Classifications. Troubles des apprentissages. Définition TA (1/5) Définition TA (2/5) Troubles des apprentissages

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Classifications. Troubles des apprentissages. Définition TA (1/5) Définition TA (2/5) Troubles des apprentissages"

Transcription

1 Classifications Troubles des apprentissages Jean-Michel Albaret Laboratoire Adaptation Perceptivo- Motrice et Apprentissage EA 3691 V.F V.F Retard mental Troubles des apprentissages Troubles de l enfance et de l adolescence (DSM-IV-TR) Troubles des habiletés motrices Troubles de la communication Troubles envahissants du développement Trouble de la lecture Trouble du calcul Trouble de l expression écrite Incapacité d apprentissage non verbal Trouble de l acquisition de la coordination (TAC) Troubles : déficit de l attention/hyperactivité et comportement perturbateur Troubles de l alimentation et troubles des conduites alimentaires Troubles : tics Trouble des conduites TOP TDA/H Troubles des apprentissages Réalités hétérogènes, classifications multiples, variant selon les auteurs Rarement isolés Associés à TAC, TDA/H, troubles de la conduite Grèvent lourdement l'évolution de l'enfant et son adaptation au milieu Justiciables d'interventions spécifiques Troubles du contrôle sphinctérien Définition TA (1/5) «Les troubles développementaux des apprentissages sont un ensemble de difficultés des apprentissages qui ne peuvent être attribuées ni à un retard intellectuel, ni à un handicap physique, ni à des conditions adverses de l environnement. Ces difficultés sont inattendues compte-tenu des autres aspects du développement, elles apparaissent très tôt dans la vie et interfèrent avec le développement normal. Elles persistent souvent jusqu à l âge adulte». (Rutter, 1989) Définition TA (2/5) Les performances du sujet à des tests standardisés, passés de façon individuelle, portant sur la lecture, le calcul ou l expression écrite sont nettement au-dessous du niveau escompté, compte tenu de son âge, de son niveau scolaire et de son niveau intellectuel. Les problèmes d apprentissage interfèrent de manière significative avec la réussite scolaire ou les activités de la vie courante qui nécessitent de savoir lire, compter ou écrire. DSM-IV-TR 1

2 Définition TA (3/5) La note obtenue aux épreuves, administrées individuellement, se situe à au moins deux écarts-types en dessous du niveau escompté, compte tenu de l âge chronologique et du QI Le trouble interfère de façon significative avec les performances scolaires ou les activités de la vie courante Le trouble ne résulte pas directement d un déficit sensoriel La scolarisation s effectue dans les normes habituelles Le QI est supérieur ou égal à 70 Définition TA (4/5) Dysfonctionnements qui affectent l'acquisition, l'organisation, la rétention, la compréhension ou l'utilisation de l'information verbale ou non verbale. Distincts de la déficience intellectuelle. CIM-10 Définition TA (5/5) Les troubles d'apprentissage durent toute la vie Leur expression peut varier au cours de la vie : interaction entre les contraintes du milieu et les forces et les besoins individuels. Indices de troubles d'apprentissage : Sous-performance scolaire inattendue Performance maintenue grâce à des efforts et un soutien d'une intensité bien au-delà des mesures ordinaires Trois critères Discordance entre les difficultés à des épreuves liées au trouble et bonnes performances à d autres épreuves cognitives (QI) ; Exclusion : retard global, handicap sensoriel, environnement défavorable, troubles mentaux avérés; Facteurs intrinsèques Association de troubles Définition comorbidité Tble 1 Tble 2 cause cause Comorbidité ou co-occurrence avec étiologies différentes Tble 1 Tble 2 cause Co-occurrence avec étiologie commune Présence concomitante de deux entités nosologiques ou plus Association de deux entités (ex : TAC et TDA/H) Exclusion de l'une ou l'autre (TAC ou TDA/H) Suggestion de l existence d'une troisième entité (Déficit de l Attention, du Contrôle Moteur et de la Perception - DAMP) D après Kaplan et al

3 Comorbidités des troubles des apprentissage Comorbidités Trouble déficitaire de l attention/hyperactivité (Barkley, 1990; Biederman, Newcorn & Sprich, 1991; Mayes & Calhoun, 2006; Shaywitz et al., 1995) Troubles de l Acquisition de la Coordination (Kaplan et al., 1998; Ramus, 2004) Dysgraphie (Miyahara et al., 1990; Waber & Berstein, 1994) * * Dyschronie : trouble du repérage temporel Habib, 2003 Comorbidités Modèle du Développement Cérébral Atypique (Kaplan et al., 1998) Système d apprentissage déclaratif Troubles développementaux Typologie Système d apprentissage procédural (SAP) TDAH Dyslexie SAP cortico-striatal Langage SAP Cortico-striatal SAP cortico-striatal Motricité SAP Cortico-cérébelleux SAP cortico-cérébelleux Langage SAP cortico-cérébelleux Motricité 26 TAC Troubles d apprentissage généralisé Trouble spécifique du langage oral Trouble de l acquisition de la coordination Dyslexie TDA/H inattention TAC? Nicolson & Fawcett, 2007 Modèle de Ramus Ectopies Facteurs de susceptibilité génétique pour anomalies corticales Modulation génétique de la localisation Facteurs de susceptibilité génétique Facteur environnemental Biologie Conditions hormonales Anomalies périsylviennes gauches Perturbations thalamiques CGL-CGM Perturbation cortex pariétal supérieur Perturbation cérébelleuse Cognition Comportement Récupération lexicale lente Dénomination lente Faible mémoire verbale à court terme Faible empan de chiffres Faible conscience phonologique Contrepèteries difficiles Mauvaises correspondances graphèmesphonèmes Lecture déficiente Trouble auditif Faible discrimination de fréquences Trouble visuel Faible détection de contrastes Trouble moteur Maladresse Ramus, 2004 Ectopie de la couche moléculaire dans un cerveau de personne dyslexique (Ramus, 2004) Distribution générale des ectopies corticales observées à travers plusieurs sujets dyslexiques (source : Glenn D. Rosen) 3

4 Comorbidité Dans le domaine médical : Association de deux ou plusieurs entités cliniques avec étiologie et physiopathologie différentes et traitement différents. Dans le cadre des troubles de l enfant et de l adolescent : catégories diagnostiques moins bien délimitées Syndromes psychologiques et comportementaux : écarts à la moyenne ou à la norme (Angold, 1988). Problème avec le système de classification? Modification des cadres nosologiques? TDA/H et trouble des apprentissages Fréquence varie de 10% à 92% Problème de définition et de critères (âge, lieu de recrutement Troubles des apprentissages difficultés scolaires Si critères stricts : 10 % (Shaywitz & Shaywitz, 1986) Plusieurs hypothèses TDAH conduit à l échec scolaire Trouble de l apprentissage scolaire entraîne une hyperactivité Origine commune aux deux Définition Dyslexie «La dyslexie est un trouble spécifique de l apprentissage dont les origines sont neurobiologiques. Elle est caractérisée par des difficultés dans la reconnaissance exacte et/ou fluente des mots ainsi que par une orthographe des mots et des capacités de décodage limitées. Ces difficultés résultent d un déficit dans la composante phonologique du langage inattendu par rapport aux autres capacités cognitives Les conséquences secondaires peuvent inclure des problèmes dans la compréhension en lecture. Cela peut entraîner une expérience réduite dans la lecture qui pourrait empêcher la croissance du vocabulaire de l enfant et ses connaissances générales» (Lyon et al., 2003) Définition Déficit spécifique et durable de l acquisition de la lecture Décalage de lecture > 18 mois / enfants du même âge Tests standardisés de lecture pour le diagnostic (vitesse, erreurs) Caractéristiques Définition par exclusion Prévalence incertaine et variable selon les langues et la correspondance graphème/phonème (2.3 à 12 %) En France, 6.6 % (Sprenger-Charolles et al., 2000) à 8.7 % (Zorman et al., 2004) Sex ratio 3 à 4 garçons pour 1 fille 4

5 Trouble persistant Trois stades de lecture Stade logographique : Stade alphabétique : association lettres et sons correspondants et synthèse. Stade orthographique : le mot entier renvoie à une trace en mémoire. Ces étapes se chevauchent et peuvent se faire différemment en fonction de l enfant et des méthodes d apprentissage. Deux voies de lecture Voie d assemblage ou voie de conversion graphèmes- phonèmes. Analyse visuelle Voie d adressage ou voie lexicale. Décomposition du mot avec association du son correspondant à chaque lettre (ou groupe de lettres) Permet de lire les nouveaux mots ou les logatomes : «triloduré» Chaque mot renvoie directement à un lexique préalablement constitué. Permet de lire les mots irréguliers : «monsieur, pied». Symptôme central Déficit phonologique Trouble de la conscience phonologique Trouble de la dénomination rapide Limitation des capacités de mémoire phonologique à court terme Notion de conscience phonologique Capacité de manipuler volontairement les unités du langage de petite taille qui constituent les mots Comment peut-on évaluer cette capacité? Epreuves de jugement de rîmes Epreuves de soustraction syllabiques ou phonémiques Epreuves de recherche d intrus Epreuves de contrepèteries 5

6 Notion de conscience phonologique Développement avec l âge de la conscience phonologique niveau syllabique: 4 à 5 ans niveau phonémique: vers 7 ans Relations réciproques entre apprentissage de la lecture et conscience phonologique Manifestations Au début : difficultés dans l apprentissage de la lecture, confusions de sons, apprentissage par cœur Ensuite : lenteur en lecture, difficultés d orthographe, problème dans l apprentissage de nouvelles langues 3 types de dyslexie : phonologique, de surface ou mixte Dyslexie phonologique Déficit phonologique prédominant et atteinte de la voie d assemblage. Difficultés pour lire les mots nouveaux (67%) Nombreuses confusions de lettres, difficultés à «décortiquer» les mots D où les difficultés d apprentissage d une langue étrangère Dyslexie orthographique ou de surface Atteinte de la voie d adressage (10%) Le lexique orthographique ne se construit pas La lecture continue à se faire par conversion, elle reste lente et peu automatisée Problème pour lire les mots irréguliers Dyslexie mixte Lecture et cerveau Atteinte des 2 procédures Utilisation préférentielle de la voie d assemblage (23%) Les deux voies étant liées, les dyslexies sont rarement pures avec une atteinte d une seule voie Trois zones impliquées dans la lecture Région occipito-temporale : image de la lettre captée sur la rétine, début du traitement de la lettre et de la forme du mot identification automatique des mots mémorisés Région temporo-pariétale : conversion dans les formes phonologiques et lexicales - intégration des dimensions orthographique, phonologique et lexico-sémantique Région frontale inférieure : mémoire verbale à court terme et production des phonèmes. Région frontale inférieure Région temporo-pariétale Région occipito-temporale 6

7 Comparaison contrôle/dyslexiques Association dyslexie et troubles moteurs Test d2 Echelle de Lincoln-Oseretsky (LOMDS) d d d 5 ans 6 mois à 14 ans 6 mois 36 items 6 facteurs LOMDS 7 items coordination globale F1 F2 7 items manuels vitesse-précision F3 F4 F5 3 items manuels grossiers F 8 8 items manuels contrôle-précision 4 items équilibre Méthode et résultats Etude rétrospective entre 1997 et enfants, âgés de 11 ans 6 mois en moyenne Sex ratio : 2.6 garçons pour 1 fille Atteinte Motrice Score LOMDS < - 2 écart-type : 40 % Score LOMDS compris entre -1 et - 2 écart-type : 17% Pas de corrélation entre retard de lecture et déficit moteur : r(58) = 0.09 ; p=0.48 Influence déficit attention sur troubles moteurs Corrélations négatives significatives entre score Erreur au test d2 (F%) et scores moteurs : Score total LOMDS : r(56)= -.36 ; p<0.01 F3 : r(50)= -.46 ; p< 0.01 F5 : r(51)= -.27 ; p< 0.05 Pas de corrélation entre F% et retard de lecture : r(56)=.23 ; p=0.10 Effet significatif pour F3 (Coordinations Neuro-motrices) (p<0.01) et F5 (Equilibre) (p=0.05) 7

8 Dyscalculie Renvoie à des difficultés au niveau du transcodage, de l'acquisition des faits arithmétiques, des procédures de calcul écrit, voire même aussi, au niveau de la sémantique même du nombre Repères développementaux Des capacités protonumériques chez le bébé Paradigme d habituation Calculs sur des petites collections Situation possible ou impossible 1+1=2 ou 1 2-1=1 ou 2 1+1=2 ou 3 Wynn, 1992 Repères développementaux Evolution de la chaîne numérique verbale : élaboration Niveau chapelet Noms de nombre non individualisés Niveau de la chaîne insécable Mots individualisés, comptage à partir de 1 Niveau de la chaîne sécable Comptage avec bornes, trouver le nombre qui vient avant ou après Niveau de la chaîne terminale Compter à l endroit ou à rebours, n éléments à partir d une borne Difficultés rencontrées Lecture et écriture des nombres Erreurs en lecture (85 => quatre-vingt-deux) ou écriture de nombres (cinquante mille quatre-ving-dix => 50.90) Procédures de calcul Difficultés dans la maîtrise des algorithmes sous-jacents à la résolution d opérations écrites en colonnes Traitement visuo-spatial Erreurs dans le dénombrement de patterns aléatoires, problèmes d orientation G-D (< >, + x, 41 ou 14), maîtrise du système positionnel, géométrie Faits arithmétiques: 3+6; 9-2; 4x6; 12:3 Plus d erreurs, TR plus longs, stratégies immatures (comptage sur les doigts), moins de récupération en mémoire à long terme Difficultés persistances Follow-up de 3 ans de 123 enfants dyscalculiques (DC) DC < centile 5 47% dyscalculie persistante 95% présentent un score < centile 25 DC persistant vs. «non-persistant» Plus de problèmes d attention Plus de problèmes d anxiété QI de performance équivalents (100.4 vs ) QI verbal (sans sous-test math) équivalents 46 % vs 28 % des frères/sœurs ont reçu une remédiation en maths Shalev et al., 1998 Association dyscalculie et troubles moteurs Doigts utilisés dans le développement du nombre Pour montrer un nombre Pour compter Pour calculer Pour dénombrer Si agnosie digitale : inefficacité de cet outil 8

9 Association dyscalculie et troubles moteurs PM 47 - Raven Test neuropsychologique incluant une mesure des gnosies digitales chez 189 enfants de 5 ans 9 mois 1 an plus tard : corrélation de 0,46 entre test neuropsychologique et performances numériques 3 ans plus tard : score en math est mieux prédit par la mesure neuropsychologique prise 3 ans auparavant que par les scores aux PM47 à8 ans En revanche, les scores en français sont mieux prédits par le PM47 Marinthe, Fayol & Barrouillet, 1998 Noël, 2005 Hypothèses explicatives Relation fonctionnelle : les doigts sont importants dans le développement mathématique Rôle de collection-témoin qui permettent de se représenter la quantité Dénombrement Comptage pour réaliser des calculs simples, proximité de localisation Proximité anatomique : lobe pariétal (aire 39) intervient dans Traitement du nombre Analyse des relations visuo-spatiales Intégration inter-modale (visuo-tactile) Définition Incapacité d apprentissage non-verbal Incapacité d apprentissage à caractère non-verbal (Johnson & Mykelbust, 1971) Q.I.G. normal Difficultés à comprendre et à utiliser les mécanismes non-verbaux autant sous leur forme perceptive que dans leur forme sociale, relationnelle Handicap porte sur des phénomènes perceptifs, cognitifs et sociaux 9

10 Incapacité d apprentissage nonverbal Troubles de l apprentissage des mathématiques ou dyscalculie Troubles psycho-perceptivo-moteurs Troubles de la compétence sociale notamment la capacité à décoder et à utiliser les communications non-verbales (CNV) Symptomatologie Points positifs Neuropsychologiques Primaires Déficits Neuropsychologiques Primaires Perception auditive - Motricité élémentaire Perception tactile - Perception visuelle Matériel répétitifs Habiletés psychomotrices complexes - Matériel nouveau Points positifs Neuropsychologiques Secondaires Déficits Neuropsychologiques Secondaires Attention auditive Attention tactile - Attention visuelle Attention données verbales Comportements d exploration Points positifs Neuropsychologiques Tertiaires Déficits Neuropsychologiques Secondaires Mémoire auditive Mémoire tactile - Mémoire visuelle Mémoire verbale Formation des concepts - Résolution de problèmes Points positifs Neuropsychologiques niveau verbal Déficits Neuropsychologiques niveau verbal Phonologie - Réception verbale - Répétition verbale Praxie oro-motrice Prosodie - Phonologie>Sémantique Stockage verbal - Association verbale - Sorties verbales Contenu Pragmatique - Fonction Points positifs sur le plan scolaire Déficits sur le plan scolaire Graphomotricité tardivement) - Déchiffrage des mots Graphomotricité précocément) - Compréhension lecture Stockage verbal - Mémoire au niveau verbal - Production verbale Arithmétique mécanique Mathématiques - Science Points positifs sur le plan socioémotionnel/adaptatif Déficits sur le plan socioémotionnel/adaptatif??? Adaptation à la nouveauté - Compétences sociales Stabilité émotionnelle - Niveau d activité Eléments cliniques 1/10 des enfants scolarisés consultant pour une incapacité d apprentissage scolaire. Sexratio : 1/1 Perturbation de l apprentissage des mathématiques incapacité à nommer les objets mathématiques incapacité à les manipuler (énumération, comparaison) incapacité à les lire, à les écrire, à exécuter les opérations Groupes d incapacité d apprentissage scolaire Tests neuropsychologiques G 1 : E - L - A - - G 2 : E - L - A - G 3 : E + L + A - Cubes du WISC > > < Test de cible (11*) > > < Vocabulaire du WISC < < > Percep.de Syllabes 25* < < > QIP et QIV QIV<QIP QIV<QIP QIP<QIV Labyrinthe 12* > > < Planchette sillon. 14* > > < Troubles sensoriels et perceptifs 10*-4 ; > > < 10*-5 ; 10*-6 (Total des deux mains) différence entre les mains Main G < D. Main G. > D. Main G < M D. Rourke Différences chez G3 Différences G2 et G3 1. Plus d erreurs que le groupe 2 2. Mauvaise organisation spatiale des nombres 3. Omission des détails, par exemple les unités de mesure, de prix, de surface 4. Erreurs de procédure 5. Ne change pas de règles quand deux opérations différentes se suivent 6. Troubles graphomoteurs 7. Troubles de la mémoire 8. Troubles du jugement mathématique portant sur le sens des opérations 10

11 Compétence sociale Absence d anxiété sociale Capacité d affiliation Souplesse des modes de communication Capacité à assumer différents rôles sociaux, à réussir des jeux de rôles Modalités de présentation de soi Sensibilité à traiter les messages sociaux, les communications non-verbales Capacité à les émettre Capacité à agir sur autrui Capacité à comprendre autrui (empathie) Troubles de la compétence sociale Décodent mal les messages non-verbaux, comme les expressions émotionnelles et saisissent mal les intentions ou les dispositions d autrui Ont une émission perturbée Espace social mal maîtrisé, les distances convenant aux types de rapports entre individus à statut social défini ne sont pas respectées Contacts visuels perturbés, le plus souvent évités, le regard paraît absent Gestes et mimiques émotionnelles sont pauvres Composants cliniques et cognitifs Trouble tactile prédominant à gauche (reconnaissance de formes) Déficit de coordination prédominant à gauche Déficit d organisation visuo-spatiale Déficit visuo-spatial dans les tâches nouvelles et déficit général à s adapter à de nouvelles situations Déficit en résolution de problèmes non verbaux, dans l humour et l appréciation d incongruités Mauvais sens du temps Mémoire verbale élevée mais pour le matériel verbal complexe Verbosité, pauvre prosodie et pauvre pragmatique Déficit en compréhension de textes et en mathématiques, mais compensation partielle par la mémoire de textes et de formules Déficit en jugement social Hyperactivité dans la période pré-scolaire Trouble déficit de l attention/hyperactivité Rourke 2000 Trouble Déficit de l Attention/Hyperactivité Triade symptomatique Inattention Hyperactivité Impulsivité Inattention Rêveries Distractibilité, faible résistance aux perturbations Difficulté à rester concentré sur une activité pendant une période prolongée et à en poursuivre la réalisation Souvent d apparition plus tardive (5-7 ans) et persiste plus longtemps au cours de la vie du sujet 11

12 Hyperactivité-impulsivité Agitation Mouvements incessants Temps de parole excessifs Manque de réflexion avant d agir Défaut d auto-contrôle Types TDA/H TDA/H mixte : inattention et hyperactivité-impulsivité TDA/H type inattention prédominante TDA/H type hyperactivité/impulsivité prédominante D apparition précoce (3-4 ans) Caractéristiques Prévalence du trouble : 2-3 % des filles et 6-9 % des garçons de 6 à 12 ans ; 2 et 4,5 % à l adolescence et à l âge adulte Sex ratio : 4/1 (épidémiologie) à 9/1 (clinique) Troubles persistent à l adolescence et à l âge adulte Pluralité des facteurs étiologiques Prévalence du TDA/H chez les parents du 1 er degré Aspects génétiques Héritabilité du TDA/H (Tannock, 1998) Études sur des jumeaux Agrégation de TDAH dans les familles d enfants hyperactifs 4 à 5 fois plus importante Taux de concordance plus élevés chez les jumeaux monozygotes (66 %) que chez les dizygotes (28 %) Plusieurs gènes candidats à l étude, impliqués dans le système dopaminergique, mais aussi sérotoninergique et noradrénergique (Faraone et al., 2001, 2005, 2006) Déterminismes dus au milieu Facteurs physico-chimiques tabac et alcool chez la mère durant la grossesse Facteurs psychosociaux (Rutter et al., 1975 ; Biederman et al., 1995) désaccord conjugal important niveau social inférieur famille nombreuse criminalité paternelle trouble mental maternel placement familial Le risque augmente proportionnellement à la sévérité et au nombre des symptômes mais ces facteurs de risque ne sont pas spécifiques au TDA/H Aspects neurobiologiques Système dopaminergique : processus motivationnel et renforcements sélection, initiation, séquençage et maintien des fonctions motrices Système noradrénergique : vigilance et attention sélective traitement et hiérarchisation de l information Le Heuzey, 2004, Cerveau & Psycho 12

13 Répercussions Sur les apprentissages scolaires Interférence avec la mémoire Sur l estime de soi Influence de la motivation Approche multimodale Traitement médicamenteux Travail individuel en psychomotricité, approche comportementale et cognitive Intervention auprès des familles et du milieu scolaire Supériorité d une telle approche Difficultés dans la mise en œuvre Conclusion Trouble chronique Thérapie individualisée Âge Expression du trouble Symptomatologie et comorbidités Intégrée dans une approche multimodale Trouble de l acquisition de la coordination Critères diagnostiques du Trouble de l'acquisition de la coordination (DSM-IV, 1994) A. Les performances dans les activités quotidiennes sont au-dessous du niveau escompté. B. La perturbation interfère de façon significative avec la réussite scolaire ou les activités de la vie courante. C. La perturbation n est pas due à une affection médicale générale et ne répond pas aux critères d un Trouble envahissant du développement. D. Si retard mental, les difficultés motrices dépassent celles habituellement associées à celui-ci. Hétérogénéité Degré de gravité du problème : de la simple lenteur dans les activités motrices à l'incapacité totale de réaliser des apprentissages moteurs Étendue des difficultés de coordination : de l incapacité à réaliser une quelconque action motrice, à un déficit isolé que dans certaines activités quotidiennes ou au niveau manuel Début d apparition des troubles : dès les premiers gestes du nouveau-né ou lors de l'entrée à l'école primaire Association symptomatique : isolé ou associé à un tableau de dyslexie ou d'hyperactivité 13

14 Signes d'appel Difficultés dans les activités de la vie quotidienne Lenteur importante dans les différentes activités motrices Trouble des apprentissages scolaires Caractéristiques Prévalence du trouble 6 % des enfants de 5 à 11 ans Sex ratio : 2/1 à 7/1 Troubles persistent à l adolescence et à l âge adulte Pluralité des facteurs étiologiques dysfonctionnement cérébral (ganglions de la base, cervelet) facteurs héréditaires facteurs pré, péri- ou néonataux absence de stimulation et limitation des occasions d'apprentissage motivation de l'enfant Phénomènes principaux (1) Contrôle postural Hypo ou hypertonie (raideur, posture avachie) Immaturité (crispation des doigts à l écriture) Equilibre statique (unipodal) Equilibre dynamique (saut cloche-pieds) Apprentissages moteurs Nouveauté (vélo) Planification (attraper une balle) Adaptation aux changements (marche surface non familière) Automatisation du mouvement (double tâche) Phénomènes principaux (2) Coordination sensori-motrice Lenteur, imprécision, manque de fluidité, variabilité dans différentes tâches : locomotion, danse, écriture, laçage de chaussures Geuze, 2005 Geuze, 2005 Conclusion Approche pluridisciplinaire Evaluation : fonctions visuoperceptives, visuospatiales et visuomotrices coordinations motrices et écriture praxies gestuelles communications non verbales fonctions exécutives Thérapies cognitives, importance du langage Moyens palliatifs Dysgraphies 14

15 Cadre général D un point de vue psychomoteur, la dysgraphie renvoie au Trouble de l Acquisition de la Coordination (DSM-IV) Le Trouble de l Expression Ecrite concerne surtout le versant orthographique et syntaxique Caractéristiques Prévalence : 5 à 25 % selon les études (Hamstra-Bletz, 1993 ; Mojet, 1991 ; Smits- Engelsman, 1991) Très fréquente chez les enfants présentant des difficultés de coordination motrice et des troubles des apprentissages Perturbations de l écriture Altération de l écriture Troubles spatiaux Troubles syntaxiques Répugnance à écrire Dysgraphie Atteinte de la fonction graphique scripturale se manifestant au niveau des composantes spatiales de l'écriture, alors que les structures morphosyntaxiques ne sont pas touchées (Postel, 1993) Trouble moteur de la réalisation spatiale des éléments graphiques (Moscato et Parain, 1984) Dysgraphie Manifestations Ecriture lente, fatigante, non conforme aux possibilités de tenue instrumentale de l'enfant et à l'âge Ecriture illisible ou trop lente, gênant souvent la bonne marche de la scolarité A partir de 7 ans, quand les premiers apprentissages scolaires sont en voie d acquisition Mauvaise organisation de la page Maladresse du tracé et erreurs de formes et de proportion dans le traçage des lettres Page donnant l'impression d'un travail négligé, sale Espaces entre les lettres et les mots pas respectés L'enfant ne suit pas la ligne 15

16 Manifestations Manifestations Lignes se rapprochent et s'éloignent les unes des autres, aspect sinusoïdal Mouvement heurté, saccadé, manquant de fluidité Trait irrégulier Liaisons entre les lettres absentes ou laborieuses Lettres mal proportionnées, trop larges ou trop hautes ou, au contraire, atrophiées et déformées Difficulté à réaliser des mouvements successifs des doigts (opposition pouce autres doigts) Types de scripteurs (Mojet, 1991) Type A Scripteur rapide. Écriture petite et régulière. Association entre rapidité de production et faible pression sur le crayon. Type B Scripteur lent, lettres correctement formées. Taille moyenne, régulière. La distance horizontale irrégulière. Vitesse lente, temps de pause importants. Pression moyenne. Contrôle excessif. Types de scripteurs (Mojet, 1991) Type C Scripteur rapide, mauvaises formes de lettres. Dimensions excessives, régularité faible. Vitesse rapide, tempo régulier. Type D Scripteur lent, mauvaises formes de lettres. Large et irrégulière. Vitesse lente. Nombre de pauses important. Tempo irrégulier. Pression importante. Problème de coordination motrice. Sandler et al. (1992) Sandler et al. (1992) Dysgraphie avec trouble linguistique et trouble de la motricité fine Dysorthographie. Mauvaise attribution de nom. Mémoire immédiate perturbée. Retard d acquisition de la lecture. Agnosie digitale, syncinésies d imitation, difficultés au test d imitation de gestes. Dysgraphie avec déficits visuospatiaux Lettres mal formées, organisation spatiale de l écriture altérée. Lecture et orthographe normales, épreuves visuospatiales altérées. Dysgraphie avec trouble de l attention et de la mémoire Lecture altérée. Phonation et orthographe mauvaises. Épreuves de mémoire perturbées. Inattention et impulsivité de règle. Dysgraphie avec trouble séquentiel Écriture conservée. Dyscalculie. Production de lettre peu automatisée. Orthographe altérée. Agnosie digitale et trouble des mouvements séquentiels des doigts. Au WISC, QIP > QIV. 16

La dyspraxie visuo-spatiale

La dyspraxie visuo-spatiale 1 La dyspraxie visuo-spatiale 2 Définition Dyspraxie visuo-spatiale Introduction La plus fréquente des dyspraxies Association d un trouble du geste de nature dyspraxique et d un trouble visuo-spatial Pathologie

Plus en détail

FORMATION 03/04/2014 CONSEIL GENERAL DIJON

FORMATION 03/04/2014 CONSEIL GENERAL DIJON DYSPRAXIES / TAC FORMATION 03/04/2014 CONSEIL GENERAL DIJON Diaporama réalisé par Julie LAPREVOTTE, ergothérapeute - D.U. en Neuropsychologie - Certificat Post Grade en Intégration Sensorielle - D.U. PATA

Plus en détail

Les troubles du mouvement intentionnel : Approche évaluative et conceptuelle des troubles psychomoteurs

Les troubles du mouvement intentionnel : Approche évaluative et conceptuelle des troubles psychomoteurs Les troubles du mouvement intentionnel : Approche évaluative et conceptuelle des troubles psychomoteurs Jean-Michel ALBARET Laboratoire Adaptation Perceptivo-Motrice et Apprentissage EA 3691 Toulouse 21

Plus en détail

questions/réponses sur les DYS

questions/réponses sur les DYS D Y S L E X I E, D Y S P H A S I E, D Y S P R A X I E, Les DYS, un handicap émergeant? La Dysphasie trouble du langage oral? La Dyspraxie, trouble de la coordination du geste? La Dyslexie, trouble du langage

Plus en détail

Les difficultés scolaires, ou «l Echec scolaire»

Les difficultés scolaires, ou «l Echec scolaire» Les difficultés scolaires, ou «l Echec scolaire» Par le Dr Stéphane BURLOT Plan : Les chiffres de l échec scolaire La spirale de l echec Les points d appels des difficultés scolaires Les Origines «médicales»

Plus en détail

Les troubles spécifiques des apprentissages

Les troubles spécifiques des apprentissages Les troubles spécifiques des apprentissages www.apedys78-meabilis.fr En collaboration avec L. Denariaz, psychologue cognitiviste Points clefs Définitions et repérage Quelle est l origine du trouble? Vers

Plus en détail

Le bilan neuropsychologique du trouble de l attention. Ania MIRET Montluçon le 4-12- 2009

Le bilan neuropsychologique du trouble de l attention. Ania MIRET Montluçon le 4-12- 2009 Le bilan neuropsychologique du trouble de l attention Ania MIRET Montluçon le 4-12- 2009 Introduction L attention est une fonction de base dont l intégrité est nécessaire au bon fonctionnement cognitif

Plus en détail

REEDUCATION DES TROUBLES APHASIQUES. Introduction Historique Principes Généraux

REEDUCATION DES TROUBLES APHASIQUES. Introduction Historique Principes Généraux REEDUCATION DES TROUBLES APHASIQUES Introduction Historique Principes Généraux La réhabilitation du langage : un désir ancien, une pratique récente Aphasie comme «réversion de l évolution» (Jackson 1915)

Plus en détail

Psychomotricité et Trouble de l Acquisition de la Coordination (TAC)

Psychomotricité et Trouble de l Acquisition de la Coordination (TAC) DU Approche neurologique, linguistique et cognitive des troubles d apprentissage Marseille, 8 juin2012 Psychomotricité et Trouble de l Acquisition de la Coordination (TAC) Jean-Michel ALBARET jean-michel.albaret@univ-tlse3.fr

Plus en détail

EN GUISE D INTRODUCTION

EN GUISE D INTRODUCTION EN GUISE D INTRODUCTION "Nous sommes ce que le regard des autres fait de nous. Quand le regard des autres nous méprise, nous devenons méprisables. Et quand le regard des autres nous rend merveilleux, eh

Plus en détail

L INTELLIGENCE CHEZ L ENFANT (Bases neurologiques, Déficience, Précocité) 1 er et 2 octobre 2015

L INTELLIGENCE CHEZ L ENFANT (Bases neurologiques, Déficience, Précocité) 1 er et 2 octobre 2015 Le Centre Régional de Diagnostic des Troubles d'apprentissage organise, dans le cadre de son activité de formation universitaire, cinq sessions de 2 jours et deux sessions d une journée dédiées aux troubles

Plus en détail

LES TROUBLES DU GRAPHISME LA RÉÉDUCATION: QUAND ET COMMENT PASSER PAR L ORDINATEUR?

LES TROUBLES DU GRAPHISME LA RÉÉDUCATION: QUAND ET COMMENT PASSER PAR L ORDINATEUR? LES TROUBLES DU GRAPHISME LA RÉÉDUCATION: QUAND ET COMMENT PASSER PAR L ORDINATEUR? BUJWID Alexandra Ergothérapeute SMPRE CRTLA CHU RENNES Octobre 2012 L écriture est un geste complexe L écriture est une

Plus en détail

TSA VS TED: CHANGEMENTS APPORTÉS PAR LE DSM-5

TSA VS TED: CHANGEMENTS APPORTÉS PAR LE DSM-5 TSA VS TED: CHANGEMENTS APPORTÉS PAR LE DSM-5 PLAN DE LA SOIRÉE Base des changements et orientations associées au DSM-5 TED TSA Critères diagnostiques Principaux changements Défis et enjeux Trouble de

Plus en détail

Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire?

Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire? Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire? L épilepsie concerne plus de 500 000 personnes en France, dont la moitié sont des enfants ou des adolescents.

Plus en détail

Les dys à haut potentiel : reconnaître, comprendre, expliquer. Michel Habib, Neurologue CHU Timone, Marseille

Les dys à haut potentiel : reconnaître, comprendre, expliquer. Michel Habib, Neurologue CHU Timone, Marseille Les dys à haut potentiel : reconnaître, comprendre, expliquer Michel Habib, Neurologue CHU Timone, Marseille We may usefully think of the language faculty, the number faculty, and others, as "mental organs,"

Plus en détail

Définition de la dyspraxie

Définition de la dyspraxie E.BINTZ Définition de la dyspraxie Dys : manque en grec Praxie : action, mouvement, adaptation du mouvement au but recherché C est un trouble de la planification et de la coordination des mouvements qui

Plus en détail

Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte

Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte Juillet 2011 Démarche diagnostique et d évaluation du fonctionnement chez l adulte Généralités Diagnostic

Plus en détail

Évaluation neuropsychologique et difficultés d apprentissage: déroulement et impact sur l enfant

Évaluation neuropsychologique et difficultés d apprentissage: déroulement et impact sur l enfant Évaluation neuropsychologique et difficultés d apprentissage: déroulement et impact sur l enfant Charles Leclerc, Ph.D., C.Psych. Membre du CPO Membre de l OPQ Neuropsychologue 20 février 2013 Objectifs

Plus en détail

DYSLEXIE ET DYSORTHOGR APHIE Informations et recommandations à l usage des enseignants

DYSLEXIE ET DYSORTHOGR APHIE Informations et recommandations à l usage des enseignants 1 DYSLEXIE ET DYSORTHOGR APHIE Informations et recommandations à l usage des enseignants Département de la formation de la jeunesse et de la culture 2 3 Chères enseignantes, chers enseignants, Dans le

Plus en détail

2/ DIFFICULTES A L ECRIT

2/ DIFFICULTES A L ECRIT Adaptations Primaire Difficultés repérées Adaptations et aménagements possibles (non exhaustifs) 1/ DIFFICULTES EN LECTURE - Lenteur en lecture - Erreurs de lecture - Compréhension difficile du texte lu

Plus en détail

La prise en charge des personnes avec autisme et troubles envahissants du développement : l'intervention adaptée et individualisée

La prise en charge des personnes avec autisme et troubles envahissants du développement : l'intervention adaptée et individualisée Approche neurocognitive de l autisme Symposium 2008 Samedi 18 octobre 2008 La prise en charge des personnes avec autisme et troubles envahissants du développement : l'intervention adaptée et individualisée

Plus en détail

Les différents troubles d apprentissage

Les différents troubles d apprentissage Les troubles d apprentissage chez l enfant Les différents troubles d apprentissage Les troubles d apprentissage scolaire concernent les troubles de langage oral et écrit, les troubles du calcul et les

Plus en détail

TDAH et psychomotricité vendredi 11 Octobre 2013

TDAH et psychomotricité vendredi 11 Octobre 2013 TDAH et psychomotricité vendredi 11 Octobre 2013 Liza PUJOL, psychomotricienne CRTLA Sandrine DELHORBE, psychomotricienne SMPRe, CHU Pontchaillou RENNES CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE RENNES Implication

Plus en détail

TROUBLES COGNITIFS DE L ANCIEN PRÉMATURÉ

TROUBLES COGNITIFS DE L ANCIEN PRÉMATURÉ 8 ÈME JOURNÉE RÉGIONALE DES RÉSEAUX DE PÉRINATALITÉ DE L ILE DE FRANCE 17 OCTOBRE 2013 TROUBLES COGNITIFS DE L ANCIEN PRÉMATURÉ DR PATRICIA DWORZAK PÉDIATRE, MEMBRE DU RÉSEAU PSOF RESPONSABLE DE L UNITÉ

Plus en détail

Scolarité et troubles des apprentissages

Scolarité et troubles des apprentissages Scolarité et troubles des apprentissages Présentation proposée par : Mlle CHEMIN, Neuropsychologue Mme LEGER, Enseignante spécialisée Mlle THOMAS, Ergothérapeute Plan Qu est-ce que le SESSAD Aloès? Les

Plus en détail

RECHERCHES SUR LE TROUBLE D ACQUISITION DE LA COORDINATION A L AGE ADULTE

RECHERCHES SUR LE TROUBLE D ACQUISITION DE LA COORDINATION A L AGE ADULTE UNIVERSITE PAUL SABATIER Faculté de Médecine Toulouse Rangueil Institut de Formation en Psychomotricité RECHERCHES SUR LE TROUBLE D ACQUISITION DE LA COORDINATION A L AGE ADULTE Mémoire en vue de l obtention

Plus en détail

Fonctionnement neural et troubles cognitifs chez le patient bipolaire: preuve ou surinterprétation

Fonctionnement neural et troubles cognitifs chez le patient bipolaire: preuve ou surinterprétation DIALOGUE ESPRIT / CERVEAU : CIRCULARITE CRP -OU Santé ANTAGONISME? Fonctionnement neural et troubles cognitifs chez le patient bipolaire: preuve ou surinterprétation Charles Pull Directeur du «Laboratoire

Plus en détail

La chronique de Katherine Lussier, psychoéducatrice M.Sc. Psychoéducation.

La chronique de Katherine Lussier, psychoéducatrice M.Sc. Psychoéducation. 1 La chronique de Katherine Lussier, psychoéducatrice M.Sc. Psychoéducation. Édition d avril 2009 Thème : Le trouble déficitaire de l attention avec ou sans hyperactivité (TDA/H) Références : www.comportement.net

Plus en détail

La construction du nombre en petite section

La construction du nombre en petite section La construction du nombre en petite section Éléments d analyse d Pistes pédagogiquesp 1 La résolution de problèmes, premier domaine de difficultés des élèves. Le calcul mental, deuxième domaine des difficultés

Plus en détail

Prévention, observation et repérage des difficultés en lecture

Prévention, observation et repérage des difficultés en lecture Prévention, observation et repérage des difficultés en lecture Si l esprit qui dit non sait pourquoi il dit non, il a déjà les moyens de définir son prochain oui.» Pierre Gréco Implications pédagogiques

Plus en détail

MODE D EMPLOI ET STRATÉGIES POUR L ENSEIGNANT

MODE D EMPLOI ET STRATÉGIES POUR L ENSEIGNANT MODE D EMPLOI ET STRATÉGIES POUR L ENSEIGNANT E: G A S S NTI E R P P D A S IEN É D T I L T U O C U QU IFFI A D E S E R I L T FA N E M COM Chers lecteurs, Le mode d emploi que nous vous proposons ici s

Plus en détail

François Émond psychologue 2003 Centre François-Michelle. Liste des 24 catégories de connaissances et compétences à développer

François Émond psychologue 2003 Centre François-Michelle. Liste des 24 catégories de connaissances et compétences à développer Programme par Cœur François Émond psychologue 2003 Centre François-Michelle Trousse de consolidation des connaissances et compétences scolaires Attention, mémoire, raisonnement, stratégies, habiletés linguistiques

Plus en détail

De la méthodologie à l interprétation

De la méthodologie à l interprétation Le bilan neuropsychologique dans les troubles des apprentissages De la méthodologie à l interprétation E. PEIFFER D. LASSUS-SANGOSSESANGOSSE Neuropsychologue Centre de Diagnostic des Troubles du Langage

Plus en détail

Déficit du langage écrit et oral. Troubles associés possibles Les aides à apporter

Déficit du langage écrit et oral. Troubles associés possibles Les aides à apporter Déficit du langage écrit et oral LES «DYS» Troubles associés possibles Les aides à apporter 1 Remerciements Ce diaporama a été réalisé grâce à l implication et au soutien des associations partenaires des

Plus en détail

L APPORT DE L INFORMATIQUE DANS LE PARCOURS DE RÉÉDUCATION ET DE COMPENSATION DES TROUBLES SPÉCIFIQUES DES APPRENTISSAGES

L APPORT DE L INFORMATIQUE DANS LE PARCOURS DE RÉÉDUCATION ET DE COMPENSATION DES TROUBLES SPÉCIFIQUES DES APPRENTISSAGES L APPORT DE L INFORMATIQUE DANS LE PARCOURS DE RÉÉDUCATION ET DE COMPENSATION DES TROUBLES SPÉCIFIQUES DES APPRENTISSAGES Le 10 décembre 2010 Organisateur: EPI PROVENCE Sébastien Verjux Ergothérapeute

Plus en détail

PROPOSITION D UNE NOUVELLE COTATION POUR L ECHELLE RAPIDE D EVALUATION DE L ECRITURE CHEZ LE COLLEGIEN

PROPOSITION D UNE NOUVELLE COTATION POUR L ECHELLE RAPIDE D EVALUATION DE L ECRITURE CHEZ LE COLLEGIEN UNIVERSITE PAUL SABATIER FACULTE DE MEDECINE TOULOUSE-RANGUEIL INSTITUT DE FORMATION EN PSYCHOMOTRICITE PROPOSITION D UNE NOUVELLE COTATION POUR L ECHELLE RAPIDE D EVALUATION DE L ECRITURE CHEZ LE COLLEGIEN

Plus en détail

La migraine. Foramen ovale perméable. Infarctus cérébral (surtout chez la femme)

La migraine. Foramen ovale perméable. Infarctus cérébral (surtout chez la femme) La migraine 1/Introduction : Céphalée primaire (sans lésion sous-jacente). Deux variétés principales: Migraine sans aura (migraine commune). Migraine avec aura (migraine accompagnée). Diagnostic: interrogatoire

Plus en détail

Psychomotricité. A. Paquet*,**,***, B. Olliac***,****, L. Vaivre- Douret*,**,*****

Psychomotricité. A. Paquet*,**,***, B. Olliac***,****, L. Vaivre- Douret*,**,***** Les Entretiens de Psychomotricité 2014 Etat des connaissances sur les troubles moteurs des enfants porteurs de Trouble du Spectre Autistique et apport de l évaluation neuro-psychomotrice standardisée A.

Plus en détail

Quels sont les indices observés chez les enfants présentant un trouble de traitement auditif?

Quels sont les indices observés chez les enfants présentant un trouble de traitement auditif? Le trouble de traitement auditif _TTA Entendre n est pas comprendre. Détecter les sons représente la première étape d une série de mécanismes auditifs qui sont essentiels pour la compréhension de la parole

Plus en détail

Les mécanismes de la récupération neurologique. PPradat-Diehl DU de Rehabilitation neuropsychologique 2007

Les mécanismes de la récupération neurologique. PPradat-Diehl DU de Rehabilitation neuropsychologique 2007 Les mécanismes de la récupération neurologique PPradat-Diehl DU de Rehabilitation neuropsychologique 2007 Introduction Plasticité cérébrale / Récupération après lésion cérébrale Récupération spontanée

Plus en détail

Les adaptations pédagogiques. I- Elèves en difficultés d apprentissages ou comportementales ne présentant ni handicap, ni troubles spécifiques

Les adaptations pédagogiques. I- Elèves en difficultés d apprentissages ou comportementales ne présentant ni handicap, ni troubles spécifiques Les adaptations pédagogiques Pour qui adapte-t-on? 1) Elèves ayant des savoirs et savoir-faire avancés 2) Elèves en difficultés d apprentissages ou comportementales ne présentant ni handicap, ni troubles

Plus en détail

Scolarisation et adaptations pour enfants dyspraxiques au collège

Scolarisation et adaptations pour enfants dyspraxiques au collège Scolarisation et adaptations pour enfants dyspraxiques au collège Brigitte BRUNEL, professeur de SVT, collège Delalande (Athis Mons, 91) Bénédicte PONCHON, ergothérapeute, cabinet CABEX Essonne (Brétigny,

Plus en détail

TIC et Education : l apprentissage de l écriture. Conf Lunch IRISA, vendredi 2 juillet 2010

TIC et Education : l apprentissage de l écriture. Conf Lunch IRISA, vendredi 2 juillet 2010 TIC et Education : l apprentissage de l écriture Conf Lunch IRISA, vendredi 2 juillet 2010 Agenda TIC et Education : l apprentissage de l écriture Comment réconcilier les enfants avec l écriture? Comment

Plus en détail

Autisme Questions/Réponses

Autisme Questions/Réponses Autisme Questions/Réponses 1. Quelle est la définition de l autisme et des autres troubles envahissants du développement établie dans l état des connaissances élaboré et publié par la HAS? Les définitions

Plus en détail

Atelier Cognisud. Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR

Atelier Cognisud. Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR Atelier Cognisud Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR Ces notes sont une contribution à la réflexion dans le cadre de PIRSTEC, faite par le réseau Cognisud suite à un atelier organisé le Jeudi

Plus en détail

TROUBLES ENVAHISSANTS DU COMPORTEMENT (TEC)

TROUBLES ENVAHISSANTS DU COMPORTEMENT (TEC) TROUBLES ENVAHISSANTS DU COMPORTEMENT (TEC) Comprendre, prévenir et prendre en charge la clinique du mouvement et de l agir de l enfant Pierre Delion 1. Actualité Les enfants sont préoccupants sur ce point

Plus en détail

Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS

Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS Intégration était le maître mot de la loi de 75, scolarisation est ce lui

Plus en détail

Les DYS : quel âge pour quel diagnostic?

Les DYS : quel âge pour quel diagnostic? Les DYS : quel âge pour quel diagnostic? Dr Alain POUHET ~ Médecine Physique et Réadaptation ~ Avril 2010 En situation de difficulté scolaire, affirmer une DYS peut être largement anticipé sans attendre

Plus en détail

LES TROUBLES D APPRENTISSAGE

LES TROUBLES D APPRENTISSAGE LES TROUBLES D APPRENTISSAGE Guide pour les enseignants Emmanuelle Pelletier, psychologue scolaire Carole Léger, enseignante ressource Mars 2004 École Marguerite-Bourgeoys, Caraquet Table des matières

Plus en détail

L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s

L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s Stéphane Safin Psychologue - Ergonome Lucid Group -

Plus en détail

Immaturité du système oculomoteur chez les enfants dyslexiques mise en évidence dans une tâche de lecture et de recherche visuelle

Immaturité du système oculomoteur chez les enfants dyslexiques mise en évidence dans une tâche de lecture et de recherche visuelle Immaturité du système oculomoteur chez les enfants dyslexiques mise en évidence dans une tâche de lecture et de recherche visuelle Maria Pia Bucci 1, Naziha Nassibi 1, Christophe-Loic Gerard 2, Emmanuel

Plus en détail

Tablette numérique & troubles de l apprentissage

Tablette numérique & troubles de l apprentissage Tablette numérique & troubles de l apprentissage Quels intérêts pour l enfant dyspraxique? Peddy CALIARI Maître de conférences Sciences de l éducation Laboratoire CRILLASH 1 Bonjour à tous, L objet de

Plus en détail

P R E S E N T A T I O N E T E V A L U A T I O N P R O G R A M M E D E P R E V E N T I O N «P A R L E R»

P R E S E N T A T I O N E T E V A L U A T I O N P R O G R A M M E D E P R E V E N T I O N «P A R L E R» P R E S E N T A T I O N E T E V A L U A T I O N P R O G R A M M E D E P R E V E N T I O N «P A R L E R» Parler Apprendre Réfléchir Lire Ensemble pour Réussir Pascal BRESSOUX et Michel ZORMAN Laboratoire

Plus en détail

I - Les grandes lignes de la prise en charge

I - Les grandes lignes de la prise en charge I - Les grandes lignes de la prise en charge Lors de l annonce du diagnostic de la pathologie oculaire et/ou neurologique responsable de la déficience visuelle, la guidance de l enfant et de ses parents

Plus en détail

LE SYNDROME D ASPERGER ou AUTISME DE HAUT NIVEAU TROUBLES SPÉCIFIQUES DES APPRENTISSAGES

LE SYNDROME D ASPERGER ou AUTISME DE HAUT NIVEAU TROUBLES SPÉCIFIQUES DES APPRENTISSAGES TROUBLES PSYCHOPATHOLOGIQUES ET TROUBLES SPECIFIQUES DES APPRENTISSAGES TROUBLES SPÉCIFIQUES DES APPRENTISSAGES Dyslexie Dyscalculie Dr. David Da Fonseca Pédopsychiatre, Marseille david.dafonseca@ap-hm

Plus en détail

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION NOVEMBRE 2014 La Fédération québécoise de l'autisme (FQA) est un regroupement

Plus en détail

Equilibrer les 4 domaines d apprentissage. laetitia.seyfried@ac-strasbourg.fr

Equilibrer les 4 domaines d apprentissage. laetitia.seyfried@ac-strasbourg.fr Equilibrer les 4 domaines d apprentissage 4 domaines Identification et production de mots Compréhension de textes Production de textes Acculturation au monde de l écrit Vers un équilibre possible Acculturation

Plus en détail

Module 20 Les Troubles du spectre autistique Caractéristiques et stratégies d accompagnement

Module 20 Les Troubles du spectre autistique Caractéristiques et stratégies d accompagnement Module 20 Les Troubles du spectre autistique Caractéristiques et stratégies d accompagnement Les Troubles du spectre autistique Autisme : bref historique, définitions et caractéristiques Méthodes et outils

Plus en détail

Appendice 2. Questionnaires pour recueillir de l information sur les limitations fonctionnelles

Appendice 2. Questionnaires pour recueillir de l information sur les limitations fonctionnelles Appendice 2 Questionnaires pour recueillir de l information sur les limitations fonctionnelles Afin de déterminer les mesures d adaptation lors de l évaluation, il est essentiel d avoir une bonne compréhension

Plus en détail

1. Les tests passés lors de la Journée Défense et Citoyenneté (JDC)

1. Les tests passés lors de la Journée Défense et Citoyenneté (JDC) LES JEUNES FACE A L ECRIT UN NOUVEAU DISPOSITIF D EVALUATION MASSIVE DE LEURS PERFORMANCES EN LECTURE Thierry Rocher* * DEPP, thierry.rocher@education.gouv.fr Mots-clés : illettrisme, test automatisé,

Plus en détail

03/11/2009. Intérêts du bilan neuropsychologique. La demande, différentes situations

03/11/2009. Intérêts du bilan neuropsychologique. La demande, différentes situations Le cadre Bilan neuropsychologique auprès des étudiants dyslexiques du centre de santé inter universitaire de Grenoble Présentation du protocole utilisé Formation BALE - 27 octobre 2009 Travail en collaboration

Plus en détail

«Les jeux en ligne, quelle influence en France?»

«Les jeux en ligne, quelle influence en France?» Les multiples facettes du jeu Québec, 30 mai 2012 «Les jeux en ligne, quelle influence en France?» M. Grall-Bronnec, G. Bouju, M. Lagadec J. Caillon, J.L. Vénisse Le contexte des jeux de hasard et d argent

Plus en détail

Marie-Noëlle LEVAUX. Collaborateurs : Martial Van der Linden Frank Laroi Unité de Psychopathologie Cognitive de Liège

Marie-Noëlle LEVAUX. Collaborateurs : Martial Van der Linden Frank Laroi Unité de Psychopathologie Cognitive de Liège Marie-Noëlle LEVAUX Collaborateurs : Martial Van der Linden Frank Laroi Unité de Psychopathologie Cognitive de Liège Jean-Marie Danion Isabelle Offerlin-Meyer Unité Inserm 666 de Strasbourg Toute utilisation

Plus en détail

Les cadres de référence pour l évaluation orthopédagogique (Descriptif à venir) Catherine Turcotte Professeure, Université du Québec à Montréal

Les cadres de référence pour l évaluation orthopédagogique (Descriptif à venir) Catherine Turcotte Professeure, Université du Québec à Montréal BLOC A École d été «non-créditée»_mise à niveau en orthopédagogie _350$/5 jours S adresse aux diplômés de la Maîtrise en orthopédagogie DATE HEURE Descriptif Lundi 17 août 9 h à 12 h Mélanie Bédard Doctorante,

Plus en détail

Spécial Praxies. Le nouveau TVneurones est enfin arrivé! Les métiers. NOUVEAUX JEUX de stimulation cognitive, orientés praxies.

Spécial Praxies. Le nouveau TVneurones est enfin arrivé! Les métiers. NOUVEAUX JEUX de stimulation cognitive, orientés praxies. Enfants Adolescents AdultesPersonnesÂgéesPlasticité NeuronalePathologiesMaintienCognitif MémoireAttentionLangage FonctionsExécutivesVisuoSpatial Les métiers Spécial Praxies Le nouveau est enfin arrivé!

Plus en détail

TDAH et adaptations scolaires - niveau primaire et secondaire-

TDAH et adaptations scolaires - niveau primaire et secondaire- Le trouble du déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) est un problème neurologique qui peut entraîner des difficultés à moduler les idées (inattention), les gestes (bougeotte physique),

Plus en détail

Accompagner les apprentissages d un l élève handicapé scolarisé individuellement dans une classe «ordinaire» 2013 ASH 06 1

Accompagner les apprentissages d un l élève handicapé scolarisé individuellement dans une classe «ordinaire» 2013 ASH 06 1 Accompagner les apprentissages d un l élève handicapé scolarisé individuellement dans une classe «ordinaire» 2013 ASH 06 1 Critères efficaces dans la relation d aide «Empathie, disponible, attentif, attentionné,

Plus en détail

Plan d accompagnement personnalisé

Plan d accompagnement personnalisé Logo de l académie et/ou du département Plan d accompagnement personnalisé Vu la loi n 2013-595 du 8 juillet 2013 d orientation et de programmation pour la refondation de l École de la République ; vu

Plus en détail

9.11 Les jeux de hasard et d argent

9.11 Les jeux de hasard et d argent 9.11 Les jeux de hasard et d argent Maud Pousset, Marie-Line Tovar 288 Les jeux de hasard et d argent (JHA) constituent une activité ancienne et répandue, mais longtemps interdite. Leur offre s est étoffée,

Plus en détail

Association Suisse romande de Parents d Enfants et d adultes concernés par le trouble du Déficit d Attention / Hyperactivité

Association Suisse romande de Parents d Enfants et d adultes concernés par le trouble du Déficit d Attention / Hyperactivité accompagner Association Suisse romande de Parents d Enfants et d adultes concernés par le trouble du Déficit d Attention / Hyperactivité préface table des matières 1 / Définition P. 4 2 / Manifestations

Plus en détail

... Dyslexie?... «Déficit durable et significatif du langage écrit qui ne peut s expliquer par une cause évidente*.»

... Dyslexie?... «Déficit durable et significatif du langage écrit qui ne peut s expliquer par une cause évidente*.» ... Dyslexie?... Définition : «Déficit durable et significatif du langage écrit qui ne peut s expliquer par une cause évidente*.» La dyslexie est bien un déficit, inscrit dans la Nomenclature Française

Plus en détail

Unité de formation professionnelle du Ceras

Unité de formation professionnelle du Ceras Unité de formation professionnelle du Ceras 15 novembre 2013 : Journée romande de la commission latine d intégration professionnelle (CLIP) Cette présentation, susceptible d être d distribuée e aux personnes

Plus en détail

Devoirs, leçons et TDA/H1 Gaëtan Langlois, psychologue scolaire

Devoirs, leçons et TDA/H1 Gaëtan Langlois, psychologue scolaire Devoirs, leçons et TDA/H1 Gaëtan Langlois, psychologue scolaire Pourquoi traiter des devoirs et leçons avec les TDA/H? Parce que c est un des problèmes le plus souvent rencontrés avec les enfants hyperactifs

Plus en détail

Sophie Blanchet, Frédéric Bolduc, Véronique Beauséjour, Michel Pépin, Isabelle Gélinas, et Michelle McKerral

Sophie Blanchet, Frédéric Bolduc, Véronique Beauséjour, Michel Pépin, Isabelle Gélinas, et Michelle McKerral Le traumatisme cranio-cérébral léger chez les personnes âgées : impact sur les processus mnésiques et exécutifs - Mise en relation avec les habitudes de vie Sophie Blanchet, Frédéric Bolduc, Véronique

Plus en détail

LES TROUBLES MUSCULOSQUELETTIQUES. Le 2 décembre 2008

LES TROUBLES MUSCULOSQUELETTIQUES. Le 2 décembre 2008 LES TROUBLES MUSCULOSQUELETTIQUES Le 2 décembre 2008 DEROULEMENT DE LA RENCONTRE 1ère partie : les localisations des TMS, les facteurs d'apparition, la prise en charge thérapeutique 2ème partie : les chiffres

Plus en détail

Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement

Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement, MELS, novembre 2011 Page 1 Document

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

Médecine et société / Le normal et la pathologique; histoire de la médecine

Médecine et société / Le normal et la pathologique; histoire de la médecine O B J E C T I F S Programme llongiitudiinall : Introduction Personne, santé, société (PSS) Cours d introduction - Présentation du cours PSS. - Importance des dimensions psycho-sociales dans la pratique

Plus en détail

Symptomatologie de la trisomie 21

Symptomatologie de la trisomie 21 Symptomatologie de la trisomie 21 La trisomie 21 est une anomalie génétique qui concerne la vingt-et-unième paire de chromosomes. Elle touche environ une grossesse sur 700 en France. Il en existe trois

Plus en détail

COMPÉTENCES CLINIQUES - SANTÉ MENTALE CONNAISSANCES PRÉALABLE OBJECTIFS 1. ENTRETIEN PSYCHIATRIQUE. 1.1. Les buts de l entretien psychiatrique

COMPÉTENCES CLINIQUES - SANTÉ MENTALE CONNAISSANCES PRÉALABLE OBJECTIFS 1. ENTRETIEN PSYCHIATRIQUE. 1.1. Les buts de l entretien psychiatrique CONNAISSANCES PRÉALABLE Les séminaires de compétences cliniques de santé mentale se basent sur l enseignement «Anamnèse et compétences psychosociales» du N. Blondel & C. Salathé (2014) et les cours de

Plus en détail

Comment la proposer et la réaliser?

Comment la proposer et la réaliser? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment la proposer et la réaliser? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les professionnels de santé dans la mise en œuvre d un programme

Plus en détail

J e commencerai par vous donner une définition de

J e commencerai par vous donner une définition de Les troubles du graphisme Les troubles du graphisme et de l écriture chez l enfant dyspraxique CLAIRE LE LOSTEC* Claire Le Lostec travaille comme ergothérapeute dans un service de soins à domicile de L

Plus en détail

EXEMPLES DE TROUBLES PROPRIOCEPTIFS

EXEMPLES DE TROUBLES PROPRIOCEPTIFS EXEMPLES DE TROUBLES PROPRIOCEPTIFS Les exemples montrés dans ce document ne sont qu un vague reflet de la complexité clinique des troubles proprioceptifs qui peuvent donner des dysfonctions partout où

Plus en détail

Écrire à la main ou à l ordinateur Telle est la question!

Écrire à la main ou à l ordinateur Telle est la question! Écrire à la main ou à l ordinateur Telle est la question! Les difficultés reliées à l écriture à la main sont presque toujours présentes chez les enfants ayant des difficultés de coordination. Écrire à

Plus en détail

d infirmières et d infirmiers Pour être admissible au répit spécialisé sur référence Des services spécialisés intégrés en

d infirmières et d infirmiers Pour être admissible au répit spécialisé sur référence Des services spécialisés intégrés en DES SERVICES DES INTERVENTIONS DE RÉADAPTATION CIBLÉES ET SPÉCIFIQUES VISANT LE DÉVELOPPEMENT OPTIMAL DE LA PERSONNE ET AYANT COMME OBJECTIFS de favoriser l intégration et la participation sociales de

Plus en détail

Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Présentation de l horaire et calendrier (activité orale) Présentation de l horaire et calendrier (activité orale)

Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Présentation de l horaire et calendrier (activité orale) Présentation de l horaire et calendrier (activité orale) 8h45-9h00 Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Présentation de l horaire et calendrier (activité orale) Présentation de l horaire et calendrier (activité orale) Présentation de l horaire et calendrier (activité

Plus en détail

VISION ET HANDICAPS CHEZ L'ENFANT

VISION ET HANDICAPS CHEZ L'ENFANT DIPLOME UNIVERSITAIRE - PARIS DIDEROT PROGRAMME COMPLET 2015-2016 VISION ET HANDICAPS CHEZ L'ENFANT Vision, perception & action chez l'enfant ayant des troubles développementaux Responsables pédagogiques

Plus en détail

AMENAGEMENTS PEGAGOGIQUES A METTRE EN PLACE pour un élève présentant des troubles du spectre autistique

AMENAGEMENTS PEGAGOGIQUES A METTRE EN PLACE pour un élève présentant des troubles du spectre autistique AMENAGEMENTS PEGAGOGIQUES A METTRE EN PLACE pour un élève présentant des troubles du spectre autistique STRUCTURATION DU TEMPS pour la visualisation des changements - Emploi du temps visuel avec : - Objets

Plus en détail

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie Etudes cliniques dans l autisme Marie-Christine Picot Congrès Epsylon 5 avril 2013 Introduction Mesurer la Qualité de Vie liée à la Santé : Evaluer les

Plus en détail

DÉFINITIONS. Motricité. Robert Rigal ÉDUCATION MOTRICE DE L ENFANT DE 4 À 11 ANS

DÉFINITIONS. Motricité. Robert Rigal ÉDUCATION MOTRICE DE L ENFANT DE 4 À 11 ANS ÉDUCATION MOTRICE DE L ENFANT DE 4 À 11 ANS Robert Rigal DÉFINITIONS Motricité Ensemble des fonctions qui assurent les mouvements autogénérés d un organisme; Étude des mouvements humains et de leurs caractéristiques

Plus en détail

Mais qu est-ce qui l empêche de réussir?

Mais qu est-ce qui l empêche de réussir? Mais qu est-ce qui l empêche de réussir? Jeanne Siaud-Facchin Psychologue Clinicienne Sion 20 Novembre 2008 Motifs de consult s Je travaille pas bien à l école J ai des problèmes à l école Je suis nul

Plus en détail

Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale

Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale Le traitement de l information sensorielle, parfois nommé intégration sensorielle, réfère au processus par lequel le cerveau

Plus en détail

DESCRIPTEURS NIVEAU A2 du Cadre européen commun de référence pour les langues

DESCRIPTEURS NIVEAU A2 du Cadre européen commun de référence pour les langues DESCRIPTEURS NIVEAU A2 du Cadre européen commun de référence pour les langues ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES Activités de production et stratégies PRODUCTION ORALE MONOLOGUE SUIVI

Plus en détail

Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire

Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire Date d envoi : Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire QUESTIONNAIRE AU TITULAIRE Ce document doit être complété par le titulaire de classe et/ou par l orthopédagogue

Plus en détail

Examen neurologique de l enfant

Examen neurologique de l enfant Examen neurologique de l enfant 2 SYSTÈMES ANATOMIQUEMENT DISTINCTS différents dans la chronologie de leur maturation Système SOUS CORTICOSPINAL Issu du Tronc cérébral Archaïque Maintient de la posture

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

Quelques livres Pour des titres complémentaires, consultez les sites des associations

Quelques livres Pour des titres complémentaires, consultez les sites des associations Quelques livres Pour des titres complémentaires, consultez les sites des associations «Même pas grave! L échec scolaire, ça se soigne» Olivier REVOL, Josée Blanc LAPIERRE, Edition Lattès «Comprendre le

Plus en détail

L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes

L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes Les 3 objectifs sont poursuivis aussi bien à l'école maternelle, qu'à l école primaire MATERNELLE * Favoriser la construction des actions motrices

Plus en détail

Le comportement verbal

Le comportement verbal Le comportement verbal Charlotte GAMARD Orthophoniste - Formatrice Colloque Autisme Dijon 1-2 - 3 avril 2015 Plan Historique et définition de l ABA Le courant ABA-VB Les opérants verbaux : définitions

Plus en détail