06/04/2009 ASSURANCE CREDIT CGPME. CGPME Direction des affaires économiques

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "06/04/2009 ASSURANCE CREDIT CGPME. CGPME Direction des affaires économiques"

Transcription

1 06/04/2009 CGPME ASSURANCE CREDIT CGPME Direction des affaires économiques

2 SOMMAIRE - Chronologie des actions CGPME - Propositions CGPME - Présentation des dispositifs CAP et CAP+ - Propositions faites dans le cadre des travaux relatifs à la proposition de loi tendant à favoriser l accès au crédit des petites et moyennes entreprises - Enquête CGPME 2

3 Assurance Crédit Récapitulatif des actions CGPME 6 novembre 2008 Réunion avec Fabrice PESIN et Anthony REQUIN du Bureau Assurance de la DGTPE pour traiter de l assurance-crédit et présentation de nos propositions. 24 novembre 2008 Rencontre avec Jérôme CAZES, Délégué Général de la COFACE. 25 novembre 2008 Rencontre avec Messieurs. MOLLARD, DELZANT et Madame BERGER de Euler Hermès SFAC. 20 janvier 2009 Audition à la Commission Économique de l Assemblée Nationale sur l efficacité des mesures prises en faveur des PME. 12 février 2009 Rencontre avec Christine LAGARDE, Ministre de l économie, des finances et de l emploi sur le suivi du financement des PME. 26 février 2009 Rencontre organisée par le Service financement de l Économie, sur l assurance-crédit. 9 mars 2009 Audition de la CGPME par Chantal BRUNEL et propositions d amendements. 31 mars 2009 Réunion CAP + au Minefe 1 er avril 2009 Envoi de l enquête sur l assurance-crédit. 3

4 Assurance crédit POINT DE SITUATION SUR L ASSURANCE CREDIT Selon les données du Minefe, le crédit interentreprises représente en France plusieurs fois le montant du crédit bancaire de court terme, de l ordre de 1400 milliards d euros. Environ un quart de ce montant, soit environ 320 milliards d euros, est assuré, si bien que les risques sont portés par les entreprises elles mêmes dans trois cas sur quatre entreprises françaises environ ont recours à l assurance-crédit pour le crédit interentreprises. Les PME représentent la majorité des risques couverts par les assureurs crédits. Face aux difficultés ressenties par les entreprises qui du fait de la crise ont vu nombre de leurs contrats d assurance s interrompre brutalement, le Gouvernement a souhaité créer un complément d Assurance Crédit Public (CAP). Pour la part des créances que les assureurs-crédits considèrent comme difficilement assurables, l Etat prend en charge 50 % du montant garantie, l assureur-crédit en conservant 50 %. Le complément de garantie est assuré par la Caisse centrale de réassurance. La CCR sera rémunérée par des primes légèrement supérieures à celles encaissées par les assureurscrédits (1.50 %). Ce mécanisme a été complété. En effet, l Etat garantira jusqu au 31 décembre 2009 jusqu à 5 milliards d euros de crédit interentreprises au bénéfice d entreprises qui perdent la totalité de la couverture "assurance-crédit". La Caisse Centrale de Réassurance assurera la gestion d un Fonds de sécurisation du crédit interentreprises, le CAP+. Il sera distribué par les assureurs-crédit, aux termes de conventions signées avec la CCR, en vue de couvrir des classes de risques définies par décret, qui ne sont pas actuellement assurables par le marché de façon satisfaisante. (cf communiqués de presse) PROPOSITIONS CGPME 4

5 - Rendre l information disponible concernant les critères de sélection déterminant la cotation de l assurance crédit. Toutes les sociétés d'assurance crédit pratiquent la sélection des risques. Dès lors, celles-ci n'acceptent de garantir l entreprise qu'après un examen particulier de sa situation pour établir la cotation en vue d'établir la tarification. Ainsi, le taux de couverture, les délais d'indemnisation, la zone géographique, la fréquence de paiement de la prime ou encore la typologie de clientèle sont autant d éléments pris en considération pour déterminer la cotation de l assurance crédit. Il est donc proposé de renseigner davantage la PME sur les critères de sélection qui déterminent le montant de l assurance. - En matière d assurance crédit, réduire à trois mois le délai de carence qui qualifie «l insolvabilité présumée» donnant lieu à indemnisation. Au terme d un délai de carence pouvant aller de trois à neuf mois depuis la date de remise du dossier en sinistre, l assureur crédit indemnisera l assuré du pourcentage fixé contractuellement (de 60 à 90 %) sur la base de la couverture consentie préalablement. L'indemnisation ne découle pas de la survenance d'un impayé, mais de l'insolvabilité du débiteur. Cette insolvabilité est soit «présumée» soit «constatée» par redressement ou liquidation judiciaire. Il est donc proposé de réduire ce délai de carence à hauteur de trois mois afin de permettre à l entreprise assurée de récupérer dans un bref délai ses créances sur le débiteur défaillant. Inscrire dans la loi l obligation de respecter un délai de préavis minimal lorsque l assureur crédit renonce à garantir un risque client. - En l absence de tout manquement d un ou plusieurs clients de l assuré, l assureur crédit devra motiver de façon spécifique son désengagement. - Rendre publique le rapport «loss ratio» (rapport coût des sinistres / primes encaissées). Dans un souci de transparence et de réciprocité des informations, il est nécessaire que les PME connaissent la rentabilité de l activité du factor avec lequel elles contractent. - Rendre public, mensuellement, le volume des garanties accordées aux PME. 5

6 Communiqué du MINEFE sur le dispositif «complément d assurance crédit public» (CAP) 27 novembre Dispositif de soutien et d'accompagnement à l'assurance crédit Christine Lagarde, ministre de l Économie, de l industrie et de l emploi, a réuni à Bercy, jeudi 27 novembre, les principaux assureurs crédit opérant en France, la Fédération française des sociétés d assurance, la présidente du Medef, Laurence Parisot, le président de la CGPME, Jean-François Roubaud, le Médiateur du crédit, René Ricol, le président de l Assemblée française des chambres de commerce et d industrie (ACFCI), Jean-François Bernardin, les représentants de la Chambre de commerce et d industrie de Paris (CCIP), et Thierry Masquelier, président-directeur général de la Caisse centrale de réassurance. Cette réunion avait pour objet de finaliser la concertation sur les dispositifs à mettre en place, afin que les entreprises continuent à bénéficier descouvertures d assurance crédit dont elles ont besoin pour poursuivre leur activité. Lors de cette réunion, Christine Lagarde a présenté le dispositif prévu pour éviter un risque de perte de confiance dans le crédit fournisseur. L assurance crédit joue un rôle économique essentiel, en couvrant les entreprises contre le risque de défaillance des clients auxquels elles accordent des délais de paiement. Les assureurs crédits couvrent environ 320 Md soit environ le quart du crédit interentreprise en France. Les participants ont marqué lors de cette réunion leur accord sur un plan d action qui repose sur trois piliers : la mise en place d un dispositif de réassurance publique, le Complément d assurance crédit public (CAP), pour permettre le maintien des encours garantis ; l intervention du médiateur du crédit, au cas par cas, pour les risques que les assureurs crédit estimeraient ne plus pouvoir prendre ; des engagements pris par les assureurs-crédit et les fédérations d entreprises, portant sur le niveau global de garantie et la transparence des conditions de couverture du crédit inter-entreprise. Le ministre relève que ce dispositif d assurance crédit public entrera en vigueur le 8 décembre prochain. I. Une garantie complémentaire d assurance-crédit, réassurée par l État, sera proposée par les assureurs-crédit dès le mois de décembre. L État met en place le 8 décembre avec les principaux assureurs crédit un dispositif opérationnel permettant aux entreprises ayant souscrit une assurance-crédit, et qui se verraient notifier des réductions de garanties sur certains clients, de pouvoir conserver le même niveau de couverture. Concrètement, les assurés souscriront auprès de l assureur crédit une garantie complémentaire, le «complément d assurance crédit public» (CAP), à concurrence de l exposition conservée par l assureur crédit. Afin de faciliter une meilleure sécurisation du crédit interentreprises, le CAP sera également ouvert aux nouveaux assurés-crédit qui pourront ainsi compléter leur couverture sur la partie de leurs demandes de garantie qui n ont pas été couvertes par l assureur-crédit. Cette couverture d assurance-crédit complémentaire sera commercialisée par les assureurs-crédit. Elle sera réassurée par la Caisse centrale de réassurance en s appuyant sur la garantie de l État. Une disposition législative sera proposée dans le projet de loi de finances rectificative pour donner la garantie de l État à la Caisse centrale de réassurance au titre de ce dispositif. Les entreprises assurées pourront accéder à cette garantie à un tarif spécifique, correspondant au risque couvert par l État, plus élevé que le risque standard (équivalent hors frais à 3 pour mille du chiffre d affaires). 6

7 Les entreprises continueront ainsi à bénéficier de l expertise de l assureur-crédit en matière d analyse de risque. Les diminutions d encours qu ont subies les entreprises assurées sont éligibles à ce nouveau dispositif dès lors qu elles ont eu lieu depuis le 1er octobre II. Le médiateur du crédit s engage à traiter au cas par cas les dossiers les plus difficiles. Dans les hypothèses où une entreprise fait face à un retrait de garantie d assurance-crédit, le médiateur du crédit pourra être saisi. Les assureurs-crédit et le médiateur procèderont alors à une analyse de son dossier, dans un délai de 5 jours, en tenant compte des dernières informations disponibles transmises par l entreprise sur sa situation économique et financière. III. Les assureurs crédit et les fédérations d entreprises prennent des engagements en matière de niveau de couverture et de renforcement de la transparence du marché. Afin de préserver la confiance dans les relations entre fournisseurs et clients, et d accroître le degré de transparence sur les conditions de couverture du crédit interentreprises, les assureurs-crédit ont accepté de prendre durant cette réunion plusieurs engagements : 1. proposer systématiquement le complément d assurance-crédit public (CAP) ; 2. ne pas diminuer globalement le pourcentage du crédit-interentreprises français qu ils garantissent au cours des six prochains mois ; 3. communiquer à l État tous les mois des données statistiques sur leur niveau d encours garanti, en spécifiant la part des PME ; 4. réexaminer dans un délai de cinq jours tout dossier qui leur sera soumis par le médiateur du crédit ; 5. continuer à ne procéder à aucune coupure de garantie d assurance sur une base sectorielle sans tenir compte de la situation individuelle de l entreprise concernée ; 6. motiver systématiquement toute décision de modification de couverture sur un risque donné ; 7. et enfin donner des éléments d explication à toute entreprise qui souhaiterait comprendre l évolution de l évaluation de l assureur-crédit à son égard. Les organisations professionnelles représentant les entreprises présentes lors de la réunion s engagent pour leur part à donner des informations sur le terrain aux entreprises sur le complément d assurancecrédit public (CAP) et ses modalités de mise en œuvre, et à collaborer avec la médiation du crédit pour résoudre les difficultés constatées par les entreprises. Enfin, l État s engage à mettre en place le dispositif de réassurance du complément d assurance-crédit public, et à faciliter l intervention du médiateur du crédit dans ce domaine. Contacts presse : Cabinet de Christine LAGARDE - Jean-Marc PLANTADE / Elisa GHIGO : Presse Internationale : Bruno SILVESTRE : Copyright ministère de l'économie, de l'industrie et de l'emploi, 27/11/2008 7

8 Communiqué du Premier Ministre sur le dispositif «complément d assurance crédit public plus» (CAP+) COMMUNIQUE Soutien aux entreprises qui font face à des difficultés d assurance-crédit Le Premier ministre, François Fillon, a annoncé aujourd hui à Marseille que l Etat allait compléter son dispositif de soutien aux entreprises qui font face à des difficultés d assurance-crédit. L Etat garantira jusqu au 31 décembre 2009 jusqu à 5 milliards d euros de crédit inter-entreprises au bénéfice d entreprises qui perdent la totalité de la couverture "assurance-crédit". Un amendement sera déposé dans le cadre de l examen de la loi de finances rectificative, examinée à partir du 31 mars au Sénat. En effet, du fait de la crise économique, les assureurs-crédit qui garantissent un fournisseur contre le risque d impayé de ses clients, réduisent leurs couvertures à un moment où le besoin est accru. Le Gouvernement a déjà apporté une première réponse à la fin de l année 2008 avec la mise en place du complément d assurance-crédit (CAP) qui s applique lorsque l assureur-crédit diminue le montant de sa garantie, sans toutefois l annuler. Le CAP monte en puissance : au 1er mars, il garantissait déjà 100 millions d euros de crédit inter-entreprises. La Caisse Centrale de Réassurance (CCR), déjà en charge du CAP, assurera la gestion d un Fonds de sécurisation du crédit inter-entreprises. Le nouveau produit, CAP+, sera distribué par les assureurs-crédit, aux termes de conventions signées avec la CCR, en vue de couvrir des classes de risques définies par décret, qui ne sont pas actuellement assurables par le marché de façon satisfaisante. De plus, les entreprises qui éprouvent des difficultés avec leur assureur-crédit peuvent saisir le médiateur national du crédit (www.mediateurducredit.fr), René Ricol, par ailleurs chargé de la médiation avec les banques. 8

9 PROPOSITIONS FAITES DANS LE CADRE DES TRAVAUX DE LA PROPOSITION DE LOI TENDANT A FAVORISER L ACCES AU CREDIT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES La CGPME a rédigé deux propositions d amendements Imposer dans tout contrat souscrit à compter du 1 er mai 2009 un délai de préavis pour toute renonciation à garantir un risque client non défaillant En matière d assurance crédit, aucun délai minimum de rétractation n est imposé par la loi. Seul le contrat peut en prévoir un. Or, en période de difficultés conjoncturelles, beaucoup de PME ont été mises en difficulté par la rupture ou la diminution brutale des couvertures de garantie d'impayés. Or, c est dans ces périodes que l assurance révèle toute son utilité. Il ne s agit nullement de limiter les possibilités des assureurs crédits d adapter leurs contrats aux risques encourus mais d aménager la rupture du contrat afin de la rendre plus acceptable par l entreprise cliente. Il est proposé de s inspirer d une telle clause pour aménager un délai de rétractation légal minimum pour la dénonciation ou la réduction de garantie sur un client non défaillant. Ce délai est de 60 jours. Cette mesure entrerait en vigueur en même temps que le dispositif CAP+, soit le 1 er mai Rendre disponible les informations statistiques sur les résiliations de garanties par les assureurs crédit S il est intéressant de disposer de données relatives aux encours de clients garantis, il est également important de connaitre l évolution des ruptures de garanties, notamment pour les PME. Ces données permettraient notamment de mieux appréhender les besoins couverts par le dispositif CAP +. Les statistiques relatives aux secteurs d activité serviraient également d alerte sur les difficultés ressenties par une profession. Il est donc proposé que les données relatives aux résiliations de garantie par secteur d activité et pour les PME soient transmises au Parlement et rendues publiques. 9

10 PROPOSITION DE LOI TENDANT A FAVORISER L ACCES AU CREDIT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES N 288 A M E N D E M E N T M. Présenté par ARTICLE ADDITIONNEL IMPOSER DANS TOUT CONTRAT SOUSCRIT A COMPTER DU 1 er MAI 2009 UN DELAI DE PREAVIS POUR TOUTE RENONCIATION A GARANTIR UN RISQUE CLIENT NON DEFAILLANT L article L112-4 du code des assurances est modifié comme suit : - Après le 5 ème alinéa ajouter : «- pour les contrats d assurance crédit le délai de préavis de rupture de la couverture d un risque client qui ne peut être inférieur à 60 jours ;» EXPOSE SOMMAIRE En matière d assurance crédit, aucun délai minimum de rétractation n est imposé par la loi. Seul le contrat peut en prévoir un. Or, en période de difficultés conjoncturelles, beaucoup de PME ont été mises en difficulté par la rupture ou la diminution brutale des couvertures de garantie d'impayés. Or, c est dans ces périodes que l assurance révèle toute son utilité. C est principalement la brutalité de la cessation des relations qui a été le plus durement ressentie. Il ne s agit nullement de limiter les possibilités des assureurs crédits d adapter leurs contrats aux risques encourus mais d aménager la rupture du contrat afin de la rendre plus acceptable par l entreprise cliente. Certains contrats d assurance crédit stipulent que si l assureur dénonce ou réduit sa garantie sur un client en l absence de tout manquement de ce dernier, la garantie précédemment en vigueur peut être maintenue pour les livraisons ou prestations que l assureur devrait effectuer dans les 3 mois qui suivent la dénonciation en vertu d accords datant de moins de 6 mois. 10

11 Il est proposé de s inspirer d une telle clause pour aménager un délai de rétractation légal minimum pour la dénonciation ou la réduction de garantie sur un client non défaillant. Ce délai est de 60 jours. Cette mesure entrerait en vigueur en même temps que le dispositif CAP+, soit le 1 er mai

12 PROPOSITION DE LOI TENDANT A FAVORISER L ACCES AU CREDIT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES N 288 A M E N D E M E N T M. Présenté par ARTICLE ADDITIONNEL RENDRE DISPONIBLE LES INFORMATIONS STATISTIQUES SUR LES RESILIATIONS DE GARANTIES PAR LES ASSUREURS CREDIT Il est créé un article 5 quater rédigé comme suit I. Dans les conditions fixées par arrête du ministre chargé de l économie, les entreprises d assurance pratiquant les opérations d assurance crédit transmettent chaque trimestre à l assemblée nationale et au sénat les informations statistiques sur les résiliations de garanties par secteur d activité et pour les PME à trois mois et à 6 mois. II. Ces informations sont rendues publiques EXPOSE SOMMAIRE S il est intéressant de disposer de données relatives aux encours de clients garantis, il est également important de connaitre l évolution des ruptures de garanties, notamment pour les PME. Ces données permettraient notamment de mieux appréhender les besoins couverts par le dispositif CAP +. Les statistiques relatives aux secteurs d activité serviraient également d alerte sur les difficultés ressenties par une profession. Il est donc proposé que les données relatives aux résiliations de garanties par secteur d activité et pour les PME soient transmises au Parlement et rendues publiques. 12

13 Enquête CGPME De nombreuses PME connaissent actuellement des difficultés avec les assureurs-crédit. La CGPME a constamment alerté les Pouvoirs Publics sur ce risque majeur pour les PME. La Confédération a également œuvré à la mise en place de dispositifs, tel que le CAP (Complément Assurance Crédit Public), qui permettront d apporter une solution alternative. Pour autant, il est impératif d obtenir des éléments ponctuels pour faire prendre conscience au pouvoir politique de l ampleur du problème. C est pourquoi la CGPME a lancé auprès de l ensemble de ses adhérents une enquête sur l assurance crédit. (cf questionnaire ci-dessous). 13

14 ENQUETE : ASSURANCE-CREDIT PME DANS LES SIX DERNIERS MOIS, 1) Votre assureur-crédit a-t-il : Maintenu vos garanties Diminué vos garanties Résilié vos garanties 2) Si les garanties ont été partiellement réduites, s agit-il de clients appartenant au même secteur d activité? Si oui, lequel? 3) Le Chiffre d affaires de votre entreprise au cours des 6 derniers mois, est-il : Stable En augmentation En baisse 4) Le dispositif CAP (Complément Assurance Crédit Public) évoque-t-il quelque chose pour vous? OUI NON Entreprise : Secteur d Activité : Nom du Dirigeant : Nombre de salariés : Adresse : Téléphone : Fax : Mail : Questionnaire à retourner par mail à Ou par fax au ou ou

Présentation de la Médiation du crédit aux entreprises

Présentation de la Médiation du crédit aux entreprises Présentation de la Médiation du crédit aux entreprises Juin Mars 2009 1 Sommaire Le Médiateur du crédit Sa mission Ses objectifs Ses équipes La démarche : simple et accessible à tous Les entreprises éligibles

Plus en détail

LOIS. Article 1 er. Article 2. Article 3. Article 4. Article 5. 20 octobre 2009 JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Texte 1 sur 125

LOIS. Article 1 er. Article 2. Article 3. Article 4. Article 5. 20 octobre 2009 JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Texte 1 sur 125 LOIS LOI n o 2009-1255 du 19 octobre 2009 tendant à favoriser l accès au crédit des petites et moyennes entreprises et à améliorer le fonctionnement des marchés financiers (1) NOR : ECEX0906406L L Assemblée

Plus en détail

L Assurance-crédit. Qu est-ce que l assurance-crédit? l Assurance-crédit

L Assurance-crédit. Qu est-ce que l assurance-crédit? l Assurance-crédit L Assurance-crédit Qui ne désire pas éviter que sa société doive constituer des provisions, ou pire encore, passer en perte des créances sur clients? Vous pouvez y arriver à peu de frais en souscrivant

Plus en détail

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME pour BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME - Vague 5 - Contacts : Frédéric Dabi / Flore-Aline Colmet Daâge Avril 2010 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon

Plus en détail

Le financement court terme des TPE (Très Petites Entreprises)

Le financement court terme des TPE (Très Petites Entreprises) JANVIER 2015 ENTREPRENEURS N 16 FINANCEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Le financement court terme des TPE (Très Petites Entreprises) Ce

Plus en détail

Note synthétique d Adéis Résumé des 4 projets de décrets relatifs à la généralisation de la couverture santé d entreprise

Note synthétique d Adéis Résumé des 4 projets de décrets relatifs à la généralisation de la couverture santé d entreprise SYNTHESE Note synthétique d Adéis Résumé des 4 projets de décrets relatifs à la généralisation de la couverture santé d entreprise Degré élevé de solidarité mentionné à l article L912-1 du code de la sécurité

Plus en détail

Avis du Comité consultatif du secteur financier. sur l équivalence du niveau de garantie en assurance emprunteur

Avis du Comité consultatif du secteur financier. sur l équivalence du niveau de garantie en assurance emprunteur Avis du 13 janvier 2015 VERSION FINALE Avis du Comité consultatif du secteur financier sur l équivalence du niveau de garantie en assurance emprunteur Lors de la réunion d installation du Comité consultatif

Plus en détail

Réforme de l assurance-crédit :

Réforme de l assurance-crédit : Réforme de l assurance-crédit : un enjeu pour la trésorerie des entreprises Pierre Moscovici, ministre de l économie et des finances J ai présenté en début d année un plan pour le renforcement de la trésorerie

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI TEXTE ADOPTÉ n 244 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2008-2009 17 mars 2009 PROPOSITION DE LOI tendant à favoriser l accès au crédit

Plus en détail

Assurer mon cre dit immobilier

Assurer mon cre dit immobilier Assurer mon cre dit immobilier Pour concrétiser votre projet immobilier, vous avez besoin d obtenir un crédit immobilier ainsi qu une assurance emprunteur. L assurance emprunteur sera mise en jeu lorsqu

Plus en détail

La solution d affacturage sur-mesure. CYCLÉA. www.c-g-a.fr

La solution d affacturage sur-mesure. CYCLÉA. www.c-g-a.fr La solution d affacturage sur-mesure. CYCLÉA www.c-g-a.fr Vous souhaitez développer votre activité ou consolider le positionnement de votre entreprise sur son marché. C est pourquoi vous cherchez des ressources

Plus en détail

La convention AERAS en 10 points-clés

La convention AERAS en 10 points-clés La convention AERAS en 10 points-clés Signée par les pouvoirs publics, les fédérations professionnelles de la banque, de l assurance et de la mutualité et les associations de malades et de consommateurs,

Plus en détail

Le financement court terme des TPE (Très Petites Entreprises)

Le financement court terme des TPE (Très Petites Entreprises) SEPTEMBRE 2014 ENTREPRENEURS N 16 FINANCEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Le financement court terme des TPE (Très Petites Entreprises)

Plus en détail

Mai FICHE N 17 : MESURES GOUVERNEMENTALES EN FAVEUR DES TPE PME

Mai FICHE N 17 : MESURES GOUVERNEMENTALES EN FAVEUR DES TPE PME Mai 2010 FICHE N 17 : MESURES GOUVERNEMENTALES EN FAVEUR DES TPE PME Mesures de médiation - Création de la Médiation du Crédit o Médiateur du Crédit : Gérard Rameix LA PRIME o Contact direct : Numéro azur

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Ministère des affaires sociales et de la santé

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Ministère des affaires sociales et de la santé RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires sociales et de la santé Décret n Relatif à la procédure de mise en concurrence des organismes dans le cadre de la recommandation prévue par l article L. 912-1

Plus en détail

Le plan français pour assurer le financement de l économie et restaurer la confiance

Le plan français pour assurer le financement de l économie et restaurer la confiance Christine LAGARDE, Ministre de l Economie, de l Industrie et de l Emploi Le plan français pour assurer le financement de l économie et restaurer la confiance Lundi 13 octobre 2008 Dossier de presse Communiqué

Plus en détail

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME pour BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME - Vague 2 - Juin 2009 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon : Echantillon de 402 dirigeants d entreprise, représentatif

Plus en détail

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME pour Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME -Vague 8 - Le 20 janvier 2011 0 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon : Echantillon de 402 dirigeants d entreprise,

Plus en détail

La convention AERAS. s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé. Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479

La convention AERAS. s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé. Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479 Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479 Janvier 2007 La convention AERAS s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé Fédération française des sociétés d assurances Centre

Plus en détail

CGA EXPRESS. Le financement de vos besoins ponctuels de trésorerie

CGA EXPRESS. Le financement de vos besoins ponctuels de trésorerie ENTREPRISES CYCLE D EXPLOITATION CGA EXPRESS Le financement de vos besoins ponctuels de trésorerie CGA Express > VOTRE BESOIN Vous avez des besoins de trésorerie ponctuels insuffisamment couverts par vos

Plus en détail

Préfinancement. Tout prévoir pour l imprévu

Préfinancement. Tout prévoir pour l imprévu *Notre savoir au service de votre réussite Préfinancement Tout prévoir pour l imprévu * 4 bénéfices clés 4 bénéfices clés 1 Une trésorerie et une rentabilité préservées Vous n avez plus à constituer de

Plus en détail

CHAPITRE I ER. Créer de nouveaux droits pour les salariés. Section 1. De nouveaux droits individuels pour la sécurisation des parcours.

CHAPITRE I ER. Créer de nouveaux droits pour les salariés. Section 1. De nouveaux droits individuels pour la sécurisation des parcours. Le présent document est établi à titre provisoire. Seule la «Petite loi», publiée ultérieurement, a valeur de texte authentique. ASSEMBLÉE NATIONALE SERVICE DE LA SÉANCE DIVISION DES LOIS 4 avril 2013

Plus en détail

SOCIETE MAROCAINE D ASSURANCE A L EXPORTATION

SOCIETE MAROCAINE D ASSURANCE A L EXPORTATION SOCIETE MAROCAINE D ASSURANCE A L EXPORTATION LA SMAEX, INSTRUMENT DE SÉCURISATION DES EXPORTATIONS Nezha LAHRICHI Présidente Directrice Générale 02 Novembre 2009 1 A propos de la SMAEX: Exporter c est

Plus en détail

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013 Se rapprocher Faciliter Optimiser Voici un résumé de la modification au Plan de la Société 2009-2013 approuvée par le Conseil d administration d EDC en mai

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Garanties 2007 APRIL Gestion du Risque Client

Garanties 2007 APRIL Gestion du Risque Client [ la protection financière ] Entreprises Garanties 2007 APRIL Gestion pour petites et moyennes entreprises Un contrat unique qui vous donne accès à tous les outils de gestion de vos risques d'impayés APRIL

Plus en détail

Euler Hermes France. Grand Angle. Développez votre chiffre d affaires en toute sécurité, en France et à l international. www.eulerhermes.

Euler Hermes France. Grand Angle. Développez votre chiffre d affaires en toute sécurité, en France et à l international. www.eulerhermes. Euler Hermes France Grand Angle *Notre savoir au service de votre réussite Développez votre chiffre d affaires en toute sécurité, en France et à l international. www.eulerhermes.fr * Elargissez vos horizons

Plus en détail

Dispositif d accompagnement d parisiennes sur la crise

Dispositif d accompagnement d parisiennes sur la crise Comité de suivi Parisien de la crise Document 4 Mai 2009 Cellule de crise CGPME Paris Ile de France Information & outils Dispositif d accompagnement d des PME parisiennes sur la crise La situation économique

Plus en détail

QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE

QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE Qu est ce qu une prime ou une cotisation d assurance? C est la somme à payer périodiquement à l assureur en contrepartie des garanties qu il accorde. Les primes (ou

Plus en détail

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME - Vague 25 - Sondage Ifop pour KPMG et CGPME Mai 2015 Sommaire 1 - La méthodologie 2 - Les résultats de l étude A B C - L impact du contexte économique

Plus en détail

Pérennité Entreprise. Une solution d'assurance garantissant le développement de la mission de conseil exceptionnel de l expert-comptable.

Pérennité Entreprise. Une solution d'assurance garantissant le développement de la mission de conseil exceptionnel de l expert-comptable. 1 Pérennité Entreprise Une solution d'assurance garantissant le développement de la mission de conseil exceptionnel de l expert-comptable. Sommaire 2 Groupama Protection juridique Chiffres et activités

Plus en détail

Les différentes solutions d'assurance-crédit

Les différentes solutions d'assurance-crédit Les différentes solutions d'assurance-crédit Saviez-vous que 40% de l'actif bilan non sécurisé représenté par les créances clients 26% des dépôts bilan dus à la défaillance de clients. L'assurance-crédit

Plus en détail

De l Assurance-Crédit. Principes Généraux et Principales Etapes de la Mise en œuvre

De l Assurance-Crédit. Principes Généraux et Principales Etapes de la Mise en œuvre De l Assurance-Crédit Principes Généraux et Principales Etapes de la Mise en œuvre 1 Principes Généraux de l Assurance Crédit 2 L Assurance Crédit : Réduire vos risques commerciaux Impayés Le client L

Plus en détail

L affacturage express, un moyen simple de financer vos décalages de trésorerie. AVENIR. www.c-g-a.fr

L affacturage express, un moyen simple de financer vos décalages de trésorerie. AVENIR. www.c-g-a.fr L affacturage express, un moyen simple de financer vos décalages de trésorerie. AVENIR www.c-g-a.fr Vous avez une activité industrielle ou commerciale, exercée en nom propre ou au sein d une société. Votre

Plus en détail

LES DISPOSITIFS D AIDE EN CAS DE DIFFICULTES DE TRESORERIE

LES DISPOSITIFS D AIDE EN CAS DE DIFFICULTES DE TRESORERIE N 156 - MARCHES n 35 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 24 novembre 2009 ISSN 1769-4000 LES DISPOSITIFS D AIDE EN CAS DE DIFFICULTES DE TRESORERIE L essentiel En réponse à la crise financière,

Plus en détail

L image des banques auprès des TPE/PME

L image des banques auprès des TPE/PME Shanghai Paris Toronto Buenos Aires www.ifop.com L image des banques auprès des TPE/PME 1002 entreprises ont été interrogées en février 2008 : 377 micro-entreprises (0 à 5 salariés) 261 TPE (6 à 19 salariés)

Plus en détail

Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi

Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi SYNTHESE D EXPERTS Juillet 2013 SOMMAIRE 1 Généralisation de la couverture complémentaire santé...

Plus en détail

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME - Vague 24 - Sondage Ifop pour KPMG et CGPME Contact Ifop : Flore Aline Colmet Daâge Directrice d Etudes Département Opinion et Stratégies d Entreprise

Plus en détail

Le Microcrédit Relance

Le Microcrédit Relance La Ministre Céline Fremault soutient une nouvelle aide pour favoriser la relance des petites entreprises bruxelloises Le Microcrédit Relance Un partenariat CEd Crédal Conférence de presse du 17 décembre

Plus en détail

JORF n 0024 du 28 janvier 2012. Texte n 14

JORF n 0024 du 28 janvier 2012. Texte n 14 Le 30 janvier 2012 JORF n 0024 du 28 janvier 2012 Texte n 14 DECRET Décret n 2012-100 du 26 janvier 2012 relatif à l immatriculation des intermédiaires en opérations de banque et en services de paiements,

Plus en détail

Les États belge, français et luxembourgeois apportent un soutien fort à Dexia dans la mise en œuvre du plan de restructuration annoncé le 4 octobre

Les États belge, français et luxembourgeois apportent un soutien fort à Dexia dans la mise en œuvre du plan de restructuration annoncé le 4 octobre Information réglementée* Bruxelles, Paris, 10 octobre 2011 5h30 Les États belge, français et luxembourgeois apportent un soutien fort à Dexia dans la mise en œuvre du plan de restructuration annoncé le

Plus en détail

EH Intelligence by Sidetrade. Maîtriser le risque sur le bout des doigts

EH Intelligence by Sidetrade. Maîtriser le risque sur le bout des doigts EH Intelligence Maîtriser le risque sur le bout des doigts «Avec EH Intelligence, nous bénéficions d une visibilité en temps réel des indicateurs de suivi du poste client, ce qui améliore considérablement

Plus en détail

L accès au crédit malgré un problème de santé

L accès au crédit malgré un problème de santé LES MINI-GUIDES BANCAIRES Repère n 12 L accès au crédit malgré un problème de santé Convention Belorgey FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE mise à jour avril 2005 Document réalisé en collaboration avec des associations

Plus en détail

Club Etablissements Financiers & Assurances

Club Etablissements Financiers & Assurances Club Etablissements Financiers & Assurances Enquête sur le thème «PME banque : vers une recomposition de l équilibre relationnel liée aux évolutions réglementaires Bâle III» Présentation des résultats,

Plus en détail

Bernard Jehin Membre du Comité de Direction

Bernard Jehin Membre du Comité de Direction Quelles interventions du Groupe SOWALFIN pour le secteur de la batellerie? Atelier Navigation intérieure & Institutions financières Bruxelles, le 22 octobre 2010 Bernard Jehin Membre du Comité de Direction

Plus en détail

La convention AERAS en 10 questions-réponses

La convention AERAS en 10 questions-réponses La convention AERAS en 10 questions-réponses Signée par les pouvoirs publics, les fédérations professionnelles de la banque, de l'assurance et de la mutualité et les associations de malades et de consommateurs,

Plus en détail

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME :

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME : 10 Avril 2013 SYNTHESE SUR LA «CORRESPONDANCE» ENTRE L ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 11 JANVIER 2013 SUR LA SECURISATION DE L EMPLOI ET LA VERSION DU PROJET DE LOI ADOPTEE PAR L ASSEMBLEE NATIONALE

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE ET CONSOMMATION Arrêté du 31 décembre 2013 relatif aux factures des services de communications

Plus en détail

Convention Aeras : statistiques 2012

Convention Aeras : statistiques 2012 Assurances de personnes Dossier Octobre 2013 Convention Aeras : statistiques 2012 Ce document est la propriété exclusive de la FFSA et du GEMA et est protégé par le droit d'auteur. La reproduction, la

Plus en détail

ET AU RENFORCEMENT DE LA TRESORERIE DES ENTREPRISES

ET AU RENFORCEMENT DE LA TRESORERIE DES ENTREPRISES CONVENTION DU MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES, DE LA MEDIATION DU CREDIT ET DES ASSUREURS-CREDIT POUR PARTICIPER AU SOUTIEN DE L'ACTIVITE ECONOMIQUE ET AU RENFORCEMENT DE LA TRESORERIE DES ENTREPRISES

Plus en détail

Protection sociale complémentaire

Protection sociale complémentaire Protection sociale complémentaire Convention de participation «Prévoyance» Mise à jour au 24/09/2013 La problématique étant complexe et les élus souhaitant que l accès à une garantie «prévoyance» soit

Plus en détail

FICHE PRATIQUE La généralisation de la couverture complémentaire des frais de santé

FICHE PRATIQUE La généralisation de la couverture complémentaire des frais de santé FICHE PRATIQUE La généralisation de la couverture complémentaire des frais de santé A partir du 1 er janvier 2016, toutes les entreprises seront dans l'obligation de proposer une couverture santé minimale

Plus en détail

INSTALLATION DE LA NOUVELLE AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL

INSTALLATION DE LA NOUVELLE AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL CHRISTINE LAGARDE MINISTRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI INSTALLATION DE LA NOUVELLE AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL Christine LAGARDE Conférence de presse du 9 mars 2010 DOSSIER DE PRESSE

Plus en détail

REGLES DE CONDUITE DE L ASSUREUR DE PROTECTION JURIDIQUE

REGLES DE CONDUITE DE L ASSUREUR DE PROTECTION JURIDIQUE Version juin 2014 REGLES DE CONDUITE DE L ASSUREUR DE PROTECTION JURIDIQUE AVANT-PROPOS Le présent code de bonne conduite définit les règles auxquelles les entreprises d assurances de protection juridique

Plus en détail

Réforme de la loi sur les crédits à la consommation. (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010)

Réforme de la loi sur les crédits à la consommation. (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010) Réforme de la loi sur les crédits à la consommation (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010) Introduction Le crédit est utile et nécessaire à la vie des ménages. Ce

Plus en détail

LE MICROCREDIT. Novembre 2015. Page

LE MICROCREDIT. Novembre 2015. Page LE MICROCREDIT Novembre 2015 Page Sommaire 2 Contexte. Parcours Confiance. Le microcrédit aux professionnels. Le dispositif de parrainage Vos interlocuteurs. Questions réponses. Contexte 3 C est au cours

Plus en détail

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME pour Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME - Vague 19 - Contacts : Flore-Aline Colmet Daâge / Guillaume Chevalier Septembre Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon

Plus en détail

Le financement et la gestion de vos créances clients en France et à l international

Le financement et la gestion de vos créances clients en France et à l international ENTREPRISES cycle d exploitation commerce international CyclÉa CGA Performance CGA Export Le financement et la gestion de vos créances clients en France et à l international Les engagements de CGA En cédant

Plus en détail

SPÉCIMEN MISE EN PLACE DU RÉGIME DE FRAIS DE SANTÉ PAR DÉCISION UNILATÉRALE DE L EMPLOYEUR (DUE) Bon à savoir. À jour au 1 er mars 2015

SPÉCIMEN MISE EN PLACE DU RÉGIME DE FRAIS DE SANTÉ PAR DÉCISION UNILATÉRALE DE L EMPLOYEUR (DUE) Bon à savoir. À jour au 1 er mars 2015 MISE EN PLACE DU RÉGIME DE FRAIS DE SANTÉ PAR DÉCISION UNILATÉRALE DE L EMPLOYEUR (DUE) Récapitulatif des formalités à respecter Rédiger le document formalisant la Décision Unilatérale. Pour vous aider

Plus en détail

Discours de Danièle Nouy Conférence de presse du 28 juin 2010 Lancement Assurance Banque Épargne Info Service

Discours de Danièle Nouy Conférence de presse du 28 juin 2010 Lancement Assurance Banque Épargne Info Service Discours de Danièle Nouy Conférence de presse du 28 juin 2010 Lancement Assurance Banque Épargne Info Service Mesdames, Messieurs, Je suis heureuse de vous accueillir aujourd hui pour le lancement d «Assurance

Plus en détail

L ACTIVITE PARTIELLE

L ACTIVITE PARTIELLE L ACTIVITE PARTIELLE L'activité partielle permet d'éviter aux salariés de perdre leur emploi lorsque l'activité de leur entreprise se réduit. Dans un contexte de crise économique, le recours au chômage

Plus en détail

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME pour Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME - Vague 12-16 janvier 2012 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon : Echantillon de 403 dirigeants d entreprise,

Plus en détail

L affacturage : trois services

L affacturage : trois services L affacturage : trois services Toute entreprise cherche à optimiser ses résultats. Il est clair que l affacturage y contribue efficacement en proposant des réponses aux 3 principaux besoins générés par

Plus en détail

Contrat tripartite. Medicen Paris Region /Entreprise / Consultant. Action «Propriété Industrielle»

Contrat tripartite. Medicen Paris Region /Entreprise / Consultant. Action «Propriété Industrielle» Contrat tripartite Medicen Paris Region /Entreprise / Consultant Action «Propriété Industrielle» Entre les soussignés : d une part, Le pôle de compétitivité Medicen Paris Region, constitué sous la forme

Plus en détail

Décision unilatérale de l employeur instituant une garantie complémentaire de remboursement de frais médicaux

Décision unilatérale de l employeur instituant une garantie complémentaire de remboursement de frais médicaux Décision unilatérale de l employeur instituant une garantie complémentaire de remboursement de frais médicaux Sur papier à en-tête de l entreprise M À, le Objet : Généralisation de la complémentaire santé

Plus en détail

La convention AERAS * emprunter. s assurer et. avec un risque aggravé. de santé. * La convention est téléchargeable sur www.gema.

La convention AERAS * emprunter. s assurer et. avec un risque aggravé. de santé. * La convention est téléchargeable sur www.gema. La convention AERAS * s assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé * La convention est téléchargeable sur www.gema.fr GEMA, 9, rue de Saint-Pétersbourg 75008 Paris - janvier 2007 1 Convention

Plus en détail

Vu le décret n 2005-215 du 4 mars 2005 relatif à la haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l égalité ;

Vu le décret n 2005-215 du 4 mars 2005 relatif à la haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l égalité ; Délibération n 2010-53 du 1 er mars 2010 Refus d assurance âge recommandation Un assureur refuse de couvrir le risque chômage au-delà de 55 ans. Interrogé par la haute autorité, il explique que cette situation

Plus en détail

Benbada affirme la priorité du produit national et la poursuite des efforts d ouverture sur le commerce mondial

Benbada affirme la priorité du produit national et la poursuite des efforts d ouverture sur le commerce mondial Entretien accordé par Monsieur Le Ministre du Commerce à l APS ( 31/01/2014) Points abordés : Protection du produit national, Crédit à la consommation, L accord commercial préférentiel "Algérie-Tunisie,

Plus en détail

Crédit LA CONVENTION AERAS. S assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé. www.boursorama-banque.com

Crédit LA CONVENTION AERAS. S assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé. www.boursorama-banque.com Crédit LA CONVENTION AERAS S assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé 1. Qu est ce que la convention AERAS? 2. Comment fonctionne le dispositif, quels sont les types de prêts concernés? 3.

Plus en détail

Enquête trimestrielle auprès des entreprises sur leur accès au crédit en France

Enquête trimestrielle auprès des entreprises sur leur accès au crédit en France Enquête trimestrielle auprès des entreprises sur leur accès au crédit en France La Banque de France mène une enquête trimestrielle auprès des entreprises de l industrie, des services et du bâtiment sur

Plus en détail

Bercy Financements Export. Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics. Bercy. Mardi 17 mars 2015

Bercy Financements Export. Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics. Bercy. Mardi 17 mars 2015 MICHEL SAPIN MINISTRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Bercy Financements Export Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics Bercy Mardi 17 mars 2015 Contact presse :

Plus en détail

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME pour Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME - Vague 18 - Mai 2013 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon : Echantillon de 401 dirigeants d entreprise, représentatif

Plus en détail

«J ai un impayé, que faire?»

«J ai un impayé, que faire?» «J ai un impayé, que faire?» Fiche technique proposée par le Cabinet CFO FRANCE, votre expert en recouvrement de créances civiles & commerciales Www.cfo-france.com S Introduction Malgré les prévisions

Plus en détail

PROTECTION CONTRE LES IMPAYÉS. Business Pass EH. L atout de votre entreprise contre les impayés

PROTECTION CONTRE LES IMPAYÉS. Business Pass EH. L atout de votre entreprise contre les impayés PROTECTION CONTRE LES IMPAYÉS Business Pass EH L atout de votre entreprise contre les impayés ? Comment m assurer de la solvabilité de mes clients? En cas d impayés, comment serai-je indemnisée??? Quelle

Plus en détail

Numérisation des salles de cinéma. Les instruments de financement du CNC

Numérisation des salles de cinéma. Les instruments de financement du CNC Numérisation des salles de cinéma Les instruments de financement du CNC Version du 30 octobre 2009 Le fonds de mutualisation Quel est son rôle? Le fonds de mutualisation a pour objet de collecter les contributions

Plus en détail

Par ailleurs, vous trouverez ci-dessous un questionnaire à retourner à la CGPME avant le 22 octobre 2008.

Par ailleurs, vous trouverez ci-dessous un questionnaire à retourner à la CGPME avant le 22 octobre 2008. Madame, Monsieur, A l image de ce qui se produit au niveau de l économie mondiale, la France est touchée par une crise sans précédent qui impacte fortement les établissements bancaires et par conséquent

Plus en détail

Les Garanties Publiques au service du développement international des Entreprises

Les Garanties Publiques au service du développement international des Entreprises COFACE Les Garanties Publiques au service du développement international des Entreprises Corinne MARTINEZ GUADELOUPE EXPORT 19 et 20 novembre 2009 L offre de produits gérés par Coface pour le compte de

Plus en détail

LA MEDIATION DU CREDIT AUX ENTREPRISES EN FRANCE ET DANS LE TARN

LA MEDIATION DU CREDIT AUX ENTREPRISES EN FRANCE ET DANS LE TARN Préfecture du Tarn LA MEDIATION DU CREDIT AUX ENTREPRISES EN FRANCE ET DANS LE TARN Mise en place à l initiative du président de la République, le 27 octobre 2008, la médiation du crédit aux entreprises

Plus en détail

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ Rue Saint-Jean 32-38 à 1000 Bruxelles Table des matières 1. Introduction 3 2. Réglementation 3 3. Rappel

Plus en détail

Procédures collectives : comment protéger ses informations?

Procédures collectives : comment protéger ses informations? Procédures collectives : comment protéger ses informations? Pascal VINCENT, Président, M2GS SAS Raphaël PEUCHOT, avocat associé FOURMANN & PEUCHOT 1 Sommaire Partie I: procédure de sauvegarde et continuité

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Création des commissions d assistance aux entreprises en Poitou-Charentes

DOSSIER DE PRESSE. Création des commissions d assistance aux entreprises en Poitou-Charentes wwww.poitou-charentes.gouv.fr DOSSIER DE PRESSE Création des commissions d assistance aux entreprises en Poitou-Charentes Lundi 19 décembre 2011 Le marché de l emploi en Poitou-Charentes touché par la

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel OFFICES PUBLICS DE L HABITAT ACCORD DU 12 JUILLET 2012 RELATIF À LA

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3078 Conventions collectives nationales CABINETS D AVOCATS IDCC : 1000. Personnel

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

1.2 Convocation des administrateurs Conformément à l article 17 des statuts, les administrateurs ont été convoqués par courrier.

1.2 Convocation des administrateurs Conformément à l article 17 des statuts, les administrateurs ont été convoqués par courrier. Société Anonyme au capital de 36 659 280 Siège social : 20, rue de l'arc de Triomphe - 75017 PARIS 378 557 474 RCS PARIS RAPPORT DU PRESIDENT DIRECTEUR GENERAL ETABLI EN APPLICATION DU DERNIER ALINEA DE

Plus en détail

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME REFLEXIONS DE LA CGPME CONSTAT La Banque Européenne d Investissement (BEI) a été créée par le Traité de Rome pour apporter des financements destinés

Plus en détail

Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010

Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010 Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010 Un premier semestre en deux temps : recul au premier trimestre et stabilisation au second semestre. Les investissements

Plus en détail

N 3 SÉNAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1978-1979. Annexe au procès-verbal de la séance du 2 octobre 1978. PROJET DE LOI

N 3 SÉNAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1978-1979. Annexe au procès-verbal de la séance du 2 octobre 1978. PROJET DE LOI N 3 SÉNAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1978-1979 Annexe au procès-verbal de la séance du 2 octobre 1978. PROJET DE LOI relatif à l'institution d'un régime complémentaire d'assurance vieillesse et survivants

Plus en détail

Conférence MENA OCDE Sur le financement des entreprises Sur le thème : A Casablanca le 22 février 2011

Conférence MENA OCDE Sur le financement des entreprises Sur le thème : A Casablanca le 22 février 2011 Conférence MENA OCDE Sur le financement des entreprises Sur le thème : «Accompagner la croissance des micros et petites entreprises : réduire les obstacles financiers dans la région MENA». A Casablanca

Plus en détail

Politique DE CLASSEMENT DES CLIENTS

Politique DE CLASSEMENT DES CLIENTS Politique DE CLASSEMENT DES CLIENTS Principaux textes de référence : La politique de classement des clients mise en place au sein de HMG Finance s appuie sur les articles L533-16, L533-20, D533-11 et D533-12

Plus en détail

A cet effet, un exemplaire des présentes Conditions est annexé à toute Offre Commerciale émise par A.M.O.I.

A cet effet, un exemplaire des présentes Conditions est annexé à toute Offre Commerciale émise par A.M.O.I. Article 1 : Définitions A.M.O.I. SARL (ciaprès dénommée «A.M.O.I.») est une société de prestations de services informatiques intervenant dans le domaine des réseaux informatiques et des nouvelles technologies

Plus en détail

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME pour BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME -Vague 2 - Juin 2009 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon : Echantillon de 402 dirigeants d entreprise, représentatif

Plus en détail

Le besoin de trésorerie

Le besoin de trésorerie JUIN 2013 ENTREPRENEURS N 3 lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent FINANCEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES & banques-sepa.fr les banques accompagnent les entreprises pour le

Plus en détail

ASSEMBLEE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIEME LEGISLATURE. Enregistrée à la Présidence de l'assemblée nationale le PROPOSITION DE LOI

ASSEMBLEE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIEME LEGISLATURE. Enregistrée à la Présidence de l'assemblée nationale le PROPOSITION DE LOI ASSEMBLEE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIEME LEGISLATURE Enregistrée à la Présidence de l'assemblée nationale le PROPOSITION DE LOI portant réforme de l organisation du temps de travail

Plus en détail

ACCORD NATIONAL DU 7 JUIN 2007

ACCORD NATIONAL DU 7 JUIN 2007 MINISTÈRE DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord de branche ENSEIGNEMENT AGRICOLE (SECTEUR DES ÉTABLISSEMENTS CATHOLIQUES) ACCORD NATIONAL DU 7 JUIN 2007 RELATIF AUX ÉQUIVALENCES

Plus en détail

3. Des données financières globalement positives en 2010

3. Des données financières globalement positives en 2010 3. Des données financières globalement positives 3.1 Une nouvelle progression du bilan À fin 2010, le total de bilan agrégé de l ensemble des organismes d assurance et de réassurance contrôlés par l Autorité

Plus en détail

Adhérez et déclarez vos salariés. sur www.cea.urssaf.fr. Mode d emploi

Adhérez et déclarez vos salariés. sur www.cea.urssaf.fr. Mode d emploi Adhérez et déclarez vos salariés sur www.cea.urssaf.fr @ Mode d emploi Sommaire Page d accueil 3 Accès à la demande d adhésion 3 Création adhésion 4 Association employeur 4 Autorisation de prélèvement

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS Date : 11/04/73 Origine : SDAM MMES et MM les Directeur des Caisses Primaires d Assurance Malaladie

Plus en détail

Convention de cotraitance pour groupement solidaire

Convention de cotraitance pour groupement solidaire Convention de cotraitance pour groupement solidaire Ce modèle peut être modifié, complété en fonction des souhaits émis par les membres du groupement. Il est souhaitable que le maître d ouvrage soit informé

Plus en détail