PHARMATERM MD Bulletin terminologique de l industrie pharmaceutique Volume 18, n o 1, 2007

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PHARMATERM MD Bulletin terminologique de l industrie pharmaceutique Volume 18, n o 1, 2007"

Transcription

1 Groupe traduction PHARMATERM MD Bulletin terminologique de l industrie pharmaceutique Volume 18, n o 1, 2007 Ablation, excision, exérèse et extraction : comment trancher? Dans le Dictionnaire de médecine Flammarion, on peut lire sous l entrée ablation la précision suivante : «L ablation fait, avec l excision et l extraction, partie des exérèses 1.» Mais comment savoir quel terme employer? Dans le présent article, nous passerons en revue les définitions que donnent divers dictionnaires médicaux de ces termes, certains exemples d usage, puis les distinctions à faire entre ablation, excision, exérèse et extraction. Définitions et exemples d usage Ablation Le Flammarion définit ablation ainsi : «Action d emporter, de retrancher ou d enlever du corps une partie quelconque ou un corps étranger 2». On trouve des définitions semblables dans d autres dictionnaires médicaux, notamment dans le Dictionnaire des termes de médecine de Garnier et Delamare, «Action d enlever chirurgicalement une partie du corps (membre, organe, tumeur, etc.) 3», et dans le Dictionnaire médical de Manuila, «Action d enlever du corps un de ses organes ou une formation pathologique 4». Dans l usage, le terme ablation est utilisé conformément aux définitions mentionnées précédemment. En effet, on l emploie pour désigner le retrait chirurgical d une structure anatomique («Le bleu trypan colore les membranes épirétiniennes et à un moindre degré, la limitante interne, ce qui permet leur ablation sélective et complète, facilitant ainsi le geste chirurgical 5»), d une tumeur («En 1985, cette patiente alors âgée de 63 ans avait subi l ablation d une tumeur occipitale intraparenchymateuse, ovoïde, superficielle et de couleur noirâtre 6»), d une formation pathologique («Innocuité de l ablation chirurgicale des lithiases sous hyperhydratation dans l hyperoxalurie primaire de type I 7»), d un organe («De nos jours, la cholécystectomie laparoscopique est la technique de choix d ablation de la vésicule biliaire 8») ou d un corps étranger («Les corps étrangers de la vessie et de l urètre ont fait l objet de nombreuses descriptions tant par leur nature que par leurs circonstances d introduction. [ ] Leur prise en charge a beaucoup évolué, l ablation de ces corps étrangers relevant plus souvent d une procédure endoscopique que d un abord chirurgical 9»). Curieusement, on trouve aussi plusieurs exemples où le terme ablation est utilisé pour décrire le retrait de matériel médical ou chirurgical, tel que - 1 -

2 prothèses 10, fils à suture 11, drains 12, cathéters 13, sondes 14, implants 15, etc. Cependant, cet emploi ne concorde pas tout à fait avec toutes les définitions mentionnées précédemment, sauf si on considère le matériel à retirer comme un corps étranger. On pourrait peut-être dans ces cas utiliser «retrait», terme plus vague ayant une connotation moins chirurgicale, à l instar des verbes qui apparaissent dans les définitions des dictionnaires médicaux («emporter», «retrancher», «enlever»). Excision Dans le Manuila, l excision est définie comme l «ablation, à l aide d un instrument tranchant, d une partie peu volumineuse d organe ou de tissu 16». Cette définition résume bien celles qu on trouve dans d autres dictionnaires médicaux : «Section et ablation d un fragment d organe de faible dimension 17» dans le Flammarion et «Amputation d une partie peu volumineuse 18» dans le Garnier-Delamare. Ainsi, l excision se distingue des autres termes à l étude par le volume de la structure à retirer. Voici quelques exemples d utilisation correcte du terme : «Tous les patients ont été traités par excision de la portion intra-articulaire du biceps après ténodèse ou ténotomie bipolaire et traitement approprié des lésions de la coiffe 19», «L'association avec une excision lésionnelle [des papillomes] a été nécessaire dans des papillomes obstructifs ou persistants 20» et «Nous comparons nos résultats à la technique d'excision simple pratiquée pour 111 ptérygions dont 3 sont récidivants 21». Certains dictionnaires donnent aussi un deuxième sens plus précis à excision, dont le Flammarion : «Ablation chirurgicale de tissus contus, nécrosés, ou souillés (panaris, par exemple) pour obtenir une plaie formée uniquement de tissus sains, propres à la suture ou au bourgeonnement cicatriciel 22». Cette définition est corroborée par l usage comme le montre l exemple suivant : «Le traitement a consisté en l'excision chirurgicale large de tous les tissus nécrosés 23». On trouve aussi des exemples où excision est utilisé pour désigner le retrait chirurgical d un corps étranger : «Le versant chirurgical du traitement de la prothèse de hanche infectée passe par l'excision totale des corps étrangers et le nettoyage de l'interface os-ciment 24». Cet emploi ne correspond pas tout à fait aux définitions relevées dans les dictionnaires médicaux et devrait peut-être être évité, d autant plus que dans ces cas, excision pourra aisément être remplacé par un autre des termes étudiés. Exérèse Selon les trois dictionnaires médicaux consultés, l exérèse consiste en l ablation chirurgicale d un organe, d une tumeur, d un tissu pathologique ou d un corps étranger 25,26,27. D après le Flammarion, le sens d exérèse englobe ceux des trois autres termes à l étude 1 ; son emploi serait donc correct dans presque tous les cas. (Par contre, dans d autres ouvrages, l exérèse est définie comme étant une ablation, ce qui signifierait qu ablation aurait un sens plus large qu exérèse.) On remarque dans l usage qu exérèse semble être surtout employé dans le domaine de l oncologie, comme l indique la multitude d exemples repérés. En effet, une recherche dans la banque d articles scientifiques de l INIST 28 effectuée avec les termes «exérèse» et «tumeur» donne 150 résultats, dont voici quelques exemples : «Les gliomes de bas grade représentent la première cause de tumeurs cérébrales chez l enfant. L exérèse chirurgicale complète doit toujours être envisagée [ ] 29», «Afin de mieux définir les indications d'exérèse chirurgicale des métastases pulmonaires des cancers colorectaux - 2 -

3 [ ] 30» et «Ces caractéristiques doivent être intégrées par l équipe anesthésistechirurgien pour encore améliorer les résultats de l exérèse laparoscopique des phéochromocytomes 31». À titre de comparaison, une recherche semblable dans la banque de l INIST effectuée avec le terme «exérèse» et les autres éléments de la définition a permis de repérer beaucoup moins d articles (19 références avec «organe», aucune référence avec «tissu pathologique» et 19 références avec «corps étranger»). Extraction Dans le Manuila, extraction est défini en ces termes : «Action d extraire, de retirer de l organisme un corps étranger, une formation anatomique (par ex. le cristallin), un fœtus (par les voies naturelles), une dent de son alvéole (avulsion dentaire) 32». Dans le Flammarion, on donne une définition pour le domaine obstétrical (sous l entrée «extraction fœtale») : «Opération manuelle ou instrumentale (forceps, spatules, ventouses), consistant à faire naître artificiellement le fœtus par les voies naturelles, lorsque la présentation est engagée, l œuf ouvert et la dilatation complète. L extraction par voie abdominale porte le nom de césarienne 33», ainsi qu une définition pour le domaine de la stomatologie : «Opération chirurgicale ayant pour but de retirer une dent de son alvéole 33». Le terme extraction ne fait pas l objet d une entrée dans le Garnier- Delamare. Les exemples d usage corroborant ces définitions sont nombreux; en voici quelques-uns : «Cette étude rétrospective a été réalisée afin d évaluer les complications per et postopératoires survenues après extraction des dents de sagesse 34», «Les objectifs de cette étude étaient de déterminer les facteurs pronostiques, anatomiques et fonctionnels après extraction chirurgicale d un corps étranger intra-oculaire [ ] 35» et «L extraction instrumentale [du fœtus] est indiquée dans de nombreuses situations obstétricales 36». Une recherche dans la banque de données de l INIST a aussi permis de repérer quelques exemples d emploi du terme extraction lorsqu il est question d un organe («la cœlioscopie doit être réservée au stade I clinique avec un volume utérin et un accès vaginal permettant une extraction aisée de l'utérus 37») ou d une tumeur («Durant l'acte opératoire après manipulation de la tumeur, une tachycardie est survenue, suivie d'une hypotension après extraction de la masse, et survenue du décès immédiatement en postopératoire 38»). Comparaison des termes À la lumière des définitions des dictionnaires médicaux et des exemples d usage, on constate que les termes à l étude sont presque des synonymes. Pour savoir lequel utiliser, le traducteur pourra se fier à certaines particularités propres à chacun des termes révélées par leurs définitions respectives ou leur usage : ablation est le terme ayant le sens le plus vaste et on l emploie pour désigner le retrait chirurgical de diverses structures, d un corps étranger et de matériel chirurgical; exérèse est principalement utilisé pour désigner la résection de tumeurs; excision devrait s employer si la structure à retirer est peu volumineuse ou s il est question d une plaie; et extraction s utilise surtout lorsqu il est question d un corps étranger, d un fœtus ou d une dent. D autres termes qui n étaient pas à l étude peuvent aussi constituer de bons choix. Il y a d abord amputation, lequel, selon le Flammarion, désigne toujours le retranchement d un membre quand il est employé - 3 -

4 seul 39. Mentionnons aussi la possibilité d utiliser le suffixe -ectomie, défini dans le Flammarion comme un «suffixe désignant toute intervention chirurgicale comportant l exérèse d un tissu ou d un organe 40». Cette solution, qui présente l avantage d être à la fois économique et précise, est très répandue en français médical. On en trouve de nombreux exemples dans l usage : splénectomie 41, pneumonectomie 42, néphrectomie 43, thyroïdectomie 44, prostatectomie 45, hystérectomie 46, etc. Le choix d un terme reposera donc sur la nature de la structure à retirer de l organisme. Le tableau ci-dessous résume les tendances observées dans l usage et n est fourni qu à titre indicatif pour faciliter la prise de décision du traducteur ou du rédacteur. En effet, comme les quatre termes étudiés ont des étendues sémantiques semblables, il ne faut pas oublier que dans bien des cas, un terme pourra être remplacé par un autre sans que cela ne porte à conséquence, tant sur le plan du sens que sur le plan de la conformité aux définitions données dans les dictionnaires médicaux. STRUCTURE À ENLEVER TERMES RECOMMANDÉS AUTRES TERMES POSSIBLES Structure anatomique -ectomie, ablation, exérèse Excision (organe de petite taille), extraction Organe -ectomie, ablation, exérèse Excision (organe de petite taille), extraction Tumeur Exérèse Ablation, excision (tumeur de petite taille), extraction Corps étranger Exérèse, extraction Ablation Matériel médical ou Ablation, retrait chirurgical Plaie, tissu nécrosé Excision Fœtus Extraction Dent Extraction Membre Amputation Sophie Perreault, D.M.V., traductrice Références 1 Dictionnaire de médecine Flammarion, 7 e éd., Paris, Flammarion Médecine-Sciences, 2001, p Ibid. 3 Marcel Garnier et coll., Dictionnaire des termes de médecine, 25 e éd., Paris, Maloine, 1999, p L. Manuila et coll., Dictionnaire médical, 9 e éd., Paris, Masson, 2001, p S. Balayre et coll., «Intérêt du bleu trypan dans la chirurgie des membranes épirétiniennes», Journal français d ophtalmologie, vol. 28, n o 3, 2005, p A. Banayan et C. Vital, «Métastase cérébrale d un mélanome avec longue survie», Neuro-chirurgie, vol. 44, n o 4, 1998, p A. Kamoun et coll., «Innocuité de l ablation chirurgicale des lithiases sous hyperhydratation dans l hyperoxalurie primaire de type I», Annales de pédiatrie, vol. 44, n o 2, 1997, p

5 8 C. Belkhodja et coll., «Les traumatismes pédiculaires de la cholécystectomie laparoscopique: à propos de cinq cas», Annales de chirurgie, vol. 49, n o 2, 1995, p A. Houlgatte et R. Fournier, «Calculs et corps étrangers de la vessie et de l urètre», Annales d urologie, vol. 38, n o 2, 2004, p P. Ponsot, «Pancréatite chronique : indications et résultats du traitement endoscopique», Médecine et hygiène, vol. 60, n o 2404, 2002, p D. Ouattara et coll., «Les procédés de couverture cutanée dans le traitement des séquelles de l ulcère de Buruli. À propos de 16 observations», Annales de chirurgie plastique et esthétique, vol. 48, n o 1, 2003, p O. Laccourreye et coll., «Douleur lors de l ablation des drains en silicone de Blake», Annales d otolaryngologie et de chirurgie cervico-faciale, vol. 123, n o 2, 2006, p J. Pofelski et coll., «Méningite à Staphylococcus aureus de sensibilité intermédiaire aux glycopeptides: Implications thérapeutiques», La Presse médicale, vol. 32, n o 5, 2003, p R. Salti et coll., «Prostatectomie radicale avec dissection transurétrale de la prostate et des vésicules séminales. Commentaire», Progrès en urologie, vol. 14, n o 6, 2004, p L. Beguin et coll., «Risque vasculaire et arthroplastie totale de hanche», Revue de chirurgie orthopédique et réparatrice de l appareil moteur, vol. 87, n o 5, 2001, p L. Manuila et coll., op. cit., p Dictionnaire de médecine Flammarion, op. cit., p Marcel Garnier et coll., op. cit., p P. Boileau et coll., «Le long biceps en sablier ou long biceps piégé : Une autre cause de douleur et de blocage de l épaule», Revue de chirurgie orthopédique et réparatrice de l appareil moteur, vol. 89, n o 8, 2003, p B. Coulombeau et coll., «Apport du traitement anti-viral injectable (Cidofovir) dans le traitement de la papillomatose laryngée», Revue de laryngologie, d otologie et de rhinologie, vol. 123, n o 5, 2002, p N. Kmiha et coll., «Apport de l autogreffe conjonctivale dans la chirurgie du ptérygion: A propos de 52 cas», Journal français d ophtalmologie, vol. 24, n o 7, 2001, p Dictionnaire de médecine Flammarion, op. cit., p K. Tazi et coll., «Gangrène périnéoscrotale: à propos de 51 cas. Aspects diagnostiques et thérapeutiques», Annales d urologie, vol. 35, n o 4, 2001, p A. Lortat-Jacob, G. Nourrissat et C. Cadu, «Fémorotomie de nettoyage dans les prothèses de hanche infectées: A propos de 30 cas», Revue de chirurgie orthopédique et réparatrice de l appareil moteur, vol. 87, n o 6, 2001, p Dictionnaire de médecine Flammarion, op. cit., p Marcel Garnier et coll., op. cit., p L. Manuila et coll., op. cit., p ArticleSciences, moteur de recherche de l Institut de l Information Scientifique et Technique (INIST) du Centre national de recherche scientifique (CNRS), <http://articlesciences.inist.fr/>. 29 P. Chastagner et coll., «Les gliomes de bas grade de l enfant: Analyse portant sur une expérience unicentrique de 51 patients», Annales de pédiatrie, vol. 45, n o 4, 1998, p O. Baron et coll., «Traitement chirurgical des métastases pulmonaires des cancers colorectaux : Survie à 8 ans et principaux facteurs pronostiques», Revue des maladies respiratoires, vol. 16, n o 5, 1999, p L. Brunaud et coll., «La taille d'un phéochromocytome influence-t-elle les résultats de son exérèse par voie laparoscopique?», Annales de chirurgie, vol. 127, n o 5, 2002, p L. Manuila et coll., op. cit., p Dictionnaire de médecine Flammarion, op. cit., p I. Christiaens et H. Reychler, «Complications après extraction de dents de sagesse : Etude rétrospective de cas», Revue de stomatologie et de chirurgie maxillo-faciale, vol. 103, n o 5, 2002, p E. Lala-Gitteau, S. Arsene et P.-J. Pisella., «Corps étrangers intra-oculaires : étude descriptive et de mise en évidence de facteurs pronostiques de 52 cas», Journal français d ophtalmologie, vol. 29, n o 5, 2006, p Y. Maisonnette-Escot et coll., «L extraction instrumentale par spatules de Thierry : étude de la morbidité maternofoetale», Gynécologie obstétrique & fertilité, vol. 33, n o 4, 2005, p

6 37 M. Canis et coll., «Coelioscopie et cancer en gynécologie : le point en 2005», Journal de gynécologie obstétrique et biologie de la reproduction, vol. 35, n o 2, 2006, p R. Rabii et coll., «Phéochromocytome extrasurrénalien découvert en peropératoire», Annales d urologie, vol. 35, n o 1, 2001, p Dictionnaire de médecine Flammarion, op. cit., p Dictionnaire de médecine Flammarion, op. cit., p B. Pierre et coll., «Cœur pulmonaire chronique postembolique révélant une bêtathalassémie intermédiaire après splénectomie», La Revue de médecine interne, vol. 27, n o 12, 2006, p P. Markowicz et T. Fossier, «Obstruction d origine tumorale de la bronche souche droite au cours d une pneumonectomie gauche», Annales françaises d anesthésie et de réanimation, vol. 25, n o 6, 2006, p N. Mottet, «Place de la néphrectomie dans la prise en charge des cancers du rein métastatiques», Annales d urologie, vol. 40, n o 5, 2006, p F. Harzallah et coll., «Maladie coeliaque révélée par une hypocalcémie secondaire à une thyroïdectomie totale : à propos d un cas», Annales d endocrinologie, vol. 67, n o 4, 2006, p C. Barre, «Anastomose vésico-urétrale dans la prostatectomie radicale rétropubienne», Annales d urologie, vol. 40, n o 4, 2006, p P. Mathevet et D. Dargent, «Hystérectomie élargie par voie basse ou opération de Schauta-Stoeckel», Encyclopédie médico-chirurgicale Chirurgie, vol. 2, n o 6, décembre 2005, p Dépôt légal 1 er trimestre 1990 ISSN X Copyright 2007 Tous droits réservés. Le contenu de cette publication ne peut être reproduit en tout ni en partie sans le consentement écrit du Groupe traduction. Les opinions exprimées dans cette publication n engagent en rien Les compagnies de recherche pharmaceutique du Canada. Ont collaboré à ce numéro de Pharmaterm : Danièle Delorme, Bayer Inc. Josée Caron, Pfizer Canada Inc. Manon Genin, Pfizer Canada Inc. Micheline Roberge, La Société Bristol-Myers Squibb Canada Nous remercions également Louise LeBlanc, chargée de cours à l Université de Montréal, pour sa collaboration à la rédaction de ce numéro de Pharmaterm. Pour consulter Pharmaterm en ligne :

Options chirurgicales dans le cas d un glaucome

Options chirurgicales dans le cas d un glaucome Options chirurgicales dans le cas d un glaucome Le glaucome est défini comme une augmentation de pression dans l œil (appelée pression intraoculaire ou PIO) qui cause une dégénérescence du nerf optique

Plus en détail

Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET

Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Prothèse totale de hanche sur tumeur PROTH THESE E TOTALE T E DE HANH ANCHE E SUR TUMEUR Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Le squelette de la hanche (os iliaque péri-acétabulaire et extrémité

Plus en détail

Prostatectomie radicale assistée par ROBOT

Prostatectomie radicale assistée par ROBOT Prostatectomie radicale assistée par ROBOT L intervention qui vous est proposée est destinée à enlever votre prostate qui est atteinte d un cancer. LA PROSTATE La prostate est une glande qui participe

Plus en détail

LES PIÈGES DE LA CHIRURGIE VAGINALE. Séminaire Gynerisq : Prévention des risques opératoires en chirurgie gynécologique

LES PIÈGES DE LA CHIRURGIE VAGINALE. Séminaire Gynerisq : Prévention des risques opératoires en chirurgie gynécologique LES PIÈGES DE LA CHIRURGIE VAGINALE Séminaire Gynerisq : Prévention des risques opératoires en chirurgie gynécologique LES PIÈGES DE LA CHIRURGIE VAGINALE Le nécessaire apprentissage Les mauvaises indications

Plus en détail

Surveillance des Infections du Site Opératoire

Surveillance des Infections du Site Opératoire Surveillance des Infections du Site Opératoire Résultats de l interrégion Ouest 2015 Rapport disponible sur le site du CClin ouest : Surveillances\ISO\Résultats http://www.cclinouest.com/pages/surveillance-iso3-2.html

Plus en détail

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Ce guide des définitions des

Plus en détail

JURIDIC ACCESS. Le droit pour les professionnels de santé

JURIDIC ACCESS. Le droit pour les professionnels de santé La loi du 13 août 2004 relative à l Assurance Maladie a instauré la possibilité d une prise en charge partielle de l assurance de responsabilité civile professionnelle (RCP) par la CPAM, pour les médecins

Plus en détail

LE MEDECIN ET LES ADMINISTRATIONS, INSTITUTIONS

LE MEDECIN ET LES ADMINISTRATIONS, INSTITUTIONS La loi du 13 août 2004 relative à l Assurance Maladie a instauré la possibilité d une prise en charge partielle de l assurance de responsabilité civile professionnelle (RCP) par la CPAM, pour les médecins

Plus en détail

LIVRET : «Accueil et Ressources» des terrains de stages de l Hôpital Nord-Ouest Villefranche

LIVRET : «Accueil et Ressources» des terrains de stages de l Hôpital Nord-Ouest Villefranche FICHE 1 IDENTIFICATION ET DESCRIPTION DU SERVICE, UNITE OU POLE INTITULE Intitulé du service, de l unité : UNITE AMBULATOIRE MEDICO-CHIRURGICALE Pôle : 1- CHIRURGIES ET COOPERATION Etablissement : L Hôpital

Plus en détail

A.R. 26.10.2011 En vigueur 1.1.2012 M.B. 25.11.2011

A.R. 26.10.2011 En vigueur 1.1.2012 M.B. 25.11.2011 A.R. 26.10.2011 En vigueur 1.1.2012 M.B. 25.11.2011 Modifier Insérer Enlever Article 14 CHIRURGIE e) les prestations relevant de la spécialité en chirurgie (D) : prestations de chirurgie thoracique. 2556

Plus en détail

Conduite à tenir devant une morsure de chien (213b) Professeur Jacques LEBEAU Novembre 2003 (Mise à jour mars 2005)

Conduite à tenir devant une morsure de chien (213b) Professeur Jacques LEBEAU Novembre 2003 (Mise à jour mars 2005) Conduite à tenir devant une morsure de chien (213b) Professeur Jacques LEBEAU Novembre 2003 (Mise à jour mars 2005) Pré-Requis : Anatomie faciale Principes de traitement des plaies Principes d'antibiothérapie

Plus en détail

Site Web sur la PSS (régions et établissements) : indicateurs

Site Web sur la PSS (régions et établissements) : indicateurs Mai 2014 Site Web sur la PSS (régions et établissements) : indicateurs Comme nous l avons annoncé dans notre bulletin du 15 avril, l ICIS prévoit lancer son nouveau site Web interactif sur les données

Plus en détail

REC - BOP: Antibioprophylaxie

REC - BOP: Antibioprophylaxie 1. OBJET L infection est un risque lors de toute opération et la prophylaxie antibiotique permet de limiter ce risque. L objectif de cette recommandation est: de réduire l incidence des infections du site

Plus en détail

Analyse clinico-biologique des causes d infections sur prothèses de hanche ou genou: une aide à l évaluation des pratiques

Analyse clinico-biologique des causes d infections sur prothèses de hanche ou genou: une aide à l évaluation des pratiques Analyse clinico-biologique des causes d infections sur prothèses de hanche ou genou: une aide à l évaluation des pratiques Dr Frédéric Luzerne chirurgien orthopédiste Dr Patrick Morin anesthésiste Emmanuelle

Plus en détail

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV)

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Les points importants de la littérature sur les risques liés à l

Plus en détail

TECHNIQUES D AVENIR LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING

TECHNIQUES D AVENIR LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING TECHNIQUES D AVENIR Jonathan LONDNER, Aurélie HAUTIER Centre Régional de Traitement des Grands Brûlés Service de chirurgie Plastique, Hôpital de la Conception, Marseille. DIAGNOSTIC DÉTERSION BOURGEONNEMENT

Plus en détail

CHIRURGIE THORACIQUE Art. 14e pag. 1 coordination officieuse

CHIRURGIE THORACIQUE Art. 14e pag. 1 coordination officieuse CHIRURGIE THORACIQUE Art. 14e pag. 1 e) les prestations relevant de la spécialité en chirurgie (D) : prestations de chirurgie thoracique. "A.R. 18.9.2008" (en vigueur 1.12.2008) " 227592 227603 Résection

Plus en détail

العيادات الخارجية *****

العيادات الخارجية ***** Consultations de consultation médecin généraliste médecin spécialiste psychiatre ou neurologue médecin dentiste médecin dentiste spécialiste العيادات الخارجية ***** نوع العيادة التعريفة التعاقدية (بالدينار)

Plus en détail

Section 5. - Chirurgie.

Section 5. - Chirurgie. - 1 - Section 5. - Chirurgie. Art. 14. Sont considérées comme prestations qui requièrent la qualification de médecin spécialiste dans une des disciplines relevant de la pathologie externe : e) les prestations

Plus en détail

Urologie. Chirurgie laparoscopique robot-assistée : bilan après 600 opérations. par le Docteur Hubert Nicolas, Chef du service d Urologie.

Urologie. Chirurgie laparoscopique robot-assistée : bilan après 600 opérations. par le Docteur Hubert Nicolas, Chef du service d Urologie. Dossier Urologie Chirurgie laparoscopique robot-assistée : bilan après 600 opérations par le Docteur Hubert Nicolas, Chef du service d Urologie Robot déployé sur le patient et console de commande 6 Chirurgie

Plus en détail

PRESCRIPTION DES ANTIBIOTIQUES EN ODONTOLOGIE ET STOMATOLOGIE RECOMMANDATIONS

PRESCRIPTION DES ANTIBIOTIQUES EN ODONTOLOGIE ET STOMATOLOGIE RECOMMANDATIONS PRESCRIPTION DES ANTIBIOTIQUES EN ODONTOLOGIE ET STOMATOLOGIE RECOMMANDATIONS Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé, juillet 2001 RECOMMANDATIONS INTRODUCTION Afin de limiter la

Plus en détail

Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire

Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire Ramona ITTI, physicienne médicale Service de Cancérologie - Radiothérapie hôpital St. Louis Les Matinées de l Innovation, 27 septembre 2013

Plus en détail

CRITERES DE REMPLACEMENT

CRITERES DE REMPLACEMENT ANATOMIE ET CYTOLOGIE PATHOLOGIQUES - 7 semestres dans des services agréés pour le DES d anatomie et cytologie pathologiques, dont au moins 5 doivent être accomplis dans des services hospitalouniversitaires

Plus en détail

D.F.M.S. et D.F.M.S.A. - MEDECINE (2013-2014) POSTES DE F.F.I. OUVERTS AU 1er NOVEMBRE 2013 (Arrêté du 15 novembre 2012) SPECIALITES MEDICALES

D.F.M.S. et D.F.M.S.A. - MEDECINE (2013-2014) POSTES DE F.F.I. OUVERTS AU 1er NOVEMBRE 2013 (Arrêté du 15 novembre 2012) SPECIALITES MEDICALES ANNEXES 2D - A D.F.M.S. et D.F.M.S.A. - (2013-2014) (Arrêté du 15 novembre 2012) SPECIALITES MEDICALES 1ère partie Anatomie et cytologie pathologiques Cardiologie et maladies vasculaires Dermatologie et

Plus en détail

CANCER DU SEIN TRAITEMENT CHIRURGICAL

CANCER DU SEIN TRAITEMENT CHIRURGICAL CANCER DU SEIN TRAITEMENT CHIRURGICAL Olivier Bréhant DESC Viscéral CHU ANGERS Poitiers 24-25 juin 2004 INTRODUCTION Cancer fréquent (40 000 nv x cas/an) Cancer grave (12 000 DC/an) Traitement loco-régional

Plus en détail

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes généraux Importance du diagnostic d un cancer au stade

Plus en détail

La fistule vésico-vaginale

La fistule vésico-vaginale La fistule vésico-vaginale Dr Mehdi Jaidane I- Introduction Définition : La fistule vésico-vaginale (FVV) est définie comme l existence «d un trajet anormal reliant la vessie au vagin». Il s agit d une

Plus en détail

Chirurgie assistée par robot et laparoscopie en 3D à l avantage des patients?

Chirurgie assistée par robot et laparoscopie en 3D à l avantage des patients? HigHligHts 2012: CHiRURgiE Chirurgie assistée par robot et laparoscopie en 3D à l avantage des patients? Lukasz Filip Grochola a, Hubert John b, Thomas Hess c, Stefan Breitenstein d a Clinique de chirurgie

Plus en détail

Référentiels Marocains de Chirurgie Cancérologique Digestive

Référentiels Marocains de Chirurgie Cancérologique Digestive Référentiels Marocains de Chirurgie Cancérologique Digestive Chirurgie de l adénocarcinome du pancréas Pr Kafih - Pr Amraoui - Pr Mohsine 1. Introduction Ce référentiel ne traitera que le cancer du pancréas

Plus en détail

La fistule gastro-bronchique: une complication redoutable des sleeve gastrectomies.

La fistule gastro-bronchique: une complication redoutable des sleeve gastrectomies. La fistule gastro-bronchique: une complication redoutable des sleeve gastrectomies. A.GUILLAUD, L.REBIBO,D. MOSZKOWICZ, M. NEDELCU, O.FACY, F.RECHE,C.ARVIEUX. DESC Poitiers juin 2013. 2-3% fistule après

Plus en détail

Le Dictionnaire des Résultats de Consultation en Médecine Générale (DRCMG) est-il utilisable en médecine de brousse?

Le Dictionnaire des Résultats de Consultation en Médecine Générale (DRCMG) est-il utilisable en médecine de brousse? Projet Humanitaire Afrique Nord Sud avec l aide de la Société Française de Médecine Générale Dr Benoît Barthelmé Le Dictionnaire des Résultats de Consultation en Médecine Générale (DRCMG) est-il utilisable

Plus en détail

EXAMENS RADIOLOGIQUES

EXAMENS RADIOLOGIQUES Fixe : Uro.Nephro EXAMENS RADIOLOGIQUES La cystographie : o Examen permettant de visualiser la vessie au moyen d injection d un produit radio opaque soit : Par voie basse : cystographie rétrograde Par

Plus en détail

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Actualisation avril 2011 Afin d aider les femmes et leur chirurgiens dans cette discussion, l Afssaps met à disposition un guide d aide

Plus en détail

à Mesdames et Messieurs les Agents Comptables Médecins Conseils Régionaux Chef de service Pour mise en oeuvre immédiate

à Mesdames et Messieurs les Agents Comptables Médecins Conseils Régionaux Chef de service Pour mise en oeuvre immédiate CIRCULAIRE CIR-13/2011 Document consultable dans Médi@m Date : 24/05/2011 Domaine(s) : gestion des prestations en nature à Mesdames et Messieurs les Directeurs CPAM CARSAT UGECAM CGSS CTI Agents Comptables

Plus en détail

A.R. 27.3.2012 + A.R. 8.5.2012 M.B. 30.5.2012 En vigueur 1.7.2012

A.R. 27.3.2012 + A.R. 8.5.2012 M.B. 30.5.2012 En vigueur 1.7.2012 A.R. 27.3.2012 + A.R. 8.5.2012 M.B. 30.5.2012 En vigueur 1.7.2012 Modifier Insérer Enlever Article 28 FOURNISSEURS D IMPLANTS A.R. 8.5.2012 M.B. 30.5.2012 1 er. Sont considérés comme relevant de la compétence

Plus en détail

Réflexions sur la mise en place d un hôpital de jour en oncogériatrie au sein de la clinique St Vincent. Dr J.FARRET Onco gériatre

Réflexions sur la mise en place d un hôpital de jour en oncogériatrie au sein de la clinique St Vincent. Dr J.FARRET Onco gériatre Réflexions sur la mise en place d un hôpital de jour en oncogériatrie au sein de la clinique St Vincent Dr J.FARRET Onco gériatre Clinique St Vincent Groupe médical :100 praticiens Anesthésie réanimation

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE. Annexe n 3 : mise en place d un programme de GDR co nsacré à l amélioration de la pertinence des soins

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE. Annexe n 3 : mise en place d un programme de GDR co nsacré à l amélioration de la pertinence des soins MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Annexe n 3 : mise en place d un programme de GDR co nsacré à l amélioration de la des soins 1. Contexte Concernant le repérage des enjeux d amélioration de

Plus en détail

COELIOSCOPIE EN CHIRURGIE DU CANCER COLO RECTAL MARS 2005

COELIOSCOPIE EN CHIRURGIE DU CANCER COLO RECTAL MARS 2005 COELIOSCOPIE EN CHIRURGIE DU CANCER COLO RECTAL MARS 2005 La Haute Autorité de Santé diffuse un document réalisé par l Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé au titre de son programme

Plus en détail

UROLOGIE Art. 14j pag. 1 coordination officieuse. j) les prestations relevant de la spécialité en urologie (DO) :

UROLOGIE Art. 14j pag. 1 coordination officieuse. j) les prestations relevant de la spécialité en urologie (DO) : UROLOGIE Art. 14j pag. 1 j) les prestations relevant de la spécialité en urologie (DO) : 3035 260035 260046 Néphrostomie K 180 3003 260050 260061 Néphrotomie, avec ou sans extraction de calcul K 225 3045

Plus en détail

Participation de l Assurance Maladie à l assurance en Responsabilité Civile Professionnelle des médecins libéraux

Participation de l Assurance Maladie à l assurance en Responsabilité Civile Professionnelle des médecins libéraux Participation de l Assurance Maladie à l assurance en Responsabilité Civile Professionnelle des médecins libéraux HAS réunion des gestionnaires d Organismes agréés 25 novembre 2013 Participation à l Assurance

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE COMMUNIQUE DE PRESSE Le Centre hospitalier de Valence se classe parmi les meilleurs hôpitaux et cliniques de France selon le Palmarès 2014 du Point. Infarctus du myocarde = 20ème/635 hôpitaux AVC = 28ème/788

Plus en détail

Journées médico-chirurgicales de Msila

Journées médico-chirurgicales de Msila Journées médico-chirurgicales de Msila 28-29 avril 2010 L association ENNOUR des médecins de la wilaya de Msila (président : Dr. Ghadbane) a organisé des journées médicochirurgicales de formation médicale

Plus en détail

ITINERAIRE CLINIQUE du SEIN

ITINERAIRE CLINIQUE du SEIN ITINERAIRE CLINIQUE du SEIN Je dois subir une intervention chirurgicale, Pourquoi? La chirurgie Pour traiter le cancer du sein, il faut enlever ou détruire les cellules cancéreuses. La chirurgie est souvent

Plus en détail

Place de la chirurgie dans le traitement du Cancer

Place de la chirurgie dans le traitement du Cancer Place de la chirurgie dans le traitement du Cancer I) Introduction Traitement actuel du cancer : compétences multiples oncologie médicale radiothérapie réanimation biologie anatomopathologie des tumeurs

Plus en détail

Chirurgie assistée par ordinateurs (CAO) Crée par Magali Sanchez

Chirurgie assistée par ordinateurs (CAO) Crée par Magali Sanchez Chirurgie assistée par ordinateurs (CAO) Crée par Magali Sanchez Sommaire Introduction Qu est ce que la chirurgie assistée par ordinateur? Principes généraux Avantages/Inconvénients Simulations préopératoire

Plus en détail

LES URGENCES CHIRURGICALES

LES URGENCES CHIRURGICALES LES URGENCES CHIRURGICALES INTRODUCTION Pathologies rares Essentiellement liées à des malformations congénitales Deux pics de fréquence pour la présentation clinique à la période néo-natale à la puberté

Plus en détail

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Dans son point d information du 28 septembre 2010, l Afssaps a recommandé que les femmes porteuses d implants mammaires PIP concernés par

Plus en détail

TRAITEMENT ENDOSCOPIQUE DES CANCERS BRONCHIQUES. Bertrand DELCLAUX Centre Hospitalier de Troyes

TRAITEMENT ENDOSCOPIQUE DES CANCERS BRONCHIQUES. Bertrand DELCLAUX Centre Hospitalier de Troyes TRAITEMENT ENDOSCOPIQUE DES CANCERS BRONCHIQUES Bertrand DELCLAUX Centre Hospitalier de Troyes 1) Techniques endoscopiques 1.1) Bronchoscopie rigide 1.2) Thermocoagulation de haute fréquence 1.3) Cryothérapie

Plus en détail

L adénocarcinome. Le cancer de la prostate : ce que vous devez savoir. Mise à

L adénocarcinome. Le cancer de la prostate : ce que vous devez savoir. Mise à Le cancer de la prostate : ce que vous devez savoir Mise à j our Jean-Baptiste Lattouf, MD, FRCS et Fred Saad, MD, FRCS Présenté dans le cadre de la conférence : Urologie néphrologie sexologie, Université

Plus en détail

Antibioprophylaxie en chirurgie et médecine interventionnelle chez l adulte

Antibioprophylaxie en chirurgie et médecine interventionnelle chez l adulte De Sambre Avesnois Centre Hospitalier Antibioprophylaxie en chirurgie et médecine interventionnelle chez l adulte SFAR. Actualisation 2010 www.sfar.org/antibioprophylaxie-en-chirurgie-et-en -médecine-interventionnelle-cc-2010

Plus en détail

ZOOM ETUDE Les études médicales. Auditorium de l Institut Français du Bénin 31 octobre 2015

ZOOM ETUDE Les études médicales. Auditorium de l Institut Français du Bénin 31 octobre 2015 ZOOM ETUDE Auditorium de l Institut Français du Bénin 31 octobre 2015 L enseignement supérieur français - santé Études de médecine, pharmacie et odontologie : Universités en partenariat avec des CHU (Centres

Plus en détail

220000020 C.H. de SAINT-BRIEUC

220000020 C.H. de SAINT-BRIEUC Description de l'établissement : 220000020 C.H. de SAINT-BRIEUC Territoire de sante n 7 - SAINT BRIEUC / GUINGAMP / LANNION Statut : Typologie : PUBLIC CH de référence Activité de et latoire 2011 chirurgicaux

Plus en détail

Fiche du programme 12051300395 de l'organisme INFIPP INFIPP

Fiche du programme 12051300395 de l'organisme INFIPP INFIPP Fiche du programme 12051300395 de l'organisme INFIPP INFIPP Descriptif du programme: Référence Programme OGDPC 12051300395 Titre du programme La bientraitance (inter) (catalogue) Référence organisme L161

Plus en détail

INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN

INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN Calformed, 09/02/2007, Dr J.M Loez, Calais INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN I - RAPPEL DE LA CLASSIFICATION CLINIQUE DES CANCERS DU SEIN A - TUMEUR PRIMITIVE Tx non déterminé To pas de

Plus en détail

UNITE 93 BIENVENUE. Informations destinées aux étudiant(e)s infirmièr(e)s

UNITE 93 BIENVENUE. Informations destinées aux étudiant(e)s infirmièr(e)s UNITE 93 Informations destinées aux étudiant(e)s infirmièr(e)s BIENVENUE Urologie Unité 93 Route 93 Cliniques Universitaires St-Luc Avenue Hippocrate, 1200Bruxelles Tél/Fax : 02/764 93 03 Notre service

Plus en détail

CANCER DU SEIN DE LA FEMME AGEE : QUELS TRAITEMENTS? A.BARKAT Clin gyn obs. CHU Constantine 7ème Congrès de la SAERM ALGER 14-15/03/09

CANCER DU SEIN DE LA FEMME AGEE : QUELS TRAITEMENTS? A.BARKAT Clin gyn obs. CHU Constantine 7ème Congrès de la SAERM ALGER 14-15/03/09 CANCER DU SEIN DE LA FEMME AGEE : QUELS TRAITEMENTS? A.BARKAT Clin gyn obs. CHU Constantine 7ème Congrès de la SAERM ALGER 14-15/03/09 INTRODUCTION 1 er cancer féminin avec l age age moyen: 48 ans expérience

Plus en détail

Chirurgie du Cancer du sein chez la femme agée Unité de chirurgie du sein Clinique Sainte-Elisabeth NAMUR

Chirurgie du Cancer du sein chez la femme agée Unité de chirurgie du sein Clinique Sainte-Elisabeth NAMUR Chirurgie du Cancer du sein chez la femme agée Unité de chirurgie du sein Clinique Sainte-Elisabeth NAMUR Dr Emmanuel Bollue - Dr Pierre Marchettini Introduction 1)Validation du traitement conservateur

Plus en détail

Le cancer du pancréas exocrine est la plus fréquente et la plus grave des tumeurs pancréatiques.

Le cancer du pancréas exocrine est la plus fréquente et la plus grave des tumeurs pancréatiques. Tumeurs du pancréas (155) Professeur B. CHAUFFERT (Département d Oncologie. Centre Georges François Leclerc. Dijon), Professeur F. MORNEX (Département de Radiothérapie. Centre Hospitalier Lyon Sud), Professeur

Plus en détail

Fiche du programme 12051400102 de l'organisme INFIPP INFIPP

Fiche du programme 12051400102 de l'organisme INFIPP INFIPP Fiche du programme 12051400102 de l'organisme INFIPP INFIPP Descriptif du programme: Référence Programme OGDPC 12051400102 Titre du programme Préparation à l'entrée aux écoles d'aide-soignants et d'auxiliaire

Plus en détail

Un centre de soins innovateur de renommée internationale pour la femme d aujourd hui

Un centre de soins innovateur de renommée internationale pour la femme d aujourd hui Un centre de soins innovateur de renommée internationale pour la femme d aujourd hui Ref. 120 / Març 2008 Département d Obstetrique Gynécologie et Réproduction Gran Via Carles III 71-75 08028 Barcelona,

Plus en détail

Traitement chirurgical et néo-adjuvant des cancers du sein. Le cancer mammaire. Atelier 5. Bases des traitements chirurgicaux de la tumeur mammaire

Traitement chirurgical et néo-adjuvant des cancers du sein. Le cancer mammaire. Atelier 5. Bases des traitements chirurgicaux de la tumeur mammaire Traitement chirurgical et néo-adjuvant des cancers du sein Le cancer mammaire Atelier 5 Pr Carole Mathelin, Pr Bellocq Jean Pierre CHRU Strasbourg Bases des traitements chirurgicaux de la tumeur mammaire

Plus en détail

TRAUMATISMES EN UROLOGIE TRAUMATISMES DU REIN. QUI présente ces traumatismes? C est un homme jeune 3 hommes pour 1 femme âge moyen = 25 ans

TRAUMATISMES EN UROLOGIE TRAUMATISMES DU REIN. QUI présente ces traumatismes? C est un homme jeune 3 hommes pour 1 femme âge moyen = 25 ans TRAUMATISMES EN UROLOGIE TRAUMATISMES DU REIN QUI présente ces traumatismes? C est un homme jeune 3 hommes pour 1 femme âge moyen = 25 ans Etiologie des traumatismes du rein Les signes cliniques Signes

Plus en détail

Section 5. - Chirurgie.

Section 5. - Chirurgie. Section 5. - Chirurgie. Art. 14. Sont considérées comme prestations qui requièrent la qualification de médecin spécialiste dans une des disciplines relevant de la pathologie externe : «c) les prestations

Plus en détail

ANNEXE I POSTES OFFERTS AU TITRE DES DIPLOMES DE FORMATION MEDICALE SPECIALISEE Année universitaire 2010-2011

ANNEXE I POSTES OFFERTS AU TITRE DES DIPLOMES DE FORMATION MEDICALE SPECIALISEE Année universitaire 2010-2011 ANNEXE I POSTES OFFERTS AU TITRE DES DIPLOMES DE FORMATION MEDICALE SPECIALISEE ILE DE FRANCE INTERREGION NORD EST INTERREGION NORD-OUEST Strasbourg Dijon Reims Besançon Nancy Caen Rouen Lille Amiens 1)

Plus en détail

Stéphane Cattan Maladies de l Appareil Digestif

Stéphane Cattan Maladies de l Appareil Digestif Stéphane Cattan Maladies de l Appareil Digestif Introduction Les localisations digestives sont les plus fréquentes des tumeurs carcinoïdes Il s agit de tumeurs d évolution lente Elles sont souvent asymptomatiques

Plus en détail

Fièvre d origine bactérienne

Fièvre d origine bactérienne FIÈVRE EN UROLOGIE Elle est présente dans deux cadres cliniques bien distincts : le plus fréquent est celui de l infection bactérienne d un parenchyme appartenant à l appareil urogénital, à savoir les

Plus en détail

L Antibio-prophylaxie

L Antibio-prophylaxie Version : F 1/10 L Antibio-prophylaxie NE S APPLIQUE QU AUX INTERVENTIONS CITEES DANS LES TABLEAUX TOUTE TRANSGRESSION DE CE PROTOCOLE ENGAGE LA RESPONSABILITE DU PRATICIEN L administration de l antibiotique

Plus en détail

Radiothérapie pour les métastases cérébrales

Radiothérapie pour les métastases cérébrales Radiothérapie pour les métastases cérébrales Dre Annie Ebacher Radio-oncologue CHUS, Sherbrooke Congrès du Réseau des soins palliatifs 28 mai 2007 Objectifs Épidémiologie Symptômes, facteurs pronostiques

Plus en détail

Infections en chirurgie prothétique. tique Particularités s du genou

Infections en chirurgie prothétique. tique Particularités s du genou Infections en chirurgie prothétique tique Particularités s du genou Dr J.HUMMER Dr M. MELET AGREG GECO 19 Janvier 2009 Problématique Aucune étude comparative Notamment un temps versus deux temps Des expériences

Plus en détail

CPRE: principe duodénoscope

CPRE: principe duodénoscope CPRE: indications Le cathétérisme endoscopique bilio-pancréatique peut être utile pour déterminer l origine de troubles hépatiques comme l'apparition d'un ictère (jaunisse), de douleurs abdominales, de

Plus en détail

LA CHIRURGIE DES CANCERS

LA CHIRURGIE DES CANCERS Item 141 LA CHIRURGIE DES CANCERS Professeur B.Saint-Aubert 1 Principale arme thérapeutique en cancérologie, de plus en plus souvent associée aux autres types de traitement (radiothérapie - chimiothérapie).

Plus en détail

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE TOTALE CHEZ L HOMME (POUR TUMEUR DE LA VESSIE) L organe. Principe de l intervention. Y-a-t-il d autres possibilités?

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE TOTALE CHEZ L HOMME (POUR TUMEUR DE LA VESSIE) L organe. Principe de l intervention. Y-a-t-il d autres possibilités? Fiche Info-Patient Dernière mise à jour : mai 2012 CYSTECTOMIE TOTALE CHEZ L HOMME (POUR TUMEUR DE LA VESSIE) Cette fiche d information, rédigée par l Association Française d Urologie, est destinée aux

Plus en détail

RECOMMANDATIONS de BONNE PRATIQUE IMPLANTS DENTAIRES ET BISPHOSPHONATES

RECOMMANDATIONS de BONNE PRATIQUE IMPLANTS DENTAIRES ET BISPHOSPHONATES RECOMMANDATIONS de BONNE PRATIQUE IMPLANTS DENTAIRES ET BISPHOSPHONATES Dr Lotfi BENSLAMA FSCMF FÉDÉRATION DE STOMATOLOGIE ET CHIRURGIE MAXILLO-FACIALE Pr Joël FERRI ASSOCIATION FRANÇAISE POUR LE DÉVELOPPEMENT

Plus en détail

HÉMATURIES. Interrogatoire

HÉMATURIES. Interrogatoire HÉMATURIES Nous ne décrirons que les hématuries macroscopiques, c'est-à-dire visibles, seules à pouvoir être retenues dans le cadre d un abord clinique en urologie. L hématurie est révélatrice d une lésion

Plus en détail

Données épidémiologiques sur les cancers du sein et colo-rectaux dans la Manche

Données épidémiologiques sur les cancers du sein et colo-rectaux dans la Manche Données épidémiologiques sur les cancers du sein et colo-rectaux dans la Manche 17 ème Journée Médicale de l ARKM Cherbourg, le 29 Novembre 2014 L incidence de principaux cancers chez les femmes et chez

Plus en détail

Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires

Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires Esther Waeber-Kalbermatten Cheffe du Département de la santé, des affaires sociales et de la culture Mandat d expertise

Plus en détail

C L I N I Q U E S A I N T - J E A N

C L I N I Q U E S A I N T - J E A N C L I N I Q U E S A I N T - J E A N LIVRET D INFORMATION DES PATIENTES ENTRANT POUR UNE INTERRUPTION VOLONTAIRE DE GROSSESSE (IVG) Clinique Saint-Jean Avenue Georges Bizet 83000 TOULON Tél : 0 826 00 44

Plus en détail

Chirurgie du sein. Dr Gay Centre Hospitalier Belfort-Montbéliard Formation infirmière en Oncologie-Hématologie 28 janvier 2010

Chirurgie du sein. Dr Gay Centre Hospitalier Belfort-Montbéliard Formation infirmière en Oncologie-Hématologie 28 janvier 2010 Chirurgie du sein Dr Gay Centre Hospitalier Belfort-Montbéliard Formation infirmière en Oncologie-Hématologie 28 janvier 2010 Différentes chirurgies du sein Chirurgie conservatrice Chirurgie radicale Chirurgie

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE. R. MAZA SACOT Décembre 2010

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE. R. MAZA SACOT Décembre 2010 DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE R. MAZA SACOT Décembre 2010 INTRODUCTION Tumeurs malignes développées aux dépens du tissu conjonctif extra squelettique (adipeux musculaire

Plus en détail

Infections des Prothèses Totales de Hanche et de Genou

Infections des Prothèses Totales de Hanche et de Genou Infections des Prothèses Totales de Hanche et de Genou Pascal Bizot Département de chirurgie osseuse Université d Angers CRIOGO CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE D'ANGERS Infection des PTH et PTG Tableaux

Plus en détail

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Les progrès réalisés dans le diagnostic et les traitements ont permis d accroître les chances de guérison pour nombre de cancers. Ils n

Plus en détail

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE DIAGNOSTIC DES RECIDIVES LOCOREGIONALES GENERALITES VIVIANE FEILLEL INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE Evaluation des séquelles post-thérapeutiques Diagnostic précoce des récidives

Plus en détail

Projets Formation. en Oncosexologie en Midi-Pyrénées A chacun sa formation

Projets Formation. en Oncosexologie en Midi-Pyrénées A chacun sa formation Projets Formation en Oncosexologie en Midi-Pyrénées A chacun sa formation DIU d oncosexologie Rationnel Le 3e Plan Cancer prévoit : objectif de formation Faire évoluer les formations et les métiers de

Plus en détail

Y a-t-il une limite d âge pour être donneur?

Y a-t-il une limite d âge pour être donneur? Bon nombre de personnes au Nouveau-Brunswick attendent le moment où on leur apprendra qu on a enfin trouvé les organes qui leur permettront de reprendre une vie normale et active. Bien d autres attendent

Plus en détail

LES DISPOSITIFS MEDICAUX IMPLANTABLES EN URO-GYNECOLOGIE

LES DISPOSITIFS MEDICAUX IMPLANTABLES EN URO-GYNECOLOGIE LES DISPOSITIFS MEDICAUX IMPLANTABLES EN URO-GYNECOLOGIE (OBSTRUCTION ET INCONTINENCE) 10, 11 et 12 octobre 2006 Dr Jacques BISERTE Urologie = pathologies des app. excréto-urinaire et génital masculin

Plus en détail

Modification 72 à l Accord-cadre

Modification 72 à l Accord-cadre 024 À l intention des médecins spécialistes 29 avril Modification 72 à l Accord-cadre Assurance responsabilité professionnelle Les représentants du ministère de la Santé et des Services sociaux et de votre

Plus en détail

CANCER DU FOIE ET TUMEURS

CANCER DU FOIE ET TUMEURS CANCER DU FOIE ET TUMEURS CANCER DU FOIE ET TUMEURS Foie en santé Foie cirrhotique Tumeur Quelle est la cause du cancer du foie? Plusieurs facteurs jouent un rôle dans le développement du cancer. Comme

Plus en détail

L EXPÉRIENCE POUR L AUTONOMIE

L EXPÉRIENCE POUR L AUTONOMIE L EXPÉRIENCE POUR L AUTONOMIE Depuis plus de 10 ans, l association Actis dentaire formation a pour objectif de former des praticiens à la chirurgie orale, parodontale et implantaire. L expérience pour

Plus en détail

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE Arrêté n 709 du 06/12/2010 portant Organisation et modalités d évaluation et de progression

Plus en détail

Élaboré dans le cadre de la

Élaboré dans le cadre de la Traitements et soins Cancer du sein C O L L E C T I O N Recommandations Outil d aide à la décision Consensus d experts à partir de recommandations internationales Focus sur les indications de la radiothérapie

Plus en détail

PLATINES : PLATeforme d'informations sur les Etablissements de Santé Fiche Etablissement CH DE PAU

PLATINES : PLATeforme d'informations sur les Etablissements de Santé Fiche Etablissement CH DE PAU PLATINES : PLATeforme d'informations sur les Etablissements de Santé Fiche Etablissement CH DE PAU FINESS : 640781290 Etablissement public ACTIVITE : MCO + SSR + HAD PAU (64) Lutte contre les infections

Plus en détail

Traitement chirurgical et radiothérapique. du cancer du sein en un jour. Véronique Vaini-Cowen et Didier Cowen

Traitement chirurgical et radiothérapique. du cancer du sein en un jour. Véronique Vaini-Cowen et Didier Cowen Traitement chirurgical et radiothérapique du cancer du sein en un jour Véronique Vaini-Cowen et Didier Cowen Place de la radiothérapie dans le cancer du sein - Après chirurgie conservatrice pour un cancer

Plus en détail

INDICATIONS ET CONTRE-INDICATIONS DE L ANESTHÉSIE GÉNÉRALE POUR LES ACTES COURANTS D ODONTOLOGIE ET DE STOMATOLOGIE. Juin 2005

INDICATIONS ET CONTRE-INDICATIONS DE L ANESTHÉSIE GÉNÉRALE POUR LES ACTES COURANTS D ODONTOLOGIE ET DE STOMATOLOGIE. Juin 2005 INDICATIONS ET CONTRE-INDICATIONS DE L ANESTHÉSIE GÉNÉRALE POUR LES ACTES COURANTS D ODONTOLOGIE ET DE STOMATOLOGIE Juin 2005 La Haute Autorité de santé diffuse un document réalisé par l Agence nationale

Plus en détail

Dents de sagesse : quand les enlever?

Dents de sagesse : quand les enlever? 45èmes Journées de Formation Médicale M Continue Jeudi 13 septembre 2007 Dents de sagesse : quand les enlever? Florent Sury Service de Chirurgie Maxillo-faciale et Stomatologie Pr D.Goga,, Dr B. Hüttenberger

Plus en détail

Indications de la radiothérapie

Indications de la radiothérapie traitements, soins et innovation MAI 2009 Indications de la radiothérapie CANCER De la prostate COLLECTION recommandations & référentiels OUTIL D AIDE À LA DÉCISION CONSENSUS D EXPERTS À PARTIR DE RECOMMANDATIONS

Plus en détail

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Le Cancer du rein

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Le Cancer du rein CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN Le Cancer du rein Le cancer du rein représente 3% des cancers de l adulte. Il s agit du troisième cancer urologique après le cancer de prostate et celui de la vessie. L

Plus en détail

Annexe I Conclusion scientifiques et motifs de la modification des termes des autorisations de mise sur le marché

Annexe I Conclusion scientifiques et motifs de la modification des termes des autorisations de mise sur le marché Annexe I Conclusion scientifiques et motifs de la modification des termes des autorisations de mise sur le marché Conclusions scientifiques Compte tenu du rapport d évaluation du PRAC sur les PSUR concernant

Plus en détail

TRAUMATOLOGIE CLINIQUE: SOINS ET RECHERCHE. Ronald R Lett MD MSc. FCS(ECSA) FRCSC RCCI &Injury Control Center, Ouganda

TRAUMATOLOGIE CLINIQUE: SOINS ET RECHERCHE. Ronald R Lett MD MSc. FCS(ECSA) FRCSC RCCI &Injury Control Center, Ouganda TRAUMATOLOGIE CLINIQUE: SOINS ET RECHERCHE Ronald R Lett MD MSc. FCS(ECSA) FRCSC RCCI &Injury Control Center, Ouganda OBJECTIFS 1. Comprendre les protocoles de soins des blessures 2. Définir et comprendre

Plus en détail

Traitement du cancer du sein: aspect chirurgical Louise Provencher

Traitement du cancer du sein: aspect chirurgical Louise Provencher Traitement du cancer du sein: aspect chirurgical Louise Provencher Centre des maladies du sein Deschênes-Fabia Plan Buts de la chirurgie Chirurgie au sein: Y-a-t-il toujours un choix? Reconstruction simultanée?

Plus en détail

Etude pour vérifier la cohérence du groupage en GHM selon la classification utilisée pour le codage des actes (CdAM ou CCAM)

Etude pour vérifier la cohérence du groupage en GHM selon la classification utilisée pour le codage des actes (CdAM ou CCAM) Etude pour vérifier la cohérence du groupage en GHM selon la classification utilisée pour le codage des actes (CdAM ou CCAM) Objectif : Vérifier que le groupage en CdAM et en CCAM aboutit au même GHM à

Plus en détail