DEVELOPPEMENT DES TMS : DESORDRE DANS LES ORGANISATIONS ET FICTIONS MANAGERIALES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DEVELOPPEMENT DES TMS : DESORDRE DANS LES ORGANISATIONS ET FICTIONS MANAGERIALES"

Transcription

1 DEVELOPPEMENT DES TMS : DESORDRE DANS LES ORGANISATIONS ET FICTIONS MANAGERIALES FRANÇOIS DANIELLOU Département d ergonomie IDC, Université Victor Segalen Bordeaux 2, 146 rue Léo-Saignat F33076 Bordeaux Cedex France Résumé Une recherche sur la prévention durable des TMS dans 30 entreprises françaises met en évidence le rôle comme facteurs de risque de la désorganisation de la production et de la prise en compte insuffisante de l expression des salariés. Des techniques managériales, comme le Kaizen flash, mises en œuvre de façon très éloignée des principes initiaux, contribuent à cette situation. Les réactions possibles des ergonomes face à cette situation sont discutées. Mots-clés : TMS, prévention durable, organisation de la production, expression des salariés, Kaizen, lean production. Au début des années 2000, un quasi-consensus s est dessiné en France sur les ingrédients nécessaires d une intervention de prévention des TMS (Bourgeois, 1998). Des succès ont été obtenus, mais ils se sont rapidement révélés fragiles : après quelques années, les TMS étaient en général de retour. Ce constat a donné lieu à un séminaire organisé par l Agence Nationale pour l Amélioration des Conditions de Travail (ANACT) en 2004 (Douillet et Schweitzer, 2004), puis à une recherche sur «la prévention durable des TMS» 1. Des analyses ont été conduites dans une trentaine d entreprises d un grand nombre de secteurs 2, pour comprendre les politiques qu elles avaient développées face aux TMS, et les freins et leviers à une prévention durable.

2 Les résultats de cette recherche (Caroly et col., 2008) mettent notamment en évidence le «débordement organisationnel» comme un facteur majeur d apparition des TMS. Ils soulignent également les effets négatifs de certaines modes managériales (Kaizen, Hoshin, lean production), ou en tout cas de leur forme de mise en œuvre. Ces constats conduisent à préciser certaines des conditions nécessaires à une prévention durable. DES ORGANISATIONS DEBORDEES Dans une majorité des entreprises étudiées, l organisation est en difficulté pour faire face à toutes les variabilités de la production : de nombreux à-coups ne sont pas anticipés, des petits incidents se traduisent par des blocages importants. Les flux se désorganisent, les stocks sauvages se multiplient. Il en résulte une nécessité pour les acteurs de la production de faire face en temps réel : l accélération subite après l attente subie, l impossibilité d utiliser le mode opératoire habituel, les postures rigidifiées ou la multiplication des manutentions, et bien sûr le stress correspondant sont souvent au rendez-vous, et apparaissent comme des facteurs majeurs de risque. Il est à noter que malgré ces difficultés, la quantité de production peut être conforme aux exigences : la performance a été atteinte, mais à un coût très élevé pour les opérateurs de production et l encadrement de proximité. Or ce coût ne fait en général l objet d aucun indicateur de gestion, ceux qui existent ne portant le plus souvent que sur l atteinte de la performance. Les origines de cette désorganisation sont multiples. On note par exemple la faiblesse des interfaces entre les services commerciaux et la production : les premiers connaissent en général mal les contraintes de la seconde, et acceptent des clients des commandes difficiles à réaliser. (Bazet, 2002). La production connaît tardivement des commandes enregistrées depuis plusieurs jours, et effectue les changements de réglage dans la précipitation. De même, la faiblesse des interfaces entre services méthodes et production est notable, tant lors de la conception que pendant la durée d usage des installations. Les difficultés de gestion de l absentéisme ou des restrictions d aptitude générés par les TMS sont une autre cause de la désorganisation constatée. La fragilité et l instabilité des directions de site apparaissent comme un facteur aggravant : faible connaissance de la culture et des salariés de

3 l établissement, changements fréquents d orientations, faible capacité de résistance du directeur de site face aux injonctions du groupe, horizon de réflexion du dirigeant limité à quelques années. Les organisations étudiées se caractérisent aussi par les faibles possibilités pour les travailleurs de s exprimer réellement sur les difficultés rencontrées au quotidien pour assurer la production, et pour suggérer des modifications. Ces entreprises sont dans l ensemble peu à l écoute des informations qui pourraient être apportées par les salariés (sur les caractéristiques des matières premières, des outils, des modes opératoires prescrits, sur les attentes des clients, etc.), ce qui constitue une perte majeure. Dans certaines entreprises, il n existe aucun espace pour cette expression, et même les agents de maîtrise peuvent difficilement faire remonter à la hiérarchie les difficultés rencontrées. Dans d autres sites, il existe au contraire tout un formalisme supposé faciliter l expression des salariés et les suggestions : boîtes à idées, groupes Hoshin, Kaizen... Pour autant, l expression réelle des travailleurs est empêchée. C est ce paradoxe qu il nous faut maintenant examiner plus en détail. Nous prendrons l exemple des «chantiers Kaizen» rencontrés dans plusieurs des sites. DES METHODES CARICATURALES Kaizen flash! La forme d introduction de l approche Kaizen 3 rencontrée dans les entreprises analysées.est toujours la méthode rapide, décrite par Toulouse et coll. (2005) de la façon suivante : «Une forme accélérée (Kaizen-blitz 4 ) qui a pour objectif de solutionner en quelques jours un problème de production préalablement identifié. Une équipe Kaizen est constituée. Elle est composée de différentes catégories d employés concernés par le problème à résoudre. Sous la supervision d un animateur, l équipe effectue les études nécessaires et implante les solutions, le plus souvent directement sans approbation de la direction. Selon les besoins, l équipe Kaizen peut faire appel à d autres personnes de l entreprise ou même à des spécialistes externes.» Les caractéristiques de cette méthode, constatées dans les entreprises analysées, sont les suivantes :

4 - «la décentralisation des décisions, présentée comme une forme de démocratie, s exerce dans le cadre d objectifs généraux très strictement définis : diminution des espaces de travail, gains de temps, limitation des déplacements, réduction de la quantité de gestes à effectuer pour réaliser une opération. Ces objectifs ne sont pas discutables, et laissent peu de marges de manœuvre aux salariés pour élaborer des propositions qui s appuieraient sur une analyse partagée de leur activité de travail et des problèmes auxquels ils doivent faire face. Il n y a pas de réelle participation des salariés aux structures de conduite de projet, et au bout du compte les travailleurs associés aux choix sont mis en difficulté, notamment vis-à-vis de leurs collègues.» (Caroly et coll., 2008) - le rythme auquel sont conduits les «chantiers Kaizen» empêche toute élaboration collective, au sein de l équipe de travail, des avantages et inconvénients des solutions proposées. - il résulte aussi de ces pratiques «un manque de centralisation et de mise en perspective des réflexions, des décisions de transformation prises sans coordination avec ce qui se passe sur les autres îlots, une confrontation insuffisante entre les différentes logiques (dans le système Kaizen, la rapidité de mise en œuvre d une solution est un critère d efficacité de la démarche). La participation des salariés s opère [ ] avec une influence très limitée dans l espace et le temps. Il n existe pas à proprement parler de liens entre ces structures décentralisées et la conception (bureau d études), et les choix structurants ne sont pas discutés dans ces groupes.» (ibid.) - la diminution des espaces de travail (pour «supprimer des déplacements inutiles») est le plus souvent faite à partir d une «réflexion» sur le cycle normal, sans prendre en compte les variabilités (supposées ne pas exister). Il en résulte une multiplication des stocks sauvages dans des allées déjà restreintes, et une augmentation du travail statique et des gestes contraints. - Par ailleurs, et contrairement à la notion même d «amélioration continue», les chantiers Kaizen observés se passent par rafales : une tornade de changement s abat sur l atelier pendant quelques jours, puis pendant des mois les opérateurs doivent faire avec la configuration productive ainsi définie, jusqu à ce qu une nouvelle campagne déferle. A

5 chaque fois, les repères sont à reconstruire, le réapprentissage des gestes professionnels se fait dans l urgence et sous cadence. Des constats très voisins ont été faits dans d autres entreprises par des militants syndicaux engagés dans une formation-action sur l intensification du travail (Théry, 2006). Bien loin des principes originaux Les méthodes ainsi commercialisées par des consultants français n ont qu un très lointain rapport avec la «philosophie Kaizen» : «Cette démarche japonaise repose sur des petites améliorations faites au quotidien, constamment. C'est une démarche graduelle et douce, qui s'oppose au concept plus occidental de réforme brutale du type on jette le tout et on recommence à neuf [ ]. En revanche, le Kaizen tend à inciter chaque travailleur à réfléchir sur son lieu de travail et à proposer des améliorations.» (Wikipedia). Masaaki Imai, le «père» du Kaizen, le souligne : «You can't do kaizen just once or twice and expect immediate results. You have to be in it for the long haul.» (Imai, 1997) C est un constat plus général : le Toyota Production System (TPS), qui a fait le succès de l entreprise automobile, résulte d une alchimie et d une maturation de plus de 30 ans, fortement enracinées dans la culture japonaise. Il s est approprié et a digéré les méthodes managériales étatsuniennes (Training Within Industries, TWI, Management Training Program, MTP) développées pendant la seconde guerre mondiale pour faire face au manque de main-d œuvre, et appliquées par l occupant américain pour dynamiser la productivité dans les sites stratégiques japonais (Roberts, 1995). Il repose sur un grand nombre de composantes étroitement imbriquées. Pour des raisons académiques et commerciales, cet ensemble a été démembré, et ses composantes étudiées et commercialisées comme des techniques séparées : Just in Time, Lean production, Kanban, Kaizen, etc. Eklund (2008, Eklund et Berglund, 2007) note les fortes différences entre la mise en œuvre de la «lean production» suivant les cultures des entreprises concernées : alors que General Motors et Ford ont introduit cette notion sur un fond taylorien, Scania a construit sa démarche avec une histoire marquée par la sociotechnique, et une tradition de fort respect des individus. L auteur souligne que les résultats économiques sont

6 excellents dans l entreprise suédoise, et discutables chez les deux constructeurs états-uniens. QUELLE STRATEGIE POUR LES ERGONOMES? Face au déferlement des modes managériales se revendiquant plus ou moins comme des variantes du Toyota Production Systems, quelles attitudes peuvent adopter les ergonomes, notamment s ils se préoccupent de prévention des troubles musculosquelettiques et des risques psychosociaux? Les fondamentaux : la dialectique du général et du singulier Pour tenter de répondre à cette question, il faut sans doute revenir à une dimension fondamentale du regard ergonomique sur le travail : les savoirs des travailleurs sur l objet de leur travail. Par leur activité quotidienne, les travailleurs apprennent à connaître l objet du travail dans sa dimension de variabilité, de singularité. Pour que la production sorte correctement, malgré les variabilités des matières premières, des outils, du contexte, l opérateur ou l opératrice doit «prendre soin» de traiter chaque pièce légèrement différemment. Il/elle développe ainsi une connaissance très fine des particularités de la production, connaissance qui en partie lui est propre, en partie appartient au patrimoine du métier, et qu il ne lui est pas forcément simple de mettre en mots. Cette connaissance du singulier doit pouvoir se confronter à un autre type de connaissance : la connaissance par le concept (Schwartz, 2000), celle des ingénieurs, des techniciens de méthodes, des organisateurs. Ces travailleurs-là sont porteurs de la connaissance de l universel, des règles générales, qui permettent de concevoir les situations de travail, d anticiper dans une certaine mesure les modes opératoires, de calculer des temps de réalisation théoriques. La nécessaire confrontation de la connaissance du singulier et de la connaissance universelle (Schwartz, ibid.) est au cœur de plusieurs problématiques majeures, qui posent la question à peu près dans les mêmes termes, et qu il est intéressant de rapprocher. Le traitement et le soin A l hôpital, de nombreux travaux (par exemple, Kergoat et coll., 1990) ont mis en évidence la combinaison entre :

7 - le «traitement» (cure), application des connaissances scientifiques internationales pour définir la meilleure attitude thérapeutique à tenir face à une pathologie identifiée, - le «soin» (care), prise en compte globale du patient singulier, non limitée à sa pathologie, qui permet d identifier en quoi le «traitement» défini à partir de connaissances universelles doit être remis en cause ou redécliné dans le cas particulier. Dans les industries à risques majeurs, une distinction voisine a été faite (Amalberti, 2007) entre : - la sécurité réglée, basée sur des procédures définies à partir de connaissances scientifiques et supposées universelles ; - la sécurité gérée, basée sur la connaissance locale, par les opérateurs, des spécificités de l installation et des situations. L auteur démontre que si une entreprise met les ressources uniquement sur l anticipation réglée de toutes les situations prévisibles, elle se retrouve démunie lorsque survient une situation non anticipée, car il n existe plus les compétences locales pour la gérer : «L enjeu de demain est la réintroduction dans les systèmes sûrs d une capacité adaptative de sécurité, d une certaine flexibilité [ ], basée sur les acteurs, qui reste indispensable pour survivre aux incidents et aux crises.» Une distinction du même type peut être faite entre les procédures de qualité, qui définissent cette dernière de façon descendante, et la référence au «travail bien fait» dont sont porteurs les travailleurs à partir de leur expérience des spécificités (Théry, 2006). Il s agit en fait du même débat. Commentant la distinction entre le traitement et le soin, Davezies (1992) écrivait : «Cette question [du soin] portée par les femmes rejoint, me semble-t-il, celle de l'ergonomie dans la mesure où celle-ci met l'accent sur l'occultation, au nom des savoirs théoriques, au nom de la maîtrise technique, de cette part du travail qui n'accède que difficilement et toujours incomplètement à la formalisation dans le discours. Cette part du travail des hommes qui repose sur l'engagement du corps et la mobilisation de la personnalité. Or, cette part occultée de l'activité, dont l'ergonomie révèle l'importance dans le travail ouvrier masculin, a bien souvent la forme du soin.» Il semble que nombre d orientations organisationnelles dominantes actuellement ont les caractéristiques du «traitement» : l application de

8 protocoles, basés sur des connaissances générales et voulus universels, pour prévenir ou traiter des dysfonctionnements productifs. Les normes de qualité, les systèmes de management de la sécurité, l application décrite ci-dessus de tous les avatars de la «lean production» sont tous de cette nature. Ces procédures du général déferlent, et viennent écraser la compétence qu ont les opératrices et opérateurs de percevoir dans leur corps ce qui n est pas comme l anticipe la procédure, et de répondre par un engagement de leur corps et de leur personnalité, en «prenant soin» de la situation spécifique. Un aveuglement à risques Dans la plupart des cas, les porteurs de ces démarches normalisatrices ne sont pas en situation de percevoir ce que cette méconnaissance de l activité de «soin» entraîne : - comme formes de coûts pour les opérateurs et opératrices, et comme atteintes à leur santé. L ignorance par l organisation des efforts faits pour traiter le singulier sur chaque poste de travail est une cause majeure de souffrance et de troubles musculosquelettiques. - comme limites à la qualité de la production, la «qualité en général» ne valant que dans sa confrontation à la prise en compte du particulier, - comme risques pour la sécurité dans les installations dangereuses, l application de procédures générales qui ne prennent pas en compte les particularités d une situation pouvant être catastrophique. Dans le domaine des industries à risques, Simard (1996) souligne que la «culture de sécurité» est forgée par les «schèmes de pratiques réciproques» : c est notamment la capacité du management à faire travailler tous les acteurs à l articulation entre des règles descendantes (issues des connaissances générales) et des règles locales(issues de la pratique des installations) qui favorise une culture de sécurité. KAIZEN, CHICHE! 5 Face à la force de la vague des méthodes managériales plus ou moins issues du Toyota Production System, des ergonomes ont souligné qu il était difficile de s y affronter frontalement, et qu il était possible de s inscrire dans ces démarches pour les influencer (Toulouse et coll., 2005 ; Eklund, 2008).

9 Compte tenu des dégâts constatés, à la fois en termes de troubles musculosquelettiques ou de risques psychosociaux, et en termes d efficacité productive et de qualité, il semble que quelques conditions minimales soient nécessaires. Les ergonomes ont sans doute intérêt à montrer en quoi le «point de vue du travail» suppose de discuter plus profondément les attendus de ce système. La reconnaissance de la dimension de «soin» de l activité La première condition est sans doute que tous les acteurs concernés apprennent à reconnaître que le travail n est jamais simple exécution, et que chaque travailleur, en «prenant soin» des situations particulières, contribue à permettre que la production sorte. Tout n est pas anticipé par les connaissances générales. Ce thème cher à l ergonomie de l activité peut sans doute assez facilement s accrocher sur celui du «gemba» (la situation réelle, le terrain) dans les approches japonaises : «Gemba means the place where real actions take place. It usually refers to the place where manufacturing activities are conducted in a factory as well as the place where employees have direct contact with customers in the service sectors.» (Imai, 1997). Les ergonomes plaident pour une présence de l encadrement sur le terrain, et une attention de leur part au travail réel. Imai (ibid.) indique que : «Managers often avoid going to gemba because they don't want to be embarrassed by their ignorance. They are afraid that in gemba, they will expose the fact that they don't know what is going on there, and often don't even know the right questions to ask. Add to that the traditional view which says that being assigned to gemba is a dead-end for career development. Perceptions about status and class, fear of unions, the glamour of the front office and the excitement of R&D and marketing are also probable reasons.» Le plus militant des ergonomes ne le dirait pas mieux que le plus reconnu des experts en Kaizen. Une expression quotidienne et des pratiques congruentes Quel que soit le nom que l on donne à la réflexion organisationnelle dans l entreprise, il importe de créer des espaces ordinaires où les travailleurs puissent exprimer individuellement et collectivement les difficultés qu ils rencontrent pour mettre en œuvre les procédures prescrites, les formes de coût qu elles induisent pour eux, les évolutions de règles qu ils suggèrent, et puissent en débattre avec les porteurs d autres logiques (relatives aux clients, à la réglementation etc.).

10 Les consultants Kaizen parlent constamment de chasser le «muda» (gaspillage). Tout aussi orthodoxes seraient les ergonomes, s ils leur répondaient qu il faut chasser le «muri» : «situation irrationnelle entraînant des conditions de travail difficiles pour les opérateurs ou pour les équipements. Tout travail matériellement difficile pour l opérateur est créateur de muri et, en plus d être pénible pour la personne elle-même, un gaspillage d énergie» (Lean Ley, 2008). L enjeu, donc, n est pas de canaliser l expression des salariés par des procédures bien balisées, qui garantissent qu elle ne fera pas de vague. L enjeu est que l organisation permette la confrontation régulière des connaissances de ceux qui gèrent le spécifique au quotidien, et de ceux dont le métier est d anticiper ce qui peut l être par application de connaissances universelles. Le sacro-saint respect de la règle dans la production japonaise s accompagne d une extrême capacité à faire évoluer la règle si elle n est pas applicable. La prise au sérieux des procédures n est possible que parce que la procédure est un compromis négocié et constamment actualisé. DISCUSSION Il nous faut arrêter ici cette tentative de prendre au mot un certain nombre de principes, dont l application que nous constatons dans les entreprises étudiées paraît pour le moins dévoyée. L idée n est pas, bien sûr, que les ergonomes seraient de meilleurs exégètes du Toyota Production Systems que les consultants en organisation de la production. Il s agit plutôt de ne pas nous en laisser conter, ni en laisser conter aux entreprises qui nous sollicitent. Si l on veut améliorer la productivité des entreprises en mobilisant des idées qui ont réussi ailleurs, c est le mode de gouvernance des entreprises qui doit évoluer et non quelques techniques d organisation locale de la production. Le rapport sur la prévention durable des TMS (Caroly et coll., 2008) concluait sur cette nécessité de «favoriser un mode de gouvernance des entreprises prenant mieux en compte les facteurs humains», avec les conditions suivantes :

11 - réhabiliter la réflexion à moyen et long termes, en faisant se rencontrer les différentes logiques de l entreprise ; - favoriser la revalorisation de la fonction «Ressources Humaines» ; - améliorer les conditions d exercice des médecins du travail et préventeurs ; - développer le rôle des Comités d Hygiène Sécurité Conditions de travail, et d autres structures pour les petites entreprises ; - favoriser le développement d un «modèle productif» qui fasse plus de place à la prise en compte du travail, de la santé, et du dialogue social, tant en conception qu en vie quotidienne. Si c est cela que l on veut, on trouvera sans doute facilement, dans la profusion de littérature sur le modèle productif japonais, les arguments et les «mots magiques» pour valoriser la continuité entre ce mouvement et nos propositions. Le contraire n est pas vrai. Nous ne pouvons pas favoriser la prévention des troubles musculosquelettiques en laissant les acteurs de l entreprise penser que les succédanés déshumanisés du TPS qui leur sont vendus sont porteurs d une meilleure santé des humains et de l organisation. REFERENCES Amalberti A., 2007, Ultrasécurité, une épée de Damoclès pour les hautes technologies, Dossiers de la recherche, 26, Bazet I. (2002), Le travail de planification, Thèse de doctorat, Université Toulouse Le Mirail. Bourgeois F. (coord.) (1998). TMS et évolution des conditions de travail. Les actes du séminaire, Paris 98. Édition ANACT, Coll. Études et documents, 133 p, Caroly S., Coutarel F., Escriva E., Roquelaure Y., Schweitzer J.M., Daniellou, F., (2008), La prévention durable des TMS, quels freins, quels leviers d action? Rapport à la Direction Générale du Travail, Paris. onglets médiathèque/études gratuites. Douillet Ph. et Schweitzer J.M., (2004),.Les conditions d'une prévention durable des TMS. Actes du séminaire des 7 et 8 juillet Edition ANACT, Lyon,

12 Eklund, J., (2008 non publié), Designing production systems from a humans, technology and organization perspective, Conférence Institut de Cognitique, Bordeaux. Eklund J. et Berglund P. (2007), Reactions from employees on the implementation of lean production. Proceedings of Nordic Ergonomics Society Annual Conference NES 2007, Lysekil, Sweden Imai M. 1997, An interview with Masaaki Imai, Quality Digest, Juin 1997, Kergoat D., Imbert F., Le Doare H., Senotier D. (1990) Les infirmières et leur coordination, Paris, CNRS-PIRTTEM Lean Key, 2008, Glossaire, Roberts H.V., 1995, The little-known impact of US training programs on the Japanese quality movement, Human Resource Development Quaterly, 6, 2, Schwartz Y. (2000) Le paradigme ergologique ou un métier de philosophe, éditions Octarès, Toulouse. Simard S., (1996), Safety culture and management, Encyclopaedia of Occupational Health and Safety, International Labour Office, Genève, pp Théry, L., 2006, Le travail intenable, résister collectivement à l intensification du travail, La Découverte, Paris Toulouse G., Nastasia I., Imbeau D., (2005), Étude de faisabilité en vue d intégrer la santé et la sécurité du travail et l ergonomie à l approche PVA-Kaizen, Rapport R-428, IRSST, Montréal, 1 Recherche financée par la Direction Générale du Travail (Ministère du Travail), impliquant trois laboratoires de recherche (LEEST au CHU d Angers, CRISTO à Grenoble et département d Ergonomie EA 487 IDC à Bordeaux) et le réseau ANACT (département santé-travail et 7 actions régionales).. 2 Les caractéristiques des entreprises étudiées sont présentées dans le rapport complet (Caroly et coll., 2008). 3 Pour une description détaillée de l approche Kaizen, voir Toulouse et coll., «En Europe le mot Blitz n'étant pas trop apprécié à cause de sa référence à la période nazie, on parle parfois de Kaizen Flash.» (Wikipedia) 5 Titre de section d après «La qualité, chiche!», intitulé d une publication syndicale de la CGT du CNPE Chinon, 1998.

Lean management et conditions de travail!

Lean management et conditions de travail! Lean management et conditions de travail! Conférence APIRAF! IUT Lumière 18 février 2014! www.aravis.aract.fr! 18/02/14! N 1! Au delà du seul lean " Quels liens entre «#évolution des organisations#» et

Plus en détail

L3 Psychologie «Ergonomie : travail, innovations et formation» Les enjeux et éléments historiques. Principaux concepts et théories sous-jacentes

L3 Psychologie «Ergonomie : travail, innovations et formation» Les enjeux et éléments historiques. Principaux concepts et théories sous-jacentes 9/25/14 L3 Psychologie «Ergonomie : travail, innovations et formation» Présentation du thème 1 Catherine Delgoulet LATI Thème 1 (C. Delgoulet) Comprendre/transformer le travail Les enjeux et éléments historiques

Plus en détail

Rationalisation de l organisation et troubles musculosquelettiques : le cas du lean manufacturing

Rationalisation de l organisation et troubles musculosquelettiques : le cas du lean manufacturing Rationalisation de l organisation et troubles musculosquelettiques : le cas du lean manufacturing Sébastien Bruère Lab. «Organisation, changement et prévention» Dep. «Homme au travail» Préambule Projet

Plus en détail

LE LEAN MINING ET LES DÉFIS ASSOCIÉS À LA SST. Nadeau, S., Morency, F., Nsangou, J.-R. École de technologie supérieure

LE LEAN MINING ET LES DÉFIS ASSOCIÉS À LA SST. Nadeau, S., Morency, F., Nsangou, J.-R. École de technologie supérieure LE LEAN MINING ET LES DÉFIS ASSOCIÉS À LA SST École de technologie supérieure 2 Qu est-ce que le lean mining? Une contextualisation des principes du lean manufacturing au secteur minier. 3 Qu est-ce que

Plus en détail

Lean Management. Santé au travail. Miguel Lefrançois. Syndicat Sud Renault Trucks. 5 juillet 2012 1

Lean Management. Santé au travail. Miguel Lefrançois. Syndicat Sud Renault Trucks. 5 juillet 2012 1 Et Santé au travail Miguel Lefrançois Syndicat Sud Renault Trucks 5 juillet 2012 1 Sommaire Histoire du Lean management ou Lean manufacturing Les grands principes du Lean Quelques exemples du Lean Le chez

Plus en détail

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux Des difficultés à investir le champ des conditions de travail L évolution du monde du travail montre la prégnance des conditions et de l organisation du travail dans le de nouveaux risques. Ces questions

Plus en détail

La prévention durable des TMS Quels freins? Quels leviers d action?

La prévention durable des TMS Quels freins? Quels leviers d action? Direction Générale du Travail La prévention durable des TMS Quels freins? Quels leviers d action? Recherche-action 2004-2007 S. Caroly F. Coutarel E. Escriva Y. Roquelaure J.M. Schweitzer Coordination

Plus en détail

DE L INTERVENTION DE MOBILISATION À L INTERVENTION ERGONOMIQUE ET AU SUIVI DES RECOMMANDATIONS : QUELS OUTILS POUR UN SUIVI DU PROCESSUS?

DE L INTERVENTION DE MOBILISATION À L INTERVENTION ERGONOMIQUE ET AU SUIVI DES RECOMMANDATIONS : QUELS OUTILS POUR UN SUIVI DU PROCESSUS? DE L INTERVENTION DE MOBILISATION À L INTERVENTION ERGONOMIQUE ET AU SUIVI DES RECOMMANDATIONS : QUELS OUTILS POUR UN SUIVI DU PROCESSUS? Nicole Vézina 1, Ghislaine Tougas 2 1 Professeure, CINBIOSE, Institut

Plus en détail

TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES (TMS)

TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES (TMS) Repères Les troubles musculo-squelettiques (TMS) rassemblent un ensemble large de pathologies qui affectent les muscles, les tendons et les nerfs des membres supérieurs et inférieurs au niveau du poignet,

Plus en détail

Étude de faisabilité en vue d intégrer la santé et la sécurité du travail et l ergonomie à l approche PVA-Kaizen

Étude de faisabilité en vue d intégrer la santé et la sécurité du travail et l ergonomie à l approche PVA-Kaizen Étude de faisabilité en vue d intégrer la santé et la sécurité du travail et l ergonomie à l approche PVA-Kaizen Georges Toulouse Iuliana Nastasia Daniel Imbeau ÉTUDES ET RECHERCHES R-428 RAPPORT TRAVAILLENT

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

Le lean et la santé au travail Un regard critique sur les principes et la mise en œuvre. Orléans 10 octobre 2014 Evelyne Morvan Bertrand Delecroix

Le lean et la santé au travail Un regard critique sur les principes et la mise en œuvre. Orléans 10 octobre 2014 Evelyne Morvan Bertrand Delecroix Le lean et la santé au travail Un regard critique sur les principes et la mise en œuvre Orléans 10 octobre 2014 Evelyne Morvan Bertrand Delecroix Sommaire Le lean de quoi parle t-on? L âge des outils Le

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

Kaïzen. Présentation pour le MFQ Midi- Pyrénées 06/04/2009 SR 1

Kaïzen. Présentation pour le MFQ Midi- Pyrénées 06/04/2009 SR 1 Kaïzen Présentation pour le MFQ Midi- Pyrénées 06/04/2009 SR 1 Sommaire A. Définition et philosophie B. Méthodes et applications C. Quelques Résultats 06/04/2009 SR 2 A Définition et philosophie 1. Qu

Plus en détail

Management Responsabilité. Management Responsabilité. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2012 17

Management Responsabilité. Management Responsabilité. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2012 17 Management Responsabilité Management Responsabilité 2012 17 L'entretien annuel d'évaluation Identifier la problématique de l évaluation professionnelle Utiliser l entretien annuel d activité comme levier

Plus en détail

Organisation et fonctionnement de l'entreprise Séance 1 : la conception scientifique des organisations

Organisation et fonctionnement de l'entreprise Séance 1 : la conception scientifique des organisations Organisation et fonctionnement de l'entreprise Séance 1 : la conception scientifique des organisations Régis Meissonier Maître de Conférences École Polytechnique Université Montpellier II regis.meissonier@univ-montp2.fr

Plus en détail

LE LEAN MANUFACTURING

LE LEAN MANUFACTURING LE LEAN MANUFACTURING LEAN signifie littéralement : «maigre», «sans gras». On le traduit parfois par «gestion sans gaspillage» ou par «au plus juste». LEAN est un qualificatif donné par une équipe de chercheurs

Plus en détail

Du taylorisme à la lean production

Du taylorisme à la lean production Du taylorisme à la lean production Réussir l organisation du travail Colloque de la FSSS, CSN 7 et 8 juin 2011 Paul-André LAPOINTE Relations industrielles, Université Laval ARUC-Innovations, travail et

Plus en détail

STRATEGIE LEAN. Partie 6 : Initiation à une stratégie complétaire au supply chain management

STRATEGIE LEAN. Partie 6 : Initiation à une stratégie complétaire au supply chain management STRATEGIE LEAN Partie 6 : Initiation à une stratégie complétaire au supply chain management Concept 2 Idée simple : retranscrire partout les contraintes liées à la satisfaction du client! Et ce à la plus

Plus en détail

Référentiels de formation portant sur la prévention des RPS dans la fonction publique

Référentiels de formation portant sur la prévention des RPS dans la fonction publique MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE ÉDITION 2014 Référentiels de formation portant sur la prévention des RPS dans la fonction publique OUTILS DE LA GRH

Plus en détail

PROGRAMME DE MANAGEMENT DES ORGANISATIONS

PROGRAMME DE MANAGEMENT DES ORGANISATIONS PROGRAMME DE MANAGEMENT DES ORGANISATIONS Cycle terminal de la série sciences et technologies du management et de la gestion I. INDICATIONS GÉNÉRALES L enseignement de management des organisations vise

Plus en détail

Le LEAN en complément de la démarche ITIL. Jean-Louis FELIPE Date : 04-12-2012

Le LEAN en complément de la démarche ITIL. Jean-Louis FELIPE Date : 04-12-2012 Le LEAN en complément de la démarche ITIL Jean-Louis FELIPE Date : 04-12-2012 2 Les concepts de base du Lean 3 Ce qu attend le Client Résolvez mon problème en totalité Ne gaspillez pas mon temps Fournissez

Plus en détail

Lean. Historique et Principes La réalité terrain La complémentarité Lean-MES. Francis MOUREY SPC consultants

Lean. Historique et Principes La réalité terrain La complémentarité Lean-MES. Francis MOUREY SPC consultants Lean Historique et Principes Francis MOUREY SPC consultants C. R. Allen, 1919 TWI, 1940 Jidoka Jidoka T. Ohno JIT Kaizen S. Shingo TPS House,, Cho, 70 s Méthodes japonaises J. Womack & D. Jones K. Ishikawa,

Plus en détail

La transformation du travail au quotidien suite à l implantation d un nouveau logiciel de gestion

La transformation du travail au quotidien suite à l implantation d un nouveau logiciel de gestion La transformation du travail au quotidien suite à l implantation d un nouveau logiciel de gestion Pierre-Sébastien Fournier Sylvie Montreuil Maude Villeneuve Jean-Pierre Brun Un facteur de risque Intensification

Plus en détail

Mondialisation. Nouvelles technologies. «Nous parlons le même langage que nos clients, Directeurs de la. Course à la performance

Mondialisation. Nouvelles technologies. «Nous parlons le même langage que nos clients, Directeurs de la. Course à la performance Et si on rapprochait l Homme de l Entreprise! Mondialisation Nouvelles technologies Guerre des talents Course à la performance Cadre réglementaire Génération Y Nathalie LELONG Directrice du cabinet CO

Plus en détail

BBC Conseil Votre solution de coaching LEAN

BBC Conseil Votre solution de coaching LEAN BBC Conseil Votre solution de coaching LEAN Version 1 BBC Conseil 1 / 18 Plan de la présentation Présentation rapide du Lean Management 1. Le Lean est une démarche à long terme avec des résultats rapides.

Plus en détail

SOUFFRANCE AU TRAVAIL

SOUFFRANCE AU TRAVAIL Page 1 sur 8 SOUFFRANCE AU TRAVAIL «Un état de stress survient lorsqu il y a déséquilibre entre la perception qu une personne a des contraintes que lui impose son environnement et la perception qu elle

Plus en détail

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION Introduction L a question de la rémunération se situe, par nature, au fondement même des pratiques de gestion du personnel. Aussi peu développée soit-elle, toute gestion des ressources humaines s organise

Plus en détail

Le lean et l anguille : comment cuisiner le lean?

Le lean et l anguille : comment cuisiner le lean? Le lean et l anguille : comment cuisiner le lean? Journées de Bordeaux sur la pratique de l ergonomie / Mars 2011 Introduction Bonjour, je vais commencer par me présenter rapidement à vous : je suis Emmanuelle

Plus en détail

Prévention des Troubles Musculo Squelettiques (TMS)

Prévention des Troubles Musculo Squelettiques (TMS) Prévention des Troubles Musculo Squelettiques (TMS) I. Juret, ergonome - L. Garnier, infirmière de santé au travail - CHU Angers - 2014 PLAN Historique des Troubles Musculo Squelettiques (TMS) au CHU Angers

Plus en détail

Le lean représente-t-il le travail du futur?

Le lean représente-t-il le travail du futur? Le lean représente-t-il le travail du futur? Pascal Ughetto, université Paris-Est, LATTS Colloque Quel travail dans l usine du futur? GERPISA, ENS de Cachan, 19-20 mars 2015 Le travail à l heure du lean

Plus en détail

RENCONTRE DE L UNIVERSITÉ LEAN 6 SIGMA DU 3 AVRIL 2014. http://www.universite-lean6sigma.com

RENCONTRE DE L UNIVERSITÉ LEAN 6 SIGMA DU 3 AVRIL 2014. http://www.universite-lean6sigma.com RENCONTRE DE L UNIVERSITÉ LEAN 6 SIGMA DU 3 AVRIL 2014 http://www.universite-lean6sigma.com 1 L OBJET DE L UNIVERSITÉ : Promouvoir les démarches d amélioration des performances Lean et Six Sigma, Valider

Plus en détail

Ergonomie et Prévention des risques professionnels

Ergonomie et Prévention des risques professionnels Ergonomie et Prévention des risques professionnels Catalogue des formations AVISErgonomique Laurent AVISSE Laurent AVISSE Ergonome Consultant 29, Rue de Montbazon 37 300 JOUE-LES-TOURS Tél : 06 09 44 30

Plus en détail

INTERVENIR SUR LE TRAVAIL D ENCADREMENT ET L ORGANISATION

INTERVENIR SUR LE TRAVAIL D ENCADREMENT ET L ORGANISATION INTERVENIR SUR LE TRAVAIL D ENCADREMENT ET L ORGANISATION Résumé CHRISTELLE CASSE Abilis ergonomie, 40 rue de la montagne Ste Geneviève, 75 005 Paris, France e-mail : ccasse@ergonome.com SYLVAIN BIQUAND,

Plus en détail

Les projets d investissement en PME

Les projets d investissement en PME Le point sur Les projets d investissement en PME Concilier performance économique et conditions de travail L investissement reste un moment clé du développement d une entreprise. C est l occasion de repenser

Plus en détail

LES TROUBLES MUSCULOSQUELETTIQUES. Le 2 décembre 2008

LES TROUBLES MUSCULOSQUELETTIQUES. Le 2 décembre 2008 LES TROUBLES MUSCULOSQUELETTIQUES Le 2 décembre 2008 DEROULEMENT DE LA RENCONTRE 1ère partie : les localisations des TMS, les facteurs d'apparition, la prise en charge thérapeutique 2ème partie : les chiffres

Plus en détail

La démarche lean dans le secteur public : conditions de mise en oeuvre et résultats potentiels

La démarche lean dans le secteur public : conditions de mise en oeuvre et résultats potentiels La démarche lean dans le secteur public : conditions de mise en oeuvre et résultats potentiels Mercredi de L INET Mercredi 28 mars 2012 CONFIDENTIEL ET PROPRIETAIRE Toute utilisation de ce matériel sans

Plus en détail

SGE-auto. synchronisation physique de la Supply-Chain. Une innovation mondiale, labellisée EUREKA. Application Automobile

SGE-auto. synchronisation physique de la Supply-Chain. Une innovation mondiale, labellisée EUREKA. Application Automobile Fiche-offre inis SGE-auto synchronisation physique de la Supply-Chain avec un partenaire d Une innovation mondiale, labellisée EUREKA Justif Application Automobile Supprime les manquants Réduit les coûts

Plus en détail

Les progiciels de gestion intégrés (PGI ou ERP)

Les progiciels de gestion intégrés (PGI ou ERP) Le point sur Les progiciels de gestion intégrés (PGI ou ERP) Depuis le début des années 90 s est développé un nouveau type de logiciel de gestion : le PGI, ou Progiciel de Gestion Intégré, plus connu sous

Plus en détail

Comment réussir son projet de Master Data Management?

Comment réussir son projet de Master Data Management? Comment réussir son projet MDM? Table des matières Comment réussir son projet de Master Data Management?...... 2 Un marché en croissance..... 2 Les démarches qui réussissent... 2 A quels projets métiers

Plus en détail

La qualité en «Lean» de mire 5 à 7 MFQ CRCI de Blagnac 14 Octobre 2009 Denis VILLEVALOIS Consultant Lean & Qualité Partenaire AFNOR

La qualité en «Lean» de mire 5 à 7 MFQ CRCI de Blagnac 14 Octobre 2009 Denis VILLEVALOIS Consultant Lean & Qualité Partenaire AFNOR LEAN & ISO 9001 La qualité en «Lean» de mire 5 à 7 MFQ CRCI de Blagnac Denis VILLEVALOIS Consultant Lean & Qualité Partenaire AFNOR 14 Octobre 2009 SOMMAIRE Contexte L esprit ISO 9001 ISO 9001 Rappel L

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS

ENQUÊTE SUR LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS ENQUÊTE SUR LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS Cette étude a été réalisée auprès de six entreprises de transport urbain de voyageurs, sur le territoire de la CINOR, sur la base des déclarations des

Plus en détail

LE SCHÉMA DIRECTEUR DES RESSOURCES HUMAINES Adapter la GRH aux projets de développement de votre entreprise et à l évolution de son environnement

LE SCHÉMA DIRECTEUR DES RESSOURCES HUMAINES Adapter la GRH aux projets de développement de votre entreprise et à l évolution de son environnement BOÎTE À OUTILS GRH EN PME DOSSIER N 2 LE SCHÉMA DIRECTEUR DES RESSOURCES HUMAINES Adapter la GRH aux projets de développement de votre entreprise et à l évolution de son environnement Financée par le Conseil

Plus en détail

DEVENIR ANIMATEUR CERTIFIE DE LA DEMARCHE LEAN

DEVENIR ANIMATEUR CERTIFIE DE LA DEMARCHE LEAN DEVENIR ANIMATEUR CERTIFIE DE LA DEMARCHE LEAN Certification CQPM réf : 2008 07 69 0272 Animateur de la démarche LEAN pour l amélioration de la performance et des processus. BUTS DE LA FORMATION : Etre

Plus en détail

Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques?

Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques? Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques? Rencontre professionnelle 4 Ont participé à cet atelier : David ALCAUD,

Plus en détail

Démarche de prévention des TMS et outils pour l action

Démarche de prévention des TMS et outils pour l action Démarche de prévention des TMS et outils pour l action Ce document a pour objet de présenter de manière synthétique la démarche de prévention des TMS du membre supérieur avec des outils opérationnels permettant

Plus en détail

Professionnalisation des responsables de secteur 25 jours

Professionnalisation des responsables de secteur 25 jours Professionnalisation des responsables de secteur 25 jours Les responsables occupent un «poste clé» autant dans l organisation et la gestion des activités que dans l animation de leur équipe et la qualité

Plus en détail

REPÈRES POUR UNE HISTOIRE DE L ERGONOMIE FRANCOPHONE

REPÈRES POUR UNE HISTOIRE DE L ERGONOMIE FRANCOPHONE Comptes rendus du congrès SELF-ACE 200 Les transformations du travail, enjeux pour l ergonomie Proceedings of the SELF-ACE 200 Conference Ergonomics for changing work REPÈRES POUR UNE HISTOIRE DE L ERGONOMIE

Plus en détail

Le Lean Management appliqué à la fonction finance

Le Lean Management appliqué à la fonction finance Le Lean Management appliqué à la fonction finance #LeanFinance Réunion mensuelle APDC 21 mai 2015 Tour de table 2 Programmes d amélioration continue dans la fonction Finance Quelques tendances 54% des

Plus en détail

Maîtriser le risque de TMS du membre supérieur lies au travail

Maîtriser le risque de TMS du membre supérieur lies au travail Maîtriser le risque de TMS du membre supérieur lies au travail Dr Michel APTEL Laboratoire de Biomécanique et d'ergonomie Centre de recherche de l'inrs Les Troubles Musculo-Squelettiques (TMS) liés au

Plus en détail

Prévenir et Indemniser la Pénibilité au Travail : le Rôle des IRP

Prévenir et Indemniser la Pénibilité au Travail : le Rôle des IRP Prévenir et Indemniser la Pénibilité au Travail : le Rôle des IRP Les facteurs de pénibilité applicables au 1 er janvier 2015 T R A V A I L D E N U I T T R A V A I L E N É Q U I P E S S U C C E S S I V

Plus en détail

La relation client constitue un axe progrès stratégique pour toutes les entreprises.

La relation client constitue un axe progrès stratégique pour toutes les entreprises. Relation client PME PMI attention danger! Résumé La relation client constitue un axe progrès stratégique pour toutes les entreprises. Nous essaierons de montrer, dans cet article, que la relation client

Plus en détail

Le médecin de prévention face aux RPS. Docteur Isabelle THOMINET

Le médecin de prévention face aux RPS. Docteur Isabelle THOMINET Le médecin de prévention face aux RPS Docteur Isabelle THOMINET 1. Définition des RPS Les risques psychosociaux sont souvent résumés par simplicité sous le terme de «stress». En réalité, ils recouvrent

Plus en détail

Or, la prévention des risques psychosociaux relève de l obligation générale de l employeur de protéger la santé physique et mentale des salariés.

Or, la prévention des risques psychosociaux relève de l obligation générale de l employeur de protéger la santé physique et mentale des salariés. Introduction Les symptômes du stress (troubles du sommeil, de l appétit, agressivité, épuisement, troubles de la concentration ), touchent un nombre croissant de salariés en France : un salarié sur 6 déclare

Plus en détail

Instaurer un dialogue entre chercheurs et CÉR: pourquoi? Me Emmanuelle Lévesque Centre de génomique et politiques Université McGill

Instaurer un dialogue entre chercheurs et CÉR: pourquoi? Me Emmanuelle Lévesque Centre de génomique et politiques Université McGill Instaurer un dialogue entre chercheurs et CÉR: pourquoi? Me Emmanuelle Lévesque Centre de génomique et politiques Université McGill Perceptions de perte de confiance dans la littérature récente: des exemples

Plus en détail

Identification des incontournables à la démarche Lean

Identification des incontournables à la démarche Lean Identification des incontournables à la démarche Lean Analyse des résultats 7/09/2010 Barbara Lyonnet, Laboratoire SYMME, Université de Savoie barbara.lyonnet@univ-savoie.fr 1. Introduction Toute entreprise

Plus en détail

La qualité de vie au travail. comment bien mettre en œuvre l Accord National Interprofessionnel

La qualité de vie au travail. comment bien mettre en œuvre l Accord National Interprofessionnel La qualité de vie au travail comment bien mettre en œuvre l Accord National Interprofessionnel La qualité de vie au travail Un ANI pour Innover Vous avez entendu parler de l Accord national interprofessionnel

Plus en détail

RESTE 2 PLACES POUR CE STAGE

RESTE 2 PLACES POUR CE STAGE 1 URGENT RESTE 2 PLACES POUR CE STAGE Action de formation 4-2 «Dynamique de vente et performances commerciales pour les Technicocommerciaux des Industries Graphiques» (Lyon 2010) Organisée par l AFCAD

Plus en détail

Accompagner le changement et mieux communiquer

Accompagner le changement et mieux communiquer Accompagner le changement et mieux communiquer Catalogue Formations 2009/2010 Dédiées aux acteurs du monde de la communication Management opérationnel des équipes de communication Manager efficacement

Plus en détail

Catalogue de formations transversales pour cadres

Catalogue de formations transversales pour cadres Cabinet de Conseil et de formation Agréé par le ministère de la formation et de l enseignement professionnel Catalogue de formations transversales pour cadres 42, Rue MAX MARCHAND GAMBETTA. Oran - Algérie

Plus en détail

SIRET : 804253391 00010 RCS LYON TVA INTRACOMMUNAUTAIRE : FR 804253391 ORGANISME DE FORMATION AGREE 82691349869

SIRET : 804253391 00010 RCS LYON TVA INTRACOMMUNAUTAIRE : FR 804253391 ORGANISME DE FORMATION AGREE 82691349869 ECAM Expert SASU au capital de 150 000 euros 40, montée Saint Barthélemy, FR-69321 Lyon Cedex 05 Tél. : +33 (0)4 72 77 06 44 - Fax : +33 (0)4 72 77 06 11 www.ecam.fr SIRET : 804253391 00010 RCS LYON TVA

Plus en détail

Les journées de rencontre CNPTP CCN 66 Points clefs Lille, le 14 novembre 2012

Les journées de rencontre CNPTP CCN 66 Points clefs Lille, le 14 novembre 2012 Les journées de rencontre CNPTP CCN 66 Points clefs Lille, le 14 novembre 2012 Lille, le 14 novembre 2012 La CNPTP en bref Ouverture par Jacky Desdoigts, Président de la CNPTP. Les mutations et les risques

Plus en détail

Le point de vue de l UNSA

Le point de vue de l UNSA Le point de vue de l UNSA La GPEC, une opportunité pour le dialogue social dans l entreprise La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) est devenue objet de négociation dans l entreprise

Plus en détail

Séance 3. et Lean Manufacturing. JAT et LM. Séance 3 - Juste à Temps et Total Quality Management. Corine Bardel

Séance 3. et Lean Manufacturing. JAT et LM. Séance 3 - Juste à Temps et Total Quality Management. Corine Bardel Séance 3 Juste-à-Temps et Lean Manufacturing Magement industriel et Gestion de projet C. BARDEL@2007 1 Juste-à-temps & Lean Manufacturing Juste-à-temps et le Lean Manufacturing sont le cœur du système

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre Bac+4 certifié Niveau II J.O du 09 Août 2014 - code NSF 312

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre Bac+4 certifié Niveau II J.O du 09 Août 2014 - code NSF 312 REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre Bac+4 certifié Niveau II J.O du 09 Août 2014 - code NSF 312 1 REFERENTIEL DE FORMATION CHEF(FE) DE PROJETS MARKETING ET COMMERCIALE TITRE CERTIFIE

Plus en détail

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis Version 2 : 20 juillet 2012 L expérimentation conduite par l Agence nationale de lutte contre l illettrisme

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

La démarche ergonomique

La démarche ergonomique La démarche ergonomique Réunion Club Environnement Sécurité Mardi 26 juin 2007 CCI du Mans et de la Sarthe Ce qui est dit «L ergonomie, ça sert à rien» «L ergonomie, ça coute cher» «L ergonomie, c est

Plus en détail

950-1-IPG-026. Table of Contents. Table des matières. Page. 1. Subject 1 1. Objet. 2. Scope 1 2. Portée. 3. Issue 2 3. Sujet

950-1-IPG-026. Table of Contents. Table des matières. Page. 1. Subject 1 1. Objet. 2. Scope 1 2. Portée. 3. Issue 2 3. Sujet 950-1-IPG-026 Fire Protection Systems in Primary Grain Elevators Part III, Canada Labour Code Les réseaux de protection contre l'incendie dans les élévateurs à grain primaires Partie II, Code canadien

Plus en détail

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION VO SANG Xuan Hoang 1 Introduction Du moment où une personne se décide de choisir une carrière d enseignant,

Plus en détail

Organisme de formation enregistré N 23-27-01156-27. tél +33 (0)2 32 56 34 00)2 32 56 34 00. www.al-consulting.com www.lean-shop.

Organisme de formation enregistré N 23-27-01156-27. tél +33 (0)2 32 56 34 00)2 32 56 34 00. www.al-consulting.com www.lean-shop. Organisme de formation enregistré N 23-27-01156-27 tél +33 (0)2 32 56 34 00)2 32 56 34 00 www.al-consulting.com www.lean-shop.net Copyright AL Consulting MENU GENERAL Copyright AL Consulting Liste Sommaire

Plus en détail

Prévenir les Troubles Musculo Squelettiques

Prévenir les Troubles Musculo Squelettiques Prévenir les Troubles Musculo Squelettiques De la théorie à la pratique, l action de la CRAMIF Dominique Beaumont- Arnaud Asselin CRAMIF 18 octobre 2008 SFMW 1 CRAMIF Prévention des Risques Professionnels

Plus en détail

Développer une culture d efficience

Développer une culture d efficience point de vue services financiers Développer une culture d efficience dans les Back Offices Hughes ROY Partner au sein de l'équipe Services Financiers de Sopra Consulting, Hughes Roy est porteur de l offre

Plus en détail

Qualité et ERP CLOUD & SECURITY (HACKING) Alireza MOKHTARI. 9/12/2014 Cloud & Security

Qualité et ERP CLOUD & SECURITY (HACKING) Alireza MOKHTARI. 9/12/2014 Cloud & Security Qualité et ERP CLOUD & SECURITY (HACKING) Alireza MOKHTARI 9/12/2014 Cloud & Security Sommaire Rappel court de Cloud Pour quoi cette sujet est important? Données sensibles dans le Cloud Les risques Top

Plus en détail

Services informatiques aux organisations

Services informatiques aux organisations I. APPELLATION DU DIPLÔME II. CHAMP D'ACTIVITÉ Services informatiques aux organisations Spécialité «Solutions logicielles et applications métiers» Spécialité «Solutions d infrastructure, systèmes et réseaux»

Plus en détail

Les défis du mandat d une Équipe itinérante : prévenir les glissements

Les défis du mandat d une Équipe itinérante : prévenir les glissements Résumé Les défis du mandat d une Équipe itinérante : prévenir les glissements Ce texte fait partie d une banque de 50 récits de pratiques d intervention en itinérance qui ont été réalisés avec quatre Équipes

Plus en détail

Plénière de clôture, synthèse des ateliers 2e Congrès francophone sur les TMS, Montréal Alain Piette, 15 au 21 juin 2008

Plénière de clôture, synthèse des ateliers 2e Congrès francophone sur les TMS, Montréal Alain Piette, 15 au 21 juin 2008 Plénière de clôture, synthèse des ateliers 2e Congrès francophone sur les TMS, Montréal Alain Piette, 15 au 21 juin 2008 1. Mobilisation des organisme de prévention (Evelyne Escriva, ANACT) Synthèse de

Plus en détail

"DÉVELOPPER LA PERFORMANCE MANAGÉRIALE : CE QUE FONT VRAIMENT LES ENTREPRISES"

DÉVELOPPER LA PERFORMANCE MANAGÉRIALE : CE QUE FONT VRAIMENT LES ENTREPRISES "DÉVELOPPER LA PERFORMANCE MANAGÉRIALE : CE QUE FONT VRAIMENT LES ENTREPRISES" ENQUÊTE RÉALISÉE PAR HOMMES & PERFORMANCE ET EMLYON BUSINESS SCHOOL EN PARTENARIAT AVEC L'APEC Juin 2011 OBJECTIFS DE L ÉTUDE

Plus en détail

LA RÉDUCTION DE LA DURÉE DU TRAVAIL DANS LES DÉMARCHES D AMÉNAGEMENT ET DE RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL (ARTT)

LA RÉDUCTION DE LA DURÉE DU TRAVAIL DANS LES DÉMARCHES D AMÉNAGEMENT ET DE RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL (ARTT) LA RÉDUCTION DE LA DURÉE DU TRAVAIL DANS LES DÉMARCHES D AMÉNAGEMENT ET DE RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL (ARTT) BOMBART AGNES, KERBAL ALI, GAREM FREDERIC DEGEST, 14, rue Lauzin, 75019 PARIS, agnes.bombart@degest.com

Plus en détail

Animation de la démarche Santé et Sécurité au Travail pour Les Crudettes SAS

Animation de la démarche Santé et Sécurité au Travail pour Les Crudettes SAS MINISTERE DE L AGRICULTURE LES CRUDETTES SAS www.lescrudettes.com MÉMOIRE DE FIN D ÉTUDES présenté pour l obtention du diplôme d ingénieur agronome spécialisation : Agro-alimentaire option : QUALI-RISQUES

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

Management Responsabilité

Management Responsabilité L évaluation professionnelle : un enjeu pour l évolution du management hospitalier Identifier la problématique de l évaluation professionnelle Utiliser l entretien annuel d activité comme levier de changement

Plus en détail

Décryptage. c o m p r e n d r e p o u r a g i r. Le coaching en individuel ou en équipe. Alain Boureau. Septembre 2006. Les Publications du Groupe BPI

Décryptage. c o m p r e n d r e p o u r a g i r. Le coaching en individuel ou en équipe. Alain Boureau. Septembre 2006. Les Publications du Groupe BPI Décryptage c o m p r e n d r e p o u r a g i r Le coaching en individuel ou en équipe Alain Boureau Septembre 2006 Les Publications du Groupe BPI Le coaching en individuel ou en équipe Premières ressources

Plus en détail

Risques Psychosociaux dans les Centres d Appels

Risques Psychosociaux dans les Centres d Appels Risques Psychosociaux dans les Centres d Appels Retour d expérience des expertises demandées par les CHSCT François COCHET - SECAFI François COCHET Directeur des activités Santé au Travail - SECAFI 04.78.63.60.63

Plus en détail

Démarche Lean management

Démarche Lean management Démarche Lean management Vers une ville INTELLIGENTE au sein d un Service de loisirs 10 octobre 2013 Objectifs de la présentation 1) Partager l expérience du Lean management au sein de l administration

Plus en détail

Industrial Phd Progam

Industrial Phd Progam Industrial Phd Progam Catalan Government: Legislation: DOGC ECO/2114/2012 Modification: DOGC ECO/2443/2012 Next: Summary and proposal examples. Main dates March 2013: Call for industrial Phd projects grants.

Plus en détail

PROTEGER SON DOS ex. Cliniques St Luc

PROTEGER SON DOS ex. Cliniques St Luc CONGRES UCL DE MEDECINE GENERALE 1 juin 2013 PROTEGER SON DOS ex. Cliniques St Luc Philippe Mahaudens, PhD Faculté des sciences de la motricité UCL Service de Médecine Physique et Réadaptation, Saint-Luc

Plus en détail

Chapitre 16 Comment les entreprises fonctionnent-elles?

Chapitre 16 Comment les entreprises fonctionnent-elles? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 7 mai 2015 à 13:59 Chapitre 16 Comment les entreprises fonctionnent-elles? Introduction Regards croisés? car apports de la science économique (économie de la firme)

Plus en détail

TECHNIQUES INDUSTRIELLES MANAGEMENT ECOLE DU MANAGEMENT ORGANISATION INDUSTRIELLE FORMATIONS REGLEMENTAIRES BUREAUTIQUE ET INFORMATIQUE

TECHNIQUES INDUSTRIELLES MANAGEMENT ECOLE DU MANAGEMENT ORGANISATION INDUSTRIELLE FORMATIONS REGLEMENTAIRES BUREAUTIQUE ET INFORMATIQUE ! CALENDRIER DES S INTER-ENTREPRISES ENTREPRISES 2015 TECHNIQUES INDUSTRIELLES MANAGEMENT ECOLE DU MANAGEMENT ORGANISATION INDUSTRIELLE S REGLEMENTAIRES BUREAUTIQUE ET INFORMATIQUE CONTACTS Bas-Rhin -

Plus en détail

conception des messages commerciaux afin qu ils puissent ainsi accroître la portée de leur message.

conception des messages commerciaux afin qu ils puissent ainsi accroître la portée de leur message. RÉSUMÉ Au cours des dernières années, l une des stratégies de communication marketing les plus populaires auprès des gestionnaires pour promouvoir des produits est sans contredit l utilisation du marketing

Plus en détail

National Director, Engineering and Maintenance East (Montreal, QC)

National Director, Engineering and Maintenance East (Montreal, QC) National Director, Engineering and Maintenance East (Montreal, QC) Reporting to the General Manager, Engineering and Maintenance, you will provide strategic direction on the support and maintenance of

Plus en détail

Ce guide a pour objectif de faciliter le dépôt de candidature et la mise en place du dossier.

Ce guide a pour objectif de faciliter le dépôt de candidature et la mise en place du dossier. Bourse Charles Foix GUIDE DU CANDIDAT avec le soutien de Préambule Ce guide a pour objectif de faciliter le dépôt de candidature et la mise en place du dossier. Il guide la réflexion des candidats vers

Plus en détail

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème Problématique / Problématiser / Problématisation / PROBLÉMATIQUE : UN GROUPEMENT DE DÉFINITIONS. «Art, science de poser les problèmes. Voir questionnement. Ensemble de problèmes dont les éléments sont

Plus en détail

Stress and Difficulties at School / College

Stress and Difficulties at School / College Stress and Difficulties at School / College This article will deal with the pressures and problems that students face at school and college. It will also discuss the opposite - the positive aspects of

Plus en détail

Formation en conduite et gestion de projets. Renforcer les capacités des syndicats en Europe

Formation en conduite et gestion de projets. Renforcer les capacités des syndicats en Europe Formation en conduite et gestion de projets Renforcer les capacités des syndicats en Europe Pourquoi la gestion de projets? Le département Formation de l Institut syndical européen (ETUI, European Trade

Plus en détail

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Université d été de la performance en santé - 29 août 2014- Lille Monsieur le président, Monsieur le directeur général,

Plus en détail

SIMULER ET CONCEVOIR LE TRAVAIL FUTUR

SIMULER ET CONCEVOIR LE TRAVAIL FUTUR SIMULER ET CONCEVOIR LE TRAVAIL FUTUR Utilisation du logigramme d activité dans un projet informatique, pour simuler les compétences futures, et évaluer la charge de travail. WWW.ANACT.FR OUTIL DE SIMULATION

Plus en détail

Travail effectué par Gérald Bedocchi 2 er Année Licence sciences commerciales Option Management international

Travail effectué par Gérald Bedocchi 2 er Année Licence sciences commerciales Option Management international H AAUUTTEESS EETTUUDEESS COMMEERRCCIIAALLEESS RRUUEE LLOUUVVRREEXX 144 44000000 LL II EEGEE Travail effectué par Gérald Bedocchi 2 er Année Licence sciences commerciales Option Management international

Plus en détail

RECO. Définition des bonnes pratiques de prévention dans les centres d appels téléphoniques R.470

RECO. Définition des bonnes pratiques de prévention dans les centres d appels téléphoniques R.470 RECO DU COMITE TECHNIQUE NATIONAL DES ACTIVITES DE SERVICES 1 Définition des bonnes pratiques de prévention dans les centres d appels téléphoniques Yves Cousson - INRS Pour vous aider à : réduire le bruit

Plus en détail