5DSSRUWILQDO. 0LQLVWqUHGX/RJHPHQW 3ODQ&RQVWUXFWLRQHW$UFKLWHFWXUH 6,* &$2'$2 9HUVGHV6\VWqPHV G,QIRUPDWLRQGX 3DWULPRLQH

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "5DSSRUWILQDO. 0LQLVWqUHGX/RJHPHQW 3ODQ&RQVWUXFWLRQHW$UFKLWHFWXUH 6,* &$2'$2 9HUVGHV6\VWqPHV G,QIRUPDWLRQGX 3DWULPRLQH"

Transcription

1 0LQLVWqUHGX/RJHPHQW 3ODQ&RQVWUXFWLRQHW$UFKLWHFWXUH 6,* &$2'$2 9HUVGHV6\VWqPHV G,QIRUPDWLRQGX 3DWULPRLQH 5DSSRUWILQDO SIAGE - MIDIVALEUR INSA LYON - LABEO

2 Composition de l'équipe 6,$*( (Mandataire commun) Michel BERNARD Adresse : 1425, Avenue Louis Ravas, MONTPELLIER Tél: Fax: ,',9$/(85 Bernard FERRIES Adresse : 42, Avenue Général Decroute, TOULOUSE Tél : Fax : E mail : /DERUDWRLUHG,QJpQLpULHGHV6\VWqPHVG,QIRUPDWLRQ,16$/<21 Robert LAURINI Adresse : 20, Avenue Albert Einstein Bât VILLEURNANNE CEDEX Tél : Fax : /$%(26$ Serge OURTIES Adresse : Technoparc Bât. 3 Voie 5, LABEGE CEDEX BP 533 Tél : Fax : HFKHUFKHILQDQFpHSDUOH3ODQ&RQVWUXFWLRQHW$UFKLWHFWXUH 'pflvlrq1ƒ 6XLYLH SDU 0U -HDQ <YHV 5$0(//, 'LUHFWHXU GX SURJUDPPH &RPPXQLFDWLRQ&RQVWUXFWLRQ 2

3 Introduction *HVWLRQGH3DWULPRLQHHWLQIRUPDWLRQVJpRJUDSKLTXHV XQHQpFHVVLWp Le besoin en outils de gestion des patrimoines immobiliers prend une importance d autant plus grande que nous entrons manifestement dans une période ou la maintenance et l'entretien de l'existant prennent le pas sur le développement et la construction de nouveaux ensembles. Dans ce contexte, il devient indispensable de disposer d'informations précises et fiables sur la localisation des sites, sur leur topologie interne et externe (relations avec l'environnement, organisation, usage) et sur leur état physique. La connaissance du patrimoine passe donc inévitablement par sa description (géo)graphique qui permet d'en restituer une vision tantôt synthétique tantôt technique. 8QWHUULWRLUHGHVRSpUDWLRQVHWGHVSDWULPRLQHV Le développement des Systèmes d'information Géographique (SIG) touche désormais non seulement les gestionnaires de réseaux et d'infrastructures mais également les collectivités et les grands sites industriels ou tertaires notamment. Les Systèmes de Conception et Dessin Assistés par Ordinateur (CAO-DAO) sont pour leur part devenus des outils privilégiés des bureaux d'études, cabinets d'architectes et entreprises. De plus en plus, ces outils sont amenés à coexister ou coopérer en partageant et échangeant des informations. Ces échanges ont lieu tant en DYDO des opérations de construction (aménagement, programmation...) qu'en DPRQW de ces dernières (gestion de patrimoine). Territoire administré par A Opération montée par B Patrimoine géré par C Patrimoine géré par D Les SIG sont utilisés de plus en plus par les collectivités et les aménageurs pour la gestion de territoires. Ils sont administrés par des acteurs stables et permanents. Lorsqu'une opération de construction est lancée, de nouveaux acteurs vont intervenir, dotés de logiciels de CAO/DAO. 3

4 La coopération en phase conception - construction est nécessaire entre des outils portant l'un sur un territoire complet, l'autre sur la portion de ce territoire concernée par une opération. La non continuité des équipes qui se constituent opération après opération incite à mettre en place des modalités de coopération les plus indépendantes possibles des outils. Même si le SIG couvrant le territoire est unique, il est probable que les outils impliqués dans les différentes opérations seront différents. Le besoin de coopération apparait également lorsqu'il s'agit de gestion de patrimoine. (Gestion administrative, technique, flux,.) 6XMHWGHOpWXGH En réponse à la consultation du Plan Construction et Architecture "Intégration du bâtiment et des systèmes techniques", notre équipe avait formulé le constat que le domaine des Systèmes d'information Géographiques (SIG) évoluait de façon parallèle aux logiciels exploités dans le secteur de la conception-construction. En effet, l'évolution progressive des modèles (vecteur/raster) et des structures de données spatiales (topologie, orienté objet) a donné naissance à une nouvelle génération de SIG. Parallèlement, l'évolution des représentations surfacique et volumique a apporté aux outils de CAO une plus grande puissance de modélisation. Cette situation a pour corollaire une complexité accrue des échanges "intelligents" entre systèmes, échanges rendus de plus en plus nécessaires et fréquents du fait de la multiplicité des acteurs et de la diversité des outils de traitement de l'information technique. Ces considérations nous ont amené à étudier le rapprochement des systèmes de CAO-DAO et des SIG dans la perspective d'une coopération plus étroite, voire d'une intégration de ces outils dans des "Systèmes d'information du Patrimoine". 4

5 3UpVHQWDWLRQGXUDSSRUWHWPRGHGHOHFWXUH Ce rapport final est organisé en quatre chapitres principaux : Un état de l'art des systèmes de traitement de l'information technique (SIG, CAO/DAO, GTP...). Une analyse comparative des outils et l'étude des modes de coopération envisageables. L'étude des solutions techniques pour la coopération, de l'échange par fichiers organisés selon une convention à la formulation de requêtes dans un langage adapté au SIG, en passant par l'application de technologies STEP. Des exemples pour illustrer les solutions techniques. Ce document peut se lire à différents niveaux. Nous avons tenté de le rendre attractif au lecteur peu familiarisé avec le domaine de la normalisation et en particulier dans le domaine de l'information géographique. Des documents volumineux comme la norme expérimentale EDIGéO sont résumés en quelques paragraphes, mais une bibliographie commentée est proposée au lecteur désireux d'approfondir un sujet particulier. Des compléments de nature technique non essentiels à la compréhension générale sont proposés en petits caractères. /HV OHFWHXU SUHVVp SRXUUD QH OLUH TXH OHV SDUDJUDSKHV GH SUpVHQWDWLRQ LGHQWLTXHjFHOXLFL $EUpYLDWLRQV CAO CALS CEN DAO EXPRESS GED ISO MCD SCD SIG STEP Conception Assistée par Ordinateur Computer Comité européen de normalisation. Dessin Assisté par Ordinateur Langage de description de modèles (STEP) Gestion Electronique de Documents International Standardisation Organisation Modèle conceptuel de données Schéma conceptuel de données Système d'information Géographique Standard for Exchange of Product Model Data 5

6 Les outils pour la conception et la gestion de patrimoine 6

7 'pilqlwlrq 1. Les SIG Le concept d'information Géographique s'est imposé à la fin de la décennie 1980, d'abord comme une appellation générique ensuite comme un véritable concept, jusqu'à devenir dans une certaine mesure un slogan. Un SIG peut se définir comme "un ensemble de données repérées dans l'espace, structuré de façon à pouvoir en extraire commodément des synthèses utilies à la décision." [DID 91]. Le principe fondateur des SIG (en tant qu'outils) réside dans la capacité de gestion simultanée des données géométriques et descriptives des objets géographiques, représentée par le diagramme suivant : Géométrie vecteur / raster Linéaire et surfacique Topologie Relationnel / OObjet Attributs La percée des Systèmes d'information Géographique en France est relativement récente, comparée aux expériences Anglo-saxonnes ou Nordiques. Pourtant, comme en témoignait l'analyse de JY RAMELLI en 1984 [RAM 84], l'ensemble des questions posées au début de cette décennie montraient clairement la nécéssité d'une politique cohérente et d'envergure face à des besoins croissants et à un déficit de moyens adaptés. La décentralisation a joué dans le développement des SIG un rôle déterminant et les collectivités Territoriales et Locales s'affirment aujourd'hui comme les maîtres d'ouvrages majeurs de l'information Géographique. 8WLOLVDWLRQGHV6,* Les SIG sont encore largement perçus principalement comme des outils de représentation, d'organisation et de gestion de l'information [CHE93]. En fait, quels que soient les objets décrits (parcelles cadastrales, réseaux, bâtiments, ), leur seule gestion constitue rarement l'objectif ultime. L'information va nécessairement intéresser d'autres acteurs et c'est là que se révèle tout l'intérêt de ces outils. Qu'il s'agisse de définir une stratégie foncière, d'analyser la croissance urbaine pour élaborer un POS ou encore 7

8 d'optimiser la programmation des équipements, l'information contribuant à de meilleures décisions devient utilisable. La véritable révolution introduite par les SIG réside en effet dans leur capacité à rendre analysables des données d'origine, de forme et d'organisation différentes. 3HUVSHFWLYHKLVWRULTXHGHV6,* L'histoire des SIG, plus récente que celle de la CAO, s'est en partie bâtie sur des fondations identiques, en particulier dans la première génération de systèmes "topographiques" développés dans les années Des outils spécifiques au traitement et à l'analyse des données géographique, basés sur le modèle Raster (maillage régulier de l'espace) ont été élaborés dès le début des années 60, notamment en Amérique du Nord Enfin, dès le milieu des années 80 sont apparus de nouveaux outils basés sur le modèle vecteur et spécifiquement dédiés à la gestion et manipulation et des informations spatiales. Ces outils se sont appuyés en particulier sur les principes de la topologie pour décrire les relations entre objets (linéaires et surfaciques). Ils ont également majoritairement exploité le modèle SGBDRelationnel pour gérer les informations attributaires et parfois même spatiales. Vers des systèmes mixtes Depuis le début des années 90, une tendance au rapprochement des concepts CAO/SIG d'une part et Raster/Vecteur d'autre part est amorcée et concrétisée par des outils "hybrides", précurseurs d'une approche plus globale de l'analyse spatiale. 8

9 /HVDSSRUWVVSpFLILTXHVGHV6,* Géométrie Les SIG (modèle vecteur) manipulent des objets selon un formalisme noeuds/points - arcs/ligne - faces/polygones. Tout objet géographique peut en effet être dérivé de ces entités élémentaires. La capacité à exploiter des données en mode raster (matricielles) est une particularité des SIG, bien qu'encore essentiellement exploitée aux petites et moyennes échelles. L'évolution en précision des capteurs satellitaires (résolution de 1 mètres au sol prévues dès 1996) et de l'orthophotographie (résolution de 10 /25 cm disponible) aura très certainement des impacts importants sur l'évolution des méthodes d'acquisition... Attributs L'importance des données descriptives dans les SIG est fondamentale. Le modèle GéoRelationnel reste le plus classique, mais l'orientation objet commence à être mise en oeuvre dans des produits de nouvelle génération. Topologie Pour "solidifier" le modèle vecteur, les SIG s'appuient sur les règles de la topologie, qui permettent de gérer les relations spatiales de connectivité, adjacence, contiguité, etc. entre objets. Continuité spatiale Sous réserve de cohérence d'échelles et de description, un SIG est capable de gérer l'information de manière non fragmentée. Il devient ainsi possible de "naviguer" dans un patrimoine et de questionner une base de données spatiale selon une vision continue. Opérateurs spatiaux La capacité de gestion intégrée et continue des informations spatiales débouche sur des capacités d'analyse multiples, qui sont de fait l'apport majeur des SIG. 7\SHGRSpUDWHXU 2SpUDWHXUVGHGLPHQVLRQ 2SpUDWHXUVGHIRUPH 2SpUDWHXUVGHORFDOLVDWLRQ 2SpUDWHXUVGHYRLVLQDJH 'HVFULSWLRQ calculs et comparaisons de longueur, périmètre, surface, (volumes) comparaison d'objets par indice de forme, analyse paramétrique,... UHFKHUFKH SDU FRRUGRQQpHV LQGH[ VSDWLDOGLUHFWLRQ DGMDFHQFHFRQQHFWLYLWp WUDLWHPHQWGHJUDSKHV 2SpUDWHXUVGHUpSDUWLWLRQ dénombrement, repérage des ensembles... 2SpUDWHXUVGDUUDQJHPHQW positions relatives des objets, distribution... Ces opérateurs sont donc des outils pour interroger les objets spatiaux, leur existence, leurs caractéristiques propres et leurs relations. 9

10 Ils s'appliquent à un ou plusieurs objets (de même nature ou non : point/point, point/ligne, point/polygone...) et renvoient des résultats en valeur logique, qualitative ou quantitative. Les opérateurs les plus intéressant dans une perspective de gestion de patrimoine sont les opérateurs de localisation et de voisinage, dont par exemple : Rechercher tous les bâtiments d'une certaine surface dans une périmètre donnée à partir d'un point ou le long d'une route (localisation). Parcourir et analyser un réseau de communication pour optimiser l'utilisation de chemins de câble, la desserte des locaux ou des bâtiments (localisation et voisinage)... 10

11 /RIIUHORJLFLHOOH Dans le tableau ci-dessous, nous avons représenté l'évolution des outils du domaine SIG en les classant en 3 catégories: &$26,* : Systèmes de CAO/DAO "convertis" à la gestion de données géographiques, 6,* : Systèmes conçus spécifiquement pour traiter et manipuler les données géographiques, 3*$2 (ou DeskTop Mapping) : Systèmes de consultation et d'analyse de données géographiques, pouvant être utilisés de façon autonome mais le plus souvent exploités à la périphérie des SIG. 1ere génération (1980) 2eme génération (1985/89) 3eme génération ( ) CARINE GPG SICAD APIC ARC/INFO TIGRIS GEOCITY GEODIS SYSTEM 9 SMALLWORLD GENASYS URIAH DOGS CADDS PDMS IGDS MGE/MicroStation Autocad GDS STAR ARCAD GEO/SQL FMS/AC MACMAP SPANS ARCVIEW MAPINFO MAPMAKER... Les produits de première génération étaient soient des extensions de systèmes de CAO/DAO généraliste (IGDS, CADDS), soit des générateurs d'applications graphiques plus spécialisés (GPG) mais essentiellement orientés vers la production de données cartographiques. La seconde génération de systèmes a été marquée en particulier par le produit ARC/INFO (ESRI), l'un des premiers à imposer le modèle Vecteur Topologique ainsi que l'utilisation d'une base de données relationnelle. Le produit APIC, développé en 1984 par POLILOG, basé sur une gestion d'objets originale, a également fortement marqué cette période. Toutefois, les éditeurs de logiciels de CAO tels INTERGRAPH ou STAR ont étoffé leur catalogue avec des produits plus complets et dédiés à l'information Géographique. Une troisième génération est apparue depuis le début de la décennie Les produits proposent désormais un modèle de gestion orienté-objet (ou assimilable) et sont affranchis des lourdeurs propres aux systèmes plus anciens, souvent développés dans des langages de type Fortran. Notons ici que parmi les concepteurs du SIG SMALLWORLD se trouvent des pionniers de la CAO (Richard NEWELL notamment). Parallèlement sont apparus des outils dont la vocation est de concilier les impératifs de la CAO avec les modes de gestion et d'organisation des SIG. Ainsi les produits ARCAD et GEO/SQL, tentent d'apporter des solutions mixtes dans l'environnement AutoCad. Une myriade de produits plus ou moins intégrés se sont d'ailleurs développés autour du produit d'autodesk (VIACAD, RESOCAD, URBACAD, FMS/AC,...). 11

12 /HPDUFKpGHVORJLFLHOVHWV\VWqPHV /RIIUH GDQV OH GRPDLQH GHV 6,* ppdqh VRLW GpGLWHXUV VRLW GHQVHPEOLHUV SDUPL OHVTXHOV RQ UHPDUTXH OD SRVLWLRQ WUqV DIILUPpH GHV JHVWLRQQDLUHV GH UpVHDX[&*(&,6(/\RQQDLVHGHV(DX[PDLVpJDOHPHQW(')*') Les éditeurs de logiciels de CAO généraliste ou spécialisée sont très présents sur le marché : INTERGRAPH ou EDS bien sûr mais également STAR ou AUTODESK (produits GEO/SQL, FMS/AC,...). Les constructeurs ont progressivement abandonné le développement de systèmes en interne pour devenir ensembliers de solutions à géométrie variable. On relève la prédominance de trois fournisseurs : INTERGRAPH avec MicroStation et ses différents modules (MGE, FRAMME), ESRI avec ARC- Info et ARCAD, APIC Systèmes avec APIC. INTERGRAPH a été retenu par France-Télécom dans le cadre de l'informatisation de la documentation des lignes (projet 104). MicroStation est également exploité par EDF- GDF qui a développé l'offre GEOCOMM sur cette base. ESRI est le fournisseur de nombreuses grandes collectivités (Villes de Paris, Montpellier, Le Havre, Perpignan...) organismes et administrations (IAURIF, Ministères de l'agriculture, de l'environnement...) et gestionnaires de réseaux (CGE) APIC systèmes, filiale de la Lyonnaise des Eaux a été retenue par la Direction Générale des Impôts pour le développement du Plan Cadastral Informatisé (PCI) Ces différents outils sont disponibles soit sur station de travail sous Unix (Windows NT étant annoncé par la majorité des sociétés) soit sur micro-ordinateur compatible IBM- PC, dans des versions plus ou moins réduites. Sur APPLE MACINTOSH, le logiciel MACMAP est l'un des rares SIG a avoir pris une place significative en lançant le concept de "Tableur Spatial". Sur le marché périphérique, de la cartographie thématique (Vision et DeskTop Mapping), de nombreux éditeurs sont présents et MICROSOFT ne saurait tarder à proposer un produit concurrent des MAPINFO, ATLAS-MAPMAKER et autres outils connaissant un fort développement dans le monde des affaires (Business GIS). 12

13 /HPDUFKpGHVGRQQpHV $ORUV TXH GDQV OH GRPDLQH GH OD&$2 OH PDUFKp GHV GRQQpHV VH OLPLWH j TXHOTXHV ELEOLRWKqTXHV GH FRPSRVDQWV HW GH V\PEROHV OHV 6,* RQW RXYHUW XQ PDUFKp LPSRUWDQW GDQV OHTXHO VH VRQW HQJDJpV XQ JUDQG QRPEUH GH IRXUQLVVHXUVLQVWLWXWLRQQHOVRXQRQ Le Conseil National de L'Information Géographique a publié en Juin 1993 un catalogue des sources d'information Géographiques Numériques de Niveau National qui recense la production des principales institutions et pas moins de 64 bases de données (constituées ou en cours). Le tableau qui suit reflète schématiquement la situation!" " #%$&('$ )$ " $*+, #(- IGN Modèle Numérique de, #. IGN Cartographie au 1:100000e terrain au pas de 50 m, #/ 0 IGN Topographie au 1: /12 %3 IGN Photogrammètres précision 20m précision 1 m au sol Orthophotographies numériques France en totalité France en 1995 Quelques départements à la demande /.( 3 IGN Modèle 3D urbain à la demande /4 IGN / EGT Répertoire des voies Ile de France 6 DGI/Cadastre Plan cadastral Informatisé France en 1996 Quelques Départements, Villes & Communes 7 6 IAURIF Occupation du Sol Ile de France 54, BRGM Banque de données du sous-sol France, accès minitel Il faudrait le compléter par les différentes bases de données constituées par les gestionnaires de réseaux, les services déconcentrés de l'état, l'insee, et de manière générale par la production de tous les organismes responsables de l'aménagement et de la gestion du territoire. 13

14 5HFKHUFKHHWGpYHORSSHPHQWGDQVOHV6,* &RQWUDLUHPHQW j OD &$2 OHV 6,* GRQW OLQVWUXPHQWDWLRQ HVW ILQDOHPHQW DVVH] UpFHQWH VRQW XQH GLVFLSOLQH HQ SOHLQ GpYHORSSHPHQW /HV SURJUDPPHV GH UHFKHUFKH RQW DLQVL j DERUGHU DXWDQW OHV DVSHFWV IRQGDPHQWDX[ GHV RXWLOV TXH OHV FRPSRVDQWHV SOXV SUDWLTXHV GH OHXU PLVH HQRHXYUH Les SIG sont un domaine dans lequel la recherche institutionnelle, en France du moins, ne s est investie que tardivement. La création par le CNRS du groupement de recherche CASSINI (GDR 1041) fédère l'action d'une vingtaine d'équipes appartenant soit au domaine de l'informatique, soit à la géographie ou à des disciplines thématiques concernées par l'information géographique. Un Programme National (PNSIG) de recherche a été officiellement lancé en juin 1993, dont les principaux axes concernent : Les problèmes de collecte, saisie et mise à jour de l'information Les modèles de représentation, gestion, archivage et accès aux données L'analyse spatiale et la modélisation du raisonnement "géothématique" L'expression cartographique de l'information. Les thèmes de recherche qui peuvent le plus influencer l'évolution des relations entre SIG et CAO sont notamment : La prise en compte de l'aspect volumique dans les données géographiques (2,5D et 3D) pour la modélisation du sous-sol ou de l'atmosphère et pour les applications de génie-civil et d'architecture. Le travail sur les transferts d'échelle (agrégation, désagrégation). Le problème général étant d'évaluer l'information à une échelle donnée et de la transférer entre différentes échelles ou de comparer des états successifs de l'information. Au plan Européen, de nombreuses initiatives concernant tant la recherche que la coordination entre les différents acteurs du domaine des SIG ont été décidées : programmes de l'esf, projet MEGRIN (Multi-purpose Ground Related Information Network) et appel d'offres IMPACT 2. Dans le contexte international, il est important de mentionner les projets RRL (Grande-Bretagne), NCGIA (Etats-Unis), NEXPRI (Pays-bas), le réseau URSANET... 14

15 /HSRLQWVXUODQRUPDOLVDWLRQ L'échange de données Géographiques Numériques est depuis plusieurs années au coeur d'un débat à la fois technologique et politique. Un débat politique L'information géographique est l'objet de luttes d'influence entre des organismes sentant leur monopole s'effriter et des utilisateurs peu enclins à payer au prix fort des informations considérées comme publiques ou tout au moins financées par les deniers publics. Après de nombreux aléas, une convention cadre a été signée entre la DGI et les principaux protagonistes (collectivités, ministères, gestionnaires de réseaux,...) pour préciser les conditions de numérisation du plan cadastral. Ainsi la DGI participe-t-elle financièrement (sous conditions) à ces opérations, aux côtés des collectivités et de leurs partenaires. Elle en a fixé également les règles techniques (conformité, précison, organisation,...). Pour l'ign, les choses sont moins simples. L'Institut a en effet mis sur le marché des produits nombreux (BDTopo, BDCarto, GéoRoute...) et relativement sophistiqués sans avoir réellement établi un dispositif technique dimensionné. Ainsi, alors qu'aux Etats Unis, voire en Angleterre, une certaine standardisation des données s'est élaborée sur des produits tels que TIGER (Répertoire Géographique des Voies de l'ensemble des USA), la démarche de l'ign conduit à une multiplicité de produits donc aucun n'est vraiment suffisamment accessible (économiquement voire techniquement) pour être adopté comme standard de fait. Le problème du droit et des copyrights sur l'information géographique numérique est actuellement exacerbé dans la mesure où les investissements se chiffrent en millions de francs, tant pour les producteurs que pour les utilisateurs. Les recherches de retour d'investissement conduisent à des montages institutionnels complexes que l'application des lois informatique et liberté transforme parfois en véritable casse-tête. Un débat technologique En ce qui concerne la technologie des échanges, les formats issus de la CAO/DAO (IGES ou DXF) ont très rapidement montré leurs limites quant aux transferts de données fortement structurées (topologiques) ou à fort contenu sémantique. Le format DXF reste toutefois très utilisé, notamment dans les opérations de digitalisation de cadastre ou de réseaux. Certains donneurs d'ordre préconisent également le format DGN (Intergraph), pour ce type d'opérations qui concernent essentiellement la géométrie des objets. Il faut ici noter que l'exploitation de formats strictements géométriques conduit à une inutile complexité dans les opérations de digitalisation. La multiplication des couches ou layers, le rajout d'identifiants temporaires sur les objets (parcelles, réseaux,..) est parfois inflationniste (une numérisation de cadastre peut comporter jusqu'à 150 couches). 15

16 L'initiative EDIGéO En France, le Conseil National de l'information Géographiques (CNIG) a entrepris dès 1990 des travaux de normalisation destinés à rendre plus simples et plus économiques la production et l'échange de données géographiques. Ces travaux ont débouché en 1992 sur la pré-norme EDIGéO [EDG 92]. Bien que les choses soient moins marquées que dans le domaine de la DAO (avec DXF), certains éditeurs de logiciels qui sont en même temps éditeurs de Bases de Données tentent de prendre une position dominante en imposant des formats d'échanges qui deviennent des standards de fait. C'est notamment le cas de la sociéte ESRI (Redlands, USA) dont le logiciel ARC/INFO est l'un des plus répandus ainsi que la Base de Données DCW (Digital Chart of The World) que cette même société a développé pour le compte de la Defense Mapping Agency. En France, la décision des principaux organismes producteurs et gestionnaires de Bases de Données Géographiques de soutenir la norme EDIGéO devrait en assurer le succès. Il reste toutefois évident que l'acceptation de cette norme par l'ensemble de la communauté des utilisateurs de SIG ne sera pas chose simple. Il s'agit en effet d'un outil complexe, générant des échanges en volumes importants (facteur multiplicatif de 10 environ) par rapport aux formats natifs. Par ailleurs, l'absence d'une nomenclature homogène (objet de débats et de luttes d'influences) rend difficile l'application systématique de la norme. Un dictionnaire des données doit en fait être créé par l'utilisateur et transmis par l'émetteur avec les échanges, ce qui suppose une table de correspondance du côté du récepteur. La question est rendue complexe par la grande variation des échelles de traitement de l'information géographique et par l'absence d'une réelle standardisation des nomenclatures et des attributs associés aux objets géographiques, objet de querelles de spécialistes. Rappelons [ROU93] ici que la technicité, le coût et les délais de fabrication de l'information géographique la rendent difficile à produire en masse par l'utilisateur de base. Il est alors dépendant des organismes producteurs (services nationaux civils, organismes militaires). De ce fait, les démarches de normalisation sont essentiellement menées par des organismes producteurs et les préoccupations de l'utilisateur ne sont pas obligatoirement prépondérantes. Le mouvement semble toutefois amorçé : dans certains secteurs bien identifiés (Cadastre notamment), quelques éditeurs développent, pour le marché de la saisie en masse, des outils de numérisation dédiés, appuyés sur la norme EdiGéo. 16

17 Travaux européens et internationaux Le comité technique européen CEN/TC287 a obtenu un mandat pour la normalisation de l'information géographique (travaux en cours). Un comité technique international (ISO/TC211) est en train de se mettre en place fin 94. Rappelons que la coopération technique entre l'iso et le CEN est régie par l'accord dit de Vienne qui a été signé en juin 91. Il porte sur l'échange général d'informations, les modalités de coopération en matière de rédaction de norme, et l'adoption de normes internationales existantes en tant que normes européennes. 3UpVHQWDWLRQG(',*p2 Le document normatif est composé de 4 parties principales : 1. Concepts généraux 2. Spécifications : 0RGqOHFRQFHSWXHOGHGRQQpHVGHW\SHYHFWHXU 1RPHQFODWXUHGHVREMHWVDWWULEXWVHWUHODWLRQV 6FKpPDFRQFHSWXHOGHGRQQpHV Modèle conceptuel de données matricielles Qualité des données 3. Mise en oeuvre des modèles conceptuels 4. Mise en oeuvre d'edigéo avec des métafichiers EDIGéO Nous allons à présent approfondir les chapitres utiles à l'étude (en gras). 17

18 Les concepts de base. Il sont rassemblés sur le schéma ci-dessous, extrait de [EDG 92] : est associé à (relation sémantique OBJET GEOGRAPHIQUE Objet complexe est composé de Objet simple ponctuel Objet simple linéaire Objet simple surfacique est représenté par est représenté +/- par est représenté par Noeud (x,y[,z]) Noeud isolé (x,y[,z]) noeud initial noeud final Arc (x, y[,z]) à gauche à droite Face appartient à est inclus dans PRIMITIVE Attributs 18

19 /HVSULPLWLYHV Avec les modèles de type vecteur, les primitives sont des noeuds, des arcs ou des faces, elles portent les informations d'ordre géométrique et topologique. Il existe des relations entre primitives : liaison d'un arc avec ses noeuds origine et extrêmité, inclusion d'un noeud dans une face, La différence entre les modèles topologique, réseau et spaghetti réside seulement dans les contraintes de cardinalité, comme le résume le tableau suivant qui les compare du modèle le moins contraint (spaghetti) au plus contraint (topologique). Le tableau présente les valeurs minimale et maximale de la cardinalité. Si on prend l'exemple de la relation "arc débute par noeud", 1, 1 (topologique) signifie que tout arc débute par un noeud et un seul 0,1 (spaghetti) signifie que tout arc débute par un seul noeud ou aucun Modèle spaghetti réseau topologique Relation Noeud appartient à arc 0, n 0, n 0, 1 Arc débute par noeud 0, 1 1, 1 1, 1 Arc finit par noeud 0, 1 1, 1 1, 1 Noeud inclus dans face 0, n 0, n 0, 1 Arc à gauche de la face 0, n 0, n 1, 1 Arc à droite de la face 0, n 0, n 1, 1 Les contraintes se renforcent donc lorsqu'on passe du modèle spaghetti au modèle réseau puis au modèle topologique. Ainsi, le modèle topologique n'admet pas que deux noeuds occupent la même position alors qu'avec les modèles réseau et spaghetti, il peut exister deux noeuds ayant même position au sol. /HVREMHWVJpRJUDSKLTXHV Ils représentent tout ou partie d'une entité, indépendemment de sa géométrie. Un objet géographique est dit simple lorsqu'il n'est pas décomposable en d'autres objets géographiques. Il est constitué d'une ou de plusieurs primitives d'un même type qui lui confèrent son type : Un objet simple ponctuel est composé de un ou plusieurs noeuds Un objet simple linéaire est composé de un ou plusieurs arcs Un objet simple surfacique est composé de une ou plusieurs faces Un objet complexe est composé soit d'objets simples, soit d'objets complexes, soit d'une combinaison d'objets simples et complexes. /HVUHODWLRQVGHFRQVWUXFWLRQ Elles font partie du coeur du modèle. On distingue : Les relations entre primitives : noeud appartient à arc noeud est inclus dans face noeud est noeud initial dans arc noeud est noeud final dans arc arc est à gauche de face arc est à droite de face Les relations de composition entre objets géographiques Les relations de représentation entre objets géographiques et les primitives porteuses de la représentation géométrique : Objet simple ponctuel est représenté par noeud Objet simple linéaire est représenté positivement arc ou négativement par 1 Objet simple surfacique est représenté par face 1 Le lien est positif si l arc est pris dans le sens noeud initial vers noeud final 19

20 /HVUHODWLRQVVpPDQWLTXHV Les relations de construction peuvent être complétées si nécessaire par des relations dites sémantiques qui permettent l'ouverture, c'est-à-dire l'expression libre de relations entre objets géographiques (exemple : relation de jumelage). /HVDWWULEXWV Il est possible d'associer un nombre quelconque d'attributs à une primitive, un objet géographique, ou une relation sémantique. La nomenclature d'échange du CNIG EDIGéO normalise des concepts de base puissants en nombre réduit. Ces concepts doivent être complétés pour échanger davantage de sémantique, pour indiquer par exemple que tel objet simple surfacique correspond à l'emprise d'un bâtiment. C'est le rôle de la nomenclature proposée par le CNIG [CNG 92]. En fait, ce document rassemble 3 nomenclatures : /DQRPHQFODWXUHGHVREMHWV Elle est organisée de façon hiérarchique, ce que reflète la composition du code des objets, comme le montre cet exemple : A le domaine Voies de communication routières A_6 la classe Mobilier et équipement urbain A_6_3 l'objet générique Affichage A_6_3_2 l'objet colonne d'affichage /DQRPHQFODWXUHGHVDWWULEXWV On distingue les attributs généraux valables pour tout type d'objet, et les attributs particuliers valables pour certaines catégories d'objets. /DQRPHQFODWXUHGHVUHODWLRQVVpPDQWLTXHV Elle liste les relations sémantiques les plus courantes comme par les relations d'appartenance (d'une section à une commune, d'un bâtiment à une parcelle, etc ) /DQRPHQFODWXUHGX&1,*HVWH[WHUQHjODQRUPH /HV DXWHXUV RQW SUpIpUp VpSDUHU OHV popphqwv GH EDVH SULPLWLYHV REMHWV JpRJUDSKLTXHV HW OHXUV UHSUpVHQWDWLRQV GHV FRQFHSWV SRXU OHVTXHOV XQ FRQVHQVXV HVW SOXV GLIILFLOH HW TXL VRQW VXMHWV j pyroxwlrq RX PrPH j DGDSWDWLRQSRXUXQpFKDQJHSDUWLFXOLHU 3RXU XQ VHFWHXU RX XQH DSSOLFDWLRQ GRQQpHV OD QRUPH SURSRVH XQH PpWKRGH SRXU DVVHPEOHU GHV popphqwv GX 0&' DYHF GHV PRGqOHV FRPSRVpV HQ SXLVDQW GDQV OHV QRPHQFODWXUHV FRQVWLWXDQW DLQVL GHV VFKpPDVFRQFHSWXHOVGHGRQQpHV 20

L INFORMATION GEOGRAPHIQUE

L INFORMATION GEOGRAPHIQUE Champs sur Marne ENSG/CERSIG Le 19-nove.-02 L INFORMATION GEOGRAPHIQUE Archivage Le Système d information géographique rassemble de l information afin de permettre son utilisation dans des applications

Plus en détail

Le SIG de la Communauté urbaine du Grand Nancy

Le SIG de la Communauté urbaine du Grand Nancy Le SIG de la Communauté urbaine du Grand Nancy L agglomération nancéienne s est dotée très tôt d un service SIG initié par la ville centre. Histoire et perspectives d un service qui veut se placer au confluent

Plus en détail

1. INFORMATIQUE DANS LES DISCIPLINES, INFORMATIQUE DISCIPLINE

1. INFORMATIQUE DANS LES DISCIPLINES, INFORMATIQUE DISCIPLINE 29 UN PLAN DE FORMATION À L'INFORMATIQUE DE TOUS LES ÉLÈVES, DE L'ÉCOLE PRIMAIRE AU LYCÉE Note n 8 du groupe technique disciplinaire informatique - décembre 1991 - (principaux extraits) 1. INFORMATIQUE

Plus en détail

SYSTEMES D INFORMATION GEOGRAPHIQUE

SYSTEMES D INFORMATION GEOGRAPHIQUE SYSTEMES D INFORMATION GEOGRAPHIQUE VOS CONTACTS : Sandrine LIEBART Conseillère Formation Génie Technique et Ecologique, Systèmes d'information Géographique sandrine.liebart@cnfpt.fr Sylviane BOUGEROLLE

Plus en détail

Module 11 : Résolution des noms d'hôte

Module 11 : Résolution des noms d'hôte Module 11 : Résolution des noms d'hôte 0RGXOH 5pVROXWLRQ GHV QRPV GK{WH 3UpVHQWDWLRQ JpQpUDOH 'RQQHU XQ DSHUoX GHV VXMHWV HW GHV REMHFWLIV GH FH PRGXOH $SUqV DYRLU pwxglp OHV GLIIpUHQWHV PpWKRGHV GH UpVROXWLRQ

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Les Bases de Données occupent aujourd'hui une place de plus en plus importante dans les systèmes informatiques. Les Systèmes de Gestion de Bases de Données

Plus en détail

Annexe sur la maîtrise de la qualité

Annexe sur la maîtrise de la qualité Version du 09/07/08 Annexe sur la maîtrise de la qualité La présente annexe précise les modalités d'application, en matière de maîtrise de la qualité, de la circulaire du 7 janvier 2008 fixant les modalités

Plus en détail

CURRICULUM VITAE. Bruno DRACK. Ingénieur conseil en systèmes d information géographique

CURRICULUM VITAE. Bruno DRACK. Ingénieur conseil en systèmes d information géographique CURRICULUM VITAE Bruno DRACK Ingénieur conseil en systèmes Age : 44 ans Nombre d années d expérience : - dans la profession : 14 ans - à SIG Consult : 5 ans Nationalité : Française Spécialisation et compétences

Plus en détail

Exemple de projet. «Gestion de contacts»

Exemple de projet. «Gestion de contacts» Université Paul Valéry Montpellier 3 Antenne universitaire de Béziers L3 AES parcours MISASHS ECUE «Logiciels spécialisés» Exemple de projet «Gestion de contacts» G. Richomme Table des matières 1. Introduction...

Plus en détail

Organiser la commande topographique

Organiser la commande topographique Organiser la commande topographique Henri Pornon et Pierre Reboud Rencontres Décryptagéo, 8 avril 2014 IETI Consultants 17 boulevard des Etats-Unis - F-71000 Mâcon Tel : (0)3 85 21 91 91 - fax : (0)3 85

Plus en détail

Production SIG des documents d'urbanisme Prescriptions Nationales du CNIG 02 octobre 2013

Production SIG des documents d'urbanisme Prescriptions Nationales du CNIG 02 octobre 2013 Production SIG des documents d'urbanisme Prescriptions Nationales du CNIG 02 octobre 2013 Dominique LEVEQUE Responsable du Pôle Connaissance des Territoires DDT Dordogne dominique.leveque@dordogne.gouv.fr

Plus en détail

La dématérialisation des documents d'urbanisme

La dématérialisation des documents d'urbanisme La dématérialisation des documents Boîte à outils Fiche thématique n 1 PAN ADS Contexte Le document est un outil de connaissance et de planification du territoire. Il définit les principes d'aménagement,

Plus en détail

Le client/serveur repose sur une communication d égal à égal entre les applications.

Le client/serveur repose sur une communication d égal à égal entre les applications. Table des matières LES PRINCIPES DE BASE... 1 Présentation distribuée-revamping...2 Présentation distante...3 Traitements distribués...3 données distantes-rd...4 données distribuées-rda distribué...4 L'ARCHITECTURE

Plus en détail

Dématérialisation et document numérique (source APROGED)

Dématérialisation et document numérique (source APROGED) Dématérialisation et document numérique (source APROGED) La dématérialisation se répand très rapidement dans tous les domaines d'activités. Depuis l'origine, le concept de dématérialisation repose sur

Plus en détail

/D &RPPLVVLRQ SURSRVH XQH QRXYHOOH SROLWLTXH GX SHUVRQQHOGXUHFUXWHPHQWjODUHWUDLWH

/D &RPPLVVLRQ SURSRVH XQH QRXYHOOH SROLWLTXH GX SHUVRQQHOGXUHFUXWHPHQWjODUHWUDLWH ,3 Bruxelles, 28 fevrier 2001 /D &RPPLVVLRQ SURSRVH XQH QRXYHOOH SROLWLTXH GX SHUVRQQHOGXUHFUXWHPHQWjODUHWUDLWH /D &RPPLVVLRQ D UHQGX SXEOLTXHV DXMRXUGKXL OHV JUDQGHV OLJQHV GH VHV SURSRVLWLRQV FRQFHUQDQW

Plus en détail

LA MISE A JOUR DE DONNEES TOPOGRAPHIQUES A L'IGN BELGE: LES CHOIX METHODOLOGIQUES ET LEURS CONSEQUENCES

LA MISE A JOUR DE DONNEES TOPOGRAPHIQUES A L'IGN BELGE: LES CHOIX METHODOLOGIQUES ET LEURS CONSEQUENCES CO-351 LA MISE A JOUR DE DONNEES TOPOGRAPHIQUES A L'IGN BELGE: LES CHOIX METHODOLOGIQUES ET LEURS CONSEQUENCES BAYERS E. IGN, BRUXELLES, BELGIUM ÉVOLUTION DES TECHNIQUES DE PRODUCTION DE DONNÉES TOPOGRAPHIQUES

Plus en détail

PRODIGE. R Plateforme Régionale pour Organiser et Diffuser de I Information Géographique de l Etat. PRODIGE Rhône-Alpes s ouvre sur Internet

PRODIGE. R Plateforme Régionale pour Organiser et Diffuser de I Information Géographique de l Etat. PRODIGE Rhône-Alpes s ouvre sur Internet PRODIGE hône-alpes R Plateforme Régionale pour Organiser et Diffuser de I Information Géographique de l Etat Préfecture de la région Rhône-Alpes 106, rue Pierre Corneille 69003 Lyon entrée rue de Bonnel

Plus en détail

Acropole Acropole Cartographie

Acropole Acropole Cartographie Plan du document 1. Introduction de la matière et du rôle des logiciels de cartographie 2. Descriptif fonctionnel des produits 2.1. Acropole SIG 2.2. Acropole QuickCarto 2.3. Acropole Notagis 3. Les liaisons

Plus en détail

L'utilisation des outils ESRI

L'utilisation des outils ESRI L'utilisation des outils ESRI SOMMAIRE 1. Les exigences du cahier des charges de l'application... 3 2. Le choix de l'outil... 6 3. La configuration matérielle utilisée... 7 4. Les produits ESRI utilisés

Plus en détail

RECOMMANDATION UIT-R SM.1048. (Question UIT-R 68/1)

RECOMMANDATION UIT-R SM.1048. (Question UIT-R 68/1) Rec. UIT-R SM.1048 1 RECOMMANDATION UIT-R SM.1048 DIRECTIVES DE CONCEPTION D'UN SYSTÈME DE BASE POUR LA GESTION AUTOMATISÉE DU SPECTRE (Question UIT-R 68/1) Rec. UIT-R SM.1048 (1994) L'Assemblée des radiocommunications

Plus en détail

L'outil de Développement

L'outil de Développement L'outil de Développement 4ème Dimension 6.8 Notoriété: Des performances reconnues par le marché Multi-Plateforme: Nos applications fonctionnent à l'identique dans les environnements Windows et Macintosh

Plus en détail

PRODIGE V3. Manuel utilisateurs. Consultation des métadonnées

PRODIGE V3. Manuel utilisateurs. Consultation des métadonnées PRODIGE V3 Manuel utilisateurs Consultation des métadonnées Pour plus d'information sur le dispositif : à remplir par chaque site éventuellement 2 PRODIGE V3 : Consultation des métadonnées SOMMAIRE 1.

Plus en détail

ERP5. Gestion des Services Techniques des Collectivités Locales

ERP5. Gestion des Services Techniques des Collectivités Locales Gestion des Services Techniques des Collectivités Locales Cte 1 2 P 3 s tio T 4 m ilg h trc c n p.o 5 re u fe ro a le tio c M S tw u aa c e O 2 Relation Citoyen Interventions Patrimoine Core Ressources

Plus en détail

Architecture de référence pour la protection des données. Mercredi 21 Mars 2007

Architecture de référence pour la protection des données. Mercredi 21 Mars 2007 Architecture de référence pour la protection des données Mercredi 21 Mars 2007 Intervenants Serge Richard CISSP /IBM France 2 Introduction Sécurité des données Cadres de référence Description d une méthodologie

Plus en détail

Systèmes d'informations Géographiques - Généralisation

Systèmes d'informations Géographiques - Généralisation Systèmes d'informations Géographiques - Généralisation Institut National des Sciences Appliquées - Rouen Département Architecture des Systèmes d'information michel.mainguenaud@insa-rouen.fr D'ou vient

Plus en détail

LOGICIELS ET ORGANISATION POUR GERER LES DONNEES ET L INFORMATION GEOGRAPHIQUE DES RESEAUX DE DISTRIBUTION

LOGICIELS ET ORGANISATION POUR GERER LES DONNEES ET L INFORMATION GEOGRAPHIQUE DES RESEAUX DE DISTRIBUTION LOGICIELS ET ORGANISATION POUR GERER LES DONNEES ET L INFORMATION GEOGRAPHIQUE DES RESEAUX DE DISTRIBUTION Pascal Bertolini, Alberto Rica EDENOR Azopardo 1025-1107 BUENOS AIRES (ARGENTINE) Tél : 54 1 43

Plus en détail

Document d accompagnement pour le référentiel national du C2i niveau 2 Métiers de l environnement et de l aménagement durables

Document d accompagnement pour le référentiel national du C2i niveau 2 Métiers de l environnement et de l aménagement durables Document d accompagnement pour le référentiel national du C2i niveau 2 Métiers de l environnement et de l aménagement durables A - Compétences générales et transversales liées à l exercice des métiers

Plus en détail

PREFECTURE DE L OISE. Beauvais, le 2 mai 2006. Objet : modification du régime juridique des biens vacants sans maître

PREFECTURE DE L OISE. Beauvais, le 2 mai 2006. Objet : modification du régime juridique des biens vacants sans maître PREFECTURE DE L OISE Direction des Relations avec les Collectivités Locales Bureau de l'urbanisme, des affaires foncières et scolaires Affaire suivie par : M. ABDELLATIF Mme LENGLIN Tel : 03 44 06 12 76/

Plus en détail

CONCEPTION Support de cours n 3 DE BASES DE DONNEES

CONCEPTION Support de cours n 3 DE BASES DE DONNEES CONCEPTION Support de cours n 3 DE BASES DE DONNEES Auteur: Raymonde RICHARD PRCE UBO PARTIE III. - LA DESCRIPTION LOGIQUE ET PHYSIQUE DES DONNEES... 2 A. Les concepts du modèle relationnel de données...

Plus en détail

La GEIDE. Dans une solution GEIDE, il est possible d'associer au sein même d'un dossier:

La GEIDE. Dans une solution GEIDE, il est possible d'associer au sein même d'un dossier: La GEIDE Historique de La GEIDE Anciennement "Archivage électronique", La Gestion électronique de Documents "GED" est apparu dans les années 80. Mais le terme GED paraissait restrictif par rapport à ses

Plus en détail

Intégrer et gérer la temporalité dans le système d'information du territoire genevois (www.sitg.ch)

Intégrer et gérer la temporalité dans le système d'information du territoire genevois (www.sitg.ch) REPUBLIQUE ET CANTON DE GENEVE Département de l'intérieur et de la mobilité Service de la mensuration officielle 02.2012 Intégrer et gérer la temporalité dans le système d'information du territoire genevois

Plus en détail

Questions et réponses

Questions et réponses Autodesk Simulation 360 11 septembre 2012 Questions et réponses Autodesk Simulation 360 propose un accès souple et puissant aux logiciels de simulation dans un cloud sécurisé. Sommaire 1. Informations

Plus en détail

DGALN. Juin 2012. Version 1.1. Fichiers fonciers 2009 et 2011 Principes de traitement, outils choisis et descriptif de livraison

DGALN. Juin 2012. Version 1.1. Fichiers fonciers 2009 et 2011 Principes de traitement, outils choisis et descriptif de livraison DGALN Juin 2012 Version 1.1 Fichiers fonciers 2009 et 2011 Principes de traitement, outils choisis et descriptif de livraison Sommaire Principes généraux du traitement...3 Pré-requis à la lecture du document...3

Plus en détail

DAO - Dessin Assisté par Ordinateur «horizontal» CAO - Conception Assistée par Ordinateur «vertical» Dessin & Image «vecteur et raster» Du 2D au 3D

DAO - Dessin Assisté par Ordinateur «horizontal» CAO - Conception Assistée par Ordinateur «vertical» Dessin & Image «vecteur et raster» Du 2D au 3D HOPITECH - georges.khairallah@aiga.eu - g.khairallah@rennes.archi.fr 8 Octobre 2009 DAO - Dessin Assisté par Ordinateur «horizontal» CAO - Conception Assistée par Ordinateur «vertical» Dessin & Image «vecteur

Plus en détail

CAD - Aménagements fonciers ruraux - Exploitation du dossier définitif au cadastre

CAD - Aménagements fonciers ruraux - Exploitation du dossier définitif au cadastre Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-CAD-AFR-20-50-20140203 DGFIP CAD - Aménagements fonciers ruraux - Exploitation

Plus en détail

Entrepôt de données 1. Introduction

Entrepôt de données 1. Introduction Entrepôt de données 1 (data warehouse) Introduction 1 Présentation Le concept d entrepôt de données a été formalisé pour la première fois en 1990 par Bill Inmon. Il s agissait de constituer une base de

Plus en détail

STRATEGIES DE MAINTENANCE

STRATEGIES DE MAINTENANCE A- NORMES AFNOR 1 Maintenance industrielle 1-a Concepts de maintenance 1-b Contrats de maintenance 1-c Documents d'exploitation 1-d Logistique de soutien 2 Fiabilité 3 Maintenabilité 4 Disponibilité 5

Plus en détail

ANNEXE 1 BTS AGENCEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ARCHITECTURAL Programme de mathématiques

ANNEXE 1 BTS AGENCEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ARCHITECTURAL Programme de mathématiques ANNEXE BTS AGENCEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ARCHITECTURAL Programme de mathématiques L'enseignement des mathématiques dans les sections de techniciens supérieurs Agencement de l'environnement architectural

Plus en détail

Les groupes dans les services : des activités diversifiées proches du cœur de métier

Les groupes dans les services : des activités diversifiées proches du cœur de métier Les groupes dans les services : des activités diversifiées proches du cœur de métier Yohan Baillieul* Le quart des groupes de sociétés recensés en France exercent leur activité principale dans les services

Plus en détail

SYSTEME D'INFORMATIONS PATRIMOINE VERT (SIPV)

SYSTEME D'INFORMATIONS PATRIMOINE VERT (SIPV) SYSTEME D'INFORMATIONS PATRIMOINE VERT (SIPV) Système d Informations à Référence Spatiale (SIRS) de la biodiversité végétale Module: INVENTAIRE CANTONAL DES ARBRES HORS FORÊTS (ICA) - Guide des procédures

Plus en détail

Introduction. 1- définition du contrôle de gestion. 2) Les différences avec les autres formes de contrôle. 3-les missions du contrôle de gestion :

Introduction. 1- définition du contrôle de gestion. 2) Les différences avec les autres formes de contrôle. 3-les missions du contrôle de gestion : Plan : Introduction. 1- définition du contrôle de gestion. 2) Les différences avec les autres formes de contrôle. 3-les missions du contrôle de gestion : 1-maitrise de gestion, coordination des actions

Plus en détail

Méthodes et Techniques des Systèmes d'informations Géographiques (SIG)

Méthodes et Techniques des Systèmes d'informations Géographiques (SIG) Méthodes et Techniques des Systèmes d'informations Géographiques (SIG) (20 semaines - 714 heures 102 jours) Objectifs : Apporter aux participants la maîtrise des outils de travail utilisés dans le domaine

Plus en détail

Autodesk AutoCAD 2015 : la conception détail par détail

Autodesk AutoCAD 2015 : la conception détail par détail 2014 Autodesk Autodesk AutoCAD 2015 : la conception détail par détail Concevez les choses les plus inimaginables Adaptez le logiciel à vos besoins spécifiques Documentez vos modèles avec détail et précision

Plus en détail

MODULE 3 Analyses thématiques

MODULE 3 Analyses thématiques MODULE 3 Analyses thématiques Ce module a pour objectif d approfondir les différents modes de représentation cartographique des données attributaires à l'aide de la gestion des styles. - la nouvelle symbologie

Plus en détail

INTRODUCTION GENERALE...1 LA CONNEXION ODBC :...1. CONNEXION AU TRAVERS D EXCEL(tm)...6. LOGICIEL QUANTUM GIS (Qgis)... 10

INTRODUCTION GENERALE...1 LA CONNEXION ODBC :...1. CONNEXION AU TRAVERS D EXCEL(tm)...6. LOGICIEL QUANTUM GIS (Qgis)... 10 PROGRAMME RÉGIONAL DE RENFORCEMENT DE LA COLLECTE DES DONNÉES STATISTIQUES DES PECHES DANS LES ÉTATS MEMBRES ET DE CREATION D UNE BASE DE DONNÉES REGIONALE Manuel de formation TABLE DES MATIERES INTRODUCTION

Plus en détail

QGIS. Initiation à l'utilisation d'un SIG libre. Alexia LEVRAY, Maison de l'orient et de la Méditerranée, CNRS UMR 3439

QGIS. Initiation à l'utilisation d'un SIG libre. Alexia LEVRAY, Maison de l'orient et de la Méditerranée, CNRS UMR 3439 QGIS Initiation à l'utilisation d'un SIG libre Alexia LEVRAY, Maison de l'orient et de la Méditerranée, CNRS UMR 3439 Présentation Q GIS, ou Quantum GIS, est un logiciel libre de SIG. Il offre les mêmes

Plus en détail

ArcGIS Manuel de formation

ArcGIS Manuel de formation ArcGIS Manuel de formation Présentation générale de la gamme ArcGIS V1.1 avril 2004 Sommaire Introduction Le système ArcGIS Les données utilisables ArcGIS desktop Les modules complémentaires Introduction

Plus en détail

Evolution des outils CAO/DAO dans les centres hospitaliers. Pour une communication automatisée avec la GMAO RETOUR SUR UNE EXPERIENCE CHR DE RENNES

Evolution des outils CAO/DAO dans les centres hospitaliers. Pour une communication automatisée avec la GMAO RETOUR SUR UNE EXPERIENCE CHR DE RENNES Evolution des outils CAO/DAO dans les centres hospitaliers Pour une communication automatisée avec la GMAO RETOUR SUR UNE EXPERIENCE CHR DE RENNES PLAN DE L INTERVENTION I Ingénierie logicielle Evolutions

Plus en détail

Projet en entreprise Cadrage du Projet de Fin d Etudes «Un projet informatique.»

Projet en entreprise Cadrage du Projet de Fin d Etudes «Un projet informatique.» Projet en entreprise Cadrage du Projet de Fin d Etudes «Un projet informatique.» Projet de fin d études 2 Sommaire OBJET DU DOCUMENT... 3 LES ETAPES DU PROJET... 4 ETUDE PREALABLE...5 1 L étude d opportunité...

Plus en détail

CONSEIL D'ORIENTATION ÉNERGÉTIQUE DANS LES BATIMENTS CAHIER DES CHARGES

CONSEIL D'ORIENTATION ÉNERGÉTIQUE DANS LES BATIMENTS CAHIER DES CHARGES CONSEIL D'ORIENTATION ÉNERGÉTIQUE DANS LES BATIMENTS CAHIER DES CHARGES SOMMAIRE Introduction page 2 I - Objectifs du COE page 2 II - Description de la prestation page 2 III - Modalités de réalisation

Plus en détail

BILAN ACOUSTIQUE D'UNE JOURNEE "EN VILLE, SANS MA VOITURE!" 22 septembre 2000

BILAN ACOUSTIQUE D'UNE JOURNEE EN VILLE, SANS MA VOITURE! 22 septembre 2000 BILAN ACOUSTIQUE D'UNE JOURNEE "EN VILLE, SANS MA VOITURE!" 22 septembre 2000 1. Contexte et objectifs 2. Méthodologie 3. Enquête 4. Cartographie 5. Représentation des gains acoustiques et des signaux

Plus en détail

référentiel routier est le socle du système d information routier. De sa qualité dépend la qualité de l exploitation du patrimoine routier.

référentiel routier est le socle du système d information routier. De sa qualité dépend la qualité de l exploitation du patrimoine routier. SYSTEME D INFORMATION ROUTIER L offre logicielle ROUTE d IMAGIS Méditerranée constitue la solution idéale pour la gestion du domaine routier, basée sur une cartographie en environnement web. Elle permet

Plus en détail

Urbanisme et Standards Covadis

Urbanisme et Standards Covadis Urbanisme et Standards Covadis 12 Octobre 2012 Service Connaissance des Territoires et Prospective Unité SIG / Valorisation de données Sommaire 1/ les différents standards de la COVADIS du thème Urbanisme

Plus en détail

Démarche de Choix de Progiciels (d'après le CXP)

Démarche de Choix de Progiciels (d'après le CXP) Démarche de Choix de Progiciels (d'après le CXP) Page 1 1. PRÉSENTATION DE LA DÉMARCHE...3 1.1 SPÉCIFICITÉS DE LA DÉMARCHE...3 1.2 LA DÉMARCHE...3 2 LES QUATRE ÉTAPES DE LA DÉMARCHE...4 2.1 EXPLORATION

Plus en détail

MAINTENANCE INFORMATIQUE - Introduction -

MAINTENANCE INFORMATIQUE - Introduction - ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE Cours de MAINTENANCE INFORMATIQUE - Introduction - H. Schyns Septembre 2005 1. Introduction 1.1. La notion d'ordinateur Aujourd'hui, quand on parle d'ordinateur, on comprend

Plus en détail

O RMATION. Ingénierie Système Management de Projet Évaluation de la Maturité

O RMATION. Ingénierie Système Management de Projet Évaluation de la Maturité PLANS F de O RMATION Ingénierie Système Management de Projet Évaluation de la Maturité O R G A N I S A T I O N ACTEURS CONCERNÉS Les concepteurs de systèmes doivent détecter, analyser les besoins des utilisateurs,

Plus en détail

Questions Réponses. Pour tout renseignement complémentaire : 01.47.17.64.51 edoni@edoni.org

Questions Réponses. Pour tout renseignement complémentaire : 01.47.17.64.51 edoni@edoni.org EDI : Messages commerciaux Questions Réponses Pour tout renseignement complémentaire : 01.47.17.64.51 edoni@edoni.org 1 EDI : Questions Réponses 1. L architecture 3 2. Le niveau de service 4 3. La relation

Plus en détail

Les principaux domaines de l informatique

Les principaux domaines de l informatique Les principaux domaines de l informatique... abordés dans le cadre de ce cours: La Programmation Les Systèmes d Exploitation Les Systèmes d Information La Conception d Interfaces Le Calcul Scientifique

Plus en détail

SECTION 4 : ELABORATION DU SYSTEME D'INFORMATION INTEGRE

SECTION 4 : ELABORATION DU SYSTEME D'INFORMATION INTEGRE Etudes du et du Projet d'electrification Rurale SECTION 4 : ELABORATION DU SYSTEME D'INFORMATION INTEGRE TABLE DES MATIERES PAGE 1. Introduction 1 2. Composition du Système d'information Intégré (SII)

Plus en détail

Management des infrastructures de l Aéroport International de Genève : Partage des données spatiales et des données de la CAO

Management des infrastructures de l Aéroport International de Genève : Partage des données spatiales et des données de la CAO Management des infrastructures de l Aéroport International de Genève : Partage des données spatiales et des données de la CAO INTRODUCTION Après plus de 15 ans d expérience, on mesure enfin aujourd hui

Plus en détail

ACTIVITÉS DE BALISAGE AU CENTRE DE SERVICES PARTAGÉS

ACTIVITÉS DE BALISAGE AU CENTRE DE SERVICES PARTAGÉS ACTIVITÉS DE BALISAGE AU CENTRE DE SERVICES PARTAGÉS HYDRO-QUÉBEC- CENTRE DE SERVICES PARTAGÉS Page 1 de 14 Table des matières 1 MISE EN CONTEXTE... 5 2 BALISAGE : POSITION DU CSP... 7 2.1 LE BALISAGE

Plus en détail

ÉCONOMIE ET GESTION LYCÉES TECHNOLOGIQUE ET PROFESSIONNEL

ÉCONOMIE ET GESTION LYCÉES TECHNOLOGIQUE ET PROFESSIONNEL ÉCONOMIE ET GESTION LYCÉES TECHNOLOGIQUE ET PROFESSIONNEL Au niveau du second degré, l'économie et gestion recouvre un ensemble de champs disciplinaires relevant de l'économie, du droit, des sciences de

Plus en détail

PRÉSENTATION DES QUESTIONS DE LA FEUILLE DE LOGEMENT

PRÉSENTATION DES QUESTIONS DE LA FEUILLE DE LOGEMENT PRÉSENTATION DES QUESTIONS DE LA FEUILLE DE LOGEMENT Chacune des questions de la feuille de logement fait l'objet d'une fiche recto-verso. Ces fiches ont vocation à être mises en ligne sur le site web

Plus en détail

Positionnement de UP

Positionnement de UP UNIFIED PROCESS Positionnement de UP Unified Process Langage Méthode Outil logiciel UML UP RUP 6 BONNES PRATIQUES développement itératif gestion des exigences architecture basée sur des composants modélisation

Plus en détail

SIG : définition. L information géographique contient : - la forme et la localisation de l objet localisé, sous forme graphique.

SIG : définition. L information géographique contient : - la forme et la localisation de l objet localisé, sous forme graphique. I- Qu est ce qu un SIG? SIG : Système d Information Géographique Un SIG est un outil informatisé capable de créer, transformer, afficher, analyser et stocker de l information géographique. Il permet d'organiser

Plus en détail

Le "tout fichier" Le besoin de centraliser les traitements des fichiers. Maitriser les bases de données. Historique

Le tout fichier Le besoin de centraliser les traitements des fichiers. Maitriser les bases de données. Historique Introduction à l informatique : Information automatisée Le premier ordinateur Définition disque dure, mémoire, carte mémoire, carte mère etc Architecture d un ordinateur Les constructeurs leader du marché

Plus en détail

VILLE D'YVERDON-LES-BAINS MUNICIPALITE

VILLE D'YVERDON-LES-BAINS MUNICIPALITE VILLE D'YVERDON-LES-BAINS MUNICIPALITE MW Préavis no 1 18 janvier 1999 RAPPORT AU CONSEIL COMMUNAL D'YVERDON-LES-BAINS concernant une demande de crédit de fr. 474'000.- pour financer l'évolution des applications

Plus en détail

5.1.1 La procédure pour la description d'une situation-problème

5.1.1 La procédure pour la description d'une situation-problème 5 LE CHOIX DES PARTIES DE COURS : UNE PROGRESSION DES APPRENTISSAGES Éléments du cinquième chapitre 5.1 La description de la situation-problème finale 5.1.1 La procédure pour la description d'une situation-problème

Plus en détail

Active Directory Sommaire :

Active Directory Sommaire : Active Directory Sommaire : Définition Ce qu'il permet A quoi sert-il? Principe de fonctionnement Structure Hiérarchie Schéma Qu'est ce qu'un service d'annuaire? Qu'elle est son intérêt? L'installation

Plus en détail

Informatique pour Tous

Informatique pour Tous Informatique pour Tous Introduction et plan d'un cours en 15 chapitres François Guiberteau Introduction Analogie L'apprentissage de notions nouvelles, souvent abstraites, est complexe. L'informatique fait

Plus en détail

Définir le contexte stratégique des Ressources Humaines

Définir le contexte stratégique des Ressources Humaines Zoom sur le contexte des ressources humaines Définir le contexte stratégique des Ressources Humaines Au travers de leur management stratégique, les entreprises voient les ressources humaines comme le moyen

Plus en détail

RÉSUMÉ DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE RÉPERTOIRE)

RÉSUMÉ DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE RÉPERTOIRE) RÉSUMÉ DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE RÉPERTOIRE) Intitulé (cadre 1) Domaine : Sciences Humaines et Sociales Licence professionnelle : Dénomination Nationale «Aménagement du territoire et urbanisme»

Plus en détail

La solution IBM Rational pour une ALM Agile

La solution IBM Rational pour une ALM Agile La solution IBM pour une ALM Agile Utilisez votre potentiel agile Points clés Adopter l'agilité à votre rythme Supporter une livraison multiplateforme Intégrer la visibilité Démarrer rapidement Que votre

Plus en détail

Université de Lausanne

Université de Lausanne Université de Lausanne Records management et archivage électronique : cadre normatif Page 2 Ce qui se conçoit bien s énonce clairement Nicolas Boileau Page 3 Table des matières Qu est- ce que le «records

Plus en détail

SGBDR et conception d'un système d'information avec MERISE

SGBDR et conception d'un système d'information avec MERISE 1 SGBDR et conception d'un système d'information avec MERISE Séminaires Codes & Travaux @ IRISA 26 Avril 2007 Anthony ASSI Ingénieur Expert R&D Plateforme Bio Informatique / Equipe Symbiose 2 SGBDR : Système

Plus en détail

ASSISTANCE TECHNIQUE AUPRES DU GROUPE DE TRAVAIL SIG

ASSISTANCE TECHNIQUE AUPRES DU GROUPE DE TRAVAIL SIG ASSISTANCE TECHNIQUE AUPRES DU GROUPE DE TRAVAIL SIG Laboratoire Central de Surveillance de la Qualité de l'air Convention 115/2003 O. SAINT-JEAN Unité "Informatique et Instrumentation pour l'environnement"

Plus en détail

DESCRIPTION DE L APPLICATION GEOANALYSTE

DESCRIPTION DE L APPLICATION GEOANALYSTE CRENAM Centre de REcherches sur l'environnement et l'aménagement CNRS UMR5600 / Université Jean Monnet Saint Etienne Renaud.Mayoud (Renaud.Mayoud@univ-st-etienne.fr) Thierry.Joliveau (Thierry.Joliveau@univ-st-etienne.fr)

Plus en détail

Systèmes d Information Géographique

Systèmes d Information Géographique Systèmes d Information Géographique Jean-Yves Antoine Université François Rabelais de Tours www.info.univ-tours.fr/~antoine J.Y. Antoine 1 Systèmes d Information Géographique 1. INTRODUCTION Qu est ce

Plus en détail

Architecture Logicielle

Architecture Logicielle Architecture Logicielle Chapitre 3: UML pour la description et la documentation d une architecture logicielle Année universitaire 2013/2014 Semestre 1 Rappel L architecture d un programme ou d un système

Plus en détail

Appel à candidature pour une prestation de service en régie de consultant décisionnel expert sous Qlikview.

Appel à candidature pour une prestation de service en régie de consultant décisionnel expert sous Qlikview. Page 1 Appel à candidature pour une prestation de service en régie de consultant décisionnel expert en développement sous Qlikview à l Observatoire des Sciences et des Techniques (OST) 13 décembre 2013

Plus en détail

Fiche de l'awt Qu'est-ce que l'e-business?

Fiche de l'awt Qu'est-ce que l'e-business? Fiche de l'awt Qu'est-ce que l'e-business? Que recouvre exactement la notion d'e-business? Les moteurs de l'e-business (gestion orientée client et TIC), proposition de valeur d'une stratégie e-business,

Plus en détail

DECLARATION ISO/CEI SUR LA PARTICIPATION DES CONSOMMATEURS AUX TRAVAUX DE NORMALISATION

DECLARATION ISO/CEI SUR LA PARTICIPATION DES CONSOMMATEURS AUX TRAVAUX DE NORMALISATION ISO/CEI/GEN 01:2001 DECLARATION ISO/CEI SUR LA PARTICIPATION DES CONSOMMATEURS AUX TRAVAUX DE NORMALISATION Avant-propos Parallèlement à l'essor rapide du commerce international des biens et services,

Plus en détail

3003 Berne, le 30 octobre 2000. Mesdames, Messieurs,

3003 Berne, le 30 octobre 2000. Mesdames, Messieurs, 3003 Berne, le 30 octobre 2000 $X[ $XWRULWpVFDQWRQDOHVGH VXUYHLOODQFHGHOpWDWFLYLO,1)267$5,QIRUPDWLRQVUHODWLYHVjFHUWDLQVDVSHFWVGHOLQWURGXFWLRQ Mesdames, Messieurs, Lors de la procédure de consultation relative

Plus en détail

Maquette numérique et interopérabilité

Maquette numérique et interopérabilité Maquette numérique et interopérabilité Bernard FERRIES Coordonnateur technique Mediaconstruct ferries@laurenti.com Programme Quelques définitions : interopérabilité, maquette numérique, BIM, IFC Pratiques

Plus en détail

LE POINT SUR LES MATHÉMATIQUES DANS LES BTS RENTRÉE 2003

LE POINT SUR LES MATHÉMATIQUES DANS LES BTS RENTRÉE 2003 LE POINT SUR LES MATHÉMATIQUES DANS LES BTS RENTRÉE 00 ) LES PROGRAMMES a) Le cadre général L arrêté du 8 juin 00 comporte trois annexes, notamment l annexe donnant l intégralité des modules permettant

Plus en détail

Aide à la gestion du projet final ISN

Aide à la gestion du projet final ISN Aide à la gestion du projet final ISN 1 - La place du projet dans l ISN «Les activités des élèves sont organisées autour d une équipe de projet dont les tâches sont les suivantes : repérer le besoin ou

Plus en détail

FAYCAL AYECH GL2. INSAT 2010/2011 INTRODUCTION AUX SYSTÈMES D INFORMATIONS DÉFINITION ET ORGANISATION DE LA FONCTION SI

FAYCAL AYECH GL2. INSAT 2010/2011 INTRODUCTION AUX SYSTÈMES D INFORMATIONS DÉFINITION ET ORGANISATION DE LA FONCTION SI FAYCAL AYECH GL2. INSAT 2010/2011 1 INTRODUCTION AUX SYSTÈMES D INFORMATIONS DÉFINITION ET ORGANISATION DE LA FONCTION SI Chapitre 1 Trois questions se posent dès le départ : Qu'est-ce qu'un système? Qu'est-ce

Plus en détail

Communiqué de presse Î Vendredi 21 mars 2014, à Guignen. Races de Bretagne Valoriser et développer l'élevage de races devenues rares

Communiqué de presse Î Vendredi 21 mars 2014, à Guignen. Races de Bretagne Valoriser et développer l'élevage de races devenues rares Communiqué de presse Î Vendredi 21 mars 2014, à Guignen Races de Bretagne Valoriser et développer l'élevage de races devenues rares $QLPpH SDU OD YRORQWp GH GpYHORSSHU HW YDORULVHU O pohydjh GH UDFHV EUHWRQQHV

Plus en détail

Baccalauréat professionnel Technicien d'usinage. C 1. S INFORMER, ANALYSER, COMMUNIQUER Données Actions Indicateurs de performance

Baccalauréat professionnel Technicien d'usinage. C 1. S INFORMER, ANALYSER, COMMUNIQUER Données Actions Indicateurs de performance COMPÉTENCES C 1. S INFORMER, ANALYSER, COMMUNIQUER C 1.1. Analyser des données fonctionnelles et des données de définition : D un ensemble : Le modèle numérique d'un système mécanique. Des représentations

Plus en détail

Business Intelligence avec SQL Server 2012

Business Intelligence avec SQL Server 2012 Editions ENI Business Intelligence avec SQL Server 2012 Maîtrisez les concepts et réalisez un système décisionnel Collection Solutions Informatiques Table des matières Les éléments à télécharger sont disponibles

Plus en détail

université de Provence

université de Provence université de Provence UN PROJET POUR TELESUP 2000-2002 TELESUP, dans sa configuration actuelle existe depuis janvier 1995 ; cette configuration se situe dans la logique du travail fait en matière d'utilisation

Plus en détail

ArcGIS. for Server. Comprendre notre monde

ArcGIS. for Server. Comprendre notre monde ArcGIS for Server Comprendre notre monde ArcGIS for Server Créer, distribuer et gérer des services SIG Vous pouvez utiliser ArcGIS for Server pour créer des services à partir de vos données cartographiques

Plus en détail

Le diagramme des relations met en évidence les multiples relations entre les différents éléments, causes et effets d'un système.

Le diagramme des relations met en évidence les multiples relations entre les différents éléments, causes et effets d'un système. Sept outils du management (Les) Introduction Diagramme des relations Diagramme des affinités Diagramme en arbre Diagramme matriciel Diagramme des décisions d'action (PDPC) Diagramme sagittal (CPM) Analyse

Plus en détail

Architecture intégrée d un système de visualisation cartographique des statistiques de pêche

Architecture intégrée d un système de visualisation cartographique des statistiques de pêche Architecture intégrée d un système de visualisation cartographique des statistiques de pêche (G. Domalain, M. Gras, P. Morand, C. Campaore) 1. Les attendus de la représentation cartographique dans le système

Plus en détail

La directive inondation

La directive inondation La directive inondation Stratégies locales de gestion des risques d inondation Bassin Seine-Normandie 2013 Les dispositions de la directive européenne sur le risque inondation se mettent progressivement

Plus en détail

UNITE MIXTE DE RECHERCHE N 6575 Archéologie et territoires

UNITE MIXTE DE RECHERCHE N 6575 Archéologie et territoires UNITE MIXTE DE RECHERCHE N 6575 Archéologie et territoires ECOLE THEMATIQUE Système d Information à Référence Spatiale et Archéologie Tours - 8/13 septembre 2003 CONFERENCE Patriarche par F. Faucher et

Plus en détail

Principe de fonctionnement du contrôleur de domaine

Principe de fonctionnement du contrôleur de domaine MODULE UTILISATION DES ESPACES DE STOCKAGE (source :prise en main du contrôleur de domaine Solaere) Préambule Vos stations sont configurées et intégrées dans le domaine. Principe de fonctionnement du contrôleur

Plus en détail

Résumé CONCEPTEUR, INTEGRATEUR, OPERATEUR DE SYSTEMES CRITIQUES

Résumé CONCEPTEUR, INTEGRATEUR, OPERATEUR DE SYSTEMES CRITIQUES Aristote ----- Cloud Interopérabilité Retour d'expérience L A F O R C E D E L I N N O V A T I O N Résumé Les systèmes d'information logistique (SIL) sont des outils qui amènent des gains de productivité

Plus en détail

La qualité des données, pourquoi fait-elle encore débat? : Une approche pragmatique de la qualité des données en Charente-Maritime.

La qualité des données, pourquoi fait-elle encore débat? : Une approche pragmatique de la qualité des données en Charente-Maritime. La qualité des données, pourquoi fait-elle encore débat? : Une approche pragmatique de la qualité des données en Charente-Maritime mercredi 5 mai 1 1. Syndicat Informatique de Charente-Maritime Présentation

Plus en détail