Métacapitalisme, art et transmission. Christophe Bruno

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Métacapitalisme, art et transmission. Christophe Bruno"

Transcription

1 204 Métacapitalisme, art et transmission Christophe Bruno

2 Christophe Bruno est artiste, commissaire d expositions, enseignant. Son œuvre polymorphe (installations, performances, travaux conceptuels ) propose une réflexion critique sur les phénomènes de réseau et de globalisation dans les champs du langage et de l image. Primé au Festival Ars Electronica en 2003 pour le Google Adwords Happening, une performance globale sur le «capitalisme sémantique», et au Share Festival à Turin pour Human Browser, il a aussi remporté le Prix ARCO nouveaux média 2007 de la Foire d art contemporain de Madrid, avec son œuvre Fascinum. Son œuvre en ligne, Le Dadamètre, a récemment été exposée par la Galerie nationale du Jeu de Paume. Il a également participé à la mise en place de l Atelier de recherche et création Contrôle de l image à l Énsa Nancy en Sa formation initiale en physique théorique (doctorat et postdoctorat) a influencé son intérêt pour la recherche en art capitalisme / net.art / réseau / transmission / web 2.0 L histoire du système-monde depuis l époque féodale, décrit les effondrements successifs de nos défenses naturelles contre un parasite, parfois porteur de modernité, parfois régulateur, parfois dévastateur, appelé capitalisme 1. Le capitalisme ne cesse de profaner les structures sur lesquelles il s établit, envahissant toutes les échelles de l existence humaine. Il est si inextricablement lié à l homme qu il est devenu pratiquement impossible de démêler l un de l autre, d autant plus que l homme est aussi, pourquoi pas, un parasite du capitalisme. Le langage par exemple était considéré jusqu à il y a peu de temps comme un «commons» retranché, forteresse imprenable et sacrée, à la fois lieu d habitation de l homme et ensemble de ses constituants ultimes, les mots. Dans le Google Adwords Happening 2, une performance globale sur le réseau réalisée en 2002, je décris le capitalisme sémantique : chaque mot de chaque langue a désormais un prix qui fluctue selon les lois du marché. La prétendue poésie que je diffuse en lieu et place des habituels messages publicitaires ciblés, les Adwords, se révèle insuffisamment performante en terme de taux de clics. Elle est donc censurée par le robot de surveillance du dispositif, sous prétexte qu elle met en péril la dynamique économique globale de Google. Une des premières choses qui me vient alors à l esprit est que l université, lieu de transmission du savoir, vient de perdre la bataille contre le capitalisme. 1. J écris ce texte sous l influence de lectures plus ou moins récentes : Giorgio Agamben, Profanations, Paris, Rivages, 2005 ; Fernand Braudel, La Dynamique du capitalisme, Paris, Arthaud, 1985 ; Immanuel Wallerstein, L Après-libéralisme. Essai sur un système-monde à réinventer, La Tour d Aigues, L Aube,

3 206 C est le méta-capitalisme : le capitalisme total dont la nouvelle forme du capital est cette grande chaîne de production généralisée des objets et des êtres, qui sont tour à tour produits, producteurs, consommateurs ou consommés. Alors que la modernité de l art est née dans les failles et les interstices laissés vacants par les phénomènes de colmatage normatif du capitalisme dit industriel, je prends ici le contrepied de l idée que cette modernité, y compris dans son extension postmoderne, objecterait à la dynamique du capitalisme. Au contraire, j essaie de pousser à l extrême l éventualité d une connivence «à grande échelle» dans le cadre de ce que je nomme méta-capitalisme, incluant la modernité et l après-coup de la postmodernité dans un même mouvement. À chacun de trancher ou de ne pas trancher entre ces deux positions. L important est plutôt de mettre l accent sur la façon dont cette connivence semble émerger : par la profanation des modes de transmission, point d horizon de cet article. La transmission est un terme à l ambiguïté précieuse, qui permet ici de recouvrir toutes sortes de phénomènes depuis le message dans la bouteille jetée à la mer, ou l annonce publicitaire, jusqu aux questions de l éducation, de l enseignement, de la domestication 3, voire de la filiation transmission du pouvoir, du capital, du savoir Il me paraît donc opportun d essayer de situer ces questions dans la lignée de cette marchandisation du langage, dépossession ultime de la parole. Le méta-capital Sous les enjeux actuels de la dérégulation de l enseignement se cachent des phénomènes à grande échelle dont l ampleur dépasse, et bien sûr intègre, les incessantes querelles de la vie politique. Deux phénomènes se conjuguent. D une part le déplacement au cours des siècles de la problématique de la production vers celle de la consommation. D autre part l extension du domaine de la consommation (et donc de la production) vers ce que l on désigne du terme général de «dématérialisation». La société féodale avait subordonné le travail et la production aux besoins de l homme. Au moment de l essor du «capitalisme agraire» anglais au xvi e siècle, la production agricole contrôlée par Londres se déverse dans le système-monde grâce au développement d un réseau d échanges à longues distances. La stratégie d improvement qui est en train de naître, concerne principalement la production 3. on lira bien sûr Peter Sloterdijk, Règles pour le parc humain, Paris, Mille et Une Nuits, 1999.

4 Christophe Bruno, prix des mots sur Google, Google Adwords Happening, avril 2002 et la distribution. La question de la consommation se manifeste pourtant ; en témoigne le constat de Thomas More, contemporain de la violence sociale du phénomène de l enclosure : «Sheep devouring men 4». C est ainsi que la nourriture se retourne contre ceux qui la mangent et que le capitalisme s instaure en cannibalisme au deuxième ordre : l homme mange le mouton qui mange l homme. Avec la satisfaction progressive des besoins humains, le capitalisme se frotte bientôt au désir du consommateur et à la question de sa saturation. La consommation devient partie intégrante du phénomène de production généralisée qui s étend vers des espaces dits immatériels : publicité bien sûr mais aussi capitalisme cognitif ou sémantique, capital humain, économie de l attention Ainsi, alors que les ressources du système-monde s épuisent, le capitalisme cherche à profaner ses frontières internes, celles de l intimité, du désir, ou de la position esthétique de chacun. Il s agit désormais de produire les consommateurs eux-mêmes et leurs désirs afin que l ensemble de la chaîne continue à tourner. Le marché de l art lui-même, pourtant bien constitué d objets, n échappe pas à cette extension et on ne peut plus distinguer l esthétique relevant de l objet d art de celle relevant de l acte de consommation du collectionneur. 207 Derrière le concept de «dématérialisation» se poursuit la tentative de passage à la limite de l objet à l être, initiée par la modernité. Si le capitalisme est la propriété privée des moyens de production, dès lors que la chaîne de production s étend de l objet jusqu à l être et qu il faut produire des humains, l éducation prend une nouvelle dimension. La transmission du savoir s intègre et s épanouit 4. thomas More, L Utopie, 1516, Paris, Éditions sociales-messidor, 1982, et pour une introduction, voir par exemple Ellen Meiksins Wood, «The Agrarian Origins of Capitalism», Monthly Review, juillet-août 1998, disponible sur

5 208 désormais dans l ensemble des conditions de reproduction et de croissance des moyens de production généralisés, la grande chaîne de l être du capitalisme. C est le méta-capitalisme : le capitalisme total dont la nouvelle forme du capital est cette grande chaîne de production généralisée des objets et des êtres, qui sont tour à tour produits, producteurs, consommateurs ou consommés. Le Web 2.0 est le paradigme du méta-capitalisme. La période de transition entre le capitalisme et le méta-capitalisme s étend selon moi depuis les années 1960, début de l Âge de l accès 5 jusqu à l année 2001, qui voit à la fois la rupture du 9/11 et le passage du Web 1.0 au Web 2.0. Les sociétés comme Google, Amazon etc. ont inversé la problématique du spectacle en problématique de contrôle 6. Les marques du Web 2.0 sont d autant plus puissantes, qu elles savent s effacer et tirer parti du spectacle global fourni par les internautes, qui échappe désormais à toute normalisation. C est dans l articulation avec les anciens médias spectaculaires qui se sont reconfigurés, grâce notamment à la télé-réalité, que le Web 2.0 trouve sa dynamique, que j ai appelée ailleurs «taylorisation du discours 7» : les messages fictionnels, politiques ou publicitaires, envoyés aux spectateurs-internautes sont optimisés en permanence grâce au «profilage» du contenu de la blogosphère, que les structures globales comme Google se sont largement appropriées. La reproduction et l expansion du méta-capital dans le cadre du Web 2.0, mettent donc en jeu l ensemble des internautes producteurs-consommateurs qui, sans le savoir, donnant enfin libre cours à leur exhibitionnisme, constituent la matière première d où la plus-value sera extraite. Ce mécanisme illustre les principes de base de la reproduction et de la croissance du méta-capital. Ces principes ne sont plus seulement le travail couplé à l extraction de la plus-value, mais ce sont les conditions généralisées d élevage du méta-capital dans la grande chaîne de l être, autrement dit l éducation, la domestication des hommes, phénomènes alchimiques complexes d extraction et de réinjection de valeur le long de la grande chaîne. Si il y a équivalence entre éducation et élevage du «parc humain» ou méta-capital, et que l enjeu n est ni plus ni moins que le contrôle total de la chaîne de la production généralisée de l humain, on conçoit que la dérégulation de l enseignement ne soit pas un épiphénomène. C est un point névralgique du méta-capitalisme. Le méta-capitalisme comme réseau invariant d échelle Cette grande chaîne de l être du méta-capital a une structure, celle des «graphes invariants d échelle» étudiée récemment par le mathématicien Albert-László Barabási et vulgarisée dans 5. Jeremy Rifkin, The Age of Access, Penguin, sur la question du contrôle, cf. Gilles Deleuze, «Post-scriptum aux sociétés de contrôle», in L Autre Journal, n o 1, mai

6 209 Réseau distribué et réseau invariant d échelle, source : Carlos Castillo «Effective Webcrawling», PhD Thesis University of Chile, 2004 son ouvrage Linked: How Everything Is Connected to Everything Else and What It Means for Business, Science, and Everyday Life 8. Elle obéit aux lois désormais bien connues : «small world», le concept de «petit monde» popularisé par Stanley Milgram 9 ; «strength of weak ties», «la force des liens faibles», découverte par Mark Granovetter 10 ; «rich get richer», règle de «l attachement préférentiel», à savoir le fait que plus un nœud est connecté, plus il a de chance d acquérir de nouvelles connections. L ironie de l histoire veut que le réseau des réseaux ait été construit avec comme idéal, le réseau démocratiquement distribué, afin, comme on sait, de survivre à une attaque nucléaire. Or, la découverte de Barabási montre que le Web, les réseaux sociaux, les réseaux sémantiques, certains réseaux économiques et bien d autres, tendent à évoluer naturellement vers une configuration aristocratique. Cette découverte mathématique prend une dimension idéologique et universelle, comme le darwinisme en son temps. L invariance d échelle signifie que chaque nœud du réseau est un microcosme qui reflète la structure globale du réseau, ou macrocosme. L étrange ressemblance entre la grande chaîne de l être, qui a dominé l histoire de la pensée de l Antiquité jusqu à la fin de la Renaissance, et ce nouveau paradigme du réseau invariant d échelle, est tout sauf un hasard et justifie la terminologie que j emploie dans cet article. Dans le domaine économique, cette théorie correspond à la généralisation de concepts introduits par les théories néoclassiques de la valeur, et à ce que l on appelle la «longue traîne» 11 (long tail). 8. albert-lászló Barabási, Linked: How Everything Is Connected to Everything Else and What It Means for Business, Science, and Everyday Life, Penguin, Jeffrey Travers & Stanley Milgram, «An Experimental Study of the Small World Problem.», Sociometry, vol. 32, n o 4, décembre Mark Granovetter, «The Strength of Weak Ties» ; American Journal of Sociology, vol. 78, n o 6., mai chris Anderson, The Long Tail, Wired, 2004,

7 210 La Grande Chaîne de l être, Didacus Valades, Rhetorica Christiana, 1579 Cette distribution en «loi de puissance», montre par exemple le classement de la popularité des sites web. Elle illustre le principe des de la loi de Pareto. À gauche, la zone verte, fordiste, correspond à la situation dans laquelle un produit ou un message est proposé en masse, à l identique, à un grand nombre de consommateurs. À droite, la queue de la distribution illustre l effet de longue traîne, postfordiste, redécouvert par le Web 2.0 : elle est constituée de l ensemble des marchés de niche, chaque consommateur étant susceptible de recevoir l objet qui conviendra à son désir particulier. Cet effet est typique d une économie de flux dans laquelle les coûts de stockage deviennent faibles, en particulier dans le cadre des phénomènes de dématérialisation.

8 211 La longue traîne Mais il ne suffit pas de parler de l invariance d échelle du métacapitalisme pour avoir tout dit de sa dynamique. Il faut distinguer d une part la circulation du distillat des objets et des êtres à l intérieur du réseau du méta-capital, et d autre part, le fait que chaque acteur va en fin de compte être en interface avec la grande chaîne, à la fois extérieur et intérieur à elle, dans des rapports de profanation-sacralisation incessants. Interface avec le méta-capitalisme Le passage à la limite de l objet à l être et les phénomènes de dématérialisation associés redéfinissent la notion de division du travail. Celle-ci se reconfigure selon un mélange du mode hollywoodien et de celui du Web 2.0, en un dispositif hypermoderne articulant spectacle et contrôle, et qui étend son empire sur la globalité du spectre postmoderne des actes de productionconsommation. La figure de l artiste est emblématique de cette reconfiguration dans la mesure où il va chercher à occuper l ensemble de ces places et à s identifier successivement aux différentes positions actives ou passives de la chaîne, qu il doit choisir d assumer ou non, en compagnie des ingénieurs, des communicants, des designers, des financiers, des comptables, des ouvriers, des actionnaires, des clients On peut observer un large éventail de positionnements dans l attitude que l artiste adopte dans cet interfaçage. En fait il a depuis longtemps intégré la dimension profanatrice à l intérieur du sacré ou vice versa, jouant un jeu tantôt schizophrénique, tantôt pervers, tantôt activiste, tantôt pop (tantôt rien de tout ça). S il veut se faire plus marchandise que la marchandise, il y arrive, avec ou sans ironie. Inversement, s il croit libérer par la profanation il réalise après-coup sa complicité avec son maître profanateur. Dans le domaine du net.art par exemple, on ne compte plus les détournements artistiques qui ont inspiré directement des marques dans le cadre de campagnes de «guerrilla marketing».

9 212 Christophe Bruno, Fascinum, 2001, capture d écran du 14/12/2003 À dire vrai, cela peut présenter certains avantages pour la carrière des artistes du réseau. Alors qu ils ont du mal à s intégrer au marché de l art (en admettant qu ils le veuillent), entre autre à cause de la nouveauté du médium et des complexités techniques, certains ont moins de difficultés à entrer dans les processus de recherche et d innovation dans le cadre des nouvelles technologies. Plutôt que de se laisser déposséder de leurs concepts, pourquoi ne pas être partie prenante d une manière ou d une autre des processus de production? Les industries ne peuvent qu être friandes de ces innovateurs, de ces «hackers», au sens positif du terme, qui pressentent les nouveaux usages et les utilisations décalées mais pertinentes de ces technologies en évolution permanente. Le caractère schizophrénique parfois teinté de cynisme, de la production de certains artistes je ne m en excepte pas bien sûr apparaît alors au grand jour. Ils savent aujourd hui revendre au monde de la recherche et de l industrie, l expertise qu ils ont acquise en détournant les produits mêmes de cette recherche à des fins artistiques ou activistes. Si l on arrive à l extraire, cette expertise a une valeur immense et les industries le savent.

10 Plutôt que de se laisser déposséder de leurs concepts, pourquoi ne pas être partie prenante d une manière ou d une autre des processus de production? 213 Bien sûr, les artistes qui veulent valoriser cette expertise doivent le faire rapidement, sinon ils perdent les bénéfices financiers de leur travail. Je peux donner un exemple, parmi d autres, en ce qui concerne mon propre cas : en 2001, j ai réalisé une pièce Internet, Fascinum 12, une vision panoptique des images d actualité les plus consultées dans différents portails nationaux de Yahoo. C est un «Yahoo Hack», un programme qui détourne l information délivrée par le portail, pour la reconfigurer de manière minimaliste en une grille d images qui affiche en temps réel les sujets de fascination de l humanité. Fascinum a été exposée plusieurs fois mais n a pas connu de succès retentissant à l époque. En 2004, un designer a réalisé une pièce très similaire pour le compte de la société Benetton (avec une grille de au lieu d une grille de 10 7 comme c est le cas pour Fascinum, et quelques autres différences minimes). Je n ai jamais su dans quelles conditions cette œuvre avait été produite. Quoi qu il en soit, le projet de Benetton a obtenu un Prix à Ars Electronica (alors que le mien était déjà trop ancien pour être présenté au concours) et, comble de l ironie, a été vendu à... Yahoo. En 2007, ma pièce, que j avais transformée entre temps en installation murale, a finalement obtenu le New Media Prize à ARCo, la Foire d art contemporain de Madrid. Ces boucles étranges, typiques de la situation générale que j essaie de décrire, forment une mythologie récursive oscillant entre postmodernité et hypermodernité. J assume cette position de parasite de parasite : ainsi, pour prendre un autre exemple, Google s est-il accaparé la parole de l humanité pour en extraire une plus-value ; en retour je parasite le parasite Google et rends la parole à l être humain dans ma performance Le Navigateur humain 13. Jusqu au prochain parasitage... Le lieu idéal de cette rencontre entre les différents univers de l art, de l industrie, de la recherche et du marketing est l école d art. J ai eu l occasion de suivre des projets d étudiants venant de ces horizons divers et travaillant en commun, et l on ne peut qu être surpris par l extrême complémentarité de ces profils. Il me semble que cette remarque n a rien de banal dans le contexte que je décris. Aujourd hui, l artiste contemporain peut aussi bien provenir d une école de marketing, d une école d ingénieur ou d une école d art. Délocalisé entre (h)ac(k)tivisme et pop, il est le prototype de l individu à l ère du méta-capital (de ce fait, je ne distingue pas enseignement en général et enseignement de l art)

11 214 En fin de compte, cette situation définit deux places extrêmes qui s interfacent avec la grande chaîne du méta-capital en ses limites. À la base, limite droite de la longue traîne, on trouve la Friche. En haut, limite gauche de la longue traîne, on trouve la Star Academy. La Friche : on peut imaginer l avenir de l enseignement entièrement privatisé sur le modèle de la formation continue ; il pourrait avoir lieu désormais à l intérieur des entreprises globales et l école disparaîtrait comme «commons». Au mieux, si l entreprise ne souhaite pas assurer ces coûts, l école et l université se transformeraient en pôles de formation interentreprises, ce qui permettrait des économies d échelles. Pourtant je ne crois pas que cette éventualité soit la voie royale du méta-capitalisme. La réalité me semble plus perverse. L attitude de préservation écologique du «free speech» de Google (dont les fondateurs sont issus du monde universitaire, proche de l open source et de l Internet libertaire), est ici révélatrice. C est même l essence de sa dynamique économique dans la mesure où c est justement depuis la Friche du «free speech» que se renouvelle la matière première langagière dont il tire sa plus value : toute privation de la liberté de parole est un marché de niche perdu. Généralisons : il n est pas besoin d une privatisation complète de tous les moyens de production pour que la machine tourne rond. Au contraire, dans le processus de dérégulation, une zone de friche peut être conservée, exception soigneusement contrôlée, mais laissée un peu à l écart. De même que les spécialistes de la sécurité sont parfois recrutés parmi les pirates informatiques, c est de ces terres vierges, de ces zones autonomes temporaires 14, que naissent les concepts nouveaux qui vont permettre au capitalisme, toujours en train de lutter contre la baisse du désir, de se ressourcer par de nouvelles opérations de profanation. C est par le fait même que cette Friche croit s excepter du métacapital et conserver son innocence, qu elle en devient une courroie de transmission. À l opposé, l attitude néoconservatrice, inquiète de la fluidité virale du méta-capital et du relâchement des contraintes normatives dans la blogosphère et dans la société en général, cherche à consolider définitivement sa position au sommet de la grande chaîne, en imposant au reste un régime de tolérance zéro 15, reconstruisant murs, classes ou frontières dont elle feint parfois d applaudir la disparition. Contraire à la perméabilité et à la dynamique libérale du capitalisme à la manière de Google, cette tolérance zéro a comme contrepoint le spectacle du risque total et la course à la désinhibition qui règne dans cette autre zone d exception qu est le sommet de la grande chaîne de l être. 14. hakim Bey, T.A.Z. The Temporary Autonomous Zone, Ontological Anarchy, Poetic Terrorism, Autonomedia, la tolérance zéro est d ailleurs intimement liée à l invariance d échelle (on parle par exemple de «Broken Windows Theory», org/wiki/fixing_broken_windows)

12 La Star Academy : reportons nous maintenant à ce sommet. Afin d élever le parc humain, il faut ériger en idéal l école du risque total, mythe fondateur du capital. C est la Star Academy (dont font partie aussi bien Julien Doré, ancien élève des Beaux- Arts de Nîmes et vainqueur de la Nouvelle Star 2007, que Nicolas Sarkozy). Elle produit des individus non seulement liés par contrat aux marques, mais également assumant dans le pop leur propre statut de marchandise absolue 16, voire de fétiche absolu. 215 Le caractère fétiche de la marchandise s est étendu au caractère fétiche de l être. Les fétiches absolus jouent le rôle de concentrateurs d attention, de «hubs» du regard. La reproductibilité technique de l objet était à la fois la cause de la déchéance de l aura de l objet d art et sa résurrection dans la transfiguration pop ; de même, en face de la reproductibilité technique de l être, la Star Academy est promulguée comme stade suprême de l éducation à l ère du méta-capital. La rentabilité de la star académicienne, stakhanoviste de l être, est maximale. Naissance, formation, stockage, entretien de la matière première humaine, sont pris en charge par la nation toute entière. Pas de frais de transport démesurés puisque le réseau médiatique en place (TV + Web 2.0) s en charge. Il y a toutefois quelques frais d extraction, de scénarisation ou de représentation Écartelé entre ces extrêmes, Friche et Star Academy, chacun peut ainsi jouir de l illusion d occuper un jour cette place de fétiche absolu ou connaître les délices masochistes des frustrations quotidiennes éprouvées par son narcissisme et se réfugier dans la Friche. C est ce schéma général qui est esquissé dans mon projet satirique intitulé Le Dadamètre, index boursier de la déchéance de l aura du langage 17. On peut y voir une carte conceptuelle cartographie du langage à grande échelle construite à partir d outils de «profilage» sophistiqués où les courants de Spam se fraient un passage depuis la Friche, le Wasteland, vers les zones du Mainstream et du pop. Le réseau du vide et le réenchantement du monde Dans Storytelling 18, Christian Salmon montre comment à partir des années 1990, c est non plus la marque mais le récit mythologique associé à cette marque et construit autour d elle, qui va devenir le moteur de sa valorisation. Il décrit comment les domaines universitaires de la narratologie ou de la recherche linguistique sont subitement devenus à la mode dans les départements marketing et chez les «spin doctors». Il peut sembler étonnant d associer ce «réenchantement du monde» avec l émergence du réseau, symbole de modernité et de technologie. 16. Jean Baudrillard, «De la marchandise absolue», Artstudio, n o 8, printemps 1988, spécial Andy Warhol Christian Salmon, Storytelling, Paris, La découverte, 2007.

13 216 Le méta-capital mène la guerre du vide, s assurant désespérément contre l apocalypse virale. Pourtant, cette déchéance de l aura de la marque est un phénomène typique de la grande chaîne du méta-capitalisme. Les nœuds du réseau de l attention sont en effet soumis à une intense volatilité : une marque, un homme politique, une star, ne peuvent rester très longtemps sous le feu des projecteurs sans se soumettre à un impératif de renouvellement permanent. Dès qu une marque devient dominante, divers phénomènes informationnels érodent son aura, répétant inlassablement les effets typiques de la postmodernité. Mais c est cette même circulation des flux narratifs dans la grande chaîne du méta-capital, qui va permettre à l attention, une fois captée, d être maintenue et valorisée, en évitant la saturation, à condition que l aura factice de la marque sache s effacer derrière sa mythologie. Dans une société d abondance, le vide, par sa rareté, en vient à prendre de la valeur. La stratégie est donc ici d utiliser le réseau de l économie de l attention afin de s emparer des espaces laissés vacants, des interstices divers, de créer des places vides pour les valoriser et les entretenir en tant que places vides. Défenses d afficher, floutages de marques ne sont là que pour contrôler à l extrême ce réseau du vide et en assurer la pérennité et l appropriation quasi éternelle ; espaces publicitaires bien réels, mais également espaces conceptuels dans l économie de l attention, noms de domaines, Adwords, etc., qui sont gérés par des mécanismes de lois et de licences très sophistiqués. Plus l espace vide est proche d un «hub» important du réseau de l économie de l attention, plus sa valeur sera grande, par contagion métonymique. Mais du fait de la déchéance de l aura des marques, la place vide n est plus tant utilisée pour leur promotion directe, que comme lieu de l identification du spectateur au flux narratif mythologique qui va s y dérouler et auquel la marque est associée. D un côté, Google, gestionnaire de la société de contrôle, a pris position sur le marché du langage et exploite la Friche. De l autre, en haut du réseau du vide, le pôle du spectacle, de la Star Academy, de la magie Disney et autre Sarkoland, spécialistes du storytelling mythologique, est régi par les oligopoles de l infotainment (télévisions, foires d art contemporain et autres grands médias spectaculaires ) Un futur géant résultant d une alliance contre-nature entre des sociétés du type Google et Disney sera peut-être un des candidats à la domination suprême du méta-capitalisme. Ainsi, entre Friche et Académie des stars, entre contrôle et spectacle, entre relationnel et sublime, entre terrorisme global et tolérance zéro, entre profanation de la transmission symbolique et réenchantement du monde,

14 le méta-capital mène la guerre du vide, s assurant désespérément contre l apocalypse virale. La colonisation de ce réseau du vide, «temps de cerveau humain disponible 19», ne se fera pas par une prise de pouvoir externe, mais par croissance interne, profanant tous les degrés de l existence humaine et des «formes de vie 20», par la promotion de l enseignement comme écologie fondamentale de la production et de la consommation de l être, élevage généralisé du cheptel humain dans l autochtonie imaginaire du méta-capital. 217 En 1997, Disney a noué un accord avec l École des beaux-arts de Paris. Dans un tract rédigé par des étudiants qui dénoncèrent le projet 21, on trouve un extrait du communiqué de presse de Disney datant de 2001 : «[ ] Le présent partenariat inaugure le premier volet d un double programme artistique et éducatif qui s attachera à promouvoir l art dans quelques écoles primaires parisiennes et à attirer le regard des enfants vers l univers magique de la créativité artistique [ ]». Cette phrase résume tout l enjeu de la profanation de la transmission, à la frontière entre l enfance et l individu du méta-capitalisme réenchanté. 19. l expression, extraite d une interview de Patrick Le Lay ancien PDG de TF1 (Les Dirigeants face au changement, Paris, Éditions du Huitième jour, 2004) avait fait scandale en France. J en avais fait le titre de la première performance du Navigateur humain. 20. titre de l ouvrage de Nicolas Bourriaud, Formes de vie. L art moderne et l invention de soi, Paris, Denoël, voir aussi

au monde alors que l homme déraisonnable pensait que le monde devait s adapter à lui, ce

au monde alors que l homme déraisonnable pensait que le monde devait s adapter à lui, ce «Shaw disait que l homme raisonnable était celui qui savait qu il fallait s adapter au monde alors que l homme déraisonnable pensait que le monde devait s adapter à lui, ce qui faisait que le monde appartenait

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

LePhysionomiste.fr, la nouvelle adresse web des lieux incontournables de la nuit parisienne

LePhysionomiste.fr, la nouvelle adresse web des lieux incontournables de la nuit parisienne LePhysionomiste.fr, la nouvelle adresse web des lieux incontournables de la nuit parisienne Difficile de trouver un outil qui répertorie à la fois les bars, clubs et autres établissements de nuit à Paris.

Plus en détail

Les Français et le développement durable

Les Français et le développement durable Les Français et le développement durable Baromètre Louis-Harris Club RmD2 CLUB R m D 2 Luc BALLEROY DGA 01 55 33 20 54 luc.balleroy@lharris.fr NOTE TECHNIQUE Étude réalisée par l Institut Louis-Harris

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE NATHALY: LES TÉMOIGNAGES D UN DON DE VOYANCE EXTRAORDINAIRE

COMMUNIQUE DE PRESSE NATHALY: LES TÉMOIGNAGES D UN DON DE VOYANCE EXTRAORDINAIRE NATHALY: LES TÉMOIGNAGES D UN DON DE VOYANCE EXTRAORDINAIRE Nathaly est devenue pour toutes les personnes qui ont eu la chance et l occasion de la rencontrer quelqu un d indispensable. Les esprits les

Plus en détail

Qu est-ce que la virtualisation?

Qu est-ce que la virtualisation? I Qu est-ce que la virtualisation? L actuel et le virtuel Considérons pour commencer l opposition facile et trompeuse entre réel et virtuel. Dans l usage courant, le mot virtuel s emploie souvent pour

Plus en détail

Parallèles critiques Thèse d Etat Ecole Doctorante Paris I Indirat Cruz 2002

Parallèles critiques Thèse d Etat Ecole Doctorante Paris I Indirat Cruz 2002 Parallèles critiques Thèse d Etat Ecole Doctorante Paris I Indirat Cruz 2002 I Christian Gattinoni : travail personnel A Travail plastique L œuvre créatrice de Christian Gattinoni se voit dirigée vers

Plus en détail

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012 L AVENIR DE LA PROFESSION D ÉDUCATRICE ET D ÉDUCATEUR EN ESE, UN STATUT À VALORISER, À PROTÉGER ON S EN OCCUPE Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations

Plus en détail

Bob Mayer. Écrire un roman et se faire publier

Bob Mayer. Écrire un roman et se faire publier Bob Mayer Écrire un roman et se faire publier, 2008 pour le texte de la présente édition, 2014 pour la nouvelle présentation ISBN : 978-2-212-55815-9 Sommaire INTRODUCTION... 1 Outil n 1. Vous-même...

Plus en détail

Modèles et pratiques pour le canal de distribution

Modèles et pratiques pour le canal de distribution DOSSIER Modèles et pratiques pour le canal de distribution sous la direction de Marc Filser Gilles Paché INTRODUCTION MARC FILSER IAE Dijon, université de Bourgogne GILLES PACHÉ Université Aix-Marseille

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Avis général de la médiatrice du cinéma sur les propositions d engagements de programmation Décembre 2012

Avis général de la médiatrice du cinéma sur les propositions d engagements de programmation Décembre 2012 Avis général de la médiatrice du cinéma sur les propositions d engagements de programmation Décembre 2012 La Médiatrice du cinéma est chargée de formuler son avis sur les propositions d engagements de

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS I PANTHÉON-SORBONNE

UNIVERSITÉ PARIS I PANTHÉON-SORBONNE UNIVERSITÉ PARIS I PANTHÉON-SORBONNE 1 ère année de Sciences Économiques (L1) Théories économiques 1 : Valeur et répartition (Division III) Cours de Mme Ai-Thu DANG Le cours comprend trois parties : -

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/2006/16 24 mars 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMMISSION DE STATISTIQUE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS

Plus en détail

SPECTACLES PETITE ENFANCE :

SPECTACLES PETITE ENFANCE : SPECTACLES PETITE ENFANCE : PHENOMENE DE MODE OU PROJET DE SOCIETE? Mémoire présenté pour l obtention du : DESS Management du Spectacle Vivant Promotion 2003-2004 Directeur de mémoire : René LAFITE Dominique

Plus en détail

Dossier de candidature

Dossier de candidature Dossier de candidature Bourse Charles Foix édition 2015 Le dossier est à retourner avant le vendredi 24 juillet 2015 à minuit par mail ou par courrier (le cachet faisant foi) à : S I L V E R V A L L E

Plus en détail

Idéopolis #4 Le temps, le travail et vous Avril 2014

Idéopolis #4 Le temps, le travail et vous Avril 2014 Idéopolis #4 Le temps, le travail et vous Avril 2014 À l aube de ce printemps tellement attendu, les indicateurs économiques surveillés par Workopolis semblent pointer vers une hausse graduelle de l emploi

Plus en détail

L INDUSTRIE PAPETIÈRE FACE AU

L INDUSTRIE PAPETIÈRE FACE AU L INDUSTRIE PAPETIÈRE FACE AU DÉVELOPPEMENT DE LA BIORAFFINERIE LIGNOCELLULOSIQUE Dynamiques institutionnelles et perspectives territoriales Clarisse CAZALS (Irstea) Arnaud SERGENT (Irstea) Tina RAMBONILAZA

Plus en détail

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire :

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : une expérience vécue dont la personne est parfaitement consciente : Exemple : «J ai besoin de me divertir»; La notion de besoin peut décrire : 2. «une exigence née de

Plus en détail

Mon Master à l ESTIM

Mon Master à l ESTIM Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique L Ecole Supérieure des Technologies d Informatique et de Management Mon Master à l ESTIM Livret des études «A l ESTIM Business School

Plus en détail

Résultats préliminaires de l enquête sur l émergence des innovations dans le cadre des alliances stratégiques des PME

Résultats préliminaires de l enquête sur l émergence des innovations dans le cadre des alliances stratégiques des PME Résultats préliminaires de l enquête sur l émergence des innovations dans le cadre des alliances stratégiques des PME Novembre 2009 Dans le cadre d une recherche doctorale en Management de l innovation

Plus en détail

NKUL BETI. econobeti

NKUL BETI. econobeti NKUL BETI econobeti Le réseau social d entraides pour la gestion des efforts et du génie ekang Paru le 08 Août 2010 Plateforme de communication Se préparer pour le Cameroun de Demain Sans une organisation

Plus en détail

«Moi je m apprends et j apprends à créer l outil pour moi»

«Moi je m apprends et j apprends à créer l outil pour moi» Jamet Pierre 1Ai Retour de final d Auto-Apprentissage de l année 1Ai : «Moi je m apprends et j apprends à créer l outil pour moi» Introduction J ai pu grâce, au travail effectué en auto-apprentissage de

Plus en détail

Rappel sur le taux de variation et la variation en pourcentage et en point

Rappel sur le taux de variation et la variation en pourcentage et en point Rappel sur le taux de variation et la variation en pourcentage et en point Coupons, cadeaux, objets publicitaires On reçoit tous des produits gratuits Quand c est gratuit, ça fait toujours plaisir! De

Plus en détail

Communication & Médias Sociaux. Bureau Réseaux Sociaux, Opinion et Campagnes de Communication Sacha AIZENMAN 01.44.42.51.43

Communication & Médias Sociaux. Bureau Réseaux Sociaux, Opinion et Campagnes de Communication Sacha AIZENMAN 01.44.42.51.43 Communication & Médias Sociaux Bureau Réseaux Sociaux, Opinion et Campagnes de Communication Sacha AIZENMAN 01.44.42.51.43 Postulat de départ,, Le Web social fait référence à une vision d'internet considérée,,

Plus en détail

La musique au service du marketing

La musique au service du marketing Laurent DELASSUS La musique au service du marketing L impact de la musique dans la relation client, 2012 ISBN : 978-2-212-55263-8 Introduction La musique est-elle un langage? S il est évident qu elle est

Plus en détail

NKUL BETI. La voix du peuple

NKUL BETI. La voix du peuple NKUL BETI La voix du peuple LE TEMPS DU DIALOGUE LES MOYENS D EXPRESSION LA PROMOTION LES INTERVIEWS Plateforme de communication Se préparer pour le Cameroun de Demain Sommaire 1 Les moyens d expression

Plus en détail

Qu est-ce qu une problématique?

Qu est-ce qu une problématique? Fiche méthodologique préparée par Cécile Vigour octobre 2006 1 Qu est-ce qu une problématique? Trois étapes : 1. Définition de la problématique 2. Qu est-ce qu une bonne problématique? 3. Comment problématiser?

Plus en détail

Formations professionnelles. De la création à la production transmedia

Formations professionnelles. De la création à la production transmedia Formations professionnelles De la création à la production transmedia Le savoir-faire du Transmedia Lab Le Transmedia Lab Nous avons la conviction que d ici 5 ans, 50% des productions audiovisuelles auront

Plus en détail

Les médias font leur pub :

Les médias font leur pub : Les médias font leur pub : TV5MONDE joue la diversité Thèmes Économie, consommation, publicité Le principe du dispositif À l'occasion de la 24 e édition de la Semaine de la presse et des médias dans l'école,

Plus en détail

[WINDOWS 7 - LES FICHIERS] 28 avril 2010. Logiciel / Windows

[WINDOWS 7 - LES FICHIERS] 28 avril 2010. Logiciel / Windows Ce dossier a une forme un peu différente des précédentes : c est un ensemble de «fiches» décrivant chacune une des opérations que l on peut effectuer avec un fichier (enregistrer, renommer, etc.). Chaque

Plus en détail

Ateliers de formation Internet. Statistiques de site

Ateliers de formation Internet. Statistiques de site Ateliers de formation Internet Statistiques de site Suivre et analyser les performances Objectif de ce module : donner les clés de l analyse de trafic de base pour faire évoluer son site en accord avec

Plus en détail

Chapitre 1 : Information et connaissance, fondements de la croissance

Chapitre 1 : Information et connaissance, fondements de la croissance Avant-propos... XI Chapitre 1 : Information et connaissance, fondements de la croissance 1 Nature de l'information et de la connaissance... 2 1.1 Données, information, connaissance, codage... 3 1.2 Systèmes

Plus en détail

L économie du partage : Vers un changement radical de paradigme?

L économie du partage : Vers un changement radical de paradigme? L économie du partage : Vers un changement radical de paradigme? Introduction L effondrement planétaire de l économie de la seconde révolution industrielle, à l été 2008, a alerté la population mondiale

Plus en détail

Contribution des industries créatives

Contribution des industries créatives RÉSUMÉ - Septembre 2014 Contribution des industries créatives à l économie de l UE en termes de PIB et d emploi Évolution 2008-2011 2 Contribution des industries créatives à l économie de l UE en termes

Plus en détail

Economie du numérique Master 2 Communication et Multimédia

Economie du numérique Master 2 Communication et Multimédia Economie du numérique Master 2 Communication et Multimédia Guillaume Sire Institut Français de Presse Propos liminaires Une page web : http://guillaumesire.wordpress.com/economie-dunumerique-master-2-communication-et-multimedia/

Plus en détail

Principes d AdWords. Quelques mots de présentation. Une audience large : les réseaux de ciblage. Réseau de recherche

Principes d AdWords. Quelques mots de présentation. Une audience large : les réseaux de ciblage. Réseau de recherche 3 Principes d AdWords Les deux premiers chapitres de ce livre, plutôt généraux, ont présenté l univers d Internet et de la publicité en ligne. Vous devriez maintenant être convaincu de l intérêt d une

Plus en détail

Le QR Code, qu est-ce que c est?

Le QR Code, qu est-ce que c est? Dossier de presse Le QR Code, qu est-ce que c est? Le QR Code? C est ce petit carré parfois noir et blanc que l on retrouve de plus en plus sur les affiches publicitaires. Il peut contenir différents types

Plus en détail

Guide méthodologique 4

Guide méthodologique 4 N/Réf : X2 217 012 Collection Guides méthodologiques Comment réaliser un travail de recherche Guide méthodologique 4 Louis Gaudreau Conseiller en documentation Centre des médias Septembre 2007 TABLE DES

Plus en détail

Optimiser le référencement naturel de son site web

Optimiser le référencement naturel de son site web Rodez, le 15 avril 2011 Les moteurs de recherche Les moteurs utilisés dans le monde Les moteurs utilisés en Europe Où clique un internaute? Référencement «payant» 35-40% des clics sur Google Référencement

Plus en détail

Introduction. 2012, Pearson France, Christine Balagué et Loïc Bodin, Les succès du web à la française

Introduction. 2012, Pearson France, Christine Balagué et Loïc Bodin, Les succès du web à la française Introduction 1 Introduction Cessons de croire que les réussites économiques sur Internet sont l apanage des seuls Américains! Il se crée aussi dans notre Hexagone des entreprises qui connaissent un grand

Plus en détail

SEO On-page. Avez-vous mis toutes les chances de votre côté pour le référencement de votre site?

SEO On-page. Avez-vous mis toutes les chances de votre côté pour le référencement de votre site? SEO On-page Avez-vous mis toutes les chances de votre côté pour le référencement de votre site? I. Introduction... p.2 II. Optimisation on-page vs off-page... p.3 III. Les éléments importants de vos pages...

Plus en détail

Le monitoring des médias

Le monitoring des médias Rapport Général de l Instance Nationale pour la Réforme de l Information & de la Communication 2012 Chapitre 10 Le monitoring des médias 221 Rapport Général de l Instance Nationale pour la Réforme de l

Plus en détail

Modèles de l évaluation et formation des professionnels de la Santé

Modèles de l évaluation et formation des professionnels de la Santé Modèles de l évaluation et formation des professionnels de la Santé Michel Vial UMR ADEF En introduction, je vais situer de quelle évaluation on parle ici et rappeler à grands traits ce qui la caractérise.

Plus en détail

Les outils de communication

Les outils de communication FICHE DE SYNTHÈSE Module 8 Les outils de communication - MODULE SEMAINE 8 - SOMMAIRE : I) Les différents média de communication...2 II) Savoir tirer parti des réseaux sociaux...2 1/6 I) LES DIFFÉRENTS

Plus en détail

LA COMMUNICATION PUBLICITAIRE

LA COMMUNICATION PUBLICITAIRE LA COMMUNICATION PUBLICITAIRE I. Introduction On estime à plus de 385 milliards d euros le budget publicitaire mondial, dont 11 milliards pour la France, Procter and Gamble, le plus grand annonceur au

Plus en détail

INNOVER ACCOMPAGNER DEVELOPPER ÉVEILLER VOS IDÉES RÉALISER VOS PROJETS

INNOVER ACCOMPAGNER DEVELOPPER ÉVEILLER VOS IDÉES RÉALISER VOS PROJETS INNOVER ACCOMPAGNER DEVELOPPER ÉVEILLER VOS IDÉES RÉALISER VOS PROJETS INNOVER POUR ALLER PLUS LOIN Thibault CHARLES, Fondateur et directeur d isonomia «De formation ingénieur et expert en physique du

Plus en détail

Centre International de Développement et de Recherche

Centre International de Développement et de Recherche Centre International de Développement et de Recherche Principes de management collectif Publication UNGANA 1304 CIDR Tous droits de reproduction réservés SE Séquence 1: Les stades de développement d'une

Plus en détail

Le Cloud et le Big Data annoncent le retour en grâce de la donnée consommateur

Le Cloud et le Big Data annoncent le retour en grâce de la donnée consommateur Le Cloud et le Big Data annoncent le retour en grâce de la donnée consommateur Better connections. Better results. Livre Blanc Acxiom Le Cloud et le Big Data annoncent le retour en grâce de la donnée consommateur

Plus en détail

ENTRETIENS, VIE EN ENTREPRISE, VIE DE TOUS LES JOURS 5 CONSEILS EN OR POUR AVOIR LA SWISS ATTITUDE

ENTRETIENS, VIE EN ENTREPRISE, VIE DE TOUS LES JOURS 5 CONSEILS EN OR POUR AVOIR LA SWISS ATTITUDE Travailler- en- Suisse.ch ENTRETIENS, VIE EN ENTREPRISE, VIE DE TOUS LES JOURS 5 CONSEILS EN OR POUR AVOIR LA SWISS ATTITUDE A lire absolument si vous voulez avoir une approche professionnelle sur le marché

Plus en détail

LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année

LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année CONTENU DES ENSEIGNEMENTS ET MODALITES D EVALUATION Semestre 1 : 30 crédits 9 EC obligatoires 1 EC optionnelle à choisir parmi 2

Plus en détail

La communication, et après?

La communication, et après? 14e congrès RANACLES 24 novembre 2006 La communication, et après? Mythes, fantômes et clichés Christian MARCON Maître de conférences ICOMTEC Institut de la Communication Université de Poitiers 1999 : un

Plus en détail

Qu est ce que le référencement web?

Qu est ce que le référencement web? Qu est ce que le référencement web? 1. Introduction La première préoccupation des e-commerçants et des possesseurs de sites ou blog est d attirer les internautes sur leurs pages web. Pour arriver à ce

Plus en détail

Mode & tendances en matière de commerce en ligne. Un nouveau tremplin pour les marques de mode. tradedoubler.com

Mode & tendances en matière de commerce en ligne. Un nouveau tremplin pour les marques de mode. tradedoubler.com Mode & tendances en matière de commerce en ligne Un nouveau tremplin pour les marques de mode tradedoubler.com Les consommateurs réinventent leur façon de vivre la mode et d acheter des articles de mode

Plus en détail

La détection automatique de l opinion : contraintes et enjeux

La détection automatique de l opinion : contraintes et enjeux La détection automatique de l opinion : contraintes et enjeux Frédéric Marcoul Responsable R&D de Spotter fmarcoul@spotter.com Ana Athayde Président Directeur Général de Spotter aathayde@spotter.com RÉSUMÉ

Plus en détail

CIRCULAIRE N 1668 DU 27/10/2006. Tous réseaux

CIRCULAIRE N 1668 DU 27/10/2006. Tous réseaux CIRCULAIRE N 1668 DU 27/10/2006 OBJET : Intégration des nouvelles technologies de l information et de la communication : création pour toutes les écoles d une adresse mail publique. Réseaux : Niveaux et

Plus en détail

Définir un nouveau modèle économique Présentation de l axe 4

Définir un nouveau modèle économique Présentation de l axe 4 Définir un nouveau modèle économique Présentation de l axe 4 Le développement du numérique dans la sphère de l édition, les mutations induites par la dématérialisation des supports ont profondément influencé

Plus en détail

Conférence 9 Vendre partout, tout le temps

Conférence 9 Vendre partout, tout le temps Conférence 9 Vendre partout, tout le temps MODÉRATEUR Clotilde BRIARD - Journaliste LES ECHOS INTERVENANTS Michaël AZOULAY Fondateur- Directeur Général AMERICAN VINTAGE Grégoire BRESSOLLES - Responsable

Plus en détail

CHAPITRE VI UN ESSAI DE SYNTHESE

CHAPITRE VI UN ESSAI DE SYNTHESE CHAPITRE VI UN ESSAI DE SYNTHESE CHAPITRE VI : UN ESSAI DE SYNTHESE Introduction 1) La relation dialectique entre dynamiques démographiques et développement 2) Les dynamiques démographiques et les théories

Plus en détail

Les médias font leur pub :

Les médias font leur pub : Les médias font leur pub : TV5MONDE fait son cinéma Thèmes Économie, consommation, publicité Le principe du dispositif À l'occasion de la 24 e édition de la Semaine de la presse et des médias dans l'école,

Plus en détail

Cours: Introduction au marketing

Cours: Introduction au marketing Cours: Introduction au marketing Prof : Mr Tachfin Sections : E D F Par : El Mehdi Frarai 1.1 HISTOIRE DU MARKETING Le marketing aurait connu ses premières heures au XVII e siècle. La peti-te histoire

Plus en détail

master Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Collection BANQUE FINANCE ASSURANCE

master Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Collection BANQUE FINANCE ASSURANCE Collection master BANQUE FINANCE ASSURANCE Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Table des matières Introduction... 9 Chapitre 1 L entreprise : l investissement

Plus en détail

marie-noëlle hébert designer graphique montréal-toronto 514.772.2228 mnhebert@outlook.com marie-noëlle hébert graphic designer montreal-toronto

marie-noëlle hébert designer graphique montréal-toronto 514.772.2228 mnhebert@outlook.com marie-noëlle hébert graphic designer montreal-toronto marie-noëlle hébert graphic designer montreal-toronto 514.772.2228 mnhebert@outlook.com marie-noëlle hébert designer graphique montréal-toronto portfolio automne 2014 514.772.2228 mnhebert@outlook.com

Plus en détail

DÉCOUVREZ LES NOBELS : LE PRIX NOBEL D ÉCONOMIE 2012

DÉCOUVREZ LES NOBELS : LE PRIX NOBEL D ÉCONOMIE 2012 DÉCOUVREZ LES NOBELS : LE PRIX NOBEL D ÉCONOMIE 2012 Demandred 09 novembre 2015 Table des matières 1 Introduction 5 2 Un marché de la rencontre efficace 7 2.1 L algorithme de Gale-Shapley :...........................

Plus en détail

Dossier de Presse. 10 Octobre 2013

Dossier de Presse. 10 Octobre 2013 Dossier de Presse 10 Octobre 2013 Contacts : Anne-Sophie DUPIRE - Responsable Communication Lucie PORREAUX - Chargée des Relations Presse Tel : 0 328 328 000 - anne-sophie.dupire@sarbacane.com Tel : 0

Plus en détail

Florence Delorme. Le Secret du Poids. Éditions Delorme

Florence Delorme. Le Secret du Poids. Éditions Delorme Florence Delorme Le Secret du Poids Éditions Delorme www.lesecretdupoids.com Florence Delorme, Éditions Delorme, Paris, 2012. "À toutes les filles, je vous dédie mon livre et ma méthode". 6 Introduction

Plus en détail

Prendre un bon départ

Prendre un bon départ Chapitre A Prendre un bon départ 1 - Avant-propos Un ordinateur sait très bien faire deux choses : Calculer, d oùle nomcomputer en anglais que l on pourrait traduire par calculateur. Placer des données

Plus en détail

Un travail didactique de «re-lecture»

Un travail didactique de «re-lecture» Comment mesurer la démocratisation? Proposition de cadre interprétatif Sylvie OCTOBRE * S il est vrai que les résultats d enquêtes viennent parfois nourrir les assertions politiques de l information à

Plus en détail

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile»

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile» Conférence Le Point «Maison connectée et intelligente» Paris, 28 mars 2013 Peter Hustinx Contrôleur européen de la protection des données «Le partage des données à caractère personnel et le respect de

Plus en détail

Une nouvelle muséologie pour le musée moderne

Une nouvelle muséologie pour le musée moderne Une nouvelle muséologie pour le musée moderne André Desvallées, dir., Vagues, une anthologie de la nouvelle muséologie André Desvallées, dans cet extrait de Vagues, une anthologie de la nouvelle muséologie

Plus en détail

René Duringer. www.smartfutur.fr

René Duringer. www.smartfutur.fr La Veille Stratégique René Duringer www.smartfutur.fr Néo-Économie mondiale sans couture = guerre économique ouverte Compétition mondiale : low cost + déflation + agressivité facteur prix (cf. Chine) Des

Plus en détail

14 Adopter une attitude professionnelle

14 Adopter une attitude professionnelle 14 Adopter une attitude professionnelle Pour mener à bien votre projet et instaurer des relations constructives le groupe doit adopter une attitude professionnelle et se montrer : 1. Mobilisé tous les

Plus en détail

WRAP ' 15. 1er W eek-end de R entrée des A ssociatifs P arisiens. 6, 7 et 8 novembre 2015

WRAP ' 15. 1er W eek-end de R entrée des A ssociatifs P arisiens. 6, 7 et 8 novembre 2015 WRAP ' 15 1er W eek-end de R entrée des A ssociatifs P arisiens 6, 7 et 8 novembre 2015 Un week-end de formation et de cohésion L'AGEP organise pour la première fois son Week-End de Rentrée des Associatifs

Plus en détail

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Association Rhône Alpes des professionnels des Développeurs Economiques Locaux 14 rue Passet 69007 Lyon Tél. : 04

Plus en détail

PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance)

PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance) partenaire de Créateurs d avenirs PREPAVOGT Yaoundé, le 28 mars 2015 B.P. : 765 Yaoundé Tél. : 22 01 63 72 / 96 16 46 86 E-mail. : prepavogt@yahoo.fr www.prepavogt.org PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance)

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Pour vous donner une vision la plus complète possible de la démarche, le contenu qui vous est présenté ici a été élaboré pour correspondre à une personne

Plus en détail

Programme IMPACT BOUSSOLE

Programme IMPACT BOUSSOLE Prendre le temps de réfléchir au long terme lorsqu on est pris dans la gestion de son organisation au quotidien n est pas chose aisée. Il faut pourtant s assurer que la stratégie de développement soit

Plus en détail

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e Les objectifs pédagogiques Savoir délimiter les trois phases distinctes de la recherche Savoir identifier, pour chacune des trois

Plus en détail

RÉPONSES GOUVERNANCE ET STRATÉGIE D ENTREPRISE CHAPITRE OBJECTIFS D APPRENTISSAGE

RÉPONSES GOUVERNANCE ET STRATÉGIE D ENTREPRISE CHAPITRE OBJECTIFS D APPRENTISSAGE CHAPITRE 1 GOUVERNANCE ET STRATÉGIE D ENTREPRISE RÉPONSES OBJECTIFS D APPRENTISSAGE Au terme de ce chapitre, l étudiant doit être en mesure de faire ce qui suit : 1. Comprendre la gouvernance d entreprise

Plus en détail

Procédure d utilisation de Wordpress pour les membres du RBDsanté

Procédure d utilisation de Wordpress pour les membres du RBDsanté Procédure d utilisation de Wordpress pour les membres du RBDsanté Adresse du site : www.rbdsante.be 1. Consultation des articles publics : immédiat, aucune restriction 2. Consultation des pages / articles

Plus en détail

SOMMAIRE. Introduction p. 3. 1. Présentation de la solution p. 4. 2. Description détaillée de la solution proposée p. 5

SOMMAIRE. Introduction p. 3. 1. Présentation de la solution p. 4. 2. Description détaillée de la solution proposée p. 5 SOMMAIRE Introduction p. 3 1. Présentation de la solution p. 4 2. Description détaillée de la solution proposée p. 5 2.1 Découverte de l application consommateur p. 6 2.2 Découverte de la cinématique de

Plus en détail

Qui est concerné par la qualité des données?

Qui est concerné par la qualité des données? INTRODUCTION Qui est concerné par la qualité des données? Plus que jamais, les entreprises sont confrontées à des marchés de plus en plus exigeants, réclamant une réponse immédiate et adaptée à des besoins

Plus en détail

L immigration : une solution à la rareté de maind œuvre et un levier de développement économique? 35 e Congrès de l ASDEQ 13 mai 2010

L immigration : une solution à la rareté de maind œuvre et un levier de développement économique? 35 e Congrès de l ASDEQ 13 mai 2010 L immigration : une solution à la rareté de maind œuvre et un levier de développement économique? 35 e Congrès de l ASDEQ 13 mai 2010 Mission PÔLE Québec Chaudière-Appalaches a pour mission de contribuer

Plus en détail

Synthèse des observations de la Cour

Synthèse des observations de la Cour Synthèse des observations de la Cour L Association pour la recherche sur le cancer a fait l objet pour la deuxième fois d un contrôle de la Cour, portant sur les années 1998 à 2002. Cette association,

Plus en détail

Comment configurer les HotFolders et les Workflows

Comment configurer les HotFolders et les Workflows Comment configurer les HotFolders et les Workflows HotFolders 1 À la base : le Hotfolder en tant que gestionnaire de fichiers 1 Un exemple : les Hotfolders et la barre d images 2 Imprimer depuis un client

Plus en détail

Profil d études détaillé. Section : Informatique et systèmes Finalité : Technologie de l informatique

Profil d études détaillé. Section : Informatique et systèmes Finalité : Technologie de l informatique Section : Informatique et systèmes Finalité : Technologie de l informatique Page 1/6 1. Introduction L enseignement de la Haute Ecole Louvain en Hainaut donne la place centrale à l étudiant. Celui-ci trouvera

Plus en détail

Le markéting en ligne. Joanie Mailhot Agente aux communications chez Mon Réseau Plus

Le markéting en ligne. Joanie Mailhot Agente aux communications chez Mon Réseau Plus Le markéting en ligne Joanie Mailhot Agente aux communications chez Mon Réseau Plus Plan de la présentation Introduction Naissance des réseaux sociaux L influence des relations en ligne L importance d

Plus en détail

Mini- mémoire DD01. Adrien BOUTEILLE GSM06 MPI

Mini- mémoire DD01. Adrien BOUTEILLE GSM06 MPI Adrien BOUTEILLE GSM06 MPI Mini- mémoire DD01 Thème : Le recyclage des déchets électriques et électroniques et les conditions de vies des populations qui les «recyclent». 1. Introduction : J ai eu la chance

Plus en détail

Utopies pour le temps présent

Utopies pour le temps présent Année Louvain des utopies pour le temps présent Mode d emploi des visuels 2015/2016 mode d emploi des visuels page 2 CADRE GENERAL En 1516, grâce à l intervention d Erasme, le juriste, humaniste et homme

Plus en détail

Introduction : LES CHAMPS DU POSSIBLE DU MARKETING MOBILE... 1. Partie I : ACTEURS, USAGES ET PARTICULARITÉS DE LA TÉLÉPHONIE MOBILE

Introduction : LES CHAMPS DU POSSIBLE DU MARKETING MOBILE... 1. Partie I : ACTEURS, USAGES ET PARTICULARITÉS DE LA TÉLÉPHONIE MOBILE Introduction : LES CHAMPS DU POSSIBLE DU MARKETING MOBILE....... 1 Partie I : ACTEURS, USAGES ET PARTICULARITÉS DE LA TÉLÉPHONIE MOBILE Chapitre 1 : LES ACTEURS ET LES USAGES DE LA TÉLÉPHONIE MOBILE.....

Plus en détail

Contenu du chapitre. 1. La demande du marché. L offre et la demande. La notion de Demande. Chapitre 1 D 1

Contenu du chapitre. 1. La demande du marché. L offre et la demande. La notion de Demande. Chapitre 1 D 1 L offre et la Chapitre 1 Contenu du chapitre 1. La du marché 2. L offre du marché 3. L équilibre du marché 4. Application: magnétoscope vs lecteur DVD 2 La notion de Demande 1. La du marché Prix C DEMANDE

Plus en détail

Réseaux et médias sociaux dans le tourisme. Comment développer sa visibilité et optimiser sa présence en ligne?

Réseaux et médias sociaux dans le tourisme. Comment développer sa visibilité et optimiser sa présence en ligne? Réseaux et médias sociaux dans le tourisme Comment développer sa visibilité et optimiser sa présence en ligne? Préface La popularité grandissante des réseaux sociaux sur le Web bouscule le modèle traditionnel

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

7 L ENTREPRISE NUMERIQUE. Prologue

7 L ENTREPRISE NUMERIQUE. Prologue 7 L ENTREPRISE NUMERIQUE Prologue Le CIGREF est un réseau de grandes entreprises qui fête en 2010 son quarantième anniversaire. La genèse de sa création démarre en 1967, lorsque Emile Roche, alors Président

Plus en détail

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie.

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Sarah CAILLOT, Psychologue Réseau Breizh IMC- Pôle MPR St-Hélier (Rennes)- Journée Inter-régionale

Plus en détail

Le saviez-vous? L optimisation Google Adwords est la Clé pour

Le saviez-vous? L optimisation Google Adwords est la Clé pour Le saviez-vous? L optimisation Google Adwords est la Clé pour.......... échapper au piège de «Quality Score», l instrument qui détermine le coût au clic des annonces adwords. Autorisation de diffusion

Plus en détail

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE PAR MADAME CHRISTINE LEROY COMMUNITY MANAGER, AGENCE NETPUB Tout d abord, je voudrais remercier le Professeur Drouot de m avoir invitée à cette passionnante table ronde.

Plus en détail

Kaédi le 23 et 24 Mai 2008 Alliance Franco-Mauritanienne de Kaédi ( AFM-K)

Kaédi le 23 et 24 Mai 2008 Alliance Franco-Mauritanienne de Kaédi ( AFM-K) Regroupement des jeunes de Kaédi Pour le Développement 1 Kaédi, le 24 Mai 2008 Rapport de formation des associations de Kaédi sur l entreprenariat et la création d entreprise organisée par le Regroupement

Plus en détail