PHILIPPE DUCHEMIN FINKEYS FRANCE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PHILIPPE DUCHEMIN FINKEYS FRANCE"

Transcription

1 PHILIPPE DUCHEMIN

2 LES METIERS DE LA FINANCE Master 2 Finance d Entreprises et de Marchés Grenoble 20 Décembre 2013

3 Intervenant Philippe DUCHEMIN, Consultant Formateur Indépendant, CONSEIL Product Control Projet Europe chez SGCIB/Product Control Projet de calcul de Taux de Cession Interne pour l ALM à la CNCE Projet de rapprochement résultat économique et comptable chez Natixis Reporting Financier chez Vinci Projet de fusion des Swaps chez Cacib, Produits Structurés de Crédit Responsable de l équipe consultants chez XRT, logiciels de trésorerie Projet Risk Management, validation de la Var chez ABN AMRO, Amsterdam Consultant en gestion des Risques chez AMS/Londres BANQUE Middle Office et Contrôle des Risques, Crédit Lyonnais Londres Responsable du Contrôle d Activité des opérations de marché, Crédit Lyonnais Paris Groupe de recherche opérationnelle de la Chambre Syndicale des BP FORMATIONS First Finance, Top Finance, Investance, les Echos, Spring Finance: Contrôle des Marchés, Excel et Modèles Financiers Centre de Formation Continu de Sciences Po: Programme de la BDF/ACP Formations internationales: Tunis, Alger, Casablanca, Monaco, Luxembourg, Lisbonne, Hanoi 3

4 Programme ACTEURS ET ORGANISATION LA BANQUE DE FINANCEMENT ET D INVESTISSEMENT o La Banque en général o La BFI en particulier LES METIERS DE LA FINANCE DE MARCHES o Front, Middle, Back et Compta o Les Fonctions de Contrôle: résultats et risques o Les Fonctions Transverses o La gestion de l information, des systèmes (applications) LES CHOIX DE CARRIERE o Banques Entreprises Conseil o International 4

5 Objectifs Vocabulaire français et anglais Terminologie Capital Markets Les acronymes métiers et de la Société Générale et Les métiers de la finance L organisation des marchés Les contraintes réglementaires Les contraintes technologiques La cartographie des systèmes 5

6 Qui Comprend? Le montant d OCI est à envoyer par Gop. Cette information est identifiée dans l outil référentiel SYREM par la famille de PCI BOCPTOCI (non croisé avec la famille de PCI de PNB MRPNBIAS) Chacun des montants d OCI ne doit pas faire l objet d un mapping aux indicateurs Khéops. En revanche, pour permettre l acquisition dans l environnement du contrôle de gestion, le traitement GL devra attribuer à l ensemble des montants d OCI l indicateur OBOI par défaut. Pour chaque Gop, GL devra envoyer 2 montants : l OCI contrevalorisé en YTD et l OCI contre-valorisé en MTD. RAPPORT SHUTTLE 6

7 Métiers de la Banque 7

8 Le système bancaire Les différents rôles de la Banque Payments and Money Credit Financing Risk Management Transformation Asset Management Investment 8

9 Les activités d une banque Les 5 POLES de la Société Générale 1. Réseaux France 2. Réseaux Internationaux 3. Services Financiers Spécialisés et Assurances 4. Banques Privée, Gestion d Actifs, et Services aux Investisseurs Banque de Financement et d Investissement 9

10 Réseau France 1 Retail Banking France BRF: Banque de Réseau France Trois réseaux: Société Générale Crédit du Nord Boursorama Clientèle Particuliers et Entreprises Encours de crédit: 350 M = 0,35 T Dépôts: 337M = 0,337T 2 Retail Banking International BHFM : Banque Hors France Métropolitaine Nombreuses Filiales et Participations 10

11 Financements Spécialisés 3 Financements Spécialisés et Assurances SGCF: Société Générale Consumer Finance A travers des filiales spécialisées: Crédit à la consommation (Cartes Enseignes) SGEF: Société Générale Equipment Finance Crédits spécialisés Haute Technologie, Equipement Industriel et Transport Financement des flottes de véhicules Financement de parcs informatiques Filiales Assurances (SOGECAP) Assurance Vie et Assurance Dommage (non vie) 11

12 Réseau France 4 Banque Privé, Gestion d Actifs et Services aux Investisseurs GIMS: Global Investment Management Services SGAM et AMUNDI (75% CA et 25% SG) SG Private Banking Newhedge: Courtages sur produits dérivés (fusion de Fimat et Calyon Financial) Boursorama direct: bourse en ligne Gestion SGAM : 344Me AMUNDI: 670M (hors LyxorAM, filiale SGCIB) SGSS: SG Securities Services (Global Custodian) Compensation, Conservation (Dépositaire), Gestion de Fonds 12

13 Groupe Société Générale - SGCIB 5 - Banque de FINANCEMENT et d INVESTISSEMENT SGCIB : Société Générale Corporate and Investment Bank 1 - GLOBAL MARKETS ACTIONS - Equity Derivatives - Equity Cash - Recherche actions TAUX CREDIT CHANGE et MATIERES PREMIERES - Taux Crédit Change: Foreign Exchange Debt and Credit IRD (Interest Rate Derivatives - Matières premières: commo 2 FINANCEMENT et CONSEIL COVERAGE and INVESTMENT BANKING - Fusions et Acquisitions (M&A) - Restructurations - IPO - Equity Capital Markets: issuance BANQUE DE FINANCEMENT - Origination, structuration - Structured Products - Global Hedging - Project Finance - Trade Finance - Syndicated Credit ACTIFS GERES EN EXTINCTION 13

14 Classification issue du Risque Opérationnel Découpage matriciel de la banque: lignes métiers o Investment Banking Corporate Finance o Investment Banking Trading and Sales o Banking Retail banking o Banking Commercial banking o Banking Payment and settlement o Banking Agency services and custody o Others Asset Management o Others Retail Brokerage

15 Cadre Réglementaire Les Risques 15

16 Les Organes de Contrôle - France Organes Législatifs: - Les Directives Européennes - Le Parlement Français: vote les lois Organes Exécutif - Le ministère de l Economie et des Finances : produits les règlements et les décrets La Loi Bancaire du 24 janvier 1984: modèle de banque universelle La Loi du 2 juillet 1996 de modernisation des activités financières La LSF du 1 aout 2003 de sécurité financière La directive MIF 1/11/2007: Marchés d Instruments Financiers MIFID 16

17 Les Organes de Régulation - France AMF : L autorité des Marchés Financiers Créée le 01/08/2003, pour remplacer 3 organismes: COB + CMF + CDGF ACP : L autorité de Contrôle Prudentiel Ex Commission bancaire (CB) + Autorité de Contrôle des Assurances et des Mutuelles (ACAM) + CECEI (Comité des Établissements de Crédit et Entreprises d Investissement ) + CEA(Comité des Entreprises d Assurances) Indépendante mais «adossée» à la BdF CCLRF: Le comité consultatif de la Législatiion et de la Réglementation Financière. Ex CRBF, remplacé en 2003 Organes professionnels : Association Française des Etablissements de Crédit et des Entreprises d Investissement - AFECEI La Fédération Bancaire Française - FBF L Association Française des Marchés Financiers AFAMI L Association Française de la Gestion Financière - AFG 17

18 Les Organes de Régulation - Europe EBA : European Banking Authority l EBA, a remplacé au 1/1/11 le CEBS: Committee of Banking Supervisors qui s est occupé du reporting Finrep/Corep ESMA : European Securities and Market Authority l ESMA, a remplacé au 1/1/11 le CERS: Committee of European Securities Regulators. L ESMA est en charge du Mifid, de l EMIR, de la protection des investisseurs... EIOPA: European Insurance and Occupational Pension Authority ESRB : European Systemic Risk Board 18

19 Autres Organes Professionnels CNO : Le Comité de la Normalisation Obligataire Le CNO, association régie par la loi du 1er juillet 1901, a pour principales missions de : - Harmoniser les méthodes de calcul utilisées sur le marché de taux en euros et les marchés dérivés. - Calculer et diffuser des indices financiers et promouvoir leur utilisation. - Réaliser des études et faire des recommandations sur les instruments de taux. AFTE : Association Française des Trésoriers d Entreprise 19

20 Les Institutions Internationales Le CBCB: le Comité de Bâle sur le Contrôle Bancaire (1930). - BIS - Bank of International Settlements - - BRD - Banque des règlements internationaux Organisme privé qui produit des recommandations pour les établissements financiers en matière de couverture en capital. Cette couverture permet de faire face aux imprévus, qu on mesure par les techniques de calcul des risques. Le Fond Monétaire International (FMI) International Monetary Fund (IMF) (1944) La Banque Mondiale (BM) World Bank (WB) Les Banques Régionales de Développement (BERD) 20

21 Les Institutions Européennes Le CBE: le Comité Bancaire Européen. L ABE: Autorité Bancaire Européenne (ex CECB: Comité Européen des Contrôleurs Bancaires) CERS: Comité Européen du Risque Systémique Emissions de Directives: La CAD: Capital Adequation Directive 2004/39/CE: directive du MiFID 2006/48/CE et 2006/49/CE 21

22 Code Monétaire et Financier Diffusé en Décembre 2000 Reprend tous les textes législatifs relatifs à la profession Il se compose de 7 livres: o La monnaie o Les produits o Les services o Les marchés o Les prestations de services o Les institutions en matière bancaire et financière o Le régime de l Outre Mer 22

23 Basle 1 & 2 & 3 o 1988: Bale 1 o 12/1992: Bale 1 Implemented o 12/1996: Market Risk Amendment issued (CAD) o 12/1997: Market Risk Amendment implemented o 06/2004: Bale 2 Issued o 12/2006: Bale 2 Implemented o 12/2007: Bale 2 advanced approaches implemented o 07/2009: Revised Securitisation and Trading Book rules issued o 12/2009 Bale 3 consultative document issued o 11/2010: G20 endorsement of Bale 3 o 12/2011: Trading book rules implemented o 01/2013: Bale 3 implementation begins o 01/2019: full implementation of Bale 3

24 Les Risques Risque de marché: risque de perte qui résulte des variations des marchés. Risque de crédit: risque de perte résultant de la défaillance d un tiers, dans une relation prêteur/emprunteur Risque de contrepartie: risque de perte résultant de la défaillance d un tiers, pour les contrats de produits dérivés (CVA). Risque opérationnel: risque de perte associé à des événements opérationnels (internes) ou bien à des changements externes: juridique, système, personnel Risque de liquidité: risque de perte résultant des effets de l obligation de fermer une position; nouveaux ratios: LCR, NSFR. Risque de concentration: risque lié au faible nombre de clients. Risque de réputation: développement durable/environnement, commercial. Risque d assurance: incendie, vol, responsabilité, catastrophes naturelles 24

25 Les Risques Sous-Jacents Financiers et non Financiers: - Change et taux (structure à terme) - Actions, obligations, fonds, indices - Métaux précieux, non précieux, produits agricoles, - Electricité, Hydrocarbures: pétrole, gaz, fioul, Kérosène - Risques Climatiques, CO2 Risque de Crédit: - Risque de défaut (Defaulting) - Risque émetteur (Spread Downgrading) - Règlement-livraison et de pré livraison (Settlement) - Grands Comptes (Concentration) - Risques Pays Nouveaux types de risques: - Sur le Prix (risque directionnel) - Sur la volatilité et les corrélations - Sur les probabilités de défaut (+recovery) 25

26 Les Trois Piliers Bale II /Solvency II PILAR 1 PILAR 2 PILAR 3 MINIMAL CAPITAL REQUIREMENTS Quantitative approach Market Risk (no change) Credit Risk Operational Risk INTERNAL CONTROL The regulator can request a higher solvency ratio, depending on the quality of: Risk taken: interest rate and liquidity Risk Management, internal control and reporting Capital Allocation MARKET DISCIPLINE Improvement of Disclosure Capital Allocation to various risks Capital Structure Components of credit portfolio (geography, sector ) Internal Rating 26

27 Pilier 1 Exigence minimale en fonds propres L héritage du ratio Cooke: Le comité de Bâle II n a pas modifié le ratio de solvabilité. Les risques pris par les banques ne doivent pas excéder 8% de leurs fonds propres. L évolution du ratio Mac Donough: des méthodes de calcul du capital Prise en compte du risque opérationnel, en plus des risques de crédit et de marché pour le calcul du capital réglementaire Prise en compte de 4 nouvelles lignes métier, auparavant hors du périmètre des risques de crédit et de marché: Finance d entreprise, Gestion d actifs, Paiements et Règlement, Services d agence et de conservation Spécifiques à chaque type de risque Des méthodes de calcul différentes pour le risque de crédit, de marché, et le risque opérationnel Adaptables à chaque établissement Possible utilisation de méthodes de calcul internes, permettant d ajuster le coût du risque à la réalité économique de chaque établissement 27

28 Capitaux Réglementaires à la SGCIB Crédit Marché Opérationnel Total Réseau France Réseau Intern Fin. Spé. et Assur. Bq Privé. Gestion BFI Gestion Propre TOTAL

29 Le Ratio de solvabilité Le RES: Ratio Européen de Solvabilité Total des Capitaux Minimun 8% = Risque de marché+crédit+opérationnel Risques de marché Risque de crédit - modèle standard et modèle interne (la Var) - modèle standard (très identique au ratio Cooke) - modèle interne reposant sur notation interne Simplified Method : internal ratings (IRB Foundation) Complex Method: internal ratings (IRB Advanced) Risque opérationnel - Indicateurs de base et modèle standard - modèle interne (IMA) 29

30 Le Raroc 3 0 o Le Raroc est le taux de rendement du capital économique. o Il se mesure par la formule suivante: avec: MNI: marge nette d intérêt EL: expected loss UL: unexpected loss rfp: revenu des fonds propres Raroc MNI EL Coûts UL rfp Les variations sur cette formule sont nombreuses Une bonne compréhension des besoins doit permettre d identifier la bonne formulation.

31 Le capital économique vs réglementaire Il ne faut pas confondre ces deux type de capitaux. o Le capital économique répond à un objectif premier de gestion interne des établissements, tandis que le capital réglementaire vise à assurer une solvabilité minimale des institutions et de l ensemble du secteur bancaire. o Le capital économique est propre à chaque établissement, alors que le capital réglementaire est issu de normes internationales. Objectifs: Le capital économique permet d instituer un langage commun de la direction générale aux opérationnels et permet de définir la stratégie, tarifer les transactions, apprécier les performances, définir les limites de risques et gérer les concentrations. 3 1

32 Basle III o Basel 1 Minimum capital standards pour le banking book o Basel 1.5 Introduction des modèles de VaR pour le trading book o Basel 2 Introduction des modèles internes o Basel 2.5 Révision de Bale 2 pour certains produits de crédit - Titrisation et «Correlation Trading» o Basel 3 Requalification du capital et augmentation des ratios minimums Introduction de ratios de liquidité (LCR-2015) et de ratios de funding (NSFR-2018) Introduction de besoins réglementaires supplémentaires pour certains produits de crédit The rules text presents the details of the Basel III Framework, which covers both microprudential and macroprudential elements. The Framework sets out higher and betterquality capital, better risk coverage, the introduction of a leverage ratio as a backstop to the risk-based requirement, measures to promote the build up of capital that can be drawn down in periods of stress, and the introduction of two global liquidity standards.

33 Liquidity Ratios 3 3 1/3/2014 1/1/2018

34 Références Problématique de la banque: la survie Combien de fonds propres faut-il avoir pour couvrir les risques: Il y a deux sortes de pertes potentielles (expected loss) - «Expected Losses» - «Unexpected Losses» Les fonds propres, qui correspondent au capital de la banque) permettent de couvrir les risques du type «Unexpected Loss». La partie «Expected Loss» est prise en compte directement dans les comptes à travers les provisions qui passent en résultat. LE TEXTE DE BALE: Depuis BALE 2, (1994), les banques ont la possibilité d utiliser un modèle interne de calcul de Risque. Ce calcul doit permettre de calculer le montant des fonds propres nécessaires à couvrir les risques: RISQUES vs FONDS PROPRES 34

35 Pertes attendues et inattendues COPYRIGHT 2013 PHILIPPE DUCHEMIN 3 5 o Distribution de probabilités sur les pertes liées au risque de marché. UL fréquence EL=expected loss = 0 UL = unexpected loss 1% Loss 0 Profit

36 Pertes attendues et inattendues COPYRIGHT 2013 PHILIPPE DUCHEMIN 3 6 o Distribution de probabilités sur les pertes de crédit. fréquence UL EL 0,03 % Loss 0 Profit

37 Texte du CRB Critères quantitatifs 5. Les principes suivants doivent être respectés : a) La perte potentielle est calculée quotidiennement ; b) Le niveau de confiance unilatéral requis est de 99 % ; c) Il est appliqué un choc instantané sur les prix équivalant à une variation sur dix jours correspondant à une période de détention de dix jours ouvrés. Les établissements peuvent recourir à un montant estimé pour des périodes de détention plus courtes en le pondérant par la racine carrée du rapport des durées afin d'obtenir un chiffre sur dix jours ouvrés ; d) La période d'observation (échantillon historique) pour le calcul de la perte potentielle doit être au minimum d'un an ; e) Les établissements doivent mettre à jour leurs séries de données au moins une fois tous les trois mois et plus fréquemment en cas d'accroissement notable des volatilités observées ; f) Les établissements peuvent prendre en compte les corrélations empiriques entre tous les facteurs de risques sous réserve que le système de mesure de celles-ci soit fiable, appliqué de manière intègre et que la qualité des estimations soit satisfaisante ; g) Les modèles doivent appréhender avec précision les risques particuliers liés au caractère non linéaire du prix des options ou positions assimilées. 37

38 Le Contrôle des Risques

39 CCCI: Comité de Coordination du Contrôle Interne 39

40 LE MANAGEMENT DES RISQUES, LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE LA GESTION DES RISQUES - fixe un cadre de gestion des risques: stratégie, gouvernance - définit la méthodologie -- définit le programme de contrôle : appétence, limites LE CONTROLE INTERNE - processus comprenant tous les contrôles intégrés dans l activité de l entreprise Contrôle interne -- s intègre dans la réduction des risques L AUDIT INTERNE - vérifie l efficacité du dispositif de contrôle des risques, sur tous les méthiers et à travers toutes les entités -- conduit des missions d audit ponctuelles 12

41 Méthode des notations internes (IRB) Notation interne / Probabilité de défaut PD Maturité M Perte moyenne en cas de défaut LGD 100% taux récupération x Fonction Utilisations Part non utilisée x CCF 12,5 x Fonction de pondération (K) + Exposition au risque EAD x Pondération de l'exposition au risque (RW) Emplois pondérés (RWA) x Exigence en fonds propres au titre de l UL Garanties Perte moyenne en cas de défaut LGD 8% PD : Paramètre reflétant le risque de défaillance de la contrepartie, à un horizon d un an EAD : Mesure du montant net en risque, au moment d'une éventuelle défaillance de la contrepartie LGD : Impact de la prise en compte des facteurs réducteurs du risque (sûretés) RW : Equivalent de la pondération liée à la contrepartie pour le calcul des emplois pondérés Cooke 41

42 Le Risque Opérationnel Définition «Tout risque de perte résultant de la défaillance ou de l inadéquation des processus internes, des personnes, des systèmes, ou d événements extérieurs» Est inclus le risque juridique Catégories de risques Fraude Interne Fraude externe Pratiques en matière d emploi & sécurité sur le lieu de travail Clients, produits & pratiques commerciales Dommages aux actifs corporels Lignes Métiers Banque d Investissement Négociation et vente Banque de détail Banque commerciale Paiements et règlements Fonction d agent Gestion d actifs Courtage de détail Sont exclus le risque stratégique le risque de réputation Dysfonctionnements de l activité & des systèmes Exécution, livraison & gestion des processus 42

43 Critères Qualitatifs En complément de critères quantitatifs, on retient aussi des critères qualitatifs: Mise en œuvre de procédures Organisation Comptable et Traitement de l information Systèmes de mesure des risques et des résultats Systèmes de surveillance et de maîtrise des risques Systèmes de documentation et d information Équipes indépendantes et formées de façon adéquate Des comités pour définir les limites Un comité d audit et une équipe d audit interne 43 43

44 Les Acteurs des Salles de Marchés 44

45 Front To Compta - BFI Front Office Middle Office Back Office Comptabilité Booking Position management Recherche Structureurs Reconciliations FO/BO Valorisations Résultats Risques Confirmations Paiements Collateral Premier niveau: engagements, paiements Second niveau: inventaire Fonctions Transverses Financières Gestion des données/des référentiels Product Control Risk Control Financial Control Collateral management Fonctions Transverses / Support Informatique MOA MOE Marketing Juristes 45

46 Les Métiers de Front Office o o o o Le Trading Market making Arbitragiste Issuer (primaire) Brokerage Global books (book tournant) Proprietary trading (prop trading) Les vendeurs sales Rémunération par des «sales credit», affectés à chaque transaction Les ingénieurs structureurs Opérations de montage (structured deal) Autres centres de profit La trésorerie CPM et ALM La Gestion du Collateral, Titrisation 46

47 Fonctions et Responsabilités Clients Recherche de Financement Recherche de couverture Recherche Pricing et Développement de nouveaux produits Commerciaux / Sales Identification des besoins des clients Propositions commerciales Ingénieurs Financiers Conception des Produits Structurés Modélisation Valorisation et simulation Validation Juridique Traders Responsable de la gestion des portefeuilles, à travers des couvertures globales Pricing interne et externe Suivi des Limites et des Procédures 47

48 Les Clients LES CLIENTS EXTERNES: Particuliers Banque Commerciale Entreprises Private banking Asset managers Hedge Funds Clients Institutionnels Collectivités Locales, Souverains Warrants, Certificats, ClickOptions, Trackers Capital guaranteed structured products Stock options, Leveraged employee shared plans, Management of equity participations Tailor-made structured products, Alternative Investments, Research, Execution Trackers, Equity Finance, Plain vanilla flow options, Exotic flow products, Research, Execution Plain vanilla flow products, Exotic flow products, Research, Execution Structured Products, Exotic flow products, Alternative Investments, Research, Execution et LES CLIENTS INTERNES: 48

49 Front Office Les Opérateurs de Marché: Market Making et Arbitrage Cotation, Saisie, événements sur transactions Suivi des résultats et des limites (trading et crédit) Suivi des procédures Suivi des confirmations (juridique) Gestion des lignes de produits mondiales Ligne de produit mondiale Interface entre vendeur/structureur/trader 49

50 Globalisation LA GLOBALISATION DES OPERATIONS Les lieux où se déroulent les opérations peuvent être très différents: o SALES o TRADING o MIDDLE OFFICE o BACK OFFICE o COMPTABILITE o SYSTEMES (cloud computing)) D ou la nécessité de réaffectation des résultats (pnb) et des couts (expenses). rétrocessions internationales Et gérer la répartition du résultat entre les traders/sales/structurers à l aide de prix de cession interne (tci) 50

51 Capital Markets Lignes Produits La Trésorerie Treasury Le Marché Monétaire Money Market Le Marché des Changes Forex, cash and derivatives Les Matières Premières Commodities: Precious Metals, Energy, Agri. Le Marché Obligataire Fixed Income Le Marché du Crédit Debt and Credit Dérivés Taux Interest Rate Derivatives Produit Inflation Inflation Product Le Marché des Actions Equity Dérivés Actions Equity Derivatives Les Produits Structurés Structured Products, Hybrids Titrisation MBS, ABS 51

52 Le Marché du Crédit LE MARCHE OBLIGATAIRE Trading obligataire: SVT: spécialistes en valeurs de trésor Trading: Options et Futures (Matif, Eurex, Liffe) Stripping de convertible: CB: convertible bonds Emissions: primaire et secondaire Syndications de crédits LES DERIVES DE CREDIT Vanille: CDS: Credit Default Swap et CLN: Credit Linked Note Options sur spread, TRS: total return swap Exotiques: CDO: Collateralized Debt Obligation, CDO Square Basket Default Swap: FTD: First to Default, NTD: nth to Default 52

53 Les Briques Les Produits/Concepts Fondamentaux Le Cours à Terme appliqué au change Le Forward/Forward: un prêt/emprunt à terme L option classique Americaine/européenne/bermude L option digitale L option digitale barrière L option min/max (lookback), moyenne (asiatique) Le CDS Credit Default Swap 53

54 Classification des Instruments TAUX CHANGE Spot Prêt ou Emprunt Change Comptant Terme Prêt Différé Change à Terme Spot et Terme Prêt Forward Forward Swap de change Multi Période Swap Currency Swap Option mono période Option multi périodes Option sur FRA Cap et Floor Option de Change

55 Le Contrat Financier Caractéristiques générales d un Contrat Financier Contrat bilatéral entre deux parties, en général un acheteur et un vendeur. Engagement d échange de Capitaux (financement) ou de Risques (BFI). Le Nominal du contrat: montant en devise Le prix le prix est spécifique du contrat financier Ex: cours de change, prix obligataire, cours d action, spread... Le tiers: externe, interne, un marché Caractéristiques: date de début et date de fin 55

56 Les Positions Caractéristiques générales d une Position Ticket d achat/vente d un Actif/Passif Financier, Bilan ou Hors Bilan Mise à jour d une position longue ou courte Afin de pouvoir mettre à jour une position, il faut que l instrument financier soit FONGIBLE. C est la caractéristique essentielle d une position. Comptabilité: les positions se prêtent à un traitement de gestion de stock: LIFO/FIFO et CMP (cout moyen pondéré) 56

57 Bilan Financier TRANSACTIONS POSITIONS - ACTIF OTC Forward, Options, Swaps CDS TRESORERIE Prêts et Emprunts Repo MARCHES ORGANISES option futures COMMODITIES metals, energy, agro CURRENCIES SECURITIES obligations et actions EMISSIONS POSITIONS PASSIF monétaire, bmtn STRUCTURES 57

58 Crédit Default Swap (CDS) : Schéma Branche fixe : x% par an tant que pas d événement de crédit Acheteur de Protection Branche variable : 0 en l absence de défaut Vendeur de Protection Paiement contingent en cas de défaut : pair - valeur de l actif de référence 58

59 FTD First To Default First to Défaut basket 3 years Carrefour Fiat SPA Vodafone Siemens AG Unilever NV 15 BP 61 BP 71 BP 20 BP 16 BP Payment de 10 M en cas de Credit Event CAI 110 BP Client Livraison des titres en Défaut en cas de Credit Event 59

60 CDO Principe : titrisation d un portefeuille de crédits diversifiés TRANCHING Super senior [AAA+] Portefeuille de Dettes Pool Éventuellement via un SPV (Special Purpose Vehicule) Cession des titres ou via des CDS et/ou CLN Senior [AAA] Mezzanine(s) [AA] to [BB] Equity 60

61 Actions et Taux LES ACTIONS Les actions cash (courtage) Les dérivés d action: options et swaps Les warrants Les bourses en ligne Nouveaux instruments: ETN, ETF, CDF (Contract For Difference) LES TAUX Les dérivés de taux: Swaps standards (vanilles) Swaps exotiques, structurés Caps et Floors Swaptions Arbitrage de toute la courbe de taux: FX Swaps, Change à Terme, Swaps, Bonds 61

62 Les Autres Marchés LES MARCHES DE MATIERES PREMIERES Les métaux précieux et non précieux Les produits agricoles L ENERGIE Le pétrole et ses dérivés Le gaz et l électricité L uranium LE MARCHE DES CLIMATIQUES Les Dérivés Climatiques Les Contrats sur CO2 AUTRES 62

63 La Trésorerie d Entreprise o Gestion des relations avec les banques o Gestion de la liquidité o Gestion des risques, de change, de taux o Gestion de la dette et des placements o Comptabilité, IAS o Prévisions et Budget o Emissions de Titres (TCN) o La gestion des approvisionnements: matières premières 63

64 La gestion Actif Passif 6 4 o La gestion actif-passif, aussi dénommée par son acronyme anglais ALM (Asset and Liability Management), est une pratique développée par les institutions financières anglosaxonnes à partir des années 1970 à la croisée des chemins de la gestion des risques et du pilotage stratégique o Historiquement, elle consistait strictement à: La gestion du risque de taux et du risque de liquidité. L ALM ne s adresse qu aux portefeuilles contenant des produits de taux d intérêt, tout particulièrement les portefeuilles de créances immobilières. L objectif était d assurer un équilibre du bilan, entre l actif et le passif.

65 Bilan des banques françaises ACTIF Trésorerie et comptes à vue auprès de banques centrales 316,40 Actifs financiers détenus à des fins de transaction 1 829,80 Actifs financiers désignés à la juste valeur par le biais du compte de résultat 124,20 Actifs financiers disponibles à la vente 370,10 Prêts et créances sur les grandes entreprises 996,40 Prêts et créances sur la clientèle de détail 1 467,10 Prêts et créances 576,70 Placements détenus jusqu'à leur échéance 20,30 Dérivés - Comptabilité de couverture 88,00 Autres actifs 524,70 PASSIF Passifs financiers détenus à des fins de transaction 1 679,97 Passifs financiers désignés à la juste valeur par le biais du compte de résultat 176,70 Dérivés - Comptabilité de couverture 93,40 Dépôts d'établissements de crédit 468,43 Dépôts (autres que ceux d'établissements de crédit) 2 214,08 Titres de dette (y compris les obligations) 859,43 Provisions 26,56 Passifs subordonnés 71,46 Capitaux propres part du groupe 294,46 Autres passifs 429,08 TOTAL DE BILAN en milliards d euro 6 313,60

66 La gestion Actif Passif 6 6 Depuis les années 50-60, l ALM a suivi le développement du monde financier et tout particulièrement de la réglementation: o L ALM a évolué vers la problématique de fixation des prix internes, aussi bien pour les actifs que pour les passifs, afin de pouvoir déterminer le coût de la ressource (coût du capital) et le taux moyen de rémunération. o La mesure du risque de taux o La mesure du risque de liquidité o Le calcul des fonds propres réglementaires et économiques o La prise en compte des produits de hors- bilan o La calcul de la rentabilité du portefeuille: ROE «Return On Equity», qui nécessite la mesure du résultat sous la forme de PNB (Produit Net Bancaire), et l allocation d un niveau de capital qui sera issu du niveau de risque pris. Modèle bancaire: liaison Risques Capital

67 La gestion Actif Passif 6 7 Depuis les années 50-60, l ALM a suivi le développement du monde financier et tout particulièrement de la réglementation: o L ALM a évolué vers la problématique de fixation des prix internes, aussi bien pour les actifs que pour les passifs, afin de pouvoir déterminer le coût de la ressource (coût du capital) et le taux moyen de rémunération. o La mesure du risque de taux o La mesure du risque de liquidité o Le calcul des fonds propres réglementaires et économiques o La prise en compte des produits de hors- bilan o La calcul de la rentabilité du portefeuille: ROE «Return On Equity», qui nécessite la mesure du résultat sous la forme de PNB (Produit Net Bancaire), et l allocation d un niveau de capital qui sera issu du niveau de risque pris. Modèle bancaire: liaison Risques Capital

68 Organisation 6 8 BOARD OF DIRECTORS MANAGEMENT COMMITTEE ASSET LIABILITY COMMITTEE (ALCO] DEPARTEMENT ALM PLANIFICATION FINANCIERE CONTROLE DE GESTION ANALYSE CREDIT CPM CREDIT PORTFOLIO MGT GESTION BACK OFFICE TRESORIER

69 La Banque Commerciale 6 9 o Le réseau de distribution: les agences bancaires et ses commerciaux vente de produits financiers de crédit ouverture de produits de placement, afin de récupérer de la liquidité gestion du risque de crédit (notation, scoring) selon délégation. o Le trésorier central gère le risque de taux et le risque de change en effectuant des opérations de couverture financières. gère le risque de liquidité, afin d assurer à la banque un approvisionnement adéquat en ressources financières. o Les services ALM production des prix: barèmes mensuels campagne de marketing calcul du revenu global des agences

70 COPYRIGHT 2013 PHILIPPE DUCHEMIN Le Taux de Cession Interne 7 0 Trésorier Central TCI CASH CASH TCI CREDIT DEPOT

71 Statistiques o PNB (6 banques françaises en 2012) = 140 milliards dont 95 pour Bq Commerciale o Frais de gestion = 93 milliards o Coût du risque = 15 milliards, dont 13 pour Bq Commerciale o PNB/Total Bilan = 1,92% Coût du risque/total Bilan = 0,28% o MNI/Total Bilan = 1,09% Commisssions/Total Bilan = 0,51% o Ratio MNI/PNB = 50% Ratio Commissions/PNB = 30% o ROA=0,14%

72 Le Middle Office 72

73 Le Middle Office ASSISTANT TRADEUR Trading/Sales (Deal Management) Saisie des opérations, des événements Saisie des données de marché, valorisations Suivi des procédures: limites de marché, de crédit LES RISQUES Risk Management (Risk Control) La définition et la mesure des risques: la Var (Value At Risk) Le suivi des limites de marché et de crédit Le stress testing, backtesting LES RESULTATS Product Control La validation des données de marché La production des résultats, les provisions La validation des modèles Les rapprochements comptables 73

74 Le Contrôle Interne LES RISQUES DE MARCHE QUOTIDIEN LE RESULTAT ECONOMIQUE LES CAPITAUX PROPRES MENSUEL ANNUEL LE RESULTAT COMPTABLE BCBS Bale III Solvency II IASB - IFRS

75 Les Acronymes du Product Control PL ou PNL: Profit And Loss NBI: Net Banking Income NCR: Net Cost of Risk REFI: Refinancement: implicite et explicite FPV: Financial Performance View MTD, YTD: Month to Date, Year to Date EDN : Ecart de norme EDM: Ecart de méthode OCI: Other Comprehensive Income ALM: Asset Liability Management CPM: Credit Portfolio Management RP: Reserve Policy, Sales Policy, Retrocessions MTM: Mark To Market et Mark To Model NPV: Net Present Value 75

76 Valorisations Faut-il valoriser les opérations financière, les positions, les portefeuilles d actifs, de passifs? Avec quelle fréquence? en date d inventaire (fin de mois, fin d année) Dans quel but? Réponse partielle: LES NORMES COMPTABLES Réglements Comptables en matière de dérivés: IAS39 / IFRS9 International Accounting Standard Board (2005) SFAS Financial Accounting Standard (2006) Citation: Eugène Fama 1970 : «hypothèse d efficience infomationelle des marchés» «la meilleure estimation d un prix, est son prix de marché instantanné en présumant que toute l information, passée, présente, publique, et privée est incluse dans le prix présent des actifs financiers.»

77 Les intentions de gestion - French Gaap Le CRD : contrats d échange de taux d intérêt et de devise: Définition Méthode A Position ouverte isolée Couru et moins values latentes B Micro couverture Méthode de l élément couvert C Macro couverture Couru D Gestion spécialisée (trading) Valeur de marché (MTM) Le CRB : titres obligataires Définition Méthode 1 Titres de transaction (trading) Valeur de marché (MTM) 2 Titres de placement Couru et moins values latentes 3 Titres d investissement Couru Traduction: «Business Model»!! 77

78 Les intentions de gestion - IFRS IFRS 9 en remplacement de l IFRS 39 (évaluation et comptabilisation des instruments financiers) IFRS 4: évaluation des actifs financiers Définition Méthode HTM Position tenue jusqu à maturité Held To Maturity Coùt Amorti AFS Position disponible à la vente Available For Sale Fair Value (MTM) C Prêts et Emprunts Coût Amorti 78

79 Citation Adam Smith (1776) Les choses qui ont la plus grande valeur d usage ont fréquemment peu ou pas de valeur d échange; et au contraire, celles qui ont la plus grande valeur d échange ont fréquemment peu ou pas de valeur d usage. Rien n est plus utile que l eau; mais elle ne permet d acheter que peu de chose; elle s échange pour si peu de chose. Un diamant, au contraire n a que peu de valeur d usage, mais une grande quantité d autres biens peuvent être obtenus en échange.

80 Le Back Office 80

81 Back Office Le BACK OFFICE s occupe de la gestion administrative des opérations effectuées par le FRONT OFFICE Les Back offices sont organisés par produit et leurs principales fonctions sont: S assurer de la réalité des deals traités avec les contreparties (process confirmation). Effectuer les paiements et livraisons de titres (process de R/L règlement livraison). Vérifier la réception des titres ou du cash ainsi que les positions avec «l externe» (custodian, clearing house, broker, Stock Exchange, correspondents bancaire ). Comptabiliser les règlements. 81

82 Back Office L OPERATIONNEL Le contrôle de la saisie des opérations, des événements Les confirmations (réception, envois) Les paiements La comptabilité de premier et de second niveau Le suivi de la trésorerie des desks La gestion des référentiels: clients, titres, calendriers, Les back offices titres et OTC (over the counter) LES RECLAMATIONS Les relations avec les banques, les entreprises L impact des IAS REGLE GENERALE: les BO ne saisissent plus aucune opération: workflow et STP 82

83 OPER - SG OBJECTIFS OPER (2008) Améliorer les process et maîtriser les risques opérationnels Finaliser le projet Confirmations Triple objectifs sur les deux composantes : Production et Matching Capacité à absorber et piloter le flux Réduction du stock de confirmations non produites ou non matchées Optimisation des process afin de s inscrire dans la durée Conduire le projet Suspens Réduction significative du nombre de suspens pour revenir à un niveau normal Identification des process ou organisations générateurs de dysfonctionnements et élaboration de plan d actions Pilotage des flux afin de s assurer de la stabilité de la situation Déployer le principe de Global Custody Optimisation des process d émissions des produits de dettes 83

84 La comptabilité 2 plans de compte: comptes sociaux (french gaap), et IFRS/IAS Premier niveau, au quotidien Enregistrement comptable: bilan, hors bilan Paiements: comptes de tiers/banque Confirmations, réconciliations, validations Second niveau, en fréquence mensuelle Les inventaires de fin de mois: passage des valorisations: couru (réescompte) et le mark to market (MtM), mark to model Le calcul des provisions La réévaluation des positions de change Le reporting réglementaire: BAFI, COREP, FINREP Le financement: REFI 84

85 Les métiers fonctionnels MARKETING La création de nouveaux produits: procédure, intégration, pricing La gestion des dossiers spéciaux et complexes Le conseil: montages structurés et fiscalité L impact d internet, la globalisation JURIDIQUE La validation des contrats, les contrats cadres, contrats ISDA AFB La validation des événements de crédit La réglementation: money laundering, contreparties, Les litiges de salle de marché ECONOMISTE Les prévisions économiques Les prévisions des marchés: taux, change, indices La politique monétaire La communication L analyse technique (chartiste) CHARTISTE ANALYSE TECHNIQUE 85

86 Accounting & reporting functional framework - Main applications P&L Economic and accounting quality P&L production AGRisk AGORA METEOR CRAFT Income attribution EOM P&L forecast Accounting General ledger and inventory accounting APF Platform Accounting reconciliations and matching AGORA GL APF NXG + GDS Analytical review PUMA APF PnL synthesis (Navette) Shuttle FX revaluation and PnL transfer GL APF BS by BL BO engines feeds ARES EPM APF Regulatory and Group reporting Magnitude reporting Local regulatory reporting GL APF + XL ICS APF GL & EPM pivot feeds KHEOPS ALMA SG risk reporting Tax reporting SGCIBML BO feeds BO engines feeds DEVL tools EPM REC ARTEMIS Budget Profitability analysis Expense allocation Analytical adjustment recording Forecasts Actuals analysis KHEOPS ALMA TOP BUDGET TRANSCRIBE BUDGET COSMOS AGORA CRAFT CTY PHAROS Norms management Permanent supervision management Referential management Intranet BDR PSP Support Accounting schemes management Expense production PS Expense Transfer pricing and retrocession ARIANE Caption: Macro Function further detailed SG tools SGCIB tools 86

87 L informatique de Marchés 87

88 L informatique bancaire La différence entre informatique des banques commerciales et des banques de marché Les systèmes Front et Back office Les chaînes de traitement: prêts, Pel Les réseaux et des architectures mondiales La bureautique et le poste de travail Les réseaux de paiements: Swift, Target, Relit, Les interfaces: comptabilité, données de marché Les systèmes Comptables, les EAI Les bases de données La sécurité et la confidentialité 88

89 Les Systèmes d informations Distinction entre systèmes Front et Back Front Tenue de position, gestion des transactions Gestion des soultes et outils de transfert de résultat/spread Calcul de valorisation et de couverture (hedging) Gestion des événements : exercices, fixings Suivi des risques et des résultats Back Cycle de validation : saisie, confirmation, paiements, événements(fixing) Trésorerie, calcul des intérêts (en valeur), reporting Valorisation, résultat économique et comptable Rapprochements : différentes présentations du résultat, mise en forme flexible Valorisation Calcul quotidien et stockage: un prix par contrat (ou par position) Fermeture de la journée (pas de possibilité pour corriger une valorisation) Nouvelles techniques : IRR (cout amorti), valeur intrinsèque, suppression de l actualisation Calcul des provisions 89

90 L exploitation Informatique Les Systèmes d Informations et la Sécurité Gestion des Accès: Identification et Autorisations Transfert des données - Cryptage des fichiers - Signature électronique des documents - Paiements sécurisés et Dématérialisation Non répudiation et Intégrité des échanges Archivage électronique Production Back Up (Plans de Continuité ou DRP: Disaster Recovery Plan) Outsourcing, contrats SLA (Service Level Agreement) Télécommunications Enregistrement des conversations, portables interdits 90

91 Reference Applications BDR (referential) Global M.O. systems Global B.O. systems CRI-like CRE/CRI or SGCIBML messages Accounting Platform DFO Quartz RDJ XRDJ NBI tools Management reporting EXPENSE ME MI Balance sheet & risk monitoring Operating expense tools (Cosmos) GL APF EPM KHEOPS Local reg. reporting tools ALMA PHAROS Group reporting PERF ICS MAGNITUDE SG tools SGCIB Global tools SG Basel 2 tools 91

2. Bank of America (US) Market capitalization - $195.9 billion Previous ranking - 2. Market capitalization - $176.7 billion Previous ranking - 3

2. Bank of America (US) Market capitalization - $195.9 billion Previous ranking - 2. Market capitalization - $176.7 billion Previous ranking - 3 Tables des matières 1 Métiers des banques et de CIB 2 Activités de Front Office Qu est que le trading (Thong NGUON Natixis CIB) Activités de Middle Office 3 Valorisation et explication de P&L (H.Hung NGUYEN

Plus en détail

Formation «Ba le III (CRR, CRD4) : Approfondissement»

Formation «Ba le III (CRR, CRD4) : Approfondissement» Formation «Ba le III (CRR, CRD4) : Approfondissement» REFERENCE : 301 1. Objectif général Situer les enjeux de la nouvelle réglementation issue de Bâle III : «Capital Requirements Regulation (CRR)» et

Plus en détail

PHILIPPE DUCHEMIN FINKEYS FRANCE

PHILIPPE DUCHEMIN FINKEYS FRANCE PHILIPPE DUCHEMIN LES METIERS DE LA FINANCE Master 2 Finance d Entreprises et de Marchés Grenoble 10 Mars 2015 2 Enseignant Philippe DUCHEMIN, Consultant Formateur FINKEYS France www.finkeys.com Consultant

Plus en détail

Formation. Langues. Compétences. Gilbert Issard 199, rue Saint Charles 75015 Paris

Formation. Langues. Compétences. Gilbert Issard 199, rue Saint Charles 75015 Paris Gilbert Issard 199, rue Saint Charles 75015 Paris Téléphone Domicile : 01 46 51 72 75 Portable : 06 64 89 06 58 Email : gilbert@issard.com Blog : blog.issard.com Site : www.issard.com Né le 2 novembre

Plus en détail

UNE HISTOIRE RECENTE DU RISQUE DE CREDIT

UNE HISTOIRE RECENTE DU RISQUE DE CREDIT ESILV UNE HISTOIRE RECENTE DU RISQUE DE CREDIT Vivien BRUNEL 05/12/2014 1 AGENDA INTRODUCTION LE TRANSFERT DU RISQUE DE CREDIT A. DERIVES DE CREDIT B. TITRISATION LA CRISE DES SUBPRIMES ET SES PROLONGEMENTS

Plus en détail

Links Consulting. Support de présentation. L expertise métier au service de la transformation et de la performance

Links Consulting. Support de présentation. L expertise métier au service de la transformation et de la performance Links Consulting L expertise métier au service de la transformation et de la performance Support de présentation Dans quels domaines nos experts de la transformation accompagneront votre entreprise à vos

Plus en détail

Mise en œuvre des IFRS dans la banque

Mise en œuvre des IFRS dans la banque Mise en œuvre des IFRS dans la banque Responsables financiers et comptables des institutions financières Experts Comptables Commissaires aux Comptes Comprendre les fondements des normes IFRS Savoir traiter

Plus en détail

Risk Adjusted Return On Capital

Risk Adjusted Return On Capital Master gestion des risques Abdelkader Bousabaa 19 Novembre 2008 Historique Définition Historique Charles S. Sanford (Bankers Trust) Développement tardif en France État des lieux Historique Définition Définition

Plus en détail

L essentiel des marchés financiers

L essentiel des marchés financiers Éric Chardoillet Marc Salvat Henri Tournyol du Clos L essentiel des marchés financiers Front office, post-marché et gestion des risques, 2010 ISBN : 978-2-212-54674-3 Table des matières Introduction...

Plus en détail

Le Collateral Management

Le Collateral Management Le Collateral Management Éclairage, par Harwell Management 1 Table des Matières Grises Collateral Management 2 GESTION DU COLLATERAL En quelques mots Collatéral : actif financier servant de garantie dans

Plus en détail

Leçon 3 - Les transformations de l industrie bancaire française

Leçon 3 - Les transformations de l industrie bancaire française Leçon 3 - Les transformations de l industrie bancaire française Sommaire I - La mutation permanente du secteur bancaire français 1.1 - Le poids économique du secteur bancaire et financier 1.2 - L indispensable

Plus en détail

Formation «Comptabilité des opérations de marché»

Formation «Comptabilité des opérations de marché» Formation «Comptabilité des opérations de marché» REFERENCE : 300 1. Objectif général Définir les différentes natures d instruments financiers et les concepts. Situer l'activité de marché dans son environnement

Plus en détail

BANKING BUSINESS CONSULTING. Luxembourg Paris Brussels. POINT OF VIEW MAY 2012 Bâle III : la réforme de la liquidité dans les banques

BANKING BUSINESS CONSULTING. Luxembourg Paris Brussels. POINT OF VIEW MAY 2012 Bâle III : la réforme de la liquidité dans les banques BANKING BUSINESS CONSULTING Luxembourg Paris Brussels POINT OF VIEW MAY 2012 Bâle III : la réforme de la liquidité dans les banques 11/05/2012 Luxembourg Paris Brussels La réforme Bâle III a énoncé de

Plus en détail

Bâle II. Changements en cours. Janvier 2010

Bâle II. Changements en cours. Janvier 2010 Bâle II Changements en cours Janvier 2010 Sommaire Renforcer de la résistance du secteur bancaire Les raisons des changements. Les fonds propres. Risque de contrepartie. Introduction d un ratio de levier

Plus en détail

Plan de la séance du 20 novembre. Cours de gestion financière (M1) Objectifs pédagogiques de cette session. Classification des actifs

Plan de la séance du 20 novembre. Cours de gestion financière (M1) Objectifs pédagogiques de cette session. Classification des actifs Cours de gestion financière (M1) Séance (8) du 20 novembre 2015 Valeurs économiques et comptables des actifs et des passifs Plan de la séance du 20 novembre Comptabilité économique et financière Flux d

Plus en détail

Formation «Comptabilite des produits de rive s»

Formation «Comptabilite des produits de rive s» Formation «Comptabilite des produits de rive s» REFERENCE : 303 1. Objectif général Situer le rôle des marchés de produits dérivés et leur lien avec les instruments au comptant. Expliquer le mécanisme

Plus en détail

Département des Risques

Département des Risques DOCUMENTATION RELATIVE AU PILIER 3 DE LA REGLEMENTATION BALE II SOMMAIRE 1- Présentation 2- Politique de gestion des risques 3- Fonds propres 4- Adéquation des fonds propres 5- Risques de contrepartie

Plus en détail

Cabinet CAPTEO PRESENTATION GENERALE. Octobre 2012 CAPTEO 2012 1

Cabinet CAPTEO PRESENTATION GENERALE. Octobre 2012 CAPTEO 2012 1 Cabinet CAPTEO PRESENTATION GENERALE Octobre 2012 1 Identité du Cabinet CAPTEO Cabinet de Conseil en Stratégie, en Organisation et en Management exclusivement dédié à la Finance Notre expertise La Banque

Plus en détail

De BÂLE II à SOLVABILITE II FRACTALES 2005

De BÂLE II à SOLVABILITE II FRACTALES 2005 De BÂLE II à SOLVABILITE II Solvabilité II s inspire largement des accords de Bâle II et en reprend les grands principes avec la structure en «trois piliers» La tentation est forte de reproduire également

Plus en détail

25 / 06 / 2008 APPLICATION DE LA RÉFORME BÂLE II

25 / 06 / 2008 APPLICATION DE LA RÉFORME BÂLE II 25 / 06 / 2008 APPLICATION DE LA RÉFORME BÂLE II Avertissement Cette présentation peut comporter des éléments de projection et des commentaires relatifs aux objectifs et à la stratégie de la Société Générale.

Plus en détail

Dérivés de crédit : Situation et évolution du marché

Dérivés de crédit : Situation et évolution du marché Dérivés de crédit : Situation et évolution du marché Parallèle entre dérivés de crédit et produits d assurance Déjeuner débat FFA Jean-Paul LAURENT Professeur à l'isfa, Université de Lyon, Conseiller scientifique

Plus en détail

BALE III MAITRISER LE RISQUE DE LIQUIDITÉ

BALE III MAITRISER LE RISQUE DE LIQUIDITÉ BALE III MAITRISER LE RISQUE DE LIQUIDITÉ COMMENT AMELIORER LA LIQUIDITE DE VOS ACTIFS? «Bâle III, dispositif international de mesure, normalisation et surveillance du risque de liquidité» est paru en

Plus en détail

Table des matières. Remerciements 15

Table des matières. Remerciements 15 Pratiques et techniques bancaires 5 Table des matières Remerciements 15 1 Introduction 16 11 À l origine du métier de banquier 17 12 Intermédiation financière 18 121 Ménages 19 122 Entreprises 19 123 États

Plus en détail

La gestion des risques en assurances de dommages: Un exemple concret

La gestion des risques en assurances de dommages: Un exemple concret La gestion des risques en assurances de dommages: Un exemple concret 1 Contenu 1. Gouvernance de la gestion de risques dans le Groupe AXA 2. AXA Canada - Structure organisationnelle de la gestion de risques

Plus en détail

1. Les risques individuels (corporates et institutions financières)

1. Les risques individuels (corporates et institutions financières) Gestion des Risques Nos métiers par activité La Gestion des Risques consiste principalement à maîtriser et à contrôler l ensemble des risques de Crédit Agricole CIB afin de minimiser le coût du risque

Plus en détail

Valorisation des instruments complexes

Valorisation des instruments complexes Valorisation des instruments complexes Contrainte réglementaire ou opportunité: le retour d expérience d une société de gestion Mars 2 0 1 2 p0 P0 Préambule: le fondement réglementaire pour les sociétés

Plus en détail

Les nouveaux instruments financiers

Les nouveaux instruments financiers Les nouveaux instruments financiers 8 février 2005 Jean-Paul Laurent Professeur à l ISFA, Université Lyon 1 «Imaginons que nous puissions introduire dans le système économique toutes les institutions possibles

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS D EXANE

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS D EXANE POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS D EXANE 1. OBJET La présente politique vise à garantir la conformité D EXANE SA, EXANE DERIVATIVES, EXANE OPTIONS, EXANE LIMITED et leurs succursales concernées

Plus en détail

Campus. Les formations Finance active

Campus. Les formations Finance active Campus Les formations Finance active Gestion du risque de change 1. Négocier et traiter au mieux spots et termes S approprier les fondamentaux du risque de change - Déterminer sa position et son risque

Plus en détail

Assistant Trader H/F. Ile-de-France Stage

Assistant Trader H/F. Ile-de-France Stage Assistant Trader H/F Ile-de-France Stage HSBC, troisième groupe bancaire mondial, est solidement implanté dans 84 pays et sert plus de 60 millions de clients dans le monde. HSBC France, filiale du Groupe

Plus en détail

Les Métiers de la Banque

Les Métiers de la Banque PARTIE INTRODUCTIVE Les Métiers de la Banque Mai 2010 PARTIE INTRODUCTIVE Philippe GIORDAN Private Asset Management +352 4797 2791 06 18 93 88 67 philippe.giordan@kbl-bank.com Sommaire Introduction : la

Plus en détail

Finance de marché Thèmes abordés Panorama des marches de capitaux Fonctionnement des marchés de capitaux Le marché des obligations Le marchés des

Finance de marché Thèmes abordés Panorama des marches de capitaux Fonctionnement des marchés de capitaux Le marché des obligations Le marchés des FINANCE DE MARCHE 1 Finance de marché Thèmes abordés Panorama des marches de capitaux Fonctionnement des marchés de capitaux Le marché des obligations Le marchés des actions Les marchés dérivés Les autres

Plus en détail

Formation. Langues. Compétences. Gilbert Issard 199, rue Saint Charles 75015 Paris

Formation. Langues. Compétences. Gilbert Issard 199, rue Saint Charles 75015 Paris Gilbert Issard 199, rue Saint Charles 75015 Paris Téléphone Domicile : 01 46 51 72 75 Portable : 06 64 89 06 58 Email : gilbert@issard.com Né le 2 novembre 1963 Formation 1981 : Baccalauréat C 1986 : ESSEC

Plus en détail

Références des missions en Gestion des Risques

Références des missions en Gestion des Risques Références des missions en Gestion des Risques DIRECTION DES RISQUES Service Calculs, Modèles et Reporting Depuis janvier 2011, ALGOFI accompagne la Direction des Risques sur la maîtrise d ouvrage bancaire

Plus en détail

Groupe CIC 31 décembre 2008. 26 Février 2009. Résultats 2008 :

Groupe CIC 31 décembre 2008. 26 Février 2009. Résultats 2008 : 26 Février 2009 Résultats 2008 : Informations financières spécifiques (basées sur les recommandations du Forum de Stabilité Financière en matière de transparence financière) Expositions sensibles basées

Plus en détail

Plateforme Lyxor. Un accès simple et sécurisé à la gestion alternative

Plateforme Lyxor. Un accès simple et sécurisé à la gestion alternative Plateforme Lyxor Un accès simple et sécurisé à la gestion alternative Gestion alternative Une classe d actifs attractive Avec plus de 7,600 hedge funds à travers le monde (source HFR Industry Report Q4

Plus en détail

Programme détaillé des cours de l Ecole des cambistes (ITM première année)

Programme détaillé des cours de l Ecole des cambistes (ITM première année) Programme détaillé des cours de l Ecole des cambistes (ITM première année) Intitulé du cours Durée en jours Programme détaillé Présentation de l ITM et des produits de marchés 1 1. Présentation de l ITM

Plus en détail

EMIR PRINCIPAUX IMPACTS POUR LES UTILISATEURS DE PRODUITS DERIVES

EMIR PRINCIPAUX IMPACTS POUR LES UTILISATEURS DE PRODUITS DERIVES EMIR PRINCIPAUX IMPACTS POUR LES UTILISATEURS DE PRODUITS DERIVES Carole Uzan Autorité des Marchés Financiers Direction de la Régulation et des Affaires Internationales INTRODUCTION LES PRINCIPALES ÉTAPES

Plus en détail

Maîtrise des risques sur le système d information des banques : Enjeux réglementaires et prudentiels

Maîtrise des risques sur le système d information des banques : Enjeux réglementaires et prudentiels Secrétariat général de la Commission bancaire Maîtrise des risques sur le système d information des banques : Enjeux Forum des Compétences 7 décembre 2005 Pierre-Yves Thoraval Secrétaire général adjoint

Plus en détail

Les banques et la stabilité financière

Les banques et la stabilité financière Les banques et la stabilité financière 26e Rendez vous de la Mondialisation : Banques et stabilité financière dans la mondialisation Mercredi 27 juin 2012 Laurent Clerc Directeur de la stabilité financière

Plus en détail

Présentation Salle des marchés. Centrale Lille Octobre 2007. Contacts: Matthieu MONLUN Responsable de la salle des marchés

Présentation Salle des marchés. Centrale Lille Octobre 2007. Contacts: Matthieu MONLUN Responsable de la salle des marchés Présentation Salle des marchés Centrale Lille Octobre 2007 Contacts: Matthieu MONLUN Responsable de la salle des marchés Jérôme CHANE Sales Fixed Income Tel: 03.20.57.50.00 Email: prenom.nom@calyon.com

Plus en détail

STRATEGIE ET CHIFFRES CLES

STRATEGIE ET CHIFFRES CLES GROUPE SOCIETE GENERALE STRATEGIE ET CHIFFRES CLES Frédéric OUDEA Directeur Financier du Groupe 2 Avertissement Cette présentation peut comporter des éléments de projection et des commentaires relatifs

Plus en détail

Plan de la séance du 20 novembre. Cours de gestion financière (M1) Valeur de marché des dettes. Valeur de marché des dettes

Plan de la séance du 20 novembre. Cours de gestion financière (M1) Valeur de marché des dettes. Valeur de marché des dettes Cours de gestion financière (M1) Séance (8) du 20 novembre 2015 Valeurs économiques et comptables des passifs Plan de la séance du 20 novembre Comptabilité économique et financière Non pertinence de la

Plus en détail

408,6 M 66,4 M. Chiffres clés 2010. de PNB. de résultat net. collaborateurs. Nicolas Chanut. L année 2010 a été marquée par deux faits importants :

408,6 M 66,4 M. Chiffres clés 2010. de PNB. de résultat net. collaborateurs. Nicolas Chanut. L année 2010 a été marquée par deux faits importants : Exane en bref Chiffres clés 2010 408,6 M de PNB 66,4 M de résultat net 880 collaborateurs L année 2010 a été marquée par deux faits importants : L Asset Management a atteint une taille critique en termes

Plus en détail

Le système bancaire parallèle : vers plus de transparence?

Le système bancaire parallèle : vers plus de transparence? Le système bancaire parallèle : vers plus de transparence? CNIS, commission Système financier et financement de l'économie Jeudi 25 septembre 2014 Omar Birouk DGS-Banque de France Yamina Tadjeddine EconomiX,

Plus en détail

En millions CHF ou selon indication 2014 2013

En millions CHF ou selon indication 2014 2013 32 Distribution de dividendes Les réserves distribuables sont déterminées sur la base des capitaux propres statutaires de la maison mère Swisscom SA et non sur les capitaux propres figurant dans les états

Plus en détail

Formation «Comptabilité bancaire : cycle long»

Formation «Comptabilité bancaire : cycle long» Formation «Comptabilité bancaire : cycle long» REFERENCE : 202 1. Objectif général Situer l'activité bancaire dans son environnement économique et réglementaire. Souligner les aspects techniques et économiques

Plus en détail

Actions - Bonds - Devises - Vanilles(Options/Futures/Forward/Swaps/Spot) - Exotiques

Actions - Bonds - Devises - Vanilles(Options/Futures/Forward/Swaps/Spot) - Exotiques Wassila CHARKAOUI - 26 ans Support Front Office / Consultante Salle de marché Formation 2006-2010 Euromed Management ESC Marseille : Master of Science en Management Financier et Organisationnel Spécialisation

Plus en détail

Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens.

Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens. Paris, le 15 juillet 2011 Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens. L ABE (Autorité Bancaire Européenne) et les autorités de supervision nationales, dont l Autorité de contrôle

Plus en détail

Conférence Valorisation

Conférence Valorisation Conférence Valorisation Master 2 IAE Dijon 18 Mars 2014 Consultant - Formateur Philippe DUCHEMIN, FINKEYS France www.finkeys.com Consultant : «Product Control» CNP, choix d un outil Front to Compta SGCIB/PCG,

Plus en détail

Travailler dans la finance : panorama des métiers du trading. Par Prof. François Longin ESSEC Business School

Travailler dans la finance : panorama des métiers du trading. Par Prof. François Longin ESSEC Business School Travailler dans la finance : panorama des métiers du trading Par Prof. François Longin ESSEC Business School Présentation Salon Actionaria - Novembre 2015 Plan de l intervention Les métiers du trading

Plus en détail

Gilbert Issard Conseil www.issard.com

Gilbert Issard Conseil www.issard.com Gilbert Issard Conseil LE NOUVEL ACCORD DE BALE...3 1. Pilier 1 : Exigences minimales de fonds propres... 3 2. Pilier 2 : Processus de surveillance prudentielle... 6 3. Pilier 3 : Discipline de marché...

Plus en détail

Annexes Financières. au 30 juin 2008. Août 2008

Annexes Financières. au 30 juin 2008. Août 2008 Annexes Financières au 30 juin 2008 Août 2008 1 Présentation du résultat RBE = Produit Net d Assurance Frais = le résultat opérationnel comptable hors effet des marchés sur le portefeuille trading plus-values

Plus en détail

Sommaire. 1. Présentation de 2J Associés. 2. Nos métiers. 3. Nos valeurs. 4. Nos offres. 5. Exemples de missions réalisées

Sommaire. 1. Présentation de 2J Associés. 2. Nos métiers. 3. Nos valeurs. 4. Nos offres. 5. Exemples de missions réalisées Sommaire 1. Présentation de 2J Associés 2. Nos métiers 3. Nos valeurs 4. Nos offres 5. Exemples de missions réalisées 1. Présentation de 2J Associés 2J Associés est un cabinet d expertise comptable indépendant

Plus en détail

L état connu de la recherche en gestion des risques. Georges Dionne professeur de finance à HEC Montréal

L état connu de la recherche en gestion des risques. Georges Dionne professeur de finance à HEC Montréal L état connu de la recherche en gestion des risques Georges Dionne professeur de finance à HEC Montréal Table des matières Histoire et définition de la gestion des risques Recherche 1. Gouvernance de la

Plus en détail

NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE

NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE Valeur brute Dépréciation Valeur nette Valeur brute Dépréciation Valeur nette Disponibilités 138-138 105-105 Dépôts à terme et assimilés à moins de

Plus en détail

Embedded Value de SCOR VIE au 31 décembre 2004

Embedded Value de SCOR VIE au 31 décembre 2004 SCOR VIE Embedded Value de SCOR VIE au 31 décembre 2004 Présentation du Paris Avertissement Certaines informations contenues dans cette présentation pouvant être des informations de nature prospective

Plus en détail

PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE

PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE Référentiel de certification du Baccalauréat professionnel GESTION ADMINISTRATION PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE 1 Le référentiel de certification du Baccalauréat GESTION ADMINISTRATION Architecture

Plus en détail

Rencontres Economiques. Septembre 2012

Rencontres Economiques. Septembre 2012 Rencontres Economiques Septembre 2012 Développement des Sociétés Chinoises en France France = 3 ème partenaire en Europe 90 s : Emergence des Investissements Chinois Banque, Ressources Naturelles Secteur

Plus en détail

HSBC France Résultats 2010 Conférence de Presse

HSBC France Résultats 2010 Conférence de Presse HSBC France Résultats 2010 Conférence de Presse Avertissement Cette présentation et les commentaires qui l accompagnent peuvent contenir des déclarations prospectives relatives à la situation financière,

Plus en détail

Décembre 2013 Décembre 2014. Valeur brute Dépréciation Valeur nette Valeur brute Dépréciation Valeur nette Disponibilités 105-105 129-129

Décembre 2013 Décembre 2014. Valeur brute Dépréciation Valeur nette Valeur brute Dépréciation Valeur nette Disponibilités 105-105 129-129 NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE 2013 2014 Valeur brute Dépréciation Valeur nette Valeur brute Dépréciation Valeur nette Disponibilités 105-105 129-129 Dépôts à terme et assimilés

Plus en détail

Société Française des Evaluateurs

Société Française des Evaluateurs Strictement confidentiel Société Française des Evaluateurs L évaluation dans le secteur bancaire : particularités, limites et changements post-crise 2008. PwC Valuation & Business Modelling Juin 2015 Projet

Plus en détail

RÉPONSE DE SGSS POUR FACILITER LA GESTION DES RISQUES PAR LES SGP

RÉPONSE DE SGSS POUR FACILITER LA GESTION DES RISQUES PAR LES SGP Lundi 30 Mars 2015 Séminaire EIFR sur le thème «CCP : Evaluation du risque pour les utilisateurs» RÉPONSE DE SGSS POUR FACILITER LA GESTION DES RISQUES PAR LES SGP Présenté par Clément Phelipeau, Société

Plus en détail

Mon Master à l ESTIM

Mon Master à l ESTIM Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique L Ecole Supérieure des Technologies d Informatique et de Management Mon Master à l ESTIM Livret des études «A l ESTIM Business School

Plus en détail

Réunion plénière. 24 Juin 2015. Solving Efeso 2015

Réunion plénière. 24 Juin 2015. Solving Efeso 2015 Réunion plénière 24 Juin 2015 Solving Efeso 2015 24/06/2015 Agenda Agenda Vie du club 9h00 9h45 Table ronde «Impacts MIF 2» 9h45 10h30 Point Atelier «Mandat assurance» 10h30 11h00 Point Atelier «Solvabilité

Plus en détail

Solvency II. Contexte et enjeux de la réforme. Pour obtenir la présentation complète, écrire à : insight@sia-conseil.com.

Solvency II. Contexte et enjeux de la réforme. Pour obtenir la présentation complète, écrire à : insight@sia-conseil.com. Solvency II Contexte et enjeux de la réforme Pour obtenir la présentation complète, écrire à : insight@sia-conseil.com Juin 2006 Sommaire Introduction Tour d horizon de Solvency II La gestion des risques

Plus en détail

FORMATIONS FINANCIÈRES RÉALISÉES

FORMATIONS FINANCIÈRES RÉALISÉES FORMATIONS FINANCIÈRES RÉALISÉES l'ensemble de ces sujets de formations ont été construits sur mesure à la demande de nos clients SOMMAIRE LES MARCHÉS 3 LES MARCHÉS FINANCIERS NIVEAU 1 4 LES MARCHÉS FINANCIERS

Plus en détail

STAGE - Chargé(e) de communication junior 6 mois à pourvoir dès que possible Paris 9 ème

STAGE - Chargé(e) de communication junior 6 mois à pourvoir dès que possible Paris 9 ème STAGE - Chargé(e) de communication junior Au sein du service Communication Groupe, vous aurez essentiellement en charge les missions suivantes : > Participer aux missions de communication interne et externe,

Plus en détail

Le risque de contrepartie

Le risque de contrepartie Le risque de contrepartie Gérer les risques en temps de crise 20/06/2012 Idriss Tchapda Djamen Sommaire Exécutif n Le risque de contrepartie reçoit une attention considérable de la part des régulateurs

Plus en détail

POLITIQUE DE MEILLEURE EXECUTION DE LYXOR

POLITIQUE DE MEILLEURE EXECUTION DE LYXOR POLITIQUE DE MEILLEURE EXECUTION DE LYXOR Le présent document est une information sur la politique de meilleure exécution de Lyxor Asset Management et de Lyxor International Asset Management (ensemble

Plus en détail

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit ESSEC Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit Plan de la séance 3 : Le risque de crédit (1) Les opérations de crédit Définition d un crédit La décision de crédit Les crédits aux petites

Plus en détail

La revue fondamentale du portefeuille de négociation, une réponse aux limites observées pendant la crise

La revue fondamentale du portefeuille de négociation, une réponse aux limites observées pendant la crise La revue fondamentale du portefeuille de négociation, une réponse aux limites observées pendant la crise Conférence PRMIA Revue Fondamentale du Trading Book Quel trading pour les années à venir Paris,

Plus en détail

PHILEAS L/S EUROPE. Part I EUR Code ISIN : FR0011023910 OPCVM de droit français géré par PHILEAS ASSET MANAGEMENT

PHILEAS L/S EUROPE. Part I EUR Code ISIN : FR0011023910 OPCVM de droit français géré par PHILEAS ASSET MANAGEMENT INFORMATIONS CLES POUR L INVESTISSEUR Ce document fournit des informations essentielles aux investisseurs de cet OPCVM. Il ne s agit pas d un document promotionnel. Les informations qu il contient vous

Plus en détail

Quid de la réglementation du système bancaire parallèle (SBP)? Olivier Jaudoin

Quid de la réglementation du système bancaire parallèle (SBP)? Olivier Jaudoin Quid de la réglementation du système bancaire parallèle (SBP)? Olivier Jaudoin Directeur adjoint de la stabilité financière Banque de France 23/11/2014 1 SOMMAIRE Pourquoi amender la réglementation financière?

Plus en détail

Favoriser l épargne longue

Favoriser l épargne longue Favoriser l épargne longue Contexte et réglementations assurance 6è Forum International Economique et Financier de Paris, 6 juin 2013 Introduction générale et sommaire Allocation d actifs des assureurs

Plus en détail

EXIGENCES DE PUBLICATIONS LIÉES AUX FONDS PROPRES

EXIGENCES DE PUBLICATIONS LIÉES AUX FONDS PROPRES EXIGENCES DE PUBLICATIONS LIÉES AUX FONDS PROPRES Les chiffres relatifs à la déclaration de consommation de fonds propres selon la réglementation dite de Bâle II, ci-après, concernent l entité Banque Cantonale

Plus en détail

Mathématiques pour la finance Définition, Evaluation et Couverture des Options vanilles Version 2012

Mathématiques pour la finance Définition, Evaluation et Couverture des Options vanilles Version 2012 Mathématiques pour la finance Définition, Evaluation et Couverture des Options vanilles Version 2012 Pierre Andreoletti pierre.andreoletti@univ-orleans.fr Bureau E15 1 / 20 Objectifs du cours Définition

Plus en détail

CERTIFICATION DES ACTEURS DE MARCHE. Programme détaillé des modules de formation

CERTIFICATION DES ACTEURS DE MARCHE. Programme détaillé des modules de formation CERTIFICATION DES ACTEURS DE MARCHE Programme détaillé des modules de formation Module 1. Cadre institutionnel et réglementaire français et européen I L architecture internationale de la régulation & la

Plus en détail

Gestion Actif-Passif De Arrow à Enron : 50 ans de produits dérivés.

Gestion Actif-Passif De Arrow à Enron : 50 ans de produits dérivés. Gestion Actif-Passif De Arrow à Enron : 50 ans de produits dérivés. Jean-Paul Laurent Professeur à l ISFA, Université Lyon 1 Consultant scientifique, BNP PARIBAS! «Imaginons que nous puissions introduire

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETABLIS SELON LES NORMES COMPTABLES IFRS TELLES QU ADOPTEES PAR L UNION EUROPEENNE 31 DECEMBRE 2011

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETABLIS SELON LES NORMES COMPTABLES IFRS TELLES QU ADOPTEES PAR L UNION EUROPEENNE 31 DECEMBRE 2011 ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETABLIS SELON LES NORMES COMPTABLES IFRS TELLES QU ADOPTEES PAR L UNION EUROPEENNE 31 DECEMBRE 2011-1 - SOMMAIRE ETATS DE SYNTHESE Etat de la situation financière au 1 er janvier

Plus en détail

Présentation commerciale. Novembre 2014

Présentation commerciale. Novembre 2014 Présentation commerciale Novembre 2014 Présentation du cabinet (1/2) BIAT (Banque Internationale Arabe de Tunisie) La banque commerciale privée leader en Tunisie et l une des plus importantes au Maghreb.

Plus en détail

Analyse et Contrôle des Risques Financiers

Analyse et Contrôle des Risques Financiers Analyse et Contrôle des Risques Financiers MASTÈRE SCIENTIFIQUE École Supérieure d Ingénieurs Léonard de Vinci Analyste et contrôleur des risques financiers : une profession d avenir www.esilv.fr L Analyse

Plus en détail

LES ACCORDS DE BÂLE III ET LA PREVENTION DES RISQUES FINANCIERS EN MILIEU BANCAIRE

LES ACCORDS DE BÂLE III ET LA PREVENTION DES RISQUES FINANCIERS EN MILIEU BANCAIRE LES ACCORDS DE BÂLE III ET LA PREVENTION DES RISQUES FINANCIERS EN MILIEU BANCAIRE Les accords de Bâle et la gestion des risques financiers en milieu bancaire Dispositif Bâle 2.5 (approuvé en juillet 2009)

Plus en détail

TRAITEMENT DES FONDS DE DETTE MEZZANINE SOUS SOLVENCY II

TRAITEMENT DES FONDS DE DETTE MEZZANINE SOUS SOLVENCY II TRAITEMENT DES FONDS DE DETTE MEZZANINE SOUS SOLVENCY II IDINVEST PARTNERS - DéCEMBRe 2013 sol ven cyii traitement des fonds de dette mezzanine sous solvency II La réglementation Solvabilité 2 est structurée

Plus en détail

EDC. Analyse des risques bancaires 5 ème année Finances Dominique Soulier. Durée de l épreuve : 2 heures

EDC. Analyse des risques bancaires 5 ème année Finances Dominique Soulier. Durée de l épreuve : 2 heures EDC Analyse des risques bancaires 5 ème année Finances Dominique Soulier Durée de l épreuve : 2 heures Calculatrice autorisée Pas de documentation autorisée Notation Questions à choix multiples (25) Une

Plus en détail

Direction Générale des Douanes et Droits Indirects. Programme des épreuves. Concours d inspecteur des douanes interne

Direction Générale des Douanes et Droits Indirects. Programme des épreuves. Concours d inspecteur des douanes interne Direction Générale des Douanes et Droits Indirects Programme des épreuves Concours d inspecteur des douanes interne CONCOURS INTERNE Analyse, parmi plusieurs sujets proposés, d un dossier sur l organisation,

Plus en détail

BI CONSULTING. Présentation de l offre. Mai 2013. La Synthèse et le Pilotage en réponse aux besoins des métiers

BI CONSULTING. Présentation de l offre. Mai 2013. La Synthèse et le Pilotage en réponse aux besoins des métiers Présentation de l offre BI CONSULTING La Synthèse et le Pilotage en réponse aux besoins des métiers Mai 2013 Valeur ajoutée 100% Banque Assurance 100% Systèmes de synthèse & de pilotage Des expertises

Plus en détail

Les produits structurés après la crise. Commerzbank Partners, vos solutions d investissement

Les produits structurés après la crise. Commerzbank Partners, vos solutions d investissement Les produits structurés après la crise Commerzbank Partners, vos solutions d investissement Sommaire Introduction Besoins en placement: un peu d histoire Les produits structurés Fonctionnement Le zéro

Plus en détail

Soutien de la Banque Européenne pour la Reconstruction et le Développement aux entreprises actives au Maroc

Soutien de la Banque Européenne pour la Reconstruction et le Développement aux entreprises actives au Maroc Soutien de la Banque Européenne pour la Reconstruction et le Développement aux entreprises actives au Maroc Sommaire 1. 2. 17 mars 2015 European Bank for Reconstruction and Development 2015 2 À propos

Plus en détail

Pologne. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Pologne. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Pologne Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

Allianz, un groupe solide

Allianz, un groupe solide Allianz, un groupe solide Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Direction de la Communication - Allianz France Achevé de rédiger le 19 mars 2014 AVERTISSEMENT: Ce document

Plus en détail

Offre des dépositaires pour les fonds immobiliers. Jean-Pierre Jacquet Responsable produit pour les fonds alternatifs BNP Paribas Securities Services

Offre des dépositaires pour les fonds immobiliers. Jean-Pierre Jacquet Responsable produit pour les fonds alternatifs BNP Paribas Securities Services Offre des dépositaires pour les fonds immobiliers Jean-Pierre Jacquet Responsable produit pour les fonds alternatifs BNP Paribas Securities Services 08/01/2014 Dépositaire de fonds immobilier : une solide

Plus en détail

L essentiel du postmarché

L essentiel du postmarché COLLECTION L essentiel du postmarché TRAITEMENTS, RISQUES OPÉRATIONNELS ET BONNES PRATIQUES Marc Salvat, 2013 ISBN : 978-2-212-55682-7 Affirmation Définitions préalables indispensables : confirmation,

Plus en détail

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises modifié par les règlements n 92 04 du 17 juillet 1992, n 95-04 du 21 juillet 1995,

Plus en détail

10/03/2005 SOCIETE GENERALE PASSAGE AUX NORMES IFRS : RESULTATS DE L ANNEE 2004

10/03/2005 SOCIETE GENERALE PASSAGE AUX NORMES IFRS : RESULTATS DE L ANNEE 2004 10/03/2005 SOCIETE GENERALE PASSAGE AUX NORMES IFRS : RESULTATS DE L ANNEE Avertissement Cette présentation peut comporter des éléments de projection et des commentaires relatifs à nos objectifs et stratégies.

Plus en détail

Création de CACEIS Fastnet, numéro 1 de l administration de fonds en France. Conférence de presse 4 avril 2006

Création de CACEIS Fastnet, numéro 1 de l administration de fonds en France. Conférence de presse 4 avril 2006 Création de, numéro 1 de l administration de fonds en France Conférence de presse 4 avril 2006 Sommaire > 1. CACEIS, un acteur majeur des métiers titres > 2. : le rapprochement des activités d administration

Plus en détail

Julien Limacher, CAPCO Yves Hennard, Union Bancaire Privée Philippe Grégoire, Orfival

Julien Limacher, CAPCO Yves Hennard, Union Bancaire Privée Philippe Grégoire, Orfival La conception de rapports d attribution de performance Julien Limacher, CAPCO Yves Hennard, Union Bancaire Privée Philippe Grégoire, Orfival Agenda Drivers, Attentes des clients et Pratiques de marché

Plus en détail

Analyse statistique des dix derniers exercices IFRS 1, 2

Analyse statistique des dix derniers exercices IFRS 1, 2 Analyse statistique des dix derniers exercices IFRS, Bilan consolidé condensé (en millions de dollars canadiens) 04 03 0 0 ACTIF Trésorerie et autres 46 554 $ 3 64 $ 5 8 $ 4 $ Prêts, valeurs mobilières

Plus en détail

Notation, refinancement, instruments hybrides Nicolas Duhamel Directeur général Finances, membre du directoire

Notation, refinancement, instruments hybrides Nicolas Duhamel Directeur général Finances, membre du directoire Notation, refinancement, instruments hybrides Nicolas Duhamel Directeur général Finances, membre du directoire Avertissement Cette présentation peut comporter des éléments de projection et des commentaires

Plus en détail

Dans le cadre du projet régional portant sur le logement abordable et le financement de l habitat.

Dans le cadre du projet régional portant sur le logement abordable et le financement de l habitat. Dans le cadre du projet régional portant sur le logement abordable et le financement de l habitat. Le Ministère de l Economie et des Finances Direction du Trésor et des Finances Extérieures La Banque Mondiale

Plus en détail