La cyberenquête. Analyse d un scénario d exploitation pédagogique d Internet. Analyse comparée en fonction de l âge des destinataires

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La cyberenquête. Analyse d un scénario d exploitation pédagogique d Internet. Analyse comparée en fonction de l âge des destinataires"

Transcription

1 Analyse d un scénario d exploitation pédagogique d Internet La cyberenquête Analyse comparée en fonction de l âge des destinataires Groupe 2 Tuteur : Philippe Catoire, ULG Véronique Bourgeois, UCL Jean-Marc Pouly, UNIGE Philippe Linder, UNIGE

2 Table des matières 1. Préambule Typologie des activités pédagogiques exploitant Internet...2 Introduction...2 Se documenter...3 Publier...3 Communiquer et collaborer...4 Conclusion Justification du choix du sujet de notre travail, la cyberenquête Définition du concept de cyberenquête La trame d une cyberenquête...6 Introduction...6 Tâche...7 Méthode...8 Ressources...8 Évaluation...9 Prolongement...9 Manuel de l enseignant...9 Banques de cyberenquêtes...10 Création d une cyberenquête Délimitation de l analyse comparée Description des cyberenquêtes...11 a) Degré primaire...11 b) Degré secondaire...13 c) Adultes en formation continue Nécessité de points de comparaison supplémentaires Analyse comparée des trois cyberenquêtes adoptées...18 Introduction...18 Tâche...19 Méthode...19 Ressources...19 Évaluation...20 Prolongement...20 Manuel de l enseignant...20 Illustrations, graphisme...21 Fiche d identité Conclusion Actions réalisées dans le cadre du travail collaboratif...24 Organisation du groupe Apprentissages...25 Points-clés exprimés dans chacun des carnets de bord des membres du groupe...25 Étape 4 : Finaliser et évaluer Bibliographie et webographie

3 1. Préambule L expérience Learn-Nett vise à mettre les étudiants de plusieurs universités dans une situation d apprentissage en collaborant à distance. Notre équipe, le groupe 2, est composée d une étudiante de l université catholique de Louvain (UCL), de deux étudiants de l université de Genève (UNIGE) et d un tuteur de l université de Liège (ULG). Chaque équipe, constituée par les organisateurs de Learn-Nett, présente un chapitre et contribue à la publication d un travail collectif en ligne, ayant trait à l enseignement et la formation. Cette publication traite plus particulièrement de l usage des technologies de l information et de la communication pour l éducation (TICE). Dans le listing des thèmes proposés, la création (ou l expérimentation ou l adaptation) de scénarios d exploitation pédagogique d Internet était l un des trois choix initiaux de chacun d entre nous. Nous avons choisi d analyser le concept de cyberenquête à travers la comparaison de scénarii destinés à des publics d âges différents ; soit des élèves en école primaire, en classe secondaire et des adultes en formation continue. Notre chapitre expose différents points : tout d abord, la description du panel potentiel d activités pédagogiques exploitant Internet. Puis nous présentons notre choix de travailler sur la cyberenquête que nous définissons. Ensuite, nous dévoilons la trame d une cyberenquête. D autre part, une partie de ce chapitre est consacrée à la description de chaque cyberenquête que nous avons choisie parmi celles que nous avons consultées sur Internet. Nous discutons également dans ce point de la forme d une cyberenquête (graphisme, illustrations). Ensuite, dans le cadre de l analyse comparée, nous recherchons les ressemblances et les dissemblances entre les trois cyberenquêtes par rapport au public-cible destinataire distingué selon son âge. Ce plan permet à la lectrice / au lecteur d apprécier l analyse comparée et la conclusion. Finalement, nous présentons nos observations et réflexions par rapport à notre travail collaboratif. 2. Typologie des activités pédagogiques exploitant Internet Introduction Avant que nous fixions notre choix sur une activité en particulier, la phase initiale de notre recherche consiste à établir un panorama des types d exploitation pédagogique que permet Internet. Nous avons d emblée pris le parti de focaliser notre attention sur des dispositifs pédagogiques mettant Internet au service d une pédagogie présentielle, plus proche de nos pratiques ; et dès lors de mettre de côté l e-learning, qui représente à lui tout seul un champ qui mériterait sa propre typologie. Il s agit donc pour nous de faire émerger les activités potentielles pour lesquelles l outil Internet, de par sa nature, représente une valeur ajoutée 1. Bibeau (1998) indique qu avant tout, c est le type de pédagogie que l école veut privilégier qui détermine la pertinence de l usage des TIC comme instrument didactique : «Dans une approche par projets et une pédagogie constructiviste où l élève construit ses savoirs à partir de projets qu il échafaude et qu il réalise en collaboration avec ses 1 «Pour apporter une valeur ajoutée, l innovation doit proposer un gain à court ou long terme, et doit être perçue comme complémentaire à ce qui existe déjà en termes de valeurs, de besoins et d expériences vécues» (Fiches du projet Equel, p. 3). 2

4 pairs, les TIC seront de puissants outils de recherche, de tri, de traitement et de présentation de l information.» À ce point de la réflexion, il nous paraît nécessaire de faire un détour du côté de ce qu est Internet, concrètement : «Internet est une structure, un réseau de câbles et d ordinateurs qui permet d acheminer des flux d information d un endroit de la planète à l autre» (Lombard, 2005). Cette structure confère à Internet la propriété d a-localisation (Lombard, 2005) : puisque chaque ordinateur peut accéder à tous les autres du réseau, alors toute information placée sur le réseau est disponible donc virtuellement présente n importe où sur le réseau. Pour repérer les différents types d utilisations possibles d Internet au service de la pédagogie, nous avons choisi comme critère le traitement de cette information, soit pour schématiser : réception ; émission ; émission et réception. Notre typologie des activités pédagogiques exploitant Internet vise la constitution d un panel synthétique plutôt que détaillé ; elle se résume donc selon les trois entrées fondamentales suivantes : se documenter ; publier ; communiquer et collaborer. Se documenter Ici l utilisateur d Internet est en situation de réception de l information. Son ordinateur est le client de serveurs mettant à disposition l information qu il recherche : On parle de relation serveur-client dans la mesure où les serveurs mettent à disposition des ressources diverses (fichiers, bases de données, page Web, etc.) et les clients utilisent ces ressources. Concrètement, cela signifie que lorsque que vous naviguez sur le Web, votre ordinateur est un client qui utilise des pages Web qui se trouvent sur un serveur (ici, utiliser signifie simplement afficher les pages Web). Lombard, 2005 L objectif pédagogique sera que l apprenant effectue une recherche documentaire, qu il trie et exploite des sources et des documents ; il utilisera Internet comme une encyclopédie, en vue de faire des recherches sur un thème, sur un sujet, de rechercher des données, de préparer des exposés ou des conférences. Denis (2000) décrit cet axe comme servant à «faire explorer des ressources existantes soit pour acquérir activement de nouvelles compétences spécifiques, soit afin de récolter des informations qui serviront à réaliser un projet» (p. 7). Un des moyens pour faire trouver des informations est d enseigner comment utiliser les moteurs de recherche, par exemple les sites suivants : Pour plus de détails sur ce sujet, la lectrice / le lecteur se référera au chapitre du groupe 1 (accès : learn-nett/dossier/fichiers/scenario_appropriation moteur de recherche google.doc). Toutefois, l apprenant peut également être orienté par l enseignant vers des sites choisis, notamment au cours d une cyberenquête (voir la suite de ce chapitre). Il peut être dirigé vers des sites renfermant, outre du texte et des images, des contenus d ordres divers, par exemple : - du son : ; - de la vidéo : ; - des simulations ou des animations : howstuffworks.com/. Publier Dans ce cas, l utilisateur d Internet se pose en émetteur de l information. C est lui qui rend ses réalisations disponibles aux autres utilisateurs d Internet, en les déposant sur un serveur (par exemple 3

5 Une école ou une classe peut donc diffuser sur Internet le fruit de son travail afin de le rendre visible hors des murs de la classe par les personnes intéressées. Il peut s agir d une opération ponctuelle dans le cadre d un projet ou d un thème déterminé, ou d un mode de fonctionnement intégré dans l habitus de la classe ou de l établissement. Voici les liens vers quelques sites de classes : - ; - ; - ; - ; - ; - Un moyen relativement simple d avoir un site pour sa classe ou une page gérée par chaque élève est le Web log ou Blog. Ce mode de diffusion comporte peu de difficultés dans sa réalisation car il emploie un outil de publication en ligne simplifié, analogue à une application de messagerie électronique. Les messages sont classés par ordre chronologique ou par catégorie ; ils peuvent contenir des images, du son, des documents attachés, etc. Il s agit d une sorte de carnet de notes en ligne, qui permet par exemple d éditer un journal scolaire, un Web magazine. Les liens suivants conduisent à des Web logs réalisés par des élèves : - ; - Communiquer et collaborer Enfin, Internet peut être employé comme outil pédagogique à des fins de communication ou de travail collaboratif. Dans ce cas, l information est émise et reçue par l utilisateur. La communication peut être synchrone ; il peut par exemple s agir de texte lors d un chat, de son lors d une audioconférence, ou d image et de son lors d une visioconférence. La communication peut également être asynchrone par , dans les forums, les newsgroups ou sur un wiki. La communication elle-même peut faire l objet d un objectif pédagogique, comme sur la base de données de correspondance d ÉduNet (http://php.educanet2.ch/edunet/base/) ou sur epals.com/. Mais la communication peut aussi être employée à des fins de réalisation de travaux collaboratifs, par exemple le projet Learn-Nett (http://ute2.umh.ac.be/learn-nett/) ou l utilisation d un wiki pour réaliser une présentation (http://tecfa.unige.ch:8888/riat140/168). Le but peut être de partager la résolution de problèmes, d effectuer un travail de groupe, de créer une œuvre collective ou encore de participer à des actions ou réalisations communes. Voici encore deux liens de sites de ce type : - ; - Conclusion La lectrice / le lecteur constatera en testant les liens que certaines des activités présentées ci-dessus ne font pas purement partie de l un ou l autre des axes décrits. Nous avons fait le choix de les classer dans l axe pour lequel elles nous semblaient le plus représentatives. En effet, un travail collaboratif peut amener les étudiants à se documenter à l aide d Internet. Une cyberenquête peut conduire les apprenants à publier leurs résultats sur le Web ; de même qu un 4

6 travail collaboratif, le présent document en atteste! Voire, une cyberenquête pourrait être conçue pour être effectuée collaborativement par des élèves de classes, d écoles ou de pays différents. Nous terminerons en mentionnant un site qui nous paraît pouvoir relever de l ensemble de notre typologie des usages d Internet comme outil pédagogique, puisqu il permet à l élève de se documenter, mais également de publier un article, et cet article sera validé ou modifié par la communauté : il s agit du projet WikiPedia (http://wikipedia.org). 3. Justification du choix du sujet de notre travail, la cyberenquête Nous avons choisi de centrer notre chapitre sur la cyberenquête pour plusieurs raisons. Tout d abord, par intérêt commun aux trois membres du groupe et par consensus. Ensuite, la cyberenquête, classée dans l entrée «Se documenter» de notre typologie, nous semble mettre en œuvre et favoriser un apprentissage pertinent de l analyse et de la compréhension de documents pour les élèves, quel que soit leur âge. Par ailleurs, elle nous a semblé très riche pédagogiquement, vu les différents usages et applications qu elle propose aux enseignants et aux élèves, quelle que soit la discipline concernée ou l âge du public auquel elle s adresse. De plus, la cyberenquête est un type d activité pédagogique d exploitation d Internet en développement. Un grand nombre de cyberenquêtes est disponible sur Internet, concernant un grand nombre de disciplines, et à destination de tous les degrés. Par conséquent, la cyberenquête représente un phénomène important, parmi d autres, de l exploitation pédagogique d Internet. Elle nous a donc semblé très intéressante à analyser. 4. Définition du concept de cyberenquête La cyberenquête est connue sous différentes appellations : cyberquête, mission virtuelle, mission Web, enquête virtuelle, cyberodyssée. Ses créateurs, Bernie Dodge et Tom March, enseignants à l université de San Diego, l ont nommée «Web quest» quand ils l ont inventée en Une cyberenquête est une recherche d informations, se trouvant tout ou partie sur le Web, en vue de réaliser une production. C est ce choix des ressources et ce mode de travail qui la distinguent d autres activités de recherche : La cyberenquête intègre les technologies dans un processus d apprentissage centré sur l élève. Inspirée du cadre de référence socioconstructiviste, la cyberenquête guide les élèves vers des ressources sur l Internet en vue de créer des productions authentiques et originales. Transdisciplinaire et transversale, elle sollicite la motivation, l engagement des élèves, la pensée critique. En outre, elle favorise la pédagogie centrée sur la tâche en instaurant un travail de type collaboratif et ouvre la voie à l autonomisation et à la construction individuelle des savoirs. Catroux, 2003, pp. 1-2 Il s agit donc d un modèle de travail informatisé qui, mis à part l utilisation de l Internet, vise à développer une maîtrise plus poussée des TIC dans la réalisation et la présentation du travail de l élève. Et, en tant qu instrument de recherche, la cyberenquête incite l intervenant à orienter son enseignement vers des approches qui mettent en valeur l enseignement coopératif et la pédagogie par projet : les élèves se voient en effet attribuer un rôle au sein d un groupe et sont amenés à unir leurs efforts dans la perspective d un but commun. 5

7 5. La trame d une cyberenquête La cyberenquête est une démarche généralement structurée en six étapes pour les élèves ; en général, une entrée est destinée aux enseignants, que nous avons baptisée «Manuel de l enseignant» : Les six étapes d une cyberenquête, plus l espace dédié aux enseignants Source : Introduction L introduction, appelée parfois situation, a pour objectif d informer l élève du sujet à traiter et de capter son intérêt. Elle pose des questions à l élève en rapport avec le travail à réaliser et lui donne une mission. Le sujet doit être accrocheur. Exemple d éveil de l intérêt Source : 6

8 Il peut s agir d une mise en scène : Exemple de mise en situation Source : Le but à atteindre doit être important et représenter un défi. Le thème ne doit pas être inconnu, l élève doit pouvoir le relier à son vécu. Chaque élève doit avoir un rôle à jouer. Tâche Cette étape décrit ce que l élève doit accomplir au cours de l activité ainsi que les outils particuliers qu il devra utiliser. Comme l indiquent les animateurs de l Association québécoise des utilisateurs de l ordinateur au primaire-secondaire (AQUOPS), il ne s agit pas de «copier directement des mots, des phrases et même des textes complets sur l Internet». L apprenant doit sélectionner, analyser, réorganiser, transformer l information. Le travail peut consister à redire avec ses propres mots, compiler, rapporter sur un mode journalistique, émettre des hypothèses, résoudre une énigme, etc. La réalisation demandée peut être, par exemple, une affiche, une page Web, une vidéo, une maquette, une présentation orale ou un diaporama. Panneau réalisé dans le cadre d une cyberenquête sur les Vikings Source : 7

9 Méthode La méthode, ou le processus, détaille de façon courte et précise les différentes étapes par lesquelles les élèves devront passer au cours de leur travail. Cette étape peut également indiquer la répartition des tâches au sein de l équipe et la description des rôles coopératifs à jouer ; autrement dit, la perspective que chaque membre devra adopter. Exemple de répartition des tâches par la métaphore des métiers Source : C est à cet endroit que sera défini le calendrier des étapes à effectuer. Cette étape permet également de fournir tous les fichiers d aide à la réalisation de la recherche et/ou de la production de l élève, comme des fiches de prises de notes, des schémas, etc. (documents Word, Excel ou Web). Ressources Cette étape apporte les sites Web repérés par le maître pour éviter l éparpillement de l apprenant. Les liens peuvent être distribués selon le rôle des élèves. Cela a pour avantage de délimiter clairement les responsabilités, de ne pas diriger la relation entre élèves vers la comparaison sociale des compétences (Buchs), de diminuer le risque de chevauchement des résultats, de partager la charge de travail et de répartir les découvertes. Exemple de répartition des sites dans une cyberenquête Source : Les ressources peuvent être d une autre nature : livres, CD-ROM, journaux, films, experts, partenaires à distance (chat, courriel, visioconférence) ou autres médias. L élève n est pas tenu de se limiter aux ressources proposées. 8

10 Évaluation L élève découvre ici les critères ou la grille d évaluation. Cette page lui permet de savoir à quoi il devra s en tenir et lui sert de balise. Prolongement Exemple de grille d évaluation (compétence transversale) Source : Le prolongement, appelé aussi conclusion, permet un retour sur l activité. Il offre une occasion de réfléchir sur ce qu on a appris, de critiquer les ressources consultées et d anticiper les remarques du public qui consultera les réalisations. C est l occasion également de réinvestir les acquis en proposant de nouvelles activités comme, par exemple, une présentation orale devant la classe ou l utilisation d un autre environnement informatisé d apprentissage (tableur, logiciel de présentation), ou toute autre activité permettant le réinvestissement des compétences acquises au cours de cette mission. Manuel de l enseignant Outre les six paramètres de la trame standard, la consultation d un bon nombre de cyberenquêtes existantes nous porte à ajouter un septième paramètre important : le manuel de l enseignant. Cette entrée permet à d autres enseignants que les concepteurs de s approprier la cyberenquête, de prendre connaissance des modalités pratiques (horaire, échéances), des compétences mobilisées par l apprenant, de la grille d évaluation, voire de conseils tirés des expériences vécues par d autres utilisateurs de la cyberenquête. Nous ne pouvons donc qu encourager les concepteurs de cyberenquêtes à rédiger un tel manuel, pour que les objectifs d interactivité et de collaboration à distance fonctionnent également entre enseignants, utilisateurs et concepteurs. On pourrait également imaginer de lier un Blog à chaque cyberenquête dans lequel les enseignants utilisateurs pourraient formuler des remarques, des conseils, des propositions de modifications, des suppressions ou ajouts de liens (les sites référencés pouvant disparaître par exemple), etc. ; ceci afin de permettre son actualisation et son optimalisation. 9

11 Banques de cyberenquêtes Avant de se lancer dans la création d une cyberenquête, on peut se poser la question de l investissement en temps d une telle préparation. La recherche des liens ainsi que la réalisation du site sont particulièrement chronophages. Cela en vaut-il la peine? Pour répondre à cette question, on mettra en contrebalance la motivation suscitée chez les élèves, l impact favorable sur les apprentissages, ainsi que la possibilité de réutiliser la cyberenquête avec d autres apprenants. L investissement peut également être amorti en faisant des échanges. Il existe en effet des banques de cyberenquêtes. En voici quelques-unes : - ; - ; - ; - Création d une cyberenquête Il existe un générateur de cyberenquête qui épargne au formateur l apprentissage d un éditeur de page Web : L énergie peut ainsi être consacrée au scénario pédagogique plutôt qu à la réalisation technique. 6. Délimitation de l analyse comparée Ainsi que nous l avons mentionné plus haut, nous avons choisi de comparer des cyberenquêtes destinées à des publics d âges différents ; le but étant de faire émerger les éléments récurrents quel que soit l âge de l apprenant d une part, et les variations qui nous paraissent être fonction de l âge d autre part. Concernant l ampleur de notre travail, étant donné le temps limité que nous pouvions y consacrer, nous avons dû restreindre nos ambitions et nous en tenir à l analyse comparée de trois cyberenquêtes à destination de trois niveaux d enseignement. Cette recherche ne sera donc pas à considérer comme exhaustive et statistiquement représentative de l ensemble de ces scénarii pédagogiques disponibles sur Internet. Toutefois, cela pourrait constituer le point de départ d un travail de recherche approfondi sur ce thème. De même, nous avons choisi d effectuer l analyse de scénarii existants plutôt que de nous lancer dans la création d une cyberenquête. Le travail d analyse comparée nous semble en effet être également un bon préalable à la conception d un tel scénario pédagogique. Dans le but de récolter des éléments d analyse, nous commençons par faire la description de chacune des cyberenquêtes pour l ensemble des sept points constituant la trame. Ensuite, nous pouvons passer à l analyse comparée de nos observations. Les trois degrés et cyberenquêtes choisis sont : - élèves du primaire : Le Carnaval de Venise à l époque de Vivaldi ; - élèves du secondaire : Volcans ; - adultes en formation continue : Vous êtes créateur d entreprise. 10

12 7. Description des cyberenquêtes a) Degré primaire Titre et accès Le Carnaval de Venise à l époque de Vivaldi, Introduction La page d accueil est sommaire. Elle donne le titre, les liens pour les tâches et le lien pour les enseignants. Les auteurs sont cités ainsi que la mise à jour du site. Donne-t-elle envie de découvrir la première tâche? Suscite-t-elle l intérêt? Les élèves vont probablement débuter par la première tâche. À la charge de l enseignant de les renseigner sur les objectifs à atteindre, le déroulement, les ressources et l évaluation ; ces éléments sont présentés dans la page «Pour les enseignants» correspondant au manuel de l enseignant. Tâche La première tâche permet à l élève de découvrir un compositeur de musique classique. Il aura l occasion de remonter le temps et de se retrouver à l époque baroque, dans un autre pays, dans une autre ville au temps du Carnaval. Pour exécuter cette tâche, l élève a un site à visiter, du matériel proposé et un questionnaire. Il peut passer à la deuxième tâche une fois la première exécutée, toutefois aucune icône ne permet de revenir en arrière. La deuxième tâche permet à l élève de découvrir la tradition du Carnaval de Venise. Le schéma est le même que dans la tâche précédente, avec en plus un coloriage : un des personnages de la Commedia dell Arte que l élève peut ensuite imprimer. La troisième tâche demande à l élève de fabriquer un masque selon la tradition du Carnaval de Venise à l époque de Vivaldi. La difficulté augmente puisque l élève doit choisir entre fabriquer un masque d oiseau, fabriquer la Moretta ou la Bautta. Par contre, le questionnaire est absent dans cette dernière tâche. Méthode L élève exécute seul chaque tâche. Il connaît l objectif ainsi que le matériel. Il a des propositions d outils comme le papier ou le crayon. Il dispose de sites de référence et d un questionnaire, mais n est pas au courant des intentions pédagogiques sauf s il clique sur le lien «Pour les enseignants». 11

13 Cette cyberenquête ne cible pas un travail collaboratif. En revanche, l élève apprend à naviguer sur Internet, à sélectionner des informations et à fabriquer un masque. Il répond à des quiz et participe à une parade. Le déroulement des activités semble n être connu que des enseignants. Le manuel de l enseignant présente notamment le laboratoire dans lequel les élèves travaillent, le matériel à disposition tels que les ordinateurs, et le calendrier des activités. Ressources Les sites prédéfinis sont mis en lien à l intérieur de chaque tâche de l élève. D autres ressources telles qu un livre ou un disque sont indiquées dans la page «Pour les enseignants». Ces ressources sont à disposition dans les laboratoires, c est pourquoi ils ne figurent pas dans les tâches. Étant donné que les élèves risquent à notre avis de ne pas les utiliser spontanément, la présence d un enseignant semble indispensable. Évaluation Le quiz directement en lien avec la tâche permet à l élève de mémoriser les connaissances attendues par les enseignants. À chaque réponse, l évaluation est donnée et la réponse attendue identifiée. Un score final est présenté à l élève. Apparemment, seuls les enseignants ont connaissance des compétences à acquérir. Par exemple, les élèves développent : - des compétences transversales d ordre méthodologique telles que : se donner des méthodes efficaces de travail et exploiter les technologies de l information et de la communication ; - des compétences transversales d ordre intellectuel telles que : exploiter l information ; - des compétences disciplinaires en arts plastiques telles que : réaliser des créations personnelles ; - des compétences disciplinaires en français telles que : écrire des textes variés et lire des textes variés ; - des compétences disciplinaires en musique telles que : apprécier des œuvres musicales ; - des compétences transversales d ordre social telles que : apprécier ses réalisations et celles de ses camarades. Pour chacune des compétences, des objectifs sont à atteindre selon quatre niveaux de complexité. Prolongement Il existe un réinvestissement des tâches proposées et un prolongement comme la recherche sur les gondoles, la préparation d un mets italien, l observation des différents personnages de la Commedia dell Arte et la création de masques en travaillant les différents sentiments. Manuel de l enseignant La notice en préambule pose le cadre architectural aux enseignants. «Dans notre école nous disposons d un laboratoire avec plusieurs ordinateurs Mac 475 branchés à Internet. Cependant, cette cyberquête peut se vivre en atelier, en classe, avec un ou deux ordinateurs». Puis l introduction présente les objectifs. Le déroulement est ensuite détaillé avec les ressources et le matériel à disposition. Un calendrier permet aux enseignants de suivre l évolution des élèves et de les guider dans leurs tâches. 12

14 Le chapitre évaluation clarifie le développement des compétences ciblées pour ce type d activité. Un prolongement permet aux élèves motivés et rapides de poursuivre les activités par la préparation d un mets italien ou la création de masques en travaillant sur différents sentiments. b) Degré secondaire Titre et accès Cyberenquête : volcans, Introduction À l apparition de la page d accueil, l utilisateur est d emblée accroché par une image-choc, le corps conservé dans la lave d une victime de Pompéi ; cette vision morbide contraste avec l arrière-plan de la page, la beauté des couleurs orangées d un volcan en éruption. Ce paradoxe, auquel s ajoute une question («Pourquoi vivre près d un volcan?»), pousse l élève à s intéresser, à lire le texte introductif et la mission, qui servent à amplifier encore la motivation. L élève est informé qu il devra mener une cyberenquête afin d élucider la question. Un lien hypertexte, portant le message «Passe à la suite pour recevoir plus d instructions», achève d exciter la curiosité de l élève. La page d accueil nous renseigne de suite sur les auteurs et le niveau, le secondaire. Le sommaire de la cyberenquête est accessible en tout temps grâce à un frame disposé sur la gauche de la page, et le lien susmentionné fait avancer d une étape dans ce sommaire. Il est à noter que dans les illustrations graphiques et bibliographiques, l introduction respecte une contrainte qui sera demandée à l élève : citer ses sources (le fait de le faire, ainsi que la forme à respecter). En bref, dès la page d accueil, l élève est plongé au cœur du thème de la cyberenquête, et au cœur du thème des volcans ainsi que des questions et peurs qu ils suscitent. Le thème de la cyberenquête est présenté clairement, finalement avec relativement peu de texte à lire. Tâche La tâche est clairement exposée ; l apprenant est mis au courant des quatre questions précises auxquelles il aura à répondre en groupe de trois élèves : - Pourquoi existe-t-il des volcans? 13

15 - Pourquoi des hommes vivent-ils près des volcans, et même parfois sur les volcans? - Quels problèmes les volcans posent-ils aux hommes qui s établissent à proximité? - Les hommes peuvent-ils lutter contre les manifestations des volcans? Chaque groupe devra au final présenter les résultats de ses recherches sur une page Web qu il publiera. À ce point, l élève peut se sentir prêt à continuer car il est mis en confiance par le fait qu on lui indique qu on lui a mis à disposition les moyens pour parvenir à répondre, notamment un certain nombre de sites Internet sélectionnés, afin de simplifier sa recherche d informations. Dans un second temps, l élève devra réaliser un travail individuel ; il peut accéder à l énoncé de cette tâche (quatre nouvelles questions concernant deux volcans en particulier) à tout moment également. Méthode Les élèves prennent connaissance du fait que la première étape de la cyberenquête s effectue de manière collaborative par groupes de trois. Il leur est précisé que les liens vers les sites conseillés pour répondre aux quatre questions se trouvent sur la page suivante. Les délais à fixer sont à la charge de l enseignant. Chaque groupe devra au final présenter le résultat de ses recherches sur un site Internet qu il créera. Des consignes sont fournies concernant le contenu attendu, ainsi que la possibilité d enrichissement par des illustrations graphiques ou textuelles. L invitation à agrémenter de citations et d images tirées des sites laisse à nouveau à deviner l objectif pour l élève d apprendre à citer ses sources et respecter les droits d auteur. Les élèves sont au courant, de par la présentation du frame, qu ils auront à effectuer un travail individuel par la suite. Nous avons toutefois pris le parti de placer cette étape dans le point «Prolongement» de la trame, puisque selon nous il s agit à ce moment-là de faire ressortir les compétences que l élève aura acquises personnellement au cours de l activité collective. Ressources De nombreuses ressources sont mises à disposition, principalement sur Internet, mais également parmi le matériel pédagogique traditionnel (le livre de géographie ainsi que l ouvrage Au cœur des volcans). L utilisation des ressources est balisée par leur apposition suite à la question à laquelle elles permettent de répondre. Évaluation L élève peut dès le départ et à tout moment consulter les critères selon lesquels il sera évalué, collectivement et individuellement. La transparence est totale, puisque ce sont les grilles d évaluation critériée que l enseignant emploiera, que l élève peut télécharger. La répartition des points entre le travail de groupe, le travail individuel ainsi que le test est précisée. Il y a également une part d autoévaluation et de co-évaluation : une grille d évaluation est proposée pour le travail de groupe, qui doit être remplie par chaque élève, par ses camarades et par le professeur, concernant la capacité de chacun à travailler en groupe, et sur le contenu de la page Web réalisée. 14

16 Prolongement Comme indiqué précédemment, les élèves ont connaissance du fait que la seconde étape de l activité s effectue de manière individuelle. Pour prolonger la partie principale de la cyberenquête par groupes de trois, chaque élève doit réaliser seul une mini-cyberenquête complémentaire, concernant quatre questions à propos de deux volcans spécifiques. Cette étape vise à consolider les apprentissages effectués de manière collaborative ; elle peut également servir de motivation dans la première étape, afin que chacun s investisse dans le travail de groupe ; enfin, le travail individuel permet de vérifier les acquis mémorisés en groupe. Cette démarche relève d un apprentissage individualisé où les enseignants prennent soin d accompagner chaque élève dans l acquisition de savoirs. Manuel de l enseignant En apparence, aucun manuel de l enseignant n est disponible sur le site. Toutefois nous n en sommes pas restés là, et avons pris contact avec les créateurs de cette cyberenquête. En réalité, le déroulement du scénario pédagogique a été conçu de manière collaborative au fil d un Blog (accès : ; la leçon n 1 est par exemple décrite ici : php.educanet2.ch/animinfo/comptes_rendus/index.php?p=25). Nous avons dès lors fait part aux concepteurs de notre regret quant à l absence d un scénario disponible et facilement utilisable, qui permettrait le partage de cette cyberenquête avec la communauté Internet, étant donné que c est l esprit de ce mode d apprentissage. Notre remarque leur a paru tout à fait pertinente, afin de permettre à leur travail de vivre de manière plus large ; ils envisagent dès lors au minimum un lien vers le Blog, et éventuellement la rédaction d un manuel plus «digeste» dans la mesure de leurs disponibilités temporelles. c) Adultes en formation continue Titre et accès Vous êtes créateur d entreprise, Introduction Le sommaire de la cyberenquête destinée aux adultes baptisée simulation plutôt que cyberenquête sur le site de l AFT (Alliance française de Toulouse), qui propose des ressources pour l apprentissage du français langue étrangère introduit l apprenant dans le cœur du sujet par le texte qui suit : Vous allez créer une entreprise. Pour augmenter grandement les chances de succès de votre future entreprise, vous devez respecter les étapes chronologiques. Trois grandes phases sont à considérer : dans un premier temps, vous imaginerez un produit à vendre ou un service à réaliser. Ensuite, vous effectuerez les études (commerciale, financière, juridique) nécessaires à la réalisation de votre projet. Enfin, vous recruterez votre personnel. Même si ce projet de création d entreprise est purement imaginaire, vous vous référerez au contexte économique et commercial français d aujourd hui. Vous constituerez un dossier faisant état de votre travail ; vous le présenterez aux autres apprenants de votre groupe et le défendrez. Ces derniers évalueront la pertinence de vos choix. 15

17 Dans ce texte introductif de la cyberenquête, les trois tâches à effectuer (imaginer un produit, effectuer différentes études, recruter du personnel) ainsi que le type d évaluation (présentation orale de son dossier devant le groupe) sont donc déjà évoquées brièvement. Dès le point de départ, l apprenant sait ce qui est attendu de lui. Le sommaire offre également plusieurs liens : - vers la page d accueil de l AFT ; - vers le sommaire des autres cyberenquêtes (simulations) disponibles ; - vers chacune des trois tâches de la cyberenquête (pour chaque tâche figure un bref résumé descriptif de celle-ci) ; - vers les critères d évaluation : plan détaillé de la présentation orale du dossier et test d autoévaluation (QCM de vocabulaire avec correction automatique). Tâche Chacune des trois tâches est expliquée avec beaucoup de détails. Tout d abord par un texte introductif général, par exemple pour la tâche 1 «L idée, à vous d agir!» : Tout projet de création d entreprise commence par une idée. Si par exemple, vous êtes passionné(e) de tennis, vous pouvez imaginer une raquette de tennis révolutionnaire ; ou si vous avez envie de travailler dans le tourisme, pourquoi ne pas ouvrir un hôtel perché dans un arbre. À vous donc de choisir le secteur d activité qui vous plaît et de décrire un produit ou un service au caractère novateur. Ensuite, les différentes étapes sont explicitées précisément : - concevoir son produit (l imaginer, en donner une définition précise, le dessiner et lui donner un nom, enfin le présenter aux autres membres du groupe un plan de la présentation est donné) ; - la protection de son idée (visite du site de l INPI pour répondre à trois questions concernant le rôle de l INPI, l enveloppe Soleau, et la définition distincte de brevet et de marque ; ensuite rédaction d une lettre adressée à l INPI pour protéger son idée). Les tâches 2 et 3 de la cyberenquête sont également présentées en détail, via un texte descriptif assez long et au vocabulaire complexe. Nous n avons pas jugé nécessaire de mentionner ici toutes leurs étapes, vu l étendue du dispositif. 16

18 En effet, la tâche 2 «Les différentes études» est subdivisée en trois parties (étude commerciale, étude financière, étude juridique) qui peuvent en fait être considérées chacune comme une tâche à part entière vu la quantité requise de travail pour les réaliser. La tâche 3 «Les ressources humaines», si elle n est pas divisée de la sorte en sous-tâches, n en est pas moins composée de plusieurs étapes indépendantes : - analyse du type de CV existant en France et rédaction de son CV ; - analyse des méthodes de recrutement et rédaction d une offre d emploi pour la recherche d une secrétaire ; - étude des notions importantes en droit du travail, puis déterminer quelques modalités de travail au sein de son entreprise (type de contrat, type d horaire, etc.). Méthode Comme nous venons de l indiquer ci-dessus, chacune des trois tâches à réaliser est présentée en détails, sous forme d étapes. Les consignes sont très précises, l apprenant n est jamais «dans le flou» tellement précises que le niveau de français requis nous semble très élevé (de même que celui des sites officiels français à consulter). D autre part, ces différentes consignes sont noyées dans un texte continu, les étapes nous semblent donc insuffisamment mises en évidence et distinguées les unes des autres. La présence et le soutien du professeur nous semblent donc nécessaires nous verrons que c est ce qui est prévu lorsque nous évoquerons le manuel de l enseignant. L apprenant sait qu il doit réaliser l ensemble des tâches pour se constituer un dossier écrit, en vue d une présentation orale de celui-ci au groupe. Ressources Les tâches requièrent de l apprenant la consultation de sites Internet officiels destinés aux créateurs d entreprise français : ceux de l INPI, de l INSEE, de la Chambre de commerce et d industrie de Toulouse, du CREDOC, de l INC. Il s agit donc du type principal de ressources. Mais il est également conseillé à l étudiant de consulter éventuellement des livres, par exemple concernant la rédaction d un CV en français. Les ressources nécessaires sont mentionnées pour chaque étape de chaque tâche, au fur et à mesure de la réalisation de celles-ci. Évaluation Nous l avons vu, le mode d évaluation est présenté brièvement dès l introduction de la cyberenquête. Il s agit donc d une part de la présentation orale devant le groupe du dossier réalisé lors de la cyberenquête ; le plan détaillé est disponible via un lien sur la page de sommaire et peut être téléchargé au format RTF. Il peut être considéré comme une grille d évaluation critériée. L autre modalité d évaluation consiste en un questionnaire à choix multiples concernant le vocabulaire spécialisé rencontré lors de la cyberenquête, avec correction automatique. Prolongement La présentation orale du dossier réalisé lors de la cyberenquête peut être considérée comme un prolongement de celle-ci, puisqu elle mobilise les acquis et requiert de l étudiant la compétence d expression orale, moins souvent travaillée lors de la cyberenquête que les compétences rédactionnelles et de compréhension à la lecture. 17

19 Manuel de l enseignant En retournant sur la page d accueil de l AFT à partir de la page de la cyberenquête, il est possible de consulter la «fiche d exploitation» relative à la cyberenquête, destinée au professeur. Celle-ci mentionne de nombreuses consignes concernant le public visé, les objectifs de la cyberenquête, les tâches, les ressources (Internet et autres), le temps à y consacrer (environ 50 heures, à raison de deux séances de 3h30 pour chaque séquence de la cyberenquête qui en compte sept). Le déroulement de chacune des séquences est évoqué de façon précise. Voici le libellé de celles-ci : séquence 1, test initial + présentation du monde des affaires ; séquence 2, l idée, à vous d agir! ; séquence 3, l étude commerciale ; séquence 4, l étude financière ; séquence 5, l étude juridique ; séquence 6, les ressources humaines ; séquence 7, présentation du dossier + autoévaluation. Il est également précisé que le professeur doit prévoir une synthèse en commun pour le groupe-classe à la fin de chaque séance. L évaluation est elle aussi abordée, mais sans information supplémentaire par rapport à celle donnée à l étudiant, en renvoyant le professeur au plan de la présentation orale et au QCM. 8. Nécessité de points de comparaison supplémentaires Suite à la description des trois scénarii pédagogiques choisis selon la trame standard d une cyberenquête (telle que détaillée au point 5 de notre chapitre), il nous a semblé nécessaire d ajouter deux paramètres d analyse. Le premier paramètre concerne la forme, l apparence des cyberenquêtes, et est important et pertinent pour juger de leur qualité. Sur cet aspect formel repose en effet une partie de l attractivité (complément à l originalité du thème) du scénario pédagogique. Il s agit du fond d écran (blanc/vide, ou une image), du type de police utilisé, de la mise en page, ainsi que de la présence ou non d illustrations, de leur qualité technique, de leur intérêt et de leur pertinence pour le sujet. Le second paramètre se rapporte aux données indiquant l identité de la cyberenquête. Nous avons ajouté quelques critères permettant d établir la «Fiche d identité» d une cyberenquête, à savoir la date de la dernière mise à jour, la présence ou l absence d informations sur les concepteurs, et la présence ou l absence d un moyen de contacter ces derniers. 9. Analyse comparée des trois cyberenquêtes adoptées Introduction Les élèves du primaire sont rapidement orientés vers les liens des tâches mis en évidence dans un tableau. Ils pourront découvrir le Carnaval de Venise à l époque de Vivaldi. Toutefois, on peut se poser la question sur l éveil de l intérêt parce que les élèves doivent cliquer sur le lien «Pour les enseignants» afin d obtenir les informations concernant la démarche, le mode d évaluation. Oseront-ils cliquer sur un lien dévolu aux enseignants? Peu de texte, absence d image, cette cyberenquête donne-t-elle envie à ces enfants du primaire de découvrir Vivaldi? A contrario, la cyberenquête en secondaire met en scène et représente un défi pour les élèves. Ceuxci sont d emblée accrochés par une image-choc, le corps conservé dans la lave d une victime de Pompéi. Cette vision morbide contraste avec l arrière-plan de la page d accueil qui est colorée avec un volcan en éruption. Qui plus est, l élève est questionné : «Pourquoi vivre près d un volcan?». S ajoute un texte introductif et une mission qui devraient susciter l intérêt des élèves en secondaire. En bref, dès la page d accueil, l élève est plongé au cœur du thème de la cyberenquête, et au cœur 18

20 du thème des volcans ainsi que des questions et des peurs qu ils suscitent. Le thème de la cyberenquête est présenté clairement, avec relativement peu de texte à lire. Quant à l adulte, s il connaît l objectif de créer une entreprise ainsi que la démarche pour y parvenir, il n est guère guidé, voire motivé par des images ou des pages colorées. L introduction se limite à un paragraphe de texte, sans mise en page particulièrement originale. La mise en scène suffit-elle pour ces adultes en quête d apprentissage du français ou de création d entreprise? Cela dit, nous pouvons nous interroger sur la pertinence des pages d accueil garnies d images, de logos, de publicités et autres artifices clignotants, alors que d autres sites présentent des textes longs et compliqués transcrits avec une police réduite qui demande une concentration extrême au lecteur. Il nous paraît nécessaire de tenir compte de l âge des lecteurs. Par exemple, les jeunes élèves en primaire pourraient être choqués de voir le corps conservé dans la lave d une victime de Pompéi, sur la page d accueil des volcans. Au même titre, que diraient les élèves du secondaire des quelques notes en couleurs placées sous le tableau de la page d accueil chez Vivaldi? Que pensent les adultes de ces pages introductives? Tâche Les tâches sont clairement exposées dans les cyberenquêtes choisies. Que ce soit en primaire, en secondaire ou en formation d adultes, les participants savent exactement ce qu ils doivent exécuter et produire. Les outils sont à disposition pour chaque activité ; il peut s agir d un lien, de matériel tels que papier et crayon, ou de formulaires tels que contrat-type ou fiche d horaire. Nous pouvons émettre l hypothèse que les enseignants sont davantage habiles à décrire une activité et identifier les moyens d exécution que de trouver une page d introduction captivante, soumettant un défi que l apprenant entreprenne sans tarder. Toutefois, à leur décharge, les interprétations sont multiples, individuelles. Il est difficile de créer une page introductive qui fasse sensation. Certains apprenants sont captivés par l image, d autres par le texte. Néanmoins, le mixage texte-images semble un compromis pertinent. Seule la cyberenquête du secondaire sur les volcans offre une adéquation texte / images. Méthode Les différentes étapes des tâches sont décrites précisément dans les trois cyberenquêtes. En primaire et en formation d adultes, l exécution des tâches est individuelle. Par contre en secondaire, une première étape s effectue de manière collaborative par groupes de trois. Puis, chaque élève poursuit son travail individuellement. Le calendrier est défini à cet endroit de la démarche, mais les trois cyberenquêtes ne le mettent pas en évidence. Comme si le calendrier n était pas une priorité pour les élèves, mais un point de repère uniquement pour les enseignants. Cela nous paraît une erreur, car la gestion du temps est une capacité importante à développer chez l apprenant. Dès lors, nous aurions souhaité la présence du calendrier ou un renvoi distinct en page d accueil et tout au long des activités proposées afin que les apprenants organisent leurs tâches et les recherches. Ressources Pour commencer, cela va sans dire, mais il convient tout de même de le spécifier ici, les trois cyberenquêtes proposent des ressources dont le contenu est adapté à l âge des apprenants, et est en adéquation avec les notions étudiées ainsi que les compétences à atteindre. 19

Intégrer les TICE à ses stratégies d enseignement et d apprentissage : Typologie de 10 grands patrons d approches et d activités d apprentissage

Intégrer les TICE à ses stratégies d enseignement et d apprentissage : Typologie de 10 grands patrons d approches et d activités d apprentissage Par Emmanuelle Villiot-Leclercq (IUFM de Grenoble-UJF), Document placé sous licence Creative Commons BY-NC-ND Octobre 2011 Intégrer les TICE à ses stratégies d enseignement et d apprentissage : Typologie

Plus en détail

Les services en ligne

Les services en ligne X Les services en ligne (ressources partagées, cahier de texte numérique, messagerie, forum, blog ) Extrait de l étude «Le développement des usages des TICE dans l enseignement secondaire», 2005-2008 SDTICE

Plus en détail

Plates-formes de téléformation et modèles pédagogiques

Plates-formes de téléformation et modèles pédagogiques POYET Françoise, (7095) Introduction Plates-formes de téléformation et modèles pédagogiques Depuis quelques années, on assiste à une stabilisation informatique des Technologies de l Information et de la

Plus en détail

Le travail de maturité (TM) au Gymnase français

Le travail de maturité (TM) au Gymnase français Plan d'études Gymnase français de Bienne 9 Le (TM) au Gymnase français 2. Objectifs 3. Dispositif 3. Cadre du 3.. Choix du domaine et du sujet du 3..2 Organisation du 3..3 Déroulement du 3..4 Forme du

Plus en détail

Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif»

Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif» Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif» Chaque parcours pourra compléter ce cadrage général par un cadrage spécifique au parcours prenant

Plus en détail

Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire

Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire Type d outil : Outil pour favoriser la mise en mémoire et développer des démarches propres à la gestion mentale. Auteur(s) : Sarah Vercruysse,

Plus en détail

En direct de la salle de presse du Journal virtuel

En direct de la salle de presse du Journal virtuel Français En direct de la salle de presse du Journal virtuel Écrire des textes variés Guide En direct de notre salle de presse Guide R ENSEIGNEMENTS GÉNÉRA UX EN DIRECT DE NOTRE SA LLE DE PRESSE MISE À

Plus en détail

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

M@gistère Glossaire des outils

M@gistère Glossaire des outils DSDEN du Rhône M@gistère Glossaire des outils Les blocs : bandeau gris Nous vous présentons les items que nous avons testés qui nous paraissent fonctionner. L astérisque devant le nom d un bloc indique

Plus en détail

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Parmi les trois domaines d activités proposés aux élèves volontaires dans le cadre de l accompagnement éducatif, «l aide aux devoirs

Plus en détail

WEBLINGUA : un outil en ligne pour l enseignement / apprentissage des langues

WEBLINGUA : un outil en ligne pour l enseignement / apprentissage des langues SEMAFORAD-2, Seconde édition : 12,13 et 14 Novembre 2005 - Université de Bejaia WEBLINGUA : un outil en ligne pour l enseignement / apprentissage des langues Petitgirard Jean-Yves. Enseignant-chercheur

Plus en détail

«L utilisation d un intranet permet-il la mise en place d un travail collaboratif et/ou coopératifs? Pour quelles compétences?»

«L utilisation d un intranet permet-il la mise en place d un travail collaboratif et/ou coopératifs? Pour quelles compétences?» «L utilisation d un intranet permet-il la mise en place d un travail collaboratif et/ou coopératifs? Pour quelles compétences?» Introduction Le travail que nous présentons ici repose sur une expérience

Plus en détail

Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015

Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015 Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015 1 LA REDACTION DU RAPPORT DE STAGE Le mémoire ne doit pas consister à reprendre tels quels des documents internes de l entreprise ou

Plus en détail

DOMAINE DE LA MATHÉMATIQUE, DE LA SCIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE

DOMAINE DE LA MATHÉMATIQUE, DE LA SCIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE ÉCOLE SECONDAIRE DE MIRABEL GUIDE DE CHOIX DE COURS 2015-2016 Quatrième secondaire CHOIX D OPTIONS DOMAINE DE LA MATHÉMATIQUE, DE LA SCIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE SÉQUENCE CULTURE, SOCIÉTÉ ET TECHNIQUE

Plus en détail

Spécialité auxiliaire en prothèse dentaire du brevet d études professionnelles. ANNEXE IIb DEFINITION DES EPREUVES

Spécialité auxiliaire en prothèse dentaire du brevet d études professionnelles. ANNEXE IIb DEFINITION DES EPREUVES ANNEXE IIb DEFINITION DES EPREUVES 51 Epreuve EP1 : ANALYSE ET COMMUNICATION TECHNOLOGIQUES UP1 Coefficient 4 Finalité et objectifs de l épreuve L épreuve vise à évaluer la capacité du candidat à mobiliser

Plus en détail

Lire pour préparer un travail

Lire pour préparer un travail Leçon LA LECTURE 5 Choisir ses sources documentaires 1 EFFICACE Lire pour préparer un travail Leçon 5 Choisir ses sources documentaires Avertissement Dans la présente leçon, on se préoccupe du choix adéquat

Plus en détail

LIRE POUR EXPRIMER. PAGE 1... Toboggan n 402

LIRE POUR EXPRIMER. PAGE 1... Toboggan n 402 RUBRIQUE TobDOC : Bienvenue à Versailles! (P. 8 à 13) DOMAINES D ACTIVITÉ Lecture Découverte du monde : structuration du temps Langue orale Compréhension Vocabulaire Pratiques artistiques et histoire des

Plus en détail

1 Objectifs généraux du travail avec la vidéo. A quoi sert le travail sur des documents vidéo en classe de FLE?

1 Objectifs généraux du travail avec la vidéo. A quoi sert le travail sur des documents vidéo en classe de FLE? Module sur l utilisation de la vidéo en classe de français langue étrangère JEAN-MICHEL DUCROT Coordinateur de programmes pédagogiques à Alep-Syrie. Responsable du Centre de Documentation Pédagogique d'alep,

Plus en détail

GUIDE METHODOLOGIQUE POUR REALISER UNE THESE QUALITATIVE. I. La démarche pas à pas. Lire la bibliographie : thèses, articles

GUIDE METHODOLOGIQUE POUR REALISER UNE THESE QUALITATIVE. I. La démarche pas à pas. Lire la bibliographie : thèses, articles GUIDE METHODOLOGIQUE POUR REALISER UNE THESE QUALITATIVE I. La démarche pas à pas Date Démarche Trouver un sujet qui vous intéresse Lire la bibliographie : thèses, articles Participer au séminaire «thèse»

Plus en détail

FICHE N 8 Photodiversité, d une banque d images à un portail d activités en ligne Anne-Marie Michaud, académie de Versailles

FICHE N 8 Photodiversité, d une banque d images à un portail d activités en ligne Anne-Marie Michaud, académie de Versailles FICHE N 8 Photodiversité, d une banque d images à un portail d activités en ligne Anne-Marie Michaud, académie de Versailles Niveaux et thèmes de programme Sixième : 1 ère partie : caractéristiques de

Plus en détail

PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE

PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE Proposition d aide à la mise en œuvre pédagogique Domaine : SE CULTIVER ET SE DIVERTIR Programme National de pilotage Séminaire «Mise en œuvre pédagogique

Plus en détail

Réglage des modes d inscription Accès invité sans clé

Réglage des modes d inscription Accès invité sans clé Mode d'emploi de cette grille d'analyse : En équipe, passez en revue les différents points, surlignez les éléments qui doivent être retravaillés en attribuant par exemple une couleur différente à chaque

Plus en détail

INFORM@TIQUE PROGRAMME PROVISOIRE. Degré 9 (1CO)

INFORM@TIQUE PROGRAMME PROVISOIRE. Degré 9 (1CO) INFORM@TIQUE PROGRAMME PROVISOIRE Degré 9 (1CO) DECS SE, mai 2011 PREAMBULE L ordinateur et les moyens multimédias en général font partie du quotidien des élèves. Ils sont utilisés comme instruments de

Plus en détail

Formation Août 2013 Michèle Garello, IEN économie gestion Caroline Natta, professeur

Formation Août 2013 Michèle Garello, IEN économie gestion Caroline Natta, professeur Formation Août 2013 Michèle Garello, IEN économie gestion Caroline Natta, professeur Déroulement des deux journées Mardi 26 Matin : Intervention des IEN Jeudi 29 Matin : Production en binôme. Après-midi

Plus en détail

Formations de formateurs

Formations de formateurs Formations de formateurs Document élaboré lors du séminaire en ingénierie de la formation au CREFECO (10-14 octobre 2011) animé par Michel Boiron, directeur du CAVILAM Alliance française Contenu Définition

Plus en détail

Un outil de communication et de Formation Agricole au service des jeunes ruraux

Un outil de communication et de Formation Agricole au service des jeunes ruraux Un outil de communication et de Formation Agricole au service des jeunes ruraux Tablette Verte Plan Contexte Présentation de la Tablette Verte Objectifs Consistance Avantages Contexte Une forte affluence

Plus en détail

Des quiz en toute mobilité 3. Des quiz en toute mobilité

Des quiz en toute mobilité 3. Des quiz en toute mobilité Des quiz en toute mobilité 3 Des quiz en toute mobilité 4 Des quiz en toute mobilité Pour une pédagogie différenciée L objectif ici était de proposer un outil d évaluation accessible aux élèves en dehors

Plus en détail

En choisissant l option Créer une ligne du temps, vous accédez à la page à partir de laquelle vous construirez une nouvelle ligne du temps.

En choisissant l option Créer une ligne du temps, vous accédez à la page à partir de laquelle vous construirez une nouvelle ligne du temps. TUTORIEL DE L APPLICATION WEB DE LA LIGNE DU TEMPS L application Web de la Ligne du temps du Service national du RÉCIT de l univers social permet de créer une ligne de temps ou un scénario, ou encore d

Plus en détail

Professionnalisation en FLE

Professionnalisation en FLE Formation continue à distance des professeurs de français langue étrangère Présentation du programme de formation à distance et modalités de diffusion Table des matières 1. Préambule... 4 2. Présentation

Plus en détail

PerfecTIC. Droit de parole dans le Web. Pour les élèves : 15 à 30 minutes par forum

PerfecTIC. Droit de parole dans le Web. Pour les élèves : 15 à 30 minutes par forum PerfecTIC Description générale Titre Droit de parole dans le Web Objectif d apprentissage Exprimer de façon ouverte, cohérente et nuancée son opinion personnelle sur un sujet donné Résumé Lorsqu un thème

Plus en détail

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie)

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Musique instrumentale (deuxième partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Mai 2005 This document is available

Plus en détail

Plateforme AnaXagora. Guide d utilisation

Plateforme AnaXagora. Guide d utilisation Table des matières 1. PRESENTATION DE LA PLATE-FORME D APPRENTISSAGE ANAXAGORA... 3 2. ARCHITECTURE FONCTIONNELLE... 4 3. L APPRENTISSAGE... 5 3.1. L ESPACE DE TRAVAIL... 5 3.1.1. Le calendrier... 5 4.

Plus en détail

Cours Informatique de base INF-B101-2. Alphabétisation

Cours Informatique de base INF-B101-2. Alphabétisation Cours Informatique de base INF-B101-2 Alphabétisation Présentation du cours Informatique de base «La curiosité mène à tout : parfois à écouter aux portes, parfois à découvrir l'amérique.» José Maria Eça

Plus en détail

Compte rendu de la formation

Compte rendu de la formation BILAN QUALITATIF ET QUANTITATIF 12 participants 18 heures de formation sur 3 jours 9 associations de 2 départements représentées (75 et 94) Evaluation orale et bilan individuel écrit effectuée en fin de

Plus en détail

Synthèse «Le Plus Grand Produit»

Synthèse «Le Plus Grand Produit» Introduction et Objectifs Synthèse «Le Plus Grand Produit» Le document suivant est extrait d un ensemble de ressources plus vastes construites par un groupe de recherche INRP-IREM-IUFM-LEPS. La problématique

Plus en détail

Parcours de découverte des métiers et des formations

Parcours de découverte des métiers et des formations Parcours de découverte des métiers et des formations Objectifs Acteurs Contenu Ressources OBJECTIFS GENERAUX (et pédagogiques) Acquérir une culture sur les métiers, le monde économique et les voies de

Plus en détail

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Référence : Circulaire n 2010-037 du 25 février 2010 relative au dispositif d'accueil, d'accompagnement et de formation des enseignants

Plus en détail

Université de Haute Alsace. Domaine. Sciences Humaines et Sociales. MASTER Mention Éducation, Formation, Communication UHA, ULP, Nancy 2

Université de Haute Alsace. Domaine. Sciences Humaines et Sociales. MASTER Mention Éducation, Formation, Communication UHA, ULP, Nancy 2 Centre Universitaire de Formation des Enseignants & des Formateurs Laboratoire Interuniversitaire de Sciences de l Education et de la Communication Université de Haute Alsace Domaine Sciences Humaines

Plus en détail

Quelques exemples d utilisation de documents pédagogique multimédia pris en formation de formateurs à la méthodologie documentaire.

Quelques exemples d utilisation de documents pédagogique multimédia pris en formation de formateurs à la méthodologie documentaire. Quelques exemples d utilisation de documents pédagogique multimédia pris en formation de formateurs à la méthodologie documentaire. Jean-Noël Gérard BU Lettres, SCD Nancy II Jean-noel.Gerard@bu.univ-nancy2.fr

Plus en détail

LECTURE CRITIQUE. Accompagner les enseignants et formateurs dans la conception d une formation en ligne

LECTURE CRITIQUE. Accompagner les enseignants et formateurs dans la conception d une formation en ligne LECTURE CRITIQUE Accompagner les enseignants et formateurs dans la conception d une formation en ligne Christian Ernst E-learning. Conception et mise en œuvre d un enseignement en ligne Guide pratique

Plus en détail

Une situation d'apprentissage du lexique en MS Les activités gymniques

Une situation d'apprentissage du lexique en MS Les activités gymniques Cette séquence permet l acquisition des compétences nécessaires à la construction des connaissances : - Connaître et enrichir le lexique de base de l action «se déplacer» : marcher, ramper, courir, grimper-escalader,

Plus en détail

OBJECTIFS DE CE GUIDE... 5 QU EST-CE QU UN DOCUMENT ACCESSIBLE... 5 LA STRUCTURE D UN DOCUMENT... 6 LES TITRES ET LES SOUS-TITRES...

OBJECTIFS DE CE GUIDE... 5 QU EST-CE QU UN DOCUMENT ACCESSIBLE... 5 LA STRUCTURE D UN DOCUMENT... 6 LES TITRES ET LES SOUS-TITRES... Diffusion de l information dans Internet Guide de création de documents Word accessibles 5 novembre 2009 OBJECTIFS DE CE GUIDE... 5 QU EST-CE QU UN DOCUMENT ACCESSIBLE... 5 LA STRUCTURE D UN DOCUMENT...

Plus en détail

N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse. 1. Problématique

N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse. 1. Problématique N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse CONSTRUCTION IDENTITAIRE DES ENSEIGNANTS EN FORMATION INTIALE : ENTRE REPRESENTATIONS PARTAGEES ET ELEMENTS DE DIFFERENCIATION DANS LE RAPPORT AU METIER 1. Problématique L étude

Plus en détail

Tout au long de l année

Tout au long de l année Objectifs Familiariser les élèves avec le relevé d informations sur un journal de bord. Apprendre aux élèves à utiliser des instruments d observation scientifiques. Réaliser des dessins d observations

Plus en détail

SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE. alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT

SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE. alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT SOCLE COMMUN ET PROGRAMMES La référence pour la rédaction

Plus en détail

Crea Learning Manuel utilisateur

Crea Learning Manuel utilisateur Crea Learning Manuel utilisateur LOGIPRO : 2 rue Pierret Cité Négocia 43000 Le Puy Tél. : 04 71 09 15 53 Fax : 04 69 96 06 25 E-mail : logipro@logipro.com Site web :www.logipro.com TABLE DES AUTEURS/LECTEURS

Plus en détail

Espaces numériques de formation Tableau de présentation synthétique des usages pédagogiques

Espaces numériques de formation Tableau de présentation synthétique des usages pédagogiques Espaces numériques de formation Tableau de présentation synthétique des usages pédagogiques Le dispositif Présentiel «animé» utilise l'espace numérique pour projeter un support de cours, de la même manière

Plus en détail

La création d un livre pour enfants Projet pour le site Web Page par page : La création d un livre pour enfants de la Bibliothèque nationale du Canada

La création d un livre pour enfants Projet pour le site Web Page par page : La création d un livre pour enfants de la Bibliothèque nationale du Canada La création d un livre pour enfants Projet pour le site Web Page par page : La création d un livre pour enfants de la Bibliothèque nationale du Canada Les enfants sont exposés aux livres illustrés tôt

Plus en détail

Manuel d utilisation pour les formateurs

Manuel d utilisation pour les formateurs Manuel d utilisation pour les formateurs Bienvenue! Vous êtes formateur/trice d enseignants ou de formateurs, ce manuel est fait pour vous! Il a pour objectif de vous guider dans l utilisation des deux

Plus en détail

UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2. Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré

UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2. Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2 Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré ESPE Lille Nord de France Année 2014-2015 Cette note de cadrage a pour but d aider les collègues

Plus en détail

Exemples de différenciations pédagogiques en classe. Elémentaires Collèges. Ordinaires & ASH

Exemples de différenciations pédagogiques en classe. Elémentaires Collèges. Ordinaires & ASH Exemples de différenciations pédagogiques en classe. Elémentaires Collèges Ordinaires & ASH PRESENTATION ESPRIT DES OUTILS PRESENTES L objectif de cette plaquette est de proposer des tours de mains aux

Plus en détail

Les documents primaires / Les documents secondaires

Les documents primaires / Les documents secondaires Les documents primaires / Les documents secondaires L information est la «matière première». Il existe plusieurs catégories pour décrire les canaux d information (les documents) : - Les documents primaires

Plus en détail

Concevoir son premier espace de cours sur la plateforme pédagogique Moodle

Concevoir son premier espace de cours sur la plateforme pédagogique Moodle Concevoir son premier espace de cours sur la plateforme pédagogique Moodle Formation URFIST 19 mars 2013 Formatrice : Florie Brangé Description de la formation Nom : Concevoir son premier espace de cours

Plus en détail

INF 1250 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES. Guide d étude

INF 1250 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES. Guide d étude INF 1250 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES Guide d étude Sous la direction de Olga Mariño Télé-université Montréal (Québec) 2011 INF 1250 Introduction aux bases de données 2 INTRODUCTION Le Guide d étude

Plus en détail

utiliser un Macintosh dans la classe

utiliser un Macintosh dans la classe utiliser un Macintosh dans la classe Philippe DESSUS Pascal MARQUET Le Macintosh Les dessins Les textes Les nombres Préparer et gérer sa classe Évaluer des logiciels SOMMAIRE AVANT-PROPOS...5 Les grandes

Plus en détail

CRÉER UN COURS EN LIGNE

CRÉER UN COURS EN LIGNE Anne DELABY CRÉER UN COURS EN LIGNE Deuxième édition, 2006, 2008 ISBN : 978-2-212-54153-3 2 Que recouvre le concept d interactivité? Dans une perspective de cours en ligne, une activité interactive est

Plus en détail

SOMMAIRE. Choisissez l efficacité pour faire du rapid learning! version 3

SOMMAIRE. Choisissez l efficacité pour faire du rapid learning! version 3 version 3 SOMMAIRE Sommaire... 1 Présentation d elearning animgallery 3... 2 TvLearn... 4 La conversion «Powerpoint to flash»... 7 La création d un didacticiel... 7 L animation de contenus... 9 La création

Plus en détail

INTRANET: Pédagogie générale

INTRANET: Pédagogie générale INTRANET: Pédagogie générale Les objectifs généraux : trois axes fondamentaux et trois types d activités associées. Les outils : A. Le cahier d ordinateur. B. Le projet de classe. C. Les projets personnels.

Plus en détail

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI ()

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () I. Se donner une compréhension de ce qu est ou pourrait être le socle. A. Une lecture critique de ces 50

Plus en détail

NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2

NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2 NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2 Résultats aux évaluations nationales CM2 Annexe 1 Résultats de l élève Compétence validée Lire / Ecrire / Vocabulaire / Grammaire / Orthographe /

Plus en détail

Faire parvenir les documents suivants à l agent de soutien du programme

Faire parvenir les documents suivants à l agent de soutien du programme Reconnaissances des acquis Crédits d équivalence et exemptions Prendre note : Il n y a aucun frais associés au processus d évaluation du dossier Tous les participants au programme doivent obtenir des crédits

Plus en détail

Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire

Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire 1. Ce que disent les plans d études vaudois Dans la partie consacrée aux finalités de l école vaudoise, le Plan d Etudes Vaudois (PEV) note à propos

Plus en détail

Organiser des groupes de travail en autonomie

Organiser des groupes de travail en autonomie Organiser des groupes de travail en autonomie Frédérique MIRGALET Conseillère pédagogique L enseignant travaille avec un groupe de niveau de classe et le reste des élèves travaille en autonomie. Il s agira

Plus en détail

un projet pédagogique, écologique, technologique et sportif élaboré par des enseignants pour la communauté éducative.

un projet pédagogique, écologique, technologique et sportif élaboré par des enseignants pour la communauté éducative. L association présente un projet pédagogique, écologique, technologique et sportif élaboré par des enseignants pour la communauté éducative. SOMMAIRE La présentation de l aventure Le schéma du projet Nos

Plus en détail

REDIGER UN COMPTE RENDU DE TYPE JOURNALISTIQUE

REDIGER UN COMPTE RENDU DE TYPE JOURNALISTIQUE FICHE MEDIAS N 1 REDIGER UN COMPTE RENDU DE TYPE JOURNALISTIQUE A l'attention des enseignants des cycles II et III Initiative de sensibilisation au handicap mental l'écolensemble Objectifs pédagogiques

Plus en détail

Organiser des séquences pédagogiques différenciées. Exemples produits en stage Besançon, Juillet 2002.

Organiser des séquences pédagogiques différenciées. Exemples produits en stage Besançon, Juillet 2002. Cycle 3 3 ème année PRODUCTION D'ECRIT Compétence : Ecrire un compte rendu Faire le compte rendu d'une visite (par exemple pour l'intégrer au journal de l'école ) - Production individuelle Précédée d'un

Plus en détail

Je me familiarise avec l ordinateur et son système d exploitation. Apprendre à utiliser les TIC dans la vie de tous les jours

Je me familiarise avec l ordinateur et son système d exploitation. Apprendre à utiliser les TIC dans la vie de tous les jours Je me familiarise avec l ordinateur et son système d exploitation Cahier de formation 1 Apprendre à utiliser les TIC dans la vie de tous les jours Programme ordinateur de Je Passe Partout Document produit

Plus en détail

Les épreuves de sélection au concours d entrée décrites dans l arrêté du 31 juillet 2009 sont différentes selon la formation initiale des candidats.

Les épreuves de sélection au concours d entrée décrites dans l arrêté du 31 juillet 2009 sont différentes selon la formation initiale des candidats. PROGRAMME 2015-2016 I - LE CONCOURS : Les épreuves de sélection au concours d entrée décrites dans l arrêté du 31 juillet 2009 sont différentes selon la formation initiale des candidats. L IFSI de Villefranche

Plus en détail

Brevet informatique et internet - Collège

Brevet informatique et internet - Collège Brevet informatique et internet - Collège DOMAINE N 1 S'approprier un environnement informatique de travail C. P. : Un environnement informatique permet d acquérir, stocker, traiter des données codées

Plus en détail

4.3 L exploitation d un document vidéo. Outils pour la classe.

4.3 L exploitation d un document vidéo. Outils pour la classe. 4.3 L exploitation d un document vidéo. Outils pour la classe. Utiliser un document vidéo en classe de langue ce n est pas regarder ensemble la télévision mais le visionner en organisant sa découverte

Plus en détail

«Dire et écrire» pour réaliser une composition en travail collaboratif en géographie. Agnès Dullin, lycée J. Racine 20 rue du Rocher, 75008 Paris

«Dire et écrire» pour réaliser une composition en travail collaboratif en géographie. Agnès Dullin, lycée J. Racine 20 rue du Rocher, 75008 Paris «Dire et écrire» pour réaliser une composition en travail collaboratif en géographie Agnès Dullin, lycée J. Racine 20 rue du Rocher, 75008 Paris OBJECTIFS 1- Niveau et insertion dans la programmation 2-

Plus en détail

Le contexte de mise en place

Le contexte de mise en place Le contexte de mise en place Depuis 2006, l Ecole des mines de Saint-Etienne collabore avec la main à la pâte, la direction des services départementaux de l éducation nationale de la Loire, et les autorités

Plus en détail

Réaliser un journal scolaire

Réaliser un journal scolaire Réaliser un journal scolaire 1/ Connaître le journal et ses contenus Pour que les élèves puissent à leur tour devenir producteurs, il faut absolument qu ils apprennent à connaître le journal et ses contenus.

Plus en détail

D ordre personnel et social, méthodologique, intellectuel, de la communication

D ordre personnel et social, méthodologique, intellectuel, de la communication Activité : La sculpture au temps du Moyen-Âge Période : Moyen-Âge Technique : sculpture Cycle : 1 re année du 3 e cycle Site Web : www.cslaval.qc.ca/lignedutemps But du projet de la ligne du temps virtuelle

Plus en détail

Qu est-ce qu une tâche?

Qu est-ce qu une tâche? Qu est-ce qu une tâche? «Tâches», «Perspective actionnelle», «activités centrées sur le sens» Ce sont des concepts dont on entend beaucoup parler dans notre profession, mais que signifient-ils exactement?

Plus en détail

Différencier, d accord oui mais comment organiser sa classe.

Différencier, d accord oui mais comment organiser sa classe. Différencier, d accord oui mais comment organiser sa classe. Quand on est convaincu que l on ne peut pas travailler tout le temps avec toute sa classe en même temps et que l on souhaite mettre en place

Plus en détail

Portefeuille. Bénévolat. de compétences. Modes d emploi pour. Tout bénévole Les jeunes Les actifs Les responsables d associations

Portefeuille. Bénévolat. de compétences. Modes d emploi pour. Tout bénévole Les jeunes Les actifs Les responsables d associations Bénévolat Portefeuille de compétences Modes d emploi pour Tout bénévole Les jeunes Les actifs Les responsables d associations Tout bénévole Votre mode d emploi Le Portefeuille de compétences vous aide

Plus en détail

PRÉPARER LA PREMIÈRE ÉPREUVE ORALE D ADMISSION OPTION EPS. DEVOIRS SUPPLÉMENTAIRES 1 et 2

PRÉPARER LA PREMIÈRE ÉPREUVE ORALE D ADMISSION OPTION EPS. DEVOIRS SUPPLÉMENTAIRES 1 et 2 CONCOURS DE RECRUTEMENT DE PROFESSEURS DES ÉCOLES PRÉPARER LA PREMIÈRE ÉPREUVE ORALE D ADMISSION OPTION EPS DEVOIRS SUPPLÉMENTAIRES 1 et 2 Rédaction Jean-Pierre GUICHARD Conseiller pédagogique en EPS Ministère

Plus en détail

Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage

Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage 00 : 00 ANIMATEUR : Bienvenue à cette série de quatre vidéos portant sur l évaluation du rendement. Depuis de nombreuses

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail

Demande de propositions

Demande de propositions Demande de propositions Visant la reconception graphique et la conception graphique régulière de la revue Education Canada de l Association canadienne d éducation Lancée par : L Association canadienne

Plus en détail

Nom de l application

Nom de l application Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Direction Générale des Etudes Technologiques Institut Supérieur des Etudes Technologiques de Gafsa Département Technologies de l Informatique

Plus en détail

LA CONCEPTION DIGITAL LEARNING

LA CONCEPTION DIGITAL LEARNING LA CONCEPTION DIGITAL LEARNING Définir et valider un projet de formation en e-learning ou mix-learning : Objectifs : Savoir évaluer l opportunité et la faisabilité de nouveaux dispositifs de formation

Plus en détail

agence-école LVB 2 en communication visuelle L Agence dans l école, l école dans l agence Un principe inédit : faire venir l entreprise dans l école.

agence-école LVB 2 en communication visuelle L Agence dans l école, l école dans l agence Un principe inédit : faire venir l entreprise dans l école. agence-école LVB 2 en communication visuelle L Agence dans l école, l école dans l agence Un principe inédit : faire venir l entreprise dans l école. établissement privé d enseignement supérieur technique

Plus en détail

Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement

Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement, MELS, novembre 2011 Page 1 Document

Plus en détail

Expression écrite : approche méthodologique et collaborative. Dulce Araujo / Laurence Langlois

Expression écrite : approche méthodologique et collaborative. Dulce Araujo / Laurence Langlois * Expression écrite : approche méthodologique et collaborative Dulce Araujo / Laurence Langlois SOMMAIRE 1) Le projet a) Description du projet b) Objectifs du projet 2) Les supports a) ENT comme lieu d

Plus en détail

B2I COLLÈGE ACADÉMIE DE MONTPELLIER

B2I COLLÈGE ACADÉMIE DE MONTPELLIER B2I COLLÈGE ACADÉMIE DE MONTPELLIER ESPAGNOL Propositions pour la mise en œuvre Le tableau suivant est l adaptation et le développement des pistes proposées par ailleurs sur le site de l Académie de Grenoble

Plus en détail

RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE

RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE , chemin de la côte Saint-Antoine Westmount, Québec, HY H7 Téléphone () 96-70 RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE À TRANSMETTRE AU PARENTS Année scolaire 0-0 Document adapté par Tammy

Plus en détail

GRILLE D ANALYSE D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE

GRILLE D ANALYSE D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE GRILLE D ANALYSE D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE 1 - LA DEFINITION DES OBJECTIFS DE LA SEQUENCE : - Ai-je bien identifié l objectif de la séquence? - Est-il clairement situé dans la progression générale

Plus en détail

Guide de l utilisateur. Faites connaissance avec la nouvelle plateforme interactive de

Guide de l utilisateur. Faites connaissance avec la nouvelle plateforme interactive de Guide de l utilisateur Faites connaissance avec la nouvelle plateforme interactive de Chenelière Éducation est fière de vous présenter sa nouvelle plateforme i+ Interactif. Conçue selon vos besoins, notre

Plus en détail

3 e année (approximativement)

3 e année (approximativement) 3 e année (approximativement) 1. L élève s approprie les technologies de l information et de la communication en utilisant efficacement les outils informatiques 1.1 Avec aide, l élève manipule adéquatement

Plus en détail

EXAMEN CRITIQUE D UN DOSSIER TECHNIQUE

EXAMEN CRITIQUE D UN DOSSIER TECHNIQUE EXAMEN CRITIQUE D UN DOSSIER TECHNIQUE (Préparation : 5 heures -- Exposé et Questions : 1 heure) Rapport établi par : P.J. BARRE, E. JEAY, D. MARQUIS, P. RAY, A. THIMJO 1. PRESENTATION DE L EPREUVE 1.1.

Plus en détail

Processus de certification

Processus de certification Processus de certification formation générale à l art du coach www.coaching-services.ch info@coaching-services.ch Ch. des Tines 9, 1260 Nyon La formation à l art du Coach est reconnue par. Premier organisme

Plus en détail

Les items explicités. Pistes de justifications de demandes en cours de français-histoire-géographie. Guillaume HAINAUT

Les items explicités. Pistes de justifications de demandes en cours de français-histoire-géographie. Guillaume HAINAUT Les items explicités Pistes de justifications de demandes en cours de français-histoire-géographie Guillaume HAINAUT Domaine 1 S approprier un environnement informatique de travail L'élève doit être capable

Plus en détail

Créer et gérer une newsletter Comment créer et faire vivre une lettre d information au sein de votre entreprise?

Créer et gérer une newsletter Comment créer et faire vivre une lettre d information au sein de votre entreprise? 4 Créer et gérer une newsletter Comment créer et faire vivre une lettre d information au sein de votre entreprise? à quoi sert une newsletter? Objectifs et atouts Fabriquer sa newsletter Gérer vos envois

Plus en détail

Manuel d utilisation de Form@Greta

Manuel d utilisation de Form@Greta Manuel d utilisation de Form@Greta Février 2014 Version apprenant Auriane Busson Greta-numerique@ac-caen.fr Sommaire 1. Qu est-ce que Form@Greta?... 2 2. S identifier sur la plateforme... 3 3. Espace d

Plus en détail

Le cycle de traitement de la situation 1/2

Le cycle de traitement de la situation 1/2 Le cycle de traitement de la situation 1/2 Le cycle de traitement de la situation est un processus mené en continu consistant à obtenir des informations brutes, à les évaluer, à les transformer en renseignements

Plus en détail

DE LA FORMATION ELESI

DE LA FORMATION ELESI GUIDE DE NAVIGATION POUR L APPRENANT DE LA FORMATION ELESI e-learning pour une Société Inclusive : formation pour enseignants, accompagnants, familles, aidants de jeunes et adultes ayant une déficience

Plus en détail

9.1- Sur les réseaux sociaux, j ai toujours le choix!

9.1- Sur les réseaux sociaux, j ai toujours le choix! Thème 3 - Participer, protéger, partager : des choix de société? Séquence 9 Nos actions sur les réseaux sociaux 9.1- Sur les réseaux sociaux, j ai toujours le choix! à partir de la 5 e comprendre créer

Plus en détail

Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année

Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année PALIER 2 CM2 La maîtrise de la langue française DIRE S'exprimer à l'oral comme à l'écrit dans un vocabulaire approprié

Plus en détail