APPLICATION A l ALCOOL

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "APPLICATION A l ALCOOL"

Transcription

1 APPLICATION A l ALCOOL Le RPIB alcool Aquitaine 1

2 La moitié de toute la mortalité liée à l'alcool concerne des consommateurs non dépendants Augmentation de la mortalité globale dès 2 verres/j chez la femme, dès 3 verres/j chez l homme. Aquitaine 2

3 La consommation à risque d'alcool c est 1/3 des hommes 1/10 des femmes (entre 16 et 55 ans) en Aquitaine Aquitaine 3

4 Quels mésusages et qui? Mésusage 25% dont Dépendance 20% Usage nocif 35% Usage à risque 45% Usage à faible Risque 60% Abstinents 15% Aquitaine 4

5 Reconnaître un usage à risque, c est: 1- Identifier des seuils de consommation, au delà desquels le risque augmente. Aquitaine 5

6 Les recommandations de l INPES adaptées de l OMS (1 unité = 1 verre standard = 10 g d'alcool) Une bouteille de vin (75 cl) : Une bouteille de whisky (70 cl): Une cannette de bière (33 cl): 7 verres 22 verres 1,5 verre Aquitaine 6

7 Les recommandations de l INPES Usage ponctuel: Jamais plus de 4 verres par occasion. Usage régulier : Pas plus de 21 verres par semaine chez l'homme (3 verres/jour en moyenne); Pas plus de 14 verres par semaine chez la femme (2 verres / jour en moyenne); Un jour sans alcool par semaine Aquitaine 7

8 Reconnaître un usage à risque, c est aussi: 2- Identifier des circonstances où les consommations sont dangereuses. Aquitaine 8

9 Pas d alcool dans les circonstances suivantes: Grossesse, Enfance, Pathologie particulière (hépatite..), Dette de sommeil, Conduite de véhicule, machine dangereuse, Responsabilités nécessitant de la vigilance, Avec certains médicaments, Alcoolodépendant abstinent... Aquitaine 9

10 Le repérage? Vidéo 1 Vidéo 2 Vidéo 3 Vidéo 4 Aquitaine 10

11 Un repérage urgent face à des signes d alerte (1) Somatiques : Hypertension artérielle, Asthénie, Variation de poids, Troubles digestifs, Diabète, Accidents répétés, Résultats biologiques perturbés: GGT, TG, VGM Recours plus fréquent aux soins Aquitaine 11

12 Un repérage urgent face à des signes d alerte (2) Psycho-comportementaux: Anxiété, dépression, troubles du sommeil, agressivité, troubles sexuels, Troubles du comportement Autres addictions. Aquitaine 12

13 Un repérage urgent face à des signes d alerte (3) Difficultés relationnelles et socioprofessionnelles: Problèmes conjugaux, difficultés familiales, Demande d un membre de la famille concernant un mésusage d alcool d une autre personne de cette famille, Difficultés au travail, Difficultés financières. Aquitaine 13

14 Repérage par le F.A.C.E. A quelle fréquence vous arrive-t-il de consommer des boissons contenant de l alcool? 2 questions pour la CDA Réponses : 0 = «jamais», 1 = «une fois par mois ou moins», 2 = «2 à 4 fois par mois», 3 = «2 à 3 fois par semaine», 4 = «4 fois ou plus par semaine» Combien de verres standards buvez-vous au cours d une journée ordinaire où vous buvez de l alcool? Réponses : 0 = «un ou deux», 1 = «trois ou quatre», 2 = «cinq ou six», 3 = «sept à neuf», 4 = «dix ou plus» Aquitaine 14

15 Repérage par le F.A.C.E. 3 questions pour évaluer la dépendance Votre entourage vous a-t-il fait des remarques au sujet de votre consommation d alcool? Avez-vous déjà eu besoin d alcool le matin pour vous sentir en forme? Vous arrive-t-il de boire et de ne plus vous souvenir ensuite de ce que vous avez pu dire ou faire? Pour ces trois dernières questions : non = 0, ou oui = 4 Aquitaine 15

16 Hommes < 5 : risque faible ou nul 5 à 8 : consommation à risque >8 : dépendance probable Femmes Repérage par le F.A.C.E. < 4 : risque faible ou nul 4 à 8 : consommation à risque > 8 : dépendance probable Une aide au repérage Le diagnostic est avant tout clinique Aquitaine 16

17 Est légitime tout professionnel choisi par une personne pour parler de ses problèmes L efficacité d une seule intervention brève est démontrée : 25 à 40% des consommateurs à risque réduisent leur consommation de façon durable, au moins un an. Une série d interventions, surtout si menées de façon cohérente par plusieurs professionnels différents, est encore plus efficace. Aquitaine 17

18 INTERVENIR JEUX DE RÔLES ou THEÂTRE FORUM ou VIDEO Aquitaine 18

le médecin généraliste et les mésusages d alcool.

le médecin généraliste et les mésusages d alcool. le médecin généraliste et les mésusages d alcool. PRS alcool Aquitaine version du 3 juillet 2007 1 La moitié de toute la mortalité liée à l'alcool concerne des consommateurs non-dépendants Augmentation

Plus en détail

REPÉRAGE PRÉCOCE ET INTERVENTION BRÈVE (RPIB)

REPÉRAGE PRÉCOCE ET INTERVENTION BRÈVE (RPIB) REPÉRAGE PRÉCOCE ET INTERVENTION BRÈVE (RPIB) Repérer Intervenir Orienter L IDE et le médecin du travail face au salarié consommateur d alcool. Journée Régionale de Santé au Travail LR du 10/03/2016 Dr

Plus en détail

Pour faire le point Ouvrons le dialogue

Pour faire le point Ouvrons le dialogue Alcool Pour faire le point Ouvrons le dialogue Pour faire le point Alcool Votre médecin vous a proposé de faire le point sur votre consommation de boissons alcoolisées. Ce livret comprend plusieurs tests

Plus en détail

Repérage précoce et intervention brève

Repérage précoce et intervention brève Alcool Repérage précoce et intervention brève L alcool constitue rarement le motif initial d une consultation tant en médecine libérale qu à l hôpital. Un nombre important de patients dont la consommation

Plus en détail

Évo utions INTRODUCTION. Alcool et grossesse : connaissances du grand public en 2007 et évolutions en trois ans

Évo utions INTRODUCTION. Alcool et grossesse : connaissances du grand public en 2007 et évolutions en trois ans Évo utions résultats d études et de recherches en prévention et en éducation pour la santé Alcool et grossesse : connaissances du grand public en 2007 et évolutions en trois ans Juliette GUILLEMONT, Christophe

Plus en détail

Le problème de dépendance alcoolique est mesuré via le questionnaire Cage.

Le problème de dépendance alcoolique est mesuré via le questionnaire Cage. Consommation d alcool Définition La consommation d alcool a de nombreuses répercussions néfastes sur la santé. On considère, traditionnellement, qu une femme peut en consommer jusqu à 2 verres par jour

Plus en détail

Questionnaire ronflement et qualité de sommeil

Questionnaire ronflement et qualité de sommeil Questionnaire ronflement et qualité de sommeil Date du questionnaire : NOM : Prénom : Date de naissance : Sexe : Masculin Féminin Quel est le motif principal de consultation? Ronflement Troubles du sommeil

Plus en détail

L'alcool ça commence bien et ça finit toujours mal. AGENCE SANITAIRE ET SOCIALE de la Nouvelle-Calédonie

L'alcool ça commence bien et ça finit toujours mal. AGENCE SANITAIRE ET SOCIALE de la Nouvelle-Calédonie T SUR L'ALCOOL L EN NOUVELLE-CALÉDONIE L'alcool ça commence bien et ça finit toujours mal. AGENCE SANITAIRE ET SOCIALE de la Nouvelle-Calédonie ET LES CHIFFRES PLUS D 1 PERSONNE SUR 4 DE LA POPULATION

Plus en détail

Repérage Précoce et Intervention Brève ALCOOL. Conditions matérielles

Repérage Précoce et Intervention Brève ALCOOL. Conditions matérielles Repérage Précoce et Intervention Brève ALCOOL Conditions matérielles Nombre de participants prévus : 12 à 16. Nombre de formateurs prévus: un médecin généraliste formateur pratiquant le RPIB, un alcoologue

Plus en détail

ALCOOL. DU de FMC pour les médecins généralistes 2013-2014. Micheline CLAUDON Alain EDDI

ALCOOL. DU de FMC pour les médecins généralistes 2013-2014. Micheline CLAUDON Alain EDDI ALCOOL DU de FMC pour les médecins généralistes 2013-2014 Micheline CLAUDON Alain EDDI 2 Pourquoi consomme-t-on des drogues? Pour se sentir bien Pour se sentir mieux Pour faire mieux Pour faire comme les

Plus en détail

Adresse: Pouvons-nous laisser un message? Téléphone (maison): oui non Téléphone (cell ): oui non Téléphone (travail): oui non Courriel: oui non

Adresse: Pouvons-nous laisser un message? Téléphone (maison): oui non Téléphone (cell ): oui non Téléphone (travail): oui non Courriel: oui non QUESTIONNAIRE - HISTORIQUE DE VIE S il vous plaît répondre à toutes les questions du mieux que vous le pouvez. Les informations suivantes nous permettront de mieux vous connaître et demeureront confidentielles.

Plus en détail

ENQUETE SUR LA CONSOMMATION D'ALCOOL CHEZ LES LYCEENS

ENQUETE SUR LA CONSOMMATION D'ALCOOL CHEZ LES LYCEENS COMITE D'EDUCATION A LA SANTE ET A LA CITOYENNETE ENQUETE SUR LA CONSOMMATION D'ALCOOL CHEZ LES LYCEENS Enquête réalisée par les 1ST2S2, sous la responsabilité de Michèle Pluquet, professeur de STSS, dans

Plus en détail

L alcool et ses conséquences sur la santé :

L alcool et ses conséquences sur la santé : L alcool et ses conséquences sur la santé : données épidémiologiques et socio comportementales en France et en PACA Marielle AULAGNIER ORS PACA Avignon - Vendredi 24 janvier 2003 Introduction L alcool

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION

PROGRAMME DE FORMATION PROGRAMME DE FORMATION Vieillissement et stratégie d accompagnement OBJECTIFS Connaître le vieillissement et ses conséquences pour appréhender au mieux l accompagnement de la personne âgée : Les différences

Plus en détail

2013 CATALOGUE DES FORMATIONS RESAD VAUCLUSE CAMARGUE

2013 CATALOGUE DES FORMATIONS RESAD VAUCLUSE CAMARGUE 2013 CATALOGUE DES FORMATIONS RESAD VAUCLUSE CAMARGUE Renseignements et inscription auprès de la coordination de RESAD VAUCLUSE CAMARGUE N d'organisme de formation : 938 402 547 84 8 rue Krüger - 84000

Plus en détail

Addictologie et maladies alcooliques du foie. Dr Anne Borgne Service d addictologie Hôp René Muret / Jean verdier 93

Addictologie et maladies alcooliques du foie. Dr Anne Borgne Service d addictologie Hôp René Muret / Jean verdier 93 Addictologie et maladies alcooliques du foie Dr Anne Borgne Service d addictologie Hôp René Muret / Jean verdier 93 Les 5 facteurs de risque de morbidité et de mortalité prématurée en Europe Source: OMS

Plus en détail

Repérage précoce des consommations à risque chez la femme enceinte et réduction des risques

Repérage précoce des consommations à risque chez la femme enceinte et réduction des risques Repérage précoce des consommations à risque chez la femme enceinte et réduction des risques Dr Antoine GERARD Chef du service d addictologie du CH Emile Roux (Cs Addicto, ELSA, lits sevrage, CSAPA tox,

Plus en détail

Questionnaire DETA CAGE * 1. Avez-vous déjà ressenti le besoin de diminuer votre consommation de boissons alcoolisées?

Questionnaire DETA CAGE * 1. Avez-vous déjà ressenti le besoin de diminuer votre consommation de boissons alcoolisées? ÂGE : SEXE : Questionnaire DETA CAGE * (validation internationale) OUI NON 1. Avez-vous déjà ressenti le besoin de diminuer votre consommation de boissons alcoolisées? 2. Votre entourage vous a-t-il déjà

Plus en détail

LES DIFFÉRENTS TYPES D USAGE

LES DIFFÉRENTS TYPES D USAGE LES DIFFÉRENTS TYPES D USAGE TROIS GRANDS TYPES DE COMPORTEMENT l usage la non consommation la consommation socialement réglée l usage à risques l abus ou usage nocif la dépendance Les modalités de consommation

Plus en détail

TRAVAIL EN EQUIPES SUCCESSIVES

TRAVAIL EN EQUIPES SUCCESSIVES N 73 - SOCIAL n 32 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 06 avril 2012. ISSN 1769-4000 L essentiel TRAVAIL EN EQUIPES SUCCESSIVES - ACCORD COLLECTIF NATIONAL RELATIF A LA PREVENTION DE LA PENIBILITE

Plus en détail

Alcool TABAC. cannabis. L Alcool & moi JE ME TESTE OÙ JE ME SITUE? COCHEZ UNE RÉPONSE PAR QUESTION

Alcool TABAC. cannabis. L Alcool & moi JE ME TESTE OÙ JE ME SITUE? COCHEZ UNE RÉPONSE PAR QUESTION 01 L Alcool & moi OÙ JE ME SITUE? Alcool TABAC cannabis JE ME TESTE a COCHEZ UNE RÉPONSE PAR QUESTION 1. Quelle est la fréquence de votre consommation d alcool? Jamais (0 pt) 1 fois/mois ou moins (1 pt)

Plus en détail

Quelques chiffres Sur l alcoolisation des femmes en France

Quelques chiffres Sur l alcoolisation des femmes en France Quelques chiffres Sur l alcoolisation des femmes en France *Chiffres nationaux d après une étude [ENVEFF] sur 6970 femmes de 20 à 59 ans (en 2000). 47,7% des femmes de 28 à 59 ans déclarent consommer de

Plus en détail

livrete&pcor.xp 12/05/05 12:19 Page 1 Alcool... Connaître les effets / maîtriser les risques

livrete&pcor.xp 12/05/05 12:19 Page 1 Alcool... Connaître les effets / maîtriser les risques livrete&pcor.xp 12/05/05 12:19 Page 1 Alcool... Connaître les effets / maîtriser les risques livrete&pcor.xp 12/05/05 12:19 Page 2 livrete&pcor.xp 12/05/05 12:19 Page 3 livrete&pcor.xp 12/05/05 12:19 Page

Plus en détail

Sport, études et alcool : représentations étudiantes. thierry.michot@univ-brest.fr Labers EA 3941-28 mai 2015

Sport, études et alcool : représentations étudiantes. thierry.michot@univ-brest.fr Labers EA 3941-28 mai 2015 Sport, études et alcool : représentations étudiantes thierry.michot@univ-brest.fr Labers EA 3941-28 mai 2015 2 Quelques constats de base Sport, alcool et étudiants sont les trois éléments d un triptyque

Plus en détail

Addictions et travail précaire

Addictions et travail précaire Addictions et travail précaire Comment aborder la question de la précarité en milieu de travail Laurence ARGUILLERE-BULTEL - Présidente de l Association Alcool Addictions et Travail 1 SOMMAIRE Le travail

Plus en détail

Intérêt de la formation des soignants au RPIB-Alcool

Intérêt de la formation des soignants au RPIB-Alcool Intérêt de la formation des soignants au RPIB-Alcool 7 octobre 2016 SFLS 2016 Montpellier DAVID MICHELS Chargé de projets Cet intervenant : a déclaré ses liens d intérêt Tous les orateurs ont reçu une

Plus en détail

LA CONSOMMATION EXCESSIVE D ALCOOL L AMPLEUR DU PHÉNOMÈNE À LAVAL

LA CONSOMMATION EXCESSIVE D ALCOOL L AMPLEUR DU PHÉNOMÈNE À LAVAL Juin 06 Volume N o 7 Une production de la Direction de la santé publique LA CONSOMMATION EXCESSIVE D ALCOOL L AMPLEUR DU PHÉNOMÈNE À LAVAL La consommation excessive d alcool peut avoir des conséquences

Plus en détail

Calendrier des ateliers janvier 2010

Calendrier des ateliers janvier 2010 Calendrier des ateliers janvier 2010 1 2 «Pour respecter vos résolutions du jour de l An!» 3 4 5 6 Poids-santé 7/8 9h30-12h00 10 11 12 13 Poids-santé 8/8 9h30-12h00 17 18 Semaine nationale sans fumée Lancement:

Plus en détail

Recommandations de bonne pratique «Alcool / drogues et Santé au travail» : l essentiel à retenir en pratique RPIB. Démarche de prévention collective

Recommandations de bonne pratique «Alcool / drogues et Santé au travail» : l essentiel à retenir en pratique RPIB. Démarche de prévention collective Recommandations de bonne pratique «Alcool / drogues et Santé au travail» : l essentiel à retenir en pratique 2013 : Dépistage et gestion du mésusage de SPA susceptibles de générer des troubles du comportement

Plus en détail

Vie quotidienne et Sclérose en plaques. Pr Marc DEBOUVERIE

Vie quotidienne et Sclérose en plaques. Pr Marc DEBOUVERIE Vie quotidienne et Sclérose en plaques Pr Marc DEBOUVERIE Le diagnostic Les événements de la vie Vivre avec les symptômes de la maladie L apport d un Réseau de Santé Ville- Hôpital Le diagnostic Situation

Plus en détail

Conduites addictives en entreprise. Prévention et prise en charge

Conduites addictives en entreprise. Prévention et prise en charge Conduites addictives en entreprise Prévention et prise en charge VIII Journée d Études Nationales à Nantes Infirmières de Santé au travail 8 novembre 2007 Dr C.Dano Addictologie CHU Angers Contexte Transformation

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE EN CH EVALUATION DU RISQUE SUICIDAIRE. Les chiffres concernant le taux de suicide sont probablement inférieurs à la réalité

EPIDEMIOLOGIE EN CH EVALUATION DU RISQUE SUICIDAIRE. Les chiffres concernant le taux de suicide sont probablement inférieurs à la réalité EPIDEMIOLOGIE 10-15 % des TS aboutissent à un décès EVALUATION DU RISQUE SUICIDAIRE 40-50 % des décès par suicide ont ATCD de TS 40-45 % TS récidiveront (15-25% à 1an) 50% pop ont déjà eu pensées suicidaires

Plus en détail

connaître pour l hypertension artérielle

connaître pour l hypertension artérielle Le MAPA : un outil diagnostique à connaître pour l hypertension artérielle Jean-François Bilodeau, MD et Luc Lanthier, MD, MSc Présenté dans le cadre de la conférence : «Ambulatory Blood Pressure Monitoring

Plus en détail

Vérifier comment vous urinez à l aide d un calendrier Le calendrier mictionnel

Vérifier comment vous urinez à l aide d un calendrier Le calendrier mictionnel Vérifier comment vous urinez à l aide d un calendrier Le calendrier mictionnel Vous avez des difficultés à contrôler vos urines? Remplir ce calendrier aidera votre médecin à savoir quel est votre problème.

Plus en détail

Dommages sociaux et alcool

Dommages sociaux et alcool Dommages sociaux et alcool 1/49 Sources Données OFDT 2009 : http://www.ofdt.fr F. Facy, M. Rabaud. Effets sociaux de l alcoolisation excessive. Alcoologie et Addictologie 2003 ; 25 (4S) : 25S-29S Expertise

Plus en détail

L alcool : définition et repères de consommation

L alcool : définition et repères de consommation 1 sur 5 09/12/2015 13:05 Accueil [1] > Préserver sa santé [2] > Alcool et santé [3] > L alcool : définition et repères de consommation Mis à jour le 19 mai 2010 L alcool : définition et repères de consommation

Plus en détail

En Ile-de-France, une personne

En Ile-de-France, une personne 9 Un Francilien sur dix souffre de dépression e En 23, 11 des Franciliens présentent un état. Les femmes ont deux fois plus de risques que les hommes d être en dépression, toutes choses égales par ailleurs.

Plus en détail

Claude Gronfier, Ph.D. Département de chronobiologie Inserm U846, Institut Cellule Souche et Cerveau Lyon, France

Claude Gronfier, Ph.D. Département de chronobiologie Inserm U846, Institut Cellule Souche et Cerveau Lyon, France Claude Gronfier, Ph.D. Département de chronobiologie Inserm U846, Institut Cellule Souche et Cerveau Lyon, France Collaborateurs Groupe de travail Méthode HAS «Reco. pour la Pratique Clinique» Méthode

Plus en détail

LE REGLEMENT INTERIEUR Exemples de clauses consommation de substances psychotropes

LE REGLEMENT INTERIEUR Exemples de clauses consommation de substances psychotropes LE REGLEMENT INTERIEUR Exemples de clauses consommation de substances psychotropes Joséphine QUANDALLE-BERNARD Avocat au Barreau de LILLE - Spécialiste en Droit Social 1 LE CONTEXTE L employeur a l obligation

Plus en détail

Les troubles anxio-dépressifs mineurs ou troubles «sub syndromiques»

Les troubles anxio-dépressifs mineurs ou troubles «sub syndromiques» Les troubles anxio-dépressifs mineurs ou troubles «sub syndromiques» Fréquemment rencontrés en consultation par les médecins généralistes (estimation d environ 20% de nouveaux cas/an), les troubles anxio-dépressifs

Plus en détail

Sujet : L Etat doit-il taxer la consommation d alcool? Liste des documents

Sujet : L Etat doit-il taxer la consommation d alcool? Liste des documents Concours B/L 2009 ECONOMIE EPREUVE COMMUNE SUR DOSSIER : ORAL Jury : Elise Huillery et Grégory Ponthière Sujet : L Etat doit-il taxer la consommation d alcool? Liste des documents Document 1 : La consommation

Plus en détail

SSOCIATION ATIONALE REVENTION LCOOLOGIE DDICTOLOGIE A.N.P.A.A.45. 2, rue du Faubourg St Jean ORLEANS. Tel :

SSOCIATION ATIONALE REVENTION LCOOLOGIE DDICTOLOGIE A.N.P.A.A.45. 2, rue du Faubourg St Jean ORLEANS. Tel : A.N.P.A.A.45 SSOCIATION A.N.P.A.A.45. Laurent FRANCOIS de en et ATIONALE REVENTION LCOOLOGIE DDICTOLOGIE 2, rue du Faubourg St Jean.45000 ORLEANS. Tel : 02.38.53.52.03 L ALCOOL L USAGE L usage est une

Plus en détail

EVALUATION EN ADDICTOLOGIE LES OUTILS

EVALUATION EN ADDICTOLOGIE LES OUTILS EVALUATION EN ADDICTOLOGIE LES OUTILS Conseil minimal : Questionnaire CAGE-DETA Avez-vous déjà ressenti le besoin de diminuer votre consommation de boissons alcoolisées? Votre entourage vous a-t-il déjà

Plus en détail

questions Le traitement hypo-uricémiant

questions Le traitement hypo-uricémiant LA GOUTTE EN 60 questions ÉVENTAIL N 4 Le traitement hypo-uricémiant La goutte en 60 questions La collection de fiches «La goutte en 60 questions» vous propose de vous accompagner dans le traitement et

Plus en détail

Enquête sur les représentations, opinions et perceptions relatives aux psychotropes (EROPP) - alcool

Enquête sur les représentations, opinions et perceptions relatives aux psychotropes (EROPP) - alcool Pour toute impression ou sauvegarde, ouvrir la version Word de cette page. Type de source : Enquête en population générale Type de substance considéré : Alcool Population concernée : Population générale

Plus en détail

Cinq minutes pour c. Par le Dr Philippe Castera, médecin généraliste Coordinateur médical du réseau Addictions Gironde (AGIR 33)

Cinq minutes pour c. Par le Dr Philippe Castera, médecin généraliste Coordinateur médical du réseau Addictions Gironde (AGIR 33) Addictions22_10-15 19/06/08 14:12 Page 10 Dossier R epérage P récoce, I ntervention B rève Cinq minutes pour c Cinq minutes. Est-ce suffisant pour modifier le comportement d un buveur? De plus en plus

Plus en détail

La prise en charge médico-professionnelle des risques psychosociaux par le Médecin du travail

La prise en charge médico-professionnelle des risques psychosociaux par le Médecin du travail La prise en charge médico-professionnelle des risques psychosociaux par le Médecin du travail Page 1 Introduction Prise en charge des risques psychosociaux en Santé au travail : Au cours de la consultation

Plus en détail

D. Dépinoy À L USAGE DES MÉDECINS GÉNÉRALISTES

D. Dépinoy À L USAGE DES MÉDECINS GÉNÉRALISTES «Pour tous les médecins généralistes, la prise en charge des patient souffrant d une dépendance à l alcool est très compliquée. Souvent génératrices d un profond sentiment d impuissance, ces prises en

Plus en détail

REPONSES DU QUESTIONNAIRE DES SECONDES. Année

REPONSES DU QUESTIONNAIRE DES SECONDES. Année REPONSES DU QUESTIONNAIRE DES SECONDES Année 2015-2016 Les élèves interrogés sont élèves en seconde générale, seconde professionnelle et première année de CAP.Sur 280 élèves, 256 ont participé au questionnaire.

Plus en détail

BILAN SOMATIQUE DU PATIENT DIT «PSYCHIATRIQUE» AUX URGENCES. Dr Caroline PHAM- DINH Dr Lionel QUIRIN

BILAN SOMATIQUE DU PATIENT DIT «PSYCHIATRIQUE» AUX URGENCES. Dr Caroline PHAM- DINH Dr Lionel QUIRIN BILAN SOMATIQUE DU PATIENT DIT «PSYCHIATRIQUE» AUX URGENCES Dr Caroline PHAM- DINH Dr Lionel QUIRIN URGENCE PSYCHIATRIQUE? Urgence psychiatrique «demande dont la réponse ne peut être différée, nécessitant

Plus en détail

1. Objectifs de la politique. 2. Engagement de l employeur. 3. Champ d application

1. Objectifs de la politique. 2. Engagement de l employeur. 3. Champ d application Canevas pour élaborer une politique d entreprise en matière de harcèlement psychologique au travail Une politique d entreprise vise à communiquer l engagement de l employeur à prévenir et à faire cesser

Plus en détail

URGENCES PSYCHIATRIQUES. Chevalier Sébastien, Bouchonnet David, IFSI de LENS, le 10/02/09

URGENCES PSYCHIATRIQUES. Chevalier Sébastien, Bouchonnet David, IFSI de LENS, le 10/02/09 URGENCES PSYCHIATRIQUES PLAN Définition Urgences psychiatriques pures Urgences psychiatriques (crise) Les facteurs favorisants l émergence de ces urgences Rôle infirmier L entretien infirmier L urgence

Plus en détail

CoRolAR SPLIT A VAGUE 3

CoRolAR SPLIT A VAGUE 3 QUESTIONNAIRE CoRolAR SPLIT A VAGUE 3 VERSION FRANÇAISE VAGUE 3 2012 (W03.1+W03.2) janvier juin 2012 11.01.2012 CoRolAR SPLIT A MODULE élasticité des prix évolution de la demande E [consommateurs d alcool

Plus en détail

Education thérapeutique

Education thérapeutique Education thérapeutique Dr Souissi Zouhair Conflits d intérêt Intérêts financiers : Néant Liens durables ou permanents : Néant Interventions ponctuelles : Néant Intérêts indirects : Néant 2 L éducation

Plus en détail

2 verres. sont-ils déjà trop? Craignez-vous que votre consommation d alcool soit excessive? Cette brochure informe, explique et donne des réponses.

2 verres. sont-ils déjà trop? Craignez-vous que votre consommation d alcool soit excessive? Cette brochure informe, explique et donne des réponses. 2 verres sont-ils déjà trop? Craignez-vous que votre consommation d alcool soit excessive? Cette brochure informe, explique et donne des réponses. 2 TABLE DES MATIÈRES Un verre de trop 4 Qu est-ce qu un

Plus en détail

Catalogue de formations

Catalogue de formations 2014 Catalogue de formations Nautilia - Association Oppelia 97, rue Jules Siegfried 76600 Le Havre tél : 02 35 19 32 43 www.oppelia.fr Sommaire 2 Les fondamentaux Premières notions d'addictologie 3 Les

Plus en détail

Et si on en parlait... plaq alcool 220312:Mise en page 1 30/03/2012 18:26 Page 2

Et si on en parlait... plaq alcool 220312:Mise en page 1 30/03/2012 18:26 Page 2 plaq alcool 220312:Mise en page 1 30/03/2012 18:26 Page 2 Alcool Et si on en parlait... Ce document vise à informer les usagers des risques qui sont associés à la consommation d alcool plaq alcool 220312:Mise

Plus en détail

Canevas d entretien HoNOS

Canevas d entretien HoNOS Canevas d entretien HoNOS Rolf-Dieter Stieglitz & Achim Haug La structure des questions du canevas d entretien suit celle des questions du HoNOS. Les questions du canevas d entretien ne doivent toutefois

Plus en détail

Thème 6: Comportements à risques

Thème 6: Comportements à risques Thème 6: Comportements à risques 1 STRESS: FACTEUR DE COMPORTEMENTS À RISQUES Fanny BEVILACQUA Psychologue du Travail Risques psychosociaux et Risques routiers: Les aborder CONJOINTEMENT Risque psychosocial??

Plus en détail

Messages-clés. Mésusage de l alcool : dépistage, diagnostic et traitement. L objectif thérapeutique doit prendre en compte les préférences du patient

Messages-clés. Mésusage de l alcool : dépistage, diagnostic et traitement. L objectif thérapeutique doit prendre en compte les préférences du patient RECOMMANDATION Société Française d Alcoologie Décembre 2014 Mésusage de l alcool : dépistage, diagnostic et traitement Messages-clés L objectif thérapeutique doit prendre en compte les préférences du patient

Plus en détail

Dans cet atelier, nous allons étudier le taux d'alcoolémie en fonction de ces différents critères.

Dans cet atelier, nous allons étudier le taux d'alcoolémie en fonction de ces différents critères. Finale : énoncé Introduction Le taux d'alcoolémie varie en fonction de la quantité d alcool ingérée bien sûr mais aussi du poids, de l'état de fatigue, du sexe de la personne et du temps écoulé depuis

Plus en détail

Le document présent est un questionnaire commandité par le Fonds Social qui sonde plusieurs aspects de votre travail.

Le document présent est un questionnaire commandité par le Fonds Social qui sonde plusieurs aspects de votre travail. Introduction Le document présent est un questionnaire commandité par le Fonds Social qui sonde plusieurs aspects de votre travail. Le but de cette enquête est d estimer au mieux la qualité de travail dans

Plus en détail

Ostéopénie: techniques radiologiques d investigation

Ostéopénie: techniques radiologiques d investigation Ostéopénie: techniques radiologiques d investigation Marc Lemort Institut Jules Bordet Centre des Tumeurs de l Université Libre de Bruxelles Ostéopénie et ostéoporose Tissus osseux: Processus dynamique,

Plus en détail

Vaincre le stress, la dépression

Vaincre le stress, la dépression L ES LIVRES QUI SOIGNENT Docteur Patrick M. GEORGES Vaincre le stress, la dépression Groupe Eyrolles, 2005, ISBN 2-7081-3592-9 Table des matières Avant-propos................................. 7 Notice

Plus en détail

Annexes L AUDIT. Le DETA / CAGE. Le Short tabac-test d après Fagerström. Le CRAFFT test. Les éléments du repérage précoce de l usage nocif

Annexes L AUDIT. Le DETA / CAGE. Le Short tabac-test d après Fagerström. Le CRAFFT test. Les éléments du repérage précoce de l usage nocif L AUDIT Le DETA / CAGE Le Short tabac-test d après Fagerström Le CRAFFT test Les éléments du repérage précoce de l usage nocif Les caractéristiques de l entretien de motivation : CADRES 1/9 L AUDIT 1 Quelle

Plus en détail

Alcool et médicaments en vieillissant. Informations pour les personnes dès 60 ans et leur entourage

Alcool et médicaments en vieillissant. Informations pour les personnes dès 60 ans et leur entourage Alcool et médicaments en vieillissant Informations pour les personnes dès 60 ans et leur entourage Edition: Addiction Suisse et Zürcher Fachstelle zur Prävention des Alkohol- und Medikamenten-Missbrauchs,

Plus en détail

Sclérose en plaques et troubles psychiatriques

Sclérose en plaques et troubles psychiatriques Sclérose en plaques et troubles psychiatriques Une compréhension multifactorielle Dr Elise Lelarge Médecin psychiatre Psychothérapeute e.lelarge@citi44.com Passer d un système Simple (simpliste) Linéaire

Plus en détail

Le sommeil sous pompe à insuline. Frédérique Léonard

Le sommeil sous pompe à insuline. Frédérique Léonard Le sommeil sous pompe à insuline Frédérique Léonard Influence de la mise sous pompe à insuline sur le sommeil Enquête prospective à partir d un questionnaire établi par le groupe DELF pompe Madame, Monsieur,

Plus en détail

Technicien administratif et comptable niveau 3

Technicien administratif et comptable niveau 3 LA GESTION DU DEVELOPPEMENT INDIVIDUEL Technicien administratif et comptable niveau 3 EVALUATION GDI DU SALARIE Technicien administratif et comptable niveau 3 NOM : PRENOM : Période d'activité : Matricule

Plus en détail

MULTIPLICATION ET DIVISION DES NOMBRES ENTIERS

MULTIPLICATION ET DIVISION DES NOMBRES ENTIERS MULTIPLICATION ET DIVISION DES NOMBRES ENTIERS LES TEXTES OFFICIELS CYCLE 2 PROGRAMMES SOCLE COMMUN Pallier 1 Ils mémorisent et utilisent les tables d addition et de multiplication (par 2, 3, 4 et 5),

Plus en détail

Troubles du sommeil En avez-vous assez des nuits blanches?

Troubles du sommeil En avez-vous assez des nuits blanches? Troubles du sommeil En avez-vous assez des nuits blanches? Charles M. Morin, Ph.D. Chaire de recherche du Canada sur les troubles du sommeil Professeur et Directeur, Centre d étude des troubles du sommeil

Plus en détail

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Démarche et objectifs Une démarche de santé publique à l initiative de la Direction générale de la Santé

Plus en détail

La Morphine. parlons-en

La Morphine. parlons-en parlons La morphine est réservée aux maladies graves Vrai ou Faux? Faux : La morphine peut être utilisée pour des douleurs intenses : 1. de courte durée (douleur aiguë) : après une intervention chirurgicale,

Plus en détail

LES MODELES CLINIQUES

LES MODELES CLINIQUES LES MODELES CLINIQUES Le modèle bifocal et le modèle trifocal. UE3.1.S.1 Raisonnement et démarche clinique infirmière. Promotion 2015-2018 Créé en 2009 par P. NERO Réajusté en 2014 par M. PEREZ 2 Les modèles

Plus en détail

I - Situation du problème

I - Situation du problème I - Situation du problème DÉFINITION DU DIABÈTE GESTATIONNEL Le diabète gestationnel (DG) est un trouble de la tolérance glucidique de gravité variable, survenant ou diagnostiqué pour la première fois

Plus en détail

CAP PRÉVENTION, SANTÉ, ENVIRONNEMENT. Session 2016. DURÉE : 1H00 maximum CORRIGÉ

CAP PRÉVENTION, SANTÉ, ENVIRONNEMENT. Session 2016. DURÉE : 1H00 maximum CORRIGÉ CAP PRÉVENTION, SANTÉ, ENVIRONNEMENT Session 2016 DURÉE : 1H00 maximum CORRIGÉ CAP Code : 16-021 Session 2016 CORRIGÉ Épreuve : Prévention, Santé, Environnement Durée : 1 heure Coefficient 1 PARTIE 1 10

Plus en détail

Prévenir... l obésité de l enfant

Prévenir... l obésité de l enfant Prévenir... l obésité de l enfant 1 Surpoids et obésité chez l enfant : la prévention s impose En France, 1 enfant sur 10 présente un excès de poids à l âge de 10 ans (1) La fréquence de l excès de poids

Plus en détail

INVENTAIRE DES APTITUDES À LA PENSÉE (TSI; révisé 9/12; MGH) Nom de l enfant :

INVENTAIRE DES APTITUDES À LA PENSÉE (TSI; révisé 9/12; MGH) Nom de l enfant : INVENTAIRE DES APTITUDES À LA PENSÉE (TSI; révisé 9/12; MGH) Nom de l enfant : Date : La résolution de problèmes et le fait de répondre aux demandes de la vie nécessitent des aptitudes à la pensée. Si

Plus en détail

DIU D ACUPUNCTURE SCIENTIFIQUE

DIU D ACUPUNCTURE SCIENTIFIQUE DIU D ACUPUNCTURE SCIENTIFIQUE Vendredi 23 Septembre 2016 Programme des séminaires Année 2016 2017 9h - 11h 11h - 13h Méthodologies employées en médecine factuelle en corrélation avec l Acupuncture Scientifique.

Plus en détail

Mathématiques au cycle 2. Le sens des opérations

Mathématiques au cycle 2. Le sens des opérations Mathématiques au cycle 2 Le sens des opérations La frise numérique L addition La soustraction La multiplication La division Le sens des opérations Mémorisation des tables 2 L apprentissage des mathématiques

Plus en détail

Evaluation. Dès le premier contact dans la salle d attente Tout au long du traitement Phase postopératoire

Evaluation. Dès le premier contact dans la salle d attente Tout au long du traitement Phase postopératoire Evaluation Dès le premier contact dans la salle d attente Tout au long du traitement Phase postopératoire 1) Conduite d un entretien médical Antécédents médicaux Questionnaire confidentiel Interrogatoire

Plus en détail

TDAH. le devenir à l âge adulte. Trouble Déficit de l Attention / Hyperactivité

TDAH. le devenir à l âge adulte. Trouble Déficit de l Attention / Hyperactivité Association HyperSupers - TDAH France 2 Sentier de la Fontaine 77160 Provins 06 19 30 12 10 TDAH le devenir à l âge adulte Trouble Déficit de l Attention / Hyperactivité Association HyperSupers TDAH France

Plus en détail

Les risques psychosociaux. Espace Investigation Prévention Accompagnement du Stress

Les risques psychosociaux. Espace Investigation Prévention Accompagnement du Stress Les risques psychosociaux Espace Investigation Prévention Accompagnement du Stress Les risques psychosociaux 1. Définition et obligations réglementaires 2. Les facteurs de risques psychosociaux 3. Conséquences

Plus en détail

Eduard Vieta 15. Auteurs 19

Eduard Vieta 15. Auteurs 19 Table des matières Eduard Vieta 15 Avant-propos des auteurs Auteurs 19 Chapitre 1 Épidémiologie et classification des troubles bipolaires 23 Généralités 23 Études menées dans la population générale et

Plus en détail

Troubles du comportement dans les maladies rares. Etat des connaissances génétiques. Pierre Sarda

Troubles du comportement dans les maladies rares. Etat des connaissances génétiques. Pierre Sarda Troubles du comportement dans les maladies rares Etat des connaissances génétiques Pierre Sarda Troubles du comportement dans les Anomalies du Développement Les anomalies du développement touchent le développement

Plus en détail

Date d ouverture du dossier: # Dossier: FORMULAIRE D'ADMISSION POUR THERAPIE DE COUPLE À compléter individuellement

Date d ouverture du dossier: # Dossier: FORMULAIRE D'ADMISSION POUR THERAPIE DE COUPLE À compléter individuellement Date d ouverture du dossier: # Dossier: FORMULAIRE D'ADMISSION POUR THERAPIE DE COUPLE À compléter individuellement Prénom: Nom de famille: Âge: Date de naissance (aaaa/mm/jj): / / Groupe ethnique: Religion:

Plus en détail

Travail, drogue et alcool : faut s parler. VIA PRÉVENTION Colloque Valorisons la prévention 19 février 2015

Travail, drogue et alcool : faut s parler. VIA PRÉVENTION Colloque Valorisons la prévention 19 février 2015 Travail, drogue et alcool : faut s parler. VIA PRÉVENTION Colloque Valorisons la prévention 19 février 2015 État de situation Selon plusieurs recherches et études Entre 5% et 15% de la population active

Plus en détail

La prévention des addictions en médecine générale. Professeur Jean-Louis Demeaux Faculté de Médecine de Bordeaux

La prévention des addictions en médecine générale. Professeur Jean-Louis Demeaux Faculté de Médecine de Bordeaux La prévention des addictions en médecine générale Professeur Jean-Louis Demeaux Faculté de Médecine de Bordeaux La prévention des addictions en médecine générale Objectif : Situer la démarche du généraliste

Plus en détail

Ouvrons le dial O gue. Alcool MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE

Ouvrons le dial O gue. Alcool MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE Ouvrons le dial O gue Alcool Pour arrêter faire le de point fumer MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE Pour faire le point Votre médecin vous a proposé de faire le

Plus en détail

Besoin de santé : Vieillissement de la population

Besoin de santé : Vieillissement de la population Besoin de santé : Vieillissement de la population Compétence : Prendre en charge une population vieillissante en tenant compte de son environnement et de ses besoins Savoir faire à développer - Repérer

Plus en détail

LES JEUNES ET LES JEUX D ARGENT

LES JEUNES ET LES JEUX D ARGENT L I G U E V A L A I S A N N E C O N T R E L E S T O X I C O M A N I E S LES JEUNES ET LES JEUX D ARGENT PAS C AL E SCH AL B E T T E R, LIC.ES.SOC. C O L L AB O R AT R I C E S C I E N T I F I Q U E LVT

Plus en détail

Quand proposer une surveillance du cancer de la prostate? Dr. Alexandre de la Taille

Quand proposer une surveillance du cancer de la prostate? Dr. Alexandre de la Taille Quand proposer une surveillance du cancer de la prostate? Dr. Alexandre de la Taille CHU Mondor, Créteil Recommandations des instances scientifiques Surveillance est admise si : Cancer cliniquement localisé

Plus en détail

Pathologies respiratoires du sommeil

Pathologies respiratoires du sommeil Pathologies respiratoires du sommeil Pr Charles-Hugo MARQUETTE marquette.c@chu-nice.fr Pathologies du sommeil Les insomnies Les troubles respiratoires au cours du sommeil : Syndromes d'apnées du Sommeil,

Plus en détail

UNITE DE PATHOLOGIE DU SOMMEIL

UNITE DE PATHOLOGIE DU SOMMEIL UNITE DE PATHOLOGIE DU SOMMEIL DEPARTEMENT DE PNEUMOLOGIE CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE D'ANGERS CHU - ANGERS EVALUATION DE LA QUALITE DU SOMMEIL ET DE LA VIGILANCE Date du questionnaire : / / / / NOM

Plus en détail

LIGUE CARDIOLOGIQUE BELGE HYPERTENSION. psamtik@fotolia DES REPONSES CLAIRES

LIGUE CARDIOLOGIQUE BELGE HYPERTENSION. psamtik@fotolia DES REPONSES CLAIRES LIGUE CARDIOLOGIQUE BELGE HYPERTENSION psamtik@fotolia DES REPONSES CLAIRES Risque Cardiovasculaire global Certains comportements de notre vie de tous les jours augmentent notre probabilité de faire un

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE OUVERTURE D UNE UNITÉ COGNITIVO- COMPORTEMENTALE (UCC) DANS LE CADRE D UN NOUVEL ENSEMBLE DE SOINS DE SUITE ET DE RÉADAPTATION (SSR)

DOSSIER DE PRESSE OUVERTURE D UNE UNITÉ COGNITIVO- COMPORTEMENTALE (UCC) DANS LE CADRE D UN NOUVEL ENSEMBLE DE SOINS DE SUITE ET DE RÉADAPTATION (SSR) DOSSIER DE PRESSE Troyes, le 23 janvier 2015 OUVERTURE D UNE UNITÉ COGNITIVO- COMPORTEMENTALE (UCC) DANS LE CADRE D UN NOUVEL ENSEMBLE DE SOINS DE SUITE ET DE RÉADAPTATION (SSR) INTRODUCTION Un nouvel

Plus en détail

Patrick DAIMÉ. Médecin Généraliste et Addictologue Association Nationale de Prévention en Alcoologie et Addictologie CHU Rouen

Patrick DAIMÉ. Médecin Généraliste et Addictologue Association Nationale de Prévention en Alcoologie et Addictologie CHU Rouen Patrick DAIMÉ Médecin Généraliste et Addictologue Association Nationale de Prévention en Alcoologie et Addictologie CHU Rouen 1 Le Repérage Précoce et l Intervention Brève (RPIB) par les médecins agréés

Plus en détail

Les enquêtes représentatives : un cadrage quantitatif de la santé des jeunes

Les enquêtes représentatives : un cadrage quantitatif de la santé des jeunes Les enquêtes représentatives : un cadrage quantitatif de la santé des jeunes François Beck Conférence-débat sur les jeunes et la santé Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique de Rennes, 25 janvier 2011

Plus en détail

Taxes et emballages. Objectifs

Taxes et emballages. Objectifs Taxes et emballages Muriel Piazza Marc Vandercammen Enquête réalisée avec le soutien du Ministre wallon de l environnement Objectifs Mesurer la perception des consommateurs en matière de taxation des emballages.

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 13 avril 2005 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans à compter du 15 mai 2000 par avis de renouvellement (JO du 3

Plus en détail