Le retour au travail après un cancer du sein : un second combat pour les femmes? (2007)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le retour au travail après un cancer du sein : un second combat pour les femmes? (2007)"

Transcription

1 Le retour au travail après un cancer du sein : un second combat pour les femmes? (2007)

2 Merci aux Docteurs Valérie Fabri et Dominique Feron, de la direction médicale de l Union Nationale des Mutualités Socialistes, à Catherine Spièce du service promotion santé de l UNMS, pour leurs précieux conseils et leurs relectures attentives. Marie Van den broeck Service Etudes du Secrétariat Général 02/ Editeur responsable : Dominique Plasman 2

3 Table des matières 1. Introduction Les facteurs influençant le retour au travail après un cancer du sein Les conséquences physiques et psychologiques d un cancer du sein 8 a) Les séquelles liées à la chirurgie du sein... 9 b) Les effets dus aux traitements post-opératoires...11 c) L influence du stade évolutif de la maladie...12 d) L anxiété et la dépression...13 e) Remarque La discrimination au travail La couverture sociale...19 a) L accès à une assurance soins de santé...19 L assurance médicale aux Etats-Unis en b) Le niveau des revenus de remplacement...22 c) Conclusions Les facteurs individuels...25 a) L âge...25 b) L état civil et la situation familiale...26 c) La profession ou le niveau d éducation...26 d) La nationalité Quelques pistes d action Améliorer l accès au programme de dépistage Faut-il étendre le dépistage aux plus jeunes femmes? Sensibiliser les médecins aux problèmes psychologiques Permettre la reprise progressive de l activité professionnelle Encourager le sentiment d empathie des employeurs et des collègues Fournir de l aide domestique Conclusions Bibliographie...37 Editeur responsable : Dominique Plasman 3

4 1. Introduction En tant que mouvement d émancipation des femmes et de promotion de la santé, la qualité de vie, l emploi et la santé des femmes constituent pour nous, Femmes Prévoyantes Socialistes, des préoccupations de première ligne. Par conséquent, la question de la réinsertion professionnelle après un cancer du sein nous interpelle. Nous pensons, en effet, que la réintégration professionnelle après une absence pour raison de santé, comme vecteur d appartenance à la vie en société, est une composante importante du processus de guérison. De notre point de vue, la problématique se pose donc tant en terme de santé publique qu en terme de qualité de vie et d égalité professionnelle. L aspect santé : le cancer du sein, un problème de santé publique au féminin Les chiffres du Registre national belge du cancer l indiquent clairement : le cancer du sein est le cancer le plus fréquent chez la femme. En 2001, cette maladie concerne 37% des nouveaux cas en cancérologie 1. Il risque de toucher une femme sur dix et est la cause de mortalité la plus fréquente parmi les femmes âgées de 35 à 55 ans dans l'union européenne (Jöns K., 2002). Les données du Registre montrent également une évolution croissante du taux d incidence, d année en année : on a recensé 7343 nouveaux cas en 1999, 7656 en 2000 et 8118 en 2001 (derniers chiffres nationaux disponibles actuellement). Cette tendance s observe dans tous les pays européens et les raisons de ce phénomène sont multifactorielles : citons principalement un meilleur enregistrement des données, le vieillissement accru de la population, un renforcement du dépistage (Ferlay J. et al., 2007) ou encore une plus grande connaissance des facteurs de risque. En Belgique, le système d enregistrement s est, en effet, largement amélioré au cours des dix dernières années et depuis 2001, un programme national de dépistage du cancer du sein a été mis en place, permettant à toutes les femmes de 50 à 69 ans de faire un mammotest, une mammographie de dépistage gratuite et de qualité, une fois tous les deux ans. Les chiffres cités ci-dessus démontrent l ampleur du phénomène et par conséquent, la nécessité de mobiliser l attention de tous les acteurs médicaux, sociaux et politiques sur les conséquences (physiques, psychologiques, financières, professionnelles, en terme de qualité de vie ) d une telle maladie. 1 Le site du Registre national belge du cancer : Editeur responsable : Dominique Plasman 4

5 L aspect emploi : la reprise du travail après le cancer du sein, une question d égalité professionnelle Aujourd hui, un nombre croissant de femmes actives sont confrontées à la reprise de leur activité professionnelle après avoir vécu l expérience du cancer du sein, et cela pour différentes raisons : - les taux d incidence en fonction de l âge indiquent des chiffres élevés pour les femmes en âge d activité : en 2001, les femmes de moins de 65 ans représentent 73,614% des cas 2 ; - les efforts en matière de dépistage permettent de détecter plus précocement un cancer et les progrès réalisés au niveau des traitements ont augmenté l espérance de vie des patientes (Jöns K., 2002) ; - si les traitements contre le cancer du sein ont fortement progressé ces dernières années et s ils sont moins agressifs ou mutilants, ils restent malgré tout très lourds pour les patientes : les répercussions au niveau de la santé physique et psychologique leur imposent une période de convalescence plus ou moins longue ainsi que des adaptations de leur mode de vie habituel. Nous aborderons tout cela en détail par la suite. Face à ce phénomène, une série de questions liées à la reprise du travail se pose : Le retour au travail se déroule-t-il dans de bonnes conditions pour la femme concernée par le cancer du sein? La travailleuse observe-t-elle des changements importants dans son activité ou son entourage professionnel? Quels types de changements rencontre-t-elle? Ressent-elle des besoins particuliers d adaptation ou d aménagement dans sa fonction ou au niveau de son temps de travail? Pour les FPS, la problématique du retour au travail après un cancer du sein se place donc également sous l angle de l égalité professionnelle. Rappelons, qu à l heure actuelle, les femmes sont encore loin d avoir atteint l égalité dans le monde du travail. Les faits et chiffres généraux sont aussi sans équivoque : les femmes perçoivent toujours des salaires inférieurs d environ 15% pour une même fonction 3, elles travaillent davantage à temps partiel (42,6% des femmes contre 7,8% des hommes 4 ), elles sont souvent victime de harcèlement sur le lieu de travail et doivent faire face à la difficulté de combiner vie familiale et professionnelle à cause du déséquilibre persistant dans la répartition des tâches ménagères et dans les soins et 2 chiffres du Registre national du cancer : 3 Niveau de vie - revenus et rémunérations, SPF Economie, Direction générale statistique et information économique, octobre Enquête sur les forces de travail, SPF Economie, Direction générale statistique et information économique, Editeur responsable : Dominique Plasman 5

6 l éducation des enfants (les tâches domestiques sont accomplies en moyenne aux deux tiers par les femmes 5 ) Notons encore que toutes ces inégalités professionnelles ont de lourdes répercussions sur les droits sociaux! Au-delà de toutes ces inégalités «courantes», on peut supposer que les travailleuses souffrant d un problème de santé grave sont de plus confrontées aux préjugés de la part de collègues ou de l employeur concernant leur capacité à assumer à nouveau leurs fonctions. Certains employeurs craindront une possible rechute ou des absences répétées susceptibles de porter atteinte à la qualité de leur travail. Toutes ces appréhensions peuvent être à l origine de comportements discriminatoires et constituer, comme nous le verrons, un obstacle influant la reprise de l activité. Postulat Sur base de ces considérations, nous sommes amenées à penser qu une fois la maladie vaincue, la reprise du travail constitue un second combat à mener pour les femmes. Nous vous proposons, à travers une revue de la littérature, de comprendre la réalité et les difficultés des celles qui sont confrontées au cancer du sein et à un retour au travail. Structure et contenu A travers la littérature, nous avons pu distinguer différents facteurs qui influencent de façon positive ou négative la situation d emploi des femmes, une fois finis le traitement pour la maladie. Les principales études sur le sujet proviennent essentiellement des Etats-Unis et du Québec, aucune étude belge n ayant été réalisée jusqu alors. C est pourquoi nous tenterons à chaque fois de replacer les résultats de ces travaux dans le contexte spécifique belge. Nous commencerons notre analyse des facteurs par observer les effets du cancer du sein sur l état de santé de la travailleuse. Le traitement est complexe et lourd : il peut combiner la chirurgie avec la chimiothérapie, la radiothérapie et/ou l hormonothérapie. Dès lors, les conséquences physiques et psychologiques du traitement entraînent-elles des répercussions négatives sur la reprise travail? Si c est le cas, exercent-ils un effet de découragement sur l offre de travail des femmes? Observe-t-on des attitudes discriminantes des supérieurs ou de l employeur reflétant leurs craintes quant à la productivité des travailleuses malades (récidives, absence, fatigue, démotivation )? 5 Chiffre pour la Belgique. Sur une moyenne de 6h07 par jour, 2h15 sont accomplies par les hommes et 3h52 par les femmes. Glorieux et Vandeweyer, Centre de recherche tor-vub, et SPF Economie, Direction générale statistique et information économique. Editeur responsable : Dominique Plasman 6

7 Dans la troisième partie de notre analyse, nous considérerons les facteurs de reprise du travail, liés à la couverture sociale et à l organisation du régime de Sécurité Sociale. Ces éléments sont d une importance cruciale puisqu ils déterminent le niveau de remboursement des frais médicaux et hospitaliers ainsi que les indemnités d incapacité de travail. Le point suivant portera sur l influence de facteurs sociodémographiques (l âge, la nationalité, la situation familiale, le type de profession, les revenus, etc.) qui peuvent également modifier les comportements lors de la reprise du travail après un cancer du sein. Finalement, la dernière partie de ce travail mettra en débat des pistes d action susceptibles de faciliter la reprise de l activité professionnelle après un cancer du sein. Nous commencerons par aborder la question du dépistage et enfin, nous nous concentrerons sur le rôle que peuvent jouer les médecins (les médecins à l hôpital, le médecin traitant, le médecin conseil ) et le réseau associatif ainsi que sur l action des pouvoirs publics. Editeur responsable : Dominique Plasman 7

8 2. Les facteurs influençant le retour au travail après un cancer du sein Véritable cœur de notre travail, cette partie examine une série de facteurs et de phénomènes pouvant influencer la situation d emploi des femmes après un cancer du sein ainsi que les conditions de travail lors de la reprise de l activité Les conséquences physiques et psychologiques d un cancer du sein Deux études nous ont amenées à considérer l impact d un cancer du sein sur la santé physique et psychologique des patientes. - La première est une étude américaine sur l offre de travail après une maladie ou un accident grave. Celle-ci démontre l effet négatif de ces évènements sur la reprise de l activité professionnelle de la personne malade, surtout lorsque la maladie ou l accident engendre des pertes importantes de fonctionnement (Coile C., 2004) Ces détériorations des capacités fonctionnelles ont été définies sur base de l aptitude à effectuer une série de 17 activités quotidiennes (monter les escaliers, sortir de son lit, tendre une pièce de monnaie ) La recherche a permis d évaluer qu être victime d une maladie ou d un accident grave, induisant des pertes de fonctionnement importantes, augmente de 25,8% la probabilité de ne plus retravailler ; tandis qu un accident ou une maladie n impliquant aucune perte de mobilité fonctionnelle du corps augmente la probabilité d être inactif de seulement 8,8%. Dans cette étude, l effet d un cancer du sein sur la reprise du travail n a pas été évalué. A titre d exemple, les personnes ayant eu une crise cardiaque ont 23% de chance en moins que les autres d être professionnellement actifs, et cela, durant une période de deux ans. Les résultats de l étude américaine ont donc attiré notre attention sur un élément à prendre en compte afin d évaluer l impact d un cancer du sein sur la situation d emploi des femmes : celui de la présence d effets secondaires, responsables d une perte de mobilité chez les patientes. - La seconde étude qui nous a semblée pertinente, réalisée par Grimberg C. et al. (2004), est basée sur une enquête française menée auprès de 152 patients et portant sur la Editeur responsable : Dominique Plasman 8

9 qualité de vie après le cancer. La moitié (51%) des personnes ayant participé souffraient d un cancer du sein. Les conclusions de cette étude sont très explicites : l état de santé physique mais également psychologique des femmes est décisif sur le plan professionnel. En effet, ces facteurs détermineraient le choix ou la possibilité de retravailler et seraient en grande partie responsables des difficultés rencontrées dans le travail. Voyons plus en détails l origine des difficultés physiques et psychologiques auxquelles sont confrontées les femmes atteintes d un cancer sein et observons ce que nous disent les études empiriques quant à leurs effets possibles sur la situation d emploi des femmes. a) Les séquelles liées à la chirurgie du sein Dans le traitement pour un cancer du sein, quatre types de chirurgie peuvent être réalisés : la mastectomie (ablation complète du sein), la mastectomie avec une reconstruction du sein, la quandrantectomie (ablation partielle) avec le retrait de tous les ganglions lymphatiques au niveau de l aisselle et de la partie supérieure du bras (curage ou évidement axillaire) et enfin, la quadrantectomie avec le retrait de quelques ganglions seulement, appelée aussi la technique du ganglion sentinelle. Les séquelles occasionnées par un cancer du sein dépendent notamment du type d intervention chirurgicale pratiqué. Après une mastectomie ou un curage axillaire, il est courant de voir deux types d effets secondaires se manifester. Le premier est une difficulté de mobilité de l épaule provoquée par la cicatrisation, pouvant durer plusieurs semaines. Le second est le développement d un lymphoedème 6, avec le risque de développer un «gros bras». Un lymphoedème peut survenir dans les cinq ans après le traitement conservateur du sein et dans les quinze ans après l ablation complète du sein. La technique du ganglion sentinelle qui permet d éviter un curage axillaire, devrait considérablement réduire les séquelles au niveau des membres supérieurs (Marti, 2002). Les patientes exerçant une activité demandant une certaine mobilité du bras se retrouvent handicapées par ces séquelles, dans leurs activités quotidiennes. De plus, les femmes dont le métier implique des travaux astreignants, de longue durée ou répétitifs (travail à la chaîne, 6 Accumulation anormale de lymphe dans les tissus, provoquant le gonflement d un membre. Il débute au niveau du bras avant d atteindre l avant bras et la main. Il commence à devenir gênant lorsque la différence des circonférences entre les deux bras est supérieure à 5 cm. Au début, l œdème est mou, indolore mais après inflammation il devient dur et progresse rapidement. (Cfr. Effets secondaires d un cancer du sein, Fondation Contre le Cancer, Editeur responsable : Dominique Plasman 9

10 dactylographie, nettoyage ) sont encore plus exposées à leur développement (Fondation Contre le Cancer) 7. L impact observé sur l emploi Deux principales études américaines ont étudié l impact de la chirurgie du sein sur la situation d emploi des patientes. Dans la première portant sur 296 patientes, trois mois après le diagnostic du cancer du sein, DeLorenze et al. (1996) ont remarqué une influence négative des séquelles physiques laissées par la maladie sur le retour à l activité professionnelle. Plus particulièrement, les auteurs ont constaté que si la personne a besoin d assistance pour se mouvoir ou si elle souffre d une diminution du fonctionnement de la partie supérieure du corps ( bras, épaule, buste ), elle se retrouvera plus souvent dans une situation de nonemploi. En outre, les auteurs soulignent que l impact négatif de la chirurgie sur la situation d emploi est encore accentué lorsque la patiente exerce un métier nécessitant une activité physique importante. En ce sens, Bloom et al. (2000) ont observé l impact négatif et significatif sur l emploi d une baisse des capacités physiques de fonctionnement. Ils ont également estimé que le fait d avoir une activité physique sera déterminante sur la situation d emploi. De manière globale, leurs résultats indiquent, sur un échantillon de 390 femmes âgées de moins de 50 ans, que 8 % des patientes étaient encore absentes du marché du travail 12 à 15 mois après le diagnostic mais, avec des disparités importantes, notamment en fonction de ces deux facteurs (une diminution des capacités physiques et avoir un métier requérant des efforts physiques) 8. Ces deux études aboutissent dès lors à la même conclusion : les séquelles physiques liées à la chirurgie du sein ont un impact significatif sur la situation d emploi des femmes. Ces répercussions sont d autant plus importantes si la personne exerce une profession impliquant des tâches ou des efforts physiques lourds et répétitifs. 7 Les effets secondaires d un cancer du sein, site Internet de la Fondation Contre le Cancer (www.cancer.be) 8 Rien n est précisé toutefois sur la durée de cette inactivité : est-elle temporaire, c est-à-dire, liée à l incapacité de travail prescrite par le médecin? Ou bien est-elle définitive? Dans ce cas, qu elle en est la cause? Editeur responsable : Dominique Plasman 10

11 b) Les effets dus aux traitements post-opératoires Les traitements post-opératoires (la chimiothérapie, la radiothérapie et l hormonothérapie) entraînent aussi une série d effets secondaires s estompant, en général, au fil du temps mais pouvant influencer la reprise du travail. Dans un premier temps, nous détaillerons les différents effets secondaires provoqués par ces trois traitements post-opératoires et puis, nous examinerons les conséquences observées sur l emploi. La chimiothérapie provoque souvent une fatigue intense chez les patientes 9. Après avoir interviewé 157 patientes hollandaises, quatre à douze semaines après le dernier cycle de leur traitement, N. de Jong et al. (2004) notent que cet état de fatigue est également associé à une perte des capacités physiques. Bearz et al. (2004) confirment cette diminution des performances physiques due à la chimiothérapie, ils observent encore une série d autres caractéristiques liées à ce type de traitement : un sentiment de lassitude à laquelle même le repos ne peut remédier, une faiblesse généralisée rendant difficile toute initiative ou activité, une fatigue mentale affectant la concentration, des pertes de mémoire ainsi qu une instabilité émotionnelle. Tout comme la chimiothérapie, la radiothérapie s accompagne aussi d une fatigue progressive causée par les rayons. Celle-ci varie en fonction de la dose, de la durée totale du traitement et de la plus ou moins grande surface corporelle irradiée. Précisons encore que cet état de fatigue peut persister encore pendant deux à trois mois après la fin du traitement, ce qui est moins long que pour la chimiothérapie. Enfin, il existe des symptômes spécifiques liés au traitement par hormonothérapie (antihormones sexuelles). Ils s apparentent aux signes habituels de la ménopause (bouffées de chaleur, changements d humeur, sécheresse vaginale ). Par ailleurs, on remarque que les jeunes femmes sont plus particulièrement affectées par ces transformations du corps, dues aux symptômes de la ménopause qui ont un impact sur leur vie sexuelle et affective. L impact observé sur l emploi Dans l étude de Bloom et al. (2000) citée ci-dessus, les auteurs ont aussi testé, en plus des effets causés par la chirurgie, ceux provoqués par les traitements post-opératoires. Ils ont donc évalué l impact d un traitement par chimiothérapie sur la situation d emploi auprès d un échantillon de 390 femmes âgées de moins de 50 ans. Ils ont constaté que les symptômes de 9 Le cancer: en comprendre la maladie et les traitements, site Internet de la Fondation Contre le Cancer (www.cancer.be) Editeur responsable : Dominique Plasman 11

12 la chimiothérapie ont un effet négatif et significatif sur la reprise du travail. Cet effet risque en outre de perdurer quelques 12 à 15 mois après le diagnostic du cancer du sein. Au vu des effets que peuvent entraîner les traitements post-opératoires (fatigue, difficulté de concentration, perte de mémoire, fragilité émotionnelle ), on peut suggérer un réel impact négatif de ces derniers sur la situation d emploi, en particulier lorsque les patientes suivent un traitement par chimiothérapie. Remarquons encore que pour retrouver la santé, les patientes ont besoin d un temps de convalescence assez long. La durée moyenne d arrêt du travail prescrite en cas de chimiothérapie varie entre quatre mois et un an. Lors d un traitement par radiothérapie ou par hormonothérapie, les femmes reprennent en général plus vite leur travail, au plus tôt, trois ou quatre mois après l opération. Une si longue absence au travail sera-t-elle acceptée par l employeur? Ces femmes auront-elles la possibilité de reprendre leur profession normalement, même si elles éprouvent des difficultés à réaliser certaines tâches? Nous verrons plus loin les conclusions des études relatives à l attitude des employeurs et des collègues à l égard de la travailleuse concernée. c) L influence du stade évolutif de la maladie Le stade évolutif du cancer du sein (déterminé notamment par la taille de la tumeur et le nombre de foyers) va indiqué le type d intervention chirurgicale ainsi que les traitements post-opératoires qui seront prescrits à la patiente. Le stade évolutif joue donc un rôle clé. Plus le stade est avancé, plus la patiente sera confrontée à un traitement lourd par chimiothérapie ou radiothérapie. De même, plus le stade de la maladie est sévère, plus la patiente risque de subir une ablation totale du sein (mastectomie) ou un évidemment axillaire complet (retrait des ganglions au niveau de l épaule et du bras) avec toutes les conséquences physiques que nous avons détaillées plus haut (difficulté de mobilisation de l épaule et lymphoedème ) L impact observé sur l emploi Bednarek et al. (2005) ont examiné la situation d emploi de 370 travailleuses américaines non pas en fonction du type de chirurgie, ni des traitements post-opératoires, mais en tenant compte du stade évolutif de la maladie. Ils ont également comparé la situation d emploi des patientes, six mois après le diagnostic, à celle d un groupe de femmes qui n a jamais eu de Editeur responsable : Dominique Plasman 12

13 cancer du sein (appelé «groupe témoin» 10 ). Leurs résultats montrent que plus l état d avancement de la maladie est sévère, plus la probabilité de retravailler est faible : pour les femmes diagnostiquées avec une tumeur locale (au niveau du sein uniquement) la probabilité d être active occupée est diminuée de 18% par rapport au groupe témoin, tandis que pour les patientes avec un cancer régional la probabilité d être en situation d emploi est inférieure de 34% par rapport au groupe témoin. Les auteurs remarquent encore que les femmes avec un cancer in situ, c est-à-dire avec un meilleur pronostic de guérison, retournent normalement au travail. Ainsi, elles ne se comporteraient pas de manière significativement différente qu un groupe de femmes n ayant jamais eu de cancer du sein. d) L anxiété et la dépression Etre atteinte d un cancer du sein n est pas sans conséquence sur la santé psychologique de certaines patientes. On observe souvent l apparition de troubles plus ou moins sévères, caractérisés par un état d anxiété ou de dépression. Il est difficile cependant d évaluer la durée du phénomène, celle-ci dépend d une série de facteurs propres à chaque individu. Selon D. Razavi et al (1994), les réactions psychologiques au cancer sont provoquées par des éléments de natures différentes. D une part, elles peuvent être directement liées à la maladie et aux traitements, c'est-à-dire aux souffrances physiques qu ils induisent (douleurs, affections du système nerveux central ) ; d autre part, elles peuvent être causées par des réactions secondaires à la maladie, comme par exemple, la menace existentielle que représente un cancer ou encore les incertitudes et les changements dans l environnement social (relation avec l entourage familial, professionnel ou autre ; changement de comportement des proches ) générés par la maladie. Aux Etats-Unis, Dwight-Johnson et al. (2005) ont étudié l ampleur de la dépression chez 250 femmes soignées pour un cancer du sein et 250 autres femmes ayant un cancer de l utérus. Ils ont cherché à déceler les facteurs pouvant influencer ce phénomène. Parmi ces personnes interrogées au cours de leur traitement ou lors d un suivi, 30% des femmes concernées par le cancer du sein éprouvaient de l anxiété ou souffraient de dépression, contre 17% des femmes atteintes d un cancer de l utérus. Il ressort cependant que ni le stade évolutif de la maladie, ni le traitement post-opératoire (chimiothérapie, radiothérapie ou hormonothérapie) ne sont associés avec l état de dépression. Des éléments comme une perte de fonctionnalité ou la peur des effets secondaires provoqués par les traitements en seraient plutôt à l origine. 10 L intérêt d une analyse comparative avec un groupe témoin est d isoler les effets de la maladie aux autres effets liés à des facteurs externes. Pour cela, il faut considérer deux groupes de femmes ayant des caractéristiques sociodémographiques identiques mais dont l un comprend des femmes ayant eu un cancer du sein et l autre, des femmes n ayant jamais développé la maladie. Editeur responsable : Dominique Plasman 13

14 D autres facteurs ont encore été cités par ces patientes comme responsables de leur état dépressif. On recense l annonce de la maladie, l âge (les femmes plus jeunes seraient d autant plus déprimées), un faible soutien familial et social ainsi que le fait d être anxieuse. Le phénomène semble se renforcer auprès des femmes économiquement défavorisées (Avis et al., 2005). Les auteurs ont en effet remarqué auprès d un échantillon composé de 202 personnes, toutes âgées de moins de 50 ans et ayant eu un cancer du sein moins de trois ans et demi auparavant, que plus de 70% de ces femmes souffraient psychologiquement et éprouvaient un sentiment général de tristesse. Il nous semble évident de penser que les personnes rencontrant des difficultés financières sont d autant plus fragilisées que d autres. La crainte de ne pas pourvoir assumer les frais liés à l hospitalisation, aux traitements et autres médicaments représente une inquiétude supplémentaire à laquelle elles sont confrontées. L impact observé sur l emploi L anxiété et la dépression semblent donc être un phénomène présent chez certaines femmes atteintes d un cancer du sein. L effet de la dépression sur l emploi, après cancer du sein, a été mesuré par Bednarek et al (2002). Ceux-ci ont effectivement observé une influence négative et significative de la dépression sur la probabilité de travailler. Parmi une liste d autres maladies que peuvent présenter ces femmes atteintes d un cancer du sein (diabète, hypertension, dépression, problèmes cardiaques et thromboses), la dépression constitue le facteur le plus influent sur le comportement face à l emploi : la probabilité de retravailler pour une femme ayant eu un cancer du sein et souffrant de dépression diminue de 13% par rapport à la probabilité de retravailler pour l ensemble de l échantillon des femmes qui ont vécu l expérience du cancer du sein et qui souffrent en plus de diabète, d hypertension, ayant eu un problème cardiaque ou une thrombose, au cours de sa vie. Par rapport à une femme en bonne santé, la probabilité de travailler pour une femme ayant eu un cancer du sein et souffrant également d une dépression diminue de 22%. On peut donc conclure que les difficultés psychologiques telles que l anxiété et la dépression ont une influence négative sur la reprise du travail. e) Remarque Les résultats de l étude française sur la qualité de vie après un cancer (Grimberg C. et al., 2004) indiquent que 78,5% des personnes interrogées ont en effet souffert de difficultés physiques et psychologiques mais que seulement 62,7% des répondants avaient été avertis du risque de ces séquelles liées à la maladie. Pour les auteurs, le fait que plus d un tiers (37,3%) des répondants n'aient pas été informés de ce risque constitue un Editeur responsable : Dominique Plasman 14

15 dysfonctionnement dans la relation médecin/patient. Ce déficit d information a eu pour conséquence une absence de prise en charge médicale adéquate. A travers cette même enquête, les personnes interrogées ont d ailleurs émis une revendication sur ce point: ils attendent, de la part du corps médical et soignant, plus d écoute, d information et de communication ainsi qu un accompagnement psychologique adapté. Editeur responsable : Dominique Plasman 15

16 2.2. La discrimination au travail Etant donnés les inégalités persistantes auxquelles sont confrontées plus généralement les femmes ainsi que le contexte actuel du marché du travail où la pénurie d emploi joue largement en faveur des entreprises, il est probable que des femmes soient confrontées à des situations discriminatoires dues à leur mauvaise santé. Malheureusement, très peu d études se sont focalisées sur l aspect «demande de travail» (entendre ici l offre émanant des entreprises) et sur les éventuelles attitudes discriminantes de la part des employeurs et des collègues à l égard d une travailleuse victime d un cancer du sein. Il est donc difficile d évaluer l ampleur réelle du phénomène. Néanmoins, l initiative menée par l association «Jeunes Solidarité Cancer» (Grimberg C. et al., 2004) réalisée avec 152 personnes ayant eu un cancer, constitue un indicateur pertinent de l existence de tels comportements. Parmi les interrogés, 20,3% affirment faire l objet de discrimination dans leur travail. La nature des discriminations semble varier selon le sexe : les travailleurs masculins sont plus souvent victimes d une «mise au placard» ou d une perte de responsabilité alors que les femmes souffrent de propos calomnieux ou rencontrent des difficultés à obtenir un mi-temps thérapeutique. La recherche de Maunsell E. et al. (1999) a permis de déceler d autres types de comportements discriminatoires dont sont victimes des travailleuses ayant eu un cancer du sein. En se basant sur une méthode d analyse qualitative, les chercheurs sont parvenus à classer par thèmes les éléments issus du discours des 13 participantes. Les résultats de cette étude mettent en avant quatre formes potentielles de discrimination au travail : le licenciement, la dégradation du statut du travailleur, les changements non désirés dans les tâches assignées et les conflits avec l employeur et les collègues. Les effets sur l emploi Les travaux réalisés par Bouknight R. et al. (2006) se sont focalisés sur le comportement des employeurs, ils ont démontré le rôle positif de ceux-ci lorsqu ils adoptent une attitude accommodante au moment où leur employée retourne travailler à l issue de son traitement. Douze mois après le diagnostic, il s avère en effet que 80% des 416 femmes interrogées, âgées de 30 à 64 ans, ont repris leur travail et que parallèlement, 87% de celles qui retravaillent disent avoir eu un employeur conciliant par rapport à la maladie et aux traitements. Remarquons toutefois les écarts entre les femmes issues de différentes catégories socioprofessionnelles : la vraisemblance de retourner travailler est presque deux Editeur responsable : Dominique Plasman 16

17 fois plus élevée pour les femmes détenant un diplôme d études supérieures ou universitaire que pour celles qui ne disposent d aucun diplôme 11. Ceci traduit le fait que les femmes plus qualifiées vivent dans un environnement professionnel souvent mieux adapté et plus flexible et aussi que leur travail est plus compatible avec les séquelles de la maladie. Remarque Ce constat nous a amené à nous poser la question suivante : lorsqu une femme est victime de discrimination au travail suite à un problème de santé, quels sont les recours légaux dont elle peut disposer? En Belgique, le droit du travail ne prévoit qu une protection limitée dans le temps pour les travailleurs malades. L employeur a le droit, en effet, de mettre un terme à un contrat après six mois de maladie, pour «cas de force majeure 12». Endéans les six mois à compter de l arrêt de travail, l employeur peut aussi licencier la personne mais sa décision risque de faire l objet d un recours de la part du travailleur, pour licenciement abusif. Le travailleur peut, en outre, demander une indemnité supplémentaire à l indemnité de rupture ordinaire. S il est employé, ce sera à lui de prouver l attitude discriminatoire de son employeur et de convaincre le tribunal du dommage subi ; s il est ouvrier, c est à l employeur de prouver qu il n a pas discriminé. En dehors de cette protection ordinaire, une loi anti-discrimination a vu le jour en Celleci prévoit une protection spécifique vis-à-vis de l employeur, en cas de plainte pour discrimination liée à l état de santé, à l orientation sexuelle, aux origines nationales ou ethniques, aux convictions religieuses, au sexe, etc. 13 Durant 12 mois à dater de la plainte, l employeur n a pas le droit de licencier une personne en évoquant de tels motifs. Cette loi prévoit en outre des sanctions pénales (peine d un an d emprisonnement) et civiles (nullité des clauses d un contrat contraire à la loi anti-discrimination ou action en cessation) mais dans ce cas, c est à l Inspection des lois sociales qu il revient de mener l enquête sur la plainte. Récemment, une nouvelle loi anti-discrimination a été publiée 14, à l initiative du ministre de l Egalité des chances Christian Dupont (Ps). Désormais, ce n est plus à la victime d apporter la preuve de cette discrimination mais à l auteur présumé de prouver qu il n a pas discriminé. Des sanctions plus effectives (via un système d indemnités) ainsi qu une liste plus objective des motifs de discrimination ont été fixées. 11 Ratio de vraisemblance pour les femmes ayant un diplôme d études supérieures ou universitaire égale 1,8 ( modalité de référence : pas de diplôme). 12 dans le cas où la travailleuse n est pas encore apte à reprendre ses fonctions ou en cas de reprise si l employeur n a pas la possibilité d offrir à la travailleuse un poste compatible Moniteur belge du 30 mai 2007 Editeur responsable : Dominique Plasman 17

18 Bien que cette loi constitue une avancée importante, sa récente apparition rend encore difficile son application (la jurisprudence est encore peu développée). Des protocoles de collaboration ont, cependant, été établis entre les syndicats et le Centre pour l égalité des chances pour lutter conjointement contre les discriminations et y associer leurs compétences et attributions. Editeur responsable : Dominique Plasman 18

19 2.3. La couverture sociale Les facteurs ciblés dans cette partie sont liés au régime de Sécurité Sociale en vigueur dans un pays. Ils concernent, en particulier, les dispositions en matière d assurance maladie et de revenus de remplacement en cas d incapacité de travail. Comme nous l avons constaté, les femmes soignées pour un cancer du sein sont sujettes à toute une série d effets secondaires, entraînant une période de convalescence plus ou moins longue, évaluée entre trois mois et un an au cours de l année suivant le diagnostic. Les patientes actives professionnellement sont souvent obligées d interrompre leur activité. Cette interruption peut engendrer des difficultés d ordre financier lorsque la personne fait face à une diminution voire à une suppression de ses revenus, associée à des frais médicaux élevés. Si la travailleuse dispose d une assurance maladie-invalidité, d une part, elle aura droit à un remboursement des frais médicaux 15 et hospitaliers et d autre part, elle bénéficiera d un revenu de remplacement durant la période d incapacité de travail. Dans cette partie, nous remarquerons que le comportement face à l emploi, après un grave problème de santé, dépend incontestablement du niveau et du type d accès à une assurance maladie-invalidité (Burkhauser et Daly (1998), R. Riphahn (1998), J. Currie et B.C. Madrian (1999), Bednarek et al. (2002), Bednarek et al. (2004 ), Brisson et al. (2005)) Lors de l évaluation et de la comparaison des résultats des différentes analyses empiriques sur le sujet, il est pertinent de prendre en compte le contexte institutionnel propre à un pays étant donné les divergences importantes entre les régimes de Sécurité Sociale en vigueur aux Etats-Unis, au Québec et en Europe. a) L accès à une assurance soins de santé Aux Etats-Unis, la couverture du risque maladie repose en grande partie sur l assurance privée, l accès à une assurance-maladie étant encore le plus souvent lié à la participation au marché du travail. Le tableau ci-dessous illustre le fait que deux tiers des Américains de moins de 65 ans sont ainsi assurés par le biais de leur employeur (Chambaretaud et al, 2001). Cette dépendance risque fortement d influencer la reprise du travail (Currie et al., 1999). 15 En Belgique, les médicaments prescrits en Oncologie sont remboursés à 100%. Editeur responsable : Dominique Plasman 19

20 L assurance médicale aux Etats-Unis en 1991 Genre de protection Nombre de personnes (millions) Population totale des Etats-unis 253 Medicare (régime public d assurance-maladie à l intention des personnes de 65 ans et plus et de certains travailleurs gravement handicapés) 35 Medicaid (régime public d assurance maladie pour les familles les plus pauvres 27 Aucune assurance 35 Régime privé d assurance médicale 156 Source: William Lowther, «Medicare to the Rescue», Maclean s, vol. 105, 13janvier1992, p Selon Bednarek et al.(2004), les traitements associés à un cancer du sein impliquant de lourdes dépenses en soins de santé, les travailleuses américaines seraient incitées à rester actives sur le marché du travail afin de ne pas perdre leur emploi, et par conséquent leur couverture d assurance maladie offerte par l employeur. Afin de vérifier leur hypothèse, ils ont réalisé une comparaison du taux d emploi entre les travailleuses assurées via leur employeur et celles disposant d une couverture via l assurance maladie de leur conjoint. Au total, 444 femmes âgées de 30 à 64 ans, issues du «Metropolitan Detroit Cancer Surveillance Systeme», ont composé l échantillon. Malgré le besoin de convalescence, les travailleuses américaines assurées via leur employeur ont tendance à poursuivre leur activité professionnelle durant les traitements. En effet, six mois après le diagnostic, l impact de la maladie n est pas significatif sur la probabilité de retravailler, c est-à-dire, que ces travailleuses n ont pas un comportement significativement différent d un groupe témoin constitué de femmes n ayant jamais eu de cancer du sein. A Editeur responsable : Dominique Plasman 20

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT?

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT? Réf. :DEV/O/FC/015/06-06/OC 1/9 Pendant longtemps, le statut de gérant majoritaire de SARL a été le plus défavorable des statuts de dirigeant, tant au niveau fiscal que social. A contrario, le statut de

Plus en détail

L assurance indemnités Travailleurs salariés et indépendants

L assurance indemnités Travailleurs salariés et indépendants L assurance indemnités Travailleurs salariés et indépendants 1 Introduction: l assurance maladie-invalidité L assurance maladie-invalidité (AMI) forme une des branches du système belge de la sécurité sociale;

Plus en détail

Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est

Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est penchée ce que nous pourrions faire pour aider nos clients

Plus en détail

Les actifs et la retraite. 17 septembre 2010

Les actifs et la retraite. 17 septembre 2010 Les actifs et la retraite 17 septembre 2010 Sommaire 1 - La méthodologie 3 2 - Les résultats de l'étude 5 A - Le niveau de préoccupation à l égard de la retraite 6 B - L évaluation des ressources et des

Plus en détail

Généralisation des mutuelles santé

Généralisation des mutuelles santé Date de mise à jour : juin 2013 Généralisation des mutuelles santé La loi instaure une couverture complémentaire santé minimale obligatoire pour tous les salariés du secteur privé d ici au 1 janvier 2016.

Plus en détail

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012 Suisse Suisse : le système de retraite en 212 Le système de retraite suisse comporte trois composantes.le régime public est lié à la rémunération, mais selon une formule progressive.il existe également

Plus en détail

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES VOTRE SANTÉ NOUS TIENT À COEUR La Commission scolaire de la Capitale tient à assurer, à l ensemble de son personnel, un environnement de travail qui respecte la santé,

Plus en détail

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes L égalité professionnelle entre hommes et femmes est un enjeu historique. En effet, il fait l objet de toutes les attentions

Plus en détail

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Actualisation avril 2011 Afin d aider les femmes et leur chirurgiens dans cette discussion, l Afssaps met à disposition un guide d aide

Plus en détail

Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et des hommes âgés de 20 à 64 ans

Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et des hommes âgés de 20 à 64 ans 94 Partie II Objectifs / Résultats Objectif 3 : Concilier vie familiale et vie professionnelle Indicateur n 3-5 : Indicateur sur l emploi des femmes Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et

Plus en détail

Solutions de protection du vivant. Oasis MC. Un aperçu des demandes de règlement d assurance contre les maladies graves

Solutions de protection du vivant. Oasis MC. Un aperçu des demandes de règlement d assurance contre les maladies graves Solutions de protection du vivant Oasis MC Un aperçu des demandes de règlement d assurance contre les maladies graves Les gens vivent plus longtemps. Si vous êtes un jour atteint d une maladie grave, il

Plus en détail

3 ème édition de l enquête Santé & Prévoyance

3 ème édition de l enquête Santé & Prévoyance 3 ème édition de l enquête Santé & Prévoyance Paris, le 30 octobre 2013 Introduction Contexte de l étude : Le cabinet Towers Watson publie la troisième édition de son étude Santé & Prévoyance, réalisée

Plus en détail

La Régie des rentes du Québec

La Régie des rentes du Québec La Régie des rentes du Québec La Régie des rentes du Québec est chargée d appliquer la Loi sur le régime de rentes du Québec et la Loi sur les régimes complémentaires de retraite. De plus, elle administre

Plus en détail

S adapte à votre besoin de protection.

S adapte à votre besoin de protection. S adapte à votre besoin de protection. ALLEGRA prend le relais là où vos assurances accidents de base (caisse maladie ou assurances professionnelles) s arrêtent, afin de vous offrir une protection complète

Plus en détail

Quelques résultats d une enquête de la FTU pour la FEC

Quelques résultats d une enquête de la FTU pour la FEC NOTES NOTES ÉDUCATION PERMANENTE N N 18 2007-16 OCTOBRE - AOÛT 2005 2007 ASSOCIATION POUR POUR UNE UNE FONDATION TRAVAIL-UNIVERSITÉ CHAUSSÉE DE HAECHT, 579 B-1031 BRUXELLES RUE DE L ARSENAL, 5 B-5000 NAMUR

Plus en détail

Module 1. Formation à la structure Mutuelle et aux outils d'accès aux soins de santé

Module 1. Formation à la structure Mutuelle et aux outils d'accès aux soins de santé Module 1 Formation à la structure Mutuelle et aux outils d'accès aux soins de santé Partie 3 - Assurance Maladie Invalidité les indemnités. Plan A- INCAPACITÉ PRIMAIRE(1)(2) B- INVALIDITÉ (1)(2) (3)Principes

Plus en détail

Belgique : Gros plan sur les maladies professionnelles et les accidents du travail

Belgique : Gros plan sur les maladies professionnelles et les accidents du travail Belgique : Gros plan sur les maladies professionnelles et les accidents du travail L assurance belge contre les maladies professionnelles et les accidents du travail occupe une place particulière dans

Plus en détail

Guide d application de la convention collective du personnel de soutien des collèges

Guide d application de la convention collective du personnel de soutien des collèges Guide d application de la convention collective du personnel de soutien des collèges Les indemnités de la CSST ou de l Employeur Clause 7-14.33 Comparaison des droits d accident du travail vs régime d

Plus en détail

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE?

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? LE RÔLE DES CONTRATS COLLECTIFS D ENTREPRISE La dépendance se caractérise par des restrictions dans la réalisation des activités de la vie quotidienne et sociale.

Plus en détail

Recensement de la population

Recensement de la population Recensement de la population Ménages et familles 1. Définition des concepts Un ménage Un ménage regroupe l ensemble des occupants d une résidence principale, qu ils aient ou non des liens de parenté. Un

Plus en détail

REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS

REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Guide juridique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Cette fiche vous présente le régime juridique des exonérations de cotisations de sécurité sociale

Plus en détail

La réforme des pensions expliquée

La réforme des pensions expliquée La réforme des pensions expliquée TABLE DES MATIÈRES 1. LA PENSION ANTICIPÉE... 2 1.1. SITUATION AVANT LA RÉFORME... 2 1.2. SITUATION À PARTIR DU 1 ER JANVIER 2013... 2 1.3. LES MESURES DE TRANSITION...

Plus en détail

Préoccupations en matière de retour au travail chez les personnes confrontées à un cancer et les personnes qui leur prodiguent des soins

Préoccupations en matière de retour au travail chez les personnes confrontées à un cancer et les personnes qui leur prodiguent des soins Préoccupations en matière de retour au travail chez les personnes confrontées à un cancer et les personnes qui leur prodiguent des soins Sommaire de gestion À la demande du Groupe de travail national sur

Plus en détail

Le Belge veut arrêter de travailler à 62 ans

Le Belge veut arrêter de travailler à 62 ans DIRECTION GÉNÉRALE STATISTIQUE ET INFORMATION ÉCONOMIQUE COMMUNIQUE DE PRESSE 4 février 2008 Le Belge veut arrêter de travailler à 62 ans Résultats d une enquête unique sur le passage de la vie active

Plus en détail

Evolution du nombre de bénéficiaires de l assurance-chômage âgés de 50 ans et plus

Evolution du nombre de bénéficiaires de l assurance-chômage âgés de 50 ans et plus Evolution du nombre de bénéficiaires de l assurance-chômage âgés de 50 ans et plus Direction Statistiques et Publications Sommaire Introduction p. 4 1. Les bénéficiaires de l'assurance-chômage âgés de

Plus en détail

Résumé de la réforme des pensions février 2012

Résumé de la réforme des pensions février 2012 NOTE AU BUREAU DU PARTI 27 février 2012 Résumé de la réforme des pensions février 2012 Ce résumé ne concerne que les pensions du secteur privé. Un autre document suivra lorsque la réforme des pensions

Plus en détail

Mieux comprendre l assurance avec Generali

Mieux comprendre l assurance avec Generali Mieux comprendre l assurance avec Generali Prévoyance : mieux comprendre ce qu il se passe en cas d invalidité Dans une précédente parution, nous avons abordé le thème de la prévoyance individuelle en

Plus en détail

Regula Palladino Pharma Care Ausserfeldweg 1 4528 Zuchwil - Soleure Téléphone 032 686 28 12 Fax 032 686 28 10 rpalladino@mediservice.

Regula Palladino Pharma Care Ausserfeldweg 1 4528 Zuchwil - Soleure Téléphone 032 686 28 12 Fax 032 686 28 10 rpalladino@mediservice. 1 Regula Palladino Pharma Care Ausserfeldweg 1 4528 Zuchwil - Soleure Téléphone 032 686 28 12 Fax 032 686 28 10 rpalladino@mediservice.ch www.mediservice.ch Assurances sociales Ce que j ai toujours voulu

Plus en détail

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Focus Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Introduction Le travailleur qui devient chômeur et qui est admissible sur base de prestations de travail se voit, en application du principe

Plus en détail

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Dans son point d information du 28 septembre 2010, l Afssaps a recommandé que les femmes porteuses d implants mammaires PIP concernés par

Plus en détail

Droit du travail et choix du moment du départ à la retraite

Droit du travail et choix du moment du départ à la retraite CONSEIL D'ORIENTATION DES RETRAITES Réunion plénière «Age et travail» - 11 juin 2002 Fiche n 6 Droit du travail et choix du moment du départ à la retraite Cette note présente les conditions actuelles du

Plus en détail

Chapitre 4. Impacts sur les personnes admissibles de l assuranceemploi

Chapitre 4. Impacts sur les personnes admissibles de l assuranceemploi Chapitre 4 Impacts sur les personnes admissibles de l assuranceemploi 4.1 Ensemble des participants Parmi les 3 347 personnes interrogées dans le cadre de cette étude, 616 (18 %) étaient des personnes

Plus en détail

Les retraites dans le secteur privé,

Les retraites dans le secteur privé, 14-19 ACTUALITES 2/12/10 16:58 Page 14 Les retraites dans ING le secteur privé, ce qui va vraiment changer Le Conseil d orientation des retraites a prédit un déficit abyssal de l ensemble des régimes de

Plus en détail

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives?

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? La pratique sportive est génératrice de risque et d accident matériel ou corporel. C est pourquoi il existe de nombreuses

Plus en détail

Pourquoi moi? Pleins feux sur les croyances entourant le cancer. Équipe d oncologie psychosociale et spirituelle du CHUQ

Pourquoi moi? Pleins feux sur les croyances entourant le cancer. Équipe d oncologie psychosociale et spirituelle du CHUQ Pourquoi moi? Équipe d oncologie psychosociale et spirituelle du CHUQ Pleins feux sur les croyances entourant le cancer Équipe d oncologie psychosociale et spirituelle du CHUQ 2 1 Vous venez d apprendre

Plus en détail

Des salariés peu informés et plutôt sceptiques quant aux bénéfices du futur dispositif de couverture santé

Des salariés peu informés et plutôt sceptiques quant aux bénéfices du futur dispositif de couverture santé Communiqué de Presse E Information sous embargo jusqu au 4/09 à 9h A trois mois de la généralisation de la complémentaire santé collective Des salariés peu informés et plutôt sceptiques quant aux bénéfices

Plus en détail

Indicateur n 9 : Nombre de consultations de professionnels de santé pat habitant

Indicateur n 9 : Nombre de consultations de professionnels de santé pat habitant 38 Indicateur n 9 : Nombre de consultations de professionnels de santé pat habitant Sous-indicateur n 9-1 : nombre de consultations de médecins par habitant (omnipraticiens et spécialistes, y compris consultations

Plus en détail

Une transformation s impose : changeons d attitude

Une transformation s impose : changeons d attitude Une transformation s impose : changeons d attitude Colloque sur le marché des hôpitaux et du réseau de la santé au Québec 27 mai 2009 Aujourd hui, au Canada Le Canada dépense plus pour les soins de santé

Plus en détail

FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007

FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007 FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007 Rapport statistique des accidents du travail de 2006 1 Introduction La déclaration d accident du travail constitue le socle de la collecte des données relatives

Plus en détail

Protection du revenu. Assurance invalidité. Série Pilier

Protection du revenu. Assurance invalidité. Série Pilier Protection du revenu Assurance invalidité Série Pilier Les conséquences d une invalidité peuvent être dévastatrices. Votre capacité à gagner un revenu est la base de votre avenir financier et votre actif

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Mémoire de l'alliance canadienne des associations étudiantes Résumé Depuis 2008, le gouvernement du Canada

Plus en détail

LE STATUT SOCIAL DES TRAVAILLEURS NON SALARIES

LE STATUT SOCIAL DES TRAVAILLEURS NON SALARIES LE STATUT SOCIAL DES TRAVAILLEURS NON SALARIES THEMES ABORDES : Les statuts possibles selon la forme juridique de la société : Assimilé salarié ou TNS Comparaison des deux statuts Les régimes facultatifs

Plus en détail

Les consommateurs de somnifères

Les consommateurs de somnifères ARgSES Arguments socio-économiques pour la santé Andrée MIZRAHI 1 et Arié MIZRAHI 1 Les consommateurs de somnifères Les somnifères ou hypnotiques, médicaments psychotropes destinés à lutter contre les

Plus en détail

Royaume-Uni. Conditions d ouverture des droits. Indicateurs essentiels. Royaume-Uni : le système de retraite en 2012

Royaume-Uni. Conditions d ouverture des droits. Indicateurs essentiels. Royaume-Uni : le système de retraite en 2012 Royaume-Uni Royaume-Uni : le système de retraite en 212 Le régime public comporte deux piliers (une pension de base forfaitaire et une retraite complémentaire liée à la rémunération), que complète un vaste

Plus en détail

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences ARTICLE La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences Carole Dion Professeure Département des sciences des sciences de l'éducation

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 25 septembre 2012 Français Original: anglais ECE/AC.30/2012/3 Commission économique pour l Europe Groupe de travail sur le vieillissement Conférence

Plus en détail

L allocataire dans un couple : l homme ou la femme?

L allocataire dans un couple : l homme ou la femme? L allocataire dans un couple : l homme ou la femme? par Alain Jacquot CNAF-Bureau des Prévisions Les CAF versent une trentaine de prestations (prestations familiales stricto sensu, aides au logement, et

Plus en détail

La Mutualité Socialiste du Luxembourg a 100 ans *****

La Mutualité Socialiste du Luxembourg a 100 ans ***** La Mutualité Socialiste du Luxembourg a ***** Quelles missions? (1) Depuis toujours, l homme cherche à se protéger de ce qui menace son existence, en particulier la maladie. Au fil des années, la Mutualité

Plus en détail

France. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. France : le système de retraite en 2012

France. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. France : le système de retraite en 2012 France France : le système de retraite en 212 Dans le secteur privé, le système de retraite repose sur deux piliers obligatoires : un régime général lié à la rémunération et des dispositifs professionnels

Plus en détail

Les attributions des délégués du personnel

Les attributions des délégués du personnel Les attributions des délégués du personnel Le délégué du personnel a pour rôle de faciliter les relations entre l employeur et l ensemble du personnel. Sa mission principale est de présenter à l employeur

Plus en détail

Du concept de métier lourd à celui de métier pénible

Du concept de métier lourd à celui de métier pénible Le 6 février 2007. Du concept de métier lourd à celui de métier pénible - Réflexion sur l évolution - Sandra Invernizzi Métier lourd et métier pénible La notion de métier lourd reconnaît qu un métier comporte

Plus en détail

Université des maires Charente-Maritime Le Maire Employeur

Université des maires Charente-Maritime Le Maire Employeur Université des maires Charente-Maritime Le Maire Employeur titre CNP Assurances Cliquez pour modifier les styles du texte du Premier assureur en prévoyance, CNP Assurances conçoit et gère des contrats

Plus en détail

Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance

Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance CONEPT/RDC Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance Rapport de l Enquête réalisée à Kinshasa Résumé des résultats et recommandations Avec l Appui de Juillet

Plus en détail

PLAN DE PRÉVOYANCE C

PLAN DE PRÉVOYANCE C PLAN DE PRÉVOYANCE C RÈGLEMENT, 1 re partie Valable à partir du 1 er janvier 2010 Mis en vigueur par le Conseil de fondation le 9 novembre 2009 Le présent plan de prévoyance s applique à toutes les personnes

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION REGIME DE PREVOYANCE OBLIGATOIRE PERSONNEL CONCERNE Bénéficie des garanties, l ensemble du personnel ne relevant

Plus en détail

Belgique. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Belgique : le système de retraite en 2012

Belgique. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Belgique : le système de retraite en 2012 Belgique Belgique : le système de retraite en 212 Le régime de retraite comporte deux volets : un régime public lié à la rémunération prévoyant une retraite minimum d une part et un filet de protection

Plus en détail

THEMES ABORDES : Les statuts possibles selon la forme juridique de la société

THEMES ABORDES : Les statuts possibles selon la forme juridique de la société THEMES ABORDES : Les statuts possibles selon la forme juridique de la société : Assimilé salarié ou TNS Comparaison des deux statuts Les régimes facultatifs des TNS Le statut du conjoint du TNS Les statuts

Plus en détail

Colloque du CIQSS et de l ISQ sur le vieillissement 80 e Congrès de l ACFAS, Montréal, 7 mai 2012

Colloque du CIQSS et de l ISQ sur le vieillissement 80 e Congrès de l ACFAS, Montréal, 7 mai 2012 Les différences entre les sexes dans la prise de décision en matière d épargne et d investissement : résultats tirés de l ECCF de 2 0 0 9 Carole Vincent Colloque du CIQSS et de l ISQ sur le vieillissement

Plus en détail

ffévrier 2011 Cumul emploi - retraite et régimes supplémentaires évrier 2011

ffévrier 2011 Cumul emploi - retraite et régimes supplémentaires évrier 2011 f évrier 2011 Cumul emploi - retraite et régimes supplémentaires Question 1: Tout d abord, pouvez-vous nous rappeler la situation du salarié au regard de son employeur? La libéralisation du cumul emploi

Plus en détail

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT 15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT Les aides au logement (allocation de logement familiale (ALF), allocation de logement sociale (ALS) et aide personnalisée au logement (APL)) permettent de

Plus en détail

FOCUS «Les aînés et le CPAS»

FOCUS «Les aînés et le CPAS» FOCUS «Les aînés et le CPAS» Numéro 11 Mai 2015 1. Introduction En Belgique, 15,1% de la population vit sous le seuil de pauvreté. Ce pourcentage est encore plus important parmi les aînés : 18,4% des personnes

Plus en détail

Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant

Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant Page1 Volume 4, numéro 1 Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant Extraits de «Endettement étudiant : État des lieux, déterminants et impacts», Fédération étudiante universitaire

Plus en détail

Endettement des jeunes adultes

Endettement des jeunes adultes Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS 20 Situation économique et sociale de la population Neuchâtel, Août 2012 Endettement des jeunes adultes Analyses complémentaires

Plus en détail

Faits saillants du Sondage sur l importance de l épargne-retraite individuelle et collective pour les travailleurs québécois

Faits saillants du Sondage sur l importance de l épargne-retraite individuelle et collective pour les travailleurs québécois 2009 Faits saillants du Sondage sur l importance de l épargne-retraite individuelle et collective pour les travailleurs québécois Service des statistiques et des sondages Rédaction Mise en page Francis

Plus en détail

> Guide 28 juillet 2008

> Guide 28 juillet 2008 > Guide 28 juillet 2008 Le travailleur frontalier Dans notre région frontalière, environ 5600 personnes résidant en Belgique traversent chaque jour la frontière pour venir travailler en France. Se pose

Plus en détail

1. Code de la sécurité sociale

1. Code de la sécurité sociale Points-clés de la loi du 17 décembre 2010 portant réforme du système de soins de santé et modifiant : 1. le Code de la sécurité sociale ; 2. la loi modifiée du 28 août 1998 sur les établissements hospitaliers.

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

Date de la dernière année disponible au moment du traitement des données 44

Date de la dernière année disponible au moment du traitement des données 44 ORST Charentes - Baromètre régional Santé au travail 14. Synthèse Cette analyse, à visée descriptive, met en évidence la diversité dans le recueil comme dans l exploitation des données des accidents du

Plus en détail

Enquête 2014 de Manuvie / Ipsos Reid sur la prospérité et la santé

Enquête 2014 de Manuvie / Ipsos Reid sur la prospérité et la santé Enquête 2014 de Manuvie / Ipsos Reid sur la prospérité et la santé Introduction Des employés engagés et productifs ont à cœur la réussite de leur employeur. Par leur attitude et leur confiance en eux,

Plus en détail

FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES

FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES De quoi s agit-il? L examen d un CV, un entretien téléphonique ou en face à face, constituent autant d étapes qui peuvent donner

Plus en détail

Conditions Complémentaires d Assurance indemnités journalières (B/BI/C/CI) selon la Loi sur l assurance-maladie (CCA/LAMal)

Conditions Complémentaires d Assurance indemnités journalières (B/BI/C/CI) selon la Loi sur l assurance-maladie (CCA/LAMal) Conditions Complémentaires d Assurance indemnités journalières (B/BI/C/CI) selon la Loi sur l assurance-maladie (CCA/LAMal) Édition du 1.7.2005 www.egk.ch Conditions Complémentaires d Assurance indemnités

Plus en détail

Note informative sur les vacances supplémentaires, les vacances jeunes et les vacances seniors

Note informative sur les vacances supplémentaires, les vacances jeunes et les vacances seniors Département des Ressources humaines Avenue FD Roosevelt 50 ~ CP 115 ~ 1050 BRUXELLES E-mail drh@ulb.ac.be Note informative sur les vacances supplémentaires, les vacances jeunes et les vacances seniors

Plus en détail

25 La protection sociale

25 La protection sociale 25 La protection sociale F. Durand Sipa. CHOIX DU MÉDECIN TRAITANT : 40 % DES ASSURÉS SOCIAUX ONT RENVOYÉ LEUR FORMULAIRE EN SIX MOIS Hier, à trois jours du coup d envoi du dispositif du médecin traitant,

Plus en détail

BELGIQUE. 1. Principes généraux.

BELGIQUE. 1. Principes généraux. BELGIQUE Les dépenses de protection sociale en Belgique représentent 27,5%PIB. Le système belge est de logique bismarckienne. La principale réforme récente concerne le risque maladie. 1. Principes généraux.

Plus en détail

Maladie (arrêt) Quelle est la conséquence de la maladie ou de l accident sur le contrat de travail?

Maladie (arrêt) Quelle est la conséquence de la maladie ou de l accident sur le contrat de travail? Quelle est la conséquence de la maladie ou de l accident sur le contrat de travail? L arrêt maladie est un arrêt de travail prescrit par un médecin en raison de la maladie ou de l accident du salarié,

Plus en détail

Incapacité de travail par suite de maladie ou d accident.

Incapacité de travail par suite de maladie ou d accident. Incapacité de travail par suite de maladie ou d accident. Ni le statut social «de base» légal des travailleurs employés, ni celui des indépendants ne prévoient une bonne protection du revenu lorsqu une

Plus en détail

Le droit au crédit-temps

Le droit au crédit-temps Le droit au crédit-temps Le 28 décembre 2011 a été publié au Moniteur belge l Arrêté royal qui a modifié le régime du crédit-temps, et plus particulièrement les conditions d octroi des allocations d interruption

Plus en détail

La santé, un avantage sur la concurrence

La santé, un avantage sur la concurrence Gestion de dans l entreprise La santé, un avantage sur la concurrence La motivation et de vos collaborateurs ne vont pas de soi et ne devraient pas être laissées au hasard. Investissez dès à présent dans

Plus en détail

CHÔMAGE ET STRATÉGIES DES FAMILLES : LES EFFETS MITIGÉS DU PASSAGE DE L ASSURANCE-CHÔMAGE À L ASSURANCE-EMPLOI

CHÔMAGE ET STRATÉGIES DES FAMILLES : LES EFFETS MITIGÉS DU PASSAGE DE L ASSURANCE-CHÔMAGE À L ASSURANCE-EMPLOI CHÔMAGE ET STRATÉGIES DES FAMILLES : LES EFFETS MITIGÉS DU PASSAGE DE L ASSURANCE-CHÔMAGE À L ASSURANCE-EMPLOI Édith Martel Université de Montréal Benoît Laplante Institut National de la Recherche Scientifique

Plus en détail

Notice complémentaire 2013/2014

Notice complémentaire 2013/2014 Notice complémentaire 2013/2014 au Guide pratique 2012 de la Ligue suisse contre le cancer la Ligue pulmonaire suisse l Association Suisse du Diabète la Ligue suisse contre le rhumatisme Modifications

Plus en détail

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile Association internationale de la sécurité sociale Quinzième Conférence internationale des actuaires et statisticiens de la sécurité sociale Helsinki, Finlande, 23-25 mai 2007 Optimisation du financement

Plus en détail

VIVIANE DERASPE. Psychologie sociale et environnementale. 350-004-88, gr. 01 LE DIVORCE AU QUÉBEC. Évolution, effets et solutions. Travail présenté à

VIVIANE DERASPE. Psychologie sociale et environnementale. 350-004-88, gr. 01 LE DIVORCE AU QUÉBEC. Évolution, effets et solutions. Travail présenté à VIVIANE DERASPE Psychologie sociale et environnementale 350-004-88, gr. 01 LE DIVORCE AU QUÉBEC Évolution, effets et solutions Travail présenté à M me Josée BEAUCHAMP Département de sciences sociales Collège

Plus en détail

Formation professionnelle supérieure Enquête 2014 auprès des diplômés sortant de formation commerciale et d économie d entreprise

Formation professionnelle supérieure Enquête 2014 auprès des diplômés sortant de formation commerciale et d économie d entreprise Formation professionnelle supérieure Enquête 2014 auprès des diplômés sortant de formation commerciale et d économie d entreprise Connaissances, objectifs et exigences Lieu, Date Zurich, 19 Août 2014 Projet

Plus en détail

PLAN SALARIÉS - Entreprise. particuliers PROFESSIONNELS entreprises. Des garanties de prévoyance complètes pour vos salariés

PLAN SALARIÉS - Entreprise. particuliers PROFESSIONNELS entreprises. Des garanties de prévoyance complètes pour vos salariés particuliers PROFESSIONNELS entreprises Des garanties de prévoyance complètes pour vos salariés Vous êtes dirigeant d entreprise. Vous choisissez dans le cadre de votre politique sociale de souscrire un

Plus en détail

Un aperçu de certains congés sociaux offerts aux salariés conventionnés du Québec

Un aperçu de certains congés sociaux offerts aux salariés conventionnés du Québec Un aperçu de certains congés sociaux offerts aux salariés conventionnés du Québec par Patrick Bourassa * Ministère du Travail 4 avril 2006 * Patrick Bourassa était affecté, lors de la période de rédaction,

Plus en détail

Les prestations sociales LA COUVERTURE MALADIE

Les prestations sociales LA COUVERTURE MALADIE Fonds européen pour les réfugiés Les prestations sociales LA COUVERTURE MALADIE La Convention de Genève reconnaît aux réfugiés les mêmes droits qu'aux nationaux en matière d'assistance publique et de sécurité

Plus en détail

Les défis du deuxième pilier pour les salariés

Les défis du deuxième pilier pour les salariés Jean-Michel Kupper Administrateur Directeur AG Employee Benefits & HC Les défis du deuxième pilier pour les salariés 1 29/04/2015 Ordre du jour Les défis de la pension légale Les défis du deuxième pilier

Plus en détail

Secteur Conditions de travail, Handicap et Santé au travail. Confédération Française de l'encadrement-cgc. I. Qu est-ce que l inaptitude?

Secteur Conditions de travail, Handicap et Santé au travail. Confédération Française de l'encadrement-cgc. I. Qu est-ce que l inaptitude? Secteur Conditions de travail, Handicap et Santé au travail Fiches pratiques www.cfecgc.org Confédération Française de l'encadrement-cgc L inaptitude Vous êtes salarié et êtes confronté à cette situation

Plus en détail

Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec

Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec Section Revenu à la retraite et fiscalité Avril 2004 Note : Le présent document est tiré du Portrait de l établissement et du retrait

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

Incapacité de travail et reclassement du salarié Quelle protection contre le licenciement? Catherine Delsaux Schoy

Incapacité de travail et reclassement du salarié Quelle protection contre le licenciement? Catherine Delsaux Schoy Incapacité de travail et reclassement du salarié Quelle protection contre le licenciement? 1 Titre 1 : Incapacité de travail Introduction La présence du salarié à son lieu de travail = obligation de résultat

Plus en détail

Le 13 juin 2012. Madame la Ministre,

Le 13 juin 2012. Madame la Ministre, Martine Coulombe Ministre de l Éducation postsecondaire, de la Formation et du Travail Complexe Chestnut C.P. 6000 Fredericton (Nouveau-Brunswick) E3B 3P7 Le 13 juin 2012 Madame la Ministre, Au nom de

Plus en détail

Assurance-accidents et chômage de A à Z

Assurance-accidents et chômage de A à Z Assurance-accidents et chômage de A à Z Les personnes sans emploi ayant droit à l indemnité de chômage bénéficient de la couverture accidents de la Suva. La Suva porte une attention toute particulière

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

Bulletin d information no 2

Bulletin d information no 2 Société de compensation en assurance médicaments du Québec Bulletin d information no 2 Le 13 décembre 2004 À l attention des assureurs et des administrateurs de régimes d avantages sociaux Le système de

Plus en détail

N 35. Isabelle GIRARD-LE GALLO LA CONSOMMATION MÉDICALE DES BÉNÉFICIAIRES DE LA CMU EN 2000

N 35. Isabelle GIRARD-LE GALLO LA CONSOMMATION MÉDICALE DES BÉNÉFICIAIRES DE LA CMU EN 2000 D I R E C T I O N D E S S T A T I S T I Q U E S E T D E S É T U D E S N 35 Isabelle GIRARD-LE GALLO LA CONSOMMATION MÉDICALE DES BÉNÉFICIAIRES DE LA CMU EN 2000 En 2000, un patient bénéficiaire de la CMU

Plus en détail

ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES CHIFFRES-CLÉS Édition 2014 ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES THÈME 3 Inégalités professionnelles ÉCARTS DE SALAIRES Les écarts de salaires entre les femmes et les hommes traduisent pour partie les inégalités

Plus en détail

Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque

Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque Le salaire est une composante essentielle du contrat de travail. Dans les banques, les salaires sont en général négociés individuellement. Le fait de

Plus en détail

Le foyer fiscal (cours)

Le foyer fiscal (cours) Le foyer fiscal (cours) Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 3 I La composition du foyer fiscal... 4 Le contribuable... 4 Les personnes à charge... 5 1 - En ce qui concerne les personnes

Plus en détail

Gwendoline Aubourg Employer quelqu un chez soi

Gwendoline Aubourg Employer quelqu un chez soi Gwendoline Aubourg Employer quelqu un chez soi Groupe Eyrolles, 2004, ISBN 2-7081-3541-4 Chapitre 1 L embauche directe En tant que particulier employant du personnel de maison (une femme de ménage, une

Plus en détail