Analyse de l impact socioculturel sur le déploiement du Lean Manufacturing au niveau des multinationales implantées au Maroc

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Analyse de l impact socioculturel sur le déploiement du Lean Manufacturing au niveau des multinationales implantées au Maroc"

Transcription

1 Analyse de l impact socioculturel sur le déploiement du Lean Manufacturing au niveau des multinationales implantées au Maroc Youssef Larteb (*), Abdellah Haddout (*), Mariam Benhadou (*) (* ) : Laboratoire de Rhéologie et Mise en Forme des Matières Plastiques (RMFMP), École Nationale Supérieure d Électricité et de Mécanique, Université Hassan II, Casablanca. RÉSUMÉ Le Lean Manufacturing (LM) est plus une philosophie qu'une boîte à outils; c est une approche de management entièrement intégrée. En revanche, et malgré que les outils soient importants, il reste que le principe de base du LM est que les gens sont l'atout le plus important et l élément clé de son succès. C est ainsi, qu un équilibre entre l efficacité technologique d un côté et l efficacité des employés de l autre côté a été largement démontré comme la limite qui sépare le succès de l échec des projets de déploiement et de maturité du LM. Nous présentons dans ce travail une analyse de l'état du lieu sur le déploiement du LM, dans les entreprises multinationales basées au Maroc. Cette exploration vise à découvrir la perception des employés sur le LM en termes de compréhension des concepts, le niveau de succès de sa mise en œuvre, les problèmes / obstacles, et l'hypothèse d'un rôle du leadership marocain dans ce succès ou cet échec. ABSTRACT Lean Manufacturing (LM) is more a philosophy than just a toolbox; it is a fully integrated management and manufacturing philosophy and approach. However, it also made clear, that the tools are important, but the basic tenet of LM is that people are the most important asset. Additionally, the strong balance among technological efficiency and leadership effectiveness has been largely considered as the limit that separates success and failure of LM implementation projects. Using LM background and cultural data, this paper presents the results of an exploratory study on the moderation of LM and Lean Leadership effectiveness by dimensions of national cultural values. The study was based on the feedback from the practice of LM in various 1 CIGIMS 2015, EST de Fès - 21, 22 et 23 mai 2015

2 2 CIGIMS 2015, EST de Fès - 21, 22 et 23 mai 2015 multinationals based in Morocco. The purpose of this study is to explore the perception of employees toward the LM in terms of understanding of the concepts, implementation success, problems/barriers, the assumption of Lean Leadership roles, and to confirm the hypothesis of a role of national culture in nurturing the lean culture and its influence on the Lean Leadership maturity. MOTS-CLÉS: Étude, Lean Manufacturing, Lean Leadership, Culture nationale, Culture organisationnelle, Multinationales, Maroc. KEYWORDS: Survey, Lean Manufacturing, Lean Leadership, National culture, Organizational culture, Multinational, Morocco. 1. Introduction Le LM est plus une philosophie qu'une boîte à outils; c est une approche de management entièrement intégrée (Ahrens, 2006). Toutefois, malgré que les outils du LM soient importants, il reste que «la culture lean» et «le Lean Leadership» constituent les atouts les plus importants et les deux éléments clé de son succès. C est ainsi, qu un équilibre entre l efficacité technologique d un côté et l efficacité du leadership de l autre côté a largement été considéré comme la limite qui sépare le succès de l échec des projets de déploiement du LM (Farris et al., 2009; Naor et al., 2010 ; Losonci et al., 2011 ; De Leeuw et al., 2011 ; Martinez-Jurado et al., 2014; Dombrowski et Mielk, 2014; Chattergoon et al., 2014;). Tenant compte du fait que la pression des coûts de fabrication semble forcer les sociétés à déménager vers les pays à faible coût, comme le Maroc, une enquête sur la perception du LM et les pièges sur la voie de son déploiement dans ces pays s avère alors très importante. En l'absence d'études et de recherches relatives au LM au Maroc, il n existe, pour le moment, aucune preuve claire sur son niveau de succès et qu ils sont les problèmes / obstacles rencontrés dans sa mise en œuvre. Parmi les problèmes ou obstacles qui peuvent rencontrer les multinationales, on peut citer le leadership des responsables et la culture nationale du pays de délocalisation qui peuvent indirectement influencer les comportements de leadership chez les responsable dans un sens différent aux exigences du LM (Lila, 2012). Du fait que les modes d exercice du leadership semblent subir l influence de l environnement social et culturel dans lequel ils s expriment (Matten et Geppert, 2004), et du fait que les cultures nationales sont différentes (Dorfman et al., 2012), les pratiques du Lean Leadership qui en résultent ne peuvent être également que différentes. Ainsi, le but de cette étude est d'explorer le niveau de maturité du Lean Leadership dans les multinationales basées au Maroc. Cette exploration vise principalement à confirmer l hypothèse d'un rôle de la culture nationale dans l épanouissement de la «culture lean» ainsi que son influence sur la perception du LM et la maturité du Lean Leadership.

3 Analyse niveau de maturité du Lean Leadership et facteurs de succès au Maroc : Analyse des entreprises multinationales implantées au Maroc 3 Le reste de l article est organisé comme suit. La section suivante passe en revue la littérature liée au LM, le Lean Leadership et l'impact culturel. Ensuite, nous décrivons les données liées à cette étude, l'échantillon choisi et le mode de collecte des données. Nous discutons ensuite les résultats et les futures pistes de recherche. Enfin, nous soulignons les contributions de cette étude à la fois académiques et pratiques. 2. Revue de littérature 2.1. Le Lean Manufacturing et le Lean Leadership A l heure actuelle, le LM est considéré comme la stratégie la plus efficace pour les entreprises qui désirent obtenir des performances de classe mondiale (Fullerton et al., 2013). Faisant référence au système de production de Toyota (TPS), le LM constitue un système sociotechnique totalement intégré dont l'objectif principal est d'éliminer les opérations à non valeur ajoutée, en même temps de réduire les sources de variabilité en interne, chez le fournisseur et chez le Client (Shah et Word, 2007). Par conséquent, l'objectif principal du LM est d atteindre une efficacité maximale, en exécutant les opérations à un coût minimum et avec zéro défaut (Martinez-Jurado et al., 2014). Cependant, tout transfert d organisation ou de techniques de management est aussi un transfert de profil de leadership et de culture organisationnelle (Lyonnet, 2010). Bien que les sociétés à travers le monde utilisent la boite à outils du LM, il s avère que les dimensions du leadership et de la culture nationale peuvent affecter visiblement les résultats attendus du LM (Kull et al., 2014). Selon Liker et Ogden, si les programmes de déploiement du lean échouent c est parce que les gens confondent entre «les solutions techniques» du lean orientées processus et qui ont mené à ce que nous voyons dans une usine Toyota et «le Lean Leadership» spécifique qui a impliqué au quotidien les employés de Toyota dans ces processus (Liker et Ogden, 2011). Dombrowski et Mielk présentent le Lean Leadership en tant qu un système méthodique pour la mise en œuvre durable et l'amélioration continue du LM (Dombrowski et Milek, 2014). Le Lean Leadership décrit la coopération des employés et des dirigeants dans leur aspiration réciproque de la perfection. Cela comprend l'orientation client, le management de proximité ainsi que le développement à long termes des employés et des dirigeants. Afin d être en mesure de transformer l'ensemble de la société en une «organisation lean», le Lean Leadership doit être compris, assimilé et mis en œuvre à tous les niveaux d encadrement de la société. Ainsi, la clé pour comprendre comment mettre en œuvre avec succès le LM, est de réaliser que le Lean Leadership est une partie intégrante du Système de Production Toyota (TPS) et qui doit être développé en parallèle avec le développement d une culture organisationnelle interne conforme aux exigences du LM.

4 4 CIGIMS 2015, EST de Fès - 21, 22 et 23 mai Culture organisationnelle, culture nationale et culture Lean : Globalement, si les dirigeants des entreprises à l échelle mondiale sont invités à mettre en œuvre le LM, c est en raison de son efficacité mondiale. Cependant, comme la mise en œuvre réussie de toute démarche d'amélioration continue ne peut être atteint que si les employés croient dans le changement qui va se passer. Le processus de déploiement du LM doit être ajusté aux caractéristiques spécifiques externes et internes de chaque entreprise (Bakas, 2011). A cet effet, pour obtenir les performances attendues du LM, plusieurs ajustements de comportement et plusieurs interventions des managers sont jugées nécessaires. Ainsi, le choix et l'utilisation des pratiques du LM comme l arrêt au premier défaut, le flux pièce à pièce, les 5S et le juste-à-temps, doivent être guidées par des valeurs culturelles profondes chez les responsables et les opérateurs de l entreprise (Khurana, 1999; Rother, 2009; Spear et Bowen, 1999). Sachant que les pays différent dans leurs valeurs culturelles (House et al., 2002 ; Trompenaars et Hampden-Turner, 1998), une incompatibilité entre la culture nationale et la culture du LM peut rapidement corrompre sa pratique et le niveau de succès dans sa mise en œuvre (Kull et al., 2014). Dans ses recherches sur la modération de l efficacité du LM par les dimensions de la culture nationale, et en analysant les données de plus de 140 entreprises dans 24 pays, Kull confirme que le LM est moins efficace dans une culture nationale à forte hiérarchie, non procédurale, qui ne favorise pas la vison long termes et non axée sur la haute performance (Kull et al., 2014). En outre, dans son analyse de l impact de la culture nationale sur le LM, Garza annonce que les barrières culturelles affectent effectivement les cinq fondamentaux du LM et qui sont, la valeur, le flux de la valeur, la continuité du flux, le flux tiré par le client et la perfection (Garza, 2005). Ceci dit, quand la culture nationale et la culture du lean sont en compatibilité, les pratiques du lean sont plus faciles à mettre en œuvre et donc auront un impact fort sur la performance de l entreprise. En revanche, une divergence entre la culture nationale et la culture du lean peut être problématique face à sa mise en œuvre. D où, un ajustement entre la culture organisationnelle et la culture nationale devient obligatoire afin d'atteindre la haute performance dans l entreprise. Toutefois, dans l étude GLOBE sur le leadership et l efficacité du comportement organisationnel, Dorfman soutien que la culture nationale n a aucune influence sur le comportement du leadership ou sur la culture organisationnelle inclus la culture lean (Dorfman et al., 2012). Dans le même sens, dans une étude comparative menée auprès de 189 entreprises industrielles entre les pays de l'est (Japon et Corée du Sud) et de l'ouest (Allemagne, États-Unis, la Finlande et la Suède), Naor indique que la culture organisationnelle a plus d effet sur la performance de l entreprise que la

5 Analyse niveau de maturité du Lean Leadership et facteurs de succès au Maroc : Analyse des entreprises multinationales implantées au Maroc 5 culture nationale ou l'ajustement entre les deux, et par conséquent, une faible influence des facteurs nationaux sur le rendement de l entreprise (Naor et al., 2010). De même, dans son enquête sur l impact de la culture sur la réussite du LM, et en optant pour les neufs dimensions de la culture adoptées dans l étude GLOBE, Bortolotti confirme que les entreprises qui ont réussi dans la démarche du LM, montrent une culture organisationnelle marquée par plus de collectivisme institutionnel, une vision long terme avec une forte orientation humaine (Bortolotti et al., 2014). Encore, Barmeyer et Mayrhofer annoncent que la «culture de travail» prime plus que la culture nationale à un degré que les pratiques de management et de production, inclus le LM, peuvent être appliquées dans tous les pays ( Barmeyer et Mayrhofer, 2008). Ceci dit, dans une ère de mondialisation, ces résultats ont des implications pratiques pour les entreprises nationales cherchant à mettre en place le LM avec tout le changement culturel et de leadership qui s impose. Ces implications sont aussi valables pour les multinationales en extension à travers les frontières et qui cherchent à développer une culture organisationnelle interne conforme aux exigences du LM quelque soit la culture du pays de délocalisation. 3. Cadre de la recherche et analyse des données 3.1. Cadre de la recherche, choix de l échantillon et l approche de l analyse : La recherche empirique a eu lieu fin de l année Les données ont été collectées au moyen d enquêtes par questionnaire minutieusement menées dans plusieurs multinationales implantées au Maroc dont les domaines d activités sont relatifs aux secteurs de l automobile et de l aéronautique. Les s, les entretiens téléphoniques et le contact direct ont été tous utilisées dans l'effort de collecter les informations souhaitées. En l'absence d'une base de données officielle liée aux multinationales basées au Maroc, la sélection de l'échantillon était complètement aléatoire. Nous avons sélectionné les plus grandes multinationales dans l acceptation de la théorie que les grandes organisations sont généralement considérés comme des leaders dans les démarches d excellence opérationnelle et possèdent plus de chances de succès dans la mise en œuvre du LM (Shah et Ward, 2003; Rose et al., 2011; Bhasin, 2012; Dora et al., 2013; Matt et Rauch, 2013). Bien que les entreprises ciblées étaient internationales, le personnel été principalement marocain, favorisant ainsi notre capacité à identifier les influences culturelles nationales sur nos conclusions. L architecture du questionnaire de l'enquête a été élaboré sur la base des fondamentaux de la

6 6 CIGIMS 2015, EST de Fès - 21, 22 et 23 mai 2015 culture lean et du Lean Leadership. Le questionnaire de l'enquête a été divisé en quatre chapitres afin de déterminer: Les différentes perceptions sur le LM, Les pratiques critiques du Lean Leadership dans le contexte socioculturel marocain, Les effets comportementaux du Lean Leadership au niveau opérationnel, Identification des facteurs critiques de succès du LM dans un contexte socioculturel marocain. nationales cherchant à mettre en place le LM 3.2. Analyse des données et résultats : Caractéristique Résultat Pays d origine des multinationales France Japon Allemagne USA Secteur d activité Automobile Aéronautique Autre Fonction Direction générale & Opérations Méthodes & Process Qualité Production Logistique Niveau Hiérarchique Directeur (opérations, industriel, ) Responsable superviseur Tableau 1: Caractéristiques de l'échantillon de l'étude % Au total, 41 questionnaires ont été retournés sur 120 envoyés. Le Tableau.1 donne un aperçu sur les réponses par pays d origine des multinationales, par secteur d activité, par fonction et par niveau hiérarchique

7 Analyse niveau de maturité du Lean Leadership et facteurs de succès au Maroc : Analyse des entreprises multinationales implantées au Maroc 7 des répondants. La majorité des répondants à l'enquête étaient des responsables (53%) et des superviseurs (32%); deux positions hiérarchiques susceptibles de donner une vue fiable sur le Lean Leadership et sa concrétisation vue leurs implication quotidienne dans le management des opérations et des équipes. Enfin, 50% des multinationales visées par l enquête sont françaises, 25% japonaises, 17% Allemandes et 8% des États-Unis. Tout d abord, en se basant sur les statistiques descriptives, nous avons analysé la perception du LM en fonction de la compréhension de sa philosophie. Les questions ont été définies sur la base de diverses études théoriques et empiriques (Womack et Jones, 2003; Liker, 2004; Farris, 2009; House et al., 2002; Pamfilie et al., 2012; Ahrens, 2006; Naor et al., 2014; Kull et Wacker, 2010). Une conclusion importante était la réduction de la philosophie du LM à une boite à outil pour réduire le temps de livraison (78.26%) et l amélioration des opérations (60.87%), et non pas un système de management totalement intégré (21.74%) qui se concentre sur la création de la valeur et la satisfaction du Client (21.74%) via l'organisation et la gestion de la conception des produits, des opérations, des fournisseurs et la gestion de la relation Client (26.09%). Un autre aspect intéressant est que seulement (17,39%) des répondants considèrent le LM comme une façon pour intégrer de nouveaux marchés et acquérir de nouvelles affaires; un résultat nettement inférieur à celui évalué chez nos voisins les européens qu est évalué à 42% (Ahrens, 2006). Ainsi, et en regardant le fait de réduire le LM au seul but d optimiser le temps de livraison, une grande partie des responsables et dirigeants ne voient pas encore pleinement les chances et les potentiels derrière la mise en œuvre du LM. En revanche, si les responsables et les dirigeants de l'entreprise connaissent moins le potentiel du LM, les initiatives d'amélioration à forte valeur ajoutée sont moins susceptibles d'être initiées (Liker, 2004). Ensuite, en se basant sur les statistiques descriptives, nous avons essayé de comprendre l impact socioculturel sur le Lean Leadership. Douze questions ont été formulées sur la base de la revue de la littérature du LM (Womack et Jones, 2003; Dora et al., 2013; Liker, 2004; Liker et Ogden 2011; Naor et al., 2014; Dombrowski et Mielk, 2013; Dombrowski et Mielk, 2014; Martinez-Jurado et al., 2014; De Leeuw, 2011; Garnier, 2010, Losonci et al., 2011) dans l objectif d investiguer sur la pratique des fondamentaux du Lean Leadership au Maroc. Les conclusions à base de la valeur moyenne de difficulté indiquent que les responsables et les superviseurs de production n assument pas pleinement la responsabilité de la qualité des produits (47.83%) et n encouragent pas les opérateurs à arrêter les machines et les lignes de production en cas de problème qualité Arrêt au premier défaut (47,83%). Ces deux constats confirment un autre résultat sur la difficulté chez les responsables et les

8 8 CIGIMS 2015, EST de Fès - 21, 22 et 23 mai 2015 superviseurs à mettre la qualité en premier lieu par rapport à la productivité (52.66 %). Cette étude indique également une moyenne de difficulté de 55,56% chez les gestionnaires et les superviseurs de production pour encourager et participer avec les employés aux projets d amélioration des processus et des indicateurs de performance. Malheureusement, la recherche parmi les organisations qui ont connues un succès mondial indique que les résultats sont meilleurs si le management des opérations est axé sur le soutien à l'amélioration plutôt que sur le contrôle des employés (Johnston et al., 2002). A cet effet, le changement dans le rôle et le comportement des responsables et des superviseurs avec plus de transparence, moins de barrières dans le flux de communication avec les employés, l esprit Genba et le contact direct avec le terrain constituent la pierre angulaire du succès du LM. Vraisemblablement, comme Farris note, les pratiques du Lean Leadership, depuis l incitation des employés à la participation aux chantiers de l amélioration continue, l'intégration des employés dans les équipes de résolution des problèmes (MRP) et la formation des employés, sont reconnues pour former les composantes de base du LM (Farris et al, 2009). C est ainsi que la littérature du Lean Leadership postule que les responsables et les superviseurs devraient fonctionner comme des facilitateurs plutôt que des contrôleurs ou même des gendarmes (Naor et al., 2010), et chaque responsable doit supporter la culture de l amélioration continue en la pratiquant et en donnant l'exemple (Dombrowski et Mielke, 2014). Ensuite, nous avons analysé l'influence des pratiques du Lean Leadership sur le comportement des opérateurs dans les lignes de production en cherchant pour chaque exigence du LM, la valeur moyenne de difficulté d application chez les opérateurs dans les lignes de productions. Décidément, il peut être jugé que le comportement des opérateurs au niveau des ateliers est largement influencé par la qualité du Lean Leadership chez les responsables et les superviseurs. Les conclusions à base de la valeur moyenne de difficultés indiquent que les opérateurs dans les ateliers se concentrent moins sur l amélioration continue (50,72%) et la résolution de problèmes (48,79%). De même, les résultats révèlent qu en cas de problème qualité, les opérateurs trouvent des difficultés dans l application «de l arrêt au premier défaut» dans les lignes de production (52,66%). Ces résultats peuvent être considérés comme une conséquence révélatrice de la grande difficulté chez les responsables à encourager et de participer avec les employés aux projets d amélioration continue (52.66%) et à placer la qualité au dessus de la productivité (52,66%). Ces résultats sont entièrement en accord avec les recherches sur le management des opérations qui croient aussi que la qualité du Lean Leadership a des implications sur le respect des exigences du LM chez les

9 Analyse niveau de maturité du Lean Leadership et facteurs de succès au Maroc : Analyse des entreprises multinationales implantées au Maroc 9 employés (Handel, 2014). De même, ces résultats confirment d autres recherches plus globales examinant le lien entre le comportement du management et la performance du LM, et supposent clairement que le leadership affecte le comportement des employés dans toute organisation (De Leeuw et al., 2011). Par conséquent, c est l'intégration des pratiques du LM chez les employés via un Lean Leadership exemplaire, qui permettra l atteinte des multiples objectifs de l entreprise en productivité et en efficience aussi que l aboutissement à la performance supérieure en qualité (De Menezes et al., 2010). Le dernier résultat important concernait les facteurs critiques de succès - ce qui rend le LM réussi dans un contexte socioculturel marocain? Les répondants ont donné une notation pour douze facteurs jugés critiques pour le succès du LM. Un facteur classé comme le plus critique est l engagement réel de la direction pour la qualité et l amélioration continue (91,93%). L allocation du temps et des moyens pour les projets d'amélioration a été évalué être le facteur critique suivant de succès (80,75% de). De même, un leadership très fort chez les responsables et les superviseurs a été supposé être un facteur critique du succès du LM dans un contexte socioculturel marocain (80,12%). Ce résultat est parfaitement aligné avec les précédentes recherches empiriques sur les facteurs de succès du LM, et qui ont toujours fait état d'une relation positive entre les attitudes de management et les résultats attendus du LM (Zu et al., 2010; Duque et cadavid, 2007; Bakas, 2011; De Menezes et al., 2010;Herron et Hicks, 2008; Womack and Jones, 2003; Dora and al., 2013; Liker, 2004; Liker and Ogden 2011; Naor et al., 2014; Dombrowski and Mielk, 2013; Dombrowski and Mielk, 2014; Martinez-Jurado et al., 2014; De Leeuw, 2011; Garnier, 2010, Losonci et al., 2011). Encore, l'un des facteurs intéressants parmi l'ensemble des facteurs de succès est la formation continue (77,02%) et la séparation hiérarchique entre la fonction qualité et la fonction production. Cependant, les résultats de l'étude retiennent que la promotion interne (40,37%) et la sécurité de l emploi (47,83%) n ont été pas jugées comme des facteurs essentiels pour la réussite du LM. Deux points autour desquels l auteur se trouve en désaccord avec la majorité des répondants. En fait, une politique de mobilité interne efficace développe la volonté des employés à changer, réduise les coûts de recrutement et d adaptation, améliore la polyvalence et la polycompétence et renforce l agilité de l entreprise dans un environnement en évolution rapide (Mignonac et Herrbach, 2003). La mobilité interne peut être considérée comme une véritable stratégie de flexibilité en s appuyant sur des ressources internes plutôt que dépendre du marché de l emploi. En outre, la participation des employés dans les décisions relatives à leurs carrières professionnelles sera favorable et renforce le sentiment de confiance à la fois dans l'entreprise et dans son équipe dirigeante (Ochetan, 2012). Encore, dans les

10 10 CIGIMS 2015, EST de Fès - 21, 22 et 23 mai 2015 implémentations du LM, il est important d'assurer la sécurité de l'emploi (Duque et cadavid, 2007) et de privilégier la promotion interne plutôt que les recrutements externes (Forster et Fenwick, 2014). En tant que base de la philosophie du LM, il n y a aucun doute que la stabilité est la composante la plus importante dans le succès du LM et les avantages de la mobilité interne sont évidents à la fois à l'entreprise et aux employés. 4. Conclusion L'objectif de cette étude est de combler une lacune dans la recherche scientifique sur le Lean Leadership au Maroc. Il s agit d évaluer la modération de l efficacité du Lean Leadership par les dimensions de leadership et les valeurs culturelles nationales en explorant la culture lean dans diverses multinationales implantées dans le pays. En première conclusion, les résultats ont révélé que les responsables et les superviseurs sont moins concentrés sur les projets d'amélioration continue et moins performant à former, motiver et faciliter le travail aux employés. Ces résultats permettent de mieux comprendre pourquoi une majeure partie des entreprises trouve difficile même délicate la mise en œuvre et l'utilisation des pratiques du LM. Une explication de cette constatation est que les approches du LM et de la qualité totale nécessitent une philosophie de gestion fondamentalement différente de la l'approche de gestion traditionnelle inspirée de la production de masse. Ensuite, nous avons étudié la relation entre les pratiques du Lean Leadership et leurs effets sur le comportement des employés dans les lignes de production. Les résultats ont confirmé largement l impact du leadership sur le comportement des employés dans les lignes de production. C est aussi une nouvelle confirmation de plusieurs recherches qui soutiennent que le succès du LM exige obligatoirement des responsables qui y croient fortement et l appliquent correctement. Ainsi, du fait qu'aucune pratique culturelle ne pourra être maintenue sauf si elle est modélisée, les responsables doivent alors modéliser les comportements qu'ils désirent s ils s attendent les avoir chez leurs équipes. Enfin, nous avons étudié ce qui favorise le succès du LM dans un contexte socioculturel marocain. Les résultats de l'étude soutiennent tous les aspects critiques issus de la littérature qui ont été aussi évalué par la majorité des répondants d être important pour la mise en œuvre du LM. En voyant que les quatre premiers facteurs critiques de réussite sont l engagement du top engagement, allocation du temps et des moyens pour les chantiers d amélioration, un leadership très fort chez les responsables et la présence

11 Analyse niveau de maturité du Lean Leadership et facteurs de succès au Maroc : Analyse des entreprises multinationales implantées au Maroc 11 d un programme de développement des employés, il devient très clair que cette recherche s aligne et soutient la littérature récente sur le LM. Une ouverture sur d autres résultats sera d'élargir l'étude pour inclure d autres secteurs d activité autre que l aéronautique et l automobile. Enfin, on estime que des études futures seront nécessaires afin de développer et de proposer les méthodologies et les outils garantissant le déploiement avec succès du LM dans un contexte socioculturel national. Bibliographie : Ahrens, T., Lean production: Successful implementation of organizational change in operations instead of short term cost reduction efforts. Lean Alliance, p. 1-87, Farris, A.J., Van Aken, M.E., Doolen, L.T., Worley, J., Critical success factors for human resource outcomes in Kaizen events: An empirical study. Int. J. Production Economics 117, p , Naor, M., Linderman, K., Schroeder, R., The globalization of operations in Eastern and Western countries: Unpacking the relationship between national and organizational culture and its impact on manufacturing performance. Journal of Operations Management 28, p , Losonci, D., Demeter, K., Jenei, I., Factors influencing employee perceptions in lean transformations. Int. J. Production Economics 131, p , De Leeuw, S., Van den Berg, P.J., Improving operational performance by influencing shopfloor behavior via performance management practices. Journal of Operations Management 29, p , Martinez-Jurado, J.P., Moyano-Fuentesa, J., Jerez-Gômezb, P., Human resource management in Lean Production adoption and implementation processes: Success factors in the aeronautics industry. BRQ Business Research Quarterly 17, p , Dombrowski, U., Mielke, T., Lean Leadership - 15 Rules for a sustainable Lean Implementation. Procedia CIRP 17, p , Chattergoon, S., Darling, S., Devitt, R., Klassen, W., Creating and sustaining value: Building a culture of continuous improvement. Healthcare Management Forum 27, p. 5-9, Lila, B., A survey on implementation of the Lean Manufacturing in Automotive Manufacturers in the Eastern Region of Thailand. International Conference on industrial Technology and Management 49, p , Matten, D., Geppert, M., Work systems in heavy engineering: The role of national culture and national institutions in multinationals corporations. Journal of International Management 10, p , Dorfman, P., Javidan, M., Hanges, P., Dastmalchian, A., House, R., GLOBE: A twenty year journey into the intriguing world of culture and leadership. Journal of World Business 47, p , 2012.

12 12 CIGIMS 2015, EST de Fès - 21, 22 et 23 mai 2015 Fullerton, R.R., Kennedy, F., Widener, S.K., Management Accounting Practices and Control in a Lean Manufacturing Environment. Accounting, Organizations and Society 38(1), p , Shah, R., Ward, T.P., Defining and developing measures of lean production. Journal of Operations Management 25, p , Lyonnet, B., Amélioration de la performance industrielle vers un système de production Lean adapté aux entreprises du pôle de compétitivité Arve Industries Haute-Savoie Mont-Blanc, thèse doctorat, Ecole Polytechnique de l Université de Savoie, 2010, France. Kull, J.T., Yan, T., Liu, Z., Wacker, G.J., The moderation of Lean manufacturing effectiveness by dimensions of national culture: Testing practice-culture congruence hypotheses. Int. J. Production Economics 153, p. 1-12, Liker, J., Ogden, T., Toyota, un vrai modèle de gestion de crise. Pearson Education France, Paris, 2011 Bakas, O., Challenges and success factors for implementation of Lean Manufacturing in European SMES. Norwegian University of Science and Technology, Trondheim, Norway, MITIP, Khurana, A., Managing complex production processes.sloan.manag., 40 (2), p , Rother, M., Toyota Kata: Managing People for Improvement, Adaptiveness and Superior Results. McGraw-Hill, Spear, S., Bowen, K.H., Decoding the DNA of the Toyota production system. Harvard Business Review, 77 (5), p , House, R., Javidan, M., Hanges, P., Dorfman, P., Understanding cultures and implicit leadership theories across the globe: an introduction to project GLOBE. Journal of World Business 37, p. 3-10, Trompenaars, F., Hampden-Turner, C., Riding the Waves of Culture: Understanding Cultural Diversity in Global Business, 2nded.. McGraw Hill, NewYork, Garza, A.L., Integrating Lean Principals in Automotive Product Development: Breaking Down Barriers in Culture and Process. Master s thesis at the Massachusetts Institute of Technology, Bortolotti, T., Boscari, S., Danese, P., Successful lean implementation: Organizational culture and soft lean practices. International Journal of Production Economics, Barmeyer, C., Mayrhofer, U., The contribution of intercultural management to the success of international mergers and acquisitions: An analysis of the EADS group. International Business Review, 17, p , Shah, R., Ward, T.P., Lean manufacturing: context, practice bundles, and performance. Journal of Operations Management, 21, p , 2003 Rose, A.M.N., Deros, B.Md., Rahman, M.N.Ab. & Nordin, N., Lean manufacturing best practices in SMEs. Proceedings of the 2011 International Conference on Industrial Engineering and Operations Management Kuala Lumpur, Malaysia, p , 2011.

13 Analyse niveau de maturité du Lean Leadership et facteurs de succès au Maroc : Analyse des entreprises multinationales implantées au Maroc 13 Bhasin, S., Performance of Lean in large organizations. Journal of Manfucaturing Systems, 31, p , Dora, M., Kumarb, M., Van Goubergena, D., Molnara, A., Gellyncka, X., Operational performance and critical success factors of lean manufacturing in European food processing SMEs. Trends in Food Science & Technology, 31, p , Matt, D.T., Rauch, E., Implementation of Lean Production in small sized Entreprises. Procedia, 12, p , Womack.J, Jones.D. Le système Lean : Penser à l entreprise au plus juste. Pearson France, Paris, Liker, J., Le modèle Toyota : 14 principes qui feront la réussite de votre entreprise. Pearson France, Paris, Pamfilie, R., Petcu, J.A., Graghici, M., The importance of leadership in driving a strategic Lean Six Sigma management. Procedia Social and Behavioral Sciences, 58, p , Naor, M., Jones, S.J., Bernardes,S.E., Goldstein, M.S., Schroeder, R., The cultureeffectiveness link in performance in a manufacturing context: A resource-based perspective. Journal of World Business, 49, p , Kull, J.T., Wacker, G.J., Quality management effectiveness in Asia: The culture. Journal of Operations Management, 28, p , influence of Dombrowski, U., Mielke, T., Lean Leadership fundamental principles and their application. Procedia CIRP 7, p , Garnier, D., La Value Stream Mapping : un outil de représentation des procédés et de réflexion pour l amélioration lean appliqué à l industrie pharmaceutique, thèse doctorat, Université Joseph Fourier, Faculté de Pharmacie de Grenoble, 2010, France. Johnston, R., Brignall, S., Fitzgerald, F., Good enough performance measurement: a trade-off between activity and action. Journal of the operational Research Society, 53 (5), p , Handel, J.M., Theories of lean management: An empirical evaluation. Social science research, 44, p , De Menezes, M.L, Wood, S., Gelade, G., The integration of human resource and operation management practices and its link with performance: A longitudinal latent class study. Journal of operations Management, 28, p , Zu.X, Robbins.L.T, Fredendall.D.L., Mapping the critical links between organizational culture and TQM/Six Sigma practices. Int. J. Production Economics, 123, p , Duque, M.F.D., Cadavid, R.L., Lean manufacturing measurement: The relationship between lean activities and lean metrics. Estudios Gerenciales, 23 (105), p , Mignonac, K., Herrbach, O., Managing individual career aspirations and corporate needs. A study of software engineers in France. Journal of Engineering and Technology Management, 20, p , 2003.

14 14 CIGIMS 2015, EST de Fès - 21, 22 et 23 mai 2015 Ochetan, T.M.C., Ochetan, A.D., The influence of economic and financial crisis on human resources management. Procedia Economics and Finance, 3, p , Forster, G., Fenwick, J., The influence of Islamic values on management practice in Morocco. European Management Journal /j.emj , 2014.

RÉSUMÉ DE THÈSE. L implantation des systèmes d'information (SI) organisationnels demeure une tâche difficile

RÉSUMÉ DE THÈSE. L implantation des systèmes d'information (SI) organisationnels demeure une tâche difficile RÉSUMÉ DE THÈSE L implantation des systèmes d'information (SI) organisationnels demeure une tâche difficile avec des estimations de deux projets sur trois peinent à donner un résultat satisfaisant (Nelson,

Plus en détail

L Excellence Achats et l Evaluation 360

L Excellence Achats et l Evaluation 360 L Excellence Achats et l Evaluation 360 Comment développer et transformer une organisation Achats pour des performances exceptionnelles? Comment pouvons-nous continuer à développer les Achats afin qu'ils

Plus en détail

National Director, Engineering and Maintenance East (Montreal, QC)

National Director, Engineering and Maintenance East (Montreal, QC) National Director, Engineering and Maintenance East (Montreal, QC) Reporting to the General Manager, Engineering and Maintenance, you will provide strategic direction on the support and maintenance of

Plus en détail

Lean approach on production lines Oct 9, 2014

Lean approach on production lines Oct 9, 2014 Oct 9, 2014 Dassault Mérignac 1 Emmanuel Théret Since sept. 2013 : Falcon 5X FAL production engineer 2011-2013 : chief project of 1st lean integration in Merignac plant 2010 : Falcon 7X FAL production

Plus en détail

Initiative d excellence de l université de Bordeaux. Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014. Recommandations

Initiative d excellence de l université de Bordeaux. Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014. Recommandations Initiative d excellence de l université de Bordeaux Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014 Recommandations 2/1 RECOMMANDATIONS DU COMITE STRATEGIQUE Une feuille de route pour le conseil de gestion

Plus en détail

Identification des incontournables à la démarche Lean

Identification des incontournables à la démarche Lean Identification des incontournables à la démarche Lean Analyse des résultats 7/09/2010 Barbara Lyonnet, Laboratoire SYMME, Université de Savoie barbara.lyonnet@univ-savoie.fr 1. Introduction Toute entreprise

Plus en détail

La construction d'un système de production adapté aux PME de

La construction d'un système de production adapté aux PME de Romain REAL Magali PRALUS Maurice PILLET Ludovic GUIZZI GDR MACS AMOEP 23/11/2007 La construction d'un système de production adapté aux PME de sous-traitance mécaniquem Plan de la présentation Problématique

Plus en détail

La stratégie des PME influence-t-elle leur adoption des outils ERP? Une analyse empirique

La stratégie des PME influence-t-elle leur adoption des outils ERP? Une analyse empirique La stratégie des PME influence-t-elle leur adoption des outils ERP? Une analyse empirique Résumé : L offre de logiciels intégrés auprès des petites entreprises s accroit. Cependant, l acquisition d un

Plus en détail

Proposition de méthode d implémentation d ITIL

Proposition de méthode d implémentation d ITIL Proposition de méthode d implémentation d ITIL Said Sebaaoui (*) - Mohamed Lamrini (*) - Laila El Abbadi (**) (*) : Laboratoire Informatique et Modélisation (LIM), Faculté des Sciences Dhar el Mahraz,

Plus en détail

Offre de formation ITIL

Offre de formation ITIL Offre de formation ITIL IT Infrastructure Library Consultant certifié ITIL Jean-Claude FOUQUET - Conseil en Organisation - Consultant-Formateur Synthèse de l offre ITIL Population concernée Thèmes développés

Plus en détail

BUSINESSVALUATOR. Management presentation

BUSINESSVALUATOR. Management presentation BUSINESSVALUATOR Management presentation English pages 2 to 12, French pages 13 to 23 Jean-Marc Bogenmann Designer of BusinessValuator Accredited consultant in business transfer jeanmarcbogenmann@iib.ws

Plus en détail

Forthcoming Database

Forthcoming Database DISS.ETH NO. 15802 Forthcoming Database A Framework Approach for Data Visualization Applications A dissertation submitted to the SWISS FEDERAL INSTITUTE OF TECHNOLOGY ZURICH for the degree of Doctor of

Plus en détail

ESC Programme CORE COURSES (Master level) 2011/2012

ESC Programme CORE COURSES (Master level) 2011/2012 CORE COURSES (Master level) 2011/2012 Language (F : French - E : English) Semester (1 : Fall - 2 : Spring) M-ESC-4-06-99-10-E M-ESC-4-06-99-10-F M-ESC-4-05-99-05-F M-ESC-4-05-99-05-E M-ESC-4-02-99-03-E

Plus en détail

IGS À LYON. www.igs-ecoles.com IGS À PARIS IGS À TOULOUSE

IGS À LYON. www.igs-ecoles.com IGS À PARIS IGS À TOULOUSE IGS À LYON Natacha PIETRUSZKA 47, rue Sergent Michel Berthet 69009 Lyon + 33 (0) 4 72 85 72 28 igslyon@groupe-igs.fr IGS À PARIS Domitille DELILLE 12 rue Alexandre Parodi 75010 PARIS + 33 (0) 1 80 97 65

Plus en détail

REMOTE DATA ACQUISITION OF EMBEDDED SYSTEMS USING INTERNET TECHNOLOGIES: A ROLE-BASED GENERIC SYSTEM SPECIFICATION

REMOTE DATA ACQUISITION OF EMBEDDED SYSTEMS USING INTERNET TECHNOLOGIES: A ROLE-BASED GENERIC SYSTEM SPECIFICATION REMOTE DATA ACQUISITION OF EMBEDDED SYSTEMS USING INTERNET TECHNOLOGIES: A ROLE-BASED GENERIC SYSTEM SPECIFICATION THÈSE N O 2388 (2001) PRÉSENTÉE AU DÉPARTEMENT D'INFORMATIQUE ÉCOLE POLYTECHNIQUE FÉDÉRALE

Plus en détail

Sigma Consulting est un cabinet conseil spécialisé en management des organisations. Démarche Consulting..2. Réalisations..9. Réseau de Compétences.

Sigma Consulting est un cabinet conseil spécialisé en management des organisations. Démarche Consulting..2. Réalisations..9. Réseau de Compétences. Sigma Consulting est un cabinet conseil spécialisé en management des organisations. Sa mission est d'aider les entreprises à développer la qualité de service dont ont besoin leurs clients internes ou externes.

Plus en détail

Management des Systèmes d Information

Management des Systèmes d Information Spécialité Réseaux (RES) UE: Management des systèmes d'information [mnsi, NI303] M2IRT 2012 1 ère année Management des Systèmes d Information Unité 2 - Les principaux types de SI dans l entreprise Gilles

Plus en détail

Sigma Consulting est un cabinet conseil spécialisé en management des organisations. Le Management en mode projet..2

Sigma Consulting est un cabinet conseil spécialisé en management des organisations. Le Management en mode projet..2 Sigma Consulting est un cabinet conseil spécialisé en management des organisations. Sa mission est d'aider les entreprises à développer la qualité de service dont ont besoin leurs clients internes ou externes.

Plus en détail

1 Les parcours proposés : Ce sont des filières de spécialisation proposées par les enseignants. Ils constituent un guide dans le choix des cours.

1 Les parcours proposés : Ce sont des filières de spécialisation proposées par les enseignants. Ils constituent un guide dans le choix des cours. 1 Les parcours proposés : Ce sont des filières de spécialisation proposées par les enseignants. Ils constituent un guide dans le choix des cours. PARCOURS MARKETING A TROIS PARCOURS SPECIALISES PAR FONCTIONS

Plus en détail

Enseignement Vocationnel sur les Operations de Business to Business

Enseignement Vocationnel sur les Operations de Business to Business Enseignement Vocationnel sur les Operations de Business to Business 2009-1-TR1-LEO05-08630 1 Information sur le projet Titre: Code Projet: Enseignement Vocationnel sur les Operations de Business to Business

Plus en détail

Animation de la démarche Santé et Sécurité au Travail pour Les Crudettes SAS

Animation de la démarche Santé et Sécurité au Travail pour Les Crudettes SAS MINISTERE DE L AGRICULTURE LES CRUDETTES SAS www.lescrudettes.com MÉMOIRE DE FIN D ÉTUDES présenté pour l obtention du diplôme d ingénieur agronome spécialisation : Agro-alimentaire option : QUALI-RISQUES

Plus en détail

Bienvenue. au Pôle. de l ENSAMl

Bienvenue. au Pôle. de l ENSAMl Bienvenue au Pôle Méditerranéen en de l Innovationl de l ENSAMl 2007 Le réseau r ENSAM Design Prototypage rapide Réalité virtuelle Laval Qualité Hygiène Sécurité, Environnement Innovation Mimet La CPA

Plus en détail

Logiciels pour l'industrie pharmaceutique

Logiciels pour l'industrie pharmaceutique CIS Valley Logiciels pour l'industrie pharmaceutique La gamme Pharma Valley The PHARMA Valley range L'industrie pharmaceutique est confrontée à un enjeu stratégique majeur : les exigences toujours plus

Plus en détail

La boîte à outils de la GP: les résultats de l enquête

La boîte à outils de la GP: les résultats de l enquête La boîte à outils de la GP: les résultats de l enquête Claude Besner PMP, PhD et Brian Hobbs PMP, PhD Programme de maîtrise en gestion de projet ESG / UQÀM Objectifs Identifier empiriquement les outils

Plus en détail

Tier 1 / Tier 2 relations: Are the roles changing?

Tier 1 / Tier 2 relations: Are the roles changing? Tier 1 / Tier 2 relations: Are the roles changing? Alexandre Loire A.L.F.A Project Manager July, 5th 2007 1. Changes to roles in customer/supplier relations a - Distribution Channels Activities End customer

Plus en détail

Conditions de l'examen

Conditions de l'examen Conditions de l'examen Gestion des selon la norme ISO/CEI 20000 Consultant/Manager (IS20CM.FR) Date de publication 01-07-2010 Date de parution 01-07-2010 Résumé Groupe cible Le qualification Consultant/Manager

Plus en détail

conception des messages commerciaux afin qu ils puissent ainsi accroître la portée de leur message.

conception des messages commerciaux afin qu ils puissent ainsi accroître la portée de leur message. RÉSUMÉ Au cours des dernières années, l une des stratégies de communication marketing les plus populaires auprès des gestionnaires pour promouvoir des produits est sans contredit l utilisation du marketing

Plus en détail

09/2011. Thierry Lemerle Directeur Général adjoint Pole Emploi, France

09/2011. Thierry Lemerle Directeur Général adjoint Pole Emploi, France Thierry Lemerle Directeur Général adjoint Pole Emploi, France Missions Registration Information Payment of allowances Support for job seekers Assistance to companies for their recruitment Establishment

Plus en détail

Stratégie IT : au cœur des enjeux de l entreprise

Stratégie IT : au cœur des enjeux de l entreprise Stratégie IT : au cœur des enjeux de l entreprise Business Continuity Convention Tunis 27 Novembre 2012 Sommaire Sections 1 Ernst & Young : Qui sommes-nous? 2 Stratégie IT : au cœur des enjeux de l entreprise

Plus en détail

VERS L EXCELLENCE DANS LA FORMATION PROGRAMME D APPUI A LA QUALITE AMELIORATION SUPERIEUR DE LA QUALITE DE L ENSEIGNEMENT TITRE DU PROJET

VERS L EXCELLENCE DANS LA FORMATION PROGRAMME D APPUI A LA QUALITE AMELIORATION SUPERIEUR DE LA QUALITE DE L ENSEIGNEMENT TITRE DU PROJET PROGRAMME D APPUI A LA QUALITE AMELIORATION DE LA QUALITE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR TITRE DU PROJET VERS L EXCELLENCE DANS LA FORMATION ETABLISSEMENT GESTIONNAIRE DU PROJET ISET DE NABEUL JUILLET 2009

Plus en détail

Préconisations pour une gouvernance efficace de la Manche. Pathways for effective governance of the English Channel

Préconisations pour une gouvernance efficace de la Manche. Pathways for effective governance of the English Channel Préconisations pour une gouvernance efficace de la Manche Pathways for effective governance of the English Channel Prochaines étapes vers une gouvernance efficace de la Manche Next steps for effective

Plus en détail

Energisez votre capital humain!

Energisez votre capital humain! Energisez votre capital humain! Nos outils, notre conseil et nos méthodologies permettent à nos clients «d Energiser leur Capital Humain». Qualintra est l un des leaders européens pour la mesure et le

Plus en détail

RAPID 3.34 - Prenez le contrôle sur vos données

RAPID 3.34 - Prenez le contrôle sur vos données RAPID 3.34 - Prenez le contrôle sur vos données Parmi les fonctions les plus demandées par nos utilisateurs, la navigation au clavier et la possibilité de disposer de champs supplémentaires arrivent aux

Plus en détail

Business Process Management

Business Process Management Alain Darmon Responsable Avant-Vente BPM, IBM 1 er mars 2011 Business Process Management Améliorez l agilité de l entreprise avec la gestion des processus métier Les processus sont partout! Ouverture de

Plus en détail

How to be a global leader in innovation?

How to be a global leader in innovation? How to be a global leader in innovation? 2014-03-17 / Rybinsk Marc Sorel Safran Country delegate /01/ Innovation : a leverage to create value 1 / 2014-01-30/ Moscou / Kondratieff A REAL NEED FOR INNOVATION

Plus en détail

INTRODUCTION. Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse Page 1

INTRODUCTION. Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse Page 1 LES FICHES OUTILS RESSOURCES HUMAINES L évaluation 360 Feed-back INTRODUCTION Aujourd hui les ressources humaines sont considérées par les entreprises comme un capital. La notion de «capital humain» illustre

Plus en détail

The space to start! Managed by

The space to start! Managed by The space to start! Managed by ESA Business Incubation Centers (ESA BICs) : un programme de soutien à la création d entreprises L Agence Spatiale Européenne (ESA) dispose d un programme de transfert de

Plus en détail

Mise en place d un système de cabotage maritime au sud ouest de l Ocean Indien. 10 Septembre 2012

Mise en place d un système de cabotage maritime au sud ouest de l Ocean Indien. 10 Septembre 2012 Mise en place d un système de cabotage maritime au sud ouest de l Ocean Indien 10 Septembre 2012 Les défis de la chaine de la logistique du transport maritime Danielle T.Y WONG Director Logistics Performance

Plus en détail

dualine An INRA-CIRAD prospective study on Food System and Sustainability Aims and First Issues L.G. Soler INRA-Paris

dualine An INRA-CIRAD prospective study on Food System and Sustainability Aims and First Issues L.G. Soler INRA-Paris dualine An INRA-CIRAD prospective study on Food System and Sustainability Aims and First Issues L.G. Soler INRA-Paris 1 General Context The issue of sustainable food systems raises several challenges:

Plus en détail

Quatre axes au service de la performance et des mutations Four lines serve the performance and changes

Quatre axes au service de la performance et des mutations Four lines serve the performance and changes Le Centre d Innovation des Technologies sans Contact-EuraRFID (CITC EuraRFID) est un acteur clé en matière de l Internet des Objets et de l Intelligence Ambiante. C est un centre de ressources, d expérimentations

Plus en détail

LE LEAN MINING ET LES DÉFIS ASSOCIÉS À LA SST. Nadeau, S., Morency, F., Nsangou, J.-R. École de technologie supérieure

LE LEAN MINING ET LES DÉFIS ASSOCIÉS À LA SST. Nadeau, S., Morency, F., Nsangou, J.-R. École de technologie supérieure LE LEAN MINING ET LES DÉFIS ASSOCIÉS À LA SST École de technologie supérieure 2 Qu est-ce que le lean mining? Une contextualisation des principes du lean manufacturing au secteur minier. 3 Qu est-ce que

Plus en détail

Service management. Transforming the IT organization and driving it across the enterprise. Carlo Purassanta. Integrated Technology Services Executive

Service management. Transforming the IT organization and driving it across the enterprise. Carlo Purassanta. Integrated Technology Services Executive Service management Transforming the IT organization and driving it across the enterprise Carlo Purassanta Integrated Technology Services Executive IBM Global CEO Study L entreprise du futur The study Core

Plus en détail

Déterminants de l assurance dans les entreprises non financières. Approche empirique

Déterminants de l assurance dans les entreprises non financières. Approche empirique Déterminants de l assurance dans les entreprises non financières. Approche empirique Hassen RAÏS. Enseignant-Chercheur. IAE -Toulouse. CRM UMR 5303 CNRS. hassen.rais@iae-toulouse.fr - +33(0)6 33 09 16

Plus en détail

INSTITUT MARITIME DE PREVENTION. For improvement in health and security at work. Created in 1992 Under the aegis of State and the ENIM

INSTITUT MARITIME DE PREVENTION. For improvement in health and security at work. Created in 1992 Under the aegis of State and the ENIM INSTITUT MARITIME DE PREVENTION For improvement in health and security at work Created in 1992 Under the aegis of State and the ENIM Maritime fishing Shellfish-farming Sea transport 2005 Le pilier social

Plus en détail

L adoption du BIM et des approches intégrées au Québec Sondage janvier/février 2015

L adoption du BIM et des approches intégrées au Québec Sondage janvier/février 2015 L adoption du BIM et des approches intégrées au Québec Sondage janvier/février 2015 26 mai 2015- Grande rencontre BIM Souha Tahrani I Daniel Forgues I Erik Poirier I GRIDD, Chaire Pomerleau École de technologie

Plus en détail

1. Étude réalisée par l AFOPE en 2005. 2. Hellriegel D., Slocum J. W., Woodman R. W., Management des organisations, Bruxelles, De Boeck, 1992.

1. Étude réalisée par l AFOPE en 2005. 2. Hellriegel D., Slocum J. W., Woodman R. W., Management des organisations, Bruxelles, De Boeck, 1992. Introduction 1 I n t r o d u c t i o n Créer des usines, des entreprises, des organisations, des méthodes, des produits, des services nouveaux suppose d avoir des équipes motivées, obéissant à un calendrier

Plus en détail

Catalogue de formations 2015

Catalogue de formations 2015 Catalogue de formations 2015 Bruxelles Luxembourg Paris Alger Version V1R0 Emission le 5 th November 2014 TURNING KNOWLEDGE INTO COMPETENCIES 0 Avant-propos Cher lecteur, Je suis très heureux de vous présenter

Plus en détail

Comment IBM Connections peut enrichir l'expérience des utilisateurs de technologies Microsoft

Comment IBM Connections peut enrichir l'expérience des utilisateurs de technologies Microsoft Comment IBM Connections peut enrichir l'expérience des utilisateurs de technologies Microsoft Transformer MS Sharepoint avec IBM Connections pour construire une véritable solution collaborative Le Social

Plus en détail

son offre Executive Education

son offre Executive Education Destinée aux cadres supérieurs, dirigeants d entreprises et entrepreneurs menée en partenariat avec CentraleSupélecParis Lancée en Octobre 2015 Casablanca, le 2 juin 2015 L Ecole Centrale Casablanca annonce

Plus en détail

Certification Appreciative Inquiry Accompagnement des Transformations dans les Organisations

Certification Appreciative Inquiry Accompagnement des Transformations dans les Organisations Certification Appreciative Inquiry Accompagnement des Transformations dans les Organisations Ce programme a été conçu par les professeurs de la Weatherhead School of Management de la Case Western Reserve

Plus en détail

QUALITÉ, AMÉLIORATION & ÉVALUATION DES PROCESSUS

QUALITÉ, AMÉLIORATION & ÉVALUATION DES PROCESSUS QUALITÉ, AMÉLIORATION & ÉVALUATION DES PROCESSUS Les organisations du secteur privé, comme du secteur public, doivent pouvoir s adapter continuellement à un environnement en perpétuelle mutation. Ceci

Plus en détail

La solution idéale de personnalisation interactive sur internet

La solution idéale de personnalisation interactive sur internet FACTORY121 Product Configurator (summary) La solution idéale de personnalisation interactive sur internet FACTORY121 cité comme référence en «Mass Customization» au MIT et sur «mass-customization.de» Specifications

Plus en détail

Présentation par François Keller Fondateur et président de l Institut suisse de brainworking et M. Enga Luye, CEO Belair Biotech

Présentation par François Keller Fondateur et président de l Institut suisse de brainworking et M. Enga Luye, CEO Belair Biotech Présentation par François Keller Fondateur et président de l Institut suisse de brainworking et M. Enga Luye, CEO Belair Biotech Le dispositif L Institut suisse de brainworking (ISB) est une association

Plus en détail

Township of Russell: Recreation Master Plan Canton de Russell: Plan directeur de loisirs

Township of Russell: Recreation Master Plan Canton de Russell: Plan directeur de loisirs Township of Russell: Recreation Master Plan Canton de Russell: Plan directeur de loisirs Project Introduction and Stakeholder Consultation Introduction du projet et consultations publiques Agenda/Aperçu

Plus en détail

COLLABORATION ET RESEAUX SOCIAUX D ENTREPRISE POURQUOI COMMENT

COLLABORATION ET RESEAUX SOCIAUX D ENTREPRISE POURQUOI COMMENT SOCIETE GENERALE COMMUNICATION Entreprises & Médias COLLABORATION ET RESEAUX SOCIAUX D ENTREPRISE POURQUOI COMMENT 28/11/2014 (SOCIAUX) 28/11/2014 P.2 QUELQUES CHIFFRES POUR COMMENCER Evolution comparée

Plus en détail

OFFRE DE FORMATIONS 2015

OFFRE DE FORMATIONS 2015 Matia Consulting Consultance en Formation Conseils & Formations sur mesure TPE - PME Développement des compétences Management de la Performance OFFRE DE FORMATIONS 2015 Contact Anne QUINTART +32 (0)472

Plus en détail

Formation en conduite et gestion de projets. Renforcer les capacités des syndicats en Europe

Formation en conduite et gestion de projets. Renforcer les capacités des syndicats en Europe Formation en conduite et gestion de projets Renforcer les capacités des syndicats en Europe Pourquoi la gestion de projets? Le département Formation de l Institut syndical européen (ETUI, European Trade

Plus en détail

Become. Business Provider for Matheo Software

Become. Business Provider for Matheo Software Become Business Provider for Matheo Software Who we are? Matheo Software was created in 2003 by business intelligence and information processing professionals from higher education and research. Matheo

Plus en détail

Christian BONTEMPS né le 08 juillet 1969

Christian BONTEMPS né le 08 juillet 1969 Curriculum Vitae Christian BONTEMPS né le 08 juillet 1969 Situation actuelle : Ingénieur en Chef des Ponts et Chaussées, Chercheur IDEI Professeur Sciences Économiques, GREMAQ - Université Toulouse I.

Plus en détail

Génie Logiciel et Gestion de Projets

Génie Logiciel et Gestion de Projets Génie Logiciel et Gestion de Projets INFO-F-407 Ragnhild Van Der Straeten 2008-2009 ULB 1 Génie Logiciel et Gestion de Projets Organisation 2 Ragnhild Van Der Straeten VUB, 4K209 Campus Etterbeek rvdstrae@vub.ac.be

Plus en détail

Moyenne d efficacité du travail de l équipe de dispensateurs de SSP (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé primaires) Cote moyenne

Moyenne d efficacité du travail de l équipe de dispensateurs de SSP (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé primaires) Cote moyenne (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé primaires) Définition Cote moyenne de l efficacité du travail de l équipe fondée sur les facteurs suivants : vision; participation ouverte; orientation

Plus en détail

POSITION DESCRIPTION DESCRIPTION DE TRAVAIL

POSITION DESCRIPTION DESCRIPTION DE TRAVAIL Supervisor Titre du poste de la superviseure ou du superviseur : Coordinator, Communications & Political Action & Campaigns Coordonnatrice ou coordonnateur de la Section des communications et de l action

Plus en détail

Y. S. Links Business Consulting

Y. S. Links Business Consulting Y. S. Links Business Consulting Janvier 2012 Your Smart Link for Entry and Growth in Asia Y.S.Links est un cabinet de conseil qui propose à ses clients onestop services consulting, depuis la planification

Plus en détail

Programme scientifique MUST

Programme scientifique MUST Programme scientifique MUST Management of Urban Smart Territories 03/06/2014 Claude Rochet - Florence Pinot 1 Qu est-ce qui fait qu une ville est «smart»? Ce n est pas une addition de «smarties»: smart

Plus en détail

Protection des Données : CUSI, le 27 Mars 2013 Présenté par Patrick Régeasse

Protection des Données : CUSI, le 27 Mars 2013 Présenté par Patrick Régeasse Protection des Données : L archétype du projet paradoxal CUSI, le 27 Mars 2013 Présenté par Patrick Régeasse ToC - Agenda 1 Projet Paradoxal? 2 3 4 Les raisons d un capital risque élevé Les Facteurs Clefs

Plus en détail

PEINTAMELEC Ingénierie

PEINTAMELEC Ingénierie PEINTAMELEC Ingénierie Moteurs de productivité Drivers of productivity Automatisation de systèmes de production Informatique industrielle Manutention Contrôle Assemblage Automating production systems Industrial

Plus en détail

1. City of Geneva in context : key facts. 2. Why did the City of Geneva sign the Aalborg Commitments?

1. City of Geneva in context : key facts. 2. Why did the City of Geneva sign the Aalborg Commitments? THE AALBORG COMMITMENTS IN GENEVA: AN ASSESSMENT AT HALF-TIME 1. City of Geneva in context : key facts 2. Why did the City of Geneva sign the Aalborg Commitments? 3. The Aalborg Commitments: are they useful

Plus en détail

Agile&:&de&quoi&s agit0il&?&

Agile&:&de&quoi&s agit0il&?& Association Nationale des Directeurs des Systèmes d Information &:&de&quoi&s agit0il&?& Pierre Delort, Président, Association Nationale des DSI http://www.andsi.fr/tag/delort/ Document confidentiel Ne

Plus en détail

European Business to Business Sales Institute

European Business to Business Sales Institute European Business to Business Sales Institute FR/05/B/P/PP-152044 1 Information sur le projet Titre: Code Projet: Année: 2005 European Business to Business Sales Institute FR/05/B/P/PP-152044 Type de Projet:

Plus en détail

«Rénovation des curricula de l enseignement supérieur - Kazakhstan»

«Rénovation des curricula de l enseignement supérieur - Kazakhstan» ESHA «Création de 4 Ecoles Supérieures Hôtelières d'application» R323_esha_FT_FF_sup_kaza_fr R323 : Fiche technique «formation des enseignants du supérieur» «Rénovation des curricula de l enseignement

Plus en détail

Public and European Business Law - Droit public et européen des affaires. Master I Law Level

Public and European Business Law - Droit public et européen des affaires. Master I Law Level Public and European Business Law - Droit public et européen des affaires Stéphane de La Rosa Master I Law Level Delivered Lectures Jean Monnet Chair «Droit de l Union Européenne et Mutations de l intégration

Plus en détail

Stage Ingénieur en développement logiciel/modélisation 3D

Stage Ingénieur en développement logiciel/modélisation 3D Ingénieur en développement logiciel/modélisation 3D Schlumberger recrute un(e) stagiaire ingénieur en modélisation 3D pour la plate-forme Petrel. Vous serez intégré(e) au sein d une équipe innovante, Petrel

Plus en détail

ADHEFILM : tronçonnage. ADHEFILM : cutting off. ADHECAL : fabrication. ADHECAL : manufacturing.

ADHEFILM : tronçonnage. ADHEFILM : cutting off. ADHECAL : fabrication. ADHECAL : manufacturing. LA MAÎTRISE D UN MÉTIER Depuis plus de 20 ans, ADHETEC construit sa réputation sur la qualité de ses films adhésifs. Par la maîtrise de notre métier, nous apportons à vos applications la force d une offre

Plus en détail

MONACO BUSINESS START, GROW, WIN!

MONACO BUSINESS START, GROW, WIN! AUDITORIUM RAINIER III 16 OCTOBRE 2013 MONACO BUSINESS START, GROW, WIN! UNE VITRINE, DES OPPORTUNITÉS D AFFAIRES... ET UNE FENÊTRE SUR LE MONDE START MONACO BUSINESS est un événement unique pour maximiser

Plus en détail

REVITALIZING THE RAILWAYS IN AFRICA

REVITALIZING THE RAILWAYS IN AFRICA REVITALIZING THE RAILWAYS IN AFRICA Contents 1 2 3 4 GENERAL FRAMEWORK THE AFRICAN CONTINENT: SOME LANDMARKS AFRICAN NETWORKS: STATE OF PLAY STRATEGY: DESTINATION 2040 Contents 1 2 3 4 GENERAL FRAMEWORK

Plus en détail

Optimiser la recherche d informations dans deux des Bases de Données internes et Accroître la productivité des analystes

Optimiser la recherche d informations dans deux des Bases de Données internes et Accroître la productivité des analystes Optimiser la recherche d informations dans deux des Bases de Données internes et Accroître la productivité des analystes Mémoire de stage Promotion 2010 Priscillia VON HOFMANN Abstract Today, the importance

Plus en détail

PRENOM : HALA. Nom, Prénom et grade du directeur de thèse TOURNOIS Nadine, Professeur en Sciences de Gestion, Université de Nice

PRENOM : HALA. Nom, Prénom et grade du directeur de thèse TOURNOIS Nadine, Professeur en Sciences de Gestion, Université de Nice Nice, le 16 juin 2014 NOM : JA BARY E-MAIL PRENOM : HALA HALAJABARY@YAHOO.COM Nom, Prénom et grade du directeur de thèse TOURNOIS Nadine, Professeur en Sciences de Gestion, Université de Nice Page 1 :

Plus en détail

MSO MASTER SCIENCES DES ORGANISATIONS GRADUATE SCHOOL OF PARIS- DAUPHINE. Département Master Sciences des Organisations de l'université Paris-Dauphine

MSO MASTER SCIENCES DES ORGANISATIONS GRADUATE SCHOOL OF PARIS- DAUPHINE. Département Master Sciences des Organisations de l'université Paris-Dauphine MSO MASTER SCIENCES DES ORGANISATIONS GRADUATE SCHOOL OF PARIS- DAUPHINE Département Master Sciences des Organisations de l'université Paris-Dauphine Mot du directeur Le département «Master Sciences des

Plus en détail

ÉVALUATION PRIMAIRE D UN SYSTÈME D AIDE AU CONTRÔLE AÉRIEN EN ROUTE

ÉVALUATION PRIMAIRE D UN SYSTÈME D AIDE AU CONTRÔLE AÉRIEN EN ROUTE Proceedings of the SELF-ACE 001 Conference Ergonomics for changing work ÉVALUATION PRIMAIRE D UN SYSTÈME D AIDE AU CONTRÔLE AÉRIEN EN ROUTE CELLIER JEAN-MARIE Laboratoire Travail et Cognition (LTC), UMR

Plus en détail

Un programme unique d apprentissage par l action (action learning) en partenariat avec

Un programme unique d apprentissage par l action (action learning) en partenariat avec Un programme unique d apprentissage par l action (action learning) en partenariat avec Contacts: Angela Feigl (feigl@eml-executive.com) Sidonie Chemla (chemla@eml-executive.com) 1 De quoi s agit-il? Un

Plus en détail

Marie Curie Individual Fellowships. Jean Provost Marie Curie Postdoctoral Fellow, Institut Langevin, ESCPI, INSERM, France

Marie Curie Individual Fellowships. Jean Provost Marie Curie Postdoctoral Fellow, Institut Langevin, ESCPI, INSERM, France Marie Curie Individual Fellowships Jean Provost Marie Curie Postdoctoral Fellow, Institut Langevin, ESCPI, INSERM, France Deux Soumissions de Projet Marie Curie International Incoming Fellowship Finance

Plus en détail

Professor [Professeur agrégé des universités], University of Toulouse 1 Capitole

Professor [Professeur agrégé des universités], University of Toulouse 1 Capitole KARIM MIGNONAC Professor of Human Resource Management and Organizational Behavior Toulouse School of Management (IAE, CRM)/University of Toulouse 1 Capitole CRM bât. J, 2 rue du Doyen Gabriel Marty, 31042

Plus en détail

Vers une approche Adaptative pour la Découverte et la Composition Dynamique des Services

Vers une approche Adaptative pour la Découverte et la Composition Dynamique des Services 69 Vers une approche Adaptative pour la Découverte et la Composition Dynamique des Services M. Bakhouya, J. Gaber et A. Koukam Laboratoire Systèmes et Transports SeT Université de Technologie de Belfort-Montbéliard

Plus en détail

Editing and managing Systems engineering processes at Snecma

Editing and managing Systems engineering processes at Snecma Editing and managing Systems engineering processes at Snecma Atego workshop 2014-04-03 Ce document et les informations qu il contient sont la propriété de Ils ne doivent pas être copiés ni communiqués

Plus en détail

D Expert en Finance et Investissements

D Expert en Finance et Investissements MODULES FINAL D Expert en Finance et Investissements Copyright 2014, AZEK AZEK, Feldstrasse 80, 8180 Bülach, T +41 44 872 35 35, F +41 44 872 35 32, info@azek.ch, www.azek.ch Table des matières 1. Modules

Plus en détail

Modélisation des processus métier dans le cadre d un projet de réorganisation d un système d information complexe : Retour d expérience

Modélisation des processus métier dans le cadre d un projet de réorganisation d un système d information complexe : Retour d expérience Modélisation des processus métier dans le cadre d un projet de réorganisation d un système d information complexe : Retour d expérience Stéphanie Bernonville*,**, Corinne Vantourout*, Geneviève Fendeler*,

Plus en détail

Peut-on gérer les Ressources

Peut-on gérer les Ressources Peut-on gérer les Ressources Humaines? Marc Bartoli, Université P.Mendès-France, Grenoble Responsable du Master RHci (Ressources Humaines et compétitivité internationale) Communication au colloque international

Plus en détail

SC 27/WG 5 Normes Privacy

SC 27/WG 5 Normes Privacy SC 27/WG 5 Normes Privacy Club 27001 Toulousain 12/12/2014 Lionel VODZISLAWSKY Chief Information Officer l.vodzislawsky@celtipharm.com PRE-CTPM 141212-Club27001 Toulouse normes WG5_LV L organisation de

Plus en détail

L animation de la performance d une Supply Chain

L animation de la performance d une Supply Chain L animation de la performance d une Supply Chain Pré-soutenance de Mémoire Thématique Master Recherche OSIL Ecole Centrale Paris Etudiante : Samira Jaï Encadrant : Alain Chapdaniel Plan de la présentation

Plus en détail

[Résumé: Intégration d un contrôle automatisé dans une station de test électrique]

[Résumé: Intégration d un contrôle automatisé dans une station de test électrique] SEPTEMBRE 2013 INSA de Strasbourg Génie électrique : Option énergie Par : Adnane BOUKHEFFA Tuteur Institutionnel : M. Guy STURTZER Réalisé au sein du Groupe Legrand 290 Avenue de Colmar, Strasbourg 67100

Plus en détail

DOCUMENT DE SYNTHESE

DOCUMENT DE SYNTHESE E L A B O R A T I O N D U N P R O C E S S DE P I L O T A G E ET DE S U I V I Société d accueil : ELAN, MANAGEMENT DE PROJETS PFE présenté par : FOURREY Maxime Tuteur industriel : M. Julien DUBREUIL, Responsable

Plus en détail

Théorie des Contraintes Conférence du 18/11/2005

Théorie des Contraintes Conférence du 18/11/2005 www.psynapses.net Théorie des Contraintes Conférence du 18/11/2005, Psynapses 1 Agenda Vue d ensemble Programme de la journée Psynapses et ARC Advisory Group 2 Qu est-ce que la TOC? (Theory Of Contraints)

Plus en détail

La Poste choisit l'erp Open Source Compiere

La Poste choisit l'erp Open Source Compiere La Poste choisit l'erp Open Source Compiere Redwood Shores, Calif. Compiere, Inc, leader mondial dans les progiciels de gestion Open Source annonce que La Poste, l'opérateur postal français, a choisi l'erp

Plus en détail

La coopération dans un contexte de recherches doctorales Cooperation amongst PhD researchers. Josée Charbonneau Anne- Marie Merrien 28 mai 2014

La coopération dans un contexte de recherches doctorales Cooperation amongst PhD researchers. Josée Charbonneau Anne- Marie Merrien 28 mai 2014 La coopération dans un contexte de recherches doctorales Cooperation amongst PhD researchers Josée Charbonneau Anne- Marie Merrien 28 mai 2014 Pourquoi sommes- nous ici? Étudiantes au doctorat, bourse

Plus en détail

Lean. Historique et Principes La réalité terrain La complémentarité Lean-MES. Francis MOUREY SPC consultants

Lean. Historique et Principes La réalité terrain La complémentarité Lean-MES. Francis MOUREY SPC consultants Lean Historique et Principes Francis MOUREY SPC consultants C. R. Allen, 1919 TWI, 1940 Jidoka Jidoka T. Ohno JIT Kaizen S. Shingo TPS House,, Cho, 70 s Méthodes japonaises J. Womack & D. Jones K. Ishikawa,

Plus en détail

Objectifs Contenu de la formation M1 et M2 Organisation de la formation

Objectifs Contenu de la formation M1 et M2 Organisation de la formation MASTER AFFAIRES INDUSTRIELLES INTERNATIONALES PROGRAMME DE LA FORMATION SOMMAIRE Objectifs Contenu de la formation M1 et M2 Organisation de la formation Page 1 sur 6 Objectifs Préparer des cadres de culture

Plus en détail

Performance industrielle Manufacturing Execution System

Performance industrielle Manufacturing Execution System Performance industrielle Manufacturing Execution System Mai 2013 Capgemini, leader de l intégration MES DEPUIS PLUS DE 25 ANS, CAPGEMINI ACCOMPAGNE SES CLIENTS DANS LA MISE EN ŒUVRE DE PROJETS MES. Une

Plus en détail

UE 13 Contrôle de gestion. Responsables : Henri Bouquin, Professeur Stéphanie Thiéry-Dubuisson, Maître de Conférences

UE 13 Contrôle de gestion. Responsables : Henri Bouquin, Professeur Stéphanie Thiéry-Dubuisson, Maître de Conférences UE 13 Contrôle de gestion Responsables : Henri Bouquin, Professeur Stéphanie Thiéry-Dubuisson, Maître de Conférences www.crefige.dauphine.fr polycopié de TD Ouvrage de référence : Henri BOUQUIN, Comptabilité

Plus en détail

Coriolis - Mise en place d une culture Projet 17/01/2014 56, rue de Londres 75008 Paris www.op2.fr +33 (9) 72 40 89 02

Coriolis - Mise en place d une culture Projet 17/01/2014 56, rue de Londres 75008 Paris www.op2.fr +33 (9) 72 40 89 02 Groupe Orlade Paris Munich Lausanne Coriolis - Mise en place d une culture Projet 17/01/2014 56, rue de Londres 75008 Paris www.op2.fr +33 (9) 72 40 89 02 Op² Ce document constitue l offre d Op² en réponse

Plus en détail

Les entreprises qui adoptent les communications unifiées et la collaboration constatent de réels bénéfices

Les entreprises qui adoptent les communications unifiées et la collaboration constatent de réels bénéfices Une étude personnalisée commandée par Cisco Systems Les entreprises qui adoptent les communications unifiées et la collaboration constatent de réels bénéfices Juillet 2013 Déploiement d'une large gamme

Plus en détail