Référentiel Dossier de Soins MDPA003A Dossier Référentiel de Soins Page 1 sur 30

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Référentiel Dossier de Soins 2011. MDPA003A Dossier Référentiel de Soins Page 1 sur 30"

Transcription

1 Référentiel Dossier de Soins 2011 MDPA003A Dossier Référentiel de Soins Page 1 sur 30

2 SOMMAIRE Ce «Référentiel», document méthodologique, a pour objectif de formaliser une démarche professionnelle commune pour les règles de tenue et de structuration du dossier de soins. L ensemble des professionnels pourra s y référer pour transcrire le projet de prise en charge de chaque patient. La qualité des écrits dans le dossier est la clé de la continuité et de l efficacité des soins. Elle est un élément déterminant pour la sécurité des soins. Elément de communication et de coordination, le Dossier de Soins est le support indispensable qui permet de transcrire les raisonnements cliniques retenus et les activités menées par chaque soignant auprès de la personne soignée. Il est le reflet des pratiques professionnelles. Assurer la qualité et la sécurité des soins est l ambition de tout soignant. Le dossier du patient fait partie intégrante du soin, c est un dû à toute personne qui confie sa santé à un établissement tel que le CHU de Nîmes. Ce travail réalisé devrait apporter le maximum d informations nécessaires et être une ressource pour les activités soignantes menées auprès des usagers. Son évolution sera liée à la mise en place du DPI. Le Directeur Coordonnateur Général des Soins M.C GASTE Page 2 sur 30

3 Sommaire 1- Contexte Règles du secret professionnel et du droit à la Communication des informations Tenue du dossier de soins la méthodologie d organisation des transmissions écrites : les transmissions ciblées lieu de rangement du dossier de soins dans l unité de soins gestion du dossier de soins à l issue du séjour Critères de qualité du dossier de soins Archivage du dossier de soins Formation Modalités de renseignement des documents standards le recueil de données la personne de confiance les macro cibles exemple macro cible de sortie : neurologie le diagramme de soins : exemple cardiologie les prescriptions spécifiques la fiche de surveillance des constantes physiologiques le score de risque nutritionnel simplifié «snrs» l évaluation de la douleur et de la stratégie thérapeutique le suivi des dispositifs de prévention d escarres les soins diététiques la prise en charge sociale Documents particuliers à intégrer dans le dossier de soins Cibles classées par rubrique Table des sigles et abréviations Textes réglementaires Bibliographie Participants au référentiel...29 Page 3 sur 30

4 1- Contexte Au sein du dossier du patient, les informations paramédicales sont regroupées dans un dossier dit «dossier de soins» dont la composition de base est identique pour l ensemble du CHU de Nîmes. C est un document unique, individualisé, regroupant l ensemble des informations concernant la personne soignée. Il prend en compte l aspect préventif, curatif, éducatif, palliatif et relationnel du soin. Il comporte le projet de soins qui devrait être établi avec la personne soignée. Il contient des informations spécifiques à la pratique soignante. Il permet le recueil de la traçabilité des problèmes de santé posés par la personne soignée, des actions engagées par l ensemble des professionnels de santé paramédicaux qui interviennent de manière coordonnée auprès du patient. La mise en place du Dossier Patient Informatisé (DPI) occasionnera progressivement la transposition des documents papiers vers des documents au format électronique dans Clinicom. Le dossier de soins reflète la valeur ajoutée de l'intervention des professionnels para médicaux à la restauration, la protection ou l'amélioration de sa santé. Il permet de suivre et de comprendre le parcours hospitalier de la personne soignée et aide les médecins à la décision thérapeutique par son contenu. Tous les professionnels de santé sont concernés par la tenue du dossier de soins Médecin, chirurgien-dentiste, sage-femme, infirmier, IADE, IBODE, puéricultrice, masseurkinésithérapeute, pédicure podologue, ergothérapeute, psychomotricien, orthophoniste, orthoptiste, manipulateur d électroradiologie médicale, diététicien, l assistante sociale, le psychologue, les aides soignants et auxiliaires puéricultrices, les aides médicaux psychologiques. L'ECRIT EST UN TEMPS DE SOINS DONT IL FAIT PARTIE INTEGRANTE. L amélioration de la qualité de la tenue et du contenu du dossier du patient est un axe d évaluation des pratiques professionnelles demandée par l HAS (Haute Autorité de Santé), cet axe est repris dans le projet de soins du CHU de Nîmes. LE DOSSIER DE SOINS EST UN INSTRUMENT DE PREUVE QUI A UNE VALEUR JURIDIQUE. La jurisprudence sanctionne avec sévérité le manquement à l'obligation de tenue du dossier du patient. Celui-ci peut apparaître comme un instrument de la mise en jeu de la responsabilité. 2- Règles du secret professionnel et du droit à la communication des informations Le dossier du patient est un document qui relève à la fois des règles du secret professionnel et du droit à la communication des informations qu il contient. Le dossier de soins, étant partie intégrante du dossier du patient, obéit aux mêmes règles de gestion (à la même réglementation) : Les informations médicales ne peuvent être partagées qu entre les professionnels de santé intervenant dans la prise en charge et la continuité des soins au patient. "Toute personne a accès à l'ensemble des informations concernant sa santé détenues par des professionnels et établissements de santé,. Elle peut accéder à ces informations directement ou par l intermédiaire d un médecin qu elle désigne et en obtenir communication." 1 Les règles d accessibilité au dossier des professionnels du service et les règles de circulation du dossier dans l établissement sont celles du dossier du patient. Elles sont portées à la connaissance de la personne soignée par mention dans le livret d accueil «Vos droits et vos devoirs» YCMS002, et par voie d affichage institutionnel mis en place dans les unités de soins «Modalités d Accès au dossier» 2 SCLMS Dossier de soins format papier ou informatisé 2 Loi n du 4 mars 2002 (article L ). Page 4 sur 30

5 3- Tenue du dossier de soins La pratique soignante s appuie sur des concepts fondamentaux qui doivent être intégrés. La bonne tenue du dossier de soins contribue à la continuité, la sécurité, l organisation, l'adaptation et l efficacité des soins. Elle est le reflet de la pratique professionnelle et de la mise en avant du «Cœur de Métier» des acteurs paramédicaux. Le dossier de soins trace le processus d analyse de situation ou de résolution de problèmes de santé de la personne soignée en 4 étapes : 1. Identification et analyse des besoins de la personne soignée 2. Plan de soins, mise en œuvre des actions 3. Evaluation et réajustement des actions 4. Synthèse finale Le contenu du dossier de soins permet de valoriser la qualité de la prise en charge du patient Des actions d'évaluation régulières seront à planifier pour l amélioration des pratiques soignantes. Le dossier de soins est créé à l occasion de l admission du patient au CHU de Nîmes. Il est unique et suit le patient tout au long de son séjour, en cas de mutation dans un autre service seule une macrocible d entrée est alors réalisée. Le dossier de soins est évolutif, il est régulièrement mis à jour. II renseigne les informations pertinentes, les outils de recueil et de synthèse en vue de la démarche préventive, diagnostique et thérapeutique. Il permet pour la personne soignée : Dès l admission la mise à disposition des informations nécessaires et utiles à sa prise en charge et son suivi La programmation des soins journaliers et la prise en compte de ses attentes La traçabilité des soins réalisés et des actions entreprises La continuité de soins coordonnés L aide à la décision thérapeutique par son contenu Le recueil du consentement du patient (ou de ses responsables légaux) aux soins et de la traçabilité de sa décision L enseignement et la recherche L extraction des informations nécessaires à l'analyse médico-économique de l'activité et à ses contrôles de qualité Le dossier de soins répond à des règles précises d organisation afin que chaque professionnel puisse accéder le plus rapidement possible aux informations concernant la personne soignée. Il a une structure unifiée facilitant le travail de saisie des informations par les professionnels de santé LA METHODOLOGIE D ORGANISATION DES TRANSMISSIONS ECRITES : LES TRANSMISSIONS CIBLEES Le CHU de Nîmes utilise la méthode structurée d enregistrement des transmissions écrites : les transmissions ciblées. Ce système de transmissions permet de : - Comprendre rapidement la situation du patient et les soins nécessaires à dispenser - Répondre aux exigences professionnelles et légales en matière de personnalisation des soins. - Optimiser le temps pour les soignants. Cette méthode est conforme au raisonnement infirmier (analyse de situation ). Page 5 sur 30

6 Les éléments clés qui constituent les transmissions ciblées : Le recueil de données : étape préliminaire à la démarche de soins La macro cible : Analyse - synthèse qui permet de déduire les problèmes de santé et la mise en œuvre des soins. Elle est structurée en 5 parties M-T-E-V-D (Maladie-Thérapeutique-Environnement-Vécu- Développement) Elle doit être horodatée, encadrée et écrite en travers de la fiche de transmission ciblée, identifiée (nom, prénom et fonction du soignant). o La macro cible d entrée : Elle se rédige à l entrée du patient et permet d identifier les besoins perturbés et les problèmes de santé précisés par les signes cliniques. Lorsque le problème de santé perdure, utiliser un document de surveillance spécifique. (ex. : fiche de suivi des moyens de prévention des escarres ECMD002, fiche de prise en charge de la douleur ECLU005. La donnée : Information qualitative et quantitative en lien avec le problème de santé, qui précise la cible ou décrit les observations (au moins 3 signes). Ce sont des informations en lien avec l aspect bio socio psycho culturel de la personne soignée : Signes cliniques, biologiques, psychologiques Expressions de la personne Etiologies Ces informations sont mesurables et précises. o La macro cible intermédiaire : synthèse lors de changements dans l état de santé du patient (retour de bloc, synthèse de staff ) qui amènent un réajustement des actions ou modifications du projet de soins. Elle est faite à chaque fois que nécessaire et reprise régulièrement une fois par mois en EHPAD et en unités de long séjours. Les actions : Liste des actions en soins infirmiers présentes ou futures et basée sur l analyse de la situation par l infirmier pour améliorer l état de la personne soignée. Les actions de réajustement doivent être visibles (tracées). o La macro cible de sortie : synthèse de l hospitalisation du patient et son devenir, elle peut servir de fiche de liaison avec d autres équipes. Elle identifie les problèmes de santé qui restent pàrésents, les signes cliniques et la conduite à tenir au domicile ou en établissement de suite. La cible : Enoncé concis et précis qui attire l attention par rapport à un problème, une difficulté ou un évènement positif pour la personne. Elle est en lien avec les données. Chaque unité élabore la liste des cibles prévalentes en lien avec la spécialité du service. Les résultats : Description de la réaction du malade aux actions de soins proposées et/ou réalisées, l objectif étant l amélioration et/ou la disparition des signes cliniques. Le diagramme de soins : Tableau de bord du suivi des activités de soins (prescriptions de soins du rôle propre, du rôle prescrit et en collaboration). Il enregistre les activités répétitives et régulières. L ajout du symbole* au niveau d une action renvoie à une transmission ciblée. Le diagramme de soins fait partie intégrante du dossier de soins et doit suivre les mêmes règles de gestion. Les textes prévoient que les transmissions soient renseignées pour tous les patients durant tout le parcours de prise en charge. Le dossier patient informatisé permettra de répondre à cette recommandation d ici Page 6 sur 30

7 LA COMPOSITION DU DOSSIER DE SOINS EST DEFINIE PAR LE DIRECTEUR COORDONNATEUR DES SOINS Chaque document (création, modification) est validé par le Directeur Coordonnateur Général des Soins, référencé par un numéro qualité et intégré dans la base documentaire du CHU 2. Il est recommandé que les pièces constituant le dossier de soins soient rangées dans un même contenant. La composition de base comprend des supports standards : «Recueil de données» EDPA055 Fiche de «Recueil de la personne de confiance» YDPA001 Fiche de «Transmissions ciblées» EDPA056 Fiche de «Prescriptions spécifiques» EDPA005 Fiche «d Evaluation de la douleur et de la stratégie thérapeutique» ECLU005 Fiche de «Suivi des dispositif de prévention» ECMD002 Fiche de «Score du risque nutritionnel simplifié (SNRS)» ECLA002 «Diagramme de soins»(spécifique à chaque service ou secteur d activité) Fiche de «Température et constantes physiologiques» EDPA003 Pochette étiquettes pour le séjour Les autres supports de traçabilité participant aux transmissions ciblées Les fiches de surveillances spécifiques : Feuilles de température et constantes physiologiques, pansement, nutrition, douleur, escarre, dénutrition Les fiches de transmissions des intervenants pluridisciplinaires : Diététicienne, Psychologue, Assistante sociale, Ergothérapeute, Kinésithérapeute. Le dossier de soins s enrichit ensuite des enregistrements des interventions des différents professionnels rencontrés par la personne soignée au cours de son parcours dans l établissement. LA TENUE, L'ORGANISATION ET LA GESTION DU DOSSIER DE SOINS SONT SOUS LA RESPONSABILITE DE L'IDE. Chaque professionnel para médical est responsable des écrits qu'il y consigne Le cadre de santé est garant de l application des règles de gestion LIEU DE RANGEMENT DU DOSSIER DE SOINS DANS L UNITE DE SOINS est une pièce identifiée comme étant non accessible au public GESTION DU DOSSIER DE SOINS A L ISSUE DU SEJOUR, l'ide rassemble les documents du dossier de soins au sein du dossier du patient : Vérification et classement par ordre chronologique des différentes fiches Elimination des étiquettes du séjour dans la filière «Elimination du papier» IHYG185 Rangement dans la pochette de couleur verte «Dossier de Soins» SDPA010 Transmission au secrétariat pour archivage dans le dossier patient 4- Critères de qualité du dossier de soins 3 Le numéro qualité est composé de 4 lettres, la première correspond au type de document P pour une procédure, I pour une instruction, E pour un enregistrement, S pour un support, Y pour une information au patient, suivi d un numéro d ordre et d une lettre correspondant à la version (A : première version, B deuxième version, ) Page 7 sur 30

8 REGLES DE BASE A RESPECTER DE FAÇON COMMUNE A TOUS LES PROFESSIONNELS DANS LA REDACTION DES TRANSMISSIONS ECRITES Ce qu il faut faire Utiliser les documents référencés dans l établissement Identifier tout document présent dans le dossier de soins au nom prénom du patient, date de naissance ou numéro d identification, l exactitude de son identité ayant été préalablement vérifiée avec lui par l IDE. o Coller sur la première page du recueil de données une grande étiquette mentionnant : - l identité, - les coordonnées du patient, - le régime de protection sociale, - les coordonnées de la personne à prévenir (nom, prénom, lien de parenté, téléphone, adresse) Cette étiquette disparaîtra avec la mise en place du DPI o Identifier chaque feuille constituant le dossier par une étiquette de petit format au nom du patient Ce qu il ne faut pas faire Ne pas utiliser de documents «sauvages», non validés par la Direction Coordination Générale des Soins et non référencés par la Direction Qualité Gestion des Risques Rédiger toute inscription au stylo à bille indélébile noire ou bleu Ne pas utiliser de crayon gris ou de correcteur L encre rouge pose un problème lors de la reprographie, son utilisation est à limiter Assurer la bonne coordination des soins et leur sécurité, par des écrits qui sont : o clairs, lisibles et bien orthographiés o concis, précis et objectifs o ne prêtant à aucune interprétation o sans jugement de valeur Numéroter les pages en ordre croissant et par type de fiche au fur et à mesure de l utilisation du dossier Eviter les répétitions, les redondances Ne pas mentionner les dysfonctionnements de service ou les manques de matériel dans le dossier de soins. Utiliser les documents spécifiques. Ne jamais détruire de feuilles Renseigner toutes les lignes des fiches d observation Ne laisser aucun espace blanc (au besoin compléter les lignes avec un trait) Pour corriger une note erronée, tirer un trait mince sur les fautes ou mettre entre parenthèses et noter «note non valide «et compléter par ses initiales Toute inscription est identifiée au nom, prénom et fonction de chaque intervenant pluridisciplinaire Horodater les notes (date, heure) En cas d utilisation de paraphes, les initiales des professionnels sont recensées dans un document de service réactualisé (diagramme de soins) S abstenir d écrire entre les lignes ou dans la marge Utiliser le système international de poids et mesures Ne pas utiliser les cc mais les ml Utiliser uniquement les abréviations et symboles reconnus et approuvés par la CHU de Nîmes (afin d éviter les erreurs d interprétation) (voir page 26) Les modalités de sortie du patient sont systématiquement notées dans les transmissions Un audit annuel des dossiers de soins est réalisé par la Direction Coordination Générale des Soins en coordination avec la Direction Qualité Gestion des Risques. Une grille d audit identifie 9 indicateurs (composés de plusieurs critères pondérés) EQUA134. : Page 8 sur 30

9 1. Organisation et règles de tenue du dossier 2. Présence des supports standards de traçabilité 3. Données d identification du patient 4. Données administratives 5. Données d entrée 6. Données de sortie 7. Personne à prévenir 8. Personne de confiance 9. Tenue des transmissions Un score par indicateur permet de cibler les actions correctives à mettre en oeuvre. 5- Archivage du dossier de soins Le Dossier de soins est une partie du dossier du patient, il obéit aux mêmes règles d archivage décrites dans le «Guide d utilisation du dossier patient» SDPA004 L ensemble des documents du dossier de soins est conservé dans le dossier du patient. Avant son archivage, il doit être trié et classé par ordre chronologique, il ne doit contenir que les documents nécessaires et utiles au suivi ultérieur du patient et ceux que la réglementation impose de conserver. En aucun cas, le dossier ne doit quitter l établissement. (hors d une situation d archivage extérieure organisée) 6- Formation Le plan de formation de l établissement prévoit des actions de formations en lien avec la qualité de tenue du dossier de soins et des transmissions ciblées. Page 9 sur 30

10 7- Modalités de renseignement des documents standards 7.1- LE RECUEIL DE DONNEES (fiche verte) Le recueil de données est le préambule incontournable à la démarche de soins Coller une grande étiquette comportant les coordonnées - du patient - de la personne à prévenir (nom, prénom, lien de parenté, tel, adresse) Doit être systématique ment renseignée ICMD012 Gestion du traitement personnel Page 10 sur 30

11 Renseigner de façon exhaustive l ensemble des données (MCO, SSR, SLD-EHPAD, Psychiatrie) en particulier pour les DMS>3 jours Quand? Au plus prés de l admission (Idem page 2) Page 11 sur 30

12 7.2- LA PERSONNE DE CONFIANCE Le recueil de la personne de confiance est réglementaire, il est renseigné et rangé dans le dossier de soins Si le patient n est pas en état physique ou psychologique de renseigner ce formulaire Noter : «Incapacité à renseigner par le patient» + identité du soignant, date et signature La mesure ne s applique pas en présence d une mesure de protection de justice (tutelle ou curatelle) Page 12 sur 30

13 7.3- LES MACRO CIBLES (fiche verte) Les macro cibles d entrée et de sortie sont INDISPENSABLES La macro cible intermédiaire est réalisée si un changement significatif dans l état de santé du patient survient. En SLD et EPHAD, elle est réalisée au minimum une fois par mois A renseigner par thème La macro cible (entrée, sortie et intermédiaire) est encadrée avec une écriture transversale Elle est horadatée et signée par l IDE Elle précise sous forme de synthèse des données significatives BIOPSYCHOSOCIOCULTURELLES liées à la situation du patient Les données sont formulées selon le schéma Maladie Thérapeutique Environnement Vécu Développement (MTEVD) DATE : XX/XX/XXX + heure NOM et FONCTION SIGNATURE CIBLE : C est le mot clé le plus représentatif du problème de santé (cf. : cible prévalente) Ce n est pas : un diagnostic médical, un acte de soins, un jugement de valeur DONNEES : Je note les constats, les observations. Ce sont au moins 3 données objectives qualitatives / quantitatives ou littéralement les «propos du patient» ACTIONS: Je liste les actions mises en place présentes ou futures, basées sur l analyse, relevant du rôle propre, prescrit RESULTATS : Je note La date et l heure Les résultats des actions Je reformule une cible si un réajustement est nécessaire Page 13 sur 30

14 7.4- EXEMPLE MACRO CIBLE DE SORTIE (fiche autocarbonnée) Page 14 sur 30

15 Le diagramme de soins permet de tracer les activités répétitives, régulières. Il est possible d ajouter le symbole * pour renvoyer à la cible correspondante. 7.5 LE DIAGRAMME DE SOINS (spécifique par service, fiche blanche) J 0 : prescriptions le jour d arrivée Paraphe de l agent qui a réalisé le soin Page 15 sur 30

16 Page 16 sur 30

17 7.6- LES PRESCRIPTIONS SPECIFIQUES (fiche rose) Les quatre dernières colonnes doivent être renseignées, elles permettent de tracer les actions engagées. A renseigner par cat2gorie de fiche Une prescription par ligne Page 17 sur 30

18 7.7- LA FICHE DE SURVEILLANCE DES CONSTANTES PHYSIOLOGIQUES (fiche blanche) Seul support institutionnel en vigueur dans l établissement Page 18 sur 30

19 7.8- LE SCORE DE RISQUE NUTRITIONNEL SIMPLIFIE «SRNS» (fiche blanche) L indication du calcul de ce score est définie au sein de chaque service (profil de patient à dépister) Page 19 sur 30

20 7.9- L EVALUATION DE LA DOULEUR ET DE LA STRATEGIE THERAPEUTIQUE (fiche blanche) Première évaluation obligatoire à J0 même si le patient n est pas douloureux. Pour les patients douloureux, évaluation avant et après chaque prise médicamenteuses fixe et interdose. Page 20 sur 30

21 7.10- LE SUIVI DES DISPOSITIFS DE PREVENTION D ESCARRES Un premier calcul du score de Braden doit être effectué pour chaque patient entrant et une réévaluation doit être faite en cas de modification de l état général du patient (amélioration ou dégradation). Le niveau de risque détermine les supports à mettre en œuvre (matelas et fauteuil) L évaluation régulière permet d adapter le support et de tracer les actions mises en place Page 21 sur 30

22 7-11- LES SOINS DIETETIQUES Page 22 sur 30

23 7.12- LA PRISE EN CHARGE SOCIALE Page 23 sur 30

24 8- Documents particuliers à intégrer dans le dossier de soins TITRE DU DOCUMENT FICHE DE LIAISON US-BLOC-US REF. QUALITE EHYG110B QUI LE REMPLIT QUAND LE REMPLIR COMMENT L UTILISER POURQUOI L UTILISER OU LE RANGER IDE IBODE EVENEMENT INDESIRABLE (EI) EQUA015C TOUS LES SOIGNANTS CHUTE SORTIE A l insu du personnel couplé avec EDSI007C EQUA069B PARAMEDICAUX MEDICAUX IDE -CADRE Au départ et au retour du bloc pour donner les informations nécessaires à la prise en charge du patient en péri opératoire Lors de tout évènement concernant le patient, les visiteurs, le personnel et le fonctionnement Dans les 72h suivant l incident et informer la famille A la constatation de la sortie Remplir tous les items Renseigner sur les points particuliers Remplir les feuillets auto-carbonés et en renvoyer un exemplaire à la mission qualité Remplir le document L envoyer à la direction des soins 1. Appel : - du cadre ou cadre de garde - de la famille substitut tuteur - des urgences 2. envoi d un fax au commissariat si besoin SORTIE Contre avis médical PATIENT Après information médicale sur les risques encourus Signature du patient EQUA106B SORTIE Disciplinaire IDE -CADRE Au plus près de l évènement Elaborer la macrocible intermédiaire du retour de bloc Rédaction dans le dossier de soins d une cible «Fiche EI» si nécessaire Rédaction dans le dossier de soins d une cible «chute» Rédaction dans le dossier de soins d une cible «Sortie» Archivée dans le dossier patient Le dernier feuillet est archivé en service Archiver dans le dossier patient du double Archiver dans le dossier patient du double des documents REFUS DE SOINS PERMISSION De moins de 48h DECES Certificat blanc, Rapport IDE, Transport à visage découvert, Fiche de liaison médecin référent, Succession EQUA039AE QUA040A EQUA048B EQUA038A ECLI010A PATIENT-PARENTS TUTEUR- SUBSTITUT Rempli par le médecin Visé par le bureau des entrées signé par le patient Le médecin IDE Lors du refus de soins Avant une permission de sortie Envoi de l original au bureau des entrées 1 partie remise au patient 1 partie envoyé à la direction de la clientèle Envoi des documents au bureau des entrées Mettre un bracelet d identification avec une étiquette patient Rédaction dans le dossier de soins d une cible «Refus de soins» Certificat blanc et rapport infirmier dans le dossier de soins du patient DEPOT DE VALEUR Paramédicaux en présence d un témoin Si un patient possède des valeurs durant son hospitalisation - Remplir le document auto-carboné - Mettre les objets de valeurs dans une pochette A5 - Déposer l enveloppe + 1 ex. de la fiche régie aux heures et jours ouvrables, coffre-tireliire : bureau surveillants Renseigner «dépôt de valeurs» sur la fiche n 1 du dossier de soins LES VIGILANCES HEMOVIGILANCE EHVT008 IDE Lors d un incident au cours d une transfusion Envoi du document par fax à l EFS IDENTITOVIGILANCE ECMS002 IDE Lors de la vérification de l identité du patient Envoi du document au bureau des entrées avec une photocopie de la pièce d identité Rédaction dans le dossier de soins d une cible «Incident Transfusionnel» Rédaction dans le dossier de soins d une cible «Identité Dans le dossier transfusionnel Pas d archivage Page 24 sur 30

25 9- Exemples de Cibles classées par rubrique 1. ALIMENTATION HYDRATATION Déshydratation Dégoût alimentaire Difficulté à s'alimenter Excès alimentaire Fausse route Hématémèse Hypoglycémie Hyperglycémie Nausées Perte d'appétit Prise de poids 3 Perte de poids Potomanie Refus de s alimenter Régurgitation Risque de fausse route Risque de déshydratation Sécheresse buccale Troubles de la déglutition Vomissements 2. ELIMINATION SELLES Constipation Colostomie Constipation Diarrhée Gaz (absence, excès) Hémorroïdes Incontinence fécale Risque de constipation Rectorragies Maeléna Selles décolorées Selles liquides Selles nauséabondes 3. ELIMINATION URINES Anurie Polyurie Brûlures mictionnelles Hématurie Dysurie Elimination de lithiase Incontinence urinaire, fuite à l effort ou permanente Globe vésical Pollakiurie Rétention urinaire 4. MOBILISATION Amélioration de la mobilité Chute Contractures musculaires Difficulté à la marche Diminution de la mobilité 3 Ce symbole indique que les données concernant cette cible doivent nécessairement comporter des données chiffrées (poids actuel 48Kg ) comparées à un chiffre de référence (poids à l'entrée 50Kg) ex : Perte de 2 Kg en une semaine Perte de la mobilité 1 er lever Risque de chute Troubles de l'équilibre 5. HYGIENE, HABILLEMENT Manque de vêtements Perte de vêtement Tenue inadaptée 6. TEMPERATURE hypothermie Hyperthermie 7. RESPIRATION Détresse respiratoire Dyspnée, pause respiratoire Ecoulement nasal Encombrement bronchique Dysphonie Hyper sécrétions Hémoptysies Polypnée Toux 8. SYMPTOMES CARDIO VASCULAIRES Arrêt cardiaque Bradycardie Epistaxis Hématome à localiser Hémorragie Risque de saignement, d hémorragie Hypertension Oedèmes (lieu) Hyper ou hypo tension Tachycardie ou bradycardie 9. PEAU.MUQUEUSES Abcès Altération cutanée à préciser Altération des muqueuses buccales Brûlure Cicatrice opératoire préciser le problème Démangeaisons Desquamation Ecoulement (préciser le lieu ) Eruptions cutanées Escarre (Précisez le lieu et stade) Leucorrhée Plaie (préciser le lieu) Réaction cutanée (préciser le type) Erythème Saignement (préciser le lieu ) Sécheresse cutanée 10. SOMMEIL-REPOS Agitation nocturne Cauchemars Difficultés d'endormissement Insomnie Refus de se coucher Réveil précoce Sommeil perturbé Somnolence 11. DOULEUR Douleur suivi de la localisation 12. FONCTIONS INTELLECTUELLES Amélioration de la compréhension Désorientation temporo-spatiale Difficultés de concentration Difficultés de compréhension Diminution de la vigilance Ralentissement psychique (préciser) Troubles de la mémoire Risque de fugue 13. COMMUNICATION-RELATION Affabulation Altération de la vision. Amélioration de la communication Aphasie. Confusion. Difficulté à communiquer. Discours plus cohérent. Gémissements. Logorrhée. Mutisme. Non maîtrise de la langue. Anxiété Propos délirants. Propos incohérents. Peur Refus de communiquer Sollicitations (accrues) envers l'équipe. Surdité. Mal voyant 14. COMPORTEMENTS Agitation Agitation nocturne Altercation (avec ) Amélioration de l'autonomie Apathie Attitude d opposition Attitude menaçante Colère Agressivité Comportement inadapté Crise convulsive Déambulation excessive Errance Exaltation de l humeur Exhibitionnisme Impatience Intolérance à la frustration Instabilité de l'humeur Page 25 sur 30

26 Irritabilité Levée d inhibition Panique Prostration Provocation Rires immotivés Risque de violence envers les autres Risque de violence envers soi même Simulation 15. PERCEPTIONS ET SENTIMENTS Ambivalence Altération de l estime de soi Amélioration du moral Angoisse Anxiété Ennui Exaltation ou inhibition de l humeur Fausse reconnaissance Hallucinations Inquiétude Sensation de mal être Sensation d'étouffement Sentiment de persécution Perturbation de l'image corporelle Peur de Tristesse Vertiges 16. GESTION DES RISQUES Sous surveillance judiciaire Non-observance du traitement Non respect de ses limites Protection judiciaire Risque de provoquer un incendie Risque d'automutilation Risque de stockage de médicaments 17. GESTION DE LA SANTE Amélioration de l'autonomie Automutilation. Conduite addictive (Alcool, Tabac, drogues ) Dénis de Isolement prophylactique Non-Observance du traitement. Refus des soins prescrits Refus des soins d'hygiène. Refus du traitement. Préparation d'examen préciser le protocole Tentative de suicide (durant l'hospitalisation) 18. SUIVI DES SOINS Isolement prophylactique Réaction à la transfusion Suivi d éducation Suivi du traitement 19. SIRITUALITE CROYANCES Demande d assister à un office religieux Demande d un représentant du culte 20. ENTOURAGE Conflit familial Sentiment de solitude Isolement social Perturbation dans les relations avec la famille l'entourage 21. SORTIE Demande de placement Fugue Permission de sortie Préparation de la sortie Sortie contre avis médical Sortie sans autorisation Cette liste n est pas exhaustive. L intervention d un intervenant pluriprofesionnel peut faire l objet d une cible (exemple : ergothérapeute, kinésithérapeute ) Page 26 sur 30

27 10- Tables des sigles et abréviations A B AP : Auxiliaire de Puériculture AS : Aide Soignant ATB : Antibiothérapie BS : Bilan Sanguin BU : Bandelette Urinaire C D E ECBU : Examen Cytologique Bactériologique des Urines EMG : Equipe Mobile de Gériatrie EMSP : Equipe Mobile de Soins Palliatifs EOHH : Equipe Opérationnelle d Hygiène Hospitalière F G - H I HTA : Hyper Tension Artérielle HAD : Hospitalisation A Domicile IADE : Infirmier Anesthésiste Diplômé d Etat IBODE : Infirmier de Bloc Opératoire Diplômé d Etat IDE : Infirmier Diplômé d Etat IM : Intra Musculaire IV : Intra Veineuse J K L M N O P Q R S T U V OMI : Oedème des Membres Inférieurs PAC : Port A Cath (Chambre Implantable) Pls : Pouls Rx : Radiographie SAD : Sonde urinaire A Demeure SC : Sous Cutanée SHA : Solution Hydro Alcoolique SSR : Soins Suite et Réadaptation TA : Tension Artérielle TTT : Traitement UI : Unité Internationale VVC : Voie Veineuse Centrale VVP : Voie Veineuse Périphérique W X Y - Z Page 27 sur 30

28 11- Textes Réglementaires OSSAIRE Décret n du 29 juillet 2004, relatif aux actes professionnels, à l exercice de la profession et aux règles professionnelles - Article R : «l infirmier est chargé de la conception, de l utilisation et de la gestion du dossier de soins» - Article R : «L infirmier ou l infirmière peut établir pour chaque patient un dossier de soins contenant tous les éléments relatifs à son rôle propre et permettant le suivi du patient» Arrêté du 31 juillet 2009 (annexes), Programme de formation IDE Arrêté du 22 octobre 2010, relatif à la formation conduisant au diplôme d état aide soignant Circulaire DGS/PS3/DH/FH1 n 96-3/ du 19 janvier 1996, missions des aides soignants Loi n du 4 mars 2002, relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé Arrêté du 13 mars 1999, relatif à la gestion des traitements personnels des patients de l entrée à la sortie Décret (annexe) du 21 mars 2003, relatif à l accès aux informations personnelles Arrêté du 5 mars 2004, homologation des recommandations de bonnes pratiques relative à l accès aux informations concernant la santé d une personne Loi n du 13 mars 2000, relative à la signature électronique Décret n du 30 mars 2001, relatif à l application de la signature électronique Code de la santé publique. - Article «Le dossier médical contient notamment le dossier de soins» - Article R «Les manipulateurs en radiologie participe à la transmission écrite.» Circulaire DHOS/E3 n du 28 juin 2006, relative à la mise en œuvre du dossier médical personnel (DMP) par les établissement de santé Guide du service de soins infirmiers, Soins infirmiers normes de qualité - septembre ème édition Recommandations de l ANAES - Accès aux informations concernant la santé d une personne - Décembre Evaluations des pratiques professionnelles dans les établissements de santé : dossier patient amélioration de la qualité, de la tenue et du contenu - Juin Bonnes pratiques «information des patients recommandations destinées aux médecins» - Mars Les pratiques cliniques concernant le dossier patient o en masso kinésithérapie - Mars 2000 o en ergothérapie Mai 2001 o en pédicurie podologie - Mai 2001 Loi n du 6 janvier 1978, relative à l informatique, aux fichiers et aux libertés Haute autorité des soins (HAS), Référentiel Dossier patient Page 28 sur 30

29 12- Bibliographie Page 29 sur 30

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

prise en charge paramédicale dans une unité de soins

prise en charge paramédicale dans une unité de soins Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : prise en

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS ANNEXE I

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS ANNEXE I ANNEXE I DIPLÔME D ÉTAT D INFIRMIER Référentiel d activités Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet, un

Plus en détail

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée»

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» «SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» intéresser, l entendre, et transformer en soins de vie ce qu elle veut nous dire qu elle soit atteinte

Plus en détail

L infirmier exerce son métier dans le respect des articles R.4311-1 à R.4311-15 et R.4312-1 à 4312-49 du code de la santé publique.

L infirmier exerce son métier dans le respect des articles R.4311-1 à R.4311-15 et R.4312-1 à 4312-49 du code de la santé publique. Diplôme d Etat d infirmier Référentiel d activités Annexe I Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet, un

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE D ADMISSION EN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT POUR PERSONNES AGEES DEPENDANTES

DOSSIER DE DEMANDE D ADMISSION EN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT POUR PERSONNES AGEES DEPENDANTES Ministère du travail, de l emploi et de la santé Ministère des solidarités et de la cohésion sociale DOSSIER DE DEMANDE D ADMISSION EN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT POUR PERSONNES AGEES DEPENDANTES ARTICLE

Plus en détail

Fiche de pré-inscription en établissement d accueil pour personnes âgées

Fiche de pré-inscription en établissement d accueil pour personnes âgées Fiche de pré-inscription en établissement d accueil pour personnes âgées LA MAYENNE C O N S E I L G É N É R A L Original à conserver et photocopie(s) à retourner à un ou plusieurs établissements de votre

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE D ADMISSION

DOSSIER DE DEMANDE D ADMISSION Ministère des affaires sociales et de la santé DOSSIER DE DEMANDE D ADMISSION EN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT POUR PERSONNES AGEES DEPENDANTES ARTICLE D. 312-155-1 DU CODE DE L ACTION SOCIALE ET DES FAMILLES

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

Complément à la circulaire DH/EO 2 n 2000-295 du 30 mai 2000 relative à l'hospitalisation à domicile

Complément à la circulaire DH/EO 2 n 2000-295 du 30 mai 2000 relative à l'hospitalisation à domicile http://www.sante.gouv.fr/adm/dagpb/bo/2001/01-01/a0010017.htm Bulletin Officiel n 2001-1 Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins Page 1 sur 6 Complément à la circulaire DH/EO 2 n

Plus en détail

LA DEMARCHE DE SOINS INFIRMIERE N.LANNEE CADRE FORMATEUR IFSI CHU ROUEN

LA DEMARCHE DE SOINS INFIRMIERE N.LANNEE CADRE FORMATEUR IFSI CHU ROUEN LA DEMARCHE DE SOINS INFIRMIERE N.LANNEE CADRE FORMATEUR IFSI CHU ROUEN définition Démarche de soins = processus de soins Processus intellectuel, Mode de pensée logique et rigoureux, Résolution de problème

Plus en détail

Ministère chargé de la santé Diplôme d Etat d infirmier. Portfolio de l étudiant

Ministère chargé de la santé Diplôme d Etat d infirmier. Portfolio de l étudiant Ministère chargé de la santé Diplôme d Etat d infirmier Annexe VI Portfolio de l étudiant Nom et prénom de l étudiant : Institut de formation en soins : Date d entrée dans la formation : Nom et prénom

Plus en détail

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD Dénutrition de la personne âgée en EHPAD CONSTAT DEFINITION DE LA DENUTRITION «La dénutrition est la conséquence d une insuffisance d apport protéique (dénutrition exogène) ou d un hypercatabolisme lié

Plus en détail

DOCUMENTATION CLINIQUE D UNE CHUTE D UN PATIENT

DOCUMENTATION CLINIQUE D UNE CHUTE D UN PATIENT Jacques Butel - Nadiat Donnat - Jeanne Forestier - Céliane Héliot - Anne Claire Rae Forum prévention des chutes 2010 DOCUMENTATION CLINIQUE D UNE CHUTE D UN PATIENT 1 Recueil données Formulaire de signalement

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION Octobre 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

admission directe du patient en UNV ou en USINV

admission directe du patient en UNV ou en USINV Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : admission

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES 1 TEXTES DE REFERENCE 1.1 Cadre juridique Loi n o 2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique, notamment la mesure 72 de son annexe

Plus en détail

LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE

LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE REMALDO Equipe de rééducation-hlsom Octobre 2011 ETUDE DE CAS: MONSIEUR F DESCRIPTION M F est âgé de 80 ans, il est entouré par sa famille, diagnostic posé

Plus en détail

Alimentation et Hydratation des Personnes Agées en fin de vie. Le 12 janvier 2009 APSP Aix en Provence

Alimentation et Hydratation des Personnes Agées en fin de vie. Le 12 janvier 2009 APSP Aix en Provence Alimentation et Hydratation des Personnes Agées en fin de vie Le 12 janvier 2009 APSP Aix en Provence Problèmes très fréquents en gériatrie Fréquence des pathologies aboutissant à des pbes de prise alimentaire:

Plus en détail

La version électronique fait foi

La version électronique fait foi Page 1/6 Localisation : Classeur VERT Disponible sur Intranet A revoir : 10/2015 Objet : La présente procédure a pour objet de décrire les responsabilités et les principes pour la réalisation des prélèvements.

Plus en détail

COMPTE RENDU D ACCREDITATION DE L'HOPITAL ET INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CROIX-ROUGE FRANÇAISE

COMPTE RENDU D ACCREDITATION DE L'HOPITAL ET INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CROIX-ROUGE FRANÇAISE COMPTE RENDU D ACCREDITATION DE L'HOPITAL ET INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CROIX-ROUGE FRANÇAISE Chemin de la Bretèque 76230 BOIS-GUILLAUME Mois de juin 2001 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE

Plus en détail

GESTION DES RISQUES Cartographie COVIRISQ

GESTION DES RISQUES Cartographie COVIRISQ GESTION DES RISQUES Cartographie COVIRISQ PLAN Préambule Historique de la démarche Cartographie Organigramme Situation actuelle Constat Préambule OVE comprend : Un secteur social Un secteur médico-social

Plus en détail

STAGE D'INITIATION AUX SOINS INFIRMIERS D'ACCES EN PCEM2 ou en 2ème ANNEE DE CHIRURGIE DENTAIRE

STAGE D'INITIATION AUX SOINS INFIRMIERS D'ACCES EN PCEM2 ou en 2ème ANNEE DE CHIRURGIE DENTAIRE FACULTÉ DE MÉDECINE FACULTÉ DE CHIRURGIE DENTAIRE Université de Strasbourg STAGE D'INITIATION AUX SOINS INFIRMIERS D'ACCES EN PCEM2 ou en 2ème ANNEE DE CHIRURGIE DENTAIRE JUILLET ou AOUT ou SEPTEMBRE 2012

Plus en détail

IMR PEC-5.51 IM V2 19/05/2015. Date d'admission prévue avec le SRR : Date d'admission réelle : INFORMATIONS ADMINISTRATIVES ET SOCIALES

IMR PEC-5.51 IM V2 19/05/2015. Date d'admission prévue avec le SRR : Date d'admission réelle : INFORMATIONS ADMINISTRATIVES ET SOCIALES DOSSIER D ADMISSION 1/6 Date d'admission souhaitée : Date de la demande : Date d'admission prévue avec le SRR : Date d'admission réelle : INFORMATIONS ADMINISTRATIVES ET SOCIALES Renseignements administratifs

Plus en détail

admission aux urgences

admission aux urgences Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : admission

Plus en détail

Visite test de certification V2014 Retour du CHU de Rennes GCS CAPPS Vendredi 12 juin 2015

Visite test de certification V2014 Retour du CHU de Rennes GCS CAPPS Vendredi 12 juin 2015 Visite test de certification V2014 Retour du CHU de Rennes GCS CAPPS Vendredi 12 juin 2015 CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE RENNES Le CHU de Rennes Etablissement MCO, SSR, SLD de 1860 lits et places

Plus en détail

DISTRIBUTION DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR VOIE ORALE PAR L INFIRMIERE : RISQUE DE NON PRISE DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR LE PATIENT

DISTRIBUTION DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR VOIE ORALE PAR L INFIRMIERE : RISQUE DE NON PRISE DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR LE PATIENT INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS ACTIVITE PROFESSIONNELLE N 8 : LE CADRE GERE LES RISQUES CONCERNANT LES PRESTATIONS, LES CONDITIONS DE TRAVAIL DES PERSONNELS,

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY. 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY. 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY FEVRIER 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

Gestion du traitement personnel des patients : Enquête et audit régional

Gestion du traitement personnel des patients : Enquête et audit régional Gestion du traitement personnel des patients : Enquête et audit régional Marion Alpy Jean-Marie Kinowski Journée OMEDIT 3 avril 2014 Contexte La prise en charge du traitement personnel du patient peut

Plus en détail

TITRE : «Information et consentement du patient en réadaptation cardiovasculaire»

TITRE : «Information et consentement du patient en réadaptation cardiovasculaire» TITRE : «Information et consentement du patient en réadaptation cardiovasculaire» MC Iliou, R Brion, C Monpère, B Pavy, B Vergès-Patois, G Bosser, F Claudot Au nom du bureau du GERS Un programme de réadaptation

Plus en détail

SUPPLEMENT AU DIPLÔME

SUPPLEMENT AU DIPLÔME SUPPLEMENT AU DIPLÔME Le présent supplément au diplôme (annexe descriptive) suit le modèle élaboré par la Commission européenne, le Conseil de l'europe et l'unesco/cepes. Le supplément vise à fournir des

Plus en détail

Inscription en établissements et services pour personnes adultes handicapées

Inscription en établissements et services pour personnes adultes handicapées Date de la demande : ae ae azze Inscription en établissements et services pour personnes adultes handicapées Accueil de jour Foyer de vie Foyer d accueil médicalisé Maison d accueil spécialisée Unité pour

Plus en détail

Equipe de Direction : -Docteur Christine BOURDEAU Responsable médical. - Annie PAPON Cadre responsable

Equipe de Direction : -Docteur Christine BOURDEAU Responsable médical. - Annie PAPON Cadre responsable Equipe de Direction : -Docteur Christine BOURDEAU Responsable médical - Annie PAPON Cadre responsable 1 AFGSU Niveau 1 page 4 AFGSU Niveau 2 page 5 AFGSU face aux risques NRBC page 6 Recyclage AFGSU Niveau

Plus en détail

Document de travail «Conduite de l évaluation interne dans les établissements hébergeant des personnes âgées dépendantes» Mars 2011

Document de travail «Conduite de l évaluation interne dans les établissements hébergeant des personnes âgées dépendantes» Mars 2011 Document de travail «Conduite de l évaluation interne dans les établissements hébergeant des personnes âgées dépendantes» Mars 2011 DOCUMENT DE TRAVAIL Anesm-MARS 2011 1 Sommaire 1. Introduction... 3 Qu

Plus en détail

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN PERSONNE AGEE AUX URGENCES Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN ET NON PAS URGENCES DE LA PERSONNE AGEE QUELQUES BANALITES TOUJOURS BONNES A PRECISER L âge n est pas une pathologie L âge de l

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE. 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE. 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE Octobre 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT

Plus en détail

Nous vous en remercions par avance et vous souhaitons un prompt rétablissement.

Nous vous en remercions par avance et vous souhaitons un prompt rétablissement. Madame, Mademoiselle, Monsieur, Toute l équipe de MédiHAD vous souhaite la bienvenue. Nous vous remercions d avoir choisi notre structure d Hospitalisation A Domicile pour votre prise en charge médicale

Plus en détail

phase de destruction et d'élimination de débris

phase de destruction et d'élimination de débris LE POST PARTUM I ) Définition : c'est une période de 6 semaines allant de l'accouchement jusqu'au retour de couches (= règles). Pendant ce temps il est nécessaire d'effectuer une surveillance médicale

Plus en détail

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE Objet : Sevrage d une dépendance physique aux opiacés ou apparentés Ce protocole tient compte de la sécurité du patient qui doit être optimale à son domicile comme en

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC Août 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

et établissement de santé

et établissement de santé nutrition, dénutrition, alimentation de la personne âgée en EHPAD et établissement de santé Guide pédagogique pour l appropriation de l outil Mobiqual 2013 Contexte La dénutrition chez la personne âgée

Plus en détail

Infirmieres libérales

Infirmieres libérales Détail des programmes- Feuillets complémentaires à la plaquette générale Infirmieres libérales Stages courts 2012 Durées et dates disponibles sur un calendrier en annexe Santé formation Formations gratuites

Plus en détail

Le dossier médical. du médecin libéral. Patrice MARIE LE GUIDE DE L ENTRÉE DANS LA VIE PROFESSIONNELLE

Le dossier médical. du médecin libéral. Patrice MARIE LE GUIDE DE L ENTRÉE DANS LA VIE PROFESSIONNELLE du médecin libéral Patrice MARIE, c est l ensemble des documents concernant la santé d un patient donné que le médecin garde, en temps que médecin traitant. La loi, promulguée le 4 mars 2002, réaffirme

Plus en détail

aroline MASCRET Mission Juridique Pôle «Actes et Produits de Santé» Haute Autorité de Santé

aroline MASCRET Mission Juridique Pôle «Actes et Produits de Santé» Haute Autorité de Santé Champ référentiel 1.2 Chapitre 1, domaine 2 : Juridique Les principes généraux du droit d accès aux données de santé aroline MASCRET Mission Juridique Pôle «Actes et Produits de Santé» Haute Autorité de

Plus en détail

CENTRE PUBLIC D ACTION SOCIALE L ARBRE DE VIE MAISON DE REPOS ET DE SOINS

CENTRE PUBLIC D ACTION SOCIALE L ARBRE DE VIE MAISON DE REPOS ET DE SOINS CENTRE PUBLIC D ACTION SOCIALE L ARBRE DE VIE MAISON DE REPOS ET DE SOINS 76, Rue de Pâturages 7390 QUAREGNON 065/956.600 065/956.548 Dossier Médical Concerne : Nom :.Prénom : Sexe : Adresse: N. Code Postal

Plus en détail

troubles comportementaux aigus et/ou cognitifs tous les intervenants de l entreprise Prise en charge immédiate sur le lieu de travail.

troubles comportementaux aigus et/ou cognitifs tous les intervenants de l entreprise Prise en charge immédiate sur le lieu de travail. Introduction Les troubles comportementaux aigus et/ou cognitifs concernent tous les intervenants de l entreprise : dangerosité du salarié pour lui-même et pour autrui, risque de désorganisation de l activité

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE 1 LA POLITIQUE QUALITE-GESTION DES RISQUES Depuis 2003, la Direction s engage à poursuivre, la démarche qualité et à développer une gestion

Plus en détail

Maladies neuromusculaires

Maladies neuromusculaires Ministère de la Santé et des Solidarités Direction Générale de la Santé Informations et conseils Maladies neuromusculaires Lisez attentivement ce document et conservez-le soigneusement avec la carte de

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE Chemin de l Étrat BP 57 42210 MONTROND-LES-BAINS Février 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

LES PROFESSIONNELS DE LA SANTE

LES PROFESSIONNELS DE LA SANTE AD'PROSANTE : DES FORMATIONS POUR LES PROFESSIONNELS DE LA SANTE AD'PROSANTE - GROUPE SOFT FORMATION 84, Boulevard de la Corderie 13007 Marseille Tél : 04.91.15.71.03 Fax : 04.91.81.52.62 1 NOTRE OFFRE

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL DE MOZE. 1, rue du Docteur-Tourasse 07320 SAINT-AGRÈVE

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL DE MOZE. 1, rue du Docteur-Tourasse 07320 SAINT-AGRÈVE COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL DE MOZE 1, rue du Docteur-Tourasse 07320 SAINT-AGRÈVE Février 2007 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L

Plus en détail

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession Position adoptée par Conseil national de l Ordre des infirmiers le 14 septembre 2010 Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Plus en détail

patient porteur de BHR en SSR

patient porteur de BHR en SSR Gestion d un d patient porteur de BHR en SSR Centre Mutualiste de RééR ééducation et Réadaptation R Fonctionnelles de Kerpape D. HELGUEN-E. LE CAIGNEC EOHH Journée régionale de formation en hygiène hospitalière

Plus en détail

REFERENTIEL D AUTO-EVALUATION DES PRATIQUES EN ODONTOLOGIE

REFERENTIEL D AUTO-EVALUATION DES PRATIQUES EN ODONTOLOGIE REFERENTIEL D AUTO-EVALUATION DES PRATIQUES EN ODONTOLOGIE Janvier 2006 I. PROMOTEURS Association dentaire française (ADF). Haute Autorité de santé (HAS). II. SOURCE Agence nationale d accréditation et

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

ZOOM ETUDES Les études paramédicales. Auditorium de l Institut Français du Bénin 9 novembre 2013

ZOOM ETUDES Les études paramédicales. Auditorium de l Institut Français du Bénin 9 novembre 2013 ZOOM ETUDES Les études paramédicales Auditorium de l Institut Français du Bénin 9 novembre 2013 L enseignement supérieur français - santé Études de médecine, pharmacie et odontologie : Universités en partenariat

Plus en détail

PRESENTATION PROJET 2010-2015. Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN

PRESENTATION PROJET 2010-2015. Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN PRESENTATION PROJET 2010-2015 Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN Bilan d activité du RSN année 2009 Population cible : 18000 couple mère enfant Professionnels impliqués dans le réseau :

Plus en détail

Fiche descriptive : DEAMP

Fiche descriptive : DEAMP Fiche descriptive : DEAMP FICHE METIER L'aide médico-psychologique (AMP) exerce une fonction d'accompagnement et d'aide dans la vie quotidienne. A ce titre, il intervient auprès d'enfants, d'adolescents,

Plus en détail

prise en charge médicale dans une unité de soins

prise en charge médicale dans une unité de soins Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : prise en

Plus en détail

DOSSIER DE SOINS INFIRMIERS

DOSSIER DE SOINS INFIRMIERS DOSSIER DE SOINS INFIRMIERS Débuté le Terminé le. FICHE ADMINISTRATIVE PATIENT Nom Prénom Date de naissance / / Téléphone. ADRESSE...... N SS / / / / / // ENTOURAGE-PERSONNE RESSOURCE NOM QUALITE..TEL...

Plus en détail

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Plan Introduction Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Introduction NACO: une actualité brûlante! AVK: Plus forte incidence

Plus en détail

CLINIQUE DE LA PART-DIEU

CLINIQUE DE LA PART-DIEU ACTIVITE(S) : Médecine Chirurgie Obstétrique () Lutte contre les infections nosocomiales Source : TBIN Reflet global de la lutte contre les infections nosocomiales Score agrégé activités 2012 Cet indicateur

Plus en détail

Droits et accueil des usagers

Droits et accueil des usagers Système de santé Droits et accueil des usagers Les règles d accessibilité aux informations de santé à caractère personnel Que ce soit lors d une consultation en ville ou, au sein d un établissement de

Plus en détail

LISTE DES FORMATIONS PRIORITAIRES RETENUES PAR LA CPNE-FP

LISTE DES FORMATIONS PRIORITAIRES RETENUES PAR LA CPNE-FP Préambule : L article 1-1 de l accord de Branche 2010-01 précise le rôle et les missions de la Commission Paritaire Nationale de l Emploi et de la en matière de formation professionnelle, d emploi, d études

Plus en détail

Dispenses et allègements pour les diplômes du secteur SANITAIRE et SOCIAL

Dispenses et allègements pour les diplômes du secteur SANITAIRE et SOCIAL Dispenses et allègements pour les diplômes du secteur SANITAIRE et SOCIAL (Document réalisé par la CIO Paramédical Février 2014 www.cioparamedical.com) Les références des textes législatifs figurant dans

Plus en détail

Référentiel Officine

Référentiel Officine Référentiel Officine Inscrire la formation dans la réalité et les besoins de la pharmacie d officine de demain - Ce référentiel décrit dans le cadre des missions et des activités du pharmacien d officine

Plus en détail

Comment la proposer et la réaliser?

Comment la proposer et la réaliser? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment la proposer et la réaliser? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les professionnels de santé dans la mise en œuvre d un programme

Plus en détail

DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES

DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES 327 Allaitement maternel inefficace (00104) 327 Allaitement maternel interrompu (00105) 328 Motivation à améliorer l allaitement maternel (00106) 329 Tension dans l exercice

Plus en détail

Organisme de formation : n 11 92 19791 92. Déclaration d activité enregistrée auprès du Préfet de région Ile de France

Organisme de formation : n 11 92 19791 92. Déclaration d activité enregistrée auprès du Préfet de région Ile de France ASCORA RISQUES MANAGEMENT CONSEIL AUDIT FORMATION 2015 Une démarche unique, globale et intégrée de management des risques créatrice de valeur Des prestations essentiellement effectuées au sein de votre

Plus en détail

Le médecin de prévention face aux RPS. Docteur Isabelle THOMINET

Le médecin de prévention face aux RPS. Docteur Isabelle THOMINET Le médecin de prévention face aux RPS Docteur Isabelle THOMINET 1. Définition des RPS Les risques psychosociaux sont souvent résumés par simplicité sous le terme de «stress». En réalité, ils recouvrent

Plus en détail

Les professions suivantes sont considérées comme professions de la santé non universitaires :

Les professions suivantes sont considérées comme professions de la santé non universitaires : Gesundheitsund Fürsorgedirektion des Kantons Bern Spitalamt Dienststelle Berufsbildung Direction de la santé publique et de la prévoyance sociale du canton de Berne Office des hôpitaux Service de la formation

Plus en détail

Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson. Comprendre la maladie de Parkinson

Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson. Comprendre la maladie de Parkinson Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson Comprendre la maladie de Parkinson La maladie de Parkinson se définit classiquement par des troubles moteurs. Néanmoins, de nombreux autres symptômes,

Plus en détail

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire Comité de lutte contre la douleur PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire Référence : CLUD 18 Version : 2 Date de diffusion Intranet : 23-10-2007 Objet Ce protocole

Plus en détail

PROJET DE MEDECINE A. HISTOIRE ET PROJET DE L ETABLISSEMENT ET DU SERVICE

PROJET DE MEDECINE A. HISTOIRE ET PROJET DE L ETABLISSEMENT ET DU SERVICE 1 PROJET DE MEDECINE A. HISTOIRE ET PROJET DE L ETABLISSEMENT ET DU SERVICE Le Centre Hospitalier de SOMAIN a achevé sa restructuration en 1999 avec la fermeture de plusieurs services actifs (maternité,

Plus en détail

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Il y a 35 ans Circulaire du 18 octobre 1973 CLI Pas de définition de l infection nosocomiale

Plus en détail

INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE POLE RESSOURCES - FORMATION CHU DE GRENOBLE

INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE POLE RESSOURCES - FORMATION CHU DE GRENOBLE INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE POLE RESSOURCES - FORMATION CHU DE GRENOBLE CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE GRENOBLE CS 10217-38043 Grenoble Cedex 9 I.F.C.S - 04.76.76.50.70 - Fax : 04.76.76.88.79

Plus en détail

EXEMPLE DE METHODOLOGIE POUR L ELABORATION D UN PROTOCOLE DOULEUR Marie AUBRY Infirmière référente douleur Hôpital TENON AP-HP Paris XX e SOMMAIRE

EXEMPLE DE METHODOLOGIE POUR L ELABORATION D UN PROTOCOLE DOULEUR Marie AUBRY Infirmière référente douleur Hôpital TENON AP-HP Paris XX e SOMMAIRE EXEMPLE DE METHODOLOGIE POUR L ELABORATION D UN PROTOCOLE DOULEUR Marie AUBRY Infirmière référente douleur Hôpital TENON AP-HP Paris XX e SOMMAIRE Etape n 1 : Faire l état des lieux Identifier la situation

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

Hospitalisation à Temps Partiel Soins de Suite et Réadaptation Affections cardio-vasculaires et Affections respiratoires Livret de séjour

Hospitalisation à Temps Partiel Soins de Suite et Réadaptation Affections cardio-vasculaires et Affections respiratoires Livret de séjour CENTRE HOSPITALIER de BOURG-EN-BRESSE CS 90401 900 route de Paris 01012 BOURG-EN-BRESSE CEDEX 04 74 45 44 08 Hospitalisation à Temps Partiel Soins de Suite et Réadaptation Affections cardio-vasculaires

Plus en détail

Hospitalisation à domicile Mauges Bocage Choletais. Livret d accueil. Siège administratif PERMANENCE 24H/24 AU 02 41 49 62 75

Hospitalisation à domicile Mauges Bocage Choletais. Livret d accueil. Siège administratif PERMANENCE 24H/24 AU 02 41 49 62 75 Hospitalisation à domicile Mauges Bocage Choletais Livret d accueil Siège administratif PERMANENCE 24H/24 AU 02 41 49 62 75 PRESENTATION DE L HOSPITALISATION A DOMICILE MBC Hospitalisation à Domicile Mauges

Plus en détail

LE DOSSIER PARTAGE DU PATIENT A DOMICILE

LE DOSSIER PARTAGE DU PATIENT A DOMICILE LE DOSSIER PARTAGE DU PATIENT A DOMICILE Dans le cadre du CLIC du CCAS de la ville de NICE. Etablit en partenariat entre : Le CCAS de la ville de Nice Le CHU de Nice Les établissements hospitaliers et

Plus en détail

26, boulevard de Louvain 13285 MARSEILLE Cedex 08 www.hopital-saint Joseph.fr. HAD Saint Joseph. Service d hospitalisation à domicile

26, boulevard de Louvain 13285 MARSEILLE Cedex 08 www.hopital-saint Joseph.fr. HAD Saint Joseph. Service d hospitalisation à domicile 26, boulevard de Louvain 13285 MARSEILLE Cedex 08 www.hopital-saint Joseph.fr HAD Saint Joseph Service d hospitalisation à domicile Sommaire édito 3 édito 4 Présentation du groupe Saint Joseph 6 Qu est

Plus en détail

Guide d évaluation de la charge d aidant familial. Veuillez remplir un questionnaire pour chaque personne que vous aidez.

Guide d évaluation de la charge d aidant familial. Veuillez remplir un questionnaire pour chaque personne que vous aidez. Guide d évaluation de la charge d aidant familial Veuillez remplir un questionnaire pour chaque personne que vous aidez. 1. SITUATION GÉNÉRALE 1-1 Etes-vous un homme ou une femme? H F 1-2 Vivez-vous en

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL DU SERVICE DE SOINS INFIRMIERS A DOMICILE

LIVRET D ACCUEIL DU SERVICE DE SOINS INFIRMIERS A DOMICILE LIVRET D ACCUEIL DU SERVICE DE SOINS INFIRMIERS A DOMICILE Céline BONNET : Infirmière Coordinatrice EHPAD B. P. 19 37290 PREUILLY SUR CLAISE 02 47 91 20 30 1 Le SSIAD de Preuilly est ouvert depuis juillet

Plus en détail

LES VIGILANCES REGLEMENTAIRES AUX HOSPICES CIVILS DE LYON. Pr Philippe Vanhems Pôle d Activité Médicale Santé, Recherche, Risque et Vigilances

LES VIGILANCES REGLEMENTAIRES AUX HOSPICES CIVILS DE LYON. Pr Philippe Vanhems Pôle d Activité Médicale Santé, Recherche, Risque et Vigilances LES VIGILANCES REGLEMENTAIRES AUX HOSPICES CIVILS DE LYON Pr Philippe Vanhems Pôle d Activité Médicale Santé, Recherche, Risque et Vigilances PAM Santé, Recherche, Risques et Vigilances (S2RV) Créé en

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 CLINIQUE CHIRURGICALE DU LIBOURNAIS

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 CLINIQUE CHIRURGICALE DU LIBOURNAIS ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 CLINIQUE CHIRURGICALE DU LIBOURNAIS 119 rue de la marne - 33500 - Libourne NOVEMBRE 2014 SOMMAIRE PREAMBULE 1. Présentation du document 2. Les niveaux de certification

Plus en détail

ANNEXE 1 DEFINITIONS DES NIVEAUX DE QUALIFICATION DES EMPLOIS

ANNEXE 1 DEFINITIONS DES NIVEAUX DE QUALIFICATION DES EMPLOIS ANNEXE 1 DEFINITIONS DES NIVEAUX DE QUALIFICATION DES EMPLOIS DEFINITIONS DES NIVEAUX DE QUALIFICATION DES EMPLOIS Employés et cadres Contenu des activités (en terme de technicité, animation, gestion-communication,

Plus en détail

Vos droits dans les cliniques et hôpitaux privés

Vos droits dans les cliniques et hôpitaux privés Vos droits dans les cliniques et hôpitaux privés Cliniques et hôpitaux privés, on peut tous y aller! Accessibles à tous Les cliniques et hôpitaux privés accueillent tous les patients y compris ceux qui

Plus en détail

Qu est-ce que le métier d aide-soignante?

Qu est-ce que le métier d aide-soignante? Au sein de l'équipe médicale, l'aide-soignante assure l'hygiène et le confort des patients. C'est sans doute la personne la plus proche, à l'écoute des souffrances et des inquiétudes des malades. Qu est-ce

Plus en détail

Retour d expérience suite à la visite de certification V2014. Intervenante : Astrid SOULA, RAQ/GdR/DD

Retour d expérience suite à la visite de certification V2014. Intervenante : Astrid SOULA, RAQ/GdR/DD Retour d expérience suite à la visite de certification V2014 Intervenante : Astrid SOULA, RAQ/GdR/DD 1 Retour d expérience Présentation _Visite Certification du CH de Nontron_Janvier V2014_Centre Hospitalier

Plus en détail

Plusieurs termes utilisés. La perte d indépendance fonctionnelle en gériatrie. Les gestes de la vie quotidienne 15/02/2013.

Plusieurs termes utilisés. La perte d indépendance fonctionnelle en gériatrie. Les gestes de la vie quotidienne 15/02/2013. Plusieurs termes utilisés La perte d indépendance fonctionnelle en gériatrie Pr Joël Belmin Hôpital Charles Foix et Université UPMC Ivry sur Seine et Paris Perte d autonomie Autonomie : faculté d agir

Plus en détail

BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES

BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES Septembre 2014 CARTOGRAPHIE DES MÉTIERS DES PRESTATAIRES BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES DANS LES DOMAINES MÉDICO-TECHNIQUES www.metiers-medico-techniques.fr CPNEFP de la branche Négoce et

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL. Vue générale du bâtiment Jeanne Mance Médecine - soins de suite et de réadaptation au 2ème étage

LIVRET D ACCUEIL. Vue générale du bâtiment Jeanne Mance Médecine - soins de suite et de réadaptation au 2ème étage LIVRET D ACCUEIL Vue générale du bâtiment Jeanne Mance Médecine - soins de suite et de réadaptation au 2ème étage Médecine Soins de suite et de réadaptation Hôpital Saint-Charles - 4 rue Charles de Gaulle

Plus en détail

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Questions / Réponses Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Quelques chiffres sur les troubles du sommeil et la consommation de benzodiazépines

Plus en détail

PARAMEDICAL. Métiers et formations. Centre d information et d orientation de NOUMEA

PARAMEDICAL. Métiers et formations. Centre d information et d orientation de NOUMEA PARAMEDICAL Métiers et formations Centre d information et d orientation de NOUMEA Santé et paramédical Soins médicaux médecin, chirurgien dentaire, pharmacien, sage-femme Soins paramédicaux infirmier,

Plus en détail

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT Handicap, Dépendance, Invalidité REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT HANDIVIE 1 Boulevard de Compostelle - 13012 Marseille : 04 91 44 07 73 - : 09 70 62 08 48 ssiad-handivie@wanadoo.fr TABLE DES MATIERES I.LE

Plus en détail

APRES TOUT ACTE DE MALTRAITANCE. 3. Elaboration des recommandations de pratique. 4. Diffusion au personnel des recommandations.

APRES TOUT ACTE DE MALTRAITANCE. 3. Elaboration des recommandations de pratique. 4. Diffusion au personnel des recommandations. PROCESSUS D ASSURANCE QUALITE MIS EN ŒUVRE APRES TOUT ACTE DE MALTRAITANCE 1. Identification des circonstances déclenchantes de l acte de maltraitance. 2. Définition des objectifs correctifs. 3. Elaboration

Plus en détail

VERSION 2.1 SOMMAIRE 8. INTERVENANTS UTILES A LA PRISE EN SOINS DU PATIENT DANS LA SITUATION ACTUELLE.. 10

VERSION 2.1 SOMMAIRE 8. INTERVENANTS UTILES A LA PRISE EN SOINS DU PATIENT DANS LA SITUATION ACTUELLE.. 10 DOCUMENT MÉDICO-SOCIAL DE TRANSMISSION VERSION 2.1 MODE D EMPLOI SOMMAIRE I. INTRODUCTION...2 II. CHAMPS ET RUBRIQUES DU DMST...3 0. DONNEES D ENTETE DU DOCUMENT... 3 1. DONNEES DE BASE... 3 2. DONNEES

Plus en détail