N d ordre 2005-ISAL Année Thèse

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "N d ordre 2005-ISAL-00101 Année 2005. Thèse"

Transcription

1 N d ordre 2005-ISAL Année 2005 Thèse Elaboration d'une méthode de prévision du gisement des déchets générés par le cycle de vie des bâtiments : amélioration de la traçabilité des composants du bâtiment. Présentée devant L Institut National des Sciences Appliquées de Lyon Pour obtenir Le grade de docteur Formation doctorale : Environnement et Risques Naturels, Industriels et Urbains École doctorale : École doctorale de chimie de Lyon (Chimie, Procédés, Environnement) par Claudia SALAZAR (Ingénieur) Jury M. J. CHEVALIER CSTB, Ingénieur de recherche, Docteur (directeur de thèse) M. P. ROUSSEAUX Université de Poitiers, Professeur (directeur de thèse) M. BERTOLINI Université Claude Bernard, Professeur (rapporteur) Mlle L. GONZALEZ Universidad del Pais Vasco, Docteur (rapporteur) M. R. GOURDON INSA de Lyon, Professeur (examinateur) M. N. KOHLER Université de Karlsruhe - IFIB, Professeur (rapporteur) Membre invité M. R. FAUCONNIER FFB, Direction des affaires techniques

2

3 Avant Propos Arrivée au terme de cette thèse, je tiens à remercier chaleureusement tous ceux qui m'ont aidée et soutenue tout au long de ce travail. Tout d'abord ma gratitude va d abord au Centre Scientifique et Technique du Bâtiment (CSTB) qui m'a ouvert ses portes et qui a été le promoteur de ce projet et ensuite au centre de recherche allemand Institut für Industrille Bauproduktion qui m a permis de réaliser un stage de trois mois dans son laboratoire. Je remercie également l Institut National des Sciences Appliquées (INSA) de Lyon et particulièrement à M. Gourdon et à M. Moskowicz Je remercie également l OPAC 38 de nous avoir fourni les informations nécessaires à l application de la méthode. J adresse ma reconnaissance à M. Jacques Chevalier, M. Patrick Rousseaux, M. Jean Luc Chevalier, M Marcel Rubaud et M. Emmanuel Jayr pour leur encadrement et leur aide pour mener à terme ce projet, ainsi que pour leur patience pour affronter les aléas de ce projet. Je tiens à remercier, pour leurs orientations, M. Roland Fauconnier de la Fédération Française du Bâtiment (FFB) et M. Niklaus Kohler de l Institut für Industrille Bauproduktion. J ai une pensée émue pour M. Rubaud qui n a pas été seulement mon encadrant «journalier» et mon collègue de bureau mais la personne qui jour après jour, pendant ce temps, m a donné, de différentes manières, son support : en m écoutant, en me donnant son avis, en corrigeant mon français, en me remontant le moral, en me faisant rire, en partageant les aléas de cette thèse enfin, en me transmettant son savoir. Mes remerciements vont également à tous les autres membres du CSTB, spécialement du Département de Développement Durable. Un grand merci à Dany, Nico, Jerôme, Astrid, Halynita, Heather, Julie, Richard et Mario pour leurs corrections, au cours de cette recherche, de documents en français et en anglais. Je tiens à remercier également les doctorants qui m'ont apporté leur soutien et leur amitié en particulier Aurelie, Sabrina, Mahita, Patricio, Naris et Nicoleta. Il serait difficile d'oublier Nat, Jean Claude et François pour leur grande gentillesse et leur disponibilité. Je ne saurais oublier tous les membres de la division matériaux que j ai côtoyé ce temps. Je tiens à remercier plus particulièrement Chri-Chri, Brunito, François, François-Dominique, Hebert et Claude pour leurs conseils, leur support technique ou moral et même d avoir «enrichi» mon vocabulaire français. Ma pensée s adresse également à ma famille, qui a du se priver de ma présence au long de ce travail, spécialement à ma mère, à mes grand parents, à mes oncles et à Mario. Un très grand merci aussi à tous mes amis car sans leur amitié, sans leur écoute, sans leur compagnie (même à distance), sans leur patience pour me supporter, sans leur sourire, sans leur accueil, sans notre colocation (gracias Astrid y Claudia, shukran Abdelmajid, Danke Anne et Claudio), sans nos moments partagés, je n aurais pas pu surmonter tous les moments difficiles, personnels et académiques, que j ai du traverser au long de cette thèse. Je dois donc vous dire : Gracias, Merci, Thank You, Herzlichen Dank, Dank U Wel, Shukran, Multumesc, Grazie, Tsie Tsie, Spaciva, Spass. ENFIN, JE REMERCIE CELUI QUI EST LA SOURCE DE MA VIE

4

5 Résumé Aujourd hui, la grande consommation de ressources par le secteur bâtiment, la quantité en augmentation de déchets de chantier (construction, réhabilitation et démolition) et l absence d optimisation de leur gestion sont des grands problèmes auxquels la société doit faire face. En Europe par exemple, des 180 Mt de ces déchets générés annuellement, seulement 25 % sont valorisés (malgré leur fort potentiel de valorisation) et les 75 % restants sont enfouis (d une façon illégale dans certains cas). Pour améliorer leur gestion, la connaissance des quantités, des caractéristiques, de la période et du lieu de génération de ces flux présents et futurs est nécessaire. Malheureusement, cette connaissance reste limitée. Par conséquent, il est difficile de mettre en place une gestion respectueuse de l environnement. En considérant cette situation, nous proposons une contribution afin d améliorer la connaissance de ces flux : - la réalisation d un état de l art sur les sources d information actuelles permettant de connaître ces flux ; - une nouvelle méthode (ELDORADO), à deux niveaux, qui facilite la traçabilité des composants et permet la prévision des déchets d un bâtiment (niveau micro) ou plusieurs bâtiments (niveau macro), depuis leur construction jusqu à leur fin de vie. Pour la description des flux, sont prises en compte, à la différence d autres recherches existantes, non seulement les quantités mais également les caractéristiques pertinentes, la période et le lieu de génération. Les deux niveaux de la méthode sont fondés sur la collecte de données des composants qui entrent dans le (les) bâtiment(s) et sur la mise en place d un modèle statique et comportemental du (des) bâtiment(s), permettant de faire une simulation sur l évolution du bâtiment et des déchets générés. La simulation de l évolution du bâtiment se réalise à l aide des scénarii proposés par l utilisateur de la méthode. La faisabilité des propositions méthodologiques est testée partiellement sur 4 cas réels et entièrement sur un des bâtiments. L application de la méthode a permis de : - mettre en évidence le besoin de conserver les informations des flux entrants dès la construction des bâtiments ; - confirmer qu il sera nécessaire d informatiser la méthode et de prendre en compte dans l outil informatique les IFC (Industry Foundation Classes) ; - identifier les points faibles et forts des modèles proposés du bâtiment. Dans ce document, les difficultés rencontrées actuellement pour mettre en place la méthode, ainsi que les perspectives de notre travail, sont discutées. Mots clés : Environnement, Déchets de chantier (construction, réhabilitation et démolition), Flux et stock de composant du bâtiment, Traçabilité, Modèle du bâtiment 3

6 Abstract Nowadays, the great amount of resources consumed by the building sector, the great quantity of Construction and Demolition Waste (C&DW) and their less than optimal management are major problems at a worldwide level. For instance, in Europe, only 25% of the 180Mt of C&DW estimated per annum are recycled (despite its major recycling potential). The remaining 75% are landfilled (in some cases illegally). In order to improve the management of C&DW, it is necessary to know the current and future quantities and characteristics of the C&DW that is generated, as well as their period and location of generation. Unfortunately, at the moment, these flows are poorly known. Consequently, it is difficult to implement an environmentally sound and optimal management while abiding by regulations. Bearing this in mind, our contribution to the improvement of the knowledge about these flows could be summarized as follows: - Establishment of the state of the art of the current sources of information about these flows; - Proposition of a new method, called ELDORADO, which allow the traceability of buildings components and provides a long term forecasting of C&DW. The forecasting is done both, at a micro level and at a macro level. The micro level corresponds to the forecasting of the C&DW for a building. The macro level concerns a set of buildings. This forecasting is made from the construction of the building until the end of its service life. In contrast with other researches, the description of the materials flows is given by addressing not only quantities but also relevant technical characteristics, period and location. Both levels of the method are based on the acquisition of data about the components that go into the building (by establishing their traceability) and on a static and a behavioural building model. This model allows the simulation of the possible evolution of the building as well as the generation of C&DW. The simulation of the building evolution is based on scenarios proposed by the users of the method. The application of this method is tested partially on 4 real cases and fully tested on one building. The latter has allowed to: - note the importance of maintaining information about the flows inside buildings (traceability); - establish the need of the implementation of a software tool for applying the method and introducing the Industry Foundation Classes in this software; - identify the strong and weak points of the building models proposed for the application of the method. Additionally, in this document we discuss the present difficulties related to the implementation of the method, the necessary tools that should be created and the prospects of our work. Keywords: Environment, Construction and Demolition Wastes, Flows and stock of building components, traceability, Building model. 4

7 Liste des abréviations Abréviations, Institutions et Centres de Recherche ADEME ACV AE AES AFM AII AIMCC ARENE BRE BSI BTP BSDI CAO CCAG CCAP CCTG CCTP CE CEBTP CERTU CET CFC CIB COSTIC CSTB CSTC DAEI DCE DGI DGUHC DOE DQE DIB DIS DI DIUO DIN DOE DPGF DTU Agence de l Environnement et de la Maîtrise de l Energie Analyse de Cycle de Vie (LCA, Life Cycle Assessment) Actes d Engagement Analyse des Entrée et Sorties (IOA, Input Output Analysis) Analyse de Flux des Matériaux (MFA, Material Flow Analysis) Alliance Internationale d Interopérabilité (IAI, International Alliance for Interoperability) Association des Industries de Matériaux, Composants et Equipements pour la construction Agence Régionale de l Environnement et des Nouvelles Energies Building Research Establishment (Grande Bretagne) British Standards Institution Bâtiment et Travaux Publics Bordereau de Suivi des Déchets Industriels Conception Assistée par Ordinateur (CAD Computer Aided Desing) Cahier des Clauses Administratives Générales Cahier des Clauses Administratives Particulières Cahier des Clauses Techniques Générales Cahier des Clauses Techniques Particulières Commission Européenne Centre Expérimental de Recherches et d études du Bâtiment et des Travaux Public Centre d Etudes sur les Réseaux, les Transports, l Urbanisme et les constructions publiques Centre d Enfouissement Technique Chlorofluorocarbones Conseil International du Bâtiment (International Council for Building) Comite Scientifique et Technique des Industries Climatiques Centre Scientifique et Technique du Bâtiment Centre Scientifique et Technique de la Construction (Belgique) Direction des Affaires Economiques et Internationales (Ministère de l équipement) Dossier de Consultation des Entreprises Direction Générale des Impôts Direction Générale de l Urbanisme, de l Habitat et de la Construction (Ministère de l équipement) Dossier des Ouvrages Exécutés Document Quantitatif Estimatif Déchet Industriel Banal Déchet Industriel Spécial Déchet Inerte Dossier d Intervention Ultérieure sur l Ouvrage Deutsch Institut für Normung (Institut Allemand de Normalisation) Document des Ouvrages Exécutées Devis à Prix Global Forfaitaire Documents Techniques Unifiés 5

8 FFB HLM HQE IFARE IFC IFIB INSA INSEE ISO LAEPSI NDBS OPAC38 OS SHOB SHON SIG Fédération Française du Bâtiment Habitation à Loyé Moderé Haute Qualité Environnementale Institut Franco-Allemand de Recherche sur l Environnemental Industry Foundation Classes Institut für Industrielle Bauproduktion (Institut Nationale pour la production industrielle du Bâtiment) Institut National des Sciences Appliquées Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques International Organization for Standardization (Organisation Internationale pour la Standardisation) Laboratoire d Analyse Environnemental des Procédés et Systèmes Industriels Non-Domestic Building Stock Office Public d Amenagement et de Construction de l Isere Ordre de Service Surface Hors Œuvre Brute Surface Hors Œuvre Nette Système d Information Géographique (GIS, Geographical Information System) 6

9 Table de matières Table de matières LISTE DES ABREVIATIONS 5 INTRODUCTION GENERALE 11 TERMINOLOGIE 15 I. CONTEXTE 17 1 Analyse de flux Analyse de Flux de Matériaux (AFM) Analyse des entrées et des sorties (EAS) Analyse de flux de matériaux dans le secteur bâtiment Flux de matériaux dans ce secteur Approche descendante et ascendante Haute Qualité Environnementale et éco-conception Choix de l approche et champ de cette étude Le bâtiment Composition et modélisation du bâtiment Définitions Composition du bâtiment Modèle du bâtiment Les activités génératrices des déchets de chantier et les principaux acteurs concernés Construction Interventions au cours du cycle de vie du bâtiment Démolition et déconstruction Destruction accidentelle Acteurs concernés La typologie des bâtiments Synthèse 37 II. OUTILS METHODOLOGIQUES Eléments méthodologiques permettant la description des flux à un moment donné Eléments destinés à la description des flux entrant dans les bâtiments Niveau micro (au niveau d un bâtiment) Niveau macro (au niveau de plusieurs bâtiments) Synthèse Eléments destinés à la description du stock dans les bâtiments Niveau micro Niveau macro Synthèse Eléments destinés à la description des flux sortant des bâtiments (les déchets de chantier) Niveau micro Niveau macro 57 7

10 Table de matières Classification des déchets de chantier du bâtiment Synthèse Eléments méthodologiques permettant la description de l évolution des flux Temps de séjour des composants dans le bâtiment Durée de vie des composants du bâtiment Durée de vie du bâtiment Facteurs affectant le temps de séjour des composants Facteurs internes au bâtiment Facteurs externes au bâtiment Synthèse Facteurs affectant les caractéristiques des flux Scenarii Définition Construction des scénarii dans le secteur bâtiment Synthèse Stockage de l information Outils de modélisation du bâtiment : IFC et les logiciels Systèmes d Information Géographique Numérisation des plans Etat d avancement de ces systèmes en France Synthèse 86 6 Cahier des charges de l outil Objectifs Acteurs intéressés pour mieux connaître les flux associés aux bâtiments (utilisateurs potentiels de l outil méthodologique) Au niveau micro Au niveau macro Types de résultats escomptés Au niveau micro Au niveau macro 90 III. METHODE DE PREVISION DES DECHETS DE CHANTIER 93 Introduction à la méthode Méthode de prévision des déchets de chantier issus d un bâtiment (niveau micro) Première Etape : Collecte et centralisation des informations sur le bâtiment et les flux entrants (les composants) Informations demandées Actualisation des informations Stratégie et outils de collecte Centralisation et capitalisation des informations Synthèse Deuxième étape : Obtention d un bon niveau de complétude Identification des types d information manquante ou obsolète Définition du niveau de complétude Stratégie pour compléter l information Qualité et analyse de l information 127 8

11 Table de matières Synthèse Troisième étape : Mise en place du modèle statique du bâtiment : représentation des différents états du bâtiment Modèle statique du bâtiment Obtention des informations pour la construction des modèles Conservation de l information Synthèse Quatrième étape : Mise en place du modèle dynamique du bâtiment simulation de l évolution du bâtiment Évolutions possibles du bâtiment Modèle dynamique du bâtiment Synthèse Cinquième étape : Prévision des flux sortants d un bâtiment : les déchets Description du gisement de déchets Présentation et stockage de l information sur les groupes inséparables de déchets Synthèse Méthode de prévision des déchets issus d un ensemble de bâtiments (niveau macro) Identification des composants entrant dans plusieurs bâtiments Démarche Vérification des résultats Synthèse Méthode d estimation des déchets de plusieurs bâtiments au cours de leur cycle de vie Démarche Synthèse 176 IV. APPLICATION DE LA METHODE Premières applications de la méthode Organisme fournisseur des données Bâtiments étudiés Application des cinq étapes de la méthode au niveau micro Collecte et centralisation des informations sur le bâtiment et les flux entrants (les composants) Obtention d un bon niveau de complétude Mise en place du modèle statique du bâtiment : représentation des différents états du bâtiment Mise en place du modèle dynamique du bâtiment : simulation de l évolution du bâtiment Prévision des flux sortants d un bâtiment : les déchets Analyse générale des résultats et leçons de l expérience 206 V. CONCLUSION ET PERSPECTIVES 207 9

12 Table de matières 10. Conclusion et perspectives Notre proposition, une méthode de prévision de déchets L originalité de la méthode et ses points forts Usages possibles de la méthode Limites de la méthode Perspectives Adaptation de la méthode aux bâtiments anciens Outils pour appliquer la méthode Approfondir le modèle pour un bâtiment Possible simplification de la méthode Vérification et analyse des résultats de la méthode Développement d un module économique afin d améliorer la gestion de déchets 216 BIBLIOGRAPHIE 217 LISTE DE PUBLICATIONS 232 ANNEXES 233 I. Bordereau de Suivi des Déchets Industriels 235 II. Typologie du bâtiment 236 III. Extrait de la classification européenne des déchets (déchets de bâtiment) 237 IV. Filières de traitement de déchets 239 V. Prix de différents traitements de déchets 240 VI. Types des interventions possibles sur un bâtiment 241 VII. Fiches des bâtiments étudiés 243 VIII. Exemples d identification des composants concernés par un scénario 249 IX. Tableaux des composants d un des bâtiments analysés 251 X. Liste des éléments du modèle du bâtiment analysé 255 XI. Extrait de la base de données de composants Exemples de composants de gros œuvre 259 XII. Pourquoi le nom ELDORADO?

13 Introduction générale Introduction générale La problématique La majorité des problèmes environnementaux auxquels la société fait face aujourd hui est le résultat de la transformation des différents flux de matières dans les différents secteurs de l économie [OECD, 2000]. Le secteur bâtiment est le plus gros consommateur de ressources et un des plus forts générateurs de déchets [Dorsthorst et al, 2004]. Malheureusement, les ressources sont consommées aujourd hui d une manière presque irrationnelle, sans toujours se préoccuper des besoins futurs et du fait qu on devra faire face à leur rareté. La quantité des déchets est de plus en plus grande et leur gestion actuelle n est pas encore optimale. Des 180Mt de déchets de chantiers, estimées annuellement pour l'europe des quinze, seulement 25% sont valorisés. Le reste des déchets est éliminé dans des installations appropriées (En France en Centre d Enfouissement Techniques par exemple) et dans certains cas dans des endroits illégaux [Commission Européenne, 2000] «décharges sauvages». Cette situation entraîne divers problèmes à différents niveaux. L exploitation irrationnelle des ressources et leurs transformations dans les usines peut entraîner des érosions, des disparitions des écosystèmes, des pollutions dans les sols, l air ou l eau ainsi que d autres problèmes. La mauvaise gestion des déchets (faible part de valorisation) peut être à l origine des problèmes d occupation des sols (à cause de leur enfouissement), tandis que ces sols pourraient être utilisés pour d autres activités plus utiles. De plus, le manque de valorisation rend nécessaire l utilisation de plus de ressources naturelles (en tant que matières premières). Tout cela, sans oublier que ces problèmes environnementaux peuvent être à l origine des problèmes de santé publique. Les solutions existantes Face à cette problématique environnementale (mais aussi économique et sociale), les autorités de différents pays essaient de prendre en main le problème, de mettre en application plusieurs réglementations et d internaliser les externalités des activités humaines. Ces démarches ont concerné depuis longtemps principalement les déchets et peu la consommation de ressources. En effet, dès le Moyen Age [Sperandio, 2001], mais surtout à partir du dix-neuvième siècle, la société européenne a commencé à se préoccuper de la gestion des déchets. Pendant longtemps, cette action est restée artisanale [Bergey, 2001]. C est seulement à partir des années 70, et particulièrement à partir de la directive européenne 75/442 CEE de 1975 du conseil du 15 juillet modifiée (JOCE du 27 juillet 1975 n L-194) relative aux déchets que plusieurs réglementations, ont été mises en place. En France, en particulier, il s agit de la loi No du 15 juillet 1975, modifiée, relative à l'élimination des déchets et à la récupération des matériaux. Aujourd hui, la communauté internationale encourage la pratique du développement durable. En particulier, la gestion de ressources et la gestion des déchets constituent deux axes importants pour le respect de l environnement (un des piliers du développement durable). Dans le secteur bâtiment plusieurs démarches se développent dans ce sens. Entre autres: la démarche Haute Qualité Environnemental [HQE, 2005] (essentiellement focalisé sur les aspects environnementaux). L amélioration de la gestion des ressources et des déchets nécessite la connaissance de ces flux. Cette connaissance demande de mettre en place une traçabilité des flux. En France, une seule étude, à laquelle nous avons contribuée, a été faite jusqu à maintenant [Ferrara et al, 2003]. Elle constitue un état de l art sur la traçabilité. Cette étude, réalisée par l Institut allemand pour la Production Industrielle du Bâtiments (IFIB), en collaboration avec le Centre Scientifique et Technique du Bâtiment (CSTB), a mis en évidence que dans le secteur du bâtiment, on ne connaît pas aujourd'hui avec certitude quel type de matériaux et de produits sont finalement introduits dans tel ou tel type de bâtiment. 11

14 Introduction générale Pour les déchets, plusieurs études, encouragées par la Commission Européenne, ont été entreprises dans les années 90. Le groupe Symonds [1999] a réuni les résultats de tous les pays de la communauté. L étude équivalente au niveau français a été développée par Agence de l Environnement et de la Maîtrise de l Energie [ADEME, 2002]. Ces études statistiques n ont été faites qu une seule fois. On a réalisé une estimation des déchets annuels générés pour chaque pays à un moment donné. En France, en application de la circulaire du 15 février 2000, on a développé les plans départementaux de gestion des déchets de chantier [MINISTERE DE L'ÉQUIPEMENT, DES TRANSPORTS, DE L'AMENAGEMENT DU TERRITOIRE, DU TOURISME ET DE LA MER, 2004a]. Le Comité Scientifique et Technique des Industries Climatiques (COSTIC) a réalisé une étude prédictive des déchets générés par les équipements des bâtiments en considérant leur durée de vie [Audegond, 1997]. Deux études allemandes ont visé à faire une quantification des déchets actuels et futurs. La première pour la ville de Berlin [Görg, 1997] et la deuxième pour un ensemble de bâtiments de logements [Kloft, 1997][Kloft, 1998]. Dans une étude autrichienne on a réalisé une quantification nationale des déchets de bâtiments et travaux publics [Glenk et al, 1996]. D autres recherches sur les déchets de démolition et de déconstruction de bâtiments individuels ont été développées [Ruch et al, 1995][Rentz et al, 1998][Chini et al, 2002]. Au Royaume Uni le Centre de Recherche du Bâtiment (Building Research Establishment - BRE) [2004] a développé quatre logiciels complémentaires, pour la quantification et la gestion de déchets provenant des chantiers. Ils constituent un outil d audit qui permet de collecter, d analyser et de visualiser l information sur les déchets d un ou plusieurs chantiers pour pouvoir mieux les gérer. Malgré les solutions proposées On constate que des problèmes persistent. En effet, la conception d une gestion optimale des ressources et des déchets associés à un ou à plusieurs bâtiments demande une connaissance plus profonde des flux présents et futurs. Cela signifie connaître les caractéristiques, les quantités des flux référencées spatio-temporalement; du berceau à la tombe. Ces informations aujourd hui ne sont pas disponibles. Notre analyse bibliographique a mis en évidence que seules les quantités de déchets sont en général considérées. Concernant les caractéristiques, la seule description fournie est le type de matériaux et l indication du type de déchet. De plus, cette dernière ne correspond pas toujours à la classification européenne [Commission Européenne, 2000], rendant ces études difficilement exploitables. Ces études n indiquent pas toujours l état de mélange des déchets ou les informations pertinentes pour décider de leur valorisation ou de leur élimination. Elles se sont plutôt intéressées à la problématique des déchets générés par un ensemble de bâtiments et moins à celle des déchets d un bâtiment. La majorité d entre elles traitent principalement des déchets déjà générés et non pas de leur prévision. Basées sur une approche statistique, elles ont permis de faire un constat des déchets générés à un moment donné. Cependant, non reconduites dans le temps, elles ne permettent pas d avoir une vision temporelle des données. Pour la plupart de ces recherches, le but principal était de faire un constat chiffré à un instant donné mais non nécessairement de proposer une méthode que puisse être utilisée postérieurement. Ainsi, les acteurs du bâtiment font face à une réglementation environnementale de plus en plus stricte, mais sans disposer des informations ni des outils nécessaires pour mieux connaître les flux. Il leur est difficile dans ces conditions de proposer une gestion optimale et de nouvelles filières de valorisation de déchets. 12

15 Introduction générale La solution que nous proposons : Nous avons constaté ainsi qu il est nécessaire d aller plus loin. Dans cette perspective, l objectif de notre recherche a été d une part d identifier les sources d informations et les mécanismes existants qui peuvent améliorer la traçabilité des flux associés aux bâtiments et d autre part de développer une nouvelle méthode (ELDORADO), pour faciliter la traçabilité de composants et la prévision des déchets. La méthode développée facilite d une part la traçabilité des flux et d autre part la prévision des déchets générés par un bâtiment (niveau micro) ou plusieurs bâtiments (niveau macro) au cours de leur cycle de vie. Celle-ci est applicable aux bâtiments neufs et potentiellement aux bâtiments existants. Les informations nécessaires sur les bâtiments anciens n étant pas disponibles, notre recherche a été centrée dans son application aux bâtiments neufs. La méthode s adapte à la logistique actuelle du secteur bâtiment. Mais nous proposons des améliorations pour l avenir, comme par exemple la capitalisation de l information car le secteur bâtiment n a pas nécessairement l habitude de laisser par écrit la description des opérations réalisées. Dans ce secteur, il y a principalement une tradition orale. Vu la complexité et l ampleur du domaine. Chaque bâtiment est un produit unique, les techniques de construction, démolition et réhabilitation varient d une époque à l autre et selon la région géographique, les décisions de construire, de réhabiliter, de démolir un bâtiment dépendent de plusieurs facteurs internes et externes au secteur bâtiment : qualité des composants, législation, tendances architecturales, conception du bâtiment Nous avons limité notre étude aux flux entrant, se stockant et sortant entre la construction des bâtiments et leur disparition. Ce choix nous permet d être complémentaire aux autres études déjà réalisées et de mieux comprendre comment les déchets sont générés et quels sont les facteurs déterminant leurs caractéristiques. Pour améliorer la traçabilité, la méthode propose des outils et des mécanismes pour mieux identifier les composants entrant dans les bâtiments. Pour la prévision des déchets d un bâtiment et l amélioration de la description de leurs caractéristiques, elle s appuie sur les connaissances des flux de composants (leurs quantités, leurs caractéristiques, leur durée de vie, leur mode d assemblage ) et de leur devenir possible dans le bâtiment. Pour la simulation de l évolution, nous proposons un modèle comportemental du bâtiment prenant en compte le mode d assemblage entre les composants, et s appuyant sur un scénario définit selon les besoins de l utilisateur. Pour la simulation sur plusieurs bâtiments, une ébauche a été proposée. Cette ébauche retient plusieurs approches. Elle s appuie soit sur les résultats de l application de la méthode micro à plusieurs bâtiments soit sur la collecte des informations sur les composants et sur des modèles similaires à ceux utilisés dans les recherches sur le stock dans les bâtiments [Kohler, 2002][Thuvander, 2000][BARLETT SCHOOL OF GRADUATE STUDIES AT UNIVERSITY COLLEGE LONDON, 2003]. Usages possibles de la méthode Les maîtres d ouvrage et les maîtres d œuvre pourront appliquer cette méthode pour estimer les déchets de leur bâtiment et ainsi améliorer leur gestion (contribution à l éco-conception). Ils pourront identifier plus facilement les filières de traitement des déchets, simuler différentes opérations sur le bâtiment pour éventuellement faire des améliorations de conception sur ce bâtiment (dans une démarche d Haute Qualité Environnementale par exemple). Les résultats de l application à plusieurs bâtiments (lotissement, quartier, ville, département, région ) permettront aux autorités d identifier la quantité et certaines caractéristiques des ressources utilisées, de mieux connaître le patrimoine, d identifier au niveau départemental, régional ou national des matières premières secondaires potentielles et prévoir les déchets de chantier qui seront générés sur un territoire. La gestion des déchets de chantier (envisager les meilleures filières de traitement existantes, planifier la localisation de nouvelles filières, estimer les coûts 13

16 Introduction générale ) sera alors facilitée. Elle rendra possible la programmation de filières d un point de vu technique et géographique. Sa généralisation permettrait une plus large utilisation et l obtention de résultats comparables. Notre travail de recherche est présenté en cinq parties : Dans la première partie, qui concerne le contexte général, nous présentons, d une part l analyse des flux (chapitre 1) et d autre part le bâtiment (chapitre 2). Pour introduire le bâtiment, objet de nature complexe, nous avons choisi de ne présenter que les éléments nécessaires au développement de notre recherche : tout d abord sa composition et puis son évolution (construction, réhabilitations, démolition) au cours de son cycle de vie. La deuxième partie est destinée à présenter les éléments méthodologiques dont nous nous sommes servis pour le développement de la méthode. Les éléments servant à la traçabilité des flux et à leur prévision ont été classés en deux groupes : ceux qui servent à décrire les flux à un instant donné (chapitre 3), comme une «photographie», et ceux qui servent à suivre l évolution des flux (chapitre 4), comme un «film». Les éléments servant à faire une description ont été séparés en trois groupes : ceux qui peuvent servir à identifier les flux entrant (les composants), ceux qui servent à décrire le stock dans le bâtiment et ceux qui servent à identifier les flux sortant (les déchets). Dans le chapitre 5, les outils, servant à la gestion de l information, adaptés au secteur bâtiment, dont l application de la méthode aura besoin, sont présentés. Dans la troisième partie, nous présentons en détail la méthode. Dans le chapitre 7 nous présentons la démarche à mettre en place pour faciliter la traçabilité des composants de bâtiment et pour la prévision des déchets de chantier associés à un bâtiment. Dans le chapitre 8 une ébauche du niveau macro de la méthode, concernant la problématique de plusieurs bâtiments, est présentée. Pour les deux niveaux, les différentes étapes à mettre en place et la stratégie pour collecter l information nécessaire sont décrites, de même que les outils nécessaires pour la rendre applicable. La quatrième partie (chapitre 9) a pour objectif de présenter l application de la méthode. Dans un premier temps, nous présentons l organisme de logements sociaux, qui nous a fourni les données, puis nous analyserons les données collectées et les résultats obtenus pour les quatre bâtiments que nous avons étudiés. La cinquième partie (chapitre 10), contenant la discussion, est destinée à identifier les usagers potentiels de la méthode et à les orienter sur la façon de l utiliser ou l adapter à chaque cas. De même sont discutées les points forts, les difficultés, les limites et les perspectives de notre travail. 14

17 Terminologie TERMINOLOGIE Les termes utilisés dans ce mémoire et notés sont définis dans cette section. Composants : «désigne de façon extrêmement large tout matériau de construction préfabriqué ou non, prêt à mélanger, à mettre en œuvre ou à assembler : le ciment, les mastics sont des composants, aussi bien que les poutrelles, les tuiles ou les poignées de portes» [Vigan - DICOBAT, 1993]. Ce terme regroupe les produits, les équipements et les matériaux. Composants assemblés : désigne les composants qui accomplissent une ou plusieurs fonctions autres que lier les composants du bâtiment. Composants d assemblages : désigne les composants qui accomplissent une fonction de liaison entre composants du bâtiment et qui peuvent accomplir une autre fonction de manière parallèle. Cycle de vie : «Phases consécutives d un système de produits, de l acquisition des matières premières ou de la génération des ressources naturelles à l élimination finale» [ISO, 1997]. C est «l ensemble des processus interconnectés par des flux de matière et énergie, liés aux produits et/au services et/ou procédés étudiés» [Benetto, 2002]. Cycle de vie réduit du bâtiment (dans ce document cycle de vie du bâtiment) phases consécutives, interconnectées par de flux de matière et énergie, entre la construction du bâtiment et sa disparition. Cycle de vie global du bâtiment : phases consécutives, interconnectées par des flux de matière et énergie, entre l extraction de matières premières (soit de mines, des forets, en passant par sa fabrication, son transport et son introduction dans le bâtiment (au moment de la construction ou des interventions) jusqu à leur fin de vie. Durée de vie : «durée pendant laquelle une entité accomplit une (des) fonction(s) requise(s) dans des conditions d utilisation et de maintenance données, jusqu à ce qu un (des) état(s) limite(s) soit(ient) atteint(s) (NF X )» [Lair, 2000]. Elément assemblé : élément du modèle du bâtiment représentant un, plusieurs ou une partie des composants assemblés. Elément d assemblage : élément du modèle du bâtiment représentant un, plusieurs ou une partie des composants d assemblage (cf.). Equipements du bâtiment (ou composants) : «Eléments fabriqués en usine et destinés à remplir des fonctions techniques dans les ouvrages qu ils équipent : chauffage, robinets» [LE TENO, 1995]. Externaliser les coûts : «consiste à imputer les coûts internes et externes dans les domaines environnemental et social d'un équipement ou d'un aménagement sur des tierces parties. Le coût externe se présente donc comme un élément non pris en compte par le marché et supporté par tout ou partie des membres de la collectivité» [SOS Planet Earth, 2004]. Flux : quantité de biens, de services ou de monnaie en déplacement sur une période déterminée. Flux entrants (ou entrées) : fait référence aux composants entrant dans les bâtiments, soit pendant la construction soit pendant des interventions postérieures Flux sortants (ou sorties) : fait référence aux déchets 15

18 Terminologie Groupe inséparable de déchets : ensemble des éléments du modèle, représentant des composants réels du bâtiment, qui sont supposés sortir comme un tout du bâtiment et qu on obtiendra comme déchets lors d une intervention ou de la démolition. Il s agit par exemple d une cloison avec peinture et plâtre liés. Internaliser les coûts : «consiste à faire payer par les bénéficiaires de la transaction (acquéreur d'un bien) ou les usagers d'un service, les coûts de l'utilisation ou de la dégradation des ressources environnementales. En général, le coût des mesures de lutte contre la pollution est répercuté dans le prix de vente» [SOS Planet Earth, 2004]. Induction (ou inférence statistique) : «on utilise un échantillon observé pour en tirer des résultats s appliquant à une population inconnue». Démarche inverse à celle de la théorie des probabilités ou raisonnement déductif : «d une population connue à un échantillon inconnu» Interventions : il s agit de toutes les opérations réalisées sur le bâtiment qui font entrer ou sortir des composants du bâtiment : maintenance, réhabilitation, modification, élargissement du bâtiment... Matériaux de bâtiment (ou composant) : «Composant provenant d un site naturel ou d une installation de transformation, et qui sert in situ à la fabrication de parties d ouvrages : granulat, ciment, sable» [LE TENO, 1995]. Niveau Micro : ce terme fait référence à la problématique associée à un bâtiment. Niveau Macro : ce terme fait référence à la problématique associée à un ensemble de bâtiments. Ouvrage : vocable faisant référence à une partie ou l ensemble d un bâtiment Population : en statistique, elle représente l ensemble des objets ou des individus à étudier, à partir duquel est extrait un échantillon [Wonnacott, 1995]. Produit du bâtiment (ou composant): «Elément fabriqué en usine et incorporé dans un ouvrage sans subir de transformation importante, c est le cas de plaque de plâtre, des fenêtres, tuyaux, isolants» [LE TENO, 1995]. Programme récursif : «programme demandant sa propre exécution au cours de son déroulement. Le mot récurrence provient du latin recurrens» [Le Robert 2002]. Stock : «résultat de l action de regrouper et de disposer les biens qui constituent le stock, de préférence dans un ordre déterminé et dans des conditions matérielles favorables à leur conservation et à leur prélèvement» [Le Robert 2002]. Stock de bâtiments ensemble de bâtiments appartenant à un lieu. Stockage dans le(s) bâtiment: emmagasinement de matières dans un ou plusieurs bâtiments. Sorties (ou flux sortants) ce terme fait référence aux flux de matériaux qui sortent d un ou plusieurs bâtiments. Traçabilité : Possibilité de retrouver, pour un produit donné, la trace de toutes les étapes de sa fabrication et de la provenance de tous ses composants. Temps de séjour : durée effective pendant laquelle les composants sont mis en œuvre dans le bâtiment avant de devenir un déchet. 16

19 I. CONTEXTE INTRODUCTION GENERALE TERMINOLOGIE I. CONTEXTE 1. Analyse de flux 2. Le bâtiment II. OUTILS METHODOLOGIQUES III. METHODE DE PREVISION DES DECHETS IV. APPLICATION DE LA METHODE V. CONCLUSION ET PERSPECTIVES ANNEXES 17

20 Dans les chapitres 1 et 2, les fondements nécessaires à la compréhension du contexte de notre recherche sont introduits. Dans plusieurs domaines scientifiques, comme dans le domaine de l économie, les sciences de l environnement, la biologie, on s intéresse à connaître les flux de matériaux. Dans le chapitre 1, d abord, nous faisons une présentation générale des méthodes utilisées dans les domaines ci-avant mentionnés pour la réalisation des analyses des flux de matériaux. Ensuite, les applications existantes au secteur de bâtiment sont présentées. Dans le chapitre 2, l unicité et la composition des bâtiments sont d abord discutées. Ensuite la modélisation du bâtiment est introduite. Après les activités qui ont lieu au cours du cycle de vie des bâtiments, et qui sont à l origine des déchets de chantier, sont discutées. Enfin, la typologie du bâtiment est presentée. Cette introduction à l analyse de flux de matériaux et au contexte du bâtiment permet de mettre en évidence certains points qui aident à : - avoir une vision globale de la problématique concernant les flux associés au secteur bâtiment ; - mieux comprendre l origine des déchets de chantier ; - mieux comprendre la problématique sur les déchets de chantier; - identifier la relation entre le bâtiment et ses déchets et donc identifier l information pertinente pour le développement de la méthode proposée dans cette thèse. 18

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Fiche de lecture de PFE Guillaume HEMMERTER

Fiche de lecture de PFE Guillaume HEMMERTER 1. INTRODUCTION Les maîtres d ouvrage ou propriétaires de patrimoine immobilier qui s engagent dans la construction ou la rénovation d installations climatiques veulent avoir la certitude d obtenir le

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

SOSED Bâtiment. Schéma. d Organisation. et de Suivi de. l Évacuation des. Déchets. Annexe 8. Raison sociale ) Adresse ) de l entreprise Tel/Fax )

SOSED Bâtiment. Schéma. d Organisation. et de Suivi de. l Évacuation des. Déchets. Annexe 8. Raison sociale ) Adresse ) de l entreprise Tel/Fax ) Raison sociale ) Adresse ) de l entreprise Tel/Fax ) Annexe 8 Chantier :......... Trame du SOSED Bâtiment Schéma d Organisation et de Suivi de l Évacuation des Déchets 1) Objet du SOSED Le SOSED (Schéma

Plus en détail

Comptabilité, finance et gestion des affaires

Comptabilité, finance et gestion des affaires Comptabilité, finance et gestion des affaires LCA.AX Information : (514) 376-1620, poste 388 Programme de formation Type de sanction Attestation d études collégiales permettant de cumuler 40 unités 1/3.

Plus en détail

Eco-conception et Évaluation des performances environnementales des bâtiments

Eco-conception et Évaluation des performances environnementales des bâtiments Eco-conception et Évaluation des performances environnementales des bâtiments Contexte, Généralités et Outil d ACV bâtiment ELODIE Galdric SIBIUDE Ingénieur d Etude et de Recherche Direction Energie Environnement

Plus en détail

SOSED Bâtiment. Schéma. d Organisation. et de Suivi de. l Évacuation des. Déchets. Raison sociale ) Adresse ) de l entreprise Tel/Fax ) Chantier :...

SOSED Bâtiment. Schéma. d Organisation. et de Suivi de. l Évacuation des. Déchets. Raison sociale ) Adresse ) de l entreprise Tel/Fax ) Chantier :... Raison sociale ) Adresse ) de l entreprise Tel/Fax ) Chantier :......... Trame du SOSED Bâtiment Schéma d Organisation et de Suivi de l Évacuation des Déchets 1) Objet du SOSED Le SOSED (Schéma d Organisation

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires 1 er juin 2011 JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Texte 8 sur 152 Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT

Plus en détail

GÉNIE CLIMATIQUE ET ENERGÉTIQUE FICHE DE LECTURE MISE EN PLACE D UNE METHODOLOGIE D AUDIT ENERGETIQUE

GÉNIE CLIMATIQUE ET ENERGÉTIQUE FICHE DE LECTURE MISE EN PLACE D UNE METHODOLOGIE D AUDIT ENERGETIQUE GÉNIE CLIMATIQUE ET ENERGÉTIQUE FICHE DE LECTURE MISE EN PLACE D UNE METHODOLOGIE D AUDIT ENERGETIQUE Projet de Fin d Etudes réalisé à Apave Liban Par Corentin Demolder Encadré par Bassam Habre Tuteur

Plus en détail

Programme de formation. Directeur de Travaux

Programme de formation. Directeur de Travaux Programme de formation Directeur de Travaux Formation sanctionnée du : Titre «Directeur de Travaux» de niveau I - Inscrit au RNCP DUREE : Formation de 972 heures PERSONNES CONCERNEES - Les étudiants titulaires

Plus en détail

Cours et applications

Cours et applications MANAGEMENT SUP Cours et applications 3 e édition Farouk Hémici Mira Bounab Dunod, Paris, 2012 ISBN 978-2-10-058279-2 Table des matières Introduction 1 1 Les techniques de prévision : ajustements linéaires

Plus en détail

Gestion technique de l immobilier d entreprise

Gestion technique de l immobilier d entreprise Gestion technique de l immobilier d entreprise Pascal Hendrickx Jean Perret Groupe Eyrolles 2003 ISBN 2-212-11251-3 Table des matières Introduction 1 Chapitre 1 PARTIE 1 ÉMERGENCE D UNE VÉRITABLE DISCIPLINE

Plus en détail

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP)

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) CDCPP (2012) 9 le 20 mars 2012 lère Session Plénière Strasbourg, 14-16 mai 2012 CONVENTION EUROPEENNE DU PAYSAGE 10e Réunion du Conseil

Plus en détail

Bâtiments - Infrastructures

Bâtiments - Infrastructures 93 CONCEPTEUR D OUVRAGE ET D ÉQUIPEMENT Code : INF01 Concepteur d ouvrage et d équipement FPEINF01 Il conduit ou participe à des opérations d infrastructures dans le cadre de la réalisation d opérations

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise Introduction Le logiciel de simulation d entreprise Shadow Manager représente le nec plus ultra des outils pédagogiques de simulation de gestion

Plus en détail

Stock net de capital («patrimoine»)

Stock net de capital («patrimoine») Extrait de : La mesure du capital - Manuel de l'ocde 2009 Deuxième édition Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264067752-fr Stock net de capital («patrimoine») Merci de citer ce

Plus en détail

Guide méthodologique 4

Guide méthodologique 4 N/Réf : X2 217 012 Collection Guides méthodologiques Comment réaliser un travail de recherche Guide méthodologique 4 Louis Gaudreau Conseiller en documentation Centre des médias Septembre 2007 TABLE DES

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

MARCHES PUBLICS DE TRAVAUX. Commune de Samois-sur-Seine REALISATION DE PLACES DE PARKING ET DU PARVIS DE L EGLISE.

MARCHES PUBLICS DE TRAVAUX. Commune de Samois-sur-Seine REALISATION DE PLACES DE PARKING ET DU PARVIS DE L EGLISE. MARCHES PUBLICS DE TRAVAUX Commune de Samois-sur-Seine REALISATION DE PLACES DE PARKING ET DU PARVIS DE L EGLISE Procédure adaptée Cahier des Clauses Administratives Particulières 1 Article 1 : Objet de

Plus en détail

environnementaux (SPRE)

environnementaux (SPRE) Spécificités du Mastère spécialisé (MS) «Santé environnement : enjeux pour le territoire et l entreprise», de la formation d Ingénieur de l EHESP spécialité génie sanitaire (IGS) et du Master 2 santé publique

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION

PROGRAMMES DE GESTION RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION DIRECTION GÉNÉRALE DU CYCLE PREPARATOIRE & DE L'ENSEIGNEMENT SECONDAIRE Direction de la Pédagogie & des Normes du cycle préparatoire et de l'enseignement

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/EB.AIR/WG.1/2009/8 8 juillet 2009 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE ORGANE EXÉCUTIF DE LA CONVENTION SUR LA

Plus en détail

Prise en compte du développement durable dans les marchés de voirie

Prise en compte du développement durable dans les marchés de voirie Prise en compte du développement durable dans les marchés de voirie L éco-comparateur SEVE : Outil de qualification de l apport durable des solutions techniques Julien.buisson@usirf.com erick.constensou@cg31.fr

Plus en détail

PRESENTATION GENERALE DE L INRA...

PRESENTATION GENERALE DE L INRA... Marché à procédure adaptée (MAPA) pour l assistance à maîtrise d ouvrage afin d accompagner l Inra dans la phase de lancement de l instrumentation de ses processus sur le périmètre fonctionnel de la gestion

Plus en détail

Exposé d étude : Sage 100 gestion commerciale

Exposé d étude : Sage 100 gestion commerciale Exposé d étude : Sage 100 gestion commerciale Présenté par : Demb Cheickysoul 1 INTRODUCTION Parfaitement adapté à l organisation de l entreprise par sa puissance de paramétrage, Sage 100 Gestion Commerciale

Plus en détail

INGENIERIE COLLABORATIVE, ELLE A TOUT D'UNE GRANDE...

INGENIERIE COLLABORATIVE, ELLE A TOUT D'UNE GRANDE... INGENIERIE COLLABORATIVE, ELLE A TOUT D'UNE GRANDE... Article rédigé pour les Etats généraux 2008 du MICADO, par Yannick BOUDIER. Résumé : L ingénierie collaborative est souvent prise pour un système d

Plus en détail

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca La recherche antérieure a montré que la majorité des consommateurs canadiens affichent une préférence marquée pour l achat de produits alimentaires canadiens par rapport aux produits d importation. Est-ce

Plus en détail

TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS?

TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS? TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS? INTRODUCTION Aujourd hui, dans un contexte de crises sanitaires et de concurrence internationale croissante au niveau du secteur

Plus en détail

Enéides propose, après analyse des besoins du client:

Enéides propose, après analyse des besoins du client: L énergie et le réchauffement climatique sont des enjeux majeurs du 21ème siècle. La disponibilité et le coût respectif des différentes énergies rendent nécessaire la maîtrise de nos consommations et un

Plus en détail

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Bruno Belzile Candidat au doctorat en génie mécanique, Polytechnique

Plus en détail

PVP. «Préparation à la vie professionnelle» Faculté des sciences Université de Poitiers

PVP. «Préparation à la vie professionnelle» Faculté des sciences Université de Poitiers PVP «Préparation à la vie professionnelle» Faculté des sciences Université de Poitiers Frédéric BADAWI Professeur des Universités Directeur du CIES Centre Chargé de mission 1 Projet Mise en place d un

Plus en détail

Optimiser la recherche d informations dans deux des Bases de Données internes et Accroître la productivité des analystes

Optimiser la recherche d informations dans deux des Bases de Données internes et Accroître la productivité des analystes Optimiser la recherche d informations dans deux des Bases de Données internes et Accroître la productivité des analystes Mémoire de stage Promotion 2010 Priscillia VON HOFMANN Abstract Today, the importance

Plus en détail

INITIATIVE DE LA FRANCOPHONIE POUR DES VILLES DURABLES. Efficacité énergétique et ville durable : leçons de l atelier d Abidjan

INITIATIVE DE LA FRANCOPHONIE POUR DES VILLES DURABLES. Efficacité énergétique et ville durable : leçons de l atelier d Abidjan Université d été : Bâtiments, Villes et Territoires durables face aux défis du changement climatique INITIATIVE DE LA FRANCOPHONIE POUR DES VILLES DURABLES Efficacité énergétique et ville durable : leçons

Plus en détail

Conduite de projets informatiques. Rappel. Plan de la dernière partie. Principes généraux et techniques. Eric Bourreau

Conduite de projets informatiques. Rappel. Plan de la dernière partie. Principes généraux et techniques. Eric Bourreau Conduite de projets informatiques Principes généraux et techniques Eric Bourreau 1 Rappel Définition et terminologie Le découpage d un projet L estimation des charges Les techniques de planification L

Plus en détail

2. Présentation de la comptabilité nationale

2. Présentation de la comptabilité nationale 2. Présentation de la comptabilité nationale Introduction (1) Comptabilité nationale : Système Européen des Comptes (SEC 95) => Technique de synthèse statistique représentation quantifiée de l économie

Plus en détail

PROGRAMME DE FINANCEMENT DE PLANS DIRECTEURS RÉGIONAUX DES ÉQUIPEMENTS ET TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT DES MATIÈRES ORGANIQUES ET DES RÉSIDUS ULTIMES

PROGRAMME DE FINANCEMENT DE PLANS DIRECTEURS RÉGIONAUX DES ÉQUIPEMENTS ET TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT DES MATIÈRES ORGANIQUES ET DES RÉSIDUS ULTIMES PROGRAMME DE FINANCEMENT DE PLANS DIRECTEURS RÉGIONAUX DES ÉQUIPEMENTS ET TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT DES MATIÈRES ORGANIQUES ET DES RÉSIDUS ULTIMES DANS UNE PERSPECTIVE D AUTONOMIE RÉGIONALE JANVIER 2008

Plus en détail

10.CARBON DESKTOP : RÉDUIRE SES COÛTS GRÂCE A UN SUIVI INFORMATISE DES DONNÉES DÉCHETS ET ÉNERGIE

10.CARBON DESKTOP : RÉDUIRE SES COÛTS GRÂCE A UN SUIVI INFORMATISE DES DONNÉES DÉCHETS ET ÉNERGIE ÉTUDE DE BENCHMARKING SUR LES DÉCHETS DANS LES MÉTHODOLOGIES D ACTION SUR LES COÛTS ET SUR LES 10.CARBON DESKTOP : RÉDUIRE SES COÛTS GRÂCE A UN SUIVI INFORMATISE DES DONNÉES DÉCHETS ET ÉNERGIE Type de

Plus en détail

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats Section 9 Établissement de rapports et communication des résultats 135 Établissement de rapports et communication des résultats Distribuer rapidement les résultats aux parties prenantes. Choisir le moyen

Plus en détail

Pôle de compétitivité Aerospace Valley

Pôle de compétitivité Aerospace Valley Pôle de compétitivité Aerospace Valley Performances Industrielles Formations Collectives (PIFOCO) Cahier des charges pour une offre de sessions de formation lean. N 271 Sommaire Sommaire... 2 1-Aerospace

Plus en détail

Le lycée pilote innovant de Poitiers

Le lycée pilote innovant de Poitiers Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : OCDE (1998), «Le lycée pilote innovant de Poitiers : Futuroscope - 10 ans déjà», PEB Échanges, Programme pour la construction et l'équipement

Plus en détail

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO I.1. Introduction : Le caractère stratégique de la panne, préoccupe de plus en plus les responsables de la production ayant à faire face aux équipements complexes qui ne cessent de prendre de l ampleur

Plus en détail

LA PRODUCTION CAPITALISTE DES LOGEMENTS A BRUXELLES Promotion immobilière et division sociale de l espace

LA PRODUCTION CAPITALISTE DES LOGEMENTS A BRUXELLES Promotion immobilière et division sociale de l espace LA PRODUCTION CAPITALISTE DES LOGEMENTS A BRUXELLES Promotion immobilière et division sociale de l espace ALICE ROMAINVILLE Dans le système de production de l habitat qui existe à Bruxelles, en ce début

Plus en détail

Comment préparer un appel d offres avec Presto

Comment préparer un appel d offres avec Presto Comment préparer un appel d offres avec Presto Particulièrement dans des environnements internationaux L objectif de ce document/webinar est de décrire le processus qui peut suivre un entreprise de construction

Plus en détail

Annexe 1 : Un exemple de cahier des charges

Annexe 1 : Un exemple de cahier des charges Annexe 1 : Un exemple de cahier des charges Cahier des charges pour des rencontres de sensibilisation du personnel de l'opac 38 au développement durable L'office public d'aménagement et de construction

Plus en détail

1 METHODOLOGIE BIM [BUILDING INFORMATION MODELING] Avantages & principes

1 METHODOLOGIE BIM [BUILDING INFORMATION MODELING] Avantages & principes 1 METHODOLOGIE BIM [BUILDING INFORMATION MODELING] 1.1 Avantages & principes 1.2 Process de fonctionnement BIM ESQUISSE CONCEPTION EVALUATION CONSTRUCTION GESTIONS Acquisition de données Intégration logiciel

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Bureau du vérificateur général du Canada Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Revues des pratiques effectuées au cours de l exercice 2011-2012 Juillet 2012 Revue des pratiques et audit

Plus en détail

Evelina NASONOVA. Introduction :

Evelina NASONOVA. Introduction : MEMOIRE SCHEMA DIRECTEUR DEVELOPPEMENT DURABLE POUR UNE USINE RENAULT DANS LE MONDE SOUTENU LE 21 NOVEMBRE 2006 A L ECOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSEES Evelina NASONOVA Ce travail a été réalisé au sein

Plus en détail

Charte qualité concernant la gestion des déchets de chantier du Lot 05/07/12

Charte qualité concernant la gestion des déchets de chantier du Lot 05/07/12 Charte Qualité Gestion des déchets de chantier du Lot Entre les représentants des organismes signataires de cette charte, il a été convenu et arrêté ce qui suit: Article 1 : Objectifs du partenariat :

Plus en détail

Méthode de tests MODE D EMPLOI POINTS IMPORTANTS

Méthode de tests MODE D EMPLOI POINTS IMPORTANTS Méthode de tests MODE D EMPLOI Cette première partie est destinée à ceux qui débutent en tests et permet une approche progressive et simple de la méthodologie des tests. L introduction vous aura permis

Plus en détail

BATIMAT 2015. Le BIM par Bouygues Bâtiment Habitat Social. Le BIM par Bouygues Bâtiment - Habitat Social. 3 novembre 2015

BATIMAT 2015. Le BIM par Bouygues Bâtiment Habitat Social. Le BIM par Bouygues Bâtiment - Habitat Social. 3 novembre 2015 BATIMAT 2015 Le BIM par Bouygues Bâtiment Habitat Social 3 novembre 2015 Introduction Le BIM chez Bouygues Bâtiment Île-de-France Habitat Social Avant de parler de BIM, une très rapide présentation de

Plus en détail

Obtention du marquage CE pour un dispositif médical

Obtention du marquage CE pour un dispositif médical Université de Technologie de Compiègne Obtention du marquage CE pour un dispositif médical Extraits du dossier de Validation des Acquis de l Expérience (VAE) pour l obtention du Master "Qualité et Performance

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE ÉDITION 2014 TABLE DES MATIÈRES 1. À propos du CETEQ 2. Politique de développement durable 3. Notre vision du développement durable 4. L intégration de la responsabilité

Plus en détail

Renforcement de Capacité La gestion de déchets industriels - La Promotion de l enseignement

Renforcement de Capacité La gestion de déchets industriels - La Promotion de l enseignement Des modules d une filière (Master) dans le domaine «La gestion de l environnement et des déchets industrielles» L exemple de l Allemagne Otto Schmidt En RFA, l Autriche et la Suisse allemande: Des Masters

Plus en détail

La nouvelle norme d échange IFC Le bâtiment numérique

La nouvelle norme d échange IFC Le bâtiment numérique La nouvelle norme d échange IFC Le bâtiment numérique L informatique graphique au service de l enjeu du plan bâtiment Grenelle Jean-Yves BRESSON Administrateurde Médiaconstruct, Présidentdu Club des Usageset

Plus en détail

BILAN STAGE INGENIEUR MRIE 2006.

BILAN STAGE INGENIEUR MRIE 2006. BILAN STAGE INGENIEUR MRIE 2006. Ce bilan succinct tient compte des évaluations faites par les maîtres de stage sur les étudiants et leurs formations. Ce bilan a été dressé sur 12 élèves ingénieurs (les

Plus en détail

Chapitre I. Approche de la maintenance industrielle

Chapitre I. Approche de la maintenance industrielle Chapitre I Approche de la maintenance industrielle 1 Introduction à la maintenance industrielle 1.1 Définition de la maintenance La maintenance est l'ensemble de toutes les actions techniques, administratives

Plus en détail

pratiques. Nous avons abondamment illustré l'application correcte et efficace des nombreuses pratiques en assurance qualité par des cas pratiques.

pratiques. Nous avons abondamment illustré l'application correcte et efficace des nombreuses pratiques en assurance qualité par des cas pratiques. Cet ouvrage s inscrit dans le cadre d une problématique globale portant sur l amélioration de la qualité du logiciel pour des organismes qui ont atteint un certain niveau de maturité. Il cherche à rapprocher

Plus en détail

Analyse de données électroniques et intelligence d affaires

Analyse de données électroniques et intelligence d affaires Analyse de données électroniques et intelligence d affaires Valoriser les données internes et externes 3 avril 2014 Ordre du jour UNE INTRODUCTION À L ANALYSE DE DONNÉES Analyse de données et l intelligence

Plus en détail

Réussir un projet Intranet 2.0

Réussir un projet Intranet 2.0 Frédéric Créplet Thomas Jacob Réussir un projet Intranet 2.0 Écosystème Intranet, innovation managériale, Web 2.0, systèmes d information, 2009 ISBN : 978-2-212-54345-2 Sommaire Démarche générale de l

Plus en détail

II. Modalités de mise en œuvre du CCF pour l épreuve E4 et E6 du BTS TC

II. Modalités de mise en œuvre du CCF pour l épreuve E4 et E6 du BTS TC 1. RECOMMANDATIONS pour l épreuve E4 en CCF II. Modalités de mise en œuvre du CCF pour l épreuve E4 et E6 du BTS TC E4 : Négociation technico-commerciale (coef 4) SITUATION 1 SITUATION 2 Compétences C111

Plus en détail

ANAIS LE LOGICIEL DE GESTION PRÉVISIONNELLE DE L ENTREPRISE AGRICOLE ET RURALE. Laboratoire Informatique de l ENITA de Bordeaux Tél.

ANAIS LE LOGICIEL DE GESTION PRÉVISIONNELLE DE L ENTREPRISE AGRICOLE ET RURALE. Laboratoire Informatique de l ENITA de Bordeaux Tél. LE LOGICIEL DE GESTION PRÉVISIONNELLE DE L ENTREPRISE AGRICOLE ET RURALE Laboratoire Informatique de l ENITA de Bordeaux Tél. 05 57 35 07 95 PHILOSOPHIE DU LOGICIEL - CONCEPTS DE BASE ET MECANISMES 1.

Plus en détail

GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE

GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE Institut National des Sciences Appliquées de Strasbourg GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE ETUDE DE SOLUTIONS DE RENOVATION DE BATIMENTS TRADITIONNELS EN ECOSSE Par MARIE JONNARD Tutrice

Plus en détail

Renouvellement urbain de l Arlequin

Renouvellement urbain de l Arlequin Renouvellement urbain de l Arlequin Une stratégie d aménagement urbain associant expertise habitante et professionnelle La Villeneuve de Grenoble, Ateliers populaires d urbanisme Hélène Bourgeois PFE printemps

Plus en détail

Eco-conception des ensembles bâtis et des infrastructures

Eco-conception des ensembles bâtis et des infrastructures Chaire ParisTech "Éco-Conception des ensembles bâtis et des infrastructures" En partenariat avec Eco-conception des ensembles bâtis et des infrastructures Fabien LEURENT, Bruno PEUPORTIER, Jean ROGER-ESTRADE

Plus en détail

Classification des risques Rapport d audit Rapport n o 7/14 20 novembre 2014

Classification des risques Rapport d audit Rapport n o 7/14 20 novembre 2014 Classification des risques Rapport d audit Rapport n o 7/14 20 novembre 2014 Diffusion Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef de la direction financière Premier

Plus en détail

G R E C A U Rapport sur le mémoire de thèse de doctorat ENSA de Toulouse, INSA, école doctorale MEGeP, Spécialité Génie Civil, En co-tutelle avec l'université de Laval, Québec, Canada présenté par Catherine

Plus en détail

Glossaire. Extrait de : Panorama des administrations publiques 2009. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264061675-fr

Glossaire. Extrait de : Panorama des administrations publiques 2009. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264061675-fr Extrait de : Panorama des administrations publiques 2009 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264061675-fr Glossaire Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE (2009), «Glossaire»,

Plus en détail

Achats Professionnels Responsables. Expérience Pilote

Achats Professionnels Responsables. Expérience Pilote Achats Professionnels Responsables Expérience Pilote 06.06.2014 Implenia en chiffres Nombres d employés: Chiffre d affaires: Plus de 5700 collaborateurs en Suisse 3,1 milliards CHF 4 Divisions opérationnelles:

Plus en détail

Ce que vous devez savoir au sujet des chapitres 3462 et 3463

Ce que vous devez savoir au sujet des chapitres 3462 et 3463 WWW.BDO.CA CERTIFICATION ET COMPATABILITÉ AVANTAGES SOCIAUX FUTURS Ce que vous devez savoir au sujet des chapitres 3462 et 3463 La comptabilisation des avantages sociaux futurs peut être complexe, mais

Plus en détail

CHARTE DE BONNES PRATIQUES Gestion des déchets du B.T.P. .P. en Basse-Normandie MARCHES PUBLICS PRESCRIPTIONS TYPES : TRAVAUX PUBLICS

CHARTE DE BONNES PRATIQUES Gestion des déchets du B.T.P. .P. en Basse-Normandie MARCHES PUBLICS PRESCRIPTIONS TYPES : TRAVAUX PUBLICS CHARTE DE BONNES PRATIQUES Gestion des déchets du B.T.P.P. en Basse-Normandie MARCHES PUBLICS PRESCRIPTIONS TYPES : TRAVAUX PUBLICS Commande du Maître d'ouvrage au Maître d'oeuvre Déchets de Chantiers

Plus en détail

GÉDIA AUDIT & SURVEILLANCE DES COÛTS D ENTRÉE DES ARTICLES FABRIQUÉS

GÉDIA AUDIT & SURVEILLANCE DES COÛTS D ENTRÉE DES ARTICLES FABRIQUÉS GÉDIA AUDIT & SURVEILLANCE DES COÛTS D ENTRÉE DES ARTICLES FABRIQUÉS 1. Pourquoi il est indispensable de surveiller les coûts d entrées des articles fabriqués 1.1. La règle de base de valorisation du stock

Plus en détail

Marie-Christine ROGER

Marie-Christine ROGER Réglementation thermique des bâtiments anciens : État actuel et perspectives Marie-Christine ROGER Chef du bureau de la qualité technique et de la réglementation technique de la Construction Direction

Plus en détail

BBC RT2012 Passive. Tenir compte de matériaux et procédés innovants. Recherche de performance à anticiper en amont

BBC RT2012 Passive. Tenir compte de matériaux et procédés innovants. Recherche de performance à anticiper en amont BBC RT2012 Passive Tenir compte de matériaux et procédés innovants Recherche de performance à anticiper en amont Obligations de résultats Eviter l apparition de nouveaux désordres Constat : aggravation

Plus en détail

1. Recevabilité administrative et scientifique de la demande

1. Recevabilité administrative et scientifique de la demande PROCEDURE DE VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE pour l obtention d un Doctorat à l Université SHS Lille 3, au sein de l Ecole doctorale SHS Lille Nord de France (adoptée au Conseil Scientifique du10

Plus en détail

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION APERÇU La compétence de communication englobe l ensemble des aptitudes

Plus en détail

Mon Master à l ESTIM

Mon Master à l ESTIM Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique L Ecole Supérieure des Technologies d Informatique et de Management Mon Master à l ESTIM Livret des études «A l ESTIM Business School

Plus en détail

Programme de l atelier Cadre bâti sain

Programme de l atelier Cadre bâti sain Programme de l atelier Cadre bâti sain Ce document est destiné à servir de modèle pour un atelier s adressant aux professionnels de la santé environnementale. Cet atelier nécessite un animateur et un conférencier.

Plus en détail

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits 2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits L interprétation des cotes attribuées dans le cadre des évaluations des risques relatifs aux produits décrite plus loin repose

Plus en détail

Profil professionnel. Section : Bachelier en construction

Profil professionnel. Section : Bachelier en construction Section : Page 1/6 1. Introduction L enseignement de la Haute Ecole Louvain en Hainaut donne la place centrale à l étudiant. Celui-ci trouvera durant ses études de nombreuses occasions qui, d une part

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

Licence professionnelle Conducteur de travaux en maison individuelle

Licence professionnelle Conducteur de travaux en maison individuelle Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Conducteur de travaux en maison individuelle Université Jean Monnet Saint-Etienne UJM Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations

Plus en détail

DÉPLOIEMENT DES PARTIES 3 ET 4 DE LA NORME ISO 26262

DÉPLOIEMENT DES PARTIES 3 ET 4 DE LA NORME ISO 26262 DÉPLOIEMENT DES PARTIES 3 ET 4 DE LA NORME ISO 26262 3 e année du cycle ingénieur «Qualité et Sûreté de Fonctionnement des Systèmes» Soutenu par : Simon RENAULT Tuteur entreprise : M. Alexandre GUILLEMIN

Plus en détail

European Aviation Safety Agency: Ottoplatz 1, D-50679 Cologne, Germany - easa.europa.eu

European Aviation Safety Agency: Ottoplatz 1, D-50679 Cologne, Germany - easa.europa.eu Opinion 06/2008 Description: Language: [FR]-Opinion 06/2008 - Explanatory Note French Opinion number: 06/2008 Related regulation(s): Commission Regulation (EC) No 1194/2009; Commission Regulation (EU)

Plus en détail

LE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL

LE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL Fiche n 10 ECO-Guide MÉTIERS DE L IMPRIMERIE LE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL Pour faire de l environnement une seconde nature Dans cette fiche sont présentés les objectifs du management environnemental ainsi

Plus en détail

Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT

Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT SESSION 2009 SOMMAIRE I.Introduction 1 Pages II. Présentation de l entreprise 2 III. l organigramme de la société 3 IV. Description d un thème comptable

Plus en détail

Ce système utilisé par le Forestier en Chef permet une multitude d applications autres que le calcul de la possibilité forestière.

Ce système utilisé par le Forestier en Chef permet une multitude d applications autres que le calcul de la possibilité forestière. FORMATION DE BASE WOODSTOCK 1. MISE EN CONTEXTE Le régime forestier est en profond changement. Les ingénieurs forestiers et autres professionnels impliqués dans la gestion forestière doivent composer avec

Plus en détail

Conservatoire National des Arts et Métiers

Conservatoire National des Arts et Métiers Conservatoire National des Arts et Métiers Règlement de délivrance du diplôme d ingénieur En formation continue hors temps de travail Vu la loi du 10 juillet 1934 relative au titre d ingénieur diplômé,

Plus en détail

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e Les objectifs pédagogiques Savoir délimiter les trois phases distinctes de la recherche Savoir identifier, pour chacune des trois

Plus en détail

JECO. journée des éco-entreprises. L éco-conception expliquée. Présentation de l événement ATELIER AT02

JECO. journée des éco-entreprises. L éco-conception expliquée. Présentation de l événement ATELIER AT02 JECO ATELIER AT02 L éco-conception expliquée journée des éco-entreprises Présentation de l événement PRESENTATION Définition et principes de l écoconception (Stéphanie CAPDEVILLE - EcoConcevoir) Définition

Plus en détail

Domaines clés d expertise

Domaines clés d expertise Domaines clés d expertise Évaluation de l'impact sur l'environnement Évaluation de site Échantillonnage environnemental et travail analytique Durabilité Communications et gestion des liaisons avec des

Plus en détail

Concours interne de l agrégation du second degré. Section économie et gestion. Programme de la session 2013

Concours interne de l agrégation du second degré. Section économie et gestion. Programme de la session 2013 Concours interne de l agrégation du second degré Concours interne d accès à l échelle de rémunération des professeurs agrégés dans les établissements d enseignement privés sous contrat du second degré

Plus en détail

PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1. Mr ABBOUDI MED

PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1. Mr ABBOUDI MED PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1 Mr ABBOUDI MED Presentations des etats financiers 1 Objectifs et composants 2 Principe de préparations des E F 3 Principe d identifications des E F 4 Période couverte

Plus en détail

Information géographique: mode d'emploi!

Information géographique: mode d'emploi! Information géographique: mode d'emploi! " Comment décrire et documenter ses données? " Journées d animation CIGAL ~ 19 avril 2012 Maison de la Région Alsace Strasbourg Amphithéâtre Rez-de-chaussée Qu

Plus en détail

COMPLETE RECYCLING OF CONCRETE. Socio economic and environmental analysis

COMPLETE RECYCLING OF CONCRETE. Socio economic and environmental analysis DIFFERENT INDUSTRIAL WAYS OF PRODUCTION OF NATURAL AND RECYCLED AGGREGATES IN NORTH-PAS DE CALAIS REGION. Socio economic and environmental analysis Prof. F. Buyle-Bodin (1), Prof. O. Blanpain (2) and Prof.

Plus en détail

Charte environnement. Nos engagements pour une industrie respectueuse de son environnement naturel et social

Charte environnement. Nos engagements pour une industrie respectueuse de son environnement naturel et social Charte environnement Nos engagements pour une industrie respectueuse de son environnement naturel et social Située à coté d un site naturel sensible, avec le recyclage au cœur de l histoire et de l activité

Plus en détail

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE Cette note technique a été publiée par le Secrétariat international de l ITIE en collaboration avec GIZ (Coopération internationale allemande). L'objectif de cette note est de prodiguer des conseils aux

Plus en détail

«Les plans de prévention : quel minimum commun y intégrer pour être efficace?»

«Les plans de prévention : quel minimum commun y intégrer pour être efficace?» «Les plans de prévention : quel minimum commun y intégrer pour être efficace?» Synthèse des réunions d échanges d expérience 20 et 27 juin 2013 Ordre du jour: 14h00 : Accueil des participants 14h15 : Présentation

Plus en détail

Les investissements en logiciels en Italie : méthodologie et estimations pour les années 1990-94. Ludovico Bracci Susanna Mantegazza

Les investissements en logiciels en Italie : méthodologie et estimations pour les années 1990-94. Ludovico Bracci Susanna Mantegazza Les investissements en logiciels en Italie : méthodologie et estimations pour les années 1990-94 Ludovico Bracci Susanna Mantegazza ISTAT Département des comptes nationaux et de l analyse économique 1.

Plus en détail

Introduction à la maintenance

Introduction à la maintenance 1/- Introduction : Le maintien des équipements de production est un enjeu clé pour la productivité des usines aussi bien que pour la qualité des produits. C est un défi industriel impliquant la remise

Plus en détail