Métacapitalisme, art et transmission. Christophe Bruno

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Métacapitalisme, art et transmission. Christophe Bruno"

Transcription

1 204 Métacapitalisme, art et transmission Christophe Bruno

2 Christophe Bruno est artiste, commissaire d expositions, enseignant. Son œuvre polymorphe (installations, performances, travaux conceptuels ) propose une réflexion critique sur les phénomènes de réseau et de globalisation dans les champs du langage et de l image. Primé au Festival Ars Electronica en 2003 pour le Google Adwords Happening, une performance globale sur le «capitalisme sémantique», et au Share Festival à Turin pour Human Browser, il a aussi remporté le Prix ARCO nouveaux média 2007 de la Foire d art contemporain de Madrid, avec son œuvre Fascinum. Son œuvre en ligne, Le Dadamètre, a récemment été exposée par la Galerie nationale du Jeu de Paume. Il a également participé à la mise en place de l Atelier de recherche et création Contrôle de l image à l Énsa Nancy en Sa formation initiale en physique théorique (doctorat et postdoctorat) a influencé son intérêt pour la recherche en art capitalisme / net.art / réseau / transmission / web 2.0 L histoire du système-monde depuis l époque féodale, décrit les effondrements successifs de nos défenses naturelles contre un parasite, parfois porteur de modernité, parfois régulateur, parfois dévastateur, appelé capitalisme 1. Le capitalisme ne cesse de profaner les structures sur lesquelles il s établit, envahissant toutes les échelles de l existence humaine. Il est si inextricablement lié à l homme qu il est devenu pratiquement impossible de démêler l un de l autre, d autant plus que l homme est aussi, pourquoi pas, un parasite du capitalisme. Le langage par exemple était considéré jusqu à il y a peu de temps comme un «commons» retranché, forteresse imprenable et sacrée, à la fois lieu d habitation de l homme et ensemble de ses constituants ultimes, les mots. Dans le Google Adwords Happening 2, une performance globale sur le réseau réalisée en 2002, je décris le capitalisme sémantique : chaque mot de chaque langue a désormais un prix qui fluctue selon les lois du marché. La prétendue poésie que je diffuse en lieu et place des habituels messages publicitaires ciblés, les Adwords, se révèle insuffisamment performante en terme de taux de clics. Elle est donc censurée par le robot de surveillance du dispositif, sous prétexte qu elle met en péril la dynamique économique globale de Google. Une des premières choses qui me vient alors à l esprit est que l université, lieu de transmission du savoir, vient de perdre la bataille contre le capitalisme. 1. J écris ce texte sous l influence de lectures plus ou moins récentes : Giorgio Agamben, Profanations, Paris, Rivages, 2005 ; Fernand Braudel, La Dynamique du capitalisme, Paris, Arthaud, 1985 ; Immanuel Wallerstein, L Après-libéralisme. Essai sur un système-monde à réinventer, La Tour d Aigues, L Aube,

3 206 C est le méta-capitalisme : le capitalisme total dont la nouvelle forme du capital est cette grande chaîne de production généralisée des objets et des êtres, qui sont tour à tour produits, producteurs, consommateurs ou consommés. Alors que la modernité de l art est née dans les failles et les interstices laissés vacants par les phénomènes de colmatage normatif du capitalisme dit industriel, je prends ici le contrepied de l idée que cette modernité, y compris dans son extension postmoderne, objecterait à la dynamique du capitalisme. Au contraire, j essaie de pousser à l extrême l éventualité d une connivence «à grande échelle» dans le cadre de ce que je nomme méta-capitalisme, incluant la modernité et l après-coup de la postmodernité dans un même mouvement. À chacun de trancher ou de ne pas trancher entre ces deux positions. L important est plutôt de mettre l accent sur la façon dont cette connivence semble émerger : par la profanation des modes de transmission, point d horizon de cet article. La transmission est un terme à l ambiguïté précieuse, qui permet ici de recouvrir toutes sortes de phénomènes depuis le message dans la bouteille jetée à la mer, ou l annonce publicitaire, jusqu aux questions de l éducation, de l enseignement, de la domestication 3, voire de la filiation transmission du pouvoir, du capital, du savoir Il me paraît donc opportun d essayer de situer ces questions dans la lignée de cette marchandisation du langage, dépossession ultime de la parole. Le méta-capital Sous les enjeux actuels de la dérégulation de l enseignement se cachent des phénomènes à grande échelle dont l ampleur dépasse, et bien sûr intègre, les incessantes querelles de la vie politique. Deux phénomènes se conjuguent. D une part le déplacement au cours des siècles de la problématique de la production vers celle de la consommation. D autre part l extension du domaine de la consommation (et donc de la production) vers ce que l on désigne du terme général de «dématérialisation». La société féodale avait subordonné le travail et la production aux besoins de l homme. Au moment de l essor du «capitalisme agraire» anglais au xvi e siècle, la production agricole contrôlée par Londres se déverse dans le système-monde grâce au développement d un réseau d échanges à longues distances. La stratégie d improvement qui est en train de naître, concerne principalement la production 3. on lira bien sûr Peter Sloterdijk, Règles pour le parc humain, Paris, Mille et Une Nuits, 1999.

4 Christophe Bruno, prix des mots sur Google, Google Adwords Happening, avril 2002 et la distribution. La question de la consommation se manifeste pourtant ; en témoigne le constat de Thomas More, contemporain de la violence sociale du phénomène de l enclosure : «Sheep devouring men 4». C est ainsi que la nourriture se retourne contre ceux qui la mangent et que le capitalisme s instaure en cannibalisme au deuxième ordre : l homme mange le mouton qui mange l homme. Avec la satisfaction progressive des besoins humains, le capitalisme se frotte bientôt au désir du consommateur et à la question de sa saturation. La consommation devient partie intégrante du phénomène de production généralisée qui s étend vers des espaces dits immatériels : publicité bien sûr mais aussi capitalisme cognitif ou sémantique, capital humain, économie de l attention Ainsi, alors que les ressources du système-monde s épuisent, le capitalisme cherche à profaner ses frontières internes, celles de l intimité, du désir, ou de la position esthétique de chacun. Il s agit désormais de produire les consommateurs eux-mêmes et leurs désirs afin que l ensemble de la chaîne continue à tourner. Le marché de l art lui-même, pourtant bien constitué d objets, n échappe pas à cette extension et on ne peut plus distinguer l esthétique relevant de l objet d art de celle relevant de l acte de consommation du collectionneur. 207 Derrière le concept de «dématérialisation» se poursuit la tentative de passage à la limite de l objet à l être, initiée par la modernité. Si le capitalisme est la propriété privée des moyens de production, dès lors que la chaîne de production s étend de l objet jusqu à l être et qu il faut produire des humains, l éducation prend une nouvelle dimension. La transmission du savoir s intègre et s épanouit 4. thomas More, L Utopie, 1516, Paris, Éditions sociales-messidor, 1982, et pour une introduction, voir par exemple Ellen Meiksins Wood, «The Agrarian Origins of Capitalism», Monthly Review, juillet-août 1998, disponible sur

5 208 désormais dans l ensemble des conditions de reproduction et de croissance des moyens de production généralisés, la grande chaîne de l être du capitalisme. C est le méta-capitalisme : le capitalisme total dont la nouvelle forme du capital est cette grande chaîne de production généralisée des objets et des êtres, qui sont tour à tour produits, producteurs, consommateurs ou consommés. Le Web 2.0 est le paradigme du méta-capitalisme. La période de transition entre le capitalisme et le méta-capitalisme s étend selon moi depuis les années 1960, début de l Âge de l accès 5 jusqu à l année 2001, qui voit à la fois la rupture du 9/11 et le passage du Web 1.0 au Web 2.0. Les sociétés comme Google, Amazon etc. ont inversé la problématique du spectacle en problématique de contrôle 6. Les marques du Web 2.0 sont d autant plus puissantes, qu elles savent s effacer et tirer parti du spectacle global fourni par les internautes, qui échappe désormais à toute normalisation. C est dans l articulation avec les anciens médias spectaculaires qui se sont reconfigurés, grâce notamment à la télé-réalité, que le Web 2.0 trouve sa dynamique, que j ai appelée ailleurs «taylorisation du discours 7» : les messages fictionnels, politiques ou publicitaires, envoyés aux spectateurs-internautes sont optimisés en permanence grâce au «profilage» du contenu de la blogosphère, que les structures globales comme Google se sont largement appropriées. La reproduction et l expansion du méta-capital dans le cadre du Web 2.0, mettent donc en jeu l ensemble des internautes producteurs-consommateurs qui, sans le savoir, donnant enfin libre cours à leur exhibitionnisme, constituent la matière première d où la plus-value sera extraite. Ce mécanisme illustre les principes de base de la reproduction et de la croissance du méta-capital. Ces principes ne sont plus seulement le travail couplé à l extraction de la plus-value, mais ce sont les conditions généralisées d élevage du méta-capital dans la grande chaîne de l être, autrement dit l éducation, la domestication des hommes, phénomènes alchimiques complexes d extraction et de réinjection de valeur le long de la grande chaîne. Si il y a équivalence entre éducation et élevage du «parc humain» ou méta-capital, et que l enjeu n est ni plus ni moins que le contrôle total de la chaîne de la production généralisée de l humain, on conçoit que la dérégulation de l enseignement ne soit pas un épiphénomène. C est un point névralgique du méta-capitalisme. Le méta-capitalisme comme réseau invariant d échelle Cette grande chaîne de l être du méta-capital a une structure, celle des «graphes invariants d échelle» étudiée récemment par le mathématicien Albert-László Barabási et vulgarisée dans 5. Jeremy Rifkin, The Age of Access, Penguin, sur la question du contrôle, cf. Gilles Deleuze, «Post-scriptum aux sociétés de contrôle», in L Autre Journal, n o 1, mai

6 209 Réseau distribué et réseau invariant d échelle, source : Carlos Castillo «Effective Webcrawling», PhD Thesis University of Chile, 2004 son ouvrage Linked: How Everything Is Connected to Everything Else and What It Means for Business, Science, and Everyday Life 8. Elle obéit aux lois désormais bien connues : «small world», le concept de «petit monde» popularisé par Stanley Milgram 9 ; «strength of weak ties», «la force des liens faibles», découverte par Mark Granovetter 10 ; «rich get richer», règle de «l attachement préférentiel», à savoir le fait que plus un nœud est connecté, plus il a de chance d acquérir de nouvelles connections. L ironie de l histoire veut que le réseau des réseaux ait été construit avec comme idéal, le réseau démocratiquement distribué, afin, comme on sait, de survivre à une attaque nucléaire. Or, la découverte de Barabási montre que le Web, les réseaux sociaux, les réseaux sémantiques, certains réseaux économiques et bien d autres, tendent à évoluer naturellement vers une configuration aristocratique. Cette découverte mathématique prend une dimension idéologique et universelle, comme le darwinisme en son temps. L invariance d échelle signifie que chaque nœud du réseau est un microcosme qui reflète la structure globale du réseau, ou macrocosme. L étrange ressemblance entre la grande chaîne de l être, qui a dominé l histoire de la pensée de l Antiquité jusqu à la fin de la Renaissance, et ce nouveau paradigme du réseau invariant d échelle, est tout sauf un hasard et justifie la terminologie que j emploie dans cet article. Dans le domaine économique, cette théorie correspond à la généralisation de concepts introduits par les théories néoclassiques de la valeur, et à ce que l on appelle la «longue traîne» 11 (long tail). 8. albert-lászló Barabási, Linked: How Everything Is Connected to Everything Else and What It Means for Business, Science, and Everyday Life, Penguin, Jeffrey Travers & Stanley Milgram, «An Experimental Study of the Small World Problem.», Sociometry, vol. 32, n o 4, décembre Mark Granovetter, «The Strength of Weak Ties» ; American Journal of Sociology, vol. 78, n o 6., mai chris Anderson, The Long Tail, Wired, 2004,

7 210 La Grande Chaîne de l être, Didacus Valades, Rhetorica Christiana, 1579 Cette distribution en «loi de puissance», montre par exemple le classement de la popularité des sites web. Elle illustre le principe des de la loi de Pareto. À gauche, la zone verte, fordiste, correspond à la situation dans laquelle un produit ou un message est proposé en masse, à l identique, à un grand nombre de consommateurs. À droite, la queue de la distribution illustre l effet de longue traîne, postfordiste, redécouvert par le Web 2.0 : elle est constituée de l ensemble des marchés de niche, chaque consommateur étant susceptible de recevoir l objet qui conviendra à son désir particulier. Cet effet est typique d une économie de flux dans laquelle les coûts de stockage deviennent faibles, en particulier dans le cadre des phénomènes de dématérialisation.

8 211 La longue traîne Mais il ne suffit pas de parler de l invariance d échelle du métacapitalisme pour avoir tout dit de sa dynamique. Il faut distinguer d une part la circulation du distillat des objets et des êtres à l intérieur du réseau du méta-capital, et d autre part, le fait que chaque acteur va en fin de compte être en interface avec la grande chaîne, à la fois extérieur et intérieur à elle, dans des rapports de profanation-sacralisation incessants. Interface avec le méta-capitalisme Le passage à la limite de l objet à l être et les phénomènes de dématérialisation associés redéfinissent la notion de division du travail. Celle-ci se reconfigure selon un mélange du mode hollywoodien et de celui du Web 2.0, en un dispositif hypermoderne articulant spectacle et contrôle, et qui étend son empire sur la globalité du spectre postmoderne des actes de productionconsommation. La figure de l artiste est emblématique de cette reconfiguration dans la mesure où il va chercher à occuper l ensemble de ces places et à s identifier successivement aux différentes positions actives ou passives de la chaîne, qu il doit choisir d assumer ou non, en compagnie des ingénieurs, des communicants, des designers, des financiers, des comptables, des ouvriers, des actionnaires, des clients On peut observer un large éventail de positionnements dans l attitude que l artiste adopte dans cet interfaçage. En fait il a depuis longtemps intégré la dimension profanatrice à l intérieur du sacré ou vice versa, jouant un jeu tantôt schizophrénique, tantôt pervers, tantôt activiste, tantôt pop (tantôt rien de tout ça). S il veut se faire plus marchandise que la marchandise, il y arrive, avec ou sans ironie. Inversement, s il croit libérer par la profanation il réalise après-coup sa complicité avec son maître profanateur. Dans le domaine du net.art par exemple, on ne compte plus les détournements artistiques qui ont inspiré directement des marques dans le cadre de campagnes de «guerrilla marketing».

9 212 Christophe Bruno, Fascinum, 2001, capture d écran du 14/12/2003 À dire vrai, cela peut présenter certains avantages pour la carrière des artistes du réseau. Alors qu ils ont du mal à s intégrer au marché de l art (en admettant qu ils le veuillent), entre autre à cause de la nouveauté du médium et des complexités techniques, certains ont moins de difficultés à entrer dans les processus de recherche et d innovation dans le cadre des nouvelles technologies. Plutôt que de se laisser déposséder de leurs concepts, pourquoi ne pas être partie prenante d une manière ou d une autre des processus de production? Les industries ne peuvent qu être friandes de ces innovateurs, de ces «hackers», au sens positif du terme, qui pressentent les nouveaux usages et les utilisations décalées mais pertinentes de ces technologies en évolution permanente. Le caractère schizophrénique parfois teinté de cynisme, de la production de certains artistes je ne m en excepte pas bien sûr apparaît alors au grand jour. Ils savent aujourd hui revendre au monde de la recherche et de l industrie, l expertise qu ils ont acquise en détournant les produits mêmes de cette recherche à des fins artistiques ou activistes. Si l on arrive à l extraire, cette expertise a une valeur immense et les industries le savent.

10 Plutôt que de se laisser déposséder de leurs concepts, pourquoi ne pas être partie prenante d une manière ou d une autre des processus de production? 213 Bien sûr, les artistes qui veulent valoriser cette expertise doivent le faire rapidement, sinon ils perdent les bénéfices financiers de leur travail. Je peux donner un exemple, parmi d autres, en ce qui concerne mon propre cas : en 2001, j ai réalisé une pièce Internet, Fascinum 12, une vision panoptique des images d actualité les plus consultées dans différents portails nationaux de Yahoo. C est un «Yahoo Hack», un programme qui détourne l information délivrée par le portail, pour la reconfigurer de manière minimaliste en une grille d images qui affiche en temps réel les sujets de fascination de l humanité. Fascinum a été exposée plusieurs fois mais n a pas connu de succès retentissant à l époque. En 2004, un designer a réalisé une pièce très similaire pour le compte de la société Benetton (avec une grille de au lieu d une grille de 10 7 comme c est le cas pour Fascinum, et quelques autres différences minimes). Je n ai jamais su dans quelles conditions cette œuvre avait été produite. Quoi qu il en soit, le projet de Benetton a obtenu un Prix à Ars Electronica (alors que le mien était déjà trop ancien pour être présenté au concours) et, comble de l ironie, a été vendu à... Yahoo. En 2007, ma pièce, que j avais transformée entre temps en installation murale, a finalement obtenu le New Media Prize à ARCo, la Foire d art contemporain de Madrid. Ces boucles étranges, typiques de la situation générale que j essaie de décrire, forment une mythologie récursive oscillant entre postmodernité et hypermodernité. J assume cette position de parasite de parasite : ainsi, pour prendre un autre exemple, Google s est-il accaparé la parole de l humanité pour en extraire une plus-value ; en retour je parasite le parasite Google et rends la parole à l être humain dans ma performance Le Navigateur humain 13. Jusqu au prochain parasitage... Le lieu idéal de cette rencontre entre les différents univers de l art, de l industrie, de la recherche et du marketing est l école d art. J ai eu l occasion de suivre des projets d étudiants venant de ces horizons divers et travaillant en commun, et l on ne peut qu être surpris par l extrême complémentarité de ces profils. Il me semble que cette remarque n a rien de banal dans le contexte que je décris. Aujourd hui, l artiste contemporain peut aussi bien provenir d une école de marketing, d une école d ingénieur ou d une école d art. Délocalisé entre (h)ac(k)tivisme et pop, il est le prototype de l individu à l ère du méta-capital (de ce fait, je ne distingue pas enseignement en général et enseignement de l art)

11 214 En fin de compte, cette situation définit deux places extrêmes qui s interfacent avec la grande chaîne du méta-capital en ses limites. À la base, limite droite de la longue traîne, on trouve la Friche. En haut, limite gauche de la longue traîne, on trouve la Star Academy. La Friche : on peut imaginer l avenir de l enseignement entièrement privatisé sur le modèle de la formation continue ; il pourrait avoir lieu désormais à l intérieur des entreprises globales et l école disparaîtrait comme «commons». Au mieux, si l entreprise ne souhaite pas assurer ces coûts, l école et l université se transformeraient en pôles de formation interentreprises, ce qui permettrait des économies d échelles. Pourtant je ne crois pas que cette éventualité soit la voie royale du méta-capitalisme. La réalité me semble plus perverse. L attitude de préservation écologique du «free speech» de Google (dont les fondateurs sont issus du monde universitaire, proche de l open source et de l Internet libertaire), est ici révélatrice. C est même l essence de sa dynamique économique dans la mesure où c est justement depuis la Friche du «free speech» que se renouvelle la matière première langagière dont il tire sa plus value : toute privation de la liberté de parole est un marché de niche perdu. Généralisons : il n est pas besoin d une privatisation complète de tous les moyens de production pour que la machine tourne rond. Au contraire, dans le processus de dérégulation, une zone de friche peut être conservée, exception soigneusement contrôlée, mais laissée un peu à l écart. De même que les spécialistes de la sécurité sont parfois recrutés parmi les pirates informatiques, c est de ces terres vierges, de ces zones autonomes temporaires 14, que naissent les concepts nouveaux qui vont permettre au capitalisme, toujours en train de lutter contre la baisse du désir, de se ressourcer par de nouvelles opérations de profanation. C est par le fait même que cette Friche croit s excepter du métacapital et conserver son innocence, qu elle en devient une courroie de transmission. À l opposé, l attitude néoconservatrice, inquiète de la fluidité virale du méta-capital et du relâchement des contraintes normatives dans la blogosphère et dans la société en général, cherche à consolider définitivement sa position au sommet de la grande chaîne, en imposant au reste un régime de tolérance zéro 15, reconstruisant murs, classes ou frontières dont elle feint parfois d applaudir la disparition. Contraire à la perméabilité et à la dynamique libérale du capitalisme à la manière de Google, cette tolérance zéro a comme contrepoint le spectacle du risque total et la course à la désinhibition qui règne dans cette autre zone d exception qu est le sommet de la grande chaîne de l être. 14. hakim Bey, T.A.Z. The Temporary Autonomous Zone, Ontological Anarchy, Poetic Terrorism, Autonomedia, la tolérance zéro est d ailleurs intimement liée à l invariance d échelle (on parle par exemple de «Broken Windows Theory», org/wiki/fixing_broken_windows)

12 La Star Academy : reportons nous maintenant à ce sommet. Afin d élever le parc humain, il faut ériger en idéal l école du risque total, mythe fondateur du capital. C est la Star Academy (dont font partie aussi bien Julien Doré, ancien élève des Beaux- Arts de Nîmes et vainqueur de la Nouvelle Star 2007, que Nicolas Sarkozy). Elle produit des individus non seulement liés par contrat aux marques, mais également assumant dans le pop leur propre statut de marchandise absolue 16, voire de fétiche absolu. 215 Le caractère fétiche de la marchandise s est étendu au caractère fétiche de l être. Les fétiches absolus jouent le rôle de concentrateurs d attention, de «hubs» du regard. La reproductibilité technique de l objet était à la fois la cause de la déchéance de l aura de l objet d art et sa résurrection dans la transfiguration pop ; de même, en face de la reproductibilité technique de l être, la Star Academy est promulguée comme stade suprême de l éducation à l ère du méta-capital. La rentabilité de la star académicienne, stakhanoviste de l être, est maximale. Naissance, formation, stockage, entretien de la matière première humaine, sont pris en charge par la nation toute entière. Pas de frais de transport démesurés puisque le réseau médiatique en place (TV + Web 2.0) s en charge. Il y a toutefois quelques frais d extraction, de scénarisation ou de représentation Écartelé entre ces extrêmes, Friche et Star Academy, chacun peut ainsi jouir de l illusion d occuper un jour cette place de fétiche absolu ou connaître les délices masochistes des frustrations quotidiennes éprouvées par son narcissisme et se réfugier dans la Friche. C est ce schéma général qui est esquissé dans mon projet satirique intitulé Le Dadamètre, index boursier de la déchéance de l aura du langage 17. On peut y voir une carte conceptuelle cartographie du langage à grande échelle construite à partir d outils de «profilage» sophistiqués où les courants de Spam se fraient un passage depuis la Friche, le Wasteland, vers les zones du Mainstream et du pop. Le réseau du vide et le réenchantement du monde Dans Storytelling 18, Christian Salmon montre comment à partir des années 1990, c est non plus la marque mais le récit mythologique associé à cette marque et construit autour d elle, qui va devenir le moteur de sa valorisation. Il décrit comment les domaines universitaires de la narratologie ou de la recherche linguistique sont subitement devenus à la mode dans les départements marketing et chez les «spin doctors». Il peut sembler étonnant d associer ce «réenchantement du monde» avec l émergence du réseau, symbole de modernité et de technologie. 16. Jean Baudrillard, «De la marchandise absolue», Artstudio, n o 8, printemps 1988, spécial Andy Warhol Christian Salmon, Storytelling, Paris, La découverte, 2007.

13 216 Le méta-capital mène la guerre du vide, s assurant désespérément contre l apocalypse virale. Pourtant, cette déchéance de l aura de la marque est un phénomène typique de la grande chaîne du méta-capitalisme. Les nœuds du réseau de l attention sont en effet soumis à une intense volatilité : une marque, un homme politique, une star, ne peuvent rester très longtemps sous le feu des projecteurs sans se soumettre à un impératif de renouvellement permanent. Dès qu une marque devient dominante, divers phénomènes informationnels érodent son aura, répétant inlassablement les effets typiques de la postmodernité. Mais c est cette même circulation des flux narratifs dans la grande chaîne du méta-capital, qui va permettre à l attention, une fois captée, d être maintenue et valorisée, en évitant la saturation, à condition que l aura factice de la marque sache s effacer derrière sa mythologie. Dans une société d abondance, le vide, par sa rareté, en vient à prendre de la valeur. La stratégie est donc ici d utiliser le réseau de l économie de l attention afin de s emparer des espaces laissés vacants, des interstices divers, de créer des places vides pour les valoriser et les entretenir en tant que places vides. Défenses d afficher, floutages de marques ne sont là que pour contrôler à l extrême ce réseau du vide et en assurer la pérennité et l appropriation quasi éternelle ; espaces publicitaires bien réels, mais également espaces conceptuels dans l économie de l attention, noms de domaines, Adwords, etc., qui sont gérés par des mécanismes de lois et de licences très sophistiqués. Plus l espace vide est proche d un «hub» important du réseau de l économie de l attention, plus sa valeur sera grande, par contagion métonymique. Mais du fait de la déchéance de l aura des marques, la place vide n est plus tant utilisée pour leur promotion directe, que comme lieu de l identification du spectateur au flux narratif mythologique qui va s y dérouler et auquel la marque est associée. D un côté, Google, gestionnaire de la société de contrôle, a pris position sur le marché du langage et exploite la Friche. De l autre, en haut du réseau du vide, le pôle du spectacle, de la Star Academy, de la magie Disney et autre Sarkoland, spécialistes du storytelling mythologique, est régi par les oligopoles de l infotainment (télévisions, foires d art contemporain et autres grands médias spectaculaires ) Un futur géant résultant d une alliance contre-nature entre des sociétés du type Google et Disney sera peut-être un des candidats à la domination suprême du méta-capitalisme. Ainsi, entre Friche et Académie des stars, entre contrôle et spectacle, entre relationnel et sublime, entre terrorisme global et tolérance zéro, entre profanation de la transmission symbolique et réenchantement du monde,

14 le méta-capital mène la guerre du vide, s assurant désespérément contre l apocalypse virale. La colonisation de ce réseau du vide, «temps de cerveau humain disponible 19», ne se fera pas par une prise de pouvoir externe, mais par croissance interne, profanant tous les degrés de l existence humaine et des «formes de vie 20», par la promotion de l enseignement comme écologie fondamentale de la production et de la consommation de l être, élevage généralisé du cheptel humain dans l autochtonie imaginaire du méta-capital. 217 En 1997, Disney a noué un accord avec l École des beaux-arts de Paris. Dans un tract rédigé par des étudiants qui dénoncèrent le projet 21, on trouve un extrait du communiqué de presse de Disney datant de 2001 : «[ ] Le présent partenariat inaugure le premier volet d un double programme artistique et éducatif qui s attachera à promouvoir l art dans quelques écoles primaires parisiennes et à attirer le regard des enfants vers l univers magique de la créativité artistique [ ]». Cette phrase résume tout l enjeu de la profanation de la transmission, à la frontière entre l enfance et l individu du méta-capitalisme réenchanté. 19. l expression, extraite d une interview de Patrick Le Lay ancien PDG de TF1 (Les Dirigeants face au changement, Paris, Éditions du Huitième jour, 2004) avait fait scandale en France. J en avais fait le titre de la première performance du Navigateur humain. 20. titre de l ouvrage de Nicolas Bourriaud, Formes de vie. L art moderne et l invention de soi, Paris, Denoël, voir aussi

Annie Claude Sortant-Delanoë. L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir

Annie Claude Sortant-Delanoë. L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir Annie Claude Sortant-Delanoë L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir À sa naissance, l enfant est un organisme dont le cri exprime un besoin. Ce cri n a aucune intention de signification.

Plus en détail

Camus l a joliment formulé : le seul. introduction

Camus l a joliment formulé : le seul. introduction introduction Camus l a joliment formulé : le seul choix qui s offre à nous, aujourd hui, est d être soit un pessimiste qui rit, soit un optimiste qui pleure. L optimiste croit que tout va bien. Dans La

Plus en détail

Le téléphone public, cent ans d usages et de techniques de Fanny CARMAGNAT

Le téléphone public, cent ans d usages et de techniques de Fanny CARMAGNAT NOTE DE LECTURE Le téléphone public, cent ans d usages et de techniques de Fanny CARMAGNAT par André TURCOTTE «Pourquoi s intéresser au téléphone public?» En posant cette question dès le début de son livre,

Plus en détail

au monde alors que l homme déraisonnable pensait que le monde devait s adapter à lui, ce

au monde alors que l homme déraisonnable pensait que le monde devait s adapter à lui, ce «Shaw disait que l homme raisonnable était celui qui savait qu il fallait s adapter au monde alors que l homme déraisonnable pensait que le monde devait s adapter à lui, ce qui faisait que le monde appartenait

Plus en détail

Introduction DROIT ET MARKETING ON LINE : QUELS ENJEUX? QUELLES RELATIONS?

Introduction DROIT ET MARKETING ON LINE : QUELS ENJEUX? QUELLES RELATIONS? DROIT ET MARKETING ON LINE : QUELS ENJEUX? QUELLES RELATIONS? Internet : réseau des réseaux où tout semble possible; espace où l on peut tour à tour rechercher, apprendre, travailler, échanger; vecteur

Plus en détail

LES LEVIERS DE L EMARKETING. OAP Marketing Web - ESC Toulouse 2008 Intevenant: francois@goube.org

LES LEVIERS DE L EMARKETING. OAP Marketing Web - ESC Toulouse 2008 Intevenant: francois@goube.org LES LEVIERS DE L EMARKETING OAP Marketing Web - ESC Toulouse 2008 Intevenant: francois@goube.org Objectifs du cours Comprendre comment intégrer le web dans la stratégie des entreprises Connaître les grands

Plus en détail

L évolution (révolution) du métier d enseignant-chercheur est-elle favorable à une plus grande employabilité?

L évolution (révolution) du métier d enseignant-chercheur est-elle favorable à une plus grande employabilité? 1 L évolution (révolution) du métier d enseignant-chercheur est-elle favorable à une plus grande employabilité? Prof. Gérard CLIQUET Président de la CIDEGEF IGR-IAE, Université de Rennes 1, FRANCE L année

Plus en détail

Mégadonnées (Big data) et Complexité Session introductive

Mégadonnées (Big data) et Complexité Session introductive Mégadonnées (Big data) et Complexité Session introductive Emergence Club amical dédié aux Systèmes complexes Forum 80 membres / 140 séances de travail Panorama : I. Big data et Systèmes complexes II. Big

Plus en détail

L économie du partage : Vers un changement radical de paradigme?

L économie du partage : Vers un changement radical de paradigme? L économie du partage : Vers un changement radical de paradigme? Introduction L effondrement planétaire de l économie de la seconde révolution industrielle, à l été 2008, a alerté la population mondiale

Plus en détail

Partie II Approche théorique

Partie II Approche théorique Partie II Approche théorique De nombreux phénomènes ont été mis en évidence lors des différentes enquêtes, nous amenant à diverses interrogations pouvant être résumées et transcrites en une problématique.

Plus en détail

LIVRE BLANC Décembre 2014

LIVRE BLANC Décembre 2014 PARSING MATCHING EQUALITY SEARCH LIVRE BLANC Décembre 2014 Introduction L analyse des tendances du marché de l emploi correspond à l évidence à une nécessité, surtout en période de tension comme depuis

Plus en détail

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand Guillaume Wicker Professeur à l Université Montesquieu - Bordeaux IV 1 Je commencerais par cette interrogation : est-il

Plus en détail

La musique au service du marketing

La musique au service du marketing Laurent DELASSUS La musique au service du marketing L impact de la musique dans la relation client, 2012 ISBN : 978-2-212-55263-8 Introduction La musique est-elle un langage? S il est évident qu elle est

Plus en détail

chapitre 1 ORIENTATION : LES ÉTUDES EN MANAGEMENT Par Christine GUESDON avec l aide de Jean TULOUP et de Mustapha BENKALFATE

chapitre 1 ORIENTATION : LES ÉTUDES EN MANAGEMENT Par Christine GUESDON avec l aide de Jean TULOUP et de Mustapha BENKALFATE chapitre 1 ORIENTATION : LES ÉTUDES EN MANAGEMENT Par Christine GUESDON avec l aide de Jean TULOUP et de Mustapha BENKALFATE 8 Chapitre 1 L engouement pour les formations en management, au sein des écoles

Plus en détail

Irrigation Marketing. >1 : Un nouveau concept : l irrigation marketing

Irrigation Marketing. >1 : Un nouveau concept : l irrigation marketing Irrigation Marketing C est un fait, Internet ne connaît pas la crise! Fort de sa souplesse et des capacités de tracking en temps réel, et offrant un avantage économique reconnu, Internet est aujourd hui

Plus en détail

TOTAL CUSTOMER MANAGEMENT appliqué à la gestion de la relation client. INTERET DE L OUVRAGE CONCEPTS ET IDEES CLES

TOTAL CUSTOMER MANAGEMENT appliqué à la gestion de la relation client. INTERET DE L OUVRAGE CONCEPTS ET IDEES CLES TOTAL CUSTOMER MANAGEMENT appliqué à la gestion de la relation. Auteur : Paul OHANA De formation pluridisciplinaire, diplômé de l International Marketing Institute à la Harvard Business School, ingénieur

Plus en détail

702 012 956 RCS Nanterre TVA FR 03 702 012 956 Certifiée ISO 9001 par l AFAQ

702 012 956 RCS Nanterre TVA FR 03 702 012 956 Certifiée ISO 9001 par l AFAQ MCC et incertitude 10 mars 2015 Par Christophe Béesau et Christian Leliepvre Avec Altran, Solar Impulse s attaque au défi du tour du monde à l énergie solaire. Depuis 2010, Solar Impulse vole à l énergie

Plus en détail

Management de l Innovation

Management de l Innovation Management de l Innovation Mention du Master Sciences et Technologies de l Université Pierre et Marie Curie Directeur du Département de Formation : Patrick Brézillon Contact secrétariat : 01 44 39 08 69

Plus en détail

LES RESEAUX SOCIAUX SONT-ILS UNE MODE OU UNE REELLE INVENTION MODERNE?

LES RESEAUX SOCIAUX SONT-ILS UNE MODE OU UNE REELLE INVENTION MODERNE? LES RESEAUX SOCIAUX SONT-ILS UNE MODE OU UNE REELLE INVENTION MODERNE? Hugo Broudeur 2010/2011 2ieme année Télécom SudParis SOMMAIRE Introduction... 3 A) Des réseaux sociaux pour tout le monde... 4 1)

Plus en détail

Apprenez comment gagner un revenu avec votre passion!

Apprenez comment gagner un revenu avec votre passion! Apprenez comment gagner un revenu avec votre passion Il existe une économie, qu on appelle l immobilier du 21 e siècle, et très peu de gens sont conscient du potentiel ahurissant qu offre cette économie.

Plus en détail

INFORMATION ETUDIANTS

INFORMATION ETUDIANTS INFORMATION ETUDIANTS Formation et diplôme A L ESVMD VOUS ALLEZ ETUDIER L ART COMMERCIAL! D un côté une stratégie marchande idéale élaborée par la marque. De l autre côté le consommateur qui se fabrique

Plus en détail

Qu est-ce qu une problématique?

Qu est-ce qu une problématique? Fiche méthodologique préparée par Cécile Vigour octobre 2006 1 Qu est-ce qu une problématique? Trois étapes : 1. Définition de la problématique 2. Qu est-ce qu une bonne problématique? 3. Comment problématiser?

Plus en détail

«Les marchés «libres» de quoi et pour qui?»

«Les marchés «libres» de quoi et pour qui?» «Les marchés «libres» de quoi et pour qui?» Yvan Allaire, Ph. D. (MIT), MSRC Président du conseil Institut sur la gouvernance d organisations privées et publiques (HEC-Concordia) Mihaela Firsirotu, Ph.

Plus en détail

PRÉSENTATION DE FRANÇOIS-MARIE MONNET. Aucun moteur de recherche, interrogé sur le tableau attribué à Jérôme Bosch et intitulé «l escamoteur»

PRÉSENTATION DE FRANÇOIS-MARIE MONNET. Aucun moteur de recherche, interrogé sur le tableau attribué à Jérôme Bosch et intitulé «l escamoteur» PRÉSENTATION DE FRANÇOIS-MARIE MONNET LA TRANSPARENCE EST-ELLE LA SOLUTION POUR RÉTABLIR LA CONFIANCE DANS LA FINANCE? Aucun moteur de recherche, interrogé sur le tableau attribué à Jérôme Bosch et intitulé

Plus en détail

Xavier Karcher: l homme d expérience

Xavier Karcher: l homme d expérience Xavier Karcher: l homme d expérience Un profil massif qui impressionne, un regard attentif et presque amusé. Xavier Karcher ancien patron des automobiles Citroën anime maintenant le CNISF, confédération

Plus en détail

Principes d AdWords. Quelques mots de présentation. Une audience large : les réseaux de ciblage. Réseau de recherche

Principes d AdWords. Quelques mots de présentation. Une audience large : les réseaux de ciblage. Réseau de recherche 3 Principes d AdWords Les deux premiers chapitres de ce livre, plutôt généraux, ont présenté l univers d Internet et de la publicité en ligne. Vous devriez maintenant être convaincu de l intérêt d une

Plus en détail

Territoire Créatifs? L'apport de l'art, des artistes, et des lieux de la culture dans le développement territorial.

Territoire Créatifs? L'apport de l'art, des artistes, et des lieux de la culture dans le développement territorial. Laboratoire d'ingénierie d'idées, Paris. www.liid.fr Territoire Créatifs? L'apport de l'art, des artistes, et des lieux de la culture dans le développement territorial. Raphaële Bidault-Waddington Artiste

Plus en détail

master Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Collection BANQUE FINANCE ASSURANCE

master Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Collection BANQUE FINANCE ASSURANCE Collection master BANQUE FINANCE ASSURANCE Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Table des matières Introduction... 9 Chapitre 1 L entreprise : l investissement

Plus en détail

MASTER DE PRODUCTION ET GESTION DE PROJETS EUROPÉENS EN ARTS DE L ECRAN

MASTER DE PRODUCTION ET GESTION DE PROJETS EUROPÉENS EN ARTS DE L ECRAN MASTER DE PRODUCTION ET GESTION DE PROJETS EUROPÉENS EN ARTS DE L ECRAN Porteur de Projet : Francis GAST, Directeur de la Faculté des Arts Université de Strasbourg OBJECTIFS Le MASTER DE PRODUCTION ET

Plus en détail

votre nom «BIG DATA» L2 GROUPE 1 Dans le cadre du cours Espace privé - Espace public de Marc Veyrat Département Hypermédia URF LLSH Chambery 2014

votre nom «BIG DATA» L2 GROUPE 1 Dans le cadre du cours Espace privé - Espace public de Marc Veyrat Département Hypermédia URF LLSH Chambery 2014 votre nom «BIG DATA» L2 GROUPE 1 Dans le cadre du cours Espace privé - Espace public de Marc Veyrat Département Hypermédia URF LLSH Chambery 2014 Introduction Afin de traiter les notions d Espace privé-

Plus en détail

Atelier marketing / Les techniques innovantes du webmarketing au service du développement clients

Atelier marketing / Les techniques innovantes du webmarketing au service du développement clients Atelier marketing / Les techniques innovantes du webmarketing au service du développement clients Ce document est la synthèse de la conférence, réalisée et diffusée en direct par : Les techniques innovantes

Plus en détail

Forum Web et Innovation Sociale

Forum Web et Innovation Sociale Forum Web et Innovation Sociale L entreprise, Foyer d Innovation Sociale 1 Présentation finale forum web et innovation sociale.pptx Six mutations changent le business La fin des temps modernes Les basculements

Plus en détail

ENJEUX SOCIO-POLITIQUES DU NUMÉRIQUE

ENJEUX SOCIO-POLITIQUES DU NUMÉRIQUE ENJEUX SOCIO-POLITIQUES DU NUMÉRIQUE Professeur : Dominique Boullier Année universitaire 2015/2016 : Formation Commune des Masters - Semestre d automne DESCRIPTIF DU COURS Notre environnement quotidien

Plus en détail

industriall European Trade Union revendique une réglementation des plateformes numériques monopolistiques

industriall European Trade Union revendique une réglementation des plateformes numériques monopolistiques Version 2 industriall European Trade Union revendique une réglementation des plateformes numériques monopolistiques Contribution du point de vue des travailleurs du secteur de la fabrication Les plateformes

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Le 21.11.13 1/10

DOSSIER DE PRESSE Le 21.11.13 1/10 UNE CAMPAGNE DE COMMUNICATION SUR LA LIBRAIRIE INDÉPENDANTE DOSSIER DE PRESSE Le 21.11.13 1/10 BIENVENUE Chez mon libraire, La librairie est un lieu essentiel de partage, qui valorise la richesse de notre

Plus en détail

ANNEXE - INNOVATIONS. processus, nom masculin

ANNEXE - INNOVATIONS. processus, nom masculin ANNEXE - INNOVATIONS» processus, nom masculin sens 1 - Suite d'opérations ou d'événements. Synonyme : évolution sens 2 - Ensemble d'actions ayant un but précis. NOS ACCESSOIRES INTELLIGENTS DONNER VIE

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

Un cours d introduction à la démarche mathématique. Martine De Vleeschouwer, Suzanne Thiry

Un cours d introduction à la démarche mathématique. Martine De Vleeschouwer, Suzanne Thiry Aide à la transition dans une formation universitaire d un mathématicien en Belgique Un cours d introduction à la démarche mathématique Martine De Vleeschouwer, Suzanne Thiry Université de Namur, Unité

Plus en détail

En face du commanditaire, on met un chef de projet qui connait le domaine (banque, administration, etc.)

En face du commanditaire, on met un chef de projet qui connait le domaine (banque, administration, etc.) Atelier «Science du projet» séance 4 8 novembre 2008 Compte rendu 1. Sébastien Larribe : la méthode AGILE, méthode de gestion de projet Sébastien Larribe part de l hypothèse que des méthodes de conception,

Plus en détail

ISTEX, vers des services innovants d accès à la connaissance

ISTEX, vers des services innovants d accès à la connaissance ISTEX, vers des services innovants d accès à la connaissance Synthèse rédigée par Raymond Bérard, directeur de l ABES, à partir du dossier de candidature d ISTEX aux Initiatives d excellence et des réunions

Plus en détail

SOMMAIRE DOCUMENT TUNING DESIGN

SOMMAIRE DOCUMENT TUNING DESIGN SOMMAIRE DOCUMENT TUNING DESIGN Design document Tuning 2.1 Introduction au sujet 2.2 Profils de diplômes 2.3 Acquis de l'apprentissage et compétences - descripteurs de niveau 2.4 Processus de consultation

Plus en détail

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie.

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Sarah CAILLOT, Psychologue Réseau Breizh IMC- Pôle MPR St-Hélier (Rennes)- Journée Inter-régionale

Plus en détail

Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché

Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché XXIII ème Assemblée régionale Europe Erevan, Arménie 3 au 7 mai 2010 Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché Section Belgique/Communauté

Plus en détail

QU EST-CE QUE L EAU BIEN COMMUN?

QU EST-CE QUE L EAU BIEN COMMUN? QU EST-CE QUE L EAU BIEN COMMUN? Si je vous posais la question suivante: Etes-vous partisans de l Eau Bien Commun? J obtiendrais une réponse positive unanime. Mais si je vous posais ensuite la question

Plus en détail

Atelier E-TOURISME 2013. Optimiser la visibilité de son site sur les moteurs de recherche. ecotourismepro.jimdo.com

Atelier E-TOURISME 2013. Optimiser la visibilité de son site sur les moteurs de recherche. ecotourismepro.jimdo.com Atelier E-TOURISME 2013 Optimiser la visibilité de son site sur les moteurs de recherche ecotourismepro.jimdo.com Optimiser la visibilité de son site sur les moteurs de recherche Audrey Piquemal Chargée

Plus en détail

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

MundiaTawjih : à chaque étape de votre parcours! ot du président. Révéler votre potentiel est la clé de votre réussite!

MundiaTawjih : à chaque étape de votre parcours! ot du président. Révéler votre potentiel est la clé de votre réussite! Dr. Amine Bensaid Président de l Université Mundiapolis à Casablanca ot du président Révéler votre potentiel est la clé de votre réussite! L Université Mundiapolis à Casablanca est une institution qui

Plus en détail

LES BARGES DU FAUBOURG Zone à Forte Turbulence Culturelle

LES BARGES DU FAUBOURG Zone à Forte Turbulence Culturelle MEDIA KIT 2012 PRÉSENTATION : LES BARGES DU FAUBOURG Les barges du Faubourg est une association Loi 1901 d événementiel culturel, qui gère et produit un webzine Dédié à l actualité artistique sous toutes

Plus en détail

Monsieur l Adjoint délégué à la Culture et à la Tauromachie,

Monsieur l Adjoint délégué à la Culture et à la Tauromachie, Prise de Parole de Monsieur Jean-Paul FOURNIER Sénateur du Gard - Maire de Nîmes - Président de Nîmes Métropole Inauguration d une plaque dans le cadre du 450 ème anniversaire de la création de l Eglise

Plus en détail

Un monde de données. comprendre l implication sociale et politique des banques de données et leur accès

Un monde de données. comprendre l implication sociale et politique des banques de données et leur accès Un monde de données comprendre l implication sociale et politique des banques de données et leur accès Hubert Guillaud, éditeur de formation, vit à Romans-sur-Isère (Drôme). Il est rédacteur en chef d

Plus en détail

L explosion du marketing multi-écrans

L explosion du marketing multi-écrans Chapitre 6 L explosion du marketing multi-écrans Vérifier la météo sur son smartphone tout en regardant les informations à la télévision dès le matin, puis recevoir une publicité sur son PC du bureau pour

Plus en détail

Chapitre I : Introduction

Chapitre I : Introduction Chapitre I : Introduction 1.1) Problématique A partir des années soixante, l environnement des entreprises a connu une mutation capitale, sans précédant historique dans le climat des affaires. Ces changements

Plus en détail

7 conseils pour une description de poste irrésistible! Des descriptions de postes excellentes = Des candidats excellents

7 conseils pour une description de poste irrésistible! Des descriptions de postes excellentes = Des candidats excellents 7 conseils pour une description de poste irrésistible! Des descriptions de postes excellentes = Des candidats excellents Sommaire Conseil n 1 : Soyez créatif dans la description du poste, PAS dans son

Plus en détail

Le problème de la neutralité du Net est-il réglé?

Le problème de la neutralité du Net est-il réglé? Le problème de la neutralité du Net est-il réglé? P. Maillé et B. Tuffin 22 mai 2014 Résumé Le 3 Avril 2014, le Parlement européen a apporté une définition «claire et sans ambiguïté» de la neutralité du

Plus en détail

Impact de l Apparition de l Hyper-Connectivite sur la Banque de De tail

Impact de l Apparition de l Hyper-Connectivite sur la Banque de De tail Impact de l Apparition de l Hyper-Connectivite sur la Banque de De tail 2012 Financial Breakthroughs - Ver-2012-02-06 - Document sous licence CC-BY-NC-ND I FICHE RESUME DE CE LIVRE BLANC... 1 II INTRODUCTION...

Plus en détail

Référencement Vendredi 4 Juillet Ile Degaby

Référencement Vendredi 4 Juillet Ile Degaby Donnez un second souffle à votre e-commerce Référencement Vendredi 4 Juillet Ile Degaby Nicolas Viron / Laurent Bizot Introduction Attente : Comment référencer son site? Thème : Fonctionnement du référencement

Plus en détail

Réseau rural Bourgogne «les outils d animation aux différents stades d un projet» Autun, 29 mai 2012 et Dijon, 2 juillet 2012

Réseau rural Bourgogne «les outils d animation aux différents stades d un projet» Autun, 29 mai 2012 et Dijon, 2 juillet 2012 Réseau rural Bourgogne «les outils d animation aux différents stades d un projet» Autun, 29 mai 2012 et Dijon, 2 juillet 2012 Passeport et inclusions Renseignement d une fiche passeport (contenu adaptable)

Plus en détail

MILLER, Daniel; SLATER, Don. The internet: an ethnographic approach. Oxford: Berg, 2000. 217 p.

MILLER, Daniel; SLATER, Don. The internet: an ethnographic approach. Oxford: Berg, 2000. 217 p. 315 MILLER, Daniel; SLATER, Don. The internet: an ethnographic approach. Oxford: Berg, 2000. 217 p. Sophie Chevalier Université de Franche-Comté France Voici un ouvrage qui débute par ses conclusions!

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

Le Cloud et le Big Data annoncent le retour en grâce de la donnée consommateur

Le Cloud et le Big Data annoncent le retour en grâce de la donnée consommateur Le Cloud et le Big Data annoncent le retour en grâce de la donnée consommateur Better connections. Better results. Livre Blanc Acxiom Le Cloud et le Big Data annoncent le retour en grâce de la donnée consommateur

Plus en détail

Pix & Tech est un nouveau salon dédié aux cultures numériques et à l innovation. Pix & Tech proposera aux visiteurs différents axes d exposition:

Pix & Tech est un nouveau salon dédié aux cultures numériques et à l innovation. Pix & Tech proposera aux visiteurs différents axes d exposition: Pix & Tech est un nouveau salon dédié aux cultures numériques et à l innovation. Son ambition est de présenter au grand public le meilleur de la culture numérique d aujourd hui et les produits, services

Plus en détail

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR?

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? Source: DUMONT, Nicole. Femmes d aujourd hui, Vol. 1 No. 8., janvier 1996. On dit de certaines personnes qu elles n ont pas de tête ou qu elles n ont pas de

Plus en détail

Utilisation des portables en classe, des problèmes et des solutions.

Utilisation des portables en classe, des problèmes et des solutions. Utilisation des portables en classe, des problèmes et des solutions. Ces quelques lignes ne rendent pas compte d une expérimentation organisée à priori mais d un changement de pratique qui demeure en évolution.

Plus en détail

CHAPITRE VI UN ESSAI DE SYNTHESE

CHAPITRE VI UN ESSAI DE SYNTHESE CHAPITRE VI UN ESSAI DE SYNTHESE CHAPITRE VI : UN ESSAI DE SYNTHESE Introduction 1) La relation dialectique entre dynamiques démographiques et développement 2) Les dynamiques démographiques et les théories

Plus en détail

LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE ET LES FESTIVALS D ARTS

LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE ET LES FESTIVALS D ARTS DOSSIER D INFORMATION N 4 LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE ET LES FESTIVALS D ARTS INTRODUCTION Les festivals d arts visent à célébrer la richesse et la diversité des cultures dans le monde en réunissant des

Plus en détail

innover Bernard Girard

innover Bernard Girard Google, une machine à innover Bernard Girard Qui ne connaît pas Google? Faut-il présenter Google? Ses résultats économiques stupéfiants Sa croissance si rapide Son modèle économique L originalité de son

Plus en détail

Calcul élémentaire des probabilités

Calcul élémentaire des probabilités Myriam Maumy-Bertrand 1 et Thomas Delzant 1 1 IRMA, Université Louis Pasteur Strasbourg, France Licence 1ère Année 16-02-2006 Sommaire Variables aléatoires. Exemple 1. (Jeu d argent) Exemple 2. Loi de

Plus en détail

Master en Gouvernance et management des marchés publics en appui au développement durable

Master en Gouvernance et management des marchés publics en appui au développement durable Master en Gouvernance et management des marchés publics en appui au développement durable Turin, Italie Contexte Le Centre international de formation de l Organisation internationale du Travail (CIF-OIT)

Plus en détail

LA SOLIDARITE INTERNATIONALE ET LES ENTREPRISES.

LA SOLIDARITE INTERNATIONALE ET LES ENTREPRISES. LA SOLIDARITE INTERNATIONALE ET LES ENTREPRISES. Une approche commune et des engagements des Associations de solidarité internationale et des Syndicats. 2010 Sommaire Préambule, p.2 Le contexte, p.3 Pourquoi

Plus en détail

Service de création de site Internet

Service de création de site Internet Service de création de site Internet 1 Service de création de site Internet Présence et Action culturelles Introduction Quand l Internet fut créé dans les années 80, personne n imaginait que ce réseau

Plus en détail

Google AdWords ou référencement naturel Comment choisir?

Google AdWords ou référencement naturel Comment choisir? 2011 2011 Google AdWords ou référencement naturel Comment choisir? Stephan Becker, M.M.H Fondateur et Président GPI - Groupe Publicité Interactive (514) 461-0821 sbecker@adwordsmontreal.com Qu est-ce que

Plus en détail

Critique des conditions de la durabilité: application aux indices de dév...

Critique des conditions de la durabilité: application aux indices de dév... 1 sur 5 25/10/2007 4:04 Critique des conditions de la durabilité: application aux indices de développement durable. Bruno Kestemont Mémoire de DEA Version révisée, 2004 IGEAT-ULB Sous la direction du Prof

Plus en détail

«Le trading des tendances de court terme reste très difficile»

«Le trading des tendances de court terme reste très difficile» Les Echos NESSIM AIT-KACIMI / JOURNALISTE LE 22/10 À 15:59, MIS À JOUR À 16:24 «Le trading des tendances de court terme reste très difficile» Après avoir co-fondé AHL en 1987, David Harding créé son propre

Plus en détail

60 salariés. 3 MINISTÈRE est une agence Web, experte en CRM, e-commerce, data et analytics. Elle compte à ce. jour 25 salariés.

60 salariés. 3 MINISTÈRE est une agence Web, experte en CRM, e-commerce, data et analytics. Elle compte à ce. jour 25 salariés. Laurent HABIB réunit les agences LIGARIS 1, PLAN CRÉATIF 2 et MINISTÈRE 3 pour créer la 1 ère agence globale indépendante du marché. Une agence de 180 personnes, à 60% digitale, intégrant tous les métiers

Plus en détail

MASTER 2 PROFESSIONNEL

MASTER 2 PROFESSIONNEL UNIVERSITE DE NICE - SOPHIA ANTIPOLIS Faculté des Lettres, Arts et Sciences Humaines Département «SCIENCES DE LA COMMUNICATION» MASTER 2 PROFESSIONNEL Ingénierie de la Création Multimédia et Direction

Plus en détail

La marque : clé du succès de la stratégie commerciale dans un marché global

La marque : clé du succès de la stratégie commerciale dans un marché global La marque : clé du succès de la stratégie commerciale dans un marché global Historique Les marques existent depuis les premiers échanges commerciaux et servaient essentiellement à authentifier l origine

Plus en détail

Découvrez La Formule Magique Pour Gagner De L argent Sur Internet

Découvrez La Formule Magique Pour Gagner De L argent Sur Internet Découvrez La Formule Magique Pour Gagner De L argent Sur Internet De VOTRE NOM votre-site.com Licence Licence Droit De Revente Maître : [OUI] Vendre le ebook en version PDF (minimum 17 euros) [OUI] Vendre

Plus en détail

Nature en ville, Une nouvelle vieille idée? La dimension paysagère/écologique des plans d'urbanisme

Nature en ville, Une nouvelle vieille idée? La dimension paysagère/écologique des plans d'urbanisme Nature en ville, Une nouvelle vieille idée? ou La dimension paysagère/écologique des plans d'urbanisme Baština - proketač razvoja Laurence Feveile 28 juin 2013 architecture, urbanisme, paysage, 3 disciplines,

Plus en détail

«Identifier et définir le besoin en recrutement»

«Identifier et définir le besoin en recrutement» «Identifier et définir le besoin en recrutement» LES ETAPES DU RECRUTEMENT Le recrutement est une démarche structurée qui comporte plusieurs étapes aux quelles il faut attacher de l importance. La majorité

Plus en détail

Grégory Bressolles L E-MARKETING

Grégory Bressolles L E-MARKETING Grégory Bressolles L E-MARKETING Conseiller éditorial : Christian Pinson Dunod, Paris, 2012 ISBN 978-2-10-057045-4 SOMMAIRE Avant-propos 5 CHAPITRE 1 Qu est-ce que l e-marketing? I COMMENT INTERNET A-T-IL

Plus en détail

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE Fiche n 1 : Les 4 types de texte Fiche n 2 : La situation d énonciation 1- Le texte narratif qui sert à raconter 2- Le texte descriptif qui sert à faire voir 3- Le texte explicatif qui sert à faire comprendre

Plus en détail

Management Stratégique. Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1.

Management Stratégique. Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1. Management Stratégique Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1 Plan du Module 3 Chap.3- Les modèles fondés sur la structure des marchés

Plus en détail

Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs. I. Appréhender le groupe social. A. Identifier la nation de rapport social. 1. Les groupes sociaux

Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs. I. Appréhender le groupe social. A. Identifier la nation de rapport social. 1. Les groupes sociaux I. Appréhender le groupe social Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs A. Identifier la nation de rapport social 1. Les groupes sociaux Le groupe se définit par la réunion de plusieurs personnes

Plus en détail

Agence du patrimoine immatériel de l État

Agence du patrimoine immatériel de l État Agence du patrimoine immatériel de l État Les richesses de l immatériel sont les clés de la croissance future Rapport de la commission de l économie de l immatériel 2006 Le mot du directeur général L APIE

Plus en détail

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE PAR MADAME CHRISTINE LEROY COMMUNITY MANAGER, AGENCE NETPUB Tout d abord, je voudrais remercier le Professeur Drouot de m avoir invitée à cette passionnante table ronde.

Plus en détail

CRM dans le secteur tertiaire : agile ou fragile?

CRM dans le secteur tertiaire : agile ou fragile? CRM dans le secteur tertiaire : agile ou fragile? Note publiée sur le site CRM SECTOR en novembre 2005 dans la catégorie : «Extraits» Comme toutes les entreprises, celles du secteur tertiaire n échappent

Plus en détail

Une philosophie du numérique

Une philosophie du numérique Revue internationale International Web Journal www.sens-public.org Une philosophie du numérique Lecture de Pour un humanisme numérique de Milad Doueihi (Seuil, Paris 2011) MARCELLO VITALI ROSATI Résumé:

Plus en détail

À L AIDE JE DOIS RECRUTER UN PRO DE L EXPÉRIENCE UTILISATEUR (UX)

À L AIDE JE DOIS RECRUTER UN PRO DE L EXPÉRIENCE UTILISATEUR (UX) À L AIDE JE DOIS RECRUTER UN PRO DE L EXPÉRIENCE UTILISATEUR (UX) SOMMAIRE : pg.2 pg.5 pg.8 pg.10 CHAPITRE UN. JE SAIS QUE J AI BESOIN D UN UX. MAIS QU EST CE QUE L UX AU FAIT? CHAPITRE DEUX. QUELLES SONT

Plus en détail

Le processus du développement économique

Le processus du développement économique DOUGLASS C. NORTH Prix Nobel d économie Le processus du développement économique Présentation de Claude Ménard Traduit de l anglais par Michel Le Séac h, 2005 ISBN : 2-7081-3397-7 13 Où allons-nous? Le

Plus en détail

>> Comment conquérir de nouveaux clients grâce à Internet?

>> Comment conquérir de nouveaux clients grâce à Internet? Intégrer le webmarketing dans sa stratégie de développement touristique Pourquoi se lancer dans le webmarketing? Pour répondre à un consommateur qui utilise désormais Internet pour préparer, organiser

Plus en détail

Qu est-ce que la virtualisation?

Qu est-ce que la virtualisation? I Qu est-ce que la virtualisation? L actuel et le virtuel Considérons pour commencer l opposition facile et trompeuse entre réel et virtuel. Dans l usage courant, le mot virtuel s emploie souvent pour

Plus en détail

LE MARKETING DU CINEMA et de l AUDIOVISUEL. Présentation du Marketing appliqué au cinéma & à l audiovisuel

LE MARKETING DU CINEMA et de l AUDIOVISUEL. Présentation du Marketing appliqué au cinéma & à l audiovisuel LE MARKETING DU CINEMA et de l AUDIOVISUEL Présentation du Marketing appliqué au cinéma & à l audiovisuel Sommaire PRESENTATION GENERALE DU MARKETING: Qu est-ce que le Marketing? Introduction et définition

Plus en détail

Formation Storytelling par l image Partie 1 L importance du visuel + Pinterest

Formation Storytelling par l image Partie 1 L importance du visuel + Pinterest Formation Storytelling par l image Partie 1 L importance du visuel + Pinterest [ Agenda ] 1. Qu est-ce que le storytelling? 2. L importance de la photo et de la vidéo aujourd hui 3. Le potentiel de Pinterest

Plus en détail

E-Commerce à Orthez E-Commerce : Se lancer - Générer des commandes - Se positionner : Explications et témoignages Orthez 15 mai 2008

E-Commerce à Orthez E-Commerce : Se lancer - Générer des commandes - Se positionner : Explications et témoignages Orthez 15 mai 2008 E-Commerce à Orthez Enjeux de la visibilité de votre commerce Répartition générale des sources de trafic Principe de fonctionnement des moteurs de recherche Référencement naturel, les bonnes pratiques

Plus en détail

LIBRAIRIE SUR INTERNET

LIBRAIRIE SUR INTERNET LIBRAIRIE SUR INTERNET INTRODUCTION On va parler de la vente de livre sur internet et de la communication sur le réseau. Il faut distinguer deux types de ventes sur internet : la vente de livres papiers

Plus en détail

LE DROIT D AUTEUR, LES NORMES ET INTERNET

LE DROIT D AUTEUR, LES NORMES ET INTERNET LES NORMES ET INTERNET Comment profiter de la disponibilité des normes frança ises, européennes, internationales et étrangères sur Internet, sans tomber dans les pièges de la violation du droit d auteur

Plus en détail

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS Le Master 1 : Management Public Environnemental forme aux spécialités de Master 2 suivantes : - Management de la qualité o Parcours

Plus en détail

Compte rendu. Ouvrage recensé : par Diane Saint-Pierre

Compte rendu. Ouvrage recensé : par Diane Saint-Pierre Compte rendu Ouvrage recensé : Vincent LEMIEUX et Mathieu OUIMET, L analyse structurale des réseaux sociaux, Québec et Bruxelles, Les Presses de l Université Laval et De Boeck Université, 2004, 112 p.

Plus en détail

BusinessHIGHLIGHT L EXPÉRIENCE CLIENT : Inspirer. n 1022011 .../... UN LEVIER SIMPLE POUR SE DIFFÉRENCIER SOMMAIRE L APPARITION DE L EXPÉRIENCE CLIENT

BusinessHIGHLIGHT L EXPÉRIENCE CLIENT : Inspirer. n 1022011 .../... UN LEVIER SIMPLE POUR SE DIFFÉRENCIER SOMMAIRE L APPARITION DE L EXPÉRIENCE CLIENT BusinessHIGHLIGHT Inspirer L EXPÉRIENCE CLIENT : UN LEVIER SIMPLE POUR SE DIFFÉRENCIER L APPARITION DE L EXPÉRIENCE CLIENT SOMMAIRE L apparition de l expérience client Notre définition de l expérience

Plus en détail

Comment organiser efficacement son concours photo

Comment organiser efficacement son concours photo Livre blanc Comment organiser efficacement son concours photo Juillet 2014 www.kontestapp.com Introduction Que vous soyez un Community Manager soucieux de l activité de votre page fan Facebook ou bien

Plus en détail