HORS SERIE N 1. OBERKAMPF et ses Manufactures Jouy-en-Josas et Corbeil-Essonnes

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "HORS SERIE N 1. OBERKAMPF et ses Manufactures Jouy-en-Josas et Corbeil-Essonnes 1760-1894"

Transcription

1 Les Cahiers Historiques de Jouy -en- Josas HORS SERIE N OBERKAMPF et ses Manufactures Jouy-en-Josas et Corbeil-Essonnes Cahiers édités par le Groupe de Recherches Historiques de Jouy-en-Josas

2

3 Jacques BASSOT (Jouy-en-Josas/Corbeil-Essonnes) JOUY-en-JOSAS 2006

4 2

5 fondateur et animateur pendant plus de trente ans du Groupe de Recherches Historiques de Jouy In memoriam en particulier à Jeanine Jung, Karine et Radu Crainic et Claude Dupuy, président de «Mémoire et Patrimoine vivant» de Corbeil-Essonnes 3

6 4

7 Préliminaire Un protectionnisme mal tempéré Les projets ambitieux du Roi Soleil, guerres de conquête, construction de Versailles, exigeaient des finances saines et une économie dynamique. Ce fut la tâche qu il confia à Colbert. Celui-ci rénova le système fiscal et entreprit de soutenir et de développer les industries nationales. Mais quand la concurrence de l étranger met en péril cette politique, il est tentant, en augmentant les droits de douanes, de ralentir toute importation de produits dont nos artisans ou entrepreneurs ont du mal à vendre l équivalent. Finalement, en désespoir de cause, on interdit. Ce fut le cas des «indiennes», toiles dites «peintes» importées surtout des Indes, dont les consommateurs français appréciaient la qualité et l originalité 1. Les artisans drapiers normands et les soyeux de Lyon réclamèrent un protectionnisme absolu. Le 26 octobre 1686 un arrêt du Conseil d Etat, initié par le successeur de Colbert, Lepelletier, bloqua l introduction des toiles de coton peintes, et interdit la fabrication de leur imitation, mais on permettait encore l importation des toiles blanches, en augmentant les droits de douanes. Enfin en février 1691, leur entrée en France fut à leur tour interdite 2. L application de ces arrêts fut rigoureuse et maladroite : certains ont noté que les agents des douanes, pour empêcher la contrebande, arrachaient du corps des femmes, en pleine rue, les vêtements fabriqués avec ces tissus 3. Pendant les 73 ans de prohibition, pas moins de 80 arrêts et 2 édits royaux tentèrent d enrayer cette invasion de l indienne 4. En fait ces réglementations ne firent que développer le goût pour la toile peinte. Des familiers de la Cour n hésitaient pas à créer quelques ateliers clandestins. Le Duc de Bourbon en installa un derrière les murs du château de Chantilly pour son usage personnel, et la Duchesse du Maine en patronnait un autre à l Arsenal, à Paris, dans des «enclos privilégiés» où les commis des impôts ne pouvaient exercer leur contrôle. D autre part rappelons qu un an plus tôt, le 18 octobre 1685, la révocation de l Edit de Nantes avait contraint à l exil, en Suisse, en Allemagne, et en Angleterre un grand nombre de protestants, ouvriers et techniciens du textile. La France se privait ainsi de multiples compétences. Par l effet conjugué de ces deux mesures, de 1685 et 1686, non seulement on interdisait de fabriquer, mais on allait en perdre le savoir faire. A la longue cette situation n était pas tenable. La rigueur de la loi se retourna contre la loi. On ferma les yeux, on toléra les manquements, puis on autorisa de nouveau l importation des toiles peintes en les soumettant à des droits de douane élevés, puis enfin par Lettres patentes, le 5 septembre 1759, l autorisation générale d imprimer sur tissus en France fut accordée. Nombre de manufactures virent le jour alors, mais beaucoup, faute de compétences ou de capitaux, ne vécurent que peu de temps. A l Arsenal, par exemple, la qualité de la production était faible. On fit donc appel aux «spécialistes», d Allemagne, de Suisse ou de Mulhouse. C est ainsi qu on recruta Christophe Philippe Oberkampf, coloriste et graveur, comme chef de fabrication. 1 Evoquons simplement le Bourgeois gentilhomme de Molière : «Je me suis fait faire cette indienne (il parle de sa nouvelle robe de chambre). Mon tailleur m a dit que les gens de qualité étaient comme cela le matin» (Acte 1, scène ) 2 J. Bredif, [10] p 17 3 Mémorial, [18] p. 7 4 Un arrêt de 1717 condamnait aux galères tout individu convaincu d avoir introduit en France des Indiennes, et même tout individu ayant donné asile à un fraudeur. En 1727, l inspecteur des manufactures de Champagne : «Toutes les femmes en portent, depuis les femmes des juges jusqu aux domestiques et même les enfants. J en ai fait l observation aux subdélégués de ces villes (Provins et Sens), on m a répondu qu il n avait pas la vue bonne, et qu il n en voyait rien et qu il fallait que je fisse de même.» (Verley, [7],p 29 ou S. Chassagne, [1] p 22. 5

8 6

9 Chapitre premier : Naissance d une entreprise Un jeune immigré audacieux Christophe Philippe Oberkampf était né le 11 juin 1738, dans une famille de teinturiers, établie dans le Wurtemberg. Son frère Frédéric vit le jour deux ans après. Il se mit très vite au travail au sein de l entreprise familiale, apprit les différents métiers de la profession et avec son père, parfois même contre son avis, séjourna dans les entreprises similaires de la région : à Aarau, en Suisse, dans l entreprise familiale du canton d Argovie, puis à Mulhouse. Il avait le goût d apprendre et de comprendre, et s ingéniait en tout à atteindre l excellence. On appréciait ce jeune homme. Tavannes, Suisse du roi au Contrôle général des finances 5, avait fondé à Paris une petite entreprise sur les bords de la rivière des Gobelins (autre nom pour désigner la Bièvre). Il proposa donc à Oberkampf une association, pour en assurer la direction technique. Nous sommes le 2 janvier 1760, Christophe Philippe a 22 ans et demi. Mais les locaux parisiens ne sont pas satisfaisants. Il faut davantage d espace et beaucoup d eau. En remontant le cours de la Bièvre et en se rapprochant de Versailles, Oberkampf, son frère, et son actionnaire, choisissent finalement le site de Jouy-en-Josas, petit village qui compte à peine 450 habitants. Tout est à créer. Les deux frères s installent à la maison du Pont de pierre, d où sortit, au 1 er mai, la première toile imprimée de Jouy. Très vite les demandes des clients dépassent les possibilités de fabrication. Et pourtant en deux ans, 1760 et 1761, ils imprimèrent mètres de toiles 6. Au début et à la fin de chaque pièce, il y a le «chef de pièce», qui mentionne le nom du fabricant et le lieu de fabrication. Il est précisé aussi «bon teint», c est-à-dire «résiste au lavage et à la lumière» 7. Mais pour permettre son extension il fallait assurer la solidité financière de l entreprise, s entourer de personnel qualifié, et bâtir les locaux nécessaires à une production plus importante. Grâce à l aide de son père, Christophe Philippe obtint la venue de François Bossert, en septembre 1760, âgé de 21 ans qui était graveur sur bois. Il fut constamment un fidèle collaborateur de son patron. Trois ans plus tard, se joignit à eux Louis Rordorf, de Zurich, dessinateur. Avec les deux frères Oberkampf, ils constituèrent le premier état-major de la Manufacture (moyenne d âge en 1764 : 24 ans!) 8 On loua d abord quelques maisons à proximité de la grande rue de Jouy, puis on acheta des terrains pour y construire un hangar provisoire, là où plus tard Oberkampf implanta sa propre maison. Comme le terrain était marécageux, il fallait partout consolider les constructions à étage par un usage général de pilotis, ce qui entraîna des retards et des coûts supplémentaires. On réalisa d autres achats de terrains ou de maisons, parfois difficilement, car chaque vendeur, y compris M. de Beuvron et son épouse, devenait de plus en plus gourmand à la vue des résultats de l entreprise et des espérances que chacun y mettait. La maison d Oberkampf ne fut construite qu en 1766, quand l essentiel des bâtiments pour la fabrication fut achevé. Ainsi progressivement intégré, Oberkampf, d origine allemande et 5 C est l ancêtre de notre ministère de l économie et des finances, et qui comprenait aussi le commerce, l industrie, les ponts et chaussées 6 Soit en pièces et en pièces. A Aarau, on fabriquait 400 pièces par an. 7 Dans la grande famille des teinturiers, Colbert avait organisé deux corporations différentes : celle du grand et bon teint, et celle du petit teint. (Instruction du 18 mars 1671) 8 L âge de la majorité légale est alors de 25 ans. 7

10 de confession protestante, obtint sa naturalisation en Son entreprise reçut le titre de Manufacture royale 9, en Il fut même anobli comme écuyer en mars Ces achats successifs rendaient urgente la maîtrise de l eau dans la manufacture. Il fallut redresser le cours de la Bièvre qui serpentait dans la prairie, doubler le fond et les cotés du lit de la rivière en planches de chêne recouvertes d argile 11. Cette opération fut recommencée plus tard en Quand la manufacture trouva sa surface définitive, chaque jour plusieurs ouvriers spécialisés étaient chargés de nettoyer la rivière 12. A la recherche de capitaux Depuis son arrivée à Paris, Oberkampf s était constitué un maigre pécule. Comment satisfaire alors ses ambitions sans argent frais pour investir? L abolition de l interdiction des indiennes avait suscité des projets chez ceux qui voyaient là un moyen rapide de gagner de l argent. Tavannes est le premier à proposer à Oberkampf une association Mais les fonds disponibles sont bientôt insuffisants. Oberkampf entra alors en relation avec Alexandre Sarrazin de Maraise, avocat au parlement de Grenoble. Il avait des capitaux disponibles, et ainsi commença une collaboration de plus de 26 ans. Le 29 janvier 1764 de Maraise se chargea seul et à ses risques du commerce de l entreprise, qui fonctionna sur son crédit et sa signature, sous la raison «Sarrasin Demaraise Oberkampf et Cie». Il se maria en 1769 avec Mlle Darcel, qui se lia d amitié avec Oberkampf et dont les compétences comptables et commerciales apportèrent beaucoup à l entreprise. Ce contrat d association était signé pour une durée de six ans, et fut renouvelé à plusieurs reprises, jusqu en 1789, quand Oberkampf, avec beaucoup de regret, mit en avant son souci de léguer à ses héritiers la totalité de la manufacture. Beaucoup d entre eux travaillaient déjà à Jouy ou à Essonnes. Cette décision attrista de Maraise et son épouse, mais finalement ils comprirent la démarche de leur associé, qui devint donc le seul propriétaire de la Manufacture. Le dernier inventaire du 31 décembre 1789 donne à chacun des deux associés un capital de livres. Les constructions de la manufacture avaient représenté une dépense de livres 13. Les succès commerciaux permettaient d envisager l avenir avec optimisme. Grâce à l aisance financière ainsi confirmée, les investissements furent engagés avec prudence, mais sans peur 14. On se contenta au départ de locations de maisons avoisinantes, puis de l achat de bâtiments, de terrains. Enfin on construisit différents ateliers mieux adaptés, toujours avec le souci de maîtriser les modalités de fabrication. Ainsi on eut plusieurs configurations de la Manufacture, selon l agrandissement des surfaces disponibles, et l évolution des techniques. L édification d un bâtiment plus vaste regroupait plusieurs ateliers jusqu alors dispersés. Le Mémorial 15 garde le souvenir des efforts pour les déménager sans trop gêner l activité. Même dans les périodes difficiles, il était possible d acheter des toiles blanches, par exemple en 1791, à Lorient, en prévision de jours meilleurs 16. Un des investissements importants fut l acquisition en 1769 de la manufacture de Corbeil, dite de l Indienne, par Oberkampf pour y établir son frère Frédéric. Sans entrer dans le détail, citons aussi l achat d une maison à Versailles, en 1790, ainsi que des locaux à Paris, pour y installer les bureaux de Mme de Maraise. 9 Ce titre, distribué avec une certaine générosité, donne droit à des monopoles, des tarifs protecteurs, des avances et prêts avec ou sans intérêts et surtout d échapper aux contrôles et aux règlements des corps des métiers, avec exemption, pour les ouvriers, du tirage au sort des milices. Même le portier peut porter la livrée aux couleurs du roi (bleu, blanc, rouge). Voir l annexe Voir l annexe 7 11 Mémorial, [18] p Mémorial, [18] p Mémorial, [18] p On est au début de la Révolution 15 Voir le Mémorial, [18] p G. Widmer parle d un «grand remue-ménage». 16 Mémorial, [18] p.130 8

11 Il fallait aussi financer les déplacements en France 17 ou à l étranger 18, pour vendre mais surtout pour acheter, à Rouen, à Lyon, à Lorient ou à Londres, les meilleures toiles. Christophe Philippe voyageait habituellement accompagné de son domestique. Il s adjoignait aussi des collaborateurs à qui il confiait de grandes responsabilités, pour négocier au mieux, suivant les opportunités du marché, en particulier selon le trafic des bateaux venant des Indes. Les correspondances qu échangeait Oberkampf avec ses collaborateurs et avec Mme de Maraise sont des documents très significatifs de ces activités commerciales. Les décisions finales étaient souvent du ressort d Oberkampf lui-même, mais les délais postaux obligeaient ceux qui étaient sur place à faire preuve de beaucoup d initiatives, en particulier dans l appréciation des marchandises. Comme l écrit le Mémorial, Oberkampf n aimait pas spéculer, mais il aimait placer au soleil, en achetant des biens fonds 19. Le tableau de la page 59 (Annexe 8) donne, d après le Mémorial, la liste des terrains, bâtiments, et maisons achetés par Oberkampf, d après l inventaire de On donne la valeur à la date d inventaire et non à la date d achat, donc en Franc. 17 Voir l annexe 4 18 Par exemple, le voyage des frères Widmer en Angleterre en 1810 a coûté 9.991,45 francs. Mémorial [18] p Mémorial, [18] p

12 Fig. 1 - TECHNOLOGIE DE FABRICATION DES TOILES DE JOUY 1 BLANCHISSAGE (LESSIVAGE) Stockage des toiles blanches BLANCHISSAGE: retirer l'apprêt et blanchir la toile au chlore (acide muriatique) 2 BATTAGE BATTAGE au fléau, puis à la machine (batteries): pièces trempées, pliées en bottes, puis «battues» pour assouplir la toile Séchage 3 GRILLAGE GRILLAGE du duvet pour améliorer l état de la surface Lavage, puis séchage 4 ENGALLAGE Séchage à l étuve, puis lavage, rinçage ENGALLAGE : bain de «noix de Galle» pour favoriser ensuite la décomposition complète des «mordants» 5 CALANDRAGE A FROID CALANDRAGE : la toile est écrasée par compression avec des rouleaux pour impression plus nette 6 IMPRESSION DES «MORDANTS» Tâches de l imprimeur et du tireur IMPRESSION DES MORDANTS* pour fixer la couleur au garançage *composition à base de sels de fer ou d aluminium ou d alun et gomme du Sénégal (épaississant) + ajout de bois de Brésil (pour coloration du mordant afin de faciliter le repérage lors de l impression) IMPRESSION DES TRAITS DE CONTOUR 1 er BOUSAGE GARANÇAGE (TEINTURE A CHAUD) Séchage à l étuve puis rinçage pour retirer l âcreté des sels mordants Lavage puis battage et séchage 1 ère IMPRESSION : impression du trait de contour** en rouge ou en noir **impression au moule, à la planche de cuivre ou au rouleau de cuivre 1 er BOUSAGE : bain de bouse de vache + eau chaude pour dissoudre la gomme et l amidon qui ont donné à la couleur sa consistance (éliminer les épaississants) GARANÇAGE : bain de teinture de racines de Garance à ébullition ayant rôle de révélateur des parties mordancées, qui prennent la couleur désirée (rouge, rose, mauve, marron et noir); avive, nuance et fixe les couleurs 10 BAIN DE SON BOUILLANT BAIN DE SON à ébullition, permet de retirer les teintes rougeâtres hors des surface mordancées 11 BLANCHIMENT SUR PRE BLANCHIMENT SUR PRE pour finir de retirer les teintes rougeâtres hors des zones mordancées, grâce à l action du soleil et de la lune 12 2 ème BOUSAGE 2 ème BOUSAGE pour décrasser et aviver les couleurs Lavage, puis séchage 13 IMPRESSION DES COULEURS DE RENTRAGE ENTRAGE Séchage 2 ème IMPRESSION, à l intérieur du trait de contour, fait par rentreur (ou rentreuse), en utilisant un BLOC par couleur (bleu, jaune etc); s utilise uniquement pour impression au moule 14 PINCEAUTAGE PINCEAUTAGE : retouches et compléments (ajout de couleurs) au pinceau à la main; exécuté par les «pinceauteuses» 15 CALANDRAGE A CHAUD Tampon «BON TEINT» CALANDRAGE A CHAUD = lustrage ou glaçage effectué par deux rouleaux (en feuilles de papier) en enduisant le tissu avec de la cire et de l amidon; pour les tissu plus fins (ex. robes) le glaçage était fait avec de la bille d agate ou de cristal AULNAGE* > PRESSAGE > EMBALLAGE > EXPEDITION *(mesure) 10

13 LES TRAVAUX DE LA MANUFACTURE dessins de J. B. HUET, toile de Jouy, Musée de la Toile de Jouy Fig. 2 Le BATTAGE Fig. 3 LISSOIR ET CALANDRE LISSOIR ET CALANDRE Fig. 4 LES PINCEAUTEUSES 11

14 Ingénieur avant la lettre. Oberkampf s intéressait avant tout aux techniques de fabrication. Il ne pouvait se contenter de copier ce qui se faisait ailleurs et qu il avait observé avec soin. Il fallait être le meilleur, et donc sans cesse améliorer la qualité du produit et la quantité mise en vente. Une précision de vocabulaire permettra de mieux comprendre le pari d Oberkampf et de tous ses concurrents. Le mot «indienne» désigne soit les toiles peintes, souvent originaires des Indes et dont la qualité ravissait les riches amateurs d Europe, soit les toiles imprimées, surtout celles dites «bon teint», qui pouvaient rivaliser avec les premières mais étaient accessibles à une clientèle beaucoup plus nombreuse. Il s agissait donc d adapter et de développer les techniques d impression des Indes en France. Décrivons de façon simple le cycle de fabrication, qui, dans le meilleur des cas, prenait au moins quatre mois 20. On peut distinguer trois opérations : - La toile était un support qu il fallait préparer o Certes les meilleures toiles de coton blanc venaient des Indes. Mais au début on en achetait aussi en France ou en Suisse. Le père d Oberkampf servait souvent d intermédiaire. o Il fallait les lessiver et les battre pour éliminer les substance introduites lors des opérations de filature et de tissage (graisse, huile, etc). Ces opérations se faisaient grâce à l eau de la Bièvre. o On éliminait le duvet de surface par le grillage. Puis on les plongeait dans un bain de décoction selon les couleurs qu on voulait obtenir. o Enfin pour lisser la toile, on la passait entre deux rouleaux qui tournaient en sens inverse, la calandre. - Le dessin. o Pendant ce temps on choisissait les sujets que l on voulait imprimer. Oberkampf s impliqua, tout au long de sa vie, dans ces choix. Il y avait quelques dessinateurs à Jouy, qui s inspiraient des thèmes les plus variés : arbustes et feuillages stylisés, personnages de la mythologie, de l histoire ou des fables. Mais il fit aussi appel à des artistes réputés, dont le plus célèbre fut Jean-Baptiste Huet. Celui-ci dessina entre autres «les travaux de la manufacture», source précieuse d information sur la vie de l entreprise. o On gravait ces dessins en relief sur des planches de bois (une par couleur), et très vite on utilisa aussi des plaques de cuivre, en creux, qui apportaient plus de finesse et permettaient des effets d ombre. Plus tard enfin on utilisa des rouleaux de cuivre afin d atteindre une plus grande rapidité d exécution. Dessinateurs et graveurs étaient l aristocratie de la manufacture. - Les couleurs. o Pour les couleurs, on utilisait des produits végétaux : la garance, qu on essaya de cultiver dans une ferme de Jouy, la Chaudronnerie, mais qui venait en fait d Alsace ou d Avignon, et qui donnait le «vrai rouge» ; l indigo, qui donnait le bleu etc. Parfois la superposition de couleurs était nécessaire pour obtenir des nuances plus variées. o Pour rester toujours dans le «bon teint», qui résiste au lavage et à la lumière, il fallait, avant l application des couleurs, imprimer des mordants (sel de fer ou d alumine), qui comprenaient des épaississants, avec les plaques déjà gravées. Les 20 Voir page 10 (Fig. 1) 12

15 mordants ne teignaient pas mais préparaient la toile. Et de la bonne consistance du mordant dépendait la netteté du dessin imprimé. Puis on dissolvait les épaississants, en trempant la toile dans un mélange de bouse de vache et d eau tiède. Les toiles étaient ensuite, de nouveau, lavées et battues, et passées dans un bain de garance pour révéler les couleurs allant du brun au rose et du gris au violet et au noir. Pour les autres couleurs, on utilisait d autres bains, qui servaient de révélateur. o Enfin on procédait au blanchiment des toiles, par une alternance de bain et de séchage dans les prés. On travaillait donc en partie en plein air, dépendant ainsi des conditions météorologiques. Le site de Jouy avait été choisi aussi en fonction de nombreuses sources qui s écoulaient dans la prairie, qu Oberkampf avait canalisées pour distribuer l eau dans les différents bâtiments. - Tout cela, on le devine, supposait une manutention importante, entre les ateliers spécialisés et l étendage des toiles. La disposition des bâtiments visait à réduire le temps de ces transferts. Si Oberkampf laissait aux architectes le soin de construire les bâtiments, il leur fixait un plan de masse et un cahier des charges sévère. - Les toiles imprimées devaient finalement être mesurées (en aunes, puis plus tard en mètres), pliées ou roulées, rangées, stockées, pour être enfin expédiées aux clients. Oberkampf avait inculqué ce principe à ses collaborateurs :. C était là la clef du succès commercial. Quelles sont donc les nouveautés et les améliorations que les techniciens de Jouy apportèrent ensemble à ces procédés de fabrication? Signalons seulement les plus importantes, entre 1765 et Le battage : pour laver les toiles, on les battait sur la Bièvre au fléau. On fabriqua ensuite deux roues qui faisaient tourner deux plates-formes circulaires et mouvaient deux larges battoirs. Cette machine, fort bruyante, reçut le nom de batterie. - Le lavage : un nouveau système permit de faire dégorger et de rincer les toiles revenant de la prairie en les faisant passer dans des séries de laminoirs. - L impression à la planche de bois fut complétée bientôt par l impression à la planche de cuivre. Mais la grande novation fut, en 1797, l impression au rouleau de cuivre. Les essais avaient duré une dizaine d années. Outre sa grande précision, le rouleau de cuivre permettait d imprimer facilement mètres de toile par jour, ce qui représentait le travail moyen de 42 imprimeurs au bloc. Au début cette machine ne fonctionnait qu à l aide d une roue à volant, mue péniblement à bras 22. On établit très vite un manège couvert dans lequel un cheval communiquait un mouvement plus rapide et plus régulier. Cette machine était si bruyante qu on l appela le «bastringue» 23. On continua cependant à utiliser les trois modes d impression simultanément. - Le calandrage : au lieu d une calandre en bois, on construisit, également en 1797, une calandre en papier. On enfilait et comprimait, dans l axe du cylindre, 3600 feuilles circulaires, taillées dans du papier spécial fabriqué par Didot, à Essonnes. La 21 Voir aussi Mémorial, [18] p.294. Rapport du jury de l exposition des produits de l industrie française, en 1810, qui ajoute, à la gloire de Samuel Widmer, la mise au point d un «grand appareil qui sert à l application de la vapeur d eau à tous les procédés de teinture». 22 Mémorial, [18] p Ce nom, alors nouveau, était donné aux endroits où l on dansait. Il aurait été donné à la machine par les ouvriers, «parce qu on leur donnait du vin quand ils y allaient». S. Chassagne, [1] p

16 surface du papier devenait aussi lisse que la tranche d un livre et aussi dure que du bois sans être sujette à se fendre. - La gravure à la main était longue et très difficile. En 1800 Samuel Widmer mit au point une machine à graver, qui accomplissait en une semaine le travail auquel un habile artiste aurait consacré plus de six mois. Cette machine concerna d abord les rouleaux de cuivre, puis sera adaptée en 1803 pour la gravure des planches de cuivre. - Le chauffage des cuves : Widmer installa une marmite «autoclave», dont il utilisa la vapeur d eau au chauffage des huit grandes cuves pour la teinture. D où une économie importante de combustible et une plus grande facilité de régulation Le laboratoire de chimie : Oberkampf avait envoyé Samuel Widmer, son neveu, suivre des cours de physique et de chimie à Paris, en particulier les cours du grand savant Berthollet. Quand il agrandit ses locaux, il installa un laboratoire de chimie à Jouy, et en 1810, il invita Gay-Lussac à donner des cours de chimie à Jouy auxquels les dames de la famille assistaient volontiers. Il avait plaisir à discuter sur les colorants, à faciliter les expérimentations des chimistes. Ce qui aboutit, entre autres, à l invention par Samuel Widmer du vert solide, qui permettait d obtenir cette couleur en une seule application. - C est aussi grâce à Berthollet qu on utilisa de façon industrielle le blanchissage au chlore, ce qui économisa beaucoup de temps. De nombreux clients venaient souvent de Versailles à Jouy par simple curiosité ou pour choisir les toiles qu ils désiraient acheter : la reine Marie-Antoinette, le Nonce du pape Clément XIV, l Ambassadeur de Perse. Mais il y eut aussi Couthon, le révolutionnaire. Et plus tard Napoléon y vint deux fois, avec successivement les deux impératrices. Ils venaient tous pour admirer la beauté des toiles imprimées et l ingéniosité des techniques mises en œuvre. 24 H. Clouzot, [15] p

17 Chapitre deuxième : Une entreprise dans la cité On ne saurait exagérer l importance du rôle personnel d Oberkampf dans la création et le développement de la Manufacture. Mais il ne fut jamais seul. Ses premiers collaborateurs furent des compagnons venus d Allemagne ou de Suisse, et à son apogée, l entreprise, à Jouy et à Corbeil, compta plus de 1300 salariés, dont nous avons un relevé détaillé pour l année Les acteurs Le personnel 25 On procéda essentiellement à un recrutement local, d origine rurale, sans qualification particulière : plus de la moitié des salariés habitait Jouy-en-Josas, les autres dans les environs. Mais au départ les «spécialistes» venaient de Paris, de province ou de l étranger, en attendant qu ils forment sur place, à l ensemble des emplois, les personnes les plus aptes. On peut classer le personnel en différentes catégories: - Au sommet, ceux qu on pourrait appeler les artistes, dessinateurs et graveurs, dont dépendait l agrément des toiles. Ils étaient associés aux imprimeurs et aux coloristes. Ce sont eux qui rendirent célèbres les toiles de Jouy par le choix des sujets et la qualité de la reproduction, en fonction des modes et de l actualité. L ensemble pouvait représenter 18 à 20 % du personnel. - A la base, ceux qui manutentionnaient les toiles, depuis le stockage des achats jusqu aux expéditions chez les clients, en passant par l étendage sur les prés, auneurs ou brouetteurs, et sans oublier les gamins 26, souvent fils de salariés, qui «épinglaient» les toiles dans les près pour les empêcher de s envoler Ces gamins, y compris les aides aux teinturiers, représentaient plus de 5% du personnel. Certains, les «alloués», avaient une sorte de contrat d apprentissage 27 d une durée de huit années et pouvaient ainsi acquérir de fortes compétences. - Les femmes, couturières, picoteuses 28 et pinceauteuses, 29 n occupent que des emplois subalternes. Elles représentaient 47 % du personnel. Une seule accéda à l emploi de dessinatrice, Mlle Jouanon, remarquable peintre de fleurs 30. N oublions pas la collaboratrice très proche d Oberkampf, Mme de Maraise, mais c était une «associée» et non une salariée. - D autres services méritent une place à part : o Le service entretien (menuisiers, serruriers voituriers, etc) représentait à peine 2% de l effectif. o Les employés proprement dits, chargés des écritures, n étaient que Malgré son titre volontairement ambigu et provocateur, le livre de Dewerpe et Gaulupeau [17] «La fabrique des prolétaires» est une source inestimable d informations 26 Ce n est qu en 1841, à l initiative du patronat mulhousien, que fut interdit le travail des enfants de moins de 8 ans dans les manufactures 27 Voir l annexe 5, page Le picotage consistait à remplir les intervalles de la gravure de pointes de fil de laiton, plantées dans le bois à l aide d un poinçon, comme les brins d une brosse. Cela donnait l impression d un fond sablé. Certaines picoteuses travaillaient à domicile (Mémorial, [18] p.45) 29 Les pinceauteuses accomplissaient des travaux de finition sur les toiles avec des pinceaux qu elles fabriquaient avec leurs cheveux 30 Mémorial, [18] p.67 15

18 o Le service comptabilité était le domaine de Mme de Maraise et le service juridique celui de son mari. Mais ils demeuraient tous les deux à Paris. - Enfin l encadrement proprement dit, commis ou contremaîtres, comprenait environ quinze personnes. Oberkampf embaucha également une trentaine de Suisses, dont la qualification permit le démarrage de l entreprise. Certains avaient travaillé avec lui à l Arsenal. D autres lui furent envoyés par son père. On a déjà parlé de Bossert, graveur et bras droit du chef d entreprise, et de Rordorf, dessinateur, qui devint inspecteur de la Manufacture. Ces deux salariés, célibataires, demeurèrent jusqu à leur mort dans la manufacture et partageaient les repas de la famille Oberkampf aux places d honneur. Enfin on compta aussi quatre allemands et même deux anglais. Mention spéciale pour Robert Hendry, écossais, présent en France lors de la rupture du traité d Amiens en 1802 et considéré comme prisonnier de guerre. Autorisation fut donnée par le ministre de l Intérieur, Chaptal, chimiste ami d Oberkampf, pour qu il travaille à Jouy, au laboratoire de Samuel Widmer 31. Il y fit deux séjours de huit années au total. A ce personnel Oberkampf eut le souci de donner une formation de base ; la capacité de lire et d écrire, afin que les plus doués puissent accéder à des postes mieux rémunérés ou plus intéressants. 65 % de la population de Jouy a travaillé à la Manufacture. Quel était l effectif? Il a varié au cours de l histoire de la Manufacture. En comptant Corbeil, on atteint 912 personnes en 1774, puis 1325 en 1781 et 2026 en Après un nouveau sommet en 1805 on descend à 286 en Quand la manufacture ferme ses portes en 1843, il n y a plus qu une cinquantaine de salariés. Mais Jouy était la plus importante Manufacture de Toiles imprimées de son temps. A titre de comparaison, les manufactures concurrentes employaient 600 salariés à Orange, et à Mulhouse la moyenne des effectifs des 19 entreprises était de 250 salariés 33. L indiennerie de Bourges, en 1785, emploie 216 personnes à l intérieur de la manufacture, mais 148 autres dans la ville pour le tissage 34. Les salariés habitant Jouy n étaient pas tous des jovaciens de souche. La commune, en 40 ans, a triplé sa population. Et c était vrai aussi pour les communes d alentour. Il y avait donc coexistence de ruraux et d ouvriers. Au début elle fut plutôt difficile, car ni le Marquis de Beuvron, ni les petits propriétaires à qui Oberkampf achetait des parcelles de terrain, ni le curé qui voyait sa paroisse envahie de réformés, n acceptaient facilement cette implantation. Puis chacun y trouva son compte, y compris le seigneur des lieux. La commune se transforma 35 et vécut peu à peu au rythme de l entreprise. Les mariages se multiplièrent entre les deux communautés. Les horaires de travail variaient selon les saisons et étaient ponctués par la cloche, conservée dans la cour de la mairie actuelle, et qu Oberkampf au début agitait lui-même. La diffusion de la montre individuelle indique le souci du respect des horaires 36 : le temps marqué par le clocher n est plus suffisant. La cloche de la manufacture était la référence, car on fermait les portes un quart d heure après le premier tintement. 31 Mémorial, [18] p M. Riffel, [19] p Mais dans d autres industries on avait des effectifs plus importants : dans les mines, Littry dans le Calvados, occupe 3000 personnes, et Anzin près de personnes. Et le drapier Van Robais à Abbeville comptait à son apogée en 1724 plus de salariés. 34 S. Chassagne, [1] p Sous l Empire quinze débits de boisson paient patente, autant que la somme des bouchers, boulangers, charcutiers, épiciers et meuniers. Al. Dewerpe, [17] p D après les inventaires après décès 42% des ouvriers en possèdent au moins une. Al. Dewerpe [17] p

19 Fig. 5 - Règlement intérieur de manufacture inspiré par Louis FERAY, 1828 (d'après J. 17 Varin [27])

20 On préférait travailler à la lumière du jour 37. En principe, les dimanches étaient chômés 38. Le samedi, on sortait une heure plus tôt En été (du 15 février au 14 octobre), trois séquences de quatre heures 40 de 5 h à 9 h de 10 h à 14 h de 15 h à 19h soit des semaines de 71 heures 41 - En hiver (du 15 octobre au 14 février), deux séquences de 7 h à 11 h de 12 h à 16 h 30 soit des semaines de 50 heures Lors de la mise en application du calendrier révolutionnaire et la pratique des semaines de dix jours, les ouvriers perdaient un jour chômé par mois!!! Oberkampf exigeait de son personnel 42. Chacun avait son emploi bien défini et les commis ou contremaîtres devaient toujours s assurer que «tous les bras qu on emploie sont occupés utilement.» Dès 1773, il fit construire un mur d enceinte, le long de la rue des Bordeaux (actuellement rue Kurzenne). En 1798 ce mur entourait un terrain de 14 hectares, avec environ 36 bâtiments. Deux gardes suisses (avec chiens) empêchaient les importuns de venir y voir de trop près ou même d espionner, ce que cependant le chef d entreprise ne manquait pas de faire lors de ses nombreux voyages, en Angleterre, en Hollande, en Alsace. Ses collaborateurs avaient la même pratique 43. Un règlement intérieur de manufacture du 1 er juillet 1830 introduit son texte ainsi : «! " 44». 37 Les achats, parfois importants, de chandelles, montrent cependant que le travail après le coucher du soleil n était pas rare. Voir Dewerpe, [17] p. 68. La lampe à huile était considérée comme la lampe du pauvre. 38 Il faut ajouter que Vauban, dans son «Projet d une dîme royale», considère que les artisans et les paysans comptent 164 jours sans travail par an, si on additionne fêtes religieuses et dimanches, maladie, intempérie. Dans son agenda, Oberkampf parle de 300 jours de travail. (Mémorial, [18] p. 192). Le nombre de fêtes chômées (religieuses) variait selon les diocèses : en moyenne une quinzaine par an. A Paris, en 1666 il n y avait plus que 110 jours de chômage par an. Et en 1778 l archevêque en supprima encore 13!!! (Voir Franklin, Dictionnaire des arts et des professions, Ed. Jeanne Laffitte, art. Dimanche ). 39 Rappelons que la loi limitant la journée de travail à 10h pour Paris, et à 11h pour la province, ne date que du 2 mars Mémorial, [18] p. 103 : on déjeunait à 9h, on dînait à 14 h, on soupait à 20h. C était le système quotidien des trois/quatre (et non le système des trois/huit ). 41 Ces horaires semblent assez fréquents à l époque. En tout cas on travaille plus longtemps sous Louis XV que sous St Louis. 42 Sans doute est affiché un règlement intérieur, ou règlement de police intérieur. Chassagne parle même d un «véritable décalogue industriel». Voir un texte plus tardif en annexe 7. On sait que dès 1819 Louis Feray, s inspirant de son beau-père, divulguait celui de Chantemerle. 43 Mémorial, [18] p.312 et 319. Les frères Widmer utilisent les procédés d écriture, invisible au commun, lors de leur voyage en Angleterre pendant le blocus de Voir S. Chassagne, [1] p

La vie de cour au château de Versailles avant la Révolution Française (1789)

La vie de cour au château de Versailles avant la Révolution Française (1789) La vie de cour au château de Versailles avant la Révolution Française (1789) Avant la Révolution*, la France est une monarchie avec à sa tête un monarque, le Roi de France. Lorsque Louis XIII décède en

Plus en détail

Quelle est situation durant sa vie?

Quelle est situation durant sa vie? Benjamin CHOPARD CM1 Avril 2008 Ecole de saint Blaise Briançon Vincent Van Gogh (1853 1890) Qui est Van Gogh? Vincent Van Gogh est né en Hollande ( au Pays-Bas) en 1853 à Groot- Zundert. C est le fils

Plus en détail

contes licencieux des provinces de france

contes licencieux des provinces de france Jean Quatorze-Coups Tout près d ici, vivait il y a déjà longtemps une veuve dont le fils était chasse-marée, autrement dit, domestique dans un moulin. Jean c était le nom du jeune homme avait vingt-quatre

Plus en détail

Les Allemands sont entrés en Moravie. Ils y sont arrivés à cheval, à moto, en voiture, en camion mais aussi en calèche, suivis d unités d infanterie

Les Allemands sont entrés en Moravie. Ils y sont arrivés à cheval, à moto, en voiture, en camion mais aussi en calèche, suivis d unités d infanterie 1 Les Allemands sont entrés en Moravie. Ils y sont arrivés à cheval, à moto, en voiture, en camion mais aussi en calèche, suivis d unités d infanterie et de colonnes de ravitaillement, puis de quelques

Plus en détail

L éducation au Bénin : «Nous étions aveugles, maintenant, nous commençons à y voir clair!»

L éducation au Bénin : «Nous étions aveugles, maintenant, nous commençons à y voir clair!» L éducation au Bénin : «Nous étions aveugles, maintenant, nous commençons à y voir clair!» Richard Gerster* Le nombre des élèves augmente rapidement au niveau primaire. Au Bénin, un pays d Afrique de l

Plus en détail

ELEMENTS POUR UNE HISTOIRE DES TEXTES CONCERNANT LE PLACEMENT ET L EMBAUCHE DES TRAVAILLEURS.

ELEMENTS POUR UNE HISTOIRE DES TEXTES CONCERNANT LE PLACEMENT ET L EMBAUCHE DES TRAVAILLEURS. ELEMENTS POUR UNE HISTOIRE DES TEXTES CONCERNANT LE PLACEMENT ET L EMBAUCHE DES TRAVAILLEURS. (article L.311-1 à L321-12 et L.330-1 à L.330-9 du Code du travail) (extraits des Cahiers du Chatefp n 2-3,

Plus en détail

Chapitre 11. L hygiène

Chapitre 11. L hygiène 191 1. Un environnement et un corps propre 193 A. La toilette collective 193 B. Le linge 193 C. L endroit de camp 194 2. Les coups d œil (et non les inspections) 194 3. Les maladies de la nature 194 A.

Plus en détail

Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire,

Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire, Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire, Paris, le Grand Véfour, mardi 3 février 2004 Messieurs

Plus en détail

Les métiers de la ville 1. Joffrey 5 3 HISTOIRE-GÉOGRAPHIE, ANNÉE 2009-2010 LES MÉTIERS DE LA VILLE AU MOYEN-ÂGE

Les métiers de la ville 1. Joffrey 5 3 HISTOIRE-GÉOGRAPHIE, ANNÉE 2009-2010 LES MÉTIERS DE LA VILLE AU MOYEN-ÂGE Les métiers de la ville 1 Joffrey 5 3 HISTOIRE-GÉOGRAPHIE, ANNÉE 2009-2010 LES MÉTIERS DE LA VILLE AU MOYEN-ÂGE Les métiers de la ville 2 SOMMAIRE INTRODUCTION P.3 - PREMIÈRE PARTIE : LES MÉTIERS P.4 DEUXIÈME

Plus en détail

0:51 Au Moyen-Âge, les femmes prennent activement part aux métiers de l artisanat et du commerce. Elles ont obtenu une certaine indépendance.

0:51 Au Moyen-Âge, les femmes prennent activement part aux métiers de l artisanat et du commerce. Elles ont obtenu une certaine indépendance. 00:22 La ville au Moyen-Âge est un espace de liberté. Celui qui possède le droit du citoyen, a la possibilité d accéder à la prospérité par le travail et l intelligence. Cela vaut aussi pour les femmes,

Plus en détail

Livre Bibliothèque. Bénédiction Eglise

Livre Bibliothèque. Bénédiction Eglise Emanuele Ormella Design : Frank Czarné Nombre de joueurs : 2-5 Age : 12+ Durée : 90-120 minutes CONTENU Un plateau de jeu (avec la carte de la région, le tableau d affichage des prix et le marché principal)

Plus en détail

1. Donation B. 1.1.1. Introduction

1. Donation B. 1.1.1. Introduction 1. Donation 1.1. Aspect civil 1.1.1. Introduction On parle souvent de planification successorale sous un angle purement fiscal et des avantages financiers qui en découlent. Certes ils peuvent parfois être

Plus en détail

La fleur du soleil : Activité : 1O e. 2O e. 3O e. 4O e. 6O e. 5O e

La fleur du soleil : Activité : 1O e. 2O e. 3O e. 4O e. 6O e. 5O e 1O e 2O e 3O e La fleur du soleil : 4O e 5O e 6O e Originaire du Pérou et introduite en Europe à la fin du 17e siècle, le tournesol est une plante qui porte merveilleusement son nom puisqu elle se tourne

Plus en détail

Pourquoi venir en classe verte dans l Oise? Parce que notre département proche de Paris possède un patrimoine historique très riche et varié.

Pourquoi venir en classe verte dans l Oise? Parce que notre département proche de Paris possède un patrimoine historique très riche et varié. Pourquoi venir en classe verte dans l Oise? Parce que notre département proche de Paris possède un patrimoine historique très riche et varié. Quelques exemples de visites et découvertes : Chantilly (22

Plus en détail

Jean-Bertrand Pégot-Ogier (1877-1915)

Jean-Bertrand Pégot-Ogier (1877-1915) COMMUNIQUE DE PRESSE avril 2015 L exposition de l été 2015 du musée du Faouët : Jean-Bertrand Pégot-Ogier (1877-1915) Matin de pardon en Bretagne, vers 1913. Huile sur toile. Collection picturale, Ville

Plus en détail

PREPARER SA VISITE AUX «COULISSES DU BATIMENT» Livret destiné aux collégiens et lycéens visitant les chantiers et ateliers

PREPARER SA VISITE AUX «COULISSES DU BATIMENT» Livret destiné aux collégiens et lycéens visitant les chantiers et ateliers PREPARER SA VISITE AUX «COULISSES DU BATIMENT» Livret destiné aux collégiens et lycéens visitant les chantiers et ateliers Rendez-vous le 11 octobre 2012 pour visiter le chantier GROUPE SCOLAIRE ILOT DE

Plus en détail

Conseil d administration 313 e session, Genève, 15-30 mars 2012 GB.313/PFA/3/2

Conseil d administration 313 e session, Genève, 15-30 mars 2012 GB.313/PFA/3/2 BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL Conseil d administration 313 e session, Genève, 15-30 mars 2012 GB.313/PFA/3/2 Section du programme, du budget et de l administration PFA Date: 26 mars 2012 Original: anglais

Plus en détail

Le château de Versailles Architecture et décors extérieurs

Le château de Versailles Architecture et décors extérieurs Le château de Versailles Architecture et décors extérieurs Les rois de France viennent régulièrement chasser à Versailles à partir du XVI ème siècle. Henri IV y amène son fils, le futur Louis XIII. Devenu

Plus en détail

Matériel. . 9 cartes Personnage

Matériel. . 9 cartes Personnage Avec cette extension, les règles de base peuvent être modifiées de cinq façons différentes et combinables comme bon vous semble Les dames de Troyes font leur apparition sous la forme de trois nouvelles

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

La Joconde. (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES

La Joconde. (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES La Joconde (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES La Joconde de Léonard de Vinci est incontestablement le tableau le plus célèbre. Il est conservé au musée du Louvre à Paris et a

Plus en détail

L ÉGLISE AU MOYEN ÂGE

L ÉGLISE AU MOYEN ÂGE L ÉGLISE AU MOYEN ÂGE Compétence Comprendre l importance de l Église dans la vie des hommes au Moyen Âge. Quelle impression te donne l église dans cette photographie, par rapport aux autres constructions?

Plus en détail

Service éducatif et culturel. Enquête à travers. www.musees-mulhouse.fr. Collèges

Service éducatif et culturel. Enquête à travers. www.musees-mulhouse.fr. Collèges Service éducatif et culturel Enquête à travers le temps www.musees-mulhouse.fr Collèges M ulhouse, une histoire particu lière Te voilà arrivé en ter re inconnue, ici tu vas remont er le temps Mulhouse,

Plus en détail

Compréhension de lecture

Compréhension de lecture o Coche pour indiquer si les phrases sont es ou o Paul et Virginie sont assis sur des fauteuils très confortables. o Virginie a une robe à pois. o Paul boit un café fumant dans une tasse rouge. o Virginie

Plus en détail

JOLY Mélissandre, Mai 2012 Etudiante infirmière 3 ème année. STAGE à L ETRANGER MONTREAL, CANADA. Explo ra Sup. IFSI Rockefeller, Lyon

JOLY Mélissandre, Mai 2012 Etudiante infirmière 3 ème année. STAGE à L ETRANGER MONTREAL, CANADA. Explo ra Sup. IFSI Rockefeller, Lyon JOLY Mélissandre, Mai 2012 Etudiante infirmière 3 ème année STAGE à L ETRANGER MONTREAL, CANADA Explo ra Sup IFSI Rockefeller, Lyon 1 Introduction J ai effectué un stage infirmier dans une maison de santé

Plus en détail

M09/3/BUSMT/SP2/FRE/TZ0/XX. COMMERCE ET Gestion Niveau MOYEN. Vendredi 22 mai 2009 (matin) 1 heure 45 minutes

M09/3/BUSMT/SP2/FRE/TZ0/XX. COMMERCE ET Gestion Niveau MOYEN. Vendredi 22 mai 2009 (matin) 1 heure 45 minutes 22095026 COMMERCE ET Gestion Niveau MOYEN ÉPREUVE 2 Vendredi 22 mai 2009 (matin) 1 heure 45 minutes Instructions destinées aux candidats N ouvrez pas cette épreuve avant d'y être autorisé(e). Section A

Plus en détail

INFORMATIONS SUR LE DROIT DE LA FAMILLE

INFORMATIONS SUR LE DROIT DE LA FAMILLE DIRECTION DES SERVICES ADMINISTRATIFS SERVICE POPULATION ET CITOYENNETE SECTEUR ETAT CIVIL INFORMATIONS SUR LE DROIT DE LA FAMILLE Annexe du décret n 2002 1556 du 23 décembre 2002 Ce document est destiné

Plus en détail

TUTORIEL D IMPRESSION EN SERIGRAPHIE

TUTORIEL D IMPRESSION EN SERIGRAPHIE TUTORIEL D IMPRESSION EN SERIGRAPHIE Les étapes essentielles: Œuvre > Numérisation > Film > Ecran > Impression - 1 : NUMERISATION DE L OEUVRE A IMPRIMER: Soit l image a été créée directement sur un ordinateur

Plus en détail

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Jalousie Du même auteur Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Dominique R. Michaud Jalousie Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com

Plus en détail

Descripteur global Interaction orale générale

Descripteur global Interaction orale générale Descripteur global Peut produire des expressions simples isolées sur les gens et les choses. Peut se décrire, décrire ce qu il fait, ainsi que son lieu d habitation. Interaction orale générale Peut interagir

Plus en détail

Unité 6. Qu est ce que tu prends au petit au petit déjeuner?

Unité 6. Qu est ce que tu prends au petit au petit déjeuner? L'amitié Unité 6 Qu est ce que tu prends au petit au petit déjeuner? 1) Ecoute la maîtresse et coche 2) Complète avec : un jus d orange de la confiture un chocolat du beurre du thé un gâteau du café des

Plus en détail

LA PROTECTION JURIDIQUE DES MAJEURS

LA PROTECTION JURIDIQUE DES MAJEURS ANJEU-TC juin 2008-1 - PETIT GUIDE PRATIQUE LA PROTECTION JURIDIQUE DES MAJEURS Dès 18 ans, le jeune est légalement capable de tous les actes de la vie civile et ses parents ne peuvent plus agir pour son

Plus en détail

L Eglise dans ses dimensions religieuse, économique, sociale et intellectuelle

L Eglise dans ses dimensions religieuse, économique, sociale et intellectuelle L Eglise dans ses dimensions religieuse, économique, sociale et intellectuelle Iconographie du template Le jugement dernier, cathédrale de Bourges Ange au sourire, cathédrale de Reims Identifie l enfer

Plus en détail

Extrait de la publication

Extrait de la publication LES OUBLIÉS DU MÊME AUTEUR DIT-IL, 1987 K. 622, 1989 L AIR, 1991 DRING, 1992 LES FLEURS, 1993 BE-BOP, 1995 ( double, n o 18) L INCIDENT, 1996 LES ÉVADÉS, 1997 LA PASSION DE MARTIN FISSEL-BRANDT, 1998 NUAGE

Plus en détail

Féerie indienne, des rivages de l Inde au royaume de France.

Féerie indienne, des rivages de l Inde au royaume de France. Féerie indienne, des rivages de l Inde au royaume de France. Proposée d abord à Mulhouse au musée de l impression sur étoffes puis à Lorient au musée de la Compagnie des Indes, l exposition «Féerie indienne»

Plus en détail

Donner, léguer... pour la vie et les projets de l Église Réformée à Lyon. Parlons-en!

Donner, léguer... pour la vie et les projets de l Église Réformée à Lyon. Parlons-en! Donner, léguer... pour la vie et les projets de l Église Réformée à Lyon Parlons-en! 2 Les dons dons classiques dons «ISF» L unique ressource financière de l Église, c est le don. Dans un monde qui a tendance

Plus en détail

Emploi des mineurs et jobs d été

Emploi des mineurs et jobs d été Les évolutions relatives au travail des enfants se sont développées avec les dispositions législatives rendant la scolarité obligatoire. Ainsi les premières lois restreignant l admission des enfants sur

Plus en détail

Livret destiné aux collégiens

Livret destiné aux collégiens PREPARER SA VISITE AUX «COULISSES DU BTP» Livret destiné aux collégiens Rendez-vous les Visite du chantier de Sommaire 1. Qu est-ce que le batiment?... 3 Qu entend-on concrètement par «bâtiment»?... 3

Plus en détail

Un autre regard sur. Michel R. WALTHER. Directeur général de la Clinique de La Source 52 INSIDE

Un autre regard sur. Michel R. WALTHER. Directeur général de la Clinique de La Source 52 INSIDE 52 INSIDE Un autre regard sur Michel R. WALTHER Directeur général de la Clinique de La Source Directeur général de la Clinique de La Source, Michel R. Walther est né en 1949 au Maroc de parents suisses.

Plus en détail

S e r g e B e n o i t

S e r g e B e n o i t S e r g e B e n o i t peintures - sculptures 1 Octobre 1980 J ai fait la connaissance de Serge Benoit, il y a six ans, lorsqu il s est installé à la «Cité Fleurie». Quand j ai eu l occasion de voir son

Plus en détail

La liberté guidant le peuple sur les barricades

La liberté guidant le peuple sur les barricades La liberté guidant le peuple sur les barricades Eugène DELACROIX 1830 Une étrange lumière Le soleil brille à travers la fumée de la poudre. Les écrits nous disent que nous sommes en début de matinée et

Plus en détail

Classe patrimoine : CM1 M. GOULAY SOMMAIRE

Classe patrimoine : CM1 M. GOULAY SOMMAIRE Classe patrimoine : CM1 M. GOULAY SOMMAIRE La classe patrimoine du 8 au 12 octobre 2007 : Les thèmes et les journalistes jour après jour Lundi 8 octobre le matin : les rues et les maisons de la cité Plantagenêt.

Plus en détail

I - QU EST-CE QU UN CASINO?

I - QU EST-CE QU UN CASINO? LES CASINOS I - QU EST-CE QU UN CASINO? Un casino est «un établissement comportant trois activités distinctes» : Le spectacle, La restauration Le jeu Sous une même direction L IMPLANTATION I DES CASINOS

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 2014

DOSSIER DE PRESSE 2014 DOSSIER DE PRESSE 2014 Evolutions Contact presse : OPTIONS Stéphane Kerdraon Tél. : 01 34 92 20 00 stephane.kerdraon@options.net SOMMAIRE 1. L Edito..... Page 3 2. L Historique de l entreprise Page 4 3.

Plus en détail

devenez mécène Soutenez la Fondation pour le rayonnement du Musée de Montmartre DE MONTMARTRE JARDINS RENOIR fondation pour le rayonnement du

devenez mécène Soutenez la Fondation pour le rayonnement du Musée de Montmartre DE MONTMARTRE JARDINS RENOIR fondation pour le rayonnement du devenez mécène Soutenez la Fondation pour le rayonnement du Musée de Montmartre MUSÉE fondation pour le rayonnement du DE MONTMARTRE JARDINS RENOIR Le Musée de Montmartre Le Musée de Montmartre en quelques

Plus en détail

LES MAGASINS. cnpc.fr. 10h. St-Pierre-en-Faucigny. Moûtiers. Tarbes. Grenoble 05 OCTOBRE 09 OCTOBRE 06 OCTOBRE 07 OCTOBRE

LES MAGASINS. cnpc.fr. 10h. St-Pierre-en-Faucigny. Moûtiers. Tarbes. Grenoble 05 OCTOBRE 09 OCTOBRE 06 OCTOBRE 07 OCTOBRE LES MAGASINS DE SPORT en montagne RECRUTENT À partir de 10h St-Pierre-en-Faucigny 05 OCTOBRE Grenoble 07 OCTOBRE Alpes Nouveau Moûtiers 09 OCTOBRE Tarbes 06 OCTOBRE Pyrénées L ÉCOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE

Plus en détail

LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS

LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS Je suis une poupée dans une maison de poupée. Un jour j ai quitté mari et enfants, pourquoi? je ne sais plus très bien. À peine le portail s était-il refermé derrière

Plus en détail

LA FRANCHISE YVES ROCHER

LA FRANCHISE YVES ROCHER Créateur de la Cosmétique Végétale LA FRANCHISE YVES ROCHER Marque déposée par Yves Rocher ENTREPRENEZ BEAUCOUP, PASSIONNÉMENT 1ère entreprise préférée des Français dans le secteur de la beauté*, 2ème

Plus en détail

Conseil supérieur du logement

Conseil supérieur du logement Conseil supérieur du logement Avis n 010 du 16 janvier 2008 du Conseil supérieur du logement sur le concept du crédit logement inversé. Préambule Le crédit logement inversé («reverse mortgage») est une

Plus en détail

Test - Quel type de voisin êtes-vous?

Test - Quel type de voisin êtes-vous? Test - Quel type de voisin êtes-vous? Être un voisin solidaire, c est d abord et avant tout un état d esprit. Chacun fait à sa façon, selon sa disponibilité et sa personnalité. Répondez au questionnaire

Plus en détail

ACCORD DES ADJECTIFS DE COULEUR Exercice d introduction

ACCORD DES ADJECTIFS DE COULEUR Exercice d introduction Exercice d introduction Testons tes connaissances. Sylvain le smiley nous décrit la voiture de ses rêves mais il semble éprouver quelques difficultés à l écrit. Entoure les adjectifs de couleur (il y en

Plus en détail

CONCEPT. Une nouvelle approche L idée est de combiner un procédé naturel de nettoyage avec un espace innovant pour ce type d activité.

CONCEPT. Une nouvelle approche L idée est de combiner un procédé naturel de nettoyage avec un espace innovant pour ce type d activité. DOSSIER DE PRESSE Une nouvelle approche L idée est de combiner un procédé naturel de nettoyage avec un espace innovant pour ce type d activité. CONCEPT H20 est une redéfinition du pressing traditionnel

Plus en détail

Rapport bourse Explora

Rapport bourse Explora 05/09/2011 Rapport bourse Explora Stage de 3 mois au Brésil Raphaël BONSANG raphael.bonsang@ecl2012.ec-lyon.fr Ecole Centrale Lyon 1 Vie pratique - Logement : Lors de ma demande de stage, j ai demandé

Plus en détail

*L'écriture en Mésopotamie et en Égypte

*L'écriture en Mésopotamie et en Égypte *L'écriture en Mésopotamie et en Égypte -4000 à -3000 Le calculi L agriculture est une activité économique très importante en Mésopotamie. Cependant, le territoire n est pas riche en ressources naturelles

Plus en détail

MAISON NATALE DE VICTOR HUGO

MAISON NATALE DE VICTOR HUGO LA MAISON NATALE DE VICTOR HUGO LE PARCOURS GAVROCHE PRÉSENTE 1 LE SAVAIS-TU? Victor Hugo est né au premier étage de cette maison le 26 février 1802. Tu connais peut-être ce grand écrivain par ses romans

Plus en détail

CLASSE : : : ; : : : : LA LIBERTE GUIDANT LE PEUPLE EUGENE DELACROIX

CLASSE : : : ; : : : : LA LIBERTE GUIDANT LE PEUPLE EUGENE DELACROIX HISTOIRE DES ARTS CLASSE : 4 ème Période historique : XIXème siècle Moment choisi : le retour à la monarchie ; les Trois Glorieuses Thématique : Arts, Etats et pouvoir (œuvre engagée) Sujet : Comment un

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE DE L UNCA «CINQUANTE ANNEES DE MANIEMENTS DE FONDS» PAR M. LE BATONNIER CLAUDE LUSSAN, PRESIDENT FONDATEUR DE L UNCA

ASSEMBLEE GENERALE DE L UNCA «CINQUANTE ANNEES DE MANIEMENTS DE FONDS» PAR M. LE BATONNIER CLAUDE LUSSAN, PRESIDENT FONDATEUR DE L UNCA ASSEMBLEE GENERALE DE L UNCA «CINQUANTE ANNEES DE MANIEMENTS DE FONDS» PAR M. LE BATONNIER CLAUDE LUSSAN, PRESIDENT FONDATEUR DE L UNCA Après ces projets dont notre Président nous permet d espérer la réalisation

Plus en détail

Voyage en Chine au mois de Novembre 2013

Voyage en Chine au mois de Novembre 2013 Voyage en Chine au mois de Novembre 2013 Note importante!! : Lors de la remise de vos documents, veuillez vérifier soigneusement les noms, dates de départ etc. S il y a une erreur, veuillez SVP nous en

Plus en détail

Méthodologie du dossier. Epreuve d histoire de l art

Méthodologie du dossier. Epreuve d histoire de l art Méthodologie du dossier Epreuve d histoire de l art Fiche d identité de l oeuvre Nature de l oeuvre : Huile sur toile Auteur Eugène Delacroix (1798-1863) Titre : La liberté guidant le peuple : le 28 juillet

Plus en détail

L'ENTREPRISE À L'ŒUVRE

L'ENTREPRISE À L'ŒUVRE L'ENTREPRISE À L'ŒUVRE Rapprocher la culture et le monde du travail en offrant aux salariés une rencontre au quotidien avec l art, tel est le but de L Entreprise à l œuvre, opération organisée sous l égide

Plus en détail

été 1914 dans la guerre 15/02-21/09/2014 exposition au Musée Lorrain livret jeune public 8/12 ans

été 1914 dans la guerre 15/02-21/09/2014 exposition au Musée Lorrain livret jeune public 8/12 ans été 1914 Nancy et la Lorraine dans la guerre exposition 15/02-21/09/2014 au Musée Lorrain livret jeune public 8/12 ans 1 3 2 4 5 6 7 9 8 1870-1914 : une guerre attendue? Août 1914 : partis pour un été

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE. Février 2012 ETALAGISTE. NOM prénom classe

RAPPORT DE STAGE. Février 2012 ETALAGISTE. NOM prénom classe RAPPORT DE STAGE Février 2012 ETALAGISTE NOM prénom classe 2 SOMMAIRE I Présenter l entreprise page 2 A Identification B Environnement II Le travail page 3 à 4 A Nature du métier B Condition de travail

Plus en détail

La Foire-Expo Régionale

La Foire-Expo Régionale 1 LES HORAIRES DE LA FOIRE : La Foire-Expo Régionale Samedi 28 juin de 10h à 22h : à partir de 21h : FOIRE EXPO NUIT CELTIQUE Dimanche 29 juin de 10h à 20h : FOIRE EXPO - L invité d honneur La Métallurgie

Plus en détail

BUT DU JEU Etre le seul joueur qui n ait pas fait faillite.

BUT DU JEU Etre le seul joueur qui n ait pas fait faillite. Si vous avez l habitude de jouer à Monopoly, vous pouvez maintenant faire des parties plus rapides! Une partie de jeu rapide est une vraie partie de Monopoly, à trois différences près : 1. Avant le début

Plus en détail

Un contrat de respect mutuel au collège

Un contrat de respect mutuel au collège Apprentissage du respect - Fiche outil 01 Un contrat de respect mutuel au collège Objectifs : Décrire une action coopérative amenant élèves et adultes à s interroger sur leurs propres comportements en

Plus en détail

Campagne DENIER 2015. Campagne Denier 2015 Diocèse de Fréjus-Toulon Page 1

Campagne DENIER 2015. Campagne Denier 2015 Diocèse de Fréjus-Toulon Page 1 Campagne DENIER 2015 Campagne Denier 2015 Diocèse de Fréjus-Toulon Page 1 Edition janvier 2015 Sommaire Page 3 - Denier de l Eglise Bilan 2014/Campagne 2015 Page 4 - Evolutions de la collecte du Denier

Plus en détail

Marie-Anne Barbel ou l exemple d une femme d affaires du XVIIIe siècle Samantha ROMPILLON

Marie-Anne Barbel ou l exemple d une femme d affaires du XVIIIe siècle Samantha ROMPILLON Marie-Anne Barbel ou l exemple d une femme d affaires du XVIIIe siècle Samantha ROMPILLON Quand on pense aux femmes de la Nouvelle-France, on songe à Marie de l incarnation, à Marguerite Bourgeoys, aux

Plus en détail

El Tres de Mayo, GOYA

El Tres de Mayo, GOYA Art du visuel / «Arts, ruptures, continuités» Problématique : «Comment l expression du sentiment surgit-elle dans l art au XIX è siècle?» El Tres de Mayo, GOYA Le Tres de Mayo, Francisco Goya, huile sur

Plus en détail

TECHNIQUES STATISTIQUES ET COMMERCE INTERNATIONAL

TECHNIQUES STATISTIQUES ET COMMERCE INTERNATIONAL TECHNIQUES STATISTIQUES ET COMMERCE INTERNATIONAL par W. Edwards Deming Bureau du Budget et Université de New-York Courrier de la Normalisation N 109 Janvier-Février 1953 Le Dr Deming, célèbre mathématicien

Plus en détail

POLITIQUE. 2013-12-05 (Rés. : CA-20131205-5) AUTRES CONDITIONS DE TRAVAIL DU PERSONNEL DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE

POLITIQUE. 2013-12-05 (Rés. : CA-20131205-5) AUTRES CONDITIONS DE TRAVAIL DU PERSONNEL DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE POLITIQUE NUMÉRO DE LA RÉSOLUTION : APPROUVÉ PAR : CA-20130912-8 CONSEIL D ADMINISTRATION DATE DE LA RÉSOLUTION/APPROBATION : 13 septembre 2013 ENTRÉE EN VIGUEUR : DERNIÈRE MISE À JOUR : DATE D ABROGATION

Plus en détail

Voici un extrait du guide de rédaction. Le guide complet est téléchargeable sur le lien suivant

Voici un extrait du guide de rédaction. Le guide complet est téléchargeable sur le lien suivant Voici un extrait du guide de rédaction. Le guide complet est téléchargeable sur le lien suivant Guide de rédaction d un BUSINESS PLAN dans la restauration Auteur : Amandine Prat Conseils en création et

Plus en détail

Dossier d inscription «C.A.J.» et «Point Jeunes»

Dossier d inscription «C.A.J.» et «Point Jeunes» Dossier d inscription «C.A.J.» et «Point Jeunes» Nom du jeune : Date d inscription : Fiche de renseignements obligatoires (Merci de bien vouloir répondre précisément à chaque question) RENSEIGNEMENTS SUR

Plus en détail

Une nuit magique dans l hiver

Une nuit magique dans l hiver Patrick ALLEN Une nuit magique dans l hiver A magic night in Winter Conte pour le temps de Noël 2009 ne nuit magiqu dans l hive 1 Il était une fois, dans une lointaine province située au nord d un immense

Plus en détail

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Prise de position de Caritas_mars 2011 Migration: un plus pour la Suisse En bref: Quel est l effet de

Plus en détail

Les réceptions mutuelles : ce qu elles nous révèlent

Les réceptions mutuelles : ce qu elles nous révèlent Les réceptions mutuelles : ce qu elles nous révèlent Les réceptions mutuelles sont riches en informations; pourtant, on passe souvent à côté d elles sans vraiment les voir. C est l astrologie horaire qui

Plus en détail

Bourgeois et ouvriers au 19ème siècle. 4ème Slovaquie

Bourgeois et ouvriers au 19ème siècle. 4ème Slovaquie Bourgeois et ouvriers au 19ème siècle 4ème Slovaquie LA SOCIété au 19ème siècle Par Pauline, Grégoire D., Romain La bourgeoisie La grande bourgeoisie est dominante dans la société avec des revenus élevés.

Plus en détail

Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire

Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire Type d outil : Outil pour favoriser la mise en mémoire et développer des démarches propres à la gestion mentale. Auteur(s) : Sarah Vercruysse,

Plus en détail

PARTIE : TECHNOLOGIE DE RESTAURANT

PARTIE : TECHNOLOGIE DE RESTAURANT PARTIE : TECHNOLOGIE DE RESTAURANT Thèmes Questions Barème 1 1 4 pts 1 2 9 pts 1 3 3 pts 2 4 5 pts 2 5 6 pts 2 6 7 pts 3 7 12 pts Points obtenus TOTAL 46 pts TOTAL / 20 1 PÔLE PÔLE N 1 : Communication,

Plus en détail

Valeur Prévoyance Un capital garanti pour assurer votre patrimoine professionnel

Valeur Prévoyance Un capital garanti pour assurer votre patrimoine professionnel LES SOLUTIONS ASSURANCES DES PROFESSIONNELS ASSURANCE DÉCÈS Février 2006 Valeur Prévoyance Un capital garanti pour assurer votre patrimoine professionnel Sachez anticiper pour préserver votre outil de

Plus en détail

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Depuis 2012, un ensemble d actions est engagé au service du renforcement

Plus en détail

La BOULANGERIE. Rapport de mission n 1. Georges Gestionnaire Fondation Haïtienne pour le Relèvement et le Développement (FHRD) Adresse : HAÏTI

La BOULANGERIE. Rapport de mission n 1. Georges Gestionnaire Fondation Haïtienne pour le Relèvement et le Développement (FHRD) Adresse : HAÏTI Georges Gestionnaire Fondation Haïtienne pour le Relèvement et le Développement (FHRD) 91 boulevard Auguste Blanqui 75013 Paris - France Tél.: +33 (0)1 58 10 74 80 Courriel : contact@fidesco.fr www.fidesco-international.org

Plus en détail

Décès et succession LE DECES

Décès et succession LE DECES Décès et succession Des Services ou organismes accompagnent les personnes et familles à vivre leur deuil. Ci-dessous, nous nous limiterons à présenter quelques conseils et informations pratiques concernant

Plus en détail

VIVRE LA COULEUR DOSSIER PÉDAGOGIQUE. Musée des beaux-arts de Brest

VIVRE LA COULEUR DOSSIER PÉDAGOGIQUE. Musée des beaux-arts de Brest VIVRE LA COULEUR DOSSIER PÉDAGOGIQUE Musée des beaux-arts de Brest 1 Les objectifs : - Comment percevons-nous les couleurs? Quel rôle joue le cerveau? - Comprendre les choix et les procédés de création

Plus en détail

Valeur Prévoyance. Un capital garanti pour assurer votre patrimoine professionnel

Valeur Prévoyance. Un capital garanti pour assurer votre patrimoine professionnel ASSURANCE DÉCÈS PROTEGER SON PATRIMOINE PROFESSIONNEL AVEC UN CAPITAL DECES, C EST UNE PRIORITE Pour préserver votre parimoine professionnel et choisir la solution qui convient à votre situation, rencontrez

Plus en détail

Guide pratique sur les débits de boissons

Guide pratique sur les débits de boissons Guide pratique sur les débits de boissons page 1 Les différentes catégories de boissons (article L.3321-1 du code de la santé publique) Le code de la santé publique classifie les boissons en 5 groupes

Plus en détail

LES ECHOS DE SAINT-MAURICE Edition numérique. La cathédrale de Magdebourg possède un S. Maurice noir

LES ECHOS DE SAINT-MAURICE Edition numérique. La cathédrale de Magdebourg possède un S. Maurice noir LES ECHOS DE SAINT-MAURICE Edition numérique Georges BORGEAUD La cathédrale de Magdebourg possède un S. Maurice noir Dans Echos de Saint-Maurice, 1966, tome 64, p. 18-22 Abbaye de Saint-Maurice 2013 Souvenir

Plus en détail

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2014-11 MARS 2014 Situation professionnelle des femmes et des hommes cadres selon la génération Opinion des femmes

Plus en détail

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est L enfant sensible Qu est-ce que la sensibilité? Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est de le surprotéger car il se

Plus en détail

Quand un investissement réduit permet la réussite

Quand un investissement réduit permet la réussite Quand un investissement réduit permet la réussite Il s installe dans l ancien local vide de la boulangerie déplacée à 100 m et fait le choix d un investissement réduit. Pour leur première installation,

Plus en détail

Transcription médicale: comment faire le bon choix

Transcription médicale: comment faire le bon choix Transcription médicale: comment faire le bon choix La réduction des coûts et l optimisation des investissements sont des préoccupations majeures pour tout entrepreneur qui se respecte. À travers ce document,

Plus en détail

IUT de Laval Année Universitaire 2008/2009. Fiche 1. - Logique -

IUT de Laval Année Universitaire 2008/2009. Fiche 1. - Logique - IUT de Laval Année Universitaire 2008/2009 Département Informatique, 1ère année Mathématiques Discrètes Fiche 1 - Logique - 1 Logique Propositionnelle 1.1 Introduction Exercice 1 : Le professeur Leblond

Plus en détail

Enquête commandée par le Jeune Théâtre National Réalisée par l institut de sondages ISL Analyse réalisée en collaboration avec le CESTA (EHESS-CNRS)

Enquête commandée par le Jeune Théâtre National Réalisée par l institut de sondages ISL Analyse réalisée en collaboration avec le CESTA (EHESS-CNRS) Analyse de l enquête sur le devenir professionnel des artistes issus des écoles supérieures d art dramatique signataires de la plateforme de l enseignement supérieur pour la formation du comédien Enquête

Plus en détail

Cette histoire raconte la conquête de l Angleterre par les Normands de Guillaume.

Cette histoire raconte la conquête de l Angleterre par les Normands de Guillaume. Après le repas, nous sommes allés visiter le musée de Bayeux. Quand nous sommes rentrés, les personnes du musée nous ont donné des audio guides. Pour pouvoir profiter de l histoire sans être entassés devant

Plus en détail

Dossier retraite. Profil 1B. Année de naissance. Profil 1A

Dossier retraite. Profil 1B. Année de naissance. Profil 1A Dossier retraite Mise à jour : 10/03/2014 Vos ressources De quelles ressources disposerez-vous lors de votre départ en retraite? Elles sont de 5 natures : - La retraite sécurité sociale dite retraite de

Plus en détail

Béton ciré sols & murs

Béton ciré sols & murs Béton ciré sols & murs FICHE PRATIQUE BÉTON CIRÉ SOLS & MURS 1 Les nouveautés apportées par Cirex System Face à la demande croissante et à l engouement des médias pour le béton ciré, Cirex System a décidé

Plus en détail

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT Série LÉGISLATION COMPARÉE L INTERDICTION DE FUMER DANS LES RESTAURANTS n LC 142 Janvier 2005 - 3 - L INTERDICTION DE FUMER DANS LES RESTAURANTS Sommaire Pages NOTE DE

Plus en détail

Les repères de temps familiers

Les repères de temps familiers séquence 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Les repères de temps familiers Je me repère dans le temps séance 1 A. Observe bien chacune de ces séries de deux photographies. À chaque fois, indique dans quel ordre elles

Plus en détail

P opulation. ATLAS DES POPULATIONS IMMIGRÉES en Ile-de-France / Regards sur l immigration / Population 2. Photo : Philippe Desmazes/AFP

P opulation. ATLAS DES POPULATIONS IMMIGRÉES en Ile-de-France / Regards sur l immigration / Population 2. Photo : Philippe Desmazes/AFP P opulation Photo : Philippe Desmazes/AFP Près de 40 % des immigrés résidant en métropole vivent en Ile-de-France en 1999. Environ 15 % de la population francilienne est immigrée, c est une proportion

Plus en détail

Définitions. Définitions sur le logement

Définitions. Définitions sur le logement Définitions sur le logement Logement Un logement est défini par son utilisation : c est un local séparé et indépendant utilisé pour l habitation. Il doit être séparé d autres locaux par des murs ou cloisons

Plus en détail

Le capteur solaire thermique : un exemple concret

Le capteur solaire thermique : un exemple concret Le capteur solaire thermique : un exemple concret Une utilisation possible du soleil est le chauffage de l eau sanitaire, utilisée pour se laver, pour faire la vaisselle ou encore le ménage. Il s agit

Plus en détail