AFTC. les troubles de la communication après un traumatisme crânien. les troubles de la communication. un traumatisme crânien

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "AFTC. les troubles de la communication après un traumatisme crânien. les troubles de la communication. un traumatisme crânien"

Transcription

1 AFTC Franche-Comté les troubles de la communication les troubles de la communication après un traumatisme crânien un traumatisme crânien livret d information à l usage des familles des traumatisés crâniens AFTC Franche-Comté AFTC de Franche-Comté - 17 rue Pergaud Besançon

2 Sommaire Avant-propos Introduction Préface, le mot du Président La communication, c est quoi? Comment fait-on pour communiquer? Quels problèmes peut rencontrer votre proche? Quand d autres troubles sont présents Oui, mais en pratique? Quelles solutions? Quels résultats attendre? Conclusion Petit lexique Remerciements Liens utiles Avant-propos Qui a écrit ce livret? Ce livret a été conçu par Aurore Gélébart, étudiante en orthophonie dans le cadre de son mémoire de fi n d études en collaboration avec l AFTC de Franche-Comté. Pour l aider dans cette tâche, elle a constitué un groupe de travail composé de familles de traumatisés crâniens et d une orthophoniste. À qui s adresse ce livret? Ce livret a été conçu pour vous, les familles, dont le proche présente des troubles de la communication. Plus largement, il s adresse aussi aux différents intervenants en contact avec ces personnes. Un livret pour quoi faire? Le but de ce livret est de vous informer sur ces troubles de la communication pour que vous puissiez prendre conscience des diffi cultés mais aussi des compétences de votre proche vous adapter et trouver ensemble des solutions pour continuer à communiquer. Ce livret n a toutefois pas la prétention de répondre à toutes vos questions, il vient compléter le dialogue avec les professionnels. 2

3 introduction Nous communiquons sans cesse dans notre quotidien. Communiquer c est comme respirer, nous le faisons sans même nous en rendre compte. De même que nous prenons conscience de notre respiration lorsqu elle devient diffi cile, nous prenons conscience de notre façon de communiquer uniquement lorsque celle-ci pose problème et qu elle débouche sur des incompréhensions. En communiquant, nous mettons en jeu de multiples compétences dont nous n avons pas forcément conscience. Votre proche a été victime d un traumatisme crânien, pourtant les répercussions touchent toute votre famille. L image que vous aviez de lui et vos relations avec lui sont perturbées. Vous n arrivez plus à communiquer avec lui comme avant. Vous vous sentez souvent démunis, impuissants, vous vivez des situations parfois déroutantes et vous êtes parfois tenté de ne plus communiquer avec lui. Mais ces situations ne sont pas irrémédiables. En tant qu aidant, vous pouvez avoir un impact sur l amélioration de sa communication. Mais qu est-ce qui peut bien venir perturber vos conversations? 3

4 Préface À l annonce de l accident grave d un proche, notre vie bascule, nous sommes abasourdis, choqués par cet aléa de la vie. Celle-ci reprend son cours cependant, avec une adaptation nécessaire pour les aidants, dès que l on sort du déni. Mieux comprendre les difficultés des blessés, cultiver leurs compétences, ce fascicule peut nous apporter des réponses utiles dans notre quête de bien et mieux faire au quotidien. Mettre des mots, des explications sur les difficultés rencontrées, tel a été le projet d Aurore Gélébart étudiante en orthophonie. Le conseil d administration, la direction de l aftc de franche-comté ont décidé de soutenir ce projet permettant de mieux comprendre le comportement de nos blessés sur le chemin de leur reconstruction. Ces travaux ont pris corps lors de rencontres avec des familles adhérentes qui ont accepté de parler de leur vécu. Alors saisissons-nous de cet outil. L association propose d ailleurs dans cet esprit d entraide et d échange, des rencontres de groupes de parole et plus récemment une formule moins contraignante en durée avec un seul thème par réunion «le rendez-vous des familles» expérimentée avec succès dans plusieurs secteurs Franc-comtois. Je ne voudrais pas terminer ce propos sans remercier, au nom de l association, l ars et Réunica, qui nous ont permis l édition de ce fascicule qui sera diffusé aux familles et aux aidants, et de remercier tout particulièrement Aurore pour son excellent travail. Jean Guyot Président de l aftc de Franche-Comté 4

5 la communication, c est quoi? q Michel envoie un message à Martine. Martine a bien reçu et interprété le message, q Elle répond alors à Michel. q Michel reçoit le message de Martine et l interprète. q Il lui montre qu il a bien compris. Le but, c est que l autre comprenne. S il n a pas compris, on reformule nos propos. Communiquer avec quelqu un, c est se transmettre des messages en s adaptant à l autre, mais aussi au contexte. Les personnes construisent ensemble l échange, on parle d interaction. En général, nous communiquons pour Échanger des informations «On se retrouve à quelle heure samedi prochain?» Exprimer, partager des idées, des émotions et des sentiments «J adore aller au restaurant pour découvrir de nouvelles saveurs.» Essayer d agir sur l autre «Mais si, il faut que tu viennes à cette fête, toute la famille sera là». Bien communiquer avec notre famille et notre entourage contribue pour une large part à notre épanouissement personnel, professionnel et social. 5

6 La plupart du temps quand on s exprime, on le fait en parlant ou en écrivant. On parlera alors de communication verbale. Mais attention, la communication ne se résume pas à cela! On peut aussi utiliser les gestes (montrer du doigt ) Les expressions du visage ou les mimiques (froncer les sourcils, sourire ) Le corps tout entier (reculer ) Le regard C est ce que l on appelle la communication non verbale. Ainsi, deux personnes vraiment Les troubles de la communication sont très fréquents chez le traumatisé crânien. Ils passent souvent inaperçus. Ils créent pourtant de véritables sentiments de malaise dans vos relations avec votre proche. comment fait-on pour communiquer? Vous ne le reconnaissez plus, son comportement a changé. Vous avez parfois l impression de ne plus pouvoir avoir de véritables échanges avec lui. complices vont se comprendre d un simple regard sans avoir besoin de se parler. Si pendant qu on parle à une personne celle-ci regarde sa montre, on peut en déduire qu elle s impatiente ou qu elle s ennuie Le ton sur lequel on s adresse à l autre et la façon dont on dit les choses sont aussi des éléments très importants à prendre en compte. Une même phrase, prononcée sur un ton différent n aura pas du tout le même sens. La plupart du temps, on utilise les deux modes de communication verbale et non-verbale. Je marche dans la rue, je croise le regard de quelqu un que je connais, je le regarde, je lève la main (communication non verbale) et je lui dis bonjour (communication verbale). quels problèmes peut rencontrer votre proche? C est comme si la communication se faisait à sens unique. Ces diffi cultés sont de véritables troubles et ne sont pas forcément dues à un trouble du comportement. Nous allons ici décrire ceux que l on rencontre le plus souvent. Il ne faut pas oublier que chaque personne est différente et qu elle ne présente pas forcément tous ces troubles. 6

7 Les troubles de la communication peuvent toucher Ce qui est dit par votre proche, son discours (communication verbale) Ce qui accompagne son discours (communication non verbale) Les règles qui régissent les conversations (Les exemples suivants ne sont pas exhaustifs) Ce qui est dit et compris par votre proche, son discours (communication verbale) Vous pourrez alors observer Des diffi cultés pour commencer une conversation et pour rebondir sur les idées des autres et en apporter de nouvelles q Il ne parle plus avec d autres personnes qu il ne connaît pas ou peu. q Il ne parvient plus à apporter de nouvelles idées en rebondissant sur ce que disent les autres. q Il aborde toujours les mêmes thèmes dans les conversations. q Au téléphone, il y a de longs silences si vous ne relancez pas la conversation. Par exemple : il regarde la télévision dans le salon, vous arrivez et vous lui dites : c est fort. En disant cela vous lui demandez indirectement de baisser le son, mais il ne le comprend pas. Des diffi cultés pour organiser et exprimer sa pensée q Votre proche change de sujet sans raison lors d une discussion, «il passe du coq à l âne». q Si vous lui demandez de raconter sa journée, il aura beaucoup de mal à vous répondre clairement. q Soit : Votre proche utilise des phrases toutes faites. Enfi n, ça ira mieux demain. q Il utilise souvent les mêmes mots lorsqu il parle, C est pas possible! q Ses idées sont imprécises, vous ne comprenez pas toujours ce qu il veut dire. q Ou au contraire : Il peut avoir tendance à parler sans s arrêter et sans laisser le temps aux autres personnes d intervenir. Des diffi cultés pour comprendre le second degré, l humour et les sousentendus q Votre proche a tendance à tout prendre au pied de la lettre et donc parfois à se vexer et à mal interpréter vos propos. q Quand vous utilisez des sousentendus, il ne vous comprend pas. 7

8 Ce comportement peut être associé à une désinhibition verbale*. q Votre proche peut donner des informations personnelles à des gens qu il ne connaît pas ou peu. q Il lui arrive d avoir des propos très violents et très grossiers. q Il semble dire tout ce qui lui passe par la tête. q Quand il le fait, il ne se rend pas compte que cela peut blesser les gens. Ce qui accompagne son discours (communication non verbale) Vous pourrez alors remarquer : Des diffi cultés pour trouver le ton sur lequel dire les choses q Votre proche s exprime souvent sur un ton neutre, vous ne savez pas comment interpréter ce qu il dit. q Lorsqu il vous parle, vous n êtes pas toujours capable de distinguer une affi rmation d une question ou d un ordre. q Lorsqu il est joyeux ou triste, il a du mal à trouver l intonation adéquate pour vous le faire comprendre. Le ton sur lequel il s exprime n est pas toujours adapté à la personne à laquelle il s adresse et / ou à la situation. proche ne vous regarde pas forcément, vous avez alors l impression qu il ne vous écoute pas ou qu il se moque de vous. q Lorsqu il vous parle, il ne fait pas de mimiques, son visage reste fi gé. q Il n exprime pas ses émotions verbalement et vous avez du mal à en lire sur son visage. Une diminution de l utilisation des gestes q Votre proche n utilise pas forcément de gestes lorsqu il parle. q S il croise quelqu un dans la rue qu il connaît, il ne le saluera pas de la main. q Si vous lui demandez s il sait où est le téléphone, il ne vous le montrera pas forcément du doigt, alors qu il sait où il est. Des perturbations au niveau du regard et des expressions du visage q Lorsque vous lui parlez, votre * voir lexique, syndrome frontal page 18 8

9 Les règles qui régissent les conversations Vous pourrez alors remarquer : Un non respect des tours de parole q Votre proche vous coupe tout le temps la parole, il n attend pas que vous ayez fi ni de parler pour prendre la parole. q Quand vous lui posez une question, il laisse parfois un long silence avant de répondre. Un comportement inadapté vis-à-vis de la personne et/ou de la situation q Votre proche peut se montrer très familier avec une personne qu il ne connaît pas ou peu. q Ou au contraire, il peut se montrer très distant avec vous ou un autre membre de son entourage. q Il peut parfois tenir des propos tout à fait déplacés. q Si vous lui dites certaines choses plus ou moins agréables, sa réaction est souvent disproportionnée, il est vite contrarié et peut s énerver facilement. Des diffi cultés pour prendre en compte l autre lors des échanges q Votre proche ne cherche pas à reformuler ses propos quand vous ne les comprenez pas et que vous le lui dites. q Lorsqu il aborde un sujet précis, il ne prend pas en compte votre savoir sur le sujet et pense automatiquement que vous en savez autant que lui. q Lorsqu il dit quelque chose qui va vous contrarier, il a beaucoup de mal à anticiper votre réaction. q Il ramène souvent les sujets de conversation à lui, à son expérience. On retrouve souvent chez les traumatisés crâniens des diffi cultés pour se mettre à la place de l autre et pour imaginer et comprendre ses pensées, ses intentions. Ils restent très souvent centrés sur eux-mêmes. Si en lisant ceci, vous retrouvez certaines diffi cultés rencontrées par votre proche, vous pouvez en parler à son orthophoniste ou à son médecin. 9

10 quand d autres troubles sont présents Parfois la présence d autres troubles peut avoir un impact plus ou moins important sur la communication sans pour autant qu on fasse a priori le lien. (Les exemples proposés ici ne sont pas exhaustifs) Votre proche peut présenter une ou plusieurs de ses caractéristiques, mais pas forcément toutes celles présentées ici. Les troubles de la parole* dysarthrie Ils peuvent toucher la respiration, l articulation, l intonation, l intensité (fort / faible), la hauteur (grave / aigu). Votre proche a peut-être des troubles de la parole si q Il prononce mal les mots, vous ne le comprenez pas toujours quand il parle. q Il est essoufflé lorsqu il parle et sa parole est hachée. q Il n arrive pas à parler fort et / ou à chuchoter. q Il parle sur un ton neutre. q Il ne parle pas à une vitesse normale (trop vite ou trop lentement). Les troubles du langage* aphasie Ils peuvent toucher la production et / ou la compréhension de l expression orale et /ou écrite. Votre proche a peut-être des troubles du langage si q Il cherche souvent ses mots, parfois il en dit un à la place d un autre. (Mots sur le bout de la langue) q Il ne comprend pas toujours précisément ce que vous dites quand vous lui parlez. q Il n arrive plus à parler ou utilise très peu de mots. q Il parle beaucoup mais vous ne comprenez pas ce qu il dit. Les mots qu il emploie n existent pas toujours. q Il n arrive plus à écrire. q Il n arrive plus à lire. q Il ne comprend pas ce qu il lit. Les troubles de la parole et du langage sont des troubles de la communication verbale. * Se reporter au lexique en fi n de livret page 18 10

11 Voici maintenant d autres troubles qui peuvent aussi avoir un impact plus ou moins important sur la communication. Les troubles de l attention* Votre proche a peut-être des troubles de l attention si q Il n arrive pas à suivre une conversation lorsqu il y a plusieurs personnes. Il quitte alors souvent la pièce. q Il a des diffi cultés pour parler et communiquer tout en faisant autre chose (parler en cuisinant, en dessinant ). q Il est gêné pour parler et communiquer dans le bruit quand la télé (ou la radio) est allumée, qu il y a des travaux dehors q Il se déconcentre lors d une discussion un peu longue. q Il n est pas toujours attentif à ce qui est dit. q Il met parfois du temps pour traiter la question et y répondre rapidement. Les troubles de la mémoire* Votre proche a peut-être des troubles de la mémoire si q Quand il parle, il ne se souvient pas du début de la conversation. q Quand vous lui parlez d une personne ou d un souvenir commun, il semble parfois ne pas savoir à qui ou à quoi vous faites référence. q Il se répète souvent lorsqu il parle, il ne se rappelle plus de ce qu il a déjà dit. q Il vous pose plusieurs fois les mêmes questions au cours de la conversation. Les troubles des fonctions exécutives* Votre proche a peut-être des troubles des fonctions exécutives si q Il n arrive pas forcément à mettre en ordre ses idées et à les exprimer facilement. q Il ne prend pas souvent l initiative d entamer les conversations. q Si vous arrêtez de parler, il ne rebondira pas en apportant de nouvelles idées. q Vous vous lassez parfois car vous devez toujours tout initier, vous avez l impression que la communication se fait à sens unique. 11

12 q Il n essaie pas de vous convaincre en cherchant des arguments. Si vous n êtes pas d accord avec lui, il n essaie pas de vous faire changer d avis. q Il est incapable de vous expliquer la marche à suivre pour faire une recette de cuisine ou vous expliquer comment vous rendre à tel endroit. q Il a beaucoup de mal à vous raconter sa journée, à vous résumer le fi lm qu il vient de regarder ou encore le livre qu il est en train de lire. Les troubles du caractère et du comportement Votre proche peut avoir pleinement conscience de ses diffi cultés et avoir du mal à les accepter. Face à cela, il peut avoir plusieurs réactions q Quand vous lui parlez, il lui arrive de s énerver sans que vous compreniez pourquoi. q Il a du mal à contrôler ses émotions. Vous avez parfois l impression qu il parle et agit sans réfléchir, qu il est impulsif. q Vous ne savez jamais comment il va réagir, vous le trouvez parfois imprévisible. q Il ne supporte pas la frustration. Ou au contraire, q Il ne communique plus avec vous et préfère s isoler. q Quand vous lui parlez, il a tendance à se dévaloriser. oui, mais en pratique? Vous vous sentez souvent démunis quand vous communiquez avec votre proche. Vous pensez que votre proche a des troubles de la communication, mais vous ne savez pas comment faire pour l aider, voici quelques conseils : Principes généraux Vous avez un rôle essentiel à jouer q Un rôle de soutien pour votre proche q Un rôle d informateur auprès des professionnels Rappelez-vous que votre proche ne fait pas exprès d agir ainsi. Il n est parfois plus en mesure de contrôler ce qu il dit et fait. Essayez de prendre du recul et de ne pas prendre pour vous des paroles et des comportements violents ou blessants. Prenez le temps d observer tout ce qui se passe quand vous communiquez avec votre proche. Soyez attentif au verbal comme au non-verbal dans vos interventions comme dans celles de votre proche. 12

13 Essayez d identifi er les diffi cultés de votre proche. q Sont-elles toujours identiques? q Arrivent-elles seulement à certains moments de la journée (le soir, quand il y a du monde, du bruit ) q Arrivent-elles uniquement avec des personnes qu il ne connaît pas ou peu? Partez de ses diffi cultés pour mettre en évidence ses compétences. Il y a des choses qu il parvient encore à faire, il faut s en servir. Restez indulgent, bienveillant et patient autant que possible. Essayez de garder une attitude naturelle et positive quand vous communiquez avec lui. Mais déculpabilisez-vous s il vous arrive de perdre patience ou de vous sentir démuni car ces situations ne sont pas évidentes à gérer au quotidien. Quand ses propos et / ou son comportement ne sont pas adaptés, aidez-le à prendre conscience de ce qu il fait et aidez-le à mieux comprendre ses troubles. Mais signalez-lui aussi ses progrès même s ils sont minimes pour le valoriser. Essayez d adapter votre comportement et d aménager l environnement pour éviter de le confronter trop fréquemment à ses diffi cultés dans un premier temps. Quand vous ne le comprenez pas, n hésitez pas à lui dire. Essayez de ne pas l exclure des conversations, il doit garder sa place d interlocuteur. Essayez de ne pas l infantiliser en répondant ou en faisant à sa place. Quelques conseils pratiques Essayez de faire des phrases simples, courtes qui soient facilement interprétables par votre proche. attention! Nous parlons beaucoup par sous-entendus et nous utilisons beaucoup d expressions fi gées sans nous en rendre compte. Attirez son attention sur tout ce qui est non-verbal et qu il n utilise plus spontanément : les mimiques, les gestes Nous les utilisons naturellement sans nous en rendre compte. Votre proche, lui, doit apprendre à les utiliser. 13

14 Assurez-vous qu il vous regarde quand vous lui parlez. N hésitez pas à exagérer tout ce qui est non-verbal sur vous pour attirer son attention. Quand il n utilise pas de gestes et que vous ne pouvez pas interpréter ce qu il vous dit, vous pouvez lui demander des précisions : - fais-moi un geste - tu peux me montrer Il est également très important de laisser à la personne le temps de répondre. Parfois, plutôt que de laisser votre proche chercher ses mots, vous répondez à sa place. Attention à l interprétation que vous donnez à ses propos! Vous ne dites pas toujours ce qu il voulait exprimer et cela peut vite devenir très frustrant pour lui. À force, il risque de ne plus vouloir communiquer. Si votre proche est violent verbalement ou tient des propos déplacés Essayer de le reprendre de manière bienveillante et de lui montrer ce qui ne va pas.faites-le au moment où il le dit ou alors revenez plus tard sur l incident (pour éviter de le mettre dans une situation délicate). Rappelez-vous qu il ne le fait pas exprès. En pointant ses maladresses, vous lui permettez d en prendre conscience. Si votre proche a des troubles de l attention q Évitez de lui parler dans un environnement trop bruyant (télé, radio, enfants qui jouent ) q Si vous êtes plusieurs personnes, évitez de parler tous en même temps. q Laissez-lui la possibilité et le temps d intervenir. N oubliez pas qu il peut rapidement se fatiguer. q Évitez de lui proposer de faire plusieurs choses en même temps. On ne s en rend pas compte mais nos conversations vont souvent très vite. Parfois, la personne préfère quitter la pièce lorsque des invités sont présents. Ce n est pas de l impolitesse ou un manque de sociabilité. Votre proche préfère parfois s isoler parce qu il ne parvient plus à trouver sa place au sein des échanges. 14

15 Si votre proche a des troubles de mémoire Essayez de lui redire de quoi vous êtes en train de parler, ce qu il a déjà dit, ce qu il a déjà demandé en restant bienveillant. S il peut encore écrire et qu il comprend ce qu il écrit, vous pouvez lui noter des informations sur un papier (postit, petit aide-mémoire ) Si votre proche présente des troubles des fonctions exécutives Décomposez-lui les choses à faire en plusieurs étapes. Si ses propos semblent incomplets ou désordonnés, demandez à votre proche des précisions, posez-lui des questions, accompagnez-le dans son récit pour le guider. - De qui parles-tu? - Quand? - Où? - Qu as-tu fait? - Que s est-il passé? Si votre proche présente des troubles du comportement q Essayez d avoir des gestes bienveillants qui peuvent le canaliser : s il s énerve vous pouvez lui poser la main sur le bras par exemple. q Essayez de prendre du recul par rapport à son comportement. q Dites-lui quand son comportement n est pas adapté, vous l aiderez ainsi à en prendre conscience. Les conseils proposés ici ne sont pas exhaustifs. Pour mieux adapter votre communication et votre comportement face aux diffi cultés propres à votre proche, n hésitez pas à demander conseil à son orthophoniste. quelles solutions? Y a-t-il des remèdes? Il n y a pas de remède miracle. Un retour à la normale est diffi cilement envisageable. Mais il existe des solutions. Le blessé récupère certaines capacités au fi l des mois, c est ce qu on appelle la récupération spontanée. 15

16 De plus, si les «autoroutes» dans le cerveau ne peuvent plus être empruntées suite au traumatisme, des «routes secondaires» peuvent être sollicitées pour contourner cette diffi culté. C est possible grâce à ce qu on appelle la plasticité cérébrale*. Qu est ce qu une rééducation orthophonique? C est quoi un orthophoniste? L orthophoniste est le professionnel de santé qui assume la prévention, l évaluation et la rééducation des défi ciences et des troubles de la communication humaine et des troubles associés. Cela concerne donc toutes les fonctions associées à la compréhension, à la réalisation et à l expression du langage oral et écrit, ainsi que toutes les autres formes de la communication non-verbale. Source : Fédération nationale des orthophonistes La rééducation q L orthophoniste effectue d abord un bilan pour voir où se situent les diffi cultés de votre proche mais aussi ce qui est préservé. q À l issue de ce bilan, il pose son diagnostic. q Il établit ensuite un plan de rééducation adapté à votre proche avec les différents objectifs à atteindre, ce qu il faut travailler, ce à quoi il faut arriver Le principal objectif de la rééducation est de redonner au patient une autonomie de communication. L orthophoniste tente alors q De restaurer au maximum ce qui a été endommagé par le traumatisme. q De réorganiser, de compenser (remplacer ce qui ne fonctionne plus par ce qui fonctionne encore : passer par d autres chemins) et de faciliter l utilisation de ce qui fonctionne encore. q D aménager l environnement de la personne pour qu il soit adapté à ses diffi cultés et pour que ce qui est travaillé en orthophonie puisse être transféré dans la vie quotidienne. On notera l importance pour l orthophoniste d être en lien avec vous, sa famille. Vous pouvez l informer sur votre proche. Si vous avez des questions, n hésitez pas à contacter l orthophoniste qui le prend en charge. 16

17 quels résultats attendre? Les résultats dépendent notamment De la gravité du traumatisme crânien De la présence et de l importance de troubles associés comme l hémiplégie* De la motivation et de l implication du patient dans sa rééducation anosognosie* par exemple De la fréquence et de la durée des séances De l âge du blessé De l interaction avec la famille du blessé C est vous qui connaissez le mieux votre proche. Vous pouvez donner à l orthophoniste de nombreux éléments sur sa façon de communiquer avant l accident. conclusion Mais aussi, sur le transfert ou non dans la vie quotidienne de ce qui est travaillé en séance avec l orthophoniste car ce qui compte c est que vous puissiez continuer à communiquer ensemble. Vous avez donc votre rôle à jouer. La rééducation est centrée sur votre proche et ses besoins, ses attentes. Si vous avez des questions ou des demandes, n hésitez pas à prendre contact avec l orthophoniste. Il est important qu il puisse vous apporter des conseils sur les conduites à suivre au quotidien. Vous pourrez ainsi adapter votre comportement et éventuellement l environnement lors de vos échanges avec votre proche. Cette brochure a pour but de vous donner quelques pistes pour mieux comprendre les diffi cultés rencontrées par votre proche et vous aider à mieux percevoir ses compétences. Nous espérons que vous avez pu y trouver des informations utiles et certaines réponses à vos questions. Nous souhaitons également que ces quelques conseils puissent vous servir pour adapter votre comportement lors des échanges et pour aménager l environnement de votre proche, mais aussi qu ils vous permettront de trouver comment continuer à communiquer ensemble. Face aux situations déroutantes que vous pouvez vivre au quotidien, n oubliez pas que vous n êtes pas seuls et que des professionnels et des associations sont là pour vous écouter et répondre à vos questions. N hésitez pas à faire appel à eux. 17

18 Petit lexique Anosognosie méconnaissance voire déni du patient de ses troubles et des diffi cultés. Attention elle permet de se concentrer sur quelque chose ou sur quelqu un. Elle peut être atteinte dans sa qualité et / ou dans sa durée. Communication c est le fait pour des personnes de s échanger des messages à un moment précis et dans un lieu particulier. C est une véritable interaction durant laquelle chacun s adapte à l autre, à ce qui est dit ainsi qu au contexte. Fonctions exécutives elles permettent de commencer une action ou une idée, de l organiser et de contrôler qu elle se déroule bien. Hémiplégie paralysie plus ou moins complète de la moitié du corps. Langage c est le fait d utiliser des mots à l oral ou à l écrit pour exprimer et comprendre des états affectifs et / ou des idées. Mémoire elle permet de stocker des savoirs et des souvenirs mais aussi de garder en «mémoire» une information pour la confronter avec d autres. Parole c est le fait de s exprimer en parlant, en se servant de sa voix. Plasticité cérébrale capacité du cerveau à gérer son organisation en modifi ant ou en créant de nouveaux «chemins» à emprunter en fonction des expériences et des traumatismes vécus. Syndrome frontal on trouve 2 formes différentes z Défi citaire lenteur dans les actions et dans les réactions et incapacité à exprimer la moindre émotion, même verbalement. z Avec désinhibition présence d actions et de réactions (langagières et émotionnelles) inappropriées à la situation. Manifestations d irritabilité et d agressivité. Perte ou perturbation du contrôle de ce que l on peut dire / faire en fonction des conventions sociales. 18

19 remerciements L AFTC remercie l ARS et Réunica pour leur soutien fi nancier dans la réalisation de cette plaquette. Aurore Gélébart remercie tout particulièrement Son maître de mémoire, Sophie Thiery, orthophoniste au CRF de Salins-les-bains Tous les membres et les professionnels de l AFTC qui lui ont permis de mener ce projet à bien et tout particulièrement, Jean Guyot Président, Nathalie Gros Directrice, et les membres du groupe de travail pour leur soutien, leurs conseils et leurs témoignages. Tous les orthophonistes et les autres professionnels qui ont également contribué àson projet. Héloïse pour ses illustrations. AFTC Franche-Comté Équipe originale de rédacteurs Aurore Gélébart, étudiante en orthophonie, Sophie Thiery, orthophoniste. Illustrations Héloïse Letty Sources JM. Mazaux, M. Barat, PA. Joseph, JM. Giroire, M. Campan, P. Moly. Troubles du langage, de la parole et de la communication verbale après traumatisme crânien grave. Glossa 1997 ; 58 : AFTC de Franche-Comté 17 rue Pergaud Besançon

20 Liens utiles Si vous avez des questions, n hésitez pas à prendre contact avec les professionnels prenant en charge le membre de votre famille (le médecin du CRF, votre médecin traitant, l orthophoniste ) Associations AFTC Association régionale qui vient en aide aux personnes TC et à leurs familles. Pour trouver la vôtre, rendez-vous sur le site Pour la Franche-Comté Brochures sur le Traumatisme Crânien AFTC Alsace Livret d accueil des familles, téléchargeable sur le site rubrique documents Société de l Assurance automobile du Québec Le traumatisme cranio-cérébral, Brochure à l intention des familles et des personnes atteintes, téléchargeable sur le site rubrique publications / victime AFTC Franche-Comté Livres et témoignages Michel Leclercq, Le traumatisme crânien, guide à l usage des proches, collection Guidance pour tous - Marseille Solal Sous la direction de Hélène Oppenheim-Gluckman, Vivre au quotidien avec un traumatisé crânien, Guide à l attention de la famille et des proches - CTNERH Blandine Leurent-Deschodt, Vivre malgré tout, Presses de la Renaissance - Broché Vivre avec un traumatisme crânien Paroles de familles, paroles de blessés, préface de Julia Kristeva, livre de témoignages édité à l occasion des 20 ans de l UNAFTC - Paris - Mai 2006 Revues Résurgences revue semestrielle de l UNAFTC (Union nationale des associations de familles de traumatisés crâniens et de cérébro-lésés) Ressort bulletin régional de l AFTC de Franche-Comté Films Ni tout à fait le même, ni tout à fait un autre, le fi lm Réalisé par Marianne Lamour, produit par «13 production» avec France 5 et le soutien de la fondation MAAF-CNC minutes Mise en page : B. Louvet - Besançon

UNAFTC. Union Nationale des Associations de Familles de Traumatisés Crâniens. Association Loi 1901 reconnue d intérêt général

UNAFTC. Union Nationale des Associations de Familles de Traumatisés Crâniens. Association Loi 1901 reconnue d intérêt général UNAFTC Union Nationale des Associations de Familles de Traumatisés Crâniens Association Loi 1901 reconnue d intérêt général 32 rue de la Colonie 75013 Paris Tél. : 01 53 80 66 03 secretariat@traumacranien.org

Plus en détail

MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1

MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1 Nom : Prénom :.. MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1 Récapitulatif pour la validation du Diplôme National du Brevet (Attestation du Niveau A2 en Langue Vivante) : ACTIVITES

Plus en détail

Vous avez été victime de viol ou de tentative de viol

Vous avez été victime de viol ou de tentative de viol Vous avez été victime de viol ou de tentative de viol À donner à la victime Violences sexuelles Tout le monde peut être victime d une agression sexuelle n importe où. La violence sexuelle peut toucher

Plus en détail

PRATIQUES LANGAGIERES EDUCATIVES EFFICIENTES DANS LE DIALOGUE ENTRE ADULTE ET ENFANT

PRATIQUES LANGAGIERES EDUCATIVES EFFICIENTES DANS LE DIALOGUE ENTRE ADULTE ET ENFANT PRATIQUES LANGAGIERES EDUCATIVES EFFICIENTES DANS LE DIALOGUE ENTRE ADULTE ET ENFANT L enfant a besoin d apprendre, et, en premier lieu, d apprendre à parler pour échanger et vivre en société. Ce sont

Plus en détail

Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique)

Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique) 1 Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique) La programmation neurolinguistique (PNL) fournit des outils de développement personnel et d amélioration de l efficacité relationnelle dans

Plus en détail

A1 Parler avec quelqu un Je peux dire qui je suis, où je suis né(e), où j habite et demander le même type d informations à quelqu un. Je peux dire ce que je fais, comment je vais et demander à quelqu un

Plus en détail

Influencer avec intégrité

Influencer avec intégrité Influencer avec intégrité 1 Les objectifs généraux d une communication. Aider (conseils, directives) Apprendre (acquérir habiletés, connaissance de soi et du monde) Créer des liens (amitiés, formation

Plus en détail

L affirmation de soi. Docteur Dominique Servant Unité stress et anxiété CHRU de Lille

L affirmation de soi. Docteur Dominique Servant Unité stress et anxiété CHRU de Lille L affirmation de soi Docteur Dominique Servant Unité stress et anxiété CHRU de Lille S affirmer «Communiquer de façon affirmée, c est exprimer ses sentiments et ses façons de voir, par des mots, des gestes,

Plus en détail

Séminaire «Répondre au téléphone et tenue du bureau»

Séminaire «Répondre au téléphone et tenue du bureau» LE TELEPHONE Répondre au téléphone réunit plusieurs paramètres: Un contexte Un message Une relation 1 Le contexte Pouvoir entendre son interlocuteur endroit calme, silencieux. Le téléphone sonne alors

Plus en détail

Comment communiquer avec des personnes présentant des difficultés d élocution et/ou de communication?

Comment communiquer avec des personnes présentant des difficultés d élocution et/ou de communication? Comment communiquer avec des personnes présentant des difficultés d élocution et/ou de communication? Solenn Bocoyran Orthophoniste Service de Rééducation Neurologique CH Aunay sur Odon AG de l AFTC -

Plus en détail

Comprendre les différentes formes de communication

Comprendre les différentes formes de communication Chapitre 2 Communiquer de façon professionnelle 2. Lisez la mise en situation ci-dessous. Ensuite, nommez les attitudes favorisant la communication qui n ont pas été mises en pratique et expliquez votre

Plus en détail

Résultats d apprentissage spécifiques Indicateurs de rendement Exemples de référentiels Français maternelle

Résultats d apprentissage spécifiques Indicateurs de rendement Exemples de référentiels Français maternelle Résultats d apprentissage spécifiques Indicateurs de rendement Exemples de référentiels Français maternelle Document d appui en littératie septembre 2015 Dans ce document, le genre masculin est utilisé

Plus en détail

Stratégie de gestion du stress :

Stratégie de gestion du stress : Le stress est une fonction normale de l être humain qui fait face à un danger. C est une réaction d alerte contre une menace psychologique. Une perturbation des habitudes, de l équilibre force l individu

Plus en détail

Qu est-ce que le TCF?

Qu est-ce que le TCF? Qu est-ce que le TCF? Le Test de Connaissance du Français (TCF ) est un test de niveau linguistique en français, conçu à la demande du ministère de l Éducation nationale, de l Enseignement supérieur et

Plus en détail

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est L enfant sensible Qu est-ce que la sensibilité? Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est de le surprotéger car il se

Plus en détail

I/ Qu est-ce que l aphasie? French

I/ Qu est-ce que l aphasie? French I/ Qu est-ce que l aphasie? French Vous avez, vraisemblablement, récemment eu à faire à l aphasie et ce, pour la première fois. L aphasie appelle d emblée quelques questions comme : qu est-ce que l aphasie,

Plus en détail

Le développement du langage oral chez l enfant

Le développement du langage oral chez l enfant Le développement du langage oral chez l enfant Par Alessandra Biner, Anne Dauvin, Isabelle Pulfer, Logopédistes Cette conférence a été donnée dans le cadre de soirées de parents du secteur de la petite

Plus en détail

Norme d accessibilité pour les services à la clientèle :

Norme d accessibilité pour les services à la clientèle : Norme d accessibilité pour les services à la clientèle : conseils en matière de formation pour les employés organisations comptant 20 employés et plus introduction La nouvelle norme de l Ontario en matière

Plus en détail

L Approche CPA 6 - Communication

L Approche CPA 6 - Communication L Approche CPA 6 - Communication La présente fiche d information porte sur la communication, qui, comme le montre le diagramme ci-dessous, constitue le dernier volet de l Approche CPA. Pour avoir un aperçu

Plus en détail

Intention pédagogique : Développer les stratégies cognitives et métacognitives des élèves en lecture.

Intention pédagogique : Développer les stratégies cognitives et métacognitives des élèves en lecture. SITUATION D APPRENTISSAGE ET D ÉVALUATION Titre : Club de lecture à l écran Contexte : Les classes ciblées vivront une aventure virtuelle à l aide du Club de lecture à l écran de la Commission scolaire

Plus en détail

Niveau A2 du Cadre européen commun de référence pour les langues. DELF Prim A2. Livret de l examinateur. Production orale PMA22S008 04/06/13

Niveau A2 du Cadre européen commun de référence pour les langues. DELF Prim A2. Livret de l examinateur. Production orale PMA22S008 04/06/13 Niveau A2 du Cadre européen commun de référence pour les langues Livret de l examinateur Production orale PMA22S008 04/06/13 Épreuve de production / interaction orale 25 points Cette épreuve est composée

Plus en détail

La dictée à l adulte. Dessin d une expérimentation. «Après j ai rebouché avec la main et il était tout sec le chiffon. J ai rebouché en appuyant.

La dictée à l adulte. Dessin d une expérimentation. «Après j ai rebouché avec la main et il était tout sec le chiffon. J ai rebouché en appuyant. La dictée à l adulte Dessin d une expérimentation «Après j ai rebouché avec la main et il était tout sec le chiffon. J ai rebouché en appuyant.» La dictée à l adulte Déjà préconisée dans les IO de 1995,

Plus en détail

MyFrenchFilmFestival.com

MyFrenchFilmFestival.com Fiche d activités pour la classe MyFrenchFilmFestival.com Parcours niveau B1 : en bref Thème : La vie en banlieue parisienne Après une mise en route sur le début du film, les apprenants découvriront l

Plus en détail

Déroulement de l activité

Déroulement de l activité Enseignement des habiletés sociales au primaire Groupe 4 : Solutions de rechange à l agression Habileté 42 : Accepter des conséquences Chantal Thivierge Fiche de planification Habileté sociale : ACCEPTER

Plus en détail

Élève 1 Nombre total Prestation globale de points Devoir 1: Peut répondre de façon structurée et précise en développant ses Entretien idées.

Élève 1 Nombre total Prestation globale de points Devoir 1: Peut répondre de façon structurée et précise en développant ses Entretien idées. Élève 1 Nombre total de points 2 (77%) Devoir 1: Entretien 5 points Devoir 2 : Jeu de rôle 5 points Devoir 3 : Commentaire 4 points Transcription du commentaire (Temps de production 1:32 min) Prestation

Plus en détail

Séquence d apprentissage en petite section «l Ogre de Mouflette Papillon»

Séquence d apprentissage en petite section «l Ogre de Mouflette Papillon» Séquence d apprentissage en petite section «l Ogre de Mouflette Papillon» Ecouter et comprendre un texte lu par l adulte Prendre des indices dans le texte pour entrer dans la compréhension de l'histoire

Plus en détail

CHAPITRE 1. Manon enfant mutique et si mutine aujourd hui

CHAPITRE 1. Manon enfant mutique et si mutine aujourd hui Les enfants sont sans passé et c est là tout le mystère de l innocence magique de leur sourire Milan Kundera CHAPITRE 1 Manon enfant mutique et si mutine aujourd hui Entrez dans cette étrange sensibilité

Plus en détail

Centre de formation en communication orale à Paris

Centre de formation en communication orale à Paris 100, avenue Kléber 75016 ParisTél 01 45 05 15 15 www.atelier100.fr Centre de formation en communication orale à Paris Technique professionnelle training vidéo Mieux communiquer oralement devant tout public

Plus en détail

Information destinée aux proches. Comment communiquer avec une personne atteinte de démence? Conseils pratiques

Information destinée aux proches. Comment communiquer avec une personne atteinte de démence? Conseils pratiques Information destinée aux proches Comment communiquer avec une personne atteinte de démence? Conseils pratiques Qu est-ce qu une démence? La démence est une affection qui entraîne une détérioration du fonctionnement

Plus en détail

Quels sont les indices observés chez les enfants présentant un trouble de traitement auditif?

Quels sont les indices observés chez les enfants présentant un trouble de traitement auditif? Le trouble de traitement auditif _TTA Entendre n est pas comprendre. Détecter les sons représente la première étape d une série de mécanismes auditifs qui sont essentiels pour la compréhension de la parole

Plus en détail

La recherche d'une entreprise d'accueil

La recherche d'une entreprise d'accueil La recherche d'une entreprise d'accueil Comment faire ses démarches par téléphone! Ce document vous apporte quelques conseils ainsi que la démarche générale pour prendre contact avec les entreprises et

Plus en détail

Descripteur global Interaction orale générale

Descripteur global Interaction orale générale Descripteur global Peut produire des expressions simples isolées sur les gens et les choses. Peut se décrire, décrire ce qu il fait, ainsi que son lieu d habitation. Interaction orale générale Peut interagir

Plus en détail

En direct de la salle de presse du Journal virtuel

En direct de la salle de presse du Journal virtuel Français En direct de la salle de presse du Journal virtuel Écrire des textes variés Guide En direct de notre salle de presse Guide R ENSEIGNEMENTS GÉNÉRA UX EN DIRECT DE NOTRE SA LLE DE PRESSE MISE À

Plus en détail

Français Authentique Pack 2

Français Authentique Pack 2 Guide : Comment utiliser le pack 2 Discussions Authentiques Cher(e) ami(e), Merci d avoir acheté le pack 2 Discussions Authentiques. C est une bonne décision et vous ne le regretterez pas. Je mets à votre

Plus en détail

LIVRET DE COMPÉTENCES A L ÉCOLE MATERNELLE

LIVRET DE COMPÉTENCES A L ÉCOLE MATERNELLE NOM : Prénom Date de naissance : LIVRET DE COMPÉTENCES A L ÉCOLE MATERNELLE Classe de toute petite section Année scolaire Nom et adresse de l école Nom des enseignants Classe de petite section Classe de

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

SOMMAIRE. Rechercher un stage : lettre de demande de stage. Rechercher un stage : prise de rendez-vous. Se présenter à un rendez-vous

SOMMAIRE. Rechercher un stage : lettre de demande de stage. Rechercher un stage : prise de rendez-vous. Se présenter à un rendez-vous SOMMAIRE Vie quotidienne iche 1 iche 2 iche 3 iche 4 iche 5 iche 6 Appeler un camarade Appeler un ami absent Laisser un message sur un répondeur Appeler le médecin Appeler le médecin : laisser un message

Plus en détail

DESCRIPTEURS NIVEAU A2 du Cadre européen commun de référence pour les langues

DESCRIPTEURS NIVEAU A2 du Cadre européen commun de référence pour les langues DESCRIPTEURS NIVEAU A2 du Cadre européen commun de référence pour les langues ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES Activités de production et stratégies PRODUCTION ORALE MONOLOGUE SUIVI

Plus en détail

Comprendre les difficultés et le comportement de votre proche après un

Comprendre les difficultés et le comportement de votre proche après un Comprendre les difficultés et le comportement de votre proche après un ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL Livret d informations destiné aux familles et aux proches des patients. Avec le soutien institutionnel

Plus en détail

Vers 2 ans et 6 moins

Vers 2 ans et 6 moins Le développement de l enfant Quelques repères De la naissance à 18 mois : - réagit aux bruits à la naissance - comprend des petites phrases vers 8 mois - - gazouille vers 3 mois - rit aux éclats vers 4

Plus en détail

Les 7 clefs de la réussite en voix-off

Les 7 clefs de la réussite en voix-off LES 7 CLEFS DE LA RÉUSSITE EN VOIX-OFF 1 Les 7 clefs de la réussite en voix-off par LORENZO PANCINO INFORMATIONS - AVERTISSEMENT LES 7 CLEFS DE LA RÉUSSITE EN VOIX-OFF 2 La loi du 11 mars 1957 n autorisant,

Plus en détail

Posséder les habiletés pour établir une relation aidante

Posséder les habiletés pour établir une relation aidante 6. 7. Faites une mise en commun en partageant le résultat de votre travail avec le reste de la classe. Remplissez la fi che Regard sur l exercice (fi gure 3.13). Figure 3.13 Regard sur l exercice Autoévaluation

Plus en détail

Compréhension de la langue

Compréhension de la langue Compréhension de la langue Les petits guides Démarche Compréhension de la langue (CP) permet aux élèves de s interroger sur le sens d un texte, en développant l écoute, la prise de parole et la justification.

Plus en détail

Expression et communication en langue anglaise. Objectifs. Contenus

Expression et communication en langue anglaise. Objectifs. Contenus Expression et communication en langue anglaise Objectifs L'étude des langues vivantes étrangères contribue à la formation intellectuelle et à l'enrichissement culturel de l'individu. Pour l'étudiant de

Plus en détail

LIVRET DE STAGE. (Séquence d observation en milieu professionnel) Du 18 novembre au 22 novembre 2013 COLLÈGE NICOLAS COPERNIC MONTMAGNY

LIVRET DE STAGE. (Séquence d observation en milieu professionnel) Du 18 novembre au 22 novembre 2013 COLLÈGE NICOLAS COPERNIC MONTMAGNY COLLÈGE NICOLAS COPERNIC Collège Nicolas Copernic 8, ruelle Marianne 95360 Montmagny : 01 39 83 46 17 : 01 39 8424 30 Site : www.clg-copernicmontmagny.ac-versailles.fr/ MONTMAGNY LIVRET DE STAGE Ce livret

Plus en détail

22/02/2010. Conseils pour mieux aider l enfant TDA/H dans sa scolarité. 6 12 ans. Adolescence. Adolescence. Trouble de l attention sélective

22/02/2010. Conseils pour mieux aider l enfant TDA/H dans sa scolarité. 6 12 ans. Adolescence. Adolescence. Trouble de l attention sélective Conseils pour mieux aider l enfant TDA/H dans sa scolarité. Stéphanie de Schaetzen 6 12 ans Difficultés scolaires, malgré un bon potentiel. Reçois constamment des remarques négatives sur soi. Relations

Plus en détail

Elaborer des règles principes généraux

Elaborer des règles principes généraux Elaborer des règles principes généraux ELABORER DES REGLES Elaborer des règles de vie, permettre aux élèves de leur donner du sens, les rendre lisibles par tous, les faire respecter et envisager des sanctions

Plus en détail

DIRECTIVES ET RESCRIPTIONS

DIRECTIVES ET RESCRIPTIONS DIRECTIVES ET RESCRIPTIONS EXAMEN PRATIQUE EP - 1 - Remarques générales Conformément aux dispositions réglementaires pour l obtention du Master en Pédagogie Spécialisée / Enseignement Spécialisé, les étudiant-e-s

Plus en détail

Notre fils qui a commencé à manquer d assiduité dans son travail à partir de la fin de la 4ème (jusque-là, nous n avions que des compliments).

Notre fils qui a commencé à manquer d assiduité dans son travail à partir de la fin de la 4ème (jusque-là, nous n avions que des compliments). Notre fils qui a commencé à manquer d assiduité dans son travail à partir de la fin de la 4ème (jusque-là, nous n avions que des compliments). Bien que la seconde ait été chaotique, il est passé en première

Plus en détail

Parler Bambin Guide pratique

Parler Bambin Guide pratique Parler Bambin Guide pratique Parler Bambin Les effets du programme Performances verbales (QD, QI) aux pré-test et post-test Le suivi de 65 enfants entre 18 à 36 mois dans le cadre du programme Parler Bambin

Plus en détail

Harcèlement : comment puis-je être aidé? Que peux-tu faire? Il faut en parler pour trouver des solutions!

Harcèlement : comment puis-je être aidé? Que peux-tu faire? Il faut en parler pour trouver des solutions! Conseils aux victimes : élèves de l école primaire Harcèlement : comment puis-je être aidé? Si, à l école, tes camarades se moquent de toi, te volent ou abîment tes affaires, te donnent des surnoms méchants,

Plus en détail

RECADRER UN COLLABORATEUR

RECADRER UN COLLABORATEUR RECADRER UN COLLABORATEUR Le recadrage du collaborateur s effectue en entretien individuel. Ses objectifs sont nombreux : Il permet au manager d exprimer son désaccord afin de faire évoluer positivement

Plus en détail

Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique

Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique BUT : Découvrir ton profil préférentiel «Visuel / Auditif / Kinesthésique» et tu trouveras des trucs

Plus en détail

TDAH. Les enfants avec un. et leur scolarité. Trouble Déficit de l Attention / Hyperactivité. Trouble Déficit de l Attention Hyperactivité

TDAH. Les enfants avec un. et leur scolarité. Trouble Déficit de l Attention / Hyperactivité. Trouble Déficit de l Attention Hyperactivité TDAH Trouble Déficit de l Attention Hyperactivité Les enfants avec un Trouble Déficit de l Attention / Hyperactivité et leur scolarité e t s c o l a r i t é 1. Qu est-ce que c est que le TDAH? Le trouble

Plus en détail

La position psychique du psychologue clinicien

La position psychique du psychologue clinicien La position psychique du psychologue clinicien A partir d une situation clinique en stage dans une Maison de retraite Le cas de Mme A. J ai choisi de vous parler de Mme A., 88 ans, qui est entrée à la

Plus en détail

L enseignant propose alors une reformulation (feedback) en ayant pris le soin de faire évoluer les propositions orales de l élève.

L enseignant propose alors une reformulation (feedback) en ayant pris le soin de faire évoluer les propositions orales de l élève. Usage de tablettes numériques à l'école Proposition de progression Niveau : GRANDE SECTION - MATERNELLE Année scolaire : 2014-2015 Projet général / Objectifs : ALBUMS ECHOS NUMERIQUES Afin de favoriser

Plus en détail

Conversation sur un sujet préparé

Conversation sur un sujet préparé FRANÇAIS LANGUE SECONDE IMMERSION 12 Guide pour la composante orale de l examen FRAL 12 Conversation sur un sujet préparé 2014 2015 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION 1 LA COMPOSANTE ORALE 2 LES CATÉGORIES

Plus en détail

Chapitre 12 Épreuve orale en pratique

Chapitre 12 Épreuve orale en pratique Chapitre 12 Épreuve orale en pratique 1. Introduction L épreuve orale d entretien représente pour la plupart d entre vous quelque chose de mystérieux. Beaucoup de rumeurs fondées ou non circulent sur son

Plus en détail

LES OUTILS DU COACHING (partie 2) Par Robert Gingras, CRHA, ACC

LES OUTILS DU COACHING (partie 2) Par Robert Gingras, CRHA, ACC LES OUTILS DU COACHING (partie 2) Par Robert Gingras, CRHA, ACC Voici une série de courts articles que j ai eu le plaisir de rédiger pour le journal La Voix de l Est sur le thème du COACHING : une profession

Plus en détail

Guide Pratique pour l Autonomie du Réfugié

Guide Pratique pour l Autonomie du Réfugié Guide Pratique pour l Autonomie du Réfugié Comment mieux formuler votre déclaration, pour votre interview «RSD» (Refugee Status Declaration Détermination de Statut de Réfugié) auprès de l UNHCR, en vue

Plus en détail

Lorsqu une personne chère vit avec la SLA. Guide à l intention des enfants

Lorsqu une personne chère vit avec la SLA. Guide à l intention des enfants Lorsqu une personne chère vit avec la SLA Guide à l intention des enfants 2 SLA Société canadienne de la SLA 3000, avenue Steeles Est, bureau 200, Markham, Ontario L3R 4T9 Sans frais : 1-800-267-4257 Téléphone

Plus en détail

Educational Multimedia Task Force MM 1045, REPRESENTATION Modèlisation conceptuelle initiale July 1999 INRP ANNEX V

Educational Multimedia Task Force MM 1045, REPRESENTATION Modèlisation conceptuelle initiale July 1999 INRP ANNEX V ANNEX V 233 Interviews in Victor Hugo school, June 29, 1999 Premier Groupe S : qu est ce que que vous pouvez me dire quand vous utilisez le enfin l email, le courrier électronique? 1 : euh 2 : c est le

Plus en détail

J adore le français! B. Racontez à votre tour l histoire d Élodie à un camarade.

J adore le français! B. Racontez à votre tour l histoire d Élodie à un camarade. J adore le français! 1 Piste 01 1. six mois à londres A. Une radio consacre une émission aux Français à l étranger. Écoutez le témoignage d Élodie et remettez dans l ordre les différentes étapes de son

Plus en détail

Conseils. pour les enfants, les adolescents et les adultes atteints de TDAH

Conseils. pour les enfants, les adolescents et les adultes atteints de TDAH Conseils pour les enfants, les adolescents et les adultes atteints de TDAH Conseils pour aider votre enfant atteint de TDAH Même si le traitement par VYVANSE peut permettre de gérer les symptômes du TDAH,

Plus en détail

Formation A.V.S. Lundi 06 janvier 2014. La Surdité

Formation A.V.S. Lundi 06 janvier 2014. La Surdité Formation A.V.S. Lundi 06 janvier La Surdité Table des matières I) La surdité Qu est ce que l audition? Les différentes surdités Les différents appareillages et leurs répercussions sur l audition II)

Plus en détail

GRILLE D EVALUATION DES COMPETENCES EN VUE DE LA VALIDATION DU NIVEAU B1

GRILLE D EVALUATION DES COMPETENCES EN VUE DE LA VALIDATION DU NIVEAU B1 ACADEMIE DE MONTPELLIER Groupe académique d inspecteurs et formateurs en langues vivantes GRILLE D EVALUATION DES COMPETENCES EN VUE DE LA VALIDATION DU NIVEAU B1 Etre capable de comprendre les points

Plus en détail

La greffe d organes. - Sensibiliser à l urgence du don d organes. > La feuille de l élève disponible à la fin de ce document

La greffe d organes. - Sensibiliser à l urgence du don d organes. > La feuille de l élève disponible à la fin de ce document La greffe d organes La greffe d'organes n'est pas encore pratiquée dans toutes les régions du monde. Au-delà des obstacles culturels et matériels, cette fiche pédagogique propose de mieux comprendre l'importance

Plus en détail

Quand les enfants apprennent plus d une langue

Quand les enfants apprennent plus d une langue Quand les enfants apprennent plus d une langue En tant que parent d un enfant qui apprendra deux langues ou plus, vous avez peut-être des questions. Cette brochure basée sur des recherches récentes vous

Plus en détail

Circonscription de. Valence d Agen

Circonscription de. Valence d Agen Circonscription de Valence d Agen Pourquoi ce guide? Depuis des décennies, le sujet des devoirs à la maison est discuté dans et hors de l école. Nous avons souhaité faire le point sur ce sujet afin de

Plus en détail

MyFrenchFilmFestival.com

MyFrenchFilmFestival.com Fiche d activités pour la classe MyFrenchFilmFestival.com Parcours niveau B2 : en bref Thème : la jeunesse face à la justice Après avoir fait connaissance avec les personnages du film, les apprenants analyseront

Plus en détail

ACTIVITÉ DE COMPREHENSION ORALE. Niveau A1. Allô?

ACTIVITÉ DE COMPREHENSION ORALE. Niveau A1. Allô? ACTIVITÉ DE COMPREHENSION ORALE Niveau A1 Allô? Le dossier comprend : - une fiche apprenant - une fiche enseignant - la transcription du document sonore - une fiche d auto-évaluation Auteurs-concepteurs

Plus en détail

Direction Diocésaine de l Enseignement Catholique du Var 14 rue Chalucet - 83000 TOULON TÉL : 04.94.22.66.39 - FAX : 04.94.91.73.

Direction Diocésaine de l Enseignement Catholique du Var 14 rue Chalucet - 83000 TOULON TÉL : 04.94.22.66.39 - FAX : 04.94.91.73. Direction Diocésaine de l Enseignement Catholique du Var 14 rue Chalucet - 83000 TOULON TÉL : 04.94.22.66.39 - FAX : 04.94.91.73.65 QUESTIONNAIRE DE DEVELOPPEMENT Merci de bien vouloir remplir ce questionnaire

Plus en détail

Ministère de la Communauté française COMPETENCES MINIMALES EN MATIERE DE COMMUNICATION EN LANGUES MODERNES HUMANITES GENERALES ET TECHNOLOGIQUES

Ministère de la Communauté française COMPETENCES MINIMALES EN MATIERE DE COMMUNICATION EN LANGUES MODERNES HUMANITES GENERALES ET TECHNOLOGIQUES Ministère de la Communauté française COMPETENCES MINIMALES EN MATIERE DE COMMUNICATION EN LANGUES MODERNES HUMANITES GENERALES ET TECHNOLOGIQUES 1999 Table des matières 1.Compétences de communication 1.1.

Plus en détail

Le ce rcl e de lecture (d après les travaux de Jocelyne GIASSON Les textes littéraires De Boeck éditions)

Le ce rcl e de lecture (d après les travaux de Jocelyne GIASSON Les textes littéraires De Boeck éditions) Le ce rcl e de lecture ( ) 1 Le principe : C est un temps d échanges entre des élèves ayant lu le même livre qui se déroule de la manière la plus autonome possible. Afin de rendre ce temps d échanges riche,

Plus en détail

la maladie d Alzheimer

la maladie d Alzheimer Prévenir... les difficultés de vie avec un proche atteint de la maladie d Alzheimer 27 La maladie d Alzheimer n est pas la maladie d une seule personne 800 000 français sont atteints par la maladie d Alzheimer

Plus en détail

N 1 1 er trimestre 2011

N 1 1 er trimestre 2011 SUPPORT DU DÉBAT L article du débat «En 2013, ton emploi du temps risque de changer!» En 2013, ta semaine d école passera peut-être de quatre jours à quatre jours et demi, et tes vacances d été seront

Plus en détail

Adopter une attitude adaptée à la situation : Langage et paralangage (notions étudiées dans le chap 1)

Adopter une attitude adaptée à la situation : Langage et paralangage (notions étudiées dans le chap 1) Gestion Appliquée BAC CSR C1-1.2 Accueillir la clientèle C1-1.5 Conseiller la clientèle et proposer une argumentation BAC CUISINE C2-2.3 Communiquer avec la clientèle Savoirs associés : La communication

Plus en détail

POURQUOI MON CHIEN TIRE-T-IL SUR LA LAISSE?

POURQUOI MON CHIEN TIRE-T-IL SUR LA LAISSE? POURQUOI MON CHIEN TIRE-T-IL SUR LA LAISSE? Quand vous êtes remorqué par votre chien qui tire compulsivement sur la laisse et que vous avez le sentiment, que votre bras va littéralement être arraché de

Plus en détail

Pour une gestion des comportements difficiles à l école

Pour une gestion des comportements difficiles à l école Pour une gestion des comportements difficiles à l école INTRODUCTION Lorsqu on pense à un élève qui a des difficultés de comportement, on le définit comme celui qui ne suit pas les consignes, ne respecte

Plus en détail

Tous acteurs! Patrice Cardinaud DRH Groupe Adjoint. Avant-propos

Tous acteurs! Patrice Cardinaud DRH Groupe Adjoint. Avant-propos Avant-propos Avec leurs nombreuses potentialités techniques, les outils de communication jouent un rôle déterminant dans l organisation du travail. La simplicité d utilisation de la messagerie professionnelle

Plus en détail

1. Qu est-ce que l UEROS?

1. Qu est-ce que l UEROS? Réorientation socioprofessionnelle après lésions cérébrales : Rôle du neuropsychologue en. 5, rue du Docteur Charcot 59000 Lille neuropsy@ueros.fr Laurence Danjou, neuropsychologue 1. Qu est-ce que l?

Plus en détail

Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres

Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres Développement personnel La programmation neurolinguistique (P.N.L.) Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres. Historique et postulats de la

Plus en détail

Traumatisme crânien ou traumatisme cranio-cérébral Trouble de santé neurologique Aide-mémoire

Traumatisme crânien ou traumatisme cranio-cérébral Trouble de santé neurologique Aide-mémoire Définition La notion de traumatisme crânien ou traumatisme crânio-cérébral (TCC) couvre les traumatismes du neurocrâne (partie haute du crâne contenant le cerveau) et du cerveau. La Société de l'assurance

Plus en détail

A. ACTIVITES COMMUNICATIVES RECEPTION

A. ACTIVITES COMMUNICATIVES RECEPTION A. ACTIVITES COMMUNICATIVES RECEPTION ORAL ECRIT AUDIO- VISUEL Compréhension générale de l oral Comprendre une interaction entre locuteurs natifs Comprendre en tant qu auditeur Comprendre des annonces

Plus en détail

Cette activité peut-être utilisée pour compléter l unité 4 «Très drôle» de Parcours A2.

Cette activité peut-être utilisée pour compléter l unité 4 «Très drôle» de Parcours A2. FICHE PEDAGOGIQUE Florence Foresti Objectifs Cette activité peut-être utilisée pour compléter l unité 4 «Très drôle» de Parcours A2. Culturel : L humour français Connaître une humoriste française : Florence

Plus en détail

écriture Journal du Sylvie müller

écriture Journal du Sylvie müller 016 _ Les Actes de Lecture n 101 _ mars 2008 _ [écriture] Journal du journal Sylvie müller écriture Le circuit-court est un outil, sujet de nombreux articles dans les Actes de Lecture *. Sylvie Müller

Plus en détail

pour les scouts et les scouts aventuriers

pour les scouts et les scouts aventuriers pour les scouts et les scouts aventuriers Thème : intimidation et violence verbale Tout commence avec les Scouts. Programme Démarrage pour les scouts et les scouts aventuriers Thème : intimidation et violence

Plus en détail

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE I. LE CAS CHOISI Gloria est une élève en EB4. C est une fille brune, mince avec un visage triste. Elle est timide, peureuse et peu autonome mais elle est en même temps, sensible, serviable et attentive

Plus en détail

Les personnes âgées vivent des sentiments de perte, d abandon, ce qui les amène souvent à se sentir angoissées, anxieuses et agitées.

Les personnes âgées vivent des sentiments de perte, d abandon, ce qui les amène souvent à se sentir angoissées, anxieuses et agitées. La personne âgée est un être humain à part entière. Par contre, nous vivons dans une société où les valeurs de performance et de rentabilité sont bien ancrées. La personne âgée y est donc souvent mise

Plus en détail

Organiser les domaines d apprentissage en Moyenne Section

Organiser les domaines d apprentissage en Moyenne Section Organiser les domaines d apprentissage en Moyenne Section 1- L oral et l écrit La langue Orale La langue Ecrite Produire un texte 2- Agir dans le monde 3- Découvrir le monde Le monde des objets Le monde

Plus en détail

LA COMMUNICATION ORALE L EXPOSÉ

LA COMMUNICATION ORALE L EXPOSÉ LA COMMUNICATION ORALE L EXPOSÉ 2 Programme d études document de mise en œuvre / introduction du domaine Communication orale l exposé LA CULTURE ET L IDENTITÉ 1.0 L ORIENTATION DU DOMAINE CULTURE ET IDENTITÉ

Plus en détail

Comment résoudre les sept problèmes les plus courants concernant les devoirs?

Comment résoudre les sept problèmes les plus courants concernant les devoirs? Comment résoudre les sept problèmes les plus courants concernant les devoirs? Problème No 1 : Votre enfant ne fait pas de son mieux Les enfants qui manquent de motivation ne fournissent qu un minimum d

Plus en détail

Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire

Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire Type d outil : Outil pour favoriser la mise en mémoire et développer des démarches propres à la gestion mentale. Auteur(s) : Sarah Vercruysse,

Plus en détail

Objectifs : Connaître les grands principes de la relation médecin-malade. Connaître les principes de l annonce d une maladie grave.

Objectifs : Connaître les grands principes de la relation médecin-malade. Connaître les principes de l annonce d une maladie grave. CHAPITRE 1 LA RELATION MÉDECIN-MALADE L ANNONCE D UNE MALADIE GRAVE. L INFORMATION DU PATIENT ATTEINT DE MALADIE CHRONIQUE. LA PERSONNALISATION DE LA PRISE EN CHARGE MÉDICALE Module 1 : «Apprentissage

Plus en détail

Nouer des relations saines : Apprendre à écouter

Nouer des relations saines : Apprendre à écouter Nouer des relations saines : Apprendre à écouter Résultats d apprentissage du programme Santé et préparation pour la vie, Alberta Education Les élèves vont : R 7.5 examiner les caractéristiques inhérentes

Plus en détail

Un outil pour fabriquer des règles de vie avec les enfants et garder un respect du matériel pendant l accueil temps libre.

Un outil pour fabriquer des règles de vie avec les enfants et garder un respect du matériel pendant l accueil temps libre. Un outil pour fabriquer des règles de vie avec les enfants et garder un respect du matériel pendant l accueil temps libre. Contenu : Un mode d emploi Un panneau 50/70 cm Un rouleau de papier collant 30

Plus en détail

OLIVER L ENFANT QUI ENTENDAIT MAL

OLIVER L ENFANT QUI ENTENDAIT MAL OLIVER L ENFANT QUI ENTENDAIT MAL «Oliver l enfant qui entendait mal» est dédié à mon frère, Patrick, qui est malentendant, à la famille, aux amis, et aux professionnels, qui s impliquèrent pour l aider.

Plus en détail

TECHNIQUES DE VENTE 1

TECHNIQUES DE VENTE 1 TECHNIQUES DE VENTE 1 Adopter des méthodes de travail partagées Repositionner le client au cœur de la démarche commerciale Etre proactif dans ses actions de vente Agir avec plus d expertise et de différenciation

Plus en détail

processus PRÉLECTURE LECTURE lecture conseil scolaire de district catholique centre- sud

processus PRÉLECTURE LECTURE lecture conseil scolaire de district catholique centre- sud guide des processus lecture PRÉLECTURE mprendre lire pour l de la conseil scolaire de district catholique LECTURE centre- sud Ce guide contient des conseils et des renseignements pour t aider à produire

Plus en détail

Socles de compétences

Socles de compétences Ministère de la Communauté française Administration générale de l Enseignement et de la Recherche scientifique Enseignement fondamental et premier degré de l Enseignement secondaire D/2004/9208/13 D/2010/9208/50

Plus en détail