THESE. en vue de l obtention du grade de. le 7 juillet 2008

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "THESE. en vue de l obtention du grade de. le 7 juillet 2008"

Transcription

1 THESE en vue de l obtention du grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ DE TOULOUSE délivré par l INSA de Toulouse Spécialité : Génie des Procédés de l Environnement Présentée et soutenue par Angélique DELAFOSSE le 7 juillet 2008 ANALYSE ET ÉTUDE NUMÉRIQUE DES EFFETS DE MÉLANGE DANS UN BIORÉACTEUR JURY : Michael YIANNESKIS Professeur, King s College London Rapporteur Annie MARC Directeur de recherche CNRS, ENSAIA Nancy Rapporteur Nic LINDLEY Directeur de recherche CNRS, INSA Toulouse Examinateur Jéremy PRUVOST Maître de conférences, Université de Nantes Examinateur Olivier SIMONIN Professeur, ENSEEIHT Toulouse Examinateur Pascal GUIRAUD Professeur, INSA Toulouse Co-directeur Jérôme MORCHAIN Maître de conférences, INSA Toulouse Co-directeur École doctorale : Mécanique, Énergétique, Génie civil, Procédés Unité de recherche : Laboratoire d Ingénierie des Systèmes Biologiques et des Procédés

2

3 RÉSUMÉ Ce travail de thèse part d un constat : lors de l augmentation de la taille des bioréacteurs, des baisses significatives de performances sont observées lors de certaines cultures industrielles. Dans ces cultures, la diminution de la qualité du mélange entre la solution d alimentation en substrat et le milieu de culture est considérée comme étant l une des causes principales de la diminution des performances lors de l extrapolation des bioréacteurs. L objectif de ce travail de thèse a alors été d étudier le mélange dans les bioréacteurs de type cuve agitée afin d analyser les interactions potentielles entre mélange et réaction biologique. L étude du mélange a été réalisée en utilisant la Mécanique des Fluides Numériques. Deux simulations ont été réalisées : une simulation basée sur les équations de Navier-Stokes en moyenne de Reynolds (RANS), et une simulation des grandes échelles ou Large Eddy Simulation. La première étape de ce travail a été de valider les résultats des deux simulations réalisées avec des données expérimentales disponibles dans le jet de l agitateur. La comparaison des données expérimentales et numériques montrent qu une simulation permet de résoudre l hydrodynamique avec une excellente précision, elle a donc été utilisée pour caractériser le mélange au sein de la cuve. Un traçage numérique a été réalisé afin notamment d étudier l influence de la position du point d injection sur le mélange. Simultanément à l injection des traceurs, un suivi lagrangien de particules a également été réalisé dans le but d étudier les variations de l environnement que peuvent expérimenter des microorganismes. Mots-clés : mélange, réaction biologique, cuve agitée, turbulence, hydrodynamique, Mécanique des Fluides Numérique, Large Eddy Simulation, simulation RANS, suivi lagrangien de particules. ABSTRACT This study is based on a observation : when the size of a bioreactor increases, the biological production performances tend to decrease for some industrial cultures. This decrease is due in part to the reduction of the mixing efficiency with the scale-up of the bioprocess. Thus, the aim of this thesis was to study the mixing process in a bioreactor and to analyse the interactions between mixing and biological reactions. The mixing study was performed using Computational Fluid Dynamics. Two kinds of simulation were used : a Reynolds-Averaged Navier-Stokes simulation and a Large Eddy Simulation. The first step was to assess the numerical hydrodynamics of the two simulations from results obtained by Particule Image Velocimetry experiments in the impeller discharge of the stirred tank used. These first results have shown that the Large Eddy Simulation solve with an excellent accuracy the hydrodynamics, so the LES was used to caracterize mixing in the tank. The mixing of an inert scalar was followed to study the influence of the injection location on the mixing process. At the same time, a Lagrangian particle tracking was performed to study the variation of their microenvironment that can be observed by microorganisms. Keywords : mixing, biological reaction, stirred tank, turbulence, hydrodynamics, CFD, Large Eddy Simulation, RANS simulation, lagrangian tracking.

4

5 REMERCIEMENTS En premier lieu, je tiens à remercier mes directeurs de thèse, Pascal Guiraud et Jérôme Morchain, sans qui cette thèse n aurait jamais eu lieu. Merci pour la confiance et l autonomie qu ils m ont accordé au cours de ce travail. Une partie de ce travail n aurait pas été possible sans la contribution d Alain Liné. Un très grand merci pour l aide qu il m a apportée. Pendant longtemps, j ai été persuadée que la Mécanique des Fluides m était complètement inaccessible mais il m a démontré le contraire. Je tiens également à remercier l ensemble du jury pour avoir accepté de lire et de juger ce travail : Nic Lindley, Olivier Simonin, Jéremy Pruvost et plus particulièrement mes rapporteurs Annie Marc et Michael Yianneskis. Un merci particulier à Michael Yianneskis pour avoir accepté de lire une thèse dans une langue qui ne lui est pas familière. J ai débuté ma thèse au sein du Laboratoire d Ingénierie des Procédés de l Environnement, aujourd hui Laboratoire d Ingénierie des Systèmes Biologiques et des Procédés. Je souhaite remercier toutes les personnes que j y ai rencontrées, enseignants-chercheurs, doctorants, post-doctorants, stagiaires, personnel technique et administratif, qui ont fait, font et feront de ce laboratoire non seulement un lieu de travail mais également un lieu de convivialité et de rencontres. Un merci particulier à Danièle sans qui je me serais noyée sous la paperasse. Merci aussi pour tous les coups de main et les coups de pied aussi, dieu sait que j en ai besoin parfois... Tous mes remerciements également à l équipe enseignante du département de Génie des Procédés de l Environnement pour m avoir fait confiance et donné la chance d apprendre le métier d enseignant, d abord en temps que vacataire puis ATER. L enseignement fut pour moi une expérience très enrichissante. Un grand merci à Domi, Christelle, Stéphanie, Jean-Stéphane, Arnaud, Jérôme qui m ont formée et qui ont toujours été disponibles en cas de besoin. Merci également à Dominique (Téléphone!) pour tous les coups de main en cas de problèmes techniques (ou tout simplement quand je ne savais pas démarrer correctement une manip). Pendant ces 4 années passées dans le laboratoire, j ai rencontré de nombreuses personnes qui sont passées du statut de collègue au statut de pote et pour certains d ami. J aimerais pouvoir tous les remercier de manière individuelle mais la liste est longue entre les doctorants, post-doctorants et stagiaires partis et arrivés au cours de ma thèse... Donc un très GRAND MERCI à tous pour tous ces moments partagés (au labo ou ailleurs...), l entraide et le soutien qui ont fait que ma thèse s est déroulée dans un environnement convivial et agréable. Ces quatre années furent, grâce à vous tous, non seulement une expérience scientifique et professionnelle mais également une extraordinaire expérience personnelle.

6 Parmi toutes les personnes que j ai eu la chance de rencontrer au cours de mes 4 ans de thèse, je tiens tout de même à remercier individuellement ceux qui m ont accompagnée au quotidien, pendant toute la durée de ma thèse ou sur une période plus réduite. Cette période de ma vie ne fut pas de tout repos, autant pour moi que pour tous ceux qui ont eu à me subir au jour le jour... Pour commencer, un grand merci à ceux qui ont eu à côtoyer au bureau une espèce d autiste, sourde et muette, tous les jours de la semaine pendant près d un an. Merci à Mallory, Charlotte, Yanping, Mint et Seb d avoir réussi à me supporter. Une petite pensée également pour mes précédents colocataires de bureau. Je pense notamment à Carole, qui fut une petite maman pour tous les thésards qui ont débarqué au labo. Merci pour tous les services et les conseils d une vétérante. Une mention spéciale pour deux de mes (infortunés) colocataires de bureau qui ont eu à me supporter plus que les autres, à corriger ma thèse et, surtout, à subir mes ras-le-bol quotidiens lors de la rédaction de ma thèse. Galanterie oblige, commençons par Maelle. Veinarde qu elle est, elle débarque en thèse en octobre 2007, toute motivée, pour poursuivre la thématique engagée avec ma thèse et tombe sur une thésarde en fin de thèse et pas loin d être au fond du gouffre. Mais, Maelle toute crachée, même pas peur elle fonce et je l en remercie. Elle me fut d un grand secours pour : les corrections, ces petits repas du midi préparés avec amour, tous ces cafés bus et toutes ces clopes fumées (c est un miracle que j ai n ai pas fini avec un ulcère) à m écouter râler encore et toujours, les potins et autres ragots et les discussions chiffon (ça change agréablement des discussions boulot)... Dans cette thèse, il y a un peu de Florian au sens propre (trois petits points...) et beaucoup au sens figuré. Il fut bien plus qu un collègue et qu un ami pendant les deux années où nous avons partagé le bureau et où il a squatté le balcon de notre appart. Ce fut mon coach personnel sur la fin et ma thèse et moi-même lui devons beaucoup. J ai attrapé le virus de la Méca Flu grâce à (ou à cause de?) lui et nos discussions scientifiques généralement très animées (demandez à Maelle) que nous avons eu au boulot comme ailleurs (Je ne connais que lui pour parler de Méca Flotte jusqu à minuit dans un bar le jour de la Saint-Valentin) vont me manquer. Je ne saurai passer sur ceux qui ont partagé ma vie, week-end et jours fériés compris : mes colocataires. J ai partagé ma vie avec 2 colocotaires pendant 3 ans. En 3 ans, je n ai pas bougé de cette coloc mais mes colocs, eux, ont changé d une année sur l autre. Avant tout, je tiens déjà à leur tirer mon chapeau pour avoir réussi à supporter une ourse telle que moi! Commençons par l instigateur de ce projet de coloc : Monsieur Julien Reungoat. On a débarqué tous les 2 en thèse en octobre 2004, encore tout frais et tout jeunes, sans vraiment savoir ce qui allait nous attendre. On a vite trouvé des points communs : on est verseau, on est breton (si si je suis bretonne ne vous en déplaise! Il n y a pas que le Finistère Nord en Bretagne!) et on a tous les deux une descente qui ne fait pas honte à nos origines... De ça, et de bien d autres choses encore, est née l idée de cette coloc. Après 1 an de vie commune et 3

7 ans de thèse, je suis sure d une chose : Julien a l épaule la plus confortable que je connaisse... Aujourd hui, Julien est parti s exiler au pays des kangourous mais il y aura toujours une bière fraîche qui l attendra, quelque soit l endroit où je vais atterrir. L idée de la coloc a commencé avec Julien et moi-même, mais elle s est très vite étendu à Laurette, notre sosie officiel de Dalida et juke-box vivant (Ne faites jamais un blind test contre elle, vous n avez aucune chance). Jusqu ici, le destin ne semblait pas vouloir nous rapprocher. On a été voisines à deux reprises avant mon arrivée en thèse et on ne s est pour ainsi dire jamais adressé la parole. Et cela, malgré pas mal de connaissances, et certainement quelques soirées passées, en commun. Le destin a fini par nous rattraper avec mon arrivée en thèse dans la Liné Team. Un an, plusieurs apéros et squats sur son canapé plus tard, nous voilà en coloc et dans le même bureau, pour deux années de travail acharné, de shoppings, de soirées, de délires, et de quelques coups de gueule aussi... Mettez une cagole (avé l accent SVP) de Montpellier avec une Bretonne au caractère de cochon (que c est!) et le résultat peut être explosif, mais heureusement très passager. Au bout d un an, Julien nous quitte et voilà que débarque dans la coloc, et dans le même bureau aussi, un réunionnais, le petit Sam, tout frais arrivé d Afrique du Sud. Pendant un an, il nous a régalé de ses petits plats épicés (j en salive encore), de ses délires mais aussi de son caractère de cochon qui le rend si attachant. La valse des colocataires continue et nous en arrivons à la dernière coloc en date (aka la coloc des Crevards), celle qui a vécu ma rédaction de thèse de très très près, et qui a probablement vu le balcon occupé le plus souvent (Ah le bon vieux temps!). Je ne sais pas comment j aurai survécu sans cette coloc. Premier arrivé dans cette dernière fournée, le Ben qui a repris, avec brio, le rôle de cuisinier, et de râleur aussi, laissé vacant par le petit Sam. Il est l un des plus grands chieurs que j ai eu la malchance de rencontrer, mais il faut reconnaître que sans lui je serais morte de faim, de soif aussi probablement. Il fut aussi l un de ceux qui ont dû supporter mes ras-le-bol jour après jour. Étant passé par là lui-même très récemment, je pense qu il comprend maintenant. Une petite dédicace à Emeuh aussi qui a l immense courage de garder Ben de temps en temps. Les deux réunis m ont bien divertie avec leurs chamailleries quotidiennes. Dernier arrivé, Vincent aka Le Malien ou Le Fantôme ou Monsieur Météo, qui m a également empêcher de mourir de faim (et de soif) en me nourrissant de délicieuses pâtes et de quiches de temps en temps. Le pauvre, il a dû supporter deux thésards en rédaction en l espace d un an et, en nous voyant, je doute qu il ait regretté de ne pas aller jusqu au bout de sa thèse. A toutes ces personnes qui ont partagé mon bureau et mon appart pendant cette thèse, je dois beaucoup. Je dois également énormément à ma petite pouf Marlène. Elle est arrivée quelques mois après Julien et moi au labo, elle aussi en thèse, elle aussi Bretonne (Ce fut une invasion) et elle aussi Verseau. Il faut croire qu on était destiné à bien s entendre. A la fois coupine, grande soeur et maman, elle m a accompagnée tout au long de ces quatre ans de thèse et fut un soutien de tous les instants. Je ne pourrais jamais assez la remercier pour tout ce

8 qu elle a fait pour moi. Je tenais juste à dire : Da garout a ran ma poule. Voilà, je crois que j ai fait le tour des personnes qui m ont accompagné au quotidien sur ce petit bout de chemin. Il me reste à remercier maintenant les personnes qui m accompagnent depuis toujours. Tout ce que je suis aujourd hui et tout ce que j ai réalisé, je le dois avant tout à ma famille. Il n y a pas de mots assez forts pour exprimer toute ma reconnaissance pour leur soutien de tous les instants. Un grand merci du fond du coeur à mes parents qui m ont toujours soutenue dans les choix que j ai fait. Quant à mes deux géants de frérots, Régis et Fabrice, ils furent également d un grand soutien moral au cours de cette thèse. A eux aussi, je dois beaucoup. Une petite pensée enfin pour la dernière addition au clan Delafosse : Maïwenn. Du haut de ces presque 4 ans, elle fut, et reste, une vraie bouffée d oxygène pour moi.

9 TABLE DES MATIÈRES NOTATIONS 1 INTRODUCTION 5 CHAPITRE 1 : SYNTHÈSE BIBLIOGRAPHIQUE 9 1. Réactions biologiques et bioréacteurs : Quelques notions Métabolisme microbien Fonctionnement des bioréacteurs Modification de la composition de l environnement : réponse des microorganismes Modélisation des réactions biologiques Modèles non-structurés Modèles structurés Conclusion Interactions entre mélange et réaction biologique : Mise en évidence expérimentale De l échelle du laboratoire à l échelle industrielle Hétérogénéité de mélange dans les bioréacteurs de laboratoire Hétérogénéité de mélange dans les bioréacteurs industriels Existence de gradients de concentration en substrat carboné Conséquences sur les performances biologiques Conclusions : Mélange et fonctionnement biologique Mécanismes de mélange turbulent Caractérisation de l état de mélange

10 3.2 Mécanismes et échelles du mélange turbulent Macromélange ou Mélange convectif Mélange inertiel-convectif ou Mesomélange Mélange visqueux-convectif ou Micromélange par incorporation Mélange visqueux-diffusif ou Micromélange par diffusion Conclusions Modélisation du mélange turbulent Mécanique des fluides numérique Approche mécanistique Modélisation du macromélange Association de réacteurs idéaux Modèles de compartiments Modèles de micromélange Modèle de Zwietering Modèle Interaction par Échange avec la Moyenne Modèle Engulfment Couplage du mélange et de la réaction biologique : État de l art Conclusion CHAPITRE 2 : INTERACTIONS MÉLANGE RÉACTION : ANALYSE QUALITATIVE Retour sur les expériences de la littérature : Quels mécanismes de mélange? Influence du macromélange Influence du mesomélange et/ou du micromélange Conclusions Analyse des échelles caractéristiques du mélange et de la réaction biologique Échelles caractéristiques du mélange dans les bioréacteurs

11 2.2 Echelles caractéristiques des réactions biologiques Comparaison des temps caractéristiques Synthèse Conclusions : Que voit les microorganismes pendant leur parcours? CHAPITRE 3 : HYDRODYNAMIQUE D UNE CUVE AGITÉE Simulations numériques d une cuve agitée : Mise en oeuvre Paramètres des modèles de turbulence Simulation RANS Large Eddy Simulation Configuration et maillage de la cuve agitée Dimensions de la cuve et de l agitateur Maillage Conditions aux limites Méthode numérique Discrétisation Discrétisation spatiale Discrétisation temporelle Résolution Sous-relaxation Couplage vitesses-pression Critères de convergence Traitement des données numériques Principe du traitement : Décomposition triple Traitement statistique des données de simulations Simulation LES Simulation RANS Détermination du taux de dissipation de l énergie cinétique turbulente. 98

12 3. Résultats des simulations et comparaisons à l expérience Vitesses moyennes et vitesses du mouvement organisé Vitesses en moyenne d ensemble Vitesses du mouvement organisé Boucles de circulation Énergie cinétique et tenseurs de Reynolds Énergie cinétique du mouvement organisé et turbulent Tenseur de Reynolds du mouvement turbulent Taux de dissipation de l énergie cinétique turbulente Valeurs moyennes globales Simulation LES : Influence de la constante du modèle de sous-maille Valeurs locales du taux de dissipation de l énergie cinétique turbulente Vortex traînants Trajectoire des vortex traînants Vortex traînants, énergie cinétique et taux de dissipation Énergie cinétique turbulente Taux de dissipation de l énergie cinétique turbulente Bilan et conclusions CHAPITRE 4 : CARACTÉRISATION DU MÉLANGE EN CUVE AGITÉE Hétérogénéités spatiales et temporelles de la turbulence et du mélange Hétérogénéité spatiale de la turbulence Compartimentation spatiale basée sur l énergie cinétique turbulente et son taux de dissipation Répartition volumique de l énergie cinétique turbulente Taux de dissipation de l énergie cinétique turbulente Conclusions Répartition volumique des échelles de mélange

13 1.2.1 Valeurs moyennes réelles des échelles de mélange Répartition volumique Hétérogénéité des échelles de mélange : Conclusions Hétérogénéité temporelle du taux de dissipation et des échelles de micromélange Hétérogénéités spatiales et temporelles : Conclusions Mélange d un traceur inerte : Influence du point d injection Traçage numérique : Mise en oeuvre Évolution des concentrations Temps de mélange macroscopique Évolution de l intensité de la ségrégation dans l ensemble de la cuve Mélange d un traceur : Conclusions Approche lagrangienne : Trajectoires de particules fluide Suivi de trajectoire de particules : Mise en oeuvre Distribution des temps de circulation et des temps de séjour Temps de circulation et temps de séjour : Méthode de détermination Temps de circulation à travers l agitateur : Validation des trajectoires Temps de circulation et temps de séjour par rapport à une zone d alimentation Conclusions Historiques des valeurs observées par les particules Historique des taux de dissipation Historique des concentrations Assimilation de substrat par les particules Conclusions CONCLUSIONS ET PERSPECTIVES 191 REFERENCES 195

14

15 NOTATIONS LETTRES GRECQUES ǫ Taux de dissipation de l énergie cinétique turbulente m 2.s 3 ǫ V Taux de dissipation moyen dans l ensemble du volume m 2.s 3 η B Échelle de Batchelor m η K Échelle de Kolmogorov m λ Microéchelle de Taylor m Λ Échelle intégrale de la turbulence m Λ C Échelle intégrale des fluctuations de concentration m µ Viscosité dynamique du fluide kg.m 1.s 1 µ T Viscosité dynamique turbulente kg.m 1.s 1 µ X Vitesse spécifique de croissance s 1 ν Viscosité cinématique du fluide m 2.s 1 ν T Viscosité cinématique turbulente m 2.s 1 ρ Masse volumique du fluide kg.m 3 σ Nombre d ondes m 1 σ k σ ǫ Constante du modèle k ǫ dans l équation du transport de l énergie cinétique Constante du modèle k ǫ dans l équation du transport du taux de dissipation [-] [-] τ ij Tenseur des contraintes de Reynolds kg.m 1.s 2 1

16 Notations τ S Temps de séjour dans une zone de la cuve s LETTRES ROMAINES c α Concentration de l espèce α kg.m 3 C Distance entre le fond de la cuve et le mobile d agitation m C µ Constante du modèle k ǫ dans l équation de la viscosité turbulente [-] C ǫ1 C ǫ2 Constante du modèle k ǫ dans l équation de transport du taux de dissipation Constante du modèle k ǫ dans l équation de transport du taux de dissipation [-] [-] C S Constante du modèle de sous-maille en LES [-] D Diamètre du mobile d agitation m e D Epaisseur de la couche de diffusion m k Énergie cinétique turbulente m 2.s 2 H Hauteur de fluide dans la cuve m I S Intensité de la ségrégation [-] k MO Énergie cinétique du mouvement organisé m 2.s 2 k MT Énergie cinétique turbulente m 2.s 2 k TOT Énergie cinétique totale m 2.s 2 l B Largeur des chicanes de la cuve m l P Longueur des pâles du mobile d agitation m N Vitesse de rotation du mobile d agitation s 1 N P Nombre de puissance [-] 2

17 Notations N QC Nombre de circulation [-] N QP Nombre de pompage [-] p Pression de l écoulement Pa P Puissance consommée par le système d agitation W q S Vitesse spécifique d assimilation du substrat kgs.kgx 1.s 1 Q C Débit de circulation m 3.s 1 Q P Débit de pompage m 3.s 1 Re Nombre de Reynolds [-] S Concentration en substrat kgs.m 3 Sc Nombre de Schmidt [-] Sc T Nombre de Schmidt turbulent [-] S ij Tenseur des contraintes de cisaillement m.s 1 t C Temps de circulation s t Dm Temps caractéristique de la diffusion moléculaire s t Ds Temps de micromélange par diffusion s t E Temps de micromélange par incorporation s t m Temps de macromélange s t S Temps de mesomélange s t B Épaisseur des chicanes m t P Épaisseur des pales de l agitateur m T Diamètre de la cuve agitée m u i Vitesse instantanée de l écoulement dans la direction i m.s 1 3

18 Notations u i Moyenne temporelle de la vitesse de l écoulement dans la direction i m.s 1 u i Fluctuation périodique de la vitesse dans la direction i m.s 1 u i Fluctuation instantanée de la vitesse de l écoulement dans la direction i m.s 1 V Volume de la cuve agitée m w Hauteur d une pâle du mobile d agitation m X Concentration en biomasse kgx.m 3 Y XS Rendement de croissance de la biomasse sur le substrat utilisé kgx.kgs 1 4

19 INTRODUCTION Dans la pratique industrielle, l extrapolation d un procédé biologique passe par de multiples étapes intermédiaires au cours desquelles, à mesure que la taille du réacteur de culture augmente, les paramètres de conduite sont réajustés afin de conserver une performance acceptable. Une certaine dose d empirisme ou d expertise pratique est indispensable à cette phase d extrapolation. Mais il faut également reconnaître que cet état de fait résulte de notre capacité limitée à intégrer l ensemble des phénomènes dans un modèle prédictif global permettant l étude complète de l effet d échelle sur la performance des procédés biologiques. L étude présentée ici se situe dans le cadre général de l identification de critères pertinents pour l extrapolation des bioréacteurs. Elle entend contribuer à une meilleure identification des phénomènes et des échelles associées. Elle présente des outils autorisant le couplage entre les phénomènes d origine physique et biologique dans les bioréacteurs industriels. Les phénomènes principaux à l oeuvre dans un bioréacteur industriel sont : le mélange, le transfert de matière gaz-liquide (aération, absorption), le transfert de matière liquide-cellules, les réactions dans la phase biologique. Les couplages entre ces différents phénomènes sont importants : - Les champs de concentrations en phase liquide résultent de l interaction entre transport et réaction, c est-à-dire de l interaction entre l hydrodynamique interne du réacteur (généralement diphasique en régime turbulent) et les réactions en phase biologique ; - Le transfert gaz-liquide est lié, entre autres, à l intensité de la réaction biologique, à la rétention gazeuse et à l agitation de la phase liquide ; - Le transfert de masse phase liquide-phase biologique découle à la fois de la qualité du mélange en phase liquide à l échelle des cellules, et de la capacité des cellules à assimiler le flux apporté par l environnement liquide. Ainsi, on peut considérer que la nature et l intensité des réactions biologiques sont conditionnées par les flux de masse échangés avec la phase liquide. Ce dernier point est tout à fait spécifique par rapport aux réactions chimiques. De plus, il est avéré que l augmentation de la taille du réacteur de culture s accompagne d une hétérogénéité spatiale des champs de concentration. Ainsi, au cours de son transport dans le bioréacteur, une 5

20 Introduction cellule subit des fluctuations de concentrations et l on est amené à s interroger quant à l impact de ces fluctuations, sur d une part la performance globale, et, d autre part, sur la production d hétérogénéité au sein même de la phase biologique (au sens d une diversification du niveau ou du type de compétences réalisables par chaque organisme). Une deuxième caractéristique essentielle du problème abordé concerne la très large gamme d échelles pouvant jouer un rôle : les principaux microorganismes cultivés industriellement se situent dans la gamme 1 à 30 µm (bactéries, levures, cellules animales) tandis que la taille du réacteur de culture évolue entre quelques décilitres ou litres au laboratoire jusqu à plusieurs dizaines de mètres cubes à l échelle de la production industrielle. Ces deux caractéristiques, nombreux phénomènes couplés et large gamme d échelles, font de l extrapolation des bioréacteurs, une problématique industrielle actuelle et majeure, ainsi qu un challenge du point de vue académique. Précisons dès à présent que nous nous focaliserons sur les cultures de bactéries et de levures en réacteur semi-ouvert (fed-batch) qui représentent l essentiel des situations en production industrielle. Le champ d investigation est limité à l étude des interactions entre le mélange et les réactions biologiques. Les aspects diphasiques gaz-liquide en terme d hydrodynamique et de transfert ont été volontairement écartés (bien que l effet de l injection de gaz soit non négligeable). Le travail présenté se concentre ainsi sur l analyse des phénomènes, l expérimentation numérique et le développement d outils théoriques dans le but de relier les fluctuations de concentrations subies par les cellules à la performance observée à l échelle du réacteur. Pour cela, nous utiliserons des méthodologies empruntées pour certaines au génie des réacteurs, et pour d autres à la mécaniques des fluides. Enfin, dans un souci pédagogique, nous présentons les différents sujets en proposant des éclairages destinés aux lecteurs d affinités scientifiques diverses (biologie, procédé ou mécanique des fluides). Dans le chapitre bibliographique, après une brève partie destinée à fournir les notions biologiques nécessaires à la compréhension de la suite, nous présenterons une revue des expériences mettant en évidence les interactions entre mélange et réaction dans les bioréacteurs. Les mécanismes de mélange en régime turbulent et les outils de caractérisation de l état de mélange seront ensuite exposés. Nous terminerons par une synthèse des principaux modèles permettant de représenter le mélange à différentes échelles et l état de l art dans le cadre du couplage de ces modèles avec une réaction biologique. Dans le chapitre 2, destiné essentiellement à poser la problématique de cette étude, une analyse 6

L utilisation des micro-organismes pour la production de carburants et de produits (bio)-chimiques

L utilisation des micro-organismes pour la production de carburants et de produits (bio)-chimiques L utilisation des micro-organismes pour la production de carburants et de produits (bio)-chimiques I R. A L I S O N B R O G N A U X U N I T É D E B I O - I N D U S T R I E S G E M B L O U X A G R O B I

Plus en détail

Scale up Scale down : vers une meilleure intégration industrielle des biotechnologies blanches

Scale up Scale down : vers une meilleure intégration industrielle des biotechnologies blanches Agro-Bio Tech Scale up Scale down : vers une meilleure intégration industrielle des biotechnologies blanches Frank Delvigne (Ulg GxABT) Exploitation industrielle des micro organismes : biotechnologies

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

L hétérogénéité des populations microbiennes affecte l efficience des bioprocédés

L hétérogénéité des populations microbiennes affecte l efficience des bioprocédés L hétérogénéité des populations microbiennes affecte l efficience des bioprocédés Mise en ligne de la cytométrie en flux pour l optimisation des bioprocédés Frank Delvigne Université de Liège, Gembloux

Plus en détail

Chromatographie gazeuse

Chromatographie gazeuse 2012 Chromatographie gazeuse Assisstant : Bastien NEEL Group 1 : Romain LAVERRIERE (romainl0@etu.unige.ch) Tatiana PACHOVA (pachova0@etu.unige.ch) Table of content: 1 Résumé... 3 2 Introduction... 3 3

Plus en détail

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES GUIDE DES ETUDIANTS Ce guide est destiné à vous introduire au fonctionnement du Collège et du Département d études économiques européennes, en présentant les

Plus en détail

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE RÉSOLUTION Table des matières 1 Méthodes expérimentales 2 1.1 Position du problème..................................... 2 1.2 Dégénérescence de l ordre...................................

Plus en détail

MODÉLISATION ET DÉVELOPPEMENT D UN CODE DE CALCUL POUR LA SIMULATION DE CONVERTISSEURS SO 2 /SO 3

MODÉLISATION ET DÉVELOPPEMENT D UN CODE DE CALCUL POUR LA SIMULATION DE CONVERTISSEURS SO 2 /SO 3 MODÉLISATION ET DÉVELOPPEMENT D UN CODE DE CALCUL POUR LA SIMULATION DE CONVERTISSEURS SO 2 /SO 3 Belkacem Abdous, Lhachmi Kamar, Omari Lhoussaine Direction de Recherche et Développement, OCP S.A. SOMMAIRE

Plus en détail

TRAITEMENT BIOLOGIQUE

TRAITEMENT BIOLOGIQUE Référent : Service SEET Direction DPED ADEME (Angers) TRAITEMENT BIOLOGIQUE Juillet 2014 Les polluants concernés par la technique de traitement biologique sont les composés odorants et les Composés Organiques

Plus en détail

DOCTORAT DE L'UNIVERSITÉ DE TOULOUSE

DOCTORAT DE L'UNIVERSITÉ DE TOULOUSE En vue de l'obtention du DOCTORAT DE L'UNIVERSITÉ DE TOULOUSE Délivré par : Institut National Polytechnique de Toulouse (INP Toulouse) Discipline ou spécialité : Génie des Procédés et de l'environnement

Plus en détail

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION APERÇU La compétence de communication englobe l ensemble des aptitudes

Plus en détail

Génération de champ magnétique par effet dynamo : l expérience VKS

Génération de champ magnétique par effet dynamo : l expérience VKS Génération de champ magnétique par effet dynamo : l expérience VKS Nicolas Mordant Laboratoire de Physique Statistique 6 Novembre 2007 Compte-rendu de Luc Deike et Stéphanie Couvreur Introduction Les mouvements

Plus en détail

THESE DE DOCTORAT MODELISATION DE LA FORMATION DES NANOSTRUCTURES OBTENUES PAR ABLATION LASER EN REGIME FEMTOSECONDE

THESE DE DOCTORAT MODELISATION DE LA FORMATION DES NANOSTRUCTURES OBTENUES PAR ABLATION LASER EN REGIME FEMTOSECONDE MINISETRE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE MOULOUD MAMMERI, TIZI-OUZOU FACULTE DES SCIENCES DEPARTEMENT DE PHYSIQUE THESE DE DOCTORAT SPECIALITE : Physique OPTION

Plus en détail

The master thesis. (version 0.1, 20/3/05 - fix: translation!) thesis-writing. Daniel K. Schneider, TECFA, University of Geneva.

The master thesis. (version 0.1, 20/3/05 - fix: translation!) thesis-writing. Daniel K. Schneider, TECFA, University of Geneva. The master thesis The master thesis (version 0.1, 20/3/05 - fix: translation!) Code: thesis-writing Daniel K. Schneider, TECFA, University of Geneva thesis-writing Menu 1. Introduction: le mémoire est

Plus en détail

Etude de l écoulement d un fluide entre deux plans parallèles munis d obstacles

Etude de l écoulement d un fluide entre deux plans parallèles munis d obstacles ème Congrès Français de Mécanique Bordeaux, 6 au 3 août 3 Etude de l écoulement d un fluide entre deux plans parallèles munis d obstacles. BODIF, F. DNNE,.K. BENKL niversité des Sciences et de la Technologie

Plus en détail

Chapitre 0-2 Introduction générale au cours de BCPST1

Chapitre 0-2 Introduction générale au cours de BCPST1 Chapitre 0-2 Introduction générale au cours de BCPST Extrait du programme I. Les grandeurs en sciences physiques Définition : une grandeur est une observable du système On peut la mettre en évidence a.

Plus en détail

Fiche de lecture du projet de fin d étude

Fiche de lecture du projet de fin d étude GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE Fiche de lecture du projet de fin d étude Analyse du phénomène de condensation sur l aluminium Par Marine SIRE Tuteurs : J.C. SICK Manager du Kawneer Innovation Center &

Plus en détail

Dossier d expatriation

Dossier d expatriation 3 ème année IPAG Alexis Keuleyan Dossier d expatriation Expatriation réalisée dans l université d Huddersfield en Angleterre. Arrivant à la fin de mon premier semestre de 3 ème année à l IPAG, que j ai

Plus en détail

Rappels et compléments :

Rappels et compléments : CHAPITRE 6 MECANIQUE DES FLUIDES VISQUEUX Pr. M. ABD-LEFDIL Université Mohammed V- Agdal Département de Physique Année universitaire 05-06 SVI-STU Rappels et compléments : Un fluide est un milieu matériel

Plus en détail

SIMULATION NUMERIQUE DU FLUX D AIR EN BLOC OPÉRATOIRE

SIMULATION NUMERIQUE DU FLUX D AIR EN BLOC OPÉRATOIRE Maîtrise d ambiance et Qualité de l air SIMULATION NUMERIQUE DU FLUX D AIR EN BLOC OPÉRATOIRE PERTURBATION À L ÉTAT STATIQUE OU DYNAMIQUE Alina SANTA CRUZ École d Ingénieurs de Cherbourg LUSAC «Équipe

Plus en détail

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER Introduction CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER «Au début vous n avez aucune idée de l ampleur des économies que vous pouvez réaliser, déclare Todd Graham. Faire des économies pour l usine, c est la partie que

Plus en détail

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire :

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : une expérience vécue dont la personne est parfaitement consciente : Exemple : «J ai besoin de me divertir»; La notion de besoin peut décrire : 2. «une exigence née de

Plus en détail

Camille Thomas «Comprendre et agir sur la fabrique de la prescription»

Camille Thomas «Comprendre et agir sur la fabrique de la prescription» Camille Thomas «Comprendre et agir sur la fabrique de la prescription» Posté le 27 juillet 2015 Lauréate du DIM Gestes en 2014, Camille Thomas vient de démarrer une thèse en ergonomie (CNAM) sur le travail

Plus en détail

Plan de la présentation

Plan de la présentation Journées thématiques du Réseau National Biofilms, 14-15 Juin 2006, Orléans Etude de la formation du biofilm lors du démarrage de procédés intensifs de méthanisation R. Cresson, R. Escudié, H. Carrère,

Plus en détail

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits 2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits L interprétation des cotes attribuées dans le cadre des évaluations des risques relatifs aux produits décrite plus loin repose

Plus en détail

Ce document a été numérisé par le CRDP de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel

Ce document a été numérisé par le CRDP de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel Ce document a été numérisé par le CRDP de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté ou traduit

Plus en détail

Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique

Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique Rémy BOUET- DRA/PHDS/EDIS remy.bouet@ineris.fr //--12-05-2009 1 La modélisation : Les principes Modélisation en trois étapes : Caractériser

Plus en détail

Hélium superfluide. Applications aux procédés de Cryogénie. Physique des solides - 22 mai 2006 1

Hélium superfluide. Applications aux procédés de Cryogénie. Physique des solides - 22 mai 2006 1 Hélium superfluide Applications aux procédés de Cryogénie Physique des solides - 22 mai 2006 1 Introduction L Hélium Z = 2. Point de fusion très bas. Chimiquement inerte. Deux isotopes naturels Physique

Plus en détail

Analyse des propriétés de matériaux sous choc par simulations moléculaires (Monte Carlo et dynamique moléculaire)

Analyse des propriétés de matériaux sous choc par simulations moléculaires (Monte Carlo et dynamique moléculaire) Analyse des propriétés de matériaux sous choc par simulations moléculaires (Monte Carlo et dynamique moléculaire) Laurent Soulard CEA-DAM Ile-de-France laurent.soulard@cea.fr 1 Problématique La DAM est

Plus en détail

Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage. M. Prévost

Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage. M. Prévost Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage M. Prévost Version V2/ nov 2006 Structure du cours Partie 1 : Introduction Partie 2 : Mise en contact de Gaz et de

Plus en détail

Etude expérimentale de l influence des ouvrages de protection sur les avalanches et des pressions d impact

Etude expérimentale de l influence des ouvrages de protection sur les avalanches et des pressions d impact Etude expérimentale de l influence des ouvrages de protection sur les avalanches et des pressions d impact 2009 2012 Paolo Caccamo Université de Grenoble Encadrants : Florence Naaim-Bouvet, Thierry Faug,

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

FERMENTEURS TRANSFERTS GAZEUX. M.Nonus 1

FERMENTEURS TRANSFERTS GAZEUX. M.Nonus 1 FERMENTEURS TRANSFERTS GAZEUX M.Nonus 1 Fermentation-Transferts Gazeux M.Nonus 2 C02 02 M.Nonus 3 Rendement : Y Fermentation X/S ; X/ N ;X/02 ; P/S.. Production volumique: g /l ; U /ml Productivité volumique

Plus en détail

Problème IPhO : Diode électroluminescente et lampe de poche

Problème IPhO : Diode électroluminescente et lampe de poche IPhO : Diode électroluminescente et lampe de poche Les diodes électroluminescentes (DEL ou LED en anglais) sont de plus en plus utilisées pour l éclairage : affichages colorés, lampes de poche, éclairage

Plus en détail

Dépôt. Mécanismes. Fiche détaillée Niveau (A partir de la 1ère)

Dépôt. Mécanismes. Fiche détaillée Niveau (A partir de la 1ère) Dépôt Mécanismes Fiche détaillée Niveau (A partir de la 1ère) I. Introduction Les mécanismes de dépôt comprennent à la fois les phénomènes qui se font par l'intermédiaire des précipitations, ou dépôt humide,

Plus en détail

Et maintenant? Conseils.

Et maintenant? Conseils. Et maintenant? Conseils. Il y a quelques semaines, le docteur nous a renvoyé à la maison en nous annonçant : votre père souffre de démence. Mon frère et moi, nous nous demandons maintenant ce que nous

Plus en détail

L AIR ET L AÉRAULIQUE

L AIR ET L AÉRAULIQUE Roger Cadiergues MémoCad ne03.a L AIR ET L AÉRAULIQUE SOMMAIRE ne03.1. Les applications de l aéraulique ne03.2. L utilisation des débits ne03.3. Ecoulements : débits et vitesses ne03.4. Vitesses et pressions

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À Thérèse Besner DU COURS DDM4600 Stage de préinsertion professionnelle PAR MÉLODIE CHAMPAGNE 17 Avril 2015 C est en terminant

Plus en détail

Livret du Stagiaire en Informatique

Livret du Stagiaire en Informatique Université François-Rabelais de Tours Campus de Blois UFR Sciences et Techniques Département Informatique Livret du Stagiaire en Informatique Licence 3ème année Master 2ème année Année 2006-2007 Responsable

Plus en détail

Quelques données relatives au stockage de déchets en milieu souterrain 2D

Quelques données relatives au stockage de déchets en milieu souterrain 2D Quelques données relatives au stockage de déchets en milieu souterrain 2D 7 avril 2006 1 Physique du problème : caractéristiques et modèles d un milieu poreux Le cadre physique de notre problème est celui

Plus en détail

Modélisation de l exposition : approche CFD

Modélisation de l exposition : approche CFD Modélisation de l exposition : approche CFD Ali BAHLOUL Chercheur en ventilation, Service de la recherche INTRODUCTION CFD : Computational Fluid Dynamics (simulation numérique). But : la prédiction de

Plus en détail

CONSIGNES de réalisation du TP. OBSERVATIONS FARINE + EAU Sans levures. FARINE + EAU Avec levures. Avant. Après 2heures CONCLUSION

CONSIGNES de réalisation du TP. OBSERVATIONS FARINE + EAU Sans levures. FARINE + EAU Avec levures. Avant. Après 2heures CONCLUSION T.P. Microbiologie appliquée Objectifs Pré-requis «Action des levures sur la farine» être capable de justifier la composition des aliments en tant que milieu nutritif Mme ROIG être capable de mettre en

Plus en détail

Objectifs du Chapitre. Initiatiaon à l Analyse Dimensionnelle. Introduction à la Théorie de Maquettes et Similitude.

Objectifs du Chapitre. Initiatiaon à l Analyse Dimensionnelle. Introduction à la Théorie de Maquettes et Similitude. Objectifs du Chapitre Initiatiaon à l Analyse Dimensionnelle. Introduction à la Théorie de Maquettes et Similitude. Adil Ridha (Université de Caen) Analyse Dimensionnelle et Similitude 2009-2010 1 / 31

Plus en détail

PHYSIQUE. 5 e secondaire. Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN

PHYSIQUE. 5 e secondaire. Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN PHYSIQUE 5 e secondaire Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MAI 1999 Quebec PHYSIQUE 5 e secondaire Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MAI 1999 Direction de la formation générale

Plus en détail

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE 0-06 Novembre, 00, Sousse,Tunisie ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE A. Benmansour A. Benzerdjeb Laboratoire de mécanique appliquée,

Plus en détail

Olivier Coulaud Projet ScAlApplix. 8 janvier 2008

Olivier Coulaud Projet ScAlApplix. 8 janvier 2008 Simulation de la propagation de fissures dans les lentilles du Laser Méga Joule : de la physique des matériaux au calcul haute performance en passant par l'algorithmique, la visualisation et le pilotage

Plus en détail

1 METHODOLOGIE BIM [BUILDING INFORMATION MODELING] Avantages & principes

1 METHODOLOGIE BIM [BUILDING INFORMATION MODELING] Avantages & principes 1 METHODOLOGIE BIM [BUILDING INFORMATION MODELING] 1.1 Avantages & principes 1.2 Process de fonctionnement BIM ESQUISSE CONCEPTION EVALUATION CONSTRUCTION GESTIONS Acquisition de données Intégration logiciel

Plus en détail

RAPPORT DE FIN DE SEJOUR ERASMUS

RAPPORT DE FIN DE SEJOUR ERASMUS RAPPORT DE FIN DE SEJOUR ERASMUS a/ Vie pratique Au cours de mon année Erasmus à Almeria, j ai habité dans deux logements. Tout d abord au début de l année, j ai cherché mon premier logement grâce au service

Plus en détail

Calculs Computional fluide dynamiques (CFD) des serres à membrane de Van der Heide

Calculs Computional fluide dynamiques (CFD) des serres à membrane de Van der Heide Calculs Computional fluide dynamiques (CFD) des serres à membrane de Van der Heide J.B. Campen Wageningen UR Glastuinbouw, Wageningen xxx 2007 Rapport xxx 2007 Wageningen, Wageningen UR Glastuinbouw Tous

Plus en détail

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Introduction Depuis quelques années, le terme de «compétences» s installe peu à peu dans notre quotidien ; aussi bien dans la vie de

Plus en détail

Physique Chimie. Utiliser les langages scientifiques à l écrit et à l oral pour interpréter les formules chimiques

Physique Chimie. Utiliser les langages scientifiques à l écrit et à l oral pour interpréter les formules chimiques C est Niveau la représentation 4 ème 2. Document du professeur 1/6 Physique Chimie LES ATOMES POUR COMPRENDRE LA TRANSFORMATION CHIMIQUE Programme Cette séance expérimentale illustre la partie de programme

Plus en détail

REFERENCE MODULE REFERENCE DOCUMENT DATE DE CREATION. PHY-FLU1 Livret physique des fluides 1 20/07/01 PHYSIQUE DES FLUIDES

REFERENCE MODULE REFERENCE DOCUMENT DATE DE CREATION. PHY-FLU1 Livret physique des fluides 1 20/07/01 PHYSIQUE DES FLUIDES PHYSIQUE DES FLUIDES 1 1. MASSE-UNITES DE FORCE Masse (m).la masse d un corps caractérise la quantité de matière de ce corps en Kilogrammes ( Kg - unité S.I) Le Poids (p) d un corps peut s exprimer par

Plus en détail

CRÉER UN COURS EN LIGNE

CRÉER UN COURS EN LIGNE Anne DELABY CRÉER UN COURS EN LIGNE Deuxième édition, 2006, 2008 ISBN : 978-2-212-54153-3 2 Que recouvre le concept d interactivité? Dans une perspective de cours en ligne, une activité interactive est

Plus en détail

ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE

ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE Formation des Chefs d Etablissement d Affectation Management adaptatif et délégations Support participants SOMMAIRE La formation dans son contexte p.3 Les facteurs

Plus en détail

L utilisation des gazomètres en Biotechnologie. C. Prier, Merck-Serono Aubonne

L utilisation des gazomètres en Biotechnologie. C. Prier, Merck-Serono Aubonne L utilisation des gazomètres en Biotechnologie C. Prier, Merck-Serono Aubonne 1 Agenda Présentation de la à Merck Serono Importance des gazomètres pour la 1 an dans le département 2 Agenda Présentation

Plus en détail

QUESTIONNAIRE aux ETUDIANTS OUT. Comment avez-vous été accueillis et contactés sur place?

QUESTIONNAIRE aux ETUDIANTS OUT. Comment avez-vous été accueillis et contactés sur place? Université à l étranger: Université Nationale de La Plata Semestre/Année de séjour : Semestre 1/ 2012/2013 Domaine d études : Etudes européennes L accueil : QUESTIONNAIRE aux ETUDIANTS OUT Comment avez-vous

Plus en détail

À propos du Programme d évaluation international des compétences des adultes, le PEICA

À propos du Programme d évaluation international des compétences des adultes, le PEICA Automne 2013 À propos du Programme d évaluation international des compétences des adultes, le PEICA Par Giselle Boisvert, conseillère pédagogique, Commission scolaire de Montréal Les données de la troisième

Plus en détail

STAGE ASDIFLE : EXTRAIT de MASTER 2

STAGE ASDIFLE : EXTRAIT de MASTER 2 STAGE ASDIFLE : EXTRAIT de MASTER 2 «Évolution du concept de formation à travers l analyse de Cahiers de l Asdifle» C est dans le cadre d un partenariat entre l Asdifle et l Université Paris VII que j

Plus en détail

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples.

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples. Référentiel CAP Sciences Physiques Page 1/9 SCIENCES PHYSIQUES CERTIFICATS D APTITUDES PROFESSIONNELLES Le référentiel de sciences donne pour les différentes parties du programme de formation la liste

Plus en détail

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e Les objectifs pédagogiques Savoir délimiter les trois phases distinctes de la recherche Savoir identifier, pour chacune des trois

Plus en détail

Quelques conseils pour bien réaliser son année de Master 2 Recherche

Quelques conseils pour bien réaliser son année de Master 2 Recherche http://adstic.free.fr adstic@gmail.com Quelques conseils pour bien réaliser son année de Master 2 Recherche Qu est ce que l Adstic? L Adstic est l association des doctorants du campus sciences et techniques

Plus en détail

matériaux, innovation, éco-conception et bâtiment

matériaux, innovation, éco-conception et bâtiment matériaux, innovation, éco-conception et bâtiment Renaud Caplain Maître de conférences CNAM Paris vendredi 30 janvier 2009 1 Les matériaux dans le bâtiment Trois grandes catégories et, très vite, une quatrième.

Plus en détail

Document de préparation Examen chapitre 1 et 2

Document de préparation Examen chapitre 1 et 2 Document de préparation Examen chapitre 1 et 2 Qui suis-je? Chapitre 1 et 2 1. Représentation imagée d une vérité inaccessible par les sens. Modèle scientifique 2. Plus petite partie possible de la matière

Plus en détail

Vos commentaires sur la pertinence de ce cours dans le programme

Vos commentaires sur la pertinence de ce cours dans le programme Évaluation de l enseignement COMMENTAIRES Activité : GSF-6008-S (82526) Finance corporative Enseignant : Jean-François Guimond Session : Automne 2012 Méthode d évaluation : Papier Date de l évaluation

Plus en détail

Enquête de lectorat Bulletin INFO SANTÉ ENVIRONNEMENT INTÉRIEUR, 2007 RESULTATS

Enquête de lectorat Bulletin INFO SANTÉ ENVIRONNEMENT INTÉRIEUR, 2007 RESULTATS Enquête de lectorat Bulletin INFO SANTÉ ENVIRONNEMENT INTÉRIEUR, 2007 RESULTATS INTRODUCTION, OBJECTIFS L enquête de lectorat du bulletin Info Santé Environnement Intérieur a été demandée en 2005 par la

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

La Maîtrise de la Fermentation Malolactique

La Maîtrise de la Fermentation Malolactique La Maîtrise de la Fermentation Malolactique La fermentation malolactique est une évolution très souvent recherchée dans le process d élaboration du champagne. Les vins sont généralement tirés «avec malo»

Plus en détail

Machine de Turing. Informatique II Algorithmique 1

Machine de Turing. Informatique II Algorithmique 1 Machine de Turing Nous avons vu qu un programme peut être considéré comme la décomposition de la tâche à réaliser en une séquence d instructions élémentaires (manipulant des données élémentaires) compréhensibles

Plus en détail

Message d information et mise en contexte :

Message d information et mise en contexte : Programme d'amélioration continue de la formation en génie SONDAGE ÉTUDIANT Dans le cadre de l implantation des qualités requises des diplômées et diplômés Message d information et mise en contexte : Le

Plus en détail

Guide méthodologique 4

Guide méthodologique 4 N/Réf : X2 217 012 Collection Guides méthodologiques Comment réaliser un travail de recherche Guide méthodologique 4 Louis Gaudreau Conseiller en documentation Centre des médias Septembre 2007 TABLE DES

Plus en détail

Microstation AQUAMÉRIS

Microstation AQUAMÉRIS Microstation AQUAMÉRIS à culture fixée gamme de 5 à 21 Équivalents Habitants AGRÉMENT MINISTÉRIEL 2012-030 Modèles 5, 8 et 10 Équivalents Habitants Les microstations sont conformes à la norme CE 12566-3

Plus en détail

- - - + + + Exemples. 1 J ai des convictions fermes que je ne modifie qu après mûre réflexion Confiance en soi/ identité

- - - + + + Exemples. 1 J ai des convictions fermes que je ne modifie qu après mûre réflexion Confiance en soi/ identité Documentation C Autoévaluation des compétences sociales et personnelles Vous avez rempli le justificatif des prestations fournies pour l année relatif à votre travail concernant la prise en charge de votre

Plus en détail

Master. en sciences et technologies mention mathématiques et applications

Master. en sciences et technologies mention mathématiques et applications Master en sciences et technologies mention mathématiques et applications master mathématiques et applications Contacts Nicolas Lerner lerner@math.jussieu.fr www.master.math.upmc.fr Master sciences et technologies

Plus en détail

Avant-propos. 1. Institut national de recherche en informatique et en automatique.

Avant-propos. 1. Institut national de recherche en informatique et en automatique. Avant-propos J ai découvert, un jour de 1986, l ouvrage de G. Fishman [FIS 73] sur la simulation au centre de documentation de l INRIA 1 à Rocquencourt. J ai été aussitôt attiré par ce procédé numérique

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Sections : L1 Santé - 1 Olivier CAUDRELIER oc.polyprepas@orange.fr Chapitre 1 : Equations aux dimensions 1. Equation aux dimensions a) Dimension

Plus en détail

Conférence Belgique-Allemagne Palais d Egmont, Bruxelles, le 17 avril 2012. Introduction par Monsieur Didier Reynders, Vice-premier Ministre et

Conférence Belgique-Allemagne Palais d Egmont, Bruxelles, le 17 avril 2012. Introduction par Monsieur Didier Reynders, Vice-premier Ministre et Conférence Belgique-Allemagne Palais d Egmont, Bruxelles, le 17 avril 2012 Introduction par Monsieur Didier Reynders, Vice-premier Ministre et Ministre des Affaires étrangères Je voudrais tout d abord

Plus en détail

Inégalités scolaires et politiques publiques : une analyse comparative en Suisse Georges Felouzis

Inégalités scolaires et politiques publiques : une analyse comparative en Suisse Georges Felouzis Inégalités scolaires et politiques publiques : une analyse comparative en Suisse Georges Felouzis Introduction Je me propose de traiter des inégalités scolaires en Suisse dans une perspective comparative

Plus en détail

Choisissez et mélangez. Solutions pour agitation et mélange

Choisissez et mélangez. Solutions pour agitation et mélange Choisissez et mélangez Solutions pour agitation et mélange Le bon process La façon dont vous mélangez dépend de ce que vous mélangez. Pour vous, le meilleur agitateur ou mélangeur est celui qui vous donne

Plus en détail

Introduction 1. Bibliographie 317 Remerciements 323 Index 325. 2011 Pearson Education France Investisseurs de légende Glen Arnold

Introduction 1. Bibliographie 317 Remerciements 323 Index 325. 2011 Pearson Education France Investisseurs de légende Glen Arnold S o m m a i r e Introduction 1 1. Benjamin Graham 7 2. Philip Fisher 53 3. Warren Buffett et Charles Munger 81 4. John Templeton 133 5. George Soros 169 6. Peter Lynch 221 7. John Neff 255 8. Anthony Bolton

Plus en détail

1.2. les schémas 2 et 3 1.3. Etude énergétique : pour cette étude, on utilisera le schéma 1 1.3.1. 1.3.2. 1.3.3. 1.3.4. 1.3.1 1.3.

1.2. les schémas 2 et 3 1.3. Etude énergétique : pour cette étude, on utilisera le schéma 1 1.3.1. 1.3.2. 1.3.3. 1.3.4. 1.3.1 1.3. Le sujet comporte 8 pages numérotées de 1/8 à 8/8. / Texte inspiré d un article de journal régional relatant un accident de la route Le temps de réaction est la durée écoulée entre l instant où un conducteur

Plus en détail

Source : www.almohandiss.com INTRODUCTION ET GENERALITES

Source : www.almohandiss.com INTRODUCTION ET GENERALITES INTRODUCTION ET GENERALITES I. INTRODUCTION La décomposition du titre de cette matière laisse deviner qu il doit s agir de l étude du mouvement de l eau dans le sol : - Hydraulique : Etude des écoulements

Plus en détail

La mécanique des fluides numérique appliquée à l optimisation du transfert d oxygène dans les bassins

La mécanique des fluides numérique appliquée à l optimisation du transfert d oxygène dans les bassins La mécanique des fluides numérique appliquée à l optimisation du transfert d oxygène dans les bassins d aération Y. Fayolle, A. Héduit, S. Gillot, A. Cockx To cite this version: Y. Fayolle, A. Héduit,

Plus en détail

Université de Sherbrooke. Rapport de stage. Présenté à : Alain Bergeron, coordonnateur de stage. Par : Anthony Labelle, stagiaire

Université de Sherbrooke. Rapport de stage. Présenté à : Alain Bergeron, coordonnateur de stage. Par : Anthony Labelle, stagiaire Université de Sherbrooke Rapport de stage Présenté à : Alain Bergeron, coordonnateur de stage Par : Anthony Labelle, stagiaire Laboratoire du Pr Spino Université de Sherbrooke T1 Revu par : Pr Claude Spino

Plus en détail

«Nouveaux» traitements pour polluants émergents

«Nouveaux» traitements pour polluants émergents «Nouveaux» traitements pour polluants émergents Valérie HEQUET Colloque IMT «Ressources naturelles et environnement» les 5 et 6 Novembre 2014, Paris Laboratoire GEPEA UMR CNRS 6144 Unité Mixte de Recherche

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

Optimisation de forme pour une résistance de chauffe dans un microsystème

Optimisation de forme pour une résistance de chauffe dans un microsystème pour une résistance de chauffe dans un microsystème Bertrand Selva Bertrand.selva@bretagne.ens-cachan.fr 1 Plan de la présentation Présentation des microsystèmes Dimensions caractéristiques, technique

Plus en détail

La pratique des décisions dans les affaires

La pratique des décisions dans les affaires Association Française Edwards Deming Une philosophie de l action pour le XXIème siècle Conférence annuelle, Paris, 8 juin 1999 Jean-Marie Gogue, Président de l AFED La pratique des décisions dans les affaires

Plus en détail

INNOVATIONS TECHNOLOGIQUES DANS LA MANIPULATION DES PRODUITS STERILES A RISQUE. J.P Zambaux, OPIFEX-EQUIZA GROUP

INNOVATIONS TECHNOLOGIQUES DANS LA MANIPULATION DES PRODUITS STERILES A RISQUE. J.P Zambaux, OPIFEX-EQUIZA GROUP INNOVATIONS TECHNOLOGIQUES DANS LA MANIPULATION DES PRODUITS STERILES A RISQUE J.P Zambaux, OPIFEX-EQUIZA GROUP L industrie pharmaceutique constitue un moteur majeur de l économie, et possède une forte

Plus en détail

LES POSTES A FLUX D AIR LAMINAIRE

LES POSTES A FLUX D AIR LAMINAIRE EUROFLUX CONCEPTEUR - INSTALLATEUR LES POSTES A FLUX D AIR LAMINAIRE - PRINCIPES DE FONCTIONNEMENT SOMMAIRE 1. L AEROCONTAMINATION 1.1. Généralités sur la contamination de l air 1.2. Charge particulaire

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

Approche hybride De la correction des erreurs à la sélection de variables

Approche hybride De la correction des erreurs à la sélection de variables Approche hybride De la correction des erreurs à la sélection de variables G.M. Saulnier 1, W. Castaing 2 1 Laboratoire EDYTEM (UMR 5204, CNRS, Université de Savoie) 2 TENEVIA (http://www.tenevia.com) Projet

Plus en détail

«3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément»

«3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément» «3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément» Leçon 15 : Comment être un coach, un thérapeute, un indépendant aligné et puissant. Célébration? Mon intention C est une leçon en 2 parties qui

Plus en détail

Génie de la biocatalyse et génie des procédés. «Production d enzymes industrielles»

Génie de la biocatalyse et génie des procédés. «Production d enzymes industrielles» Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Université Virtuelle de Tunis Génie de la biocatalyse et génie des procédés «Production d enzymes industrielles» Concepteur du cours:

Plus en détail

Evaluation de votre conférence de méthode ou cours-séminaire

Evaluation de votre conférence de méthode ou cours-séminaire Enseignement : INTRODUCTION A LA SOCIOLOGIE 2 : CONCEPTS, METHODES, ET ENJEU ACTUELS Excellent Bon Moyen Insuffisant Comment évaluez-vous la préparation et l'organisation des séances? 6 (30%) 11 (55%)

Plus en détail

Séquence : La digestion

Séquence : La digestion Séquence : La digestion Objectifs généraux : Amener l élève à Faire les liens entre les savoirs acquis lors des séquences sur la circulation sanguine et la respiration et ceux présents dans cette séquence.

Plus en détail

LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE

LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE Page 1 / 6 LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE 1) Qu est-ce qu un sensor de pression? Tout type de sensor est composé de 2 éléments distincts : Un corps d épreuve soumit au Paramètre Physique φ à mesurer

Plus en détail

Aimer Elle avait laissé sa phrase en suspens. Je rouvris les yeux, pour voir qu elle me regardait. Elle m observait. Elle allait dire quelque chose, et guettait ma réaction. Je n avais aucune idée de ce

Plus en détail

Transition de phase et métastabilité

Transition de phase et métastabilité Transition de phase et métastabilité F. James, H. Mathis Laboratoire de Mathématiques Jean Leray, Université de Nantes 8-9 septembre 2014 MODTERCOM Hélène Mathis (LMJL, Université de Nantes) Transition

Plus en détail

BTS Comptabilité et Gestion des Organisations

BTS Comptabilité et Gestion des Organisations BTS Comptabilité et Gestion des Organisations Recueil de témoignages de titulaires d un bac STG ou professionnel de comptabilité 12 rue Dessaignes 41016 BLOIS CEDEX bts-dessaignes.org Téléphone : 02 54

Plus en détail

Introduction aux épreuves de logique des concours ACCÈS et SESAME

Introduction aux épreuves de logique des concours ACCÈS et SESAME Introduction aux épreuves de logique des concours ACCÈS et SESAME «La chance aide parfois, le travail toujours» Vous vous apprêtez à vous lancer dans cette course contre la montre qu est l admission en

Plus en détail