Classifications. Troubles des apprentissages. Définition TA (1/5) Définition TA (2/5) Troubles des apprentissages

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Classifications. Troubles des apprentissages. Définition TA (1/5) Définition TA (2/5) Troubles des apprentissages"

Transcription

1 Classifications Troubles des apprentissages Jean-Michel Albaret Laboratoire Adaptation Perceptivo- Motrice et Apprentissage EA 3691 V.F V.F Retard mental Troubles des apprentissages Troubles de l enfance et de l adolescence (DSM-IV-TR) Troubles des habiletés motrices Troubles de la communication Troubles envahissants du développement Trouble de la lecture Trouble du calcul Trouble de l expression écrite Incapacité d apprentissage non verbal Trouble de l acquisition de la coordination (TAC) Troubles : déficit de l attention/hyperactivité et comportement perturbateur Troubles de l alimentation et troubles des conduites alimentaires Troubles : tics Trouble des conduites TOP TDA/H Troubles des apprentissages Réalités hétérogènes, classifications multiples, variant selon les auteurs Rarement isolés Associés à TAC, TDA/H, troubles de la conduite Grèvent lourdement l'évolution de l'enfant et son adaptation au milieu Justiciables d'interventions spécifiques Troubles du contrôle sphinctérien Définition TA (1/5) «Les troubles développementaux des apprentissages sont un ensemble de difficultés des apprentissages qui ne peuvent être attribuées ni à un retard intellectuel, ni à un handicap physique, ni à des conditions adverses de l environnement. Ces difficultés sont inattendues compte-tenu des autres aspects du développement, elles apparaissent très tôt dans la vie et interfèrent avec le développement normal. Elles persistent souvent jusqu à l âge adulte». (Rutter, 1989) Définition TA (2/5) Les performances du sujet à des tests standardisés, passés de façon individuelle, portant sur la lecture, le calcul ou l expression écrite sont nettement au-dessous du niveau escompté, compte tenu de son âge, de son niveau scolaire et de son niveau intellectuel. Les problèmes d apprentissage interfèrent de manière significative avec la réussite scolaire ou les activités de la vie courante qui nécessitent de savoir lire, compter ou écrire. DSM-IV-TR 1

2 Définition TA (3/5) La note obtenue aux épreuves, administrées individuellement, se situe à au moins deux écarts-types en dessous du niveau escompté, compte tenu de l âge chronologique et du QI Le trouble interfère de façon significative avec les performances scolaires ou les activités de la vie courante Le trouble ne résulte pas directement d un déficit sensoriel La scolarisation s effectue dans les normes habituelles Le QI est supérieur ou égal à 70 Définition TA (4/5) Dysfonctionnements qui affectent l'acquisition, l'organisation, la rétention, la compréhension ou l'utilisation de l'information verbale ou non verbale. Distincts de la déficience intellectuelle. CIM-10 Définition TA (5/5) Les troubles d'apprentissage durent toute la vie Leur expression peut varier au cours de la vie : interaction entre les contraintes du milieu et les forces et les besoins individuels. Indices de troubles d'apprentissage : Sous-performance scolaire inattendue Performance maintenue grâce à des efforts et un soutien d'une intensité bien au-delà des mesures ordinaires Trois critères Discordance entre les difficultés à des épreuves liées au trouble et bonnes performances à d autres épreuves cognitives (QI) ; Exclusion : retard global, handicap sensoriel, environnement défavorable, troubles mentaux avérés; Facteurs intrinsèques Association de troubles Définition comorbidité Tble 1 Tble 2 cause cause Comorbidité ou co-occurrence avec étiologies différentes Tble 1 Tble 2 cause Co-occurrence avec étiologie commune Présence concomitante de deux entités nosologiques ou plus Association de deux entités (ex : TAC et TDA/H) Exclusion de l'une ou l'autre (TAC ou TDA/H) Suggestion de l existence d'une troisième entité (Déficit de l Attention, du Contrôle Moteur et de la Perception - DAMP) D après Kaplan et al

3 Comorbidités des troubles des apprentissage Comorbidités Trouble déficitaire de l attention/hyperactivité (Barkley, 1990; Biederman, Newcorn & Sprich, 1991; Mayes & Calhoun, 2006; Shaywitz et al., 1995) Troubles de l Acquisition de la Coordination (Kaplan et al., 1998; Ramus, 2004) Dysgraphie (Miyahara et al., 1990; Waber & Berstein, 1994) * * Dyschronie : trouble du repérage temporel Habib, 2003 Comorbidités Modèle du Développement Cérébral Atypique (Kaplan et al., 1998) Système d apprentissage déclaratif Troubles développementaux Typologie Système d apprentissage procédural (SAP) TDAH Dyslexie SAP cortico-striatal Langage SAP Cortico-striatal SAP cortico-striatal Motricité SAP Cortico-cérébelleux SAP cortico-cérébelleux Langage SAP cortico-cérébelleux Motricité 26 TAC Troubles d apprentissage généralisé Trouble spécifique du langage oral Trouble de l acquisition de la coordination Dyslexie TDA/H inattention TAC? Nicolson & Fawcett, 2007 Modèle de Ramus Ectopies Facteurs de susceptibilité génétique pour anomalies corticales Modulation génétique de la localisation Facteurs de susceptibilité génétique Facteur environnemental Biologie Conditions hormonales Anomalies périsylviennes gauches Perturbations thalamiques CGL-CGM Perturbation cortex pariétal supérieur Perturbation cérébelleuse Cognition Comportement Récupération lexicale lente Dénomination lente Faible mémoire verbale à court terme Faible empan de chiffres Faible conscience phonologique Contrepèteries difficiles Mauvaises correspondances graphèmesphonèmes Lecture déficiente Trouble auditif Faible discrimination de fréquences Trouble visuel Faible détection de contrastes Trouble moteur Maladresse Ramus, 2004 Ectopie de la couche moléculaire dans un cerveau de personne dyslexique (Ramus, 2004) Distribution générale des ectopies corticales observées à travers plusieurs sujets dyslexiques (source : Glenn D. Rosen) 3

4 Comorbidité Dans le domaine médical : Association de deux ou plusieurs entités cliniques avec étiologie et physiopathologie différentes et traitement différents. Dans le cadre des troubles de l enfant et de l adolescent : catégories diagnostiques moins bien délimitées Syndromes psychologiques et comportementaux : écarts à la moyenne ou à la norme (Angold, 1988). Problème avec le système de classification? Modification des cadres nosologiques? TDA/H et trouble des apprentissages Fréquence varie de 10% à 92% Problème de définition et de critères (âge, lieu de recrutement Troubles des apprentissages difficultés scolaires Si critères stricts : 10 % (Shaywitz & Shaywitz, 1986) Plusieurs hypothèses TDAH conduit à l échec scolaire Trouble de l apprentissage scolaire entraîne une hyperactivité Origine commune aux deux Définition Dyslexie «La dyslexie est un trouble spécifique de l apprentissage dont les origines sont neurobiologiques. Elle est caractérisée par des difficultés dans la reconnaissance exacte et/ou fluente des mots ainsi que par une orthographe des mots et des capacités de décodage limitées. Ces difficultés résultent d un déficit dans la composante phonologique du langage inattendu par rapport aux autres capacités cognitives Les conséquences secondaires peuvent inclure des problèmes dans la compréhension en lecture. Cela peut entraîner une expérience réduite dans la lecture qui pourrait empêcher la croissance du vocabulaire de l enfant et ses connaissances générales» (Lyon et al., 2003) Définition Déficit spécifique et durable de l acquisition de la lecture Décalage de lecture > 18 mois / enfants du même âge Tests standardisés de lecture pour le diagnostic (vitesse, erreurs) Caractéristiques Définition par exclusion Prévalence incertaine et variable selon les langues et la correspondance graphème/phonème (2.3 à 12 %) En France, 6.6 % (Sprenger-Charolles et al., 2000) à 8.7 % (Zorman et al., 2004) Sex ratio 3 à 4 garçons pour 1 fille 4

5 Trouble persistant Trois stades de lecture Stade logographique : Stade alphabétique : association lettres et sons correspondants et synthèse. Stade orthographique : le mot entier renvoie à une trace en mémoire. Ces étapes se chevauchent et peuvent se faire différemment en fonction de l enfant et des méthodes d apprentissage. Deux voies de lecture Voie d assemblage ou voie de conversion graphèmes- phonèmes. Analyse visuelle Voie d adressage ou voie lexicale. Décomposition du mot avec association du son correspondant à chaque lettre (ou groupe de lettres) Permet de lire les nouveaux mots ou les logatomes : «triloduré» Chaque mot renvoie directement à un lexique préalablement constitué. Permet de lire les mots irréguliers : «monsieur, pied». Symptôme central Déficit phonologique Trouble de la conscience phonologique Trouble de la dénomination rapide Limitation des capacités de mémoire phonologique à court terme Notion de conscience phonologique Capacité de manipuler volontairement les unités du langage de petite taille qui constituent les mots Comment peut-on évaluer cette capacité? Epreuves de jugement de rîmes Epreuves de soustraction syllabiques ou phonémiques Epreuves de recherche d intrus Epreuves de contrepèteries 5

6 Notion de conscience phonologique Développement avec l âge de la conscience phonologique niveau syllabique: 4 à 5 ans niveau phonémique: vers 7 ans Relations réciproques entre apprentissage de la lecture et conscience phonologique Manifestations Au début : difficultés dans l apprentissage de la lecture, confusions de sons, apprentissage par cœur Ensuite : lenteur en lecture, difficultés d orthographe, problème dans l apprentissage de nouvelles langues 3 types de dyslexie : phonologique, de surface ou mixte Dyslexie phonologique Déficit phonologique prédominant et atteinte de la voie d assemblage. Difficultés pour lire les mots nouveaux (67%) Nombreuses confusions de lettres, difficultés à «décortiquer» les mots D où les difficultés d apprentissage d une langue étrangère Dyslexie orthographique ou de surface Atteinte de la voie d adressage (10%) Le lexique orthographique ne se construit pas La lecture continue à se faire par conversion, elle reste lente et peu automatisée Problème pour lire les mots irréguliers Dyslexie mixte Lecture et cerveau Atteinte des 2 procédures Utilisation préférentielle de la voie d assemblage (23%) Les deux voies étant liées, les dyslexies sont rarement pures avec une atteinte d une seule voie Trois zones impliquées dans la lecture Région occipito-temporale : image de la lettre captée sur la rétine, début du traitement de la lettre et de la forme du mot identification automatique des mots mémorisés Région temporo-pariétale : conversion dans les formes phonologiques et lexicales - intégration des dimensions orthographique, phonologique et lexico-sémantique Région frontale inférieure : mémoire verbale à court terme et production des phonèmes. Région frontale inférieure Région temporo-pariétale Région occipito-temporale 6

7 Comparaison contrôle/dyslexiques Association dyslexie et troubles moteurs Test d2 Echelle de Lincoln-Oseretsky (LOMDS) d d d 5 ans 6 mois à 14 ans 6 mois 36 items 6 facteurs LOMDS 7 items coordination globale F1 F2 7 items manuels vitesse-précision F3 F4 F5 3 items manuels grossiers F 8 8 items manuels contrôle-précision 4 items équilibre Méthode et résultats Etude rétrospective entre 1997 et enfants, âgés de 11 ans 6 mois en moyenne Sex ratio : 2.6 garçons pour 1 fille Atteinte Motrice Score LOMDS < - 2 écart-type : 40 % Score LOMDS compris entre -1 et - 2 écart-type : 17% Pas de corrélation entre retard de lecture et déficit moteur : r(58) = 0.09 ; p=0.48 Influence déficit attention sur troubles moteurs Corrélations négatives significatives entre score Erreur au test d2 (F%) et scores moteurs : Score total LOMDS : r(56)= -.36 ; p<0.01 F3 : r(50)= -.46 ; p< 0.01 F5 : r(51)= -.27 ; p< 0.05 Pas de corrélation entre F% et retard de lecture : r(56)=.23 ; p=0.10 Effet significatif pour F3 (Coordinations Neuro-motrices) (p<0.01) et F5 (Equilibre) (p=0.05) 7

8 Dyscalculie Renvoie à des difficultés au niveau du transcodage, de l'acquisition des faits arithmétiques, des procédures de calcul écrit, voire même aussi, au niveau de la sémantique même du nombre Repères développementaux Des capacités protonumériques chez le bébé Paradigme d habituation Calculs sur des petites collections Situation possible ou impossible 1+1=2 ou 1 2-1=1 ou 2 1+1=2 ou 3 Wynn, 1992 Repères développementaux Evolution de la chaîne numérique verbale : élaboration Niveau chapelet Noms de nombre non individualisés Niveau de la chaîne insécable Mots individualisés, comptage à partir de 1 Niveau de la chaîne sécable Comptage avec bornes, trouver le nombre qui vient avant ou après Niveau de la chaîne terminale Compter à l endroit ou à rebours, n éléments à partir d une borne Difficultés rencontrées Lecture et écriture des nombres Erreurs en lecture (85 => quatre-vingt-deux) ou écriture de nombres (cinquante mille quatre-ving-dix => 50.90) Procédures de calcul Difficultés dans la maîtrise des algorithmes sous-jacents à la résolution d opérations écrites en colonnes Traitement visuo-spatial Erreurs dans le dénombrement de patterns aléatoires, problèmes d orientation G-D (< >, + x, 41 ou 14), maîtrise du système positionnel, géométrie Faits arithmétiques: 3+6; 9-2; 4x6; 12:3 Plus d erreurs, TR plus longs, stratégies immatures (comptage sur les doigts), moins de récupération en mémoire à long terme Difficultés persistances Follow-up de 3 ans de 123 enfants dyscalculiques (DC) DC < centile 5 47% dyscalculie persistante 95% présentent un score < centile 25 DC persistant vs. «non-persistant» Plus de problèmes d attention Plus de problèmes d anxiété QI de performance équivalents (100.4 vs ) QI verbal (sans sous-test math) équivalents 46 % vs 28 % des frères/sœurs ont reçu une remédiation en maths Shalev et al., 1998 Association dyscalculie et troubles moteurs Doigts utilisés dans le développement du nombre Pour montrer un nombre Pour compter Pour calculer Pour dénombrer Si agnosie digitale : inefficacité de cet outil 8

9 Association dyscalculie et troubles moteurs PM 47 - Raven Test neuropsychologique incluant une mesure des gnosies digitales chez 189 enfants de 5 ans 9 mois 1 an plus tard : corrélation de 0,46 entre test neuropsychologique et performances numériques 3 ans plus tard : score en math est mieux prédit par la mesure neuropsychologique prise 3 ans auparavant que par les scores aux PM47 à8 ans En revanche, les scores en français sont mieux prédits par le PM47 Marinthe, Fayol & Barrouillet, 1998 Noël, 2005 Hypothèses explicatives Relation fonctionnelle : les doigts sont importants dans le développement mathématique Rôle de collection-témoin qui permettent de se représenter la quantité Dénombrement Comptage pour réaliser des calculs simples, proximité de localisation Proximité anatomique : lobe pariétal (aire 39) intervient dans Traitement du nombre Analyse des relations visuo-spatiales Intégration inter-modale (visuo-tactile) Définition Incapacité d apprentissage non-verbal Incapacité d apprentissage à caractère non-verbal (Johnson & Mykelbust, 1971) Q.I.G. normal Difficultés à comprendre et à utiliser les mécanismes non-verbaux autant sous leur forme perceptive que dans leur forme sociale, relationnelle Handicap porte sur des phénomènes perceptifs, cognitifs et sociaux 9

10 Incapacité d apprentissage nonverbal Troubles de l apprentissage des mathématiques ou dyscalculie Troubles psycho-perceptivo-moteurs Troubles de la compétence sociale notamment la capacité à décoder et à utiliser les communications non-verbales (CNV) Symptomatologie Points positifs Neuropsychologiques Primaires Déficits Neuropsychologiques Primaires Perception auditive - Motricité élémentaire Perception tactile - Perception visuelle Matériel répétitifs Habiletés psychomotrices complexes - Matériel nouveau Points positifs Neuropsychologiques Secondaires Déficits Neuropsychologiques Secondaires Attention auditive Attention tactile - Attention visuelle Attention données verbales Comportements d exploration Points positifs Neuropsychologiques Tertiaires Déficits Neuropsychologiques Secondaires Mémoire auditive Mémoire tactile - Mémoire visuelle Mémoire verbale Formation des concepts - Résolution de problèmes Points positifs Neuropsychologiques niveau verbal Déficits Neuropsychologiques niveau verbal Phonologie - Réception verbale - Répétition verbale Praxie oro-motrice Prosodie - Phonologie>Sémantique Stockage verbal - Association verbale - Sorties verbales Contenu Pragmatique - Fonction Points positifs sur le plan scolaire Déficits sur le plan scolaire Graphomotricité tardivement) - Déchiffrage des mots Graphomotricité précocément) - Compréhension lecture Stockage verbal - Mémoire au niveau verbal - Production verbale Arithmétique mécanique Mathématiques - Science Points positifs sur le plan socioémotionnel/adaptatif Déficits sur le plan socioémotionnel/adaptatif??? Adaptation à la nouveauté - Compétences sociales Stabilité émotionnelle - Niveau d activité Eléments cliniques 1/10 des enfants scolarisés consultant pour une incapacité d apprentissage scolaire. Sexratio : 1/1 Perturbation de l apprentissage des mathématiques incapacité à nommer les objets mathématiques incapacité à les manipuler (énumération, comparaison) incapacité à les lire, à les écrire, à exécuter les opérations Groupes d incapacité d apprentissage scolaire Tests neuropsychologiques G 1 : E - L - A - - G 2 : E - L - A - G 3 : E + L + A - Cubes du WISC > > < Test de cible (11*) > > < Vocabulaire du WISC < < > Percep.de Syllabes 25* < < > QIP et QIV QIV<QIP QIV<QIP QIP<QIV Labyrinthe 12* > > < Planchette sillon. 14* > > < Troubles sensoriels et perceptifs 10*-4 ; > > < 10*-5 ; 10*-6 (Total des deux mains) différence entre les mains Main G < D. Main G. > D. Main G < M D. Rourke Différences chez G3 Différences G2 et G3 1. Plus d erreurs que le groupe 2 2. Mauvaise organisation spatiale des nombres 3. Omission des détails, par exemple les unités de mesure, de prix, de surface 4. Erreurs de procédure 5. Ne change pas de règles quand deux opérations différentes se suivent 6. Troubles graphomoteurs 7. Troubles de la mémoire 8. Troubles du jugement mathématique portant sur le sens des opérations 10

11 Compétence sociale Absence d anxiété sociale Capacité d affiliation Souplesse des modes de communication Capacité à assumer différents rôles sociaux, à réussir des jeux de rôles Modalités de présentation de soi Sensibilité à traiter les messages sociaux, les communications non-verbales Capacité à les émettre Capacité à agir sur autrui Capacité à comprendre autrui (empathie) Troubles de la compétence sociale Décodent mal les messages non-verbaux, comme les expressions émotionnelles et saisissent mal les intentions ou les dispositions d autrui Ont une émission perturbée Espace social mal maîtrisé, les distances convenant aux types de rapports entre individus à statut social défini ne sont pas respectées Contacts visuels perturbés, le plus souvent évités, le regard paraît absent Gestes et mimiques émotionnelles sont pauvres Composants cliniques et cognitifs Trouble tactile prédominant à gauche (reconnaissance de formes) Déficit de coordination prédominant à gauche Déficit d organisation visuo-spatiale Déficit visuo-spatial dans les tâches nouvelles et déficit général à s adapter à de nouvelles situations Déficit en résolution de problèmes non verbaux, dans l humour et l appréciation d incongruités Mauvais sens du temps Mémoire verbale élevée mais pour le matériel verbal complexe Verbosité, pauvre prosodie et pauvre pragmatique Déficit en compréhension de textes et en mathématiques, mais compensation partielle par la mémoire de textes et de formules Déficit en jugement social Hyperactivité dans la période pré-scolaire Trouble déficit de l attention/hyperactivité Rourke 2000 Trouble Déficit de l Attention/Hyperactivité Triade symptomatique Inattention Hyperactivité Impulsivité Inattention Rêveries Distractibilité, faible résistance aux perturbations Difficulté à rester concentré sur une activité pendant une période prolongée et à en poursuivre la réalisation Souvent d apparition plus tardive (5-7 ans) et persiste plus longtemps au cours de la vie du sujet 11

12 Hyperactivité-impulsivité Agitation Mouvements incessants Temps de parole excessifs Manque de réflexion avant d agir Défaut d auto-contrôle Types TDA/H TDA/H mixte : inattention et hyperactivité-impulsivité TDA/H type inattention prédominante TDA/H type hyperactivité/impulsivité prédominante D apparition précoce (3-4 ans) Caractéristiques Prévalence du trouble : 2-3 % des filles et 6-9 % des garçons de 6 à 12 ans ; 2 et 4,5 % à l adolescence et à l âge adulte Sex ratio : 4/1 (épidémiologie) à 9/1 (clinique) Troubles persistent à l adolescence et à l âge adulte Pluralité des facteurs étiologiques Prévalence du TDA/H chez les parents du 1 er degré Aspects génétiques Héritabilité du TDA/H (Tannock, 1998) Études sur des jumeaux Agrégation de TDAH dans les familles d enfants hyperactifs 4 à 5 fois plus importante Taux de concordance plus élevés chez les jumeaux monozygotes (66 %) que chez les dizygotes (28 %) Plusieurs gènes candidats à l étude, impliqués dans le système dopaminergique, mais aussi sérotoninergique et noradrénergique (Faraone et al., 2001, 2005, 2006) Déterminismes dus au milieu Facteurs physico-chimiques tabac et alcool chez la mère durant la grossesse Facteurs psychosociaux (Rutter et al., 1975 ; Biederman et al., 1995) désaccord conjugal important niveau social inférieur famille nombreuse criminalité paternelle trouble mental maternel placement familial Le risque augmente proportionnellement à la sévérité et au nombre des symptômes mais ces facteurs de risque ne sont pas spécifiques au TDA/H Aspects neurobiologiques Système dopaminergique : processus motivationnel et renforcements sélection, initiation, séquençage et maintien des fonctions motrices Système noradrénergique : vigilance et attention sélective traitement et hiérarchisation de l information Le Heuzey, 2004, Cerveau & Psycho 12

13 Répercussions Sur les apprentissages scolaires Interférence avec la mémoire Sur l estime de soi Influence de la motivation Approche multimodale Traitement médicamenteux Travail individuel en psychomotricité, approche comportementale et cognitive Intervention auprès des familles et du milieu scolaire Supériorité d une telle approche Difficultés dans la mise en œuvre Conclusion Trouble chronique Thérapie individualisée Âge Expression du trouble Symptomatologie et comorbidités Intégrée dans une approche multimodale Trouble de l acquisition de la coordination Critères diagnostiques du Trouble de l'acquisition de la coordination (DSM-IV, 1994) A. Les performances dans les activités quotidiennes sont au-dessous du niveau escompté. B. La perturbation interfère de façon significative avec la réussite scolaire ou les activités de la vie courante. C. La perturbation n est pas due à une affection médicale générale et ne répond pas aux critères d un Trouble envahissant du développement. D. Si retard mental, les difficultés motrices dépassent celles habituellement associées à celui-ci. Hétérogénéité Degré de gravité du problème : de la simple lenteur dans les activités motrices à l'incapacité totale de réaliser des apprentissages moteurs Étendue des difficultés de coordination : de l incapacité à réaliser une quelconque action motrice, à un déficit isolé que dans certaines activités quotidiennes ou au niveau manuel Début d apparition des troubles : dès les premiers gestes du nouveau-né ou lors de l'entrée à l'école primaire Association symptomatique : isolé ou associé à un tableau de dyslexie ou d'hyperactivité 13

14 Signes d'appel Difficultés dans les activités de la vie quotidienne Lenteur importante dans les différentes activités motrices Trouble des apprentissages scolaires Caractéristiques Prévalence du trouble 6 % des enfants de 5 à 11 ans Sex ratio : 2/1 à 7/1 Troubles persistent à l adolescence et à l âge adulte Pluralité des facteurs étiologiques dysfonctionnement cérébral (ganglions de la base, cervelet) facteurs héréditaires facteurs pré, péri- ou néonataux absence de stimulation et limitation des occasions d'apprentissage motivation de l'enfant Phénomènes principaux (1) Contrôle postural Hypo ou hypertonie (raideur, posture avachie) Immaturité (crispation des doigts à l écriture) Equilibre statique (unipodal) Equilibre dynamique (saut cloche-pieds) Apprentissages moteurs Nouveauté (vélo) Planification (attraper une balle) Adaptation aux changements (marche surface non familière) Automatisation du mouvement (double tâche) Phénomènes principaux (2) Coordination sensori-motrice Lenteur, imprécision, manque de fluidité, variabilité dans différentes tâches : locomotion, danse, écriture, laçage de chaussures Geuze, 2005 Geuze, 2005 Conclusion Approche pluridisciplinaire Evaluation : fonctions visuoperceptives, visuospatiales et visuomotrices coordinations motrices et écriture praxies gestuelles communications non verbales fonctions exécutives Thérapies cognitives, importance du langage Moyens palliatifs Dysgraphies 14

15 Cadre général D un point de vue psychomoteur, la dysgraphie renvoie au Trouble de l Acquisition de la Coordination (DSM-IV) Le Trouble de l Expression Ecrite concerne surtout le versant orthographique et syntaxique Caractéristiques Prévalence : 5 à 25 % selon les études (Hamstra-Bletz, 1993 ; Mojet, 1991 ; Smits- Engelsman, 1991) Très fréquente chez les enfants présentant des difficultés de coordination motrice et des troubles des apprentissages Perturbations de l écriture Altération de l écriture Troubles spatiaux Troubles syntaxiques Répugnance à écrire Dysgraphie Atteinte de la fonction graphique scripturale se manifestant au niveau des composantes spatiales de l'écriture, alors que les structures morphosyntaxiques ne sont pas touchées (Postel, 1993) Trouble moteur de la réalisation spatiale des éléments graphiques (Moscato et Parain, 1984) Dysgraphie Manifestations Ecriture lente, fatigante, non conforme aux possibilités de tenue instrumentale de l'enfant et à l'âge Ecriture illisible ou trop lente, gênant souvent la bonne marche de la scolarité A partir de 7 ans, quand les premiers apprentissages scolaires sont en voie d acquisition Mauvaise organisation de la page Maladresse du tracé et erreurs de formes et de proportion dans le traçage des lettres Page donnant l'impression d'un travail négligé, sale Espaces entre les lettres et les mots pas respectés L'enfant ne suit pas la ligne 15

16 Manifestations Manifestations Lignes se rapprochent et s'éloignent les unes des autres, aspect sinusoïdal Mouvement heurté, saccadé, manquant de fluidité Trait irrégulier Liaisons entre les lettres absentes ou laborieuses Lettres mal proportionnées, trop larges ou trop hautes ou, au contraire, atrophiées et déformées Difficulté à réaliser des mouvements successifs des doigts (opposition pouce autres doigts) Types de scripteurs (Mojet, 1991) Type A Scripteur rapide. Écriture petite et régulière. Association entre rapidité de production et faible pression sur le crayon. Type B Scripteur lent, lettres correctement formées. Taille moyenne, régulière. La distance horizontale irrégulière. Vitesse lente, temps de pause importants. Pression moyenne. Contrôle excessif. Types de scripteurs (Mojet, 1991) Type C Scripteur rapide, mauvaises formes de lettres. Dimensions excessives, régularité faible. Vitesse rapide, tempo régulier. Type D Scripteur lent, mauvaises formes de lettres. Large et irrégulière. Vitesse lente. Nombre de pauses important. Tempo irrégulier. Pression importante. Problème de coordination motrice. Sandler et al. (1992) Sandler et al. (1992) Dysgraphie avec trouble linguistique et trouble de la motricité fine Dysorthographie. Mauvaise attribution de nom. Mémoire immédiate perturbée. Retard d acquisition de la lecture. Agnosie digitale, syncinésies d imitation, difficultés au test d imitation de gestes. Dysgraphie avec déficits visuospatiaux Lettres mal formées, organisation spatiale de l écriture altérée. Lecture et orthographe normales, épreuves visuospatiales altérées. Dysgraphie avec trouble de l attention et de la mémoire Lecture altérée. Phonation et orthographe mauvaises. Épreuves de mémoire perturbées. Inattention et impulsivité de règle. Dysgraphie avec trouble séquentiel Écriture conservée. Dyscalculie. Production de lettre peu automatisée. Orthographe altérée. Agnosie digitale et trouble des mouvements séquentiels des doigts. Au WISC, QIP > QIV. 16

Le bilan multidisciplinaire : contenu. M.C. Nassogne Service de Neurologie Pédiatrique Cliniques universitaires Saint-Luc

Le bilan multidisciplinaire : contenu. M.C. Nassogne Service de Neurologie Pédiatrique Cliniques universitaires Saint-Luc Le bilan multidisciplinaire : contenu M.C. Nassogne Service de Neurologie Pédiatrique Cliniques universitaires Saint-Luc Bilan multidisciplinaire Evaluation par différents intervenants du développement

Plus en détail

Ce qu est la neuropsychologie

Ce qu est la neuropsychologie Neuropsychologie et troubles d apprentissage Francine Lussier Ph.D., neuropsychologue CÉNOP-FL et CRAN 858-6484 cenopfl@cenopfl.com Ce qu est la neuropsychologie La neuropsychologie est l étude de la relation

Plus en détail

La dyspraxie visuo-spatiale

La dyspraxie visuo-spatiale 1 La dyspraxie visuo-spatiale 2 Définition Dyspraxie visuo-spatiale Introduction La plus fréquente des dyspraxies Association d un trouble du geste de nature dyspraxique et d un trouble visuo-spatial Pathologie

Plus en détail

Troubles Acquisition de la coordination et Dyspraxie de Développement C.Fossoud Centre référent des troubles d Apprentissage

Troubles Acquisition de la coordination et Dyspraxie de Développement C.Fossoud Centre référent des troubles d Apprentissage Troubles Acquisition de la coordination et Dyspraxie de Développement C.Fossoud Centre référent des troubles d Apprentissage T.A.C. et Dyspraxie de Développement Définitions PRAXIES : coordination motrice

Plus en détail

Les troubles spécifiques du développement de la parole et du langage. ASH/Document Béatrice DDEC Gard

Les troubles spécifiques du développement de la parole et du langage. ASH/Document Béatrice DDEC Gard Les troubles spécifiques du développement de la parole et du langage ASH/Document Béatrice DDEC Gard 1 Quelques précisions 3 à 5 % des enfants en âge scolaire souffrent de troubles du langage de type expressif

Plus en détail

Les troubles du mouvement intentionnel : Approche évaluative et conceptuelle des troubles psychomoteurs

Les troubles du mouvement intentionnel : Approche évaluative et conceptuelle des troubles psychomoteurs Les troubles du mouvement intentionnel : Approche évaluative et conceptuelle des troubles psychomoteurs Jean-Michel ALBARET Laboratoire Adaptation Perceptivo-Motrice et Apprentissage EA 3691 Toulouse 21

Plus en détail

FORMATION 03/04/2014 CONSEIL GENERAL DIJON

FORMATION 03/04/2014 CONSEIL GENERAL DIJON DYSPRAXIES / TAC FORMATION 03/04/2014 CONSEIL GENERAL DIJON Diaporama réalisé par Julie LAPREVOTTE, ergothérapeute - D.U. en Neuropsychologie - Certificat Post Grade en Intégration Sensorielle - D.U. PATA

Plus en détail

questions/réponses sur les DYS

questions/réponses sur les DYS D Y S L E X I E, D Y S P H A S I E, D Y S P R A X I E, Les DYS, un handicap émergeant? La Dysphasie trouble du langage oral? La Dyspraxie, trouble de la coordination du geste? La Dyslexie, trouble du langage

Plus en détail

LA DYSPRAXIE, trouble du geste. Caroline FOURNIER, ergothérapeute Laetitia VINCENT, ergothérapeute

LA DYSPRAXIE, trouble du geste. Caroline FOURNIER, ergothérapeute Laetitia VINCENT, ergothérapeute LA DYSPRAXIE, trouble du geste Caroline FOURNIER, ergothérapeute Laetitia VINCENT, ergothérapeute PLAN Ergothérapie : quelques rappels Les praxies La dyspraxie L évaluation Le diagnostic de dyspraxie développementale

Plus en détail

L évolution du langage chez les jeunes enfants

L évolution du langage chez les jeunes enfants L évolution du langage chez les jeunes enfants De la difficulté au trouble Animation pédagogique-brigitte Lavallée 1 Avant-propos La maîtrise du langage, élément fondamental de la réussite scolaire de

Plus en détail

DIFFERENTES FORMES DE DYSLEXIE ET SIGNES D ALERTE

DIFFERENTES FORMES DE DYSLEXIE ET SIGNES D ALERTE DIFFERENTES FORMES DE DYSLEXIE ET SIGNES D ALERTE - TABLEAU RECAPITULATIF, p. 2 à 5 «Les différentes formes de dyslexie» - LES TROUBLES SPECIFIQUES DU LANGAGE ECRIT, p. 6 à 7 «Les signes d alerte» 1 TABLEAU

Plus en détail

OUTILS D ÉVALUATION DES T.A.C. ET DYSPRAXIE

OUTILS D ÉVALUATION DES T.A.C. ET DYSPRAXIE OUTILS D ÉVALUATION DES T.A.C. ET DYSPRAXIE Dépistage 4 ans 9 ans B.R.E.V : Batterie rapide d évaluation fonctions cognitives (C. Billard) Evaluation fonctions cognitives en«écart-type», langagières et

Plus en détail

Sommaire...V. Préface...VII. Chapitre 1. Le trouble déficit d attention/hyperactivité : une approche sociologique...1

Sommaire...V. Préface...VII. Chapitre 1. Le trouble déficit d attention/hyperactivité : une approche sociologique...1 Sommaire...V Préface...VII Chapitre 1. Le trouble déficit d attention/hyperactivité : une approche sociologique...1 1. Introduction... 1 2. Un climat polémique... 4 3. Mutations de la psychiatrie... 7

Plus en détail

«L évolution du langage chez l enfant. l De la difficulté au trouble.»

«L évolution du langage chez l enfant. l De la difficulté au trouble.» «L évolution du langage chez l enfant. l De la difficulté au trouble.» (Marc Delahaie,, médecin m phoniatre, chercheur et formateur) Synthèse Donatien ROUX Chargé de mission «Maîtrise de la langue Prévention

Plus en détail

Le bilan neuropsychologique du trouble de l attention. Ania MIRET Montluçon le 4-12- 2009

Le bilan neuropsychologique du trouble de l attention. Ania MIRET Montluçon le 4-12- 2009 Le bilan neuropsychologique du trouble de l attention Ania MIRET Montluçon le 4-12- 2009 Introduction L attention est une fonction de base dont l intégrité est nécessaire au bon fonctionnement cognitif

Plus en détail

TDAH Trouble Déficitaire de l Attention avec ou sans Hyperactivité

TDAH Trouble Déficitaire de l Attention avec ou sans Hyperactivité TDAH Trouble Déficitaire de l Attention avec ou sans Hyperactivité PLURADYS/intervention Lycée Castel Mathilde MIGNON Neuropsychologue Symptomatologie/Aspects cliniques Symptomatologie selon l âge et le

Plus en détail

Les troubles spécifiques des apprentissages

Les troubles spécifiques des apprentissages Les troubles spécifiques des apprentissages www.apedys78-meabilis.fr En collaboration avec L. Denariaz, psychologue cognitiviste Points clefs Définitions et repérage Quelle est l origine du trouble? Vers

Plus en détail

LA DYSPRAXIE. Un enfant dyspraxique Il s agit d un enfant d intelligence normale qui présente des difficultés de l organisation gestuelle et spatiale.

LA DYSPRAXIE. Un enfant dyspraxique Il s agit d un enfant d intelligence normale qui présente des difficultés de l organisation gestuelle et spatiale. LA DYSPRAXIE Qu est-ce qu une praxie? C est un geste intentionnel qui suppose au préalable l élaboration d un programme moteur avec un but à atteindre. Cela demande une coordination volontaire et résulte

Plus en détail

FONCTIONNEMENT À L ÉCOLE

FONCTIONNEMENT À L ÉCOLE TROUBLES D APPRENTISSAGE Outil de planification du soutien pédagogique Nom de l élève : Année d études : École : Date de naissance : Date : DOMAINE FORCES BESOINS A B C Cocher une catégorie* FONCTIONNEMENT

Plus en détail

L HYPERACTIVITE: ASPECTS CLINIQUES ET THERAPEUTIQUES HISTORIQUE DIAGNOSTIC

L HYPERACTIVITE: ASPECTS CLINIQUES ET THERAPEUTIQUES HISTORIQUE DIAGNOSTIC L HYPERACTIVITE: ASPECTS CLINIQUES ET THERAPEUTIQUES HISTORIQUE Dr. David Da Fonseca Pédopsychiatre Hôpital Sainte Marguerite, Marseille 1902: G. STILL décrit 20 enfants hyperactifs «contrôle moral défectueux»

Plus en détail

DYSPRAXIE ET TROULES VISUO-SPATIAUX

DYSPRAXIE ET TROULES VISUO-SPATIAUX DYSPRAXIE ET TROULES VISUO-SPATIAUX À l école c est dysfficile Journée des pédiatres de maternité 4 juin 2009 P DWORZAK (Centre Hospitalier de Courbevoie Neuilly-sur-Seine) DYSPRAXIE Trouble de la programmation,

Plus en détail

LA DYSLEXIE (http://www.meoevoli.it/logo/slides_dyslexie.pdf)

LA DYSLEXIE (http://www.meoevoli.it/logo/slides_dyslexie.pdf) LA DYSLEXIE (http://www.meoevoli.it/logo/slides_dyslexie.pdf) Anne Revol-Meo Evoli (tel : +39.063332009 e-mail : anne@meoevoli.it) Institut Saint Dominique Rome 9 avril 2003 Anne Revol-Meo Evoli La dyslexie

Plus en détail

Dysphasies : Aspects rééducatifs. Rééducation des Dysphasies. Principes de la rééducation des dysphasies. Grands axes de la rééducation

Dysphasies : Aspects rééducatifs. Rééducation des Dysphasies. Principes de la rééducation des dysphasies. Grands axes de la rééducation Dysphasies : Aspects rééducatifs des Dysphasies Florence George : Orthophoniste CERTA CHU Timone - Marseille Précoce préserver l appétence à la communication Intensive : au moins 3 fois par semaine Accompagnement

Plus en détail

Les Troubles du Spectre Autistique

Les Troubles du Spectre Autistique Le 7 Janvier 2014. Auxiliaires de vie scolaire Les Troubles du Spectre Autistique CRA région PACA Antenne de Nice Service Universitaire de Psychiatrie de l Enfant et de l Adolescent; Pr F.ASKENAZY Nice

Plus en détail

La dysphasie. Pour plus d informations: Informations générales

La dysphasie. Pour plus d informations: Informations générales Pour plus d informations: La dysphasie Institut Raymond-Dewar, programme Adolescents/ Jeunes Adultes et Bégaiement http://www.raymond-dewar.qc.ca Informations générales Dysphasie+ http://www.dysphasieplus.com

Plus en détail

Les difficultés scolaires, ou «l Echec scolaire»

Les difficultés scolaires, ou «l Echec scolaire» Les difficultés scolaires, ou «l Echec scolaire» Par le Dr Stéphane BURLOT Plan : Les chiffres de l échec scolaire La spirale de l echec Les points d appels des difficultés scolaires Les Origines «médicales»

Plus en détail

Le portrait fonctionnel

Le portrait fonctionnel ANNEXE Le portrait fonctionnel Comment dresser le portrait fonctionnel de l enfant? D abord, il importe de lire les séries d énoncés qui suivent et de trouver ceux qui correspondent à votre enfant. Plus

Plus en détail

REEDUCATION DES TROUBLES APHASIQUES. Introduction Historique Principes Généraux

REEDUCATION DES TROUBLES APHASIQUES. Introduction Historique Principes Généraux REEDUCATION DES TROUBLES APHASIQUES Introduction Historique Principes Généraux La réhabilitation du langage : un désir ancien, une pratique récente Aphasie comme «réversion de l évolution» (Jackson 1915)

Plus en détail

N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée

N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée Auteur : J.-A. M. Relecteurs : C. Q., C. L. Statistiques ECN 2008, dossier 4 2008, dossier 7 2010, dossier

Plus en détail

Troubles spécifiques des apprentissages

Troubles spécifiques des apprentissages Troubles spécifiques des apprentissages 1 La démarche diagnostique Dr Chouchane Pédiatre Mme Vinet Psychologue Dr Dulieu Médecin rééducateur Dr Guimas Pédiatre Mme Saltarelli Orthophoniste Mme Laprevotte

Plus en détail

Psychomotricité et Trouble de l Acquisition de la Coordination (TAC)

Psychomotricité et Trouble de l Acquisition de la Coordination (TAC) DU Approche neurologique, linguistique et cognitive des troubles d apprentissage Marseille, 8 juin2012 Psychomotricité et Trouble de l Acquisition de la Coordination (TAC) Jean-Michel ALBARET jean-michel.albaret@univ-tlse3.fr

Plus en détail

Comportement de l enfant. Observation jeux libres OBJECTIFS DES JOURNEES D EVALUATION LE BILAN PSYCHOLOGIQUE DANS LE CADRE DES EVALUATIONS

Comportement de l enfant. Observation jeux libres OBJECTIFS DES JOURNEES D EVALUATION LE BILAN PSYCHOLOGIQUE DANS LE CADRE DES EVALUATIONS LE BILAN PSYCHOLOGIQUE DANS LE CADRE DES EVALUATIONS OBJECTIFS DES JOURNEES D EVALUATION Deux séances d une heure chacune sont aménagées pour le bilan psychologique Linda Harré Psychologue CIERA Bilan

Plus en détail

L INTELLIGENCE CHEZ L ENFANT (Bases neurologiques, Déficience, Précocité) 1 er et 2 octobre 2015

L INTELLIGENCE CHEZ L ENFANT (Bases neurologiques, Déficience, Précocité) 1 er et 2 octobre 2015 Le Centre Régional de Diagnostic des Troubles d'apprentissage organise, dans le cadre de son activité de formation universitaire, cinq sessions de 2 jours et deux sessions d une journée dédiées aux troubles

Plus en détail

Introduction Différentes approches conceptuelles des aphasies et des troubles du langage

Introduction Différentes approches conceptuelles des aphasies et des troubles du langage Introduction Différentes approches conceptuelles des aphasies et des troubles du langage Pascale Pradat-Diehl Service MPR de la Salpêtrière pascale.pradat@psl.aphp.fr PLAN Langage, aphasies et aphasiques

Plus en détail

SIGNES D APPEL LES DIFFICULTES DE L ÉLÈVE DYSLEXIQUE DIFFICULTES EN LECTURE DIFFICULTES EN ECRITURE

SIGNES D APPEL LES DIFFICULTES DE L ÉLÈVE DYSLEXIQUE DIFFICULTES EN LECTURE DIFFICULTES EN ECRITURE LES DIFFICULTES DE L ÉLÈVE DYSLEXIQUE DIFFICULTES EN LECTURE Il ne parvient pas à lire comme les élèves de son âge Il est très lent Il se fatigue très vite SIGNES D APPEL 1 Il est en difficulté lorsque

Plus en détail

Enfance en difficulté : Glossaire

Enfance en difficulté : Glossaire Enfance en difficulté : Glossaire Objectifs Vous fournir les définitions des termes relatifs à l enfance en difficulté qui sont utilisés dans le système de l Éducation en Ontario. Anomalie Une anomalie

Plus en détail

Langage oral, langage écrit...

Langage oral, langage écrit... Langage oral, langage écrit... De la difficulté... Aux troubles C Billard Kremlin Bicêtre Paris santé réussite www.arta.fr le concept de Troubles Spécifiques du Langage : les questions? Quand s inquiéter

Plus en détail

La vision. Rôle de première ligne. Approche multidisciplinaire. Geneviève Provost Francine Gaulin optométristes

La vision. Rôle de première ligne. Approche multidisciplinaire. Geneviève Provost Francine Gaulin optométristes La vision Geneviève Provost Francine Gaulin optométristes Rôle de première ligne Premier examen visuel entre 6 mois et 1 an Deuxième examen visuel à partir de 3 ans. Troisième examen visuel avant l entrée

Plus en détail

EN GUISE D INTRODUCTION

EN GUISE D INTRODUCTION EN GUISE D INTRODUCTION "Nous sommes ce que le regard des autres fait de nous. Quand le regard des autres nous méprise, nous devenons méprisables. Et quand le regard des autres nous rend merveilleux, eh

Plus en détail

Fiche pratique «Adaptation de tests» L2MA C. CHEVRIE-MULLER, A.M. SIMON, S. FOURNIER, 1997 LANGAGE ORAL

Fiche pratique «Adaptation de tests» L2MA C. CHEVRIE-MULLER, A.M. SIMON, S. FOURNIER, 1997 LANGAGE ORAL Fiche pratique «Adaptation de tests» C. CHEVRIE-MULLER, A.M. SIMON, S. FOURNIER, 1997 LANGAGE ORAL 1. 2. et 8. FLUENCES PHONETIQUES ET SEMANTIQUES, ANTONYMES Objectifs Evaluer le stock phonologique de

Plus en détail

Item!49.!Evaluation!clinique!et!fonctionnelle!d un!handicap! sensoriel!:!la!surdité!! Objectifs pédagogiques

Item!49.!Evaluation!clinique!et!fonctionnelle!d un!handicap! sensoriel!:!la!surdité!! Objectifs pédagogiques Item!49.!Evaluation!clinique!et!fonctionnelle!d un!handicap! sensoriel!:!la!surdité!!! I.! Les surdités :! II.! Le handicap sensoriel chez l enfant.! III.! Le handicap sensoriel chez l adulte :! IV.! Le

Plus en détail

LES TROUBLES DE LA PAROLE ET DU LANGAGE

LES TROUBLES DE LA PAROLE ET DU LANGAGE Document à destination des personnels de l enseignement supérieur. Mieux appréhender l arrivée d un(e) étudiant(e) en situation de handicap. LES TROUBLES DE LA PAROLE ET DU LANGAGE 1 Fiche pratique «Handicap»

Plus en détail

ECU E45SL Semestre 2 Préparation aux études d orthophonie

ECU E45SL Semestre 2 Préparation aux études d orthophonie ECU E45SL Semestre 2 Préparation aux études d orthophonie Christelle Dodane Tel. 04-67-14-26-37 Courriel : christelle.dodane@univ-montp3.fr Plan général de l enseignement 1) L orthophonie : présentation

Plus en détail

Développer la maîtrise du langage à l école maternelle

Développer la maîtrise du langage à l école maternelle Développer la maîtrise du langage à l école maternelle Agnès FLORIN Université de Nantes, Centre de Recherche en Education de Nantes (CREN EA2661) DDEC 56, 3 octobre 2012 Introduction Le langage ne commence

Plus en détail

Comment aider un enfant dysphasique? A l extérieur de l école. Motivation de l élève Estime de soi. Troubles du comportement

Comment aider un enfant dysphasique? A l extérieur de l école. Motivation de l élève Estime de soi. Troubles du comportement Comment aider un enfant dysphasique? Un document proposé par Christelle CHARRIER, conseillère pédagogique et Françoise VINCENT, formatrice à l' IUFM A l école mettre en place un programme d enrichissement

Plus en détail

LES ÉVALUATIONS RELIÉES À L IDENTIFICATION DES TROUBLES ACTIVITÉS 3.6.1 3.6.2 3.6.3

LES ÉVALUATIONS RELIÉES À L IDENTIFICATION DES TROUBLES ACTIVITÉS 3.6.1 3.6.2 3.6.3 Des compétences professionnelles partagées en santé mentale et en relations humaines: la personne au premier plan LES ÉVALUATIONS RELIÉES À L IDENTIFICATION DES TROUBLES ACTIVITÉS 3.6.1 3.6.2 3.6.3 LES

Plus en détail

Différents accommodements ou services pour différentes limitations fonctionnelles

Différents accommodements ou services pour différentes limitations fonctionnelles Différents accommodements ou services pour différentes limitations fonctionnelles Appuyés sur un diagnostic médical (rapport médical) ou une évaluation (dyslexie, dysorthographie, dyscalculie) puis une

Plus en détail

LA PRÉMATURITÉ II.CONSEQUENCE SUR LE DEVELOPPEMENT ET LA SANTE DE L ENFANT

LA PRÉMATURITÉ II.CONSEQUENCE SUR LE DEVELOPPEMENT ET LA SANTE DE L ENFANT LA PRÉMATURITÉ I.DEFINITION Durée de gestation normale : 40 semaines Bébés légèrement prématurés : nés entre 33 et 37 semaines complètes d âge gestationnel ou ont un poids entre 1500 et 2500 grammes ou

Plus en détail

Le Développement. Dodley Severe Janvier 2007

Le Développement. Dodley Severe Janvier 2007 Le Développement Dodley Severe Janvier 2007 Objectifs Connaître et comprendre les principes et les facteurs influençant la croissance physique et le développement intégral de l enfant Délimiter les secteurs

Plus en détail

LES TROUBLES DU GRAPHISME LA RÉÉDUCATION: QUAND ET COMMENT PASSER PAR L ORDINATEUR?

LES TROUBLES DU GRAPHISME LA RÉÉDUCATION: QUAND ET COMMENT PASSER PAR L ORDINATEUR? LES TROUBLES DU GRAPHISME LA RÉÉDUCATION: QUAND ET COMMENT PASSER PAR L ORDINATEUR? BUJWID Alexandra Ergothérapeute SMPRE CRTLA CHU RENNES Octobre 2012 L écriture est un geste complexe L écriture est une

Plus en détail

Définition de la dyspraxie

Définition de la dyspraxie E.BINTZ Définition de la dyspraxie Dys : manque en grec Praxie : action, mouvement, adaptation du mouvement au but recherché C est un trouble de la planification et de la coordination des mouvements qui

Plus en détail

Trouble Déficitaire de l Attention avec (ou sans) Hyperactivité T.D.A.H. Francine Delenne CPC ASH 07 Animation Aubenas 2 15 mai 2013

Trouble Déficitaire de l Attention avec (ou sans) Hyperactivité T.D.A.H. Francine Delenne CPC ASH 07 Animation Aubenas 2 15 mai 2013 Trouble Déficitaire de l Attention avec (ou sans) Hyperactivité T.D.A.H Francine Delenne CPC ASH 07 Animation Aubenas 2 15 mai 2013 Plan Des exemples Des terminologies variées Les étapes du diagnostic

Plus en détail

DYSPRAXIES. Dr. M. Mazeau, LADAPT, 75011, FRANCE. Répercussions sur les apprentissages scolaires

DYSPRAXIES. Dr. M. Mazeau, LADAPT, 75011, FRANCE. Répercussions sur les apprentissages scolaires DYSPRAXIES Dr. M. Mazeau, LADAPT, 75011, FRANCE Répercussions sur les apprentissages scolaires MONDE EXT CERVEAU A C T I O N S Organes moteurs Organes sensoriels Organes sensitifs moteurs Attention - Motivation

Plus en détail

TDAH. Le TDAH et les troubles concomitants chez l enfant

TDAH. Le TDAH et les troubles concomitants chez l enfant TDAH Le TDAH et les troubles concomitants chez l enfant LE TDAH ET LES ENFANTS Le trouble déficitaire de l attention avec hyperactivité (TDAH) est une affection médicale reconnue qui demande souvent l

Plus en détail

Quel rôle pour le pédiatre face aux troubles des apprentissages de l enfant?

Quel rôle pour le pédiatre face aux troubles des apprentissages de l enfant? Quel rôle pour le pédiatre face aux troubles des apprentissages de l enfant? Journée de formation PLURADYS 26 novembre 2010 Dr Jean-Louis GUIMAS Pédiatre Dijon Le pédiatre, médecin de l enfance Dès la

Plus en détail

Langage et communication d enfants avec autisme

Langage et communication d enfants avec autisme Langage et communication d enfants avec autisme Estelle Petit Orthophoniste Troubles autistiques Triade autistique : Trouble des interactions sociales Trouble de la communication Intérêts restreints, stéréotypés

Plus en détail

LES TROUBLES DU SPECTRE AUTISTIQUE

LES TROUBLES DU SPECTRE AUTISTIQUE LES TROUBLES DU SPECTRE AUTISTIQUE Session 4 CAPA-SH, 13/02/2015 UN TROUBLE DU DÉVELOPPEMENT CÉRÉBRAL Développement particulier 2 À EXPRESSION PRÉCOCE Particularités observables souvent dès la première

Plus en détail

TSA VS TED: CHANGEMENTS APPORTÉS PAR LE DSM-5

TSA VS TED: CHANGEMENTS APPORTÉS PAR LE DSM-5 TSA VS TED: CHANGEMENTS APPORTÉS PAR LE DSM-5 PLAN DE LA SOIRÉE Base des changements et orientations associées au DSM-5 TED TSA Critères diagnostiques Principaux changements Défis et enjeux Trouble de

Plus en détail

Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire?

Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire? Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire? L épilepsie concerne plus de 500 000 personnes en France, dont la moitié sont des enfants ou des adolescents.

Plus en détail

Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte

Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte Juillet 2011 Démarche diagnostique et d évaluation du fonctionnement chez l adulte Généralités Diagnostic

Plus en détail

EVALO 2-6 Evaluation du développement du langage oral

EVALO 2-6 Evaluation du développement du langage oral EVALO 2-6 Evaluation du développement du langage oral Coquet Françoise, Ferrand Pierre et Roustit Jacques Batterie pour l évaluation du développement du langage oral chez l enfant de 2 ans 3 mois à 6 ans

Plus en détail

Les troubles spécifiques du langage et des apprentissages chez l'enfant précoce.

Les troubles spécifiques du langage et des apprentissages chez l'enfant précoce. Les troubles spécifiques du langage et des apprentissages chez l'enfant précoce. Laurent Lesecq orthophoniste CRTLA. CHU Amiens CRDP. Octobre 2012 laurent.lesecq@wanadoo.fr C est quoi l intelligence? Alfred

Plus en détail

TROUBLES DES APPRENTISSAGES

TROUBLES DES APPRENTISSAGES TROUBLES DES APPRENTISSAGES Quels indices prendre en compte pour un repérage étayé? Observer les jeunes enfants dans leur comportement, dans leurs apprentissages, à l aide de critères précis et pertinents

Plus en détail

La dyspraxie Pour mieux comprendre ces enfants qui ne savent pas quoi faire du monde dans lequel ils vivent.

La dyspraxie Pour mieux comprendre ces enfants qui ne savent pas quoi faire du monde dans lequel ils vivent. Pour mieux comprendre ces enfants qui ne savent pas quoi faire du monde dans lequel ils vivent. livret informatif destiné aux familles du programme Enfants et adolescents Centre de réadaptation Estrie,

Plus en détail

La Collection Tirelire

La Collection Tirelire La Collection Tirelire Les logiciels de la Collection Tirelire sont des logiciels pédagogiques pour l entrée dans l écrit des adultes non-lecteurs et non-scripteurs. Ils sont destinés à être utilisés par

Plus en détail

Dyslexie chez l adolescent et l adulte: la décision de compensation à l aide d EVALAD

Dyslexie chez l adolescent et l adulte: la décision de compensation à l aide d EVALAD Dyslexie chez l adolescent et l adulte: la décision de compensation à l aide d EVALAD Catherine Pech-Georgel, Médecin phoniatre Florence Poracchia-George Orthophoniste CERTA - IDEC TROUBLES D APPRENTISSAGE

Plus en détail

Rencontre du CCED. Processus CIPR. le mardi 15 octobre 2013

Rencontre du CCED. Processus CIPR. le mardi 15 octobre 2013 Rencontre du CCED Processus CIPR le mardi 15 octobre 2013 000008 Processus du comité d identification, de placement et de révision (CIPR) et du comité d appel Les dispositions particulières au processus

Plus en détail

Difficultés en mathématiques : Dyscalculie ou anxiété des maths? Anne THOMAS, Orthophoniste SESSD APF Laura CANELL, Neuropsychologue SESSD APF

Difficultés en mathématiques : Dyscalculie ou anxiété des maths? Anne THOMAS, Orthophoniste SESSD APF Laura CANELL, Neuropsychologue SESSD APF Difficultés en mathématiques : Dyscalculie ou anxiété des maths? Anne THOMAS, Orthophoniste SESSD APF Laura CANELL, Neuropsychologue SESSD APF Avril 2015 Introduction PLAN I. Apports théoriques 1. Dyscalculie

Plus en détail

Déficience motrice. Mon élève :...

Déficience motrice. Mon élève :... Déficience motrice Mon élève :.. Les caractéristiques des déficiences motrices Informations extraites du guide Handiscol «Guide pour les enseignants qui accueillent un élève présentant une déficience motrice»

Plus en détail

Troubles des apprentissages. Diagnostic clinique et arbre décisionnel.

Troubles des apprentissages. Diagnostic clinique et arbre décisionnel. 1 Troubles des apprentissages. Diagnostic clinique et arbre décisionnel. D après la communication de C. Billard (CHU de Bicêtre, le Kremlin-Bicêtre) Compte rendu : H. Collignon Les troubles des apprentissages

Plus en détail

ECU E27 SL Semestre 2

ECU E27 SL Semestre 2 ECU E27 SL Semestre 2 ECUPréparation aux études d orthophonie Christelle Dodane Permanence : H211, mardi, de 10h à 11h - Tel. 04-67-14-26-37 Courriel : christelle.dodane@univ-montp3.fr Plan général de

Plus en détail

LE BILAN DU JEUNE ENFANT RÉINVENTÉ!

LE BILAN DU JEUNE ENFANT RÉINVENTÉ! LE BILAN DU JEUNE ENFANT RÉINVENTÉ! LA REVOLUTION Plus qu'une simple révision, la WPPSI -IV est une évolution majeure pour l'examen psychologique : l évaluation est à la fois plus écologique et rigoureuse

Plus en détail

HANDICAP COGNITIF. Ariel CONTE Président de CORIDYS ariel.conte@tiscali.fr www.coridys.asso.fr

HANDICAP COGNITIF. Ariel CONTE Président de CORIDYS ariel.conte@tiscali.fr www.coridys.asso.fr Ariel CONTE Président de CORIDYS ariel.conte@tiscali.fr www.coridys.asso.fr HANDICAP COGNITIF Mieux prendre en compte les aspects neuropsychologiques et cognitifs dans le Guide d évaluation multidimensionnelle

Plus en détail

Le psychomotricien et l enfant haut potentiel : une rencontre à haut risque? À la découverte de soi-même

Le psychomotricien et l enfant haut potentiel : une rencontre à haut risque? À la découverte de soi-même Le psychomotricien et l enfant haut potentiel : une rencontre à haut risque? À la découverte de soi-même 1 Pourquoi la psychomotricité? - elle est le lien entre le corps, la psyché, les émotions, - les

Plus en détail

La prise en charge des personnes avec autisme et troubles envahissants du développement : l'intervention adaptée et individualisée

La prise en charge des personnes avec autisme et troubles envahissants du développement : l'intervention adaptée et individualisée Approche neurocognitive de l autisme Symposium 2008 Samedi 18 octobre 2008 La prise en charge des personnes avec autisme et troubles envahissants du développement : l'intervention adaptée et individualisée

Plus en détail

Psychomotricité et retard intellectuel : le travail du psychomotricien dans un foyer d accueil spécialisé

Psychomotricité et retard intellectuel : le travail du psychomotricien dans un foyer d accueil spécialisé 001 GUITARD 21/07/06 11:05 Page 1 Psychomotricité et retard intellectuel : le travail du psychomotricien dans un foyer d accueil spécialisé S. GUITARD 1 Les indications en psychomotricité sont nombreuses.

Plus en détail

PSYCHOMOTRICITE ET LATERALITE

PSYCHOMOTRICITE ET LATERALITE PSYCHOMOTRICITE ET LATERALITE I. Développement moteur Le développement moteur: -la locomotion -la préhension -les gestes et articulation vocale de communication -les mimiques et attitudes des émotions

Plus en détail

TROUBLES SPECIFIQUES DES APPRENTISSAGES DEMARCHES DE REPERAGE ET AMENAGEMENTS PEDAGOGIQUES AU COLLEGE

TROUBLES SPECIFIQUES DES APPRENTISSAGES DEMARCHES DE REPERAGE ET AMENAGEMENTS PEDAGOGIQUES AU COLLEGE TROUBLES SPECIFIQUES DES APPRENTISSAGES DEMARCHES DE REPERAGE ET AMENAGEMENTS PEDAGOGIQUES AU COLLEGE GROUPE DEPARTEMENTAL «TROUBLES SPECIFIQUES DES APPRENTISSAGES» 2008-2009 2 SOMMAIRE Introduction de

Plus en détail

LES TROUBLES NEUROVISUELS

LES TROUBLES NEUROVISUELS LES TROUBLES NEUROVISUELS CHEZ L ENFANT : CÉCITÉ CORTICALE ET DÉFICIENCE VISUELLE S A R A H G U I L L E M A I N P SYC H O L O G U E - N E U R O P SYC H O L O G U E Séjour d échanges Québec 30 octobre 2014

Plus en détail

Troubles Dys. Dossier technique

Troubles Dys. Dossier technique Dossier technique Décembre 2014 Troubles Dys Guide d appui pour l élaboration de réponses aux besoins des personnes présentant des troubles spécifiques du langage, des praxies, de l attention et des apprentissages

Plus en détail

Quelles sont les caractéristiques de la perception tactile manuelle chez les jeunes enfants et leurs conséquences cognitives?

Quelles sont les caractéristiques de la perception tactile manuelle chez les jeunes enfants et leurs conséquences cognitives? Quelles sont les caractéristiques de la perception tactile manuelle chez les jeunes enfants et leurs conséquences cognitives? Par Edouard GENTAZ Professeur de Psychologie, Université de Genève Habituellement,

Plus en détail

2/ DIFFICULTES A L ECRIT

2/ DIFFICULTES A L ECRIT Adaptations Primaire Difficultés repérées Adaptations et aménagements possibles (non exhaustifs) 1/ DIFFICULTES EN LECTURE - Lenteur en lecture - Erreurs de lecture - Compréhension difficile du texte lu

Plus en détail

APPRENDRE À PARLER ET

APPRENDRE À PARLER ET APPRENDRE À PARLER ET SAVOIR PARLER Corinne Gallet : enseignante ressource TSL L IMPORTANCE DU LANGAGE Le langage est un outil de pensée Le langage est un outil de communication Le langage est un indicateur

Plus en détail

Langage et Aphasies. Paul Broca (1824-1880)

Langage et Aphasies. Paul Broca (1824-1880) Langage et Aphasies Paul Broca (1824-1880) I- Le langage et son évaluation Donnez le nom d un objet servant à mesurer les angles. Langage : quelques erreurs «Une table, non..une chaise, non.» «Un tatu..tabuba..non

Plus en détail

Mise en place d activités de stimulation et maintient du lien social. Accompagnement de la vie aide aux repères temps et espace

Mise en place d activités de stimulation et maintient du lien social. Accompagnement de la vie aide aux repères temps et espace Mise en place d activités de stimulation et maintient du lien social. Accompagnement de la vie aide aux repères temps et espace Circuit de l'émotion Fonctions Cognitives Définition : Ensemble des processus

Plus en détail

Les dys à haut potentiel : reconnaître, comprendre, expliquer. Michel Habib, Neurologue CHU Timone, Marseille

Les dys à haut potentiel : reconnaître, comprendre, expliquer. Michel Habib, Neurologue CHU Timone, Marseille Les dys à haut potentiel : reconnaître, comprendre, expliquer Michel Habib, Neurologue CHU Timone, Marseille We may usefully think of the language faculty, the number faculty, and others, as "mental organs,"

Plus en détail

Annexé au Livret Personnel de Compétences Nom : Prénom : Date de naissance : Livret délivré le

Annexé au Livret Personnel de Compétences Nom : Prénom : Date de naissance : Livret délivré le Annexé au Livret Personnel de Compétences Nom :... Prénom : Date de naissance : Livret délivré le par le Directeur d école ou le Chef d établissement par le médecin scolaire Objectifs Ce livret est délivré

Plus en détail

Mon enfant est... Dysphasique?

Mon enfant est... Dysphasique? Mon enfant est... Dysphasique? Guide à destination des parents : Des réponses à vos questions PREFACE La dysphasie est un trouble du développement du langage. Comment en reconnaître les signes? Il s agit

Plus en détail

La dyspraxie. Théorie et aménagements. Formation SEGPA - Nice - Novembre 2014. CEntre de Référence des Troubles des Apprentissages Marie Pécheux-Grimm

La dyspraxie. Théorie et aménagements. Formation SEGPA - Nice - Novembre 2014. CEntre de Référence des Troubles des Apprentissages Marie Pécheux-Grimm La dyspraxie Théorie et aménagements Formation SEGPA - Nice - Novembre 2014 CEntre de Référence des Troubles des Apprentissages Marie Pécheux-Grimm Qu est-ce qu une praxie? Une praxie est un programme

Plus en détail

Approche clinique: que faire devant une suspicion de retard mental?

Approche clinique: que faire devant une suspicion de retard mental? Approche clinique: que faire devant une suspicion de retard mental? Dr Nathalie MEÏER, CH Carcassonne. Soirée de la SOFOMEC «Le handicap mental : de l enfant à l adulte», 3 Juin 2010 Les approches cliniques

Plus en détail

Évaluation neuropsychologique et difficultés d apprentissage: déroulement et impact sur l enfant

Évaluation neuropsychologique et difficultés d apprentissage: déroulement et impact sur l enfant Évaluation neuropsychologique et difficultés d apprentissage: déroulement et impact sur l enfant Charles Leclerc, Ph.D., C.Psych. Membre du CPO Membre de l OPQ Neuropsychologue 20 février 2013 Objectifs

Plus en détail

EVALAD évaluation du langage écrit et des compétences transversales Adolescents de 1ère et de terminale ou Adultes.

EVALAD évaluation du langage écrit et des compétences transversales Adolescents de 1ère et de terminale ou Adultes. EVALAD évaluation du langage écrit et des compétences transversales Adolescents de 1ère et de terminale ou Adultes. Catherine Pech-Georgel, Florence George évaluation du langage écrit et justification

Plus en détail

Propositions d aménagements pour l enfant concerné par des difficultés praxiques.

Propositions d aménagements pour l enfant concerné par des difficultés praxiques. Propositions d aménagements pour l enfant concerné par des difficultés praxiques. En noir : des pistes. En bleu : des composantes pour ces pistes. En vert : des exemples. En général : Créer un climat de

Plus en détail

DYSLEXIE ET DYSORTHOGR APHIE Informations et recommandations à l usage des enseignants

DYSLEXIE ET DYSORTHOGR APHIE Informations et recommandations à l usage des enseignants 1 DYSLEXIE ET DYSORTHOGR APHIE Informations et recommandations à l usage des enseignants Département de la formation de la jeunesse et de la culture 2 3 Chères enseignantes, chers enseignants, Dans le

Plus en détail

DYSPRAXIES. Définition, scolarisation

DYSPRAXIES. Définition, scolarisation DYSPRAXIES Définition, scolarisation 1 Sources Livres: Michel Mazeau «Déficits visuo-spatiaux et dyspraxies de l enfant, du trouble à la rééducation. Neuropsychologie et troubles des apprentissages, du

Plus en détail

ÉVALUATION A L ÂGE DE 7 ANS

ÉVALUATION A L ÂGE DE 7 ANS ÉVALUATION A L ÂGE DE 7 ANS Feuillet blanc à destination du réseau Feuillet rose à conserver par le médecin qui a fait l examen Feuillet bleu reste dans le classeur de l enfant N inclusion Nom de l enfant

Plus en détail

AUTISME Troubles Envahissants du Développement

AUTISME Troubles Envahissants du Développement AUTISME Troubles Envahissants du Développement Sémiologie chez le nourrisson Dr Stéphanie Marignier, neuropédiatre Centre de Ressources Autisme Rhône-Alpes Troubles envahissants du développement altérations

Plus en détail

7515, promenade Forest Glade. Windsor, Ontario N8T 3P5

7515, promenade Forest Glade. Windsor, Ontario N8T 3P5 7515, promenade Forest Glade Windsor, Ontario N8T 3P5 Mission Dans une ambiance scolaire catholique, francophone et accueillante, le Conseil scolaire catholique Providence offrira une éducation de qualité

Plus en détail

Document test AP-TSA

Document test AP-TSA ACADEMIE D'ORLEANS TOURS Inspection Académique d'indre et Loire Promotion de la Santé en faveur des Elèves Document test AP-TSA AMENAGEMENTS PEDAGOGOGIQUES POUR UN ELEVE PRESENTANT UN TROUBLE SPECIFIQUE

Plus en détail