Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download ""

Transcription

1

2

3

4

5

6

7 LES ÉCHELLES DE L USAGE AU MONUMENT RAPPORT DE LICENCE ALEXANDROS IOANNIDIS ENSAPLV 2013 ENCADREMENT SERGE JOLY LAURE HELAND

8 AVANT PROPOS

9 Dans les pages suivantes le lecteur va retrouver une sélection des travaux, des références, des moments et des expériences qui sont déroulées pendant les études de licence à l ENSAPLV. La classification et l ordre des projets et des images ci-dessous est personnelle. Donné que le sujet global de ce rapport est l échelle, les objets d étude présentés ici sont aussi triés selon leur échelle. On va pas dire par taille; il n y a pas de tranches de mètres carrées qui définissent les quatre catégories qui suivent. La classification est en tout cas basée sur l impact du projet tant que concept, tant que qualité d apprentissage, tant qu épanouissement personnel. Le lecteur ne vas pas se demander sur l ordre de l exposé; l «agrandissement» de l échelle est un parcours de narration qui va peut être aboutir quelque part. Le but de ce mémoire n est pas de réélaborer des analyses complexes, ni d immerger le lecteur dans les recherches personnelles. Dans les pages suivantes on trouvera des moments et des questions critiques des dernières années, qui n ont pas forcement de réponse jusqu à ce jour. La majorité des sujets traités pendant ce parcours, mentionnés dans cet exposé (parfois un peu plus que de gratter la surface), sont toujours en cours d examination et de réévaluation. La sélection ne concerne pas les meilleurs travaux, mais ceux qui ont beaucoup contribué sur la façon de voir l architecture. Parmi les projets qui suivent, il y a aussi des propositions infinies, sous estimées et même échouées. Malgré le fait que, dans un cadre académique, on parle des notes et un semestre peut se réduire à un chiffre, ces propositions trouvent raisonnablement leur place ici. L architecture exige un investissement de personnalité terrifiant, qui ne s évalue pas au-dessus ou au-dessous de la moyenne. Je voudrais remercier particulièrement mes professeurs, Serge Joly et Laure Heland, qui ont encadré ce parcours rétroactif sur mes études d architecture. C était une procédure très particulière pour moi, presque une recherche philosophique, que je me vois facilement reprendre dans l avenir. Je prie le lecteur de m excuser pour mon écriture et mon vocabulaire limité, parfois répétitif et simplifié. L approche de cet écrit est plutôt basé sur l honnêteté directe (avec une dose de humour), que sur l académisme. Alexandros Ioannidis

10 I N D E X

11 AVANT PROPOS INDEX INTRODUCTION S THINK SMALL IN A BIG CITY A BOX FULL OF PEOPLE WHEN THE CAT IS AWAY, THE MICE WILL PLAY...AND NOW YOU KNOW HOW THE COFFEE MAKER WORKS! GEOMETRY AND STUFF M A PRISON TO CALL HOME DESTROY EVERYTHING YOU TOUCH STICKING TOGETHER PERSONAL STRUGGLE ARCHITECTURE: IT S NOT A WORK, IT S A LIFESTYLE L TIME TO MAKE IT BIG MONEY MAKES THE WORLD GO ROUND BÉTON, MON AMOUR XL AS BIG AS IT GETS.. IN THE CITY THAT DOESN T SLEEP BACK TO BASE SLIPPERY SLOPE SANS ECHELLE JUST AN IMAGE OF.. TOOLS FOR LIFE 3, 2, 1, ACTION! ENJOY THE SILENCE TO STAND BEFORE IN AWE CONCLUSION ANNEXE VARIOUS SCALES ALMANAC BIBLIOGRAPHIE

12 INTRODUCTION

13 DÉFINITION DE L ÉCHELLE Échelle par rapport à la totale : la taille de la fenêtre par rapport à la façade. Échelle par rapport aux autres parties : deux fenêtres de taille différente sur la même façade. Échelle par rapport à la taille ordinaire : la taille d un objet par rapport à sa taille qu on s est habitué, qu on connaît comme moyenne, une double hauteur sous plafond. SCALE IS RELATIVE SIZE ; THE SIZE OF SOMETHING RELATIVE TO SOMETHING ELSE. Échelle par rapport à la taille humaine: une porte, une chaise (une fonction?) Le choix de l échelle, comme axe traçant le parcours académique, se justifie par rapport à sa capacité généraliste. Toute chose peut se réduire ou s agrandir en juxtaposition avec une autre. On parle d analogie, de proportion d harmonie, pour aller de l Ordre Ionique jusqu au Coefficient d Occupation des Sols. L échelle est non seulement présente, mais aussi dominante sur l architectural, de façon indispensable. La problématique de l architecture ne peut pas exister sans l échelle. On la retrouve dans la perception, la conception, la représentation et la référence. La perception introduit le problème, la représentation en montre la complexité, la conception le complexifie, la référence l ouvre à trois axes majeurs; spatial, social et temporel. L échelle se présente comme le point de vue possible d approche de l architecture dans son ensemble. Mais chaque échelle ne fait qu indiquer le champ de référence dans lequel se pense la pertinence: la pertinence de la mesure, la pertinence du sens.

14

15 S

16 GOD IS IN THE DeTAILS

17 THINK SMALL IN A BIG CITY Dans le cadre du cours de sociologie, en deuxième année, on a eu l occasion d étudier un type d espace de petite échelle très spécial; les petites urbanités libres. Les petites urbanités libres sont des morceaux d espace du tissu urbain, sans aucune fonction ou utilisation, ni par les usagers avoisinants ni par les passagers. C est un espace vide et inutile dans l ensemble urbain. Sa caractéristique est de passer souvent inaperçu, même s il devait provoquer des questions chez un urbaniste, un architecte, un paysagiste ou aussi un habitant du quartier. On peut dire qu il s agit d une faute dans le design, d une ignorance de l architecte, d un petit détail qui est passé dans le plan à bâtir, sans être assez discuté. Une urbanité peut être un trou sur un mur, un creux sur une façade, mais également une petite parcelle mal occupée ou distribuée. C est un peu difficile de classer une urbanité selon son accessibilité. On peut avoir par exemple deux passages sur le même trottoir, dont l un est moins favorable, peut-être un peu bloqué, mais toujours fonctionnel. Est-ce qu on parle d une petite urbanité libre dans ce cas là? NO PARKING, NO GARDEN, YES MUSIC C est possible que la classification d une urbanité reste quelque chose d individuel. Chacun a sa propre perception de l espace. (On n aperçoit pas tous l espace de même façon). La lisibilité individuelle du tissu urbain définit la visibilité et la «liberté» de la petite urbanité enfin. Sous la direction de Luis Lopez, nous avons appris une nouvelle façon de regarder l espace public. Une fois que cette technique est bien comprise, on tombe vraiment dans un piège; l oeil cherche et observe toute imperfection dans le tissu urbain, de façon inconsciente, voire obsessionnelle.

18 Mais la petite échelle ne veut pas forcement dire petit espace, selon l angle de vue de cette définition. Une petite échelle est aussi l échelle d usage, une échelle définie par le corps humain. L échelle d une cabane pour un chien est le chien, c est-à-dire qu il convient que cette cabane soit en proportion avec l animal qu elle doit contenir. Une cabane à chien dans laquelle un âne pourrait entrer et se coucher ne serait pas à l échelle. (Viollet-Le-Duc) DISTURBING NEUFEURT II Dans le fameux ouvrage de Neufert on retrouve tout dimensionnement par rapport à l usage. Un trésor d informations surtout pour la premiere année d études. Pendant cette période, la notion de l espace était encore un peu vague. Quelles sont les dimensions d un canapé? Quelle est la hauteur idéale pour une assise? Quelle est la distance nécessaire de recul derrière une chaise? Dans le plupart de ces questions Neufert avait la réponse. Pourtant, les dimensions d usage ne peuvent pas construire l espace. Elles consistent juste un outil, un point d appui pour une mise en scène qui va aboutir à une pièce, ou un espace de petite échelle. A BOX FULL OF PEOPLE Tel est le cas d un projet réalisé pendant première année d études sous la direction de François Fauconnet. Selon le sujet, il fallait rendre habitable un container, par quatre personnes pour une durée limitée. Le terrain d implantation du container n avait pas d importance; on s est dit qu il s agit d un lieu avec des conditions climatiques extrêmes (fait qui justifie le sas d entrée malgré l espace très limité). Ce détachement du contexte autour du container, lui a rendu un statut de non-lieu. On était libre alors de ne se concentrer qu à l intérieur du volume donné, sans se soucier de la

19 relation avec l extérieur. Je constate maintenant, que j avais porté peu d importance, lors de la conception, sur les baies; mêmes les fenêtres étaient secondaires dans ma tête. L intériorité règne dans le container. Ce sujet est peut être le meilleur pour l immersion dans les études d architecture. L architecture est un puzzle, un quiz, une énigme. Grosso modo, tant qu architecte, on a toujours un programme, un terrain à bâtir et quelques exigences du client supplémentaires. Le projet du container avait tout. Comment faire habiter 4 personnes dans moins de 40m2? Ce questionnement m a introduit à la notion de la vie privée, l intimité, l espace commun et plus ou moins tout ce qui est demandé quand on dessine un logement. Pour l anecdote j étais en train de tracer les wc dans le projet du container et je n étais pas sûr pour les dimensions standardisées. Alors, je demande à un camarade combien fait-il le wc avec la chasse d eau. Il m a donné une réponse étonnante: Va dans les chiottes pour le mesurer!. Et il avait raison. On ne doit pas oublier que ce qu on dessine en architecture est fait pour l homme, pour nous. L architecture est déjà présente autour de nous, on cherche juste de nouvelles façons pour la réinterpreter. L usage a largement été étudiée dans le cadre de ce projet; du dimensionnement d un sas d entrée et la hauteur idéale d assise pour une chaise, jusqu à la taille moyenne d une fourchette. Pour penser l usage faut se projeter dans l espace. C est une chose que je découvre depuis ce moment. Simplement, il faut fermer les yeux et penser d être dans un jeu-video de premier plan et circuler dans l espace donné. YOU NEED THE SPACE ABOVE YOUR BED ONLY TO STARE AT THE CEILING...

20 Mais qu est-ce qu on fait si l usager n est pas l homme idéal de Vitruve ou du Modulor? L Unité d Habitation, bâtie sur les principes du dernier, peut être l espace de vie idéal pour l homme de taille 1,83m, mais serait elle aussi agréable pour une personne en fauteuil roulante? Cette question d usage non conformée a été posée au début de la troisième année, dans l atelier de Serge Joly et Christian Labbé. Selon le sujet, on devait d abord suggérer un scénario pour un usager spécial fictif, qui va habiter ensuite dans son logement idéal. Ca pourrait être une personne âgée, un handicapé, quelqu un qui souffrait d une maladie chronique, ou même une situation de collocation originale. En gros, l enjeux était de trouver des usagers qui ont un besoin (par rapport à leur mobilité, leur style de vie, les heures dépensées dans chaque pièce etc). WHEN THE CAT IS AWAY, THE MICE WILL PLAY Ma suggestion était enfin l enfant: une maison habitée que par des enfants (une utopie à la Peter Pan!). La justification de ce choix se fera dans les pages suivantes. Un habitat sans aucune structure conduirait à la désorganisation totale des occupants. Autrement dit, quand on parle des enfants, cet habitat serait une cage aux singes. La cuisine représente un exemple d une pièce plutôt adulte. Mais les enfants vont être adultes aussi. Ils ont besoin de structure pour intégrer normalement la société. Ils ont besoin d un parent. Donc c est la maison qui vient jouer ce rôle. Une petite modification du scénario venait rajouter un grand frère aux petits enfants pour le rendre un peu plus réaliste. Toute de suite, l échelle adulte retrouve sa place dans un logement qui doit aboutir à celle ci; la maison-parent doit non seulement structurer les enfants, mais s évoluer et grandir avec eux. L application pratique de cette théorie se base sur la modularité et la multitude des possibilités des espaces. Cette notion se propage des pièces avec un niveau d intimité modulable EXPERIMENTAL jusqu à la hauteur augmentable des chaises, suivant l agrandissement des enfants et leurs (AND FUN!) SPACES besoins. Au départ, le projet représentait quelque chose entre une maison et une aire de jeux libre. Le scénario utopique permettrai une explosion chaotique sur l organisation de la maison. Finalement, tout était une question de choix, de tri. Ça veut dire, si on fait une maison-aire de jeux, certes, les habitants vont être contents; mais que pour le premier jour. Une maison avec que des enfants, n a pas besoin d une cuisine. Mais oui!

21 INTERIOR VIEW

22 ...AND NOW YOU KNOW HOW THE COFFEE MAKER WORKS! La raison du choix de traiter le sujet de l enfance était mon stage, qui s est évolue en poste de travail en temps partiel jusqu à maintenant. Commençant en juillet 2012, j intègre l agence Tania Toyos Architecture à La Défense. Sous la direction de Tania Toyos j ai eu l occasion de voir en détail le fonctionnement d une agence d architecture. J étais très chanceux d intégrer cette petite agence (on n y était que trois au début); comme ça j ai pu venir en contact avec tous les étapes d un projet, de la conception jusqu au chantier. L agence était très expérimenté sur un domaine architectural particulier: les équipements de la petite enfance. Au début, moi je n avais pas d intérêt spécial sur ce genre de projets. J ignorais totalement les différences entre une crèche public, une halte-garderie, une crèche parentale et beaucoup d autres. Je remercie infiniment Tania Toyos qui m a introduit dans le monde des enfants. Au début, tant que stagiaire, je m occupais des dessins, des montages et des mises en page des projets en cours. Au fur et à mesure, mes responsabilités devenaient de plus en plus importantes, jusqu à prendre rendez-vous avec les clients et faire le suivi du chantier. J ai appris de travailler sur des nombreux projets en même temps, de gérer les exigences des clients et de présenter un projet, avec eux comme jury. Un projet particulier était pour moi le réamenagement d une crèche, réalisée aujourd hui au 38 rue des Clöys, dans le 18ème arrondissement de Paris. C est un des rares projets que j ai pu suivre depuis la phase de conception jusqu à l éxecution. Avec le support de la direction, j ai proposé aussi un plan de réamenagement pour la crèche qui a été très bien accueilli par le client (une ITS ONLY AN EXHIBITION FOR THOSE WHO DO NOT PLAY - PALLE NIELSEN association privée). Finalement, certaines de mes propositions ont trouvé le chemin jusqu au plan d exécution. Avant d arriver là il fallait apprendre qu une crèche est un projet beaucoup plus compliqué qu il parait au début. Le nombre des réglementations pour un établissement recevant du public etait extravagant pour moi; mes projets auparavant structurés dans un cadre académique ne touchaient que très légèrement cet aspect réaliste. Surtout quand l établissement est destiné pour accueillir des enfants, la réglementation devient encore plus exigeante (la peur du médecin de la Protection Maternelle et Infantile!). Alors, parmi ces informations nécessaires se trouve un grand chapitre; l usage. Dessiner pour les enfants devient un projet d échelle. Peut-on dire que l enfant est un homme à l échelle 1/2??! Les dimensionnements dans la conception changent radicalement. Oui, les wc bébés sont une échelle réduite par rapport aux wc ordinaires, les berceaux par rapport aux lits aussi, mais pas les portes, pas la hauteur de la poignée, pas la hauteur des murs. Une crèche est une étape préparatoire pour les gamins âgés de quelques mois à 4 ans. Il faut devenir grand pour franchir une porte.. Après des recherches personnelles (surtout dans les textes du psychologue Jean Piaget)et des nombreuses explications de la representatrice de l association (doctorante sur la psychologie de l enfance), j ai pu rentrer dans la conception de la crèche avec les yeux d un enfant. L amour pour le mouvement et les automatisations, le charme secret du plafond, la faible importance de la couleur et la grande importance de la matière, le contact charnel avec le sol, les débuts de la sociabilité, le rythme du développement physiologique, ne sont que quelques éléments indispensables de la conception dans ce domaine d architecture.

23 WHEN DID YOU LEARN WHAT IS THE EUCLIDEAN GEOMETRY? - JEAN PIAGET GEOMETRY AND STUFF C est l oeil de l enfant, qui m a planté l amour pour les surfaces courbées, même si dans le cadre d études (je dois dénoncer que!) l école favorise le carré (voire elle prohibe la courbe!) L importance pratique de l angle droit est quelque chose d inconnu chez l enfant. Encore, l angle signifie la punition, pour un enfant mis au coin. Dans cet esprit, une forme souple et arrondie est protectrice et plus confortable pour l enfant, et -pourquoi pas- les adultes aussi. C est vrai que l angle de 90 n existe pas dans la nature; c est une invention humaine. Tout ce qu on appelle design organique est inspiré de la nature, glorifié pendant le mouvement d Art Nouveau, et récurant à nos jours. On dessine des pièces et des logements carrés parce que le mobilier est plutôt rectiligne? La petite échelle domine sur la grande? C est une question de géométrie et de point de vue de l architecte. S il veut en tout cas créer une maison avec une géométrie dominante, il peut aller jusqu au bout et dessiner tout le mobilier qui va avec. Comme Frank Lloyd Wright et ses lits hexagonaux, dans le Hanna House; une maison basée sous la forme d un nid d abeilles, à Californie. SOME TASTY HYPERBOLIC PARABOLOIDS.. BZZZZZ! - FLW

24

25 M

26 A PRISON TO CALL HOME Le projet de l Enclos encadré par Sophie Denissof posait deux questions fondamentales pour moi ; La lumière et la relation intérieur extérieur. Selon Le sujet on a un terrain entouré par un mur de grande hauteur (dans un cas plus réaliste ca peut être un mur pignon). Comment construire une maison de famille, sans pouvoir rehausser le bâti et trouver une vue autre que sur un mur pignon? La réponse finalement consiste à orienter les vues sur le bâti lui même et son jardin. Ici on retrouve la relation complexe d intérieur extérieur. La «maison expérimentale de l architecte» d Alvar Aalto consiste une forte inspiration dans ce projet. La forme du bâti en L, l organisation des jardins (jardin d entrée - jardin privé), la séparation distincte des zones jour nuit étaient des choix pas très conscientes à l époque. Une petite touche de réglementation urbanistique (gabarit limité à un seul niveau, pourcentage donné d occupation du terrain) annonce la suite de l année. U-SHAPED WINDOWS «BREAK» THE COMMON SPACE TO THREE ZONES DESTROY EVERYTHING YOU TOUCH TRANSLATING DECONSTRUCTION Dans le cadre de ce projet on devait choisir un thème qui dominerai sur la conception. Il y avait quelques mois après ma visité du Musée Juif à Berlin. Sans hésitation, j ai proposé le

27 thème de la Déconstruction, juste parce que j avais envie d approfondir mes connaissances là-dessus. Peut être le résultat final n était pas très réussi (mon thème plus évident au rendu final était l emboîtement des volumes). C est vrai qu il s agît d une problématique qui demande une plus vaste expérience et maturité qu un étudiant peut avoir en début de la deuxième année. En tout cas, la recherche sur le sujet était très enrichissante. Je suis certain d y retourner dans l avenir pour ressayer de comprendre finalement, comment Bernard Tschumi applique t-il la théorie philosophique de la déconstruction de Jaques Derrida. DECONSTRUCTION ACCORDING TO LIBESKIND, TSCHUMI AND ME! La déconstruction est une histoire, un parcours sans sens. Un tas des morceaux constructifs sans logique entre eux..ou pas? Les ruines de la déconstruction peuvent être des éléments de construction. Donc la réconstruction devient égale à la déconstruction!? Malgré les formes fortement critiquées comme superficielles, Daniel Libeskind nous montre une puissance déconstructive remarquable dans son oeuvre. C est sa méthode de conception de l espace qui me semble très intrigante (et totalement incompréhensible!); dans les 3 dimensions d un dessin, il rajoute une quatrième; le temps. La déconstruction, dans ce délire à elle, devient un Chaos organisé..

28 Pour revenir au sujet, le projet de l enclos présente une échelle moyenne. Une famille, une maison, un niveau de vie. Est-ce que c est tout ça alors qui définit cette échelle moyenne? La réponse est négative. Sous la même catégorie on va retrouver le projet «Le Haut d un immeuble», sous la supervision de Serge Joly et Christian Labbé. STICKING TOGETHER Selon ce sujet, en premier semestre de la troisième année, travaillant en équipe de trois, on devait combiner les acquis des trois maisons individuels (le mien était la maison des enfants) afin de construire les 4 derniers étages d un immeuble. Personne n aime les changements au début. Mais on apprend vite à faire avec, ensuite on les aime bien et finalement on a du mal à revenir dans les anciennes habitudes. Tout ça pour parler du premier projet jamais réalisé en équipe, pendant les années de la licence. Je dois féliciter mes enseignants pour cette initiative très productive enfin. Même si le résultat du projet n était pas à la hauteur, lors du rendu final, l expérience issue de ce travail collectif est peut être l outil le plus important de l école, une fois dans un vrai cabinet d architecture. Comment faire une conception de projet à trois partant du zéro? L architecture devient alors un jeu de communication... difficile mais amusant! LOAD BEARING GRID (OR HOW TO WORK AS A TEAM)

29 Le point commun des trois projets individuels à combiner était la typologie du logement; on avait tous des duplex. Double hauteur égale Double échelle? La hauteur de la zone séjour est doublée pour évoquer la qualité dans le duplex. Alors grandeur veut dire qualité d espace dans ce contexte. Mais jusqu à quelle hauteur peut-on aller? À la limite, on pourrait imaginer un salon avec une triple hauteur dans un triplex. Mais l échelle au-délà de ce point devient ridicule. Un salon de dix mètres sous plafond aurait probablement de problèmes d acoustique. PERSONAL STRUGGLE Étudier un volume d habitation sans connaître le rapport avec le sol, était pour moi, quelque chose d extravagant. Je trouvais ça impossible de traiter par exemple les parties communes, les paliers. Dans le palier on retrouve les circulations verticaux qui desservent les appartements. Cet ascenseur monte jusqu à l avant dernier niveau (chaque duplex a son propre escalier pour desservir le dernier niveau), et il descend jusqu à..où?! L ignorance de non seulement le sol, mais aussi le volume existant au-dessous de la partie traitée, était un grand empêchement pour moi sur la conception. OK, on traite les quatre derniers étages mais on ne peut pas imaginer des coursives de desserte, ni des espaces extérieurs communs ordinaires, si on se trouve au-dessus du 40ème étage d une tour. Pour l histoire, l intérêt de cette exercice était de se concentrer sur le toit (la 5ème façade) et la façon de l occuper. Avec la même logique, la réponse reste relative. L ignorance du sol, du tissu environnant, des bâtiments et des gabarits autour de notre «immeuble» consistaient un sujet impossible pour moi à traiter avec une intégrité de conception. L architecture devient alors un compromis.. L échelle humaine peut ordonner celle de l habitat, 3 mètres de haut semblent suffisantes. Dans cette logique, un logement collectif, un bâtiment à étages est un empilement de l échelle humaine? STACKING HUMAN SCALES ALL THE WAY UP...

30

31 L

32 TIME TO MAKE IT BIG Lors du dernier projet de la deuxième année on vient rencontrer pour la première fois la notion de l urbanisme. Un terrain de presque 5000 mètres carrés, voisinant la Manufacture des Gobelins et la place d Italie, collé sur la première tour d habitations de Paris (la tour Albert), basé sur un dalle au dessus d un dépôt ferroviaire RATP (..et plein d autres!); le terrain seul posait déjà beaucoup de contraintes. Le programme demandait d aménager des logements collectifs sur la partie du terrain alignée sur rue et un parc public sur la dalle construite. Bizarrement, l aménagement du parc était particulièrement intéressant pour moi; c était le premier contact avec l architecture de paysage. Pour aménager le parc du programme, je me suis fortement inspiré de l oeuvre de l architecte-paysagiste Ernst Cramer, que j y suis tombé dessus après une petite recherche. Le purisme de ses espaces publiques, les rendait un statut d oeuvre d art. L utilisation des plans d eaux, des formes de terre géométriques et des matériaux m ont cultivé la curiosité pour le domaine du paysagisme. Malheureusement, dans le cadre du projet, le parc devenait secondaire (voire «ici, c est de la pelouse»!). C est vrai que le temps était très limité pour un projet de telle échelle. Le design des espaces verts m a intrigué, je suis sûr que j y retournerai dans un autre temps. On applique, avec Sophie Denissof tout un nouveau vocabulaire: «étage courant», «barre», «plot», «espace sémi-public» «terrasse collective» etc. Le logement collectif est la passion de l école et de l architecture française. L échelle de l habitat grandit et s identifie avec l échelle urbaine. YES, THIS IS A LANDSCAPE DESIGN! (BY ERNST CRAMER)

33 THE DARK GREY SURFACES ARE COATED WITH MARBLE, THE MOST EFFICIENT NATURAL LIGHT DIFFUSING MATERIAL

34 MONEY MAKES THE WORLD GO ROUND Pendant mes recherches, avant le projet définitif, je tombe sur un article concernant le prix d immobilier dans le quartier du terrain. Depuis ce moment, la économie du projet vient se rajouter dans ma conception du projet; possiblement, un peu trop pour le cadre académique. Soit disant que si le mètre carré du bâtiment s élève à euros, on ne peut pas «sacrifier» de la surface exploitable. Le coût du projet, ou plutôt l appréciation de la valeur de l espace est une nouvelle échelle qui vient dominer l expression architecturale. L économie peut nous faire chercher le moindre espace pour lui attribuer une qualité. Grâce à cette aspect réaliste que je m avais posé, j apprends à lire un plan et chercher automatiquement les espaces «perdus». Quand sur l étage courant, la circulation de l ascenseur à la porte est prédéfinie et dure 10 seconds, il n y aura pas forcement besoin d un large palier éclairé et agréable...ou pas? Adolf Loos voit l espace comme un lieu où se développe l expérience humaine; «concrète et délimitée à la manière d une monnaie précieuse qu il faut dépenser avec parcimonie». Depuis ce projet, j ai du mal à dessiner des vastes paliers, des coursives et des espaces communs. Suivant le même principe, le «commun» dans le logement collectif a une valeur inférieure que le privé. Quand est-ce que la vertu d économie devient avarice? Le projet final présentait une géométrie rigide qui suivait le contour du terrain. Les circulations verticales restaient à l extérieur du volume habitable. La structure sur pilotis laissait le plan libre au niveau du rez de jardin, permettant la continuité du parc dans le tissu urbain. L horizontalité de la construction est renforcée par des balcons projetés (de façon non orthodoxe) latéralement par rapport au bâti. Ce projet est peut être celui que moi personnellement je trouvais le plus abouti que j ai fait. C est vrai que les dates limites et l emploi du temps laissent rarement les marges pour faire un rendu tel qu on le veut. Cette (rare) fois était exactement ce cas. Non seulement j étais content avec le projet du logement, que je devais présenter en priorité, mais j avais aussi analysé les matériaux, l aménagement du parc, etc. J étais fier de découvrir le charme de l habitat collectif, la qualité d un étage courant, qu avant je trouvais peu intriguant. Le projet d un musée peut être évidement plus poétique, mais cette recherche d occupation du moindre mètre carré dans le logement collectif peut devenir une passion.

35 FLOOR PLAN SCALE UNKNOWN (BUT YOU GET THE IDEA THANKS TO THE FURNITURE)

36 BÉTON, MON AMOUR Lors des travaux dirigés du cours de construction, partagé avec le projet et sous la direction de Louis Guedj, je me retrouve face à une merveille; l oeuvre d Auguste Perret. Il s agit d une analyse de l église Notre-Dame de la Consolation, plus connue sous le nom «l église de Raincy». Travaillant en groupes, on se partage depuis le début les tâches; j étais responsable de l analyse comparative d autres oeuvres des frères Perret en région parisienne. Sans être particulièrement connaisseur (loin d être admirateur!) de l oeuvre des Perret, je fais un tri pour les bâtiments à présenter au rendu. Je finis avec l église de Momagny, la salle Cortot, le théâtre des Champs Elysées, le Mobilier National et le Palais d Iéna. Pendant cette recherche je m éloigne du sujet donné (l analyse structurelle) et je découvre la magie du béton. La qualité du travail de Perret est quelque chose d étonnant, qui m a fortement inspiré. RAINCY Également, j étais ravi d interagir avec le public, tant qu étudiant en architecture. Le théâtre des Champs Elysées n est pas un musée à visiter par n importe qui à volonté. Je découvre qu un étudiant d architecture souriant peut rentrer dans des endroits autrement inaccessibles. Quoi de mieux que visiter la totalité du théâtre avec son guide personnel sur rendez-vous?! Ou même rentrer dans la salle Cortot l heure des répétitions des musiciens! Tout ça pour dire que la sensibilisation du public sur l architecture est (la majorité des fois) réelle. Le grand public attribue un statut assez respectueux au domaine architectural, justifié peut être par la longue histoire et la culture de la ville.

37 L architecture d Auguste Perret, trace les débuts du mouvement Moderne. En élaborant un nouveau matériau de l époque, le béton armé, il montre une poésie extraordinaire, non attendue avec une qualité de détail supérieur. Mais le plus marquant chez Perret c est l équilibre entre architecte et ingénier. Lui-même inspiré par Viollet-Le-Duc, il applique le principe de la vérité structurelle. Chaque élément de l édifice renvoie à sa propre ossature; le double pilier porte séparément l enveloppe et les planchers. Ce rationalisme constructif se voit avec la structure porteuse exposée (comme au Mobilier National), mais sans oublier les autres aspects techniques. Par exemple, l acoustique des oeuvres de Perret est très étudiée; la salle Cortot reste encore exemplaire pour la musique classique. L église de Raincy est la première église en béton armé en France. La couleur des vitraux renforce l effet de grandeur dans l église, mais de façon secondaire. La qualité de travaille et la puissance de la matière est telle que le résultât est suffisant même sans la couleur. On découvre cette vision puriste de l architecte dans ses autres oeuvres, comme le Palais d Iéna. Le béton brut est la seul couleur de l espace et les claustras, la seule modénature de l édifice. Avant de visiter ce lieu, je ne pouvais pas imaginer que le béton brut pourrait être aussi beau que ça. Je dois un jour visiter Le Havre, une ville rebâtie par les frères Perret après le deuxième guère mondial. SPLENDID COLOR OR RAW MATERIAL?

RAPPORT DE FIN DE SEJOUR ERASMUS

RAPPORT DE FIN DE SEJOUR ERASMUS RAPPORT DE FIN DE SEJOUR ERASMUS a/ Vie pratique Au cours de mon année Erasmus à Almeria, j ai habité dans deux logements. Tout d abord au début de l année, j ai cherché mon premier logement grâce au service

Plus en détail

Bienvenue dans le monde de la construction logicielle

Bienvenue dans le monde de la construction logicielle Chapitre 1 Bienvenue dans le monde de la construction logicielle Sommaire : 1.1 La construction logicielle, qu est-ce que c est? : page 3 1.2 Pourquoi la construction logicielle est-elle importante? :

Plus en détail

CHARTE ARCHITECTURALE TYPOLOGIE, PROPORTIONS ET RYTHMES

CHARTE ARCHITECTURALE TYPOLOGIE, PROPORTIONS ET RYTHMES TYPOLOGIE,PROPORTION ET RYTHMES ELEMENTS REMARQUABLES DU BATI 1 Pignon Mur extérieur dont les contours épousent la forme des pentes d un comble. Dans les immeubles, même à toit plat, on a pris l habitude

Plus en détail

Projet départemental «EAU» le Site http://cpd67.site2.ac-strasbourg.fr/ Projet départemental «EAU» le Site http://cpd67.site2.ac-strasbourg.

Projet départemental «EAU» le Site http://cpd67.site2.ac-strasbourg.fr/ Projet départemental «EAU» le Site http://cpd67.site2.ac-strasbourg. Projet départemental «EAU» le Site http://cpd67.site2.ac-strasbourg.fr/ Projet départemental «EAU» le Site http://cpd67.site2.ac-strasbourg.fr/ 1 Projet départemental «EAU» le Site http://cpd67.site2.ac-strasbourg.fr/

Plus en détail

Si nous nous contentions d un champ de vision de 40, il faudrait quatre ou cinq perspectives pour représenter un espace d habitation.

Si nous nous contentions d un champ de vision de 40, il faudrait quatre ou cinq perspectives pour représenter un espace d habitation. Avant-propos La vue en perspective correspond bien à une perception humaine de l espace. La représentation d une perspective à l aide de la géométrie traduit, elle, avec précision les phénomènes optiques

Plus en détail

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B2. Partir un an à l étranger

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B2. Partir un an à l étranger ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE Niveau B2 Partir un an à l étranger Le dossier comprend : - une fiche apprenant - une fiche enseignant - le document support Auteurs-concepteurs : Stéphanie Bara, Isabelle

Plus en détail

CLARISWORKS 5. ÉTAPE 1 Créer un document. Lancer l application. (Windows 95 ou 98) Créer un document en utilisant le traitement de texte

CLARISWORKS 5. ÉTAPE 1 Créer un document. Lancer l application. (Windows 95 ou 98) Créer un document en utilisant le traitement de texte ÉTAPE 1 Créer un document Lancer l application Mettre l ordinateur en route. Double cliquer sur l icône ClarisWorks 5 qui se trouve sur le bureau ou cliquer sur Démarrer Programmes ClarisWorks5 Vous arrivez

Plus en détail

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES Mise en contexte : Dans le cadre d une activité de formation basée sur une analyse en groupe de récits exemplaires de pratiques d enseignants expérimentés, des futurs enseignants du préscolaire/primaire

Plus en détail

INITIATIVE DE LA FRANCOPHONIE POUR DES VILLES DURABLES. Efficacité énergétique et ville durable : leçons de l atelier d Abidjan

INITIATIVE DE LA FRANCOPHONIE POUR DES VILLES DURABLES. Efficacité énergétique et ville durable : leçons de l atelier d Abidjan Université d été : Bâtiments, Villes et Territoires durables face aux défis du changement climatique INITIATIVE DE LA FRANCOPHONIE POUR DES VILLES DURABLES Efficacité énergétique et ville durable : leçons

Plus en détail

Rapport de fin de séjour. Stage Bournemouth

Rapport de fin de séjour. Stage Bournemouth Charlène Reynaud Licence IUP Université jean Monnet Rapport de fin de séjour Stage Bournemouth A. Vie pratique Mon séjour s est déroulé à Bournemouth, ville de 163900 située à 2h00 de Londres. Bournemouth

Plus en détail

Quadrilatère St-Laurent

Quadrilatère St-Laurent Quadrilatère St-Laurent Mémoire présenté à l attention de l Office de consultation publique de Montréal Par Alain Vranderick Juin 2009 Introduction Étant résidant de la grande région métropolitaine de

Plus en détail

Expérimentation du logiciel de la ligne du temps. Cahier de l élève. Mai 2007

Expérimentation du logiciel de la ligne du temps. Cahier de l élève. Mai 2007 Expérimentation du logiciel de la ligne du temps (Version bêta) Cahier de l élève Je suis un élève du : 1 er cycle du primaire 2 e cycle du primaire 3 e cycle du primaire 1 er cycle du secondaire 2 e cycle

Plus en détail

Atelier «Avec les documents pédagogiques» FORMATION ECOLE ET CINEMA CYCLES 2 ET 3

Atelier «Avec les documents pédagogiques» FORMATION ECOLE ET CINEMA CYCLES 2 ET 3 Atelier «Avec les documents pédagogiques» FORMATION ECOLE ET CINEMA CYCLES 2 ET 3 L objectif de cet atelier de pratique est de travailler avec les documents pédagogiques (affiche, carteélève) qui favorisent

Plus en détail

S ouvrir aux différences ou s y enfarger

S ouvrir aux différences ou s y enfarger Audet, G. (2006). Voir http://www.recitdepratique.fse.ulaval.ca/ S ouvrir aux différences ou s y enfarger Je suis enseignante à la maternelle depuis trente ans, dont treize ans vécus en milieu défavorisé.

Plus en détail

Frédéric Blanc. 200 Infographie d architecture

Frédéric Blanc. 200 Infographie d architecture 200 Infographie d architecture Frédéric Blanc Frédéric Blanc a occupé, sept années durant, le poste de Product Manager Graphic & Design au sein d Abvent, distributeur français de SketchUp et éditeur d

Plus en détail

montagedoc 19/10/05 16:33 Page 1

montagedoc 19/10/05 16:33 Page 1 montagedoc 19/10/05 16:33 Page 1 montagedoc 19/10/05 16:33 Page 2 Au pied des Buttes-Chaumont, Sur les Hauts de Belleville, à la conquête de votre espace. Passage de l'atlas - Paris XIX ème montagedoc

Plus en détail

Analyse du paysage. Université de Liège - LEMA

Analyse du paysage. Université de Liège - LEMA Analyse du paysage 1. Etat du paysage 2. Analyse du noyau urbain : croissance 3. Analyse du noyau urbain : trames, morphologie, voiries 4. Typologie de l habitat Université de Liège - LEMA Typologie de

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

Paris à travers le temps

Paris à travers le temps Paris à travers le temps Paris à travers le temps Page 1 sur 1 Sommaire Introduction I. Synopsis II. Cahier des charges III. Scénario IV. Story board Conclusion Paris à travers le temps Page 2 sur 2 Introduction

Plus en détail

EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS

EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS Concours concernés : - Concours externe de recrutement de professeurs des écoles - Concours externe spécial de recrutement de professeurs des écoles -

Plus en détail

Dossier d expatriation

Dossier d expatriation 3 ème année IPAG Alexis Keuleyan Dossier d expatriation Expatriation réalisée dans l université d Huddersfield en Angleterre. Arrivant à la fin de mon premier semestre de 3 ème année à l IPAG, que j ai

Plus en détail

Ce projet nécessite environ 6 leçons préparatoires avant la journée de rencontre. Étape 1 - Définition du projet commun avec les élèves

Ce projet nécessite environ 6 leçons préparatoires avant la journée de rencontre. Étape 1 - Définition du projet commun avec les élèves Projet Musique Le thème est la musique avec une rencontre basée sur plusieurs ateliers à ce sujet. Les élèves des classes partenaires se retrouveront la matinée pour participer à des ateliers autour de

Plus en détail

Le Pavillon suisse à la Cité universitaire de Paris, 14e arrondissement

Le Pavillon suisse à la Cité universitaire de Paris, 14e arrondissement Le Pavillon suisse à la Cité universitaire de Paris, 14e arrondissement Adresse : Boulevard Jourdan 7 Architecte : Le Corbusier Construction : 1930 1932 Capacité : 45 chambres Prix des loyers mensuels

Plus en détail

Aimer Elle avait laissé sa phrase en suspens. Je rouvris les yeux, pour voir qu elle me regardait. Elle m observait. Elle allait dire quelque chose, et guettait ma réaction. Je n avais aucune idée de ce

Plus en détail

La VitraHaus Jacques Herzog & Pierre de Meuron, 2010

La VitraHaus Jacques Herzog & Pierre de Meuron, 2010 La VitraHaus Jacques Herzog & Pierre de Meuron, 2010 En 2004, Vitra lance une collection Home, qui se compose aussi bien de classiques du design, de rééditions que de produits de créateurs contemporains.

Plus en détail

HISTOIRE DES ARTS. Fiche méthode Lire une architecture. I. Présenter le bâtiment, le monument à identifier. Classe : 4ème

HISTOIRE DES ARTS. Fiche méthode Lire une architecture. I. Présenter le bâtiment, le monument à identifier. Classe : 4ème HISTOIRE DES ARTS Classe : 4ème Période historique : XIXème siècle Moment choisi : Premier Empire Thématique : Mécénat Arts, Etats, pouvoir Sujet : Comment ce monument célèbre t -il la Révolution et l

Plus en détail

The master thesis. (version 0.1, 20/3/05 - fix: translation!) thesis-writing. Daniel K. Schneider, TECFA, University of Geneva.

The master thesis. (version 0.1, 20/3/05 - fix: translation!) thesis-writing. Daniel K. Schneider, TECFA, University of Geneva. The master thesis The master thesis (version 0.1, 20/3/05 - fix: translation!) Code: thesis-writing Daniel K. Schneider, TECFA, University of Geneva thesis-writing Menu 1. Introduction: le mémoire est

Plus en détail

Comment motiver les apprenants : Innovation et créativité en cours de langues

Comment motiver les apprenants : Innovation et créativité en cours de langues REAL2 143504-LLP-1-2008-1-FR-KA2-KA2NW 2010/06/06 Comment motiver les apprenants : Innovation et créativité en cours de langues Motiver à apprendre et apprendre à motiver Cracovie, Pologne, 18 21 septembre

Plus en détail

Vive le pétrole cher. À Rennes, des îlots caressés par la foule

Vive le pétrole cher. À Rennes, des îlots caressés par la foule Vive le pétrole cher À Rennes, des îlots caressés par la foule Pour éviter les déplacements inutiles, la communauté d aglomération a fait le pari de la densité urbaine. Il est un phénomène infernal : les

Plus en détail

Renouvellement urbain de l Arlequin

Renouvellement urbain de l Arlequin Renouvellement urbain de l Arlequin Une stratégie d aménagement urbain associant expertise habitante et professionnelle La Villeneuve de Grenoble, Ateliers populaires d urbanisme Hélène Bourgeois PFE printemps

Plus en détail

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du développement personnel, vous avez lancé votre activité il y a quelques semaines ou quelques mois et vous aimeriez la

Plus en détail

Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE

Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE Avril 2001 Préambule J ai effectué un stage du 1 er au 23 avril 2001, dans l entreprise E.C.E.L.I. dont le siège se situe à Luisant (Eure-Et-Loir). Ce rapport détaillera

Plus en détail

Compétence 3 du socle commun de connaissances et de compétences : les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

Compétence 3 du socle commun de connaissances et de compétences : les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique Fiche 6 : approche scientifique et technique, du projet à la réalisation par le plan Compétence 3 du socle commun de connaissances et de compétences : les principaux éléments de mathématiques et la culture

Plus en détail

Commission de travail sur le projet extension maternelle Compte Rendu du 19 mars 2015

Commission de travail sur le projet extension maternelle Compte Rendu du 19 mars 2015 Commission de travail sur le projet extension maternelle Compte Rendu du 19 mars 2015 Compte-rendu fait par : I.MOUSQUET Présents : C.CHARRIER, architecte E.BAZZO, DGS A.DJEBARI, enseignante maternelle

Plus en détail

Fiche PM300 - Préparer le planning d un projet. 1.Introduction : un outil en support...2. 2.Première étape : La création des ressources...

Fiche PM300 - Préparer le planning d un projet. 1.Introduction : un outil en support...2. 2.Première étape : La création des ressources... Fiche PM300 - Préparer le planning d un projet Table des matières 1.Introduction : un outil en support...2 2.Première étape : La création des ressources...3 3.Deuxième étape : Le canevas méthodologique

Plus en détail

Plus de 300 enfants de Mainvilliers et Vernouillet ont célébré cette date si importante pour eux!

Plus de 300 enfants de Mainvilliers et Vernouillet ont célébré cette date si importante pour eux! Avec la participation de la ville de Vernouillet (2 ème Ville Amie des enfants du département) Plus de 300 enfants de Mainvilliers et Vernouillet ont célébré cette date si importante pour eux! 19/20 Novembre

Plus en détail

Guide de l Accessibilité. des Etablissements. Recevant du Public

Guide de l Accessibilité. des Etablissements. Recevant du Public Guide de l Accessibilité des Etablissements Recevant du Public Direction du Développement Commerce Tourisme Réaliser un projet qui garantit l égalité d accès : S assurer que les entrées principales soient

Plus en détail

Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque!

Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque! 4 Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque! Objectifs : En cette 4 ème catéchèse, nous voulons faire découvrir que, par le baptême, Jésus nous a rassemblé e s dans la communauté

Plus en détail

Etudiante en deuxième année à l ENSA de Marne-la-Vallée

Etudiante en deuxième année à l ENSA de Marne-la-Vallée Célibataire, Née le 29 avril 1989 à Neuilly sur Marne Céline JOLY 10, rue montmartre 75001 Paris 06.20.76.44.70 celinou.joly@orange.fr Etudiante en deuxième année à l ENSA de Marne-la-Vallée Formation

Plus en détail

PROCES-VERBAL DE LA COMMISSION DE CONCERTATION DU PROCES-VERBAAL VAN DE OVERLEGCOMMISSIE VAN 25.06.2004

PROCES-VERBAL DE LA COMMISSION DE CONCERTATION DU PROCES-VERBAAL VAN DE OVERLEGCOMMISSIE VAN 25.06.2004 A U D E R G H E M Commission de concertation O U D E R G E M Overlegcommissie PROCES-VERBAL DE LA COMMISSION DE CONCERTATION DU PROCES-VERBAAL VAN DE OVERLEGCOMMISSIE VAN 25.06.2004 PREMIER OBJET Dossier

Plus en détail

SCHOTT et l architecture

SCHOTT et l architecture SCHOTT et l architecture Verres antireflets SCHOTT Des solutions inédites en verre pour l architecture et le design Verres de décoration Eclairage par fibres optiques SCHOTT, groupe technologique international,

Plus en détail

MODULE 5 5 ASTUCES _

MODULE 5 5 ASTUCES _ MODULE 5 5 ASTUCES Préambule Ce document reprend un ensemble d astuces que j ai développé au cours de ma pratique photographique. Ces astuces concernent de nombreux aspects allant de la gestion de la lumière

Plus en détail

Rapport de fin de séjour

Rapport de fin de séjour Rapport de fin de séjour Université Pierre Mendès France - Università degli studi Bicocca Vie pratique Logement Type de logement Pour ce séjour j ai fait le choix de trouver un appartement en collocation

Plus en détail

Programmes d études. Programme d immersion française. Scénario d apprentissage exemplaire

Programmes d études. Programme d immersion française. Scénario d apprentissage exemplaire Éducation artistique Manitoba Programmes d études Programme d immersion française Scénario d apprentissage exemplaire Ce scénario exemplaire vise des apprentissages en : Arts dramatiques Musique Arts visuels

Plus en détail

À CLICHY résidence en vue. Au-dessus des toits vivez la ville en panoramique

À CLICHY résidence en vue. Au-dessus des toits vivez la ville en panoramique À CLICHY résidence en vue Au-dessus des toits vivez la ville en panoramique ZAc du BAc d Asnières À clichy Une Ville CréatiVe qui construit son Avenir et le vôtre au carrefour de Paris, de levallois et

Plus en détail

ONCE UPON A TIME IN THE HEART OF SCOTLAND

ONCE UPON A TIME IN THE HEART OF SCOTLAND ONCE UPON A TIME IN THE HEART OF SCOTLAND Table des matières Fiche professeur... 2 Fiche élève... 5 Narration de séance et productions d élèves... 6 1 Fiche professeur ONCE UPON A TIME IN THE HEART OF

Plus en détail

PARTIE 1 - IPHOTO 09

PARTIE 1 - IPHOTO 09 PARTIE 1 - IPHOTO 09 iphoto est un logiciel de classement et de retouche d image, conçu pour le grand public et par conséquent il est d une utilisation très simple : vous importez vos photos et elles se

Plus en détail

Evaluation de votre conférence de méthode ou cours-séminaire

Evaluation de votre conférence de méthode ou cours-séminaire Enseignement : INTRODUCTION A LA SOCIOLOGIE 2 : CONCEPTS, METHODES, ET ENJEU ACTUELS Excellent Bon Moyen Insuffisant Comment évaluez-vous la préparation et l'organisation des séances? 6 (30%) 11 (55%)

Plus en détail

La fleur du soleil : Activité : 1O e. 2O e. 3O e. 4O e. 6O e. 5O e

La fleur du soleil : Activité : 1O e. 2O e. 3O e. 4O e. 6O e. 5O e 1O e 2O e 3O e La fleur du soleil : 4O e 5O e 6O e Originaire du Pérou et introduite en Europe à la fin du 17e siècle, le tournesol est une plante qui porte merveilleusement son nom puisqu elle se tourne

Plus en détail

UN AN EN PROVENCE. ČECHOVÁ Veronika

UN AN EN PROVENCE. ČECHOVÁ Veronika UN AN EN PROVENCE ČECHOVÁ Veronika Depuis mon enfance, j ai eu un grand rêve. De partir en France et d apprendre la plus belle langue du monde. Grâce à ma professeur de français, Mme Drážďanská, qui m

Plus en détail

LA TECHNOLOGIE ET L INSERTION SOCIALE

LA TECHNOLOGIE ET L INSERTION SOCIALE LA TECHNOLOGIE ET L INSERTION SOCIALE A.Idrissi REGRAGUI TAZA Maroc PLAN : I. L INSERTION SOCIALE I.1. INSERTION PROFESSIONNELLE I.1.1. LE BRAILLE CLE DU SAVOIR I.1.2. LA COMPENSATION DU HANDICAP ET LA

Plus en détail

Inventaire préliminaire des bâtiments patrimoniaux de la CSDM Pascale Beaudet et Caroline Tanguay mai 2002

Inventaire préliminaire des bâtiments patrimoniaux de la CSDM Pascale Beaudet et Caroline Tanguay mai 2002 A IDENTIFICATION 1. APPELLATION actuelle Jeanne-LeBer Autre(s) appellation(s) Saint-Jean 2. No. dossier 56 3. No. réf. Archives CSDM 300 / 300 4. ANNÉE de construction 1957 5. ARCHITECTE concepteur Louis

Plus en détail

Entretien avec Guy-André Lagesse

Entretien avec Guy-André Lagesse Entretien avec Guy-André Lagesse Propos recueillis et mis en forme par Sébastien Gazeau d après l entretien du 16 octobre 2014. L aspect général des ZAC a-t-il changé au fil des années? La Zone d anniversaire

Plus en détail

PREMIERE PRISE EN MAIN DU LOGICIEL

PREMIERE PRISE EN MAIN DU LOGICIEL PREMIERE PRISE EN MAIN DU LOGICIEL 1/ Lancer le logiciel «Google SketchUp» 1.1 Ouvrir le logiciel Cliquer sur «Démarrer» puis sur «Techno» puis sur «Google SketchUp8». 2/ Paramétrer le logiciel «Google

Plus en détail

47. MIRADOR 40 29 15 N - 03 39 16 W MVRDV - Madrid - Espagne 2005

47. MIRADOR 40 29 15 N - 03 39 16 W MVRDV - Madrid - Espagne 2005 47. MIRADOR 40 29 15 N - 03 39 16 W MVRDV - Madrid - Espagne 2005 0 25 50 150 LE TOTEM DU QUARTIER A une demi-heure du centre ville de Madrid, le quartier de Sanchinarro est sorti de terre en 2000 et est

Plus en détail

Notice Descriptive Accessibilité aux personnes à mobilité réduite. Bâtiments collectifs d habitation neufs

Notice Descriptive Accessibilité aux personnes à mobilité réduite. Bâtiments collectifs d habitation neufs Notice Descriptive Accessibilité aux personnes à mobilité réduite Bâtiments collectifs d habitation neufs REGLEMENTATION : - Loi n 91.663 du 13.07.91 - Décret n 80.637 du 04.08.1980 - Décret n 94.86 du

Plus en détail

Architecture de Collection - 01 53 00 97 44 - contact@architecturedeollection.fr

Architecture de Collection - 01 53 00 97 44 - contact@architecturedeollection.fr 900 000 euros Appartement avec terrasse Finn Geipel Année 1976 Paris 16e Surface 72 m² Chambre 2 Salle de bains 1 Garage Jardin en option non L APPARTEMENT Terrasse 23 m² Piscine non Cet immeuble contemporain

Plus en détail

Règlement Glossaire GLOSSAIRE. Plan Local d Urbanisme approuvé le 19 novembre 2012 133

Règlement Glossaire GLOSSAIRE. Plan Local d Urbanisme approuvé le 19 novembre 2012 133 GLOSSAIRE Plan Local d Urbanisme approuvé le 19 novembre 2012 133 Abri de jardin Accès Alignement Alignement spécifique Annexe Attique Baie Bardage Bateau d'accès Chien assis Coefficient d occupation du

Plus en détail

Sont comprises les activités industrielles, artisanales et les logements liés et nécessaires à l activité.

Sont comprises les activités industrielles, artisanales et les logements liés et nécessaires à l activité. LEXIQUE Accès L accès est un passage privé, non ouvert à la circulation publique, situé sur l emprise de la propriété ou aménagé sur fonds voisin reliant la construction à la voie de desserte. Il correspond

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme?

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? Exercices Alternatifs Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? c 2004 Frédéric Le Roux, François Béguin (copyleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: polynome-lagrange/. Version

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme?

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? Exercices Alternatifs Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? c 2004 Frédéric Le Roux, François Béguin (copyleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: polynome-lagrange/. Version

Plus en détail

L art de la conception

L art de la conception c h a l e t L art de la conception Photos : Atelier du Cyclope Texte : Vincent Girardet Le cadre est beau, mais le terrain était compliqué. À cause de l orientation et de la déclivité des lieux, il fallait

Plus en détail

Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique

Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique BUT : Découvrir ton profil préférentiel «Visuel / Auditif / Kinesthésique» et tu trouveras des trucs

Plus en détail

PRÉSENTATION PRÉSENTATION DU LOGICIEL

PRÉSENTATION PRÉSENTATION DU LOGICIEL Page N 1 Table des matières Présentation...3 Présentation du logiciel...3 Téléchargement du logiciel...4 Installation sous Windows...5 Démarrage du logiciel...6 Paramétrage du logiciel...7 Présentation

Plus en détail

J aime bien la lecture. Quand je prends Taoki, j arrive bien à lire et ma mère elle me gronde même pas! Il faut apprendre tout doucement.

J aime bien la lecture. Quand je prends Taoki, j arrive bien à lire et ma mère elle me gronde même pas! Il faut apprendre tout doucement. J aime bien la lecture. Quand je prends Taoki, j arrive bien à lire et ma mère elle me gronde même pas! Il faut apprendre tout doucement. On réfléchit, on a les mots dans sa tête, on les lit à l école

Plus en détail

Perdre un ou plusieurs bébés lors d une grossesse multiple

Perdre un ou plusieurs bébés lors d une grossesse multiple Perdre un ou plusieurs bébés lors d une grossesse multiple L augmentation des traitements en clinique de fertilité et l âge plus avancé des femmes qui s engagent dans une grossesse contribuent à une plus

Plus en détail

Circonscription de Saint Avertin Mission maternelle Mme Gourin, I.E.N Saint Avertin mai 2008 S APPROPRIER LE LANGAGE

Circonscription de Saint Avertin Mission maternelle Mme Gourin, I.E.N Saint Avertin mai 2008 S APPROPRIER LE LANGAGE Circonscription de Saint Avertin Mission maternelle Mme Gourin, I.E.N Saint Avertin mai 2008 S APPROPRIER LE LANGAGE Le langage à l école maternelle et son développement doivent être envisagés sous trois

Plus en détail

COULEUR, ARCHITECTURE

COULEUR, ARCHITECTURE FORMATION COULEUR, ARCHITECTURE ET CADRE DE VIE Dans le cadre de votre pratique liée à l architecture et aux espaces intérieurs, la couleur joue un rôle important. Porteuse de sens, outil d intégration

Plus en détail

Module : la veille informationnelle en DCG : la construction d un Netvibes

Module : la veille informationnelle en DCG : la construction d un Netvibes Module : la veille informationnelle en DCG : la construction d un Netvibes Ce module est destiné aux étudiants de DCG 2 et de DCG 3 Il est construit en co-animation par un enseignant disciplinaire et un

Plus en détail

Concertation sur le projet d aménagement «Route de Toulouse»

Concertation sur le projet d aménagement «Route de Toulouse» Concertation sur le projet d aménagement «Route de Toulouse» Compte-rendu de la 2 e du groupe de travail I. Rappel du contexte général Société Publique Locale, la Fabrique Métropolitaine de La Cub («La

Plus en détail

4. Vivre et bouger dans l espace du dessin

4. Vivre et bouger dans l espace du dessin 4. Vivre et bouger dans l espace du dessin Thématique_ Intitulé Exercices _ Développements _ Objectifs Références artistiques Etre présent, participer, vivre dans l espace du dessin : utiliser l espace

Plus en détail

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B1. Petits malheurs de la vie quotidienne

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B1. Petits malheurs de la vie quotidienne ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE Niveau B1 Petits malheurs de la vie quotidienne Le dossier comprend : - une fiche apprenant - une fiche enseignant - un document support Auteurs-concepteurs : Stéphanie Bara,

Plus en détail

Fiches Nouveau Lettris, 1 2 principe de bijection CE/PE Nombres de 0 à 19 Fiche 1 doc 1

Fiches Nouveau Lettris, 1 2 principe de bijection CE/PE Nombres de 0 à 19 Fiche 1 doc 1 Module : Numératie Fiche N 1 - Donner des informations chiffrées sur soi même - Compter de 0 à 19 Ordonner PO Tour de table / donner une information chiffrée sur soi même PO Introduction aux nombres /sensibilisation

Plus en détail

Analyse paysagère VISUEL et PAYSAGE

Analyse paysagère VISUEL et PAYSAGE SAS ECS HF01 - Introduction INTRODUCTION VISUEL et PAYSAGE Le visuel et le paysage On peut appliquer à l analyse d un paysage la technique inverse de celle utilisée pour le camouflage du militaire sur

Plus en détail

Les Gratte-Ciel : une autre utopie réalisée

Les Gratte-Ciel : une autre utopie réalisée Les Gratte-Ciel : une autre utopie réalisée Nous sommes un groupe de 26 secondes professionnelles (G.A SEN, MRCU). Le mardi 25 septembre nous sommes allés visiter le quartier des Gratte-Ciel à Villeurbanne.

Plus en détail

Alignements et Accès garages dans bâtisses existantes

Alignements et Accès garages dans bâtisses existantes . Aménagement de garages individuels dans ou à côté de constructions existantes.1. L échéance d une deuxième procédure.1.1..1.2..1.3..1.3.1..1.3.1.1..1.3.1.2..1.3.2. Pour l aménagement de garages dans

Plus en détail

Dossier pédagogique Ateliers pour les collèges

Dossier pédagogique Ateliers pour les collèges M u s é e d u V i e u x N î m e s Dossier pédagogique Ateliers pour les collèges Contact Charlotte Caragliu, Chargée de projet pour les collèges, les lycées et les écoles supérieures Isaline Portal, Responsable

Plus en détail

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Bruno Belzile Candidat au doctorat en génie mécanique, Polytechnique

Plus en détail

Soirée le 20 décembre à Lille Grand Palais

Soirée le 20 décembre à Lille Grand Palais Soirée le 20 décembre à Lille Grand Palais SOMMAIRE La scénographie page 3 Concept général Concept secondaire Les espaces page 4 Le parcours La signalétique L installation page 5 Les supports et matériaux

Plus en détail

LIVRET PÉDAGOGIQUE AUTOUR DE L OUVRAGE UNE BANDE DESSINÉE DE LOÏC DAUVILLIER, MARC LIZANO & GREG SALSEDO, PUBLIÉE AUX ÉDITIONS DU LOMBARD.

LIVRET PÉDAGOGIQUE AUTOUR DE L OUVRAGE UNE BANDE DESSINÉE DE LOÏC DAUVILLIER, MARC LIZANO & GREG SALSEDO, PUBLIÉE AUX ÉDITIONS DU LOMBARD. LIVRET PÉDAGOGIQUE AUTOUR DE L OUVRAGE UNE BANDE DESSINÉE DE LOÏC DAUVILLIER, MARC LIZANO & GREG SALSEDO, PUBLIÉE AUX ÉDITIONS DU LOMBARD. est une bande dessinée publiée par les éditions Lombard. - scénario

Plus en détail

BTS CI 2 ème année. CCF E51 : Plan de marchéage et actions de prospection menés au cours du stage à l étranger. Sommaire

BTS CI 2 ème année. CCF E51 : Plan de marchéage et actions de prospection menés au cours du stage à l étranger. Sommaire BTS CI 2 ème année CCF E51 : Plan de marchéage et actions de prospection menés au cours du stage à l étranger Sommaire 1 Introduction I/ Plan de marchéage A. Services B. Prix C. Distribution D. Communication

Plus en détail

Pédagogie du projet?

Pédagogie du projet? Pédagogie du projet? Toute pédagogie qui place l intérêt des apprenants comme levier des conduites éducatives est appelée «pédagogie fonctionnelle». Ainsi, la pédagogie du projet peut rentrer dans cette

Plus en détail

tel : 06 32 16 57 83 site : ma-ma.biz mail : thomas.mouillon@gmail.com

tel : 06 32 16 57 83 site : ma-ma.biz mail : thomas.mouillon@gmail.com MA tel : 06 32 16 57 83 site : ma-ma.biz mail : thomas.mouillon@gmail.com présentation janvier 2014 MA est une histoire qui a commencée par hasard. L une de ces idées qui prend forme lentement, et qui

Plus en détail

La construction parasismique : règles pratiques

La construction parasismique : règles pratiques La construction parasismique : 1/6 Les fiches «enseignant» et «élève» citées ci-dessous permettent d illustrer cette fiche «documentation» à travers des expériences ou des études de documents (vidéo ou

Plus en détail

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique DOMAINE P3.C3.D1. Pratiquer une démarche scientifique et technologique, résoudre des

Plus en détail

Blogue / Philips Lumec

Blogue / Philips Lumec Blogue / Philips Lumec Date : 20 novembre, 2012 Auteur : Philips Lumec Catégorie : Design Entrevue avec Sergio Ramos, gagnant du 1 er prix du Concours de la Fondation CLU Il y a déjà un mois que nous vous

Plus en détail

BOIS MASSIF ET TRADITION TEXTE : PATRICIA PARQUET. PHOTOS : ATELIER DU CYCLOPE.

BOIS MASSIF ET TRADITION TEXTE : PATRICIA PARQUET. PHOTOS : ATELIER DU CYCLOPE. CONSTRUIRE BOIS MASSIF ET TRADITION COSSU, FLAMBANT NEUF, LUMINEUX, CE CHALET EN BOIS MASSIF EST IMPLANTÉ SUR LES HAUTEURS DE SAINT-GERVAIS EN HAUTE-SAVOIE. LE MONT-BLANC D UN CÔTÉ ET LA CHAÎNE DES FIZ

Plus en détail

Accueillir un spectacle à la bibliothèque

Accueillir un spectacle à la bibliothèque Accueillir un spectacle à la bibliothèque Objectifs : Faire découvrir le spectacle vivant. Valoriser un fonds de la bibliothèque en lien avec le spectacle (conte, théâtre, etc ). Valoriser les artistes.

Plus en détail

Ecole maternelle les Ramières, PS/MS Classe de Mme Nicolas

Ecole maternelle les Ramières, PS/MS Classe de Mme Nicolas Défi sciences, ville de SORGUES Ecole maternelle les Ramières, PS/MS Classe de Mme Nicolas «Fabriquer un vase pouvant contenir des fleurs et de l eau» Démarche de l enseignante, point de départ pour annoncer

Plus en détail

IDENTIFICATION. 1. APPELLATION actuelle Sainte-Bibiane Autre(s) appellation(s) Drummond School. 2. No. dossier 64. 3. No. réf. Archives CSDM 026 / 542

IDENTIFICATION. 1. APPELLATION actuelle Sainte-Bibiane Autre(s) appellation(s) Drummond School. 2. No. dossier 64. 3. No. réf. Archives CSDM 026 / 542 A IDENTIFICATION 1. APPELLATION actuelle Sainte-Bibiane Autre(s) appellation(s) Drummond School 2. No. dossier 64 3. No. réf. Archives CSDM 026 / 542 4. ANNÉE de construction 1930 5. ARCHITECTE concepteur

Plus en détail

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL Toutes spécialités. BREVET DES MÉTIERS D ART Toutes spécialités ÉPREUVE DE FRANÇAIS

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL Toutes spécialités. BREVET DES MÉTIERS D ART Toutes spécialités ÉPREUVE DE FRANÇAIS SESSION 2015 BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL Toutes spécialités BREVET DES MÉTIERS D ART Toutes spécialités ÉPREUVE DE FRANÇAIS - ÉPREUVE DU MERCREDI 17 JUIN 2015 - (L usage du dictionnaire et de la calculatrice

Plus en détail

Rapport de fin de séjour à Bruxelles

Rapport de fin de séjour à Bruxelles Rapport de fin de séjour à Bruxelles Introduction Durant l année de mon master 2 Histoire-Histoire de l art à l Université Pierre Mendes France de Grenoble je devais réaliser un stage de 2 mois minimum.

Plus en détail

On a volé La plage de Sainte-Adresse!

On a volé La plage de Sainte-Adresse! On a volé La plage de Sainte-Adresse! par Ana 5e Aza 4e Ahmed 5e Dagman 5e Emilienne 6e Taïmoor 3e Jeudi 5 Mai 2011 08:32 Chapitre 1 Salut! Je m' appelle Séléna, j' ai 16 ans. Les vacances viennent de

Plus en détail

Carnet de voyage. Dina Prokic. Université Internationale d Eté de Nice Session Juillet 2011, Niveau B2 Enseignante : Bouchra Bejjaj -Ardouni

Carnet de voyage. Dina Prokic. Université Internationale d Eté de Nice Session Juillet 2011, Niveau B2 Enseignante : Bouchra Bejjaj -Ardouni Carnet de voyage Dina Prokic Université Internationale d Eté de Nice Session Juillet 2011, Niveau B2 Enseignante : Bouchra Bejjaj -Ardouni 3 juillet 2011 C est ma première fois en France. Je suis venue

Plus en détail

Association!Cinéma!l Ecran!!!! lundi!8!septembre!2014! 14,!passage!de!l Aqueduc! 93200!SaintADenis! Tel!:!0149336688!!

Association!Cinéma!l Ecran!!!! lundi!8!septembre!2014! 14,!passage!de!l Aqueduc! 93200!SaintADenis! Tel!:!0149336688!! AssociationCinémal Ecran lundi8septembre2014 14,passagedel Aqueduc 93200SaintADenis Tel:0149336688 Introduction Projetd extensionducinémal ECRAN Le cinéma l Ecran dans le centreaville existe depuis 1991(sa

Plus en détail

3.1 Les différents espaces professionnels 2.2 Le mobilier et les espaces de présentation

3.1 Les différents espaces professionnels 2.2 Le mobilier et les espaces de présentation M ission 8 1 J agence et j implante les produits Bonjour à toutes, 2 Dans la première tâche, vous apprendrez comment on agence un institut de beauté. Créer son institut de beauté est souvent l aboutissement

Plus en détail

LES REPRESENTATIONS DES NOMBRES

LES REPRESENTATIONS DES NOMBRES LES CARTES A POINTS POUR VOIR LES NOMBRES INTRODUCTION On ne concevrait pas en maternelle une manipulation des nombres sans représentation spatiale. L enfant manipule des collections qu il va comparer,

Plus en détail

UN BIDONVILLE DE MADRID: EL SALOBRAL Le plus critique en terme de MARGINALITE: 20 hectares le long d une autoroute 224 familles 318 «chabolas» des services publics inexistants: ni eau, ni électricité,

Plus en détail

Parallèles critiques Thèse d Etat Ecole Doctorante Paris I Indirat Cruz 2002

Parallèles critiques Thèse d Etat Ecole Doctorante Paris I Indirat Cruz 2002 Parallèles critiques Thèse d Etat Ecole Doctorante Paris I Indirat Cruz 2002 I Christian Gattinoni : travail personnel A Travail plastique L œuvre créatrice de Christian Gattinoni se voit dirigée vers

Plus en détail

L agence GPAA documente en un carnet d illustrations de 250 pages les projets, des plans à la maquette, du chantier au bâtiment fini.

L agence GPAA documente en un carnet d illustrations de 250 pages les projets, des plans à la maquette, du chantier au bâtiment fini. En librairie le 15 octobre 2006 Gaëlle Péneau Chroniques & chronologies d une agence d architecture 1995-2005 Ce livre n est pas une ultime présentation de bâtiments d architectes ayant «pignon sur rue».

Plus en détail