MEMOIRE. L Initiative Privée comme Moteur de Développement au Bénin : Analyse et Perspectives. Florie Brisbois

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MEMOIRE. L Initiative Privée comme Moteur de Développement au Bénin : Analyse et Perspectives. Florie Brisbois"

Transcription

1 MEMOIRE P r é s e n t é e n v u e d e l ' o b t e n t i o n d u M a s t e r e n I n g é n i e u r d e g e s t i o n, f i n a l i t é s p é c i a l i s é e L Initiative Privée comme Moteur de Développement au Bénin : Analyse et Perspectives Florie Brisbois Directeur: Professeur Christian Platteau Commissaire: Professeur Ali Bayar Année académique Année académique

2 «L Afrique a une histoire. L Afrique, berceau de l humanité, a enfanté l histoire. Malgré des obstacles géants, des épreuves majeures et des erreurs tragiques, l Afrique a illustré notre aptitude au changement et au progrès : notre historicité. Mais celle-ci doit, par la conscience historique, gouverner les trois moments du temps : le passé, le présent et la projection vers l avenir C est pourquoi chaque africaine, chaque africain doit être, ici et maintenant, une valeur ajoutée.» KI-ZERBO Joseph (2007), Message à la jeunesse, Livre posthume «REPERES POUR L AFRIQUE», Panafrika - Silex - Nouvelles du Sud 2

3 Remerciements Avant tout, je tiens à remercier un certain nombre de personnes qui m ont aidé dans la réalisation de ce mémoire. Premièrement, mon directeur de mémoire, M. Christian Platteau pour son aide, sa disponibilité et ses propos rassurants lors de mes moments de doute ainsi que pour les propos passionnants qu il m a permis de recueillir en m introduisant auprès de ses connaissances. Je remercie également M. Ali Bayar pour avoir accepté d être commissaire de cette recherche. Je tiens aussi à remercier Mr Yves Mathieu pour son soutien tout au long de mon travail et ses conseils avisés. Il m a permis à plusieurs reprises de ne pas m égarer et de trouver le courage et la force de m impliquer toujours plus. Je remercie Mike Herrington, directeur exécutif du GEM consortium de m avoir autorisée à utiliser les questions du National Expert Survey pour ma collecte de données et mon analyse. Ensuite, je tiens à remercier toutes les personnes qui m ont accordé de leur temps et m ont éclairée lors de mes entretiens en Belgique, en France et au Bénin. Elles m ont offert de belles rencontres humaines et furent une source d informations et d inspiration importante. Plus particulièrement, je voudrais remercier tous les membres de l ONG Songhaï pour leur accueil chaleureux et l aide qu ils m ont apportée. Songhaï est un endroit que je n oublierai jamais, un modèle tant pour l Afrique que pour le monde entier. Je tiens également à remercier tout particulièrement M. Miskine Oumar Izzo pour son aide lors de l organisation de mon séjour au Bénin ainsi que pour le temps qu il m a accordé sur place et les personnes qu il m a permis de rencontrer. Je remercie du fond du cœur Mme Sempoux pour les contacts qu elle m a donnés, l interview qu elle m a accordée et le temps qu elle a consacré à la relecture de mon mémoire. Sans malheureusement pouvoir toutes les citer, je remercie les autres personnes qui ont répondu à mes questions. Chaque interview m a apporté une partie de la substance qui permet aujourd hui à ce mémoire d exister. Le temps qui m a été accordé est précieux et ma reconnaissance est sans limite. Enfin, je tiens à remercier ma famille pour son soutien tout au long de ces mois de recherche et d écriture. Merci de m avoir permis de repartir d un bon pied lors de mes moments de doute et d avoir consacré du temps à la relecture de mon mémoire. 3

4 Aperçu La dernière décennie a été caractérisée par une croissance robuste en Afrique. Cette croissance est, selon de nombreux experts, amenée à perdurer pour les 50 prochaines années si l Afrique sait tirer avantage des tendances démographiques, macro-économiques et structurelles qui jouent en sa faveur. Il s agit notamment de la croissance de la population active, l urbanisation, la modernisation agricole et l émergence d une classe moyenne. Au Bénin, pays étudié dans le cadre de ce travail, les mêmes tendances sont observées, bien qu on puisse se rendre compte que derrière chaque opportunité, se cache également d énormes risques. Un des risques réside par exemple dans la croissance démographique, 2,91% 1 en 2011, qui est supérieure au taux de croissance économique (taux de croissance du PIB de 2,5%) 2. Actuellement, cette situation mène à des taux élevés de chômage et surtout de sous-emploi, qui atteint 70% 3 en L urbanisation croissante, qui peut être un moteur important de la modernisation de l agriculture et de création de richesse, peut également mener à la paupérisation des zones urbaines et à la naissance de bidonvilles. La prise de conscience des risques existant derrière ces opportunités est un premier pas pour arriver à orienter les politiques de développement nationales dans la bonne direction. La plupart des ouvrages et rapports sur le développement se focalisent sur l efficacité de l aide et l analyse des barrières au développement, sans réellement accorder d attention au potentiel de l initiative privée. Dans cette étude, l ambition est d analyser comment l initiative privée permettra de saisir les opportunités nouvelles au Bénin pour accélérer le développement socio-économique du pays. L idée est que l intensification des efforts de facilitation de l initiative privée la mènera à jouer un rôle primordial dans le développement du pays. La question de recherche principale qui en découle est «Comment favoriser l émergence d initiatives privées entrepreneuriales au Bénin, qu elles soient économiques, sociales ou culturelles?». Pour répondre à cette question, la situation actuelle du Bénin dans le cadre de l initiative privée est d abord étudiée. Une carte d identité du secteur des Micros, Petites et Moyennes Entreprises (MPME) au Bénin est dressée, ainsi qu une liste des moteurs et barrières principales auxquelles elles sont confrontées. L intérêt de cette étude réside également dans les recommandations finales fournies pour améliorer l environnement de l initiative privée et lui permettre de jouer pleinement son rôle de moteur du développement. De cette question de recherche principale découlent deux sous-questions qui sont «Quel pourrait être l impact de l initiative privée sur le développement du pays?» et «Quel serait son impact sur les populations?». La volonté récente du gouvernement béninois de favoriser 1 Sur le site : consulté le 04 avril African Economic Outlook, sur le site de l African Economic Outlook, consulté le 2 mai Ministère Chargé de la Microfinance, de l Emploi des Jeunes et des Femmes (2011), Plan national d actions pour l emploi (PNAE) 4

5 l initiative privée tant comme moteur de développement que comme outil des stratégies de réduction de la pauvreté ont démontré que ces questions étaient judicieuses, bien que difficilement quantifiables. Des efforts réels sont depuis quelques années mis en œuvre pour favoriser l environnement de l initiative privée, même si la partie «analyse» de ce document permet de se rendre compte qu il reste beaucoup à faire pour le rendre réellement adapté. Les hypothèses de base de cette étude sont les suivantes : Les barrières principales à l initiative privée sont le manque d infrastructures, la réglementation non adaptée, la lourdeur des procédures, le manque d accès au financement, la formation inadaptée, le manque de sécurité juridique, le manque de transparence et de stabilité politique et le manque de soutien aux entrepreneurs. Les moteurs principaux sont le microcrédit, les structures de type associatives ou communautaires, certains organes d aide à l initiative privée et la nécessité d entreprendre pour pouvoir travailler. L initiative privée est un moteur de développement. L initiative privée a un rôle important à jouer dans la réduction de la pauvreté. Certaines catégories de la population comme les jeunes, les femmes ou encore les populations rurales font face à des barrières supplémentaires. Pour tenter de vérifier ou d infirmer ces hypothèses et pour répondre à la question de recherche principale, des entretiens semi-directifs et des entretiens basés sur le National Expert Survey (NES) développé par le Global Entrepreneurship Monitor (GEM) ont été réalisés. Au total, une trentaine d interviews d experts ont été réalisées et, parmi celles-ci, 16 ont été basées sur le questionnaire du GEM. L utilisation de ce questionnaire est l un des avantages de cette étude car, cela rend possible une analyse systématique et quantitative. Cependant, le complémenter avec des entretiens semi-directifs permettait de surmonter son principal désavantage, selon la littérature, qui est le manque d intérêt porté à l information de type qualitative. Dans la partie «analyse», les résultats de l étude sont détaillés. Premièrement, on remarque que les entreprises béninoises sont pour la plupart de petite taille. Leur capital social est faible, n atteignant pas même un million de FCFA pour 90% d entre elles (RGE, 2008). De plus, 97,3% d entre elles sont constituées sous la forme de sociétés individuelles. De ce fait, la majorité d entre-elles n a aucun employé permanent. En effet, moins de 10% des établissements ont un employé permanent (RGE, 2008). Elles sont actives dans le secteur informel (98%) ce qui explique en partie leur faible développement et sont, pour plus de 90% d entre elles, commerciales ou artisanales ce qui met l accent sur le manque de diversification de l économie béninoise. Par exemple, en 2011, seuls 0,2% des établissements béninois sont des établissements de transformation industrielle (RGE, 2011). Cette faiblesse de l industrie 5

6 est l une des caractéristiques pénalisantes de l économie béninoise qui maintient sa position de dépendance vis-à-vis de l extérieur. Cela l empêche également de créer des emplois car les secteurs peu développés comme les transports ou l industrie sont les plus formalisés et ceux qui créent le plus d emplois. Enfin, en 2011, les MPME représentent 45,5% du PIB national (RGE, 2011). Ce sont donc des acteurs économiques importants, dont le rôle pourrait être amplifié si l environnement était rendu plus favorable à l initiative privée. Différents thèmes impactant l environnement de l initiative privée sont étudiés, il s agit du financement, des réglementations gouvernementales, des programmes gouvernementaux, de l éducation et la formation, des transferts de R&D de la recherche aux entreprises, des infrastructures commerciales et de service, de l ouverture du marché, des infrastructures physiques et des normes culturelles et sociales. Parmi les nombreuses barrières qui entravent l initiative privée, les principales sont l accès au financement, les normes culturelles et l inadéquation de l éducation par rapport aux besoins du marché, et enfin les réglementations gouvernementales dont principalement le système de taxation et les lourdeurs administratives. Le financement est difficilement accessible en raison notamment des garanties importantes à fournir dont les entrepreneurs ne disposent généralement pas. Une autre raison réside dans les lourdeurs administratives qui rendent le processus d accès au financement laborieux. Les taux d intérêts sont également fort élevés en raison du manque d informations disponibles sur les antécédents de crédits. Enfin, la nonformalité des entreprises ne facilite pas l accès au crédit. Dans les hypothèses initialement définies, l accès au financement avait été omis, ce qui est une omission de taille puisque cette barrière fut citée par 75% des interviewés. De plus, le rôle de barrière des infrastructures et la stabilité politique avait été surestimé. Les autres barrières postulées comme les réglementations et les lourdeurs administratives sont vérifiées. Les femmes semblent savoir entreprendre autant que les hommes car elles représentent presque la moitié des chefs d entreprises béninois. Cependant, cette prise de position de la femme est plus courante dans le secteur informel où les femmes représentent 49,8% des chefs d entreprise que dans le secteur formel où les femmes représentent seulement 21,7% des chefs d entreprise en 2011 (RGE, 2011). Des barrières existent donc, dans le secteur formel, principalement car le niveau d éducation des femmes est plus faible. Les populations rurales font également face à des barrières supplémentaires, notamment pour l accès au crédit qui, souvent à court terme, ne convient pas à l activité agricole dont les rendements sont générés à long terme. Par ailleurs, certains moteurs de l initiative privée ont tout de même été identifiés dont les principaux sont les efforts au niveau des réglementations avec notamment la mise en place d un Guichet Unique de Formalité des Entreprises (GUFE), la volonté gouvernementale affirmée de supporter l initiative privée pour en faire un moteur du développement et les efforts mis en œuvre dans le domaine de l accès au financement. Dans l hypothèse formulée à 6

7 la base, le rôle de support joué par le microcrédit était surestimé car celui-ci n est en fait accessible qu à un nombre très limité d entrepreneurs, est cher et n est pas toujours adapté. Suite à ce diagnostic de la situation, les principales recommandations pour le futur sont liées à la facilitation de l accès au financement des MPME, notamment par le biais de la création d un fonds de garantie, la mise en place d un système d information sur les antécédents de crédits, la réforme du système foncier, la mise en place d un «kit d accompagnement d une demande de financement», la formation des membres des Institutions Financières, la mobilisation de l épargne et des investissements étrangers, la facilitation des transferts de fonds provenant de la diaspora et la création d IF spécialisées pour les PME et le secteur agricole. La réforme du système éducatif est également nécessaire car l éducation doit mener les jeunes à la recherche de l indépendance, l autonomie, la prise de risque et à avoir confiance en l autre. Les programmes scolaires doivent être revus dès le primaire pour inculquer ces valeurs et inclure au niveau secondaire des cours d entrepreneuriat. Les études universitaires doivent être revues pour mener les jeunes vers un métier et non plus uniquement vers un diplôme. À plus court terme, la propagation des politiques de support à l entrepreneuriat actuellement organisés par divers organismes tels que le CDEL est nécessaire. Ensuite, la révision du Code d Investissement est nécessaire notamment au niveau de la taxation mais également au niveau des formalités à effectuer pour créer et gérer formellement une entreprise. De plus, l amélioration de la mise en œuvre des programmes gouvernementaux est nécessaire et devrait commencer par une clarification du rôle des différents acteurs pour permettre une bonne transmission de l information et une application effective des programmes. Enfin, des changements culturels doivent être impulsés au niveau national pour favoriser l initiative privée. Les recommandations précitées sont celles à mettre en œuvre en urgence au vu de la situation actuelle du pays. Elles doivent être mises en œuvre dans le cadre d un plan de développement intégré tel que prôné au sein de l ONG Songhaï, un développement qui tirerait avantage des ressources locales pour créer une économie nationale solide, libérée de sa dépendance vis-àvis de l extérieur une économie où ce que le pays a est valorisé pour créer ce qu il veut, où «rien ne se perd tout se transforme» (Songhaï). Pour finir, il est évident qu en raison des contraintes de temps et de moyens ainsi que de l étendue du sujet, ce travail n a pas l ambition d être la référence dans le domaine mais bien d apporter un point de vue nouveau et critique sur la situation actuelle au Bénin. Si cette analyse peut mener d autres chercheurs à continuer dans la même direction et à mettre en pratique certaines des recommandations définies, alors ce travail aura atteint pleinement ses objectifs. 7

8 Liste des acronymes ANPE : Agence Nationale pour l Emploi ANPME : Agence Nationale des Petites et Moyennes Entreprises BAD : Banque Africaine de Développement BCEAO : Banque Centrale des États d Afrique de l Ouest BIT : Bureau International du Travail BM : Banque Mondiale BTP : Bâtiments et Travaux Publics BUBEDRA : Bureau Béninois des Droits d Auteurs CAPOD : Projet de renforcement des Capacités en Conception et Analyse des Politiques de Développement CCIB : Chambre du Commerce et de l Industrie CDEL : Centre de Développement Economique Local CENAPI : Centre National pour la Propriété Industrielle CEPED : Centre de Partenariat et d Expertise pour le Développement Durable CePEPE : Centre de Promotion et d Encadrement des Petites et Moyennes Entreprises CFE : Centre de Formalités des Entreprises CNSS : Caisse Nationale de Sécurité Sociale CPI : Centre de Promotion des Investissements DSDST : Direction Générale de la Stratégie et du Développement Scientifique et Technique EFC : Cadre de Conditions Entrepreneuriales EMICoV : Enquête Modulaire Intégrée sur les Conditions de Vie des Ménages FAO: Food and Agriculture Organisation FAGACE : Fonds Africain de Garantie et de Coopération Economique FCFA : Francs CFA (655 FCFA =1euro en mars 2012) FIG : Fonds International de Garantie FMI : Fonds Monétaire International FNPEEJ : Fonds national de Promotion de l'entreprise et de l'emploi des Jeunes GEINDEX : Index Global de L Entrepreneuriat et du Développement GEM : Global Entrepreneurship Monitor GUFE : Guichet Unique de Formalisation des Entreprises IDA : International Dispensary Association IDH : Indice de Développement Humain IF : Institution Financière IFC: International Finance Corporation IFU : Identifiant Fiscal Unique IMF : Institut de Microfinance 8

9 INED : INSAE : MCA : MCPP : MPME : NES : NLTPS : OCDE : ODA : OIT : ONG : PADME : PAPEEJ : PAPME : PAS : PIB : PME : PNE : PNUD : ProCCI : RGE : RGPH : R&D : SCRP : TEA: TIC : UEMOA: UNDAF: WEF: Institut National des Etudes Démographiques Institut National de la Statistique et de l Analyse Economique Millenium Challenge Account Microcrédit aux Plus Pauvres Micro et Petites et Moyennes Entreprises National Expert Survey Etudes Nationales de Perspectives à Long Terme Organisation de Coopération et de Développement Économiques Official Development Assistance Organisation Internationale du Travail Organisation Non Gouvernementale Projet d Appui au Développement des micro-entreprises Projet d Appui à la Promotion de l Entreprise et de l Emploi des jeunes Projet d Appui aux Petites et Moyennes Entreprises Programmes d Ajustement Structurel Produit Intérieur Brut Petites et Moyennes Entreprises Politique Nationale de l Emploi Programme des Nations Unies pour le Développement Projet de Compétitivité et de Croissance Intégré Recensement Général des Entreprises Recensement Général de la Population et de l Habitation Recherche et Développement Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté Total Entrepreneurial Activity Technologies de l Information et de la Communication Union Economique et Monétaire Ouest Africaine United Nations Development Assistance Framework World Economic Forum 9

10 Table des matières REMERCIEMENTS... 3 APERÇU... 4 LISTE DES ACRONYMES... 8 PARTIE I : INTRODUCTION CHAPITRE 1 : PRÉFACE CHAPITRE 2 : CONTEXTE CHAPITRE 3 : BREF HISTORIQUE CHAPITRE 4 : PROBLÉMATIQUE Section 1: Des contextes nationaux dans ce contexte global Section 2: Un nouveau moteur Section 3 : Précision de la problématique Justification du choix du pays L initiative étudiée Section 4 : La situation socioéconomique au Bénin Bref historique de la libéralisation à nos jours Situation actuelle L initiative privée au centre des débats CHAPITRE 5 : QUESTION DE RECHERCHE Section 1 : Chemin vers la définition de la question de recherche Section 2 : Définition et opérationnalisation des principaux termes utilisés CHAPITRE 6 : HYPOTHÈSES CHAPITRE 7 : ANALYSE DE LA LITTÉRATURE Section 1 : Considérations préalables Section 2 : La littérature sur le développement Qu est-ce que le développement? Les causes du «sous-développement» selon les économistes modernes Les solutions proposées La place de l initiative dans la littérature sur le développement Section 3 : La littérature sur l entrepreneuriat et l initiative L entrepreneuriat et la croissance économique L entrepreneuriat et le développement économique La croissance et la réduction de la pauvreté Section 4 : Conclusion de l analyse de la littérature PARTIE II : MÉTHODOLOGIE CHAPITRE 8 : PRÉSENTATION DE LA MÉTHODOLOGIE Section 1 : Gestion du temps et de la méthode Section 2 : Cadre théorique Section 3 : Le choix du type de recherche Section 4 : Les outils de la collecte de données Introduction L analyse de la littérature

11 4.3 Les ouvrages méthodologiques L analyse des rapports Les articles scientifiques Le National Expert Survey du GEM L interview L interview semi-directive La grille de questions d interview Le déroulement pratique des entretiens Les interviews initiales Les interviews d experts Les interviews au sein de l ONG Songhaï L utilisation d un carnet de note/ journal de recherche Un relevé photographique et des enregistrements audio CHAPITRE 9 : PRÉSENTATION DE L ÉCHANTILLON Section 1 : Introduction Section 2 : Les experts rencontrés en Belgique Section 3 : Les experts rencontrés au Bénin Au sein de l ONG Songhaï À Cotonou Section 4: Conclusion sur l échantillon PARTIE III : MÉTHODE DE TRAITEMENT ET D ANALYSE DES DONNÉES CHAPITRE 10 : PRÉSENTATION DE LA MÉTHODE DE TRAITEMENT DES DONNÉES PARTIE IV. PRÉSENTATION DES RÉSULTATS CHAPITRE 11 : PRÉSENTATION DE L ANALYSE ET DES RÉSULTATS Section 1 : carte d identité du Bénin dans le cadre de l initiative privée Des sociétés individuelles, peu diversifiées, informelles et de petite taille Des entreprises offrant peu de débouchés à la jeunesse béninoise L initiative privée pour saisir les multiples opportunités existantes Conclusion sur la situation actuelle de l initiative privée au Bénin Section 2 : Les barrières et moteurs de l initiative privée Financement Statistiques et interprétations Les sources de financement existantes La facilité à obtenir du financement Les obstacles à l obtention de financement La demande excessive de garanties Les lourdes formalités administratives Les taux d intérêts L ampleur du secteur informel Pistes pour améliorer la situation Mobiliser l épargne et des investissements étrangers Financer plus particulièrement les jeunes et les femmes Profiter des liens avec la diaspora

12 2.2 Réglementations gouvernementales Statistiques et interprétations Le support à l entrepreneuriat Les formalités de création d une entreprise La lourdeur administrative Le système de taxation Le système juridique Programmes gouvernementaux Statistiques et interprétations Le manque d information sur les programmes gouvernementaux Les programmes gouvernementaux existants L efficacité du support La nécessité de mettre en place un programme de développement intégré Education et formation Statistiques et interprétations Des programmes scolaires inadaptés Réformer l enseignement Une prise de conscience récente et des améliorations embryonnaires Transferts de R&D Statistiques et interprétations La fréquence des transferts de R&D L intérêt des consommateurs pour l innovation La confiance vis-à-vis du respect des droits de propriété intellectuelle Infrastructures commerciales et de services Statistiques et interprétations Ouverture du marché Statistiques et interprétations Les opportunités de création d entreprise La faciliter à entrer dans de nouveaux marchés et l évolution des marchés Infrastructures physiques Statistiques et interprétations Normes culturelles et sociales Statistiques et interprétations L impact de la culture béninoise sur l initiative privée L image sociale de l entrepreneuriat Conditions de base pour permettre le changement Section 3 : Identification des actions prioritaires Bref rappel des barrières et moteurs principaux Les recommandations principales Section 4 : Détails de la mise en œuvre Section 5 : Impact sur la croissance et le développement PARTIE IV. CONCLUSION CHAPITRE 12: RETOUR SUR LA PROBLÉMATIQUE, QUESTION DE RECHERCHE, HYPOTHÈSES 113 CHAPITRE 13 : LIMITES ET PISTES DE RECHERCHES COMPLÉMENTAIRES

13 Introduction Les biais côté enquêteur Biais du côté des enquêtés Les biais liés aux méthodes d enquêtes Pistes de recherche complémentaires PARTIE V. BIBLIOGRAPHIE MONOGRAPHIES OUVRAGES COLLECTIFS ARTICLES SCIENTIFIQUES ET DOCUMENTS DE RECHERCHE MÉMOIRES ET THÈSES DE DOCTORAT SOURCES INTERNET VIDÉOS/BANDES AUDIO/ CONFÉRENCES BASES DE DONNÉES STATISTIQUES PRESSE ÉCRITE COURS OUVRAGES ET ARTICLES DE MÉTHODOLOGIE ETUDES ET PUBLICATIONS OFFICIELLES LOIS, CHARTES ET CONVENTION INTERVIEWS QUESTIONNAIRES NATIONAL EXPERT SURVEY PARTIE VI. ANNEXES CHAPITRE 1 : PRÉSENTATION DES OUTILS D ENQUÊTE Section 1 : Le plan de communication Section 2 : Les grilles d entretiens semi-directifs Section 3 : Le programme de rencontres à Songhaï Section 4: Questions du NES

14 Liste des tableaux Tableau 1: Proportion des interviewés ayant cité le financement parmi les barrières, moteurs et recommandations principales Tableau 2 : Taux effectif annuel du crédit type d une échéance de 12 mois au niveau de 2 imf béninoises Tableau 3 : Proportion des interviewés ayant cité les règlementations gouvernementales parmi les barrières, moteurs et recommandations principales Tableau 4 : Proportion des interviewés ayant cité les programmes gouvernementaux parmi les barrières, moteurs et recommandations principales Tableau 5 : Proportion des interviewés ayant cité l éducation et la formation parmi les barrières, moteurs et recommandations principales Tableau 6 : Proportion des interviewés ayant cité les transferts de r&d parmi les barrières, moteurs et recommandations principales Tableau 7 : Proportion des interviewés ayant cité les infrastructures commerciales et de services parmi les barrières, moteurs et recommandations principales Tableau 8 : Proportion des interviewés ayant cité l ouverture du marché parmi les barrières, moteurs et recommandations principales Tableau 9 : Proportion des interviewés ayant cité les infrastructures physiques parmi les barrières, moteurs et recommandations principales Tableau 10 : Proportion des interviewés ayant cité les normes culturelles et sociales parmi les barrières, moteurs et recommandations principales Liste des Graphiques Graphique 1 : Disponibilité des moyens financiers selon les interviewés Graphique 2 : Rôle joué par les règlementations gouvernementales dans l environnement de l initiative privée selon les interviewés Graphique 3 : Rôle joué par les programmes gouvernementaux dans l environnement de l initiative privée selon les interviewés Graphique 4 : Evaluation par les interviewés du support aux activités entrepreneuriales à forte croissance Graphique 5 : Evaluation par les interviewés du rôle joué par l enseignement dans la stimulation de l initiative privée Graphique 6 : Capacité des béninois à créer et gérer une entreprise selon les interviewés Graphique 7 : Rôle actuel joué par les transferts de r&d selon les interviewés Graphique 8 : Intérêt porté à l innovation selon les interviewés Graphique 9 : Rôle actuel joué par les droits de propriété intellectuelle selon les interviewés 96 14

15 Graphique 10 : perception des infrastructures commerciales comme support à l iniative privée selon les interviewés Graphique 11 : évaluation des opportunités de création d entreprise selon les interviewés Graphique 12 : évaluation de l ouverture du marché selon les interviewés Graphique 13 : perception des infrastructures physiques comme support à l initiative privée selon les interviewés Graphique 14 : rôle actuel des normes culturelles et sociales dans le cadre de l initiative privée Graphique 15 : l image sociale de l entrepreneuriat selon les interviewés Graphique 16: support aux femmes dans le cadre de l initiative privée selon les interviewés Graphique 17 : classement des barrières principales Graphique 18 : classement des moteurs principaux Graphique 19 : classement des recommandations principales

16 Partie I : Introduction Chapitre 1 : Préface Avant d entrer dans le vif du sujet, il semble intéressant et important de clarifier la raison du choix du sujet de l étude. Ce mémoire clôt cinq années d études d ingénieur de gestion à la Solvay Brussels School of Economics and Management (SBSEM- ULB). Ce cursus fut l occasion d approfondir de nombreuses matières et de développer des compétences variées. Cependant, au terme de celui-ci, certains thèmes restaient inexplorés. Le besoin d explorer le thème de l économie du développement, largement ignoré dans le cursus suivi, fut nourri par un intérêt très particulier pour ce domaine cependant méconnu. Rédiger un mémoire sur le développement n est pas un choix anodin. Le choix de cette direction est motivé par la volonté de contribuer à l amélioration de la situation globale, même si l écriture de ce mémoire fut surtout l occasion de découvrir sa complexité. En 2010, l année de mon entrée en Master, la réforme des programmes a entraîné la suppression de l option développement qui était jusque-là disponible, et a donc éliminé l opportunité qui se présentait auparavant d en apprendre plus sur ce domaine. C est dans le but de tout de même découvrir le domaine de l économie du développement que j ai contacté Monsieur Platteau dans le cadre de mon mémoire. Une problématique non encore explorée et pouvant être digne d intérêt fut recherchée et c est suite à ces recherches et réflexions que le thème de l initiative privée et de son lien avec le développement d une nation fut choisi. Ce choix avait l avantage de combiner une étude sur la thématique du développement avec la thématique de l entrepreneuriat, qui est l option de mon master. Suite à l approbation de ce thème par M. Platteau et M. Verstraeten, la recherche a pu commencer. Ce travail commence par une définition du contexte actuel, de la problématique précise, de la question et des hypothèses de recherche. Ensuite, il contient une analyse de la littérature dont le but est d évaluer et de comparer la position de nombreux auteurs quant à cette problématique. La méthodologie de recherche et de traitement des données utilisée est alors définie. Enfin, l analyse des données permet de vérifier ou d infirmer les hypothèses de base et de répondre à la question de recherche définie initialement. 16

17 Chapitre 2 : Contexte On a observé au cours de ces 10 dernières années des taux de croissance importants en Afrique (African Economic Outlook ). Cette croissance est vouée à perdurer plusieurs décennies selon de nombreux analystes et apparaît alors que le contexte mondial est loin d être favorable en raison notamment des récentes crises alimentaire et financière. En effet, les pays africains ont affiché des taux de croissance record avant la crise financière, ont connu une reprise économique relativement rapide après celle-ci, et devraient atteindre une croissance économique rapide dans les années à venir. Par exemple, selon le magazine Finances et Développement, une croissance économique africaine de plus de 5% est attendue entre 2010 et 2060 (Finances & Développement, 2011). D autres experts craignent cependant qu un retournement de conjoncture ralentisse fortement la croissance qui est encore dépendante du prix des matières premières si les pays africains ne parviennent pas à diversifier leurs sources de revenus. Cependant, les bonnes performances économiques des pays exportateurs de matières premières sont également atteintes dans des pays africains peu riches en matières premières, ce qui est de bon augure pour l Afrique (Severino & Ray, 2010). D après le Rapport 2011 sur les progrès de l Afrique «Celui qu on qualifiait de continent désespéré il y a dix ans est incontestablement devenu le continent de l espoir ( )» (Africa Progress Panel, 2011, p.6). Cependant, il ne faut pas se réjouir trop tôt car, même si cette croissance attendue est une excellente nouvelle pour le continent africain, il faudra plusieurs décennies de croissance pour combattre la pauvreté actuellement très importante et il faudra mettre en place des mesures pour réduire les inégalités (Finances & Développement, 2011). De plus, bien que de nombreuses tendances pour le futur créent des opportunités pour les pays africains, elles induisent également certains risques. Plusieurs éléments semblent pouvoir jouer un rôle pour favoriser la croissance économique. C est notamment le cas de la croissance démographique rapide et de la proportion importante de jeunes en Afrique qui est supérieure à celle de tous les autres continents. D ici 2050, un quart de la population mondiale sera africaine selon l Institut National des Etudes Démographique (Afrique Avenir, 2011). En effet, d ici 2050, la population d Afrique subsaharienne devrait atteindre 1,5 à 2 milliards de personnes alors qu elle n atteignait que 770 millions d habitants en 2005 (FAO, 2009). Si l on considère la main d œuvre africaine en âge de travailler, elle atteint actuellement 500 millions de personnes et comprendra plus de 1,1 milliard de personnes en 2040 (Africa Progress Panel, 2011). Il y a actuellement en Afrique 200 millions de jeunes entre 15 et 24 ans qui représentent donc plus de 20 % de la population et 37% de la population en âge de travailler (FIJ, 2011). Cette population jeune est une opportunité pour l Afrique bien qu elle puisse être une menace si on 17

18 ne parvient pas à en tirer avantage. En effet, ces jeunes sont les principales proies du chômage puisqu ils représentent actuellement 60% du total des chômeurs. (FIJ, 2011). Ils souffrent également fortement du sous-emploi et n ont souvent pas d autre solution que de travailler pour un salaire misérable. Selon l IDA ( ), 72 % des jeunes africains sont contraints à vivre avec moins de deux dollars par jour. Si on valorisait les ressources humaines du continent et que des possibilités d emploi ou de création d entreprise étaient offertes à ces jeunes, ils pourraient représenter un moteur important de la croissance économique. En effet «l Afrique pourrait bénéficier à son tour du dividende démographique 4» (Severino & Ray, 2010, p.110). Selon un rapport récent de la Banque Africaine de développement (BAD, 2011), l Afrique pourrait devenir d ici 50 ans l une des économies les plus dynamiques mondialement si elle s en donnait les moyens en investissant dans les infrastructures et dans sa jeunesse. Le rapport estime que la production totale et celle par habitant s accroîtront de manière constante pendant 50 ans, entre 2010 et 2060 et que, en 2060, la plupart des pays africains deviendront des pays à revenus intermédiaires supérieurs (BAD, 2011). Un deuxième moteur de la croissance pourrait résider dans une meilleure valorisation des ressources naturelles du continent. En effet, l Afrique est un continent riche en ressources naturelles précieuses. Si jusqu ici les plus gros bénéficiaires de cette situation favorable n ont que rarement été les populations africaines, la situation pourrait bien évoluer et tourner à leur avantage dans le futur (BAD, 2008). La demande en matières premières est vouée à augmenter dans le futur ce qui offre de nouvelles opportunités pour le continent africain. Il est cependant nécessaire d éviter que ce potentiel d exploitation des matières premières ne ralentisse le développement des autres secteurs de l économie. C est pourquoi d importants investissements doivent être faits pour permettre à divers secteurs de se développer. L Afrique aurait besoin annuellement de 93 milliard de dollars pour remplir ses besoins en investissements (Africa Progress Panel, 2011, p.18). Sans investissements dans les différents secteurs de l économie, la dépendance de l Afrique vis-à-vis de l extérieur subsistera. Une tendance intéressante est celle des investissements directs étrangers qui ont triplé au cours de la période (Les Afriques, 2011). Ce nouvel attrait du continent pour les investisseurs étrangers est un bon signe pour le futur. Les échanges commerciaux avec les pays émergents comme la Chine, l Inde et le Brésil jouent également un rôle dans la croissance africaine. De plus, ces pays investissent en Afrique et y développent des infrastructures. Selon l IMF, le commerce avec l Inde passera de 3 milliards de dollars en 2000 à 70 milliards en 2015 et celui avec la Chine de 10 milliards en 2000 à 110 milliards en À nouveau, la relation de l Afrique avec les pays émergents serait rendue moins dangereuse si les économies africaines évoluaient vers une diversification de leur production (Finances et développement, 2011). 4 Selon Severino et Ray (2010, p.110), «le dividende démographique fait référence aux bénéfices économiques du stade de la transition démographique caractérisé par un faible taux de dépendance (nombre de jeunes et de personnes âgées qui dépendent des revenus de la population active entre 15 et 64 ans)». 18

19 D autres moteurs du développement futur sont l urbanisation croissante du continent et la densification des territoires. En effet, «lorsque les villes ne représentaient que 5 à 10% de la population, le marché urbain, souvent éloigné du lieu de production, ne constituait pas un débouché suffisamment rémunérateur pour les agriculteurs. ( ). Mais le basculement urbain nous permet aujourd hui d envisager un véritable renversement de la donne agricole africaine. ( ). La campagne subsaharienne est en voie d acquérir les moyens de sa modernisation (Severino & Ray, 2010, p.109). Le secteur agricole est un secteur qui offre des opportunités de croissance importantes pour le futur. En effet, ce secteur est actuellement sous- exploité et a été délaissé ces dernières années. La production agricole africaine a chuté de 10% alors que la production mondiale s est accrue de 145% (Finances et développement, 2011). De plus, comme Adam Smith l avait énoncé en parlant de l Angleterre, «le regroupement des populations encourage le développement du commerce et la hausse de la productivité» (Severino & Ray, p.109). La densification et l urbanisation croissante en Afrique vont donc jouer un rôle dans la croissance du continent. Cependant, encore une fois, dans cette opportunité résident de nombreux risques car l urbanisation croissante tend à amplifier la pauvreté urbaine et la naissance de bidonvilles. De plus, on voit déjà aujourd hui une classe moyenne émerger et croître en Afrique atteignant 34% de la population en 2010 (355 millions de personnes) en raison de l évolution rapide des deux dernières décennies. La classe moyenne, définie comme celle qui possède un revenu journalier se situant entre 4 et 20 dollars, atteindra 42% de la population en 2060 selon les estimations des analystes (Finances & Développement, déc. 2011). L apparition d une classe moyenne est, comme cela fut observé dans de nombreuses économies par le passé, un moteur important du développement. En effet, la classe moyenne possède un pouvoir d achat supérieur qui lui permet d augmenter son niveau de consommation et donc de stimuler l économie. Selon un rapport de McKinsey (2010), 221 millions de nouveaux africains auront accès au marché des biens de consommation de base d ici 2015 en raison notamment de la croissance du PIB par habitant et de l urbanisation croissante. De plus, si en 2010 la part de la population contrainte à vivre avec moins de 1,25 $/jour s élève encore à 44%, elle chutera pour atteindre 33% en La pauvreté va donc, selon les experts, diminuer sans toutefois disparaître dans les prochaines décennies (BAD, 2011). Elle est et restera un problème sérieux, auquel de nombreux pays africains vont devoir faire face. Le secteur public ne saurait faire face seul à ce phénomène. Le secteur privé, les ONG, les organisations locales ont un rôle important à jouer en Afrique subsaharienne pour permettre aux pays de se développer et de faire face à la pauvreté (Finances et Développement, 2011). 19

20 Cette étude vient donc s insérer à un moment clé de l histoire des pays africains. En effet, s ils trouvent les moyens de saisir les multiples opportunités qui s offrent à eux, ils pourraient bien être les pays émergents de demain. Par contre, si rien n est mis en place pour les saisir, la situation pourrait bien se détériorer pour une portion importante de la population. Cette étude envisagera l une des pistes qui permettrait à l Afrique de prendre ce virage primordial de son histoire et de sortir de sa situation de dépendance vis-à-vis de l extérieur. 20

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA»

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA» REPUBLIQUE DU SENEGAL =-=-=-= PRIMATURE =-=-=-= ECOLE NATIONALE D ADMINISTRATION =-=-=-= «LES MERCREDI DE L ENA» Edition spéciale Termes de référence THEME : «REFORMES DES FINANCES PUBLIQUES DANS LES PAYS

Plus en détail

Politique de développement du secteur privé au Mali

Politique de développement du secteur privé au Mali Politique de développement du secteur privé au Mali Les reformes entreprises par l Etat malien au niveau macro-économique ont été accompagnées d un d appui au renforcement du secteur privé. Le Mali a consacré

Plus en détail

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable REPUBLIQUE DU SENEGAL UN PEUPLE - UN BUT - UNE FOI ****** MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN PROCESSUS PREPARATOIRE DE LA TROISIEME CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE FINANCEMENT DU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

Les origines et les manifestations de la crise économique et financière. par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé

Les origines et les manifestations de la crise économique et financière. par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé Les origines et les manifestations de la crise économique et financière par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé Plan Introduction 1. Origines de la crise financière: les «subprimes» 2. Les

Plus en détail

LA POLITIQUE AGRICOLE DE. un enjeu pour le développement de l agriculture régionale et l appui aux producteurs

LA POLITIQUE AGRICOLE DE. un enjeu pour le développement de l agriculture régionale et l appui aux producteurs LA POLITIQUE AGRICOLE DE l UEMOA: un enjeu pour le développement de l agriculture régionale et l appui aux producteurs Plan de l exposé 1. Un rappel sur l espace UEMOA et sur le Traité 2. L importance

Plus en détail

Développement du marché financier

Développement du marché financier Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Développement du marché financier Juillet 1997 Document de travail n 21 Développement du marché financier Juillet 1997 Le développement

Plus en détail

SORTIR DE LA CRISE SANS LE FMI. L exemple de l Asie au cours de deux crises récentes Jean Sanouk

SORTIR DE LA CRISE SANS LE FMI. L exemple de l Asie au cours de deux crises récentes Jean Sanouk SORTIR DE LA CRISE SANS LE FMI L exemple de l Asie au cours de deux crises récentes Jean Sanouk INTRODUCTION Les pays d Asie ont traversé deux crises d ampleur inégale: La crise dite «asiatique» de 1997-1999.

Plus en détail

Atelier sur l investissement des migrants en milieu rural au Sénégal

Atelier sur l investissement des migrants en milieu rural au Sénégal Atelier sur l investissement des migrants en milieu rural au Sénégal Session plénière : Séance introductive De l'importance de l'investissement productif des migrants en milieu rural Stéphane Gallet (Ministère

Plus en détail

CADRAGE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENTS PUBLICS 2013 2015

CADRAGE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENTS PUBLICS 2013 2015 REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail CADRAGE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENTS PUBLICS 2013 2015 Avec l appui de l ensemble de ses partenaires au développement, notamment www.gcpnd.gouv.ci

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2016 asdf Nations Unies New York, 2016 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial L économie mondiale a connu des revers en

Plus en détail

14 ème RENCONTRE GOUVERNEMENT / SECTEUR PRIVE Thème : «Problématique du financement des PME/PMI au Burkina Faso : enjeux, défis et perspectives»

14 ème RENCONTRE GOUVERNEMENT / SECTEUR PRIVE Thème : «Problématique du financement des PME/PMI au Burkina Faso : enjeux, défis et perspectives» De 14 ème RENCONTRE GOUVERNEMENT / SECTEUR PRIVE Thème : «Problématique du financement des PME/PMI au Burkina Faso : enjeux, défis et perspectives» Mot liminaire de la Chambre de Commerce et d Industrie

Plus en détail

IL EST TEMPS D ÉRADIQUER LA PAUVRETÉ ET L INÉGALITÉ EN AFRIQUE

IL EST TEMPS D ÉRADIQUER LA PAUVRETÉ ET L INÉGALITÉ EN AFRIQUE AFRICAN DEVELOPMENT BANK GROUP IL EST TEMPS D ÉRADIQUER LA PAUVRETÉ ET L INÉGALITÉ EN AFRIQUE Steve Kayizzi-Mugerwa, économiste en chef et vice-président, Groupe de la Banque africaine de développement

Plus en détail

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles République Islamique de Mauritanie Honneur Fraternité - Justice Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles Communication de Madame la Secrétaire d Etat Fatimetou Mint

Plus en détail

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1 ALLEMAGNE AM021f-Y 1 M. Levin Holle, Directeur de section, Chef de la délégation allemande Discours de la délégation allemande à l occasion de l Assemblée annuelle 2013 de la BERD Nous sommes heureux que

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION DE LA CONFERENCE INTERNATIONALE SUR L EMERGENCE DE L AFRIQUE

NOTE DE PRESENTATION DE LA CONFERENCE INTERNATIONALE SUR L EMERGENCE DE L AFRIQUE NOTE DE PRESENTATION DE LA CONFERENCE INTERNATIONALE SUR L EMERGENCE DE L AFRIQUE (Version de Janvier 2015) ABIDJAN, 18-20 MARS 2015 Union Discipline Travail Version du 220115_09h00 1 1. CONTEXTE ET JUSTIFICATION

Plus en détail

CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012

CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012 CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012 Hôtel Serena Kigali, Rwanda 30 octobre-2 novembre 2012 Promouvoir le développement inclusif et durable en Afrique dans une période d incertitude pour l économie mondiale

Plus en détail

Croissance, emploi et protection sociale

Croissance, emploi et protection sociale Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Croissance, emploi et protection sociale Juillet 1998 Document de travail n 32 La problématique croissance, emploi et protection sociale

Plus en détail

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010 Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne FMI Département Afrique Mai 21 Introduction Avant la crise financière mondiale Vint la grande récession La riposte politique pendant le ralentissement

Plus en détail

ALLOCUTION DE MONSIEUR LE PREMIER MINISTRE

ALLOCUTION DE MONSIEUR LE PREMIER MINISTRE Cabinet du Premier Ministre, Ministre de l'economie, des Finances Et du Budget ------------ -------- République de Côte d Ivoire Union-Discipline-Travail LANCEMENT DE L OPERATION D EMISSION SUKUK ETAT

Plus en détail

Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives

Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives Juin 2013 Agenda Facteurs de développement du secteur bancaire syrien Le secteur bancaire syrien: performance solide, mais La Syrie

Plus en détail

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières DIRECTORATE FOR FINANCIAL AND ENTERPRISE AFFAIRS Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Principes et Bonnes Pratiques

Plus en détail

WP Board 1062/10. 17 juin 2010 Original : anglais. Projet/Fonds commun. Contexte

WP Board 1062/10. 17 juin 2010 Original : anglais. Projet/Fonds commun. Contexte WP Board 1062/10 17 juin 2010 Original : anglais Projet/Fonds commun F Comité exécutif / Conseil international du Café 21 24 septembre 2010 Londres, Angleterre Amélioration de la transformation et de l

Plus en détail

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 Associer le financement et les poliaques pour medre en œuvre un programme de développement post- 2015 porteur de changement 22 juin 2015, Ministère des Affaires

Plus en détail

Assemblées Annuelles de la BAD: mot introductif de la ministre Kaba Nialé lors de la journée promotionnelle dédiée à la Côte d Ivoire

Assemblées Annuelles de la BAD: mot introductif de la ministre Kaba Nialé lors de la journée promotionnelle dédiée à la Côte d Ivoire Assemblées Annuelles de la BAD: mot introductif de la ministre Kaba Nialé lors de la journée promotionnelle dédiée à la Côte d Ivoire (source abidjan.net) La Ministre auprès du Premier Ministre chargée

Plus en détail

Par Claude d Almeida, mai 2012.

Par Claude d Almeida, mai 2012. 1 er FORUM ÉCONOMIQUE DU PATRONAT IVOIRIEN Thème : «MÉCANISMES INNOVANTS ET ALTERNATIFS DE FINANCEMENT DU SECTEUR PRIVÉ» Par Claude d Almeida, mai 2012. CLAUDE D ALMEIDA, CONSULTANT ANCIEN STATISTICIEN

Plus en détail

Remise du Prix Créateur 2012 Discours de Monsieur KUHN, Président de la Chambre des Métiers

Remise du Prix Créateur 2012 Discours de Monsieur KUHN, Président de la Chambre des Métiers Remise du Prix Créateur 2012 Discours de Monsieur KUHN, Président de la Chambre des Métiers - Madame la Ministre, - (Monsieur le député), - Monsieur le Président du comité de direction BGL BNP PARIBAS

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

Bulletin du FMI. La reprise de l Afrique de l Ouest menacée par la crise en Côte d Ivoire

Bulletin du FMI. La reprise de l Afrique de l Ouest menacée par la crise en Côte d Ivoire Bulletin du FMI AFRIQUE DE L OUEST La reprise de l Afrique de l Ouest menacée par la crise en Côte d Ivoire Bulletin du FMI en ligne 17 mars 2011 Marché à Monrovia (Libéria) : la crise qui persiste en

Plus en détail

Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance

Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance CONEPT/RDC Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance Rapport de l Enquête réalisée à Kinshasa Résumé des résultats et recommandations Avec l Appui de Juillet

Plus en détail

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance 5 ème RÉUNION DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LES POLITIQUES EN FAVEUR DES PME, DE L ENTREPRENARIAT ET DU CAPITAL HUMAIN ACCOMPAGNER LA CROISSANCE DES MICRO ET PETITES ENTREPRISES : RÉSOUDRE LES OBSTACLES FINANCIERS

Plus en détail

Ameth Saloum NDIAYE. Colloque régional UEMOA-CRDI 2009 1

Ameth Saloum NDIAYE. Colloque régional UEMOA-CRDI 2009 1 Ameth Saloum NDIAYE CEPOD, Ministère de l Economie et des Finances, Sénégal Colloque régional UEMOA-CRDI, Ouagadougou, Burkina Faso, 8-10 décembre 2009 1 Problématique et justification Objectifs du papier

Plus en détail

Rôle des PME dans l économie ivoirienne

Rôle des PME dans l économie ivoirienne MINISTÈRE DU COMMERCE, DE L ARTISANAT ET DE LA PROMOTION DES PME RÉPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE UNION DISCIPLINE - TRAVAIL Rôle des PME dans l économie ivoirienne Présenté par Monsieur Jean-Louis BILLON Ministre

Plus en détail

«QUELLES PERSPECTIVES DE RENFORCEMENT DES RELATIONS DE COOPERATION ENTRE LE MAROC ET LE MEXIQUE?»

«QUELLES PERSPECTIVES DE RENFORCEMENT DES RELATIONS DE COOPERATION ENTRE LE MAROC ET LE MEXIQUE?» CONFERENCE-DEBAT «QUELLES PERSPECTIVES DE RENFORCEMENT DES RELATIONS DE COOPERATION ENTRE LE MAROC ET LE MEXIQUE?» MOT D INTRODUCTION DE M. MOHAMMED TAWFIK MOULINE DIRECTEUR GENERAL DE L INSTITUT ROYAL

Plus en détail

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités Simulations de l impact de politiques économiques sur la pauvreté et les inégalités L analyse de l évolution des conditions de vie et des comportements des classes moyennes, à la lumière de l observation

Plus en détail

BTS NRC AIDE. Fiches de révision Guide intégral 2014-2015. Théophile ELIET aidebtsnrc.com. La référence en ligne des révisions BTS NRC

BTS NRC AIDE. Fiches de révision Guide intégral 2014-2015. Théophile ELIET aidebtsnrc.com. La référence en ligne des révisions BTS NRC Fiches de révision Guide intégral 2014-2015 AIDE BTS NRC La référence en ligne des révisions BTS NRC 2 annés d études en moins de 100 fiches Théophile ELIET aidebtsnrc.com 1 Sommaire Économie Droit Management

Plus en détail

FinAfrique Research. Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA

FinAfrique Research. Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA FinAfrique Research Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA Octobre 2015 Dans ce document nous comparons la performance du secteur bancaire des zones CEMAC et UEMOA depuis 2006. Si la pénétration

Plus en détail

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Instruments novateurs en matière de politique et de financement pour les pays voisins au sud et à l est de l Union européenne

Plus en détail

Consultation pré-budgétaire. Préparé à l attention du ministre des Finances

Consultation pré-budgétaire. Préparé à l attention du ministre des Finances Consultation pré-budgétaire Préparé à l attention du ministre des Finances Saint-Antoine, Nouveau-Brunswick Octobre 2009 Les priorités du CÉNB : - le Plan d action pour l autosuffisance du nord du Nouveau-Brunswick;

Plus en détail

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL En dépit d un léger ralentissement de l activité en rapport principalement avec le renchérissement du pétrole et la survenue de catastrophes naturelles, la croissance

Plus en détail

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS?

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS? STRUCTURE DU CADRE DE POLITIQUE D INVESTISSEMENT DE LA CEDEAO Dr Jonathan A Aremu Consultant Marché commun d investissement de la CEDEAO Département du Secteur Privé Tel: 234-1-8033061476 E-mail: marketlinkconsults@yahoo.com

Plus en détail

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Crise économique mondiale et impacts réels sur les entreprises manufacturières québécoises et canadiennes EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Agenda I Crises et conséquences

Plus en détail

Casablanca Lundi 21 avril 2014 0/6

Casablanca Lundi 21 avril 2014 0/6 Allocution du Dr. Abdelkader AMARA Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement A l occasion de la Cérémonie de lancement du Cluster Solaire Casablanca Lundi 21 avril 2014 0/6 Monsieur

Plus en détail

TRAVAIL de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs. Vision stratégique

TRAVAIL de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs. Vision stratégique TRAVAIL de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs Une approche coopérative globale de la réglementation des pesticides agricoles et de la lutte contre les ravageurs compatible

Plus en détail

Le rapport d Amours revisité

Le rapport d Amours revisité Le rapport d Amours revisité Selon le rapport D Amours, plus de 1 700 000 travailleurs québécois ne participent à aucun régime d épargne collective. Un travailleur sur deux n a donc comme protection en

Plus en détail

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Introduction Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE/OMC

Plus en détail

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance)

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) Pour plus d'informations, veuillez visiter le site: http://www.mop.gov.eg/vision/egyptvision.aspx La culture La stratégie

Plus en détail

Compte rendu provisoire 11-1

Compte rendu provisoire 11-1 Conférence internationale du Travail Compte rendu provisoire 104 e session, Genève, juin 2015 11-1 Quatrième question à l ordre du jour: Les petites et moyennes entreprises et la création d emplois décents

Plus en détail

Les perspectives économiques des différents analystes prévoient une faible croissance du PIB en

Les perspectives économiques des différents analystes prévoient une faible croissance du PIB en Relancer l investissement en France, un impératif pour la croissance. Les perspectives économiques des différents analystes prévoient une faible croissance du PIB en 2015 surement inférieur à 1%. Ce n

Plus en détail

En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures

En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures 1 Introduction I Cette étude considère l urbanisation comme

Plus en détail

INTRODUCTION. OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES

INTRODUCTION. OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES Faits saillants du sondage 2 Méthode de sondage 3 Profil des répondants 3 Santé

Plus en détail

SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION AU SERVICE DE LA TRANSFORMATION DES ÉCONOMIES AFRICAINES

SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION AU SERVICE DE LA TRANSFORMATION DES ÉCONOMIES AFRICAINES SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION AU SERVICE DE LA TRANSFORMATION DES ÉCONOMIES AFRICAINES SESSION I : ÉLÉMENTS D UN SYSTÈME DE PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE EFFICACE ET ÉQUILIBRÉ POUR FAVORISER L INNOVATION

Plus en détail

Réseau pour l Emploi des Jeunes en Afrique de l Ouest (YEN-WA)

Réseau pour l Emploi des Jeunes en Afrique de l Ouest (YEN-WA) Réseau pour l Emploi des Jeunes en Afrique de l Ouest (YEN-WA) Abidjan - Capitale économique de la Côte d Ivoire Initiative pour le Secteur Privé ISP La jeunesse africaine : La promesse d un avenir meilleur...

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Problématique de la qualité des données statistiques Alexandre BIAOU, DG/INSAE

Problématique de la qualité des données statistiques Alexandre BIAOU, DG/INSAE Problématique de la qualité des données statistiques Alexandre BIAOU, DG/INSAE La qualité : «ensemble des propriétés et caractéristiques d un produit ou d un service qui lui confèrent l aptitude à satisfaire

Plus en détail

Stratégie de prospection. et de développement. des marchés hors Québec. 2009 sommaire

Stratégie de prospection. et de développement. des marchés hors Québec. 2009 sommaire Stratégie de prospection et de développement des marchés hors Québec 2009 sommaire 2013 1 Rédaction Direction du développement des marchés et de l exportation Transformation Alimentaire Québec Ministère

Plus en détail

BURKINA FASO. Chiffres clés. Contexte

BURKINA FASO. Chiffres clés. Contexte BURKINA FASO Chiffres clés Taux de change : 1$ US Principales villes Population Taux de croissance de la population (2006-2010) Population urbaine (%du total 2010) PNB par habitant Croissance du PIB (réal

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Réponses de la Fédération des chambres de commerce du Québec

Réponses de la Fédération des chambres de commerce du Québec Réponses de la Fédération des chambres de commerce du Québec Consultation du Groupe conseil sur l actualisation de la Stratégie québécoise de la recherche et de l innovation 8 septembre 2009 Préambule

Plus en détail

Vos affaires sont nos affaires! Programme d actions

Vos affaires sont nos affaires! Programme d actions Vos affaires sont nos affaires! Programme d actions Orkhan Aslanov/ Fotolia.com > Suivez le guide nous saisissons vos opportunités de marchés publics! > Gardons Avec le Centre de Veille le contact nous

Plus en détail

Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires. Synthèse

Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires. Synthèse Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires A propos de ce document Ce document résume les résultats d une discussion en ligne organisé sur le Forum Global sur la Sécurité alimentaire

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.5.2015 COM(2015) 265 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 et portant avis du Conseil

Plus en détail

des structures formelles, organisées, c est-à-dire des entreprises capitalistes modernes.

des structures formelles, organisées, c est-à-dire des entreprises capitalistes modernes. Introduction Depuis le début des années 1980, les analystes et décideurs économiques de tous bords semblent être unanimes pour reconnaître l échec du modèle étatique du développement qui a prévalu pendant

Plus en détail

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS Novembre 11 Plus de la moitié des cadres en poste envisage une mobilité professionnelle dans un avenir proche, que ce soit un changement de poste dans

Plus en détail

Action de soutien à la mobilité

Action de soutien à la mobilité UNION EUROPÉENNE Fonds social européen Investit pour votre avenir PROGRAMME DEPARTEMENTAL D INSERTION 2012-2016 APPEL A PROJETS 2015 Action de soutien à la mobilité Date de lancement de l appel à projets

Plus en détail

Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique

Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique 2 ORIENTATIONS DE L'OCDE POUR LES POLITIQUES CONCERNANT LE CONTENU NUMÉRIQUE Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique Le contenu numérique est devenu un élément de plus

Plus en détail

Diaspora malienne et développement: contributions, contraintes et stratégies Par

Diaspora malienne et développement: contributions, contraintes et stratégies Par REUNION THEMATIQUE Genève, 11 septembre 2013 Migration du travail et diasporas Diaspora malienne et développement: contributions, contraintes et stratégies Par Seydou KEITA Conseiller Technique Ministère

Plus en détail

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES?

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Mai 2010 POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Direction Générale des Statistiques Ministère de l Economie, du Commerce, de l Industrie et du Tourisme Pourquoi le Gabon a-t-il besoin

Plus en détail

Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance. juin 2005

Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance. juin 2005 Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance juin 2005 Ce document a fait l objet d une présentation de Jacques Attali, Président de PlaNet Finance, pendant la conférence Internationale de

Plus en détail

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE 18 MARS 2008 INTERVENTION DE MONSIEUR MOHAMMED LAKSACI GOUVERNEUR DE LA BANQUE D ALGERIE A LA CONFERENCE REGIONALE SUR LA GLOBALISATION ET LES DEFIS ET OPPORTUNITES AUXQUELS FONT FACE LES INSTITUTIONS

Plus en détail

Allocution du Dr. Abdelkader AMARA. Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT

Allocution du Dr. Abdelkader AMARA. Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT Allocution du Dr. Abdelkader AMARA Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT PERFORMANCES INDUSTRIELLES DES CLEANTECH Rabat, le 17 décembre 2014 Forum Technologie

Plus en détail

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 PEROU Ministère de l Economie et des Finances Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 Conclusions des co-présidents Alonso Arturo SEGURA VASI, Ministre de l Economie et des

Plus en détail

Monsieur le Premier Ministre ; Chers Collègues ; Mesdames et Messieurs.

Monsieur le Premier Ministre ; Chers Collègues ; Mesdames et Messieurs. COMMUNICATION DE MONSIEUR LE MINISTRE DU COMMERCE A L OCCASION DE LA CEREMONIE D OUVERTURE DES TRAVAUX DE LA «CONFERENCE NATIONALE SUR LE COMMERCE EXTERIEUR» - Monsieur le Premier Ministre ; - Excellences

Plus en détail

Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement

Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement NATIONS UNIES TD Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement Distr. LIMITÉE TD/B/51/L.6 14 octobre 2004 FRANÇAIS Original: ANGLAIS CONSEIL DU COMMERCE ET DU DÉVELOPPEMENT Cinquante

Plus en détail

CANADIAN ALLIANCE OF STUDENT ASSOCIATIONS ALLIANCE CANADIENNE DES ASSOCIATIONS ÉTUDIANTES

CANADIAN ALLIANCE OF STUDENT ASSOCIATIONS ALLIANCE CANADIENNE DES ASSOCIATIONS ÉTUDIANTES CANADIAN ALLIANCE OF STUDENT ASSOCIATIONS ALLIANCE CANADIENNE DES ASSOCIATIONS ÉTUDIANTES Document d information Le coût élevé des études retarde l accès des étudiants à l autonomie financière Compte tenu

Plus en détail

Performance des membres du CAD en matière d'aide

Performance des membres du CAD en matière d'aide Extrait de : Coopération pour le développement : Rapport 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/dcr-2010-fr Performance des membres du CAD en matière d'aide Merci de citer ce chapitre

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour le développement. Conférence-débat à l Université de Kinshasa

Programme des Nations Unies pour le développement. Conférence-débat à l Université de Kinshasa Programme des Nations Unies pour le développement DISCOURS Conférence-débat à l Université de Kinshasa «L IMPACT DE L AUTONOMISATION DE LA FEMME SUR LE DÉVELOPPEMENT DE LA RDC» M me Priya Gajraj, Directeur

Plus en détail

Les idées peuvent bâtir le Canada. Consultations du budget 2016 Mémoire soumis à la Chambre des communes Comité permanent des finances

Les idées peuvent bâtir le Canada. Consultations du budget 2016 Mémoire soumis à la Chambre des communes Comité permanent des finances Les idées peuvent bâtir le Canada Consultations du budget 2016 Mémoire soumis à la Chambre des communes Comité permanent des finances Août 2015 1 Les idées peuvent bâtir le Canada Les défis auxquels font

Plus en détail

Les coûts dans le rapport Doing Business cas du Sénégal

Les coûts dans le rapport Doing Business cas du Sénégal REPUBLIQUE DU SENEGAL Ministère du Plan Centre d Etudes de Politiques pour le Développement B u l l e t i n d u C E P O D I S S N 0 8 5 0-1 3 2 7 Deuxième trimestre 2014 http://www.cepodsn.org Les coûts

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST. Synthèse des conclusions et recommandations

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST. Synthèse des conclusions et recommandations SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST Synthèse des conclusions et recommandations Bamako les 14-15 et 16 février 2005 Page 1 sur 5 Les 14, 15 et 16 février 2005, a eu lieu à Bamako

Plus en détail

PROGRAMME DE RESTRUCTURATION ET DE MISE A NIVEAU DE L INDUSTRIE DES ETATS MEMBRES DE L UEMOA

PROGRAMME DE RESTRUCTURATION ET DE MISE A NIVEAU DE L INDUSTRIE DES ETATS MEMBRES DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ---------------- LA COMMISSION ------------ PROGRAMME DE RESTRUCTURATION ET DE MISE A NIVEAU DE L INDUSTRIE DES ETATS MEMBRES DE L UEMOA Page 1 sur 15 SOMMAIRE

Plus en détail

Intervention du Directeur d AFRITAC de l Ouest, M. Jean Le DEM, lors de la présentation par visioconférence du projet de mise en œuvre des

Intervention du Directeur d AFRITAC de l Ouest, M. Jean Le DEM, lors de la présentation par visioconférence du projet de mise en œuvre des Intervention du Directeur d AFRITAC de l Ouest, M. Jean Le DEM, lors de la présentation par visioconférence du projet de mise en œuvre des dispositions de Bale II et Bale III dans l UMOA. Lieu : Salle

Plus en détail

DISCOURS DU PRÉSIDENT

DISCOURS DU PRÉSIDENT République du Sénégal Un Peuple Un But Une Foi DISCOURS DU PRÉSIDENT ALLOCUTION DU PRESIDENT DE LA RÉPUBLIQUE À L OCCASION DU 34 ÈME SOMMET DU COMITE D'ORIENTATION DES CHEFS D'ETAT ET DE GOUVERNEMENT DU

Plus en détail

L emploi rural et l emploi informel : Précarité et vulnérabilité au travail

L emploi rural et l emploi informel : Précarité et vulnérabilité au travail Policy Brief Employment Royaume du Maroc Ministère de l Emploi et des Affaires ociales International Labour Office Note synthétique de politique L emploi rural et l emploi informel : Précarité et vulnérabilité

Plus en détail

CAISSE LE SALUT RAPPORT DE STAGE. Janvier 2013. Faire des pauvres de vrais partenaires de développement. Tuteur : Mme NARBONNE NIJEAN JASON GEA1 TD5

CAISSE LE SALUT RAPPORT DE STAGE. Janvier 2013. Faire des pauvres de vrais partenaires de développement. Tuteur : Mme NARBONNE NIJEAN JASON GEA1 TD5 CAISSE LE SALUT Janvier 2013 RAPPORT DE STAGE Faire des pauvres de vrais partenaires de développement Tuteur : Mme NARBONNE NIJEAN JASON GEA1 TD5 Sommaire REMERCIEMENT... 1 INTRODUCTION... 2 DEVELOPPEMENT...

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Mémoire de l'alliance canadienne des associations étudiantes Résumé Depuis 2008, le gouvernement du Canada

Plus en détail

Déclaration franco-grecque. Partenariat stratégique pour l avenir

Déclaration franco-grecque. Partenariat stratégique pour l avenir Déclaration franco-grecque Partenariat stratégique pour l avenir A l invitation du Président de la République hellénique, le Président de la République française a effectué une visite officielle en Grèce

Plus en détail

Rabat, le 21 mai 2015

Rabat, le 21 mai 2015 Allocution d ouverture de Monsieur le Wali, Abdellatif Jouahri, au séminaire de haut niveau sur le thème «Défis de la politique monétaire dans la région MENA et avantages de l adoption d un dispositif

Plus en détail

Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté: forces, limites et options. Lahcen Achy. Casablanca, Maroc 16 Septembre 2010

Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté: forces, limites et options. Lahcen Achy. Casablanca, Maroc 16 Septembre 2010 Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté: forces, limites et options stratégiques Lahcen Achy Casablanca, Maroc 16 Septembre 2010 Point de départ Le Maroc a enregistré une baisse significative

Plus en détail

Forum National sur le Climat des Affaires au Togo

Forum National sur le Climat des Affaires au Togo REPUBLIQUE TOGOLAISE ------------------------ Travail-Liberté-Patrie ------------- Discours d ouverture de : Son Excellence Kwesi Séléagodji AHOOOMEY-ZUNU Premier Ministre, Chef du Gouvernement au Forum

Plus en détail

«LE Capital-Investissement : accelerateur de croissance de l economie tunisienne»

«LE Capital-Investissement : accelerateur de croissance de l economie tunisienne» «accelerateur de croissance de l economie tunisienne» Note conceptuelle LE MOT DU PRESIDENT Le Capital-Investissement - ou Private Equity - est un des moteurs du financement de l économie réelle et du

Plus en détail

L égalité des sexes, un atout économique

L égalité des sexes, un atout économique L égalité des sexes, un atout économique Un plan d action du Groupe de la Banque mondiale Banque mondiale l accès aux marchés foncier, du travail, des produits et des capitaux est indispensable pour accroître

Plus en détail

REPUBLIQUE DE GUINÉE Travail Justice Solidarité

REPUBLIQUE DE GUINÉE Travail Justice Solidarité REPUBLIQUE DE GUINÉE Travail Justice Solidarité MINISTERE D ETAT CHARGE DES AFFAIRES ETRANGERES ET DES GUINEENS DE L ETRANGER ====== MINISTERE DELEGUE DES GUINEENS DE L ETRANGER INTERVENTION DE MADAME

Plus en détail

L affacturage en Afrique : Opportunités et défis

L affacturage en Afrique : Opportunités et défis L affacturage en Afrique : Opportunités et défis Par Mme Kanayo Awani Directrice, Financement du commerce et Agences African Export-Import Bank Présenté au séminaire 2014 sur l affacturage Lusaka, Zambie

Plus en détail

ALLOCUTION DE MONSIEUR MOHAMMED BOUSSAID MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES A L OUVERTURE DES TRAVAUX DU RENDEZ- VOUS DE CASABLANCA DE L

ALLOCUTION DE MONSIEUR MOHAMMED BOUSSAID MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES A L OUVERTURE DES TRAVAUX DU RENDEZ- VOUS DE CASABLANCA DE L ALLOCUTION DE MONSIEUR MOHAMMED BOUSSAID MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES A L OUVERTURE DES TRAVAUX DU RENDEZ- VOUS DE CASABLANCA DE L ASSURANCE CASABLANCA, Mercredi 15 avril 2015 Messieurs les Présidents,

Plus en détail

EXPANDING SERVICES AND GROWING : INSTITUT AFRICAIN DE GESTION URBAINE

EXPANDING SERVICES AND GROWING : INSTITUT AFRICAIN DE GESTION URBAINE EXPANDING SERVICES AND GROWING : INSTITUT AFRICAIN DE GESTION URBAINE L IAGU est une ONG internationale spécialisée dans la recherche/action, l appui technique et l information dans le domaine de l environnement

Plus en détail

Communication de M. Dakpè SOSSOU, Maire de Lokossa

Communication de M. Dakpè SOSSOU, Maire de Lokossa Colloque Villes et Universités au service du développement local Lausanne, 20 octobre 2010 Association Internationale des Maires Francophones Communication de M. Dakpè SOSSOU, Maire de Lokossa Introduction

Plus en détail

La Micro Assurance, la stratégie de réduction de la pauvreté et la stratégie de croissance accélérée

La Micro Assurance, la stratégie de réduction de la pauvreté et la stratégie de croissance accélérée DEFIS ET OPPORTUNITES DE LA MICROASSURANCE AU SENEGAL La Micro Assurance, la stratégie de réduction de la pauvreté et la stratégie de croissance accélérée Présenté par Mme Aida Djigo Wane AMSA Assurances

Plus en détail