LES METHODES DE COMPOSITION DE BETON

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES METHODES DE COMPOSITION DE BETON"

Transcription

1 LES METHODES DE COMPOSITION DE BETON Safi B. 1

2 I- METHODES DE COMPOSITION DES BETONS L étude de la composition d un béton, consiste à définir le mélange optimal des différents granulats dont on dispose ainsi que le dosage en ciment et en eau, afin de réaliser un béton dont les qualités soient celles recherchées pour la construction de l ouvrage ou de partie d ouvrage en cause. Les méthodes de composition se subdivisent en deux types : Les méthodes à «granularité continue», si la courbe sur le graphique granulométrique s élevant d une façon continue ; autrement dit du plus petit grain de ciment de dimension d c 6.3m au plus gros grain D des graviers. Toutes les grosseurs intermédiaires sont représentées. Exemple : béton constitué d un sable 0/5 mm et deux graviers 5/20 mm et 20/50 mm. Les méthodes à «granularité discontinue», lorsque la courbe granulométrique correspondante présente un palier qui équivaut à un manque d élément intermédiaire Ex : béton constitué d un sable 0/5 mm et d un gravier 20/50. La granularité continus permet d obtenir des bétons plus plastiques et de bonne ouvrabilité ; Par contre la granularité discontinus conduit à des bétons présentant en général, des résistances en compression un peu supérieures mais au détriment de l ouvrabilité ; il semble toute fois que la plus part des bétons actuellement utilisés sont à granularité continue. I..1- Méthode de Bolomey Par une formule appropriée, on trace une courbe granulométrique de référence et d où s efforce de réaliser avec des granulats dont on dispose une composition granulaire totale (ciment compris), dont la courbe soit aussi proche que possible de la courbe de référence théorique. La formule de base est la suivante. P = A + (100 A) d D P : est le pourcentage de grains passant à la passoire de diamètre D : est le diamètre des plus gros grains. A : la valeur de A dépendra de - la consistance souhaité de béton - la provenance des granulats. Elle varie de 6 à 16, étant d autant plus élevée que le dosage en ciment est plus fort. Cette méthode aboutit théoriquement tout au moins à une granularité continue. Safi B. 2

3 I.2.- Méthode de Faury : La particularité de cette méthode est qu elle est : - Applicable à tous les granulats, qu elle que soit la masse volumique Faury à distingué des grains fins et moyens des celles gros et la pente de la droite n est pas la même pour chacune de ces deux courbes, il adopta aussi une échelle des abscisses graduée en 5 d L abscisse du point de rencontre de ces deux droites est fixée D/2 et son ordonnée par la formule : Où: Y 5 = A + 17 A : constante, traduisant la maniabilité du béton. B : constant traduisant l importance du serrage du béton. D : plus grande dimension de tamis. R : rayon moyen démoule. D R D B 0,75 I.3.- Méthode d Abrams C est une règle de mélange basée sur l obtention d un certain module de finesse global pour le mélange de granulats à partir de la connaissance des modules de finesse des granulats à employer. Le module de finesse du mélange est choisi de manière que les vides dans ce mélange soient en principe, réduits au minimum ; les modules optimaux pour béton de granulat roulés, détermines expérimentalement par Abrams, sont indiqués dans le tableau (I.1). En fonction du dosage en ciment et de la dimension D du granulat le plus gros. Safi B. 3

4 Tableau (I.1) : Valeurs optimales d après ABRAMS du module de finesse des compositions granulaire des bétons courants. Dosage en ciment kg/m Dimension maximale D des granulats La règle de mélange d ABRAMS, permet de de calculer les pourcentages relatifs des granulats de module de finesse Mf1 et Mf2, choisi pour obtenir un module de finesse Mf choisi pour le mélange. I.4- Méthode de Vallette : Vallette à mis au point une méthode essentiellement expérimentale. Mais qui nécessite cependant un certain nombre de calcul préparatoire dans les cas les plus courants, on partira en général de deux granulats (béton binaire) : un sable 0/5mm et un graviers présentant le plus souvent une certaine discontinuité avec le sable. On calcul d abord le dosage de sable et ciment devant donner en principe le mortier plein à minimum de ciment, ce dosage s obtient en mesurant les vides du sable mouillé et ou calculant le dosage en ciment permettant de remplir le volume des vides du sable par un volume égale de pâte pure de ciment. On ajoute ensuite le maximum de gravier mouillé compatible avec une ouvrabilité permettant un moulage correct et une mise en œuvre facile dans les conditions du chantier. On obtient alors le béton plein à minimum de sable et le moins dosé (en ciment). Les dosages en ciment auxquels on abouti ainsi sont presque toujours très nettement au-dessous des dosages nécessaires pour obtenir les résistances souhaitées et la plasticité nécessaire l étanchéité ou autres qualités pour déterminer la composition du béton de dosage en ciment suffisant pour la résistance à obtenir ou fixe à priori dans certains cas ou on évalue par un calcul approprié, le volume de pâte pure compensatrice à substituer à un égal volume plein mouillé de sable. I.5- Méthode de joisel : S inspirant comme Faury de la théorie de caquot mais en la généralisant, A.joisel propose de considérer que la loi de granulation conduisant à la compacité maximale est fonction de m d Safi B. 4

5 , m dépendant de la compacité avec laquelle se serre un granulat de dimension uniforme selon les moyens de serrage, m peut alors varier de 3 à 10.Comme dans la théorie de Faury, on aboutit donc en principe à une granularité continue sauf, bien entendu, si les granulats dont on dispose en pratique présentent une discontinuité. Comme pour les méthodes de Faury et Valette, le dosage en ciment déterminé par cette méthode est le dosage minimal correspondant théoriquement sur le plan granulométrique, à la compacité maximale, ce dosage est en général nettement inférieur (150 à 200Kg/m 3 ) au dosage nécessaire ou exigé (250 à 400Kg/m 3 dans la plus part des cas). Une correction doit être apportée dans ce sens. I.6- METHODES DE CALCUL DE LA COMPOSITION DU BETON SELON G. DREUX I.6.1- Données de base A) Nature de l ouvrage La connaissance de la nature de l ouvrage est nécessaire : ouvrage massif ou au contraire élancé et de faible épaisseur, faiblement ou très ferraillé. Il sera nécessaire de connaître l épaisseur minimale et les dispositions des armatures dans les zones les plus ferraillées : distance minimale entre elles et couvertures par rapport au coffrage. B) Résistance souhaité On demandera en général, une résistance nominale σ n à la compression à 28 jourset compte tenu des dispersions et de l écart quadratique, il foudra viser une résistance moyenne à 28 jours : C) Ouvrabilité désirée : Elle en fonction de la nature de l ouvrage ( plus ou moins massifs ou plus ou moins ferraillé), de la difficulté du bétonnage, des moyens de serrage, etc, elle peut se définir en général par la plasticité désirée mesurée par affaissement au cône comme indiqué le tableau suivant : Safi B. 5

6 Tableau ( I.2) : Evaluation de l ouvrabilité par référence à l affaissement au cône ou au test d ouvrabilité C.E.S. Affaissement A Plasticité Serrage en cm Nombre de chocs test C.E.S Béton très ferme Vibration puissante 0 à 2 >60 Béton ferme Bonne vibration 3 à 5 30 à 50 Béton plastique Vibration courante 6 à 9 15 à 25 Béton mou Piquage 10 à à 15 Béton liquide Léger piquage 14 < 10 I.6.2- Dimension maximale des granulats : La dimension maximale des granulats ( D max ) est choisie suivant les spécificité de l ouvrage à bâtir. Le tableau suivant montre les règles à suivre, en général ces valeurs sont valables pour une granularité continue, tandis que une granularité discontinue, ces valeurs devront être diminuer de 20% environ. Tableau ( I.3) : Dimension maximale du granulat. Caractéristiques de la pièce à béton Dimension D des granulats Roulés Concassés e- espacement entre armatures horizontales c- couverture entre armatures et coffrages r- rayon moyen des mailles de ferraillage r - rayon moyen du moule ( volume à remplir de béton par rapport à la surface totale des parois et armatures. hm = épaisseur minimale D e D 0.9 e D 0.8 c D 0.7 c D 1.85 r D 1.65 r D 1.2 r D r D 0.25 hm I.6.3- Dosage en ciment : On commencera par évaluer approximativement le rapport C/E en fonction de la résistance moyenne désirée σ 28. Safi B. 6

7 Avec : σ 28 : Résistance moyenne en compression désirée ( à 28 jours) en bars, σ c : Classe vraie du ciment ( à 28 jours) en bars, C : Dosage en ciment ( en kg/m 3 ), E : Dosage en eau totale sur matériau secs ( en litre), G : Coefficient granulaire. Tableau ( I.4) : Valeurs approximatives du coefficient granulaire ( G) Qualité des granulats Fins ( D 16 mm) Dimension D des granulats Moyen (25 D 40 mm) Gros ( D 63 mm Excellente Bonne, courante Passable Le dosage en ciment est en fonction de C/E, mais également du dosage en eau E nécessaire pour une ouvrabilité satisfaisante. L abaque de la figure n 1 permet d évaluer approximativement C en fonction de C/E et de l ouvrabilité désirée qui doit être considérée comme une donnée au problème. Safi B. 7

8 Fig ( I.1) : Abaque permettant d évaluer approximativement le dosage en ciment à prévoir en fonction du rapport C/E et de l ouvrabilité désirée ( affaissement au cône). I.6.4- Dosage en eau : L abaque de la figure ( I.2), donne l allure générale de la variation du dosage en eau en fonction de l affaissement au cône et du test d ouvrabilité C.E.S. Il ne s agit bien entendu que d ordre de grandeur pour des bétons courants et permettant de dégrossir rapidement une formule de composition mais comme pour tous les facteurs de cette composition c est à notre avis par des essais sur des éprouvettes que les divers éléments constitutifs, et l eau tout particulièrement, peuvent être définitivement dosée. Safi B. 8

9 Fig ( I.2) : Variation relatives moyennes du dosage en eau E et du nombre de chocs du test d ouvrabilité C.E.S. en fonction de l affaissement, dans le cas des bétons composés suivent la présente méthode ( le dosage en sable augmente quand le dosage en ciment diminue). Correction du dosage en eau en fonction de Dmax Les données précédents sont plus particulièrement applicables aux bétons dont la dimension maximale des granulats est d environ D = 25 mm ( dimension la plus courante). Si l on a D < 25 mm, la surface spécifique des granulats augmente et à plasticité équivalente, il foudra légèrement majorer le dosage en eau, et vice- versa. La correction sur le dosage en eau correspond à D = 25 mm, peut être approximativement évaluée d après les valeurs du tableau ( I.5) en fonction de D. Safi B. 9

10 Tableau ( I.5) : Correction en pourcentage sur le dosage en eau en fonction de la dimension maximale des granulats Dimension maximale des granulats D en mm Correction du dosage en eau ( %) Dosage en eau réelle : La quantité d eau totale (sur matériau supposés secs) étant ainsi approximativement déterminée, en obtiendra la quantité d eau à ajouter sur les granulats humides en déduisant l eau d apport ( contenue dans les granulats). I.6.5- Analyses granulométriques des granulats Sur un graphique d analyse granulométrique, on trace la courbe granulaire de référence OAB. - Point B à l ordonnée 100% correspond à la dimension D du plus gros granulats. - Point de brisure A à pour coordonnées : En abscisse Si D 25 mm X = D/2. Si D > 25 mm X est située au milieu du segment limité par le Module 38 ( 5mm) et le module correspond à D ; En ordonnée : Y = 50 (D max ) 1/2 + K. Avec K : est un terme correcteur qui dépend du dosage en ciment, de l'efficacité de serrage, de la forme des granulats ( roulés ou concassés) et également de module de finesse du sable. Les valeurs de K est donnée sur le tableau ( I.6) : Safi B. 10

11 Analyse granulométrique par tamisage NF P GRAPHE - 2- SABLES GRAVIERS B G 8/15 45% G 3/8 11% S g 32% S F 12% Sable Sable fin fin A , , ,5 8 6, ,5 3,15 2 1,6 0,8 0,63 0,5 0,4 0,315 0,2 0,25 0,1 0,125 0,16 Fig. N : Analyse granulométrique. Norme NFP Série de tamis en millimètres Exemple d'étude de la composition granulaire d'un ternaire discontinu D = 50 mm O 0,08 Tam isats (% ) Tableau ( I.6) : Valeurs de K Safi B. 11

12 Vibration Faible normale Puissante Forme des granulats Roulé Concassé Roulé Concassé Roulé Concassé Dosage en ciment 400+fluidif Nota 1 : Si le module de finesse du sable est fort ( sable grossier), une correction supplémentaire sera effectué de façon à relever le point A, ce qui correspond à augmenter le dosage en sable et vice versa. La correction supplémentaire ( sur K ) peut être effectuée en ajoutant la valeur Ks = 6Mf 15. Nota 2 : Si la quantité du béton est précisée «pompable», il conviendra de conférer au béton le maximum de plasticité et de l enrichir en sable par rapport à un béton de qualité «courante». On pourra pour cela majorer le terme correcteur K de la valeur Kp = +5 à +10 environ, selon le degré de plasticité désiré. I.6.6- Coefficient de compacité (γ) : C est le rapport à un mètre cube du volume absolu des matériaux solides ( ciment et granulats) réellement contenus dans un mètre cube de béton frais en œuvre. On choisira une valeur approximative de γ dans le tableau ( I.7) : Safi B. 12

13 Tableau ( I.7) : Valeurs du coefficient de compacité : Consistance Compactage ( serrage) Coefficient de compacité D=5 D=10 D=16 D=25 D=40 D=63 D=100 Piquage Molle Vibration faible Vibration normale Piquage Plastique Vibration faible Vibration normale Vibration puissante Vibration faible Ferme Vibration normale Vibration puissante Nota : Ces valeurs sont convenables pour des granulats roulés sinon il conviendra d apporter les corrections suivantes : - sable roulé et gravier concassé = ; - sable et gravier = pour les granulats légers, on pourra diminuer de 0.03 les valeurs de γ qui correspondant ici à des granulats denses ordinaires. I.6.7- Dosage des granulats : La courbe granulaire de référence OAB doit être tracée sur la même graphique que les courbes granulométriques des granulats composants. On trace alors les lignes de partage entre chacun en joignant le point à 95% de la courbe granulaire du premier, au point à 5% de la courbe du granulat suivant, et ainsi de suite. On lira alors sur la courbe de référence au point de croisement avec la ou les droites de partage le pourcentage en volume absolu de chacun des granulats g1, g2, g3,par exemple. Si C est le dosage en ciment, le volume absolue des grains de ciment est : Safi B. 13

14 C1 = C/3.1 en admettant une masse spécifique de 3.1 pour les grains de ciment,valeur moyenne habituellement admise). On choisira dans le tableau ( I.6), une valeur convenable du coefficient de compacité γ en fonction de D, de la consistance et de l efficacité du serrage. V= 1000 γ - C1 Si g1, g2, g3 sont les pourcentages en volume absolu des granulats. Les volumes absolus de chacun des granulats sont par suite : V1 = g1 V V2 = g2 V V3 = g3 V Si les masses spécifiques de chacun de ces granulats sont ϖ1, ϖ2, ϖ3 les masses de chacun deux sont : P1 = V1 ϖ1 P2 = V2 ϖ2 P3 = V3 ϖ3 P1 + P2 +P3 = G = masse totale du granulat. Apres avoir obtenu les résultats du calcul on ferra les essais d études en préparant des gâchées d essais et en fonctionnant des éprouvettes afin de vérifier la consistance et la résistance du béton. I.6.8- Correction (d après DREUX) Résistance insuffisante : Si la résistance mécanique est insuffisante on peut : Augmenter le dosage en ciment. Diminuer le dosage en eau mais il est impératif de maintenir une plasticité suffisante, faire appel à un adjuvant fluidifiant. On peut également augmenter la résistance en diminuant le dosage en élément fin du sable au profit des éléments plus gros (augmenter du module de finesse ) ; mais dans ce cas, il faut faire attention à la diminution de l ouvrabilité. Safi B. 14

15 On peut également augmenter le rapport G/S en diminuant un peu de la qualité de sable au profit du gravier, il suffit d abaisser un peu le point A de la courbe de référence. Si l on retenu par le temps, on pourra effectuer quelques écrasements d éprouvettes à 7 jours en adoptant R 28 /R 7 =1.45. Ouvrabilité insuffisante, ségrégabilité Soit ajouter un sable ( ou faire appel à un adjuvant plastifiant). Soit augmenter le dosage en eau ( mais on risque des chutes de résistance). Soit augmenter le dosage des éléments fins, il suffit de relever le point A de la courbe de référence. Ajustement de la formule au m3 : Pour ajuster la formule au m 3, on pèse plusieurs éprouvettes de béton frais en œuvre. Soit la densité réelle ainsi mesurée. Si 0 est la densité théorique, la correction X à apporter sur la masse totale des granulats est : X = ± 1000 ( - 0 ) kg Sur la masse de chacun des granulats, la correction à apporter est : ± X P1/G, ± X P2/G, ± X P3/G. Avec P1, P2, P3 : Masses déterminées précédemment, G : Masse totale des granulats. Essai de gâchage Béton frais : mesure (contrôle des dosages effectifs) mesure plasticité (contrôle de la consistance) mesure teneur en air (contrôle des vides) Fabrication éprouvette (contrôle de β moyen) Béton durci: mesure, mesure β cube, évolution scléromètre, évolution essai gel, perméabilité, essais spéciaux... Corrections En fonction des observations, des mesures faites lors de l essai de gâchage et des résistances mécaniques obtenues, il sera nécessaire d effectuer des corrections. Safi B. 15

16 a) Consistance : Lors de l essai de gâchage, il est recommandé de ne pas ajouter tout de suite la quantité d eau totale E prévue. Il est préférable d ajouter seulement 95 % de E, de mesurer la consistance, puis d ajouter de l eau jusqu à obtention de la consistance prescrite. b) Dosage en ciment : Si le dosage en ciment effectivement réalisé est faux, on devra le corriger. S il faut rajouter (ou enlever) un poids C de ciment pour obtenir le dosage désiré, on devra enlever (ou rajouter) un volume absolu équivalent de sable, soit un poids C égal à : Si C est important, il faudra aussi corriger la quantité d eau. c) Résistances mécaniques : Si les résistances mécaniques sont insuffisantes, il faudra avoir recours à l une ou plusieurs des possibilités suivantes : Augmenter le dosage en ciment (au-delà de 400 kg/m 3, une augmentation de dosage en ciment n a plus qu une très faible influence sur l accroissement de résistance). Diminuer le dosage en eau sans changer la granulométrie. Corriger la granulométrie et réduire la quantité d eau. Utiliser un autre type de granulats. Utiliser un adjuvant et réduire la quantité d eau. Utiliser un ciment à durcissement plus rapide. On devra en tous cas toujours veiller à ce que la consistance du béton permette une mise en oeuvre correcte. Safi B. 16

17 Exemple d application de la méthode La formulation de la composition des bétons a été faite d après la méthode «DREUX GORISSE» basée sur l analyse granulométrique (sable et différentes fractions de gravier). Données de bases : a). Dosage de ciment : C = 450 Kg/m3 le rapport E/C = 0.4 le dosage en eau : E = =180 l/m3 la correction d eau : E = = 184 l/m3 b). Caractéristiques techniques du sable : Masse volumique, Masse spécifique et module de finesse qui est égale à 2,8. c). Caractéristiques techniques des granulats : Dimension maximale des granulats ( D max = 16 mm). Les granulats concassés et roulés. Masse volumique apparente et masse spécifique. Les fines (laitier) = 50 Kg/m3 Sur le graphe d analyse granulométrique (Graphe : 2), on trace la courbe granulaire de référence OAB. Point B à l ordonnée 100% correspond à la dimension D du plus gros granulats. X = 16mm. Po int B Y = 100%. Point de brisure A à pour coordonnées : En l abscisse : D 25, D X =, 2 En ordonnée : Y = 50 D + K + Ks + Kp Les valeurs de K et K s et Kp sont données par des tableaux. Dosage de ciment C = 450 kg/m 3 K = -2, pour les granulats roulés. Pour le dosage en ciment de 450kg/m 3, et avec un granulat concassé et une vibration normale et le module de finesse : M f = 3.43 est : Safi B. 17

18 K s = 6 M f 15 K s = 6(3.43) 15 K s =5.58 D 16 X = = = 8mm 2 2 Po int A Y = 50 D + K + K S Y = X = 8mm y = Kp=K+( 5 à 10) Kp = Kp= 8 1. DOSAGE DES GRANULATS : La courbe granulaire de référence OAB doit être tracée sur le même graphe (Graphe -2-) que les courbes granulométriques des granulats composants. On trace alors les lignes de partage entre chacun en joignant le point à 95% de la courbe granulaire du premier, au point à 5% de la courbe du granulat suivant, et ainsi de suite. On lira alors sur la courbe de référence au point de croisement avec la ou les droites de partage le pourcentage en volume absolu de chacun des granulats S 1, S 2, G 3/8, G 8/15 Les résultats obtenu sont : Sable 1 (S 1 ) 12% Sable 2 (S 2 ) 32% Gravier (G 3/8 ) 11% Gravier(G 8/15 ) 45% 2. COEFFICIENT DE COMPACITE γ : D = 16 Béton molles γ = 0,800 Vibration faible Ces valeurs sont convenables pour des granulats roulés sinon il conviendra d apporter les corrections suivantes : - sable roulé et gravier concassé = ; Donc γ = γ = Safi B. 18

19 3. DETERMINATION DE VOLUME DES GRANULATS : C 450 V ; 145 l C = VC = = m V = V V V V V g g g g T C = 1000 γ V C = 1000 (0.790) = 645 l m = 645 l 3 m 3 4. DETERMINATION DU VOLUME ABSOLU DE CHAQUE GRANULAT : - Volume absolu du sable 1 = = l - Volume absolu du sable 2 = = l - Volume absolu de gravier (3/8) = 645 0,11 = 70.95l - Volume absolu de gravier (8/15) = = l Les masses spécifiques sont : - Sable = 2.43 g/cm 3 - Sable = 2.50 g/cm 3 - Gravier (3/8) = 2.60 g/cm 3 - Gravier (8/15) = 2.54 g/cm 3 Les dosages en matériaux secs seront donc en kg/m 3 : - Ciment = 450 kg/m 3. - Sable 1 = = kg/m 3 - Sable 2 = =516 kg/m 3 - Gravier (3/8) = = kg/m 3 - Gravier (8/15) = = kg/m 3 - Eau total = 184 l/m 3 La densité théorique du béton frais = kg/m 3 Safi B. 19

20 Analyse granulométrique par tamisage NF P GRAPHE - 2- SABLES GRAVIERS B G 8/15 45% G 3/8 11% S g 32% S F 12% , , ,5 8 6, ,5 3,15 2 1,6 0,8 0,5 0,63 0,4 Sable Sable fin fin 0,315 0,2 0,25 0,1 0,125 0, A O Série de tamis en millimètres 0,08 Tam isats (% ) Safi B. 20

CHAPITRE 3: MÉTHODES DE FORMULATION DES BÉTONS

CHAPITRE 3: MÉTHODES DE FORMULATION DES BÉTONS CHAPITRE 3: MÉTHODES DE FORMULATION DES BÉTONS Fait par: SAFI Brahim 1. Introduction : L étude de la composition d un béton, consiste à définir le mélange optimal des différents granulats dont on dispose

Plus en détail

Formulation complète de béton Méthode de DREUX GORISSE

Formulation complète de béton Méthode de DREUX GORISSE !"#!$ &! '&"## TEXTE(S) DE REFERENCE : Formulation complète de béton Méthode de DREUX GORISSE baques de G. DREUX orme XP P 18-540 sur la définition des classes granulaires iche aide mémoire 01-11 : Essai

Plus en détail

BétonlabFree 3 Leçon N 2 Compacité Indice de serrage. François de Larrard. Laboratoire Central des Ponts et Chaussées Centre de Nantes

BétonlabFree 3 Leçon N 2 Compacité Indice de serrage. François de Larrard. Laboratoire Central des Ponts et Chaussées Centre de Nantes BétonlabFree 3 Leçon N 2 Compacité Indice de serrage François de Larrard Laboratoire Central des Ponts et Chaussées Centre de Nantes Plan de la leçon Compacité, porosité Effet du mode de mise en place

Plus en détail

CIMENTS CPJ - CEM II/B

CIMENTS CPJ - CEM II/B CIMENTS Classification et types de ciment Les ciments doivent être identifiés au moins par leur type et par unchiffre indiquant la classe de résistance. Si l'on doit indiquer que leciment a une résistance

Plus en détail

Chapitre 2: Propriétés générales des Matériaux

Chapitre 2: Propriétés générales des Matériaux 1. Introduction Chapitre 2: Propriétés générales des Matériaux Les propriétés principales des matériaux peuvent être divisées en plusieurs groupes tels que: Propriétés physiques: (la densité; la masse

Plus en détail

PROCÉDÉS ET MISE EN FORME

PROCÉDÉS ET MISE EN FORME PROCÉDÉS ET MISE EN FORME DES MATÉRIAUX: BÉTONS TECHNOLOGIE DES BÉTONS Fait par: SAFI Brahim I.1. Définition: Le béton est un matériau composite aggloméré constitué ; squelette (granulats) et une colle

Plus en détail

Chapitre I ; Généralité, classement des matériaux et leur propriétés 2011

Chapitre I ; Généralité, classement des matériaux et leur propriétés 2011 ENSH LE 10/04/2011 Chapitre I : GÉNÉRALITÉS, CLASSEMENT DES MATÉRIAUX ET LEURS PROPRIÉTÉS 1.1 Généralité Sont considérés comme matériaux de construction tous les matériaux utilisés pour la réalisation

Plus en détail

sable 0-8 gravier 8-32

sable 0-8 gravier 8-32 CHAPITRE 10 Dans ce chapitre, tu vas apprendre à calculer les quantités de matériaux nécessaire à l'exécution d'un objet en béton. A la fin de ce chapitre, tu seras capable de calculer les quantités de

Plus en détail

S.T.S Bâtiment LABORATOIRE CESSA TP N 9 Composition et fabrication d'un béton

S.T.S Bâtiment LABORATOIRE CESSA TP N 9 Composition et fabrication d'un béton Composition et fabrication d'un béton Introduction L étude porte sur la réalisation d une opération immobilière de 308 logements, et 320 places de parking réparties en huit bâtiments. Les huit bâtiments

Plus en détail

2.3 Formulation des bétons courants

2.3 Formulation des bétons courants Chapitre 2 Les bétons courants 2.3 Formulation des bétons courants 2.3.1 - Objet moyens de mise en œuvre sur chantier : un béton de consistance très ferme nécessite des moyens de vibration appropriés.

Plus en détail

5. UN EXEMPLE DE FORMULATION DE NIVEAU 1

5. UN EXEMPLE DE FORMULATION DE NIVEAU 1 5. UN EXEMPLE DE FORMULATION DE NIVEAU 1 Nous présentons ci-dessous un exemple courant de formulation. L enrobé à formuler consiste en un enrobé du type ESG-10 utilisé sur une route régionale à faible

Plus en détail

LE BETON PAR Abderrazek KALLEL 25/11/2008

LE BETON PAR Abderrazek KALLEL 25/11/2008 SEMINAIRE SUR LE BETON ARME ARMATURES & BETONS 2EME INTERVENTION LE BETON PAR Abderrazek KALLEL 25/11/2008 25/11/2008 Abderrazek KALLEL 1 SOMMAIRE INTRODUCTION LES CONSTITUANTS DU BETON LES CIMENTS LES

Plus en détail

Fiche n VII-2 "Fabrication des bétons en centrale Transport et réception sur chantier"

Fiche n VII-2 Fabrication des bétons en centrale Transport et réception sur chantier Fiche n VII-2 "Fabrication des bétons en centrale Transport et réception sur chantier" La fabrication en centrale et le transport par bétonnière portée (toupie) sont de la responsabilité du fournisseur

Plus en détail

Travaux Pratiques de Matériaux

Travaux Pratiques de Matériaux Université d'artois MASTER 1 GC Année 2013-2014 Travaux Pratiques de Matériaux Responsables : E. WIRQUIN, J. PAN TP1 - Détermination des propriétés des mortiers frais 1. Objet. Une des caractéristiques

Plus en détail

CIMENT FONDU BATIMENT / TRAVAUX PUBLICS / INDUSTRIES

CIMENT FONDU BATIMENT / TRAVAUX PUBLICS / INDUSTRIES Fiche commerciale CIMENT FONDU BATIMENT / TRAVAUX PUBLICS / INDUSTRIES Référence FC-CFL-GE-FR-LAF-11/04 Description Ciment à durcissement rapide qui permet la mise en service des bétons entre 6 et 24 h

Plus en détail

Électif 10 Mise en forme industrielle des sols et matériaux granulaires. Formulation des bétons

Électif 10 Mise en forme industrielle des sols et matériaux granulaires. Formulation des bétons Électif 10 Mise en forme industrielle des sols et matériaux granulaires Formulation des bétons Introduction Définition du béton Mélange homogène de ciment, eau, granulats et, le plus souvent, adjuvants

Plus en détail

Execution de chapes doc. DTU 26.2 mai 1993

Execution de chapes doc. DTU 26.2 mai 1993 Execution de chapes doc. DTU 26.2 mai 1993 3.1 Prescriptions communes 3.1.1 Nettoyage du support Le support doit être nettoyé des dépôts, déchets, pellicules de plâtre ou autres matériaux provenant des

Plus en détail

Technologie du béton GCI 340

Technologie du béton GCI 340 Ammar Yahia, ing., Ph.D. Génie civil. Automne 2011 CHAPITRE 5 : Dosage des bétons conventionnels Plan: - Caractéristiques requises frais et durci! - Dosage d un mélange et le devis technique - Compréhension

Plus en détail

COMPTE RENDU TP PS93. TP n 1 : Focométrie des lentilles minces

COMPTE RENDU TP PS93. TP n 1 : Focométrie des lentilles minces COMPTE RENDU TP PS93 TP n 1 : Focométrie des lentilles minces Objectif : Déterminer la distance focale d une lentille mince (convergente ou divergente par différentes méthodes et les comparer. Elodie Benezech

Plus en détail

Cours d Electronique. Le transistor JFET (Junction Field Effect Transistor) Fabrice Sincère ; version 1.1.0

Cours d Electronique. Le transistor JFET (Junction Field Effect Transistor) Fabrice Sincère ; version 1.1.0 Cours d Electronique Le transistor JFET (Junction Field Effect Transistor) Fabrice Sincère ; version 1.1.0 http://perso.orange.fr/fabrice.sincere 1 Sommaire 1- Transistor JFET canal N et canal P 2- Caractéristiques

Plus en détail

AJUSTEMENTS. Noguet Lycée Blaise Pascal Colmar Ajustements cours. 24/03/2009 1/6

AJUSTEMENTS. Noguet Lycée Blaise Pascal Colmar Ajustements cours. 24/03/2009 1/6 AJUSTEMENTS 1.- Domaine d application : Un ajustement concerne toujours deux pièces : le contenu et le contenant. Le cas le plus fréquemment rencontré est celui de l arbre et de l alésage (pièces cylindriques)

Plus en détail

Réfraction de la lumière

Réfraction de la lumière Réfraction de la lumière Réfraction: C est le phénomène de la déviation d un rayon lumineux qui traverse un milieu transparent hétérogène ou une surface quelconque séparant deux milieux transparents et

Plus en détail

Généralités sur les fonctions

Généralités sur les fonctions Généralités sur les fonctions Christophe ROSSIGNOL Année scolaire 2008/2009 Table des matières 1 Rappels et compléments 3 1.1 Fonctions affines............................................. 3 1.2 Fonctions

Plus en détail

Présenté par : Dominic Sabourin, tech. chef d équipe

Présenté par : Dominic Sabourin, tech. chef d équipe Contrôle de la qualité du retraitement en place à froid (externe donneur d ouvrage ou laboratoire) Présenté par : Dominic Sabourin, tech. chef d équipe SUJETS ABORDÉS 1. Introduction 2. Contrôle au chantier

Plus en détail

1 Etude de la déformation homogène de traction et de cisaillement

1 Etude de la déformation homogène de traction et de cisaillement ECOLE DES MINES DE PARIS MASTERE COMADIS 1 janvier 006, 9h-1h Cours : LOIS DE COMPORTEMENT NON LINEAIRES MODELISATION DE LA PROPAGATION DES BANDES DE LUDERS DANS LES ACIERS La courbe de traction de nombreuses

Plus en détail

LES ENROBES D ASSISESD

LES ENROBES D ASSISESD LES ENROBES D ASSISESD Graves Bitumes (GB) Enrobés à Module Élevé (EME) Les Enrobés Bitumineux : Formulation, Fabrication, Mise en Place - Montréal 2006 1 TERMINOLOGIE Bétons bitumineux Couche Base Base

Plus en détail

Chapitre 4. Les techniques d échantillonnage. Page 1. Le problème à résoudre? Population prévalence réelle inconnue

Chapitre 4. Les techniques d échantillonnage. Page 1. Le problème à résoudre? Population prévalence réelle inconnue Chapitre 4 Les techniques d échantillonnage 17/04/2006 Claude Saegerman 1 Le problème à résoudre? La plupart des enquêtes épidémiologiques correspondent à des enquêtes par sondage : - concernent un échantillon

Plus en détail

Régression pour les modèles autres que linéaires

Régression pour les modèles autres que linéaires Régression pour les modèles autres que linéaires Lorsqu on recueille des données expérimentales mettant en relation deux variables il est souvent intéressant de trouver le modèle mathématique sousjacent.

Plus en détail

2

2 1 2 3 4 5 6 Selon la partie 5.2.4.3.2. «Ajout d eau sur le chantier» de la norme A23.1 5.2.4.3.2 Ajout d eau sur le chantier Lorsque l affaissement du béton est inférieur àla valeur prescrite, de l eau

Plus en détail

ANALYSE GRANOLUMETRIQUE

ANALYSE GRANOLUMETRIQUE ANALYSE GRANOLUMETRIQUE 1. DEFINITIONS Granulat : Granularité : Granulométrie : Matériau constitué de grain minéral de provenance naturelle ou artificielle. On parle également de matériau grenu. Ensemble

Plus en détail

Dalles en béton. 1. Vérifier et expliquer la commande du responsable. 2. Calculer le coût total des matériaux.

Dalles en béton. 1. Vérifier et expliquer la commande du responsable. 2. Calculer le coût total des matériaux. . Une entreprise de bâtiment doit construire des dalles de compression en béton dans une résidence contenant 20 villas. Chaque dalle doit avoir 10 cm de hauteur. Dans le jardin de chaque villa, on a ferraillé

Plus en détail

Étude de la vitesse de convergence d une chaîne de Markov ergodique vers sa mesure stationnaire

Étude de la vitesse de convergence d une chaîne de Markov ergodique vers sa mesure stationnaire Étude de la vitesse de convergence d une chaîne de Markov ergodique vers sa mesure stationnaire Charles Bouillaguet Stéphane Glondu Mercredi 1 janvier 00 1 Résultats théoriques et première simulation 1.

Plus en détail

Les Hydrofuges. Les Hydrofuges liquides. Les Hydrofuges poudres

Les Hydrofuges. Les Hydrofuges liquides. Les Hydrofuges poudres Les Hydrofuges Un hydrofuge de masse est un adjuvant qui réduit l absorption capillaire du béton durci. Les Hydrofuges liquides CIMFUGE SP 110 CIMFLUID 231 (HYDROFUGE) 112 Les Hydrofuges poudres CIMFUGE

Plus en détail

NF EN 13670 / CN février 2013 Exécution des structures en béton

NF EN 13670 / CN février 2013 Exécution des structures en béton NF EN 13670 / CN février 2013 Exécution des structures en béton Norme NF EN 206-1 / CN décembre 2012 Béton Spécification, performance, production et conformité Complément national à la norme NF EN 206-1

Plus en détail

Chapitre 2. Présentation des résultats

Chapitre 2. Présentation des résultats Chapitre 2 Présentation des résultats I. Présentation d un tableau de mesure Une numérotation (servant de référence dans le texte) Un titre (décrit le contenu) Le tableau unités exposants incertitudes

Plus en détail

Réussir la fabrication d une dalle béton

Réussir la fabrication d une dalle béton Réussir la fabrication d une dalle béton DES BONS CONSEILS POUR FAIRE SOI-MÊME! Il faut savoir qu une dalle a une épaisseur minimum de 8 à 10 cm et est armée d un treillis soudé. LES OUTILS ET ACCESSOIRES

Plus en détail

Guide de séléction Matériaux dérivés du bois Bois recomposés - Aide à la réalisation de votre projet

Guide de séléction Matériaux dérivés du bois Bois recomposés - Aide à la réalisation de votre projet Guide de séléction Matériaux dérivés du bois Bois recomposés - Aide à la réalisation de votre projet Le coffrage est une construction temporaire qui, après bétonage sera démontée et évacuée. La surface

Plus en détail

Les adjuvants stabilisateurs d affaissement

Les adjuvants stabilisateurs d affaissement Les stabilisateurs d affaissement Congrès Été Lac Leamy 21 août 2014 Bruce Labrie, ing. Conseiller technique BASF Canada Inc. Contenu de la présentation Les avantages d un béton stable Efficacité des opérations

Plus en détail

Rappel sur les granulats

Rappel sur les granulats Géomatériaux TD 1 Rappel sur les granulats 3.1.Introduction Définition On donnera le nom de granulats à un ensemble de grains inertes destinés à être agglomérés par un liant et à former un agrégat. Le

Plus en détail

NOTICE DE POSE. Généralités

NOTICE DE POSE. Généralités NOTICE DE POSE Généralités Les pierres sont des matériaux naturels caractérisés par une variété de couleurs et nuances ;ce qui participe à leur aspect unique et à leur beauté La couleur de l OPUS QUARTZITE

Plus en détail

Règles particulières de la marque NM BPE (NM 019)

Règles particulières de la marque NM BPE (NM 019) Règles de certification NM BPE 1 Référentiels Règles générales de la marque NM Règles particulières de la marque NM BPE (NM 019) La norme NM 10.1.008 et les normes auxquelles elle se réfère (Annexe I des

Plus en détail

2.1 Qu est-ce que le béton?

2.1 Qu est-ce que le béton? 1 Historique L ingénieur Bélidor, auteur de «L architecture hydraulique» (1737) étudia la composition du béton et introduisit le mot béton dans son sens actuel. L invention du ciment par Louis Vicat en

Plus en détail

Les mesures sont effectuées à la même distance des trois machines. 1) Une seule machine est en fonctionnement, l intensité acoustique est alors :

Les mesures sont effectuées à la même distance des trois machines. 1) Une seule machine est en fonctionnement, l intensité acoustique est alors : EXERCICES SUR LES FONCTIONS LOGARITHMES Exercice 1 Partie A : Calcul du niveau sonore Afin d améliorer les conditions de travail dans un atelier, l entreprise réalise une étude concernant les nuisances

Plus en détail

Chapitre III : Traction et compression.

Chapitre III : Traction et compression. Chapitre III : Traction et compression. Objectifs Pré-requis Eléments de contenu Déterminer la répartition des contraintes dans une section de poutre sollicitée à la traction. Vérifier la condition de

Plus en détail

Fonctions affines par morceaux

Fonctions affines par morceaux Fonctions affines par morceaux Année scolaire 2006/2007 Table des matières 1 Fonctions affines par morceaux 2 1.1 Définition Représentation graphique................................. 2 1.2 Un cas particulier

Plus en détail

Correction du TP MIROIRS SPHERIQUES. I. Préliminaires : Comment reconnaître rapidement la nature d un miroir

Correction du TP MIROIRS SPHERIQUES. I. Préliminaires : Comment reconnaître rapidement la nature d un miroir Introduction Correction du TP MIROIRS SPHERIQUES On étudie, dans ce TP, les caractéristiques (position et dimension) de l image d un objet par un miroir sphérique concave. Cette étude est faite pour une

Plus en détail

5.2.1 Abaque d écoulement 5.2.2 Essais d étanchéité 5.2.4 Dilatations 5.2.5 Rayons de courbures 5.2.6 Séries Classe de rigidité des tubes

5.2.1 Abaque d écoulement 5.2.2 Essais d étanchéité 5.2.4 Dilatations 5.2.5 Rayons de courbures 5.2.6 Séries Classe de rigidité des tubes Table des matières 5.2 PE-Canalisation Fiches techniques 5.2.1 Abaque d écoulement 5.2.2 Essais d étanchéité 5.2.4 Dilatations 5.2.5 Rayons de courbures 5.2.6 Séries Classe de rigidité des tubes Dimensions

Plus en détail

Prévention des désordres dus à la réaction alcalisgranulats

Prévention des désordres dus à la réaction alcalisgranulats Strength. Performance. Passion. Prévention des désordres dus à la réaction alcalisgranulats (RAG) Introduction La réaction alcalis-granulats est un mécanisme d endommagement affectant sur le long terme

Plus en détail

Atelier de Mécanique Générale & R.D.M. TP N 2: Flexion Simple. (Licence N1 /Durée 3H) Objectifs :

Atelier de Mécanique Générale & R.D.M. TP N 2: Flexion Simple. (Licence N1 /Durée 3H) Objectifs : (Licence N1 /Durée 3H) Objectifs : Se familiariser avec l appareil d étude de flexion des poutres (les pièces constitutives, mode d emploi...) Bien maitriser les étapes qui mènent à l élaboration des différents

Plus en détail

Matériau Spaghetti. Rapport sur la caractérisation de Spaghetti Barilla n 7. Yan AVISSE Camille Elsa BERBINEAU Sylvain DUPONT Loanne HUET Basile JOUVE

Matériau Spaghetti. Rapport sur la caractérisation de Spaghetti Barilla n 7. Yan AVISSE Camille Elsa BERBINEAU Sylvain DUPONT Loanne HUET Basile JOUVE Projet Multidisciplinaire Avril 2014 Matériau Spaghetti Rapport sur la caractérisation de Spaghetti Barilla n 7 Yan AVISSE Camille Elsa BERBINEAU Sylvain DUPONT Loanne HUET Basile JOUVE Table des matières

Plus en détail

Notice d utilisation. «Outil de calcul automatique de résistance et de déphasage thermiques»

Notice d utilisation. «Outil de calcul automatique de résistance et de déphasage thermiques» Cd2e mai 2012 / p1 Notice d utilisation «Outil de calcul automatique de résistance et de déphasage thermiques» Cet outil permet d évaluer de manière rapide: La durée de déphasage thermique (en heures)

Plus en détail

Cours de Structures en béton

Cours de Structures en béton Cours de Structures en béton Chapitre 1 CONSTRUIRE EN BETON Section 1.6 Les méthodes de construction 1.6.1 Les cintres de coffrage 1.6.2 Quelques cas particuliers Version 1.0 A Prof. André Oribasi 1.6.1

Plus en détail

Qualité d une eau : les ions sulfate TP SL 4

Qualité d une eau : les ions sulfate TP SL 4 Qualité d une eau : les ions sulfate TP SL Au cours d un travail dans un laboratoire de contrôle, il est demandé de vérifier si la concentration en ions sulfate dans une eau minérale correspond à l indication

Plus en détail

CHAPITRE 2 :CARACTÉRISTIQUES

CHAPITRE 2 :CARACTÉRISTIQUES CHAPITRE 2 :CARACTÉRISTIQUES PRINCIPALES DU BÉTON Fait par: SAFI Brahim Les principales caractéristiques des bétons sont les propriétés à l état frais et durci. 1. Caractéristiques à l état frais 1.1.

Plus en détail

ESSAIS SUR BETON FRAIS

ESSAIS SUR BETON FRAIS !"#$!%&''"'()!**+!()%"'()!**),()'()-.!**./-'/%%! 0,."+!(%"(,**1!#!2/.!**#"**.,'/%%/ '3"''**1!#!2/.**"%'+"+-+!**,1**+!()%,.,$4**./-'/%%!!"#$!$%$&'(#&)*$(+!*%,*./5,2/+,"2!*#!*6/+!2"/-7*#!*(,%'+2-(+",% ****

Plus en détail

LES DIFFÉRENTS LIANTS de Production Française

LES DIFFÉRENTS LIANTS de Production Française LES DIFFÉRENTS LIANTS de Production Française CIMENT CALCIA Conditionnement : sac papier biodégradable de 35 kg Appellation : Technocem 32,5 R Ciment d utilisation courante Domaine d application : Résistance

Plus en détail

Chapitre 2 Pressions et débits dans les canalisations

Chapitre 2 Pressions et débits dans les canalisations Chapitre 2 Pressions et débits dans les canalisations I. Notion de pression. Activité préliminaire (page 24 Nathan) : le cycle de l eau domestique. Correction : 1. Les stations de pompage et les châteaux

Plus en détail

Le Pavé droit. I. Description

Le Pavé droit. I. Description I. Description Un solide, au sens géométrique, est un objet limité par des surfaces indéformables. Ces surfaces si elles sont planes sont des faces. Mais il y a beaucoup de solides qui n'ont pas de surface

Plus en détail

A1 DIMENSIONNEMENT DE L'EOLIENNE

A1 DIMENSIONNEMENT DE L'EOLIENNE A1 DIMENSIONNEMENT DE L'EOLIENNE Déterminer les caractéristiques d'entrée et de sortie de la chaîne de transmission de puissance. Exploiter une documentation technique pour dimensionner un composant. Tracer

Plus en détail

François Gueguen Master 1 IL. Rapport de projet Recuit Simulé

François Gueguen Master 1 IL. Rapport de projet Recuit Simulé François Gueguen Master 1 IL Rapport de projet Recuit Simulé 1 11 Sommaire Sommaire...2 Introduction...3 Concept du recuit simulé...3 Fonctions mathématiques...4 Fonction sans minimum local...4 Fonction

Plus en détail

LES ERREURS DE MESURE

LES ERREURS DE MESURE Chapitre 11 I- INTRODUCTION : LES ERREURS DE MESURE Les seuls mesurandes dont la valeur est parfaitement connue sont les grandeurs étalons puisque leur valeur est fixée par convention. La valeur de tout

Plus en détail

BétonlabPro 3 Leçon N 13 Formulation, homogénéité et pompabilité

BétonlabPro 3 Leçon N 13 Formulation, homogénéité et pompabilité BétonlabPro 3 Leçon N 13 Formulation, homogénéité et pompabilité François de Larrard Laboratoire Central des Ponts et Chaussées Centre de Nantes Plan de la leçon Introduction Ressuage Ségrégation Pompabilité

Plus en détail

- L'EC2 détermine une longueur développée totale à mettre en œuvre sans considérer de réduction liée à la partie courbe.

- L'EC2 détermine une longueur développée totale à mettre en œuvre sans considérer de réduction liée à la partie courbe. Eurocode 2 : Comment Arche Poutre calcule t-il les ancrages à l'eurocode 2? Logiciel : Module : Question : Rubrique : Difficulté : Arche Poutre Eurocode 2 : Comment Arche Poutre calcule t-il les ancrages

Plus en détail

Grandeurs unités mesures

Grandeurs unités mesures Grandeurs unités mesures On mesure des grandeurs physiques de différentes sortes. On ne peut pas additionner des grandeurs physiques de natures différentes. Tout résultat expérimental s exprime par un

Plus en détail

Cahier Des Charges. d emploi et de mise en œuvre accepté par SOCOTEC pour : Cheville à frapper INCO II

Cahier Des Charges. d emploi et de mise en œuvre accepté par SOCOTEC pour : Cheville à frapper INCO II Cahier Des Charges d emploi et de mise en œuvre accepté par SOCOTEC pour : Cheville à frapper INCO II Support : béton brique pleine parpaing plein Cahier des Charges Référence : EAD908/1 Validité : 30/06/01

Plus en détail

TP électrostatique : lignes de champ, équipotentielles

TP électrostatique : lignes de champ, équipotentielles TP électrostatique : lignes de champ, équipotentielles Ce TP est évalué à l'aide du compte-rendu pré-imprimé et des courbes produites. Objectif : Tracer des lignes équipotentielles et des lignes de champ

Plus en détail

- Le moulage en coquille par gravité. - Le moulage en coquille sous pression. - La matière (Point de fusion et fluidité à l état fondu)

- Le moulage en coquille par gravité. - Le moulage en coquille sous pression. - La matière (Point de fusion et fluidité à l état fondu) 1.1- Principe Le moulage des métaux et polymères 1- Généralités Le moulage d une pièce est réalisé en remplissant le moule par un matériau en fusion. Ensuite le refroidissement assure la solidification

Plus en détail

UNIVERSITE ABOUBEKR BELKAID. Responsable : Pr. GHOMARI Fouad

UNIVERSITE ABOUBEKR BELKAID. Responsable : Pr. GHOMARI Fouad UNIVERSITE ABOUBEKR BELKAID FACULTE DE TECHNOLOGIE DEPARTEMENT DE GENIE CIVIL Matériaux de Construction Responsable : Pr. GHOMARI Fouad Les méthodes de formulation du Béton Le béton est un mélange dont

Plus en détail

Affirmation 1. Affirmation 2. Affirmation 3. Affirmation 4. Affirmation 5

Affirmation 1. Affirmation 2. Affirmation 3. Affirmation 4. Affirmation 5 08/04/2015 Lycée la Martinière Monplaisir Devoir commun de mathématiques Éléments de correction VARIANTE A Exercice 1 Vrai ou aux :(5 points ; 15 minutes) Pour chacune des affirmations suivantes, déterminer

Plus en détail

Fondation de piles de pont

Fondation de piles de pont Présentation : Le tracé d une nouvelle autoroute impose la mise en place de passages supérieurs (ponts) en rase campagne pour pouvoir préserver les autres axes routiers. On s intéresse à un de ces ponts

Plus en détail

Fiche d information : Application des normes de localisation des différents ouvrages d épuration par infiltration dans le sol

Fiche d information : Application des normes de localisation des différents ouvrages d épuration par infiltration dans le sol Fiche d information : Application des normes de localisation des différents ouvrages d épuration par infiltration dans le sol Contexte Les ouvrages d épuration par infiltration dans le sol doivent être

Plus en détail

Transfert thermique dans une barre calorifugée

Transfert thermique dans une barre calorifugée ransfert thermique dans une barre calorifugée But - Mesure de la conductivité thermique du cuivre par une méthode "d'onde thermique". - Point fort de cette méthode : grâce une mesure de la variation temporelle

Plus en détail

ETUDE DES ONDES SISMIQUES ET DE LEUR TRAJET

ETUDE DES ONDES SISMIQUES ET DE LEUR TRAJET TP 2 ETUDE DES ONDES SISMIQUES ET DE LEUR TRAJET Bien que fondée sur de nombreux arguments, la théorie de Wegener va être l objet de nombreuses controverses, notamment de la part des géophysiciens et ne

Plus en détail

Cotation fonctionnelle. Hocine KEBIR Maître de Conférences à l UTC Poste : 7927 Hocine.kebir@utc.fr

Cotation fonctionnelle. Hocine KEBIR Maître de Conférences à l UTC Poste : 7927 Hocine.kebir@utc.fr Éléments de dessin technique (TN01 : Automne 2009) Cotation fonctionnelle b1 b2 b b3 a a2 a3 a1 c1 c3 c Hocine KEBIR Maître de Conférences à l UTC Poste : 7927 Hocine.kebir@utc.fr 1/30 Rappel 30 29,97

Plus en détail

S.T.S Bâtiment LABORATOIRE CESSA TP N 3 Etude sur les granulats. I- Analyse granulométrique d un sable et d un gravier( NF EN 933-1)

S.T.S Bâtiment LABORATOIRE CESSA TP N 3 Etude sur les granulats. I- Analyse granulométrique d un sable et d un gravier( NF EN 933-1) Etude sur les granulats I- Analyse granulométrique d un sable et d un gravier( NF EN 933-1) Principe L analyse granulométrique a trois buts : - Déterminer les dimensions des grains. - Déterminer les proportions

Plus en détail

SOLUTIONS CONSTRUCTIVES

SOLUTIONS CONSTRUCTIVES COURS COTES TOLERANCEES Feuille 1/5 I. NECESSE DES TOLERANCES : L imprécision inévitable des procédés de fabrication et des machines utilisées font qu une pièce fabriquée ne peut avoir des cotes rigoureusement

Plus en détail

Organisation et gestion de données, fonctions :

Organisation et gestion de données, fonctions : Organisation et gestion de données, fonctions : «Un des objectifs est de faire émerger progressivement sur des exemples la notion de «fonction en tant que processus faisant correspondre un nombre à un

Plus en détail

Chapitre II. Méthodes de formulation des Bétons autoplaçants (BAP)

Chapitre II. Méthodes de formulation des Bétons autoplaçants (BAP) Chapitre II. Méthodes de formulation des Bétons autoplaçants (BAP) II.1 Méthode de formulations des BAP : Plusieurs approches de formulation des BAP ont été élaborées à travers le monde (approche japonaise,

Plus en détail

INTRODUCTION AUX ENGRENAGES A AXES NON PARALLELES (Partie 4)

INTRODUCTION AUX ENGRENAGES A AXES NON PARALLELES (Partie 4) INTRODUCTION AUX ENGRENAGES A AXES NON PARALLELES (Partie 4) Pierre Duysinx LTAS Ingénierie de Véhicules Terrestres Département Aérospatiale & Mécanique Université de Liège Année Académique 2015-2016 1

Plus en détail

Probabilités - Exercices corrigés

Probabilités - Exercices corrigés Probabilités - Exercices corrigés Y. Morel Exercice 1 Soit X une variable aléatoire qui suit la loi uniforme sur [ 5; ]. Calculer : a P X La fonction densité de probabilité de la loi uniforme sur [ 5;

Plus en détail

1) Déterminer en utilisant la représentation graphique donnée :

1) Déterminer en utilisant la représentation graphique donnée : EXERCICES SUR LES FONCTIONS AFFINES ET LINÉAIRES Exercice 1 Un chef de chantier vient d acheter un récipient isotherme pour tenir sa boisson au chaud. Le graphique ci-contre figure sur le carton d emballage.

Plus en détail

I Exercices I-1 1... I-1 2... I-1 3... I-1 4... I-1 5... I-2 6... I-3 7... I-5 8... I-7

I Exercices I-1 1... I-1 2... I-1 3... I-1 4... I-1 5... I-2 6... I-3 7... I-5 8... I-7 Chapitre 4 Statistiques TABLE DES MATIÈRES page -1 Chapitre 4 Statistiques Table des matières I Exercices I-1 1................................................ I-1................................................

Plus en détail

Travaux Pratiques de Physique Expérience n 5

Travaux Pratiques de Physique Expérience n 5 Expérience n 5 MESURE DE LA PERMITTIVITE DU VIDE 0 Domaine: Electromagnétisme, électricité Lien avec le cours de Physique Générale: Cette expérience est liée aux chapitres suivants du cours de Physique

Plus en détail

Cours de perfectionnement au vol à voile N 4 «Le vol à finesse max»

Cours de perfectionnement au vol à voile N 4 «Le vol à finesse max» Cours de perfectionnement au vol à voile N 4 «Le vol à finesse max» Résumé : 20. La polaire des vitesses en air calme 21. La polaire des vitesses en air animé de mouvements verticaux 22. La polaire des

Plus en détail

RENFORCEMENT D'UNE BUSE METALLIQUE PAR COQUE TRES MINCE EN BETON DE FIBRES METALLIQUES PROJETE. Alain Maguet

RENFORCEMENT D'UNE BUSE METALLIQUE PAR COQUE TRES MINCE EN BETON DE FIBRES METALLIQUES PROJETE. Alain Maguet RENFORCEMENT D'UNE BUSE METALLIQUE PAR COQUE TRES MINCE EN BETON DE FIBRES METALLIQUES PROJETE Alain Maguet Le contexte Ouvrages dimensionnés et réalisés pour pour assurer le franchissement hydraulique

Plus en détail

CHAPITRE IV ETUDE DU BÉTON

CHAPITRE IV ETUDE DU BÉTON CHAPITRE IV IV.1. INTRODUCTION Le béton est un composite hétérogène qui résulte du mélange intime d'un squelette granulaire et d'un liant qui est la pâte de ciment hydratée. L étude de la technique du

Plus en détail

ESSAI DE TRACTION. fipmeca. J. Michel BAES Max BOURCART Christian LAGOUTTE MAI 2004

ESSAI DE TRACTION. fipmeca. J. Michel BAES Max BOURCART Christian LAGOUTTE MAI 2004 fipmeca ESSAI DE TRACTION J. Michel BAES Max BOURCART Christian LAGOUTTE MAI 2004 fipmeca PST, 1 chemin Desvallières 92410 Ville d Avray Contact : pierre.gilbertas@u-paris10.fr Tél secrétariat : 01 47

Plus en détail

TOPECAL Bâtiment Industriel, s.a.r.l. PRODUITS ET REVETEMENTS POUR CONSTRUCTION CIVILE CAHIER DES CHARGES FIBRES METALLIQUES

TOPECAL Bâtiment Industriel, s.a.r.l. PRODUITS ET REVETEMENTS POUR CONSTRUCTION CIVILE CAHIER DES CHARGES FIBRES METALLIQUES JRP PRODUITS ET REVETEMENTS POUR CONSTRUCTION CIVILE CAHIER DES CHARGES FIBRES METALLIQUES Concernant l utilisation du procédé FIBRATOP M dans les TRAVAUX de dallages. En vue : - D AUGMENTER LA RESISTANCE

Plus en détail

Partie 1. Changements d état isobares de mélanges binaires 1.7. Utilisations des changements d état liquide-vapeur au laboratoire

Partie 1. Changements d état isobares de mélanges binaires 1.7. Utilisations des changements d état liquide-vapeur au laboratoire Mélanges et transformations Partie 1. Changements d état isobares de mélanges binaires 1.7. Utilisations des changements d état liquide-vapeur au laboratoire Objectifs du chapitre Notions à connaître :

Plus en détail

Production du béton en pratique. On a discuté. Le pratique

Production du béton en pratique. On a discuté. Le pratique Production du béton en pratique On a discuté Composants du béton Le processus de durcissement L importance de l eau ajouté e/c Propritées à jeune âge Resistance mechanique Changement de dimension et fissuration

Plus en détail

TD 9. Grille P + Grille

TD 9. Grille P + Grille T 9 Le transistor à effet de champ J.F.E.T. Constitution, définition. Principe de fonctionnement (influence de V, V ) régions linéaires, coudées et de saturation. Caractéristique du F.E.T. chéma équivalent

Plus en détail

CHAPITRE VII GCI 735 - OUVRAGES EN TERRE PROTECTION DES OUVRAGES EN TERRE CONTRE LES VAGUES

CHAPITRE VII GCI 735 - OUVRAGES EN TERRE PROTECTION DES OUVRAGES EN TERRE CONTRE LES VAGUES CHAPITRE VII PROTECTION DES OUVRAGES EN TERRE CONTRE LES VAGUES 7.1 Introduction Sans protection, un barrage en terre serait rapidement érodé par les vagues et l action des glaces. L expérience montre

Plus en détail

Faculté de Génie de la construction Département de Génie Civil

Faculté de Génie de la construction Département de Génie Civil REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTAIRE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE MOULOUD MAMMERI DE TIZI-OUZOU Faculté de Génie de la construction Département

Plus en détail

1. Notion de fonction

1. Notion de fonction 1. Notion de fonction a) Relation b) Préimage et image c) Définition de fonction d) Domaine et codomaine (image) e) Représentations d une fonction f) Notation fonctionnelle g) Variables indépendante et

Plus en détail

S.T.S Bâtiment LABORATOIRE CESSA - TP N 5 Foisonnement d un sable

S.T.S Bâtiment LABORATOIRE CESSA - TP N 5 Foisonnement d un sable Foisonnement d un sable Problématiques : - Etude du foisonnement d un sable pour béton selon la teneur en eau. - Recherche de la compacité optimale d un mélange de sable et gravier pour béton. I - Foisonnement

Plus en détail

La fonction alimentation

La fonction alimentation Section : S Option : Sciences de l ingénieur Discipline : Génie Électrique La fonction alimentation Domaine d application : Contrôle de l énergie Type de document : Cours Classe : Terminale Date : I Identification

Plus en détail

Statistiques à deux variables Ajustements affines

Statistiques à deux variables Ajustements affines Statistiques à deux variables Ajustements affines Christophe ROSSIGNOL Année scolaire 2009/2010 Table des matières 1 Série statistique à deux variables 2 1.1 Définition Nuage de points......................................

Plus en détail

CONTRÔLE NONDESTRUCTIF DE LA QUALITÉ DU BÉTON ET DE L ÉTAT DES ANCRAGES DE L ÉVACUATEUR PRINCIPAL DU BARRAGE RAPIDE-DES-ÎLES

CONTRÔLE NONDESTRUCTIF DE LA QUALITÉ DU BÉTON ET DE L ÉTAT DES ANCRAGES DE L ÉVACUATEUR PRINCIPAL DU BARRAGE RAPIDE-DES-ÎLES CONTRÔLE NONDESTRUCTIF DE LA QUALITÉ DU BÉTON ET DE L ÉTAT DES ANCRAGES DE L ÉVACUATEUR PRINCIPAL DU BARRAGE RAPIDE-DES-ÎLES J. Rhazi, S. Kodjo, G. Ballivy Chaire Industrielle du CRSNG sur l auscultation

Plus en détail

DIPLÔME NATIONAL DU BREVET

DIPLÔME NATIONAL DU BREVET REPÈRE : 16GENMTMEG1 DIPLÔME NTIONL DU BREVET SESSION 2016 Épreuve de : MTHÉMTIQUES SÉRIE GÉNÉRLE Durée de l épreuve : 2 h 00 Coefficient : 2 Le candidat répond sur une copie modèle Éducation Nationale.

Plus en détail

Chaux de Terroirs Fiches Techniques. janvier 2012. Visitez notre site internet! www.bcb-tradical.com

Chaux de Terroirs Fiches Techniques. janvier 2012. Visitez notre site internet! www.bcb-tradical.com Chaux de Terroirs Fiches Techniques janvier 2012 Visitez notre site internet! www.bcb-tradical.com Sommaire Batidol Chaubat Chaubor... p. 3... p. 4... p. 5 p. 2 Fiche Technique v03 / 12 2011 BATIDOL Chaux

Plus en détail