Edito 2. Un meilleur environnement pour une meilleure santé! 3. Indicateur : le dépistage des troubles nutritionnels 4

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Edito 2. Un meilleur environnement pour une meilleure santé! 3. Indicateur : le dépistage des troubles nutritionnels 4"

Transcription

1 Novembre N 66 Publication de l Etablissement Public de Santé Mentale Lille-Métropole Edito 2 Un meilleur environnement pour une meilleure santé! 3 Indicateur : le dépistage des troubles nutritionnels 4 Bilan d étape du programme «Un Chez Soi d abord» 5 «J aime pas la solitude, mais je tiens à ma liberté» 6-7 Trophée de l innovation handicap pour l ETIC! 8 «L'Alzheimer, une approche inter-disciplinaire» 9 Le travail en horaires décalés 10 Le massage sensitif de bien-être 11 En 2015, l EPSM Lille-Métropole célèbrera ses 400 ans! 12

2 EPSM MAG E d i t o A quelques mois de l anniversaire (400 ans!) de l EPSM Lille Métropole, il est bon de se rappeler la phrase de Tzvetan Todorov : «Le passé est fructueux, non quand il nourrit le ressentiment ou le triomphalisme, mais quand son goût amer nous amène à nous transformer nous-même». 2 Souvent, lorsqu on évoque le passé de l EPSM Lille Métropole, c est l image teintée de ressentiment du «104» 1 qui ressurgit. Ce «passé contemporain» marque encore les esprits de ceux qui l ont vécu : professionnels, malades et familles, populations d Armentières. Ce passé ne serait-il que diabolique, au point de nous entraîner à un triomphalisme méprisant à l égard du travail de nos aînés? Au contraire, nous pouvons trouver et nous inspirer des réussites, des avancées que nos prédécesseurs ont initiées dans des contextes variés afin de nous transformer nous-même. Les professionnels qui ont choisi les deux axes de réflexion 2 qui seront privilégiés lors des manifestations de 2015, font le pari de cette transformation positive. Accompagnonsles! Excellentes fêtes de Noël et Jour de l An Surnom méprisant donné à l EPSM Lille Métropole par usage de son numéro «104» dans la rue du Général Leclerc. 2 - Evolution des pratiques de soins en Psychiatrie et Santé Mentale, - Evolution des propositions architecturales en Psychiatrie et Santé Mentale. Le fonds d art réunit des œuvres sur papier, et produites par des artistes connus et non connus, malades et non malades. Il participe manifestement à la déstigmatisation et à la lutte contre la discrimination de personnes souffrant de troubles psychiques, en mettant à égalité tous les citoyens devant la création artistique. Géré par le pôle 59G21 de l ESPM Lille-Métropole, il a été créé à l initiative de Gérard Duchêne, artiste Lillois. Directeur de publication : J. Halos, Directeur Responsable de publication : S. Weill, Responsable Communication Membres du comité de rédaction : H. Brice, Cadre Socio- Educatif, Service Socio-Educatif - V. Delaval, Infirmière, 59G16 - L. Defromont, Praticien Hospitalier, DIRM - B. Deleplancque, Médecin du Travail - S. Demars, Infirmière, 59G18 - B. De Praeter, Infirmier, 59G18 - V. Dessenne, Chef de bureau, DPEIMP - S. Duborper, Cadre de Santé, 59G17 - M. Dumetz, Adjoint des Cadres, DRUQ - T. Dutertre, Responsable, Centre de Ressources Documentaires - M. Ernould, AMP, Résidence Berthe Morisot - P. Grajda, Cadre de Santé, Résidence Berthe Morisot - L. Jakubiak, Ingénieure Qualité - L. Lebeuf, Animatrice, Résidence Berthe Morisot - S. Kloeckner, Directrice Adjointe, DRUQ - V. Lebouteillier, Technicienne de l Informa tion Médicale, DIRM - I. Mulier, Infirmière, 59G19 - A. Nana, Infirmière, 59G19 - P. Van Langendonck, AMP, Résidence Berthe Morisot - V. Vittu, Attachée d Admi nistration Hospitalière, DRHFC - F. Zobel, Ingénieur, DMT. Secrétariat de rédaction : Service Communication. Mise en page : K. Drode - Photos : M. Gomber - Illustrations : J-F. Devos. Réalisation : Service Communication - Impression : AC Print. Ce numéro a été tiré à 2800 exemplaires - N ISSN E.P.S.M - BP Armentières cedex - Tél L EPSM Mag est imprimé sur papier recyclé - EPSM Mag consultable sur le site internet

3 INFOS QUALITÉ Un meilleur environnement pour une meilleure santé! Conscient que le changement climatique est une réalité scientifique, l EPSM Lille- Métropole fait de la lutte contre l effet de serre un chantier important de sa politique Développement Durable. Depuis juin 2013, l établissement réalise son Bilan Carbone. L effet de serre est un phénomène naturel qui permet de retenir une partie du rayonnement solaire et de maintenir une température terrestre «stable». Lorsque le rayonnement solaire atteint l'atmosphère terrestre, 28,3 % des rayons sont directement réfléchis. Les rayons incidents qui n'ont pas été réfléchis vers l'espace sont absorbés par l'atmosphère (20,7 %) et/ou la surface terrestre (51 %). Les rayons absorbés par la surface du sol apportent à la terre de la chaleur sous forme d'énergie, qu'elle restitue à son tour en direction de l'atmosphère sous forme de rayons infrarouges. Parmi ces infrarouges, une partie est émise vers l espace, l autre est réfléchie vers la terre grâce au gaz à effet de serre présent dans l atmosphère. C est ainsi que l atmosphère réchauffe la surface de la Terre. Les émissions de gaz à effet de serre anthropiques, multipliées par notre développement rapide, ont rompu l équilibre, contribuant alors au réchauffement de la planète et aux changements climatiques. Le Bilan Carbone est un outil de diagnostic des émissions de Gaz à effet de serre (GES) développé par l Ademe 1. Il permet de dresser le profil carbone de l EPSM Lille-Métropole et d identifier les secteurs prioritaires pour réduire les émissions de GES. C est un outil d aide à la décision dans la définition de la stratégie développement durable de l établissement. Ce bilan, conduit par un comité de pilotage pluridisciplinaire (soignants et non soignants), procède par étapes : Quantifier les émissions de GES générées par l établissement sur l ensemble des activités produites Déduire de ce diagnostic des pistes de réduction exhaustives pour réduire ces émissions de GES et produire un plan des actions de réductions retenues à 3 ans Réaliser un focus sur la vulnérabilité économique de l établissement face à la raréfaction des énergies fossiles Mobiliser et sensibiliser l ensemble des professionnels et acteurs de l établissement sur les problématiques associées au Bilan Carbone 3 L EPSM Lille-Métropole participera du 1 er au 05 avril 2014 à la Semaine nationale du Développement Durable Le mécanisme de l effet de serre. Alain Laboureur 1 Agence de l Environnement et de la Maîtrise de l Energie

4 INFOS QUALITÉ 4 Guide Habitat Santé Mentale 2013 Conjointement produit par Lille Métropole et l'agence Régionale de Santé, la 3 e édition du Guide Habitat Santé Mentale Lille Métropole vient d être lancée. Ce guide est le fruit d'un travail partenarial, entre : les EPSM Lille-Métropole et agglomération lilloise, l'association régionale pour l'habitat Nord Pas-de- Calais, l'association intercommunale Santé, Santé Mentale et Citoyenneté, le Réseau Santé Solidarité Lille Métropole, le Centre Collaborateur de l'oms, la Fédération Nationale des Associations d'accueil et de Réinsertion Sociale, le bailleur Villogia, les associations Nord Mentalités, UNAFAM et Croix Marine. L EPSM Lille-Métropole a assuré la mise à jour et la conception graphique de cette édition Téléchargement sur : Réseaux Précarité Santé Mentale A l EPSM Lille- Métropole, le 10/10/13 plus de 200 professionnels ont participé à la journée des Réseaux Précarité Santé Mentale «Clinique de la non réponse - Le nouveau paradoxe de l urgence». SISM 2014 Du 10 au 23 mars 2014 la Semaine Nationale d Information en Santé Mentale aura pour thème «Information et Santé Mentale» Indicateur : le dépistage des troubles nutritionnels Les campagnes de recueil généralisées des Indicateurs Pour l Amélioration de la Qualité et de la Sécurité des Soins (IPAQSS) sont devenues obligatoires pour tous les établissements de santé mentale depuis le 1 er janvier Coordonnées par la Haute Autorité de Santé (HAS), elles permettent d informer le grand public via le site Scope Santé 1. Les deux 1ers recueils ont consisté en une enquête rétrospective portant sur un échantillon aléatoire de 80 séjours «uniques» en santé mentale selon une période spécifique. Ils concernent 3 indicateurs : la tenue du dossier patient (TDP) ; le délai d envoi du courrier de fin d hospitalisation (DEC) ; le dépistage des troubles nutritionnels (DTN). Fin 2012, la HAS a décidé d espacer ce recueil d 1 année afin de permettre aux établissements de santé de mettre en place des actions d amélioration et de pouvoir en constater les effets positifs. Parallèlement, depuis 2003, le DIRM 2 pilote et coordonne les évaluations de dossiers en collaboration avec la DRUQ 3. L année 2013 étant marquée par un recueil non obligatoire, le DIRM a proposé de réaliser un audit portant sur les séjours 2012 (avec les critères de sélection de la HAS). 1 des 3 indicateurs principaux a été exclusivement analysé du fait de sa marge d amélioration : le dépistage des troubles nutritionnels. L évaluation des dossiers de 2012 s est effectuée uniquement à partir des données du dossier patient informatisé Cariatides dans le bloc «paramètres vitaux» du dossier de soins. La même démarche a été réalisée sur les séjours 2013 et les résultats provisoires montrent que les éléments sont généralement bien renseignés dans le dossier patient informatisé mais ne se situent pas au bon endroit. Au vu du nombre grandissant de données dans le DPI, l objectif est également de montrer que la bonne information au bon endroit permet d accroître la qualité de la prise en charge et d améliorer la coordination des soins.. Guillaume Demaziere 1 Anciennement 2 Département d Information et de Recherche Médicale 3 Direction des Relations avec les Usagers et de la Qualité

5 NOUVEAUTÉ Bilan d étape du programme «Un Chez Soi d abord» Depuis fin 2011, L EPSM Lille-Métropole participe à cette expérimentation qui se déroule dans 4 grandes villes. Sur chaque site, cent personnes sans-abri souffrant de troubles de santé mentale sont accompagnées et orientées vers un logement ordinaire. L expérimentation devrait se poursuivre jusqu à fin 2015, permettant ainsi à chaque bénéficiaire d avoir un suivi de 24 mois. 5 Au 1er juin 2013, dans les 4 sites, 486 personnes sont intégrées dans le protocole de recherche et 242 (soit la moitié) sont accompagnées par le dispositif «un chez soi d abord» (63 sur le Grand Lille, 83 sur Marseille et 72 sur Toulouse ; enfin 24 personnes sur Paris qui a débuté plus tardivement. Ce sont majoritairement des hommes (84%) ayant un âge moyen de 38 ans ; 69% d entre eux étaient en itinérance absolue ; ils ont tous une pathologie psychique sévère et pour les ¾ une addiction ; 86% sont de nationalité française et 12% n avaient pas de droits ouverts à l entrée dans le programme. Après un an de suivi par les équipes «un chez soi d abord», 90% des personnes sont encore dans le logement. Près de 8 sur 10 vivent en bonne intelligence avec le voisinage, payent tout ou partie du résiduel de loyer, sont inscrites dans des activités de loisirs ou culturelles et ont des liens avec leurs familles ou des amis. 70% sont accompagnées vers des soins alors même que la moitié d entre elles n avaient pas de suivi médical antérieurement. Certaines situations (22% des personnes) sont particulièrement complexes avec des troubles de voisinage nécessitant des relogements multiples. Des résultats cohérents Ces premiers résultats corroborent les expériences menées outre-atlantique et dans une dizaine de capitales européennes. En clair, les dispositifs «housing first» quand ils conviennent aux personnes permettent un taux d inclusion sociale, de suivi des soins et de maintien dans le logement plus efficaces que les autres formules ; pour autant, en moyenne et suivant les études, 20% des personnes échapperaient au suivi et devraient être orientées vers d autres formules (pensions de famille, maison relais, appartements thérapeutiques, ). Un espoir pour ces personnes Il n y a clairement pas de critères prédictifs sur la capacité ou non à habiter ; l expérimentation «housing first» apporte là un message d espoir et montre que sous condition d un accompagnement soutenu, le logement est un levier pour l inclusion sociale et permet de sortir du cercle : prison, hôpital, rue, urgence sociale. Tous les locataires ont des revenus qui les placent sous le seuil de pauvreté (90% sont bénéficiaires de minima sociaux). Pour en savoir plus : Pascale Estecahandy 2 vidéos disponibles sur la chaîne Daily motion du ministère de l Egalité des territoires et du Logement : un-chezsoi-d-abordprogramme-experimentald-acces-aulogement-et-aux-soinsdespersonnes-sansabri_news?search_algo=1

6 DOSSIER DOSSIER «J aime pas la solitude, mais je tiens à ma liberté» «C est un lieu d habitation avant tout!» 6 Né après 5 ans de réflexion partenariale, «habitat partagé» est un dispositif d un nouveau genre. C est une forme de réponse à des situations de personnes ne disposant pas d un logement pérenne, et qui aspirent à évoluer en dehors des circuits hospitaliers ou médico-sociaux. Depuis juin 2013, «habitat partagé» permet à ces personnes de vivre en colocation en milieu ordinaire. Les colocataires décorent ensemble les pièces communes, ramènent leurs meubles, décident de leur propre organisation Un noyau d acteurs Lille Métropole Habitat (LMH) est un Office Public de l Habitat. Il s est engagé en mettant à disposition les 3 appartements et en participant à l équipement des logements. L association Interval vise à promouvoir la réinsertion des adultes en situation d inadaptation ou de dépendance. Elle pilote le projet «Habitat partagé» au sein du groupe projet et a participé à l équipement des logements. L association tutélaire Ariane, exerce les mesures de protection juridique de personnes adultes souffrant ou ayant souffert de troubles psychiques. L EPSM Lille-Métropole assure la prise en charge des troubles de santé mentale sur la métropole lilloise. A la genèse du projet, 5 professionnels travaillent sur le dispositif. Dans un même immeuble à Roubaix, 3 grands appartements, sont loués au bailleur social LMH par l association Interval. Ils sont ensuite sous-loués par les locataires via l AAH 1, un équivalent pérenne ou un salaire. Chaque appartement s organise en colocation de 3 à 4 personnes. L ensemble constitue une «unité de vie» de 9 à 10 personnes. Ce dispositif, s adresse à des hommes et femmes en situation de handicap psychique ayant, à leur arrivée dans l appartement, entre 25 et 40 ans. Ces personnes, sous mesure de protection, sont stabilisées avec un suivi ambulatoire suffisant. Parfois, des micro-hospitalisations sont nécessaires. «Avant j étais isolée, plutôt seule. Maintenant, on fait la cuisine, on mange tous ensemble dans la grande cuisine du rez-de-chaussée. Je me sens mieux ici, j arrive à aller aux activités, au groupe d entraide mutuelle «la pause» explique Isabelle, habitante dans l appartement réservé aux femmes. Messaoud, lui vit au 3 e étage avec 2 autres messieurs «J aime bien vivre ici, je voudrais y rester». Justement, c est un système durable, en milieu ordinaire, collectif mais à taille humaine. Comme toute colocation, chacun reste le temps qu il le souhaite. Un accompagnement nécessaire Ce modèle, inspiré des «familles gouvernantes» existantes sur Reims, repose sur un accompagnement quotidien de 7h par jour par des auxiliaires de vie d Ariane Service. Chaque résident dispose d un quota d heures journalier, financé par la PCH 2. Leonel, habitant de l appartement du 5 e annonce fièrement «Tout va bien. On dit bonjour aux autres habitants de l immeuble». Quand on lui demande pourquoi il a choisi cette chambre, il répond «pour les rangements», sa clé personnelle à la main. «On a tous choisi le même jour notre chambre. On a d abord été au restaurant et après on a visité les appartements». Habitat partagé est une démarche citoyenne permettant d «être acteur de sa vie, tout en sachant que l on a besoin des autres». René Bostyn, Directeur d interval, association membre du réseau. 1 Allocation Adulte Handicapé 2 Prestation Compensatoire du Handicap Comment avez vous été amené à travailler sur le projet «habitat partagé»? R.B : «Aucun membre de notre équipe éducative n a de formation médicale ou soignante. Ce sont des travailleurs sociaux. L idée est de travailler avec des acteurs extérieurs, comme dans le droit commun. Dans cette logique, nous sommes entrés en relation avec des partenaires et avons constitué un groupe projet. Avec les années, nous avons constaté que dans certaines situations, les réponses n étaient pas adaptées pour les personnes en souffrance psychique. Notre groupe de travail a fait une proposition qui permet aux personnes d organiser elles-mêmes leur vie. Il s agit d un hébergement et d un accompagnement, afin que les personnes puissent vivre comme tout le monde. Elles vivent ensemble et créent leur propre «règlement intérieur». En quoi ce projet est-il novateur et favorable aux usagers en santé mentale? R.B : «Ce n est pas un modèle pré-établi, il se construit avec les personnes. Il est novateur par son financement (une utilisation collective de la PCH), l existence d un coordonnateur, financé par le Conseil Général et les liens étroits indispensables avec les professionnels de la psychiatrie, les bailleurs sociaux et les associations tutélaires.» Quelles sont les différences avec un appartement associatif? R.B : «Le système de financement différencie Habitat Partagé d autres dispositifs. Par ailleurs, l accompagnement n est pas soignant. Il s agit d aides à domicile présentes à des moments clés de la journée. Ce dispositif implique de s adresser à des personnes stabilisées, même si cela n exclut pas les visites infirmières ou médicales.» Y-a-t-il des perspectives de développement? R.B : «Maintenant que nous avons fabriqué le modèle, l objectif est de pouvoir le reproduire, en fonction des besoins des personnes accueillies par Interval, les services de psychiatrie, les associations tutélaires, Le dispositif permet un gain à la collectivité de 3000 euros par jour pour les 9 personnes logées actuellement». Stéphanie Weill, Vincent Lecluyse 7

7 ACTUALITÉ Trophée de l innovation handicap pour l ETIC! Créé en 2008 à l initiative du D r Roelandt alors chef du pôle de psychiatrie 59G21, l ESAT 1 EtiC 2 a pour vocation l intégration de 25 personnes en situation de handicap psychique sévère dans les milieux ordinaires de travail et de socialisation. Il s inscrit dans le cadre théorique et pratique de la psychiatrie citoyenne et de la réhabilitation psychosociale. 8 Remise du trophée le 29 mai 2013 à Paris lors des salons de la santé et de l'autonomie L établissement est dépourvu d activités de production propres. Chaque personne exerce, par voie de contrat de mise à disposition de l ETIC, une activité professionnelle à temps partiel, en milieu ordinaire de travail au sein le plus souvent de structures d accueil publiques ou associatives, pour une intégration dans la cité. Le chargé d insertion professionnelle et des relations entreprises accompagne le parcours professionnel, tandis que l éducateur spécialisé œuvre à l autonomie et l inscription sociale des usagers dans la cité. Après un travail en amont de repérage des compétences et capacités via des mises en situation de travail, les personnes sont positionnées et accompagnées sur des postes personnalisés : aide comptable, technicien de laboratoire de recherche, agent spécialisé des écoles maternelles, ouvrier maraîcher, agent de restauration collective, agent d entretien Des chiffres L établissement compte 22 personnes actuellement. La moyenne d âge est de 36 ans ; 44% des usagers sont des femmes, 70% ont un niveau de formation CAP ou BEP ; 30% un niveau bac à bac + 8 ; 73% vivent seuls ; 65% dans un logement indépendant ; 26% sont hébergés par leurs parents et 9% vivent en foyer ou appartement thérapeutique ; 30% ont une mesure de protection juridique. Enfin 83% ont des troubles psychotiques ; 17% des troubles bipolaires. et des lettres A l occasion de la passation d un questionnaire de satisfaction, les usagers évoquent leur sentiment d utilité grâce au travail, la rupture de l isolement social, l autonomie et l indépendance retrouvées. Nous constatons pour beaucoup un processus d autonomisation et d «empowerment» qui s objective par des levées ou simplifications de curatelles renforcées, le développement de réseaux sociaux hors travail, des prises d indépendance en matière de logement, des projets de vie qui se dessinent ou se concrétisent (mariage, enfant, nouvelles aspirations professionnelles ). La satisfaction des usagers, les résultats, les retours positifs des partenaires professionnels et médicaux confortent dans l idée que ce type de dispositif innovant concourt véritablement à l autonomisation, l insertion et la destigmatisation des personnes en situation de handicap psychique. Le trophée de l innovation handicap de la MNH sur la thématique «travaillons TOUS ensemble» en est une reconnaissance officielle. Elizabeth Duhal 1 Etablissement de Service et d Aide par le Travail 2 Etablissement de travail intégré dans la Cité Pour en savoir plus : documentaire sur l'etic à visionner à l adresse

8 ACTUALITÉ «L'Alzheimer, une approche inter-disciplinaire» C'est sur cette thématique que l'accent a été mis lors du 2 e Symposium Franco- Roumain en juillet dernier à l EPSM Lille-Métropole. L'occasion pour les chercheurs universitaires et praticiens spécialisés en psychologie et médecine d'avancer autour de cette réflexion. Rencontre avec les D rs Bulckaen, médecin géronto-pyschiatre et Baba, Psychiatre, Chef de Pôle 59G18, membres du comité d'organisation. M me Tatiana PRISACARU, Présidente de l'association pour la Maladie d'alzheimer et pour la Recherche d Avenir (AMARA) est à l initiative de ces symposiums Franco-Roumains. Quelle place votre secteur accorde-t-il à la formation dans le domaine du sujet âgé? D rs Baba et Bulckaen : «Le cheminement de notre expérience clinique et notre investissement nous ont conduit tout naturellement à la mise en place de projets de formation qui nous tiennent particulièrement à cœur. A ce titre, et fort de notre partenariat avec Lille III, grâce à l'engagement inconditionnel de la Direction Générale et de M me Bourgeois (Coordinatrice générale des soins et responsable du pôle formation de l'epsm), nous mettons en place à compter de cette rentrée, un diplôme «Psychopathologie et Cliniques de la personne âgée». 9 Le P r Beaulieu 1 est intervenu sur une nouvelle approche de traitement En quoi était-ce important d'organiser un symposium sur la maladie d'alzheimer? D rs Baba et Bulckaen : «Depuis 2005, le pôle 59G18 s'investit dans la formation continue, que ce soit au travers de séminaires cliniques avec l'ufr Psychopathologie Lille III/ Paris VII ou dans l'équipe mobile de formation-information dans le domaine de la psychiatrie du sujet âgé et à l'intention des partenaires des structures médico-sociales. Lorsque Rosa Caron, Maître de Conférence de Lille III, nous a interpellés afin de participer à l'organisation de ces journées, il nous a paru nécessaire de nous investir dans ce projet afin de poursuivre notre engagement dans ce domaine». Un diplôme universitaire pour qui? pourquoi? D r Bulckaen : «l'objectif est d'apporter aux professionnels ou futurs professionnels qui gravitent autour de la personne âgée, un approfondissement de leurs compétences cliniques pour prendre en charge les personnes vieillissantes ainsi que leur environnement familial ou soignant. Ainsi, nous espérons transmettre des repères destinés à mieux comprendre les problématiques liées à l'avancée en âge, tant dans leurs manifestations neurologiques, psychiatriques que psychopathologiques». Benoît De Praeter 1 docteur en médecine et en sciences. Il a été directeur d'unité de recherche à l'inserm et professeur de biochimie à l'université de Paris XI. Il est professeur honoraire au Collège de France et a notamment été le président de l'académie des sciences française en 2003 et 2004.

9 LA SANTÉ AU TRAVAIL Le travail en horaires décalés Le travail en horaires irréguliers n est pas physiologique, puisqu il provoque une perturbation des principaux rythmes de vie : sommeil, alimentation, vie familiale, tout en impactant directement sur la santé (troubles digestifs, fatigue, nervosité, hypercholestérolémie, surpoids, obésité, maladies cardiovasculaires ). Il est conseillé de préserver une bonne hygiène de vie en veillant à la qualité de son alimentation, de son sommeil tout en privilégiant une activité physique. 10 Poste du matin : Lever : une collation, indispensable pour mettre en route l organisme mais pas trop copieuse. Ex. boisson avec du pain ou équivalent. Petit- déjeuner : vers 9h30, plus copieux que le petit-déjeuner traditionnel, afin d éviter la fatigue en fin de poste : boisson sucrée, laitage, pain beurré et confiture, fruit, viande ou œuf dur, légumes verts ou crudités. Ne pas abuser des charcuteries ni des produits sucrés. Midi : au domicile, avant la sieste. Il doit être équilibré, léger et digeste : viande, lé - gumes, féculents, laitage. Eviter les pizza, sandwich ou pâtisserie. L après-midi : éviter le goûter. Le dîner est digeste, lui aussi. Prévoir un délai de 2h entre le dîner et le coucher, pour préserver le sommeil. Poste du soir Petit-déjeuner : laitage, fruit ou jus de fruits, céréales ou pain beurré et confiture, boisson. Midi : au domicile, avant la prise de poste : déjeuner léger, à compléter par une collation l après-midi. L après-midi : une collation vers 17 h (boisson chaude, biscuit ou fruit ou pain / fromage, laitage). Soir : plutôt léger, car tardif. À éviter : les grignotages en soirée. Poste de nuit Soir : au domicile ou au travail, mais pas deux fois. Il est plutôt copieux et équilibré, avec des sucres lents et des vitamines qui vont assurer les apports énergétiques nécessaires pour tenir physiquement toute la nuit : pâtes, riz, fruits. La nuit : prévoir une collation, vers 2h du matin (maintien de la vigilance). ex. sandwich pain / poulet (protéines et glucides lents), jus de fruits (vitamines). Boire de l eau tout au long de la nuit et éviter le café 3 à 4 heures avant d aller dormir. Au coucher : prendre une dernière collation, plus légère que le petit-déjeuner traditionnel, avec une boisson chaude (chocolat, infusion). Midi ne doit pas être négligé. Il faut essayer au maximum de conserver un déjeuner traditionnel (jus de fruit, boisson chaude, toasts beurrés et confiture, œufs et fromage). Ces principes de bases peuvent être adaptés à vos habitudes alimentaires et à vos besoins lors d une consultation auprès de Madame Looten, infirmière du travail.. Claire Looten, D r Benoît Deleplancque

10 INFOS SOINS Le massage sensitif de bien-être Depuis 1993, Véronique Samyn est aide soignante au sein de l établissement dans des services accueillant des patients nécessitant des soins au long court. Elle est membre actif du CLUD 1. Au fil des années, elle s est aperçue des bénéfices (apaisement, détente) des touchers-massages apportés aux patients souvent à leur demande. Depuis avril 2010, elle est affectée à la CPS 2. Encouragée par ses collègues et soutenue par son encadrement, elle a souhaité s investir dans une formation certifiante, reconnue par la FFMBE 3. «Praticien en massage de bien-être». C est quoi le massage sensitif de bien-être? Le massage sensitif de bien-être est une approche originale du toucher qui favorise le dialogue entre le vécu physique et le vécu psychique. Cette technique détend, relaxe pour accéder à un état de bien-être ; Le «masseur» s adapte au besoin du «massé» (assis, couché, habillé, en maillot ) Il arrive parfois que la personne massée s endorme, explique Véronique Samyn, qui précise qu elle utilise de l huile de sésame purifiée (fluide) pouvant être chauffée. Elle souligne que le massage sensitif n a rien à voir avec le massage médical ou le massage kinésithérapeutique. Elle utilise la méthode mise au point et enseignée par Claude Camilli : massage sensitif. 11 Salle «massage sensitif de bien-être» Les massages se déroulent dans une pièce dédiée et aménagée par les soins de Véronique Samyn. Elle est équipée d une table de massage électrique, d une chaise de massage, d un fauteuil relaxant. Lorsqu on rentre dans cette pièce nous sommes submergés par un fond sonore de musique relaxante et une odeur d huile essentielle. Cette technique de communication verbale ou non, s ad resse à tous les pa tients de la CPS à leur demande ou sur prescription médicale. Ces prescriptions sont définies et validées lors des réunions à orientation clinique. Véronique Samyn a connu un franc succès avec son stand «atelier toucher massage» lors de la Journée Mondiale de Lutte Contre la Douleur qui s est déroulée le Mardi 15 octobre 2013 à Roubaix. 1 Comité de Lutte Contre la Douleur 2 Clinique Pluri Sectorielle 3 Fédération Française de Massage de Bien-Etre Véronique Lebouteillier

11 INFORMATIONS HOSPITALIÈRES 12 En 2015, l EPSM célèbrera ses 400 ans! Un comité de pilotage est créé, les réflexions sont lancées avec pour objectif de proposer à compter de mars 2015 un parcours culturel et festif, pour célébrer cet anniversaire. La psychiatrie et la santé mentale ont connu des évolutions majeures durant les 50 dernières années. La sectorisation a profondément repensé le soin en situant le secteur dans la cité. En 2015, l EPSM Lille-Métropole célèbrera ses 400 ans. 400 ans d histoire, depuis la maison des «Bonfieux». 400 ans d évolution, pour arriver à proposer un soin autrement, un soin hors les murs avec des dispositifs de psychiatrie intégrés dans la cité, au plus près des citoyens. 2 axes forts seront privilégiés pour cet anniversaire : l évolution architecturale hospitalière en psychiatrie l évolution des pratiques de soins Une idée? Un projet? contactez le comité de pilotage «400 ans de l EPSM Lille-Métropole» au ou Rendez-vous en 2015 pour célébrer cet événement!. Stéphanie Weill Arrivée Anne-Claire Stona, Médecin en Santé Publique et Médecine Sociale, a pris ses fonctions de Médecin Responsable du Département de l Information et de la Recherche Médicale à mi-temps en octobre Elle a précédemment suivi une année de Master international Global Mental Health au Kings College of London, Institute of Psychiatry, et à la London School of Hygiene and Tropical Medicine. Elle a ensuite travaillé au Centre de Recherche Public de la santé au Grand-Duché du Luxembourg afin d émettre des recommandations concernant un nouveau système de prise en charge des sans-abris de longue durée. Entre 2011 et 2012, elle travaille sur l évaluation du Conseil Local de Santé Mentale de la Ville de Reims et écrit sa thèse de médecine : Evaluation du Groupe de travail «Souffrance psychique des jeunes» du Conseil local autour de la souffrance psychique à Reims. C est cette expérience qui lui donne envie de travailler dans le domaine de la santé mentale et l amène à l EPSM Lille-Métropole. Le Docteur Stona exerce également au Centre Collaborateur OMS en qualité de Chargée de projet sur le Développement de la CIM-11 (qui fera l objet d un atelier lors des 4 es rencontres internationales du CCOMS en janvier prochain). Ses centres d intérêts et travaux de recherche (communications écrites et orales, articles en cours de publication, rapports) portent principalement sur les politiques de santé, l évaluation, la promotion-prévention de la santé. Tél Thérèse Dutertre Mouvements Arrivées Accueillants familiaux : Danielle Debay, Isabelle Sans. Adjoints Administratifs : Audrey Cordoba, Cindy Hernout, Justine Magnier. Agent d Entretien Qualifié : Sylvain Dewulf. Agent des Services Hospitaliers Qualifié : Julie Defaux. Animateur : Bérengère Hièle. Attaché d Administration Hospitalière : Julien De Miribel. Chargés de mission CCOMS : Agnès Bensussan, Julie Ledrich, Lyre Morgane L'épée, Isabelle Maillard. Educatrice de jeunes enfants : Eugénie Valaize. Educateurs Spécialisés : Karim Boudjema, Aline Leroy, Stéphanie Wiplie. Ergothérapeutes : Déborah Delmaet, Anaïs Ivorra. Infirmiers : Célia Bannella, Hélène Callens, Marie Catteau, Loic Cunault, Floriane Delva, Nicolas Desprez, Céline Deweppe, Samir El Garti, Lyse Fauvart, Enki Feldis, Elodie Gruson, Camille Heuguebart, Marine Lecouffe, Grégory Lefranc, Rolle Navy, Elsa Rohart, Stéphanie Sommeville, Frédéric Tison, Axelle Vandoolaeghe, Adrien Verhaeghe. Manipulateur Electroradiologie : Michel Thieblemont. Médecins : Emmanuel Damville, Coline Groulez, Eric Parrot, Anne-Claire Stona, Pierre Tonnel. Moniteurs Educateurs : Aline Malec, Anaïs Vandenhoven. Psychologue : Caroline Bizet. Psychomotriciens : Olivier Brisson, Yvan Demelais. Technicien de Laboratoire : Sandrine Dutoit. Départs Adjoints Administratifs : Sophie Ghestin, Brigitte Masson. Directeur Adjoint : Séverine Kloeckner. Educatrices de jeunes enfants : Elodie Claiche, Mailys Edard Educateur Spécialisé : Vincent Le Dore. Infirmiers : Estelle Andre, Cecile Bigot, Raphael Bravo, Marjorie Calonne-Billemont, Muriel De Ruyter, Melanie Decombredet, Laetitia Delepine, Gwenaelle Desseaux, Nathalie Fages, Justine Josse, Sabine Lecocq, Florian Lips, Amandine Masquelein, Aude Meesemaecker, Francois Moret, Julien Ozarowski. Maître Ouvrier : Alexandre Roubaix Manipulateur Electroradiologie : Carole Dehaene. Médecins : David Flahaut, Aurelien Laurent, Otilia Secara. Orthophoniste : Claire Aubry. Psychologue : Olivia Declerck. Psychomotricienne : Céline Manière Technicien Hospitalier : Bérenger Dewolf Bonne retraite à Brigitte Baelen, Marie Luce Baron, Marie Madeleine Baron, Guy Campagne, Eliane Capelle, Jean Michel Carton, Philippe Coddeville, Annie Collet, Roland Cuisse, Xavier Debuisschert, Daniel Delaplace, Mariannick Delesalle, Marie Christine Deronne, Bruno Desbuisson, Jean Marc Desplanques, Gilles Dubreu, Corinne Godebille, Jean-Paul Godebille, Martine Hammelin, Brigitte Hennart, Renee Hondrez, Brigitte Leroy, Anne-Marie Louchie, Carole Mahieu, Patrice Nys, Karine Pontarollo, Francoise Quaghebeur, Andre Samoy, Sylvie Smagghue, Christine Teite. Décès Nous présentons nos sincères condoléances à la famille et aux amis de : Jean-Claude Riccardi.

Livret d accueil du service Accueil temporaire. Maison Saint Cyr Rennes

Livret d accueil du service Accueil temporaire. Maison Saint Cyr Rennes Livret d accueil du service Accueil temporaire Maison Saint Cyr Rennes 1 L Accueil temporaire pour qui? L Accueil temporaire s adresse aux personnes âgées qui vivent à domicile et qui souhaitent un séjour

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

Service Hainchamps de mise en autonomie en logement communautaire

Service Hainchamps de mise en autonomie en logement communautaire Service Hainchamps de mise en autonomie en logement communautaire Pour adultes handicapés mentaux de la Meuse serésienne rue Hainchamps 77 siège social: a.s.b.l. Cesahm 4100 Seraing rue du Sewage 9 à 4100

Plus en détail

Offre de soins du CHGM UNAFAM 25/06/13 Dr HAOUI Psychiatre des Hôpitaux

Offre de soins du CHGM UNAFAM 25/06/13 Dr HAOUI Psychiatre des Hôpitaux Offre de soins du CHGM UNAFAM 25/06/13 Dr HAOUI Psychiatre des Hôpitaux La sectorisation psychiatrique L Hôpital n est pas un lieu d accueil unique : depuis 30 ans, l'hôpital s est rapproché de son public

Plus en détail

le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs

le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs LIVRET D ACCUEIL le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs 23, rue du docteur potain 75019 Paris 01 53 38 62 50 Portraits des membres du groupe d expression du SAVS par Catel

Plus en détail

Le Foyer d Hébergement

Le Foyer d Hébergement Le Foyer d Hébergement Résidences Strada et Vittoz du Complexe de Braconnac - Les Ormes Complexe de Braconnac - Les Ormes Jonquières - 81440 LAUTREC - Tél. 05 63 82 10 70 - Fax. 05 63 82 10 79 - e.mail

Plus en détail

9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION

9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION 9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION De par ses missions d écoute, d orientation, d accueil et de prise en charge notamment

Plus en détail

Rentrée 2014 Francine Eichenberger Diététicienne

Rentrée 2014 Francine Eichenberger Diététicienne Rentrée 2014 Francine Eichenberger Diététicienne L alimentation : partie intégrante de la prise en charge de l enfant et de l adolescent diabétique base du traitement avec l insulinothérapie et l activité

Plus en détail

Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement

Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement Dans cet atelier, nous verrons plusieurs façons d intervenir en tant que pair aidant. Anne-Marie Benoit présentera son travail

Plus en détail

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation Assistant socio-éducatif 4 diplôme d état d assistant de service social 4 formation diplômante sur 3 ans dont 12 mois de stages pratiques 4 accueil, écoute, évaluation, information, orientation des personnes

Plus en détail

La santé. Les établissements de l entité Mutualité Santé Services

La santé. Les établissements de l entité Mutualité Santé Services 1 solidaire Apporter une réponse concrète aux besoins de la population en matière de santé, selon des principes fondamentaux de solidarité et d entraide. Développer un important réseau d œuvres sanitaires

Plus en détail

Intervention de Marisol TOURAINE. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des. femmes. Maison de Santé Pluridisciplinaire

Intervention de Marisol TOURAINE. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des. femmes. Maison de Santé Pluridisciplinaire 1 Intervention de Marisol TOURAINE Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Maison de Santé Pluridisciplinaire Magny-en-Vexin Vendredi 20 février 2015 Seul le prononcé fait

Plus en détail

Fiche descriptive : DEAMP

Fiche descriptive : DEAMP Fiche descriptive : DEAMP FICHE METIER L'aide médico-psychologique (AMP) exerce une fonction d'accompagnement et d'aide dans la vie quotidienne. A ce titre, il intervient auprès d'enfants, d'adolescents,

Plus en détail

la maladie d Alzheimer

la maladie d Alzheimer Prévenir... les difficultés de vie avec un proche atteint de la maladie d Alzheimer 27 La maladie d Alzheimer n est pas la maladie d une seule personne 800 000 français sont atteints par la maladie d Alzheimer

Plus en détail

La Réhabilitation Psychosociale : philosophie et enjeux

La Réhabilitation Psychosociale : philosophie et enjeux La Réhabilitation Psychosociale : philosophie et enjeux La réhabilitation psychosociale est à la mode. Ce n est jamais bon signe. Cela risque de conduire à perdre le sens initial de cette démarche. La

Plus en détail

ACCÈS AUX SOINS. La santé mentale. dans le 5 e a Lyon

ACCÈS AUX SOINS. La santé mentale. dans le 5 e a Lyon ACCÈS AUX SOINS La santé mentale dans le 5 e a Lyon décembre 2010 ACCÈS AUX SOINS Le Conseil Local de Santé Mentale du 5 e arrondissement : qu est-ce que c est? Le Conseil Local de Santé Mentale du 5 e

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

Le décret du 2 mars 2006 a institué le Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique de niveau V.

Le décret du 2 mars 2006 a institué le Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique de niveau V. Siège social : 9 bis, rue Armand Chabrier 47400 TONNEINS Tél. : 05.53.64.61.57 Fax : 05.53.64.63.12 e-mail : adestonneins@yahoo.fr Site : www.adesformations.fr Antenne de Bazas 7 chemin Larriou 33430 BAZAS

Plus en détail

Compensation. Mots-clés de l aide à l autonomie

Compensation. Mots-clés de l aide à l autonomie Mots-clés de l aide à l autonomie Compensation Aide ou ensemble d aides de toute nature apportées à une personne subissant des altérations substantielles et durables de son état physique, intellectuel

Plus en détail

ASSOCIATION ARISSE INSTITUT MEDICO-EDUCATIF ARMONIA Avec prise en charge de jour et d internat séquentiel LIVRET D ACCUEIL

ASSOCIATION ARISSE INSTITUT MEDICO-EDUCATIF ARMONIA Avec prise en charge de jour et d internat séquentiel LIVRET D ACCUEIL ASSOCIATION ARISSE INSTITUT MEDICO-EDUCATIF ARMONIA Avec prise en charge de jour et d internat séquentiel LIVRET D ACCUEIL Directeur: Chef de Service Éducatif Assistante de Direction Accueil - Secrétariat

Plus en détail

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Université d été de la performance en santé - 29 août 2014- Lille Monsieur le président, Monsieur le directeur général,

Plus en détail

La politique marseillaise en faveur des Seniors

La politique marseillaise en faveur des Seniors La politique marseillaise en faveur des Seniors Le Centre Communal d Action Sociale de la Ville de Marseille est un établissement public administratif communal. Il oriente ses actions en faveur des personnes

Plus en détail

A.G.E.F. Z. I. 7, rue Philippe Lebon B.P. 110 21703 Nuits-Saint-Georges Cedex. Tél. 03 80 62 45 00 Fax. 03 80 61 37 52 agef@wanadoo.fr www.agef21.

A.G.E.F. Z. I. 7, rue Philippe Lebon B.P. 110 21703 Nuits-Saint-Georges Cedex. Tél. 03 80 62 45 00 Fax. 03 80 61 37 52 agef@wanadoo.fr www.agef21. A.G.E.F. Z. I. 7, rue Philippe Lebon B.P. 110 21703 Nuits-Saint-Georges Cedex Tél. 03 80 62 45 00 Fax. 03 80 61 37 52 agef@wanadoo.fr www.agef21.com Le mot de bienvenue du Président Vous avez choisi d

Plus en détail

Le logement social à Suresnes

Le logement social à Suresnes Logement La ville de Suresnes a signé le 7 novembre 2001 la «Charte Ville- Handicap» avec les associations de la Plate-forme Inter Associative des Personnes Handicapées des Hauts-de-Seine. Par cet engagement,

Plus en détail

La Fabrique à menus : La santé dans votre assiette en quelques clics

La Fabrique à menus : La santé dans votre assiette en quelques clics La Fabrique à menus : La santé dans votre assiette en quelques clics Dossier de presse Avril 2013 Contacts presse Inpes : Vanessa Lemoine tél : 01 49 33 22 42 email : vanessa.lemoine@inpes.sante.fr TBWA\Corporate

Plus en détail

SOINS ET ACCOMPAGNEMENTS. Professionnels de la psychiatrie. www.psycom.org

SOINS ET ACCOMPAGNEMENTS. Professionnels de la psychiatrie. www.psycom.org SOINS ET ACCOMPAGNEMENTS Professionnels de la psychiatrie www.psycom.org Professionnels de la psychiatrie SOMMAIRE Organisation des soins psychiatriques Professionnels de la psychiatrie Psychiatre et pédopsychiatre

Plus en détail

Comment choisir sa maison de retraite?

Comment choisir sa maison de retraite? Les Essentiels Les Essentiels de Cap Retraite n 5 Résidence du soleil Comment choisir sa maison de retraite? 6 FICHES PRATIQUES Les différents types d établissement Les coûts en maison de retraite Le dossier

Plus en détail

MAMI SENIORS Livret d accueil

MAMI SENIORS Livret d accueil MAMI SENIORS Livret d accueil Maison «Mami seniors» : Un espace d accueil de jour non médicalisé. C est un lieu de rencontres, d échanges et d animation au cœur de Toulon. Soucieux de cultiver le lien

Plus en détail

Patrizia Tilly - Fotolia.com

Patrizia Tilly - Fotolia.com Patrizia Tilly - Fotolia.com Préserver sa santé Avec l âge, le manque d activité, votre santé peut se fragiliser. Des gestes simples, une bonne hygiène de vie peuvent permettre de se maintenir en forme.

Plus en détail

Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris)

Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris) Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris) 1. Contexte local Géographie La psychiatrie adulte de l hôpital Sainte-Anne est orientée vers 7 secteurs psychiatriques adultes, que ce soit pour les hospitalisations,

Plus en détail

SOINS AMBULATOIRES. Niveau demandé. Nombre de stagiaires acceptées. Activités proposées au stagiaire. envoyer la candidature

SOINS AMBULATOIRES. Niveau demandé. Nombre de stagiaires acceptées. Activités proposées au stagiaire. envoyer la candidature SOINS AMBULATOIRES CMP Philippe Paumelle Centre de consultation ambulatoire 6 équipes de secteur (psychiatre, infirmier, assistant social) Anastasia TOLIOU De 5 à 8 L 3 M3 Participation aux consultations

Plus en détail

Classifier le handicap épileptique avec ou sans autres déficiences associées. Réponses médico-sociales.

Classifier le handicap épileptique avec ou sans autres déficiences associées. Réponses médico-sociales. Classifier le handicap épileptique avec ou sans autres déficiences associées. Réponses médico-sociales. 1 Les outils de mesure existants et description du handicap épileptique Il ne s agit pas ici de mesurer

Plus en détail

Bilan de la concertation sur le PEDT

Bilan de la concertation sur le PEDT les périscolaires Bilan de la concertation sur le PEDT J www.ville-cergy.fr Sommaire 1. Préambule 4 2. Le cadre de la démarche 5 2.1. Les objectifs 6 2.2. Les sujets du débat 6 2.3. Le déroulé de la démarche

Plus en détail

Psychiatrie. Place du Maréchal Niel 31130 PIN-BALMA 05 61 24 97 50 www.clinique-aufrery.com infos@clinique-aufrery.com

Psychiatrie. Place du Maréchal Niel 31130 PIN-BALMA 05 61 24 97 50 www.clinique-aufrery.com infos@clinique-aufrery.com Psychiatrie Place du Maréchal Niel 31130 PIN-BALMA 05 61 24 97 50 www.clinique-aufrery.com infos@clinique-aufrery.com Psychiatrie L équipe soignante Bienvenue La Clinique d Aufréry accueille en hospitalisation

Plus en détail

Livret d accueil. Edition : Août 2015 UNITÉ PÉDOPSYCHIATRIQUE D ACCUEIL ET D HOSPITALISATION. Psychiatrie infanto-juvénile U.P.A.H

Livret d accueil. Edition : Août 2015 UNITÉ PÉDOPSYCHIATRIQUE D ACCUEIL ET D HOSPITALISATION. Psychiatrie infanto-juvénile U.P.A.H Psychiatrie infanto-juvénile UNITÉ PÉDOPSYCHIATRIQUE D ACCUEIL ET D HOSPITALISATION Edition : Août 2015 Franck RENAUDIN U.P.A.H Pavillon «l Orme» 20 avenue du 19 mars 1962 72703 ALLONNES Cédex 02.43.43.51.20

Plus en détail

Aides financières pour les patients de moins de 60 ans atteints de maladie chronique Véronique LACROIX FRANCOIS

Aides financières pour les patients de moins de 60 ans atteints de maladie chronique Véronique LACROIX FRANCOIS Aides financières pour les patients de moins de 60 ans atteints de maladie chronique Véronique LACROIX FRANCOIS Définition Qu est ce qu une pathologie chronique? «C est une maladie de longue durée, évolutive,

Plus en détail

Appel à financement participatif

Appel à financement participatif Appel à financement participatif pour installer des fours solaires de quartier à Saint-Martin-d'Hères (Isère) Communiqué de presse mars 2014 Appel au financement participatif pour finaliser le projet de

Plus en détail

AEU de Thérapies Comportementales et Cognitives (Niveau 1)

AEU de Thérapies Comportementales et Cognitives (Niveau 1) AEU de Thérapies Comportementales et Cognitives (Niveau 1) Responsables scientifiques et pédagogiques : Jérôme Palazzolo et Galina Iakimova Jérôme Palazzolo Psychiatre - Psychothérapeute (MD, PhD, HDR)

Plus en détail

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE 1 LA POLITIQUE QUALITE-GESTION DES RISQUES Depuis 2003, la Direction s engage à poursuivre, la démarche qualité et à développer une gestion

Plus en détail

www.saint-quentin-en-yvelines.fr

www.saint-quentin-en-yvelines.fr IPS - 3, place de la Mairie 78190 Trappes-en-Yvelines Tél. : 01 30 16 17 80 www.saint-quentin-en-yvelines.fr Un Institut au cœur des problématiques de santé créé par l agglomération de Saint- Quentin-en-Yvelines

Plus en détail

Association Autonomie Aquitaine

Association Autonomie Aquitaine M1 : le contexte législatif et réglementaire de la démarche qualité en secteur médico- social: o La Loi du 2 janvier 2002 : o ses fondements o La démarche de projet o Le règlement de fonctionnement o Le

Plus en détail

Evaluation des équipes mobiles spécialisées en psychiatrie. DDASS des Bouches-du-Rhône

Evaluation des équipes mobiles spécialisées en psychiatrie. DDASS des Bouches-du-Rhône Evaluation des équipes mobiles spécialisées en psychiatrie DDASS des Bouches-du-Rhône Modalités de l évaluation envoi aux équipes d un questionnaire d évaluation spécifique entretiens menés avec tout ou

Plus en détail

Action sociale. Nos actions dans le domaine du handicap. L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie

Action sociale. Nos actions dans le domaine du handicap. L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie Action sociale Nos actions dans le domaine du handicap L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie Assumer au quotidien une situation de handicap est difficile pour une famille

Plus en détail

LES MATINALES DE LA FONDATION

LES MATINALES DE LA FONDATION LES MATINALES DE LA FONDATION «Alimentation, quoi de neuf chez les seniors? Bien s alimenter pour bien vieillir» Conférence du Docteur Carol SZEKELY, Chef de Pôle AGE HUPNVS Hôpital Charles Richet à Villiers-le-Bel

Plus en détail

Que manger le jour de la compétition (Athlétisme - concours)?

Que manger le jour de la compétition (Athlétisme - concours)? Que manger le jour de la compétition (Athlétisme - concours)? La veille au soir Les buts de l alimentation sont de maintenir les réserves en glycogène (réserve de sucre pour l effort) tant au niveau du

Plus en détail

Des Murs aux toits, dispositif d auto-réhabilitation accompagnée

Des Murs aux toits, dispositif d auto-réhabilitation accompagnée Le réseau francilien de lutte contre les précarités énergétiques Fiche Action Des Murs aux toits, dispositif d auto-réhabilitation accompagnée Territoire concerné >> Ville des Mureaux (78) Date de mise

Plus en détail

Santé Travail Lille 2014

Santé Travail Lille 2014 Santé Travail Lille 2014 Premier carrefour d échanges entre les professionnels de santé au travail et le monde des entreprises Du 3 au 6 juin 2014 Lille Grand Palais Lille Grand Palais -1 Bd des Cités

Plus en détail

Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires. Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française

Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires. Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française Prévenir - Soigner - Accompagner Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires Qui est la Mutualité Française?

Plus en détail

La Mutualité. Française. Rhône. dans le. Des services de soins et d accompagnement mutualistes pour une santé solidaire

La Mutualité. Française. Rhône. dans le. Des services de soins et d accompagnement mutualistes pour une santé solidaire La Mutualité Française Rhône dans le Des services de soins et d accompagnement mutualistes pour une santé solidaire Des valeurs qui font la différence Edito La Mutualité Française Responsabilité CHACUN

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION Octobre 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

Droits et aides pour les aidants familiaux «Être aidant être soi» Prendre soin de soi c est prendre soin de l autre.

Droits et aides pour les aidants familiaux «Être aidant être soi» Prendre soin de soi c est prendre soin de l autre. Droits et aides pour les aidants familiaux «Être aidant être soi» Prendre soin de soi c est prendre soin de l autre. 1 Qu est-ce qu un aidant familial Une personne qui vient en aide, à titre non professionnel

Plus en détail

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Dans son avis de 2012 «L assurance maladie : les options du HCAAM» qui synthétise l ensemble

Plus en détail

Sommaire : Le mot du directeur... p. 2 Présentation de la M.A.S... p. 3-4 - lieu de vie au cœur de la cité

Sommaire : Le mot du directeur... p. 2 Présentation de la M.A.S... p. 3-4 - lieu de vie au cœur de la cité Sommaire : Le mot du directeur... p. 2 Présentation de la M.A.S.... p. 3-4 - lieu de vie au cœur de la cité - organisation architecturale L admission... p. 5 Fonctionnement... p. 6 Le projet personnalisé...

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL. Solidarité Doubs Handicap

LIVRET D ACCUEIL. Solidarité Doubs Handicap LIVRET D ACCUEIL POLE MEDICO-SOCIAL Services Accueil de Vie Services Habitat et Social Animation Socio-Culturelle POLE TRAVAIL PROTEGE Edition du 30 juin 2014 Solidarité Doubs Handicap SOLIDARITE DOUBS

Plus en détail

RÉALISATION D UN DIAGNOSTIC SANTÉ DANS LE CADRE D UN CONTRAT LOCAL DE SANTÉ SUR LA VILLE DE BRIANCON

RÉALISATION D UN DIAGNOSTIC SANTÉ DANS LE CADRE D UN CONTRAT LOCAL DE SANTÉ SUR LA VILLE DE BRIANCON RÉALISATION D UN DIAGNOSTIC SANTÉ DANS LE CADRE D UN CONTRAT LOCAL DE SANTÉ SUR LA VILLE DE BRIANCON Etape E : recueil du positionnement des partenaires institutionnels Vincent BAUDOT Septembre 2014 Société

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

LIVRET D'ACCUEIL. EHPAD Valle Longa 0495532200 www.vallelonga.fr 20117 Cauro

LIVRET D'ACCUEIL. EHPAD Valle Longa 0495532200 www.vallelonga.fr 20117 Cauro LIVRET D'ACCUEIL EHPAD Valle Longa 0495532200 Sialare www.vallelonga.fr 20117 Cauro LE MOT D ACCUEIL Madame, Monsieur, Nous vous souhaitons la bienvenue à la résidence Valle Longa de Cauro. Valle Longa,

Plus en détail

SERVICE APPARTEMENTS THÉRAPEUTIQUES. Livret d Accueil - 1 -

SERVICE APPARTEMENTS THÉRAPEUTIQUES. Livret d Accueil - 1 - SERVICE APPARTEMENTS THÉRAPEUTIQUES Livret d Accueil - 1 - Sommaire Contrat de soins p 3 Contrat de séjour d occupation de l appartement Règlement intérieur d occupation de l appartement p 6 Fiche sociale

Plus en détail

RAPPELS PHYSIOLOGIQUES SUR LE SOMMEIL :

RAPPELS PHYSIOLOGIQUES SUR LE SOMMEIL : RAPPELS PHYSIOLOGIQUES SUR LE SOMMEIL : Notre besoin de sommeil est rythmé comme une horloge (rythme chronobiologique ). Ce rythme nous impose des périodes de veille et de sommeil qui alternent au cours

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents :

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents : MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

LES GRILLES DE SALAIRES 2014 des agents dans la Fonction Publique Hospitalière

LES GRILLES DE SALAIRES 2014 des agents dans la Fonction Publique Hospitalière LES GRILLES DE SALAIRES 2014 des agents dans la Fonction Publique Hospitalière Site Internet : http:/// Copyright infosdroits 2014 Tout droit réservé Ne pas reproduire ou diffuser sans notre autorisation

Plus en détail

Guide des. interventions Personnes en difficulté Personnes âgées de 60 ans et plus Personnes handicapées

Guide des. interventions Personnes en difficulté Personnes âgées de 60 ans et plus Personnes handicapées Guide des interventions Edition 2010 Mot du président Le Centre Communal d Action Sociale de Saint-Yrieix-sur-Charente est un outil majeur de la politique sociale de la municipalité. Au delà des aides

Plus en détail

RESEAU DE PROXIMITE ASUD/MDM/TIPI :

RESEAU DE PROXIMITE ASUD/MDM/TIPI : RESEAU DE PROXIMITE ASUD/MDM/TIPI : I. Dispositif «Aller vers» Objectifs communs : - Accéder à une population qui reste à l écart du système de soins et du droit commun ; - Engager une relation de confiance,

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

Adapter le parc de logements à l âge et au handicap

Adapter le parc de logements à l âge et au handicap Adapter le parc de logements à l âge et au handicap Jeudi 15 novembre 2007 Landivisiau Participants : CAROFF Marie-Françoise Délégué PLH Adjointe à Plounévez-Lochrist GUERNIC Françoise Armorique Habitat

Plus en détail

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée»

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» «SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» intéresser, l entendre, et transformer en soins de vie ce qu elle veut nous dire qu elle soit atteinte

Plus en détail

SUPPLEMENT AU DIPLÔME

SUPPLEMENT AU DIPLÔME SUPPLEMENT AU DIPLÔME Le présent supplément au diplôme (annexe descriptive) suit le modèle élaboré par la Commission européenne, le Conseil de l'europe et l'unesco/cepes. Le supplément vise à fournir des

Plus en détail

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession Position adoptée par Conseil national de l Ordre des infirmiers le 14 septembre 2010 Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Plus en détail

NOUVELLE THEMATIQUE A L EXPLORATOIRE! Les métiers au service de la santé

NOUVELLE THEMATIQUE A L EXPLORATOIRE! Les métiers au service de la santé NOUVELLE THEMATIQUE A L EXPLORATOIRE! Les métiers au service de la santé L Exploratoire raconte la «belle histoire» d un territoire engagé à maintenir et accroître le niveau de santé de toute sa population,

Plus en détail

Pôle de compétence en promotion de la santé région Centre en Promotion de la Santé en Région Centre. Salon des formations en promotion de la santé

Pôle de compétence en promotion de la santé région Centre en Promotion de la Santé en Région Centre. Salon des formations en promotion de la santé Fédération Régionale des Acteurs FRAPS Pôle de compétence en promotion de la santé région Centre en Promotion de la Santé en Région Centre Salon des formations en promotion de la santé Mardi 20 janvier

Plus en détail

Contribution de Médecins du Monde

Contribution de Médecins du Monde Contribution de Médecins du Monde Conférence nationale de lutte contre la pauvreté et les exclusions des 10 et 11/12/12 Thématique Hébergement / logement Cette contribution fait suite à la participation

Plus en détail

Frédéric WONÉ Médecin Coordonnateur EHPAD «Parrot» et «Beaufort-Magne» Centre Hospitalier de Périgueux

Frédéric WONÉ Médecin Coordonnateur EHPAD «Parrot» et «Beaufort-Magne» Centre Hospitalier de Périgueux Frédéric WONÉ Médecin Coordonnateur EHPAD «Parrot» et «Beaufort-Magne» Centre Hospitalier de Périgueux Xavier GERVAIS Médecin Coordonnateur EHPAD «Les Balcons de Tivoli» Le Bouscat Mise en œuvre confiée

Plus en détail

RÈGLEMENT DU RESTAURANT SCOLAIRE

RÈGLEMENT DU RESTAURANT SCOLAIRE S O M M A I R E Préambule Règlement Objectifs Ecole / cantine Quelques chiffres Le prestataire 1 2 Préambule RÈGLEMENT DU RESTAURANT SCOLAIRE A N N É E 2 0 1 2 / 2 0 1 3 La municipalité de CHAMPAGNIER

Plus en détail

L hôpital dans la société. L expérience du CHU de Paris, l AP HP. Pierre Lombrail, Jean-Yves Fagon

L hôpital dans la société. L expérience du CHU de Paris, l AP HP. Pierre Lombrail, Jean-Yves Fagon L hôpital dans la société. L expérience du CHU de Paris, l AP HP. Pierre Lombrail, Jean-Yves Fagon Colloque Santé et Société Quels déterminants de santé et quel système de soins pour la santé de toute

Plus en détail

L'Obésité : une épidémie?

L'Obésité : une épidémie? Communiqué de presse 5 mars 2014 L'Obésité : une épidémie? Résultats de l'étude MGEN «Habitudes de vie et surpoids» 3 Français sur 4 se jugent en bonne santé, 1 sur 2 est en surpoids, 16% sont obèses 2/3

Plus en détail

AUTORISATION DU CLIENT POUR LA COLLECTE, L UTILISATION ET LA DIVULGATION DE RENSEIGNEMENTS PERSONNELS SUR SA SANTÉ

AUTORISATION DU CLIENT POUR LA COLLECTE, L UTILISATION ET LA DIVULGATION DE RENSEIGNEMENTS PERSONNELS SUR SA SANTÉ AUTORISATION DU CLIENT POUR LA COLLECTE, L UTILISATION ET LA DIVULGATION DE RENSEIGNEMENTS PERSONNELS SUR SA SANTÉ Le présent formulaire sert à obtenir votre consentement éclairé en ce qui a trait à la

Plus en détail

Logements Entraide Générations

Logements Entraide Générations Logements Entraide Générations Présentation Logements Entraide Générations développe une idée simple : loger des jeunes entre 18 et 30 ans, à la recherche d un logement chez un sénior disposant d une chambre

Plus en détail

PLAN D ACTION 2014-2015 Présenté à l assemblée générale annuelle du 18 juin 2014

PLAN D ACTION 2014-2015 Présenté à l assemblée générale annuelle du 18 juin 2014 PLAN D ACTION 2014-2015 Présenté à l assemblée générale annuelle du 18 juin 2014 NOTE Il faut considérer que le CV est constitué d une petite équipe et de finances limitées. Il faut conserver de l espace

Plus en détail

Qui sont-ils? Pedro. Tamacha. 9 En quantité, Tamacha mange suffisamment, mais son alimentation n est pas satisfaisante en qualité.

Qui sont-ils? Pedro. Tamacha. 9 En quantité, Tamacha mange suffisamment, mais son alimentation n est pas satisfaisante en qualité. Pedro Tamacha 9 Normalement, Pedro devrait consommer 3 100 kcal/jour pour être en bonne santé et avoir une activité normale, il lui manque 800 calories. 9 Son régime alimentaire est composé de riz, pommes

Plus en détail

La gazette des temps d accueil périscolaires de Kerhoas

La gazette des temps d accueil périscolaires de Kerhoas La gazette des temps d accueil périscolaires de Kerhoas Numéro 4 mai juin 2014 Au menu de votre gazette : 1. Les animations mises en place sur les temps de midi/2 et de pré et post-scolaire. 2. Les animations

Plus en détail

Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie

Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie 1 Le cap fixé : - le projet académique 2011-2015 - et sa lecture par et pour l action des médecins et infirmier(e)s de l E.N Deux postulats : Le

Plus en détail

Master 215. Mast e r pr of e s s ionne l 2èm e a n n é e d e l a m e n t i o n É c o n o m i e. Ma st er 2 1 5

Master 215. Mast e r pr of e s s ionne l 2èm e a n n é e d e l a m e n t i o n É c o n o m i e. Ma st er 2 1 5 Master 215 Éco n om ie e t G e s t i o n d e s o r gani sat i o ns médi co - so cia les Mast e r pr of e s s ionne l 2èm e a n n é e d e l a m e n t i o n É c o n o m i e et g e s tion de s s y s tè mes

Plus en détail

Une exposition : «Les services à la personne»

Une exposition : «Les services à la personne» Une exposition : «Les services à la personne» Pour tous vos forums, salons, espaces d'accueil de public, une exposition itinérante en 4 panneaux (100 x 40 cm) disponible gratuitement. Un aperçu des activités,

Plus en détail

Lundi. Mardi Mercredi. Jeudi. Vendredi. LeS nouveaux rythmes à l école primaire. Exemples d emplois du temps

Lundi. Mardi Mercredi. Jeudi. Vendredi. LeS nouveaux rythmes à l école primaire. Exemples d emplois du temps Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi LeS nouveaux rythmes à l école primaire Exemples d emplois du temps Mars 2014 n exemple d organisation des temps scolaire et périscolaire Commune de 21 000 habitants

Plus en détail

MIEUX COMPRENDRE LE SYSTÈME DE SANTÉ POUR SE SOIGNER

MIEUX COMPRENDRE LE SYSTÈME DE SANTÉ POUR SE SOIGNER Pour en savoir plus, rendez-vous sur : MIEUX COMPRENDRE LE SYSTÈME DE SANTÉ POUR SE SOIGNER www.cmu.fr www.ameli.fr www.securite-sociale.fr + 3646 ACS CMU Caisse Primaire d Assurance Maladie 657 boulevard

Plus en détail

La santé des jeunes Rhônalpins en insertion

La santé des jeunes Rhônalpins en insertion La santé des jeunes Rhônalpins en insertion Diagnostic commun et actions partenariales URML, URHAJ et MFRA CRDSU (centre de ressources et d'échanges pour le développement social urbain) 12 octobre 2012

Plus en détail

ZOOM ETUDES Les études paramédicales. Auditorium de l Institut Français du Bénin 9 novembre 2013

ZOOM ETUDES Les études paramédicales. Auditorium de l Institut Français du Bénin 9 novembre 2013 ZOOM ETUDES Les études paramédicales Auditorium de l Institut Français du Bénin 9 novembre 2013 L enseignement supérieur français - santé Études de médecine, pharmacie et odontologie : Universités en partenariat

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE CONSTRUCTION D UNE SECTION D ÉDUCATION MOTRICE AU COLLEGE DU MARAIS DE CAUFFRY UN PROJET RARE EN FRANCE

DOSSIER DE PRESSE CONSTRUCTION D UNE SECTION D ÉDUCATION MOTRICE AU COLLEGE DU MARAIS DE CAUFFRY UN PROJET RARE EN FRANCE DOSSIER DE PRESSE CONSTRUCTION D UNE SECTION D ÉDUCATION MOTRICE AU COLLEGE DU MARAIS DE CAUFFRY UN PROJET RARE EN FRANCE La rentrée scolaire 2015-2016 sera marquée par la construction d un bâtiment destiné

Plus en détail

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Établissements de santé Droits et accueil des usagers Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Recommandations et indicateurs Préface Faire face aux inégalités de santé qui touchent tout

Plus en détail

MIEUX COMPRENDRE LE SYSTÈME DE SANTÉ POUR SE SOIGNER

MIEUX COMPRENDRE LE SYSTÈME DE SANTÉ POUR SE SOIGNER Pour en savoir plus, rendez-vous sur : www.cmu.fr www.ameli.fr www.securite-sociale.fr + 3646 MIEUX COMPRENDRE LE SYSTÈME DE SANTÉ POUR SE SOIGNER ACS CMU Caisse Primaire d Assurance Maladie 5, avenue

Plus en détail

RECO. Définition des bonnes pratiques de prévention dans les centres d appels téléphoniques R.470

RECO. Définition des bonnes pratiques de prévention dans les centres d appels téléphoniques R.470 RECO DU COMITE TECHNIQUE NATIONAL DES ACTIVITES DE SERVICES 1 Définition des bonnes pratiques de prévention dans les centres d appels téléphoniques Yves Cousson - INRS Pour vous aider à : réduire le bruit

Plus en détail

Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge Pôle de santé du Canton d Aulnay de Saintonge MSP Aulnay et Néré PROJET D AULNAY PSP

Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge Pôle de santé du Canton d Aulnay de Saintonge MSP Aulnay et Néré PROJET D AULNAY PSP Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge PROJET D AULNAY MSP PSP Réseau de santé de proximité Historique Objectifs Particularités Avenir Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge MAISON DE SANTE

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

PROGRAMME FUGUE. Les horaires vous seront signalés une fois les inscriptions closes. Total des heures : 14

PROGRAMME FUGUE. Les horaires vous seront signalés une fois les inscriptions closes. Total des heures : 14 PROGRAMME FUGUE Les deux jours se composent d une approche corporelle et mentale, alternant l étude des «manières de faire» (techniques) et des «manières d être» (états intérieurs et manifestations extérieures)

Plus en détail

En quoi consistera ce jeu?

En quoi consistera ce jeu? 1 Projet Comité d Education à la Santé et à la Citoyenneté inter degré Création jeu par les élèves de l école du Gliesberg, de l école Martin Schongauer et du collège Hans Arp de Strasbourg Création d

Plus en détail

BIENVENUE BILAN DE LA PHASE 1 BIARRITZ, LE 19 SEPTEMBRE 2012

BIENVENUE BILAN DE LA PHASE 1 BIARRITZ, LE 19 SEPTEMBRE 2012 BIENVENUE BILAN DE LA PHASE 1 BIARRITZ, LE 19 SEPTEMBRE 2012 ELEMENTS DE COMPARAISON TRANSFRONTALIERE POUR LE PROJET D+COMFOR ELEMENTS DE COMPARAISON 1º/ CARACTERISTIQUES DES STRUCTURES PARTICIPATIVES.

Plus en détail

SANTE ECOLE ENSEIGNANTS

SANTE ECOLE ENSEIGNANTS SANTE ECOLE ENSEIGNANTS Formation des directeurs 13 mai 2014 Nadine Colin, déléguée MGEN SANTE ECOLE ENSEIGNANTS 1. La MGEN, acteur de santé? 2. Eléments de réflexion et de débats 3. Dispositifs et outils

Plus en détail

SOMMAIRE. Chers locataires, chers résidants, Nos engagements 4

SOMMAIRE. Chers locataires, chers résidants, Nos engagements 4 SOMMAIRE Nos engagements 4 Les Services Mode d Emploi 5 Les Services Santé et Bien Etre 6 Les Services Gain de Temps 8 Les Services Plus 10 Comment nous contacter? 12 Chers locataires, chers résidants,

Plus en détail