Page 1 L usine agro-alimentaire : de la conception à la mise en oeuvre

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Page 1 L usine agro-alimentaire : de la conception à la mise en oeuvre"

Transcription

1 Page 1 L usine agro-alimentaire : de la conception à la mise en oeuvre

2 Page 2 Quelques considérations préalables à un projet d implantation Considérations économiques : coûts de construction et de fabrication Contraintes liées aux équipements et process Praticité de fabrication Praticité de maintenance Sécurité Confinement / Communications avec l extérieur Environnement physique (dont climat) et humain ; règlementations en vigueur Possibilités d expansion future Modularité de conception, flexibilité

3 Etapes et points de vue à prendre en compte lors de la mise en place de nouvelles lignes ou unités (d après V. Caudill, 2004) Degré d automatisation Technologie des équipements Manutention Besoins de la production Conception en équipe de le ligne Ergonomie Configuration de la ligne Justification économique Ingénierie (études) Construction Mise en route

4 Page 4 Conséquences d une implantation mal conçue (d après Gardia et al. Techniques de l Ingénieur, 2001) Risques d'accident du travail : - circulation - stockage dangereux - beaucoup de manutentions -etc. Risques de maladies professionnelles : -bruit - pollution chimique - manipulations contraignantes, TMS -etc. Implantation déficiente Flux matières : - trajets longs - croisements et rebroussements - déposes et reprises multiples - encours et délais longs -etc. Flux des informations et gestion : - gestion atelier (peu visibles) - communications difficiles - image de marque -etc.

5 Projet «travaux neufs» : problématisation initiale Page 5 Domaine Paramètre Questions Conditions d exploitation Conditions de travail Relation de travail et organisation Evolution après mise en place Qualité Main d oeuvre Consommation d énergie Sécurité Ambiance physique Charge de travail Rapport entre services Risques qualité? Risques pour le produit? Faisabilité des contrôles? Nombre de postes de travail? Charge de travail des opérateurs? Circulation du personnel, Accessibilité de postes de travail Risques individuels? Hygiène? Risques incendie? Nuisances sonores, thermiques? Pollution, toxicité? Propreté? Facilité de maintenance? Contraintes d attention? Contraintes de mémorisation? Relations avec le service qualité? Relations avec le service général (entretien, bâtiments? Relations avec la production? Relations avec le CHSCT? Rapport avec l environnement Atteinte à la protection de l environnement? Evolution de l usine Evolution des technologies Equipement qui s intègre dans l usine? Problèmes à terme? Durée d amortissement technique compatible avec l apparition de technologies plus performantes? Évolutions produits et marchés Adaptabilité à un accroissement de la demande? Evolution de la législation Evolution en matière de sécurité et conditions de travail? Evolution en matière de protection de l environnement?

6 Page 6 Cahier des charges d un projet «travaux neufs» : exemple de listing des points à spécifier Les fonctions à réaliser Les limites de fourniture Les performances à garantir Les exigences maintenance à respecter Les exigences qualité à respecter La protection, sécurité, environnement Poste de conduite Caractéristiques techniques Critères de validation Contrôles de réception Formation du personnel Documentation à fournir Planning d intervention

7 Conception d usine : points à prendre en considération (1/4) (d après : Plant design and economics for chemical engineers, M. S. Peters, K. D. Timmerhaus, R. E. West ) Page 7 1. Emplacement du site 1.1. Disponibilité des matières premières 1.2. Proximité des marchés 1.3. Énergie disponible 1.4. Conditions climatiques 1.5. Facilités de transport 1.6. Fourniture d eau 1.7. Gestion des déchets 1.8. Disponibilité de la main d oeuvre 1.9. Taxes et réglementations Caractéristiques du site (topographie, coût foncier, risques naturels ) Protection contre les inondations et le incendies Environnement social et culturel 2. Configuration de l usine - Conditions à prendre en compte : 2.1. Développement d un nouveau site ou extension d un site existant 2.2. Type et quantités de produits à fabriquer 2.3. Type de contrôles de procédés/produits 2.4. Praticité et accessibilité opérationnelles 2.5. Accès aux utilités et aux services 2.6. Type de bâtiments et exigences de construction 2.7. Considérations relatives à la santé et la sécurité au travail 2.8. problèmes d évacuation des déchets 2.9. Equipements auxiliaires Espace disponible et espace nécessaire Routes et voies ferrées 2.12 Extensions futures envisageables

8 Conception d usine : points à prendre en considération (2/4) (d après : Plant design and economics for chemical engineers, M. S. Peters, K. D. Timmerhaus, R. E. West ) Page 8 3. Conduite et supervision de l usine 3.1. Stratégie de pilotage et supervision 3.2. Instrumentation 3.3. Maintenance 4. Utilités 4.1. Energie disponible (achetée ou produite) : fuel, gaz, charbon, électricité 4.2. Vapeur 4.3. Eaux de process (disponibilité, coût, prétraitement) 4.4. Air comprimé 5. Conception structurelle 5.1. Fondations, vide sanitaire 5.2. Revêtement de sol (planéité, résistance mécanique, nettoyabilité, drainage) 5.3. Choix des matériaux de construction (disponibilité, coût, caractéristiques techniques, durabilité) 5.4. Limitation du nombre de cloisons nécessaires (zones d isolement fonctionnel) 5.5. Toiture (étanchéité, évacuation eaux de pluies), plafond et plafonnier technique (accessibilité, nettoyage, protection contre les nuisibles et les risques d infestation) 6. Stockage entreposage : matières premières, en-cours, produits finis, rebuts, produits recyclés, résidus et déchets, produits en quarantaine, emballages, produits chimiques / toxiques / allergènes / inflammables, explosifs ou polluants ; produits en vrac ou individualisés, liquides ou solides ; conditions d entreposage spécifiques (température, pression, gaz neutre, ) ; stockage statique ou dynamique ; process batch ou continu ; production à flux tendu, à flux tirés ou à flux poussés

9 Conception d usine : points à prendre en considération (3/4) (d après : Plant design and economics for chemical engineers, M. S. Peters, K. D. Timmerhaus, R. E. West ) Page 9 7. Manutention et transfert des produits 7.1. Caractéristiques physicochimiques des produits à déplacer 7.2. Types et distances de déplacement 7.3. Quantités à déplacer par unité de temps 7.4. Principe d alimentation et d évacuation des équipements de transfert 7.5. Régime continu ou intermittent des flux 8. Evacuation des déchets 8.1. Nature des sources de pollution (polluants impliqués et volumes correspondants) 8.2. Propriétés des émissions polluantes 8.3. Systèmes de collecte et de transfert 8.4. Sélection des systèmes de contrôle 8.5. Taux réglementaire de dilution des systèmes d évacuation 8.6. Procédés d élimination Réduction de la pollution atmosphérique : élimination des particules (chambre de sédimentation, cyclones, spray, pièges, filtres) et des gaz nocifs ou malodorants (condensation, absorption, adsorption, incinération) Réduction des pollutions liquides : traitements physiques (séparation par grilles ou gravitaire, écrémage, flottage/aération, clarification, précipitation, filtration sous vide, centrifugation, adsorption, procédés membranaires - ultrafiltration, osmose inverse, électrodialyse -, traitements chimiques - coagulation, émulsion, précipitation, neutralisation, oxydation/réduction -, traitements biologiques - aérobies / anaérobies Réduction des pollutions solides : recyclage / conversion chimique, incinération, pyrolyse, compostage Réduction des pollutions thermiques

10 Conception d usine : points à prendre en considération (4/4) (d après : Plant design and economics for chemical engineers, M. S. Peters, K. D. Timmerhaus, R. E. West ) Page Santé et sécurité 9.1. Identification des dangers en conduite opérationnelle par étude HAZOP 9.2. Dangers chimiques 9.3. Dangers liés au feu ou aux explosions 9.4. Sécurité aux postes de travail 9.5. Nuisances sonores 10. Brevets et licences

11 Page 11 Liste des informations requises ou disponibles pour préparer des estimations aux différents stades d un projet (d après Perry s Chemical Engineers Handbook, 2008)

12 Page 12 Typologie des infrastructures par zones d activité A. Activités humaines 1. Accueil, parkings (livraisons, personnels, extérieurs), 2. Zones de circulation : piétons, véhicules, secours et évacuation 3. Bureaux administratifs (dont salles informatiques) 4. Vestiaires, toilettes, cantine, zone de repos 5. Magasin 6. Enceinte extérieure, cloisons de sécurité (confinement incendie, explosions) 7. Zones paysagères B. Activités de production 1. Ateliers de fabrication 2. Salle de contrôle / supervision 3. Laboratoires, lignes pilotes (R&D) 4. Zones de stockage : matières premières, produits dangereux, produits finis, déchets 5. Zones d expansion future C. Activités de support 1. Bureau sécurité, infirmerie et premiers secours, poste incendie, bassin de collecte des eaux d incendie 2. Ateliers de maintenance 3. Laverie, station de lavage 4. Production fluides techniques : énergie (dont froid et vapeur), air comprimé et autres gaz, eaux diverses 5. Traitement des effluents, dont stockage

13 Page 13 Démarche à suivre pour la conception d un lieu de travail (d après Gardia et al. Techniques de l Ingénieur, 2001) 1. Recueil des données caractérisant l entreprise L homme est au centre de l activité de travail 2. Définition des «secteurs» d activité 3. Détermination des proximités et des flux 4. Tracé d un diagramme d implantation 5. Détermination des surfaces utiles par secteurs et tracé du schéma «idéal»

14 Page 14 1/5 Recueil des données caractérisant l entreprise (d après Gardia et al. Techniques de l Ingénieur, 2001) Objectifs à définir Marchés et clients Exemples de données à récupérer Délai de livraison, niveau de service, etc. Fournisseurs Produits Qualité Sécurité par rapport à l extérieur Sécurité par rapport à l intérieur Organisation et conditions de travail Organisation possible pour la production Définition des contenants, des cadences des approvisionnements, etc Actuels et futurs, évolution prévue du processus, etc Produit et service du client, conditionnement, cadence de livraison, etc. Accès, voies de circulation, nuisances vers l environnement, etc Circulation piétons et véhicules, ambiances physiques, etc Horaires, contraintes de temps opératoires, autonomie, etc. Ilots produits, îlots fonctionnels, en ligne, mixte Moyens de manutention envisagés Hygiène alimentaire Nettoyabilité des équipements et des lieux de travail, nuisances extérieures

15 1/5 Recueil des données caractérisant l entreprise Eléments généraux (1/2) (INRS, 2006) Page 15 Projet de construction Création, réaménagement, extension Liste des bâtiments et ouvrages Liste, par bâtiments, des locaux Liste, par locaux, des activités ou fonctions Environnement extérieur à l entreprise Plan de situation Voie d accès au site -Voies routières -Voies ferrées -Voies navigables Accès par rapport aux transports collectifs Zone industrielle, urbaine, plan d urbanisme Conditions climatiques, vents dominants, neige, hygrométrie Gabarits, capacité des ouvrages d art Etat et résistance des revêtements sous intempéries Embranchement limitrophe, embranchement séparant le site en deux Stabilité des rives, variations du niveau d eau Eloignement des stations, fréquence des arrêts

16 1/5 Recueil des données caractérisant l entreprise Eléments généraux (2/2) (INRS, 2006) Page 16 Emplacement de l entreprise Plan de terrain Position par rapport aux établissements classés Plan de masse du terrain et des points de raccordement aux voies d accès Zones non aedificanti Sol, nature, résistance et hydrologies du terrain, risques d inondation Démolitions, localisation des canalisations (eau, gaz, électricité, etc.) Installation soumise à autorisation Installation soumise à déclaration Installation non visée Liste des organismes er administrations à consulter utilement

17 1/5 Recueil des données caractérisant l entreprise Conception des postes de travail ou d intervention (INRS, 2006) Page 17 Matières Transformation Transformation par Plate-forme, banc d essai Lieux et locaux d entretien Travaux de contrôle et d entretien Nature, état d origine, état après transformation Mécanique, physico-chimique, thermique, électromagnétique, biologique, etc. Réunion, fusion, pression, impression, déformation Division, séparation, érosion, extraction, centrifugation Assemblage, dépôt, enlèvement, pressage, laminage, moulage Type d essais, locaux spécifiques, implantations, équipement Type d entretien, implantation, aménagement Plans, notices de construction, organisation

18 1/5 Recueil des données caractérisant l entreprise Conception des modes et moyens de stockage, manutention, transport et levage (INRS, 2006) Page 18 Charges unitaires à stocker Types de stockage Stockage des matières premières, pièves achetées ou sous-traitées Stockage des encours Stockage des produits finis Stockage des produits dangereux Sols et revêtements Nature, nocivité, explosivité, inflammabilité, etc. Quantités, état de division, conditionnement Stockages d arrivage, d expédition, d encours sur lieux distincts Extérieur, sous abri, dans locaux spécifiques, dans structures spécifiques, silos, vrac, parcs, rayonnages, ranchers, citernes, réservoirs, fosses, etc. Type de matière, tonnage ou volume, conditionnement lors du transport, conditionnement en stockage Modes moyens, quantités, dimensions, hauteur, surface au sol, accès Idem stockages encours Implantation, fractionnement et séparation en lots maîtrisables isolément (explosion, feux, etc.) Accordés sur règlements locaux Résistance sous charges stockées, sous poinçonnements roulants Nivelés, non glissants, évacuation des eaux de pluie

19 1/5 Recueil des données caractérisant l entreprise Conception des circulations extérieures aux bâtiments (INRS, 2006) Page 19 Accès sur le site Voies de circulation sur le site Voies d accès des secours autour des bâtiments Aies d évolution et cours intérieurs Parking de stationnement des véhicules Quais Aires de bâchage/débâchage Aire de chargement/déchargement Aires de service lavage distribution du carburant ateliers de première intervention Camions, véhicules légers, piétons Séparation des accès Signalisation, éclairage Véhicules, piétons : séparation des voies Sens unique, sens giratoires pour les véhicules Largeur des voies Accès et circulation des pompiers Surfaces nécessaires Pentes, contre-pentes et trottoirs d arrêt Surfaces, stationnement en épi, circulation en sens giratoire sur le parking, éclairage Abri pour deux roues Aires de chargement et de déchargement avec auvents Quais de réception séparés des quais d expédition Passerelle à demeure favorisant le bâchage/débâchage des remorques Chargement /déchargement des bernes et des citernes Eloignement des postes de travail en raison du bruit des postes de lavage à haute pression ou du risque d incendie et d explosion Passerelle à demeure Intégration dans le plan de circulation

20 1/5 Recueil des données caractérisant l entreprise Conception des lieux de vie (INRS, 2006) Page 20 Vestiaires et sanitaires Lieux de restauration collective Locaux médicaux, infirmerie et lieux de soins d urgence Lieux d accueil Aires d accueil pour les entreprises extérieures Blocs vestiaires, blocs sanitaires, places et équipements en nombre suffisant Douches : travaux salissants ou non Toilettes complémentaires d atelier et leur répartition Toilettes pour personnes à mobilité réduite Restaurant, self, cantine, réfectoire, cafétéria Capacité en places et repas servis Poste de premiers soins Infirmerie d accueil Infirmerie avec local d attente et cabine de déshabillage Salle pour la formation, local pour les réunions du CE, du CHSCT, des délégués du personnel Lieux de réception des visiteurs, d accueil des transporteurs Gardiennage, guichet, logement de fonction Local de repos ou coin détente (fumeur et non fumeur) Vestiaires, réfectoire, sanitaires, parking, stockage, gardiennage

21 1/5 Recueil des données caractérisant l entreprise Conception des systèmes d utilités (fluides, énergies, élimination des déchets) 1/3 (INRS, 2006) Page 21 Besoins globaux Ressources en eau Electricité Livraison externe Production interne Réseau de terre Combustibles gazeux et liquides Réseau public d alimentation gaz Stockage et réserve sur site Appareils d utilisation Puissance maximale d utilisation, énergie de secours, énergie de sécurité Réseau public d alimentation : débit, pression, raccordement Pompage local : qualité de l eau, constance, traitement Réserve d eau pour la lutte contre l incendie : plan d eau, bâche ou ouvrage de rétention Raccordement selon EDF-GDF Transformateur, type, local à cuvette de rétention Groupe électrogène de secours, centrale de batteries de sécurité Ceinturage en fond de fouille Raccordement selon EDF-GDF Nature du gaz ou du liquide, lieu d implantation, volume et moyen de stockage, accordé sur règlements locaux Type, localisation

22 1/5 Recueil des données caractérisant l entreprise Conception des systèmes d utilités (fluides, énergies, élimination des déchets) 2/3 (INRS, 2006) Page 22 Combustibles solides Chauffage, ventilation, assainissement Fluides caloporteurs et frigoporteurs Eau, vapeur, air Autres fluides Appareils Nature, approvisionnement, stockage, volumes, manutentions, déchets Isolation, sols chauffants, appareils suspendus, posés, : manutention, évolutions Local de chaufferie centrale, récupération des calories Appareils à combustion (localisation), type d atmosphère, gaz imbrûlés, fumées (conduits) Introduction d air neuf et préchauffé, pour occupants et appareils Ventilation générale des atmosphères ambiantes sans pollution spécifique Suppression, réduction, aspiration, évacuation des émissions polluantes par captage local et enveloppant Rejet de dilution des polluants dans l environnement, filtration, épuration éventuelle Température, pression Nature, température, pression, toxicité, inflammabilité Capacités, type, localisation, accordés sur règlementation

23 1/5 Recueil des données caractérisant l entreprise Conception des systèmes d utilités (fluides, énergies, élimination des déchets) 3/3 (INRS, 2006) Page 23 Réseaux de distribution Electricité Eaux Gaz Air Lubrifiants Tous fluides Rejet des eaux usées Accordé sur règlements locaux Existence d un réseau séparatif d égouts Eaux industrielles Eaux vannes Eaux pluviales HT, BT, très basse tension Distribution aérienne ou dans le sol, interférences avec manutentions Potable, non potable, froide, chaude, vapeur Réseau d extinction pour cas d incendie : RIA, sprinklers Réseaux enterrés, réseaux non exposés aux chocs et heurts de manutention Air comprimé : compresseurs, bruit (silencieux d origine), local Air aspiré : captage local, de polluants, spécifique, ventilation d ambiance Air soufflé : ventilation, rideaux d air préchauffé Usage, toxicité, inflammabilité Repérage, identification, dispositions er dispositifs de sécurité Traitement éventuel avant rejet Traitement ou rejet brut Captage, possibilité de rejet

24 Page 24 2/5 Définition des «secteurs» d activité (d après Gardia et al. Techniques de l Ingénieur, 2001) Différents types de secteurs d activité 1. Secteurs à risques liés à la circulation des véhicules, des engins et des personnes 2. Secteurs à risques avec des nuisances liées aux ambiances physiques et chimiques Application à un atelier de découpe de viande Entrée, sortie personnel Accueil chauffeurs Déchargement emballages Déchargement matières premières Chambre froide matières premières Stockage emballages Chambre froide produits finis Stockage tampon produits finis 3. Autres secteurs sans flux matières Bureaux Laverie Locaux techniques 4. Secteurs avec des flux matières Mise en carton petits produits Expédition petits produits Déchets organiques 5. Secteurs à risque pour les produits Découpe des viandes Expédition viandes nues

25 Page 25 3/5 Méthodologie de détermination des proximités (d après INRS, Conception des lieux de travail, 2000)

26 Page 26 3/5 Tableau des proximités (liaisons fonctionnelles) (d après Gardia et al. Techniques de l Ingénieur, 2001)? Ne pas masquer les éventuelles incompatibilités Atelier par où commence l analyse (contient le plus de PTI)

27 Page 27 4/5 Diagramme d implantation (d après Gardia et al. Techniques de l Ingénieur, 2001) Dédoublement du poste d accueil des chauffeurs? Stockage emballage Déchargement emballage Déchargement matières premières Déchets Mise en cartons Expédition petits produits Chambre froide matières premières Découpe Laverie Stockage tampon Chambre froide Produits finis Bureaux Expédition viandes nues Accueil chauffeurs Entrée sortie personnel Locaux techniques PT proximité importante PTI proximité très importante

28 Page 28 5/5 Schéma d implantation 1 : à éviter (d après Gardia et al. Techniques de l Ingénieur, 2001) Accueil chauffeurs Déchargement matières premières Locaux techniques Laverie Chambre froide produits finis Expédition viandes nues Chambre froide matières premières Déchets Découpe Stockage tampon Mise en cartons Stockage emballages Déchargement emballages Expédition petits produits Entrée Sortie personnel Bureaux Accueil chauffeurs L atelier de découpe est central mais borgne (pas de possibilité de fenêtres)

29 Page 29 5/5 Schéma d implantation 2 : à privilégier (d après Gardia et al. Techniques de l Ingénieur, 2001) Accueil chauffeurs Expédition petits produits Déchargement matières premières Stockage tampon Mise en cartons Stockage emballages Déchargement emballages Découpe Chambre froide matières premières Laverie Chambre froide produits finis Expédition viandes nues Locaux techniques Déchets Entrée Sortie personnel Bureaux Accueil chauffeurs

30 Page 30 Restaurant : tableau de proximité In : John C. Birchfield, Design and Layout of Foodservice Facilities, 2008 Customer entrance Offices Trash holding Warewashing Service Final preparation Pre-preparation Refrigerated storage Dry storage Receiving Receiving Dry storage 1 Refrigerated storage 0 1 Pre-preparation Final preparation Service Warewashing Trash holding Offices Customer entrance Les chiffres indiquent l importance à placer deux cellules de façon adjacente 0 : pas du tout important 3 : extrèmement important

31 Page 31 Restaurant : schéma d implantation In : John C. Birchfield, Design and Layout of Foodservice Facilities, 2008 Dry storage Preparation Offices Dining room Refrigerated storage Banquet room Receiving Ware washing Bar Entry Trash holding Bar storage

32 Exemple de fabrication de laves linge (1/6) processus global de fabrication (d après INRS, 2000) Page 32 Matières premières Fabrication sur presses Séparation des pièces Traitement de surface mécanique et/ou usinage et/ou nettoyage chimique et/ou traitement de surface Assemblage/conditionnement Produit fini

33 Exemple de fabrication de laves linge (2/6) proximités fonctionnelles entre secteurs (d après INRS, 2000) Page 33

34 Exemple de fabrication de laves linge (3/6) schéma d implantation basé sur les proximités (d après INRS, 2000) Page 34

35 Exemple de fabrication de laves linge (4/6) flux de matières entre secteurs (d après INRS, 2000) Page 35 Volumes transportés ou nombre de mouvements entre secteurs

36 Exemple de fabrication de laves linge (5/6) schéma d implantation par la méthode du «nid d abeille» (d après INRS, 2000) Page 36

37 Exemple de fabrication de laves linge (6/6) schéma mixte d implantation finale (proximités, flux matières, zones à risques) (d après INRS, 2000) Page 37

38 Page 38 Prise en compte des risques : la marche en avant exemple de la biscuiterie «Carrée»

39 Différentes modes d organisation de production (d après MIT, 2008) Page 39 (Aménagement par processus) (Aménagement par projet) (Aménagement par lignes) (Aménagement cellulaire)

40 Volume de production en fonction du mode d organisation de production (d après MIT, 2008) Page 40

41 Page 41 Autres points à prendre en compte Flexibilité, évolutivité Temps d occupation / temps d arrêt (démarrages-arrêts, changement de série, nettoyage Production en mode PUSH (MRP, ERP) / PULL (JIT) Maintenance Sensibilité aux risques MRP : Manufacturing Ressource Planning (management des ressources de production) ERP : Entreprise Ressource Planning JIT : Just In Time

42 Page 42 Différentes configurations d atelier : marche en avant et possibilités d extension Configuration linéaire Configuration en «U» Configuration en «L» Configuration en étages

43 Page 43 Fromagerie avec configuration en «L» : différents flux de circulation Zones à risques de contamination croisée Atelier de réception Atelier de fromagerie Salle de saumurage Salle de ressuage Vestiaires Atelier de préparation des levains Caves d'affinage circuit "produits" Atelier d'entretien Atelier de laverie Salle de conditionnement circuit "matériels" (hors matériels de manutention) circuit "personnels" Laboratoire d'analyses Stockage additifs Stockage produit fini Bureaux Stockage emballages Quai d'expédition

44 Page 44 Fromagerie avec configuration en «L» : zones fonctionnelles Atelier de réception Atelier de fromagerie Salle de saumurage Salle de ressuage Vestiaires Atelier de préparation des levains Caves d'affinage Affinage Atelier d'entretien Atelier de laverie Salle de conditionnement Locaux techniques Fabrication Conditionnement Laboratoire d'analyses Stockage additifs Stockage produit fini Bureaux Stockage emballages Quai d'expédition Bureaux Stockage

45 Page 45 Fromagerie avec configuration en «L» : regroupements fonctionnels par zones de sensibilité Sérum Réception Pré-traitement Fromagerie Démoulage / mise sur claies Egouttage / retournements Moulage Soutirage sérum Brassage Décaillage Coagulation Soutirage / emprésurage Maturation Ensemencement Pasteurisation* Standardisation MP Standardisation MG Stockage Filtration Réception Salage Crème Ressuage Lait Affinage Refroidissement Protéines Conditionnement Emballage Stockage / expédition Ferments Présure Sel Emballages Préparation levains * : CCP : Zone inerte : Zone sensible (salle grise) : Zone ultra-sensible (salle blanche)

46 Le concept de Modularité de l usine Coeur de Lion, à Ducey (d après Process Magazine, mars 1995) Fabrication Energie Stockage Conditionnement Page 46 Bureaux Locaux sociaux Caractéristiques principales Affinage 2 Espaces de travail 7 Modules séparés 3 Circulations de flux Espace "vitrine" Espace "technique" Bureaux Locaux sociaux Fabrication Affinage Stockage Conditionnement Locaux techniques Circuit "Personnels" filtre d'entrée (espace vitrine espace technique) ateliers techniques desservis par une "galerie de liaison" périphérique sas de désinfection + équipements spécifiques à l'entrée des différentes zones (blanches, grises, noires) Circuit "Produits" marche en avant strict cloisonnement (sas) entre les modules Circuit "Air" conditionnement hygiénique spécifique de chaque salle de production ou de conditionnement - caissons automatisés de climatisation (régulation de la température, de l'hygrométrie, du débit d'air, de l'apport d'air neuf, des nettoyages), installés au centre de chaque local (homogénéisation de l'ambiance) - salles en surpression avec extraction au point le plus contaminé (laveries, placées au centre de l'atelier de production ; zone grise de l'atelier de conditionnement)

47 Page 47 L'usine du futur vue par IDV-Ussi : des espaces modulaires pour allier flexibilité et productivité Espace technique AXE TECHNIQUE Espace social Espace scientifique Espace statique Espace mécanique Espace logistique Espace dynamique AXE MAJEUR

48 Page 48 Gantt classique des différentes «activités d amélioration de valeur» (VIP Value improving practices) lors de la préparation et de l exécution d un projet (d après Perry s Chemical Engineers Handbook, 1973)

49 Un exemple de nouvelles préoccupations à prendre en compte : le Lean Manufacturing (Production au plus juste) Définition du Lean Manufacturing : système de production à haute performance cherchant à éradiquer toute forme de gaspillage (délais inutiles, coûts inutiles, stocks inutiles, etc.) (d après Agrojob) Origine : Initialement mis en place dans les années 1950 par Toyota pour abaisser ses coûts et augmenter sa productivité Les 4 règles du Lean Manufacturing, d après Speer et Bowen (1999) - Standard work : tout travail doit être spécifié en termes de contenu, séquence, durée et de résultat - Clear relationships and communications : toute relation client-fournisseur doit être directe et non ambigue - Simple flow : l itinéraire de tout produit ou service doit être simple, direct et suivi - Scientific method : toute procédure d amélioration doit suivre une méthodologie scientifique Quelques principes du Lean Manufacturing et du JIT (Just in Time) - réduire les stocks, diminuer la taille des lots et des séries de production - réduire la complexité, augmenter la transparence - mettre à plat les structures d'organisation et déléguer ; rendre le pouvoir aux ateliers - chasser les gaspillages, bannir les opérations sans valeur ajoutée - mettre en place un contrôle de qualité Page 49

50 Page 50 Quelques outils du Lean Manufacturing (d après

51 Page 51 Comparaison entre GMP et Lean Manufacturing GMP = Good Manufacturing Practice (très utilisé en IAA et Industries Pharmaceutiques) (d après

52 Exemple de ligne de transformation : la pêche (d après JBT Food Tech) 1. Receiving dumping 2. Inspection 3. Sizing and sistribution 4. Pitting 5. Repitting 6. Peeling 7. Size grading of halves 8. Sorting and filing 9. Syruping and closing 10. Pasterization and cooling 11. Slice canning 12. Syrup preparation plant 13. Packaging and warehousing

53 Exemple de ligne de transformation : la pomme (d après JBT Food Tech) Page Receiving dumping 2. Inspection 3. Sizing 4. Pieling coring slicing 5. Deareting 6. Filling 7. Syruping and closing 8. Pasterization and cooling 9. Compote preparation 10. Jar filling 11. Jar closing 12. Jar pasterization and cooling 13. Packaging and warehousing 14. Aseptic processing and filling

Service Prévention des Risques Professionnels. 26, rue d Aubigny - 69436 Lyon cedex 03 téléphone : 04 72 91 96 96 - télécopie : 04 72 91 97 09

Service Prévention des Risques Professionnels. 26, rue d Aubigny - 69436 Lyon cedex 03 téléphone : 04 72 91 96 96 - télécopie : 04 72 91 97 09 CAISSE RÉGIONALE D ASSURANCE MALADIE RHÔNE -ALPES Service Prévention des Risques Professionnels 26, rue d Aubigny - 69436 Lyon cedex 03 téléphone : 04 72 91 96 96 - télécopie : 04 72 91 97 09 FT 1022 OCTOBRE

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES

RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES Définition de l emploi Le titulaire de la spécialité gestion des pollutions et protection de l environnement de baccalauréat professionnel est un professionnel

Plus en détail

RECOMMANDATIONS POUR LA CONCEPTION DE FOSSES DE VISITE POUR VEHICULES ROUTIERS ET ENGINS DE CHANTIER

RECOMMANDATIONS POUR LA CONCEPTION DE FOSSES DE VISITE POUR VEHICULES ROUTIERS ET ENGINS DE CHANTIER RECOMMANDATIONS POUR LA CONCEPTION DE FOSSES DE VISITE POUR VEHICULES ROUTIERS ET ENGINS DE CHANTIER Adoptée par le Comité Technique National des industries de la Métallurgie (CTN A) le 09 octobre 2012,

Plus en détail

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE de en Martinik NOTICE HYGIENE ET SECURITE BUREAU VERITAS ASEM Dossier n 6078462 Révision 2 Octobre 2014 Page 1 de en Martinik SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 1.1 OBJET DE LA NOTICE... 3 1.2 CADRE REGLEMENTAIRE...

Plus en détail

Prothésistes dentaires. Aide au cahier des charges d un nouveau laboratoire

Prothésistes dentaires. Aide au cahier des charges d un nouveau laboratoire Prothésistes dentaires Aide au cahier des charges d un nouveau laboratoire Carsat Centre Ouest Assurance des risques professionnels 37, avenue du Président René Coty 87048 LIMOGES CEDEX LOCAUX DE TRAVAIL

Plus en détail

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel N 38 Développement durable n 2 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 19/02/2013 ISSN 1769-4000 CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L

Plus en détail

F ORMULAIRE DE D EMANDE D'AUTORISATION F_33

F ORMULAIRE DE D EMANDE D'AUTORISATION F_33 PAE 1/15 Règlement grand-ducal du 16 juillet 1999 portant nomenclature et classification des établissements classés; Annexe Nomenclature des établissements classés : N 33 Ateliers et garages de réparation

Plus en détail

Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil

Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil Notice de sécurité Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil Cette notice a été établie à l'attention des exploitants d Etablissements Recevant du Public (ERP), afin

Plus en détail

Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1.

Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1. Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1 Juin 2015 NOTICE D HYGIENE ET DE SECURITE P. 2 sur 8 SOMMAIRE 1 Hygiène...

Plus en détail

PROLOGIS France V. Projet de bâtiment logistique sis ZAC du Mitra commune de Saint-Gilles (30)

PROLOGIS France V. Projet de bâtiment logistique sis ZAC du Mitra commune de Saint-Gilles (30) Projet de bâtiment logistique sis ZAC du Mitra commune de Partie II RESUME NON TECHNIQUE ETUDE D IMPACT FEVRIER 2014 RAPPORT CON/13/084/CD/V2 SOMMAIRE I PRESENTATION DU PROJET ET DE SON ENVIRONNEMENT...

Plus en détail

Parties communes et services

Parties communes et services Parties communes et services Ergonomie pratique en 128 points CHECKPOINT 95 Mettre des vestiaires et des sanitaires à la disposition des employés pour garantir un bon niveau d'hygiène et de propreté. POURQUOI

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES. Etude de faisabilité : Version septembre 2011. Chaufferie bois. Agence de l'environnement et de la Maîtrise de l'energie

CAHIER DES CHARGES. Etude de faisabilité : Version septembre 2011. Chaufferie bois. Agence de l'environnement et de la Maîtrise de l'energie CAHIER DES CHARGES Etude de faisabilité : Version septembre 2011 Chaufferie bois Agence de l'environnement et de la Maîtrise de l'energie Direction Régionale Ile de France Page 1/8 SOMMAIRE A.- OBJECTIFS

Plus en détail

L environnement dans les formations et les activités professionnelles automobiles

L environnement dans les formations et les activités professionnelles automobiles H. Bonnes pratiques environnementales 1. Déchets La gestion des déchets est régie par : des grands principes définissant, par exemple, les responsabilités du producteur ou détenteur de déchets ou la prise

Plus en détail

Décret n 92-158 du 20 février 1992 Travaux effectués dans la collectivité par une entreprise extérieure OPÉRATION ... ... FICHES SIGNALÉTIQUES

Décret n 92-158 du 20 février 1992 Travaux effectués dans la collectivité par une entreprise extérieure OPÉRATION ... ... FICHES SIGNALÉTIQUES Décret n 92-158 du 20 février 1992 Travaux effectués dans la collectivité par une entreprise extérieure OPÉRATION Lieu de l intervention :... Service, local, secteur ou atelier :... Nature de l opération

Plus en détail

La cartographie des 4 programmes de recherche

La cartographie des 4 programmes de recherche 1 La cartographie des 4 programmes de recherche Première étape des séances de think tank créativité du pôle «identification des thèmes de recherche» visant à structurer les 4 programmes de recherche, ce

Plus en détail

POLITIQUE EN MATIERE DE SANTE SECURITE AU TRAVAIL (SST)

POLITIQUE EN MATIERE DE SANTE SECURITE AU TRAVAIL (SST) POLITIQUE EN MATIERE DE SANTE SECURITE AU TRAVAIL (SST) Etapes Actions Pilote de l action Description et type de documents 1 Définition d une politique Santé Sécurité au Travail Top Management + externe

Plus en détail

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE DU PERSONNEL

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE DU PERSONNEL PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE DU PERSONNEL SOMMAIRE 1. CONSTRUCTION... 3 1.1 MESURES D HYGIENE... 3 1.1.1 Eclairage Art. R.4213-2 et suivants / Art. R.4223-1 et suivants... 3 1.1.2 Aération - assainissement

Plus en détail

RAPPORT. Guide de concertation général de Dépistage Participatif des Risques (Déparis)

RAPPORT. Guide de concertation général de Dépistage Participatif des Risques (Déparis) RAPPORT Guide de concertation général de Dépistage Participatif des Risques (Déparis) Entreprise: xxx Situation de travail: Concertation Etablissement Personnes ayant participé à l'étude: CPPT Dates :

Plus en détail

Programme des épreuves des concours externes de recrutement des personnels techniques et administratifs de recherche et de formation

Programme des épreuves des concours externes de recrutement des personnels techniques et administratifs de recherche et de formation G1 Recrutements des assistants de recherche et de formation...2 G1.1 Assistant gestion de données patrimoniales...2 G1.2 Assistant technique en génie climatique...2 G1.3 Assistant technique en électricité...2

Plus en détail

GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION

GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION sécurité incendie Réglementation et mise en sécurité incendie des bâtiments d habitation > Bâtiments d habitation > Parcs de stationnement > s - foyers Sécurité incendie dans

Plus en détail

Registres de fermentation lente. Critères d inspection

Registres de fermentation lente. Critères d inspection Chapitre 15 - tâches liées traitement non-thermique Chapitre 15 - tâches liées traitement non-thermique Registres de fermentation lente 1.15.0.3204 Registres de fermentation lente Registres Un échantillon

Plus en détail

mep schneider materlignes RVT couv autre placement 13/02/07 9:02 Page 3 le prêt à livrer

mep schneider materlignes RVT couv autre placement 13/02/07 9:02 Page 3 le prêt à livrer le prêt à livrer Des modules béton pour l Energie, les Télécoms, les Infrastructures Materlignes, l offre complète de shelters intégrants tous types d équipements dédiés aux : Module béton avec habillage

Plus en détail

UN RÉSEAU AU SERVICE DE L ENVIRONNEMENT MISE EN DÉCHARGE, RECYCLAGE, TECHNIQUE INCINÉRATION- DES DÉCHETS ÉPURATION DES EAUX USÉES

UN RÉSEAU AU SERVICE DE L ENVIRONNEMENT MISE EN DÉCHARGE, RECYCLAGE, TECHNIQUE INCINÉRATION- DES DÉCHETS ÉPURATION DES EAUX USÉES MISE EN DÉCHARGE, RECYCLAGE, TECHNIQUE INCINÉRATION- DES DÉCHETS ÉPURATION DES EAUX USÉES UN RÉSEAU AU SERVICE DE L ENVIRONNEMENT Une entreprise de Bayer et LANXESS UN RÉSEAU AU SERVICE DE L ENVIRONNEMENT

Plus en détail

Page 1 Modélisation graphique des processus : application aux systèmes de production

Page 1 Modélisation graphique des processus : application aux systèmes de production Page 1 Modélisation graphique des processus : application aux systèmes de production Du processus aux procédures et jusqu aux gestes Exemple d un voyage en avion (d après Henry et Monkam-Daverat, 1998)

Plus en détail

AF 2014-2015. Secteur. Titre. Comité. multimédia et récepteurs. Luminaires. nucléaires. Aspects systèmes Réseaux industriels

AF 2014-2015. Secteur. Titre. Comité. multimédia et récepteurs. Luminaires. nucléaires. Aspects systèmes Réseaux industriels Demandes approuvées au regard du CAN-P-2018 AF 2014-2015 Comité CEI/CISPR/A CEI/CISPR/I CEI/SC17A CEI/SC31G CEI/SC31J CEI/SC34D CEI/SC45A CEI/SC45B CEI/SC62A Titre Mesures des perturbations radioélectriques

Plus en détail

RAPPORT AUDIT HYGIENE AVXX-0XX-XXX

RAPPORT AUDIT HYGIENE AVXX-0XX-XXX Date: SITE: Heure: par: MENTION GLOBAL DE L'AUDIT: NOMBRE D'ECARTS CONSTATES: ECARTS CONSTATES: 1. RESPONSABILITÉ DE LA DIRECTION / DÉFINITION & CONTRÔLE DES RÈGLES D HYGIÈNE 1.1 Déclaration de l'établissement

Plus en détail

I. Etapes du service et procédés utilisés

I. Etapes du service et procédés utilisés I. Etapes du service et procédés utilisés Réception des vêtements Détachage des vêtements Nettoyage à sec des vêtements Lavage des vêtements Essorage des vêtements Séchage des vêtements Repassage des vêtements

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE D AUTORISATION CLASSE 2

FORMULAIRE DE DEMANDE D AUTORISATION CLASSE 2 INFORMATIONS GENERALES Page 1 / 14 1. INFORMATIONS GENERALES N du dossier : Art. 7.7.b «La nature et l emplacement de l établissement, l objet de l exploitation, les installations et procédés à mettre

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DES SERVICES DE L EAU ET L ASSAINISSEMENT AU TITRE DE L ANNEE 2010

RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DES SERVICES DE L EAU ET L ASSAINISSEMENT AU TITRE DE L ANNEE 2010 RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DES SERVICES DE L EAU ET L ASSAINISSEMENT AU TITRE DE L ANNEE 2010 La SEVESC assure les services de l eau et de l assainissement de collectivités des départements

Plus en détail

reco Chargement, transport et déchargement de combustibles solides, fioul domestique et gazole R.452

reco Chargement, transport et déchargement de combustibles solides, fioul domestique et gazole R.452 reco du comité technique national des commerces non alimentaires Chargement, transport et déchargement de combustibles solides, fioul domestique et gazole Pour vous aider à prévenir les accidents, des

Plus en détail

Conception des lieux et des situations de travail

Conception des lieux et des situations de travail Conception des lieux et des situations de travail Santé et sécurité : démarche, méthodes et connaissances techniques L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention

Plus en détail

Table des matières... i. Liste des figures...fehler! Textmarke nicht definiert. Liste des tableaux...fehler! Textmarke nicht definiert.

Table des matières... i. Liste des figures...fehler! Textmarke nicht definiert. Liste des tableaux...fehler! Textmarke nicht definiert. Table des matières Table des matières... i Liste des figures...fehler! Textmarke nicht definiert. Liste des tableaux...fehler! Textmarke nicht definiert. Liste des annexes... iv Liste des abréviations

Plus en détail

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer E. BRAJEUL D. LESOURD, A. GRISEY (Ctifl) T. BEAUSSE (Gaz de France) Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier 2008 1

Plus en détail

CODE D USAGES EN MATIERE D HYGIENE POUR LE TRANSPORT DES PRODUITS ALIMENTAIRES EN VRAC ET DES PRODUITS ALIMENTAIRES SEMI-EMBALLES CAC/RCP 47-2001

CODE D USAGES EN MATIERE D HYGIENE POUR LE TRANSPORT DES PRODUITS ALIMENTAIRES EN VRAC ET DES PRODUITS ALIMENTAIRES SEMI-EMBALLES CAC/RCP 47-2001 CAC/RCP 47-2001 Page 1 de 7 CODE D USAGES EN MATIERE D HYGIENE POUR LE TRANSPORT DES PRODUITS ALIMENTAIRES EN VRAC ET DES PRODUITS ALIMENTAIRES SEMI-EMBALLES CAC/RCP 47-2001 INTRODUCTION...2 SECTION I

Plus en détail

LE STOCKAGE ET LE TRANSPORT DES CARBURANTS

LE STOCKAGE ET LE TRANSPORT DES CARBURANTS F I C H E P R E V E N T I O N N 1 6 «H Y G I E N E S E C U R I T E» LE STOCKAGE ET LE TRANSPORT DES CARBURANTS INTRODUCTION Dans le cadre d activités réalisées principalement par les services techniques

Plus en détail

Installateur chauffage-sanitaire

Installateur chauffage-sanitaire Profil des compétences professionnelles Programme-cadre et détail du programme des examens relatifs aux modules des cours de technologie, théorie professionnelle Organisation pratique Détail du programme

Plus en détail

PROTOCOLE DE SECURITE POUR LE CHARGEMENT ET DECHARGEMENT DE MARCHANDISES A L USINE DE SAILLAT

PROTOCOLE DE SECURITE POUR LE CHARGEMENT ET DECHARGEMENT DE MARCHANDISES A L USINE DE SAILLAT Réf. : 1997021 30/05/2012 Usine de Saillat PROTOCOLE DE SECURITE POUR LE CHARGEMENT ET DECHARGEMENT DE MARCHANDISES A L USINE DE SAILLAT Date d établissement : Nature des opérations : Chargement Déchargement

Plus en détail

LES DTU PLOMBERIE SANITAIRE

LES DTU PLOMBERIE SANITAIRE Roger Cadiergues MémoCad ns03.a LES DTU PLOMBERIE SANITAIRE SOMMAIRE ns03.1. Le cadre DTU plomberie ns03.2. Le cadre du DTU 60.1 actuel ns03.3. L application du DTU 60.1 actuel ns03.4. Le cadre du DTU

Plus en détail

04.93.48.68.68. présentation générale. www.algora-environnement.fr

04.93.48.68.68. présentation générale. www.algora-environnement.fr présentation générale La société Algora Environnement propose pour les entreprises, industries, commerces, collectivités, professionnels de l immobilier et particuliers un ensemble de services liés à l

Plus en détail

RÉSUMÉ NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS VEOLIA PROPRETE NORD NORMANDIE NOGENT-SUR-OISE. Fait à Bihorel, le 03 Octobre 2012 KALIÈS KAR 11.25.

RÉSUMÉ NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS VEOLIA PROPRETE NORD NORMANDIE NOGENT-SUR-OISE. Fait à Bihorel, le 03 Octobre 2012 KALIÈS KAR 11.25. RÉSUMÉ NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS VEOLIA PROPRETE NORD NORMANDIE NOGENT-SUR-OISE Fait à Bihorel, le 03 Octobre 2012 KALIÈS KAR 11.25. V2 La société VEOLIA PROPRETE NORD NORMANDIE (VPNN) est autorisée

Plus en détail

DIVISIONNAL SILICON FACILITY BATIMENT 186

DIVISIONNAL SILICON FACILITY BATIMENT 186 DIVISIONNAL SILICON FACILITY BATIMENT 186 1. Etat actuel de la situation - Cahier des charges et besoins utilisateurs prédéfinis - Parmi les différentes variantes techniques proposées, un concept a été

Plus en détail

Fiches Techniques Bâtiment

Fiches Techniques Bâtiment Fiches Techniques Bâtiment Bâti Comment faire des économies? Aide Les déperditions par le bâti comptent jusqu à 50% de la consommation énergétique des bâtiments. La performance énergétique est donc une

Plus en détail

LES EAUX : LOIS, NORMES ET DTU

LES EAUX : LOIS, NORMES ET DTU Roger Cadiergues MémoCad ns02.a LES EAUX : LOIS, RéGLEMENTS, NORMES ET DTU SOMMAIRE ns02.1. Les cadres réglementaires et normatifs ns02.2. Lois et règlements fondamentaux ns02.3. Equipements sanitaires

Plus en détail

Programmes Prioritaires Nationaux : Fumées de soudage. Y. CAROMEL - Contrôleur de sécurité

Programmes Prioritaires Nationaux : Fumées de soudage. Y. CAROMEL - Contrôleur de sécurité Programmes Prioritaires Nationaux : Fumées de soudage Y. CAROMEL - Contrôleur de sécurité Règles essentielles de ventilation appliquées aux activités de soudage Y. CAROMEL - Contrôleur de sécurité Règles

Plus en détail

INDUSTRIE AUTOMOBILE SYSTÈMES ET ÉQUIPEMENTS. centres r&d usines mécaniques usines terminales

INDUSTRIE AUTOMOBILE SYSTÈMES ET ÉQUIPEMENTS. centres r&d usines mécaniques usines terminales INDUSTRIE AUTOMOBILE SYSTÈMES ET ÉQUIPEMENTS centres r&d usines mécaniques usines terminales Pour vos centres R & D SYSTÈMES D ESSAIS HYDRAULIQUES, AÉRAULIQUES ET MÉCANIQUES Nos systèmes permettent la

Plus en détail

Hygiène alimentaire. Introduction

Hygiène alimentaire. Introduction Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) Hygiène alimentaire Introduction Le temps de travail ne permet pas souvent aux salariés de déjeuner chez eux

Plus en détail

industrie agroalimentaire

industrie agroalimentaire industrie agroalimentaire agro L élaboration des produits agroalimentaires nécessite la mise en place et le contrôle de nombreux procédés et technologies avancées. De la réception des matières premières

Plus en détail

Rehabilitation de la Maison de Radio France Création d une nouvelle géothermie. Alexandre Teixera Maison de Radio France Olivier Grière G2HConseils

Rehabilitation de la Maison de Radio France Création d une nouvelle géothermie. Alexandre Teixera Maison de Radio France Olivier Grière G2HConseils Rehabilitation de la Maison de Radio France Création d une nouvelle géothermie Alexandre Teixera Maison de Radio France Olivier Grière G2HConseils Un pari architectural et une rénovation HQE - La mise

Plus en détail

ANNEXE 1: Entretien de la filie re

ANNEXE 1: Entretien de la filie re ANNEXE 1: Entretien de la filie re 1 A ) ENTRETIEN DE LA COLLECTE DES EAUX USEES : Objectif : assurer un bon écoulement des eaux usées. Vérifier le bon écoulement par les tés ou regards de visite Nettoyer

Plus en détail

L eau c est la vie! À l origine était l eau... La planète bleue. Les propriétés de l eau. L homme et l eau. ... et l eau invita la vie.

L eau c est la vie! À l origine était l eau... La planète bleue. Les propriétés de l eau. L homme et l eau. ... et l eau invita la vie. 1 L eau c est la vie! À l origine était l eau... Lors du refroidissement de la terre, qui était une boule de feu à sa création, les nuages qui l entouraient ont déversé leur eau, formant les mers et les

Plus en détail

La Filtration et le Traitement de l Air dans l Industrie Nucléaire.

La Filtration et le Traitement de l Air dans l Industrie Nucléaire. Le Traitement de l Air dans l Industrie Nucléaire La Filtration et le Traitement de l Air dans l Industrie Nucléaire. Protéger l environnement des hommes et des lieux, Contribuer à la sécurité des interventions

Plus en détail

KASTO, le programme complet : Rentabilité dans le sciage et le stockage des métaux.

KASTO, le programme complet : Rentabilité dans le sciage et le stockage des métaux. KASTO, le programme complet : Rentabilité dans le sciage et le stockage des métaux. Compétence sur toute la ligne Depuis plus de 160 ans, KASTO, synonyme de qualité et d innovation, propose le programme

Plus en détail

Paquet hygiène : Le règlement 852/2004 relatif à l hygiène des denrées alimentaires

Paquet hygiène : Le règlement 852/2004 relatif à l hygiène des denrées alimentaires Paquet hygiène : Le règlement 852/2004 relatif à l hygiène des denrées alimentaires Applicable au 1 er janvier 2006 Objectif : Etablit les règles générales en matière d hygiène, est directement applicable

Plus en détail

VILLE DE SAINT-MAUR-DES-FOSSÉS MISE EN CONFORMITÉ DE L ASSAINISSEMENT INTÉRIEUR D UNE PROPRIÉTÉ

VILLE DE SAINT-MAUR-DES-FOSSÉS MISE EN CONFORMITÉ DE L ASSAINISSEMENT INTÉRIEUR D UNE PROPRIÉTÉ VILLE DE SAINT-MAUR-DES-FOSSÉS MISE EN CONFORMITÉ DE L ASSAINISSEMENT INTÉRIEUR D UNE PROPRIÉTÉ Ce document regroupe, sous forme de fiches, les informations nécessaires à la réalisation des travaux de

Plus en détail

FOSSE SEPTIQUE TOUTES EAUX

FOSSE SEPTIQUE TOUTES EAUX FTE FOSSE SEPTIQUE TOUTES EAUX FICHE 1 DOMAINE D'APPLICATION Conseillé 0-200 EH 50 Observé 0-200 EH 50 VOLET TECHNIQUE 1 PRINCIPES DE FONCTIONNEMENT 1.1 PRINCIPE La fosse septique toutes eaux permet un

Plus en détail

ANNEXE I À L AVENANT N 21 SUR LES CLASSIFICATIONS : PLAN DE FORMATION

ANNEXE I À L AVENANT N 21 SUR LES CLASSIFICATIONS : PLAN DE FORMATION ANNEXE I À L AVENANT N 21 SUR LES CLASSIFICATIONS : PLAN DE FORMATION Modifiée par l avenant n 47 du 9 novembre 2011 L accès au niveau III* est lié à une exigence de qualification. * Niveau tenant compte

Plus en détail

CONSULTATION PROPRETE DES LOCAUX

CONSULTATION PROPRETE DES LOCAUX CONSULTATION PROPRETE DES LOCAUX Exécution de prestations de nettoyage de locaux administratifs situés : - site n 1 : 24 rue des Ingrains 36022 CHATEAUROUX - site n 2 : 10 rue d Olmor 36400 LA CHATRE Critères

Plus en détail

Déchets dangereux dans l entreprise

Déchets dangereux dans l entreprise Déchets dangereux dans l entreprise Pe! é t i r u c é s z e s n Déchets dangereux Les déchets dangereux sont présents dans toutes les activités industrielles! Chaque année, les entreprises industrielles,

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE

FICHE DE DONNEES DE SECURITE PAGE 1/7 DATE DE MISE A JOUR : 16/11/2011 1/ - IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE Identification du produit : Gaines, films, housses, et/ou sacs transparents et colorés en polyéthylène. Famille

Plus en détail

GUIDE DE L'ÉCO-PRESTATAIRE

GUIDE DE L'ÉCO-PRESTATAIRE GUIDE DE L'ÉCO-PRESTATAIRE Politique Environnementale du Groupe UNILOGI 70.000 personnes logées au sein de notre patrimoine dans 210 communes sur 7 départements et 3 régions, xxx entreprises fournisseurs

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE Notice obligatoire en application de l Art. R 123-24 du Code de la Construction et de l Habitation pour les demandes de Permis de Construire dans les Etablissements Recevant

Plus en détail

Préconisations sanitaires. Conception et rénovation des bâtiments d élevage de porcs

Préconisations sanitaires. Conception et rénovation des bâtiments d élevage de porcs Préconisations sanitaires Conception et rénovation des bâtiments d élevage de porcs CDMP CDMP Préambule Aujourd hui, un bâtiment doit permettre à l éleveur une conduite sanitaire optimale de son élevage.

Plus en détail

GESTION DES EAUX ET DES DECHETS DANS LES ETABLISSEMENTS DE LA BRANCHE AUTOMOBILE

GESTION DES EAUX ET DES DECHETS DANS LES ETABLISSEMENTS DE LA BRANCHE AUTOMOBILE DEPARTEMENT DE LA SECURITE ET DE L ENVIRONNEMENT DCPE 550 SERVICE DES EAUX, SOLS ET ASSAINISSEMENT DECEMBRE 2012 DIRECTIVE CANTONALE GESTION DES EAUX ET DES DECHETS DANS LES ETABLISSEMENTS DE LA BRANCHE

Plus en détail

VEILLE RÉGLEMENTAIRE Sécurité des personnes Fiche VRE.30

VEILLE RÉGLEMENTAIRE Sécurité des personnes Fiche VRE.30 VEILLE RÉGLEMENTAIRE Sécurité des personnes Fiche VRE.30 Incendie Code du Travail R4216-1 à R4216-7 ; R4216-11 à R4216-34 Code du Travail R4225-8 Code du Travail R4227-34 à R4227-36 Code du Travail R4227-1

Plus en détail

Le chauffe-eau à pompe à chaleur: fiche technique à l intention des installateurs

Le chauffe-eau à pompe à chaleur: fiche technique à l intention des installateurs Le chauffe-eau à pompe à chaleur: fiche technique à l intention des installateurs 1. Bases 1.1. Fonctionnement du chauffe-eau à pompe à chaleur (CEPAC) Comme son nom l indique, un chauffe-eau pompe à chaleur

Plus en détail

SECURITE SANITAIRE ET RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL

SECURITE SANITAIRE ET RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL SECURITE SANITAIRE ET RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL Références réglementaires : Règlement N 178/2002 établissant les principes généraux et les prescriptions générales de la législation alimentaire

Plus en détail

6 Traitement des produits (cuisson, tranchage, assemblage ) Cuisson

6 Traitement des produits (cuisson, tranchage, assemblage ) Cuisson 6 Traitement des produits (cuisson, tranchage, assemblage ) 35 Cuisson 36 Fabrication culinaires maîtrisées Manger varié J aime J aime pas 37 Le respect des recettes : fiches techniques 38 Tests de dégustations

Plus en détail

Le pétitionnaire pourra remplir une notice par établissement isolé les uns des autres au sens de l article GN 3.

Le pétitionnaire pourra remplir une notice par établissement isolé les uns des autres au sens de l article GN 3. NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE Pour tous les ERP du 1er groupe et les ERP du 2ème groupe (5ème catégorie) Avec locaux à sommeil. (Arrêté du 25/06/1980 modifié Arrêté du 22/06/1990 modifié) La présente

Plus en détail

ANNEXE 1 1/7 LE BATIMENT

ANNEXE 1 1/7 LE BATIMENT ANNEXE 1 1/7 PRESCRIPTIONS TECHNIQUES APPLICABLES AUX LOCAUX DE STOCKAGE DE POMMES DE TERRE (PLANT, CONSOMMATION ( 1 ) ET FECULE) CONSTRUITS OU AMENAGES DANS LE CADRE DES PROCEDURE D AIDE DE FRANCEAGRIMER

Plus en détail

Ordonnance relative à la prévention des accidents et des maladies professionnelles lors de travaux de peinture par pulvérisation au pistolet

Ordonnance relative à la prévention des accidents et des maladies professionnelles lors de travaux de peinture par pulvérisation au pistolet Ordonnance relative à la prévention des accidents et des maladies professionnelles lors de travaux de peinture par pulvérisation au pistolet 832.314.12 du 5 avril 1966 (Etat le 1 er mai 1966) Le Conseil

Plus en détail

Achats Industriels Efficacité et Sécurité

Achats Industriels Efficacité et Sécurité Achats Industriels Efficacité et Sécurité Mes domaines d intervention Achat de maintenance Achat investissement Achat de sous-traitance Mon expertise en achats industriels Elaboration de cahiers des charges

Plus en détail

Liquéfaction par fermentation anaérobie

Liquéfaction par fermentation anaérobie fosse septique ovoïde en polyéthylène Fabrication en polyéthylène haute densité traité anti U.V. Entrée et sortie munies d un joint souple à lèvre Ø 100 mm qui assure l emboîtement et l étanchéité du raccordement

Plus en détail

HUBER Procédé de flottation HDF

HUBER Procédé de flottation HDF HUBER Procédé de flottation HDF Traitement des eaux usées, récupération et recyclage de l eau grâce au procédé de flottation avec micro bulles d air Système anti-colmatage avec décanteur lamellaire The

Plus en détail

La terre comme source de chaleur: des solutions fiables.

La terre comme source de chaleur: des solutions fiables. ÉNERGIES RENOUVELABLES La terre comme source de chaleur: des solutions fiables. Pompes À chaleur SAUMURE eau pompes à chaleur eau eau Source d énergie inépuisable et efficace Rendement élevé et constant

Plus en détail

Invitation à soumissionner n PTD/10/056. Annexe I Cahier des charges

Invitation à soumissionner n PTD/10/056. Annexe I Cahier des charges Invitation à soumissionner n PTD/10/056 Annexe I Cahier des charges Sommaire : I II III IV Introduction générale Descriptif des bâtiments à libérer (P&G et CAM) Descriptif du bâtiment à occuper (Nouveau

Plus en détail

PILOTER LA FORMALISATION DE SON PLAN DE MAITRISE SANITAIRE

PILOTER LA FORMALISATION DE SON PLAN DE MAITRISE SANITAIRE PILOTER LA FORMALISATION DE SON PLAN DE MAITRISE SANITAIRE Pascal PEYRONNET, Technicien Supérieur de Restauration, Cuisine CH Chastaingt, Limoges Bernard CELERIER, Inspecteur Vétérinaire, Direction Départementale

Plus en détail

Auteurs Index alphabétique n o 2002/1 15 04 2002 n o 2001/1 30 01 2001

Auteurs Index alphabétique n o 2002/1 15 04 2002 n o 2001/1 30 01 2001 Table des matières 1. Généralités Introduction Table des matières Auteurs Index alphabétique n o 2002/1 15 04 2002 n o 2001/1 30 01 2001 2. Politique de sécurité Accueil et formation des nouveaux engagés

Plus en détail

Établissements de transformation des viandes sans abattoir

Établissements de transformation des viandes sans abattoir Nom de l établissement (et n o, le cas échéant) Adresse de l établissement Municipalité Comté Avez-vous un n o d ident. des installations? Non Oui Si oui, inscrire le n o Téléphone Télécopieur Bureau de

Plus en détail

GUIDE TECHNIQUE : LA RÉCUPÉRATION D EAU DE PLUIE

GUIDE TECHNIQUE : LA RÉCUPÉRATION D EAU DE PLUIE GUIDE TECHNIQUE : LA RÉCUPÉRATION D EAU DE PLUIE Préface p. 3 1. Le cadre réglementaire p. 4 2. Le champ d application p. 5 3. Les avantages p. 5 4. Le principe de conception p. 6 5. Le dimensionnement

Plus en détail

COLLECTE DES DECHETS MENAGERS : Recommandations techniques applicables lors de la conception de voiries, lotissements et immeubles

COLLECTE DES DECHETS MENAGERS : Recommandations techniques applicables lors de la conception de voiries, lotissements et immeubles COLLECTE DES DECHETS MENAGERS : Recommandations techniques applicables lors de la conception de voiries, lotissements et immeubles Rappel : Organisation de la collecte des déchets sur le secteur de SAINT-BRIEUC

Plus en détail

Prescriptions Techniques

Prescriptions Techniques Prescriptions Techniques Application du décret n 2004-555 du 15 juin 2004 relatif aux prescriptions techniques applicables aux Canalisations et Raccordements des installations de transport, de distribution

Plus en détail

MODE OPERATOIRE NORMALISE : Date d application :

MODE OPERATOIRE NORMALISE : Date d application : 1 / 14 Prénom / Nom Date, signature Rédacteur : Tony Jamault Vérificateur : Anthony Loussouarn Approbation : Isabelle Calard Table des matières 1 OBJECTIF DU MODE OPERATOIRE ET DOMAINE D APPLICATION...

Plus en détail

Se raccorder à un réseau de chaleur

Se raccorder à un réseau de chaleur L habitat COMPRENDRE Se raccorder à un réseau de chaleur Le chauffage urbain peut-il être un moyen de diminuer la facture énergétique? Édition : décembre 2013 Pourquoi pas le raccordement À UN RÉSEAU DE

Plus en détail

Fiche Technique pour un bâtiment modulaire à ossature en bois de 54 m²

Fiche Technique pour un bâtiment modulaire à ossature en bois de 54 m² Fiche Technique pour un bâtiment modulaire à ossature en bois de 54 m² Cahier de charge NON définitif. Adaptations possibles selon l arrivée de nouveaux matériaux bois ou la mise en œuvre de techniques

Plus en détail

SERVICE PHARMACIE PROJET DE LA PHARMACIE A USAGE INTERIEUR DE LA PLATE-FORME LOGISTIQUE

SERVICE PHARMACIE PROJET DE LA PHARMACIE A USAGE INTERIEUR DE LA PLATE-FORME LOGISTIQUE SERVICE PHARMACIE Jean-Louis LONGUEFOSSE Anne-Marie FORTUNE Géraldine LIGUORI Pharmacien Chef de service Pharmacien Pharmacien contractuel Tel : 0596 59 29 39 Tel : 0596 70 83 20 Tel : 05 96 59 28 62 jllonguefosse@ch-colson.fr

Plus en détail

La circulation en entreprise

La circulation en entreprise La circulation en entreprise L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels, l INRS est un organisme scientifique et technique qui travaille,

Plus en détail

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Réalisé par : Arnaud Larvol Conseiller énergie Pays Ruthénois 6, avenue de L Europe 12 000 Rodez 05.65.73.61.70 a.larvol@pays-ruthenois.f

Plus en détail

www.vac-location.com Location de Véhicules Autonomes de Cantonnement Solutions Base Vie Clés en Main pour Chantiers

www.vac-location.com Location de Véhicules Autonomes de Cantonnement Solutions Base Vie Clés en Main pour Chantiers www.vac-location.com Location de Véhicules Autonomes de Cantonnement Solutions Base Vie Clés en Main pour Chantiers CONTEXTE Application plus stricte des dispositions réglementaires relatives à l accueil

Plus en détail

Systèmes de stockage simples à installer et économiques

Systèmes de stockage simples à installer et économiques Systèmes de stockage simples à installer et économiques Parallèlement à l accroissement et à l ampleur des événements pluviométriques, l accélération et l augmentation des débits de pointe accentuent de

Plus en détail

Fiche de données de sécurité

Fiche de données de sécurité Produit 2T QUAD R BIODEGRADABLE Page 1/5 Etiquette du produit ETIQUETAGE (d usage ou CE) Phrases de risque Conseils de prudence ETIQUETAGE TRANSPORT Non concerné Néant Néant Non concerné 1. IDENTIFICATION

Plus en détail

Dossier descriptif de la villa Villa de style classique à Bourglinster

Dossier descriptif de la villa Villa de style classique à Bourglinster Villa de style classique à Bourglinster page 1 de 19 A. INFORMATIONS GENERALES 1. SITUATION L'immeuble construit en 2005 est érigé sur un terrain situé 11a, rue d'imbringen à L-6162 Bourglinster. La place

Plus en détail

Remplacement des chaudières dans les immeubles d appartements

Remplacement des chaudières dans les immeubles d appartements Remplacement des chaudières dans les immeubles d appartements Xavier Kuborn 7 octobre 2014 Avec le support de la guidance technologique éco-construction et développement durable de la Région de Bruxelles-Capitale

Plus en détail

LES LIEUX DE STOCKAGE DES PRODUITS CHIMIQUES ET L'EQUIPEMENT DES SALLES D'ENSEIGNEMENT DE LA CHIMIE AU LYCEE

LES LIEUX DE STOCKAGE DES PRODUITS CHIMIQUES ET L'EQUIPEMENT DES SALLES D'ENSEIGNEMENT DE LA CHIMIE AU LYCEE LES LIEUX DE STOCKAGE DES PRODUITS CHIMIQUES ET L'EQUIPEMENT DES SALLES D'ENSEIGNEMENT DE LA CHIMIE AU LYCEE Jean-Noël GUICHARD, professeur au lycée Gustave Courbet de Belfort Anne-Marie STUDER, professeur

Plus en détail

1 445 M 20 M 5 085 M. l efficacité énergétique. la durabilité. l innovation QUI SOMMES-NOUS? CHIFFRES 2013 PAYS : CLIENTS : RÉSULTAT NET : EBITDA :

1 445 M 20 M 5 085 M. l efficacité énergétique. la durabilité. l innovation QUI SOMMES-NOUS? CHIFFRES 2013 PAYS : CLIENTS : RÉSULTAT NET : EBITDA : QUI SOMMES-NOUS? Gas Natural Fenosa est une entreprise du secteur de l énergie, créée il y a plus de 170 ans et dont la renommée a dépassé les frontières. GAS NATURAL FENOSA Pionnière dans l approvisionnement

Plus en détail

Hygiène alimentaire. Réglementation. Restaurants et commerces alimentaires

Hygiène alimentaire. Réglementation. Restaurants et commerces alimentaires Hygiène alimentaire Réglementation Restaurants et commerces alimentaires Hygiène alimentaire Sommaire Avant de s installer, les démarches à suivre p.3/4 Concevoir la cuisine p.5 Hygiène - Les bonnes pratiques

Plus en détail

Sommaire. Règles de calcul des installations de plomberie sanitaire

Sommaire. Règles de calcul des installations de plomberie sanitaire Sommaire 1. Généralités 7 2. Réseaux d alimentation d eau dans les bâtiments 8 2.1 Généralités 8 2.2 Dimensionnement du réseau d alimentation - Méthode générale 8 2.2.1 Principes généraux 8 2.2.2 Données

Plus en détail

Automobile & Mécanique agricole. Sources CNIDEP, IBGE

Automobile & Mécanique agricole. Sources CNIDEP, IBGE Automobile & Mécanique agricole Sources CNIDEP, IBGE I. Etapes de la fabrication (ou du service) et procédés utilisés L essentiel de l activité d une carrosserie consiste à réparer puis à remettre en peinture

Plus en détail

Système multicouche raccords à sertir et tubes

Système multicouche raccords à sertir et tubes Système multicouche raccords à sertir et tubes 4BONNES RAISONS DE CHOISIR LES SOLUTIONS 4GAMMES COMPLÉMENTAIRES 1 L EFFICACITÉ : pour répondre à toutes les configurations Avec les solutions multiconnect,

Plus en détail

Protocole de sécurité chargement déchargement

Protocole de sécurité chargement déchargement Protocole de sécurité chargement déchargement Note pratique de prévention N.P.P.-01/2007 CRAM Centre Ouest Caisse Régionale d Assurance Maladie Centre Ouest 37 avenue du Président René Coty - 87048 LIMOGES

Plus en détail

Qualité Sécurité Environnement

Qualité Sécurité Environnement Qualité Sécurité Environnement FORMATION AUDIT CONSEIL EXPERTISE >> Catalogue 2014 Nos innovations: e-learning, évaluation des compétences personnalisation Formation Hygiène Alimentaire ISO 9001 : 2008...

Plus en détail