Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download ""

Transcription

1

2

3

4

5

6

7 LES ÉCHELLES DE L USAGE AU MONUMENT RAPPORT DE LICENCE ALEXANDROS IOANNIDIS ENSAPLV 2013 ENCADREMENT SERGE JOLY LAURE HELAND

8 AVANT PROPOS

9 Dans les pages suivantes le lecteur va retrouver une sélection des travaux, des références, des moments et des expériences qui sont déroulées pendant les études de licence à l ENSAPLV. La classification et l ordre des projets et des images ci-dessous est personnelle. Donné que le sujet global de ce rapport est l échelle, les objets d étude présentés ici sont aussi triés selon leur échelle. On va pas dire par taille; il n y a pas de tranches de mètres carrées qui définissent les quatre catégories qui suivent. La classification est en tout cas basée sur l impact du projet tant que concept, tant que qualité d apprentissage, tant qu épanouissement personnel. Le lecteur ne vas pas se demander sur l ordre de l exposé; l «agrandissement» de l échelle est un parcours de narration qui va peut être aboutir quelque part. Le but de ce mémoire n est pas de réélaborer des analyses complexes, ni d immerger le lecteur dans les recherches personnelles. Dans les pages suivantes on trouvera des moments et des questions critiques des dernières années, qui n ont pas forcement de réponse jusqu à ce jour. La majorité des sujets traités pendant ce parcours, mentionnés dans cet exposé (parfois un peu plus que de gratter la surface), sont toujours en cours d examination et de réévaluation. La sélection ne concerne pas les meilleurs travaux, mais ceux qui ont beaucoup contribué sur la façon de voir l architecture. Parmi les projets qui suivent, il y a aussi des propositions infinies, sous estimées et même échouées. Malgré le fait que, dans un cadre académique, on parle des notes et un semestre peut se réduire à un chiffre, ces propositions trouvent raisonnablement leur place ici. L architecture exige un investissement de personnalité terrifiant, qui ne s évalue pas au-dessus ou au-dessous de la moyenne. Je voudrais remercier particulièrement mes professeurs, Serge Joly et Laure Heland, qui ont encadré ce parcours rétroactif sur mes études d architecture. C était une procédure très particulière pour moi, presque une recherche philosophique, que je me vois facilement reprendre dans l avenir. Je prie le lecteur de m excuser pour mon écriture et mon vocabulaire limité, parfois répétitif et simplifié. L approche de cet écrit est plutôt basé sur l honnêteté directe (avec une dose de humour), que sur l académisme. Alexandros Ioannidis

10 I N D E X

11 AVANT PROPOS INDEX INTRODUCTION S THINK SMALL IN A BIG CITY A BOX FULL OF PEOPLE WHEN THE CAT IS AWAY, THE MICE WILL PLAY...AND NOW YOU KNOW HOW THE COFFEE MAKER WORKS! GEOMETRY AND STUFF M A PRISON TO CALL HOME DESTROY EVERYTHING YOU TOUCH STICKING TOGETHER PERSONAL STRUGGLE ARCHITECTURE: IT S NOT A WORK, IT S A LIFESTYLE L TIME TO MAKE IT BIG MONEY MAKES THE WORLD GO ROUND BÉTON, MON AMOUR XL AS BIG AS IT GETS.. IN THE CITY THAT DOESN T SLEEP BACK TO BASE SLIPPERY SLOPE SANS ECHELLE JUST AN IMAGE OF.. TOOLS FOR LIFE 3, 2, 1, ACTION! ENJOY THE SILENCE TO STAND BEFORE IN AWE CONCLUSION ANNEXE VARIOUS SCALES ALMANAC BIBLIOGRAPHIE

12 INTRODUCTION

13 DÉFINITION DE L ÉCHELLE Échelle par rapport à la totale : la taille de la fenêtre par rapport à la façade. Échelle par rapport aux autres parties : deux fenêtres de taille différente sur la même façade. Échelle par rapport à la taille ordinaire : la taille d un objet par rapport à sa taille qu on s est habitué, qu on connaît comme moyenne, une double hauteur sous plafond. SCALE IS RELATIVE SIZE ; THE SIZE OF SOMETHING RELATIVE TO SOMETHING ELSE. Échelle par rapport à la taille humaine: une porte, une chaise (une fonction?) Le choix de l échelle, comme axe traçant le parcours académique, se justifie par rapport à sa capacité généraliste. Toute chose peut se réduire ou s agrandir en juxtaposition avec une autre. On parle d analogie, de proportion d harmonie, pour aller de l Ordre Ionique jusqu au Coefficient d Occupation des Sols. L échelle est non seulement présente, mais aussi dominante sur l architectural, de façon indispensable. La problématique de l architecture ne peut pas exister sans l échelle. On la retrouve dans la perception, la conception, la représentation et la référence. La perception introduit le problème, la représentation en montre la complexité, la conception le complexifie, la référence l ouvre à trois axes majeurs; spatial, social et temporel. L échelle se présente comme le point de vue possible d approche de l architecture dans son ensemble. Mais chaque échelle ne fait qu indiquer le champ de référence dans lequel se pense la pertinence: la pertinence de la mesure, la pertinence du sens.

14

15 S

16 GOD IS IN THE DeTAILS

17 THINK SMALL IN A BIG CITY Dans le cadre du cours de sociologie, en deuxième année, on a eu l occasion d étudier un type d espace de petite échelle très spécial; les petites urbanités libres. Les petites urbanités libres sont des morceaux d espace du tissu urbain, sans aucune fonction ou utilisation, ni par les usagers avoisinants ni par les passagers. C est un espace vide et inutile dans l ensemble urbain. Sa caractéristique est de passer souvent inaperçu, même s il devait provoquer des questions chez un urbaniste, un architecte, un paysagiste ou aussi un habitant du quartier. On peut dire qu il s agit d une faute dans le design, d une ignorance de l architecte, d un petit détail qui est passé dans le plan à bâtir, sans être assez discuté. Une urbanité peut être un trou sur un mur, un creux sur une façade, mais également une petite parcelle mal occupée ou distribuée. C est un peu difficile de classer une urbanité selon son accessibilité. On peut avoir par exemple deux passages sur le même trottoir, dont l un est moins favorable, peut-être un peu bloqué, mais toujours fonctionnel. Est-ce qu on parle d une petite urbanité libre dans ce cas là? NO PARKING, NO GARDEN, YES MUSIC C est possible que la classification d une urbanité reste quelque chose d individuel. Chacun a sa propre perception de l espace. (On n aperçoit pas tous l espace de même façon). La lisibilité individuelle du tissu urbain définit la visibilité et la «liberté» de la petite urbanité enfin. Sous la direction de Luis Lopez, nous avons appris une nouvelle façon de regarder l espace public. Une fois que cette technique est bien comprise, on tombe vraiment dans un piège; l oeil cherche et observe toute imperfection dans le tissu urbain, de façon inconsciente, voire obsessionnelle.

18 Mais la petite échelle ne veut pas forcement dire petit espace, selon l angle de vue de cette définition. Une petite échelle est aussi l échelle d usage, une échelle définie par le corps humain. L échelle d une cabane pour un chien est le chien, c est-à-dire qu il convient que cette cabane soit en proportion avec l animal qu elle doit contenir. Une cabane à chien dans laquelle un âne pourrait entrer et se coucher ne serait pas à l échelle. (Viollet-Le-Duc) DISTURBING NEUFEURT II Dans le fameux ouvrage de Neufert on retrouve tout dimensionnement par rapport à l usage. Un trésor d informations surtout pour la premiere année d études. Pendant cette période, la notion de l espace était encore un peu vague. Quelles sont les dimensions d un canapé? Quelle est la hauteur idéale pour une assise? Quelle est la distance nécessaire de recul derrière une chaise? Dans le plupart de ces questions Neufert avait la réponse. Pourtant, les dimensions d usage ne peuvent pas construire l espace. Elles consistent juste un outil, un point d appui pour une mise en scène qui va aboutir à une pièce, ou un espace de petite échelle. A BOX FULL OF PEOPLE Tel est le cas d un projet réalisé pendant première année d études sous la direction de François Fauconnet. Selon le sujet, il fallait rendre habitable un container, par quatre personnes pour une durée limitée. Le terrain d implantation du container n avait pas d importance; on s est dit qu il s agit d un lieu avec des conditions climatiques extrêmes (fait qui justifie le sas d entrée malgré l espace très limité). Ce détachement du contexte autour du container, lui a rendu un statut de non-lieu. On était libre alors de ne se concentrer qu à l intérieur du volume donné, sans se soucier de la

19 relation avec l extérieur. Je constate maintenant, que j avais porté peu d importance, lors de la conception, sur les baies; mêmes les fenêtres étaient secondaires dans ma tête. L intériorité règne dans le container. Ce sujet est peut être le meilleur pour l immersion dans les études d architecture. L architecture est un puzzle, un quiz, une énigme. Grosso modo, tant qu architecte, on a toujours un programme, un terrain à bâtir et quelques exigences du client supplémentaires. Le projet du container avait tout. Comment faire habiter 4 personnes dans moins de 40m2? Ce questionnement m a introduit à la notion de la vie privée, l intimité, l espace commun et plus ou moins tout ce qui est demandé quand on dessine un logement. Pour l anecdote j étais en train de tracer les wc dans le projet du container et je n étais pas sûr pour les dimensions standardisées. Alors, je demande à un camarade combien fait-il le wc avec la chasse d eau. Il m a donné une réponse étonnante: Va dans les chiottes pour le mesurer!. Et il avait raison. On ne doit pas oublier que ce qu on dessine en architecture est fait pour l homme, pour nous. L architecture est déjà présente autour de nous, on cherche juste de nouvelles façons pour la réinterpreter. L usage a largement été étudiée dans le cadre de ce projet; du dimensionnement d un sas d entrée et la hauteur idéale d assise pour une chaise, jusqu à la taille moyenne d une fourchette. Pour penser l usage faut se projeter dans l espace. C est une chose que je découvre depuis ce moment. Simplement, il faut fermer les yeux et penser d être dans un jeu-video de premier plan et circuler dans l espace donné. YOU NEED THE SPACE ABOVE YOUR BED ONLY TO STARE AT THE CEILING...

20 Mais qu est-ce qu on fait si l usager n est pas l homme idéal de Vitruve ou du Modulor? L Unité d Habitation, bâtie sur les principes du dernier, peut être l espace de vie idéal pour l homme de taille 1,83m, mais serait elle aussi agréable pour une personne en fauteuil roulante? Cette question d usage non conformée a été posée au début de la troisième année, dans l atelier de Serge Joly et Christian Labbé. Selon le sujet, on devait d abord suggérer un scénario pour un usager spécial fictif, qui va habiter ensuite dans son logement idéal. Ca pourrait être une personne âgée, un handicapé, quelqu un qui souffrait d une maladie chronique, ou même une situation de collocation originale. En gros, l enjeux était de trouver des usagers qui ont un besoin (par rapport à leur mobilité, leur style de vie, les heures dépensées dans chaque pièce etc). WHEN THE CAT IS AWAY, THE MICE WILL PLAY Ma suggestion était enfin l enfant: une maison habitée que par des enfants (une utopie à la Peter Pan!). La justification de ce choix se fera dans les pages suivantes. Un habitat sans aucune structure conduirait à la désorganisation totale des occupants. Autrement dit, quand on parle des enfants, cet habitat serait une cage aux singes. La cuisine représente un exemple d une pièce plutôt adulte. Mais les enfants vont être adultes aussi. Ils ont besoin de structure pour intégrer normalement la société. Ils ont besoin d un parent. Donc c est la maison qui vient jouer ce rôle. Une petite modification du scénario venait rajouter un grand frère aux petits enfants pour le rendre un peu plus réaliste. Toute de suite, l échelle adulte retrouve sa place dans un logement qui doit aboutir à celle ci; la maison-parent doit non seulement structurer les enfants, mais s évoluer et grandir avec eux. L application pratique de cette théorie se base sur la modularité et la multitude des possibilités des espaces. Cette notion se propage des pièces avec un niveau d intimité modulable EXPERIMENTAL jusqu à la hauteur augmentable des chaises, suivant l agrandissement des enfants et leurs (AND FUN!) SPACES besoins. Au départ, le projet représentait quelque chose entre une maison et une aire de jeux libre. Le scénario utopique permettrai une explosion chaotique sur l organisation de la maison. Finalement, tout était une question de choix, de tri. Ça veut dire, si on fait une maison-aire de jeux, certes, les habitants vont être contents; mais que pour le premier jour. Une maison avec que des enfants, n a pas besoin d une cuisine. Mais oui!

21 INTERIOR VIEW

22 ...AND NOW YOU KNOW HOW THE COFFEE MAKER WORKS! La raison du choix de traiter le sujet de l enfance était mon stage, qui s est évolue en poste de travail en temps partiel jusqu à maintenant. Commençant en juillet 2012, j intègre l agence Tania Toyos Architecture à La Défense. Sous la direction de Tania Toyos j ai eu l occasion de voir en détail le fonctionnement d une agence d architecture. J étais très chanceux d intégrer cette petite agence (on n y était que trois au début); comme ça j ai pu venir en contact avec tous les étapes d un projet, de la conception jusqu au chantier. L agence était très expérimenté sur un domaine architectural particulier: les équipements de la petite enfance. Au début, moi je n avais pas d intérêt spécial sur ce genre de projets. J ignorais totalement les différences entre une crèche public, une halte-garderie, une crèche parentale et beaucoup d autres. Je remercie infiniment Tania Toyos qui m a introduit dans le monde des enfants. Au début, tant que stagiaire, je m occupais des dessins, des montages et des mises en page des projets en cours. Au fur et à mesure, mes responsabilités devenaient de plus en plus importantes, jusqu à prendre rendez-vous avec les clients et faire le suivi du chantier. J ai appris de travailler sur des nombreux projets en même temps, de gérer les exigences des clients et de présenter un projet, avec eux comme jury. Un projet particulier était pour moi le réamenagement d une crèche, réalisée aujourd hui au 38 rue des Clöys, dans le 18ème arrondissement de Paris. C est un des rares projets que j ai pu suivre depuis la phase de conception jusqu à l éxecution. Avec le support de la direction, j ai proposé aussi un plan de réamenagement pour la crèche qui a été très bien accueilli par le client (une ITS ONLY AN EXHIBITION FOR THOSE WHO DO NOT PLAY - PALLE NIELSEN association privée). Finalement, certaines de mes propositions ont trouvé le chemin jusqu au plan d exécution. Avant d arriver là il fallait apprendre qu une crèche est un projet beaucoup plus compliqué qu il parait au début. Le nombre des réglementations pour un établissement recevant du public etait extravagant pour moi; mes projets auparavant structurés dans un cadre académique ne touchaient que très légèrement cet aspect réaliste. Surtout quand l établissement est destiné pour accueillir des enfants, la réglementation devient encore plus exigeante (la peur du médecin de la Protection Maternelle et Infantile!). Alors, parmi ces informations nécessaires se trouve un grand chapitre; l usage. Dessiner pour les enfants devient un projet d échelle. Peut-on dire que l enfant est un homme à l échelle 1/2??! Les dimensionnements dans la conception changent radicalement. Oui, les wc bébés sont une échelle réduite par rapport aux wc ordinaires, les berceaux par rapport aux lits aussi, mais pas les portes, pas la hauteur de la poignée, pas la hauteur des murs. Une crèche est une étape préparatoire pour les gamins âgés de quelques mois à 4 ans. Il faut devenir grand pour franchir une porte.. Après des recherches personnelles (surtout dans les textes du psychologue Jean Piaget)et des nombreuses explications de la representatrice de l association (doctorante sur la psychologie de l enfance), j ai pu rentrer dans la conception de la crèche avec les yeux d un enfant. L amour pour le mouvement et les automatisations, le charme secret du plafond, la faible importance de la couleur et la grande importance de la matière, le contact charnel avec le sol, les débuts de la sociabilité, le rythme du développement physiologique, ne sont que quelques éléments indispensables de la conception dans ce domaine d architecture.

23 WHEN DID YOU LEARN WHAT IS THE EUCLIDEAN GEOMETRY? - JEAN PIAGET GEOMETRY AND STUFF C est l oeil de l enfant, qui m a planté l amour pour les surfaces courbées, même si dans le cadre d études (je dois dénoncer que!) l école favorise le carré (voire elle prohibe la courbe!) L importance pratique de l angle droit est quelque chose d inconnu chez l enfant. Encore, l angle signifie la punition, pour un enfant mis au coin. Dans cet esprit, une forme souple et arrondie est protectrice et plus confortable pour l enfant, et -pourquoi pas- les adultes aussi. C est vrai que l angle de 90 n existe pas dans la nature; c est une invention humaine. Tout ce qu on appelle design organique est inspiré de la nature, glorifié pendant le mouvement d Art Nouveau, et récurant à nos jours. On dessine des pièces et des logements carrés parce que le mobilier est plutôt rectiligne? La petite échelle domine sur la grande? C est une question de géométrie et de point de vue de l architecte. S il veut en tout cas créer une maison avec une géométrie dominante, il peut aller jusqu au bout et dessiner tout le mobilier qui va avec. Comme Frank Lloyd Wright et ses lits hexagonaux, dans le Hanna House; une maison basée sous la forme d un nid d abeilles, à Californie. SOME TASTY HYPERBOLIC PARABOLOIDS.. BZZZZZ! - FLW

24

25 M

26 A PRISON TO CALL HOME Le projet de l Enclos encadré par Sophie Denissof posait deux questions fondamentales pour moi ; La lumière et la relation intérieur extérieur. Selon Le sujet on a un terrain entouré par un mur de grande hauteur (dans un cas plus réaliste ca peut être un mur pignon). Comment construire une maison de famille, sans pouvoir rehausser le bâti et trouver une vue autre que sur un mur pignon? La réponse finalement consiste à orienter les vues sur le bâti lui même et son jardin. Ici on retrouve la relation complexe d intérieur extérieur. La «maison expérimentale de l architecte» d Alvar Aalto consiste une forte inspiration dans ce projet. La forme du bâti en L, l organisation des jardins (jardin d entrée - jardin privé), la séparation distincte des zones jour nuit étaient des choix pas très conscientes à l époque. Une petite touche de réglementation urbanistique (gabarit limité à un seul niveau, pourcentage donné d occupation du terrain) annonce la suite de l année. U-SHAPED WINDOWS «BREAK» THE COMMON SPACE TO THREE ZONES DESTROY EVERYTHING YOU TOUCH TRANSLATING DECONSTRUCTION Dans le cadre de ce projet on devait choisir un thème qui dominerai sur la conception. Il y avait quelques mois après ma visité du Musée Juif à Berlin. Sans hésitation, j ai proposé le

27 thème de la Déconstruction, juste parce que j avais envie d approfondir mes connaissances là-dessus. Peut être le résultat final n était pas très réussi (mon thème plus évident au rendu final était l emboîtement des volumes). C est vrai qu il s agît d une problématique qui demande une plus vaste expérience et maturité qu un étudiant peut avoir en début de la deuxième année. En tout cas, la recherche sur le sujet était très enrichissante. Je suis certain d y retourner dans l avenir pour ressayer de comprendre finalement, comment Bernard Tschumi applique t-il la théorie philosophique de la déconstruction de Jaques Derrida. DECONSTRUCTION ACCORDING TO LIBESKIND, TSCHUMI AND ME! La déconstruction est une histoire, un parcours sans sens. Un tas des morceaux constructifs sans logique entre eux..ou pas? Les ruines de la déconstruction peuvent être des éléments de construction. Donc la réconstruction devient égale à la déconstruction!? Malgré les formes fortement critiquées comme superficielles, Daniel Libeskind nous montre une puissance déconstructive remarquable dans son oeuvre. C est sa méthode de conception de l espace qui me semble très intrigante (et totalement incompréhensible!); dans les 3 dimensions d un dessin, il rajoute une quatrième; le temps. La déconstruction, dans ce délire à elle, devient un Chaos organisé..

28 Pour revenir au sujet, le projet de l enclos présente une échelle moyenne. Une famille, une maison, un niveau de vie. Est-ce que c est tout ça alors qui définit cette échelle moyenne? La réponse est négative. Sous la même catégorie on va retrouver le projet «Le Haut d un immeuble», sous la supervision de Serge Joly et Christian Labbé. STICKING TOGETHER Selon ce sujet, en premier semestre de la troisième année, travaillant en équipe de trois, on devait combiner les acquis des trois maisons individuels (le mien était la maison des enfants) afin de construire les 4 derniers étages d un immeuble. Personne n aime les changements au début. Mais on apprend vite à faire avec, ensuite on les aime bien et finalement on a du mal à revenir dans les anciennes habitudes. Tout ça pour parler du premier projet jamais réalisé en équipe, pendant les années de la licence. Je dois féliciter mes enseignants pour cette initiative très productive enfin. Même si le résultat du projet n était pas à la hauteur, lors du rendu final, l expérience issue de ce travail collectif est peut être l outil le plus important de l école, une fois dans un vrai cabinet d architecture. Comment faire une conception de projet à trois partant du zéro? L architecture devient alors un jeu de communication... difficile mais amusant! LOAD BEARING GRID (OR HOW TO WORK AS A TEAM)

29 Le point commun des trois projets individuels à combiner était la typologie du logement; on avait tous des duplex. Double hauteur égale Double échelle? La hauteur de la zone séjour est doublée pour évoquer la qualité dans le duplex. Alors grandeur veut dire qualité d espace dans ce contexte. Mais jusqu à quelle hauteur peut-on aller? À la limite, on pourrait imaginer un salon avec une triple hauteur dans un triplex. Mais l échelle au-délà de ce point devient ridicule. Un salon de dix mètres sous plafond aurait probablement de problèmes d acoustique. PERSONAL STRUGGLE Étudier un volume d habitation sans connaître le rapport avec le sol, était pour moi, quelque chose d extravagant. Je trouvais ça impossible de traiter par exemple les parties communes, les paliers. Dans le palier on retrouve les circulations verticaux qui desservent les appartements. Cet ascenseur monte jusqu à l avant dernier niveau (chaque duplex a son propre escalier pour desservir le dernier niveau), et il descend jusqu à..où?! L ignorance de non seulement le sol, mais aussi le volume existant au-dessous de la partie traitée, était un grand empêchement pour moi sur la conception. OK, on traite les quatre derniers étages mais on ne peut pas imaginer des coursives de desserte, ni des espaces extérieurs communs ordinaires, si on se trouve au-dessus du 40ème étage d une tour. Pour l histoire, l intérêt de cette exercice était de se concentrer sur le toit (la 5ème façade) et la façon de l occuper. Avec la même logique, la réponse reste relative. L ignorance du sol, du tissu environnant, des bâtiments et des gabarits autour de notre «immeuble» consistaient un sujet impossible pour moi à traiter avec une intégrité de conception. L architecture devient alors un compromis.. L échelle humaine peut ordonner celle de l habitat, 3 mètres de haut semblent suffisantes. Dans cette logique, un logement collectif, un bâtiment à étages est un empilement de l échelle humaine? STACKING HUMAN SCALES ALL THE WAY UP...

30

31 L

32 TIME TO MAKE IT BIG Lors du dernier projet de la deuxième année on vient rencontrer pour la première fois la notion de l urbanisme. Un terrain de presque 5000 mètres carrés, voisinant la Manufacture des Gobelins et la place d Italie, collé sur la première tour d habitations de Paris (la tour Albert), basé sur un dalle au dessus d un dépôt ferroviaire RATP (..et plein d autres!); le terrain seul posait déjà beaucoup de contraintes. Le programme demandait d aménager des logements collectifs sur la partie du terrain alignée sur rue et un parc public sur la dalle construite. Bizarrement, l aménagement du parc était particulièrement intéressant pour moi; c était le premier contact avec l architecture de paysage. Pour aménager le parc du programme, je me suis fortement inspiré de l oeuvre de l architecte-paysagiste Ernst Cramer, que j y suis tombé dessus après une petite recherche. Le purisme de ses espaces publiques, les rendait un statut d oeuvre d art. L utilisation des plans d eaux, des formes de terre géométriques et des matériaux m ont cultivé la curiosité pour le domaine du paysagisme. Malheureusement, dans le cadre du projet, le parc devenait secondaire (voire «ici, c est de la pelouse»!). C est vrai que le temps était très limité pour un projet de telle échelle. Le design des espaces verts m a intrigué, je suis sûr que j y retournerai dans un autre temps. On applique, avec Sophie Denissof tout un nouveau vocabulaire: «étage courant», «barre», «plot», «espace sémi-public» «terrasse collective» etc. Le logement collectif est la passion de l école et de l architecture française. L échelle de l habitat grandit et s identifie avec l échelle urbaine. YES, THIS IS A LANDSCAPE DESIGN! (BY ERNST CRAMER)

33 THE DARK GREY SURFACES ARE COATED WITH MARBLE, THE MOST EFFICIENT NATURAL LIGHT DIFFUSING MATERIAL

34 MONEY MAKES THE WORLD GO ROUND Pendant mes recherches, avant le projet définitif, je tombe sur un article concernant le prix d immobilier dans le quartier du terrain. Depuis ce moment, la économie du projet vient se rajouter dans ma conception du projet; possiblement, un peu trop pour le cadre académique. Soit disant que si le mètre carré du bâtiment s élève à euros, on ne peut pas «sacrifier» de la surface exploitable. Le coût du projet, ou plutôt l appréciation de la valeur de l espace est une nouvelle échelle qui vient dominer l expression architecturale. L économie peut nous faire chercher le moindre espace pour lui attribuer une qualité. Grâce à cette aspect réaliste que je m avais posé, j apprends à lire un plan et chercher automatiquement les espaces «perdus». Quand sur l étage courant, la circulation de l ascenseur à la porte est prédéfinie et dure 10 seconds, il n y aura pas forcement besoin d un large palier éclairé et agréable...ou pas? Adolf Loos voit l espace comme un lieu où se développe l expérience humaine; «concrète et délimitée à la manière d une monnaie précieuse qu il faut dépenser avec parcimonie». Depuis ce projet, j ai du mal à dessiner des vastes paliers, des coursives et des espaces communs. Suivant le même principe, le «commun» dans le logement collectif a une valeur inférieure que le privé. Quand est-ce que la vertu d économie devient avarice? Le projet final présentait une géométrie rigide qui suivait le contour du terrain. Les circulations verticales restaient à l extérieur du volume habitable. La structure sur pilotis laissait le plan libre au niveau du rez de jardin, permettant la continuité du parc dans le tissu urbain. L horizontalité de la construction est renforcée par des balcons projetés (de façon non orthodoxe) latéralement par rapport au bâti. Ce projet est peut être celui que moi personnellement je trouvais le plus abouti que j ai fait. C est vrai que les dates limites et l emploi du temps laissent rarement les marges pour faire un rendu tel qu on le veut. Cette (rare) fois était exactement ce cas. Non seulement j étais content avec le projet du logement, que je devais présenter en priorité, mais j avais aussi analysé les matériaux, l aménagement du parc, etc. J étais fier de découvrir le charme de l habitat collectif, la qualité d un étage courant, qu avant je trouvais peu intriguant. Le projet d un musée peut être évidement plus poétique, mais cette recherche d occupation du moindre mètre carré dans le logement collectif peut devenir une passion.

35 FLOOR PLAN SCALE UNKNOWN (BUT YOU GET THE IDEA THANKS TO THE FURNITURE)

36 BÉTON, MON AMOUR Lors des travaux dirigés du cours de construction, partagé avec le projet et sous la direction de Louis Guedj, je me retrouve face à une merveille; l oeuvre d Auguste Perret. Il s agit d une analyse de l église Notre-Dame de la Consolation, plus connue sous le nom «l église de Raincy». Travaillant en groupes, on se partage depuis le début les tâches; j étais responsable de l analyse comparative d autres oeuvres des frères Perret en région parisienne. Sans être particulièrement connaisseur (loin d être admirateur!) de l oeuvre des Perret, je fais un tri pour les bâtiments à présenter au rendu. Je finis avec l église de Momagny, la salle Cortot, le théâtre des Champs Elysées, le Mobilier National et le Palais d Iéna. Pendant cette recherche je m éloigne du sujet donné (l analyse structurelle) et je découvre la magie du béton. La qualité du travail de Perret est quelque chose d étonnant, qui m a fortement inspiré. RAINCY Également, j étais ravi d interagir avec le public, tant qu étudiant en architecture. Le théâtre des Champs Elysées n est pas un musée à visiter par n importe qui à volonté. Je découvre qu un étudiant d architecture souriant peut rentrer dans des endroits autrement inaccessibles. Quoi de mieux que visiter la totalité du théâtre avec son guide personnel sur rendez-vous?! Ou même rentrer dans la salle Cortot l heure des répétitions des musiciens! Tout ça pour dire que la sensibilisation du public sur l architecture est (la majorité des fois) réelle. Le grand public attribue un statut assez respectueux au domaine architectural, justifié peut être par la longue histoire et la culture de la ville.

37 L architecture d Auguste Perret, trace les débuts du mouvement Moderne. En élaborant un nouveau matériau de l époque, le béton armé, il montre une poésie extraordinaire, non attendue avec une qualité de détail supérieur. Mais le plus marquant chez Perret c est l équilibre entre architecte et ingénier. Lui-même inspiré par Viollet-Le-Duc, il applique le principe de la vérité structurelle. Chaque élément de l édifice renvoie à sa propre ossature; le double pilier porte séparément l enveloppe et les planchers. Ce rationalisme constructif se voit avec la structure porteuse exposée (comme au Mobilier National), mais sans oublier les autres aspects techniques. Par exemple, l acoustique des oeuvres de Perret est très étudiée; la salle Cortot reste encore exemplaire pour la musique classique. L église de Raincy est la première église en béton armé en France. La couleur des vitraux renforce l effet de grandeur dans l église, mais de façon secondaire. La qualité de travaille et la puissance de la matière est telle que le résultât est suffisant même sans la couleur. On découvre cette vision puriste de l architecte dans ses autres oeuvres, comme le Palais d Iéna. Le béton brut est la seul couleur de l espace et les claustras, la seule modénature de l édifice. Avant de visiter ce lieu, je ne pouvais pas imaginer que le béton brut pourrait être aussi beau que ça. Je dois un jour visiter Le Havre, une ville rebâtie par les frères Perret après le deuxième guère mondial. SPLENDID COLOR OR RAW MATERIAL?

47. MIRADOR 40 29 15 N - 03 39 16 W MVRDV - Madrid - Espagne 2005

47. MIRADOR 40 29 15 N - 03 39 16 W MVRDV - Madrid - Espagne 2005 47. MIRADOR 40 29 15 N - 03 39 16 W MVRDV - Madrid - Espagne 2005 0 25 50 150 LE TOTEM DU QUARTIER A une demi-heure du centre ville de Madrid, le quartier de Sanchinarro est sorti de terre en 2000 et est

Plus en détail

Olivier BERNEX : Es-tu d accord avec cette remarque : de nombreux peintres construisent une image à partir de la peinture, alors que pour toi l image

Olivier BERNEX : Es-tu d accord avec cette remarque : de nombreux peintres construisent une image à partir de la peinture, alors que pour toi l image Olivier BERNEX : Es-tu d accord avec cette remarque : de nombreux peintres construisent une image à partir de la peinture, alors que pour toi l image construit la peinture? C est-à-dire que devant une

Plus en détail

Stage du PAF de l académie de Versailles : «Une cité, des sites»

Stage du PAF de l académie de Versailles : «Une cité, des sites» Stage du PAF de l académie de Versailles : «Une cité, des sites» Etudier le patrimoine urbain et architectural avec des élèves du secondaire, en relation avec les ressources de la CAPA 1. Sensibiliser

Plus en détail

CHARTE ARCHITECTURALE TYPOLOGIE, PROPORTIONS ET RYTHMES

CHARTE ARCHITECTURALE TYPOLOGIE, PROPORTIONS ET RYTHMES TYPOLOGIE,PROPORTION ET RYTHMES ELEMENTS REMARQUABLES DU BATI 1 Pignon Mur extérieur dont les contours épousent la forme des pentes d un comble. Dans les immeubles, même à toit plat, on a pris l habitude

Plus en détail

Projet départemental «EAU» le Site http://cpd67.site2.ac-strasbourg.fr/ Projet départemental «EAU» le Site http://cpd67.site2.ac-strasbourg.

Projet départemental «EAU» le Site http://cpd67.site2.ac-strasbourg.fr/ Projet départemental «EAU» le Site http://cpd67.site2.ac-strasbourg. Projet départemental «EAU» le Site http://cpd67.site2.ac-strasbourg.fr/ Projet départemental «EAU» le Site http://cpd67.site2.ac-strasbourg.fr/ 1 Projet départemental «EAU» le Site http://cpd67.site2.ac-strasbourg.fr/

Plus en détail

N o u v e l l e l i g n e d e m a i s o n s P H E N I X. www.maisons-phenix.com

N o u v e l l e l i g n e d e m a i s o n s P H E N I X. www.maisons-phenix.com N o u v e l l e l i g n e d e m a i s o n s P H E N I X www.maisons-phenix.com Phénix & l architecte Jacques Ferrier : la rencontre de deux savoir-faire Quand Phénix fait appel à Jacques Ferrier pour créer

Plus en détail

Une villa de pro. Architecture. 42 Maisons et Ambiances 1.12 Maisons et Ambiances 1.12 43

Une villa de pro. Architecture. 42 Maisons et Ambiances 1.12 Maisons et Ambiances 1.12 43 Une villa de pro Un savant mélange d audace et d harmonie donne le ton à cette villa de décoratrice. Les matières sensuelles et les nombreuses références empruntées à l univers de la mode maison rythment

Plus en détail

Le Pavillon suisse à la Cité universitaire de Paris, 14e arrondissement

Le Pavillon suisse à la Cité universitaire de Paris, 14e arrondissement Le Pavillon suisse à la Cité universitaire de Paris, 14e arrondissement Adresse : Boulevard Jourdan 7 Architecte : Le Corbusier Construction : 1930 1932 Capacité : 45 chambres Prix des loyers mensuels

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LES DEFINITIONS COMMUNES AU REGLEMENT

CHAPITRE 1 : LES DEFINITIONS COMMUNES AU REGLEMENT PLAN LOCAL D URBANISME DE MAISONS-ALFORT REGLEMENT : CHAPITRE 1 CHAPITRE 1 : LES DEFINITIONS COMMUNES AU REGLEMENT AVERTISSEMENT Les définitions figurant dans le présent chapitre sont présentées sous l

Plus en détail

Architecture de Collection - 01 53 00 97 44 - contact@architecturedeollection.fr

Architecture de Collection - 01 53 00 97 44 - contact@architecturedeollection.fr 1 785 000 euros Villa Pol Abraham Grand Ouest parisien (78) Année 1929 Surface 330 m 2 Chambre 5 Salle de bains 2 1967 Garage 2 Jardin 1 250 m 2 LA VILLA Terrasse 3 1967 Piscine non Monument emblématique

Plus en détail

Charlotte Cambier Portfolio 2014-2015 Architecture d intérieur Master 2

Charlotte Cambier Portfolio 2014-2015 Architecture d intérieur Master 2 Portfolio 2014-2015 Architecture d intérieur Master 2 SOMMAIRE IMAGE DE SOI... - Curriculum Vitae - page 2 - Charlotte... - page 3 ARCHITECTURE D INTÉRIEUR - Conception d un stand - page 4 - Conception

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION SKETCHUP

PROGRAMME DE FORMATION SKETCHUP Organisme de formation professionnelle Formation Informatique Paca & Rhône-Alpes FORMANOSQUE 130 ch. du clos supérieur 04100 Manosque Tél. 04 92 77 10 58 contact@formanosque.fr Google formanosque PROGRAMME

Plus en détail

Une nouvelle façon de vivre l espace intérieur!

Une nouvelle façon de vivre l espace intérieur! Une nouvelle façon de vivre l espace intérieur! Un confort qui s écrit en volume... De conception originale et atypique, les appartements, du studio au 5 pièces duplex, présentent des surfaces et volumes

Plus en détail

Habitat 67est identifié comme «immeuble significatif» dans la Réglementation d urbanisme de l arrondissement Ville-Marie

Habitat 67est identifié comme «immeuble significatif» dans la Réglementation d urbanisme de l arrondissement Ville-Marie Habitat 67 Statuts juridiques 2002 Habitat 67est identifié comme «immeuble significatif» dans la Réglementation d urbanisme de l arrondissement Ville-Marie 2007 Citation d habitat 67à titre de monument

Plus en détail

HISTOIRE DES ARTS. Fiche méthode Lire une architecture. I. Présenter le bâtiment, le monument à identifier. Classe : 4ème

HISTOIRE DES ARTS. Fiche méthode Lire une architecture. I. Présenter le bâtiment, le monument à identifier. Classe : 4ème HISTOIRE DES ARTS Classe : 4ème Période historique : XIXème siècle Moment choisi : Premier Empire Thématique : Mécénat Arts, Etats, pouvoir Sujet : Comment ce monument célèbre t -il la Révolution et l

Plus en détail

Destruction / Reconstruction

Destruction / Reconstruction Séquence de cours Lycée Niveau : 1L Option obligatoire Référence au programme : Le lieu imaginé et/ou construit Enseignant : Olivier Cornu Lieu : Lycée expérimental d Oléron (CEPMO) Destruction / Reconstruction

Plus en détail

PREMIERE PRISE EN MAIN DU LOGICIEL

PREMIERE PRISE EN MAIN DU LOGICIEL PREMIERE PRISE EN MAIN DU LOGICIEL 1/ Lancer le logiciel «Google SketchUp» 1.1 Ouvrir le logiciel Cliquer sur «Démarrer» puis sur «Techno» puis sur «Google SketchUp8». 2/ Paramétrer le logiciel «Google

Plus en détail

CHAPITRE 15 - ZONE NATURELLE NB

CHAPITRE 15 - ZONE NATURELLE NB CHAPITRE 15 - ZONE NATURELLE NB Caractère Zone naturelle non équipée, pouvant recevoir de l habitat individuel et éventuellement collectif, à caractère diffus. Article NB.1 - Types d occupation et d utilisation

Plus en détail

Paris RP rue du Louvre : 120 ans d un édifice «transformable»

Paris RP rue du Louvre : 120 ans d un édifice «transformable» Paris RP rue du Louvre : 120 ans d un édifice «transformable» Guy Lambert, historien de l architecture enseignant à l École d architecture de Bordeaux chercheur au Centre d histoire des techniques et de

Plus en détail

MyFrenchFilmFestival.com

MyFrenchFilmFestival.com Fiche d activités pour la classe MyFrenchFilmFestival.com Parcours niveau B1 : en bref Thème : La vie en banlieue parisienne Après une mise en route sur le début du film, les apprenants découvriront l

Plus en détail

UN NOUVEAU CADRE DE VIE...

UN NOUVEAU CADRE DE VIE... UN NOUVEAU CADRE DE VIE... Résider sur la rive d un parc Située au cœur du nouveau quartier résidentiel Rives de Seine, la résidence Rive de Parc est une réalisation exceptionnelle à plusieurs titres.

Plus en détail

L étude de paysage en géographie

L étude de paysage en géographie L étude de paysage en géographie Par Stéphane Chauvin, Christophe Desquesnes INTRODUCTION : RESITUER L ÉTUDE DU PAYSAGE DANS LA DISCIPLINE L étude de paysage constitue un des thèmes majeurs à développer

Plus en détail

CLARISWORKS 5. ÉTAPE 1 Créer un document. Lancer l application. (Windows 95 ou 98) Créer un document en utilisant le traitement de texte

CLARISWORKS 5. ÉTAPE 1 Créer un document. Lancer l application. (Windows 95 ou 98) Créer un document en utilisant le traitement de texte ÉTAPE 1 Créer un document Lancer l application Mettre l ordinateur en route. Double cliquer sur l icône ClarisWorks 5 qui se trouve sur le bureau ou cliquer sur Démarrer Programmes ClarisWorks5 Vous arrivez

Plus en détail

Venez tourner aux Gobelins

Venez tourner aux Gobelins enez ourner ux obelins Le site du Mobilier national se compose de deux ensembles architecturaux distincts, disposés de chaque côté de la rue Berbier-du-Mets dont le tracé suit celui de la Bièvre recouverte

Plus en détail

IDENTIFICATION. 1. APPELLATION actuelle Sainte-Bibiane Autre(s) appellation(s) Drummond School. 2. No. dossier 64. 3. No. réf. Archives CSDM 026 / 542

IDENTIFICATION. 1. APPELLATION actuelle Sainte-Bibiane Autre(s) appellation(s) Drummond School. 2. No. dossier 64. 3. No. réf. Archives CSDM 026 / 542 A IDENTIFICATION 1. APPELLATION actuelle Sainte-Bibiane Autre(s) appellation(s) Drummond School 2. No. dossier 64 3. No. réf. Archives CSDM 026 / 542 4. ANNÉE de construction 1930 5. ARCHITECTE concepteur

Plus en détail

montagedoc 19/10/05 16:33 Page 1

montagedoc 19/10/05 16:33 Page 1 montagedoc 19/10/05 16:33 Page 1 montagedoc 19/10/05 16:33 Page 2 Au pied des Buttes-Chaumont, Sur les Hauts de Belleville, à la conquête de votre espace. Passage de l'atlas - Paris XIX ème montagedoc

Plus en détail

Inventaire préliminaire des bâtiments patrimoniaux de la CSDM Pascale Beaudet et Caroline Tanguay mai 2002

Inventaire préliminaire des bâtiments patrimoniaux de la CSDM Pascale Beaudet et Caroline Tanguay mai 2002 A IDENTIFICATION 1. APPELLATION actuelle Jeanne-LeBer Autre(s) appellation(s) Saint-Jean 2. No. dossier 56 3. No. réf. Archives CSDM 300 / 300 4. ANNÉE de construction 1957 5. ARCHITECTE concepteur Louis

Plus en détail

Règlement Glossaire GLOSSAIRE. Plan Local d Urbanisme approuvé le 19 novembre 2012 133

Règlement Glossaire GLOSSAIRE. Plan Local d Urbanisme approuvé le 19 novembre 2012 133 GLOSSAIRE Plan Local d Urbanisme approuvé le 19 novembre 2012 133 Abri de jardin Accès Alignement Alignement spécifique Annexe Attique Baie Bardage Bateau d'accès Chien assis Coefficient d occupation du

Plus en détail

L art de la conception

L art de la conception c h a l e t L art de la conception Photos : Atelier du Cyclope Texte : Vincent Girardet Le cadre est beau, mais le terrain était compliqué. À cause de l orientation et de la déclivité des lieux, il fallait

Plus en détail

Architecture de Collection - 01 53 00 97 44 - contact@architecturedeollection.fr

Architecture de Collection - 01 53 00 97 44 - contact@architecturedeollection.fr 900 000 euros Appartement avec terrasse Finn Geipel Année 1976 Paris 16e Surface 72 m² Chambre 2 Salle de bains 1 Garage Jardin en option non L APPARTEMENT Terrasse 23 m² Piscine non Cet immeuble contemporain

Plus en détail

EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS

EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS Concours concernés : - Concours externe de recrutement de professeurs des écoles - Concours externe spécial de recrutement de professeurs des écoles -

Plus en détail

Adepte du recadrage!

Adepte du recadrage! Adepte du recadrage! Par Anne Laure Jacquart Aaah que Cartier Bresson et son liseré noir me pardonnent moi, je suis une adepte du recadrage!! Bon, bon, je comprends cette sorte d éthique photographique,

Plus en détail

Maisons 2020. les cinq projets

Maisons 2020. les cinq projets D O S S I E R d e p r e s s e Maisons 2020 les cinq projets P L U R I A L L E F F O R T R É M O I S S E P R O J E T T E E N 2 0 2 0 Toujours soucieux d anticiper les évolutions à venir, Plurial L Effort

Plus en détail

réagencer rénover réhabiliter son appartement

réagencer rénover réhabiliter son appartement réagencer rénover réhabiliter son appartement Carine Merlino Groupe Eyrolles, 2006 ISBN : 2-212-11773-6 049 chapitre 3 Comment optimiser son espace vital Une opération de rénovation ou de réhabilitation

Plus en détail

Inventaire préliminaire des bâtiments patrimoniaux de la CSDM Pascale Beaudet et Caroline Tanguay mai 2002

Inventaire préliminaire des bâtiments patrimoniaux de la CSDM Pascale Beaudet et Caroline Tanguay mai 2002 A IDENTIFICATION 1. APPELLATION actuelle Barthélémy-Vimont et Centre Wiliam-Hingston Autre(s) appellation(s) 2. No. dossier 45 3. No. réf. Archives CSDM 42B-42C / 42B-42C 4. ANNÉE de construction 1972

Plus en détail

Guide de l Accessibilité des ERP

Guide de l Accessibilité des ERP Guide de l Accessibilité des ERP Comment rendre votre établissement accessible aux handicapés et assurer la continuité de votre accueil du public pendant les travaux de mise aux normes. Sommaire 1. Introduction

Plus en détail

Vu le dahir du 7 kaada 1371 (30 Juillet 1952) relatif à l urbanisme et, notamment, son article 18 ;

Vu le dahir du 7 kaada 1371 (30 Juillet 1952) relatif à l urbanisme et, notamment, son article 18 ; Décret n 2-64-445 du 21 chaabane 1384 (26 décembre 1964) définissant les zones d habitat économique et approuvant le règlement général de construction applicable à ces zones. (B.O. n 2739 du 28-4-1965,

Plus en détail

Monmousseau. 2 automnes et 3 étés. Le bar Floréal. Mots et Regards. Photographies : Collecte de récits : Projet initié par Plaine Commune Habitat

Monmousseau. 2 automnes et 3 étés. Le bar Floréal. Mots et Regards. Photographies : Collecte de récits : Projet initié par Plaine Commune Habitat Monmousseau 2 automnes et 3 étés Photographies : Le bar Floréal Collecte de récits : Mots et Regards Projet initié par Plaine Commune Habitat conçue par le bar Floréal.photographie avec la complicité de

Plus en détail

Le dessin et la conception. Durée suggérée: 14 heures

Le dessin et la conception. Durée suggérée: 14 heures Le dessin et la conception Durée suggérée: 14 heures Aperçu du module Orientation et contexte Dans ce module, les élèves lisent et interprètent des dessins à l échelle pour calculer les mesures réelles

Plus en détail

contemporanéité Grèce habitation

contemporanéité Grèce habitation Photos George Fakaros. 1. Une magnifique maison en Grèce comme celles qui font tant rêver. 2. La nuit, la belle demeure scintille et se révèle aux regards. Tradition et contemporanéité A Anavyssos, entre

Plus en détail

VILLAPOLLONIA VILLAPOLLONIA BORDEAUX. Vivre Bordeaux autrement, au cœur des Bassins à Flot.

VILLAPOLLONIA VILLAPOLLONIA BORDEAUX. Vivre Bordeaux autrement, au cœur des Bassins à Flot. VILLAPOLLONIA VILLAPOLLONIA BORDEAUX Vivre Bordeaux autrement, au cœur des Bassins à Flot. 0 800 11 06 95 Nexity Apollonia RCS Paris B 332 540 087-19 rue de Vienne - TSA 60030 75801 PARIS CEDEX 8. Document

Plus en détail

EXPO BEAULIEU LAUSANNE DU 7 AU 15 MARS 2015 SEMAINE 12 H - 20 H WEEK-ENDS 10 H - 18 H MAGAZINE

EXPO BEAULIEU LAUSANNE DU 7 AU 15 MARS 2015 SEMAINE 12 H - 20 H WEEK-ENDS 10 H - 18 H MAGAZINE présente EXPO BEAULIEU LAUSANNE DU 7 AU 15 MARS 2015 SEMAINE 12 H - 20 H WEEK-ENDS 10 H - 18 H MAGAZINE 2015 architecture Donner forme au quotidien Jardin Un monde de possibles DESIGN Variations esthétiques

Plus en détail

ATELIER EN ARTS PLASTIQUES

ATELIER EN ARTS PLASTIQUES ACTUALITES Ateliers de sensibilisation artistique à partir de l œuvre de V. Vasarely, encadré par une médiatrice culturelle et une historienne de l art. du 6 au 8 avril 2010 de 14hà16h Public: enfants

Plus en détail

LA RÉSOLUTION DE PROBLÈME

LA RÉSOLUTION DE PROBLÈME 1 LA RÉSOLUTION DE PROBLÈME CYCLES 2 ET 3 Circonscription de Grenoble 4 Evelyne TOUCHARD conseillère pédagogique Mots clé Démarche d enseignement - catégories de problèmes (typologie)- problème du jour-

Plus en détail

Analyse du paysage. Université de Liège - LEMA

Analyse du paysage. Université de Liège - LEMA Analyse du paysage 1. Etat du paysage 2. Analyse du noyau urbain : croissance 3. Analyse du noyau urbain : trames, morphologie, voiries 4. Typologie de l habitat Université de Liège - LEMA Typologie de

Plus en détail

Musée de Valence Fiche préparatoire 7. Plateforme art contemporain. Visite libre cycle 1

Musée de Valence Fiche préparatoire 7. Plateforme art contemporain. Visite libre cycle 1 Musée de Valence Fiche préparatoire 7 Plateforme art contemporain Visite libre cycle 1 EDITORIAL Dans le cadre du parcours artistique et culturel de l élève, un groupe de travail réunissant des enseignants

Plus en détail

Techniques Artistiques

Techniques Artistiques Enseignement technique Section de qualification 2 ème degré Techniques Artistiques Institut Saint-Joseph (Ecole Technique) Deuxième degré de qualification Techniques artistiques Grille Horaire A. FORMATION

Plus en détail

GRF dyslexie 2010/2012. Lecture pas à pas

GRF dyslexie 2010/2012. Lecture pas à pas La compréhension en lecture, SILVA Fanny Compréhension 29 Lecture pas à pas 1. Description de l expérience : Suite aux deux hypothèses à vérifier énoncées dans notre préambule, j ai proposé d organiser

Plus en détail

Si nous nous contentions d un champ de vision de 40, il faudrait quatre ou cinq perspectives pour représenter un espace d habitation.

Si nous nous contentions d un champ de vision de 40, il faudrait quatre ou cinq perspectives pour représenter un espace d habitation. Avant-propos La vue en perspective correspond bien à une perception humaine de l espace. La représentation d une perspective à l aide de la géométrie traduit, elle, avec précision les phénomènes optiques

Plus en détail

Deuxième partie : Optique

Deuxième partie : Optique Deuxième partie : Optique Introduction Exemples de questions Comment fonctionne un projecteur de dias? Qu est-ce que la mise au point d un appareil photo? Comment la lumière peut-elle être guidée dans

Plus en détail

Conseils déco express Comment éclairer une pièce, décorer vos murs, habiller vos fenêtres?

Conseils déco express Comment éclairer une pièce, décorer vos murs, habiller vos fenêtres? Conseils déco express Comment éclairer une pièce, décorer vos murs, habiller vos fenêtres? Textes rédigés pour le site www.mmatravodeco.com Reportage : projet de décoration Bambù, Paris 14 e Photos : Béatrice

Plus en détail

NOTRE société évolue de plus en plus vite, l espérance de vie des Français

NOTRE société évolue de plus en plus vite, l espérance de vie des Français Préface NOTRE société évolue de plus en plus vite, l espérance de vie des Français et leur longévité augmentent bien plus que nous ne l avions imaginé depuis cinquante ans. Dans de nombreux domaines, on

Plus en détail

À PROPOS DE L ATELIER JÉRÔME VERZEGNASSI

À PROPOS DE L ATELIER JÉRÔME VERZEGNASSI À PROPOS DE L ATELIER JÉRÔME VERZEGNASSI Pour vous accompagner dans tous vos projets de la conception à la réalisation, nous mettons à votre disposition une équipe pluri - disciplinaire composée de collaborateurs

Plus en détail

Les Docks de saint-ouen

Les Docks de saint-ouen Les Docks de saint-ouen pour vivre fort les Docks de Saint-Ouen Illustration non contractuelle à caractère d ambiance. La représentation des prestations extérieures est indicative. Vue indicative. Avec,

Plus en détail

Evaluation en Mathématiques au CP Période : Mi-CP

Evaluation en Mathématiques au CP Période : Mi-CP Evaluation en Mathématiques au CP Période : Mi-CP Présentation Composition du dossier Evaluation Mathématiques mi-cp Un livret complet pour l enseignant. Un livret pour l élève contenant les items. Un

Plus en détail

Enveloppe architectonique Le lieu de la fenêtre La clôture, la baie, la façade

Enveloppe architectonique Le lieu de la fenêtre La clôture, la baie, la façade Enveloppe architectonique Le lieu de la fenêtre La clôture, la baie, la façade Définition : 1 Enveloppe architectonique Le lieu de la fenêtre Le percement dans la maçonnerie traditionnelle comporte 4 parties

Plus en détail

Pour un stand d exposition plus accessible Plain-Pied 2009

Pour un stand d exposition plus accessible Plain-Pied 2009 www.plain-pied.com Pour un stand d exposition plus accessible Version 2009 Avec le soutien financier du Ministre de la Santé, de l Action Sociale et de l Egalité des Chances de la Région Wallonne. Pour

Plus en détail

Les itinéraires parisiens

Les itinéraires parisiens Site de référence: www.paris-26-gigapixels.com/index-fr.html Les itinéraires parisiens Grâce à ce site extraordinaire qui vous permet une vue de 360 de la ville de Paris, chaque étudiant va pouvoir visiter

Plus en détail

Bien implanter. sa maison. Fiche-conseil I Urbanisme

Bien implanter. sa maison. Fiche-conseil I Urbanisme Maison individuelle - Sarthe Philippe Rousseau, architecte Fiche-conseil I Urbanisme Bien implanter sa maison Décider de construire une maison nécessite de réfléchir à son implantation. En effet, toute

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

(B.O. n 2739 du 28-4-1965, page 489) LE PREMIER MINISTRE,

(B.O. n 2739 du 28-4-1965, page 489) LE PREMIER MINISTRE, DECRET N 2-64-445 DU 21 CHAABANE 1384 (26 DECEMBRE 1964) DEFINISSANT LES ZONES D HABITAT ECONOMIQUE ET APPROUVANT LE REGLEMENT GENERAL DE CONSTRUCTION APPLIABLE A CES ZONES (B.O. n 2739 du 28-4-1965, page

Plus en détail

PLAN LOCAL D URBANISME

PLAN LOCAL D URBANISME PLAN LOCAL D URBANISME Cahier de recommandations en vue de la réalisation d une devanture commerciale PLU prescrit le 26 mars 2007 PLU arrêté le 20 septembre 2010 PLU approuvé le 19 septembre 2011 Modification

Plus en détail

NOM équipement. Notice accessibilité pour les établissements recevant du public

NOM équipement. Notice accessibilité pour les établissements recevant du public NOM équipement Notice accessibilité pour les établissements recevant du public Textes de référence : Loi n 2005-102 du 11 février 2005 Décret n 2006-555 du 17 mai 2006 Arrêté du 1er Règles en vigueur considérées

Plus en détail

Guide de l Accessibilité. des Etablissements. Recevant du Public

Guide de l Accessibilité. des Etablissements. Recevant du Public Guide de l Accessibilité des Etablissements Recevant du Public Direction du Développement Commerce Tourisme Réaliser un projet qui garantit l égalité d accès : S assurer que les entrées principales soient

Plus en détail

Article 2. Occupations et utilisations du sol soumises à

Article 2. Occupations et utilisations du sol soumises à 2. Les zones urbaines multifonctionnelles Article 1. Occupations et utilisations du sol interdites Article 2. Occupations et utilisations du sol soumises à conditions particulières Zone UP Secteurs : UPm,

Plus en détail

Ecoles primaires en quartier défavorisé: que faire pour surmonter les difficultés?

Ecoles primaires en quartier défavorisé: que faire pour surmonter les difficultés? DOSSIER Echec scolaire Ecoles primaires en quartier défavorisé: que faire pour surmonter les difficultés? Nous avons posé la question à Véronique Grosjean, conseillère pédagogique pour les écoles du réseau

Plus en détail

TYPE D OEUVRE. Peinture (huile sur toile) ; dimensions : 202 sur 138,5 cm. LIEN INTERNET VERS LA PHOTO DE L ŒUVRE.

TYPE D OEUVRE. Peinture (huile sur toile) ; dimensions : 202 sur 138,5 cm. LIEN INTERNET VERS LA PHOTO DE L ŒUVRE. SEQUENCE «VISIONS MODERNES. SEANCE 5. ZOOM SUR UNE VIEILLE DAME. Dominante. Histoire des Arts. Support. Tour Eiffel rouge, 1911 (1910), Robert Delaunay, Solomon R. Guggenheim Museum, New York. TYPE D OEUVRE.

Plus en détail

Notice Descriptive Accessibilité aux personnes à mobilité réduite. Bâtiments collectifs d habitation neufs

Notice Descriptive Accessibilité aux personnes à mobilité réduite. Bâtiments collectifs d habitation neufs Notice Descriptive Accessibilité aux personnes à mobilité réduite Bâtiments collectifs d habitation neufs REGLEMENTATION : - Loi n 91.663 du 13.07.91 - Décret n 80.637 du 04.08.1980 - Décret n 94.86 du

Plus en détail

Carnet n 2 Agrandissez votre maison grâce à une surélévation Une terrasse et un séjour sur le toit

Carnet n 2 Agrandissez votre maison grâce à une surélévation Une terrasse et un séjour sur le toit Carnet n 2 Agrandissez votre maison grâce à une surélévation Une terrasse et un séjour sur le toit Avant travaux : maison et terrasse Une maison des années 1980, implantée en fond de parcelle, sur deux

Plus en détail

Le compas dans l œil! Jean-François Maheux 1

Le compas dans l œil! Jean-François Maheux 1 Le compas dans l œil! Jean-François Maheux 1 Qui n a pas déjà essayé de dessiner une table ou une chaise? Si vous ne vous souvenez plus très bien du résultat, prenez tout de suite un bout de papier et

Plus en détail

La fleur du soleil : Activité : 1O e. 2O e. 3O e. 4O e. 6O e. 5O e

La fleur du soleil : Activité : 1O e. 2O e. 3O e. 4O e. 6O e. 5O e 1O e 2O e 3O e La fleur du soleil : 4O e 5O e 6O e Originaire du Pérou et introduite en Europe à la fin du 17e siècle, le tournesol est une plante qui porte merveilleusement son nom puisqu elle se tourne

Plus en détail

Culture du livre / Culture des écrans : l indispensable complémentarité

Culture du livre / Culture des écrans : l indispensable complémentarité Culture du livre / Culture des écrans : l indispensable complémentarité Serge TISSERON Psychiatre Docteur en psychologie HDR à l Université Paris-Ouest http://www.sergetisseron.com Pourquoi parler de:

Plus en détail

Transports publics. Problématiques traitées : FICHE

Transports publics. Problématiques traitées : FICHE Transports publics Lors de ses déplacements à l intérieur de sa commune, un piéton peut avoir régulièrement besoin des transports publics : afin de parcourir des distances qu il juge trop longues, pour

Plus en détail

Réhabiliter le patrimoine haussmannien

Réhabiliter le patrimoine haussmannien Réhabiliter le patrimoine haussmannien Les questions contemporaines touchant au développement urbain de Paris et de sa région sur les prochaines décennies, récemment explorées à travers le travail de concertation

Plus en détail

PERMIS DE CONSTRUIRE ET DECLARATION PREALABLE. Guide pratique du particulier

PERMIS DE CONSTRUIRE ET DECLARATION PREALABLE. Guide pratique du particulier PERMIS DE CONSTRUIRE ET DECLARATION PREALABLE Guide pratique du particulier Envie de vous lancer dans un projet de construction neuve? Envie d aménager vos locaux ou de modifier votre façade? Vous êtes

Plus en détail

construction de la nouvelle église sainte-madeleine de nantes

construction de la nouvelle église sainte-madeleine de nantes Frugalité construction de la nouvelle église sainte-madeleine de nantes à nantes -44 - Charles-Henri Tachon architecture & paysage Mercurey : rue de champ Ladoit 71640 Paris : 10 bis, rue Bisson 75020

Plus en détail

Voyez la réponse à cette question dans ce chapitre. www.hometownroofingcontractors.com/blog/9-reasons-diy-rednecks-should-never-fix-their-own-roof

Voyez la réponse à cette question dans ce chapitre. www.hometownroofingcontractors.com/blog/9-reasons-diy-rednecks-should-never-fix-their-own-roof Une échelle est appuyée sur un mur. S il n y a que la friction statique avec le sol, quel est l angle minimum possible entre le sol et l échelle pour que l échelle ne glisse pas et tombe au sol? www.hometownroofingcontractors.com/blog/9-reasons-diy-rednecks-should-never-fix-their-own-roof

Plus en détail

Compétences à acquérir au cycle 1 et au cycle 2 DOMAINE NUMÉRIQUE (CONSTRUCTION DU CONCEPT DE NOMBRE)

Compétences à acquérir au cycle 1 et au cycle 2 DOMAINE NUMÉRIQUE (CONSTRUCTION DU CONCEPT DE NOMBRE) DOMAINE NUMÉRIQUE (CONSTRUCTION DU CONCEPT DE NOMBRE) Connaissance des nombres entiers naturels Compétences relatives aux quantités et aux nombres Être capable de : - comparer des quantités en utilisant

Plus en détail

SCHOTT et l architecture

SCHOTT et l architecture SCHOTT et l architecture Verres antireflets SCHOTT Des solutions inédites en verre pour l architecture et le design Verres de décoration Eclairage par fibres optiques SCHOTT, groupe technologique international,

Plus en détail

2003 «Deux opérations mitoyennes achèvent la ZAC des Amandiers, Paris (XXe)» Le Moniteur, n 5194, pages 74-75, 13 juin 2003

2003 «Deux opérations mitoyennes achèvent la ZAC des Amandiers, Paris (XXe)» Le Moniteur, n 5194, pages 74-75, 13 juin 2003 2003 «Deux opérations mitoyennes achèvent la ZAC des Amandiers, Paris (XXe)» Le Moniteur, n 5194, pages 74-75, 13 juin 2003 LeMoniteur-expert - Archives http://www.lemoniteur-expert.com/archives/contenu/presse.asp?id=3&pagenumber=1

Plus en détail

IDENTIFIER UNE OEUVRE

IDENTIFIER UNE OEUVRE 1 IDENTIFIER UNE OEUVRE Pour présenter une œuvre, il faut d abord l identifier, c est-à-dire trouver les éléments qui permettront à d autres personnes de trouver l ouvrage dont il est question. Pour cela,

Plus en détail

Pose de la première pierre du futur palais de Justice de Paris - Batignolles

Pose de la première pierre du futur palais de Justice de Paris - Batignolles Dossier de presse Pose de la première pierre du futur palais de Justice de Paris - Batignolles Mercredi 6 mai 2015 Un projet : de l ile de la cité aux Batignolles l Restructuration des juridictions parisiennes

Plus en détail

Château de Versailles, France : l accessibilité du public au coeur des enjeux du «Grand Versailles»

Château de Versailles, France : l accessibilité du public au coeur des enjeux du «Grand Versailles» Château de Versailles, France : l accessibilité du public au coeur des enjeux du «Grand Versailles» FICHE D IDENTITÉ Type d établissement : château - musée Localisation : France Principales interventions

Plus en détail

Programmes d études. Programme d immersion française. Scénario d apprentissage exemplaire

Programmes d études. Programme d immersion française. Scénario d apprentissage exemplaire Éducation artistique Manitoba Programmes d études Programme d immersion française Scénario d apprentissage exemplaire Ce scénario exemplaire vise des apprentissages en : Arts dramatiques Musique Arts visuels

Plus en détail

ÉCOLE DES ARTS VISUELS ET MÉDIATIQUES UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL DOCUMENT SYNTHÈSE PAR ANONYME PRÉSENTÉ Á MONIQUES RICHARD

ÉCOLE DES ARTS VISUELS ET MÉDIATIQUES UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL DOCUMENT SYNTHÈSE PAR ANONYME PRÉSENTÉ Á MONIQUES RICHARD ÉCOLE DES ARTS VISUELS ET MÉDIATIQUES UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL DOCUMENT SYNTHÈSE PAR ANONYME PRÉSENTÉ Á MONIQUES RICHARD DANS LE CADRE DU COURS AVM4000 GROUPE : 40 CRÉATION ET ENSEIGNEMENT DES ARTS

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉGALITÉ DES TERRITOIRES ET DU LOGEMENT Arrêté du 14 mars 2014 fixant les dispositions relatives à l accessibilité des logements destinés à l

Plus en détail

Remplacer la porte de grange LA MAISON RURALE AU QUOTIDIEN. La Fondation rurale de Wallonie Avec le soutien de la Région wallonne

Remplacer la porte de grange LA MAISON RURALE AU QUOTIDIEN. La Fondation rurale de Wallonie Avec le soutien de la Région wallonne LES FAÇADES Remplacer la porte de grange 1 1 LA MAISON RURALE AU QUOTIDIEN La Fondation rurale de Wallonie Avec le soutien de la Région wallonne Une publication de la Fondation rurale de Wallonie Assistance

Plus en détail

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

BOIS MASSIF ET TRADITION TEXTE : PATRICIA PARQUET. PHOTOS : ATELIER DU CYCLOPE.

BOIS MASSIF ET TRADITION TEXTE : PATRICIA PARQUET. PHOTOS : ATELIER DU CYCLOPE. CONSTRUIRE BOIS MASSIF ET TRADITION COSSU, FLAMBANT NEUF, LUMINEUX, CE CHALET EN BOIS MASSIF EST IMPLANTÉ SUR LES HAUTEURS DE SAINT-GERVAIS EN HAUTE-SAVOIE. LE MONT-BLANC D UN CÔTÉ ET LA CHAÎNE DES FIZ

Plus en détail

Localiser S orienter «Le local»

Localiser S orienter «Le local» «Le local» 5-11 Niveau 1 Entraînement 1 Objectifs - Etre capable de repérer en fonction des points cardinaux. - Etre capable de se repérer en fonction des points cardinaux. Applications En classe : orienter

Plus en détail

RdC. Halls d accès. commerces. circulations horizontales. Bureaux. circulations verticales. Sanitaires. rue Du chemin VErt. rue BrEGuEt.

RdC. Halls d accès. commerces. circulations horizontales. Bureaux. circulations verticales. Sanitaires. rue Du chemin VErt. rue BrEGuEt. 1 DESiGn contemporain Le rez-de-chaussée de PariSquare, aux accès sécurisés par 15 caméras de vidéo-surveillance, est irrigué par une voie reliant les rues Chemin vert et Breguet. PariSquare dispose d

Plus en détail

Atelier Cartographique. Présentation et sélection de travaux

Atelier Cartographique. Présentation et sélection de travaux Atelier Cartographique Présentation et sélection de travaux Atelier Cartographique est une cellule bruxelloise de recherche sur les dimensions esthétique, fonctionnelle, ludique et expérimentale de la

Plus en détail

TECHNAL REPENSE SON OFFRE DE VERANDAS :

TECHNAL REPENSE SON OFFRE DE VERANDAS : INFORMATION PRESSE PRE-EQUIP BAIE 2014 HALL 1 - STAND E31 TECHNAL REPENSE SON OFFRE DE VERANDAS : UNE SOLUTION COMPLETE «CLE EN MAIN» FACILITE DE TRAVAIL POUR LES FABRICANTS-INSTALLATEURS, ACCOMPAGNEMENT

Plus en détail

Bienvenue à la Maison des Arts

Bienvenue à la Maison des Arts Bienvenue à la Maison des Arts Livret jeu pour les enfants Exposition Jacques MONORY Du 25 janvier au 7 mars 2004 Aujourd hui grâce à ton livret jeu, tu vas pouvoir découvrir l univers de JACQUES MONORY

Plus en détail

À toutes les femmes qui sont des princesses, mais qui ne le savent pas encore.

À toutes les femmes qui sont des princesses, mais qui ne le savent pas encore. À toutes les femmes qui sont des princesses, mais qui ne le savent pas encore. «Tu seras aimée le jour où tu pourras montrer ta faiblesse, sans que l autre s en serve pour affirmer sa force.» Cesare PAVESE.

Plus en détail

Paris à travers le temps

Paris à travers le temps Paris à travers le temps Paris à travers le temps Page 1 sur 1 Sommaire Introduction I. Synopsis II. Cahier des charges III. Scénario IV. Story board Conclusion Paris à travers le temps Page 2 sur 2 Introduction

Plus en détail

Votre nouvelle résidence à Pontault-Combault

Votre nouvelle résidence à Pontault-Combault Votre nouvelle résidence à Pontault-Combault Une adresse privilégiée, aux portes de Paris BBC POUR RÉDUIRE VOTRE CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE La Seine-et-Marne, le poumon vert de l Ile-de-France Forêts, surfaces

Plus en détail

ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 21

ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 21 ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 21 HYGIENE ET SÉCURITÉ JUIN 2001 Francis MINIER Inspecteur d Hygiène et de Sécurité Correspondant académique à la sécurité Tel : 02 38 79 46 64 Secrétariat

Plus en détail

Décembre 2012. Sylvie Louis. Biographie

Décembre 2012. Sylvie Louis. Biographie Décembre 2012 Biographie Sylvie Louis Sylvie Louis a toujours ADORÉ les livres, surtout ceux que ses parents lui racontaient, le soir, quand elle était toute petite. Ensuite, apprendre à lire a constitué

Plus en détail