, son profil socioéconomique, ses attentes. Nous retiendrons ici quelques résultats intéressants : 1) La fréquentation du patrimoine arlésien apparaît comme une pratique d amateurs de tourisme culturel urbain au sein d un séjour dans la région PACA. Le visiteur visite Arles à l occasion d un séjour/circuit de vacances en région PACA d une durée moyenne d une semaine (voir plus longtemps). Il ne vient pas spécialement à Arles, il profite de son voyage pour éventuellement visiter quelques autres sites de la région PACA. Un tourisme urbain de visite et non pas un tourisme d excursionnistes de ½ journée ou d une journée, séjournant dans les stations du littoral. On constate en effet que les grandes stations balnéaires sont très faiblement émettrices. 2) Ce type de tourisme valorise des usages assez traditionnels : intérêt pour les monuments connus, courts séjours, fort niveau d informations (la plupart des visiteurs ont déjà un guide de la région), usage majoritaire des hébergements hôteliers, études supérieures, âge moyen élevé (vers 46,1 ans), professions intellectuelles intermédiaires et supérieures. 3) Dans les monuments les plus visitées on compte les Arènes, suivis par le Théâtre et le Cloître de Saint-Trophime, arrivent après les Alyscamps et les Thermes. Les musées, avec le MDAA au premier rang, sont plus attirants pour les vacanciers qui restent plus d un jour. 4) La durée du séjour se répartit comme suit : le court séjour (1/2 journée) atteint 11 %, le moyen séjour (1 jour) domine avec 50 %, et le longs séjour (plus de 1 jour) s élève à 34 %. Le nombre de «long séjours» (2 jours et plus) est important et montre que la richesse culturelle de la ville autorise des durées de séjour qui dépassent la simple excursion. Les locaux et régionaux s apparentent plus aux courts séjours, mais ceux-ci incluent la visite des musées dans leurs visites d Arles (fait faible dans le cas des courts séjours). 5) On ne trouve pas ou peu des nouveaux visiteurs à Arles: des familles en vacances sur le littoral, des amateurs de séjours évènementiels qui se déplacent spécialement pour un long week-end, des nouveaux visiteurs du patrimoine attirés par les centres historiques animés et les expositions temporaires autant que par les monuments et les musées. Cette forme de modernité de la pratique du patrimoine revient plutôt aux visiteurs locaux (habitant Arles et la Région) qui apprécient fortement les Rencontres de la photographie, sont plus que les autres, visiteurs des «petits musées», ne se surchargent pas de guides et documents et profitent plus d une «ambiance» patrimoniale. 32

34 6) Par rapport aux modèles actuels de valorisation du patrimoine, Arles présente donc une image assez traditionnelle dominée par un monument phare (les Arènes) qui cannibalise un peu le reste. On y trouve pas assez les images que l on considère aujourd hui comme les plus attractives : celles des centres historiques animés et celles des évènements en particulier les expositions, hors bien entendu le cas des Rencontres de la photographie et de la Féria. Mais cette dernière a elle aussi tendance à gommer le reste des activités culturelles pourtant nombreuses pour ses visiteurs extérieurs. 7) Un pourcentage de 58% de primo-visiteurs. Ce qui semble faible par rapport à des sites de notoriétés similaires qui affichent un 78%. Mais il peut aussi être interprété comme un taux de fidélisation de public 8) L étude a mis en avant l importance, la valeur ajoutée du site Internet de l office de tourisme comme outil de communication. 9) Au niveau de la provenance des visiteurs, les Français sont les plus nombreux avec une moyenne de 58%, mais en saison haute (juillet/septembre) ils deviennent minoritaires (53% d étrangers). Les principales régions françaises de provenance des visiteurs sont la région PACA, le Rhône-Alpes, le Languedoc-Roussillon et l Ile-de-France. Au niveau des étrangers les italiens, les allemands, et les britanniques sont en première position. L étude souligne aussi l importante présence de la clientèle originaire d Amérique du nord et du Canada, ce qui est rare en France en dehors de la région de l Ile de France. A noter aussi, la faible présence de la clientèle espagnole. L étude propose comme stratégie de développement du tourisme arlésien, de s orienter plutôt vers des publics nouveaux du patrimoine urbain, de mettre en place un certain nombre d actions portant sur les conditions d accueil, de présentation et de communication du patrimoine visant à faire évoluer l image du patrimoine de la ville et à sensibiliser de nouveaux publics. L étude de public effectuée en 2007 a mis en lumière le paysage touristique de la ville d Arles, en éclairant sur le type de tourisme qui la fréquente. De plus elle a exposé des points faibles, ou des points à développer. De même elle a montré le profil du touriste culturel d Arles et de ses attentes. Nous retiendrons ainsi, qu Arles est une ville d un séjour de durée moyenne, et qu elle s inscrit dans l attractivité touristique de toute la région PACA. Fait qui démontre aussi l interdépendance entre les villes de la région dans leur présentation et communication auprès du public. En plus, nous retiendrons aussi que le touriste culturel d Arles est un touriste culturel urbain. Si nous croisons cette information avec la tendance générale du tourisme culturel urbain, qui recherche une ambiance culturelle dans les centres villes, nous pouvons aussi rapprocher cette attente du touriste culturel de la ville d Arles. Une autre remarque se tient au niveau du prolongement de leur séjour et comment la ville peut faire venir les visiteurs pour une durée plus longue. Finalement, nous pouvons voir qu au niveau de la fréquentation il y a un grand nombre de tourisme de proximité, ou de tourisme de passage dans la région et qui visite les grandes villes de la région. Le faible taux de familles avec enfants est lui aussi intéressant. Dans ce contexte l Office de Tourisme essaie d améliorer ses services afin de pouvoir approcher un plus large public. Son rôle d intermédiaire entre les activités se déroulant à Arles et un public potentiel est assuré grâce à la mise en place d une stratégie dynamique de communication, d amélioration de l accueil et de l orientation du public. Il a ainsi concentré ses efforts sur la modernisation de son site d Internet, qui selon le bilan 2009, est son premier outil de communication. Le site offre des informations dans 7 langues (entre autres le chinois et le japonais). Il est régulièrement mis à jour, en offrant une vaste quantité d informations sur 33

35 toutes les activités de la ville et de la région, comme le téléchargement des plans et cartes de la cité. En plus, le site permet de réserver un hôtel en ligne. De plus, dans cette volonté de présenter une image dynamique et moderne, l Office du Tourisme a récemment changé son logo, en le transformant en : Arles 365. Ce nouveau logo peut être interprété de différentes manières; il symbolise la diversité de l offre dans toute la région, mais aussi les visites virtuelles offertes sur le site, etc. L objectif de l Office de Tourisme qui rejoint la volonté de la ville et des autres acteurs, est celui d être un point de repère pour le visiteur en facilitant son séjour et en lui proposant toute une panoplie d activités possibles. En fait c est cette coopération qui peut promouvoir le tourisme à Arles. 2.4 Une politique d aménagement La ville montre une volonté politique d aménagement de la ville pour améliorer le cadre de vie de ses habitants et favoriser son attractivité auprès de ses visiteurs. Ces actions globales de développement de la ville, sont vitales si nous l on souhaite imaginer un développement touristique. Le plan le plus ambitieux d aménagement, 20 millions d euros investi, réalisé par la ville d Arles et le Conseil Régional, est le projet de sécurisation et embellissement des quais du Rhône. Au 25 juin la première phase du programme de réparations, qui a lui seul a coûté 5,4 millions d euros, était inauguré et deux parties étaient octroyées à l usage des habitants et visiteurs (le quai du quartier de la Roquette, et le que Saint-Pierre à Trinquetaille). Projet entrepris par Symadrem, un syndicat mixte interrégional d aménagement des digues du delta du Rhône, fondé en 1999 par Michel Vauzelle. De plus, dans ce cadre la ville a procédé à une série des piétonisations du centre ville et récemment celle du quartier de la Roquette (quartier du centre ville, en plein développement, le quartier artistique de la ville). Outre le fait que ces aménagements embellissent les quartiers de la ville, ils favorisent la circulation des visiteurs, et permet de tracer des parcours possibles. Les travaux sur la signalétique ont aussi été mis en place. Conclusion de la première partie : Patrimoine, tourisme, volonté politique : un cercle vertueux Nous avons consacré cette première partie à la présentation du territoire d Arles afin de montrer ses particularités et ce qui la différencie d autres villes. Nous pensons qu il est indispensable de connaître le contexte dans lequel s inscrit notre étude des festivals. Cela nous aide aussi à identifier les acteurs principaux de la ville et à voir comment ils coopèrent avec les festivals. Nous constatons ainsi qu Arles est un pôle culturel fort dans la région PACA, jouant un rôle important dans l attractivité touristique et dans la renommée de la région. Dans ce cadre, nous constatons une synergie entre les différents acteurs (culturels, touristiques, politiques, etc.) mis en concordance par une forte volonté politique. Une série de bonnes pratiques mises en place a favorisé cette évolution. La politique «faire vivre le patrimoine» est incarnée dans plusieurs activités : animations des lieux, visites guidées, conférences, ateliers, expositions et autres manifestations. D un autre coté, une politique de restauration des monuments a déjà permis d accomplir la rénovation du Théâtre antique ; et les travaux dans l Amphithéâtre sont en voie d achèvement. Cette politique patrimoniale est renforcée par une labellisation qui joue un rôle communicatif 34

36 essentiel : Patrimoine de l humanité et Ville et Pays d art et d histoire, Arles présente une image de notoriété et de respect grâce à la richesse dont elle a héritée. De plus, Arles est un pôle culturel important de par tous les établissements culturels qui s y trouvent : nous découvrons ici quelques éditions de renommée comme Actes Sud, Harmonia Mundi, et beaucoup d autres, plus petits. L association du Méjan constitue un autre pôle important du paysage culturel. Il faut aussi mentionner les musées, qui développent une activité intéressante pendant toute l année en offrant des services à un public ciblé : le Musée Départemental de l Arles Antique, le musée Reattu, le Museon d Arlaten, actuellement en travaux de rénovation. Le service culturel de la ville d Arles présente une vaste offre d événements qui animent la ville créant ainsi une atmosphère agréable, susceptible d attirer de nouveaux visiteurs et de fidéliser les actuels. La politique de la ville vise à faire du centre-ville un centre vivant, en favorisant les activités de commerce d art et d artisanat, des galeries, des cafés artistiques, des restaurants. La stratégie vise aussi à faire changer l image du centre-ville, dominé par les monuments antiques, et à donner une image dynamique, moderne, créative, appropriée aux attentes du touriste culturel urbain. En même temps, ce mélange d activités et de cultures (folkloriques, gitanes, provençales, contemporaines, etc.) définit son identité. Les acteurs touristiques améliorent leur offre afin de se conformer aux attentes de leur clientèle. De même l Office de Tourisme développe son accueil, en renouvelant ses services. Nous trouverons ainsi à Arles une série des pratiques réussies qui mobilisent ce cercle vertueux. Une succession de politiques qui démontrent l importance de la valorisation du patrimoine et l investissement dans la culture et le tourisme durable. Dans cette évolution, les festivals ont joué un rôle fondamental, en générant ce dynamisme et en créant des pôles créatifs, capables de trouver des solutions, d engendrer des projets futurs pour attirer un public divers, international, de générer des retombées économiques qui font vivre ce territoire. Les impacts sont nombreux. Les festivals, étant au centre de la politique culturelle, même s ils ne reçoivent pas toujours l attention qu ils méritent, ils contribuent de manière essentielle à la constitution de l offre culturelle de la ville d Arles et ont défini le paysage actuel. Cette deuxième partie se concentrera au festival des Rencontres internationales de la photographie, premier festival né sur ce territoire, ayant suscité un dynamisme qui a modifié le paysage culturel de la ville d Arles. D ailleurs, le fait que la ville d Arles soit connue comme la ville de la photographie, ou la ville des Rencontres, n est pas un hasard. 35

37 Deuxième partie Le festival de la Photographie et la Ville d Arles : Impacts culturels, touristiques et sur le développement local 36

38 4. Le festival : définition, fonctionnement Les festivals sont des créations originales, toute différente les unes des autres, quant à leur taille, aux lieux qui les accueillent, à leur programmation. Ce sont toujours des organisations animées par un esprit de fête et de convivialité ce qui favorise l émergence de publics nouveaux que le formalise parfois, des saisons d hiver rebute quelque peu. Dans les équipes se côtoient des professionnels et de bénévoles. Il n y a pas de modèle unique de festival mais je crois qu on peut dire qu il y a en France un esprit festival qui souffle à travers toutes nos régions. Philippe TOUSSAINT, Président de France Festivals Si à l origine les festivals étaient uniquement consacrés à la musique classique, ils sont aujourd hui d une grande variété, représentant toutes les formes d'arts. Au début, un festival est défini comme «une manifestation musicale se déroulant sur quelques jours dans un lieu particulier» 43, définition qui ne peut pas exprimer évidemment la réalité actuelle. Le ministère de la Culture définit le festival comme «une manifestation où la référence à la fête, aux réjouissances éphémères, événementielles et renouvelées, s inscrit dans la triple unité de temps, de lieu et d action». Selon une autre définition donnée par Luc Benito 44, «Un festival, est une forme de fête unique, célébration publique d un genre artistique dans un espace temps, réduit à périodicité annuelle» Il est difficile à donner une définition absolue de ce qu'est un festival. L évolution constante des festivals rend cette épreuve complexe. Comment classifier ainsi les festivals et quelle variable prendre en compte pour le faire? Souvent les indicateurs utilisés pour classifier les festivals sont : la localisation (grande ville, petite ville, zone rurale etc.), la durée (de quelques jours à plusieurs semaines), la saison (avant saison, pleine saison, après saison), la programmation (danse, musique, photographie) et les spécialisations (ex. danse contemporain, musique du monde, musique classique, photographie documentaire etc.), le budget (bas, moyen, haut), la fréquentation (basse, moyenne, haute), le taux de l implication des locaux (état, région, communes etc.), la périodicité (annuelle, biennale etc.), la tarification et le taux de gratuité. Ce sont les variables qui sont utilisés pour définir, analyser et étudier l activité festivalière ; la liste des indicateurs mentionnés ci dessus n est pas exhaustive Luc Benito in France FESTIVALS (2003) La musique a-t-elle besoin des festivals?, Actes du colloque du novembre 2003, à l Abbaye de Royaumont, Val-d Oise, Ed. La Scène-Magazine des professionnels du spectacle, Paris, pg.5 44 Benito Luc (2002) Les festivals, entre événement et manifestation culturelle in Evénements, tourisme et loisirs, Cahier Espaces n 74, p.g Par ex. l étude mené par Emmanuel Negrier, chercheur au CNRS, en association avec le France Festivals, sur 86 festivals, (membres de la fédération 76 musique et une dizaine de danse), intitulé «Les nouveaux territoires des festivals», utilise comme indicateurs 1) La fréquentation des festivals : festivals de basse, moyenne, haute fréquentation, 2) Le nombre des partenaires qui s impliquent (publiques, privés, mécénat), 3) le budget 4) le taux de frais artistiques dans les dépenses, 5)les taux de subventions par rapport aux recettes totales, 6)la tarification et le taux de gratuité, 7) le prix moyen du budget. Cette étude à résulter à dégager sept familles de festivals : 1) Les machines artistiques 2) Les sommets artistiques ; 3) Les sommets culturels ; 4) La 37

39 Une autre variable qui est mise en avant dans cette démarche de regroupement et d identification des festivals, est le variable de la mission principale ou de l acte fondateur d un festival. Dans cette logique nous trouvons une répartition donnée par Dragan Klaic, directeur de l European Festival Research Project 46. Dragan Klaic classifie les festivals en trois catégories selon leur vocation au moment de leur création. Il les distingue ainsi à: 1) Festivals qui ont une logique artistique primaire 2) Ceux qui ont un objectif commercial mais utilisent la programmation artistique comme un moyen, 3) Ceux qui sont une affirmation d identité d une certaine communauté locale, topographique, éthique, religieuse ou linguistique 47. Aussi dans cette logique, Luc Benito fait une classification historique des festivals, en parlant de quatre générations de festivals 48, chaque génération portant une caractéristique différente au phénomène festival. caractéristique des forums institutionnels 5) Les carrefours culturels 6) Les quinze rencontres artistiques, 7) Les rendez-vous artistiques. in FRANCE FESTIVALS (2006) Les nouveaux territoires des festivals, Actes du colloque Ed. La Scène-Magazine des professionnels du spectacle, Paris p.g Le European Festival Research program est un consortium international informel de chercheurs de diverses disciplines, réunis pour analyser la dynamique des festivals artistiques d'aujourd'hui et l étude de l'explosion de festivals, conduisant à une sorte de festivalization de la vie quotidienne. 47 FRANCE FESTIVALS (2006) Les nouveaux territoires des festivals, Actes du colloque Ed. La Scène- Magazine des professionnels du spectacle, Paris, pg «Première génération : les premiers festivals pourraient être constitués par les événements montés par les sociétés chorales allemandes à la fin du XVIIIème siècle-début du XIXème, qui, chaque année, se réunissaient pour célébrer un auteur ou un artiste célèbre, par exemple, le festival de Vienne en 1811, consacré à Haydn. Progressivement, ces événements se sont transformés, sont devenus des chants chorals, puis des concerts classiques. Pour beaucoup d entre nous, le Bayreuth Festival, créé en 1876 par Louis II de Bavière, inaugure véritablement l ère des Festivals. Cette première génération de festivals était montée à l initiative des grandes cours européennes et, très souvent, dans les lieux de villégiature, sans pour ainsi dire aucune idée de compétition. Deuxième génération : au début du XXème siècle, ce sont les artistes eux-mêmes qui prennent l initiative de monter des évènements pour promouvoir leur discipline. A cette époque, naissent de nouveaux modes et moyens techniques de diffusion culturelle comme la radiophonie, le phonographe, la cinématographie ou la photographie, qui amorcent un phénomène de massification de la culture, permettant peu à peu aux disciplines artistiques de pénétrer dans les foyers, créant chez les artistes le désir de présenter au plus grand nombre leur discipline. Du coup, apparaissent les premiers festivals de danse (années 30), le premier festival de cinéma, la Mostra, à Venise, puis en France, sous l influence de Jacques Coppo, des évènements comme les Nuits Saint- Georges ou le festival des Chartres (années 1920). Peut-être l Etat prend-il alors conscience (ou le lui fait-on comprendre) que ces outils peuvent être utilisés en terme d intervention publique : ce fut le cas du festival de Cannes qui aurait du être créé en 1939 comme une contre-manifestation à la Mostra de Venise, alors empreinte d idéologie fasciste, mais qui, pour les raisons que l on sait, n a démarré qu en C est donc à la Libération, après 1946, que les festivals, considérés comme des outils, se sont inscrits dans les grands programmes de démocratisation, et plus particulièrement dans le mouvement de décentralisation dramatique : le festival d Avignon, dans ce cadre, en est un grand symbole. Pour autant, ces générations de festivals ne sont pas hermétiques. En 1947, on voit apparaitre le festival international d art lyrique à Aix-en- Provence, qui pour ceux qui en connaissent la genèse, s est construit dans la pure tradition aristocratique qui caractérise la première génération des festivals. Actuellement encore, et il faut s en réjouir, existent des festivals initiés par des artistes désireux de produire et de montrer leur œuvre, moyen évident pour eux d obtenir la reconnaissance publique de leur discipline. Un acquis dans le domaine culturel. Troisième génération de festival : dans les années 70, l initiative n est plus aux artistes, mais revient aux collectivités locales, aux pouvoirs publics. Ce fut l Etat qui lança, dans les années 60, sous l ère Malraux, un dispositif qui permettait (qui l a en tout cas induit) d initier des festivals au sein de monuments historiques, largement inanimés, dans le but de leur donner une vie. Mais ce fut épiphénomène. Ce sont en vérité les collectivités locales qui prirent conscience, dans les années 70, que ces événements pouvaient servir à promouvoir une ville, à l image de ceux de Cannes ou d Avignon. Ils ont prouvé leur efficacité : on a vu arriver les fameux événements ou festivals clés en mains, dont l exigence artistique n était pas, pour autant absente car était espéré un retour d image et de retombées économiques. La quatrième et dernière génération de festivals s inscrit davantage dans une volonté des collectivités locales d animer un territoire. Dès 1982, on a vu fleurir, éclore plutôt, une 38

40 Ces indicateurs sont importantes parce qu ils permettent de sentir la diversité de l offre au sein des festivals. Ils montrent aussi la complexité des éléments qui font un festival, et l implication des différents secteurs. Il faut aussi ajouter qu'à l intérieur de l organisation des festivals d'autres indicateurs sont utilisés en plus pour décrire en détail les domaines étudiés. Par ex. l âge et le profil socioculturel du public, sa provenance, son taux de fidélité. Ces analyses comparatives, utilisant une variété d'indicateurs ont pour objectif de montrer les secteurs faibles et forts dans le fonctionnement des festivals et d'orienter les responsables des festivals vers une meilleure stratégie pour leur futur. Les enjeux et les défis de festivals et les stratégies de développement sont ainsi remarqués et plusieurs pistes de réflexion sont proposées. Bien entendu chaque festival a sa propre histoire qui est forcement liée au territoire dans lequel il s inscrit. L importance du territoire est prônée, comme une des synergies importantes qui font la réussite d un événement. Au niveau de leur fonctionnement nous pouvons aussi faire quelques remarques: Au niveau de leur statut les festivals sont souvent des associations à but non lucratif. Entre eux il y a quelques-uns qui sont des Sociétés d Economie Mixte. Les dépenses des festivals sont reparties en différents niveaux : artistiques (production), techniques et réception, administration, communication. La plus grande partie (50%+) des dépenses est consacrée à la production ; l administration et les techniques représente environ un quart des dépenses ; et la communication entre 0-12%. Il faut souligner que les taux donnés sont des exemples et ne s appliquent pas à tous les cas. Par exemple les dépenses de communication peuvent être remplacées par un échange de services ou des partenariats. Au niveau de leur financement les festivals dépendent surtout de subventions publiques. Le Conseil Général et le Conseil Régional restent les principaux financeurs de la plupart des festivals. Ensuite, les communes ont une place importante. La présence du ministère de la culture est aussi présente, mais très variée selon les cas (ça dépend aussi de l ampleur et de l importance du festival. Il y a des cas où l Etat couvre une bonne partie du budget. Par ex. la contribution de l Etat pour le festival d Arles est important). L intercommunalité et l Union européenne sont plus exceptionnelles dans leur partenariat mais assez significatives quand elles interviennent. Il y a aussi des sociétés de droit et des Associations d'amis. Une autre source de financement vient des partenaires privés (institutions, médias, prestataires etc.) Ces partenariats peuvent être sous forme de financement ou sous la forme d échanges des services. Par exemple une grande partie de la communication des festivals consiste en un échange de services avec les médias. Les médias, profitent de la notoriété, de l attractivité d un festival et le festival de ses services de diffusion. La contribution des partenaires est différente, et il y a une diversité dans les services échangés (Ex. Les Rencontres d'arles demande une participation de euros aux partenaires afin d avoir son logo sur les affiches du festival). myriade de petits événements qui se sont très volontiers appelés festivals. Un véritable engouement. Il faut le rappeler, à cette époque là, l Etat promeut l idée que le domaine culturel constitue une véritable activité, apte à pallier le déclin de certaines industries. Fleurissent les premières études d impact économique, dont la plus connue, vraie référence, est celle menée sur le festival d Avignon en 1986», Luc Benito in France FESTIVALS (2003) La musique a-t-elle besoin des festivals?, Actes du colloque du novembre 2003, à l Abbaye de Royaumont, Val-d Oise, Ed. La Scène-Magazine des professionnels du spectacle, Paris, p.g

41 Il faut aussi souligner que les partenaires se positionnent différemment auprès des festivals, et que chacun a sa propre répartition. Au niveau du financement, le mécénat est une ressource qui augmente petit à petit. Nous voyons qu une grande partie des festivals commencent à recourir au mécénat. Enfin, les ressources propres (entrées, boutiques etc.) sont un secteur dont les festivals essaient de faire croître pour être moins dépendant des subventions. Les dépenses ainsi sont dans la plus grande partie couverts par les subventions et les partenaires, puis par les ressources propres (entrées, boutiques etc.), après le mécénat, et enfin les associations d amis, etc. Néanmoins, un grand effort est fait par les festivals pour augmenter les recettes propres et le mécénat afin de pouvoir avoir une meilleure stabilité financière et aussi une indépendance par rapport aux volontés politiques des élus. En ce qui concerne l équipe des festivals, la plupart d'entre eux fonctionnent avec des équipes permanentes limitées, auxquels s ajoute un grand nombre de stagiaires et de saisonniers autour des derniers 3-4 mois de l ouverture du festival et pendant son déroulement. Une grande partie des bénévoles s impliquent dans le fonctionnement des festivals. Au niveau de la tarification, les festivals montrent une grande diversité. Le taux de la gratuité est aussi important, mais ça dépend toujours des subventions mais aussi de la stratégie de chaque festival. Une autre caractéristique dans le programme des festivals, comme il est formé les dernières années, sont les activités parallèles. Les actions pédagogiques sont devenues très répandues. Une autre série d'activités paraient aussi dans la programmation : ateliers, conférences, stages, séminaires, lectures portfolios etc. Finalement, l utilisation de plusieurs lieux par les festivals est une autre pratique de ces dernières années. Les lieux patrimoniaux sont au premier rang des lieux réappropriés par les festivals. Nous voyons ainsi que les festivals sont une structure qui fonctionne avec un type spécifique. Cela nous permet de mieux comprendre notre étude de cas ci-dessous. 5. Le Festival des Rencontres d Arles et ses impacts sur le territoire Dans le paysage festivalier de la ville d Arles, le festival «Les Rencontres d Arles» a joué un rôle primordial en suscitant une évolution dynamique. Odile Caylux, animatrice de l architecture et du patrimoine de la ville d Arles, nous décrit «Le Festival a eu un impact culturel radical pour la ville d Arles. Le rayonnement culturel international s'est développé avec les Rencontres Internationales de la Photographie. Avant leur création, dans les années 60, Arles était une ville encore un peu rurale, malgré ses monuments et ses activités culturelles et festives (corridas, fêtes traditionnelles, spectacles au théâtre antique, l'été). Les tableaux de Van Gogh l'avaient faite connaître mondialement Mais les Rencontres internationales de la photographie et aussi l installation des éditions Actes Sud, ont vraiment été à l'origine d'un spectaculaire développement culturel. Le Festival de la photographie a fait venir à Arles énormément de gens du monde entier C était le début d une dynamique qui se continue, une dynamique basée sur la qualité, la compétence, la notoriété et le haut de gamme». 40

42 C est cette dynamique qui a fait évoluer Arles et qui a mobilisé tous les autres acteurs (culturels, politiques, économiques, touristiques) pour faire d'arles une ville de l image, de la culture et du développement durable. Le Festival des Rencontres d Arles, a donné ainsi un nouveau souffle dans la vie arlésienne Histoire des nouveautés Fondé en 1969 par l impulsion de Lucien Clergue, photographe réputé, de Jean- Maurice Roquette, conservateur du musée Réattu, et de celle de Michel Tournier, écrivain et réalisateur, le festival des Rencontres d Arles est le premier festival de la photographie en France et au monde. L objectif de ses fondateurs était de mieux faire connaître la photographie et de rendre son accès plus démocratique. En effet, en reprenant la classification des festivals comme mentionné ci-dessus, selon Dragan Klaic, nous pouvons dire que le festival des Rencontres est un festival d une «logique artistique primaire» qui place la qualité artistique et la création au premier rang de ses missions. De plus selon la classification de Luc Benito, nous pouvons constater que le festival des Rencontres appartient à la deuxième génération des festivals, caractérisée par des initiatives d'artistes pour promouvoir ce type d événement et mettre en valeur leur art. La naissance du festival a été précédée par quelques «coïncidences» importantes. L idée a commencé un peu avant 1969 quand Lucien Clergue, de retour de New York, où il avait exposé en 1961 ses photographies au musée MoMA, invité par le fameux photographe Edward Steichen, directeur du département de la photographie, fasciné par la valorisation de la photographie aux Etats-Unis, a décidé de faire pareil à Arles. Il faut rappeler que le musée MoMA de New York était le premier musée du monde à créer un département consacré à la photographie en Lucien Clergue a ainsi incité Jean-Maurice Rouquette, directeur des musées d Arles à l époque, à entreprendre au sein du musée Réattu une collection de photographie. Parmi les photographes composant cette première amorce, il y avait Man Ray, Paul Strand, Edward Weston, Dora Maar, François Kollar etc. Ces grands noms de la photographie composaient le premier noyau. Réattu est ainsi devenu le premier musée de province à posséder un département spécialisé en photographie. A la même période, la ville d Arles, vivait aussi les ondes de choc du mouvement du Mai 68 et ses déclarations pour la démocratisation de l art. «Le maire socialiste à l époque a créé des commissions extra-municipales, dont une sur la culture à laquelle il m a fait participer», décrit Lucien Clergue 50. Dans ce contexte il propose au maire une refonte du «festival d'arles» déjà existant et une introduction de la photographie dans sa programmation. Il ne s agit pas encore de consacrer une manifestation entière à cet art, mais de l associer à d autres pratiques. «C était soudain à Arles un reflet de ce formidable MoMA où tout était possible, où tous les créateurs étaient placés sur le même plan d égalité, grands peintres comme grands photographes Je persistais à penser que la photographie devait évoluer au milieu des autres arts» 51. Interdisciplinarité, telle était la philosophie, inspiré par le musée d art moderne de New York, car en France les beaux-arts ont longtemps conservé leur BAURET G. (2007), Lucien Clergue, Éd. La Martienière, Paris pg Idem 41

43 suprématie sur le reste de la culture, jusqu à la création, en 1977, du Centre Georges- Pompidou 52. A ce festival ainsi d Arles va se greffer l initiative de ces trois amis pour diffuser l art de la photographie, défavorisée à l époque en France. Le principe d une manifestation en trois volets était trouvé : exposer des œuvres, permettre des rencontres entre les artistes et les amateurs et projeter des images. Leur première exposition en 1970 intitulée «La photographie est un art» affirme l objectif de cette naissance. Le festival, inspiré par le climat révolutionnaire du mai 1968 et aussi par le festival d Avignon et son objectif de montrer l art du théâtre populaire, porte une identité forte, enracinée dans une période importante de l histoire culturelle française. i) Etapes importantes de son évolution De 1969 à maintenant le Festival des Rencontres d Arles nommé au début Festival International de la photographie (RIP) est passé par plusieurs étapes dans son évolution : D abord, il s'agissait d'un noyau de professionnels et d'amateurs passionnés par la photographie qui se donnaient un rendez-vous annuel à Arles pour célébrer leur médium 53 jusqu à maintenant, 41 ans après, où il est devenu un événement d une notoriété internationale ; plusieurs faits ont formé son identité. Dans ce parcours nous pouvons tracer jusqu à maintenant un parcours long et remarquer quelques dates importantes : En 1973 le festival prend de l ampleur et s internationalise avec un budget de francs. Mais les difficultés financières commencent. Lucien Clergue intègre alors la pratique de «workshops» (ateliers-stages de photo), fameux déjà aux Etats-Unis. Les «workshops» ont défini l identité du festival et en plus c était la première fois que cela se passait en France. En 1974, le festival s annonce compromis, faute de budget. A ce moment-là ils décident à jouer leur dernière carte en misant leurs derniers francs sur Ansel Adams, un des photographes américains les plus connus de l époque. Le pari est risqué mais illustre parfaitement la «personnalité» même du festival. Le choix s avère judicieux car, en plus du public, la renommée d Adams attire ses amis photographes, et tout ceci va permettre de mélanger des invités de renom, des journalistes du monde entier et de jeunes amateurs venus découvrir la photographie. En 1975, le Service de la Photographie au sein du Ministère de la Culture est créé; simultanément la première subvention de francs ( euros) est allouée au festival, montrant enfin la reconnaissance de l art par l Etat. En 1976, les RIP détachent du Festival d Arles et forme leur propre association. En 1979, les soirées publiques, qui avait lieu avant au musée Réattu et à la Cour de l Archevêché déménagent au Théâtre antique. La même année la ville d Arles offre aux Rencontres un hôtel particulier qu ils vont conserver jusqu au En plus la même année le Festival Voies-off est créé comme l alternative off des 52 Idem 53 Nous nous réunissons chaque année à Arles, pour parler, enseigner, critiquer et disserter photographie et pour en prendre et pour en tirer. On appelle ça des Rencontres. Lors de ces assemblées, en juillet, il fait chaud. Des hordes des photographes, de mouches et des moustiques s allient pour l attaque. Tous piquent, sauf les photographes qui prennent les photos. Cette race là organise aussi des expositions et se distingue par des débats qui ont lieu dans des galeries, hôtels, les musées et dans les cafés d Arles, Ron Contre in CONTRE R., SECUNDA A., DESVERGNES A., (1983), Arles au doigt et à l œil : Rencontres International de la photo 1983, Ed. Riga (LV), Arles 42

44 Rencontres. En 1981, l ampleur du festival est affirmée par la présence du ministère Jack Lang qui inaugure l édition. L année suivante, en 1982, François Mitterrand annonce l ouverture de l Ecole Nationale de la Photographie. En 1986, François Hébel prend la direction des Rencontres et opère quelques changements vitaux: il impose une nouvelle muséographie, ouvre les Ateliers SNCF comme nouveaux lieux d expositions, crée des productions inédites et inaugure le système des partenariats avec Kodak. Appelé par l agence Magnum, il part en De cette date à 2002, les RIP rencontrent de nombreuses difficultés qui s expliquent essentiellement par une instabilité dans le fonctionnement budgétaire lié à la succession de nombreux directeurs artistiques. ii) Une nouvelle période En 2001 étant dans une situation économique cruciale, presque une faillite où l option de fermeture était omniprésente, ils misent cette fois sur deux personnes. En 2002 François Hébel retourne aux Rencontres comme directeur artistique et François Barré devient président. Tous les deux se lancent dans une démarche pour faire revivre les Rencontres. Nous pouvons parler d un renouvèlement important, de plusieurs façons. D abord la stratégie de communication a changé, en adoptant à partir de ce moment pour chaque édition un logo spécial et un thème, burlesque, comique, philosophique. Cette année, la 41 ème édition portait le titre «Du Lourd et du Piquant» accompagnée de la figure du Fouzia Rhinocéros. L année dernière, le festival fêtant ses 40 ans portait le titre «40 ans des Rencontres, 40 ans de ruptures» pour énoncer les différentes étapes de sa longue histoire. De plus, l augmentation radicale du nombre d'expositions, et par conséquence du nombre de lieux patrimoniaux investis, ont donné une autre ampleur au festival. Ensuite une série de nouveautés au niveau du programme a été faite: en 2002, la première édition du Prix des Rencontres d Arles pour le photographe découverte ; en 2004, le lancement du concept du «Commissaire Invité» (un photographe ou une personne importante invitée à être commissaire des expositions, comme Raymond Depardon en 2006, Christian Lacroix en 2008, Nan Goldin 2009) ; en 2005, la première édition de l année de la Nuit, la pérennisation des activités pédagogiques et le lancement du projet Rentrée en Images ; en 2006 la première édition du Photo Folio Review ; en 2010 la première édition du Village des Rencontres et la première édition du prix LUMA. Chaque année une nouveauté est ajoutée au programme, le festival voit les chiffres de son fréquentation augmenter. De visiteurs en 2001, on passe à visiteurs en Le festival justifie ainsi sa renommée. Cette année François Barré a démissionné ayant fini sa mission principale de sauver le festival de sa désaffection du public et de ses problèmes économiques. Le nouveau directeur Jean Noel Jeanneney arrive dans un moment où les Rencontres, ayant reçu visiteurs en 2009, passent dans une nouvelle période. La ville d Arles s'est aussi agrandie en même temps, comme nous avons aussi marqué à la première partie, elle est devenue un pôle culturel important, dans la région mais aussi en France. Et le festival des Rencontres d Arles a vraiment contribué à ce rayonnement Semaine d ouverture & les autres activités principales Chaque été, le Festival Les Rencontres d Arles ouvre ses portes la première semaine de juillet avec la semaine d ouverture, connue comme Quinzaine d ouverture. Pendant cette semaine Arles se transforme en un centre de photographie : concerts, projections nocturnes, colloques, débats, visites guidées par les photographes, se passent partout dans la ville. 43

45 Les expositions dispersées dans tous les lieux patrimoniaux de la ville d Arles restent ouvertes tout l été, jusque mi-septembre avec la Rentrée en Images (son activité pédagogique). Lors de la semaine d ouverture, des conférences et débats sont organisés, invitant les photographes participants et les professionnels présents à s exprimer sur leur travail ou sur diverses questions. Des visites guidées sont aussi prévues. Durant la semaine d ouverture les photographes exposés présentent leurs œuvres aux festivaliers. Puis, tout l'été, le Festival propose aux visiteurs deux parcours accompagnés par des médiateurs photographes. Enfin, pendant la semaine d ouverture des séances sont organisées en présence de la plupart des photographes participant aux Rencontres. Pendant la semaine d ouverture d'autres activités se passent comme les projections nocturnes en plein air au Théâtre Antique qui sont uniques au monde et qui accompagnent le Festival depuis ses premières années. La Nuit de l Année, lancé en 2005, est consacrée aux différents acteurs de la presse, magazines, agences, collectifs de photographes qui pendant toute la nuit montrent leur production de l année sur 14 écrans dispersé dans un quartier de la ville d Arles. Ensuite au niveau de la formation le Festival propose des stages de photographie animés par de grands photographes internationaux. Deux cycles de formations sont habituellement proposés, un au printemps et un en été. Dans les activités de formation, le festival intègre aussi le Photo Folio Review & Gallery. Lancé en 2006, le Photo Folio Review, propose aux photographes de tout niveau de présenter leur travail à des experts internationaux de la photographie. Cette année 2010, un nouvel événement s est ajouté aux activités du Festival, le Village des Rencontres, lieu d exposition et d échanges, dédié aux éditeurs, librairies, galeristes, laboratoires et autres acteurs du milieu de la photographie qui exposent leur travail et le diffusent auprès du public. Le festival ferme ses portes en septembre avec la Rentreé en Images. Une activité pédagogique qui, depuis son lancement en 2005, a accueilli élèves du CP au Master Les participants sont invités à suivre un parcours d une journée complète, animé par des médiateurs, à la découverte des arts visuels et des richesses du patrimoine culturel arlésien (historique, artistique, architecture, design..). Le projet est devenu très populaire, fait qui s affirme d une grande liste d attente des écoles ayant exprimé leur volonté d y participer La fréquentation et le public du festival Le festival a vu sa fréquentation exploser ses dernières années. De en 2001 à visiteurs en

46 Cette augmentation radicale est le résultat de tous les efforts mis en place par la direction du festival pendant ces années. Le renouvellement des événements, l augmentation du nombre de l équipe permanente, la mise en place des études de public, une meilleure communication de l événement sont quelques-unes des actions prises. Le festival de Rencontres vu qu il s étale sur deux mois et demi, de début juillet à miseptembre avec la Rentrée en Images, voit sa fréquentation varier. Si nous voyons la courbe des ventes des billets nous pouvons dégager 2 périodes de pic de fréquentation : la semaine d ouverture et la période autour le weekend du 15 août. Aux périodes de pic de fréquentation, nous ajoutons aussi le début du septembre avec la Rentrée en Images, qui ne paraissent pas dans les billets parce que c est une activité gratuite, mais qui attire un grand nombre des visiteurs presque le même avec la semaine d ouverture ( en 2010). Nous avons ainsi 3 périodes de pic de la fréquentation : -La semaine d ouverture -Le weekend end du 15 août -La Rentrée en Images début septembre Variation des recettes en 2008 et 2009 au cours des semaines du festival NB : L axe des ordonnées a été supprimé pour des questions de confidentialité. L axe des abscisses correspond aux semaines. 1 = semaine du 7 juillet ; 2 = semaine du 13 juillet ; 3 = semaine du 20 juillet ; 4 = semaine du 27 juillet ; 5 = semaine du 3 aout ; 6 = semaine du 10 aout ; 7 = semaine du 17 aout ; 8 = semaine du 24 aout ; 9 = semaine du 31 aout ; 10 = semaine du 7 septembre. A ce jour, il n existe pas de typologie précise des publics du festival. Les études de public ont débuté en 2006 et ils ne sont pas encore assez poussés pour permettre une véritable catégorisation du public. Cependant, nous pouvons constater une différence entre le public de la semaine d ouverture et le public général «les festivaliers». 45

47 a) le public de la semaine d ouverture Ainsi nous constatons que le public de la semaine d ouverture est dans un grand pourcentage un public accrédité. C est le public le plus connu des Rencontres puisqu il s agit de celui qui a toujours fait partie du noyau dur du festival. Ce sont les artistes et les invités, les professionnels et la presse. Les Rencontres ont toujours mis beaucoup d énergie à connaître en détail ces publics et leur accordent des faveurs selon des règles très précises. En termes d accueil et de préparation de leur venue, il s agit d un public sur lequel se portent toutes les attentions. Les actions mises en place pour bien les recevoir sont multiples. Tout d abord ils ont tous droit à un accueil personnalisé en amont de leur arrivée. Aussi durant leur séjour à Arles, l équipe des Rencontres doit se rendre disponible en permanence pour s assurer que leurs demandes sont traitées et qu ils ont bien toutes les informations quant aux événements pour lesquels ils sont venus tels que les débats, les visites d expositions mais aussi les événements privés comme les dîners ou cocktails et s'assurer qu ils sont véhiculés lorsque cela est nécessaire. Ensuite, pour les participants, les vols, taxis, trains et chambres d hôtel sont réservés par les soins du festival. C est un public ainsi très important pour le festival parce que ce sont eux qui ont fait et qui font aujourd hui la notoriété et le prestige des Rencontres. Ce public accrédité se divise en différentes catégories : Les «Participants» qui contribuent à l élaboration des expositions ou du festival qu ils soient artistes, commissaires d exposition, experts, membre d un jury, maîtres de stage, galeristes, partenaires ou prêteurs. Se trouvent aussi inclus dans ce groupe les intervenants aux colloques, aux débats, aux entretiens publics et aux soirées du théâtre antique. Ce sont les personnes les plus choyées par les Rencontres. Leurs frais d hôtel et de déplacement sont pris en charge et ils sont invités à quasiment tous les événements privés organisés par les Rencontres et les partenaires privés (cocktails d Olympus, cocktail de HP) ou amis de longue date tels que les déjeuners organisés par Maryse Cordesse ou Luc Hoffman. Les «Invités» qui accompagnent les «participants» (chaque participant a un quota bien défini d invités) ou sont invités par les Rencontres parce qu'ils ont une histoire particulière avec les Rencontres ou encore les partenaires, les institutionnels, les galeristes, certains prêteurs, certains membres du conseil général, du conseil régional, de la ville d Arles. Les «Professionnels» dont le travail est lié à la photographie que ce soit les photographes professionnels à titre individuel, les agences de photographes, etc. A la différence des personnes citées précédemment, leur accréditation est payante tout en étant une catégorie de public d intérêt majeur pour le festival puisque l importance des journées d ouverture tient en partie au nombre de professionnels qui font le déplacement à Arles. Ils ne sont généralement pas conviés aux événements privés. Enfin la «presse» est constituée des journalistes accréditées par les Rencontres mais auprès des employés de l agence de presse «Claudine Colin Communication» dont une partie de l équipe se déplace à Arles pendant les journées d ouverture. Ces personnes savent quels sont les journalistes susceptibles d écrire un article sur les Rencontres durant leur séjour. Les journalistes qui ne se présentent pas dans un cadre professionnel ne sont pas accrédités. Les personnes de la presse peuvent être conviées à certains événements privés. Le public accrédité a augmenté radicalement ces dernières années. De 319 en 2005 à 1859 en De façon générale l augmentation de la fréquentation du public pendant la semaine d ouverture montre son importance dans le déroulement du festival. 46

48 fréquentation totale accrédités b) le grand public-les festivaliers des Rencontres Concernant le public des «festivaliers» des Rencontres, les études quantitatives menées depuis 2006 font ressortir quelques informations intéressantes. Cependant il y a encore un travail à faire sur la connaissance de ce public, vu qu il y a des défauts dans les études menées jusqu à maintenant : le questionnaire de 2006 a été soumis à visiteurs et en 2007 à seulement 360 personnes. L étude quantitative de 2008 quant à elle est basée sur les données de Satori (logiciel de billetterie et de gestion des publics) donc doit porter sur une grande majorité de visiteurs mais ne renseigne que sur l origine géographique des individus. L étude qualitative de 2008 repose sur les réponses de 213 visiteurs et est donc certainement peu représentative de l ensemble des visiteurs. En 2009, les études ont porté sur 754 visiteurs qui ont répondu à des questionnaires de manière autonome. Cependant à travers les réponses du public jusqu à maintenant nous pouvons avoir des caractéristiques du public festivalier concernant la provenance, le séjour, le motif de la visite, l âge, le profil socioprofessionnel. Il faut aussi ajouter que lʼaxe choisi pour l étude du public 2009 est celui de lʼimpact du festival sur lʼéconomie culturelle et touristique locale. De ces études nous voyons donc que le public du Festival est un grand public, c'est-à-dire un public qui vient dans le cadre de ses loisirs (89% en 2009, 82% en 2008), avec un noyau dur de professionnels (24% en 2009). i) Public français C est public il est plutôt un public français. Même si il y a un bon pourcentage d'étrangers. Année Provenance France Etranger % 20 % % 20 % % 14 % % 15 % 47

49 Nous pouvons aussi remarqué que parmi le public français, la majorité des festivaliers sont originaires de la région PACA où se trouve le festival. Il s'agit d'un public de proximité. Mais là encore, suivant les années, les chiffres sont assez variables évoluant entre 30% et plus de 40%. Tout de suite après vient la région parisienne avec environ un tiers des festivaliers. La région Languedoc-Roussillon bien que limitrophe et très proche d Arles est assez loin derrière. (Annexe 5) Année Provenance PACA Paris Reste de la France % 33 % 24 % % 30 % 40 % % 22 % 37 % % 27 % 40 % Ce qui est aussi remarquable et qui a été révélé par l étude de 2009 est la quasi absence de festivaliers des régions situées en dehors de la région PACA, le Languedoc-Roussillon, la région parisienne et la région Rhône-Alpes. Cependant, il est bien entendu à noter que les régions divergentes en nombre d habitants. Il est donc normal que le festival reçoive plus de visiteurs de la région parisienne que du Poitou-Charentes par exemple. Cependant, cette différence n est pas proportionnelle au nombre d habitants des deux régions respectives. (Annexe 5) L étude de 2008 a donné des détails sur les villes d origine des visiteurs du département des Bouches-du-Rhône. Marseille apparaît comme la plus importante suivie de près par Arles. Les grandes villes des Bouches-du-Rhône drainent un public local et touristique important pour le festival. (Annexe 5). ii) Public étranger En ce qui concerne la provenance du public étranger, la plus grande partie, presque 70% des visiteurs étrangers, vient des pays d Europe du Nord (Allemagne, Belgique, Suisse, GB au premier rang selon l étude 2008). Le pourcentage des visiteurs des Etats Unis, même si normalement il est important, varie. Par exemple en 2008 le festival a eu une baisse de fréquentation des visiteurs issus des Etats Unis. Il faut noter la présentation faible d un public du Sud de l Europe (Italie, Portugal, Espagne). Provenance Europe du Nord Europe du Sud Etats-Unis Autre Année

50 iii) L âge et le niveau socioprofessionnel Les études montrent aussi que l âge des festivaliers varie entre 41 et 44. Une moyenne d'âge de 42, un peu plus jeune que l âge moyen de 46ans donné pour les visiteurs d Arles par l office de tourisme. Concernant le niveau socioprofessionnel il n y a pas beaucoup d'éléments. Selon une étude menée en 2006, 41 % des visiteurs administrés étaient des cadres, 16 % des professions libérales et 10 % des salariés. D'autres résultats importants sortis dans les études montrent la capacité du festival à attirer un nouveau public mais aussi le fidéliser. iv) Primo visiteurs et fidèles Nous voyons donc un grand pourcentage des primo-visiteurs : 37% en 2007, 46% en 2008, 37%, en 2009, fait qui affirme la capacité du festival à renouveler son public. De plus, nous constatons une forte attractivité du festival : au total 73% des visiteurs répondus, disent venir à Arles pour le festival, contre 27% pour un motif touristique (étude 2009). Aussi, parmi les primo-visiteurs 68%, selon l étude de 2009, viennent à Arles pour le festival, contre 32% pour un motif touristique. L attractivité du festival est donc sans équivoque. Il faut aussi remarquer la capacité du festival à fidéliser son public. Selon l étude de % des primo-visiteurs et 58% de l étude de 2008 disent vouloir revenir lors de leurs prochaines vacances estivales. Enfin, environ 60% des visiteurs sont des habitués. Ce public d habitués a fait en moyenne 3,46 éditions des Rencontres dans les cinq dernières années en 2009 (3,11 en 2008) et ces festivaliers viennent à 77% exclusivement pour le festival. Ces résultats montrent l impact du festival sur le territoire d Arles et sa capacité à attirer un grand public. Aussi autres résultats résoudre de ces études dont nous allons présentés progressivement dans notre étude. 5.2 L Impact culturel et la valorisation du patrimoine arlésien L histoire du festival des Rencontres est parallèle à l'histoire de la valorisation de la photographie en France et du changement du paysage culturel arlésien. Au début, la photographie en France n était pas un art reconnu et n était pas exposée. 54 Dans les années 60, seule la Bibliothèque Nationale de Paris a constitué, au sein du Cabinet des estampes, une collection de photographies qui se doublait d un programme d expositions. Depuis sa naissance le festival, comme nous l'avons remarqué, s'est donné comme but principal la diffusion de l art de la photographie. Il a ressemblé un noyau important de gens qui se mobilisaient autour cet art, en créant un réseau essentiel d échanges dans différents pays. De ce noyau, plusieurs initiatives ont émergées qui ont donné à la photographie sa place 54 BAURET G. (2007), Lucien Clergue, Éd. La Martinière, Paris pg

51 parmi les autres arts. Par exemple Jean Dieuzaide 55, en 1974, crée à Toulouse la fameuse galerie Château d Eau (dans un ancien château d eau), la première galerie permanente en France consacrée à la photographie. Maintenant en France il y a presque 70 festivals de photographie, répertoriés sur photosapiens.com (la plus importante plateforme de photographie en ligne) ce qui montre que ce phénomène a explosé et s est popularisé. De plus, la France abrite quelques-unes des plus importants établissements de photographie en Europe, comme la Fondation Cartier-Bresson, La Maison Européenne de la Photographie, la galerie Jeu du Paume et plusieurs galeries, comme la célèbre galerie de Château d Eau, ou encore des éditions de Robert Delpire 56. De plus ce noyau arlésien a développé l éducation autour de la photographie. En 1982, la création de l Ecole Nationale de la Photographie à Arles était un résultat de ces rencontres arlésiennes. Aujourd hui cette relation reste étroite et l ENSP coopère avec le festival pour plusieurs projets. Ensuite, le festival continue sa mission éducative à travers une série d'activités pédagogiques et de stages proposés aux photographes de tous niveaux. Mais outre la formation spécifique, le festival joue aussi un rôle de formateur pour le public, en le familiarisant avec l art de la photographie. Il lui présente des artistes importants, d une très grand diversité (style, tradition, pays de provenance, période) offrant un panorama de l histoire de la photographie et du milieu. Outil de la promotion artistique le festival privilégie la rencontre entre l artiste et le public. Le festival a également contribué profondément à la mise en valeur du patrimoine arlésien, en embrassant ces lieux historiques. De son début il s'est approprié cette richesse patrimoniale pour y organiser ses expositions et ses soirées. La cour de l Archevêché, l Abbaye du Montmajour, le Théâtre antique, les églises du centre historique, etc. Le festival était novateur en animant tous ces lieux avec des expositions de photographie. Comme le Palais de Pape à Avignon, ou la Cour de l Archevêché à Aix-en Provence, le festival d Arles, a revitalisé ces espaces. Mais ce n était pas par hasard. La volonté des personnes qui constituaient ce premier noyau des Rencontres était de faire dialoguer les arts. L interdisciplinarité était sollicitée. La photographie en relation avec l architecture, la musique. Cette tradition a contribué à l identité des expositions d Arles. Le visiteur admirait les photographies mais ces lieux magnifiques, d une valeur patrimoniale majeure. C est cette relation qui fait l attractivité particulière des expositions des Rencontres. Cette initiative a encouragé les acteurs de la ville à mettre tous leurs forces pour restaurer la plupart de ces monuments. Chaque année, le festival investit un plus grand nombre de lieux patrimoniaux de la ville d Arles. 24 lieux (repartis entre le centre historique, les ateliers SNCF, l'abbaye Montmajour, les musées, les galeries) étaient utilisées lors de l édition 2009, 21 en 2006, 22 en Le service patrimoine de la ville d Arles se décide des lieux disponibles ou susceptibles d abriter des expositions. Enfin, une fiche technique et une convention sont établies afin d assurer de bonnes conditions d utilisation, dans le respect des monuments. Les expositions restent ouvertes toute l été, donnant ainsi l occasion aux visiteurs d'en profiter en dehors de la semaine d ouverture du festival. La ville voit ainsi une grande partie de ses bâtiments patrimoniaux animés pendant tout l été. C'est devenue un atout pour l attractivité touristique de la ville. En effet, les expositions donnent l occasion aux visiteurs 55 Fils d'une famille modeste, issue de la région toulousaine mais dont le père l'a initié à la photographie, il débute son art peu avant la Seconde Guerre mondiale. Il gagne sa renommée en captant le Général de Gaulle lors de sa venue pour la Libération de Toulouse. Il prend alors le pseudonyme de Yan et travaillera essentiellement dans le sud-ouest français, en Espagne et au Portugal. Il fait en particulier une série de clichés, restés célèbres, sur Salvador Dali. Il est honoré par le prix Niepce en 1955 et le prix Nadar en

52 de circuler dans la ville et de visiter des monuments qu ils n auraient peut-être pas pensé visiter. En effet, outre les monuments phares, célèbres, tels que le Théâtre antique et l Amphithéâtre, le visiteur a l occasion de voir d'autres grandes richesses du patrimoine d Arles, à travers ces parcours photographiques. La ville d'arles a la volonté de promouvoir un tourisme culturel qui ne soit pas seulement basé sur les grands monuments mais aussi de la stratégie touristique sur l'animation du centre ville et notamment de monuments moins connus Le projet de réhabilitation des ateliers et la Fondation LUMA Le festival des Rencontres a joué un rôle fondateur concernant la réhabilitation des anciens ateliers de SNCF. Le site des ateliers, d une superficie de 15 hectares, est un site du patrimoine industriel français, symbole des débuts du transport ferroviaire du pays 57. De même, il est une partie essentielle de l histoire contemporaine arlésienne, représentant d un tournant majeur dans l économie de l époque vers l activité ferroviaire et la rupture brutale avec les activités traditionnelles de la batellerie. Dès 1846, cinq à six générations d Arlésiens ont connu l expansion du site (jusqu à 1800 salariés à la fin du XIXe siècle) puis son déclin à partir des années 1950, jusqu à la fermeture en C était au moment de sa fermeture que François Hébel, qui était à cette époque directeur du festival, a décidé d'en faire un lieu d expositions. «Ma première mission a consisté à trouver une solution à l absence de véritables lieux d exposition dans la ville. A l époque, le musée d archéologie, l'eglise des Frères Prêcheurs, l église Sainte-Anne n étaient pas accessibles. Les ateliers venaient de fermer et j ai alors eu l idée d en faire un espace d exposition.» 58 Une partie des ateliers est déjà utilisé. Dans la partie Est du site ont été construits le bâtiment de l école supérieure d infographie Supinfocom et l Institut Universitaire de Technologie, consacré à l audiovisuel. La partie Ouest est passée à la propriété de la région PACA en Dans cette partie Ouest se trouvent les bâtiments de la Grande Halle, les ateliers Mécaniques, le Forge etc. Le bâtiment de la Grande Halle a été réhabilité par l'agence Moatti et Rivière grâce au financement de la région PACA et de la ville d Arles et était inauguré en Le Parc des Ateliers est devenu un des lieux préférés du public du festival, où expositions, soirées et concerts se passent. Le lieu est utilisé aussi par le festival Les Suds à Arles comme un espace de concerts. Mais le projet ne s arrête pas là. La partie Ouest du Parc des ateliers va accueillir le projet de la Fondation LUMA et sa directrice Maya Hoffman 59, arlésienne de cœur, qui a inspiré un projet pharaonique de réhabilitation du site et de sa transformation en un pôle culturel et 57 En 1842, Lamartine défend brillamment à l Assemblée nationale le tracé par Arles du Marseille-Avignon, premier tronçon du futur PLM (Paris-Lyon-Méditerranée) 58 François Hébel pour la 40ème édition du Festival à Images Magazine N 35 juillet-aout 2009, p.g Maja Hoffmann, née en Suisse, a passé son enfance à Arles, très attachée à la région. Elle est collectionneuse d art contemporain et productrice d un éventail de projets dans le domaine de l art, du cinéma et de l environnement. Elle est la fondatrice de la Fondation LUMA (2004), dont le but est de créer et de produire des projets culturels et artistiques dans le monde entier. En Suisse, Maja Hoffmann est présidente de la Kunsthalle Zurich, ainsi que membre de la Commission de la Kunsthalle Basel et vice présidente du Conseil de l Emanuel- Hoffmann Stiftung, une fondation qui collectionne l art contemporain. Elle est depuis six ans membre du conseil d administration des Rencontres d Arles et en est aussi la trésorière. 51

53 éducatif dédié à l image et la photographie. Le site va abriter ainsi le bâtiment de la fondation LUMA, une bibliothèque, l Ecole Nationale Supérieure de la Photographie, le siège des Rencontres d Arles, la maison des éditions Actes Sud, un complexe cinéma, un laboratoire photographique. Il y est aussi prévu un parc et un parking souterrain. Ce projet immense, de 100 millions d'euros, signée par l'architecte Frank Gehry 60, est une chance majeure pour le territoire. Il est caractérisé par Michel Vauzelle comme un «Grand Projet d intérêt régional» ; De même le maire d Arles affirme la volonté de la ville de soutenir ce projet : "On avait une friche industrielle de 15 hectares qui appartenait à la SNCF, laquelle n'avait jamais voulu la vendre. La Région nous a permis d'en acquérir une grande partie pour un pôle universitaire et puis Maja Hoffmann y a imaginé une fondation unique en Europe dans laquelle elle investit. C'est fabuleux". 61 Pendant tout l été la maquette finale du projet, a été exposée à Arles et plusieurs panneaux expliquaient le projet et ses choix. (Voir gallérie des photos). L implication des Rencontres d Arles dans ce projet est évidente. François Hébel était une des 10 personnes du jury qui ont défendu la candidature du projet de Marseille Provence 2013 Capitale Européenne de la culture. La phase 1 du projet va commencer en 2011 et l inauguration de la première partie est prévue pour l été La partie 1 inclue la construction de la fondation LUMA, de salles d expositions, d'un restaurant, la réhabilitation des Forges (théâtre), de la Grande Halle et des Ateliers mécaniques. A la phase 2 le reste des bâtiments seront terminés. La fin des travaux est prévue pour Une nouvelle période commence ainsi pour Arles reconnue comme une ville française de l image et de la photographie. Le ministre de la culture a en effet annoncé sa volonté d y fonder le Centre Nationale de la Photographie, affirmant sa notoriété dans le milieu culturel de la photographie. 5.3 Impact économique et touristique Retombées économiques directes Les Rencontres d Arles constituent un système économique à part entière qui profite considérablement à l économie locale de façon directe et indirecte. Les Rencontres investissent de manière directe dans l économie arlésienne près d 1,5 million d euros, 50% en prestations de services et achat des matériaux (maçons, plombiers, serruriers, hôtels, fournitures diverses etc.) et 50% via l embauche de personnel permanent et saisonnier (huit membres permanents, près de 180 emplois saisonniers dont 130 agents d accueil-cette année 173 agents d accueil étaient nécessaires- une quarantaine d emplois en régie et une dizaine en logistique et organisation). Ainsi, à titre d exemple, en 2008, le budget «hôtellerie» des Rencontres était de ; plus de nuits d hôtel étaient réservés à l occasion de l ouverture du festival, 60 Frank Owen Gehry (Frank Owen Goldberg né le 28 février 1929 à Toronto) est un architecte américanocanadien. Professeur d architecture à l Université Yale, il est considéré au début du XXI e siècle comme un des plus importants architectes vivants. Ses constructions sont généralement remarquées pour leur aspect original et "tordu". Entre ses œuvres : Musée de Guggenheim à Bilbao, Fondation Guggenheim à Abou Dhabi, fondation Louis Vuitton à Paris

54 une grande partie financée directement par l association, l autre partie étant à la charge des festivaliers. Le budget des locations immobilières a été de euros. La responsable des hébergements, a chaque année une liste d une centaine de particuliers qui proposent des logements aux Rencontres pendant la semaine d ouverture à des prix intéressants. Certains même préfèrent prendre leurs vacances pendant cette semaine pour pouvoir louer leur maison. Il faut aussi souligner que par rapport à 2006 l impact direct des Rencontres sur l économie de la ville ont augmenté de 45% 62. Il est également intéressant de noter que le festival rayonne économiquement sur un territoire au périmètre plus large, dans les régions PACA et Languedoc-Roussillon. Ainsi, ce sont chaque année environ euros qui sont investis auprès de prestataires de service gardois et héraultais et euros qui sont injectés dans des entreprises de services de la région PACA, en-dehors d Arles Retombées économiques indirectes Bien qu il soit difficile de chiffrer les retombées économiques indirectes, nous pouvons simplement constater de manière empirique la fréquentation massive des hôtels et restaurants de la Ville pendant la période du festival. Pendant la semaine d ouverture du festival où nous avons une dense fréquentation dans un temps précis, le changement de la ville est bien plus qu évident. Tous les cafés, hôtels, restaurants, magasins de la ville sont pleins, et il n y a pas même d espace pour les piétons. Les hôteliers et restaurateurs, pour qui la haute saison commence généralement autour du 15 juillet peuvent grâce aux Rencontres accueillir une clientèle importante dès le début du mois de juillet. Dans l étude du public du 2009, 59% des festivaliers choisissent un hôtel, camping, chambre d hôte ou gites dans la ville d Arles pour séjourner, 12% choisissent le même type de séjour mais dans les environs, et seulement 6% séjournent chez des amis ou famille. Fait qui affirme l importance du festival pour l économie hôtelière. De même, dans le bilan de l Office de Tourisme de 2009, les 26 restaurateurs qui ont répondu au questionnaire, d une période du mai à octobre, ont tous souligné l importance de la qualité et la diversité de la programmation estivale, notamment les festivals qui «remplissent» la ville et qui contribuent à l affluence permanente du public; Ils ajoutent que «la culture et le patrimoine sont les deux piliers de l économie». De plus, les salariés et stagiaires non arlésiens, qui viennent travailler à Arles pour le festival investissent une partie de leur salaire dans l économie arlésienne. François Hébel en parlant de l édition 2008 du festival a dit : «Nous savons ce que nous dépensons en Arles. Nous n avons pas les chiffres de l impact économique. On le sait indirectement : cela a un impact économique au niveau des chambres d hôtel, des restaurants, et davantage à ce que l on pense. Il y a quand même plus de 200 stagiaires qui sont là au mois de juillet et au mois d août. Ils doivent bien dormir quelque part. Les chauffeurs de taxi m ont dit qu ils avaient fait une année record. Tout les restaurateurs et traiteurs qui font des cocktails pour les partenaires, travaillent à fond». Ainsi, la ville profite du public prestigieux du festival, qui a aussi une certaine capacité d achat. Mais aussi de tous les festivaliers qui viennent à Arles pendant l été pour voir les expositions. 62 Rapport d activités du festival des Rencontres d Arles

55 5.3.3 L impact sur l attractivité touristique La contribution du festival à l attractivité touristique de la ville d Arles et de la région est sans équivoque. Les études des publics que nous avons mentionnées ci-dessus en sont la preuve. Le festival affirme sa capacité d attirer un nouveau public mais aussi de le fidéliser. Les études montrent qu un grand pourcentage de visiteurs sont des primo-visiteurs, 37% en 2007, 46% en De plus, l étude de 2009 montre que 68% de ces primo-visiteurs viennent à Arles pour le festival, contre 32% pour un motif touristique. Le festival est donc souvent le motif principal de visite de la région. Il faut aussi remarquer la capacité du festival à fidéliser son public, fait très important tant pour le festival que pour le tourisme. Selon l étude de 2009, 53% des primo-visiteurs et 58% selon l étude de 2008 disent vouloir revenir lors de leurs prochaines vacances estivales. De plus, environ 60% des visiteurs sont en général des habitués. Ce public d habitués a fait en moyenne 3,46 éditions de Rencontres dans les cinq dernières années en 2009 (3,11 en 2008) et ces festivaliers viennent à 77% exclusivement pour le festival. Le pouvoir d attraction et de fidélisation du festival se retrouve aussi dans la façon dont les visiteurs prennent connaissance du festival. Le bouche à oreille est une façon notable pour connaître le festival. En 2007, 20% des administrés disent être venus au festival par le biais du «bouche à oreille» et en 2008, le chiffre monte à 46%. Cette question n a malheureusement pas été posée en Une autre contribution du festival au tourisme d Arles est liée au prolongement du séjour des visiteurs. En effet, le festivalier des Rencontres séjourne en moyenne plus de deux jours à Arles 63, ce qui correspond à un séjour long (tout séjour de plus d un jour est considéré comme long). L étude de 2009 qui est un peu plus poussée, révèle que la durée moyenne des séjours longs est même de 4,21 jours. De plus, «sur les 754 personnes interrogées, 53 % sont venues passer au moins un jour sur Arles.» 64. Ces données sont valorisantes pour le festival si nous les comparons avec l étude menée par l office du tourisme en 2007 portant sur les publics des musées et sites de la ville d Arles. En effet, seul 30% des touristes de la Ville d Arles passent plus d une journée à Arles. L objectif ainsi des acteurs touristiques de prolonger le séjour des visiteurs à Arles est réalisée durant le festival. Ajoutant à cette logique, le festival peut être aussi un motif pour les gens qui sont de passage ou qui n ont pas prévu de passer la nuit à Arles de le faire afin de voir les expositions. En plus, les activités organisées par le festival hors saison festivalière favorise la mobilité touristique. Les stages de photographie offre deux séances depuis ces trois dernières années. Une en printemps et une autre pendant le festival en juillet-aout. Les stages du printemps durent 6 jours environ et comptent un nombre important. (261 participants les deux saisons en 2009, 218 en 2008, ce qui représente un bon potentiel de développement). De plus, un grand pourcentage de ce public est âgé de ans, donc ils amènent un public plus jeune que le moyenne des visiteurs du festival ou des touristes arlésiens, comme noté par l office du tourisme. Les séminaires adressés aux enseignants qui accompagnent les jeunes à la Rentrée en Images, et qui bénéficient d'un séminaire au mois de mai pour se préparer aux visites en sont un autre exemple. Enfin, la bodega des Rencontres, un événement organisé par le festival lors de la «Feria du riz» en septembre attire un grand nombre de gens, locaux mais aussi des autres régions. (Des gens viennent pour un week-end pour cette raison). Toutes ces activités attirent un public en dehors de la saison, fait essentiel, vu que la plupart sont concentrés à la période estivale. 63 Pour l étude de 2007, la moyenne est de 2 jours et pour l étude de 2008, elle est de 3 jours. 64 Etude des publics

56 Enfin, la notoriété de cet événement, est un atout précieux pour les acteurs touristiques, tels que les tours opérateurs, pour promouvoir la destination d Arles dans leurs offres. 5.4 Retombées médiatiques Ensuite, le festival a contribué à la notoriété de la ville d Arles par sa renommée européenne et internationale. Le pourcentage de journalistes d'autres pays qui viennent au festival (1250 en 2009) montrent les retours importants sur l image de la ville d Arles. En effet, tout l été, mais surtout pendant la semaine d ouverture, le festival capte l intérêt médiatique, donnant un coup de projeteur sur la ville d Arles. D ailleurs, les partenaires médias du festival sont les premiers à diffuser l événement. Cette médiatisation entraine une série des bénéfices. Il y a tout d abord une certaine fierté à habiter dans une ville qui reconnue en matière artistique, activité hautement valorisée et dans laquelle il se passe des choses suffisamment intéressantes pour que l on en parle dans les médias 65. Quant aux touristes, notamment ceux qui ont des pratiques culturelles, la médiatisation d un événement culturel a évidemment une incidence à plus ou moins long terme sur le choix de leur destination. Mais pour l autre public la médiatisation de l événement joue directement sur le choix de la destination, car la plus grande partie des visiteurs témoignent de connaitre le festival à travers la presse et les médias. De plus, au niveau des investissements, les entreprises choisissent volontiers des sites d implantation qui ont une certaine notoriété et une image positive. 5.5 Impact social et l intégration au territoire L apport du festival au niveau social est aussi valable. En effet, l importance de l intégrité d un projet dans son territoire et l implication des locaux est un élément essentiel pour la pérennité d un événement, c'est une question qui est au centre du débat actuel pour le futur des festivals. En effet, sans un minimum de consentement et de participation de la population locale, l initiative perd l essentiel de sa signification : celle d une manifestation à l'identité forte 66. Même si le festival des Rencontres est une manifestation d intérêt et d'attractivité internationale, l implication de la population locale suscite une dynamique autour d un projet collectif et favorise une atmosphère conviviale et solidaire qui touche particulièrement le public. Cette mission sociale est mise en avance par une grande partie des festivals qui favorisent une politique d intégration au territoire à travers une série d actions : des activités pédagogiques, d une tarification variée pour des différents cibles du public et/ou une gratuité, des activités organisées hors saison estival et festivalière, mais aussi à travers l organisation d'événements dans des lieux en difficulté sociale, et aussi par le bénévolat. De plus, il y a des retombées sociales que nous ne pouvons pas aisément résumer, qui se passent à un autre 65 Benito Luc (2002) «Les festivals, entre événement et manifestation culturelle» in Evénements, tourisme et loisirs, Cahier Espaces n 74,p.g ORIGET DU CLUZEAU C. (1998), Le tourisme culturel, Ed. Que sais-je?, Paris, pg 68 55

57 niveau et qui se réfèrent à la potentialité d une ouverture d esprit qu un festival peut apporter dans un territoire, en favorisant la rencontre de publics différents, de profils sociaux différents, de cultures diverses. Dans ce cadre la mission du festival comme facteur pouvant changer les mentalités et développer le tissu social d un territoire, mérite d être étudiée. La mission sociale apparaît de plus en plus dans les différents festivals (quelques-uns sont plus orientés vers ces pratiques que d'autres) a) le public arlésien La question sociale fait aussi partie du festival des Rencontres d Arles et se réalise avec une série d actions. Une de ses préoccupations est l intérêt porté aux arlésiens. En effet, les expositions ont toujours été gratuites pour eux, dans un souci d accès à la culture pour tous. Les dernières années nous constatons une augmentation du nombre de visiteurs arlésiens ; une augmentation qui compte beaucoup pour le festival. (Le chiffre radical en 2008 est expliqué par le fait que Christian Lacroix était commissaire des expositions, dédiant une grande partie des expositions à l histoire arlésienne) Visiteurs Arlésiens Toutefois, le festival a des points faibles par rapport à sa relation avec le public local. Il est souvent considéré comme un événement en peu «élitiste», pour Parisiens, sans forcement de lien avec les locaux. Par exemple, une «rupture» avec le public local est survenue à cause de la Nuit de l année. Depuis quelques années, la Nuit de l Année se déroulait dans le quartier de la Roquette, un des quartiers populaires du centre historique, mais à cause de problèmes d affluence et de budget, en 2009, elle a été déplacée au Parc des Ateliers. Ceci a provoqué la grogne des habitants de la Roquette qui étaient fiers d avoir un événement de cette ampleur dans leur quartier. Par conséquent, ils ont créé leur propre événement appelé la Nuit de la Roquette, pendant la semaine d ouverture du festival. Cette année, la Nuit de l année des Rencontres, pour sa sixième édition, a retrouvé les rues arlésiennes en choisissant cette fois le quartier de l Hauture, mais la tension n est pas totalement résolue. Nous voyons ainsi que la relation avec le public local n est pas une donnée fixe et que certaines actions peuvent favoriser ou détériorer cet échange, essentiel pour les deux parties. C est un travail constant à faire sur ce point par le festival. Par exemple, une chose très simple serait de faire une meilleure communication auprès les Arlésiens concernant leur droit de gratuité sur les lieux des expositions. Il y a vraiment une grande partie d'entre eux qui n est pas informée de cette possibilité. On pourrait aussi préparer un événement adressé plutôt à eux. b) Les tarifs réduits & la gratuité Dans le cadre de cette politique sociale, engagée par le festival, différents tarifications ont été instaurées. L accès aux expositions du festival est gratuite pas seulement pour les arlésiens mais aussi pour les moins de 18 ans, les bénéficiaires du RSA et de l ASS et, depuis cette année, les personnes à mobilité réduite. Par ailleurs, les étudiants, les demandeurs d emploi et les familles nombreuses bénéficient d un tarif réduit. 56

58 c) Le Pôle pédagogique un atout fort De plus, le festival fait également un effort d'ordre pédagogique, il est apprécié du public pour ses projets menés et ceux-ci présentent un grand potentiel de développement. Le service pédagogique du festival organise des activités pédagogiques et sociales durant le festival mais aussi en dehors du festival. Une de principales activités pédagogiques du festival est Les Rentrées en Image. Initié en 2004 il correspond à un événement entièrement gratuit sur inscription pour le jeune public à la rentrée scolaire. Depuis son lancement il a reçu un succès progressif et la demande est telle que cette année, le concept dure une semaine supplémentaire pour répondre aux nombreuses demandes : du 1 er au 19 septembre. La Rentrée en Image touche un public allant du CP au Master et les sensibilise à l image durant une journée. Cette année élèves auront accès à cette formule qui permet de comprendre et de décrypter les images. Les enseignants choisissent trois activités qui seront animées par des médiateurs formés en amont, dix jours auparavant. Les activités vont de la visite commentée des expositions à une séance de projection, un atelier de prise de vues avec téléphone portable ou un atelier de «photo littérature». Ces ateliers passent aussi par la découverte du patrimoine architectural et culturel de la ville d Arles. Les académies concernées sont celles d Aix-Marseille en grande majorité (68,2% en 2009), Montpellier (21,5%) et Nice (6,2%). Les jeunes sont à 69,6% des élèves provenant de lycées (dont la moitié professionnels/techniques/agricoles), 21,7% du collège et 4,3% des écoles primaires. Les enseignants accompagnateurs sont tout aussi bien des professeurs d arts plastiques (35%) que de français, langue ou philosophie (35%). Sont présents également les professeurs d histoire-géographie (20,5%) et de mathématiques et sciences à 9,5%. Le taux de primo-visiteurs est bas puisque seulement 38% des enseignants sont venus pour la première fois l année dernière et 95% disent vouloir revenir l année suivante. La Rentrée en Images est une formule qui marche bien. Suite à une demande grandissante, au cours de ces six éditions, elle est passée de deux heures de médiation à une dizaine d activités à la carte sur une journée. En terme de fréquentation, la Rentrée en Images est passée de élèves à et la liste d attente, malgré l allongement de l événement cette année, est toujours aussi longue, une quarantaine d établissements ont été refusés. En terme de partenariats, La Rentrée en Images bénéficie d'un très grand nombre de partenariats qui montrent aussi sa réussite: ArtCourtVidéo, CR PACA, DRAC PACA, CR Languedoc-Roussillon, CG Bouches-du-Rhône, Ministère de l éducation nationale, Ville d Arles, ENSP, Musée Réattu, MDAA, Museon Arlaten, Château d Avignon, CAUE, Parc Régional de Camargue, Editions «Où sont les enfants». d) Autres projets sociaux Ensuite, d'autres projets ont été mis en place sur les territoires Arlésiens depuis En 2009, le projet «Barriol Fashion», dans le quartier de Barriol, (un des quartiers ZUS d Arles) 67 qui proposait des séances autour de la photographie de mode, en posant des réflexions plus profondes sur l apparence, l éphémère, la beauté, a eu du succès auprès des habitants ( plus de 100 habitants du quartier ont participé en tant que modèle et une quinzaine comme photographe). En prolongeant ce projet, lors de l édition 2010, «Arles tendances 2010», offrait des ateliers photographiques aux habitants du quartier de Barriol, traitant cette fois le sujet du «portrait». Le travail a été exposé au sein du festival. Ces projets sont 67 Rapport de l Insee «Populations fragilisées à Arles et Tarascon», Rapport d'étude n 29 - Mars 2010, p.g.8 57

59 menés en partenariat avec l Espace Familial de Vie de Barriol, dans le cadre de la politique de la ville avec le soutien du Conseil Régional PACA et de la Préfecture de Bouches-du-Rhône. De plus, le projet des Clics et des Classes, une opération nationale consacré à la sensibilisation des jeunes à la photographie, a fait aussi l'objet d'une exposition aux Rencontres. Enfin, il faut souligner que les 173 agents d accueil et billetterie employés par les Rencontres pendant la durée du festival bénéficient d un contrat aidé par la ville et la région, en partenariat avec le Pôle Emploi d Arles 68. Le festival pour sa 41ème année de vie continue à influencer le développement de la ville d Arles et son territoire, de façon multiple. Etant un de plus importants festivals de la photographie au monde, il offre une qualité artistique exceptionnelle à un public qui augmente et qui se renouvèle chaque année, ayant atteint le chiffre record de visiteurs en Ce festival arrive à diffuser la photographie à un public varié, composée d'habitués et d'occasionnels, mais aussi de primo-visiteurs. Les Rencontres d Arles s enracinent dans la ville ; il se fonde dans le paysage arlésien en lui donnant un nouveau sens tout en s identifiant à lui. Avant de continuer, nous voudrions présenter deux autres festivals qui se placent également au centre de l offre touristique de ville d Arles. Nous croyons que cela enrichira notre problématique. Ces deux festivals sont des exemples intéressants pour plusieurs raisons : le public qu ils attirent, leur programmation et leurs choix d animation, le tourisme qu ils apportent, leur mission sociale et leur stratégie d intégration territoriale. Il est intéressant de voir comment ces deux festivals se fondent dans le territoire, quelles pratiques ils mettent en place et comment ils réussissent à garder leur notoriété. Nous allons ainsi présenter quelques points intéressants de l offre du Festival Les Suds à Arles, un festival de musique du monde qui a déjà 15ans de vie, et aussi du Festival Arelate, ou Journées Romaines d Arles, un nouveau festival, qui propose une reconstitution de la vie romaine. 6. Les festivals : Les Suds Arles et Arelate : deux cas intéressants 6.1 Le festival Les Suds Arles Le festival Les Suds à Arles a vu le jour au mois de janvier 1996, à l initiative de quelques passionnés et professionnels de la culture du Sud de la Méditerranée. Dès ses débuts, il se définit comme un festival ayant pour but d affirmer l identité des pays de la Méditerranée 68 Répartis en sept groupes selon leurs niveaux d anglais, leurs profils restent très diversifiés. Certains travaillent pour les Rencontres depuis plusieurs années et se sentent réellement impliqués dans l organisation de l événement : quelques passionnés de photographie trouvent dans cet emploi une occasion idéale de mieux appréhender le médium. D autres, en revanche, se sentent moins concernés. 58

60 et plus largement des Suds, de promouvoir, diffuser leurs cultures, développer leur attractivité et contribuer à leur pleine reconnaissance dans l espace européen et international. Le festival Les Suds à Arles a lieu chaque été à Arles, vers la mi-juillet et pour une semaine il anime la ville d Arles, en y apportant les sons de pays méditerranéens et du large Sud. Le festival commence à la fin de la semaine d ouverture du Festival des Rencontres d Arles, dans un souci de coordination afin que les programmations se succèdent. Durant ces 15 années, le festival a réussi à se placer parmi les festivals de la musique du monde les plus réussis en France en attirant en 2010 un public de presque festivaliers ( payants) Avec une programmation riche et vaste, des musiciens reconnus mais aussi de jeunes talents, le festival affirme sa mission principale culturelle d'aide à la création artistique. Le festival se compose d'une équipe de 5 permanents, qui ont chacun un stagiaire pendant le festival. Durant la période du festival il embauche 85 intermittents du spectacle (techniciens, régisseurs etc.), et une centaine de bénévoles. Le budget du festival, d'environ 1 million euros, est assuré en partie par un partenariat divers : la ville d Arles, le Conseil Général des Bouches-du-Rhône, le Conseil Régional le Ministère de la Culture, le Marseille Provence 2013 mais aussi des partenaires privés comme la fondation LUMA, la fondation Ecureuil, des médias, et un club d'entreprises partenaires (cette liste n étant pas exhaustive). D autre part le festival a ses propres recettes qui cette année ont réussi à couvrir le 40% des dépenses Le public du festival Le festival ne réalise pas chaque année des études de public. Un sondage fait il y a 2 ans auprès du public du Théâtre antique (plus aisément mesurable) n a pas donné de résultat différent de ceux déjà présupposés 69. Selon ce sondage, le public du festival est dans sa pluralité (65%), un public régional du «grand sud» c'est-à-dire des régions PACA, Languedoc-Roussillon, Rhône-Alpes, etc. Il y a aussi 10% du public qui vient de l Ile de France. Un grand pourcentage du public, et surtout du public des stages offerts au cours du festival, vient de pays francophones. Le festival a un public fidèle. Un grand pourcentage achète en avance un pass pour les concerts et les événements, avant même la confirmation finale de la programmation 70. Cette fidélité permet le mieux connaître le comportement et les attentes du public au fil de ses années. Le festival des Suds à Arles, a un public différent, de niveau social et d âge variés, grâce à sa programmation très variée mais aussi grâce à un grand pourcentage de spectacles gratuits. Par exemple, le public des Moments Précieux, qui est un concert payant, d un genre de musique particulier (un mélange de musique sacrée et traditionnelle) et qui se passent dans la Cour de l Archevêché, attire un autre public que les concerts gratuits de musique actuel qui se déroulent sur la Place de la République, ou les concerts au Théâtre antique etc. Les nombreux concerts gratuits attirent un public plus jeune d un profil socio professionnel plus varié. La présence de gens qui ne sont pas forcement habitués à la pratique culturelle est encouragée par les spectacles gratuits. Le festival apporte un public différent à Arles de celui des Rencontres, même s il y a une cohésion (un grand nombre du public des Rencontres dit qu il envisage de venir au 69 Informations données par Florence ROUMY, responsable communication et presse du Festival Les Suds Arles, au sein d un entretien téléphonique le 3 août Idem 59

61 festival Les Sud). Comme nous l'avons mentionné, une grande partie du public vient de pays francophones. Le mélange de population est lié à la diversité de population d Arles (Nord Africains, gitans, Espagnols, Italiens). De plus, la musique du monde, favorise le lien entre les différentes cultures et traditions Le tourisme au service social et du développement territorial Le festival a une identité sociale et artistique, qui est incarnée dans les différents projets qu il met en place. Ce n est pas un festival «de plage» comme nous dit la responsable de communication. «L objectif n est pas de doubler la fréquentation mais de développer la transmission et la fidélisation du public. Il y a une confiance. Nous ne nous préoccupons pas seulement de l'économie culturelle» 71. Cette problématique est intéressante. En effet, la mission culturelle et sociale d un festival est parallèle au besoin de la commercialisation d un événement et de sa rentabilité. C est la grande différence entre le point de vue culturel et le point de vue économique. Ce sont deux mentalités différentes qui plusieurs fois s opposent; même si le besoin de rentabilité est aussi présent dans le milieu culturel, celui-ci place ses priorités ailleurs. Dans ce cadre, la seule «touristification» 72 d un spectacle afin d atteindre des objectifs de retombées économiques s oppose à la mission culturelle. Celle-ci n est pas souvent appréciée à sa juste valeur par les acteurs économiques, car elle favorise une certaine gratuité et des activités qui ne sont pas toujours «consommables» par un grand public, en ne suscitant pas à première vue de retours intéressants. Or, la notion de la pérennité d une structure quelle qu elle soit, au fils du temps, conteste la seule importance de ce besoin de retombées immédiates, en mettant l accent aussi sur l importance des activités qui favorisent à longue terme la fréquentation et la fidélité du public. Sont ici incluses les activités sociales et l implication des locaux. Le festival ne nie pas son rôle touristique, au contraire. Il coopère avec les acteurs touristiques de la région, comme l Office de Tourisme d Arles, les Comités Départementaux du Tourisme des Bouches du Rhône, et de PACA. Mais il intègre cette notion dans sa mission de promouvoir un profil de visiteur-citoyen plutôt que celui de visiteur-consommateur. Il est plus proche à la mentalité du tourisme durable. Sa programmation favorise ainsi une circulation dans les lieux patrimoniaux de la ville et du territoire. Il est apprécié par sa qualité culturelle mais aussi par l offre d un tourisme culturel exceptionnel, qui s'intègre dans le territoire. Par exemple le festival a terminé l édition de cette année avec la «Journée Buissonnière», une fête traditionnelle en Camargue, proposant un itinéraire de spectacles entre différents endroits du territoire d Arles : le trajet a commencé au Musée de la Camargue, puis au Château d Avignon en Camargue, ensuite au Salin de Giraud. Ce parcours a fait venir un public dans tous ces lieux autour la ville d Arles. En même temps le village de Salin de Giraud est un de plus pauvres villages du territoire. La 71 Idem 72 Le terme désigne ici la part excessive accordée à l activité touristique. Il fait alors allusion aux méfaits que le tourisme peut exercer sur les populations réceptives et sur l environnement. Dans ce cas la touristicité mesure le degré de mise en tourisme d un lieu et se traduit dans le domaine scientifique par le rapport du nombre de touristes pouvant accueilli au nombre d habitants. La touristification induit un développement spontané et non planifié de l activité touristique (J.M DEWAILLY p ;31 in AMIROU et alii, 2005)in Geotourisme, site de la géographie touristique français et dans le monde, 60

62 présence d un événement important donne de la fierté aux habitants. De plus, il aide leur économie grâce au passage de tous ces visiteurs-touristes. Ces projets originaux profitent au territoire tout en montrant ses richesses et en créant des offres culturelles exceptionnelles. Par exemple le projet du festival «Nomadisme & Deltas», qui est intégré au projet Marseille-Provence 2013 Capitale Européenne de la Culture 2013, inaugure un voyage au fil des deltas d Europe et de Méditerranée prévu de 2010 à Le Plan Rhône, avec la Compagnie Nationale du Rhône et l Etat, soutient cette initiative qui vise à présenter et mettre en valeur les mythes et les histoires des peuples nomades comme les Roms, Sintis, Manouches, Gitans, Gypsies qui ont abrité les deltas du monde. Le projet intègre dans son itinéraire le delta du Rhône, du Guadalquivir, du Pô, du Nil et du Danube. Les différentes esthétiques musicales spécifiques à ces deltas permettront d'aborder les aspects géographiques, sociologiques, historiques, environnementaux qui forgent également l identité de ces zones. L importance de l ancrage dans le territoire et de la circulation du public dans des différents lieux, est un élément important du festival des Suds à Arles. Sa mission territoriale 73 est aussi réalisée par l organisation d'ateliers tout au long de l année dans les ZUS arlésiennes (les quartiers de Barriol, Griffeuille, le Trébon) et à Mas Thibert (le plus pauvre village de la commune) 74, en tissant des liens avec un grand nombre d associations présentes sur le territoire. Enfin, le festival organise en hiver une soirée pour remercier ses bénévoles, appelée «le revivre des Suds» qui est ouvert au grand public et qui a attiré 300 personnes en Il s agit ainsi de projets originaux de mise en valeur et de promotion du patrimoine et de l histoire territoriale, qui créent des liens et des partenariats importants. La culture favorise ainsi une circulation dynamique des publics et une attractivité touristique dans n esprit de développement durable. Ce festival a une grande notoriété et renommée, il est tr!s apprécié du public. 6.2 Le festival Arelate : Une structure associative intéressante Nous voulons aussi présenter le festival Arelate, comme un autre exemple de festival qui, au cours de ces 4 ans de vie, a réussi à attirer un grand nombre de personnes et qui présente un intérêt au niveau de son statut associatif d organisation, mais aussi au niveau du public familial qu'il a réussi à faire venir à Arles. Tout a commencé il y a 21 ans avec l'initiative citoyenne de l association Peplum. Composée exclusivement de bénévoles, l'association a créé un festival de films Peplum 75 dans 73 Marie-José Justamond au FRANCE FESTIVALS (2006) Les nouveaux territoires des festivals, Actes du colloque du novembre 2007, à l Abbaye de l Epau à Mans, Ed. La Scène-Magazine des professionnels du spectacle, Paris pg Selon le rapport de l Insee «Populations fragilisées à Arles et Tarascon» Rapport d'étude n 29 - Mars 2010, le village de Mas Thibert et de Salin de Giraud, sont les deux plus pauves villages de la commune d Arles.p.g Le Peplum, est un des genres de cinéma. Les plus célèbres films du genre sont crée dans les années 50 par les italiens et les américaines. Ce mot désigne ainsi les films dont l action se situe historiquement dans l Antiquité et, en particulier, celle de la Rome Antique, de la Grèce antique (et mythologique) et de l Égypte antique. Il existe aussi des péplums bibliques basés sur l Ancien ou le Nouveau Testament. Un des films péplum les plus célèbres est Le Satyricon de Felini. 61

63 le cadre prestigieux du théâtre antique d Arles (projection en plein air sur grand écran). Des animations dans les rues d Arles sur le thème de la romanité (combats et écoles de gladiateurs, défilé romain) sont par la suite venues enrichir la programmation cinématographique (portées par l'association Vestis). Après avoir assisté au festival romain Tarraco Viva de Tarragone 76 en Espagne, 2 représentants du musée départemental de l'arles antique ont décidé de reproduire l'expérience à Arles. Durant l'été 2005, le musée s'est donc associé aux associations Peplum et Vestis pour proposer sur un week-end des journées romaines. Le succès ayant été largement au rendezvous, ce partenariat s'est poursuivi l'année suivante. En 2007, grâce au projet européen ID2 (Initiatives, Innovations pour une Dynamique de Développement en Pays d'arles) mené dans le cadre du programme EQUAL, le partenariat s'est élargi avec la participation active de la Chambre de Commerce et d Industrie du Pays d Arles et de la ville d'arles. Grâce aux financements européens, un poste a pu être créé pour coordonner le festival et mettre ainsi en musique les idées de tous les partenaires. De ces volontés communes de mise en valeur du patrimoine antique est né en 2007 le festival «Arelate, journées romaines d'arles», projet ambitieux d'une semaine d'animations dans toute la ville sur le thème de l'arles antique. En 2008, la coordination du festival a pris un nouveau chemin en créant l association «Arelate, journées romaines d'arles», qui portera à terme le festival grâce à un solide partenariat : - Association Peplum - Conseil général 13 - Musée départemental de l'arles antique - Chambre de Commerce et d'industrie du Pays d'arles - Ville d'arles - Service Culturel / Service du Patrimoine qui composent le comité directeur et - Des prestataires-partenaires : Sarl ACTA (gladiature, sports antiques), association Légion VIII Augusta (militaire et civil), Taberna Romana (restauration romaine), association ACL Arena (archéo-stylisme) Cette mise en réseau avait comme but principal «le développement de projets économiques, artistiques, culturels et patrimoniaux établissant de nouveaux rapports entre la population, son histoire et son patrimoine antique». Pour cela, l association a mis en place un comité scientifique, composé de représentants de chaque structure partenaire et des partenaires-prestataires historiques du festival, personnes reconnues pour leurs compétences. Elles assistent et prennent part aux décisions du comité directeur en vue de garantir la qualité scientifique des travaux du festival. Le festival a rédigé aussi une charte 77 afin d assurer les principes 78 de qualité qui doivent être respectés par tous les partenaires. 76 Ville en Espagne, ayant aussi ces monuments romains inscrits dans la liste du patrimoine de l Unesco, «Rigueur scientifique, interdisciplinarité, accessibilité pour tous, politique tarifaire dynamique diversifiée, animations didactiques, intervenants de grande qualité, programmation exigeante et diversifiée, esprit de fête», in 62

64 6.2.1 Un public familial important Ainsi, le festival Arelate se positionne parmi les nouvelles offres festivalières d'arles, il a réussi à avoir une fréquentation notable : en Etant qu'association, il s intègre dans la politique de la ville pour faire vivre le patrimoine et d animer les monuments. Son public est principalement un public familial, originaire du Pays d Arles et des régions PACA et Languedoc-Roussillon. Le festival n a pas encore mené une étude spécifique pour connaitre son public, à part en 2007 où il a missionné cinq étudiants du Laboratoire Culture et Communication d Avignon pour réaliser une enquête exploratoire autour du musée départemental d Arles antique pendant le dernier week-end de cette édition. Mais en général deux catégories de festivaliers sont identifiées : un public de promeneurs, venu pour le loisir (public plutôt régional, plutôt familial) un public plus averti de passionnés d'antique, venu spécialement dans une démarche culturelle (public d origine géographique plus diversifiée) Concernant le public du festival, il est intéressant à noter que dans l étude de tourisme de 2007 de l Office de Tourisme, le public familial ne se présente pas parmi les plus importants cibles de visiteurs. Même si ça pourrait avoir changé car, depuis, des actions importantes ont été mises en place pour l attraction d un public familial (activités proposées au Musée Départemental de l Art Antique, ateliers du service du patrimoine). Ainsi, nous pouvons supposer que la prochaine étude pourrait montrer des variations. Mais le festival a suscité la présence de ce public à Arles. Evidemment, les animations proposées par le festival Arelate sont plus propices à un public familial. Les spectacles des gladiateurs, la reconstitution de la vie romaine inspirent et fascinent le jeune public et favorisent une sortie ludique pour des familles. Mais cela indique aussi qu il y a un public familial potentiel dans la région, que les autres festivals pourraient essayer de chercher. D ailleurs le festival présente une communication ciblée adressée à ce public familial. Nous voyons qu à part des sites de diffusion classiques (OT, CDT), le festival a un partenariat avec le site «tourismeenfamille.com» qui propose des événements adaptés aux familles. Concernant le public, nous pouvons aussi constater que le festival est une occasion pour les différents publics de se mélanger. Par exemple, le public du festival Peplum, qui est un public plus habitué aux activités culturelles pourrait profiter des activités proposées au cadre du festival Arelate et vice versa Une politique tarifaire pour le grand public Un autre aspect intéressant du festival est sa politique tarifaire. En effet, le festival présent un grand taux de gratuité et cela correspond au principe du festival de favoriser l accès à un public varié. Mais aussi le coût des activités payantes est très bas (3 à 6 euros, en peu plus pour les spectacles), et comme nous explique Emmanuelle Carrie, coordinatrice de l association Arelate, c'est pour favoriser l accès d un public familial de différents budgets. Pour favoriser un accès et faire circuler le public, le festival offre aussi des tarifs spéciaux combinés. Par exemple le Pass Liberté et Monuments Arelate (Tarif plein : 9, Tarif réduit : 7 ) donne un accès gratuit à 4 monuments de la ville, au musée départemental Arles antique, aux visites théâtralisées et spectacles de 18h30 du théâtre antique ainsi qu'un tarif 63

65 réduit aux projections de films Peplum et au grand spectacle dans l'amphithéâtre. Aussi le Pass Avantage (Tarif plein : 13.50, Tarif réduit : 12 ) durant toute la semaine du festival, donne accès gratuit à l'ensemble des monuments, des musées arlésiens, aux visites théâtralisées et spectacles de 18h30 au Théâtre antique ainsi qu'un tarif réduit aux projections de films Peplum et au grand spectacle dans l'amphithéâtre. De plus, en accord avec la politique social de la ville, les arlésiens bénéficient du tarif réduit pour tous les spectacles (les familles nombreuses aussi) Les bénéfices de l association Un autre élément qui est intéressant dans le cas du festival Arelate, est son organisation associative. En effet, l association se compose d'autres associations autonomes mais aussi de prestataires privés. Chacune ayant sa propre organisation et programmation pendant le festival, chacun apportant son propre budget. Les prestataires devenant partenaires jouent un rôle important dans la réalisation du festival, ayant le même droit de parole dans la prise de décisions. Par conséquence ils sont plus impliqués, et prennent en charge une partie importante de l organisation. De cette façon, le coût des prestations fournies est vraiment diminué Implication des locaux & impact touristique sur le territoire Ensuite, un autre élément à remarquer est le fait que le festival mobilise l implication des commerçants de la ville qui sont invités de proposer des services «à la romaine». Par exemple, plusieurs restaurateurs proposent des menus romains, les commerçants changent leurs vitrines, quelques-uns offrent des services inspirés de l époque romaine, comme des coiffures style romaines, etc. De plus, plusieurs artisans de la région, présentent leurs techniques, et un marché de produits locaux fait partie intégrante de la programmation. Cette participation des locaux apporte évidemment beaucoup à la ville d Arles et le festival. Les visiteurs se trouvent dans une ambiance «romaine», les commerçants gagnent en recettes, les producteurs et artisans aussi. Le festival contribue beaucoup à l économie locale et à la notoriété de la ville à travers la médiatisation de l événement (surtout cette année avec l exposition «César» et celle des «trésors cachés» dans le Rhône). De plus, le festival anime cette période de la fin d aout où à part du Festival Peplum, rien d autre ne se passe. Il invite donc le public à visiter Arles. Son rapport touristique est ainsi très important. Mais aussi, sa contribution culturelle est importante car il se fixe des objectifs non seulement ludiques mais aussi éducatifs et scientifiques. La programmation est variée (intégrant des ateliers, conférences, films documentaires sur l antiquité) et l historicité des reconstitutions est assurée par des prestataires professionnels et des spécialistes historiens, archéologues etc. Enfin, le festival contribue à sa notoriété et l'attractivité touristique d'arles, en animant ses monuments, en faisant venir un nouveau public. De plus ayant intégré dans sa programmation des activités hivernales, en préparant notamment des conférences pour un public scientifique, il mobilise l attractivité de la ville hors saison, fait qui est vitale pour l économie arlésienne, qui souffre pendant ses mois d'hiver. Ses défis pour le futur serait de garder le niveau de sa qualité et de ne pas tomber dans une représentation folklorique, de ne pas se banaliser. Son atout est sa multidisciplinarité, en intégrant différents arts sur le même thème, comme par exemple le Festival Peplum. 64

66 Le festival a aussi présenté un dossier pour le projet Marseille Provence De plus, il est en dialogue avec les organisateurs de 3 autres festivals (parmi eux «Taracoviva») pour la création d un réseau et/ou de projets communs itinérants. Conclusion de la deuxième partie Nous voyons ainsi que la réussite de ces événements se base sur une coordination de plusieurs secteurs : la ville et ses services, les acteurs culturels, touristiques, économiques, sociaux, locaux et/ou nationaux et les organisateurs des festivals. L impact de l offre festivalière sur le développement de la ville d Arles a été illustré dans cette partie, en se concentrant sur le Festival de la photographie des Rencontres d Arles. La présentation de ces deux autres festivals permet de montrer quelques autres aspects de la pratique festivalière de la ville, et quelques autres politiques menées par ces festivals. En introduisant ainsi la problématique autour de la mission sociale d un festival, le concept de la tarification et la circulation des publics, l importance de l intégration du festival dans le territoire comme éléments importants dans la stratégie de développement d un festival dans le temps. Ces pratiques menées par chaque festival ouvrent des pistes de réflexion sur les potentialités de développement non seulement des festivals mais aussi du tourisme, en faisant venir plus de monde. 65

67 TROISIEME PARTIE Quel avenir pour le festival des Rencontres d Arles et la ville d Arles? 66

68 8. Partie introductive : enjeux et défis des festivals Nous avons jugé important d introduire cette partie, en présentant le débat actuel autour du futur des festivals, tel qu il est formulé par les professionnels de la culture. Ce débat nous permettra de cerner les problèmes communs entre les festivals et d avoir ainsi un meilleur aperçu critique afin d envisager des solutions à ces difficultés. L augmentation du nombre de festivals et les difficultés que leurs organisateurs rencontrent dans leur parcours, ainsi que les besoins pour leur développement futur, ont poussé les professionnels du milieu à se regrouper afin de partager leurs expériences. Par exemple en Europe, l Association Européenne des festivals 79 est une structure transnationale, qui regroupe 550 festivals dans 37 pays européens ainsi que 12 fédérations. Son but est de promouvoir le dialogue entre les festivals et de les soutenir de façon concrète à travers des conseils, études et formations. En France, la fédération France Festivals, se mobilise pour les festivals de musique classique et actuelle, en regroupant 88 festivals. Elle vise à défendre ses adhérents auprès des instances officielles et à promouvoir les manifestations artistiques qu ils organisent. Nous voyons donc que plusieurs initiatives voient le jour créant un lieu de partage entre les professionnels des festivals. Ces initiatives constituent également une tentative d étudier la diversité de la pratique festivalière et la recherche de solutions durables pour le futur. Quelques études spécifiques ont été réalisées, France Festivals a notamment organisé trois colloques 80 qui ont rassemblés de nombreux acteurs importants du milieu des festivals de musique et de danse. Ces colloques ont abouti à une description précise de la réalité des festivals ainsi qu à un questionnement sur les enjeux et les défis du futur, et à l établissement des pratiques à renforcer. Néanmoins, tous les types de festivals ne sont pas concernés par ce type d action. A travers ces études, nous pouvons tracer quelques grands axes de réflexion importants pour l avenir des festivals : l importance des publics, de l intégration des festivals dans leur territoire, la question de l économie du festival et des nouvelles sources de financement, l importance de la mise en réseau et le partage des expériences ainsi que l importance de la finalité pédagogique d un festival et son prolongement au delà de la période estivale, sont quelques-uns des points que nous évoquerons. 8.1 Fidélisation et renouvellement du public La question du public est au cœur du développement des festivals, il est indispensable d optimiser la connaissance de ce public, de ses attentes, de ses pratiques. Cette connaissance semble indispensable pour la mise en place d actions appropriées à différentes cibles du public. Dans certaines structures, la création d un service de relations avec le public est envisageable afin de promouvoir un plan d action cohérent à long terme. Les principaux objectifs sont : sa fidélisation et son renouvellement. La fidélisation du public s appuie sur une série de différentes données. Le contenu de l offre est la première préoccupation d un public avisé qui a des attentes. De façon générale, les publics sont exigeants quant à la qualité de la programmation. Par exemple, dans la 79 European Festivals Association (EFA), 80 (2003), La musique a-t-elle besoin des festivals? novembre 2003 à l Abbaye Royaumont à Val d Oise, (2006) Les nouveaux territoires des festivals, novembre 2006 à l Abbaye de l Epau à Mans, (2010) Les publics de festivals, novembre à Montpellier. 67

69 synthèse de l étude des publics réalisée par France Festivals, dans la question du motif principal pour visiter un festival, l offre artistique arrive nettement en tête des motivations des festivaliers. Au second rang, se trouve le monument ou le site où se déroulent le festival et au troisième rang, la notoriété et la communication du festival. Il en ressort donc clairement qu une programmation de haute qualité est extrêmement importante pour l attractivité du public. Ensuite, la mise en place d une série de moyens d outils pédagogiques pour faciliter l appréhension de l art présenté, pour que le visiteur puisse profiter au maximum de sa visite, semble être une autre préoccupation non négligeable. Des nouvelles activités adaptées aux différentes cibles des publics sont aussi à inventer: ateliers pédagogiques, visites guidées, séminaires pour des familles, enfants, jeunes, professionnels etc. Ces activités réaffirment aussi la finalité pédagogique des festivals, et sont valorisées par plusieurs interlocuteurs des professionnels du milieu festivalier. D autres pratiques de renouvèlement du public sont proposées comme la diversification de la programmation, les tarifs réduits ou spéciaux, l appropriation des lieux inhabituels, la décentralisation des lieux. Chaque festival montre son originalité dans la recherche de recettes qui peuvent favoriser le développement de son public. Ces actions créent une atmosphère propice à fidéliser un public et à en attirer un nouveau. Un public conquis et content est le meilleur outil de communication pour un festival, car la bouche-à-oreille, semble d être un des plus importants biais de diffusion, après les médias. Dans ce cas, l attraction d un nouveau public est réussie. 8.2 Les synergies avec les acteurs touristiques Dans la question du public, l importance de la relation du festival avec les acteurs touristiques est aussi à prendre en considération. A travers une bonne coordination, un partage des informations et des ressources et une communication commune, les festivals pourraient attirer de nouveaux visiteurs. D ailleurs, la plus grande partie des festivals se déroulent durant la saison estivale. Même si les festivals ne constituent pas toujours le premier motif d attractivité d une destination, ils contribuent clairement au divertissement des visiteurs et donc à leur fidélisation. Ainsi, les acteurs touristiques utilisent les festivals comme un atout dans leur offre de destination. La relation entre ses deux secteurs est à consolider, et nous allons étudier plus spécifiquement cette relation ensuite, à travers le cas du festival des Rencontres d Arles. 8.3 Une nécessaire intégration au territoire Un autre secteur qui émerge de la problématique autour du futur de festivals, c est la nécessité de leur intégration dans le territoire et leur implication avec les acteurs locaux. Cette préoccupation doit être pensée au moment de la création du festival afin qu il puisse perdurer au fil de temps. Si une structure ne s inscrit pas dans son territoire et elle ne bénéficie pas du soutien des habitants, elle va se retrouver dans un espace hostile et difficile à conquérir. Les stratégies au niveau des partenaires choisis, au niveau de la politique locale et sociale d un festival, et tous les autres secteurs de fonctionnement qui nécessitent une collaboration avec les acteurs locaux doivent être considérés avec attention. Nous avons vu, plus avant la méfiance qui existait entre le festival des Rencontres d Arles et certains acteurs locaux, à cause -entre autres- du déplacement de l événement de la Nuit de l année, du quartier de la Roquette aux ateliers SNCF. Bien évidemment, il n est pas toujours facile de satisfaire l ensemble des habitants, mais il faut prendre en compte les particularités du territoire et ses 68

70 habitants et essayer de mettre en place des activités qui pourraient faciliter une coopération et une bonne entente. 8.4 L enjeu financier Un des enjeux majeurs des festivals pour leur avenir se situe au niveau économique et financier L augmentation des coûts techniques et artistiques, le besoin de mettre en place plus d activités pour renforcer leur programmation, le déclin ou retrait des subventions publiques, créent une instabilité financière qui empêche un fonctionnement stable et une programmation à long terme. Bien que les subventions publiques restent la source de financement la plus importante, pour faire face à l enjeu budgétaire les festivals recherchent aujourd hui des perspectives financières en direction des ressources privées. Les partenariats privés, sont une source de revenus importante au niveau aussi des échanges des services en nature, mais en raison de la crise économique, moins d entreprises sont propice à donner des financements généreux. Le mécénat, en dépit de son caractère aléatoire, difficile à capter, reste un horizon à développer 81. De plus, dans cette démarche les festivals essaient d augmenter leurs ressources propres, afin d être plus indépendant des volontés publiques ou privées. En dehors des ressources de billetterie, les festivals cherchent également à renforcer leurs boutiques et librairies et les ventes de produits dérivés, à mettre en place des buvettes, à créer une offre de soirées exceptionnelles, et mettent en place toutes autres activités qui pourraient être sources de revenus tout en s inscrivant dans la ligne artistique du festival. 8.5 La mise en réseau et la mutualisation des moyens Enfin, l importance de la mise en réseau des festivals et le partage de leurs expériences est préconisée. Ces réseaux, sont des plateformes de discussion et de partage des expériences, des compétences, et des savoirs faire. Dans plusieurs cas, ils mutualisent les moyens aussi pour diminuer les dépenses. Ces structures coopératives comme nous avons vu, réalisent aussi des études spécifiques pour répondre plus précisément aux problèmes actuels et montrent de nouvelles pistes d action. Il y a un réel potentiel de développement de ces réseaux. C est dans ce cadre, que s inscrivent les associations dont nous en avons parlé ci-dessus. 9. Comment le festival des Rencontres d Arles peut-il pérenniser son développement? Ces enjeux et défis, posés par le discours autour des festivals, s appliquent aussi au festival des Rencontres d Arles. Les Rencontres d Arles qui poursuivent leur aventure après 41 années d existence, une histoire riche et une qualité artistique affirmée, doit trouver un nouveau souffle pour poursuivre sa croissance et sa notoriété dans le monde des festivals de la photographie internationale. Comment le festival peut-il se pérenniser et se stabiliser au fil des années? Quelles actions ont déjà été entreprises? Quels sont les actions qui pourraient être 81 NEGRIER E. & JOURDA M.T, Les nouveaux territoires des festivals, un état des lieux pour la musique et la danse, Rapport pour France Festivals, Observatoire des politiques publiques en Europe du Sud (Oppes), Montpellier, p.g 17 69

71 mises en place? Et comment les synergies avec le tourisme pourraient renforcer l attractivité du public? 9.1 Un équilibre financier fragile Comme nous l avons déjà évoqué, le festival a eu des difficultés financières et continue à se trouver dans une situation financière délicate. En effet, chaque édition est un nouveau défi à relever, c'est-à-dire qu il y a toujours cette incertitude concernant les subventions, et la possibilité qu au dernier moment l un des partenaires pourrait se retirer 82 déstabilisant ainsi l ensemble du budget très serré de ce festival. Ayant un budget important à assurer, les Rencontres d Arles ont une structure d économie mixte, dans le cadre de laquelle le festival bénéficie de financements publics et des financements privés. Le festival possède une «Charte des partenaires» qui stipule les bénéfices de chaque partenaire par seuil de contribution ; par exemple, pour avoir son logo sur l affiche du festival, un partenaire doit apporter une contribution supérieure à Les partenariats se distinguent également selon leurs durées : certains contrats sont signés pour des durées déterminées (exemple de SFR qui a signé une convention sur trois ans), d autres ont des clauses beaucoup plus larges (exemple de Nokia qui change de stratégie chaque année). Les partenaires publics du festival sont le Conseil général des Bouches-du-Rhône, la région PACA, la Ville d Arles, le Ministère de la Culture (DRAC PACA, la Délégation au développement et aux affaires internationales (DDAI), le Centre des Monuments Nationaux) et le Ministère de l Education Nationale (Direction générale de l'enseignement scolaire (DGESCO) et le Sceren- CNDP (Centre Nationale de Documentation Pédagogique). Les partenaires privés du festival en fonction de leur stratégie de communication et de leur domaine d activité, décident d apporter leur soutien soit au fonctionnement général du festival ou peuvent choisir de collaborer à un événement en particulier. Les partenariats des Rencontres d Arles sont ainsi spécialisés et donnent lieu à des contreparties différentes selon la nature de la collaboration. Ainsi, certains partenaires occupent une place privilégiée au sein du festival : c est le cas, notamment de la Fondation LUMA, qui est aussi parrain du Prix découverte, ayant aussi introduit cette année le Prix de la Fondation LUMA. En contrepartie, la Fondation fait ses propres choix de programmation pour une partie des expositions (notamment le Prix Découverte). Les partenariats de premier plan pour la 41 ème édition du festival des Rencontres d Arles sont : SFR, Fondation LUMA, Olympus, Fnac, Arte Actions Culturelles, France Inter, France Culture, Libération, Gares et Connexions (SNCF). Ainsi en 2009, le budget du festival était d environ 4 million d euros hors taxes. Les recettes du festival se répartissaient de la façon suivante : 82 Comme c était le cas en 2008, quand Hewlett Packard qui était un des grandes partenaires en contribuant euros à l économie du festival a retiré sa contribution. Le festival a dû chercher autres partenariats, mais le déficit était assez difficile à remplir, ils ont dû faire un emprunt de euros. 70

72 Subventions publiques (41%) Recettes propres (32%) Partenaires privés (27%) Les recettes des Rencontres d Arles 2009 Malgré le fait que les subventions soient une des plus importantes sources de financement du festival, elles n ont pas été proportionnelles à la croissance exponentielle du nombre de visiteurs (9 000 en 2001, en 2009). Ainsi, elles n ont pas accompagné dans des proportions équivalentes, le développement du festival dont le budget a triplé passant de 1,5 million en 2001 à 4,6 million à Si les comptes ont pu être rééquilibrés ces dernières années, c est grâce à l apport de recettes acquises à la clôture de l événement, tirées soit de la billetterie soit de partenaires de «dernière minute» qui ont des lignes budgétaires à dépenser. Sans cela, les Rencontres d Arles souffriraient d un déficit chronique. Le budget du festival se caractérise ainsi par une impossibilité à mettre au point une base financière stable et la difficulté à établir un programme culturel dans de bonnes conditions de gestion. Subventions publiques Augmentation Ministère de la Culture ,6% Mairie d Arles ,6% Conseil Régional ,8% Conseil Général ,4% Subventions diverses * 164,4% Total subventions ,6% Total budget RIP ,2% Nombre de visiteurs % Evolution des subventions publiques depuis 2001 = *Contrats aidés gardiennage 71

73 9.2 Autres sources de financement : le mécénat & les ressources propres Afin de diversifier leurs sources de revenus et aussi pour mieux s intégrer au territoire, les Rencontres d Arles ont mis en place depuis 2008 un Cercle des Mécènes. Depuis le 1 er janvier 2007, les dispositifs de réduction fiscale liés au mécénat ont également été élargis au domaine de la photographie. Par conséquent les mécènes des Rencontres d Arles peuvent bénéficier d une réduction d impôts égale à 60% du montant des versements accordés, dans la limite de 5/1000 du chiffre d affaires (cf. Article 238 bis du Code Général des Impôts). Le mécénat comporte des avantages financiers mais n induit aucune contrepartie de publicité, notamment au profit du mécène, alors que le partenariat implique un échange, quelle que soit la nature de ce dernier (marchandise, savoir-faire ou visibilité). Le Cercle des Mécènes se destine donc plutôt aux entreprises locales de petite taille afin de promouvoir l économie du territoire. En 2010, les membres du Cercle sont : la société Jean Martin, l Union des Clubs Taurins Paul Ricard, l Hôtel d Arlatan, la Feria du Pain, la Manade Jacques Bon et Air France. Les Rencontres d Arles visent à l élargissement de ce Cercle des Mécènes, et c est pour cela qu ils ont confié ce travail à un bureau spécialiste, très reconnu dans le milieu culturel, le SB conseil 83. De plus, les ressources propres du festival ont beaucoup augmenté ces dernières années, grâce à l augmentation du nombre de visiteurs et des activités qui leurs sont proposées : soirées théâtre, badge d accréditation, vente de catalogues, vente de produits dérivés etc De la même manière, l augmentation du nombre des participants aux activités de formations payantes telles que les stages et le Photo Folio Review, dégagent des marges conséquentes. De plus, le festival a essayé de diminué ses dépenses. Les deux principaux postes d économies résident dans les événements et les soirées (-16,3% en 2010 par rapport à 2008) et les coûts de communication (-43,2% en 2010 par rapport à 2008). 9.3 Un budget «expositions» incompressible La plus grande partie du budget du festival est consacrée aux expositions qui rassemblent des dépenses de : régie, scénographie, commissariats, coûts pour les hôtels et transports des artistes, gardiennage etc En 2010, le budget pour les expositions est de euros alors que le budget provisionnel était à environ L augmentation des coûts techniques concernant la production des expositions dont l augmentation des formats et des surcouts induits (encadrement, transport, assurances, etc.) et l exigence accrue des normes de conservation imposées par les préteurs, expliquent le coût élevé des expositions. Néanmoins, le festival ne peut pas diminuer ces dépenses, qui constituent le contenu artistique du festival. Sa mission principale est en effet culturelle et artistique, il s agit de montrer et diffuser l art de la photographie auprès du grand public. Comme nous l avons remarqué ci-dessus, l importance accordée à la qualité de l art présenté dans un festival est 83 Cabinet d ingénierie culturelle, SB conseil intervient principalement dans la définition de stratégie de partenariat, la recherche de financement privé et la création de cercles de partenaires autour de grands événements et auprès d institutions culturelles (Festival Avignon, les Biennales de Lyon, le Musée des Arts Décoratifs de Paris, Château de Versailles Spectacles). 72

74 incontestable. Etant positionnés parmi les plus grands festivals de la photographie du monde, les Rencontres d Arles ne pourraient se permettre de ne pas être à la pointe de l actualité de l évolution de l art de la photographie, en offrant une vaste gamme d œuvres (d une certaine renommée, inconnues ou de jeunes artistes). 9.4 Le public au cœur du développement du festival Le public se place ainsi au cœur du développement du festival. Comme évoqué cidessus, le public, s inscrit parmi les priorités de chaque festival qui cherche à se pérenniser et à assurer son développement sur le long terme. La question des publics a de réelles conséquences sur le devenir du festival tant pour assurer sa mission culturelle, «de rendre accessible l art de la photographie au plus grand nombre du public» mais aussi pour assurer une réelle pérennisation (au niveau du financement et comme structure majeure dans le milieu de la photographie) ; prenant en compte la complexité de l équilibre entre la mission culturelle et l enjeu de la commercialisation de cette activité. Les organisateurs du festival, pendant les années de régénération du festival de 2002 à aujourd hui, ont menée une politique d ouverture du festival à un plus grand public et non pas seulement à un public de spécialistes ou de professionnels. D ailleurs la popularisation du médium de la photographie, ses dernières années grâce aux appareils numériques, a favorisé l ouverture de l art de la photographie à un plus grand public 84. Ayant reçu visiteurs en 2009, le festival présente un grand potentiel d attractivité du public tout en menant un grand travail de fidélisation. Pour cela le festival depuis 2006 réalise de nombreuses études de public quantitatives et qualitatives (une étude qualitative a été réalisée en 2009) afin de mieux connaitre les attentes de son public. Plusieurs résultats intéressants ont été révélés par ces études alimentant la réflexion autour des actions à mener. L importance accordée au développement du public, se cristallise aussi avec la création en 2009 du Pôle «Librairie/Boutique/Billetterie/Développement des Publics» qui a pour mission entre autres, de mettre en place les outils nécessaires afin de mieux connaitre le public des Rencontres et proposer des actions pour son évolution. Cet initiative est importante surtout si nous pensons qu un poste «service des publics» est rare dans le milieu des festivals de la photographie (la plupart des festivals n effectue aucune étude de public). Cependant, la place du service des publics sur le pole billetterie/boutique/librairie, montre que le festival s oriente vers le développement du service des publics mais pour le moment il se limite à lui donner de l ampleur. Pour des raisons d économie aussi, un vrai poste de service de public n est pas pour le moment envisagé. Pourtant, la question reste présente et l importance de la création d un service dédié aux publics qui pourrait travailler de façon transversale, comme un lien entre les différentes départements du festival, pour mettre en place une politique ciblée et pour tous les types de public, est une question à résoudre au plus vite. 84 Selon, l étude menée par le ministère de la culture sur les pratiques culturelles des français à l ère numérique ( ) 70 personnes sur 100, de 15ans et plus, ont utilisé le medium photographique pour leur temps de loisir, pendant les dernières 12 mois, Ministère de la Culture et de la Communication ( ), Les pratiques culturelles des Français à l ère numérique, éléments de synthèse, pg.10 73

75 9.4.1 Une grande capacité d accueil & le potentiel du développement des publics Dans cette démarche de développement du public, le festival a un grand atout à exploiter : le fait d avoir une très grande capacité d accueil. D abord par le fait qu il s étale sur deux mois et demi, mais aussi parce que les expositions sont reparties dans différents lieux. Alors, il peut accueillir un grand nombre de visiteurs à certains moments mais aussi pendant plusieurs mois. C est un atout qu il faut exploiter. De plus, comme nous l avons indiqué, jusqu à maintenant la grande fréquentation du festival se concentre sur trois périodes : la semaine d ouverture, les jours autour du 15 août et début septembre avec la Rentrée en Images. Dans les périodes intermédiaires il y a une baisse de la fréquentation du public. Il y a ainsi un public à conquérir dans ces périodes. La politique du développement du public se fixe sur deux axes, fidéliser le public existent et en attirer un nouveau Satisfaction & fidélisation du public Il n y a pas de principes établis pour fidéliser un public. La fidélisation est une histoire longue, une relation de confiance qui se crée entre le public et un événement, tel qu un festival. Néanmoins, dans ce processus il y a des principes qui favorisent la réussite de cette relation. Ces principes sont appliqués à la fois à la fidélisation du public mais aussi à l attractivité d un nouveau. Ainsi, les trois étapes de l accueil des visiteurs, l avant 85, le pendant 86 et l après 87 de la visite, comme décrits dans le guide pratique de l ODIT France «Tourisme et Culture-Comment créer une offre et la commercialiser» 88 sont très utiles parce qu ils proposent des dispositifs autour une offre culturelle qui peuvent améliorer l expérience du visiteur et donc réussir sa fidélité. Le festival n a pas une politique spéciale de fidélisation de son public, telle qu une société des amis du festival ou autres types d abonnements. Toutefois, il présente un grand pourcentage de fidélité du public (3,46 fois est la moyenne des visites pour les visiteurs déjà venus sur ces 5 dernières années, étude 2009) et un haut taux de satisfaction (75%satisfait, étude 2009). La qualité des expositions, la notoriété du festival et la ville d Arles comme destination, ont été mis en évidence par l étude qualitative du 2009 comme les plus importants motifs de la visite. Certes, nous pouvons imaginer d autres éléments qui ont contribué à cette croissance et fidélisation du public : l ambiance pendant la semaine d ouverture où la rencontre entre les professionnels du médium et du public est facilitée, dans un espace 85 L avant de la visite se réfère à tous les dispositifs mis en place avant l arrivée du visiteur pour faciliter sa visite (information fournies au site Internet, billetterie en ligne etc.), 86 Le pendant de la visite se réfère à tous les dispositifs qui accompagnent et aide le visiteur (tel que visites guidées, muséographie, cartels, information fourni en plusieurs langues, services à proximité, librairie, cafétéria, boutique de souvenirs, signalétique etc.) 87 L après de la visite se réfère à même cet essaie de fidéliser le public par la mise en place d étude de public, l évaluation de l offre, la création de nouveau services 88 ODIT France, Tourisme et culture, comment créer une offre et la commercialisée Guide Pratique, Août

76 commun et dans une atmosphère dynamique et conviviale ; la mise en place d un événement exceptionnel, (les soirées au Théâtre Antique, la Nuit de l Année). Cette année par exemple, l absence d une soirée de clôture au Théâtre Antique, qui a lieu traditionnellement avec des projections accompagnées par un musicien célèbre, va pénaliser à l attractivité du festival. Par ailleurs, le caractère spontanément amical des débats autour de la photographie, à différents lieux, comme à la cour du bureau des Rencontres, est très apprécié par le public. De plus, leur gratuité entraine une plus grande diversité de public. Nous pouvons ainsi, faire un premier constat des éléments qui contribuent à la satisfaction et la fidélisation du public des Rencontres. Certes, ils n ont pas tous les mêmes attentes ou exigences ni le même motif de visite. En fait, nous n avons pas beaucoup de données concernant les attentes spécifiques de chaque public du festival. Il y a même des publics particuliers, comme par exemple le public familial, pour lesquels le festival a peu d informations. Ainsi, le questionnaire du public de 2010, est plus détaillé afin de collecter plus d informations sur des aspects moins étudiés des publics. De plus, il met l accent sur la qualité de la visite et les dispositifs mis en place pour le confort du public, afin de collecter des indications valables. (Annexe 7). En effet, dans un second temps, nous pouvons utiliser les principes de l avant, pendant et après la visite pour voir quelques pratiques ont été mises en place et proposer des améliorations. Comme nous l avons évoqué, la qualité de la visite est le premier pas pour la fidélisation du public : a) Avant la visite -Le site Internet : le site Internet du festival, reste un de plus importants outils de préparation de la visite. Le festival offre un grand nombre d informations sur le programme et les expositions ainsi que sur le séjour à Arles. Toutes les informations sont offertes en français et en anglais. De plus, le festival a mis en ligne une billetterie afin de faciliter l achat des tickets d entrées. Néanmoins, la mise en ligne du plan des expositions à la dernière minute, ne facilite pas la préparation de visiteurs. b) Pendant la visite : -Les supports visites : Le festival pour faciliter la visite, met à la disposition du public un plan des expositions, en indiquant tous les lieux d exposition. Ce plan est fourni en français et anglais. Avant le dépliant était gratuit, et coûte aujourd hui 50 centimes. Le fait d avoir à payer le plan pourrait être sujet à réflexion, la gratuité n étant qu à un pas du montant demandé. Le catalogue du festival, qui est en réalité une présentation détaillée de l édition, est très pertinent, il s agit d un des atouts du festival. Publié par les éditions Actes Sud, il est une illustration d une synergie de ces deux acteurs culturels. Le catalogue est fourni en anglais et en français pour le public étranger. Néanmoins, l édition d une brochure de 7-9 pages (comme les musées le font pour leurs expositions temporaires), d un format entre le dépliant et le catalogue pourrait être envisagée. Celle-ci serait payante pour les gens qui veulent acheter un souvenir de l exposition mais qui ne désirent pas acheter le catalogue. Elle pourrait servir pour le public moins intéressé par la photographie par exemple. -Les cartels : Sur les lieux d expositions, les cartels sont tous en français et anglais, ainsi que les cartels présentant le projet et l artiste. Dans, quelques expositions, comme par exemple pour l exposition du «Prix découverte», des documentations avec la biographie de l artiste et son projet sont fournies. Une réflexion pourrait ici être faite, au niveau de la consommation du papier. 75

77 -Les visites guidées ont été mises en place en Ces visites sont gratuites pour toute personne en possession d un ticket d entrée aux expositions. Elles se déroulent pendant toute la période des expositions. Deux visites sont prévues par jour, d 1h30 environ. Les visites sont réalisées par des guides employés par les Rencontres. Ils sont souvent étudiants à l Ecole Nationale Supérieure de la Photographie donc en mesure de bien informer au sujet de la photographie. Ils ont suivi au préalable une formation auprès du service pédagogie lors de la Rentrée en Images de l année précédente. L augmentation du nombre de participants aux visites est importante, 1600 personnes en 2007, 2200 personnes en 2008 puis 2450 personnes en Durant les journées d ouverture, les visites sont tenues par les artistes eux-mêmes. De manière à s adresser au public international, une équipe de traducteurs se tient à disposition du public et des artistes. Environ trois visites de ce type sont programmées par journée d ouverture. Ce qui a représenté vingt-sept visites pour l année Les visites guidées qui se passent pendant l été, sont offertes seulement en français. Des visites en anglais, ou même en d autres langues pourraient être aussi envisagées pour leur ouverture à un public étranger. De plus, une meilleure communication sur les visites guidées est indispensable sur les outils de communication des Rencontres et aussi de l Office de Tourisme. Par exemple, l office de tourisme ne présente pas les visites guidées sur son site Internet, alors qu il met en avant les visites gratuites que lui-même ainsi que le Musée de l Arles antique offrent. -Les annexes (boutiques, librairies, cafétérias, parking) : Le festival a trois boutiques principales. Sur le site des ateliers se trouve une buvette et un parking. Ces deux derniers rencontrent un grand succès auprès du public. -La signalétique : La signalétique est soigneusement mise en place. Néanmoins, il y a toujours des possibilités d amélioration. L étude de public de 2010, porte aussi sur ce sujet afin de vérifier l appréciation des changements effectués sur la signalétique. c) Après la visite Les études de public et l évaluation de l offre de chaque édition ainsi que les projets d amélioration font partie de l après visite. De plus, le festival utilise les nouveaux outils sociaux d Internet (Facebook, Twitter, Flickr etc.) qui sont aussi des plateformes d échanges et de retours d expériences, de photos, d opinions. Ces outils présentent un important potentiel de communication Le potentiel du public touristique : un travail avec les acteurs touristiques & patrimoniaux En effet, le public à attirer, pour assurer une stabilité financière aux Rencontres durant les périodes creuses de la fréquentation, est très certainement le public touristique qui se trouve à Arles ou dans la région pour des vacances. Le festival doit ainsi trouver les moyens d attirer ce public aux expositions. Le potentiel de développement de ce public se justifie d abord par le fait que 32% des visiteurs (selon l étude 2009) sont des vacanciers dans la région ou à Arles. Ce public, n est pas forcement un public averti ou un public qui connait bien la photographie. Et même s il vient pour des motifs différents, il va profiter des expositions au cours de son séjour dans le territoire. Nous pouvons appeler ce public touristique, son motif de voyage principal n étant pas le festival mais la visite de la région. En effet, la grande attractivité touristique de la région et de la ville d Arles draine un grand public français et étranger. Le festival doit ainsi mettre en place des activités adaptées 76

78 pour faire venir ce public. Mais également une meilleure coopération avec les acteurs touristiques et le service du patrimoine de la ville d Arles reste importante. a)travail avec les acteurs touristiques locaux et régionaux Les organisateurs du festival sont conscients de l importance d une bonne relation avec les acteurs touristiques, afin de se valoriser auprès de ce public touristique. En effet, des réunions entre les différents acteurs touristiques (CDT du Bouches-du-Rhône, Office de Tourisme d Arles) et les acteurs culturels (festivals, service du patrimoine, service culturel) de la ville d Arles et du département, ainsi que d autres acteurs locaux, sont régulièrement organisées avec comme objectif la mise en place d une politique commune de promotion. Des actions réussies ont déjà été mises en place et d autres pourraient être envisagées afin de favoriser la circulation du public touristique de la ville et de la région. Le fruit de cette coordination était le lancement de «l été arlésien», une forme de présentation de l offre culturelle de la région regroupée sous ce titre attractif, pour intriguer la curiosité du visiteur et lui montrer la richesse événementielle de la ville et du territoire. Ainsi la section «l été arlésien» s affiche sur le site internet du festival des Rencontres et dans tous les supports de communication (catalogue, dépliants). Il est également utilisé par le festival Les Suds Arles, ainsi que par l Office de Tourisme de la ville d Arles. Une action qui aide à la circulation du public entre les différents lieux, et qui montre aussi un dynamisme et une activité culturelle riche, très attractive pour le visiteur. i) Office de tourisme de la ville d Arles Dans son bilan de 2009 ; l Office de tourisme de la ville souligne le rôle primordial des événements culturels (les festivals entre autres) pour l attractivité touristique de la ville. Parmi eux le festival des Rencontres se place au premier rang. A ce jour l Office de Tourisme sert de relais aux Rencontres pour ses ventes de billets ainsi que de centre d informations pour les festivaliers. Son site Internet propose également un lien direct vers le site des Rencontres. En revanche, concernant les visites guidées, l Office de Tourisme présente les siennes et celles du Musée Départemental de l Arles Antique mais pas celles des Rencontres. Il serait peut-être judicieux de les faire connaitre de cette manière. De plus, une coopération entre l Office de Tourisme et le Festival des Rencontres pourrait être envisagée concernant le parcours des visites offertes par le premier. En effet, à ce jour, l Office de Tourisme propose deux types de visites guidées : une dans la vielle ville d Arles et une sur Van-Gogh. Celles-ci rencontrent un grand succès auprès des visiteurs, 2300 groupes de 40 personnes chacun ont suivis ces visites guidées en 2009, selon Françoise Pansier, Responsable du service des visites de l Office de Tourisme. Actuellement, l Office de Tourisme prépare deux nouveaux parcours sur le patrimoine et l histoire de la ville d Arles, d autres périodes que le Moyen Age et l Antiquité. Un parcours sur l histoire plus contemporaine ou industrielle de la ville d Arles, pourrait intégrer le festival des Rencontres comme moteur du changement culturel de la ville depuis les années 70. Ceci familiariserait les visiteurs avec le festival et ce dernier, susciterait l intérêt de suivre ce parcours après les expositions. De son coté le festival des Rencontres pourrait mettre en place une visite guidée sur son histoire, en créant un parcours dans les lieux que s approprie le festival, l histoire de ces 77

79 créateurs, comme le Musée Réattu etc. Un support de communication, pourrait aussi être réalisé pour cette raison, fourni aux bureaux de l Office du Tourisme. Une autre action intéressante pourrait être de faire un petit spot télévisé pour le festival et de le voir présenté à l Office de Tourisme. Un écran, ou télévision, pour projeter des petits spots d évènements qui se passent à Arles, (tel qu il en existe dans les Postes) pourrait être intéressant. Comme un journal des choses à faire, et à découvrir. ii) Autres synergies avec les acteurs touristiques Concernant les autres acteurs touristiques, le festival apparait dans les propositions des choses à faire sur les sites Internet des Comités Départementaux et Régionaux du territoire. Des supports de communication ainsi que des affiches sont aussi à envoyer les jours précédant l ouverture du festival. De plus, le festival leur demande des informations et des contacts de la presse spécialisée en tourisme afin de promouvoir aussi l événement, et de contacter les journalistes de ce secteur. Une autre activité menée par le festival pour favoriser l attractivité du public touristique, est la formation du personnel d accueil dans les hôtels de la région. C est une action importante, car si les gens à l accueil des hôtels sont informés ils peuvent mieux parler du festival, et le valoriser indirectement aussi. Cette action a modestement commencé, mais la volonté de le promouvoir de la part du festival est présente. De plus, le partenariat avec le TER (Transport Express Régional), il y a deux ans, permettait de proposer une réduction de 30% sur le trajet en train et une réduction sur le tarif d entrée au festival. Ce partenariat n a pas eu lieu cette année. b) Collaboration avec le service du patrimoine d Arles Une collaboration plus renforcée avec le service du patrimoine de la ville d Arles pourrait permettre la mise en valeur du patrimoine arlésien dans le cadre des expositions et attirerait un public amateur du patrimoine bâti de la ville d Arles. Il faut ainsi mettre en place une offre qui pourrait susciter l intérêt de ce public. D ailleurs, l attractivité des expositions réside à la fois dans les œuvres exposées mais aussi dans le patrimoine qui sert d écrin aux photographies. Ce dialogue entre la photographie et l architecture de la ville d Arles, fait partie du principe de l interdisciplinarité, une des idées fondatrices des créateurs du festival. Ainsi cette relation doit être mise en valeur par des actions spécifiques. Par exemple, une visite spécialisée sur la photographie et les lieux pourrait être mise en place par le festival, en coopération avec le service du patrimoine et être lancée comme un circuit touristique, afin d attirer ce public. De plus, un dépliant spécial sur les monuments d Arles et le festival pourrait s intégrer aux produits du festival et être vendu, en même temps à l Office de Tourisme. Aussi, pendant l été, des débats, ayant comme thème cette dualité des expositions pourraient être arbitrés par le festival, en animant ainsi les périodes creuses de sa fréquentation. Ensuite, la formation des agents d accueil sur l histoire des lieux d expositions est pratiquée par le festival. Jusqu à cette année, la formation était réalisée par le service du patrimoine de la ville. Cette année, les 173 agents d accueil n ont pas été formés par les guides du service du patrimoine, mais ils ont reçu une telle formation par le personnel du festival. Cette formation est un grand atout. D un coté, elle sert à garantir la qualité de l accueil, car les visiteurs demandent très souvent des informations sur les lieux. De l autre coté, elle 78

80 apporte beaucoup aux agents eux-mêmes, car elle allie les deux facettes de l exposition. Ce n est pas un hasard si ces connaissances sont très appréciées par les agents d accueil. Pour cela, nous pensons qu il est important que la formation des agents d accueil soit réalisée par le service du patrimoine étant le service le plus approprié pour le faire. Enfin, toute l équipe des stagiaires des Rencontres, doit aussi avoir une formation sur le patrimoine d Arles, pour les mêmes raisons que les agents d accueil, mais aussi parce qu une grande partie des membres des Rencontres viennent d autres régions de France ; venant du festival, une telle initiative montrerait sa volonté de mettre en valeur ce patrimoine Autres publics à approcher i) Les visites sur mesure Les visites sur mesure sont mises en place par le nouveau pôle billetterie-boutique/ développement des publics. Ces visites constituent une manière d attirer de nouveaux publics et d apporter des ressources financières aux Rencontres. En effet, les visites sur mesure sont payantes et sont proposées aux groupes de plus de 10 personnes avec un tarif dégressif suivant le nombre de personnes. Mais ces visites sont aussi suggérées aux comités d entreprise et intéressent des groupes au niveau national voire international tels que le Crédit Agricole, la Caisse d Epargne, Air France ou le CMA CGM (groupe de transport maritime en conteneurs). Cette initiative semble avoir un grand potentiel de développement. Grâce à une communication en amont, elle peut drainer un nouveau public pour le festival. Dans ce cadre, une coopération avec le service du patrimoine pourraient attirer un public plus vaste. Les visites sur mesure donneraient l occasion de faire un grand nombre d activités attractives via différents partenariats, qui favoriserait une circulation du public dans la région. Par exemple, les expositions, la restauration dans un restaurant de la ville, le suivi d un atelier aux monuments d Arles etc. ii) Familles et jeune public Un autre public à attirer au festival est le public familial. Ce public qui habite la région mais aussi les familles qui sont en vacances dans la région ainsi que les enfants qui profitent de l été en centres aérés et en colonies de vacances de la région. Bien que l étude de l Office de Tourisme de 2007 montre un manque d attractivité de ce public pour la ville d Arles, un grand nombre de ce public cible se rend au festival Arelate, ce qui montre une autre réalité ; c'est-à-dire que le public familial est existant mais qu il a besoin d une animation spéciale pour être sensibilisé. Pour les Rencontres, le fait que la Rentrée en Images rencontre un tel grand succès, signifie que la possibilité de faire venir un tel public existe. Ainsi, des pratiques adaptées à leurs attentes et besoins doivent être mises en place. Des visites pour les familles avec enfants, telles qu elles sont faites pendant la Rentrée en Image, pourraient ainsi constituer cette offre. De plus, comme l ont démontré les organisateurs de la Rentrée en Image, la lecture avec la photographie fonctionnent bien ensemble. Des lectures de contes par exemple, pourraient être préparées pour les enfants dans les lieux d expositions. De nombreux spectacles peuvent être imaginés pour animer des lieux d expositions pour les familles et les enfants. Dans ce cadre, d autres coopérations pourraient être mises en place avec les autres festivals d Arles pour mobiliser un public familial. Par exemple, nous pouvons imaginer une programmation musique-lecture-photographie en coopération avec le festival Les Suds Arles. La tradition des contes avec la musique dans les pays méditerranéens est très forte. 79

81 Notamment, en Afrique, où il existe une grande tradition. Une animation des lieux d expositions par des musiciens avec des contes liés aux expositions pourrait être un concept attractif. Le pôle pédagogique du festival présente un potentiel sans équivoque. Ainsi, si le festival met en place une politique d animation des expositions pour ce public, et ce, pendant toute la durée des expositions, il connaitrait sans nul doute d importantes retombées. Afin de préparer le terrain pour ce type d activités, le questionnaire diffusé au public de 2010 inclus une question spécifique sur le public familial et l intérêt potentiel des visites guidées pour les enfants. Une communication ciblée sur les sites Internet pour le tourisme familial, comme par exemple le tourismeenfamille.com (partenaire du festival Arelate) pourrait aider à la diffusion de ces pratiques. iii) Améliorer l accès des expositions aux personnes à mobilité réduite La gratuité pour les handicapés a été mise en place cette année, mais d autres actions restent à mettre en place pour ce public. En effet, le travail avec le service du patrimoine et la ville doit être accéléré pour améliorer les conditions d accessibilité des lieux, car d après certains festivaliers enquêtés, on ne trouve pas d accès pour les personnes à mobilité réduite. De plus, pour les personnes malvoyantes, des cartels équipés d un système braille doivent être mis en place. Aussi, des visites guidées en langage des signes pourraient être intégrées pour les personnes malentendantes, dans une politique de rendre les expositions accessibles à tous Synergie avec d autres festivals i) Le partenariat Aix-Avignon-Arles (AAA) L importance de la mise en réseau des festivals semble une opportunité de développement. Le festival des Rencontres d Arles a rejoint cette année les festivals d Aix en Provence et d Avignon, dans une démarche touristique, consistant à faire circuler les visiteurs entre les trois festivals ainsi que pour des raisons de rassemblement des forces autour d une réflexion sur l actualité du milieu culturel. Ce partenariat, de trois des plus importants et célèbres festivals de France, semble avoir un énorme potentiel de développement, au niveau touristique mais aussi au niveau culturel. D ailleurs l étude de public du 2009 a montré une grande rassemblance entre le profil du public du festival des Rencontres avec ceci du festival d Avignon, fait qui montre le potentiel de la mise en réseau de ces festivals. (Annexe 6) Ainsi, dans le cadre des Rencontres européennes, et de l année européenne de la lutte contre la pauvreté et de l exclusion sociale, les trois festivals ont proposé trois jours de débats, du 13 au 15 juillet, autour du thème du droit à la culture. Une brochure commune était aussi publiée, fournie sur les lieux d accueil des trois festivals. De plus, une conférence de presse commune, a donné une ampleur et une notoriété certaine à ce regroupement. Le partenariat d AAA a aussi mis en avant une autre offre touristique. Un parcours en bus était proposé pour 50 personnes, par le biais d un partenariat avec Télérama, leur permettant de découvrir la programmation des ces trois festivals. En une journée, les visiteurs visitaient les trois festivals, avec une sélection prédéfinie parmi la programmation de chaque 80

82 festival. Trois journées de ce type ont été proposées, et elles ont toutes rencontrées un grand succès. De ce partenariat pourrait aussi découler la coproduction de spectacles ou d événements entre les trois festivals. Des partenariats avec d autres festivals pourraient aussi être envisagés, notamment avec ceux d Arles. La coproduction des spectacles avec le festival Les Suds d Arles, semble une opportunité intéressante Le public local & des pratiques pour renforcer l intégration au territoire Comme nous l avons remarqué, l implication du public local dans un évènement est essentielle pour son essor dans le temps. Le festival permettant l accès gratuit aux expositions aux arlésiens, montre une volonté de faire participer le public local. L organisation de la Bodega de Pâques va également dans ce sens. Néanmoins, le festival pourrait également trouver d autres façons de satisfaire ce public. L avant-ouverture des expositions pour les arlésiens était une action en cours de réalisation mais qui s est heurtée au problème de délai dans l organisation des expositions, et aux préparations de dernières minutes. Des actions pour ce public, ont besoin d être reconsidérés, surtout pendant la période hivernale. Au niveau de l intégration du festival au territoire, d autres partenariats avec les acteurs locaux pourraient se faire. Par exemple, un partenariat avec les AMAP (Associations pour le maintien d une agriculture paysanne) de la Provence pour l organisation d une fête populaire comme celle-ci organisée par le festival des Suds Arles à sa clôture (Journée de Buissonnière) pourraient rassembler un public local mais aussi touristique autour de la promotion de la richesse agricole de ce territoire. La mise en place d une journée «Photo safari dans la Camargue» comme c était fait au début, pourrait également susciter de l intérêt d un public touristique et renforcer la relation du festival avec le territoire Les outils de communication pour attirer un grand public Le festival n a pas un vrai budget de communication. La diffusion du festival se base sur une série de partenariats avec des médias importants comme Télérama, Le Point, France Inter, France Culture, Libération, Arte, mais aussi avec d autres structures. De plus, un grand public connaît le festival via le bouche à oreille, qui confirme ainsi sa notoriété. Ensuite, d autres partenaires communiquent l événement à un grand public. SFR par exemple envoi un sms à tous les fichiers de sa clientèle. FNAC aussi, monte des grosses bâches, devant ses magasins à Nîmes, Paris, Avignon etc. Le partenariat cette année avec Gares & Connexions, une nouvelle entreprise qui s occupe des espaces d accueil dans les gares ferroviaires, a permis une visibilité de l évènement dans les gares du sud, mais aussi Lyon. A cela s ajoute, le partenariat avec Métrobus, qui fait l affichage pour l évènement dans les stations de métro à Paris. 81

83 9.5 Responsabilité développement durable : les festivals pour l Agenda 21? Une autre piste de réflexion et d action pour le futur du festival serait la notion du développement durable. En effet, cette notion étant au centre du discours actuel de toutes les nations pour le futur du développement, trouve ses implications dans tous les secteurs, et aussi dans le secteur culturel. Les principes du développement durable et de la responsabilité envers l environnement commencent à être intégrés dans la politique des festivals. Nous voyons ainsi que déjà quelques grands festivals, comme par exemple le Solidays en Ile-de- France, ont mis en place les dispositifs pour sensibiliser leur public dans cette direction: recyclage/tri des poubelles dans tous les lieux, produits recyclables, partenariats avec des entreprises qui ont une conscience écologique, labellisation. La prise de conscience de la notion de développement durable dans les festivals est une pratique qui commence à évoluer. Par exemple en Bretagne depuis 2005, quelques festivals ont crée la «Charte Agenda 21», des festivals engagés dans le développement durable et solidaire ; une démarche qui conjugue fête et écocitoyenneté 89. Dans le cadre de cette démarche les festivals adhérents ont mis en place, entre autre, un système de tri sélectif des déchets et de point de collecte des gobelets. De plus, des fontaines à eau ont remplacé les bouteilles, en diminuant ainsi les énormes déchets, qui se rassemblent par la foule des festivaliers. Une telle politique pourrait aussi être adaptée par le festival des Rencontres d abord pour son propre fonctionnement, c'est-à-dire dans les bureaux du festival, mais aussi en partenariat avec la ville d Arles et les autres festivals pour tous ses lieux. Le festival Les Suds Arles, est déjà sensible à ce type de développement en essayant de faire des partenariats avec des prestataires qui ont des produits écologiques ou montrent une telle sensibilisation (p.ex. la Société des Eaux d Arles). En plus, ils essayent de diminuer les déchets plastiques, en mettant en place dans la buvette des verres en plastiques réutilisables. Le festival Arelate aussi, est partenaire de Qualicities, le label de la ville d Arles, pour les villes européennes de la culture engagées au développement durable. Il y a donc cette tendance et volonté par les festivals d Arles de se mobiliser dans cette direction. Cependant, le festival des Rencontres n a pas encore intégré cette notion dans ses pratiques. Néanmoins, il draine un grand nombre de festivaliers. Il faut souligner que la ville d Arles, n a pas installé des dispositifs de tri sélectif dans le centre historique de la ville. Le recyclage est fait selon la responsabilité de chaque citoyen, ayant pris les sacs appropriés par le service de la ville d Arles. Cependant, la mise en place d un tel système au centre ville semble indispensable, vu du nombre de touristes qu y circule. Une initiative lancée par les festivals en coopération avec la ville d Arles pourrait être envisagée. Une labellisation partagée entre les festivals, du type «les festivals d Arles pour l agenda 21», ou «les festivals d Arles pour l écocitoyenneté», avec un logo approprié pourrait donner un autre dynamisme à la relation entre les festivals et auprès du public. 9.6 Communication interne & l équipe L audit réalisé en 2009 au sein du festival a montré une faiblesse au niveau de la communication interne du festival. En effet les secteurs d activités du festival sont repartis 89 Agenda-21-des-festivals-engages-dans-le-developpement-durable-et-solidaire 82

84 entre Paris et Arles ce qui handicape leurs relations. Le bureau de la production est à Paris, et à Arles il y a le service protocole, le service pédagogique, le secrétariat et le comptable et l administration du festival. A cela s ajoute le grand nombre des stagiaires et personnel saisonnier qui est embauché pour les Rencontres. Ainsi, la constitution des relations entre toutes ces parties demande une certaine cohérence et organisation par l équipe principale. L amélioration de la communication entre les parties composantes du festival est une question à résoudre, autant essentielle pour le futur développement du festival. 10. Le projet Marseille Provence 2013 : une grande opportunité de développement Dès 2004, Jean-Claude Gaudin, Maire de Marseille et Président de la Communauté Urbaine Marseille-Provence Métropole, a pris l initiative de poser la candidature de la Ville de Marseille au titre de Capitale européenne de la culture. Afin de constituer une entité cohérente d un point de vue économique et culturel, la Ville de Marseille a impulsé la création d un territoire plus large, Marseille-Provence, en associant un ensemble de villes et communautés de communes voisines. Marseille-Provence recouvre aujourd hui 7 communautés : - Communauté Urbaine Marseille Provence Métropole (CUMPM); - Communauté d'agglomération Toulon Provence Méditerranée (TPM); - Communauté d'agglomération du Pays de Martigues (CAPM); - Communauté d'agglomération Arles Crau Camargue Montagnette; - Communauté d'agglomération Pays d Aubagne et de l Etoile; - Communauté d'agglomération du Pays d Aix (CPA); - Villes de Salon de Provence, Istres, et Gardanne - Il représente ainsi 105 communes associées pleinement à la candidature de Marseille / habitants / étudiants / 10 millions de touristes par an / 400 millions par an pour la culture / un territoire de km2 / 140 kilomètres de côtes / 2 grands pôles industriels : 1 projet mondial : ITER ; FOS XXL : 1er complexe industrialo-portuaire Sud Europe / 1 parc naturel national (projet Calanques) / 2 parcs naturels régionaux (Camargue, Lubéron) / 1 parc national subaquatique (Port Cros) / 3 aéroports internationaux / 4 gares TGV / 2 ports de commerce et voyageurs 90. La mise en place de ce nouveau territoire, représente un potentiel de développement territorial dans tous les secteurs, culturel, touristique, social, économique, et urbain. Plein de projets sont en développement, et le territoire semble être en pleine construction. Les œuvres de grands architectes de réputation internationale (Massimiliano Fuksas, Zaha Hadid, Jean Nouvel, Rudy Ricciotti, Stefano Boeri, Yves Lion, Patrick Bouchain, Kengo Kuma, Frank Gehry / Edwin Chan) auront marqué ces paysages

85 L adoption du «Schéma de Cohérence Territoriale» (SCOT) pour la période , par le projet Marseille Provence 2013 définit la stratégie de ce développement en mettant l accent sur la culture et le tourisme culturel comme secteurs qui contribuent particulièrement à l essor économique, au rayonnement et à l attractivité du territoire. Le festival des Rencontres d Arles et la ville d Arles s intègrent aux grands chantiers du projet Marseille Provence 2013 avec le projet de réhabilitation des ateliers SNCF par la Fondation LUMA et la création de ce nouveau pôle culturel consacré à la photographie et l image. La première phase du projet serait terminée pour 2013 afin de fêter cette nouvelle époque pour la région. De nombreux événements et projets sont déposés auprès du comité de programmation de Marseille Provence 2013, pour y participer. Le festival Les Suds Arles participe déjà avec le projet «Nomadisme et Deltas», qui met en lumière les traditions des populations nomades des quelques plus grands deltas du sud d Europe, parmi eux le delta du Rhône. Le festival des Rencontres a ainsi un rôle important à jouer à la préparation de la ville pour l accueil de Marseille Provence Un grand travail d organisation et de préparation doit être promu et la synergie entre tous les acteurs pour mettre en place une offre cohérente est indispensable. L avantage pour le développement du territoire est énorme. Le projet jette un coup de projecteur au territoire en augmentant son attractivité au maximum. Le potentiel de développement qui se présente pour Arles est un atout à exploiter. Le rôle du festival des Rencontres pour cette préparation est vital, grâce à son expérience, sa notoriété culturelle, et son public international. L animation et la mise en valeur de la ville d Arles est un travail pour lequel le festival des Rencontres peut avoir un rôle organisateur. 84

86 CONCLUSION Cette étude a tenté de mettre en lumière quelques aspects du phénomène du festival comme une structure culturelle qui reconnait une croissance énorme ces dernières années. Si au début le festival pouvait se définir comme «une manifestation musicale se déroulant sur quelques jours dans un lieu particulier» aujourd hui la diversité de l offre montre une réalité autre que celle-ci. Nous trouvons ainsi des festivals de tous les genres artistiques et de toutes les spécialisations ; de musique, danse, photographie, théâtre, arts de la rue; en pleine saison, hors saison, gratuit, payants, pour différents types de public, la gamme de l offre étant très variée. En France, les festivals, fruits dans leur majorité des lois de 1982 de la décentralisation administrative, apportent de plusieurs façons une valorisation des territoires où ils s inscrivent. Selon leur taille et leur mission, ils exercent un impact important au développement des territoires sous l aspect culturel, économique, touristique, social. Moteurs de la création artistique et de la diffusion de la culture, les festivals jouent un rôle à la fois d éducation du public et de son amusement. Ayant, une programmation variée, les festivals donnent l occasion à un grand nombre d artistes de montrer leur travail au public, facilitant aussi la création originale et les jeunes artistes. De plus, les festivals jouent un rôle majeur au niveau de la valorisation du patrimoine et de l animation des espaces patrimoniaux. D ailleurs, quelques grands festivals, comme le festival d Avignon ou d Aix, ont été fondateurs de cette appropriation des espaces patrimoniaux pour des raisons culturelles et cette pratique est aujourd hui répandue. Adoptée très vite par les collectivités territoriales, qu y ont trouvé une façon d animer leur patrimoine et favoriser son attractivité et sa fréquentation. De même, les festivals en drainant un grand nombre des visiteurs sont les plus grands promoteurs de l attractivité touristique des territoires où ils s inscrivent. En effet la plus grande partie d entre eux se passent pendant les mois estivaux. Leur contribution à l économie touristique est sans équivoque. Dans plusieurs régions, les festivals font vivre l économie des territoires, ayant aussi des retombées importantes au niveau de la création des emplois directs et induits. Au niveau social aussi les festivals facilitent la rencontre entre les différents publics, en facilitant l accès à la culture aux différentes catégories sociales. De même au niveau local, ils exercent un impact important pour les populations indigènes, en intégrant toute une population à un projet commun. Plus leurs bénéfices sont importants au territoire ; plus leur existence se révèle vitale. Leur croissance et évolution les avait mis au centre du débat actuel des professionnels du milieu culturel afin d assurer les moyens pour leur pérennisation. 85

87 Le festival des Rencontres d Arles ou Rencontres Internationales de la Photographie, s inscrit dans la génération des festivals qui était née sous la volonté d artistes de mettre en valeur leur art auprès du grand public. Initié par «un groupe d amis», il a trouvé vite son chemin en établissant sa propre structure et programmation. De sa naissance le festival a joué comme pilier de la richesse patrimoniale arlésienne, en appropriant également ses espaces publics. A travers son réseau de «fidèles» originaire de différents pays du monde, il a mobilisé l intérêt international pour cette petite ville en lui donnant une grande notoriété et attractivité. En effet, le festival des Rencontres d Arles, a tracé ce chemin du développement de la ville d Arles à travers la valorisation du patrimoine et la culture et son ouverture auprès du grand public. Ainsi Arles, n est pas seulement connue pour ses monuments mais également pour sa notoriété dans le milieu de la valorisation et la diffusion de l art de la photographie. Depuis 2002 le festival connait une croissance radicale, fruit d un travail cohérent orchestré par ses directeurs, François Hébel et François Barré. Ce travail a permis d à attirer visiteurs en 2009, mettant l attractivité de la ville d Arles dans une autre étape de comparaison. Cette année, ayant préparé sa 41eme édition, le besoin du festival de trouver un nouveau chemin afin de conserver sa notoriété et de s assurer pour le futur, semble une question actuelle. Dans cette démarche de se pérenniser, le public se trouve au centre de sa politique. Un travail collectif avec les autres acteurs culturels et touristiques, tel que nous l avons remarqué, aura besoin d être renforcé et dans quelques cas créé, afin de trouver de nouvelles formes de coopération. Mais le festival lui-même doit retracer sa politique d animation et de diffusion de ses expositions. Le public touristique semble comme un des publics à conquérir. Inscrit dans une des plus attractives régions en France au niveau touristique, le festival pourrait en profiter pour mettre en place des synergies avec les autres acteurs touristiques et culturelles pour faire venir ce public aux expositions. Ce type de coopérations est déjà mis en place avec le service du patrimoine et les autres acteurs touristiques ainsi que l Office de Tourisme, les Comités Départementales du Tourisme du département et de la région, les hôteliers à proximité, mais d autres pourront être envisagées afin de renforcer cette relation déjà existante. De mêmes d autres publics doivent être pris en compte et être incités à visiter la ville et le festival. Dans le cadre d une volonté politique forte, tous les acteurs locaux de la ville d Arles et son territoire, sont en coordination pour faire d Arles une ville de la culture, de la photographie, de l image et du tourisme. En effet, c est ce qui ressort de notre étude du festival ; le fait que la réussite d une structure se trouve dans sa synergie et le rassemblement des forces pour faire évoluer les choses. La ville d Arles, ayant mis au centre de son développement la culture et le tourisme, va s allier à toutes les initiatives qui pourraient assurer un nouveau futur pour son développement. Aujourd hui, Arles se trouve à l aube d un grand potentiel de développement. Inscrite dans le territoire d influence du projet Marseille Provence 2013, elle va être au centre de 86

88 l intérêt international d ici En s intégrant elle-même aux grands chantiers de travaux, avec son projet de la réhabilitation des anciens ateliers SNCF par la Fondation LUMA, elle doit se mettre à la hauteur des exigences d un tel projet, qui va changer le paysage arlésien. Ce nouvel pôle culturel consacré à la photographie et l image, fruit de la présence du Festival des Rencontres d Arles au territoire, va changer les équilibres au niveau du public qu il va attirer, mais aussi l image et la notoriété qu il va apporter à la ville d Arles. Une grande chance ainsi pour le territoire de se stabiliser économiquement et de pouvoir évoluer. De même, il s agit d un grand atout pour le festival des Rencontres qui se place au cœur de ce projet grâce à sa qualité. Néanmoins un travail de préparation doit être fait pour faciliter ce changement. La synergie des pouvoirs pourrait assurer cette réussite. En effet, c est cette synergie qui fait d Arles une révélation pour son visiteur. 87

89 BIBLIOGRAPHIE OUVRAGES GENERALES BAUDAT M. (2002), Arles, ville sainte : les églises célèbres et oubliées, Éd. Actes Sud, Arles BAURET G. (2007), Lucien Clergue, Éd. La Martienière, Paris, p.g 159, 160 BENHAMOU F. (2005), L économie de la culture, Éd. Repère BOURGEON-RENAULT D. (2009), Marketing de l Art et de la Culture, Éd. DUNOD, Paris CAVET E., LEFEBVRE A., (1988) Jazz in Marciac : Un festival dans le Gers, Université de Toulouse-le-Mirail (Groupes de Recherches Socio-économiques), Ed. ADDOCC Midi-Pyrénées, Toulouse CHABRO P., (1995) Chorégies d Orange : , Éd. Actes Sud, Arles CONTRE R., SECUNDA A., DESVERGNES A., (1983), Arles au doigt et à l œil : Rencontres International de la photo 1983, Ed. Riga (LV), Arles ETHIS E., (2002), Avignon, le Public Réinventé : Le festival sous le regard des sciences sociales, Ed. La Documentation Française FROCHOT I, LEGOHEREL P (2007) Le marketing du tourisme, Ed. DUNOD, Paris GATTINONI C., (2006) La photographie en France , Ed. CULTURESFRANCE, Paris GRAVARI-BARBAS M. & VIOLIER P. (2003), Lieux de culture /culture des lieux : Production culturelle locale et émergence des lieux : dynamique, acteurs, enjeux, Ed. Presse Universitaires de Rennes GREFFE X. (1999) La Gestion du Patrimoine Culturel, Ed.Anthropos, Paris GREFFE X. (2003), La Valeur Economique du patrimoine, Ed. La Documentation Française, Paris GREFFE X. (2005), La décentralisation, Ed. La Découverte, Paris GUEULLETTE A., (1989) Le Festival d Aix-en-Provence, Ed. Sand, Paris GUNTHERT A., POIVERT M., (2007) L art de la photographie : des origines à nos jours, Ed. Citadelles Mazenod ORIGET DU CLUZEAU C. (1998), Le tourisme culturel, Ed. Que sais-je?, Paris, pg.3, 4,68 ORIGET DU CLUZEAU & C. TOBELEM J.M, (2009) Culture, Tourisme et développement, Les voies d un rapprochement, Ed. L Harmattan, Paris PATIN V. (2005) Tourisme et patrimoine, Ed. La Documentation Française, Paris ROUQUETTE J.M (2008), Arles : histoire, territoires et culture, Imprimerie nationale CATALOGUE DES EXPOSITIONS Collectif (1979), Rencontres Internationales de la photo, Arles : 10ans, internationales de la photographie, Arles Ed. Rencontres 88

90 Collectif (1997), 28 ème Rencontres Internationales de la photographie Ethique, Esthétique, Politique, Ed. Actes Sud, Arles Collectif (1999), 30 ème Rencontres Internationales de la photographie : Vive les Modernités, Ed. Actes Sud, Arles Collectif (2000), 31 ème Rencontres Internationales de la photographie : La Photographie Traversée, Ed. Actes Sud, Arles Collectif (2001), 32 ème Rencontres Internationales de la photographie : L Anonyme, Ed. Actes Sud, Arles Collectif (2003),34 ème Rencontres Internationales de la Photographie : Arles 2003, Ed. Actes Sud, Arles MAGAZINES Connaissance des Arts (2004) hors série No 4, Les Rencontres Internationales de la photographie Tourismeculturel.net, e-magazine, (09/2010), Arles : une offre culturelle forte au service du développement local et de l attractivité touristique, tourismeculturel.net Images Magazine N 35 Pour les 40ans du Festival des Rencontres d Arles, juillet-aout 2009, p.g.49 ARTICLES DE PERIODIQUES BENITO L, (2002) Les Festivals, entre événement et manifestation culturelle, in Evénements, tourisme et loisirs, Cahier Espaces no 74, Ed. ESPACES Tourisme & Loisirs, pg. 25, 26,27 BLANC G, (1993) Vaison-la-Romaine : un festival peut-il renaitre?, in Festival, création, tourisme et image, Cahier Espaces no 31, Ed. ESPACES Tourisme&Loisirs FAIVRE D ARCIER B, (1993) De la fonction culturelle du festival, in Festival, création, tourisme et image, Cahier Espaces no 31, Ed. ESPACES Tourisme&Loisirs GORSSE E., (1993) Mécénat des festivals : faut-il encore y croire? in Festival, création, tourisme et image, Cahier Espaces no 31, Ed. ESPACES Tourisme&Loisirs GRISEL A., (1993) Création, tourisme et image, in Festival, création, tourisme et image, Cahier Espaces no 31, Ed. ESPACES Tourisme&Loisirs GUILHAUMON J.L, (1993) Jazz in Marciac : un effet de patrimoine, in Festival, création, tourisme et image, Cahier Espaces no 31, Ed. ESPACES Tourisme&Loisirs HERRERO P., (1993) Un territoire qui bouge pour les Eurockéennes, in Festival, création, tourisme et image, Cahier Espaces no 31, Ed. ESPACES Tourisme&Loisirs JACOBI D. & FABRICE D. (2007) La fréquentation du patrimoine antique à Arles : Publics, visiteurs de monuments et visiteurs de musée, in EIDELMAN J, ROUSTANT M, La place des publics, de l usage des études et recherches par les musées, Ed. La documentation française, Paris MONNET P., (1993) Manager un festival comme une entreprise, in Festival, création, tourisme et image, Cahier Espaces no 31, Ed. ESPACES Tourisme&Loisirs 89

91 PAGES F., (1993) Ouverture, cultures et pédagogie rurale, in Festival, création, tourisme et image, Cahier Espaces no 31, Ed. ESPACES Tourisme&Loisirs PERREIRA J.L (2002), L impact des festivals sur la fréquentation touristique- L exemple du Gers, in Evénements, Tourisme et loisirs Cahier Espaces no 74, Ed. ESPACES Tourisme&Loisirs PICHARD J.P, (1993) France Festival pour une promotion internationale commune, in Festival, création, tourisme et image, Cahier Espaces no 31, Ed. ESPACES Tourisme&Loisirs PORTE DU THEIL G. (2002), La création d un événement un métier et des savoir-faire, in Evénements, Tourisme et loisirs, Cahier Espaces no 74, Ed. ESPACES Tourisme&Loisirs ROBILLARD C., (1993) Comment monter un festival?, in Festival, création, tourisme et image, Cahier Espaces no 31, Ed. ESPACES Tourisme&Loisirs THIBAUT A.M, (1993) Objet de passion ou enjeu de pouvoirs?, in Festival, création, tourisme et image, Cahier Espaces no 31, Ed. ESPACES Tourisme&Loisirs VALENCHON E. /SNEED E., (1993) L apport d un festival à l économie locale, in Festival, création, tourisme et image, Cahier Espaces no 31, Ed. ESPACES Tourisme&Loisirs ETUDES/COLLOQUES: COMITE DEPARTEMENTAL DU TOURISME 13, (2003) La clientèle touristique dans les Bouchesdu-Rhône, étude réalisé par la Comité départemental du tourisme des Bouches-du-Rhône COMITE DEPARTEMENTAL DU TOURISME 13 (2009) Le tourisme secteur clé du département, 3 ème Schéma départemental de développement du tourisme et des loisirs réalisé par le CDT des Bouches-du-Rhône COMITE DEPARTEMENTAL DU TOURISME PACA Schéma régional de développement touristique FRANCE FESTIVALS (2003) La musique a-t-elle besoin des festivals?, Actes du colloque du novembre 2003, à l Abbaye de Royaumont, Val-d Oise, Ed. La Scène-Magazine des professionnels du spectacle, Paris, p.g 5-7 FRANCE FESTIVALS (2006) Les nouveaux territoires des festivals, Actes du colloque du novembre 2007, à l Abbaye de l Epau à Mans, Ed. La Scène-Magazine des professionnels du spectacle, Paris, pg.6-10, 19, 62 FRANCE FESTIVALS (2009) Les publics des Festivals, Synthèse du Colloque du novembre 2009 à Montpellier, France Festivals IPSOS PUBLIC AFFAIRES/MAISON DE LA FRANCE (2007), Synthèse de l Analyse de l image touristique de la France et de son positionnement à l étranger, pg.3 MINISTERE DE LA CULTURE&DE LA COMMUNICATION ( ), Les pratiques culturelles des Français à l ère numérique, éléments de synthèse, pg.10 NEGRIER E. & JOURDA M.T, Les nouveaux territoires des festivals, un état des lieux pour la musique et la danse, Rapport pour France Festivals, Observatoire des politiques publiques en Europe du Sud (Oppes), Montpellier, p.g 17 OFFICE DE TOURISME VILLE D ARLES Etude des publics des musées et sites de la ville d Arles, Public & Culture, Paris, décembre

92 ODIT France, Tourisme et culture, comment créer une offre et la commercialisée Guide Pratique, Août 2008 Bilans/Etudes des Publics FESTIVAL LES RENCONTRES D ARLES, Etude des Publics 2008/2009 à demander auprès du festival FESTIVAL LES RENCONTRES D ARLES Rapport d activités 2006/2007/2008/2009 à demander auprès du festival FESTIVAL ARELATE, Bilan 2008/2009 à demander auprès du festival OFFICE DE TOURISME VILLE D ARLES Bilan fréquentation 2007, COMITE DEPARTEMENTAL DU TOURISME 13 Bilan fréquentation Autres documents SERVICE DU PATRIMOINE DE LA VILLE D ARLES, Mise en révision du secteur sauvegarder de la ville d Arles, présentation du projet, fiche à télécharger sur consulté le 30 août 2010 INSEE, Populations fragilisées à Arles et Tarascon, Rapport d'étude n 29 - Mars 2010, p.g. 8,20 FESTIVAL ARELATE, Charte du festival WEBOGRAPHIE

93 SITES INTERNET CONSULTES ARLES/TOURISME/REGION Site du patrimoine de la ville d Arles Site officiel de la mairie de la ville d Arles Le blog des actualités de la ville d Arles Office de tourisme d Arles Site du Reserve naturel du Marais du Vigueirat Site officiel du Parc naturel régional de Camargue Site du Tourisme des Bouches-du-Rhône Site du Comité Départemental du Tourisme de la région PACA Site du Comité Régional du Tourisme de PACA Site du Comité Régional du Tourisme de Vaucluse Agence régionale du patrimoine PACA Direction régional des Affaires Culturelles PACA Site officiel de Marseille-Provence 2013 FESTIVALS Agence de Communication Claudine Colin, chargé de la communication du Festival Site officiel de l Ecole National Supérieure de la Photographie d Arles / Site officiel du festival Les Suds Arles Site officiel du festival Arelate Festival Tarraco Viva Site du Festival d Avignon Festival Aix-en Provence Festival Photojournalisme à Perpignan MUSEES /ASSOCIATIONS CULTURELLES/ETABLISSEMENTS EDUCATIFS D ARLES Musée Réattu Musée Départemental d Arles Antique Musée Arlaten 92

94 Site de l Harmonia Mundi Site des Editions Actes Sud Site de l Association du Mejan Site de Supinfocom, École d enseignement supérieur spécialisée en infographie 3D Site IUT Arles AUTRES Site de France Festivals, association des Festivals de musique Site du Zone Franche, Réseau des Musiques du Monde Maison Européenne de la photographie Galerie Jeu du Paume 93

95 ENTRETIENS Alice MARTIN, administratrice général, Festival Les Rencontres d Arles, entretien réalisé le 26 juillet 2010, au bureau du festival à Arles. Isabelle SAUSSOL-GUIGNARD, responsable des projets pédagogiques, Festival Les Rencontres d Arles, entretien réalisé le 29 juin 2010, au bureau du festival à Arles. Monique LOPEZ, responsable formation des agents d accueil, Festival Les Rencontres d Arles, 16 juin 2010, au bureau du festival à Arles Florence ROUMY, responsable Communication &Presse, Festival Les SUDS Arles, entretien téléphonique réalisé le 3 août Emmanuelle CARRIE, responsable communication et coordination, Festival ARELATE, entretien réalisé le 4 août 2010, au bureau de l Association Arelate, à Arles. Francine RIOU, directrice adjointe, Office de Tourisme de la ville d Arles, questions répondues par le 6 août Françoise PANSIER, service groupes/visites guidée, Office de Tourisme de la ville d Arles, questions répondues par le 20 août Odile CAYLOUX, animatrice du patrimoine de la ville d Arles, Service du Patrimoine, entretien réalisé le 17 mars 2010 au Service du patrimoine de la ville d Arles, Arles Claire NYS, responsable vie étudiante à l Antenne Universitaire de la ville d Arles, coproductrice du festival, entretien réalisé le 4 juin 2010, à Arles. 94

96 LISTE D ANNEXES 1. Les 36 communes du Pays d Arles 2. Le Crau 3. Les principales fêtes d Arles 4. Le secteur sauvegardé 5. Répartition du public français du festival des Rencontres d Arles 6. Choix de visite après les Rencontres d Arles (étude des publics 2009) 7. Questionnaire de l étude du public

97 ANNEXES Annexe 1. Les 36 communes du pays d Arles 96

98 Annexe 2. Le Crau 97

99 Annexe 3 Agenda des principales manifestations d ARLES Pâques : Feria pascale 1er mai : Fête des Gardians et tous les 3 ans élection de la Reine d Arles Début mai : Festival européen de la photo de nu Mi-mai : Jazz in Arles Début juillet : Les Fêtes d Arles (pegoulado, fête du costume et cocarde d or) Début juillet : Les Rencontres d Arles (Rencontres internationales de la photographie) Mi juillet : Les Suds à Arles, (musiques du monde) et les escales du Cargo (concerts) Fin juillet : Université d été de la radio Fin août : Arelate (journées romaines) et festival du film Peplum Mi-septembre : Feria du riz, festival du cheval et Camargue gourmande Fin septembre : Fête des prémices du riz Fin septembre : Salon des antiquités et de la brocante Fin octobre : Festival de la harpe Fin novembre : Provence Prestige Fin novembre-début janvier : Salon international des santonniers Fin décembre : Drôles de Noël 98

100 Annexe 4. Le secteur sauvegardé 99

101 Annexe 5 100

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Thème : Commercialiser la campagne : les questions de base posées aux territoires

Plus en détail

Schéma régional de développement du tourisme et des loisirs. [ pour un tourisme innovant et durable ]

Schéma régional de développement du tourisme et des loisirs. [ pour un tourisme innovant et durable ] Schéma régional de développement du tourisme et des loisirs [ pour un tourisme innovant et durable ] Sommaire Un véritable enjeu Construire un tourisme innovant et durable Engager une démarche participative

Plus en détail

LES CONSEILS DE DEVELOPPEMENT

LES CONSEILS DE DEVELOPPEMENT LES CONSEILS DE DEVELOPPEMENT DU PAYS DʹAIX DU PAYS DʹAUBAGNE DE MARSEILLE ET DE LʹETOILE PROVENCE METROPOLE Le 1 er juillet 2010 Dans un contexte social et économique soumis aux bouleversements liés à

Plus en détail

Spectacle Théâtre Perpective Antique aérienne d'arles. ServicePatrimoine Arles.

Spectacle Théâtre Perpective Antique aérienne d'arles. ServicePatrimoine Arles. Spectacle Théâtre Perpective Antique aérienne d'arles. ServicePatrimoine Arles. 2 La Région Provence-Alpes-Côte d Azur offre à ses habitants comme à ses visiteurs une diversité de patrimoines ainsi que

Plus en détail

Structure du dossier de candidature. Destinations européennes d Excellence en Wallonie 2015. Tourisme & Gastronomie locale

Structure du dossier de candidature. Destinations européennes d Excellence en Wallonie 2015. Tourisme & Gastronomie locale Structure du dossier de candidature Destinations européennes d Excellence en Wallonie 2015 Tourisme & Gastronomie locale 1. ÉLIGIBILITÉ DANS CE DOSSIER, JE Démontre en quelques lignes au jury que ma destination

Plus en détail

Plan. stratégique 2015-2020

Plan. stratégique 2015-2020 Plan stratégique 2015-2020 Table des matières 1 2 3 5 Mot du recteur par intérim Mission Vision Valeurs Enjeu 1 Leadership et positionnement Enjeu 2 Études et formations distinctives 7 9 11 13 Enjeu 3

Plus en détail

QU EST-CE QU UN PARC NATUREL RÉGIONAL

QU EST-CE QU UN PARC NATUREL RÉGIONAL QU EST-CE QU UN PARC NATUREL RÉGIONAL Les Parcs naturels régionaux, institués il y a maintenant 40 ans, ont pour objectif de protéger le patrimoine naturel et culturel remarquable d'espaces ruraux de qualité

Plus en détail

Le 3 e cycle professionnel Conduite de projets culturels

Le 3 e cycle professionnel Conduite de projets culturels Le e cycle professionnel Conduite de projets culturels Une formation professionnalisante en 1 an après un master 1 ou dans le cadre d une reconversion professionnelle. Un titre certifié par l Etat au niveau

Plus en détail

Structures porteuses du Pôle-relais : www.pole-lagunes.org

Structures porteuses du Pôle-relais : www.pole-lagunes.org Structures porteuses du Pôle-relais : www.pole-lagunes.org APPEL A PROJET JOURNEES EUROPEENNES DU PATRIMOINE 2015 «Le patrimoine du XXIè siècle, une histoire d avenir» En Languedoc-Roussillon, Provence-Alpes-Côte

Plus en détail

plan du chapitre L'approche intégrée et multisectorielle NIVEAU I VII.1

plan du chapitre L'approche intégrée et multisectorielle NIVEAU I VII.1 CHAPITRE VII L'approche intégrée et multisectorielle NIVEAU I plan du chapitre Diapo 1 L approche intégrée et multisectorielle Niveau I Diapo 2 Deux traditions méthodologiques Niveau II Diapo 3 Le tout

Plus en détail

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire PROJET D ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE OCTOBRE 2014 TABLE DES MATIÈRES POURQUOI UN ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE?...

Plus en détail

APPEL A LA RECONNAISSANCE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL EN BRETAGNE

APPEL A LA RECONNAISSANCE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL EN BRETAGNE 1 APPEL A LA RECONNAISSANCE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL EN BRETAGNE Nous, signataires, acteurs culturels en Bretagne, individuels et associations, demandons aux élus et institutionnels de soutenir

Plus en détail

Des villas maritimes romaines à la villégiature contemporaine

Des villas maritimes romaines à la villégiature contemporaine Département des conservateurs Formation permanente Des villas maritimes romaines à la villégiature contemporaine Les 15, 16, 17 et 18 septembre 2015 Programme prévisionnel susceptible de modifications

Plus en détail

PRÉ-PROGRAMME. Les rendez-vous d affaires et de coopération hospitalière du bassin méditerranéen. www.hopitalexpomed.com. héral UNE MANIFESTATION

PRÉ-PROGRAMME. Les rendez-vous d affaires et de coopération hospitalière du bassin méditerranéen. www.hopitalexpomed.com. héral UNE MANIFESTATION PRÉ-PROGRAMME Les rendez-vous d affaires et de coopération hospitalière du bassin méditerranéen UNE MANIFESTATION EN ASSOCIATION AVEC EN PARTENARIAT AVEC UNE ORGANISATION FÉDÉRATION HOSPITALIÈRE DE FRANCE

Plus en détail

Intervention au Colloque international Euro-Méditérranée, Toulon 20 et 21 novembre 2007

Intervention au Colloque international Euro-Méditérranée, Toulon 20 et 21 novembre 2007 Intervention au Colloque international Euro-Méditérranée, Toulon 20 et 21 novembre 2007 M le Président directeur général de l Ifremer, M. le Directeur de l INSU, Mesdames et Messieurs les délégués nationaux

Plus en détail

- DOSSIER RESSOURCE -

- DOSSIER RESSOURCE - COREPS - Groupe de travail n 1 CRÉATION / PRODUCTION / DIFFUSION Réunion n 1-16 décembre 2011 - DRAC de Basse-Normandie - DOSSIER RESSOURCE - Documents en lien avec la réflexion sur la thématique Charte

Plus en détail

Élèves conservateurs territoriaux

Élèves conservateurs territoriaux www.inet.cnfpt.fr L Institut national des études territoriales (INET) est une structure déconcentrée du Centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT). L INET a la charge de l organisation,

Plus en détail

Arles Votre événement aux couleurs du Sud

Arles Votre événement aux couleurs du Sud Arles Votre événement aux couleurs du Sud C o n g r è s S é m i n a i r e s S a l o n s É v é n e m e n t s 1 votre événement aux couleurs du sud Ville de lumière nichée au cœur de la Provence et ancrée

Plus en détail

VII RÉUNION DES MINISTRES DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM DÉCLARATIONS FINALES

VII RÉUNION DES MINISTRES DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM DÉCLARATIONS FINALES VII RÉUNION DES MINISTRES DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM DÉCLARATIONS FINALES 1. L agriculture et la pêche sont des secteurs essentiels pour le développement social et économique

Plus en détail

La Camargue. Géographie, réglementation et institution. Première partie : Le cadre géographique et patrimonial

La Camargue. Géographie, réglementation et institution. Première partie : Le cadre géographique et patrimonial La Camargue Géographie, réglementation et institution Première partie : Le cadre géographique et patrimonial Définition du territoire La Camargue est un territoire constitué par le delta du Rhône au sens

Plus en détail

Plan de l intervention

Plan de l intervention Plan de l intervention I : Carte d identité du Pays Cathare II : Contexte de la marque : un programme à trois dimensions : Le Pays Cathare III : La marque Pays Cathare/Sud de France IV : Plus value de

Plus en détail

Commune de Cuers Révision du Plan d Occupation des Sols Elaboration du PLU Projet d aménagement et de développement durables

Commune de Cuers Révision du Plan d Occupation des Sols Elaboration du PLU Projet d aménagement et de développement durables Commune de Cuers Révision du Plan d Occupation des Sols Elaboration du PLU Projet d aménagement et de développement durables REUNION PUBLIQUE // 17 DECEMBRE 2014 Urbaniste : Cabinet Luyton / BET Environnement

Plus en détail

Les racines de l entreprise sont ses valeurs, qui donnent un sens à son développement. Guy Finley

Les racines de l entreprise sont ses valeurs, qui donnent un sens à son développement. Guy Finley Les racines de l entreprise sont ses valeurs, qui donnent un sens à son développement Guy Finley -2- Le patrimoine immatériel de votre entreprise : ses valeurs. Dans un monde en crise où la concurrence

Plus en détail

Le Caducée. Résidence Etudiante et Jeunes Actifs

Le Caducée. Résidence Etudiante et Jeunes Actifs Le Caducée Résidence Etudiante et Jeunes Actifs Présentation de Tours 3 Présentation du programme 6 Terrain et environnement 9 Situation 10 Tours est une cité dont la préservation du patrimoine est une

Plus en détail

Enquête sur nos clientèles touristiques

Enquête sur nos clientèles touristiques Dossier de presse 2012 : P.Leroux Provence-Alpes-Côte d Azur Enquête sur nos clientèles touristiques Sommaire Origine géographique, comportement, dépenses des touristes 3 Enquête mode d emploi 4 1./ Quel

Plus en détail

Enseignement supérieur Recherche

Enseignement supérieur Recherche Enseignement supérieur Recherche Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 61 CADRE DE DIRECTION EN ÉTABLISSEMENT D ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE RECHERCHE Code : RCH01 Cadre de direction

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Gestion territoriale du développement durable

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Gestion territoriale du développement durable www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Gestion territoriale du développement durable Former des cadres à la conception et la gestion de projets sur le territoire Le master intégre les critères de durabilité

Plus en détail

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE Le regroupement du Palais de la découverte et de la Cité des sciences et de l industrie en un seul établissement apporte les atouts

Plus en détail

Par conséquent, nous avons défini ce que serait la mission de cette politique :

Par conséquent, nous avons défini ce que serait la mission de cette politique : Mesdames et messieurs les Représentants des média, Chers partenaires des milieux culturels, Je suis heureuse de vous présenter aujourd hui la proposition de politique de développement culturel de la Ville

Plus en détail

MASTER MANAGEMENT PUBLIC

MASTER MANAGEMENT PUBLIC MASTER MANAGEMENT PUBLIC - MASTER 1 : Management public environnemental - MASTER 2 : anagement euro-méditerranéen et développement durable couvmasters_a5_01.indd 1 17/01/12 10:08 Le Management Public et

Plus en détail

Bureau D Accueil des Artistes et Professionnels Etrangers (BAAPE)

Bureau D Accueil des Artistes et Professionnels Etrangers (BAAPE) Bureau D Accueil des Artistes et Professionnels Etrangers (BAAPE) Février 2008 SOMMAIRE Communiqué de presse de synthèse... 3 1. Le Bureau d accueil des Artistes et Professionnels Etrangers (BAAPE)........

Plus en détail

DORDOGNE-PERIGORD. Le label d excellence

DORDOGNE-PERIGORD. Le label d excellence DORDOGNE-PERIGORD Le label d excellence Les Gîtes de France, c est la force d un réseau bien établi et bien structure, qui oeuvre depuis 55 ans au service des propriétaires et des clients : Premier réseau

Plus en détail

CAPURBA 2015, ÉVÈNEMENT FÉDÉRATEUR POUR

CAPURBA 2015, ÉVÈNEMENT FÉDÉRATEUR POUR DU 02 AU 04 JUIN 2015 LYON EUREXPO FRANCE www.capurba.com AU CŒUR DES VILLES INTELLIGENTES & INNOVANTES Parce que la ville a laissé place à la Smart City, le salon CapUrba propose une réflexion globale

Plus en détail

Mettre la culture au cœur des politiques de développement durable

Mettre la culture au cœur des politiques de développement durable Déclaration de Hangzhou Mettre la culture au cœur des politiques de développement durable Adoptée à Hangzhou, République populaire de Chine, le 17 mai 2013 Nous, les participants réunis à Hangzhou à l

Plus en détail

Intervention d'anne-marie SACQUET, directrice générale du Comité 21, à la plénière d'ouverture : Les grands enjeux

Intervention d'anne-marie SACQUET, directrice générale du Comité 21, à la plénière d'ouverture : Les grands enjeux Intervention d'anne-marie SACQUET, directrice générale du Comité 21, à la plénière d'ouverture : Les grands enjeux Les grands enjeux de la vie durable Pour les grands enjeux de la vie durable, je vais

Plus en détail

Appel à idées innovantes et créatives. 2014, l Agence Eco donne carte blanche à Secrets de Vienne

Appel à idées innovantes et créatives. 2014, l Agence Eco donne carte blanche à Secrets de Vienne Appel à idées innovantes et créatives 2014, l Agence Eco donne carte blanche à Secrets de Vienne PARTAGEONS NOS SECRETS DE VIENNE, VENEZ CO-CONSTRUIRE L OFFRE TOURISTIQUE DE DEMAIN! Vous connaissez tous

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Aménagement et gestion des équipements, sites et territoires touristiques (AGEST)

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Aménagement et gestion des équipements, sites et territoires touristiques (AGEST) www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Aménagement et gestion des équipements, sites et territoires touristiques (AGEST) Manager les territoires et leurs composantes touristiques Cette formation est positionnée

Plus en détail

P L AT E - F O R M E C O O P É R AT I O N E T T O U R I S M E R E S P O N S A B L E

P L AT E - F O R M E C O O P É R AT I O N E T T O U R I S M E R E S P O N S A B L E P L AT E - F O R M E C O O P É R AT I O N E T T O U R I S M E R E S P O N S A B L E www.cooperation-tourisme.org Un outil au service du développement territorial Échanger, partager et construire des partenariats

Plus en détail

GEOGRAPHIE Thème 4 La France et l Europe dans le monde Question 2 La France dans la mondialisation

GEOGRAPHIE Thème 4 La France et l Europe dans le monde Question 2 La France dans la mondialisation GEOGRAPHIE Thème 4 La France et l Europe dans le monde Question 2 La France dans la mondialisation Cours 3 Paris, ville mondiale I. Un rayonnement planétaire 1. Une mégapole de rang mondial Par sa population,

Plus en détail

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde Fiche prolongement 6 Du lien entre environnement et développement au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde 20% de la population mondiale consomme 87 % des ressources

Plus en détail

APPEL À PROJETS RÉGIONAL «STRUCTURATION TOURISTIQUE DES TERRITOIRES AQUITAINS»

APPEL À PROJETS RÉGIONAL «STRUCTURATION TOURISTIQUE DES TERRITOIRES AQUITAINS» APPEL À PROJETS RÉGIONAL «STRUCTURATION TOURISTIQUE DES TERRITOIRES AQUITAINS» 1/ LE CONTEXTE 1.1 VERS UNE NOUVELLE POLITIQUE TOURISTIQUE DES TERRITOIRES Le règlement d intervention 2007-2013 proposait

Plus en détail

Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011. Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement

Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011. Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011 Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement 1. La présente note d orientation a pour objet d exposer l approche plus vaste

Plus en détail

organisé par le Comité Equestre de Saumur DOSSIER MÉCÉNAT

organisé par le Comité Equestre de Saumur DOSSIER MÉCÉNAT 1 organisé par le Comité Equestre de Saumur DOSSIER MECENAT DOSSIER MÉCÉNAT Sommaire Saumur, capitale de l équitation p. 3 Le Comité Equestre de Saumur p. 3, Salon international de Saumur p. 4 Les enjeux

Plus en détail

Gestion Participative Territoriale :

Gestion Participative Territoriale : !!" #!#$ # % #% Touiza Solidarité Evaluation ex post et externe Gestion Participative Territoriale : François Durand Consultant ITG Paris Foued Chehat Expert associé 1 Le cadre de l évaluation Le projet

Plus en détail

PROJET CULTUREL D AGGLOMÉRATION

PROJET CULTUREL D AGGLOMÉRATION CONSEIL DE DÉVELOPPEMENT DURABLE DE L AGGLOMÉRATION BOULONNAISE COMMISSION CULTURE PROJET CULTUREL D AGGLOMÉRATION Constats et propositions du conseil de développement PRÉSIDENT Jean-Pierre SERGENT MEMBRES

Plus en détail

Fédération Régionale de l Hôtellerie Djerba Zarzis

Fédération Régionale de l Hôtellerie Djerba Zarzis Fédération Régionale de l Hôtellerie Djerba Zarzis 1 Présentation de l Ile de Djerba DjerbaestuneIlede514km2desuperficieetde140 kms de littoral, elle représente la porte au Sahara étant sa proximité du

Plus en détail

Création d une crèche interentreprises de 40 berceaux

Création d une crèche interentreprises de 40 berceaux Dossier de presse Exemple de crèche réalisée par la société crèche attitude Création d une crèche interentreprises de 40 berceaux Lieu : Ilot M5 - rue d Hozier Marseille (quartier Joliette) - surface 360

Plus en détail

Guide du Partenaire OFFICE DE TOURISME de LANGEAIS & CASTELVALÉRIE

Guide du Partenaire OFFICE DE TOURISME de LANGEAIS & CASTELVALÉRIE Nos valeurs Nos services Devenir partenaire Guide du Partenaire OFFICE DE TOURISME de LANGEAIS & CASTELVALÉRIE année 2015 2 SOMMAIRE Nos valeurs... Nos missions p. 3-4 L équipe associative L équipe salariée

Plus en détail

2015 1 sommaire 2 3 »»»»» 4 5 6 7 8 Total Réseau 96 membres 385 000 000 CA 2 800 emplois 9 10 11 12 13 Valorisation Pédagogique des Métiers du Patrimoine 5 eme édition en sept. 2014- mai 2015 6 professionnels

Plus en détail

Développer ses compétences croisées de production et de relations avec le public au service de projets de territoire

Développer ses compétences croisées de production et de relations avec le public au service de projets de territoire Développer ses compétences croisées de production et de relations avec le public au service de projets de territoire 10 jours de novembre 2014 à février 2015 En partenariat avec Lieux publics - Centre

Plus en détail

MASTER. Paysages Culturels UNESCO. Naturel et matériel. Master of Cultural Landscapes, parcours OMJ www.maclands.fr. Contact: contact@maclands.

MASTER. Paysages Culturels UNESCO. Naturel et matériel. Master of Cultural Landscapes, parcours OMJ www.maclands.fr. Contact: contact@maclands. + Patrimoines matériels et MASTER immatériels de la Méditerranée MACLAND-OMJ Master of Cultural Landscapes, parcours OMJ www.maclands.fr Contact: contact@maclands.fr Paysages Culturels UNESCO Naturel et

Plus en détail

Syndicat Mixte du Pays de la Provence Verte ELABORATION DE LA CHARTE DU PAYS DE LA PROVENCE VERTE

Syndicat Mixte du Pays de la Provence Verte ELABORATION DE LA CHARTE DU PAYS DE LA PROVENCE VERTE Syndicat Mixte du Pays de la Provence Verte ELABORATION DE LA CHARTE DU PAYS DE LA PROVENCE VERTE Rapport de FAT Jean Accart Septembre 2004 CNFPT ENACT DE MONTPELLIER 1 INTRODUCTION Créé en 1997, le Syndicat

Plus en détail

PRÉ-PROGRAMME. www.hopitalexpomed.com FÉDÉRATION HOSPITALIÈRE DE FRANCE

PRÉ-PROGRAMME. www.hopitalexpomed.com FÉDÉRATION HOSPITALIÈRE DE FRANCE PRÉ-PROGRAMME UNE MANIFESTATION FÉDÉRATION HOSPITALIÈRE DE FRANCE EN ASSOCIATION AVEC EN PARTENARIAT AVEC AVEC LE SOUTIEN DE UN SALON D EXPOSITION Des visiteurs professionnels du secteur de la santé Directeurs

Plus en détail

ASSISES NATIONALES DU CENTRE-VILLE DOSSIER

ASSISES NATIONALES DU CENTRE-VILLE DOSSIER 10 e ASSISES NATIONALES DU CENTRE-VILLE DOSSIER DE PRESSE MERCREDI 8 AVRIL 8H30 ASSEMBLÉE NATIONALE WWW.CENTRE-VILLE.ORG SOMMAIRE QUI SOMMES-NOUS? PAGE 1 LES 10e ASSISES NATIONALES DU CENTRE-VILLE PAGE

Plus en détail

Comment les Parcs accompagnent les changements et l innovation?

Comment les Parcs accompagnent les changements et l innovation? Comment les Parcs accompagnent les changements et l innovation? Taux de sensibilisation à la question de l accompagnement social : 85 % des 22 Parcs questionnés estiment que le développement social est

Plus en détail

GEOGRAPHIE : La France

GEOGRAPHIE : La France GEOGRAPHIE : La France [La France : ce territoire qui représente une nation et qui a ses frontières est : un ETAT 22 régions, 95 départements et 60 millions d habitants + les DOM-TOM qui ont changé de

Plus en détail

RÉSUMÉ DU PLAN STRATÉGIQUE DE RECHERCHE (2013-2018) Une culture de l excellence en recherche et en développement

RÉSUMÉ DU PLAN STRATÉGIQUE DE RECHERCHE (2013-2018) Une culture de l excellence en recherche et en développement RÉSUMÉ DU PLAN STRATÉGIQUE DE RECHERCHE (2013-2018) Une culture de l excellence en recherche et en développement La recherche à l Université Sainte-Anne L Université Sainte-Anne, par son emplacement géographique,

Plus en détail

PSADER du Haut-Bugey. du programme d actions. Comité PRADR Vendredi 7 janvier 2011

PSADER du Haut-Bugey. du programme d actions. Comité PRADR Vendredi 7 janvier 2011 PSADER du Haut-Bugey Présentation du programme d actions Comité PRADR Vendredi 7 janvier 2011 Territoire du Haut-Bugey Un bassin de 60 000 habitants (géographiquement très concentrés) Deux «capitales»

Plus en détail

Création d un Cluster Logistique en Région Provence Alpes Côte d Azur

Création d un Cluster Logistique en Région Provence Alpes Côte d Azur C l u s t e r P a c a L o g i s t i q u e Création d un Cluster Logistique en Région Provence Alpes Côte d Azur Le Cluster Paca Logistique, candidat aux labellisations Pôle de compétitivité et PRIDES,

Plus en détail

Avec vous, pour vous. Vienne. pour. Avec vous, construisons une ville encore plus dynamique et attractive. avec Thierry Kovacs

Avec vous, pour vous. Vienne. pour. Avec vous, construisons une ville encore plus dynamique et attractive. avec Thierry Kovacs élections municipales 23 et 30 mars 2014 Avec vous, pour vous pour Vienne Chapitre 01 Avec vous, construisons une ville encore plus dynamique et attractive avec Thierry Kovacs Édito Chère Madame, Cher

Plus en détail

OBSERVATOIRE RÉGIONAL

OBSERVATOIRE RÉGIONAL OBSERVATOIRE RÉGIONAL du Commerce de proximité : l emploi et la formation en Midi-Pyrénées Document de synthèse octobre 2015 Réalisé avec le soutien de La DIRECCTE Midi-Pyrénées et la contribution de :

Plus en détail

- Titre du communiqué : PLANS ET PROJETS D ECOTOURISME EN COTE D IVOIRE - Thème correspondant : A

- Titre du communiqué : PLANS ET PROJETS D ECOTOURISME EN COTE D IVOIRE - Thème correspondant : A - Titre du communiqué : PLANS ET PROJETS D ECOTOURISME EN COTE D IVOIRE - Thème correspondant : A - * Madame ATSIN ETTI Dia 20 BP 1147 ABIDJAN 20 : Im. CCIA, 9ème étage Tél. : 20 21 53 75 / Fax : 20 22

Plus en détail

PROGRAMME DE SOUTIEN Art & Culture

PROGRAMME DE SOUTIEN Art & Culture PROGRAMME DE SOUTIEN Art & Culture TABLE DES MATIÈRES Introduction... 3 Définitions... 4 Programme d utilisation d installations.... 5 Programme de soutien financier.... 6 Programme de soutien aux projets

Plus en détail

DE MAI À OCTOBRE 2015 EN PICARDIE. Appel à partenaires. DIRCOM RÉGION PICARDIE - Photo : Ludovic Leleu / Région Picardie

DE MAI À OCTOBRE 2015 EN PICARDIE. Appel à partenaires. DIRCOM RÉGION PICARDIE - Photo : Ludovic Leleu / Région Picardie DE MAI À OCTOBRE 2015 EN PICARDIE Appel à partenaires Fiche de présentation 2/8 Présentation du projet : contexte et enjeux En 2013, le festival «Jardins en scène» est devenu «Jardins en scène, une saison

Plus en détail

«Démarche collective de management environnemental des hébergements touristiques dans le PNR de Camargue»

«Démarche collective de management environnemental des hébergements touristiques dans le PNR de Camargue» «Démarche collective de management environnemental des hébergements touristiques dans le PNR de Camargue» Mission d expertises de management environnemental CAHIER DES CHARGES Maître d ouvrage : Syndicat

Plus en détail

EXCEPTE DANS LA DESTINATION AVIGNON

EXCEPTE DANS LA DESTINATION AVIGNON Saison estivale 2015 en Vaucluse FREQUENTATION EN REPLI ANNUEL, EXCEPTE DANS LA DESTINATION AVIGNON SAISON ESTIVALE 2015 EN VAUCLUSE La saison touristique 2015 touche à sa fin et les observations convergent

Plus en détail

PROJET CULTUREL Environnement et culture scientifique DEVELOPPEMENT DURABLE,COMMERCE EQUITABLE ET CITOYENNETE

PROJET CULTUREL Environnement et culture scientifique DEVELOPPEMENT DURABLE,COMMERCE EQUITABLE ET CITOYENNETE PROJET CULTUREL Environnement et culture scientifique DEVELOPPEMENT DURABLE,COMMERCE EQUITABLE ET CITOYENNETE ANALYSE DE SITUATION : Ce projet se situe dans le prolongement des actions menées l an dernier

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Quoi? Une friche industrielle réhabilitée. Les anciens établissements Cannelle

Quoi? Une friche industrielle réhabilitée. Les anciens établissements Cannelle Quoi? Une friche industrielle réhabilitée Les anciens établissements Cannelle En 1945, la famille Cannelle, originaire du territoire de Belfort, décide de s installer en bord de Loire port des Noues, afin

Plus en détail

«Sur les traces des Romains» Printemps 2015 Arènes de Nîmes - Théâtre Antique d Orange

«Sur les traces des Romains» Printemps 2015 Arènes de Nîmes - Théâtre Antique d Orange «Sur les traces des Romains» Printemps 2015 Arènes de Nîmes - Théâtre Antique d Orange Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque Dossier de présentation Avec le soutien de la Fondation d'entreprise

Plus en détail

Hôtel de Caumont. Centre d Art - Aix-en-Provence DOSSIER DE MÉCENAT

Hôtel de Caumont. Centre d Art - Aix-en-Provence DOSSIER DE MÉCENAT Hôtel de Caumont Centre d Art - Aix-en-Provence DOSSIER DE MÉCENAT Ouverture printemps 2015 Un nouveau centre d art au cœur du patrimoine aixois Aix-en-Provence, capitale culturelle de la Provence au rayonnement

Plus en détail

Restitution Publique. Vendredi 18 avril 2008 - Ségoufielle

Restitution Publique. Vendredi 18 avril 2008 - Ségoufielle Restitution Publique Vendredi 18 avril 2008 - Ségoufielle 1 Présentation du projet Contexte Projet du Domaine d Approfondissement de l Ecole d Ingénieurs de Purpan, Toulouse (21 étudiants) Territoire du

Plus en détail

www.leguidedupatrimoine.com

www.leguidedupatrimoine.com DOLCEA La Maison de Fannie MARSEILLE Bd des Dames(13) SOMMAIRE RESIDENCE Dolcea La Maison de Fannie TOULOUSE (31) SOMMAIRE Présentation de la résidence... 4 Contrat de Réservation... 9 Bail commercial...

Plus en détail

Institut de Management Public et Gouvernance Territoriale

Institut de Management Public et Gouvernance Territoriale Institut de Management Public et Gouvernance Territoriale Master Management public Spécialité : MANAGEMENT DES ORGANISATIONS ET MANIFESTATIONS CULTURELLES www.managementpublic.univ-cezanne.fr Aix-en-Provence

Plus en détail

Paris, ville mondiale

Paris, ville mondiale Première S, géographie LMA, 2011-2012 Thème 4 La France et l Europe dans le monde Question 2 La France dans la mondialisation Paris, ville mondiale Cours 3 I Un rayonnement planétaire 1. Une mégapole de

Plus en détail

www.hubstart-paris.com

www.hubstart-paris.com www.hubstart-paris.com HUBSTART PARIS ACCÉLÉRATEUR DE RÉUSSITE Avec la démarche collective de promotion internationale sous la marque Hubstart Paris, le territoire du Grand Roissy renforce son ouverture

Plus en détail

et sociales offre cifre (3 ans) sciences humaines appel à candidature pour un doctorant en

et sociales offre cifre (3 ans) sciences humaines appel à candidature pour un doctorant en offre cifre (3 ans) appel à candidature pour un doctorant en sciences humaines et sociales proposé par le rize ville de villeurbane 23-25 rue Valentin Haüy 69100 Villeurbanne Tél. : 04 37 57 17 17 Fax

Plus en détail

Fleur PELLERIN Ministre de la Culture et de la Communication. Patrick KANNER Ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports

Fleur PELLERIN Ministre de la Culture et de la Communication. Patrick KANNER Ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports Fleur PELLERIN Ministre de la Culture et de la Communication et Patrick KANNER Ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports Grand programme de service civique dédié à la culture «Citoyens de la culture»

Plus en détail

Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016

Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016 Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016 1 Les partis pris méthodologiques Privilégier la participation active pour une co-production Sont privilégiées les approches et méthodologies

Plus en détail

DOCUMENT DE POLITIQUE EN MATIERE DE FORMATION Institut Catholique de Toulouse

DOCUMENT DE POLITIQUE EN MATIERE DE FORMATION Institut Catholique de Toulouse DOCUMENT DE POLITIQUE EN MATIERE DE FORMATION Institut Catholique de Toulouse La politique de l ICT en matière de formation s articule autour de plusieurs axes : 1. Elargissement de l offre de formation

Plus en détail

Objet : Appel à participation / Festival 2 Pays, Samedi 14 et Dimanche 15 septembre 2013, à Baccarat

Objet : Appel à participation / Festival 2 Pays, Samedi 14 et Dimanche 15 septembre 2013, à Baccarat Objet : Appel à participation / Festival 2 Pays, Samedi 14 et Dimanche 15 septembre 2013, à Baccarat Madame, Monsieur, «Territoires 2 vie, territoires d initiatives» est un projet de coopération lancé

Plus en détail

conseil de la vie étudiante

conseil de la vie étudiante dossier de PRESSE 16 février 2012 conseil de la vie étudiante Les étudiants ont la parole! CONTACT PRESSE Agnès BARANGER 03 83 91 84 25 / 06 21 90 53 00 agnes.baranger@grand-nancy.org Les enjeux du développement

Plus en détail

Déclaration de Paris Sur le patrimoine comme moteur du développement Adoptée à Paris, siège de l UNESCO, le jeudi 1 er décembre 2011

Déclaration de Paris Sur le patrimoine comme moteur du développement Adoptée à Paris, siège de l UNESCO, le jeudi 1 er décembre 2011 Déclaration de Paris Sur le patrimoine comme moteur du développement Adoptée à Paris, siège de l UNESCO, le jeudi 1 er décembre 2011 Préambule Les 1 150 participants de 106 pays réunis à Paris, au siège

Plus en détail

LA VALORISATION ECONOMIQUE des PATRIMOINES PATRIMOINES. Un nouveau modèle pour notre territoire LEADER THUR DOLLER 2009-2015

LA VALORISATION ECONOMIQUE des PATRIMOINES PATRIMOINES. Un nouveau modèle pour notre territoire LEADER THUR DOLLER 2009-2015 LEADER THUR DOLLER 2009-2015 1. UTILISER LES RICHESSES DE NOTRE TERRITOIRE POUR CONSTRUIRE NOTRE AVENIR LA VALORISATION ECONOMIQUE des PATRIMOINES Un nouveau modèle pour notre territoire 2. INNOVER POUR

Plus en détail

Analyse des sites potentiels pour les futures gares de la LGV PACA. Aire toulonnaise

Analyse des sites potentiels pour les futures gares de la LGV PACA. Aire toulonnaise Groupe de travail «LGV PACA - Analyse fonctionnelle» Réunion du 25 juin 2007 Analyse des sites potentiels pour les futures gares de la LGV PACA Aire toulonnaise 1 L aire toulonnaise : organisation territoriale

Plus en détail

Le taux de création et de survie des entreprises par zone d emploi

Le taux de création et de survie des entreprises par zone d emploi Thème : Société de la connaissance et développement socio-économique Orientation : S adapter aux changements structurels de l économie et répondre aux défis de la mondialisation Le taux de création et

Plus en détail

LES PRINCIPES ET VALEURS ESSILOR

LES PRINCIPES ET VALEURS ESSILOR LES PRINCIPES ET VALEURS ESSILOR Essilor International 147, rue de Paris 94220 Charenton-le-Pont, France www.essilor.com Conception et réalisation : lilcreative les PrInCIPes et Valeurs essilor 2 FACILITER

Plus en détail

Énoncé de mission du Théâtre de la Ville

Énoncé de mission du Théâtre de la Ville Énoncé de mission du Théâtre de la Ville Août 2006 Théâtre de la Ville août 2006 page 1 1. ENONCE DE MISSION DU TDLV VERSION 2006 1.1 Les idées maîtresses L énoncé de mission d une organisation devrait

Plus en détail

L IFAC. Projet associatif. Le chant choral en partage, en dialogue et en action

L IFAC. Projet associatif. Le chant choral en partage, en dialogue et en action L IFAC Projet associatif Le chant choral en partage, en dialogue et en action Contexte La pratique du chant choral en France est caractérisée par une diversité remarquable héritée de sa trajectoire historique.

Plus en détail

Plan Local d Urbanisme

Plan Local d Urbanisme Plan Local d Urbanisme 2 ème Révision approuvée le 15 décembre 2005 1 ère Modification et Révision simplifiées approuvées le 21 décembre 2006 2 ème Modification approuvée le 20 mars 2009 3 ème MODIFICATION

Plus en détail

CENTER PARCS Les retombées de l implantation du Domaine des Trois- Forêts

CENTER PARCS Les retombées de l implantation du Domaine des Trois- Forêts CENTER PARCS Les retombées de l implantation du Domaine des Trois- Forêts AVRIL 2011 Service Infoeco-Fichier-Tic 10/12 avenue Foch - BP 70330-57016 METZ CEDEX Tél. : 03 87 52 31 00 - Fax : 03 87 52 31

Plus en détail

Livre blanc des territoires girondins Diagnostic Contribution de la commune de Lacanau

Livre blanc des territoires girondins Diagnostic Contribution de la commune de Lacanau Livre blanc des territoires girondins Diagnostic Contribution de la commune de Lacanau Dans le cadre du diagnostic réalisé par les services du Conseil départemental sur le territoire médocain, la commune

Plus en détail

Feuille de route vers une Stratégie européenne pour la culture à l ère numérique

Feuille de route vers une Stratégie européenne pour la culture à l ère numérique Feuille de route vers une Stratégie européenne pour la culture à l ère numérique Objet Contenu Calendrier 1. Stratégie culturelle et Europe 2020 Élaborer une stratégie européenne pour la culture à l ère

Plus en détail

Contribution pour le développement de l éducation artistique et culturelle

Contribution pour le développement de l éducation artistique et culturelle Contribution pour le développement de l éducation artistique et culturelle Mener une politique culturelle favorisant l éducation artistique pour les jeunes suppose l inscription de cette action en lien

Plus en détail

APFP. Les Pays, moteurs de stratégies de développement territorial et de gouvernance locale. Contribution de l Association de

APFP. Les Pays, moteurs de stratégies de développement territorial et de gouvernance locale. Contribution de l Association de Mars 2012 cahier d acteurs Association de Promotion et de Fédération des Pays APFP APFP Pays / Territoires de projet Contribution de l Association de Promotion et de Fédération des Pays dans le cadre des

Plus en détail

Le pôle métropolitain

Le pôle métropolitain Le pôle métropolitain Lyon Bourgoin-Jallieu Vienne Saint-Étienne Pourquoi faire un pôle métropolitain? Comment fonctionnera le pôle métropolitain? Pourquoi faire un pôle métropolitain? La loi du 16 décembre

Plus en détail

Le Cluster du Quartier de la création vous accompagne dans le lancement et le développement de votre entreprise. Notre offre de services

Le Cluster du Quartier de la création vous accompagne dans le lancement et le développement de votre entreprise. Notre offre de services Le Cluster du Quartier de la création vous accompagne dans le lancement et le développement de votre entreprise Notre offre de services 2 Genèse 3 Le Quartier de la Création Genèse du projet urbain Située

Plus en détail

Bibliothèque 2015. Perspectives stratégiques

Bibliothèque 2015. Perspectives stratégiques 7 octobre 2010 Bibliothèque 2015 Perspectives stratégiques Ce document a pour but de servir à tracer les perspectives d évolution de la bibliothèque pour les cinq années à venir à partir des objectifs

Plus en détail

LE DEVENIR DES DIPLOMÉS

LE DEVENIR DES DIPLOMÉS LE DEVENIR DES DIPLOMÉS Master Histoire de l art : création artistique occidentale Finalité : Recherche Situation professionnelle deux ans après l obtention d un master 2 Les enquêtes sur le devenir des

Plus en détail