Nominated Essays. Edition !"#$%&'(()*+(,$%&-)./&-/)0).*)'/ 12#,3'4.$&"+(%&1+&!&(+(5$ : ;0$ &#"',')(

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Nominated Essays. Edition 2010-2011 !"#$%&'(()*+(,$%&-)./&-/)0).*)'/ 12#,3'4.$&"+(%&1+&!&(+(5$ 678896786 : ;0$ &#"',')("

Transcription

1 Finance & Bien Commun N 39 I / 2011!"#$%&'(()*+(,$%&-)./&-/)0).*)'/ 12#,3'4.$&"+(%&1+&!&(+(5$ : ;0$ &#"',')( <,3'4.$&$(&='(+(5$ DDDE/)A'(5)%C/)*$-/'F$E)/C 78+(9.03-2$:+%-3(;3(&$(<%)$)/3 E=FG(H3)I23 KD&6'(L>E(MFN==(O>G(OF(OP <$Q'(L>E(MFN==(RST(E>(GF Nominated Essays for the Robin Cosgrove Prize 2010/2011 Ethics in Finance: Avenue for Action and Reflection Nominated Essays Edition Ethics in Finance: Avenues for Action and Reflection Ethics: A Diet For Financial Markets Jakub Kuriata (Poland) The Reconciliation of Finance and Ethics Faly Ranaivoson (Madagascar) Financial Derivatives and Responsibility Simone Heinemann (Germany) Finance solidaire et démocratisation de la monnaie Nicolás Meyer (Argentina) Ethique vs Finance? Origines, problèmes et perspectives d avenir Bruno Federico Fernández (Argentina) Financial sector and the behaviour of people. What to do? Carlos Eduardo Estapé Viana (Uruguay) Decision: The space between the code of ethics and the ethical behaviour Carmen Lucía Carmona Paredes (Mexico) Accountability and the Second Line of Defence Immaculate Dadiso Motsi-Omoijiade (Zimbabwe) FINGO - N.11/1 ISSN ISBN :HSMIKE=V[ZU\^: 39 Couv FINGO_I-IV.indd 1 21/10/ :44:17

2 Nominated Essays Edition Ethics in Finance: Avenues for Action and Reflection

3

4 SOMMAIRE /// 3 Nominated Essays for the Robin Cosgrove Prize 2010/2011 n 39 (I/2011) EDITORIAL /// ÉDITORIAL Avenues for Action and Reflection /// Pistes pour agir et réfléchir 4 Carol Cosgrove-Sacks et Paul H. Dembinski FEATURE /// ARTICLES Ethics: A Diet For Highly Leveraged Financial Markets 17 Jakub Kuriata The Reconciliation of Finance and Ethics: Integrating the Interior and Exterior Dimensions of Reality 31 Faly Ranaivoson Financial Derivatives and Responsibility How to Deal Ethically With Financial Risk 45 Simone Heinemann Finance solidaire et démocratisation de la monnaie 57 Nicolás Meyer Ethique vs Finance? Une analyse des origines, des problèmes et des perspectives d avenir de cette relation 70 Bruno Federico Fernández A critical view of the financial sector and the behaviour of people. What to do? 86 Carlos Eduardo Estapé Viana Decision: The space between the code of ethics and the ethical behaviour 94 Carmen Lucía Carmona Paredes Accountability and the Second Line of Defence: A guide to Practical Policy-ing for Ethical Global Credit Rating 102 Immaculate Dadiso Motsi-Omoijiade

5 4 /// FINANCE & BIEN COMMUN N 39 I/2011 E D I T O R I A L Avenues for Action and Reflection In search of a new moral compass In September 2007, when the!rst «Robin Cosgrove Prize for Ethics in Finance» was awarded, the world was only just beginning to measure the impacts of the coming!nancial crisis. Today, four years later, engulfed by the successive waves of the crisis, neither public not private actors have succeeded in de!ning a shared evaluation of events, nor come up with an ef!cient solution. From an economic standpoint, the crisis appears increasingly clearly to be one of debt:!rst that of American households, now followed by that of European Public Authorities. Yet debt is merely the transcription into accounting systems of overly optimistic, irresponsible decision-making. All the debts that now darken our horizon have a shared history of both the lenders and borrowers mutual optimism that clouded their vision of reality. Becoming indebted enabled them to avoid focussing on their real problems. It allowed governments to use their expedients to cover up social issues rather than confront them head on. For private households, debt acted like a hallucinogenic drug that allowed them to forget the real fragility of their situation for a few months or weeks. And!nally, for the most seriously indebted companies, it provided a lever effect that enabled them to show extravagant pro!ts on their own equity, and encouraged unrealistic initiatives of mergers and acquisitions. The monetary authorities sat by watching, hopelessly paralysed by this show, and chose to allow interest rates to remain at historically low levels out of fear of what would happen if there were to be an excessively brutal exit from the collective euphoria. Other!nancial markets accompanied this movement with an unprecedented soar in their rates. An ethical issue underlies all these problems, and means we need to query the frantic desire to make pro!ts. This question and the proposed ideas and answers, are the link between the texts we have selected. 238 people expressed their interest in participating in the Prize, and 47 of them submitted articles. (15 of these for the Ibero-American Prize, 32 for the Global Prize). These texts have been written by young authors, some of whom are professionals; others are researchers or students involved in advanced research. Their views are complementary, and they all concord in saying that the key lesson that!nancial institutions need to learn from the crisis is that the ethical dimension issue needs to be fully and openly included in corporate culture, even if it results in lesser pro!ts for a time. Some companies have already risen to this challenge. Let us hope that others will follow in their wake. This issue of Finance and the Common Good includes the texts that were nominated for the Prize. Some of them will be the winners, which will be announced on the 10th of November in Geneva. We also take this opportunity to congratulate all of those who submit-

6 EDITORIAL /// 5 E D I T O R I A L Pistes pour agir et réfléchir Un monde en quête de boussole En septembre 2007, au moment de la remise du premier «Ethique en!nance, Prix Robin Cosgrove», le monde commençait seulement à prendre la mesure de la crise!nancière dans laquelle il allait s engouffrer. Aujourd hui, quatre ans plus tard, les épisodes de la crise se succèdent sans que les acteurs, publics ou privés, soient parvenus à un diagnostic partagé de ce qui arrivait et, encore moins, aient pu trouver une parade ef!cace. Du point de vue économique, la crise apparaît de plus en plus clairement comme une crise de la dette : d abord de la dette des ménages américaines, aujourd hui de celle des administrations publiques européennes. Mais la dette n est que la transcription comptable de décisions prises sous l emprise d un optimisme irresponsable. En effet, toutes ces dettes qui plombent aujourd hui l horizon ont pour toile de fond un optimisme des créanciers comme des débiteurs qui les a empêché de voir la réalité. Le recours à l endettement leur a permis de se détourner de leurs vrais problèmes : aux gouvernements, il a permis d user d expédients pour colmater les brèches dans le tissu social plutôt que d aborder les problèmes à bras le corps, pour les ménages la dette a été un hallucinogène qui leur a fait oublier le temps de quelques mois ou semaines la fragilité de leur situation,!nalement pour les entreprises aux bilans de plus en plus alourdis par les dettes, l effet de levier a facilité l obtentions de rendements extravagants sur les fonds propres et a dopé les initiatives peu réalistes de fusions et d acquisitions. Les autorités monétaires, assistaient comme paralysées à ce spectacles et ont choisi de laisser les taux d intérêts à des niveaux historiquement très bas de peur d une sortie trop brutale de l euphorie collective. Les autres marchés!nanciers accompagnaient ce mouvement avec une "ambée de cours sans précédent. Le questionnement éthique traverse l ensemble de ces constats et de ces problématiques parce qu il interroge le bien-fondé de la recherche effrénée du résultat économique. Cette interrogation et les pistes et propositions de réponses sont le!l conducteur des textes présentés ici. Dans ce contexte mouvementé, 238 personnes ont exprimé leur intérêt à participer au Prix, dont 47 ont effectivement envoyé un texte (15 pour le Prix Ibero-américain et 32 pour le Prix Global). Ces textes émanent de jeunes auteurs qui, pour une partie sont des professionnels alors que pour l autre des chercheurs ou étudiants avancés. Leurs regards se croisent et se complètent pour dire que la leçon principale que les institutions!nancières devraient tirer de la crise consiste à faire entrer la préoccupation éthique de plein pied dans la culture d entreprise et de le faire de manière ouverte, en prenant le risque de voir des résultats marquer le pas pour un temps. C est un dé! que certaines d entre elles ont déjà choisi de relever que cet exemple fasse école.

7 6 /// FINANCE & BIEN COMMUN N 39 I/2011 E D I T O R I A L An ethical issue underlies all these problems, and means we need to query the frantic desire to make profits. ted articles, which they did over and above their professional work, in the spirit of sharing their ideas, their experience and aspirations. The Robin Cosgrove Prize for Ethics in Finance has enabled us to continue to witness daily acts of goodwill and spontaneous support. We wish to thank our sponsors, the Members of the Jury as well as all those whose work has helped in producing the!nal colourful edition. Our particular thanks to Ms. Isabelle Gay and Ms. Sibilla La Spina as well as Mr. Nelson Vera for all their work. We also wish to extend our heartfelt thanks to our partners, and we are happy to announce that the fourth global edition and the third Ibero-American edition of the Robin Cosgrove Prize for Ethics in Finance will be launched early in Dr Carol Cosgrove-Sacks Dr Paul H. Dembinski

8 EDITORIAL /// 7 E D I T O R I A L w Ce numéro de Finance & the Common Good/Bien Commun regroupe les textes des nominés de l édition du Prix. Certains d entre eux feront partie des gagnants qui seront proclamés lors de la cérémonie de remise du Prix le 10 novembre 2011 à Genève. Que tous ceux qui ont pris la peine de participer à cette édition soient félicités ici, ils l ont Le questionnement éthique traverse l ensemble de ces constats et de ces problématiques parce qu il interroge le bien-fondé de la recherche effrénée du résultat économique. fait en marge de leur occupations professionnelles dans l idée de faire partager leur ré"exions, leurs expériences et leurs aspirations. L «Ethique en!nance, Prix Robin Cosgrove», nous a permis de faire quotidiennement l expérience de témoignages de bonne volonté et d aide spontanée. Que soient ici remerciés les sponsors, les membres du Jury de même que les collaborateurs qui ont initié et permis la!nalisation de cette édition si riche en couleurs. Il s agit notamment de Mme Isabelle Gay, de Mme Sibilla La Spina et de M. Nelson Vera, qu ils soient tous les trois chaleureusement remerciés ici de tous leurs efforts. Nous remercions chaleureusement tous nos partenaires et nous pouvons d ores et déjà annoncer que la quatrième édition globale et la troisième édition ibéro-américaine de «Ethique en!nance, Prix Robin Cosgrove» seront lancées au début Dr Carol Cosgrove-Sacks Dr Paul H. Dembinski

9 8 /// FINANCE & BIEN COMMUN N 39 I/2011 Le Jury du Prix Robin Cosgrove Édition Global Les membres du jury ont la tâche de sélectionner les travaux les plus méritoires et de désigner les gagnants du Prix Robin Cosgrove. Le jury est composé d experts éminents en!nance et éthique qui siègent à titre personnel et bénévole. Le Prof. Marc Chesney enseigne la!nance au Swiss Banking Institute à l Université de Zurich. Il a travaillé précédemment à Paris en tant que Professeur et Doyen adjoint aux HEC. Il était également Président au CEBS (Centre d Etudes sur le Blanchiment et la Corruption) et expert externe pour la World Bank. Il a publié de nombreux ouvrages et articles dans le domaine de la!nance quantitative et sur les mécanismes d abus dans la!nance. Il s intéresse beaucoup au domaine de l éthique dans la!nance. Il est membre du comité du Graduate Programme for interdisciplinary Research in Ethics à l Université de Zurich et co-organisateur d Ethical Finance Research Series. Il fait également partie du Conseil éditorial de Finance & Common Good/ Bien Commun. Marc Chesney a obtenu un Doctorat en Finance à l Université de Genève et une Habilitation à l Université de la Sorbonne. La mère de Robin, le Dr Carol Cosgrove-Sacks, vit et travaille à Genève. Elle a été Director of Trade aux Nations Unies à Genève entre 1994 et Depuis l année 2006, elle enseigne au Collège de l Europe à Bruges et à l Europa Institute de l Université de Bâle. Elle est également consultante en politique internationale pour OASIS, l organisation pour l avancement de normes du traitement structuré de l information. Elle est par ailleurs active dans plusieurs centres académiques britanniques comme l Institute of Development Studies (IDS) à l Université de Sussex et le Centre for Euro-Asian Studies (CEAS) à l Université de Reading. Le Prof. Henri-Claude de Bettignies est titulaire d une chaire en Leadership and Responsability et Professeur émérite en Asian Business et en Comparative Management à l INSEAD. Il est également Professeur en Global Responsible Leadership à la China Europe International Business School (CEIBS) à Shanghai et enseigne l éthique à la Stanford Business School depuis 16 ans. Il créa et dirigea une entreprise de développement de l éthique à l INSEAD avant de se rendre en Chine pour créer avec CEIBS l Euro-China Centre for Leadership and Responsability. Henri- Claude de Bettignies est actuellement le Directeur d AVIRA, un programme INSEAD pionner dans le domaine de l information destinée aux chefs d entreprise. Il a fondé l Euro-Asia Centre à l INSEAD qui contribue largement au développement d INSEAD en Asie. Il dirige le CEDRE (Centre for the Study of Development and Responsability), dont il est également le fondateur, est titulaire d une chaire au LVMH Asia Scholarships et membre du comité d édition de cinq revues académiques et du journal Jones Lang Lasalle.

10 LE JURY DU PRIX ROBIN COSGROVE /// 9 Après des études à l école HEC, François Debiesse est entré à la Banque de Paris et des Pays-Bas en 1971, en y occupant différentes fonctions de direction. En 1999, il devient Directeur de la Banque Privée du Groupe BNP Paribas, et en 2008 il est nommé Directeur de BNP Paribas Wealth Management. De 1995 à 2008, il occupe également la fonction de Président de la Fondation BNP Paribas. François Debiesse est aujourd hui Président de la Fondation de l Orangerie pour la Philanthropie individuelle dès 2009 et Conseiller pour la Philanthropie et la Micro!nance pour BNP Paribas Wealth Management dès Christopher de Mattos est un directeur de RAB Capital Management plc, une agence de gestion de fortune basée à Londres. Il siège aux conseils d administration d un certain nombre de fonds d investissement réglementés et non réglementés. Il a passé plus de 20 ans dans le secteur des services!nanciers, à titre d analyste!nancier et de banquier d investissement en Europe et en Amérique Latine. Christopher de Mattos a rejoint l équipe fondatrice de RAB en 1999 et, en tant que Directeur Financier, a contribué à amener la société sur le marché AIM de Londres en Il détient un diplôme en génie mécanique de l Imperial College de Londres et a obtenu des bourses d études SERC et Kitchener pour obtenir son MBA à l INSEAD. Après avoir réduit sa participation dans la gestion au jour le jour de RAB, il a aujourd hui un intérêt particulier dans le rôle du conseil d administration dans la promotion de la gouvernance d entreprise dans les entreprises de services!nanciers. Le Prof. Paul H. Dembinski est le fondateur et le directeur de l Observatoire de la Finance, dont le but est de promouvoir l éthique dans la!nance. Il a également créé une revue trimestrielle dont il est l éditeur intitulée Finance & the Common Good/Bien Commun. En parallèle, il est le co-fondateur d Eco Diagnostic en collaboration avec Alain Schönenberger, une organisation indépendante de recherche économique au service du gouvernement comme des particuliers, en Suisse et ailleurs. Paul Dembinski enseigne également à l Université de Fribourg dans le cadre d un cours intitulé Stratégie et Concurrence Internationale. Le Dr Robert Alan Feldman est le Chief Economist et le co-directeur du Japan Research chez Morgan Stanley Japan Securities Co., Ltd. En tant que membre de l équipe internationale de Morgan Stanley, il s occupe de prévoir l évolution de l économie japonaise et des taux d intérêt. Il est également commentateur régulier sur World Business Satellite, le programme économique nocturne de TV Tokyo. Avant de rejoindre Morgan Stanley en 1998, Robert Feldman était déjà Chief Economist pour le Japon auprès de Salomon Brothers de 1990 à Il a travaillé pour le Fonds Monétaire International de 1983 à 1989 au Asian, European, and Research Departments. Robert Feldman a obtenu un Doctorat (PhD) en Economie au Massachusetts Institute of Technology, où il se spécialisa en!nance et développement internationaux. Il rédigea son mémoire à l Université de Yale, où il était inscrit en Economie et en études japonais, et fut diplômé phi beta kappa, summa cum laude. Avant d entrer à l Université, il a travaillé pour la Federal Reserve Bank de New York et à la Chase Manhattan Bank.

11 10 /// FINANCE & BIEN COMMUN N 39 I/2011 Le Dr Philippa Foster Back a plus de 25 ans d expérience dans les affaires. Elle a commencé sa carrière à la Citibank NA avant de rejoindre en 1979 le Corporate Treasury Department chez Bowater, où elle restera jusqu en Elle travailla ensuite en tant que Group Finance Director à DG Gardner Group, une organisation spécialisée dans la formation, qu elle quitta en 1993 pour entrer à Thorn EMI en tant que Group Treasurer. Elle fut nommée directeur du Business Ethics Center en août Philippa Foster Back travaille également pour le Ministère de la Défense, l Institute of Directors et l Association of Corporate Treasurers, où elle était par ailleurs Présidente entre 1999 et Elle est devenue Présidente du UK Antarctic Heritage Trust en Le Dr Andrew Hilton est Directeur du Centre for the Study of Financial Innovation (CSFI), groupe de ré"exion à but non-lucratif auquel participe 65 institutions publiques qui s intéressent à l avenir international de la!nance. La CSFI a publié 3 livres et environ 80 rapports depuis sa création il y a 13 ans. Elle a également organisé plus de 750 tables rondes sur des questions d actualité dans le secteur!nancier comme EMU, le marché unique, Internet, les petites entreprises!nancières, les startups high-tech, la micro!nance et la régulation. Par ailleurs, Dr Hilton dirige une petite entreprise de consultations en matière de!nance et d économie. Il a travaillé pour la World Bank à Washington et a dirigé un service de conseils!nanciers pour le Financial Times à New York Il est également membre du comité de l Observatoire de la Finance à Genève. Andrew Hilton a obtenu un Doctorat (PhD) à l Université de Pennsylvanie, un diplôme postgrade en gestion d entreprise (MBA) à Wharton et une maîtrise universitaire (MA) au New College à Oxford. Il a été nommé Of!cier de l Ordre de l Empire britannique (OBE) en Peter Gakunu a été jusqu en 2010, directeur exécutif au Fonds Monétaire International pour l Afrique anglophone. Il était auparavant conseiller au Kenya Cabinet en charge des réformes économiques entre février 2003 et octobre En septembre 2000, il rejoignit Dream Team, une équipe de hautes personnalités rassemblées par la World Bank et le Programme des Nations Unies pour le Développement pour conseiller le gouvernement du Kenya dans ses réformes. Il a également travaillé en tant que Secrétaire économique et Directeur de la plani!cation au Ministère de la Finance et de la Plani!cation jusqu en décembre Il a par ailleurs organisé le premier Poverty Reduction Strategy Paper pour le Kenya. En 2003, il est nommé Secrétaire permanent au Ministère de l Environnement. Il quitta le Kenya pour Bruxelles pour travailler entre 1977 et 1986 à l African Caribbean and Paci!c Group en tant que Director of Trade et entre 1986 et 2000 comme Trade Expert au Secrétariat de l ACP. Peter Ganuku connaissait Robin depuis longtemps.

12 LE JURY DU PRIX ROBIN COSGROVE /// 11 Dominique Jacquet est chercheur invité au Centre d innovation sociale de l Insead et professeur de!nance d entreprise au CEDEP, Université de Paris Ouest et de l Ecole des Ponts ParisTech. Il est ingénieur civil (Ecole des Ponts), titulaire d un MBA de l INSEAD et d un doctorat de l Université de Bordeaux. Avant de commencer une carrière universitaire, il a été Directeur!nancier dans des sociétés américaine et française, contrôleur!nancier, trésorier et directeur. Ses principaux domaines d intérêt sont les relations avec les entreprises et la!nance, le rôle des incitations dans la création de valeur durable et le lien entre l incertitude et la stratégie!nancièr e. Peter O Connor est un consultant expérimenté dans le domaine des allocations régionales et internationales du capital ainsi qu en matière de sélection du personnel pour des institutions!nancières, des sociétés familiales ou des organisations caritatives. Il est Président et Directeur général de plusieurs compagnies d investissement et de production, avec une expérience particulière en Asie durant les trente dernières années. A la sortie du pensionnat en Irlande, Peter O Connor a étudié l Economie au Trinity College Dublin et le Droit au King s Inns Dublin. Il a vécu et travaillé à Londres et à Hong Kong et a voyagé dans la plupart des pays d Asie, au Canada ainsi que dans les pays d Europe aux économies émergentes. Jean-Christophe Pernollet est diplômé de l IEP et de l EDHEC et a suivi le Colombia School Senior Executive Program. Réviseur bancaire agréé par la Commission Fédérale des Banques, il a acquis plus de quinze ans d expérience dans l industrie des services!nanciers, dont trois à Paris et deux à New York. Il est actuellement membre du conseil de direction chez EFG Private Bank UK et Chief Financial Of!cer chez EFG International. Après avoir obtenu un diplôme à l Université d Oxford, John Plender a rejoint Deloite, Plender, Grif!ths & Co à Londres en 1967, où il reçut le titre de comptable agréé en Il se tourna ensuite vers le journalisme et devint l éditeur!nancier de The Economist en Dès 1980, il travailla pour le Bureau des affaires étrangères britannique. Il devint ensuite éditorialiste en chef au Financial Times, fonction qu il a remplie jusqu à récemment en parallèle à ses activités à la BBC et à Channel 4. John Plender a également travaillé à Pensions and Investment Research Consultants (PIRC), en tant que consultant en marchés boursiers à la London Stock Exchange ainsi que pour le gouvernement britannique à la direction de la Company Law Review. Il dirige actuellement Quintain PLC, une compagnie appartenant à FTSC 250. Son dernier livre intitulé All You Need to Know About Ethics and Finance, a été publié chez Longtail Publishing.

13 12 /// FINANCE & BIEN COMMUN N 39 I/2011 Domingo Sugranyes a fait ses études à l Université de Fribourg (licence en sciences économiques en 1969). Il a été Secrétaire général de l Union internationale chrétienne des dirigeants d entreprise (UNIAPAC) entre 1973 et Il rejoignit le groupe d assurance espagnole MAPFRE en 1981, où il s est occupé notamment du développement international du groupe et de son activité de réassurance ; de 1989 à 2007 il a été en charge du holding du groupe et membre de sa direction. Domingo Sugranyes a également été Président d UNIAPAC de 1979 à Il est actuellement membre de divers conseils d administration du groupe MAPFRE et président du Conseil de la Fondation Centesimus Annus Pro Ponti!ce, un centre domicilié au Vatican actif dans la promotion de l enseignement social chrétien. The Right Rev. Justin Welby a été cadre supérieur dans une compagnie pétrolière britannique, avant son ordination à l Eglise anglicane. Il est l auteur d ouvrages sur l éthique et la!nance. Il est actuellement évêque de Durham et membre de la Chambre des Lords.

14 LE JURY DU PRIX ROBIN COSGROVE /// 13 Le Jury du Prix Robin Cosgrove Édition Ibero-américaine Les membres du jury ont la tâche de sélectionner les travaux les plus méritoires et de désigner les gagnants du Prix Robin Cosgrove. Le jury est composé d experts éminents en!nance et éthique qui siègent à titre personnel et bénévole. Juan José Almagro est Docteur cum laude en Sciences du travail, licencié en droit (spécialiste de droit public) et avocat. Il a également étudié l économie. Il est professeur honoraire de l Université Computense de Madrid et professeur du Master de Responsabilité sociale de l Université d Alcala de Henares. Juan José Almagro a été professeur invité de l Institute for Executive Development (IEDE), de l Universidad San Pablo CEU, de l Instituto de Empresa et de différentes écoles de business. Juan José Almagro travaille pour MAPFRE, où il a occupé différents postes de direction. Il a été Président de l Unité de Ressources Humaines et Directeur Général de Communication et Responsabilité Sociale du Groupe, ainsi que Directeur Général de l Institut MAPFRE d Action Sociale. Il a donné plus qu une centaine de conférences dans des universités, des forums et des institutions, en Espagne et dans d autres pays, surtout en Amérique Latine, sur les thèmes en relation avec le monde de l assurance et de l entreprise, la communication, le leadership, la gestion des ressources humaines et la Responsabilité Sociale. Il est actuellement membre de divers conseils d administration du groupe MAPFRE. Pendant les dernières 26 années, Roberto Delgado Gallart a développé un implacable travail social en faveur de certains groupes sociaux les plus vulnérables de Mexique, et il a également formé des générations entières de nouveaux professionnels de travail social au Mexique (pour cette raison il a obtenu le Prix National d Altruisme 2004 de la part de l Asociación Mexicana de Instituciones de Asistencia Privada). Il a développé aussi le premier programme de post grade en Responsabilité Sociale en Amérique Latine. Il est le fondateur du Centre Latino-américain de Responsabilité Sociale de l Université d Anáhuac et le créateur du Diplomado de Administración de Instituciones de Asistencia Social de cette même université, donné en même temps dans les groupes de Cancún, Cozumel, León, Oaxaca, Puebla, Xalapa, Quintana Roo et Torreón, aujourd hui dans sa XXIII génération. Roberto Delgado Gallart a aussi reçu des reconnaissances telles que le Premio Iberoamericano a la Excelencia Educativa (Pérou, 2004), d autres prix et plus de 200 diplômes.

15 14 /// FINANCE & BIEN COMMUN N 39 I/2011 Le Prof. Paul H. Dembinski est le fondateur et le directeur de l Observatoire de la Finance, dont le but est de promouvoir l éthique dans la!nance. Il a également créé une revue trimestrielle dont il est l éditeur intitulée Finance & the Common Good/Bien Commun. En parallèle, il est le co-fondateur d Eco Diagnostic en collaboration avec Alain Schönenberger, une organisation indépendante de recherche économique au service du gouvernement comme des particuliers, en Suisse et ailleurs. Paul Dembinski enseigne également à l Université de Fribourg dans le cadre d un cours intitulé Stratégie et Concurrence Internationale. Eduard Dommen est un spécialiste en éthique économique. Il a été Président du Comité Scienti!que du Réseau suisse pour les études internationales (www.ruig-gian.org) et il est actuellement membre du Comité Scienti!que Le Réseau suisse pour les études internationales (www.snis. ch). Il est membre du Comité de l association Actares, Actionnariat pour une économie durable (www.actares.ch), et membre du conseil éditorial de la revue Finance & the Common Good/Bien Commun. Il a été membre fondateur du comité éthique de la Banque Alternative suisse et membre du Conseil de la Caisse publique de prêts contre garantie et membre du Conseil de fondation de RAFAD (une institution de garantie de micro-crédit). Eduard Dommen a été professeur universitaire, mais il a passé la plupart de sa carrière avant la retraite en tant qu investigateur de la Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le Développement (CNUCED). Il est l auteur ou le responsable de plusieurs écrits sur l éthique économique. Fernando Flores Maio, sociologue et journaliste, collaborateur et chroniqueur pour plusieurs journaux argentins, était depuis 1990 directeur des colloques Business Challenge, en Argentine, en France à l Institut des Hautes Etudes de l Amérique latine et à Coface. Depuis 2001, il est le fondateur et directeur du Forum Social œcuménique, qui à travers des conférences en Amérique Latine diffuse le concept de responsabilité sociale, réalise des campagnes sur l éthique et les valeurs fondamentales. Fernando Flores Maio est directeur de la Chaire Cátedra Abierta de Responsabilidad Social y Ciudadana, qui a débuté en 2002 en Argentine, en collaboration avec l Université de Georgetown, et plus tard d autres universités dont l Université de Salamanque et la Rey Juan Carlos de Madrid. Il a organisé des présentations à l Instituto Italo Latinoamericano de Rome et à l Université Grégorienne et il est l auteur de plusieurs essais, dont Los hippies-introducción, Rebelión Juvenil y Cambio Social et Comunismo o Reino de Dios.

16 LE JURY DU PRIX ROBIN COSGROVE /// 15 Après une brève carrière dans le domaine de l ingénierie civile, Filomeno Mira Candel a rejoint le groupe MAPFRE à la!n des années 70 en tant qu ingénieur industriel de prévention des risques, et depuis lors, il a occupé plusieurs postes de responsabilité au sein du Groupe. Il est aujourd hui Vice-Président du Conseil d Administration de la Fondation MAPFRE, l actionnaire prioritaire de MAPFRE SA, et le Président de son Comité Exécutif. Après avoir pris sa retraite des postes de direction, il reste membre de Conseil d Administration de MAPFRE SA et d autres entreprises du groupe MAPFRE. Il est également membre de l assemblée de la «Geneva Association», et membre du Conseil d Administration de la Fondation de l Université Ponti!cale de Salamanque. Filomeno Mira Candel a été le Président de la Commission des Assurances de la Chambre de commerce international de Paris de 1994 à 1997, et il a présidé la AISAM (Asociación Internacional de Compañías de Seguros Mutual) de 2002 à Après avoir été assistant au Département d économie politique de l Université de Genève, Paul-André Sanglard a travaillé comme économiste au Département fédéral des affaires économiques extérieures. De 1978 à 1979, il a été research fellow à la Stanford University et au Massachussets Institute of Technology. En 1979 il a été nommé chef de la trésorerie générale de l Etat du Jura et, dès 1982, il a été chargé de cours en!nances publiques à l Université de Genève. De 1984 à 1989, il a été membre du comité exécutif du World Economic Forum. Depuis 1989, Paul-André Sanglard est économiste indépendant. Il est actuellement Président du Conseil d administration de la Banque Cantonale du Jura à Porrentruy et il est aussi membre de plusieurs autres Conseils d Administration. Paul-André Sanglard est également membre du Conseil de fondation de l Observatoire de la Finance. Leire San-Jose est professeure de!nance à l Université du Pays Basque [UPV / EHU] à Bilbao (www.ehu.es) et chercheuse invitée à l Université de Hudders!eld (UK) (www.hud.ac.uk) où elle est membre du Financial Ethics and Governance Research Group (FEGReG). Sa thèse de doctorat qui étudie le développement des nouvelles technologies dans la gestion de la trésorerie a reçu la distinction de Summa Cum Laude à l unanimité et un prix spécial. Leire San-Jose est spécialiste également de l Économie sociale. Elle a été présidente du comité scienti!que du XVIIe Congrès de l European Business Ethics Network Espagne en Actuellement, elle combine ses intérêts académiques et de recherche dans le domaine de la!nance d entreprise, la gestion!nancière à court terme, avec des thèmes d éthique et de responsabilité sociale des entreprises. Leire San-Jose a également reçu le premier Prix Robin Cosgrove Ethique en!nance lors de la première édition Iberoamericaine parrainée par MAPFRE.

17 16 /// FINANCE & BIEN COMMUN N 39 I/2011 Simão Davi Silber est docteur en Economie et professeur à la Faculté d Economie, Administration et Comptabilité de l Université de Sao Paulo. Durant les 18 dernières années, Simão Davi Silber a été coordinateur de recherche (de 1991 à 1994), puis Directeur de recherche (de 1995 à 1999), et Directeur Président (de 1999 à 2003) de FIPE, Fundação Instituto de Pesquisas Econômicas. Aujourd hui, Simão Davi Silber est membre du Conseil de FIPE. Dès 2007, il est également membre du Conseil Supérieur d Etudes Avancées FIESP. Sa dernière publication (avec Marcos S. Jank) s intitule Políticas Comerciais Comparadas: Desempenho e Modelos Organizacionais (Editora Saraiva, 2007). Domingo Sugranyes a fait ses études à l Université de Fribourg (licence en sciences économiques en 1969). Il a été Secrétaire général de l Union internationale chrétienne des dirigeants d entreprise (UNIAPAC) entre 1973 et Il rejoignit le groupe d assurance espagnole MAPFRE en 1981, où il s est occupé notamment du développement international du groupe et de son activité de réassurance ; de 1989 à 2007 il a été en charge du holding du groupe et membre de sa direction. Domingo Sugranyes a également été Président d UNIAPAC de 1979 à Il est actuellement membre de divers conseils d administration du groupe MAPFRE et président du Conseil de la Fondation Centesimus Annus Pro Ponti!ce, un centre domicilié au Vatican actif dans la promotion de l enseignement social chrétien.

18 94 /// FINANCE & BIEN COMMUN N 39 I/2011 Decision: The Space between the Code of Ethics and the Ethical Behaviour p Carmen Lucía Carmona Paredes Second Prize ex-aequo Iberoamerican Prize Carmen Lucía Carmona Paredes Mexico, Decision Analyst for a consulting!rm in the UK EN Decision making has the required power to transform a code of ethics into ethical behavior since it is the space in time between reflection and action. Given that decision making is a skill that has to be learnt with practice, corporate decision makers require a procedure for systematic learning which has to let them to compare information, understand different points of views and handle the continuous changes in the business environment. The document suggests the inclusion of Multi criteria Decision Analysis (MCDA) as a practical methodology to address the complexity in evaluating investment projects. It is a technique with the potential to transform the Project Portfolio Management of a company because it requires a particular definition of ethics for each business model and because it translates the ethics general concept into tangible, real and relevant values. MCDA is an analysis approach that brings to light the true motivation behind the investments.

19 DECISION: THE SPACE BETWEEN THE CODE OF ETHICS AND THE ETHICAL BEHAVIOUR /// 95 FR Une décision a le pouvoir suffisant de changement pour transformer un code d éthique en un comportement éthique, car elle est l espace dans le temps entre la réflexion et l action. Etant donné que la prise de décision est une compétence qui s apprend avec la pratique, les décideurs au sein d une entreprise ont besoin d une procédure pour que son apprentissage soit fait d une manière systématique et flexible pour répondre aux changements continus. Cela afin de permettre de comparer des informations, des perceptions et de comprendre des points de vue différents. L auteure propose notamment la méthodologie d aide à la décision multicritère (MCDA) comme une alternative pratique pour aborder la complexité dans l évaluation des projets d investissement avec le potentiel de transformer la gestion de portefeuille de projets d une entreprise. La méthode MCDA implique la définition de l éthique d une manière explicative et particulière dans chaque modèle d affaires ce qui traduit un concept général en valeurs éthiques tangibles, concrets, réels et pertinents pour les investisseurs. Il s agit d un moyen de mettre sur la table les vraies motivations qui se trouvent derrière les investissements. Introduction The!nancial crisis and frauds that have occurred in the last decade have inspired an extraordinary wave of regulatory reforms, changes in corporate governance structures, adoption of codes of ethics, and implementation committees (Dominguez, Alvarez and Sanchez, 2009). However, despite these clear efforts that promote ethical behaviour in the!nancial world, the fact is that the link between preventive solutions and a reduction in the number of scandals is not clear. (Huse, 2005; Roberts et to the, 2005; Hans et to the, 2009; Schwartz, 2005; Bonn & Fisher 2005). That is, to quote the popular saying, there is still a «gap between what it is said and what it is done. Therefore, the new question that arises is how to form this bond and transform a code of ethics in ethical actions? The answer lies in a change in the decision making process since the decision is the time bag between re"ection and action, that is, between the code of ethics and the ethical behaviour. La question qui se pose est de savoir comment transformer un code d éthique en un comportement éthique. La réponse réside dans un changement dans le processus décisionnel, puisque la décision est l espace dans le temps entre la ré"exion et l action, c est-à-dire, entre le code d éthique et le comportement éthique. To Maxime or Not to Maximize A good decision quali!es as such when it carries out a procedure of analysis that takes into account certain principles (Howard, 1976). Therefore, the quality of analysis in the decision-making of a manager is of fundamental importance to the transformation of corporate plans and strategies. This, in turn, framed in the context of business growth, embodies the essential need to!t the decision analysis approach into the corporate internal!nancial perspective because it is almost impossible to think about strategic decisions regardless of from the allocation of resources.

20 96 /// FINANCE & BIEN COMMUN N 39 I/2011 Nous observons souvent le débat éternel entre les!nanciers et les professeurs d éthique pour essayer de répondre au dilemme quant à savoir si l objectif de l entreprise est oui ou non de maximiser la valeur des actionnaires. Pour dépasser ce débat, - qui est si présent dans la littérature- il est nécessaire tout d abord de préciser la ou les valeurs à maximiser. Reconnaître les vraies valeurs d une entreprise va au-delà de la lecture de son rapport social, de sa mission et même de son code d éthique. Adam et Shavit (2008) proposent d analyser la manière dont l entreprise procède à l évaluation d options d investissement et d observer les critères utilisés pour l allocation des ressources. Ces critères sont une reconnaissance et une expression plus réaliste des valeurs de l entreprise, car les décideurs se basent sur eux pour juger si une proposition d investissement est bonne ou mauvaise dans le contexte d affaires. It is common to observe the continued discussion among!nancial people and ethics teachers trying to give an answer to the dilemma as to whether the goal of corporations is or is not to maximize shareholder value. To account for this debate very present in the literature, it is necessary as a!rst step to clarify the value or values that want to be maximized. Only that way, with the formalization of the ethics in a tangible value or values, a new sense to the analysis and a speci!c meaning to this universal concept may be given. Recognizing the true values of a company goes beyond reading its corporative social report, its mission, and even its code of ethics. Adam and Shavit (2008) suggest to analyze the way in which the company carries out the assessment of the investment options and to observe the criteria used for the allocation of resources. These criteria are a more realistic demonstration of corporate values because decision makers use them to judge whether a proposal is good or bad for the business context. In many companies the evaluation of investment options is a fundamental part of the process of Portfolio Management of Strategic Projects (CPM for short English Corporate Portfolio Management). Throughout this process, the decision-maker constantly faces dif-!cult choices mainly by selecting projects that ful!ll the growth target of the company without contradicting the ethics of the business. The reality is that the evaluation of investment options that maximize these two types of values involves a complex thought process!lled by a tangle of interactions. An effective technique for addressing the complexity of this type of situations is the use of Analysis for Decision Making with Multiple Criteria (MCDA) as an internal procedure for making strategic investment decisions. The implementation of this method allows to transform the approach to Project Portfolio Management by translating a general concept of ethical values into tangible and speci!c values, and by providing a useful learning tool for achieving better decision-makers education, and as a result to achieve more ethical actions. Value vs. Investment Values If we pay attention to recent changes in regulations (Somarnes Oxley Act in the United States and Bribery Act in the United Kingdom, etc.) and to the changes in corporate governance schemes, it can be observed that the efforts of recent years have seen monitoring and auditing as an universal solution for the reduction of cases of unethical behaviour. One consequence of this type of solution is the tendency for companies to consider ethical behaviour from a legal compliance point of overs. In this respect, a recent survey of the FTSE350 (Barma, 2010) con-!rms this tendency by showing that about 70% of participants

Decision: The Space between the Code of Ethics and the Ethical Behaviour

Decision: The Space between the Code of Ethics and the Ethical Behaviour 94 /// FINANCE & BIEN COMMUN N 39 I/2011 Decision: The Space between the Code of Ethics and the Ethical Behaviour p Carmen Lucía Carmona Paredes Second Prize ex-aequo Iberoamerican Prize Carmen Lucía Carmona

Plus en détail

Application Form/ Formulaire de demande

Application Form/ Formulaire de demande Application Form/ Formulaire de demande Ecosystem Approaches to Health: Summer Workshop and Field school Approches écosystémiques de la santé: Atelier intensif et stage d été Please submit your application

Plus en détail

Autres termes clés (Other key terms)

Autres termes clés (Other key terms) Autres termes clés (Other key terms) Norme Contrôle qualité des cabinets réalisant des missions d audit ou d examen d états financiers et d autres missions d assurance et de services connexes ( Quality

Plus en détail

Initiative d excellence de l université de Bordeaux. Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014. Recommandations

Initiative d excellence de l université de Bordeaux. Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014. Recommandations Initiative d excellence de l université de Bordeaux Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014 Recommandations 2/1 RECOMMANDATIONS DU COMITE STRATEGIQUE Une feuille de route pour le conseil de gestion

Plus en détail

AccessLearn Community Group: Introductory Survey. Groupe communautaire AccessLearn : étude introductive. Introduction.

AccessLearn Community Group: Introductory Survey. Groupe communautaire AccessLearn : étude introductive. Introduction. AccessLearn Community Group: Introductory Survey Introduction The W3C Accessible Online Learning Community Group (aka AccessLearn) is a place to discuss issues relating to accessibility and online learning,

Plus en détail

French 2208A. French for Healthcare Le français de la santé

French 2208A. French for Healthcare Le français de la santé French 2208A French for Healthcare Le français de la santé Professeur : Heures de bureau : Iryna Punko disponible tous les jours par courriel, sauf le week-end. Préalable - Fr 1900 E ou Fr 1910, ou permission

Plus en détail

L intégration socioscolaire des jeunes Québécois d origine chinoise : le rôle des écoles ethniques complémentaires

L intégration socioscolaire des jeunes Québécois d origine chinoise : le rôle des écoles ethniques complémentaires L intégration socioscolaire des jeunes Québécois d origine chinoise : le rôle des écoles ethniques complémentaires Ming Sun Université de Montréal Haï Thach École Chinoise (Mandarin) de Montréal Introduction

Plus en détail

MONACO ECONOMIE. Clean Equity. 12 000 ex. Trimestrielle

MONACO ECONOMIE. Clean Equity. 12 000 ex. Trimestrielle MONACO ECONOMIE Clean Equity 12 000 ex Trimestrielle De mars à juin 2011 MONACO ECONOMIE Clean Equity 12 000 ex Trimestrielle De mars à juin 2011 Monaco: Despite a tough 18 months the passion is there

Plus en détail

Un ACTIF InConToURnABLE PoUR DEs PARTEnARIATs significatifs. social. An ASSeT To meaningful PARTneRSHIPS

Un ACTIF InConToURnABLE PoUR DEs PARTEnARIATs significatifs. social. An ASSeT To meaningful PARTneRSHIPS Le capital Un ACTIF InConToURnABLE PoUR DEs PARTEnARIATs significatifs social capital An ASSeT To meaningful PARTneRSHIPS Présentation des participants participants presentation Fondation Dufresne et Gauthier

Plus en détail

Courses on Internal Control and Risk Management. September 2010

Courses on Internal Control and Risk Management. September 2010 Courses on Internal Control and Risk Management Page 1/5 September 2010 EN VERSION 1. Internal Control Standards for Effective Management - Introduction to Internal Control for all staff This introductory

Plus en détail

Natixis Asset Management Response to the European Commission Green Paper on shadow banking

Natixis Asset Management Response to the European Commission Green Paper on shadow banking European Commission DG MARKT Unit 02 Rue de Spa, 2 1049 Brussels Belgium markt-consultation-shadow-banking@ec.europa.eu 14 th June 2012 Natixis Asset Management Response to the European Commission Green

Plus en détail

Experiences TCM QUALITY MARK. Project management Management systems ISO 9001 ISO 14001 ISO 22000

Experiences TCM QUALITY MARK. Project management Management systems ISO 9001 ISO 14001 ISO 22000 TCM QUALITY MARK Jean-Marc Bachelet Tocema Europe workshop 4 Project management Management systems ISO 9001 ISO 14001 ISO 22000 + lead auditors for certification bodies Experiences Private and state companies,

Plus en détail

Autres termes clés (Other key terms)

Autres termes clés (Other key terms) Carve-out method Autres termes clés (Other key terms) Norme Rapports d assurance sur les contrôles d une société de services extérieurs (, Assurance Reports on Controls at a Third Party Service Organization)

Plus en détail

Stress and Difficulties at School / College

Stress and Difficulties at School / College Stress and Difficulties at School / College This article will deal with the pressures and problems that students face at school and college. It will also discuss the opposite - the positive aspects of

Plus en détail

Food for thought paper by the Coordinator on Reporting 1 PrepCom 3rd Review Conference 6 décembre 2013

Food for thought paper by the Coordinator on Reporting 1 PrepCom 3rd Review Conference 6 décembre 2013 Food for thought paper by the Coordinator on Reporting 1 PrepCom 3rd Review Conference 6 décembre 2013 (slide 1) Mr President, Reporting and exchange of information have always been a cornerstone of the

Plus en détail

Formation en conduite et gestion de projets. Renforcer les capacités des syndicats en Europe

Formation en conduite et gestion de projets. Renforcer les capacités des syndicats en Europe Formation en conduite et gestion de projets Renforcer les capacités des syndicats en Europe Pourquoi la gestion de projets? Le département Formation de l Institut syndical européen (ETUI, European Trade

Plus en détail

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships A project under the Intelligent Energy Europe programme Contract Number: IEE/10/130 Deliverable Reference: W.P.2.1.3

Plus en détail

2 players Ages 8+ Note: Please keep these instructions for future reference. WARNING. CHOKING HAZARD. Small parts. Not for children under 3 years.

2 players Ages 8+ Note: Please keep these instructions for future reference. WARNING. CHOKING HAZARD. Small parts. Not for children under 3 years. Linja Game Rules 2 players Ages 8+ Published under license from FoxMind Games NV, by: FoxMind Games BV Stadhouderskade 125hs Amsterdam, The Netherlands Distribution in North America: FoxMind USA 2710 Thomes

Plus en détail

Organisation de Coopération et de Développement Economiques Organisation for Economic Co-operation and Development. Bil.

Organisation de Coopération et de Développement Economiques Organisation for Economic Co-operation and Development. Bil. A usage officiel/for Official Use C(2006)34 C(2006)34 A usage officiel/for Official Use Organisation de Coopération et de Développement Economiques Organisation for Economic Co-operation and Development

Plus en détail

Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=5095

Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=5095 Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110 1 Information sur le projet Titre: Code Projet: Année: 2008 Type de Projet: Statut: Accroche marketing: Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110 Projets de transfert

Plus en détail

Conférence «Accords transnationaux d entreprise» «Transnational Company Agreements» Conference

Conférence «Accords transnationaux d entreprise» «Transnational Company Agreements» Conference Conférence «Accords transnationaux d entreprise» «Transnational Company Agreements» Conference 13-14 novembre 2008-13th -14th Novembre 2008 Centre des Congrès, Lyon Le rôle des accords d entreprise transnationaux

Plus en détail

Les licences Creative Commons expliquées aux élèves

Les licences Creative Commons expliquées aux élèves Les licences Creative Commons expliquées aux élèves Source du document : http://framablog.org/index.php/post/2008/03/11/education-b2i-creative-commons Diapo 1 Creative Commons presents : Sharing Creative

Plus en détail

Le passé composé. C'est le passé! Tout ça c'est du passé! That's the past! All that's in the past!

Le passé composé. C'est le passé! Tout ça c'est du passé! That's the past! All that's in the past! > Le passé composé le passé composé C'est le passé! Tout ça c'est du passé! That's the past! All that's in the past! «Je suis vieux maintenant, et ma femme est vieille aussi. Nous n'avons pas eu d'enfants.

Plus en détail

GLOBAL COMPACT EXAMPLE

GLOBAL COMPACT EXAMPLE GLOBAL COMPACT EXAMPLE Global Compact Good Practice GROUPE SEB 2004-2005 1/4 FIRM: GROUPE SEB TITLE: GROUPE SEB Purchasing Policy contributing to sustainable development GC PRINCIPLES taken into account:

Plus en détail

Matinale Recherche. «G20 & Global Systemic Risk : how to differentiate Insurance vs Banking challenges?» avec Amélie de Montchalin et Zhili Cao

Matinale Recherche. «G20 & Global Systemic Risk : how to differentiate Insurance vs Banking challenges?» avec Amélie de Montchalin et Zhili Cao Matinale Recherche «G20 & Global Systemic Risk : how to differentiate Insurance vs Banking challenges?» avec Amélie de Montchalin et Zhili Cao INFORMATIONS PRATIQUES FORMAT Matinale Recherche DATE 15 octobre

Plus en détail

RFP 1000162739 and 1000163364 QUESTIONS AND ANSWERS

RFP 1000162739 and 1000163364 QUESTIONS AND ANSWERS RFP 1000162739 and 1000163364 QUESTIONS AND ANSWERS Question 10: The following mandatory and point rated criteria require evidence of work experience within the Canadian Public Sector: M3.1.1.C / M3.1.2.C

Plus en détail

Design and creativity in French national and regional policies

Design and creativity in French national and regional policies Design and creativity in French national and regional policies p.01 15-06-09 French Innovation policy Distinction between technological innovation and non-technological innovation (including design) French

Plus en détail

EN UNE PAGE PLAN STRATÉGIQUE

EN UNE PAGE PLAN STRATÉGIQUE EN UNE PAGE PLAN STRATÉGIQUE PLAN STRATÉGIQUE EN UNE PAGE Nom de l entreprise Votre nom Date VALEUR PRINCIPALES/CROYANCES (Devrait/Devrait pas) RAISON (Pourquoi) OBJECTIFS (- AN) (Où) BUT ( AN) (Quoi)

Plus en détail

Instaurer un dialogue entre chercheurs et CÉR: pourquoi? Me Emmanuelle Lévesque Centre de génomique et politiques Université McGill

Instaurer un dialogue entre chercheurs et CÉR: pourquoi? Me Emmanuelle Lévesque Centre de génomique et politiques Université McGill Instaurer un dialogue entre chercheurs et CÉR: pourquoi? Me Emmanuelle Lévesque Centre de génomique et politiques Université McGill Perceptions de perte de confiance dans la littérature récente: des exemples

Plus en détail

Quatre axes au service de la performance et des mutations Four lines serve the performance and changes

Quatre axes au service de la performance et des mutations Four lines serve the performance and changes Le Centre d Innovation des Technologies sans Contact-EuraRFID (CITC EuraRFID) est un acteur clé en matière de l Internet des Objets et de l Intelligence Ambiante. C est un centre de ressources, d expérimentations

Plus en détail

National Director, Engineering and Maintenance East (Montreal, QC)

National Director, Engineering and Maintenance East (Montreal, QC) National Director, Engineering and Maintenance East (Montreal, QC) Reporting to the General Manager, Engineering and Maintenance, you will provide strategic direction on the support and maintenance of

Plus en détail

Rational Team Concert

Rational Team Concert Une gestion de projet agile avec Rational Team Concert Samira Bataouche Consultante, IBM Rational France 1 SCRUM en Bref Events Artifacts Development Team Source: Scrum Handbook 06 Décembre 2012 Agilité?

Plus en détail

Level 2 French, 2003

Level 2 French, 2003 For Supervisor s 2 90398 Level 2 French, 2003 90398 Read and understand written language in French in less familiar contexts Credits: Six 9.30 am Friday 28 November 2003 Check that the National Student

Plus en détail

PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée.

PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée. PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée. Il y a trois approches possibles du produit intérieur brut : Optique de la production Optique

Plus en détail

Please find attached a revised amendment letter, extending the contract until 31 st December 2011.

Please find attached a revised amendment letter, extending the contract until 31 st December 2011. Sent: 11 May 2011 10:53 Subject: Please find attached a revised amendment letter, extending the contract until 31 st December 2011. I look forward to receiving two signed copies of this letter. Sent: 10

Plus en détail

Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Service Europe Direction des Programmes et de la Formation pour le Sud

Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Service Europe Direction des Programmes et de la Formation pour le Sud Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Service Europe Direction des Programmes et de la Formation pour le Sud Sommaire Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Comment définir

Plus en détail

Philippe Maystadt European Investment Bank President Visit of the ACP Committee of Ambassadors Luxembourg, July 22 2010

Philippe Maystadt European Investment Bank President Visit of the ACP Committee of Ambassadors Luxembourg, July 22 2010 Philippe Maystadt European Investment Bank President Visit of the ACP Committee of Ambassadors Luxembourg, July 22 2010 Monsieur le Président, Monsieur le Secrétaire Général, Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

Animation de la démarche Santé et Sécurité au Travail pour Les Crudettes SAS

Animation de la démarche Santé et Sécurité au Travail pour Les Crudettes SAS MINISTERE DE L AGRICULTURE LES CRUDETTES SAS www.lescrudettes.com MÉMOIRE DE FIN D ÉTUDES présenté pour l obtention du diplôme d ingénieur agronome spécialisation : Agro-alimentaire option : QUALI-RISQUES

Plus en détail

AUDIT COMMITTEE: TERMS OF REFERENCE

AUDIT COMMITTEE: TERMS OF REFERENCE AUDIT COMMITTEE: TERMS OF REFERENCE PURPOSE The Audit Committee (the Committee), assists the Board of Trustees to fulfill its oversight responsibilities to the Crown, as shareholder, for the following

Plus en détail

Mise en place d un système de cabotage maritime au sud ouest de l Ocean Indien. 10 Septembre 2012

Mise en place d un système de cabotage maritime au sud ouest de l Ocean Indien. 10 Septembre 2012 Mise en place d un système de cabotage maritime au sud ouest de l Ocean Indien 10 Septembre 2012 Les défis de la chaine de la logistique du transport maritime Danielle T.Y WONG Director Logistics Performance

Plus en détail

France with an OIB. Updated January 2014

France with an OIB. Updated January 2014 France with an OIB Updated January 2014 The French system May appear complicated Not too expensive Good opportunities if you look carefully 2 European harmonisation of higher education - LMD system Licence

Plus en détail

A propos de ce livre Ceci est une copie numérique d un ouvrage conservé depuis des générations dans les rayonnages d une bibliothèque avant d être numérisé avec précaution par Google dans le cadre d un

Plus en détail

C est quoi, Facebook?

C est quoi, Facebook? C est quoi, Facebook? Si tu as plus de 13 ans, tu fais peut-être partie des 750 millions de personnes dans le monde qui ont un compte Facebook? Et si tu es plus jeune, tu as dû entendre parler autour de

Plus en détail

COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION. Brussels, 18 September 2008 (19.09) (OR. fr) 13156/08 LIMITE PI 53

COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION. Brussels, 18 September 2008 (19.09) (OR. fr) 13156/08 LIMITE PI 53 COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION Brussels, 18 September 2008 (19.09) (OR. fr) 13156/08 LIMITE PI 53 WORKING DOCUMENT from : Presidency to : delegations No prev. doc.: 12621/08 PI 44 Subject : Revised draft

Plus en détail

Bibliothèque numérique de l enssib

Bibliothèque numérique de l enssib Bibliothèque numérique de l enssib European integration: conditions and challenges for libraries, 3 au 7 juillet 2007 36 e congrès LIBER Results from the Seminar on Measuring Quality in Libraries Bayir,

Plus en détail

When you are told to do so, open your paper and write your answers in English in the spaces provided.

When you are told to do so, open your paper and write your answers in English in the spaces provided. FOR OFFICIAL USE C 000/403 NATIONAL QUALIFICATIONS 008 TUESDAY, 3 MAY.0 AM.0 PM Total FRENCH STANDARD GRADE Credit Level Reading Fill in these boxes and read what is printed below. Full name of centre

Plus en détail

Resolution proposed by the website working group. Available in: English - Français

Resolution proposed by the website working group. Available in: English - Français Resolution proposed by the website working group Available in: English - Français EN Proposers: 31 st International Conference of Data Protection and Privacy Commissioners Madrid, Spain 4 6 November 2009

Plus en détail

companies FEDERAL BILINGUAL VET DIPLOMA IN COMMERCE May 30th, 2013 Département de la solidarité et de l'emploi

companies FEDERAL BILINGUAL VET DIPLOMA IN COMMERCE May 30th, 2013 Département de la solidarité et de l'emploi FEDERAL BILINGUAL VET DIPLOMA IN COMMERCE A new offer adapted to English speaking companies May 30th, 2013 19.06.2013 - Page 1 SWISS PILOT PROJECT DEVELOPED IN GENEVE Project from the Swiss Confederation

Plus en détail

IDENTITÉ DE L ÉTUDIANT / APPLICANT INFORMATION

IDENTITÉ DE L ÉTUDIANT / APPLICANT INFORMATION Direction des Partenariats Internationaux - Pôle Mobilités Prrogrramme de bourrses Intterrnattiionalles en Mastterr (MIEM) Intterrnattiionall Mastterr Schollarrshiip Prrogrramme Sorrbonne Parriis Ciitté

Plus en détail

Master de sociologie : double diplôme possible

Master de sociologie : double diplôme possible Master de sociologie : double diplôme possible Parcours du master «changements sociaux en Europe» en partenariat avec l Université de Vienne Version française Information générale Les étudiants s inscrivent

Plus en détail

Technical Capability in SANRAL. Les compétences et capacités techniques du SANRAL. Solutions. Les solutions

Technical Capability in SANRAL. Les compétences et capacités techniques du SANRAL. Solutions. Les solutions Technical Capability in SANRAL Les compétences et capacités techniques du SANRAL Solutions Les solutions 2 3 2007 SANRAL 2007 SANRAL Continuous change Integrated, systemic solutions Global focus Multiple

Plus en détail

PUBLIQUES. FINANCIAL AGREEMENTS AND TRANSACTIONS (PETROLEUM PRODUCT DERIVATIVES) REGULATIONS R-45-2008 In force August 1, 2008

PUBLIQUES. FINANCIAL AGREEMENTS AND TRANSACTIONS (PETROLEUM PRODUCT DERIVATIVES) REGULATIONS R-45-2008 In force August 1, 2008 FINANCIAL ADMINISTRATION ACT LOI SUR LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES FINANCIAL AGREEMENTS AND TRANSACTIONS (PETROLEUM PRODUCT DERIVATIVES) REGULATIONS R-45-2008 In force August 1, 2008 RÈGLEMENT SUR

Plus en détail

Forthcoming Database

Forthcoming Database DISS.ETH NO. 15802 Forthcoming Database A Framework Approach for Data Visualization Applications A dissertation submitted to the SWISS FEDERAL INSTITUTE OF TECHNOLOGY ZURICH for the degree of Doctor of

Plus en détail

Discours du Ministre Tassarajen Pillay Chedumbrum. Ministre des Technologies de l'information et de la Communication (TIC) Worshop on Dot.

Discours du Ministre Tassarajen Pillay Chedumbrum. Ministre des Technologies de l'information et de la Communication (TIC) Worshop on Dot. Discours du Ministre Tassarajen Pillay Chedumbrum Ministre des Technologies de l'information et de la Communication (TIC) Worshop on Dot.Mu Date: Jeudi 12 Avril 2012 L heure: 9h15 Venue: Conference Room,

Plus en détail

Photo: Sgt Serge Gouin, Rideau Hall Her Majesty The Queen in Right of Canada represented by the Office of the Secretary to the Governor General

Photo: Sgt Serge Gouin, Rideau Hall Her Majesty The Queen in Right of Canada represented by the Office of the Secretary to the Governor General One of the pillars of my mandate as governor general of Canada is supporting families and children. This is just one of the reasons why my wife, Sharon, and I are delighted to extend greetings to everyone

Plus en détail

BA (Hons) French with Translation Studies F/T SH 322F

BA (Hons) French with Translation Studies F/T SH 322F BA (Hons) French with Translation Studies F/T SH 322F 1. Rationale With the advent of globalization, translation studies have become an imperative field to be taken on-board by department of languages.

Plus en détail

The evolution and consequences of the EU Emissions Trading System (EU ETS)

The evolution and consequences of the EU Emissions Trading System (EU ETS) The evolution and consequences of the EU Emissions Trading System (EU ETS) Jon Birger Skjærseth Montreal 27.10.08 reproduction doivent être acheminées à Copibec (reproduction papier) Introduction What

Plus en détail

Institut d Acclimatation et de Management interculturels Institute of Intercultural Management and Acclimatisation

Institut d Acclimatation et de Management interculturels Institute of Intercultural Management and Acclimatisation Institut d Acclimatation et de Management interculturels Institute of Intercultural Management and Acclimatisation www.terresneuves.com Institut d Acclimatation et de Management interculturels Dans un

Plus en détail

_COURSES SPRING SEMESTER 2011

_COURSES SPRING SEMESTER 2011 _COURSES SPRING SEMESTER 2011 Spring semester from January 3 rd to July 2 nd 2011 (exact dates of the semester depends on the courses taken, please refer to the calendar per school and year) Important

Plus en détail

IS/07/TOI/164004. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=6140

IS/07/TOI/164004. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=6140 La vente au détail - RetAiL est un cours fondé sur la technologie de l information, un IS/07/TOI/164004 1 Information sur le projet La vente au détail - RetAiL est un cours fondé sur la technologie de

Plus en détail

Photo: Sgt Serge Gouin, Rideau Hall Her Majesty The Queen in Right of Canada represented by the Office of the Secretary to the Governor General

Photo: Sgt Serge Gouin, Rideau Hall Her Majesty The Queen in Right of Canada represented by the Office of the Secretary to the Governor General As the father of five children and the grandfather of ten grandchildren, family is especially important to me. I am therefore very pleased to mark National Foster Family Week. Families, whatever their

Plus en détail

Assoumta Djimrangaye Coordonnatrice de soutien au développement des affaires Business development support coordinator

Assoumta Djimrangaye Coordonnatrice de soutien au développement des affaires Business development support coordinator 2008-01-28 From: [] Sent: Monday, January 21, 2008 6:58 AM To: Web Administrator BCUC:EX Cc: 'Jean Paquin' Subject: RE: Request for Late Intervenorship - BCHydro Standing Offer C22-1 Dear Bonnie, Please

Plus en détail

Niveau débutant/beginner Level

Niveau débutant/beginner Level LE COFFRE À OUTILS/THE ASSESSMENT TOOLKIT: Niveau débutant/beginner Level Sampler/Echantillon Instruments d évaluation formative en français langue seconde Formative Assessment Instruments for French as

Plus en détail

LOI SUR LE FONDS DU PATRIMOINE DES TERRITOIRES DU NORD-OUEST NORTHWEST TERRITORIES HERITAGE FUND ACT

LOI SUR LE FONDS DU PATRIMOINE DES TERRITOIRES DU NORD-OUEST NORTHWEST TERRITORIES HERITAGE FUND ACT NORTHWEST TERRITORIES HERITAGE FUND ACT NORTHWEST TERRITORIES HERITAGE FUND REGULATIONS R-008-2013 AMENDED BY LOI SUR LE FONDS DU PATRIMOINE DES TERRITOIRES DU NORD-OUEST RÈGLEMENT SUR LE FONDS DU PATRIMOINE

Plus en détail

Paris-Saclay, Yes We Can!

Paris-Saclay, Yes We Can! Liste de candidats Nom de la liste : Paris-Saclay, Yes We Can! Election des représentants des doctorants au conseil du collège doctoral 1 Profession de foi : Cette liste est composée de doctorants issus

Plus en détail

ADQ IR Implementation

ADQ IR Implementation ADQ IR Implementation DSNA experience Direction Générale de l Aviation Civile CONTENTS DSNA considerations ADQ objectives The context : a coordinated approach DSNA approach to ADQ implementation The pillars

Plus en détail

ICC International Court of Arbitration Bulletin. Cour internationale d arbitrage de la CCI

ICC International Court of Arbitration Bulletin. Cour internationale d arbitrage de la CCI ICC International Court of Arbitration Bulletin Cour internationale d arbitrage de la CCI Extract for restricted use Extrait à tirage limité International Court of Arbitration 38, Cours Albert 1er, 75008

Plus en détail

PROJET DE LOI C- BILL C- SECRET SECRET HOUSE OF COMMONS OF CANADA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA

PROJET DE LOI C- BILL C- SECRET SECRET HOUSE OF COMMONS OF CANADA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA SECRET C- SECRET C- First Session, Forty-first Parliament, Première session, quarante et unième législature, HOUSE OF COMMONS OF CANADA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA BILL C- PROJET DE LOI C- An Act to

Plus en détail

Florida International University. Department of Modern Languages. FRENCH I Summer A Term 2014 FRE 1130 - U01A

Florida International University. Department of Modern Languages. FRENCH I Summer A Term 2014 FRE 1130 - U01A Florida International University Department of Modern Languages FRENCH I Summer A Term 2014 FRE 1130 - U01A Class time: Monday, Tuesday, Wednesday, Thursday; 6:20 P.M. - 9:00 P.M. Instructors: Prof. Jean-Robert

Plus en détail

Le nouveau référentiel Européen Eric Froment,

Le nouveau référentiel Européen Eric Froment, Le nouveau référentiel Européen Eric Froment, Président du Comité du Registre Européen des Agences d évaluation de l enseignement supérieur -EQAR Workshop on the development of the IEAQA Tunis, 13 June

Plus en détail

eid Trends in french egovernment Liberty Alliance Workshop April, 20th 2007 French Ministry of Finance, DGME

eid Trends in french egovernment Liberty Alliance Workshop April, 20th 2007 French Ministry of Finance, DGME eid Trends in french egovernment Liberty Alliance Workshop April, 20th 2007 French Ministry of Finance, DGME Agenda What do we have today? What are our plans? What needs to be solved! What do we have today?

Plus en détail

MODULES DE COURS BILINGUES EN GESTION DE COOPÉRATIVES

MODULES DE COURS BILINGUES EN GESTION DE COOPÉRATIVES MODULES DE COURS BILINGUES EN GESTION DE COOPÉRATIVES Claude-André Guillotte Directeur, IRECUS Université de Sherbrooke Claude-Andre.Guillotte@USherbrooke.ca Karen Miner Directrice générale Co-operative

Plus en détail

Product Platform Development: A Functional Approach Considering Customer Preferences

Product Platform Development: A Functional Approach Considering Customer Preferences Product Platform Development: A Functional Approach Considering Customer Preferences THÈSE N O 4536 (2009) PRÉSENTÉE le 4 décembre 2009 À LA FACULTé SCIENCES ET TECHNIQUES DE L'INGÉNIEUR LABORATOIRE DES

Plus en détail

90558-CDT-06-L3French page 1 of 10. 90558: Listen to and understand complex spoken French in less familiar contexts

90558-CDT-06-L3French page 1 of 10. 90558: Listen to and understand complex spoken French in less familiar contexts 90558-CDT-06-L3French page 1 of 10 NCEA LEVEL 3: FRENCH CD TRANSCRIPT 2006 90558: Listen to and understand complex spoken French in less familiar contexts New Zealand Qualifications Authority: NCEA French

Plus en détail

RÉSUMÉ DE THÈSE. L implantation des systèmes d'information (SI) organisationnels demeure une tâche difficile

RÉSUMÉ DE THÈSE. L implantation des systèmes d'information (SI) organisationnels demeure une tâche difficile RÉSUMÉ DE THÈSE L implantation des systèmes d'information (SI) organisationnels demeure une tâche difficile avec des estimations de deux projets sur trois peinent à donner un résultat satisfaisant (Nelson,

Plus en détail

The ISIA Minimum Standard. Why, What, How

The ISIA Minimum Standard. Why, What, How The ISIA Minimum Standard Why, What, How Budapest 10-11 October 2011 Vittorio CAFFI 1 Questions to address Why a Minimum Standard? Who is concerned? When has to be implemented? What is it? How can it be

Plus en détail

C est quoi, Facebook?

C est quoi, Facebook? C est quoi, Facebook? aujourd hui l un des sites Internet les plus visités au monde. Si tu as plus de 13 ans, tu fais peut-être partie des 750 millions de personnes dans le monde qui ont une page Facebook?

Plus en détail

Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements

Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements Les faits saillants Highlights L état financier du MAMROT est très complexe et fournit de nombreuses informations. Cette

Plus en détail

IDENTITÉ DE L ÉTUDIANT / APPLICANT INFORMATION

IDENTITÉ DE L ÉTUDIANT / APPLICANT INFORMATION vice Direction des Partenariats Internationaux Pôle Mobilités Prrogrramme de bourrses Intterrnattiionalles en Mastterr (MIEM) Intterrnattiionall Mastterr Schollarrshiip Prrogrramme Sorrbonne Parriis Ciitté

Plus en détail

Action concrète 3 Vulgarisation de la connaissance du droit des femmes et renforcement de leurs capacités à défendre leurs droits

Action concrète 3 Vulgarisation de la connaissance du droit des femmes et renforcement de leurs capacités à défendre leurs droits NGO official partner of UNESCO (consultative status) and in Special consultative status with the United Nations ECOSOC since 2012 Millennia2015, "An action plan for women's empowerment", Foresight research

Plus en détail

Politique éditoriale et lignes directrices pour les auteurs

Politique éditoriale et lignes directrices pour les auteurs COMMENT SOUMETTRE UN ARTICLE POUR COACH QUÉBEC Politique éditoriale et lignes directrices pour les auteurs Tous les membres d ICF Québec sont invités à contribuer au contenu de notre infolettre Coach Québec

Plus en détail

ICH Q8, Q9 and Q10. Krishnan R. Tirunellai, Ph. D. Bureau of Pharmaceutical Sciences Therapeutic Products Directorate Health Canada December 4, 2008

ICH Q8, Q9 and Q10. Krishnan R. Tirunellai, Ph. D. Bureau of Pharmaceutical Sciences Therapeutic Products Directorate Health Canada December 4, 2008 ICH Q8, Q9 and Q10 An Opportunity to Build Quality into Product Krishnan R. Tirunellai, Ph. D. Bureau of Pharmaceutical Sciences Therapeutic Products Directorate Health Canada December 4, 2008 Sequence

Plus en détail

MAT 2377 Solutions to the Mi-term

MAT 2377 Solutions to the Mi-term MAT 2377 Solutions to the Mi-term Tuesday June 16 15 Time: 70 minutes Student Number: Name: Professor M. Alvo This is an open book exam. Standard calculators are permitted. Answer all questions. Place

Plus en détail

Usage guidelines. About Google Book Search

Usage guidelines. About Google Book Search This is a digital copy of a book that was preserved for generations on library shelves before it was carefully scanned by Google as part of a project to make the world s books discoverable online. It has

Plus en détail

A propos de ce livre. Consignes d utilisation

A propos de ce livre. Consignes d utilisation A propos de ce livre Ceci est une copie numérique d un ouvrage conservé depuis des générations dans les rayonnages d une bibliothèque avant d être numérisé avec précaution par Google dans le cadre d un

Plus en détail

Réussir en Afrique. Travaillons main dans la main à la réussite de vos investissements en Afrique.

Réussir en Afrique. Travaillons main dans la main à la réussite de vos investissements en Afrique. Réussir en Afrique Travaillons main dans la main à la réussite de vos investissements en Afrique. 1 2 Le Cabinet CBI, dirigé par Ousmane H. Guedi vous accompagne dans votre conquête du marché africain,

Plus en détail

Comprendre l impact de l utilisation des réseaux sociaux en entreprise SYNTHESE DES RESULTATS : EUROPE ET FRANCE

Comprendre l impact de l utilisation des réseaux sociaux en entreprise SYNTHESE DES RESULTATS : EUROPE ET FRANCE Comprendre l impact de l utilisation des réseaux sociaux en entreprise SYNTHESE DES RESULTATS : EUROPE ET FRANCE 1 Objectifs de l étude Comprendre l impact des réseaux sociaux externes ( Facebook, LinkedIn,

Plus en détail

Fiche d Inscription / Entry Form

Fiche d Inscription / Entry Form Fiche d Inscription / Entry Form (A renvoyer avant le 15 octobre 2014 Deadline octobrer 15th 2014) Film Institutionnel / Corporate Film Film Marketing Produit / Marketing Product film Film Communication

Plus en détail

CONFLICTS OF INTERESTS FOR MARKETING AUTHORIZATION OF A MEDICINE

CONFLICTS OF INTERESTS FOR MARKETING AUTHORIZATION OF A MEDICINE CONFLICTS OF INTERESTS FOR MARKETING AUTHORIZATION OF A MEDICINE NECESSITY OF A NEW JURISDICTION G Delépine, NDelépine Hôpital Raayond Poincarré Garches France The scandal of the VIOXX Illustrates the

Plus en détail

Archived Content. Contenu archivé

Archived Content. Contenu archivé ARCHIVED - Archiving Content ARCHIVÉE - Contenu archivé Archived Content Contenu archivé Information identified as archived is provided for reference, research or recordkeeping purposes. It is not subject

Plus en détail

1. Subject 1. Objet. 2. Issue 2. Enjeu. 905-1-IPG-070 October 2014 octobre 2014

1. Subject 1. Objet. 2. Issue 2. Enjeu. 905-1-IPG-070 October 2014 octobre 2014 905-1-IPG-070 October 2014 octobre 2014 (New) Danger as a Normal Condition of Employment 905-1-IPG-070 (Nouveau) Danger constituant une Condition normale de l emploi 905-1-IPG-070 1. Subject 1. Objet Clarification

Plus en détail

Informations principales / Main information

Informations principales / Main information Fiche d Inscription Entry Form À renvoyer avant le 15 Octobre 2015 Deadline October 15th 2015 Dans quelle catégorie participez-vous? In what category do you participate? Institutionnel / Corporate Marketing

Plus en détail

that the child(ren) was/were in need of protection under Part III of the Child and Family Services Act, and the court made an order on

that the child(ren) was/were in need of protection under Part III of the Child and Family Services Act, and the court made an order on ONTARIO Court File Number at (Name of court) Court office address Applicant(s) (In most cases, the applicant will be a children s aid society.) Full legal name & address for service street & number, municipality,

Plus en détail

The managing Information system (S.I.D.) of the Civil Servants Health Insurance. Mutualité Fonction Publique - Direction des Systèmes d Information

The managing Information system (S.I.D.) of the Civil Servants Health Insurance. Mutualité Fonction Publique - Direction des Systèmes d Information The managing Information system (S.I.D.) of the Civil Servants Health Insurance Mutualité Fonction Publique - Direction des Systèmes d Information Joseph GARACOITS - Isabelle RICHARD France Intervention

Plus en détail

Marketing Régional et Mondial Copyright 2015 Miami Association of Realtors

Marketing Régional et Mondial Copyright 2015 Miami Association of Realtors MLS - Local and Global Marketing Marketing Régional et Mondial Copyright 2015 Miami Association of Realtors Teresa King Kinney CEO Miami Association of Realtors Miami Association of Realtors 40,000 Members

Plus en détail

BA (Hons) French with Translation Studies P/T SH 322

BA (Hons) French with Translation Studies P/T SH 322 BA (Hons) French with Translation Studies P/T SH 322 1. Rationale With the advent of globalization, translation studies have become an imperative field to be taken on-board by department of languages.

Plus en détail

Ecodevelopment and Resilient Energy Policies

Ecodevelopment and Resilient Energy Policies Ecodevelopment and Resilient Energy Policies Laura E. Williamson - Project Director UNFCCC COP 17 Side Event December 2, 2011 Renewable Energy Policies for Climate Resilience, Sustainable Development and

Plus en détail

RESULTING FROM THE ANTI-SEMITIC LEGISLATION IN FORCE DURING THE OCCUPATION. (Decree 99-778 of September 10, 1999) QUESTIONNAIRE. Family Name...

RESULTING FROM THE ANTI-SEMITIC LEGISLATION IN FORCE DURING THE OCCUPATION. (Decree 99-778 of September 10, 1999) QUESTIONNAIRE. Family Name... COMMISSION FOR THE COMPENSATION OF VICTIMS OF SPOLIATION RESULTING FROM THE ANTI-SEMITIC LEGISLATION IN FORCE DURING THE OCCUPATION (Decree 99-778 of September 10, 1999) Case Number : (to remind in all

Plus en détail

Relations Internationales International Partnerships. Projet Espagne / Valence. The Spain Project /Valence

Relations Internationales International Partnerships. Projet Espagne / Valence. The Spain Project /Valence Projet Espagne / Valence Ce projet doit permettre aux élèves de classe Terminale LGT d utiliser une langue étrangère (l espagnol) et de connaitre certains aspects culturels en vue de comprendre le fonctionnement

Plus en détail

Retired Rock Star Presents Programme for Schools

Retired Rock Star Presents Programme for Schools Séquence 12 Public cible 2 de, 1 e / Écouter : B1+ ; Écrire : B1 Retired Rock Star Presents Programme for Schools Le célèbre musicien du groupe Pink Floyd, Roger Waters, présente son programme pour les

Plus en détail