ARGO-FRANCE 14/05/2009. Les procédures QC sur les flotteurs Argo

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ARGO-FRANCE 14/05/2009. Les procédures QC sur les flotteurs Argo"

Transcription

1 Les procédures QC sur les flotteurs Argo 1

2 Flux des données Argo du temps réel au temps différé Déploiement du flotteur CORIOLIS Feuille de mise à l eau du flotteur déployé : Message Argos Émission Argos CLS Toulouse ADS : Automatic Delivery Service 2

3 Flux des données Argo du temps réel au temps différé Temps différé Argo Correction des paramètres PRES, TEMP, PSAL Pressure offset Qui? Calibration PI (en totalité ou partiellement) Coriolis (Centre de données Cellule R&D) Quand? Dès qu un flotteur dépasse l âge de 1 an, avec une mise à jour tous les 6 mois Comment? Avec la méthode OW en s appuyant sur base de données de CTD de référence 3

4 CORIOLIS Temps réel Contrôle des données en temps réel -Importance information metadata lors déploiement (fiche bien complétée) -Décodage des données (version des flotteurs pour programme de décodage) -Tests automatiques et analyses objectives tests automatiques Argo Voir le manuel : Argo quality control manual Analyse objective en temps réel (quotidienne) Voir présentation ISAS V4 (Fabienne Gaillard) 4

5 CORIOLIS Temps différé Contrôle des données en temps différé Contrôle des flags : analyses objectives (ISAS, GLAZEO) > release Correction des données : champs adjusted Check sur l ensemble des flotteurs DAC Coriolis Rôle des PIs Rôle de la cellule R&D 5

6 Contrôle des flags : analyses objectives release Base de données Retour en base, vérification et correction si nécessaire 6

7 CORIOLIS Temps différé : Correction Corrections temps différé (autre que OW) - inertie thermique - offset sur la pression Description de la méthode - historique (Wong-Johnson-Owens, Bohme-Send, Owens-Wong) - la base de données - les programmes et figures diagnostiques Etat du temps différé Argo (GDAC/Coriolis) - d un point de vue quantitatif et qualitatif 7

8 2. Autres corrections temps différé Avant de s intéresser au traitement temps différé sur la salinité, il est important de s interroger sur la qualité des autres paramètres : Nécessité d un contrôle visuel des profils -> éliminer les profils suspects non marqués par le temps réel, les inversions de densité, -> retour vers le centre de données Contrôle de la pression Détecter les problèmes et dérives sur les capteurs de pression Différence de traitements des offsets de pression de surface Contrôle de la température 8

9 2. Autres corrections temps différé Inertie thermique Recommandation : corriger également les données de salinité pour tenir compte des biais dus à l inertie thermique de la cellule de conductivité. Travail de G. Johnson Johnson, G. C., J. M. Toole, and N. G. Larson Sensor corrections for Sea-Bird SBE-41CP and SBE-41 CTDs. Journal of Atmospheric and Oceanic Technology. Offset sur la pression (présentation de Virginie Thierry) 9

10 3. Description de la méthode - historique Analyse objective sur un ensemble de données et référence, et la position du flotteur : Comparaison de salinités sur des niveaux potentiels Θ WJO - Annie Wong, Gregory Johnson, Breck Owens (Wong et al., 2003). Méthode WJO : 1ère méthode de correction utilisée par la communauté Argo. Pour les études focalisées sur l Atlantique Nord avec des colonnes d eau faiblement stratifiées et hautement variables du gyre subpolaire, une méthode adaptée est nécessaire : BS - Boehme, L. and U. Send, 2005 OW - Annie Wong et Breck Owens (et Ned Campion) OW = un mélange des études de Bohme & Send (2005) et Wong et al (2003) Prise en compte du travail de J.B. Sallée (position du front polaire) Programmes en Matlab Nécessité de la Toolbox Optimization Divers toolboxes : m_map, seawater 10

11 3. Description de la méthode Figures diagnostiques Méthode OW Base de référence CTD (WOD2005) + données récentes CCHDO + NODC + Coriolis Prochainement WOD2009? 11

12 3. Description de la méthode Figures diagnostiques Raw data Calibrated data 12

13 3. Description de la méthode Figures diagnostiques 13

14 3. Description de la méthode Figures diagnostiques Raw data Calibrated data 14

15 CORIOLIS Temps différé Montrant les 10 niveaux choisis pour la calibration 15

16 CORIOLIS Temps différé Check sur l ensemble des flotteurs DAC Coriolis Pour chaque flotteur, faire une série de plots de vérification des données présentes dans les fichiers netcdf Exemple PROVOR CTF2 (v. 3.81) 16

17 CORIOLIS Temps différé 17

18 CORIOLIS Temps différé 18

19 CORIOLIS Temps différé 19

20 1. Etat du temps différé Argo (GDAC/Coriolis) «En terme de correction sur la salinité» 20

21 CORIOLIS Temps différé Check sur l ensemble des flotteurs DAC Coriolis Vérification des corrections apportées sur les données Correction vers des valeurs de salinité plus fortes Correction vers des valeurs de salinité plus faibles 21

22 CORIOLIS Temps différé Check sur l ensemble des flotteurs DAC Coriolis Vérification des corrections apportées sur les données 22

23 CORIOLIS Temps différé 23

24 Correction vers des valeurs de salinité plus fortes CORIOLIS Temps différé PSAL_ADJ - PSAL APEX Correction vers des valeurs de salinité plus faibles PROVOR 24

25 CORIOLIS Temps différé APEX PROVOR 25

26 Echange avec le centre de données Envoi des données temps différé au centre de données : Dès 12 mois de vie du flotteur, mise à jour tous les 6 mois Name Data_mode, data_state_indicator, scientific_<>.. Delayed Mode Adjusted en temps réel t 0 t +10 Real Time Offset du dernier cycle traité en temps différé PSAL_ADJUSTED=PSAL+offset Data_mode= A R<n _wmo>_<n _cycle>.nc 26

27 CORIOLIS Temps différé Intéractions PIs Centre de données - Cellule R&D - échange PI - Centre de données retour sur les corrections flag temps réel transfert des méthodes vers les PIs apporter assistance sur l application OW validation des résultats de calibration par les PIs création des fichiers netcdf temps différé - échange avec le centre de données base de référence : CTD récentes - cellule recherche et développement être à l écoute des problèmes (Pression, ) apporter des solutions apporter un support au centre de données (passage de développements en exploitation) 27

PROJET EQUIPEX NAOS. Observations de l océan global pour l étude et la prévision de l océan et du climat: préparation de la nouvelle décennie d Argo

PROJET EQUIPEX NAOS. Observations de l océan global pour l étude et la prévision de l océan et du climat: préparation de la nouvelle décennie d Argo PROJET EQUIPEX NAOS Observations de l océan global pour l étude et la prévision de l océan et du climat: préparation de la nouvelle décennie d Argo 3 ème réunion annuelle 16 & 17 Juin 2014 Ifremer, Centre

Plus en détail

ARGO USER S MANUAL Version 2.4 March 14 th 2012 DRAFT 3

ARGO USER S MANUAL Version 2.4 March 14 th 2012 DRAFT 3 ar-um-02-01 Mis en forme : Police :(Par défaut) Arial ARGO USER S MANUAL Version 2.4 March 14 th 2012 DRAFT 3 Mis en forme : Surlignage Mis en forme : Surlignage Mis en forme : Police :80 pt Ref: ar-um-02-01

Plus en détail

Monitoring continu et gestion optimale des performances énergétiques des bâtiments

Monitoring continu et gestion optimale des performances énergétiques des bâtiments Monitoring continu et gestion optimale des performances énergétiques des bâtiments Alexandre Nassiopoulos et al. Journée d inauguration de Sense-City, 23/03/2015 Croissance de la demande énergétique et

Plus en détail

VENT OCEANIQUE (WIND)

VENT OCEANIQUE (WIND) VENT OCEANIQUE (WIND) La connaissance des échanges à l interface air-mer est très importante pour les études climatique et météorologique. Le vent de surface océanique est un paramètre principal de ce

Plus en détail

7 - CHOIX D UN DEBIMETRE

7 - CHOIX D UN DEBIMETRE 7 - CHOIX D UN DEBIMETRE Le choix d un débitmètre n est pas une chose simple. Pour faire un choix correct, il faut tenir compte d une multitude de paramètres. Il est donc nécessaire avant tout de définir

Plus en détail

CAMPAGNE ROMANCHE 3 Le Noroit

CAMPAGNE ROMANCHE 3 Le Noroit Laboratoire de Physique des Océans IFREMER / CNRS / UNIVERSITE DE BRETAGNE OCCIDENTALE CAMPAGNE ROMANCHE 3 Le Noroit (27 octobre - 15 novembre 1994) Mouillages de courantométrie Données CTD Courantométrie

Plus en détail

Installation de marégraphes, collecte et traitement de données de niveaux d eau et mesures géodésiques au Nunavik

Installation de marégraphes, collecte et traitement de données de niveaux d eau et mesures géodésiques au Nunavik Installation de marégraphes, collecte et traitement de données de niveaux d eau et mesures géodésiques au Nunavik Contexte général Réchauffement de température anticipé entraîne la fonte des glaciers et

Plus en détail

Méthode d étalonnage de mini capteurs enregistreurs de température et d humidité relative pour utilisation in situ

Méthode d étalonnage de mini capteurs enregistreurs de température et d humidité relative pour utilisation in situ Cah. Tech. Inra, 2010, 70, 5-16 Méthode d étalonnage de mini capteurs enregistreurs de température et d humidité relative pour utilisation in situ Laurent Burnel 1, Audrey Alignier 1, Pierre Perrin 2 Résumé

Plus en détail

Thierry Terre (DOPS/LPO) Yves Desaubies (DPS), Gérard Loaec (TSI/ME) Loïc Petit de la Villéon (IDM/SISMER) Sylvie Pouliquen (DOPS/LOS)

Thierry Terre (DOPS/LPO) Yves Desaubies (DPS), Gérard Loaec (TSI/ME) Loïc Petit de la Villéon (IDM/SISMER) Sylvie Pouliquen (DOPS/LOS) Laboratoire de Physique des Océans Unité Mixte n 6523 (IFREMER-CNRS-UNIVERSITE) Fax 02.98.22.44.96 de à Thierry Terre (DOPS/LPO) Xavier Carton, Herlé Mercier, Pascale Lherminier, Virginie Thierry, André

Plus en détail

CASSY -Display (524 020)

CASSY -Display (524 020) 09/99-5-Hund Mode d emploi CASSY -Display () 7 A a b 1 B a b 8 2 3 STOP INTER. 7 1 AffichageA affichage de la valeur mesurée (1a), affichage de l unité (1b) 2 AffichageB affichage de la valeur mesurée

Plus en détail

Chapitre 4. La circulation océanique

Chapitre 4. La circulation océanique Chapitre 4 La circulation océanique Equations du mouvement Force et contraintes agissant sur l'océan Equilibre géostrophique Circulation et transport d'ekman Upwelling Les cellules de circulation subtropicales

Plus en détail

Introduction à MATLAB R

Introduction à MATLAB R Introduction à MATLAB R Romain Tavenard 10 septembre 2009 MATLAB R est un environnement de calcul numérique propriétaire orienté vers le calcul matriciel. Il se compose d un langage de programmation, d

Plus en détail

Les logiciels de prétraitement d images du ciel profond

Les logiciels de prétraitement d images du ciel profond Les logiciels de prétraitement d images du ciel profond Lors d une séance de photo, vous prenez plusieurs poses d un objet ainsi que des offset, dark et flat. Une fois la séance de photo terminée, il faut

Plus en détail

Chapitre 4 Protection contre les erreurs de transmission

Chapitre 4 Protection contre les erreurs de transmission Chapitre 4 Protection contre les erreurs de transmission I. Notion d erreur de transmission Les voies de communication sont imparfaites : - à cause des bruits : + bruit aléatoire + bruit en provenance

Plus en détail

PROGRAMME (Susceptible de modifications)

PROGRAMME (Susceptible de modifications) Page 1 sur 8 PROGRAMME (Susceptible de modifications) Partie 1 : Méthodes des revues systématiques Mercredi 29 mai 2013 Introduction, présentation du cours et des participants Rappel des principes et des

Plus en détail

Performances énergétiques de capteurs solaires hybrides PV-T pour la production d eau chaude sanitaire.

Performances énergétiques de capteurs solaires hybrides PV-T pour la production d eau chaude sanitaire. Performances énergétiques de capteurs solaires hybrides PV-T pour la production d eau chaude sanitaire. Patrick DUPEYRAT 1,2*, Yu BAI 3,4, Gérald KWIATKOWSKI 5, Gilles FRAISSE 3 Christophe MENEZO 2,3 et

Plus en détail

PLAN: Les puis canadiens. Les pompes à chaleur. Les capteurs solaires et ballon d eau chaude. Plancher, plafond, et mur chauffant.

PLAN: Les puis canadiens. Les pompes à chaleur. Les capteurs solaires et ballon d eau chaude. Plancher, plafond, et mur chauffant. PLAN: Les puis canadiens. Les pompes à chaleur. Les capteurs solaires et ballon d eau chaude. Les panneaux photovoltaïques. Plancher, plafond, et mur chauffant. Les puits canadiens: sert à la fois de chauffage

Plus en détail

Livrer chaque jour ce qui est prêt! Points clés du développement d un produit avec une livrasion par jour.

Livrer chaque jour ce qui est prêt! Points clés du développement d un produit avec une livrasion par jour. Livrer chaque jour ce qui est prêt! Points clés du développement d un produit avec une livrasion par jour. Date : 10 avril 2015 Format : Conférence Speakers : Dimitri Baeli, Benjamin Degerbaix de Les Furets

Plus en détail

6 MID= 8 SID= GUIDE DE L'UTILISATEUR HDHFL MISE EN SERVICE. Choix de l'emplacement du transmetteur. Câblage. Connexion au réseau sans fil

6 MID= 8 SID= GUIDE DE L'UTILISATEUR HDHFL MISE EN SERVICE. Choix de l'emplacement du transmetteur. Câblage. Connexion au réseau sans fil V2.2 (22.08.2014) 1 (8) ISE EN SERVICE Choix de l'emplacement du transmetteur L'appareil peut être installé dans un environnement sec (I20) au moyen de vis sur une surface murale ou sur un boîtier standard

Plus en détail

Colloque des arbitres et des commissaires aux résultats Moulin mer

Colloque des arbitres et des commissaires aux résultats Moulin mer Colloque des arbitres et des commissaires aux résultats Moulin mer Bernard Simon- janvier 2015 Météorologie Web : Attention aux modèles utilisés dans les prévisions: (maillage / relief pris en compte/

Plus en détail

Module de fonction. SM10 Module solaire pour EMS. Instructions de service 6 720 801 042 (2012/02) FR

Module de fonction. SM10 Module solaire pour EMS. Instructions de service 6 720 801 042 (2012/02) FR Module de fonction SM10 Module solaire pour EMS Instructions de service FR Sommaire 1 Sécurité.......................................3 1.1 Remarque...................................3 1.2 Utilisation conforme.............................3

Plus en détail

DEVENIR ANIMATEUR CERTIFIE DE LA DEMARCHE LEAN

DEVENIR ANIMATEUR CERTIFIE DE LA DEMARCHE LEAN DEVENIR ANIMATEUR CERTIFIE DE LA DEMARCHE LEAN Certification CQPM réf : 2008 07 69 0272 Animateur de la démarche LEAN pour l amélioration de la performance et des processus. BUTS DE LA FORMATION : Etre

Plus en détail

BBC Conseil Votre solution de coaching LEAN

BBC Conseil Votre solution de coaching LEAN BBC Conseil Votre solution de coaching LEAN Version 1 BBC Conseil 1 / 18 Plan de la présentation Présentation rapide du Lean Management 1. Le Lean est une démarche à long terme avec des résultats rapides.

Plus en détail

AOI ECCOREV 2011 Common databases for field sites dedicated to experimental studies on climate change in Southern France

AOI ECCOREV 2011 Common databases for field sites dedicated to experimental studies on climate change in Southern France AOI ECCOREV 2011 Common databases for field sites dedicated to experimental studies on climate change in Southern France Ilja REITER IR CNRS, FR ECCOREV How do ecosystems respond to climate change species

Plus en détail

Accompagner la transformation vers l excellence opérationnelle. Olivier Gatti olivier.gatti@adis-innovation.com

Accompagner la transformation vers l excellence opérationnelle. Olivier Gatti olivier.gatti@adis-innovation.com Accompagner la transformation vers l excellence opérationnelle. Olivier Gatti olivier.gatti@adis-innovation.com ADIS Innovation Partner 18 ans d activité opérationnelle dans le secteur du semi-conducteur

Plus en détail

Propriétés thermodynamiques du mélange. Eau-Ammoniac-Hélium

Propriétés thermodynamiques du mélange. Eau-Ammoniac-Hélium International Renewable Energy Congress November 5-7, 2010 Sousse, Tunisia Propriétés thermodynamiques du mélange Eau-Ammoniac-Hélium Chatti Monia 1, Bellagi Ahmed 2 1,2 U.R. Thermique et Thermodynamique

Plus en détail

8. Introduction au logiciel de simulation HYSYS : calcul d'une colonne de distillation.

8. Introduction au logiciel de simulation HYSYS : calcul d'une colonne de distillation. 8. Introduction au logiciel de simulation HYSYS : calcul d'une colonne de distillation. Plusieurs logiciels de simulation commerciaux sont disponibles sur le marché : ASPEN Plus, HYSYS, PRO II, Prosim,

Plus en détail

BANC D ETALONNAGE EN TEMPERATURE

BANC D ETALONNAGE EN TEMPERATURE BANC D ETALONNAGE EN TEMPERATURE Nicolas Lavenant¹, Martine Ollitrault², Yannick Hamon³, Nicolas Gilliet³, Yannick Fauvel ³, Mickael Faucheux ³ ¹ CNRS/ Université UMR6118 Géosciences (Beaulieu Université

Plus en détail

Du CRF jusqu à la programmation du SDTM

Du CRF jusqu à la programmation du SDTM Du CRF jusqu à la programmation du SDTM Cindy DOUCET et Jérémy MAMBRINI xxx, xxth xxxxxxx 2010-1 Contexte Définition La Terminologie Contrôlée correspond à des listes standard de valeurs. Sources CDISC

Plus en détail

1.1.1. Unité fonctionnelle de référence, à laquelle sont rapportés les impacts environnementaux du Chapitre 2

1.1.1. Unité fonctionnelle de référence, à laquelle sont rapportés les impacts environnementaux du Chapitre 2 EXTRAIT DE LA DECLARATION ENVIRONNEMENTALE et SANITAIRE CONFORME A LA NORME NF P 01-010 PROFILES PVC DE DECORATION ET D AMENAGEMENT INTERIEURS ET EXTERIEURS Edition DECEMBRE 2005 SNEP - Profilés PVC de

Plus en détail

UPS003LSM MODULE DE DÉTECTION DE CHARGE D ALIMNTATION SANS INTERRUPTION MODE D EMPLOI

UPS003LSM MODULE DE DÉTECTION DE CHARGE D ALIMNTATION SANS INTERRUPTION MODE D EMPLOI UPS003LSM PA27224A01 Rév.: 02 3-2014 MODULE DE DÉTECTION DE CHARGE D ALIMNTATION SANS INTERRUPTION MODE D EMPLOI Panduit Corp. 2014 Traduction des instructions d origine AFIN DE RÉDUIRE LE RISQUE DE BLESSURES,

Plus en détail

Business Intelligence avec SQL Server 2012 Maîtrisez les concepts et réalisez un système décisionnel

Business Intelligence avec SQL Server 2012 Maîtrisez les concepts et réalisez un système décisionnel Avant-propos 1. À qui s'adresse ce livre? 9 2. Les pré-requis 10 3. Les objectifs du livre 10 Introduction 1. Présentation du décisionnel 15 1.1 La notion de décideur 15 1.2 Les facteurs d'amélioration

Plus en détail

ÉLECTRICITÉ - MAGNÉTISME

ÉLECTRICITÉ - MAGNÉTISME METHODE D'ÉTALONNAGE : L'accréditation COFRAC ÉTALONNAGE porte sur les appareils listés ci-dessous. L'étalonnage est réalisé suivant un programme défini conjointement. Type d'appareils Méthode A Méthode

Plus en détail

Sextant V4.0. Le portail de diffusion de l information géographique de l Ifremer. Sextant Présentation générale

Sextant V4.0. Le portail de diffusion de l information géographique de l Ifremer. Sextant Présentation générale Sextant - Infrastructure de données spatiales sur le domaine marin Sextant V4.0 Le portail de diffusion de l information géographique de l Ifremer E. Quimbert, M. Bellouis, F. Lecuy, M. Treguer Centre

Plus en détail

Du bon usage des jetons Matlab de Mathrice

Du bon usage des jetons Matlab de Mathrice GDS 2754 s 1 raisonnée de Compiler 1 Institut de Mathématiques de Bordeaux - Université Bordeaux 1 Journées 5/7 octobre 2010 Les jetons GDS 2754 Ce sont des jetons mutualisés entre les différents laboratoires

Plus en détail

Résultats du 1er Trimestre 2009 Une bonne performance financière dans un environnement difficile

Résultats du 1er Trimestre 2009 Une bonne performance financière dans un environnement difficile Résultats du 1er Trimestre 2009 Une bonne performance financière dans un environnement difficile PARIS, France le 14 mai 2009 CGGVeritas (ISIN: 0000120164 NYSE: CGV) annonce ce jour les résultats consolidés,

Plus en détail

EQUIPEMENTS ELECTRONIQUES : MAINTENANCE

EQUIPEMENTS ELECTRONIQUES : MAINTENANCE MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION EQUIPEMENTS

Plus en détail

Business Intelligence avec SQL Server 2014 Maîtrisez les concepts et réalisez un système décisionnel

Business Intelligence avec SQL Server 2014 Maîtrisez les concepts et réalisez un système décisionnel Avant-propos 1. À qui s'adresse ce livre? 9 2. Les pré-requis 10 3. Les objectifs du livre 11 Introduction 1. Présentation du décisionnel 13 1.1 La notion de décideur 14 1.2 Les facteurs d'amélioration

Plus en détail

Ad-exchanges & RTB (avec la participation de Fabien Magalon, La place

Ad-exchanges & RTB (avec la participation de Fabien Magalon, La place En partenariat avec : Tout savoir sur le marketing à la performance Intervenants Hugo Loriot Directeur media technologie, Fifty Five Yann Gabay - Directeur général, Netbooster Fabien Magalon Directeur

Plus en détail

Bases de Données Avancées

Bases de Données Avancées 1/26 Bases de Données Avancées DataWareHouse Thierry Hamon Bureau H202 - Institut Galilée Tél. : 33 1.48.38.35.53 Bureau 150 LIM&BIO EA 3969 Université Paris 13 - UFR Léonard de Vinci 74, rue Marcel Cachin,

Plus en détail

Introduction du numéro unique d identification des entreprises (IDE) dans le registre du commerce

Introduction du numéro unique d identification des entreprises (IDE) dans le registre du commerce Département fédéral de Justice et Police DFJP Bundesamt für Justiz BJ Direction droit privé Eidgenössisches Amt für das Handelsregister Communication OFRC 1/12 5 mars 2012 Information concernant la pratique

Plus en détail

Evaluation des performances énergétiques et du confort d un bâtiment tertiaire rénové

Evaluation des performances énergétiques et du confort d un bâtiment tertiaire rénové Evaluation des performances énergétiques et du confort d un bâtiment tertiaire rénové Virginie Renzi 1, Françoise Burgun 1 1 INES RDI / CEA Institut National de l Energie Solaire Savoie Technolac, BP 332,

Plus en détail

DE LA CAMÉRA SOMMAIRE

DE LA CAMÉRA SOMMAIRE PARAMÉTRAGE DE LA CAMÉRA HIKVISION ISION DS-2DF1-715-B SOMMAIRE 1 : CONFIGURATION POUR DE L ENREGISTREMENT PERMANENT... 2 1.1Configuration de la caméra... 2 1.1.1 Paramétrage de l adresse IP de la caméra...

Plus en détail

Comment optimiser vos budgets. de télécommunications et. d affranchissement?

Comment optimiser vos budgets. de télécommunications et. d affranchissement? Comment optimiser vos budgets de télécommunications et d affranchissement Partie 1 : Affranchissement Pourquoi Coriolis et Neopost 2 fournisseurs de services B2B Des interlocuteurs identiques (Achats Services

Plus en détail

Autonomie énergétique des objets communicants : Choix technologiques et optimisation de la consommation

Autonomie énergétique des objets communicants : Choix technologiques et optimisation de la consommation Autonomie énergétique des objets communicants : Choix technologiques et optimisation de la consommation r.briand@estia.fr Octobre 2012 ASPROM ESTIA-Recherche Enseignant-Chercheur à l ESTIA Ecole Supérieure

Plus en détail

Keysight Technologies Identification rapide des caractéristiques thermiques d un prototype. Inspection thermographique des bâtiments.

Keysight Technologies Identification rapide des caractéristiques thermiques d un prototype. Inspection thermographique des bâtiments. Keysight Technologies Identification rapide des caractéristiques thermiques d un prototype. Inspection thermographique des bâtiments. Caractérisation en température pour prototype Pour nous contacter :

Plus en détail

CHAMPION Matthieu Modèles de Marché en Visual Basic ESILV S04 S6. Sommaire... 1. Introduction... 2

CHAMPION Matthieu Modèles de Marché en Visual Basic ESILV S04 S6. Sommaire... 1. Introduction... 2 Sommaire Sommaire... 1 Introduction... 2 1 Trois différentes techniques de pricing... 3 1.1 Le modèle de Cox Ross Rubinstein... 3 1.2 Le modèle de Black & Scholes... 8 1.3 Méthode de Monte Carlo.... 1

Plus en détail

La vidéo protection à la RATP. Réalités d aujourd hui et perspectives de demain

La vidéo protection à la RATP. Réalités d aujourd hui et perspectives de demain La vidéo protection à la RATP Réalités d aujourd hui et perspectives de demain Evolution des systèmes vidéo Les systèmes vidéo un outil au service de la gestion du risque 1970 1995-96 1999 2002 2006 Surveillance

Plus en détail

TUTORIAL REUTERS. Utilisation de l'utilitaire de recherche Reuters

TUTORIAL REUTERS. Utilisation de l'utilitaire de recherche Reuters TUTORIAL REUTERS Connexion à Reuters Allez sur https://portal.hpd.global.reuters.com/auth/login.aspx Le login est reut@ensimag.imag.fr, =1 à 5, le et le mot de passe étant ceux qui vous ont été

Plus en détail

Applications industrielles des hydrates de gaz - pilotes et prototypes :

Applications industrielles des hydrates de gaz - pilotes et prototypes : Applications industrielles des hydrates de gaz - pilotes et prototypes : Flow Assurance, Captage du CO2, Climatisation industrielle Baptiste Bouillot, maître de conférences, L équipe à Saint Etienne Equipe

Plus en détail

ASSURER LA QUALITE DES RESULTATS D ESSAI ET D ETALONNAGE Assuring the quality of test and calibration results

ASSURER LA QUALITE DES RESULTATS D ESSAI ET D ETALONNAGE Assuring the quality of test and calibration results ASSURER LA QUALITE DES RESULTATS D ESSAI ET D ETALONNAGE Assuring the quality of test and calibration results Soraya Amarouche Armelle Picau Olivier Pierson Raphaël Deal Laboratoire National de Métrologie

Plus en détail

FEUILLET TECHNIQUE Etalonnage des alarmes

FEUILLET TECHNIQUE Etalonnage des alarmes FEUILLET TECHNIQUE Etalonnage des alarmes Les avaries majeures de moteurs avec des coûts de réparation élevés et des arrêts des bateaux surviennent parce que l alarme de pression ou de niveau de l eau

Plus en détail

Participation à un projet européen de Smart Cities

Participation à un projet européen de Smart Cities Participation à un projet européen de Smart Cities DESTINATION Gaëtan Cherix Directeur Centre de Recherches Energétiques et Municipales, Martigny Georges Ohana Délégué à l énergie Services Industriels

Plus en détail

Téléphones mobiles. Santé et Sécurité MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ

Téléphones mobiles. Santé et Sécurité MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Téléphones mobiles Santé et Sécurité MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Utiliser un téléphone mobile est-il dangereux pour la santé? Avec plus de 66 millions d abonnements en France fin 2011,

Plus en détail

CENTRALE TELESURVEILLANCE VIA INTERNET WEB

CENTRALE TELESURVEILLANCE VIA INTERNET WEB CENTRALE TELESURVEILLANCE VIA INTERNET WEB Votre colis standard de base contient : Centrale de mesure Une sonde de température avec câble 1 M longueur (Tête ronde enrobée) Adaptateur alimentation 220 V

Plus en détail

Page 1 Quelques méthodes et outils de la qualité

Page 1 Quelques méthodes et outils de la qualité Page 1 Quelques méthodes et outils de la qualité Page 2 Classement des méthodes de la qualité (d après E. Le Coz, 2001) Quelques outils d amélioration de la qualité (d après Y. Mougin, 2004) http://www.eyrolles.com/chapitres/9782708130227/outils_methodes_mougin.pdf

Plus en détail

Manuel de référence relatif à l hébergement

Manuel de référence relatif à l hébergement . Multinet Ressources Inc Multinet Ressources Inc. 752 Chemin Olivier Saint-Nicolas, QC Tél. : 418-831-9636 www.multinetressources.com Manuel de référence relatif à l hébergement......... Les boîtes de

Plus en détail

Présentation livre Simulation for Supply Chain Management. Chapitre 1 - Supply Chain simulation: An Overview

Présentation livre Simulation for Supply Chain Management. Chapitre 1 - Supply Chain simulation: An Overview Présentation livre Simulation for Supply Chain Management Chapitre 1 - Supply Chain simulation: An Overview G. Bel, C. Thierry et A. Thomas 1 Plan Gestion de chaînes logistiques et simulation Points de

Plus en détail

- Le Diagramme de Gantt. - Le Diagramme de Pert - La Méthode QQCQCCP - La Méthode MOSI - Cahier des charges fonctionnel

- Le Diagramme de Gantt. - Le Diagramme de Pert - La Méthode QQCQCCP - La Méthode MOSI - Cahier des charges fonctionnel Planifier le projet > Identifier les étapes > Organiser le projet > Identifier les étapes - Le Diagramme de Gantt > Organiser le projet - Le Diagramme de Pert - La Méthode QQCQCCP - La Méthode MOSI - Cahier

Plus en détail

Automatisation de la Mesure sur un Stand d Essai pour les Chauffe - Eau Solaires

Automatisation de la Mesure sur un Stand d Essai pour les Chauffe - Eau Solaires Rev. Energ. Ren. : Journées de Thermique (2001) 47-52 Automatisation de la Mesure sur un Stand d Essai pour les Chauffe - Eau Solaires C. Bouden et N. Ghrab-Morcos Laboratoire d Energie Solaire, Ecole

Plus en détail

Matlab, une alternative crédible aux environnements de développement logiciel classiques

Matlab, une alternative crédible aux environnements de développement logiciel classiques Matlab, une alternative crédible aux environnements de développement logiciel classiques Auteur : Stéphanie LESCARRET, Acsystème www.acsysteme.com 19/04/2008 1 Acsystème un ensemble de compétences traitement

Plus en détail

Exploitation, àdistance, des données d un système de production d énergie électrique photovoltaïque.

Exploitation, àdistance, des données d un système de production d énergie électrique photovoltaïque. Exploitation, àdistance, des données d un système de production d énergie électrique photovoltaïque. 1. Principe de fonctionnement d un système «connecté réseau» 2. Localisation et présentation des panneaux

Plus en détail

Supply Chains aéronautiques et transformation de la logistique. 5 Mai 2010

Supply Chains aéronautiques et transformation de la logistique. 5 Mai 2010 Supply Chains aéronautiques et transformation de la logistique 5 Mai 2010 Sommaire Les Supply Chains Aéronautiques soumises à la pression économique Le projet de transformation logistique, fondation de

Plus en détail

Ressources pour le lycée technologique

Ressources pour le lycée technologique éduscol Enseignement de mathématiques Classe de première STMG Ressources pour le lycée technologique Dérivation : Approximation affine et applications aux évolutions successives Contexte pédagogique Objectifs

Plus en détail

GENERALITES SUR LES APPAREILS DE MESURE

GENERALITES SUR LES APPAREILS DE MESURE Chapitre 2 GENERALITES SUR LES APPAREILS DE MESURE I- LES APPAREILS DE MESURE ANALOGIQUES: Un appareil de mesure comprend généralement un ou plusieurs inducteurs fixes ( aimant permanant ou électroaimant)

Plus en détail

Modélisation et simulation du trafic. Christine BUISSON (LICIT) Journée Simulation dynamique du trafic routier ENPC, 9 Mars 2005

Modélisation et simulation du trafic. Christine BUISSON (LICIT) Journée Simulation dynamique du trafic routier ENPC, 9 Mars 2005 Modélisation et simulation du trafic Christine BUISSON (LICIT) Journée Simulation dynamique du trafic routier ENPC, 9 Mars 2005 Plan de la présentation! Introduction : modèles et simulations définition

Plus en détail

Survey of REDD projects in Central Africa Etude des projets REDD en Afrique Centrale

Survey of REDD projects in Central Africa Etude des projets REDD en Afrique Centrale Survey of REDD projects in Central Africa Etude des projets REDD en Afrique Centrale (formulaire à renvoyer à cdewasseige@foraf.eu et philippe.mayaux@jrc.ec.europa.eu ) 1) General description / Description

Plus en détail

Couplages multiples. Simulation Toolbox optimise les propriétés diélectriques et thermiques du matériel électrique

Couplages multiples. Simulation Toolbox optimise les propriétés diélectriques et thermiques du matériel électrique Couplages multiples Simulation Toolbox optimise les propriétés diélectriques et thermiques du matériel électrique Andreas Blaszczyk, Jörg Ostrowski, Boguslaw Samul, Daniel Szary Confrontés aux exigences

Plus en détail

Intégration à grande échelle du Photovoltaïque en toiture

Intégration à grande échelle du Photovoltaïque en toiture Préparer le bâtiment à l horizon 2010 Journées Thématiques 2004 Enveloppe du Bâtiment 1 Intégration à grande échelle du Photovoltaïque en toiture Hélène DESMALES Yves JAUTARD 11 mars 2004 Du site isolé

Plus en détail

Quality Control of Bottle Data at Maurice Lamontagne Institute. Contrôle de qualité des données bouteilles à l'institut Maurice-Lamontagne

Quality Control of Bottle Data at Maurice Lamontagne Institute. Contrôle de qualité des données bouteilles à l'institut Maurice-Lamontagne Quality Control of Bottle Data at Maurice Lamontagne Institute Contrôle de qualité des données bouteilles à l'institut Maurice-Lamontagne Laure Devine & Caroline Lafleur Institut Maurice-Lamontagne, B.P.

Plus en détail

Mesure et détection de substances dangereuses : EX-OX-TOX (IS-013) Version CT-Q 2011-11-15

Mesure et détection de substances dangereuses : EX-OX-TOX (IS-013) Version CT-Q 2011-11-15 Mesure et détection de substances dangereuses : EX-OX-TOX (IS-03) Version CT-Q 0--5 Groupe cible Collaborateurs qui doivent effectuer des mesures EX-OX-TOX sur un terrain d exploitation, les interpréter

Plus en détail

Administration, monitoring des services

Administration, monitoring des services IBM Software Group Administration, monitoring des services Véronique Kaçar, Consultant Tivoli, IBM France 2005 IBM Corporation Les Services : des ressources à gérer - Analyser et optimiser les services

Plus en détail

La fonction ET et la fonction OU. La Fonction ET

La fonction ET et la fonction OU. La Fonction ET La Fonction ET La fonction ET ne peut afficher que deux résultats: VRAI : Si les résultats de tous les tests logiques sont VRAI FAUX : Si le résultat d au moins l'un des tests logiques est FAUX. Structure

Plus en détail

Operation Execution System (OES) Plateforme Stratégique Pour la performance Industrielle. Copyright 2006 Apriso Corporation 1

Operation Execution System (OES) Plateforme Stratégique Pour la performance Industrielle. Copyright 2006 Apriso Corporation 1 Operation Execution System (OES) Plateforme Stratégique Pour la performance Industrielle 1 Anciens Processus vs. Nouveaux Processus Ancien Nouveau InitiativesStratégiques 80% REBUT vs. 20% VALEUR 80% VALEUR

Plus en détail

Analyse des déplacements des objets mobiles : définition de comportements types

Analyse des déplacements des objets mobiles : définition de comportements types Analyse des déplacements des objets mobiles : définition de comportements types Thomas Devogele Université François Rabelais (Tours) thomas.devogele@univ-tours.fr Les déplacements L analyse des déplacements

Plus en détail

Business Intelligence avec SQL Server 2012

Business Intelligence avec SQL Server 2012 Editions ENI Business Intelligence avec SQL Server 2012 Maîtrisez les concepts et réalisez un système décisionnel Collection Solutions Informatiques Table des matières Les éléments à télécharger sont disponibles

Plus en détail

1- Maintenance préventive systématique :

1- Maintenance préventive systématique : Page 1/9 Avant toute opération vérifier que le système soit correctement consigné. Avant de commencer toute activité, vous devez être en possession d une attestation de consignation 1- Maintenance préventive

Plus en détail

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves Bâtiments Matériaux Opérations Installations Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves X B ÂTIMENTS Afin de réduire les factures d énergie de sa maison des années 30, un habitant de Vanves

Plus en détail

Que faire pour éviter les pièges et réussir votre démarche LEAN?

Que faire pour éviter les pièges et réussir votre démarche LEAN? Que faire pour éviter les pièges et réussir votre démarche LEAN? Synthèse de 15 entreprises qui se sont lancées dans le Lean Manufacturing 7 ème Conférence d Échanges des Bonnes Pratiques Industrielles

Plus en détail

INSTRUMENTS DE MESURE

INSTRUMENTS DE MESURE INSTRUMENTS DE MESURE Diagnostique d impulsions lasers brèves Auto corrélateur à balayage modèle AA-10DD Compact et facile d emploi et de réglage, l auto corrélateur AA-10DD permet de mesurer des durées

Plus en détail

DIRECTION DE LA COORDINATION STATISTIQUE ET DES RELATIONS INTERNATIONALES Unité des Normes et Systèmes d'information Division Nomenclatures

DIRECTION DE LA COORDINATION STATISTIQUE ET DES RELATIONS INTERNATIONALES Unité des Normes et Systèmes d'information Division Nomenclatures Etab=DG75, Timbre=D230, TimbreDansAdresse=Oui, Version=W2000-C-5.1/9.0, VersionTravail=W2000-C-5.1/9.0 DIRECTION DE LA COORDINATION STATISTIQUE ET DES RELATIONS INTERNATIONALES Unité des Normes et Systèmes

Plus en détail

République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère du Commerce Direction du Commerce Wilaya de Skikda. Service de la qualité

République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère du Commerce Direction du Commerce Wilaya de Skikda. Service de la qualité République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère du Commerce Direction du Commerce Wilaya de Skikda Service de la qualité Produits Chimiques L'action entreprise par la Communauté européenne dans

Plus en détail

Groupe de travail ITIL - Synthèse 2011

Groupe de travail ITIL - Synthèse 2011 Groupe de travail ITIL - Synthèse 2011 Améliorer les relations clients-fournisseurs d une externalisation informatique Livrable 2010-2011 du Groupe ADIRA-ITIL Lyon 27 juin 2011 Animateurs: Jean LAMBERT

Plus en détail

Catherine Chochoy. Alain Maneville. I/T Specialist, IBM Information Management on System z, Software Group

Catherine Chochoy. Alain Maneville. I/T Specialist, IBM Information Management on System z, Software Group 1 Catherine Chochoy I/T Specialist, IBM Information Management on System z, Software Group Alain Maneville Executive I/T specialist, zchampion, IBM Systems and Technology Group 2 Le défi du Big Data (et

Plus en détail

Gouvernance et nouvelles règles d organisation

Gouvernance et nouvelles règles d organisation Gouvernance et nouvelles règles d organisation Didier Camous Strategy & Technology HP Software EMEA Copyright 2012 Hewlett-Packard Development Company, L.P. The information contained herein is subject

Plus en détail

Présentation de SILICOM

Présentation de SILICOM Présentation de SILICOM PRÉSENTATION GÉNÉRALE En quelques chiffres 31 ans d existence 200 Collaborateurs 8 M de capital Plus de 14 M de CA Plus de 15 clients grands comptes 3 établissements pour couvrir

Plus en détail

Mesure de la pression différentielle et différentielle bidirectionnelle expliquée à l'aide du capteur

Mesure de la pression différentielle et différentielle bidirectionnelle expliquée à l'aide du capteur Dans la technique de mesure de pression, on distingue les méthodes de mesure en fonction des tâches à réaliser. Au rang de ces méthodes figurent la mesure de la pression absolue, la mesure de la pression

Plus en détail

Optimisation et programmation mathématique. Professeur Michel de Mathelin. Cours intégré : 20 h

Optimisation et programmation mathématique. Professeur Michel de Mathelin. Cours intégré : 20 h Télécom Physique Strasbourg Master IRIV Optimisation et programmation mathématique Professeur Michel de Mathelin Cours intégré : 20 h Programme du cours d optimisation Introduction Chapitre I: Rappels

Plus en détail

INSTRUMENTATIONS OCÉANOGRAPHIQUES MÉTÉOROLOGIQUES ET HYDROLOGIQUES DÉVELOPPÉES PAR LA SOCIÉTÉ SAFARE-CROUZET

INSTRUMENTATIONS OCÉANOGRAPHIQUES MÉTÉOROLOGIQUES ET HYDROLOGIQUES DÉVELOPPÉES PAR LA SOCIÉTÉ SAFARE-CROUZET DOCUMENT 4.7. INSTRUMENTATIONS OCÉANOGRAPHIQUES MÉTÉOROLOGIQUES ET HYDROLOGIQUES DÉVELOPPÉES PAR LA SOCIÉTÉ SAFARE-CROUZET Jean-Jacques PESANDO Ingénieur Chef des Projets Océanographiques Société SAFARE-CROUZET

Plus en détail

Développement d une solution de contrôle prédictif pour le pilotage des PAC

Développement d une solution de contrôle prédictif pour le pilotage des PAC Développement d une solution de contrôle prédictif pour le pilotage des PAC HEPL-CECOTEPE & 3E Gabrielle Masy et Clara Verhelst 29-04-2015 Recherche subsidiée par la Région Wallonne de Belgique Flexibilité?

Plus en détail

Gestion optimale des unités de production dans un réseau compte tenu de la dynamique de la température des lignes

Gestion optimale des unités de production dans un réseau compte tenu de la dynamique de la température des lignes Gestion optimale des unités de production dans un réseau compte tenu de la dynamique de la température des lignes M. Nick, R. Cherkaoui, M. Paolone «Le réseau électrique de demain» - EPFL, 21.05.2015 Table

Plus en détail

CALEFFI. Collecteur géothermique de distribution en matériau composite. série 110 01221/12 FR

CALEFFI. Collecteur géothermique de distribution en matériau composite. série 110 01221/12 FR Collecteur géothermique de distribution en matériau composite série ACCREDITED CALEFFI 0/ FR ISO 00 FM ISO 00 No. 000 Fonction Les collecteurs de la série CALEFFI GEO permettent de raccorder des sondes

Plus en détail

Savoir faire et compétences

Savoir faire et compétences Savoir faire et compétences Qui sommes-nous? Multiplicateur d énergie Nous utilisons le vecteur sportif pour communiquer nos valeurs et apporter des solutions à la problématique énergétique. Notre projet

Plus en détail

Enseigner les Sciences de l Ingénieur en CPGE Séminaire Lycée e Raspail Juillet 2011 1 Sommaire 9h30 10 h Ouverture du séminaire Claude Bergmann 10h 12h Enseignement des SII en CPGE Jacques Aïache Compétences

Plus en détail

RESEAUX INDUSTRIELS et SUPERVISION Cours du 25 janvier 2006 - ENSPS salle C301

RESEAUX INDUSTRIELS et SUPERVISION Cours du 25 janvier 2006 - ENSPS salle C301 RESEAUX INDUSTRIELS et SUPERVISION Cours du 25 janvier 2006 - ENSPS salle C301 Serge RULEWSKI Directeur de Région Division Automation & Drives SIEMENS France - Région EST Page 1 RESEAUX INDUSTRIELS et

Plus en détail

Hinni vous souhaite la bienvenue

Hinni vous souhaite la bienvenue Hinni vous souhaite la bienvenue 1 1 Hinni SA Notre société Fondée en 1990. Champs d activité: hydrantes, pièces de rechange, contrôle et révision des hydrantes, contrôle des vannes, système de surveillance

Plus en détail

Réalisation et automatisation d un banc de mesure de résistance pour capteurs de gaz, sous le logiciel LabVIEW.

Réalisation et automatisation d un banc de mesure de résistance pour capteurs de gaz, sous le logiciel LabVIEW. Réalisation et automatisation d un banc de mesure de résistance pour capteurs de gaz, sous le logiciel LabVIEW. Minh-Tri Ta (1) (2), Ouafae Bennis (1) (3), Zitouni Messai (2), Toufik Mouet (2), Valérie

Plus en détail

Title Text. Gestion de données de mobilité Mobility data management

Title Text. Gestion de données de mobilité Mobility data management Title Text Gestion de données de mobilité Mobility data management Contenu de la présentation Content Entrepôt de données de mobilité et exportation Automatisation de la génération d objets dynamiques

Plus en détail

2.1 Détermination de la puissance du générateur de chaleur

2.1 Détermination de la puissance du générateur de chaleur Détermination de la puissance du générateur de chaleur 1 Marche à suivre Un dimensionnement correct des installations de chauffage est essentiel pour l utilisation rationnelle de l énergie dans les bâtiments.

Plus en détail