N d ordre 2005-ISAL Année Thèse

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "N d ordre 2005-ISAL-00101 Année 2005. Thèse"

Transcription

1 N d ordre 2005-ISAL Année 2005 Thèse Elaboration d'une méthode de prévision du gisement des déchets générés par le cycle de vie des bâtiments : amélioration de la traçabilité des composants du bâtiment. Présentée devant L Institut National des Sciences Appliquées de Lyon Pour obtenir Le grade de docteur Formation doctorale : Environnement et Risques Naturels, Industriels et Urbains École doctorale : École doctorale de chimie de Lyon (Chimie, Procédés, Environnement) par Claudia SALAZAR (Ingénieur) Jury M. J. CHEVALIER CSTB, Ingénieur de recherche, Docteur (directeur de thèse) M. P. ROUSSEAUX Université de Poitiers, Professeur (directeur de thèse) M. BERTOLINI Université Claude Bernard, Professeur (rapporteur) Mlle L. GONZALEZ Universidad del Pais Vasco, Docteur (rapporteur) M. R. GOURDON INSA de Lyon, Professeur (examinateur) M. N. KOHLER Université de Karlsruhe - IFIB, Professeur (rapporteur) Membre invité M. R. FAUCONNIER FFB, Direction des affaires techniques

2

3 Avant Propos Arrivée au terme de cette thèse, je tiens à remercier chaleureusement tous ceux qui m'ont aidée et soutenue tout au long de ce travail. Tout d'abord ma gratitude va d abord au Centre Scientifique et Technique du Bâtiment (CSTB) qui m'a ouvert ses portes et qui a été le promoteur de ce projet et ensuite au centre de recherche allemand Institut für Industrille Bauproduktion qui m a permis de réaliser un stage de trois mois dans son laboratoire. Je remercie également l Institut National des Sciences Appliquées (INSA) de Lyon et particulièrement à M. Gourdon et à M. Moskowicz Je remercie également l OPAC 38 de nous avoir fourni les informations nécessaires à l application de la méthode. J adresse ma reconnaissance à M. Jacques Chevalier, M. Patrick Rousseaux, M. Jean Luc Chevalier, M Marcel Rubaud et M. Emmanuel Jayr pour leur encadrement et leur aide pour mener à terme ce projet, ainsi que pour leur patience pour affronter les aléas de ce projet. Je tiens à remercier, pour leurs orientations, M. Roland Fauconnier de la Fédération Française du Bâtiment (FFB) et M. Niklaus Kohler de l Institut für Industrille Bauproduktion. J ai une pensée émue pour M. Rubaud qui n a pas été seulement mon encadrant «journalier» et mon collègue de bureau mais la personne qui jour après jour, pendant ce temps, m a donné, de différentes manières, son support : en m écoutant, en me donnant son avis, en corrigeant mon français, en me remontant le moral, en me faisant rire, en partageant les aléas de cette thèse enfin, en me transmettant son savoir. Mes remerciements vont également à tous les autres membres du CSTB, spécialement du Département de Développement Durable. Un grand merci à Dany, Nico, Jerôme, Astrid, Halynita, Heather, Julie, Richard et Mario pour leurs corrections, au cours de cette recherche, de documents en français et en anglais. Je tiens à remercier également les doctorants qui m'ont apporté leur soutien et leur amitié en particulier Aurelie, Sabrina, Mahita, Patricio, Naris et Nicoleta. Il serait difficile d'oublier Nat, Jean Claude et François pour leur grande gentillesse et leur disponibilité. Je ne saurais oublier tous les membres de la division matériaux que j ai côtoyé ce temps. Je tiens à remercier plus particulièrement Chri-Chri, Brunito, François, François-Dominique, Hebert et Claude pour leurs conseils, leur support technique ou moral et même d avoir «enrichi» mon vocabulaire français. Ma pensée s adresse également à ma famille, qui a du se priver de ma présence au long de ce travail, spécialement à ma mère, à mes grand parents, à mes oncles et à Mario. Un très grand merci aussi à tous mes amis car sans leur amitié, sans leur écoute, sans leur compagnie (même à distance), sans leur patience pour me supporter, sans leur sourire, sans leur accueil, sans notre colocation (gracias Astrid y Claudia, shukran Abdelmajid, Danke Anne et Claudio), sans nos moments partagés, je n aurais pas pu surmonter tous les moments difficiles, personnels et académiques, que j ai du traverser au long de cette thèse. Je dois donc vous dire : Gracias, Merci, Thank You, Herzlichen Dank, Dank U Wel, Shukran, Multumesc, Grazie, Tsie Tsie, Spaciva, Spass. ENFIN, JE REMERCIE CELUI QUI EST LA SOURCE DE MA VIE

4

5 Résumé Aujourd hui, la grande consommation de ressources par le secteur bâtiment, la quantité en augmentation de déchets de chantier (construction, réhabilitation et démolition) et l absence d optimisation de leur gestion sont des grands problèmes auxquels la société doit faire face. En Europe par exemple, des 180 Mt de ces déchets générés annuellement, seulement 25 % sont valorisés (malgré leur fort potentiel de valorisation) et les 75 % restants sont enfouis (d une façon illégale dans certains cas). Pour améliorer leur gestion, la connaissance des quantités, des caractéristiques, de la période et du lieu de génération de ces flux présents et futurs est nécessaire. Malheureusement, cette connaissance reste limitée. Par conséquent, il est difficile de mettre en place une gestion respectueuse de l environnement. En considérant cette situation, nous proposons une contribution afin d améliorer la connaissance de ces flux : - la réalisation d un état de l art sur les sources d information actuelles permettant de connaître ces flux ; - une nouvelle méthode (ELDORADO), à deux niveaux, qui facilite la traçabilité des composants et permet la prévision des déchets d un bâtiment (niveau micro) ou plusieurs bâtiments (niveau macro), depuis leur construction jusqu à leur fin de vie. Pour la description des flux, sont prises en compte, à la différence d autres recherches existantes, non seulement les quantités mais également les caractéristiques pertinentes, la période et le lieu de génération. Les deux niveaux de la méthode sont fondés sur la collecte de données des composants qui entrent dans le (les) bâtiment(s) et sur la mise en place d un modèle statique et comportemental du (des) bâtiment(s), permettant de faire une simulation sur l évolution du bâtiment et des déchets générés. La simulation de l évolution du bâtiment se réalise à l aide des scénarii proposés par l utilisateur de la méthode. La faisabilité des propositions méthodologiques est testée partiellement sur 4 cas réels et entièrement sur un des bâtiments. L application de la méthode a permis de : - mettre en évidence le besoin de conserver les informations des flux entrants dès la construction des bâtiments ; - confirmer qu il sera nécessaire d informatiser la méthode et de prendre en compte dans l outil informatique les IFC (Industry Foundation Classes) ; - identifier les points faibles et forts des modèles proposés du bâtiment. Dans ce document, les difficultés rencontrées actuellement pour mettre en place la méthode, ainsi que les perspectives de notre travail, sont discutées. Mots clés : Environnement, Déchets de chantier (construction, réhabilitation et démolition), Flux et stock de composant du bâtiment, Traçabilité, Modèle du bâtiment 3

6 Abstract Nowadays, the great amount of resources consumed by the building sector, the great quantity of Construction and Demolition Waste (C&DW) and their less than optimal management are major problems at a worldwide level. For instance, in Europe, only 25% of the 180Mt of C&DW estimated per annum are recycled (despite its major recycling potential). The remaining 75% are landfilled (in some cases illegally). In order to improve the management of C&DW, it is necessary to know the current and future quantities and characteristics of the C&DW that is generated, as well as their period and location of generation. Unfortunately, at the moment, these flows are poorly known. Consequently, it is difficult to implement an environmentally sound and optimal management while abiding by regulations. Bearing this in mind, our contribution to the improvement of the knowledge about these flows could be summarized as follows: - Establishment of the state of the art of the current sources of information about these flows; - Proposition of a new method, called ELDORADO, which allow the traceability of buildings components and provides a long term forecasting of C&DW. The forecasting is done both, at a micro level and at a macro level. The micro level corresponds to the forecasting of the C&DW for a building. The macro level concerns a set of buildings. This forecasting is made from the construction of the building until the end of its service life. In contrast with other researches, the description of the materials flows is given by addressing not only quantities but also relevant technical characteristics, period and location. Both levels of the method are based on the acquisition of data about the components that go into the building (by establishing their traceability) and on a static and a behavioural building model. This model allows the simulation of the possible evolution of the building as well as the generation of C&DW. The simulation of the building evolution is based on scenarios proposed by the users of the method. The application of this method is tested partially on 4 real cases and fully tested on one building. The latter has allowed to: - note the importance of maintaining information about the flows inside buildings (traceability); - establish the need of the implementation of a software tool for applying the method and introducing the Industry Foundation Classes in this software; - identify the strong and weak points of the building models proposed for the application of the method. Additionally, in this document we discuss the present difficulties related to the implementation of the method, the necessary tools that should be created and the prospects of our work. Keywords: Environment, Construction and Demolition Wastes, Flows and stock of building components, traceability, Building model. 4

7 Liste des abréviations Abréviations, Institutions et Centres de Recherche ADEME ACV AE AES AFM AII AIMCC ARENE BRE BSI BTP BSDI CAO CCAG CCAP CCTG CCTP CE CEBTP CERTU CET CFC CIB COSTIC CSTB CSTC DAEI DCE DGI DGUHC DOE DQE DIB DIS DI DIUO DIN DOE DPGF DTU Agence de l Environnement et de la Maîtrise de l Energie Analyse de Cycle de Vie (LCA, Life Cycle Assessment) Actes d Engagement Analyse des Entrée et Sorties (IOA, Input Output Analysis) Analyse de Flux des Matériaux (MFA, Material Flow Analysis) Alliance Internationale d Interopérabilité (IAI, International Alliance for Interoperability) Association des Industries de Matériaux, Composants et Equipements pour la construction Agence Régionale de l Environnement et des Nouvelles Energies Building Research Establishment (Grande Bretagne) British Standards Institution Bâtiment et Travaux Publics Bordereau de Suivi des Déchets Industriels Conception Assistée par Ordinateur (CAD Computer Aided Desing) Cahier des Clauses Administratives Générales Cahier des Clauses Administratives Particulières Cahier des Clauses Techniques Générales Cahier des Clauses Techniques Particulières Commission Européenne Centre Expérimental de Recherches et d études du Bâtiment et des Travaux Public Centre d Etudes sur les Réseaux, les Transports, l Urbanisme et les constructions publiques Centre d Enfouissement Technique Chlorofluorocarbones Conseil International du Bâtiment (International Council for Building) Comite Scientifique et Technique des Industries Climatiques Centre Scientifique et Technique du Bâtiment Centre Scientifique et Technique de la Construction (Belgique) Direction des Affaires Economiques et Internationales (Ministère de l équipement) Dossier de Consultation des Entreprises Direction Générale des Impôts Direction Générale de l Urbanisme, de l Habitat et de la Construction (Ministère de l équipement) Dossier des Ouvrages Exécutés Document Quantitatif Estimatif Déchet Industriel Banal Déchet Industriel Spécial Déchet Inerte Dossier d Intervention Ultérieure sur l Ouvrage Deutsch Institut für Normung (Institut Allemand de Normalisation) Document des Ouvrages Exécutées Devis à Prix Global Forfaitaire Documents Techniques Unifiés 5

8 FFB HLM HQE IFARE IFC IFIB INSA INSEE ISO LAEPSI NDBS OPAC38 OS SHOB SHON SIG Fédération Française du Bâtiment Habitation à Loyé Moderé Haute Qualité Environnementale Institut Franco-Allemand de Recherche sur l Environnemental Industry Foundation Classes Institut für Industrielle Bauproduktion (Institut Nationale pour la production industrielle du Bâtiment) Institut National des Sciences Appliquées Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques International Organization for Standardization (Organisation Internationale pour la Standardisation) Laboratoire d Analyse Environnemental des Procédés et Systèmes Industriels Non-Domestic Building Stock Office Public d Amenagement et de Construction de l Isere Ordre de Service Surface Hors Œuvre Brute Surface Hors Œuvre Nette Système d Information Géographique (GIS, Geographical Information System) 6

9 Table de matières Table de matières LISTE DES ABREVIATIONS 5 INTRODUCTION GENERALE 11 TERMINOLOGIE 15 I. CONTEXTE 17 1 Analyse de flux Analyse de Flux de Matériaux (AFM) Analyse des entrées et des sorties (EAS) Analyse de flux de matériaux dans le secteur bâtiment Flux de matériaux dans ce secteur Approche descendante et ascendante Haute Qualité Environnementale et éco-conception Choix de l approche et champ de cette étude Le bâtiment Composition et modélisation du bâtiment Définitions Composition du bâtiment Modèle du bâtiment Les activités génératrices des déchets de chantier et les principaux acteurs concernés Construction Interventions au cours du cycle de vie du bâtiment Démolition et déconstruction Destruction accidentelle Acteurs concernés La typologie des bâtiments Synthèse 37 II. OUTILS METHODOLOGIQUES Eléments méthodologiques permettant la description des flux à un moment donné Eléments destinés à la description des flux entrant dans les bâtiments Niveau micro (au niveau d un bâtiment) Niveau macro (au niveau de plusieurs bâtiments) Synthèse Eléments destinés à la description du stock dans les bâtiments Niveau micro Niveau macro Synthèse Eléments destinés à la description des flux sortant des bâtiments (les déchets de chantier) Niveau micro Niveau macro 57 7

10 Table de matières Classification des déchets de chantier du bâtiment Synthèse Eléments méthodologiques permettant la description de l évolution des flux Temps de séjour des composants dans le bâtiment Durée de vie des composants du bâtiment Durée de vie du bâtiment Facteurs affectant le temps de séjour des composants Facteurs internes au bâtiment Facteurs externes au bâtiment Synthèse Facteurs affectant les caractéristiques des flux Scenarii Définition Construction des scénarii dans le secteur bâtiment Synthèse Stockage de l information Outils de modélisation du bâtiment : IFC et les logiciels Systèmes d Information Géographique Numérisation des plans Etat d avancement de ces systèmes en France Synthèse 86 6 Cahier des charges de l outil Objectifs Acteurs intéressés pour mieux connaître les flux associés aux bâtiments (utilisateurs potentiels de l outil méthodologique) Au niveau micro Au niveau macro Types de résultats escomptés Au niveau micro Au niveau macro 90 III. METHODE DE PREVISION DES DECHETS DE CHANTIER 93 Introduction à la méthode Méthode de prévision des déchets de chantier issus d un bâtiment (niveau micro) Première Etape : Collecte et centralisation des informations sur le bâtiment et les flux entrants (les composants) Informations demandées Actualisation des informations Stratégie et outils de collecte Centralisation et capitalisation des informations Synthèse Deuxième étape : Obtention d un bon niveau de complétude Identification des types d information manquante ou obsolète Définition du niveau de complétude Stratégie pour compléter l information Qualité et analyse de l information 127 8

11 Table de matières Synthèse Troisième étape : Mise en place du modèle statique du bâtiment : représentation des différents états du bâtiment Modèle statique du bâtiment Obtention des informations pour la construction des modèles Conservation de l information Synthèse Quatrième étape : Mise en place du modèle dynamique du bâtiment simulation de l évolution du bâtiment Évolutions possibles du bâtiment Modèle dynamique du bâtiment Synthèse Cinquième étape : Prévision des flux sortants d un bâtiment : les déchets Description du gisement de déchets Présentation et stockage de l information sur les groupes inséparables de déchets Synthèse Méthode de prévision des déchets issus d un ensemble de bâtiments (niveau macro) Identification des composants entrant dans plusieurs bâtiments Démarche Vérification des résultats Synthèse Méthode d estimation des déchets de plusieurs bâtiments au cours de leur cycle de vie Démarche Synthèse 176 IV. APPLICATION DE LA METHODE Premières applications de la méthode Organisme fournisseur des données Bâtiments étudiés Application des cinq étapes de la méthode au niveau micro Collecte et centralisation des informations sur le bâtiment et les flux entrants (les composants) Obtention d un bon niveau de complétude Mise en place du modèle statique du bâtiment : représentation des différents états du bâtiment Mise en place du modèle dynamique du bâtiment : simulation de l évolution du bâtiment Prévision des flux sortants d un bâtiment : les déchets Analyse générale des résultats et leçons de l expérience 206 V. CONCLUSION ET PERSPECTIVES 207 9

12 Table de matières 10. Conclusion et perspectives Notre proposition, une méthode de prévision de déchets L originalité de la méthode et ses points forts Usages possibles de la méthode Limites de la méthode Perspectives Adaptation de la méthode aux bâtiments anciens Outils pour appliquer la méthode Approfondir le modèle pour un bâtiment Possible simplification de la méthode Vérification et analyse des résultats de la méthode Développement d un module économique afin d améliorer la gestion de déchets 216 BIBLIOGRAPHIE 217 LISTE DE PUBLICATIONS 232 ANNEXES 233 I. Bordereau de Suivi des Déchets Industriels 235 II. Typologie du bâtiment 236 III. Extrait de la classification européenne des déchets (déchets de bâtiment) 237 IV. Filières de traitement de déchets 239 V. Prix de différents traitements de déchets 240 VI. Types des interventions possibles sur un bâtiment 241 VII. Fiches des bâtiments étudiés 243 VIII. Exemples d identification des composants concernés par un scénario 249 IX. Tableaux des composants d un des bâtiments analysés 251 X. Liste des éléments du modèle du bâtiment analysé 255 XI. Extrait de la base de données de composants Exemples de composants de gros œuvre 259 XII. Pourquoi le nom ELDORADO?

13 Introduction générale Introduction générale La problématique La majorité des problèmes environnementaux auxquels la société fait face aujourd hui est le résultat de la transformation des différents flux de matières dans les différents secteurs de l économie [OECD, 2000]. Le secteur bâtiment est le plus gros consommateur de ressources et un des plus forts générateurs de déchets [Dorsthorst et al, 2004]. Malheureusement, les ressources sont consommées aujourd hui d une manière presque irrationnelle, sans toujours se préoccuper des besoins futurs et du fait qu on devra faire face à leur rareté. La quantité des déchets est de plus en plus grande et leur gestion actuelle n est pas encore optimale. Des 180Mt de déchets de chantiers, estimées annuellement pour l'europe des quinze, seulement 25% sont valorisés. Le reste des déchets est éliminé dans des installations appropriées (En France en Centre d Enfouissement Techniques par exemple) et dans certains cas dans des endroits illégaux [Commission Européenne, 2000] «décharges sauvages». Cette situation entraîne divers problèmes à différents niveaux. L exploitation irrationnelle des ressources et leurs transformations dans les usines peut entraîner des érosions, des disparitions des écosystèmes, des pollutions dans les sols, l air ou l eau ainsi que d autres problèmes. La mauvaise gestion des déchets (faible part de valorisation) peut être à l origine des problèmes d occupation des sols (à cause de leur enfouissement), tandis que ces sols pourraient être utilisés pour d autres activités plus utiles. De plus, le manque de valorisation rend nécessaire l utilisation de plus de ressources naturelles (en tant que matières premières). Tout cela, sans oublier que ces problèmes environnementaux peuvent être à l origine des problèmes de santé publique. Les solutions existantes Face à cette problématique environnementale (mais aussi économique et sociale), les autorités de différents pays essaient de prendre en main le problème, de mettre en application plusieurs réglementations et d internaliser les externalités des activités humaines. Ces démarches ont concerné depuis longtemps principalement les déchets et peu la consommation de ressources. En effet, dès le Moyen Age [Sperandio, 2001], mais surtout à partir du dix-neuvième siècle, la société européenne a commencé à se préoccuper de la gestion des déchets. Pendant longtemps, cette action est restée artisanale [Bergey, 2001]. C est seulement à partir des années 70, et particulièrement à partir de la directive européenne 75/442 CEE de 1975 du conseil du 15 juillet modifiée (JOCE du 27 juillet 1975 n L-194) relative aux déchets que plusieurs réglementations, ont été mises en place. En France, en particulier, il s agit de la loi No du 15 juillet 1975, modifiée, relative à l'élimination des déchets et à la récupération des matériaux. Aujourd hui, la communauté internationale encourage la pratique du développement durable. En particulier, la gestion de ressources et la gestion des déchets constituent deux axes importants pour le respect de l environnement (un des piliers du développement durable). Dans le secteur bâtiment plusieurs démarches se développent dans ce sens. Entre autres: la démarche Haute Qualité Environnemental [HQE, 2005] (essentiellement focalisé sur les aspects environnementaux). L amélioration de la gestion des ressources et des déchets nécessite la connaissance de ces flux. Cette connaissance demande de mettre en place une traçabilité des flux. En France, une seule étude, à laquelle nous avons contribuée, a été faite jusqu à maintenant [Ferrara et al, 2003]. Elle constitue un état de l art sur la traçabilité. Cette étude, réalisée par l Institut allemand pour la Production Industrielle du Bâtiments (IFIB), en collaboration avec le Centre Scientifique et Technique du Bâtiment (CSTB), a mis en évidence que dans le secteur du bâtiment, on ne connaît pas aujourd'hui avec certitude quel type de matériaux et de produits sont finalement introduits dans tel ou tel type de bâtiment. 11

14 Introduction générale Pour les déchets, plusieurs études, encouragées par la Commission Européenne, ont été entreprises dans les années 90. Le groupe Symonds [1999] a réuni les résultats de tous les pays de la communauté. L étude équivalente au niveau français a été développée par Agence de l Environnement et de la Maîtrise de l Energie [ADEME, 2002]. Ces études statistiques n ont été faites qu une seule fois. On a réalisé une estimation des déchets annuels générés pour chaque pays à un moment donné. En France, en application de la circulaire du 15 février 2000, on a développé les plans départementaux de gestion des déchets de chantier [MINISTERE DE L'ÉQUIPEMENT, DES TRANSPORTS, DE L'AMENAGEMENT DU TERRITOIRE, DU TOURISME ET DE LA MER, 2004a]. Le Comité Scientifique et Technique des Industries Climatiques (COSTIC) a réalisé une étude prédictive des déchets générés par les équipements des bâtiments en considérant leur durée de vie [Audegond, 1997]. Deux études allemandes ont visé à faire une quantification des déchets actuels et futurs. La première pour la ville de Berlin [Görg, 1997] et la deuxième pour un ensemble de bâtiments de logements [Kloft, 1997][Kloft, 1998]. Dans une étude autrichienne on a réalisé une quantification nationale des déchets de bâtiments et travaux publics [Glenk et al, 1996]. D autres recherches sur les déchets de démolition et de déconstruction de bâtiments individuels ont été développées [Ruch et al, 1995][Rentz et al, 1998][Chini et al, 2002]. Au Royaume Uni le Centre de Recherche du Bâtiment (Building Research Establishment - BRE) [2004] a développé quatre logiciels complémentaires, pour la quantification et la gestion de déchets provenant des chantiers. Ils constituent un outil d audit qui permet de collecter, d analyser et de visualiser l information sur les déchets d un ou plusieurs chantiers pour pouvoir mieux les gérer. Malgré les solutions proposées On constate que des problèmes persistent. En effet, la conception d une gestion optimale des ressources et des déchets associés à un ou à plusieurs bâtiments demande une connaissance plus profonde des flux présents et futurs. Cela signifie connaître les caractéristiques, les quantités des flux référencées spatio-temporalement; du berceau à la tombe. Ces informations aujourd hui ne sont pas disponibles. Notre analyse bibliographique a mis en évidence que seules les quantités de déchets sont en général considérées. Concernant les caractéristiques, la seule description fournie est le type de matériaux et l indication du type de déchet. De plus, cette dernière ne correspond pas toujours à la classification européenne [Commission Européenne, 2000], rendant ces études difficilement exploitables. Ces études n indiquent pas toujours l état de mélange des déchets ou les informations pertinentes pour décider de leur valorisation ou de leur élimination. Elles se sont plutôt intéressées à la problématique des déchets générés par un ensemble de bâtiments et moins à celle des déchets d un bâtiment. La majorité d entre elles traitent principalement des déchets déjà générés et non pas de leur prévision. Basées sur une approche statistique, elles ont permis de faire un constat des déchets générés à un moment donné. Cependant, non reconduites dans le temps, elles ne permettent pas d avoir une vision temporelle des données. Pour la plupart de ces recherches, le but principal était de faire un constat chiffré à un instant donné mais non nécessairement de proposer une méthode que puisse être utilisée postérieurement. Ainsi, les acteurs du bâtiment font face à une réglementation environnementale de plus en plus stricte, mais sans disposer des informations ni des outils nécessaires pour mieux connaître les flux. Il leur est difficile dans ces conditions de proposer une gestion optimale et de nouvelles filières de valorisation de déchets. 12

15 Introduction générale La solution que nous proposons : Nous avons constaté ainsi qu il est nécessaire d aller plus loin. Dans cette perspective, l objectif de notre recherche a été d une part d identifier les sources d informations et les mécanismes existants qui peuvent améliorer la traçabilité des flux associés aux bâtiments et d autre part de développer une nouvelle méthode (ELDORADO), pour faciliter la traçabilité de composants et la prévision des déchets. La méthode développée facilite d une part la traçabilité des flux et d autre part la prévision des déchets générés par un bâtiment (niveau micro) ou plusieurs bâtiments (niveau macro) au cours de leur cycle de vie. Celle-ci est applicable aux bâtiments neufs et potentiellement aux bâtiments existants. Les informations nécessaires sur les bâtiments anciens n étant pas disponibles, notre recherche a été centrée dans son application aux bâtiments neufs. La méthode s adapte à la logistique actuelle du secteur bâtiment. Mais nous proposons des améliorations pour l avenir, comme par exemple la capitalisation de l information car le secteur bâtiment n a pas nécessairement l habitude de laisser par écrit la description des opérations réalisées. Dans ce secteur, il y a principalement une tradition orale. Vu la complexité et l ampleur du domaine. Chaque bâtiment est un produit unique, les techniques de construction, démolition et réhabilitation varient d une époque à l autre et selon la région géographique, les décisions de construire, de réhabiliter, de démolir un bâtiment dépendent de plusieurs facteurs internes et externes au secteur bâtiment : qualité des composants, législation, tendances architecturales, conception du bâtiment Nous avons limité notre étude aux flux entrant, se stockant et sortant entre la construction des bâtiments et leur disparition. Ce choix nous permet d être complémentaire aux autres études déjà réalisées et de mieux comprendre comment les déchets sont générés et quels sont les facteurs déterminant leurs caractéristiques. Pour améliorer la traçabilité, la méthode propose des outils et des mécanismes pour mieux identifier les composants entrant dans les bâtiments. Pour la prévision des déchets d un bâtiment et l amélioration de la description de leurs caractéristiques, elle s appuie sur les connaissances des flux de composants (leurs quantités, leurs caractéristiques, leur durée de vie, leur mode d assemblage ) et de leur devenir possible dans le bâtiment. Pour la simulation de l évolution, nous proposons un modèle comportemental du bâtiment prenant en compte le mode d assemblage entre les composants, et s appuyant sur un scénario définit selon les besoins de l utilisateur. Pour la simulation sur plusieurs bâtiments, une ébauche a été proposée. Cette ébauche retient plusieurs approches. Elle s appuie soit sur les résultats de l application de la méthode micro à plusieurs bâtiments soit sur la collecte des informations sur les composants et sur des modèles similaires à ceux utilisés dans les recherches sur le stock dans les bâtiments [Kohler, 2002][Thuvander, 2000][BARLETT SCHOOL OF GRADUATE STUDIES AT UNIVERSITY COLLEGE LONDON, 2003]. Usages possibles de la méthode Les maîtres d ouvrage et les maîtres d œuvre pourront appliquer cette méthode pour estimer les déchets de leur bâtiment et ainsi améliorer leur gestion (contribution à l éco-conception). Ils pourront identifier plus facilement les filières de traitement des déchets, simuler différentes opérations sur le bâtiment pour éventuellement faire des améliorations de conception sur ce bâtiment (dans une démarche d Haute Qualité Environnementale par exemple). Les résultats de l application à plusieurs bâtiments (lotissement, quartier, ville, département, région ) permettront aux autorités d identifier la quantité et certaines caractéristiques des ressources utilisées, de mieux connaître le patrimoine, d identifier au niveau départemental, régional ou national des matières premières secondaires potentielles et prévoir les déchets de chantier qui seront générés sur un territoire. La gestion des déchets de chantier (envisager les meilleures filières de traitement existantes, planifier la localisation de nouvelles filières, estimer les coûts 13

16 Introduction générale ) sera alors facilitée. Elle rendra possible la programmation de filières d un point de vu technique et géographique. Sa généralisation permettrait une plus large utilisation et l obtention de résultats comparables. Notre travail de recherche est présenté en cinq parties : Dans la première partie, qui concerne le contexte général, nous présentons, d une part l analyse des flux (chapitre 1) et d autre part le bâtiment (chapitre 2). Pour introduire le bâtiment, objet de nature complexe, nous avons choisi de ne présenter que les éléments nécessaires au développement de notre recherche : tout d abord sa composition et puis son évolution (construction, réhabilitations, démolition) au cours de son cycle de vie. La deuxième partie est destinée à présenter les éléments méthodologiques dont nous nous sommes servis pour le développement de la méthode. Les éléments servant à la traçabilité des flux et à leur prévision ont été classés en deux groupes : ceux qui servent à décrire les flux à un instant donné (chapitre 3), comme une «photographie», et ceux qui servent à suivre l évolution des flux (chapitre 4), comme un «film». Les éléments servant à faire une description ont été séparés en trois groupes : ceux qui peuvent servir à identifier les flux entrant (les composants), ceux qui servent à décrire le stock dans le bâtiment et ceux qui servent à identifier les flux sortant (les déchets). Dans le chapitre 5, les outils, servant à la gestion de l information, adaptés au secteur bâtiment, dont l application de la méthode aura besoin, sont présentés. Dans la troisième partie, nous présentons en détail la méthode. Dans le chapitre 7 nous présentons la démarche à mettre en place pour faciliter la traçabilité des composants de bâtiment et pour la prévision des déchets de chantier associés à un bâtiment. Dans le chapitre 8 une ébauche du niveau macro de la méthode, concernant la problématique de plusieurs bâtiments, est présentée. Pour les deux niveaux, les différentes étapes à mettre en place et la stratégie pour collecter l information nécessaire sont décrites, de même que les outils nécessaires pour la rendre applicable. La quatrième partie (chapitre 9) a pour objectif de présenter l application de la méthode. Dans un premier temps, nous présentons l organisme de logements sociaux, qui nous a fourni les données, puis nous analyserons les données collectées et les résultats obtenus pour les quatre bâtiments que nous avons étudiés. La cinquième partie (chapitre 10), contenant la discussion, est destinée à identifier les usagers potentiels de la méthode et à les orienter sur la façon de l utiliser ou l adapter à chaque cas. De même sont discutées les points forts, les difficultés, les limites et les perspectives de notre travail. 14

17 Terminologie TERMINOLOGIE Les termes utilisés dans ce mémoire et notés sont définis dans cette section. Composants : «désigne de façon extrêmement large tout matériau de construction préfabriqué ou non, prêt à mélanger, à mettre en œuvre ou à assembler : le ciment, les mastics sont des composants, aussi bien que les poutrelles, les tuiles ou les poignées de portes» [Vigan - DICOBAT, 1993]. Ce terme regroupe les produits, les équipements et les matériaux. Composants assemblés : désigne les composants qui accomplissent une ou plusieurs fonctions autres que lier les composants du bâtiment. Composants d assemblages : désigne les composants qui accomplissent une fonction de liaison entre composants du bâtiment et qui peuvent accomplir une autre fonction de manière parallèle. Cycle de vie : «Phases consécutives d un système de produits, de l acquisition des matières premières ou de la génération des ressources naturelles à l élimination finale» [ISO, 1997]. C est «l ensemble des processus interconnectés par des flux de matière et énergie, liés aux produits et/au services et/ou procédés étudiés» [Benetto, 2002]. Cycle de vie réduit du bâtiment (dans ce document cycle de vie du bâtiment) phases consécutives, interconnectées par de flux de matière et énergie, entre la construction du bâtiment et sa disparition. Cycle de vie global du bâtiment : phases consécutives, interconnectées par des flux de matière et énergie, entre l extraction de matières premières (soit de mines, des forets, en passant par sa fabrication, son transport et son introduction dans le bâtiment (au moment de la construction ou des interventions) jusqu à leur fin de vie. Durée de vie : «durée pendant laquelle une entité accomplit une (des) fonction(s) requise(s) dans des conditions d utilisation et de maintenance données, jusqu à ce qu un (des) état(s) limite(s) soit(ient) atteint(s) (NF X )» [Lair, 2000]. Elément assemblé : élément du modèle du bâtiment représentant un, plusieurs ou une partie des composants assemblés. Elément d assemblage : élément du modèle du bâtiment représentant un, plusieurs ou une partie des composants d assemblage (cf.). Equipements du bâtiment (ou composants) : «Eléments fabriqués en usine et destinés à remplir des fonctions techniques dans les ouvrages qu ils équipent : chauffage, robinets» [LE TENO, 1995]. Externaliser les coûts : «consiste à imputer les coûts internes et externes dans les domaines environnemental et social d'un équipement ou d'un aménagement sur des tierces parties. Le coût externe se présente donc comme un élément non pris en compte par le marché et supporté par tout ou partie des membres de la collectivité» [SOS Planet Earth, 2004]. Flux : quantité de biens, de services ou de monnaie en déplacement sur une période déterminée. Flux entrants (ou entrées) : fait référence aux composants entrant dans les bâtiments, soit pendant la construction soit pendant des interventions postérieures Flux sortants (ou sorties) : fait référence aux déchets 15

18 Terminologie Groupe inséparable de déchets : ensemble des éléments du modèle, représentant des composants réels du bâtiment, qui sont supposés sortir comme un tout du bâtiment et qu on obtiendra comme déchets lors d une intervention ou de la démolition. Il s agit par exemple d une cloison avec peinture et plâtre liés. Internaliser les coûts : «consiste à faire payer par les bénéficiaires de la transaction (acquéreur d'un bien) ou les usagers d'un service, les coûts de l'utilisation ou de la dégradation des ressources environnementales. En général, le coût des mesures de lutte contre la pollution est répercuté dans le prix de vente» [SOS Planet Earth, 2004]. Induction (ou inférence statistique) : «on utilise un échantillon observé pour en tirer des résultats s appliquant à une population inconnue». Démarche inverse à celle de la théorie des probabilités ou raisonnement déductif : «d une population connue à un échantillon inconnu» Interventions : il s agit de toutes les opérations réalisées sur le bâtiment qui font entrer ou sortir des composants du bâtiment : maintenance, réhabilitation, modification, élargissement du bâtiment... Matériaux de bâtiment (ou composant) : «Composant provenant d un site naturel ou d une installation de transformation, et qui sert in situ à la fabrication de parties d ouvrages : granulat, ciment, sable» [LE TENO, 1995]. Niveau Micro : ce terme fait référence à la problématique associée à un bâtiment. Niveau Macro : ce terme fait référence à la problématique associée à un ensemble de bâtiments. Ouvrage : vocable faisant référence à une partie ou l ensemble d un bâtiment Population : en statistique, elle représente l ensemble des objets ou des individus à étudier, à partir duquel est extrait un échantillon [Wonnacott, 1995]. Produit du bâtiment (ou composant): «Elément fabriqué en usine et incorporé dans un ouvrage sans subir de transformation importante, c est le cas de plaque de plâtre, des fenêtres, tuyaux, isolants» [LE TENO, 1995]. Programme récursif : «programme demandant sa propre exécution au cours de son déroulement. Le mot récurrence provient du latin recurrens» [Le Robert 2002]. Stock : «résultat de l action de regrouper et de disposer les biens qui constituent le stock, de préférence dans un ordre déterminé et dans des conditions matérielles favorables à leur conservation et à leur prélèvement» [Le Robert 2002]. Stock de bâtiments ensemble de bâtiments appartenant à un lieu. Stockage dans le(s) bâtiment: emmagasinement de matières dans un ou plusieurs bâtiments. Sorties (ou flux sortants) ce terme fait référence aux flux de matériaux qui sortent d un ou plusieurs bâtiments. Traçabilité : Possibilité de retrouver, pour un produit donné, la trace de toutes les étapes de sa fabrication et de la provenance de tous ses composants. Temps de séjour : durée effective pendant laquelle les composants sont mis en œuvre dans le bâtiment avant de devenir un déchet. 16

19 I. CONTEXTE INTRODUCTION GENERALE TERMINOLOGIE I. CONTEXTE 1. Analyse de flux 2. Le bâtiment II. OUTILS METHODOLOGIQUES III. METHODE DE PREVISION DES DECHETS IV. APPLICATION DE LA METHODE V. CONCLUSION ET PERSPECTIVES ANNEXES 17

20 Dans les chapitres 1 et 2, les fondements nécessaires à la compréhension du contexte de notre recherche sont introduits. Dans plusieurs domaines scientifiques, comme dans le domaine de l économie, les sciences de l environnement, la biologie, on s intéresse à connaître les flux de matériaux. Dans le chapitre 1, d abord, nous faisons une présentation générale des méthodes utilisées dans les domaines ci-avant mentionnés pour la réalisation des analyses des flux de matériaux. Ensuite, les applications existantes au secteur de bâtiment sont présentées. Dans le chapitre 2, l unicité et la composition des bâtiments sont d abord discutées. Ensuite la modélisation du bâtiment est introduite. Après les activités qui ont lieu au cours du cycle de vie des bâtiments, et qui sont à l origine des déchets de chantier, sont discutées. Enfin, la typologie du bâtiment est presentée. Cette introduction à l analyse de flux de matériaux et au contexte du bâtiment permet de mettre en évidence certains points qui aident à : - avoir une vision globale de la problématique concernant les flux associés au secteur bâtiment ; - mieux comprendre l origine des déchets de chantier ; - mieux comprendre la problématique sur les déchets de chantier; - identifier la relation entre le bâtiment et ses déchets et donc identifier l information pertinente pour le développement de la méthode proposée dans cette thèse. 18

la Base INIES la référence pour les déclarations environnementales et sanitaires des produits de construction Octobre 2011

la Base INIES la référence pour les déclarations environnementales et sanitaires des produits de construction Octobre 2011 la Base INIES la référence pour les déclarations environnementales et sanitaires des produits de construction Octobre 2011 Ministère de l Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement

Plus en détail

Eco-conception et Évaluation des performances environnementales des bâtiments

Eco-conception et Évaluation des performances environnementales des bâtiments Eco-conception et Évaluation des performances environnementales des bâtiments Contexte, Généralités et Outil d ACV bâtiment ELODIE Galdric SIBIUDE Ingénieur d Etude et de Recherche Direction Energie Environnement

Plus en détail

M I S E E N P L A C E D U N O U T I L D E M A N A G E M E N T D E P R O J E T

M I S E E N P L A C E D U N O U T I L D E M A N A G E M E N T D E P R O J E T M I S E E N P L A C E D U N O U T I L D E M A N A G E M E N T D E P R O J E T F A C I L I T A N T L A G E S T I O N C O N T R A C T U E L L E Q U O T I D I E N N E D U M A I T R E D O E U V R E D E X E

Plus en détail

GESTION DES DECHETS DE CHANTIER DU B. T. P.

GESTION DES DECHETS DE CHANTIER DU B. T. P. PREFECTURE DU TARN DIRECTION DEPARTEMENTALE DE L EQUIPEMENT DU TARN GESTION DES DECHETS DE CHANTIER DU B. T. P. ------------------------------------- RECOMMANDATIONS POUR L ELABORATION DES MARCHES PUBLICS

Plus en détail

Qualité Environnementale des Bâtiments En route vers des indicateurs de performance. Caroline Lestournelle Christèle Wojewodka

Qualité Environnementale des Bâtiments En route vers des indicateurs de performance. Caroline Lestournelle Christèle Wojewodka Qualité Environnementale des Bâtiments En route vers des indicateurs de performance Caroline Lestournelle Christèle Wojewodka Sommaire En route vers des indicateurs de performance Analyse de cycle (ACV)

Plus en détail

SOSED Bâtiment. Schéma. d Organisation. et de Suivi de. l Évacuation des. Déchets. Raison sociale ) Adresse ) de l entreprise Tel/Fax ) Chantier :...

SOSED Bâtiment. Schéma. d Organisation. et de Suivi de. l Évacuation des. Déchets. Raison sociale ) Adresse ) de l entreprise Tel/Fax ) Chantier :... Raison sociale ) Adresse ) de l entreprise Tel/Fax ) Chantier :......... Trame du SOSED Bâtiment Schéma d Organisation et de Suivi de l Évacuation des Déchets 1) Objet du SOSED Le SOSED (Schéma d Organisation

Plus en détail

SOSED Bâtiment. Schéma. d Organisation. et de Suivi de. l Évacuation des. Déchets. Annexe 8. Raison sociale ) Adresse ) de l entreprise Tel/Fax )

SOSED Bâtiment. Schéma. d Organisation. et de Suivi de. l Évacuation des. Déchets. Annexe 8. Raison sociale ) Adresse ) de l entreprise Tel/Fax ) Raison sociale ) Adresse ) de l entreprise Tel/Fax ) Annexe 8 Chantier :......... Trame du SOSED Bâtiment Schéma d Organisation et de Suivi de l Évacuation des Déchets 1) Objet du SOSED Le SOSED (Schéma

Plus en détail

Déchets du BTP et recyclage

Déchets du BTP et recyclage Déchets du BTP et recyclage «Etude sur les volumes et les flux de déchets et matériaux recyclés du BTP dans les Landes» Plan de prévention et de gestion des déchets de chantiers du BTP des Landes Réunion

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires 1 er juin 2011 JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Texte 8 sur 152 Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT

Plus en détail

Plan départemental de gestion des déchets du BTP

Plan départemental de gestion des déchets du BTP Direction régionale et départementale de l Équipement Bourgogne/Côte d'or Plan départemental de gestion des déchets du BTP Version synthétique Novembre 2002 Sommaire 1. OBJECTIF DE LA DEMARCHE... 2 2.

Plus en détail

Forthcoming Database

Forthcoming Database DISS.ETH NO. 15802 Forthcoming Database A Framework Approach for Data Visualization Applications A dissertation submitted to the SWISS FEDERAL INSTITUTE OF TECHNOLOGY ZURICH for the degree of Doctor of

Plus en détail

Gestion des déchets de chantier, Les bonnes pratiques

Gestion des déchets de chantier, Les bonnes pratiques Gestion des déchets de chantier, Les bonnes pratiques Conférences thématiques 17 et 18 novembre 2014 1 Mot d introduction 2 Cadrage général de la gestion des déchets de chantiers, responsabilités des différents

Plus en détail

Animation de la démarche Santé et Sécurité au Travail pour Les Crudettes SAS

Animation de la démarche Santé et Sécurité au Travail pour Les Crudettes SAS MINISTERE DE L AGRICULTURE LES CRUDETTES SAS www.lescrudettes.com MÉMOIRE DE FIN D ÉTUDES présenté pour l obtention du diplôme d ingénieur agronome spécialisation : Agro-alimentaire option : QUALI-RISQUES

Plus en détail

DOCTORAT DE L'UNIVERSITÉ DE TOULOUSE

DOCTORAT DE L'UNIVERSITÉ DE TOULOUSE En vue de l'obtention du DOCTORAT DE L'UNIVERSITÉ DE TOULOUSE Délivré par : Institut National Polytechnique de Toulouse (INP Toulouse) Discipline ou spécialité : Génie des Procédés et de l'environnement

Plus en détail

TRAITEMENT DES DÉCHETS DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS

TRAITEMENT DES DÉCHETS DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS TRAITEMENT DES DÉCHETS DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS UN CHANTIER D AVENIR Direction Départementale de l Equipement de la Sarthe Décembre 2002 DÉCHETS DU BTP : DE NOUVEAUX COMPORTEMENTS A ADOPTER Le

Plus en détail

Proposition globale de remise à niveau énergétique des maisons individuelles

Proposition globale de remise à niveau énergétique des maisons individuelles Proposition globale de remise à niveau énergétique des maisons individuelles RESUME Le projet MITECH propose une offre globale pour traiter l enveloppe des maisons construites entre 1949 et 1974 afin de

Plus en détail

Testing : A Roadmap. Mary Jean Harrold. Présentation de Olivier Tissot

Testing : A Roadmap. Mary Jean Harrold. Présentation de Olivier Tissot Testing : A Roadmap Mary Jean Harrold Présentation de Olivier Tissot Testing : A Roadmap I. L auteur II. Introduction sur les test : les enjeux, la problématique III. Les tests : roadmap IV. Conclusion

Plus en détail

INGENIERIE COLLABORATIVE, ELLE A TOUT D'UNE GRANDE...

INGENIERIE COLLABORATIVE, ELLE A TOUT D'UNE GRANDE... INGENIERIE COLLABORATIVE, ELLE A TOUT D'UNE GRANDE... Article rédigé pour les Etats généraux 2008 du MICADO, par Yannick BOUDIER. Résumé : L ingénierie collaborative est souvent prise pour un système d

Plus en détail

Diffusion et révisions des comptes nationaux

Diffusion et révisions des comptes nationaux Diffusion et révisions des comptes nationaux Pour décrire la politique de diffusion et de révisions des comptes nationaux, il est nécessaire de donner préalablement un rapide panorama des deux systèmes

Plus en détail

Réf. : 140924 Le 24 septembre 2014 Page 1/8

Réf. : 140924 Le 24 septembre 2014 Page 1/8 Réf. : 140924 Le 24 septembre 2014 Page 1/8 De : Vérificateur FDES Rapport de Vérification de la Déclaration Environnementale et Sanitaire de produit selon la norme NF EN 15804+A1 et à la norme complémentaire

Plus en détail

IRMA: Le recyclage dans les grands projets urbains Impact économique, logistique et environnemental

IRMA: Le recyclage dans les grands projets urbains Impact économique, logistique et environnemental IRMA: Le recyclage dans les grands projets urbains Impact économique, logistique et environnemental Nouveau siège de l OTAN à Evere OTAN Jeroen Vrijders, ir CSTC Labo Développement Durable FAC.Eco-Construction:

Plus en détail

Etat des lieux de la gestion des déchets du BTP en région Poitou-Charentes

Etat des lieux de la gestion des déchets du BTP en région Poitou-Charentes Observatoire Régional des Déchets Etat des lieux de la gestion des déchets du BTP en région Poitou-Charentes Année 2012-2013 Contexte Dans le cadre de l élaboration prochaine des Plans de Prévention et

Plus en détail

THÈSE. présentée à TÉLÉCOM PARISTECH. pour obtenir le grade de. DOCTEUR de TÉLÉCOM PARISTECH. Mention Informatique et Réseaux. par.

THÈSE. présentée à TÉLÉCOM PARISTECH. pour obtenir le grade de. DOCTEUR de TÉLÉCOM PARISTECH. Mention Informatique et Réseaux. par. École Doctorale d Informatique, Télécommunications et Électronique de Paris THÈSE présentée à TÉLÉCOM PARISTECH pour obtenir le grade de DOCTEUR de TÉLÉCOM PARISTECH Mention Informatique et Réseaux par

Plus en détail

PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée.

PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée. PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée. Il y a trois approches possibles du produit intérieur brut : Optique de la production Optique

Plus en détail

Principe d'alimentation par convertisseurs multiniveaux à stockage intégré - Application aux accélérateurs de particules

Principe d'alimentation par convertisseurs multiniveaux à stockage intégré - Application aux accélérateurs de particules Principe d'alimentation par convertisseurs multiniveaux à stockage intégré - Application aux accélérateurs de particules THÈSE N O 4034 (2008) PRÉSENTÉE le 30 mai 2008 À LA FACULTÉ DES SCIENCES ET TECHNIQUES

Plus en détail

Product Platform Development: A Functional Approach Considering Customer Preferences

Product Platform Development: A Functional Approach Considering Customer Preferences Product Platform Development: A Functional Approach Considering Customer Preferences THÈSE N O 4536 (2009) PRÉSENTÉE le 4 décembre 2009 À LA FACULTé SCIENCES ET TECHNIQUES DE L'INGÉNIEUR LABORATOIRE DES

Plus en détail

MARINE ECOSYSTEMS DYNAMICS and MANAGEMENT --------- FONCTIONNEMENT et GESTION des ECOSYSTEMES MARINS

MARINE ECOSYSTEMS DYNAMICS and MANAGEMENT --------- FONCTIONNEMENT et GESTION des ECOSYSTEMES MARINS MARINE ECOSYSTEMS DYNAMICS and MANAGEMENT --------- FONCTIONNEMENT et GESTION des ECOSYSTEMES MARINS PEGASEAS Theme: MARINE ECOSYSTEMS DYNAMICS and MANAGEMENT: final outputs and Questions of the reports:

Plus en détail

DU SCAN AU DIAG. Le BIM en REHABILITATION LES OUTILS LES VALEURS A OBTENIR CAHIER DES CHARGES PRECIS COMPLETER LA MAQUETTE PAR LES RELEVES ET SONDAGES

DU SCAN AU DIAG. Le BIM en REHABILITATION LES OUTILS LES VALEURS A OBTENIR CAHIER DES CHARGES PRECIS COMPLETER LA MAQUETTE PAR LES RELEVES ET SONDAGES Le BIM en REHABILITATION LES OUTILS LES VALEURS A OBTENIR CAHIER DES CHARGES PRECIS COMPLETER LA MAQUETTE PAR LES RELEVES ET SONDAGES LES RELEVES Relevé laser scanner 3D Mise en place d un plan d exécution

Plus en détail

Les fondamentaux du Contrat de Performance Energétique (CPE)

Les fondamentaux du Contrat de Performance Energétique (CPE) LES OPERATEURS D EFFICACITE ENERGETIQUE 15 mars 2011 Les fondamentaux du Contrat de Performance Energétique (CPE) Le CPE est issu de la Directive 2006/32/CE, du 5 avril 2006, sur l'efficacité énergétique

Plus en détail

Techniques multiagents pour la réduction de l amplification de la demande dans une chaîne logistique : application à l industrie forestière

Techniques multiagents pour la réduction de l amplification de la demande dans une chaîne logistique : application à l industrie forestière 1/38 Techniques multiagents pour la réduction de l amplification de la demande dans une chaîne logistique : application à l industrie forestière Thierry Moyaux http://damas.ift.ulaval.ca/~moyaux Proposition

Plus en détail

THESE DE DOCTORAT MODELISATION DE LA FORMATION DES NANOSTRUCTURES OBTENUES PAR ABLATION LASER EN REGIME FEMTOSECONDE

THESE DE DOCTORAT MODELISATION DE LA FORMATION DES NANOSTRUCTURES OBTENUES PAR ABLATION LASER EN REGIME FEMTOSECONDE MINISETRE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE MOULOUD MAMMERI, TIZI-OUZOU FACULTE DES SCIENCES DEPARTEMENT DE PHYSIQUE THESE DE DOCTORAT SPECIALITE : Physique OPTION

Plus en détail

PREFECTURE DE LA REGION NORD PAS-DE-CALAIS

PREFECTURE DE LA REGION NORD PAS-DE-CALAIS PREFECTURE DE LA REGION NORD PAS-DE-CALAIS Charte Qualité Gestion Février 2004 Contexte d élaboration de la Charte Pour s inscrire dans un développement durable La préservation des ressources naturelles

Plus en détail

SUPPLEMENT AU DIPLOME

SUPPLEMENT AU DIPLOME SUPPLEMENT AU DIPLOME Préambule : «Le présent supplément au diplôme suit le modèle élaboré par la Commission européenne, le Conseil de l Europe et l UNESCO/CEPES. Le supplément vise à fournir des données

Plus en détail

CENTRE DE PROMOTION DU GENIE DES PROCEDES DANS L INDUSTRIE

CENTRE DE PROMOTION DU GENIE DES PROCEDES DANS L INDUSTRIE CENTRE DE PROMOTION DU GENIE DES PROCEDES DANS L INDUSTRIE Répondre à des problématiques industrielles en génie des procédés et environnement en s appuyant sur les compétences de laboratoires académiques

Plus en détail

Intégration de la performance énergétique dans les processus de gestion de patrimoines immobiliers. Méthode et logiciel

Intégration de la performance énergétique dans les processus de gestion de patrimoines immobiliers. Méthode et logiciel 3 Intégration de la performance énergétique dans les processus de gestion de patrimoines immobiliers Méthode et logiciel Projet EPI-CREM Le projet EPI-CREM 1 vise à améliorer l efficacité énergétique et

Plus en détail

Organiser la commande topographique

Organiser la commande topographique Organiser la commande topographique Henri Pornon et Pierre Reboud Rencontres Décryptagéo, 8 avril 2014 IETI Consultants 17 boulevard des Etats-Unis - F-71000 Mâcon Tel : (0)3 85 21 91 91 - fax : (0)3 85

Plus en détail

Niveau débutant/beginner Level

Niveau débutant/beginner Level LE COFFRE À OUTILS/THE ASSESSMENT TOOLKIT: Niveau débutant/beginner Level Sampler/Echantillon Instruments d évaluation formative en français langue seconde Formative Assessment Instruments for French as

Plus en détail

EN/FR. Europaudvalget 2013 Rådsmøde 3229 - transport, tele og energi Bilag 3 Offentligt COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION. Brussels, 11 March 2013 7342/13

EN/FR. Europaudvalget 2013 Rådsmøde 3229 - transport, tele og energi Bilag 3 Offentligt COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION. Brussels, 11 March 2013 7342/13 Europaudvalget 2013 Rådsmøde 3229 - transport, tele og energi Bilag 3 Offentligt COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION Brussels, 11 March 2013 7342/13 TRANS 106 INFORMATION NOTE from: General Secretariat to: Council

Plus en détail

Comprendre et mettre en œuvre la transition numérique dans le secteur du bâtiment 1 juillet 2015. Souheil SOUBRA Conseiller scientifique du PTNB

Comprendre et mettre en œuvre la transition numérique dans le secteur du bâtiment 1 juillet 2015. Souheil SOUBRA Conseiller scientifique du PTNB Comprendre et mettre en œuvre la transition numérique dans le secteur du bâtiment 1 juillet 2015 Souheil SOUBRA Conseiller scientifique du PTNB 360 du secteur du Bâtiment En deux décennies les préoccupations

Plus en détail

Le nouveau système comptable fédéral. Valeur ajoutée de la comptabilité générale

Le nouveau système comptable fédéral. Valeur ajoutée de la comptabilité générale Federale Overheidsdienst Financiën - België Documentatieblad 69e jaargang, nr. 1, 1e kwartaal 2009 Le nouveau système comptable fédéral. Valeur ajoutée de la comptabilité générale Faska KHROUZ & Christos

Plus en détail

ANALYSE FACTORIELLE MULTIPLE PROCRUSTEENNE

ANALYSE FACTORIELLE MULTIPLE PROCRUSTEENNE ANALYSE FACTORIELLE MULTIPLE PROCRUSTEENNE Elisabeth Morand & Jérôme Pagès Agrocampus Rennes Laboratoire de mathématiques appliquées CS 425 3542 Rennes cedex Résumé Pour comparer deux nuages de points

Plus en détail

«Rénovation des curricula de l enseignement supérieur - Kazakhstan»

«Rénovation des curricula de l enseignement supérieur - Kazakhstan» ESHA «Création de 4 Ecoles Supérieures Hôtelières d'application» R323_esha_FT_FF_sup_kaza_fr R323 : Fiche technique «formation des enseignants du supérieur» «Rénovation des curricula de l enseignement

Plus en détail

Programmes specifiques pour les autres bts industriels. Liste des bts industriels concernés :

Programmes specifiques pour les autres bts industriels. Liste des bts industriels concernés : Programmes specifiques pour les autres bts industriels Liste des bts industriels concernés : o Constructions metalliques o Fluides energies environnement o Assistance et technique d ingenieur o Domotique

Plus en détail

La nouvelle norme d échange IFC Le bâtiment numérique

La nouvelle norme d échange IFC Le bâtiment numérique La nouvelle norme d échange IFC Le bâtiment numérique L informatique graphique au service de l enjeu du plan bâtiment Grenelle Jean-Yves BRESSON Administrateurde Médiaconstruct, Présidentdu Club des Usageset

Plus en détail

Indications de contenus, commentaires, recommandations pédagogiques

Indications de contenus, commentaires, recommandations pédagogiques Document d accompagnement du référentiel de formation Inspection de l'enseignement Agricole Diplôme : Baccalauréat professionnel Aménagements paysagers Module : MP3 Organisation d un chantier d aménagement

Plus en détail

Préparer un état de l art

Préparer un état de l art Préparer un état de l art Khalil DRIRA LAAS-CNRS, Toulouse Unité de recherche ReDCAD École Nationale d ingénieurs de Sfax Étude de l état de l art? Une étude ciblée, approfondie et critique des travaux

Plus en détail

RAPID 3.34 - Prenez le contrôle sur vos données

RAPID 3.34 - Prenez le contrôle sur vos données RAPID 3.34 - Prenez le contrôle sur vos données Parmi les fonctions les plus demandées par nos utilisateurs, la navigation au clavier et la possibilité de disposer de champs supplémentaires arrivent aux

Plus en détail

Le coût global comme outil d accompagnement des collectivités et des bailleurs

Le coût global comme outil d accompagnement des collectivités et des bailleurs Le coût global comme outil d accompagnement des collectivités et des bailleurs 12 Mai 2009, Clermont-Ferrand «Construire et rénover: quel coût pour l énergie durable?» Philippe Outrequin, Crdd La Calade

Plus en détail

De la mesure à l analyse des risques

De la mesure à l analyse des risques De la mesure à l analyse des risques Séminaire ISFA - B&W Deloitte Jean-Paul LAURENT Professeur à l'isfa, Université Claude Bernard Lyon 1 laurent.jeanpaul@free.fr http://laurent.jeanpaul.free.fr/ 0 De

Plus en détail

Analyse,, Conception des Systèmes Informatiques

Analyse,, Conception des Systèmes Informatiques Analyse,, Conception des Systèmes Informatiques Méthode Analyse Conception Introduction à UML Génie logiciel Définition «Ensemble de méthodes, techniques et outils pour la production et la maintenance

Plus en détail

Objectif : Programme: Projet coordonné par l Office International de l Eau. Evènement labellisé World Water Forum 6

Objectif : Programme: Projet coordonné par l Office International de l Eau. Evènement labellisé World Water Forum 6 Atelier WaterDiss2.0: Valoriser les résultats de la recherche sur l'eau comme catalyseur de l'innovation. Paris, Pollutec, 1 er Décembre 2011 De 14h à 17h Salle 617 Objectif : L'objectif du projet WaterDiss2.0

Plus en détail

F. BONTHOUX, R. VINCENT Institut National de Recherche et de Sécurité, Centre de Lorraine, Avenue de Bourgogne, 54501 Vandoeuvre Cedex, France

F. BONTHOUX, R. VINCENT Institut National de Recherche et de Sécurité, Centre de Lorraine, Avenue de Bourgogne, 54501 Vandoeuvre Cedex, France Logiciel d aide à l évaluation du risque chimique F. BONTHOUX, R. VINCENT Institut National de Recherche et de Sécurité, Centre de Lorraine, Avenue de Bourgogne, 54501 Vandoeuvre Cedex, France Introduction

Plus en détail

Cartographie multirisques : une méthode semi-automatique

Cartographie multirisques : une méthode semi-automatique Cartographie multirisques : une méthode semi-automatique Yannick Manche Ingénieries EAT 1998 Risques naturels p 115 à 119 L étude des risques naturels est devenue une préoccupation majeure en France avec

Plus en détail

LA PRODUCTION CAPITALISTE DES LOGEMENTS A BRUXELLES Promotion immobilière et division sociale de l espace

LA PRODUCTION CAPITALISTE DES LOGEMENTS A BRUXELLES Promotion immobilière et division sociale de l espace LA PRODUCTION CAPITALISTE DES LOGEMENTS A BRUXELLES Promotion immobilière et division sociale de l espace ALICE ROMAINVILLE Dans le système de production de l habitat qui existe à Bruxelles, en ce début

Plus en détail

Association des archivistes français. Référentiel métiers. [Archiviste manager]

Association des archivistes français. Référentiel métiers. [Archiviste manager] Page1 2009 Association des archivistes français Référentiel métiers [Archiviste manager] Vous trouverez dans ce document la liste des activités, savoirs, savoir-faire et savoir-etre correspondant au métier

Plus en détail

Le concept d audit. chapitre 1. 1.1. Qu est ce qu un audit? 1.1.1. Principe général

Le concept d audit. chapitre 1. 1.1. Qu est ce qu un audit? 1.1.1. Principe général chapitre 1 Le concept d audit Lorsque le brouillard ou la pénombre vient, chacun cherche à éclairer son environnement pour mener ses activités, qu elles restent traditionnelles ou qu il faille les adapter

Plus en détail

Fédération des Services Énergie Environnement. Les éléments essentiels DU CONTRAT de performance énergétique - CPE - appliqué aux bâtiments

Fédération des Services Énergie Environnement. Les éléments essentiels DU CONTRAT de performance énergétique - CPE - appliqué aux bâtiments Fédération des Services Énergie Environnement Les éléments essentiels DU CONTRAT de performance énergétique - CPE - appliqué aux bâtiments SOMMAIRE 1 2 3 4 Objet du CPE... 3 Eléments essentiels du CPE...

Plus en détail

Pilotage économique, comptable et financier

Pilotage économique, comptable et financier 08 Pilotage Cette famille rassemble des métiers dont la finalité est de contribuer à la connaissance et à la maîtrise des données, flux et résultats économiques, s s de l entreprise. Les différentes sous-familles

Plus en détail

Mesure Measurement Réf 322 033 Etiquettes Terre, Jupiter, Mars, Français p 1 Lune pour dynamomètre 10 N English p 4 Earth, Jupiter, Mars, Moon,

Mesure Measurement Réf 322 033 Etiquettes Terre, Jupiter, Mars, Français p 1 Lune pour dynamomètre 10 N English p 4 Earth, Jupiter, Mars, Moon, Mesure Measurement Français p 1 English p 4 Version : 8006 Etiquettes Terre, Jupiter, Mars, Lune pour dynamomètre 10 N Earth, Jupiter, Mars, Moon, labels for 10 N dynamometer Mesure Etiquettes Terre, Jupiter,

Plus en détail

Eco-conception des ensembles bâtis et des infrastructures

Eco-conception des ensembles bâtis et des infrastructures Chaire ParisTech "Éco-Conception des ensembles bâtis et des infrastructures" En partenariat avec Eco-conception des ensembles bâtis et des infrastructures Fabien LEURENT, Bruno PEUPORTIER, Jean ROGER-ESTRADE

Plus en détail

Sélection de variables groupées avec les forêts aléatoires. Application à l analyse des données fonctionnelles multivariées.

Sélection de variables groupées avec les forêts aléatoires. Application à l analyse des données fonctionnelles multivariées. Sélection de variables groupées avec les forêts aléatoires. Application à l analyse des données fonctionnelles multivariées. Baptiste Gregorutti 12, Bertrand Michel 2 & Philippe Saint Pierre 2 1 Safety

Plus en détail

Avantage d'une migration vers une solution EDI externalisée

Avantage d'une migration vers une solution EDI externalisée Avantage d'une migration vers une solution EDI externalisée Description Problématique Infrastructure Ressources Logiciel Maintenance Conclusion Avantages d une migration vers une solution EDI externalisée

Plus en détail

Réseau Africain des Organismes de Bassin RAOB African Network of Basin Organizations - ANBO ASSEMBLEE GENERALE GENERAL ASSEMBLY

Réseau Africain des Organismes de Bassin RAOB African Network of Basin Organizations - ANBO ASSEMBLEE GENERALE GENERAL ASSEMBLY Réseau Africain des Organismes de Bassin RAOB African Network of Basin Organizations - ANBO ASSEMBLEE GENERALE GENERAL ASSEMBLY Johannesburg (Afrique du Sud) 4 au 7 mars 2007 Johannesburg (South Africa)

Plus en détail

CONTRAT D APPLICATION 2014-2020 POUR L AMÉLIORATION DE LA COMPÉTITIVITÉ LOGISTIQUE MATÉRIAUX DE CONSTRUCTION

CONTRAT D APPLICATION 2014-2020 POUR L AMÉLIORATION DE LA COMPÉTITIVITÉ LOGISTIQUE MATÉRIAUX DE CONSTRUCTION CONTRAT D APPLICATION 2014-2020 POUR L AMÉLIORATION DE LA COMPÉTITIVITÉ LOGISTIQUE MATÉRIAUX DE CONSTRUCTION CONTEXTE GÉNERAL L optimisation de la logistique des flux de matériaux de construction est une

Plus en détail

La comptabilité environnementale

La comptabilité environnementale La comptabilité environnementale Neuchâtel, 2008 Glossaire Eco-industrie (secteur éco-industriel): Ensemble des activités de mesure, prévention, réduction, limitation ou correction des dommages environnementaux.

Plus en détail

Prise en compte du développement durable dans les marchés de voirie

Prise en compte du développement durable dans les marchés de voirie Prise en compte du développement durable dans les marchés de voirie L éco-comparateur SEVE : Outil de qualification de l apport durable des solutions techniques Julien.buisson@usirf.com erick.constensou@cg31.fr

Plus en détail

WHITEPAPER. Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace

WHITEPAPER. Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace 1 Table of Contents 3 Manque de centralisation 4 Manque de données en temps réel 6 Implémentations fastidieuses et manquant de souplesse 7

Plus en détail

Développer le recyclage

Développer le recyclage Développer le recyclage des granulats pour construire durablement Les granulats concourent à l aménagement du territoire, notamment à la construction de logements et d ouvrages d art, à l entretien des

Plus en détail

L ANALYSE DU RISQUE DE FAILLITE PAR LE BIAIS DES SYSTÈMES DE L INTELLIGENCE ARTIFICIELLE

L ANALYSE DU RISQUE DE FAILLITE PAR LE BIAIS DES SYSTÈMES DE L INTELLIGENCE ARTIFICIELLE L ANALYSE DU RISQUE DE FAILLITE PAR LE BIAIS DES SYSTÈMES DE L INTELLIGENCE ARTIFICIELLE Paul Pașcu, Assist Prof, PhD, Ștefan cel Mare University of Suceava Abstract: This article aims to present a number

Plus en détail

Fiche de lecture de PFE Guillaume HEMMERTER

Fiche de lecture de PFE Guillaume HEMMERTER 1. INTRODUCTION Les maîtres d ouvrage ou propriétaires de patrimoine immobilier qui s engagent dans la construction ou la rénovation d installations climatiques veulent avoir la certitude d obtenir le

Plus en détail

L éco-responsabilité appliquée à l informatique

L éco-responsabilité appliquée à l informatique L éco-responsabilité appliquée à l informatique //////////////////////////////////////////////////////// IMPACTS SUR L ENVIRONNEMENT DU MATERIEL ////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

6. Les désastres environnementaux sont plus fréquents. 7. On ne recycle pas ses déchets ménagers. 8. Il faut prendre une douche au lieu d un bain.

6. Les désastres environnementaux sont plus fréquents. 7. On ne recycle pas ses déchets ménagers. 8. Il faut prendre une douche au lieu d un bain. 1. Notre planète est menacée! 2. Il faut faire quelque chose! 3. On devrait faire quelque chose. 4. Il y a trop de circulation en ville. 5. L air est pollué. 6. Les désastres environnementaux sont plus

Plus en détail

Software Design Description

Software Design Description Software Design Description ABSTRACT: KEYWORDS: APPROVED: AUTHOR PROJECT MANAGER PRODUCT OWNER General information/recommendations A SDD provides a representation of a software system created to facilitate

Plus en détail

REMOTE DATA ACQUISITION OF EMBEDDED SYSTEMS USING INTERNET TECHNOLOGIES: A ROLE-BASED GENERIC SYSTEM SPECIFICATION

REMOTE DATA ACQUISITION OF EMBEDDED SYSTEMS USING INTERNET TECHNOLOGIES: A ROLE-BASED GENERIC SYSTEM SPECIFICATION REMOTE DATA ACQUISITION OF EMBEDDED SYSTEMS USING INTERNET TECHNOLOGIES: A ROLE-BASED GENERIC SYSTEM SPECIFICATION THÈSE N O 2388 (2001) PRÉSENTÉE AU DÉPARTEMENT D'INFORMATIQUE ÉCOLE POLYTECHNIQUE FÉDÉRALE

Plus en détail

Polices de Sécurité Grille

Polices de Sécurité Grille Polices de Sécurité Grille Vue d ensemble Rolf Rumler, CC-IN2P3 ACP, Paris, 2009-04-02 www.eu-egee.org EGEE and glite are registered trademarks Contenu Introduction Liste commentée des documents Grid Security

Plus en détail

Embedded Domain-Specific Languages using Libraries and Dynamic Metaprogramming

Embedded Domain-Specific Languages using Libraries and Dynamic Metaprogramming Embedded Domain-Specific Languages using Libraries and Dynamic Metaprogramming THÈSE N O 5007 (2011) PRÉSENTÉE le 20 mai 2011 À LA FACULTÉ INFORMATIQUE ET COMMUNICATIONS LABORATOIRE DE MÉTHODES DE PROGRAMMATION

Plus en détail

Charte qualité concernant la gestion des déchets de chantier du Lot 05/07/12

Charte qualité concernant la gestion des déchets de chantier du Lot 05/07/12 Charte Qualité Gestion des déchets de chantier du Lot Entre les représentants des organismes signataires de cette charte, il a été convenu et arrêté ce qui suit: Article 1 : Objectifs du partenariat :

Plus en détail

Application Form/ Formulaire de demande

Application Form/ Formulaire de demande Application Form/ Formulaire de demande Ecosystem Approaches to Health: Summer Workshop and Field school Approches écosystémiques de la santé: Atelier intensif et stage d été Please submit your application

Plus en détail

MEDIAPLANNING & HYBRIDATION APPLIQUE A L INTERNET

MEDIAPLANNING & HYBRIDATION APPLIQUE A L INTERNET MEDIAPLANNING & HYBRIDATION APPLIQUE A L INTERNET MOBILE Gaël Crochet 1 & Gilles Santini 2 1 Médiamétrie, 70 rue Rivay, 92532 Levallois-Perret, France, gcrochet@mediametrie.fr 2 Vintco SARL, 8 rue Jean

Plus en détail

ECO CONCEPTION : outil d évaluation simplifié et projets pour EVER09

ECO CONCEPTION : outil d évaluation simplifié et projets pour EVER09 ECO CONCEPTION : outil d évaluation simplifié et projets pour EVER09 Conception écologique ou écologie industrielle La vérité? 23/10/08 Ce qui sauve, ce n est pas la foi mais le doute qui fait chercher

Plus en détail

Couplage entre les outils BIM-IFC et les indicateurs SBA

Couplage entre les outils BIM-IFC et les indicateurs SBA Pekka Huovila, Juha Hyvärinen, Salla Palos, Mirkka Rekola VTT Jacques Chevalier, Bruno Fiès, Eric Lebegue, Souheil Soubra CSTB Couplage entre les outils BIM-IFC et les indicateurs SBA Souheil Soubra, CSTB

Plus en détail

Leçon 4 : Typologie des SI

Leçon 4 : Typologie des SI Leçon 4 : Typologie des SI Typologie des SI Système formel Système informel Typologie des SI Chaque jour au sein d une organisation Le système d info stocke, traie ou restitue des quantités importantes

Plus en détail

chantier & environnement Guide pratique DÉMARCHE ISO 14001

chantier & environnement Guide pratique DÉMARCHE ISO 14001 chantier & environnement Guide pratique DÉMARCHE ISO 14001 Introduction Les principales nuisances susceptibles d être rencontrées sur un chantier proviennent de la gestion des déchets, du bruit et des

Plus en détail

JECO. journée des éco-entreprises. L éco-conception expliquée. Présentation de l événement ATELIER AT02

JECO. journée des éco-entreprises. L éco-conception expliquée. Présentation de l événement ATELIER AT02 JECO ATELIER AT02 L éco-conception expliquée journée des éco-entreprises Présentation de l événement PRESENTATION Définition et principes de l écoconception (Stéphanie CAPDEVILLE - EcoConcevoir) Définition

Plus en détail

Solar Heating and Cooling for a Sustainable Energy Future in Europe. Vision Potential Deployment Roadmap Strategic Research Agenda.

Solar Heating and Cooling for a Sustainable Energy Future in Europe. Vision Potential Deployment Roadmap Strategic Research Agenda. Solar Heating and Cooling for a Sustainable Energy Future in Europe Vision Potential Deployment Roadmap Strategic Research Agenda Synthèse Synthèse L énergie solaire thermique représente une source de

Plus en détail

The potential of the building sector in sustainable and lowcarbon

The potential of the building sector in sustainable and lowcarbon The potential of the building sector in sustainable and lowcarbon strategies Arab Hoballah, UNEP SUSTAINABLE AND COMPETITIVE HOTELS THROUGH ENERGY INNOVATION - NEZEH 2015 L'INNOVATION ÉNERGÉTIQUE AU SERVICE

Plus en détail

David Marsden Labour market segmentation in Britain: the decline of occupational labour markets and the spread of entry tournaments

David Marsden Labour market segmentation in Britain: the decline of occupational labour markets and the spread of entry tournaments David Marsden Labour market segmentation in Britain: the decline of occupational labour markets and the spread of entry tournaments Article (Accepted version) (Refereed) Original citation: Marsden, David

Plus en détail

Réussir un projet Intranet 2.0

Réussir un projet Intranet 2.0 Frédéric Créplet Thomas Jacob Réussir un projet Intranet 2.0 Écosystème Intranet, innovation managériale, Web 2.0, systèmes d information, 2009 ISBN : 978-2-212-54345-2 Sommaire Démarche générale de l

Plus en détail

OBJECTIF 10 : GARANTIR DES CHANTIERS RESPECTUEUX DE L ENVIRONNEMENT ET DU VOISINAGE

OBJECTIF 10 : GARANTIR DES CHANTIERS RESPECTUEUX DE L ENVIRONNEMENT ET DU VOISINAGE Rappel : Les signataires de la charte de l aménagement et de la construction urbaine durables s engagent à Assurer la valorisation de 80% des déchets de chantier pour les constructions neuves ; Réaliser

Plus en détail

Optimiser la recherche d informations dans deux des Bases de Données internes et Accroître la productivité des analystes

Optimiser la recherche d informations dans deux des Bases de Données internes et Accroître la productivité des analystes Optimiser la recherche d informations dans deux des Bases de Données internes et Accroître la productivité des analystes Mémoire de stage Promotion 2010 Priscillia VON HOFMANN Abstract Today, the importance

Plus en détail

S8 - INFORMATIQUE COMMERCIALE

S8 - INFORMATIQUE COMMERCIALE S8 - INFORMATIQUE COMMERCIALE Les savoirs de l Informatique Commerciale doivent être abordés en relation avec les autres savoirs (S4 à S7). Les objectifs généraux sont : o de sensibiliser les étudiants

Plus en détail

Approche organisationnelle basée sur le paradigme agent pour la synthèse & la réutilisation des connaissances en ingénierie collaborative

Approche organisationnelle basée sur le paradigme agent pour la synthèse & la réutilisation des connaissances en ingénierie collaborative Approche organisationnelle basée sur le paradigme agent pour la synthèse & la réutilisation des connaissances en ingénierie collaborative Hind Darwich, doctorante en thèse CIFRE au sein de la société TDC

Plus en détail

EXPERTISE & SOLUTIONS POUR OPERATEURS & PROPRIETAIRES D AVIONS PRIVES EXPERTISE & SOLUTIONS FOR PRIVATE AIRCRAFT OPERATORS & OWNERS

EXPERTISE & SOLUTIONS POUR OPERATEURS & PROPRIETAIRES D AVIONS PRIVES EXPERTISE & SOLUTIONS FOR PRIVATE AIRCRAFT OPERATORS & OWNERS EXPERTISE & SOLUTIONS POUR OPERATEURS & PROPRIETAIRES D AVIONS PRIVES EXPERTISE & SOLUTIONS FOR PRIVATE AIRCRAFT OPERATORS & OWNERS JET SERVICES GROUP vous propose la solution MANAJETS destinée aux opérateurs

Plus en détail

LES MARCHÉS PUBLICS ET PRIVÉS

LES MARCHÉS PUBLICS ET PRIVÉS Roger Cadiergues MémoCad ma04.a LES MARCHÉS PUBLICS ET PRIVÉS SOMMAIRE MA02.1. Le cadre juridique général MA02.2. Les textes officiels MA02.3. Les codes et leurs articulations MA02.4. Annexe : textes officiels

Plus en détail

Module 2 : Planification / Exécution / Contrôle / Intranets de gestion des projets Minimum requis par session

Module 2 : Planification / Exécution / Contrôle / Intranets de gestion des projets Minimum requis par session MANAGEMENT ET STRATEGIES D ENTREPRISES Module 2 : Planification / Exécution / Contrôle / Intranets de gestion des projets Minimum par Développer une démarche logique de planification de projet. Se perfectionner

Plus en détail

Engager une démarche d efficacité énergétique dans les bâtiments SYSTÈMES D INFORMATION ÉNERGÉTIQUE. Recommandations pour les décideurs

Engager une démarche d efficacité énergétique dans les bâtiments SYSTÈMES D INFORMATION ÉNERGÉTIQUE. Recommandations pour les décideurs Engager une démarche d efficacité énergétique dans les bâtiments SYSTÈMES D INFORMATION ÉNERGÉTIQUE Recommandations pour les décideurs 2 Agir, une nécessité Le contexte réglementaire, les factures d énergies

Plus en détail

COMPTABILITÉ. PCG : provisions pour grosses réparations vs amortissements par composants. Cette étude a pour objet. reflexion. Résumé de l article

COMPTABILITÉ. PCG : provisions pour grosses réparations vs amortissements par composants. Cette étude a pour objet. reflexion. Résumé de l article PCG : provisions pour grosses réparations vs amortissements par composants Eric DELESALLE Expert-comptable, Commissaire aux comptes Professeur agrégé CNAM-INTEC Président de la Commission de droit comptable

Plus en détail

TITRE DE LA THESE. Développement durable et lutte contre la pauvreté, Cas de la Tunisie. Par. Riadh Béchir. Unité de recherche ; Laboratoire ;

TITRE DE LA THESE. Développement durable et lutte contre la pauvreté, Cas de la Tunisie. Par. Riadh Béchir. Unité de recherche ; Laboratoire ; TITRE DE LA THESE Développement durable et lutte contre la pauvreté, Cas de la Tunisie Par Riadh Béchir Unité de recherche ; Laboratoire ; Entreprise - Economie - Environnement Economie et sociétés rurales

Plus en détail

MASTER 2 MENTION «INGENIERIE DU DEVELOPPEMENT DURABLE» SPECIALITE «INGENIERIE DURABLE DE L ENVIRONNEMENT»

MASTER 2 MENTION «INGENIERIE DU DEVELOPPEMENT DURABLE» SPECIALITE «INGENIERIE DURABLE DE L ENVIRONNEMENT» MASTER 2 MENTION «INGENIERIE DU DEVELOPPEMENT DURABLE» SPECIALITE «INGENIERIE DURABLE DE L ENVIRONNEMENT» Le Master Mention «Ingénierie du Développement Durable» (I.D.D.) est destiné à former des spécialistes

Plus en détail

DOCUMENT DE SYNTHESE

DOCUMENT DE SYNTHESE E L A B O R A T I O N D U N P R O C E S S DE P I L O T A G E ET DE S U I V I Société d accueil : ELAN, MANAGEMENT DE PROJETS PFE présenté par : FOURREY Maxime Tuteur industriel : M. Julien DUBREUIL, Responsable

Plus en détail